Vous êtes sur la page 1sur 21

La pratique de l'audit interne dans les entreprises d'assurances copie (2)

1. 1. 1
2. 2. RésuméAu cours de ce stage, j’ai eu l’opportunité d’intégrer la prestigieuseSociété
Tunisienne d’Assurances et de Réassurances « La STAR ».Le travail réalisé s’avère
très enrichissant pour mon expérience professionnelle aussi biensur le plan technique
que sur le plan humain.Une bonne expérience qui m’a permis d’avoir une vision
détaillée de l’activité de laSTAR et précisément la fonction d’audit interne, considérée
comme étant un élémentobligatoire, nécessaire, incontournable pour la bonne gestion,
et une exigence générale dematière de gouvernance. C’est dans ce cadre que s’inscrit
notre projet traitant de lapratique de l’audit interne dans l’entreprise d’assurances.Dans
un premier temps, nous avons eu à découvrir la notion de l’assurance, le
marchétunisien, ses organes, ses activités techniques.Ainsi, nous avons fait la prise
deconnaissance de la STAR leader du secteur d’assurances.Ensuite, nous avons eu à
comprendre la fonction d’audit interne, et de savoir le côtéméthodologie de cette
activité, ainsi que, l’organisation d’une mission d’audittel qu’entreprise par la
Direction Audit Interne de la STAR.Enfin, dans la phasepratique de cette étude, nous
avons procédé à une mission d’audit duDépartement Sinistre Matériel Automobile et
la formulation des recommandations quipermettraient naturellement de garantir la
sauvegarde du patrimoine, la maîtrise delentreprise, l’améliorationde la qualité de
linformation comptable et financière etlapplication des instructions de la Direction
Générale. 2
3. 3. RemerciementsJe remercie ALLAH letout puissant de mavoir donné la force et le
courage darriver là ;A Monsieur LASSAAD ZARROUK le Président Directeur
Général de la STAR, jevoudrais profiter de cette occasion pour vous présenter mes
sincères remerciements pourvous Monsieur le Directeur de m’avoir accepté au sein de
votre entreprise pour effectuermon projet de fin d’étude.Mes vifs remerciements à
mon encadreur professionnel Madame KAOUTHER IFNIOUERDIANNE de m’avoir
bien accueilli au sein de la Direction Audit Interne.Jexprime ma sincère gratitude et
remerciements à mon encadreur universitaire MonsieurMOEZ TAKTAK pour ses
conseils précieux, son aide dans le cheminement de cetteétude.Mes vifs remerciements
et ma profond gratitude s’adresse à monsieur MOHAMEDLOUKILpour son
encadrement et ses orientations et ses conseils.Mes vifs remerciements à toutes
l’équipe d’audit et en particulier MONSIEUROTHMAN OUESLATI et Madame
IMENROMDHAN qui mont apportéleursaides leurs conseils pour m’intégrer à la
pratique approfondie du domaine d’audit.Mes remerciements aux responsables de la
Direction Ressources Humaines MadameRADHIA KETATA et LEILA SAADI,pour
l’accueil, de m’avoir orienté et avoir pris lesavoir de me placer à la Direction Audit
Interne.Mes plus chaleureux remerciements s’adressent à tous mes proches et
plusparticulièrement mes frères SOFIEN et HENI pour leurs soutienset leurs
encouragementsconstants et leurs précieux conseils durant la réalisation de ce travail.
3
4. 4. Dédicace Je dédie ce précieux travail à ma belle famille A mes chers parents: A
mon père qui a toujours encouragé et soutenu moralement. A ma mère qui a éclairé
mon chemin et qui m’a encouragé et soutenu toute au long de mes études A mes sœurs
Sameh & Sana qui mont énormément supporté et qui nont jamais cessé de me
soutenir. Je dédie ce travail à mon grand-père et grand-mère en priant Dieu le tout
puissant de vous procurer santé, miséricorde et longue vie. AZOUZI
MAROUENESommaireRésumé ......................................................................................
.............................................................. 2 4
5. 5.
Remerciements .................................................................................................................
.......................
3Dédicace .........................................................................................................................
.........................
4Sommaire .......................................................................................................................
......................... 4Présentation de la
STAR ..........................................................................................................................
6Introduction ....................................................................................................................
....................... 11Chapitre I : Marché Tunisien des
Assurances ........................................................................................ 13 I. Les
entreprises dassurances en Tunisie ...................................................................................
14
I.1Présentations : ..............................................................................................................
......... 14 I.2Les institutions de régulation et structures
d’appui .............................................................. 15 I.3Activité
technique .................................................................................................................. 15
II. La
STAR ...............................................................................................................................
.... 19 II.1
Aperçu...............................................................................................................................
........ 19 II.2 Activité
technique .............................................................................................................. 20 II.3
La branche
automobile ......................................................................................................
21CHAPITRE II : Le contrôle des entreprises
d’assurances ........................................................................ 23 I. Contrôle propre à
l’entreprise d’assurances ............................................................................. 23 I.1Audit
interne .......................................................................................................................... 24
I.2Le Comité
d’audit................................................................................................................... 30 II.
Contrôle légaux et
réglementaire ............................................................................................. 31
II.1Contrôle exercé par
l’Etat ..................................................................................................... 31 II.2Organes
de contrôle ............................................................................................................. 32
II.3 Contrôle légal exercé par les auditeurs
externes .............................................................. 34CHAPITRE III : Audit de la
gestion des sinistres matériels automobiles................................................. 35 I. Les
techniques et outils de l’audit interne au sein du département sinistre matériel
automobile ........................................................................................................................
.......................... 35 I.1Le questionnaire de contrôle
interne ..................................................................................... 36 I.2La grille de
séparation des taches ......................................................................................... 36 I.3Le
programme de vérification ...............................................................................................
37 I.4Les
recommandations...........................................................................................................
37 I. Audit des procédures en vigueur au sein du département sinistre
matériel .............................. 37 I.1 Préambule de la mission
d’audit : ...................................................................................... 37 II.2 Le
Questionnaire de contrôle interne ..................................................................................
39 II.2 La grille de séparation des
taches : ..................................................................................... 42 II.3 LeProgramme de
vérification : ............................................................................................ 43 5
6. 6. II.5 Les
recommandations : ......................................................................................................
45Conclusion....................................................................................................................
.......................... 49Liste des
tableaux ............................................................................................................................
...... 50Liste des
schémas ............................................................................................................................
......
51Bibliographie ................................................................................................................
