Vous êtes sur la page 1sur 2

UH2 Casablanca- ENSET Mohammedia Energies renouvelables 2

Contrôle Final

Un système éolien, quel que soit sa technologie convertit l’énergie cinétique du vent en énergie électrique
conformément au schéma de la figure 1.
Dans la suite, on s’intéresse à la modélisation des parties aérodynamique et mécanique de notre chaine de
conversion. Ainsi, on se propose de modéliser la chaine éolienne dans le système per unit (p.u) qui est un système
de grandeurs réduites. Il permet à l'ingénieur électricien d'avoir constamment à l'esprit des ordres de grandeurs
relatifs de certains paramètres indépendamment des niveaux de tension et de puissance. Il permet, aussi, une
généralisation facile pour n’importe quelle puissance nominale du modèle en changeant simplement les
paramètres des données. En effet, une grandeur physique A peut s’exprimer en unités réduites Apu dans sa base
de calcul Abase via l’équation suivante :
𝐴
𝐴𝑝𝑢 = (Eq.1)
𝐴𝑏𝑎𝑠𝑒
Nous prenons, dans notre cas, les grandeurs nominales comme grandeurs de base pour calculer la valeur en p.u
de toutes les grandeurs exprimées en S.I (Système International d’unités) dans le système d’équations.

N.B. Il est vivement souhaitable de justifier les réponses et décrire les différents paramètres utilisés dans les équations.
ETUDE DU SYSTEME AERODYNAMIQUE :
1. Faire un bilan des énergies mise en œuvre par le système de la figure 1 et préciser les différents éléments de
conversion.
2. Dans quel cas, on peut se passer du Gearbox.
3. Rappeler l’expression de la puissance captée par la turbine (Pt).
4. Définir une éolienne à vitesse fixe et à vitesse variable. Préciser l’avantage de l’un par rapport à l’autre.
5. Rappeler la courbe de puissance d’une éolienne et préciser le type de contrôle adéquat pour chacune des
zones de fonctionnement.
On installe une éolienne de 300 KW dans un site caractérisé par une vitesse moyenne de 14 m/s. Cette éolienne
est caractérisée par :
- Diamètre des pales : 28 m
- Surface balayée par le rotor : 615 m²
- Vitesse nominale de rotation du rotor : 43 tr/min
- Rapport du multiplicateur : 35
- Vitesse nominale de la MAS : 1515 tr/min
Par ailleurs, la densité de l'air est de 1,225 Kg.m-3.
6. Calculer la vitesse spécifique de cette éolienne.
7. Quel pourcentage de l'énergie du vent récupère-t-on au point de fonctionnement nominal ? Conclure.
8. Quelle est la vitesse nominale N du rotor de la génératrice ?
9. Donner l’expression du couple mécanique (Ta) produit par la turbine en fonction de la vitesse du vent.
ETUDE DU SYSTEME MECANIQUE :
Le modèle à deux masses peut être simplifié et ramené sur l’arbre basse vitesse en convertissant le couple
électromagnétique, le moment d’inertie et la vitesse de rotation de la génératrice, de l’arbre rapide sur le côté de
la turbine.
Ainsi, le modèle simplifié est donné par la figure 2 et décrit par des équations dynamiques comme suit :
𝑑Ω
𝑇𝑎 − 𝑇𝑟 = 𝐽𝑇 . 𝑑𝑡𝑇
{ 𝑑Ω′
(Eq.2)
𝑇𝑟 − 𝑇𝑒𝑚′
= 𝐽𝑔′ . 𝑑𝑡𝑔
10. Que représentent les différentes grandeurs dans (Eq.2).

11. Donner les expressions de 𝑇𝑒𝑚 , 𝐽𝑔′ et Ω𝑔′ .
12. Exprimer les différentes grandeurs de (Eq.2) dans le système pu.

C.I: SEER 3 A . RAIHANI Page 1


UH2 Casablanca- ENSET Mohammedia Energies renouvelables 2

13. On définit également la constante d’inertie de la turbine (ou de la génératrice) HT (ou Hg) comme l’énergie
cinétique stockée dans la masse tournante de la turbine (ou de la génératrice) à la vitesse de rotation
nominale ΩTnom (Ωgnom), ramenée à la puissance de base, soit la puissance nominale de l’éolienne Pnom :
1 1
.𝐽𝑇 .Ω2𝑇𝑛𝑜𝑚 .𝐽𝑔 .Ω2𝑔𝑛𝑜𝑚
𝐻𝑇 = 2 𝑃𝑛𝑜𝑚
; 𝐻𝑔 = 2 𝑃𝑛𝑜𝑚
(Eq.3)
Donner la nouvelle transformation du système d’équations (Eq.2) en unités réduites.
14. Montrer que le couple de torsion (Tr) peut donc être calculé, dans le système pu, par :

𝑇𝑟𝑝𝑢 = 𝐾𝑡𝑔𝑝𝑢 . 𝜃𝑝𝑢 + 𝐷𝑡𝑔𝑝𝑢 . (Ω𝑇𝑝𝑢 − Ω𝑔𝑝𝑢 ) (Eq.4)
15. En se basant sur ce qui a précédé, compléter le schéma bloc des systèmes aérodynamique et mécanique de
notre système de conversion éolienne.

Figure 1 Figure 2

Figure 3

C.I: SEER 3 A . RAIHANI Page 2