Vous êtes sur la page 1sur 53

AUDIT FISCAL

Mohamed Abou El Jaouad


PES Université Hassan II – Casablanca-
Docteur d’Etat en Gestion
Expert-consultant d’entreprise
Formateur en Intra et Inter-Entreprises
Conseil en gestion, finance et fiscalité
SOMMAIRE
INTRODUCTION

APPROCHE DE L’AUDIT FISCAL

SECTION 1 : Audit Fiscal: Notion et utilité


SECTION 2 : Méthodologie de l’audit fiscal
SECTION 3 : Modalités de l’audit fiscal

LES REGLES GENERALES DE L’AUDIT FISCAL PAR


CYCLE D’OPERATION DANS L’ENTREPRISE

SECTION 1 : Financement permanent


SECTION 2 : Actif immobilisé
SECTION 3 : Actif circulant
SECTION 4 : Passif circulant
SECTION 5 : Comptes de charges
SECTION 6 : Comptes de produits

CONCLUSION
INTRODUCTION
• La fiscalité constitue aujourd’hui une composante
essentielle dans la vie des entreprises appelées, plus que
jamais à la manipuler au quotidien. En effet la Fiscalité est
une variable stratégique de l’entreprise et celle-ci se doit
d’optimiser sa charge fiscale.

• Dans un environnement aussi mouvant et caractérisé par


l’existence des règles hétérogènes et parfois contradictoires,
l’entreprise se doit d’être vigilante au niveau du suivi du
paramètre fiscal afin de minimiser le risque fiscal qui pèse en
permanence sur sa situation et qui pourrait menacer sa
pérennité, voire même sa survie.
APPROCHE DE L’AUDIT FISCAL

SECTION 1 : AUDIT FISCAL: Notion et utilité

• L’audit fiscal consiste à se prononcer sur l’ensemble des


Structures fiscales d’une entité et leur fonctionnement.
C’est la fiscalité dans l’entité sous toutes les formes qui est
l’objet de l’audit.

• L’audit fiscal se distingue de l’audit comptable par le fait que


l’auditeur comptable recherche avant tout à exprimer une opinion
motivée sur les comptes annuels, or pour l’auditeur fiscal le but est
d’informer sur la nature et l’étendue des risques fiscaux, et
sur les actions à engager par l’entreprise afin de corriger
l’impact de ces risques.
Utilité de l’Audit fiscal
L’audit fiscal a pour principal objectif de s’assurer du respect des dispositions fiscales en vue
de réduire le risque fiscal.

Principaux objectifs de l’Audit


fiscal

Contrôle de conformité des opérations


Diagnostiquer les opérations et les actes
de l’entreprise par rapport aux
de l’entreprise pour s’assurer de leur
dispositions fiscales.
respect des règles fiscales. Proposer des
Les règles fiscales sont très changeantes
mesures pour éviter les erreurs fiscales
les irrégularités sont assorties de
généralement repérées.
sanctions fiscales coûteuses.
Le risque fiscal
Le système fiscal marocain est principalement déclaratif. Les impôts doivent être calculés
correctement et payés spontanément à des délais fixés par la loi.

Sanctions fiscales

Exemple:
Les dispositions fiscales - Paiement tardif:
Pénalité de 10% plus une majoration de
fixent les règles à respecter 5% pour le premier mois et 0,5% pour
pour liquider un impôt. chaque mois ou fraction du mois
supplémentaire. En cas de crédit de Tva
Toute irrégularité est assortie de réduction de 15% du montant du crédit.
sanctions. - Imposition par voie de rôle: Pénalité de
5% si le délai ne dépasse pas 30 jours.

Déclaration de TVA du mois de Janvier N télé déclarée le 26/03/N :


H1: Soldée par une TVA due de 23 456, 00 dh
H2 Soldée par un crédit de TVA : (-) 12 340,00 dh
S 2: METHODOLOGIE DE L’AUDIT FISCAL

• Toute mission d'audit, quelle qu'en soit la nature, suppose une


démarche et une méthodologie permettant d'atteindre son objectif
avec le maximum de sécurité et en utilisant les moyens nécessaires de
façon optimale, et l'audit fiscal n'échappe pas à cette règle.