......................... 52Liste des
abréviations ......................................................................................................................
...... 53Présentation de la STAR Siege social : square avenue de Paris -1000 Tunis
Registre de commerce : B173391996 6
7. 7. Législation particulière applicable : loi n° 92-24 du 9 mars 1992 portant
promulgation du code des assurances et ses textes d’applications. 1. HistoriqueC’était
en 1958, à l’aube de l’indépendance et à l’initiative des pouvoirs publics que fut
lacréation de la Société Tunisienne d’assurances et de Réassurances « la STAR ».Elle
estdédiée à l’assurance en Tunisie. Depuis 1958, c’est tout le capital humain et tout
lepatrimoine national qu’elle préserve et que souvent elle reconstitue.Elle reçoit en
partageavec la Banque Central de Tunisie (BCT) et la société Tunisienne de Banque
(STB) laresponsabilité de constituer un rêve : Collecter les ressources nécessaires au
financement de l’économie naissante du jeune Etat Tunisien. Favoriser l’avènement
d’un marché organisé. Promouvoir le marché du courtage à celui de l’exportation
directe.La STAR, étoile porteuse d’une ambition nationale, est alors au cœur du
dispositif del’économie Tunisienne, sa création relève d’un véritable plan de
compagne ets’accompagne de grandes mesures législatives et financières. 2. Les dates
clés En 1958Création de la Société Tunisienne dAssurances et de Réassurances avec
un capital de100.000 DT, divisé en 10.000 actions ordinaires de valeur nominal de 10
DT, répartit entrelEtat Tunisien 50%, les personnes physiques et morales tunisiennes
30% et quatreentreprises dassurances étrangères 20%. En 1965Inauguration du Siège
Social de la STAR par le Président de la République Tunisienne. En 19965 ème
augmentation du capital pour atteindre 15.000.000 DT divisé en 1.500.000 actions
de10 DT le nominal entièrement libéré. En 1997 7
8. 8. En pleine phase d’expansion, la STAR consolide sa situation financière en accédant
à laBourse et développe ainsi sa surface financière.L’introduction s’est faite via une
Offre Publique de Vente (OPV) portant sur 20% de soncapital soit 300.000 actions. En
2004Elaboration dun Plan de Restructuration de la STAR sur la période 2004-2009.
Ce planvise principalement labsorption de linsuffisance des provisions techniques, le
renforcementdes fonds propres et par conséquent, une amélioration des ratios
prudentiels.Inauguration de deux nouveaux bâtiments administratifs de la STAR (Rue
Hédi Nouira etRue Garibaldi). En 2006Le gouvernement Tunisien décide de lancer
une procédure de recherche dun partenairestratégique pour la STAR dans le cadre de
sa privatisation et de sa recapitalisation. En 2008Groupama, retenu comme partenaire
stratégique, acquiert 35% du capital et siège auConseil dAdministration (Signature
dun pacte dactionnariat avec lEtatTunisien).Augmentation du capital pour atteindre
23.076.930 DT, avec renforcement desfonds propres portés de 32 MD à 163 MD. 3.
ObjetLa STAR est une société anonyme faisant appel public à l’épargne au capital de
23.076.930DT composé de 2.307.693 actions de 10 DT chacune, dont le capital se
reparti comme suit : - L’Etat et société nationales 38.63 % - Société étrangère
(Groupama) 40.70 % - Sociétés privées/personnes physiques 21.29 %La STAR a pour
objet l’assurance et la réassurance de tous les risques pouvant entraînertous
dommages, tant corporels que matériels ou immatériels ainsi que tous les risques
deresponsabilité civile, professionnelle ou autre. 4. Organisation de la STARLa STAR
est composée : 8
9. 9. Des D’un Président Directeur Général  D’un Conseil d’Administration 
Directions sous la supervision du Président Directeur Général - Direction Audit
Interne - Direction de l’Inspection et du Recouvrement - DesDirection Centrale
Juridique - Direction Système d’Information Directions techniques sous la
supervision du Directeur Général Adjoint - Direction Centrale Automobile - Direction
Centrale Assurances de Personnes - Direction Transport - Direction des Risques
d’Entreprises - Direction des Risques IARD des particuliers et PME - Direction
Centrale Des directions sous laRéassurances - Direction Commerciale et Réseaux
supervision du Secrétaire Général - Direction de la Comptabilité - Direction Centrale
Financière et Patrimoine - Direction Centrale des Ressources Humaines 5. Les
produits d’assurancesLa STAR est une société multi branche. Elle pratique l’assurance
et la réassurance dans L’assurance de personnes - Assurance decesdifférentes
branches. Groupe 9
10. 10. L’assurance de dommages - Branche Automobile - Branche- Assurance Vie
Incendie, Risque agricole et Risque divers des particuliers et PME - Branche Transport
(corps maritime, facultés et aviation) 6. Réseaux de distributionLa STAR est
représentée sur tout le territoire de la République Tunisienne par un réseaucommercial
composé de : - 5 délégations régionales - 12 succursales - 1 bureau de souscription -
140 agences d’assurances - 23 sociétés de courtage. 7. Les missions réalisées durant le
déroulement du stageMon stage effectué dans une entreprise d’assurance « la STAR »
qui a été l’occasion de mefamiliariser avec un système diffèrent des autres
établissements financiers et de travaillerdans un nouvel environnement qui me permet
d’assurer un bon apprentissage.Cette expérience pratique d’environ trois mois a été
l’occasion de passer des connaissancesthéoriques à la réalité du métier de l’audit,
malgré que la période est courte, mais, j’ai réussi acollecté des connaissances pratique
dans le domaine d’audit où j’ai assisté en tantqu’observateur à la clôture de mission
d’audit des sinistres matériels automobile sur lequelj’ai focalisé mon projet de fin
d’étude, ainsi, j’ai également participé à la mission d’audit deservice économat «
fournitures et imprimés » où j’ai effectué les taches suivantes. - Comprendre les
différentes procédures effectuées par le service audité « service économat » à travers
une lecture de manuel de procédures. - Sélectionner les articles de fourniture et des
imprimés a audité, à travers un échantillonnage, basé essentiellement sur le critère de
la valeur de l’article. - L’inventaire physique des articles sélectionnés. - Participer à
l’élaboration d’un questionnaire. 10
11. 11. - Participer à la réunion provoquée par la Directrice de la Direction Audit Interne
dans le but de l’informer sur les objectifs à accomplir via un état de synthèse rédigé
par chaque membre de l’équipe d’audit. - Vérifier le contenu formulé sur le bon de
commande. - Enregistrer tous les anomalies et les fraudes commis au niveau de
service audité dans un document appelé tableau synoptique et feuille frappée.Mon
stage professionnel au sein de l’entreprise STAR a été vraiment une
occasiond’apprendre la réalité du monde de l’entreprise d’assurances et une
opportunité de découvrirle secteurs d’assurances, ainsi, il m’a permis d’accéder à un
terrain professionnel comme uneétape enrichissante de la vie d’un futur
auditeur.Introduction 11
12. 12. L’activité d’assurance est qualifiée comme étant un secteur hautement complexe,
cetteactivité nécessite un savoir-faire et des règles déontologiques appropriées et
comportedes implications financières économiques et sociales d’une grande
importance.A ce titre, l’entreprise d’assurances est un organisme qui doit être géré et
structurésuivant des normes permettant d’une part d’assurer l’objet de sa création et
d’autre partd’assumer pleinement sa solidité et sa pérennité dans un contexte de plus
en pluscontraignant, axé sur l’assainissement de la situation financière et
l’actualisation du cadrelégislatif et règlementaire.C’est dans ce cadre que s’inscrit
l’objet de mon travail, relatifau rôle pertinent de la fonction d’audit interne dans les
entreprises d’assurances.En effet, les deux objectifs annoncés ci-dessus (réalisation de
l’objet de l’entreprised’assurances et sa pérennité) dépendent dans une grande
proportion du degréd’implication et de l’impact de cette activité dans l’entreprise
d’assurances.Ainsi, nous pouvons affirmer que l’instauration d’une entité d’Audit
Interne au sein del’entreprise d’assurances constitue une décision fondamentale
contribuant à renforcer lesystème de pilotage dans le sens de gestion technique d’une
part, et d’autre part le respectdes normes réglementaires et professionnelles instituées
par le législateur.Comme une première dénomination et non pas définition on peut dire
que l’audit est unmétier et une fonction désormais à part entier dans un grand nombre
d’entreprises : - C’est une profession organisée par des règlements et des normes
internationales pour la pratique professionnelle de l’audit interne - C’est un outil
structuré, au service de la Direction Générale. - C’est une fonction de contrôle qui
s’oriente essentiellement vers un rôle de conseil.Après avoir décrit brièvement le
champ de nos investigations et de notre réflexionrelative au sujet de ce projet, nous
déclinons ci-après la démarche et le plan 12
13. 13. d’encadrement des aspects qui sont étudiés suivant l’ordre de citation de la
