Vous êtes sur la page 1sur 85

-1-

-2-
COACHING V.I.P.

-3-
-4-
Constant WINNERMAN

COACHING V.I.P.
« Redonnez à votre Vie sa vraie Valeur »

-5-
Coaching V.I.P.

Copyright © 2008 Winnerman Productions E.U.R.L.

Tous droits réservés. Toute reproduction, même


partielle, du contenu, de la couverture, par quelque
procédé que ce soit (électronique, photocopie…) est
interdite sans autorisation écrite de Winnerman
Productions E.U.R.L.

ISBN: 978-1-4092-2934-6

-6-
A mon fils, Andy.

-7-
-8-
Sommaire

A propos de l’Auteur 13
Avant-propos 15

« Devenez votre meilleur ami »


1ère partie

Où allez-vous ? 19

Présentation, définition 19
Apprenez à décider 22
Détermination d’Objectif 24

A quoi pensez-vous ? 36

Présentation, définition 36
Posez-vous les bonnes questions 37
Exercice pratique 40
La Douleur, votre amie à court terme 45

La Négation et le langage du Succès 48

Présentation, définition 48
Exercice pratique 52

L’influence de votre attitude physique


-9-
sur votre état interne 53

Les Croyances 55

Présentation, définition 55
L’Inconscient et les Croyances 56
Vos comportements sont des câbles
en acier 59
Désactivez vos Croyances limitantes
et créez de nouvelles Croyances
aidantes 61
Le V.A.K.O.G. 62
Le Système d’Orientation Sensoriel
Principal 63
Sous-Modalités et Prédicats 64
Exercice pratique 66
Association et Dissociation 68

Les Ancrages 76

Présentation, définition 76
Ancrez et réactivez un Etat de
Ressource (EdR) 77
Exercice pratique 77
Réactivation d’Ancre 78
Addition d’Ancres 78
Transfert d’EdR 79

Les Métaphores 80
- 10 -
Présentation, définition 80
Choisissez vos métaphores 83

« Vers la Communication d’Excellence »


2nd partie

La Synchronisation 86

Présentation, définition 86
Les 3 étapes de la Synchronisation 88
La loi de la demi-seconde 90
En tri sur l’autre 90
La Synchronisation Non-Verbale 91
La Bulle Proxémique 92
La Synchronisation Verbale 94
Les mots à éviter et le langage de
l’insuccès 96
La Reformulation 102
La Synchronisation Para-Verbale 106

L’Ecoute Active 107


Position basse 107
Flexibilité comportementale 109
Principe d’Intention Positive 109

Facilitez l’acceptation ! 111

Les Truismes 111


Le Yes-Set 111
Le No-Set 112
- 11 -
Soyez Indirectement Direct ! 114
Les Nominalisations 115
Les Liaisons 116
Le Double-Lien 117
Les Présuppositions 118
Les Omissions 119

La vérité est dans vos yeux ! 120

Commentaires de l’Auteur 123

Exprimez vos émotions 124


Basez-vous sur des faits concrets 124

Coaching V.I.P., le stage 125


A découvrir en DVD Vidéo 127
Découvrez aussi… 129
Commandez le livre imprimé 130

- 12 -
A propos de l’Auteur

Les techniques que vous allez découvrir lui


ont permis de perdre plus de 55 kilos, de
stabiliser son poids et de se libérer des
Troubles du Comportement Alimentaire que
sont l’Anorexie et la Boulimie. Auparavant
introverti et timide, il a pris confiance en lui-
même et transformé bon nombre de ses
rêves en réalités.

« Une nouvelle philosophie de Vie. Une


formidable obsession: faire de sa Vie une
œuvre d’Art. Le savoir ne vaut que s’il est
partagé; permettez-moi de vous transmettre
ce que j’ai de plus cher et ce à quoi je dois
tant. »

Constant WINNERMAN est Coach,


Praticien en P.N.L. (Programmation Neuro-
Linguistique) et en Hypnose Ericksonienne,
Formateur en Hypnose Ericksonienne,
Fondateur-Dirigeant de l’I.T.H.E.C. (Institut
Toulousain d’Hypnose Ericksonienne et de
Coaching) et Gérant de la société
Winnerman Productions.

- 13 -
- 14 -
Avant-propos

Bonjour !

J’ai une heureuse nouvelle à vous


annoncer: vous êtes une personne
exceptionnelle ! Peut-être que vous ne le
saviez pas encore… Et pourtant: au-delà
des techniques de Communication qui vous
seront enseignées au cours de ces pages et
qui vous permettront d’améliorer vos
relations dans tous les domaines (Vie
professionnelle, de couple, cercle amical…),
vous allez accéder aux ressources qui
gisent en ce moment au fond de vous-même
et les exploiter enfin, les mettre au service
d’une nouvelle Vie placée sous le signe du
bien-être, du confort et de l’abondance.

Si vous l’acceptez, je serai votre Coach. Au


travers de ce livre, mon rôle sera de vous
accompagner de façon neutre et
bienveillante vers vos objectifs de Vie les
plus audacieux !

Vous garderez toujours votre libre-arbitre;


aussi, vous pourrez laisser de côté ce qui ne
- 15 -
vous conviendrait pas encore et garder
seulement ce qui vous semblera adapté à
votre situation.

Cet ouvrage est divisé en deux principales


parties:

« DEVENEZ VOTRE MEILLEUR AMI »


1ère partie

Cette section est totalement dédiée à…


Vous ! Après tout, comment pouvez-vous
envisager de faire confiance aux autres si
vous n’avez pas confiance en vous-même ?
Comment pouvez-vous améliorer votre
relation à l’autre si vous êtes insatisfait de
votre pauvre existence ? Cette première
grande partie vous aidera à dépasser le
stade de la survie et à devenir fier de
l’œuvre d’Art que sera bientôt votre grande,
belle et confortable Vie !

« VERS LA COMMUNICATION
D’EXCELLENCE »
2nd partie

Qui peut prétendre réussir seul ? Cette


partie vous enseignera des techniques
pragmatiques qui vous aideront à améliorer
votre Communication et vos relations dans

- 16 -
tous les domaines (Vie professionnelle, de
couple, cercle amical…).

C’est avec beaucoup d’émotion, de


passion, que je vous propose de partir pour
un formidable voyage dont, je crois, vous
sortirez grandi !

- 17 -
- 18 -
« Devenez votre meilleur ami »
1ère partie

Où allez-vous ?

« Vous laissez-vous malmener par les


évènements extérieurs, peut-être comme
une bouteille à la mer, ou êtes-vous le
capitaine de votre navire ? »

Etes-vous de ceux qui disent:

« Il faudrait que j’arrête de fumer… »

Ou peut-être même…

« J’envisage de perdre du poids… »

Je suis sûr que non ! ☺

Etes-vous déjà arrivé à destination en ne


sachant pas où vous vouliez vous rendre ?
Rassurez-moi: lorsque vous prenez le train
ou l’avion, vous vous procurez un billet pour
une destination précise ? En quoi les choses
seraient-elles différentes en ce qui concerne
vos objectifs ? En fait, elles sont identiques !
- 19 -
Vous connaissez probablement l’adage:
« Un problème bien posé est à moitié
résolu »; je préfère aujourd’hui vous dire
qu’il n’y a que des solutions et que plus un
objectif est formulé avec précision et de
manière positive, et plus vous multipliez vos
chances de l’atteindre !

Vous seriez étonné de connaître, si je leur


permettais de poursuivre leurs
commentaires pessimistes, le temps perdu
par la majorité des personnes qui me
consultent, à m’énumérer de façon très
précise les éléments qui ne leurs
conviennent pas dans leur Vie lorsque je
leur demande quel est leur objectif; cela se
chiffre en plusieurs milliers d’heures ! Nous
finissons souvent par obtenir ce sur quoi
nous concentrons notre attention. Vous
connaissez peut-être le proverbe: « On attire
ce que l’on craint »; regardez là où vous
voulez vous rendre et non l’inverse !

Utilisée par les Thérapeutes dans


l’accompagnement des personnes qui les
consultent, la Détermination d’Objectif
constitue un outil efficace pour multiplier ses
chances de parvenir à ses fins.
Même si vous n’adhérez pas
immédiatement à ces points de vue, vous

- 20 -
serez peut-être surpris de constater comme
votre vision du Monde peut devenir si vite
plus positive et meilleure pour vous en
faisant simplement comme si les concepts
suivants étaient vrais.

