Vous êtes sur la page 1sur 72

COMPTABILITE PUBLIQUE

FONDAMENTAUX

Panel préparé par :


Mr. Hassane EL ARAFI
Professeur à la Faculté des Sciences Juridiques Economiques et Sociales Rabat-Agdal

Octobre 2011

Version provisoire - HEA 171011


CHAPITRE (I). GENERALITES SUR LE SYSTEME DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE MAROCAIN 5

A. CADRAGE JURIDIQUE ET THEORIQUE DU SYSTEME DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE..............................................................5


1. Définition de la comptabilité publique........................................................................................................5
2. Sources de droit de la comptabilité publique..............................................................................................5
a) Sources à caractère législatif ......................................................................................................................................... 5
b) Textes à caractère réglementaire .................................................................................................................................. 6 Page | 2
c) Textes d’application subsidiaires ................................................................................................................................... 7
d) Jurisprudence .................................................................................................................................................................. 8
B. EVOLUTION DU SYSTEME DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE..............................................................................................8
1. Evolution historique du système de la comptabilité publique ....................................................................8
2. Rapprochement entre la comptabilité publique et comptabilité privée ...................................................10
C. ACTEURS DU SYSTEME DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE ...............................................................................................10
1. Les ordonnateurs ......................................................................................................................................10
2. Les comptables publics .............................................................................................................................13
a) Qualité de comptable public........................................................................................................................................ 13
b) Catégories de comptables publics ............................................................................................................................... 14
3. Les contrôleurs ..........................................................................................................................................16
D. PRINCIPES ET REGLES DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE.................................................................................................18
1. Principe de séparation fonctionnelle d’incompatibilité ............................................................................18
2. Principes liés à l’exécution gestion budgétaire .........................................................................................18
a) Principe de l’unité budgétaire ..................................................................................................................................... 18
b) Principe de l’universalité .............................................................................................................................................. 18
c) Principe de spécialité.................................................................................................................................................... 19
3. Règle de l’unité de trésorerie ...................................................................................................................19
4. Règle de l’unité de caisse ..........................................................................................................................19
5. Règle de service fait ..................................................................................................................................19

CHAPITRE (II). EXECUTION DES OPERATIONS DE RECETTES 20

A. ROLE DE L’ORDONNATEUR....................................................................................................................................20
1. La constatation des créances....................................................................................................................20
a) La constatation des faits générateurs des créances .................................................................................................. 20
b) La constatation de créances issues de la souveraineté ............................................................................................. 20
c) La constatation de créances justifiées par la qualité de l'État en tant que partenaires ......................................... 21
d) La constatation légale des créances de l'État ............................................................................................................. 23
e) L'existence d'un texte de base légitimant la créance ................................................................................................ 23
f) L'inscription de la créance aux lois de finances .......................................................................................................... 24
2. La liquidation de la créance ......................................................................................................................24
3. L'émission des ordres de recettes .............................................................................................................24
B. ROLE DU COMPTABLE ..........................................................................................................................................25
1. La prise en charge des ordres de recettes .................................................................................................25
2. Le recouvrement ......................................................................................................................................26
a) Le recouvrement à l'amiable ....................................................................................................................................... 26
b) Les procédures du recouvrement forcé ...................................................................................................................... 28
c) Les privilèges du Trésor ................................................................................................................................................ 31
d) La contrainte par corps ................................................................................................................................................ 32
3. Les conséquences du non recouvrement ..................................................................................................32
a) La force majeure ........................................................................................................................................................... 33
b) L'admission en non-valeur ........................................................................................................................................... 33

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


c) L'admission en décharge ou remise gracieuse de débet ........................................................................................... 33

CHAPITRE (III). EXECUTION DES OPERATIONS DE DEPENSES 34

A. ROLE DE L’ORDONNATEUR....................................................................................................................................34
1. L'engagement de dépenses ......................................................................................................................34
a) L'engagement créant volontairement l'obligation ..................................................................................................... 34 Page | 3
2. La liquidation de dépenses .......................................................................................................................35
a) La véracité du service fait ............................................................................................................................................ 35
b) La vérification des règles de prescription et de déchéance quadriennale ............................................................... 36
c) L'ordonnancement de paiement des dépenses ......................................................................................................... 37
B. ROLE DU CONTROLEUR ........................................................................................................................................38
1. L’incitation au contrôle de substance .......................................................................................................38
2. La consécration de la vocation de conseil .................................................................................................39
3. Le renforcement de la mission d'information ...........................................................................................39
C. ROLE DU COMPTABLE PUBLIC ................................................................................................................................39
1. La nature des contrôles classiques de validité de la créance ....................................................................40
2. Les perspectives d'un contrôle modulé de la validité des dépenses .........................................................41
3. Le paiement libératoire des dépenses ......................................................................................................42

CHAPITRE (IV). GESTION DES REGIES 44

A. LA REGIE DE RECETTES .........................................................................................................................................44


1. L'institution d'une régie de recettes..........................................................................................................44
a) La création d'une régie de recettes ............................................................................................................................. 44
b) La nomination du régisseur de recettes ..................................................................................................................... 44
2. Le fonctionnement d'une régie de recettes ..............................................................................................45
a) La tenue d'un quittancier ............................................................................................................................................. 45
b) Le versement des produits au comptable de rattachement ..................................................................................... 45
c) La tenue d'une comptabilité ........................................................................................................................................ 46
3. La responsabilité du régisseur en matière de recettes .............................................................................46
B. LA REGIE DE DEPENSES.........................................................................................................................................46
1. L'institution d'une régie de dépenses........................................................................................................47
a) La création d'une régie de dépenses........................................................................................................................... 47
b) La nomination du régisseur de dépenses ................................................................................................................... 48
2. Le fonctionnement d'une régie de dépenses ............................................................................................48
a) L'approvisionnement de la caisse du régisseur .......................................................................................................... 48
b) L'exécution des opérations de paiement et d'opposition ......................................................................................... 48
c) La tenue d'une comptabilité ........................................................................................................................................ 49
d) Le suivi assuré par le comptable de rattachement .................................................................................................... 49

CHAPITRE (V). GESTION DU FAIT 51

A. LES ELEMENTS CONSTITUTIFS DE LA GESTION DE FAIT .................................................................................................53


1. La gestion porte sur des deniers publics ou deniers privés régelementés ................................................53
a) La gestion de fait sur des deniers publics ................................................................................................................... 53
b) La gestion de fait sur deniers privés réglementés...................................................................................................... 54
2. la détention ou le maniement des deniers publics....................................................................................54
a) La gestion de fait et détention ou maniement des deniers publics.......................................................................... 54
3. La gestion de fait et détournement ..........................................................................................................55

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


4. L'absence d'habilitation ............................................................................................................................56
a) Le défaut d'un titre légal .............................................................................................................................................. 56
b) Le dépassement de l'habilitation ................................................................................................................................ 56
B. LA PROCEDURE DE LA GESTION DE FAIT....................................................................................................................57
1. Le déclenchement de la procédure ...........................................................................................................57
a) La saisine de la cour des comptes ............................................................................................................................... 57
b) L'objet de la procédure ................................................................................................................................................ 57 Page | 4
c) Le déroulement de la procédure ................................................................................................................................. 58
2. Le jugement du compte du comptable de fait ..........................................................................................59
a) La présentation du compte .......................................................................................................................................... 59
b) La fixation de la ligne de compte ................................................................................................................................. 60
c) La justification des opérations ..................................................................................................................................... 60
d) La délibération .............................................................................................................................................................. 60
C. LES CONSEQUENCES DE LA GESTION DE FAIT .............................................................................................................60
1. Les sanctions de la gestion de fait ............................................................................................................60
a) La mise en débet ........................................................................................................................................................... 60
b) L'amende ....................................................................................................................................................................... 60
c) Le quitus ........................................................................................................................................................................ 61
2. la notification des arrêts de la Cour des comptes .....................................................................................61
3. L'apurement des sanctions .......................................................................................................................61
4. Les voies de recours ..................................................................................................................................62

CHAPITRE (VI). TENUE DE LA COMPTABILITE ET LA REDDITION DES COMPTES 64

A. ARCHITECTURE DU SYSTEME COMPTABLE ACTUEL ......................................................................................................64


1. La comptabilité budgétaire.......................................................................................................................64
a) La comptabilité des crédits .......................................................................................................................................... 66
b) Comptabilité des engagements ................................................................................................................................... 66
c) Comptabilité des émissions ......................................................................................................................................... 67
2. Comptabilité des matières, valeurs et titres .............................................................................................67
3. Comptabilité du Trésor .............................................................................................................................68
B. VERS UN L’INSTITUTION D’UN NOUVEAU PLAN COMPTABLE DE L’ETAT...........................................................................69
C. REDDITION DES COMPTES.....................................................................................................................................71
1. Compte de l’organisme public (ex compte de gestion) .............................................................................71
2. Compte général du Royaume ...................................................................................................................71
3. Déclaration générale de conformité .........................................................................................................72

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


CHAPITRE (I).
GENERALITES SUR LE SYSTEME DE LA
COMPTABILITE PUBLIQUE MAROCAIN Page | 5

A. Cadrage juridique et théorique du système de la comptabilité publique

1. Définition de la comptabilité publique

Selon l’Article premier du décret royal n°330-66 portant règlement général de la


comptabilité publique (RGCP), « l’ensemble des règles qui régissent l’exécution et le contrôle
des opérations financières et comptables des organismes publics ainsi que la tenue de leur
comptabilité et qui précisent, en outre, les obligations et les responsabilités des agents qui en
sont chargés ».

2. Sources de droit de la comptabilité publique

La comptabilité publique est, en soi, une discipline de droit public qui dérive de droit des
finances publiques. Certes, son texte général (notamment RGCP) relève du domaine
autonome du pouvoir réglementaire du gouvernement puisqu’il régit les rapports internes à
l'Administration relatifs à l'exécution et le contrôle des finances publiques.

En revanche, le doit de la comptabilité publique, dans son ensemble, est constitué d’autres
textes particuliers, qui peuvent avoir un caractère législatif. A titre indicatif, on peut citer
certains textes de références à cet égard :

a) Sources à caractère législatif

• Loi organique

- Loi organique des finances promulguée par le dahir n° 1-98-138 du 26 novembre


1998

• Loi ordinaires

- Loi n° 15-97 du 3 mai 2000 formant code de recouvrement des créances publiques

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


- Loi n° 61-99 du 3 avril 2002 relative à la Responsabilité des ordonnateurs, des
contrôleurs et des comptables publics.
- Loi n° 62-99 du 15 août 2002formant code des juridictions financières.
- Loi n°69-00 relative au contrôle financier de I'Etat sur les entreprises publiques et
autres organismes.
Page | 6
- Dahir du 9 novembre 1942 relatif à la Prestation de serment des comptables publics.
- Dahir n° 1-57-168 du 14-04-1957 Relatif aux délégations de signature des ministres,
secrétaires d'Etat et sous secrétaires d'Etat.

• Lois de finances

La partie législative des lois de finances peuvent comporter des éléments liés à la
comptabilité publique (Exp. article premier relatives à la perception des recettes publiques)

De même la loi de finances peut être accompagnée par autres textes en la matière

b) Textes à caractère réglementaire

• Décrets généraux

- Décret royal n° 330-66 du 10 moharrem 1387 (21 avril 1967) portant règlement
général de comptabilité publique, tel modifié et complété
- Décret n° 2-06-52 du 14 moharrem 1427 (13 février 2006) relatif au rattachement du
contrôle des engagements de dépenses de l'Etat à la Trésorerie
- Décret n° 2-07-1235 du 5 kaada 1429 (4 novembre 2008) relatif au contrôle des
dépenses de l'Etat
- ….

• Décrets d’application

- Décret n° 2-88-485 du 11 rejeb 1410 (8 février 1990) pris pour l'application du dahir
du 1er kaada 1361 (9 novembre 1942) sur la prestation de serment des comptables
- Décret n° 2-89-61 (10 rebia II 1410) fixant les règles applicables à la comptabilité des
établissements publics
- Décret n° 2-98-401 du 9 moharrem 1420 (26 avril 1999) relatif à l'élaboration et à
l’exécution de la loi de finances
- ….

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


• Arrêtés du Premier ministre

- Arrêté du 1 er. Ministre n°. 3-17-99 du 12/07/1999, fixant les règles et les conditions
de révision des prix des marchés de travaux, fournitures ou services passés pour le
compte de l'Etat
Page | 7
- …

• Arrêtés du ministre des finances

- Arrêté du ministre des finances n° 681-67 du 12/12/1967 (12 décembre 1967) fixant
la liste des dépenses qui peuvent être payées sans ordonnancement préalables
- Arrêté du ministre des finances et de la privatisation n° 321-03 du 2 hija 1423 (4
février 2003) fixant les modalités d'application du décret n° 2-01-1448 du 22 rabii I
1423 (4 juin 2002) portant transformation de l'agence comptable centrale des
chancelleries diplomatiques et consulaires en trésorerie des chancelleries
diplomatiques
- Arrêtés fixant nomenclatures des pièces justificatives des dépenses de personnel et
des biens et services
- …..

• Arrêtés conjoints

- Arrêté conjoint du ministre des affaires étrangères et de la coopération et du


ministre des finances et de la privatisation n° 320-03 du 2 hija 1423 (4 février 2003)
fixant les conditions d'exécution des opérations de recettes et de dépenses des
missions diplomatiques et des postes consulaires
- Arrêtés conjoints relatifs à la création des régies de recettes ou régies de dépenses
- …

c) Textes d’application subsidiaires

- Instruction du Ministre des Finances du 26 mars 1969 relative au fonctionnement


des régies de dépenses et des régies de recettes de l'Etat.
- Circulaire n° 1431184 du 2 décembre 1991 du ministre des finances relative à la
réforme de la procédure de report de crédits de paiement et de reliquats
d'engagement.
- Circulaire n° 2390.CAB du 16 décembre 1965 relative aux comptes spéciaux du
Trésor : Reports de crédits
- …

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


d) Jurisprudence

- Arrêt de la Cour des comptes marocaine (Chambres réunies, 7 juillet 1988) : la Cour
a considéré les comptables n'ayant pas satisfait toutes les conditions requises pour
avoir la qualité de comptable public, alors qu'ils exercent effectivement les fonctions
Page | 8
de comptables publics, comme des "comptables intérimaires"
- Décision du Conseil constitutionnel marocain n° 389-2000 du 18 avril 200 ayant
déclaré les dispositions de l'article 10 de LOF n°7-98 dérogeant aux dispositions du
premier alinéa de l'article 50 de la Constitution. Il affirme que le fait de prévoir la
non imputation de certaines dépenses des Services de l'État gérés de manière
autonome sur les crédits du budget général de l'État est une dérogation aux
principes de l'universalité du budget.
- …

B. Evolution du système de la comptabilité publique

1. Evolution historique du système de la comptabilité publique

La caractéristique principale du système de la comptabilité publique en vigueur est qu'il est


d'une stabilité marquante ; ses principes de fonctionnement et règles d'organisation, qui ont
été hérités de la période du protectorat français, sont encore maintenus jusqu'aujourd'hui
pour la majorité d'entre eux (v. encadré5.1.). Après des dizaines d'années depuis le
recouvrement de l'indépendance, l'esprit du législateur est resté le même et le pouvoir
réglementaire a plus fait une œuvre de codification et d'adaptation technique qu'une œuvre
de réforme.

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


Encadré 1 : éléments historiques du système de comptabilité marocain

LE CIRCUIT ADMINISTRATIF DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE fut assuré par :


1. L'Administration générale qui se compose :
- du Cabinet du Directeur général, assurant aujourd'hui les fonctions de la Direction du Trésor
des finances extérieur et celles de la Direction de politique économique générale Page | 9
- du Service du budget et du Contrôle financier ; assurant aujourd'hui les fonctions de la
Direction du Budget, celles de la Direction des établissements publics et de participation et
celles du Contrôle général des dépenses de l'État
- du bureau d'inspection : assurant aujourd'hui les fonctions de l'inspection générale des finances
et celles de l'inspection centrale des services du Trésor
2. Les Administrations financières qui se composent :
- des Douanes et des régies ; assurant aujourd'hui les fonctions de la Direction générale des
douanes et des impôts indirects
- de l'enregistrement et de timbre, des Domaines et de la conservation de la propriété foncière;
assurant, aujourd'hui, les fonctions de la Direction des domaines.
- des impôts et contribution ; assurant aujourd'hui les fonctions de la Direction générale des
impôts.
3. La Trésorerie générale du Maroc ; assurant aujourd'hui les fonctions de la TGR
4. La Banque d'État du Maroc ; assurant aujourd'hui les fonctions de Bank Al Maghreb
L'EXECUTION DU BUDGET
L'exécution du budget fut régie par les dispositions du Dahir du 09 juin 1917 portant
Règlement général de la comptabilité publique de l'Empire chérifien :
1. L'exécution des recettes :
- Les comptables chargés du recouvrement des recettes furent les percepteurs, chefs indigènes,
receveurs des douanes, receveurs d'enregistrement et de timbre, receveurs de postes,
conservateurs de la propriété foncière, les agents sanitaires, les vérificateurs des poids et
mesures
- Le recouvrement des créances est régi par le dahir du 21 août 1935 qui a remplacé les
dispositions du dahir de 22 novembre 1924
2. L'exécution des dépenses
- Le Dahir du 09 juin 1917 régit, d'une part, les conditions de l'ouverture de crédits, spécialisation
des crédits, les comptes spéciaux du Trésor et d'autre part, les conditions de liquidation,
d'ordonnancement et paiement des dépenses ;
- De même, le Dahir du 20 décembre 1921 fut institué pour organiser le contrôle des engagements
de dépenses de l'Empire chérifien.
LA TENUE DE LA COMPTABILITE
La comptabilité décrit les opérations relatives :
- à la constatation des droits acquis au Protectorat contre ses débiteurs et aux recettes réalisées à
son profit ;
- à la liquidation, à l'ordonnancement et au paiement des dépenses budgétaires ;
- au compte du fonds de réserve.
LE CONTROLE DE L'EXECUTION DU BUDGET :
- Le contrôle administratif exercé par l'Administration financière, le bureau d'inspection ou
l'Administration elle-même;
- Le contrôle juridictionnel exercé par la Cour des comptes française

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


2. Rapprochement entre la comptabilité publique et comptabilité privée

La comptabilité publique a pour objet la description, l'analyse et le contrôle des opérations


budgétaires et financières effectuées par celui-ci. L'existence d'un bon système Page | 10
d'information comptable constitue un levier organisationnel des finances de l'État et un
instrument privilégié pour assurer leur gestion d'une manière saine et transparente.

En considération des limites qui entachent le système d'information comptable de l'État en


vigueur, une réforme en la matière s'avère donc une nécessité impérieuse. D'autant plus
que la réforme de la comptabilité de l'État est considérée comme un axe fondamental dans
toute stratégie de réforme globale de la gestion publique(1). C'est le cas, par exemple, de la
France qui a revu, dans le cadre de sa nouvelle loi organique des finances du 1er août 2001
toute l'architecture de son système de comptabilité de l'État en l'adaptant, désormais, aux
normes universellement reconnues(2).

