Vous êtes sur la page 1sur 124

Les Réseaux

Informatiques

1
Les réseaux informatiques
INTRODUCTION GÉNÉRALE
Définitions,
Historique,
Concepts télécoms,
Classification des réseaux,
Réseaux à commutation.
2
Réseaux
informatiques

3
Définitions
• Télécommunications
• Les télécommunications recouvrent toutes les techniques (filaires,
radio, optiques, etc.) de transfert a distance d’information quelle
qu’en soit la nature (symboles, écrits, images fixes ou animées,
son,…….).
• réseau
– Un réseau est un ensemble d’objets interconnectés les un avec
les autres

4
Définitions

• Réseau de communication
• Ensemble de ressources (artères de transmission, nœuds,
commutateurs, …) mis à la disposition d’équipements terminaux
pour leur permettre d’échanger de l’information

5
Principes de base d’un réseau
 Fournir l’accès à tous les utilisateurs,
 Fournir une qualité de service équitable,
 Fournir les moyens de communication nécessaires
pour les applications
Protocole de communication,
Débit,
Qualité de service…
 Assurer la sécurité de transport des informations
(accès, perte, coupure…)

6
Définitions
• RESEAU INFORMATIQUE
• Un réseau informatique es un ensemble d’ordinateurs reliés entre
eux grâce a des lignes physiques et échangeant des informations
sous forme de données numériques

7
l’intérêt d’un réseau informatique
• Le partage des ressources du réseau :
– Les fichiers ,
– Les applications ,
– Les périphériques comme des imprimantes, un scanner, un
modem.
• La communication entre les membres du réseau :
– La messagerie interne ou externe,
– L’accès à Internet ,
– L’accès à distance au réseau et à ses ressources.
• Le travail en groupe :
– La synchronisation des agendas, des notes de service ,
– Le suivie des différentes versions d’un même projet ,
– Le travail interactif entre les membres d’une même équipe .
8
Historique

10
Historique
• 1832 : alphabet de Morse (système de
transmission codée)
– Breveté en 1840,
– Première liaison en 1844,
– Première liaison transatlantique en 1858.
• 1899 : première liaison télégraphique par onde
hertzienne France/Angleterre.
• 1938 : principe de numérisation du signal.
11
Historique

• 1956 : premier câble téléphonique


– transocéanique avec 15 répéteurs immergés,
• 1962 : satellite Telstar 1 -> première liaison de
télévision transocéanique,
• 1979 : ouverture au public du premier réseau
mondial de transmission de données par paquets
X.25 (France : Transpac).

12
Historique
• 1959-1968 : Programme ARPA (Advanced Research
Projects Agency)
– Ministère américain de la défense (DoD) : lancer un réseau
capable de supporter les conséquences d’un conflit nucléaire.
• 1969 : ARPANET, l’ancêtre d’Internet
– Les universités américaines s’équipent de gros ordinateurs et
se connectent au réseau ARPANET.
• 1970-1982 : Ouverture sur le monde
– Premières connexions avec la Norvège et Londres
• 1983 : Naissance d’Internet
– Protocole TCP/IP -> tous les réseaux s’interconnectent.
13
Historique
• 1987-1992 : Les années d’expansion
– Les fournisseurs d’accès apparaissent, les entreprises
privées se connectent au réseau.
• 1993-2003 : L’explosion d’Internet
– Ouverture au grand public,
– Avènement du WEB et courrier électronique,
– Marché considérable.

14
historique
• Etape 1 :
⁻ réseaux physiquement séparés

• Etape 2 :
⁻ Voix numérisée
⁻ accès distincts

• Etape 3 :
⁻ voix paquétisée
⁻ traitement de bout en bout
identique
⁻ un seul accès physique
⁻ Protocole de transport
identique
⁻ Protocoles usagers différents
⁻ Les flux voix/données sont
séparés par un équipement
localisé chez l’usager

• Etape 4 :
⁻ Même interface d’accès
⁻ Protocoles de transport et
usagers sont identique
L’évolution des télécommunications. 15
Concepts télécoms

16
Transmission de
l’information

17
Transmission de l’information

• Télécommunications = toutes techniques de


transfert d’information
– Techniques : filaires, radio, optiques, satellites, …
– Information : symboles, écrits, images fixes ou
animées, son, vidéos, ...

