Vous êtes sur la page 1sur 36

‫الجمهورية الجزائرية الشعبية ديمقراطية‬

‫وزارة البحث وتعليم العالي‬


‫جامعة غرداية‬

Université de Ghardaia
‫كلية علوم وتكنولوجيا‬ Faculté des sciences et technologies
2¨eme année GC

COMPOSITION DE BETON

Préparé par les étudiants: Sous la supervision du Dr :


Deffaf Bachir Nadir ✓MME . AZZOUZ

Elbar Mohamed

niveau d' étude :


2 Genie civil (gr 2)

2019/2020
SOMMAIRE

Organisation générale

1. Activités

2. Dénomination et statut juridique

3. Portée du système de gestion

4. Champ d'action/ organigramme

LES ESSAIS AU LABORATOIRE L'analyse

1. Teneur en carbonates

2. Equivalent de sable

3. Equivalent de sable

4. Essai Los Angeles

5. Essai Micro-Deval

Essai sur béton


1. Composition des béton

2. Béton prêt al empiol

3. Essai d'affaissement

4. Essai décrassement d'éprouvette

5. Conclusion générale

6. Bibliographie
Introduction

La construction d'un élément en béton arme se compose dune succession détapes dont
aucune ne doit être négligée. Apres la conception se la forme et des détails et le
dimensionnement de la section et des armatures , intervient le choix définitif des matériaux
nécessaires (type de béton et d'aciers), les critères déterminant étant la résistance (état de
ruine),la déformabilité (état de service), la durabilité (protection des armatures) et la mise
en place (réseau d'armatures et ouvrabilité du béton). Suivant les spécifications , les
composants du béton peuvent être choisis pour optimiser les performances selon l'un ou
l'autre de ces critères parfois contradictoires . le contrôle de la qualité lors du bétonnage et
un traitement de cure approprie (protection du béton contre la dessiccation et les hautes ou
basses températures pendant le durcissement) sont deux éléments primordiaux.

Création:

LTP-Sud a été crée le 12 mars 1983 par décret n 83 -186 en octobre 1989 ,il est devenu
une entreprise autonome dont le propriétaire est le holding public réalisations et Grands
Travaux et en 1998 , il a été transforme en filiale faisant partie du groupe LCTP .

Organisation générale:

1- Activités :

Il est spécialise dans les domaines suivants(détails du champ d'activités):

Les études géotechniques routières et aéroportuaires .

Les études géotechniques pour sol de fondation.

Les études géométriques et géophysique.

Les études géométriques des traces routiers et des infrastructures aéroportuaires .

Les études techniques des petites retenues d'eau .

Les études d'assainissement et d A.E.P.

Le contrôle et suivi de réalisations de routes, aérodromes , ouvrages d'art et bâtiments.

Contrôle des matériaux(béton , liants hydrocarbonés, granulats , eau , etc.…).

Auscultation des chaussées au HWD.


Mesure d'uni au RSPS mark III L2.2.

Contrôle de l'adhérence RST et tache de sable.

Contrôle de signalisations horizontales.

Dénomination et statut juridique:

Le laboratoire des Travaux Publics du Sud dénomme en abrège(LTPS) est une entreprise
publique économique (EPE) société par actions , a caractère commercial .

Portée du système de gestion:

Le système de gestion du LTPS s'applique aux activités detudes,controles, d'expertises,


essais en laboratoire et in-situ

Champ d'action:

Le L-T-P-sud étend son champ d'action pratiquement sur 3/4 de la superficie de lacerie il
est implante dans les wilayat mentionnées ci-dessous , ce qui lui permet de répondre aux
sollicitions de la clientèle sur la majeure partie du territoire national.

1.Adrar 2.El-Bayad 3.EL-Oued 4.Ghardaïa 5.Illizi 6.Laghouat

7.Msila 8.Ouargla 9.Tamanrasset


Organigramme:
DIRECREUR GENERQL
DEPARTEMETN
TECHNICO
Secrétariat GD
COMMERCIAL

Hygiène et sécurité
Responsable
management qualite
Cellule audit

Service informatique
DFC

Dept combtabili DEPT


TE FINACES D.A.L
D.T
Departemen Service maintenance DEPT RH ET
S.GSTION
Tessai spéciaux métrologie FORMATION
MATERIELS

Unité de Ghardaïa CONTENTIEUX

Département la Antenne de Laghouat UNITE DE OURGLA


boratoire
DEPARTEMENT DEPARTEMENT
COMPTABILITE
Département étude Antenne d el -bayadh LABORATOIRE
DT ADM
Département Antenne
contrôle Tamanrasset Département étude Antenne d el - oued

Département contrôle
Service sondage Antenne d Adrar Antenne d – Illizi
Service gestion
Service gestion parc Antenne d in – Salah Antenne Boussaâda

Service gestion parc


BUT
1- Teneur en carbonates

REFERENCE

NF P 94-048

OBJET

L’essai a pour objet de mesurer la teneur en carbonate (CaCO3) contenue dans un matériau.

