Vous êtes sur la page 1sur 19

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/319454825

Qualité des eaux potables de la nappe phréatique Maâmora, Gharb-Kénitra-


Maroc-Quality of drinking water from the tablecloth Maâmora, Gharb-
Kenitra-Morocco

Article · January 2014

CITATION READS

1 1,298

10 authors, including:

Ali al Emad Driss Belghyti


Université Ibn Tofail Université Ibn Tofail, Faculty of Sciences
31 PUBLICATIONS   34 CITATIONS    105 PUBLICATIONS   473 CITATIONS   

SEE PROFILE SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

wastewater reatment technologies adapted in rural areas View project

Sources of fluoride contamination in groundwater and its health effects. View project

All content following this page was uploaded by Ali al Emad on 03 September 2017.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


Qual
it
édeseauxpot
abl
esdelanappephr
éat
iqueMaâmor
a,
Ghar
b-Kénitr
a
-Maroc-

Qual
it
yofdr
inki
ngwaterfr
om t hetabl
ecl
othMaâmor
a,
Gharb-Kenitr
a
-Mor occo-

Aut
eur(
s):KHERRATI Imane,ALEMAD Ali
,JOTI Brahi
m,ABDELSALAM I
beda,
RAMZIMahbob,ABOUBAKER ALZWISaad,CHI GUER Hami d,
ELKHARRIM Khadi
ja,KHERRATIBouazza,BELGHYTIDr i
ss

Cat
égor
ie: Sci
encesett
echni
ques> Hydr
ologi
e

ScienceLi
bEditi
onsMer
senne:2014Vol
ume6,N °141203
ISSN 2111-4706

Publ
iél
e:2014-
12-
09

www.
sci
encel
ib.
fr
KHERRATI Imane

Qualité des eaux potables de la nappe phréatique


Maâmora, Gharb-Kénitra
-Maroc-
Quality of drinking water from the tablecloth
Maâmora, Gharb-Kenitra
- Morocco-
KHERRATI Imane1, ALEMAD Ali1, JOTI Brahim1,2, ABDELSALAM Ibeda1,3,
RAMZI Mahbob1, ABOUBAKER ALZWI Saad1,3, CHIGUER Hamid1, EL KHARRIM
Khadija1, KHERRATI Bouazza 1 , BELGHYTI Driss1*
1 : Laboratoire Environnement & Energies Renouvelables, Faculté des Sciences, Université Ibn
Tofail. Kenitra. B, P: 133, 14 000 Kénitra- MAROC. Tél: +212(06)43051613 / 66 56 33 59.
Email : imane_fac@hotmail.com / belghyti@hotmail.com
2 : Laboratoire de l’Office National de l’eau potable (ONEP) Ain Sebaà- Kénitra- Maroc.
3 : Organisation de Développement Sabha, Libye.
*Auteur de correspondance

Résumé :
Le problème de la pollution des ressources en eaux touche l’ensemble des continents de la
planète. Particulièrement, les eaux souterraines sont plus sensibles à la contamination par des
résidus de l'industrie, de l'agriculture et des eaux usées domestiques qui conduisent à une
pollution chimique (Nitrates…) et l'émergence de nombreuses maladies épidémiques graves
(Choléra, Typhoïdes, Amibiases, Helminthiases…etc).

Le but du présent travail est d’évaluer l’impact de l’intensification de l’agriculture et des


rejets des eaux usées non traitées sur la qualité physico-chimique des eaux de la nappe
phréatique Maâmora qui servent pour la production d’eaux potables pour les besoins de la
région du Gharb Chrarda Beni Hssen, Maroc. Les paramètres physico chimiques suivis sont :
T °C, pH, C.E, NO2-, NO3-, NH4+, CL-, F-, HCO3-, la dureté totale (TH), O2, l’Oxydabilité,
SiO2, SO4-, Bore, le résidu sec et la turbidité des eaux brutes de 10 forages sur la nappe
Maâmora, Kénitra.
Les résultats de cette étude révèlent une température moyenne de 20°C; un pH de 6,47; une
conductivité électrique de 785,1µs/cm; Nitrite de 0,0093 mg/L ; Nitrate de 21 mg/L;
Ammoniac de 0,093mg/L, Chlorures de 141 mg/L; Fluorure de 2,2 mg/L; HCO3- de 5
mèq/L ; Dureté totale de 13,9 mèq/L; Oxygène dissous de 5,6 mèq/L; Oxydabilité de 1,71
mèq/L ; Silicate de 4,6 mg/L; Sulfates de 17,7 mg/L; Bore de 0,0039 mg/L; Résidu sec de
0,05 mèq/L; Turbidité de 2,17 NTU.

Dans l’ensemble les résultats des analyses physico-chimiques des eaux des forages
étudiés sont conformes aux normes marocaines de potabilité à l’exception d’un
accroissement des teneurs en nitrates qui dépassent parfois largement (52- 97mg/L) la valeur
limite de 50 mg/L et appelle à une amélioration des outils de contrôle et de vigilance des
décideurs et des gestionnaires du bassin pour stopper la dégradation ascendante de la qualité
de la nappe Maâmora.
Mots clés: Nappe Maâmora, Normes, physico-chimie, Nitrates, Kénitra, Maroc.

ScienceLib Editions Mersenne : 2014 Volume 6 , N ° 141203


ISSN 2111-4706
KHERRATI Imane

Abstract
The problem of pollution of water resources affects all continents of the world. Specifically,
groundwater more susceptible to contamination by residues from industry, agriculture and
domestic wastewater that lead to chemical pollution (nitrates , metals, pesticides,...) and the
emergence of many serious epidemic diseases (cholera, typhoid, amoebiasis, Helminthiases ...
etc).

The purpose of this study was to evaluate the impact of agricultural intensification and
discharges of untreated sewage on the physico-chemical quality of Maâmora groundwater
used for the production of drinking water for the needs of the Gharb Chrarda Beni Hssen
region, Morocco. The physicochemical parameters followed are: T °C, pH, EC, NO2-, NO3-,
NH4 +, CL-, F-, HCO3-, total hardness (TH), O2, Oxidisability, SiO2, SO4-, Boron, dry
residual and turbidity of raw water from 10 wells on the tablecloth Maâmora, Kenitra.