présenteintroduction.Ainsi,nous décrivons dans un premier chapitre l’objet du secteur
d’assurances en Tunisieet dans le deuxième chapitre nous étudions la spécificité de
l’audit dans les entreprisesd’assurances, enfin, en troisième chapitre nous traitons un
cas pratique d’une missionsd’audit de la branche Sinistres Matériels
Automobiles.Chapitre I : Marché Tunisien des Assurances 13
14. 14. I. Les entreprises dassurances en Tunisie I.1 Présentations : Sur le marché tunisien,
il existe : - L’entreprise vie et l’entreprise non vie ou multi branches (Automobile ;
Groupe maladie, Transport et maritime, Incendie, Grêle et mortalité de bétail, Risques
divers, Vie, Crédits). - L’entreprise privée et l’entreprise publique. - L’entreprise
résidente et la non résidente(ou offshore). - La société anonyme et la mutuelle. *Leur
statut est régi par le code des assurances La société anonyme est commerciale. Elle
doit disposer d’un capital social minimum de 10.000 DT (non Vie) et 3.000 DT (Vie)
à titre de garantie financière ; elle doit disposer d’un agrément administratif du Comité
Général des Assurances « CGA » ; la vente de ses produits se fait à travers un réseau
d’intermédiaires qui est rémunéré à la commission. Certaines règles prudentielles
strictes édictées par le code des assurances doivent être respectées en matière de marge
de solvabilité, de provisions techniques et de placements règlementés. La mutuelle est
civile.Elle dispose d’un fond d’établissement. Elle doit également respecter les règles
prudentielles du code des assurances.Les adhérents cotisent et peuvent être représentés
auprès du directoire par des délégués. En Tunisie, le nombre des entreprises est
composé de 22 entreprises d’assurances dont : - 13 entreprisesdans des branches
multiples - 6 entreprises spécialisées : 3 entreprises spécialisées en assurances vie. 1
en assurances crédit à l’export. 1 entreprise spécialisée en assurances crédit. 1
entreprise spécialisée en réassurance - 4 mutuelles : ami, ctama, mae et mga. - 4
entreprises d’assurances offshores 14
15. 15. Les sociétés privées dominent le secteur des assurances en Tunisie puisque elles
ont réalisésen 2008 environ 59% en terme de chiffre d’affaire, contre 21.6% pour les
sociétéspubliques avec une légère amélioration de 19% pour les mutuelles. I.2 Les
institutions de régulationet structures d’appuiPlusieurs institutions exercent dans le
secteur des assurances en Tunisie comme instancesde régulation ou de promotion. La
plus importantes de ces institutions est sans aucun doutele « CGA », qui constitue une
administration centrale émanant du Ministère des Finances,qui a pour rôlede protéger
les assurés, les bénéficiaires et toutes les autres tierces partiesintéressées à la bonne
exécution des contrats d’assurances.La Fédération Tunisienne des
Sociétésd’Assurances « FTUSA », est un organisme chargéd’étudier et de défendre les
intérêts économiques et sociaux de la profession, de soumettreet de présenter à
l’autorité de tutelle toute question intéressant l’ensemble de la profession.Le Bureau
Central de Tarification (BCT) dont le rôle est de fixer la prime ou la
cotisationd’assurance dans laquelle l’entreprise d’assurances est tenue de couvrir la
responsabilitécivile de fait de l’usage de véhicules terrestres à moteur.Le Bureau
Unifié Automobile Tunisien « BUAT » : association professionnelle entre
lesentreprises d’assurances agréées pour pratiquer l’assurance de responsabilité civile
du faitde l’usage des véhicules terrestres à moteur. I.3 Activité technique 15
16. 16. I.3.1Données clés du secteur Primes émises Placements 1200 1000 2010 800
1120,357 2005,227 600 2009 1026,223 2243,374 400 200 961,921 2008 2494,765 0
2008 2009 2010 0 1000 2000 3000 Provisions techniques Sinistres Réglés 800 2010
600 602,368 2282,718 2009 400 600,25 2045,696 200 505,709 2008 1820,791 0 2008
2009 2010 0 1000 2000 3000 (*) «Les données chiffrées en MD » I.3.2 Evolution de
chiffre d’affaires par branche sur la période La structure de marché reste inchangée,
l’assurance auto occupe toujours la première place des émissions totale avec 46.32%
en 2009 contre 45.31% en 2008 et 44.71% en 2007, elle est suivie par la branche
assurance Groupe maladie qui représente 14.08%en 2009 contre 13.88%en 2008 et
14.68en 2007. Les branches acceptation vie et risque agricoles GMB ont connu les
taux de croissances les plus élevés en 2009 avec respectivement 54.52%et 15.95%.
*Primes émises par branches sur la période « 2007. 2008. 2009 » 16
17. 17. 2007 2008 2009 BRANCHE struct PRIMES structure EVOL PRIMES Structure
EVOL PRIMES ure EVOL EMISES EN % % EMISES EN % % EMISES EN %
%Automobile 392 168 768 44,71 7 ,93 435 820 056 45 ,31 11, 13 475 335 709 46,32
9,07GROUPE MALADIE 128 783 264 14,68 7, 12 133 526 110 13 ,88 3, 68 144 498
709 14,08 8,22ACCIDENT DU Travail -31 655 - - -46 638 - - -45 586 -
-TRANSPORT 67 280 858 7,67 4 ,00 71 389 487 7 ,42 6, 11 65 061 395 6,34
-8,86INCENDIE 64 997 562 7,41 3 ,56 59 464 123 6,18 -8,51 62 018 679 6,04
4,3GMB 4 538 130 0,52 19 ,86 7 931 107 0 ,82 74, 77 9 195 782 0, 90 15,95RISQUE
DIVERS 111 901 392 12,76 17 ,08 127 896 710 13 ,30 14 ,29 116 330 577 11,34
-9,04VIE 95 230 626 10,86 21 ,45 110 324 283 11 ,47 15 ,85 134 595 011 13,12
22CREDIT 7 251 614 0,83 0 ,08 9 325 548 0 ,97 28, 60 9 514 241 0,93 2,02TOTAL
AD 872 120 559 99,43 9 ,60 955 630 786 99 ,35 9, 58 1 016 504 451 99,05
6,37ACCEPTATION 4 993 512 0,57 -7 6 289 772 0 ,66 25, 96 9 718 932 0,95
54,52TOTAL PRIMES EMISES 801 139 469 100 12, 5 961 920 558 100 100 1 026
223 383 100 6,68 I.3.3 Structure du portefeuille du marché par branche en 2009(en %)
Grele et Incendie Transport mortalité de 6,04 6,34 betail Acceptation 0,90 0,9 vie
13,12 Groupe 14,08 Risque divers 11,34 Automobile 46,32 credit 0,93 1.3.4 Rapport
prudentiel 17
18. 18. A.Rapport sinistres aux primes (sinistralité)La dotation à la provision pour sinistre
à payer au 31/12/2009 a enregistré uneaugmentation de 65%passant de 123MDen
2008 à 204MD en 2009.Pour l’activité globalele rapport sinistres aux primes acquises
(sinistralité) s’est déterminé à un taux de Croissancede 12.69%en 2009 en passant de
66.85%en 2008 à 79.54% en 2009. variation en Variationintitulé 2007 2008 2009 %
en %Sinistres payés net de recours 462,205 505,709 9,41 600,25 18,69Dotations à la
provision pour sinistres à 150,518 123,822 -17,74 204,792 65,39payésCharges de
sinistres 612,308 629,531 2,74 805,042 27,88Primes acquises 864,308 941,697 8,95 1
012 ,160 7,48Rapport sinistre aux primes acquises en% 70,89 66,85 -4,04 79,54
12,69B. Taux de couverture et rentabilité : Intitulé 2007 2008 2009 provision
techniques 1 677 ,690 1 820 ,791 2 045 ,696 placement 1 645 ,093 2 005,23 2 243,37
Taux de couverture en % 98,06 110,13 109,66Revenue financier 73,738 83,077
93,997Taux de rendement en % 4,48 4,14 4,2Concernant les provisions techniques qui
totalisent en 2009 un montant de 2045.096MDcontre 1820.791 en 2008 et 1677.690 en
2007 soit une augmentation de 12.35% par rapportà 2008.Concernant les placements
ont atteint un plafond de 2045.096MD au terme del’année 2009 soit une progression
de plus de 11% par rapport à 2008.Le taux de couverturedes engagements pour les
provisions techniques qui s’établissent à 109.66 avec une légèrediminution par rapport
à 2008. C. Taux de pénétration de l’assurance 18
19. 19. Concernant le taux de pénétration de l’assurance Tunisienne dans l’économie
(total des primes émises par rapport au produit intérieur brut), c’est presque la même
tendance qui a été observée durant 2007et 2008, avec un léger recul en 2009. Intitulé
2007 2008 2009 44,861 50,325 58,768 PIB prix courant 877,114 961,921 1 026,23
Primes émises Taux de pénétration en % 1.96 1.91 1.75 Les résultats semble tout
satisfaisant eu égard à la crise économique qui a affecté presque toutes les branches,
selon la lettre FTUSA et concernant la structure de portefeuille, malgré l’amélioration
de certaines branches jugées sous tension auparavant, la branche auto restele leader et
occupe toujours la première place et reste la plus dominante avec une part de 46.32%
suivie de la branche groupe maladie avec 14%.II. LaSTAR II.1 Aperçu La STAR a
pour objet l’assurance et la réassurance de tous les risques pouvant entrainer tous les
dommages, tant corporels que matériels ou immatériels, ainsi que, tous les risques de
responsabilités civiles professionnelles ou autres. La STAR a pour but d’exercer
l’industrie de l’assurance dans toutes les branches et faire toutes sortes d’opérations de
garanties et d’indemnités.Le capital de la société est repartir entre l’Etat tunisien de
50%, personnes physiques et morales tunisiennes 30%,4 entreprises d’assurances
étrangersde 20%(avec la part majoritaire pour la société GROUPAMA). **L’impact
d’évènement de janvier 2011 Le recensement des incidences directs, des émeutes et
mouvements populaires qu’a vécu le pays au début de l’année 2011 font ressortir ce
qui suit : 19
20. 20. - Des déclarations de sinistres en incendie et multirisques professionnelles, suite
aux émeutes et mouvements populaires, pour une valeur globale de 5MD. Toutefois,la
couverture en réassurance dont dispose la société lui permet d’être à l’abri de tout
