Vous êtes sur la page 1sur 78

Remerciements

Au terme de ce travail, nous tenons à présenter notre profond respect, notre immense gratitude
et nos remerciements infinis à notre professeur Abdelilah TAKY pour son encadrement instructif et son
suivi précieux tout au long des étapes du projet. Nous avions eu l’aubaine de travailler sur cet
intéressant projet et de profiter de la grande expérience et des larges connaissances de M. TAKY en
matière d’irrigation.

Nous saisissons l’occasion pour remercier notre institut, l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan
II, et plus particulièrement notre cher département Eau, Environnement et Infrastructures pour les
opportunités qu’il nous offre.
Finalement, nous nous permettons d’épancher notre reconnaissance à toute personne qui a contribué
de près ou de loin à la réussite de ce travail, à savoir nos chers camarades de classe qui ne cessent de
nous prodiguer leur soutien et leur entraide.
Table des matières
I. Introduction ................................................................................................................................. 8
II. Données sur l’exploitation : ......................................................................................................... 9
1. Identification de l’exploitation : ................................................................................................ 9
2. Données de base : ..................................................................................................................... 9
3. Données concernant le sol : ...................................................................................................... 9
4. Ressources en eau :................................................................................................................... 9
III. Calcul des besoins en eau :......................................................................................................... 10
1. Calcul de la superficie nette : ........................................................................................... 10
2. Calcul de l’ET0 : ................................................................................................................ 10
3. Calcul des besoins nets : .................................................................................................. 11
4. Calcul des besoins bruts : ................................................................................................. 11
5. Calcul du débit fictif : ....................................................................................................... 11
6. Calcul du débit d’équipement : ........................................................................................ 11
7. Résultats de calcul :.......................................................................................................... 12
IV. Calcul des paramètres de l’irrigation et sectorisation ................................................................. 13
1. Choix du goutteur : .......................................................................................................... 13
2. Sectorisation .................................................................................................................... 14
V. Dimensionnement du réseau de distribution ............................................................................. 19
1. Pertes de charge admissible : ........................................................................................... 19
2. Dimensionnement des rampes : ....................................................................................... 19
3. Dimensionnement des portes rampes.............................................................................. 21
4. Antennes secondaires ...................................................................................................... 22
5. Dimensionnement de la canalisation primaire ................................................................. 23
6. Variation maximale de la pression par unité .................................................................... 24
7. Vanne en tête des unités ................................................................................................. 25
8. Raccordement : ................................................................................................................ 26
9. Pression en tête et en tête des unités .............................................................................. 27
10. Pressions minimales et maximales aux goutteurs ............................................................. 28
VI. Filtration .................................................................................................................................... 29
VII. Fertigation .............................................................................................................................. 34
VIII. Accessoires ............................................................................................................................. 39

3
IX. Groupement motopompe .......................................................................................................... 41
1. Dimensionnement des pompes des forages : ................................................................... 41
2. Dimensionnement de la pompe du bassin : ...................................................................... 45
X. Bassin de stockage ..................................................................................................................... 48
1. Calcul de la capacité du bassin : ....................................................................................... 48
2. Estimation réelle du volume du bassin : ........................................................................... 48
3. Géomembrane : ............................................................................................................... 49
XI. Simulation EPANET .................................................................................................................... 50
XII. Devis estimatif du projet ......................................................................................................... 63
1. Devis estimatif du bassin de stockage : ............................................................................ 63
2. Devis estimatif du matériel de la station de tête : ............................................................ 64
3. Devis estimatif du pompage de l’eau :.............................................................................. 65
4. Devis estimatif des travaux et matériel d'irrigation : ........................................................ 66
5. Total du devis : ................................................................................................................. 67
6. Les coûts estimatifs selon les postes : .............................................................................. 67
XIII. Guide d’entretien et de maintenance ..................................................................................... 68
1. Station de tête : ............................................................................................................... 68
2. Fertilisation : .................................................................................................................... 69
3. Bassin d’accumulation :.................................................................................................... 69
4. Goutteurs :....................................................................................................................... 69
5. Pompage : ........................................................................................................................ 71
6. Vannes : ........................................................................................................................... 72
7. Les ventouses ou vannes à air : ........................................................................................ 72
8. Les précautions à prendre contre le gel : .......................................................................... 72
XIV. Guide d’exploitation ............................................................................................................... 73
1. Utilisation du système : .................................................................................................... 73
2. Déconnexion – connexion et déplacement des rampes latérales : ................................... 74
3. Fertigation ....................................................................................................................... 74
4. Pompage : ........................................................................................................................ 76
XV. Conclusion : ............................................................................................................................ 77
XVI. Bibliographie........................................................................................................................... 78

4
Liste des tableaux
Tableau 1: Calcul de la superficie nette .............................................................................................. 10
Tableau 2: Valeurs de la durée d'insolation au Maroc ........................................................................ 10
Tableau 3: Résultats de calcul des besoins en eau ............................................................................. 12
Tableau 4: Pourcentage de sol humidifié pour divers débits de goutteurs et divers espacements..... 13
Tableau 5: Caractéristiques du goutteur choisi .................................................................................. 13
Tableau 6: Calcul de la sectorisation .................................................................................................. 16
Tableau 7: Sectorisation de l'exploitation .......................................................................................... 18
Tableau 8: résultats du dimensionnement des rampes. ..................................................................... 20
Tableau 9: résultats du dimensionnement des portes rampes. .......................................................... 22
Tableau 10: résultats du dimensionnement des antennes secondaires. ............................................. 23
Tableau 11: résultats du dimensionnement des canalisations primaires ............................................ 23
Tableau 12: calcul des variations des pressions au niveau des unités ................................................. 24
Tableau 13:Caractéristiques des vannes en tête des unités ............................................................... 25
Tableau 14: Pression en tête et en tête des unités ............................................................................. 27
Tableau 15:Pressions minimales et maximales aux goutteurs ............................................................ 28
Tableau 16: Caractéristiques du filtre choisi....................................................................................... 32
Tableau 17: Caractéristiques de l'hydrocyclone choisi ....................................................................... 32
Tableau 18: Besoins en unités fertilisantes de l'avocatier .................................................................. 34
Tableau 19: Besoins en produits fertilisants de l'avocatier ................................................................. 35
Tableau 20: Dimensionnement de la pompe de forage 1 ................................................................... 41
Tableau 21: Dimensionnement de la pompe de forage 2 ................................................................... 42
Tableau 22: Dimensionnement de la pompe de forage 3 ................................................................... 43
Tableau 23: Caractéristiques des 3 postes contrastés ........................................................................ 45
Tableau 24: Caractéristiques du réseau ............................................................................................. 46
Tableau 25: Dimensionnement de la pompe du bassin ...................................................................... 46
Tableau 26: Caractéristiques de la pompe du bassin .......................................................................... 47
Tableau 27: Calcul de la capacité du bassin de stockage .................................................................... 48
Tableau 28: Les dimensions du bassin de stockage ............................................................................ 49
Tableau 29: Surface de la géomembrane ........................................................................................... 49
Tableau 30: Caractéristiques des canalisations pour le poste 1 .......................................................... 54
Tableau 31: Caractéristiques des nœuds pour le poste 1 ................................................................... 54
Tableau 32: Caractéristiques des nœuds pour le poste 2 ................................................................... 55
Tableau 33:Caractéristiques des canalisations pour le poste 2 ........................................................... 56
Tableau 34:Caractéristiques des nœuds pour le poste 3 .................................................................... 57
Tableau 35:Caractéristiques des canalisations pour le poste 3 ........................................................... 57
Tableau 36:Caractéristiques des nœuds pour le poste 4 .................................................................... 58
Tableau 37: Caractéristiques des canalisations pour le poste 4 .......................................................... 59
Tableau 38:Caractéristiques des nœuds pour le poste 5 .................................................................... 60
Tableau 39: Caractéristiques des canalisations pour le poste 5 .......................................................... 60
Tableau 40:Caractéristiques des nœuds pour le poste 6 .................................................................... 61
Tableau 41: Caractéristiques des canalisations pour le poste 6 .......................................................... 62
Tableau 42: Devis estimatif du bassin de stockage ............................................................................. 63
Tableau 43: Devis estimatif du matériel de la station de tête ............................................................. 64
5
Tableau 44: Devis estimatif du pompage de l’eau .............................................................................. 65
Tableau 45: Devis estimatif des travaux et matériel d'irrigation ......................................................... 66
Tableau 46: Devis estimatif total........................................................................................................ 67
Tableau 47: coûts estimatifs selon les postes ..................................................................................... 67
Tableau 48: Plan d'action contre le colmatage ................................................................................... 71
Tableau 49: Les débits des postes à vérifier ....................................................................................... 73
Tableau 50: Besoins en unités fertilisantes ........................................................................................ 74
Tableau 51: Besoins en produits fertilisants ....................................................................................... 75

Liste des figures


Figure 1: Caractéristiques du goutteur choisi ..................................................................................... 14
Figure 2: Schéma de la sectorisation .................................................................................................. 17
Figure 3: Schéma de la sectorisation .................................................................................................. 17
Figure 4: Les vannes choisies ............................................................................................................. 25
Figure 5: Raccordement à l'aval de la station de tête ......................................................................... 26
Figure 6: Raccordement en tête des postes ....................................................................................... 26
Figure 7: finesse de filtration ............................................................................................................. 30
Figure 8: La finesse recommandée pour le goutteur choisi ................................................................ 30
Figure 9: choix du filtre à disques....................................................................................................... 31
Figure 10: L'hydrocyclone choisi ........................................................................................................ 33
Figure 11: Composition des engrais en éléments nutritifs .................................................................. 34
Figure 12: La citerne de fertilisation choisie ....................................................................................... 36
Figure 13: Le mélangeur choisi .......................................................................................................... 36
Figure 14: Tolérance et rendement potentiel des cultures fruitières en fonction de la salinité de l'eau
et du sol............................................................................................................................................. 37
Figure 15: Caractéristiques de l'injecteur choisi ................................................................................. 38
Figure 16: Compteur choisi ................................................................................................................ 39
Figure 17: Vanne à air choisie ............................................................................................................ 39
Figure 18: Le manomètre choisi ......................................................................................................... 39
Figure 19: Clapet anti-retour choisi .................................................................................................... 40
Figure 20: Sondes choisies ................................................................................................................. 40
Figure 21: Choix des pompes des forages .......................................................................................... 44
Figure 22: Courbes caractéristiques des pompes des forages ............................................................ 45
Figure 23: Choix de la pompe du bassin ............................................................................................. 47
Figure 24: Courbe caractéristique de la pompe du bassin ................................................................. 47
Figure 25: Données hydrauliques sur EPANET .................................................................................... 50
Figure 26: Courbe caractéristique de la pompe du bassin sur EPANET ............................................... 51
Figure 27: Caractéristiques du bassin de stockage sur EPANET .......................................................... 52
Figure 28: Caractéristique de la vanne (réducteur de pression) ......................................................... 52
Figure 29: Tracé du réseau sur EPANET ............................................................................................. 53
Figure 30: Résultats de la simulation du poste 1 ................................................................................ 53
Figure 31:Résultats de la simulation du poste 2 ................................................................................. 55
Figure 32: Résultats de la simulation du poste 3 ................................................................................ 56
6
Figure 33: Résultats de la simulation du poste 4 ................................................................................ 58
Figure 34: Résultats de la simulation du poste ................................................................................... 59
Figure 35: Résultats de la simulation du poste 6 ................................................................................ 61
Figure 36: manœuvre des vannes lors de la fertigation ...................................................................... 76

7
I. Introduction
L’enjeu d’une reconversion collective en irrigation localisée dans le grand hydraulique au Maroc
Le secteur de l’eau constitue pour le Maroc une priorité et un choix stratégique, puisqu’il s’agit de
l’un des principaux leviers du développement pour le pays. Les conditions socio-économiques de
l’utilisation de l’eau ont toutefois notablement changé depuis le début du siècle sous l’effet de
l’évolution rapide de la démographie, de l’amélioration continue des conditions de vie des
populations, de l’urbanisation accélérée, de l’introduction de l’irrigation à grande échelle et du
développement de l’industrie. Cette évolution socio-économique rapide a entrainé une pression
croissante sur les ressources en eau, consécutive à l’accroissement sans précédent des besoins en
eau des secteurs usagers, à la mise en évidence de disparités régionales et à l’apparition de
problèmes aigus de pollution de l’eau. Pour faire face à l’explosion de la demande en eau, le Maroc a
consenti des investissements considérables pour la mobilisation des ressources en eau, l’extension et
la modernisation de l’irrigation dans le cadre d’une politique harmonieuse et d’une gestion intégrée
des ressources en eau. L’économie de l’eau en irrigation devient une nécessité impérieuse pour la
pérennité des systèmes d’irrigation et la valorisation de l’eau. Dans ce cadre, l’Etat s’est engagé dans
des programmes ayant pour objectif la protection et la préservation des ressources en eau, tout en
incitant les agriculteurs à mettre en place des systèmes économes en eau. Dans ce contexte s’inscrit
le programme national d’économie d’eau en irrigation (PNEEI), ledit programme vise essentiellement
la modernisation du système d’irrigation. Ce programme consiste en la conversion massive de
l’irrigation de surface et par aspersion à l’irrigation localisée, particulièrement dans les périmètres de
grand hydraulique et dans les aires d’irrigation privée.
L’irrigation au goutte à goutte représente une conception nouvelle de l’apport d’eau au sol.
Celle-ci est appliquée localement, ponctuellement, dans le volume de sol occupé par les racines. Elle
est dispensée en petites quantités mais à des intervalles de temps très rapprochés : de quelques
heures à un jour. Il se forme de cette manière, sous l’impact des gouttes, un bulbe humide où
l’humidité du sol se maintient proche de la capacité de rétention. On considère que la quantité d’eau
versée dans ce bulbe doit être juste égale à celle consommée par l’arbre pour son développement

Les grands principes de l’irrigation localisée sont les suivants :

- Elle n’arrose qu’une fraction du sol ;


- Nécessité de faibles débits et de faibles pressions ;
- Met en œuvre des équipements fixes et légers ;
- Ne mouille pas feuillage ;
- Convient bien à l’irrigation fertilisantes ;
- Est indépendante des autres interventions sur la culture ;
- Impose dans la plupart des cas l’automatisation ; car nécessite des apports
fréquents et fractionnés.