The results of this study indicate a mean temperature of 20 °C; a pH of 6,47; an electrical
conductivity of 785,1μs / cm; Nitrite 0,0093 mg / L; Nitrate 21 mg / L; Ammonia 0,093mg/L,
Chloride 141 mg / L; Fluoride 2,2 mg / L; HCO3- 5 meq / L; Total hardness of 13,9 meq / L;
Dissolved oxygen of 5,6 meq / L; Oxidizability of 1,71 meq / L; Silicate 4,6 mg / L; Sulfates
17,7 mg / L; Bore of 0,0039 mg / L; Dry residual 0,05 meq / L; Turbidity of 2,17 NTU.

Overall the results of physico-chemical analyzes of water from wells studied are consistent
with Moroccan drinking water standards except for an increase of nitrate which is sometimes
well beyond (52- 97mg / L) the limit value 50 mg / L and calls for improved monitoring tools
and vigilance policy makers and managers to stop the pond bottom deterioration in the quality
of the water Maâmora.

Keyword: Groundwater Maâmora, Standards, Physico-chemistry, Nitrates, Kenitra, Morocco.

1-Introduction
Avec un taux hydrique mobilisable de 971m3/hab./an, le Maroc est classé au rang 155 par
rapport à 180 pays (FAO, 2002). Les eaux souterraines constituent une part importante du
patrimoine hydraulique du pays (MATUHE, 2001). Les eaux souterraines, malgré leur
protection géologique, sont exposées à diverses pollutions agricoles, industrielles ou urbaines.

La région côtière du Gharb trouve ses ressources en eaux de plus en plus menacées par la
pollution engendrée par le développement urbain, agricole, industriel et artisanal. En effet,
le développement a engendré des demandes en eau de plus en plus croissantes et a généré
plusieurs sites pollués (Lac Fouarat, Fleuve Sebou, Sucreries, Papeteries, Huileries,
Briqueteries, Poissonnerie,…) qui se multiplient en dehors de toute protection de
l’environnement (Elguamri et Belghyti, 2007).

L’organisation mondiale de la santé (OMS ) estime que 80 % des maladies qui affectent
la population mondiale sont directement associées à l’eau, ce qui implique la nécessité
de traiter les eaux avant toute utilisation (OMS, 1986).

Le présent travail s’intéresse à l’étude de la qualité des eaux de la Maâmora. Un suivi de


plusieurs paramètres physico-chimiques des eaux de 10 puits représentatifs de la nappe est
réalisé afin de préciser l’importance de la pollution et déterminer ses origines.
2

ScienceLib Editions Mersenne : 2014 Volume 6 , N ° 141203


ISSN 2111-4706
KHERRATI Imane

2-Milieu, Matériel et Méthodes d’études


Présentation de la zone d’étude
La région du Ghrab Chrarda Beni Hssen s’étale sur une superficie de 7900 km² soit 1,08% de
la superficie totale du pays, abritant ainsi la plaine du Gharb (4200 km²). La région regroupe 3
provinces (Kénitra, Sidi Kacem et Sidi Slimane), 10 communes urbaines et 53 communes
rurales.
La région est géographiquement limitée au Nord par la région de Tanger-Tétouan, au Nord-
Est par la région de Taza-El Hoceima-Taounate, au Sud-Est par les régions de Fès-Boulmane
et Meknès-Tafilalet, au Sud par la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaer et à l’Ouest par
l’océan atlantique (Figure 1).
La Maâmora constitue un bassin de 2300 Km2 et est encadrée au Nord par la ville de Sidi
Yahia et la Nappe de Tiflète, à l’Est par l’Oued Beht et à l’Ouest par l’Océan Atlantique
(Figure 2). La Maâmora est caractérisée par un réseau hydrographique bien développé de
l’Ouest vers l’Est. Les principaux cours d’eau sont les oueds Fouarate, Semento, Tiflète et
Touirsa.

Le présent travail consiste à suivre un planning de prélèvements étalés sur 10 Forages


(Tableau 1). Les analyses d’eau souterraines de la zone étudiée ont été réalisées au
Laboratoire de l’Office Nationale de l'eau potable de Kénitra et à la Faculté des Sciences de
Kénitra, Maroc.

Figure 1 : Localisation de la région du Gharb Chrarda Beni Hssen

ScienceLib Editions Mersenne : 2014 Volume 6 , N ° 141203


ISSN 2111-4706
KHERRATI Imane

Figure 2 : Localisation de la nappe Maâmora (Numéro 16)

ScienceLib Editions Mersenne : 2014 Volume 6 , N ° 141203


ISSN 2111-4706
KHERRATI Imane

Tableau 1 : Les Forages étudiés


Stations Débit
N° des Forages Localisation des stations
(forages) (l/s)
1 Ain Sebaà 156 située au centre d’Ain Sebaa
2 El menzeh 50 El Menzeh la ville Kénitra
3 Ain Arris 150 Ain Sebaa 2 Km vers route de Rabat.
4 Ahmed Taleb 45 Ahmed Taleb la ville Kénitra
5 Ain Khadra 40 Ain Sebaa 3 Km vers route de Rabat.
6 Ain Taichà 100 Réservoirs El Mahdia,
7 Sidi Taibi 100 Ain Sebaa 20 Km vers route de Rabat.
8 Sidi Yahia 40 Ain Sebaa 30 Km vers route de Fès.
9 El kouméssate 50 Ain Sebaa 15 Km vers route de Meknès.
10 Souk El araba 50 Ain Sebaa 45 Km vers route de Fès.

