Vous êtes sur la page 1sur 59

E”x´eˇr`cˇi`c´es˙

`d`e `g´é´o“m`éˇtˇr˚i`e ”vfle´cˇt´o˘r˚i`e¨l¨l´e `eˇt


`a‹n`a˜l›yˇtˇi`qfi˚u`e

I T˚r`a‹n¯sfi˜l´a˚tˇi`o“nffl

E”x´eˇr`cˇi`c´e 1 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

·
R

P O N Q
· · · ·

b
B ·
M

b
D ·
I ·
L

b
A ·
J ·
K

C b b

~u b
·
G ·
H

Recopier et compléter le tableau suivant :

L’image du point ... par la translation de vecteur... est le point ...


−−→
K AB ...
−−→
I CD ...
... ~u J
Q ... R
J ... M
... ~u M
−−→
G CD ...
−−→
... AB N

E”x´eˇr`cˇi`c´e 2 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Déterminer les translations qui permettent de passer d’une figure à l’autre en précisant dans chaque cas le
vecteur de la translation.

M. F˚r`oˆg´eˇt 1 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


G
b b
D b b

b
A b b b b

Fig 1 Fig 2 Fig 5


b b b b

C H

E
b b b b b b b
I
B

b b
F b b

Fig 3 Fig 6
b
P b b
O b b b b
K
J

b b b b b

Fig 4 Fig 7 Fig 8


b b
M b
L

b b

E”x´eˇr`cˇi`c´e 3 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
−−→
Reproduire le quadrilatère ABCD puis tracer son image par la translation de vecteur AB puis par la trans-
−−→
lation de vecteur AC

b
B

A
b

b b

D C

E”x´eˇr`cˇi`c´e 4 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

·
A ·
C

1. Reproduire la figure ci-dessus


·
B −−→ −−−→
2. Construire le point N tel que AB = HN
−−→ −−→
·
H ·
G ·
E 3. Construire le point P tel que DP = AE
−−→ −−→
4. Construire le point Q tel que F B = QG
D −−→ −−→
5. Construire le point R tel que RE = CH
·

·
F

M. F˚r`oˆg´eˇt 2 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


E”x´eˇr`cˇi`c´e 5 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
Tracer un triangle RST tel que RS=3cm, ST=5cm et RT=7cm
−−→
1. Construire l’image E de T par la translation de vecteur RS .
−−→
2. Construire l’image F de R par la translation de vecteur T S .
−−→
3. Donner deux vecteurs égaux à RT . On justifiera la réponse.
4. En déduire que S est le milieu de [EF ].

II T˚r`a`c´és˙

E”x´eˇr`cˇi`c´e 6 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
Dans chaque cas
−−−→
1. Placer le point M tel que AM = ~u + ~v
−−→
2. Placer le point N tel que BN = −~u + ~v
·
B

~v A·
~u ~u

·
~v
A

B
·

~u ~v ~v
A
·

B
·
~u
·
A

B
·

~v
~u

· ·
A
A=B

~v ~u

E”x´eˇr`cˇi`c´e 7 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Donner
d~
~b 1. Trois vecteurs ayant la même norme.
~c
2. Trois vecteurs ayant la même direction.
~e ~g
3. Deux vecteurs de même sens et de normes différentes.
~a 4. Deux vecteurs égaux
f~

M. F˚r`oˆg´eˇt 3 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


E”x´eˇr`cˇi`c´e 8 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Db b
C

Simplifier chacune des sommes suivantes :


A G −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
b b
DA + AG DA + DG CA + EF
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
EG + DA EG + CA DE + GC
b b
E F

E”x´eˇr`cˇi`c´e 9 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Placer les points A′ , B ′ , C ′ et D′ tels que


−−−→ −−−→ −−−→ −−−→
AA′ = ~u − ~z BB ′ = ~u − w ~ − ~z CC ′′ = −~v − w
~ + ~u DD′ = −~v − ~z − ~u − w
~

D
b

~v b

~u
~z
b
C
w
~

A
b

E”x´eˇr`cˇi`c´e 10 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
~
V

Reproduire la figure ci-contre sur votre copie, puis construire les


points M , N et P définis par les égalités vectorielles :
−−−→ −−→ −−→ −−−→ A ~
U
AM = ~u + ~v BN = ~u − ~v P N + P M = ~0. b

b
B

E”x´eˇr`cˇi`c´e 11 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Dans chaque cas, reproduire la figure et construire le vecteur ~v vérifiant l’égalité :

~ − ~v = ~u
w ~u + ~v = 2w
~ ~u − ~v = w
~ 2~u + ~v = w
~

w
~ w
~
~u
~u

~u w
~
A ~u
w
~

M. F˚r`oˆg´eˇt 4 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


III P˚r`oˆd˚u˚i˚t `dffl’˚u‹nffl ”vfle´cˇt´eˇu˚rffl ¯p`a˚rffl ˚u‹nffl ”n`o“m˜b˘r`e ˚r`é´e¨l

E”x´eˇr`cˇi`c´e 12 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Construire sur la figure ci-dessous les points D, E et F vérifiant les égalités

−−→ −−→ −−→ 1 −−→ −−→ −−→ −−→


AD = BC BE = − BC AF = 1.5AC + BA
2

A
b

b
C

E”x´eˇr`cˇi`c´e 13 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Les points ci-dessous sont régulièrement espacés.


b
A b
B b
C b
D b
E b
F

Compléter chacune des égalités par le nombre réel k qui convient :


−−→ −−→ −−→ 1 −−→
Par exemple, on complétera l’égalité AB = . . . . . . AD en écrivant : AB = × AD
3
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
DA = . . . . . . DE DB = . . . . . . DE DE = . . . . . . DA

−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→


DC = . . . . . . EF BF = . . . . . . DA DB = . . . . . . AF

E”x´eˇr`cˇi`c´e 14 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Les points ci-dessous sont régulièrement espacés :

b b b b b b
A
b b
B
b b b b

1. Reproduire la figure ci-dessus.


2. Placer les points M,N, P, Q et R tels que :
−−−→ −−→ −−→ 1 −−→ −−→ −−→ −−→ 3 −−→ −−→ −−→
AM = 2AB AN = AB AP = −AB QA = BA RA = 3BR
2 2

E”x´eˇr`cˇi`c´e 15 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

1. Tracer un triangle isocèle ABC tel que CA=CB.


2. Placer les points M,N, P et T tels que :
−−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ 3 −−→ −−→ 5 −−→
CM = 2AB AN = −3AC P B = AC AT = − BC
2 2

M. F˚r`oˆg´eˇt 5 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


E”x´eˇr`cˇi`c´e 16 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

e~4

e~1
e~1 peut s’écrire en fonction des vecteurs ~u et ~v :

e~1 = ~u + 3~v e~3


~
v e~5
De même écrire chacun des vecteurs e~2 , e~3 , e~4 et e~5
en fonction des vecteurs ~u et ~v
u

e~2

E”x´eˇr`cˇi`c´e 17 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

w
~ Tracer un représentant de chacun des vecteurs 2~u, −3~v ,
2~u − 3~v − w
~
~u
~v

E”x´eˇr`cˇi`c´e 18 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

1. Reproduire la figure ci-contre ·


A
−−→ −−→
2. Tracer un représentant de chacun des vecteurs AB + BC ,
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ B
AB − BC , 2AB + AC , AB − 2AC ·

3. Tracer les points M et N définis par les égalités


−−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ C
AM = AB + AC , AN = 3AB − AC
·

E”x´eˇr`cˇi`c´e 19 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

A B
b b b b b b b b b b b b b b b b b b b b b b b b b b b b b

Placer le point
−−→ 5 −−→
1. P tel que AP = AB
3
−−→ 2 −−→
2. Q tel que QB = BA
3
−−−→ −−−→
3. M tel que M A + 2M B = ~0
−−→ −−→
4. N tel que 5N A + N B = ~0

M. F˚r`oˆg´eˇt 6 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


E”x´eˇr`cˇi`c´e 20 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
b
C
b
A b
B
b
A
b
C

b
D
b
B

Construire le point M tel que


Construire les points M et N tels que −−−→ −−→ −−→ −−→
−−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ 3 −−→ M A = 2BC + BD − 2AC
AM = 3BC − AC et AN = 2AB − BC
2

E”x´eˇr`cˇi`c´e 21 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
−−−→ −−→
A et B sont deux points donnés. Dans chacun des cas, déterminer le nombre réel x tel que AM = xAB ,
puis placer le point M :
−−−→ −−→ −−−→ −−→ −−−→ 1 −−−→
a. M A = 2AB b. M B = −3AB c. M A = − M B
−−−→ −−−→ −−−→ −−−→ 2
d. M A + 3M B = ~0 e. 4M A = −6BM

E”x´eˇr`cˇi`c´e 22 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
B A

1. Reproduire la figure ci-dessus.


2. Placer chacun des points M , N , P et Q définis par les égalités ci-aprés :
−−−→ 2 −−→ −−→ 1 −−→ −−→ 5 −−→ −−→ −−→
a. AM = AB b. AN = − AB c. P A = BA d. 36 QB = 39 AB
3 4 6
−−→ −−→
3. Le point R est défini par l’égalité 5BR + AR = ~0.
−−→ −−→
Exprimer le vecteur BR en fonction du vecteur AB , puis placer le point R.
−−→ −−→
4. Placer le point S défini par l’égalité 5SB + 7SA = ~0. Quelques explications sont attendues.

IV C`a˜l´cˇu˜l ”vfle´cˇt´o˘r˚i`e¨l

E”x´eˇr`cˇi`c´e 23 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
Compléter les égalités :
−−→ −−→ −−→ −−→ −−−→ −−−→ −−−→ −−→ −−−→
1. AB + BC + CD = . . . 2. BD = . . . A + A . . . 3. B . . . + AC = . . . C

−−−→ −−−→ −−−→ −−→ −−→ −−−→ −−→ −−→


4. D . . . − . . . F = ~0 5. B . . . + HD + . . . = ~0 6. . . . A − EA + EF = ~0

−−−→ −−→ −−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
7. A . . . + . . . + B . . . = CD 8. 2AB + 2BC = 2( . . . + . . . ) = 2 . . . 9. 3BC + 2BA − 2CA = . . .

E”x´eˇr`cˇi`c´e 24 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
Écrire le plus simplement possible :
2 3 1
1. 2~u + 3~u + 3~u 2. −5~u + 2(−3~u + ~v ) 3. ~u + ~u − ~u
5 4 2

1 2 2 5 1 5 2
4. (2~u + ~v ) − (−~u + ~v ) 5. −3(~u + 2~v ) − 2(~u + ~v ) 6. ~a − ~b − ~b + ~a
2 3 3 3 6 12 3

M. F˚r`oˆg´eˇt 7 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


E”x´eˇr`cˇi`c´e 25 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Écrire le plus simplement possible chacun des trois vecteurs ci-dessous, en n’oubliant pas de faire figurer les
différentes étapes de vos calculs :
~ =−
U
−→ −−→ −−→ −−→ ~
AB − CD + CA − DB V
−−−→ −−−→ −−→ −−−→ ~
= MN + PM + NP + MP W
−−→ −−→ −−→
= 2AB + BC − AC

E”x´eˇr`cˇi`c´e 26 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

BCDE et DF GI sont des carrés de même dimension. ECF I est aussi un carré.

C
B

Compléter les égalités suivantes en utilisant seulement des points de la figure :


J
−−→ 1 −−→ −−→ −−→
a. − JF + DG = b. CD + CF =
2
D
E F
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→
c. BC − GI = d. 2DJ + F I + BC =

−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→


A e. 3BJ − CF + EA + CD = f. JG − CF =

I G

E”x´eˇr`cˇi`c´e 27 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
E D J
b b b

En utilisant uniquement les points de la figure, donner un


représentant de chacun des vecteurs ci-dessous :
G H −−→ −−→ −−→ −−→
F b b b b

I a. 3F G + IC b. 2AG + 2EG

1 −−→ 1 −−→ 2 −−→ 1 −−→


c. IF − DC d. F I − BJ
b b b
3 2 3 2
A B C

E”x´eˇr`cˇi`c´e 28 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

A D G
En utilisant uniquement les points de la figure, donner un repré-
b b b

sentant de chacun des vecteurs ci-dessous :


E F −−→ −−→ −−→ −−→
b b

a. AD + 2AE b. 2BC + 2CE

−−→ −−→ 1 −−→ 1 −−→


b b b

c. − 2CE + 2F G d. AG + CG
B C H 2 2

E”x´eˇr`cˇi`c´e 29 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

A, B, C sont trois points donnés non alignés. Dans chaque cas


−−−→ −−→ −−→
1. Déterminer les nombres réels x et y tels que : AM = xAB + y AC
2. Placer le point M
−−−→ −−→ −−→ −−−→ −−−→ −−→ −−−→ −−→ −−→
a. BM − AB = AC b. 2M C − M B = AB c. M B − 4AB = 2CB
−−→ −−−→ −−→
d. 2AB = M C + BC

E”x´eˇr`cˇi`c´e 30 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

M. F˚r`oˆg´eˇt 8 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


b
A ~u b
E b
B

1. Reproduire la figure et placer les points F , G et H tels ~v


−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
que AF = 2AE , AG = 12 AJ , AH = 2AE + 21 AJ ,
−−→ −−→ −−→
AI = AE + AT .
−−→ J T
2. Lire sur le graphique les réels x et y tels que AT = b b

−−→ −−→
xAJ + y AE
3. En déduire, par le calcul, les réels x’ et y ′ tels que
−−→ −−→ −−→
AI = x′ AJ + y ′ AE .

b
D b
C

E”x´eˇr`cˇi`c´e 31 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Aucune justification n’est attendue dans cet exercice.

b
J b
I b
H b
G

K
b b b b

M N F

L
b b

P
b

Q
b
E

A
b b b b

B C D

1. En utilisant uniquement les points de la figure, donner un représentant de chacun des vecteurs ci-
dessous :
−−→ −−→ −−−→ −−−→
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
CD + EG 2M N + N H
P Q + ED FN + FD −2BA + HE AE + IP
−−→ −−→
2. Exprimer en fonction des vecteurs AB et AL chacun des vecteurs ci-dessous :
−−→ −−→ −−→ −−→
AF PH QI GB
−−→ −−→
3. Décomposer ces mêmes vecteurs sur les vecteurs P E et IM

E”x´eˇr`cˇi`c´e 32 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

~ et ~z en fonction des vecteurs ~i et ~j.


