Vous êtes sur la page 1sur 19

INTRODUCTION A LA COMPTABILITE

Mme. NAFACK : 696 803 532


SUP’PTIC, 14 Décembre 2019

CHAP I : L’ENTREPRISE ET LES FLUX ECONOMIQUES

CHAP II : L’ANALYSE DU BILAN ET DU COMPTE DE RESULTAT

CHAP III : L’ANALYSE DE L’ENVIRONNEMENT COMPTABLE

CHAP IV : L’ORGANISATION DES TRAVAUX COMPTABLES

CHAP V : L’ENREGISTREMENT DES OPERATIONS COURANTES

CHAP VI : CONCLUSION GENERALE

Page | 1
COMPTABILITE GENERALE

INTRODUCTION A LA COMPTABILITE GENERALE

L a gestion de l’entreprise consiste à faire des choix, à prendre des décisions


dans le but de réaliser des objectifs. La plus part des décisions sont des
décisions courantes qui engagent l’entreprise sur de cours termes.

D’autres décisions engagent l’entreprise sur de moyen et long termes : On parle


alors de décisions stratégiques. L’ensemble de ces décisions constitue la gestion.

Une gestion efficiente tient compte des contraintes économiques et juridiques sur
des outils d’aide à la décision. La comptabilité générale est l’un de ces outils.

 La comptabilité générale est un système d’informations permettant de classer,


saisir et traiter des informations en vue de prendre des décisions.

Les flux économiques (mouvements de biens et services, mouvements d’argent)


constituent les informations qui intéressent la comptabilité générale. Les factures,
les chèques, les reçus, les bulletins de paye, les pièces de caisse servent de supports
matériels à ce flux. Ces documents sont classés et enregistrés régulièrement (au
jour le jour le plus souvent) dans des journaux et dans des comptes.

Le traitement des informations répond à trois 03 objectifs essentiels :

Conserver la mémoire des opérations qui rythme la vie de l’entreprise


Connaitre à tout moment la position de la trésorerie
Produire au moins une fois par an des documents appelés DOCUMENTS DE
SYNTHESE (bilan, compte de résultat et note d’annexe).

L’année civile sert le plus souvent de référence à l’activité de l’entreprise. On


parle également « d’exercice comptable ». Il faut également noté que la tenue
d’une comptabilité est une obligation juridique et fiscale.

Page | 2
La comptabilité est un moyen juridique de preuve à l’égard des tiers. Le code du
commerce pose le principe selon lequel tout commerçant à l’obligation de tenir
une comptabilité ; de nombreux impôts ont pour base de calculs des sommes
mise en avant par la comptabilité.

La trésorerie de l’entreprise est constitué par l’ensemble des avoirs en


banque, en caisse et dans les compte chèque-postaux (CCP).

La comptabilité générale est un outil d’information au service des dirigeants et


des tiers. Elle est un moyen juridique de preuve.

Pour qu’elle reflète fidèlement la situation de l’entreprise, le droit-comptable


donne les principes directeurs dont les praticiens de la comptabilité doivent
s’inspirer. On ne parle plus de principe – comptable mais de postulats et
conventions comptables.

DEVOIR A FAIRE : Chercher et donner la signification des cinq postulats et


conventions comptables.
Ce sont des principes acceptés sans démonstration mais cohérents avec les objectifs fixés en
compte dans les états financiers de l’entité. Les effets des transactions et autres évènements
sont pris en compte dès que ces transactions ou évènements se produisent et non pas au
moment des transactiosn ou des paiements.

CONCLUSION

E n somme, la comptabilité générale en tant que technique des comptes


répond aujourd’hui à fournir un outil d’aide à la décision ; à mesurer la
richesse crée par l’entreprise et à contrôlé son partage.

Page | 3
CHAP I : LA NOTION DE FLUX ECONOMIQUE

L a compréhension des mécanismes comptables de base suppose une


connaissance préalable de la notion de flux. Dans la mesure où les
mouvements de valeurs enregistrés en comptabilité correspondent le plus
souvent à des flux économiques.

L’entreprise est un centre de passage et d’échange de flux.

Le flux économique est considéré comme tout mouvement de biens, de services


ou de monnaie entre deux ou plusieurs agents à un instant donné au sein de
l’entreprise.

I- L’ENTREPRISE ET LES FLUX ECONOMIQUES

A fin que la comptabilité puisse produire des documents de synthèse, il est


nécessaire de savoir au préalable les différents flux résultant des
échanges entre l’entreprise et ses différents partenaires.

1- LES PARTENAIRES DE L’ENTREPRISE

Page | 4
2- LES FLUX ET LEURS ANALYSES

On distingue généralement les flux physiques et les flux monétaires.