8
II. Données sur l’exploitation :
1. Identification de l’exploitation :
Nom de l’exploitation Exploitation 4
Raison sociale Personne physique
CDA 236
Commune rurale BenMansour
Adresse de l’exploitation Cercle Menasra
Province Kenitra

2. Données de base :
Superficie totale de l’exploitation : 12ha70a10ca

Culture Superficie nette Densité Mode d’irrigation


Avocatier 8.4930 6*6 Localisé

3. Données concernant le sol :


Texture : Limoneux-argileux

Perméabilité : 8mm/h
Topographie : Terrain plat

4. Ressources en eau :
Ressource Profondeur Niveau Niveau Débit Coordonnées Qualité
en eau totale statique dynamique d’eau
Forage 1 32 20 Bonne
Forage 2 30 18 Bonne
Forage 3 40 20 Bonne
Volume autorisé : 6500 m3/ha/an

9
III. Calcul des besoins en eau :
Pour atteindre des objectifs de production satisfaisants, il convient de mettre les cultures dans des
conditions hydriques optimales. Ces conditions peuvent être assurées grâce à une bonne
connaissance des besoins en eau de la culture (Evapotranspiration), des stocks d’eau dans le sol, et
des apports d’eau extérieurs (Pluie, irrigation).

1. Calcul de la superficie nette :


Superficie nette = superficie brute – (superficie des pistes + surface non équipée + superficie du
bassin et de la station de tête)
Tableau 1: Calcul de la superficie nette

(m²) (Ha)

Superficie totale : 127010 12,701

Superficie à ne pas équiper : 39297,3931 3,92973931

Superficie des pistes : 4158,52845 0,415852845

Superficie des forages : 40,7781 0,00407781

Superficie de la station de tête : 16 0,0016

Superficie du bassin : 600 0,06

Superficie nette : 83368,9337 8,33689337

2. Calcul de l’ET0 :
𝑬𝑻𝟎 = ((𝟎. 𝟒𝟓𝟕 ∗ 𝒕) + 𝟖. 𝟏𝟐𝟖) ∗ 𝒑 ∗ 𝑲𝒕

𝑲𝒕 = 𝟎. 𝟎𝟑𝟏 ∗ 𝑻𝒎𝒐𝒚 + 𝟎. 𝟐𝟒

p : Durée d’insolation selon la latitude. Pour notre cas, c’est 35°.

Tableau 2: Valeurs de la durée d'insolation au Maroc

10
3. Calcul des besoins nets :
𝑩𝒏 = 𝑬𝑻𝒄 − 𝑷𝒆
Pe : Pluie efficace. Nous retenons :

• 𝑃 > 5 𝑚𝑚 ∶ 𝑃𝑒 = 0.85 ∗ 𝑃
• 𝑃 < 5𝑚𝑚 ∶ 𝑃𝑒 = 0

𝑬𝑻𝒄 = 𝑬𝑻𝟎 ∗ 𝑲𝒓 ∗ 𝑲𝒄
Kr : Coefficient de réduction pour le goutte à goutte.
Kc : coefficient cultural

4. Calcul des besoins bruts :


𝑩𝒏
𝑩𝒃 =
𝑬𝒂
𝑬𝒂 = 𝑬𝒊 ∗ 𝑪𝑼
Ea : Efficience d’application de l’eau à la parcelle, dans le présent projet, nous avons retenu un Ea de
0,9 ;

5. Calcul du débit fictif :


𝑩𝒃𝒑 ∗𝟏𝟎𝟎𝟎𝟎
𝑸𝒇𝒄 = (𝒍⁄𝒔. 𝒉𝒂 )
𝑵𝒐𝒎𝒃𝒓𝒆 𝒅𝒆 𝒋𝒐𝒖𝒓𝒔 𝒅𝒆 𝒎𝒐𝒊𝒔 𝒅𝒆 𝒑𝒐𝒊𝒏𝒕𝒆∗𝟑𝟔𝟎𝟎∗𝟐𝟒

Nos calculs ont donné : 𝑸𝒇𝒄 = 𝟎. 𝟒𝟑 𝒍⁄𝒔. 𝒉𝒂

6. Calcul du débit d’équipement :


𝟐𝟒
𝑸𝒆 = 𝑸𝒇𝒄 ∗
𝟏𝟔
Nos calculs ont donné : 𝑸𝒆 = 𝟎. 𝟔𝟒 𝒍⁄𝒔. 𝒉𝒂

11
7. Résultats de calcul :
Tableau 3: Résultats de calcul des besoins en eau
Mois Septembre Octobre Novembre Décembre Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Total
Pluviométrie mensuelle (mm) 11,9 58,6 96,2 111,5 87,1 68,2 51,3 48,4 19,5 4 0,3 0,4 557,4
Nombre de jours par mois 30 31 30 31 31 28 31 30 31 30 31 31 365
Température (°C) 21,5 19 15,3 12,8 11,6 12,8 14,6 15,8 17,7 20,7 22,7 22,9 17
P durée insolation % 0,28 0,25 0,23 0,22 0,23 0,25 0,27 0,29 0,31 0,32 0,32 0,3
Kt 0,91 0,83 0,71 0,64 0,60 0,64 0,69 0,73 0,79 0,88 0,94 0,95
ET0(mm/j) 4,56 3,48 2,48 1,96 1,85 2,23 2,77 3,25 3,96 4,96 5,59 5,30 3,53
Pluie efficace (mm/j) 0,3 1,6 2,7 3,1 2,4 2,1 1,4 1,4 0,5 0,0 0,0 0,0

Culture Paramètre Septembre Octobre Novembre Décembre Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août
Superficie (ha) 8,33 8,33 8,33 8,33 8,33 8,33 8,33 8,33 8,33 8,33 8,33 8,33
Kc 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7
Kr 0,85 0,85 0,85 0,85 0,85 0,85 0,85 0,85 0,85 0,85 0,85 0,85
Bn(mm/j) 2,37 0,47 0,00 0,00 0,00 0,00 0,24 0,56 1,82 2,95 3,32 3,14
Avocatier
B brut (mm/j) 2,64 0,52 0,00 0,00 0,00 0,00 0,27 0,62 2,03 3,28 3,69 3,49
B. net (m3/ha) 712,27 144,54 0,00 0,00 0,00 0,00 74,45 168,44 565,59 885,77 1028,77 974,91
B. brut (m3/ha.j) 26,38 5,18 0,00 0,00 0,00 0,00 2,67 6,24 20,27 32,81 36,87 34,94
B. brut (m3/ha) 791,41 160,60 0,00 0,00 0,00 0,00 82,72 187,16 628,43 984,19 1143 1083,24
Nbre d'h d'irrigation /j 12 12 0 0 0 0 12 12 12 12 12 12
Nbre de j d'irrigation/mois 30 31 30 31 31 28 31 30 31 30 31 31
Débit fictif continu (l/s/ha) 0,43
Débit d'équipement (l/s/ha) 0,85

dfc (l/s/ha) 0,43 Besoin brut annuel (m3/ha/an) 5060,83


Qe (l/s/ha) 0,64 Volume autorisé (m3/ha/an) 6500,00
Qe (l/s) 5,33

12
IV. Calcul des paramètres de l’irrigation et sectorisation
1. Choix du goutteur :
Pour déterminer le goutteur à adopter on doit se baser sur 3 critères :

• La topographie : on a un terrain plat dont le goutteur est non-autorégulant et donc turbulent


• Type de culture : la culture en question est un verger donc il nous faut un goutteur avec un
débit de 4l /h
• Le pourcentage du sol à humidifier : ce paramètre va nous renseigner sur l’espacement entre
les goutteur et l’espacement entre les rampes, il s’agit d’arbre fruitier donc il faut humidifier
le sol à 33% au minimum
La densité de la cuture en question est de 6*6, si on veut disposer d’une rampe entre chaque
deux arbres, les rampes vont être distantes l’une de l’autre de 6 m ; et puisqu’on a un sol argilo-
limoneux qui est un sol fin, on a à partir du tableau un écartement des goutteurs de 1,3
En faisant la projection on trouve un P%=27%<33 donc cet espacement n’est pas convenable, et
puisqu’on ne peut pas réduire les espacements, car on va irriguer des zones où il n’existe pas
d’arbre, on doit alors dédoubler les espacements en prenant un Er=3m au lieu de 6
En suivant le même raisonnement, on trouve un pourcentage d’humidification de 53% qui est une
valeur admissible.
Tableau 4: Pourcentage de sol humidifié pour divers débits de goutteurs et divers espacements

Tableau 5: Caractéristiques du goutteur choisi

Type GOUTTEUR TURBULENT


INTÉGRÉ ARIES™
Marque ERISER
Débit 4l/h
Pression d’entrée 15 mCE
Pression max 35 mCE

13
Figure 1: Caractéristiques du goutteur choisi

2. Sectorisation
a. La pluviométrie fictive :
La pluviométrie fictive représente la quantité d’eau apportée par unité de surface cultivée et par
unité de temps. C’est le rapport du débit du goutteur par rapport à la surface affectée à chaque
goutteur, elle s’exprime comme suit :
𝒒∗𝒏
𝑷𝒇 =
𝑬𝒈 ∗ 𝑬𝒓

Avec
Pf : Pluviométrie fictive (mm/h)

q : débit du goutteur en (l/h)


n : le nombre de rampe par ligne
Eg : Espacement entre goutteurs(m)
Er : Ecartement entre rampes(m).
b. Durée d’irrigation par poste par jour

La durée d’irrigation est le temps nécessaire pour satisfaire les besoins bruts durant la période de
pointe. Elle exprimée par :
𝑩𝒃𝒑
𝑻=
𝑷𝒇

Avec
T : Durée d’arrosage (h/j) ;

Bbp : Besoins bruts de pointe (mm/j) ;


14
Pf : Pluviométrie fictive.

c. Nombre de postes d’irrigation :


Le poste d’irrigation correspond à l’ensemble des surfaces de l’exploitation pouvant être arrosées
simultanément. Chaque poste est composé principalement d’une ou plusieurs unités représentants
des caractéristiques homogènes (culture, densité…) et fonctionnant en même temps.
𝑻𝒆𝒎𝒑𝒔 𝒅𝒆 𝒇𝒐𝒏𝒄𝒕𝒊𝒐𝒏𝒏𝒆𝒎𝒆𝒏𝒕
𝑵=
𝑫𝒖𝒓é𝒆 𝒅′ 𝒂𝒓𝒓𝒐𝒔𝒂𝒈𝒆𝒑𝒂𝒓 𝒋𝒐𝒖𝒓 𝒑𝒂𝒓 𝒑𝒐𝒔𝒕𝒆

d. Nombre de goutteurs par poste


Le nombre de goutteurs peut être calculé par la formule suivante :
𝒏 ∗ 𝑺𝒑 ∗ 𝟏𝟎𝟎𝟎𝟎
𝑵=
𝑬𝒈 ∗ 𝑬𝒓

Avec
n : Nombre de rampes par ligne ;
Sp : Superficie par poste (ha) ;
Eg : Ecartement entre goutteurs (m) ;
Er : Ecartement entre rampes (m).

e. Débit de poste
Le débit par secteur d’irrigation peut être calculé par cette formule : 𝐐𝐩=𝐪×𝐍𝐠
On effectuant ce calcul on a obtenu 7poste dont chacun doit être irrigué durant 1,8h or quand on
vérifie le temps de fonctionnement on trouve qu’avec le valeurs obtenues T=12,59>12h le temps de
fonctionnement supposé initialement, ainsi que pour des raison de simplification et d’uniformité on a
imposé un nombre de poste qui est égal à 6 vu que les parcelles de l’exploitation ont des superficies
plus ou moins égales on a pensé à attribuer un poste à chaque parcelle élémentaire pour avoir des
débits de postes avec un faible coefficient de variation