1. Décomposer chacun des vecteurs ~u, ~v , w
~ et ~j en fonction des vecteurs ~i et ~v .
2. Décomposer chacun des vecteurs ~u, ~z, w

M. F˚r`oˆg´eˇt 9 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


~u

~v
~z

~i
~j

w
~

E”x´eˇr`cˇi`c´e 33 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
ABDE est un parallélogramme et B est le milieu de [AC].
Les propositions suivante sont-elles vraies ou fausses ? Les
E D
réponses seront justifiées. b b

−−→ −−→ −−→


AB = DE BA + BE = CE

−−→ 1 −−→ A b b b
AE + EB = AB DE = 2 AC B C

−−→ −−→ −−→


CB − BE = CE

E”x´eˇr`cˇi`c´e 34 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
Associer à chaque égalité la phrase que l’on peut déduire :

−−→ −−→
AD = DB ACBD est un parallélogramme.

−−→ −−→
AB = −2AC D est le milieu de [AB].

−−→ −−→
AB = CD ABDC est un parallélogramme.

−−→ −−→ −−→


DC = DA + DB [AC] et [BD] ont même milieu.

−−→ −−→
AD = BC A appartient à [BC].

V C`o˝lˇi‹n`é´a˚r˚i˚t´é

E”x´eˇr`cˇi`c´e 35 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
~i et ~j sont deux vecteurs non colinéaires.

a. Les vecteurs U~1 = 73~i − 12 ~ ~ 1~ 14 ~


5 j et V1 = 2 i + 5 j sont-ils colinéaires ? La réponse sera évidemment justifiée.

M. F˚r`oˆg´eˇt 10 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


b. On considère les vecteurs U~2 = − 21~i + ~j et V~2 = 3~i − 4~j.
Les vecteurs 6U~2 + 2V~2 et −600~i + 400~j sont-ils colinéaires ?

E”x´eˇr`cˇi`c´e 36 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
~i et ~j sont deux vecteurs non colinéaires.

1. On pose U ~ = 2~i + 1~j, V


~ = 3~i − 5~j et W
~ = − 1~i + 2~
j.
5 3 5 3 2 3
~ + V~ + 2W →

~ =0 .
Prouver : U
~ +V
2. Prouver que U ~ est colinéaire à W
~.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 37 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Dans chaque cas, montrer que ~u et ~v sont colinéaires et donner le réel k tel que ~v = k × ~u
−−→ −−→ −−→ −−→
1 ) ~u = 2AB − 4CD ~v = −AB + 2CD
−−→ −−→ −−→ −−→
2 ) ~u = 4AB − 6CD ~v = 6AB − 9CD
2 −−→ −−→ −−→ −−→
3 ) ~u = 3 AB − CD ~v = − 21 AB + 43 CD
−−→ −−→ −−→ −−→
4 ) ~u = 56 AB − 32 CD ~v = − 21 AB + 52 CD

E”x´eˇr`cˇi`c´e 38 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

A, B et C sont trois points non alignés.


Indiquer dans chaque cas si les vecteurs ~u et ~v sont colinéaires. Des explications précises sont attendues.
 −−→ −−→  −−→ 3 −−→  −−→ −−→  −−→ −−→
 ~u = 3AB − AC
  ~u = −2AB − 5 AC
  ~u = 3AB − BC
  ~u = 4AB − 2BC


 −−→ −−→ 
 10
−−→ −−→ 
 −−→ −−→ 
 −−→ −−→
~v = −9AB + 3AC ~v = 3 AB + AC ~v = 6AB − 2AC ~v = 3AB + CA

E”x´eˇr`cˇi`c´e 39 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

 ~v = −4~u

~u, ~v et w
~ sont trois vecteurs tels que et .


~u = 3w
~
Prouver que les vecteurs ~v et w~ sont colinéaires.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 40 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Déterminer tous les couples de vecteurs colinéaires et écrire la relation de colinéarité.

f~
b b

b b b

~g
b ~h
~a

b b b b

~c ~b

b b b

b
d~

~e b

M. F˚r`oˆg´eˇt 11 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


VI A”vfle´c `d`es˙
`c´oˆo˘r`d`o“n‹n`é´es˙
Sans indication contraire, on se placera dans le repère (O,~i, ~j)

E”x´eˇr`cˇi`c´e 41 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

−−→ −−→
1. On considère les points A(−3, 4), B(−3, −1) et C(5, −2). Calculer les coordonnées des points AB , AC
−−→
et BC .
2. On considère les vecteurs ~u(2, −3), ~v (2, −5) et w(0,
~ −2). Calculer les coordonnés des vecteurs −3~u, 4~v ,
−5w,
~ −3~u + 4~v − 5w.~

E”x´eˇr`cˇi`c´e 42 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
On considère les points A(2, 3), B(5, 2) et C(6, 3). Calculer les coordonnées du point D tel que ABCD soit
un parallélogramme.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 43 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

On considère les vecteurs ~i ( 24 ) et ~j −1
2 .
Calculer les coordonnées des vecteurs ~u + ~v , ~u − ~v , 3~u − 2~v .

E”x´eˇr`cˇi`c´e 44 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
~ et ~z dans la base (~i, ~j).
Écrire les coordonnées de chacun des vecteurs ~u, ~v , w

~u

~v
~z

~i
~j

w
~

E”x´eˇr`cˇi`c´e 45 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
Écrire les coordonnées de chacun des points A, B,C, D, E, F , G et H dans le repère (O,~i, ~j).

M. F˚r`oˆg´eˇt 12 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


b
B

b
A

b
C

~i
~j
b b
F
O

b
D

b
H

b
G b
E

E”x´eˇr`cˇi`c´e 46 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

a. Placer le point M vérifiant :


−−−→ −−→ −−→ −−→ B
AM = AC + AB + AD b

b. Placer le point N vérifiant : b


C
b
A
−−→ −−→ −−→ −−→
AN = 2AC + AB + AD
c. Placer le point P vérifiant :
−−→ −−→ −−→ −−→
AP = −2AB + AD + AC
−−→ −−→ D
d. Pourquoi (A, AB , AC ) est-il un repère du b

plan ?
e. Déterminer les réels x et y tels que :
−−→ −−→ −−→
AD = x × AB + y × AC
f. Donner les coordonnées de chacun des points
A, B, C, D, M, N, P dans ce repère.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 47 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Les points A, B, C sont-ils alignés ?


a. A(−1; 0) B(1; 5) C(6; 17))
b. A(−186; 17) B(0; −45) C(78; −71))
c. A(100; 200) B(1; 5) C(−99; −190)

E”x´eˇr`cˇi`c´e 48 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
1 8 5
On considère les vecteurs ~u 31 , ~v 54 et w ~ 23 .
6 5 4
Parmi ces vecteurs, lesquels sont colinéaires ?

E”x´eˇr`cˇi`c´e 49 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

M. F˚r`oˆg´eˇt 13 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


a. Reproduire la figure
−−→ −−→
b. Donner, dans le repère (A, AB , AC ) les coordonnées
des points D, E, F
−−→ −−→
F
c. Placer, dans le repère (A, AB , AC ), les points
b

G(−3, −2) et H(1, −2).


D −−→ −−→
d. Quelles sont, dans le repère (A, AC , AB ), les coor-
b

A B
b b données du point G ?
C E −−→ 1 −−→
b b e. Quelles sont, dans le repère (A, 3AB , CA ), les co-
2
ordonnées du point G ?

E”x´eˇr`cˇi`c´e 50 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

On considère les points A(5, −2), B(4, 1), C(−1, −2) et D(1, 4).
−−−→ −−→ −−→
1. Calculer les coordonnées du point M tel que AM = AB + 23 AC
2. Prouver que M est le milieu de [CD].

E”x´eˇr`cˇi`c´e 51 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

On considère les points E(19, 4), B(8, 2) et D(−3, 0). Ces points sont-ils alignés ?

E”x´eˇr`cˇi`c´e 52 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

b
C

b
A
−−→ −−→ −−→
Déterminer les coordonnées des vecteurs OA , OB , OC ,
−−→ −−→ −−→
OD , AB et CD dans chacun des repères
1. (O,~i, ~j)
b
B
2. (O,~i, 2~j)
3. (O, −~i, −~j)
~j
b

O
~i

b
D

E”x´eˇr`cˇi`c´e 53 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

M. F˚r`oˆg´eˇt 14 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


1. Compléter les égalités suivantes en utilisant des
points de la figure : ABCD, CEF G, BEGD sont des carrés.
−−→ −−−→ B
a. DC = G . . . A

−−→ −−→ −−−→


b. AB + GF = D . . .
I

−−→ −−→ −−−→


c. BC + BE = A . . .
C
−−→ 1 −−→ D E
d. −IE + CF = . . .
2
−−→ −−→ −−→ −−→
e. 3AI − BE + DJ + BC = . . . J

2. Déterminer les coordonnées des points


→ −−→

J, I, G, C, F, E, B, D, A dans le repère (J, JI, JG ). G F

Les réponses seront justifiées.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 54 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Les vecteurs ci-dessous sont-ils colinéaires. Si oui, écrire ~v en fonction de ~u :


  
1. ~u ( 14 ) et ~v −2
−8 2. ~u ( 64 ) et ~v ( 96 ) 3. ~u −3
7 et ~v 2
−5

 5
  Ä√ ä Ä ä
4 )
4. ~u ( 12 et ~v ( 18
6 ) 5. ~u 9
et ~v 11
6. ~u 5−1 et ~v √−4
− 56 −15 −1 5+1

E”x´eˇr`cˇi`c´e 55 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Les points A(−1, −2), B(9, −3), C(1, 2), D(7, 1) et E(4, −5).
1. Les droites (AB) et (CD) sont-elles parallèles ?
2. Les droites (AC) et (DE) sont-elles parallèles ?

E”x´eˇr`cˇi`c´e 56 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

ABCD est un parallélogramme.


−−−→ 1 −−→ −−→ −−→
1. Construire les points M et N tels que CM = CB et AN = 43 AB
4
−−→ −−→
2. Calculer les coordonnées des points D, C et N dans le repère (A, AB , AD ).
3. Montrer que les points D, C et N sont alignés.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 57 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

On considère les points A(−3, 0), B(−3, 4), C(5, 0) et D(1, −2).
1. Démontrer que ABCD est un trapèze.
2. Déterminer les coordonnées des milieux K et L de [AD] et [BC].
3. Déterminer une équation de chacune des droites (AB) et (CD).
4. En déduire les coordonnées du point d’intersection T de (AB) et (CD).
5. Les points L, K et T sont-ils alignés ?

E”x´eˇr`cˇi`c´e 58 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Dans un repère (O, I, J), on considère les points A(−3, −2), B(7, 3) et C(−2, 1). Les points M, N e P sont
définis par
−−−→ −−−→ −−→ −−→ −−→ −−→
3M A + 2M A = ~0 3N A − 2N C = ~0 P A + P C = ~0

M. F˚r`oˆg´eˇt 15 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


1. Déterminer les coordonnées des points M, N et P.
2. Démontrer que les points M, N et P sont alignés.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 59 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

On considère les points A(5, −2), B(4, 1), C(−1, −2) et D(1, 4). Calculer les coordonnées du point M tel que
−−−→ −−→ 2 −−→
AM = AB + AC , puis prouver que M est le milieu de [CD].
3

E”x´eˇr`cˇi`c´e 60 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

1. Déterminer J I H G
b b b b
−−→ −−→ −−−→ −−−→
CD + EG 2M N + N H
−−→ −−→ −−→ −−→
P Q + ED FN + FD
−−→ −−−→ −−−→ −−→ Kb b b b
−BA + BM NM + NE M N F
−−→ −−→
2. Exprimer en fonction des vecteurs AB et AL
chacun des vecteurs ci-dessous : Lb b b b

−−→ −−→ −−→ −−→ P Q E


AF PH QI FC
3. Décomposer ces mêmes vecteurs sur les vecteurs
−−→ −−→ Ab b b b

P E et IM B C D

−−→ −−→ −−→


4. Donner les coordonnées des points K, F et E et des vecteurs P J , CF et LD dans chacun des repères
ci-dessous :
−−→ −−→ −−→ −−→ −−−→ −−−→
(A, AB , AL ) (L, LQ , LK ) (M, M K , M P )

E”x´eˇr`cˇi`c´e 61 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
−−→ −−→
ABCD est un carré de centre O. Dans la base (OD , OA ), déterminer les coordonnées de chacun des
−−→ −−→ −−→ −−→
vecteurs OC , BD , CB et −BA .