PRINCIPE

L’essai consiste à déterminer le volume de dioxyde de carbone (CO2) dégagé sous l’action
d’acide chlorhydrique (Hcl) en excès (dans des conditions de température et de pression
atmosphérique connues) par un échantillonpréparé pour l’essai.

MODE OPERATOIRE

Prendre un échantillon de 50 9 environ.

Apres un séchage préalable, le matériau est broyéansd un mortier afin d'obtenir une
poudre passant en totalité au tamis d'ouverture 04mrn..

Apres homogénéisation, prélever deux prises d'essai de masses identiques conformes au


tableau suivant :

% carbonaté < 4 4à9 10à19 20à39 40à79 ≥ 80


présumé
Masse de la
10 5 2.5 1 0.5 0.25
prise d’essai (g)

En absence d'information sur la teneur en carbonate présumée, choisir des prises d'essai d'une
masse d'environ 1 g.

- Introduire la prise d'essai, une fois pesée m() dans le flacon à réaction propre et sec.

Remplir le flacon et la burette d'eau distillée .Faire coïncider le niveau bas du flacon avec le zéro
en partie haute de la burette.
Introduire environ 10 cm3 d’acide chlorhydrique concentré dans un tube a essai placé dans le
flacon à réaction.

Ouvrir le robinet. Obturer le flacon à réaction au moyen de son bouchon.

Régler le niveau du flacon sur le zéro de la burette. Fermer le robinet et mettre en contact I'
acide chlorhydrique avec le matériau. Au fur et à mesure que le

dégagement gazeux exerce une pression sur l’eau de la burette, faire coïncider, en déplaçant le
flacon, le niveau dans celui-ci et la burette. Agiter le flacon d’essai jusqu'a ce que le niveau
d'eau ne varie plus. Attendre 5 mn environ et placer celui-ci dans le bac d’eau de
refroidissement à la température ambiante. Apres l’équilibre de la température, amener les
niveaux dans le même planhorizontal et lire le volume Vb correspondant sur la burette. Noter la
température θb de la salle d'essai et la pression atmosphérique (p).

Dans le cas où l’on veut s’affranchir de la mesure de la pression atmosphérique, le processus


d’essai décrit ci-dessus est appliqué à un échantillon témoin de carbonate de calcium pur (de
masse mt =0.25g) . Noter, après exécution du processus, le volumedu gaz dégagéVt et la
température de la salleθt.

EXPRESSION DES RESULTATS

La teneur en carbonate es calculée par :

Cas de l’échantillon témoin

mt Vb (θt + 273)

Vt (θb +273)

Cas de la pression atmosphérique

1,2 .Vb . p

m (θb +273)

Où :
p en Kpascal
m et mt en g
θb et θt en °C
Vb et Vt en cm3
Schéma d’un calcimètre - Exemple
2- Equivalent de sable

REFERENCE

P18–598

OBJET

L’essai a pour objet de mesurer la propreté d’un sable. Il rend compte globalement de la
quantité et de la qualité des éléments fins, en expriment un rapport conventionnel
volumétrique entre les éléments sableux qui sédimtent et les éléments fins qui floculent.

PRINCIPE

L’essai s’effectue sur la fraction 0/5mm. Son princ ipe consiste à floculer un matériau dans une
solution lavante normalisée, et à mesurer, après un temps de repos, les hauteurs du sédiment
(sable) et du floculat (fines).

La valeur de l’équivalent de sable (Es) est le rapport, multiplié par 100, de la hauteur de la
partie sableuse sédimentée, à la hauteur totale dufloculat de la partie sableuse sédimentée.

MODE OPERATOIRE

Préparer un échantillon, passant au tamis de 5mm, ed masse 500 à 700g.


Prendre, à partir de cet échantillon, deux prises de 100 à 200g pour déterminer la teneur en
eau w.
Prendre deux prises d’essai de masse chacune, exprime en g, égale à l20(l+ w/100).

