Vous êtes sur la page 1sur 112

revue technique des entreprises de travaux publics

Ouvrages d’art. Memorial International de Notre-
Dame-de-Lorette. Construction de la passerelle de 
Villetaneuse Universite. echangeur en Martinique. 
Remplacement du Pont Saint-Nicolas de Revin. LGV 
SEA - Les bipoutres a ossature mixte. DeCONSTRUCTION 
DU VIEUX PONT DE TeReNEZ. LGV SEA - DES OUVRAGES 
POUR FRANCHIR LE ReSEAU EXISTANT ET S’Y RACCORDER. 
PONT SCHUMAN a LYON. Pont de Hong-Kong Macao
n° 915 juin 2015

Ouvrages d’art
juin 2015
915
revue technique des entreprises de travaux publics

Remplacement du
Pont Saint-Nicolas
de Revin
© Eiffage Construction
Métallique
revue technique des entreprises
de travaux publics editorial
n° 915 Juin 2015

Directeur de la publication
Bruno Cavagné
Directeur délégué
Rédacteur en chef
Imaginer notre avenir
Michel Morgenthaler
3, rue de Berri - 75008 Paris
Tél. +33 (0)1 44 13 31 03
morgenthalerm@fntp.fr Leur dessin ? Multiple. De la complexité volon-
Comité de rédaction taire et ostentatoire, recherche éperdue de
Hélène Abel (Ingérop), David l’originalité d’un ouvrage urbain, presque pro-
Berthier (Vinci Construction France),
Sami Bounatirou (Bouygues TP), vocation, à l’extrême simplicité d’une passerelle
Jean-Bernard Datry (Setec), Philippe ruban comme celle de Suransus, joyau perdu
Gotteland (Fntp), Jean-Christophe
Goux-Reverchon (Fntp), Laurent au cœur des Alpes suisses, tout est prodige
Guilbaud (Saipem), Ziad Hajar d’ingénierie, de savoir-faire et de savoir entre-
(Eiffage TP), Florent Imberty
(Razel-Bec), Claude Le Quéré (Egis), prendre.
Stéphane Monleau (Soletanche Bachy),
Jacques Robert (Arcadis), Claude Le pont exprime la liaison et la traversée : il se
Servant (Eiffage TP), Philippe Vion doit d’être l’expression d’une séquence dans
(Systra), Michel Morgenthaler (Fntp)
le paysage, comme un arrêt sur image. Il sug-
Ont collaboré à ce numéro
Rédaction gère le déplacement, le voyage, un symbole,
Monique Trancart, Marc Montagnon parfois un exploit, composition technique de
Service Abonnement et Vente l’intelligence humaine et du grand paysage.
Com et Com
Service Abonnement TRAVAUX Mais au-delà de ces ouvrages remarquables,
Bât. Copernic - 20 av. Édouard Herriot
92350 Le Plessis-Robinson célèbres et visités, il y a le juste besoin au ser-
Tél. +33 (0)1 40 94 22 22 vice du développement des territoires, quand
Fax +33 (0)1 40 94 22 32
revue-travaux@cometcom.fr l’isolement et les conditions difficiles transfor-
France ( 9 numéros) : 190 € TTC ment toute construction en prouesse. Fiabilité,
International ( 9 numéros) : 240 € économie de moyen, durabilité et méthodes
Enseignants ( 9 numéros) : 75 €
Étudiants ( 9 numéros) : 50 € sont alors les maîtres mots. Le besoin est
© DR

Prix du numéro : 25 € (+ frais de port) immense, et l’urgence se déplace, notamment


Multi-abonnement : prix dégressifs

É
(nous consulter) en Afrique et en Amérique.
Publicité
crire sur les ponts est une gageure à
Rive Média l’heure où le monde se fragmente et les Quelle sera alors le rôle de nos concepteurs,
2, rue du Roule - 75001 Paris civilisations s’affrontent. Le mot pont de nos ingénieries, et de nos constructeurs
Tél. 01 42 21 88 02 - Fax 01 42 21 88 44 dans les trente ans qui viennent face à la
contact@rive-media.fr symbolise d’abord le lien, spirituel ou
www.rive-media.fr matériel, entre les hommes, les civilisations, les concurrence ouverte, qu’elle vienne d’Europe,
Directeurs de clientèle
religions, les territoires et les villes. d’Amérique du nord, d’Asie et même des pays
Bertrand Cosson - LD 01 42 21 89 04
b.cosson@rive-media.fr émergents ? Et quels sont donc nos atouts,
Ces ponts ont été, de tout temps, l’occasion
Carine Reininger - LD 01 42 21 89 05 à nous ingénieristes et constructeurs, pour
c.reininger@rive-media.fr pour leurs auteurs, architectes, ingénieurs,
affronter la compétition et assurer notre péren-
Site internet : www.revue-travaux.com artistes et - pourquoi pas - designers, de faire
nité ?
Édition déléguée la démonstration de leur talent. S’agissant des
Com’1 évidence ponts modernes, des ouvrages d’art iconiques Innovation, technicité, bien sûr, mais surtout
Siège : imagination : pour surprendre, inventer, réu-
101, avenue des Champs-Élysées surgissent partout dans le monde : d’abord en
75008 PARIS France et en Europe depuis le 19 e siècle, puis nir et partager l’enthousiasme de la création.
Tél. bureaux : +33 (0)2 32 32 03 52 Et relier.
revuetravaux@com1evidence.com aujourd’hui au Moyen-Orient, et plus loin en
Chine, en Corée, au Japon. Qu’ils soient situés Relisons alors sans attendre « L’art des ponts »
La revue Travaux s’attache, pour l’information
de ses lecteurs, à permettre l’expression de dans les grandes capitales, ou qu’ils accompa- de Michel Serres : « Construisez un pont de
toutes les opinions scientifiques et techniques.
Mais les articles sont publiés sous la gnent routes et trains rapides à travers le grand pierre ou de béton : mais à la condition de le
responsabilité de leurs auteurs. L’éditeur
se réserve le droit de refuser toute insertion, territoire, ils sont les marqueurs des villes et faire précéder par un pont de langues. Ainsi
jugée contraire aux intérêts de la publication. le doux fonde-t-il le dur : qui l’eût cru ? »
des paysages. Le dernier concours lancé
Tous droits de reproduction, adaptation, totale
ou partielle, France et étranger, sous quelque à Londres, cette année, pour proposer une
forme que ce soit, sont expressément réservés
(copyright by Travaux). Ouvrage protégé ; passerelle pour piétons entre Pimlinco et Nine
photocopie interdite, même partielle
(loi du 11 mars 1957), qui constituerait Elms nous a montré la richesse de l’offre des Jean-Bernard Datry
contrefaçon (code pénal, article 425). architectes et des ingénieurs. Setec Tpi - Vice-président de l’Association Française de Génie Civil
Editions Science et Industrie SAS
9, rue de Berri - 75008 Paris
Commission paritaire n°0116 T 80259
ISSN 0041-1906

Liste des annonceurs : NGE, 2e de couverture - SMA BTP, P.11 - setec, P.13 - CNETP, P.14 - Pro btp, 3e de couverture -
MaccafeRri, 4e de couverture

Juin 2015 Travaux n° 915 1


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

2 Travaux n° 915 Juin 2015


Le Pont de Hong-Kong Macao © Dragages - China Harbour - VSL Joint Venture
04 Album

16
06 ActualitÉ
Entretien avec
Thomas Joindot
SNCF Réseau -
Régénérer le réseau :
une politique à long terme

20 CMG : L’acier pour dénominateur


commun

26
Mémorial International
de Notre-Dame-de-Lorette
Études de justification de l’ouvrage
et ajustement du projet

34
Construction
de la passerelle de
Villetaneuse Université

40
Échangeur de la Pointe
des Sables en Martinique
Construction d’un viaduc
précontraint coulé sur cintre

48
Remplacement du Pont
Saint-Nicolas de Revin

56
LGV SEA -
Les bipoutres
à ossature mixte

75
LA DÉCONSTRUCTION DU
VIEUX PONT DE TÉRÉNEZ
Une première de cette envergure
en Bretagne

82
LGV SEA -
Des ouvrages pour franchir
le réseau existant et
s'y raccorder

94
PONT SCHUMAN À LYON
De la conception à la construction

102
Le Pont de Hong-Kong
Macao

Juin 2015 Travaux n° 915 3


4 Travaux n° 915 Juin 2015
L’album
l’art de
déconstruire
éloge de
l’antinomie

Déconstruire est un
art à part entière, mal connu,
peu valorisant et bien à tort,
mais tout aussi savant que celui
de construire. Si l’enfant qui
a construit un beau château
de sable peut le détruire en
quelques coups de pieds, il est
loin d’en être de même pour un
pont suspendu comme celui de
Térénez. Une grande maîtrise
technique est nécessaire pour
déterminer la méthode et notam-
ment le phasage permettant la
déconstruction rationnelle d’un
tel ouvrage en toute sécurité.
La préservation de l’environne-
ment exige un recyclage sélectif
rigoureux des produits de démo-
lition. Des entreprises et des
bureaux d’étude spécialisés,
conduits par Ingerop en qualité
d’assistant à maîtrise d’œuvre,
ont administré là une brillante
démonstration de leur savoir-
faire.
(voir article page 75).
© Fly HD
© INGÉROP-T. GOYER

Juin 2015 Travaux n° 915 5


a c t u a l i t É

Les géosynthétiques
trouvent de nouvelles applications
Géotextiles, géocomposites, géogrilles sont de plus en plus utilisés
en renforcement de terrain à côté de leurs fonctions traditionnelles
comme le drainage et l'étanchéité. De nouvelles applications voient Montrer la beauté des chantiers
le jour. Pour la 2 e fois, le Comité français des géosynthétiques ( CFG ) organisait
un concours photos. L'idée vient des jeunes du conseil du CFG. Ces pho-
tos sont l'occasion de montrer de belles réalisations et de faire participer
des professionnels autrement que par des interventions écrites.

tissé de grand diamètre. Ces tubes sont des géosynthétiques s'enrichit toujours.
moins chers que des machines et n'ont Ils sont amenés à durer de plus en plus
pas besoin d'énergie. En revanche, ils longtemps dans des ouvrages. « Les
© Florent Roussy

allongent l'essorage et ne sont utilisables retours d'expérience sur vingt-trente ans


qu'une fois, observent les auteurs de permettent de rédiger des recommanda-
cette présentation. Selon Nathalie Touze- tions sur le type de produit à utiliser pour
1er prix du concours photos des Rencontres géosynthétiques 2015, Foltz, les géocomposites trouvent de plus une application donnée, développe
catégorie mise en œuvre : "Vents et poussières au sommet du talus raidi" en plus d'applications dans le séchage Nathalie Touze-Foltz. Des préconisations
aux Deux-Alpes (Isère). des boues d'origine minière et font l'objet peuvent être données pour l'utilisation
de recherches. de telle ou telle membrane. Ainsi, les géo-
« La fonction séparation reste le principal synthétiques sont-ils utilisés au mieux, les

E ntre 300 et 350 personnes ont parti-


cipé aux 10 e Rencontres géosynthé-
tiques organisées par le Comité français
utilisés à la place de solutions tradition-
nelles plus longues à mettre en œuvre,
plus coûteuses. Le renforcement par géo-
marché des géotextiles, » observe Patrick
Favand. Par exemple, ils empêchent le
mélange des couches d'une assise d'in-
malfaçons reculent, les utilisateurs sont
satisfaits. Tout cela contribue à pérenniser
la filière. »
des géosynthétiques ( CFG ) à La Rochelle textiles a été très développé. Solidarisés frastructure. Les graviers s'enfoncent
( Charente-Maritime), du 24 au 26 mars. à une paroi en blocs de gabion, ils ren- moins dans le sol, d'où des épaisseurs Conférences en ligne sur http://
« L'ambiance était détendue, relate Yves forcent un remblai ou un talus abrupt. moindres à épandre. Est en progression, www.cfg.asso.fr/publications/
Durkheim, vice-président du CFG. L'heure Ils évitent le recours à de gros équipe- toujours selon l'AFPGPA, l'emploi de géo- les-rencontres-geosynthetiques/
est à l'optimisme même si les attentes ments nécessaires pour monter un mur textiles tridimensionnels contre l'érosion actes-colloques-rencontres-2015. n
sont différentes selon les secteurs. » vertical en béton, un mur-poids ou en L. des pentes raides.
La manifestation biannuelle réunit ingé- Par exemple, il a suffi d'une pelle méca- à Plus de retours d'expérience (1)
L es rencontres ont lieu un an sur deux
nieurs et techniciens proches du terrain. nique et d'un compacteur à bille pour Enfin, la connaissance de la durabilité en alternance avec une journée technique.
«  Les rencontres sont destinées aux réaliser un merlon de 9 m de haut sur 60
acteurs en dehors des membres du CFG de long, constitué de géogrilles, de maté-
( 110 adhérents) contrairement à la jour- riaux granulaires et de pneus, afin de
née technique plus centrée sur un thème protéger des chutes de pierres la route
en direction de la profession (1), précise départementale qui mène à La Grave
Nathalie Touze-Foltz, présidente du ( Hautes-Alpes). En juin 2014, il a stoppé
comité scientifique de ces manifestations. la course d'un rocher de 1,50 m.
© Pauline Riffard

Elles s'adressent aux utilisateurs finaux L'une des 46 communications des ren-
pour leur dire ce que sont les géosynthé- contres portait sur la capacité d'un géo-
tiques et ce qu'il est possible d'en faire synthétique à transférer des charges
sur la base d'applications concrètes, de entre pieux dans le cas d'une fondation à
1er prix du concours photos des Rencontres géosynthétiques 2015,
chantiers. Les rencontres contribuent inclusions rigides, et comment le dimen- catégorie protection et sécurisation de notre environnement :
beaucoup à l'accroissement des connais- sionner. « Cela ouvre sur des applications sécurisation d'une voie ferrée à Massilly (Saône-et-Loire).
sances. » Cette année, elles ont donné bien spécifiques, entrevoit Yves Durkheim.
lieu à 46 communications. Nous allons de plus en plus vers l'implan-
à Transfert de charge entre pieux tation d'infrastructures de transport sur
Les industriels du secteur apprécient des sols moins porteurs, disponibles car
ces journées. « C'est un lieu pour être moins favorables à la construction. » Plus de géotextiles et moins de CO 2
en prise avec les concepteurs-prescrip- à Séchage de boues
La dernière brochure de l'Association française des producteurs de géo-
teurs et les utilisateurs, et pour créer des Les fonctions traditionnelles de drainage
textiles et produits apparentés ( 17 membres ) précise les atouts de ces
connexions avec l'ensemble des acteurs, et d'étanchéité des géosynthétiques
matériaux dans la lutte contre le changement climatique, c'est-à-dire
précise Patrick Favand, président de continuent de se développer. Des opéra-
leur pouvoir de réduire les émissions de gaz à effet de serre et d'éco-
l'Association française des producteurs tions d'aménagement prennent place sur
nomiser l'énergie. L'AFPGPA fournit des arguments environnementaux
de géotextiles et produits apparentés des terrains industriels qu'il faut alors
aux utilisateurs potentiels.
( AFPGPA ). En 2014, le marché a été com- confiner efficacement et dont il faut drai-
pliqué et nous sommes prudents pour ner les eaux qui peuvent être polluées. Le document calcule ces avantages pour 4 exemples précis en filtration,
2015. Je préfère parler du développe- Lors des rencontres, a été présenté un stabilisation d'une couche de forme, drainage et dans un ouvrage de
ment de nouvelles solutions techniques. » système d'essorage des boues d'une soutènement.
De plus en plus de géosynthétiques sont papeterie par des tubes en géotextile

6 Travaux n° 915 Juin 2015


a c t u a l i t É

La programmation de l'énergie 2016-2018 Déclaration


favorable
est lancée au Lyon-Turin
Le tunnel ferroviaire Lyon-
loppement durable et de l'Énergie de- Turin va bénéficier de la
vance la loi sur la transition énergétique déclaration d'Innsbruck
encore en examen ( début mai ). Le comité (Autriche). Le 20 mars,
a pour objectif d'en accélérer la mise en plusieurs membres de l'Union
œuvre, une fois votée. européenne - Autriche,
L'anticipation doit donner le temps de Allemagne, France, Italie,
réaliser un diagnostic du potentiel d'éco- Suisse et Slovénie - ont signé
nomies d'énergie et du développement un engagement à promouvoir
des énergies renouvelables. La PPE trai- les transports durables dans
tera de maîtrise de la demande, de diver- les vallées alpines.
sification des sources, de sécurité d'ap- Cette signature a eu lieu au
provisionnement, du stockage et des sommet des projets du réseau
réseaux. transeuropéen de transport
à Coûts, investissements, emplois (RTE-T) organisé par la
La programmation sera élaborée avec Commission européenne.
© Ville d'Auxerre

tous les acteurs dont les associations et Le tunnel Lyon-Turin de


les syndicats. Elle sera décidée pour trois 57 km est estimé à 3 milliards
ans ( 2016-2018 ) puis cinq ans jusqu'à d'euros d'ici à 2020 avec une
Récupération de chaleur du sous-sol à Auxerre (Yonne) : raccordement 2023 et, ensuite "recalée" sur les périodes aide du Mécanisme pour
de pieux géothermiques au circuit climatique d'une salle de spectacles. présidentielles. Le comité d'experts pour l'interconnexion en Europe
la transition énergétique et climatique, et de 1,2 milliard.
le Conseil national de la transition éner-

« L es débats de la programmation plu-


riannuelle de l'énergie ( PPE ) ne
doivent pas se réduire à des discussions
réunion du comité de suivi de la PPE,
début mars. La PPE traitera de toutes les
énergies dont la récupération de chaleur
gétique donneront leur avis.
La ministre a rappelé que « les travaux
porteront une attention particulière aux
Sécurisation de
la ligne Cuneo/
Ventimiglia
sur l'électricité qui ne concerne que le renouvelable. coûts, aux investissements, aux emplois SNCF Réseau (ex-RFF) et
quart de la consommation d'énergie, » En lançant dès maintenant ces discus- et aux impacts sur les prix de l'éner- Rete Ferroviaria Italiana
a insisté Ségolène Royal à la première sions, la ministre de l'Écologie, du Déve- gie. » n (RFI) ont signée fin mars une
convention de financement
pour remettre à niveau le
tronçon de la ligne italienne
Des plans industriels transport Cuneo-Ventimiglia qui
traverse les Alpes-Maritimes
contribuent à la transition énergétique par Breil-sur-Roya et Tende.
L'Italie apporte 29 millions
d'euros, ce qui va permettre
de lancer les études puis les

Q uatre domaines relatifs au transport


font l'objet de plans industriels soute-
nus par le ministère de l'Économie et
avisé aux côtés d'Alstom Transport, dans
une entreprise commune destinée à por-
ter la recherche et le développement
travaux, en particulier ceux
de sécurisation.

celui de l'Écologie pour leur contribution nécessaires à la concrétisation de ce TGV Téléphérique


à la transition énergétique. du futur, » est-il écrit dans un communi- à Roissy
Les volets transport et mobilité de l'opé- qué. La Communauté d'agglomé-
ration "nouvelle France industrielle" se à L'hydrogène sollicité ration Roissy Porte de France
concentrent sur le TGV du futur, le stoc- En matière de stockage de l'énergie, s'associe aux travaux de
kage de l'énergie, les bornes de recharge les actions portent sur la construction réflexion de l'Association
électrique et les navires écologiques. d'une usine de composants pour batte- Pays de Roissy pour installer
Le TGV du futur sera moins axé sur la ries à haute performance, sur le dévelop- un téléphérique entre
performance technique mais plus sur son pement d'un cœur de pile à combustible Goussainville et Roissy, deux
moindre coût. Il contiendra 25 % de et sur deux stockages d'hydrogène, un communes du Val-d'Oise.
places en plus qu'un Euroduplex. Son "nomade" et un réservoir composite à Ce transport par câble
tronçon central sera modulable. Il faudra haute pression. Le plan sur la recharge relierait la gare de RER D
deux fois moins d'électricité pour le trac- électrique de véhicules inclut dorénavant de Goussainville et la zone
ter par rapport au modèle actuel. un volet sur les modes de charge du futur d'activités en bordure de
Le plan TGV réunit des industriels et des dont celui par induction, sans fil. l'aéroport Charles-de-Gaulle
© La Poste

laboratoires de recherche autour d'Alstom Enfin, les navires dits écologiques en passant par Le Thillay
Transport. « L'État a demandé à l'Agence consommeront 50 % de fuel en moins et et Roissy-en-France.
de l'environnement et de la maîtrise de leur impact sur l'environnement sera Des industriels étudient la recharge
l'énergie d'examiner, dans le cadre des réduit de moitié sur toute leur durée de de véhicules électriques sans fil.
investissements d'avenir, la faisabilité vie. Pour cela, un appel à projets a été Ici, chargement classique d'une
fourgonnette de la Poste.
d'un apport en capital, en investisseur ouvert en avril. n

Juin 2015 Travaux n° 915 7


a c t u a l i t É

Fonds chaleur
en hausse
Bouffées d'air pour les travaux publics
Auront désormais accès au
Fonds chaleur renouvelable :
« M erci pour le plan autoroutes,

© Conseil général Bouches-du-Rhône


les équipements de récupéra- merci pour la plus grande visibi-
tion de chaleur reliés à des lité sur l'avenir, », a répondu Bruno Cava-
réseaux ; la production de gné, président de la Fédération nationale
biogaz par méthanisation des travaux publics, aux propositions du
avec injection du gaz dans ministre de l'Économie, Emmanuel
le réseau existant ; les pro- Macron, à l'assemblée générale de la
ductions de froid à partir de FNTP, début avril. « Nous nous sentons
renouvelables (appel à projets entendus, a abondé Laurent Girou, prési-
sur les technologies émer- dent des affaires économiques à la fédé- Les collectivités territoriales auront accès à des prêts à taux 0. Ici, pôle
gentes). La filière de la bio- ration. La décision de s'appuyer sur le d'échanges de transports à Aix-en-Provence inauguré par le Conseil
masse (bois) y aura droit plus fonds de compensation de la TVA ( FCTVA ) général des Bouches-du-Rhône en 2014.
largement. Les petits projets de est très importante, elle aura un effet
chaleur renouvelable pourront immédiat. »
y prétendre si plusieurs acteurs Le soulagement était palpable à l'AG similaire « dans les prochains mois ». 200 millions d'euros au fonds infrastruc-
sont impliqués. Ceux de taille même si, sur 17 propositions de la FNTP Le seuil minimum des partenariats tures ( CDC ).
moyenne bénéficieront d'un pour la relance en infrastructures, plu- public privé sera supprimé par ordon- à Travaux autoroutiers débloqués
forfait. sieurs ont été rejetées et « six seront nance. Emmanuel Macron a annoncé les dispo-
La ministre de l'Écologie étudiées d'ici à juin 2015, » a assuré Des prêts à taux 0 seront accordés aux sitions prises par le gouvernement pour
a annoncé fin avril le M. Macron qui a parlé de ce qui est déjà collectivités territoriales par la Caisse des sortir de la crise État / sociétés autorou-
doublement progressif du en cours. En voici des extraits. dépôts sur le fonds de compensation de tières. Parmi les compensations au ral-
budget du fonds chaleur en à Calendrier crédible la TVA ( part des revenus de TVA de l'État longement des contrats pour deux ans,
trois ans afin d'atteindre « Dix-sept contrats de plan État-Région reversée à l'investissement local ). les concessionnaires vont investir dans
420 millions d'euros en 2017. sur cinq ans sont déjà signés et les autres La fiscalité sur les carburants contribue à des travaux dès 2015, pour un montant
La production de chaleur le seront d'ici l'été, a affirmé le ministre. augmenter le budget de l'Agence fran- total de 3,2 milliards d'euros à réaliser à
représente la moitié de la Ils comprennent un volet mobilité. » çaise des investissements de transport de 80 % d'ici trois ans.
consommation d'énergie en Le Grand Paris et le Canal Seine Nord France ( Afitf ). De leur côté, les conces- Les trois quarts des chantiers seront
France. Le Fonds chaleur Europe sont relancés sur un « calendrier sionnaires d'autoroutes vont lui verser ouverts à la concurrence donc aux PME.
renouvelable soutient la crédible » et les suites du rapport Duron 1 milliard d'euros en échange de la négo- Enfin, un cadre a été créé pour plus de
chaleur produite par biomasse, ( hiérarchisation des projets de transport ) ciation de leurs contrats avec l'État au lieu transparence dans les contrats avec
la géothermie, le solaire ther- devraient être engagées sur une voie de leur résiliation. Ils apportent aussi l'État. » n
mique, le biogaz et les énergies
de récupération (déchets, eaux
usées, etc.).
Enfin, deux appels à projets Le ciment au creux de la vague
sur les grandes installations
de production d'eau chaude
solaire et de biomasse sont
ouverts. « L a consommation de ciment pourrait
ne baisser que de 3,5 % en 2015
si la reprise est là, » indique Jean-Yves
tonnes de ciment consommées, soit
-30 % par rapport à 2007, l'année la plus
haute récemment.
Bilan GES en Le Dreff, président du Syndicat français Les importations de ciment sont restées
travaux publics de l'industrie cimentière ( Sfic ). stables l'année dernière, à 10 % de la
Le guide "Réaliser une analyse Les mesures gouvernementales de mars- consommation nationale. Les exportations
environnementale dans avril ont été perçues comme favorables ont baissé de 20 % par rapport à 2013.
les travaux publics" aidera à la mise en chantier dans le bâtiment Aujourd'hui, les cimentiers continuent
les entreprises dans leurs et les travaux publics fin 2015 et plus d'investir à l'échelle européenne qui est
démarches environnementales, sûrement en 2016. la leur, mais, à l'avenir, ils feront les choix
en particulier pour le bilan 2015 avait mal commencé avec une de produire en Europe ou hors d'Europe,
des émissions de gaz à effet baisse de 15 % de l'activité, il est vrai à d'après le Sfic. Le nombre de cimenteries
de serre et les analyses de cycle comparer à un premier trimestre 2014 ne va pas augmenter mais elles pour-
de vie. faste. « Le deuxième trimestre se situera raient changer de mains.
La publication de 126 pages à - 5 % par rapport à la même période de à Penser énergie thermique
associe la Fédération nationale 2014 et les troisième et quatrième seront Les industriels du secteur continuent
des travaux publics qui l'a équivalents à ceux de 2014, ajoute M. Le de réduire leurs dépenses d'énergie. « La
coordonnée et l'Agence de Dreff. Sur le long terme, les cimentiers crise nous amène à penser plus à l'éner-
l'environnement et de la maî- vont se repositionner sur une consomma- gie thermique qu'à l'électricité, » précise
trise de l'énergie. tion de 20-25  millions de tonnes en M. Le Dreff. Les membres du Sfic ont
Y a participé un groupe France. C'est possible avec les usines réussi à substituer 36 % de leurs com-
d'entreprises et d'organismes actuelles. » bustibles traditionnels ( pétrole, charbon )
© Vicat

scientifiques et techniques. à Changement de mains par des combustibles à base de déchets


À lire sur : Cimenterie Vicat à la Grave de Peille L'année 2014 ne devrait rester qu'un industriels ou ménagers, en 2014, et
www.bilans-ges.ademe.fr. (Alpes-Maritimes). mauvais souvenir avec 18 millions de espèrent atteindre 50 % vers 2020. n

8 Travaux n° 915 Juin 2015


a c t u a l i t É

Passerelle levante à Copenhague Vinci au


Pays-de-Galles
et en Egypte
Chaque partie mobile mesure 23 m Le gouvernement du Pays-
depuis le point de pivot et repose sur de-Galles (Royaume-Uni)
la berge. Il est prévu que leur extrémité a attribué la première phase
puisse être remplacée, par exemple si d'une section autoroutière
le quai est modifié, sans bouleverser de 24 km à une joint-venture
tout l'ouvrage. détenue par Taylor Woodrow
à Trois couples de piliers en V et Vinci Construction, deux
© Barbara Feichtinger-Felber

Les ailes du papillon sont levées par filiales de Vinci, et par Costain.
vérins hydrauliques avec un système de Le projet qui inclut un viaduc
recentrage pendant l'opération. Ces équi- haubané de 2,5 km au-dessus
pements ainsi que les joints d'appui, sont de la rivière Husk, est estimé
installés en cantilever ( porte-à-faux ) sur à 1 015 millions d'euros (750
la partie centrale fixe de la passerelle. millions de livres britanni-
Les deux tabliers se lèvent sans l'aide de contrepoids. Celle-ci repose sur trois couples de piliers ques). Les travaux commence-
en V, placés sous les axes de rotation des ront en 2018 si le feu vert est
tabliers mobiles. n donné par les autorités.

U ne passerelle qui se lève pour laisser


passer les bateaux a été construite
entre trois îles à Copenhague ( Dane-
Deux des trois tabliers de la passerelle
en Y sont articulés. Ils sont fixés à la
plate-forme centrale mais peuvent bouger
En Égypte, le groupement
piloté par Vinci Construction
Grands Projets et Bouygues
mark ). Enjambant deux canaux, elle rac- indépendamment l'un de l'autre. La levée Travaux Publics a remporté
courcit les trajets des piétons et des fonctionne sans l'aide de contrepoids. l'extension de la ligne 3 du

© Christian Lindgren
vélos. Elle a été baptisée "pont papillon" La passerelle mesure 8 m de large et la métro du Caire.
( Butterfly bridge ) par ses concepteurs, hauteur de sa section varie de 0,50 m à Les deux entreprises, associées
Dietmar Feichtinger Architectes, qui ont 1,70 m. Dessous, la poutre longitudinale à Orascom Construction et
également conçu la passerelle Simone de a une largeur de 0,40 m à l'endroit de Arab Contractors, vont
Beauvoir ( Paris 13 e ) et le nouveau pont l'axe de rotation sur la partie centrale. L'extrémité du tablier qui repose construire un tunnel de plus
du Mont-Saint-Michel. Elle s'élargit jusqu'au point d'attache du sur la berge pourra être changée de 5 km et 5 stations enterrées.
L'ouvrage est constitué d'une poutre prin- cylindre hydraulique, situé à 5 m, puis si la route (à gauche) est agrandie, Montant : 264 millions
sans bouleverser toute la passerelle.
cipale de forme trapézoïdale en acier. s'amincit vers l'extérieur du tablier. d'euros. Livraison 2018.

CNR coopère
avec le Laos
Projets neufs et rénovation La Compagnie nationale
au plateau de Saclay du Rhône (CNR) a signé un
accord de coopération avec
le ministère de l'Énergie et
des Mines de la République
et technologique, citons le Bâtiment d'en- conçu par Du Besset-Lyon ( 10 700 m 2 ) démocratique populaire du
seignements mutualisés de Sou Fujimoto avec une architecture en deux parties Laos fin mars.
Architects, lauréat du concours. L'ensei- dont une sur 4 niveaux avec effet de L'entreprise française apporte
gnement y sera commun à six écoles diagonale. son expertise en ingénierie
supérieures dont l'École polytechnique. à Centre de formation à reconvertir hydroélectrique et fluviale
La construction du bâtiment de Enfin, un appel à projets a été lancé pour à travers l'évaluation de
10 000 m 2 est évaluée à 32,5 millions la reconversion du bâtiment F, ancien projets sur le Mékong, de la
d'euros. Un large espace intérieur à pas- Centre national d'études et de formation formation et de la recherche
serelles et escaliers invite au brassage de la police nationale, soit 5 000 m 2 des de fonds.
© Sou Fujimoto Architects

des disciplines. années 1970, à Gif-sur-Yvette. Les can- Présente depuis vingt ans aux
Favoriser les échanges est aussi au pro- didats, dont une poignée a été retenue fin côtés des Laotiens, elle apporte
gramme de la rénovation du laboratoire mai pour concourir, devront lui trouver déjà son assistance à plusieurs
de physiques des solides ( 11 000 m 2 ) du une destination en cohérence avec le barrages sur le grand fleuve.
Centre de physique matière et rayonne- projet du plateau de Saclay inscrit dans
Intérieur invitant à la rencontre ment ( Université Paris-Sud ). Ont été la loi du Grand Paris. n
dans le Bâtiment d'enseignements confiées au bureau d'études techniques
mutualisés. CET associé à Patricarche & Co, archi- © Établissement public Paris-Saclay

tectes et ingénieurs : la mise aux normes,


l'adaptation aux équipements modernes

L a zone d'aménagement du plateau de


Saclay ( Essonne ) dite de Paris-Saclay
accueille de nombreux chantiers neufs ou
( champ magnétique, vibrations, etc.), la
révision de la ventilation, le désamiantage
et une démarche de haute qualité envi-
de réhabilitation, sous l'égide d'un éta- ronnementale.
blissement public. Parmi les projets au Sur le même site, va être construit un
stade des travaux sur le pôle scientifique immeuble d'enseignement de la physique Ce bâtiment des années 1970 cherche une nouvelle destination.

Juin 2015 Travaux n° 915 9


a c t u a l i t É

Atex
pour un mur
Eau : programme d'investissements à Paris
isolant
Ce double mur en béton de traitement des eaux acheminées par
banché intègre un isolant. l'aqueduc du Loing.
Il peut être mis en œuvre par à Utiliser l'eau non potable
toute entreprise maîtrisant En matière de qualité, la régie va favoriser
le béton banché, selon GBE l'agriculture biologique sur ses aires de
et Lafarge, associés dans ce captage, qu'elle soit ou non propriétaire
produit. L'Ultra Twin vient des terrains protégés.
d'obtenir un avis technique Eau de Paris entend limiter ses consom-
© Eau de Paris

expérimental favorable (Atex mations d'énergie, notamment dans ses


n°2127), étape indispensable filières de traitement. Elle va aussi contri-
à son développement. L'entretien des 470 km d'aqueducs reçoit 44 millions d'euros. Ici, l'aqueduc buer à la production d'énergies renouve-
Le système qui comporte du Loing entre Seine-et-Marne et Paris. lables en investissant dans des puits
deux voiles en béton auto géothermiques, sources d'eau chaude de
plaçant autour d'un isolant la Zac Clichy-Batignolles et de celle de
en panneaux, élimine les
ponts thermiques, siège de
fuites de chaleur, et améliore
E au de Paris va investir 450 millions
d'euros d'ici à 2020 dans le réseau
d'alimentation en eau potable de la capi-
d'euros. Douze millions d'euros iront aux
galeries d'eau, installations hydrauliques
et stations de pompage, et 28, aux usines
Bercy-Charenton, à Paris. Enfin, elle va
consacrer près de 37 millions d'euros à
l'entretien et au développement de son
l'étanchéité à l'air d'une tale, soit une hausse de 7 % par rapport d'eau potable existantes : renouvellement réseau d'eau non potable qui sert aux
construction. à son premier programme. La régie, des membranes à Saint-Cloud et à l’Haÿ- usages moins nobles comme l'arrosage. n
municipale depuis 2010, décline son les-Roses ( Hauts-de-Seine ), automates
deuxième plan 2015-2020 en trois axes. industriels, installation d'un pilote de suivi
Plus de la moitié du programme va aux des filtres à charbon actif en grain sans
infrastructures, avec 250 millions d'euros ozonation à Joinville ( Val-de-Marne ).
dont 97,5 dédiés à la réduction des Eau de Paris envisage aussi d'implanter

© Vittoria Verley/ Ozonia
pertes d'eau. de la maintenance assistée par ordina-
Le réseau qui comporte 2 050 km de teur.
tubes sous pression, a déjà un rendement La qualité de l'eau et du service reçoit
de 92 %. Les canalisations de petit 145 millions d'euros dont 30 pour la
diamètre seront rénovées ainsi que des rénovation de l'usine d'eau potable d'Orly
© GEB-Lafarge

conduites majeures. ( Val-de-Marne ), 18 pour la reconstruction Réacteurs à ultraviolets de la future


L'entretien des 470 km d'aqueducs dia- du décanteur de l'usine d'eaux de rivière usine de traitement sur les eaux
acheminées par l'aqueduc du Loing.
gnostiqués en 2008, obtient 44 millions de Joinville, et 10 pour une nouvelle unité
Procédé accessible à
nombre d'entreprises.

Clouage de paroi en site urbain étroit


Création
d'Engie
GDF Suez s'appelle Engie
depuis le 24 avril. Le projet
d'entreprise au cœur de la
S pie Fondations a renforcé un mur par
clouage dans la partie très étroite
d'une rue du quartier Montmartre à Paris.
transition énergétique, a été Les équipes de la filiale de Spie Bati-
confié à Isabelle Kocher, gnolles ne disposaient que de 1,25 m
directrice générale déléguée. pour évoluer au sol. Le mur de soutène-
Le groupe se réorganise sur ment qui fait face à des habitations mon-
une base géographique et trait des signes de fatigue : fissures,
non plus par métiers (service, affaissements, divisions. Le remblai qu'il
gaz, infrastructures) *. stabilise est posé sur de l'argile verte et
© Spie Batignolles

Notons qu'il a pris des parts le mur lui-même, de 14 m de haut, est
dans Redbird, opérateur de constitué de tout-venant derrière un pare-
drônes, à travers sa filiale ment de pierre sur 350 m 2. Impossible
GDF Suez New Ventures. d'employer une foreuse.
Par ailleurs, le groupe investit Après une phase de reconnaissance et Un mât de forage léger a été utilisé afin de ne pas déstructurer le parement.
dans la gestion en temps réel d'études, des clous ont été testés fin
du réseau de distribution 2014. À fin mars 2015, 63 clous avaient
alimenté par différentes été plantés, de 76 mm de diamètre et reprise de la maçonnerie par coulage de par assemblage d'armatures métalliques
sources dont le biogaz ( projet 12-13 m de longueur, à l'exception de dalles en béton sur les cailloux décoratifs. utilisées comme tiges de forage et qui
Gontrand avec Sigfox, quelques uns de 5 m de long, le tout sur Ainsi consolidé, il pouvait supporter un restent en place.
17 e appel du fonds unique six niveaux. mât de forage adapté à la situation et Le fluide de forage a été ensuite rem-
interministériel ). Avant de procéder au clouage, les pans ancré sur la paroi. placé par un coulis de scellement.
de mur les moins résistants ont été régé- à Les tiges de forage restent en place L'ensemble a été recouvert de béton
* Cf. Le Monde, 3 avril 2015. nérés par injection d'un coulis puis Après carottage, les clous ont été réalisés projeté. n

10 Travaux n° 915 Juin 2015


Juin 2015 Travaux n° 915 11
a c t u a l i t É

Recycleur
à épandage
intégré
Intermat
Le WR250 de Wirtgen à
unité d'épandage intégrée
Nouveautés par Liebherr France
S-Pack a été dévoilé à Paris,
à Intermat. Grâce à cette tion Control" ( LDC ) est intégré à l'électro- médaille d'or à Intermat dans la catégorie
intégration, le recycleur- nique de la pelle. équipements et accessoires, s'installe à
stabilisateur de sol, destiné Le LDC était présenté sur la pelle R960 l'intérieur de la mature d'une grue si elle
© Liebherr France

aux travaux routiers, peut disponible en deux versions, avec un a une section minimum de 2,30 m par
travailler par tous les temps équipement qui développe 28 m ou 2,30 m, ou à l'extérieur pour les plus
et sans déplacement du liant 34 m. Elle remplace la R954C. Cette petites. Il peut se monter sur un modèle
par les véhicules roulant Écran de contrôle de l'équipe- gamme comprend un modèle plus puis- existant de la marque.
à proximité. ment de démolition d'une pelle sant, la 974. Cet ascenseur, obligatoire à partir de
Le liant est déposé juste hydraulique. Toutes les nouvelles machines de Lieb- 60 m de haut ( 30 m en 2017 ), reste en
devant le rotor de fraisage et herr ont des moteurs respectant les exi- place au montage-démontage de la grue.
de malaxage par le module gences européennes d'émissions de gaz En effet, le LiUp n'est pas raccordé au
d'épandage et incorporé
immédiatement dans le sol.
Le carter du tambour fermé
L iebherr France rafle deux prix de l'in-
novation au salon Intermat ( 20-25
avril, Villepinte ). Tout d'abord, son système
( Tier IV final ), comme la pelle LH30
destinée à la manutention de déchets
dans les centres de recyclage.
réseau électrique.
Il tire son énergie d'une batterie lithium-
ion qui se recharge en partie à la des-
et le double tablier de pro- de contrôle d'un équipement de démoli- à Monte-grutier sur batterie cente, soit 40 % environ de la consom-
tection en caoutchouc em- tion remporte une médaille d'argent Le monte-grutier de Liebherr France, mation ainsi récupérée. n
pêchent la formation de dans la catégorie ingénierie et systèmes.
poussière et la quantité Pour être plus précis, c'est l'automatisa-
épandue reste dans la bande tion du contrôle de la position de l'équi-
fraisée. pement qui est primé. Salon cosmopolite
Le conducteur de la pelle de démolition
suit la progression de l'outil sur écran en Cosmopolite, c'est la première impression qui se dégage du salon
temps réel et au centimètre près. L'écran Intermat, exposition de matériels et techniques pour les industries
lui montre où il peut travailler sans perte de la construction et des matériaux, fin avril au Parc des expositions
de stabilité, là où les mouvements sont de Villepinte. Toutes les langues se parlent. Des stands sont tenus par
© Wirtgen Group

autorisés à partir de la position de l'outil des Asiatiques qui se promènent aussi dans les allées.
et de son poids. Tout mouvement qui Plus du tiers des visiteurs sont venus de 169 pays différents avec une
menacerait l'équilibre de l'engin est bonne participation du Moyen-Orient, d'Afrique du Nord et de Turquie,
Préparation de l'épandeur empêché. représentés aussi par leurs ambassadeurs ou une délégation officielle.
sur chantier. Ce contrôle s'effectue grâce une détec- La fréquentation a toutefois baissé de 8,5 % par rapport à 2012, année
tion automatique de la longueur d'équi- record, avec 183 000 entrées pour 132 000 visiteurs identifiés. Les expo-
pement en plus des capteurs d'angle sants, en revanche, sont plus nombreux de 5 %, à 1 410.
Tablette existants. Le système "Liebherr Demoli-
de topographie
Atlog a remporté une mé-
daille d'or au concours inno-
vation du salon Intermat Pose et dépose de réseaux sans dommages
dans la catégorie applications
numériques.
Le spécialiste en instruments
de topographie a réuni dans
un même logiciel et sur une
R ivard propose plusieurs machines
pour le creusement de tranchées
étroites et les interventions sur réseaux.
quelques pas. Sur la trancheuse Riv 104
TR 80T, le fabricant va incorporer un
enregistrement des coordonnées X,Y,Z de
Ainsi, l'entreprise de pose peut-elle four-
nir aux concessionnaires un plan de réco-
lement le plus précis possible.
tablette les relevés, le bornage, À Intermat, il exposait son Exvac SE 10, l'endroit exact où est implanté un réseau La règlementation exige une localisation
le récolement, la détection excavateur qui déblaie par aspiration les par l'engin. à 2 cm près. n
géolocalisée des réseaux, terres autour d'un réseau existant sans
l'implantation de projets l'endommager. Il s'inspire des engins de
routiers ou de génie civil. curage de canalisation d'assainissement,
La tablette se fixe aux une des spécialités du fabricant qui sou-
instruments de terrain. haite développer le principe en réalisa-
Cette interface tactile dessine tion de fouilles dans les travaux publics.
en temps réel le plan Autocad à Coordonnées X, Y, Z enregistrées
au fur et à mesure que le levé En ce concerne les machines pour mini
avance et le restitue ensuite tranchées, Rivard a présenté à Intermat
à l'informatique de bureau. son modèle de trancheuse Riv City. Sa
faible hauteur - 1,40 m - dégage la vue
sur l'environnement de travail, très utile
© Rivard

en ville.
Toutes les petites machines sont radio-
L'Exvac aspire les matériaux autour de réseaux enfouis.
commandées par l'opérateur situé à

12 Travaux n° 915 Juin 2015


a c t u a l i t É

Grue et wagons accélèrent Chargeuse


multi tâches
le changement d'aiguillages La chargeuse-pelleteuse 3CX
Potholemaster peut raboter et
balayer une chaussée en ville.
celui qui avait lieu sur les voies. Désor- Le conducteur passe d'une
© SNCF Réseau/Capa Pictures/Christophe Petit Tesson

mais, la grue Kirow peut manipuler des tâche à l'autre sans la repro-
appareils de voie de 28 m de long et grammer. Elle roule sur la
14 tonnes, dans l'environnement ferré. route à 40 km / h.
Elle est associée à des wagons spéciaux « Le circuit hydraulique à débit
qui les transportent tels quels, depuis les variable et à régulation de
ateliers, sans avoir à les démonter et à pression fournit la puissance
les remonter sur chantier. maximale à la raboteuse tout
Un wagon pupitre achemine des appa- en maintenant le contrôle
reils dotés de traverses jusqu'à 4,8 m, intégral de toutes les fonctions
posés en biais sur un plateau qui des- de la flèche et du balancier
cend à l'horizontale sur chantier. Une fois pendant le rabotage, » écrit JCB
La grue peut manipuler des aiguillages pré-assemblés jusqu'à 28 m de long. à plat, le plateau peut être déplacé laté- qui la propose. Une fonction
ralement de 50 cm pour éviter poteaux et levage hydraulique permet de
quais ou ne pas empiéter sur une voie collecter les fraisats bitumineux

L e secrétaire d'État aux transports a


assisté de nuit à une expérimentation
sur des travaux en gare de l'Est à Paris,
février, au nom de la sécurité de circula-
tion des trains.
Une grue de haute technologie a servi à
adjacente. Ainsi, le "chantier " occupe-t-il
une surface plus restreinte et sans risque
pour la caténaire.
et de les charger à l'arrière
d'un camion-benne, pratique
si le chantier est cantonné à
en mars. « Ces innovations doivent per- déposer les aiguillages et à les remplacer, à Durée de vie plus longue une voie.
mettre de réaliser davantage de mainte- le tout en deux mois. L'opération en gare Cet ensemble innovant diminue la durée
nance et de manière plus efficace, » de l'Est concernait 7 aiguillages et 120 m des travaux qui peuvent alors avoir lieu de
a indiqué Alain Vidales. de voie courante pour un montant de nuit en semaine. La durée de vie des
Cette visite confirme son engagement à 3 millions d'euros. Ce marché a été attri- aiguillages devrait monter à trente-cinq
décaler les projets de développement afin bué à la société Pichenot Bouillé. ans au lieu de trente.
© JCB

de consacrer tous les moyens disponibles à Wagon pupitre Deux cents "appareils de voie" vont être
à la maintenance, pris lors du 1er comité L'innovation consiste à éviter un des deux changés d'ici à 2017 en Île-de-France Chargeuse-pelleteuse
d'entretien de chaussée.
de suivi de la sécurité ferroviaire en montages-démontages des aiguillages, dans le cadre de Vigirail. n

Juin 2015 Travaux n° 915 13


a c t u a l i t É

Brise-soleil
en terre cuite
Usine marémotrice britannique
Les brise-soleil du restaurant
universitaire du Technopôle
de Metz (Moselle) sont en terre
cuite. Leur calepinage est un L es Britanniques relancent le concept
d'usine marémotrice. Leur version
consiste à accumuler de l'eau derrière
la faune : vitesse lente des turbines et
vannes spécifiques.
à 1 800 MW de puissance
cent-vingt ans par Tidal Lagoon Power.
Coût : 8,3 milliards d'euros pour une
mise en service en 2023 si le projet fran-
des apports de cette réalisation,
selon Salmon qui a posé les une digue, côté mer mais sans la barrer. À Cardiff, la différence de hauteur entre chit tous les obstacles (1). Le Royaume-Uni
bardages. Les lames Barro sont Les vannes s'ouvrent à marée haute pour deux marées est de 8,50 m. La puis- cherche à augmenter sa part des éner-
mobiles. Appliquées aux faça- produire de l'électricité. Puis, à marée sance peut atteindre 1 800-2 000 MW gies renouvelables à 15 % dans la four-
des, elles régulent la lumière descendante, le processus s'inverse. avec une production de 4 à 6 térawatt- niture d'énergie contre 5 % en 2014. n
et la chaleur du Metz'in, Tidal Lagoon Power attend les dernières heures par an, de quoi alimenter tout le
conçu par KL Architectes pour autorisations pour commencer la cons- Pays de Galles sans problème. La durée (1)
Cf. Le Monde 8-9 mars 2015, article
500 convives, notamment des truction d'un mur formant lagon dans la de vie d'une telle usine est estimée à d'Éric Albert..
ingénieurs des trois écoles baie de Swansea, au Pays de Galles.
voisines. Ce sera la première installation grandeur
nature, d'une puissance de 320 MW
pouvant produire 14 heures par jour.
L'organisation qui regroupe des spécia-
listes en énergies renouvelables prépare
parallèlement un projet de plus grande
© Tidal Lagoon Swansea Bay Plc

envergure dans la baie de Cardiff, plus à


l'est dans le Pays de Galles, sur l'im-
mense embouchure de la Severn.
© Wienerberger

Il s'agit de former un lagon grâce à un


mur de 22 km de long.
Le lagon, se situant sur le bord nord de la
baie, ne barre pas la rivière. Des mesures
Les lames sont mobiles. sont prévues pour ne pas perturber Vue de la future digue dans la baie de Swansea (Pays-de-Galles).

