Vous êtes sur la page 1sur 1

Philippe Germain

Membre du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie


en charge du développement durable,
du suivi du Parc naturel de la mer de Corail
de la recherche & l’innovation, de l’audiovisuel
-----

Mise au point
CS19-7700-

Dans une interview des Nouvelles Calédoniennes de ce jeudi 28 janvier 2021, le président du
gouvernement, Thierry Santa, « déplore le rejet » de la demande d’exportation de SLN/ERAMET
considérant que sa proposition était « équilibrée ».

Je peux comprendre l’amertume de Thierry Santa de ne pas avoir été suivi par le gouvernement alors
qu’il avait l’impression d’avoir obtenu beaucoup de SLN/ERAMET. Mais, en réalité, il ne peut s’en
prendre qu’à lui-même.

D’abord, parce qu’il a accepté vendredi dernier, sur injonction de SLN/ERAMET, de m’exclure des
négociations, l’obligeant à reprendre à zéro les discussions sur la base d’un arrêté du gouvernement
rédigé directement par SLN/ERAMET.

Ensuite et surtout, parce que mardi dernier, il a refusé la demande de report d’une semaine de
l’examen du texte formulée par sept membres du gouvernement sur onze, pour se donner le temps de
bien finaliser les négociations avec SLN/ERAMET, à savoir :

- Reprendre dans l’arrêté tous les engagements présentés par la SLN en matière de création
d’emplois, d’investissements et de désendettement en contrepartie de l’aide de 240 milliards
sollicitée ;
- Obtenir l’arrêt de la procédure de conciliation, dite « amiable », engagée par SLN/ERAMET
devant le Tribunal Mixte de Commerce de Nouméa, qui consiste à demander aux autorités
calédoniennes (gouvernement, congrès, province Sud, province Nord, Enercal et Agence
calédonienne de l’énergie) de s’engager sur les conditions posées par SLN/ERAMET dans
son plan de sauvetage ; la procédure prévoyant qu’à défaut, SLN/ERAMET se réservera le
droit d’initier la procédure de sauvegarde et un plan collectif de licenciements.

Or, sur la base des éléments ci-dessus rappelés, Thierry SANTA peut toujours, s’il le souhaite,
représenter au gouvernement, un arrêté d’autorisation d’exportation en faveur de SLN/ERAMET, que
je voterai.

En attendant, que le président du gouvernement et Les Loyalistes se rassurent, la SLN ne fermera pas
pour cette raison. Il est donc inutile d’aller hurler avec les loups, ce qui sert uniquement les desseins
de SLN/ERAMET et certainement pas l’intérêt des salariés, des sous-traitants et des fournisseurs qui
vivent depuis plusieurs années déjà sous la menace permanente.

Vous aimerez peut-être aussi