Exemple de flux physiques (biens et services): les achats de marchandises, vente de


marchandises, les prestations de services, le travail fournit par les salariés de
l’entreprise.

Exemple de flux monétaires : les payements reçus des clients, les payements adressés
aux fournisseurs, les salaires versés aux employés.

II – CARACTERISTIQUES ET CONSTATS DES FLUX ECONOMIQUES

1- Caractéristiques des flux économiques

U n flux économique se caractérise par sa valeur et son sens. Tout flux


économique a un point de départ appelé origine et un point d’arrivé appelé
destination du flux.

2- Le constat des flux économiques

T out mouvement de biens, de services ou de monnaies se constate par un ou


plusieurs documents comptables. Exemple  : le bon de commande, le bon de
livraison, la facture ‘Doit’, la facture ‘Avoir’, le bulletin de paye, le chèque
bancaire, la pièce de caisse, etc.

DOCUMENTS A AVOIR : Plan comptable OHADA.

Page | 5
CHAP II : ANALYSE DU BILAN ET DU COMPTE DE RESULTAT

I- ANALYSE DU BILAN

L ’entreprise réalise pendant son exploitation, plusieurs opérations avec une


multitude d’agents économiques. Il est important pour l’entrepreneur de
connaitre la situation de l’entreprise après une période.

Le bilan est un instrument idéal pour donner l’image de la situation de l’entreprise ;


C’est un document normalisé qui décrit la situation patrimoniale de l’entreprise à un
moment donné.

Patrimoine = (somme des biens et créances) – (somme des dettes)

1- PRESENTATION SIMPLIFIEE DU BILAN

Le bilan se présente sous la forme d’un tableau à deux (02) parties :

 L’actif  et
 Le passif.

BILAN DE L’ENTREPRISE x au 31 décembre 19

ACTIF PASSIF
ACTIF IMMOBILISE CAPITALES PROPRES
 Immobilisation incorporelles  Capital
 Immobilisations corporelles  Réserves
 Immobilisations financières  Résultat de l’exercice
ACTIF CIRCULANT  Provisions
 Stocks DETTES
 Créances clients  Dettes financières
TRESORERIE ACTIF  Dettes fournisseuses

Page | 6
 Disponibilités (banque, caisse, CCP)  Dettes fiscales et sociales
TRESORERIE PASSIF
 Découverts bancaires
TOTAL ACTIF Y TOTAL PASSIF Y

2- ANALYSE DU PASSIF
Le passif indique les dettes permanentes et à court terme de l’entreprise.

a- Les capitaux propres

Les capitaux propres constituent les ressources de financement propres à l’entreprise.

Le capital représente les apports des propriétaires de l’entreprise.

Les réserves : Les réserves représentent le cumul des bénéfices antérieurs non distribué
aux associés (apporteurs d’actions/ propriétaires de l’entreprise).

Le résultat de l’exercice représente la différence entre le total des actifs et le total de


passifs. Ce résultat peut être un bénéfice, une perte ou nulle.

Les provisions : Les provisions sont les sommes mises de côté pour prévenir les
imprévus.

b- Les dettes

Les dettes financières : représentent les ressources de financement externe à l’entreprise.


Exemple : les emprunts auprès des établissements bancaires sont des dettes
financières.

Les dettes fournisseurs : sont les dettes envers les fournisseurs (dettes envers ENEO,
envers la CAMWATER, …)

Les dettes fiscales : sont les dettes envers l’Etat.

Les dettes sociales : les dettes envers les organismes sociaux.

Les découverts bancaires : c’est une somme négative en banque (dettes envers la
banque ou la société pour laquelle vous travaillez)

Page | 7
3- Analyse de l’actif
L’actif regroupe l’ensemble des biens, des créances et des disponibilités monétaires de
l’entreprise.

a- L’actif immobilisé

L’actif immobilisé représente les investissements de l’entreprise.

C’est l’ensemble de moyens destiné à rester durablement dans l’entreprise pendant


plusieurs cycles de production (d’où l’expression «  immobilisation »).

 Les immobilisations incorporelles : Ce sont les investissements immatériels.


Exemple : logiciels, sites internet, licences d’exploitation.
 Les immobilisations corporelles : représentent les investissements matériels.
Exemple : véhicules, terrains, mobiliers de bureaux.
 Les immobilisations financières : représentent les investissements financiers.
Exemple : les prêts, les titres (actions d’une entreprise dans une autre
entreprise).

b- L’actif circulant

L’actif circulant représente des moyens non durables ; renouveler à chaque cycle de
production.

Les stocks : représente les biens qui peuvent être mis en magasin. Exemple  : stocks de
marchandise, stocks de produits finis, stocks de matières premières.

Les créances clients : représente les sommes d’argent détenues par les clients de
l’entreprise.

