Vous êtes sur la page 1sur 64

Traitement

 du  signal  

Jamila BAKKOURY

GECSI_1-TS Page 2
 
généralités  -­‐  signaux  et  systèmes  
 

GECSI_1-­‐TS   3
Plan  

•  Introduc>on  
•  Généralités  
•  Signaux  
•  Systèmes  

GECSI_1-TS 4
Introduc*on  
Exemples  naturels  :  
 
•   Notre  environnement  peut  être  caractérisé  par  de  nombreuses  
grandeurs  physiques  dont  les  varia>ons  sont  percep>bles  ou  non  par  
nos  sens  :  lumière,  son,  …    
•   Nos  organes  des  sens  sont  des  disposi>fs  biologiques  qui  
transforment  les  excita>ons  perçues  en  signaux  c’est  à  dire    des    
varia>ons  de  grandeurs  physiques  ou  chimiques  internes  à  
l’organisme  et  exploitables  par  le  système  nerveux  :  ce  sont  des  
capteurs.  

GECSI_1-TS Page 5
Introduc*on  
Exemples  naturels  :  
 
•   Le  corps  humain  est  un  ou>l  de  traitement  du  signal  :  
   
-­‐  À  par>r  d’indices  représenta>fs  des  phénomènes  physiques  qui  nous  entourent  (  lumière  ;  
vibra>ons  de  l'air  ;  température…)    
-­‐  Nous  construisons  une  représenta>on  de  notre  environnement.    
-­‐  CeTe  représenta>on    nous  donne  ma>ère  à  réfléchir  et  nous  permet  de  prendre  des  
décisions  pour  interagir  avec  cet  environnement.    
 

GECSI_1-TS Page 6
Introduc*on  
Exemples  
 
•   Un  thermomètre  transforme  la  température  en  grandeur  très  
facilement  mesurable.  
•   Un  microphone  transforme  les  faibles  varia>ons  de  pression  de  
l’air  en  un  signal  électrique  qui  peut  être  facilement  amplifié  et  
transmis  à  distance.  
•   La  majorité  des  capteurs  fournit  des  signaux  électriques,  courant  
ou  tension  variables,  dont  le  traitement  et  la  transmission  sont  
aisés.  

GECSI_1-TS Page 7
Introduc*on  
•  Pourquoi  transmeTre  un  signal  ?    
No>on  d’informa>on  

•  Types  de  traitement  ?  


o Objec>fs    
o Domaines  d’applica>ons  

GECSI_1-TS Page 8
Exemples  d’informa*ons    
 
•  sons  :    
 Téléphonie  :  bande  passante  =    300  Hz  -­‐  3400  Hz  
 Radiodiffusion  :  bande  passante  =        40  Hz  -­‐  15  000  Hz  
 Son  hi-­‐fi  (CD  audio,  DVD  ...  )  :  BP=        16  Hz  -­‐  20  kHz  
•  Images  :  
o   images  fixes    (télécopie,  photographies)  
o   images  animées  (télévision  ou  visiophone)  
     intérêt  des  techniques  numériques  (codage,  compression)  
 

GECSI_1-TS 9  
Exemples  d’informa*ons    
 
 
•  Données  :  
 Informa>ons  de  type  textes,  caractères,  symboles,  …  
     représentées  par  des  codes    (ex  :  alphabet  ASCII)  ;  ou  des  codes  
orientés   transmissions   :   diminuer   les   coûts   et   les   temps   de  
transmission,  rendre  l’informa>on  confiden>elle…  
 

GECSI_1-TS 10  
Exemples  de  signaux  
 
•  Signaux  analogiques  =  signaux  de  type  con>nu.    
–  Varia>ons   de   grandeurs   physiques   pouvant   prendre  
n’importe   quelle   valeur   de   façon   con>nue   entre   deux  
intervalles  de  temps.  Typiquement,  la  voix  et  le  son.  
–  Caractéris>ques   :   fréquence   (nombre   d’oscilla>ons   par   seconde,  
exprimé  en  hertz)  et  amplitude  (taille  des  oscilla>ons)  
–  Ex.  :  
s(t)  

t  

Réseau      signal  analogique  


Telecom  
GECSI_1-TS 11
Exemples  de  signaux  
 
•  signaux   discrets   :   ne   peuvent   prendre   qu’un   nombre   fini   de  
valeurs.  
–  Par   exemple,   les   données   manipulées   par   un   ordinateur  
sont   des   informa>ons   codées   par   des   «   0   »   et   des  
«  1  »  (bits).  
–  Les  0  et  1  sont  codés  (matérialisés)  par  un  signal  physique    
    (par   exemple   0   par   une   tension   posi>ve   +V   et   1   par   une  
tension  néga>ve  –V)  