Méthodes d’Etudes
Les prélèvements au niveau des pompes sont effectués après un flambage du robinet et un
pompage prolongé dans le but d’avoir une eau de qualité permanente. Les échantillons d’eau
sont recueillis dans des flacons de 500 ml conservés en glacière réfrigérée (4°C) jusqu’au
moment de l’analyse. Le suivi des paramètres physico-chimiques est effectué selon les
techniques de Rodier (1996) et de l’ONEP (1995). La température, le potentiel d’hydrogène
(pH) et la conductivité électrique (C.E) sont mesurés « in situ » à l’aide de multi paramètres
portatifs (Consort C835 ; Hanna) (Figure 3). Les nitrates (NO-3), les nitrites (NO-2), l’azote
ammoniacal (NH4+) ; les Silicates (SiO2); le Bore (B+) ; le Fluorure (F-) et les sulfates (SO4-)
sont déterminés par dosage colorimétrique à l’aide d’un spectrophotomètre (UV/visible
Lampa 2). La dureté (TH), est dosée par la méthode volumétrique à l’EDTA. L’oxydabilité
(les matières oxydables: MO) est déterminée par oxydation à chaud en milieu acide. Les
bicarbonates (HCO3-) sont analysés par dosage volumétrique avec du HCl 0,1N. Les
chlorures (CL-) sont déterminés par la solution de nitrate mercurique (Hg (NO3)) ;
L’oxygène dessous (O2) déterminé par la solution thiosulfate de sodium (Na2 S2 O3) 0,2
N ; Le Résidu sec déterminé par l’évaporation à 105°C et pesé avec vue balance de précision
10-4. La Turbidité (NTU) mesurée par un turbidimètre : marque HACH. Modèle 2100N
(Figure 3).

3-Résultats et Interprétation
L’appréciation de la qualité physico-chimique de la nappe Maâmora a été suivie par le biais
de l’analyse de l’eau récoltée au niveau de 10 Forages durant la période 2010-2014. Sur la
base des résultats obtenus, la température, le pH, les nitrites, l’azote ammoniacal, les sulfates
et les matières oxydables enregistrent des valeurs inférieures aux normes recommandées
(CNS, 1984).

La conductivité électrique, les chlorures et les bicarbonates (HCO3-) enregistrent des


moyennes respectives de 917 µs/cm ; 225 mg/L et 6,1 mg/L. Nous constatons que ces
paramètres affichent des valeurs élevées au niveau du puits F6 et F10. Les eaux de la nappe
Maâmora sont en outre caractérisées par une dureté totale élevée notamment au niveau des
puits F6 et F10 respectivement 16 et 15 méq/L.

ScienceLib Editions Mersenne : 2014 Volume 6 , N ° 141203


ISSN 2111-4706
KHERRATI Imane

Figure 3 : Méthodes de mesures physicochimiques des eaux

ScienceLib Editions Mersenne : 2014 Volume 6 , N ° 141203


ISSN 2111-4706
KHERRATI Imane

En outre, la nappe Maâmora est marquée nitrique moyenne à cause de la concentration


moyenne qui est de l’ordre de 51,3 mg/L dépassant la norme fixée par l’Organisation
mondiale de la Santé (OMS, 1986). Les teneurs des nitrates peuvent parfois dépasser
largement la norme de 50mg/L comme les 97mg/L enregistrée par la RAK au Forage F3 à
côté du Stade municipal de kénitra (Daifi, 2011, Daifi et al. 2014) ; 129,4 mg/L enregistrée à
Mnassra (Bouchouata, 2013). Les nitrates constituent donc une vraie menace pour la
consommation humaine (CNS, 1984 ; Elbouqadaoui et al. 2009).

Tableau 2 : Variation des nitrates au niveau de la Maâmora en mg/l.


Forages Février Mars Moyennes Ecart type
F1 47,95 45,65 46,8 1,15
F2 2,02 2,21 2,115 0,095
F3 1,459 1,245 1,352 0,107
F4 32,15 33,25 32,7 0,55
F5 4,56 4,73 4,645 0,085
F6 36,48 37,22 36,85 0,37
F7 51,55 51 51,275 0,275
F8 26,15 22,45 24,3 1,85
F9 4,34 4,54 4,44 0,1
F10 5,13 4,73 4,93 0,2

La teneur en nitrates (Tableau 2) varie au cours de l’étude de 1,245mg/l à 51,55 mg/l. La


valeur maximale admissible fixée à 50mg /l selon les normes marocaines de potabilité de
l’eau (ONEP, 1999).
Bien que les nitrates n’aient pas d’effets toxiques directs sauf à des doses élevées, le fait
qu’ils puissent donner naissance à des nitrites conduit à une toxicité.
Les teneurs en nitrates sont en général conforment aux normes, sauf pour les forages F7,
F6 et F1 (Tableau 2).

Les chlorures sont largement répandus dans la nature, généralement sous forme de sels de
sodium (NaCl) et de potassium (KCl) ; ils représentent environ 0,05 % de la lithosphère. Ce
sont les océans qui contiennent de loin la plus grande quantité de chlorures dans
l’environnement.

Durant notre étude les concentrations des ions chlorures (Tableau 3) oscillent entre 85,2
mg/l à 237,85 mg/l. La valeur maximale admissible est fixée à 750 mg/l. Selon les normes
marocaines de potabilité de l’eau. Les valeurs restent toujours stables et inférieures à la
valeur maximale admissible, cependant la teneur élevée de ce paramètre est expliqué par la
conductivité qui est élevée et par la nature géologique des formations rocheuses qui
sont en contact avec les eaux souterraines et peut aussi être liés à une intrusion marine très
fréquente sur la frange atlantique (Mograne, Mehdia, Salé).

Le T.A.C. correspond au dosage des ions HO-, HCO3- et CO3- présents dans l’eau, c'est à
dire de toutes les espèces basiques présentes. Le titre alcalimétrique mesure la teneur de l’eau
en alcalins libre et en carbonate caustiques.

ScienceLib Editions Mersenne : 2014 Volume 6 , N ° 141203


ISSN 2111-4706
KHERRATI Imane

Tableau 3 : Evolution de la concentration des chlorures de la Nappe Maâmora (mg/l)


Forages Février Mars Moyennes Ecart type
F1 81,65 106,5 94,075 12,425
F2 102,95 102,95 102,95 0,00
F3 195,25 220,1 207,675 12,425
F4 152,65 205,9 179,275 26,625
F5 85,2 85,2 85,2 0,00
F6 213 237,85 225,425 12,425
F7 152,65 166,85 159,75 7,1
F8 113,6 124,25 118,925 5,325
F9 92,3 95,85 94,075 1,775
F10 134,9 134,9 139,9 0,00

Le HCO3- de l’eau varie au cours de notre étude de 4 méq /l à 6,2 méq/l (Tableau 4). La
valeur maximale admissible est fixée à 50 méq/l. Selon les normes marocaines de potabilité
de l’eau, le HCO3- est un facteur indicateur de la présence des ions carbonates,
bicarbonates, hydroxydes et de la dureté de l’eau potable.