Siphonner la solution lavente, déjà préparée, dans l’éprouvette cylindrique, jusqu' au trait
repère inférieur.
Verser la prise d’essai soigneusement a l’aide de l ’entonnoir dans I' éprouvette posée
verticalement.

Frapper frottement a plusieurs reprises la bas de l'éprouvette sur la paume de la main pour
déloger les balles d’air et favoriser la mouillage de l’échantillon et laisser reposer 10 minutes.

A la fin de cette période, boucher l éprouvette à ’aidel du bouchon de caoutchouc, puis fixer
l'éprouvette sur la machine d'agitation et faire subir à l'éprouvette 90 cycles en 30s
Remettre l'éprouvette en position verticale, oter el bouchon de caoutchouc et le rincer au
dessus de l’ éprouvette avec le solution lavante .En descendant le tube laveur dans l'éprouvette
rincer les parois de l'éprouvette avecla solution lavante, puis enfoncer le tube jusqu'au fond de
l'éprouvette. Faire remonterles éléments argileux, tout en
maintenant l'éprouvette en position verticale. Lorsque le niveau du liquide atteint le trait
repère supérieur, relever le tube laveur. Laisser reposer pendant 20 min.

Mesurer a l'aide du réglet la hauteurh1 du niveau supérieur du floculat par rapport au fonde de
l'éprouvette.

Mesurer également la hauteurh2 du niveau supérieur de la partie sédimentée par rapport au


fond de l’éprouvette.

Descendre doucement le pistant tare dans l’éprouvette jusqu ' à ce qu’il repose sur le sédiment.
Pendant cette opération, le manchon coulissant prend appui sur l’éprouvette. Bloquer le sur la
tige du piston.
Mesurer la hauteur h’2 entre la tête du piston et le manchon coulissant. Arrondir les.
Faire un deuxième essai

EXPRESSION DES RESULTATS

.L’équivalent de sable est donne par la formule :

Es = 100 h2/hl

L’équivalent de sable visuel est, dans les mêmes conditions, donne par la formule :

Esv = 100 h'2/hl.

Ces résultats sont donnés avec une décimale.

La valeur de l’équivalent de sable est la moyenne des deux essais. Cette valeur moyenne est
arrondie à l’entier le plus voisin.
3- Equivalent de sable

REFERENCE

P 18-597

OBJET

L’essai a pour objet de mesurer la propreté d’un sable. Il rend globalement de la qualité des
éléments fins, en exprimant un rapport conventionnel volumétrique entre les éléments sableux
qui sédimentent et les éléments fins qui oculentfl.

PRINCIPE

L’essai s’effectue sur la fraction 0/2mm et dont la proportion des élément passant au tamis de
0.08mm a été ramenée à 10% à l’aide d’un sable correcteur. Il consiste à floculer un matériau
dans une solution lavante normalisée, et àmesurer, après un temps de repos, les hauteurs du
sédiment (sable) et du floculat (fines).

La valeur de l’équivalent de sable à 10% de fine (Ps) est le rapport, multiplié par 100, de la
hauteur de la partie sableuse sédimentée, à la hauteur totale du floculat de la partie sableuse
sédimentée

MODE OPERATOIRE

Préparation des échantillons

Humidifier l’échantillon pour laboratoire, s’il ne l’est pas, avant de partage afin d’éviter les
pertes de fines et la ségrégation

Tamiser le matériau humide sur le tamis de 2 mm. Laver le refus sur ce tamis en utilisant le
moins d’eau possible et en associant les deux passants

Mettre ce passant (fraction 0/2 mm) à l’étuve, si nécessaire, en contrôlant qu’il n’atteint jamais
l’état sec, puis en atmosphère ambiante pourl’amener à une teneur en eau compris entre 1% et
3%

N.B. : La masse de l’échantillon pour laboratoire doit être telle que la faction passante au tamis
de 2 mm pèse 1500 g environ

Préparer quatre (4) échantillons : un pour la détermination de la teneur en eau , un pour la


préparation du sable correcteur et la déterminationde la teneur en fines et deux pour la
préparation des échantillons pour essai.
Détermination de la teneur en eau du tamisât (W)

Détermination de la teneur en eau W exprimée en pourcentage sur deux prises de 100 g à 200 g
par une méthode rapide telles que : se chargeen gaz.