14 Travaux n° 915 Juin 2015


a c t u a l i t É

agenda

ÉvÉnementS • 30 septembre et 1er octobre • 30 novembre au 11 décembre nomies régionales qui fédère les
5 e assises Port du futur Cop 21 : conférences des parties agences de développement et les
• 1er au 3 juillet Lieu : Paris sur les changements climatiques comités d'expansion économique.
Grands ponts multi travées www.eau-mer-fleuves.cerema.fr Lieu : Le Bourget (Seine-Saint-Denis) Il succède à Pascal Allizard.
Lieu : Porto (Portugal) www.cop21.gouv.fr Énergie :
http://paginas.fe.up.pt/~mslb2015 • 30 septembre au 2 octobre
Rencontres nationales Olivier David devient sous-direc-
FormationS teur du système électrique et des
• 12 au 15 juillet du transport public
• 30 juin et 1er juillet énergies renouvelables à la Direc-
Applications des statistiques Lieu : Lyon (Eurexpo)
Exécution des travaux de réparation tion générale de l'énergie et du
et de la probabilité au génie civil www.objectiftransportpublic.com
d'ouvrages d'art climat.
Lieu : Vancouver (Canada) • 5 au 7 octobre Lieu : Paris Fer de France :
www.icasp12.ubc.ca 4 e conférence sur la réparation, http://formation-continue.enpc.fr
Nicola Jachiet - PDG Egis et Syntec
la réhabilitation et le recyclage Ingénierie - a été élu à la prési-
• 13 au 17 septembre • 23 au 25 septembre
du béton Géotechnique et génie civil : dence de l'organisme interprofes-
16 e conférence mécanique Lieu : Leipzig (Allemagne)
des sols et géotechnique risques naturels et environnement sionnel du transport ferroviaire.
www.iccrrr.com Lieu : Paris
Lieu : Édimbourg (Écosse) GDF Suez :
• 5 au 9 octobre http://formation-continue.enpc.fr
http://xvi-ecsmge-2015.org.uk Pierre Mongin a été choisi pour
Congrès mondial systèmes • 6 et 7 octobre être secrétaire général et directeur
• 15 au 17 septembre de transport intelligents Gestion des eaux pluviales : général adjoint d'Engie, nouveau
Auscultation non destructive Lieu : Bordeaux élaborer une politique territoriale nom de GDF Suez.
des ouvrages d'art http://itsworldcongress.com Lieu : Paris
Infrastructures :
Lieu : Berlin (Allemagne) http://formation-continue.enpc.fr
• 7 et 8 octobre Michel Hersemul a été promu
www.ndt-ce2015.net
Congrès Smartgrid Smartcity • 16 au 18 novembre sous-directeur de l'aménagement
• 15 au 17 septembre Lieu : Paris (Porte de Versailles) Inspection des ouvrages d'art : du réseau routier national à la Di-
www.smartgrid-smartcity.com tunnels rection générale des infrastruc-
16 e symposium ISAVFT sur tures, du transport et de la mer
Lieu : Paris
l'aérodynamique, la ventilation • 13 au 15 octobre http://formation-continue.enpc.fr (ministère de l'Écologie).
et l'incendie dans les tunnels Preventica
RATP :
Lieu : S eattle (Washington, (sécurité sur chantiers) NominationS
États-Unis) Lieu : Lyon (Eurexpo) Élisabeth Borne est nommée PDG
www.preventica.com Bouygues : de la Régie parisienne de trans-
www.bhrconferences.com
Jean-Philippe Trin est nommé ports parisiens en remplacement
• 16 au 18 septembre • 14 et 15 octobre directeur général délégué chargé de Pierre Mongin, après avoir inté-
Colloque Le Pont : de Bouygues Travaux Publics, DTP gré le conseil d'administration
1re conférence sur la résilience
entretien et réparation en avril.
des transports de surface face et VSL International. Olivier-Marie
des ouvrages d'art Racine est directeur général délé- SNBPE :
au changement climatique et
Lieu : Toulouse gué chargé de Bouygues Bâtiment Philippe Chaize succède à Philippe
aux événements météorologiques
www.le-pont.com International et Bouygues Éner- Labbé à la présidence du collège
extrêmes gies & Services. Bernard Mounier béton prêt à l'emploi en Langue-
Lieu : Washington DC (États-Unis) • 20 au 23 octobre devient directeur général de Bouy- doc-Roussillon. Jean-Paul Lucas
www.trb.org Congrès de la Société gues Bâtiment Île-de-France. prend la suite de Thomas Watrin
de l'industrie minérale en Île-de-France, et Alain Etrillard,
• 21 au 25 septembre Lieu : Mons (Belgique) Écologie :
celle de Bruno Cloirec en région
4 e conférence sur les ponts www.lasim.org Laurent Bouvier (ex-Agence de Centre.
orthotropiques l'eau RMC) est nommé conseiller
Lieu : Tianjin (Nord-Est Chine) • 2 au 6 novembre eau, risques naturels et santé en- Soletanche Fresyssinet :
25 e congrès mondial vironnement auprès de la ministre. Benoît de Ruffray devient directeur
http://en.chinabridge.org.cn
de la route Sandrine Ménard occupe la même général de la filiale de Vinci Cons-
• 24 septembre Lieu : Séoul (Corée du Sud) fonction à propos de la conférence truction.
Ponts en maçonnerie : www.piarc.org climat Cop 21.
Untec :
du diagnostic à la réparation • 2 au 6 novembre Économie régionale : Pascal Asselin a été élu président
(journée technique) Interclima et Elec Frédéric Cuvillier a été élu pré- de l'Union nationale des écono-
Lieu : Nancy (Meurthe-et-Moselle) Lieu : Villepinte sident du Conseil national des mistes de la construction. Il rem-
www.cerema.fr www.interclimaelec.com éco- place Pierre Mit.

Juin 2015 Travaux n° 915 15


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

SNCF Réseau
Régénérer le réseau :
une politique à long terme
Depuis le 1 janvier 2015, la loi sur la réforme ferroviaire pro-
er

mulguée le 4 août 2014 est entrée en vigueur, donnant naissance


au nouveau groupe SNCF. C’est ainsi que SNCF Infra, la Direction
de la Circulation Ferroviaire et Réseau Ferré de France se sont
rassemblés pour former SNCF Réseau.
Thomas Joindot, chef du département ouvrages d’art au sein de SNCF
Réseau, nous présente les nouvelles orientations du service dont il
a la responsabilité. Propos recueillis par Marc Montagnon

Au sein du métier « Ingénierie et Projets » de SNCF


Réseau, l’activité du département des ouvrages
d’art IGOA connaît une nouvelle phase de déve-
loppement directement liée à la régénération
des lignes et, tout particulièrement, des quelque
15 000 ponts et 1 500 tunnels existants, mais aus-
si aux très nombreux travaux de raccordement
engendrés par la création de lignes nouvelles
tant en rase campagne pour les TGV, qu’en zone
urbaine, notamment en région parisienne avec le
passage des nouvelles infrastructures du Grand
Paris sur ou sous le réseau ferré existant - ce qui
est moins médiatisé.

Depuis la réforme votée SNCF Réseau, de RFF et de la SNCF.


le 1er janvier dernier, quels sont Nous sommes désormais l’ingénierie
les principaux changements de référence en Ouvrages d’Art de
intervenus au sein de la nouvelle SNCF Réseau, au sein de la direction
entité SNCF Réseau ? technique du métier « Ingénierie et Pro-
La mise en place de la réforme ferro- jets » qui est l’un de ses quatre métiers
1 viaire a abouti à la fusion, au sein de de SNCF Réseau.
© Marc Montagnon

© SNCF Réseau © SNCF Réseau

2 3

16 Travaux n° 915 Juin 2015


L’entreprise est actuellement dans la Comment cela se traduit-il Comment le service IGOA s’in- réalisations de nouvelles lignes comme
phase de mise en place des nouvelles dans la pratique ? tègre-t-il dans cette réforme ? le nouveau tunnel pour Eole, prolonge-
structures qui interviendra de façon Une fois qu’un projet sera défini, sta- En tant qu’ingénierie technique, nous ment du RER E vers l’ouest. Par contre,
effective le 1er juillet prochain. bilisé et financé, sa maîtrise d’ouvrage sommes finalement assez peu impac- lorsque ces travaux rejoignent le réseau
( on parle alors de maîtrise d’ouvrage tés par la réforme sur le plan de notre exploité, nous avons des prestations
Quels sont ces quatre métiers ? opérationnelle ) et sa maîtrise d’œuvre organisation. Ce qui change, c’est notre d’étude et des opérations importantes
Le premier est « Accès Réseau ». seront toutes les deux au sein du métier relation avec les chefs de projet. Celle- qui relèvent de notre compétence.
Il comprend la commercialisation des « Ingénierie et projets » qui en aura ci est différente puisque nous n’avons Sur Eole, par exemple, pour le côté
sillons qui sont les créneaux d’utili- donc l’entière responsabilité, y compris plus de relation client/fournisseur avec ouest, nous réalisons un saut de mou-
sation du réseau par les entreprises la responsabilité financière sur les coûts RFF : nous n’avons plus qu’une relation ton et un franchissement de la Seine à
ferroviaires ainsi que la définition de finaux de l’ouvrage. en interne. Bezons, nous pilotons la construction
l’évolution du réseau ( le « design » du Les équipes de SNCF et de RFF vont Dans SNCF Réseau, IGOA conserve de plusieurs ouvrages de soutènement
réseau ), notamment pour tout ce qui ainsi être regroupées dans de nou- son positionnement mais avec des à l’approche de Poissy pour la création
concerne la création de lignes nouvelles velles « agences projets » pour assurer évolutions de sa typologie d’activité qui d’une voie supplémentaire. Sur le côté
ou l’augmentation de capacité ou des la gestion des projets sur le réseau, étaient déjà entamées avant la réforme. est, nous sommes très présents pour la
performances.« Accès réseau » sera par exemple, le renouvellement d’un L’état général du réseau, qui a vieilli, et construction de la gare de Rosa Parks,
en amont sur la définition de ces pro- ouvrage d’art ou la construction d’un le fait que nous ayons engagé depuis à hauteur de Pantin, et nous avons plu-
grammes en liaison avec les autorités nouvel ouvrage. quelques années - et encore plus main- sieurs études pour la réalisation d’ou-
concernées - l’État et les régions - sur tenant - un programme de renouvel- vrages divers pour la réalisation d’une
leurs besoins, leur financement, etc. lement, fait que nous développons de voie supplémentaire à l’est de cette
Le deuxième métier est celui de la plus en plus d’activités en maintenance gare. D’autres opérations sont moti-
« Circulation », qui regroupe l’ensemble et en renouvellement tandis que, paral- vées par le fait que les nouvelles lignes
des services en charge de la gestion 1- Thomas lèlement, nous intervenons de façon du Grand Paris croisent à plusieurs
du trafic et des circulations. Joindot, chef du moins significative en développement. endroits des lignes du réseau ferré
Le troisième métier, « Maintenance et département des Ceci pour deux raisons : d’une part la national avec des créations de gares
Travaux », sera en charge de la main- ouvrages d’art construction de lignes nouvelles est et d’ouvrages généralement souterrains
tenance du réseau et aura aussi pour à SNCF Réseau - moins d’actualité, tout au moins dans de franchissement de voies qui vont
fonction de piloter les programmes de Ingénierie & l’immédiat ( et de toute façon, le choix être construits dans le cadre de lignes
Projets.
régénération des installations dans le d’en externaliser la maîtrise d’œuvre maintenues en exploitation pendant les
cadre de sa mission d’« asset mana- 2- Réhabilitation n’a pas vocation à être remis en cause ), travaux : Clamart, La Défense ou Vert-
du viaduc routier
gement ». sur la Loire, à d’autre part la situation économique de-Maisons, près de Créteil.
Le quatrième métier, qui est le nôtre, Ancenis (maîtrise conduit au ralentissement de certains Nous contribuons également à la mise
est « Ingénierie et Projets ». Il a pour d’œuvre IDOA projets en région. C’est toutefois une en accessibilité des gares du réseau
mission, d’une part, l’élaboration du pour le Conseil appréciation un peu en trompe l’œil car Île-de-France, ce qui veut dire créations
référentiel de conception de l’infrastruc- Général de Loire le volume très important des opérations de passages souterrains, modernisation
ture ainsi que l’assistance à l’ingénierie Atlantique). à venir en région parisienne, avec de et parfois créations de passerelles avec
de maintenance ( le terme « ingénie- 3- Inspection nombreux projets en interface très forte l’adjonction d’ascenseurs...
rie » inclut l’ensemble des compé- et cotation de avec le réseau exploité, génèrent quand
42 grandes halles
tences techniques sur la conception voyageurs pour même une très forte activité de déve- Serez-vous impliqués dans le
et la maintenance des installations, RFF. loppement. projet CDG Express qui prévoit
notamment pour les ouvrages d’art ) et, 4- Un ouvrage de relier directement, la Gare
d’autre part, le management des pro- visité en 2014 Dans ce cadre différent, quelle de l’Est à l’aéroport Paris -
jets, aussi bien de développement que dans le cadre du est l’actualité de votre départe- Charles-de-Gaulle ?
de régénération. programme de ment ? Ce projet a effectivement été relancé
Dans cette fonction « management priorisation des Nous avons un programme très sou- par le gouvernement en 2014 avec des
de projet », on retrouve les équipes ouvrages métal- tenu de renouvellement des ouvrages travaux qui pourraient commencer d’ici
liques : le pont de
de gestion de projet de l’ingénierie la Bohémienne et nous voyons apparaître de nom- deux à trois ans.
qui étaient précédemment au sein de au Monastier. breuses opérations de développement La construction de CDG Express se
la SNCF mais également les équipes 5- Couverture en Île-de-France. L’activité monte en traduira par des travaux très impor-
de direction d’opérations qui étaient des voies de la puissance dans cette région. Elle est tants : l’aménagement des quais en
précédemment chez RFF. gare d’Austerlitz. largement externalisée quant il s’agit de gare de l’Est, la création d’un tunnel

© SNCF Réseau © SNCF Réseau

4 5

Juin 2015 Travaux n° 915 17


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

entre la gare de l’Est et les voies fer- sible du nouvel ouvrage, puis proposons
rées de Paris-Nord, la rénovation et une échéance temporelle pour le rem-
la réhabilitation de plusieurs ouvrages
SNCF Réseau et Lignes nouvelles placement ( 2017/2022, 2022/2027,
d’art existants, la création d’une bifur- Certes, la SNCF n’est plus maître d’œuvre pour la construction des lignes 2027/2032 et 2032/2037 ). Cela per-
cation et d’une voie nouvelle d’environ à grande vitesse. Elle n’en est pas pour autant absente de la plupart des met d’alimenter la discussion avec le
8 km entre Mitry-Mory et l’aéroport, la grands chantiers, ainsi qu’en témoigne Thomas Joindot : gestionnaire du patrimoine - l’« asset
construction de 4 nouveaux ponts et manager » que j’évoquais précédem-
d’un tunnel sous les pistes de Roissy. « Sur les chantiers de ligne nouvelle actuellement en construction - SEA, ment - afin de nourrir le programme
À IGOA, nous sommes actuellement BPL, CNM (2), trois lignes à grandes vitesse qui sont des PPP (3) et LGV Est de renouvellement de ces ouvrages
impliqués dans la reprise des études phase 2, confiée à l’époque par RFF sous maîtrise d’ouvrage technique jusqu’à l’horizon 2040.
d’avant-projet. Certaines parties du à Tractebel - nous n’intervenons pas directement mais nous assurons
projet seront externalisées, d’autres, des prestations de diverses natures. Votre démarche est-elle compa-
notamment celles qui sont très adhé- Sur BPL, nous sommes intervenus en études d’exécution pour Eiffage sur rable dans le cas des tunnels ?
rentes au réseau exploité ou ayant trait les viaducs du Quartier, du Vicoin et de la Courbe, entre Le Mans et Rennes, Pour les tunnels, nous avons un sys-
à des ouvrages anciens, seront réali- dans le développement d’un ouvrage innovant dit " à double action mixte " tème de cotation de leur état. Les tun-
sées en propre par Ingénierie & Projets, sur lequel le hourdis en béton inférieur participe à la flexion générale nels sont notés entre 0 et 100. Plus la
dont IGOA. du tablier, ce qui permet une économie en matériaux supérieure à 15 %. note est élevée, puis leur état demande
une intervention. La programmation des
À côté des projets de dévelop- Sur les autres lignes, nous sommes présents sur la plupart des raccorde- travaux de confortement et de régéné-
pement dans la région parisien- ments au réseau ferré national : sur la LGV Est phase 2, par exemple, bow ration s’effectue en fonction de cet indi-
ne, quels sont ceux dans lesquels string de Vendenheim, franchissements de voie, sauts de mouto, etc. » cateur ; elle est systématique sur les
vous êtes engagés en province ? tunnels dont la cote d’état se situe au
En région PACA, nous intervenons sur dessus d’une valeur prédéfinie.
la seconde phase du doublement de Nous avons également, pour les tun-
la voie ferrée entre Marseille et Aix en Le renouvellement du réseau notre patrimoine d’ouvrages métal- nels, deux autres programmes spéci-
Provence. C’est un projet important qui constitue l’une des obligations liques de plus de 20 m. fiques qui sont l’élimination des revê-
inclut notamment l’agrandissement de de SNCF Réseau. Quelle est Les ouvrages ont tous été réperto- tements en brique, avec des critères et
tunnels et le doublement d’ouvrages. la politique de votre départe- riés et classés en fonction de critères des objectifs qui peuvent différer suivant
En PACA également, mais à un horizon ment dans ce travail de grande techniques ( conception, matériaux...), la catégorie de ligne, ainsi que l‘élimi-
plus lointain, la réalisation en plusieurs envergure ? d’exploitation ( type de ligne, volume nation des tunnels non revêtus. Classi-
phases d’une ligne nouvelle entre Mar- La politique n’est pas de renouveler de trafic...), et de pathologie ( à partir quement, la méthodologie utilisée pour
seille et Nice est prévue. systématiquement les ouvrages, sauf de la lecture des procès-verbaux d’ins- ces opérations est la mise en œuvre
Parmi les grosses opérations annon- dans trois cas particuliers : les ponts pection) qui nous ont permis de faire de béton projeté sur treillis soudé avec,
cées, le passage en souterrain sous métalliques, les tunnels, les parois une première analyse documentaire éventuellement, des augmentations de
la gare Saint-Charles de Marseille revêtues. du niveau de priorité accordé à chaque gabarit par rescindement.
jusqu’à Aubagne, une ligne nouvelle Pour la plupart, les grands ponts métal- ouvrage. Pour les tunnels, nous avons une vision
au départ de Nice, qui desservira liques datent de la fin du 19 e siècle et À partir de ce classement effectué cou- du programme de régénération tunnel
Sofia Antipolis avec un raccordement deviennent, surtout sur les lignes à rant 2013, IGOA procède, en compa- par tunnel jusqu’à l’horizon 2035.
à hauteur de Grasse comportant de fort trafic, difficiles à maintenir en vie gnie des experts régionaux, à une visite
nombreux ouvrages souterrains, ainsi sauf au prix d’un coût de maintenance de chaque ouvrage en commençant Et pour les parois revêtues ?
qu’une gare nouvelle au niveau de extrêmement élevé ; ce sont donc des par ceux figurant en priorité 1 ( courant Les parois revêtues nécessitent une
l’aéroport de Nice. Sur ce projet en ouvrages sur lesquels une maintenance 2014 ), puis en priorité 2 depuis 2015 approche particulière. Nous avons mis
phase amont, nous intervenons pour préventive ( par remplacement systé- et enfin en priorité 3 dans les années en évidence depuis plusieurs années
le moment en assistance à l’Agence matique ) est organisée. Une démarche à venir. qu’elles constituent des ouvrages très
Projets sur certains points particuliers. d’examen systématique de ce patri- À l’issue de ces visites, nous confir- sensibles. Les méthodes mises en
À Toulouse et Bordeaux, dans le cadre moine avait déjà été engagée dans les mons ou non la nécessité de les rem- œuvre à l’époque de leur construc-
du projet de ligne nouvelle reliant ces années 80, et conduit à un programme placer ou de les réparer. tion, où les moyens techniques étaient
deux villes, nous avons des études en de remplacement dont nous voyons Nous procédons ensuite à un chiffrage moins performants qu’aujourd’hui,
cours pour les ouvrages de raccor- arriver les dernières opérations. à grosses mailles de l’opération, en faisaient appel à la mise en œuvre de
dement de cette ligne au niveau de Depuis deux ans, nous avons réengagé imaginant par exemple les méthodes de maçonneries afin d’éviter la chute de
chacune de ces deux agglomérations. une démarche similaire l’ensemble de construction et de mise en place pos- petits éléments sur les voies, dans des

© SNCF Réseau © SNCF Réseau

6 7

18 Travaux n° 915 Juin 2015


tranchées quasi-verticales. Il s’est avéré Avez-vous déjà chiffré l’impor- le tunnel de La Motte, à l’ouest de nomique. Les moyens ferroviaires - des
avec le temps que ces maçonneries tance des surfaces de parois Lisieux et nous intervenons actuelle- passerelles négatives - sont coûteux et
empêchent également de voir et de revêtues à traiter et quelle éché- ment sur le tunnel de Rolleboise, l’un consommateurs de capacité puisqu’ils
comprendre ce qui se passe derrière, ance peut-être établie pour des plus anciens en France, entre nécessitent une interruption de la circu-
dans le massif. mener à bien l’opération ? Bonnières et Rosny sur la ligne Paris lation des trains. Mais ils sont indispen-
Nous avons connu plusieurs incidents, La superficie est énorme. Elle se situe - St-Lazare - Le Havre. Nous savons sables dans bien des cas pour accéder
notamment la chute de blocs importants autour de 1,3 millions de m 2  ; le pro- que, dans les prochaines décennies, à certaines parties des ouvrages.
sur la ligne Paris-Austerlitz - Toulouse à gramme de régénération à construire nous allons devoir faire périodiquement Nous privilégions les moyens routiers,
Mercuès en mai 2012, heureusement sera assurément sur une durée de 10 des travaux sur les lignes normandes et par exemple dans le cadre de petits
sans autre conséquence que matérielle. à 20 ans. donc, avec la direction régionale SNCF ouvrages situés au-dessus d’une route.
La cause directe de l’accident est pré- La programmation des travaux est Réseau de Normandie, nous avons Nous sommes en train d’équiper en
cisément l’effondrement, sur une lon- ensuite un exercice qui doit prendre décidé d’une logique de programma- passerelles de visite certains ouvrages
gueur de 12,50 m, d’une partie du mur en compte plusieurs contraintes car, en tion d’une série d’interventions systé- qui ne l’étaient pas ou qui l’étaient
de parement de la tranchée rocheuse plus de la contrainte financière, il faut matiques, tous les 10  ans, dans les très mal. Ceci constitue un outil per-
surplombant la ligne ferroviaire au sud aussi prendre en compte les moyens tunnels d’une des lignes normandes. mettant à la fois de la diminution des
du tunnel de Mercuès. Cet effondre- techniques pour faire les études, enca- L’idée est de massifier ce type d’inter- coûts et l’amélioration de la qualité de
ment a été provoqué par le glissement drer les entreprises sur les chantiers ventions avec pour objectif de minimiser la surveillance puisque l’inspecteur est
des masses rocheuses auxquelles le et mettre en œuvre les mesures de la gêne pour nos clients finaux. dans une situation plus confortable.
mur en pierres maçonnées en cause sécurité, mais aussi assurer la cohé- Le groupe Ouvrages d’Art de Lille a
est adossé. rence entre les différentes spécialités Disposez-vous de matériels ou également expérimenté l’utilisation de
Cet événement et plusieurs autres sur une même ligne en définissant des de moyens particuliers pour filets accrochés sous un tablier et per-
similaires d’ampleur plus limitée nous programmes de travail par axe. l’ensemble de ces travaux ? mettant aux inspecteurs de cheminer
ont amenés à prendre des mesures de Pour vous citer un exemple dans le Les moyens techniques pour la réalisa- sous celui-ci. Ils ont donné satisfaction.
ralentissement ou de confortement et cadre des tunnels, nous avons plusieurs tion des travaux de confortement ou de Nous avons une réflexion sur ces sujets
nous ont fait prendre conscience que programmes de régénérations de tun- régénération sont du ressort des entre- mais nous sommes convaincus qu’il ne
nous avions, avec les parois revêtues, nels en Normandie car ces ouvrages, prises de travaux. Elles savent inno- sera jamais possible de se passer d’en-
un patrimoine assez sensible. qui datent des débuts du chemin de ver pour améliorer la productivité des gins ferroviaires pour faire une inspec-
Le sujet est travaillé en commun par fer, ont été construits majoritairement chantiers en lien avec les évolutions de tion. Par contre, nous allons chercher à
les spécialistes « ouvrages d’art » et par en brique. Nous sommes intervenus sur conception que nous pouvons introduire. diversifier, dès que possible, les outils
les spécialistes « ouvrages en terre » et Nous avons aussi pour objectif de favo- techniques et les sources d’information.
la première étape a consisté à mettre riser ce type de démarche, qui passe La partie instrumentation elle-même a
au point une méthode de classification avant tout par la recherche de la visibi- considérablement évolué depuis 5 ans.
de ces ouvrages en fonction d’un cer- lité sur le volume d’opérations à venir. Nous sommes capables aujourd’hui,
tain nombre de critères sur leur état 6- À Auxonne, Au sein du département, nous menons en particulier grâce à un réseau de
connu ou leur sensibilité. Nous avons pose du tablier de nombreux projets de recherche ou prestataires spécialisés, d’installer une
ensuite testé cette méthode sur une neuf du pont sur d’expérimentation sur des technologies multitude de jauges de contrainte sur
la Saône ( ligne
section de ligne entre Brive-la-Gaillarde Dijon-Vallorbe). de mesure ou de détection. Nous avons un ouvrage avec un rapatriement des
et Souillac, l’objectif étant désormais, 7- Saut de expérimenté la caméra infrarouge ainsi informations par GSM sur une plate-
à partir des éléments de méthodologie mouton en que des dispositifs de type radar pour forme Web en temps réel.
mis ainsi en évidence, de construire une béton armé au l’expertise des désordres sur certains Nous menons également une action
politique de maintenance et de régéné- raccordement ouvrages, et nous travaillons à des dis- de veille permanente afin d’utiliser
à Rennes de la
ration préventive des parois revêtues. ligne à grande positifs innovants pour détecter la chute les meilleurs moyens de rapatriement
Cette politique va certainement s’ap- vitesse BPL. de blocs des parois rocheuses. et d’alertes des informations. m
puyer sur le référencement détaillé de 8- Tunnel de En ce qui concerne la surveillance des
ce patrimoine, sa classification en terme Monte-Carlo : ouvrages, elle repose principalement
travaux de 1- Le tunnel de Rolleboise est un des plus anciens tun-
de risque et la définition, en lien avec sur des visites d’inspection détaillée nels ferroviaires de France. Ouvert en 1843 et long de
l’« asset manager », des objectifs d’in- renouvellement avec des pas de visite de 3, 6 ou 9 ans 2 613 m, il se situe sur la ligne de Paris-Saint-Lazare
du radier.
tervention raisonnables en fonction des suivant les ouvrages. au Havre, dans le département des Yvelines.
9- Pôle d’échan-
surfaces à traiter, des niveaux de risque, ges multimodal La question qui se pose pour une ins- 2- SEA : Sud Europe Atlantique ; BPL : Bretagne Pays
des moyens financiers et des capacités de Cenon en pection détaillée est d’utiliser le meilleur de Loire ; CNM : Contournement Nîmes Montpellier.
techniques disponibles. Gironde. moyen tant au niveau technique qu’éco- 3- PPP : Partenariat Public Privé.

© SNCF Réseau © SNCF Réseau

8 9

Juin 2015 Travaux n° 915 19


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

© CMG
L’acier
CMG 1

pour dénominateur commun


Reportage de Marc Montagnon

Saint-Calais, au cœur du pays calaisien, se proclame capitale mondiale du chausson aux pommes, dont
la fête est célébrée le premier week-end de septembre depuis 380 ans ! (1). Cette commune de 3 400 ha-
bitants située entre Le Mans et Vendôme, est également le siège d’une entreprise dont la discrétion
n’a d’égales que les compétences : CMG. C’est une PME de 45 personnes dont le champ d’activité est en
constant élargissement grâce à une diversification entreprise depuis plusieurs années et poursuivie
aujourd’hui. Régis Vian, président-directeur général et propriétaire de l’entreprise nous présente
les spécificités de CMG dans le domaine des constructions métalliques, tant en neuf qu’en réhabili-
tation, y compris dans le domaine des ouvrages d’art.

CMG
( Constructions Camille Grésillon était à cette époque 1- Le chantier Jusqu’au milieu des années 60, CMG
Métalliques maréchal-ferrant et métallier. de la place des s’occupait essentiellement de construc-
Grésillon ) a été Par la suite l’entreprise a évolué à plu- Jacobins au tion de bâtiments agricoles et assurait
Mans consti-
créée par Camille Grésillon en 1936 sieurs reprises et a largement étendu le tue l’une des
des services de proximité, sous les
à Saint-Calais, dans la Sarthe, où se champ de ses activités, tout en restant références directions successives de Guy Grésillon,
trouvent toujours le siège social, les dans le domaine de la construction emblémati- fils du fondateur puis de Jean-Camille
bureaux et l’usine de l’entreprise. métallique. ques de CMG. Grésillon, son petit-fils.

20 Travaux n° 915 Juin 2015


L’arrivée en 1964 d’un jeune technicien du projet dans son environnement.
- Yves Quentin - devenu l’associé de L’acier contribue pour une part signi-
Jean-Camille Grésillon à partir de 2000, ficative aux qualités architecturales de
donne à CMG une vive impulsion dans l’ensemble, conçu par les architectes
le sens de la diversification. Éric Babin et Jean-François Renaud
À l’occasion du départ à la retraite des ( cabinet babin + renaud ).
deux associés, l’entreprise est mise Le volume semi-transparent revêtu de
en vente en 2007, date à laquelle elle vitres et de panneaux à rayures verti-
est reprise par son PDG et propriétaire cales accueille le théâtre, tandis que
actuel Régis Vian, un « homme du le cinéma multisalle, revêtu de pierre
métal » qui exerçait précédemment des blanche, se trouve sur la gauche.
fonctions de responsabilités au sein de Les deux volumes sont reliés par un
SMB, une entreprise de constructions toit horizontal qui protège également
métalliques, basée à Ploufragan, près la zone délimitée par les corps de bâti-
de Saint-Brieuc ( 22 ). ment
En 2015, CMG emploie environ 45 per- Le projet de l’espace culturel des Quin-
sonnes et réalise un chiffre d’affaires conces s’inscrit dans une démarche
de 6,5 à 7 millions d’euros. durable de préservation des ressources
naturelles.
Une usine sous le signe 2 «  Pour nous, ce projet a été excep-
de la souplesse tionnel à tous égard, précise Régis
L’équipement de l’usine, installée dans Vian, tant par le volume de l’opération
un vaste hall de 3 000 m 2, est tradi- - 1 300 t d’acier - que par l’architec-
tionnel, même s’il comporte plusieurs ture. Il s’agissait d’un marché en entre-
machines de découpe et de soudure à prise générale avec une coordination
commande numérique. technique déterminante entre notre
« Dans cet équipement, je vise plutôt entreprise et Heulin du groupe Vinci,
la souplesse, précise à ce sujet Régis adjudicataire du marché de gros-
Vian, que la spécialisation. Plutôt que œuvre, en raison de l’imbrication entre
de nous doter d’outils très sophistiqués eux des différents matériaux  : l’acier,
dont le champ d’application est limité à le verre et le béton ».
des ouvrages également sophistiqués
et donc en nombre limité, j’ai choisi de Une station qui ne manque
privilégier la réactivité de l’entreprise à pas de contenu
l’aide d’équipements qui ne nous enfer- À Rosny-sur-Seine, à l’ouest de la
ment pas dans une spécialité pointue région parisienne, sur l’autoroute de
mais qui répondent bien à la diversité Normandie ( A13 ), la réalisation en
de nos activités ». 3 2014 de la station-service Shell relève
© Marc Montagnon
également d’une démarche originale.
Des papeteries Arjo Conçue par le cabinet SECC, cette
aux centres commerciaux 2- Régis Vian, Parmi les réalisations qui contribuent à station est constituée d’anciens conte-
Quelques réalisations ont jalonné son président-direc- affirmer les compétences techniques neurs rénovés, décorés et disposés
teur général avec originalité sur une aire qui sort
histoire  : pour exemple le plus mar- de CMG. de l’entreprise, il faut également citer
quant, la papeterie Arjo à Bessé-sur- Valor Pôle, au Mans, un centre de tri ainsi de la banalité de la plupart des
3- Le siège social
Braye, vaste ensemble industriel à et les bureaux dont le bâtiment principal comporte établissements de ce type.
l’évolution et au développement duquel de CMG à Saint- des portées de 50 m sans appui, une « Construite en entreprise générale par
CMG a participé au fil des années. Calais. première pour CMG. Sadrin Rapin, indique Régis Vian, elle
Mais, c’est au début des années  90 se distingue par une imbrication soi-
qu’elle va connaître le développement Les Quinconces : gneusement organisée des conteneurs
le plus significatif en abordant le mar- acier et architecture sur lesquels est intervenue CMG pour
ché des constructions pour la grande exemple dans le Nord ou en région Dans un tout autre domaine, mais qui pratiquer des découpes et des ren-
distribution sur des enseignes telles que Midi-Pyrénées. est bien significatif de son engage- forcements et assurer l’ensemble de
Carrefour et Auchan. En 2008, CMG a participé à une exten- ment dans les projets de référence au l’aménagement intérieur ».
L’entrée sur ce marché va également sion importante de l’établissement niveau architectural, l’espace culturel
lui permettre d’élargir son champ d’ac- Auchan du Mans, qui constitue une des Quinconces, inauguré en 2014 et L’architecture
tion puisque, pour suivre ses clients sur référence dans le domaine des bâti- situé place des Jacobins, dans le centre au cœur du débat
leurs différentes opérations de déve- ments commerciaux, tout comme la historique du Mans, s’avère exception- Les deux années qui viennent de
loppement, elle est amenée à travailler concession Audi, sur la route de Tours, nel à plusieurs égards. s’écouler ont confirmé l’engagement
dans le grand quart nord-ouest de la en bordure du circuit des 24 heures du L’architecture du bâtiment repose sur de l’entreprise du pays calaisien de
France, voire au delà, avec une zone de Mans, dont le constructeur a tenu à un traitement en transparence assu- s’impliquer de plus en plus dans la
prédilection dans un rayon de 300 km faire un bâtiment emblématique tant au rant légèreté et fluidité de l'ensemble. participation à des réalisations dont
autour de Saint-Calais. niveau de la qualité architecturale que L'équilibre des volumes, en harmo- le caractère architectural contribue à
Toutefois, ceci ne l’empêche pas d’in- des exigences techniques construc- nie avec ceux construits autour de valoriser l’image commerciale de ses
tervenir ponctuellement, pour répondre tives, en liaison avec ses 13 victoires la place et l’utilisation de matériaux propriétaires : c’est le cas des derniers
à la demande, loin de ses bases, par dans l’épreuve entre 2000 et 2014 (2). nobles, assurent une bonne insertion Intermarché ouverts à Uzerche dans

Juin 2015 Travaux n° 915 21


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

© CMG
4

5 6
© Marc Montagnon © Marc Montagnon

le Limousin et à Neuvic en Dordogne Le Pont de Maulny, qui enjambe 4- La concession C’est ainsi que l'acier Corten est un
ainsi que du tout nouveau Super U de l’Huisne après le quartier des Sables Audi en bordure acier auto-patiné à corrosion super-
Bessières, près de Toulouse, en service d’Or au Mans, fait l’objet de travaux du circuit des 24 ficielle forcée, utilisé pour son aspect
heures du Mans.
depuis 2014. spectaculaires pour accueillir le « Super et sa résistance aux conditions atmos-
5- Le bâtiment en
CMG est également intervenue à plu- Bus », qui roulera en site propre entre structure métal- phériques, aussi bien dans l'architec-
sieurs reprises l’année dernière pour la gare du Mans et Allonnes. lique de Valor ture et la construction métallique que
la réalisation de stations-service dans Avec GTM, CMG assure la réfection Pôle au Mans : dans l'art, principalement en sculpture
la région Rhône-Alpes ainsi que sur la lourde de l’ouvrage et, en particulier, des portées de d'extérieur.
50 m sans appui.
station Shell de l’aire de Montélimar, sur la dépose de l’ensemble des caissons Pour ce chantier, CMG a fabriqué dans
l’autoroute A6, en collaboration avec métalliques supports des trottoirs pié- 6- L’espace cul- son usine de Saint-Calais les consoles
turel des Quin-
l’entreprise mancelle Sadrin-Rapin et tons et leur remplacement par des conces, place en tôles reconstituées de 4 m de lon-
le cabinet SECC, comme pour celle de consoles également en acier. des Jacobins, gueur.
Rosny-sur-Seine. «  Il s’agit d’un ouvrage en béton au Mans. La dépose des caissons a été effectuée
sur lequel existaient déjà des élar- en deux nuits et en deux phases - deux
Premier pas gissements en caissons métalliques par côté - en février et mai 2015, entre
vers les ouvrages d’art anciens précise Régis Vian. Ces 20  heures et 7  heures du matin, à
L’une des opérations en cours, qui caissons sont déposés et évacués et œuvre pour des éléments structurels ». l’aide d’une grue de 300 t, sans inter-
permet à CMG d’élargir à nouveau le remplacés par 60  consoles en acier Le choix de cet acier répond à la volonté ruption de la circulation.
champ de ses compétences, est celui autopatinable Corten. Nous étions déjà du maître d’ouvrage de faire appel à un Régis Vian met en évidence les spécifi-
de la réhabilitation du pont de Maulny, familiers de l’utilisation d’un tel acier produit ne nécessitant aucun entretien cités du chantier de dépose : « Le poids
au Mans dans le cadre du chantier de mais essentiellement dans le cadre dans le temps puisqu’il demeure avec total des caissons est de l’ordre de 80 t
la future ligne de «  Super-Bus  » Le de chantiers architecturaux. C’est la un état de surface brute, sans aucun par côté. L’une des difficultés de l’opé-
Mans-Allonnes. première fois que nous en mettons en revêtement. ration était de définir une méthodologie

