Vous êtes sur la page 1sur 4

ENP_GM_Première Année Thermodynamique : Exercices sur les volumes de contrôle

Exercice 1 : De la vapeur d’eau à 15 bars, 540 °C, 60 m/s est admise dans une turbine opérant en régime permanent
et la quitte à 1.5 bar avec une vitesse de 89.4 m/s. Il est prétendu que le travail spécifique de la turbine est de : (a)
606.0 kJ/kg ; (b) 765.9 kJ/kg. Evaluer chacune de ces deux propositions.

Exercice 2 : De la vapeur d’eau à 20 bars, 400 °C est admise à une turbine qui opère en régime stationnaire. La
vapeur quitte la turbine à 1 bar. On néglige les variations d’énergie cinétique et d’énergie potentielle ainsi que tout
échange de chaleur avec le milieu ambiant. Des mesures effectuées à la sortie de la turbine indiquent un titre de
vapeur de 98 %. Une telle valeur du titre peut-elle être possible ? Si votre réponse est non, expliquez pourquoi. Si
votre réponse est oui, déterminer le travail spécifique de la turbine, son rendement isentropique et l’entropie
générée par kg de vapeur.

Exercice 3 : De l’hydrogène (H2) à une température de 35 °C et une pression p entre dans un volume de contrôle
isolé opérant en régime permanent pour lequel ̇ . La moitié du débit massique d’hydrogène quitte ensuite le
volume de contrôle à 2 bars, 90 °C et l’autre moitié le quitte à 2 bars, - 20 °C. On néglige les variations d’énergie
cinétique et d’énergie potentielle et on assimile l’hydrogène à un gaz parfait avec une chaleur spécifique
. Déterminer la plus petite valeur possible de la pression d’entrée p.

Exercice 4 : Une machine reçoit deux écoulements d’eau à 120 °C, 5 bars et à 240 °C, 5 bars. Le débit massique de
l’écoulement de plus haute température vaut trois fois celui de l’écoulement de plus basse température. Un débit
massique de 4 kg/s quitte la machine à 5 bars. On néglige tout transfert de chaleur mettant aux prises la machine et
le milieu ambiant, ainsi que toute variation d’énergie cinétique et d’énergie potentielle des écoulements à travers la
machine. Pour un fonctionnement en régime permanent, déterminer la puissance de la machine en l’absence de
toute irréversibilité interne.

Exercice 5 : Des composants électroniques sont disposés à l’intérieur d’un conduit cylindrique horizontal de
diamètre intérieur D = 0.2 m. Afin de prévenir toute surchauffe de ces composants, le système est refroidi grâce à un
écoulement d’air qui traverse le conduit et la convection sur sa surface extérieure (voir figure ci-dessous). L’air qui
s’écoule dans le conduit est admis à 25 °C, 1 bar avec une vitesse de 0.3 m/s et le quitte à 40 °C. On néglige les
variations d’énergie cinétique et d’énergie potentielle et on admet que l’écoulement d’air ne subit aucune perte de
charge. La convection a lieu à partir de la surface extérieure vers le milieu ambiant qui est à 25 °C. On donne hA = 3.4
W/K, où h est le coefficient de transfert de chaleur par convection et A la surface extérieure du conduit exposée à
l’air ambiant. Les composants électroniques nécessitent une puissance électrique de 0.20 kW pour leur
fonctionnement. En considérant un volume entourant le conduit, déterminer pour un régime de fonctionnement
stationnaire :
(a) Le débit massique d’air ; (b) La température de la surface extérieure du conduit ; (c) Le taux de production
d’entropie du processus. Assimiler l’air à un gaz parfait.
Refroidissement par convection sur la surface
extérieure hA = 3.4 W/K, milieu ambiant à 25°C

Air Air
T1 = 25 °C T2 = 40 °C
P1 = 1 bar P2 = 1 bar
V1 = 0.3 m/s
D1 = 0.2 m 1 2
Composants électroniques montés à
𝑾̇ −𝟎 𝟐 𝒌𝑾 l’intérieur du conduit