GECSI_1-TS 12
Exemples  de  signaux  
 

s(t)  
0   1   0   1   1   0   1   0  
+V  

0  
t  
-­‐V  

1  unité    
modem   d’informa>on  binaire  =  1  bit  
Vers  le  réseau  
téléphonique  

GECSI_1-TS 13
Exemples  de  signaux  
 
Principe  de  la  numérisa*on  :  

GECSI_1-TS 14
Données  analogiques-­‐données  
numériques  

•  Les  données  numériques  sont  définies  par  un  codage.  


•  Pour  les  caractères  alphanumériques,  le  plus  u>lisé  est  
le  code  ASCII.    
•  Pour  traiter  des  données  de  nature  analogique  par  un  
ordinateur,  il  faut  les  numériser.    
•  Ex:  sur  un  CD  audio,    le  son  est  «  enregistré  »  sous  
forme  de  données  numériques,  remises  sous  forme  
analogique    avant    la  res>tu>on  au    haut-­‐parleur.    

   
GECSI_1-TS 15
Exemple  d’une  chaîne  de  
transmission  
Informa*on  analogique  

Source   Transducteur   EmeTeur  


     (Capteur)  
Canal  

Des>nataire  

Transducteur   Récepteur  
GECSI_1-TS 16
Exemple  d’une  chaîne  de  
transmission  
Informa*on  analogique  

Source   Transducteur   EmeTeur  


Son          (capteur)  
Lumière   Canal  
Température  
...  
Des>nataire  

Transducteur   Récepteur  
GECSI_1-TS 17
Exemple  d’une  chaîne  de  
transmission  
Informa*on  analogique  

Source   Transducteur   EmeTeur  


   (capteur)   Microphone   Canal  
Photodiode  
Thermocouple  
Des>nataire   ...  

Transducteur   Récepteur  
GECSI_1-TS 18
Exemple  d’une  chaîne  de  
transmission  
Informa*on  analogique  

bruit
Source   Transducteur   EmeTeur  
Pré-­‐ampli   Canal  
(C.A.N)  
(codage)  
Des>nataire  
(modula>on)  
(filtrage)  
Amplifica>on  
Transducteur   Récepteur  
GECSI_1-TS 19
Exemple  d’une  chaîne  de  
transmission  
 Informa*on  analogique  

bruit
Source   Transducteur   EmeTeur  
   (capteur)   Ligne  bifilaire  
câble  coaxial  
Canal  
fibre  op>que  
Des>nataire   espace  libre  
…  

Transducteur   Récepteur  
GECSI_1-TS
Exemple  d’une  chaîne  de  
transmission  
 Informa*on  analogique  

Ampli.  récep>on   bruit


Source   Transducteur   Emetteur
filtrage  
     (capteur)   (démodula>on)  
(décodage)   Canal  
(C.  N.A)  
Amplifica>on  
Des>nataire  

Transducteur   Récepteur  
GECSI_1-TS 21
Exemple  d’une  chaîne  de  
transmission  
Informa*on  analogique  

bruit
Source   Transducteur   EmeTeur  
   (capteur)   Haut-­‐parleur  
Visualisa>on   Canal  
Asservissement  
Commande  de  
Des>nataire  
procédé  
...  

