Vous êtes sur la page 1sur 145

SOMMAIRE

SOMMAIRE .............................................................................................................................. 1

INTRODUCTION GENERALE ................................................................................................ 8

Les systèmes de radiocommunication ...................................................................................... 11

I) Introduction .................................................................................................................. 11

II) L’évolution des systèmes de Radiocommunication ..................................................... 11

II.1) La première génération (1G) .............................................................................. 12

II.2) La deuxième génération (2G) ............................................................................. 12

II.2.1) Le réseau GSM ............................................................................................... 13

II.2.2) Réseau GPRS (2.5 G) ..................................................................................... 15

II.2.3) Réseau EDGE (2.75) ...................................................................................... 17

II.3) La troisième génération des réseaux mobiles ..................................................... 17

II.3.1) Le réseau UMTS ............................................................................................. 17

II.4) Le HSPA ............................................................................................................ 20

II.4.1) Le HSPA+....................................................................................................... 20

II.5) La quatrième génération ..................................................................................... 21

II.5.1) Etude du Réseau LTE ..................................................................................... 21

II.5.2) Les exigences du LTE .................................................................................... 25

II.5.3) Principes de l’interface Air LTE .................................................................... 30

III) Conclusion ................................................................................................................ 35

Réseaux PMR et solution eLTE ............................................................................................... 36

I) Définition d’un réseau PMR ........................................................................................ 36

I.1) Réseau sécurisé ...................................................................................................... 36

I.1.1) Réseau privé ................................................................................................... 36

I.1.2) Autres réseaux ................................................................................................ 37

I.2) POSITIONNEMENT DANS LE MONDE DE LA RADIO ................................. 37


I.3) LE MARCHÉ DE LA PMR .................................................................................. 38

I.4) LES UTILISATEURS ........................................................................................... 39

I.4.1) Les usagers ..................................................................................................... 39

I.4.2) Les opérateurs ................................................................................................. 39

I.5) LES SERVICES DE PHONIE............................................................................... 39

I.5.1) Les communications de groupe ...................................................................... 40

I.5.2) Les communications individuelles (ou privées) ............................................. 40

I.5.3) Les communications de détresse (ou d’urgence) ............................................ 41

I.5.4) Le mode direct (ou mode talkie-walkie)......................................................... 41

I.5.5) Les services..................................................................................................... 41

I.6) SERVICES DE DONNÉES DES RÉSEAUX BANDE ÉTROITE ...................... 41

I.7) SERVICES DE DONNÉES DES RÉSEAUX LARGE BANDE ET


BROADBAND é .............................................................................................................. 42

I.7.1) Les réseaux large bande .................................................................................. 43

I.7.2) Les réseaux broadband ................................................................................... 43

I.8) MOBILITÉ ............................................................................................................ 43

I.9) INTEROPÉRABILITÉ .......................................................................................... 44

I.10) CARACTERISTIQUE D’UN RÉSEAU PMR .................................................. 44

II) CLASSIFICATION DES SYSTEMES PMR .............................................................. 45

II.1.1) Réseau mono-site ............................................................................................ 45

II.1.2) Structures de réseau transportable .................................................................. 45

II.1.3) Réseaux multisites .......................................................................................... 46

III) LES TERMINAUX .................................................................................................. 46

III.1.1) Types de terminaux ..................................................................................... 46

III.2) LES ANTENNES ............................................................................................... 48

III.2.1) Types d’antennes ........................................................................................ 48

IV) LES TECHNOLOGIES PMR .................................................................................. 50


IV.1) LA PMR ANALOGIQUE .................................................................................. 50

IV.1.1) 2RP : Réseaux Radio Professionnels .......................................................... 50

IV.1.2) 3RP : Réseau Radioélectrique à Ressources Partagées............................... 51

IV.1.3) La PMR 446 ................................................................................................ 52

IV.2) LA PMR NUMÉRIQUE .................................................................................... 52

IV.2.1) TETRAPOL (1987) .................................................................................... 52

IV.2.2) TETRA (1989) ............................................................................................ 52

IV.2.3) APCO 25 phase 1 (1989) ............................................................................ 52

IV.2.4) APCO 25 phase 2 (2010) ............................................................................ 53

IV.2.5) La DMR (2005)........................................................................................... 53

IV.3) LA PMR LARGE BANDE ................................................................................ 53

IV.3.1) TEDS (2004) ............................................................................................... 53

IV.3.2) Enhanced TETRAPOL ............................................................................... 53

IV.3.3) LTE 400 PMR ............................................................................................. 54

IV.4) COMPARAISONS............................................................................................. 55

IV.4.1) ANALOGIQUE VS. NUMÉRIQUE .......................................................... 55

IV.4.2) RÉSEAU PMR VS. RÉSEAU PUBLIC GSM ........................................... 56

IV.5) PROCESSUS DE STANDARDISATION ........................................................ 58

IV.5.1) Spécifications de besoin .............................................................................. 58

IV.5.2) Spécifications techniques ............................................................................ 59

IV.5.3) Spécifications d’exploitation ...................................................................... 59

IV.5.4) Administrations ........................................................................................... 59

IV.6) FRÉQUENCES .................................................................................................. 60

IV.6.1) Spectre radio ............................................................................................... 60

IV.6.2) Canalisation................................................................................................. 61

V) LE STANDARD eLTE ................................................................................................ 61

V.1) ARCHITECTURE ET ORGANISATION ........................................................ 61


V.1.1) La solution fournit : .................................................................................... 62

V.2) Composants ........................................................................................................ 63

V.2.1) DBS3900 Distributed Base Stations ........................................................... 63

V.2.2) eCore ........................................................................................................... 64

V.2.3) eCNS280 Core Network System ................................................................ 64

V.2.4) Dispatching System .................................................................................... 65

V.2.5) eOMC910 Network Management System .................................................. 65

V.3) eLTE Rapid deployment system ........................................................................ 66

V.4) Terminaux .......................................................................................................... 66

V.4.1) EP820 Broadband Trunking Handset ......................................................... 66

V.4.2) EP720 Broadband Trunking Handset ......................................................... 67

V.4.3) EG860 LTE Customer Premises Equipment (CPE) ................................... 67

V.5) CHAÎNE DE TRANSMISSION ........................................................................ 68

V.5.1) Le vocodage ................................................................................................ 68

V.5.2) Le chiffrement ............................................................................................. 69

V.5.3) Le codage canal........................................................................................... 69

V.5.4) L’entrelacement .......................................................................................... 69

V.5.5) Construction de la trame ............................................................................. 70

V.5.6) Le scrambling.............................................................................................. 70

V.5.7) Construction de la multitrame ..................................................................... 70

V.5.8) La modulation ............................................................................................. 71

V.6) LES SERVICES DE BASE ............................................................................... 71

V.6.1) ADRESSAGE ............................................................................................. 71

V.6.2) MOBILITÉ ................................................................................................. 72

V.6.3) ALTERNAT ............................................................................................... 73

V.6.4) TRUNKING ................................................................................................ 74

V.7) LA TRANSMISSION RADIO .......................................................................... 76


V.7.1) MODÈLE CELLULAIRE .......................................................................... 76

V.7.2) SEUIL DE SENSIBILITÉ .......................................................................... 76

V.7.3) LA COUVERTURE RADIO ...................................................................... 77

V.8) LES SERVICES DE PHONIE ........................................................................... 77

V.8.1) COMMUNICATIONS INDIVIDUELLES ................................................ 77

V.8.2) COMMUNICATIONS DE GROUPE ........................................................ 78

V.8.3) LES SERVICES DE DONNÉES................................................................ 79

V.9) LE MODE DIRECT (DMO) .............................................................................. 80

V.10) LA SÉCURITÉ .................................................................................................. 80

V.10.1) CHIFFREMENT ......................................................................................... 80

V.10.2) DÉTECTION DE JAMMING .................................................................... 81

V.10.3) INHIBITION DES MOBILES ................................................................... 81

V.11) Avantages et inconvénients de la eLTE ............................................................. 82

V.11.1) Les avantages .............................................................................................. 82

V.11.2) Les inconvénients........................................................................................ 83

VI) Conclusion ................................................................................................................ 83

Etude de la planification du réseau eLTE................................................................................. 85

I) Introduction : ................................................................................................................ 85

II) Processus de Dimensionnement : ................................................................................. 85

III) Dimensionnement de la PMR /LTE : ....................................................................... 86

III.1) Planification orientée couverture : ..................................................................... 87

III.1.1) Bilan de liaison Radio (RLB) : ................................................................... 88

III.1.2) Modèle de Propagation : ............................................................................. 90

III.1.3) Calcul de la sensibilité du récepteur : ......................................................... 99

III.1.4) Calcul du nombre de site en se basant sur le bilan de liaison : ................. 106

IV) Dimensionnement de l’interface S1 et X2 : ........................................................... 110

IV.1) L’interface X2 : ................................................................................................ 110


IV.2) L’interface S1 : ................................................................................................. 111

V) Conclusion :................................................................................................................ 112

Déploiement d’un réseau PMR/LTE ...................................................................................... 113

I) Introduction ................................................................................................................ 113

II) Conception de l’outil de dimensionnement du réseau ............................................... 113

II.1) Spécification des besoins ................................................................................. 113

II.1.1) Besoins fonctionnels ..................................................................................... 114

II.1.2) Besoins non fonctionnels .............................................................................. 114

II.2) Outils de conception ......................................................................................... 115

II.2.1) Choix du langage de modélisation................................................................ 115

II.2.2) Logiciel de modélisation : Microsoft Visual studio ultimate 2012 ............ 115

II.3) Les diagrammes UML ...................................................................................... 116

II.3.1) Le diagramme de cas d’utilisation ................................................................ 116

II.3.2) Le diagramme de classe ................................................................................ 117

II.3.3) Le diagramme de séquence........................................................................... 119

II.4) Présentation des interfaces ............................................................................... 121

II.4.1) L’interface d’authentification ....................................................................... 122

II.4.2) Interface d’accueil ........................................................................................ 122

II.4.3) Interface création d’opération ....................................................................... 123

II.4.4) Interface paramètre Zone .............................................................................. 123

II.4.5) Interface Résultat de dimensionnement ........................................................ 124

III) La phase de planification........................................................................................ 125

III.1) Présentation de l'environnement de travail....................................................... 125

III.1.1) Les étapes à suivre .................................................................................... 125

III.1.2) Interface de logiciel................................................................................... 125

III.1.3) Système de cordonnées ............................................................................. 126

III.1.4) Importer la Map numériques ..................................................................... 127


III.1.5) Zone géographique à planifier .................................................................. 128

IV) Conclusion .............................................................................................................. 141


INTRODUCTION GENERALE
Depuis la fin du 19ème siècle, les télécommunications ont connu des développements
Considérables. En effet, la communication à distance est devenue possible suite à l’invention
du téléphone par Bell et le télégraphe par Morse.
Par la suite les besoins des utilisateurs dans la téléphonie mobile ont vu de nombreux
rebondissement au début des années 70. L’objectif était d’avoir un moyen de
télécommunication sans fil fiable capable de transmettre la voix d’un point donné à un autre,
en effet après des recherches approfondies qui ont abouti à la première génération de la
téléphonie mobile qui est la téléphonie analogique utilisée uniquement pour passer les appels
traditionnels.

L’ère de la transmission analogique a connu des expérimentations et des progrès technologiques


visant à l’amélioration de l’efficacité des réseaux sans fil. Ce type de transmission s’est
confronté à plusieurs contraintes liées aux interférences, à la saturation du spectre et au manque
de confidentialité et de flexibilité liée à la mobilité.

A la fin du 20ème siècle, les besoins ont changé et on a pensé à améliorer la qualité de services
; donc on a digitalisé cette première technique pour avoir une nouvelle technologie qui est la
2G en 1989 (dont on a le GSM, le GPRS, et l’EDGE), après vient la 3G qui s’appuie sur la
norme UMTS basée sur la technologie W-CDMA et qui offre un débit plus rapide que la 2G.
Cela s’est fait pour permettre aux utilisateurs de bénéficier de la mobilité partout et à n’importe
quel temps, de la confidentialité et de la qualité de service.
Cependant avec l’arrivée des groupes d'utilisateurs fermés comme les services de transports
(Les aéroports, les ports autonome, Taxis, entreprises de transport, etc.), les entreprises
d'énergie et les organes de sécurité (par exemple, la police, les pompiers, les services sanitaires,
l'armée, la protection civile, le corps des gardes-frontières, etc.), la demande en services
particuliers autres que ceux proposés par les réseaux dédiés au grand public (1G, 2G, 3G) va
s’intensifier. La sécurité des usagers et des différents personnels d’exploitation de ses groupes
est au cœur des préoccupations de ses dites sociétés. La rapidité et la qualité des interventions
sont donc des éléments primordiaux pour les services d’exploitation.

Dans ce cadre, les performances du système de radiocommunications utilisé par les personnels
d’exploitation, doivent donc être d’abord évaluées à travers la garantie dans des délais
Introduction générale

extrêmement brefs. C’est dans cette optique que ses groupes d’utilisateurs vont donc s’orienter
vers des réseaux de radiocommunication sécurisé ou PMR (Professional Mobile Radio).

Il s’agit là des réseaux indépendants exploités pour des usages professionnels. Les technologies
actuellement déployées à travers le monde (TETRAPOL, TETRA ou P25, DMR) sont non
seulement parfaitement adaptées aux communications de phonie (communication de groupe)
propres aux utilisateurs des forces de sécurité et aux autres utilisateurs professionnels, mais
aussi aux transmissions de données. Elles ne permettent néanmoins pas de satisfaire à
l’émergence de nouveaux besoins liés à des applications consommatrices de bande passante
telles que la vidéo ou la consultation de base de données multimédia. Il en ressort donc un
intérêt capital pour une étude de leur évolution vers le haut débit mobile.

Au vu de ces besoins en haut débit sans cesse grandissant nous avons choisi pour thème « Etude
et conception d’un réseau PMR basé sur la technologie eLTE pour des services de haut débit
mobile ». Il sera donc question dans ce travail d’effectuer une planification radio du réseau
eLTE pour la couverture d’une partie de la ville de Yaoundé et plus précisément le quartier
Odza. La synthèse de ce travail constitue donc de ce fait le contenu du présent document
structuré en 4 chapitres :

Dans le premier chapitre on donnera un aperçu général des différentes évolutions des réseaux
de télécommunications cellulaires où nous parlerons de toutes les générations de téléphonie
cellulaire qui ont existé depuis la 1ère génération jusqu’à la 5ème génération (en passant par la
4G d’où la solution eLTE objet de notre travail), Cette évolution a pour but d’apporte une
meilleure qualité ainsi qu’une plus grande capacité à moindre coût pour l’utilisateur et enfin
une introduction à la technologie de radiocommunication mobile professionnelle (PMR)

Le second chapitre donnera tout d’abord un aperçu général des réseaux PMR, leur place dans
le monde, leur évolution, etc. et enfin une description de la technologie eLTE.

Le troisième chapitre sera consacré au dimensionnement du réseau eLTE dans lequel nous
expliquons en détails le processus de dimensionnement.
Dans le dernier chapitre, nous présenterons tout d’abord notre outil de dimensionnement et par
la suite nous passerons à la réalisation de plusieurs scenarios de simulation pour faire l’analyse
et l’optimisation de la capacité et la QoS dans le réseau eLTE en se basant sur l’outil de
planification et d’optimisation Atoll ; de là, nous établirons une synthèse sur l’impact des
différents paramètres, nombre d’utilisateurs et type d’antenne sur la capacité.
Introduction générale

Et enfin, une conclusion récapitule notre travail et présente les connaissances acquises suite à
ce projet de fin d’étude.
Les systèmes de
radiocommunication

I) Introduction
Dès les années 80, l’évolution technologique voit l’apparition sur le marché des systèmes de
téléphonie mobile, qui permettent à leurs abonnés d’appeler et être appelés sans dépendre d’une
ligne fixe et de poser pour la première fois la question « devine d’où je t’appelle ».
Le développement des réseaux mobiles n’a pas cessé d’accroitre, plusieurs générations ont vues
le jour (1G, 2G, 3G, 4G et 5G) et ont connues une évolution remarquable, en apportant un débit
exceptionnel qui ne cesse d’augmenter, une bande passante de plus en plus large et un des
avantages d’une telle bande passante est le nombre d’utilisateur pouvant être supportés.

Aussi, en dépit du fait que l’univers de la radiocommunication professionnelle soit la forme la


plus ancienne de communication mobile. Elle n’a pas connu d’évolution technique jusqu’aux
années 1970 ou le réseau PMR consistait à allouer une seule fréquence pour un ensemble
d’utilisateurs, ce qui a mené à une utilisation moindre optimale du spectre radio. Néanmoins
l’on va noter des avancés remarquable grâce à la venue de réseaux radio a ressource partagés
3RP
Dans ce chapitre, nous allons tout d’abord présenter les différentes générations de téléphones
mobiles, leurs architectures ainsi que d’autres services pouvant être utilisés par chacune de ces
générations cellulaires, ensuite mettre en évidence les réseaux PMR pour terminer par la
solution eLTE.

II) L’évolution des systèmes de Radiocommunication


Avant d’expliquer l’état actuel des technologies utilisées dans des réseaux privés aujourd’hui,
il nous semble intéressant de rappeler l’évolution des réseaux cellulaires, cela a pour avantage
de savoir de quoi nous sommes partis pour mieux se positionner à l’heure actuelle. La
communication mobile a beaucoup évolué en quelques décennies (figure I.1), dans qui viennent
par le biais de diverses générations de dispositifs et réseaux compatibles avec les nouvelles
normes de télécommunication.
Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

Figure I.1 : Evolution de la téléphonie mobile à travers les années.

II.1) La première génération (1G)


Les systèmes de première génération, paru dans les années 80 sous la cote 1G, utilisant une
transmission en mode analogique étaient en mesure de gérer uniquement le trafic voix. La
qualité de communication offerte par la première génération de téléphones cellulaires,
décidément très encombrant, avaient des limites évidentes liées au type de signal, comme la
mauvaise qualité audio et des interruptions fréquentes.

II.2) La deuxième génération (2G)


La deuxième génération (2G) de systèmes cellulaires repose sur une technologie numérique qui
a été développée à la fin des années 1980. Ces systèmes cellulaires utilisent une technologie
numérique pour la liaison ainsi que pour le signal vocal. Ce système apporte une meilleure
qualité ainsi qu’une plus grande capacité à moindre coût pour l’utilisateur. Enumérés ci-dessous
sont les caractéristiques du GSM qui explique sa popularité et sa large acceptation :

 Efficacités spectrale améliorée.


 L’itinérance internationale.
 Ensembles mobiles et stations de base à faible cout.
 Discours de haute qualité.
 Compatibilité avec le RNIS et les autres services de compagnies de téléphone.
 Prise en charge de nouveaux services.
Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

II.2.1) Le réseau GSM


Le réseau GSM a pour premier rôle de permettre des communications entre abonnés mobiles
(GSM) et abonnés du réseau téléphonique commuté (RTC -réseau fixe). Il se distingue par un
accès spécifique appelé la liaison radio. La figure 2 présente l’architecture du Réseau GSM.

Figure I.2 : Présente l’architecture du Réseau GSM.

Le réseau GSM peut être divisé en trois sous-ensembles :

II.2.1.(1) Le sous-sysétème radio -BSS :


(a) MS : Mobile Station
C’est l’équipement terminal muni d’une carte SIM permettant d’accéder au PLMN (Public

Land Mobile Network), le PLMN étant un réseau GSM exploité par un opérateur sur un

territoire.

(b) BTS : Base Transceiver Station


C’est un ensemble d’émetteurs-récepteurs appelés TRX (TRX signifie que le matériel est
capable de gérer une paire de fréquences GSM). Notamment, il s’occupe de la transmission
radio, il gère la couche physique et il effectue des mesures radio pour vérifier qu’une
communication en cours se déroule correctement.

(c) BSC : Base Station Controller


C’est l’organe " intelligent " du BSS, qui gère la ressource radio. C’est également un
commutateur qui réalise une concentration des circuits vers le MSC.
Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

Il commande l’allocation des canaux, utilise les mesures effectuées par la BTS pour contrôler
les puissances émises par le mobile et prend la décision d’exécution du handover lorsque le
mobile change de cellules.

II.2.1.(2) Le sous-système d’acheminement -NSS :


Le NSS pour Network Sub-System, c'est un réseau fixe qui permet le traitement de l’appel pour
l’établissement de la communication, la gestion de l’itinérance et de la mobilité. Il comprend
des commutateurs, des passerelles vers le R.T.C.P et le RNIS ainsi que des bases de données.
Il comporte les équipements suivants :

(a) MSC : Mobile-services Switching Centre


C’est le commutateur du service mobile. Il gère l’établissement de la communication grâce aux
messages de signalisation échangés avec le mobile d’une part et les entités du NSS d’autre part.
Il effectue le transfert des messages courts SMS et exécute le handover lorsqu’il y est impliqué.

(b) VLR : Visitor Location Register


C’est une base de données qui mémorise les données d’abonnement des abonnés présents dans
une zone géographique. Les données mémorisées par le VLR sont similaires à celles du HLR
mais concernent seulement les abonnés mobiles présents dans la zone considérée.

(c) HLR : Home Location Register


C’est la base de données qui gère les caractéristiques de chaque abonné
• L’identité internationale de l’abonné utilisée par le réseau (IMSI) ;
• Le numéro d’annuaire de l’abonné (MSISDN) ;
• Le profil de l’abonnement.

II.2.1.(3) Le sous-système d’exploitation et de maintenance -OSS :


L’administration du réseau GSM consiste à évaluer ses performances et optimiser l’utilisation
des ressources de façon à offrir un niveau de qualité aux usagers. L’OSS permet à l'opérateur
d’administrer le réseau.
L’administration du réseau s’effectue par le biais des équipements décrits dans les paragraphes
suivants.
Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

(a) TMN : Télécommunications Management Network


C’est l’ensemble formé par les équipements de médiation, le système d’exploitation et les
réseaux de transport. Le management est réalisé par les OMC (Operations and Maintenance
Centre) qui permettent une supervision locale des équipements ainsi que par le NMC (Network
Management Centre) qui assure l’administration générale de l’ensemble du réseau par un
contrôle centralisé.

(b) EIR : Equipment Identity Register


C’est une base de données annexe contenant les identités des terminaux (IMEI) ; elle peut être
consultée lors des demandes de services d’un abonné pour vérifier que le terminal utilisé est
autorisé à fonctionner sur le réseau.

(c) AUC : Authentification Centre


C’est une base de données qui mémorise pour chaque abonné une clé secrète utilisée pour
l’authentification de l’utilisateur et pour chiffrer les communications

II.2.2) Réseau GPRS (2.5 G)


Le GPRS (General Packet Radio Service) est une technologie de transport de données en mode
paquet. Il s’agit, sans devoir changer tous les équipements du réseau d’infrastructure GSM
existant, par ajout de deux nouveaux équipements, le GGSN et le SGSN, d’offrir des débits de
transmission pouvant atteindre 171 Kbits/s au lieu de 14,4 Kbits/s en mode circuit.
Dans le cas du mode circuit, la ressource radioélectrique est immobilisée en permanence, ce qui
correspond à un trafic de données en continu. Dans le cas du mode paquet, la ressource
radioélectrique est immobilisée que lorsque des données sont transmises et le canal redevient
libre en l’absence de trafic. La figure 3 présente l’architecture du réseau GPRS.

Un réseau GPRS est un réseau IP. Qui est donc constitué de routeurs IP. L'introduction de la
mobilité nécessite par ailleurs la précision de deux nouvelles entités :

II.2.2.(1) Le nœud de service SGSN (Serving GPRS Support Node) :


SGSN se charge dans son aire de service des transmissions de données entre les stations mobiles
et le réseau mobile. Le SGSN est relié par des liens Frame Relay au sous-système radio GSM
(BSS).
Le SGSN est connecté à plusieurs BSC et présent dans le site d’un MSC. Le SGSN assure la
gestion des abonnés mobiles actifs et le relayage des paquets de données vers le GGSN.
Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

Figure I.3 : Architecture de réseau GPRS.

II.2.2.(2) Le nœud de passerelle GGSN (Gateway GPRS Support Node) :


L’entité GGSN (Gateway GPRS Support Node) joue le rôle d’interface à des réseaux de
données externes (X.25, IP). Le GGSN est un routeur qui permet de gérer les transmissions de
paquets de données :

• Il décapsule des paquets GPRS provenant du SGSN (les paquets de données émis par le
mobile) et les envoie au réseau externe correspondant.
• Il permet d’acheminer les paquets provenant des réseaux de données externes vers le
SGSN du mobile destinataire.

Le GGSN est généralement présent dans le site d’un MSC.

II.2.2.(3) Le module BG pour la sécurité :


L’entité BG (Border Gateway) assure une fonction équivalente au GGSN. Elle est utilisée lors
de l’interconnexion entre deux réseaux GPRS, lorsque le mobile est sur un réseau visiteur. Ces
BG jouent le rôle d’interface avec les autres PLMN (Public Land Mobile Network) permettant
ainsi de gérer les niveaux de sécurité entre les réseaux.
Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

II.2.2.(4) Le type de transmission dans le réseau GPRS :


Ce standard utilise un mode de transmission par paquet. Lorsque le mobile transmet des
données vers un terminal fixe, les données sont transmises via le BSS (BTS + BSC) au SGSN
qui envoie ensuite les données vers le GGSN qui les route vers le destinataire. Le routage vers
des terminaux (terminal mobile vers terminal mobile ou terminal fixe vers terminal mobile)
utilise le principe de l'encapsulation et des protocoles tunnels. Les données revues par le GGSN
sont transmises au SGSN dont dépend le mobile destinataire.