Exercice 6 : Un réservoir rigide, ayant un volume de 1 m3, contient initialement de l’eau à T1 = 120°C, le volume étant
à moitié rempli de liquide et à moitié de vapeur. Une soupape de sécurité placée en haut du réservoir est réglée sur
1 MPa. De l’énergie est fournie au réservoir sous forme de chaleur par une source de température Ts = 200 °C
jusqu’à ce que le contenu du réservoir ne soit plus que de la vapeur saturée. Calculez la quantité de chaleur fournie
au réservoir au cours du processus et montrez que ce dernier ne viole pas le second principe de la
thermodynamique.
1
Exercice 7 : Une tuyère d’un pulvérisateur d’eau haute pression a une section de 0.5 cm2. Elle reçoit de l’eau à 350
kPa, 20°C et la décharge à 100 kPa. On néglige l’énergie cinétique à l’entrée de la tuyère et on prend une valeur de
85 % pour le rendement isentropique de la tuyère. Calculer la vitesse idéale de l’eau à la sortie, ainsi que le débit
massique actuel de l’eau.

Exercice 8 : Un compresseur d’air refroidi à l’eau aspire l’air à 20 °C ; 90 kPa et le refoule à 500 kPa. On estime son
rendement isothermique à 88% et on admet qu’il rejette la même quantité de chaleur qu’un compresseur idéal.
Calculer le travail spécifique du compresseur ainsi que la température d’air à la sortie.

Exercice 9 : On a besoin d’une tuyère pour produire un écoulement d’air dans les conditions : V2 = 200 m/s ; T2 = 20
°C ; P2 = 100 kPa. Son rendement isentropique est estimé à 92 %. Quelles doivent être la pression et la température à
l’entrée de la tuyère si l’on néglige l’énergie cinétique à cet endroit.

Exercice 10 : De l’air pris à 17 °C ; 100 kPa est comprimé à 400 kPa, puis il est de nouveau détendu à la pression
atmosphérique de 100 kPa. Le compresseur et la tuyère ont chacun un rendement isentropique de 90%. On néglige
l’énergie cinétique à l’entrée et à la sortie du compresseur et l’énergie potentielle partout à travers le système.
Calculer le travail spécifique du compresseur, la température de l’air à sa sortie, ainsi que sa vitesse à la sortie de la
tuyère.

Exercice 11 : Une installation de séparation d’air traite un débit d’air de 25 kg/s (constitué à 79% d’azote et 21%
d’oxygène sur une base molaire) à 100 kPa ; 20°C. A la sortie, on recueille un écoulement d’oxygène à l’état pur à
200 kPa ; 100°C et un autre d’azote également à l’état pur à 100 kPa ; 20°C. L’installation consomme une puissance
électrique de 2 MW. Calculez le taux de production d’entropie associé à l’opération.
Air ambiant
Air fourni au
procédé
Echangeur

𝑾̇
𝑸̇
Compresseur

Exercice 11 Exercice 12

Exercice 12 : Un certain procédé industriel nécessite la fourniture régulière d’un débit d’air de 0.75 kg/s à une
pression de 6500 kPa et une température qui ne devrait pas dépasser 30 °C. Ces besoins seront satisfaits grâce à une
installation comprenant un compresseur suivi d’un échangeur de chaleur où l’air, après avoir été comprimé, sera
refroidi. Les conditions atmosphériques ambiantes sont de 100 kPa et 20 °C.
1- En considérant une compression isentropique, déterminer la puissance de compression requise ainsi que le taux
de chaleur rejeté au niveau de l’échangeur.
2- Reprendre la question précédente avec un rendement isentropique de compression de 80%.