Simplement, l'adaptation de la comptabilité publique à des systèmes comptables


d'inspiration privée ne se réduit pas à de simples pastiches techniques ; elle doit surtout
tenir compte les spécificités du secteur de l'Administration publique aussi bien pour mettre
en place un système de comptabilité générale claire et auditable que pour développer un
système de comptabilité de gestion servant la valorisation et l'imputation des coûts des
services publics .

C. Acteurs du système de la comptabilité publique

Les trois acteurs principaux du système de la comptabilité publique sont : les ordonnateurs,
les comptables et les contrôleurs.

1. Les ordonnateurs

Tous les ordonnateurs sont des administrateurs ; mais seuls certains administrateurs sont
qualifiés d'ordonnateurs parce qu'ils possèdent, en sus de leurs attributions normales, un
pouvoir de décision en matière financière :

(1) OCDE, Comptabilité et budgétisation sur la base des droits constatés : questions clés et développements récents in revue de la gestion budgétaire vol. 3 n° 1,
2003, p.47 et s.
(2) Les dispositions de la Loi organique relatives aux lois de finances du 1er août 2001 abrogeant l’ordonnance de 1959 indique que " les opérations sont
enregistrées selon le principe de la constatation des droits et des obligations " et que " les principes généraux de la comptabilité et du plan comptable de l'État ne se
distinguent des règles applicables aux entreprises qu'à raison des spécificités de l'action de l'État ".

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


1 dès son entrée en fonction, l'ordonnateur doit se faire accréditer auprès de son
contrôleur financier et son comptable assignataire des recettes et des dépenses, dont
il ordonne l’exécution ;
2 il ne doit avoir aucun intérêt dans les entreprises avec lesquelles le département qui
agit en son nom et pour son compte passe des commandes publiques ;
Page | 11
3 en insistant sur l'incompatibilité fonctionnelle, le conjoint d’un ordonnateur ne peut
traditionnellement assurer la fonction de contrôleur ou de comptable public de
l'entité administrative auprès de laquelle ledit ordonnateur exerce sa fonction.

On distingue plusieurs types d’ordonnateurs :

• Ordonnateurs dits principaux

Sont ceux auxquels les crédits budgétaires sont systématiquement alloués, sans aucune
intermédiation. On les qualifie autrement d'ordonnateurs principaux.

Généralement, il s'agit des autorités administratives qui sont placés au sommet de la


hiérarchie et placée à la tête du département compétent dont il a la charge de collecter une
recette ou d’effectuer une dépense au nom et pour le compte de l'État.

- les ministres (et autres chefs de l’Administrations ne relevant pas du


Gouvernement) sont, de plein droit, qualifiés d'ordonnateurs des recettes et des
dépenses de leur département, des budgets des SEGMA et des CST qui leur sont
rattachés. Il en est de même pour d'autres hauts responsables.
- lorsque les nécessités de service le justifient, des décrets peuvent également
instituer ordonnateurs des directeurs généraux ou des directeurs et, le cas échéant,
des chefs de SEGMA.
- S.M. le Roi, en sa qualité de chef de l'État, n'est pas ordonnateur puisqu'il n'est pas
une autorité administrative

• Ordonnateurs délégués

Les ordonnateurs peuvent, conformément à l’article 2 du dahir n°1.57.068 du 10 avril 1957


relatif aux délégations de signature des ministres, secrétaires d’État et sous-secrétaires
d’État, déléguer leur signature par voie d’arrêté à leurs collaborateurs en les désignant
d'ordonnateurs délégués.

La délégation ne porte ici que sur la signature : l'ordonnateur délégant et l'ordonnateur


délégué gèrent en commun les mêmes crédits budgétaires ; tant que le délégataire n'a pas
signé, le délégant conserve sa compétence, pleine et entière, mais, dès que le délégataire a

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


signé, le délégant ne peut annuler les effets de la décision d'engager une dépense,
régulièrement prise par l'ordonnateur délégué.

Dès que le délégataire a utilisé la délégation, c'est-à-dire dès qu'il a pris et signé
valablement une décision, le délégant ne peut la remettre en cause et prendre une autre
décision dans le même domaine. Page | 12

Les ministres ordonnateurs délèguent à certains de leurs collaborateurs les compétences


d'ordonnateur, tels que les secrétaires généraux, les directeurs généraux, les directeurs
centraux ; sauf leurs membres de cabinet qui ne peuvent jouir de compétences en matière
financière

• Sous-ordonnateurs

Possibilité aux ordonnateurs (principaux) d'instituer, sous leur responsabilité et leur


contrôle, des sous-ordonnateurs par voie d’arrêté soumis au visa du ministre chargé des
finances, auxquels ils délèguent leur pouvoir financier.

Ils exercent leur activité financière en vertu d'une "ordonnance de délégation de crédits".

Sont institués es-qualité au lieu de leur désignation nominative.

Pour les départements qui n'ont pas de représentations territoriales propres les délégations
de crédits peuvent être effectuées auprès du Wali ou du Gouverneur.

• Ordonnateurs suppléants

En cas d'empêchement ou d'absence de l'ordonnateur, du sous-ordonnateur ou de


l'ordonnateur délégué, un fonctionnaire est spécialement désigné par les textes organisant
le département ou par les textes organisant sa comptabilité, qui doit assurer l'intérim en
jouant le rôle d'ordonnateur suppléant.

• Ordonnateurs subdélégués

Dans certains départements et organismes publics, il faut souligner que des sous-
ordonnateurs, bénéficiant de crédits délégués, peuvent subdéléguer une partie de leurs
crédits à des chefs de structures relevant de leur autorité ; c'est le cas par exemple où le
Wali ou le Gouverneur subdélèguent partiellement ses crédits aux chefs de districts
(Pachas) qui relèvent de sa compétence territoriale. Mais en général cette pratique est assez
limitée.

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


2. Les comptables publics

a) Qualité de comptable public

Au vu du Règlement général de la comptabilité publique (Art.12), la situation statutaire du


comptable public doit être fixée par décret. Toutefois, jusqu'à l'heure actuelle, cette Page | 13
disposition reste lettre morte !

Néanmoins, en dépit de l'existence de ce vide juridique, il est possible de cerner ce "statut


juridique" à travers les différentes dispositions régissant la fonction du comptable public,
notamment en ce qui concerne la qualité requise pour l'exercice de la fonction.

Le comptable public (de l'État) est un fonctionnaire ayant qualité pour exécuter, au nom de
l'État, des opérations de recettes, de dépenses ou de maniement de titres, soit au moyen de
fonds et valeurs dont il a la garde, soit par virements internes d’écritures, soit par
l’entremise d’autres comptables publics ou de comptes externes de disponibilités dont il
ordonne ou surveille les mouvements.

Mais pour avoir cette qualité, le comptable doit :

- vérifier certaines conditions


- et satisfaire certaines obligations

• Les conditions d'exercice de la fonction de comptable public

La nomination régulière : Les comptables publics sont nommés soit en vertu de la


réglementation en vigueur applicable aux emplois supérieurs, soit par le ministre chargé
des finances ou la personne déléguée par lui à cet effet (généralement, le trésorier général
du Royaume).

La prestation de serment : Les comptables publics sont soumis, avant d’être installés
dans leur premier poste comptable, à la formalité de la prestation de serment prévue par le
Dahir de 9 novembre 1942 qui précise dans son article premier. Les conditions de
l'accomplissement de cette formalité sont prévues par le décret n° 2-88-485 du 8 février
1990 pris pour l'application du dahir sus-mentionné

La souscription d'une police d'assurance : En vertu de l'article 9 de la loi 61-99


relative à la responsabilité des ordonnateurs, des contrôleurs et des comptables publics ces
derniers "sont tenus, dès leur prise de service, de souscrire à titre individuel ou collectif, une
police d’assurances auprès d’une entreprise d’assurances agréée, garantissant durant
l’exercice de leurs fonctions, leur responsabilité personnelle et pécuniaire". Cette police
d'assurances remplace, désormais, le cautionnement auquel ont été astreints les comptables
publics au vu du dahir du 20 avril 1925.

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


• Les obligations spécifiques de l'exercice de la fonction de comptable public

Par opposition aux ordonnateurs, les fonctions financières exercées par le comptable public
sont principales et non accessoires. C'est la raison pour laquelle le comptable est soumis à
certaines obligations spécifiques à la fonction ; il s'agit notamment des obligations de
Page | 14
confidence et d'obéissance

b) Catégories de comptables publics

• Comptables directs du Trésor

Ils se composent du :

1 Trésorier général du Royaume,


2 Trésoriers à compétence nationale (TPl et PPR);
3 Trésoriers à compétence ministérielle (TM);
4 Comptables à compétence sur les opérations effectuées à l'étranger (TCCDC) ;
5 Trésoriers à compétence territoriale (TP et TR) ;
6 Trésoriers de la ville ;
7 des percepteurs et receveurs municipaux

• Comptables spéciaux

Ce sont des comptables qui relèvent, sur le plan administratif, de leurs autorités
hiérarchiques respectives, mais ils restent rattachés, sur le plan comptable, au trésorier
générale du Royaume; il s'agit des :

1 receveurs comptables des douanes et impôts indirects ;


2 secrétaires greffiers près les juridictions du Royaume;
3 conservateurs de la propriété foncière ;
4 receveurs de Barid Al-Maghrib ;
5 receveurs comptables de l’enregistrement et du timbre ;
6 les receveurs de l'Administration fiscale.

• Les comptables principaux

Sont tenus de produire à la juridiction financière compétente les comptes des organismes
publics dont ils sont comptables assignataires. Lesdits comptes comprennent les opérations
exécutées par leurs soins et celles dont ils ont centralisé les pièces justificatives. Ils doivent
s'assurer que les opérations qui leurs sont transférées et leur responsabilité serait engagée

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


devant le juge des comptes si les opérations qu'ils ont reprises sont entachées
d'irrégularités.

• Comptables secondaires

Sont ceux dont les opérations sont centralisées par un comptable principal qui en assure Page | 15
l’imputation définitive au vu des pièces justificatives produites. Ils ne sont responsables
qu'envers les comptables principaux, non envers le juge des comptes. C'est le cas, par
exemple, des régisseurs, payeurs délégués et billetteurs.

• Comptables assignataires

Les comptables assignataires sont chargés de l'exécution des opérations financières


assignées à leur niveau, sous leur responsabilité personnelle et pécuniaire. Ils sont, à cet
effet, tenus de contrôler leur régularité et validité au vu des prescriptions du Règlement
général de la comptabilité publique.

Néanmoins, le règlement effectif de ces opérations (flux de trésorerie) peut être assuré par
d'autres comptables correspondants.

Par exemple, une dépense dûment visée par le comptable assignataire relevant d'une
circonscription financière "A" peut être payée par un autre comptable relevant d'une autre
circonscription ; il en est de même pour le versement des droits au comptant, ils peuvent
être encaissés par un autre comptable. La régularisation de ces opérations entre les
comptables est assurée par le biais de comptes dits de liaison.

• Comptables titulaires et comptables intérimaires

Cette distinction n'est pas expressément précisée par le Règlement général de la


comptabilité publique, mais elle peut être dégagée d'une jurisprudence de la Cour des
comptes marocaine (Chambres réunies, 7 juillet 1988) : la Cour a considéré les comptables
n'ayant pas satisfait toutes les conditions requises pour avoir la qualité de comptable
public, alors qu'ils exercent effectivement les fonctions de comptables publics, comme des
"comptables intérimaires", en attendant qu'ils accomplissent toutes les conditions

• Comptables deniers

Ce sont les comptables qui disposent d'une caisse leur permettant de procéder, soit à la
prise en charge et le recouvrement des recettes publiques, soit au paiement des dépenses
publiques. Ils peuvent agir, soit sur ordre émanant des ordonnateurs accrédités (assez

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


limité), soit au vu des titres présentés par les créanciers (pour les dépenses uniquement).
Autrement-dit, se sont les comptables qui manient les deniers publics.

• Comptables matières et valeurs

Se sont les comptables qui détiennent des valeurs inactives, c'est-à-dire non mobilisables, Page | 16
en vue de leur remise aux souscripteurs ou aux déposants. Celles-ci se composent
essentiellement de : titres nominatifs, au porteur ou à ordre et les valeurs diverses
appartenant à l'État ; formules, titres, tickets, timbres et vignettes destinés à l'émission ou
à la vente.

• Comptables d’ordre

Se sont les comptables qui tiennent les registrent comptables, la prise en charge des
mouvements d’ordres (opérations sans mouvements de fonds), ainsi que la régularisation et
la centralisation des opérations financières exécutées.

3. Les contrôleurs

Les dépenses engagées par l’ordonnateur doivent, dans le cas général, être soumises au visa
d’un organe relevant du Ministère chargé des finances, appelé le contrôle des engagements
des dépenses qui en assure le contrôle a priori.

Aujourd’hui, à cause de la fusion entre la TGR et le CED Cette fonction est assurée par le
trésorier, qui joue à la fois le rôle de comptable assignataire.

Les missions principales du contrôleur sont :

• Le contrôle de régularité

La mission principale du CED est de veiller sur la régularité de l’engagement des dépenses
de l'État, à savoir s’assurer de leur conformité aux lois et règlement à caractère financier.

• La vocation du conseil

Il serait important de créer un climat de partenariat entre les ordonnateurs et les


contrôleurs. D’un côté, l’ordonnateur devrait considérer le contrôleur dans l’exercice de sa
fonction comme donneur d'avis et un conseiller. De l’autre côté, le contrôleur devrait
apparaître comme l'homme du long terme, en sorte qu’il tendrait naturellement à prendre
fortement en compte les intérêts permanents de l’ordonnateur.

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


• La mission de l’information

La mission du contrôleur peut être renforcée sur une double direction :

- Premièrement, le contrôleur exerce cette fonction au bénéfice du ministre chargé des


finances. Cette fonction se traduit non seulement par des situations d'ensemble Page | 17
périodiques, mais elle intervient également dès lors qu’une nouvelle incidence
financière survienne et que l’on estime, à titre ou un autre, comme pesante sur
l’action de l’État.
- Deuxièmement, il faut souligner que la fonction d'information s'exerce également en
direction de l'ordonnateur. Le contrôleur est le vecteur naturel pour transmettre à
l'ordonnateur les informations comptables sur le déroulement des actes
d'engagement, surtout au cas où ce dernier ferait défaillance en matière de système
d'information comptable

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


D. Principes et règles de la comptabilité publique

La comptabilité publique reprend certains principes et règles de gestion orthodoxes des


finances publiques :

1. Principe de séparation fonctionnelle d’incompatibilité Page | 18

Selon le Décret royal n° 330-66 du 21/04/1967 (art.3), les opérations financières publiques
incombent séparément aux ordonnateurs et aux comptables publics. De même, les fonctions
d'ordonnateur et de comptable sont incompatibles, sauf dispositions contraires (art.4).

En insistant sur l'incompatibilité fonctionnelle, le conjoint d’un ordonnateur ne peut


traditionnellement assurer la fonction de contrôleur ou de comptable public de l'entité
administrative auprès de laquelle ledit ordonnateur exerce sa fonction.

2. Principes liés à l’exécution gestion budgétaire

a) Principe de l’unité budgétaire

Le principe d'unité signifie que le budget de l'État soit retracé dans un seul document
unique. Cependant, ce principe ne peut être appliqué avec cette inflexibilité. Le budget de
l'État est, en effet, articulé autour d'un document central, qui est la loi de finances, mais
celle-ci s'accompagne de très nombreux documents qui en développent la texture.

C'est la raison pour laquelle les auteurs ont toujours parlé d'unité budgétaire et non
d'unicité budgétaire. Par-là, ils admettent une certaine souplesse du principe, dès l'origine ;
tandis que l'unicité aurait exigé un document unique, seul en son genre, l'unité suppose
simplement un document un, n'admettant pas la division.

Principe de

b) Principe de l’universalité

Le principe d'universalité répond au double souci d'assurer la clarté des comptes de l'État et
de permettre un contrôle efficace du Parlement. Traditionnellement, ce principe prend la
forme de deux règles : la règle de non-contraction (ou produit brut) et la règle de non-
affectation.

Cela signifie que l'ensemble des opérations financières de l'État doit faire l'objet d'une
inscription budgétaire. Il est défendu de faire des contractions, compensations, entre
dépenses et recettes de façon à ne faire ressortir que le solde de l'opération (le net).

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


c) Principe de spécialité

3. Règle de l’unité de trésorerie


Page | 19
L’unité de trésorerie est une règle affirmée également par le Règlement général de la
comptabilité publique (Art.54 du décret royal n° 330-66), selon lequel : "les fonds des
organismes publics autres que l’État sont obligatoirement déposés au Trésor". Ce principe
suppose d’éviter que la multiplication des caisses de l’État sur l’ensemble du territoire
n’entraîne pas un émiettement des fonds entre une multitude de caisses particulières des
correspondants du Trésor dont les unes auraient mobilisé des encaisses pendant que
d’autres en auraient été démunies.

4. Règle de l’unité de caisse

L’unité de caisse est une règle fondamentale imposée par le Règlement général de la
comptabilité publique (Art.17 du décret royal n° 330-66), selon laquelle "chaque poste
comptable dispose d’une seule caisse et sauf autorisation du ministre des finances d’un seul
compte courant postal". Cela veut dire que l’ensemble des fonds disponibles, quelle qu’en
soit l’origine (fiscalité, exploitation des monopoles, emprunts, fonds de concours, etc.), sert à
assurer le règlement de l’ensemble des dépenses.

5. Règle de service fait

La satisfaction du service fait constitue l'événement matériel conférant à la dette une


valeur matérielle(3). Suivant l’esprit des règles de la comptabilité publique, il faut que le
"service fait" à certifier par l’ordonnateur (son service liquidateur) soit "bien fait" en
procédant à un contrôle de la qualité et, le cas échéant, à une mise à l'essai du produit livré
ou du service fourni(4).

(3) Cf. LEFEBRE (P.), Une règle d'or de la comptabilité publique, le paiement après service fait, un in Revue de Trésor, novembre 1995, pp667-670
(4) Cette notion a été surtout le fait de brillants universitaires: MERLE (M.), LUPE (G.), MONTAGNIER (G.) et autres qui ont apporté leurs pénétrantes
lumières dans une matière complexe. Voir aussi Cour des comptes (CRC), le contrôle de service fait, Etudes et Colloques des juridictions financières, France 1996

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


CHAPITRE (II).
EXECUTION DES OPERATIONS DE
RECETTES Page | 20

A. Rôle de l’ordonnateur

Le rôle de l'ordonnateur en matière d'exécution des recettes consiste respectivement à


constater (1), liquider (2) et ordonner le recouvrement des créances de l'État (3).

1. La constatation des créances

L'ordonnateur doit s'assurer, d'un côté qu'il y a des faits matériels générateurs d’une créance
au profit de l'État, d'un autre côté vérifier que son recouvrement est légalement fondé.

a) La constatation des faits générateurs des créances

Dans le cadre des recettes de l'État prévues par les textes en vigueur(5), on distingue entre
les créances issues du caractère souverain de l'État et les créances justifiées par sa qualité
de partenaire dans le circuit économique.

b) La constatation de créances issues de la souveraineté

A ce propos, l'ordonnateur peut constater des créances de sa propre initiative, en agissant


pour le compte de l'État comme puissance publique apte de procéder à des prélèvements
obligatoires avec ou sans contrepartie directe. Il est impossible d'en fixer la liste compte
tenu de leur variété ; mais on peut en citer les plus remarquables : les prélèvements fiscaux
et le produit des amendes.