18
Transmission de l’information
• Transfert fiable d’information entre entités
communicantes nécessite:
– Des données traduites (compréhensibles par A et B),
– Un support de communication (lien),
– Définition d’un mode d’échange des données,
– Réalisation d’un système d’adaptation entre les
calculateurs et le support (adaptation entité/support)
– Procédure d’échange (protocole = ensemble de
règles à suivre pour effectuer un échange
d’information)
19
Transmission de l’information
• Types d’informations
• Données continues
– Données continues résultant de la variation continue d’un
phénomène physique (voix, température, image, lumière, …)
– Infinités de valeurs dans un intervalle borné,
– Exp: un capteur fournit une tension électrique proportionnelle
à l’amplitude du phénomène.

20
Transmission de l’information

• Types d’informations
• Données discrètes
– Suite discontinue de valeurs dénombrables

21
21
Transmission de l’information
• Numérisation de l’information
• Il est nécessaire de substituer à chaque élément
d'information une représentation binaire.

• Cette opération porte le nom de :


–Numérisation de l'information pour les
informations analogiques.
–Codage de l'information pour les
informations discrètes.
22
Transmission de l’information
• Numérisation de l’information
• Analogique Numérique
• Il faut associer une valeur binaire à chaque élément
d’information
• La numérisation d’un signal analogique comporte 3
phases :
– L’échantillonnage,
– La quantification,
– Le codage.

23
Numérisation des informations

24
Transmission de l’information
• Codage d’information
• Analogique /Numérique
• Codage de l’information pour des données discrètes
(code ASCII, …)

25
Le Multiplexage
• Principe
• Un multiplexeur a pour fonction de recevoir des données de
plusieurs terminaux par le biais de liaisons spécifiques: voies
incidentes, et de les transmettre toutes ensemble sur une liaison
unique: voie composite.
• Un démultiplexeur il effectue la démarche inverse,

26
Le Multiplexage
• Le partage de la voie composite peut être un
partage:
– Multiplexage fréquentiel (spatial) : chaque voie
dispose en permanence d’une fraction de la bande
disponible ,
– Multiplexage temporel : chaque voie utilise durant un
temps prédéterminé toute la bande disponible.

27
Le Multiplexage
– Multiplexage fréquentiel

AAAAAA AAAAAA F1
BBBBBBB BBBBBBB F2
CCCCCCC CCCCCC F3

– Multiplexage temporel

AAAAAA
BBBBBBB
CCCCCCC CC BB AA CC BB AA CC

28
Transmission de l’information

• Technique de transmission de données

– Transmission en bande de base,


– Transmission large bande ou modulation,

29
Technique de transmission de données
• Transmission en bande de base
– Les bits sont directement représentés par des valeurs de
tensions,
– Simplicité du codage mais distances limitées à quelques
kilomètres
– Occupe toute la bande passante (pas de multiplexage)
– Code NRZ, code Manchester, …

30
Codage bande de base
• Code Tout ou Rien

1 0 1 0 0 1 0 0 1

• Code NRZ (Non Return to Zero)

1 0 1 0 0 1 0 0 1

• Code Biphase (Manchester)

31
0 1 1 0 0 1 1 0 0
Transmission de l’information
Technique de transmission de données

• Transmission large bande ou par modulation


– Adaptée aux longues distances (transposition dans un domaine de
fréquences adapté au support, protection du bruit)
– Résout le problème du multiplexage

32
Modulation d’une onde porteuse
• Modulation de fréquence: chaque fréquence représente une valeur du bit.

• Modulation de phase: le signal modulé s'obtient en générant un déphasage


représentatif des 0 et 1 logiques à transmettre.