Exercice 13 : Dans un certain système frigorifique utilisant l’ammoniac


comme fluide de cycle, une turbine produit le travail nécessaire pour
l’entrainement d’un compresseur (voir figure ci-contre). A l’entrée de la
turbine on a les conditions : P1 = 2 MPa ; T1 = 70 °C. A l’entrée du
compresseur l’ammoniac est à l’état de vapeur saturée à – 20 °C. A
l’échappement des deux machines, les deux écoulement (2) et (4) sont
mélangés à pression constante pour donner l’écoulement résultant (5) à 1.2
MPa. Les débits massiques sont liés par le rapport : 𝑚̇ 1 𝑚̇ 5 62. Un tel
système est-il possible ?
Exercice 14 : Deux écoulements permanents d’air entrent dans Air : 350 kPa ; 150°C ;
0.025 kg/s
un volume de contrôle dans les conditions respectives (1) et
(2) indiquées à la figure ci-contre. L’écoulement sortant aux Volume de Air :
contrôle 100 kPa ;
conditions (3) est également permanent. Le volume de -40°C
contrôle rejette sous forme de chaleur 1 kW et produit une Air :
puissance de 4 kW. Calculer le débit massique en (2). 450 kPa ; 15°C
𝑄̇ 𝑘𝑊 𝑊̇̇ 𝑘𝑊
2
Exercice 15 : Du dioxyde de carbone (CO2) est chauffé de 300 K à 600 K au moyen d’une source de chaleur à 700 K,
lors d’un processus permanent à travers un certain dispositif. Calculer le travail spécifique, le transfert de chaleur
spécifique et la production spécifique d’entropie qui accompagnent le processus. Assimiler le CO2 à un gaz parfait.

Exercice 16 : La figure ci-contre montre une chambre de Eau chaude à 500 kPa ; 150°C
avec un débit de 1.5 kg/s
détente bien isolée alimentée en eau chaude géothermique à
500 kPa, 150 °C avec un débit de 1.5 kg/s. A la sortie de la Vapeur saturée à
200 kPa
chambre, on recueille en haut un écoulement de vapeur
saturée à 200 kPa et en bas un écoulement de liquide saturé
également à 200 kPa. Calculer le taux de production
d’entropie dans la chambre de détente. Liquide saturée à
200 kPa

Exercice 17 : Un certain condenseur reçoit un débit de 5 kg/s de vapeur Vapeur saturée à 15


d’eau à 15 kPa avec un titre de 90%, ce même débit quitte le condenseur kPa avec x = 90% et
un débit de 5 kg/s
dans un état de liquide saturé à la même pression de 10 kPa. La chaleur
issue de la condensation est rejetée vers le circuit d’eau de refroidissement
qui se maintient à une température moyenne de 17°C. Quelle est la Circuit d’eau de
refroidissement
puissance reçue par l’eau de refroidissement dont l’écoulement se produit à 17°C
à pression constante ? Calculer le taux de production d’entropie associé à
ce processus de condensation.
Liquide saturé à
15 kPa

Exercice 18 : Une machine reçoit deux écoulements d’eau à 120 °C, 5 bars et à 240 °C, 5 bars. Le débit massique de
l’écoulement de plus haute température vaut trois fois celui de l’écoulement de plus basse température. Un débit
massique de 4 kg/s quitte la machine à 5 bars. On néglige tout transfert de chaleur mettant aux prises la machine et
le milieu ambiant, ainsi que toute variation d’énergie cinétique et d’énergie potentielle des écoulements à travers la
machine. Pour un fonctionnement en régime permanent, déterminer la puissance de la machine en l’absence de
toute irréversibilité interne.

Exercice 19 : A partir d’une ligne de distribution d’air comprimé à 12 MPa ; 15°C, l’air alimente un réservoir rigide de
500 L de volume qui contient initialement de l’air aux conditions ambiantes de 100 kPa ; 15°C. Le processus a lieu
rapidement et peut donc être considéré adiabatique. Une vanne coupe l’arrivée d’air dans le réservoir dès que la
pression y atteint une certaine valeur P2. On laisse ensuite le réservoir refroidie de nouveau à la température
ambiante. La pression est alors mesurée dans le réservoir à une valeur de 5 MPa. Calculer la pression P 2. Calculer
l’entropie générée par l’ensemble du processus.
Vapeur d’eau
Exercice 20 : La figure ci-contre montre une turbine initialement à 3
insérée entre deux réservoirs. Initialement, le plus petit MPa, 280°C
Réservoir
des deux réservoirs contient de la vapeur d’eau à 3 MPa, initialement vide
280 °C, tandis que le plus grand est vide. On laisse la
vapeur s’écouler à travers la turbine du plus petit
réservoir vers le plus grand, jusqu’à ce que l’équilibre
soit établi. Si l’échange de chaleur avec le milieu
ambiant au cours de l’opération est négligeable, 1000 m3
100 m3
déterminer le travail théorique maximum dont le
système serait capable.