On remarque que les valeurs de la température (Tableau 4) restent presque constantes et cela
est dû au fait que les eaux souterraines sont à l’abri du rayonnement solaire et de
l’atmosphère.

Tableau 4 : Evolution de la concentration de HCO3- de la Nappe Maâmora (mg/l)


Forages Février Mars Moyenne Ecart type
F1 4,2 4,3 4,25 0,05
F2 5 5,4 5,2 0,2
F3 5,3 5 5,2 0,15
F4 4 4,6 4,3 0,1
F5 4,3 4,4 4,3 0,05
F6 4,5 5,6 5 0,55
F7 5,4 5,5 5,5 0,1
F8 4,9 4,9 4,9 0,05
F9 5,4 5,4 5,4 0,1
F10 6,2 6 6,1 0,1

Tableau 5 : Evolution de la température de la Nappe Maâmora (°C)


Forages Février Mars Moyenne Ecart type
F1 19,7 20,4 20,05 0,35
F2 20,1 21,2 20,65 0,55
F3 19,8 20,7 20,25 0,45
F4 19,6 20,3 19,95 0,35
F5 20 20,6 20,3 0,3
F6 19,9 20,2 20,05 0,15
F7 21,9 20,4 21,15 0,75
F8 20 20 20 0
F9 21,8 20,6 21,2 0,6
F10 21,4 20,1 20,75 0,65

ScienceLib Editions Mersenne : 2014 Volume 6 , N ° 141203


ISSN 2111-4706
KHERRATI Imane

Le pH de l’eau varie au cours dans notre échantillonnage a varié de 6,65 à 7,89. Les
valeurs obtenues sont proches de la neutralité. En se référant aux normes marocaines
(6.5< pH < 8.5) pour l’eau potable, on remarque que 100% des eaux analysées sont
conformes à la consommation humaine. En effet, les eaux de la nappe Maâmora ne
nécessitent pas une correction du pH.

Tableau 6: Evolution du pH de la Nappe Maâmora


Forages Février Mars Moyenne du pH Ecart type
F1 7,35 7,2 7,28 0,075
F2 6,86 6,65 6,755 0,105
F3 7,2 7,21 7,205 0,005
F4 7,16 7,2 7,18 0,02
F5 7,13 7,18 7,155 0,025
F6 6,8 6,9 6,85 0,05
F7 6,89 6,9 6,895 0,005
F8 7,21 7,65 7,43 0,22
F9 7,73 7,89 7,81 0,08
F10 7,45 7,33 7,30 0,06

Durant notre étude les valeurs de la conductivité (Tableau 7) oscillent entre 575 µs/cm et
954 µs/cm. La valeur maximale admissible (VMA) est fixée à 2700 µs/cm selon les normes
marocaines de potabilité. Les valeurs de notre échantillonnage restent toujours stables et
inférieures à la VMA. Toutefois, les valeurs sont relativement élevées et s’expliquent par
la forte teneur en ions chlorures (Cl-).

Tableau 7 : Evolution de la conductivité de la Nappe Maâmora (µs/cm)


Forages Février Mars Moyenne Ecart type
F1 671 698 684,5 13,5
F2 945 878 911,5 33,5
F3 691 732 711,5 20,5
F4 882 653 917,5 53,5
F5 736 820 778 42
F6 954 879 916,5 37,5
F7 769 765 767 2
F8 754 745 749,5 4,5
F9 575 595 585 10
F10 825 835 830 5

La turbidité varie au cours de l’étude de 0,78 NTU à 3,75 NTU (Tableau 8). La
valeur maximale admissible est fixée à 5 NTU selon les normes marocaines de potabilité.
Nous constatons que 100% des eaux analysées ont des teneurs en turbidité inférieure à
la valeur maximale admissible et qu’elles sont conformes aux normes marocaines.

La teneur en nitrites varie au cours de l’étude de 0 mg/l à 0,032 mg/l (Tableau 9). La
VMA en nitrites est fixée à 0,5 mg/l selon les normes marocaines de potabilité (ONEP,
1999).

ScienceLib Editions Mersenne : 2014 Volume 6 , N ° 141203


ISSN 2111-4706
KHERRATI Imane

Tableau 8 : Evolution la concentration de la turbidité de la Nappe Maâmora


Forages Février Mars Moyenne Ecart type
F1 1,03 1,25 1,14 0,11
F2 1,08 1,54 1,31 0,23
F3 0,78 1 0,89 0,11
F4 1,8 1,58 1,69 0,11
F5 0,87 0,984 0,927 0,057
F6 3,75 3,54 3,645 0,105
F7 2,35 2,24 2,295 0,055
F8 2,8 2,87 2,835 0,035
F9 3,65 3,75 3,7 0,05
F10 3,25 3,22 3,235 0,015

Tableau 9 : Evolution de la concentration des nitrites de la Nappe Maâmora (mg/l)


Forages Février Mars Moyenne Ecart type
F1 0 0 0 0
F2 0,001 0,0012 0,0011 0,001
F3 0 0 0 0
F4 0,003 0,0001 0,00155 0,00145
F5 0 0,002 0,001 0,001
F6 0,0014 0,0013 0,00135 0,00005
F7 0,021 0,032 0,0265 0,0055
F8 0,019 0,012 0,0155 0,0035
F9 0,0132 0,0135 0,01335 0,00015
F10 0,052 0,057 0,0323 0,0025

Durant notre étude les valeurs en ammonium (Tableau 10) oscillent entre 0 mg/l et 0,35
mg/l. La valeur maximale admissible est fixée à 0,5 mg/l selon les normes marocaines de
potabilité de l’eau.

