Vous êtes sur la page 1sur 14

UNIVERSITE DE LILLE

ECOLE POLYTECHNIQUE UNIVERSITAIRE DE


LILLE

Master 2 : Ingénierie Hydraulique et Géotechnique

Compte rendu des travaux pratiques de GEORADAR

Réalisé Par :

OULADZIANE Ibrahim
Encadré par :
M EL KHATTABI Jamal

Année Académique : 2020/2021


Sommaire
SOMMAIRE ................................................................................................ 1
GENERALITES SUR LES GEORADAR .................................................. 2
Principe ............................................................................................................................ 2
Grandeurs mesurées ......................................................................................................... 3
Résultats attendus ............................................................................................................ 3
GEORADAR A MOYENNE FREQUENCE (200-600MHZ) ................ 4
......................................................................................................................................... 4
Les antennes ..................................................................................................................... 4
Examen des radargrammes (Traitement des données) ...................................................... 5
Profil 1 :RDC de polytech’Lille (le sens du Bâtiment C au bâtiment A). ................................. 5
Traitement des données : ................................................................................................... 5
Interprétation des résultats.................................................................................................... 6
Profil 2 :RDC de polytech’Lille (le sens du Bâtiment A au bâtiment C). ................................. 7
Traitement des données : ................................................................................................... 7
Interprétation des résultats.................................................................................................... 8
Profil 3 :le parking de polytech’Lille ...................................................................................... 9
Traitement des données ..................................................................................................... 9
Interprétation des résultats.................................................................................................. 10
GEORADAR A HAUTE FREQUENCE (2000MHZ) ......................... 11
l'acquisition des données: ............................................................................................... 11
Traitement des données : ............................................................................................... 12
Interprétation des résultats ................................................................................................. 13
CONCLUSION .......................................................................................... 13

Liste des figures


FIGURE 1 : PRINCIPE DE LA METHODE RADAR ....................................................................................... 2
FIGURE 2 : LE RADARGRAMME BRUT DE PROFIL ................................................................................... 5
FIGURE 3 : RADARGRAMME 600 MHZ – PROFIL 1 .................................................................................. 6
FIGURE 4 : RADARGRAMME 200 MHZ – PROFIL 1 .................................................................................. 7
FIGURE 5 : RADARGRAMME 200 MHZ – PROFIL 2 .................................................................................. 7
FIGURE 6 : RADARGRAMME 600 MHZ – PROFIL 2 .................................................................................. 8
FIGURE 7 : RADARGRAMME 200 MHZ – PROFIL 3 .................................................................................. 9
FIGURE 8 : RADARGRAMME 600 MHZ – PROFIL 3 – PARTIE 1 ............................................................ 9
FIGURE 9 : RADARGRAMME 600 MHZ – PROFIL 3 – PARTIE 2 ......................................................... 10
FIGURE 10 : RADARGRAMME 600 MHZ – PROFIL 3 – PARTIE 3 ....................................................... 10
FIGURE 11 : DIRECTION DES MESURES .................................................................................................. 11
FIGURE 12 : RESULTAT SUR LOGICIEL GRED HD ................................................................................. 11
FIGURE 13 : RADARGRAMME 2000 MHZ – PROFIL 1 ............................................................................ 12
FIGURE 14 : RADARGRAMME 2000 MHZ – PROFIL 1 -TRAITE .......................................................... 13

1
Generalites sur les georadar
Principe
Les méthodes de reconnaissance radar en géophysique sont basées sur
l'étude de la propagation des ondes électromagnétiques dans le sol dans un
domaine de fréquences variant de quelques dizaines de MHz (pour les
applications de sub-surface) à quelques GHz (pour les applications du génie
civil). Ces ondes sont émises sous forme d'impulsions temporelles de très
courte durée, en un point de la surface par une antenne émettrice. Elles
interagissent avec le milieu en créant des phénomènes de conduction et de
polarisation qui dépendent de la permittivité complexe effective ε*c des
matériaux rencontrés.

Lorsque les ondes rencontrent une surface séparant deux milieux de


constante diélectrique différente, elles se réfléchissent partiellement (selon
la loi de Snell Descartes) L’étude des ondes réfléchies qui atteignent la
surface du sol où elles sont captées par une antenne, puis enregistrées et
analysées permet de caractériser les propriétés du sous-sol.

La propagation des ondes électromagnétiques dans le sous-sol est régie par


les équations de Maxwell.

Figure 1 : Principe de la méthode radar

2
En mode monostatique, la même antenne fait office d'émetteur et de
récepteur. En mode bistatique, il y a une antenne émettrice et une antenne
réceptrice distinctes. Des dispositifs avec un plus grand nombre d'antennes
sont aussi utilisés.

Les ondes électromagnétiques sont fortement influencées par le milieu


dans lequel elles se propagent. Leurs caractéristiques varient suivant les
propriétés diélectriques des hétérogénéités rencontrées dans le sol.

