Vous êtes sur la page 1sur 6

ENIS – GEM 3 Sûreté et Fiabilité des Systèmes Industriels

Chapitre 4.
Outils de Calcul de Fiabilité

Sommaire

1. Introduction ............................................................................................................... 55
2. Niveaux de Fiabilité ................................................................................................... 55
3. Mode de défaillance et fonction d’état limite .......................................................... 56
4. Probabilité de défaillance et indice de fiabilité ....................................................... 56
5. Méthodes de calcul de fiabilité ................................................................................. 57
6. Exercices d’application ............................................................................................. 59

Préparé par Lassâad WALHA 54


ENIS – GEM 3 Sûreté et Fiabilité des Systèmes Industriels

Chapitre 4.
Outil de Calcul de Fiabilité

1. Introduction
Après toutes les définitions et relations étudiés aux chapitres précédents, on peut dire que la
fiabilité vise à évaluer la probabilité de défaillance de la structure.
Les méthodes d'analyse de la fiabilité ont pour objet de déterminer le degré de sécurité d'une
structure en contexte aléatoire, c'est à dire de calculer sa probabilité de défaillance, en tenant
compte des incertitudes du problème.
Dans ce chapitre, on présente quelques méthodes de calcul de fiabilité les plus utilisés.

2. Niveaux de Fiabilité
Il existe quatre niveaux de calcul de fiabilité à savoir :
 Niveau I : dans ce niveau, les méthodes utilisent uniquement les valeurs moyennes
des variables aléatoires des Resistance et Sollicitation (R et S) du système.
 Niveau II : dans ce niveau, les méthodes consistent à caractériser les variables
aléatoires par leur valeur moyenne et leur variance.
 Niveau III : dans ce niveau, les méthodes nécessitent de plus la connaissance de la
loi de distribution jointe de toutes les variables aléatoires ; elles permettent d'obtenir
un indice de fiabilité et une probabilité de rupture comme mesures de la sécurité ;
 Niveau IV : dans ce dernier niveau, les méthodes visent à donner un niveau de
fiabilité intégrant les paramètres économiques : par exemple, prenant en compte les
coûts de la construction, de la maintenance, des réparations, etc..

Le choix entre ces niveaux est lié à l’importance du problème analysé. Par exemple, on passe
au niveau IV pour l'analyse de centrales nucléaires, niveau III pour l’analyse des plates-
formes offshore et les méthodes de niveau I sont à appliquer pour l'étude rapide de la fiabilité
de structures simples.

3. Mode de défaillance et fonction d’état limite


Pour chaque système ou structure, le niveau de fiabilité obtenu dépendra du mode de
défaillance choisi. Ce mode de défaillance permet ainsi de définir la marge de sécurité ou
fonction d’état limite à respecter. Cette fonction d’état limite, notée g(R, S), fait intervenir
différents paramètres géométriques ou physiques du système étudié et elle est définit par :
g(R, S) = R – S
dans laquelle R est la résistance de la structure et S est la sollicitation appliquée.

Préparé par Lassâad WALHA 55


ENIS – GEM 3 Sûreté et Fiabilité des Systèmes Industriels

En se plaçant dans l’espace formé par R et S, on remarque que la fonction d’état limite permet
de diviser l’espace physique en 3 domaines :
• g (R, S) < 0 : domaine de défaillance ;
• g (R, S) = 0 : état limite ;
• g (R, S) > 0 : domaine de sécurité.
La figure 4.1 présente l’allure de la fonction d’état limite g(R, S) en faisant apparaitre les
zones de défaillance et de sécurité sur la même figure.
g(R, S)=0
S

Zone de défaillance

Zone de sécurité

Figure 4.1. Fonction d’état limite et zones de défaillance et sécurité

Les paramètres intervenant dans la fonction d’état limite sont des variables aléatoires qu’on
leurs affecte des lois de probabilité qui décrit leurs variabilité. Chaque loi de probabilité est
définit par sa valeur moyenne μ et son écart-type σ

4. Probabilité de défaillance et indice de fiabilité


La théorie de la fiabilité permet donc, à partir d’une fonction d’état limite et des lois de
probabilité associées à ces variables aléatoires, de connaître la probabilité de défaillance Pf :

Pf  p( g  0)  ( )
β est l’indice de fiabilité qui est définit par :

g

g
g est la moyenne de la fonction d’état limite g et g son écart type
 est la fonction de répartition de la loi normale centrée réduite qui a été largement définit
dans le chapitre 2.
La fiabilité dans ce cas est définit par :
R  1  Pf  (  )
On peut donner une interprétation géométrique de l’indice de fiabilité β en se plaçant dans un
espace normalisé correspondant à l’espace physique, c’est-à-dire en considérant que les
variables aléatoires suivent une loi normale de moyenne nulle et d’écart-type unitaire 1 . On
peut alors représenter géométriquement l’indice de fiabilité β comme la distance entre