Comme la plupart d’entre nous, vous avez


certainement traversé des orages et
rencontré l’échec. L’échec n’existe pas, ce
n’est qu’une non-réussite provisoire. Le
véritable échec n’est pas d’avoir fait des
erreurs de jugement mais de reproduire
continuellement des comportements qui
vous mèneront encore à l’échec. Vos
erreurs constituent de précieux
enseignements si vous les prenez en
considération. Si une façon de procéder ou
même de penser ne vous apporte pas les
résultats escomptés, pourquoi ne pas en
changer ? C’est aussi simple que cela.

Sachez aussi que ce n’est pas parce que la


Vie vous a refusée quelque chose à un
moment donné que ce refus est pour autant
définitif.

Peut-être aviez-vous des rêves autrefois…


Du moins, je l’espère pour vous. Où sont-ils
passés ? Sont-ils devenus réalité ou sont-ils
profondément enfouis sous de multiples
couches de frustration ?

- 21 -
Pour atteindre votre objectif, vous devez
vous libérer de vos doutes, de vos craintes,
et avoir la certitude, ou à défaut faire comme
si vous l’aviez, que vous accèderez à coup
sûr à ce que vous projetez.

Une réalisation est le fruit d’une idée…


Que trouvons-nous entre ces deux phases ?

UNE DECISION.

Trop de gens semblent ne pas savoir ou


avoir oublié ce qu’est UNE VERITABLE
DECISION.

Souvenez-vous…

« Il faudrait que j’arrête de fumer… »

« J’envisage de perdre du poids… »

Ces personnes prennent-elles une décision


ou se contentent-elles d’énoncer un souhait
en pensant peut-être, dans le fond, que les
autres ou la Vie feront le nécessaire à leur
place ?

Les gens qui réussissent prennent de


véritables décisions; elles sont FERMES et
EXCLUENT TOUTE AUTRE POSSIBILITE !

- 22 -
Le moment est venu de définir ensemble
LE CHEMIN qui vous mènera à la
concrétisation de vos objectifs; gardez bien
à l’esprit que seuls des efforts soutenus et
non ponctuels vous y conduiront. Pensez
aussi à faire preuve de souplesse: mieux
vaudra modifier légèrement votre trajectoire
lorsque cela s’avèrera nécessaire et après
avoir pris en compte les différents éléments
dont vous disposerez plutôt que de suivre
machinalement une route peut-être devenue
obsolète; prenez en considération le fait que
la Vie est un Changement perpétuel.

- 23 -
Détermination d’Objectif

Les questions qui suivent représentent la


Détermination d’Objectif. Ne commencez
pas cet exercice avant d’être
confortablement installé dans un lieu calme
où vous pourrez vous concentrer sans être
dérangé. Choisissez aussi le « bon
moment » pour répondre à ces questions,
vous devrez être disponible et avoir du
temps devant vous.

1. Que voulez-vous ?

Comme je l’ai mentionné précédemment,


lorsque je pose cette question dans le cadre
de mes consultations, la majorité des
personnes me parlent spontanément de ce
qu’elles ne veulent pas ou ne veulent plus
dans leur Vie plutôt que de me dire ce
qu’elles veulent. Prenons l’exemple d’une
personne qui se considère dépensière:
plutôt que de me dire qu’elle veut faire des
économies et mettre de l’argent de côté, elle
me répondra souvent qu’elle ne veut plus
jeter son argent par les fenêtres. Souvenez-
vous: regardez là où vous voulez vous
rendre et non l’inverse !

Formulez votre objectif en termes positifs


en supprimant la Négation (le « ne pas ») et

- 24 -
en remplaçant les mots négatifs ou faisant
référence à votre problématique par leurs
contraires; exemple: « je ne veux plus être
timide » devient « je veux avoir confiance en
moi ! »

- 25 -
2. En quoi est-ce important pour vous ?

Votre réponse à cette question incarne en


fait vos motivations. Par exemple, si vous
voulez « vous libérer du tabac », vos
motivations peuvent être de mieux respirer,
de retrouver le goût et l’odeur des aliments,
de vous libérer d’une dépendance, de
préserver la santé de votre entourage et la
vôtre… Plus vos motivations seront
nombreuses et plus vous aurez de « bonnes
raisons » de vouloir atteindre votre objectif !

- 26 -
3. Comment saurez-vous que vous avez
atteint votre objectif ?

Où ? Quand ? Comment ? Avec qui ?

Peut-être que vous pouvez fermer les yeux


un moment et vous imaginer dans l’avenir,
une fois votre objectif atteint; du temps s’est
écoulé et vous jouissez désormais de vos
nouvelles conditions de Vie. Qu’est-ce qui
est différent d’avant, plus positif et meilleur
pour vous ? En quoi votre quotidien est-il
facilité et plus agréable pour vous ? Soyez
attentif à tout ce qui vous entoure, aux
détails, aux couleurs… Alors peut-être
parviendrez-vous à changer instantanément
d’état interne, c'est-à-dire la façon dont vous
vous sentez, et par conséquent à goûter dès
à présent à la Vie qui vous attend !

L’Inconscient ne fait pas la différence entre


une situation réelle et une scène créée par
votre imagination. Le fait de vous projeter
dans un avenir probable (ou plutôt
« certain ! » - Une véritable décision exclut
toute autre possibilité) donne une dimension
plus réaliste à votre objectif et multiplie
encore vos chances de l’atteindre. Par
ailleurs, le fait de modifier dès maintenant
votre façon de penser en faisant comme si
l’atteinte de votre objectif constituait la

- 27 -
prochaine page déjà écrite du livre de votre
Vie, une évidence, est également une très
bonne méthode; en modifiant votre manière
de penser, vous tendez à modifier
également vos Croyances et votre façon de
vous comporter.

- 28 -
4. Qu’est-ce-qui vous empêche d’atteindre
votre objectif ?

Votre réponse à cette question vous


orientera sur les causes conscientes liées à
la non-réalisation (provisoire !) de votre
projet, c'est-à-dire sur ce que vous croyez
être des freins à l’atteinte de votre objectif.

Je me souviens d’un ami qui répétait


souvent: « celui qui veut se trouve des
raisons, celui qui ne veut pas se trouve des
excuses… ». Dans cette optique, pensez-
vous qu’il soit possible que ce qui vous
empêche de réussir constitue des
excuses vous permettant d’éviter ce que
vous croyez être source d’effort, c'est-à-dire
de douleur ? Je suis convaincu d’une chose:
en considérant que la réalité à laquelle nous
avons accès est subjective, en d’autres
termes une vision de la « réelle réalité »
filtrée par notre éducation, nos expériences
de Vie, nos Croyances…, ce qui représente
pour vous des freins à votre
épanouissement peut sans aucun doute
s’avérer être de véritables leviers pour
quelqu’un d’autre.

Les techniques d’Hypnose et de P.N.L.


permettent, dans certains cas, de trouver
« l’expérience originelle », une situation

- 29 -
vécue comme traumatisante par la personne
et mise à l’écart de sa conscience par un
Inconscient sage et protecteur. L’une des
principales caractéristiques de l’Inconscient,
l’hémisphère droit de notre cerveau, est de
nous protéger à sa façon en « refoulant »
ces traumatismes. Bien que nous n’en
ayons pas conscience, ces expériences
refoulées et chargées en émotions restent
néanmoins bien présentes à l’intérieur de
nous-mêmes; il s’agit là de véritables
« boules émotionnelles coincées » qui, une
fois évacuées, autrement dit « remontées
jusqu’au Conscient », permettent bien
souvent à la personne de se libérer
spontanément du symptôme et de se sentir
beaucoup plus légère. Une méthode
reconnue par l’Hypnose et la P.N.L.
consiste, par l’utilisation d’Ancrages, à créer
un « Pont Affectif » entre le symptôme, soit
« ce qui ne va pas Ici et Maintenant », et sa
cause authentique. Si ce travail profond
s’avère nécessaire, ce dont seul un
Thérapeute peut juger, le recours aux
services de ce dernier sera alors
indispensable.

Pour revenir aux causes conscientes, je


vous enseignerai bientôt des techniques
simples et efficaces pour diminuer et peut-
être même neutraliser l’impact de vos

- 30 -
Croyances limitantes sur votre
comportement.

- 31 -
5. Le fait que vous atteignez votre objectif
peut-il poser problème à quelqu’un ? A
vous ? A quelqu’un d’autre ?