Tableau 10 : Evolution de la concentration de l’ammonium de la Nappe Maâmora (mg/l)


Forages Février Mars Moyenne Ecart type
F1 0 0,01 0,005 0,005
F2 0,11 0,13 0,12 0,01
F3 0,01 0,12 0,065 0,055
F4 0,31 0,01 0,16 0,15
F5 0,12 0,1 0,11 0,01
F6 0,23 0,35 0,29 0,06
F7 0,045 0,042 0,0435 0,0015
F8 0,039 0,036 0,0375 0,0015
F9 0,040 0,041 0,0405 0,0005
F10 0,041 0,037 0,039 0,002

Le TH de l’eau varie (Tableau 11) au cours de l’étude de 11,9 méq/l à 16,6 méq/l. La
valeur maximale admissible est fixée à 50 méq/l selon les normes marocaines de
potabilité de l’eau (ONEP, 1999). Le TH est un facteur indicateur de la présence des
ions Magnésium et Calcium dus aux formations rocheuses contenant des métaux
bivalents (Mg2+, Ca2+....) responsables de cette dureté.

10

ScienceLib Editions Mersenne : 2014 Volume 6 , N ° 141203


ISSN 2111-4706
KHERRATI Imane

Tableau 11 : Evolution du TH des eaux de la Nappe Maâmora (méq/l)


Forages Février Mars Moyenne TH Ecart type
F1 15,6 14,3 14,95 0,65
F2 13,7 13,4 13,55 0,15
F3 14,2 12,2 13,2 1
F4 13 14,2 13,6 0,6
F5 12 13,5 12,75 0,75
F6 15,5 16 15,75 0,25
F7 13,3 13,6 13,45 0,15
F8 13,00 13,1 13,05 0,05
F9 11,9 12,2 12,05 0,15
F10 16,6 16,2 16,4 0,2

L’oxygène dissous (Tableau 12) varie au cours de l’étude de 3,32 mg/l à 6,72 mg/l. La
valeur maximale admissible est fixée entre 5 < O2 < 8 mg O2 /l selon les normes marocaines
de potabilité. Les forages F3 et F6 présentent un déficit d’oxygénation.

Tableau 12 : Evolution de la concentration d’oxygène dissous de la Nappe Maâmora (mg/l)


Forages Février Mars Moyenne Ecart type
F1 6,72 6,35 6,535 0,185
F2 6,24 6,2 6,22 0,02
F3 3,38 3,32 3,35 0,03
F4 6,48 6,5 6,49 0,01
F5 5,67 5,64 5,655 0,015
F6 4,83 4,88 4,855 0,025

L’oxydabilité par le permanganate de potassium KMnO4 (Tableau 13) varie au cours de


l’étude de 1,0 à 3,2 mg d’O2/L et restent conformes aux normes marocaines de potabilité
(ONEP, 1999) dont la valeur maximale admissible est fixée à 5 mg d’O2/L.

Tableau 13: Evolution de degré d’oxydabilité des eaux de la Nappe Maâmora (mg/l)
Forages Février Mars Moyenne Ecart type
F1 2 2,08 2,04 0,04
F2 1 1,07 1,035 0,035
F3 2,2 1,93 2,065 0,135
F4 1,44 1,93 1,685 0,245
F5 2 2 2 0,00
F6 3 3,2 3,1 0,1

Les concentrations des ions sulfates (Tableau 14) varient au cours de l’étude entre 11,58 et
21,2 mg/l. La valeur maximale admissible est fixée à 400 mg/l selon les normes marocaines
de potabilité de l’eau. Donc ces valeurs restent toujours très inférieures à la valeur
maximale admissible, cela peut être justifié par la présence d’une quantité de sulfate très
faible dans le sol et par conséquent dans les nappes souterraines de la Maâmora (ONEP,
1999).

11

ScienceLib Editions Mersenne : 2014 Volume 6 , N ° 141203


ISSN 2111-4706
KHERRATI Imane

Tableau 14 : Evolution de la concentration des ions sulfates des eaux de la Nappe Maâmora (mg/l)
Forages Février Mars Moyenne Ecart type
F1 19,7 20,4 20,05 0,35
F2 20,1 21,2 20,65 0,55
F3 19,8 20,7 20,25 0,45
F4 19,6 20,3 19,95 0,35
F5 20 20,6 20,3 0,3
F6 19,9 20,2 20,05 0,15
F7 15,04 14,56 14,8 0,24
F8 13,67 14,32 13,995 0,325
F9 14,34 15,41 14,875 0,535
F10 11,66 11,58 11,62 0,04

Le bore varie au cours de l’étude entre 0 et 0,026 mg/l (Tableau 15). Ces valeurs restent donc
toujours très inférieures à la valeur maximale admissible fixée à 0,3 mg/l, selon les
normes marocaines de potabilité de l’eau.

Tableau 15 : Evolution de la concentration du Bore des eaux de la Nappe Maâmora (mg/l)


Forages Février Mars Moyenne Ecart type
F1 0,001 0,00 0,0005 0,0005
F2 0,002 0,001 0,0015 0 ,0005
F3 0,001 0,001 0,001 0,00
F4 0,0013 0,0014 0,00135 0,00005
F5 0,00 0,00 0,00 0,00
F6 0,0003 0,0013 0,0008 0,0005
F7 0,0026 0,0032 0,0029 0,0003
F8 0,0027 0,0026 0,0265 0,0005
F9 0,0001 0,0001 0,0001 0,00
F10 0,0004 0,0003 0,00035 0,00005

Durant notre étude les valeurs des fluorures (Tableau 16) oscillent entre 0,18 et 0,26 mg/l.
La valeur maximale admissible est fixée à1,5 mg/l, selon les normes marocaines de
potabilité de l’eau.