15
Le tableau ci-dessous récapitule l’ensemble des calculs effectués pour réaliser la sectorisation

Tableau 6: Calcul de la sectorisation


Formule Cas 1 Cas 2
Débit goutteur (l/h) - 4 4
Ecartement goutteurs (m) - 1,3 1,3
Ecartement rampes (m) - 3 3
Besoin brut (mm/jr) - 3,69 3,69
Nombre de rampes par ligne 2 2
𝑞∗𝑛
Pluviométrie fictive (mm/h) 𝑃𝑓 = 2,05 2,05
𝐸𝑔 ∗ 𝐸𝑟
Durée d'irrigation par jour par 𝐵𝑏𝑝
𝑇= 1,80 1,80
poste (h) 𝑃𝑓
Temps de fonctionnement (h) - 12 10,8
𝑇𝑒𝑚𝑝𝑠 𝑑𝑒 𝑓𝑜𝑛𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛𝑛𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡
Nombre de postes 𝑁= 7 6
𝐷𝑢𝑟é𝑒 𝑑 ′ 𝑎𝑟𝑟𝑜𝑠𝑎𝑔𝑒𝑝𝑎𝑟 𝑗𝑜𝑢𝑟 𝑝𝑎𝑟 𝑝𝑜𝑠𝑡𝑒
Superficie par culture (ha) - 8,33 8,33
𝑛 ∗ 𝑆𝑝 ∗ 10000
Nombre de goutteur /poste 𝑁= 3051 3560
𝐸𝑔 ∗ 𝐸𝑟
𝑆𝑢𝑝𝑒𝑟𝑓𝑖𝑐𝑖𝑒 𝑝𝑎𝑟 𝑐𝑢𝑙𝑡𝑢𝑟𝑒
Superficie par poste (ha) 𝑆𝑝 = 1,19 1,38
𝑁
Débit de poste (l/h) Qp= q*Ng 12204 14240
Débit de poste (m3/h) - 12,20 14,24
Vérification du temps de
Tf=N*T 12,59 10,79
fonctionnement (h)

Schéma de la sectorisation réalisé par AutoCAD se présente comme suit :

16
Figure 2: Schéma de la sectorisation
Lorsque qu’on a poussé notre réflexion à propos de la disposition convenable des rampes et des
porte-rampes il s’est avéré qu’une division de chaque poste en deux unités est indispensable

Le schéma devient comme suit :

Figure 3: Schéma de la sectorisation

17
Tableau 7: Sectorisation de l'exploitation

Nb de Débit de poste Débit de


N° de Poste Unité Superficie (ha)
goutteur/poste (l/h) poste(m3/h)

1 0,68625 1760 7040,00 7,04


1
2 0,68625 1760 7040,00 7,04

1 0,71886 1843 7372,00 7,372


2
2 0,71886 1843 7372,00 7,372

1 0,71774 1840 7360,00 7,36


3
2 0,71774 1840 7360,00 7,36

1 0,83146 2132 8528 8,528


4
2 0,83146 2132 8528 8,528

1 0,61080 1566 6264 6,264


5
2 0,61080 1566 6264 6,264

1 0,60306 1546 6184 6,184


6
2 0,60306 1546 6184 6,184

0,675672364 Variance
0,821992922 Écart type
0,906638253 Coefficient de variation

18
V. Dimensionnement du réseau de distribution
1. Pertes de charge admissible :
Afin de déterminer les pertes de charge admissible dans les rampes et les porte rampes on doit
appliquer la règle de Christiansen

L’équation de la courbe caractéristique s’écrit comme suit : 𝑄=𝐾*𝐻*𝑥


D’après les données la variation de débit est limitée à 10% ce qui se traduit par la formule ci-après :
𝚫𝐐 𝚫𝐇
=𝒙∗ = 𝟏𝟎%
𝑸 𝑯
C’est-à-dire
𝐇
𝚫𝐇 = 𝟎, 𝟏 ∗
𝐱

- D’après le catalogue l’exposant x est égal à 0,46


- La pression de fonction des goutteurs est égale à 15 mCE, ce qui donne des pertes de charge
admissibles de 3,26 mCE.
- On suppose que 50% des pertes de charge ont lieu dans les rampes et 50% restante dans les
portes rampes. (D’après l’école américaine et l’école marocaine)
Autrement dit, les pertes de charge admissibles au niveau des rampes sont :

ΔHrampe= 1,63 mCE


Et les pertes de charge admissible dans les portes rampes sont :
ΔHPorte rampe= 1,63 Mce

2. Dimensionnement des rampes :


Pour un bon fonctionnement du système il faut que la longueur des rampes et celle des porte rampe
soient admissibles il ne faut pas qu’elles dépassent les longueurs maximales citées dans le catalogue,
pour ce on a divisé chaque poste en deux unités égales dont chacune est bornée du côté de la piste
par un porte rampe.
Pour évaluer les pertes de charges au niveau des rampes, on utilise la formule empirique de CEMAGREF.
qui présente deux variantes selon la nature du matériau utilisé, puisqu’on travaille avec du PVC 10, la
formule s’écrit comme suit :
𝑳
∆𝑷𝒓 = 𝟎, 𝟒𝟓𝟐 × 𝑸𝟏,𝟕𝟔
𝒓 × 𝑫−𝟒,𝟕𝟔
𝒓
𝒓
× 𝟐,𝟓𝟔
Où :
- Lr : longueur de la rampe (m) ;
- ∆Pr : perte de charge au niveau de la rampe (mCE) ;

- Qr : débit à l'entrée de la rampe (l/h), il est déterminé comme suit

19
𝑳 × 𝑸𝒈
𝑸𝒓 =
𝑬𝒈
Avec
Eg : écartement entre les goutteurs (m)

Qg : Débit du goutteur (l/h)


Dr : diamètre intérieur de la rampe (mm) ;
Le diamètre retenu correspond au diamètre commercial le plus proche du diamètre calculé et qui
vérifié les conditions de vitesse et de pertes de charge admissibles
Le diamètre est déduit à partir de la relation du débit :

𝟒 × 𝑸𝒓
𝑫 = 𝟏𝟎𝟎𝟎 × √
𝟏𝟎𝟎𝟎 × 𝟑𝟔𝟎𝟎 × 𝝅 × 𝑽𝑴𝒂𝒙

Avec
Qr : Débit de la rampe
VMax : La vitesse maximale dans les rampes fixée à 1m/s.
Pour tenir compte des pertes de charge singulière on multiplie par 1,1 les pertes de charge en les
majorant ainsi par 10%, la formule des pertes de charge devient :
𝑳
∆𝑷𝒓 = 𝟏, 𝟏 × 𝟎, 𝟒𝟓𝟐 × 𝑸𝟏,𝟕𝟔
𝒓 × 𝑫−𝟒,𝟕𝟔
𝒓
𝒓
× 𝟐,𝟓𝟔

Le tableau ci-dessous présente les résultats du dimensionnement des rampes.

Tableau 8: résultats du dimensionnement des rampes.

D. D. int
Lr Qg Qr Lpn Lpx j ∆H V Vmax
Poste Unité Eg Ladm calculé commerci D. ext
(m) (l/h) (l/h) (m) (m) (m) (mCE) (m/s) (m/s)
(mm) al (mm)

1 71,02 4 1,3 218,55 104 8,79 12,0 14,8 71,03 0 1,32 1,63 0,54 1
1
2 71,02 4 1,3 218,55 104 8,79 12,0 14,8 71,03 0 1,32 1,63 0,54 1
1 65,53 4 1,3 201,63 104 8,44 12,00 14,8 65,53 0 1,06 1,63 0,50 1
2
2 65,53 4 1,3 201,63 104 8,44 12,00 14,8 65,53 0 1,06 1,63 0,50 1
1 64,53 4 1,3 198,57 104 8,38 11,00 13,6 64,54 0 1,53 1,63 0,58 1
3
2 64,53 4 1,3 198,57 104 8,38 11,00 13,6 64,54 0 1,53 1,63 0,58 1
1 72,53 4 1,3 223,20 104 8,88 12,00 14,8 72,54 0 1,40 1,63 0,55 1
4
2 72,53 4 1,3 223,20 104 8,88 12,00 14,8 72,54 0 1,40 1,63 0,55 1
1 51,00 4 1,3 156,95 104 7,45 10,30 12,3 51,01 0 1,09 1,63 0,52 1
5
2 51,00 4 1,3 156,95 104 7,45 10,30 12,3 51,01 0 1,09 1,63 0,52 1
1 49,50 4 1,3 152,31 104 7,34 10,30 12,30 49,50 0 1,01 1,63 0,51 1
6
2 49,50 4 1,3 152,31 104 7,34 10,30 12,30 49,50 0 1,01 1,63 0,51 1

20
Lpr : longueur totale de la porte rampes (m) ;

Lpn : longueur à laquelle la pression effective est minimale (m), puisque la pente est nulle Lpn=Lr.
Lpx : longueur à laquelle la pression effective est maximale (m), puisque la pente est nulle Lpx=0.

3. Dimensionnement des portes rampes


Pour évaluer les pertes de charges au niveau des portes rampes, on utilise la même formule utilisé
lors du dimensionnement des rampes.
𝑳
∆𝑷𝒑𝒓 = 𝟎, 𝟒𝟓𝟐 × 𝑸𝟏,𝟕𝟔 −𝟒,𝟕𝟔
𝒑𝒓 × 𝑫𝒑𝒓
𝒑𝒓
× 𝟐,𝟓𝟔

Où :

- ∆Ppr : perte de charge au niveau du porte-rampe (mCE) ;


- Qpr : débit à l’entrée du porte rampe (l/h),
𝑸𝒑𝒓 = 𝑸𝒓 × 𝑵𝒓

Il est la somme des débits à l’entrée de chaque rampe


- Lpr : longueur de la porte rampe (m) ;

- Dpr : diamètre intérieur de la porte rampe (mm) ;


Le diamètre commercial retenu doit être proche à un diamètre qu’on calcule par la relation suivante :
𝟒 × 𝑸𝒓
𝑫 = 𝟏𝟎𝟎𝟎 × √
𝟏𝟎𝟎𝟎 × 𝟑𝟔𝟎𝟎 × 𝝅 × 𝑽𝑴𝒂𝒙

La vitesse maximale dans les portes rampes est fixée à 1,5 m/s.

21
Le tableau ci-dessous présente les résultats du dimensionnement des portes rampes.

Tableau 9: résultats du dimensionnement des portes rampes.

Nbr. De D. Débit de
Superficie Débit D. int D.ext ΔP Débit PR
goutte LPR (m) calculé V (m/s) poste
(m2) PR (l/h) (mm) (mm) (m) (m3/h)
urs (mm) (l/h)

6862,50 1760 7430,61 102,77 41,86 59 63 0,48 0,76 7,43


15735,41
6862,50 1760 8304,80 115 44,25 59 63 0,66 0,84 8,30
7188,66 1844 8304,80 115 44,25 59 63 0,66 0,84 8,30
16828,15
7188,66 1844 8523,35 116 44,83 59 63 0,69 0,87 8,52
7177,47 1841 7863,61 116 43,06 59 63 0,60 0,80 7,86
15727,21
7177,47 1841 7863,61 118 43,06 59 63 0,61 0,80 7,86
8314,6 2132 7863,60 118 43,06 59 63 0,61 0,80 7,86
15928,84
8314,6 2132 8065,236 120 43,61 59 63 0,65 0,82 8,07
6108,045 1566,5 8141,363 124 43,81 59 63 0,68 0,83 8,14
16481,29
6108,045 1566,5 8339,933 127,24 44,34 59 63 0,73 0,85 8,34
6030,695 1547 8339,933 127,24 44,34 59 63 0,73 0,85 8,34
16679,86
6030,695 1547 8339,933 126,25 44,34 59 63 0,73 0,85 8,34

Qpr : débit de la porte rampes (m3/h).

4. Antennes secondaires
C’est la partie de transition entre la canalisation secondaire et la porte rampe. Sur la présente
exploitation, on n’aura besoin que d’une seule tête morte par poste vu qu’on a que deux porte-
rampes par poste et que chaque nœud avoisine un porte rampe, le deuxième sera rattaché au nœud
par le biais d’une antenne.
Les têtes mortes véhiculeront les débits des deuxièmes unités, et donc ils auront les mêmes unités
que les porte-rampes qu’ils raccordent au réseau
Le dimensionnement des antennes secondaires est identique à celui des portes rampes vu qu’ils sont
tous en PCV.
La vitesse maximale retenue pour le dimensionnement des antennes est égale à 1,8 m/s.

22
Le tableau ci-dessous présente les résultats du dimensionnement des antennes secondaires.

Tableau 10: résultats du dimensionnement des antennes secondaires.

Tronçon Longueur(m) Débit(m3/h) Diamètre calculé (mm) Dint DN Y (m) V(m/s) ΔP (m)

A-N1 121,1755 7,43 41,86 59 65 0,57 0,754967272 3,2608696


B-N2 126,8128 8,30 44,25 59 65 0,72 0,843786951 3,2608696
N3-C 125,3631 7,86 43,06 59 65 0,65 0,798960558 3,2608696
N4-D 141,3699 8,07 43,61 59 65 0,77 0,819446726 3,2608696
N5-E 98,8513 8,14 43,81 59 65 0,55 0,827181382 3,2608696
N6-F 96,996 8,34 44,34 59 65 0,56 0,847356537 3,2608696

5. Dimensionnement de la canalisation primaire


Pour des raisons de vérification des conditions hydrauliques, on a procédé par le morcellement de la
canalisation primaire en 6 tronçons, un tronçon en tête de chaque poste, la canalisation primaire est
bifurquée en deux parties, dont la première s’étale à droite de la station tête du nœud 3 au nœud 5,
et la deuxième du côté opposée prolongée du 2 ème au 1er nœud, le diamètre retenu pour chaque
partie est celui correspondant au débit maximum. En raison de l’uniformité des débits, tous les
tronçons auront le même diamètre.