Dans des termes plus sophistiqués, les


Thérapeutes font référence à la
« Vérification de l’Ecologie ». Pour être
atteignable et même s’il n’en reste pas
moins audacieux, votre objectif doit être
réalisable et fondamentalement positif pour
vous; bref, votre objectif doit être congruent,
c'est-à-dire cohérent. Prenons l’exemple
d’une personne désireuse de perdre 10 kilos
alors qu’elle pèse cinquante kilos pour un
mètre soixante-dix; en atteignant son objectif
pondéral incongruent de quarante kilos,
nous pouvons envisager le fait que cette
personne mette sa santé en danger, aussi
bien aux niveaux physique que psychique
(image de soi, relation aux autres).

- 32 -
6. Quels sont les atouts et les ressources
dont vous disposez et qui vous seront
utiles ?

Une autre particularité de l’Inconscient


réside dans le fait qu’il s’agit d’un immense
réservoir de ressources et de connaissances
dans lequel nous emmagasinons, au fur et à
mesure de notre existence, toutes sortes
d’images, de sons, d’états d’esprit et de
façons d’être et de nous comporter (ce que
la P.N.L. nomme des « Etats de
Ressource » ou « EdR »), d’odeurs et de
goûts. Si votre objectif est « d’être capable
d’animer une réunion avec la plus grande
aisance », l’essence de l’expérience positive
passée au cours de laquelle vous avez pris
naturellement la parole devant un auditoire
composé de proches venus assister au
mariage d’un ami commun pourrait bien
vous être utile ! Tout comme vous l’utilisez
souvent malgré vous et contre vous pour
vous auto-saboter, votre vécu peut aussi
être un allié !

- 33 -
7. De quoi avez-vous besoin ?

Même si vous disposez de toutes les


ressources nécessaires à l’atteinte de votre
objectif, il est possible que vous ne déteniez
pas encore ce dont vous avez besoin pour
les utiliser. Prenons l’exemple d’un individu
qui veut une augmentation de salaire mais
qui n’ose pas en faire la demande à son
responsable. Avant d’émettre sa requête,
encore faut-il qu’il ait la confiance
nécessaire au passage à l’acte et qu’il se
sente méritant d’acquérir ce qu’il s’apprête à
demander; vous savez probablement
comme le bonheur n’est pas plus facile à
accepter que son contraire. Plus
généralement, s’il vous manque quelque
chose, je vous suggère tout simplement
d’aller le chercher, que ce soit dans des
livres ou chez les autres, en observant et en
questionnant ceux qui ont déjà obtenu ce
que vous visez; je parlerai plus loin de
l’intérêt d’avoir un modèle: ne perdez pas
votre temps à chercher à inventer ce qui
existe déjà, contentez-vous de vous en
inspirer et apportez-y vos modifications.

- 34 -
Si vous avez répondu à toutes les
questions énumérées précédemment,
félicitations, vous venez de définir votre
objectif ! Gardez précieusement vos
réponses à ce questionnaire car vous en
aurez prochainement besoin pour devenir
enfin l’Acteur de votre Vie !

- 35 -
A quoi pensez-vous ?

Permettez-moi d’insister sur ce point


important: Nous finissons souvent par
obtenir ce sur quoi nous concentrons notre
attention. « On attire ce que l’on craint »;
regardez là où vous voulez vous rendre et
non l’inverse !

Permettez-moi de vous raconter une


anecdote. J’ai été un garçon obèse durant
toute mon enfance et jusqu’à l’âge adulte.
Ma souffrance était davantage morale que
physique; je ne m’acceptais pas tel que
j’étais et mes petits camarades ainsi que la
société ne m’y aidaient pas vraiment. Vers
l’âge de 20 ans, je décidais de suivre un
régime auquel ont succédées l’Anorexie et
la Boulimie. Une fois devenu un Homme
mince et définitivement libéré de ces
troubles du comportement alimentaire, mon
rêve de toujours qui devenait enfin réalité,
j’ai rencontré de véritables difficultés à
« être », simplement « être » ce nouveau
personnage que je devenais. Qu’il s’agisse
de la crainte de reprendre du poids ou de
l’image de moi-même qui s’était améliorée
suite à cette perte de poids mais qui n’était
pas encore suffisante pour me permettre de
vivre sereinement, peu importe… Le fait est
que, fondamentalement, je ne m’acceptais

- 36 -
pas totalement tel que j’étais. Je considérais
peut-être avoir presque toujours souffert,
alors comment pouvais-je me contenter de
simplement accepter ce grand bonheur ?
J’étais loin de penser que je n’avais plus
aucune excuse pour ne pas être heureux et
encore plus loin de croire qu’il n’y a pas de
souffrance indispensable et que rien ne la
justifie. Comme je l’ai écrit plus haut, vous
savez probablement comme le bonheur
n’est pas plus facile à accepter que son
contraire. A cette époque, il est donc
probable que mon attention était plus
concentrée sur ce que je craignais que sur
ce que je désirais; en fait, je me laissais
emporter par la facilité, c'est-à-dire que
j’évitais ce que je croyais être source de
Douleur (par exemple, le fait de prendre la
peine de réfléchir un peu et de me poser de
bonnes questions positives et
dynamisantes) pour trouver le Plaisir (dans
ce cas, il peut s’agir du fait de se contenter
du statut de victime, en apparence
confortable, qui se plaint mais qui n’agit pas
dans le bon sens pour que les choses
changent). Grâce à un travail sur moi-même
et à la mise en pratique de méthodes telles
que celles qui sont exposées dans ce livre,
je me suis finalement posé les bonnes
questions et je suis arrivé Ici et Maintenant,
à ce moment-même où je crois sincèrement

- 37 -
que la Vie est magnifique et que je suis un
Homme heureux.

Lorsque j’écris que je me suis posé les


bonnes questions, je ne fais aucunement
allusion au fait que j’ai concentré mon
attention sur les solutions et non sur les
problèmes; en effet, voilà un mécanisme
pervers: en fixant votre attention sur des
solutions, ce qui est à priori positif, vous
acceptez implicitement qu’il existe des
problèmes… Sinon vous ne fixeriez pas
votre attention sur des solutions et vous
vous contenteriez tout simplement de
vivre en mettant votre énergie et votre savoir
au service de l’atteinte de votre objectif !
Visez plus haut que la solution à ce que
vous croyez constituer un problème et
souvenez-vous que seules les choses que
l’on regarde existent. Parvenez-vous à
identifier la différence entre le fait de
rechercher des solutions et le fait de vouloir
atteindre un objectif ? Cela me rappelle que
ma mère m’a toujours dit de ne jamais, au
grand jamais, peindre la salle de bains en
rose bonbon… Mais où suis-je tombé en
achetant ce livre pensez-vous peut-être à
cet instant… ☺ Et peut-être venez-vous
d’imaginer votre salle de bains joliment
repeinte en rose ! Il suffit de parler d’une
chose, ne serais-ce que d’y penser, pour lui

- 38 -
donner existence… Comme la Statue de la
Liberté. ☺

Considérant que vous avez décidé


d’atteindre votre objectif et non de
rechercher des solutions (à un problème…),
permettez-moi de vous réitérer ma question:
Que voulez-vous ? Je vous suggère de relire
votre réponse à cette question de la
Détermination d’Objectif, peut-être serez-
vous surpris de constater que le
Changement a déjà commencé.

- 39 -
Exercice pratique: Technique dite
« Rayez le vinyle ! »

Imaginez que nos comportements soient


comme des données enregistrées sur un
CD. Si vous prenez un cutter et que vous
griffez ce CD, ce dernier sera alors illisible;
c’est ce que vous allez faire de vos vieux
vinyles inutiles (ces comportements qui
appartiendront bientôt au passé).

Les deux forces qui gouvernent 80% de


nos décisions et comportements, sinon la
totalité, sont la Douleur et le Plaisir. Comme
vous le remarquerez ci-dessous, cette
méthode intègre un travail relatif aux
associations Plaisir / Douleur.

1. Entrez en E.M.C. (Etat Modifié de


Conscience) grâce à des techniques d’Auto-
Hypnose telles que celles exposées ci-après
(l’Auto-Hypnose est la pratique des outils de
l’Hypnose sur soi-même):

2. Choix du lieu: Installez-vous


confortablement (assis dans un fauteuil ou
allongé dans un lit); veillez à choisir un
endroit où vous ne serez pas dérangé.