Pour ce qui est des prélèvements fiscaux, ils sont constitués des impôts et taxes. D'une part,
les impôts sont des prestations pécuniaires que l'État exige, en vertu de sa souveraineté,
des personnes qui sont soumises (Exp. l'impôt général sur le revenu, l'impôt sur les sociétés,
l'impôt de patente, etc.) en vue principalement de couvrir ses besoins financiers et sans qu’à
ce paiement corresponde à une contre-prestation déterminée. Les éléments de base sont

(5) Voir article 11 de la loi organique


des finances n° 7-98.

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


donc : une mesure coercitive émanant du pouvoir souverain, un paiement et une prestation
inconditionnelle. D'autre part, les taxes font partie des contributions causales. Elles sont
des contributions publiques spéciales que l'État exige d’un redevable, soit en échange d’un
service rendu ou d’un avantage procuré à cet administré (Exp. Taxe sur la valeur ajoutée,
Taxe urbaine, Taxe d'édilité, etc.), soit en contrepartie d’une dépense publique provoquée
Page | 21
par lui (taxes administratives ou émoluments administratifs). Les éléments de base sont
donc : une prestation pécuniaire et une prestation conditionnelle.

Quant aux produits des amendes sont des créances issues des condamnations pécuniaires
que l'État a déclarées à l'encontre de certaines personnes ayant commis des infractions.
Celles-ci peuvent être d'ordre judiciaire (Exp. les amendes et condamnations ou les
amendes transactionnelles prononcées par les juridictions répressives, astreintes
prononcées par les juridictions financières) ; d'ordre administratif (produits de confiscation,
transaction et condamnation pour contravention à la réglementation des prix par les
services du Ministère chargé de l'Intérieur, pénalités et amendes issues de l'exercice de
droit de police sanitaire par les services du Ministère chargé de la santé ) ; d'ordre fiscal
(Exp. pénalités pour de retard de déclaration, majorations pour retard de recouvrement
prononcées respectivement par les services d'assiette et les services de recouvrement ). En
tout cas, leur fait générateur c'est la commission d'une infraction ; c'est aussi la décision
prononçant l'amende qui entraîne l'exigibilité de celle-ci.

c) La constatation de créances justifiées par la qualité de l'État en tant que


partenaires

En tant qu'acteur dans le circuit économique, l'intervention de l'État peut générer des
créances à son profit. Or, dans ce cas, ce sont les règles de droit privé qui entrent en ligne ;
l'État se trouve ainsi dépourvu de ses prérogatives exorbitantes de puissance publique. Il
s'agit notamment des recettes suivantes :

Premièrement, il y a les rémunérations de services rendus et les redevances, en contrepartie


de la mise à disposition aux citoyens un grand nombre de services plus ou moins collectifs.
Certains d'entre eux sont financés selon le principe d'équivalence(6). Ceci signifie que l'État
produit le service, mais le consommateur en décide l'utilisation et paie les seules quantités
consommées. Le rapport entre le cercle des bénéficiaires et des payeurs est dès lors direct.
Les prestations offertes à ce titre par l'État peuvent être subdivisées en trois catégories : les

(6) Le principe d'équivalence constitue le deuxième grand principe à la base du financement du secteur public (le premier étant le principe de la capacité
contributive) Selon cette conception, la charge fiscale devrait être distribuée entre les agents économiques en fonction des bénéfices que chacun d'eux retire de la
consommation des biens mis à disposition par l'État. Il s'agit donc d'une transposition des règles valables sur le marché au secteur public qui introduit un rapport
direct entre le cercle des bénéficiaires et le cercle des payeurs.

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


biens ou les services qui résultent d'une production de caractère industriel (Exp.
distribution d'eau, transports publics) ; les biens immobiliers de l'État qui sont mis à
disposition des particuliers contre paiement d'un loyer ; les services destinés à
l'amélioration du capital humain (Exp. la santé publique, l’éducation nationale). En règle
générale, cette catégorie de recettes doit, d'abord, être instituée par décret pris sur
Page | 22
proposition du ministre chargé des finances et du ministre intéressé et dont les tarifs
devront et ensuite, être fixés par arrêté conjoint du ministre chargé des finances et du
ministre intéressé(7).

Deuxièmement, dans la mesure où l'État dispose des établissements publics et des


participations financières dont il assure le contrôle, il a droit à leurs produits ainsi qu'à sa
part dans les bénéfices réalisés. Il s'agit des produits des monopoles, des exploitations et
des participations financières à caractère industriel ou commercial, des autres entreprises
publiques, c'est-à-dire des dividendes provenant des participations financières de l'État.

Troisièmement, il existe des revenus du domaine ; ceux-ci peuvent relever soit du domaine
public, soit du domaine privé de l'État. Le premier est inaliénable et imprescriptible en
jouissant d'une protection particulière reconnue par la loi(8) ; mais, il est susceptible pour
autant de générer des produits dérivés pour le compte de l'État (Exp. Redevances pour
occupation du domaine public). Le second peut générer directement des recettes pour l'État,
puisqu'il est successible d'appropriation privée ; il s'agit notamment du produit de cession
des biens meubles et immeubles qui relève du domaine privé de l'État. On peut distinguer
dans cette catégorie : l'aliénation d'un immeuble, la cession des biens ou objets mobiliers
appartenant à l'État qui ne peuvent être réemployés(9), les successions vacantes et en
déshérence(10) et les cessions entre services de l’État qui donnent lieu à un ordonnancement
au profit du comptable assignataire du service cédant(11).

Au demeurant, les créances résultant de produits de cessions, de rémunérations de services


par un ordonnateur, sont portés en recettes, selon le cas, au budget général, aux budgets
des services de l’État gérés de manière autonome ou aux comptes spéciaux du Trésor.

Mais ce faisant, l'ordonnateur doit s'assurer que la constatation matérielle de faits


générateurs de créances pour l'État est bien confirmée par une base légale.

(7) Voir article 4 du Décret n° 2-98-401 du 26 avril 1999 relatif à l'élaboration et à l'exécution des lois de finances.

(8) Voir article 4 du Dahir du 1er juillet 1914 sur le Domaine public
.
(9) Voir Dahir du 26 avril 1919 sur les ventes publiques de meubles
.
(10) Voir Dahir du 22 1er juillet 1937 autorisant l'administration des domaines à percevoir des frais de régie sur les successions en déshérence restituées

aux ayant droit


.
(11) Voir article 84 du Règlement général de la comptabilité publique (décret royal n° 330-66)

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


d) La constatation légale des créances de l'État

La règle générale est que toutes contributions, non prévues par les lois et les
règlements en vigueur, ainsi que par la loi de finances annuelle, sont formellement
interdites, au risque que leurs initiateurs d’être poursuivis comme concussionnaires. Seule
Page | 23
une disposition de droit peut faire naître une obligation juridique à la charge du débiteur de
l'État. Autrement dit, il est obligatoire que la créance soit à la fois fondée sur un texte de
base et prévue par la loi de finances.

e) L'existence d'un texte de base légitimant la créance

Le Règlement général de la comptabilité publique dispose dans son article 20 que "Les
recettes des organismes publics régis par les dispositions du présent chapitre comprennent le
produit des impôts, des taxes et des droits autorisés par les lois et règlements en vigueur, le
produit des monopoles, des exploitations et du domaine ainsi que les produits qui résultent
de décisions de justice ou de conventions". Il en résulte que l'État peut prendre, lui-même,
les mesures qui lui permettent d'instituer une créance, lorsqu'un fait générateur
apparaîtra. Des mesures législatives, réglementaires, voire conventionnelles peuvent ainsi
définir les conditions d'existence de créances au profit de l'État.

En confirmant ce principe de légalité, il y a lieu de rappeler que la Constitution marocaine


prévoit dans son article 17 que "seule la loi" peut créer les contributions publiques,
notamment, à caractère fiscal. Toutefois, ce principe constitutionnel est nuancé par le droit
budgétaire marocain, dans la mesure où les recettes parafiscales peuvent être instituées par
voie réglementaire ; l'article 5 du décret n° 2-98-401 du 26 avril 1999 dispose ainsi que "Les
taxes parafiscales, perçues dans un intérêt économique ou social au profit d'une personne
morale de droit public ou privé autre que l'État et les collectivités locales, sont établies par
décret, pris sur proposition du ministre chargé des finances et du ministre intéressé".

Dans le même ordre d'idées, la Constitution ajoute aussi que les produits d'amendes doivent
avoir une base légale ; son article 10 prévoit que "Nul ne peut être arrêté, détenu ou puni que
dans les cas et les formes prévus par la loi" ; le même principe est consacré également par
l'article 46 qui dispose que "sont du domaine de la loi ]….[ la détermination des infractions
et des peines qui leurs sont applicables".

Enfin, des conventions peuvent faire naître des créances ; c'est le cas notamment des fonds
de concours accordés à l'État conformément à un acte contractuel entre la partie donatrice
et l'État ; le premier s'engage à verser les fonds convenus et l'État s'engage à affecter les
concours financiers dans l'objet souhaité par la partie versante.

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


f) L'inscription de la créance aux lois de finances

Dans le document de la loi de finances on peut distinguer deux catégories de


créances ; l'une est simplement prévue dans des tableaux retraçant les recettes
prévisionnelles et l'autre expressément autorisées.
Page | 24
La première catégorie contient des créances qui ne font pas l'objet d'autorisation
particulière ou explicite ; elles sont juste prévues et évaluées. Il s'agit des recettes non
fiscales (Exp. produits des monopoles, fonds de concours). La seconde catégorie concerne,
notamment, les recettes fiscales. Pour que l'État puisse mettre en œuvre correctement les
impôts et taxes prévus, déjà, dans d'autres "lois fiscales" (Exp. loi sur la TVA, loi sur l'IGR,
loi sur l'IS, etc.), la loi de finances vient leur confirmer l'existence et leur autoriser
l'exécution pour l'année qui s'ouvre.

2. La liquidation de la créance

La liquidation est une opération qui consiste à faire le calcul arithmétique de la créance à
recouvrer et en arrêter le montant définitif. On l'appelle souvent l'"assiette" quand il s'agit
d'une créance fiscale.

Elle n'appelle guère de commentaire particulier, puisque les règles de liquidation de chaque
créance sont traditionnellement prévues par les textes qui les ont institués. Pour l'essentiel,
l'ordonnateur doit être vigilant quand il a la charge de liquider une créance, du fait que
toute erreur de liquidation ou double emploi, au préjudice du débiteur donne lieu à
l’émission d’un ordre d’annulation ou de réduction de recette(12).

3. L'émission des ordres de recettes

Les dispositions de l'article 22 du Règlement général de la comptabilité publique précise


que "Toute créance liquidée fait l'objet, sauf dérogation accordée par le ministre des finances,
d'un ordre de recette constitué par un titre de recette, par un extrait de décision de justice, un
acte formant titre ou un arrêté de débet"

Ainsi, l'ordre de recette peut prendre plusieurs formes selon la nature de la créance, comme
il peut être individuel ou collectif. Mais, en tout cas un ordre de recette doit indiquer les
bases de liquidation de la créance, les éléments permettant l’identification du débiteur,
ainsi que tous les renseignements de nature à permettre au comptable assignataire
d’assurer le contrôle(13).

(12) Voir article 23, 2 al. du Règlement général de la comptabilité publique (décret royal n° 330-66)
(13) Voir article 23 du Règlement général de la comptabilité publique.

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


Pour certaines créances, l'émission des ordres de recettes se fait en deux temps : dans un
premier temps, les ordres de recettes sont mis en recouvrement à l'amiable, tout en
conservant leur caractère exécutoire ; dans cette phase il n'est pas toujours nécessaire
d'émettre un titre de recette (Exp. Inscription en rôle d'impôt, émission d'ordre de
versement). Toutefois, au cas où la procédure à l'amiable ne donnerait pas de bons
Page | 25
résultats, l'ordonnateur procéderait, dans un second temps, à l'émission d'un titre de recette
revêtu de la formule de la force obligatoire.

B. Rôle du comptable

En matière de recettes les comptables publics prennent d'abord en charge les ordres y
afférents (1) avant de procéder à leur recouvrement (2). Ils assument, de ce fait, leur
responsabilité en cas de non recouvrement des créances de l'État (3).

1. La prise en charge des ordres de recettes

La prise en charge est l'opération par laquelle le comptable public devient personnellement
débiteur à l'égard de l'État du montant de la recette dont il doit assurer le recouvrement.

En pratique, la prise en charge s'effectue en deux temps. D'abord, le comptable accuse


réception du document de recette (ordres de recettes remis par les ordonnateurs, des
créances constatées par un contrat, un titre de propriété ou autre titre dont ils assurent la
conservation); il y a une prise en charge simple. Ensuite, le comptable constate, dans ses
écritures, la réception du titre ou de l'ordre de recette ; il y a prise en charge technique.

Mais, dans certains cas, le comptable ne reçoit aucun document de recettes ; c'est le cas
notamment de certains impôts et taxes déclaratifs dont l'encaissement des droits est au
comptant. (Exp. TVA, IS, IGR). Le comptable ne tient pas donc une comptabilité avant
l'encaissement ; il procède uniquement à leur classement dans les comptes suivant les
imputations correspondantes. Ce n'est pas le cas si l'ordonnateur procède à la taxation
d'office des contribuables retardataire que les sommes exigibles devront être prises en
charge par le comptable public.

Le Règlement général de la comptabilité publique prévoit aussi qu'au moment de la prise en


charge, le comptable assignataire est tenu d'exercer le contrôle de la régularité de la
perception et de l'imputation, ainsi que la vérification des pièces justificatives(14). Cela veut
dire que le comptable doit vérifier que le titre de recette qui lui a été remis porte bien sur
une recette ayant pour origine une créance existant légalement.

(14) L'article 10 du Règlement général de la comptabilité publique (décret royal n° 330-66)

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


Quant aux ordres de réductions et d'annulations de titres, dont le montant à déduire des
prises en charge initiales, les contrôles du comptable se limitent à la vérification de la
qualité de l'ordonnateur et du respect des règlements et instructions existant en la matière.

La prise en charge implique que le comptable public doit user de tous les moyens dont il Page | 26
peut disposer pour assurer le recouvrement des recettes.

2. Le recouvrement

Dan l'esprit de la loi 15-97 formant code de recouvrement des créances publiques, ainsi que
dans celui de l'instruction administrative portant son application(15), le recouvrement peut
être défini comme étant l'ensemble des opérations qui permettent au comptable public
d'encaisser les créances publiques, soit à l'amiable, si le débiteur s'acquitte de ses dettes
dans les délais réglementaires, soit par les procédures forcées prévues par les différentes
voies de droit, si le débiteur est retardataire ou récalcitrant.

a) Le recouvrement à l'amiable

La phase de recouvrement à l'amiable correspond au délai qui commence à courir à


partir de la date de mise en recouvrement de l’impôt et se termine à la date d’exigibilité.
Mais avant de passer au recouvrement forcé de la créance exigible, le comptable peut
mettre en jeu des actes simplement précurseurs de poursuite.

La date d'exigibilité de la recette est particulièrement importante, car elle déclenche


l'action en recouvrement. Or, cette exigibilité n'intervient pas de la même manière, suivant
qu'il s'agit de recettes de droit commun ou de recettes fiscales ou assimilées. Pour la
première catégorie, l'exigibilité concerne principalement les sommes dont une juridiction a
reconnu l'État créancier ainsi que les sommes dues à l'État en vertu d'une convention. Pour
la seconde catégorie, elles sont recouvrées en vertu de règles de nature législative ou
réglementaire. Les règles les plus caractéristiques concernent les impôts directs et les taxes
assimilées, notamment ceux qui sont perçues par les percepteurs.

Le code de recouvrement garantit au débiteur qu'un délai raisonnable qui s'écoulera


le moment où il recevra l'avis l'informant du montant de sa cote et celui où le recouvrement
forcé pourra être déclenché. Ce délai varie selon la nature de la créance (v. tableau 5.2.) :

(15) Instruction de la Trésorerie générale du Royaume, mars 2001 relative au recouvrement des créances publiques

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


Tableau 5.2. : dates d'exigibilité des créances publiques

2ème mois qui suit celui de leur mise


les impôts et taxes
en recouvrement

Prélèvements de IGR à la du mois qui suit celui au cours duquel Page | 27


source la retenue à la source a été opérée.

Créances autres que fiscales


du Trésor (Exp. sommes du 30ème jour à compter de la date
versées indûment, de loyers d’émission des ordres de recettes
d’immeubles domaniaux etc.) émis.

Durant la phase amiable, le contribuable est informé des impôts mis à sa charge par
tous moyens d’information : par voie d’affichage par l’envoi d’un avis d’imposition et ce, à la
date de mise en recouvrement. Cet avis comporte la date d’exigibilité, la nature et le
montant de l’impôt à payer.

Entre temps, le comptable utilise de simples actes précurseurs conviant le débiteur à


s'acquitter de ses dettes : d'abord, il adresse un 1er avis au débiteur, dûment authentifiée
par une mise en recouvrement, l'invitant à se libérer de ses dettes ; le comptable y annonce
le recours aux voies d'exécution pour obtenir le paiement des sommes exigibles et frais de
poursuite en sus, après l'expiration du délai réglementaire

A défaut de paiement dans les 30 jours qui suivent la date d’exigibilité, le


contribuable encourt une majoration de retard de 8% pour les impôts et taxes et de 6% l’an
pour les autres créances. Il est à noter que les montants dus au titre de la taxe urbaine et
de la taxe d’édilité, ne sont pas soumis à majoration de retard quand ils n’excèdent pas
mille (1000) dirhams par côte d’impôt.

Le contribuable qui conteste les sommes mises à sa charge peut introduire une
requête de sursis de paiement auprès du comptable. Ce dernier, après instruction et à la
lumière des motifs invoqués, peut accorder des facilités de paiement en contrepartie de
garanties à même de le rassurer quant au recouvrement des impôts dus. Ces garanties
peuvent revêtir la forme de dépôts consignés auprès du Trésor, de titres représentatifs de
droits de créances, d’effets publics ou autres valeurs mobilières, de cautions bancaires, de
créances sur le Trésor, de nantissement de fonds de commerce ou d’affectation
hypothécaire…).

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


Le contribuable dispose après la date d’exigibilité d’un délai supplémentaire de 30
jours avant l’engagement d’actions en recouvrement forcé par le comptable chargé du
recouvrement. Ce dernier est tenu d’envoyer au courant de ce délai, un dernier avis sans
frais (DASF) invitant le contribuable à s’acquitter de ces dettes auprès du Trésor.

Page | 28
b) Les procédures du recouvrement forcé

La phase de recouvrement forcé est ouverte à l’expiration du délai supplémentaire


accordé au contribuable. Le comptable chargé du recouvrement est tenu d’engager des
actions de recouvrement forcé à l’encontre des contribuables qui ne se sont pas acquittés de
leurs dettes dans les délais prescrits. Les actions devant être engagées sont par ordre de
priorité : commandement, commandement valant saisie conservatoire (CVSC), saisie
exécution, vente sur saisie et dans le cas extrême invoquer la contrainte par corps.