Le tableau ci-dessous présente le résultat des calculs effectués pour le dimensionnement des
canalisations primaires

Tableau 11: résultats du dimensionnement des canalisations primaires


Tronçon Longueur(m) Débit(m3/h) Diamètre calculé (mm) Dint DN ΔP (m) V(m/s)

N5-N4 43,23 16,48 62,34 67,8 75 0,43 1,27


N4-N6 56,52 15,93 61,28 67,8 75 0,52 1,23
N6-N3 72,09 16,68 62,71 67,8 75 0,73 1,28
N3-N2 3,00 15,73 60,90 67,8 75 0,03 1,21
N2-B 128,23 16,83 62,99 67,80 75 1,31 1,29
B-N1 3,00 15,74 60,91 67,8 75 0,03 1,21

L : Longueur du tronçon (m) ;

Q : Débit du tronçon m3/h (on prend le débit maximum de tous les postes) ;
D : Diamètre interne commercial supérieur à celui qui est calculé en fonction de la vitesse maximale
(1.8 m/s) ;
V : Vitesse d’écoulement en (m/s).

23
6. Variation maximale de la pression par unité
Afin de calculer la pression requise à l’aval immédiat de la vanne, il faut passer par le calcul de la
pression au distributeur le plus favorisé et lui rajouter les pertes de charges engendrées au niveau de
la rampe la plus éloignée et au niveau de la porte rampe.
Autrement dit
∆𝑷𝒖𝒏𝒊𝒕é = ∆𝑷𝒓𝒂𝒎𝒑𝒆 + ∆𝑷𝒑𝒐𝒓𝒕𝒆−𝒓𝒂𝒎𝒑𝒆

Les résultats de calcul au niveau de toutes les unités constituant l’installation sont représentés dans
le tableau ci-dessous.

Tableau 12: calcul des variations des pressions au niveau des unités
Poste Unité Pe (mCE) Pn (mCE) Px (mCE) ΔP (mCE)
1 17,37 15 16,80 1,80
1
2 16,97 15 16,97 1,97
1 17,43 15 16,71 1,71
2
2 16,75 15 16,75 1,75
1 17,13 15 17,13 2,13
3
2 17,79 15 17,14 2,14
1 17,01 15 17,01 2,01
4
2 17,81 15 17,04 2,04
1 17,32 15 16,77 1,77
5
2 16,82 15 16,82 1,82
1 17,23 15 16,74 1,74
6
2 16,73 15 16,73 1,73

Avec
Pe : Pression requise à l’aval immédiat de la vanne (mCE) ;
Pe = Px + ΔPantenne
Pn : Pression au distributeur le plus défavorisé (mCE) ;
Pn=15 mCE

Px : Pression au distributeur le plus favorisé (mCE).


Px = Pn + ΔPunité

24
7. Vanne en tête des unités
Les vannes permettent d’autoriser ou d’inhiber le passage d’eau aux unités. En plus des vannes
situées en tête de poste et plus précisément au niveau des nœuds on rajoute des vannes à l’entrée
de chaque porte-rampe afin de limiter les pertes, si jamais il y a des fuites ou des pannes au niveau
d’une unité l’autre unité peut fonctionner aisément, au lieu de fermer la vanne de poste et arrêter
l’irrigation pour tout le poste, il suffit de fermer uniquement la vanne de l’unité en question.
Pour des raisons économiques, on a toujours tendance à minimiser les pertes de charges, pour ce on
a opté pour des vannes manuelles dont les pertes de charge sont nulles.
Tableau 13:Caractéristiques des vannes en tête des unités
Culture Vanne Emplacement Débit PR /AS (m3/h) Diamètre ext ΔP (mCE) Type
V1 A 7,43 63,00 0,00
V2 N1 8,30 63,00 0,00
V3 B 8,30 63,00 0,00
V4 N2 8,52 63,00 0,00
V5 N3 7,86 63,00 0,00
V6 C 7,86 63,00 0,00
Avocatier Manuelle
V7 N4 7,86 63,00 0,00
V8 D 8,07 63,00 0,00
V9 E 8,14 63,00 0,00
V10 N5 8,34 63,00 0,00
V11 F 8,34 63,00 0,00
V12 N6 8,34 63,00 0,00

Figure 4: Les vannes choisies

25
8. Raccordement :
Pour lier entre les canalisations, on a choisi les raccordements suivants :
a. A l’aval de la station de tête

Figure 5: Raccordement à l'aval de la station de tête


b. En tête des postes

Figure 6: Raccordement en tête des postes

26
9. Pression en tête et en tête des unités
Puisque les postes ne fonctionnent pas simultanément, le calcul doit se faire poste par poste.
Le tableau ci-dessous montre la pression en tête de chaque poste ainsi la vitesse avec laquelle l’eau
va s’écouler dans la canalisation lorsque ce dernier est en fonctionnement.
Tableau 14: Pression en tête et en tête des unités
Pression en
Q PDC Pam. Pav.
P Tronçon L (m) D (mm) V (m/s) tête des
(m3/h) (mCE) (mCE) (mCE)
postes
ST-N1 131,8 15,74 67,8 3,07 20,44 17,37 1,21
1 20,44
N1-A 121,2 7,43 57,0 1,73 18,71 16,98 0,81
ST-N2 1,00 16,83 67,8 0,03 17,46 17,44 1,29
2 18,99
N2-B 128,8 8,30 57,0 2,23 18,99 16,75 0,90
ST-N3 1,00 15,73 67,8 0,02 17,16 17,13 1,21
3 19,82
N3-C 128,4 7,86 57,0 2,02 19,82 17,80 0,86
ST-N4 131,4 15,93 67,8 3,12 20,14 17,01 1,23
4 20,15
N4-D 141,4 8,07 57,0 2,33 20,15 17,82 0,88
ST-N5 175,3 16,48 67,8 4,43 21,75 17,32 1,27
5 21,75
N5-E 98,85 8,14 57,0 1,66 18,48 16,83 0,89
ST-N6 77,27 16,68 67,8 1,99 19,29 17,30 1,28
6 19,29
N6-F 97,00 8,34 57,00 1,70 18,43 16,73 0,91

Avec
L : Longueur de ces tronçons (m) ;

Q : Débit réel passant dans le tronçon lorsque le poste concerné est en fonctionnement (m3/h) ;

D : Diamètre interne commercial déjà calculé précédemment (mm) ;


ΔP : perte de charge dans le tronçon en question en mCE

∆𝑷𝒕𝒓𝒐𝒏ç𝒐𝒏 = 𝟎, 𝟒𝟓𝟐 × 𝑸𝟏,𝟕𝟔 −𝟒,𝟕𝟔


𝒕𝒓𝒐𝒏ç𝒐𝒏 × 𝑫𝒕𝒓𝒐𝒏ç𝒐𝒏 × 𝑳 × 𝟏, 𝟏

Pam, Pav : Pression à l’amont et à l’aval du tronçon

𝑷𝒂𝒎𝒐𝒏𝒕 = 𝑷𝒂𝒗𝒂𝒍 − ∆𝑷𝒕𝒓𝒐𝒏ç𝒐𝒏

27
10.Pressions minimales et maximales aux goutteurs
Pour une pression à l’aval immédiat de la station de tête de 21,75 mCE (du poste le plus
contraignant : poste5
Tableau 15:Pressions minimales et maximales aux goutteurs
Poste Unités (1) Pe1 (mCE) (2) Pe2 (mCE) (3) Pn (mCE) (4) Px (mCE) (5)
1 1 20,02 20,02 12,15 12,73
2 18,68 18,68 11,21 11,21
2 1 19,52 19,52 11,59 12,31
2 21,72 21,72 14,48 14,48
3 1 21,73 21,73 14,10 14,10
2 19,73 19,73 11,44 12,09
4 1 18,63 18,63 11,12 11,12
2 19,42 19,42 16,60 11,88
5 12 17,32 17,32 10,00 10,05
2 20,09 20,09 12,77 12,77
6 1 19,76 19,76 11,97 12,53
2 20,06 20,06 12,83 12,83

Avec :
Pe1 : Pression à l’amont immédiat de la vanne (mCE); 𝑷𝒆𝟏 = 𝑷𝒎𝒂𝒙 − ∆𝑷𝒕𝒓𝒐𝒏ç𝒐𝒏 ;

𝑷𝒎𝒂𝒙 = 𝟐𝟏, 𝟕𝟓 𝒎𝑪𝑬


Pe2 : Pression à l’aval immédiat de la vanne (mCE); 𝑷𝒆𝟐 = 𝑷𝒆𝟏 − ∆𝑷𝒗𝒂𝒏𝒏𝒆

Pn : Pression au distributeur le plus défavorisé (mCE); 𝑷𝒏 = 𝑷𝒆𝟐 − ∆𝑷𝒂𝒎𝒐𝒏𝒕

∆𝑷𝒂𝒎𝒐𝒏𝒕 = ∆𝑷𝑺𝒕𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏−𝒕ê𝒕𝒆 + ∆𝑷𝑹𝒂𝒎𝒑𝒆 + ∆𝑷𝑷𝒐𝒓𝒕𝒆−𝒓𝒂𝒎𝒑𝒆 + ∆𝑷𝑨𝒏𝒕𝒆𝒏𝒏𝒆

Px : Pression au distributeur le plus favorisé (mCE).


𝑷𝒙 = 𝑷𝒆𝟐 − ∆𝑷𝒂𝒎𝒐𝒏𝒕 𝟐

∆𝑷𝒂𝒎𝒐𝒏𝒕 𝟐 = ∆𝑷𝑺𝒕𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏−𝒕ê𝒕𝒆 + ∆𝑷𝑹𝒂𝒎𝒑𝒆 + ∆𝑷𝑷𝒐𝒓𝒕𝒆−𝒓𝒂𝒎𝒑𝒆

Les pressions calculées dans le tableau ci-dessus seront retenues pour le dimensionnement de la
station de pompage pour garantir que le goutteur le plus défavorisé aie sa pression de service

28
VI. Filtration

La filtration est fondamentale pour la protection de tous les systèmes de micro-irrigation. Une
filtration efficiente est essentielle pour le bon fonctionnement du système d’irrigation et pour des
performances à long terme, car elle empêche les contaminants présents dans l’eau d’irrigation
d’obstruer les émetteurs (goutte à goutte, jets, micro-arroseurs) et les accessoires.
Puisque nous avons des eaux de forage de bonne qualité, on opte pour un filtre à disques, et d’un
hydrocyclone en amont de la station de tête car notre exploitation est située au niveau de Menasra
qui est connue pour ses eaux chargées de sable.
Les filtres à disques représentent une excellente solution pour des systèmes d'eau de surface.
Ces filtres sont composés d'une série de disques rainurés en plastique empilés, qui offrent une
excellente protection. Cette technologie permet une filtration à trois dimensions (qui retient plus de
particules puisque l'eau passe dans les passages formés par les rainures à la surface des disques
empilés sur le filtre), offrant ainsi une meilleure qualité de filtration que les filtres à tamis.
Les séparateurs de sables hydrocyclones sont utilisés comme étape préliminaire de filtration en
présence de sable ou de particules lourdes (50 microns ou plus) dans l’eau. Ils utilisent la force
centrifuge pour séparer les particules de l'eau. Les matières séparées descendent dans une cuve ou
un réservoir, à partir d’où elles peuvent ensuite être éliminées. Il ne s’agit pas d’un véritable filtre,
puisqu’il n’y a pas de barrière physique pour séparer les particules, mais il est souvent utilisé avant un
filtre, pour éliminer au préalable le volume du contaminant, avant que le filtre n’effectue le
nettoyage final.
Le dimensionnement de ce système repose sur trois critères :

• La finesse de filtration
• Le débit total de l’installation
• La vérification de la vitesse de filtration

29
1. Choix du filtre à disque :
• Finesse de filtration :
Pour le goutte à goutte, la finesse de filtration varie entre 100 et 150 microns.

Figure 7: finesse de filtration

On prend une finesse de 130 microns, qui est la finesse recommandée pour notre type de goutteur.

Figure 8: La finesse recommandée pour le goutteur choisi


• Débit total de l’installation :
Le débit du poste le plus exigent (Poste5) : 16.48 m3/h.