E”x´eˇr`cˇi`c´e 62 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
−−−→ −−→ −−→ −−→
ABC est un triangle. M est le point défini par AM = 2BC et N est le point tel que BN = −AC .
−−→ −−→
Déterminer les coordonnées des points M et N dans le repère (A, AB , AC ).

E”x´eˇr`cˇi`c´e 63 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
−−→ −−→ −−→
BCA est un triangle. E est le symétrique de C par rapport à B. D est le point défini par : BD = BC +2BA .
a. Faire une figure.
−−→ −−→
b. Déterminer les coordonnées des points B, C, A, D, E dans le repère (B, BC , BA ).
c. Montrer que les points D, E, A sont alignés.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 64 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
−−→ −−→ −−→
ABC est un triangle. E est le symétrique de B par rapport à A. D est le point défini par : AD = AB +2AC .
a. Faire une figure.
−−→ −−→
b. Déterminer les coordonnées des points A, B, C, D, E dans le repère (A, AB , AC ).
c. Montrer que les points D, E, C sont alignés.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 65 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
→ −
− → − →
~u a pour coordonnées (4, −2) dans la base B = (~i, ~j). Quelles sont ses coordonnées dans la base ( i + j , i −


j )?

M. F˚r`oˆg´eˇt 16 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


E”x´eˇr`cˇi`c´e 66 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

~u a pour coordonnées (−2, 6) dans la base (~i, ~j). Déterminer les coordonnées de ~u dans chacune des bases
suivantes :

→ → −
− → → −
− → → −
− → − → − →
a.(2i , ~j) b.(−2 j , 4i ) c.( 12 i , 2 j ) d.( i + j , i − j )

E”x´eˇr`cˇi`c´e 67 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Dans un repère (O,~i, ~j), on donne les points A(−1, 2), B(2, 3) et C(4, 1).
−−→ −−→ −−→ −−→
a. Déterminer les coordonnées des vecteurs BA , 2CB , et −2AB + 4BC .
−−→ −−→ −

b. Déterminer les coordonnées du point D vérifiant l’égalité : 2DA − 3DB = 0 .

E”x´eˇr`cˇi`c´e 68 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Dans un repère (O,~i, ~j), on considère les points A(−2, 3), B(2, 1) et C(−5, −2).
Les points E, F et G sont définis par les égalités vectorielles suivantes :
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
BE = −3AB BF = 3AC BG = BE + BF

a. Déterminer les coordonnées des points E, F et G.


b. Démontrer que les points B, C et G sont alignés.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 69 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Dans un repère (O,~i, ~j), on considère les points A(−1, 5), B(5, 7), C(4, 1) et D(−5, −2).
a. Démontrer que ABCD est un trapèze.
b. Soient I et J les milieux respectifs de [AD] et [BC]. Déterminer les coordonnées de I et J, puis prouver :
−→ 1 −−→ −−→
IJ = (AB + DC ).
2

E”x´eˇr`cˇi`c´e 70 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Dans le plan muni d’un repère (O,~i, ~j), on considère les points A(1, 1), B(2, −1) et C(3, 2).
−−→ −−→ −−→
Déterminer par le calcul les coordonnées du point P tel que BP = 2AB − AC

E”x´eˇr`cˇi`c´e 71 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Dans un repère (O,~i, ~j), on considère les points A(−2, 3), B(5, 1) et C(−3, 2).
a. Les droites (AB) et (BC) sont-elles parallèles ?
b. D est un point du plan d’abscisse −25. Déterminer l’ordonnée de D pour que ABCD soit un trapèze
de bases [BC] et [AD].

E”x´eˇr`cˇi`c´e 72 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Dans une base (~i, ~j), on considère les vecteurs ~u = 3~i + 2~j et ~v = −2~i + 4~j.
Prouver que (~u, ~v ) est une base du plan, puis déterminer les coordonnées de ~i dans la base (~u, ~v ).

E”x´eˇr`cˇi`c´e 73 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Dans une base (~i, ~j), et ~u = 2~i + 5~j~v = −3~i + 2~j.


1 3
Déterminer, dans la base (~i, ~j), les coordonnées du vecteur ~u − ~v .
2 4

E”x´eˇr`cˇi`c´e 74 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

ABC est un triangle tel que AB = 5cm, AC = 4cm et BC = 6cm. D est le symétrique de A par rapport à
B, E est le symétrique de A par rapport à C, F est le milieu de [ED], G est le milieu de [EC], H est le
symétrique de B par rapport à D.

M. F˚r`oˆg´eˇt 17 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


a. Faire une figure
−−→ −−→
b. Dans le repère (A, AB , AC ), déterminer les coordonnées de chacun des points D, E, F , G et H.
c. Montrer que les points G, F et H sont alignés.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 75 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
3
Dans un repère (O,~i, ~j), on considère les points A(3, −2), B(2, 2), C(−3, α) et D(−2, − ).
−−→ −−→ −−→ −−→ 2
On définit les points D, E et F par 2EB = BA et 2F A = 3F D .
a. Déterminer les coordonnées des points E et F .
−−→ −−→
b. Calculer les coordonnées des vecteurs CE et CF en fonction de α.
c. Déterminer α pour que les points C, E et F soient alignés.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 76 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
−−→ 3 −−→ −−−→ −−→
BCD est un triangle rectangle isocèle en B. E et M sont les points définis par DE = BD et CM = BC .
−−→ −−→ 2
On considère le repère (B, BC , BD ).
−−−→ −−→ −−→
AB2 AB 2 AB 2
1. Faire une figure que l’on complétera au fur et à mesure de l’exercice.
Donner (sans justification) les coordonnées des points B, C, D, E et M .
5
2. Montrer que le milieu G du segment [EM ] a pour coordonnées 1, .
4
3 5
3. Le point P ( , ) est-il un point de la droite (CD) ?
8 8
4. Le triangle GCP est-il rectangle ?
−−→ −−→
5. a. Que signifie la phrase : « G a pour coordonnées (X, Y ) dans le repère (M, EC , DC ) » ?
−−→ −−→
b. Déterminer les coordonnées de G dans le repère (M, EC , DC ).
−−→ 2 −−→
6. Déterminer les coordonnées du point H défini par BH = BG .
3
7. En déduire les coordonnées du point d’intersection des droites (BG) et (EC).

E”x´eˇr`cˇi`c´e 77 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

On considère le repère (O,~i, ~j) et les points A(−2, 5), B(−2, 3) et C(2, −3).
−−→
1. Prouver que les vecteurs ~j et AB . sont colinéaires.
2. Démontrer que le symétrique de C par rapport à O est le point B.
−−→ 2 −−→ 3 −−→
3. Déterminer les coordonnées du point D sachant que : DA = BC − AC .
5 4

E”x´eˇr`cˇi`c´e 78 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
→ −
− →
Dans un repère orthonormé (0, i , j ), on considère les points A(2, 4), B(2, −6) et C(−4, −1).
1. Placer les points A, B, C
2. Déterminer par le calcul les coordonnées du milieu I de [CB].
−−→ −−→ − →
3. Déterminer par le calcul les coordonnées du point D vérifiant 2DB + DC = 0
−−→ −−→ −→
4. Déterminer par le calcul les coordonnées du point E vérifiant 3EA + 2EB = 0

E”x´eˇr`cˇi`c´e 79 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

ABCD est un parallélogramme « non aplati ».


−−→ −−→
1. Pourquoi (A, AB , AD ) est-il un repère du plan ?
−−→ −−→
2. Dans le repère (A, AB , AD ), déterminer les coordonnées

M. F˚r`oˆg´eˇt 18 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


a. de chacun des points A, B, C, D.
−−→ −−→ −−→
b. des vecteurs DC et −2CA − 3AB
−−→ −−→
3. Dans le repère (C, DB , AC ), déterminer les coordonnées des points A, B, C, D.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 80 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

+A
b

B
b
+ + + + + + + + + +C
b

−−→ −−→
D est le point défini par 3DB + 7DC = ~0 (1)
E est le milieu de [AC]
−−→ −−→
F est le point défini par 3F B + F A = ~0 (2)
G est le symétrique de E par rapport à A.
−−→ 7 −−→
1. Prouver : BD = 10 BC . On utilisera bien sûr l’égalité (1)
2. Placer les points D, E, F et G sur la figure ci-dessus.
3. On souhaite démontrer que les droites (ED) et (F G) sont parallèles.
−−→ −−→
a. Déterminer les coordonnées des points A, B, C, E et G dans le repère (A, AB , AC ).
b. Déterminer les coordonnées des points D et F .
c. Conclure.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 81 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
−−→ −−→ −−→
ABC est un triangle. E est le symétrique de B par rapport à A. D est le point défini par : AD = AB +2AC .
a. Faire une figure.
−−→ −−→
b. Déterminer les coordonnées des points A, B, C, D, E dans le repère (A, AB , AC ).
c. Montrer que les points D, E, C sont alignés.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 82 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Le plan est muni d’une base (~i, ~j). On considère les vecteurs I~ = ~i + ~j et J~ = −~i + ~j
~ J)
1. Montrer que (I, ~ est une base.
~ J)
2. Déterminer les coordonnées des vecteurs ~i et ~j dans la base (I, ~
Ç å
2 ~ J).
~ Quelles sont ses coordonnées dans la base
3. ~u est le vecteur de coordonnées dans la base (I,
3
(~i, ~j) ?
Ç å
−4
4. ~v est le vecteur de coordonnées dans la base (~i, ~j). Quelles sont ses coordonnées dans la base
2
~ J)
(I, ~ ?

M. F˚r`oˆg´eˇt 19 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


E”x´eˇr`cˇi`c´e 83 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Le plan est muni d’une base (O,~i, ~j). Démontrer qu’il existe deux valeurs de x pour lesquelles les vecteurs

~u ( x4 ) et ~v 6−2x
x−1 sont colinéaires.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 84 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Dans un repère (O,~i, ~j), on donne les points A(1, 2) et B(5, 3).
a. Faire une figure
−−→ −−→
b. Sachant que AC a pour coordonnées (−3, 4) et que BD a pour coordonnées (5, −7), déterminer les
coordonnées des points C et D.
c. Les droites (AC) et (BD) sont -elles parallèles ? Justifier votre réponse.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 85 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

~ 0), ~h(3, −3).


On se place dans un repère (O,~i, ~j) et on donne les vecteurs ~u(2, 4), w(3,
Déterminer les coordonnées des vecteurs ~u + w ~
~ + h, ~u − w ~
~ − h, 2~u − 4w~ + 5~h.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 86 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Dans la base (~i, ~j), les vecteurs ~u et ~v ont pour coordonnées respectives : (7, −3) et (8, −10).
Sachant que w~ = 2~u − 3~v et ~t = 8~u − 7~v , déterminer les coordonnées de w ~ et ~t dans la base (~i, ~j).

E”x´eˇr`cˇi`c´e 87 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

On se place dans un repère (O,~i, ~j) et on donne les points A(5, −2), B(−5, 2), et C(x, y).
−−→ −−→
Calculer x et y de façon que : AC = 5AB .

E”x´eˇr`cˇi`c´e 88 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

On se place dans un repère (O,~i, ~j) et on considère le rectangle OABC avec A et C de coordonnées respectives
(13, 0) et (0, 5). Placer les points D(21, 0) et E(0, 13).
Les points E, B, D sont-ils alignés ?

E”x´eˇr`cˇi`c´e 89 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

On se place dans un repère (O,~i, ~j) et on donne les points A(1, 1), B(3, −2), et C(4, 3).
−−→ −−→
Soit I le milieu de [BC] et D le point tel que : AD = 2AI .
−−→ −−→ −−→ −−→
Calculer les coordonnées de IA + IB + IC + ID .

E”x´eˇr`cˇi`c´e 90 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

On se place dans un repère (O,~i, ~j) et on donne les points A(−1, 4) et B(5, 2). Soit I le milieu de [AB].
M est un point quelconque de coordonnées (a, b).
−−−→ −−−→ −−→
a. Calculer, en fonction de a et b les coordonnées de M A , M B et M I .
−−−→ −−−→ −−→
b. Démontrer que : M A + M B = 2M I .
−−−→ −−−→ −−−→
c. N étant le symétrique de M par rapport à I, prouver que : M A + M B = M N .