(a) Le commandement

Le commandement est l’acte par lequel le contribuable est invité à s’acquitter de ses
dettes sous peine d’y être contraint par toutes les voies de droit. Suivant la nature de la
créance, le commandement revêt la forme d'un dernier avertissement avant poursuite
(amende et condamnation pécuniaires), d'un deuxième avis (impôt direct), d'un
commandement (produits domaniaux). Il est adressé à l'expiration d'un délai de 30 jours à
compter de la date d'exigibilité et au moins 20 jours après l'envoi de la sommation sans
frais (Art.41 Code de recouvrement).

Il doit être notifié au redevable qui en accuse réception sur l'état formant l'orignal
du commandement. En cas d'absence, l'acte est remis sous pli fermé, soit à domicile du
redevable, entre les mains des parents, serviteurs, employé, etc., soit à toute autre personne
habitant à la même demeure. Au cas extrême, où le redevable est absent et aucune
personne ne se trouve au domicile du redevable, le commandement doit y être affiché. Dans
ce cas, le commandement est considéré comme ayant été notifié le dixième (10ème) jour qui
suit la date de son affichage.

Si le redevable ou la personne ayant qualité pour le faire a refusé de recevoir le


commandement, mention est faite sur l'original, le commandement est alors considéré
comme ayant été valablement notifié le huitième (08ème) jour qui suit la date du refus de
réception. Le commandement peut également être notifié par voie administrative ou par
voie postale sous pli recommandé avec accusé de réception

La notification du commandement a pour effet l'application d'une majoration "frais


de commandement" de 2% du principal de la créance, l'interruption de la prescription et le
début du délai nécessaire à la saisie (30 jours).

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


(b) Le commandement valant saisie conservatoire (CVSC)

Par crainte de disparition de biens à saisir ou lorsque le commandement n'a pas


encore été notifié, le comptable procède à l'établissement d'un commandement valant saisie
conservatoire (CVSC) après avoir fait les investigations nécessaires en vue d'identifier les
objets et effets mobiliers appartenant au redevable (Art.53 du Code de recouvrement). Page | 29

Cette opération a pour effet l'application d'une majoration supplémentaire de 2,5%


du principal de la créance. Le non paiement dans les 30 jours suivant la notification, la
saisie conservatoire se transformera en saisie exécution.

(c) La saisie exécution

Dans cette étape le comptable établit un "état de recouvrement par voie de saisie et
de vente" (ERVSV), dont l'original sera utilisé par l'agent de notification et d'exécution du
Trésor (ANET).

En cas d'absence du redevable, l'ANET établit un procès-verbal de non-réalisation de


saisie, tout en laissant au redevable (dans sa boite à lettre ou sous la porte) un avis lui
fixant un délai huit (08) jours pour se libérer de sa dette. Si les investigations entreprises
démontrent que le redevable n'est plus à domicile à l'adresse, l'ANET doit constater
l'absence du redevable sur le procès-verbal de non réalisation de saisie et dresser un procès-
verbal de perquisition. Aussi, si l'ANET ne peut exécuter sa mission parce que les portes lui
sont fermées ou que l'ouverture lui en est refusée, il est autorisé, sur requête, par voie
d'ordonnance du juge des référés délivrée conformément aux dispositions du Code de
procédure civile (Art.148 du Code de recouvrement), à se faire ouvrir les portes des locaux
avec l'assistance de l'autorité administrative.

Lorsque le redevable manifeste sa volonté de s'acquitter de sa dette, la saisie est


suspendue provisoirement ; mais l'ANET fait souscrire le redevable concerné un
engagement de régler les sommes dues dans un délai de trois (03) jours, à compter de la
date du procès-verbal ainsi établi.

A cet effet, l'ANET doit procéder au recensement des objets à saisir en reprennent
l'inventaire les objets à saisir. Il peut s'agir de récoltes ou fruits (saisie brandon) ou de
meubles et effets mobiliers. Toutefois, le Code de recouvrement a considéré certains biens et
effets insaisissables, (Art. 46 du Code de recouvrement), tels que : la literie, les vêtements
et les ustensiles de cuisine nécessaires au saisi et à sa famille ; l'habitation principale
abritant la famille du redevable dont la valeur n'excède pas deux cent ( 200.000) dirhams;
les livres et instruments nécessaires à l'exercice personnel de la profession du saisi ; les

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


objets indispensables aux personnes handicapées ou destinées aux soins de personnes
malades.

Par ailleurs, le comptable a aussi la possibilité de procéder au recouvrement par voie


d'"avis à tiers détenteur" (ATD), qui lui permet d'appréhender les fonds appartenant ou
revenant au redevable, détenus par des tiers détenteurs et dépositaires à concurrence des Page | 30
créances dont le paiement est requis (banques, comptables directs du Trésor, comptables
rattachés au Trésor, huissiers de justice, avocats, notaires, adouls, mandataires,
employeurs, etc.). Cette ATD est notifiée dont les mêmes conditions que le commandement.
De ce fait, les tiers détenteurs ou dépositaires peuvent être contraints par les mêmes
moyens que les redevables eux-mêmes, à l'exception du recours à la contrainte par corps, de
verser les sommes détendues par eux et appartenant aux redevables. Si le tiers détenteur
n'obtempère pas à l'ATD, il peut être contraint de verser à la caisse du comptable les
sommes détenues par lui et affectées au privilège du Trésor, par les mêmes moyens que le
redevable lui-même (Art. 104 du code e recouvrement).

Pour concrétiser la transformation de la saisie conservatoire à la saisie exécution, il


est procédé à l'identification précise des biens saisissables, à la désignation d'un gardien, à
la fixation de la date et de lieu de la vente et à la notification du procès verbal de
constatation au premier saisissant ; celui-ci vaut opposition sur le produit de la vente et
donne droit à en bénéficier lors de sa répartition. Les frais de cet acte représentent 2% du
principal de la créance.

(d) La vente

Avant de procéder à la vente, l'ANET doit se rendre sur le lieu où se trouvent les
objets saisis, que le gardien dépositaire doit lui présenter, pour les inventorier. Si ces
derniers sont conformes avec ceux repris sur le procès verbal de saisie, l'agent d'exécution
procède à l'établissement du "procès-verbal de récolement de vente". L'établissement de
celui-ci-avant la vente génère des frais de 1% du principal de la créance.

Toutefois, la vente ne peut avoir lieu qu'après écoulement d'un délai de 08 jours de
la saisie (ou moins avec l'accord du redevable). Elle se fait aux enchères publiques en
présence de l'autorité locale du comptable assignataire (ou son représentant), des agents
des secrétaires greffiers ou les huissiers à la demande du receveur et du débiteur lui -
même. Dans ce cas, la vente doit être effectuée, dans un délai de 30 jours à compter de la
date de l'autorisation, en présence de l'ANET (Art. 59 du code e recouvrement).

Il paraît ainsi que l'ANET joue un rôle central dans toute la procédure forcée du
recouvrement de la créance publique ; il constitue ainsi un paramètre clé dans toute
réflexion sur l'augmentation de l'efficacité de telle procédure. D'où l'importance d'accorder

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


une attention particulière à cette catégorie d'agents publics : la révision de leurs systèmes
d'intéressement et de sécurisation ; le renforcement de la logistique à mettre à leur
disposition ; leur formation continue ; etc.

c) Les privilèges du Trésor


Page | 31
Pour le recouvrement des recettes fiscales, (impôts et taxes de l'État), le Trésor
possède un privilège général sur les meubles et autres effets mobiliers appartenant aux
redevables et leurs cautions en quelque lieu qu'ils se trouvent (Art.105 du Code de
recouvrement). Ce privilège s'exerce soit à compter de la date du titre exécutoire, tel que
l'ordre de recette ou le jugement, soit depuis la date d'échéance de la créance.

Les privilèges du Trésor s'exercent avant les privilèges généraux ou spéciaux, à


l'exception :

- des quatre premiers privilèges de l'article 1248 du dahir du 9 ramadan 1331 (12 août
1913) formant code des obligations et des contrats ;
- du privilège accordé aux salariés par l'article 1248 paragraphe 4 du dahir du 9
ramadan 1331 (12 août 1913) précité ;
- du privilège résultant au profit des ouvriers et fournisseurs de travaux publics de
l'article 490 du dahir portant loi n° 1-74-447 du 11 ramadan 1394 (28 septembre 1974)
approuvant le texte du code de procédure civile ;
- du privilège accordé au porteur de Warrant par l'article 349 de la loi n° 15-95 formant
code de commerce promulguée par le dahir n° 1-96-83 du 15 rabii I 1417 (1er août
1996) ;
- du privilège du créancier nanti en application de l'article 365 de la loi n° 15-95
formant code de commerce précité.

Pour le recouvrement des droits et taxes de douanes, le Trésor possède un privilège


général sur les meubles et autres effets mobiliers appartenant aux redevables et à leurs
cautions en quelque lieu qu'ils se trouvent. Ce privilège qui prend rang après celui affecté
aux impôts et taxes s'exerce soit à compter de la date du titre exécutoire tel que l'ordre de
recette ou le jugement, soit depuis la date d'échéance de la créance. Le Trésor possède
également un privilège général sur les meubles et autres effets mobiliers appartenant aux
redevables en quelque lieu qu'ils se trouvent, pour le recouvrement des créances autres que
celles prévues à l'article 105 précité. Ce privilège général prend rang après celui des gens de
service, ouvriers, commis et autres employés pour leur salaire et s'exerce à compter de la
date d'émission de l'ordre de recette ou de la date d'échéance de la créance.

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


d) La contrainte par corps

La contrainte par corps ne peut avoir lieu qu'en cas de non aboutissement de
l'exécution sur les biens du redevable. Elle est exercée au moyen d'une requête désignant
nommément le débiteur, adressée par le comptable au tribunal de première instance.
Page | 32
Toutefois, sont exclus de cette contrainte extrême de recouvrement (Art. 77 du code
de recouvrement) : les redevables de sommes exigibles inférieures à huit Mille (8.000)
dirhams ; les débiteurs âgés de moins de vingt (20) ans ou de soixante (60) ans et plus ; les
redevables reconnus insolvables ; le redevable est une femme enceinte, ou qui allaite et ce,
dans la limite de deux années à compter de la date d'accouchement ; le mari et sa femme
simultanément même pour des dettes différentes.

3. Les conséquences du non recouvrement

Le code du recouvrement (Art.125) dispose que "les comptables chargés du recouvrement qui
ont laissé passer le délai de prescription sans engager d'actions en recouvrement ou qui,
après les avoir commencées, les ont abandonnées jusqu'à prescription des créances qui leur
sont confiées pour recouvrement, sont déchus de leurs droits contre les redevables, mais
demeurent responsables vis-à-vis des organismes publics concernés". Il résulte de ces
dispositions que la responsabilité du comptable chargé du recouvrement est directement
engagée ; c'est-à-dire que c'est lui-même qui doit réparer tout manquement constaté à
l'obligation de recouvrement qui lui incombe. La même logique est reprise aussi bien par les
dispositions de la loi 61-99 (Art.6) que par la loi 62-99 (Art.37) qui mettent en jeu
directement la responsabilité pécuniaire et personnelle du comptable public(16). Cette double
responsabilité demeure engagée jusqu'à l'encaissement régulier des recettes, dont le
recouvrement leur est confié.

Toutefois, la question qui survient immédiatement à l'esprit est celle relative aux conditions
objectives qui doivent être réunies pour que la responsabilité du comptable sur le non
recouvrement des créances publiques soit effectivement engagée ou dégagée, dans la
mesure où le comptable n'a, en fait, qu'une obligation de moyens et non une obligation de
résultats. Il doit, certes, faire toutes les diligences nécessaires pour que les ordres de
recettes qui lui sont remis produisent leurs effets, en mettant en œuvre tous les dispositifs
juridiques et logistiques dont il pourrait se servir. Mais, l'apurement des créances en
instance de recouvrement peut dépasser la compétence du comptable. Dans certaines
circonstances, il s'avère, en effet, nécessaire de dégager la responsabilité du comptable
même si le recouvrement n'a pas eu lieu.

(16) v. infra, chapitre 8

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


Le doit de la comptabilité publique en vigueur, ainsi que la doctrine en la matière
prévoit certains cas dans ce sens ; il s'agit notamment des cas de force majeure, d'admission
en non-valeur et d'admission en décharge ou remise gracieuse de débet.

a) La force majeure
Page | 33
Il s'agit d'événement extérieur, indépendant de la volonté du comptable et
empêchant le recouvrement de la créance. Mais pour que la force majeure soit recevable
pour dégager la responsabilité du comptable, elle doit réunir trois conditions : le fait
invoqué doit être absolument indépendant de la volonté des parties; le fait invoqué doit être
imprévu et imprévisible ; le fait invoqué doit avoir rendu radicalement impossible le
recouvrement de la créance. C'est le cas, par exemple, de faits de guerre, de sinistres
naturels, etc..

b) L'admission en non-valeur

Il peut arriver qu'une créance publique soit estimée irrécouvrable, voire impossible d'être
recouvrée alors que le comptable a fait toutes les diligences nécessaires ; donc on ne peut
pas lui imputer le non recouvrement de la créance publique. En reconnaissant cette
probabilité, le Code de recouvrement, au sens des dispositions de l’article 126, a mis sur
pied toute une procédure qui permet de dégager la responsabilité du comptable ; cette
procédure est connue sous l'expression "admission en non-valeur" de créances non
recouvrables.

Le ministre chargé des finances ou son déléguée (trésorier général du Royaume) prononce
soit l’admission en non-valeur des créances jugées irrécouvrables, soit le rejet de la
proposition en non-valeur pour insuffisance de justifications ou de diligences. La décision
d’admission en non-valeur constitue, de ce fait, la pièce justificative de la réduction de la
prise en charge du comptable assignataire.

c) L'admission en décharge ou remise gracieuse de débet

En vertu de la loi 62-99 portant CJF (-Art. 40), il se peut que l'arrêt définitif du juge
financier établisse que le comptable public est en débet ; ce jugement fixe le montant du
débet qui est exigible dès sa notification(17). Toutefois, la loi 61-99 sur la responsabilité (Art.
12) revient pour attribuer au ministre chargé des finances la compétence de statuer sur les
demandes de décharge présentées par les comptables en débet.

(17) v. infra, chapitre 8

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


Dans l'hypothèse où une demande en décharge, ou une demande en admission en non-
valeur aurait été rejetée, le comptable dispose d'un moyen supplémentaire, ouvert par la loi
61-99 (Art.13), pour faire réduire ou annuler le montant du débet : demander au ministre
chargé des finances de prendre une mesure de clémence, à titre gracieux, en se prévalant de
sa situation financière (modicité des ressources, état de santé, situation familiale, etc.), à
Page | 34
moins que le demandeur ait organisé son insolvabilité au sens de l’article 84 du Code
recouvrement.

CHAPITRE (III).
EXECUTION DES OPERATIONS DE
DEPENSES

A. Rôle de l’ordonnateur

Le rôle de l'ordonnateur en matière d'exécution des dépenses c'est : procéder à leur


engagement (1), leur liquidation (2) et l'ordonnancement de leur paiement (3).

1. L'engagement de dépenses

L’engagement est l’acte administratif pris par l’ordonnateur agissant en vertu de ses
pouvoirs créant ou constatant une obligation de nature à entraîner une charge pour l'État.
En d'autres termes, l'ordonnateur peut engager des dépenses en créant volontairement
l'obligation ou en constatant involontairement l'obligation.

a) L'engagement créant volontairement l'obligation

Dans le cadre de l'exécution de son programme de dépenses, l'ordonnateur procède à


l'établissement, d'une manière courante, d'actes d'engagement de dépenses, afin de
satisfaire les objectifs qui lui sont assignés. Dans ce cas, il crée délibérément des charges
pour l'État.

Ces actes peuvent être d'ordre unilatéral (Exp. Frais de personnel, indemnités
d'expropriation, émission d'emprunt public, etc.), d'ordre bilatéral, voire multilatéral (Exp.

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


Conclusion de contrats de marchés publics, de contrats de droit commun, de conventions
internationales, etc.).

Or, il y a lieu de distinguer entre l'engagement dit comptable et l'engagement dit juridique :

• L'engagement comptable Page | 35

Il est l'opération préliminaire par laquelle l'ordonnateur bloque en comptabilité une somme
correspondant au montant probable de la charge qui résultera de l'exécution de l'obligation
contractée délibérément. L'engagement comptable n'est qu'une opération matérielle et non
un acte juridique pourvu de la force juridique ; il ne crée pas l'obligation, il gage
uniquement la charge à y faire face, mais celle-ci n'est encore qu'une éventualité.

• L'engagement juridique

Il est l'acte qui donne valeur juridique à l'engagement comptable, en faisant naître une
obligation que l'État devra honorer. Il est donc le fait générateur de la dette de l'État. Cet
acte doit être pris dans la limite des crédits de paiement ouverts pour l'exercice budgétaire
en cours, aussi bien pour les dépenses de fonctionnement que pour les dépenses
d'investissement.

2. La liquidation de dépenses

En liquidant une dépense, l'ordonnateur doit être attentif à trois éléments intimement liés :
la véracité du service fait, les règles de prescription de la dépense et la juste fixation du
montant des sommes dues.

a) La véracité du service fait

La satisfaction du service fait constitue l'événement matériel conférant à la dette une


valeur matérielle(18). Suivant l’esprit des règles de la comptabilité publique, il faut que le
"service fait" à certifier par l’ordonnateur (son service liquidateur) soit "bien fait" en
procédant à un contrôle de la qualité et, le cas échéant, à une mise à l'essai du produit livré
ou du service fourni(19). Le législateur marocain a d'ailleurs tendance à responsabiliser
davantage l'ordonnateur sur le "service fait" : d'une part, en dispensant le comptable
assignataire de vérifier la certification du service fait dans le cadre de ses contrôles de

(18) Cf. LEFEBRE (P.), Une règle d'or de la comptabilité publique, le paiement après service fait, un in Revue de Trésor, novembre 1995, pp667-670
(19) Cette notion a été surtout le fait de brillants universitaires: MERLE (M.), LUPE (G.), MONTAGNIER (G.) et autres qui ont apporté leurs pénétrantes
lumières dans une matière complexe. Voir aussi Cour des comptes (CRC), le contrôle de service fait, Etudes et Colloques des juridictions financières, France 1996

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


validités(20), d'autre part en rendant l'ordonnateur le seul responsable sur la matérialité de
ses dépenses(21).

b) La vérification des règles de prescription et de déchéance quadriennale

L'ordonnateur peut être conduit à faire valoir que l'obligation qui était à la charge de l'État Page | 36
a été atteinte par le seul écoulement du délai qui était imparti à son créancier pour
encaisser sa créance ; il considère ainsi la prescription comme acquise et qu'elle équivaut au
paiement de la dette.