Lorsqu’il s’agit du dimensionnement des filtres, on majore toujours le débit, on le multipliant par un
coefficient de 1.5.
Le débit dans ce cas sera donc :

𝟏𝟔. 𝟒𝟖 × 𝟏. 𝟓 = 𝟐𝟒. 𝟕𝟐 𝒎𝟑 /𝒉

30
• Choix du filtre :
Filtre à disque 3’’ double :

Figure 9: choix du filtre à disques

• Vérification de la vitesse :
Selon les normes, la vitesse de passage de l’eau ne doit pas dépasser 100 m/h. Elle est définie comme
suit :

𝑸
𝑽𝒇 =
𝑺
Avec :
Vf : vitesse de passage de l’eau dans le filtre (m/h) ;
S : section filtrante (m²) ;
Q : débit de l’eau à filtrer (m3/h)

Dans notre cas, la vitesse de passage d’eau dans les filtres est égale :

𝟐𝟒. 𝟕𝟐
𝑽𝒇=
𝟑𝟖𝟎 ∗ 𝟏𝟎−𝟔
𝑽𝒇= 𝟔𝟓. 𝟎𝟓 𝒎/𝒉 < 100 𝑚/ℎ

31
• Caractéristiques du filtre choisi :

Tableau 16: Caractéristiques du filtre choisi

DEBIT LIMITE 40
Finesse de filtration 130
Débit du poste le plus exigent 16,48
Capacité de filtration 24,72
Type de filtre choisi Filtre à disques double 3’’manuel
Diamètre mm 80
Superficie filtrante mm² 380000 (2 filtres en série de 1900 cm²)
Vitesse de filtration m/h 65.05
Vitesse limite m/h 100
Nombre de filtres 1
Perte de charge totale(m) 0.3
2. Choix de l’hydrocyclone :

On opte pour 4 filtres montés en parallèle pour minimiser les pertes de charge. On choisit
l’hydrocyclone :

Tableau 17: Caractéristiques de l'hydrocyclone choisi


Hydrocyclone choisi Batterie Séparateur de sable
Type HYD-4
Diamètre 160
Perte de charge (m) 0.7
Nombre de filtres 4

32
Figure 10: L'hydrocyclone choisi

33
VII. Fertigation
1. Détermination de la qualité des éléments nutritifs N-P-K :
Les éléments nutritifs nécessaires pour la culture d’avocatier sont : N-P-K.
Pour des arbres adultes en pleine production, les apports suivants sont préconisés :
N = 240 kg/ha/an en 3 applications (1/2 en Mars-Avril, ¼ en Juin et ¼ en Juillet), P205 = 180 kg/ha/an
et K20 = 50 kg/ha/an. Les analyses du sol et des feuilles permettent de déterminer, en fonction des
différentes situations et de l'âge des arbres, les apports à effectuer.
Tableau 18: Besoins en unités fertilisantes de l'avocatier

Azote (N) Phosphore (P2O5) Potassium (K2O)


Besoins en unités fertilisantes
240 180 50
(Kg/ha)

On va utiliser des engrais diversifiés ayant des proportions en N, P et K.

Composition des engrais en éléments nutritifs :

Figure 11: Composition des engrais en éléments nutritifs

On doit alors calculer la quantité d’engrais à apporter pour assurer le dosage des éléments nutritifs :
𝑩𝒊 ∗ 𝑸𝒕(𝒙)
𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 à 𝒂𝒑𝒑𝒐𝒓𝒕𝒆𝒓(𝒙) =
𝑼𝑭𝒊

34
Avec :
Bi : Besoin en unité fertilisant de l’élément i (N-P-K) en kg/ha, exigé par l’avocatier (Voir tableau) ;
Qt(x) : Quantité totale de l’engrais x à introduire à 20° en kg ;
UFi : Unité fertilisant de l’élément i dans l’engrais x en kg/ha.
Tableau 19: Besoins en produits fertilisants de l'avocatier

Ammonitrate MAP Sulfate potassique

Besoins en produits (Kg/ha) 716 300 105


Solubilité (kg/l) 1.9 0.368 0.12

2. Calcul du volume d’eau total :

𝑸𝟏 𝑸𝟐 𝑸𝟑
𝑽𝒕 = ( + + ) ∗ 𝟏. 𝟏
𝑺𝟏 𝑺𝟐 𝑺𝟑
Avec :
Vt : volume d’eau total (l) ;
Q : quantité de produit (kg) ;
S : solubilité de produit (kg/l) ;

N.B : On majore de 10 % pour prendre plus de sécurité lors de l’installation des cuves.
Le volume total nécessaire à satisfaire les besoins en éléments nutritifs d’avocatier est calculé comme
suit :
𝑽𝒕 = 𝟏𝟖𝟗𝟑𝟏. 𝟎𝟗𝟕 𝒍
Afin de calculer le volume d’eau journalier, on est censé de déterminer la fréquence d’apport des
engrais durant la période d’apport. D’après les recherches bibliographiques on a trouvé que la période
d’apports des engrais pour l’avocatier est presque 20 jours (source : mémoire « Méthodologie de
gestion de l’irrigation localisée et fertilisante : cas d’un verger d’avocatier »).
Donc, le volume d’eau journalier Vj sera :
𝑽𝒕 = 𝟗𝟒𝟕 𝒍𝒊𝒕𝒓𝒆𝒔

35
3. Choix de la citerne et du mélangeur :
On va dimensionner la cuve de fertilisation en se basant du volume total journalier d’eau nécessaire.
Donc, on opte pour une citerne de 1000 L.

Figure 12: La citerne de fertilisation choisie

On doit choisir un mélangeur pour homogénéiser le mélange :

Figure 13: Le mélangeur choisi

4. Calcul du débit et de la durée d’injection :


c. Calcul de la concentration de la solution mère :
𝑷𝒆
𝑪𝒎 =
𝑽𝒕
Avec :

Cm : la concentration de la solution mère (g/l) ;

Pe : Le poids en engrais dissout (g) ;

Vt : volume d’eau de la solution mère (l) ;

36
d. Calcul de la concentration de la solution fille :
La principale qualité d'une eau utilisée pour l'irrigation est de ne pas être salée. Dans les régions où il
peut exister un doute sur la qualité de l'eau, il est indispensable de faire effectuer des analyses d'eau.
La composition d'une eau variant au cours de l'année, il est souhaitable de l'analyser en fin de saison
sèche et en fin de saison des pluies.
Le seuil de tolérance de la conductivité électrique (ECW) est de 0,9 dS/m. Une EC W de 1,7 réduit le
rendement potentiel de 25 % et une EC W de 2,4 de 50 %.

Figure 14: Tolérance et rendement potentiel des cultures fruitières en fonction de la salinité de l'eau
et du sol

Donc, pour notre culture d’avocatier, nous devons avoir une concentration optimale de la solution fille
de 1.3g/l. En faisant les calculs, ceci nous donne une durée d’injection supérieure à la durée d’irrigation
de chaque poste. Donc, on optimise la durée d’injection en fixant la concentration de la solution fille à
3.2 g/l.

e. Calcul du taux d’injection :

𝑪𝒇
𝑻𝒊 =
𝑪𝒎
Avec :

Ti : taux d’injection (l/ m3)


Cf : concentration de la solution fille (g/l)
Cm : concentration de la solution mère (g/l)

37
f. Calcul du débit d’injection :

𝑫𝒊 = 𝑻𝒊 ∗ 𝑸𝒔
Avec :

Ti : Taux d’injection

Qs : le débit total à la tête du réseau


g. Calcul de la durée d’injection :

𝑽𝒋
𝑻=
𝑫𝒊
Avec :

Di : débit d’injection (l/h)

Vj : Volume journalier (l)

5. Choix du système d’injection :

Le choix de l’injecteur se fait sur la base du débit d’injection (632 l/h).

On a choisi pour ce faire un injecteur hydraulique :

Figure 15: Caractéristiques de l'injecteur choisi

38
VIII. Accessoires
1. Choix d’accessoires pour la station de tête
a. Compteur : Compteur d’eau CLASSE B-PN16 bride ISO CO2FIL :

Figure 16: Compteur choisi

b. Vannes à air : EMEK AV-010 ¾’’ 10 bar filetée

Figure 17: Vanne à air choisie

c. Manomètre : Manomètre glycérine ¼’’ BSP

Figure 18: Le manomètre choisi

39
d. Filtration secondaire :

On va mettre un autre filtre à disques après la cuve de fertigation :


Filtre à disques double 3’’
Les filtres doivent être régulièrement nettoyés et fonctionnels ; ils doivent être installés avant le
système d'injection des engrais afin de nettoyer l'eau (hydro cyclone, éliminant les particules de sable
; filtres à disques ou à tamis, éliminant les impuretés des eaux de surface, algues, argiles…) et après
injection de la solution nutritive afin d'éliminer les impuretés des engrais non dissoutes, risquant
d'obturer les orifices ou les goutteurs.

e. Clapet anti-retour :

Figure 19: Clapet anti-retour choisi

f. Sonde de ph et de conductivité électrique :

Figure 20: Sondes choisies

40
IX. Groupement motopompe
Pour dimensionner le groupe motopompe, on opte pour des pompes centrifuges à axe vertical pour
minimiser et épargner les surcoûts de creusement pour approfondir la station. Cette disposition est
convenable pour les forages.
On va prendre des pompes centrifuges à axe vertical.

1. Dimensionnement des pompes des forages :


f. Pompe de forage 1 :

Nous avons une 𝐻𝑚 = 36 𝑚 et 𝑄 = 20 𝑚3/ℎ . On cherche sur notre catalogue une pompe qui
correspond à ces données. On opte donc pour une pompe NORMA V-50-30-200 V avec un diamètre
de roue de 177mm, un rendement de 51% et 𝑵 = 𝟐𝟗𝟎𝟎 𝒕𝒓/𝒎𝒊𝒏. Et on vérifie qu’il n’y a pas de
risque de cavitation avant et dans la pompe.
Tableau 20: Dimensionnement de la pompe de forage 1

Longueur de la conduite(F1-B) (m) 177,61


Vitesse m/s 1,50
Diamètre calculé (mm) 68,67
90,00
Diamètre commercial (mm)
81,40
Perte de charge (aspiration)(m) 2,59
Perte de charge (refoulement)(m) 2,64
Hm (m) 36,00
PdC totale (mCE) 5,23
Hauteur d'aspiration(m) 32,00
Dénivelé F1-Bassin (m) -4,00
HMT total (mCE) 41,23
Débit de forage (m3/h) 20,00
Diamètre d'aspiration (mm) 57
Vitesse à l'entrée de la pompe(m/s) 2,83
V²/(2*g) (m) 0,41
NPSHd 3,21
NPSHr 1,50
Puissance en (KW) 4,50
Rendement 0,51
Diamètre de la roue 177,00
Niveau dynamique de l'eau 26

41
Risque de cavitation :
• Avant la pompe : Pas de risque de cavitation.
𝑽²
𝑵𝑷𝑺𝑯𝒅 = 𝟎. 𝟗𝟔𝒎 > = 𝟎. 𝟒𝟏𝒎
𝟐∗𝒈
• Dans la pompe :
𝑵𝑷𝑺𝑯𝒅 = 𝟎. 𝟗𝟔𝒎 < 𝑵𝑷𝑺𝑯𝒓 = 𝟏. 𝟓𝒎
Donc, on a cherché la perte de charge qui nous assure une 𝑵𝑷𝑺𝑯𝒅 < 𝑵𝑷𝑺𝑯𝒓 , et on a cherché le
diamètre correspondant à cette perte de charge. Soit un diamètre d’aspiration de 𝑫𝒂 = 𝟓𝟕 𝒎𝒎.
g. Pompe de forage 2 :
Nous avons une 𝑯𝒎 = 𝟑𝟒 𝒎 et 𝑸 = 𝟏𝟖 𝒎𝟑/𝒉 . On cherche sur notre catalogue une pompe qui
correspond à ces données. On opte donc pour une pompe NORMA V-65-40-160, avec un diamètre de
roue de 177mm et un rendement de 48% et 𝑵 = 𝟐𝟗𝟎𝟎 𝒕𝒓/𝒎𝒊𝒏. Et on vérifie qu’il n’y a pas de risque
de cavitation avant et dans la pompe.
Tableau 21: Dimensionnement de la pompe de forage 2
Longueur de la conduite(F1-B) (m) 46,46
Vitesse m/s 1,50
Diamètre calculé (mm) 65,15
Diamètre commercial (mm) 75,00
67,80
Perte de charge (aspiration)(m) 1,08
Perte de charge (refoulement)(m) 1,37
Hm (m) 34,00
PdC totale (mCE) 8,57
Hauteur d'aspiration(m) 30,00
Dénivelé F1-Bassin (m) -4,00
HMT total (mCE) 36,45
Débit de forage (m3/h) 18,00
Diamètre d'aspiration (mm) 57
Vitesse à l'entrée de la pompe(m/s) 1,51
V²/(2*g) (m) 0,12
NPSHd 4,72
NPSHr 1,3
Puissance en (KW) 4,20
Rendement 0,48
Diamètre de la roue 177,00
Niveau dynamique de l'eau 24

42
Risque de cavitation :

• Avant la pompe : Pas de risque de cavitation.


𝑽²
𝑵𝑷𝑺𝑯𝒅 = 𝟐. 𝟎𝟑𝒎 > = 𝟎. 𝟑𝟑𝒎
𝟐∗𝒈
• Dans la pompe :
𝑵𝑷𝑺𝑯𝒅 = 𝟐. 𝟎𝟑𝒎 < 𝑵𝑷𝑺𝑯𝒓 = 𝟏. 𝟑𝒎

h. Pompe de forage 3 :
Nous avons une 𝑯𝒎 = 𝟒𝟒 𝒎 et 𝑸 = 𝟐𝟎 𝒎𝟑/𝒉 . On cherche sur notre catalogue une pompe qui
correspond à ces données. On opte donc pour une pompe NORMA V-50-32-200 V, avec un diamètre
de roue de 187mm et un rendement de 51% et 𝑵 = 𝟐𝟗𝟎𝟎 𝒕𝒓/𝒎𝒊𝒏. Et on vérifie qu’il n’y a pas de
risque de cavitation avant et dans la pompe.
Tableau 22: Dimensionnement de la pompe de forage 3
Longueur de la conduite(F1-B) (m) 169,79
Vitesse m/s 1,50
Diamètre calculé (mm) 68,67
Diamètre commercial (mm) 90,00
81,40
Perte de charge (aspiration)(m) 1,42
Perte de charge (refoulement)(m) 2,52
Hm (m) 44,00
PdC totale (mCE) 3,94
Hauteur d'aspiration(m) 40,00
Dénivelé F1-Bassin (m) -4,00
HMT total (mCE) 47,94
Débit de forage (m3/h) 20,00
Diamètre d'aspiration (mm) 67,8
Vitesse à l'entrée de la pompe(m/s) 2,83
V²/(2*g) (m) 0,41
NPSHd 4,38
NPSHr 1,5
Puissance en (KW) 5,00
Rendement 0,48
Diamètre de la roue 187,00
Niveau dynamique de l'eau 34
43
Risque de cavitation :

• Avant la pompe : Pas de risque de cavitation.