Préparé par Lassâad WALHA 56


ENIS – GEM 3 Sûreté et Fiabilité des Systèmes Industriels

l’origine O de l’espace normalisé et la courbe d’état limite. Le point de l’état limite ainsi
identifié est appelé point de fonctionnement Z* (Figure 4.2).
g(R, S)=0
S

Z*

O R

Figure 4.2. Représentation de l’indice de fiabilité β et du point de fonctionnement Z*

5. Méthodes de calcul de fiabilité


En pratique, on recourt à des méthodes d’estimation pour calculer l’indice de fiabilité β. On
distingue deux types de méthodes :
• Méthodes de niveau II : on représente la fonction d’état limite g par une approximation de
premier ordre (méthode FORM : First Order Reliability Method) ou de second ordre (méthode
SORM (Second Order Reliability Method).

S g(R, S)=0

SORM
Z*

β
FORM
R
O

Figure 4.3. Méthode de niveau II d’estimation de la probabilité de défaillance Pf

• Méthodes de niveau III : on procède à un tirage aléatoire des couples de valeurs des
variables aléatoires R et S et on vérifie pour chaque couple s’il y a défaillance ou non. C’est le
cas de la méthode de Monte carlo.
La probabilité de défaillance Pf est définie comme le rapport entre le nombre de tirages ayant
conduit à la défaillance et le nombre total de tirages. Ce type de méthode requiert un grand

Préparé par Lassâad WALHA 57


ENIS – GEM 3 Sûreté et Fiabilité des Systèmes Industriels

nombre de tirages pour obtenir des résultats fiables et peut donc se révéler très coûteuse en
terme de temps de calcul. Le nombre de tirage peut atteindre 10.000 valeurs.
La figure 4.4 présente le principe de la méthode de niveau III (Monte Carlo) pour l’estimation
de la probabilité de défaillance Pf.

S g(R, S)=0

Z*

β
R
O

Figure 4.4. Méthode de niveau III (Monte Carlo) pour l’estimation de la probabilité de
défaillance Pf
La simulation de Monte-Carlo présente le double avantage d’être simple d’utilisation et de
pouvoir être appliquée à n’importe quelles applications.

Préparé par Lassâad WALHA 58


ENIS – GEM 3 Sûreté et Fiabilité des Systèmes Industriels

6. Exercices d’application

Exercice 1. On considère une poutre encastrée de longueur L  3m et de rigidité à la flexion


EI . La poutre est soumise à un chargement constant q . La longueur de la poutre est L
 
modélisée par une variable aléatoire Gaussienne L  N 3m,0.1m 2 . Sa rigidité à la flexion est
EI . La poutre est soumise à un chargement constant q modélisé par une variable aléatoire
 
Gaussienne Q  N 3kN / m,0.05kN 2 / m 2 . Le moment ultime (résistance ultime à la flexion)
M c est également décrit par une variable aléatoire Gaussienne M c  N 70kNm, 400 kN 2 m 2  .
Le critère de performance est obtenu par la différence entre le moment maximal appliqué et le
moment ultime. On suppose que toutes les variables aléatoires sont indépendantes.

1/ Faire une linéarisation du critère de performance autour de la valeur moyenne.

2/ Calculer l’indice de fiabilité par la méthode de la valeur moyenne.

q: charge par unité de longueur

L, EI

Exercice 2. On considère la fonction de performance g  X 1 , X 2   X 13  X 23  18 où X 1 et X 2


sont deux variables aléatoires gaussiennes indépendantes ayant les moyennes et les écarts-
types suivants :  X1   X 2  10 et  X1   X 2  5 .

Déterminer l’indice de fiabilité  par la méthode de la valeur moyenne.

Exercice 3. On considère un vecteur X formé de deux variables aléatoires statistiquement


dépendantes X 1 et X 2 ayant le vecteur des moyennes et la matrice de covariance suivants :
  X1    2 1 
X       et  X    où 1    1 et  représente l’écart-type de X 1 et
  X 2     1 
X2 .

On définit la fonction de performance linéaire suivante : g  X   a0  a1 X 1  a2 X 2

Déterminer l’indice de fiabilité  par la méthode de la valeur moyenne.

Préparé par Lassâad WALHA 59

Vous aimerez peut-être aussi