E”x´eˇr`cˇi`c´e 91 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ 1 −−→
ABC est un triangle. Les points H et G sont définis par : 3HC = 2(BC − AH ) et HG = BA − BC
2
−−→ −−→ −−→ −−→ 1 −−→ 3 −−→
a. Montrer : AH = AC + 2AB et AG = AC + AB .
2 2
−−→ −−→
b. Déduire de la question précédente les coordonnées des points G et H dans le repère (A, AB , AC ).

M. F˚r`oˆg´eˇt 20 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


E”x´eˇr`cˇi`c´e 92 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

On se place dans un repère (0,~i, ~j).


√ √
~ et V
1. U ~ ont pour coordonnées respectives (1 + ~ et V
3, 1) et (−2, 1 − 3). U ~ sont-ils colinéaires ?

7 2 
2. On considère les points A et B de coordonnées respectives 3, − et , −8 . C est le symétrique de
3 5
B par rapport à A. Déterminer (par le calcul) les coordonnées du point C.
2
3. On considère les points X (2, 3), C (−1, 2), V (−1, − ) et B (4, 1). Montrer que le quadrilatère XCV B
3
est un trapèze mais n’est pas un parallélogramme.

4. Y et U sont deux points de coordonnées respectives (−3, 2) et (6, −1).


−−−→ −−−→ −−→
W est le point vérifiant l’égalité −3W Y + 2W U = U Y . Déterminer les coordonnées de W .

5. On considère la droite D1 , d’équation 2x − y + 5 = 0, ainsi que les points A et B, de coordonnées


respectives (231, −80) et (221, −100).
Montrer que les droites D1 et D2 sont parallèles.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 93 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

On se place dans un repère (O,~i, ~j) et on donne les points A(−10, −5), B(8, −1), C(4, 6) et D(0, 12).
M, N, P, Q sont les milieux respectifs des côtés [AB], [BC], [CD], [DA].
a. Placer les différents points sur une figure, que l’on complétera au fur et à mesure.
b. Calculer les coordonnées du milieu S de [M P ].
c. S est-il le milieu de [N Q] ? Que peut-on en déduire ?
−−−→ −−→ −−→
d. Démontrer que les vecteurs M Q , BD , N P sont deux à deux colinéaires.
−−−→ −−→ −−→
e. Même question pour les vecteurs M N , AC , P Q .
−−→ −−→ −−→ −−→
f. Calculer les coordonnées de SA + SB + SC + SD .

E”x´eˇr`cˇi`c´e 94 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
Les questions sont indépendantes.


1. Donner la définition de : « Le vecteur U a pour coordonnés (−3, 7) dans la base (~i, ~j) »
2. Dans un repère (O,~i, ~j), on considère les points A(1, −2), B(2, −5) et C(−1, 4)
a. Déterminer les coordonnées du milieu I de [AB]

→ −−→ −−→
b. Déterminer les coordonnées du vecteur R = 2AB − 3CB
−−→ −−→ −−→
c. Déterminer les coordonnées du point K défini par AK = AB + 2AC
3. ABCD est un carré. E est le milieu de [AD] et F est le milieu de [BC].
a. Faire une figure.
−−→ −−→
b. Donner les coordonnées de chacun des points A, B, C, D, E et F dans le repère (B, BC , BA )
c. Prouver que les droites (EB) et (DF ) sont parallèles.
4. ~u a pour coordonnées (−2, 6) dans la base B = (~i, ~j). Déterminer les coordonnées de ~u dans chacune
des bases suivantes :
B1 = ( 2~i, ~j ) B2 = ( −2~j, 4~i ) B3 = ( 12~i, 2~j )

E”x´eˇr`cˇi`c´e 95 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
On se place dans un repère (O,~i, ~j) et on donne les points A(3, 0), B(−2, 0), A (0, 3) et B (0, −2).
′ ′

′ ′
a. Démontrer que les droites (AA ) et (BB ) sont parallèles.
′ ′
b. Soit C le milieu de [AA ] et D le milieu de [BB ]. Démontrer que les points O, C, D sont alignés.

c. Soit E le point de coordonées (−6, −6). Démontrer que ce point est aligné aves B et A d’une part,

avec A et B d’autre part et que E appartient à la droite (DC).

M. F˚r`oˆg´eˇt 21 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


E”x´eˇr`cˇi`c´e 96 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

A, B, C sont trois points non alignés.


Les points M, N, P sont situés respectivement sur les droites (AB), (BC) et (CA).
−−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
On pose AM = xAB , BN = y BC et CP = z CA , où x, y, z sont trois nombres réels.
−−→ −−→
En « travaillant » dans le repère (A, AB , AC ), montrer que les points M, N et P sont alignés si et seulement
si ,xyz = (x − 1)(y − 1)(z − 1)

E”x´eˇr`cˇi`c´e 97 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

ABC est un triangle quelconque et α est un nombre réel non nul.


On considère trois points P, Q, R définis par :
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
CR = −αCB , CQ = αCA , AP = αAB

1. Faire une figure pour un nombre α de votre choix.


−−→ −−→
2. Déterminer, dans le repère (A, AB , AC ), les coordonnées des points P, Q, R (en fonction de α).
−−→ −−→ −−→ −−→
3. Déterminer,dans la base (AB , AC ), les coordonnées des vecteurs P Q et P R .
4. Déterminer α pour que les points P, Q, R soient alignés.
5. Faire la figure dans ce cas et montrer que Q est le milieu de [P R].

Remarque : C’est seulement pour la première question que α a une valeur particulière, celle de votre choix.
Pour les questions suivantes, α est un réel non nul arbitraire.

VII A”vfle´c `o˘uffl ¯sfi`a‹n¯s `c´oˆo˘r`d`o“n‹n`é´es˙

E”x´eˇr`cˇi`c´e 98 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

ABC est un triangle.


−−→ −−→ −−→ −−→ −−→
1. Placer les points D et E définis par CD = −2AB et AE = 2AB + AC
−−→ −−→
2. Démontrer : CE = 2AB
3. Prouver que C est le milieu de [DE].

E”x´eˇr`cˇi`c´e 99 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

1 −−→ −−→
1. Placer trois points A, B et C puis construire les vecteurs
AC et 2BA .
2
−−→ −−→ 1 −−→ −−→ −−→ −−→
2. Construire les points P et R tels que BP = BA + AC et BR = 2BA + AC
2
−−→ −−→
3. Exprimer BR en fonction de BP .
4. Interpréter géométriquement le résultat.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 100 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


−−→ 3 −−→ −−→ 2 −−→
ABCD est un parallélogramme. Les points E et H sont tels que AE = AD et CH = CD
2 3
1. Faire une figure.
−−→ −−→ −−→
2. Exprimer BE en fonction de AB et AD .
−−→ −−→ −−→
3. Exprimer BH en fonction de AB et AD .
−−→ −−→
4. Démontrer que les vecteurs BE et BH sont colinéaires. Qu’en conclure ?

E”x´eˇr`cˇi`c´e 101 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Les deux points sont à construire sur la figure ci-dessous

M. F˚r`oˆg´eˇt 22 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


−−→ −−→ −−→
1. Placer le point N vérifiant l’égalité N C = BA − 2AC
−−−→ −−−→ −−−→
2. M est le point vérifiant l’égalité 2M A + 2BM + CM = ~0
−−−→ −−→ −−→
a. Prouver : BM = −2BA + BC
b. Construire le point M

b
C
2

b
B
1

b
A
0
−6 −5 −4 −3 −2 −1 0 1 2 3

−1

E”x´eˇr`cˇi`c´e 102 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


−−→ −−→ −−→ −−→
ABCD est un parallélogramme. K et L sont définis par AK = 23 AB et CL = 23 CD .
Prouver que AKCL est un parallélogramme.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 103 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


−−→ −−→ −−→ −−→
Cinq points O, A, B, C, D sont tels que OA + OC = OB + OD . Prouver que ABCD est un parallélo-
gramme.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 104 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

ABCD est un parallélogramme tel que AB = 6 et AD = 4.


−−→ −−→ −−→ −−→
1. Placer les points E et F tels que DE = 34 DA et BF = 43 BA
−−→ −−→ −−→ −−→
2. Exprimer CE et CF en fonction de CB et CD .
−−→ −−→
3. En déduire que les vecteurs CE et CF sont colinéaires.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 105 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


−−→ −−→ −−→
A, B, C, D sont quatre points tels que 5AD = 3AB +2AC . Prouver que les points B, C et D sont alignés.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 106 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


−−→ 1 −−→ −−→ −−→
ABCD est un parallélogramme. I et J sont deux points tels que BI = AB et AJ = 3AD .
2
a. Faire une figure
−→ 3 −−→ −−→
b. Prouver IJ = − AB + 3AD
2
−−→ −−→ −−→
c. Exprimer le vecteur IC en fonction des vecteurs AB et AD
−→ −−→
D. Déduire des deux questions précédentes que les vecteurs IJ et IC sont colinéaires.

M. F˚r`oˆg´eˇt 23 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


E”x´eˇr`cˇi`c´e 107 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

ABCD est un quadrilatère du plan. R, S, T et U sont les milieux respectifs des segments [AB], [BC], [CD]
et [DA].
Montrer que RST U est un parallélogramme.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 108 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

ABCD est un parallélogramme.


−−→ 2 −−→
I est le milieu de [AB] et E est le point tel que : DE = DI . Démontrer que les points A, C, E sont
3
alignés.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 109 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


~ et V
Deux vecteurs U ~ sont tels que ||U
~ || = 2, ||V
~ || = 3 et ||U
~ + V~ || = 5.
Que peut-on dire des vecteurs U~ et V~ ? On pourra considérer les points A, B, C vérifiant −−→ ~ et
AB = U
−−→ ~
BC = V .

E”x´eˇr`cˇi`c´e 110 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

ABC est un triangle.


−−→ −−→ −−→ −−→ −−→
D est le point tel que AD = 3AC . E est le point tel que AE = AB + AC et F est le point tel que
−−→ −−→
AF = 3BF .
−−→ 3 −−→
a. Prouver : AF = AB
2
b. Faire une figure.
−−→ −−→ −−→
c. Exprimer DE en fonction de AB et AC .
−−→ −−→ −−→
d. Exprimer DF en fonction de AB et AC .
e. Démontrer que les points D, E, F sont alignés.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 111 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

A, B, C sont trois points non alignés.


−−→ −−→ −−→
D est le point tel que AD = 2CA + 3AB .
−−→ −−→ −−→
Exprimer CD en fonction de CA et AB puis montrer que les points B, C, D sont alignés.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 112 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

ABC est un triangle.


−−→ 5 −−→ 3 −−→ −−→ −−→ 1 −−→
a. Construire les point P et Q définis par AP = AC + CB et CQ = −2AC + AB
2 2 2
−−→ −−→ − →
b. Prouver : BP + BQ = 0 .

E”x´eˇr`cˇi`c´e 113 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


−−−→
Étant donné un triangle ABC, à chaque nombre réel k on associe les points M et N définis par AM =
1 −−→ −−→ −−→ −−→ 1 −−→
AB + (1 − k)AC et AN = (1 − k)AB + AC .
2 2
a. Placer les points M et N correspondant à la valeur k = 2
−−−→ −−→
b. Montrer que, pour tout nombre réel k, les vecteurs M N et BC sont colinéaires.
c. Quelles sont les valeurs de k pour lesquelles :
i. M = N ?
ii. BCM N est un parallélogramme ?
iii. BCN M est un parallélogramme ?

M. F˚r`oˆg´eˇt 24 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


E”x´eˇr`cˇi`c´e 114 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

ABC est un triangle.


−−→ −−→ −−→
I est le milieu de [AB] et J est le point vérifiant l’égalité AJ = AB − 2AC .
Prouver que les droites (CI) et (AJ) sont parallèles.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 115 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

ABC est un triangle.


−−→ −−→ −−−→ −−→
a. Placer les points M et N définis par 4CN = CA et 4M B = AB
−−−→ −−→
b. Montrer que les vecteurs M N et BC sont colinéaires.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 116 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

A, B, C désignent trois points non alignés. D1 est la droite passant par A et admettant pour vecteur directeur
−−→ −−→ −−→ −−→
~u = 32 AB + 45 AC . D2 est la droite passant par A et admettant pour vecteur directeur ~v = 2AB + 2AC .
Les droites D1 et D2 sont-elles parallèles ?

E”x´eˇr`cˇi`c´e 117 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Des justifications précises sont attendues.


