Vous êtes sur la page 1sur 68

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR REPUBLIQUE TOGOLAISE

ET DE LA RECHERCHE Travail-liberté-patrie
(M.E.S.R) ……………
……………………

OFFICE DU BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR

(O.B.T.S)
…………………

ECOLE SUPERIEURE DES AFFAIRES


(E.S.A)
...................

MEMOIRE DE FIN DE FORMATION EN VUE DE L’OBTENTION DU


BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR (B.T.S)

FILIERE: COMPTABILITE ET GESTION DES ENTREPRISES


THEME

AMELIORATION DU SYSTEME COMPTABLE DANS UNE


INSTITUTION D’INGENIERIE :
Présenté par :
CAS DU GROUPE ISD AFRIK TOGO

Présenté et soutenu par :


Adzo Judith AMOUZOU HENE

SOUS LA DIRECTION DE

MAITRE DE STAGE DIRECTEUR DE MEMOIRE


M.GUEZU Sylvestre AYETCHEWOU Simplic
DIRECTEUR GENERAL du GROUPE Enseignant dans les Ecoles
ISD AFRIK supérieures

Promotion : 2015-2017
SOMMAIRE

DEDICACE……………………………………………………………………………………………………..iii

REMERCIEMENT……………………………………………………………………………………………..iv

SIGLES ET ACRONYME……………………………………………………………………….................v

INTRODUCTION……………………………………………………………………………………………...1

PREMIERE PARTIE : PRESENTATION DU CADRE DE RECHERCHE ET METHODOLOGIE


DE RECHERCHE……………………………………………………………………………………………...5

CHAP 1 : PRESENTATION DU CADRE DE RECHERCHE……………………………………………6

SECTION1 : PRESENTATION DE LA SOCIETE…………………………………………………………7

SECTION2 : STRUCTURE ORGANISATIONNELLE…………………………………………………..12

CHAP2 : APPROCHE THEORIQUE DU THEME ET METHODOLOGIE DE RCHERCHE…….20

SECTION1 : CARDRE THEORIQUE DU THEME……………………………………………………..21

SECTION2 : DEMARCHE METHODOLOGIQUE DU THEME………………………………………39

DEUXIEME PARTIE : PRATIQUE DU SYSTHEME COMPTABLE DANS LE GROUPE ISD


AFRIK TOGO, ANALYSES ET CRITIQUES ……………………………………………………………..45

CHAP 1 : PRATIQUE DU SYSTHEME COMPTABLE AU SEIN « LE GROUPE ISD AFRIK


TOGO »………………………………………………………………………………………………………….44

SECTION1 : LES PRESTATIONS DE SERVICES………………………………………………………45

SECTION2 : TRAITEMENT COMPTABLE A ISD……………………………………………………...47

CHAP 2 : ANALYSE CRITIQUES ET SUGGESTIONS…………………………………………………53

SECTIN2 : SUGGESTIONS……………………………………………………………………………….55

CONCLUSION GENERALE…………………………………………………………………………………59

ANNEXE………………………………………………………………………………………………………..61

BIBLIOGRAPHIE……………………………………………………………………………………………..63

TABLE DE MATIERE……………………………………………………………………………………….64

ii
DEDICACES

Je dédie ce mémoire à:

-mon père AMOUZOU HENE kokou

-ma mère DZEGBA Afi

iii
REMERCIEMENTS

Nos sincères remerciements vont

- au directeur du groupe ISD AFRIK MR GUEZOU MEVO


SYLVESTRE,

-au Dc Charles BIREGAH le directeur général de l’ESA,

- à Mr. AYECHEWOU Kodjo Simplice notre directeur de mémoire


qui a accepté de nous diriger malgré ses préoccupations

-aux membres du jury qui auront l’indulgence d’apprécier ce


mémoire

- à mes frères et sœurs qui m’ont soutenu moralement et


financièrement durant mon parcourt

-à mes camarades qui m’ont soutenu moralement

-à mes frères AMOUZOU HENE komi et AMOUZOU HENE


komitsé pour leurs conseils et leurs soutient financiers durant
tout mon parcours

-à ma mère et mon père pour leur soutient

iv
SIGLES ET ACRONYME

Dr : Docteur

ESA : Ecole Supérieur des Affaires

FCFA : Franc des Communautés Financières de l’Afrique

RCCM : Registre du Commerce et de Crédit Mobilier

SARL-U : Société A Responsabilité Limité –Unipersonnel

UEMOA : Union Monétaire des Etats de l’Afrique de l’Ouest

ISD : Ingénierie informatique et solutions de gestion

v
INTRODUCTION GENERALE

1
La réalisation d’un profit maximum est l’un des objectifs de
l’entreprise.

Ceci ne peut s’obtenir qu’à travers une bonne maitrise de son


activité et surtout une bonne gestion en son sein des charges
qu’elle engage et les produits qu’elle engendre.

Pour son activité de production de biens et services, une société se


doit être en relation avec son environnement constitué de ses
clients, ses fournisseurs, l’Etat, les institutions financières et
divers autres intervenants.

La comptabilité était considérée comme l’activité secondaire mais


de nos jours son domaine s’élargit progressivement et est donc
devenue de ce fait indispensable aux entreprises. Elle est un
domaine qui est aujourd’hui incontournable dans les entreprises à
cause du respect des règles établies par l’autorité publique. Elle est
obligatoire et doit satisfaire aux exigences de régularité pour
assurer l’authenticité des écritures comptables. La comptabilité
sert aux tiers d’instrument de preuves et d’information. Elle
permet d’apprécier la situation financière de la société en un
moment donné.

La gestion comptable devient le reflet de l’entreprise. Il est à


constater que certaines entreprises ne tiennent pas de comptabilité
ou même si elle existe, elle est mal organisée ou ne respecte pas les
règles en vigueur ISD n’en est pas du reste.

ISD AFRIK TOGO est une société spécialisée dans la vente des
logiciels.

2
Au cours de notre stage dans le groupe ISD AFRIK TOGO, nous
avons constaté certaines insuffisances liées à la gestion de la
comptabilité à savoir :

-l’inexistence de manuel de procédure

-l’inexistence de comptable permanent

Ces dysfonctionnements ont pour conséquences le manque


d’informations au sein du service comptable, manque de pièces
comptables, la mauvaise gestion de la structure.

Au vu de ces constats, il se pose les différentes questions


suivantes :

- ISD AFRIK TOGO gère-comment sa comptabilité ?

-En l’absence d’un comptable permanent et d’un manuel de


procédure les traitements comptables s’effectuent comment?

Ce sont là les différentes interrogations qui ont suscitées notre


attention à choisir comme thème de ce mémoire : AMELIORATION
DU SYSTEME COMPTABLE d’une entité d’ingénierie informatique :
cas du Groupe ISD AFRIK TOGO

Notre objectif à travers ce mémoire est de faire ressortir les


différents facteurs qui justifient ces dysfonctionnements au sein de
ce groupe et de proposer des approches de solution aux différentes
questions et des pistes de réflexions à ladite institution

Le présent mémoire structuré en deux grandes parties, subdivisées


en des chapitres puis en des sections débattra suffisamment sur
ces différentes questions posées. La première partie abordera la

3
présentation du cadre de recherche et l’approche théorique du
thème et méthodologique de l’étude. La deuxième partie s’ouvrira
sur la pratique du système comptable au sein du Groupe ISD
AFRIK TOGO, les analyses critiques des résultats de nos
recherches et les approches de solution

4
Partie I

PRESENTATION DU GROUPE ISD AFRIK TOGO ET


METHODOLOGIE DE RECHERCHE

5
Chapitre I

PRESENTATION DU CADRE DE RECHERCHE

6
Ce premier chapitre fera l’objet d’une double étude. Premièrement
nous parlerons de la présentation du groupe ISD AFRIK et
deuxièmement nous aborderons sa structure organisationnelle

SECTION I : PRESENTATION DE LA SOCITE ISD AFRIK

Le groupe ISD AFRIK est une société qui exerce son activité sur le
territoire togolais, il a pour vision d’apporter de l’expertise et de la
compétence en matière de solution innovante de gestion aux
entreprises, mais aussi d’innover avec les technologies de pointe
afin d’accroitre la productivité des entreprises. Ainsi cette partie
sera consacrée à l’historique de la société et sa situation
géographique.