II.2.3) Réseau EDGE (2.75)


L’EDGE pour Enhanced Data for GSM Evolution ne concerne que la circulation des données,
la voix continuant toujours de transiter sur le réseau GSM. Il s’agit d’une simple évolution de
la technologie GSM/GPRS dont sa particularité réside dans l’adaptation du schéma de
modulation, en fonction de la qualité de la liaison.
Pour une liaison de bonne qualité, EDGE utilise la modulation 8-PSK (Eight Phase Shift
Keying). Cette technique de modulation offre une efficacité spectrale supérieure à la
modulation utilisée par le GSM et GPRS (GMSK –Gaussien Minimum Shift keying) et nous
permet d’obtenir des débits moyens de 130 kb/s en réception et de 60 kb/s en émission (3 fois
plus importants que celui de GPRS).

II.3) La troisième génération des réseaux mobiles


La troisième génération de réseaux mobiles (3G) regroupe deux familles de technologies ayant
connu un succès commercial : l’UMTS (Universal Mobile Télécommunications System), issu
du GSM et largement déployé autour du globe, et le CDMA2000, issu de l’IS-95 et déployé
principalement en Asie et en Amérique du Nord. Les interfaces radio de ces deux familles
reposent sur des caractéristiques techniques proches, notamment un schéma d’accès multiples
à répartition par les codes (CDMA). Dans ce qui suit, nous nous concentrons sur l’UMTS, car
c’est cette famille de technologies qui va donner naissance au LTE.

II.3.1) Le réseau UMTS


II.3.1.(1) Généralités
En intégrant à l’origine les services multimédias à haut débit (2 Mbit/s), l’UMTS (Universal
Mobile Télécommunication System) constitue l’évolution naturelle des systèmes de
communication entre mobile.
Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

Les bandes de fréquences allouées à l’UMTS se situent autour de 2 GHz avec une largeur de
bande de 230 MHz. Les débits offerts à une station sont directement en relation avec la taille
d’une cellule :
• De 144 à 384 Kbit/s en zone rurale pour des mobiles dont la vitesse de déplacement est
inférieure à 500 km/s (TGV !) ;
• De 384 à 512 Kbit/s en zone urbaine pour des vitesses de déplacement inférieures à 120
km/s ;
• Jusqu’à 2 Mbit/s à moins de 10 km de la base radio.

L’UMTS est basé sur la technique d’accès multiple WCMDA (Wide band CDMA) qui consiste
à exploiter une plus large bande de fréquence pour envoyer un grand nombre de données par
paquet.

L’UMTS comprend deux grandes parties : le réseau d’accès appelée l’UTRAN et le réseau
cœur appelée CN. L’architecture se présente comme montre la figure 4 :

Figure I.4 : Architecture de réseau UMTS.

(a) Le réseau d’accès


C’est le réseau qui prend en charge le contrôle et la gestion des ressources radio, il permet
l’échange d’information entre le terminal mobile et le réseau cœur. L’UTRAN est composé du
Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

RNC (Radio Network Controller) et de Nœud B correspondant respectivement aux BSC et BTS
du réseau GSM. Ces deux entités forment le RNS (Radio Network Subsystem) [8].

• Le nœud B
Il effectue des fonctions semblables à celle de la BTS (Base transeiver Station) des réseaux
GSM et GPRS. Il gère principalement la couche physique de l’interface air (le codage du canal,
l’entrelacement, l’adaptation du débit et l’étalement).

• Le RNC (Radio Network Controller)


Le rôle principal du RNC est de router les communications entre le nœud B et le réseau cœur
de l’UMTS. Il travaille au niveau des couches 2 et 3 du modèle OSI (contrôle de puissance,
allocation de codes). C’est le point d’accès pour l’ensemble des services vis-à-vis du réseau
cœur.

(b) Le réseau cœur


Le réseau cœur CN regroupe l’ensemble des équipements assurant les fonctions telles que le
contrôle d’appels, le contrôle de la sécurité et la gestion de l’interface avec les réseaux externes.
Ces derniers se scindent en deux catégories : celle des réseaux circuit (Réseau Numérique à
Intégration de Service RNIS) et celle des réseaux paquet (réseau Internet).

• La qualité de service
UMTS permet à partir d’un Smartphone l’accès à internet avec les mêmes fonctionnalités
qu’une liaison ADSL, la mobilité en plus. Pour cela il met en œuvre quatre classes de trafic
réparties en deux types de service :

 Les services dits temps réel :


La classe <<conversational>> pour les flux voix, vidéo et la VoIP ;

La classe <<streaming>> pour les flux audio et vidéo ;

 Les services de type <<best effort>> :


La classe <<interactive>> pour la navigation sur le Web, sans garantie de débit et de délai ;

La classe <<backgroud>> pour les transferts de données (messagerie, téléchargement, transfert

de fichiers…)
Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

II.3.1.(2) Les limites de l’UMTS


Malgré tous les espoirs mis sur ce nouveau standard de réseaux, l’UMTS présente plusieurs
inconvénients dont principalement [10] :
• Prix de licence élevé.
• Effort de développement important à fournir par les équipementiers.
• Effort important à fournir par les opérateurs.
• Changement des équipements usagers.
• Concurrent du WiMAX (30 Mbits/s).

II.4) Le HSPA
L’innovation principale du HSPA concerne le passage d’une commutation circuit sur l’interface
radio à une commutation par paquets. L’allocation dynamique des ressources est effectuée par
la fonction d’ordonnancement ou scheduling en fonction de la qualité instantanée du canal radio
de chaque UE. Le débit instantané étant accru via l’utilisation de modulation à plus grand
nombre d’état.
La modulation 16-QAM (16Quadrature Amplitude Modulation) est introduite pour la voie
descendante. Pour la voie montante une modulation QPSK a était introduit. Afin de réduire la
latence du système en cas de perte de paquets, un nouveau mécanisme de retransmission rapide
des paquets erronés, appelé HARQ (Hybrid Automatic Response ReQuest), est définit entre
l’UE et la station de base.
Ces évolutions offrent aux utilisateurs des débits maximum de 14,4 Mbit/s en voie descendante
et de 5,8 Mbits/s en voie montante, ainsi qu’une latence réduite.

II.4.1) Le HSPA+
L’amélioration des débits de la capacité est rendue possible par l’introduction de nouvelles
techniques. En voie descendante, la modulation 64-QAM est désormais prise en charge, de
même que la modulation 16-QAM en voie montante. En complément, une cellule peut
transmettre des données à un utilisateur sur deux porteuses simultanément en voie descendante,
à l’aide de la fonctionnalité DC-HSDPA (Dual Carrier-HSDPA). Par conséquent les débits
fournis à l’utilisateur sont potentiellement doublés.
Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

II.5) La quatrième génération


Dans le début des années 2000, plusieurs opérateurs mobiles et équipementiers télécoms et
organisations se sont réunies dans le but de développer un réseau de mobile dit 4G pour
4èmegénération basée sur la 3G. Le principal avantage de ce nouveau standard est de permettre
des débits pouvant aller jusqu'à 1 Gigabit/s en vitesses fixes (stable), et 100 Mbit/s pour les
utilisateurs mobiles.
Par définition, la 4G assure la convergence de la 3G avec les réseaux de communication radio
fondés sur le protocole IP. La connexion devra être possible quel que soit le mode de couverture.

II.5.1) Etude du Réseau LTE


L’idée et le projet pour développer la technologie LTE (Long Term Evolution) sont menés par
l'organisme de standardisation 3GPP visant à rédiger les normes techniques de la future
quatrième génération en téléphonie mobile.
Cette technologie a comme but de permettre le transfert de données à très haut débit. En théorie,
elle permet d'atteindre des débits de l'ordre de 50 Mb/s en lien montant et de 100 Mb/s en lien
descendant avec une portée plus importante, un nombre d'appels par cellule supérieur et un
temps de latence plus faible.

LTE implique de modifier le cœur du réseau et les émetteurs radio. La norme LTE définie par
le consortium 3GPP1, a d'abord été considérée comme une norme de troisième génération «
3.9G » (car proche de la 4G), spécifiée dans le cadre des technologies 2000, car dans les «
versions 8 et 9 » de la norme, elle ne satisfaisait pas toutes les spécifications techniques
imposées pour les normes 4G par l'Union internationale des télécommunications (UIT).

II.5.1.(1) Architecture

Figure I.5 : architecture du réseau LTE


Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

Les réseaux LTE sont des réseaux cellulaires constitués de milliers de cellules radio qui utilisent
les mêmes fréquences hertziennes, y compris dans les cellules radio mitoyennes, grâce aux
codages radio OFDMA et SC-FDMA.
Les nouveaux blocs spécifiques pour l’architecture, connus aussi sous le nom d’EPS (Evolved
Packet System), sont l’EPC (Evolved Packet Core) et l’E-UTRAN (Evolved UTRAN). La
figure I.6 présente une architecture simplifiée de la partie EPS du réseau LTE.

Figure I.6 : architecture simplifiée de la LTE

(a) EPC : Evolved Packet Core


Le cœur de réseau appelé « EPC » (Evolved Packet Core) utilise des technologies « full
IP », c’est-à-dire basées sur les protocoles Internet pour la signalisation qui permet des temps
de latence réduits, le transport de la voix et des données. Ce cœur de réseau permet
l’interconnexion via des routeurs avec les autres eNodeB distants, les réseaux des autres
opérateurs mobiles, les réseaux de téléphonie fixe et le réseau Internet. EPC Simplifie le réseau
d’architecture tout IP, comme il assure la mobilité entre 3GPP based système, et aussi non 3GPP
based système par exemple WIMAX et CDMA2000. Le réseau cœur EPC est constitué de
plusieurs éléments comme le montre la figure suivante :

Figure I.7 : cœur du réseau Lte


Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

EPC est l’élément principal de l’architecture SAE. Il a un rôle équivalent du NSS dans le réseau
GPRS. Il est constitué de différents blocs suivant :

 MME : Mobility Management Entity (3GPP Release 8)

Cette partie est responsable de la localisation et la poursuite du terminal mobile (UE) entre les
appels et la sélection d’une bonne S-GW (Serving-GetWay) à travers une connexion. Comme
elle est le dernier point de la protection par codage, donc par conséquent c’est le point qui valide
l’interception de signalisation. Ainsi, elle contrôle le signal entre le UE (Utilisateur Equipment)
et le réseau cœur, et assure l’établissement, la maintenance, et l’élargissement de la porteuse
radio services.

 HSS : Home Suscriber Service

Base de données similaire au HLR en GSM / WCDMA réseau cœur qui contient les
informations du suscriber-related (les abonnées voisins), et porte l’appel de contrôle et la
session management. Elle est Principalement désignée pour l’authentification, l’autorisation, la
sécurité, le débit et fournit une localisation détaillée de l’utilisateur.

 PDN-GW : Packet Data Network Gateway (3GPP Release8)


P-GW fournit des connexions entre réseau LTE et d’autres réseaux IP, PSTN, non-3GPP.
L’allocation d’adresse IP pour l’UE, filtrage des paquets pour chaque utilisateur (Policy
Enfoncement Point), et le support de la tarification d’une session sont des autres fonctions du
P-GW. P-GW peut se connecter avec les réseaux PSTN et réseaux IP grâce à l’IMS, une
architecture « overlay » par rapport au LTE, servant à établir, modifier et contrôler des sessions.

 PCRF : Policy and Charging Rules Function (3GPP Release7)


Responsable sur la décision principale du contrôle, il fournit une QoS d’autorisation pour
décider le traitement des données en respectant l’abonnement des utilisateurs. Cette entité
contrôle essentiellement le PDN GW. Elle lui fournit les principes de taxation et est aussi
responsable de la gestion des « Dedicated Bearer » à travers ce routeur.

 SGW : Serving Gateway (3GPP Release 8)

S-GW (Serving Gateway) achemine des paquets de l’eNodeB vers le réseau cœur et vice-versa.
Il est comme une ancre locale qui sert pour la mobilité inter-eNodeB et vers les réseaux 3GPP
(interconnexions de LTE avec les autres 3GPP). Les paquets transmis inter- eNodeB (et inter-
réseaux 3GPP) sont en transit via cette ancre. Il maintient le chemin entre le PDN-GW et UE.
Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

(b) La partie accès (E-UTRAN)


La partie radio du réseau, appelée « eUTRAN » est simplifiée par rapport celles des réseaux 2G
(BSS) et 3G (UTRAN) par l’intégration dans les stations de base « eNodeB » avec des liaisons
en fibres optiques et des liens IP reliant les eNodeB entre eux (liens X2). Ainsi que des fonctions
de contrôle qui étaient auparavant implémentées dans les RNC (Radio Network Controller) des
réseaux 3G UMTS. Cette partie est responsable sur le management des ressources radio, la
porteuse, la compression, la sécurité, et la connectivité vers le réseau cœur évolué.

Figure I.8 : E-UTRAN

 EnodeB (Evolved NodeB)


L’eNodeB est l’équivalent de la BTS dans le réseau GSM et NodeB dans l’UMTS, la
fonctionnalité de handover est plus robuste dans LTE. Ce sont des antennes qui relient les UE
avec le réseau cœur du LTE via les RF air interface. Elles fournissent la fonctionnalité du
contrôleur radio (ressource et mobilité).

(c) Description des interfaces de l’EPS


Les interfaces représentent les différents liens qui relient les différents nœuds logiques dans un
réseau. Dans le réseau EPS les différentes interfaces qu’on retrouve sont :

 L’interface X2 :

Elle relie les différentes eNodeB. En effet, elle permet d’optimiser les procédures de mobilité,
faciliter la gestion des interférences intercellulaires et mettre en œuvre certaines fonctionnalités
d’auto optimisation au sein du réseau comme le Load Balancing ou équilibrage de charge entre
les différentes eNodeB voisines. L’interface X2 est constituée de 2 sous-ensembles :
Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

• L’interface X2-U qui s’occupe des flux du plan usager


• L’interface X2-C qui traite les flux du plan de contrôle

 L’interface S1

C’est une interface entre l’eNodeB et l’EPC. Elle est divisée en 2 sous-ensembles :

• S1-U qui relie l’eNodeB à la SGW qui traite le plan usager

• S1-MME qui relie l’eNodeB à la MME qui traite le plan de control

S1-U assure la transmission des paquets entre eNodeB et SGW tandis que S1-MME assure
plusieurs fonctions comme l’établissement ou le redémarrage de S1, en outre la mise à jour des
informations de configuration de l’eNodeB et du MME.
 L’interface S6a : C’est l’interface qui relie le MME et le HSS, elle véhicule les informations
des usagers au HSS pour authentification et le chiffrement via le protocole DIAMETER
(évolution du protocole RADIUS).
 L’interface S5/S8 : C’est l’interface qui existe entre le SGW et le PGW, l’interface S5 et S8
sont les mêmes, mais la différence est que l’interface S8 est utilisée lors de l’itinérance entre
différents opérateurs alors que l’interface S5 est utilisée pour le réseau nominal
 L’interface Gx/Gxc : C’est l’interface entre le SGW/PGW et le PCRF, cette interface permet
au SGW/PGW d’obtenir des règles de taxation auprès de l’entité PCRF et ainsi facturer
l’usager sur la base des flux de services et non pas sur le volume de données comme dans
les réseaux GSM/UMTS.
 L’interface SGi C’est l’interface entre le PGW et le réseau IP. C’est cette interface qui relie
le réseau IP et le réseau LTE/EPC. Elle permet en outre à l’UE par le PGW d’accéder aux
différents services présents sur l’internet par exemple ou sur tout autre réseau IP.

II.5.2) Les exigences du LTE


La première étape des travaux de normalisation du LTE consista à définir les exigences que ce
dernier devait satisfaire. En synthèse, l’objectif majeur du LTE est d’améliorer le support des
services des données via une capacité accrue, une augmentation des débits et une réduction de
la latence. En complément de ces exigences de performance, le 3GPP a défini les
caractéristiques suivantes :
Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

II.5.2.(1) La capacité en nombre d’utilisateurs simultanés


Suite à la pluralité des services nécessitant une connexion Always-on, la contrainte appliquée
sur la capacité en nombre d’utilisateurs devient forte. Le système doit supporter simultanément
un large nombre d’utilisateurs par cellule. Il est attendu qu’au moins 200 utilisateurs simultanés
par cellules soient acceptés à l’état actif pour une largeur de bande de 5 MHz et au moins 400
utilisateurs pour des largeurs de bandes supérieurs. Un nombre largement supérieur
d’utilisateurs devra être possible à l’état de veille.

II.5.2.(2) Débits et fréquences


L’évolution des débits suit une progression semblable à celle de la capacité de calcul. Chaque
nouvelle technologie de réseaux mobiles augmente les débits et suscite une attente de débits
supérieurs. Il était ainsi également clair dès 2004 que le LTE devrait fournir de très hauts débits.
Au-delà des limitations capacitaires, le débit fourni à un utilisateur dépend de ses conditions
radio, liées en particulier à sa position dans la cellule, des techniques de transmission employées
et de la ressource spectrale disponible. L’établissement des standards de performances
communément admis pour les réseaux 4G : 100 Mbit/s sur le lien radio descendant (antenne
relais vers mobile), et 50 Mbit/s maximum sur le lien montant (mobile vers antenne relais). La
technologie LTE fonctionne dans une variété de fréquences selon la zone géographique
couverte : 700 MHz aux Etats-Unis pour le réseau de Verizon Wireless, 2,6 GHz et 800 MHz
en Europe, et 2,1 GHz pour le réseau japonais de NTT Docomo (opérateur japonais).

Les objectifs de débit maximal définis pour le LTE sont les suivants :

 100 Mbit/s en voie descendante pour une largeur de bande allouée de 20 MHz, soit une
efficacité spectrale crête de 5 bit/s/Hz.
 50 Mbit/s en voie montante pour une largeur de bande allouée de 20 MHz, soit une
efficacité spectrale crête de 2,5 bit/s/Hz.
Ces chiffres supposent une UE de référence comprenant :
 Deux antennes en réception.
 Une antenne en émission.

Pour le LTE il y’aura deux antennes d’émission à la station de base et deux antennes en
réception au niveau de l’UE.
L’utilisateur peut ainsi accéder à ses services favoris chez lui ou hors de son domicile avec une
fluidité homogène. En complément, le débit est jugé comme un facteur de comparaison entre
opérateurs et une course aux débits est en marche dans certains pays.
Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

Enfin, des débits toujours plus élevés ouvrent la porte à l’introduction de nouveaux services,
sources de revenus et/ou de différenciation pour les opérateurs.

II.5.2.(3) La latence
La latence d’un système est la mesure du délai introduit par ce système. On distingue deux
types de latence :

 La latence du plan de contrôle (control plane)


 La latence du plan usager (user plane)

La « latence du plan de contrôle » représente le temps nécessaire pour établir une connexion
avec le réseau et accéder à un service. L’objectif fixé pour le LTE est d’améliorer la latence du
plan de contrôle par rapport à l’UMTS, via un temps de transition inférieur à 100ms entre un
état de veille de l’UE (User Equipment) et un état actif autorisant l’établissement du plan usager.

La « latence du plan usager » représente le délai de transmission d’un paquet au sein du réseau
une fois la connexion établie. Le LTE vise une latence du plan usager inférieure à 5ms dans des
conditions de faible charge du réseau et pour des paquets IP de petites tailles.

Le tableau ci-dessous présente les deux types de latence existante dans le réseau LTE, ainsi que
leurs différences dans les domaines de duplexage (FDD et TDD).

Latence du plan de contrôle pour la


Latence du plan usager (ms)
Transition de l’état de veille actif (ms)

FDD TDD FDD TDD


<5 <= 6.2 EN DL 80 85
<= 9.5 EN UL
Tableau I.1 : la latence en fonction du type de duplexage

II.5.2.(4) Modulation adaptative et codage


Principalement par la mise en œuvre de la modulation 16 QAM, elle a permis de doubler la
capacité de transfert par rapport à la modulation QPSK utilisée dans l’UMTS qui était basée sur
deux porteuses de même fréquence déphasées de 90 degrés, soit 22 = 4 états d’information.
Pour sa part, la 16 QAM combinent deux niveaux d’amplitude avec deux porteuses en
quadrature, soit 24 = 16 états d’information. Chaqu’une de ces modulations est utilisée pour un
lien précis tel que

• Modulations Downlink : QPSK, 16QAM et 64QAM


Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

• Modulations Uplink : QPSK et 16QAM

II.5.2.(5) Structure de la trame


Une trame LTE dure 10 ms. Elle est découpée en 10 sous trames d'une durée de 1 ms. Chaque
Sous trame est divisée en deux slots de 0,5ms. Un slot dure donc 0,5 ms, durée pendant laquelle
sont transmis 7 symboles par bande OFDM. Or, nous avons vu qu'il y avait 12 bandes. Par
conséquent, 7 symboles *12 bandes = 84 symboles sont transmis en 0,5 ms.
Un symbole peut transmette 1 ou 6 bits selon la modulation choisie (QPSK 128 QAM). Par
exemple, 1 symbole représente un carton, et dans un carton nous pouvons avoir une boite ou 6
boites. Si nous souhaitons transporter le plus de boite, nous avons intérêt à mettre 6 boites par
carton, ce qui fragilise encore plus le transport, nous favoriserons donc le 128 QAM (6 bits
transmettre) si le mobile et la station de base sont proches (transport peu éloigné entre le point
A et le point B). Les transmissions downlink et Uplink sont organisées en deux types de
structures qui sont : Structure de type 1 : duplex de fréquence division FDD ; Structure de type
2 : duplex par séparation temporelle TDD.

Figure I.9 : structure de la trame LTE

(a) Structure de type 1 : FDD


FDD (Frequency Division Duplexing) désigne une méthode de duplexage dans le domaine des
télécommunications sans fil. L’émission et la réception des données se font à des fréquences
différentes ; autrement dit, la fréquence de la porteuse du signal est différente suivant que le
sens de la liaison est montant ou descendant.
Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

Cette technique permet d’émettre et de recevoir simultanément, c’est son principal avantage
face l’autre technique majeure de duplexage, le Time Division Duplexing (TDD).

Figure I.10 : trame LTE FDD

Nous pouvons représenter un signal LTE dans une carte à deux dimensionnelles comme Indiqué
dans la figure ci-dessus L'axe horizontal est le domaine de temps et l'axe vertical est le domaine
de fréquence. L'unité minimale sur l'axe vertical est un transporteur sous et l'unité minimale sur
l'axe horizontal est le symbole. Tant Pour le domaine de temps que le domaine de fréquence, il
y a hiérarchies multiples des unités, signifiant une combinaison multiple d'une unité plus petite
devient de plus grandes unités.

(b) Structure de type 2 : TDD


Le Duplex par séparation temporelle TDD (Time-Division Duplex) est une technique
permettant à un canal de télécommunication utilisant une même ressource de transmission (un
canal radio par exemple) de séparer dans le temps l'émission et la réception.

Cette technique présente un avantage certain dans le cas où les débits d'émission et de réception
est variable et asymétriques. Lorsque le débit d'émission augmente ou diminue, d’avantage ou
moins de bande passante peut être allouée. Un autre avantage de cette technique concerne les
terminaux mobiles se déplaçant à très faible vitesse ou en position fixe. Dans ce cas, la
technique de "beam forming" est très efficace avec un système TDD.
Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

Figure I.11 : trame LTE TDD

Bandes Fréquence UL/DL


Bandes Fréquences UL/DL (MHz)

1 1920-1980/2110-2170 33 1990-1920
2 1710-1910/1930-1990 34 2010-2025
3 1710-1785/1805-1880 35 1850-1910
4 1710-1755/2110-2155 36 1930-1990
5 824-849/869-894 37 1910-1930
6 830-840/875-885 38 2570-2620
7 2500-2570/2620-2690 39 1880-1920
8 880-915 / 925-960 40 2300-2400
9 1750-1785 / 1845-1880
Tableau I.3 : les bandes en FDD
10 1710-1770 / 2110-2170
11 1428-1453 / 1476-1501
12 698-716 / 728-746
13 777-787 / 746-756
14 788-798 / 758-768
15 704-716 /734-746

Tableau I.2 : Les bandes en TDD

II.5.3) Principes de l’interface Air LTE


LTE introduit un certain nombre de mécanismes et de technologies clés permettant l’utilisation
efficace du spectre et fournissant des débits beaucoup plus élevés.
Pour y parvenir, le LTE utilise la technologie OFDM en tant que porteuse de signal et les
régimes associés : OFDMA, SC-FDMA et MIMO.
Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

II.5.3.(1) Les techniques d’accès multiples.

Figure I.12 : principe de l’OFDMA

(a) OFDMA

L’OFDMA est une technologie de codage radio de type « Accès multiple par répartition en
fréquence » qui est utilisée notamment dans les réseaux de téléphonie mobile de 4eme
génération LTE. Elle est également utilisée par d’autres systèmes de radiocommunication, tels
les versions évoluées des normes de réseaux locaux sans fil WIFI (IEEE 802.11 versions n,
IEEE 802.22 et WiBro) ainsi que par certaines normes de télévision numérique. Comme pour
d’autres techniques de codage permettant l’accès multiples (TDMA, FDMA, CDMA),
l’objectif est de partager une ressource radio commune (bande de fréquence) et den attribuer
dynamiquement des parties plusieurs utilisateurs.