Tableau 16 : Evolution de la concentration du fluorure des eaux de la Nappe Maâmora (mg/l)


Forages Février Mars Moyenne Ecart type
F1 0,2 0,21 0,205 0,005
F2 0,21 0,23 0,22 0,01
F3 0,18 0,19 0,185 0,005
F4 0,23 0,24 0,235 0,005
F5 0,2 0,2 0,2 0,00
F6 0,25 0,26 0,255 0,005

Durant notre étude les valeurs en résidus secs (Tableau 17) oscillent entre 0,0112 et 0,1246
mg/l. La valeur maximale admissible est fixé à 0,5 mg/l, selon les normes marocaines de
potabilité de l’eau, donc ces valeurs restent toujours conformes à la norme.

12

ScienceLib Editions Mersenne : 2014 Volume 6 , N ° 141203


ISSN 2111-4706
KHERRATI Imane

Tableau 17: Evolution de la teneur des Résidus sec des eaux de la Nappe Maâmora (mg/l)
Forages Février Mars Moyenne Ecart type
F1 0,0553 0,0514 0,05335 0,00195
F2 0,1063 0,1246 0,11545 0,00915
F3 0,0608 0,0245 0,04265 0,01815
F4 0,0157 0,0147 0,0152 0,0005
F5 0,0112 0,0147 0,01295 0,0051
F6 0,0624 0,0547 0,05855 0,00385

Durant la présente étude les valeurs en silicates oscillent entre 0,236 et 22,08 mg/l. La valeur
maximale admissible est fixée à 100 mg/l, selon les normes marocaines de potabilité de l’eau.
Les teneurs en silicates des eaux de la nappe Maâmora sont conformes aux normes
marocaines.

Tableau 18 : Evolution de la concentration des silicates des eaux de la Nappe Maâmora (mg/l)
Forages Février Mars Moyenne Silicates (mg/l) Ecart type
F1 22,08 21,00 21,54 0,54
F2 0,254 0,236 0,245 0,009
F3 0,469 0,495 0,482 0,013
F4 0,728 0,706 0,717 0,011
F5 0,834 0,817 0,8255 0,0085
F6 0,347 0,356 0,3515 0,0045
F7 0,495 0,467 0,481 0,014
F8 0,914 0,932 0,923 0,009
F9 19,46 19,53 19,495 0,035
F10 0,347 0,378 0,3625 0,0135

4- Discussion et Conclusions
L’analyse et l’interprétation piézométrique sur la nappe Maâmora, montrent un écoulement
souterrain vers la plaine du Gharb et l’Océan Atlantique. La nature lithologique des terrains
perméables est constituée essentiellement de sable, grés, conglomérat, calcaire et argile.
L’ensemble forme un aquifère plio-quaternaire qui repose sur un substratum mio-pliocène
(Marnes bleue) (Thauvin, 1964 ; Combe, 1969 ; ORMVAG, 1994; Zouhri, 2000).

Les études synthétiques ont montré que la recharge annuelle est modeste, et que la réserve
probable se situait vraisemblablement autour de 300 millions de mètres cubes. Les eaux de la
Maâmora, tout comme celles des dunes côtières de Kénitra-Sidi Allal Tazi, sont extrêmement
douces : 250 à 500 mg/l de sels totaux en général leur faciès est bicarbonaté calcique (Combe,
1967).

L’exploitation des résultats est basée sur la comparaison entre les normes Marocaines et
internationales et les données de l’analyse effectuée sur les échantillons des eaux brutes de la
nappe Maâmora. Ainsi, les résultats de l’analyse physico-chimique présentés dans ce travail,
ont montré que le pH, la température, la matière organique et les sulfates peuvent être
considérés admissibles et ne présentent aucune incidence sur la qualité des eaux. Ainsi, les
valeurs moyennes du pH (7,8); la température (21,2 °C) et les sulfates (21 mg/L) sont
compatibles avec les normes des eaux d’alimentation (MATUHE, 2001). Ces résultats sont en

13

ScienceLib Editions Mersenne : 2014 Volume 6 , N ° 141203


ISSN 2111-4706
KHERRATI Imane

accord avec ceux obtenus sur les eaux de la nappe phréatique M’nasra (Maroc) (Zouhri,
2000; Zouhri & Carlier, 2002), du Gharb (Belksiri) (Akhiar, 2009) et de Fès (Elhammoumi et
Belghyti, 2013).

La variation de la concentration en nitrates constatée entre les différents puits peut être liée
entre autre à l’hétérogénéité du milieu physique. Pour Saadi et al. (1999), la grande variabilité
spatiale des nitrates au niveau de la zone de la Maâmora serait due à la texture de la surface et
à la lithologie. Cependant, la proportion des puits à nitrates est faible. La proportion élevée de
nitrates peut être causée par l'utilisation d'engrais chimiques dans l'agriculture. Les
précipitations lourdes et l’absence de couverture végétale contribuent à la lixiviation rapide
des nitrates vers la nappe Maâmora selon Saadi et al. (1999). De même, Zilliox et al. (1990)
ont constaté que la période hivernale constitue la phase critique de lessivage de l'azote
excédentaire dans les eaux souterraines en France dans la vallée du Rhin, du fait de l'absence
du couvert végétal et de l'incidence de fortes précipitations. Par ailleurs, dans la nappe
Maâmora il n’y a pas d’indicateurs de la contamination fécale, en accord avec ceux trouvées
par Boutin et Dias (1987) pour la nappe de Marrakech (Maroc). Nos résultats indiquant une
bonne limite pour l'eau potable sont similaires à ceux de Benyakhlef et al. (2011) et Daifi et
al. (2014).