• Modulation de amplitude: associé à une information logique 1, une


amplitude donnée et une autre amplitude à un 0 logique

33
Résumé

34
Transmission de l’information
• Principe d’une liaison de données
– Une transmission de données met en œuvre des
calculateurs d’extrémité , des éléments
d’interconnexion et des jonctions (interfaces)

35
Transmission de l’information
• Principe d’une liaison de données
• ETTD : Equipement Terminal de Traitement de Données
– DTE (Data Terminal Equipement)
– Contrôle de la communication
– Source /collecteur des données

36
Transmission de l’information
• Principe d’une liaison de données
• ETCD - Equipement Terminal de Circuit de Données
– DCE (Data Communication Equipement)
– Adaptation entre le terminal et le support
– Fournit au support un signal adapté à ses caractéristiques
– Modifie la nature du signal mais pas sa signification

37
Transmission de l’information

• Jonction ou interface :
– Permet à l’ETTD de gérer l’ETCD pour établissement
et libération du circuit, échange de données, …
– Utilise un signal numérique

38
Transmission de l’information
• Une interface ETTD/ETCD spécifie:
– Une interface mécanique: qui fixe le connecteur physique,
– Une interface électrique: qui détermine les niveaux électriques
des signaux qui transitent par la jonction,
– Une interface fonctionnelle: qui précise les fonctions remplies
par telle ou telle broche :
• Le transfert de données,
• Les signaux de commande,
• Les signaux de synchronisation ,
• Les masses,
– Une interface procédurale qui définit les procédures de
commande et d’échange

39
Transmission de l’information
• Support ou ligne de transmission :
– Caractéristiques (débit, impédance, taux d’erreurs, …)
– Deux grandes classes de supports de transmission :
• Les supports à guide physique
– Paires torsadées,
– Câbles coaxiaux,
– Fibres optiques, ...
• Les supports sans guide physique
– Ondes hertziennes,
– Radio - électriques,
– Lumineuses,...

40
Transmission de l’information

• Mode de transmission
L’organisation des échanges
Mode de liaison
 Liaison point à point,
 Liaisons multi-points.

Transmission parallèle/série,
Transmission synchrone/asynchrone.

41
Transmission de l’information
• Mode de transmission
• L’organisation des échanges
 Liaison simplex

 Liaison half duplex

 Liaison full duplex

42
Transmission de l’information
• Mode de transmission
• L’organisation des échanges
• La plupart des liaisons utilise deux supports de communication:
– Un supports dans chaque sens,
– Chacun des supports étant utilisé unidirectionnellement (Exp:
2 paires métalliques).

43
Transmission de l’information
• Mode de liaison
• Liaison point à point:
– Chaque correspondant est relié par un lien dédié à un seul autre
correspondant.
– Les deux équipements sont interconnectés directement via un
même et unique support de communication.
– L’interconnexion de plus de deux équipements nécessite des
équipements intermédiaires

44
Transmission de l’information
• Mode de liaison
• Liaisons multi-points:
– Lorsqu’un même support est partagé par plusieurs équipements,
– Les informations envoyées par un équipement sont reçues par
tous les autres équipements

BUS Anneau 45
Transmission de l’information

• Mode de liaison
• Liaisons multi-points:
• Problèmes:
– Les conflits d’accès au support sont inévitables,
– Il est nécessaire d’instaurer une politique d’accès au
support.
• On distingue deux modes de contrôle de l’accès
– Le mode centralisé ou maître/esclave,
– Le mode décentralisé ou d’ égal à égal (réseaux locaux).

46
Transmission de l’information
• Modes de transmission
• Transmission parallèle/ série
–Transmission parallèle
• Caractérisée par un transfert simultané de tous les
bits d’un même mot.
–Transmission série
• Tous les bits d’un mot ou d’un message sont
transmis successivement sur une même ligne.