 Origine et avantages
L’OFDMA et sa variante SC-FDMA sont dérivés du codage OFDM (utilisé par exemple sur
les liens ADSL et dans les réseaux Wifi), mais contrairement l’OFDM, l’OFDMA est optimisé
pour l’accès multiple, ainsi qu’il est compatible avec la technique des antennes MIMO.
L’OFDMA a attiré l’attention comme une alternative séduisante au codage CDMA qui est
utilisé dans les réseaux 3G UMTS, particulièrement dans le sens de transmission downlink des
réseaux mobiles, car il permet pour une même largeur spectrale, un débit binaire plus élevé
grâce à sa grande efficacité spectrale (nombre de bits transmis par Hertz) et sa capacité conserve
un débit élevé même dans des environnements défavorables avec échos et trajets multiples des
ondes radio. Ce codage (tout comme le CDMA utilisé dans les réseaux mobiles 3G) permet un
facteur de réutilisation des fréquences égal « 1 », c’est-à-dire que des cellules radio adjacentes
peuvent réutiliser les mêmes fréquences hertziennes.
Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

 Principes
Le codage OFDMA consiste en un codage et une modulation numérique d’un ou plusieurs
signaux binaires pour les transformer en échantillons numériques destinés à être émis sur une
(ou plusieurs) antennes radio ; réciproquement le signal radio reçoit le traitement inverse en
réception. Le principe de l’OFDMA est de répartir sur un grand nombre de sous-porteuses le
signal numérique que l’on veut transmettre. Ce qui permet, pour un même débit global, d’avoir
sur chaque canal un débit plus faible et donc un temps d’émission de chaque symbole plus long
(66.7 s pour le LTE). Cela va permettre de limiter les problèmes d’interférences inter-symboles
et de fading liés aux « chemins multiples de propagation » qui existent dans les liaisons radio
de moyennes et longues portées (quand le débit binaire sur une porteuse est élevé, l’écho d’un
symbole arrivant en retard cause d’une propagation multi trajets perturbe le ou les symboles
suivants) :

Figure I.13 : répartition des bandes de fréquences avec OFDMA

Un filtrage séparé de chaque sous-porteuse n’est pas nécessaire pour le décodage dans le
terminal récepteur, une « Transformée de Fourier » FFT est suffisante pour séparer les sous
porteuses l’une de l’autre. Dans le cas du LTE, il y a jusqu’à 1200 porteuses indépendantes.
Orthogonalité (le « O » de OFDMA) : en utilisant des signaux orthogonaux les uns aux autres
pour les sous-porteuses contiguës, il évite les interférences mutuelles. Ce résultat est obtenu en
ayant un écart de fréquence entre les sous-porteuses qui est égal à la fréquence des symboles
sur chaque sous-porteuse. Cela signifie que lorsque les signaux sont démodulés, ils ont un
nombre entier de cycles dont la durée du symbole et leur contribution aux interférences est
égale zéro ; en d’autres termes, le produit scalaire entre chacune des sous-porteuses est nul
pendant la durée de transmission d’un symbole (66.7 s en LTE, soit une fréquence de 15 KHz,
ce qui correspond l’écart de fréquence entre 2 sous-porteuses). Un CP (préfixe cyclique) est
utilisé dans les transmissions OFDMA, afin de conserver l’orthogonalité et les propriétés
Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

sinusoïdales du signal pour les canaux trajets multiples. Ce préfixe cyclique est ajouté au début
des symboles émis. En LTE, deux longueurs différentes de préfixe cyclique sont prévues pour
s’adapter des temps différents de propagation du canal de transmission qui dépendent de la
taille de la cellule radio et de l’environnement : un préfixe cyclique normal de 4,7μs, et un
préfixe cyclique étendu de 16,6 μs utilisé dans les très grandes cellules radio (ce préfixe
représente de 7 à 25 % de la durée d’un symbole). Ce codage est associé dans les réseaux LTE
à des modulations de type QPSK ou QAM utilisées sur chacun des canaux, pour s’adapter aux
conditions radio locales et la distance séparant l’antenne de chaque terminal.

(b) SC-FDMA
Le single-carrier FDMA est une technologie de codage radio de type accès multiple par
répartition en fréquence utilisée notamment dans les réseaux de téléphonie mobile de 4 -ème
génération LTE. Comme pour d’autre technique schéma d’accès multiples (TDMA, FDMA,
CDMA, OFDMA), le but est l’attribution et le partage d’une ressource radio commune (bande
de fréquence) entre plusieurs utilisateurs. Le SC-FDMA peut être considéré comme une
variante linaire des codages OFDM et OFDMA, dans le sens où il consiste non seulement à
répartir sur un grand nombre de sous-porteuses du signal numérique, mais il utilise également
en complément, une « DFT » (Transformation de Fourier discrète du signal) supplémentaire
pour pré-coder l’OFDMA conventionnel. Le SC-FDMA a attiré l’attention comme une
alternative séduisante l’OFDMA, particulièrement dans les communications terre-satellite et
dans le sens de transmission montant des réseaux 4G LTE ou son PAPR (peak-to-average power
ratio) plus faible que celui de l’OFDMA bénéficie au terminal mobile en termes d’efficacité
énergétique, en diminuant la puissance crête d’émission et donc le poids et le coût du terminal
(smartphone ou tablette tactile). Il a été adopté pour les liaisons Uplink de certaines normes
3GPP, plus particulièrement pour la partie radio (eUTRAN) des réseaux mobiles « LTE », car
ce codage permet de diminuer la consommation électrique du terminal et donc d’augmenter
l’autonomie de sa batterie. Pour les liaisons radio downlink des réseaux LTE, pour lesquelles il
y a moins de contraintes énergétiques, c’est l’OFDMA qui est utilisé car il permet pour une
même largeur spectrale, un débit binaire plus élevé. Codage radio OFDMA et SC-FDMA :
conversion numérique/analogique.

II.5.3.(2) Comparaison entre l’OFDMA et le SC-FDMA


La figure suivante permet de relever les points communs entre l’OFDMA et le SCFDMA :
 Une transmission de données en blocs.
Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

 Un multiplexage des données en fréquence dans le cas où ils sont répartis sur plusieurs
sous-porteuses orthogonales.
 Une égalisation de canal réalisée dans le domaine fréquentiel.
 Une complexité globalement équivalente.

Figure I.14 : implémentation de l’OFDMA et du SC-FDMA


Cependant, ces techniques n’ont pas que des points communs. La différence majeure
entre elles, réside dans le fait que l’OFDMA est une technique de transmission multi-porteuse
tandis que la SC-FDMA est une technique mono-porteuse.

Figure 15 : comparaison entre l’OFDMA et le SC-FDMA

II.5.3.(3) Techniques multi-antennes : MIMO


La technique MIMO renvoie à l’utilisation de plusieurs antennes à l’émission et à la réception.
Le but de la technique MIMO était d’améliorer le débit, d’augmenter l’efficacité spectrale, de
diminuer la probabilité de coupure du lien radio, etc. Au regard de la limite de capacité de
Shannon pour les liens radio, des progrès significatifs en efficacité spectrale sont effectués à
travers l’augmentation du nombre d’antennes à la fois du coté émetteur et du coté récepteur. La
figure suivante illustre bien les différentes variantes de cette technologie.
Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

Figure I.16 : les variantes du MIMO

III) Conclusion
Les réseaux de téléphonie se sont beaucoup plus développés, qu’ils soient filaires ou hertziens.
Ces dernières années, un besoin s’est créé, celui d’être connecté en permanence à un réseau
mobile. Pour cela on a vu l’apparition de nouveaux réseaux sans fil pour la communication à
distance.
Les systèmes PMR étaient majoritairement analogique jusqu’à l’intérêt suscité par des normes
comme TETRA ou DMR au cours de ces dernières années. Cependant ces normes montreront
vite des limites en ce sens ou elles sont des technologies à bas débit mobile A cet effet le besoin
d’une sécurité accrue, d’une capacité supplémentaire et d’un potentiel de données améliorées
(très haut débit) conduit à l’adoption d’une nouvelle génération de réseaux professionnel (PMR
à haut débit).
Chapitre I : les systèmes de radiocommunication

Réseaux PMR et
solution eLTE

I) Définition d’un réseau PMR

I.1) Réseau sécurisé


Les réseaux PMR (ou LMR dans la dénomination anglo-saxonne) sont des réseaux de
radiocommunication sécurisés, essentiellement axés sur des services de phonie et de
mini messagerie, qui ont la particularité d’être conçus et exploités par leurs propres utilisateurs.
Ils s’adressent à des entités qui ont des besoins forts en matière de confidentialité et
de permanence de service, en particulier aux forces de Sécurité Publique. Le réseau
PMR est celui qui doit continuer à fonctionner quand tout va mal !
En cas de crise majeure affectant les moyens de communication classiques radio et filaires, le
réseau PMR est celui qui doit rester opérationnel pour organiser les secours et assurer un service
minimal de communication. Priorité est donnée à la robustesse du système et c’est la raison
pour laquelle les réseaux PMR sont basés sur des techniques éprouvées réputées fiables.
Toutes les transactions sont sécurisées par des moyens d’authentification et de chiffrement afin
d’assurer la confidentialité et l’intégrité du réseau.

I.1.1) Réseau privé


Le réseau PMR appartient à son utilisateur qui en finance le déploiement et qui en assure
l’exploitation. Le réseau est adapté à ses besoins en termes de capacité de trafic, de couverture
et de services. Il fonctionne dans des bandes de fréquences qui lui sont propres, attribuées sous
licence renouvelable.

Un réseau PMR représentant un investissement lourd, il arrive qu’un même réseau soit partagé
par plusieurs utilisateurs, qu’on appelle des « organisations », qui en sont en quelque sorte
copropriétaires. Ainsi en France, une structure de réseau unique est partagée par la police et par
les pompiers. Même si elles partagent le même réseau, les organisations fonctionnent de
manière indépendante les unes des autres avec leur flotte d’usagers, leurs communications
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

propres et un quota de ressources réseau assuré.

I.1.2) Autres réseaux


Toute règle ayant bien sûr son exception, il existe aussi des réseaux PMR à couverture nationale
qui appartiennent à des opérateurs qui vendent des services à des organisations trop petites pour
avoir leur propre réseau. Ces réseaux portent le nom de PAMR. La majorité se trouve en
Amérique du nord. En France, il n’y a eu que deux réseaux de ce type : Radiocom 2000 (fermé
en 2000) et Dolphin lancé et fermé au début des années 2000.
Après la fermeture de Dolphin, des petits réseaux privés se sont développés dans des bandes
de fréquence avec ou sans licence. Déployés à l’échelle d’une ville ou d’un département, ils
sont administrés par des exploitants gérants de fréquences puis sous-loués aux utilisateurs
finaux. Ces petits réseaux de PAMR portent le nom de RPX et utilisent les anciennes fréquences
du réseau Dolphin.
Après cette digression sur les RPX et autres réseaux PAMR, concentrons-nous sur les
réseaux PMR.

I.2) POSITIONNEMENT DANS LE MONDE DE LA RADIO


Pour situer la PMR par rapport aux autres technologies radio, essayons de la positionner dans
un repère à deux dimensions :
 En abscisses, la dimension des réseaux :
- PAN : réseau à l’échelle de la personne ou de la maison,
- LAN : réseau à l’échelle de l’entreprise,
- MAN : réseau à l’échelle de la ville,
- WAN : réseau à l’échelle nationale ou plus.
 En ordonnées le débit, réparti en trois catégories :
- Réseaux à bande étroite (Narrowband) : débit de quelques Kbits/s,
- Réseau à large bande (Wideband) : débit de quelques centaines de Kbits/s,
- Réseau Broadband : débit de quelques Mbits/s et plus.
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

Figure II.1 : Classification des technologies radio

La figure ci-dessus prend en compte deux types de réseaux : les réseaux PMR bande étroite, la
majorité des réseaux actuellement en service, et les réseaux PMR large bande apparus plus
récemment. Leur étendue est adaptée au champ d’application, du LAN pour un site industriel
par exemple, au WAN pour un pays.

I.3) LE MARCHÉ DE LA PMR


Près de la moitié des utilisateurs sont les forces de Sécurité Publique (police, gendarmerie,
pompiers…). Le reste se répartit entre les transports, l’industrie, les services (eau, gaz,
électricité…) pour des parts allant de 10 à 20%. Une part à peu près égale rassemble des
utilisateurs divers : centres commerciaux, prisons, garde rapprochée…
La Défense est un utilisateur relativement nouveau de la PMR. Depuis quelques années, les
militaires se tournent volontiers vers des systèmes civils (COTS) pour toute application statique
ou semi statique, réservant les systèmes tactiques durcis au théâtre d’opération. De ce fait, les
réseaux PMR s’imposent de plus en plus souvent sur les bases d’entraînement et dans les
opérations de maintien de la paix.
La motivation des utilisateurs est la sécurité. Comme nous l’avons dit plus haut, le réseau
PMR est celui sur lequel on peut compter quand rien ne va plus. Ceci passe par deux contraintes
:
 La permanence de service. En cas de défaillance partielle ou totale du réseau,
il est indispensable qu’un service minimal soit assuré.
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

 La confidentialité. Il est impératif que les communications ne puissent être


écoutées par des tiers non autorisés. De même, un usager non autorisé ne doit pas
pouvoir s’introduire sur le réseau.

I.4) LES UTILISATEURS


Les réseaux PMR offrent des services de phonie, de données et de configuration à leurs
utilisateurs qui se répartissent entre deux grands groupes :

I.4.1) Les usagers


Les usagers nomades sont équipés de terminaux radio portatifs ou mobiles. Les usagers à poste
fixe sont équipés de terminaux radio fixes avec alimentation secteur et combiné. Chaque
terminal du réseau peut être associé à un terminal de données.
Certains usagers peuvent appartenir à un autre réseau radio ou filaire qui interopère avec le
réseau PMR : usager d’un autre réseau PMR, poste téléphonique, terminal d’un réseau
informatique.

I.4.2) Les opérateurs


Il y a plusieurs fonctions d’opérateurs, même si dans certains réseaux une même personne
remplit plusieurs d’entre elles :
- L’opérateur technique : il est chargé du maintien du réseau en conditions
opérationnelles.
- L’opérateur tactique : il est chargé de la configuration des usagers et des missions,
c'est-à-dire de l’organisation des communications sur le terrain et de la supervision
opérationnelle du réseau. Il y en a un par organisation utilisatrice du réseau.
- Le dispatcher : il peut y en avoir plusieurs et son rôle est de coordonner les usagers
sur le terrain. C’est par exemple celui qui depuis son poste de commandement dirige et
coordonne une mission terrain. Il dispose de toutes les fonctions des postes d’usagers,
plus certains services qui lui sont propres. Il dispose également d’un certain nombre des
fonctions de l’opérateur tactique. Nous reparlerons de lui plus en détail.

I.5) LES SERVICES DE PHONIE


La communication de phonie est la fonction la plus utilisée sur le terrain. Un impératif est que
la phonie soit de bonne qualité. Un ordre mal reçu et mal interprété peut avoir dans ce domaine
des conséquences particulièrement fâcheuses. Dans un réseau PMR, les usagers communiquent
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

au sein de groupes de communication, la communication privée entre deux individus étant


exceptionnelle.

I.5.1) Les communications de groupe


La communication de groupe, couramment nommée talk group, est une fonctionnalité
fondamentale et indispensable des réseaux PMR. Elle concerne un ensemble d’individus
engagés sur une même mission tactique, ou rattachés à un même service (par exemple le
commissariat d’un arrondissement de Paris). Ces communications s’établissent quasi
instantanément par une manœuvre simple, sur le modèle du canal ouvert.
Rappelons que le canal ouvert est une forme très simple de communication qui définit un
canal radio sur lequel tout le monde peut parler et s’entendre. Les réseaux PMR améliorent le
mode du canal ouvert en faisant une sélection des participants en fonction de groupes. En fait,
le modèle de la communication de groupe met en en œuvre :
 Une population, définie par son appartenance à un ou plusieurs groupes,
 Une zone géographique, définie par un ensemble de cellules,
 Éventuellement des paramètres supplémentaires (priorité…).

Les communications de groupe sont définies par les opérateurs tactiques et/ou les dispatchers
en fonction des besoins opérationnels.
Toutes les communications PMR s’effectuent à l’alternat (half duplex) : un seul parle
tandis que les autres participants ne peuvent qu’écouter. L’alternat est une contrainte tant
opérationnelle que technique. Une communication de groupe pouvant impliquer un nombre
important de participants, sa bonne compréhension implique que plusieurs personnes ne
puissent pas parler en même temps.
Un autre impératif est l’activation immédiate des communications. Pour parler, l’usager n’a
qu’une seule manœuvre à faire : appuyer sur la commande de prise d’alternat de son terminal
(nommée push to-talk – PTT) ; les autres passent automatiquement en réception.

I.5.2) Les communications individuelles (ou privées)


Elles sont proposées par les réseaux PMR sans être vraiment indispensables. Ce sont des
communications point à point de type téléphonique avec sélection du demandé par
numérotation et décroché/raccroché. Elles peuvent faire intervenir un interlocuteur externe au
réseau PMR, par exemple un usager téléphonique.
Le plan de numérotation est propre au réseau et représentatif de l’organisation tactique.
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

Là encore, par tradition, ces communications se déroulent à l’alternat, bien que certains réseaux
proposent aussi des communications individuelles en full duplex. Le full duplex est surtout
apprécié lorsque la communication implique un usager téléphonique qui par nature ne dispose
pas de commande d’alternat.
Contrairement à la communication de groupe dont les participants sont prédéfinis, les
participants de la communication individuelle sont définis à base communication par l’appelant
(comme en téléphonie).
Certains standards permettent à un usager d’appeler un groupe et, de cette manière, de se
joindre dynamiquement à une communication de groupe à laquelle il n’appartient pas.

I.5.3) Les communications de détresse (ou d’urgence)


Exigées par les utilisateurs PMR, il s’agit de communications de groupe ou individuelles de
très haute priorité et préemptives, déclenchées en cas d’urgence par une manœuvre simple. Elles
doivent être acheminées quel que soit l’état du réseau.

I.5.4) Le mode direct (ou mode talkie-walkie)


Le mode direct est une spécificité et une exigence très forte de la PMR, vital au même titre que
l’appel de détresse, qu’il doit d’ailleurs supporter. Il désigne un mode sans infrastructure où les
terminaux communiquent seulement grâce à leurs capacités intrinsèques et dans leur limite de
portée.

I.5.5) Les services


Les communications de phonie sont assorties de multiples services que nous détaillerons plus
loin. L’identification du locuteur est un besoin fort, en particulier sur les communications de
groupe.
Nous citerons aussi un besoin récurrent de la Sécurité Publique qui est l’enregistrement des
communications, pour réécoute immédiate et pour archivage (témoignage).

I.6) SERVICES DE DONNÉES DES RÉSEAUX BANDE


ÉTROITE
Ils sont assez modestes, bridés par les faibles débits des réseaux PMR.
Les services voix et données utilisent le même terminal et sont également disponibles sur la
même couverture radio.
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

Le plus ancien concerne l’envoi de Status, soit un octet d’information avec une signification
convenue (exemple 1 = j’arrive sur les lieux, 2 = demande de renfort, etc.). La mini messagerie
de type SMS est également utilisée. Status et SMS sont émis et reçus directement sur le
terminal, comme en GSM.
D’autres services nécessitent le raccordement d’un équipement informatique (ordinateur
portable, tablette…) au terminal qui fait en gros office de modem. Il s’agit de services de
transfert de données (par exemple transfert d’une photo d’identité comprimée) et de
consultation de bases de données (par exemple consultation du fichier des cartes grises).
A cause du faible débit de la liaison radio, les transactions ne portent que sur de faibles
quantités d’information.

I.7) SERVICES DE DONNÉES DES RÉSEAUX LARGE


BANDE ET BROADBAND é
Le besoin s’est fait ressentir de débits plus élevés pour transférer davantage de données. Les
différents acteurs de la PMR se penchent actuellement sur cette nouvelle demande et travaillent
à définition de réseaux PMR large bande (wideband) et broadband. Le tableau ci-dessous dresse
un panorama de cette demande.

Figure II.2 : Planche Cassidian


Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

I.7.1) Les réseaux large bande


L’arrivée de réseaux large bande a permis l’ouverture de nouveaux services comme la vidéo,
l’e-mail avec pièce jointe, l’accès à un intranet et à Internet, l’envoi de gros fichiers…
Des réseaux s’appuient sur les technologies des réseaux à bande étroite dont ils sont une
évolution, en particulier en jouant sur la largeur canal et sur la modulation, et ils gardent la
structure de réseau LAN/WAN des réseaux bande étroite.
Des études sont également en cours sur des réseaux PMR s’appuyant sur des technologies
dérivées de WiMAX ou LTE. Ces technologies présentent de réels atouts pour la PMR,
notamment en matière de sécurité. Toutefois des adaptations sont nécessaires, au détriment du
débit, pour s’adapter aux fréquences PMR et augmenter la taille des cellules. Ceci les ramène à
des débits de l’ordre de 500 à 800 Mbits/s.

I.7.2) Les réseaux broadband


Au-delà de des services offerts par les réseaux large bande, les utilisateurs de la PMR sont
demandeurs d’applications haut débit multimédia, en particulier pour des applications de
télémédecine, de vidéo haute définition et de télésurveillance.
La conception d’un réseau broadband ne peut plus être de type LAN/WAN et s’orienterait sur
la technique du hotspot couvert par un réseau ad-hoc. Des études sont actuellement en cours
sur ce sujet.
Dans cette configuration, le réseau est constitué d’un nuage de nœuds mobiles qui jouent à la
fois le rôle de terminal et de routeur. Pour que ça marche, chaque nœud doit rester à portée d’au
moins un autre afin qu’il n’y ait pas de discontinuité dans le réseau.
Un tel réseau n’est pas installé de manière permanente, mais apporté sur le terrain en fonction
des besoins, par exemple sur le lieu d’un incendie.
Tout ceci implique un certain nombre de contraintes :

- Déploiement quasi-instantané,
- Mise à jour du routage avec une périodicité élevée, plus ou moins rapide selon le degré
de mobilité des nœuds, ce qui impose des processeurs très rapides,
- Monitoring du réseau afin de prévenir l’isolation d’un nœud ou d’une partie du réseau.

I.8) MOBILITÉ
Comme dans tout réseau radio, les utilisateurs exigent de disposer de l’ensemble des services
du réseau quel que soit leur localisation (roaming) et de conserver leur communication lors de
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

leurs déplacements. Ce dernier point est assuré par des fonctions de resélections de voie balise
(ou resélections de cellule), le handover étant un luxe que n’offrent que quelques standards.

I.9) INTEROPÉRABILITÉ
Le réseau PMR n’est pas un monde à part et un usager PMR doit pouvoir communiquer avec
des usagers d’autres réseaux : autre réseau PMR, réseau téléphonique, réseau de transmission
de données. Cet interfonctionnement est assuré par le biais de passerelles (gateways).

I.10) CARACTERISTIQUE D’UN RÉSEAU PMR


Pour résumer, nous mettons ici en évidence les caractéristiques d’un réseau PMR :

 Haut niveau de sécurité : confidentialité, permanence de service.


 Bonne qualité de la phonie : les communications doivent être parfaitement audibles.
 Bandes de fréquences réservées (et sous licence) :
- Pour éviter tout risque d’interférence et de collision avec d’autres réseaux,
- L’attribution d’une largeur de spectre radio aux réseaux est faite selon leurs besoins
de trafic afin d’éviter les risques d’encombrement réseau.
 Optimisation des coûts : l’utilisateur va chercher à réduire le nombre de relais radio qui
sont des éléments chers de son réseau dont il est le seul utilisateur.
- Cellules étendues pour une bonne couverture de zones rurales avec peu de relais,
- Bonne efficacité spectrale pour optimiser l’utilisation des fréquences dont la
licence est chère.
 Interface air éprouvée sur des technologies qui ont fait leurs preuves :
- Résistance aux brouillages,
- Bonne pénétration dans les bâtiments (couverture indoor) ; ce point va aussi dans
le sens de la réduction des coûts en évitant des équipements spécifiques pour les
parties couvertes.
 Services voix et données intégrés sur le même équipement (terminal et infrastructure).
 Modularité – Extensibilité : l’accroissement des besoins d’un utilisateur ne doit pas
remettre en cause l’investissement.
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

II) CLASSIFICATION DES SYSTEMES PMR


La couverture d’un réseau de radiocommunication professionnelle PMR est réalisée en
fonction des besoins de l’entreprise. Les réseaux professionnels utilisent souvent plusieurs sites
afin de couvrir une région ou un pays, comme ils peuvent utiliser un site unique notamment
dans les zones résiduelles.

La surface couverte et la taille du réseau d’un système PMR varie en fonction de l’usage auquel
il est destiné. On peut définir trois classes de PMR : réseaux sans sites fixe, réseaux monositie
et réseaux multisites [7].

II.1.1) Réseau mono-site


Dans ce type de réseaux la zone de couverture peut atteindre plusieurs dizaines de kilomètres
à l’aide d’un relais Ce type de configuration convient aux entreprises à zone d’intervention
limitée : Aéroport, Sites industriels, Plate-forme pétrolière et Centrales électriques. La figure
suivante montre un exemple de réseau PMR mono-site.

Figure II.3 : Réseau mono-site

II.1.2) Structures de réseau transportable


D’autres réseaux PMR, dits à infrastructure transportable, sont utilisés pour des besoins
ponctuels ou en complément d’un réseau existant, ou encore en l’absence de réseau
d’infrastructure. Ils intègrent toutes les fonctions d’un réseau fixe.
Ils sont utilisés notamment dans le cadre d’opérations de maintien de la paix, d’opérations
tactiques militaires ou pour palier la destruction des infrastructures fixes lors de catastrophes
(inondation, tremblement de terre) et ouvrir un service de communication pour l’organisation
des secours.
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

Figure II.4 : Réseau sans site fixe

II.1.3) Réseaux multisites


Il se peut que les utilisateurs interviennent sur des zones plus étendues (autoroutes,
département, pipe-line…). L’utilisation de plusieurs sites est nécessaire. Les sites sont reliés
entre eux soit par faisceaux hertziens (FH), soit par fibre optique afin de permettre les
communications entre zones différentes (figure II.5).

Figure II.5 : Réseau multisite

III) LES TERMINAUX

III.1.1) Types de terminaux


Les réseaux PMR supportent différents types de terminaux que l’usager choisira en fonction
de ses besoins :
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

 Le terminal radio portatif est bien sûr le plus répandu. Il peut être utilisé avec un
équipement micro-poire qui supporte les fonctions de phonie et la commande d’alternat,
permettant ainsi à l’usager de porter le terminal radio à la ceinture ou dans un holster. Il
peut être associé à un équipement informatique (tablette, ordinateur portable…).
 Le mobile radio, embarqué à bord d’un véhicule, dispose des mêmes fonctions que le
portatif, avec une puissance accrue. Il peut également être associé à un équipement
informatique.
 Le poste radio fixe, utilisé dans les bureaux se compose d’un terminal radio sur socle
avec alimentation secteur et un combiné. Il peut également être associé à un équipement
informatique.
 L’équipement discret, caché sous les vêtements et muni d’une oreillette, est destiné plus
particulièrement aux opérations de surveillance et de garde rapprochée.
 Le poste du dispatcher combine les organes de phonie et d’informatique. Nous verrons
plus en détail plus loin les différentes conceptions du poste de dispatching.