Transducteur   Récepteur  
GECSI_1-TS 22
Exemple  d’une  chaîne  de  
transmission  

bruit

Traitement  &  transmission  

GECSI_1-TS Page 23
Généralités  
•  Défini*ons  
–   Signal  :  en>té  (courant  électrique,  onde  acous>que,  onde  lumineuse,  
suite   de   nombres…)   engendrée   par   un   phénomène   physique   et  
véhiculant   une   informa>on   (musique,   parole,   son,   image,  
température…).  
–   Système  :  ensemble  isolé  de  disposi>fs  établissant  un  lien  de  cause  à  
effet  entre  des  signaux  d’entrée  (excita>ons  :  commandes,  consignes,  
perturba>ons)  et  des  signaux  de  sor>e  (réponses  ou  mesures).  
–    Bruit   :   phénomène   perturbateur   gênant,   la   transmission,   la  
percep>on  ou  l’interpréta>on  d’un  signal.  

GECSI_1-TS 24
Généralités  
•  Remarques  
–   On  s’intéresse  à    la  no>on  de  signal  qui  est  la  mesure,  dans  le  temps,  d’une  
grandeur  physique  porteuse  d’informa*on  :  
–  Mesure  :  l’observa>on  se  fait  au  moyen  d’un  capteur  
–  Temps  :  on  s’intéresse  à  des  phénomènes  variables  dans  le  temps  
–  Grandeur  physique  :  il  s’agit  de  signaux  réels  à  varia>ons  bornées,  à  énergie  
ou  puissance  finie.  
–  Informa*on   :   par   nature,   l’informa>on   a   un   caractère   aléatoire  
(imprévisible).  Le  signaux  porteurs  d’informa>ons  sont  donc  naturellement  
de  type  aléatoire.  

GECSI_1-TS 25
Généralités  

Bruit  
•  Pour  caractériser  l’effet  du  bruit  sur  un  signal,  on  u>lise  le  rapport  
signal  sur  bruit  (SNR  :  Signal  to  Noise  Ra>o).  

!S$ ! puissance du signal $


SNR ( dB ) = 10. log # & = 10. log # &
"N% " puissance du bruit %

S   signal
N  
S   bruit N   bruit
signal  
f f
SNR  <  0  dB   SNR  >  0  dB  

•  Le  bruit  a  un  effet  très  néfaste  sur  la  qualité  des  signaux  analogiques.  
•  Exemple  voix/son  :  SNR  requis  45  –  50  dB.      
GECSI_1-TS Page 26
Généralités  
•  Remarques  
–    Un   signal   expérimental   s(t)   est   généralement   un   signal   électrique  
délivré   par   un   capteur   ou   un   appareil   de   mesure   et   il   représente   donc  
une  tension  ou  un  courant  en  fonc>on  du  temps.  Il  peut  être  de  tout  
autre  nature  mais  doit  être  physiquement  réalisable  et  répondre  à  un  
ensemble  de  contraintes  :  
o   énergie  bornée,   o   causal,  défini  sur  ℝ+,  
o   amplitude  bornée,   o   support  borné  (durée  limitée),  
o   con>nu,   o   spectre  à  support  borné.  
 

Exemple  :  
o  Énergie  finie,  
        o  amplitude  bornée,  
     s2(t)   o  con>nu,  
  o  Support    borné    
o  causal.  
s(t)  

GECSI_1-TS 27
Généralités  
•  Remarques  
–  Sur  le  plan  théorique,  un  signal  est  représenté  par  une  fonc>on  ou  une  
distribu>on   réelle   ou   complexe   qui   permeTent   son   étude   de   façon  
plus   aisée.   Ainsi   les   modèles   u>lisés   possèdent   des   caractéris>ques  
différentes  des  signaux  expérimentaux  :  
o  Énergie  infinie,   o   définie  sur  ℝ  ou  ℂ,  
o   amplitude  non  bornée,   o   support  non  borné  (temps  infini),  
o  discon>nu,   o   spectre  infini.  
Exemple  :  

o  énergie  infinie,  
o  amplitude  bornée,  
o  discon>nu,  
o  support  non  borné    
o  non  causal  

GECSI_1-TS 28
Généralités  
Théorie   du   signal   :   théorie   permeTant   d’effectuer   une   modélisa>on  
(descrip>on  mathéma>que)  et  une  analyse    des  signaux  et  des  systèmes.  
 