22 Travaux n° 915 Juin 2015


7 8
© CMG © Marc Montagnon

permettant la dépose et l’évacuation 7- L’aire de lée sur le tablier du pont. Nous avons Réhabilitation :
des caissons tout en maintenant en service de Rosny- trouvé le bon équilibre entre les deux, des commerces aux bureaux
service une voie de circulation alter- sur-Seine : une tout en respectant les impératifs de Les chantiers de réhabilitation, à
imbrication origi-
née et en évitant tout risque de chute nale de conte- budget ». l’image de celui du pont de Maulny
d’éléments métalliques dans la rivière ». neurs aménagés. Même si elle est encore beaucoup plus mais dans le secteur du bâtiment, sont
«  Compte tenu du fait que le pont 8- CMG inter- orientée « bâtiment », les ouvrages d’art également à mettre au crédit de CMG.
de Maulny n’était pas en mesure de vient de longue constituent l’un des axes privilégiés de Un bon exemple en est donné à Issy-
supporter le poids d’une grue de très date sur les diversification de l’entreprise qui pos- les-Moulineaux, rue du Colonel Avia,
créations et
forte capacité, il s’agissait également extensions des sède déjà d’autres références en la à la périphérie sud de Paris, par le pro-
de trouver le bon compromis entre hypermarchés matière. C’est le cas de plusieurs pas- jet Peri XV, confié à l’architecte Christian
la capacité de la grue et le poids des Auchan un peu serelles routières. C’est aussi celui de de Portzamparc ( AECDP ) par Bouygues
caissons - de l’ordre de 20 t par colis. partout en France. la passerelle de la polyclinique Sévigné, Immobilier.
Si les caissons pré-découpés étaient 9- Deux aspects à Rennes, ( maître d’œuvre : Jean Pierre L’ensemble immobilier PERI  XV est
trop petits, le délai impératif de deux de la contribution Meignan ) où CMG a mis en place un actuellement constitué de 5 bâtiments,
architecturale
nuits ne pouvait être respecté. S’ils de l’acier dans bel ouvrage de 15 m de portée assu- pour une surface totale de 55 610 m 2
étaient trop grands, ils nécessitaient l’espace culturel rant la liaison entre les bâtiments exis- SHON. Le projet est à usage principal
une grue trop lourde pour être instal- des Quinconces. tants et la nouvelle maison médicale. de bureaux, avec des commerces de

L’espace culturel des Quinconces


La place des Jacobins est l'une des plus importantes du Mans, préfecture
du département de la Sarthe. Située en contrebas de la Cathédrale Saint-
Julien, elle est limitée à l'est par l'Espace Culturel des Jacobins ( y était
implanté jusqu'en 2009 le théâtre municipal, aujourd'hui détruit ) et au
sud par une Cité judiciaire créée à la fin des années 1980. Du couvent des
Jacobins, auquel elle doit son nom, il ne reste que les Quinconces. Ce fut
probablement le premier lieu habité de la ville, avant même le vieux Mans
et le forum romain, actuelle place Saint-Michel.
© Marc Montagnon

Le projet d’espace culturel érigé au cœur de la ville offre aux manceaux


un espace de convivialité dédié à tous les arts de la scène. Le bâtiment
abrite :
•U n théâtre de 832 places, sur 3 800 m 2, pouvant accueillir les spectacles
vivants, l'art lyrique, les concerts, la danse et la création ;
•U ne salle de répétition de 320 m 2 ;
•U n espace cinéma de 5 250 m 2 avec 11 salles permettant une program-
mation variée, comprenant un café littéraire ( 210 m 2 ) et une galerie
d’exposition ( 130 m 2 ) ;
•D es salles d'exposition et d'animation, dont un espace polyvalent de
330 m 2, une salle d’art contemporain de 320 m 2 fonctionnant en lien
avec les manifestations du Quinconce ;
•U n parking souterrain d’une capacité de 610 places, sous l'espace
culturel ;
•U n parvis central, formant une galerie traversière entre la place et le
© Marc Montagnon

quinconce des Jacobins. Il assure ainsi la liaison entre les différents


équipements et constitue un espace de convivialité, avec café en ter-
rasse.
9

Juin 2015 Travaux n° 915 23


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

10
© Marc Montagnon

proximité en rez-de-chaussée. L’opé- qualité de travail et de confort pour 10- Le chantier de l’ordre de 3  t, et boulonnées sur
ration de réhabilitation concerne quatre les utilisateurs et les visiteurs. de l’ensemble chantier, indique Régis Vian ».
immobilier Peri
d’entre eux, l’îlot dit « V » faisant l’objet C’est principalement dans la redéfini- XV à Issy-les- « Le degré de préfabrication des pas-
d’une étude de démolition et recons- tion architecturale qu’intervient CMG Moulineaux avec serelles est fonction des capacités de
truction d’une tour de bureaux biocli- qui réalise plusieurs ouvrages métal- les deux passe- transport et des capacités de levage
matique d’environ 80 000 m 2 SHON. liques dont des passerelles / bureaux relles métalliques sur le site, en l’occurrence, ceux de
Le projet a plusieurs objectifs : d’un poids unitaire de 50 t, de 20 m (architecte : la grue à tour du chantier. Toutes les
AECDP).
à Une mise en conformité vis-à-vis x 20 m de section, « perchées » à une soudures ont été réalisées en atelier.
11- Détail de
des dispositions réglementaires ; quinzaine de mètres de hauteur entre l’une des passe- Seuls les boulonnages ont été effectués
à Une meilleure maîtrise de son deux des immeubles existants en cours relles mise sur chantier ».
impact environnemental ; de réhabilitation. en place à 15 m Pour le transport, l’entreprise utilise
à Une redéfinition architecturale : «  Pour ce chantier, les passerelles de hauteur. ses propres camions semi-remorques
s’inscrire dans la requalification sont fabriquées en usine, partielle- 12- Schéma de plateaux.
structure des
urbaine du quartier, améliorer le ment assemblées à Saint-Calais, puis passerelles réa- Toujours en réhabilitation, CMG est éga-
fonctionnement de l’immeuble de transportées par la route en convois lisées par CMG lement intervenue sur la rénovation de
bureaux en assurant une meilleure exceptionnels par éléments d’un poids pour Peri XV. la charpente métallique de couverture

11 12
© Marc Montagnon © CMG

24 Travaux n° 915 Juin 2015


© Marc Montagnon

13 14

Pont de Maulny :
de la piscine de Fontenay-sous-Bois. 13- La rénova-
« En réalité, nous avons toujours fait du tion du pont de un lieu chargé d’histoire
" remodeling " de bâtiments commer- Maulny constitue
l’un des premiers Le Gué-de-Maulny que franchit le pont éponyme est aujourd'hui un parc
ciaux et je me suis rendu compte que public situé dans la ville du Mans, entre la gare Sud et la rocade dans le
grands chantiers
cela nous donnait des compétences d’ouvrages d’art secteur sud-ouest, au bord de l'Huisne. C'est le lieu même d'un ancien
en bâtiments métalliques anciens ce de l’entreprise. gué excentré de la ville qui permettait de rallier à pied ou en chariot
qui nous a conduit tout naturellement, 14- Le tablier du Le Mans et Allonnes. Le lieu est également un endroit historique impor-
depuis un peu plus de deux ans, à pont de Maulny tant à cause de ses batailles, de son château ou de ses moulins.
aborder le marché de rénovation lourde avec les nou-
de bâtiments tels que des immeubles velles corniches
de bureaux ». en acier Corten.
Le grand chantier de rénovation des 15- L’une des
quelques 15 000 ponts, dont de nom- réalisations de 1- Saint-Calais et le chausson aux pommes : de juin à aux pommes ». En souvenir de ce geste, la fête du
référence de octobre 1630, la ville est touchée par une terrible chausson aux pommes est célébrée le premier
breux ouvrages métalliques, engagé épidémie de dysenterie qui décime les deux-tiers de week-end de septembre depuis plus de 380 ans.
CMG au Mans :
par SNCF Réseau dans le cadre de le Pôle Santé Sud
la population. Afin de venir en aide à ses habitants,
et selon la légende, la châtelaine de Saint-Calais 2- Audi a remporté 13 fois les 24 heures du Mans
la régénération de ses lignes, pourrait du Tertre Rouge, depuis 2000 ( R8, R10 TDI, R15+TDI, R18 TDI,
distribue aux nécessiteux un brouet de farine et de
constituer une importante source d’ac- (maître d’œuvre : pommes. De ces ingrédients sommaires, naît « le R18 e-tron quattro ) avec deux interruptions en
tivité pour les années à venir. m ATA associés). pâté aux pommes », appelé aujourd'hui « chausson 2003 ( Bentley Speed 8 ) et 2009 ( Peugeot 908 ).
© Guillaume Satre

15

Juin 2015 Travaux n° 915 25


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

1
© Karine WARNY

Mémorial International
de Notre-Dame-de-Lorette.
Études de justification de l’ouvrage
et ajustement du projet
AuteurS : Jérémie BURLOT, Responsable du Pôle Génie Civil d’Aménagement, Eiffage TP DMI - BIEP – Richard PETIT, Ingénieur d’études,
Eiffage TP DMI - BIEP – Philippe JANDIN, Directeur de projets, CTOA - CEREMA – Jérôme MICHEL, Chargé d’étude, CTOA - CEREMA

Le mémorial international dédié aux soldats de la Première Guerre Mondiale tombés dans le Nord-
Pas-de-Calais est situé sur le site de la nécropole Notre-Dame-de-Lorette à Ablain-Saint-Nazaire.
C’est non seulement un ouvrage emblématique répondant au devoir de mémoire mais également
une prouesse technique quant à l’ingénierie et à la réalisation. Cet ouvrage, dénommé « Anneau de
la mémoire », a été inauguré le 11 novembre 2014 dans le cadre des cérémonies de commémoration
du centenaire de la Première Guerre Mondiale.

Introduction lot 1 gros-œuvre étendu a été confié pour constituer une passerelle courbe.
La Région Nord–Pas-de-Calais a aux équipes d’Eiffage TP et d’Eiffage 1- Le Mémorial Les mises au point de cette seule par-
Notre-Dame-de-
confié à Philippe Prost, architecte, la Énergie. Lorette. tie de l’ouvrage sont décrites dans cet
conception du Mémorial International L’ouvrage est un anneau semi-ellip- article.
de la Première Guerre Mondiale, situé tique de 328 m, constitué d’éléments Une présentation de l’ouvrage sous
1- The Notre-
sur le plateau de Notre-Dame-de- préfabriqués en BFUP ( en l’espèce le Dame-de-Lorette l’angle du chantier et de la préfabrica-
Lorette à Ablain–Saint-Nazaire ( 62 ). BSI ® d’Eiffage ) ; sur environ 125 m, Memorial. tion a été effectuée dans le N° 911 de
Suite à un appel d’offres en 2013, le ils sont assemblés par précontrainte décembre 2014 de la revue Travaux.

26 Travaux n° 915 Juin 2015


Principe d’organisation du cadre normatif basé sur l’utilisation des Eurocodes

2
© DR

Présentation de la structure
2- Principe
d’organisation
du cadre nor-
matif basé sur
l’utilisation
des Eurocodes.
3- Présentation
de la structure.

2- Principle
of organisation
of the normative
framework
based on the use
of Eurocodes.
3- Appearance
of the structure.

une zone reposant sur le sol et une


zone en poutre réalisée à l’aide de
voussoirs préfabriqués en BSI ® ( BFUP
d’Eiffage ) assemblés par précontrainte
par post-tension. L’ouvrage précontraint
constitue une poutre courbe à 3 travées
de 125 m de longueur totale dont la
3
© DR

courbure minimale est de l’ordre de


27 m ( figure 3 ).
Après plusieurs calculs sommaires, une
Positionnement vis-à-vis La règlementation pour la justification cet ouvrage exceptionnel, de disposer modification a été apportée au projet
des règlements de calcul des ouvrages en béton fibré à ultra d’un cadre réglementaire parfaitement en libérant l’appui B afin de limiter les
Le Dossier de Consultation des Entre- hautes performances ( BFUP ) ayant homogène et cohérent basé sur l’utili- contraintes sous charge thermique et
prises, antérieur à juin 2013, faisait été modifiée suite à la parution des sation des Eurocodes ( figure 2). charge de vent.
référence aux documents disponibles recommandations AFGC BFUP de juin Cela a permis une diminution notable
à l’époque, notamment les règles pro- 2013, après avis du Cerema et en Démarrage des études des réactions d’appuis, du dimension-
visoires AFGC BFUP 2002, et les textes accord avec la Maîtrise d’Ouvrage et la L’anneau, d’une emprise de 129 m x nement des pieux, des efforts de flexion
BAEL - BPEL ( 91 révisé 99 ). Maîtrise d’Œuvre, il a été décidé, pour 75 m, est composé de 2 structures, transversale.

Juin 2015 Travaux n° 915 27


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

4
© Karine WARNY

4- Éléments
constitutifs de Coupe type de la passerelle précontrainte
la passerelle.
5- Coupe type
de la passerelle
précontrainte.

4- Component
parts of the
foot bridge.
5- Typical cross
section of the
prestressed
foot bridge.

En effet, dans cette zone, la struc-


ture pouvant bénéficier de la rigidité
naturelle due à la courbure, l’appui
horizontal aurait créé une inflexion au
niveau des déformées horizontales.
En contrepartie, ce changement de
type d’appui a déplacé les fréquences
propres horizontales de l’ouvrage vers
un domaine où des études de confort
sous chargement piétonnier sont ren-
dues nécessaires.
La coupe type de la passerelle com-
porte 3 éléments en BSI ® ( figures 4
et 5 ) :
à Le voussoir préfabriqué permettant
de réaliser la poutre précontrainte
et la fixation des plaques commé-
moratives ;
à Les « casquettes » permettant la
protection de ces plaques et une
fermeture supérieure de l’ouvrage ;
5
© DR

à La passerelle constituée de support

28 Travaux n° 915 Juin 2015


de dalles et de dalles amovibles à Les charges d’entretien pour des complexité des calculs, Eiffage TP
équipées en rive d’un garde corps. 6- Contraintes vérifications locales ; a décidé de confier au Cerema, au
L’intégralité de ces éléments en béton normales enve- à L’action du séisme selon l’euro- titre du contrôle externe, un modèle
loppes en phase
est réalisée en BSI ® : les voussoirs, définitive. code 8 et l’arrêté pont d’octobre de contre-calcul réalisé à l’aide du
les supports et les casquettes en BSI ® 7- Évolution de 2011. logiciel PCP. La maîtrise d’œuvre
avec fibres métalliques, les dalles de la précontrainte ayant utilisé le logiciel Sofistik,
sol amovibles en BSI ® avec fibres syn- en phase concep- Modélisation aux éléments l’étude du Mémorial a bénéficié
thétiques. tion et exécution. finis - Choix des logiciels de la convergence de trois modèles
Les principaux chargements de la Pour appréhender le plus finement pos- de calcul distincts.
structure sont : 6- Normal stress sible le fonctionnement structurel de la à Des modélisations aux éléments
à Le poids propre des différents élé- envelopes in the passerelle, le Bureau d’Études s’est finis pour des vérifications de
final phase.
ments ; appuyé sur 3 types de modélisations : phénomènes locaux (  diffusion
7- Evolution of
à Les circulations piétonnes statiques prestressing in à Le comportement général de la des contraintes de compression
et dynamiques ; the design and structure a été étudié à l’aide d’un et tractions locales au droit des
à Les chargements climatiques ( vent, execution phase. modèle filaire réalisé avec le logiciel fenêtres de vue, diffusion des efforts
température, neige ) ; ST1. Compte tenu de la très forte concentrés au droit des voussoirs
d’appuis ). Pour étudier ces phé-
nomènes locaux, des modèles aux
éléments finis 3D ont été réalisés
Contraintes normales enveloppes en phase définitive à l’aide du logiciel Robot Structural
Analysis.
à Enfin, pour étudier qualitative-
ment le comportement attendu, et
contrôler les résultats des modèles
numériques, il a été fait utilisation
de modèles simplifiés calculés
manuellement sur Excel.
Le modèle ST1 permet de prendre
en compte non seulement le phasage
général de la structure afin de déter-
miner au mieux la précontrainte mais
aussi l’évolution des caractéristiques
des matériaux et notamment le fluage
des BFUP. Les pertes de précontraintes
sont calculées automatiquement par le
logiciel. Dans ce modèle, chaque vous-
soir est modélisé par 4 barres soit un
total de 196 barres. Les charges appli-
quées à la structure sont ramenées au
centre de gravité de la section ( ce qui
correspond à la position des barres
modélisant les voussoirs ).
6
© DR

Premiers résultats
des calculs
Évolution de la précontrainte Les vérifications des contraintes nor-
en phase conception et exécution males respectent bien les limites régle-
mentaires ( figure 6 ) :
à Compression limitée en service à
0,6 x f c j = 99 MPa ;
à Traction limitée à :
- Zone BSI ® à f t j soit : - 4,25 MPa,
- Zone de joints : 0 MPa.
En revanche, il est apparu un pro-
blème majeur pour la justification de la
structure sous sollicitations tangentes
( efforts tranchant et moment de tor-
sion ). En effet, la torsion générée par
la poutre courbe sous chargement ver-
tical seul est supérieure à la capacité
résistante de la section.
La part principale de ce moment de tor-
sion est due aux charges permanentes
largement prépondérantes sur cette
7
© DR

structure.

Juin 2015 Travaux n° 915 29


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

8
© Karine WARNY

Les premiers résultats conduisent à de plus petites unités 7 T 15 S en 8- Travée centrale à Décintrage de la travée centrale ;
une contrainte de cisaillement maxi- fibre supérieure. de la poutre. à Mise en tension des câbles longs
male dans les âmes de 14,85 MPa aux Le phasage du modèle de calcul 9- Respect du supérieurs ( 9 et 10 ) ;
ELS et un critère de cumul de torsion reprend évidemment les différentes critère de cisaille- à Mise en tension des câbles courts
ment aux ELS
et de tranchant selon les règles AFGC étapes de mise en place de la struc- caractéristiques à sur appuis ( 5, 6 et 105, 106 ) ;
BFUP 2013 ( basée sur les Eurocodes ) ture : la fin des études à Pose des dalles de passerelle et des
de 1,22, largement supérieur à 1. à Mise en place des voussoirs, des d’exécution. gardes corps.
Il a donc fallu modifier le tracé de la supports et des casquettes ; Les ancrages actifs sont mis en place
précontrainte afin de maximiser la com- à Mise en tension symétrique des 8- Centre span à proximité des zones de torsion maxi-
pression au droit des zones de torsion câbles 1 à 4 ; of the beam. male ce qui permet de limiter l’in-
maximale et de rééquilibrer au maxi- à Clavage des appuis définitifs inter- 9- Compliance fluence des pertes de précontrainte
mum les deux pics de torsion positifs médiaires et décintrage des travées with the shear cri- par frottement. Cela rend également
terion in characte-
et négatifs. de rive ; ristic SLS's on plus facile l’accessibilité à la structure,
Toutefois, cet ajustement de la précon- à Mise en tension des câbles infé- completion of the les ancrages actifs étant plus proches
trainte ( figure 7 ) entre les deux phases rieurs ( 7 et 8 ) de la travée centrale detailed design. des extrémités.
de conception et d’exécution était
encore insuffisant pour justifier règle-
mentairement l’ouvrage. Il s’est avéré
nécessaire de redistribuer les portées Respect du critère de cisaillement aux ELS caractéristiques
des trois travées, en accord avec
l’architecte, en réduisant la longueur à la fin des études d’exécution
de la travée centrale à 56 m environ
( figure 8 ). L’équilibrage des 3 travées
est alors mieux assuré ( 28,33 - 56 -
37,9 ) et l’effet est extrêmement favo-
rable car la torsion naturelle générée
par la poutre courbe est diminuée de
50 %.

Modélisation définitive
Le câblage finalement retenu pour la
structure se décompose de la façon
suivante ( figure 7 ) :
à Une précontrainte filante impor-
tante de 4 x 19 T 15 S ( 2 en fibre
supérieure, 2 en fibre inférieure ) -
Câbles 1 à 4 ;
à Des câbles longs 2 x 19 T 15 S
( Câbles 7 & 8 ) en partie inférieure
de la travée centrale ;
à Des câbles courts ( Câbles 5 / 6 et
9
© DR

105 / 106 ) et longs ( Câbles 9 & 10 )

30 Travaux n° 915 Juin 2015


Le contre-calcul du Cerema a mis en à Résistance du béton seul, celle-ci Les paramètres de calcul pris en étude des voussoirs-
évidence des comportements locaux étant majorée dans le cas d’un compte considèrent une surface de fenêtres
de torsion complémentaire à proximité béton comprimé ; reprise la plus lisse possible. Les voussoirs-fenêtres présentent des
des ancrages initialement disposés à Résistance des fibres métalliques ; Cette méthode de calcul, mise au point ouvertures de 3 m de haut sur une lon-
sur la face intérieure de l’anneau : les à Résistance éventuelle des arma- avec le Cerema, est identique à celle gueur moyenne de 80 cm placées dans
ancrages ont donc été rentrés dans tures passives : dans notre cas, en appliquée pour la justification du viaduc la structure précontrainte. Au niveau de
l’espace disponible des caissons. section courante, ces armatures de Compiègne constitué d’un tablier ces voussoirs, toutes les contraintes
Les câbles courts ont pour effet de sont inexistantes, cette valeur est réalisé à l’aide de voussoirs préfabri- sollicitant la structure doivent passer
rééquilibrer les pics de torsion et de donc nulle. qués mis en place à l’avancement. dans les linteaux supérieurs et infé-
garantir une compression maximale au La vérification des plans de contact Les « clés de cisaillement » ne sont rieurs d’épaisseur 35 cm environ. Leur
droit de ces mêmes pics. de voussoirs a été menée en consi- plus alors que des éléments de cen- justification s’est faite en 3 étapes :
Basée sur les notions présentées dans dérant les justifications relatives aux trage des voussoirs lors de leur mise à Dans un premier temps, l’influence
l’Eurocode 2, la justification sous sol- surfaces de reprises de bétonnage de en place. de ces ouvertures sur le compor-
licitations tangentes de la structure, l’Eurocode 2, en bénéficiant de l’effort En effet, les voussoirs étant posés sur tement général de la poutre a été
( guide AFGC BFUP 2013 ) ( figure 9 ) fait de compression due à la précontrainte cintre, il n’y a pas d’effort sur les clés appréhendée. Cette étude a montré
intervenir 3 paramètres : longitudinale. en phase provisoire. que ces fenêtres ont une influence
faible sur le fonctionnement d’en-
semble de la passerelle, grâce à
leur positionnement éloigné des
Modèle de bielles-tirants 10- Modèle de pics de torsion.
pour la transmission de la précontrainte dans les voussoirs- fenêtres bielles-tirants à Dans un second temps, les princi-
pour la trans- paux flux de contraintes au voisi-
mission de la nage de ces fenêtres ont été étu-
précontrainte diés. La principale action sollicitant
dans les vous-
soirs-fenêtres. ces voussoirs est l’effort normal
11- Modélisation de précontrainte, qui passe d’une
3D des ancrages répartition diffuse sur toute la hau-
de précontrainte. teur du voussoir en section courante
à une répartition concentrée sur
10- Strut-and- les linteaux au niveau de la fenêtre.
tie model for La transition entre ces deux états de
transmission contrainte passe par une bielle de
of prestressing
in the window compression équilibrée par un tirant
segments. au niveau de la paroi des fenêtres
11- 3D model ( figure  10 ).
of prestressing à Enfin dans un troisième temps, le
anchors. voussoir et les efforts sollicitant en
trois dimensions ont été modélisés
sur Robot, de façon à recouper les
10 estimations du modèle par bielles-
© DR

tirants et à déterminer le ferraillage


Modélisation 3D des ancrages de précontrainte nécessaire dans les cloisons. Les
principaux résultats sont les sui-
Voussoirs V110R et V109R
vants :
- Compression maximale dans le
linteau supérieur aux ELS carac-
téristiques : environ 80 MPa,
- Traction maximale dans les parois
aux ELS caractéristiques : environ
- 20  MPa.
Pour justifier ces voussoirs, le BSI ® a
été mis à contribution au maximum de
ses possibilités réglementaires : d’une
part en compression ( 90 MPa maxi-
mum aux ELS caractéristiques ), d’autre
part en traction ( mobilisation des fibres
dans les parois ), et enfin pour réduire
la longueur d’ancrage des aciers com-
plémentaires, ce qui a permis de pla-
cer 14 HA32 dans chacune des parois
sans gêner le passage des câbles.

Étude dynamique
L’étude dynamique de l’ouvrage com-
11
© DR

porte deux volets distincts :

Juin 2015 Travaux n° 915 31


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

12
© Karine WARNY

à D’une part, la justification de la à Catégorie d’importance de l’ou- 12- Vue aérienne Étude de confort sous charge-
structure sous sollicitations sis- vrage : II, du site avec la ment dynamique de foule
nécropole Notre-
miques ; à Zonage sismique : 2 ( faible ), Dame-de-Lorette. Parmi les adaptations apportées en
à D’autre part, la vérification des cri- à Classe de sol : C, 13- Synthèse sur phase d’exécution, la libération des
tères de confort dynamique sous à Méthode d’analyse spectrale. maquette 3D. déplacements horizontaux au niveau
chargement piétonnier. Cette étude a montré que les sollici- de l’appui B fût l’une des plus impac-
Modèle éléments finis tations sismiques ne sont dimension- 12- Aerial view tantes. Cette modification a permis de
pour l’analyse dynamique nantes ni pour la passerelle, ni pour of the site with laisser respirer la structure, diminuant
La poutre courbe a été modélisée sur les fondations de l’ouvrage. the Notre-Dame- nettement les contraintes internes et les
de-Lorette
Robot Structural Analysis, sous la forme Ce résultat s’explique notamment par necropolis. réactions aux appuis. Mais ce fut au
d’un modèle filaire avec des masses le zonage sismique faible et la classe 13- Synthesis prix d’une diminution des fréquences
excentrées au niveau des casquettes de sol. on 3D mock-up. propres, plaçant l’ouvrage dans la plage
et de la plateforme. La raideur du sol de risques de mise en résonance sous
sous appuis a été négligée, ce qui est © DR chargement de foule.
une hypothèse défavorable pour l’étude Les hypothèses suivantes ont été consi-
sismique puisque cela tend à suresti- Synthèse sur maquette 3D dérées :
mer la raideur des appuis. Ce modèle à Ouvrage de classe III, correspondant
a permis de déterminer les modes à une passerelle normalement uti-
propres de la poutre, à partir desquels lisée, pouvant parfois être utilisée
ont été menées aussi bien l’étude sis- par des groupes importants mais
mique que l’étude de confort piétonnier. sans jamais être chargée sur toute
Cette étude a mis en évidence des sa surface ;
modes de vibrations complexes, mêlant à Pression dynamique de base de
déplacements horizontaux, verticaux et 0,6 kPa par piéton ;
de torsion. Les 11 premiers modes à Raideur du sol négligée ;
sollicitent 80 % de la masse modale à Coefficient d’amortissement critique
horizontale, et les 20 premiers 95 %. ξ = 0,6 %. Cette valeur résulte des
Par ailleurs, il a été constaté que le pre- retours d’expériences sur d’autres
mier mode ( horizontal ) et le troisième passerelles en BFUP précontraint.
mode ( vertical ) se situent dans la plage Cette hypothèse est plus contrai-
de risque de mise en résonance par gnante que celle proposée par le
les piétons, conduisant à vérifier les guide Cerema qui suggère ξ = 1 %
critères de confort sous sollicitation pour un ouvrage en béton précon-
dynamique. traint.
Étude sismique Sur la base de ces hypothèses, les
Pour étudier le comportement de la sollicitations dynamiques horizon-
passerelle au séisme, les hypothèses tales engendrent des accélérations
suivantes ont été prises : 13 de l’ordre de 0,08 m/s 2, valeurs infé-

32 Travaux n° 915 Juin 2015


rieures au seuil de synchronisation for- les processus de réalisation des plans. frage, permettant de concevoir les mise en place des dispositifs provisoires
cée ( 0,10 m/s 2 ) au-delà duquel, dans Ce mémorial à la géométrie complexe abouts de coffrage spéciaux sous forme ( brélage des voussoirs après encollage
un phénomène auto-amplificateur, les fut l’occasion de franchir un pas de plus d’un dispositif de tôle pliée. Les abouts de la face ).
vibrations de la structure poussent les dans la troisième dimension. de positionnement d’ancrage ont pu
piétons à caler leur cadence sur ces Les modèles 3D de la structure ont été être fabriqués directement par une Conclusion
dernières. Verticalement, le troisième effectués sous Inventor version 2014 machine à commandes numériques Grâce à un dialogue constant et
mode est susceptible d’engendrer des d’Autodesk. en exploitant le modèle des voussoirs. constructif avec tous les intervenants
accélérations d’environ 0,80 m/s 2, ce La maîtrise du logiciel liée à une utili- Les échanges de fichier ont été réalisés du projet, les études ont pu être
qui place la structure dans la plage de sation régulière a permis de valider un avec le format « .step ». menées à bien et le chantier finalisé
confort moyen. certain nombre de points singuliers du La 3D s’est révélée également très per- dans le délai très court annoncé. Les
De son côté, le contre-calcul du projet. formante dans la synthèse des inserts études d’exécution de ce projet ont per-
Cerema a déterminé des accélérations Comme indiqué plus haut, les études à prévoir en interface avec le lot n° 2 mis au bureau d’études de franchir une
moins importantes encore, confirmant menées conjointement avec le Cerema ( figure 13 ) ( Éléments métalliques : nouvelle étape dans l’évolution numé-
qu’il n’était pas nécessaire de mettre ont révélé la nécessité de mettre en Tôles et gardes corps de rive réalisés rique du déroulement de l’ingénierie
en place des amortisseurs dynamiques place la précontrainte à l’intérieur du par Citynox ) et ceux nécessaires à la pour des projets à forte complexité. m
comme c’est souvent le cas pour des caisson. Les 24 ancrages de précon-
passerelles piétonnes. Cet écart s’ex- trainte ( figure 11 ) ont donc tous été
plique notamment par la prise en modélisés en 3D ainsi que les vérins
compte de la raideur du sol dans leur
modèle.
de mise en précontrainte afin de valider
la solution.
Intervenants
La marge de manœuvre pour les vérins Maîtrise d’Ouvrage : • Conseil Régional Nord–Pas-de-Calais
La 3D au cœur des études de 19 T15 S était inférieure à 2 cm. • Direction des grands équipements
d’exécution La 3D a permis une modélisation pré- Maîtrise d’Œuvre : Aapp-Agence d’architecture Philippe Prost
Dans le domaine du génie civil, les cise qui a été validée à l’usine dans les Paysagiste : David Besson Girard
plans sont à la base du processus voussoirs par une maquette simplifiée
Économiste : Bureau Michel Forgue
de transmission de l’information des du vérin.
Par ailleurs, ces modélisations se sont Structure : C & E ingénierie
études vers le chantier. Des années de
pratique, et l’expansion de logiciels de révélées des plus précieuses dans Fluides et HQE : Bureau Louis Choulet
DAO 2D ont contribué à standardiser l’échange avec les fabricants de cof- Artiste lumière : Yann Toma - Ouest Lumière
Graphiste typographe : Pierre Di Sciullo
Bureau de contrôle : Btp Consultant
Coordinateur sécurité : Becs
Quelques chiffres
7 500 h de travail en génie civil (hors fabrication BSI  ) ®
Les entreprises
700 m  de béton mis en place sur site
3
LOT 1 : Groupement Eiffage TP & Eiffage Énergie
125 m  de BSI  précontraint (voussoirs préfabriqués)
3 ®
• Génie Civil : Eiffage TP
80 m  de BSI  non précontraint (voussoirs uniquement)
3 ®
• Études d’exécution : Dmi-Biep
90 t d’armatures passives • BSI ® et Précontrainte : Viapontis
17 t d’armatures de précontrainte •C  ourant fort, courant faible, éclairage, alarme :
Eiffage Énergie
1 195 éléments préfabriqués en BSI  ®
LOT 2 :
Plus de 300 luminaires et plus d’1 km de câbles électriques • Panneaux gravés et gardes corps : Citynox

abstract
International Memorial Memorial Internacional
of Notre-Dame-de-Lorette. de Notre-Dame-de-Lorette.
Structure verification and Estudios de justificación de la obra
project adjustment studies y adaptación del proyecto
Jérémie BURLOT, Eiffage TP DMI - BIEP – Richard PETIT, Eiffage TP DMI - BIEP – Jérémie BURLOT, Eiffage TP DMI - BIEP – Richard PETIT, Eiffage TP DMI - BIEP –
Philippe JANDIN, CTOA - CEREMA – Jérôme MICHEL, CTOA - CEREMA Philippe JANDIN, CTOA - CEREMA – Jérôme MICHEL, CTOA - CEREMA

The Notre-Dame-de-Lorette memorial is one of the first structures in El memorial de Notre-Dame-de-Lorette es una de las primeras obras
UHPFRC (BSI ®) to have been verified according to the 2013 UHPFRC realizadas con hormigón reforzado con fibras de muy alta resistencia ( BSI ®)
recommendations of French civil engineering association AFGC. This prestressed justificada según las recomendaciones AFGC BFUP 2013. Esta estructura curva
curved structure, produced from prefabricated BSI ® segments, was verified pretensada realizada a partir de dovelas prefabricadas de BSI ®, se ha justificado
making perfect use of the material's properties under shear loading. The use utilizando perfectamente las características del material bajo tensiones
of a 3D tool made it possible to go one step further in the digital development tangenciales. La utilización de la herramienta 3D permitió superar una etapa en
of design engineering work. This was an architectural challenge for both detailed la evolución digital del desarrollo de la ingeniería de estudio. Este reto arquitectónico
design and execution. m se encuentra tanto a nivel de los estudios de ejecución como de la realización. m

Juin 2015 Travaux n° 915 33


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

1
© DVVD / Cyril Sancereau

Construction de la passerelle
de Villetaneuse Université
AuteurS : Daniel Vaniche, architecte-ingénieur, DVVD - Vincent Dominguez, architecte-ingénieur, DVVD -
Bertrand Potel, architecte-ingénieur, DVVD - Louis Ratajczak, ingénieur, DVVD

Le pôle d’échanges de Villetaneuse-Université, très attendu, devient une réalité. Sa création, utile
au développement de la ville, accroît toutefois la coupure urbaine entre le nord et le sud, du fait
de la concentration de réseaux et de voies de circulation qu’il engendre. Conçue par l’agence DVVD,
la passerelle qui enjambe ces flux est un élément clé de ce projet. Retour sur les 18 mois de chan-
tier de cet ouvrage hors normes, plusieurs fois primé.

Présentation du projet la Grande Ceinture. Un grand nombre 1- Projet Les principes simples évoqués ci-des-
La ville de Villetaneuse s’inscrit dans un de réseaux se concentre en effet à cet terminé. sus ont fortement orienté les choix
territoire populaire de la Seine-Saint- endroit : architecturaux et les solutions tech-
Denis. Les infrastructures de transports à Une double voie ferroviaire dite GC 1- Completed niques qui les sous-tendent.
collectifs y font cruellement défaut, alors « grande ceinture » existante ; project. L’ouvrage intègre ainsi les intentions
même que la présence de l’Université à Une double voie ferroviaire RER dite de belvédère et de circulation fluide
Paris 13 génère une demande forte. TN « Tangentielle Nord », en créa- et continue. Plus encore, son archi-
Dans ce contexte, le pôle d’échanges tion avec une future gare ; tecture est inséparable de l’idée d’une
multimodal de Villetaneuse-Université à Une double voie ferroviaire tramway nord au sud le faisceau ferroviaire et déformation du sol, qui semble s’être
est très attendu. pour la nouvelle ligne T8 ; routier. Elle ouvre l’accès à la gare et soulevé pour échapper aux voies et à
Utile au développement de la ville, sa à Une route deux fois une voie ( D25 ). crée du lien entre quartiers, fluidifiant leurs gabarits.
création accroît toutefois la coupure La nouvelle passerelle enjambant ces les échanges. Elle constitue un point Ce mouvement s’exprime tant sur sa
urbaine historique nord / sud qui existe flux est donc un élément clé de ce de repère urbain, que l’on emprunte de longueur, pour enjamber les voies, que
depuis la création des voies ferrées de projet de PEM. Droite, elle enjambe du façon naturelle ( figure 2). sur sa largeur, pour venir protéger les

34 Travaux n° 915 Juin 2015


2- La passerelle
en son site.
3- Prototype avec
consoles acier.
4- Profilés des
travées princi-
pales.
5- Sous-face
acier de la travée
principale.

2- The foot
bridge on its site.
3- Prototype with
steel cantilever
girders.
4- Sections for
© EPA / P. Guignard

main spans.
5- Steel under-
side of the main
span. 2

piétons des caténaires sur les côtés et à L’accessibilité aux Personnes à En élévation l’ouvrage est courbe, se d’une rampe accessible aux pous-
de la pluie au-dessus d’eux : la pas- Mobilité Réduite ; libérant des gabarits SNCF, véhicules settes et aux vélos poussés à la main.
serelle prend une forme végétale, telle à La sécurité des personnes, mais et RATP : Le tablier s’élargit à la clé, par la réu-
une feuille qui s’enroule et se déroule aussi des trains et tramways ; à Avec deux escaliers à pente nion de la rampe et de l’escalier en une
le long de la traversée. à L’utilisation de matériaux résistants, constante ( avec paliers ) inscrits seule rampe. La géométrie s’évase,
Les aspects de sols ( rampe et escalier ), chaleureux et de maintenance aisée dans la courbe générale ; créant le belvédère souhaité.
de récupération des eaux, de garde- ( bois exotique, acier inoxydable, à Grâce à sa partie haute en rampe
corps, de protection caténaire, de etc.) ; d’un ascenseur à l’autre, avec 18 mois de chantier
toiture et de support d’éclairage sont à L’intégration d’un éclairage tant une pente réduite à 2 % pour Au vu de la complexité du site, les choix
ainsi réunis. fonctionnel que de mise en valeur ; permettre un raccordement à la des modes constructifs ont été intégrés
Ont également été pris en compte : à Le raccordement avec le bâtiment gare sur une horizontale, tout en dès la conception.
à Une démarche de qualité environ- voyageurs et l’intégration du local respectant les normes PMR. La passerelle est constituée de trois
nementale ; RATP. Les emmarchements sont complétés travées continues de 40, 75 et 50 m,

3
© DVVD architectes ingénieurs

4 5

Juin 2015 Travaux n° 915 35


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

pour une longueur totale de 165 m. tion fut, pour le chantier, une contrainte serelle a conduit la maîtrise d’œuvre tions des culées nord et sud, fon-
Leur poids respectif est 120, 190 et majeure. et le CSPS à limiter les opérations dées sur pieux forés BA de diamètre
140 t, pour un poids global de 450 t Pour intervenir à moins de 3 m des postérieures à la pose de la travée 1 000 mm ;
d’acier. Son fonctionnement structurel voies, il était indispensable d’obtenir sud, afin d’éviter les risques de chute à Réalisation des piles d’appui nord
est le suivant : une poutre continue de la part de la SNCF des interceptions d’objets sur les opérateurs du chantier et sud, également fondées sur
de 165 m, sur appuis glissants à ses de trafic. du tramway. pieux forés BA, mais de diamètre
extrémités. Cette poutre est supportée La maîtrise d’ouvrage, la maîtrise Les zones de chantier nord et sud per- 1 200  mm.
par deux piles intermédiaires, réalisées d’œuvre et la SNCF ont donc calé un mettaient l’assemblage des éléments Les piles d’appui avaient la particula-
en béton armé, qui remplissent égale- calendrier d’ITC très en amont du chan- de travée, mais avec très peu de marge rité de servir également de gaines en
ment le rôle de gaine des ascenseurs. tier ( dès 2010 ), dont deux week-ends disponible. Les travaux de génie civil BA des ascenseurs de l’ouvrage. Cette
Un appui sur pile est glissant, l’autre complets dédiés à la pose de la travée ( phase 1 ) ont donc été réalisés préala- spécificité a nécessité de reprendre
est articulé, constituant le point fixe de centrale. Afin de respecter les plages blement aux travaux d’assemblage des dans les voiles BA de la gaine les
l’ouvrage ( figures 3, 4 et 5 ). d’ITC dévolues au chantier, l’équipe de travées de charpente ( phase 2 ). efforts des consoles en acier supportant
Les différents réseaux à enjamber ont maîtrise d’œuvre a privilégié l’assem- les appuis de l’ouvrage. Pour respecter
en effet fixé des contraintes fortes : la blage des tronçons les plus grands Phase 1 l’exigence architecturale de finesse des
voie ferroviaire « Grande Ceinture », la possibles sur chantier, en amont du Les travaux de la phase 1 se sont piles, l’entreprise a utilisé des tirants
double voie de la départementale D25, week-end de pose. déroulés durant le premier trimestre en acier précontraints ( type Macalloy )
la ligne de tramway T8 en construc- Par ailleurs, la co-activité du chantier 2011 ( figures 6, 7 et 8 ) : pour transmettre ces efforts dans les
tion, ainsi que la prise en compte de la du tramway T8 avec celui de la pas- à Réalisation des massifs de fonda- voiles BA ( figures 9, 10 et 11 ).
future ligne RER tangentielle associée
à sa gare.
De plus, la ligne Grande Ceinture est
une ligne de transport de fret avec une
circulation principalement nocturne et
avec un maintien de l’alimentation élec-
trique des lignes caténaires 24h / 24.
La réalisation de l’ouvrage au-dessus
de ces voies ferroviaires en exploita-

6- Appui des
culées avant
bétonnage final.
7- Mise en place
et réglage des
appuis glissants 6
avec ferraillage
associé.
8- Bétonnage
final des appuis
glissants des
culées.
9- Pile intermé-
diaire et gaine 9
d'ascenseur.
10- Bracons
avant mise en
place et peinture.
11- Articulation
des bracons.

6- Support for
abutments before 7
final concreting.
7- Installation
and adjust-
ment of sliding 10
supports with
associated rein-
forcing bars.
8- Final concre-
ting of the abut-
ments' sliding
supports.
© DVVD architectes ingénieurs

9- Intermediate
pier and lift shaft.
10- Bracing be-
fore installation
and painting.
11- Links
between braces. 8 11

36 Travaux n° 915 Juin 2015


12
© DVVD architectes ingénieurs

Phase 2 12- Pose du sité la mise en place d’une grue de mais de nombreuses retouches de
Les travaux de la phase 2 se sont 1er tronçon (sud) 800 tm, assistée d’une grue de 150 tm. peinture ont été réalisées sur place, en
de la travée particulier les zones de soudure entre
déroulés durant les deuxième et troi- principale. L’amené des contrepoids pour la grue
sième trimestres de l’année 2011 et se de 800 tm a nécessité l’utilisation de tronçons assemblés. Ces retouches ont
13- 2 e tronçon
sont terminés avec la pose des travées (nord) de la tra- 11 semi-remorques. pu être effectuées lors de la période
centrales durant le week-end des 23 et vée principale. La pose s'est déroulée sous intercep- estivale afin de garantir leur pérennité.
24 juillet, week-end d’interception de 14- Pose du tion ferroviaire et consignation des caté- La peau extérieure en bois Ipé des tra-
trafic ferroviaire. Les travaux de génie 2 e tronçon (nord) naires durant le week-end des 23 et 24 vées principales a été mise en œuvre
civil terminés, l’assemblage des colis en de la travée juillet 2011, tout comme l’opération de préalablement au week-end de pose,
acier ( ne dépassant pas 20 m de long principale. soudure des 2 tronçons. Deux ateliers afin de limiter les interventions ulté-
pour des raisons d’accessibilité du site ont travaillé en 3 / 8 durant ce week- rieures au-dessus des caténaires des
par convoi routier ) a pu débuter simul- 12- Placing the end pour réaliser les soudures pleine voies de la grande ceinture. Celle de
first (southern)
tanément sur les zones de chantier section of the pénétration de raboutage des profilés la travée sud a également été posée
nord et sud dès le mois de mars 2011. main span. principaux. Il est à noter que cer- durant la phase 2, afin de limiter la
La priorité d’assemblage a été donnée 13- Second taine semelles des profilés à rabouter co-activité avec le chantier du tramway.
à la travée principale, seule concer- (northern) sec- atteignaient 120 mm d’épaisseur
née par le week-end d’intercep- tion of the main ( figures 12, 13 et 14 ). Phase 3
tion ferroviaire. Pour des raisons de span. Durant la phase 2, les travées d’extré- La phase 3, de septembre 2011 à mai
poids, celle-ci, longue de 75 m, a été 14- Placing mité ont également été assemblées et 2012, a consisté à la mise en place de
the second
assemblée en 2 éléments respective- (northern) sec- posées sur leurs appuis définitifs. l’ensemble des finitions de l’ouvrage :
ment de 35 m ( 82 t ) et 40 m ( 108 t ). tion of the main La peinture ( primaire et couche de fini- consoles acier, dalle béton connectée
Le levage de ces 2 éléments a néces- span. tion ) a été réalisée chez le charpentier, puis étanchée, marches en béton armé,
© DVVD architectes ingénieurs

13 14

Juin 2015 Travaux n° 915 37


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

bardage et platelage bois ( ipé ) sur l’ou-


vrage, filet inox anti-jet au-dessus des 15- Bac acier
garde-corps. dalle connectée :
La dalle connectée en béton armé a escaliers.
été coulée après la pose de la travée 16- Pose du
principale pour des raisons de poids bardage bois
maximum de levage. Pour la même extérieur.
raison, la majorité des consoles acier, 17- Pose du
bardage bois
pièces en caisson reconstitué soudé, intérieur.
de forme cintrée, ont été posées après 18- Pose
le coulage de la dalle béton.