Figure II.6 : terminaux

• Conception du terminal

Figure II.7 : terminaux description


Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

Le terminal intègre tout ce qui est nécessaire à la gestion des communications :


 Un rotacteur permet de sélectionner aisément une communication préprogrammée.
Celles-ci sont en général des communications de groupe, rarement des communications
individuelles.
 Un « bouton rouge » déclenche l’appel de détresse.
 La commande l’alternat (PTT) permet de prendre la parole.
Des versions « iSafe » du portatif à batterie blindée sont conçues pour fonctionner en milieu
explosif.
Le terminal radio doit disposer d’une autonomie suffisante pour une mission (8 heures).

III.2) LES ANTENNES

III.2.1) Types d’antennes


On trouve des antennes PMR de différents types adaptés à l’usage demandé : cierge ou dipôle
omnidirectionnel, panneau directionnel, logper directionnel (offrant en particulier une faible
prise au vent).
Le choix se fait en fonction de la zone à couvrir.

Figure II.8 : type d’antennes

III.2.1.(1) Le couplage d’antenne


Le couplage d’antenne consiste à multiplexer/démultiplexer plusieurs canaux radio associés
chacun à un TRX (émetteur/récepteur) sur une antenne unique. Il existe deux grandes
techniques de couplage :
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

(a) Le couplage hybride :

Figure II.9 : Couplage hybride 8 TRX

C’est la méthode la plus simple qui consiste à coupler les TRX deux à deux sur une charge de
dissipation. Toutefois, le couplage introduit une perte de 3 dB par étage, parfois davantage, qui
devient rédhibitoire pour des relais de grande capacité. En pratique le couplage hybride n’est
utilisé que pour des relais de 4 canaux maximum.
Sur l’exemple ci-contre, le couplage hybride de 8 canaux introduit 9 dB de pertes. Donc, pour
émettre 25 W au niveau de l’antenne, chaque TRX doit fournir 200 W !
Un avantage du couplage hybride est qu’il n’impose pas de contraintes sur les fréquences des
canaux radio (voir couplage par cavités ci-dessous).
Il est couramment utilisé dans des réseaux TDMA où le nombre de canaux par relais est bien
inférieur à celui nécessité par les réseaux FDMA. Par exemple pour 16 voies de communication,
un réseau FDMA TETRAPOL utiliserait 16 canaux radio et un réseau TDMA/4 TETRA n’en
utiliserait que deux.

(b) Le couplage par cavités

Figure II.10 : Couplage par cavités


Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

Pour des relais de grande capacité et de grands réseaux, le couplage par cavités est préféré. Un
tel coupleur gère jusqu’à 8 canaux radio.
A chaque canal radio est associé à un résonateur accordé sur sa fréquence médiane.
L’ensemble n’introduit qu’un affaiblissement de 3 dB sur chacun des canaux.
Pour que le couplage par cavité soit efficace, il faut que les canaux soient espacés de 150 kHz,
voire davantage si possible. Pour cette raison, il ne peut être mis en œuvre que sur des réseaux
disposant d’une large bande de spectre. Un autre inconvénient est la précision avec laquelle
doivent être réglées les cavités, qui nécessite un temps important lors de l’installation.

III.2.1.(2) Couverture des zones confinées


Il s’agit de prolonger la couverture du réseau dans des zones qui ne peuvent être atteintes par
les relais. Il y a pour ceci diverses solutions, dont :
 L’installation de répéteurs passifs qui reçoivent et réémettent le signal après
amplification. Les répéteurs sont couramment utilisés pour améliorer une couverture
indoor, couvrir un tunnel, etc.
 Le câble rayonnant, malheureusement assez cher, utilisé notamment pour couvrir des
surfaces complexes, là où la propagation directe par répéteur n’est pas possible.
 Une distribution par fibre optique depuis un répéteur en différents points confinés
distants, comme les stations d’une ligne de métro.

IV) LES TECHNOLOGIES PMR

IV.1) LA PMR ANALOGIQUE


Les plus anciens, technologiquement parlant, sont les réseaux analogiques dits 2RP et 3RP.
Ils sont particulièrement vulnérables vis-à-vis des écoutes indiscrètes réalisées au moyen de
scanners bon marché du commerce. De plus, la phonie est souvent de qualité moyenne, se
dégradant régulièrement au fur et à mesure que l’usager s’éloigne du relais.
Les réseaux 2RP relèvent maintenant de l’histoire, mais il existe encore un marché pour les
réseaux 3RP, justifié par leur faible coût, lorsque la confidentialité n’est pas une contrainte trop
forte.

IV.1.1) 2RP : Réseaux Radio Professionnels


Les premiers réseaux analogiques de première génération, dits 2RP ou « relais commun »,
datent des années 1930-40. Il s’agit de réseaux très simples, avec un relais diffusant sur un ou
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

plusieurs canaux ouverts. En « canal ouvert », il n’y a pas de cloisonnement des


utilisateurs : sur un même canal, tout le monde s’entend. Les usagers choisissent manuellement
un canal selon leurs exigences opérationnelles.
Une première amélioration des 2RP a été l’introduction de signalisations dans la bande (par
exemple la signalisation 5 tons utilisant 5 fréquences vocales) pour sélectionner les
interlocuteurs d’une communication et ainsi limiter une communication à un groupe
d’utilisateurs ou faire des communications individuelles.
A l’époque des 2RP, il n’y avait pratiquement pas de standardisation, chaque constructeur
produisait ses propres spécifications.

IV.1.2) 3RP : Réseau Radioélectrique à Ressources


Partagées
L’évolution des réseaux s’est faite vers le partage de ressources afin d’optimiser
l’utilisation du spectre radio.
La première innovation a été la réservation d’un canal au transport de la signalisation, la « voie
balise » avec allocation dynamique des canaux radio en fonction du trafic, le « trunking ».
L’usager n’a plus à sélectionner un canal, le terminal se calant automatiquement sur la voie
balise ou sur la voie de trafic allouée.
La seconde innovation a été le modèle cellulaire qui permet d’optimiser l’utilisation du
spectre et d’accroître la capacité de trafic du réseau.
Ces réseaux utilisent des largeurs canal de 12,5 à 25 kHz.
Le réseau Radiocom 2000, développé dans les années 1980 et conçu initialement en tant que
réseau PMR opéré, est un exemple de réseau 3RP.
C’est avec les 3RP que sont apparus les premiers standards :

 APCO 16 (1977), standard américain de la TIA, particulièrement présent en Amérique


du Nord.
 MPT 1327 (1980), standard anglais sur lequel repose la majorité des réseaux
analogiques actuels en Europe.

Les réseaux 3RP bénéficient d’une grande diversité de services comparables aux réseaux
numériques de la génération suivante, y compris la transmission de données.
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

IV.1.3) La PMR 446


Ainsi nommée car opérant dans une bande de fréquence de quelques canaux centrés sur 446
MHz, la PMR 446 définit de petits réseaux exclusivement en mode direct, avec une puissance
réduite, donc de faible portée.

IV.2) LA PMR NUMÉRIQUE


Malgré tout, les réseaux analogiques 2RP et 3RP ont rapidement trouvé leurs limites : qualité
moyenne de la phonie, vulnérabilité vis-à-vis des écoutes indiscrètes, mauvaise efficacité
spectrale, transmission de données limitée. Pour pallier ces défaillances, des réseaux PMR basés
sur des technologies numériques ont vu le jour dès la fin des années 1980.
Un autre but était d’optimiser l’utilisation du spectre radio, notamment en réduisant la largeur
canal. La transmission numérique s’accompagne d’une meilleure atténuation sur les canaux
adjacents, permettant une meilleure réutilisation des fréquences dans le modèle cellulaire.

IV.2.1) TETRAPOL (1987)


TETRAPOL a été développé par MATRA Communication (à présent CASSIDIAN, une
division d’EADS), initialement pour la Gendarmerie Nationale. Il s’agit d’un standard de fait
puisque TETRAPOL n’est pas issu d’un organisme de standardisation.
Il s’appuie sur des techniques éprouvées dont certaines sont utilisées par le GSM. L’accès au
média FDMA sur des canaux 12,5 kHz lui confère une grande simplicité d’implémentation et
une large dimension de cellule, propre à une bonne couverture nationale.

IV.2.2) TETRA (1989)


TETRA est le standard européen de PMR développé par l’ETSI. Sensiblement plus sophistiqué
que TETRAPOL et en TDMA d’ordre 4 sur des canaux 25 kHz (6,25 kHz équivalent canal), il
offre une meilleure efficacité spectrale, mais des cellules de taille inférieure. TETRA est bien
adapté aux réseaux denses et a notamment rallié de nombreuses collectivités urbaines.

IV.2.3) APCO 25 phase 1 (1989)


Grand frère de l’APCO 16, il est également présent en Amérique du Nord. Sa conception est
assez proche de celle de TETRAPOL avec une canalisation 12,5 kHz FDMA.
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

IV.2.4) APCO 25 phase 2 (2010)


L’APCO a continué ses travaux sur un standard APCO 25 phase 2, en TDMA d’ordre 2
(équivalent canal 12,5 kHz) pour une meilleure efficacité spectrale.

IV.2.5) La DMR (2005)


La DMR est un nouveau standard développé par l’ETSI. Son premier objectif est d’optimiser
l’utilisation du spectre radio en TDMA. Le second objectif est de définir une technologie simple
pour des systèmes numériques à coût réduit et prendre le relais de la PMR 446.
Il adresse toute la gamme de réseaux, dans des bandes de fréquence avec ou sans licence.

IV.3) LA PMR LARGE BANDE

IV.3.1) TEDS (2004)


TEDS (TETRA Enhanced Data Service) est dérivé de TETRA et intègre les services TETRA
existants. La couverture est la même que celle du réseau TETRA. La canalisation est variable
de 25 à 150 kHz selon les performances demandées :
Largeur canal 25 kHz 50 kHz 100 kHz 150 kHz
Débit avec protection d’erreurs 48 Kbits/s 96 Kbits/s 192 Kbits/s 288 Kbits/s

Tableau II.1 : largeur canal et débits

Ces performances sont atteintes en utilisant des modulations plus performantes : 4 QAM, 16
QAM, 64 QAM.
Le réseau assure automatiquement un repli vers une modulation moins performante (contrôle
de liaison adaptatif), et donc un débit moindre, lorsque les conditions de transmission se
dégradent, et vice versa.
Bien que disponible depuis 2004, sa mise en œuvre est freinée, notamment en France, par la
non disponibilité de canalisations supérieures à 25 kHz dans les bandes PMR.

IV.3.2) Enhanced TETRAPOL


Une évolution de TETRAPOL portant à la fois sur le codage et la modulation, à l’instar de
TEDS, propose une solution voix et données avec un débit de l’ordre de 250 Kbits/s, compatible
avec les réseaux TETRAPOL existants.
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

IV.3.3) LTE 400 PMR


EADS Cassidian et Alcatel-Lucent proposent actuellement une solution conjointe de PMR
large bande basée sur des technologies standardisées. Le choix était entre WiMAX et LTE, pour
finalement se porter sur LTE, plus présent dans le monde via les réseaux grand public.
LTE fonctionne dans les bandes de fréquence 800 MHz, 1800 MHz, 2600 MHz, pour une
canalisation de 1,4 MHz (20 MHz dans la bande 2600 MHz) et pour des terminaux mobiles
jusqu’à 300 km/heure. Les performances atteignent un débit théorique de 300 Mbits/s dans le
sens montant et 75 Mbits/s dans le sens descendant. Ce débit suppose néanmoins une
canalisation 20 MHz.
LTE assure la sécurité des transactions au moyen de processus d’authentification mutuelle et
de chiffrement mettant en œuvre des techniques éprouvées comme IP Sec, EAP et AES. Le
chiffrement de bout en bout des données utilisateur est complété par le chiffrement de la
signalisation. LTE intègre également des mécanismes de QoS indispensables aux échanges
vidéo.
Pour la PMR, l’objectif vise un débit minimal de 400 Kbits/s pour de la vidéo standard et 700
Kbits/s pour de la vidéo de qualité. D’autre part, on constate que LTE contient de base des
mécanismes de sécurité solides, aptes à satisfaire les besoins PMR.
Le développement d’un réseau PMR sur LTE passe par plusieurs contraintes :

 Le développement des services propres à la PMR (alternat, communication de groupe,


mode direct, late entry etc.) qui ne sont pas incompatibles avec les spécifications de base
de LTE.
 Le développement de services propres à la PMR.
 La transposition de LTE dans des bandes de fréquence propres à la PMR, ce qui ne pose
pas de problème majeur.
 La disponibilité des fréquences requises, et c’est là surtout que le bât blesse car les
bandes de fréquences allouées à la PMR sont actuellement trop étroites et trop
morcelées.
Dans un premier temps, la solution va chercher à s’adapter aux contraintes de fréquences et à
s’appuyer sur un réseau TETRA/TETRAPOL existant qui assurera les services de phonie et le
mode direct, les services de données étant seuls pris en charge par le réseau LTE. De nouveaux
terminaux sont compatibles avec les standards TETRA/TETRAPOL et LTE.
Ceci passe par l’adaptation de LTE aux bandes PMR actuelles entre 370 et 470 MHz. La largeur
canal s’aligne sur celle de TEDS. Ces adaptations ont pour conséquence d’augmenter la taille
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

des cellules, ce qui va dans le sens des besoins de la PMR et permet de s’adapter à la topologie
du réseau PMR bande étroite associé. Ceci se faut par contre au détriment du débit qui va de
100 Kbits/s à 2 Mbits/s selon la distance, pour des cellules de 19 km.
Le grand avantage de LTE est de s’appuyer sur des composants standards, également utilisés
par les réseaux publics 4G. Ceci permet de réduire les coûts de CAPEX et d’OPEX des réseaux
PMR développés sur cette technologie. En outre, l’infrastructure radio (antennes, sites radio)
du réseau initial TETRA/TETRAPOL est réutilisable.
Des évolutions des performances sont attendues avec l’ouverture d’une bande de fréquences
dans les 700 MHz, sujet sur lequel travaillent en France l’ANFR et l’ARCEP.
D’autres acteurs de la PMR comme Motorola aux États-Unis et Thalès en France travaillent
sur des réseaux PMR large bande basées sur LTE. Thalès de son côté a déjà lancé une solution
sur WiMAX.

IV.4) COMPARAISONS

Figure II.11 : comparaison analogique-numérique

IV.4.1) ANALOGIQUE VS. NUMÉRIQUE


IV.4.1.(1) Qualité de la phonie
Le signal numérique est de qualité constante sur toute la cellule et chute brutalement en limite
de cellule, au contraire du signal analogique. L’avantage de l’analogique est que, même
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

fortement dégradé on reçoit quand même un petit signal hors de la couverture nominale de la
cellule.
Par contre, la transmission numérique est moins sensible aux perturbations que l’analogique.

IV.4.1.(2) Confidentialité
On trouve dans le commerce pour un coût très modeste, des scanners qui permettent d’écouter
les canaux radio analogiques.
En numérique, une première protection est assurée par le codage du canal. Ce n’est bien sûr
pas invulnérable, mais l’écoute d’un canal radio numérique nécessite des compétences sérieuses
dans le domaine et un équipement bien plus coûteux.
Il est bien sûr possible de chiffrer le signal radio. Sur un signal numérique, la fonction est aisée,
puisqu’il ne s’agit que de modifier la séquence des bits qui constituent une information. En
analogique, le chiffrement ne peut se faire qu’au moyen de boîtiers externes coûteux qui ont
aussi l’inconvénient de dégrader la phonie.

IV.4.1.(3) Transmission de données


Elle est native sur les réseaux numériques, conçus pour transporter des suites de « 1 » et de «
0 ». En analogique, il faut passer par un modem, avec des performances réduites.

IV.4.1.(4) Intérêt économique


Malgré ces inconvénients, les réseaux analogiques sont toujours d’actualité pour leur faible
coût auprès d’utilisateurs qui n’ont pas des besoins critiques en matière de sécurité.
Le réseau numérique préserve l’avenir et s’impose auprès des utilisateurs pour lesquels qualité
de la phonie et confidentialité sont des exigences cruciales. On raconte qu’une des motivations
des pompiers pour le passage en numérique est de faire en sorte que les journalistes, qui écoutent
leurs fréquences analogiques, ne puissent plus être les premiers à arriver sur les lieux.

IV.4.2) RÉSEAU PMR VS. RÉSEAU PUBLIC GSM


IV.4.2.(1) Couverture radio
La différence est profonde puisqu’un réseau PMR est spécifié par l’utilisateur selon ses propres
besoins de trafic et de couverture, tandis que le réseau public est spécifié en fonction des besoins
moyens de la population.
Le réseau PMR ne couvre que la zone d’intervention de son utilisateur, et pas à côté, mais cette
couverture est parfaite, sans trous. Au contraire, le réseau GSM va couvrir la totalité du territoire
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

mais en tenant compte de son urbanisation. Il peut toujours rester des trous de couverture dans
des zones peu ou pas habitées.

IV.4.2.(2) Écoulement du trafic


Chaque réseau PMR utilise des fréquences qui lui sont propres, allouées dans des bandes de
fréquences dédiées à la PMR. Ceci exclut, par essence même, l’impossibilité de saturation des
ressources radio par un autre utilisateur.
En termes de capacité de trafic, le réseau PMR est dimensionné pour écouler un trafic de crise.
Il est hors de question qu’une communication ne puisse être « passée » faute de canal radio pour
la supporter. Ce n’est pas le cas du réseau GSM qui est dimensionné en fonction d’un trafic
moyen. Tout le monde a fait au moins une fois l’expérience du « réseau saturé » sur une
autoroute bloquée par la neige.

IV.4.2.(3) Communications de détresse é


Ce concept s’appuie sur des fonctions de priorité et de préemption présentes dans les réseaux
PMR.

La notion de priorité existe dans le standard GSM mais n’est pas mise en œuvre sur un réseau
public 1, partant du principe que tout le monde payant le même abonnement, il n’y a aucune
raison pour que certains passent devant les autres.
Par contre, la notion de priorité se retrouve dans le GSM-ASCI utilisé par des réseaux PMR-
GSM.

IV.4.2.(4) Les services


La PMR utilise des services qui lui sont particuliers et qui ne se trouvent pas sur les réseaux
publics, comme la communication de groupe et la communication à l’alternat avec
établissement instantané.
Certains opérateurs GSM publics ont ouvert sur le GSM public des fonctions de
communication de groupe et d’alternat. Les performances (nombre de participants, temps
d’établissement) sont réduites et de toute façon ce n’est pas de la PMR, car il n’y a aucune
sécurisation.
Enfin, le réseau PMR, personnalisable, peut supporter des fonctions particulières à un cadre
d’utilisation : suivi de véhicules par GPS, protection du travailleur isolé…

1 A part quelques exceptions dûment encadrées et réservées à un contexte de sécurité publique.


Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

IV.4.2.(5) Délai d’accès au service


Le champion est ici le GSM, puisque tout nouvel utilisateur n’a qu’à pousser la porte d’une
agence pour en sortir un quart d’heure plus tard avec un terminal en état de marche. La
mise en place d’un réseau PMR suit un processus beaucoup plus laborieux :
 Spécification de besoins et élaboration des cahiers des charges,
 Appel d’offres,
 Spécifications techniques,
 Acquisition des sites,
 Déploiement,
 Recette et mise en service.

Cette démarche prend au bas mot plusieurs mois, voire plusieurs années dans le cas d’un réseau
national.

IV.4.2.(6) Coût d’exploitation


L’usager GSM est lié à la politique tarifaire de son opérateur, ce dernier pouvant à tout moment
changer la règle du jeu.
Inversement, le coût d’exploitation d’un réseau PMR est totalement maîtrisable. Rappelons
qu’il appartient à son utilisateur et est exploité par celui-ci. Le coût du déploiement (CAPES)
est parfaitement connu dès la commande. En phase d’exploitation, le coût récurrent (OPEX) se
compose d’éléments connus et maîtrisables :
 Coûts de personnel (opérateurs, techniciens de maintenance),
 Contrat de maintenance,
 Baux des sites loués,
 Location des lignes d’infrastructure,
 Licence d’exploitation des fréquences, - etc.

IV.5) PROCESSUS DE STANDARDISATION

IV.5.1) Spécifications de besoin


Le processus commence dans des comités d’utilisateurs de la PMR :
 TETRA Association en Europe pour les évolutions de TETRA,
 TETRAPOL User’s Club pour les évolutions de TETRAPOL,
 L’APCO aux États-Unis,
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

 Le forum Européen PSCE dédié à la Sécurité Publique (créé en 2007).

Ces comités produisent des spécifications de besoins en vue de la définition de nouveaux


standards ou de l’évolution de standards existants.

IV.5.2) Spécifications techniques


Les spécifications de besoins produites par les comités d’utilisateurs sont transmises à
l’organisme ou forum de standardisation auxquels ils se réfèrent :
 L’ETSI en Europe pour les spécifications et évolutions de TETRA,
 Le TETRAPOL Forum pour les spécifications et évolutions de TETRAPOL,
 La TIA aux États-Unis pour les spécifications et évolutions de l’APCO 25,
 L’ARIB au Japon, qui a produit le standard IDRA (1993) et qui collabore avec la TIA
et l’ETSI sur de nombreux projets, - etc.

Les recommandations d’organismes transverses (APCO, PSCE) sont prises en compte par les
organismes de standardisation de leur zone.
Les organismes de standardisation sont responsables de la production, de la maintenance et de
l’édition des spécifications techniques des standards.

IV.5.3) Spécifications d’exploitation


Viennent ensuite les organismes de régulation qui définissent le cadre d’application
des standards, essentiellement l’attribution des fréquences et les puissances d’émission. Le but
est d’assurer la cohabitation sur un large territoire de réseaux de diverses technologies.
L’ITU (UIT) qui produit des standards est également organisme de régulation. L’organisation
est pyramidale, l’ITU définissant le cadre d’utilisation des fréquences au niveau international.
D’autres organismes nationaux ou internationaux, la FCC aux États-Unis, la CEPT en Europe,
définissent leurs propres règles dans le cadre fixé par l’ITU. La définition finale se fait ensuite
dans chaque état ou pays, en France par l’ANFR qui alloue des fréquences aux utilisateurs et
l’ARCEP qui délivre les licences d’exploitation.

IV.5.4) Administrations
D’autres acteurs interfèrent dans ce processus. Il s’agit d’Administrations comme la
Commission Européenne et l’OTAN qui établissent leurs propres standards et leur propre plan
de fréquence, ceci en relation avec les organismes de standardisation et de régulation afin
d’assurer la cohabitation des divers utilisateurs.
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

Figure II.12 : processus de standardisation

IV.6) FRÉQUENCES

IV.6.1) Spectre radio


Le spectre radio est une ressource extrêmement convoitée dont l’allocation est régie par des
organismes internationaux (ITU, CEPT) et nationaux (ANFR en France).
Historiquement, les fréquences ont été allouées de manière désordonnée dans tous les pays du
globe. Ceci a pour conséquence de nuire à l’interopérabilité des réseaux. Les organismes de
régulation, dont il a été fait état ci-dessus, œuvrent afin de mener à bien une certaine
harmonisation des fréquences. Chacun de ces organismes édicte ses règles dans le cadre fixé
par l’organisme de rang supérieur : ITU pour la CEPT et la CEPT pour l’ANFR.
En marge de ces organismes, l’Union Européenne est intervenue pour uniformiser les
fréquences utilisées par les Forces de Sécurité Publique dans tous les pays de l’Union (Accord
de Vienne), afin de rendre possible l’interopérabilité des polices prévue par l’accord de
Schengen. Suite à cet accord, les polices de tous les pays de l’Union Européenne utilisent la
même bande 380-400 MHz, dite « bande de Schengen ».
Voyons la répartition des fréquences PMR en France.
Les fréquences de la PMR analogique sont dans la bande VHF (30- 300 MHz) et celles de la
PMR numérique dans la bande UHF (300-3000 MHz). Le tableau suivant peut en donner une
petite idée bien que toutes les bandes de fréquence, surtout en PMR analogique, ne soient pas
citées.
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

Bande Utilisation
30 – 40 MHz PMR analogique
68 – 85,5 MHz PMR analogique
PMR numérique (Gendarmerie)
137 – 174 MHz PMR analogique
165,7 – 171,3 MHz RPX
Bande Utilisation
380 – 400 MHz PMR numérique Sécurité Publique Europe (Schengen)
310 – 340 MHz PMR analogique
410 – 430 MHz PMR numérique
450 – 470 MHz PMR numérique dont RPX (et PMR 446 analogique)
PMR (ultérieurement large bande), actuellement occupée par le
870 – 960 MHz GSM

Tableau II.2 : répartition des bandes de fréquences

On peut noter quelques exceptions. La PMR 446, analogique, est dans la bande UHF. Le réseau
RUBIS, numérique, de la Gendarmerie Nationale est dans la bande VHF, l’utilisateur ayant
souhaité, lors de la migration au numérique, conserver ses anciennes fréquences.
D’autres pays d’Europe utilisent également une bande PMR 870-960 MHz, non disponible en
France, car initialement allouée au GSM.

IV.6.2) Canalisation
La PMR utilise des canaux radio multiples de 12,5 kHz. Les réseaux analogiques fonctionnent
souvent avec des canalisations de 25 kHz. Quelques rares réseaux utilisent une canalisation 10
kHz.
Chaque canal radio est duplex, c'est-à-dire composé d’un canal dans le sens montant et de son
homologue dans le sens descendant, séparés par un espace duplex dont la valeur dépend de la
bande de fréquence (10 MHz dans les bandes de fréquence 300-400 MHz).

V) LE STANDARD eLTE
Il sera question ici de présenter cette nouvelle technologie de PMR Broadband.