Traitement   du   signal   :   a   pour   objec>fs   la   réalisa>on   (transforma>on,  
créa>on,  synthèse)  et  l’analyse  des  signaux  porteurs  d'informa>ons.  
C’est   une   discipline   technique   basée   sur   la   théorie   du   signal.   Elle   u>lise  
diverses  ressources  :  électronique,  informa>que,  physique  appliquée…  
 
Domaines  applica*ons  
•  télécommunica>ons,  
•  reconnaissance  de  la  parole,  synthèse  du  son  
•  aide  à  la  décision  (au  diagnos>c),    
•  analyse  d’images  (médicales,  satellitaires…)  
 

GECSI_1-TS 29
Généralités  
 

Exemples  d’applica>on  du  TS  :  


•  système   d’émission   chargé   de   créer   ou   d’élaborer   le   signal   afin   d’y  
incorporer  l’informa>on  (codage,  échan>llonnage,  modula>on),      
•  système   de   récep>on   chargé   d’interpréter   le   signal   afin   d’en   extraire  
l’informa>on   (mesure,   détec>on,   filtrage,   décodage,   démodula>on,  
es>ma>on).  
•  Compression  de  la  parole  en  téléphonie  mobile…  
•  Compression  des  images  JPEG,  MPEG…  

GECSI_1-TS 30
Généralités  
Exemples  d’applica>on    
•   Elabora>on  de  signaux  

o   Synthèse  :    
             créa>on  de  signaux  par    
               combinaison  de  signaux  élémentaires  
 
 
o  Modula>on  :    
           adapta>on  du  signal    
             au  canal  de  transmission  

GECSI_1-TS 31
Généralités  

Exemple  d’applica>on    
s(t)  est  un  signal  BF  a  transmeTre.        
           Il  sera  modulé  pour  l’adapter    au  support  de  transmission.  

GECSI_1-TS 32
Généralités  
 
Le   spectre   du   signal   modulé   se   trouve   décalé   en   fréquence   et   centré   sur   la  
fréquence  du  signal  sinusoïdal  modulant.  
spectre  du  signal  modulant                                                                                    spectre  du  signal  modulé  

GECSI_1-TS 33
Classifica>on  des  signaux  
 

Classifica*on  temporelle  ou  phénoménologique  :    


•   Signal  déterministe  (certain)  :  son  évolu>on  temporel  peut  être  parfaitement  décrite  
par  un  modèle  mathéma>que.    

GECSI_1-TS 34
Classifica*on  des  signaux  
Classifica*on  temporelle  ou  phénoménologique  :    
•   Signal  aléatoire  (probabiliste  ou  stochas>que)  :  son  évolu>on  temporel  est  imprévisible.  Il  
est  caractérisé  par  des  observa>ons  sta>s>ques  en  u>lisant  des  ou>ls  probabilistes.  
 
 
 
 
 
 
                               Signal  aléatoire  non  sta>onnaire  
•    Un   signal   aléatoire   est   sta>onnaire   si   ses   caractéris>ques   sta>s>ques   sont   invariantes  
dans  le  temps.    
           En  pra>que,  on  peut  considérer  qu’un  signal  est  sta>onnaire  pendant  une  durée  finie.    
 

GECSI_1-TS 35
Classifica>on  des  signaux  
Classifica*on  temporelle  ou  phénoménologique  :    
•   Signaux  périodiques  :  s(t)  est  périodique  de  période  T0  si,    s(t  +  T0)  =s(t)  pour  tout  t  .  
•    quasi-­‐périodiques   :   somme   de     sinusoïdes   dont   le   rapport   des   périodes   n’est   pas  
ra>onnel.  
•   Signaux  transitoires  :  existence  éphémère  (observés  sur  une  durée  finie).    
•   signaux  pseudo-­‐aléatoires  :  
o  Représentation mathématique

o  Comportement aléatoire

o  Simulation de fonctionnement réel dans les systèmes de traitement

périodique

apériodique

transitoire

GECSI_1-TS 36
Classifica>on  des  signaux  
Classifica*on  morphologique  :  
 
•   Les  signaux  analogiques  
 l'amplitude  et  le  temps  sont  con>nus  
 
•   Les  signaux  échan*llonnés  
 l'amplitude  est  con>nue  et  le  temps  discret  

•   Les  signaux  quan*fiés  


 l'amplitude  est  discrète  et  le  temps  con>nu  

•   Les  signaux  numériques  


 l'amplitude  et  le  temps  sont  discrets  

GECSI_1-TS 37
Classifica>on  des  signaux  
Classifica*on  morphologique  :  

GECSI_1-TS 38
Classifica>on  des  signaux  
Classifica*on  dimensionnelle  
•  Signal monodimensionnel 1D : Fonc>on  d’un  unique  paramètre  pas  
forcément  le  temps.  