© DVVD architectes ingénieurs


du platelage.
Dans les escaliers, l’entreprise a utilisé 19- Pose
un béton auto-plaçant en raison des du platelage
pentes de ceux-ci ( 17 % ). des marches.
L’étanchéité de la dalle connectée est
constituée d’une membrane polyuré- 15- Connected
thane. Pour garantir la continuité de 15 slab steel dec-
l’étanchéité après la pose des omegas king: stairs.
aluminium supports de lames de plate- 16- Placing
exterior wooden
lage, une étanchéité par flashing a été de choisir à la fois un revêtement Dans un souci de respect de l’environ- cladding.
appliquée sur les vis de fixations de ces pérenne sur 20 à 25 ans, sans entre- nement, la maîtrise d’œuvre a imposé 17- Placing
omegas. tien, et d’éviter tout risque de glissance. l’utilisation de bois Ipé de Guyane issu interior wooden
Les marches ont été réalisées en béton Les seuls bois permettant de satisfaire de plantations maîtrisées, dont la pro- cladding.
préfabriqué, sur l’étanchéité de la dalle ces objectifs sont des bois exotiques, venance peut être vérifiée ( certification 18- Placing
connectée ( figure  15 ). de type Ipé. L’emploi de ce type d’es- FSC ). the decking.
La passerelle est entièrement revêtue sence noble, de durabilité 4- 5 ( classe Le platelage, les marches des escaliers 19- Placing
de bois. L’essence de bois a été choisie maximale ) garantit la pérennité de et les rampes associées ont nécessité step decking.
avec une grande attention. Il s’agissait l’ouvrage. l’utilisation de 60 m 3 de bois Ipé de

16 17
© DVVD architectes ingénieurs

18 19

38 Travaux n° 915 Juin 2015


© DVVD architectes ingénieurs

20 21

Guyane, en lames de 40 mm d’épais- Pour la pérennité de l’ouvrage, outre le sité une découpe sur chantier de
20- Platelage :
seur, soit une surface de 1 200 m 2. plots podo- choix de l’Ipé, des inserts et des vis inox l’ensemble des lames de bardage et
Le bardage ( peau extérieure ) a néces- tactiles. pour la fixation des lames de bardage platelage.
sité 36 m 3 d’Ipé de Guyane, en lames 21- Maille et platelage ont été retenus. Cependant, La reprise de certains éléments de bar-
de 20 mm d’épaisseur, soit une surface anti-jet. la dureté des lames en Ipé, ainsi que la dage extérieur a également nécessité
de 1 800 m 2 ( figures 16 à 21 ). difficulté de pose des inserts dans les des travaux sous interceptions caté-
Cette prédominance du bois dans l’en- 20- Decking: omegas aluminium ont singulièrement naires SNCF, avec des nacelles téles-
veloppe du projet, bardage et platelage, tactile paving allongé les durées de pose. copiques.
ainsi que sa complexité géométrique, surfaces. C’est la raison pour laquelle la phase 3 Au final, il a fallu dix-huit mois pour réa-
ont demandé une exigence de pose et 21- Net for a duré plus de 8 mois, avec l’inter- liser cet ouvrage de grande ampleur.
de calepinage de la part de l’entreprise protection vention de 2 ateliers de pose à temps La passerelle a été ouverte au public en
against thrown
plus proche de la marqueterie que du objects. plein. Les multiples coupes d’onglet et mai 2012, et officiellement inaugurée
bardage bois classique. les raccords de géométrie ont néces- le 23 juin 2012 ( figure 1). m

quantités intervenants
Longueur : 156 m Lieu : Villetaneuse, France (93)
Poids acier : 450 t Maître d’ouvrage : EPA Plaine de France
Architectes : DVVD (Daniel Vaniche, Vincent Dominguez, Bertrand Potel)
Budget : 5 000 000 euros
Ingénieurs : DVVD (Daniel Vaniche, Vincent Dominguez, Bertrand Potel,
Réalisation : 18 mois (2010-2012) Louis Ratajczak)
Prix : A+ Awards, catégorie Architecture+Mobility, Trophées du Jury et du Entreprise charpente : Brisard Grands Travaux
Public (New York, 2013) ; Trophée Batiactu Construction et Innovation (2013) Entreprise gros œuvre : Demathieu et Bard

abstract
Construction of the Villetaneuse- Construcción de la pasarela
Université foot bridge de Villetaneuse Université
D. Vaniche, DVVD - V. Dominguez, DVVD - B. Potel, DVVD - L. Ratajczak, DVVD D. Vaniche, DVVD - V. Dominguez, DVVD - B. Potel, DVVD - L. Ratajczak, DVVD

This foot bridge, 165 m long, straddles a node on several major transport Con una longitud de 165 m, esta pasarela atraviesa una concentración de
networks. It was created as part of the development of the Villetaneuse- varias redes de transporte importantes. Su creación está relacionada con el
Université communications hub in response to the need to eliminate the desarrollo del intercambiador Villetaneuse Université y responde a la necesidad
discontinuity between the northern and southern parts of the city. Inaugurated de comunicar el norte y el sur de la ciudad. Inaugurada en junio de 2012,
in June 2012 after eighteen months of work in stages complicated by the después de dieciocho meses de varias fases de obras complejas que tuvieron
constraints involved notably in crossing the railway network, this steel and que hacer frente a dificultades debidas, en particular, al cruce de la red
wooden structure designed by the DVVD agency has received several awards ferroviaria, esta estructura de acero y madera, diseñada por la agencia DVVD,
for its technical and architectural quality. m ha recibido varios premios por su calidad técnica y arquitectónica. m

Juin 2015 Travaux n° 915 39


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

1
© EIFFAGE TP Grands Travaux

Échangeur de la Pointe
des Sables en Martinique.
Construction d’un viaduc
précontraint coulé sur cintre
AuteurS : Marco NOVARIN, Chef département études Ouvrage d’Art, EIFFAGE TP / DMI BIEP - Jonathan STAMP, Ingénieur d’études
Ouvrages d’Art, EIFFAGE TP / DMI BIEP - Guillaume DUMONTET, Directeur de Travaux, EIFFAGE TP Grands Travaux - Sébastien LEBRANCHU,
Gérant COFFRAGE&QUIPAGE

Le projet s’inscrit dans le cadre de l’aménagement, programmé par la Région Martinique, de l’échan-
geur de la Pointe des sables en vue de permettre le passage de la future ligne de Bus à Haut Niveau
de Service (BHNS) qui reliera à l’horizon 2015 Fort de France à l’aéroport du Lamentin. Pour fluidifier
le trafic, la voie de bus (TCSP) et les deux bretelles existantes seront dénivelées en un viaduc de 740 m
de long, constitué d’un tablier en caisson précontraint coulé en place. Le présent article décrit plus
en détail la phase d’exécution du viaduc : la variante réalisée, les méthodes spécifiques d’exécution
et le déroulement des travaux.

description à Le tablier B ( bretelle de sortie pour 1- Vue d’ensem- Piles


de l’ouvrage accès au Port ) présente une lon- ble du viaduc Les piles en béton C35 /45 ( d’une hau-
L’ouvrage se compose de trois tabliers gueur totale de l’ordre de 218 m et précontraint en teur variable de 4,20 m à 6,40 m ) sont
distincts en béton précontraint coulés il est appuyé sur 7 piles ( P2 à P8 ) cours de cons- fondées soit sur semelles superficielles
truction, mai
sur cintre, notés A, B et C, chacun des- et 2 culées ( C1 et C9 ) ; 8 travées : 2015. en béton C25 / 30 de 9 m x 5 m x 1,5 m
servant un type de circulation et une 25 m + 5*30 m + 18 m + 25 m ; d’épaisseur ( 12 appuis ), soit sur pieux
direction particulière ( figure 2 ) : à Le tablier C ( bretelle de sortie pour ( Ø 1 200 mm - 15 m de long ) réalisées
1- General view
à Le tablier  A ( voie TCSP ), d’un accès à l’hôpital ) présente une lon- of the pres- à la tarière avec foreuse montée sur
linéaire de 320  m environ, est gueur totale de l’ordre de 170  m tressed viaduct grue à chenille ( 8 appuis ).
appuyé sur 10 piles ( P2 à P11) et et est appuyé sur 5 piles ( P2 à P6 ) in course of
2 culées ( C1 et C12 ) ; 11 travées : et 2 culées ( C1 et C7 ) ; 6 travées : construction, Culées
25 m + 9*30 m + 25 m ; 25 m + 4*30 m + 25 m. May 2015. Les culées en béton C35 /45 sont

40 Travaux n° 915 Juin 2015


Vue en plan de l’ouvrage
© EIFFAGE TP Grands Travaux

Coupe transversale type du tablier réalisé


2- Vue en plan
de l’ouvrage.
3- Coupe trans-
versale type du
tablier réalisé.
4- Coupe trans-
versale type du
tablier du dossier
DCE.

2- Plan view of
the structure.
3- Typical cross
section of the
© EIFFAGE TP BIEP

completed deck.
4- Typical deck
3 cross section
in the tender
documents.
Coupe transversale type du tablier du dossier DCE

études d’avant-projet
et d’exécution -
variante réalisée
L’appel d’offres était ouvert aux
variantes de fondations et de tablier.
La géométrie routière ( profil en long,
pentes, et dévers ), la coupe fonction-
nelle, les coffrages des piles et des
culées du projet de base devaient
toutefois être respectés. Les études
© GINGER

de prix et des méthodes constructives


4 du projet de base réalisées par l’entre-
prise dans le cadre de la préparation
de l’offre avaient rapidement montré
constituées d’une semelle superficielle d’un U de 1,12 m de hauteur, fermé Dans les âmes sont disposés deux que le tablier en caisson multicellu-
ou sur pieux Ø 1 200 mm et d’un che- par une dalle de 28  cm d’épaisseur câbles de continuité 19T15S, à raison laire en béton armé ( figure 4 ) était une
vêtre d’appui architectural. avec des encorbellements de 1 m en d’un câble par âme. solution relativement onéreuse, du fait
Pour accéder à l’ouvrage, des rampes zone courante. Leur mise en tension est réalisée après notamment de la quantité de béton à
d’accès de type cadre fermé sont pré- Le caisson est habillé de part et d’autre bétonnage des voussoirs sur pile ou mettre en œuvre, de la complexité du
vues à l’arrière des culées. Des joints d’une corniche métallique en sous-face culée. coffrage et du délai réduit de réalisa-
séparent les culées de l’ouvrage de ces des encorbellements. La dalle est coulée sur des bacs en tion des travaux. D’autre part, l’ouvrage
rampes d’accès. En travée, les U sont bétonnés sur cintre acier après la mise en tension des étant situé en zone de forte sismicité
avec une précontrainte isostatique par câbles de continuité. ( zone 5 ), la masse importante du tablier
Tablier post tension dans le hourdis inférieur On présente à titre indicatif la coupe et la prépondérance des sollicitations
La structure du tablier en béton constituée de quatre câbles 16T15S, transversale du tablier en travée sismiques qui en résultent, sont forte-
C40 / 50 précontraint est constituée à raison de deux câbles par âme. ( figure  3 ). ment pénalisantes pour les fondations.

Juin 2015 Travaux n° 915 41


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

Pour ces raisons, le bureau d’études


d’Eiffage TP a envisagé de simplifier
et d’alléger la section transversale du
Vue en plan et coupe - Câblage de précontrainte
tablier en attribuant à chaque voie une
nervure sous hourdis.
Pour améliorer la durabilité de l’ou-
vrage, une structure en béton précon-
traint a été retenue.
Afin de limiter la quantité d’étaiement
à mettre en œuvre, il a été décidé de
couler le tablier en deux phases, les U
avec les encorbellements d’abord, le
hourdis ensuite.
Les U avec les encorbellements, rendus
continus après réalisation des clavages
sur pile, servent ainsi de cintre pour le
coulage du hourdis. La précontrainte
( figure 5 ), dont les bossages sont situés
à l’intérieur des  U, a été répartie en
deux familles :
à Les câbles isostatiques pour le
décintrement des caissons et la
reprise des moments en travée ;
à Les câbles de continuité pour la
reprise des moments sur appui.
Le tablier a pris l’aspect d’un mono,
bi ou tri caisson selon les voies portées.
Quant aux fondations, de la diminution
du poids du tablier découle la possibilité
d’une optimisation du nombre ou de
la longueur des pieux et, dans certains 5

© DR
cas, le passage sur fondations super-
ficielles.
Cela s’est traduit par le passage de Phasage travaux
10  piles et culées de fondations sur
pieux à des fondations superficielles et
par une réduction significative de la lon-
gueur des pieux forés en Ø 1 200 mm.

méthodes d’exécution
et déroulement
des travaux
L’échangeur étant circulé par plus de
130  000 véhicules jour, le phasage
de construction du viaduc a été conçu
pour maintenir en permanence les voies
© EIFFAGE TP Grands Travaux

circulées.

Planning des travaux


Le délai global des travaux est de
21  mois, décomposé en trois phases
rythmées par des dévoiements suc- 6
cessifs de circulation en fonction de
l’avancement des travaux ( figure 6 ) :
Phase 1 - Réalisation des demi Phase 2 - Réalisation des 5- Vue en plan et Phase 3 - Réalisation des piles et
semelles du Viaduc A de C1 à P7 : semelles, piles et tabliers des coupe - Câblage tablier du Viaduc A : durée 4 mois
durée 3 mois Viaducs B et C : durée 14 mois de précontrainte. La circulation est ensuite dévoyée
Cette phase consiste à déplacer les La circulation est dévoyée sur les 6- Phasage sur le tablier du Viaduc C pour libérer
travaux.
réseaux et dévoyer la circulation pour demi-semelles réalisées du Viaduc A les emprises des appuis et du tablier
libérer les emprises travaux des appuis pour libérer les emprises des appuis du Viaduc A.
C1 à P7 du Viaduc A. Les semelles des communs des Viaducs B et C. 5- Plan view and
cross section -
Viaducs A/B/C étant communes de C1 Cette étape comprend la réalisation des Prestressing La réalisation des appuis
à P7, les semelles ont été coulées par semelles, des piles et des tabliers  B cabling. Malgré la forme elliptique de la pile et
moitié à l’aide de reprise de bétonnage et  C pour une mise en service du 6- Work son évidement central coiffé d’un che-
manchonnée. Viaduc C. sequencing. vêtre, l’entreprise a décidé de la béton-

42 Travaux n° 915 Juin 2015


à Bétonnage sur cintre et boîtes à
Outil coffrant sable du caisson en  U de la tra-
vée N ( entre les piles P1 et P2 ) ;
à Mise en tension en actif / passif des
câbles de précontrainte isostatique
( 16T15S ) de la travée N, la résis-
tance du béton requise étant de
30 MPa ;
à Décintrement de la travée N ;
à Bétonnage des caissons en U des
travées N +1 et N +2 ;
à Bétonnage des voussoirs sur piles
( VSP 1, 2 et 3 ) ;
à Mise en tension en actif / passif
des câbles de continuité (19T15S )
régnant sur les deux travées
consécutives N et N +1 dès que la
résistance du béton des VSP atteint
30 MPa ;
à Libération des appuis et dépose des
boîtes à sable ;
à Fermeture des caissons à l’aide de
bacs en acier ;
à Bétonnage des hourdis.

Les dispositions retenues


par l’entreprise
La construction d’un tel ouvrage en
béton précontraint post tension est
rendue complexe par l’environnement
très contraint du site :
à Réseaux enterrés et aériens ;
© Coffrage&quipage

à Proximité des riverains - emprise


réduite ;
à Climat tropical ;
7 à Proximité du réseau routier avec
l’autoroute A1, ses bretelles d’en-
trée et de sortie et son échangeur.
ner en une fois à l’aide d’un coffrage initialement prévues à 7  jours ont pu Proximité des réseaux enterrés
7- Outil coffrant.
négatif bridé sur deux coquilles. être ramenées à 4 jours par la mise en (HTA, HTB 63kV, AEP, EU, EP,
Cette solution a permis de garantir 8- Coffrage de place d’un second jeu d’outil intérieur. Télécoms, Fibres...)
pile.
une qualité de parement optimale ainsi L’entreprise s’est astreinte à deman-
qu’un gain significatif sur le planning. La réalisation des tabliers der à ses sous-traitants, avant chaque
7- Sectional
Le climat étant tropical, la solution de formwork. Le déroulement de réalisation des démarrage de travaux de fouilles ou
coffrage bois n’a pas été retenue. tabliers est le suivant ( figures 9 et 10 ) : de forages, d’établir une étude d’adé-
8- Pier formwork.
En effet, compte tenu du nombre de à Réalisation des piles P1, P2 et P3 ; quation reprenant la liste des réseaux
réemplois ( 20 réutilisations ), les peaux à proximité, les DICT des réseaux pré-
des coffrages en bois, certes moins © EIFFAGE TP Grands Travaux sents sur zone, les plans de terrasse-
coûteuses, auraient dû être changées ments avec superposition des réseaux
après 5 réutilisations. existants et dévoyés et le matériel
L’entreprise a donc adapté la hauteur utilisé.
de la fausse levée de manière à harmo- Avant démarrage des travaux, un point
niser les hauteurs des piles, permettant d’arrêt est formalisé sur site en pré-
ainsi de se limiter à trois familles de sence du maître d’oeuvre, de l’entre-
piles et de concevoir un outil métallique prise, du chef de chantier réalisant les
sur mesure ( figures 7 et 8 ). travaux et du conducteur d’engin.
Au regard du ferraillage dense des Proximité des réseaux aériens
piles ( qui s’explique par une section de (HTB 63KV )
béton réduite en son embase ), le chan- Une partie de l’ouvrage à construire
tier a porté une vigilance particulière étant située sous une ligne Haute Ten-
sur le positionnement et la verticalité sion de 63 KV ( tablier à une distance
des attentes ( 40 HA40 ) afin d’assurer de 11 m de la ligne ), les méthodes de
à l’aide d’un gabarit la mise en place construction ont été adaptées pour limi-
des cages préfabriquées du fût de pile. ter au strict minimum les mises hors
Les cadences de réalisation d’une pile 8 tension auprès d’EDF.

Juin 2015 Travaux n° 915 43


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

Certains travaux ( tels que les phases Proximités des riverains élevés dans les départements d’Outre Les gaines et bobines ont donc été
de bétonnage ou d’approvisionnement Les emprises travaux étant réduites, les Mer, l’entreprise a dû être vigilante sur bâchées et recouvertes d’huile soluble
des cages de ferraillage ), nécessitent moyens de levage ont dû être étudiés le stockage des bobines de torons et tous les 15 jours.
d’entrer dans la zone de sécurité des au plus juste. Les coffrages de cais- des gaines de précontrainte, pour éviter Le ciment Superstressem injecté dans
5 m par rapport à la ligne, la mise hors sons ont été équipés de roues ( poids une oxydation de l’acier. les gaines une fois les câbles mis en
tension est alors inévitable. du coffrage de 750 kg ) pour pouvoir tension ( figure 12 ) a été stocké dans
Pour les travaux en dehors de la zone être translatés sur les platelages des un conteneur réfrigéré et la mise en
de sécurité des 5  m, les engins de cintres jusqu’aux zones de couverture œuvre s’est faite avec de l’eau à 5°C
levage sont équipés d’un détecteur des grues mobiles ( figure 11). pour retarder la montée en température
9- Plan de
de champ magnétique. Les coffrages perdus des hourdis, initia- câblage de du coulis au moment de sa mise en
Cet équipement, monté en bout de lement prévus en prédalles BA, ont été précontrainte. œuvre ( 30°C maxi ).
télescope, coupe le mouvement de remplacés par des bacs en acier qui 10- Vue aérienne Milieu insulaire - Moyens
la grue et avertit le conducteur par ont pu être manutentionnés à la main. des caissons. humains et matériels adaptés
un signal sonore et lumineux dès que Cela a permis de limiter les opérations Au regard de la géométrie des cais-
le télescope se trouve à 5 m de la ligne. de levage. 9- Prestressing sons, tantôt simple, double ou triple,
Pour compléter ces mesures de pré- Climat tropical - Incidence sur cabling drawing. en courbe, déversée à 2,5 % avec une
vention, un registre quotidien est tenu les travaux de précontraintes 10- Aerial view pente longitudinale variable, il n’a pas
par le grutier et des surveillants élec- Le taux d’humidité ambiant, les of box sections. été possible de recourir à des plateaux
triques ont été formés. embruns et les températures étant plus coffrants.

Plan de câblage de précontrainte

© EIFFAGE TP DMI
9

© EIFFAGE TP Grands Travaux

10

44 Travaux n° 915 Juin 2015


Outil coffrant des caissons
© EIFFAGE TP Grands Travaux

11
© EIFFAGE TP Grands Travaux

12 13

11- Outil coffrant Les cintres ont donc été simplifiés au


des caissons.
12- Caisson dé-
Solution N°1 - Levage maximum ( figure 13 ) et sont compo-
sés de tours Mills de 1,60 m x 1,60 m,
coffré après mise
en précontrainte. de poutrelles primaires en aluminium
13- Cintre d’une de type PHAL  P1 et de poutrelles en
travée avec bois de type H20 en secondaire tous
platelage. les 20 cm. Dans un contexte insulaire,
14- Solution N°1 il a été préféré former des monteurs
Levage. d’étaiement afin d’éviter de recourir à
la sous-traitance, prestation qui au
11- Sectional regard du phasage et des conditions
formwork for
box sections. d’accès aurait été difficilement contrac-
12- Box section tualisable sans réclamation.
with formwork De plus, lors de chaque approvisionne-
removed after ment un comparatif financier a dû être
prestressing. mené entre un achat local et métro-
© Coffrage&quipage

13- Centre of politain.


a span with
decking. Le coût du transit et des octrois de mer
14- Solution 1 et le délai d’approvisionnement ( 1 mois )
Lifting. 14 ont dû être pris en compte.

Juin 2015 Travaux n° 915 45


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

Solution N°2 - Calage sur camarteaux

Proximité du réseau routier - des travées ( rayon plan de 100  m,


Mise sur appuis définitifs des dévers de 2,5 % et pente longitudinale
travées du tablier de 9,65 % ) pose des problèmes de
Trois travées franchissent les artères stabilité. De plus, la manipulation de
principales de Fort de France et ces 120 camarteaux en HEB 200 de 45 kg
dernières doivent impérativement unitaire induirait une pénibilité pour
être maintenues en circulation pen- les compagnons.
dant toute la durée du chantier. Aussi, Après ces constats, il apparaissait clai-
compte tenu de l'encombrement des rement que l'enjeu était de maîtriser la
coffrages en sous-face du tablier, ces stabilité de la travée lors de la descente
travées devaient être réalisées à 1,2 m sur appuis ainsi que la sécurité du per-
au-dessus de leur position définitive sonnel à proximité.
afin de maintenir la disponibilité du Aussi, l’entreprise a-t-elle confié à la
gabarit routier sous ouvrages. société Coffrage&quipage l'étude d'une
Après bétonnage des caissons sur des troisième solution de descente des tra-
chandelles, un des enjeux était donc vées au moyen de palées de stabilité.
de décintrer ces travées de 30 m de Il s'agit de 4 tours métalliques ancrées
long pour 165  t pour les placer sur 15 aux piles de l'ouvrage et associées à
© Coffrage&quipage
leurs appuis définitifs tout en générant un système hydraulique ( figure 16 ).
le moins de désagrément possible pour La travée est en appui sur les palées
les usagers routiers et les riverains. habitations, ont conduit l’entreprise à par l'intermédiaire d'appuis rotulés
15- Solution N°2
Pour ce faire, la première solution envi- abandonner cette méthode. Calage sur s'adaptant à la surface biaise de la
sagée consistait à lever puis à déposer La deuxième solution étudiée consis- camarteaux. sous-face du tablier, afin de diffuser
chaque travée au moyen de 2  grues tait à reprendre provisoirement le poids 16- Solution N°3 les efforts tout en maîtrisant la stabilité.
mobiles placées à chaque extrémité propre de la travée sur 4 tours d'étaie- Descenseur. À chaque extrémité de la travée, 2 pa-
de la travée ( figure 14 ). Cependant, ment associées à une compensation lées sont positionnées et espacées de
la complexité de l'environnement ( peu sur camarteaux pour la déposer par 15- Solution 2 2,9 m afin de conserver le centre de
d'espace disponible au sol et présence décintrage sur ses appuis définitifs. Bracing on gravité de la travée béton dans la sur-
d'une ligne électrique haute tension ( figure  15 ). stacks. face de sustentation du dispositif.
de 63  kV ) ainsi que les risques liés Cependant, un tel calage sur 1,2  m 16- Solution 3 Chaque palée est équipée d'une cou-
Descent device.
à une telle opération à proximité des de haut combiné à la forme complexe lisse associée à un vérin hydraulique

Solution N°3 - Descenseur

© Coffrage&quipage

16

46 Travaux n° 915 Juin 2015


Travée avant et après descente

PRINCIPALES
QUANTITÉS
Terrassements :
• Déblai : 11 400 m 3
• Remblais : 2 380 m 3
• Soutènement : 1 780 m 2
Génie Civil :
• Pieux Ø 1 200 mm : 1 200 m
• Béton : 6 900 m 3
• Coffrage : 13 200 m 2
• Aciers HA : 850 t
• Précontrainte : 75 t
© Coffrage&quipage

• Étanchéité : 4 500 m 2


• Barrière BN1 et corniche :
1 110 m
17

de capacité 100  t avec une course 17- Travée descente de la travée béton est ainsi en respectant la Directive Machine
de 200  mm et 2  barres de brélage. avant et après réalisée en 6 cycles, permettant de pla- 2006 /42  CE. Au-delà de sa fonction
Le principe est de descendre la travée descente. cer la travée sur ses appuis définitifs en première de levage, une attention par-
par passes de 20 cm simultanément 18- Dispositif 1 heure ( figure 17 ). Cet outil est classé ticulière a été apportée pour intégrer
sur les 4 palées, en reprenant la descen- de descente. en appareil de levage et a été conçu l'ergonomie au poste de travail. m
te de charges tantôt sur le vérin tantôt
sur les barres de brélage ( figure 18 ). 17- Span
Le transfert des charges à la fin de cha- before and
after lowering.
que cycle permet de libérer les vérins
et de reprendre le cycle pour descendre 18- Descent Principaux intervenants
device.
à nouveau de 20  cm. L'opération de Maître d’ouvrage :
• Conseil Régional de la Martinique
Maîtrise d’œuvre :
• Groupement Ginger / Mimram / Geode / Jnc / Dynalogic
Groupement de construction :
• Eiffage TP Grands Travaux (mandataire - génie civil )
• Spie Fondations (pieux)
Principaux sous -traitants et fournisseurs :
• Études d’exécution génie civil : Eiffage TP - Dmi Biep
• Fourniture des bétons : France Béton
• Fourniture et pose des aciers de précontrainte : Eiffage TP - Viapontis
• Fourniture et pose des aciers HA : Ada (Armatures des Antilles)
• Fabrication des coffrages : Coffrage&quipage / Peri
© Coffrage&quipage

• Étaiement : Mills
• Étanchéité : Seo Caraïbes
• Corniches : Tcmi
18

abstract
Pointe des Sables interchange Intercambiador de la Pointe des Sables
in Martinique. Construction of a en Martinica. Construcción de un viaduc-
cast-in-situ prestressed viaduct to pretensado colado con cimbra
Marco NOVARIN, EIFFAGE TP / DMI BIEP - Jonathan STAMP, EIFFAGE TP / DMI BIEP - Marco NOVARIN, EIFFAGE TP / DMI BIEP - Jonathan STAMP, EIFFAGE TP / DMI BIEP -
Guillaume DUMONTET, EIFFAGE TP - Sébastien LEBRANCHU, COFFRAGE&QUIPAGE Guillaume DUMONTET, EIFFAGE TP - Sébastien LEBRANCHU, COFFRAGE&QUIPAGE

The project forms part of the development, planned by the Martinique El proyecto se inscribe en el marco del planificación, programada por
Region, of the Pointe des Sables interchange to allow passage of the future la Región Martinica, del intercambiador de la Pointe des Sables para permitir
high-service-level ('BHNS') bus line which, by around 2015, will connect Fort- el paso de la futura línea de autobús de tránsito rápido que comunicará, en
de-France to Lamentin airport. To increase the fluidity of traffic, the bus lane 2015, Fort-de-France con el aeropuerto de Lamentin. Para hacer más fluido
(reserved right-of-way public transport) and the two existing slip roads will be el tráfico, la vía de autobús (Transporte Público en Vía Propia) y los dos ramales
grade-separated by a viaduct 740 m long, consisting of a cast-in-situ de enlace existentes se desnivelarán en un viaducto de 740 m de largo, formado
prestressed box section deck. This article describes the viaduct construction por un tablero en cajón pretensado colado in situ. Este artículo describe en
phase in detail: the variant produced, the specific execution methods and works' detalle la fase de ejecución del viaducto: la variante realizada, los métodos
performance. m específicos de ejecución y el desarrollo de las obras. m

Juin 2015 Travaux n° 915 47


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

1
© Eiffage Construction Métallique

Remplacement du Pont
Saint-Nicolas de Revin
AuteurS : Thomas KLUMB, ingénieur d’Affaire Eiffage Construction Métallique - Arnaud SALMON, chef de projet
Bureau d’Étude Greisch - Daniel BITAR, adjoint au directeur des opérations, chef du service Études du CTICM

Dernier pont provisoire sur la Meuse pour fait de guerre, le pont Saint-Nicolas de Revin, à voie unique
et à circulation alternée, est devenu obsolète. Un nouvel ouvrage plus large et libérant le passage à
la Meuse y compris lors des crues les plus importantes le remplace désormais : il s’agit d’un caisson
métallique à hauteur variable, d’une longueur de 129 m avec une portée principale de 92 m. Le présent
article décrit plus en détail la conception et les phases d’exécution de la structure métallique.

contexte et conception l’ouvrage et en vue d’améliorer la confi- à Permettre l’écoulement de la crue


de l’ouvrage guration hydraulique des lieux liée aux centennale avec une garde de 1m
Le pont Saint-Nicolas, qui franchissait crues de la Meuse, le Conseil Général sous l’intrados ;
il y a peu la Meuse à Revin, avait été des Ardennes (08) a décidé en 2003 1- L’ancien à Porter une chaussée bidirectionnelle
et le nouveau
construit pendant la dernière guerre de remplacer l’ouvrage par un nouveau pont de Revin. de 7 m de large, deux trottoirs de
mondiale avec les mêmes tabliers que pont. 1,5 m ainsi qu’une piste cyclable
ceux utilisés à Arromanches pour le Les exigences pour le projet du nou- de 3 m de large ;
1- The old
débarquement des Alliés en juin 1944. vel ouvrage, formulées dans le cadre and new Revin à Aménager les carrefours de part et
Il ne supportait qu’une seule voie de d’un concours de conception, sont les bridges. d’autre de l’ouvrage ;
circulation. Devant la gêne occasionnée suivantes : à S’intégrer dans le site, classé en
par cette situation, face à l’obligation à Franchir la Meuse sans appui dans zone de protection du patrimoine
de procéder à un entretien sérieux de son lit mineur ; architectural et urbain.

48 Travaux n° 915 Juin 2015


Sans superstructure aidante, le besoin
d’avoir le tablier le plus mince pos-
sible implique de le réaliser en acier,
avec une dalle orthotrope et à hauteur
variable pour optimiser son comporte-
ment. Un caisson lui confère la raideur
en torsion nécessaire tout en limitant
également sa hauteur ( figure 3 ).
La dalle orthotrope se compose d’une
tôle raidie par des augets. Elle est sup-
portée par des pièces de pont dispo-
sées tous les 3,95 m, qui s’appuient
elles-mêmes sur une succession de
bracons tubulaires. La hauteur variable
© Bureau d’Étude Greisch

du caisson associée à l’inclinaison des


bracons, constante pour des raisons
esthétiques évidentes, conduit à faire
varier la largeur de la semelle inférieure
2 du caisson. Techniquement, il n’est
cependant pas possible de faire varier
coupe transversale sur pile et sur culées la position des âmes à son intersection
avec la dalle orthotrope, si bien qu’elles
présentent une inclinaison variable et
sont donc vrillées, sur la longueur
du tablier ( figure 4 ).
Comme point particulier de la concep-
tion, il reste à signaler le déséquilibre
important entre la travée principale
( 91 m ) et la travée d’équilibrage ( 36 m ).
Cette configuration induit des réactions
d’appui sur le tablier au droit de la
culée en rive droite ( travée courte ) vers
le bas (soulèvement).
Les appareils d’appui sont par consé-
quent posés au plafond et la culée
est utilisée comme contrepoids. Afin
d’éviter un décollement de ces appuis,
en particulier lorsque les convois sont
situés sur la petite travée, on construit
l’ouvrage avec une géométrie telle
qu’un réglage est nécessaire au niveau
de la culée C2 pour obtenir le profil en
long théorique. Ce réglage permet
d’augmenter la réaction d’appui à la
culée C2 de telle manière que celle-ci
reste vers le bas, même aux états
© Bureau d’Étude Greisch

limites ultimes ( figure 5 ).

études d’exécution -
points particuliers
3 Les études d’exécutions se sont attar-
dées sur 4 points spécifiques à cet
ouvrage.
Afin de maintenir la circulation pen- de pente imposent un tablier mince
dant la plus grande partie des travaux, et le pont haubané semble le mieux Définition de la contre-
le nouveau pont trouve naturellement 2- Vue en plan. répondre aux exigences. Toutefois, le flèche de fabrication
sa place à côté de l’existant. Son tracé 3- Coupe trans- ou les pylônes, mais surtout les contre- En cohérence avec le concept de la
courbe s’intègre ainsi parfaitement versale sur pile poids nécessaires, s’avèrent délicats culée inversée, le schéma fonctionnel
et sur culées.
dans la continuité de la voirie en pro- à implanter. En effet, en rive gauche, le de l’ouvrage impose une réaction néga-
venance de la ville, améliorant de facto peu de recul disponible rend incompa- tive en C2. Pour garantir cette concep-
2- Plan view.
les conditions de conduite sur l’ouvrage tible la présence de haubans d’équi- tion, une contre-flèche de fabrication
et à ses abords ( figure 2 ). 3- Cross section librage avec les espaces circulables, en forme de chistera est donnée à l’ou-
on pier and
Comme souvent dans le cadre d’ou- abutments. et, en rive droite, c’est le bâti qui est vrage. Un phasage de mise en place
vrages urbains franchissant des cours difficile à concilier avec les superstruc- adéquate est alors adopté afin d’abou-
d’eau, la topographie et les limitations tures ( station de pompage notamment ). tir à la géométrie finale de l’ouvrage.

Juin 2015 Travaux n° 915 49


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

4
© Bureau d’étude Greisch

Pour prendre en compte les sollicita- 4- Âme gauche


du caisson.
tions dues à chaque étape, l’utilisation
d’un modèle à barre capable de gar- 5- Principe
principe du réglage sur culée C2
der l’historique des différentes phases du réglage sur
culée C2.
s’impose. Ce modèle a servi aussi
pour obtenir la descente de charge et
les sollicitations en service de l’ouvrage 4- Curved girder
of the caisson.
( figure  6 ).
5- Technique
for adjustment
Justification des âmes on abutment C2.
gauches
La forme particulièrement gauche des
âmes fait en sorte que les contraintes
calculées à partir des méthodes
usuelles de la résistance des matériaux et de l’excentrement des charges de
vont s’accroître de manière non linéaire circulation, un soulèvement des appuis
en accentuant davantage les effets sur sur la pile pouvait se produire. Pour
les panneaux ( figures 7 et 8 ). éviter le décollement à l’ELU, deux
Devant l’absence de méthode de jus- barres de diamètre 58 mm avec effort
tification dans les Euronormes et dans de 400 t ont été préalablement scellées
la littérature technique, un modèle Elé- dans la pile P1. Pour permettre la mise
ments Finis est réalisé pour prendre en place de l’ouvrage, ces barres ne
en compte les différents aspects : devaient pas dépasser de la pile. Des
les contraintes dues à la fabrication, manchons sur les barres et les four-
les caractéristiques géométriques de reaux ont permis de rallonger les barres
chaque panneau y compris gauche à l’intérieur de l’ouvrage après sa pose.
propre, les non linéarités géométriques Les fourreaux sont injectés à la cire,
et matérielles, les contraintes résiduelles ce qui permet une détension ultérieur
et enfin le facteur de sécurité sur la des barres pour changer les appareils
modélisation. Les calculs montrent une d’appui.
réduction de la résistance au cisaille-
ment pouvant atteindre 40 % pour les Zone d’appui C2
© Bureau d’étude Greisch

panneaux à âme gauche en comparai- La zone d’appui C2 est très particu-


son avec les panneaux à âme plane. lière. Il s’agit de prolonger l’ouvrage
de près de 1 m par deux poutres cais-
Clouage sur P1 son 800 x 800 mm avec des tôles de
En raison de la courbure de l’ouvrage 80 mm d’épaisseur. 5

50 Travaux n° 915 Juin 2015


Le passage d’un caisson à dalle ortho- ( 67 ), où le tablier a été intégralement Les tôles de fond du caisson ont entre ration d’assemblage consistait à pla-
trope de près de 10 m de largeur à fabriqué. 20 mm et 80 mm d’épaisseur, en S355 quer l’âme sur les tôles supérieures,
2 petits caissons en acier a nécessité On peut distinguer, selon leur épais- et en S460 autour de la pile. inférieures et les diaphragmes et lui
des études locales par éléments finis. seur et leur emplacement 2 nuances Les caissons centraux ont été assem- donner le gauchissement particulier de
L’attache de ces deux caissons d’ap- d’acier. blés les uns derrière les autres afin de cet ouvrage ( figure 10 ).
pui est réalisée sur les deux derniers Les tôles de platelage et les augets ont constituer un montage à blanc partiel
diaphragmes et les appareils d’appui une épaisseur comprise entre 8 mm et dans une partie de l’usine, tandis que Transport et assemblage
sont posés au bout de ces caissons 20 mm. Elles sont en acier S355K2+N. les trottoirs étaient assemblés indépen- sur site
( figure  9 ). L’épaisseur des âmes du caisson varie damment les uns des autres. Transversalement, l’ouvrage était
entre 20 mm et 40 mm et sont en acier À l’assemblage, les caissons ont été découpé en 4 : les 2 demi-caissons et
déroulement des S355 et en S460 M. assemblés à l’envers. La dernière opé- les 2 trottoirs.
travaux de charpente
métallique
Les aciers et la fabrication
en atelier modèle aux éléments finis
Les aciers ont été fournis en grande
partie par le sidérurgiste Dillinger Hütte
et dans une moindre mesure par NMLK
Les livraisons des tôles se sont faites
essentiellement par voie fluviale
jusqu’à l’usine Eiffage de Lauterbourg

6- Modèle aux
éléments finis.
7- Principe de
modélisation des
âmes gauches.
8- Détail du
modèle de cal-
cul des âmes
gauches.

6- Finite ele-
ment model.
7- Curved girder
modelling tech-
nique.
8- Detail of the
curved girder
calculation
model.
© CTICM

principe de modélisation détail du modèle de calcul


des âmes gauches des âmes gauches
© CTICM

7 8

Juin 2015 Travaux n° 915 51


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

Longitudinalement, l’ouvrage est


découpé en 9 tronçons. En ajoutant le
tronçon sur pile particulier, 37 éléments détail du modèle de calcul de l’about C2
ont quitté l’usine de Lauterbourg.
Après un passage à l’atelier de pein-
ture, les différents éléments ont été
livrés par camion en convoi exception-
nel ( figure 12).
Déchargés par grue au fur et à mesure
des livraisons, le tablier a été complè-
tement assemblé de janvier à juin 2014
sur une plateforme en rive droite de
la Meuse.
Dans un premier temps, le caisson était
reconstitué, puis les trottoirs latéraux

9- Détail du
modèle de calcul
de l’about C2.
10- Fabrication
des caissons.

9- Detail of
the calculation
model for end
plate C2.

© CTICM
10- Caisson
manufacture. 9

© Eiffage Construction Métallique

10

52 Travaux n° 915 Juin 2015


11
© Eiffage Construction Métallique

ajoutés et enfin les bracons soudés particulière. En effet, à l’intérieur de les raccordements restaient à faire
( figure  11 ). l’ouvrage passent : ( figure  13 ).
En parallèle de l’assemblage, les cais- à Du coté aval, les 2 conduites d’ali-
11- Assemblage
sons ont été revêtus d’une couche de de l’ouvrage. mentation en eau de la ville de Préparation à la mise
finition. Revin et la conduite d’assainisse- en place de l’ouvrage
12- Transport
À l’intérieur du caisson, plusieurs opé- des caissons. ment de l’ouvrage ; La mise en place de l’ouvrage a néces-
rations se sont succédé : à Du coté amont, une conduite de sité la réalisation de plusieurs opéra-
à Soudure des éléments ; 11- Bridge gaz ( GRDF ), 2 conduites Très Haute tions :
à Mise en place des supports des assembly. Tension ( ERDF ), des fourreaux à Le vérinage du tablier. Pour faciliter
différents réseaux ; 12- Caisson pour France Télécom et l’éclairage les accès, l’ouvrage a été assemblé
à Pose des réseaux ; transport. public. au plus près du sol. Avant sa mise
à Protection anti-corrosion. L’ensemble des réseaux a été installé en place, il a été levé à son niveau
La mise en place des réseaux dans dans l’ouvrage, de telle sorte qu’après de pose, soit à plus de 6 m au-des-
l’ouvrage représentait une contrainte la mise en place de l’ouvrage, seuls sus du sol ;
à Un quai d’assemblage de la barge
a été constitué ainsi que des points
d’ancrage servant à son guidage
ont été réalisés des 2 côtés de la
Meuse, en amont et en aval ;
à En parallèle, les Kamag ( remorques
multi-essieux ) ont été préparés et
leur équipement mis en place. La
barge, de 36 m de long par 14 m
de large et constituée de 15 cais-
sons métalliques, a été assemblée
et équipée de treuils de guidage et
de tours de vérinage afin d’ajuster
le niveau de la structure ;
à En parallèle, des opérations de dra-
gage des berges de la Meuse ont
été réalisées afin d’obtenir un tirant
d’eau suffisant ;
à Quelques jours avant la mise en
© Eiffage Construction Métallique

place, l’ouvrage existant a été fermé


à la circulation et la première travée
a été déposée.

Mise en place
La mise en place de l’ouvrage s’est
12 déroulée sur 2 jours en juin 2014.

Juin 2015 Travaux n° 915 53


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

13
© Eiffage Construction Métallique

Le premier jour, 2 trains de Kamag sur la plateforme imprimait le déplace- déformation imposée, trouver sa géo-
ont pris en charge l’ouvrage et l’ont ment à la structure ( figures 14 et 15 ). 13- Fin de métrie finale. C’est également à la fin
approché de la berge. l’assemblage de cette opération que le clouage sur
Le deuxième jour, la partie en porte-à- Mise sur appuis de l’ouvrage. P1 a été réalisé.
faux au-dessus de la Meuse a été prise L’ouvrage a été posé à son niveau défi- 14- Traversée
en charge par la barge. nitif sur P1 et 2,5 m plus haut sur C0. de la Meuse. Finition
Un train de Kamag s’est retiré : l’ou- Côté C2, les appuis au plafond ont été Après la mise en place du tablier, les
vrage était alors appuyé sur la barge simplement mis au contact. L’ouvrage 13- End of brid- travaux de finition se sont déroulés
à l’avant et sur un train de Kamag à a dès lors été dévériné de 2,5 m sur ge assembly. durant l’été 2014.
l’arrière. C0. Fonctionnant comme un immense 14- Crossing Dans un premier temps, les conduites
La barge a traversé la Meuse en quel- levier, l’ouvrage s’est progressivement the Meuse. d’eau potable ont été raccordés afin
ques heures, tandis que le Kamag resté appuyé sur C2 pour, à la fin de cette d’assurer l’alimentation de la commune.