Tableau 19 : Comparaison de la qualité des eaux de la Maâmora avec les Normes internationales
Normes Norme Norme Norme
Présent Norme
Paramètres OMS Française Égypte Tunisie
travail Marocaine
2007 1993 2005 1993
T c° 21,9 25 25 25 25 25
pH 7,89 6,5 à 8,5 6,5 à 8,5 6,5 à 8,5 6,5 à 8,5 6,5 à 8,5
CE µs/cm 954 2700 2500 2500 2700 2500
Turbidité NTU 3,75 5 5 5 5 5
TH mg/l 16,6 50 méq 500 500 200 500
HCO3- mg/l 6,2 50 méq 400 400 300 400
NO3- mg/l 51,55 50 50 50 50 50
NO2- mg/l 0,032 0,5 0,5 0 ,1 0,2 0 ,1
SO4- mg/l 21,2 400 250 250 250 250
CL- mg/l 237,85 750 250 250 250 250
NH4- mg/l 0,54 0,5 0,5 0,5 0,2 0,5
O2 mg/l 6,72 5à8 5à8 5à8 5à8 5à8
Oxydabilité mg/l 3,2 5 méq 5 5 5 5
Bore mg/l 0,026 0,3 0, 3 0,01 0,7 0,01
F- mg/l 0,26 1,5 1,5 1,5 1,5 1,5
SiO2 mg/l 22,08 100 100 100 100 100
Résidu sec mg/l 0,1246 0,5 0,5 1500 1500

L’analyse des paramètres physico-chimiques (Nitrite, Ammonium, chlorure, Fluorure, Bore,


Silicate, Ions sulfates…etc.) reste stable et conforme aux normes marocaines, Cependant, la
croissance exponentielle de la demande en eau et la dégradation importante qu’ont
connue les ressources en eau par les différentes formes de pollution nous poussent à
suggérer de mieux planifier et gérer les ressources hydriques et en particulier l’eau potable
de la région du Gharb.

Les valeurs physico-chimiques de notre étude sont inférieures aux limites indiquées par la
norme Marocaine et de WHO (2004) et de l’OMS (2007) ; la France 1993 ; l’Égypte 2005 et

14

ScienceLib Editions Mersenne : 2014 Volume 6 , N ° 141203


ISSN 2111-4706
KHERRATI Imane

la Tunisie 1993 sauf pour la concentration des Nitrates qui est supérieure à toutes les normes
citées dans le Tableau 19 et pour la concentration du Bore qui est supérieure à la norme
Française. Nos valeurs sont identiques à ceux de l’Algérie (Bentouati & Bouzidi, 2011), du
Sénégal (Tandia et al. 1997) et de Brazzaville (Martini et al. 2012).

L'étude des analyses réalisées sur les eaux de la nappe Maâmora (Landreau, 1990 ; Zeraouli,
1993 ; Krira et al., 2001 ; Kherrati et al., 2014 ; Alemad and al., 2013 ; Belghyti and al.,
2013), ont permis de conclure que les ressources connaissent des menaces dans le monde
entier, issues des différents types d’activité anthropiques (eaux usées), industrielles (Sucreries,
Papeteries, Agroalimentaires…), Agricoles (Engrais, Pesticides…) (MATUHE, 1999) et
transports (BenKabbour, 2002 ; Sadek et al., 2012 ; N’diaye et al., 2011) .

Les eaux de la Maâmora sont très fortement sollicitées, d’une part, pour alimenter en eau
potable le Gharb, Rabat et Casablanca et d’autre part, pour satisfaire les besoins du secteur
industriel et agricole. D’où la nécessité de développer des outils nécessaires pour préserver,
quantifier et caractériser la qualité de ces ressources (ONEP, 1998 ; 1999 ; Rhouddal, 2004).

Donc, l’aspect préventif doit être axé de plus en plus sur les surveillances régulières de la
qualité des eaux utilisées ou susceptibles de l’être pour la production d’eau potable ainsi que
sur le contrôle des sources de pollution menaçant ces eaux, ceci en réalisant et gérant des
zones de protection (des nappes, des captages) visant à assurer une disponibilité en eau
suffisante en quantité et satisfaisante en qualité au profit de l’ensemble des usagers
conformément aux aspirations d’un développement économique et social harmonieux,

5-Références Bibliographiques
Akhiar S., 2009: Caractérisation des eaux souterraines de la ville de MECHRAA
BelKsiri. Mém Master Sc. Environnement. Fac Sc. Kénitra.

Alemad A., Nagi M., Ibeda A., Naser R., Alwathaf,Y., El Rhaouat O., El Kharrim K.,
Babaqi A., Belghyti D., “The impact of Sana'a solid waste on the quality of Groundwater in
Yemen” 2nd International Conference on Water and Society, 4 - 6 September 2013,Vol 178,
pp.171- 183 New Forest, UK,2013.

Belghyti, D., Daifi, H., Alemad, A., Elkharrim, K., Elmarkhi, M., Souidi, Y., Benelharkati, F.,
Joti, B., Elmoukrifi, Z., Ibeda, A., Azami-Idrissi, Y., Baroud, S., Elkhayyat, F., Elrhaouat, O.,
Sadeq, S., Taboz, Y., Sbai, H., Naser, R., Chigger, H., Derwich, N., Groundwater
management for sustainable production of drinking water quality in Maamora, 2nd
International Conference on Water and Society, 4 - 6 September 2013, New Forest, UK,
2013, Vol 178, pp.242 -254, doi:10.2495 / WS130201,2013.

Ben Kabbour B. 2002: Exploration, évaluation et protection des ressources hydriques en


zones côtiers Marocaines : Approche Géophysique, Hydro chimiques, modélisation et S,I,G :
Cas de la Maàmora occidentale (Bassin Rharb-Maàmora), Thèse Doctorat National, (2002).

Bentouati L., Bouzidi A., 2011: Etude de la qualité des eaux souterraines de la wilaya de
Sétif, Algérie, (2011), Journal Scienceslip.

15

ScienceLib Editions Mersenne : 2014 Volume 6 , N ° 141203


ISSN 2111-4706
KHERRATI Imane

Benyakhlef, M. , Naji N., Belghyti D., El guamri Y., et Hassouni T., 2011: Qualité de l’eau de
boisson dans la région du Gharb (Kénitra, Maroc) (2011).

Boutin, C. & Dias N., 1987: « Impact de l’épandage des eaux usées de la ville de Marrakech
sur la nappe phréatique », Bull, Fac, Sci, Marrakech (Sect, Sci, Vie), 3 (1987) 5-25.

Daifi H., Alemad A., Kherrati I., Elkharrim K., Khadmaoui A., Dlimi L., Lhoussin F.,
Belghyti D., 2014 : Evaluation de la qualité physico-chimique et bactériologique de la Nappe
Maâmora (Kenitra-Maroc). ScienceLib Editions Mersenne: Volume 6, N°140902
ISSN2111-4706

Elboukdaoui K., Aachib M., Blaghen M. et KholHOLTEI S., 2009: Modélisation de la


pollution par les nitrates de la nappe de Berrechid, au Maroc (2009).