•  Signal  bidimensionnelle  2D    :  dépendant  de  deux  paramètres.    


           Ex  :  niveau  de  luminosité  L(x,  y)  des  pixels  d’une  image  sta>que  noir  et  blanc  
en          fonc>on  de  leurs  coordonnées  x  et  y.  
GECSI_1-TS 39
Classifica>on  des  signaux  
Classifica*on  dimensionnelle  
 
•  Signal tridimensionnel 3D : dépendant de trois paramètres (vidéos, films)

              Ex   :   niveau   de   luminosité   L(x,   y,   t)   des   pixels   des   images   d’un   film   noir   et   blanc   en   fonc>on  
 de  leurs  coordonnées  x  et  y  et  du  temps  t.  
 
   
o     

GECSI_1-TS 40
Classifica>on  des  signaux  
Classifica*on  énergé*que  :  
 
•  puissance  instantanée  d’un  signal  s(t)  :  

où   s   (t)   est   le   complexe   conjugué   de   s(t).   Si   la   fonc>on   s(t)   est   une   fonc>on  
réelle  alors  |s(t)|2  =  s2(t).  
 
•  énergie  dissipée  par  un  signal  s(t)  sur  un  intervalle  [t1,  t2]  (J  :  Joules)  :  

GECSI_1-TS 41
Classifica>on  des  signaux  
•  puissance  moyenne  fournie  par  un  signal  s(t)  sur  un  intervalle  [t1,t2],    
           (W:  waTs)  :  
 
 
 
•  valeur  efficace  d’un  signal  s(t)  sur  un  intervalle  [t1,  t2]  :  
 
 
•  moyenne  du  signal  s(t)  sur  un  intervalle  [t1,  t2]  :  
 
 
 
 
GECSI_1-TS 42
Classifica>on  des  signaux  
•  valeur  moyenne  totale  du  signal  s(t)  :  

 
Pour  un  signal  périodique  de  période  T0,  la  valeur  moyenne  totale  est  calculée  
sur  une  période  :  
 

GECSI_1-TS 43
Classifica>on  des  signaux  
•     énergie  totale  dissipée  par  un  signal  s(t)  :  

•     puissance  moyenne  totale  fournie  par  un  signal  s(t)  :  

 
 
Pour   un   signal   périodique   de   période   T0,   la   puissance   moyenne   totale   est  
calculée  sur  une  période  :  

GECSI_1-TS 44
Classifica>on  des  signaux  
Classifica*on  énergé*que  :  

•   Signal    à  énergie  totale  finie    


                 (ou  convergente)  :  

Sa  puissance  moyenne  totale  est  nulle  (cas  des  signaux  transitoires,  des  signaux  
physiques  ou  physiquement  réalisables).    
 

•   Signal  à  puissance  moyenne  totale  finie    


                                               (ou  bornée)  :  
 

Son   énergie   totale   est   infinie   (cas   des   signaux   périodiques,   des   signaux  
physiquement  irréalisables  comme  les  modèles  mathéma>ques).  

GECSI_1-TS 45
Classifica>on  des  signaux  
Classifica*on  fréquen*elle  ou  spectrale  
 
•  spectre  d’un  signal  :  représenta>on  de  son  amplitude,  de  sa  phase,  de  son  
énergie   ou   de   sa   puissance   en   fonc>on   de   sa   fréquence   f   ou   de   sa  
longueur  d’onde  λ  (λ  =  c/f,  avec  c  =  300  000  km/s).    
 
•  largeur  de  bande  (ou  largeur  spectrale)  :    
o  domaine  des  fréquences  occupé  par  le  spectre  d’un  signal.    
o  différence  entre  les  fréquences  maximum  et  minimum  de  ce  spectre.    