On considère un triangle ABC non aplati. I est le milieu du segment [AC] et les points G et H sont définis
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→
par les égalités AG = 2AB − 21 AC et BH = − 31 BC
1. Construire une figure. Quelle conjecture peut-on émettre concernant les points A, G et H ?
−−→ −−→ −−→ −−→
2. Exprimer les vecteurs GB et BI en fonction des vecteurs AB et AC .
En déduire que B est le milieu du segment [IG].
−−→ −−→ −−→
3. Exprimer AH en fonction des vecteurs AB et AC . Démontrer alors la conjecture émise dans la
première question.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 118 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

EF G est un triangle.
−−→ 1 −−→ −−→ 1 −−→
a. Placer les points P et R définis par ER = EG et EP = F G .
5 4
b. Montrer que les points P, R, E sont alignés.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 119 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


−−→ −−→ −−→
A, B et C sont trois points non alignés. Les points N et P sont définis par les égalités AN = 32 AB + AC
−−→ −−→
et BP = 52 BC
a. Faire une figure.
−−→ −−→ −−→
b. Décomposer le vecteur AP sur les vecteurs AB et AC .
c. En déduire que les points A ,P et N sont alignés.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 120 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

A, B et C sont trois points non alignés.


Les points D, E et F sont définis par les égalités

−−→ −−→ −−→ 3 −−→ −−→ −−→


AD = 3AB AE = AC BF = 2BC
2
. Démontrer que les points D ,E et F sont alignés.

M. F˚r`oˆg´eˇt 25 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


E”x´eˇr`cˇi`c´e 121 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
−−→ 2 −−→ −−→ −−→
Dans un triangle ABC, on considère les points G et H définis par les égalités AB = AG et AH = 2HC .
−−→ −−→ −−→ −−→ 3
Exprimer chacun des vecteurs BH et GC en fonction des vecteurs AB et AC . Que peut-on en déduire ?

E”x´eˇr`cˇi`c´e 122 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


ABC est un triangle.
−−→ −−→ −−→ −−→ 1 −−→
a. Placer les points D et E définis par AD = 2AB + AC et BE = BC
3
b. Montrer que les points A, D, E sont alignés.

VIII D˚r`o˘i˚t´es˙
`eˇt `é´qfi˚u`a˚tˇi`o“n¯s `d`e `d˚r`o˘i˚t´es˙

E”x´eˇr`cˇi`c´e 123 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


Représenter les droites suivantes :
d1 : 3x − y + 2 = 0 d2 : −x + y − 6 = 0
d3 : 4x − 1 = 0 d4 : −3x + y = 0
d5 : 2x − 7y + 5 = 0 d6 : 3x − 6y − 5 = 0

E”x´eˇr`cˇi`c´e 124 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


d est la droite passant par le point A et dirigée par le vecteur ~u. Dans chaque cas, déterminer une équation
cartésienne de d.
1. A(5, −2) ~u(3, −10)

2. A(4, −1) ~u(− 2, 2)
2 1
3. A( 13 , 2) ~u( , − )
5 4

E”x´eˇr`cˇi`c´e 125 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


Donner une équation de chacune des droites ci-dessous

d1 4 d4

d2
1

0
−4 −3 −2 −1 0 1 2 3 4

d3 −1

−2

E”x´eˇr`cˇi`c´e 126 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


Dans chaque cas, déterminer une équation cartésienne de la droite (AB).
1. A(1, −2) B(−3, 5)
2. A(0, 1) B(−3, 0)
3. A(45, −30) B(20, 10)

M. F˚r`oˆg´eˇt 26 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


E”x´eˇr`cˇi`c´e 127 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
Ä 1 ä
Le point B(5, −4) appartient-il à la droite passant par A(−1, 2) et dirigée par ~u − 23 ?
On rappelle qu’une droite D est dirigée par le vecteur ~v (ou que ~v est un vecteur directeur de D) signifie
que la droite D et le vecteur ~v ont la même direction.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 128 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Dans un repère du plan, on donne les points A(4, 0), B(2, −3), C(2, 1) et le vecteur ~u ( 35 ).
1. Tracer la droite (AC) et la droite d passant par B et de vecteur directeur ~u.
2. Le point E(−3, 72 ) appartient-il à la droite (AC) ?
3. Le point A appartient-il à la droite d ?

E”x´eˇr`cˇi`c´e 129 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Donner un point et un vecteur directeur de chacune des droites ci-dessous : (d1 ) : 3x − 5y − 2 = 0 (d2 ) :
2y + 3x + 3 = 0 (d3 ) : 5x + 4 = 0 (d4 ) : 2(x − 1) + 5(y + 3) = 0

E”x´eˇr`cˇi`c´e 130 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Tracer D dans chaque cas


a. D a pour équation y = − 75 x + 3
b. D a pour équation 3x − 2y + 5 = 0
c. D a pour équation y = 31 x − 3
5

E”x´eˇr`cˇi`c´e 131 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Dans un repère, placer le point A de coordonnées (2, 5), puis tracer sur le même graphique la droite Dm
passant par A et de coefficient directeur m : pour chacune des valeurs de m ci-dessous :
1 3 5 1
m = −2 m=0 m = −4 m=5 m= m= m=− m = −3 m=
2 7 3 9

E”x´eˇr`cˇi`c´e 132 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Dans chaque cas, déterminer une équation de la droite D passant par les points A et B :
   √  
1
 A(0, 3)
  A(−2, 6)
  A( 2, 3)
  A(−4, 2)
  A(−3, 2 )

a. b. c. d. e.

 
 
 √ 
 

B(2, 0) B(5, 6) B(1, 7) B(−4, 5) B(2, 73 )

E”x´eˇr`cˇi`c´e 133 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Dans chaque cas, résoudre le système


® ® ® ®
3x + 4y = −2 8x − 6y = 3 x − 3y = 5 3, 5x + 1, 5y = 2
a. b. c. d.
−6x + 2y = 9 −4x + 4y = −3 −2x + 6y = 10 7x + 3y = 4

E”x´eˇr`cˇi`c´e 134 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

On considère les points A(−20; 7), B(10; −8), C(20; 11) et D(−10; −4).
Montrer que les droites (AB) et (CD) sont sécantes, puis déterminer les coordonnées de leur point d’in-
tersection.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 135 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Dans chacun des cas suivants, déterminer une équation de la droite ∆i :

M. F˚r`oˆg´eˇt 27 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


1. ∆1 passe par A(−2, 3) et B(2.5)
2. ∆2 passe par A( 23 , − 43 ) et B( 52 , − 12 ).
3. ∆3 passe par A(2, 5) et est dirigée par ~u(3, 4)
4. ∆4 passe par A(−3, 1) et est parallèle à D, d’équation : 2x − 5y + 3 = 0

E”x´eˇr`cˇi`c´e 136 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


J K C
AIKJ et IBCK sont deux parallélogrammes. I est le milieu de [AB].
b b b

a. Déterminer les coordonnées des points A, I, B, C, K dans les repères


−−→ −−→ −−→ −→
(A, AI , AJ ) et (I, IC , IJ ).
b. Déterminer une équation des droites (IK) et (BJ) dans chacun des
−−→ −−→ −−→ −→
deux repères (A, AI , AJ ) et (I, IC , IJ ).
b b b

A B
I

E”x´eˇr`cˇi`c´e 137 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


2
Dans un repère orthonormé (O,~i, ~j), on note D1 et D2 les droites d’équations respectives y = − x + 2 et
3
3
y = x − 3.
2
a. Tracer ces deux droites.
b. Déterminer, par le calcul, les coordonnées du point d’intersection de ces deux droites.
13 19
c. Soit D3 la droite d’équation y = − x + . Montrer que les droites D1 , D2 et D3 sont concourantes
30 13
(se coupent en un même point).

E”x´eˇr`cˇi`c´e 138 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Dans le plan muni d’un repère (O,~i, ~j), on donne les points A(3, −2) et B(5, −7). D est la droite d’équation
7
y = − x + 3.
11
a. Déterminer les coordonnées du point de D d’abscisse 3.
b. Déterminer les coordonnées du point de D d’ordonnée −4.
c. Les points E(3, 1) et F (2345, −1488) appartiennent-ils à D ?
d. Montrer qu’une équation de la droite (AB) est : 5x + 2y − 11 = 0.
e. Déterminer les coordonnées du point d’intersection des droites (AB) et D.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 139 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

On se place dans un repère (O,~i, ~j) et on donne les points A(6, −1), B(2, 7), C(−4, −3), sommets du
triangle ABC.
a. Déterminer une équation de la médiane issue de C.
b. Déterminer une équation de la médiane issue de A.
c. Déterminer les coordonnées de I, point d’intersection des deux médianes ci-dessus.
d. Montrer, par le calcul, que I appartient à la médiane issue de B.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 140 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

D C
b b

Donner une équation de la droite (BD) dans chacun des repères suivants :
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
I
b
(A, AB , AD ) (A, AC , AD ) (B, BA , BC )

−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→


(I, IB , IC ) (I, IC , ID ) (A, AI , AD )
A b b

M. F˚r`oˆg´eˇt 28 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


E”x´eˇr`cˇi`c´e 141 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
A
b b
D Donner une équation de la droite (AC) dans chacun des repères suivants :
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
I
b
(B, BC , BA ) (B, BD , BA ) (C, CB , CD )

−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→


B b b

C
(I, IC , ID ) (I, ID , IA ) (B, BI , BA )

E”x´eˇr`cˇi`c´e 142 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


VRAI ou FAUX ?
−−→ −−→
1. Si ABCD est un parallélogramme, alors ||AC || = ||BD ||
2. Les vecteurs ~u + ~v et ~u − ~v n’ont aucune caractéristique commune.
−−→ −−→
3. Soit I le milieu de [AB]. Le point M tel que IM = k × AB , avec k ∈ [−1, 1], décrit le segment [AB].
4. Toute droite représentée dans un repère du plan (O,~i, ~j) est la représentation graphique d’une fonction.
5. Les droites qui ont une équation de la forme x = m, où m ∈ R, n’ont pas de vecteur directeur.
6. Les droites d et d′ sont sécantes si et seulement si elles ont des vecteurs directeurs distincts.
7. Soit un repère du plan (O,~i, ~j) et les points K(2, 5) et L(−2, 1). L’axe des ordonnées est une médiane
du triangle OKL.
−−−→ −−→ −−→
8. A,B,C sont trois points non alignés. Le point M défini par AM = 118AB − 118AC appartient à
(BC).

E”x´eˇr`cˇi`c´e 143 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


ABCD est un carré dont la longueur du côté est a. E est le milieu de [AD] et F est le milieu de [BC]. On
souhaite montrer que les droites (EB) et (DF) sont parallèles.
M`éˇt‚h`oˆd`e 1
−−→ −−→ −−→ −−→
Exprimer chacun des vecteurs EB et DF en fonction des vecteurs AB et AD . Conclure.
M`éˇt‚h`oˆd`e 2
−−→ −−→
Dans le repère (D, DC , DA ), donner les coordonnées des points D, C, B, A, E, F puis les coordonnées des
−−→ −−→
vecteurs EB et DF . Conclure
M`éˇt‚h`oˆd`e 3
−−→ −−→
Dans le repère (B, BC , BA ), déterminer les équations cartésiennes des droites (EB) et (DF).Conclure.
M`éˇt‚h`oˆd`e 4
Démontrer le résultat en utilisant les angles

E”x´eˇr`cˇi`c´e 144 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


On se place dans un repère (0,~i, ~j).
1. Y et U sont deux points de coordonnées respectives (−3, 2) et (6, −1). W est le point vérifiant l’égalité
−−−→ −−−→ −−→
−3W Y + 2W U = U Y . Déterminer les coordonnées de W .
7 2
2. On considère les points A et B de coordonnées respectives (3, − ) et ( , −8). C est le symétrique de
3 5
A par rapport à B. Déterminer (par le calcul) les coordonnées du point C.
2
3. On considère les points X (2, 3), C (−1, 2), V (−1, − ) et B (4, 1). Montrer que le quadrilatère XCV B
3
est un trapèze mais n’est pas un parallélogramme.
√ √
~ et V
4. U ~ ont pour coordonnées respectives (1 + 3, 1) et (−2, 1 − 3). U ~ et V~ sont-ils colinéaires ?

5. On considère la droite D1 , d’équation −3x+4y +7 = 0, et les points A et B, de coordonnées respectives


(130, 201) et (146, 213).
Montrer que les droites D1 et (AB) sont parallèles.

M. F˚r`oˆg´eˇt 29 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


E”x´eˇr`cˇi`c´e 145 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

ABCD est un rectangle. Les points I, J, K sont définis par les égalités :

−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→


3AI = AB 4AJ = AD 8BK = 3BC

1. Faire une figure


−−→ −−→ −−→ −−→
2. L est le point défini par 5DL − LC = ~0. Prouver que DL = 61 DC et placer le point L.
−−→ −−→
3. On considère le repère (A, AI , AJ ).
a. Donner les coordonnées des points B, D, C, L et K.
b. Donner sans justification une équation de la droite (AC).
c. Prouver qu’une équation de la droite (IL) est 8x + y − 8 = 0.
d. Déterminer les coordonnés du point d’intersection des droites (AC) et (IL)
e. Prouver que les droites (IL), (JK) et (AC) sont concourantes.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 146 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Les questions sont indépendantes.