El Hammoumi T., Belghyti D., 2012: Caractérisation physicochimique des eaux potables
Produit Par la station de traitement de Mkansa (Maroc, 2012).

Kherrati Imane ; Alemad A., Ibeda A., El Kharrim K. & Belghyti D., 2014 : Evolution de la
qualité physicochimique de la Nappe Maâmora après plusieurs années d’exploitation.
Proceeding Journées Méditerranéennes des Systèmes d’Informations d’Eaux. Code
Communication WIS 143. Université Mohammed V Rabat Maroc.
Krira, A, Chakour B, et Fouta H., 2001 : « Intensification de l’agriculture et son impact sur
l’environnement, Cas des nitrates dans la nappe phréatique de M’nasra du Ghab», Actes 1er
Colloq, Sur le Développement agric, Rech, Agron, Au niveau de la région du Ghab, (2001)

Laferriere, M, J, J, Minville, J, Lavoie et P, Payment, « L’industrie porcine et les risques


reliés à la santé humaine ». Bull, Information Santé Environnem, Québec, 7 (2) (1996) 1-4.

Matini, L, J,M, Moutou et M,S, Kongo-Mantono, 2012 : Evaluation hydro-chimique des eaux
souterraines en milieu urbain au Sud-Ouest de Brazzaville, Congo, (2012).

MATUHE, 1999 : Secrétariat d’Etat chargé de l’Environnement, « Etude pour programme


d’action visant à minimiser et à contrôler l’impact des engrais et des pesticides sur
l’environnement du bassin de Sebou », PPES (Projet de l’environnement du Sebou),
Secrétariat d’état chargé de l’environnement, (Maroc), (1999) 43p.

MATUHE, 2001 : Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc (REEM), Ministère de


l’Aménagement du Territoire, de l’Eau et de l’Environnement, Département de
l’Environnement, Observatoire National de l’Environnement du Maroc (ONEM), Octobre,
Ed, 2 (2001) 296.

N’DIAYE Abdoulaye Demba, Mohamed Ould Sid’ Ahmed Ould KANKOU et Baidy LO,
2011: Contribution de l’ACP et les paramètres physiques dans l’évaluation des Coliformes
Fécaux contenus dans les effluents de la STEP du périmètre maraicher de Sebkha,
Nouakchott, (2011).

O.M.S. (1986): Organisation Mondiale de la Santé « Charte d’Ottawa pour la promotion de la


santé», Copenhagen : Bureau régional de l’Europe, (1986).
Landreau 1990 : La pollution des eaux par les nitrates, Eau et développement, 2 (1990) 49-48,
16

ScienceLib Editions Mersenne : 2014 Volume 6 , N ° 141203


ISSN 2111-4706
KHERRATI Imane

O.N.E.P, 1995: Méthodologie d’analyse de l’eau au laboratoire, Mode opératoire.

O.N.E.P, 1998: Contrôle de la pollution des eaux destinées à l’alimentation en eau potable,
(1998),
O.N.E.P., 1999: Alimentation en eau potable, Menaces de pollution. Rapport (1999).

ORMVAG (1994) : Office Régional de mise en Valeur Agricole Gharb Maroc : Etude
pédologique au1/20 000 de la Troisième Tranche d’Irrigation (TTI) sur une superficie de
100,000 ha, Zone M’nasra, Z1-Z2, Kénitra, Maroc, Rapport inédit, (1994) 180 p.

Rhouddal M. 2004 : Gestion de l’exploitation des eaux souterraines, Application aux


captages de la ville de Kénitra, (2004),

Rodier J,,1996 : L’analyse de l’eau: eaux naturelles, eaux résiduaires, eau de mer : physico-
chimie, bactériologie et biologie », Ed, Dunod, Paris, France, 8 (1996)1383p.
Saadi, Z, Maaslouhi A., Zeraouli M. et. Gaudet J.P., 1999 : Analyse et modélisation des
variations saisonnières des concentrations en nitrates dans les eaux souterraines de la nappe
Mnasra, Maroc », C, R, Acad, Sci,, Sér, 2, Sci, Terre Planètes, 329 (8) (1999) : 579-586.

Sadek S., Elkharrim K., Khadmaoui A., Guissouss M., Benelharkati F., Elmarkhi M.,
Belghyti D., 2012 : Caractérisation physico-chimique des eaux usées de l’hôpital provincial
de Sidi Kacem (Maroc). Sciencelib.

Tandia, A, A, Gaye C, B, et A, Faye, « Origine des teneurs élevées en nitrates dans la nappe
phréatique des sables quaternaires (région de Dakar, Sénégal) », Sécheresse, 8 (4) (1997).

World Health Organization (WHO), 2004: Guideline for Drinking Water Quality, 2nd
Edition, Vol, 2, Health Criteria and Other Supporting Information, World Health
Organization, Geneva, pp,940–949, 2004.

Zeraouli, M., 1993 : « Pollution par les nitrates, Premiers résultats de la situation actuelle dans
la nappe des Mnasra (décembre 1992-janvier 1993) », Office régional de mise en valeur
agricole du Gharb, Département de développement agricole, Service des études de
développement agricole, Publication interne ORMVAG, septembre, (1993).

Zilliox L., Schenc C., Kobus H.et Huwe B., 1990: « Pollution par les nitrates: Quels
remèdes? Supplément », La Recherche Suppl, les enjeux de l’agriculture en Europe, 227
(1990) pp:18-21.

Zouhri L., 2000: Structure et modélisation hydrodynamique de l’aquifère de la Maâmora


(Maroc), Thèse, Univ, Lille I, (2000), 218p.

Zouhri L. et Carlier E., 2002: Caractérisation hydrochimique d’une Nappe côtière, Maroc,
(2002).

17

ScienceLib Editions Mersenne : 2014 Volume 6 , N ° 141203


ISSN 2111-4706
View publication stats

Vous aimerez peut-être aussi