V.1) ARCHITECTURE ET ORGANISATION


 4G eLTE est une technologie basée sur la norme LTE, le e minuscule faisant référence
à un dérivé exclusif de la norme LTE de Huawei (appelé "LTE amélioré") destiné à
fournir un accès aux données à large bande sans fil avec des débits de liaison
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

descendante maximaux de 100 Mbit / s et Liaison montante de 50 Mbit /s par site dans
les fréquences 5 MHz, 10 MHz ,15 MHz et 20MHz.
 Le eLTE est une solution PMR basée sur la technologie LTE TDD et fonctionnant dans
la bande de 400MHz (par exemple 380MHz-400MHz au Cameroun)
 Trunking system : La communication à ressources partagées diffère de la structure
classique statique caractéristique des réseaux de données cellulaires ou mobiles
(généralement téléphoniques) en ce que les utilisateurs partagent un groupe de canaux
radio équilibrés dynamiquement. Le but étant de fournir un service plus réactif
combinant des canaux de transfert, semi-duplex, Push-To-Talk, appels vocaux privés et
des appels vocaux de conférence partagés par les utilisateurs du groupe.

V.1.1) La solution fournit :


 Débit descendant de 100 Mbit / s et débit ascendant de 50 Mbit / s
 Prise en charge réseau unique pour les liaisons multimédia, la planification de la voix et
de la vidéo, la surveillance vidéo HD, l'acquisition de données ultra-distante et les
services de bureau mobile
 Retard d’appel de groupe de ressources vocales inférieur à 300 millisecondes et de délai
de préemption de groupe inférieur à 150 millisecondes
 Possibilité pour les utilisateurs de télécharger et de distribuer des vidéos
 Répartition sonore et visible qui augmente considérablement l'efficacité de la
commande

Figure II.13 : eLTE Wireless solution


Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

Figure II.14 : eLTE architecture

V.2) Composants

V.2.1) DBS3900 Distributed Base Stations


Les stations de base distribuées permettent un accès radio pour les réseaux privés sans fil eLTE
de petite et grande taille qui fournissent des services tels que la vidéosurveillance, l'acquisition
de données et la transmission de données.
La plate-forme modulaire des stations de base comprend une unité de bande de base (BBU3900)
et une unité de radio distante (RRU). Les deux composants offrent une installation flexible, un
déploiement facile sur site, une faible consommation d'énergie et un coût total de déploiement
réduit.

Figure II.15 : DBS3900


Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

V.2.2) eCore
Les séries de produits eCore sont déployées sur une plate-forme matérielle compacte.
Différentes combinaisons d’entité réseaux sont disponibles pour un déploiement flexible. Ils
prennent en charge de nombreux services liés aux applications d'entreprise et aux réseaux du
secteur privé via des interconnexions avec des périphériques.
Les services proposés comprennent les appels vocaux poste à poste (P2P), les appels vidéo P2P
et les appels Trunking. La gamme de produits eCore fournit divers services à valeur ajoutée et
des services complémentaires personnalisés répondant aux besoins des entreprises et des clients
du secteur. Elle déploiera son potentiel considérable sur des segments de marché tels que le
MVNO et l’IoT, ainsi que dans des domaines grand public tel que la sécurité, les réseaux privés
et applications d’entreprise.

Figure II.16 : eCore

V.2.3) eCNS280 Core Network System


Le système eCNS280 est développé sur le concept de la virtualisation des fonctions réseau
(NFV) et présente une architecture orientée de cloud. En plus des fonctions de réseau central
traditionnelles, le eCNS280 est en mesure d’avoir une capacité en fonction de la configuration
de la demande au travers de la virtualisation des fonctions des NE et le partage de ressources
matériels standards entre les NE.
Cela réduit considérablement le temps nécessaire à l'extension ou à la réduction de la capacité
du système (du fait de la souplesse due à la NFV) et augmente l'efficacité du déploiement des
services.
eCNS280 (3U) est une plate-forme matérielle simple, à faible consommation d'énergie et facile
à déployer, pour une mise en service rapide.
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

V.2.4) Dispatching System


Fournit des services large bande de type Trunking dispatching (répartition) pour des
communications voix, données et vidéo efficaces. Composant essentiel pour la sécurité
publique, le trafic, l'énergie et les organisations similaires dépendant d'un système de
dispatching fiable et performant. Assure le partage d'informations en temps opportun pour la
prise de décision et la transmission rapide de commandes.

Figure II.17 : Dispatching

V.2.5) eOMC910 Network Management System


Une plate-forme NMS complète fonctionnant en tant que centre d'exploitation et de
maintenance (O & M) pour la gestion unifiée de tout un réseau eLTE, y compris les réseaux
centraux, les stations de base, les serveurs de dispatching et même les périphériques sans fil.
Il permet d’effectuer facilement les configurations système, mises à niveau logicielles, le
diagnostic des équipements, et le suivi des performances via une interface standard graphique
qu’offre la plate-forme.

Figure II.18 : eOMC910


Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

V.3) eLTE Rapid deployment system

Figure II.19 : Rapid deployment

Il s’agit-là d’une solution tout en un.


eLTE Rapid Deployment Broadband Trunking System intègre les fonctions d'un cœur de
réseau, d'une station de base et d'un système de dispatching dans un châssis compact.
Idéal pour un déploiement rapide sur le terrain où une zone de couverture limitée est suffisante.

V.4) Terminaux

V.4.1) EP820 Broadband Trunking Handset


EP820 integrates voice, data, and video services into a single device. Group members can
receive on-site video, which improves collaboration among response personnel. The device
supports group call setup time of under 300 milliseconds and call pre-emptive time of less than
150 milliseconds, push-to-talk, private call, Direct Mode Operation (DMO), and features a 4.5-
inch high-sensitivity touch screen that works with a separate keypad for easy and accurate data
entry.
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

Figure II.20 : EP820

V.4.2) EP720 Broadband Trunking Handset

Développé sur Android 6.0, l'EP720 léger dispose d'un grand écran résistant à l'eau, à la
poussière et aux chocs. Doté d'un écran tactile HD de 5,2 pouces, le terminal est équipé d'un
processeur Kirin octa-core et peut prendre en charge plusieurs bandes de fréquences. Grace à
la conception de la convergence du réseau public et d'entreprise, il est en mesure de fournir des
services vocaux et haut débit Trunking avec une excellente expérience utilisateur. Il peut être
largement utilisé dans des domaines tels que la sécurité publique, l'énergie et les transports, en
fournissant des fonctions professionnelles de répartition des liaisons, de répartition multimédia
et d'accès aux données à large bande.

Figure II.21 : EP720

V.4.3) EG860 LTE Customer Premises Equipment


(CPE)
Sert de routeur de passerelle sans fil pour les services de données à haut débit basés sur LTE.
En plus de l'accès LTE, ce CPE extérieur de qualité industrielle intègre des interfaces Wi-Fi et
LAN pour permettre la conversion du service de données. L'EG860 compact et robuste offre
une détection et une récupération centralisées des pannes ainsi qu'une gestion à distance pour
un déploiement facile.
Utilisez l'EG860 pour des applications allant de la collecte de données de capteurs à la
vidéosurveillance HD sans fil.
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

Figure II.22 : EG860

V.5) CHAÎNE DE TRANSMISSION


La chaîne de transmission comporte différents étages entre la saisie de la phonie et l’envoi à
l’antenne.

Figure II.23 : chaine de transmission

V.5.1) Le vocodage
Cette opération consiste à numériser la phonie. Il est basé sur l’analyse spectrale de la voix qui
quantifie l’altération d’une fréquence fondamentale par des signaux à d’autres fréquences. Il en
résulte des nombres représentatifs des fréquences modificatrices. Les nombres relatifs à des
fréquences non audibles sont éliminés ainsi que ceux qui n’apportent pas grand-chose à la
reconnaissance du signal initial.
Les blocs de données sont insérés directement dans la chaîne de transmission.
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

V.5.2) Le chiffrement
eLTE supporte des chiffrements tels que :

 Le chiffrement E2E (de bout en bout) : le signal est chiffré au niveau de l’émetteur, et
déchiffré par les récepteurs. Seul les flux utilisateur, voix et données, sont chiffrés.
 Le chiffrement A/I (air interface), qui ne porte que sur la partie radio de la transmission,
soit entre le mobile et la TBS. Ici tout est chiffré : flux voix/données et signalisation
(voie balise). Intervenant à ce niveau, le chiffrement ne porte pas sur les en-têtes ajoutés
par le codage.
Quel que soit le mode utilisé, le chiffrement n’intervient pas sur la longueur de la trame.

V.5.3) Le codage canal


Le codage canal consiste à introduire de la redondance en combinant les bits de la trame initiale
et en ajoutant un CRC. La trame codée est donc plus longue que la trame initiale.
La transmission radio, soumise à des perturbations, ne se fait pas sans pertes. Le but du codage
est, en cas de perte d’un bit, d’avoir la possibilité de le reconstituer. Le codage donne deux
blocs résultants de 216 bits soit 432 bits.

V.5.4) L’entrelacement
Une perturbation affecte rarement un seul bit et va faire disparaitre plusieurs bits consécutifs.
La redondance introduite par le codage canal se retrouve sur des bits consécutifs. Donc, la
perturbation va faire disparaître en même temps plusieurs bits et la possibilité de les
reconstituer…
L’entrelacement pallie ce problème en modifiant l’ordre des bits de la trame, afin qu’une
altération partielle du signal radio ne conduise pas la perte d’une partie complète d’information.
L’entrelacement ne change pas la longueur de la trame.

Figure II.24 : processus d’entrelacement


Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

V.5.5) Construction de la trame


Le bloc codé et entrelacé est encapsulé dans une trame de 510 bits qui va utiliser un slot
(ou Intervalle de Temps IT) de la trame TDMA.

V.5.6) Le scrambling
Une fois constituée, la trame est modifiée par un code de scrambling. Les trames de phonie ou
de données sont modifiées selon un code de scrambling transmis en début de communication.
Les trames de la voie balise et le mode direct utilisent un code propre au réseau.
Le scrambling n’est pas un moyen de chiffrement, mais un outil de filtrage d’erreurs
d’aiguillage. Le scrambling appliqué à la voie balise et propre à un réseau interdit à un mobile
de tenter de s’inscrire sur un réseau qui n’est pas le sien, car il ne pourra pas en reconnaître la
voie balise. Le scrambling appliqué aux trames de phonie ou de données interdit à mobile non
concerné par la communication de l’intercepter.

V.5.7) Construction de la multitrame


TETRA définit une multitrame de 18 trames TDMA. Seules les 17 premières transportent des
blocs codés. On peut remarquer qu’après modulation, la transmission d’une trame modulée dure
14,167 ms et que les trames relatives à une même communication sont espacées de 56,67 ms,
et ceci pour un échantillon initial de 60 ms. La vitesse de modulation est donc plus rapide que
la vitesse de codage, ce qui permet de libérer la 18ème trame de la multi trame pour des
signalisations en cours de communication, évitant ainsi le vol de trame. C’est grâce à cette 18ème
trame que TETRA gère le handover.
Les multi trames sont ensuite regroupées en hypertrames de 60 multitrames. L’hypertrame
intervient dans le processus de chiffrement pour le changement de vecteur.

Figure II.25 : multitrames


Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

V.5.8) La modulation
eLTE par le biais de TETRA utilise une modulation π/4 DQPSK qui contient 2 bits par
symbole. La vitesse de modulation est de 36 Kbits/s.
A chaque transition, le changement de phase est :
 00 tourne de + π/4
 01 tourne de - π/4
 10 tourne de +3 π/4
 11 tourne de -3 π/4
On remarque que les transitions ne repassent jamais par zéro, ce qui limite les risques de perte
de phase.
Par contre, cette modulation est sensible aux interférences (C/I = 19). Elle est à enveloppe non
constante et nécessite des amplificateurs linéaires.

Figure II.27 : constellation de modulation

V.6) LES SERVICES DE BASE

V.6.1) ADRESSAGE
Ici, on utilise un adressage universel ITSI pour les adresses individuelles de terminaux et GTSI
pour les groupes, toutes prises dans un plan de numérotation unique : MCC MNC SSI
 MCC : Mobile Country Code (10 bits) représentatif du pays
 MNC : Mobile Network Code (14 bits) représentatif du réseau eLTE
 SSI : Short Subscriber Identity (24 bits) représentatif de l’usager ou du groupe.
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

Sur l’ISI, l’adressage complet ITSI ou GTSI est obligatoire. Au sein d’un même SwMI le SSI
est suffisant, décliné en ISSI ou GSSI selon qu’il s’agit d’un terminal ou d’un groupe.

V.6.2) MOBILITÉ
V.6.2.(1) L’inscription
Bien sûr, on retrouve à la base la notion de cellule couverte par le rayonnement radioélectrique
d’un relais.
Pour pouvoir trafiquer sur le réseau, un mobile doit s’inscrire, opération au cours de laquelle
il est identifié et authentifié par le réseau.
La notion d’inscription rappelle le mécanisme du GSM en introduisant :

 La location area (LA), constituée d’une ou plusieurs cellules dans lesquelles le mobile
peut se déplacer sans informer le SwMI. Chaque relais diffuse l’identité de sa LA aux
mobiles de sa cellule.
 La registration area (RA) composée de 1 à 8 LA dans lesquelles le mobile peut se
déplacer sans se réinscrire. La localisation du mobile se fait donc au niveau de la RA.
L’inscription a lieu quand le mobile est mis sous tension, quand il change de LA, et aussi quand
il sort du mode direct.

V.6.2.(2) Le changement de cellule


Lorsque le mobile change de cellule en cours de communication individuelle, il effectue un
handover, fonction qui lui permet de « récupérer » sa communication sur sa nouvelle cellule
de façon totalement transparente à l’utilisateur.
Si par contre il change de cellule au cours d’une communication de groupe, il fait une
resélection de cellule, opération complexe qui revient à chercher dans les cellules voisines
celle qui supportera la même communication de groupe, allant dans les cas extrêmes au
balayage complet du spectre radio alloué au réseau. Contrairement au handover, la resélection
de cellule introduit une légère coupure dans la communication.

V.6.2.(3) Les bases de données


Les services de mobilité s’appuient sur deux bases de données relatives aux usagers, présentes
dans chaque DXT.
 Le HLR (Home Location Register)
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

Il contient pour chaque mobile qui a été déclaré dans ce DXT : ses droits et sa localisation
courante définie par l’identité du DTX qui contrôle la RA où il est inscrit.
La consultation de ce registre permet de retrouver la localisation courante d’un mobile pour lui
présenter une communication entrante.
 Le VLR (Visited Location Register)
Il contient pour chaque mobile inscrit dans une RA qu’il contrôle : une copie temporaire de ses
droits (transmise par son HLR lors de l’inscription) et l’identité de la RA dans laquelle il est
présentement inscrit.
La consultation du VLR permet de vérifier directement les droits d’un mobile lors d’une
communication sortante (parfois entrante) sans avoir besoin d’aller interroger le HLR distant.

V.6.3) ALTERNAT
Les communications de phonie sont gérées en général à l’alternat (half duplex) : un seul
parle, les autres écoutent.
La prise de parole se fait au moyen du bouton Push To Talk (PTT) du mobile appelant.
Ceci génère sur l’interface air un signal PTT de demande d’alternat (ou de demande de prise
de parole). Cette demande n’est acceptée que dans la mesure où personne d’autre ne parle à ce
moment, c'est-à-dire si aucune transmission n’est en cours entre les participants à la même
communication.
C’est le commutateur radio qui est chargé de régler les conflits. L’usager demandeur est averti
que sa demande a été acceptée par d’un signal TI (Transmit Indication) qui allume un voyant
d’acquittement sur son mobile. Un signal RD (Receive Detection) est envoyé vers tous les
autres mobiles participant à la communication afin de les passer en réception.
A chaque fois qu’un usager appuie sur PTT, une voie de trafic (TCH) est allouée à la
communication.
Pour éviter des allocations/désallocations successives de ressources en cas de prises d’alternat
rapprochées, la voie de trafic est maintenue après la fin de transmission pendant un temps dit
de hangtime qui permet à un autre usager de répondre sans repasser par le mécanisme
d’allocation de voie de trafic. En fin de hang-time, si personne n’a repris la parole, la voie de
trafic est libérée.
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

Figure II.28 : Principe d’alternat

V.6.4) TRUNKING
V.6.4.(1) L’allocation des canaux radio
Dans un réseau type 2RP (conventionnel), les communications sont associées de manière fixe
à un canal radio. Si plusieurs communications sont candidates sur un même canal, la première
est active et les autres attendent, même si les autres canaux sont libres. Il en résulte une attente
excessive des communications sur certains canaux et une sous-utilisation d’autres canaux si le
trafic n’est pas équilibré.
C’est ici qu’intervient la notion de Trunking, apparue avec les réseaux 3RP et étendue aux
réseaux numériques. Le Trunking consiste à allouer dynamiquement les canaux radio (TCH)
aux communications qui en font la demande et qui attendent dans une file d’attente unique.
L’avantage est double : tout d’abord réduire les temps d’attente et ensuite optimiser l’utilisation
de la ressource radio, ce qui peut avoir comme conséquence, par rapport au cas précédent, de
réduire le nombre de canaux des relais pour écouler un trafic identique.
Le nombre de voies de trafic est déterminé par le trafic à écouler sur le relais, sur le même
modèle que le dimensionnement des lignes téléphoniques (lois d’Erlang).
Le Trunking va de pair avec l’utilisation d’une voie balise par laquelle le commutateur radio
pourra diriger chaque communication sur un canal donné et la définition de la voie de trafic.
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

Figure II.29 : Principe du Trunking

En fait, le modèle est un peu plus compliqué à cause des notions de priorité et de préemption,
utilisées dans les réseaux PMR pour définir différents niveaux d’urgence aux communications.
Une communication prioritaire peut « griller » la file d’attente en passant devant les
communications en attente de priorité inférieure. Lorsqu’elle arrive en tête de la file d’attente,
elle peut « dégager » une communication de priorité inférieure pour utiliser sa voie de trafic.

V.6.4.(2) Les différents modes de trunking

 Le Trunking à base activation est celui qui est décrit dans ci-dessus pour définir
l’alternat. La voie de trafic est allouée pendant la durée de la transmission, prolongée
par un hang-time. Il est utilisé par les communications de groupe.
 Trunking à base transmission correspond à une allocation de la voie de trafic strictement
limitée à la durée de la transmission. Il est utilisé (plus rarement) par les
communications de groupe. Il s’assimile à un trunking à base activation avec un hang-
time nul.
 Trunking à base message correspond à une allocation de la voie de trafic pendant toute
la durée de la communication. C’est le cas des communications individuelles pendant
lesquelles la voie de trafic est allouée dès l’établissement de la communication et
relâchée lors du raccroché. Il s’assimile à un trunking à base activation avec un hang-
time infini.
De ce fait, les communications individuelles sont extrêmement gourmandes en ressource radio
et c’est la raison pour laquelle elles sont très peu utilisées.
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

V.7) LA TRANSMISSION RADIO

V.7.1) MODÈLE CELLULAIRE


Cette notion est aussi apparue avec les réseaux 3RP.
Le modèle cellulaire permet d’accroître la capacité de trafic d’un réseau et d’optimiser
l’utilisation du spectre. Il est basé sur un motif répétitif de réutilisation des fréquences.

Figure II.30 : Modele cellulaire

Le nombre de cellules du motif dépend du facteur C/I qui définit le ratio signal sur interférence
acceptable.

Pour TETRA, ce ratio est C/I = 19 dB 2, ce qui permet de réutiliser les fréquences selon un
motif à 17 cellules, contre 12 pour TETRAPOL et souvent 21 ou plus pour les réseaux
analogiques.
Pour s’assurer de la conformité du réseau, le spectre du signal émis doit être compris dans un
gabarit imposé par l’ETSI (ETS-300113) qui fixe les émissions maximums sur les canaux
adjacents, et par là influe directement sur la réutilisation des fréquences.

V.7.2) SEUIL DE SENSIBILITÉ


La sensibilité de la TBS ou du mobile est le minimum de puissance minimum du signal capté
pour assurer une réception correcte. Il s’exprime en dBm : -115 dBm pour la TBS, -112 dBm
pour le mobile.

2 Ceci est la valeur donnée par le standard, mais des expérimentations ont montré que ce rapport était rapport était plus près de 15 dB (milieu urbain
avec mobiles se déplaçant à 50 km/h), réduisant du même coup le motif à 15 cellules.
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

V.7.3) LA COUVERTURE RADIO


Il est difficile de donner une taille de cellule, celle-ci étant impactée par divers facteurs, en tout
premier lieu par la topologie du terrain, mais aussi par des facteurs environnementaux,
météorologiques, etc. Le tableau suivant donne des valeurs typiques :

Portatif 1
Environnement Mobile 10 W W
Rural 17,5 km 6,5 km
Suburbain 10 km 4 km

Tableau II.3 : portée des équipements

V.8) LES SERVICES DE PHONIE

V.8.1) COMMUNICATIONS INDIVIDUELLES


Ces communications sont établies entre deux usagers identifiés par leur adresse ITSI ou ISSI.
Des numéros sont réservés dans le plan de numérotation ITSI pour assurer l’interopérabilité
avec le monde téléphonique.
La communication individuelle utilise une voie de trafic sur la TBS où sont inscrits les mobiles
demandeur et demandé. Si les deux sont inscrits sur la même TBS, une seule voie de trafic est
nécessaire.
Il existe deux types de communications individuelles :

V.8.1.(1) La communication individuelle avec décroché


On l’appelle aussi « communication individuelle de type téléphonique ». Elle se déroule de la
même façon qu’un appel téléphonique classique : numérotation, vérification des droits du
demandeur et du demandé, sonnerie, décroché, conversation, raccroché et elle peut se dérouler
en full duplex.
Un usager téléphonique peut être demandeur ou demandé d’une telle communication.

V.8.1.(2) La communication individuelle express


Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

On l’appelle aussi « appel direct » (ne pas confondre avec « mode direct »). Elle s’établit en
pressant le push-to-talk juste après la numérotation. Il n’y a pas de sonnerie et le mobile
demandé décroche automatiquement en mode mains-libres.
Contrairement à la communication individuelle avec décroché, elle ne peut pas faire intervenir
d’usager téléphonique et ne peut se dérouler qu’en half-duplex.
Si le mobile demandé ne supporte pas ce mode, la communication se replie en mode avec
décroché.

V.8.1.(3) Services supplémentaires


Nous pouvons citer entre autres : identité de l’appelant, renvoi, transfert, contrôle d’accès,
rappel automatique....
On trouve également des services typiquement PMR comme l’écoute d’ambiance (non
préemptable) et le list search call.
 L’écoute d’ambiance est dérivée de la communication express half-duplex, mais
en plus, le mobile demandé passe automatiquement en transmission. Aucune indication
n’est visible sur le terminal. Il n’y a pas de sonnerie, et étant en transmission, il ne peut
pas recevoir de phonie. Cette fonction est notamment utilisée par le dispatcher qui veut
savoir de manière discrète ce qu’il se passe sur les lieux d’une mission, en particulier
pour s’assurer que les personnes ne sont pas en danger.
 La fonction list search call est l’équivalent de l’appel dans un groupement de la
téléphonie. Elle permet d’appeler au sein d’une liste d’usagers le premier qui répond.

V.8.2) COMMUNICATIONS DE GROUPE


V.8.2.(1) Définition de la communication de groupe
Une communication est définie par :
 Un groupe d’usagers qui seront habilités à participer à la communication,
 Une adresse de groupe GTSI/GSSI qui identifie le groupe ci-dessus,
 Une couverture, dite Group Area.

La définition des groupes est une opération annuaire qui définit des membres permanents et
des membres visiteurs.
La composition des groupes peut être modifié dynamiquement par les dispatchers grâce aux
services supplémentaires « Dynamic Group Assignment ».
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

La Group Area désigne un ensemble de cellules (donc de TBS) qui pourront supporter une
communication de groupe. Elle se compose d’une « maximum area » et d’une « core area »
incluse dans la précédente :

Figure II.31 : maximum et core area

V.8.2.(2) Les participants


Les participants sont les membres du groupe, permanents et visiteurs, des dispatchers, des
interfaces filaires qui raccordent par exemple un enregistreur ou un relais radio PMR
conventionnel. Les mobiles doivent être inscrits sur une TBS de la couverture.
 Les membres permanents peuvent participer aux communications de groupe dans la
core area et la maximum area.
 Les membres visiteurs ne peuvent participer aux communications de groupe que dans
la core area.
Par contre Status et SMS sont distribués aux permanents et aux visiteus dans la core et dans la
maximum area.

V.8.2.(3) Déroulement de la communication de groupe


Les communications de groupe se déroulent toujours à l’alternat.
Pour participer, les mobiles doivent avoir préalablement sélectionné la communication en
numérotant son GTSI/GSSI. On dit qu’ils ont « candidats ». La transmission est immédiate dès
que l’un des usagers candidats appuie sur le Push-to-Talk de son mobile. A ce moment, une
signalisation RD est envoyée à tous les autres mobiles candidats qui passent automatiquement
en réception sur le groupe. On dit alors que la communication est « active ».
La communication de groupe utilise une voie de trafic duplex sur chacune des TBS qui
constituent la couverture.

V.8.3) LES SERVICES DE DONNÉES


eLTE gère les services suivants :

 Short data service (SDS) qui est l’équivalent du SMS en GSM


 Status
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

 Données paquet IP très haut débit.