47
Transmission de l’information
• Modes de transmission
• Transmission parallèle/ série

48
Transmission de l’information
• Modes de transmission
• Transmission parallèle
– Lorsque les équipements sont séparés par une courte
distance, envisager une transmission en parallèle,
– Réduire le délai de transfert,
– Grande vitesse de transmission (débit),
– A l’intérieur d’un ordinateur, les données sont
manipulées sous une forme parallèle,
– Exp: câble parallèle qui relie un ordinateur et une
imprimante.

49
Transmission de l’information

• Modes de transmission
• Transmission série
– La transmission série, est en général utilisé pour les
communications à longue distance,
– La transmission série nécessite une interface de
conversion pour sérialiser les bits en émission
(conversion parallèle/série) et les désérialiser en
réception (conversion série/parallèle),
– La transmission série n’utilise que deux conducteurs.

50
Transmission de l’information
• Modes de transmission
• Transmission synchrone/ asynchrone
• Transmission synchrone
– Les bits sont émis sur le support à une cadence,
– La cadence est définie par une horloge dite horloge
émission,
– Le récepteur reçoit les bits émis à une cadence identique à
celle de l’émission,
– Les horloges de l’émeteur et le récepteur doivent être
synchronisées.

51
Transmission de l’information
• Transmission synchrone/ asynchrone
• Transmission asynchrone
– Les caractères sont émis de façon irrégulière,
– les horloges émetteur et récepteur sont indépendantes,
– Pour assurer la synchronisation des horloges on envoie, un
signal spécifique d’asservissement.
• Bit START (élément de départ)
• Bit STOP (élément d’arrêt).
– Cet intervalle de temps n’autorise que la transmission
d’une courte séquence binaire: le caractère,
– Après cette opération, l’horloge de réception est libre.
52
Transmission de l’information
• Transmission synchrone/ asynchrone
– Transmission asynchrone
• Les horloges dérivent
• Bit de start/stop

La dérive de l’horloge réception occasionne la perte d’un bit. 53


Transmission de l’information
– Transmission asynchrone

54
Classification des réseaux

55
Classification des réseaux
• Classification des réseaux:
– Mode de diffusion de l’information,
– Distance,
– Topologie,
– Selon le mode de d’acheminement,
– …..

56
Classification des réseaux
• Mode de diffusion
• Les réseaux peuvent se distinguer par leur mode de diffusion de
l’information entre la source et le destinataire.
• Il en existe trois grands types.
– Diffusion 1 à N
• réseaux de radiodiffusion
• réseaux locaux

– Collecte N à 1
• réseaux de télémesure

– Commutation 1 à 1 parmi n
• Réseau Téléphonique Commuté
57
Classification des réseaux

DISTANCE

58
Classification des réseaux

• Distance
– Réseaux locaux d’entreprise
• LAN : Local Area Network
– Réseaux de Communauté urbaine

• MAN: Métropolitain Area Network


– Réseaux public

• WAN: Wide Area Network


59
Classification des réseaux

Classification des réseaux informatiques selon leur taille60


Classification des réseaux

• LAN (Local Area Network)


– Étendue limitée à une circonscription géographique
réduite (bâtiment...),

– Destinés au partage local de ressources informatiques


(matérielles ou logicielles),

– Offrent des débits élevés de 10 à 100Mbit/s.

61
LAN (Local Area Network)

62
Classification des réseaux

• MAN (Metropolitan Area Network)


– Étendue de l’ordre d’une centaine de kilomètres (ville),

– Les MAN sont généralement utilisés pour fédérer les


réseaux locaux,

– Assurer la desserte informatique de circonscriptions


géographiques importantes (ville, réseau de campus).