risque menaçant la pérennité de son exploitation. - Pour l’assurance automobile, et
plus particulièrement les garanties incendie et vol, le nombre des déclarations au
courant du premier trimestre 2011 enregistre une forte progression atteignant 294
dossiers contre 101 dossiers pour le premier trimestre de 2010. Les experts ont été
missionné pour évaluer les dégâts subis et identifier les causes exactes des sinistres
afin de vérifier leur imputabilité aux évènements survenus.II.2 Activité technique
II.2.1 Primes émisesL’année de 2010 a enregistré un accroissement de primes de 3156
MD, plus de 4%atteignant 212.769 en 2010contre 209.6130 en 2009.En 2009, la
STAR continue d’occuper le haut du palmarès du secteur en terme de primesémises
avec 20,4% de part de marché, enregistrant tout de même une légère décélérationpar
rapport l’exercice précédent (20,91%). Son concurrent immédiat détient 11,7% de
partde marché.Concernant le marché automobile, la STAR a réussi à conserver sa part
de marché (21,5%)en 2009 malgré le nouveau regain d’intérêt de tout le marché à ce
type de garantie (depuisla promulgation de la loi 86-2005 relative à la barèmisation
des indemnisations dues auxpréjudices corporels suite à un accident de la
circulation).Le taux de croissance de labranche automobile a atteint 8,8% en 2009
(+9% pour tout le marché).Pour les autres risques, la STAR œuvrant pour la pérennité
et la solidité de sonportefeuille,n’épargne aucun effort pour renforcer progressivement
sa position sur lemarché, tout en adoptant une démarche sûre et transparente. *Primes
émise par branche d’activité. 2006 2007 2008 2009 2010indicateur Marché STAR
Marché STAR Marché STAR marché STAR STAR 20
21. 21. PRIMES EMISES 1 026 NETTES 801 139 209 359 877 114 212 268 961 921 201
176 223 209 613 212 769 EVOLUTION EN % 12,50 3,50 9,50 1,40 9,70 -5,70 6,70
4,20 1,50 PART DE MARCHE 26,13% 24,20% 20,60% 20,40% NdPRIMES
AUTOMOBILE 363 370 90 590 392 169 93 455 435 820 93 906 475 336 102 176
107 089 EVOLUTION EN % 14,20 -1,10 7,90 3,20 11,10 0,50 9,10 8,80 4,80 PART
STAR 24,90% 23,80% 21,60% 21,50% Nd PRIMES IARD 169 373 39 124 188 689
37 194 204 617 26 631 197 060 29 215 25 277 EVOLUTION EN % 18,10 24,90
11,40 -4,90 8,40 -28,40 -3,70 9,70 -13,50 PART STAR 23,10% 20% 13% 14,80% Nd
VIE 78 409 3 269 95 230 3 612 110 324 4 966 134 595 5 578 7 300 EVOLUTION EN
% 23,30 8,70 21,40 10,50 15,80 37,50 22 12,30 30,90 PART STAR 4,20% 3,80%
4,50% 4,10% Nd II.2.2 Structure de portefeuille par chiffre d’affaires (en 2010en %)
La structure de portefeuille enregistre en 2010une amélioration de la part de
l’assurance vie de 0.85pointpour se situer à 3.49%contre 2.64% en 2009. Les
affairesnouvelles représentent quant à eux 96.51% du portefeuille global dont 10.68%
pour les branches transport et aviation avec 7.92% en 2009 et 49.6% pour l’assurance
automobile avec 49.1% en 2009. TRANSPORT IADR ET AVIATION 12.1 10.7
GROUPE MALADIE 23.6 AUTO 49.6 VIE ET AUTRE 4.1 II.3 La branche
automobile 21
22. 22. En progression de 3.8%le chiffre d’affaire, atteint 106.8MD contre 102.9MD en
2009.La prime moyenne par contrat de 1.4%s’est établir à 370 DT.Sa part dans la
structure d’affaire global est de 49.6% contre 49.089% en 2009.Les règlements de
sinistre augmentent en 2010de 28.9% et atteignant 82.444contre 63.964due à une
accélération de cadence de règlement. *Activité technique détaillée pour la branche
automobileACTIVITE TECHNIQUE BRANCHE E X E R C I C E
EVOULUTIONAUTOMOBILE 2006 2007 2008 2009 2010 % part du marché en %
43,91 43,96 46,82 49,08 49,6 Nd chiffre daffaire 93 755 95 182 94 515 102 930 106
834 3,8 charges de sinistres 108 418 94 042 72 569 82 296 95 581 16,1 les sinistres
réglés 78 737 71 872 71 051 63 964 82 444 28,9 Provision pour sinistre à 216 974 236
685 236 233 252 465 262 946 4,1 payer P.S.A.P variation des PPNA -1062 -318 2146
2245 2787 24,1 dotation aux provisions. 27 574 20 359 -360 16 256 10 424 -35,9
PSAP S/P 118,30% 100,30% 79,1 82,30% 91,60%Description graphique : Règlement
sinistre -PSAP Chiffre d’affaire300,000 120000250,000 Sinistre 100000 2010200,000
reglé 80000 2009150,000 reglement 60000 sinistre 2008100,000 40000 PSAP 2007
50,000 20000 0 2006 0 2006 2007 2008 2009 2010 2006 2007 2008 2009 2010 22
23. 23. CHAPITRE II : Le contrôle des entreprises d’assurances Compte tenu de la
spécificité et de l’importance de l’opération d’assurances,les entreprises opérantes
dans ce secteur sont soumises –à l’instar des autres organismes – à une panoplie de
contrôle visant tous à préserver la capacité des entreprises d’assurances à réaliser leur
objet conformément à leur engagement et leurs statut. Par ailleurs, et comme toute
activité à forte flux de fonds et de nature diverse, les risques en assurances sont
particulièrement élevés. A ce sujet, le législateur a prévu un renforcement des
modalités de contrôle sur les entreprises d’assurances qui doivent obligatoirement
mettre en place une structure d’audit qui s’avère un intérêt primordial dans un
environnement de moins en moins favorable et sur des opérations à hautes risques et
dont les enjeux et les spécificités sont décrits par des règlementations (code des
assurances et normes comptable). En sus des contrôles spécifiques institués par les
Auditeurs internes, le législateur prévoit un contrôle légal exercé par l’Etat..I. Contrôle
propre à l’entreprise d’assurances Compte tenu de la spécificité des opérations
d’assurances et la taille de l’entreprise, le législateur a prévu un renforcement des
modalités de contrôle par la mise en œuvre d’une structure d’audit constituée comme
étant une activité qui doit être intégré dans la structure de l’organisation en vue
d’assurer la fiabilité et l’exhaustivité de l’information par la vérification à l’occasion
de chaque intervention. De même, avec l’évolution relativement récente de l’activité
d’assurances et le développement du concept de gouvernance, ont donné naissance à
l’adoption d’une structure appelée comité d’audit dans le cadre du renforcement du
contrôle. 23
24. 24. I.1 Audit interneI.1.1 Définitions*Selon la norme 27 du système comptable
tunisien, Les entreprises d’assurances et /ou deréassurances doivent mettre en place
une structure d’audit interne ayant pour mission de« procéder à l’examen et
l’évaluation du caractère suffisant et de l’efficacité du système decontrôle interne ainsi
qu’à la proposition de recommandation pour son amélioration ».La structure d’audit
est normalement chargée d’examiner : - La fiabilité et l’intégrité des informations
financières et d’exploitations. - Les systèmes mis en place afin de vérifier le respect
des normes, plans, procédures, lois et réglementations. - La façon dont les ressources
sont utilisées afin de s’assurer de leur utilisation efficace et sans gaspillage. - Les
programmes de l’entreprise afin de s’assurer que la réalisation et les résultats sont
conformes aux objectifs et prévisions fixés. * La Définition de l’audit interne en se
réfèrent à l’IIA(1)« L’audit interne est une activité indépendante et objective qui
donne à une organisationune assurance sur le degré de maitrise de ses opérations, lui
apporte ses conseils pour lesaméliorer, et contribue à créer de la valeur ajoutée. Il aide
cette organisation à atteindre sesobjectifs en évaluant,par une approche systématique
et méthodique, ses processus demanagement des risques, de contrôle, et de
gouvernement d’entreprises, et en faisant despropositions pour renforcer leur efficacité
».D’après les deux définitions précitées, on peut conclure que l’audit interne est un
élémentessentiel du système de gestion de l’entreprise d’assurances, ayant pour
finalitésl’amélioration constante du système du contrôle interne.C’est une fonction
indépendanted’appréciation, d’évaluation et de contrôle ponctuels et objectifs de
l’ensemble desactivités, des fonctions, des procédures, et des systèmes de gestion.
C’est une fonction quis’attache aussi à évaluer l’efficacité des contrôles dévolusaux
responsables hiérarchiques.Enfin, elle assiste les dirigeants en leur fournissent des
analyses et des recommandationsvisant l’amélioration de la gestion, des performances
et de la qualité des services, voire enleur permettant une meilleure maitrise de leur
activité. 24
25. 25. I.1.2 Principes fondamentaux de l’audit interneDans l’exécution de ses taches, la
Direction d’Audit Interne applique les principes etnormes généralement admis qui
sont propres à sa profession. A. L’universalitéC’est la pénétration de la fonction
d’Audit Interne à l’ensemble des activités et à toutes lesfonctions de l’entreprise.C’est
aussi l’exercice de la fonction sous ses différents aspects :Audit de conformité et de
régularité, audit d’efficacité et audit stratégique ou demanagement. B.
L’IndépendanceC’est une condition essentielle pour l’exercice de la fonction. Elle
s’acquiert à travers lerattachement de la fonction au niveau hiérarchique le plus élevé,
et les pouvoirs les plusétendus dont les auditeurs doivent être investis. Les auditeurs
doivent dans ce cadre êtredégagés des taches opérationnelles de sortes qu’ils soient