3. Induction par la fixation d’un point: Fixez


un point devant vous; concentrez toute votre

- 40 -
attention sur ce point. Dans un moment,
peut-être que ce point deviendra flou, peut-
être même que vous aurez l'impression
d'être comme absorbé... Fermez les yeux.

4. Induction par la création d’une Spirale


Sensorielle: Imaginez, les unes après les
autres, les couleurs de trois vêtements que
vous portez. Identifiez ensuite trois sons qui
vous entourent (par exemple, imaginez la
voiture que vous entendez circuler dans la
rue...). Prenez conscience de trois ressentis
tels que le contact entre le dos et le fauteuil,
le volume respiratoire, le contact entre le
dos et le lit. Reproduisez ce processus en
remplaçant les trois éléments (tant Visuels,
Auditifs que Kinesthésiques - Le
Kinesthésique faisant référence au ressenti;
nous y viendrons plus loin) par deux
nouveaux. Enfin, reproduisez une dernière
fois ce processus en remplaçant les deux
éléments par un seul (un Visuel, un Auditif,
un Kinesthésique).

5. Induction par le souvenir d’un lieu


agréable: Imaginez-vous dans un lieu
agréable et ressuscitez les détails, les
couleurs, le décor... Vivez complètement
cette expérience (en imagination !).

- 41 -
6. « Thérapie Aversive » ou « Thérapie par
Aversion » (Travail avec la Douleur):
Regardez pour la dernière fois le
comportement à changer (par exemple, le
fait d’être colérique…) en associant un fond
sonore que vous n'appréciez pas (Auditif:
chanson insupportable, moqueries
blessantes…) et éventuellement des images
autant désagréables (Visuel: souvenirs
difficiles…). Le degré émotionnel de ces
éléments doit bien sûr rester supportable.

7. Saisissez (en imagination !) cette


télécommande (comme celle de votre
lecteur DVD) et rembobinez le film (par
exemple, si une personne parle, imaginez-la
ravaler ses mots…); associez un fond
sonore neutre ou strident (par exemple,
l’arrivée du train et ses grincements sur les
rails…).

8. Transformez le film de façon comique


(par exemple, comme une bande-dessinée,
un dessin-animé ou un cartoon, en
grossissant exagérément les objets, en
ajoutant des couleurs criardes aux
images…) puis regardez-le en associant un
fond sonore amusant (par exemple, la
musique de Benny Hill !) et en souriant
(physiquement, dans la réalité).

- 42 -
9. Appuyez (en imagination !) sur le bouton
« avance-rapide » de la télécommande et
visualisez les conséquences…

10. Appuyez sur le bouton (en imagination


!) « retour-rapide » et regardez le film se
rembobiner…

11. Recommencez les étapes 4 et 5 à


volonté !

12. « Coupez-vous » un moment de cet


univers bizarre (!) en revivant le plus beau
jour de votre Vie de façon très détaillée;
revivez-le de l'intérieur !

13. Pensez à votre(vos) chanson(s)


préféré(s) et plus généralement à des
éléments Auditifs positifs (par exemple, la
voix de votre enfant qui vous dit « Maman »
ou « Papa »).

14. Travail avec le Plaisir: Vivez (toujours


de façon très détaillée) le nouveau
comportement plus positif et meilleur pour
vous (exemple, le fait d’être davantage à
l’écoute de l’autre plutôt que d’être
colérique…) en continuant à écouter les
éléments Auditifs positifs en boucle et en
juxtaposant les images du plus beau jour de
votre Vie.

- 43 -
A noter: Le nouveau comportement peut
correspondre à votre réponse à la question
N°3 de la Détermination d’Objectif.

- 44 -
La Douleur, votre amie à court terme

Une jeune femme Boulimique vomisseuse


me consulta dans l’objectif de se libérer de
ses Troubles du Comportement Alimentaire.
Pour rappel, la Boulimie vomitive consiste à
se faire vomir après avoir ingéré, au cours
de crises, de grandes et inhabituelles
quantités d’aliments (il s’agit la plupart du
temps d’aliments plaisirs, c'est-à-dire de
nourriture appréciée par la personne et dont
elle se prive habituellement - les
Boulimiques ont souvent une alimentation
restrictive en dehors des crises). Se faire
vomir est fréquemment la conséquence de
la culpabilité engendrée par le fait de s’être
laisser-aller à manger de façon excessive;
les vomissements sont la solution facile pour
le sujet car ils lui permettent de manger tout
ce qu’il aime sans prendre de poids; se faire
vomir permet alors « d’effacer toute trace du
crime », en se promettant à chaque crise,
conscient de la gravité de la situation et
plein de bonnes intentions, que c’était la
dernière.

Les orgies alimentaires sont les


conséquences de pulsions fortes et parfois
soudaines, bien qu’il arrive fréquemment
que la personne prévoit ses crises, par
exemple en achetant à l’avance les aliments

- 45 -
habituellement interdits qu’elle ingèrera
durant la prochaine crise. Ces pulsions
fortes ne sont pas facilement maitrisables et
l’individu qui les vit rencontre souvent de
grandes difficultés à laisser sa raison
prendre le dessus. Seulement voilà, le sujet
Boulimique trouve des Bénéfices
Secondaires, c'est-à-dire des avantages
dont il n’a pas toujours conscience, au fait
de se livrer à ces crises; au-delà du plaisir
gustatif qu’elles apportent à la personne, les
crises peuvent aussi être un moyen de
passer le temps ou encore un refuge.

J’ai remis la Prescription de tâche suivante


à la jeune femme qui me consultait:

« A partir de maintenant, vous garderez


bien à l’esprit que le fait de vous faire vomir
représente peut-être une solution pour vous,
mais uniquement à court terme. Vous
penserez à prendre enfin vos
responsabilités et vous paierez désormais le
prix de vos crises; en d’autres termes, si
vous mangez trop, vous garderez ces
aliments en vous (sans choisir la facilité de
vous faire vomir). Vous pourrez tout faire ou
presque, manger ce que vous voulez, quand
vous le voulez et dans les quantités de votre
choix (ce n’est pas interdit par la loi et
personne ne vous en tiendra rigueur à part
- 46 -
vous-même !), mais surtout: PRENEZ VOS
RESPONSABILITES et ASSUMEZ ALORS
LES CONSEQUENCES DE VOS ACTES. »

La Douleur devient ici un allié pour le sujet


dans le sens où le fait de ne plus se faire
vomir après avoir ingéré de grandes
quantités d’aliments provoquera une prise
de poids ou, du moins, inévitablement la
crainte de prendre du poids. Cette Douleur
est le prix que la personne devra payer,
considérant qu’elle assume désormais les
conséquences de ses actes, pour avoir trop
mangé. D’autre part, elle se considèrera un
peu plus « normale », « comme tout le
monde », comme ceux qui se contentent de
manger raisonnablement pour garder la
ligne. Les véritables solutions sont souvent
sous notre nez et l’on ne les voit pas.

- 47 -
La Négation et le langage du Succès

Nous n’en avons pas toujours conscience


et pourtant: les mots que nous employons
au quotidien ont sans aucun doute une
influence sur nos émotions, sur notre état
d’esprit, sur notre comportement et sur les
autres.

L’Inconscient, cet immense réservoir de


ressources et de connaissances que vous
nourrissez tout au long de votre Vie,
l’hémisphère droit de votre cerveau qui
raisonne comme un jeune enfant en ce sens
où il est toujours axé vers le Plaisir, ne
comprend pas la Négation. Par conséquent,
l’Inconscient ne comprend pas les « ne
pas » ou les « ne plus » et reçoit chaque
mot comme une Suggestion Directe, en
quelque sorte un ordre, qu’il transformera le
plus souvent en Action comme, par
exemple, une modification de votre ressenti.

En bon Hypnothérapeute qui se respecte,


j’ai très souvent recours à la Négation dans
le cadre de mes consultations. Il m’arrive par
exemple de suggérer à une personne de ne
pas se détendre tout de suite. L’Inconscient
comprend « se détendre tout de suite » et
agit en conséquence: il s’agit donc ici d’un
processus Inconscient. De plus, il est

- 48 -
envisageable qu’un sujet résistant fasse
totalement l’inverse de ce que je lui
demande et cela pour des raisons que vous
comprendrez aisément: c’est alors par un
processus Conscient. La phrase « ne vous
détendez pas tout de suite » est une
Suggestion Indirecte dans le sens où je
suggère indirectement au sujet de se
détendre, en contournant ses barrières
conscientes.