Paragraphe I : Historique du groupe ISD Afrik

Crée en 2014 par monsieur GUEZO MEVO Sylvestre, le groupe


ISD Afrik, est une entreprise spécialisée en prestation de service.
ISD est le fruit de plusieurs années d’expériences de ses
promoteurs et compte aujourd’hui trois filiales au BENIN, au
TOGO et au NIGER.

Paragraphe II : Situation géographique

Groupe ISD AFRK TOGO est une société œuvrant sur le territoire
togolais et plus précisément à kodjoviakope dans le corner de
l’hôtel Ahodikpe en face du garage TURBO, Téléphone : (+228)
22 197 369.

7
Paragraphe III : Statut juridique

Le groupe ISD Afrik TOGO est une SARL- U qui est immatriculée
au RCCM sous le code RB /COT/09A6706-n° IFU :
3200900680418. Il a un capital social de 1000 000F CFA et sa
boite postale : (BP : 21 BP 72 LOME).On peut joindre la direction
au téléphone (+228) 22 197 369.

Paragraphe IV : Domaines d’activité Du groupe ISD AFRK TOGO

Le groupe œuvre dans les domaines suivants :

1-Communication publicitaire pour les entreprises

 Réalisation des gadgets publicitaires (calendrier, agendas,


stylos, horloge, sac, tee- short, avec logo de l’entreprise).

 La confection et la réalisation des encarts publicitaires, des


dérouleurs et des affiches publicitaires etc.
 La création graphique
 Création, conception et mise en ligne de site Internet.

2-Services de Gestion aux entreprises

Services aux entreprises en matière de Logiciel ou Progiciel de


Gestion Intégrée :
 Fourniture de logiciel de Gestion Comptable, des états
financiers OHADA Révisé des Immobilisations, de la Gestion
Commerciale, de la Gestion de la Paie et de la gestion des
Ressources Humaines (SAGE ou WaveSoft et LacSoft Crésus)
 Fourniture de logiciel de gestion des Système Financiers
Décentralisés (AICHA)

8
 Fourniture de logiciel de Gestion des Ressources Humaines
(HR MANAGER)
 Fourniture de Plateforme de Gestion des Cartes Monétiques
et des Tickets à valeurs pour les entreprises pétrolières
(Cynod Card System)
 Fourniture de Plateforme complète et indépendante pour la
mise en œuvre de solutions mobiles dédiées aux institutions
financières qui gèrent des clients, des comptes, des crédits,
du recouvrement et des transactions financières (ASTERBOX)
 Fourniture d’Outil transversal qui permet aux entreprises de
simplifier et de rationaliser les processus métier de leur
organisation (ARYA)
 Fourniture de solution d’affichage dynamique sur bornes et
totems tactiles qui transforment tout espace d’accueil en une
puissante vitrine commerciale et promotionnelle de vos
produits et services (Showbox)
 Fourniture de logiciel de Gestion hospitalière (LOGISME).
 Fourniture de logiciel de gestion Hôtelière, Bar et Restaurant
(ORCHESTRA, DYLOG).
 Fourniture de logiciel de gestion Universitaire et Collèges
(KAIROS)
 Fourniture de logiciels des Compagnies d’Assurances IARD
(Lac Soft SALOMON)
 Fourniture de logiciel de Gestion du Parc Automobile (IsdSoft
Parc)

9
3-Ingénierie Informatique et électrique

Services aux entreprises en matière de réseaux électrique et


informatique:
 Audit, Expertise, Etude, Mise en conformité et Installation
des réseaux Informatiques
 Audit, Expertise, Etude Mise en conformité et Installation des
réseaux électriques.
 Certification des réseaux selon les normes en vigueur.
 Services aux entreprises en matière d’énergie:
 La vente, la pose et la maintenance des onduleurs et
redresseurs
 La vente, la pose et la maintenance des réseaux courants
ondulé et secouru
 La vente, et la pose des batteries, groupes électrogènes.
 La vente des destructeurs de documents.
 Services aux entreprises en matière de système de sécurité :
 La vente, la pose et la maintenance de matériels de Protection
anti-foudre (parafoudre et paratonnerre)
 La vente, la pose et la maintenance de matériels de Système
de détection et d’extinction Incendie.
 La vente, la pose et la maintenance de matériels des Systèmes
de Vidéo Surveillance.
 La vente, la pose et la maintenance des systèmes de contrôle
d’accès aux bâtiments.
 Services aux entreprises en matière de télécommunications :
 L’audit informatique des installations ou des sites.
 La vente, la pose et la maintenance des Autocommutateurs.

10
 La vente des téléphones Siemens, Lucent, Astra etc.
 La mise en place de la connexion Internet
 La mise en place d’un réseau informatique et sécurisé
 Services aux entreprises en matière de la Gestion
Electronique des documents :
 L’audit des installations d’archives
 L’Archivage Numérique ou la Gestion Electronique
d’Informatisation et de Documents pour l’Entreprise (GEIDE)
 Services aux entreprises en matière de Fourniture de
matériels et de consommables informatiques :
 Fourniture des ordinateurs de bureau, des ordinateurs
portables, des imprimantes, des scanners, des cartouches
d’encre, des toners, etc.
4-Développement et formation professionnelle aux
entreprises et aux étudiants

 Elle donne une formation soutenue et complète aux étudiants


ou étudiantes et aux personnels des entreprises dans la prise
en mains des besoins des entreprises et pour permettre
d’acquérir et de valoriser les différentes compétences.
 Mieux elle développe des applications sur mesure qui
prennent en compte les besoins réels des entreprises et
surtout qui tiennent compte de leur procédure de gestion
spécifiques.

5 - Bâtiments et Travaux Publics :

Le Groupe ISD innove en intervenant dans la conception, la


réalisation des bâtiments intelligents, des routes, des ponts et des
chaussées.
11
Entouré d’ingénieurs en Génie Civile, et en bâtiments et fort de ces
partenaires techniques, le Groupe assure une optimisation et une
innovation dans la gestion des bâtiments et surtout dans les
travaux publics.

Paragraphe v : Objectifs de la société isd afrik

Sa mission est de mettre à la disposition des entreprises, des


organismes et institutions africaines de l’expertise en matière de
gestion, de logiciels, de formations ; de développement et de
sécurité afin de les rendre plus compétitif et les plus performants
sur le marché en pleine mutation.

SECTION II : STRUCTURE ORGANISATIONNELLE

Ainsi le groupe ISD afrik TOGO, dotée d’une structure


organisationnelle, repose sur les organes de décision et les organes
de gestion.

Paragraphe I : Organe de décision

Il s’agit de :

 La Direction Générale

Pour mieux réussir sa mission, le Groupe ISDAFRIK a à sa tête


un Directeur Général. Il s’occupe des rapports entre l’entreprise et
les différentes entreprises aussi bien qu’avec les structures
internationales, de la signature des conventions et de prestations
de services avec les entreprises et l’organisation interne de
l’agence. Il est le premier responsable de la structure et assure son
bon fonctionnement

12
Tous les autres collaborateurs sont sous l’autorité du Directeur
Général et ont en conséquence le devoir de lui rendre compte de
leur service.

Paragraphe II : Organes de gestion au sein du groupe ISD

Elle est constituée de cinq organes de gestion qui sont : le


secrétariat général, la direction des ressources humaines, la
direction commerciale, la direction technique, la direction
administrative et financière.

A-Secrétariat Général

Il a pour mission de :

 accueillir les visiteurs et répondre à leurs demandes,


 gérer les appels téléphoniques (entrants et sortants),
 réceptionner, rédiger et transmettre les courriers et les
e-mails,
 gérer l’agenda du Directeur Général, préparer les
voyages et déplacements,
 organiser des réunions, prendre notes les échanges et
rédiger les comptes rendus,
 trier et organiser le classement de documents et
dossiers.

B-Direction des Ressources Humaines (DRH)

-Le Chef Service RH

Il a pour mission de :

13
 Assurer l’interface avec le Directeur Général,
 jouer le rôle de conseil auprès des cadres des directions
opérationnelles.
 Assure le recrutement et la gestion du personnel
 prendre en charge l’impulsion, le pilotage, la formation et
le suivi des équipes.
 Assurer la gestion des carrières et des compétences du
personnel du groupe
 Elaborer et suivre les états de paie du Groupe

C –Direction Commerciale (DC)

Elle comprend cinq départements principaux .