totalement indépendants desactivités et domaines audités. C. L’ObjectivitéElle
requiert de l’auditeur la réalisation de ses missions et la présentation de ses
conclusionsen toute indépendance, honnêteté intellectuelle, loyauté et impartialité.
Pour cela il ne doitpas être dans une position où il est à la fois juge et partie.
L’auditeur ne doit pas s’immiscerdirectement dans l’organisation.Ce principe demeure
respecté lorsque l’auditeurrecommande des dispositifs de contrôle pour les systèmes
de gestion ou qu’il donne un avispréalablement à la mise en place de certaines
procédures. D. La CompétenceLes auditeurs ne doivent s’engager que dans des
travaux pour lesquels ils ont lesconnaissances, le savoir-faire et l’expérience
nécessaires. Les auditeurs doivent réaliserleurs travaux d’audit interne dans le respect
des normes pour la pratique professionnelle del’audit interne.Les auditeurs internes
doivent s’efforcer d’améliorer leurs compétences, l’efficacité et laqualité de leurs
travaux. 25
26. 26. E. La périodicitéElle marque le caractère ponctuel et discontinue de l’intervention
des auditeurs sur la based’un programme ou plan d’audit annuel ou pluriannuel.I.1.3
Le rattachement hiérarchique de la fonction d’auditCompte tenu de l’importance et de
la valeur ajoutée de la fonction de l’audit interne danstoute organisation, notamment
les entreprises d’assurances, une place privilégiée doit êtreattribuée à l’audit interne
dans l’organigramme de l’entreprise d’assurances. En outre,l’attitude de la direction
est primordiale aussi bien pour la mise en place du service d’auditinterne que pour son
implication dans le contrôle du fonctionnement de l’entreprise et deson
développement.A cet effet, le soutien qu’elle apporte à la fonction d’audit interne tant
au niveau durattachement hiérarchique que de l’élaboration du programme annuel et
de la prise encompte des recommandations constituent un atout potentiel de sa
réussite.Le rattachement hiérarchique de la fonction d’audit interne constitue un
élément primordial,qui détermine le degré de la réussite ou de l’échec relatif de cette
fonction dansl’entreprise. A. LeRattachement à la Direction GénéraleC’est le cas de la
STAR.La fonction d’Audit Interne est rattachée au plus haut niveau de lahiérarchie,
pour lui permettre d’accomplir pleinement sa mission.Afin de garantir son
indépendance à l’égard des départements et services, la Directiond’Audit Interne est
rattachée à la Direction Générale et dépend directement du PrésidentDirecteur
Général.En effet, pour réaliser l’objectif d’indépendance de l’audit interne vis-à-vis de
l’ensembledes Directions de l’entreprise, il est recommandé de le rattacher à la
Direction Générale.Cette option lui permettra de se prononcer en toute objectivité et
donnera à ses entreprisestoute la crédibilité requise. B. Le Rattachement au Conseil
d’Administration ou au Comité d’AuditCe degré d’indépendance peut toutefois être
encore élevé par le rattachement de l’auditinterne au « top management » de
l’entreprise et ce, pour lui donner une indépendancepresque totale des dirigeants de
l’entreprise. Cette tendance relativement récente fait partiedes nouveaux dispositifs
visant à améliorer la gouvernance de l’entreprise. Cette 26
27. 27. indépendance est encore favorisée lorsque le Conseil d’Administration intervient
dans lanomination et la révocation du Directeur d’Audit.I.1.4 Méthode de travail A.
laPortéeToute activité ou système automatisé qui en fournit le support, peut faire
l’objet d’unemission d’audit. L’audit interne couvre les domaines suivants : - Les
activités techniques - Les systèmes d’informations de gestion - Les activités
financières et de trésorerie - Toutes les autres activités y compris les ressources
humaines et les fonctions administratives. B. La Méthodologie des AuditsLes audits
opérationnels analysent si le système de contrôle interne est adapté à la maitrisedes
risques d’entreprise.Ils examinent les projets ou les processus d’entreprise, selon les
critères : - D’intégrité et de confidentialité des données - De conformité du
fonctionnement - De contrôlabilité des processus - D’efficacité et d’efficience du
système de contrôle interne C. La Mission de l’audit interneElles consistent à : -
Vérifier la conformité des procédures et textes de règlementations internes et des lois,
décrets et arrêtés se rapportant au fonctionnement de l’entreprise. - S’assurer que les
ressources et les actifs de la STAR sont dument enregistrés dans ses livres et préservés
comme il convient. - S’assurer que les données financières, comptables et autres qui
sont générées par la STAR ou utilisés pour sa gestion sont exactes et fiables. -
S’assurer que l’intégrité, la fiabilité, la confidentialité et la disponibilité continue des
systèmes d’information sont garantis. 27
28. 28. - Examiner les procédures et modalités de tarification des produits et services
relevant de l’activité de l’entreprise et vérifier l’application des tarifs en vigueur. -
S’assurer que les opérations de la STAR ainsi que les diverses fonctions et activités
relatives aux domaines décrits au champ d’application, sont réalisées de façon efficace
et rentable. D. Les EnquêtesLa Direction d’Audit Interne effectue les enquêtes au sujet
d’erreurs, de plaintes tantinternes qu’externes, de situations de risques graves et de
présomptions de fraudes ou devol, aux finis d’en établir les causes et les
responsabilités.Ces enquêtes se dérouleront dans le respect des dispositions relatives à
la protection de lavie privée et sous les réserves aux droits d’accès aux données et
locaux concernés. I.1.5Organisation du travail d’audit A. Le Plan ou programme
d’auditLa Direction Audit Interne prépare chaque année son programme
d’intervention, touchantles différents domaines d’activité de l’entreprise, fondé sur
une analyse des risques et tenantcompte des besoins exprimés par les services.Ce
programme est soumis à l’approbation dela Direction Générale et du Comité
d’Audit.La Direction Audit Interne aura également à traiter sur la demande de la
DirectionGénérale, ou d’autres Direction et en dehors du programme préétabli, toutes
questions etaffaires touchant les activités de l’entreprise. B. Les MoyensLa Direction
Audit Interne doit disposer du personnel nécessaire et avec les qualificationsrequises
pour accomplir les missions approuvées dans le plan annuel.La Direction Audit
Interne doit disposer de la technologie et de l’infrastructure nécessaire,plus
spécialement dans le domaine informatique, afin de pouvoir accomplir ses missions
demanière indépendante.Pour la réalisation de certaines missions spécifiques, la
Direction Audit Interne peut surautorisation de la Direction Générale faire appel et
d’une manière ponctuelle à descompétences internes ou à des experts spécialistes
externes. 28
29. 29. C. L’Ordre de missionLes missions d’audit interne sont réalisées sur la base d’un
ordre de mission signé par leMonsieur le Président Directeur Général. D. Le
Déroulement des missions d’auditLes missions d’audit sont préparées à partir des
dossiers d’audit permanents, par thème etpar unité. Les auditeurs usent des canevas et
check-lists d’audit durant le déroulement desmissions d’audit. Les feuilles de travail
doivent être soigneusement établies et rempliespour documenter les constatations
d’audit.Après chaque mission, la Direction Audit Interne adresse un projet de rapport
d’auditcontenant les constatations, les avis, recommandations ou remarques, aux
départements ouservices compétents.L’unité auditée ou les départements ou services
compétents doivent présenter leursobservationsmatérialisant leurs réponses au projet
de rapport d’audit concerné dans lesquinze jours pour ne pas retarder la diffusion du
rapport définitif.Les réponses de l’unité auditée ou les départements ou services
concernés à propos desrecommandations ou remarques formulées, doivent être
mentionnées dans le rapport d’auditdéfinitif, excepté en cas d’urgence. - Le rapport
d’audit contient une description des faits et constatations et une évaluation du système
de contrôle interne. - Au besoin, le rapport est complété de recommandations visant à
améliorer le contrôle interne ou des remarques indiquant quelle action ou quelle
donnée n’est pas correcte ou n’est pas conforme aux directives. De la même manière,
les recommandations peuvent viser à améliorer la sécurité ou la performance des
processus opérationnels. - L’unité auditée établit un plan d’action, c’est-à-dire un
programme fixant les dates de réalisation de ces recommandations, en accord avec
l’audit interne. - L’unité auditée rend compte dans un délai ne dépassant pas un mois à
la Direction Générale et à la Direction Audit Interne, des suites réservées au rapport
d’audit. La Direction Audit Interne examine et apprécie les suites données dans le
cadre de ses actions de suivi. 29
30. 30. E. Les Actions de suiviElles consistent à assurer un suivi rigoureux des
recommandations faites à travers lesmissions d’audit et veiller à ce que les suites
nécessaires soient données par les différentesunités concernés, en vue de remédier