63
MAN (Metropolitan Area Network)

64
Classification des réseaux

• WAN (Wide Area Network),


– Assurent généralement le transport d’informations
sur de grande distance (pays, continent),
– Un WAN interconnecte plusieurs LAN ou MAN,
– Réseaux appartiennent à des opérateurs,
– Les services sont offerts à des abonnés contre une
redevance,
– Les débits offerts sont très variables de quelques
kbit/s à quelques Mbit/s.
65
WAN (Wide Area Network)

66
Classification des réseaux

Résumé
Type de réseau Distance d’interconnexion
Réseaux Personnels(PAN) < 10m table, bureau
salle, immeuble,
Réseaux locaux (LAN) < 10km campus
Réseaux métropolitains (MAN) < 100km ville
pays, continent, le
Réseaux étendus (WAN) >100km monde (Internet)

67
Classification des réseaux

Topologie

68
Classification des réseaux

• Topologie
• La topologie d’un réseau décrit la manière dont les
nœuds sont connectés.
• Deux types de topologies:
– Topologie physique: qui décrit comment les machines
sont raccordées au réseau (câbles, postes, dispositifs de
connectivité,…)

– Topologie logique: détermine la manière dont les


stations se partage le support et dépend de la méthode
d’accès au réseau.
69
Classification des réseaux

• Topologie
• Réseaux en mode de diffusion
• Tous les nœuds reçoivent le message expédié par un équipement terminal

70
Classification des réseaux

• Topologie
• Réseaux en mode de diffusion
– Un seul canal de transmission partagé par toutes les
machines,
– Un message envoyé est reçu par toutes les machines, mais
seul le destinataire du message en tient compte,
– Diffusion générale (broadcast) ou restreinte (multicast),
– Attribution du canal centralisée ou décentralisée,
– Utilisé dans les réseaux LAN (normes Ethernet).
71
Classification des réseaux
• Topologie
• Réseaux en mode point à point

72
Classification des réseaux

• Topologie
• Réseaux en mode point à point
– Un canal de transmission entre deux machines,
– Un message peut transiter via plusieurs machines pour
atteindre le destinataire ,
– Besoin d’un système d’adressage et de routage,
– Surtout utilisé dans les WAN.

73
Classification des réseaux

74
Classification des réseaux

• Type de support
– Filaire (exp: Ethernet)

– Sans fil (exp: Wifi, Wimax, GSM)

– Fibre optique (exp: FDDI: Fiber Distributed Data Interface,


ATM: Asynchronous Transfert Mode)

75
Réseaux a commutation

76
Réseaux a commutation

Problématique,
La commutation de circuits,
La commutation de messages,
La commutation de paquets,

77
Réseaux à commutation

• Problématique
• Le concept de réseaux a commutation est né de :
– La nécessité de mettre en relation un utilisateur avec
n’importe quel autre utilisateur :

Relation de 1 à 1 parmi N

– L’impossibilité de créer autant de liaisons point à


point qu’il y a de paires de communicants.
78
Réseaux a commutation
• Problématique
• Le nombre total de liens nécessaires dans un
système de N nœuds est donc de:
Nombre de liens = N(N−1)/2

79
Réseaux a commutation
• Problématique
• La nécessité de trouver un système qui va permettre, à partir
d’une simple ligne de raccordement (liaison d’abonné),
d’atteindre tout autre abonné du réseau
• Ce système porte le nom de: réseau à commutation

80
Réseaux a commutation
• Un réseau à commutation assure une connectivité
totale,
• La topologie logique ou interconnexion totale, vue du côté des
utilisateurs, est différente de la topologie physique réelle.
• La commutation assure l’acheminement des données de bout en
bout de manière transparente.

81
Réseaux a commutation

• Selon le mode d’acheminement, on peut classifier


les réseaux de commutation en deux catégories :

Commutation de circuit ,
Commutation de données.

82
Commutation de circuit

83
Commutation de circuit
• Principe :
1. Phase de connexion:
• Construction physique d’un circuit entre la source et
le destinataire avant tout échange,
• Création d’une liaison de bout en bout.
2. Phase de transfert:
• Lors du transfert de données le circuit est bloqué.
3. Phase de libération:
• Libération du circuit à l’initiative de la source ou
destination.