Au sein de cette direction nous avons :

C-1: Responsable Commercial

Qui a pour mission de :

 Coordonner le développement du chiffre d’affaires de


l’entreprise
 Contribuer à l’élaboration de la stratégie commerciale
globale de l’entreprise
 Gérer la promotion et l’amélioration de l’image de
l’entreprise
 Gérer les entités commerciales et le développement des
équipes
 Veiller à l’application des normes et procédures qualité

C-2: Chef Service Ventes

Qui a pour mission de :

14
 Contribuer à l’élaboration de la stratégie commerciale
 Mettre en œuvre et asseoir les actions de développement
des ventes
 Appuyer et superviser toutes les activités des
commerciaux, des apporteurs d’affaires et des différents
réseaux.
 Proposer et animer les équipes commerciales du groupe
 Superviser l’ensemble des procédures de vente
 Contrôler des normes et procédures qualité au sein du
groupe
 Contrôler, animer et former l’équipe de vente
 Recruter les commerciaux
 Analyser les résultats des ventes et prendre les mesures
correctives
 Etre responsable de la réalisation du chiffre d’affaires

C-3 : Responsable Graphique

Qui a pour mission de :

 Concevoir et de réaliser les différents éléments visuels de


l’entreprise et pour la clientèle (Logo, image, Charte
graphique, etc…)
 Coordonne et gère la formation de la clientèle en graphisme
et en multi média
 Conçois et est responsable de l’ensemble des conceptions
visuelles du groupe.

C-4 : Responsable Formation et Suivi Clientèle

Qui a pour mission de :

15
 Contribuer à l’élaboration de la stratégie commerciale du
groupe
 Coordonner le développement du chiffre d’affaires de la
formation
 Définir la politique commerciale de la formation de la
clientèle
 Assurer la mise en place de la politique et sa gestion
 Définir la stratégie de politique du suivi clientèle et de la
fidélisation de la clientèle du Groupe.
 Organiser, coordonner et proposer l’animation des
formations du personnel et de la clientèle.
 Proposer, organiser et coordonner la politique de
communication du groupe.
 Assurer une veille concurrentielle active

C-5 : Commerciaux

Qui ont pour fonction de :


 Réaliser le chiffre d’affaires en termes d’objectifs fixés
 Cibler Prospecter et rechercher de nouveaux clients au
groupe.
 Etre l’interlocuteur du groupe auprès des clients/Prospects
et asseoir une bonne relation commerciale.
 Développer et fidéliser le portefeuille clients.
 Conclure des marchés
 Procéder à la négociation commerciale sur la supervision
du chef service vente

D- Direction Technique (DT)

16
Composée d’un Responsable Technique, un Responsable
Réseau et un Responsable maintenance.

La Direction technique (DT) est chargée d’organiser les moyens


techniques nécessaires à la bonne marche de l’entreprise et de
coordonner, de planifier et de réaliser les travaux techniques
auprès de la clientèle.

Elle a pour rôle de coordonner les activités techniques entre les


services connexes de l’entreprise (service commercial, assistance à
la clientèle maintenance, logistiques, équipement).

E-Direction Administrative et Financière (DAF)

Composée d’un Responsable de la Comptabilité, d’un


Responsable de la Trésorerie, d’un Responsable Clients
/Fournisseur.
1- Responsable de la comptabilité:
S’occupe de la gestion du paiement du personnel, les négociations
avec les structures, du suivi et du respect des procédures de
différents services, des achats et des règlements des fournisseurs,
la rédaction des contrats avec les structures. Ce service est dirigé
par un responsable accompagné dans ses prérogatives par trois
assistants qui l’aident dans l’accomplissement de ses tâches.
Conformément au plan comptable, il élabore les documents
budgétaires et l’ensemble des documents d’information liés aux
décisions budgétaires : budgets primitifs et supplémentaires,
comptes administratifs, débat d’orientation budgétaire, bilans
intermédiaires, etc.
En permanence, il assure le suivi du budget ;

17
 Il assiste les chargés de mission et les responsables de
services dans l’élaboration de programmes d’actions sous
leurs aspects budgétaires ;
 il supervise, et dans un premier temps, il réalise l’ensemble
de la saisie comptable ;
 il assure les procédures liées aux mandatements et aux
titres de recettes ;
 il assiste le directeur auprès du comité syndical afin de
présenter les différents documents comptables et
budgétaires ;
 il élabore des documents (tableaux de bords) et procédures,
afin de disposer d’une comptabilité analytique ;
 il coordonne les procédures de marché public (publicités,
etc.).

2-Gestion du personnel

 Il élabore les actes relatifs à la gestion du personnel ;


 il assure le suivi des données relatives à la paie, aux
congés, aux remboursements des frais de personnel et à la
médecine du travail ;
 il assiste le directeur et le service des ressources humaines
pour les procédures de recrutement ;
 il assure la mise à jour régulière du tableau des effectifs ;
 il s’occupe de la gestion administrative des stagiaires et de
la formation interne.

3-Gestion administrative Générale

 Il élabore et optimise les outils et procédures liées au bon


fonctionnement des services (courriers, notes internes,
18
tableaux de bords, fiches actions, classement, archives,
etc.)
 il assure la diffusion des informations entre le siège,
l’antenne régionale et le relais méridional ;
 Il veille au suivi de la logistique bureautique (fournitures,
bureaux, etc.) et gère les équipements.

4-Relations avec les partenaires


 Il a en charge le suivi de diffusion de l’information auprès
des partenaires, en assurant progressivement la mise en
place d’une plateforme Internet et la mise en place d’une
lettre d’information ;
 Il assiste le directeur pour la rédaction et l’application des
conventions.
5-Gestion des affaires juridiques
 Il assure la responsabilité des procédures juridiques ;
 Il assure une fonction de veille juridique sur les différents
domaines de sa responsabilité (droits du travail, aspects
comptables, etc.).
Mission liée à la mise en place de la structure
 Le responsable administratif et financier aura la charge
d’assister le directeur lors de la création de la structure.
 Dans ce cadre, il devra assister le directeur afin de mettre
en place progressivement un service administratif
opérationnel (secrétariat, documentation, comptabilité).

19
Chapitre II

APPROCHE THEORIQUE DU THEME ET METHODOLOGIE SE


RECHERCHE

20
Deux différents aspects sont à présenter dans ce chapitre. Il s’agit
notamment du cadre théorique et de l’approche méthodologique de
l’étude.

SECTION I: CADRE THEORIQUE DU THEME

Dans cette partie nous parlerons de la définition des concepts clés


à notre thème, de l’utilité de la comptabilité, des concepts de base
et de traitement comptable.

Paragraphe I : Définition des concepts clés

La comptabilité est un système d’organisation et de traitement de


l’information dans les comptes permettant l’établissement des états
financiers qui éclairent sur la situation économique et financière
d’une entité. Sa finalité est de donner aux entités aux
gouvernements, une information suffisante aussi bien sur le plan
qualitatif que quantitatif.

A- Système

C’est un ensemble d’éléments en interaction dynamique, organisé


en fonction d’un but.

B-Système comptable

C’est un ensemble d’éléments qui permet d’atteindre les objectifs


fixés par la comptabilité.

Paragraphe II : Utilité de la comptabilité

La comptabilité est un outil de base permettant la prise de décision


de gestion interne, de moyen de preuve en cas de litige au sein de
l’entreprise à travers les pièces comptable. Pour cela l’article 3 de

21
l’acte uniforme de l’OHADA dispose : « la comptabilité doit
satisfaire au norme de la règle de prudence , aux obligations de
régularité, de sincérité et de transparence à la tenue, au contrôle ,
à la présentation et à la communication des informations qu’elle a
traitées »ces obligations sont le fondement du fonctionnement dans
l’entité .

Selon l’article treize (13) de l’acte uniforme de l’OHADA « tout


commerçant personne physique ou morale, doit tenir un journal,
qui enregistre au jour le jour les opérations commerciales, la tenue
du grand livre est important avec une balance récapitulative, ainsi
que le livre d’inventaire ».

La comptabilité permet à l’entité d’évaluer les dépenses et les


recettes, de connaitre la situation financière en produisant
périodiquement ses états financiers pour rassurer les partenaires.

La comptabilité est chargé d’enregistrer les opérations à partir


d’une gestion, principalement au niveau des comptes à
utiliser .Dans la zone UEMOA c’est le plan comptable SYSCOA qui
est en vigueur.

Paragraphe III : Concepts de base

A- Cadre comptable

Nous avons précédemment mis l’accent sur l’utilité et les


utilisateurs des informations comptables, mais il ne serait pas
superflu de préciser ici que le système comptable permet de définir
les opérations comme les données d’entrées qui sont constituées
par les états financiers auxquels s’ajoutent les informations

22
apportées tout au long de l’exercice par la tenue des différents
comptes tant du bilan que du résultat.