« La Thérapie est un Combat où votre


adversaire rêve que vous gagnez et où il
fera tout pour vous en empêcher. »
Milton ERICKSON, père de l’Hypnose
Ericksonienne.

Aussi, si vous pensez ou si vous


verbalisez: « Je ne veux plus manquer de
confiance en moi », votre Inconscient
gardera seulement « manquer de confiance
en moi » et comprendra peut-être même « je
veux manquer de confiance en moi ».

La technique simple et néanmoins très


efficace que je vais vous présenter ci-après
consiste à choisir, c'est-à-dire à faire le
choix, d’utiliser certains mots plutôt que
d’autres, pour modifier votre vision du
Monde (aussi appelée Carte du Monde ou
CdM en P.N.L.).

- 49 -
Si vous ne voulez plus « manquer de
confiance en vous », alors vous avez décidé
que, dorénavant, vous déborderez
d’assurance ! Si vous en avez assez de
votre alcoolisme, alors vous serez
désormais un exemple de sobriété !

Imaginons que vous receviez de votre


imprimeur les faireparts du baptême de
votre fils et que vous constatiez plusieurs
fautes d’orthographe.

Quelle réaction spontanée pourriez-vous


avoir ? Je suppose que vous pourriez:

- Vous emporter et même vous mettre en


colère: « J’en ai par-dessus la tête ! Qu’ais-
je fait pour mériter ça ? »

Commentaires de l’auteur: « Tu n’as pas


été suffisamment attentif lors de la rédaction
de tes faireparts ! ». Pensez à prendre vos
responsabilités plutôt que de vous laisser-
aller instinctivement à trouver un coupable
ou à vous libérer de vos tensions sur les
autres.

- Utiliser une ou plusieurs métaphores


pour décrire ce que vous ressentez: « Je
suis au bout du rouleau ! » ou « C’est la
goutte d’eau qui fait déborder le vase ! »
- 50 -
- Vous projeter Inconsciemment dans un
avenir pas vraiment positif (par exemple,
imaginer la réaction des personnes qui
recevront vos faireparts chargés de fautes
d’orthographe).

Comment vous sentiriez-vous en agissant


de la sorte ? Je suppose que vous
ressentiriez un mal-être et différents
sentiments pas vraiment agréables, et peut-
être même que vous pourriez être démotivé
et ainsi perdre l’envie de poursuivre les
tâches sur lesquelles vous travailliez
parallèlement.

Et comment vous sentiriez-vous si vous


pensiez ou que vous vous exclamiez:

« Je vais tout de suite profiter de cette


occasion que m’offre la Vie pour réaliser des
faireparts encore plus beaux et j’utiliserai
désormais cette expérience comme un
enseignement en relisant attentivement mes
écrits avant de les publier. »

Je suppose que vous seriez gagné par


l’envie de réaliser quelque chose de
nouveau, de plus beau, et que vous
passeriez très vite à l’Action !

- 51 -
Exercice pratique

Ce que vous pouvez faire dès à présent:

Un tableau composé de deux colonnes;


vous placerez dans la première colonne les
mots pas vraiment positifs que vous utilisiez
jusqu’à présent pour décrire une situation
pas vraiment agréable, et dans la seconde
colonne vos nouveaux mots, ceux qui vont
influer positivement sur vos émotions, votre
état d’esprit et votre comportement.

- 52 -
L’influence de votre attitude physique
sur votre état interne

Le saviez-vous ?

Beaucoup d’entre nous savent que nos


émotions et notre état interne se répercutent
sur notre corps. Cependant, beaucoup ne
savent pas que l’inverse est aussi possible.

Vous l’aurez compris: en modifiant votre


attitude physique (par exemple: en ayant les
épaules dégagées, en souriant plutôt que de
faire la tête, en vous tenant droit et en
gardant la tête haute plutôt que de la baisser
et vous tenir comme un vieillard, en
modifiant votre rythme respiratoire et en
adoptant celui des jours de victoire...), vous
aurez des chances de retrouver
instantanément l’état interne associé à cette
attitude physique.

Baissiez-vous la tête et rasiez-vous les


murs le jour où vous avez reçu votre premier
diplôme ? Bien sûr que non ! Je suppose
que vous étiez fier de vous, heureux, et
peut-être que vous aviez une grande
confiance en vous-même et en l’avenir !

Il s’agit là d’un exercice que vous pouvez


faire dès à présent pour en retirer des

- 53 -
bienfaits dans les toutes prochaines
minutes ! Vous n’êtes pas obligé d’utiliser
tout ce que vous avez appris dans cet
article; en le faisant, vous pourrez peut-être
plus facilement « faire bouger des
montagnes » (voilà une métaphore
dynamisante !)

- 54 -
Les Croyances

Les Croyances sont vos certitudes et vos


convictions profondes sur la Vie, des
« paroles d’évangile » que vous ne
penseriez pas un seul instant à remettre en
cause car, pour vous, « ça va de soi ! ».

Vos Croyances peuvent être aidantes,


c'est-à-dire positives et bonnes pour vous.
Par exemple, si vous croyez être une
personne intelligente, vous permettez alors
à votre Inconscient d’ouvrir les portes qui
mènent à votre intelligence et de faire de
vous… un être intelligent. Si, au contraire,
vous entretenez des Croyances limitantes,
comme par exemple croire que vous êtes
idiot, alors vous n’accèderez et n’utiliserez
pas vos ressources mais vous agirez
comme un idiot ! En conséquence,
l’intelligence n’est pas acquise, il s’agit d’une
façon d’être. Ce qui compte n’est pas de
savoir comment sont réellement les choses
car personne n’a accès à la réalité telle
qu’elle est, mais de choisir de croire à ce qui
vous arrange tant que cela reste concruent
par rapport à la société dans laquelle vous
évoluez; en effet, certaines de vos
Croyances sont propres à vous-même et
d’autres sont partagées par les individus qui
évoluent avec vous.

- 55 -
Comment fonctionne l’Inconscient en ce
qui concerne les Croyances ?

Prenons l’exemple d’une personne qui ne


s’affirme pas. Vous Calibrez chez elle,
autrement dit vous observez, différents
signes externes qui témoignent selon vous
du peu d’estime que cette personne a pour
elle-même; elle est maladroite et n’est pas
encore capable d’exprimer ses points de vue
dans une conversation. Pourtant, cette
personne n’a pas toujours eu cette piètre
image d’elle-même; comment a-t-elle pu en
arriver là ?

Imaginons qu’un ami de cette personne ait


répondu à cette dernière que ce qu’elle
disait était « bête »; une vague idée, une
image (le langage de l’Inconscient étant
imagé), a peut-être traversée l’esprit de
notre sujet, une hypothèse que l’on pourrait
explicitement traduire de la façon suivante:
« Et si j’étais bête ? ». Puis cette idée a
quittée l’esprit de la personne jusqu’à ce jour
où cette dernière fut confrontée à une
situation identique, c’est alors que lui revint
le souvenir de la première expérience. De fil
en aiguille, nourrie par des expériences
chargées en émotions douloureuses, l’idée
prend du poids, un poids émotionnel,
jusqu’à devenir une Croyance, dans ce cas

- 56 -
limitante, qui va altérer la Carte du Monde
de l’individu qui se comportera comme celui
qu’il croit être. Comme toute personne qui
n’a pas été initiée à nos techniques ☺, il ne
regardera pas là où il veut aller mais
focalisera son attention sur ce qu’il croit
désormais être un problème. Conscient de
son symptôme, il rajoutera de nouvelles
références qui viendront consolider sa
Croyance limitante. Au final, nous serons
unanimes vis-à-vis de cette réalité et nous
aurons raison: cette personne a une
mauvaise image d’elle-même.

Le principe est le même pour la naissance


des Croyances aidantes; tout part d’une
hypothèse.

« Comme disait Bouddha: Nos Croyances


déterminent ce que nous sommes.
Si je ne devais croire qu’à une seule chose,
je croirais que je suis capable de croire ce
que je veux. » Constant WINNERMAN

Alors que l’Inconscient bâtit malgré vous


des Croyances qui vous limitent, vous
pouvez créer des Croyances qui vous
aideront. Avant de concevoir une Croyance
aidante, vous devrez vous libérer de la
Croyance contraire.