•  Exemples  
o  En  téléphonie  la  voix  a  une  BP=  [300  Hz,3400  Hz]    
o  L’oreille  humaine  est  sensible  dans  la  bande  [20  Hz,  20000  Hz]    

GECSI_1-TS 46
Classifica>on  des  signaux  
Classifica*on  fréquen*elle  ou  spectrale  
 
•  En   fonc>on   de   la   largeur   de   bande,   différents   types   de   signaux   se  
dis>nguent  :  

o  les  signaux  à  bande  étroite  dont  la  largeur  de  bande  est  rela>vement  pe>te,  
o  les  signaux  à  bande  large  dont  la  largeur  de  bande  est  rela>vement  grande  voire  infinie,  
o  les   signaux   de   basses   fréquences   (BF)   dont   la   largeur   de   bande   est   centrée   sur   des  
fréquences  rela>vement  faibles,  
o  les   signaux   de   hautes   fréquences   (HF)   dont   la   largeur   de   bande   est   centrée   sur   des  
fréquences  rela>vement  importantes.  

GECSI_1-TS 47
Classifica>on  des  signaux  

GECSI_1-TS 48
Classifica>on  des  signaux  
Classifica*on  fréquen*elle  
 
Remarque  :  
•  En   fonc>on   du   domaine   de   fréquences   dans   lequel   se   situe   le   signal,   on  
peut  établir  une  autre  classifica>on  spectrale  :  
•  TBF,  BF,  HF,  VHF,UHF,…  
•  IR  (infrarouge),  UV(ultra  violet),….  

GECSI_1-TS 49
Signaux    
Impulsion  (ou  distribu>on)  de  Dirac  :  
•  Défini>on  :  δ(t)  est  définie  comme  la  distribu>on  qui  fait  correspondre  à  
toute  fonc>on  f(t)  con>nue  à  l’origine  sa  valeur  à  l’origine  :  

 
 
L’aire  de  δ(t)  est  toujours  égale  à  l’unité.  
D’une  manière  plus  générale,  pour  toute  fonc>on  f(t)  con>nue  en  t  =  t0  :  

GECSI_1-TS 50
Signaux  
•  Représenta>on  physique  :  la  distribu>on  de  Dirac  sert  à  représenter  une  
ac>on   s’exerçant   durant   un   temps   très   court.   Elle   est   représentée   par   la  
limite  d’une  impulsion  rectangulaire  de  durée  T  et  d’amplitude  1/T  lorsque  T  
→  0,  l’aire  de  ceTe  impulsion  étant  bien  égale  à  1.  

GECSI_1-TS 51
Signaux  
•  Propriété  de  localisa>on  :  

•  Représenta>on   graphique   :   la   représenta>on   graphique   conven>onnelle  


d’une   impulsion   de   Dirac   de   poids   f   (t0)   en   t0   est   une   flèche   ver>cale  
placée  en  t  =  t0  de  longueur  propor>onnelle  à    f  (t0).    

GECSI_1-TS 52
Signaux  
•  Echelon   de   Heaviside   (ou   échelon   unitaire)   :   défini   (sans  rigueur  mathéma>que)  
comme  la  primi>ve  de  l’impulsion  de  Dirac  :  

 
La   dérivée   de   Γ(t)   est   nulle   sur   R∗  et  
est  égale  au  pic  de  Dirac  de  poids  1  
en  t  =  0  :  
 
Γ(t)   permet   de   rendre   causal  
n’importe  quel  signal.  

GECSI_1-TS 53
Signaux  
•  Rampe  unitaire  :  

GECSI_1-TS 54
Signaux  
•  Impulsion   ou   signal   rectangulaire   (ou   signal   porte)   :   signal   rectangulaire,  
noté  rect(t)  ou  Π(t)  :  

GECSI_1-TS 55
Signaux  
•  Impulsion  ou  signal  triangulaire  :  tri(t)  ou  Λ(t)  

GECSI_1-TS 56
Signaux  
•  Impulsion  exponen>elle  :  

 
 
     Remarque  :  l’impulsion  exponen>elle  permet  d’amor>r  n’importe  quel  signal.  