Ces deux types de documents, quand bien même ils se complètent


pour les besoins de l’entité par des notes et annexes, trouvent leur
structure dans le plan comptable retenu pour l’entité.

Qu’est- ce que le plan comptable

Un plan comptable est un document permettant à une entité de


structurer, de ranger et de maintenir l’orthographe à vérifier des
informations « entrées et sorties » résultant de son champ
d’exploitation. Il reste en fait, un schéma condensé de comptes
identifiés par un numéro auquel est rattaché un intitulé. Ces deux
identifiants (numéro et intitulé) sont nécessaires pour enregistrer
et suivre les opérations en comptabilité.

Le plan comptable général (PCG) est donc un ensemble de règles et


de procédés permettant de remplir correctement les fonctions
comptables propre en tenant compte de ses spécificités.

Pour ce qui concerne le document comptable et son contenu (les


comptes et leurs codifications) dans la zone SYSCOHADA, on
retient une codification décimale des premiers comptes avec neuf
classes numérotés de 1 à 9. Les huit premières classes sont à la
comptabilité générale. Elle se subdivise en deux catégories :

-Les classes 1 à 5 regroupent les comptes du bilan ou la situation


patrimoniale,

23
-les 6 à 8 regroupent les comptes de la comptabilité de gestion. Il
doit y avoir une égalité entre le résultat de ces comptes

(total débit = total crédit). L’absence de cette égalité suppose qu’il


s’est glissé une ou plusieurs erreurs dans l’enregistrement des
opérations de l’une ou de l’autre (débit, crédit) comptabilité qu’il
faut retrouver.

La classe 9 est réservée aux comptes des engagements hors bilan


et ceux de la comptabilité analytique de gestion (CAGE)

La fonctionnalité des comptes se fait dans le respect des principes


et les règles comptables

B-Principes comptables

Il existe neuf principes comptables; huit principes de base et un


ajouté par la juriste prudence. En tout on a neuf principes admis
par le droit comptable et applicable à toutes les entreprises et
même aux bureaux d’études. Ainsi à partir du janvier 2018 on ne
parlera plus des principes mais plutôt des conventions et des
postulats selon le SYSCOHA révisé. On distingue cinq conventions
et cinq postulats qui sont :

B1-Ponventions

 convention de prudence

C’est l’appréciation raisonnable des faits, afin d’éviter le risque de


transfert sur l’avenir, d’incertitudes présentes susceptibles de
grever le patrimoine et le résultat de l’entité.

24
 convention de l’intangibilité du bilan
d’ouverture

Ce principe interdit l’imputation directe sur les capitaux


propres d’ouverture, des incidences de changement de méthodes,
des omissions de produits et de charges des exercices antérieurs.
La régularisation de telles opérations doit nécessairement se faire
par l’intermédiaire du compte de résultat de l’exercice en cours

 convention du cout historique

Selon ce principe tout bien acquis par l’entité doit être enregistre
de façon définitive à sa valeur d’entrée exprimé en franc CFA ou en
monnaie du pays. Ceci pour garantir la simplicité ou la fiabilité des
états financiers annuels.

 convention de transparence

C’est la conformité aux règles et procédures en vigueur et


l’application de bonne foi des règles de prudence et de régularité.

 convention de l’importance significative

Ce principe vice l’information pertinente. Il se propose de fournir


toute information pouvant influencer le jugement que les
destinataires des documents peuvent porter sur le patrimoine, la
situation financière et le résultat de l’entité.

B2 -Postulats

 Postulat de la permanence des méthodes

La permanence des méthodes permet la comptabilité des états


financiers. L’entité doit adopter une méthode de comptabilisation
et de gestion qu’elle va pratiquer chaque année

25
 postulat de l’entité

Il s’agit d’une hypothèse fondamentale stipulant que l’entité est


considérée comme étant une personne morale ou un groupe
autonome et distinct de ses propriétaires et de ses partenaires
économiques. La comptabilité financière est fondée sur la
séparation entre le patrimoine de l’entité et celui de ces
propriétaires.

 Postulat de la comptabilité d’engagement

Les effets des transactions et autres événements sont pris en


compte dès que ces transactions ou événement se produisent et
non au moment des encaissements ou paiements.

 postulat de spécialisation des exercices

L’activité de l’entité est découpée en périodes comptable appelées


exercices ; et chaque exercice doit être indépendant. L’entreprise
doit donc imputer à chaque exercice, rien que les charges et les
produits le concernant.

 Postulat de la prééminence de la réalité


économique sur l’apparence juridique

Le principe résulte d’un arbitrage entre l’apparence juridique et la


réalité économique. L’apparence juridique n’est plus un critère
absolu et unique d’enregistrement des Operations en comptabilité
d’inscrire au bilan des biens détenus dans le cadre d’un contrat de
crédit-bail et de réserve de propriété d’inscrire dans les charges de
personnel les prestations payées aux tiers des services fournis par
le personnel extérieur, liées à l’entité par un contrat de travail.

26
L’article 1 du dispositif juridique du syscohada dispose « toute
entité doit mettre en place une comptabilité à l’information externe
que interne ». Sur ce le travail comptable consiste à avoir des
procédures comptables.

C- les procédures comptables

Ce sont un ensemble de règles édictées au sein d’une entité et


permettant de gérer la comptabilité de façon claire et précise dans
le but de pouvoir situer les responsabilités et d’éviter les
éventuelles malversations.

On distingue deux principaux systèmes comptables qui sont : le


système classique et le système centralisateur, chacun d’eux
pouvant être informatisé ou non.

1-Système classique

Le système classique est le système le plus ancien. Il est calqué sur


les objectifs de base de la comptabilité. Ce système est adapté aux
entités de petite taille. Il utilise un journal général classique tenu
par une personne enregistrant au jour le jour et de façon
chronologique toutes les opérations comptables. Mais il est évident
que si l’entité a de nombreux enregistrements, il s’avère très vite
insuffisant. Il s’ensuit un travail énorme et fastidieux au niveau
des reports du grand livre.

Le système est décrit de la manière ci- après à partir des pièces


comptables classées chronologiquement :

-enregistrement au journal, au jour le jour, des opérations


comptables ;

27
-report dans le compte de chaque opération ;

-calcul périodique du solde des comptes et établissement de la


balance générale ;

-établissement des documents de synthèse à partir de la balance.

2-Système centralisateur

Le système centralisateur est apparu pour répondre au besoin des


grandes entreprises que la lourdeur du système classique ne
permet pas de satisfaire. En effet le système classique a
l’inconvénient de cumuler les reports sans permettre une division
du travail. Le système centralisateur pour répondre à ce besoin,
repose sur une véritable division du travail en tenant deux
comptabilités complémentaires ; qui sont :

La comptabilité auxiliaire : la saisie quotidienne des documents


de base est réalisée dans plusieurs journaux auxiliaires spécialisés
(journal de vente, journal des achats, journal de banque, journal
de caisse, journal des opérations divers (OD) selon la nature des
opérations (recettes, payement, opérations diverses). Le nombre de
journaux auxiliaires est une décision de gestion. L’emploi du
compte de virement interne est important pour éviter le double
enregistrement des opérations qui concernent plusieurs journaux
auxiliaires.

La comptabilité générale : périodiquement (au moins une fois


dans le mois) chacun des journaux auxiliaires est totalisé
centralisé par une écriture unique dans un journal général. La

28
centralisation dans le journal général et le grand livre général
permet ensuite l’élaboration des documents de synthèse.

Tous ces travaux sont confiés au service comptable. Celui-ci est


souvent chargé du calcul des salaires du personnel, des factures
de la gestion du stock, des déclarations fiscales et sociales.

Ainsi la tenue de la comptabilité est à la fois une obligation et une


nécessité.

 Une obligation fiscale et juridique selon article 1 du dispositif


SYSCOHADA
 La nécessité du fait pour le bon fonctionnement de
l’entreprise.