dans les meilleurs délais aux insuffisances etfaiblesses relevées. - Une révision de
toutes les recommandations doit être réalisée une fois par an. - Un suivi du ou des
rapports de certains organes de contrôle externes à l’entreprise. F. Le Rapport annuel
d’activitéLa Direction Audit Interne élabore à la fin de chaque année son rapport
d’activité quisynthétise les constatations et recommandations issues des différents
rapports des missionsd’audit, Ce rapport d’activd’enquête et de suivi réalisés. ité est
destiné à la Direction Générale et Comité d’Audit. I.2 Le Comité d’auditL’évolution
relativement récente des principes de gestion des grandes entreprises ainsi
quel’apparition du concept de gouvernance d’entreprises « corporate gouvernance
»,Ont donnénaissance à l’adoption d’une structure nouvelle appelé Comité d’Audit, ce
comité vient enapplication de la loi N° 2005-96 du 18 octobre 2005, relative
aurenforcement de la sécurité desrelations financières.Le Comité d’Audit est l’une des
innovations de la nouvelle loi sur la société anonymepuisqu’elle permet au conseil
d’administration de constituer des comités notammentd’audit, pour le contrôle de la
gestion et du suivi des audits internes et externes.Le Comité d’Audit est composé au
moins de 3 membres, désignés selon le cas par leConseil d’Administration ou le
Conseil de Surveillance parmi leurs membres.Le Comité d’Audit peut avoir parmi ses
prérogatives : - Identifier les risques stratégiques et opérationnels de l’entreprise
d’assurances. - Veiller au respect par la société de la mise en place de système de
contrôle interne performant permettant de favoriser l’efficience, l’efficacité, la
protection des actifs de la société, la fiabilité de l’information financière et le respect
des dispositions légales et règlementaires. 30
31. 31. - Examiner le programme d’audit interne et les rapports produits par la fonction
d’audit interne. - Agréer la désignation des auditeurs internes. En résumé, le Comité
d’Audit est chargé de s’assurer de l’existence d’un bon environnement de contrôle
interne au sein de l’entreprise, de la qualité et de la fiabilité de l’information
financière. A cet effet, il renforce le rôle de l’auditeur interne d’une manière à
promouvoir l’efficience, l’efficacité et la protection des actifs de l’entreprise.II.
Contrôle légaux et réglementaire II.1 Contrôle exercé par l’Etat En raison de
l’importance du secteur d’assurances dont la spécificité a été énoncé précédemment, il
est nécessaire que l’Etat Tunisiencontrôle régulièrement l’activité des entreprises
d’assurances, ce contrôle s’exerce dans l’intérêt des assurés et bénéficiaires du contrat
d’assurance. Il vise a évalué la capacité des entreprises a honoré leurs engagements
qu’elles sont contactésà l’égard des assurés et bénéficiaire de contrat.Ce contrôle est
confié à la direction des assurances rattachée au Ministre des Finances et de la
privatisation.Ce contrôle s’exerce notamment sur pièces et sur place par
l’intermédiaire d’un corps d’inspecteursassermentés. Ilintervient durant toute la vie
d’une entreprise d’assurances, depuis la constitution de dossier d’agrément jusqu’au la
fin de la liquidation. C’est ainsi le contrôle porte sur : - La conformité des contrats
d’assurances et tarifs avec les dispositions réglementaires en vigueur. - L’application
du plan comptable des assurances et de la réglementation relative aux provisions
techniques et aux placements affectés à la représentation de ces provisions. - La
couverture des engagements réglementaires par des placements répondant aux critères
de sécurité, de rentabilité et de liquidité suivant des règles de dispersion et de
congruence réglementaire. - La constitution d’une marge de solvabilité suffisante en
sus de la couverture des engagements réglementés par des placements admis en
représentation des réserves techniques. En effet, l’objectif de cette sécurité financière
complémentaire est de permettre à l’entreprise de faire face aux différents risques
éventuels. 31
32. 32. II.2Organes de contrôleII.2.1 Comité Général des assurancesSelon l’article 178 du
code des assurances, le CGA « veille à la protection des droits desassurés et des
bénéficiaires des contrats d’assurances, à la solidité de l’assise financière
desentreprises d’assurances et de réassurances ainsi qu’à leur capacité a honoré
leursengagements ».Ce comité a un rôle de régulateur. Il a pour mission de contrôler
les entreprisesd’assurances et de réassurances et des professions liées au secteur. Il
supervise toutes lesquestions d’ordre juridique et technique se rapportant aux
opérations d’assurances et deréassurances de la préparation des textes aux études
touchant au développement et àl’organisation du secteur. Il dispose du pouvoir
d’accorder ou de retirer les agréments desintermédiaires en assurances.Selon l’Article
180 du code des assurances, le Comité coopèreavec toutes les autorités chargées de la
tutelle et du contrôle du secteur financière. A ceteffet, il peut proposer la conclusion
de convention avec ces autorités portant notammentsur : - L’échange d’informations et
d’expériences. - L’organisation de programmes de formation. - La réalisation
d’opérations conjointes de contrôleLe CGA peut, dans le cadre de l’exercice de ses
missions, coopérer avec lesétablissements etorganismes étrangers homologués ou
assumant des attributions équivalentes et conclure desconventions avec eux après
approbations des autorités compétentes.Le comité peut également échanger des
informations avec les autorités chargées de laconcurrence dans le cadre de leurs
missions respectives. Les informations ainsi recueilliessont couvertes par le secret
professionnel.II.2.2 Conseil national des assurancesEn se référant à l’article 93 du
code des assurances, le Conseil National des Assurances estune évolution du Conseil
Supérieur des Assurances.Il est appelé à examiner et à émettre sonavis sur les
questions dont il est saisi par le Ministre Des Finances et notamment cellesrelatives à
la situation du secteur et à son organisation, ainsi, qu’aux moyens à mettre enœuvre
pour améliorer l’activité d’assurances et développer le secteur pour qu’il
assurepleinement son rôle dans l’économie du pays. Le Conseil National des
Assurances est 32
33. 33. présidé par le Ministre Des Finances où la composition et les régies de
fonctionnement duConseil National des Assurances sont fixées par décret.II.2.3
Commission consultative des assurancesCe Conseil a pour mission d’examiner toutes
questions relatives aux opérations d’assuranceset de réassurances qui lui sont soumises
par avis de Ministre Des Finances.La CommissionConsultative des Assurances donne
son avis sur toutes les questions saisies par le MinistreDes Finances, et sur tous les
projets de loi et textes réglementaires régissant les conditionsd’exercice, de gestion et
commercialisation des opérations d’assurances.La CommissionConsultative
d’Assurances instituée par l’article n° 94 du code des assurances est composéecomme
suit : - Un représentant du Ministère Des Finances : Président - Un représentant du
ministère de la justice : Membre - Un représentant de l’association professionnelle des
entreprises d’assurances : Membre.II.2.4 Commission de l’attribution de la carte
professionnelleUne Commission chargée essentiellement de l’attribution de la carte
professionnelle.La carte professionnelle visée à l’article 70 du code des assurances est
délivrée par le CGAaprès avis de la commission de l’attribution de la carte
professionnelle dont la compositionet les règles de fonctionnement sont fixées par la
loi n° 92-2259 du 31/12/1992 elle estcomposée comme suit : - Un représentant du
Ministère Des Finances : Président - Deux représentantsdes entreprises d’assurances :
Membre - Deux représentants des agents d’assurances et des courtiers en
assurances :Membre - Un représentant des producteurs d’assurances sur la vie :
Membre 33
34. 34. II.3 Contrôle légal exercé par les auditeurs externesLes entreprises d’assurances
doivent faire auditer leurs comptes annuellement par desauditeurs externes. Leurs
missions consistent à certifier la sincérité et l’image fidèle desétats financiers avec une
obligation supplémentaire qui consiste à assurer de leur cohérenceavec les
informations publiées. Il ya lieu de préciser que ces auditeurs externes ne doiventpas
cumuler la fonction de commissaires aux comptes.Toutefois, nous remarquons que,
compte tenu de la réforme de la mission de commissariataux comptes instaurée par la
loi 17/95 de 30 aout 1996. L’audit externe des entreprisesd’assurances parait faire
double emploi avec les missions des commissaires aux comptesdont la teneur de leur
cahier des charges se trouve amplement étendue aux travaux relevantdes compétences
habituelles des auditeurs externes. En effet, les commissaires aux compteset les
auditeurs externes doivent d’une part donner l’assurance raisonnable sous forme
decertification que les comptes présentés rependent aux critères de régularités, de
sincérités etd’image fidèle, et d’autre part, vérifier la sincérité des informations
publiées oucommuniquées.Par conséquent, nous n’estimons que les contraintes de