© Eiffage Construction Métallique

14

54 Travaux n° 915 Juin 2015


phasage de mise en place
© Eiffage Construction Métallique

15

LES PRINCIPAUX INTERVENANTS


Les autres réseaux ont été raccordés 15- Phasage
par la suite. de mise en place. Maître d’ouvrage : Ville de Revin
En parallèle, l’ancien ouvrage a été Maîtrise d’œuvre :
démonté et, de part et d’autre de l’ou- 15- Installation •M  aîtrise d’œuvre conception et visa des études d’exécution : Bureau Greisch,
sequencing. avec la collaboration de Michel Virlogeux et de Laurent Barbier (†) architecte
vrage, les accès ont été finalisés. Deux
• Maîtrise d’œuvre réalisation : Conseil Général des Ardennes
éléments de 24 m de long devraient
Contrôle extérieur des études d’exécution :
repartir en Normandie pour y être expo- • Bureau d’Études Greisch
sés à proximité d’Arromanches.
Groupement de construction :
Avant la pose de l’étanchéité et des • Bouygues TP région France (mandataire - génie civil, terrassements)
revêtements, les joints de chaussée ont LES PRINCIPALES • Eiffage Construction Métallique (tablier métallique)
été installés. Il s’agit de joints métal-
liques équipés de bavettes en néoprène
QUANTITÉS Réalisation des Études d’exécution de la charpente
métallique : Cticm
d’un seul tenant, épousant parfaitement Charpente métallique : Principaux sous -traitants et fournisseurs :
la coupe transversale de l’ouvrage. • 129 m de longueur • Mise en place de la charpente : Sarens
Enfin, les garde-corps et les barrières • 1 travée de 37 m • Clouage et joint de chaussée : Etic
urbaines servant à marquer la limite • 1 travée de 92 m • Appuis : Freyssinet
entre zone routière et piste cyclable • 1 100 t d’aciers • Anticorrosion : Borifer et Deniz&Deniz
ont été installés. m

abstract
Replacement of Sustitución del Puente
Saint-Nicolas de Revin Bridge Saint-Nicolas de Revin
Thomas KLUMB, Eiffage - Arnaud SALMON, Greisch - Daniel BITAR, CTICM Thomas KLUMB, Eiffage - Arnaud SALMON, Greisch - Daniel BITAR, CTICM

After many years' service, the project has been launched to replace Después de muchos años de servicio, ha comenzado el proyecto de
Saint-Nicolas de Revin Bridge, which was built with components from the sustitución del puente Saint Nicolas de Revin, construido con elementos
man-made harbour of Arromanches. Formed as a steel caisson of variable del puerto artificial de Arromanches. Constituido como un cajón metálico de
height, the new bridge’s design and construction are remarkable: its girders altura variable, su diseño y realización hacen destacable esta nueva estructura:
are curved and, on one of the abutments, the bridge is extended by two small sus almas están retorcidas y, en uno de los estribos, la estructura se prolonga
caissons: the supports are placed on the top and the abutment acts as ballast. con dos pequeños cajones: los apoyos se han dispuesto en el techo y el estribo
Built in the Lauterbourg plant and fully assembled on the right bank, the bridge actúa como lastre. Fabricada en la planta de Lauterbourg y ensamblada en su
was first handled by two Kamag trailers and then, resting on a barge, it crossed totalidad en el margen derecho, la estructura debe sujetarse primero con dos
the Meuse in a few hours to be placed on its permanent supports. m juegos de Kamag, después cargarse en una barcaza, atravesar el Mosa en
unas horas y, por último colocarse sobre sus apoyos definitivos. m

Juin 2015 Travaux n° 915 55


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

1
© P. Le Doaré

LGV SEA - Les bipoutres


à ossature mixte
AuteurS : Nabil YAZBECK, Chef de Projet, EGIS JMI - Gilles CAUSSE, Directeur Adjoint, VINCI Construction -
Stefan BERNHARD, Responsable Bureau d'études CBDI, Vinci Construction

Le chantier de la LGV Sud Europe Atlantique se distingue par sa taille (340 km de ligne nouvelle,
dont 302 km de lgv et 38 km de raccordements) et par le délai imparti pour sa réalisation (6 ans
entre la signature du contrat de concession et la mise en service, prévue pour la fin juillet 2017).
Sa mise en œuvre aura notamment nécessité la construction de 2 437 ouvrages hydrauliques (OH),
233 passages petite faune (PPF) et 477 ouvrages d'art (OA). on dénombre 217 ponts route (PRO) et
253 ouvrages supportant les voies ferrées (PRA), dont 23 bipoutres à ossature mixte (OM). 15 de ces
PRA-OM sont qualifiés de non courants (OANC) en raison de leur longueur ou des portées franchies.
Cet article décrit les choix de conception et les méthodes d'exécution de 12 de ces OANC ainsi que
le cas particulier des deux OM d'accès au viaduc sur la dordogne, encadré par des travées inertes.
Les 12 OANC décrits sont marqués d’un astérisque sur le synoptique le la LGV en figure 2.

éléments généraux d’accès au pont sur la Dordogne où elle Caractéristiques communes


de conception est réduite à 230 km / h. Leur concep- des ouvrages
Les ouvrages d'art non courants de tion a fait l'objet d'une recherche de 1- Le chantier Les options générales retenues pour
du viaduc des
la ligne à grande vitesse Sud Europe standardisation, dans le respect des Lorettes Sud les PRA-OM dits non courants ( dont les
Atlantique sont des ponts-rails à deux contraintes spécifiques à chaque site. (VIA 2458). coupes longitudinales sont données aux
voies ballastées, situés sous la ligne à Dans le cadre du schéma de concep- figures 3, 7, 10 et 25 pour le viaduc
grande vitesse proprement dite. Leur tion-construction, les constructeurs 1- The Lorettes sur la Dordogne ) ont été les suivantes :
tablier est du type "ossature mixte ont été associés à la démarche de South viaduct Le tablier
bipoutre". La vitesse de référence V conception, ce qui a permis d'intégrer project Selon une conception désormais
de la ligne est de 350 km / h au droit à l'avant-projet détaillé leurs choix de (VIA 2458). classique, l'ossature métallique des
de ces ouvrages, sauf sur les viaducs méthodes de construction. tabliers se compose de deux poutres

56 Travaux n° 915 Juin 2015


Synoptique de la LGV SEA
Implantation des ouvrages d'art particuliers et non courants

de 25 à 45 cm. Il est connecté sur


la membrure supérieure des poutres
par des goujons Nelson.
Afin d'augmenter la rigidité à la torsion
du tablier, et ainsi de limiter sa défor-
mation transversale sous chargement
dissymétrique, les membrures infé-
rieures des poutres sont reliées sur
toute la longueur de l'ouvrage par un
contreventement en treillis métallique
constitué de cornières 200 x 200 x
20 mm assemblées à la charpente
par des boulons HR ( figures 11 et 13 ).
Cette solution a été préférée à celle,
plus généralement mise en œuvre sur
les dernières LGV, consistant à assurer
le contreventement au moyen de dalles
préfabriquées en béton armé, liées aux
membrures inférieures des poutres par
des longrines de béton coulé en place
enrobant des goujons de connexion.
Pour les constructeurs, elle présentait
plusieurs avantages :
à Sécurité : le contreventement est
fixé aux poutres dès l'assemblage de
la charpente, par le même intervenant,
sur l'aire de lancement, c'est-à-dire
dans des conditions de sécurité opti-
males. On s'affranchit ainsi des opé-
rations délicates de mise en place des
dalles préfabriquées après lancement
de l'ossature métallique.
à Simplicité et rapidité d'exécution :
sa réalisation n'est pas critique vis-à-
vis du délai global, puisqu'il est pos-
sible, en dédoublant les ateliers, de la
mener de front avec les opérations de
raboutage par soudure des tronçons
sur site. Le contreventement est réa-
lisé en une seule phase ( il n'est plus
nécessaire de venir claver les éléments
préfabriqués inférieurs après bétonnage
du hourdis supérieur ).
Les poutres des ouvrages mixtes fer-
roviaires sont traditionnellement entre-
toisées par des diaphragmes pleine
hauteur, toujours dans le souci de
leur conférer une rigidité à la torsion
maximale. Des prédalles sont alors
employées en coffrage perdu de la
partie centrale du hourdis supérieur.
© Cosea

2 Sur la LGV SEA, le choix a été fait de


supprimer ces prédalles ; l’équipage
mobile comporte alors un plateau cof-
en I pratiquement identiques, de hau- 2- Synoptique Le hourdis supérieur en béton armé frant central coulissant entre les poutres
teur ( élancement au 1/15 e ) et d'écar- de la LGV SEA - garde une section constante. Sa lar- ( figure  30 ).
tement ( 6,30 m ) constants, entretoi- Implantation des geur totale est de 12,90 m pour tous Pour faciliter son passage au droit des
ouvrages d'art
sées par des diaphragmes espacés particuliers et les tabliers en ossature mixte pour les- diaphragmes, la partie supérieure de
de 8 à 11 m environ. La largeur des non courants. quels V = 350 km / h ( figure 4 ) : à cette ceux-ci a été échancrée sur une hau-
membrures, également constante, vaut vitesse, l'entraxe des voies est égal à teur de 75 cm, de manière similaire
1 000 mm en extrados et 1 200 mm 2- Block diagram 4,50 m, et les pistes de service doi- à ce qui a été récemment réalisé sur
en intrados. Les aciers mis en œuvre of the SEA HSL - vent être implantées au-delà de la zone le viaduc d'Haspelbaechel ( LGV Est -
Location of spe-
sont de nuance S355 et de qualité cial and non-stan- dangereuse, dont la largeur (comptée 2 e phase ). Ainsi, les diaphragmes cou-
conforme aux prescriptions de la norme dard engineering à partir du bord du rail extérieur) vaut rants et sur piles ne sont pas reliés au
NF EN 10025. structures. 2,50 m. L'épaisseur du hourdis varie hourdis supérieur.

Juin 2015 Travaux n° 915 57


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

Coupes longitudinales des ouvrages de longueur supérieure à 180 m

© Egis
3

PRA-OM non courants


Coupes transversales types du tablier au droit des massifs caténaire

© Egis
4

aux éléments finis complet du tablier,


ont montré que la diminution de rigidité
3- Coupes lon- en torsion induite par cette disposition
gitudinales des
ouvrages de constructive était négligeable ( de l'ordre
longueur supé- de 5 % ).
rieure à 180 m. Les murs en retour des culées ont
4- PRA-OM également été arasés à 80 cm sous
non courants - le niveau des membrures supérieures
Coupes trans-
versales types des poutres, pour libérer le passage à
du tablier au l'équipage mobile.
droit des massifs Cet espace est ensuite refermé par
caténaire. un barreaudage en acier, auquel on a
eu également recours pour remplacer
3- Longitudinal l'habituel mur de front en béton armé
sections of struc- ( figure  18 ).
tures of length
exceeding 180 m. L'IN3278 fixe les principes de mise
au dévers des voies et de définition
4- Non-standard
composite-frame du profil en travers de la plateforme
railway bridges - ferroviaire. Son application conduit à
Aux extrémités des tabliers, cette résonance localisée du tablier lors Typical cross retenir les règles suivantes au droit
connexion est rétablie par une retom- de l'entrée et de la sortie des trains sections of the des ouvrages d'art situés sur des ali-
deck at the level
bée en béton sur la membrure supé- ( figures 8 et 18 ). of the catenary gnements droits et dans les courbes
rieure du diaphragme sur culée, afin Des études comparatives menées au system founda- de rayon constant ( ces règles sont
de rigidifier les zones d'about et ainsi stade de l'avant-projet sur un ouvrage tions. illustrées par les exemples donnés en
de se prémunir du risque de mise en représentatif, au moyen d'un modèle figure 4 ) :

58 Travaux n° 915 Juin 2015


Viaduc de la Charente Sud (VIA 2053)
Élévations et coupes sur pile P4

5 6
© P. Le Doaré © Egis

à  Pour V > 300 km / h, le niveau 5- Viaduc de la Les piles hauteur de ses piles atteint 20 m. Pour
zéro des rails ( qui correspond au plan Charente Sud À l'exception des viaducs de la Boivre leur conférer la rigidité nécessaire, leur
(VIA 2053) - section est obtenue à partir de celle
de roulement ), nommé Z 0, est calé Préparation au et de la Charente Sud ( VIA 0970 et
à 690 mm au-dessus du niveau du lancement des 2053 ), les piles sont constituées de des piles du VIA 2053 en intercalant
point P du profil en long de la ligne ( le tabliers 1 et 2. deux fûts réunis en tête par un che- entre les parements architecturés deux
Z P, correspondant au niveau inférieur 6- Viaduc de la vêtre, de section elliptique de 2 m x panneaux plans de 2,50 m parallèles à
du ballast à l'axe de la plateforme, en Charente Sud - 4 m lorsqu’elles n’ont pas à résister l’axe longitudinal du pont. Pour limiter
section courante de terrassements hors Pile P4. aux efforts de freinage des convois le poids de la pile, le fût a été évidé,
ouvrage ). Sur le viaduc sur la Dordogne, ferroviaires. Pour respecter la limite de en conservant en tête un chevêtre plein
cette cote vaut 651 mm. 5- Charente 5 mm imposée au déplacement des de 4 m d’épaisseur.
à  Tant que le dévers d des voies South viaduct piles fixes sous l’effet du freinage et Les appareils d'appui
(VIA 2053) -
( c'est-à-dire la différence d'altitude Preparation du démarrage des trains, l’inertie lon- Les tabliers reposent sur les piles et les
entre les deux rails ) est inférieur ou égal for launching gitudinale de celles-ci est augmentée culées par l'intermédiaire d'une paire
à 100 mm, on donne à l’extrados du decks 1 and 2. en insérant entre les deux moitiés de d'appareils d'appui à pot de caoutchouc
hourdis supérieur un profil transversal 6- Charente la section elliptique un rectangle de placés sous chacune des poutres prin-
en toit incliné à 1 % vers les rives du South viaduct - largeur 2 m, et de longueur variable cipales ( figures 6, 8, 12, 14 et 17 ).
tablier. Au-delà, et jusqu'à d = 180 mm Pier P4. suivant les appuis et les ouvrages con- La déformation du caoutchouc confiné
( valeur maximale admise sur les LGV ), sidérés ( figures 8, 14 et 17 ). Les mêmes entre le pot et le couvercle autorise les
on donne à l’extrados une pente trans- outils coffrants peuvent ainsi être utili- rotations du tablier. Dans le cas d’ap-
versale en vélodrome à 4 % vers l’inté- altimétrique de chacun des quatre rails sés pour toutes les piles de ce type, pareils d’appui fixes, les déplacements
rieur de la courbe. par rapport au Z 0 conduit, sur ouvrage, qu’elles servent ou non d’appui fixe, horizontaux du tablier sont bloqués, au
à Si V > 300 km / h et d < 45 mm, à une épaisseur de ballast : en insérant des panneaux plans entre jeu de fabrication près, par le contact du
le décalage altimétrique entre le à Égale à 450 mm au droit du rail le les deux demi-cylindres ( figure 34 ). couvercle de l'appareil sur le pot. Dans
point P’ situé dans l’axe de l’ouvrage plus proche de l'extrados, valeur mini- Les piles du VIA 2053, d'une hauteur le cas d’appuis mobiles, le pot est sur-
à l’interface entre le ballast et l’étan- male admise sur les supports rigides vue modeste variant entre 6 et 8 m, monté par un dispositif de glissement
chéité et le point P du profil en long comme les hourdis de pont ; sont constituées d'un fût monolithique autorisant les déplacements horizontaux
de la ligne, ( Z P - Z P' ), vaut 145 mm. à Et n'excédant pas 550 mm au droit ( figure 6 ). Leur section oblongue a dans toutes les directions ( appui glissant
Si 45 ≤ d ≤ 100 mm, ( Z P - Z P') vaut du rail le plus éloigné de l'extrados, été retenue en raison de ses qualités multidirectionnel ), ou seulement suivant
( d / 3 + 130 mm ). Si d > 100 mm, valeur maximale admise en section hydrodynamiques. une direction privilégiée ( appui glissant
( Z P - Z P') vaut 100 mm. courante ( une épaisseur plus impor- Le VIA 0970 ( figures 10 à 13 ) est, unidirectionnel ). Les efforts horizontaux
L'application de ces règles et de celles tante entraînant des risques d'instabilité parmi les bipoutres mixtes de la suivant la direction perpendiculaire sont
définies dans l'IN3278 pour le calage de la voie sus-jacente ). LGV SEA, le plus éloigné du sol ; la alors bloqués par un taquet de guidage.

Juin 2015 Travaux n° 915 59


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

Coupes longitudinales des ouvrages


de longueur égale à 180 m
Les appareils d’appui doivent pouvoir
être remplacés pendant la durée de vie
de l’ouvrage. Des emplacements de
vérinage sont prévus à cette fin sous
les poutres principales du tablier.
Les équipements
L'extrados des tabliers est revêtu d'une
chape d'étanchéité adhérente, surmon-
tée d'une couche de protection. Sauf
prescription particulière, l'épaisseur
totale du système est de 30 mm. Elle
a été portée à 50 mm sur les ouvrages
qui devaient être empruntés par les
semi remorques d’approvisionnement
en caténaires et autres équipements.
Les rives des tabliers et les murs en
retour des culées sont équipés de
corniches architecturales en béton
armé dont la partie haute joue le rôle
de garde-corps ; une main courante
métallique est fixée sur leur face
intérieure. Leur hauteur minimale est
égale à 1,10 m par rapport au niveau
de la piste de service. Elle est portée
à 1,50 m lorsqu'ils doivent tenir lieu
d’écrans pare-ballast protégeant des
projections les infrastructures franchies,
et à 2,24 m ( soit 1,50 m au-dessus
du rail le plus haut de la voie contigüe,
dans la configuration la plus défavo-
rable ) lorsqu'ils assument également
le rôle de protection phonique ( figure 4 ).
Les pistes de service courent sur les
couvercles des caniveaux à câbles et
à eau. Leur largeur est supérieure au
minimum fixé par l’IN 168-1 ( 75 cm ).
Le TGV étant un mode de transport non
polluant, les eaux pluviales recueillies
sur le tablier sont rejetées directement
sous l'ouvrage par des gargouilles.
Le vide entre les extrémités du tablier
et le garde-grève des culées est ponté
par un joint-couteau à tôles glissantes,
franchi sans discontinuité par le ballast
et par les voies. Les parties métalliques
de l'ouvrage ( ferraillage du tablier et
des appuis, ossature du tablier, mains
© Egis

courantes... ), sont mises à la terre. 7


L'accessibilité pour l'inspection
détaillée et la maintenance
Lisea, société concessionnaire de la du plan de contreventement, l'espace à   On prévoit une réservation
ligne, en a confié la conception, la séparant les deux poutres principales Ø 100 mm traversant le chevêtre en
construction et l'intégration au Grou- est refermé par un caillebotis reposant tête de pile. Cette réservation permet
pement d'Intérêt Economique (GIE ) sur quatre profilés longitudinaux qui 7- Coupes le passage d’une caméra afin de photo-
longitudinales
Cosea. Dès sa mise en service, son prennent appui sur les traverses et des ouvrages graphier les faces intérieures des piles.
exploitation et sa maintenance seront les diaphragmes ( figures 13 et 17 ). de longueur Elle est fermée en tête par un bouchon
assurées par la société Mesea pour Des trappes d’accès permettent de égale à 180 m. vissé.
la durée de la concession ( 50 ans ). descendre dans les fosses de visite à  En pied de fût, on ménage dans
Les dispositions relatives à l'accessibi- ménagées dans les chevêtres en tête 7- Longitudinal le coffrage un point d’accès muré,
lité des ouvrages d'art pour leur inspec- des piles, pour l’inspection des appa- sections of consistant en une ouverture de
tion et leur entretien ont été définies en reils d’appui. structures of 1 000 x 1 000 mm fermée par un
length equal
accord avec le futur mainteneur, durant Afin de permettre l’inspection de l’inté- to 180 m. voile d'épaisseur réduite à 150 mm
les études d'avant-projet détaillé. rieur des piles creuses, les dispositions ( figure 12 ), armé uniquement par un
Les volumes intérieurs des culées et du suivantes ont été retenues pour tous treillis soudé anti-fissuration. Sa posi-
tablier sont visitables : juste au-dessus les ouvrages concernés de la ligne : tion est marquée par quatre repères

60 Travaux n° 915 Juin 2015


de nivellement. Elle est placée au- vrage des plateformes horizontales de
Viaduc du Mouzon (VIA 2598) dessus du niveau des plus hautes eaux
et en dehors de la zone des attentes
30 x 15 m de part et d’autre du tablier,
accessibles par la grue de montage et
Élévations et coupes sur pile-culée PC2
de la semelle. par la remorque de transport, tirée par
Toutes les parois extérieures des un camion. Pour certains ouvrages, la
ouvrages doivent pouvoir également réalisation de ces plateformes serait
être inspectées. Ils sont tous conçus contraire à l’objectif de préservation du
pour être "moogables", c'est-à-dire milieu naturel qui a conduit à construire
capables de recevoir une passerelle de un viaduc. Dans ces cas, il est prévu de
visite de type MOOG ®, qui se déplace recourir à des solutions alternatives :
sur le tablier sans faire obstacle au à  Examen à distance, à l'aide de
passage des trains. Mais pour le moyens optiques portés par des drones
montage et la mise en place de cette aériens ( solution déjà mise en œuvre
passerelle, il faut aménager sous l’ou- sur les LGV du réseau ferré national )
ou par un engin téléguidé de 2 à 3 t
circulant sur la piste de service et muni
d'un bras articulé télescopique ( ce
8- Viaduc du projet est en cours de développement).
Mouzon (VIA Ces moyens optiques sont associés à
2598) - Éléva- des logiciels de traitement et d’analyse
tions et coupes qui assemblent les images, détectent
sur pile-culée et caractérisent les désordres consta-
PC2.
tés (type, longueur, ouverture, ... ) et les
9- Viaduc du
Mouzon - Pose reportent sur les plans de l’ouvrage.
de l'étanchéité. à   Examen direct, à partir d'une
nacelle télescopique mobile, se dépla-
8- Mouzon via- çant au sol dans l'emprise de l'ouvrage
duct (VIA 2598) - ( les nacelles "araignée" montées sur
Elevation views châssis chenillé, de faible encombre-
and cross sec- ment, peuvent intervenir sans autre
tions on abut-
ment pier PC2. préparation du terrain que celle qu’im-
9- Mouzon via- pose la construction de l’ouvrage ), ou
duct - Placing d'une nacelle ferroviaire négative sur
waterproofing. train travaux ou sur engin rail-route.
© Egis

8
© P. Le Doaré

Juin 2015 Travaux n° 915 61


OUVRAGES

ART Coupes longitudinales des ouvrages


d’

Imaginer
de longueur inférieure à 180 m
Concevoir
Construire

10- Coupes
longitudinales
des ouvrages
de longueur
inférieure à
180 m.

10- Longitudi-
nal sections
of structures
of length less
than 180 m.

Le schéma statique :
priorité donnée à
la continuité du rail
Si l'on excepte le cas particulier du
viaduc sur la Dordogne qui est exposé
plus loin dans cet article, il a été pos-
sible de proposer pour ces PRA-OM
une conception dans laquelle "le rail ne
voit pas l'ouvrage", c'est-à-dire que le
schéma statique retenu permet au bal-
last et aux longs rails soudés ( LRS ) de
franchir sans coupure les joints sépa-
rant le tablier de ses remblais contigus.
Les ouvrages présentent tous des
longueurs dilatables L T inférieures ou
égales à 90 m ; la portée de leurs tra-
vées varie entre 30 et 56 m. Ils peuvent
être classés en deux groupes :
à Les viaducs de la Charente Sud
( VIA 2053 ) et du Mouzon ( VIA 2598 )
d'une part, d'une longueur supé-
rieure à 180 m ( respectivement
375 et 243 m, voir figure 3 ). Ces
ouvrages sont de type "estacade",
c’est-à-dire constitués d’une suc-
cession de modules de tablier indé-
pendants reposant à leurs extrémi-
tés sur des piles-culées communes,
à Les 10 autres bipoutres d'autre
part, d'une longueur égale ( figure 7 )
ou inférieure ( figure 10 ) à 180 m,
constitués d'un tablier monolithique.
Le schéma fonctionnel est reporté sur
les coupes longitudinales ( "AF" signifie
appui fixe, et "AM" appui mobile ou
glissant ). Dans le cas des tabliers en
béton ou en ossature mixte, le Réfé-
rentiel Technique impose de limiter à
90 m les longueurs dilatables pour
pouvoir se passer d’appareils de dila-
tation des voies ( AD ). Pour six viaducs
sur douze ( les VIA 0305, 1158, 2251,
2458, 2598 et 2624 ), la géométrie de
la ligne au droit des ouvrages interdisait
en tout état de cause de recourir à ces
appareils, suivant les critères fixés à
l'IN3278.
Par ailleurs, s'affranchir de leur mise
en œuvre peut présenter plusieurs
avantages :
à Les AD constituent des points sin-
guliers du schéma des installations
© Egis

ferroviaires, au droit desquels les opé- 10

62 Travaux n° 915 Juin 2015


© Cosea © Egis

Viaduc de la Boivre (VIA 0970)


Élévations et coupes sur pile P1

11 12

Tablier du viaduc de la Boivre


Contreventement inférieur, passerelle de visite et accès aux têtes de pile
11- Viaduc de la
Boivre (VIA 0970) -
Porte-à-faux avant
accostage sur P1.
12- Viaduc de la
Boivre - Élévations
et coupes sur pile
P1.
13- Tablier du via-
duc de la Boivre -
Contreventement
inférieur, passe-
relle de visite et
accès aux têtes
de pile.

11- La Boivre via-


duct (VIA 0970) -
Cantilever before
docking on P1.
12- La Boivre via-
duct - Elevation 13
views and cross © Egis
sections on pier
P1.
13- Deck of La rations de maintenance sont délicates. tation ( confort aux grandes vitesses ) et ciable lorsque les ouvrages sont hauts
Boivre viaduct - La continuité du LRS a été privilégiée à de maintenance de la ligne. et les sols de qualité médiocre. Sur les
Lower wind bra- chaque fois qu'elle était techniquement à  Limiter la longueur des tabliers tabliers continus de grande longueur,
cing, inspection
foot bridge and possible sans contrainte rédhibitoire sur permet de limiter l'intensité des efforts les efforts horizontaux longitudinaux
access to pier la conception des ouvrages d'art, parce horizontaux transmis aux appuis fixes peuvent excéder la capacité de résis-
caps. qu'elle améliore les conditions d'exploi- et à leurs fondations, ce qui est appré- tance des plus gros appareils d’appui ;

Juin 2015 Travaux n° 915 63


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

ils doivent alors être repris en totalité fixes induisant des efforts supplémen-
par un dispositif mécanique indépen-
dant, comme l'attelage du tablier sur
taires dans les appuis lorsque le tablier
change de longueur sous l'effet des
Viaduc des Lorettes Nord (VIA 2449)
Élévations et coupes sur pile P2
la culée C6 du viaduc de la Vienne variations de température, il s'agissait
( VIA 0418 ), le 15 e PRA-OM non cou- dans ce cas de rechercher un équilibre
rant de la LGV SEA, d'une longueur entre deux contraintes antagonistes :
de 344,50 m, et qui a fait l'objet d'un les piles fixes devaient être suffisam-
article spécifique dans le numéro 912 ment rigides pour limiter leur dépla-
de Travaux. cement horizontal en tête aux 5 mm
à   L'amplitude des déplacements imposés par le référentiel sous l’effet
horizontaux d'extrémité des tabliers est du freinage et du démarrage des trains,
limitée ; on se trouve dans le domaine mais le moins rigides possible pour
d'utilisation des joints-couteaux, voire limiter les effets défavorables des varia-
des joints en Té pour les ouvrages les tions thermiques.
plus courts. Pour des tabliers longs,
il est en revanche nécessaire de recou-
rir à des joints garde-ballast ( figure 28 ).
Pour les tabliers de longueur inférieure 14- Viaduc des
ou égale à 180 m, on s'est limité à Lorettes Nord
(VIA 2449) - Élé-
chaque fois que possible à un seul vations et cou-
point fixe, disposé sur la pile la plus pes sur pile P2.
raide ou sur une pile centrale lorsque 15- Lancement
l'ouvrage fait 180 m. Lorsque la confi- du tablier du
guration de la brèche ne l'autorisait viaduc du Palais
(VIA 2507).
pas ( comme pour les deux viaducs des
Lorettes ou le viaduc de la Boivre ), les
14- Lorettes
déplacements longitudinaux ont été blo- North viaduct
qués sur deux piles à la fois. Le sys- (VIA 2449) -
tème d’appui étant symétrique, et les Elevation views
rigidités des deux piles très voisines, le and cross sec-
tions on pier P2.
point qui reste fixe lorsque le tablier se
15- Launching
dilate sous l’effet de la température se the deck of the
trouve toujours au milieu de l’ouvrage. Palais viaduct
Le schéma hyperstatique à deux points (VIA 2507).

© Egis
14

© P. Le Doaré

15

64 Travaux n° 915 Juin 2015


Viaduc de la Vonne (VIA 1158)
Élévations et coupes sur pile P2

16 17
© P. Le Doaré © Egis

Les efforts horizontaux restent dans 16- Le franchisse- Le respect du critère des 5 mm a support bloquent leurs déplacements
les limites imposées par la technologie ment de la Vonne donc été déterminant sur les ouvrages longitudinaux.
(VIA 1158).
des appareils d’appui. Dans le cas de "hauts". Une étude des effets de l'inte- L'étude d'IVO a été classiquement réa-
certains ouvrages soumis à des sollici- 17- Viaduc de la raction voie-ouvrage ( IVO ), également lisée au moyen d'un modèle de calcul
Vonne - Élévations
tations de service ou sismiques impor- et coupes sur désignés sous le terme "interaction filaire tridimensionnel de l'ouvrage et
tantes, les forces horizontales appli- pile P2. rail-structure" ( IRS ), a été réalisée dès de ses fondations, dans lequel chaque
quées aux appareils d’appui étaient 18- Viaduc des l'avant-projet détaillé pour tous les voie est modélisée, sur l'ouvrage et sur
cependant élevées en comparaison Lorettes Nord - PRA-OM dits non courants ; elle a per- 150 m de part et d'autre de celui-ci,
des efforts verticaux concomitants ; Élévation et cou- mis de dimensionner au plus juste les par une file de barres horizontales
pes sur culée C0.
dans ce cas, on a eu recours à des fûts et les fondations des points fixes. ( figure 21). Au droit de l'ouvrage, ces
appareils d’appui sphériques, moins 16- The Vonne
Cette étude permet de tenir compte de deux files de barres sont reliées au
encombrants que des appuis à pot. crossing (VIA 1158). la participation significative de la voie à tablier par des liaisons verticales rigides,
17- La Vonne via- la reprise des efforts horizontaux géné- à raison d’une par mètre. Au droit des
éléments de conception duct - Elevation rés par les trains : les longs rails soudés remblais, ces liaisons sont supportées
particuliers views and cross qui franchissent sans discontinuité les par des appuis encastrés. Une rotule
De l'importance de la prise sections on pier P2. joints de l'ouvrage reprennent une par- au comportement non linéaire est
en compte des effets de 18- Lorettes tie de l'effort, parce qu'au-delà d'une introduite en tête de chacun des bras
North viaduct -
l'interaction voie-ouvrage Elevation view certaine longueur sur la section cou- rigides ; elle permet de simuler la loi de
L'approche sécuritaire and cross sections rante de terrassements, les frottements comportement bilinéaire caractérisant
de l'eurocode on abutment C0. entre la voie, le ballast et la plateforme la résistance au cisaillement du ballast.

Viaduc des Lorettes Nord


Élévation et coupes sur culée C0
© Egis

18

Juin 2015 Travaux n° 915 65


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

19 20
© P. Le Doaré © P. Le Doaré

Les effets de l'IVO sont donc favorables Pour une longueur chargée de 180 m, lorsque les longueurs dilatables valent
pour les points fixes du pont, mais on obtient un pic de contrainte de plate- 19- Bétonnage 90 m.
défavorables pour la voie puisque, les forme d'environ 10 MPa aux extrémités du hourdis À titre d'exemple, les résultats obtenus
rails étant continus, les déformations de du train de charges. du viaduc des pour le viaduc des Lorettes Nord sont
Lorettes Nord.
l'ouvrage génèrent des contraintes dans En pratique, lorsque le point fixe se fournis en figure 22. Pour cet ouvrage
20- Le viaduc de
la voie. L'EN 1991-2 permet de tenir trouve au milieu de l'ouvrage et que la Font des Filles relativement haut et dont les fonda-
compte de cette participation des rails celui-ci a un système d'appui symé- (VIA 2251). tions traversent 8 m d'alluvions molles
à la reprise des efforts de freinage, à trique, les variations de la température 21- Viaduc des avant de rencontrer un sol consistant,
condition de justifier que les contraintes du tablier génèrent des contraintes Lorettes Nord - une augmentation de la raideur des
additionnelles Δσ qu'ils subissent sous dans les rails, mais les efforts en tête Modèle de calcul appuis n'a que peu d'influence sur la
les effets cumulés de la température et des piles fixes ne sont pas affectés par pour l'étude contrainte obtenue dans le rail ; celle-ci
des effets de
des trains ne dépassent pas les limites les effets de l'IVO. Dans cette configu- l'interaction est pour une part importante due aux
fixées par son article 6.5.4.5.1, soit, ration, le rail ne soulage donc l'ouvrage voie-ouvrage. dilatations thermiques, qui dépendent
pour une voie ballastée, 72 MPa en que pour la reprise des efforts générés de L T.
compression et 92 MPa en traction. par les convois ferroviaires. Cette par- 19- Concreting L'approche globale : la vérifica-
Δσ est une "surcontrainte" ; elle cor- ticipation est cependant importante : the top slab of tion de la stabilité du LRS
respond, toutes choses étant égales par dans le cas du viaduc des Lorettes Lorettes North La réalisation de voies en LRS, dont le
ailleurs, au surcroît de contrainte induit Nord ( 2 piles fixes ), les calculs ont viaduct. fonctionnement a été théorisé dès les
dans le rail par la présence de l'ou- montré que 37 % des efforts de frei- 20- Font-des- années 1930, a été rendue possible par
Filles viaduct
vrage, par rapport à une configuration nage-démarrage passaient directement (VIA 2251). des progrès techniques relativement
où le rail serait porté par un remblai de par le rail ; pour le viaduc du Palais ( un récents, comme la production d'aciers
21- Lorettes
grande longueur. Elle est donc obtenue point fixe central ), ce pourcentage North viaduct - à très haute limite élastique, l'amélio-
en soustrayant aux contraintes données atteint 47 %. Calculation mo- ration des techniques de soudure, et le
par le calcul d'IVO la contrainte dite Le calcul d'IVO confirme par ailleurs del for studying développement d'équipements de voie
"de plateforme", obtenue en appliquant que la surcontrainte dans les rails the effects of fiables comme les attaches élastiques.
track-bridge
les charges ferroviaires à un modèle où tangente les limites admissibles fixées interaction. Les rails 60E1 ( ou UIC60 ) mis en œuvre
le rail repose sur un remblai continu. par l'eurocode et rappelées ci-dessus, sont de nuance R260 ; la résistance

Viaduc des Lorettes Nord


Modèle de calcul pour l'étude des effets de l'interaction voie-ouvrage
© Egis

21

66 Travaux n° 915 Juin 2015


Viaduc des Lorettes Nord Profils de voie plein et renforcé
Contraintes additionnelles dans les rails dues à la présence de l'ouvrage

24
© Egis

Lorsque cette méthode atteint ses


limites, il est loisible de recourir à une
22- Viaduc des approche plus globale d'étude de la
Lorettes Nord -
Contraintes ad- stabilité du LRS, dans laquelle on
ditionnelles dans quantifie et somme en chaque point
les rails dues les effets propres à la voie et ceux
à la présence générés par l'ouvrage. Son principe est
de l'ouvrage.
schématisé en figure 23. La contrainte
23- Principe de
vérification de la dans le rail et la résistance latérale de
stabilité du LRS. la voie sont exprimées en équivalent
24- Profils Kelvin ( °K ).
de voie plein On considère que, du fait des condi-
et renforcé. tions climatiques, la température du rail
peut monter jusqu'à 60°C. Sa tempé-
22- Lorettes rature de libération est prise égale à
North viaduct - 15°C ( ce qui signifie que s'il est plus
Additional froid au moment de la pose, il est mis
stresses in
rails due to en traction à l'aide de vérins hydrau-
liques afin de compenser la différence,
© Egis

22 the presence
of the structure. avant soudure ). Il pourra ainsi subir une
23- Technique variation maximale de température due
Principe de vérification for verification aux conditions climatiques de 45°K.
of LRS stability.
de la stabilité du LRS 24- Plain and
À cette valeur, on cumule :
à L'élévation de température due à la
reinforced
track profiles. maintenance ;
à L'échauffement supplémentaire des
rails pouvant résulter du passage de
trains utilisant les freins à courants
de Foucault ( FCF ), ce qui est le cas
minimale garantie de l'acier est de de certains trains allemands. Le
880 MPa. référentiel limite cet échauffement
Pour garantir la sécurité de la voie, il à 18°K ;
faut s'assurer que la contrainte totale à Et les surcontraintes dues à la pré-
susceptible d'apparaître dans le rail sence de l'ouvrage.
( c'est-à-dire la somme des contraintes La résistance de la voie au flambement
propres au comportement de la voie en latéral est, quant à elle, fonction du
section courante, et de celles liées à la schéma d'armement ( caractéristiques
présence de l'ouvrage ) reste inférieure du tracé, des rails et des traverses,
à la contrainte critique pouvant conduire du profil du ballast ) et de la stratégie
à un flambement latéral de la voie ou à retenue pour l'intervention en mainte-
un cisaillement excessif dans le ballast. nance sur les défauts de voie ( nivel-
Par simplification, cette limite admis- lement, dressage, écartement moyen ).
sible a été divisée en deux parts dans Le référentiel distingue les seuils de
la pratique courante, l'une réservée à défauts VI ( ayant valeur d'intervention,
l'ingénierie de la voie et l'autre à celle qui sont ceux conventionnellement rete-
de l'ouvrage. nus sur le RFN ) et VR ( ayant valeur de
Cette approche, qui est celle proposée ralentissement ).
par l'eurocode ( les 72 MPa en com- Dans le cas des viaducs des Lorettes
pression et 92 MPa en traction sont Nord et du Palais, le diagramme des
la part allouée à l'ouvragiste ), permet surcontraintes de compression dans les
donc d'étudier séparément les effets rails dues à la présence de l'ouvrage
sur l’ouvrage et en section courante. présentait des pics au droit des culées,
© Egis

23 Elle est conservative. d'intensité supérieure à 72 MPa ( res-

Juin 2015 Travaux n° 915 67


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

Viaduc sur la Dordogne (VIA 2969)


Coupe longitudinale

25
© Egis

pectivement 79 et 99 MPa ). Une étude Le cas particulier du viaduc 25- Viaduc sur de la capacité des sols à porter les
de vérification de la stabilité des voies, sur la Dordogne la Dordogne (VIA remblais au-delà de l’ouvrage.
2969) - Coupe
confiée à l'ingénierie de la SNCF, a Le viaduc qui franchit la Dordogne longitudinale. Au sud, les terrains ont des caracté-
permis de s'assurer que ces deux est l’un des plus longs de la LGV 26- VIA 2969 - ristiques moyennes en surface, mais
ouvrages pouvaient être franchis sans ( figures 25 à 29 ). Sa conception pri- Coupe transver- il était possible de construire les rem-
interruption du LRS. Sur le viaduc du maire est guidée par des contraintes sale sur VSP 11. blais sans dispositions particulièrement
Palais, les résultats obtenus ont été diverses. 27- VIA 2969 - onéreuses.
les suivants : La Dordogne est navigable, un gabarit Coupes sur pile On a donc pu optimiser la longueur de
P7 (Jonction
à La contrainte maximale dans le de navigation de 14,50 m x 60 m doit viaduc d'accès - l’ouvrage et le profil en long, la seule
rail valait 58,1°K en l'absence être respecté dans la travée centrale. viaduc principal). contrainte étant le franchissement de
de trains à FCF, et 76,1°K dans Les deux travées adjacentes à la travée la RD 115.
le cas contraire. La part due à la centrale dégagent un gabarit équivalent 25- Viaduct over Au nord, par contre, les sols du marais
présence de l'ouvrage vaut 8,1°K, ( réduit en hauteur de 600 mm dans les the Dordogne de la Virvée sont très compressibles.
soit respectivement 14 et 11 % de coins extérieurs ). Les chenaux de navi- (VIA 2969) - Lon- La position de la culée répond donc à
gitudinal section.
la contrainte totale ; gation doivent être compatibles avec la nécessité de limiter au maximum la
26- VIA 2969 -
à Avec un profil de voie renforcé qui ceux du viaduc de l’Autoroute A 10, Cross section on hauteur du remblai, la pente adoptée
est celui retenu sur ces ouvrages situé à quelques centaines de mètres segment VSP 11. pour le profil en long est la plus forte
( figure 24 ), la voie peut résister en aval. La position des appuis en 27- VIA 2969 - possible ( 2,5 %), compatible avec le
à une contrainte équivalente de rivière est donc pratiquement imposée Cross sections on rayon de 8 500 m à l’axe de l’ouvrage.
89,4°K sur la base d'un défaut et, en conséquence, les portées fixées, pier P7 (connec- Les appareils d’appui sur culée respec-
tion of access
de voie de type VI, et de 76,9°K égales à 100 m. La longueur totale de viaduct and main tent tout juste les critères de maintien
pour un défaut de voie de type VR. l’ouvrage a été déterminée en fonction viaduct). hors d’eau lors des crues.

VIA 2969 VIA 2969


Coupe transversale sur VSP 11 Coupes sur pile P7 (Jonction viaduc d'accès - viaduc principal)

26 27
© Egis © Egis

68 Travaux n° 915 Juin 2015


28- VIA 2969 -
Joint garde-
VIA 2969 ballast sur P7.
Joint garde-ballast sur P7
29- VIA 2969 -
Coupes sur
culée C0.

28- VIA 2969 -


Backwall joint
on P7.
29- VIA 2969 -
Cross sections
on abutment C0.

La longueur totale de l’ouvrage a ainsi


© Freyssinet

été fixée à 1 319 m, ce qui impose au


28 moins deux paires d'appareils de dila-
tation de voie ( AD ), selon les usages
VIA 2969 ferroviaires en France. On notera, de
façon incidente, que la règle qui impose
Coupes sur culée C0
une distance maximale de 450 m entre
point fixe et AD n’est pas une règle
adoptée dans tous les autres pays
européens. Mais cette règle présente
l’avantage d’éviter des dispositions par-
ticulières pour limiter la portée du rail
entre les deux traverses situées de part
et d’autre du joint de structure.
Les portées importantes de l’ouvrage
au-dessus de la Dordogne rendaient
difficile l’implantation d’un joint de
structure dans cette zone. On a donc
préféré disposer les joints de dilatation
de part et d’autre du franchissement du
fleuve. Ce franchissement est assuré
par un viaduc principal de 800 m de
longueur à 9 travées de 61,85 m,
86,40 m, 5 x 100 m, 86,40 m et
61,85 m. Le tablier de cet ouvrage
est un caisson en béton précontraint,
construit par encorbellements succes-
sifs à l’aide d’équipages mobiles. Le
tablier est encastré dans les deux piles
centrales et simplement appuyé sur les
autres piles, par l’intermédiaire d’appa-
reils d’appui à pot glissants. Le point
fixe "théorique" est l’axe de la travée
centrale, il est donc situé à 400 m du
© Egis

29 joint de dilatation de la structure.