- 57 -
Nos Croyances limitantes ne sont pas les
seules responsables de nos comportements
gênants; en effet…

- 58 -
… Vos comportements sont des câbles
en acier

Plus vous répétez un comportement, qu’il


soit bon ou mauvais pour vous, peu importe,
et plus ce comportement s’intègre; l’inverse
est également possible, à savoir que moins
vous répétez un comportement et plus il
tend à disparaître. Le fait d’avoir conscience
du caractère malsain d’un comportement ou
d’être conscient des Croyances limitantes
qui le sous-tendent, ne suffit donc pas
toujours à s’en libérer. Bref, l’habitude, la
répétition, constituera un atout si ce
comportement est positif mais représentera
une contrainte s’il est mauvais pour
l’individu. Pour paraphraser les personnes
qui me consultent dans l’objectif de se
libérer de dépendances: « c’est plus fort que
moi ! ». Pour les motiver dans leur
démarche, je leur explique ce que je vais à
présent vous expliquer, à savoir que nos
comportements sont comme des câbles en
acier dans notre esprit. La première fois que
vous adoptez un comportement, ce dernier
est comme un crin de pêche, un lien fin et
fragile; plus vous adoptez ce même
comportement et plus cette petite ficelle
grossit, jusqu’à devenir une corde puis ce
câble qui sera ensuite beaucoup moins
facile à couper; souvenez-vous que le

- 59 -
principe contraire fonctionne aussi. Ayez
donc la foi, ayez cette intime conviction que
vous atteindrez bientôt votre objectif, et ceci
malgré des rechutes que je vous
recommande d’accepter avant toute
démarche de changement. Le fait d’accepter
ces rechutes ponctuelles ne signifie pas que
vous ne vous en libèrerez pas, c’est plutôt
un pas de plus sur le chemin de la victoire,
c’est aussi l’acceptation du fait que vous
n’êtes pas parfait, c’est un témoignage
d’humilité et de recueillement, et enfin, c’est
la preuve que vous recherchez davantage à
améliorer votre Vie plutôt qu’à la corriger.

- 60 -
Comment désactiver vos Croyances
limitantes et créer de nouvelles
Croyances aidantes ?

Pour vous défaire de vos Croyances


limitantes, vous utiliserez les Sous-Modalités
de l’Orientation Sensorielle.

« Les quoi ? » Pensez-vous peut-être ?

La P.N.L. définit les Sous-Modalités de


l’Orientation Sensorielle comme étant les
détails d’encodage du V.A.K.O.G. Jusqu’ici,
je suppose que vous n’êtes pas plus
avancé ! Permettez-moi d’entrer dans les
détails…

- 61 -
Le V.A.K.O.G.

Le V.A.K.O.G. est l’acronyme de nos cinq


sens, à savoir:

« V » pour Visuel: la vue;


« A » pour Auditif: l’ouïe;
« K » pour Kinesthésique: le ressenti, qu’il
soit externe (le toucher, aussi appelé
Kinesthésique Externe ou Ke) ou interne (les
émotions, aussi nommées Cénesthésique,
Kinesthésique Interne ou Ki);
« O » pour Olfactif: l’odorat.
« G » pour Gustatif: le goût.

Seul le V.A.K. (Visuel-Auditif-


Kinesthésique) nous sera utile dans notre
travail.

- 62 -
Le Système d’Orientation Sensoriel
Principal

Chaque individu utilise majoritairement un


ou deux de ces trois sens pour graver
l’information qui l’entoure à un niveau
Inconscient.

Cela signifie qu’une personne à tendance


Visuelle en « Système Principal » se
souviendra de ses souvenirs de façon
imagée et emploiera des Prédicats
essentiellement Visuels dans son discours
(par exemple, « la mer était immense, le ciel
était bleu, le soleil brillait, le sable était
blanc).

Un individu dont le canal sensoriel le plus


utilisé est l’Auditif aura davantage tendance
à se remémorer des sons (par exemple, « la
mer était silencieuse bien que j’entendais les
cris des enfants).

Une personne majoritairement


Kinesthésique retrouvera des sensations de
cette époque et vous en fera part en utilisant
des Prédicats principalement
Kinesthésiques (par exemple, l’eau était
bonne, le temps était lourd, le sable était
chaud et j’étais heureux).

- 63 -
Enfin, si votre Système d’Orientation
Sensoriel Principal est représenté par le
Visuel et le Kinesthésique, vous aurez
apprécié la photo de la couverture de ce
livre ainsi que son format léger qui vous
permet de le transporter facilement !
(Evidemment, l’ouvrage n’étant pas encore
édité à l’heure où j’écris ces lignes, vous
voudrez bien excuser le fait que son format
soit finalement différent de celui mentionné à
titre d’exemple !).

Dans la rubrique « Vers la Communication


d’Excellence », vous apprendrez à parler le
langage de l’autre dans le but de vous faire
mieux comprendre qu’auparavant et vous
utiliserez pour cela les Prédicats de votre
interlocuteur.

Les Sous-Modalités de l’Orientation


Sensorielle, plus couramment et simplement
nommées Sous-Modalités, sont donc ce que
j’ai appelé précédemment les Prédicats.

Voici une liste non-exhaustive de Prédicats


ou Sous-Modalités:

Visuel: grand / petit, gros / maigre, beau /


laid, couleur / noir et blanc, clair / sombre,
animé / fixe…

- 64 -
Auditif: bruyant / silencieux, fort / faible
(attention: fort et faible sont aussi des
Prédicats Kinesthésiques), volume,
rythme…
Kinesthésique: doux / dur, fort / faible,
confortable / inconfortable, tendu / détendu,
immobile / bouger, lourd / léger…

- 65 -
Désactivez les Croyances limitantes et
créez de nouvelles Croyances aidantes

Le moment est venu de vous séparer de


vos Croyances limitantes, ces convictions
profondes de ne pas être à la hauteur, de ne
pas être capable, de ne pas mériter, d’être
inévitablement prisonnier de la fatalité, de ne
pas être une bonne personne…

Exercice pratique

Pour cet exercice, prenons l’exemple d’une


personne qui a peur des inconnus, qui en
déduit donc qu’elle n’est pas sociable (ce
qui n’améliore en rien l’image qu’elle
entretient vis-à-vis d’elle-même), et qui se
livre désormais à des comportements
d’évitement en préférant rester chez elle
plutôt que de sortir avec ses amis (ainsi,
souvenez-vous, cette personne privilégie le
Plaisir à court terme (dans ce cas l’absence
d’effort que provoquerait l’affrontement de
sa peur) au détriment de la Douleur à court
terme (passer à l’Action et affronter sa peur)
qui lui apporterait un Plaisir à long terme
(plus vous répétez un comportement et plus
il s’intègre, alors la ficelle devient ce câble
en acier quasi-indestructible).

1. Fermez les paupières.

- 66 -
2. Souvenez-vous d’un moment récent en
rapport avec votre Croyance limitante (par
exemple, ne pas sortir avec ses amis et
préférer rester chez soi par facilité).

A noter: Votre Croyance limitante peut


correspondre à votre réponse à la question
N°4 de la Détermination d’Objectif.

3. Remontez aussi loin que possible dans


vos souvenirs et faites surgir une image
ancienne liée à votre Croyance limitante (par
exemple, préférer rester avec ses parents
plutôt que d’aller jouer avec ses petits
camarades).

Attention: Il est envisageable que vous ne


vous libériez pas complètement de votre
symptôme car vous ne serez pas remonté
assez loin dans le temps et vous n’aurez
pas trouvé l’expérience originelle, à savoir là
où tout a commencé. Cette expérience de
Vie est chargée en émotions et mise à
l’écart de la conscience par l’Inconscient
(fonction de refoulement); en d’autres
termes, ce traumatisme émotionnel est
coincé quelque part en vous et vous ne le
savez pas encore ! Le simple fait de faire
remonter cette expérience originelle à la
conscience, c'est-à-dire de prendre
conscience de son existence, sans

- 67 -
forcément la recadrer (c'est-à-dire imaginer
qu’elle s’est déroulée de façon plus
positive), permet le plus souvent de se
défaire du symptôme qui en découle. Un tel
travail thérapeutique nécessite
impérativement l’assistance d’un
Hypnothérapeute compétent.