Détermination de la teneur en fines et préparationdu sable correcteur (f)

Tamiser sous eau le deuxième échantillon de masseMh2 sur le tamis de 0,08 mm

Sécher (séchage rapide) et peser les éléments retenus sur ce tamis ( Ms). La teneur en fines f,
exprimée en pourcentage, du sable est déterminéepar :

f = 100 – Ms (100+W)
Mh2

Préparation des échantillons pour essai

Si f < 11%, il y a pas lieu d’utiliser le sable correcteur, et l’essai s’effectue directement
sur le 3ème et le 4ème échantillon pour essai, exprimée en g, est alors galeé à 120 (1+ w ) 100

Si f > 11%, prendre une masse Mh3 égale à :

Mh3 = 1200 (1 + w) Où w =W/100

Ajouter à cette masse une quantité de sable correcteur sec (refus sec à 0,08 mm) Ms, calculée
suivant la formule suivante :

Msc = 120 – 1200


f

La masse de chaque échantillon pour essai, expriméeen g est alors égale à : Mh3 + Msc

Exécution de l’essai

Voir l’essai « Equivalent de sable »

EXPRESSION DES RESULTATS

La propreté du sable est donnée par la formule :

Ps = 100 h2/h1 .
4- Los Angeles

REFERENCE

NF P 18-573

OBJET

L’objet de l’essai est de mesurer la résistance à la fragmentation parcs chocs des éléments d’un
échantillon de granulats.

PRINCIPE

L’essai consiste à mesurer la quantité d’éléments nférieurs à 1.6 mm produite en soumettant le


matériau aux chocs de boulets normalisés dans une machine Los Angeles.

Si M est la masse du matériau soumis à l’essai, m la masse des éléments inférieurs à 1.6mm
produits au cours de l’essai, la résistance à la fragmentation par chocs ( ou le coefficient Los
Angeles LA ) s’exprime par :

LA = 100 m/M

MODE OPERATOIRE

La masse de l’échantillon à envoyer au laboratoire sera au moins de 15Kg ;

Choisir la classe granulaire qui va être soumise à l’essai, cette classe est choisie parmi les six
classes 4-6,3mm ; 6,3-10mm ; 10-14mm ; 16-31,5mm et 25-50mm. La classe 10-25mm doit
contenir 60% de 10-16mm, la classe 16-31,5mm 60% de 16-25mm et la classe 25-50mm 60% de
25-40mm ;

Tamiser l’échantillon à sec sur chacun des tamis de la classe granulaire choisie en commençant
par le tamis le plus grand ;

Laver le matériau tamisé et le sécher à l’étuve à 05°C,1 jusqu’à masse constante ( c’est à dire
jusqu’à ce que deux pesées successives de l’échantillon, séparées d’une heure ne différent pas de
plus de 0,1%, la masse de l’échantillon pour essai sera de 5000g ±5g ;

Introduire la charge (nombre de boulets) correspondant à la classe granulaire choisie puis


l’échantillon pour essai. La charge est fixée conformément au tableau ci-dessous :

Classes granulaires (mm) Nombre de boulets Nombre de rotations


4 - 6,3 7 500
6,
3 - 10 9 500
1
0 - 14 11 500
1
0 - 25 11 500
16 - 31,5 12 500
2
5 - 50 12 1000
Faire effectuer à la machine le nombre de tours cor respondant à la fraction granulaire choisie ;

Une fois le nombre de tours est terminé, recueillirles granulats dans un bac placé sous l’appareil
en ayant soin d’amener l’ouverture juste au dessus de ce bac pour éviter les pertes de matériaux ;

Tamiser le matériau recueilli sur le tamis 1,6mm, el matériau doit être pris plusieurs fois pour
faciliter l’opération de tamisage ;

Laver le refus au tamis de 1,6mm, égoutter ce refuset le sécher à 105°C jusqu’à masse constante ;

- Peser ce refus séché (m1) ;

EXPRESSION DES RESULTATS

L e coefficient Los Angeles LA est donné par le rapport :

LA = 100 x (5000-m1)/5000

Le résultat est arrondi à l’unité la plus proche.


5- Micro-Deval humide

REFERENCE

NF P 18-572

OBJET

L’essai a pour objet de mesurer la résistance à l’usure d’un échantillon de granulats.

PRINCIPE

L’essai s’effectue sur les gravillons entre 4 et 14 mm et entre 25 et 50mm. Il consiste à mesurer la
quantité d’éléments inférieurs à 1.6mm roduitep par frottements réciproques, dans un cylindre en
rotation, en présence des charges abrasives et de l’eau.