1. Dans un repère (O,~i, ~j), on considère les points A(100; 200), B(1; 5) et C(−99; −190). Sont-ils alignés ?
La réponse sera évidemment justifiée.
2. Dans un repère (O,~i, ~j), A est le point de coordonnées (−1, 1).
a. Tracer la droite ∆1 passant par A et admettant pour coefficient directeur −2.
7
b. Tracer la droite ∆2 passant par A et admettant pour coefficient directeur .
3

→ −480
c. Tracer la droite ∆3 passant par A et dirigée par V 400 .
3. Dans un repère (O,~i, ~j), on considère les points A(−20; 7), B(10; −8), C(20; 11) et D(−10; −4).
a. Déterminer une équation de la droite (AB).
b. Prouver qu’une équation cartésienne de la droite (CD) est x − 2y + 2 = 0
c. Prouver que les droites (AB) et (CD) sont sécantes en Ω(−4, −1).

4. Dans un repère (O,~i, ~j), la droite ∆1 a pour équation 7x − 11y + 13 = 0.
Déterminer une équation de la droite ∆2 , parallèle à ∆1 , et passant par 0.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 147 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

On considère les points A(10, −2, B(2, −1) et C(−6, 12). Déterminer des équations cartésiennes des mé-
dianes du triangle et montrer que ces dernières sont concourantes.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 148 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Écrire un algorithme qui, lorsqu’on donne les coordonnées d’un point et celle d’un vecteur, renvoit une
équation de la droite passant par ce point et dirigée par ce vecteur.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 149 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Dans un repère orthonormé (O,~i, ~j), on considère les points A(2, 4), B(2, −6) et C(−4, −1).
a. Dessiner le repère et placer les points A, B, C.
 − → − →
 2IB =CI


b. Les points I et J sont définis par : et
 − → −



3JA + 2JB = 0
13
Montrer que I et J ont pour coordonnées respectives (0, − ) et (2, 0).
3

M. F˚r`oˆg´eˇt 30 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


c. Montrer que les droites (IA) et (JC) ne sont pas parallèles.
25 13
d. Montrer que la droite (IA) a pour équation : y = x− .
6 3
e. Déterminer une équation de la droite (JC).
1
f. Prouver que G(1, − ) est le point d’intersection des droites (IA) et (JC).
6
−−→ 1 −−→
g. Calculer les coordonnées du point K, défini par : AK = AC .
4
h. Montrer que les points B, G, K sont alignés.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 150 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


 AB = 6cm

a. Tracer un parallélogramme ABCD tel que : AD = 4cm
 −−→ −−→

π
(AB , AD ) = 3

b. Écrire une équation de chacune des droites (AB), (BD), (BC), (DC).
−−→ −−→
c. Déterminer les coordonnées du point E vérifiant : AE = 13 AC
d. Déterminer une équation de la droite (DE) et montrer qu’elle passe par le milieu de [AB].

E”x´eˇr`cˇi`c´e 151 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

ABCD est un carré. ABE et CBF sont deux triangles équilatéraux tels que E appartienne à l’intérieur
du carré et F à l’extérieur du carré.
−−→ −−→
a. Dans le repère (A, AB , AD ), déterminer les coordonnées des points D, B, E.
b. Déterminer une équation de la droite (DE).
c. Après avoir déterminé les coordonnées de F , montrer que la droite (DE) passe par F .

E”x´eˇr`cˇi`c´e 152 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


′ ′
OACB est un parallélogramme non aplati. A est un point de (OA), distinct de A et de O ; B est un point
de (OB) distinct de B et de O.
′ ′ ′ ′
C est le point tel que OA C B soit un parallélogramme.
−−→ −−→ ′ ′
On choisit comme repère (O, OA , OB ) et on note a l’abscisse de A et b l’ordonnée de B .

1. Déterminer les coordonnées des points C et C .
′ ′ ′
2. Déterminer les équations des droites (AB ), (A B) et (CC ).
′ ′ ′
3. a. Montrer que si (AB ) et (A B) sont parallèles, alors elles sont parallèles à (CC ).
′ ′ ′
b. Montrer que si (AB ) et (A B) sont sécantes en I, alors I appartient à (CC ).

E”x´eˇr`cˇi`c´e 153 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

A,B et C sont trois points de coordonnées respectives (1, 3), (5, 1) et (9, 5) dans un repère orthonormé
(O, I, J).
C’ est le milieu de [AB].
1. Déterminer une équation de la droite (CC’).
−−→ −−→ −−→ − →
2. G est le point défini par l’égalité vectorielle GA + GB + GC = 0
a. Déterminer les coordonnées de G
b. G appartient-il à la droite (CC’) ? La réponse sera justifiée.
−−−→ −−→ −−→
3. M est le point défini par l’égalité AM = 45 AB + 23 BC .
Prouver que les points M, C ′ , G sont alignés

M. F˚r`oˆg´eˇt 31 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


E”x´eˇr`cˇi`c´e 154 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]
Soit Dm la droite d’équation : (m − 1)x + (2m + 1)y + 3m − 6 = 0, où m est un paramètre réel.
Ainsi, pour m = 3, D3 est la droite d’équation : 2x + 7y + 3 = 0.
1. Dans chacun des cas suivants, déterminer le réel m tel que :
a. Dm soit parallèle à l’axe des ordonnées.
b. Dm soit parallèle à l’axe des abscisses.
c. Dm passe par l’origine du repère.
d. Dm passe par le point de coordonnées (1, 2).
e. Dm ait pour coefficient directeur 3.
f. Construire toutes ces droites dans un même repère.
2. Démontrer que toutes les droites Dm passent par un même point Ω dont on déterminera les coordon-
nées.
3. On sait que toute droite Dm passe par le point Ω.
Réciproquement, toute droite passant par Ω est-elle une droite Dm ? Autrement dit, pour toute droite
D passant par Ω, existe-t-il une valeur de m pour laquelle D = Dm ?
4. Soit ∆m la droite d’équation : (m − 1)x + my − 1 = 0.
a. Déterminer les cordonnées du point d’intersection de D3 et ∆3 .
b. Déterminer les valeurs de m pour lesquelles Dm et ∆m sont sécantes ainsi que les coordonnées
du point d’intersection des deux droites, lorsqu’il existe.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 155 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


Dans le repère (A, B, C), on considère le point D tel que ABDC soit un parallélogramme. Déterminer une
équation des droites (AD) et (BC).

E”x´eˇr`cˇi`c´e 156 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


D1 et D2 sont deux droites d’équations respectives 3x + 5y − 7 = 0 et 2x + 3y − 4 = 0
a. Montrer que D1 et D2 sont sécantes en un point A.
b. Montrer sans calculer ses coordonnées que le point A est sur la droite D3 d’équation 5x + 8y − 11 = 0
et sur la droite D4 d’équation x + 2y − 3 = 0

E”x´eˇr`cˇi`c´e 157 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


Dans le plan muni d’un repère (O,~i, ~j), on donne les points A(3, −2) et B(5, −7).
7 7
D est la droite d’équation y = − x+ 3 : D représente donc la fonction affine f telle que f (x) = − x+ 3.
11 11
a. Déterminer les coordonnées du point de D d’abscisse 3.
b. Déterminer les coordonnées du point de D d’ordonnée −4.
c. Les points E(3, 1) et F (2345, −1488) appartiennent-ils à D ?
d. Montrer qu’une équation de la droite (AB) est : 5x + 2y − 11 = 0.
e. Déterminer les coordonnées du point d’intersection des droites (AB) et D.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 158 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]


→ −
− →
Dans un repère (O, i , j ), on donne les points A(−1, 5), B(2, 4) et C(1, 6).
1. Déterminer les coordonnées du milieu I de [AB].
−−→ −−→
2. Déterminer les coordonnées du vecteur 2AB + 3AC .
3. Déterminer une équation de la droite (AB).
4. D est un point d’abscisse 7. Déterminer (par le calcul) l’ordonnée de D de façon que les droites (AB)
et (CD) soient parallèles.

M. F˚r`oˆg´eˇt 32 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


E”x´eˇr`cˇi`c´e 159 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

ABC est un triangle.


−−→ 1 −−→ −−−→ 1 −−−→ −−→ 1 −−→
a. Construire les points L, M, N définis par CL = CA , M B = M A et BN = BC
4 3 2
−−→ −−→
b. Déterminer dans le repère (A, AB , AC ) les coordonnées des points L, M, N .
c. Déterminer une équation de la droite (LM ). En déduire que les points L, M, N sont alignés.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 160 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

[Difficile]
′ ′ ′ ′
(D) et (D ) sont deux droites quelconques. A, B, C sont trois points de (D) et A , B , C sont trois points

de (D ) vérifiant :
′ ′
(AB ) et (A B) sont parallèles.
′ ′
(BC ) et (B C) sont parallèles.
′ ′
Le but de l’exercice est de prouver que les droites (AC ) et (A C) sont parallèles.
−−→ −−−→′ ′
Pour cela, on se place dans le repère (A, AB , AC ) et on désigne par (α, β) les coordonnées du point B .
a. Faire une figure.
′ ′
b. Déterminer une équation de la droite (BC ), et en déduire une équation de la droite (B C).
c. Montrer que C a pour coordonnées : (α + β, 0)
′ ′
d. Déterminer une équation de la droite (AB ), et en déduire une équation de la droite (A B).

e. Déterminer une équation de la droite (D ).

f. Déduire des questions 4 et 5 l’abscisse du point A .
g. Conclure.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 161 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Dans le plan muni du repère (O, I, J), on considère les points A(−3; 5), B(3; 5), C(6; −1), D(−6; 2) et
P (3; 1).
a. La parallèle à (AB) passant par P coupe (BC) en Q.
i. Déterminer les équations de (BC) et (P Q).
ii. En déduire les coordonnées du point Q.
b. La parallèle à (AD) passant par P coupe (DC) en R.
i. Déterminer les équations de (DC) et (P R).
ii. En déduire les coordonnées du point R.
c. Montrer que les droites (BD) et (QR) sont parallèles.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 162 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

[Difficile]

M. F˚r`oˆg´eˇt 33 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


Hypothèses : OACB est un parallélogramme, (EG) k (OA),
(F H) k (OB).
Il s’agit de prouver que les droites (EF ), (GH) et (OC)
F C sont soit concourantes, soit parallèles. On considère le repère
B b b b

−−→ −−→
(O, OA , OB ).
On note a l’abscisse de H et b l’ordonnée de E
a. Déterminer les coordonnées des points E, H, F, G.
E G −−→ −−→
b b

b. Déterminer les coordonnées des vecteurs EF et HG .


c. Déterminer les équations des droites (EF ), (HG) et (OC).
b b b

O A d. Prouver que :
H

i. Si (EF ) et (GH) sont sécantes, alors leur point commun


est un point de (OC).
ii. Si (EF ) k (GH), alors (EF ) k (OC).

F F
B b

C B C
b b

b b b

b b G
E 1

E b b G
1

b b b

A
b b

O 1 H
1
O 1 H
1 A

E”x´eˇr`cˇi`c´e 163 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

13 page 191

E”x´eˇr`cˇi`c´e 164 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Ex 15 page 191

E”x´eˇr`cˇi`c´e 165 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Ex 17 page 191

E”x´eˇr`cˇi`c´e 166 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Ex 40 page 193

E”x´eˇr`cˇi`c´e 167 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Ex 52 page 195

E”x´eˇr`cˇi`c´e 168 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Ex 21 page 191

E”x´eˇr`cˇi`c´e 169 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

Pappus faible [Difficile]

M. F˚r`oˆg´eˇt 34 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


b
B

J
∆1
A b C
I b

b
O
b

∆2

ABC est un triangle et O un point de la droite (BC) (O 6= B et O 6= C). Par B et C on trace deux droites
parallèles ∆1 et ∆2 .
La parallèle à (AC) passant par O coupe ∆1 en I et la parallèle à (AB) passant par O coupe ∆2 en J.
Le but de l’exercice est de montrer que les points A, I, J sont alignés.
On choisit le repère (O, I, J).

P˚r`e›m˚i`èˇr`e ”m`éˇt‚h`oˆd`e :
On note (α, β) les coordonnées de B.
−−→
a. Déterminer les coordonnées de JB .
b. Déterminer les coefficients directeurs des droites (OB), (BJ) et (CI).
c. Déterminer les équations réduites des droites (BC) et (CI) et en déduire l’abscisse du point C.
d. Quelles sont les coordonnées du point A ?
e. Prouver que les points A, I, J sont alignés.