C'est le Dahir n° 1-58-041 du 20 moharrem 1378 (6 août 1958) portant règlement de la


comptabilité publique du Royaume du Maroc qui a posé le principe d'une déchéance des
dettes de l'État et n'a pas été acquittées dans un délais de quatre (04) ans(22). Cet élément
du processus de la liquidation relève aujourd'hui du contrôle exclusif de l'ordonnateur,
puisque désormais le comptable assignataire n'est plus censé vérifier si l'ordonnateur a
respecté des règles de prescription et de déchéance, depuis l'entrée en vigueur de la loi de
finances pour l'année 2005(23).

(i) La fixation des sommes dues

Mis à part les cas particuliers où le montant à régler est fixé par une décision de
justice, l'opération de liquidation arithmétique des sommes dues doit être faite non par
l'ordonnateur lui-même, mais par le chef du service compétent, sous sa responsabilité, au
vu des titres établissant les droits acquis aux créanciers(24).

En pratique la liquidation du montant à régler peut revêtir plusieurs formes : elle


peut être faite d'office et d'une manière unilatérale (Exp. Dépenses récurrentes, dépenses
dont les modes de liquidation sont bien réglementés) ; d'une manière contradictoire entre
l'ordonnateur et son créancier (Exp. Les décomptes de l'exécution des marchés de travaux
sont établis après confirmation des attachements présentés par le créancier, la révision des
prix par rapport aux index appliqués ) ; ou simplement proposée par le créancier et arrêtée
par l'ordonnateur (Exp. note de révision de prix, facture, mémoire).

(20) Voir Loi de finances 26-4 pour l'année 2005 ; décret 2-04-797 du 4 décembre 2004 modifiant l'article 11 du décret royal n°330-66 du 21 avril 1967
(RGCP).
(21) Voir article 4 Dahir n° 1-02-25 du 3 avril 2002 portant promulgation de la loi n° 61-99 relative à la responsabilité des ordonnateurs, des contrôleurs et
des comptables publics.
(22) Dahir du 6 août 1958 portant règlement sur la comptabilité publique du royaume du Maroc (art. 54, 55 et 3e et 4e alinéas de l'article 81 traitant de la
déchéance quadriennale).
(23) La loi de finances 26-4 pour l'année 2005 ; décret 2-04-797 du 24 décembre 2004 modifiant l'article 11 du Règlement général de la comptabilité

.
publique (décret royal n° 330-66)
(24) L'article 34, 2 al. du Règlement général de la comptabilité publique (décret royal n° 330-66)
.

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


c) L'ordonnancement de paiement des dépenses

L'ordonnancement est l'acte administratif donnant, conformément aux résultats de la


liquidation, l'ordre de payer la dette de l'État. De sa nature juridique découle le formalisme
que cet acte doit satisfaire.
Page | 37
• La nature juridique de l'ordonnancement

L’ordonnancement (ou mandatement) est un acte administratif, à la fois, unilatéral et


discrétionnaire. Il est unilatéral, parce qu'il émane exclusivement de l'autorité
administrative ayant qualité d'ordonnateur. Contrairement à la liquidation, seul
l'ordonnateur est habilité à procéder à l'ordonnancement des dépenses. Il est
discrétionnaire, puisque l'ordonnateur demeure le seul juge de l'opportunité du volume de
dépenses à ordonnancer et de la période pendant laquelle il faut effectuer
l'ordonnancement.

Toutefois, le pouvoir discrétionnaire dont jouissait l'ordonnateur n'est pas absolu ; il est
délimité par certaines contraintes juridiques. D'abord, cet acte ne peut, sauf exceptions
prévues par les textes en vigueur, intervenir avant soit l’exécution du service ou l’échéance
de la dette, soit la décision individuelle d’attribution de subvention ou d’allocation prévue
par les textes. En plus, il doit être effectué dans un délai réglementaire, au risque de se
faire supporter les intérêts moratoires, notamment quand il s'agit d'une dépense résultant
de l'exécution d'un marché passé pour le compte de l'État ; l'ordonnancement doit ainsi
intervenir dans un délai maximum de soixante quinze (75) jours, à compter de la date de
constatation du service fait(25). Enfin, l'ordonnancement doit s'effectuer dans les normes de
la validité de la dépense (nature, disponibilité de crédits, délai d’exécution), comme nous
allons voir par la suite au niveau des fonctions du comptable assignataire.

• Le formalisme de l'ordonnancement

L'ordonnancement tient à un certain formalisme soigneusement précisé par le Règlement


général de la comptabilité publique, afin de prévenir les erreurs éventuelles avant la mise
en paiement de la dépense en question.

D'une part, il diffère selon qu'il s'agit d'un paiement en numéraire ou d'un paiement par
virement. Dans le premier cas, l’ordonnance de paiement est accompagnée d’un ordre de
paiement. Dans le second cas, l’ordonnance de paiement est accompagnée d’un ordre de
virement. Pour les dépenses de personnel payables par virement peuvent faire l’objet de

(25) L'article premier du Décret n° 2-03-703 du 18 ramadan 1424 (13 novembre 2003) relatif aux délais de paiement et aux intérêts moratoires en matière
de marchés de l'État.

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


bordereaux de virement collectifs accompagnés d’une ordonnance de paiement établie au
nom de divers créanciers.

D'autre part, l’émission d’une ordonnance (mandat) donnant lieu à un paiement doit
obligatoirement préciser un certain nombre d'informations, en vue de s'assurer de la
validité des dépenses y afférentes : la désignation de l’ordonnateur ou du sous-ordonnateur ; Page | 38
l’imputation budgétaire ; l’année d’origine de la créance ; la désignation précise du
créancier ; le montant, l’objet de la dépense et, le cas échéant, la référence du titre auquel
les justifications ont été jointes ; s’il y a lieu, la référence du visa d’engagement.

Par ailleurs, lorsqu’un créancier refuse de recevoir l’ordre de paiement, l’ordonnateur


concerné peut, par décision motivée, faire consigner par le comptable assignataire le
montant du paiement à la caisse de dépôt et de gestion (CDG) et prendre les soins d’en
informer le créancier(26).

B. Rôle du contrôleur

Pour qu'il donne plus d'efficacité à ses missions, le contrôleur financier est convié,
désormais, à se concentrer au contrôle de substance plutôt qu’au contrôle tatillon, parfois
superfétatoires (1), en renforçant son rôle de conseiller des gestionnaires (2) et en
enrichissant sa vocation d’informateur des autorités budgétaires (3).

1. L’incitation au contrôle de substance

La mission principale du CED est de veiller sur la régularité de l’engagement des dépenses
de l'État, à savoir s’assurer de leur conformité aux lois et règlement à caractère financier(27).
Mais, il s’agit là d’une mission assez vague, puisque tous les textes peuvent avoir,
directement ou indirectement, une incidence financière ; la réglementation et la législation
en la matière sont si vastes et l'application en est si complexe. D’ailleurs, l'importance de la
documentation dont dispose le CED semblait prouver la complexité de la mission.

De même, le décret n° 2-07-1235 du 5 kaada 1429 (4 novembre 2008) relatif au contrôle des
dépenses de l'Etat de certaines procédures souples telles que « fiches navettes » est inscrite
dans cet ordre de logique.

(26) L'article 39 du Règlement général de la comptabilité publique (décret royal n° 330-66)


(27) L'article 11 du Décret n° 2-75-839 relatif au CED, tel qu’il est modifié par le Décret n° 2-01-2678 du 31 décembre 2001

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


2. La consécration de la vocation de conseil

Outre qu'elles doivent attendre le temps nécessaire au contrôle, les ordonnateurs doivent-ils
passer un certain temps à préparer les dossiers d'engagements. Pourtant, ils déplorent
souvent les procédures "gênantes" et "mal connues" exigées par le contrôleur.
Page | 39
A cet effet, il serait important de créer un climat de partenariat entre les ordonnateurs et
les contrôleurs. D’un côté, l’ordonnateur devrait considérer le contrôleur dans l’exercice de
sa fonction comme donneur d'avis et un conseiller. De l’autre côté, le contrôleur devrait
apparaître comme l'homme du long terme, en sorte qu’il tendrait naturellement à prendre
fortement en compte les intérêts permanents de l’ordonnateur.

3. Le renforcement de la mission d'information

En tant qu'informateur, la mission du contrôleur peut être renforcée sur une double
direction. Premièrement, le contrôleur exerce cette fonction au bénéfice du ministre chargé
des finances. Cette fonction se traduit non seulement par des situations d'ensemble
périodiques, mais elle intervient également dès lors qu’une nouvelle incidence financière
survienne et que l’on estime, à titre ou un autre, comme pesante sur l’action de l’État.
Deuxièmement, il faut souligner que la fonction d'information s'exerce également en
direction de l'ordonnateur. Le contrôleur est le vecteur naturel pour transmettre à
l'ordonnateur les informations comptables sur le déroulement des actes d'engagement,
surtout au cas où ce dernier ferait défaillance en matière de système d'information
comptable.

C. Rôle du comptable public

Le Règlement général de la comptabilité publique attribue au comptable assignataire une


mission de contrôle pour s'assurer de la validité de la dépense mis en paiement (1).
Simplement, ce contrôle est jugé assez houleux ; un système de hiérarchisation des
dépenses semble ainsi à l’ordre du jour (2). Il en est de même quant au système libératoire
de règlement des dépenses qui est appelé à s’améliorer davantage (3).

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


1. La nature des contrôles classiques de validité de la créance

Le comptable assignataire est censé assurer les contrôles de validité sur les dépenses
émises par l’ordonnateur dans les formes prévues par le Règlement général de la
comptabilité publique(28). Les ordonnances ou mandats ne peuvent être payés qu'après visa
Page | 40
du comptable assignataire de la dépense.

Dans leur formulation classique, on peut regrouper ces contrôles en quatre éléments :

- Le contrôle de la qualité de l’ordonnateur, qui consiste à vérifier la compétence


matérielle et territoriale de l’ordonnateur et son accréditation auprès du comptable
assignataire ;
- Le contrôle de nature budgétaire, qui consiste à s'assurer de la disponibilité de crédit
et l'exactitude de l'imputation budgétaire ;
- Le contrôle de la validité de la créance proprement dite, qui consiste essentiellement à
vérifier l'exactitude des calculs de liquidation et la régularité formelle des
justifications produites. Ce contrôle de la forme régulière des justifications doit
permettre, notamment, de s'assurer que celles-ci ont été revêtues des mentions ou
visas préalables prescrits par la réglementation et la certification du service fait, ainsi
que la dépense en question n'est pas frappée par la prescription et la déchéance
quadriennale ;
- Le contrôle du caractère libératoire du règlement, qui consiste à s'assurer que ce
règlement est effectué au profit du véritable créancier ou de son représentant qualifié.

Les dits contrôles ont connu néanmoins des aménagements, qui doivent attirer l'attention,
notamment en ce qui concerne la suppression des contrôles portant sur la justification du
service fait et le respect des règles de prescription et de déchéance(29). Selon les
modifications portées sur le décret royal n° 330-66, ainsi que sur la loi n° 61-99 (Art.6), le
comptable n'est plus tenu de contrôler ces deux éléments et la responsabilité en la matière
incombe ainsi sur l'ordonnateur. Or, ces aménagements posent un problème
d'harmonisation de textes financiers ; certaines dispositions législatives ou réglementaires
maintiennent encore l'ancienne formule, en tenant le comptable comme responsable du
contrôle du service fait et du respect des règles de prescription (Exp. Art. 37 de la loi n° 62-
99 et Art. 14 du décret n°2-01-1448).

(28)
L'article 11 du Règlement général de la comptabilité publique (décret royal n° 330-66)
(29) La loi de finances 26-4 pour l'année 2005 ; décret 2-04-797 du 24 décembre 2004 modifiant l'article 11 du Règlement général de la comptabilité
publique (décret royal n° 330-66)

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


Mais, il faut nuancer la prétendue "hégémonie de fait" du comptable public, dans la mesure
où l’exercice de ses contrôles peut être apaisé par des exceptions et des dérogations de droit
qui ont, pour conséquence, le dégagement de sa responsabilité. On peut citer notamment :

- La procédure du certificat administratif : dans certains cas quand les ordonnances ne


sont pas appuyées des justifications que le comptable estime indispensables à la Page | 41
validité de la créance, il peut demander la production d’un certificat administratif
contenant les éclaircissements et explications nécessaires à la mise en paiement des
dépenses.
- La procédure de la réquisition de paiement : lorsque le comptable suspend le paiement
de dépenses, à l'issue de ses contrôles, il peut être requis par l’ordonnateur de payer
ces dépenses. Sauf les cas dans lesquels les comptables doivent refuser de déférer aux
ordres de réquisition(30), l’ordonnateur peut donc, sous sa responsabilité, débloquer
une situation de crise.
- Le procédé de la dérogation : une fois toutes possibilités de résoudre le conflit entre le
comptable et l’ordonnateur sont épuisées, ce dernier peut s'adresser au Premier
ministre pour lui solliciter une dérogation à la réglementation. Une telle pratique est
justifiée par le fait que la réglementation ne peut a priori prévoir toutes les situations
et que, dans des cas exceptionnels, il serait convenable que l'opportunité l'emporte sur
la règle de droit.

2. Les perspectives d'un contrôle modulé de la validité des dépenses

Dans le cadre d'un contrôle exhaustif, comme il était expliqué auparavant, la régularité de
la dépense prime sur l'efficacité. En revanche dans un contrôle hiérarchisé, en vertu du
décret n° 2-07-1235 du 5 kaada 1429 (4 novembre 2008) relatif au contrôle des dépenses de
l'Etat. L'objectif est de mieux concilier la régularité et l'efficacité des contrôles du
comptable. C'est cet équilibre entre ces deux exigences, sans subordonner l'une à l'autre,
qui se veut un contrôle hiérarchisé des dépenses. Cette approche a, en effet, pour
préoccupation, d'abord, d'orienter les contrôles sur les dépenses à risques et enjeux, ensuite,
de personnaliser les contrôles selon les pratiques des ordonnateurs et, enfin, de donner aux
comptables la possibilité d'organiser et de gérer les contrôles de manière plus souple et plus
fluide.

(30) L'article 92 décret royal n. 330-66 du 21 avril 1967 dispose que "si malgré cette déclaration, l'Ord. requiert qu'il soit passé outre, par écrit et sous sa
responsabilité, le comptable dont la responsabilité se trouve alors dégagée, procède au visa pour paiement et annexe, à l'ordonnance ou au mandat copie de sa
déclaration et l'ordre de réquisition ".

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


3. Le paiement libératoire des dépenses

Les procédures de paiement des dépenses par le comptable revêtent une grande
importance, car elles sanctionnent toute la traçabilité du processus d'exécution budgétaire.
Le législateur a, en effet, entouré cette phase de certaines précautions, afin que l'État
Page | 42
puisse se libérer des sommes dues dans les meilleures conditions de protection des deniers
publics.

D'abord, la règle générale est que le paiement ne peut intervenir ni avant, ni l'exécution du
service, ni l'échéance de la dette, ni la décision individuelle d'attribution de subvention ou
d'allocation. Toutefois, des acomptes ou avances peuvent être consentis au personnel soit
par voie de régie, soit par voie de mandatement direct, dans les conditions fixées par
instructions prises ou visées par le ministre chargé des finances. Des acomptes ou avances
peuvent également être consentis aux fournisseurs et entrepreneurs dans certaines
conditions bien définies(31).

Ensuite, le paiement peut s'effectuer par virement ou en numéraire. Dans le premier cas,
l’ordonnance de paiement est accompagnée d’un ordre de virement. Les dépenses de
personnel payable par virement peuvent faire l’objet de bordereaux de virement collectifs
accompagnés d’une ordonnance de paiement établie au nom de divers créanciers. Pour le
paiement en numéraire, la responsabilité du comptable est dégagée si la signature donnée
est conforme à celle d'une pièce d'identité officielle, dont il a porté la référence à l'appui de
l'acquit.

En outre, lorsque l’ordonnancement est effectué au bénéfice d’un organisme public,


l’ordonnance de paiement doit être émise au nom du comptable assignataire des recettes
dudit organisme.

Par ailleurs, toutes saisies-arrêts ou oppositions sur des sommes dues par les organismes
publics, tout avis à tiers détenteur, toutes significations de cession ou de transport desdites
sommes et toutes autres significations ayant pour objet d’en arrêter le paiement seront
faites, à peine de nullité, entre les mains du comptable public assignataire de la dépense,
par la voie d’une notification transmise ou remise à la personne préposée pour la recevoir.

Enfin, le paiement des dépenses de l'État est décrit dans une comptabilité qui retrace
distinctement, par chapitre, article, paragraphe et ligne les crédits et les émissions et en
permet le rapprochement.

(31) L'article 41 du Règlement général de la comptabilité publique (décret royal n° 330-66)

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


Page | 43

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


CHAPITRE (IV).
GESTION DES REGIES
Page | 44

Dans son acception largo sensu, le vocable régie indique un mode de gestion primordial du
service public, celui par lequel la collectivité publique assume directement la gestion d'une
activité d'intérêt général entrant dans ses champs de compétence. Elle est gérée
directement par un agent de l'Administration, appelé régisseur désigné par l'ordonnateur
pour exécuter certaines recettes (A) et/ou dépenses (B).

A. La régie de recettes

Afin de faciliter l'encaissement de certains produits, il peut être institué une régie de
recettes (a) qui fonctionne selon des conditions et des formalités bien établies (b).

1. L'institution d'une régie de recettes

a) La création d'une régie de recettes

La régie de recettes est instituée par un arrêté conjoint entre le ministre intéressé et le
ministre chargé des finances. Cet arrêté reste valable jusqu'à ce qu'il soit décidé, dans la
même forme, de supprimer la régie ou d'apporter des modifications à son fonctionnement. Il
doit indiquer : la nature des produits que le régisseur est autorisé à encaisser ainsi que le
texte législatif ou réglementaire qui en autorise la perception ; l'adresse du bureau de la
régie ; le comptable public de rattachement à la caisse duquel doivent être versés les
produits encaissés et les modalités de leur versement (la périodicité).

b) La nomination du régisseur de recettes

Le régisseur de recettes est nommé conformément aux dispositions de l'article 19 du décret


royal n° 330-66 par un arrêté conjoint entre le ministre intéressé et le ministre chargé des
finances. Cet arrêté est toujours individuel et il doit mentionner : le nom, le prénom, le
grade et l'affectation du régisseur, l'adresse du bureau de la régie, la caisse du comptable de
rattachement ainsi que la date d'effet de la nomination. Le cas échéant, cet arrêté rapporte
celui qui désignait le régisseur antérieurement chargé de la perception des mêmes recettes.

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


2. Le fonctionnement d'une régie de recettes

Toute recette à recouvrer par le régisseur doit être fondée sur un texte qui en autorise la
perception ou sur un ordre de recette qui doit indiquer, notamment, l'objet de la recette, son
montant, le visa du chef hiérarchique du régisseur. Ainsi, le régisseur doit tenir un
Page | 45
quittancier et une comptabilité de recettes à rendre compte au comptable tout en assumant
sa responsabilité en la matière.

a) La tenue d'un quittancier

Tout encaissement, quel qu'en soit le montant, la nature et la forme, donne lieu à la
délivrance d'une quittance extraite d'un journal (quittancier). Chaque fois épuisé et arrêté
par le régisseur au montant total des recettes y figurant, il le transmet, sous couvert du
chef hiérarchique, au comptable de rattachement qui, après vérification, le renvoie au siège
de la régie pour être conservé à l'appui de la compatibilité du régisseur.