La dette représente les sommes d’argent que l’entreprise doit à une banque ou à un
particulier.

c- La trésorerie active

Page | 8
La trésorerie active : c’est l’argent (les avoirs) de l’entreprise disponible en banque, en
caisse et dans les comptes chèque-postaux.

REMARQUES:

 Le bilan au premier janvier n est appelé bilan initial ou bilan d’ouverture ; son
résultat est nul.
 Le bilan au 31 décembre n est appelé bilan de fin d’exercice ou bilan de clôture ;
son résultat est déterminé en faisant la différence entre le total des actifs et le total
des passifs.
 Nous devons toujours avoir l’égalité : Total actif = Total passif

EXERCICES D’APPLICATIONS
La situation en F CFA de la société alpha à la fin de l’exercice 2018 est la suivante :

Véhicules 4 000 000


Ordinateurs 2 600 000
Mobiliers de bureaux 700 000
Fournisseurs 400 000
Capital 10 000 000
Caisse 400 000
Banque 4 500 000
Clients 700 000

T.A.F : Déterminer le résultat et établir le bilan de la société au 31 décembre 2018.

RESOLUTION EXERCICE 1 :

ACTIFS PASSIFS
Actif immobilisé Capital Propre
 Mobiliers de 700 000  Capital 10 000 000
bureaux  Résultat de l’exercice + 2 500 000
 Véhicules 4 000 000

Page | 9
 Ordinateurs 2 600 000
Actif Circulant Dettes
 Clients 700 000  Fournisseurs 400 000
Trésorerie Active Trésorerie Passif
 Caisse 400 000
 Banque 4 500 000
TOTAL ACTIF 12 900 000 TOTAL PASSIF 12 900 000

APPLICATIONS 2 :
La situation en F CFA de la société SOLUTION au début de l’exercice 2016 est la
suivante :

Imprimante 1 300 000


Prêts 600 000
Marchandises 900 000
Fournisseurs 2 100 000
Réserves 220 000
Caisse 200 000
Banque 920 000
Clients 200 000
T.A.F : Déterminer le capital et établir le bilan d’ouverture de l’entreprise SOLUTION.

RESOLUTION EXERCICE 2
ACTIFS PASSIFS
Actif immobilisé Capital Propre
 Imprimantes 1 300 000  Capital 1 800 000
 Prêts 600 000  Réserve 220 000
Actif Circulant Dettes
 Marchandises 900 000  Fournisseur 2 100 000
 Clients 200 000
Trésorerie Active Trésorerie Passif
 Caisse 200 000
 Banque 920 000

Page | 10
TOTAL ACTIF 4 120 000 TOTAL PASSIF 4 120 000
11 Janvier 2020
II- LE COMPTE DE RESULTAT
Voir la fiche du cours

2. LES CHARGES

L’entreprise consomme au cours d’un exercice des biens, des travaux et des services
qui constituent des charges. Ces charges entrainent la baisse du résultat de
l’exercice.

Il est primordial de distinguer :

L’acquisition d’un nouveau bien durable immobilisé et inscrit à l’actif ;


Opération sans conséquence sur le résultat
On distingue l’immobilisation de :
 L’achat de biens consommables qui constituent les charges et diminue le
résultat.

QUELQUES DEFINITIONS

- Charge d’exploitation : coût occasionné par l’activité normale de l’entreprise.


- Charge financière : coût de financement de l’entreprise (charges d’intérêt,
perte de change, l’escompte accordé)
- Charge exceptionnelle (charge hors activité ordinaire): Ce sont des coûts non
liés à l’activité normale de l’entreprise.
- Impôt sur le bénéfice : charge d’impôt supporté par les entreprises (sociétés)
soumise à l’impôt sur les sociétés (SARL, S.A).

3. LES PRODUITS

L’entreprise fournit à ses clients les biens et les services qui constituent ses produits

Les produits sont des ressources qui contribuent à augmenter le résultat de


l’exercice.

Page | 11
QUELQUES DEFINITIONS

- Produit d’exploitation : ce sont les ressources produites par l’activité normale


de l’entreprise.
- Produit financier : revenu financier procuré par des placements ; les
escomptes obtenus ; les gains de change
- Produit exceptionnel (produit hors activité ordinaire) : produit occasionné
essentiellement par la session (vente) d’élément d’actif.

EXERCICES APPLICATION

A la fin de l’exercice 2019 de l’entreprise ALPHA S.A, les renseignements suivants


vous sont communiqués en milliers (103) de F CFA.