84
La commutation de circuit:
RTC: Réseau Téléphonique Commuté
La connexion physique est
établie dès que l’appel a
abouti

commutateur

85
Commutation de circuit
• Caractéristiques :
– La commutation de circuit garantit le bon ordonnancement
des données,
– Il n’ya pas de stockage intermédiaire des données,
– Les abonnés monopolisent la ressource,
– débit rapide et constant,
– Durant la connexion Il y a facturation (temps, distance, ).
• Inconvénients :
– S’il n’y a plus de ressources disponible de bout en bout, la
connexion est refusée,
– La source et le destinataire doivent avoir le même débit,
– les circuits ne sont pas partagés: mauvaise utilisation des
ressources. 86
Commutation de données

87
Commutation de données

La commutation de messages,

La commutation de paquets


Mode non connecté (mode
Datagrammes)
Mode connecté (mode Circuit Virtuel)

La commutation de cellules

88
La commutation de messages
• Principe:
– La commutation de messages, n’établit aucun lien
physique entre les deux systèmes d’extrémité,
– Elle consiste à envoyer un message de l'émetteur jusqu'au
récepteur en passant d’un noeud de commutation a un
autre noeud,
– Chaque noeud attend d'avoir reçu complètement le
message avant de le réexpédier au noeud suivant,
– Le message est mémorisé intégralement par chaque
nœud,

89
La commutation de messages

• Principe (suite)
– Le message est transféré de nœud en nœud et mis en
attente si le lien internœud est occupé,
– Chaque message constitue une unité de transfert (fichier,
écran de terminal...) acheminée individuellement par le
réseau,
– Le message est transmis au nœud suivant dès qu’un lien se
libère,
– Le lien est libéré si le transfert du message est réalisé.

90
La commutation de messages

Principe de la commutation de messages

91
La commutation de messages
• Avantages:
– Le transfert, même si le correspondant distant est
occupé ou non connecté,
– Meilleure utilisation des ressources,
– En cas de fort trafic, il n’y a pas blocage du réseau mais
seulement un ralentissement (attente de la libération
d’un lien),
– Possibilité de diffusion d’un même message à plusieurs
correspondants.
92
La commutation de messages

• Inconvénients:
– La mémorisation intermédiaire de l’intégralité des
messages dans chaque neoud nécessite des
mémoires de masse importantes et augmente le
temps de transfert.
– Les réseaux à commutation de messages ne sont
pas adaptés aux applications interactives.

93
La commutation de Paquets

94
La commutation de paquets
• Principe
– La commutation de paquets utilise une technique
similaire à la commutation de messages,
– Le message est découpé en fragments de petite taille
appelé : paquet, dont la taille est parfaitement adaptée
à la transmission
– Chaque paquet est acheminé dans le réseau
indépendamment du précédent,
– Contrairement à la commutation de messages, il n’y a
pas de stockage d’information dans les nœuds
(commutateurs, routeurs) intermédiaires.
95
La commutation de paquets

• Principe (suite)
– Chaque nœud, recevant un paquet, le réémet
immédiatement sur la voie optimale (routage),
– Le séquencement des informations n’est plus garanti,
– Pour reconstituer le message initial, le destinataire
devra réordonnancer les différents paquets avant
d’effectuer le réassemblage,
– Ce mode de commutation est utilisé dans les réseaux
Ethernet.
96
Principe de la commutation de paquets

97
La commutation de paquets
• Avantages :
– Optimisation de l’utilisation des ressources,
– Transmission plus rapide que la commutation de messages,
– Retransmission uniquement du paquet erroné en cas
d’erreurs.
• Inconvénients :
– Il peut être nécessaire de réordonner les paquets à
l’arrivée,
– Chaque paquet doit contenir les informations nécessaires à
son acheminement (adresse source /adresse destination).
98
La commutation de paquets