Juin 2015 Travaux n° 915 69


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

Mais en cas de rigidités différentes des


fondations des deux piles encastrées,
la modification de position du point fixe
Équipages mobiles de bétonnage du hourdis
ne conduirait pas à déroger à la règle
des 450 m.
De part et d’autre du viaduc principal,
on a disposé deux travées isostatiques,
qui portent les paires d’appareils de
dilatation de voie ( AD ). Ces travées
ont une portée de 38,50 m. Les lignes
d’appareils d’appui de la travée isos-
tatique sont situées respectivement à
3,75 m de la ligne d’appareils d’appui
du viaduc principal et à 3 m de la ligne
d’appareils d’appui du viaduc d’accès.
Ces travées répondent aux critères ( bien
français eux aussi et pas du tout par-
tagés par nos partenaires européens )
de la "travée inerte". Malgré tous nos
efforts pédagogiques pour expliquer
que la notion d’immobilité avait peu
d’exemples absolus dans l’univers
et que seuls les mouvements relatifs
avaient un sens, nous avons dû adop-
ter un système comportant des lignes
d’appui fixes de part et d’autre de cette
travée isostatique, ce qui génère d’im-
portants efforts horizontaux dans les
piles, pour un gain somme toute assez
faible en termes de mouvements rela-
tifs de la travée inerte par rapport aux
tabliers adjacents. Nous espérons que
nos efforts, restés vains cette fois, pour
libérer la travée inerte, pourront porter
leurs fruits lors de la construction d’un
prochain ouvrage.
Les viaducs d’accès, de longueurs
298,50 m au nord et 133,50 m au sud,
sont des tabliers en ossature mixte de
conception semblable à celle de tous
les autres ouvrages mixtes de la ligne.
Ils comportent un appui fixe sur culée
et se dilatent vers la travée inerte.
Les joints de structure situés de part et
d’autre des travées inertes sont équipés
de garde-ballast réglables.
Les piles du viaduc principal ont un
fût elliptique orienté parallèlement au
courant du fleuve. Un chapiteau circu-
laire permet de disposer les appareils
© CMC / CBDI

d’appui selon les axes du tablier.


Les piles des viaducs d’accès compor- 30
tent deux fûts elliptiques reliés en tête
par un chevêtre.
L’architecture originale et habilement déterminé la longueur des ouvrages. plaisance, pour lesquelles l'ouvrage
coordonnée avec les contraintes tech- Les 374,80 m du viaduc de la Charente libère un gabarit de 3,50 m au-dessus
niques est due à Thomas Lavigne et Sud ( figures 3 et 31 ) se décomposent 30- Équipages de la cote des plus hautes eaux navi-
Thomas Poulard de l’agence Architec- en 4 tronçons de 64,60 m, 180 m, mobiles de gables, le long des berges. Les modules
bétonnage
ture et Ouvrages d’Art. 65,60 m et 64,60 m. Le module n°2, du hourdis. latéraux ou viaducs d’accès, au nombre
centré sur le lit mineur de la Charente, de trois ( un au nord et deux au sud ),
Les contraintes propres est un tablier à quatre travées de por- sont des tabliers à deux travées de
30- Mobile rigs
aux sites traversés tées égales à 40 m, 50 m, 50 m et for top slab portées égales à 31,80 m.
Dans le cas des viaducs de la Cha- 40 m. La Charente n’est pas classée concreting. Les inondations sont fréquentes : la
rente Sud et du Mouzon, ce sont les comme voie navigable, mais elle est Charente commence à déborder pour
contraintes géotechniques qui ont fréquentée par des embarcations de des crues de fréquence biennale.

70 Travaux n° 915 Juin 2015


31
© P. Le Doaré

Le lit majeur, dont la largeur atteint près épaisseur importante de sols compres- pas 90 m. L'ouvrage se compose d’un
de 500 m, contribue pour plus de la 31- Le viaduc sibles, surmontant un substratum dont tablier à deux travées de 38 m, fixé
moitié à l’écoulement de la crue cen- de la Charente la topographie et les caractéristiques sur la pile culée PC2, et d’un tablier à
tennale. Pour que la construction de la Sud avant tir sont très irrégulières. La longueur du quatre travées de 36 m, 50 m, 45 m
de la caténaire.
ligne nouvelle n’ait pas d’effet sur les viaduc a donc été portée de 117 m à et 34 m, fixé sur sa pile centrale P4.
32- PRA-OM
conditions d’écoulement des crues, les courants - Coupe 243 m, afin de réduire la hauteur des L’intervalle entre les deux lignes d’ap-
études hydrauliques ont montré qu'il transversale type remblais d’accès et de les écarter de pui de la pile-culée PC2 est égal à 2 m
aurait fallu encadrer le module central du tablier au la zone où les sols compressibles sont ( figure 8 ). Il n’était pas possible de réta-
sur les deux rives par des ouvrages de droit des massifs les plus épais ( figures 3 et 9 ). Comme blir la RD 910 bis sous le viaduc car
décharge très conséquents ( 20 dalots caténaire. la géométrie de la ligne au franchisse- les profils en long de la ligne et de la
de 5 m d’ouverture en rive gauche et 33- Viaduc ment de la vallée ne permet pas d’im- route étaient trop proches ; elle a donc
du Mouzon -
12 en rive droite ). Cette solution a été Réponse dyna- planter un appareil de dilatation sur les fait l’objet d’une déviation définitive,
abandonnée au profit d’un viaduc long, mique au pas- voies, le tablier a été découpé en deux franchie par un pont-cadre en béton
en raison des difficultés qu’impliquait sage des convois tronçons continus, de telle sorte que armé ( le PRA 2600 ), à une trentaine
l’édification de remblais d’accès dans le ferroviaires. les longueurs dilatables n’excèdent de mètres de la culée C6.
lit majeur : les alluvions compressibles
de surface nécessitaient être purgées 31- The Charente
sur des profondeurs importantes, sous South viaduct
before pulling
le niveau de la nappe, à l’abri d’une the catenary Viaduc du Mouzon
enceinte de travail étanche. system. Réponse dynamique au passage des convois ferroviaires
Le Mouzon est un cours d’eau 32- Standard
modeste. La vallée est suivie en rive composite-
droite par la RD 910 bis, qui constitue frame railway
un axe nord-sud relativement important. bridges - Typical
cross section
Pour préserver la continuité écologique of the deck at
du lit majeur et pour mieux insérer la the level of the
ligne nouvelle dans le paysage de la catenary system
vallée, il était initialement prévu de fran- foundations.
chir le Mouzon par un viaduc à 3 tra- 33- Mouzon
viaduct - Dyna-
vées dégageant une portée centrale de mic response to
45 m. Mais les reconnaissances géo- train crossing.
techniques ont mis en évidence une

PRA-OM courants
Coupe transversale type du tablier au droit des massifs caténaire

32 33
© Egis © Egis

Juin 2015 Travaux n° 915 71


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

Pour les viaducs jumeaux 2449 et 2458


( figures 1, 7, 14 et 19 ), dits "viaducs
des Lorettes Nord et Sud", les enjeux
Viaduc de la Vonne 34- Viaduc de
Outil coffrant des fûts à section elliptique - Configuration "5 m" la Vonne - Outil
déterminants étaient écologiques. coffrant des fûts
Situés à 45 km au sud d’Angoulême, à section ellip-
tique - Configu-
dans une zone profondément rurale, ils ration "5 m".
sont éloignés de 750 m seulement, et 35- Viaduc
enjambent le ruisseau des Lorettes puis de la Charente
son confluent, la Poussonne. Sud - Matériel
Les cours de ces ruisseaux présentent de lancement :
une grande richesse écologique, qui Avant-bec, point
fixe et queue
justifie des mesures de protection par- de traction.
ticulières. C’est principalement pour ne
pas détériorer la qualité de cet habitat 34- La Vonne via-
que l’on a décidé de les franchir par duct - Sectional
des viaducs, en s’appliquant à garder formwork for
intacte une bande de 25 m de largeur elliptical-section
autour de leur lit mineur. Les biais des shafts - "5 m"
configuration.
franchissements et la hauteur des
35- Charente
remblais ( de 18 à 22 m au-dessus du South viaduct -
cours d’eau ) auraient fait d'un rétablis- Launching equip-
sement par simple dalot en béton armé ment: launching
un boyau obscur de plus d'une centaine nose, fixed point
de mètres de long, en pratique infran- and tractor tail.
chissable par la faune. 34
© ERSEM
Ces contraintes conduisent à des
ouvrages d'une longueur importante.
Celle-ci a néanmoins pu être limitée son édification ne pose pas de diffi- Le comportement dynamique bilité. Les critères dynamiques ( accé-
à 180 m ; la travée centrale de 50 m culté majeure ; les matériaux de déblai des ouvrages sous lération verticale, flèche, gauche ) sont
permet de dégager suffisamment le disponibles sur la section pouvaient être circulations ferroviaires pourtant souvent dimensionnants aux
fond de vallon, et les pieds de talus des réutilisés pour les blocs techniques, et Toute tentative de généralisation grandes vitesses. C'est pourquoi tous
remblais contigus à l'ouvrage, raidis les colluvions tapissant les pentes du semble hasardeuse s'agissant de la les ouvrages d'art dits non courants de
à 3H / 2V, n'engagent pas le couloir thalweg, d'une compacité non négli- réponse dynamique des ouvrages la LGV SEA ont fait l'objet d'une double
écologique. Le remblai subsiste avec geable et de faible épaisseur ( de 1 à sous circulations ferroviaires, compte étude de la réponse dynamique de la
une épaisseur notable sur 100 à 150 m 3 m ), pouvaient être purgées sous ces tenu du nombre de paramètres pouvant structure au passage des dix trains
de part et d’autre des viaducs, mais blocs. influer sur le résultat et de leur sensi- du modèle de charge HSLM-A ( train

© GAGNE
35
Viaduc de la Charente Sud
Matériel de lancement : Avant-bec, point fixe et queue de traction

72 Travaux n° 915 Juin 2015


Viaduc des Lorettes Nord
Matériel de lancement : Avant et arrière-becs, systèmes de traction et de retenue

recourir à de l'inertie variable. Pour le


rapport des portées entre la travée de
rive et sa travée adjacente, on a recher-
ché des valeurs comprises entre 0,75
et 0,85.
à Pour des tabliers continus à deux
travées équipées d'un contreventement
métallique, il semble préférable d'éviter
les portées inférieures à 35 m lorsque
la hauteur des poutres est constante.
Sur le viaduc du Mouzon, les portées
de 38 m du tablier à deux travées sont
nécessaires pour que son accélération
verticale n’excède pas 3,5 m / s 2. Sur
le viaduc de la Charente Sud, la hau-
teur des poutres a été augmentée de
3,40 m à 3,80 m sur les viaducs d'ac-
© URSSA - ALE

cès à deux travées de portées égales


36 à 31,80 m, pour respecter cette limite
( par variation linéaire de hauteur dans
les travées P1-PC2 et PC6-P7 ).
dynamique universel ) jusqu'à 1,2 x V 36- Viaduc à Le comportement dynamique des Pour le franchissement de la Vienne
= 420 km / h, à l'avant-projet détaillé des Lorettes ouvrages sous circulation à grande ( VIA 0418 ), on a eu recours à un
puis à l'exécution. Malgré leur relative Nord - Matériel vitesse s'améliore lorsque l'hypers- tablier de 344,50 m de longueur à
légèreté, liée au choix du contrevente- de lancement : taticité de la structure augmente. Les 6 travées de portées égales à 56,50 m
Avant et arrière-
ment inférieur métallique, la conception becs, systèmes travées courtes ( portées inférieures à - 62,50 m - 60,50 m - 58,50 m
des PRA-OM reste classique et elle a de traction et 30 m ) sont les plus sensibles du point - 56,50 m - 50 m. La hauteur des
été éprouvée sur les précédentes LGV. de retenue. de vue dynamique. Les travées de rive poutres vaut 3,95 m sur C0, 4,20 m
Le retour d'expérience permet cepen- sont souvent les plus sollicitées. sur P1 et 3,50 m sur C6, la variation
dant de dégager quelques recettes 36- Lorettes à Pour des tabliers continus à trois entre ces trois valeurs étant linéaire ; la
simples s'agissant du choix de la North viaduct - travées ou plus, non encastrés sur largeur des membrures supérieure et
travure et des élancements pour des Launching leurs appuis, et pour des élancements inférieure est respectivement de 1 100
equipment:
tabliers de PRA-OM de conception launching tail au 1/15 e, la gamme de portées 30 m et 1 200 mm.
semblable à ceux présentés ici, sup- and nose, trac- - 55 m est accessible aux poutres à à Pour des tabliers continus à trois
portant deux voies ballastées circulées tion and restrai- hauteur constante ; au-delà des 60 m, travées ou plus, dont les portées sont
à 350 km / h : ning systems. il peut être rapidement nécessaire de inférieures à 30 m, le recours à un
contreventement inférieur par dalles
préfabriquées en béton armé semble
préférable, car le surcroît de masse
qu'il procure améliore le comporte-
ment dynamique. C'est cette solution
qui a été retenue pour 6 des 8 PRA-
OM courants de la LGV SEA, qui se
situent dans cette gamme de portées
( figure 32 ). Leurs diaphragmes, de
pleine hauteur, sont connectés au
hourdis supérieur.
Les résultats des calculs dynamiques
effectués à l'avant-projet pour le viaduc
du Mouzon sont présentés en figure 33.

Juin 2015 Travaux n° 915 73


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

Les courbes données sur le premier ces deux ouvrages, afin de simplifier les méthodes position ), et pour les tabliers du viaduc
graphe sont des enveloppes triples : leur réalisation. Ils ont été rempla- de construction du Mouzon.
elles indiquent, pour chaque section de cés par deux demi-dalles en console Pour la mise en place des tabliers, Dans le premier cas, les tronçons
l'ouvrage, les valeurs maximale et mini- ( figure 17 ), afin de maintenir un accès on a essentiellement eu recours aux constituant les poutres porteuses
male dans le temps de l'accélération direct du tablier aux têtes de pile pour techniques classiques de lancement, principales ont été raboutés au sol
verticale relevée lors du passage des l’inspection des appareils d’appui. à partir des remblais d'accès. puis posés par travées entières sur
dix convois de calcul, aux 277 vitesses De la même manière, les fosses pré- Les figures 35 et 36 illustrent les leurs piles, avant assemblage des
retenues ( la plage 144 - 420 km/h vues en tête des piles monolithiques méthodes et matériels utilisés sur les diaphragmes et du contreventement.
est balayée au pas de 1 km/h ), soit des viaducs de la Boivre et de la Cha- viaducs de la Charente Sud et des Dans le second, les éléments transver-
les valeurs extrêmes des 2 770 histo- rente Sud ont été supprimées, toutes Lorettes. saux ont été assemblés au sol avant
grammes obtenus dans cette section. les dispositions ayant été prises pour Pour certains ouvrages bas, lorsque levage des tronçons ; ces derniers, qui
Les courbes du second graphe don- garantir, en leur absence, un accès la configuration du site l'autorisait, les correspondaient à des portions de tra-
nent, pour chacun des dix convois de sécurisé ( figure  13 ). tronçons de charpente métallique ont vée, prenaient appui sur les piles, sur
calcul, la variation de l'accélération à Les largeurs des membrures des été mis en place à la grue. des palées provisoires ou ( par clamage )
maximale obtenue sur l'ensemble poutres principales ( 1 000 mm en Ce fut notamment le cas pour les sur le tronçon adjacent. Dans la travée
du tablier PC2-C6, en fonction de la extrados et 1 200 mm en intrados ) ont tabliers 3 et 4 du viaduc sur la Cha- principale P3-P4 qui franchit le Mouzon,
vitesse de passage ; les pics corres- été réduites sur certains ouvrages, et rente Sud ( les tabliers 1 et 2 ayant été les éléments transversaux ont été
pondent aux vitesses critiques. leurs épaisseurs adaptées en consé- lancés puis désaccouplés une fois en assemblés après pose des poutres. m
L'analyse dynamique temporelle ( inté- quence, pour disposer de la matière
gration directe par la méthode de nécessaire.
Newmark ) a été réalisée à l'aide du à Les semelles de fondation des piles
programme Mixte ST1 EC développé du viaduc de la Boivre, initialement
par les ingénieurs d'Egis Jmi pour rectangulaires, ont été transformées
Les quantités mises en œuvre
l'étude statique et dynamique des ponts en hexagones ( figures 10 et 12 ), ce Pour les 23 ponts-rails à ossature mixte de la LGV SEA (17 à contrevente-
mixtes. qui a permis de faire l'économie, par ment inférieur métallique et 6 à contreventement en béton), les principales
appui, de 2 pieux sur les 9 prévus quantités mises en œuvre ont été les suivantes : 15 000 t d'aciers de char-
les adaptations à l'avant-projet, et de 30 m 3 de béton pente métallique, 63 400 m 3 de bétons de structure, 11 750 t d'armatures
apportées à l'exécution de semelle ( - 20 % ). passives. Au total, 10 500 m de pieux auront été nécessaires à leur fon-
Les principales adaptations apportées à   Sur les viaducs jumeaux des dation. Dans la décomposition de ces quantités par ouvrage, on relève les
au projet par les constructeurs ont été Lorettes, le chantier a proposé de tendances générales suivantes :
les suivantes : remplacer, à raideur équivalente du • Pour les ponts à contreventement inférieur métallique, le poids moyen
à Sur 9 PRA-OM parmi les 17 équi- système de fondation, les 8 pieux de la charpente est d'environ 330 kg/m 2 de tablier ; la part des aciers
pés d'un contreventement inférieur Ø 2 000 mm prévus à l'avant-pro- constituant le contreventement inférieur et la passerelle de visite est
métallique, certains assemblages bou- jet sous les piles fixes par 20 pieux d'environ 10 %. Pour les ouvrages à contreventement en dalle béton,
lonnés des diagonales et traverses sur Ø 1 220 mm ( figure 14 ). De même, les ce poids moyen est d'environ 240 kg/m 2.
l'ossature ont été remplacés par des 6 pieux Ø 1 500 mm sous les autres • Lorsque le hourdis supérieur est coulé en place en pleine épaisseur,
assemblages soudés. Dans ces cas, la piles ont été remplacés par 8 unités il est armé à environ 240 -250 kg/m 3. Ce ratio grimpe à 300 -310 kg/m 3
solution retenue par les constructeurs Ø 1 220 mm. Ces pieux ont été réalisés lorsqu'il est réalisé au moyen de prédalles non participantes ( cette va-
est la plupart du temps mixte. en ayant recours au procédé Starsol ®. leur incluant les armatures des prédalles ).
à Sur les viaducs de la Manse et de la Sur le viaduc nord, les chevêtres en • Pour les tabliers continus à trois travées ou plus, le poids moyen au
Vonne, les calculs ont montré que, du tête des piles fixes étaient fortement mètre linéaire d'une poutre porteuse de hauteur constante ( égal à son
point de vue structurel, on pouvait se sollicités par le séisme ; les fosses poids total divisé par sa longueur ) augmente de manière quasi linéaire
en fonction de la portée principale. Les valeurs relevées varient entre
passer des chevêtres reliant les deux de visite ont été supprimées sur ces
1,10 t / m et 1,70 t / m pour la gamme de portées [ 30 - 55 m].
fûts en tête des piles. Les construc- appuis, pour garantir une bonne mise
teurs ont choisi de les supprimer sur en œuvre des armatures et du béton.

abstract
SOUTH EUROPE ATLANTIC (SEA) HSL - LAV SEA (Línea de alta velocidad
Composite-frame double girders Sur Europa Atlántico) - Los puentes
Nabil YAZBECK, EGIS JMI - Gilles CAUSSE, VINCI - Stefan BERNHARD, Vinci de doble vigas de estructura mixta
Nabil YAZBECK, EGIS JMI - Gilles CAUSSE, VINCI - Stefan BERNHARD, Vinci
The distinctive features of the South Europe Atlantic HSL project are its
size ( 340 km of new line, including 302 km of HSL and 38 km of connections) La obra de la Línea de alta velocidad Sur Europa Atlántico destaca por su
and the deadline assigned for its execution (six years between signature of the tamaño ( 340 km de nueva línea, de los cuales 302 km de Línea de alta velocidad
concession agreement and commissioning of the line, scheduled for the end of y 38 km de conexiones ) y por el plazo concedido para su realización ( 6 años entre
July 2017 ). Project execution required, in particular, the construction of 2437 la firma del contrato de concesión y la puesta en servicio de la línea, prevista para
culverts, 233 overpasses /underpasses for small animals and 477 tunnels and finales de julio de 2017 ). Su ejecución requerirá, en particular, la construcción de
bridges. There are 217 road bridges and 253 railway bridges, including 23 2.437 obras hidráulicas, 233 pasos para pequeña fauna y 477 obras de
composite-frame double girders. Fifteen of these composite-frame railway ingeniería. Se cuentan 217 puentes de carretera y 253 estructuras que soportan
bridges are classified as non-standard due to their length or the spans crossed. las vías férreas, de las cuales 23 de doble vigas de estructura mixta. Quince de
The article describes the design options and execution methods for twelve of estas estructuras que soportan las vías férreas-estructura mixta han sido
these non-standard bridges and the specific case of the two composite-frame calificadas como no corrientes debido a su longitud o a las distancias franqueadas.
access structures to the viaduct over the Dordogne, delimited by inert spans. m Se describen las opciones de diseño y los métodos de ejecución de doce de estas
estructuras no corrientes, así como el caso particular de las dos estructuras mixtas
de acceso al viaducto sobre el río Dordoña, enmarcado por tramos inertes. m

74 Travaux n° 915 Juin 2015


LA DÉCONSTRUCTION DU VIEUX PONT
DE TÉRÉNEZ - UNE PREMIèRE DE CETTE
ENVERGURE EN BRETAGNE
AuteurS : GOYER Thierry, Chef du service génie-civil & ouvrages d’art, INGÉROP Conseil et ingénierie -
BOUDOT Nicolas, Responsable cellule ouvrage d’art du STRP, Conseil Général du Finistère

Trois ans et demi seulement après la construction du nouvel ouvrage, la déconstruction du pont
suspendu de Térénez est en cours d’achèvement. Chronique d'une opération dynamique et respec-
tueuse de ce site remarquable en Bretagne. Place à deux belvédères qui permettront de contempler
la vallée de l’Aulne et l’emblématique pont haubané courbe inauguré en en avril 2011.
© CG 29

le contexte du projet pont suspendu d’Europe. Il permet de quelques dizaines d’années plus tard,
& rétrospective franchir l’Aulne suivant une brèche de 1- Vue aérienne permettent de diagnostiquer en 1992
Situé dans le département du Finistère, 400 m de longueur, reliant ainsi les avant travaux un phénomène d’alcali-réaction.
le vieux pont de Térénez a longtemps communes de Rosnoën et d’Argol. du vieux pont Le sable et le ciment employés s’avè-
suspendu et du
été considéré comme un élément Détruit en 1944 lors de la seconde nouveau pont rent incompatibles : le « cancer du
essentiel dans le désenclavement entre guerre mondiale, le vieux pont a été haubané. béton » ronge le pont.
la presqu’île de Crozon et le nord du reconstruit en 1952 en conservant Mise en évidence pour la première fois
département. les anciennes piles et les travées 1- Aerial view en France vers la fin des années 70,
Il assure un lien stratégique pour l’équi- d’accès restées intactes. Les travaux of the old sus- l’alcali-réaction est une réaction
libre territorial du département, avec de ont été confiés aux entreprises Fives- pension bridge chimique qui provoque l’attaque des
forts enjeux économiques, militaires et Lille, pour les parties métalliques, et à and the new granulats, entraînant la formation
cable-stayed
de sécurité civile. l’entreprise Limousin pour les travées bridge, before d'un gel de réaction dont l'expansion
Inauguré en 1925, l’ancien pont de d'accès en béton armé et les pylônes. the works. engendre des gonflements : le béton
Térénez est à l’époque le plus grand Des signes pathologiques, constatés gonfle et fissure.

Juin 2015 Travaux n° 915 75


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

Un programme de confortement de l’opération les contraintes


l’ouvrage est mis en place. Les tra- de déconstruction 2- Étape 1 du projet
vaux sont coûteux ( 1,4 million d’euros de l’ancien pont à étape 7 du Ce chantier se veut exemplaire. Il s’ins-
en 10 ans ) et entraînent la fermeture Le Conseil Général du Finistère assure phasage de crit dans la préservation de l’environne-
occasionnelle du pont à la circulation. à la fois la maîtrise d’ouvrage et la maî- déconstruction ment et le développement de l’insertion
du groupement.
Après plusieurs années d’études, trise d’œuvre de l’opération. Les travaux professionnelle. Dans cet environne-
le Conseil Général décide en 1998 concernent : 3- Étape 8 ment d’exception, l’opération prend
à étape 12 du
d’ériger un nouveau pont à proximité à La déconstruction de l’ancien pont phasage de en compte les enjeux et précautions
de l’ancien. La conception est confiée de Térénez, comprenant la travée déconstruction inhérents de notre époque.
au Setra et aux architectes Charles centrale métallique suspendue et du groupement. Enjeu environnemental tout d’abord,
Lavigne et Michel Virlogeux, ingénieurs les travées d’accès en béton, les le site de Térénez est sensible et pro-
consultants. Les travaux du premier pylônes et piles en maçonnerie ; 2- Stages 1 to 7 tégé. Le marché de travaux prend en
pont courbe à haubans de France à L’aménagement en belvédère des of the consor- compte :
démarrent en 2007 ( figure 1). arches d’extrémités conservées. tium's decons- à Les contraintes liées à l'environne-
truction work
Inauguré en 2011, cet ouvrage singulier Il s’agit de conserver les arches en sequence. ment induites par les règlementa-
détient le record du monde de portée pierre en rive gauche ainsi que la 3- Stages 8 to 12 tions suivantes : Loi Littoral, Loi sur
pour ce type de travée, avec ses 515 m culée en rive droite, pour servir de of the consor- l’Eau, Contrat de baie de la rade
de long et ses pylônes en lambda. belvédères. tium's decons- de Brest, Natura 2000 « rade de
Le Conseil Général du Finistère décide Ils procureront une vision exception- truction work Brest - Estuaire de l’Aulne », parc
enfin l’effacement de l'ancien pont nelle sur la vallée de l’Aulne et le nou- sequence. naturel régional d’Armorique, zones
fermé depuis à la circulation. veau pont haubané. Naturelles d’Intérêts Écologique
Faunistique et Floristique ( ZNIEFF ),
zone Importante pour la Conserva-
tion des Oiseaux ( ZICO) et Zone de
Étape 1 à étape 7 Protection Spéciale ( ZPS ), Schéma
du phasage de déconstruction du groupement d’aménagement de gestion des
Eaux ( SAGE ), Réserve de chasse
du domaine public maritime.
à Le volet environnemental applicable
aux marchés du Conseil Général du
Finistère, véritable acte de foi qui
impose les exigences minimales de
la collectivité. La valorisation et le
traitement de chaque déchet sont
prévus.
à La présence d’amiante et de plomb
dans les matériaux du vieux pont à
déconstruire.
à Les contraintes de servitude pour
cette zone jouxtant un site militaire.
à Les conditions physiques propres à
l'emplacement des travaux, notam-
ment à proximité de l’Aulne, des
2 réseaux existants, des activités et
constructions avoisinantes, des rive-
rains et usagers de la RD791 avec
Étape 8 à étape 12 maintien de la circulation routière
du phasage de déconstruction du groupement
et de la navigation, des sentiers de
Grandes Randonnées ( GR ).
Enjeu social ensuite, des clauses d’in-
sertion favorisant le retour à l’emploi
des chômeurs de longue durée, bénéfi-
ciaires des minima sociaux, travailleurs
handicapés, jeunes sans qualification,
ont été intégrées au marché.
Enjeu technique enfin, Ingerop a été
chargé des études de faisabilité de
déconstruction, de l’élaboration du
dossier travaux pour la consultation
des entreprises, de l’assistance de la
maîtrise d’œuvre dans l’analyse des
offres et lors des travaux ( contrôle des
procédures de déconstruction et notes
de calculs afférentes, assistance ponc-
3 tuelle lors de certaines phases ).
© Thierry Goyer

76 Travaux n° 915 Juin 2015


4
© INGÉROP-T. GOYER

les études de faisabilité 4- Vue rive droite - d’ancrage des câbles de retenue, sur personnels de chantier et des parties
Déconstruction
Engagées courant 2012, ces études menée simultané- l’enduit / résine de couleur blanche au d’ouvrage pendant toute l’opération
ont permis d’apporter une première ment et symétri- sommet des deux piles principales. de déconstruction. Il a été recherché
réponse à la maîtrise d’ouvrage sur quement du centre Tous les éléments du pont recouverts un phasage de déconstruction logique,
la faisabilité de l’opération au regard de l’ouvrage vers de peinture et de revêtement ont fait apprécié au regard de la cinéma-
les rives.
des différentes contraintes du site et l’objet d’un prélèvement, afin de mesu- tique de construction de l’ouvrage et
5- Vue aérienne
de proposer les reconnaissances com- rive gauche - rer la concentration en plomb total. des données connues. L’objectif est
plémentaires nécessaires. Déconstruction Toutes les parties métalliques du pont d’apprécier, avec un degré suffisant,
menée simultané- mises en place dans les années 50 l’impact des opérations élémentaires
Figer les hypothèses ment et symétri- présentent une concentration en plomb de déconstruction au regard du com-
quement du centre
et contraintes imposées de l’ouvrage vers nécessitant de prendre des mesures portement structurel de l’ouvrage et
par l’ouvrage pour les rives. de prévention et de sécurité adéquates d’identifier les contraintes afférentes.
la déconstruction lors de la déconstruction de l’ouvrage. Les études ont permis de montrer que
Si la construction d’un pont suspendu 4- Right bank La recherche, puis l’étude, d’un scé- les sollicitations dans le tablier et les
nécessite des études spécifiques, la view - Decons- nario de déconstruction a révélé la déplacements en tête de pylône, durant
truction carried
déconstruction n’en est pas moins out simultaneously difficulté qui réside dans le maintien les phases de déconstruction, restaient
complexe. Au regard de l’histoire de and symmetrically de l’équilibre des pylônes, obligeant à admissibles.
l’ouvrage et de son état pathologique, from the centre of détendre les câbles de retenue au fur Les calculs ont été menés à partir d'un
il est nécessaire d’apprécier la résis- the bridge towards et à mesure de la déconstruction de la modèle plan pour les éléments de type
the banks.
tance résiduelle de la structure afin de travée centrale, pour qu’ils ne s’effon- câbles avec un calcul non linéaire au
5- Left bank aerial
définir les hypothèses et les contraintes view - Decons- drent pas. second ordre et prise en compte des
limites acceptables. truction carried grands déplacements.
La connaissance de l’ouvrage tout out simultaneously Une approche calculatoire Il a été considéré, à ce stade, que les
d’abord ; elle est appréhendée à partir and symmetrically La faisabilité de la déconstruction a été sollicitations dans le tablier étaient
from the centre of
de l’examen des plans et des notes the bridge towards appréhendée au regard d’un phasage admissibles si elles restaient infé-
d’archives conservés méticuleuse- the banks. permettant d’assurer la sécurité des rieures aux sollicitations maximales
ment par le département du Finistère, calculées pour cet ouvrage à l'époque
des dernières inspections détaillées et de construction.
des surveillances réalisées avant sa De plus, les déplacements en tête de
fermeture, des essais sur les bétons pylône ont été limités aux déplacements
permettant de vérifier la résistance des maximaux pour lesquels l'ouvrage avait
parties de l’ouvrage et enfin l’établisse- été conçu, avec une sécurité de 50 %
ment d’un diagnostic plomb et amiante. compte tenu de l'état pathologique des
Des prélèvements et analyses de pylônes, soit un déplacement maximum
laboratoire ont permis d’identifier la limité à 50 mm.
présence de fibres d’amiante de type La faisabilité structurelle de la décons-
chrysotile sur certaines parties d’ou- truction a été validée sur la base du
vrage et de qualifier l’état apparent scénario suivant :
de conservation. Les matériaux conte- à Allègement de l’ouvrage ( rabotage
nant de l’amiante ont été identifiés de la chaussée et de la chape,
sur l’enduit bitumineux de protec- retrait des glissières BA, dépose
tion des câbles porteurs et des sus- des bordures de trottoir en granite,
pentes, sur l’intérieur des chambres 5 retrait des garde-corps ).
© Fly HD

Juin 2015 Travaux n° 915 77


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

6 7

Figures 6, 7 & 9 © CG 29-P. SICARD / Figure 8 © CG 29


8 9

à Démontage de la dalle de l’ouvrage portables avec des opérations de 6 & 7- Vue rive La consultation des filières existantes
1re phase, par sciage de 0 à 1/4 de découpes à réaliser sous protection gauche - Décons- a été nécessaire afin de dégager
truction menée
la travée depuis la rive gauche vers confinée. simultanément une évaluation financière fiable de
la rive droite et évacuation vers la à Déconstruction des pylônes, décou- et symétrique- l’opération.
rive droite puis stockage. pés par tronçons à partir de plate- ment du centre
à Première phase de détention des formes ancrées sur leur base. Les de l’ouvrage Définir les investigations
vers les rives.
câbles porteurs. tronçons sont déposés à l'aide d'un complémentaires
8- Vue depuis
à Démontage de la dalle de l’ouvrage engin de levage et évacués pour le tablier RD - Celles-ci ont essentiellement été des
par sciage ( 2 e phase ), de 1/4 à 3/4 traitement. Retrait d’une repérages complémentaires dans les
de la travée depuis la rive gauche à Déconstruction des travées BA des pièce de pont chambres d’ancrages des câbles de
vers la rive droite et évacuation vers rives droites et gauches : découpe après découpe. retenue ( présence d’amiante ).
la rive droite puis stockage. des poutres en béton armé et 9- Déconstruc-
tion menée
à Deuxième phase de détention des dépose sur les berges. simultanément consultation
câbles porteurs. à Déconstruction des piles en maçon- et symétrique- des entreprises
à Démontage du reste de la dalle de nerie jusqu’au-dessus du massif ment du centre Une fois la faisabilité levée et le coût
l’ouvrage principal ( 3 e phase ) et éva- en béton armé qui seront laissés de l’ouvrage estimé, les études se poursuivent par
vers les rives.
cuation vers la rive droite, puis stoc- en place. des études de projet avec la produc-
kage et traitement des matériaux. 6 & 7- Left bank tion du dossier de consultation des
à Retrait successif et par tronçon, de Identifier les déchets aerial view - entreprises. Le cahier des charges
la charpente ( pièces de pont, longe- et les méthodes Deconstruction imposait un taux minimum de valori-
rons, poutres de rigidité ) et des sus- de valorisation carried out sation pour chaque matériau présent,
simultaneously
pentes. La charpente et les poutres Au regard de la présence d’amiante et and symmetri- le prélèvement d’échantillons permet-
de rigidité peuvent être décou- de plomb, on a analysé chacune des cally from the tant au milieu scientifique la poursuite
pées et les suspentes démontées. opérations élémentaires nécessaires à centre of the du suivi du phénomène pathologique
Les tronçons sont des multiples l’accomplissement du phasage étudié bridge towards et la collecte de données permettant
the banks.
de 9 m et sont calibrés au regard afin de vérifier l’acceptabilité règlemen- l’établissement d’un écobilan.
des capacités de treuillage pour une taire et les moyens nécessaires aux 8- View from RD La méthodologie de réalisation des
deck - Removal
évacuation par barge. travaux. La consultation de l’Inspection of a crosspiece travaux et le phasage de déconstruc-
à Retrait des câbles porteurs. du Travail a permis de valider ce point. after cutting out. tion ont laissé à l’initiative des entre-
à Les câbles sont déposés toron par Un diagnostic des déchets avant 9- Deconstruc- prises dans la limite du respect des
toron. Les torons sont décollés ( pré- démolition, réalisé par la société Acs, tion carried out contraintes imposées au marché.
paration et démastiquage ) et dépla- a permis de déterminer la nature et le simultaneously La clause d’insertion sociale prévoyant
and symmetri-
cés sur des rouleaux positionnés volume de chaque déchet à valoriser, cally from the une durée de 3 730 heures de chantier
sur les pylônes. Ils sont tirés depuis l’inventaire et l’analyse des filières de centre of the sera appliquée pour l’emploi de per-
l'une des rives à l'aide d'un treuil et valorisation et / ou d’élimination. bridge towards sonnes en insertion professionnelle.
retenus depuis l'autre rive à l'aide Enfin, les méthodes de valorisation et the banks.
d'un deuxième treuil et d'un câble les coûts afférents ont été appréhen- La valorisation
« messager ». dés. La difficulté réside en l’absence de et le tri des déchets
à Les câbles sont enroulés sur des données ou de statistiques permettant des matériaux « reconditionnement » Les déchets ont été identifiés et clas-
bobines et évacués pour traitement, de chiffrer avec exactitude les coûts et les prix de reventes de ces derniers sés en catégories distinctes selon les
ou découpés par éléments trans- directs induits par la transformation permettant ainsi leur valorisation. filières de traitement des déchets.

78 Travaux n° 915 Juin 2015


10
© CG 29

Les déchets des travaux publics comp- 10 & 11- Décons- inférieure de ce bloc de 15 tonnes Pour chaque action, chaque poste de
tent trois grandes catégories : truction menée seront protégées, après découpage, travail ou déplacement, les entreprises
simultanément
à Les déchets inertes (  bétons, et symétrique- des intempéries et de la dessiccation. devront collecter les données permet-
pierres...) qui ne se décomposent ment du centre Il sera ensuite confié au laboratoire tant le calcul des gaz à effet de serre
pas et ne sont nocifs ni pour l’envi- de l’ouvrage vers du Cerema-Ouest à Saint-Brieuc afin ( GES ) et le rejet de CO 2. Ces données
ronnement ni pour la santé ; les rives. de poursuivre l’étude de l’évolution permettent de quantifier précisément
à Les déchets industriels banals, valo- du phénomène. l’impact d’un chantier sur l’environne-
risables ou non ( métaux, acier ) ; 10 & 11- Decons- De même, des tronçons spécifiques ment et donnent des mesures-tests
truction carried
à Les déchets dangereux ( amiante, out simultane- de câble en torons élémentaires et des pour les prochains chantiers. Cet éco-
plomb... ), contenant des substances ously and sym- culots d’ancrage seront transmis, après bilan est réalisé dans le cadre d’une
dangereuses pour l’environnement metrically from retrait de l’amiante, au laboratoire du étude sur le cycle de vie des ouvrages
ou pour la santé, qui font l’objet the centre of the Cerema-Sud-Ouest à Bordeaux, pour de génie civil par le Cerema-Ouest basé
bridge towards
d’un suivi rigoureux. the banks. l’étude sur la préservation des câbles à Nantes.
Au regard des matériaux présents et de ponts suspendus.
des méthodes de déconstruction envi- un chantier atypique
sagées, un taux de valorisation a été La réalisation d’un écobilan et audacieux
fixé au marché entre 70 % et 90 % munauté scientifique et technique de À l’échelle de toute l’opération, le mar- Après une procédure de consultation
selon le type de matériau : poursuivre le suivi de l’ouvrage engagé ché prévoit la réalisation d’un écobilan. de 7 mois, dont 4 mois de négocia-
à 600 t d’acier de la charpente depuis 1990 et de progresser dans la Afin d’évaluer les impacts environ- tion, le marché de déconstruction du
métallique sont valorisées à 90 % compréhension du phénomène d’alcali- nementaux de la déconstruction de vieux pont est attribué en juillet 2013
et 400 t d’acier des câbles et sus- réaction. C’est pourquoi, le marché pré- l'ouvrage, il est prévu un inventaire à un groupement d’entreprises de Mar-
pentes sont valorisées à 70 % après voit le prélèvement d’un échantillon du quantifié de l'ensemble des flux relatifs seille : Dsd-Démolition, la société 4D
désamiantage. béton de 2 m de hauteur sur le pylône aux matériaux et processus associés et Ginger-Cebtp-Démolition.
à 15 000 t de béton sont concassées rive gauche. Les faces supérieure et à cette opération. À l’issue d’une période de préparation
sur place, avant l’envoi en filière d’une durée de 3 mois, les travaux
de recyclage, pour être valorisées ont démarré début janvier 2014.
à 70 %.
à 832 t de pierre de maçonnerie sont Le phasage des travaux du
concassées sur place, avant l’envoi groupement d’entreprises
en filière de recyclage pour une ( figures 2 & 3 )
valorisation à 90 %. Proposés par le groupement dans son
à 190 m 3 d’enrobés sont rabotés offre, la méthodologie et le phasage
sur place, avant l’envoi en filière sont très audacieux.
de recyclage pour être valorisés Radicalement opposé aux études de
à 70 %. faisabilité, le phasage de travaux a fait
l’objet de justifications détaillées.
La poursuite du suivi Le tablier a été démoli en gardant
du phénomène d’alcali- dans la structure une part plus impor-
réaction tante des sollicitations internes par
La déconstruction de l’ouvrage offre rapport à un scénario classique de
une opportunité unique pour la com- 11 déconstruction.
© CG 29

Juin 2015 Travaux n° 915 79


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

12
© INGÉROP-T. GOYER

Dans ces conditions, les effets dyna- pour être transportés ensuite sur la rive selon le niveau d’empoussièrement
12- Découpe et
miques sont nettement plus importants retrait d’une par- ( figures 4 à 11 ). provoqué ( figure 13).
ce qui a nécessité d’être d’autant plus tie de la poutre Étape  5  : La dalle béton de la tra- Le démontage des pylônes :
vigilant sur les conditions météorolo- de rigidité au droit vée centrale est sciée en blocs de 5 t Étape 8 : Les traverses inférieures et
giques et sur les mesures de sécurité. de l’avant der- maximum. Les longerons, entretoises supérieures des pylônes sont broyées ;
L’allègement de l’ouvrage : nière suspente. et poutres de rives sont déposés par un batardeau est installé en pied de pile
Étape 1 : Après avoir raboté l’enrobé 13- Découpe en longueur de 4,50 m selon l’implanta- pour récupérer les gravats ( figure 14 ).
tête de pylône
de la chaussée et des trottoirs, la dalle d’un toron « câble tion des suspentes reliées aux câbles Étape 9 : À l’exception du bloc de 15 t
béton de la travée centrale est sciée au de retenue ». porteurs. qui sera extrait par sciage, les pylônes
centre de l’ouvrage et évacuée par les Étape 6 : Les suspentes sont coupées sont démolis par une pelle mécanique
deux rives ; les longerons, entretoises et 12- Cutting out en parties haute et basse au chalu- à long bras de 127 t. Le tapis de
poutres de rives de la charpente métal- and removal meau et déposées à la grue à l’aide caoutchouc installé sur la grue permet
lique sont conservés. of part of the de sangles ( figure 12 ). de limiter la projection de gravats, les
La déconstruction de la travée stiffener beam Le démontage faisant glisser en pied de pile.
at the level of
centrale suspendue : the second-to- des câbles porteurs : Le démontage
Étape  2  : Ensuite les longerons et last suspender. Étape  7  : Les câbles porteurs sont des travées d’accès :
entretoises de la charpente métallique 13- Cutting out déposés à l’aide d’un câble tracteur Étape  10  : Le hourdis des travées
sont également sciés au centre de a "restraining avec poulie installé entre les 2 pylônes, d’accès ( dalle en béton armé ) est
l’ouvrage ; les poutres de rives dites cable" strand depuis les rives, puis découpés soit au démoli par grignotage séparant ainsi
« croix de Saint-André » ou « poutres on a pylon head. chalumeau soit à la cisaille hydraulique les poutres ; les dernières entretoises
de rigidité » sont conservées. sont conservées pour les stabiliser.
Étape 3 : La travée centrale est com- Étape 11 : Un matelas amortisseur est
plètement ouverte séparant les deux installé sur le talus, puis les dernières
demi-tabliers. entretoises sont découpées. Enfin,
Les poutres de rive qui assurent la l’extrémité de chacune des poutres est
rigidité de la charpente métallique sont grignotée provoquant ainsi leur chute.
découpées par les chalumistes et enle- Les piles en maçonnerie :
vées par des grues de 35 t. Étape 12 : Les piles de fondation sont
Étape 4 : La déconstruction est menée grignotées jusqu’au niveau d’arase en
simultanément et symétriquement du tête du massif de fondation.
centre de l’ouvrage vers les deux rives.
Pour cela, deux plateformes sont dispo- Planning prévisionnel
sées sous le pont, dédiées aux chalu- des travaux
mistes pour la découpe de la structure Premier trimestre 2014 : Installation
et la récupération des eaux de sciage. de chantier et des équipements de
Les longerons et entretoises de la char- sécurité. L’allégement de l’ouvrage, le
pente métallique sont déposés par la démarrage du démontage de la travée
grue dans un berceau de manutention 13 centrale métallique et des suspentes.
© CG 29