- Intérêt de l’emprunt : 18 600


- Vente de marchandise : 995 000
- Salaire : 380 000
- Stock de marchandises au début de l’exercice : 275 000
- Fournitures de bureau : 5 000
- Revenue de titres : 12 600
- Publicité : 90 000
- Amandes fiscales : 1 000
- Autres produits : 25 000
- Stock de marchandises à la fin de l’exercice : 260 000
- Achat de marchandises : 440 000

TAF : Etablir le compte de résultat de l’entreprise ALPHA S.A au 31 Décembre 2019

RMQ : Variation de Stock = Stock initial – Stock final

RESOLUTION

LIBELLE MONTANT X10


3

Vente de marchandise (ou C.A) + 995 000


Achat de marchandises  -(440 000

Page | 12
Variation de stocks de marchandises + 15 000)
MARGE COMMERCIAL + 540 000

AUTRES PRODUIT (CA + AM) 25 000


Publicités -90 000
Amendes fiscales -1 000
Fournitures de bureau -5 000
VALEUR AJOUTEE + 469 000
Salaires -380 000
EXCEDENT BRUT D’EXPLOITATION + 89 000
RESULTAT D’EXPLOITATION + 89 000
Revenu de titres + 12 000
Intérêt de l’emprunt -18 600
RESULTAT FINANCIER -6 000
RESULTAT DES ACTIVITES ORDINAIRES + 83 000
RESULTAT HORS ACTIVITES ORDINAIRES 0
Impôts sur le résultat (33% x 83 000) -27 390
RESULTAT NET + 55 610
RMQ : Si

Total Produit › Total Charge, le résultat est un bénéfice


Total Produit ‹ Total Charge, le résultat est une perte
Total Produit = Total Charge, le résultat est nul.

Page | 13
CHAP III : L’ENREGISTREMENT COMPTABLE

I- LA NOTION DE COMPTE
1. Définition et présentation du compte

Le compte est la plus petite unité retenue pour le classement et l’enregistrement


des mouvements comptables.

Les opérations sont enregistrées dans les comptes par nature.

Le compte est un tableau à deux colonnes permettant l’enregistrement des


opérations de l’entreprise au fur et à mesure qu’elles se produisent.

La colonne de Gauche est appelé DEBIT (D)

La colonne de Droite est appelé Crédit (C)

25 Janvier 2020

………………………………………………………

Crédité un compte : consiste à inscrire un montant à son crédit.

Page | 14
Si le total des débits est supérieur au total des crédits, on dit que le compte
présente un solde débiteur.

Si To Tc ›SD

TD = 1M TD ›TIC: SD= 1 000 000 – 200 000


TC = 200 000
Si le total des crédits est supérieur au total des débits, on dit que le compte
présente un solde créditeur.

Si To Tc ›SD

NB : L’ensemble des comptes constituent le grand livre.

Si le total des débits est égale au total des crédits, on dit que le compte est soldé :

Page | 15
Si To Tc ›SD

On distingue deux grandes catégories des comptes :

Les comptes de bilan  ou compte de situation 

ACTIF PASSIF
2. Immobilisation 1. Ressources durables 1.
3. Stocks 2.
4. Clients 3.
5. Trésorerie 4.

Les comptes de charges et produits ou comptes de gestion

Les comptes de situation conduisent à l’établissement du bilan (classe 1, 2, 3, 4, 5)


conduisent à l’établissement du bilan.

Compte de gestion (charges + produits)

Les comptes de l’actif augmente au débit et diminue au crédit

Page | 16
On dépose à la banque la somme de 1 000 000F CFA

Vente de marchandises par chèque bancaire : 500 000F CFA

Salaire payé par chèque : 400 000F CFA

Encaissement du règlement par chèque d’un client : 300 000F CFA

Achat de marchandises par chèque : 200 000F CFA

Les comptes de l’actif présentent généralement un solde débiteur.

Les comptes de passifs augmentent au crédit et diminuent au débit.

Les comptes de passifs présentent généralement un solde créditeur.

Les comptes de gestions (comptes de charges et comptes de produits) conduisent à


la détermination du résultat.

Page | 17
Les comptes de charges (comptes de la classe 6) augmentent au débit et diminue au
crédit.

Ils présentent généralement un solde débiteur.

Les comptes de produits augmentent au crédit et diminuent au débit.

Ils présentent généralement un solde créditeur.

3.La comptabilité à partie double


Le comptable d’une entreprise doit enregistrer les diverses opérations en
respectant un respectant un principe fondamental : Le principe de la partie double.

Ces enregistrements se font dans des comptes dans le respect du droit comptable.

Il s’énonce ainsi : ‘’Toutes opérations intéressent au moins 2 comptes : Un ou


plusieurs comptes qui sont débités, un ou plusieurs comptes qui sont crédités du
même montant’’.

APPLICATION :

Le 10 janvier : Achat de marchandises à crédit au fournisseur Delta pour 500 000F


CFA (payement dans 30 Jours).

Page | 18
Le 31 Janvier : payement du fournisseur Delta : 500 000F CFA par chèque.

Page | 19