Par conséquent, dans une entité, pour parler de la comptabilité,


cette dernière doit avoir une situation minutieuse de ces
mouvements (entrées et sorties) qui vont permettre :

1-Aux dirigeants d’entité d’établir des statistiques

Professionnelles d’assainir leur situation financière, de chercher


l’équilibre financier, de maximiser le dividende par action et de
prendre des décisions de gestion à court moyen et à long terme ;

2-à l’Etat d’obtenir des statistiques régionales ou nationales

Fiables par secteur d’activité, ce qui permet d’avoir une base


économique et budgétaire pour prendre des décisions
rationnelles de politique financière des entités regroupées par
branche ou secteur d’activité ;

3- au personnel de connaitre la situation financière de leur entité ;

29
4-à la centrale des bilans là où il se trouve d’avoir des informations
comptables à partir desquelles elle pourra fournir à tous ses
secteurs , les informations globales et sectorielles attendues faute
de quoi tout jugement portant sur les entités serait difficile voire
impossible.

A part les principaux systèmes comptables précités nous


avons aussi les systèmes de présentation des états

financiers.

Dans l’espace OHADA, nous distinguons trois (3) systèmes de


présentation des états financiers de synthèse. Mais avec la révision
on a deux (2) systèmes qui sont :

 Le système normal
 Le système minimal de trésorerie système normal

1-Système normal

Le système normal est encore appelé système du droit commun.


Avec la révision on présente les états à trois niveaux :

-pour les entités commerciales et de négoces le chiffre d’affaires


supérieur ou égal à 60 000 000 ;

-pour les entités artisanales et assimilées, le chiffre d’affaires


supérieur ou égal à 40 000 000

-pour les entités de prestation de services et autres activités, le


chiffre d’affaires supérieur ou égal à 30 000 000.

30
Il comporte l’obligation d’établir quartes (4) documents de
synthèse : le bilan, le compte de résultat, le tableau de flux de
trésorerie et les notes et annexes.

2 -Système minimal de trésorerie

Il n’impose pas aucun des états financiers classiques, mais repose


sur l’établissement d’un simple état des recettes et des dépenses
du résultat de l’entité.

Les très petites entités sont assujetties au système minimal de

Trésorerie (SMT). Il permet aux entreprises du secteur informel


d’avoir un minimum d’organisation comptable, afin de renforcer
leur crédibilité, notamment envers les institutions financières,
surtout les banques

L’entreprise peut opter ce système tant que son chiffre d’affaire


reste inférieur à un certain seuil, qui est fixé en fonction de la
nature d’activité

-pour les entités commerciales et artisanales, le chiffre d’affaires


inférieur à 60 000 000

-pour les entités artisanales et assimilées, le chiffre d’affaires


inférieur à 40 000 000

-pour les entités de prestation de services et autres activités, le


chiffre d’affaires inférieur à 30 000 000.

D- Obligations comptables légales

Chaque entité a le devoir de respecter certaines conditions de


régularité et de sécurité à savoir :
31
-La tenue d’une comptabilité en langue officielle du pays et en
unité monétaire légale (FCFA pour les pays membres de l’UEMOA
par exemple),

-L’emploi de la technique de la partie double,

-La justification des écritures comptables par pièces datées,


pouvant servir de preuve et portant les références de leur
enregistrement en comptabilité,

-Le respect de l’enregistrement chronologique des opérations ainsi


que la mise en place d’une procédure destinée à garantir le
caractère définitif de l’enregistrement des opérations,

-Le recours à un plan de compte normalisé pour la tenue de la


comptabilité,

-La tenue obligatoire ainsi que la mise œuvre de procédures de


contrôle internes et externes, le contrôle des comptes et publicité
légal.

Paragraphe IV : Traitement des pièces comptables

Les étapes de traitement comptable sont les suivants :

-Contrôle des pièces justificatives

-Classement des pièces comptables

-Imputation des pièces comptables (la pré comptabilisation)

-Saisie des pièces comptables dans le logiciel

-Edition au brouillard

32
-Contrôle des saisies

 Contrôle des pièces justificatives


Toutes les pièces justificatives en provenance externe ou
interne de l’entité doivent faire l’objet d’une vérification
préalable par le comptable :
 l’existence des cachets et signatures,
 la justesse des calculs
 la concordance entre factures, bon de commande et bordereaux
de livraison,
 la conformité des pièces aux normes comptables et fiscales
 Classement des pièces comptables
Les pièces comptables auxquelles sont agrafées les fiches
d’imputation ayant fait l’objet de saisies seront classées par
ordre chronologique et en raison d’un chrono par journal,
puis conservées pendant au moins 10ans.

 Imputation des pièces comptables


Les pièces justificatives en provenance de l’extérieur ou des
services internes de l’entité doivent faire l’objet d’imputation
à l’aide d’une fiche d’imputation comptable à savoir le compte
à débiter et le compte à créditer
 Saisie des pièces comptables au journal
La saisie se fait dans un logiciel à partir des fiches
d’imputations comptables, par journal, selon l’ordre
chronologique des opérations.
 Edition du brouillard et contrôle de saisie

33
A partir des bouillards des journaux, le comptable effectuera
un contrôle des saisies et corriger d’éventuelles erreurs de
saisie. Après contrôle de saisie on valide les écritures.

Les différents documents comptables sont :

A- Journal

Le journal est un document comptable obligatoire dont la tenue


est normalisée. Il doit être tenu sans blanc ni altération.

On y inscrit, dans l’ordre chronologique, sur la base de pièces


justificatives toutes les opérations effectuées par l’entité.

L’enregistrement des opérations se fait dans les journaux


auxiliaires (journal de vente, d’achat etc.). Cette organisation
facilite, notamment les contrôles des comptes. (Principe
généralisé dans les logiciels de comptabilité)

Les documents comptables doivent être conservés pendant dix


(10) ans à partir de la dernière écriture sur le livre.

34
Exemple de journal

LE LIVRE JOURNAL

Page1

N opération N compte Libellé montants

Débit Crédit Débit crédit

Xxx Xxx Compte débité Xxx

Xxx Compte crédité xxx

Libellé de
l’opération

A REPORTER Xxx xxx

Page2

N opération N compte Libellé montants

Débit Crédit Débit crédit

REPORT Xxx xxx

Xxx Xxx Compte débité Xxx

Xxx Compte crédité xxx

Libellé de
l’opération (N° fact)

Xxx xxx

35
B- Grand livre

Il est l’ensemble des comptes de l’entité. Toutes les écritures au


journal y sont reportées. Le classement des comptes se fait par le
grand livre des comptes.

C- Balance

C’est un instrument de contrôle et de vérification de la comptabilité


d’une entité. Elle regroupe les comptes du grand livre et permet de
s’assurer de l’exactitude du bilan, du compte de résultat, et de
retrouver l’égalité fondamentale de la partie double à savoir :

Total général des débits =Total général des crédits

Total des soldes débiteurs =total soldes créditeur

Le résumé des écritures se fait à partir de la balance des comptes

Exemple de présentation de la balance (balance à six colonnes)

Compte Intitulé Solde initial Mouvement Solde final

Débit Crédit Débit Crédit Débit Crédit

- Total colonne solde initial égal total bilan d’ouverture ;


- Total colonne mouvement est égal au total du journal ;
- Total colonne solde final est égal au total du bilan de clôture ;

36
D- Bilan

Le bilan exprime la situation patrimoniale (actif-passif) ou la


documentation des avoirs et des dettes des entités à une période
donnée. Au plan comptable l’on retient un schéma à double
compartiment dont l’un exprime les ressources (passif) et l’autre
les emplois (actif) de l’entité.

I-Actif du bilan

L’actif du bilan indique la valeur des biens appartenant à l’entité à


la date de clôture des comptes. Suivant l’article 30 du
SYSCOHADA, le bilan de l’exercice fait apparaitre de façon
distincte tous les biens de l’entité.

1- Actif immobilisé (classe2)

Les immobilisations comprennent les biens dont l’entité est


propriétaire et qui sont destinés à être utilisés de façon durable
comme outil de production. Il se compose :

-immobilisations incorporelles

-immobilisations corporelles

-immobilisations financières

2- Actif circulant (classe3à4)

Il regroupe les biens dont l’usage est immédiat dans l’entreprise


car ils se transforment rapidement en liquidité (les créances et les
stocks).

37
3- Trésorerie actif (classe 5)

Elle comporte les titres de placement négociable à court terme et


les disponibilités (banque chèques postaux, caisse).

II- Passif du bilan

Le passif du bilan nous montre l’origine et le montant des


ressources qui sont à la disposition de l’entreprise.

1- Ressources stables

Les ressources stables de l’entreprise se composent des Capitaux


Propres et Ressources Assimilées (CAPRORA) et les Dettes
Financières et Ressources Assimilées (DEFI-RA).

2- Passif circulant (classe)

Ce sont les dettes d’exploitation à court terme envers les tiers.