couts de ces interventions prévueslégalement (deux commissaires aux comptes et un
audit externe), ainsi que, celle de ladisponibilité de l’interlocuteur interne de ces
intervenants doit soulever un débat sur lapossibilité de réduire le nombre de ces trois
interventions chargés de la même mission. 34
35. 35. CHAPITRE III : Audit de la gestion des sinistresmatériels automobilesCompte
tenu d’une part du volume très important des opérations à traiter et d’autre part
del’importance des risques recensés dans les différents départements, Le Directeur de
l’AuditInterne établit un plan d’intervention annuel ou pluriannuel et qui doit
généralementconcerner l’ensemble des fonctions et départements de l’entreprise. Ce
plan est établi enretenant des critères de priorité devant déterminer la fréquence de ces
missions et leur duréed’intervention.Ainsi, les modules spécifiques prioritaires à
auditer fréquemment dans une entreprised’assurances sont généralement : - Les
départements logistiques. - Les départements fonctionnels composés essentiellement :
*Le département de production. * Le département des sinistre corporels et matériels,
qui constitue l’objet de nos investigation et de notre réflexion relative au sujet de ce
projet nous déclinons ci-après la démarche et le plan d’audit est plus précisément le
département gestion des sinistres matériels automobiles.I. Les techniques et outils de
l’audit interne au sein dudépartement sinistre matériel automobileLa méthodologie
d’intervention de l’auditeur interne a fait l’objet d’une formalisation et denormes
professionnelles « décrites au niveau de chapitreII » afin de garantir l’efficacité etla
productivité de cette fonction au sein de l’entreprise.Cela se traduit par la
conceptiond’un certain nombre de « documents outils » spécifique à l’audit interne et
largementprônés par l’institut des auditeurs internes et dont nous exposons ci-après les
procédures lesplus pertinentes. 35
36. 36. I.1 le questionnaire de contrôle interneC’est l’un des outils essentiels pour la
réalisation d’une mission d’audit interne. En effet,l’élaboration du questionnaire de
contrôle interne attire toute l’attention de l’auditeur. Carla teneur de ce document va
tester la maitrise ou non du fonctionnement de l’entreprise. Eneffet, le contrôle interne
est constitué par l’ensemble de mesures, moyens et méthodes quiont pour but
d’assurer d’un côté la protection, la sauvegarde du patrimoine et la qualité
del’information, d’autre part il nous permet, de vérifier l’application des instructions
de laDirection et de favoriser l’amélioration des performances.Par conséquent,
l’objectif final de la mise en exécution du questionnaire de contrôle interneest de
démontrer les forces et les faiblesses de l’organisation de l’entreprise, ainsi que
ledegré de maitrise de gestion. A cet effet, le questionnaire de contrôle interne permet
derenseigner l’auditeur sur :-La fiabilité et l’exhaustivité de l’information.-La
conformité avec les procédures, lois et réglementations.-La protection du patrimoine.-
L’utilisation efficiente et efficace des ressources.- La réalisation des objectifs fixés par
les programmes de l’entreprise. I.2 la grille de séparation des tachesL’élaboration des
grilles de séparations des taches permet à l’auditeur interne de tester sil’organisation
de l’entreprise permet de sauvegarder son patrimoine et d’assurer sapérennité.
L’objectif de cette grille est de détecter le cumul des fonctions incompatibles.Eneffet,
l’un des principes les plus connus de l’organisation c’est la séparation des
quatrefonctions. - opérationnelles ou de décision - de détention - d’enregistrement ou
comptables - de contrôlePar conséquent une quelconque atteinte à ces principes,
produit inéluctablement des risquesconcernant la sauvegarde du patrimoine de
l’entreprise. 36
37. 37. I.3 Le programme de vérificationLe programme de vérification est établi dans la
phase de contrôle. Il permet à l’auditeurinterne de définir la démarche a effectué, les
investigations à mener, les entretiens àconduire, ainsi, Les travaux de contrôle à faire
et les tests à effectuer via deséchantillonnages.La mise en œuvre d’un programme de
vérification ou (on l’appelle le programme d’auditou encore planning de réalisation),
permet de vérifier les travaux à effectuer et leurrépartition suivant l’effectif disponible.
I.4 Les recommandationsC’est un rapport qui synthétise les constatations dégagées et
les résultats des investigationsréalisées au moment du déroulement de la mission
d’audit en vue de détecter les fraudes,les erreurs et les anomalies qui pourront affecter
le fonctionnement de l’operations.Aussidans le but de pallier aux insuffisances
relevées, de détecter les actions ou lesdonnéesincorrecte ou n’est pas conforme aux
directives, de la même manière il peut aussiviser à améliorer la sécurité ou la
performance des processus opérationnels.I. Audit des procédures en vigueur au sein du
départementsinistre matérielL’intervention de l’audit interne au niveau du département
Sinistres Matériels Automobile apour objet l’évaluation à travers les différents critères
du degré d’efficience de cettestructure eu égard aux ressources humaines et aux
compétences dans le domaine audité,ainsi, au niveau des différentes procédures
interrogées dans la mission d’audit, dans lequelnous décrivons ci-après les procédures
suivis et la démarche réellement effectuée au niveaude notre mission.I.1 Préambule de
la mission d’audit :Le point de départ de la mission d’audit c’est la réception de
l’ordre de mission signé par lePrésident Directeur Général. A ce moment-là, ily a une
réunion provoquée par le Directeurde l’Audit Interne pour partager les idées entre
l’équipe chargée d’audit et pour fixer lesobjectifs de notre mission. Afin de réaliser
ces objectifs il ya une démarche a effectuée ausein du département audité à l’aide des
documents préparés par l’équipe chargée de lamission, « document déjà présenté au
niveau de la section 1 » et pour détecter les erreurs etles fraudes au niveau de
l’operations de gestion Sinistres Matériels Automobile, en ce qui 37
38. 38. concerne à titre d’exemple les règlements erronés, les doubles règlements, les
retards depaiements des sinistres.II.1.1 Fixations des objectifs :L’objectif de notre
mission est d’auditer les procédures des règlements sinistres matérielspour la branche
automobile, et ce, afin de : - S’assurer de l’existence et de la bonne application de la
procédure de règlements des sinistres - Vérifier que les dossiers ne peuvent être réglés
qu’une seule fois - S’assurer que le bénéficiaire du règlement n’est pas débiteur de la
société - S’assurer au moment de l’ouverture d’un dossier de la vérification au niveau
de la police de l’existence de la garantie - S’assurer que toutes les pièces sont classées
automatiquement dans les dossiers concernés. - S’assurer des bonnes applications du
calcul des honoraires d’expert selon le barème homologué par la FTUSA. II.1.2
Démarche adoptée :Afin de réaliser les objectifs précités nous avons adoptés la
démarche suivant : - Entretient avec le responsable - Examen auprès de la direction
automobile du dossier du 2009 -2010-2011 (septembre2011) - Rapprochement entre la
date d’accident et la date de validité de quittance - Rapprochement du règlement des
sinistres enregistrés en comptabilité avec le fichier géré par la technique - Examen de
l’ordre séquentiel des sinistres II.1.3Identifications préalable des risques liés à la
fonctionL’identification des risques au préalable suivant une enquête déjà présentée au
niveau dechapitre II « méthodologie des audits » qui semble une tache primordiale
pour organiser lamission et détecter au préalable les risques liés à l’activité auditée.
L’identification desrisques peut êtreorientée dans les catégories suivantes : 38
39. 39. - Les risques majeurs sont l’insuffisance ou l’excès des provisions pour sinistres à
payer - Les Règlements erronés ou double règlement des sinistres. - Le Retard de
paiements des sinistres en cas de suivi d’un dossierrelatif à la Convention d’
Indemnisation Directe de l’Assuré « IDA (1) ». - Le Calcul erroné des provisions
techniques. - Le non récupération des montants avancés en cas de suivi d’un dossier
sinistre normal. Considéré comme étant IDA. - L’Insuffisances des informations
mentionnées dans les dossiers de sinistres. - La Discordance entre la date de réception
du rapport de l’expert et la date d’édition de la quittance de règlement. II.2 Le
Questionnaire de contrôle interneL’objectif de ce contrôle est de : - S’assurer de
l’exhaustivité des enregistrements des sinistres - les prestations résultant de sinistres
survenus et seuls les provisions nécessaires sont retranscrites dans les comptes - les
montants concernant ces opérations sont exacts - le classement comptable et la
présentation de l’ensemble des chiffres mesurant ces opérations sont correctes 39
40. 40. *Présentation du document « le questionnaire du contrôle interne » ci-dessous :
Question OUI NON AUTRE OBSERVATIONLes registres des sinistres sont –