𝑽²
𝑵𝑷𝑺𝑯𝒅 = −𝟎. 𝟐𝟒𝒎 > = 𝟎. 𝟒𝟏𝒎
𝟐∗𝒈
• Dans la pompe :

𝑵𝑷𝑺𝑯𝒅 = −𝟎. 𝟐𝟒𝒎 < 𝑵𝑷𝑺𝑯𝒓 = 𝟏. 𝟓𝒎

Donc, on a cherché la perte de charge qui nous assure une 𝑵𝑷𝑺𝑯𝒅 < 𝑵𝑷𝑺𝑯𝒓 , et on a cherché le
diamètre correspondant à cette perte de charge. Soit un diamètre d’aspiration de
𝑫𝒂 = 𝟔𝟕. 𝟖 𝒎𝒎.

Figure 21: Choix des pompes des forages

44
Figure 22: Courbes caractéristiques des pompes des forages

2. Dimensionnement de la pompe du bassin :


a. Courbe caractéristique du réseau :
Nous avons pris 3 postes contrastés de notre exploitation ; le poste 1, le poste 3 et le poste 5. Et nous
avons calculé leur HMT en additionnant les pressions en amont aux pertes de charges de la station de
tête.

Tableau 23: Caractéristiques des 3 postes contrastés

Poste P amont ∆P (station tête) HMT

1 21,21 5,5 31,7100


3 20,7 5,5 31,20
5 22,49 5,5 33,0

Puis, nous avons résolu un système de 3 équations pour trouver l’équation caractéristique du réseau :

45
𝑯 = 𝟎. 𝟎𝟖𝟑𝑸𝟐 − 𝟎. 𝟐𝟔𝟖𝑸 + 𝟏𝟓

Débit(m3/h) 0 5 10 15 20
Caractéristiques
du réseau HMT(m) 15 15,735 20,62 29,655 42,84
Tableau 24: Caractéristiques du réseau

b. Courbe caractéristique de la pompe :

Nous avons calculé la HMT de la pompe qui est égale à : La pression en tête de la station de tête,
additionné de la profondeur du bassin et des pertes de charges au niveau de la station de tête.

Sur notre catalogue, nous avons cherché une pompe qui convient à notre débit du poste le plus
exigeant Q=16.84 m3/h et H=35m.
Tableau 25: Dimensionnement de la pompe du bassin
PDC (mCE) 6,67
Pression en tête de poste (mCE) 22,49
Profondeur du bassin (m) 5
HMT total (mCE) 35
Débit max poste (m3/h) 16,43
Débit pompe (m3/h) 16,43
D(aspiration) 50

PDC (aspiration) 0,534473301


NPSHd 8,765526699
NPSHr 3
Rendement 47%
Puissance (KW) 3
Vitesse 2,324369524
V²/2*g 0,275366651

On opte donc pour une pompe NORMA V-50-32-200 avec un diamètre de roue de 185mm et un
rendement de 47%, 𝑵 = 𝟐𝟗𝟎𝟎 𝒕𝒓/𝒎𝒊𝒏 et une puissance de 𝑷 = 𝟑 𝒌𝑾 . Et on vérifie qu’il n’y a pas
de risque de cavitation avant et dans la pompe.

46
Figure 23: Choix de la pompe du bassin

• Courbe caractéristique de la pompe :


Tableau 26: Caractéristiques de la pompe du bassin

Caractéristiques Débit (m3/h) 0 5 10 15 20


de la pompe HMT(m) 49,5 49 46 41 33

60
y = -0,0486x2 + 0,1514x + 49,471
50

40
HMT (m)
30

20 y = 0,083x2 - 0,268x + 15

10
PF (18 ; 36)
0
0 5 10 15 20 25
Caractéristiques du
Débit Q(m3/h)
réseau

Figure 24: Courbe caractéristique de la pompe du bassin

• Point de fonctionnement :
Nous avons reporté la courbe de pompe et l’intersection nous a donné le point de fonctionnement.

𝑷𝑭 (𝟏𝟖; 𝟑𝟔)
47
X. Bassin de stockage
Les bassins d’irrigation sont des structures aménagées qui permettent d’entreposer l’eau prélevée
dans une source. Ils ont plusieurs rôles :

• La retenir en permanence l’eau (stockage) ;


• La décantation d’une grande partie des sables provenant de la source d’eau ;
• La desserte continue en eau d’irrigation.
Pour notre cas, le bassin joue un rôle de tampon.

Le dimensionnement du bassin se base sur :

• Besoin journalier pendant le mois de pointe : 36.87 m3/j.


• Nombre de jours d’autonomie d’irrigation pendant le mois de pointe : on prend 7 jours.

1. Calcul de la capacité du bassin :


𝑽 = 𝑩𝒃𝒑 ∗ 𝑺 ∗ 𝑻

Avec :
𝑩𝒃𝒑 : Besoin brut du mois de pointe (m3/j/ha)

𝑺 : Superficie nette (ha)


𝑻 : Jours d’autonomie (7jours)
𝑽 = 𝟐𝟏𝟒𝟗. 𝟖𝟖 𝒎𝟑
Pour des raisons de sécurité, on majore ce volume de 10%
Tableau 27: Calcul de la capacité du bassin de stockage

Nb de jours Superficie Volume


Bp (m3/j.ha)
d'autonomie nette (ha) (m3)
36,87 7 8,33 2149,8897

2. Estimation réelle du volume du bassin :


𝑯
𝑽= ∗ ((𝒂 ∗ 𝒃) + (𝒄 ∗ 𝒅) + √𝒂 ∗ 𝒃 ∗ 𝒄 ∗ 𝒅 )
𝟑
H : hauteur totale du bassin (m) ;
a et b : longueur et largeur de la gueule du bassin (m) ;
c et d : longueur et largeur du radier du bassin (m) ;

𝑽 = 𝟐𝟐𝟕𝟓 𝒎𝟑
Le bassin proposé doit avoir un volume supérieur ou égal au volume requis.
48
Tableau 28: Les dimensions du bassin de stockage
Longueur (m) 30
Dimension Largeur (m) 18
en
gueule Profondeur(m) 5
Superficie(m²) 540
Longueur(m) 25
Dimension Largeur(m) 15
au radier Superficie(m²) 375
Volume(m3) 2275

3. Géomembrane :
Afin d’assurer une étanchéité au niveau des parois internes du bassin, on installe une
géomembrane en PEHD de surface totale égale à la superficie interne du bassin plus une surface
d’ancrage.

Tableau 29: Surface de la géomembrane

Surface utile(m²) 866,934955


Surface d'ancrage(m²) 208
Longueur du Talus(m) 5,590169944
Surface Totale (m²) 1182,428451

49
XI. Simulation EPANET

La modélisation du réseau est faite d’EPANET, un logiciel développé pour la simulation du


comportement des systèmes de distribution d’eau e point de vue hydraulique.
L’utilisation d’EPANET est très diversifiée, et porte principalement sur :

• La régulation des pressions dans le réseau ;


• La détection des zones de fonctionnement déficitaire.
• Le dimensionnement de travaux d’amélioration du réseau ou d’extension.
• L’évolution de la qualité de l’eau et l’étude de retraitement en différents points du réseau.
• L’amélioration de la gestion des équipements (marnage des réservoirs.), des coûts
énergétiques (fonctionnement des stations de pompage.) et du contrôle.
• La sectorisation du réseau, et la gestion de crise (suppression d’une ressource, rupture d’une
canalisation maîtresse, introduction de contaminants dans le réseau).
On définit les paramètres par défaut :

• La formule adoptée par l’outil informatique EPANET pour le calcul des pertes de charge
linéaire est celle de Darcy-WEISBACH.
• Les pertes de charges singulières sont estimées à 10% des pertes de charges linéaires
• Sur chaque tronçon de conduite.

Figure 25: Données hydrauliques sur EPANET

50
Après avoir posé toutes les composantes du système d’irrigation, il faut saisir pour chaque composante
du réseau les données de base aux champs appropriés.

1. Les données de base


a. Les nœuds :

Nous introduisons dans les nœuds les paramètres suivants :

• La demande de base qui est égale au débit desservi au niveau de chaque unité.

• L’altitude de chaque nœud : nous avons un terrain plat.


b. Les tuyaux :
Nous introduisons :

• La rugosité des tuyaux :

• Les diamètres intérieurs des tuyaux ;

• Les longueurs ;

c. Les pompes :
On affecte à la pompe tracée la courbe caractéristique de notre pompe de bassin.

Figure 26: Courbe caractéristique de la pompe du bassin sur EPANET

51
d. Le réservoir :

Figure 27: Caractéristiques du bassin de stockage sur EPANET

e. Les vannes :
Nous avons tracé une vanne de type réducteur de pression, avec une consigne de 5.5m, pour
comptabiliser les pertes de charge au niveau de la station de tête.

Figure 28: Caractéristique de la vanne (réducteur de pression)


52
On a tracé notre réseau en respectant les longueurs et les diamètres des canalisations et en ajoutant
notre pompe et notre réservoir.

Figure 29: Tracé du réseau sur EPANET


2. Résultats de la simulation :
a. Poste 1 :

On a fait entrer les demandes dans les nœuds qui représentent les unités du poste1.

Figure 30: Résultats de la simulation du poste 1

53
• Résultats des tuyaux :
Tableau 30: Caractéristiques des canalisations pour le poste 1

• Résultats des nœuds :


Tableau 31: Caractéristiques des nœuds pour le poste 1

• Interprétation :
Nous remarquons qu’il y a une petite différence entre les pressions calculées et les pressions sur
Epanet. Ceci est dû à l’utilisation de la formule de Hazen-Williams sur Epanet alors que nous avons
utilisé la formule de Cemagref. Les vitesses obtenues sont bonnes, et sont toutes inférieures à
1.5m/s.

54
b. Poste2 :

Figure 31:Résultats de la simulation du poste 2

• Résultats au niveau des nœuds :


Tableau 32: Caractéristiques des nœuds pour le poste 2

55
• Résultats des tuyaux :
Tableau 33:Caractéristiques des canalisations pour le poste 2

• Interprétation :
La simulation donne de bons résultats qui conviennent à nos calculs. Les vitesses ne dépassent pas les
1.5m/s.
c. Poste3 :

Figure 32: Résultats de la simulation du poste 3

56
• Résultats des nœuds :
Tableau 34:Caractéristiques des nœuds pour le poste 3

• Résultats des tuyaux :


Tableau 35:Caractéristiques des canalisations pour le poste 3

• Interprétation :
La simulation donne de bons résultats qui conviennent à nos calculs. Les vitesses ne dépassent pas les
1.5m/s.

57
d. Poste 4 :

Figure 33: Résultats de la simulation du poste 4


• Résultats des nœuds :
Tableau 36:Caractéristiques des nœuds pour le poste 4

58
• Résultats des tuyaux :
Tableau 37: Caractéristiques des canalisations pour le poste 4

• Interprétation :
La simulation donne de bons résultats qui conviennent à nos calculs. Les vitesses ne dépassent pas les
1.5m/s.

e. Poste5 :

Figure 34: Résultats de la simulation du poste

59
• Résultats des nœuds :
Tableau 38:Caractéristiques des nœuds pour le poste 5

• Résultats des tuyaux :


Tableau 39: Caractéristiques des canalisations pour le poste 5

• Interprétation :
La simulation donne de bons résultats qui conviennent à nos calculs. Les vitesses ne dépassent pas les
1.5m/s.

60
f. Poste6 :

Figure 35: Résultats de la simulation du poste 6

• Résultats des nœuds :


Tableau 40:Caractéristiques des nœuds pour le poste 6

61
• Résultats des tuyaux :
Tableau 41: Caractéristiques des canalisations pour le poste 6

• Interprétation :
La simulation donne de bons résultats qui conviennent à nos calculs. Les vitesses ne dépassent pas les
1.5m/s.

62
XII. Devis estimatif du projet
Après avoir réalisé l’étude technique, nous allons à présent estimer les coûts de notre projet
d’irrigation localisée.

Plusieurs parties du réseau d’irrigation doivent être prises en compte, à savoir :


▪ Devis estimatif du bassin de stockage ;
▪ Devis estimatif du matériel de la station de tête ;
▪ Devis estimatif du pompage de l'eau ;
▪ Devis estimatif des travaux et matériel d'irrigation ;
Remarque :
Il faut noter que le coût global d’un projet d’irrigation localisé peut varier de 35000Dhs/ha et
65000Dhs/ha.