 Données circuit commuté très haut débit (défini dans le standard, mais peu utilisé)

V.9) LE MODE DIRECT (DMO)


Rappelons que le mode direct met en relation des mobiles dans leur limite de portée radio, sans
passer par un relais radio. Chaque mobile peut être en relation avec des mobiles à portée mais
ne peut effectuer de transit vers des mobiles plus éloignés.
Le mode direct utilise une signalisation et une définition de trame spécifiques. L’initiateur de
la communication est maître, les autres sont esclaves.
Il supporte une ou deux communications simplex par canal sur 1 ou 2 slots. Le slot 3 est réservé
à une signalisation de demande de préemption pour devenir maître.
Très puissant, le mode direct supporte la majorité des services voix et données.
Le gros problème de ce mode direct réside dans la synchronisation, puisqu’il n’y a pas de relais
pour la donner. La synchronisation se fait donc en début de transmission au moyen de bursts
émis par le maître. Ceci ne convient que pour des transmissions de courte durée car au-delà la
dérive de synchro des terminaux devient rédhibitoire.
Certains constructeurs se sont repliés sur un mode direct plus frustre, se contentant d’un mode
canal ouvert en mode FDMA sur la totalité du canal physique 25 kHz.

V.10) LA SÉCURITÉ

V.10.1) CHIFFREMENT
V.10.1.(1) Authentification
Avant de s’inscrire sur le réseau, un terminal doit « montrer patte blanche ». L’authentification
est basée sur l’envoi par le DTX d’un nombre aléatoire (challenge) au terminal qui le chiffre au
moyen de sa clé d’authentification et d’un algorithme. Le résultat est renvoyé au DTX qui le
compare avec son propre calcul.

V.10.1.(2) Chiffrement air interface (A/I)


Il est défini par l’ETSI Security Algorithms Group of Experts (SAGE). Il utilise un algorithme
défini par le standard.
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

L’intégralité du flux radio entre le relais et le terminal est chiffré, en particulier la voie balise
(CCH). Par contre, la phonie et les données utilisateurs sont en clair dans la prtie infrastructure
du SwMI et sur l’ISI, ce qui est perçu comme un inconvénient par certains utilisateurs.

Figure II.32 : Principe de chiffrement

V.10.2) DÉTECTION DE JAMMING


Cette fonction permet de se protéger contre les brouillages, car le brouillage est aussi une façon
d’attaquer un réseau.
Le signal reçu est analysé sur des fenêtres glissantes de 16 slots de trames consécutives afin de
vérifier qu’il présente une modulation conforme.
Si 5 trames consécutives sont non conformes, il y a émission d’une alarme (pas de correction
automatique). C’est à l’opérateur du réseau de décider de bloquer le canal brouillé et, si c’est la
voie balise, de la passer sur un autre canal. L’alarme disparaît lorsque 3 trames consécutives
sont correctes ou si le signal brouillé passe au-dessous de -121 dB.

V.10.3) INHIBITION DES MOBILES


Un mobile peut être perdu ou pire, volé. Il est impératif de l’inhiber afin d’éviter que des
personnes non habilitées puissent accéder au réseau.
Cette opération se fait à distance depuis le poste du dispatcher.
Il y a trois niveaux d’inhibition :

 Interdit permanent : c’est fini, le mobile ne peut plus trafiquer et, s’il est retrouvé, doit
repasser en usine.
 Interdit temporaire : le mobile ne peut plus trafiquer, mais s’il est retrouvé il peut être
remis en service par le dispatcher. Dans cet état, il peut être mis en « ambiance listening
» par le dispatcher.
 Interdit temporaire suivi : le mobile ne peut plus trafiquer mais il continue à s’inscrire.
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

Selon configuration, le mobile interdit temporaire peut-on non être autorisé à émettre des
appels de détresse.

V.11) Avantages et inconvénients de la eLTE

V.11.1) Les avantages


Les avantages principaux de la eLTE par rapport à d'autres technologies (telle que le LTE,
TETRA) sont :
 Accès aux services tels que : la vidéosurveillance, la télémédecine, les smartgrids et etc.
 Accès au PMR à haut débit
 Le transfert de données très rapide
 Permet des services de géolocalisation en cas d’urgence
 Une solution de vidéosurveillance à temps réel
 Une fréquence radio utilisée plus basse, ce qui permet une grande couverture
géographique avec un petit nombre d'émetteurs, réduisant ainsi le coût d'infrastructure.
 Un établissement d'appel rapide - un appel de groupe (un vers tous) est généralement
émis en 0,5 seconde (typiquement moins de 250 millisecondes pour un appel simple),
comparé à plusieurs secondes lors d'un appel sur le réseau GSM.
 Le fait que son infrastructure puisse être séparée de celle du réseau public mobile, et
être rendue plus diverse et résiliente par le fait que les stations de base peuvent être à
une certaine distance du secteur couvert.
 À la différence de la plupart des technologies cellulaires, les réseaux eLTE fournissent
typiquement un certain nombre de modes de secours tels que la capacité pour une station
de base de passer des appels locaux en l'absence du reste du réseau, et « le mode direct
» où les mobiles peuvent continuer à partager des canaux directement si l'infrastructure
du réseau eLTE est hors service ou hors de portée.
 Un mode "passerelle" - où un mobile simple avec un raccordement au réseau peut agir
en tant que relais pour d'autres mobiles voisins qui sont hors de portée de l'infrastructure.
 L'infrastructure eLTE fournit également une fonction de point-à-point que les systèmes
radio analogiques traditionnels des services de secours ne peuvent pas fournir. Ceci
permet à des utilisateurs d'avoir une liaison radio un–à-un entre mobiles sans devoir
passer par un opérateur ou un dispatcher.
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

 À la différence des technologies cellulaires, qui relient un abonné à un autre abonné (un
à un), eLTE est construit pour supporter les communications un à un, un vers plusieurs
et de plusieurs vers plusieurs. Ces modes opérationnels sont parfaitement adaptés à la
sécurité publique et aux utilisateurs professionnels.
 Ici, les communications, tant vocales que données, ne circulent pas en clair. Elles sont
toujours chiffrées, aussi bien au niveau de l'émission que de bout à bout.
 Il existe aussi des possibilités d'appel de secours direct en court-circuitant les priorités
des autres mobiles pour avoir un acheminement direct. Dans l'industrie, ce système peut
aussi être couplé à un système de localisation et d'homme mort (utilisé dans les centrales
nucléaires françaises par exemple).
 Au niveau sécurité, il y a la possibilité grâce à l'inscription des mobiles au démarrage
de n'autoriser à l'inscription au réseau qu'une liste prédéfinie de mobiles.

V.11.2) Les inconvénients


Ses inconvénients principaux sont :

 eLTE ne peut supporter qu'un nombre de terminaux mobiles très inférieur à ce qu'un
réseau GSM et les technologies semblables permettent dans un secteur donné (ceci n'est
pas un problème dans les applications pour lesquelles il est normalement employé, mais
cela limite la plupart du temps l'utilisation de PMR à ces applications).
 Les combinés sont onéreux, à cause des économies d'échelle réduites, des modèles
différents adaptés à des besoins variés, comparé au marché des téléphones mobiles
grand public. La nécessité d'avoir un terminal sûr et robuste fait aussi augmenter son
prix.
 En raison de la nature pulsée (burst) du TDMA utilisé par le protocole, les combinés
peuvent interférer avec des dispositifs électroniques sensibles tels que les stimulateurs
et défibrillateurs

VI) Conclusion
La norme eLTE peut être considérée comme une "boîte à outils", car elle offre aux
planificateurs des systèmes de nombreuses possibilités permettant d'adapter le réseau de façon
optimale aux besoins des utilisateurs (urgence, industrie, société privée.). La norme ne contient
pas d'implémentation spéciale pour la construction du réseau. Les spécifications définissent
Chapitre II : Réseaux PMR et solution eLTE

simplement les interfaces nécessaires pour garantir l'interopérabilité, l'interfonctionnement et


la gestion du réseau entre les différents éléments du réseau.
Dans ce chapitre, nous avons étudié l’évolutions des réseaux mobiles depuis la 1G à la 5G, ainsi
que les caractéristiques de la norme eLTE qui répond à des nouveaux besoins. C’est dans cette
optique qu’intervient ce deuxième chapitre. Après une brève description de l’architecture
générale de la norme eLTE, les objectifs techniques et les caractéristiques de réseau
radiocommunication eLTE, ainsi que les principales techniques utilisées dans l’interface air de
ce type de réseau. Notre troisième chapitre présente les processus de dimensionnement du réseau PMR
basé sur la norme eLTE.
Chapitre III
Etude de la planification du réseau eLTE

I) Introduction :
Le dimensionnement d’un réseau est la première étape du processus global de la planification,
permettant une première évaluation rapide de la densité et de la configuration des sites requis,
de la capacité offerte des éléments du réseau à planifier et de la couverture à estimer
conjointement avec la capacité.
Le but d’un opérateur de télécommunication est d'offrir des services de voix et de données au
public, les communications pouvant se faire n'importe où dans la zone de couverture et
n'importe quand.
La planification des réseaux cellulaires ne fait pas partie du standard, mais ceci ne contredit pas
son intérêt fondamental, comme étant une phase très importante dans le cycle de vie de tout
réseau. Du fait, un opérateur doit se focaliser sur la planification, avant la mise en œuvre de son
réseau, dans le but d’optimiser le coût de déploiement et devenir plus concurrent dans le marché.
Dans notre chapitre nous allons introduire les concepts de base et les calculs mathématiques
nécessaires au dimensionnement sur ses deux plans : couverture et capacité.

II) Processus de Dimensionnement :


La planification en LTE comme tout autre réseau cellulaire, est une tâche complexe, contenant
un certain nombre d’étapes consécutives, dont l’output d’une certaine étape fournit l’input de
l’étape suivante. Contrairement à ces antécédents, la planification de couverture et de capacité
en LTE se font de façon conjointe, en une seule tâche, appelée dimensionnement. Le processus
entier peut se résumer en quatre grandes phases :

• Prédimensionnement :

Nécessite la collecte des informations qui portent sur la zone de déploiement. On donne comme
exemple :
 Les informations détaillées sur eNodeB et l’UE.
 Les informations sur la zone de déploiement (superficie, information démographiques).
Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

 Les données géographiques : cartographie, population, zone à couvrir et taux de


pénétration des abonnes dans cette zone (services demandes, trafic offert, .).
 Les services à offrir : voix, données.
 La liste des sites : identifier les lieux pour placer les eNodeB.
 Type d’antenne à utiliser.

• Dimensionnement de couverture :

L’analyse de la couverture reste fondamentalement l'étape la plus critique dans la conception


de réseau LTE. Elle est basée sur le bilan de liaisons, qui permet d’estimer le taux de perte du
trajet. Pour cela, il est nécessaire de choisir un modèle de propagation approprié. Le résultat
final obtenu est la taille de la cellule à couvrir, ce qui donne une estimation sur le nombre total
de sites. Cette estimation basée sur les exigences de couverture doit être vérifiée aussi par les
besoins de capacité.

• Dimensionnement de capacité :

Consiste à sélectionner les positions géographiques adéquates des sites, en vérifiant si le


système peut supporter la charge demandée sinon de nouveaux sites doivent être ajoutés, ainsi
que les configurations nécessaires des antennes dans le but de maximiser la couverture et la
qualité.

• Optimisation :

Un processus itératif de contrôle et de suivi des KPI (Key Performance Indicator), ayant le but
de maintenir les exigences de QoS préétablis. On compare les résultats obtenus de deux
dimensionnements, et on considère le nombre de sites le plus grand.

III) Dimensionnement de la PMR /LTE :


Le dimensionnement est une étape préliminaire qui permet de déterminer le volume des
équipements et les logiciels à acquérir et à déployer afin de satisfaire ses abonnés ainsi le
nombre des eNodeB maximum du nombre issu des deux méthodes.

Le dimensionnement des réseaux mobiles est un problème complexe qui met en jeu à la fois
des aspects théoriques et pratiques. Il s’agit de trouver la meilleure architecture cellulaire au
regard de plusieurs critères qu’on peut résumer comme suit :
- Qualité de couverture : garantir un lien radio en tout point de la zone à couvrir.
Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

- Absorption de la charge : le réseau doit être capable de fournir un nombre de canaux de


communication adapté à la densité de trafic associée à chaque cellule.
- Mobilité : Faciliter le handover lors des changements de cellules. Chaque station de base
doit connaître ses voisines pour permettre à un utilisateur de se déplacer sans perte de
communication.
- Evolutivité : un réseau cellulaire de type LTE est en perpétuelle évolution, intégrant de
nouvelles stations de bases, ou simplement de nouveaux TRX associés à chaque station
de base.
- Déploiement du réseau fixe via un ensemble de faisceaux hertziens pour interconnecter
les stations de base.

Dans la pratique, le déploiement d’un réseau LTE nécessite l’optimisation du placement des
sites, sous les deux contraintes de type radio et trafic. Il s’agit de tester, en fonction du type
d’antenne, de sa puissance d’émission et de son orientation, la zone couverte par l’émetteur.
Une approche pas à pas permet progressivement de faire converger le réseau vers une bonne
configuration.
Le principe est le suivant : de répartir les émetteurs sur le terrain, établir les zones de
couverture, et les adapter en déplaçant les sites, en modifiant les puissances d’émission, en
choisissant les orientations. Une fois la couverture est assurée, il faut rechercher une répartition
des fréquences en analysant les sites qui sont voisins, ainsi rechercher une répartition des
fréquences entre les sites.

III.1) Planification orientée couverture :


La prédiction de couverture est fondamentale car elle conditionne à la fois les critères radios ;
on peut prédire les perturbations provoquées par certains phénomènes. Le problème de
couverture apparait lorsque les ondes émises par le mobile n’arrivent pas à la station de base la
plus proche, ou bien lorsque celles émises par l’antenne des eNodeB n’arrivent pas avec une
puissance suffisamment détectable par la station mobile.

La mauvaise couverture provoque une élévation de taux d’échec d’accès, taux de coupure de
communication, taux de Handover.

Les étapes de dimensionnement de couverture sont :


- Exigence de qualité : est d’atteindre le débit binaire demandé avec une certaine
probabilité par exemple 64 kbps doivent être atteint avec une probabilité de 98%.
Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

- Dimensionnement de liaison montante : cherchant à cette étape le rayon de la cellule à


partir du débit binaire à la bordure de la cellule.
- Dimensionnement de liaison descendante : Si les exigences de qualité de liaison
descendante sont remplies, on calcule la distance de site à mobile et on la compare avec
le résultat limité de Uplink.
- Couverture de canaux de contrôle : La performance du canal de contrôle à la bordure
de la cellule doit être vérifiée par rapport à la valeur de la distance intersites calculée.

III.1.1) Bilan de liaison Radio (RLB) :


Souvent, lorsqu’on veut planifier une liaison radio, pour toute application sans fil, la première
question qui se pose est : Quelle est la distance maximale que peut séparer l’émetteur de
récepteur ?
Pour répondre à cette question le premier pas à faire est de déterminer l’affaiblissement de
parcours maximal (Maximum Allowable PathLoss MAPL), en passant par établir un bilan de
liaison radio (RLB). La seule sortie de RLB est l’affaiblissement de parcours maximal, ce
dernier est utilisé conjointement avec un modèle de propagation pour enfin déduire la distance
maximale pouvant séparer l’émetteur de récepteur. [12]

Commençons par l’expression de la puissance reçue en fonction de la puissance émise :

𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃 =𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃+𝐺𝐺𝐺𝐺𝐺𝐺−𝐿𝐿𝐿𝐿𝐿𝐿+𝐺𝐺𝐺𝐺𝐺𝐺−𝐿𝐿𝐿𝐿𝐿𝐿−𝑃𝑃𝑃𝑃−𝑃𝑃𝑃𝑃 (III.1).

Avec :

𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃 : Puissance émise (dBm).


𝐺𝐺𝐺𝐺𝐺𝐺 : Ensemble des gains introduits au niveau de l’émetteur (dBi).
𝐿𝐿𝐿𝐿𝐿𝐿 : Ensemble des pertes introduites au niveau de l’émetteur (dB).
𝐺𝐺𝐺𝐺𝐺𝐺 : Ensemble des gains introduits au niveau du récepteur (dBi).
𝐿𝐿𝐿𝐿𝐿𝐿 : Ensemble des pertes introduites au niveau du récepteur (dB).
𝑃𝑃𝑃𝑃 : Affaiblissement de parcours (dB).
𝑃𝑃𝑃𝑃 : Marges de planification (dB).

Dans le cas d’un affaiblissement de parcours maximal, la puissance reçue devient donc la
sensibilité du récepteur. La différence entre la puissance de l’émetteur et la sensibilité de
récepteur donne l’affaiblissement maximum qu’on peut tolérer, il est calculé de la manière
suivante :
Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

Avec :
L’affaiblissement maximal de parcours, exprimé
en dB. C’est le paramètre qu’on veut déterminer à travers l’établissement d’un bilan de liaison.

: est la puissance rayonnée équivalente à une antenne isotrope. Elle est exprimée en dB,
sous la formule suivante : (III.3).

Puissance d’émission de l’UE


Puissance de l’émission de eNodeB au (dépend de la catégorie du UE)
niveau du connecteur de l’antenne (43-49 Catégorie 1->5 UE de Rel-8/9
dBm). Catégorie 6-7-8 UE de Rel-

10/11
: Gain de l’antenne de eNodeB, il
dépend du constructeur. : Gain de l’antenne de l’UE, il
, Gain de diversité, dépend du nombre dépend du constructeur.
d’antennes à eNodeB et de la taille du , : Gain de diversité, dépend du
motif de coopération ( nombre d’antennes à l’UE
).
: Pertes des câbles
d’alimentation entre eNodeB et le
: Perte du corps humain,
connecteur d’antenne : elle dépend de la
dépend de l’équipement de
longueur, type et fréquence du câble. (1-6
l’utilisateur (téléphone/clé
dBm)
USB/tablette) h : Autres
h : Autres pertes liées à pertes liées à l’UE.

eNodeB (exemple : connecteurs).

Tableau III.1 : Paramètres pour le calcul du la PIRE. [8]

: désigne la sensibilité de référence du récepteur, exprimée en dB. Physiquement, ce


paramètre correspond à la puissance minimale de réception, elle est donnée par la formule :[12]

= . . )+ + + − , (III.4)
Avec :

: Constante de Boltzmann (1.388062 × 10−23).


Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

: Température ambiante en (K)

: La largeur de bande de réception : elle dépend du nombre de blocs de ressources requis,


et la largeur d’un bloc de ressources.
: La valeur de SINR requise au récepteur : dépend de , du débit d’information
requis, schéma CoMP, MIMO, etc. Déduite à partir des simulations.

Dépend du mode de duplexage et l’écart duplex.

Dépend du constructeur, elle tient compte des erreurs


résiduelles dans l’étage RF du récepteur (erreurs d’échantillonnage, quantification, etc.)

Dépend du type de récepteur13 et du nombre


d’antennes : , =10.log 10

III.1.2) Modèle de Propagation :


Sur des distances inférieures à 1 km, la propagation est plus perturbée par les bâtiments
et les arbres que par le relief : le rôle déterminant est joué par les bâtiments, la plupart des
liaisons radioélectriques de courte portée étant utilisées dans des zones urbaines et suburbaines
et le terminal mobile étant, très vraisemblablement, transporté par un piéton ou à bord d'un
véhicule. Etant donné la grande diversité des environnements existant à l'intérieur de chaque
catégorie, il n'est pas prévu de modéliser chaque cas possible, mais d'établir des modèles de
propagation qui soient représentatifs des environnements les plus fréquents comme :

Urbain élevé : Véritables « canyons urbains », c'est-à-dire rues encaissées entre des bâtiments
de plusieurs étages chacun, la propagation par-dessus les toits des bâtiments est peu probable à
cause de leur hauteur, les temps de propagation risquent d'être longs à cause de l'existence de
rangées de bâtiments de grande hauteur ainsi les nombreux véhicules se déplaçant dans la zone
sont autant d'obstacles qui réfléchissent les ondes et ajoutent un effet Doppler aux ondes
réfléchies.

Urbain/suburbain faiblement élevé : Se caractérise par des rues larges, risque de diffraction
par-dessus les toits des bâtiments qui comptent en général moins de trois étages, les véhicules
en mouvement peuvent parfois donner lieu à des phénomènes de réflexion et d'occultation
principales conséquences : temps de propagation importants et effet Doppler faible.

Résidentiel : Habitations d’un ou deux étages, les rues sont en général à deux voies et des
voitures sont stationnées le long des bas-côtés, possibilité de feuillage plus ou moins dense ainsi
trafic automobile habituellement léger.
Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

Rural : Petites maisons entourées de grands jardins, incidences de la topographie, possibilité


de feuillage plus ou moins dense et trafic automobile parfois élevé.

Dans chacun de ces quatre environnements on tient compte de deux scénarios possibles
d'utilisation du terminal mobile, les usagers étant divisés en piétons et en automobilistes. Pour
ces deux applications, la vitesse de déplacement du mobile est très différente, d'où des effets
Doppler différents. Le Tableau 2 indique les vitesses types retenues pour ces scénarios :

Milieu Vitesse pour les piétons Vitesse pour les véhicules

Vitesse type en centre-ville d'environ 50 km/h


Urbain élevé 1,5 m/s
(14 m/s)

Urbain/suburbain Environ 50 km/h (14 m/s);


1,5 m/s
faiblement élevé Routes express jusqu'à 100 km/h (28 m/s)

Résidentiel 1,5 m/s Environ 40 km/h (11 m/s)

Rural 1,5 m/s 80-100 km/h (22-28 m/s)

Tableau III.2: Vitesses types de déplacement du mobile. [1]

Le type de mécanisme de propagation qui domine dépend, notamment, de la hauteur à


laquelle se situe l'antenne de la station de base par rapport aux bâtiments environnants. Le
Tableau 3 définit les types de cellule usuels pour une propagation sur une petite distance à
l'extérieur des bâtiments.

Type de cellule Rayon de la cellule Emplacement type de l'antenne de la station de base

En extérieur ; installée au-dessus du niveau moyen des toits,


Macrocellule de
0,5 km à 3 km certains bâtiments environnants pouvant être plus hauts que la
Petite taille
hauteur d'antenne de la station de base

Microcellule 100 m à 500 m En extérieur ; installée au-dessous du niveau moyen des toits

En intérieur ou en extérieur (installée au-dessous du niveau des


Pico cellule Jusqu'à 100 m
toits)

Tableau III.3: types de cellule. [1]


Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

Un modèle de propagation RF est une formule mathématique utilisée pour caractériser la


propagation de l’onde radio entre l’émetteur et le récepteur. Cette formule dépend de plusieurs
facteurs, à savoir :
- La fréquence de l’onde.
- La distance parcourue par l’onde.
- Les hauteurs des antennes de l’émission et de la réception. - Type de terrain
(morphologie).
- Clutter (caractéristiques et densité des bâtiments).

Il existe plusieurs modèles de propagation RF, on site quelque modèles les plus utilisés :

III.1.2.(1) Modèles de propagation en espace libre :


Le modèle de prédiction de la propagation en espace libre est le premier modèle qui a été
proposé, il est utilisé en supposant que le chemin entre l’émetteur et le récepteur est
complètement dégagé. C’est le cas des communications par satellites. La puissance reçue après
une distance d de l’émetteur est égale à :

(III.6)

Avec :

λ : Longueur d’onde.
Pe : Puissance émise.
Ge : Gain de l’antenne d’émission.
Gr : Gain de l’antenne de réception.
L : Facteur de perte du système, il est indépendant de la propagation et toujours supérieur ou
égal à 1. Il est dû aux pertes des filtres, des antennes etc….
L=1 indique que le système ne possède aucune perte.

L’atténuation du parcours est définie comme une grandeur positive exprimée en dB qui traduit
la différence (dB) entre la puissance émise et la puissance reçue. En appliquant cette définition
dans le cas de la propagation en espace libre, l’atténuation de parcours est donnée par :

(III.7)

Lorsque Ge=Gr=1, l’atténuation résultante entre l’émetteur et le récepteur est :


Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

Il est à noter que le modèle de propagation en espace libre n’est utilisé que lorsque le récepteur
est suffisamment éloigné de l’émetteur, ou situé dans la région de Fraunhöfer. La région de
Fraunhöfer d’une antenne est définie comme la région au-delà d’une distance qui dépend de la
dimension de l’aire équivalente de l’antenne et la longueur d’onde de la porteuse. Elle est
donnée par :
𝟐𝟐

: Où D est la dimension de l’antenne physique.

En pratique la puissance reçue en un point situé à une distance d dans la région de Fraunhofer
se calcule par rapport à une distance de référence d0. La puissance P (d0) peut être calculée ou
dégagée à partir des mesures faites dans un environnement donné. Pour un point situé à une
distance d>d0>df l’équation de propagation en espace libre peut être reformulée selon
l’équation suivante :

III.1.2.(2) Modèles empiriques :


Les modèles empiriques de prédiction de propagation sont, en réalité, des formulations
mathématiques exprimant l’atténuation en fonction de plusieurs paramètres tels que la
fréquence d’émission, le degré d’urbanisation, la hauteur des terminaux...
Leur qualification d’empirique vient du fait que ces modèles sont élaborés à partir des
statistiques effectuées sur un ensemble de mesures. La classification des modèles empiriques
se fait selon leurs distances d’application. On distingue deux catégories : Outdoor et Indoor.
 Modèles Outdoor :
Modèle d’Okumura-Hata :

La formule d‟Okumura-Hata est la formule la plus utilisée à l’heure actuelle au niveau des
outils de planification cellulaire. Cette formule est définie par Hata à partir des mesures
effectuées par Okumura dans les environs de TOKYO. Le principe de base de cette méthode
repose sur le calcul de l’affaiblissement en espace libre et ajouter un facteur d’atténuation selon
le degré d’urbanisation. Les conditions de validité de ce modèle sont récapitulées ci-dessous :
Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

FORMULATION :

L0=69.55 +26.16 log (f) – 13.82 log (hb) + (44.9-6.55 log (hb)) log(d) (III.11)

 Pour une ville grande, l‟expression est donnée par :

Lurbain = L0 – a (hm) où a (hm)= (1.1 log (f) – 0.7) hm – (1.56 log(f) – 0.8) (III.12)

 Pour une ville moyenne, l‟expression est donnée par :

Lurbain = L0 – a (hm) (III.13)

Avec :

a = 0 dB pour hm=1.5m

 Pour un environnement banlieue, les pertes ont pour expression :

 Pour un environnement rural dégagé, les pertes ont pour expression :

Avec:

f : fréquence en Mhz (150 Mhz ≤ f ≤ 1500 Mhz).


d : distance entre la station de base et le mobile en Km (1 Km ≤ d ≤ 20 Km).
hb : hauteur de la station de base en m (30m ≤ hb ≤ 200 m).
hm : hauteur du mobile en m (1 m ≤ hm ≤ 10 m).