La démarche générale de l’auditeur fiscal pourrait se baser


essentiellement sur les trois étapes suivantes:
Après la phase préliminaire :
• Prise de connaissance générale de la fonction fiscale
• Évaluation du contrôle interne inhérent aux questions fiscales
• Contrôle des opérations fiscales
• Et par la suite la synthèse et le rapport d’audit fiscal
Prise de connaissance de l’entreprise
et de la fonction fiscale
L’auditeur doit réunir les informations sur la nature d’activité de l’entreprise et le service
ou les personnes impliquées dans l’élaborations des déclarations fiscales.

Comment préparer une mission


d’audit

L’auditeur peut être un salarié de


l’entreprise ou faisant partie d’une Le champ de la mission peut être
structure d’Audit: Audit interne proposé par l’auditeur en
Il peut être un consultant externe: connaissance de cause de la
cartographie des risques.
Audit externe.
Nature particulière de l’activité
La mission d’audit peut être Clignotants fiscaux: Pénalités et
proposée par l’auditeur et validée majorations
par la Direction générale.
• Prise de connaissance générale de la fonction fiscale

Cette phase constitue un préalable nécessaire pour


l’orientation efficace des travaux sur les zones de risques
les plus saillantes. Elle présente dans sa consistance, les
mêmes caractéristiques que dans la démarche de l’audit
financier et comptable.
L’appréciation globale du contrôle interne :

Cette étape a pour objectif essentiel d’apprécier


l’existence et la qualité d’un système de contrôle
permanent et fiable qui, dans son ensemble, est
susceptible de:
• Garantir l’exhaustivité, la réalité et la bonne
justification des opérations, ainsi que leur évaluation
correcte et leur rattachement à l’exercice concerné ;
• Se conformer aux règles et obligations fiscales
majeurs.
Contrôle interne
Il est constitué de l’ensemble des mesures et procédures mises en place en vue d’effectuer
une opération de l’entreprise en vue de réduire les risques.

A quoi sert le contrôle interne?

Evaluer l’efficacité ou non des


Description de réalisation des
procédures mises en place:
opérations:
- Evaluer les qualifications des
intervenants.
- Traçabilité des opérations - Evaluer les mesures de contrôle.
- Connaissance des intervenants.
- Evaluer la conformité des
- Evaluation des risques
mesures aux obligations fiscales.
• Contrôle des opérations fiscales :
Le rapprochement entre la connaissance acquise de
l’entreprise lors des phases précédentes ainsi que
l’évaluation des forces et faiblesses du contrôle
interne permettra à l’auditeur fiscal de définir
l’étendue des contrôles à opérer. Ces contrôles
dépendront de la nature et des objectifs de la mission.
Exemples:
1/ Nouvellement recruté par une entreprise, vous avez constaté les variations de l’IR sur
les salaires des employés. Quels sont les contrôles à effectuer?
2/ Ayant observé des pénalisations et des majorations sur les TVA déclarées, que
conseillez-vous à l’entreprise?
Système fiscal marocain

Système basé essentiellement sur les déclaration et les paiements spontanés.

Droit de contrôle de l’Etat des déclarations déposées par les contribuables et les
redevables.

Sanctions en cas d’erreurs ou de défauts de déclaration ou de retard de paiement.

Les entreprises courent donc des risques fiscaux et peuvent supporter des charges
qui amputeraient une partie de leur résultat.

L’audit fiscal est donc nécessaire pour réduire le risque fiscal et permettre à
l’entreprise d’éviter des charges inutiles.
Principaux objectifs de l’audit fiscal

L’audit fiscal est une mission préventive des risques fiscaux, mais il permet aussi de
conseiller les dirigeants sur l’opportunité fiscale des choix qu’ils comptent effectuer.

Objectifs

Objectif de maîtrise des règles


fiscales afin d’éviter les irrégularités
qui coûteront des charges de trop à Objectif de choisir les meilleures
l’entreprise. options possibles afin de gérer la
Contrôle et vérification des charge d’impôt en convenance des
déclarations du passé pour s’assurer choix stratégiques de l’entreprise.
de leur conformité aux obligations
fiscales
S 3: Modalités de l’audit fiscal

L’audit fiscal est une mission qui peut être effectuée par un salarié ou un groupe de
salariés de l’entreprise (Audit Interne) ou en s’adressant à un consultant (Audit externe)

Modalités

Audit interne: Audit externe:

Il peut être effectué soit d’une L’entreprise peut s’adresser à un


manière systématique ou consultant externe pour s’assurer
simplement occasionnelle: d’une pratique fiscale ou pour faire
Audit d’une déclaration d’IS avant sa un choix en prenant en considération
déposition. l’impact d’impôt.
L’audit fiscal à postériori
Il peut concerner tous les impôts, l’auditeur interne ou externe passe sous contrôle
fiscal les opérations déjà effectuées pour s’assurer de leur conformité aux dispositions
fiscales.