En ce qui concerne l'établissement des quittances, dont chacune porte un numéro d'une
série unique par année et établie en présence de la partie prenante, il doit obligatoirement
indiquer : la date de la recette ; le nom du redevable ; la nature de la recette ; le numéro
d'ordre ; le montant en chiffre et en lettre du montant.

La quittance est signée par le régisseur et soumise aux droits de timbre en cas de
versement en numéraire, mais il est fermement interdit de délivrer des quittances qui ne
seraient pas extraites du quittancier.

b) Le versement des produits au comptable de rattachement

Le régisseur doit verser au moins une fois par mois, juste après l'arrêté de sa comptabilité
ou chaque fois que son encaissement atteint le plafond fixé par l'arrêté de création de la
régie. Ceci s'effectue soit directement à la caisse du comptable, soit au compte de centre
chèques postaux (CPP) de ce dernier, comme il peut y avoir des versements spéciaux au
cours du mois, lorsque l'encaissement en numéraire atteint le maximum déjà fixé ou en cas
de changement du régisseur.

Les versements sont justifiés soit par les déclarations des recettes délivrées par le
comptable du Trésor en cas de versement en numéraire, soit par l'étalon de versement ou
reçu des services de Barid Al-Maghrib en cas de règlement par voie postale ; chaque
versement est accompagné d'un état de produits établi par imputation budgétaire.

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


c) La tenue d'une comptabilité

En plus du quittancier, les régisseurs des recettes tiennent obligatoirement un livre de


caisse et un livre de recettes : le premier est un registre unique qui retrace les opérations
effectuées par le régisseur en faisant État de tous les mouvements de fonds sans exception ;
Page | 46
le second livre permet de suivre les recettes par nature et montant de produit.

3. La responsabilité du régisseur en matière de recettes

Conformément au Règlement général de la comptabilité publique, les régisseurs sont


personnellement et pécuniairement responsables des recettes dont ils ont la charge et de
leurs opérations propres, ainsi que du contrôle qu'ils sont tenus d'exercer en matière de
recettes. Il en est de même pour le comptable de rattachement qui doit, sous cet effet,
réclamer le recouvrement des recettes immédiatement en cas où il n'a pas eu lieu dans les
délais impératifs.

Le régisseur est, en outre, soumis aux contrôles, sur place et sur pièces, du comptable
assignataire, des corps d'inspection habilités et du juge des comptes.

B. La régie de dépenses

La régie de dépenses est l'une des procédures traditionnelles de la dépense de l’État. Elle
permet au moyen de fonds mis à la disposition des régisseurs, le règlement de dépenses qui,
en raison de leur nature, de leur faible importance, de leur caractère imprévisible ou des
usages commerciaux locaux ne peuvent, sans inconvénient, être soumises aux formalités
d'engagement, de liquidation, d'ordonnancement et de paiement. Elle offre également la
possibilité de faire simplement et rapidement des dépenses qu'imposent les nécessités du
service, et dont l'urgence est incontestable.

Il est précisé également que sauf dérogation aux dispositions de la présente


instruction générale(32) autorisée par le ministre chargé des finances, le paiement des
dépenses par voie de régie de dépenses n'est admis que dans des cas bien déterminés (v.
tableau 5.3.).

(32) L'instruction du Ministre des Finances du 26/03/1969 relative au fonctionnement des régies de dépenses et des régies de recettes de l'État.

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


1. L'institution d'une régie de dépenses

a) La création d'une régie de dépenses

Au même titre que la régie de recettes, la régie de dépenses est créée par arrêté conjoint
entre le ministre intéressé et le ministre chargé des finances. Il doit indiquer : la nature des Page | 47
dépenses que le régisseur est autorisé à payer ; l'imputation budgétaire de ces dépenses ;
l'adresse au bureau de la régie ; le montant maximum de l'encaisse du régisseur ; le
comptable public de rattachement ; éventuellement les références du ou des arrêtés
antérieurement annulés.

Tableau : Dépenses qui peuvent être exécutées par voie de régie

- Salaires journaliers ou horaires : salaires d'ouvriers employés temporairement à


l'exécution de travaux non permanents ou sur chantiers isolés ; (instruction du 1er
mars 1993)
- Frais de mission, de tournées et de déplacements ;

Dépenses de - Frais de séjours de coopérants étrangers appelés à effectuer des missions


personnel ponctuelles au Maroc ;
- Vacations servies aux enseignants, séminaristes et conférenciers ;
- Indemnités horaires pour travaux supplémentaires ;
- Cotisations salariales et patronales servies aux organismes de prévoyance pour le
personnel payé par voie de régie. (instruction du 1er mars 1993)

- Frais postaux et d'affranchissement ;


- Fournitures de faible importance, livrables immédiatement, dont l'acquisition ne
peut être faite que sur place et au comptant ;
- Taxes judiciaires consignées aux greffes des tribunaux par les administrations qui
suivent et règlent directement leur contentieux ;
- Entretien des locaux administratifs et du matériel ;
- Dépenses relatives aux frais de réception aux fêtes publiques, quand en raison de
Dépenses de
circonstances locales le paiement ne peut être fait qu'au comptant ; (instruction du
matériel
1er mars 1993)
- Secours immédiat aux indigents et sinistrés.
- Frais d'insertion et de publicité. (instruction du 1er mars 1993)
Les régisseurs ne sont autorisés à payer que les dépenses de matériel dont le
montant est inférieur ou égal à 5000 dirhams par créance, sauf dérogation expresse
du Ministre des Finances. A partir de cette somme et au-delà le règlement de la
dépense doit suivre obligatoirement la procédure normale de l'engagement et de
l'ordonnancement.

- Pour les pèlerinages à la Mecque ;

Avances autorisées - Pour l'achat de moutons à l'occasion de la fête de l'Aid El Kébir ;


par les dispositions - Pour Frais de déplacements et de tournées ;
réglementaires
- Pour frais de séjours de coopérants étrangers appelés à effectuer des missions
ponctuelles au Maroc ; (instruction du 1er mars 1993)

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


b) La nomination du régisseur de dépenses

La désignation du régisseur se fait par un arrêté signé conjointement par le ministre


intéressé et le ministre chargé des finances. Cet arrêté est individuel et doit mentionner les
indications suivantes : le nom, le prénom, le grade et l'affectation du régisseur, l'adresse du
Page | 48
bureau de la régie ; le comptable de rattachement, les coordonnées des suppléants
éventuels. Le cas échéant, cet arrêté rapporte celui qui désignait le régisseur
antérieurement chargé de la perception des mêmes recettes.

Si les fonctions du régisseur ne peuvent être confiées qu'à des agents titulaires, compétents
et représentant des garanties sûres, dans certains cas exceptionnels des agents temporaires
ou contractuels peuvent être nommés pour effectuer des dépenses de faibles montants, et en
cas d'impossibilité absolue de désigner un agent titulaire, cette situation doit être motivée
par un certificat administratif.

2. Le fonctionnement d'une régie de dépenses

a) L'approvisionnement de la caisse du régisseur

Dès sa nomination, le régisseur établit une demande d'autorisation de paiement pour les
rubriques budgétaires dont il a la charge d'effectuer les paiements et la soumet à
l'ordonnateur ou sous-ordonnateur qui signe l'autorisation et inscrit le montant dans sa
comptabilité sous une rubrique intitulée "crédits bloqués-régisseurs", puis après visa du
contrôleur des engagements de dépenses la remettre au régisseur qui, à son tour, la dépose
auprès du comptable de rattachement.

Cette demande d'autorisation a pour effet de bloquer chez l'ordonnateur ou le sous-


ordonnateur, les crédits pour lesquels seront imputées les dépenses payables par voie de
régie.

C'est dans les limites des crédits ainsi bloqués et du plafond de l'encaisse que le régisseur
est approvisionné des fonds dont il a besoin pour le paiement des dépenses pour lesquelles
la régie a été créée. Ces fonds lui sont versés soit par voie postale, soit par CCP, soit par un
autre comptable au vu d'un reçu visé par le comptable de rattachement.

b) L'exécution des opérations de paiement et d'opposition

Les règles concernant le paiement des dépenses effectuées par le régisseur sont les mêmes
qui s'imposent au comptable assignataire comme nous l'avons présenté ci-avant.

En ce qui concerne les oppositions reçues par le comptable assignataire elles sont
répercutées, dans les meilleurs délais, sur les régisseurs et comptables intéressés

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


conformément à l'article 42 du Règlement général de la comptabilité publique(33), dès
notification de l'extrait de l'opposition. Les sommes retenues en application des oppositions
reçues sont comptabilisées en recettes au livre de caisse comme étant des "dépôts divers",
puis versées en fin de chaque mois au comptable de rattachement.

Page | 49
c) La tenue d'une comptabilité

Le régisseur doit obligatoirement tenir une comptabilité exacte des fonds qui lui sont
confiés. Cette comptabilité doit faire apparaître, à livre ouvert, la situation des
disponibilités reçues, des fonds employés et des fonds disponibles. A cet effet, le régisseur
de dépenses tient une comptabilité dans différents registres : un carnet de perception des
fonds, un carnet de demandes et de reçus de fonds, un ou plusieurs livres de comptes, un
livre de caisse; ainsi que les livres et documents auxiliaires qu'ils jugent nécessaires à
l'exactitude et à la clarté de la comptabilité.

Ces registres et documents comptables sont fournis au régisseur par l'ordonnateur. Leur
contexture doit correspondre aux modèles figurant en annexe. Le carnet de perception des
fonds, le carnet de demandes et de reçus des fonds et le livre de caisse sont cotés et
paraphés obligatoirement par le comptable de rattachement. Tous les registres doivent être
ouverts au nom de la régie.

Tous les livres prévus, de même que les livres auxiliaires que le régisseur juge utile de
tenir, sont servis à l'encre ; ils ne doivent porter ni grattage, ni surcharge, ni blanc.

d) Le suivi assuré par le comptable de rattachement

Le comptable de rattachement tient le compte de chaque régisseur. Il ouvre, à cet effet, une
fiche permettant de suivre par rubrique budgétaire le montant des crédits mis à la
disposition du régisseur et le montant des justifications acceptées, et destinées à retracer
les fonds versés, les fonds justifiés et le solde en caisse.

Les arrêtés de création et de nomination doivent être soigneusement archivés. De même, le


comptable de rattachement doit veiller à ce que le montant des fonds à la disposition du
régisseur ne dépasse pas le maximum de l'encaisse et des crédits autorisés, compte tenu
éventuellement du montant des dépenses rejetées.

Par ailleurs, et pour permettre à chaque comptable de regrouper l'ensemble des opérations
des régies rattachées à sa caisse, un registre auxiliaire est ouvert, destiné à suivre les fonds
reçus, les fonds justifiés et le solde en caisse.

(33) L'article 42 dispose " Toutes oppositions ou autres significations ayant pour objet d'arrêter un paiement doivent être faites, à peine de nullité, entre les mains du
comptable public assignataire de la dépense".

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


Page | 50

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


CHAPITRE (V).
GESTION DU FAIT
Page | 51

La gestion de fait est l’acte irrégulier par lequel une personne, qu’elle soit physique ou
morale, s’immisce dans le maniement des deniers publics sans avoir qualité pour ce faire. Il
s'agit d'une ancienne procédure de droit de la comptabilité publique liée essentiellement à
l'histoire de la Cour des comptes française (v. encadré 5.3.).

Au Maroc, son principe a été posé, au début, par l'article 16 du décret royal n°330-66 qui
dispose que "Sans préjudice des dispositions pénales en vigueur, toute personne qui effectue,
sans titre, des opérations de recettes, de dépenses ou de maniement de valeurs intéressant un
organisme public est constituée comptable de fait". Ce principe est explicitement repris par
l'article 41 de la loi 62-99 formant code des juridictions financières qui dispose que : "est
déclarée comptable de fait, toute personne qui effectue, sans y être habilitée par l’autorité
compétente, des opérations de recettes, de dépenses, de détention et de maniement de fonds ou
de valeurs appartenant à un organisme public, ou qui sans avoir la qualité de comptable
public, procède à des opérations portant sur des fonds ou valeurs n’appartenant pas à des
organismes publics, mais que les comptables publics sont seuls chargés d'exécuter en vertu
des lois et règlements en vigueur".

Il résulte de ces dispositions qu’il est susceptible de constituer une gestion de fait
l’intervention sans habilitation de toute personne autre que le comptable public dans
l’exécution des opérations relevant de la seule compétence de ce dernier ; il s'agit
notamment du recouvrement des recettes, du paiement des dépenses, de la garde et
conservation des fonds et valeurs appartenant ou confiés à l’établissement, ainsi que le
maniement des fonds et les mouvements des comptes de disponibilités.

La gestion de fait est tout à la fois une irrégularité et une procédure. En effet, au
lieu de s'en tenir au constat de l'irrégularité constituée par la violation des règles
budgétaires et comptables, le juge des comptes (français)a, de longue date, conçu une
procédure de régularisation et de sanction de la gestion de fait.

Ainsi, pour appréhender la gestion de fait dans sa dimension juridique et


jurisprudentielle il va falloir explorer, d'abord ses éléments constitutifs (A) avant
d'examiner, ensuite la procédure qui lui est propre (B) et enfin, les conséquences qui
découlent de sa mise en jeu (C).

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


Encadré: Evolution de la procédure de gestion de fait

La décision la plus ancienne rendue par la Cour des comptes française en cette matière Page | 52
remonte à 1834. en l'espèce la Cour a constaté, que pendant une période de dix-huit années,
des deniers provenant des droits d'estampillage, de scel et d'aunage des étoffes de la
fabrique de Roubaix avaient été perçus par d'autres que par le receveur municipal. Ces
recettes avaient, de surcroît, été employées à des dépenses d'intérêt communal. Or, il
n'aurait pas dû en être ainsi, étant donné que ces droits avaient été établis au profit de la
commune. Il s'agissait donc de deniers qui ne pouvaient être exclusivement manipulés que
par le comptable public compétent. La cour ordonne en conséquence que "ceux qui se sont
immiscés sans titre dans la perception et la manutention des deniers provenant des droits
d'estampillage, de scel et d'aunage des étoffes de la fabrique de Roubaix, leurs héritiers ou
ayants cause, seront appelés à compter devant elle, et lui présenteront, sous leur
responsabilité personnelle, le compte des recettes et des dépenses effectuées soit par eux,
soit par leurs auteurs" (C.C., 2° Ch., 23/08/1834, Ville de Roubaix, les grands arrêts de la
jurisprudence financière, n°29, F.J. Fabre, 1996, 4° édition).

Aussi, dans ses conclusions sous l'arrêt du Conseil d'État du 12 juillet 1907 Nicolle, (CE
12/07/1907, Nicolle, Leb., p.607) le commissaire du gouvernement Romieu décrit ainsi la
gestion de fait : "le premier moyen pour réprimer les abus résultant de l'émission de
mandats fictifs résulte d'une jurisprudence déjà ancienne dans l'œuvre, très ingénieux et
très belle, fait le plus grand bonheur à la Cour des comptes qui a édifié ce monument
juridique … cette œuvre prétorienne de la Cour des comptes est aussi remarquable par
l'ingéniosité et la solidité de sa construction juridique qu'intéressante par ses résultats
pratiques".

La période d'oubli d'une matière que la jurisprudence du juge des comptes avait
abondamment explorée dès le XIX° siècle correspond à la cinquantaine d'années pendant
lesquelles une seule juridiction – la Cour des comptes – était en droit de déclarer et
d'apurer des cas de gestion de fait : cette période va du moment où les conseils de préfecture
perdirent leur compétence de premier ressort sur les comptes de comptables publics locaux
(1935) au moment où elle fut attribuée à de nouvelles institutions, les Chambres régionales
des comptes, créées par les lois de décentralisation de 1982. pendant cette longue période en
effet, le nombre de gestion de fait s'était sensiblement réduit, les comptables supérieurs du
trésor auxquels avait été confié l'apurement des petites comptabilités publiques locales
n'ayant pas le pouvoir de déclarer ou d'apurer une gestion de fait, mais seulement le devoir,
souvent négligé, de la transmettre à la Cour des comptes.

Il paraît ainsi que la Cour des comptes posait ainsi le fondement d'un édifice
Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011
jurisprudentiel dont la souplesse et la simplicité expliquent qu'il ait perduré jusqu'à
aujourd'hui, sans subir des modifications majeures, si ce n'est une extension progressive de
son champ d'application.
A. Les éléments constitutifs de la gestion de fait

L’existence d’une gestion de fait répond à trois conditions : doit porter sur des deniers
publics ou des deniers privés réglementés (1) ; ceux-ci doivent être effectivement maniés ou
détenus (2) par une personne non autorisée ou non habilitée (3).
Page | 53
1. La gestion porte sur des deniers publics ou deniers privés régelementés

L'article 9 du Règlement général de la comptabilité publique du 21 avril 1967 précise que "
les comptables publics sont seuls chargés de la prise en charge et du recouvrement des ordres
de recettes … dont ils assurent la conservation, ainsi que de l'encaissement des droits au
comptant" et "du paiement des dépenses, soit sur ordre émanant des ordonnateurs
accrédités, …". Même si ces dispositions ne font plus allusion à la notion de deniers publics,
celle-ci demeure nécessaire pour qualifier une gestion de fait, et la jurisprudence financière
y fait souvent référence.

Par deniers publics, il convient d’entendre les fonds et valeurs possédés en toute propriété
par les organismes publics (a). Par ailleurs, sont assimilés aux deniers publics les deniers
privés réglementés, c'est-à-dire les fonds et valeurs dont le maniement est confié par la
réglementation à un comptable public (b).

a) La gestion de fait sur des deniers publics

La doctrine nous rappelle que les deniers publics doivent satisfaire trois critères(34).
Premièrement, les deniers publics sont des fonds et valeurs. Il s'agit de l'ensemble des
moyens de paiement ayant cours légal et pouvoir libératoire quelle qu'en soit la forme. Il
s'agit également des valeurs de portefeuille et, notamment, de tous les titres de créance ou
de dette. Deuxièmement, les deniers publics sont détenus par des personnes publiques :
l'État, les collectivités locales et les établissements publics. Mais sur ce point il y a
beaucoup de controverses, dans la mesure où le critère organique ne tranche pas sur la
nature publique ou privée de certaines personnes morales(35). Troisièmement, les
organismes publics sont propriétaires des deniers publics, les fonds et les valeurs doivent
être la propriété des personnes publiques. Cette condition permet de distinguer les deniers
publics des autres deniers, simplement détenus par les personnes publiques.

Aussi, la qualité de deniers publics s'acquière-t-elle d'une façon intelligible : les montants
versés par une personne à l'agent public qu'elle peut légitimement croire être compétente
pour recevoir la recette deviennent, du simple fait de cette apparence, des deniers publics.