1. Devis estimatif du bassin de stockage :


Tableau 42: Devis estimatif du bassin de stockage

P.U
P.T
Désignation Unité Quantité (DH-
(DH-HT)
HT)

Terrassement du bassin de stockage de l'eau m³ 2365 15 35475

Géomembrane en PEHD d’épaisseur 1 mm m² 1183 32 37856

TOTAL (DH-DT) 73331

T.V.A 20% (DH) 14666,2

TOTAL (DH-TTC) 87997,2

63
2. Devis estimatif du matériel de la station de tête :
Tableau 43: Devis estimatif du matériel de la station de tête
Superficie nette à irriguer : 8.33 Ha
Désignation Unité Quantité P.U. P.T. (DH-
(DH- HT)
HT)

Matériel de filtration, de fertigation y compris les accessoires


de raccordement et les appareillages de control et de régulation (station de tête)

Filtres à disque 3" double _ 2 14407,6 28815,2


Hydrocyclone 1 14464 14464
Mélangeur électrique 1200 mm _ 1 1430 1430
Cuve cylindrique de 1000 L _ 1 2600 2600
Compteur d'eau WMR fileté 2" union compris _ 1 5307,5 5307,5
Manomètre MANO6 (0-6Bar) Manomètre _ 4 103,6 414,4
Glycérine -
63 boîtier inox
Injecteur Venturi Mazzei AIC287 1/2" _ 1 614,3 614,3
Clapet Non-Retour NR10 CLAREG80 DN80 _ 1 2902,7 2902,7
Vanne à coller seul raccord DN75 _ 4 235 940
Abri de la station de tête (4*4) m² 16 1300 20800
Socle en béton et caniveau pour les citernes 1 4200 4200
Accessoires de Raccordement _ 1 4000 4000
Installation
TOTAL 1 (DH-HT) 86488,1
T.V.A. 1 - 20 % (DH) 17297,62
TOTAL 1 (DH-TTC) 103785,72

64
3. Devis estimatif du pompage de l’eau :
Le calcul de devis de station de pompage fait intervenir le coût des pompes ainsi que les canalisations
de refoulement-aspiration, les accessoires de transition, les accessoires de liaisons, les dispositifs de
protection, etc.
Les résultats de calcul sont évidemment présentés dans le tableau suivant.

Tableau 44: Devis estimatif du pompage de l’eau

Désignation Unité Quantité P.U. (DH-HT) P.T. (DH-HT)

Pompe Norma V 50-32 200V


Hm=36 mCE Unité 1 2000 2000
Q=20m3/h
Pompe Norma V 65-40 160V
verticale inox modèle
Unité 1 2500 2500
Hm=34mCE
Q=18m3/
Pompe Norma V 50-32 200V
Hm=44 mCE Unité 1 2000 2000
Q=20m3/h
Pompe Norma V 50-32 200
Hm=35 Unité 1 2000 2000
Q=16,84m3/h
Coudes 45° Unité 3 128,2 128,2
Les raccords
à brides mobiles Unité 2 390 780
Les Cônes PN10 60/50
Brides asp-ref Unité 6 400 2400
Canalisation aspiration DN63 ml 37 9,12 337,44
Canalisation aspiration DN75 ml 70 12,6 882
Canalisation refoulement
ml 47 6,84 321,48
DN50
Canalisation refoulement
ml 357 5,0 1785,0
DN40
Clapet-Crépine DN63 Unité 2 336 672
Clapet-Crépine DN75 Unité 2 887,5 1775,0
Accessoires Unité Ensemble 1300,0 1300,0
Installation Forfait - - 5000
TOTAL (DH-HT) 23881,1
TVA-20% (DH) 4776,2
TOTAL (DH-TTC) 28657,3

65
4. Devis estimatif des travaux et matériel d'irrigation :
Tableau 45: Devis estimatif des travaux et matériel d'irrigation
Désignation Unité Quantité P.U. (DH- P.T. (DH-HT)
HT)
Conduites d'amenée et de distribution de l'eau y compris les accessoires de raccordement et les
appareillages de control et de régulation
Conduites en PVC, PN10, diamètre 75mm ml 329 12,6 4145,4

Conduites en PVC, PN06, diamètre 63 mm ml 2138 9,12 19498,56

Colle kg 17,00 75 1275,00


Vanne à coller manuelle seul raccord DN75 Unité 9 235 2115,00

Vanne à coller double raccord DN63 Unité 12 98 1176,00

Vanne à coller double raccord DN75 Unité 7 374,37 2620,59

Accessoires de raccordement Hectare 8,33 1000 8330,00

Purge PVC diamètre 2" Bout de ligne Unité 12 9,5 114,00

Terrassement des fouilles en tranchées pour la ml 2174,0376 6 13044,23


pose des conduites en terrain meuble
Installation Hectare 8,33 600 4998,00
TOTAL 2 (DH-HT) 57316,8
T.V.A. 2, 20% (DH) 11463,4
TOTAL 2 (DH-TTC) 68780,1
Tuyaux porteurs des distributeurs d'eau y compris les accessoires de raccordement
Rampes DN14,8 avec goutteurs intégrés Q = ml 15891 3 47673
4l/h de type turbulent avec espacement 1,3m

Départs + joints DN14,8 Unité 228 2,6 592,8

Jonction PVC DN14,8 Unité 228 0,7 159,6


Anneau fin ligneDN14,8 Unité 228 0,6 136,8

Rampes DN13,6 avec goutteurs intégrés Q = ml 5034 3,2 16108,8


4l/s de type turbulent avec espacement 1,3m

66
Départs + joints DN13,6 Unité 78 2,4 187,2

Jonction PVC DN13,6 Unité 78 0,6 46,8


Anneau fin ligne DN13,6 Unité 78 0,55 42,9

Rampes DN12,3 avec goutteurs intégrés Q = ml 8392 3,4 28532,8


4l/s de type turbulent avec espacement 1,3m

Départs + joints DN12,3 Unité 167 2,2 367,4

Jonction PVC DN12,3 Unité 167 0,5 83,5


Anneau fin ligne DN12,3 Unité 167 0,5 83,5

Installation Hectare 8,33 500 4165,0


TOTAL 3 (DH-HT) 33232,2
T.V.A. 3, 20 % (DH) 6646,44
TOTAL 3 (DH-TTC) 39878,6

5. Total du devis :
Tableau 46: Devis estimatif total
Devis Coût
Devis du bassin 87997,2
Devis de la ST 103785,72
Devis Pompage 28657,344
Devis Canalisation 108658,771
Total (Dhs) 329099,035
Total (Dhs/ha) 39507,6872
Total sans forage(dhs/ha) 27570,7672

6. Les coûts estimatifs selon les postes :


Tableau 47: coûts estimatifs selon les postes
Poste Superficie Coût (avec forages) Coût (sans forage)
1 1,37 54125,53152 37771,95112
2 1,44 56891,06963 39701,90483
3 1,43 56495,99276 39426,19716
4 1,66 65582,76082 45767,47362
5 1,22 48199,37843 33636,33603
6 1,21 47804,30156 33360,62836

Le coût total du projet est de 329099.03 Dhs.

67
Le coût total par hectare : 39507.69 Dhs/ha.

XIII. Guide d’entretien et de maintenance


Généralement les eaux utilisées pour l’irrigation sont de mauvaise qualité (Barrages, bassins
d’accumulation), contenant des sels, des algues et des autres matériaux en suspension. Cette
situation peut causer des problèmes de bouchages des distributeurs et une mauvaise répartition de
l’eau d’irrigation. D’autre part, en raison du coût élevé des systèmes d’irrigation localisés, ils doivent
être entretenus régulièrement pour éviter les problèmes de bouchage et prolonger la vie des
installations. L’entretien du réseau d’irrigation se fait sur plusieurs niveaux ;

1. Station de tête :
a. Système de filtration :
Composé généralement de filtres à sable et de filtres à tamis ou à disques utilisés pour filtrer l’eau
avant de passer dans le réseau d’irrigation. Il faut nettoyer les filtres régulièrement en fonction de la
qualité et de la pureté des eaux utilisées, en faisant passer l’eau filtrée en sens inverse de la filtration
par un jeu de vanne pour les filtres à sables, ou en nettoyant manuellement les tamis et les disques.

Il existe des dispositifs qui permettent le nettoyage automatique des filtres, tant pour les filtres à
sable que pour les filtres à tamis. Le déclenchement du lavage est commandé soit par la différence de
pression entre l’entrée et la sortie du filtre, soit par horloge.
On peut nettoyer les disques et les tamis manuellement avec une solution acide (pH 4,5) à base
d’acide nitrique, sulfurique ou phosphorique (ajouter l’eau à l’acide, et non de l’acide à l’eau).
Submergez les tamis et les disques dans cette solution pendant une heure puis rincez abondamment
à l’eau.

L’installation des manomètres à l’entrée et à la sortie de l’unité de filtration permet d’évaluer la


qualité de la filtration

• Une fois par semaine sur mon réseau goutte à goutte


- Vérifier le différentiel de pression à travers les filtres. Un système de filtration bien planifié
devrait perdre 0,2 à 0,3 bar en moyenne (lorsque le système de filtration est propre).Si le
différentiel de pression dépasse 0,5 bar, vérifiez-le ou les filtres car ceux-ci nécessitent
certainement un entretien.
- Si le système de filtration est manuel comme cela peut être le cas pour un filtre a à tamis vous
devez en effectuer l’entretien.

• Une fois par mois sur mon système d’irrigation goutte à goutte

- Si le système de filtration est automatique, comme cela peut être le cas pour un filtre à
disque ou une filtration à sable, commencer le contre-lavage du ou des filtres et vérifier que
tous les composants travaillent comme prévu.

68
2. Fertilisation :
Avant de préparer les mélanges des engrais, des précautions importantes sont à prendre, tel que la
solubilité, le taux de pureté et la compatibilité entre les engrais utilisés. Il est également nécessaire
de nettoyer régulièrement les filtres et les bacs de mélanges des engrais et purger les injecteurs
d’engrais de temps en temps en les faisant fonctionner avec de l’eau pure uniquement.

• Un ordre de manipulations à respecter


- Remplir la cuve au 3/4 d’eau.
- Verser progressivement l’engrais dans l’eau et agiter la solution
- Puis, compléter en eau au volume voulu et agiter jusqu’à dissolution.
Ne jamais verser l’eau sur l’engrais : on provoque une prise en masse ! Verser toujours l’engrais dans
l’eau

• Se méfier des mélanges


Tous les engrais ne peuvent être mélangés entre eux : certaines associations d’éléments sont
déconseillées, pour éviter toute précipitation. Ils devront alors être utilisés successivement où être
mis dans des cuves différentes.
Ne pas hésiter à faire un essai en petite quantité dans le cas de nouveau produit.

• La solubilité est plus faible quand la température est plus basse


En tenir compte selon les conditions météorologiques et la situation des bacs d’autant plus que la
dissolution abaisse la température de l’eau ! Il est conseillé de protéger les cuves du froid et d’éviter
de préparer les solutions à l’eau froide.

• Il faut vérifier la salinité sachant que le taux de salinité toléré par l’avocatier est de 1.3g/l.

3. Bassin d’accumulation :
Il faut procéder au nettoyage régulier du fond et parois du bassin, pour enlever la poussière, les
corps solides, les algues et les phytoplanctons qui peuvent passer par les conduites d’aspiration au
réseau d’irrigation. Pour empêcher le développement des algues on peut ajouter le sulfate de cuivre
au niveau du bassin.

4. Goutteurs :
Les goutteurs à la fin des rampes latérales donnent beaucoup moins d’eau que ceux qui sont au
début des rampes. En ce cas il faut lire les manomètres sur le filtre. Si le manomètre en aval du filtre
indique une valeur inférieure à 1,4 bar, il faut exécuter le lavage du filtre décrit dans le paragraphe 7.
a. Prévention du colmatage des goutteurs :
Le bouchage des goutteurs est l’un des gros problèmes ou inconvénients de l’irrigation localisée,
pour connaître les causes du colmatage, ouvrez la fin d’une rampe d’irrigation et récupérer l’eau de
la purge ou découper un goutteur pour évaluer la nature des dépôts.

69
Les dépôts des sels minéraux, notamment le carbonate de calcium, se présentent sous la forme d’une
couche blanche adhérant aux parois internes des conduites d’irrigation et des goutteurs. Pour éviter
les dépôts de sels minéraux, il est recommandé d’ajouter de l’acide phosphorique à l’eau d’irrigation
et de faire fonctionner le réseau d’irrigation pendant 30 à 60 minutes, puis purger le réseau
d’irrigation en ouvrant les fins des tuyaux d’irrigation.
Pour les dépôts des algues, ajoutez l’eau de javel à une concentration de 1 à 5 milligrammes par litre
d’hypochlorite de sodium, une fois tous les 15 jours.
N.B: Pour un bon entretien du réseau d’irrigation, le contrôle des débits des goutteurs et l’uniformité
de la distribution de l’eau d’irrigation est indispensable pour évaluer le degré de colmatage des
distributeurs et prendre les mesures nécessaires avant qu’il soit trop tard.

• Une fois par mois sur mon système d’irrigation goutte à goutte :

- Purger les lignes goutte à goutte. Pour que la purge des lignes soit simplifiée nous vous
conseillons d’utiliser des raccords à bague ou raccords lock en bout de ligne. Vous pouvez
également positionner une vannette goutte à goutte, la purge sera alors encore plus simple
(une fréquence plus élevée ou plus basse peut être exigée, selon le type et la qualité de l’eau)
• Une fois par saison :
Cela peut varier d’une fois par saison, à deux ou trois fois par saison en fonction de la qualité de l’eau
que vous utilisez.