Contrôle: Vérification

Relever les erreurs, évaluer


Les erreurs relevées
le risque.
Passer en révision fiscale les Provisionner le risque pour
doivent être prises en
opérations déjà ne pas faire apparaître un considération pour
enregistrées et les impôts résultat gonflé. rectifier les systèmes
déjà payés et s’assurer de L’audit malgré qu’il porte d’information ,
leur conformité aux règles
sur le passé il impacte le actualiser les
résultat de l’exercice. procédures et
fiscales (Prudence) responsabiliser le
personnel.
Volets de l’audit fiscal à postériori
Au lieu de laisser la vérification fiscale des actes accomplis par l’entreprise aux inspecteurs d’impôt
lors d’un contrôle fiscal prochain, il est plus salutaire à une entreprise d’effectuer son auto-contrôle.

Impôts à contrôler

Impôts déclarés par l’entreprise Impôts dont les bases sont


et soumis à un contrôle de déclarées par l’entreprise et
l’administration fiscale: l’impôt reçu par notification:
Les bases déclarées doivent
1/ IS être correctes.
2/ Revenus salariaux La vérification de l’impôt reçu
3/ TVA doit être effectuée pour éviter
4/ Autres impôts de payer un impôt indu.
L’impôt sur les sociétés
Les liasses fiscales déposées les années précédentes non prescrites doivent faire l’objet de
vérification pour s’assurer que les impôts calculés et payés étaient correctement arrêtés.

Deux scénarios

Erreurs ayant majoré l’impôt:


Erreurs ayant entrainé une
minoration de l’impôt:
Déclaration rectificative pour
Evaluer le risque fiscal.
restitution d ’impôt.
Provisionner le risque.
(Assez rare) mais établir un
Etablir une note pour éviter les
rapport pour ne plus refaire
erreurs dorénavant.
l’erreur du passé.
Exemple
En contrôlant la télé déclaration de N-1, vous avez relevé les données suivantes:
Résultat net fiscal déclaré en N-1 : 1 334 560 dh
Base de cotisation minimale : 35 678 400 dh
Parmi les charges comptabilisées on retrouve:
1/ Un aménagement d’un magasin de stockage pour un montant (HT) de 654 800 dh comptabilisé en
Entretien et réparations. L’aménagement peut être amorti en 5 ans. Juillet N-1
2/ Une prime assurance-vie sur la tête du dirigeant d’un montant de 101 040 dh au profit de
l’entreprise, elle n’a fait l’objet de réintégration.
3/ Une dotation aux amortissements d’un camion de livraison acquis le 08/09/N-2 ratée en N-2 et
comptabilisée en cumul avec celle de l’année N-1: Coût du Camion 874 500 dh taux d’amortissement
20%.
4/ Des taxes de douane pour un montant de 165 400 dh relatif à l’importation d’un matériel industriel
acquis le 07/04/N-1 et comptabilisées en Impôts et taxes. Le matériel est amorti sur 10 ans.
Parmi les produits figurent:
1/ Reprise sur une provision réintégrée en N-3 pour un montant de: 34 560, non déduite sur la
déclaration de N-1.
2/ Un intérêt reçu le 12/12/N-1 d’une banque comptabilisé pour son montant brut de
23 450 dh, la TPPRF n’a pas été imputée sur le quatrième acompte de l’exercice N-1.
Calculer l’impôt déclaré.
Recalculer l’impôt exigible de l’exercice.
Erreurs fiscales
Toute erreurs sur la détermination de l’assiette fiscale ou lors de calcul de l’impôt est
assortie de sanctions.

Types d’erreurs

Erreurs sur le calcul de l’assiette:


- Erreurs au niveau comptable: Erreurs provenant de
Le résultat avant impôt l’application d’un tarif fiscal
représente le point de départ erroné:
de calcul du résultat net Les tarifs fiscaux connaissent des
fiscal. modifications fréquentes. Le
- Erreurs de traitement fiscal: contribuable doit sans cesse
Une correction extra- actualiser et paramétrer son
comptable est omise. système d’information.