(34) Cf. MAGNET (J.), La notion de deniers publics en droit public français, in RSLF, 1974, p.129
(35) Cf. LE GALL (A), La gestion de fait, Ed. ESKA Paris, 1999, p.38

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


Seuls, dans des cas d'incompétence évidente, les montants versés conservent leur caractère
privé. Or, les paiements effectués par les personnes publiques gardent leur caractère de
deniers publics tant qu'ils n'ont pas été libérés au profit de leur véritable créancier. De
telles règles sont de nature à éclater le champ de détection de la gestion de fait.

Page | 54
b) La gestion de fait sur deniers privés réglementés

Les deniers privés réglementés sont des deniers déposés auprès des comptables publics, et
dont le maniement leur est réservés, en vertu de dispositions législatives ou réglementaires.
La Cour des comptes française a toujours refusé d'étendre, elle-même, la procédure de
gestion de fait à la détention de ces deniers. Elle a, cependant, provoqué une modification
de législation, modification opérée par la loi du 25 février 1943 et reprise par la loi du 23
février 1963.

A titre d'exemple, on peut considérer les dépôts effectués par les particuliers auprès du
service de fonds particulier géré par la Trésorerie générale ou les fonds de personnes âgées
confiés à un établissement public de retraite, comme des fonds privés réglementés.

2. la détention ou le maniement des deniers publics

La gestion de fait peut être constituée en cas de détention ou de maniement irréguliers des
deniers publics (a). Simplement, cette situation ne doit pas être confondue avec celle d'un
détournement des deniers publics (b).

a) La gestion de fait et détention ou maniement des deniers publics

Le maniement apparaît dans l'encaissement d'une recette ou dans le paiement d'une


dépense, qui normalement aurait due être exécutée par le comptable de droit (patent). Mais
la jurisprudence financière a assimilé la simple détention à un maniement(36).

Si le terme de détention doit être compris dans son sens courant, il convient d’apporter des
précisions sur la notion de "maniement" qui doit être entendue au sens large. En effet, le
maniement des fonds consiste aussi bien dans le fait de faire fonctionner un compte de
disponibilités que de manipuler des pièces et des billets.

L'encaissement d'une recette est une notion relativement simple. La destination de la


recette à un organisme public peut résulter soit de sa nature (impôt, taxe ou redevance),
soit de l'intention de la personne qui verse cette recette (dons, legs, quêtes, etc.).

(36) Arrêt, CC., Commune de Bascons 28 juin 1956

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


Quant à la dépense, la gestion de fait peut résulter d'un paiement effectué pour le compte
de la collectivité publique par une association subventionnée ou d'une opération ayant eu
pour conséquence d'extraire irrégulièrement des deniers de la caisse publique.

De même, peut être déclaré comptable de fait, non seulement celui qui a directement et
effectivement manié les fonds publics sans habilitation, mais aussi celui qui a ordonné ce Page | 55
maniement et / ou en a eu connaissance sans pour autant y mettre fin. L'exemple le plus
courant réside dans l'émission de mandats fictifs qui ne correspondent pas à la certification
du "service fait" ou ne correspondent pas aux services qu'ils sont censés rémunérer ou
encore sont versés à de faux créanciers. L'ordonnateur qui émet les mandats fictifs peut
être déclaré gestionnaire de fait, alors qu'il n'a pas personnellement manipulé des fonds et
espèce. Il en va de même s'il a fait effectuer les opérations par un préposé. Dans ce cas, il
est dit gestionnaire de fait de "longue main".

C'est dans cet esprit que le législateur marocain a entendu sa qualification de gestion de
fait en stipulant dans le code des juridictions financières (Art.41 al.2°) que " En outre, peut
être notamment considéré comme coauteur responsable d' une gestion de fait, tout
fonctionnaire ou agent ainsi que tout titulaire d'une commande publique, qui en consentant
ou en incitant soit à exagérer les mémoires et factures, soit à en dénaturer les énonciations,
s'est prêté sciemment à l'établissement d'ordonnances de paiement, de mandats, de
justifications ou d'avoirs fictifs".

3. La gestion de fait et détournement

L'ingérence dans le recouvrement des recettes publiques ou l'extraction irrégulière de fonds


ou valeurs sont des détournements au sens large, en ce qu'ils empêchent les recettes
publiques de parvenir aux comptables publics, leurs destinataires réguliers, ou réalisent
des dépenses publiques sans l'autorisation des corps délibérants et l'intervention des
mêmes comptables.

Les dispositions du Code pénal marocain (Art 241-247) répriment, pour leur part, par des
peines sévères les crimes de détournements et de concussions par des fonctionnaires
publics, y compris le comptable public. En effet, la gravité de ces infractions ainsi que la
personnalité de leurs auteurs conduit, d'une part à renforcer les pénalités, d'autre part à
prévoir des procédures spéciales en la matière(37).

D'après la jurisprudence française, on a estimé au départ que la perception, ou l'extraction


irrégulière de fonds publics, était constitutive de gestion de fait, quel que soit le sort des

(37) Après la suppression de la Cour spéciale de justice (Loi n°4-64 du 20 mars 1965, telle qu'elle a été complétée et modifiée), comme une juridiction spécialisée en

appel du Royaume.
la matière, aujourd'hui les attributions de cette dernière sont attribué à des Chambres spécialisées de certaines Cours d’

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


deniers en cause. Progressivement, la Cour des comptes française s'est orientée vers une
solution différente, refusant de qualifier de gestion de fait des opérations "dolosives ou
criminelles". Or, un certain retour en arrière s'est fait le jour en admettant à nouveau la
concurrence de compétence entre le juge répressif et le juge des comptes.

Mais en tous cas, nous estimons que le Code des juridictions financières marocain a tranché Page | 56
quant à ces revirements de la jurisprudence comparée en disposant dans son article 44 que
"… le comptable de fait peut, s'il ne fait pas l'objet de poursuites pénales, être condamné par
la cour à une amende calculée selon l'importance et la durée de la détention ou du
maniement des fonds et valeurs, sans que le montant de cette amende puisse excéder le total
des sommes indûment détenues ou maniées".

4. L'absence d'habilitation

La gestion de fait peut être provoquée non seulement en cas de défaut d'un titre légal (a),
mais aussi en cas d'un dépassement de la compétence permise par le titre légal (b).

a) Le défaut d'un titre légal

Seuls les comptables publics ou les agents agissant sous leur contrôle et pour leur compte
ont qualité pour manier et détenir des fonds publics. Dès lors, toute autre personne qui
s’immisce sans habilitation dans ces fonctions est comptable de fait.

Les mandataires ou subordonnés, même s'ils ne sont pas comptables publics ainsi que les
régisseurs, sont assimilés en l'occurrence à des comptables publics, et sont considérés
comme ayant un titre normal au maniement des deniers publics dans la limite de leur
habilitation. Mis à part ces cas, un ordonnateur ou a fortiori une personne privée ne
disposant d'aucun titre légal au maniement des deniers publics, et se trouvant passible
d'être déclaré gestionnaire de fait.

En revanche, l'irrégularité résultant de l'absence de titres, se trouve couverte si le


comptable de droit accepte de prendre la responsabilité des opérations effectuées par la
personne en cause.

b) Le dépassement de l'habilitation

Le comptable de fait peut être titulaire d'un titre légal à manipuler les deniers publics. En
revanche, la gestion de fait est constituée lorsqu'il sort du champ de cette habilitation. Les
comptables de droit peuvent, dans le cas d'espèce, être déclarés comptables de fait lorsqu'ils
s'ingèrent dans les opérations réalisées avec les deniers appartenant à une personne
publique autre que celle auprès de laquelle ils exercent régulièrement leurs fonctions. Par

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


exemple, un régisseur de recettes qui procède directement à des dépenses avec les deniers
qui sont en sa possession, alors que ceux-ci devront être remis au comptable assignataire.

Egalement, les comptables de droit peuvent être qualifiés coauteurs d'une gestion de fait
dans l'exercice de leurs fonctions, voire au titre d'une activité personnelle sans aucun lien
avec leurs fonctions. Page | 57

B. La procédure de la gestion de fait

Les gestions de fait sont soumises aux mêmes juridictions que les gestions de droit(38), à
savoir le déclenchement de la procédure (1) et jugement du compte (2).

1. Le déclenchement de la procédure

a) La saisine de la cour des comptes

Aux termes de l'article 42 du code des juridictions financières, "les opérations de nature à
constituer des gestions de fait sont déférées à la cour par le procureur général du Roi, soit de
sa propre initiative, soit à la demande du ministre chargé des finances, des ministres
intéressés, du trésorier général du Royaume ou des comptables publics, sans préjudice du
droit de la cour de s'en saisir d'office au vu des constatations faites à l'occasion notamment
de la vérification des comptes ou des situations comptables". Il est entendu de ces
dispositions que le comptable de droit, doit, sous peine de voir sa responsabilité pécuniaire
engagée, signaler au ministre chargé des finances, l’existence des gestions de fait dont il a
eu connaissance et affirmer sur le compte financier de l’établissement que les recettes et les
dépenses qui y sont portées sont, sans exception, toutes celles qui ont été faites pour le
service dudit établissement et qu’il n’en existe aucune autre à sa connaissance.

Dans le cas où il existe des opérations constitutives de gestion de fait, le comptable doit
appréhender immédiatement les deniers qui en proviennent et demander le jour même à
l’ordonnateur l’ordre de recette correspondant. En effet, l’absence de titre préexistant ne
dispense pas de l’encaissement et ne saurait justifier un refus en ce sens.

b) L'objet de la procédure

La mise en œuvre de la procédure de gestion de fait vise à régulariser les opérations


effectuées par le comptable de fait en assujettissant ce dernier aux mêmes obligations que

(38) Les développements qui suivent sont traités dans l’optique d’une procédure engagée devant la Cour des comptes. Pour les organes soumis à la juridiction d’une

cours régionale des comptes, il convient simplement de substituer l’action de cette juridiction à celle de la Cour.

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


le comptable de droit (patent) et en l’obligeant à rendre compte de ses opérations de recettes
et de dépenses.

Ainsi, comme les comptables patents, son compte pourra être jugé et sa responsabilité
personnelle et pécuniaire pourra être mise en cause pour les opérations insuffisamment
justifiées. De même, il pourra être sanctionné pour les irrégularités éventuellement Page | 58
commises. Au-delà, la procédure permet de reconnaître, par l’autorité budgétaire
compétente (le conseil d’administration), l’utilité publique des dépenses et des recettes
réalisées dans le cadre d’une gestion de fait.

c) Le déroulement de la procédure

• La déclaration de la gestion de fait

Cette phase trouve son origine dans le fait que la Cour des comptes ne juge que les comptes
des comptables publics (Art. 41 du code des juridictions financières). Dès lors, il est
nécessaire qu’en préalable au jugement des comptes rendus par un comptable de fait celui-
ci soit déclaré tel par le juge des comptes.

A cet égard, il convient de noter que la gestion de fait avérée constitue un cas où la Cour des
comptes a juridiction sur tous les ordonnateurs, y compris même les membres du
Gouvernement et les membres de Parlement, puisqu'il s'agit de " toute personne qui effectue
sans y être habilitée par l'autorité compétente, des opérations de recettes, de dépenses, de
détention et de maniement de fonds…" (Art. 42 du code des juridictions financières).

• La charge de la preuve

La charge de la preuve de l’existence d’une gestion de fait incombe aux personnalités et


juridictions compétentes pour engager la procédure y afférente, ainsi qu’aux représentants
légaux de l’établissement intéressé. La déclaration de gestion de fait ne peut reposer que
sur des preuves et/ou des présomptions graves, précises et concordantes.

• L’arrêt provisoire

Lorsque la Cour déclare une personne comptable de fait, elle lui enjoint par le même arrêt
de produire son compte dans un délai qu'elle lui fixe et qui ne peut être inférieur à deux
mois (Art. 43 du code des juridictions financières).

L’arrêt provisoire constitue la première étape de la procédure de gestion de fait. Il


comporte, d’une part l’injonction pour le comptable de fait, de verser les fonds qu’il peut

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


avoir conservés entre les mains du comptable de droit, d’autre part l’injonction de mettre fin
aux opérations irrégulières. Cette dernière injonction peut être implicite.

Tant que la procédure n’est pas terminée, le juge financier dispose toujours de la faculté
d’étendre la gestion de fait à de nouvelles opérations irrégulières ou de nouvelles personnes.
A cet effet, il émet en début de procédure une réserve en ce sens. Page | 59

• L’arrêt définitif

Lorsque les personnes mises en cause dans l’arrêt ne contestent ni les faits ni leur
qualification, le juge financier prononce l’arrêt de déclaration définitif.

• Les effets de la déclaration

La déclaration définitive de gestion de fait a pour effet de reconnaître l’existence d’une


gestion de fait et d’assujettir le (ou les) comptable(s) de fait aux obligations qui incombent
aux comptables publics, notamment l’obligation de rendre un compte.

Par ailleurs, le juge des comptes peut demander l’inscription d’une hypothèque sur les biens
des comptables de fait. Cette inscription est prise par le comptable de droit intéressé.

2. Le jugement du compte du comptable de fait

a) La présentation du compte

Le compte de gestion de fait doit être complet, unique et signé par le ou les comptables de
fait. Il doit être appuyé des pièces justificatives, notamment la reconnaissance d’utilité
publique des dépenses par l'autorité hiérarchique de l'organisme public concerné.

Contrairement au compte financier, le compte de gestion de fait est établi en encaissements


et décaissements et non en créances et en dettes. Il ne fait donc apparaître que les recettes
effectivement encaissées et les dépenses réellement payées.

Il est établi pour l’ensemble de la durée des opérations irrégulières et non par exercice. S’il
existe plusieurs comptables de fait, le compte doit être signé par chacun d’eux en
mentionnant, le cas échéant, "pour les opérations qui le concernent" lorsqu’ils ne sont
responsables que d’une partie des opérations.

Si le compte n’est pas produit dans le délai imparti, qui est au minimum de deux mois à
compter de la notification de l’arrêt définitif, le comptable de fait encourt une amende pour
retard dans la production d’un compte. Il en est de même si le compte est incomplet, non
signé ou dépourvu de pièces justificatives. Si le juge des comptes n’obtient pas la production
du compte, il peut demander que soit désigné un commis d’office.

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


b) La fixation de la ligne de compte

A l’issue de ses contrôles, le juge financier détermine, à partir des dépenses et des recettes
alléguées par le comptable de fait, celles d’entre elles qu’il convient d’accepter. Cette
opération a pour objet de fixer la "ligne de compte" qui récapitule le total des recettes
Page | 60
"admises" et le total des dépenses "allouées" et en fait apparaître le solde, positif ou nul. Si
ce solde n’a pas été reversé par le comptable de fait, il sera mis en débet

c) La justification des opérations

Les opérations figurant au compte de gestion de fait doivent être justifiées par tout
document : factures, relevés bancaires etc.. Ces justifications doivent figurer à l’appui du
compte.

d) La délibération

Les dispositions définitives des arrêts portant sur des gestions de fait sont délibérées après
l’audition, à leur demande, des personnes déclarées comptables de fait. Les arrêts portant
sur les appels formés contre les dispositions définitives de la Cour portant sur des gestions
de fait sont délibérés après l’audition, à leur demande, des requérants (Art. 45 du code des
juridictions financières).

C. Les conséquences de la gestion de fait

1. Les sanctions de la gestion de fait

a) La mise en débet

Le comptable de fait peut être mis en débet par le juge des comptes lorsque à l’occasion de
la fixation de la ligne de compte définitive, celui-ci constate une différence entre les recettes
et les dépenses, déduction faite des versements effectués par le comptable de fait entre les
mains du comptable de droit. Dans ce cas, le montant du débet est égal au montant du solde
ainsi constaté.

b) L'amende

Dans le cas où ils n’ont pas fait l’objet de poursuites pénales (prévues à l’Art. 241 du code
pénal), les comptables de fait peuvent être condamnés à l’amende par le juge des comptes
en raison de leur immixtion dans les fonctions de comptable public (Art. 43 du Code des
juridictions financières).

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


Ces amendes sont calculées en fonction de l’importance et de la durée de la détention ou du
maniement des deniers. Leur montant ne peut dépasser le total des sommes indûment
détenues ou maniées. Elles peuvent être infligées aussi bien à une personne morale qu’à
une personne physique.

Le produit de ces amendes est attribué à l’organisme public intéressé. En ce qui concerne Page | 61
les modes de recouvrement, de poursuites et de remises, elles sont assimilées aux débets
des comptables(39).

Les arrêts prononçant une condamnation définitive à l’amende ou statuant en appel sur un
jugement d’une cour régionale des comptes prononçant une telle condamnation, sont
délibérés après l’audition, à leur demande, des personnes concernées.

c) Le quitus

Lorsqu’il ne subsiste plus de charges à l’encontre du comptable de fait, il est déclaré quitte
par le juge des comptes et déchargé de sa gestion.

2. la notification des arrêts de la Cour des comptes

Les arrêts de la Cour des comptes relatifs à des gestions de fait (déclaration de gestion de
fait, jugement de compte, amende) sont adressés par le secrétaire général de la Cour aux
services de la TGR et au département dans lequel les faits ont été constatés. Ils sont
notifiés par ces derniers aux intéressés dans les quinze jours de la réception des
expéditions, par lettre recommandée avec avis de réception.

Sur décision de la Cour, les arrêts peuvent être directement notifiés aux comptables de fait
intéressés, les services de la TGR étant seulement informés.

3. L'apurement des sanctions

Le premier mode d’apurement du débet et de l’amende est le versement dans la caisse de


l'organisme public. A la différence de l’amende, le débet porte intérêt à compter d’une date
fixée par l’arrêt.

Par ailleurs, comme pour les gestions de droit, le débet peut faire l’objet d’une remise
gracieuse ou d’une décharge de responsabilité accordée par le ministre chargé des finances.
Enfin, dans certains cas, une procédure d’admission en non-valeur peut être mise en
œuvre(40).

,
(39) v. infra Chapitre 8

,
(40) v. infra Chapitre 8

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


4. Les voies de recours

Les voies de recours des arrêts définitifs de la Cour des comptes, ainsi que les jugements
définitifs des Cours régionales des comptes en matière de gestion de fait, sont les mêmes
que pour les gestions patentes(41).
Page | 62
***

En somme, le caractère spécialement sournois de la gestion de fait peut conduire les


organismes publics à des pratiques irrégulières, parfois exécutées en toute bonne foi. A titre
d’exemple, peuvent être cités :

- La perception de droits d’inscription dans un établissement d’enseignement par une


personne n’ayant pas la qualité d’agent comptable, de régisseur ou de mandataire du
régisseur ou de l’agent comptable;
- La vente de documentation éditée par un établissement, lorsqu’elle est réalisée par un
organisme privé n’ayant pas d’habilitation légale, étant précisé que le juge des
comptes a toute compétence pour contrôler et apprécier la régularité d’une telle
habilitation ;
- Le paiement de dépenses par le biais d’une association subventionnée : le fait
d’utiliser ces fonds pour exécuter des dépenses pour le compte de l’organisme public
(paiement de complément de rémunérations d’agents, par exemple) grâce à la
complaisance de l’association qui accepte ainsi de lui restituer indirectement tout ou
partie des sommes reçues, est constitutif d’une gestion de fait par extraction
irrégulière des deniers publics.