Le modèle d‟Okumura-Hata ne tient toutefois pas compte des reliefs précis tels que les masques
de diffraction, de plus la bande de fréquence interdit son utilisation pour des applications
comme la planification du LTE. A cet effet un modèle amélioré a été proposé, c’est celui de
COST231 de HATA.
Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

Modèle Erceig Greenstein :

Le modèle Erceig Greenstein est un modèle empirique développé pour les applications sans fil
large bande. Le groupe qui l’a développé, a remarqué que le modèle d’Okumura-Hata n’est pas
convenable pour les zones boisées et montagneuses, c’est pour cette raison qu’ils ont créé. Un
modèle valable pour trois différents types de terrain A, B et C.

Avec :
Terrain A: Montagneux avec une lourde densité d’arbres.

Terrain B: Vallonné avec une densité modérée d’arbres.

Terrain C : Terrain plat avec faible densité d’arbres.

, pour les terrains de type A et B.

, pour les terrains de type C.

Modèle COST 231 de Hata :

Le modèle COST 231 de Hata est développé ainsi pour étendre l’utilisation du modèle
d’Okumura-Hata pour les bandes de 1500 à 2000 MHz.

Formulation :

 Pour les petites et moyennes villes :

 Pour les villes denses :


Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

La valeur de C est donnée : -


Dans le milieu urbain : C = 0
-Dans le milieu suburbain : C = −51.11
-Dans le milieu rural : C = −30.23

Modèle de Walfisch-Ikegami /Bertoni :

Le groupe de recherche européen COST 231 utilise un modèle combinant les approches
empiriques et déterministes pour calculer les pertes de propagation en milieu urbain. Ce modèle
tient en compte la perte de propagation en espace libre, la perte par diffraction, la perte entre
les toits des bâtiments voisins et l’influence des routes où le mobile est situé.

Le modèle considère seulement les bâtiments dans la direction verticale entre l’émetteur et le
récepteur. Il se base principalement sur les modèles de Walfich et Bertoni ainsi que celui
d’Ikegami.

Les paramètres intervenants et les conditions de validité du modèle sont donnés ci-après :

f : Fréquence porteuse (MHz) : 800 ≤ f ≤ 2000.


h TX: Hauteur d’antenne (m) de la station de base par rapport au sol : 4 ≤ h TX ≤ 50.
h RX : Hauteur d’antenne (m) de la station mobile par rapport au sol : 1 ≤ h RX ≤ 3.
h Roof : Hauteur moyenne (m) des bâtiments : h Roof ≥ h RX.
W : Largeur de la route (m) où le mobile est situé.
b : Distance (m) entre les centres de bâtiments.
d : Distance (Km) entre la BS et la MS : 0.02 ≤ d ≤ 5.
α : Angle (en degrés) que fait le trajet avec l’axe de la route ΔhTX= hTX – hRoof : Hauteur de
BS au-dessus des toits (m).
ΔhRX = hRoof – hRX : Hauteur de MS au-dessous des toits (m).

Ce modèle distingue deux cas, selon la vision de mobile avec l’émetteur :

1) LOS (Line-of-sight / vision directe) :

Sont des connexions sans obstacles, les plus puissantes et plus stables que les connexions
NLOS, qui connaissent un taux d’erreur plus élevé.
Formulation :
Lp (dB)= 42.64 + 26 log(d) +20 log(f) (III.18)
Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

Le modèle suppose que la hauteur d’antenne de BS est supérieure à 30m pour assurer le
dégagement de la zone de Fresnel. L’affaiblissement dans l’espace libre est donné par :

L’affaiblissement en LOS dans le cas du modèle de Walfisch-Ikegami s’écrit alors :

Lp(dB) = Lfs + 10.19+6log(d) =

2) NLOS (Non-line-of-sight / vision indirect):

Un signal émis par une station de base peut franchir de petits obstacles, tels que les maisons,
les arbres et les grands obstacles tels que les collines et les grands immeubles ne peuvent
malheureusement pas être franchis par les signaux Lte, Comme connaît une diminution en
termes de débit.

Formulation :

Avec :

: Perte de l’espace libre.

: Estimation des effets de la diffraction multi obstacle.

L'exactitude de ce modèle est assez élevée par-ce-que dans les environnements urbains, la
propagation sur les toits (diffractions multiples) est le mécanisme le plus dominant.

 Modèles Indoor :

Plusieurs types de modèles empiriques étaient proposés pour résoudre le problème de


propagation Indoor. Observons plus en détails quelques modèles les plus utilisés :
Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

Modèle Log normal shadowing : Ce modèle peut être également utilisé dans les
environnements indoor du fait qu’il introduit une variable aléatoire modélisant l’effet
des obstacles pour une même distance du récepteur :

Avec :

n : dépend des alentours et du type de l'immeuble.

Xϭ : représente la variable aléatoire normale exprimée en dB.

Modèle de facteur d'atténuation :

Un modèle flexible, utilisé pour réduire la différence entre l'atténuation de parcours prévue.
Les résultats seront nettement meilleurs que ceux donnés par le modèle log normal shadowing.
La formulation de l'atténuation est donnée par :

Avec :

d : Distance qui sépare l'émetteur du récepteur.

d0 : Distance de référence.

PL (d0): L’atténuation de parcours pour la distance de référence.

n : Représente l'indice de propagation pour le même étage.

FAF : Facteur d'atténuation d'un étage pour un nombre précis d'étages.

PAF : Facteur d'atténuation de partition pour un obstacle spécifique entouré par une ligne
dessinée entre l’émetteur et le récepteur en 3D.

Le modèle déjà cité permet de modéliser l’effet des murs et des étages dans l’équation de
propagation. Ses inconvénients majeurs c’est qu’il ne prend pas en considération tout d’abord
le point de rupture qui divise l’espace de propagation en deux régions d’indices différents et il
ne considère pas l’effet de l’angle d’incidence de Londe avec les obstacles.

Le modèle qui a été proposé par Cheung et qui prend en considération les deux phénomènes
déjà cités est donné par :
Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

Avec :

d : est la distance émetteur-récepteur.

dbp : est la distance séparant le point de rupture de l’émetteur. n1, n2 : les indices d’atténuation
de parcours situés de part et d’autre du point de rupture. U(.) : La fonction définie par :

0 Si d<0
U(d) =
1 Si d≥0

WAF(p) et FAF(q) : sont les facteurs d’atténuation à l’incidence normale

: sont respectivement les angles entre le pème mur et le qème plancher et la ligne droite
émetteur-récepteur.

III.1.3) Calcul de la sensibilité du récepteur :


Le calcul de la sensibilité n’est pas évident, il est complexe et passe par plusieurs étapes, dans
cette partie, on va déterminer 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 et 𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆 de l’équation (III.4)

III.1.3.(1) Détermination de la bande de réception 𝑩𝑩𝑹𝑹𝑹𝑹 :

𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵=𝑁𝑁𝑁𝑁𝑁𝑁𝑁𝑁 *𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵=𝑁𝑁𝑁𝑁𝑁𝑁𝑁𝑁,*12.Δ𝐹𝐹=180𝐾𝐾𝐾𝐾𝐾𝐾*𝑁𝑁𝑁𝑁𝑁𝑁𝑁𝑁 (III.26)

Avec :
𝑁𝑁𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃: le nombre de PRB (Physical Resource Block)

𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 : la largeur de bande d’un PRB

Δ𝐹𝐹 = 15 KHz : l’espacement entre sous-porteuses.

Etant sur la bordure de la cellule (où la puissance reçue doit être supérieure ou égale à la
sensibilité), et pour déterminer , nous devons tout d’abord fixer :

Débit d’information requis sur les bordures de la cellule : il dépend du service à planifier
et garantir. On le note : [bits/s].
BLER (Block Error Rate) (%) : Le taux d’erreur par bloc à planifier sur les bordures de la
cellule, il dépend du type de service à planifier et garantir. On le note : .
Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

MCS index (Modulation & Coding Scheme) : La technique de modulation et de codage


optimale. L’index prend une valeur de 0 à 28. En fait, chaque MCS index doit se référer à une
modulation ayant b bits/symbole et un codage de rendement R.

Le Coût système (System OverHead) (%) : on va le noter SOH, présente le pourcentage des
ressources consommées par le système parmi la totalité des ressources.

Par conséquence, , est donné par la formule (III.27) :

Avec :

: indice qui mentionne Ul /DL.

: nombre de RE (élément ressource), par TTI (égal à 7 pour un préfixe cyclique normal et 6
pour un préfixe cyclique étendu).
E { } : la partie entière.

Le débit d’information réellement demandé s’écrit sous la forme :

- (III.28)

Ensuite, on doit rappeler qu’un symbole de modulation nécessite un RE (élément ressource), et


qu’un TTI égal à 1 ms dans le domaine temporel. On peut aboutir à la taille de block de transport
TBS (Transport Block Size : nombre de bits/utilisateur/TTI) :

(III.29)

Il suffit maintenant de trouver le nombre PRB requis, on rappelle que le nombre de RE par PRB
est égal à ×12, d’où on peut retrouver le nombre de PRB requis en passant par la formule

- (III.30)
Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

III.1.3.(2) Détermination du SINR requis :


Avec la stratégie basée sur la valeur estimée de SINR, le terminal mobile identifie les stations
de base et les points d'accès dans son entourage, estime les canaux et la puissance reçue des
différentes stations de base (ou des points d'accès) et la variance de bruit thermique. Ensuite, il
sélectionne le réseau qui présente la plus grande valeur de SINR.
La valeur de SINR est une quantité qui décrit la qualité du signal utile par rapport à l'interférence
en provenance des stations voisines et du bruit thermique. Pour déduire la valeur, nous allons
proposer deux solutions :

La première consiste à calculer la valeur reçue de SINR au sens le plus général, le canal intègre
également les perturbations externes affectant la transmission : l’interférence et le bruit
thermique qu’est provoqué par les équipements électroniques du récepteur, tandis que
l’interférence est créée par d’autres transmissions radio que celle attendue par le récepteur.

La qualité du signal reçu, aussi appelée la qualité du canal, est caractérisée par le rapport signal
sur interférence et bruit (Signal to Interférence and Noise Ratio, SINR), défini comme suit :

(III.31)
Les deux signaux utile / interférence sont présenter dans la figure ci-dessous :

Figure III.1 : Influence de la position de l’UE dans la cellule sur son débit.

Une deuxième solution consiste à l’approximation par la formule d’alpha-Shannon :

𝛈𝛈 = 𝛈𝛈𝐁𝐁𝐁𝐁. 𝐥𝐥𝐥𝐥𝐥𝐥𝟐𝟐 (𝟏𝟏 + 𝛈𝛈𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒 . 𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒) (III.32)

Avec :
Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

𝛈𝛈 : L’efficacité spectrale.
𝛈𝛈𝐁𝐁𝐁𝐁 : L’efficacité de la bande.
𝛈𝛈𝛈𝛈𝛈𝛈𝛈𝛈𝛈𝛈 : L’efficacité de SINR.

Le débit théorique maximal est donné par :

𝐑𝐑 = 𝑩𝑩𝑹𝑹𝑹𝑹. 𝜼𝜼 = 𝑩𝑩𝑹𝑹𝑹𝑹 . 𝜼𝜼𝑩𝑩𝑩𝑩. 𝐥𝐥𝐥𝐥𝐥𝐥𝟐𝟐(𝟏𝟏 + 𝜼𝜼𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺 . 𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺) (III.33)

D’où :
𝐑𝐑

On déduit :

𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐫𝐫𝐫𝐫𝐫𝐫 = 𝟏𝟏𝟏𝟏. 𝐥𝐥𝐥𝐥𝐥𝐥𝟏𝟏𝟏𝟏(𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒) (III.35)

III.1.3.(3) Les marges de bruit :


On ne peut pas calculer l’affaiblissement de trajet maximum sans calculer les marges de bruit,
qui correspondent à l’environnement radio, pour éviter le phénomène « Swiss Cheese » (surface
avec trous de couverture). Plusieurs types de marges ont été reconnus ; on peut citer :

(a) Marge de pénétration :


Perte de pénétration est l’atténuation du signal due à la pénétration aux bâtiments. Elle dépend
du type de zone. Comme indique le tableau :
Environnement Perte de pénétration dB

Dense urbaine 18-25

Urbaine 15-18

Suburbaine 10-12

Rurale 06-08
Tableau III.4 : pertes de la pénétration. [3]

Cette marge est assimilée à une variable aléatoire Gaussienne, le meilleur moyen de déterminer
sa valeur, consiste à prendre des mesures expérimentales depuis la zone concernée.
Généralement, elle prend une valeur autour de 20 dB ou plus pour la perte des bâtiments (notée
BL), et une valeur autour de 8 dB pour la perte des véhicules (notée VL).

Cette marge dépend essentiellement de trois facteurs :


La fréquence du signal : Les pertes varient selon la fréquence du signal.
Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

Le type des bâtiments : Essentiellement le matériel de construction (brique, bois, pierre,


verre...).
La structure des bâtiments : densité et épaisseur des murs, nombre et dimensions.

(b) Perte de types de signal (Body) :


Le tableau ci-dessous montre le taux de perte pour un signal vocal. C’est l’affaiblissement dû à
l’absorption d’une partie de l’énergie transmise par le corps humain (seulement pour les
services vocaux).
Type de signal Perte (dB)

VOIP 3

Donnés 0
Tableau III.5 : pertes selon type de signal. [3]

(c) Marge de Shadowing :


Le Shadowing, ou l’effet de masque, ce phénomène est dû aux obstacles qui existent dans milieu
de propagation radio, tel que les bâtiments et la morphologie du terrain. Les mesures réelles du
terrain ont montré que l’effet de masque est une valeur aléatoire Log Normale (Logarithme est
une variable aléatoire Gaussienne), qui dépend de :
 Probabilité couverture de zone : densité de l’environnement.
 Standard de déviation.

Probabilité de couverture (dB)


Environnement
98% 95% 90% 85% 75%

Rurale-suburbaine 5.5 3 0.06 -1 -4

Urbaine 8.1 5 2 0.2 -3.5

Dense Urbaine-suburbaine dense 10.6 6.7 3.1 1 -3

Tableau III.6 : Marge de shadowing. [3]

(d) Évanouissement rapide :


Perte de Rayleigh : c’est l’effet de Multi-trajet apparaît lorsque le signal émis passe par des
chemins différents, et donc le récepteur reçoit le même signal à partir des chemins différents.
Notons que la marge d’évanouissement Rapide = 1, 2 dB.
Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

(e) Marge des lignes d’alimentation (Feeder) :


C’est une perte causée par les divers dispositifs qui sont situés sur le trajet de l’antenne vers le
récepteur, comme la perte de la ligne d’alimentation qui dépend de la longueur de la ligne, les
connecteurs et les jumpers (sauts). La figure ci-dessous montre les connexions typiques du
système d'alimentation de l'antenne dans une station de base :

Figure III.2 : Connexions du système d'alimentation de l‟antenne. [3]

La formule de calcul de la perte de la ligne est la suivante :

Length feeder = Base station height + 5m.

Pertes Feeder (dB) = Feeder loss/100m ×Feeder length/100m.

Perte de Jumper = 1/2 feeder (cm) × nombre de cavaliers (jumpers).

Perte de connecteurs= nombre de connecteurs × 2×0.1 dB.

Le tableau ci-dessous illustre les pertes de feeder (ligne d’alimentation).


Pertes (dB /100m)
Type de ligne
2600(MHz) 2100(MHz) 900(MHz)
0.5cm 11 10.8 9
0.875 cm 6.3 6 4.9
1.25 cm 4.6 4.5 3.2
1.625 cm 3.8 3.5 2.6
Tableau III.7: pertes de ligne d’alimentation. [3]

(f) Marge d’interférence :


En LTE, un utilisateur n'interfère pas avec d'autres utilisateurs dans la même cellule car ils sont
séparés dans le domaine fréquence /temps mais on parle de l'interférence avec des cellules
voisines.
Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

L’interférence est due à la réutilisation de fréquence. En particulier en LTE, le facteur de


réutilisation est de 1, ce qui mène à des niveaux d’interférence beaucoup plus importante.
D’autres sources d’interférences peuvent être prises en compte, tel que les interférences des
autres systèmes, on introduit une autre marge de sécurité pour maintenir l’équilibre du bilan de
liaison.

La valeur d’IM est fortement liée à la charge de la cellule (le taux d’occupation des ressources
physiques), la technique de coordination de l’interférence dans le concept CoMP, la distance
entre deux sites, etc…
La marge d’interférence est donnée par l’équation :

(III.36)

Avec :

𝐼𝐼 : Le niveau de l’interférence provenant des cellules adjacentes qui utilisent les mêmes PRB
simultanément.

𝑁𝑁𝑁𝑁h : La densité de bruit thermique (dB/Hz).

𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵: La largeur de bande de réception.

Charge de la cellule (%) 𝐼𝐼𝐼𝐼 𝑑𝑑𝑑𝑑


35 1
40 1.3
50 1.8
60 2.4
70 2.9
80 3.3
90 3.7
100 4.2
Tableau III.8 : 𝐼𝐼𝐼𝐼𝐼𝐼𝐼𝐼 en fonction de la charge de la cellule. [8]

(g) Marge de planification :


La marge de planification qui figure dans l’équation (III.2), est la somme de toutes les marges
de sécurité prises en compte, nécessaire pour équilibrer le RLB, pour enfin aboutir à une valeur
de MAPL valable pour la planification.
 Couvertures indoor/ deep indoor 𝑃𝑃𝑃𝑃=𝐼𝐼𝐼𝐼+𝑆𝑆𝑆𝑆+𝐵𝐵𝐵𝐵.
Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

 Couvertures incar 𝑃𝑃𝑃𝑃=𝐼𝐼𝐼𝐼+𝑆𝑆𝑆𝑆+𝑉𝑉𝑉𝑉.


 Couvertures Outdoor 𝑃𝑃𝑃𝑃=𝐼𝐼𝐼𝐼+𝑆𝑆𝑆𝑆.

III.1.4) Calcul du nombre de site en se basant sur le


bilan de liaison :
Le RLB donne la perte de trajet maximale autorisée, et à partir de laquelle la taille des cellules
est calculée en utilisant un modèle de propagation approprié.

Le RLB prend en considération : les puissances d'émission, les gains, les pertes d'antenne, les
gains de diversité, les marges d’interférence.
Pour LTE, l'équation MAPL est comme suit (en dB) :

MAPLDL = EIRPDL- SUE – LNF – IMDL – Lpen – LbodyLoss + GEU Antenna (III.37)

MAPLUL = EIRPUL- SeNB – LNF – IMUL – Lpen – LbodyLoss + GeNB Antenna + GeNB

(III.38)

Avec :

MAPL = Perte de trajet totale rencontrée par le signal envoyé de l'émetteur au récepteur (dB).
EIRP(PIRE) : puissance de rayonnement isotrope équivalente.
S-Rx : sensibilité de récepteur.
LNF: log normal fading margin.
IM : Interférence Margin.
G -antenne : Gain de l'antenne d’émission.
G-shad: Gain Shadowing.
L-pen : perte de Pénétration.
L-feeder : perte de Feeder .
L-body : perte de pénétration du corps humain.

Après avoir calculé l’affaiblissement de parcours maximum (MAPL) par l’établissement d’un
RLB équilibré, on peut déterminer le rayon de la cellule en utilisant le modèle de propagation
adéquat. En effet, lorsque l’affaiblissement de parcours est égal à sa valeur maximale, la
distance parcourue est égale au rayon de la cellule 𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅.

Le nombre de sites est facilement calculé à partir de la superficie du site et la valeur input de
la zone de déploiement Zd. Nous pouvons calculer l’empreinte du site, que nous notons 𝑆𝑆cell.
Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

Cette dernière dépend du nombre de secteurs par site, que nous notons secteur. La figure ci-
dessous exprime la configuration des secteurs :

Figure III.3: Configuration des secteurs cellulaires. [16]

On va prendre deux exemples pour bien comprendre le principe. On suppose qu’on est dans
un environnement urbain, ou on va appliquer :

1) Le modèle Okumura-Hata, on obtient :


+26.16 -13.82

Avec :

2) Le modèle Cost231-Hata, on obtient :

+33.9 -13.82

Avec :

Une fois le rayon de la cellule est calculé (dans cet exemple le modèle choisi est
Okumura-Hata, donc l’unité est le Km), on peut calculer la superficie de couverture de la cellule
(appelée empreinte du site), qu’on note . Cette dernière, dépend bien du nombre de
secteurs par site, qu’on va noter
Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

Nombre de secteur par site Empreinte


Mono-sectorisé = 2.6 Rcell2
Bi-sectorisé = 1.3 2.6 Rcell2

Tri-sectorisé = 1.95 2.6 Rcell2


Tableau III.9 : Empreinte du site en fonction du nombre de secteurs. [16]

La figure ci-dessus illustre un exemple de la méthode de calcul de la zone des sites à partir de
2 modèles hexagonales de cellule. Pour un site Mono-sectorisé et un site Tri-sectorisé, le calcule
est comme suit :

Figure III.5 : Modèle hexagonales de cellule.

Et par la suite le calcul du nombre de sites devient très simple c’est le quotient entre la surface
de la zone et la surface du site :

Sz: C’est la surface totale de la zone, dépend du type de la zone comme montre le tableau III.10
suivant, dans notre application la surface de la zone est un paramètre « input » pour garantir un
résultat exacte :
Type de zone Surface de la zone (Km²)

Urbaine dense 50

Urbaine 400

Suburbaine 200

Rurale 300

Tableau III.10 : Surface de zone. [3]


Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

Plus détaillé ; après la détermination de l’empreinte du site, et tout en disposant de la superficie


totale de la zone de déploiement ( é ), on peut enfin aboutir au nombre de sites
demandés pour la couverture, , à l’aide de la formule :

Avec :

: indice qui mentionne Ul /DL.

Après avoir fait le calcul pour la liaison montante et la liaison descendante, il faut choisir le
plus grand, pour s’assurer que les deux liaisons soient équilibrées.

III.3.2 Planification orientée capacité :

Le dimensionnement de capacité permet de trouver la capacité maximale qui peut être


supportée par une cellule. Son objectif est de déterminer le nombre de sites nécessaires pour
satisfaire les trafics des abonnés dans une zone donnée.

La capacité disponible dans chaque station de base doit être planifiée en fonction de l'usage qui
en est prévu. À cet égard, les éléments suivants sont importants :

 Emplacement (centre-ville, zone urbaine, banlieue, campagne).


 Présence d’infrastructures spéciales à proximité (aéroport, stade de football, salle de
concerts, centre commercial, etc.).
 Nombre de ressources patrouillant habituellement dans la zone, nombre de groupes
de communication différents qu’elle doit supporter et schéma des appels (groupes,
privés, téléphonie).

Ce serait gaspiller les deniers publics que de dire que chaque station de base doit être équipée
de 4 carriers (porteuses), juste pour le cas où, peu importe qu’elle ne soit guère utilisée dans des
circonstances ordinaires. On peut attendre du gestionnaire du réseau qu’il étudie les schémas
d’utilisation et déplace la capacité après une période initiale d’utilisation qui corrobore ou
invalide les estimations faites en phase de planification.
La capacité peut aussi être renforcée provisoirement pour faire face à une soudaine
augmentation prévue des besoins de capacité pour un événement planifié peu récurrent.
Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

Cependant, dans le cadre d’un incident grave spontané du moins au cours des quelques
premières heures.

Pour évaluer les besoins en capacités on doit suivre les taches suivantes :

• Estimer le débit de cellule.


• Analyser les entre de trafic fourni par l'opérateur pour estimer la demande de trafic
(nombre d'abonnée, trafic des données, répartition géographique des abonnés dans la
zone).
Le principal indicateur de la capacité est la distribution dans la cellule : l'augmentation de
nombre d'utilisateurs augmente l'interférence et le bruit et diminue la couverture cellulaire par
suit force le rayon de la cellule à devenir plus petits.
Dans le cas de notre réseau eLTE, qui s’intéresse à la ville de Yaoundé et plus précisément au
quartier Odza, le dimensionnement par capacité n’est pas pris en considération à cause de la
faible capacité de la société à couvrir.

IV) Dimensionnement de l’interface S1 et X2 :


Le dimensionnement de couverture et de capacité ne sont pas suffisant pour établir un
dimensionnement, sont juste une plate-forme préliminaire pour le dimensionnement ou une clé
autrement dit un accès vers le reste du dimensionnement. Comme seconde étape on s’intéresse
à la capacité des interfaces entre les eNodeB. [14]

IV.1) L’interface X2 :
L’architecture du réseau d’accès en LTE est plate, les eNodeB sont deux à deux connectés par
l’interface X2 (physique ou logique) cette dernière s’avère comme opération beaucoup moins
complexe. Le nombre d’interface X2 est donc donnée par :

(III.46)

De différentes expériences de quelques opérateurs pour déterminer la capacité de l’interface X2


en LTE :
Huawei : L’interface X2 demande une capacité beaucoup moins que celle de l’interface S1, au
maximum 3%. [14]
Ericsson : X2 est < 2 % du trafic en S1, à peu près 1.6 % [14]
Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

En se basant sur les réclamations des constructeurs et en retenant que la capacité de l’interface
X2 ( ) constitue 3% celle de S1 , mais après l’évolution venue avec l’apparition du
concept CoMP, on va distinguer 3 cas : [14]

Sans coordination : X2 garde la même capacité que LTE.

(III.47)

JP-CoMP : Ce cas de coopération nécessite le partage des données de tous les utilisateurs dans
la zone de coopération.