EX 1: Imputation d’une dépense immobilisable en charge. Frais accessoires d’acquisition.


Non prise en compte d’une charge non déductible dans les corrections extra-comptables.
Non prise en compte d’un produit dans le calcul de la base de cotisation minimale.
EX 2 : Application d’un tarif erroné lors de calcul d’un impôt exigible.
Une Entreprise a réalisé en N un résultat net fiscal de :! 1 654 200,00 dh. Elle réalise une partie de ses ventes à
l’exportation.
H1 : Exportations ont commencé en N-3
H2: Les exportations ont commencé en N-12.
Taux progressifs d’IS
Applicable au titre de l’année 2019

La loi de finances de 2019 à mis en place des taux progressifs en en remplacement des taux
proportionnels.

Tranches Taux Somme à déduire


Bénéfice fiscal < ou = 300 000 dh 10% 0
300 000 dh < Bénéfice fiscal < ou = 1 000 000 dh 17,50 % 22 500 dh
Plus d’un 1 000 000 dh 31% 157 500 dh

Exemples:

Résultat net fiscal de: 299 000 dh- IS = 299 000 x 10% = 29 900,00 dh
Résultat net fiscal de: 310 000 dh- IS = 310 000 x 17,50 % (-) 22 500 = 31 750,00 dh
Résultat net fiscal de: 4 950 000 dh – IS = 4 950 000x 31% (-) 157 500 = 1 377 000 ,00 dh
Taux progressifs d’IS
A partir du début Janvier 2020

La loi de finances de 2019 à mis en place des taux progressifs en en remplacement des taux
proportionnels.

Tranches Taux Somme à déduire


Bénéfice fiscal < ou = 300 000 dh 10% 0
300 000 dh < Bénéfice fiscal < ou = 1 000 000 dh 20 % 30 000 dh
Plus d’un 1 000 000 dh 31% 140 000 dh

Exemples:

Résultat net fiscal de: 299 000 dh- IS = 299 000 x 10% = 29 900,00 dh
Résultat net fiscal de: 310 000 dh- IS = 310 000 x 20 % (-) 30 000 = 32 000,00 dh
Résultat net fiscal de: 4 950 000 dh – IS = 4 950 000x 31% (-) 140 000 = 394 500 ,00 dh
Impôts retenus à la source
Article : 4 du CGI:
L’IS est en général supporté et payé par le contribuable lui-même. A titre dérogatoire prévu par la loi, l’impôt est
retenu à la source et versé au trésor par le distributeur d’un revenu.

Trois situations

Produits des actions: TPA Produits de placements à


revenus fixes des personnes Produits visés dans l’article 15
retenus sur les produits des
actions ou parts sociales mis à physiques ou morales qu’elles versés à des personnes non
imposables ou exonérées. résidentes.
la disposition des personnes
physiques ou morales La TPPRF est retenue et se Revenu de source marocaine
considère comme un crédit transféré à l’étranger:
résidentes ou non au Maroc.
d’impôt. Retenue de 10%.

EX 1: Accord d’un dividende de 9 dh par action, le capital est constitué de 50 000 titres.
EX 2: Une banque a calculé l’intérêt brut de : 34 568,00 dh dû à une personne qui a un placement chez
elle. (H1 : Personne morale, H2 :Personne physique)
EX 3: Une société résidente au Maroc doit verser à une société étrangère non résidente une prestation
de service pour un montant brut de: 12 450,00 €. 1 € = 10,84 dh.
Retenue à la source des transferts à l’étranger
pour une prestation de service
Les entreprises résidentes au Maroc sont redevable d’une retenue à la source
sur les transferts qu’elles effectuent contre une assistance technique reçue de
l’étranger. Les entreprises résidentes sont aussi redevables de la TVA du
prestataire étranger puisque le service est consommé sur le territoire marocain.

Exemple:

La SA « GETA » a bénéficié d’une assistance technique de la SA « TECNA ». Le montant brut du


service est de : 6 400,00 €. 1 € = 10,88 dh. Les commissions bancaires se sont élevées à : 450,00 dh
(H.T) (TVA 10%.
Travail à faire:
1/ Déterminer le montant net à transférer à la société « TECNA », en déduire l’IS retenu à la source
et la TVA.
2/ Passer l’écriture au journal
Comptabilisation : Retenue sur les transferts à l’étranger

Supposons une filiale marocaine qui paie une prestation d'assistance technique au groupe situé à l'étranger.