3- Trésorerie- passif

La trésorerie passive tient compte des concours bancaires et


d’escompte des effets, c’est-à-dire banque, crédit de trésorerie et
crédit d’escompte.

E- Compte de résultat

Le compte de résultat doit tenter d’exprimer les résultats dégagés


par l’exercice d’exploitation en tenant compte de toutes les
activités. Il traduit l’image de l’entité par rapport à sa situation
financière (charges et produits). Il reste donc au plan classique la
résultante entre le rapprochement des comptes de charges en
activité ordinaire de la classe 6 et le compte des produits en
activité ordinaire de la classe 7. A ces deux catégories s’ajoutent
38
également les opérations hors activités ordinaires qui sont de la
classe 8. Le résultat se détermine par la différence entre total des
produits et celui des charges. Si le résultat est positif on parle du
bénéfice et de perte si c’est négatif.

RESULTAT =TOTAL PRODUITS –TOTAL CHARGES

F- Tableau de flux de trésorerie

Ce sont les documents qui favorisent les études d’analyse


financière, des activités de l’entité de manière à faciliter les prises
de décision stratégique.

Nous venons de décrire brièvement la comptabilité qui est un outil


sensible pour une bonne gestion.

SECTION II : DEMARCHE METHODOLOGIQUE DU THEME

Cette partie débattra de la méthodologie spécifique et de la


méthodologie du travail.

Paragraphe I: Méthodologie spécifique

Cette section est consacrée aux techniques de collecte


d’informations et aux méthodes d’analyses des informations
collectées d’autres parts

A-observations

En effet pour mieux débattre de ce thème, nous avons poussé


notre curiosité dans la recherche, notre démarche a consisté à
prendre d’abord connaissance des différentes activités menées au
sein du GROUP ISD à partir des documents existant.

39
B- Entretien individuel

Pour nous permettre de confirmer notre hypothèse, nous avons


procédé à l’entretien avec le responsable du groupe ISD

Ensuite, nous avons fait des suggestions afin d’améliorer le


système comptable au sein de ISD

C- Recherche documentaire

L’analyse documentaire qui a consisté à parcourir la


documentation disponible notamment :

 Des ouvrages relatifs à notre mémoire


 Des mémoires de fin de formation portant sur la gestion
comptable.

Paragraphe II : Méthodologie du travail

A- Taches exécutées

Notre stage dans le Groupe ISD nous a permis de toucher du doigt


les réalités dans le département de la comptabilité ou nous avons
été affectés et par conséquent nous a permis de cerner de façon
approfondie le fonctionnement de cette entité. Au sein de cette
dernière nous avons effectué plusieurs taches, qui se résument
comme suit :

A-1 : Tenue de la comptabilité

La tenue de la comptabilité de l’ISD est complexe car elle a une


double activité.

 Le classement des pièces

40
Les pièces comptables de l’entité sont classées par ordre
chronologique et par journal selon le type de la pièce

 L’enregistrement des opérations

Ceci permet de débiter les sorties de fond et de créditer les entrées


du fond dans la caisse. Les factures sont enregistrées suivant un
ordre et quotidiennement, ce qui permet de produire un brouillard
qui retrace toutes les opérations effectuées et ces opérations sont
enregistrées dans logiciel.

 Déclarations des impôts

L’ISD est au régime réel avec TVA donc elle paie la tva, la
déclaration et payement se fait avant le 15 de chaque mois et paie
à la fin de l’année l’impôt sur le résultat.

A-2 : Difficultés rencontrées

La réalisation d’un travail scientifique est toujours parsemée de


difficultés de diverses natures. Dans le milieu où nous nous
trouvons, il n’est pas aussi facile de commencer une étude et de la
terminer sans embuche faute des bibliothèques publique car même
les établissements d’enseignements supérieurs et universitaires
sont pratiquement démunis des ouvrages professionnels et
spécialisés pour faciliter les études. Ainsi le groupe ISD ne nous a
pas fournis de documents tellement convaincants pour nous
faciliter le travail. En dehors du problème de bibliothèque, il se
pose aussi le problème du secret professionnel dans la mesure où
la recherche a besoin des informations auprès des agents et

41
institutions ne partageant pas forcément les mêmes idées que lui.
Pour notre part les difficultés suivantes ont été relevées :

-Méfiance de certains enquêtés

-L’accès difficile de certaines données chiffrées.

-L’accès difficile de certains documents officiels très importante


pour notre étude.

Malgré toutes ces difficultés, nous avons tant soit peu surmonté
certains obstacles et nous sommes arrivés à produire ce document
que nous soumettons à votre appréciation.

B- Méthodes d’analyse
1-Méthode quantitative

Au cours de notre stage, notre analyse s’est basée sur des données
chiffrées obtenues par analyse documentaire (voir annexe 2).

2- Méthode qualitative

L’entretien avec certaines ressources du groupe ISD comme les


commerciaux, le Directeur constitue la base pour la préparation et
la réalisation de ce présent document.

Toutes ces techniques et méthodes nous ont permis de recueillir


des informations nécessaires pour le développement de notre
thème.

Apres cette revue de la littérature, nous allons à présent aborder


dans la deuxième partie la présentation des pratiques comptables
de la société ISD, à relever les insuffisances et faire les
suggestions.

42
Partie II

PRATIQUE DU SYSTEME COMPTABLE AU SEIN DU GROUPE ISD


AFRIK TOGO, ANALYSES, CRITIQUES ET SUGGESTIONS

43
Chapitre I

GESTION COMPTABLE AU SEIN DE LA SOCIETE « GOUPE ISD


AFRIK TOGO »

44
Ce chapitre nous permet de voir concrètement comment la gestion
est faite à ISD. En première section nous parlerons de ses
prestations et en seconde section, le traitement comptable

SECTION I : PRESTATIONS DE SERVICES

Lors de notre stage nous avons participé à l’amélioration du


système comptable du groupe ISD Afrik TOGO qui nous a permis
de connaitre les réalités pratique de l’organisation. Les prestations
de ISD sont de trois ordres à savoir : l’étude la vente et le suivi. ISD
peut être choisi lors d’un appel d’offre.

Paragraphe I : Participation aux appels d’offres

Compte tenu du fait que le client établit sa propre facturation, il


exprime donc son besoin en publiant dans un journal ou en
envoyant à l’ISD et aux entités les termes de référence. Dés fois les
commerciaux même procèdent à la recherche du client. Ils
obtiennent les coordonnés des entités en allant dans « GO
AFFRICA ON LINE « et les appellent pour obtenir des rendez- vous
avec eux et leur présentent les produits.

Paragraphe II: Acceptation et envoi d’offre

ISD après avoir pris connaissance des besoins exprimé dans le


terme de référence, envoie un courrier pour faire savoir qu’il veut
participer à cet appel d’offre .en suite il adresse au client un devis
pour lui proposer la qualité de ses produits et le prix qu’après
acceptation, va se matérialiser par la signature d’un contrat entre
ISD et le client.

45
A- Notification

Suite au dépouillement des offres, la société reçoit une notification


ou un courrier lui faisant savoir la notification du résultat de
l’appel d’offres.

B-Contrat

Le contrat est une convention juridique par laquelle une ou


plusieurs personnes s’engagent envers d’autres à faire ou à ne pas
faire quelque chose. Dans le cas d ISD c’est un contrat de
prestation de service qui est signé entre la société et le client. Le
contrat comprend plusieurs articles à savoir l’objet du contrat,
obligations du client, propriété et la responsabilité, la limite de
responsabilité, la durée du contrat, et la garantie de maintenance,
l’intégralité du contrat, le non validité du partielle, le montant des
prestations et des modalités de payement, l’obligation du groupe
ISD Afrik Togo et en fin la pénalité de retard.

C- Exécution des travaux

La société a mis en place les dispositions relatives aux travaux tels


que le programme d’intervention, les travaux à faire, la gestion et
la responsabilité des travaux, les techniciens sont envoyés
conformément à l’offre technique. On choisit une ou deux
personnes qui fera la suivie des travaux sur le terrain.

D- Fin d’exécution des travaux

On établit un rapport pour attester de l’effectivité des travaux. Une


période de garantie de trois mois est accordée aux clients. Durant
cette période le client utilise le logiciel, en cas de souci les

46
techniciens de l’ISD interviennent pour la résolution du problème.
Après cette période le client établit une attestation de bonne fin.