En génie civil, les sols rencontrés ont des propriétés physiques et en


particulier diélectriques, très différentes, suivant leur nature et leur
composition.

Grandeurs mesurées
Nous mesurons les variations d'amplitude du champ électrique issu des
réflexions et des diffractions sur les contrastes diélectriques du milieu en
fonction du temps de propagation des ondes dans le milieu mesuré en
nanosecondes.

Résultats attendus
Le premier résultat obtenu est un «radargramme brut», appelé aussi
«coupe temps». l'amplitude de chaque signal, graduée en niveau de couleur,
est donnée en fonction du temps de propagation (ns) et les signaux sont
juxtaposés en fonction de la position en surface.

Le deuxième résultat obtenu est le «radargramme interprété» appelé


aussi «coupe profondeur» : la connaissance, ou des hypothèses sur les
vitesses dans le milieu, permettent de transformer l’échelle des temps (ns),
en échelle de profondeurs (m).

La réalisation de plusieurs profils voisins permet de visualiser les mesures


en trois dimensions (surface auscultée en coordonnées horizontales et
profondeur en coordonnées verticales), par des coupes horizontales à une
profondeur donnée et des coupes verticales selon un profil donné, ou mieux
encore, par un bloc diagramme à trois dimensions.

3
Georadar a moyenne frequence (200-600MHz)

Les antennes
Les antennes utilisées sont de type dipôles bi-triangles, Elles permettent
l'émission et la réception d'impulsions électromagnétiques dans un
domaine spectral donné: elle rayonne leur maximum d'énergie autour
d'une fréquence, dite fréquence centrale, qui est donnée dans l'air par le
constructeur, et à laquelle on peut associer la profondeur de pénétration et
la résolution des ondes électromagnétiques dans le matériau ausculté. Plus
les fréquences utilisées sont hautes, meilleure est la résolution mais moins
grande est la profondeur de pénétration. A l'inverse, plus les fréquences
sont basses, moins bonne est la résolution et plus grande est la profondeur
de pénétration.

A Polytech’Lille, les antennes suivantes ont été utilisées:

- une antenne papillon de 600 MHz : cette antenne offre une très bonne
qualité de signal, et permet d'imager le sous-sol dans les premiers mètres;

- une antenne papillon de 200 MHz : de même cette antenne offre une
bonne qualité de signal, et permet de pénétrer plus en profondeur mais
avec une moins bonne résolution.

4
Examen des radargrammes (Traitement des données)
Profil 1 :RDC de polytech’Lille (le sens du Bâtiment C au bâtiment A).

Le premier résultat obtenu est un «radargramme brut», appelé aussi


«coupe temps».

L’amplitude de chaque signal, graduée en niveau de couleur, est donnée en


fonction du temps de propagation (ns) et les signaux sont juxtaposés en
fonction de la position en surface.

Figure 2 : Le radargramme brut de profil

Traitement des données :

Le même traitement a été appliqué à tous les profils et tous les


radargrammes ont été ainsi visualisés :

- application d’un traitement standard.

- Evaluation des vitesses des anomalies détectées.

- application d’un traitement avancé.

5
On note des variations latérales importantes dans le caractère des
radargrammes sur les profils longs. Deux exemples sont fournis pour les
antennes de 600 MHz et 200 MHz.

Le profil 1 RDC peut être divisé en 2 zones dont le caractère des réponses
en profondeur est nettement différent, ce qui est vraisemblablement lié à
des différences de nature des matériaux en profondeur, plutôt qu’à des
conditions de surface différentes.

Figure 3 : Radargramme 600 MHz – Profil 1

Interprétation des résultats


La réflexion à la surface du sol apparaît toujours comme deux lignes
continues successives, la première est blanche; elle est suivie d’une noire.
Un second réflecteur quasi continu apparaît ensuite, qui correspond à des
dallages de l’école polytech’Lille. Au-dessous de ces réflecteurs quasi
continus proches de la surface, si l’on analyse le profil enregistré, on peut
distinguer differents types de réflecteurs isolés.

 Des hyperboles isolées à moyennes et grandes profondeurs (t > 15


ns). Le profil 1 (600 MHz) est riche en réflecteurs de ce type. Ils
correspondent aux signaux réfléchis attendus sur le toit des
canalisation d’assainissement et d’eau potable.
 La partie droite de profil correspond au sous-sol de polytech’lille.

6
Figure 4 : Radargramme 200 MHz – Profil 1

 Des réflecteurs d’extension latérale limitée à moyennes et grandes


profondeurs. Les hyperboles ne sont pas individualisées : Il est
difficile de dire s’il s’agit de signal ou de bruit.

Profil 2 :RDC de polytech’Lille (le sens du Bâtiment A au bâtiment C).