Montant des prestations 1 000 000,00

RAS opéré par la banque 100 000,00 Cette RAS est imputée par le group

Montant transféré au groupe 900 000,00

TVA à déclarer par la filiale au maroc 200 000,00

Comptabilisation chez la filiale


D C

6126 Prestation de service 1 000 000,00


345 5 Etat TVA récupérable 200 000,00
4488 Groupe 900 000,00
4458 Etat RAS 100 000,00
445 8 Etat TVA / Transferts 200 000,00

Comptabilisation chez le groupe

712 5 Vente de service 1 000 000,00


345 3 Acompte IS 100 000,00
3488 Filiale 900 000,00
La cotisation minimale
La cotisation minimale est un minimum d’imposition que les contribuables
doivent supporter.
En matière d’IS et d’IR sous le régime RNR ou RNS:
Chiffre d’affaires et autres produits d’exploitation (Article 9:A: 1 et 5), les produits financiers
((Article 9, I- AB: 1,2 et 3), subventions et dons reçus (Article 9:1: A :4 et les produits non courants
(article 9, I, C 2 et 4):
Chiffre d’affaires, Autres produits d’exploitation, subvention d’exploitation, produits des titres,
gains de change, les intérêts créditeurs et autres produits financiers, Subventions d’équilibre,
reprises sur subvention d’investissement et les autres produits non courants (dégrèvements) .

- Chiffres d’affaires
- Autres produits d’exploitation (Jetons de présence reçus, transports facturés,…..)
- Produits financiers: Produits de titres, Gains de change, Intérêts créditeurs et autres produits financiers.
- Subventions d’exploitation, subvention d’équilibre, Reprises sur subventions d’investissement. Autres
produits non courants. (dégrèvements sur impôts déductibles)

Exemple:
Un société vous fournit la liste de ses produits de l’année N: Ventes (HT) 34 560 800 dh, Ventes et produits
accessoires : 321 400 dh, Variations des stocks de produits: 31 200 dh, Immobilisations produites: 564 300 dh,
Reprises et transferts des charges d’exploitation: 234 210. Dividendes reçus: 65 420 dh, Gains de change: 12 220 dh,
Intérêts créditeurs : 32 456 dh. Escomptes obtenus: 9 875 dh, Produits de cession des immobilisations corporelles:
543 210 dh, dédits reçus: 15 640 dh, dons reçus: 54 600 dh.. Ecarts de conversion passif: 18 740 dh
1/ Déterminer la base de la CM.
2/ Calculer la CM:
L’impôt sur les salaires
L’IR sur les salaires est à la charge de l’employeur, en cas d’erreur c’est le redevable qui en
subit les conséquences.

Deux scénarios

Erreurs ayant majoré l’impôt:


Erreurs ayant entrainé une
minoration de l’impôt:
Déclaration rectificative pour
Evaluer le risque fiscal.
restitution d ’impôt.
Provisionner le risque.
(Assez rare) mais établir un
Etablir une note pour éviter les
rapport pour ne plus refaire
erreurs dorénavant.
l’erreur du passé.
Exemple
Dans une mission d’audit de la paie vous avez relevé les données suivantes sur le bulletin de
salaire du mois de Janvier N de Mr Fathi Ali marié et père de deux enfants à charge:
Eléments Retenues Gains
Salaire de base:
Heures normales 198 h x 35dh 6 930,00
Heures supplémentaires 16 h x 35 x 1,25 700,00
Compléments:
Prime d’ancienneté 10% 693,00
Prime de rendement 150,00
Indemnité de transport 420,00
Indemnité hiérarchique 250,00
Salaire brut total 9 143,00

Cotisations sociales:
CNSS 8 473,00 x 4,48% 379,59
AMO 8 473,00 x 2,26% 191,49
CIMR : 8 473,00 x 4,5% 381,28
IR : 828,24

Total des retenues 1 780,60 (-) 1780,60

Salaire net à payer 7 362,40

Remarques:
Heures supplémentaires: 12 h le jour et 4 h la nuit en journées ouvrables.
Date de recrutement : 01/04/N-12
Rectifier les erreurs commises sur le bulletin
Méthode cumulative de l’IR

Mr Fettah Aziz est marié père de 2 enfants mineurs.