La résistance à l’usure est mesurer par la quantité, appelé coefficient micro-deval en présence de
l’eau (MDE), définie par :

MDE = Masse des éléments inférieurs à 1.6mm produits au cours de l’essai x 100 Masse du
matériau soumis à l’essai

MODE OPERATOIRE

Choisir la classe granulaire qui va être soumise aI' essai parmi les quatre classes suivantes : 4-6.3
mm, 6.3-10 mm, 10-14 mm et 25-50 mm. La classe 25-50 mm doit contenir 60% de 25-40mm.

Prendre un échantillon de masse égale au moins a 2Kg si la classe choisie est comprise entre 4 et
14 rnm, et 40 Kg si la classe choisie est 25-50 mm.

Laver l'échantillon et le sécher à l'étuve à 105°C.

Tamiser a sec sur les tamis de la classe granulaire choisie. La masse M de l'échantillon pour essai
(500g ± 2g pour les classes entre 4 et 14 rnm, et 10000g ± 20g pour la classe 25-50 rnm).

Introduire clans le cylindre d’essai la charge abrasive, puis la quantité du matériau préparé et de
l’eau et en suite mettre en rotationl’ensemble à une vitesse de 100tr/mn, ceci conformément aux
indications du tableau suivant :

Classe granulaire Charge abrasive Quantité d’eau Durée de rotation


(mm) (g) (l) ( tours ou h)
4–6.3 2000 ± 5 2.5 12 000tr ou 2h

6.3 - 10 4000 ± 5 2.5 12 000tr ou 2h

10–14 5000 ± 5 2.5 12 000tr ou 2h

25-50 0 2 14 000tr ou 2h 20mn


Une fois le nombre de rotions est terminé, laver lematériau, après avoir recueilli la charge
abrasive, sur le tamis 1.6 mm.

Sécher le refus sur ce tamis à 105°C et en suite le peser, soit m’ sa masse.

EXPRESSION DES RESULTATS

Calculer la masse (m) des éléments inférieurs à 1.mm6 produits au cours de l’essai par : m = M –
m’

Calculer le coefficient micro-Deval par :

MDE = 100 (m / M )

Où : M = 500g ou 10 000g

COMPOSITION DES BETON :


- DEFINITIONS :
Le béton est constitué de deux parties essentielles :

LA PATE DE CIMENT LES GRANULATS

 

CIMENT + EAU SABLE+GRAVILLON

L’étude de la composition d'un béton consiste à définir le mélange de ces


différents constituants pour obtenir un béton dont les qualités soient
celles recherchées pour la construction de l'ouvrage à réaliser.

Presque toujours, il s'agit de rechercher deux qualités essentielles :

LA RESISTANCE L'OUVRABILITE
 
Résistance en compression Affaissement au

du béton à 28 jours : fc28 cône d'Abrams : A

Mais il faudra, en fonction de l'utilisation du béton, rechercher


d'autres qualités: Etanchéité, résistance au gel, parement, etc...

Il n'existe pas une composition type, mais des méthodes de composition


(FAURY, BOLOMEY, VALLETTE, DREUX-GORISSE,...). Elles sont
toutes basées sur une adaptation de resultants expérimentaux

FACTEURS ESSENTIELS DE COMPOSITION :


2.1: LA PATE DE CIMENT :
Dans le béton frais, la pâte de ciment permet à la fois d'assurer
la fluidité du béton et la cohésion du mélange (plasticité). Ces deux
caractéristiques sont liées à la viscosité de la pâte de ciment et à sa
proportion dans le mélange.
Dans le béton durci, après la réaction d'hydratation du ciment, la pâte
de ciment se transforme en un enchevêtrement de cristaux qui assure le
collage " des granulats et la résistance du béton. Cette fois, c'est la nature
de la pâte qui est fondamentale (nature du ciment et quantité d'eau).
Des expériences ont montré que:
La résistance d'un béton ne dépend que du rapport ciment/eau
(C/E) et de la classe du ciment.
(Il faut tout de même une quantité suffisante de pâte de
ciment correspondant à environ 200 kg de ciment / m3)
La quantité d'eau nécessaire à la réaction d'hydratation du ciment
correspond à un rapport C/E compris entre 1,5 et 2,5. Si on réduit ce
rapport, on introduit une quantité d'eau non liée assimilable à du
vide. On a donc un affaiblissement de la résistance.

Avec un dosage en ciment C constant, l'ouvrabilité augmente


quand le rapport C/E diminue.
L'augmentation de la quantité d'eau E dans le mélange diminue la
viscosité de la pâte de ciment et augmente la fluidité du béton frais.