- Vérifier le niveau de saleté dans le système (carbonates, algues et sédimentation du sel).

- Vérifier l’apparition d’un colmatage goutteur. Pour cela il vous suffit de placer un récipient
sous un goutteur de le laisser 30 minutes à 1 heure pour vérifier que la quantité d’eau
recueillie correspond à ce que le goutteur autorégulant doit délivrer.

- Purger l’ensemble de la tuyauterie : Que vous ayez un réseau en PVC ou bien un réseau
en polyéthylène goutte à goutte, vous devez purger aussi bien la conduite principale, que
l’ensemble des peignes qui constituent le sous-réseau et l’ensemble des conduites de
distribution.

- Si nécessaire, injecter du peroxyde d’hydrogène (Eau oxygénée) et/ou des acides selon les
besoins.

• À la fin de la saison d’irrigation en goutte à goutte :

- Injecter des produits nécessaires pour l’entretien et le rinçage de la ligne principale, des lignes
secondaires, des peignes d’alimentation et des lignes goutte à goutte (éliminer les dépôts
avant qu’ils ne puissent sécher en hors saison).

- Purger les lignes goutte à goutte.

70
b. Plan d’action contre le colmatage :
Il est possible d’éviter beaucoup de désagréments si, lors de l’installation ou ultérieurement (dans
certains cas), les lignes de goutteurs sont reliées entre elles par des collecteurs de fin de ligne avec
vannes de purge.
Ces collecteurs de purge ne devront pas être ouverts ensembles, mais les uns après les autres. Une
montée de pression (jusqu’à 3.5 bar maximum), réalisée trois fois par saison, permettra l’auto-
nettoyage des goutteurs de type auto-régulant anti-vidange.
Grâce à cette montée en pression les impuretés situées au niveau inférieur de la membrane du
goutteur seront évacuées.
Le tableau ci-après résume les opérations à réaliser en fonction des problèmes rencontrés :
colmatage par algues, colonies bactériennes, précipité de carbonate de calcium…
Tableau 48: Plan d'action contre le colmatage

5. Pompage :
• Graissage des paliers de pompe (ou vérification du niveau d’huile le cas échéant) et des
paliers de moteur électrique tous les 15 jours pendant la période d’utilisation.
• Vidanger le corps de pompe après chaque utilisation, en cas de fonctionnement hivernal et
risque de gel !
• Démarrer en vanne de refoulement fermée pour diminuer la puissance nécessaire ce qui est
bon pour un moteur électrique.

71
• Un échauffement anormal du moteur de pompage : il peut avoir 3 origines :
- Une mauvaise ventilation du local de pompage
- Des démarrages trop fréquents
- Une demande de débit à la pompe trop important Il faut alors fermer légèrement la
vanne de refoulement.

• Une vibration anormale de la pompe : vérifier la fixation du socle et le manchon


d’accouplement qu’il faut changer quand il est usé.
• La pompe se désamorce après son arrêt : fuite sur l’aspiration ; cela vient souvent du clapet
de pied : sortir l’aspiration, vérifier l’état du clapet, le nettoyer, le changer si besoin.
• Contrôle de la pression tous les 15jours manomètres à l’entrée de la station de tête. Si
pression est inférieure à la pression requise ceci indique un problème au niveau de la source
(motopompe, réseau collectif).
• La pompe s'arrête brusquement - le niveau d'eau dans le forage peut avoir atteint le niveau
minimum autorisé par le senseur de la pompe. En ce cas, il faut attendre jusqu'à ce que le
niveau d'eau dans le forage remonte au-dessus du niveau minimum.

6. Vannes :
Après la vidange du réseau, pour mettre ces vannes hors gel, il est impératif de les ouvrir à moitié et
non pas complètement.
Toutes les vannes, surtout les ¼ de tour, sont à manœuvrer lentement. En début d’ouverture, il faut
le temps de chasser l’air. En fin de fermeture, il faut limiter l’intensité du coup de bélier.

7. Les ventouses ou vannes à air :


Si la ventouse fuit : on la démonte pour vérifier l’état de l’orifice et de l’opercule et pour la nettoyer.
Quand la canalisation est longue, on en installe une tous les 500 m environ.

8. Les précautions à prendre contre le gel :

Pour éviter les dégâts du gel et retrouver une installation en bon état la saison suivante
:
• Nettoyer les filtres et les vidanger soigneusement, purger les rampes, vidanger
complètement le réseau,
• S’assurer que les regards des vannes sont bien drainés,
• Laisser les vannes 1/4 de tour à moitié ouvertes,
• Purger la pompe,
• Maintenir en milieu sec la station de tête. Si elle est dans un petit
cabanon isolé, calfeutrer les fenêtres.
• Si l’on arrose en période de gel (cultures sous serre), veiller à bien protéger les parties
aériennes de l’installation.

72
XIV. Guide d’exploitation
1. Utilisation du système :
Pour un cycle d’irrigation goutte à goutte, il faut avant tout aller au répartiteur de flux et ouvrir la
vanne du secteur que on veut irriguer. Si on veut irriguer tous les six secteurs, il est conseillé de
commencer par le poste2, celui qui est le plus proche à la station de tête. Deuxièmement il faut
s’assurer que les vannes en amont et en aval du filtre sont ouvertes. A ce point on peut démarrer la
pompe. Une fois la pompe démarrée, il faut contrôler qui l’eau coule correctement des goutteurs. On
laisse le secteur en fonctionnement pendant 1h48min, puis on ouvre la vanne du second secteur
(poste1) et on ferme celle du premier secteur (poste2). Comme ça le deuxième secteur commence à
recevoir l’eau et l’écoulement d’eau dans le premier est arrêté.
A la fin de l’irrigation de ces 2 postes qui constituent la partie droite de l’exploitation par rapport à la
station de tête, on revient au répartiteur de flux pour amorcer l’irrigation de la partie gauche et on
ouvre la vanne du poste 3. Puis, de la même manière, on procède à l’irrigation du pose 6, poste 4 puis
le poste 5.
Il faut vérifier que le débit à la sortie de la station de tête soit supérieur ou égale au débit du poste
qu’on souhaite irriguer.
Tableau 49: Les débits des postes à vérifier
Numéro de poste Débit de poste (m3/h)
1 28,152
2 29,488
3 29,448

4 34,112

5 25,056
6 24,744

ATTENTION : Il faut toujours ouvrir la vanne du nouveau secteur à irriguer avant de fermer la vanne du
secteur déjà irrigué.
Après l’irrigation des 6 postes, il est préférable d’arrêter le pompage vers le bassin. Cela pour éviter
que le niveau de l’eau dans les forages baisse trop vite, ce qui ne serait pas bon pour la vie des forages
parce que cela va entrainer le transport de sable dans les forages même. Il est conseillé de laisser passer
une heure de temps entre un cycle de distribution de l’eau goutte à goutte et le remplissage des
réservoirs, et vice versa.

73
2. Déconnexion – connexion et déplacement des rampes latérales :
Le déplacement des rampes latérales qui portent les goutteurs, est nécessaire si on prévoit que l’eau
va couvrir le terrain à la suite de fortes pluies. Ce déplacement doit être effectuée avec un soin
particulier et une attention pour assurer la pérennité des conduites eux-mêmes et éviter le colmatage
des goutteurs.
Pour le retirer, on doit suivre cette liste d’opérations :
1. déconnecter les rampes : ouvrir et retirer l'écrou de la connexion entre le support de prise, situé sur
la conduite secondaire, et la rampe latérale avec les goutteurs.
2. Retirer la ligne d'égouttement et visser immédiatement l'écrou du raccord, de sorte qu'il ne se perde
pas.
3. Envelopper soigneusement les rampes et les retirer du champ.

ATTENTION : Les rampes doivent être emballés avant de les déplacer pour prévenir leur
endommagement et pour empêcher la terre de pénétrer dans les goutteurs, avec l’effet de les boucher.

Lors de l’installation des rampes et du changement des rampes, il faut procéder comme suit :
1. Retirer l'écrou de la connexion.
2. Insérez l'égouttement dans l'écrou à oreilles.
3. Connecter la ligne de goutte à goutte sur le raccord et serrer l'écrou.
4. Déplier soigneusement la rampe tout le long de la rangée de plantes.

5. Enlever le bouchon à la fin de chaque rampe, en prenant soin de les conserver dans un endroit sûr.
6. Après avoir raccordé toutes les rampes et avoir enlevés les bouchons, on devra démarrer la pompe
et à son tour ouvrir les vannes de tous les secteurs pour laver toutes les impuretés des rampes latérales
qui sinon pourraient plus tard boucher les goutteurs.
7. Remettre en place les bouchons sur les goutteurs à la fin de chaque ligne.

3. Fertigation
La fertigation s’effectue une fois tous les 20 jours. Les besoins de la culture de l’avocatier en N-P-K
sont apportés sous forme d’ammonitrate, de MAP, et de sulfate potassique :
Tableau 50: Besoins en unités fertilisantes
Azote(N) Phosphore(P2O5) Potassium(K2O)

Besoins en unités fertilisantes (Kg/ha) 240 180 50

74
Tableau 51: Besoins en produits fertilisants
Sulfate
Ammonitrate MAP
potassique
Besoins en produits (Kg/ha) 716 300 105
Solubilité (kg/l) 1,9 0,368 0,12

Avant de choisir l’engrais, il est indispensable d’évaluer les besoins de la plante en fonction de ses
objectifs de production et de qualité.
Cela permet de faire un calcul correct de la dose de fertilisant nécessaire à prévoir.
Tout excès peut provoquer des accidents physiologiques sur la production, des pollutions
préjudiciables à l’environnement.

• Préparer la solution mère :


La “solution mère” est une solution concentrée : c’est de l’eau dans laquelle on a dissout des engrais.
Elle est préparée dans une cuve :

- Soit à partir d’un mélange d’engrais simples ou complets solides solubles,


- Soit avec des engrais complets sous forme liquide prêts à l’emploi.
Elle est injectée dans le réseau grâce à un appareil d’injection.
La concentration de la solution mère est de : 493.3 g/l
Pour ne pas dépasser le taux de salinité toléré par l’avocatier, on a fixé une salinité de 1.3g/l.
L’injection va durer 1.3 h pour chaque poste, précédé par 30 min.

• Un ordre de manipulations à respecter :

- Remplir la cuve au 3/4 d’eau.


- Verser progressivement l’engrais dans l’eau et agiter la solution
- Puis, compléter en eau au volume voulu et agiter jusqu’à dissolution.

Tous les engrais n’ont pas la même solubilité dans l’eau : lors de la préparation, procéder du moins
soluble au plus soluble, c’est-à-dire on commence par le sulfate potassique, puis le MAP, et
dernièrement l’ammonitrate.

Ils ne correspondent pas toujours à l’équilibre entre éléments, souhaitable pour la culture, cela
oblige alors à un réajustement avec des engrais simples pour obtenir la composition voulue.

75
• Pour injecter les fertilisants, on procède comme suit :
On ferme la vanne 1, et on ouvre les vannes 2 et 3.
• Pour irriguer sans fertilisants, on garde la vanne 1 ouverte et les deux autres fermées.

Figure 36: manœuvre des vannes lors de la fertigation

4. Pompage :
Le temps nécessaire pour le remplissage du bassin est de : 4.77 h.

On a une autonomie de 7 jours, donc il faut recharger le bassin tous les 7 jours.

76
XV. Conclusion :
Ce projet s’est révélé très enrichissant dans la mesure où il a consisté en une approche concrète du
métier d’ingénieur génie rural. En effet, il nous a permis d’appliquer nos connaissances en plusieurs
domaines à savoir les besoins en eau des cultures, l’hydraulique, et les machines hydrauliques ; et de
manipuler quelques logiciels comme L’auto-CAD et EPANET.
Nous avons touché du doigt la difficulté d’extrapoler le jeu de données disponibles pour obtenir des
valeurs cohérentes sur l’ensemble du projet étudié, ce que pourtant nous serons vraisemblablement
amenés à faire dans notre futur métier.
Toutefois, si une telle étude devait être complétée, à plus ou moins longue échéance, par un bureau
d’étude, il serait nécessaire de réaliser des campagnes de mesures terrain pour tester la validité des
résultats obtenus.

77
XVI. Bibliographie
Durée d’insolation au Maroc : FAO Irrigation and Drainage Paper 24 (Doorenbos and Pruitt, 1977)
page 13

Kc de l’avocatier : L'avocatier, Maisonneuve et Larose, 1994, Gestion technique d'un verger,


Irrigation, L'irrigation dans les pays producteurs d'avocats, Besoins en eau, Phase adulte.

Besoins en NPK : Fellah Trade, L’avocatier, Les techniques culturales, fertilisation


Concentration de la solution fille : Etudes et prospections pédologiques en vue de l'irrigation
(Bulletin pédologique de la FAO 42), page 74
Période d’apport des engrais : mémoire [méthodologie de gestion de l’irrigation localisée et
fertilisante : cas d’un verger d’avocatier]
Plan d’action contre colmatage : Serres val de loire, irrigation-brumisation, comment entretenir son
réseau de goutte-à-goutte

78

Vous aimerez peut-être aussi