S̀e´c´o“n`d`e ”m`éˇt‚h`oˆd`e :
On note a le coefficient directeur de ∆1 et ∆2 , b le coefficient directeur de ∆2 .
a. Déterminer les équations réduites des droites (BC), (BC) et (CJ).
b. Déterminer les coordonnées des points B et C, puis les coordonnées de A.
c. Donner l’équation de (IJ) et en déduire l’alignement des points A, I et J.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 170 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

[Difficile !]
ABCD est un parallélogramme non aplati. S est un point de [AB] distinct de A et de B, T est un point de
[AD] distinct de A et de D.
La parallèle à la droite (AD) passant par S coupe [DC] en L et la parallèle à (AB)passant par T coupe [BC]
en P.
1. Faire une figure
−−→ −−→
2. Dans le repère (A, AB , AD ), on note s l’abscisse de S et t l’ordonnée de T
a. Écrire les coordonnées des points A, C, T, S, L et P .
−−→ −−→ −−→
b. En déduire les coordonnées des vecteurs T L , AC et SP
3. a. Trouver une condition sur s et t pour que les droites (TL), (AC) et (SP) soient parallèles.
b. Prouver que lorsque la condition trouvée précédemment n’est pas vérifiée, alors les droites (TL),
(AC) et (SP) sont concourantes.

E”x´eˇr`cˇi`c´e 171 [`c´o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl]

M. F˚r`oˆg´eˇt 35 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


L`e ˚t‚h`é´o˘r`è›m`e `d`e D`es˙
fi`a˚r`gˇu`es˙
Trois droites D1 , D2 et D3 sont concourantes en un point 0. A1 et B1 sont deux points de D1 , A2 et B2
sont deux points de D2 , A3 et B3 sont deux points de D3 .
On suppose que les droites (A1 A2 ) et (B1 B2 ) sont sécantes en I, les droites (A1 A3 ) et (B1 B3 ) sont sécantes
en J et les droites (A2 A3 ) et (B2 B3 ) sont sécantes en K
On souhaite prouver que les points I, J, K sont alignés.
1. Justifier l’existence de trois nombres réels a, b, c tels que :
−−−→ −−−−→ −−−→ −−−−→ −−−→ −−−−→
OB1 = α1 A1 B1 , OB2 = α2 A2 B2 et OB3 = α3 A3 B3 .
−−−→ −−−→ −−−→ −−−→ −−−→ −−−→
2. Prouver : α1 OA1 + (1 − α1 )OB1 = α2 OA2 + (1 − α2 )OB2 = α3 OA3 + (1 − α3 )OB3 = ~0
3. On souhaite montrer dans cette question, en raisonnant par l’absurde, que les nombres réels α1 et α2
sont distincts. On suppose donc : α1 = α2 .
−−−−→ −−−−→ −−−−→ −−−−→
a. Prouver : α1 A2 A1 + (1 − α1 )B2 B1 = ~0 : en déduire que les vecteurs A2 A1 et B2 B1 sont
colinéaires pour toute valeur de a.
b. Conclure.
4. On admettra qu’un raisonnement en tous points analogues permet de prouver α2 6= α3 et α1 6= α3 .
−−−→ α1 −−−→ α2 −−−→
On considère le point M défini par OM = OA1 − OA2
α1 − α2 α1 − α2
−−−→ α2 −−−−→
a. Prouver : A1 M = A2 A1 . Que peut-on en conclure pour les points A1 , A2 et M ?
α1 − α2
−−−→ −−−→ −−−→
b. Prouver : (α1 − α2 )OM = (α1 − 1)OA1 − (α2 − 1)OA2 .
c. Prouver que M appartient à la droite (A2 B2 ).
−−→ −−−→ −−−→
d. En déduire : (α1 − α2 )OI = α1 OA1 − α2 OA2
5. Donner, sans démonstration, les égalités analogues vérifiées par les points J et K.
−−→ −−→ −−→
6. a. Calculer (α1 − α2 )OI + (α2 − α3 )OK + (α3 − α1 )OK = ~0.
b. Conclure

M. F˚r`oˆg´eˇt 36 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


L`e ˚t‚h`é´o˘r`è›m`e `d`e D`es˙
fi`a˚r`gˇu`es˙

D1

b
I

B1
b

D2
B2
A1 b

A2

A3

b
B3

D3

b
K

b
J

M. F˚r`oˆg´eˇt 37 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


C`o˘r˚r˚i`g´és˙

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 1 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 2 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 3 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 4 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 5 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 6 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 7 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 8 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 9 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 10 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 11 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 12 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 13 [`é›n`o“n`c´é]

b
A b
B b
C b
D b
E b
F

M. F˚r`oˆg´eˇt 38 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
DA = (−3)×DE DB = (−2)×DE DE = (− 13 )×DA

−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→


DC = (−1)×EF BF = (− 43 )×DA DB = (− 25 )×AF

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 14 [`é›n`o“n`c´é]

P| A N R B Q M
| | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | |

• Placer les trois premiers points ( M, N et P) est facile : il s’agit à chaque fois, à partir du point A, connu, de


tracer l’extrémité du représentant d’un vecteur V connu.

• Pour placer le point Q, il est pratique d’écrire

−−→ 3 −−→ −−→ 3 −−→


QA = BA ⇐⇒ AQ = AB
2 2
On se ramène ainsi aux cas précédents.

• L’idée est ici d’utiliser la relation de Chasles afin que, dans l’égalité vectorielle, ne figure plus qu’un seul
vecteur inconnu :
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→
RA = 3BR ⇐⇒ RB + BA = 3BR
| {z }
Merci Chasles

−−→ −−→
⇐⇒ BA = 4BR

−−→ 1 −−→
⇐⇒ BR = BA
4

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 15 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 16 [`é›n`o“n`c´é]

1
e~2 = 2 × ~u + (−1) × ~v e~3 = 3.5 × ~u + 2 × ~v e~4 = − × ~u + 4 × ~v e~5 = 1 × ~u + 1 × ~v
2

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 17 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 18 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 19 [`é›n`o“n`c´é]

A N M B P
b b b b b b b b b b b b b b b b b b b b b b b b b b b b b

−−→ 5 −−→
1. Placer le point P tel que AP = AB revient à tracer l’extrémité du représentant d’origine A du vecteur
3
5 −−→ −−→
AB ...ce qui est facile puisque, les points A et B étant « connus », il en va de même du vecteur AB et
3
5 −−→
du vecteur AB .
3

M. F˚r`oˆg´eˇt 39 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


2. On procède de la même manière...

3. On va ramener cette question à la question 1, c’est à dire :


−−−→
Un point A et un vecteur U~ étant connus, tracer le point M tel que AM = U
~
−−−→ −−−→
−−−→ −−−→ Deux vecteurs inconnus : M A et M B : c’est un de
M A + 2M B = ~0
trop !

−−−→ −−−→ −−→ Grâce à la relation de Chasles, il n’y a plus qu’un


M A + 2(M A + AB ) = ~0 −−−→
seul vecteur inconnu : M A

−−−→ −−−→ −−→


M A + 2M A + 2AB = ~0 On développe

−−−→ −−→
3M A = −2AB Simplification et transfert

−−−→ −−→
3AM = 2AB On y est presque

−−−→ 2 −−→
AM = AB Prêt pour le tracé...
3
4. Même méthode....

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 20 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 21 [`é›n`o“n`c´é]

−−−→ −−→ −−−→ −−→


a. M A = 2AB ⇐⇒ AM = −2AB
−−−→ −−→ −−−→ −−→ −−→ −−−→ −−→ −−−→ −−→
b. M B = −3AB ⇐⇒ M A + AB = −3AB ⇐⇒ M A = −4AB ⇐⇒ AM = 4AB
−−−→ 1 −−−→
c. MA = − MB
2

−−−→ 1 −−−→ −−→


⇐⇒ M A = − (M A + AB )
2

3 −−−→ 1 −−→
⇐⇒ MA = − AB
2 2
−−−→ −−→
⇐⇒ 3AM = AB

−−−→ 1 −−→
⇐⇒ AM = AB
3
−−−→ −−−→
d. M A + 3M B = ~0

−−−→ −−−→ −−→


⇐⇒ M A + 3(M A + AB ) = ~0

−−−→ −−→
⇐⇒ 4M A + 3AB = ~0

−−−→ −−→
⇐⇒ 4M A = −3AB

−−−→ 3 −−→
⇐⇒ AM = AB
4

M. F˚r`oˆg´eˇt 40 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


−−−→ −−−→
e. 4M A = −6BM

−−−→ −−→ −−−→


⇐⇒ −4AM = −6(BA + AM )

−−−→ −−−→ −−→


⇐⇒ −4AM + 6AM = −6BA

−−−→ −−→
⇐⇒ 2AM = 6AB

−−−→ −−→
⇐⇒ AM = 3AB

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 22 [`é›n`o“n`c´é]

Q N A P R B M S
b b b b b b

1. Placer chacun des points M , N , P et Q définis par les égalités ci-aprés :


−−→ − → −

L’idée est de se ramener à écrire une égalité du type AX = U , où A est un point connu, U un vecteur
connu, et X le point à placer.
−−−→ 3 −−→
a. AM = AB
2
−−→ 1 −−→ 1 −−→
b. AN = − AB = BA
4 4
−−→ 5 −−→ −−→ 5 −−→
c. P A = BA ⇐⇒ AP = AB
8 8
−−→ −−→ −−→ 11 −−→
d. 16 QB = 22 AB ⇐⇒ 16 BQ = BA
8
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ 1 −−→
2. 3BR + AR = ~0 ⇐⇒ 3BR + AB + BR = ~0 ⇐⇒ 4BR = BA ⇐⇒ BR = − AB .
4
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ 7 −−→
3. −3AS + 7BS = ~0 ⇐⇒ −3AS + 7BA + 7AS = ~0 ⇐⇒ 4AS = 7AB ⇐⇒ AS = AB .
4

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 23 [`é›n`o“n`c´é]

−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
1. AB + BC + CD = AD 2. BD = BA + AD 3. BA + AC = BC

−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→


4. DF − DF = ~0 5. BB + HD + DH = ~0 6. F A − EA + EF = ~0

−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→


7. AB + CD + BA = CD 8. 2AB + 2BC = 2(AB + BC ) = 2AC

−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
9. 3BC + 2BA − 2CA = 3BC + 2BA + 2AC = 3BC + 2(BA + AC ) = 3BC + 2BC = 5BC

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 24 [`é›n`o“n`c´é]

1. 2~u + 3~u + 3~u = 8~u 2. −5~u + 2(−3~u + ~v ) = −11~u + 2~v

2 3 1 13 1 2 2
3. ~u + ~u − ~u = ~u 4. (2~u + ~v ) − (−~u + ~v ) = 2~u
5 4 2 20 2 3 3

5 1~ 5 2 7 7
5. −3(~u + 2~v ) − 2(~u + ~v ) = −5~u − 8~v 6. ~a − b − ~b + ~a = ~a − ~b
3 6 12 3 3 12

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 25 [`é›n`o“n`c´é]

M. F˚r`oˆg´eˇt 41 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


U~ =− −→ −−→ −−→ −−→
AB + DC + CA + BD = ~0
−−−→ −−−→ −−→ −−−→ −−−→
V~ = M N + P M + N P + M P = M P
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
W~ = 2AB + BC − AC = 2AB + BC + CA = AB + AB + BC + CA = AB

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 26 [`é›n`o“n`c´é]

−−→ 1 −−→ −−→ −−→


a. −JF + DG = F J + JD
2 −−→
= FD
−−→ −−→ −−→ −−→
b. CD + CF = CD + DG
−−→
= CG
−−→ −−→ −−→ −−→
c. BC − GI = BC + IG
−−→ −−→
= BC + IG
−−→ −−→
= ED + DF
−−→
= EF
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
d. 2DJ + F I + BC = DB + F I + BC
−−→ −−→ −−→
= DB + BC + CE
−−→
= DE
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
e. 3BJ − CF + EA + CD = 3BJ + F C + CD + EA
−−→ −−→ −−→
= 3BJ + F D + EA
−−→ −−→ −−→
= 3BJ + DE + EA
−−→ −−→
= 3BJ + DA
−−→
= BG
−−→ −−→ −−→ −−→
f. JG − CF = JG + F C
−−→ −−→
= 3DA + 2AD
−−→
= DA

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 27 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 28 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 29 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 30 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 31 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 32 [`é›n`o“n`c´é]

M. F˚r`oˆg´eˇt 42 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


−−→
• Décomposition du vecteur ~u = AB en fonction des vecteurs ~i et ~j :
−−→ −−→
Exprimer le vecteur ~u = AB en fonction des vecteurs ~i et ~j, c’est écrire le vecteur AB comme somme de deux
vecteurs :

• l’un ayant pour direction celle de ~i,

• l’autre ayant pour direction celle de ~j.

Une méthode possible :

• On trace la droite passant par A et ayant pour direction celle du vecteur ~i.