Le rapport C/E étant constant, l'ouvrabilité croît avec le dosage en ciment.


L'augmentation du dosage C en ciment implique une augmentation de la
quantité de pâte de ciment et donc une plus grande plasticité du béton
frais.

Plus la proportion de pâte de ciment est importante, plus les risques


de retrait et de fluage sont importants.

Composition granulaire :
Il s'agit avant tout d'un problème économique: Le ciment étant le
constituant le plus coûteux du béton, on a intérêt à en limiter la
proportion.
Le principe retenu est donc de déterminer une composition granulaire
( rapport G/S ) conduisant à un mélange laissant un minimum de vides,
qui seront comblés par la pâte de ciment .
La plupart des méthodes sont fondées sur la recherche d'une courbe
granulométrique de référence conduisant à ce minimum de vides inter
granulaire.
BETON PRET A L'EMPLOI:
.. DEFINITIONS :
Les bétons prêts à l'emploi sont des bétons élaborés en centrales
fixes ou mobiles à partir d'un mélange de ciment, de granulats courants
naturels ou artificiels, d'eau et éventuellement d'adjuvants et d'additions,
dont les composants sont dosés et malaxés pour être livrés prêts à être
mis en place sans autre traitement.
Ils sont transportés de la centrale au lieu d'utilisation dans des
véhicules spécialement équipés de cuves tournantes, ou dans des
véhicules à bennes, ou livrés directement dans un instrument de levage
ou de manutention (benne de grue, pompe...)
TYPE DE BETON :
Le type de béton est désigné en abrégé par les lettres NA (non armé),
BA (béton armé) ou BP (béton précontraint)

BETONS A CARACTERES NORMALISES : BCN


Ce sont des bétons qui, à la commande, sont désignés par BCN suivi de :
la désignation normalisée du ciment et de l'addition
éventuelle entrant dans la composition du liant équivalent;
la consistance désignée par la valeur en centimètres de
l'affaissement mesuré au cône ou par une lettre;
la résistance caractéristique, valeur de la résistance à la compression
- 28 jours désignée par la lettre B suivie de cette résistance en
méga pascals;
la granularité désignée par les dimensions d et D en millimètres
du plus petit et du plus gros grain des granulats; la classe
d'environnement;
le type de béton;
L'utilisateur peut également spécifier des caractères complémentaires
(nature et provenance des constituants, dosage minimal en ciment ou
en liant équivalent, aspect du parement...).

Bétons à caractères spécifiés : BCS


Bétons définis à la commande par BCS suivi de :
la désignation normalisée du ciment et de l'addition
éventuelle entrant dans la composition du liant équivalent;
la granularité désignée par les dimensions d et D en millimètres du
plus petit et du plus gros grain des granulats;
le dosage en eau ou le rapport eau efficace/liant équivalent, ou
la consistance;
la classe d'environnement;
le type de béton;
L'utilisateur peut également spécifier des caractères particuliers
autres que la résistance.

ABAQUE N° 1
Abaque permettant d'évaluer approximativement le dosage en ciment
à prévoir en fonction du rapport C/E et de l'ouvrabilité désirée
(affaissement A au cône d’Asrams)

ESSAI D'AFFAISSEMENT
Cet essai est également appelé ESSAI AU CONE D'ABRAMS ou
SLUMP - TEST.
1. But de l'essai:
Il s'agit de contrôler l'ouvrabilité d'un béton, c'est à dire vérifier
son adaptation au moyen de mise en œuvre.
2. Limites d'utilisation:
Ce type d'essai n'est applicable que pour des bétons dont la
dimension maximale D des granulats est  à 40 mm.
3. Matériel utilise: (Voir la photo page suivant)
L’étude pratique de cet essai nécessite l’usage du matériel suivant :

MALAXEUR A BETON DE LABORATOIRE POUR LE


MALAXAGE.
DEUX Le MOULE CYLINDRIQUES METALLIQUES 16X32:
en acier, forme tronconique et sans fond. (voir photo -1-)

Dimensions : 1)  du cercle de base inférieure ...... : 160 mm
: 160 mm 2) du cercle de base supérieure .....

3) Hauteur ...........................................: 320 mm


CONE D’ABRAMS EN ACIER GALVANISE A FIXATION
RAPIDE
Comprenant :
- La TIGE de PIQUAGE : en acier, extrémités arrondies.
mm : 16 1)  ................................ Dimensions :

mm : 6OO 2) longueur .....................