• Comparaison entre la commutation de circuits et


de paquets
Commutation de circuits Commutation de paquets

Établissement d’un circuit Préalable à l’échange Pas de circuit préétabli


de données
Garantie du séquencement OUI Non

Optimisation des ressources Non, Circuit dédié OUI, Circuit partagé

Indépendance des débits Non OUI

99
La commutation de paquets

Diagramme des temps

100
Diagramme des temps

101
La commutation de paquets

• La commutation de paquets :
Mode non connecté (mode Datagrammes),

Mode orienté connexion (mode Circuit


Virtuel)

102
La commutation de paquets
Mode de connexion
• Principe:
– Afin de combiner les avantages des deux types de
commutation (circuit et paquets),
– Conception d’un système qui dans un réseau à
commutation de paquets assure les deux mode de
mise en relation :
Mode non connecté (mode Datagrammes),
Mode connecté (mode Circuit Virtuel).

103
La commutation de paquets
Mode de connexion

Les modes de mise en relation

104
La commutation de paquets

Mode Non connecté


(mode datagramme)

105
Mode Non connecté (mode datagramme)

• Le mode non connecté:


– C’est le mode naturel de la commutation de paquets,
– Les paquets transitent dans le réseau
indépendamment les unes des autres,
– Les routes empruntées par les différents paquets
peuvent être différentes,
– Le séquencement des paquets n’est pas garanti,
– Le destinataire n’est pas nécessairement à l’écoute.

106
Mode Non connecté (mode datagramme)
• Le mode non connecté (mode de datagramme)
– Les mécanismes réseaux sont allégés au détriment d’une
complexité dans les organes d’extrémités qui doivent être
capables de réordonnancer les différents blocs
d’information,
– Aucune réservation de ressources n’est effectuée
préalablement à tout envoi de données,
– des blocs d’information peuvent être perdus en cas de
surcharge du réseau,
– Adressage: chaque paquet doit contenir l’adresse complète
de la source et la destination afin de permettre le routage.
107
Réseau en mode non connecté
( mode datagramme)

Routage

108
La commutation de paquets

Le mode orienté connexion


Mode Circuit Virtuel

109
La commutation de paquets
Le mode orienté connexion
• Principe
– En commutation de circuits une liaison physique est
préalablement établie avant tout échange de données,
– En mode orienté connexion une liaison virtuelle est établie,
– Cette liaison est appelée: CV Circuit Virtuel,
– Lors de la phase d’établissement de la connexion, les
différentes ressources nécessaires au transfert (buffers,
voies...) sont réservées,
– Lorsque l’échange est terminé, une phase de déconnexion
libère les ressources.
110
Le mode orienté connexion
(Circuit Virtuel)
• Principe
– Une route (appelée circuit) entre la source et la
destination est déterminée à la connexion,
– Tous les paquets suivent la même route et arrivent
dans l’ordre,
– Possibilité de réservation de bande passante,
– Contrôle de flux et reprise sur erreur possibles
– Non résistant à la défaillance,
– Gestion des ressources non optimale,
111
Le mode orienté connexion
(Circuit Virtuel)

• Ce mode de commutation est utilisé dans les


réseaux:
– X25,
– FR (Frame Relay)
– ATM (Asynchronous Transfert Mode).

112
Le mode orienté connexion (Circuit Virtuel)
• Établissement du circuit virtuel
• Un message spécifique (paquet d’établissement) est routé dans
le réseau,
• Son acheminement est enregistré dans les commutateurs et
identifié par un label appelé: Numéro de Voie Logique (NVL)

113
Établissement du circuit virtuel
• Durant la phase d’établissement du circuit, les différentes
ressources nécessaires au transfert de données sont réservées
(buffers, voies...).
• Ensuite, tous les messages empruntent la route préétablie,
• Le séquencement des informations est garanti (chemin identique)
• À la fin de l’échange, une phase de déconnexion libère les
ressources.