𝑪𝑪𝑿𝑿𝑿𝑿 = 𝟑𝟑%. 𝒄𝒄𝒔𝒔𝒔𝒔 + 𝑪𝑪𝒂𝒂𝒂𝒂𝒂𝒂𝒂𝒂𝒂𝒂é é é é

(III.48)
CBCS CoMP : Dans ce cas, il y’a échange de signalisation entre les eNodeB appartenant au
même groupe de coopération, chaque UE actif, envoie le CSI feedback (commentaire) à sa
station de service pour l’informer des pré-codeurs les plus destructifs un message appelé
RESTRICTION REQUEST est par suite diffusé vers toutes les stations appartenant au même
motif de coopération. Ce message est estimé de taille 86 bits et il est transmis chaque TTI (1
ms), soit donc un débit de 86 kbits/sec par UE actif par eNodeB.
D’où, un terminal eNodeB transmet é messages et reçoit é messages de type
RESTRICTION REQUEST sur une liaison bidirectionnelle X2.

. (III.49)

Ces schémas concernent le sens montant et descendant.

IV.2) L’interface S1 :
Cette interface transporte des données et de la signalisation, sa capacité peut être décomposée
en somme d’une capacité sur le plan utilisateur et sur le plan contrôle :

(III.50)

Le plan contrôle constitue 2 % du plan utilisateur, donc elle est estimée à :

𝑪𝑪𝑪𝑪𝑪𝑪 = 𝑪𝑪𝑪𝑪𝑪𝑪𝑪𝑪𝑪𝑪𝑪𝑪é. (𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻é + 𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻𝑻é). 𝟏𝟏𝟏𝟏𝟏𝟏% (III.51)


Chapitre III : Etude de la planification du réseau eLTE

V) Conclusion :
Dans ce chapitre, on a introduit les concepts de base et les calculs mathématiques nécessaires
au dimensionnement de couverture et de capacité ainsi que les interfaces qui nous permettent
de faire une bonne planification radio de notre réseau dans la zone choisie. Toutes ces notions
seront adoptées par la suite pour la conception et le développement dans une application, qui
sera présentée dans le chapitre suivant.
Chapitre IV : Déploiement du réseau

Chapitre IV
Déploiement d’un réseau PMR/LTE

I) Introduction
Dans ce dernier chapitre, nous allons exposer les étapes de planification d’un réseau
radio PMR basé sur la norme eLTE. Pour cela, nous vous présenterons tout d’abord notre
application de dimensionnement, sa structure globale, ses interfaces et ses fonctionnalités, et
ensuite nous utilisons l’outil de planification et d’optimisation des réseaux cellulaires « Atoll »
pour déployer un nouveau réseau eLTE, tout en se basant sur les résultats de calcul obtenus par
notre outil de dimensionnement.

Pour répondre à nos besoins, le présent chapitre focalise sur l’utilisation du logiciel
Atoll qui permet de planifier et optimiser les réseaux cellulaires et qui peut être utilisé sur tout
le cycle de vie des réseaux (du design à l'expansion et l'optimisation) pour garantir une meilleure
qualité de service aux clients en termes de capacité et de couverture.

II) Conception de l’outil de dimensionnement du réseau


La conception est une phase importante dans le cycle de développement d’un projet. Le
support de cette phase par des techniques et des outils appropriés est délicat pour produire
une application de grande qualité. La conception doit prendre en compte les besoins,
l’expérience et les capacités de l’utilisateur. Ainsi, nous allons utiliser le standard industriel
de modélisation des objets UML 2.0 (Unified Modeling Language) qui est l'outil le plus
approprié à être utilisé dans ce cadre.

II.1) Spécification des besoins


La phase spécification est une étape primordiale dans le déroulement du projet. Dans
cette section, nous allons présenter et modéliser les choix pris au cours de la conception
et de la réalisation.
Les besoins de ce travail viennent de la nécessité de pallier les insuffisances des
couvertures pour le système eLTE. Cela nécessite une bonne conception pour
dimensionner les zones afin gérer les besoins des abonnés.
Chapitre IV : Déploiement du réseau

Ces fonctionnalités nécessitent généralement la présence de l’état actuel d’un


équipement donné comme un ENodeB. Pour satisfaire ces besoins, notre outil doit
prendre en charge plusieurs fonctionnalités qui visent essentiellement à assurer à
l’administrateur pouvoir de dimensionner des ENodeB selon la couverture. Après
l’étude et l’analyse des méthodes, on conclut que les fonctionnalités de l’outil sont :
• Dimensionnement orienté couverture pour eNodeB : établir le bilan de liaison
radio, calculer l’affaiblissement de trajet maximum pour déduire le rayon de la
cellule, et par suite les nombres des eNodeB.
• Elaborer un rapport qui contient tous les paramètres qui interviennent
dans le dimensionnement.

II.1.1) Besoins fonctionnels


Plusieurs facteurs peuvent entrer en jeu dans ce type de besoins, qui sont présentés
comme suit :

• L’utilisateur doit être authentifié grâce à un login et un mot de passe avant


d’accéder aux interfaces de calcul.
• L’utilisateur doit calculer le bilan de liaison radio (RLB) qui comprend Max
pathloss, EIR, SINR.
• En utilisant le modèle de cost-HATA 231, l’utilisateur calcule le rayon de la
cellule pour déterminer le nombre des eNodeB.
• Après l’insertion des paramètres nécessaires. Les résultats finaux seront affichés
dans une interface.

II.1.2) Besoins non fonctionnels


Ce sont des nécessités qui ne concernent pas précisément le comportement du système
mais plutôt l’assimilation des contraintes internes peuvent être présentés dans les points
suivants :
• Le code doit être clair pour permettre de futurs évolutions et améliorations.
• L’ergonomie : l’application donne une interface simple et facile à utiliser.
• La sécurité : l’application doit respecter la confidentialité des données.
• Garantir l’intégrité et l’agrégation des données à chaque mise à jour et à chaque
intégration.
Chapitre IV : Déploiement du réseau

II.2) Outils de conception

II.2.1) Choix du langage de modélisation


On a choisi UML (Unified Modeling Language) qui est un langage graphique conçu
pour représenter et détailler les composants d’un système. Ce choix est justifié
essentiellement par diverses opportunités qu’offre ce langage.

Par voie de conséquence, UML :


• Standardise l’élaboration et la construction des logiciels ;
• Limite les ambiguïtés grâce à son formalisme ;
• Normalise les concepts et les objets ;
• Facilite la représentation et la compréhension des solutions objets ; - Construit
un langage universel indépendant des langages de programmation.

La modélisation UML contient 3 types de vue :

Les vues statiques :


• Diagrammes de classes.

La vue fonctionnelle :

• Diagramme de cas d’utilisation.


 les vues dynamiques :
• Diagrammes de séquence.

II.2.2) Logiciel de modélisation : Microsoft Visual


studio ultimate 2012
Visual Studio est un ensemble complet d'outils de développement permettant de générer
des applications Web ASP.NET, des Services Web XML, des applications bureautiques
et des applications mobiles. Visual Basic, Visual C++, Visual C# et Visual J# utilisent
tous le même environnement de développement intégré (IDE, Integrated Development
Environment) , le visuel studio ultimate Edition prend en charge non seulement UML
mais aussi la DRE et SysML .
Chapitre IV : Déploiement du réseau

II.3) Les diagrammes UML

II.3.1) Le diagramme de cas d’utilisation


Un diagramme de cas d’utilisation décrit le comportement d'un système du point de vue
d'un utilisateur ce qui sert à comprendre et à structurer ses besoins qui sont le but attendu
par le système à développer. Ainsi, il a pour fonction de représenter les acteurs, les cas
d'utilisation et les relations entre eux.

II.3.1.(1) Diagramme de cas d’utilisation globale


Dans cette partie, nous identifions les besoins de l’outil ainsi que les services offerts par
notre application.

Figure IV.1 : diagramme de cas d’utilisation globale


L’acteur de l’application : le responsable de dimensionnement c’est la seule personne
qui a le droit d’accéder à l’application pour effectuer l’opération de dimensionnement,
il doit donc tout d’abord s’identifier.

Il a une tâche globale qui est de gérer des opérations de dimensionnement, et il peut
consulter ces tâches, en ajouter et en supprimer.

Par la suite il peut commencer la saisie des paramètres d’entrée et les exigences de
couverture dans les menus suivants : « Uplink », « downlink ».
Chapitre IV : Déploiement du réseau

II.3.1.(2) Diagramme de cas d’utilisation « Dimensionnement de


couverture »

Figure IV.2 : Diagramme de cas d’utilisation « Dimensionnement de couverture »


L’acteur doit saisir les paramètres d’entrée et les exigences de couverture tel que Radio
Link Budget, max path loss, Radius dans le menu : « Dimensionnement de couverture
». Les sorties de ce module sont :
• Le rayon de la couverture.
• Nombre d’eNodeB.

II.3.2) Le diagramme de classe


Il représente les classes intervenant dans l’outil de planification. Le diagramme de classe
est une représentation statique des éléments qui composent un système et de leurs
relations.
Chaque application qui va mettre en œuvre le système sera une instance des différentes
classes qui le compose. A ce titre il faudra bien garder à l'esprit qu'une classe est un
modèle et l'objet sa réalisation. Le fonctionnement dynamique d'une classe pourra être
modélisé à travers des diagrammes d'état ou d'activité
Dans notre cas, le diagramme de classes contient les classes primordiales utilisées dans
notre application avec leurs différents attributs qui seront utilisés plus tard comme des
paramètres, ainsi que les relations entre les classes qui précisent le fonctionnement de
notre outil.
Chapitre IV : Déploiement du réseau

Figure IV.4 : Diagramme de classe


Description
Dans cette partie, nous expliquons le but de l’implémentation de chaque classe dans
notre outil de Dimensionnement.
• Classe Paramètre zone : les attributs de cette classe contiennent tous les
paramètres de la zone à planifier, comme le type d’une zone (dense urbaine,
urbaine, rurale), la fréquence à utiliser et la perte de pénétration, il y a comme
méthodes 3 fonctions à savoir ajouter, modifier et supprimer, cette classe a une
association avec la classe d’opération, chaque paramètre zone peut subir
plusieurs opérations mais chaque opération ne peut contenir qu’un paramètre
zone.
• Classe coverage dimensionning : les attributs contiennent les paramètres d’entrée
pour calculer le Radio link budget ,Max path loss et Cell Radius , pour
Chapitre IV : Déploiement du réseau

déterminer le nombre des stations EnodeB à exploiter , il a comme méthodes 3


fonctions à savoir ajouter , modifier et supprimer , cette classe a une association
avec la classe opération , chaque opération de dimensionnement de couverture
est liée à une seule opération .
• Classe User : les attributs associés présentent les informations propres à chaque
utilisateur (responsable de dimensionnement), chaque utilisateur peut exécuter
plusieurs opérations mais au contraire chaque opération n’est exécutée que par
un seul utilisateur.

II.3.3) Le diagramme de séquence


Les principales informations contenues dans un diagramme de séquence sont les
messages échangés entre les lignes de vie, présentés dans un ordre chronologique. Ainsi,
contrairement au diagramme de communication, le temps y est représenté explicitement
par une dimension (la dimension verticale) qui s’écoule de haut en bas.

II.3.3.(1) Diagramme de séquence « Authentification »


Pour des raisons de sécurité, seul le responsable de dimensionnement a le droit d’accès
à l’application. Cette procédure se déroule comme suit :
Chapitre IV : Déploiement du réseau

Figure IV.5 : diagramme de séquence « Authentification »


- Scénario du cas s’authentifier :

Le responsable saisit les données d’authentification, ensuite le système vérifie l’identité


entrée et autorise l’accès, sinon il affiche un message de vérification du login et du mot
de passe.
Chapitre IV : Déploiement du réseau

II.3.3.(2) Diagramme de séquence « générale »

Figure IV.5 : Diagramme de séquence « générale »

II.4) Présentation des interfaces


Après la conception et la modélisation fonctionnelle et organisationnelle nous avons
développé les interfaces de notre application.
Chapitre IV : Déploiement du réseau

II.4.1) L’interface d’authentification


La page d’accueil sert à authentifier les utilisateurs de l’application au moyen d’un
identifiant et un mot de passe. Si l’identifiant est non valide un message de demande
pour vérifier les paramètres de connections s’affiche :

Figure IV.6 : Interface d’authentification Figure IV.7 : Echec d’authentification

II.4.2) Interface d’accueil


Cette interface donne la possibilité de : démarrer une nouvelle opération, modifier ou
supprimer une ancienne opération. Le responsable de planification peut aussi consulter
l’historique des anciennes opérations.

Figure IV.8 : Interface d’accueil coté user

Figure IV.9 : Interface d’accueil coté


administrateur
Chapitre IV : Déploiement du réseau

II.4.3) Interface création d’opération


Il est question ici d’introduire un titre d’opération puis une date pour faciliter la
consultation par la suite.

Figure IV.10 : création d’opération

II.4.4) Interface paramètre Zone


Ici, il s’agit d’entrer tous les éléments nécessaires au dimensionnement de la couverture
en Uplink et en downlink.

Figure IV.11 : interface paramètre zone UL Figure IV.12 : interface paramètre zone DL
Chapitre IV : Déploiement du réseau

II.4.5) Interface Résultat de dimensionnement

Après avoir entré tous les paramètres, il suffit de cliquer sur le bouton calculer pour
obtenir le résultat final. Les résultats du dimensionnement de notre réseau eLTE en Uplink et
en Downlink sont groupés dans un seul onglet « Résultat » (Figure IV.12). Cet onglet est destiné
à afficher, pour le sens montant et descendant, les informations suivantes :

 Puissance isotrope rayonnée équivalente (PIRE)


 Champs équivalent
 Affaiblissement de propagation
 Affaiblissement le plus contraignant
 Rayon maximal des cellules
 Distance inter-sites maximale
 Surface de couverture du site
 Nombre de stations de bases
 Affaiblissement du modèle de propagation

Figure IV.12 : Interface Résultat de dimensionnement


de couverture
Chapitre IV : Déploiement du réseau

III) La phase de planification

III.1) Présentation de l'environnement de travail


Nous avons choisi pour la planification et l’implémentation des sites le simulateur Atoll
Wireless network engineering 3.1.2.58.
Il s’agit-là d’un progiciel flexible et évolutif qui permet l'accompagnement du besoin d'un
opérateur pendant tout le cycle de vie de l'ingénierie, il incorpore un moteur de propagation
haute performance supportant les réseaux hiérarchiques, la modélisation du trafic multiservice
ainsi que le plan de fréquence automatique, il permet de gérer la majorité des systèmes
cellulaires : GSM/GPRS/EDGE, TDMA, UMTS/HSDPA CDMA/CDMA2000, WIMAX,
WiFi et le LTE/LTE-A. Enfin après avoir déployé un réseau, Atoll permet de réaliser de
multiples prédictions comme [20] :
- Couverture par niveau de champ.
- Couverture par émetteur.
- Etude du trafic.
- Zone de recouvrement.
- Couverture par niveau de C/I.
- Débit moyen.

III.1.1) Les étapes à suivre


Les étapes de configuration d'Atoll sont :

- Création d'un projet LTE.


- Importer la carte d’ODZA.
- Le système de coordonnées choisi est WGS84.
Nous avons créé les paramètres radios suivants :

- Site (un nom, une position et une hauteur).


- Transmetteur (contient une ou plusieurs antennes).
- Cellule.

III.1.2) Interface de logiciel


L’interface principale du logiciel Atoll est représenté sur la figure suivante :
Chapitre IV : Déploiement du réseau

Figure IV.13 : La page principale d’Atoll.

Pour commencer la planification sous l’outil Atoll, il faut tout d’abord créer un nouveau projet.
La figure suivante montre comment créer un nouveau projet à partir d’un document Template.

Figure IV.14 : Création d’un nouveau projet.

III.1.3) Système de cordonnées


Le système de coordonnées WGS84 est le système géodésique standard mondial, notamment
utilisé par le système GPS ; il s'est rapidement imposé comme une référence pour la
cartographie numérique. Un système géodésique est un système de référence permettant
d'exprimer les positions au voisinage de la Terre. Les deux figures IV.15 et IV.16 expliquent
les étapes à suivre pour le choix du système de cordonnées convenable a notre projet.
Chapitre IV : Déploiement du réseau

Figure IV.15 : Choix du système de technologie


.

Figure IV.16 : Liste des systèmes de coordonnées

III.1.4) Importer la Map numériques


Le profil de Map du trafic basé sur l'environnement utilisateur ne doit être utilisé
que pour une précision sur le trafic qui est du même niveau que l'encombrement statistique
Chapitre IV : Déploiement du réseau

disponible dans un projet. Avant de commencer le calcul, il est nécessaire d’importer la Map
numérique sur laquelle on va planifier la zone désirée.

Tous d’abords, nous allons importer la carte d’ODZA comme montre la figure IV.17.

Figure IV.17 : Importation de la carte numérique.

III.1.5) Zone géographique à planifier


La zone géographique couvre une partie de la ville De Yaoundé. La ville se situe dans la région
du centre Cameroun. Est présente beaucoup de zones d’habitation. On trouve de nombreux
immeubles, plusieurs quartiers résidentiels, quelques espaces verts, des axes routiers, ainsi que
des zones industrielles. Pour préciser la zone géographique et l’environnement sur lesquels
nous allons travailler (Figure IV.18), nous avons besoin de 4 entrées essentielles :

Clutter : c’est le fichier image représentant la nature du relief dans la région sur laquelle nous
allons déployer notre réseau. Elle permet de classer les surfaces selon leurs
caractéristiques en : Open, Sea, inland_water, park, industrial, etc. (Figure IV.7).
Heights : C’est un dossier d’altitudes qui permet de donner l’élévation par rapport au niveau
de la mer. Il sera utilisé lors du calcul du niveau de signal en tenant compte aussi de
l’élévation des bâtiments dans la zone.
Ortho: C’est un fichier ou un tableau précisant la distribution des bâtiments sur la carte de la
zone en spécifiant la surface qu’ils occupent sur cette zone.
Chapitre IV : Déploiement du réseau

Vector : contient des fichiers pour tracé les déférant chemin (les route principal et secondaire,
les rue, les aéroports, l'autoroute, chemin de fer).

Figure IV.6 : Map finale de la ville d’Oran.

Figure IV.7 : Légende de la surface selon leurs caractéristiques.


Chapitre IV : Déploiement du réseau

Pour localiser la zone de couverture on choisit l’onglet Coverage Export Zone,


ensuite nous faisons le contour complet. Dans notre cas, sur la carte en cliquant sur la petite
icône hexagonale de couleur blanche à droite. Nous faisons une clique droite sur la ligne pour
visualiser la surface exacte de la zone à planifier.

Figure VI.8 : Focus de la zone à planifier.

Focus zone (en vert): c'est la zone exacte à planifier, dans laquelle ATOLL génère ses rapport
et statistiques. La figure précédente présente un aperçu de la zone à planifier, qui couvre un
peu plus que 51.27 Km². Cette zone se caractérisé par une forte densité de population. Chaque
couleur désigne la densité de la zone.

Nous pouvons remarquer sur la figure IV.8, la carte de Tramway d’Oran (ligne bleu en
gras). Le Tramway d’Oran est un des systèmes de transport en commun desservant
l'agglomération d’Oran, deuxième ville d'Algérie. Un premier tronçon de 18,7 km et 32
stations, reliant Sidi Maârouf à EsSenia, est en service depuis le 2 mai 2013. Cette ligne dessert
Chapitre IV : Déploiement du réseau

notamment : Sidi Maârouf, Haï Sabah, le campus de l'Université des sciences et de la


technologie (USTO), le carrefour des 3 Cliniques, le palais de justice, Dar El Beïda, le quartier
plateau Saint-Michel, le centre-ville d'Oran (place du 1er novembre), M’dina El Djadida,
Boulanger et Es Senia.
IV.3 Ajout des sites

Pour introduire les sites, nous avons choisi la méthode du motif hexagonal. Atoll
calcule de façon automatique le nombre des sites nécessaires pour couvrir notre zone. Le
logiciel Atoll propose un outil qui cherche automatiquement le(s) meilleur(s) emplacement(s)
à donner au site pour les optimiser.

D’après le résultat de simulation de dimensionnement que nous avons réalisé par notre
outil Dim_Tetra (chapitre précédent), nous avons besoin de 3 TBS (stations de base
TETRA) pour ouvrir la zone autour du réseau de Tramway. La figure suivante montre la
distribution des sites TETRA dans la zone choisie.

Figure IV.9 : Emplacement des sites TETRA sur la Map.


Chapitre IV : Déploiement du réseau

IV.3.1 Analyse des tronçons

Il est impératif de bien connaitre le profil terrain de la zone en question pour voir si
ces sites proposés vont assurer une bonne couverture ou non. Nous procédons par des études
élémentaires des tronçons qui séparent chaque deux site successif.

IV.3.1.1 Tronçon entre Site 1 et Site 2

La distance qui sépare ces deux sites est à peu près égale à 4.82 Km. Le site 2 se trouve
à une altitude élevée par rapport le premier site (site 1) est respecté les prédictions du bilan
de liaison. Il existe aucun obstacle entre les deux sites (Figure IV.10).

Figure IV.10: Test de la liaison site 1 – site 2.


Chapitre IV : Déploiement du réseau

IV.3.1.2 Tronçon entre Site 2 et Site 3

Figure IV.11 : Test de la liaison site 2 – site 3.

La distance qui sépare ces deux sites (site 2 et site 3) est à peu près égale à 3.67 Km qui
respecte les prédictions du bilan de liaison.

IV.3.1.3 Tronçon entre Site 1 et Site 3

Comme il montre sur la figure suivant. La distance qui sépare ces deux sites est à peu
près égale à 6.10 Km. Le site 2 se trouve une altitude élevée par rapport le troisième site mais
il respecte les prédictions du bilan de liaison. Il n’existe aucun obstacle entre les deux sites.
Chapitre IV : Déploiement du réseau

Figure IV.12 : Test de la liaison site 1 – site 3.


Chapitre IV : Déploiement du réseau

Figure IV.13 : type de projet dans ATOLL

 Zone de couverture :

Le but du projet est de dimensionner et de planifier des sites EnodeB dans la zone «
Tozeur ville » . La zone de couverture a une superficie de 32m². On va assurer une bonne
couverture et une qualité de signal (rapport signal/bruit) optimisé et un débit de
navigation optimal.

Figure 4.17 : carte topographie


La carte contient les données topographiques et morphologiques de la zone à planifier.
Les données peuvent être aussi sous forme de vecteurs indiquant par exemple les
routes, le bord de la mer, les lacs, les aéroports....
Chapitre IV : Déploiement du réseau

 Implémentation des sites :

Nous avons introduit 12 sites tri sectoriels comme l’indique notre outil de dimensionnement
et nous avons choisi la zone exacte à planifier, par un contour de la forme hexagonale par la
Computation zone. On mentionne ses limites par Focus zone.

Figure 4.18 : Implémentation des sites dans la carte

Il faut configurer tout d’abord le calcul des paramètres de l’émetteur et du récepteur en


indiquant la perte due au bruit et la perte totale.
Chapitre IV : Déploiement du réseau

Figure 4.19 : les paramètres de l’émetteur et du récepteur

 Simulation orientée couverture

Figure 4.20 : Simulation du zone orienté couverture


On distingue ici que la plupart de la zone est couverte avec un haut niveau de signal
(signal level < 70dbm en rouge). Donc la répartition des sites est bien planifiée.
Nous remarquons que les valeurs de puissance du signal les plus élevées sont concentrées
autour des sites, et ces valeurs diminuent en s’éloignant des émetteurs à cause des
atténuations.
L’histogramme suivant (figure n°4.21) démontre le pourcentage de zones couvertes en

fonction du niveau du signal.


Chapitre IV : Déploiement du réseau

Figure 4.21 : Histogramme de la prédiction de couverture

 Simulation orientée débit de navigation (trafic)


Chapitre IV : Déploiement du réseau

Figure 4.22 : Simulation du zone orienté débit DL (throughput)


La plupart de la ville posséde un débit d’accès élevé (400 Mbps) indiqué par la couleur
rouge et jaune dans la carte. L’histogramme suivant (figure n°4.23) montre les debit de
zones couvertes en fonction du surface du zone planifiée.
Chapitre IV : Déploiement du réseau

Figure 4.23 : Histogramme coverage by DL throughput


 Simulation orienté rapport signal/bruit (C/N )

Figure 4.24 : Simulation du zone orienté rapport signal / bruit


Nous remarquons que le niveau du rapport signal sur bruit C/N autour des sites est
satisfaisant ( abscence du couleur bleue qui présente le signal bruité.

 Résultat de la simulation :

L’impression d’écran suivante illustre le résultat de la simulation (couverture +


capacité).
Chapitre IV : Déploiement du réseau

Figure 4.24 : résultat final de la simulation

4.5 Conclusion
Dans ce chapitre de réalisation et de planification, nous avons suivi toutes les étapes de
réalisation de notre application. Ainsi, nous avons effectués des impressions d’écran
dans lesquelles nous démontrons les différentes étapes de l’application. Enfin, une partie
de planification finale sert à entériner les résultats obtenus.

IV) Conclusion
Dans ce dernier chapitre, nous avons mis en évidence notre démarche de
dimensionnement et de planification d’un réseau eLTE à travers un outil pratique sur un cas
réel représente le réseau d’Odza de la ville de Yaoundé.

Cette étude pratique a été réalisée en première étape par notre application Matlab qui
nous a assuré le calcule et la vérification de certains paramètres du dimensionnement de réseau
que nous avons développé puis en deuxième étape par le logiciel de planification et
d’optimisation Atoll qui nous a assuré la planification du notre réseau eLTE.
Chapitre IV : Déploiement du réseau

Le déploiement du réseau est effectué selon un processus bien précis, d'une autre part
l'outil Atoll nous a aidés de prendre une vision claire sur les résultats théoriques qui approchent
la réalité, ce qui est très nécessaire pour avoir une idée sur le processus qui sera implémenté sur
terrain.
Chapitre IV : Déploiement du réseau
Chapitre IV : Déploiement du réseau
Chapitre IV : Déploiement du réseau

Vous aimerez peut-être aussi