-
Le PORTIQUE DE MESURE : deux montants verticaux reliés
par une traverse à la partie supérieure, sur laquelle coulisse un
réglet.
-
MOULE TROCONIQUE
-
1ENTONOIRE

La SURFACE D'APPUI de l'ENSEMBLE : rigide, en acier.


Des matériaux (sable, gravie, ciment et eau).
2 éprouvettes graduées en plastique.
Une balance sensible au gramme d’une portée maximum au moins
égale à 30 kg.
Huile pour nettoyer le moule et facilite de décoffrage.
Des bacs et broses métalliques.

38
Pelle à main, truelle, mains métalliques, spatules,
balayette pinceaux, chronometer.

Moule Malaxeur à béton de laboratoire

Une balance

Mode opératoire:
Préparation des éprouvettes pour l'essai de compression de béton
-
Peser les différents matériaux.(prendre: de gravie et de sable).
-
L'eau sera mesurée à l'aide d'éprouvette graduée de 3 litres.
-
Malaxage du béton à l'aidée de malaxeur.
-
- Phase 1: (malaxage 2 minutes) Malaxage à sec du mélange gravier.
-
Phase 2 : (malaxage 3 minutes) Introduction de l'eau, ciment et sable.
-
Huiler légèrement l'intérieur du moule et le fixer sur la plaque
d'appui qui aura été humidifiée.
-
Introduire le béton dans le moule, en 3 couches de même
épaisseur. Piquer chaque couche 25 fois à l'aide de la tige.
-
Araser la dernière couche en roulant la tige sur le bord du moule.
-
Positionner le portique et lire A0.
-
Démouler en soulevant le moule avec précaution, lentement,
verticalement et sans secousses.
-
Mesurer A1 sur le point le plus haut du béton affaissé.

L’ensemble des applications possibles est résumé dans la figure 1


ci-dessous.
- Réalisation des éprouvettes
Expression des résultats:

L'affaissement est exprimé par un nombre entier A :
- Un seul essai : A = A1 - A0

-Trois essais : Effectuer les 3 mesures au ½ centimètre


prés.

- L'affaissement A est la moyenne des lectures arrondies au


centimètre prés.
En à trouve dans notre essai les résultats suivant:
A1= ;A0= A= - =

Interprétation des résultats:(CONSISTANCE)


D'après la norme NF P 18-010

Affaissement au cône (cm) Classification Désignation simplifiée

de 0 à 4 Ferme F

5à 9 Plastique P

10 à 15 Très plastique TP

16  Fluide FL

CONCLUSION:

Les essais d'étude sont exécutés sur le béton préparé dans un


laboratoire; les essais de convenance et de contrôle sont exécutés sur le
béton gâché dans la bétonnière ou le malaxeur utilisés sur le chantier.
Les essais sur béton frais sont effectués avant la mise en place du béton.
L'essai d'affaissement permet de connaître le mode de mise en place
pour la confection des éprouvettes.
ESSAI décrassement d'éprouvette
INTRODUCTION

La résistance a l'écrasement ;est lune des propriétés techniques les plus


importantes du béton elle se mesure a laide dune machine de
compression adaptée par des essais décrassement sur des cubes de béton
ou ,le plus souvent ,sur des cylindres de béton

Les tests requis différent d'un pays a l'autre

Pour la conception des constructions , on se protège en divisant la


résistance a l'écrasement ainsi mesurée par un coefficient de sécurité

PRINCIPE

Le test de résistance a l'écrasement consiste a mesurer la charge de


compression nécessaire a provoquer la déformation , la fracturation,
l'éclatement ou l'écroulement d'un échantillon ce type de test peut être
effectue sur une grande variété de produits notamment le carton ondule le
verre les roulements les briques le béton ou tout échantillon pour lequel une
résistance a l'écrasement est importante Ce test est couramment utilise dans
la conception et la validation d'emballages en général un test de résistance a
l'écrasement comporte une limite de charge le matériau teste est compresse
et compare a la limite de charge la charge maximale la charge a la rupture et
le travail a la charge maximal sont calcules

Descriptif de l'appareillage:

La machine utilisée : essai de compression nécessitant une machine


renforcée et un capteur de force de capacité élevée ill. se compose d
une structure rigide que se divise en deux parties

Une partie gauche : d'environ 1.5m de hauteur et dune base carrée


d'environ 400cm de surface dans cette petite chambre on met notre
éprouvette en gardant le centrage sur un plateau inferieur qui se trouve au
niveau de 40cm au –dessus de la terre .Ce plateau mobile en fonction de
la charge appliquée .pendant l'essai operateur de l'appareil est protège par
un fenêtre de Sécurité.