ilsrégulièrement tenus ? o Insuffisance des informations retranscrites au niveau de
registre de sinistreLe service Avec certain retard entre la datede lainspection
s’assure-t-il transmission correcte des de survenance de l’évènement etdéclarations ?
la date de déclarationLa possibilité de recours fait –ellel’objet d’une donne-t-elle lieu à
unenregistrement spécifiquedéfinition précise et ?Les dossiers de sinistre sont-
ellescorrectement répertoriés et classés. o Si Oui :Quelle critère qui a conduit à
cegenre de classement o Absence d’un critère précisL’ouverture du sinistre donne-t-
elle lieu à de la garantieune vérification auniveau de la police de l’existence sinistrée
?la mentionde cette vérification figure-t-ellesur dossier ?La saisie des données
permettantl’entrée du sinistre est-elleeffective après réception de la odéclaration ?fait
–elle l’objet d’uncontrôle séquentiel.Les guide et les barèmesd’évaluations sont-ils
mise à jour o « Via un logiciel informatique »régulièrement et
correctementappliqués.Existe-t-il une définition précisedes compétences en matière
od’évaluations ?Existe- t-il une procédurepermettant de vérifier que le A travers le
contrôle des comptesbénéficiaire du débiteur de l’entreprised’assurance ? 40paiement
n’est pas
41. 41. Existe-il une procédure de contrôledu bien-fondé des règlements justificatives ;
quittances)Les?(rapprochement avec les pièces paiements de sinistres et lesrecours
encaissés sont-ilssystématiquement Existe-il unreportés sur-Le dossier-La fiche de
l’inventaire permanant rapprochement entreles paiements enregistrés dans lesdossiers
et les .enregistrés en trésorerie ?Existe-il une procédurerèglements
spécialepermettant d’identifier les cas o Il existe quelque procédure qui entre dans le
cadre d’un accordentrant dans le cadre d’un accord professionnel (I D
A).professionnel ?Existe-t-il un suivi des sommes àpayer ou des recours à encaisser ?
oExiste-il un rapprochemententre les pièces justificatives derèglements des honoraires
desexperts et l’état honoraires édités par le serviceinformatique.Aprèsmensuel des
l’élaboration du questionnaire pour évaluer le système decontrôle interne et
détecterpar la suite les erreurs, les anomalies au sein des différentes procédures de la
gestion desinistres, nous trouvons par la suite la tache de la préparation de la grille de
séparation destaches et le programme de vérification.La grille de séparation des taches
permet de détecter les cas de cumul de fonctionincompatibles.Quant au programme de
vérification, il regroupe toutes les démarches et les travaux quel’auditeur doit exécuter
pour s’assurer de la conformité des règlements et d’autre partd’apprécier la gestion des
dossiers de sinistres avec l’aspect administratif,judicaire,financier. 41
42. 42. A cet effet nous proposons : - Les modèles de grille de séparations des taches. - Le
programme de vérification. II.2 La grille de séparation des taches : L’organigramme
du département sinistre matériel automobile est composé de quatre services techniques
: - Service IDA : pour tous les dossiers sinistre matériels qui entre dans la convention
IDA indemnisation directe des assurés - Service hors IDA : pour tous les dossiers qui
entrent dans la convention hors IDA(2) - Service sinistre facultatif : assurance tous
risques. - Service connexe. F O N C T I O N PERSONNEL OU SERVICES
CONCERNESRecensement et enregistrement des déclarations des Se Section
ouverture de dossier (Agent)sinistres.Vérification de l’existence de la garantie
sinistrée Gestionnaire de sinistres pour chaque service précité.Contrôle des séquences
d’enregistrement des déclarations Absentdes sinistres.Etude du dossier sinistré et
établissement des pièces de Gestionnaire service IDArèglements.Ordonnancement de
l’indemnité à payer Gestionnaire service IDAContrôle de la régularité de
l’ordonnancement de Un vérificateur et un financierl’indemnité à payer.Le
rapprochement entre les paiements enregistrés dans le Comptabilitédossier et les
règlements enregistrés en comptabilité.L’enregistrement et la relance des recours (PV
de recours) GestionnaireL’évaluation des dossiers sinistrés Une évaluation
automatique selon la nature de dossiersL’évaluation des dossiers sinistrés Une
évaluation automatique selon la nature de dossiersComptabilisation des règlements des
prestations Service comptabilité 42
43. 43. II.3Le Programme de vérification :vérification à effectuer REF N° FAIT
Constations PAR(*)I/ Sélectionner au hasard des dossiersdans le registre des sinistres,
l’état dessinistres réglés et l’inventaire Accorder plus de - les
archivespermanantainsi que : dossiers sélectionnés diligence en matière XXX
d’archivage par la en suite vérifier : mise en œuvre d’une application informatique
pour assurer le suivi et l’identification des dossiers - l’existence d’une garantie, de
Tous les dossiers d’une prime et de son encaissement.l’émission audités comportent
la garantie. Dossiers Discordance du montant porté - la conformité de l’état
informatique avec recours(3) sur la quittance avec celui les pièces de dossier. XXXX
porté sur l’état informatique accorder plus de diligence au moment du saisi
informatique. Un certain retard au niveau de Dossiers n° l’indemnisation des assurés. -
les accélérer l’indemnisation des assurésrèglements des prestations. XXXX afin de
préserver la bonne réputation de la STAR. 43
44. 44. III/ sélectionner au hasard, à partir de la comptabilité des prestations versés des
dossiers de sinistres et vérifier : Absence des rapports - les justifications des sommes
réglées Dossiers Défense d’expertise, des factures de (facture ; rapport d’expertise ;
quittances). (4) Assurer uneréparation, des photos avant et XXXX après réparation.
A traversvérification rigoureuse concernant les pièces des dossiers. des dossiers de
recours sélectionnés on a remarqué que certaine dossiers ne comporte pas la -
l’exécution des recours : Dossiers recours pièce justificative qui justifie XXX que les
dossiers sont réellement garder une copie des pièces constitutive des
dossierstransmis. recours avant de les envoyés aux compagnies adverses
accompagnées d’une décharge sur les documents remis aux compagnies adverse.
III/sélectionner à partir de dossier clôturés un échantillon au hasard et vérifier que :
Les dossiers recours ne sont - toutes les prestations ont été versées pas tous réglés, une
partie qui a fait l’objet d’un recours judicaire. (*) La mission d’audit de Département
de Sinistre Automobile est effectuée par tous les membres de la Direction d’Audit
Interne. 44
45. 45. II.5 Les recommandations :En exécution de la mission effectuée durant la période
de stage. Nous avons participé àl’audit de la branche Sinistre Matériel Automobile.Les
travaux ont touchés la Direction Automobile, la Direction Informatique et
Financière.Par ailleurs, nous avons soumis dans le présent rapport nos principales
appréciations ainsique les résultats de nos tests fonctionnels. *Système de contrôle
interne :Le fonctionnement actuel des unités dans le processus nous a permis de
relever qu’il ya uncumul des fonctions à travers la grille de séparations des taches dans
lequel on trouve que latache de l’étude des dossiers de sinistres et l’ordonnancement
de l’indemnités à payer effectuépar le même gestionnaire de service IDA, aussi, à
travers la grille de séparation des taches on aconstaté l’absence d’une personne
chargéede contrôle des séquences d’enregistrement desdéclarations des Préciser la
personne chargée de procéder au contrôle dessinistres. séquences d’enregistrement
des déclarations des sinistres.L’absence d’un critère objectif, spécifique pour que les
dossiers soient correctement Il est nécessaire de mettre en œuvre des critères
précisclassés permettant de classer les dossiers en indiquant les critères qui ont
Retard au niveau de l’indemnisationconduit à ce genre du classement. des
assurés.D’après le questionnaire effectué et les dossiers sélectionnés, on a remarqué un
certainretard au niveau de l’indemnisation de l’assuré et une large discordance entre la
date deréception du rapport de l’expert par rapport à la date d’édition de la quittance
de règlement.Ainsi, le non application de l’article 4 ducirculaire n° 14/2010 relative à
l’indemnisationdes assurés entrant Pour assurer la bonne réputation et la bonnedans
la convention IDA. image de l’entreprise, il est nécessaire d’accélérer l’indemnisation
des assurés et d’appliquer convenablement la règlementation décrit ci-dessus. 45

Recommandé


Solving Business Problems

Entrepreneurship Fundamentals

Competitive Strategy Fundamentals

La pratique de l'audit interne dans une entreprise d'assurances

dodoooooo

Déroulement d'une mission d'audit

BRAHIM MELLOUL

La pratique de l'audit interne dans une entreprise d'assurances

dodoooooo

les Fondamentaux de l'audit interne

Youssef Bensafi

Theorie et pratique de l audit interne

ahmed mrouki

Audit achat

Naitouaziz Abderrahmane


Audit-audit-interne

Widad Naciri

 Anglais
 Español
 Português
 Français
 Deutsch

 À propos
 Dev & API
 Blog
 Conditions
 Confidentialité
 Droits d'auteur
 Service d'assistance





LinkedIn Corporation © 2016