Traitement des données :

Figure 5 : Radargramme 200 MHz – Profil 2

Le profil 2 RDC peut être divisé en 2 zones dont le caractère des réponses
en profondeur est nettement différent, ce qui est vraisemblablement lié à
des différences de nature des matériaux en profondeur.

7
Nous constatons une relative homogénéité latérale, mais des hyperboles de
diffraction de deux natures différentes, entre l’un et l’autre des deux profils.

Figure 6 : Radargramme 600 MHz – Profil 2

Interprétation des résultats


La réflexion à la surface du sol apparaît toujours comme deux lignes
continues successives, la première est blanche; elle est suivie d’une noire.
Un second réflecteur quasi continu apparaît ensuite, qui correspond à des
dallages de l’école polytech’Lille. Au-dessous de ces réflecteurs quasi
continus proches de la surface, si l’on analyse le profil enregistré, on peut
distinguer differents types de réflecteurs isolés.

 Des hyperboles isolées à moyennes et grandes profondeurs (t > 15


ns). Le profil 2 (600 MHz) est riche en réflecteurs de ce type. Ils
correspondent aux signaux réfléchis attendus sur le toit des
canalisation d’assainissement et d’eau potable.

 La partie gauche de profil correspond au sous-sol de polytech’lille.

 Des hyperboles isolées à moyennes et grandes profondeurs (t < 15


ns). Le profil 2 (600 MHz) est riche en réflecteurs de ce type. Ils
correspondent aux signaux réfléchis attendus sur le toit des
chainages entre les poteaux .

8
Profil 3 :le parking de polytech’Lille

Traitement des données

Figure 7 : Radargramme 200 MHz – Profil 3

Le même traitement a été appliqué à tous les profils et tous les


radargrammes ont été ainsi visualisés :

- application d’un traitement standard.

- Evaluation des vitesses des anomalies détectées.

- application d’un traitement avancé.

On note des variations latérales importantes dans le caractère des


radargrammes sur les profils longs. Deux exemples sont fournis pour les
antennes de 600 MHz et 200 MHz.

Figure 8 : Radargramme 600 MHz – Profil 3 – partie 1

9
Interprétation des résultats
 Des hyperboles isolées proches de la surface (t < 10 ns), qui se
«propagent» plus ou moins en profondeur : A priori, ce sont les
canalisations, regards métalliques et autres objets anthropiques
situés près de la surface du sol ou dans le premier mètre qui donnent
lieu à ces réflexions bien individualisées. Deux exemples sont
présentés, le long de parking et de la rue de moyenne importance

Figure 9 : Radargramme 600 MHz – Profil 3 – partie 2

 Des réflecteurs continus à moyennes profondeurs, avec ou sans


pendage. Ces réflecteurs correspondent vraisemblablement à des
interfaces continues qui séparent deux couche de chaussée différente
: base d’un remblai par exemple,

Figure 10 : Radargramme 600 MHz – Profil 3 – partie 3

10
Georadar a haute frequence (2000MHz)
l'acquisition des données:
les mesures sont faites directement sur la surface de la salle de TP selon les
deux axes X et Y

 Cinq profils dans la direction de l’abscisse


 Cinq profils dans la direction de l’ordonnée

Figure 11 : Direction des mesures

Figure 12 : Résultat sur Logiciel GRED HD

11
Pour chaque profil :

Le premier résultat obtenu est un «radargramme brut», appelé aussi


«coupe temps».

L’amplitude de chaque signal, graduée en niveau de couleur, est donnée en


fonction du temps de propagation (ns) et les signaux sont juxtaposés en
fonction de la position en surface.

Figure 13 : Radargramme 2000 MHz – Profil 1

Traitement des données :


Le même traitement a été appliqué à tous les profils et tous les
radargrammes ont été ainsi visualisés :

- application d’un traitement standard.

- Evaluation des vitesses des anomalies détectées.

- application d’un traitement avancé.

Nous observons des hyperboles isolées proches de la surface (t < 10


ns),dans la même profondeur.

12
Interprétation des résultats

Figure 14 : Radargramme 2000 MHz – Profil 1 -traité

Les antennes de très haute résolution ( 2 Ghz) permettent de localiser le


ferraillage jusqu’à 40 cm de profondeur mais également les objets non
métalliques (gaines, vides, …).

Évidemment, nous pouvons observer des ondulations régulières dans


l'image, et à travers l'analyse, nous pouvons dire qu'il s'agit du ferraillage.

Conclusion
Le géoradar avec une fréquence de 2000 MHz (haute fréquence) permet de
détecter avec une meilleur résolution les anomalie et nous pouvons obtenir
une image très détaillée des faibles profondeurs ; en utilisant un géoradar
avec des fréquences de 600 MHz et 200 MHz (moyenne et basse fréquence),
nous avons obtenue des images moins claire dans des profondeurs
importantes.

13

Vous aimerez peut-être aussi