Une partie droite: c'est ou on trouve le moteur qui travaille avec un


système hydraulique avec une certaine capacité de charge maximale.
Aussi un écran qui nous permet de contrôler la vitesse que doit
effectuer la mise en charge. Pour une eprouvette30 cm *15 cm

L'éprouvette utilisée: c'est une éprouvette cylindrique pour l'essai de


béton en diamètre 15 cm hauteur 30 cm . on utilise pour obtenir une
éprouvette 15*30 le moule cylindrique le nombre de couche et le mode
de serrage dépend de la consistance du béton pour une éprouvette
cylindriqu le remplissage se fait en deux couches d'éprouvette est dans
un premier temps remplient moitie le béton ait l'affaissement inferieur
9cm et met en place avec une aiguille vibrante l'éprouvette est ensuite
rempli totalement et vibrée dune manière identique a la première
couche et arasée afin soutenir une surface plane âpres deal de 24h au
cour du quel que béton a ait prise les éprouvette sont démoulées
dentifiées par un numéro et datées puis conservée en une chambre
humide le surfaçage au souffre et la rectifieuse ces deux méthode
assurent la planéité des surfaces en contact et leur perpendicularité aux
génératrices de l'éprouvette le centrage permet une compression
optimale et régulière de l'éprouvette.
Conduite de l'essai:

Apres surfaçage de l'éprouvette , on procède comme suit :

- Placer l'éprouvette sur le centre de plateau de la presse.


- Mettre en marche l'appareil en appliquant une charge croissante
poussivement a une vitesse de 6 mm/s jusqu'a la rupture
-La charge maximale sera enregistrée au cour de l'essai sur la
partie commande.
– L'essai doit être pratique sur 3 éprouvette au minimum , la moyenne des
résultats correspond a la résistance maximum a la compression de béton
essaye . Mais ce nets pas le cas parce qu' on a utilise une seule éprouvette.

Remarque:

Avant d'avoir la rupture de l'éprouvette on a observe la fissuration sur


les parois

Résultats:
âge du béton :7jours

Réf Densité Poids Charge RC RC


éprouvette t/m G Total kn Mpa Moyenne
MP
1 2.50 13300 868 49.14
2 2.49 13200 968 54.81 53.2
3 2.50 13300 983 55.65

RC: la résistance a la compression en Mpa

la charge maximal en N

la section de l'éprouvette en cm2 On a trouve :

Par exemple:

V=π*R*H → V= 3.14*(7.5)2*30 → V=5301.43cm3


13200
Densité : p/v→ D= → D = 2.49t/m3
5301.43

La surface: S= 17662.cm2
P la charge : → P = 868KN
868∗1
03
RC = 17662. RC =49.14Mpa
5

RC=

Age du béton : 28 jours

Ref Densite Poids Charge RC RC


eprouvette (t/m3) (G) Total(KN) (Mpa) Moyenne(Mpa)
1 2.55 13290 1230.9 68.50
2 2.51 13279 1228.2 65.56 65.70
3 2.49 13183 1225.5 65.77

Interprétation de résultats:

La résistance a la compression de cette éprouvette a lange de 7 jours est de


49.17Mpa et lange 28 jours est de 69.63 Mpa.

C'est très bonne résultat pour la construction.

Conclusion:

Pour avoir une bonne résistance a la compression il fau bien respecter les
quantités de dosages des ingrédients , et respecter le rapport eau /ciment qui est
très important.
Conclusion générale
Ce rapport de stage nous a permis d’avoir une idée sur les problèmes que
l’on peut rencontrer dans le domaine pratique et de trouver solution la plus
fiable en mettant la sécurité en premier lieu et l’économie en second lieu.Ce
travail nous a permis d’approfondir nos connaissances et les mettre en
œuvre. Enfin, nous souhaitons que ce projet soit comme un point de départ
pour des autres projets dans notre vie professionnelle, et un bon document à
ceux qui le consulteront.

Bibliographie:
1.R.dupain :j.c Saint livre de granulats , sols , ciment , et béton

2.Livre de granulats sols, ciments et béton. Caractérisation des matériaux


de génie civil par les essais de laboratoire. Terminale STI Génie civil-BTS
bâtiment BTS Travaux publics – DUT – Génie civil MST Génie .

Vous aimerez peut-être aussi