Rémunération de Janvier :
Salaire de base 8 540
Prime d’ancienneté 10%
Prime de rendement 150
Indemnité de transport 450
Rémunération de février:
Salaire de base 8 540
Prime d’ancienneté 10%
Prime de rendement 150
Indemnité de transport 450
Prime d’objectif 4 800
Travail à faire:
1/ Calculer l’IR mensuellement.
2/ Calculer l’IR de février par la méthode cumulative.
La TVA
La TVA doit être déclarée par l’assujetti en respectant les règles de déduction, le
régime d’exigibilité des TVA facturées et le paiement instantané.

Règles à observer

TVA récupérable:
TVA facturée: Immobilisations et charges
Régime choisi: le mois même de paiement.
Encaissements. observer donc les dates de
Régime des débit. paiement et les pièces
Contrôle de la bonne justificatives.
facturation de la TVA Contrôle des pièces reçues
Contrôle de la TVA facturée
Les erreurs de la déclaration de la TVA peuvent provenir des erreurs
de facturation de la TVA.

Vérification du montant de la TVA facturée

Contrôle du taux appliqué


Contrôle de l’assiette taxables
Connaître les articles à taxer et
Connaitre les règles de calcul
les taux qu’il faut leur
de la base taxable
appliquer.

Une TVA sur facturée est totalement exigible à l’Etat. Une TVA sous facturée fait courir à
l’entreprise un risque fiscal
Exemple
Une entreprise commercialise deux articles:
- L’article A taxé à 20%.
- L’article B taxé à 14%
Lors d’une mission d’audit vous avez retrouvé la facture suivante:
Marchandises A 1 200 120 144 000,00
Marchandises B 800 150 120 000,00
Total (HT) 264 400,00

Remise 5% 13 200,00

Net commercial 251 200,00

Escompte 2% 5 024,00
Net financier 246 176,00
TVA 20% 49 235,20
Transport (forfait) 3 500,00

Total à payer 298 911,20

Relever les erreurs sur la facture.


TVA récupérable
La TVA reçue sur des factures des tiers est normalement récupérable sauf pour certaines
dépenses précisées par la loi où le droit à déduction est refusé.

Contrôles à effectuer

Observer la date de paiement pour


La TVA est bien facturée par les tiers
reporter les TVA sur la déclaration.
Contrôle des factures reçues.
En cas de régime débit, l’acceptation
S’assurer que la TVA est admise en
d’un effet de commerce ouvre droit
récupération.
à la déduction de la TVA.

Une TVA exclue de récupération mais portée sur la déclaration ou récupérée avant la date
autorisée pour sa récupération entraîne soit une réduction de la TVA due soit une
augmentation du crédit de TVA.
Exemple
En vérifiant les déclarations de la TVA, vous vous êtes intéressé à la déclaration
mensuelle du mois de décembre N.
1/ Une TVA de 23 450 dh payée au fournisseur « DAZ » le 29/12/N n’a pas été portée
sur la déclaration.
2/ Une TVA de : 12 340 dh a été totalement déduite toutefois la facture y afférente
d ’un montant (TTC) de 148 080,00 dh n’a été payé que partiellement Tva relative au
paiement est de: 11 060 dh.
3/ Un virement d’un client pour un montant de : 294 360 dh n’a pas été pris en
compte.
4/ Un chèque remis à l’encaissement le 28/12/N pour un montant de: 137 040 dh la
TVA y afférente a été déclarée. Le chèque est revenu impayé le 06/01/N+1.

Le montant de la TVA payée au titre de la déclaration de décembre était de 45 670 dh.

Rectifier les erreurs commises.


Les autres impôts
Tous les autres impôts méritent d’être vérifiés: Taxe professionnelle, Taxe d’habitation et
autres.

- Certains impôts, même s’ils sont calculés par l’administration fiscale, se basent sur les
déclarations déposées par le contribuable lui-même.
- Certaines formalités déclaratives doivent être effectuées sous peine de sanctions
pécuniaires:

-- Déclaration d’existence.
- Déclaration de modification ou de changement d’adresse.
- Déclaration de changement d’objet.
- Déclaration périodiques ou annuelles.
Exemple
Taxe professionnelle.
Elle se calcule par l’administration fiscale à partir d’une base déclarée par le contribuable. La taxe est
calculée comme suit: Base x Taux (déterminé à partir du classement de l’entreprise en tableau A ou B)
L’erreur de l’impôt peut alors venir de la déclaration de la base déposée par l’entreprise.
L’erreur de l’impôt peut venir de l’application d’un taux erroné.
La taxe notifiée à l’entreprise « DAF « est de : 413 200 dh
La base déclarée se compose de:
Constructions 5 678 900 dh
Matériel et outillages 11 432 600 dh
Total des loyers payés 654 300 dh
Redevances crédit-bail de l’année 876 350 dh
L’audit a dégagé les remarques suivantes:
Une redevance de 88 760 dh comprise dans les redevances déclarées est relative à une voiture de service.
Une machine de production d’un coût de 432 500 dh n’est pas recensée parmi les valeurs déclarées.
Travail à faire:
Recalculer la taxe professionnelle de l’entreprise sachant que le taux est de 20%
Quelles sont vos remarques?
Contrôle et vérification des impôts
à priori
Avant de prendre certaines décisions, les dirigeants désirent toujours évaluer l’impact
fiscal en vue de faire des choix rationnels:

Quelques exemples

Investissement de
Choix de modalité de croissance: Formes juridiques à
financement: - Création d’un atelier par choisir.
- Acquisition et extension de l’usine. Zone d’implantation.
financement (Dette ou - Création d’une nouvelle Choix du secteur
autofinancement) entité nouvelle. d’activité.
- Location: Crédit-bail ou - Croissance externe: Options fiscales
location simple. fusion acquisition d’une
autre société.
PARTIE II :
LES REGLES GENERALES DE
L’AUDIT FISCAL PAR CYCLE
D’OPERATION DANS
L’ENTREPRISE
SECTION 1 : Financement permanent
Capital

• En matière de l’IS :
- S’assurer de la déduction des frais préliminaires par
amortissement :
- S’assurer dans le cas où la société a réduit son capital pour
compenser des pertes comptables que le déficit fiscal est
reporté sans en avoir déduit le montant des pertes comptables
compensées.

• En matière de TPA :
Vérifier l’imposition des sommes remboursées par la TPA en
cas de remboursement de capital.
Réserves et résultats
• S’assurer que les dividendes attribués aux
personnes physiques ainsi qu’aux sociétés
actionnaires n’ayant pas présenté une attestation
d’imposition á l’IS ont été soumis á la TPA au taux
de 15%.
• S’assurer que la société a réalisé les
prélèvements de 15% au titre de TPA sur es
distributions de réserves.
Dettes de financement
• En matière de l’IS :
Vérifier l’application des conditions exactes
contenues dans les contrats d’emprunts, et
notamment les échéances prévues.

• En matière de la TPPRF :
S’assurer que les intérêts versés aux associés, ou aux non
résidents en rémunération des avances et prêts consentis
ont été soumis á la retenue á la source au titre de la
TPPRF.
Subventions d’investissements:

D’essence essentiellement fiscale, ces éléments


répondent à des limitations et à des conditions que
la société doit respecter à l’instar :
• De la vérification que la quote-part de subvention reprise au compte de
produits et charges a été soumise a la cotisation minimale.
• De s’assurer que les montants enregistrés dans les comptes de subventions
correspondent bien á des subventions d’investissement.
SECTION 2 : Actif immobilisé
Immobilisations en non valeurs:

• S’assurer que la cadence d’amortissement de ces


immobilisations est bien respectée :

• Sur une période de 5 ans par annuités constantes.

• S’assurer que les honoraires (qui seraient compris dans ce


poste) ont bien été portés sur la déclaration des rémunérations
allouées á des tiers.
Immobilisations incorporelles

• S’assurer que les provisions constituées sur ces


éléments, et le cas échéant, les amortissements
exceptionnels constatés remplissent les conditions
prévues par la loi ; naissance de risque, évaluation
suffisante de la dépréciation…

• S’assurer que tous les éléments incorporels font


l’objet de documentation justifiant leur valeur
immobilisée.
Immobilisations corporelles
• En matière de l’IS :

- S’assurer que les cessions sont faites á des conditions normales et qu’elles
sont
correctement enregistrées et taxées
- S’assurer que les immobilisations produites par l’entreprise pour elle-
même sont enregistrées au coût de production. Et que la facture de
livraison à soi-même a été établie.