4. Une fois que vous avez trouvé une


expérience en rapport avec votre Croyance
limitante, dissociez-vous de ces images
mentales. Pour cela, vous pouvez par
exemple vous imaginer confortablement
installé dans le fauteuil d’une salle de
cinéma, regardant le film se dérouler sur
l’écran devant vous…

Association et Dissociation: Lorsque


vous êtes Dissocié d’une situation à laquelle
vous pensez, vécue ou créée de toutes
pièces, vous êtes spectateur de vous-même
et c’est comme si vous vous filmiez dans
votre propre souvenir; vous restez donc
l’adulte spectateur de l’enfant (ou de l’adulte
plus jeune !) que vous avez été. La
Dissociation est une étape importante dans
le sens où cette procédure a tendance à
atténuer le Cénesthésique; en d’autres
termes, vous reverrez ce souvenir sans
revivre pour autant les émotions de
l’époque. L’Association est l’inverse de la

- 68 -
Dissociation: une personne Associée à son
souvenir en est actrice et le revit comme si
elle s’y trouvait.

On Dissocie la personne du négatif


(symptôme, souvenirs sensibles…) et on
l’Associe au positif (savoirs, EdR…).

5. Agissez sur vos Sous-Modalités !


Remontez à l’instant qui précède le
déclenchement de votre symptôme (par
exemple, juste avant que l’on vous invite à
sortir et que vous ne décidiez de rester chez
vous). Alors que le film était jusqu’alors
animé, rendez cette image fixe, neutre.
Imaginez-la en noir et blanc, réduisez sa
taille jusqu’à ce qu’elle devienne cette vieille
photo démodée et abimée par le temps. Il ne
vous reste plus qu’à la couper en mille
morceaux ou la faire bruler (en
imagination !).

6. Prenez au moins trois grandes et


profondes inspirations; inspirez
profondément, soufflez complètement.

Félicitations, vous venez de désactiver la


Croyance limitante !

Lorsque vous quittez un endroit, je


suppose que c’est pour vous rendre à un

- 69 -
autre endroit ? Et bien, cette seconde phase
va consister à définir votre nouvelle
Croyance aidante qui se substituera
désormais à l’ancienne.

A noter: Votre Croyance aidante peut


correspondre à votre réponse à la question
N°1 de la Détermination d’Objectif.

Imaginons que votre objectif soit d’être


sociable et détendu en présence d’inconnus.
En considérant qu’une Croyance est une
conviction profonde que l’on ne songerait
pas un instant à remettre en cause car elle
est évidente, vous n’allez pas exprimer une
hypothèse mais une affirmation du type:
« Je suis sociable et détendu, en tout lieu, à
chaque instant et avec tout le monde ».

1. Prononcez votre affirmation à voix haute


en restant bien attentif à ce que vous dites,
à la façon dont vous le dites et à votre
ressenti.

Je suppose que vous n’y croyez pas


encore vraiment… L’affirmation que vous
venez d’exprimer n’est peut-être à ce stade
qu’une forme d’Autosuggestion, certes
positive mais néanmoins peu efficace et qui
me rappelle respectueusement la Méthode
Coué ☺

- 70 -
Pour croire à ce que vous venez de dire,
vous avez besoin de trouver des références,
autrement dit des preuves, qui viennent
corroborer cette idée et en faire une future
Croyance aidante !

2. Fermez les yeux.

3. En imagination, partez à la recherche


d’un souvenir qui démontre, de près ou de
loin, que vous êtes une personne sociable et
détendue avec tout le monde.

A noter: Ce souvenir peut correspondre à


votre réponse à la question N°6 de la
Détermination d’Objectif.

4. Alors que vous avez trouvé l’expérience


de Vie que vous recherchiez, revivez-la en
faisant comme si vous y étiez réellement.
Associez-vous à ce souvenir: observez
attentivement tout ce qu’il y a à voir (V),
écoutez tout ce qu’il y a à entendre (A) et
ressentez toutes les bonnes émotions que
vous avez ressenties ce jour-là (K).
Amplifiez les images, les sons et les
sensations grâce aux Sous-Modalités (par
exemple, s’il faisait beau, imaginez que le
ciel est encore plus magnifique; augmentez
le volume sonore pour mieux entendre les
compliments que l’on vous adresse et qui

- 71 -
constituent autant de références pour votre
future Croyance aidante, entrez en contact
avec toutes les émotions de cette situation,
sentez-les jaillir en vous !).

5. Ancrages de plusieurs Etats de


Ressource (EdR) ou Addition d’Ancres

Vous recevrez davantage d’informations


dans les lignes suivantes par rapport à la
méthode que nous allons pratiquer
maintenant.

Une fois que vous avez l’impression ou que


vous ressentez que vous êtes totalement
investi par cette expérience ressource, alors
que vos paupières sont encore fermées,
faites physiquement (dans la réalité) un
cercle entre le pouce et l’index et prononcez
un mot-clé positif dès que les deux doigts
sont bien en contact (par exemple,
« confiance ! »).

Félicitations, vous venez d’Ancrer votre


premier Etat de Ressource (EdR) aux
niveaux Auditif et Kinesthésique.

En gardant les yeux bien fermés, refaites


les étapes 3, 4 et 5; c'est-à-dire trouvez
d’autres expériences, amplifiez le V.A.K. à
l’aide des Sous-Modalités puis Ancrez ces

- 72 -
expérience sur un même point d’Ancrage
(c'est-à-dire en reproduisant le même cercle
ave le pouce et l’index et en prononçant le
même mot-clé positif).

Félicitations, vous venez d’effectuer votre


première Addition d’Ancres; en d’autres
termes, vous avez additionné l’essence de
plusieurs états positifs (des Etats de
Ressource ou EdR).

1. Vos paupières encore closes, projetez-


vous dans un avenir positif, une fois votre
objectif atteint. Par exemple, imaginez que
vous êtes devenu cette personne sociable et
détendu, en tout lieu, à chaque instant et
avec tout le monde. Vivez cette expérience
en détails de l’intérieur et amplifiez le V.A.K.
grâce aux Sous-Modalités (par exemple,
regardez comme vos interlocuteurs vous
sourient, entendaient-les exprimer leur
satisfaction d’être avec vous et sentez
comme c’est agréable de vivre ainsi !).

A noter: Cet avenir positif peut


correspondre à votre réponse à la question
N°3 de la Détermination d’Objectif.

Une fois que vous avez l’impression ou le


sentiment « d’être bien dedans »…

- 73 -
2. Réactivez l’Ancre (reproduisez le cercle
entre le pouce et l’index et verbalisez le mot-
clé positif) pour créer un « Pont Affectif »
vers le moment du besoin, à savoir la
Futurisation (projection dans un avenir
probable) que vous êtes en train
d’expérimenter !

3. Maintenez l’Ancre au niveau


Kinesthésique durant près d’une minute (ce
n’est pas utile de répéter le mot-clé plusieurs
fois).

4. Prenez au moins trois grandes et


profondes inspirations; inspirez
profondément en imaginant que vous vous
emplissez de cette nouvelle façon de faire,
plus positive et meilleure pour vous, puis
soufflez complètement.

Bravo ! Vous venez de faciliter grandement


et fortement la création de votre nouvelle
Croyance aidante… Il ne vous reste qu’une
chose à faire: PASSER A L’ACTION ! C’est
en passant à l’action que vous ajouterez de
nouvelles références à votre Croyance
aidante, des Etats de Ressource que vous
pourrez Ancrer (cercle entre le pouce et
l’index + mot-clé Auditif) de nouveau; alors,
si cela devait être nécessaire, il vous suffira
simplement de Réactiver l’Ancre pour

- 74 -
retrouver instantanément l’état interne y
afférent. Souvenez-vous aussi que nos
comportements sont comme des câbles en
acier et je vous souhaite que celui-ci en soit
un !

- 75 -
Les Ancrages

Je vais à présent vous expliquer en détails


ce que sont les Ancrages et revenir sur
l’utilisation que nous en avons faite au cours
du précédent exercice.

Les Ancrages sont des Associations


V.A.K.O.G.

Permettez-moi de vous raconter une


anecdote à propos des Ancrages.