SECTION II : TRAITEMENT COMPTABLE A L’ISD

La gestion comptable de la société n’est pas différente de sa


conception théorique. Pourtant elle est un élément important dans
la tenue de la comptabilité, toute entité essaie d’amener une
touche particulière pour une bonne gestion.

Paragraphe1 : Service comptable à l’ISD

A-Comptabilité

L’ISD est une structure de prestation de services, la société s’est


dotée d’une gestion assez simple pour pouvoir mieux gérer son
portefeuille clientèle et avoir une bonne relation avec ses
partenaires. Les taches sont
-assurer la comptabilité ;
-assurer la tenue de la trésorerie
-assurer la dotation de crédit de communication et de
déplacement des commerciaux
-la gestion du personnel
-la gestion des projets.

Au service comptable on fait aussi le classement des pièces


comptables dans des classeurs. A l’ISD on dispose plusieurs types
de classeurs qui sont :

-classeur de la caisse
-classeur banque UTB
-classeur banque BTCI
-classeur fournisseur

47
-classeur client
-classeur CET, TDE, loyer
-classeur CNSS

Les pièces sont classées dans les classeurs de manière


chronologique et par journal.

B- Moyens matériels

Le logiciel de comptabilité utilisé est le sage (compta 100). Après


installation et paramétrage de ce logiciel, on passe à l’intégration
du plan comptable le plan des tiers et la création des journaux.
On fait la saisie des opérations dans les journaux concernés. Après
la saisie des opérations le logiciel ressort automatiquement la
balance le grand livre, et les soldes des tiers.

C- Les immobilisations

Une immobilisation est l’ensemble des biens durable détenus par


une entité sur plus d’un exercice comptable. Ce sont des éléments
qui sont destinés à servir de façon durable à l’activité de l’entité. Ils
ne se consomment pas au premier usage et destinés à durer
pendant plusieurs années.

1-Comptabilisation d’une acquisition


d’immobilisation

Lors de l’acquisition d’une immobilisation ISD passe deux


écritures. Dans un premier temps, elle débite un compte
d’immobilisation et un compte de tiers et crédite un compte de
fournisseur ou de fournisseur d’investissement et dans un second
temps elle débite le fournisseur d’investissement et crédite un
compte de trésorerie.

48
Exemple : ISD achète un mobilier de bureau à 1000
000HT acquis le 07/06/2017

2444 mobilier de bureau 1 000 000


4451 Etat, tva récup sur immobilisation 180 000
Fournisseur
4812/401 d'investissement/fournisseur 1180000
facture d'achat n 0012
4451:1000000*18/100

Fournisseur
4812/4011 d’investissement/fournisse 1180000
521 banque 1180000
Règlement facture n
0012

2-Pratique d’amortissement

L’amortissement est la constatation comptable annuelle de la


dépréciation des immobilisations.

C’est l’amortissement linéaire qui pratiqué à l’ISD

Exemple : calcul de l’amortissement de l’achat du mobilier de


bureau de 1000 000 acquis le 06/07/2017 amortissable sur 5ans
durée d’utilité du bien.

49
6813 Dotation aux amortis 125000
2844 Amortissement du mobilier de bureau 125000

DC : (1000000*20*6)/1200

D-Comptes des tiers

1-Fournisseurs

Les fournisseurs du groupe ISD AFRIK TOGO sont des entités qui
vendent leurs activités produites. Ils sont pour la plupart à
l’étranger.

ISD reçoit alors certains de ces produits (logiciels) des fournisseurs


qui sont au Sénégal.

Les autres fournisseurs sont la CEET, TDE, TOGOCEL, MOOV,


ILLICO, et SOTOMEX.

2-Clients

Les clients sont des personnes qui payent ISD pour ses services.
La comptabilisation de ces services se fait de la manière suivante :

 Pour la vente de logiciel et de licence au niveau de la


comptabilité on crédite le compte « 7011 ventes de
marchandises »et 4431Etat, TVA facturée sur vente par le
débit du compte « 4111client ».
 Mais pour ce qui concerne les services de maintenance, c’est
le compte « 706 services vendus « qui est utilisé à la place du
compte « 7011 ».

50
Lors de la vente du logiciel, le montant exigible est de
60à70/100 à la commande et le reste après les travaux.

3-Etat

Pour ce qui concerne le compte tiers Etat au niveau d’ISD, nous


parlerons de la TVA (taxe sur la valeur ajoutée), IRPP (impôt sur le
revenu des personnes physiques), et l’IS (impôt sur les sociétés).

E- Trésorerie

La trésorerie d’une entité est la somme de tous les avoirs. La caisse


et la banque et les chèques postaux sont les instruments de la
trésorerie.

1-Caisse

La caisse représente l’espèce qu’ISD possède. Elle est un compte


d’actif qui mesure les variations des liquidités en cours d’exercice
et leurs montants également à la fin.

2-Banque

La banque d’ISD est un établissement de crédit, dont l’objectif


principal est l’intermédiation financière qui consiste en la collecte
de l’épargne et de distribution sous forme de crédit.

Le comptable établit l’état de rapprochement bancaire pour obtenir


l’avoir réel en banque à la fin de chaque mois. La société dispose
son compte dans deux banques à savoir la BTCI et UTB.

51
3-Chèque postal

Comme la caisse et la banque, le chèque postal de l’ISD est un


instrument de trésorerie qui permet la transaction entre la société
et les tiers

F- Salaires

A la fin du mois les salaires sont payés à la caisse ou par chèque


bancaire. Mais habituellement, il est réglé par la caisse car ISD n’a
pas d’employés mais les stagiaires et les stagiaires en essai qui
perçoivent des primes.

Après avoir présenté la gestion comptable mise en place par ISD,


nous avons relevé dans le dernier chapitre, les insuffisances
constatées pour y apporter les approches de solutions.

52
Chapitre II

ANALYSES DES INSUFFISSANCES ET SUGGESTIONS

53
Ce dernier chapitre sera consacré à la vérification des hypothèses
posées dans l’introduction générale d’un côté et de l’autre aux
suggestions.

SECTION I : ANALYSES ET CRITIQUE

Paragraphe 1 : Absence de manuel de procédure

Le manuel de procédure détaille la nature et le contenu des taches


qui doivent être exécutés pour chaque opération de gestion de la
société. Il consiste à préciser pour chaque tache. Nous avons
remarqué que l’ISD ne dispose pas de ce document, ceci a des
conséquences comme le non-respect des procédures, des règles et
obligations comptables.

Paragraphe II : Inexistence d’un comptable permanent

Le comptable dans une organisation est celui qui veille sur le bon
fonctionnement du système comptable. Il gère les dossiers de la
comptabilité, classe les pièces comptables, fait les imputations, fait
le rapprochement et produit les états financiers. Et comme ISD ne
dispose pas d’un comptable permanant, il y a certaines pièces
comptables qui ne sont pas disponible, il y a manque de traçabilité
des certaines opérations en plus l’établissement de son état
financier est confier à un cabinet et qui coute pour l’entité.

Paragraphe III: Inexistence d’état de rapprochement bancaire

L’état de rapprochement est un document qui justifie l’écart


éventuel entre le solde du compte banque tenu par l’entité et le
solde du compte client tenu par la banque. C’est une technique

54
consistant à réconcilier les comptes du solde banque avec celui du
relevé bancaire envoyé par la banque. Ce rapprochement n’existe
pas car on n’a pas les chèques émis à l’ordre des clients et les
chèques encaissés par la société ce qui fait que le directeur n’a pas
la situation de la banque pour savoir ce qui reste en banque pour
pouvoir prendre les décisions.

Paragraphe IV : Non distinction entre le patrimoine du directeur et celui


de l’entité

Nous notons ici une augmentation des dépenses qui sont dues au
retrait fréquent d’argent du directeur général. Le directeur vide
régulièrement la caisse pour ses besoins personnels et ceci
empêche l’entité à fonctionner normalement. Les manques de
liquidités freinent les activités de de l’entité, les commerciaux n’ont
plus de fonds pour faire les communications ni les déplacements.

SECTION II: SUGGESTIONS

Pour améliorer la gestion comptable de l’ISD, nous suggérons ce


qui suit :

Paragraphe I : Création de manuel de procédure

Ce manuel doit être rédigé en conformité avec les principes de


SYSCOHADA et aussi adapté aux activités de l’entreprise.

Les objectifs du manuel doit permettre de :

-harmoniser les règles et méthodes de gestion de l’entreprise ;

-améliorer le traitement et la fiabilité de l’information

-faciliter les opérations de contrôle internes et externes.