GECSI_1-TS 57
Signaux  
•  signal  sinus  cardinal  :  

GECSI_1-TS 58
Signaux  
•  Peigne  de  Dirac  :  δT0(t)  ou  PgnT0(t)  est  une  suite  périodique  d’impulsions  
de  Dirac  régulièrement  espacées  de  période  T0    

GECSI_1-TS 59
Signaux  
•  Signaux  rectangulaires  périodiques  :  

GECSI_1-TS 60
Systèmes  
•  Système  :  ensemble  isolé  de  disposi>fs  établissant  un  lien  de  cause  à  effet  
entre   des   signaux   d’entrée   (excita>ons   :   commandes,   consignes,  
perturba>ons)  et  des  signaux  de  sor>e  (réponses  ou  mesures).  

 
•  Pour  analyser  un  système  donné,  il  est  nécessaire  de  le  représenter  par  un  
modèle  mathéma>que  ;  en  général  un  tel  modèle  est  un  opérateur  
fonc>onnel  (ou  transforma>on)  S  qui  agit  sur  un  signal  d’entrée  x  et  le  
transforme  en  un  signal  de  sor>e  y.    
             CeTe  opéra>on  est  représentée  par  y=S(x)  
GECSI_1-TS 61
Systèmes  

•  Système   sta>onnaire   ou   invariant   :   les   caractéris>ques   du   système  


n’évoluent   pas   au   cours   du   temps.   Une   expérience   (mesure)   donnera  
toujours    les  mêmes  résultats.  
•    Système   linéaire   et   système   non   linéaire   :   un   système   linéaire   vérifie   le  
principe   de   superposi>on,   à   savoir,   la   réponse   d’une   somme   d’excita>ons   est  
égale  à  la  somme  des  réponses  des  excita>ons  correspondantes  :  
               S[a.  x1    +b.x2  ]=  a.S[x1  ]  +  b  .s[x2  ]    ;    a  et  b  sont  deux  constantes.  
   x1  ,x2    deux  entrées  ou  excita>ons,  S  l’opérateur  fonc>onnel  caractérisant  le    
système.  
•   Système  mono-­‐variable  et  système  mul>-­‐variable  :  un  système  est  mono-­‐
variable   (S.I.S.O.)   s’il   possède   une   seule   entrée   et   une   seule   sor>e.   Dans   les  
autres  cas  il  est  dit  mul>-­‐variable  (M.I.M.O.,  M.I.S.O.,  S.I.M.O.).  

GECSI_1-TS 62
Systèmes  

•  Système   con>nu   ou     analogique   :   opère   sur   des   signaux   analogiques   et  


produisent  des  signaux  analogiques.  
•  système   échan=llonné   ou     numérique   :   agit   sur   des   signaux   numériques   et  
produisent  des  signaux  numériques.    
•  systèmes  hybrides  :  conver>sseurs  analogique  –numérique.  
•  Système  causal  :  un  système  est  causal  si  sa  réponse  ne  précède  jamais  
l’excita>on  qui  lui  correspond.  La  réponse  à  un  instant  t0  ne  dépend  pas  de  
l’excita>on  à  un  instant  t  <  t0.  
         Remarque  :  la  condi>on  de  causalité  est  nécessaire  pour  que  le  système  soit  
physiquement  réalisable.  
•  Système  déterministe  et  système  stochas>que  :  un  système  est  déterministe  si  
pour  chaque  excita>on  ne  correspond  qu’une  seule  réponse.  Il  est    stochas>que  
dans  le  cas  contraire.  
GECSI_1-TS 63
Systèmes  
•  Réponse   impulsionnelle   (ou   percusionnelle)   :   une   impulsion,   à   l’entrée  
d’un   système   causal,   linéaire,   con>nu   et   invariant   donne   en   sor>e   un   signal  
de  durée  finie  appelé  réponse  impulsionnelle.    
•  La  réponse  impulsionnelle,  notée  h(t)  est  donc  la  réponse  d’un  système  à  
une  impulsion  de  Dirac.  

GECSI_1-TS 64
Systèmes  
•  Réponse   indicielle,   notée   γ(t),   est   la   réponse   d’un   système   à   un   échelon  
unitaire.  

GECSI_1-TS 65

Vous aimerez peut-être aussi