« J’ai installé mon fils dans son fauteuil;


Andy attrapait ses jouets et les lançait à
terre, ce qui provoquait un tapage pas
forcément agréable pour le voisin du
dessous. C’est à ce moment là que j’ai
donné l’oreiller violet à mon petit garçon afin
qu’il puisse s’amuser sans conséquence
pour les autres à une heure aussi matinale;
je l’ai même posé sur ses genoux afin qu’il
puisse l’atteindre plus facilement. Et ce que
je projetais arriva… Andy se mit à pleurer
pour me signaler qu’il voulait le biberon.
Pourquoi l’avais-je envisagé ? Parce que j’ai
l’habitude de placer ce même oreiller violet
sur les genoux de mon fils afin que le
biberon qu’il tient déjà seul soit à sa hauteur;
à force de répéter quotidiennement ce
comportement, j’ai créé des associations
- 76 -
entre l’image et la sensation de l’oreiller
violet sur ses genoux et le biberon, j’ai
involontairement posé un Ancrage. En
revanche, je n’ai pas l’habitude de
positionner cet oreiller à cet endroit précis
lorsqu’il ne s’agit pas de servir le biberon à
Andy. Voyant l’oreiller violet et le ressentant
sur son corps, Andy a spontanément
réclamé le biberon. Deux Ancres, l’une
Visuelle, l’autre Kinesthésique, ont été
réactivées simultanément et le phénomène y
étant associé s’est déclenché (le souvenir
du biberon, l’envie de goûter le lait et peut-
être même la sensation de faim…). »

Ce serait peut-être intéressant et utile pour


vous de vous intéresser à toutes ces
associations que vous faites
Inconsciemment au quotidien.

Je suppose que vous avez compris que


vous pouvez utiliser cette technique en Etat
Ordinaire de Conscience (E.O.C.), c'est-à-
dire consciemment.

Exercice pratique: Ancrez et réactivez


un Etat de Ressource (EdR)

Imaginons que vous soyez ponctuellement


dans un état que vous aimeriez connaître
beaucoup plus fréquemment.

- 77 -
Ces techniques d’Ancrages, enseignées en
P.N.L., vont vous permettre de retrouver
plus facilement cet état lorsque vous en
ressentirez le besoin.

1. Lorsque vous serez dans l’Etat de


Ressource (EdR), Ancrez-le, par exemple
aux niveaux Visuel, Auditif et Kinesthésique
(en regardant votre bague - Visuel - durant
quelques secondes, tout en écoutant une
chanson - Auditif - que vous n’avez pas
l’habitude d’entendre et en fermant très fort
le poing - Kinesthésique - de votre choix).

2. Lorsque vous souhaiterez retrouver


instantanément l’Etat de Ressource (EdR)
afférent à cette Ancre, il vous suffira de la
réactiver en regardant votre bague, en
écoutant simultanément la même chanson
sur le même volume et en fermant très fort
le même poing à l’identique.

3. Afin de la rendre plus effective, vous


pourrez aussi « recharger » votre Ancre à
chaque fois que vous serez spontanément
dans un Etat de Ressource semblable à
celui que vous avez préalablement Ancré; il
vous suffira pour cela d’Ancrer cet EdR au
même endroit que la première fois et en
reproduisant le même processus, vous
aurez alors effectué une Addition d’Ancres

- 78 -
(Ancrages de plusieurs EdR sur un même
point).

Retenez enfin que, s’il s’avère judicieux


d’Ancrer un EdR lorsque vous le vivez, vous
pouvez aussi le réactiver par le simple
souvenir de l’expérience qu’il vous suffira
d’amplifier grâce aux Sous-Modalités puis
d’Ancrer (par exemple, en faisant un rond
entre le pouce et l’index - Kinesthésique - et
en disant un mot - Auditif). Les paupières
encore fermées, vous n’aurez plus qu’à vous
projeter dans un avenir positif, en réactivant
ou en maintenant l’Ancre (c'est-à-dire sans
la relâcher, pour créer ainsi un Pont Affectif
entre le moment ressource et le moment du
besoin). Pour finir, vous prendrez quelques
grandes et profondes inspirations pour
intégrer ce travail puis reviendrez Ici et
Maintenant armé de ces ressources. Vous
aurez alors effectué votre premier Transfert
d’EdR, bravo !

- 79 -
Les Métaphores

Milton ERICKSON, Psychiatre Américain et


père de l’Hypnose Ericksonienne, avait
souvent recours aux métaphores dans
l’accompagnement de ses patients. Ces
histoires, en apparence toutes simples, lui
permettaient et permettent toujours aux
Hypnothérapeutes de faire passer
directement un message à l’Inconscient,
sans que cette solution ne soit interceptée
par la conscience du sujet, c'est-à-dire
« conscientisée », analysée, et
éventuellement rejetée.

Permettez-moi de vous raconter une


anecdote relative aux métaphores. Dans
l’exemple qui suit, la métaphore, créée sur le
vif comme c’est le plus souvent le cas, est
Isomorphique en ce sens où j’ai créé un
parallèle entre le sujet et l’histoire. La
métaphore est efficace en autant qu’elle
rejoigne la Carte du Monde (CdM) du sujet
qui s’identifie aux personnages et aux
évènements (l’Isomorphisme).

« C’est par une belle après-midi de


septembre 2005 que ma mère me demanda
de lui « faire de l'Hypnose ». Elle disait être
de nature assez tendue et venait de se
réinsérer professionnellement. Depuis
- 80 -
qu’elle avait intégrée son nouveau poste,
elle se plaignait de démangeaisons et
d’apparitions de boutons sur les mains; les
spécialistes rencontrés considéraient que
l’origine probable du symptôme était le
stress lié à sa réinsertion professionnelle.
Ma mère m’expliqua qu’à force de se gratter,
les boutons se vidaient « d’eau ». Après
nous être installés dans nos chaises, je
commençais à induire un état de Transe
Hypnotique chez ma mère. Une fois la
Transe induite et approfondie, je remarquais
cette petite piscine pour enfants située au
fond du jardin. Je me mis alors à raconter
l’histoire de la « Vie » de cette piscine…

« Te souviens-tu à quel point, durant tout


l’été, les enfants se sont bien amusés dans
la petite piscine ? » lui demandais-je; elle
approuva par un signe de tête.

« Je me souviens du moment où nous


l’avons eue; alors qu’elle se dégonfle et
qu’elle se vide de sa vieille eau usée, de
partout et de plus en plus, je pense qu’elle a
fait son temps; une nouvelle saison arrive
Maman ! » poursuivais-je. La séance se
termina tranquillement.

Deux semaines plus tard, alors que je


rendais visite à mes parents, ma mère me
- 81 -
raconta que ses boutons s’étaient
naturellement « vidés » jour après jour avant
de disparaître comme les démangeaisons.

Ma mère et moi nous sommes rencontrés


lors des fêtes de Noël 2007 et elle m'a dit
que le symptôme n'est pas réapparu depuis
maintenant... Plus de deux ans. »

Je vous suggère de choisir


scrupuleusement vos métaphores.

Lorsque vous utilisez la métaphore « Je


suis au bout du rouleau ! » pour décrire une
situation, vous adhérez en fait à toute la
façon d’être et aux Croyances associées à
cette métaphore. « Je suis au bout du
rouleau ! » est donc, pour la P.N.L., une
Généralisation à éviter. Ce n’est pas parce
que, admettons-le, vous ne vivez pas encore
très bien le fait d’avoir reçu des faireparts
chargés de fautes d’orthographes, que tout
le reste de votre Vie ne va pas bien et que
cette situation est pour autant définitive. En
employant une telle métaphore, vous
englobez tout.

Plutôt que de considérer que vous êtes


« au bout du rouleau », comment vous
sentiriez-vous si vous décidiez de croire que
vous débordez d’énergie ?

- 82 -
Et pour vous, c’est quoi la Vie ?

Au lieu de croire que la Vie est un champ


de bataille, comment réagiriez-vous si vous
décidiez de croire, comme moi, je l’admets,
que la Vie est un jeu ? Prenez le temps
d’imaginer tout ce qui serait alors différent,
tant dans votre manière de penser que
d’agir.

- 83 -
- 84 -
« Vers la Communication
d’excellence »
2nd partie

Bienvenue dans cette seconde partie


dédiée à votre relation à l’autre; vous allez
avoir accès à des techniques simples à
appréhender et néanmoins puissantes, dont
l’application vous permettra d’améliorer
votre façon de communiquer dans tous les
domaines, qu’il s’agisse de votre cercle
familial, amical, social, ou de votre Vie
professionnelle. Vous apprendrez à mieux
comprendre l’autre et à mieux vous faire
comprendre.

Pour télécharger gratuitement


nd
la 2 partie (ebook dans son intégralité),
rendez-vous sur:
www.coachingvip.fr/partie2/

- 85 -