55
Ce manuel doit être mis à jour régulièrement par l’entité et doit
respecter les mêmes conditions de conservation que ceux exigés
pour les documents comptables auxquels il se rapporte.

Paragraphe II : Recherche d’un comptable permanent

Il faut que ISD recrute un comptable qui sera la permanemment


pour faire les retraitements et qui va s’occuper de tous les
problèmes de gestion au sein de la structure. Et il va veiller à ce
que toutes les pièces comptables soient à jour, et de pouvoir
constituer les états financiers à la fin de l’année.

Paragraphe III : Mise en place de l’état de rapprochement bancaire

La société doit mettre en place un rapprochement à son sein pour


pouvoir suivre l’évolution de compte en banque de jour le jour,
pour avoir une image sur ces avoirs en banque.

Paragraphe IV : Autonomie financière

Pour une bonne gestion, nous suggérons au directeur fondateur de


donner au groupe ISD AFRIK TOGO son autonomie financière et de
fixer un salaire par rapport au poste qu’il occupe pour pouvoir
gérer ses dépenses personnelles.

56
CONCLUSION GENERALE

57
Toute entreprise qui veut se voir épanouie et compétitive, se doit
d’être performante. Or la performance prend source dans la
réalisation des objectifs fixés et au résultat d’où le choit de notre
thème : « AMELIORATION DU SYSTEME COMPTABLE ». Notre
stage au sein de ISD nous a permis non seulement de toucher du
doigt ce qui se fait dans la réalité mais aussi à contribuer à notre
intégration dans la vie professionnelle.

Nous avons constaté par nos observations et analyses que le


groupe ISD ne tient pas une comptabilité digne de ce nom. Alors
que la tenue de la comptabilité est indispensable pour toute
entreprise.

A travers ses analyses, nous savons soulever certains problèmes


parmi tant d’autre à savoir : confusion entre le patrimoine de
l’entreprise et celui de son directeur, inexistence d’un manuel de
procédure. Le développement de ce thème nous a permis de faire
certains suggestions au directeur de la société qu’il Pourrat
prendre en compte pour l’amélioration de sa structure. Le
directeur doit procéder au recrutement d’un comptable permanent
qui s’en chargera de la gestion de la comptabilité pour éviter les
problèmes qui sont liés à la comptabilité et avoir la traçabilité de ce
qui se fait le jour au jour dans la société. Nous pensons avoir
donné des réponses aux différentes questions qui ont fait l’objet de
notre étude. Mais étant donné que la perfection n’est de ce monde,
nous nous soumettons à des éventuelles propositions et
suggestions.

58
ANNEXE 1 : ORGANIGRAMME(2015)

DIRECTION GENERALE

DIRECTION DIRECTION DIRECTION


DIRECTION
SECRETAIRE DES COMMERCI ADMINISTR
TECHNIQUE
GENERAL RESSOURCE ALE ATIVE ET
HUMAINES FINANCIERE

RESPONSA RE
RESPON CHEF RESPON RESPON RESPONSAB
COMMER BLE A
SABLE SERVICE SABLE SABLE LE
CIAUX COMPTAB FO
COMME VENTE GRAPHI FORMAT TRESORERIE
ILITE SE
RCIAL QUE ION
SUIVIE

59
ANNEXE2 : Question ouvert

1- Existe-il un logiciel de gestion dans la société ?


2- Existe-il un comptable permanant à ISD ?
3- Est-ce qu’il un manuel de procédure de la société ?
4- Existe-il un contrôle interne dans la société ?
5- Les clients sont-ils satisfaits ?

Question n Population Oui Non Pourcentage


interrogée (non)
1 8 8 0 0%
2 9 0 9 100%
3 8 2 6 42,86%
4 6 2 4 66,67%
5 4 2 2 50%

60
BIBLIOGRAPHIE

- Les documents

 cours de comptabilité générale de MR KPONTON sanvi


(BTS1)
 cours de comptabilité générale de Mr NONOGAN (BTS2)
 Livre de comptabilité LASTO et JEHICOS
 Dictionnaire : petit Larousse
 Le plan comptable SYSCOHADA

-site web de mémoires en ligne (www.mémoireonline.com)

-mémoire

 Amélioration du système comptable dans un établissement :


« cas de LOCCOH de M.Ego Megnalé kpankou »(2010-2012)
 Amélioration du système comptable : cas de PLASTICA-
TOGOSARL de Mlle Essi NAKO MAWOUTOE TOGNI (2012-
2014)
 Gestion de crédit dans une institution financière : cas de la
COOPERATIVE AMENUVEVE de GOLI Ablamvi (2013-2015)

61
TABLES DES MATIERES

SOMMIRE…………………………………………………………………………………………………….…...ii

DEDICACE………………………………………………………………………………………………………..iii

REMERCIEMENT………………………………………………………………………………………………..iv

SIGLES ET ACRONYME………………………………………………………………………………............v

INTRODUCTION……………………………………………………………………………………..…………..1

PREMIERE PARTIE : PRESENTATION DU CADRE DE RECHERCHE ET METHODOLOGIE DE

RECHERCHE……………………………………………………………………………………………………5

CHAP 1 : PRESENTATION DU CADRE DE RECHERCHE……………………………………..……6


SECTION I PRESENTATION DE LA SOCITE ISD AFRIK…………………….………...7

Paragraphe I : historique du groupe ISD Afrik…………………………………….……7


Paragraphe II : situation géographique …………………………………………….…….7
Paragraphe III : statut juridique………………………………………………….………..8
Paragraphe IV : Domaines d’activité Du groupe ISD AFRK TOGO……….………….8
Paragraphe v : les objectifs de la société isd afrik…………………….…………12
SECTION II : STRUCTURE ORGANISATIONNELLE……………….………………..12
PARAGRAPHE I : ORGANE DE DECISION…………………………………..……….12
PARAGRAPHE II : les organes de gestion au sein du groupe ISD…………………..13
CHAP2 : APPROCHE THEORIQUE DU THEME ET METHODOLOGIE SE
RECHERCHE…………………………………………………………………………………………..………...21

SECTION I: CADRE THEORIQUE DU THEME………………………………….……...22


Paragraphe I : définition des concepts clés………………………………………………..22
Paragraphe II : utilité de la comptabilité…………………………………………...………22
Paragraphe III : les concepts de base…………………………………………….…………23
Paragraphe IV : traitement comptable……………………………………………….……..34
SECTION II : DEMARCHE METHODOLOGIQUE DU THEME………………….………….41
Paragraphe I: méthodologie spécifique…………………………………………….…………….41
Paragraphe II : méthodologie du travail………………………………………………………….42
DEUXIEME PARTIE : PRATIQUE DU SYSTHEME COMPTABLE DANS LE GROUPE ISD AFRIK
TOGO, ANALYSES ET CRITIQUES ………………………………………………………………………45

62
CHAP 1 : PRATIQUE DU SYSTHEME COMPTABLE AU SEIN « LE GROUPE ISD AFRIK
TOGO »………………………………………………………………………………….………………… 46
SECTION I : LES PRESTATIONS DE SERVICES…………………………………...47
Paragraphe I : appel d’offre…………………………………………………………...47
Paragraphe II: acceptation et envoi d’offre…………………………………………..47
SECTION II : TRAITEMENT COMPTABLE A L’ISD………………………………49
Paragraphe1 : le service comptable à l’ISD…………………………………………..49
CHAP 2 : ANALYSE CRITIQUES ET SUGGESTIONS……………………………………………55
SECTION I : ANALYSES ET CRITIQUE……………………………………………..56
Paragraphe 1 : absence de manuel de procédure…………………………………...56
Paragraphe II : inexistence d’un comptable permanant …………………………...56
Paragraphe III: inexistence d’état de rapprochement entre la banque et la
société……………………………………………………………………………………56
Paragraphe IV : la non distinction entre le patrimoine du directeur et celui de
l’entreprise………………………………………………………………………………57
SECTION II: suggestions ……………………………………………………………...57
Paragraphe I : la création de manuel de procédure…………………………………57
Paragraphe II : recherche d’un comptable permanent…………………………..….58
Paragraphe III : la mise en place de l’état de rapprochement entre la banque et la
société…............................................................................................................................58
Paragraphe IV : l’autonomie financière………………………………………………58
CONCLUSION GENERALE……………………………………………………………………………60
ANNEXE…………………………………………………………………………………………………..62
BIBLIOGRAPHIE………………………………………………………………………………………..64

63