Ces quelques exemples ne sont donnés qu’à titre d’illustration et ne constituent pas une
liste exhaustive ni limitative des cas de gestion de fait.

Ils ont pour objet de sensibiliser les ordonnateurs et les comptables sur ce sujet et de les
conduire à réfléchir sur l’organisation de leurs organismes respectifs et sur certaines
pratiques qui pourraient se révéler constitutives de gestion de fait. Mais en tout état de
cause, il est rappelé que la Cour est seule compétente pour déclarer une gestion de fait.

Ainsi considérée, la procédure de gestion prend une dimension préventive ; elle devient une
menace qui doit éviter des dérives dans la gestion publique. Pour y parvenir, une sévérité
accrue du juge financier est sans doute nécessaire, et le niveau des amendes prononcées
doit être à la hauteur de la gestion de fait.

,
(41) v. infra Chapitre 8

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


En plus, une meilleure diffusion parmi les gestionnaires publics des éléments constitutifs
de la gestion de fait est indispensable, pour réduire le nombre, sans doute élevé, des
comptables de fait.

Page | 63

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


CHAPITRE (VI).
Tenue de la comptabilité et la reddition des
comptes Page | 64

La tenue des comptes a pour objet la description, l'analyse et le contrôle des opérations
budgétaires et financières effectuées par celui-ci. L'existence d'un bon système
d'information comptable constitue, à cet effet, un levier organisationnel des finances de
l'État et un instrument privilégié pour assurer leur gestion d'une manière saine et
transparente. Il représente également, pour les autorités de contrôle ainsi que pour les
observateurs des finances publiques, un outil incontournable pour pouvoir apprécier
judicieusement l'image fidèle de la situation financière de l'État.

L’enrichissement du système d'information comptable de l'État conditionnera la mise en


œuvre de nouveaux modes de gestion publique et apportera un éclairage nouveau sur les
finances de l'État. D'où l'importance d'ouvrir des pistes de réflexions sur cette question.

Mais ce faisant, il y a lieu de décortiquer, dans un premier temps, les caractéristiques du


système comptable actuel, sachant que ce dernier reste inadapté aux exigences de
transparence, d’exhaustivité et de pertinence.

Dans un second temps, nous serions tentés d'aborder les grands traits d'une nouvelle
configuration du futur système comptable de l'État permettant d’endiguer les accros du
système actuel.

A. Architecture du système comptable actuel

1. La comptabilité budgétaire

La comptabilité budgétaire retrace l’exécution des autorisations budgétaires. Elle est tenue,
d'une manière contradictoire, par les responsables de l’exécution des finances de l'État
(ordonnateurs, contrôleurs et comptables) et consignée dans des livres prévus par le
Règlement général de la comptabilité publique (v. encadré ).

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


Encadré : Les registres comptables de l'État

Les livres de comptabilité administrative


utilisés pour suivre l’exécution des recettes sont : Page | 65
- Le livre journal des droits constatés au profit de l’État retrace, dans des colonnes distinctes, le numéro
d’ordre, la date d’inscription, l’imputation de la créance et son objet, la désignation du débiteur et le
montant de la recette;
- Le livre de compte par nature de recettes retrace les sommes à recouvrer par chapitre, article et
paragraphe du budget des recettes.
- Des livres auxiliaires dont le nombre et la contexture sont déterminés selon les besoins des services;

Les livres de comptabilité administrative utilisés pour


suivre l’exécution des dépenses sont :

- Le livre d’enregistrement des droits des créanciers tenu par le service liquidateur
et par l’ordonnateur qui décrit sommairement, par chapitre, article, paragraphe et
ligne, au fur et à mesure qu’elles se produisent toutes les opérations concernant la
fixation des crédits alloués au service, l’engagement de la dépense, la liquidation et, s’il
y a lieu, la date de transmission de cette liquidation à l’ordonnateur ;
- Le livre journal des ordonnances de paiement émises utilisé pour l’enregistrement
immédiat et successif, par ordre numérique, de toutes les ordonnances de paiement
émises pendant la durée de la gestion ;
- Le livre de comptes par chapitre de dépenses qui décrit les crédits alloués et les
dépenses ordonnancées par chapitre, article, paragraphe et ligne ;
- Le livre des comptes des sous-ordonnateurs reproduit, par sous-ordonnateur et
pour chaque dépense ayant donné lieu à une autorisation budgétaire distincte, le
montant des délégations faites et, au vu des situations mensuelles établies par les sous-
ordonnateurs, la consommation des crédits délégués ;
- Des livres auxiliaires dont le nombre et la contexture sont déterminés selon les
besoins des services.

D'un côté, chaque ordonnateur procède à la prise en charge comptable des opérations de son
département, y compris celles exécutées par les sous-ordonnateurs, qui relèvent de son
autorité. Il y décrit toutes les opérations relatives soit à la constatation, la liquidation et
l’ordonnancement des recettes, soit à l’engagement et l’émission des dépenses. Cette
comptabilité doit, à ce titre, distinguer l’exécution des opérations relatives à chaque support
budgétaire (budget général de l'État, comptes spéciaux du Trésor, services de l'État gérés
de manière autonome).

D'un autre côté, les mêmes opérations sont tenues par les autres responsables de
l'exécution budgétaire, selon qu'il s'agit d'opérations d’affectation de crédits (a), d'opérations

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


d'engagement de dépenses (b) ou d'opérations d'émission des ordres recettes ou de dépenses
(c).

a) La comptabilité des crédits

Un crédit est une autorisation donnée par le Parlement de prélever des fonds sur le Trésor ; Page | 66
il doit être attribué avant que le Gouvernement ne puisse dépenser les fonds. Sa
comptabilité est tenue aussi bien par les services de l'ordonnateur que par les services de la
Direction du budget.

b) Comptabilité des engagements

Dans la comptabilité des engagements, les écritures comptables se font au moment où un


marché est conclu, une commande est passée ou en général une charge de l'État est
constatée. On inscrit, alors, la somme à réserver sur le solde non grevé d'une affectation,
afin d'honorer l'engagement.

Ainsi, là où il est autorisé d'engager des dépenses pour les années à venir, les contrôleurs
financiers (CED) et les ordonnateurs doivent séparément veiller à ce que le total des
engagements pour l'exercice courant et ceux des exercices suivants ne dépasse, à aucun
moment, les limites imposées par les autorisations votées. D'un côté, chaque ordonnateur
établit le montant des engagements autorisés pour l’année en totalisant le reliquat
d'engagement sur crédits de paiement de l’année antérieure "n-1" avec le montant des
autorisations nouvelles de l’année en cours "n". D'un autre côté, le CED tient, pour
l'ensemble des crédits ouverts par les lois de finances, et selon les rubriques budgétaires de
ces lois et des programmes d'emploi, une comptabilité des engagements de dépenses des
départements ministériels ou des services dont il contrôle les propositions d'engagement de
dépenses(42).

Cette comptabilité permet :

- de faire ressortir les crédits ouverts par les lois de finances et les modifications qui
leur sont apportées en cours d'année, les engagements faits sur ces crédits par les
ordonnateurs ou les sous-ordonnateurs, les crédits délégués et les réductions
effectuées sur ces crédits en cours d'année, ainsi que les dépenses sans
ordonnancement préalable qui leur sont notifiées par les comptables assignataires.
- de distinguer entre les engagements de dépenses sur crédits d'engagement, les
engagements de dépenses permanentes, les crédits bloqués au titre des régies de

(42) L'article 16 al.1° du décret 2-75-839 du Décret n° 2-75-839 du 27 30 décembre 1975 relatif au contrôle des engagements des dépenses de l’Eat tel qu’il

est modifié par le Décret n° 2-01-2678 du 31 décembre 2001


.

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


dépenses et les engagements relatifs aux dépenses d'investissement reportés de
l'année précédente à la nouvelle année budgétaire(43) ;
- de suivre les postes budgétaires ouverts, les emplois budgétaires occupés et les
emplois budgétaires vacants.

Page | 67
c) Comptabilité des émissions

La comptabilité des émissions est tenue parallèlement par les ordonnateurs et leurs
comptables assignataires. Elle retrace l'émission des ordres de recettes et ceux de dépenses.

Au niveau des recettes, l'ordonnateur est tenu de suivre l’exécution des ordres de recettes
émis, en procédant à l'enregistrement des droits constatés au profit de l’État, de la nature
de recettes à recouvrer, des coordonnées du débiteur et des sommes à recouvrer par
rubrique correspondante du budget des recettes. De sa part, le comptable doit prendre en
charge les ordres de recettes émis en attendant de prendre les diligences nécessaires pour
en assurer le recouvrement.

Au niveau des dépenses, les écritures comptables sont effectuées dès que la dépense émise
par l’ordonnateur est validée par le comptable, ce qui permet de garantir le respect des
plafonds de dépenses à payer : les ordonnancements (ou mandatements) autorisés pour
l’année sont établis par l’ordonnateur en totalisant les crédits d'investissement ouverts au
titre de cette année et les crédits reportés conformément aux dispositions de l’article 16 du
décret n°2-98-401 du 26 avril 1999 relatif à l’élaboration de l’exécution des lois de finances.

2. Comptabilité des matières, valeurs et titres

La comptabilité des matières, valeurs et titres a pour objet la description des existants et
des mouvements concernant des produits ou valeurs à stocker : les stocks de marchandises,
fournitures, déchets, produits semi-ouvrés, produits finis et emballages commerciaux ; les
matériels et objets mobiliers ; les titres nominatifs, au porteur ou à ordre et les valeurs
diverses appartenant ou confiés aux organismes publics et les objets qui leur sont remis
en dépôt ; les formules, titres, tickets, timbres et vignettes destinés à l’émission et à
la vente.

Cette comptabilité est tenue par les ordonnateurs et les comptables, chacun pour les
matières, valeurs et titres qu’il détient ou dont il a la charge. Ils doivent dresser à cet effet
l’inventaire et retracer la valeur des matières, valeurs et titres auxquels elle s’applique.

(43)
t
L'article 19 du décret 2-75-839 du Décret n° 2-75-839 du 30 décembre 1975 relatif au contrôle des engagements des dépenses de l’E at tel qu’il est
modifié par le Décret n° 2-01-2678 du 31 décembre 2001

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


Elle est tenue dans les conditions et selon les modalités fixées soit par le ministre chargé
des finances, soit conjointement par le ministre chargé des finances et le ministre intéressé.

Au même titre que la comptabilité budgétaire, à l’expiration de la gestion, les ordonnateurs


et les comptables établissent, chacun en ce qui le concerne, par matières, valeurs ou titres,
l'état d’inventaire ou le compte d’emploi et la situation comptable par nature, faisant Page | 68
apparaître la situation en début d’exercice, les mouvements intervenus en cours d’année et
la situation à la clôture de la gestion.

3. Comptabilité du Trésor

La comptabilité du Trésor est une comptabilité en deniers, qui vise à décrire les opérations
budgétaires, les opérations de trésorerie, les opérations faites avec les tiers, ainsi que les
mouvements du patrimoine et des valeurs d’exploitation. En plus qu'elle permet la
connaissance et le contrôle des opérations financières, elle est organisée pour aboutir à la
détermination des résultats annuels d'exécution et le calcul du prix de revient, du coût et de
rendement des services, le cas échéant. Sa centralisation entre les mains des services de la
TGR est justifiée notamment par la mise en application des principes de l’unité de caisse et
de l’unité de trésorerie(44).

Elle est tenue en partie double ou plus précisément en écriture double, ce qui constitue
pratiquement la caractéristique majeure de la comptabilité commerciale. Chaque comptable
est responsable de ses opérations propres. Le trésorier général du Royaume, en sa qualité
de comptable supérieur de l'État, reprend dans ses écritures toutes les opérations des
comptables concernant les recettes et les dépenses de l'État. Elle assume devant le juge des
comptes la responsabilité des opérations dont elle centralise les pièces justificatives(45).

Quant à la nomenclature des comptes, utilisée jusqu'aujourd'hui, elle est fixée par un arrêté
du Ministère chargé des finances. Il s'agit d'une liste de comptes ouverts dans la
comptabilité du Trésor prévus dans une vieille nomenclature centrale des comptes qui
remontre à 1936, légèrement aménagée en 1970. Cette nomenclature est composée de dix
groupes de comptes numérotés de 0 à 9 (v. tableau 7.1.) subdivisés en comptes généraux à
deux chiffres (de 01 à 91) et en comptes particuliers à quatre chiffres (exp. 22-01, 22-04).

(44)
v. infra, Chapitre 10.
(45)
°
L'article 125. Du décret royal n 330-66 du 26 avril 1967 portant règlement général de
la comptabilité publique.

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


Tableau. : Les grandes catégories d'opérations comptables

1. Disponibilités et valeurs mobilisables ;


2. Opérations budgétaires ;
3. Comptes spéciaux du Trésor ;
4. Avances et prêts du Trésor ; Page | 69
5. Dettes de l'État ;
6. Correspondants administratifs ;
7. Tiers ;
8. Opérations à classer ;
9. résultats
0. Valeurs inactives

B. Vers un l’institution d’un nouveau plan comptable de l’Etat

En considération des limites qui entachent le système d'information comptable de l'État en


vigueur, une réforme en la matière s'avère donc une nécessité impérieuse. D'autant plus
que la réforme de la comptabilité de l'État est considérée comme un axe fondamental dans
toute stratégie de réforme globale de la gestion publique(46). C’est dans cette optique que le
Maroc s’est engagée pour mettre en place un nouveau système comptable, qui vient d’être
adopté par la 12ème Assemblée plénière du Conseil National de Comptabilité.

Ce plan comptable de l’Etat repose sur une comptabilité à deux dimensions permettant de fournir un
large spectre d'informations. Il se veut un moyen de gérer au mieux les deniers et la trésorerie
de l’Etat, permettre un contrôle de ses finances et pouvoir faire connaître son patrimoine. Le
plan comptable de l'Etat prend en compte «des éléments d'actifs», au niveau du
recensement et de l'évaluation des immobilisations, «des stocks», les risques potentiels, les
opérations à rattacher ainsi que les engagements hors bilan.

De même, la nouvelle comptabilité introduit l'optique patrimoniale dans la comptabilité


générale de l'Etat afin de mieux appréhender la situation à moyen et long termes des
finances publiques

Dans cette perspective, la gestion intégrée de la dépense publique permettrait une


communication entre le système informatique des différents intervenants impliqués dans la
dépense et assurer l’automatisation du suivi de crédits budgétaires en vue d’une exploitation

(46) OCDE, Comptabilité et budgétisation sur la base des droits constatés : questions clés et développements récents in revue de la gestion budgétaire vol. 3
n° 1, 2003, p.47 et s.

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


optimale des données. Ceci permettrait de faciliter la consultation et l’édition des situations
comptables ainsi que le contrôle des dépenses à tous les niveaux.

Architecture d'un nouveau Plan comptable général de l'État

Page | 70
Le cadre conceptuel du plan comptable de l’État doit fixer : ;

- Les principaux concepts ; il s'agit des actifs, des passifs, de situation nette, des charges et des produits;
- Les règles générales de comptabilisation ; à savoir la nomenclature et modalités générales de
fonctionnement des comptes ;
- Les règles d’évaluation ; il s'agit du coût d'entrée et de la valeur d'inventaire des immobilisations avec
un traitement particulier pour ce qui concerne le parc immobilier et les infrastructures ainsi que les
participations.

Il comporte une architecture de comptes répartis en catégories homogènes intitulées ″classes″. Chaque
classe est subdivisée en comptes faisant l’objet d’une classification décimale.

Ces classes du plan comptable sont au nombre de dix :

Classe 1 : Comptes de financement permanent ;

Classe 2 : Comptes d’actif immobilisé ;

Classe 3 : Comptes d’actif circulant (hors trésorerie) et comptes internes ;

Classe 4 : Comptes de passif circulant (hors trésorerie) ;

Classe 5 : Comptes financiers ;

Classe 6 : Comptes de charges ;

Classe 7 : Comptes de produits ;

Classe 8 : Comptes de résultats ;

Classe 9 : Comptabilité analytique budgétaire ;

Classe 0 : Résultats des lois de règlement et comptes d’ordre.

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


C. Reddition des comptes

1. Compte de l’organisme public (ex compte de gestion)

Les comptables publics des services de l'État sont tenus de produire annuellement à la Cour
les comptes desdits services dans les formes prévues par les textes en vigueur(47). Page | 71

Le procureur général du Roi près de la Cour des comptes doit veiller à la production des
comptes, des situations comptables ou des pièces justificatives dans les délais prescrits. Il
peut demander à la Cour, sur réquisition, de lui enjoindre de les présenter et à défaut,
prononcer à son encontre des amendes de retard dont le montant peut atteindre au
maximum mille (1.000) dirhams. De sa part, le Premier président peut en plus prononcer
une astreinte dont le maximum est de cinq cents (500) dirhams par mois de retard.(48). Le
greffe procède à l'enregistrement des comptes produits, des actes et requêtes dont elle est
saisie.

Si le comptable est totalement défaillant, ou les circonstances mettent obstacle à ce que le


comptable responsable produise le compte ou réunisse les pièces destinées à satisfaire aux
décisions prises à l'égard du comptable, le ministre chargé des finances en charge
expressément le successeur ou commet un autre comptable en leur fixant, le cas échéant,
un délai supplémentaire(49).

2. Compte général du Royaume

Le premier alinéa de l'article 47 de la loi organique des finances dispose que "la Loi de
règlement constate le montant définitif des encaissements de recettes et des ordonnancements
de dépenses et arrête le compte de résultat de l'année " et prévoit aussi dans son troisième
alinéa que " ladite loi doit être accompagnée du rapport de la Cour des comptes sur
l'exécution de la loi de finances et de la déclaration générale de conformité entre les comptes
individuels des comptables et le compte général du Royaume". Autrement dit, cette loi vise à
constater les résultats financiers de chaque exercice budgétaire et approuver, par-là, les
différences entre les réalisations et les prévisions de la loi de finances initiale complétée, le
cas échéant, par des lois rectificatives.

(47) L'article 25, 2°al. de la loi n° 62-99


(48) L'article 29 de la loi n° 62-99
(49) L'article 28, 5°al. de la loi n° 62-99

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011


3. Déclaration générale de conformité

La déclaration générale de conformité est établie conformément aux dispositions de l'article


47 de la loi organique relative à la loi de finances. Elle vise à comparer entre le compte
général du Royaume avec les comptes de gestion individuels des comptables publics.
Page | 72
Cette attribution s'en tient, pour l'essentiel, à un contrôle de cohérence, dans la mesure où
les comptes soumis au contrôle de la Cour sont des comptes ayant préalablement supporté
la contradiction. En d'autres termes, la conformité est par construction acquise
antérieurement à la présentation à la Cour. Ce dispositif fait que l'institution d'une
"déclaration générale de conformité" n'a en réalité à vérifier que l'exactitude de la
centralisation.

Il en résulte que la Cour agit ici comme une sorte de commissaire aux comptes de firmes et
groupes importants qui ne certifie pas l’image fidèle de l’organisme, mais se limite à la
seule certification de la consolidation de comptes.

Version provisoire |Pr. H. EL ARAFI | 171011

Vous aimerez peut-être aussi