• On trace la droite passant par B et ayant pour direction celle du vecteur ~j

On note C le point d’intersection de ces deux droites. On a alors :


−−→ −−→ −−→
AB = AC + CB

b ~u b

b b

~i
b

B
~j

−−→ 1 −−→ −−→ 1 1


Puisque AC = − ~i et CB = −3~j, alors : ~u = AB = − × ~i + (−3) × ~j = − ~i − 3~j
4 4 4
−−→
• Décomposition de ~v = AB en fonction des vecteurs ~i et ~j :

1 × ~i (−2) × ~j

A B
b b

~v

~i

~j

M. F˚r`oˆg´eˇt 43 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


−−→ −−→ −−→
Puisque AC = 1 × ~i et CB = (−2) × ~j, alors : ~v = AB = 1 × ~i + (−2) × ~j = ~i − 2 × ~j

M. F˚r`oˆg´eˇt 44 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


−−→
~ = AB en fonction des vecteurs ~i et ~j :
• Décomposition de w

b
B

w
~

A
5~
j
2 3
− ~i
4

~i
C
~j

−−→ 3 −−→ −−→ 3 5 3 5~


Å ã Å ã
Puisque AC = − × ~i et CB = 5
2
~
× j, alors : w
~ = AB = − ~
×i+ × ~j = − ~i + j
4 4 2 4 2

• Décomposition de ~z en fonction des vecteurs ~i et ~j :


3 3
Å ã
On constate que ~z et ~i ont la même direction. Précisément : w
~= − × ~i + 0 × ~j = − ~i
2 2

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 33 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 34 [`é›n`o“n`c´é]

−−→ −−→
AD = DB D est le milieu de [AB]

−−→ −−→
AB = −2AC A appartient à [BC]

−−→ −−→
AB = CD ABDC est un parallélogramme.

−−→ −−→ −−→


DC = DA + DB ACBD est un parallélogramme.

−−→ −−→
AD = BC [AC] et [BD] ont même milieu..

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 35 [`é›n`o“n`c´é]

1. Cf cours
3 12
xU~1 7 6 yU~1 6 x~ y~
2. a. = = et = − 5 = − . Puisque U1 6= U1 , les vecteurs U~1 et V~1 ne sont pas
xv~1 1 7 yv~1 14 7 xv~1 yv~1
2 5
colinéaires.

M. F˚r`oˆg´eˇt 45 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


b. 6U~2 + 2V~2 = 6(− 12~i + ~j) + 2(3~i − 4~j) = · · · = 3~i − 2~j.
Puisque −600~i + 400~j = −200(3~i − 2~j) = −200(6U~2 + 2V~2 ), les vecteurs 6U~2 + 2V~2 et −600~i + 400~j
sont colinéaires.

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 36 [`é›n`o“n`c´é]

2~ 1~ 3~ 5~ 1 2
Å ã
~ +V
1. U ~ + 2W
~ = i + j + i − j + 2 − ~i + ~j
5 3 5 3 2 3

2 3 1 5 4
Å ã Å ã
= ~
+ −1 i+ − + ~v
5 5 3 3 3



= 0


~ +V
2. Puisque U ~ + 2W
~ = 0 , alors U
~ + V~ = −2W
~ : les vecteurs U
~ +V
~ et W
~ sont alors colinéaires.

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 37 [`é›n`o“n`c´é]


1 3 3 3
1 ) ~v = − ~u 2 ) ~v = ~u 3 ) ~v = − ~u 4 ) ~v = − ~u
2 2 4 5
Montrons comment trouver k sur le dernier exemple :
−−→ −−→ −−→ −−→
Choisissons le dernier exemple : ~u = 65 AB − 32 CD et ~v = − 21 AB + 25 CD :
On cherche s’il existe un nombre réel k tel que ~v = k × ~u, c’est à dire tel que :

1 −−→ 2 −−→ 5 −−→ 2 −−→


Å ã
− AB + CD = k AB − CD
2 5 6 3

L’égalité ci-dessus s’écrit aussi :

1 −−→ 2 −−→ 5 −−→ 2 −−→


− AB + CD = k AB − k CD
2 5 6 3
... et sera vérifiée si

1 5
 −2 =
 6k
et

 2 2
5 = 3k

soit : 

 − 21 3

 k= 5 =−


 5
6
et

 2

 5 3
 k= 2 = 5


3

On a prouvé :
3
~v = − ~u : les vecteurs ~u et ~v sont colinéaires.
5

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 38 [`é›n`o“n`c´é]


−−→ −−→ −−→ −−→
• Puisque −3(3AB − AC ) = 9AB + 3AC , alors

−3~u = ~v : ~u et ~v sont colinéaires

−−→ −−→ −−→ −−→


• Puisque − 35 (2AB − 53 AC ) = 10
3 AB + AC , alors

5
− ~u = ~v : ~u et ~v sont colinéaires
3

M. F˚r`oˆg´eˇt 46 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
• ~u = 3AB − BC = 3AB − (BA + AC ) = 4AB − AC . On a par ailleurs : ~v = 6ÇAB å− 2AC Ç .å
−−→ −−→ 4 6
Dans la base (AB , AC ), les vecteurs ~u et ~v ont donc pour coordonnées respectives et .
−1 −2
Puisque 64 6= −2
−1
, les coordonnées des vecteurs ~u et ~v ne sont pas proportionnelles :

~u et ~v ne sont pas colinéaires

−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
• ~u = 4AB − 2BC = 4AB − 2(BA + AC ) = 4AB + 2AB − 2AC = 6AB − 2AC .
−−→ −−→ −−→ −−→
On a par ailleurs : ~v = 3AB + CA = 3AB − AC . Par suite :

u = 2~v : ~u et ~v sont colinéaires

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 39 [`é›n`o“n`c´é]

~v = −4~u = −4~u = −4(3w) ~ : les vecteurs ~v et w


~ = −12w ~ sont donc colinéaires.

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 40 [`é›n`o“n`c´é]

~c = − 23 ~a ou ~a = − 32 ~c

d~ = −2f~ ou f~ = − 12 d~
~h = 2~b ou ~b = 1 ~h
2

~e = −2~g ou ~g = − 21 ~e

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 41 [`é›n`o“n`c´é]

−−→
1. AB a pour coordonnées (xB − xA , yB − yA ) = (0, −5)
−−→
AC a pour coordonnées (xC − xA , yC − yA ) = (8, −6)
−−→
BC a pour coordonnées (xC − xB , yC − yB ) = (8, −1)

2. −3~u a pour coordonnées −3(2, −3) = (−6, 9)


4~v a pour coordonnées 4(2, −5) = (8, −20)
~ a pour coordonnées −5(0, −2) = (0, 10)
−5w
~ a pour coordonnées (−6, 9) + (8, −20) + (0, 10) = (2, −1)
−3~u + 4~v − 5w

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 42 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 43 [`é›n`o“n`c´é]

~u + ~v a pour coordonnées
(2 + (−1), 4 + 2) = (1, 6)

~u − ~v a pour coordonnées
(2 − (−1), 4 − 2) = (3, 2)

3~u − 2~v . a pour coordonnées

(3 × 2 − 2 × (−1), 3 × 4 − 2 × 2) = (6 + 2, 12 − 4) = (8, 8)

M. F˚r`oˆg´eˇt 47 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 44 [`é›n`o“n`c´é]

~ a pour coordonnées ( xy ) dans la base (~i, ~j) signifie U


U ~ = x × ~i + y × ~j

• Coordonnées de ~u :

u~1 A

b ~u b

u~2
b b

~i
b

B
~j

1
Ñ é
1 3
Å ã

~u = − × ~i + (− ) × ~j : ~u a pour coordonnées 4 dans la base (~i, ~j)
4 2 − 23

• Coordonnées de ~v :

~v
~i

~j

Ç å
0.5
~v = 0.5 × ~i + (−1) × ~j : ~v a pour coordonnées dans la base (~i, ~j)
−1

• Coordonnées de w
~ :

M. F˚r`oˆg´eˇt 48 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


8

6 b

w
~
b 4 b

~i
b 2 b

~j
b 0 b

−10 −8 −6 −4 −2 0 2 4 6 8

b −2 b

−4

3
Ñ é

~ = (−0.75) × ~i + 2.5 × ~j : w
w ~ a pour coordonnées 4 dans la base (~i, ~j)
2.5

• Coordonnées de ~z :

b b

~zb b

~i
b b

~j
b

Ç å
−1.5
~z = (−1.5) × ~i + 0 × ~j : w
~ a pour coordonnées dans la base (~i, ~j)
0

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 45 [`é›n`o“n`c´é]

A a pour coordonnées (0, 2.5)


B a pour coordonnées (1.5, 0)
C a pour coordonnées (0.5, 1)
D a pour coordonnées (−1, 1)
E a pour coordonnées (−0.5, −1)
F a pour coordonnées (0.75, −1.5)

M. F˚r`oˆg´eˇt 49 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


G a pour coordonnées (−1, 0)
H a pour coordonnées (0, −1.5)

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 46 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 47 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 48 [`é›n`o“n`c´é]

• Testons si les coordonnées des vecteurs ~u et ~v sont proportionnelles :


D’une part :
8
x~v 5 8 3 24
= = × =
xu~ 1 5 1 5
3
D’autre part :
4
y~v 5 4 6 24
= = × =
yu~ 1 5 1 5
6
Leurs coordonnées étant proportionnelles, les vecteurs ~u et ~v sont colinéaires.
• Testons si les coordonnées des vecteurs ~v et w
~ sont proportionnelles :
D’une part :
8
x~v 5 16
= =
xw~ 5 25
2
D’autre part :
4
y~v 5 16
= =
yw~ 3 15
4
16 16
Puisque 6= , les coordonnées des vecteurs ~v et w
~ ne sont pas proportionnelles : ~v et w
~ ne sont donc pas
25 15
colinéaires.

• Montrons que les vecteurs ~u et w ~ ne sont pas colinéaires en raisonnant par l’absurde :
Si ~u et w
~ étaient colinéaires alors, ~u et ~v étant colinéaires, ~v et w
~ le seraient également, ce qui n’est pas le cas.
On en déduit que ~u et w ~ ne sont pas colinéaires

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 49 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 50 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 51 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 52 [`é›n`o“n`c´é]

M. F˚r`oˆg´eˇt 50 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 53 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 54 [`é›n`o“n`c´é]

1. ~u et ~v sont colinéaires : ~v = −2~u

2. ~u et ~v sont colinéaires : ~v = 32 ~u
2 −5
3. ~u et ~v ne sont pas colinéaires car −3 6= 7

4. ~u et ~v sont colinéaires : ~v = 32 ~u

5. Montrons que ~u et ~v ne sont pas colinéaires :


D’une part :
x~v 11 9 99
= = 11 × =
xu~ 5 5 5
9
D’autre part :
y~v −15
= = 18
yu~ −5
6
99
Puisque 18 6= , les vecteurs ~u et ~v ne sont pas colinéaires puisque leurs coordonnées ne sont pas proportion-
5
nelles.

6. Montrons que ~u et ~v sont colinéaires :


D’une part : √ √
x~v −4 −4( 5 + 1) −4( 5 + 1) √
=√ = √ √ = = −( 5 + 1)
xu~ 5−1 ( 5 − 1)( 5 + 1) 4
D’autre part : √
y~v 5+1 √
= = −( 5 + 1)
yu~ −1

Puisque leurs coordonnées sont proportionnelles, les vecteurs ~u et ~v sont colinéaires : ~v = (− 5 − 1)~u

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 55 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 56 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 57 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 58 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 59 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 60 [`é›n`o“n`c´é]

M. F˚r`oˆg´eˇt 51 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 61 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 62 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 63 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 64 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 65 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 66 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 67 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 68 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 69 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 70 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 71 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 72 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 73 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 74 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 75 [`é›n`o“n`c´é]

M. F˚r`oˆg´eˇt 52 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 76 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 77 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 78 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 79 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 80 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 81 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 82 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 83 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 84 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 85 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 86 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 87 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 88 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 89 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 90 [`é›n`o“n`c´é]

M. F˚r`oˆg´eˇt 53 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 91 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 92 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 93 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 94 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 95 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 96 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 97 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 98 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 99 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 100 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 101 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 102 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 103 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 104 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 105 [`é›n`o“n`c´é]

M. F˚r`oˆg´eˇt 54 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 106 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 107 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 108 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 109 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 110 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 111 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 112 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 113 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 114 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 115 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 116 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 117 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 118 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 119 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 120 [`é›n`o“n`c´é]

M. F˚r`oˆg´eˇt 55 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 121 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 122 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 123 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 124 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 125 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 126 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 127 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 128 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 129 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 130 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 131 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 132 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 133 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 134 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 135 [`é›n`o“n`c´é]

M. F˚r`oˆg´eˇt 56 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 136 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 137 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 138 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 139 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 140 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 141 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 142 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 143 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 144 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 145 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 146 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 147 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 148 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 149 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 150 [`é›n`o“n`c´é]

M. F˚r`oˆg´eˇt 57 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 151 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 152 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 153 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 154 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 155 [`é›n`o“n`c´é]

M. F˚r`oˆg´eˇt 58 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl


C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 156 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 157 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 158 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 159 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 160 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 161 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 162 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 163 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 164 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 165 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 166 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 167 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 168 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 169 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 170 [`é›n`o“n`c´é]

C`o˘r˚r`e´cˇtˇi`o“nffl `d`e ˜l„`e›x´eˇr`cˇi`c´e 171 [`é›n`o“n`c´é]

M. F˚r`oˆg´eˇt 59 L”y´c´é´e C`a‹m˚i˜l¨l´e Jˇu˜l¨lˇi`a‹nffl

Vous aimerez peut-être aussi