Exercice 21 : Un dispositif cylindre/piston muni d’un ressort de rappel, est initialement vide. Une pression de 100 kPa
est nécessaire pour amorcer le mouvement du piston. Un compresseur est alimenté à partir d’une conduite
distribuant de la vapeur d’eau saturée à 100 kPa, via une vanne d’isolement, et charge le cylindre en eau jusqu’à ce
que la pression y atteint une valeur de 1.4 MPa, le volume occupé par l’eau dans le cylindre est alors de 0.6 m 3. On
3
ferme alors la vanne et on arrête le compresseur. On admet que la compression a été isentropique. Ensuite, on laisse
le système refroidir jusqu’à la température ambiante de 20 °C. (a) Calculez la masse d’eau finale dans le réservoir ;
(b) Calculez le travail du piston correspondant à l’étape de remplissage ; (c) Calculer le travail qui a été requis par le
compresseur ; (d) Calculez la pression finale.

Exercice 22 : Un cylindre horizontal, bien isolé thermiquement, est muni d’un piston dénué de frottement maintenu
contre des butées grâce à une force extérieure constante de 500 kN. L’aire de la section du piston est de 0.5 m 2 et le
volume initial du cylindre est de 0.25 m3. Le cylindre contient de l’argon à 200 kPa, 100 °C. On ouvre une vanne
reliant le cylindre à une conduite qui véhicule de l’argon à 1.2 MPa et 200 °C, l’argon est ainsi admis dans le cylindre
jusqu’à ce que sa pression équilibre exactement la force extérieure appliquée sur le piston. On ferme alors la vanne.
Assimiler l’argon à un gaz parfait (R = 0.2081 kJ/kg.K et γ = 1.667) et vérifier que la température finale dans le
cylindre est de 645 K, puis calculer l’entropie générée.

Ligne véhiculant de
l’argon
Exercice 23 : Une bouteille en acier, rigide, de volume V = 0.25 m3, renferme de l’air à p1 = 100 kPa, T1 =
300 K. La bouteille est à présent chargée en air à partir d’une ligne qui délivre de l’air comprimé à 260 K, 6
MPa, jusqu’à ce que la pression y atteigne la valeur p2 = 5 MPa. On referme alors la vanne de chargement.
On admet que le processus 1→2 est adiabatique. L’air dans la bouteille évolue ensuite lentement vers un
état d’équilibre thermique avec le milieu ambiant à T3 = T0 = 300 K. Déterminer la masse d’air finale dans la
bouteille, la température T2, la pression p3, la quantité de chaleur transférée au cours du processus Q1-3,
ainsi que la génération totale d’entropie associée au processus.

Exercice 24 : Une chambre très bien isolée, ayant un volume de 28 L, est montrée à la figure ci-dessous.
Initialement, la chambre contient de l’air à 1 bar, 40 °C. Deux lignes d’air sont connectées à la chambre au
moyen de vannes de réglage qui permettent de contrôler le débit d’air à l’entrée et à la sortie de la
chambre. Dans la ligne qui alimente la chambre, l’air est à 2 bars et 95 °C. Les deux vannes sont ouvertes
simultanément permettant à l’air de les traverser avec le même débit ̇ . Dans la chambre, l’air se mélange
parfaitement, de sorte qu’à tout instant la température et la pression peuvent y être considérées
uniformes. Négligeant les effets cinétiques et potentiels et utilisant le modèle du gaz parfait, représenter
graphiquement l’évolution de la température et de la pression dans la chambre en fonction du temps pour
̇ 22 .

V = 28 L

Vanne de Vanne de
réglage réglage

Entrée d’air P1 = 1 bar Sortie d’air


2 bars, 95°C T1 = 40 °C

Chambre bien isolée

Vous aimerez peut-être aussi