• En matière de la TVA :
- S’assurer qu’en cas de cession d’une immobilisation dans un délai inférieur
à 5 ans, que la société a opéré la régularisation de la TVA déduite sur
l’immobilisation.
- Vérifier que la TVA sur immobilisations admise á déduction a bien été
récupérée
le mois même ; avec application du prorata si c’est nécessaire, et que la partie
non récupérable a été intégrée á la valeur de l’immobilisation.
SECTION 3 : Actif circulant

Stock :
• S’assurer que l’inventaire physique existe :
vérifier qu’il est détaillé et qu’il fait ressortir la
valorisation des divers biens.

• S’assurer que la valorisation des stocks se


Fait conformément aux règles qui sont
prévues par la loi, selon la nature des biens
Les clients :
• En matière de l’IS :
- S’assurer que toutes les factures émises ont bien été rattachées à l’exercice
concerné, eu égard à la livraison ou à la réalisation de la prestation.
- S’assurer au niveau du tableau de passage du résultat comptable au résultat
fiscal que Les gains de changes latents découlant de la conversion
précédente ont été imposés.
- Vérifier que les provisions pour clients douteux constituées respectent les
conditions fiscales de déductibilité et sont étayées par des dossiers
justificatifs.

• En matière de TVA :
- S’assurer du respect du fait générateur au titre des encaissements sur les
créances :
• Par espèce. : jour de réception de l argent.
• Par chèque : date de réception du chèque.
• Par effet : date de l’échéance et non l’escompte.
• Echange: date d’échange des biens.
• Libération gratuite d’une créance: Date de la décision de la libération.
• Cession avant 5 ans: Date de cession
SECTION 4 : PASSIF CIRCULANT
Comptes de fournisseurs

- S’assurer que les soldes fournisseurs regroupent la totalité des factures


reçues, et
que l’enregistrement est correct.

- S’assurer que les gains de change latents découlant de cette conversion ont
été
intégrés dans la base imposable à l’IS.

En cas de réalisation d’opération d’importation s’assurer :


• Que suite au paiement du fournisseur le compte correspondant est soldé
par la constatation d’un gain ou perte de change pour la différence entre le
montant payé et celui figurant au compte fournisseur.
• Qu’à la date de clôture, les comptes fournisseurs sont convertis au cours de
clôture par la contrepartie des comptes de conversion actifs ou passifs.
SECTION 5 : COMPTES DE CHARGES

Autres charges externes

• Les objectifs de contrôle visent à s’assurer en


général que les charges enregistrées en comptabilité concernent
l’exploitation, qu’elles sont dûment justifiées et enregistrées
dans la bonne période en respect des règles qui leur sont
applicables.
Impôts et taxes

• Il s’agit de vérifier que les impôts et taxes enregistrés se


rapportent à l'exploitation et sont traités en conformité
des règles prévues par la loi.

Charges financières

• Les Contrôles ont pour objectif de vérifier que les charges


financières enregistrées en comptabilité concernent l’exploitation,
et répondent aux autres règles de base de déductibilité fiscale:
notamment la limitation de la déductibilité des frais financiers se
rapportant aux comptes courants des actionnaires, la séparation
des exercices et autres.
SECTION 6 : COMPTES DE PRODUITS

Les produits d’exploitation

• Les objectifs de revue visent à s’assurer que l’ensemble des


produits de l’entreprise ont été enregistrés en comptabilité
et correctement taxés en conformité des règles fiscales. Il y a
lieu également de s’assurer du respect des obligations
prévues par la loi, notamment celles relatives à la
facturation.
PRODUITS FINANCIERS

• Les contrôles prévus à ce niveau visent à vérifier que les


opérations financières réalisées par la société avec des tiers,
donnent lieu à la perception de produits financiers; de même
que les autres produits sont correctement enregistrés en
conformité des règles applicables.

• Les contrôles doivent s’assurer du respect des principes


comptables et que la comptabilité est régulière.
Conclusion
L’audit fiscal réalisé en interne ou par des consultant externe vise à réduire le
risque fiscal de l’entreprise afin de lui éviter des sanctions fiscales coûteuses.

Audit fiscal

Mission réalisée par le personnel de Mission accomplie par des


l’entreprise: Audit Interne consultants externe: Audit Externe

Objectifs de l’Audit fiscal

Contrôler toutes les opérations fiscales en vue de


Apprécier les conséquences des choix faits par les
s’assurer de leur conformité aux règles fiscales.
dirigeants de l’entreprise.
Maîtriser le risque fiscal et améliorer les
Conseiller les dirigeants et paramétrer les
qualifications des personnes chargées des
systèmes d’information: Vers une gestion fiscale.
déclarations.