Multpiplexage de voies logiques sur une voie physique.


114
Le mode orienté connexion
• Toute communication en mode connecté entre 2 entités du
réseau (A et B) suit le processus suivant en 3 phases :
1 : Établissement de la connexion
– A demande une connexion avec B par l’envoi d’un message
spécial (paquet d’appel)
– Le paquet d’appel trace un chemin entre A et B dans le réseau : le
circuit
– B confirme ou non la connexion avec un autre message spécial
(paquet d’acquittement)
2 : Transfert des données
– Tous les paquets du message sont envoyés à B en suivant le
même chemin dans le réseau
– Les paquets du message contiennent le numéro du circuit et non
plus l’adresse de B.
3 : Libération de la connexion
– Un paquet de libération du circuit est envoyé à l’initiative de A
ou B. 116
Le mode orienté connexion
(Circuit Virtuel)

• Deux de types de liaison:


– Circuit Virtuel Commuté CVC:
Circuit Virtuel établi et libéré à l'initiative d'un des
correspondants.

– Circuit Virtuel Permanent CVP:


Circuit Virtuel établi d'une manière permanente entre deux
extrémités.
Le circuits virtuel permanent élimine le besoin d'installation
d'appel répétée.
117
MODE DE CONNEXION : COMPARAISON
• Mode Connecté :
– Avantages:
• Séquencement des paquets à l’arrivée,
• Permet une sécurisation des échanges ,
• La négociation à l ’avance des paramètres de communications (vitesse,
qualité, …).
– inconvénients:
• Temps de connexion,
• Mutlipoint peu aisé.
• Mode non Connecté :
– Avantages:
• Simplicité,
• Efficacité et robuste aux pannes du réseau
– inconvénients :
• Deséquencement des paquets à l’arrivée,
• Mémoire tampon des équipements réseaux,
• Pas de qualité négociée.
118
Critères Mode orienté connexion Mode non connecté
Mise en relation nécessaire. Obligatoire Non
Délai de connexion Oui, pouvant être important. Non, puisque pas de connexion.
Délai de déconnexion
Type de circuit offert Permanent durant tout Pas de circuit réservé, mode
l’échange. datagramme
Allocation de ressources Oui, statique (à la Non
connexion).
Contrôle de flux possible Oui Non
Séquencement des Oui (garanti par le réseau). Non (à charge du destinataire).
informations
Reprise sur incident Oui Non
Optimisation des réseaux Non, circuits et ressources Oui, pas de ressource réservée,
réservés durant toute la optimisation lors du routage.
relation.
Résistance à la défaillance Non, en cas de défaillance, il Oui, pas de chemin préétabli, en cas
faut reconstituer un circuit de défaillance d’un lien ou d’un
virtuel. nœud reroutage sur une autre voie.

Adressage Simple: label attribué à la chaque paquet contient l’adresse


connexion complète de la source et la 119
destination
La commutation de paquets

• Influence de la taille des paquets

120
La commutation de paquets

• Influence de la taille des paquets (en cas d’erreur)

121
Commutation de cellules

122
Commutation de cellules
• Principe :
– Cellule: est un paquet particulier dont la taille est toujours
fixée à 53 octets (5 octets d'en-tête et 48 octets de
données).
– C'est la technique de base des réseaux hauts débits ATM
(Asynchronous Transfert Mode),
– La transmission de cellules se fait en mode connecté à
travers des circuits virtuels,
– Cette technique mixe la commutation de circuits et la
commutation de paquets,
– La taille fixe des cellule permette de simplifier le travail des
commutateurs pour atteindre des débits plus élevés.

123
Commutation de cellules
• Commutation de cellules
– Avantages :
• Tampon mémoire réduit,
• Meilleure performance,
• Adapté aux trafics temps-réel
– inconvénients :
• délais d’établissement des connexions

124
Résumé

125
126

Vous aimerez peut-être aussi