80 Travaux n° 915 Juin 2015


Deuxième trimestre 2014 : Fin du décontamination permettent de respec-
démontage de la travée centrale métal- ter les règles de sécurité.
lique et des suspentes. Deux zones de chantier sont isolées
PRINCIPALES DIMENSIONS ET QUANTITÉS
Troisième trimestre 2014 : Le démon- pour disposer d’un sas de traitement Dimensions de l’ouvrage :
tage des câbles porteurs, la déconstruc- des déchets amiantés et d’un sas de • Longueur totale du pont : 430 m
tion des pylônes rive gauche et droite. décontamination. • Travée centrale suspendue : 272 m
Quatrième trimestre 2014 : La dé- Les déchets friables sont transportés en • Largeur utile : 8 m
construction des travées d’accès sur centre d’enfouissement technique de • Surface tablier : 3 360 m 2
les deux rives. classe 1, en dehors du Finistère. • Hauteur du pylône + pile : 65 m
La déconstruction des piles sur les deux La gestion des déchets dangereux • Marnage : 8 m environ
• Hauteur pile : 28 m
rives, le réaménagement du site et inclut le conditionnement, le stockage,
• Longueur développée des câbles porteurs : 900 m
des belvédères. le transport et le traitement des déchets
• Câbles porteurs : 2 câbles constitués de 19 torons élémentaires
ainsi que la rédaction du bordereau • Section d’un câble porteur : 43 500 mm 2
La valorisation de suivi des déchets. m • Torons élémentaires : chaque toron est composé de 132 fils
et le tri des déchets de 4,7 mm de diamètre
Deux types de déchets dangereux ont • Nombre de suspentes : 58 u ; barres d’acier « rond » de 72 mm
été isolés sur l’ancien pont de Térénez : de diamètre
l’amiante et le plomb. Matériaux de l’ouvrage - déchets à valoriser :
L’activité de désamiantage est encadrée 14- Démolition • Béton Armé : 15 000 t
et réglementée. du pylône rive • Acier de charpente : 600 t
Elle ne peut être réalisée que par des gauche avec • Câbles porteurs et suspentes : 400 t
professionnels formés et agréés pour une pelle à grand • Pierre de maçonnerie : 832 t
cela. bras. • Pierre de granit - bordures : 113 t
L’entreprise 4D-Démolition du groupe- • Revêtement routier : 190 m 3
ment réalise cette opération délicate. 14- Demolition Budget de l’opération : 4,5 millions d’euros TTC
of the left-bank
Une unité mobile de traitement des pylon with a Montant du marché de travaux : 3,9 millions d’euros TTC,
câbles amiantés, le confinement, des long-arm exca- dont 800 000 € consacrés à la gestion des déchets
tenues de travail adaptées, un sas de vator. Durée des travaux : 12 mois, avec l’achèvement prévisionnelle
pour fin en 2014

INTERVENANTS
Maîtrise d’ouvrage : Conseil général du Finistère -
direction des déplacements
Maîtrise d’œuvre : Conseil général du Finistère -
DATD / service politiques techniques routières et portuaires
Assistant à maitrise d’œuvre : Ingerop Conseil et Ingénierie
Coordonnateur CSPS : Qualiconsult Sécurité
Contrôle extérieur amiante : Acs
Marché de travaux - Groupement : Dsd-Démolition,
4D-Démolition, Ginger-Cebtp-Démolition
Bureau d’étude d’exécution : Ginger-Cebtp-Démolition
Écobilan de la déconstruction : Cerema Ouest
© CG 29

14

abstract
Deconstruction of the old Térénez El derribo del viejo puente de Térénez -
Bridge - A first on this scale in Brittany Primera operación de esta envergadura
GOYER Thierry, INGÉROP - BOUDOT Nicolas, STRP en Bretaña
GOYER Thierry, INGÉROP - BOUDOT Nicolas, STRP
Erected between 1913 and 1925, dynamited in 1944 during the Second
World War and rebuilt in 1952, after about sixty years’ service the old Térénez Construido entre 1913 y 1925, dinamitado en 1944 durante la Segunda
suspension bridge is undergoing deconstruction. It makes way for the Guerra Mundial y reconstruido en 1952, después, de sesenta años de
emblematic curved cable-stayed bridge commissioned in 2011. In a remarkable explotación, el antiguo puente colgante de Térénez está en proceso de derribo.
natural beauty spot, the project for deconstruction of the old bridge takes into Cederá su lugar al emblemático puente atirantado curvo puesto en servicio en
account environmental, social and technical issues. Despite the presence of 2011. En un paraje natural singular, la operación de derribo del antiguo puente
asbestos and lead on the bridge, this bold project combines the themes of waste tiene en cuenta los retos ambientales, sociales y técnicos. A pesar de la
sorting and recovery, the establishment of a deconstruction ecobalance, social presencia de amianto y plomo en la estructura, esta audaz obra combina las
inclusion by promoting the return of long-term unemployed to the workplace temáticas relativas a la clasificación y la valorización de residuos, la elaboración
and, finally, enhancement of the scientific community's understanding of the de un ecobalance de derribo, la inserción que favorece la reincorporación
phenomenon of alkali-aggregate reaction. This large-scale deconstruction de los desempleados de larga duración y, finalmente, la prosecución por
project is being carried out under high surveillance. m la comunidad científica de los estudios del fenómeno de reacción alcalina.
Este derribo de envergadura se realiza con una alta vigilancia. m

Juin 2015 Travaux n° 915 81


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

© P. Le Doaré

82 Travaux n° 915 Juin 2015


LGV SEA - DES OUVRAGES
POUR FRANCHIR LE RÉSEAU EXISTANT
ET S'Y RACCORDER
AuteurS : NABIL YAZBECK, CHEF DE PROJET, EGIS JMI - GILLES CAUSSE, DIRECTEUR ADJOINT, VINCI CONSTRUCTION - BENJAMIN LUSK, INGENIEUR, EGIS JMI

LA LGV SEA FRANCHIT À 18 REPRISES UNE OU PLUSIEURS VOIES À GRAND TRAFIC, AU MOYEN D'OUVRAGES DE TYPE
SAUT DE MOUTON. 11 SONT CONSTRUITS AU-DESSUS DE VOIES EN EXPLOITATION (PARIS-BORDEAUX ET POITIERS-
LA ROCHELLE, AUTOROUTE A 10 ET RD 910), ET 7 EN SITE VIERGE (POUR FRANCHIR LES EMBRANCHEMENTS RACCOR-
DANT LA LGV AU RÉSEAU FERRÉ NATIONAL). 10 RACCORDEMENTS ASSURENT LA JONCTION DES 302 KM DE LIGNE
NOUVELLE AU RÉSEAU EXISTANT. SUR 4 D'ENTRE EUX, IL S’AGIT D’OUVRAGES LONGS DE TYPE "ESTACADE PRAD",
ADAPTÉS À CES PORTIONS DE LIGNE À VITESSE RÉDUITE, AU TRACÉ PARFOIS SINUEUX OU PROCHE DU SOL. CES OU-
VRAGES SONT CONSTITUÉS D'UNE SUCCESSION DE TABLIERS INDÉPENDANTS À POUTRES PRÉFABRIQUÉES PRÉCON-
TRAINTES PAR ADHÉRENCE.

2 3
© P. Le Doaré © P. Le Doaré

L
'implantation le long du tracé des 1- L'estacade Les sauts de mouton sont des portiques En site vierge, le portique ou le cadre
22 ouvrages objets du présent de la Folie et, ou des cadres simples ou doubles en est coulé en place. Ses dimensions
article apparaît sur le synoptique en arrière-plan, béton armé. Ils ont été fondés super- sont fixées de manière à envelopper le
les viaducs
de la ligne, donné dans l’article d'Auxances. ficiellement à chaque fois que les gabarit de la future voie franchie avec
« LGV SEA - Les bipoutres à ossature 2- L'estacade et caractéristiques géotechniques le per- une marge de quelques centimètres.
mixte » en page 57 de ce numéro de (en arrière-plan) mettaient, soit directement sur le sol en Le biais du franchissement est redressé
Travaux. le saut de mouton place, soit sur un matelas de matériaux de telle sorte que les angles aigus de
de La Couronne. de substitution. la traverse supérieure soient au moins
les sauts de mouton - 3- Le saut de Dans la conception initiale, les murs égaux à 70 grades.
caractéristiques mouton de Port de soutènement en béton armé qui Sur une voie en exploitation, les dimen-
de Piles (SDM
communes des ouvrages 0432) sur l'A10.
encadrent l'ouvrage lui-même ont la sions de l'ouvrage et les méthodes
Éléments généraux forme d'un L. Ils sont fondés comme d'exécution ont été choisies de manière
de conception l'ouvrage et, dans la majorité des cas, à minimiser la gêne causée à l'exploi-
1- La Folie
Les 18 sauts de mouton se répartis- viaduct and, in au même niveau. Au stade de l'exé- tation par les travaux, d'une part, et les
sent en deux groupes : 11 ouvrages the background, cution, ils ont été remplacés par des frais supplémentaires entraînés par les
construits au-dessus d’une ou plusieurs the viaducts murs en terre armée pour 8 ouvrages précautions à prendre pour assurer
voies à grand trafic déjà en service et of Auxances. sur 17, sur avis favorable du concédant la sécurité du trafic, d'autre part. Les
7 ouvrages construits en site vierge. 2- The viaduct Réseau Ferré de France ( devenu SNCF options retenues ont été les suivantes :
Les méthodes d’exécution, ainsi que and (in the Réseau ) comme l'exige le Référentiel à Piédroits coulés en place derrière
la conception qu'elles déterminent, background) Technique ( IN  3278 ). un écran de protection isolant le
La Couronne
diffèrent d’un groupe à l’autre ; pour flyover. Les longs rails soudés des voies ( LRS ) chantier du trafic ( figure 7 ). Dans
le premier on s’applique à minimiser 3- Port-de-Piles et le ballast qui les supportent fran- le cas de voies ferrées, la position et
l’impact des contraintes imposées par flyover (SDM chissent les sauts de mouton sans la résistance de l'écran sont fixées
l’exploitation des voies franchies. 0432) on the A10. discontinuité. par l'IN 033.

Juin 2015 Travaux n° 915 83


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

Vue en plan et coupe longitudinale du SDM de La Couronne (SDM CE1 0009)

© DR
Traverse en poutres préfabriquées
à Traverse supérieure composite, embrèvements. Pour se prémunir Détail au droit d'un joint de dalle
constituée d'un hourdis en béton du risque de pianotage au pas-
armé coulé en place sur des sage des charges ferroviaires, on
poutres préfabriquées précon- a prévu un système de goujons en
traintes à section en Té inversé, acier inoxydable d'un diamètre de
disposées transversalement les 30 mm, scellés d'un côté du joint
unes à côté des autres de manière et coulissants de l'autre, dans une
à faire office de platelage de protec- douille. Le jeu maximal entre le
5

© DR
tion provisoire au-dessus des voies goujon et sa douille de glissement
( figure 5 ), perpendiculairement à est de 1,5 mm ; cette valeur reste
l'axe de la voie franchie ( l'ouvrage inférieure à la déformation relative
est donc droit, quel que soit le biais δv admissible entre deux struc- 4- Vue en plan à Le tirant d'air minimal est fixé à
du franchissement ). tures adjacentes supportant des et coupe longi- 6,40 m. Il s’agit d’une valeur légè-
En outre, lorsque les ouvrages franchis- voies ferrées continues ( fixée par tudinale du SDM rement enveloppe, qui minimise les
de La Couronne
sent une voie ferrée, le niveau d'ap- l'Eurocode à 3 mm ). Les calculs (SDM CE1 0009). modifications à apporter au système
pui des fondations superficielles est dynamiques ayant montré que les 5- Traverse en d'alimentation électrique existant.
remonté le plus haut possible, afin de déplacements verticaux maximaux poutres préfabri- à L'ouverture est fixée à 15,60 m,
limiter le coût des mesures de protec- susceptibles de se produire au droit quées - Détail au afin de réaliser les piédroits et
tion en phase de travaux : signalisation des joints étaient du même ordre droit d'un joint leurs fondations à l'abri d'écrans
de dalle.
et dispositifs de sécurité, blindages, de grandeur que ce jeu (de 1 à de protection implantés à 3,50 m
etc.Toutes les dispositions propres à 2 mm ), on s'est assuré, au stade au moins de l'axe de la voie la plus
4- Plan view
maintenir la circulation des trains sans des études d'exécution, que, même and longitudinal proche.
ralentissements ont été recherchées. si ces goujons n'étaient pas actifs, section of La à Le niveau d'appui des semelles
Les dispositions constructives suivantes les ouvrages respectaient encore Couronne flyover superficielles est calé à chaque fois
ont été prévues pour limiter la fissura- tous les critères règlementaires en (SDM CE1 0009). que possible au-dessus du plan P1
tion due au retrait du béton ( figure 4 ) : statique et en dynamique. 5- Prefabricated ( figures 6 et 7 ), afin d'éviter les
girder crosspiece
à Les portiques sont fractionnés à Dans chaque module, les piédroits - Detail at the dépenses liées au blindage des
suivant leur longueur en modules ( et eux seuls ), sont à nouveau level of a slab fouilles et aux ralentissements des
d’une vingtaine de mètres au maxi- fractionnés en deux parties à peu joint. trains. Lorsque les caractéristiques
mum par des joints de dilatation près égales par un joint sec, sans du sol ne le permettent pas, on a
verticaux traversant les semelles de embrèvement. recours à des fondations profondes
fondation, les piédroits et la traverse. sur pieux.
à Dans les piédroits, des embrè- Contraintes imposées de la ligne Paris-Bordeaux ( à cinq Les SDM 0152, 0871 et 2125 fran-
vements éliminent le risque de par les voies franchies reprises ) et de la ligne Poitiers-La chissent les deux voies de la ligne
pianotage entre modules voisins. Les voies routières en exploitation Rochelle ( à deux reprises ). Au droit des nouvelle dans des zones où la vitesse
Les mêmes dispositions sont prises franchies par des sauts de mouton franchissements, ces lignes comportent de référence est égale à 350 km / h.
aux joints de la traverse supérieure sont l'autoroute A 10 ( à trois reprises, deux voies électrifiées. La vitesse des L'application de l'IN 0168 conduirait
des portiques et cadres entièrement figure 3 ), et la RD 910. La hauteur libre trains sous ces ouvrages varie de 160 à considérer un tirant d'air minimal
coulés en place. minimale exigée sur l'A 10 est égale à à 220 km / h. Les gabarits minimaux, égal à 6,22 m, et une ouverture mini-
à Pour les ouvrages dont la tra- 4,85 m. Elle a été portée à 5,30 m, définis par les IN 0162, 0166 et 0168, male entre piédroits égale à 12,80 m.
verse incorpore des poutres pré- pour tenir compte de l'encombrement dépendent des conditions locales d’ali- En pratique, les options retenues pour
fabriquées, la faible épaisseur des dispositifs d'éclairage fixés sous mentation électrique des trains. les sauts de mouton sur voies circulées
du hourdis coulé en place sur la traverse. En pratique, les options retenues pour à grande vitesse ont été les suivantes :
la table supérieure des poutres Les voies ferrées en exploitation fran- les sauts de mouton sur voies ferrées à Le tirant d'air minimal est fixé
ne permet pas de ménager des chies en saut de mouton sont celles en exploitation ont été les suivantes : 6,40 m. Cette cote est une donnée

84 Travaux n° 915 Juin 2015


fondamentale de l’étude dyna- lables à un tunnel dès que leur les estacades à tabliers gueur parfois relativement importante
mique de l’interaction caténaire- longueur dépasse 40 m. Dans ce prad - caractéristiques était nécessaire. Autant de conditions
pantographe aux grandes vitesses, cas, une section d'air minimale de communes des ouvrages dans lesquelles ce type de structure
qui impose une hauteur minimale 100 m 2 est requise pour s'affran- Éléments généraux apparaissait comme techniquement
égale à 6,35 m pour les ouvrages chir d'une étude aéraulique. Pour de conception et économiquement adapté.
de longueur supérieure à 22,5 m. le SDM 2125, dont le gabarit ver- Les quatre ouvrages de type "Estacade Trois de ces ouvrages se trouvent sur
à L'ouverture est fixée à respec- tical est fortement contraint par le à tabliers PRAD" supportant les voies des raccordements qui relient la ligne
tivement 14,40 m, 14,95 m tracé des voies portée et franchie, de la LGV SEA sont de conception nouvelle à la ligne classique Paris-Bor-
et 13,40 m. Elle résulte des la section d'air minimale dégagée similaire. Ils ont été mis en œuvre sur deaux, au voisinage des gares exis-
contraintes de confort tympanique : valait 92 m 2 ; une étude aéraulique des portions de ligne circulées à vitesse tantes :
en l'absence d'ouvertures percées a permis de s'assurer que les cri- réduite, au tracé relativement sinueux à L'estacade de La Folie ( EST MA0
dans les piédroits ou la traverse, tères de confort des usagers étaient ou proche du sol et sur lesquelles le 0012 ), située sur le raccordement
les sauts de mouton sont assimi- néanmoins respectés. recours à des ouvrages d'une lon- de Migné-Auxances, par lequel les
trains empruntant la ligne nouvelle
pourront rejoindre la gare de Poi-
tiers ( figure 1 ). La longueur totale
Coupes transversales sur le SDM de La Couronne de ses tabliers est de 1 800 m.
à L'estacade de La Couronne ( EST
(SDM CE1 0009) CE0 0017 ), située sur le raccor-
dement avec Angoulême ( figures 2
et 8 ). La longueur totale de ses
tabliers est de 967 m.

6- Coupes
transversales
sur le SDM de
La Couronne
(SDM CE1 0009).
7- Cinématique
de construction
des sauts de
mouton sur
voies ferrées
en exploitation.

6- Cross sections
on La Couronne
flyover (SDM
CE1 0009).
7- Kinematic
drawing of the
construction
of flyovers on
railway lines
in service.

6
© DR

Cinématique de construction des sauts de mouton


sur voies ferrées en exploitation

7
© DR

Juin 2015 Travaux n° 915 85


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

Estacade de La Couronne
Vue en plan et coupe longitudinale sur le tablier Sud (voie V1)

8
© DR

à L'estacade d'Ambarès ( EST AL0 8- Estacade de


La Couronne -
3005 ), d'une longueur totale de
452 m, située à une quinzaine de Vue en plan et Estacade de La Couronne
coupe longitudi- Coupes sur pile fixe et pile-culée
kilomètres au nord de la gare de nale sur le tablier
Bordeaux-Saint-Jean ( figures 21, Sud (voie V1).
22, 27 et 29 ). 9- Estacade de
Sur ces trois ouvrages, la vitesse des La Couronne -
trains est limitée respectivement à 170, Coupes sur pile
fixe et pile-culée.
200 et 180 km / h.
Le quatrième ouvrage de conception 10- Estacades -
Détail sur poutres
similaire, l'estacade de La Falaise ( EST préfabriquées.
2946 ), est implanté à 6 km au nord du
raccordement d'Ambarès, sur le ver- 8- La Couronne
sant nord de la vallée de la Dordogne. viaduct - Plan
D'une longueur totale de 337,50 m, view and longitu-
il se trouve sur une portion circulée à dinal section on
230  km / h. the South deck
(track V1).
Les tabliers retenus sont des PRAD
9- La Couronne
( tabliers à poutres préfabriquées, pré- viaduct - Cross
contraintes par adhérence ) : les poutres sections on
en béton précontraint de dimensions fixed pier and
modestes, préfabriquées en usine, abutment pier.
sont posées à la grue les unes à côté 10- Viaducts -
des autres sur des calages provisoire Detail on prefa-
bricated girders.
et solidarisées par des entretoises
coulées en place aux extrémités des 9
© DR

travées. Un hourdis supérieur couvre


toute la largeur de l'ouvrage. Sous les
entretoises sont disposés les appareils comportement satisfaisant sous les Estacades
Détail sur poutres préfabriquées
d'appui définitifs du tablier. charges dynamiques, tant que la vitesse
Les estacades sont constituées d'une des trains reste moyenne : les analyses
succession de modules à trois travées dynamiques effectuées au début des
de 22,50 m indépendants, séparés études de conception ont montré que
par des joints de structure. La lon- les critères de sécurité des circulations
gueur dilatable vaut donc au maximum fixés par le référentiel de la ligne étaient
67,50 m, valeur inférieure à la limite de respectés tant que la vitesse de réfé-
90 m fixée par le référentiel ; le ballast rence V n'excédait pas 275 km / h.
et les rails peuvent alors franchir l'ou- Par rapport aux solutions alternatives
vrage sans coupure à ses extrémités ( bipoutres en ossature mixte, bipoutres
ou au droit des joints. On s'affranchit en béton armé coulé en place ), les
ainsi de la mise en œuvre d'appareils tabliers PRAD présentent, lorsqu'ils
de dilatation des voies, incompatibles peuvent être mis en œuvre, plusieurs
avec la géométrie de la ligne au droit avantages :
des ouvrages concernés. à Faible épaisseur, donc transparence
Les tabliers conservent, malgré leur accrue ( alors que le profil en long
10
© DR

faible masse et leur déformabilité, un est proche du sol ).

86 Travaux n° 915 Juin 2015


à Modularité : les mêmes poutres à Industrialisation, simplicité et rapi- l'estacade. Légères et peu encom-
peuvent être employées sur les dité d'exécution : les poutres pré- brantes, il est relativement facile de
tabliers à une ou à deux voies, et fabriquées sont produites et stoc- les acheminer par la route jusqu'au
11- Estacades - leur espacement peut être adapté kées hors du site. Leur fabrication site des travaux et de les poser à
Schéma statique aux variations de largeur de la plate- à haute cadence n'est pas critique l'aide d'une grue automotrice.
d'un module de
tablier à deux forme ferroviaire. vis-à-vis du délai d'achèvement de Les poutres préfabriquées de section
voies. en Té ont une hauteur de 1,35 m
12- Estacades - ( figure 10 ). Les tabliers supportant deux
Précontrainte voies en comportent 11, et les tabliers
additionnelle.
Estacades à une voie, 6.
Schéma statique d'un module de tablier à deux voies
11- Viaducts - Schéma statique
Static diagram Dans le plan horizontal, les déplace-
of a two-track
deck module. ments des modules de tablier sont
bloqués :
12- Viaducts -
Additional à Transversalement, sur toutes les
prestressing. lignes d'appui. Dans cette direction,
ce sont les sollicitations sismiques
qui dimensionnent les organes de
blocage.

11
© DR

Estacades
Précontrainte additionnelle

12
© DR

Juin 2015 Travaux n° 915 87


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

à Longitudinalement, sur une des fondations ) sont dimensionnés les tabliers à 2 voies, compte tenu des efforts à reprendre, on a pris le
quatre lignes d'appui, soit une pile pour être capables de reprendre des caractéristiques médiocres des parti suivant :
intermédiaire ( pour les estacades les efforts horizontaux de freinage sols. Une étude complète des effets à Chaque ligne d’appui comporte
de La Couronne et de La Falaise ), et démarrage des trains, sans que de l'interaction voie-ouvrage a per- quatre appareils d’appui à pot sous
soit une pile-culée ( pour l'estacade le déplacement en tête de pile ne mis de dimensionner au plus juste les tabliers à voie unique et huit
d'Ambarès ). L'appui concerné joue soit supérieur à la valeur de 5 mm les fondations des points fixes. appareils sous les tabliers à deux
le rôle de point fixe. Les éléments fixée par le référentiel. Le respect Compte tenu de l’encombrement des voies.
le constituant ( et en particulier les de ce critère a été déterminant sur dispositifs de blocage et de l’intensité à Le blocage des déplacements lon-
gitudinaux du tablier est assuré sur
tous les appareils de la ligne d’ap-
13- Plan masse pui considérée.

© DR
du raccordement
Plan masse du raccordement de La Couronne.
à Le blocage des déplacements
transversaux du tablier est assuré
de La Couronne 14- SDM de Roul-
sur un appareil d’appui sur deux sur
let-Saint-Estèphe
(SDM 2125) - Vue la pile fixe et sur un seul appareil
en plan et coupes. sur les autres appuis. Ces appareils
sont positionnés suivant la dispo-
13- La Couronne sition donnée sur le schéma de la
connection layout figure 11, pour les tabliers à deux
plan. voies.
14- Roullet-Saint- Il convenait de s'assurer que, en pré-
Estèphe flyover
(SDM 2125) - sence d'un effort horizontal important,
Plan view and les dispositifs de blocage des différents
cross sections. appareils d'appui d'une même file

SDM de Roullet-Saint-Estèphe (SDM 2125)


Vue en plan et coupes

13

14
© DR

88 Travaux n° 915 Juin 2015


Figures 15 & 16 © P. Le Doaré

15 16

Plan masse du raccordement de Luxé


autorisant la mise en œuvre ultérieure
d’une précontrainte additionnelle exté-
15- Le SDM de rieure rectiligne, à raison d’un câble
La Couronne 4T15 dans chaque espace séparant
(CE1 0009) avant deux poutres adjacentes, ancré dans
pose de la voie.
les entretoises d’extrémité de chaque
16- Extrémité module à 3 travées ( figure 12 ).
est de l'estacade
de La Couronne. Ce complément correspond à environ
17- Plan masse 20 % de la précontrainte initiale ( consti-
du raccordement tuée de 17 à 21 torons par poutre ).
de Luxé. Cette précontrainte additionnelle est
disposée au voisinage de l'axe neutre
15- La Couronne de la section. L'état correspondant à
flyover (CE1 sa mise en tension a été prévu dans
0009) before les calculs d'exécution.
laying the track.
De part et d'autre de chaque câble
16- East end
of La Couronne 4T15 on a logé deux ancrages pour
viaduct. barres à haute limite élastique de
17- Luxé connec- diamètre 40 mm, noyés dans les
tion layout plan. entretoises d'extrémité. Des fourreaux
traversants dans les entretoises inter-
médiaires complètent le dispositif.
La liaison entre le câble et ses barres
d'ancrage sera assurée par une selle
métallique au droit de laquelle s'opèrera
la mise en tension.
CHIFFRES-CLÉS Dans ce qui suit, les principes généraux
de conception précédemment exposés
18 sauts-de-mouton sont illustrés au travers de la description
et 4 estacades
de quelques ouvrages représentatifs.
60 750 m  de tablier : 31 800
2

pour les sauts-de-mouton le raccordement


et 28 950 pour les estacades de la couronne
17
© DR

Deux sauts de mouton et une estacade


permettent de raccorder la nouvelle
ligne au RFN au droit d'Angoulême
sont bien tous mobilisés, de manière à Les jeux entre les différents appa- d'exécution, en considérant tous les ( figure  13 ).
à répartir correctement la charge, et reils à mobiliser sont significative- scenarii possibles sur la répartition Le SDM 2125, situé à l'embranche-
ainsi se prémunir du risque de rupture ment inférieurs à 1,3 mm. du jeu entre les différents appareils. ment, supporte la voie V2 du raccorde-
en chaîne. La mobilisation simultanée Les tolérances habituelles d’usinage Il a permis de déterminer l’effort sup- ment ( circulée à 230 km / h ) et franchit
des points d’appui est assurée par le des appareils à pot conduisent à un plémentaire repris par le premier à les deux voies de la ligne à grande
respect des conditions suivantes : jeu de fonctionnement garanti d’envi- se mettre en butée et de vérifier que vitesse ( figure 14 ). L’ouvrage est un
à L'élément le plus faible est la ron 0,85 mm. sa capacité restait suffisante. cadre en béton armé de 96,80 m pro-
connexion par goujons des platines Cette valeur a été ramenée à 0,40 mm, longé par des murs de tête en terre
métalliques inférieures dans la tête et tous les appareils d'une file ont été Précontrainte armée et reposant sur le substratum
de pile, de façon à ce qu'elle se réglés transversalement et maintenus additionnelle marno-calcaire par l'intermédiaire d'un
plastifie en premier ( plastification en position au moment de la pose. Afin d'anticiper une évolution impré- matelas de matériaux de substitution
atteinte pour un déplacement de Suivant ces hypothèses, un calcul non vue du comportement mécanique du mis en œuvre après purge de la cou-
1,3  mm ). linéaire a été réalisé lors des études tablier, des réservations ont été prévues verture limoneuse.

Juin 2015 Travaux n° 915 89


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

SDM de Juillé (SDM 1731)


Vue en plan et coupes

L’écart entre les profils en long de la


voie portée et des voies franchies ne 18- SDM de Juillé
permet pas de conserver la structure (SDM 1731) -
courante de la plateforme au passage Vue en plan et
de l’ouvrage ; le ballast doit reposer coupes.
directement sur la traverse supérieure 19- Plan masse
du portique et son épaisseur est majo- du raccordement
d'Ambarès et
rée en conséquence. La Grave.
L'estacade CE0 0017 franchit à faible
hauteur la plaine alluviale qui constitue
18- Juillé flyover
le lit majeur des différents cours d'eau (SDM 1731) -
qui, au nord, donnent naissance à la Plan view and
Boëme, affluent de la Charente. Elle cross sections.
supporte les deux voies du raccorde- 19- Ambarès and
ment, circulées à 160 km / h au droit de La Grave connec-
l'ouvrage. Elle assume une triple fonc- tion layout plan.
18

© DR
tion : éliminer les aléas liés aux travaux
de consolidation des sols compressibles
qu'aurait exigés la traversée de la plaine
par un remblai, préserver la capacité de gressivement l'une de l'autre. Ce tracé l’érosion fluviatile a creusé dans le 93 m prolongé par des murs de tête en
stockage du lit majeur lors des crues en Y, ainsi que la faible hauteur des substratum marno-calcaire compact terre armée. Chaque piédroit est fondé
exceptionnelles et maintenir la conti- voies au-dessus du sol, ont conduit une profonde cuvette, comblée par des sur une file de pieux de 1 200 mm de
nuité écologique de la vallée. En dehors à retenir des travées courtes dont la alluvions récentes de très faible com- diamètre, couronnés par une semelle
des lits mineurs de la Vieille Boëme, à modularité s'adapte aux variations de pacité. Leur épaisseur atteint 17 m au de répartition coulée sur un béton de
l'ouest, et de la Grande Boëme, à l'est, largeur de la plateforme. milieu de la brèche, ce qui impose de propreté juste au-dessus du plan P1.
les appuis pouvaient être implantés Ainsi, l'ouvrage retenu est une esta- considérer une classe de sol D pour les Comme exposé précédemment, la
pratiquement sans contrainte. cade de 720 m de long, composée études sismiques. La nappe phréatique traverse supérieure est constituée
Les deux voies du raccordement de La de 32 travées de 22,50 m de portée est très proche de la surface. d’un hourdis en béton armé de 30 cm
Couronne ont des définitions géomé- ( figure 8 ). De l'ouest vers l'est, il est Le SDM CE1 0009 supporte la voie V1 d’épaisseur coulé sur des poutres pré-
triques distinctes. Elles restent couplées découpé en onze tronçons successifs du raccordement et franchit les deux fabriquées précontraintes.
sur près des deux tiers de la longueur de tablier, uniques à deux voies puis voies de la ligne classique ( figures 4, Afin de limiter les tassements des allu-
de la brèche, avant de s'écarter pro- jumeaux à une voie. Sous l’ouvrage, 6, et 15 ). L’ouvrage est un portique de vions sous les blocs techniques situés

Plan masse du raccordement d'Ambarès et La Grave

19
© DR

90 Travaux n° 915 Juin 2015


21

20- Le SDM de à proximité immédiate de la ligne clas-


Juillé (SDM 1731) sique, ces derniers ont été édifiés sur
avant pose de
la voie. des inclusions rigides qui permettent
également de s'affranchir des efforts
21- L'estacade
d'Ambarès. de frottement négatif sur les pieux.
22- Estacade
d'Ambarès - Vue le raccordement
en plan et coupe de luxé
longitudinale. Le SDM 1731 de Juillé est de concep-
23- SDM d'Am- tion similaire à celui de La Couronne.
barès - Vues en Il est situé à proximité du raccordement
plan.
de Luxé, par lequel la voie V2 de la ligne
nouvelle rejoint son homologue de la
20- Juillé flyover
(SDM 1731) ligne existante Paris-Bordeaux, à 25 km
before laying au nord d’Angoulême ( figures 17, 18
the track. et 20 ). Il supporte les deux voies de la
21- Ambarès LGV et franchit les deux voies de la ligne
viaduct. classique. Dans le cas du SDM 1731,
Figures 20 & 21 © P. Le Doaré

22- Ambarès l’écart entre les profils en long des


viaduct - Plan voies portées et franchies permet de
view and longitu-
dinal section. conserver au passage de l’ouvrage la
23- Ambarès structure courante de la plate-forme
flyover - Plan ( sous couche de 20 cm sur couche de
20 views. forme de 35 cm d’épaisseur minimale ).

Estacade d'Ambarès
Vue en plan et coupe longitudinale

22
© DR

SDM d'Ambarès
Vues en plan

23
© DR

Juin 2015 Travaux n° 915 91


OUVRAGES

ART SDM d'Ambarès


d’
Coupe transversale sur le portail Nord (culée C6)
Imaginer
Concevoir
Construire

24- SDM d'Am-


barès - Coupe
transversale sur
le portail Nord
(culée C6).
25- Estacade
d'Ambarès -
Coupes transver- 24

© DR
sales sur piles.
26- Estacade
d'Ambarès -
Schéma statique. Il n’y a pas d’interruption des bandes l’extrémité sud de la ligne. Dans une préféré ces estacades à de simples
27- Le saut de SES, ni de déviation en plan des pistes zone déjà fortement urbanisée, la jonc- remblais qui, en raison de la compres-
mouton d'Am- latérales de service. Au passage tion à la ligne existante doit s’insérer sibilité du sol, auraient été susceptibles
barès. de l'ouvrage, la LGV est circulée à dans une emprise très exigüe. L’occu- de provoquer des tassements nuisibles
350  km / h. pation du sol au sud-est de la ligne était à la sécurité des circulations sous la
24- Ambarès L’ouvrage est un portique de 110,60 m si dense qu’il a fallu donner au raccor- ligne existante.
flyover - Cross prolongé par des murs de tête en béton dement une géométrie inhabituelle : les Le saut de mouton est fondé sur pieux
section on the armé à section en L. Pour que les voies de la ligne nouvelle ne rejoignent Ø 1 000 mm ancrés dans le substratum
North portal marneux sain. Il est découpé dans le
fouilles restent au-dessus du plan P1, pas la ligne classique par l’extérieur de
(abutment C6).
les semelles sont dénuées de patin sa plateforme, mais d’un seul côté, ce sens longitudinal en six tronçons.
25- Ambarès
viaduct - Cross avant. Chaque piédroit est fondé sur qui impose de dévier l’une des voies La traverse supérieure est d’épaisseur
sections on piers. deux files de pieux Ø 1 200 mm. existantes pour pouvoir loger l’aiguillage constante, égale à 67 cm. L’épaisseur
26- Ambarès ( figure  19 ). courante des piédroits est de 70 cm.
viaduct - Static le raccordement L'ouvrage regroupe trois structures Compte tenu de la complexité de la
diagram. d'ambarès et la grave successives ( deux estacades enca- géométrie du raccordement, le saut de
27- The Ambarès Les ouvrages regroupés sous le nom drant un saut de mouton ) supportant mouton a été conçu en trois dimensions
flyover. d’estacade d’Ambarès sont situés à la voie V1 de la ligne nouvelle. On a à l'avant-projet détaillé.

Estacade d'Ambarès Estacade d'Ambarès


Coupes transversales sur piles Schéma statique

Figures 25 & 26 © DR

26
© P. Le Doaré

25 27

92 Travaux n° 915 Juin 2015


Estacade d'Ambarès QUANTITÉS PRINCIPALES
Appareils d'appui néoprène à taquets
Pour les sauts-de-mouton :
• 1 237 poutres PRAD, de section unique et de longueur variant entre
15,15 m et 16,10 m pour un poids unitaire de 11,6 à 12,3 t, et armées
en moyenne par 55 à 62 kg /m 3 de précontrainte et 200 à 270 kg /m 3
d'aciers passifs
• 31 800 m 2 de hourdis, armés en moyenne à 180 à 210 kg /m 3 pour
les hourdis à traverse composite et à 100-140 kg /m 3 pour les traverses
constituées d'une dalle entièrement coulée en place
• 11 170 m de pieux
Pour les estacades :
• 1 083 poutres PRAD, de section unique et de longueur comprise
entre 21 m et 21,60 m, pour un poids unitaire de 29 à 30 t et armées
en moyenne par 40 kg /m 3 de précontrainte et 170 à 200 kg /m 3
28 d'aciers passifs
© DR

• 28 950 m 2 de hourdis armés à 250 kg /m 3


• 9 250 m de pieux (de diamètres 1 200, 1 500, 1 800 et 2 000 mm)
Les piles et les tabliers des estacades 28- Estacade d'Am- Au global :
sont d'une conception similaire à celle barès - Appareils • 19 7330 m 3 de bétons de structure
des modules à une voie de l'estacade d'appui néoprène • 28 330 t d'armatures passives, 868 t d'armatures de précontrainte
à taquets.
de La Couronne. Le schéma statique pour poutres
est celui représenté en figure 26. 29- L'estacade • 8 330 m 2 de murs de tête en terre armée, 4 150 m 2 de murs BA
d'Ambarès depuis
Sur les piles intermédiaires, fondées • 2 320 poutres préfabriquées PRAD
un point de vue en
sur une unique file de pieux, on a eu enfilade côté ouest. • 20 420 m de forage pour pieux ( ø 1 000, 1 200, 1 500, 1 800 et 2 000 mm)
recours à des appareils d’appui en néo-
prène fretté pour s'affranchir des efforts
28- Ambarès
horizontaux longitudinaux qui auraient
été générés par le frottement des
viaduct - Neoprene PRINCIPAUX INTERVENANTS
support systems
appareils à pot. Le blocage des dépla- with pins. Maîtrise d’ouvrage : Lisea
cements transversaux sous séisme est 29- Ambarès Conception : Cosea SGC - Egis, Systra (Inexia)
assuré par un appareil équipé d'un jeu viaduct, enfilade Construction : Cosea SGI - Vinci Construction, Razel-Bec, Nge,
de taquets de butée. m view on West side. Demathieu & Bard
Bureaux d'étude d'exécution :
• Pour les estacades : Vinci (Cbdi, Gtm)
• P our les sauts-de-mouton : Vinci (Isc, Cbdi), Cogeci, Artcad, Ingerop, Nge
Principaux sous-traitants :
• Génie civil : Etpo, Sendin
• Poutres préfabriquées : Bonna Sabla, LB7 Ligérienne Bétons,
Tierra Armada
• Murs TA : Terre Armée France
• Pieux : Soletanche Bachy, Botte Fondations, ProFond, Atlas Fondations,
Dacquin-Infraco, Sefi
• Armatures : Sas, Amsa, Samt, Cepaba
• Garde-corps, écrans de protection : Metalset, Sler, Pont Equipement
• Appareils d'appui : Freyssinet, Etic
• Joints de structure : Rca
© P. Le Doaré

• Étanchéité : Eurovia, Smac, Colas, Sacan


29

abstract
SEA HSL - Engineering structures LAV SEA (Línea de alta velocidad
to cross and connect to the existing Sur Europa Atlántico) - estructuras
network para franquear la red existente
NABIL YAZBECK, EGIS JMI - GILLES CAUSSE, VINCI - BENJAMIN LUSK, EGIS JMI y conectarse a ella
NABIL YAZBECK, EGIS JMI - GILLES CAUSSE, VINCI - BENJAMIN LUSK, EGIS JMI
For the creation of a new railway line, connecting structures are very
special structures requiring a specific design. These flyovers / flyunders or Durante la creación de una nueva línea ferroviaria, las obras de conexión
viaducts are very long structures with winding alignments, which are also son estructuras muy especiales que deben ser objeto de un diseño específico.
subjected to strong interfaces with the existing lines in service. Their design is Los saltos de carnero o estacadas, son estructuras muy largas con trazados
therefore focused on a search for modularity, industrialisation, simplicity and sinuosos, que, además, están sometidas a importantes conexiones con las
speed of execution. m líneas existentes en explotación. Por tanto, su diseño está orientado a la
búsqueda de modularidad, industrialización, sencillez y rapidez de ejecución. m

Juin 2015 Travaux n° 915 93


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

© Michel Denance

PONT SCHUMAN À LYON -


DE LA CONCEPTION
À LA CONSTRUCTION
AuteurS : Paul Sanders, Directeur, Flint & Neill - Oliver Stross, Ingénieur Chef de projet, Flint & Neill - Olivier Canat, Ingénieur
Chef de Projet, AIA Ingénierie - Alexis Prigent, Chef de Projet, Explorations architecture - Clotilde Robin, Ingénieur, Flint & Neill

La structure pont Schuman, à Lyon sur la Saône, en doubles arches surbaissées et élancées, est
vrillée tout le long, faisant varier son inertie. Le tablier, suspendu aux arches, présente une concep-
tion mixte acier-béton innovante. De la conception à la réalisation, un processus très contrôlé s'est
déroulé en passant par la fabrication de tôles gauches, leur assemblage, le transport des arches
et des poutres porteuses, leur mise en place et le coulage du tablier directement sur la tôle de
sous-face qui a servi de coffrage.

introduction : urbaine souhaite vivement améliorer À l'ancienne et imposante pile centrale, L'ouvrage est aujourd'hui réalisé et en
une forme complexe l'espace public le long du fleuve et il oppose un appui dégagé avec la vue service. Il est le résultat d'un travail
mais évidente étendre la promenade depuis le centre- sur l'axe du fleuve. d'équipe, sous la houlette du Maître
En 2009, le Grand Lyon lance un ville. Le nouveau pont doit traiter de La courbure des arcs dialogue avec d’Ouvrage, entre architectes et ingé-
concours international pour un nouveau manière égale les voitures, les vélos celle des câbles de suspension du nieurs, du croquis jusqu'aux détails
pont sur la Saône, accueillant circula- et les piétons, constituer un emblème pont existant. La structure se pose sur dans un processus continu allant des
tion routière et piétonne. pour Lyon et offrir aux usagers un lieu le fleuve telle des ailes de mouettes études à la construction sur site en
L'objectif est de décongestionner les public agréable. stylisées. Ainsi est née la forme du pont passant par la fabrication en usine et
franchissements avoisinants tout en Très proche du pont Masaryk, le pont avec ses doubles arches extrêmement le transport sur barge pour chacune
faisant partie d'un vaste plan d'amé- Schuman lui répond. Il suit son rythme élancées, sa pile centrale et son tablier des parties du pont : les appuis, les
nagement des berges. La Communauté avec deux travées courtes de 84 m. ultra fin ( figures 1 et 2 ). arches, le tablier et les suspentes.

94 Travaux n° 915 Juin 2015


croquis

1
© Explorations Architecture

dispositions générales 1 & 2- à La chaussée centrale d'une largeur La structure principale - les caissons
Tracé et profil en long Les premiers de 12 m avec quatre voies de cir- longitudinaux et les arches - sépare la
L'ouvrage a un tracé rectiligne entre les croquis. culation et des passages de service chaussée des circulations douces, ce
deux culées. La longueur totale reliant de 0,9 m de chaque côté ; qui confère un sentiment de sécurité
les points A et B est de 190 m. La lon- 1 & 2- à Les trottoirs pour les vélos et les renforcé. Les trottoirs s'élargissent au
gueur totale de l’ouvrage d’art est de The first piétons avec une largeur minimale centre du pont pour former des belvé-
179 m. sketches. de 4,5 m et maximale de 6 m. dères sur les rives de la Saône et les
Le profil en long du pont Schuman Monts d'Or. La largeur totale du tablier
provient de la prise en compte des © Explorations Architecture varie de 26 m à 30 m ( figure 4 ).
altimétries de raccordement sur les
quais existants de part et d’autre de croquis Description générale
la Saône, des gabarits de navigation à et statique
franchir ainsi que des pentes réglemen- L’ouvrage est constitué de trois travées
taires de circulation piétonne et routière, continues reposant sur quatre appuis :
contraintes données au concours. à La culée rive droite : C0,
Le tracé, résultat d’un travail fin, est à La pile en rivière : P1,
composé de plusieurs rayons et droites à La pile en berge rive gauche : P2,
ajustés entre trottoirs et chaussée. à La culée rive gauche : C3.
Leur déclivité respecte les gabarits Les deux travées principales sont des
fluviaux en incluant les flèches à venir. bowstrings dont les arcs se prolongent
Les pentes de l'ouvrage sont identiques sous le tablier au droit de la pile en
sur trottoir comme sur chaussée sauf rivière de telle manière que la supers-
sur un tronçon d'une quarantaine de tructure décrit une sorte de sinusoïde.
mètres au droit de la rive gauche où Le tablier est régulier dans sa consti-
elles varient légèrement. Celle des tution longitudinale et sa géométrie en
trottoirs est toujours inférieure à 4 % plan. Les modes doux, piétons, cycles
afin de respecter les règles d'accessi- et PMR sont portés par des caissons
bilité pour tous. Le profil en long a été métalliques en console.
contrôlé tout au long de la construc- La structure des bowstrings est com-
tion afin de préserver les gabarits qui posée par des arches inclinées de 10°
avaient été calculés au plus juste. par rapport à la verticale, fonctionnant
Toutes ces contraintes ont imposé la en arc auto-ancré.
finesse du tablier ( figure 3 ). Les arches sont constituées de cais-
sons métalliques de forme triangulaire
Profil en travers variable. Les sections varient et tour-
Le profil en travers montre trois nent sur elles-mêmes afin de créer un
espaces distincts : 2 mouvement hélicoïdal élégant.

Juin 2015 Travaux n° 915 95


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

Élévation et vue en plan Coupes types

© documentation Flint & Neill


3 4

Schéma statique
Le tirant des arcs est un caisson métal-
lique longitudinal de forme trapézoïdale
dont les parois verticales sont également
inclinées de 10°. Il reçoit les charges

© documentation Flint & Neill


transmises par le tablier supportant la
chaussée et celles des consoles desti-
nées aux modes doux. Ce tirant est relié
à l’arche par l’intermédiaire de doubles
suspentes permettant ainsi le transfert
d’une partie des efforts à celui-ci. 5
Pour la partie de l’ouvrage où l’arche se
prolonge sous le tablier et en rive d’ou- Coupe géologique
vrage entre P2 et C3, le caisson trapé-
zoïdal devient rectangulaire et assure à
lui-seul le franchissement des portées.
Le schéma statique de l'ouvrage est
visible sur la figure 5. Le point fixe
est situé sur la pile centrale en rivière. © documentation Flint & Neill

Alors que la conception préconisait


qu'un seul des deux appuis soit bloqué
longitudinalement et transversalement,
l'entrepreneur a proposé de bloquer les
deux appuis afin de mieux contrôler les
contre-flèches des arches. Toutefois, 6
cela conduit à une réaction transver-
sale sous poids propre. Un vérinage
provisoire est donc nécessaire lors du Les culées sont creuses. Les pieux de 3- Élévation La pile P1 est la seule pile en rivière.
remplacement d'appuis. Sur les culées, C0 ont un diamètre de 1,40 m et une et vue en plan. Seule la partie supérieure du fût, en
un des deux appuis est guidé longitu- longueur de 30 m ; ils sont ancrés 4- Coupes forme de V dans le prolongement des
dinalement et l'autre est libre. Sur la dans les alluvions anciennes com- types. arcs de l'ouvrage est visible ( figue 7 ).
pile intermédiaire, les deux appuis sont pactes. Ceux de C3 ont un diamètre de 5- Schéma Contrairement aux autres, sa fondation
statique.
libres ( figure  5 ). 1,20 m de diamètre et une longueur est superficielle. Il s'agit d'une épaisse
de 15 m environ ; ils sont ancrés dans 6- Coupe semelle sur gros béton et tapis drainant
géologique.
piles et fondations le rocher. reposant sur les alluvions anciennes
La coupe géologique est très hétéro- La pile P2 est située en rive gauche. compactes. L’impact de la pile P1 en
3- Elevation
gène. Alors que le rocher remonte en Elle est constituée de deux parties and plan views. phase provisoire et définitive a été éva-
rive gauche, les alluvions représentent indépendantes et identiques par rap- lué par une étude hydraulique. Après
4- Typical
une couche profonde en rive droite. port à l'axe de l'ouvrage. Ces deux fûts cross sections. réalisation du batardeau, un enroche-
Cela explique les différents niveaux sont reliés par une semelle commune 5- Static ment a été réalisé sur une distance
de fondations des appuis. Tous les fondée sur pieux de diamètre 1,20 m, diagram. de 10 m tout autour du batardeau afin
pieux sont forés avec tubage provisoire d'une longueur de 15 m environ et 6- Geological de limiter l’affouillement en phase défi-
( figure  6 ). ancrés dans le rocher. cross section. nitive ( figure  8 ).

96 Travaux n° 915 Juin 2015


Vue 3D de la pile P1
7- Vue 3D
de la pile P1.
8- Batardeau
autour de P1.
9- Différentes
sections de
l'arche.
10- Fabrication
de l'arche.
11- Marques
du chauffage
lors du gauchis-
© documentation Flint & Neill

sement.
12- Montage
à blanc.

7- 3D view
of pier P1. 7 8
8- Cofferdam
around P1.
9- Various
Différentes sections de l'arche
sections of
the arch.
10- Arch
manufacturing.
11- Marks
from heating
during warping.
© documentation Flint & Neill

12- Test
assembly.
Coupe A - A Coupe B - B Coupe C - C Repérage des dimensions
de l'arche

les arches nies, l'entreprise a créé son propre jusqu' à 100 MPa pour le gauchis- segment témoin de 4 m de longueur.
Les arches sont constituées de cais- modèle 3D avec le logiciel bocad. sement de 1 degré par mètre, ce qui Comme cela avait été prévu lors de
sons métalliques triangulaires dont Ce modèle a directement été utilisé correspond à la valeur appliquée. la conception, à la fois un vérinage et
les dimensions varient. Cette forme pour la fabrication des tôles. En outre, les pièces écrites préconi- un chauffage contrôlé des tôles ont
accentue l'impression d'élancement Une particularité de la section triangu- saient une épaisseur suffisante pour été nécessaires pour réaliser la forme
des arches en introduisant une dyna- laire est que deux de ses trois faces toutes les tôles afin qu'elles restent en finale. Un soin particulier a été apporté
mique et une accroche de la lumière sont gauches. Cela est une première classe 3 selon l'Eurocode. Il s'agissait par l'entreprise à la connexion entre
évolutive le long de l'ouvrage. pour un ouvrage d'une telle dimension. de s'assurer que les sections transver- deux segments consécutifs d'arches,
Afin de réduire les contraintes rési- sales pouvaient atteindre leur résis- afin de préserver une courbe continue
Conception et réalisation duelles dues au façonnage des pièces, tance élastique en fibre extrême sans ( figures 10, 11 et 12 ).
d'une section vrillée toutes les déformations ont été effec- risque de voilement local ( figure 9 ). Sous le tablier, les arches forment un Y,
La géométrie des arches a été com- tuées à chaud. Il avait été calculé qu'un Afin de valider les méthodes de fabri- support central. La géométrie du nœud
plètement définie par les architectes. assemblage à froid pouvait entraîner cation, l'entreprise de charpente, et les épaisseurs engagées ( jusqu'à
À partir des nombreuses coupes four- des contraintes de cisaillement allant Cordioli, a réalisé des essais sur un 70 mm) ont nécessité des études
© documentation Flint & Neill

10 11 12

Juin 2015 Travaux n° 915 97


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

13- Détail
de la pièce
d'appui en Y. Détail de la pièce d'appui en Y
Coupe longitudinale sur P1
14- Photo
de la pièce
d'appui en Y.
15- Mode de
flambement.
16- Étude
non linéaire.

13- Detail
of Y-shaped
support part.

© documentation Flint & Neill


14- Photo
of Y-shaped
support part.
15- Buckling
mode.
16- Nonlinear
study. 13

poussées lors de la conception afin


de s'assurer de la faisabilité de mise
en œuvre. L'entreprise a pris le relais
en phase chantier en adaptant la posi-
tion des raidisseurs afin de simplifier
le montage ( figures 13 et 14 ).

Stabilité et montage
L’important élancement des arches a

© Jacques Leone
conduit à de nombreuses études de
stabilité.
Un modèle d'études local en coques 14
a été fait afin de valider l'hypothèse
de la classe 3 pour la section gauche.
En effet, les formules classiques de Mode de flambement Étude non linéaire
l'Eurocode ne prennent pas en compte
le gauchissement. À partir des résultats
obtenus, il n'a pas été jugé nécessaire
de réaliser un modèle complet de
l'arche en coques.
Une analyse modale a permis de
© documentation Flint & Neill

connaître les déformées des modes


de flambement ( figure 15 ). Une ana-
lyse non linéaire, en grand déplace-
ment, a ensuite été conduite à partir
de la position déformée initiée par une
imperfection calculée selon l'Eurocode. 15 16
L'étude des contraintes en 3 points de
la section montre quelques plastifica-
tions alors que le comportement global tion des diaphragmes, a été utilisé afin pente, Cordioli, a élaboré une procédure nent à l'aide d'un piston hydraulique
reste linéaire. Puis, la réponse devient d'étudier la résistance au flambement audacieuse. permettant la rotation de l'arche. Ainsi,
non linéaire avant l'arrivée de l'instabi- en torsion. Cela a permis de valider Sur l'aire d'assemblage située à une après assemblage, les arches ont été
lité à un coefficient élevé ( figure 16 ). l'hypothèse de représentation de la dizaine de kilomètres du chantier, les couchées sur la barge auprès du tablier.
L'application de l'imperfection a peu section par son centroïde alors même arches sont assemblées en position À l'arrivée sur site, elles ont été remises
d'effet sur le flambement des arches. que les arêtes tournent autour. verticale ( = position finale ) afin de à la verticale par une opération simi-
En effet, pour un tel élancement, les La stabilité des arches a également été s'assurer de la bonne géométrie de laire.
déplacements élastiques au début du soigneusement étudiée pour les phases l'ensemble. Chaque arche est soute- L'érection de chaque arche pesant
flambement sont bien plus importants provisoires du montage de la structure. nue par deux pivots provisoires près 150 t a été possible sans l'intervention
que le défaut règlementaire introduit. À cause des limites de gabarit sous les des extrémités. Ces pivots, composés de grue. En outre, les contrôles géomé-
Un autre modèle, fait de barres repré- ponts de la Saône, il est inenvisageable d'une sorte de portique soudé aux triques ont pu être faits sur l'aire d'as-
sentant les arêtes et reliées entre elles de transporter les arches en position poutres longitudinales du tablier et d'un semblage et non sur site où l'acces-
par des éléments très raides à la posi- verticale. Ainsi, l'entreprise de char- bras articulé attaché à l'arche, fonction- sibilité était limitée ( figures 17 et 18 ).

98 Travaux n° 915 Juin 2015


les suspentes
Le tablier est suspendu aux arches par
des barres de 82 mm de diamètre,
réparties tous les 4 m. Les suspentes
fonctionnent par paire. Cela permet de
réduire les diamètres, d'opposer une
force de rappel latérale aux arches et
d'améliorer la redondance structurelle.
Toutefois, cela augmente également
l'hyperstaticité de la structure et com-
plexifie le réglage des suspentes.
© documentation Flint & Neill

La rotation différentielle entre le tablier


et l'arche charge davantage la suspente
interne. Un réglage dissymétrique en
faveur de la suspente externe sous
charges permanentes permet qu'à
17 18 l'ELU, avec les charges d'exploitation,
les tensions soient similaires.
Ancrage des suspentes Rotule sphérique Les plus petites suspentes pourraient
Détail chape avec trou oblong Détail du dispositif d'ancrage des suspentes se détendre sous certains cas de
charge. Afin d'éviter leur flambement
si elles entrent en compression, un trou
oblong a été prévu à une extrémité.
Un recouvrement en téflon de l'axe a
été ajouté afin d'améliorer la durabilité
du jeu.
Une autre problématique du dimension-
nement des suspentes a été la prise
© documentation Flint & Neill

en compte des rotations hors plan


des attaches. Les plaques d'ancrages
sont orientées perpendiculairement
aux poutres longitudinales. Ce choix
conduit à un détail plus élégant et per-
19 20 met l'utilisation d'une seule plaque par
paire de suspentes. Un blocage longi-
tudinal a été exclu par le calcul car les
Principe de ferraillage du tablier rotations engendrées par les tolérances
de construction et / ou les mouvements
différentiels entre le tablier et l'arche
17- Pivot provi- sont trop importants pour être résistés
soire et vérin.
en flexion dans la plaque d'ancrage.
18- Rotation Ainsi, des rotules sphériques ont été
de l'arche.
© documentation Flint & Neill

mises en œuvre à chaque extrémité


19- Ancrage
des suspentes. ( figures 19 et 20 ).
20- Rotule
sphérique. le tablier
21- Principe La dalle mixte : finesse et
21 de ferraillage sécurité de mise en œuvre
du tablier. Les gabarits de navigation, conjugués
22- Connecteurs. avec la pente maximale autorisée pour
les déplacements des personnes à
17- Temporary mobilité réduite, ont imposé la finesse
pivot and jack. du tablier.
18- Arch rotation. La solution adoptée est innovante grâce
19- Suspender à son fonctionnement mixte. Deux
anchoring. caissons longitudinaux sont placés
20- Spherical de chaque côté de la chaussée. Ces
ball joint. poutres ont une section trapézoïdale.
21- Deck Elles constituent à la fois les tirants
© documentation Flint & Neill

reinforcement des arches et la structure porteuse du


technique.
tablier fait de poutrelles métalliques
22- Connectors.
enrobées dans du béton.
Ainsi, la hauteur maximale de la
dalle est de 600 mm au maximum
22 (+ 100 mm de revêtement ).

Juin 2015 Travaux n° 915 99


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

23
© documentation Flint & Neill

L'aile inférieure des poutrelles est une Les trottoirs : un long 23 & 24- sous forme d'augets afin de leur donner
tôle continue qui fait office de coffrage caisson plat en console Transport fluvial une résistance au déversement.
de la charpente.
durant la construction et qui renforce Chaque espace piéton, de part et Toute la structure des trottoirs a été
le comportement mixte de la dalle en d'autre de la chaussée, est porté par dimensionnée pour permettre le pas-
réduisant le besoin de ferraillage passif. un long caisson plat en console sur 23 & 24- sage des camions en charge de l’en-
River transport
Le champ d'efforts dans le tablier est les poutres longitudinales. De hauteur of frame. tretien et également pour les nacelles
complexe. variable, de 660 mm à 350 mm, l'in- négatives d’inspection.
Ce dernier est soumis, bien évidem- térieur des caissons est inaccessible.
ment, à une flexion générale sous trafic Après discussion avec le client, il a été conclusion
ainsi qu'à un poinçonnement sous la décidé de considérer 0,5 mm d'épais- La sous-face est raidie par des rai- Le résultat final est un ouvrage très
charge des roues. En outre, il participe seur sacrificielle pour autoriser une disseurs simples soudés également proche de l'image du concours
également au rôle de tirant par sa corrosion interne jusqu'à épuisement aux diaphragmes. À l'inverse, les rai- ( figures 25 et 26 ). Les probléma-
liaison avec les poutres longitudinales. de l'oxygène interne. Des diaphragmes disseurs de la tôle supérieure, qui est tiques de constructibilité et de mise
Cette traction s'accompagne d'un transversaux, tous les 2 m, coïncident celle de fermeture du caisson, sont en œuvre ont été prises en compte
cisaillement en plan, effet du traînage avec ceux de la poutre longitudinale. discontinus. Ils ont donc été conçus dès la conception. Le respect de l'ar-
de cisaillement.
Les efforts provenant du tirant métal-
lique sont transférés au béton par
les connecteurs soudés aux caissons
longitudinaux. La traction et le cisaille-
ment en plan sont alors partagés entre
la sous-face métallique de la dalle et
le ferraillage supérieur.
Les connecteurs soudés à la tôle en
sous-face permettent le comportement
mixte de la dalle, transversalement et
longitudinalement.
Les cadres d'armatures d'effort tran-
chant liaisonnent la nappe inférieure
constituée de la tôle de sous-face
à la nappe supérieure de ferraillage
( figures 21 et 22 ).
Toute la partie métallique du tablier
© documentation Flint & Neill

( poutres longitudinales, tôle de sous-


face et connecteurs ) a été transportée
sur site après assemblage. Ainsi, le
coulage du béton a pu se faire en toute
sécurité, une fois les arches mises en
place ( figures 23 et 24 ). 24

100 Travaux n° 915 Juin 2015


© Explorations architecture

25
© Michel Denance

26

chitecture et le souci de la qualité ont 25 & 26- Pers-


été primordiaux pour les entreprises. pective concours
Chacun a apporté son savoir-faire.
et vue de l'ou- Principaux intervenants
vrage achevé.
Et même si le projet n'a pas été un long Maîtrise d'Ouvrage :
fleuve tranquille, la Saône n'est tout de 25 & 26- Design • Grand Lyon : Direction de la Voirie - Service Grands Projets
même pas aussi agitée que le Rhône contest perspec- Maîtrise d'Œuvre :
et l'inauguration a eu lieu avec peu tive and view of
finished struc- • Bureau d'Études Conception Charpente, Mandataire : Flint and Neill
de retard le 5 novembre 2014. m ture. • Bureau d'Études Génie Civil et travaux fluviaux, Direction des travaux :
AIA-Ingénierie
• Architecte : Explorations Architecture
• Éclairagiste : Les Eclairagistes Associés
Chiffres clés Entreprises :
• Génie Civil, Mandataire : Gtm TP Lyon
Durée des études : septembre 2010 à janvier 2012 • Charpente : Cordioli & C
Durée des travaux (partie pont) : • Travaux fluviaux et ouvrages en pierre : Tournaud
août 2012 à octobre 2014 ( 26 mois) • Citéos
Date d'inauguration : 5 novembre 2014 Bureaux d'Études d'exécution :
Tonnage de charpente : 2 800 t • Charpente : Seteco
Volume de béton : 4 000 m 3 • Génie Civil : Vcf
Chaussée : 2 250 m 2 • Méthodes : R&D Systems
Asphalte sur mode doux : 2 000 m 2 Contrôle Extérieur :
Coût global des travaux de l'ouvrage • Charpente : Ioa
(y compris travaux fluviaux préalables) : 28 M€ HT • Génie Civil : Egis

abstract
Schuman Bridge in Lyon - Puente Schuman en Lyon -
From design to construction Del diseño a la construcción
P. Sanders, Flint & Neill - O. Stross, Flint & Neill - O. Canat, AIA Ingénierie - P. Sanders, Flint & Neill - O. Stross, Flint & Neill - O. Canat, AIA Ingénierie -
A. Prigent, Explorations architecture - C. Robin, Flint & Neill A. Prigent, Explorations architecture - C. Robin, Flint & Neill

Schuman Bridge communicates with the Masaryk foot bridge. The two El puente Schuman se complementa con la pasarela Masaryk. Los dos
main spans are bowstrings whose arches extend under the deck at the level of tramos principales son bowstrings cuyos arcos se prolongan bajo el tablero a
the pier in the river in such a way that the superstructure describes a sort of la derecha del pilar en el río de manera que la superestructura describe una
sinusoid. The arches are twisted and their execution required the use of special especie de forma sinusoidal. Los arcos están retorcidos y su realización requirió
methods for panel warping. Their stability was engineered in the final phase métodos especiales durante el alabeo de las chapas. Se ha estudiado su
and during construction at the time of their rotation. The deck under the estabilidad en fase definitiva y en construcción durante su rotación. El tablero
pavement is a composite slab while the footpaths are cantilevered steel box bajo la calzada es una losa mixta mientras que las aceras son cajones metálicos
girders. Execution of each part of the structure forms part of a continuous en voladizo. La realización de cada tramo de la obra forma parte de un proceso
process, from design engineering through manufacture in the factory and continuo de estudios, desde la construcción in situ, pasando por la fabricación
complex transport by barge through the city centre, to construction on site. m en planta y un transporte complejo en barcaza a través del centro ciudad. m

Juin 2015 Travaux n° 915 101


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

1
© Dragages - China Harbour - VSL Joint Venture

Le Pont
de Hong-Kong Macao
AuteurS : Yves RIALLAND, Directeur Technique, Bouygues-TP - Chenthuran VILVARAJAH, Chef de Groupe travaux, Bouygues-TP -
Valery PREMAUD, Chef de Groupe études, Bouygues-TP

Le contrat Hong Kong Link Road 09 fait partie du projet de liaison entre Hong Kong et Zhuhai, soit
9,4 km de tablier sur une longueur totale du projet de 42 km. Constitué de deux caissons reliés au
niveau du séparateur central type DBA, le pont routier porte deux fois trois voies pour une vitesse
limitée à 100 km/h. Les limites du projet sont : coté pile P00, la frontière de la région administrative
de Hong Kong HKSAR, et la culée C115, qui constitue l’entrée en terre du tunnel du contrat HKLR03.
L’ouvrage dégage deux passes navigables en mer de 100 m de large pour 42,50 m de haut et une passe
navigable de 46 m de large pour 15,50 m de haut dans le chenal qui longe l’aéroport ( figure  2).

le projet du pont à Des travées de 150 m autour des 1- La logistique. et s’ancrent dans le rocher. Les plus
de hong-kong macao passes navigables en mer ; longs peuvent atteindre 100 m.
Constitués de 5 697 voussoirs pré- à Des travées de 165 m ou 180 m 1- Logistics. Le contrat de Conception / Construction
fabriqués en béton précontraint, les pour franchir le chenal. a été signé le 31 mai 2012 entre le
19 viaducs séparés par des piles culées Les piles, en grande partie préfabri- client Hong Kong Highways Depart-
portent : quées, sont en béton armé ou précon- ment et le groupement d’entreprises
à Des travées égales de l’ordre de traint. Les semelles affleurent en mer, et Dragages-Hong-Kong, filiale du groupe
75 m en mer ; ne laissent pas paraître les pieux sous geant par un pieu unique. Enfin, dans le Bouygues, China Harbour et Vsl, pour
à Des travées de l’ordre 65 m pour les plus grandes marées. Elles sont chenal, elles sont noyées. Les pieux au un montant de 12,86 milliards de dol-
les parties à terre le long de l’aé- pour la plupart inexistantes sur les nombre de 725 ont, suivant les cas, un lars de Hong Kong ( soit au cours de
roport ; parties à terre, la colonne se prolon- diamètre de 2,30 m, 2,50 m, ou 2,80 m l’époque 1,3 milliards d’euros ).

102 Travaux n° 915 Juin 2015


La préfabrication apporte de ce point
Répartition des types de voussoir le long du projet de vue un avantage indéniable, limi-
tant les besoins en personnel, sachant
que les ressources en main d’œuvre
sont très limitées dans la région de
Hong Kong, en particulier en raison du
nombre important des chantiers qui
sont en cours ( figure 1 ).

trois chantiers en un
Les ouvrages en mer
Les viaducs courants en mer sont
constitués de huit travées sensiblement
égales de 75 m. La chaussée a une
largeur de 14,80 m pour chacune des
© Dragages - China Harbour - VSL Joint Venture

deux directions de circulation et com-


prend un séparateur central.
Le tablier, constitué des deux caissons
de 4 m de hauteur, est porté par deux
colonnes séparées reposant sur deux
semelles de forme sensiblement trian-
gulaire, qui reprennent chacune trois
pieux de 2,30 m de diamètre.
Les semelles, de 3,95 m d’épaisseur,
2 sont systématiquement bétonnées en
place à l’intérieur d’une coque préfa-
briquée.
Les contraintes times et de manutention et entraîne Les fondations
2- Répartition
environnementales des types la suspension des travaux. Le profil géologique présente en partie
Hormis le respect de spécifications de voussoir le supérieure des couches compressibles
rigoureuses en termes de bruit, en long du projet. Les contraintes liées ( dépôts marins, alluvions ) qui peuvent
particulier la nuit, ou encore en termes 3- Coque à la proximité de l’aéroport produire du frottement négatif, plus pro-
de pollution avec l’interdiction de toute préfabriquée de Hong Kong fondément du granite altéré et enfin par
forme de rejet, la partie maritime est triangulaire. La zone de l’aéroport est contrainte à du granite sain.
une zone d’habitat pour une espèce 4- Éléments des restrictions de hauteur et de gabarit L’application des règlements pour les
de pile à la
endémique de dauphins blancs ce qui préfabrication. aérien, ce qui rend impossible l’utilisa- fondations à Hong Kong impose sys-
rend impossible les travaux de forage tion de moyens de manutention tels tématiquement d’aller au rocher, ce
de pieux pendant toute la période de que les grues ou poutres de lancement qui dans certains cas aurait produit
2- Distribution
leur reproduction, à savoir de mai à juin. of types of d’une taille non conforme. des pieux de plus de 100 m de pro-
voussoir along fondeur, donc au-delà de la limite de
Les contraintes climatiques the project. Les contraintes logistiques faisabilité technique. Sur ces cas spé-
Hong Kong est sujet aux cyclones tropi- 3- Prefabricated Les ouvrages en mer imposent des cifiques, l’utilisation de pieux frottants
caux, et les typhons sont fréquents sur triangular shell. moyens maritimes importants, en par- a été autorisée, avec des paramètres
sensiblement la moitié de l’année, soit 4- Pier elements ticulier pour la réalisation des appuis et de calcul qui ont été validés par des
de mai à octobre. Le niveau T3 impose undergoing des fondations, ou encore avec la fabri- essais sur des pieux équipés de cellules
prefabrication.
la mise en sécurité des moyens mari- cation des bétons sur barge en mer. d’Osterberg.
© Dragages - China Harbour - VSL Joint Venture

3 4

Juin 2015 Travaux n° 915 103


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

5
© Dragages - China Harbour - VSL Joint Venture

Les coques préfabriquées sont réa- Les grandes travées, 5- Lanceur À titre d’exemple le viaduc ML10 pos-
lisées dans la région de Canton et incluant ML3 et LG2. sède 3 travées = 115 m + 180 m +
acheminées sur leur lieu de pose par l’Airport channel 6- Doublet 115 m = 410 m. Il est composé de
bateau. Elles ont un poids de 230 t Les grandes travées correspondent de piles. 2 x 112  voussoirs courants, de 2 x 2
pour les semelles courantes à trois aux viaducs ML3 et ML10 à ML14. voussoirs sur culée de 2,5 m de long
pieux ( figure 3 ) et jusqu'à 450 t pour Standardisation des coffrages 5- LG2 et de 2 x 2 voussoirs sur piles de 9 m
les semelles à six pieux. des tabliers launcher. de long.
Description des piles Les portées principales de ces viaducs 6- Doublet Les câbles de fléau nécessaires à l’as-
Les dimensions extérieures des piles sont de 150 m, 165 m et 180 m. on piers. semblage des voussoirs successifs sont
sont de 5 m dans la direction trans-
versale et de 3,2 m dans la direction
longitudinale.
Elles sont pleines et coulées en place Doublet de piles
sur P00 ainsi que de P45 à P68, pré-
fabriquées et creuses pour les autres
colonnes des viaducs courants en mer
( figure  4 ).
Les voussoirs des colonnes sont à joints
conjugués et sont justifiés suivant les
mêmes critères que les voussoirs pré-
fabriqués du tablier.
Les colonnes nécessitent donc des
clouages permanents qui s’ancrent soit
dans la semelle, soit dans la première
levée de pile qui est coulée en place.
Le nombre maximum de boucles qui
viennent s’ancrer dans la semelle est
de 6, et 6 également pour la première
levée coulée en place. Les unités sont
des 22T15.
En tête, ces câbles s’ancrent d’une
façon générale dans la tête de pile
préfabriquée, et les ancrages en phase
de service sont noyés dans le béton de
deuxième phase coulé en place.
Description des tabliers
Les fléaux des travées en mer sont
constitués de 2 x 10 voussoirs, plus
deux demi-voussoirs sur piles.
Le câblage intérieur est composé de
© Dragages - China Harbour - VSL Joint Venture

câbles 19T15.
La précontrainte extérieure est consti-
tuée de 2 paires plus une paire addi-
tionnelle de câbles 31T15, déviée sur
les voussoirs sur piles et sur les vous-
soirs déviateurs.
La pose se fait par encorbellements
successifs, soit avec la poutre de lan-
cement LG2 ( 800 t ) ( figure 5 ) soit avec
une chèvre de levage « LF3 » (100 t ). 6

104 Travaux n° 915 Juin 2015


© Dragages - China Harbour - VSL Joint Venture

constitués d’unités 19T15 et 27T15. efforts élevés en tête et en pied des Les ouvrages à terre,
Les câbles-éclisses qui solidarisent 7- Chèvre de piles. La solution retenue consiste à ou encore « Land Section »
levage LF1.
entre eux les fléaux sont également vériner avant le clavage pour équilibrer Les ouvrages à terre correspondent à
8- Coffrage
constitués d’unités 27T15. Les câbles de portique les moments locaux en tête et en pied la partie du projet longeant l’ile artifi-
extérieurs qui règnent sur une ou deux au niveau de pile. cielle de l’aéroport de Hong Kong, entre
travées, sont ancrés sur les voussoirs de P98. Méthodes de réalisation P84 ( interface avec l’Airport Channel )
sur pile et sont déviés au niveau des La pose des voussoirs du tablier se fait et P115. Les contraintes sont les sui-
voussoirs déviateurs ( 2 par travée ). 7- LF1 derrick. à la chèvre de levage. Il y a 2 types de vantes dans cette zone : proximité avec
Ils sont constitués d’unités 31T15. 8- Portal struc- chèvres, la LF1 ( figure 7 ) pesant 275 t l’aéroport nécessitant un ouvrage bas,
Ces câbles sont démontables et rem- ture formwork et qui peut soulever des voussoirs de présence de nombreux réseaux ( en
plaçables. at the level of 220 t et la LF3 de 100 t d’une capacité particulier un réseau de kérosène ),
P98.
Description des piles de 130 t. proximité et passage au-dessus de
Les piles culées des grandes travées routes et fondations / appuis dans une
sont des piles rectangulaires pleines © Dragages - China Harbour - VSL Joint Venture digue en rocher.
coulées en place excepté P16 et P21 L’ouvrage est constitué de 5 viaducs
sur ML3 qui sont des piles préfabri- successifs, de ML15 à ML19, d’une
quées creuses et précontraintes ver- longueur totale de 1,7 km. Le nombre
ticalement. de travées varie de 4 à 8, en fonc-
Le tablier est encastré sur les piles prin- tion des contraintes au sol telles que
cipales qui sont des doublets de piles les routes et les réseaux. Les travées
( figure 6 ). Ces piles sont précontraintes principales ne sont pas régulières et
verticalement et coulées en place. Elles varient entre 55 m et 65 m. Le tablier
possèdent 3 types de sections ( 6,4 m x est constitué d’un bi-caisson entre P84
1,7 m / 6,4 m x 2,2 m / 7 m x 2,8 m ), et P111 et d’un tri-caisson de P111
les piles les plus courtes ( celles de vers P115. Les voussoirs ont une hau-
ML10 ) ont la plus petite section, afin teur courante de 3,20 m et une largeur
de donner autant de souplesse que de 16,97.
possible à la structure en portique lon- Les appuis de la superstructure sont
gitudinal. des portiques en béton armé ( figure 8 ),
Ces piles sont fondées sur pieux de dia- i.e. une poutre transversale repo-
mètres 2,5 m et 2,8 m. Les longueurs sant sur deux piles et reliant les deux
de pieux sont variables de 10 m à 45 m tabliers. Les piles se prolongent sur
en fonction du contexte géotechnique. des pieux de 3 m de diamètre fichés
Les variations linéaires ( contraction / au rocher. Cette solution technique per-
dilatation thermique et surtout retrait met d’éviter la semelle en béton armé
+ fluage ) qui induisent un raccour- difficile à réaliser sous le niveau de
cissement du tablier, génèrent des 8 la mer et dans la digue.

Juin 2015 Travaux n° 915 105


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire

Les voussoirs amenés par barges sont La durabilité


déchargés via une installation dédiée Du fait du contexte marin agressif,

© Dragages - China Harbour - VSL Joint Venture


qui est un lanceur fixe sur deux tours la durabilité est une contrainte forte
en acier ( figure 9 ). du projet dont la durée de vie est de
La pose du tablier s’effectue par encor- 120 ans. La solution retenue pour éviter
bellements successifs avec un lanceur les problèmes de corrosion est l’utilisa-
( Launching Girder 1) de 165 m de long tion d’acier inox sur le premier lit d’ar-
et représentant 1 000 t d’acier. matures horizontales et verticales ainsi
que les épingles. Ce principe est systé-
les particularités matiquement utilisé pour le ferraillage
du design des pieux / semelles et piles dans les
Le séisme zones de marnage et d’éclaboussures. 9
La conception parasismique de ce
projet est une première à Hong Kong.
Jusqu’alors, le séisme était en effet pris
en compte en suivant les préconisations Voussoir Sur Pile des grandes travées
du HKSDM qui consistent à prendre
5 % du poids en horizontal. Dans notre
cas, il a été demandé d’appliquer l’EC8
avec 3 niveaux de séisme. Le niveau
le plus élevé est un séisme de période
de retour de 2 475 ans avec une accé-
lération ag = 2,1 m / s 2.

Le vent
Les typhons sont une réalité à Hong
Kong et des phases de construction
critiques peuvent avoir lieu en période
cyclonique. Il a donc été décidé d’ana-

© Dragages - China Harbour - VSL Joint Venture


lyser les phénomènes aérodynamiques
sur les viaducs à grandes travées en
phase de service et de construction.
La vitesse de référence du vent prise
en compte est de 38,7 m / s à 10 m au
dessus du niveau de la mer pour une
période de retour de 50 ans. Une simu-
lation en soufflerie 2D faite par le CSTB
a permis de déterminer les coefficients
aérodynamiques du pont et de calculer 10
les déplacements sous détachement
tourbillonnaire. Ferraillage 3D du Voussoir Sur Pile sous Allplan

9- Déchargement
des voussoirs.
10- Voussoir
Sur Pile des
grandes travées.
11- Ferraillage
3D du Voussoir
Sur Pile sous
Allplan.

9- Unloading
© Dragages - China Harbour - VSL Joint Venture

segments.
10- Segment
on pier for
large spans.
11- 3D reinfor-
cement of
segment on pier
under Allplan.

11

106 Travaux n° 915 Juin 2015


12
© Dragages - China Harbour - VSL Joint Venture

les challenges 12- Vue aérienne Les modèles de calculs pour les travées courantes que pour
Les grandes travées de l'usine de Les VSP ont fait l’objet de modélisation les grandes travées. La préfabrication
préfabriquées préfabrication 2D et 3D aux éléments finis sous Sofis- a été entièrement confiée à l’entreprise
des voussoirs.
La portée de 180 m constitue un record tik et Ansys, permettant de s’assurer chinoise China Construction Communi-
du monde pour les ponts à voussoirs de l’intégration correcte de l’ensemble cation Company 2, représentant un total
12- Aerial view
préfabriqués. La hauteur est de 10 m of the voussoirs des phénomènes agissant sur ces élé- de 289 000 m 3 de béton et 59 000 t
sur appui et de 4 m en travée. prefabrication ments fortement sollicités ; les résultats d’acier. Un atelier de préfabrication a
L’élancement de 1/18 sur appui et plant. ont été comparés à des mécanismes été spécifiquement installé pour ce
1/45 en travée correspond à la limite de bielles-tirants permettant d’isoler projet en Chine continentale, à Zhongs-
basse des valeurs usuelles, ce qui se les phénomènes en présence. han, à environ 100 km du chantier.
justifie du fait des conditions d’appui Ferraillage des VSP La difficulté principale de la préfabri-
( encastrement qui soulage la section Les plans de ferraillage des VSP ont cation réside dans le grand nombre
à mi travée ). été réalisés en 2D avec le logiciel Adfer. de types de voussoir à fabriquer, qui
Un béton C50 / 60 a été adopté pour Connexion partie préfabriquée / Les nombreuses interférences tridi- sont au nombre de cinq, types A à E.
les tabliers et les piles des viaducs à partie coulée en place mensionnelles ( câblage de tablier, de Certains types ont été élargis afin de
grandes travées. La solution retenue a été de créer des pile, d’entretoises, intersections de ces satisfaire les critères de visibilité entre
surfaces rugueuses au moyen de clés différents éléments, ouvertures, pré- P77 et P85, donnant les types CV/ CHV
Les grands voussoirs de cisaillement béton analogues à contraintes temporaires ) ont conduit à et EV. Les principales caractéristiques
sur piles celles utilisées entre voussoirs à l’inter- vérifier la faisabilité du ferraillage en 3D des voussoirs sont résumées dans le
Le Voussoir Sur Pile ( VSP ) est l’un des face éléments préfabriqués / éléments avec le logiciel Allplan ( figure 11). tableau A.
éléments les plus complexes du projet coulés en place. L’installation de préfabrication ( figure
( figure  10 ). Les efforts de cisaillement résultant des la préfabrication 12 ) est installée sur un terrain de 15 ha
Le VSP de 10 m de hauteur est consti- calculs étant élevés, il a été nécessaire des voussoirs comprenant :
tué par trois voussoirs préfabriqués de de mettre en place une précontrainte Au vu du caractère maritime de l’ou- à 3 lignes de production, dont 2
3 m de long chacun. Les trois voussoirs transversale ( 16 * 31T15S ) au niveau vrage, de sa longueur exceptionnelle dédiées spécialement aux voussoirs
préfabriqués assemblés constituent des deux entretoises, qui comprime et des contraintes environnementales, à hauteur variable ;
le coffrage extérieur pour la réalisation l’interface partie préfabriquée / partie la préfabrication est apparue comme à 32 coffrages, dont 18 pour les
de la partie coulée en place du VSP. coulée en place. la solution la plus adaptée, aussi bien voussoirs à hauteur constante et
14 pour les voussoirs à hauteur
variable ;
Tableau A : principales caractéristiques des voussoirs à 18 ponts roulants, d’une capacité
allant de 16 t à 250 t permettant de
Type Description Hauteur Largeur Poids Nombre manutentionner les cages d’arma-
tures et les éléments de coffrages
A Bicaisson entre P0 et P67 4m 16,97 m 100 t à 150 t 2 480 pour les petits, les voussoirs les plus
Monocaisson entre P52 lourds pour les grands ;
B et P60 pour le turnaround 4m 8,37 m 65 t à 75 t 282 à Une capacité de stockage de 1 000
facilities voussoirs ;
Bicaisson à hauteur variable 16,82 m / 19,17 m pour à 2 jetées de déchargement des
C 4 m à 10 m 90 t à 220 t 1 700
sur ML3, 10 à 14 les voussoirs élargis voussoirs sur les barges de trans-
Bicaisson à trois âmes, 20,67 m, variable pour port vers le site sur Hong Kong ;
D 4m 120 t à 230 t 216
entre P49 et P63 les voussoirs de transition à 3 centrales à béton d’une capacité
3,2 m / 4,0 m pour 16,97 m / 19,17 m pour nominale de 40 m 3/ h et un labora-
E Bicaisson entre P84 et P115 90 t à 130 t 1 017
les voussoirs élargis les voussoirs élargis toire pour les contrôles sur le béton.

Juin 2015 Travaux n° 915 107


OUVRAGES

ART
d’

Imaginer
Concevoir
Construire
Éléments de coffrage type

La cellule de préfabrication ( figure 13 )


est typique avec deux joues métalliques
pour assurer la stabilité latérale.
La stabilité longitudinale est assurée par
un masque métallique côté clef et par
le voussoir n-1 côté pile. Un noyau inté-
rieur porté sur une structure en porte-
à-faux permet de coffrer l’intérieur du
caisson. Le fond de moule repose sur

© Dragages - China Harbour - VSL Joint Venture


un chariot, qui permet de déplacer
le voussoir en position dans le contre-
moule. Les cages d’armatures sont
entièrement préfabriquées dans des
gabarits, à proximité des coffrages.
Les cycles pour les voussoirs de hau-
teur constante sont de 2 jours pour les
voussoirs courants, 5 jours les VSP.
Il faut compter une journée de plus pour
les voussoirs déviateurs. 13
Le stockage des voussoirs s’effectue
sur 2 niveaux pour les voussoirs à hau-
teur constante, 1 niveau pour les vous- Datums pilote par l’utilisation d’une 13- Éléments conclusion
soirs de hauteur supérieure à 5,25 m. base de données unique, les différentes de coffrage Ces différentes méthodes de construc-
Deux jetées constituées de portiques type.
étapes du projet : tion permettent de réaliser plus de 9 km
métalliques surmontés d’un pont rou- à L’implantation ; de viaducs avec de fortes contraintes
lant de 250 t permettent d’amener les à Le calepinage en voussoirs ; 13- Standard environnementales, climatiques et
formwork
voussoirs au chantier sur des barges à La génération des sections transver- elements. logistiques.
autopropulsées. Les barges peuvent sales basée sur des lois de variation L’utilisation de la préfabrication pour
contenir entre 4 et 6 voussoirs, assu- des coffrages ; l’ensemble des parties des ouvrages,
rant une livraison selon un cycle de à La détermination des volumes et piles, semelles, voussoirs sur piles et
4-5 jours par barge. des poids ; À la pose, la géométrie attendue est tablier rend le projet à la fois innovant
à Le réglage et le suivi, que cela soit réajustée en fonction du réglage des et très technique avec un record du
Le contrôle géométrique à la préfabrication ou à la pose. premiers voussoirs d’une unité de pré- monde pour les travées de 180 m en
par DATUMS Une des spécificités de Datums tient fabrication et elle est éventuellement voussoirs préfabriqués.
À la préfabrication comme à la pose, à l’utilisation de critères de rejet sur corrigée pour réduire toute marche au La date de livraison est prévue début
le logiciel interne de Bouygues-TP des bases statistiques. clavage à mi travée. 2017. m

Principaux intervenants Principaux sous-traitants


Maître d'ouvrage : Hong Kong Highways Department Fondations profondes : Bauer, Sambo et Bachy Soletanche Ltd
Maître d'œuvre : Ove Arup & Partners Préfabrication des piles : Mbec
Préfabrication des voussoirs : China Construction
Entreprise principale : Joint Venture entre Dragages Hong Kong Communication Company 2 (CCCC2)
(filiale du groupe Bouygues), China Harbour et Vsl
Bureaux d’études : YWL Engineering, Mott MacDonald,
Architecte : Alain Spielmann BE Bouygues TP

abstract
The Hong-Kong Macau Bridge El puente de Hong-Kong Macao
Bouygues-TP: Yves RIALLAND, Chenthuran VILVARAJAH, Valery PREMAUD Bouygues-TP: Yves RIALLAND, Chenthuran VILVARAJAH, Valery PREMAUD

The viaducts for the Hong Kong Link Road 09 project ensuring part of Los viaductos del proyecto del Hong Kong 09, que permiten una parte
the link between Hong Kong and Macau represent a total length of 9.4 km of del enlace entre Hong Kong y Macao, tienen una longitud total de 9,4 km de
deck in precast concrete segments. The road bridge consists of two box girders tablero con dovelas de hormigón prefabricadas. Constituido por dos cajones
connected at the level of the central separator ( a prestressed concrete safety unidos a nivel del separador central de tipo DBA, el puente de carretera cuenta
barrier ). It carries a three-lane dual-carriageway at a speed limited to 100 kph, con 3 vías en cada sentido, la velocidad está limitada a 100 km / h y la
with right-hand driving. These viaducts are built by balanced cantilever method, circulación se realiza por la derecha. Estos viaductos están construidos por
using either lifting gantry cranes or launchers. Given the design and the voladizos sucesivos ya sea por pórticos de elevación o por lanzadores. El diseño
construction methods used, prefabrication was used almost systematically for y los métodos de construcción utilizados llevaron a prefabricar, casi de forma
the various bridge components such as piers, foundation slabs, segments on sistemática, los diferentes elementos del puente: pilares, pedestales, dovelas
piers and the deck, to overcome environmental and logistic constraints. m sobre pilares y tablero para paliar las restricciones ambientales y logísticas. m

108 Travaux n° 915 Juin 2015


revue technique des entreprises de travaux publics

Ouvrages d’art. Memorial International de Notre-
Dame-de-Lorette. Construction de la passerelle de 
Villetaneuse Universite. echangeur en Martinique. 
Remplacement du Pont Saint-Nicolas de Revin. LGV 
SEA - Les bipoutres a ossature mixte. DeCONSTRUCTION 
DU VIEUX PONT DE TeReNEZ. LGV SEA - DES OUVRAGES 
POUR FRANCHIR LE ReSEAU EXISTANT ET S’Y RACCORDER. 
PONT SCHUMAN a LYON. Pont de Hong-Kong Macao
n° 915 juin 2015

Ouvrages d’art
juin 2015
915
revue technique des entreprises de travaux publics

Remplacement du
Pont Saint-Nicolas
de Revin
© Eiffage Construction
Métallique