Vous êtes sur la page 1sur 50

Bases Transmission

(Version simplifiée pour supports aux autres modules)

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 1/50
("version" light")
1. Numérisation de la voix en PSTN : codec G.711
2. Multiplex TDM et E1
3. Hybride et échos dans les réseaux
4. Les systèmes de transmission (PDH, SDH, Ethernet)
5. WDM

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 2/50
("version" light")
1. Numérisation de la voix en PSTN : codec G.711

Capacité requise par une communication téléphonique.

La voix est un signal analogique dont les caractéristiques spectrales (énergie, intelligibilité ) sont représentées sur la figure 5B. Pratiquement , une bande passante de
3,1 kHz (de 300 Hz à 3,4 kHz ) est suffisante pour la qualité de la communication et l’identification du locuteur ; elle doit être respectée par les noeuds et les ressources
de transmission du réseau téléphonique qui vont supporter la communication. Cette bande passante a été volontairement restreinte de manière à pouvoir transmettre le
signal issu du téléphone (copie EM du signal vocal) le plus loin possible sur une paire de fils de cuivre, en limitant le diamètre et donc le coût ( le signal sur un telle paire
s’atténue fortement avec la distance et la fréquence) . Dans le cas de la téléphonie, ce signal analogique est transmis tel quel sur la paire de cuivre (transmission
analogique) puis à l’entrée du réseau PSTN ,qui met en œuvre des systèmes numériques dans la plupart des cas actuellement, il est numérisé et converti en signal
numérique . Ce point sera développé en détail dans le module consacré à la transmission mais le principe est relativement simple : un signal analogique peut sans perte
d’information être converti en un signal échantillonné pour autant que la fréquence d’échantillonnage soit au moins 2 fois la fréquence maximum du signal (théorème de
Shannon). Pour le signal vocal, on part d’une fréquence maximum de 4 kHz et on échantillonne donc à 8 kHz, soit toutes les 125 µs. Dans la norme G.711 largement
appliquée pour le PSTN/ISDN, le signal est filtré, échantillonné et les échantillons sont ensuite quantifiés par un code à 8 bits (PCM = « Pulse Code Modulation » ) ce qui
génère donc un débit de 64 kbit/s.
[note : bien entendu des méthodes plus performantes de codage et de compression, e.g. voix Half Rate GSM = 6,5 kbit/s , ont été développées mais l’interconnexion
avec le PSTN demande de travailler sur cette base G.711].

Une conséquence importante de la mise en oeuvre des ces méthodes (dès les années 60) dans le réseau téléphonique est que fondamentalement, le PSTN (et son
successeur l’ISDN) offrent des circuits avec une BP de 3,1 kHz (partie analogique) ou 64 kbit/s (partie numérique).

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 3/50
("version" light")
Le signal vocal

Energie

Intelligibilité

3.1 kHz
300 Hz 3,4 kHz 6 kHz

INTRO. FIG. 5B

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 4/50
("version" light")
CODEC VOIX G.711

3,1 kHz

CODEC 001011010010
G.711 …
64 kbit/s

FILTRE Shannon : f échantillonnage = 2 x 4


kHz = 8 kHz <=> 125 µs

1 échantillon codé par 8 bits


toutes les 125 µs

= > débit de 8 x 8 = 64 kbit/s

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 5/50
("version" light")
2. Multiplex TDM et E1

F F

S3
disponible
Spectre

S2

S1
T
T TS1 TS2 TS3 TS1 TS2 TS3

PSD PSD
CYCLE CYCLE
(Power
Spectral
Density) FDM TDM

FIG. 6.A

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 6/50
("version" light")
Principe du TDM/TDMA (1)

Le système TDM/TDMA se présente sous 2 variantes selon la méthode d’ allocation TDMA :


1. TDM/TDMA "statique" (appelé aussi TDM "synchrone" TDM à allocation fixe : "fixed-assignment",)
2. TDM/TDMA "dynamique" (appelé aussi TDM statistique, TDM "asynchrone", TDM "intelligent",..).

Dans la variante 1 (TDMA statique ), (voir fig. 6.B. pour un exemple de multiplexeur), un TS est alloué périodiquement pendant un cycle de multiplexage
à chaque source L’ensemble des TS pendant 1 cycle constitue une trame.Chaque source a son TS qu'elle émette ou pas. Ce mode est efficace si le trafic
de la source est régulier. La position du TS dans la trame identifie la source.

Si le trafic est sporadique, beaucoup de TS sont inutilisés et la capacité du système de transmission est inefficace. Si le débit de chaque source est
identique , le débit brut en sortie d'un multiplexeur statique est égal à la somme des débits bruts des sources à l’entrée

Dans le cas de la variante 2 ( multiplexage statistique ou dynamique) , les TS disponibles peuvent être alloués à toute source qui a des informations à
émettre (voir fig. 6.B). Le prix payé pour cette efficacité est que la position du TS n'identifie plus la source et il faut donc une information supplémentaire
d'adressage, ce qui ajoute de l' overhead. L’avantage est de pouvoir transmettre à un débit plus économique. Le débit brut en sortie d'un multiplexeur
statistique est inférieur à la somme des débits bruts des sources à l’entrée et doit en principe être plus ou moins égal en moyenne à la somme des débits
utiles (i.e. l'information des différentes sources). En cas de trafic de pointe, le débit du multiplexeur peut être insuffisant, il y a « contention » entre les
sources ;t il faut donc prévoir des mécanismes d’accès (prioritisation , tampon ("buffer"),..)qui engendrent délais pouvant être incompatibles avec des
services temps réels. (note : une solution alternative aux bits de signalisation consiste à dédier un TS à un canal de signalisation qui indique quelle est la
source utilisatrice de chaque TS pour chaque cycle.)

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 7/50
("version" light")
Principe du TDM/TDMA (2)

Cycles 1 2 3 4 5 Exemple : 4 sources sporadiques; 8 bits par échantillon


Durée d’échantillonnage : T
T T
Sources Trame :durée
T
A MUX cycle n cycle n+1
DMUX A

B B

C
C
TS
D
D
A1 B1 C1 D1 A2 B2 C2 D2
Statique("Synchron Débit X = 4 x 8 /T
ous")
TDM/TDMA cycle 1 cycle 2 Inutilisé

Dynamique
TDM/TDMA A1 B1 B2 C2
Débit Y =2 x (8+2)/T
< débit X Adresses (2 bits)

durée T FIG. 6.B

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 8/50
("version" light")
Le multiplex système 2Mbit/s (E1) (voir figure 6.C 1 et 2).

Un des multiplex TDM les plus utilisés en transmission en Europe est le multiplex synchrone à 32 voies de 64kbit/s appelé
« système » à 2Mbits/s ou E1 (E pour European et 1 car il est le système de base utilisé en transmission et pour le
multiplexage par la hiérarchie PDH ; voir point 4.2 ci-après. Il est également supporté par la SDH.. En gros, il est constitué
de la manière suivante . A l’entrée, on a 32 sources de 64 kbit/s comme décrites au point 3.1.2 et délivrant chacune 8 bits
(un TS) toutes les 125 µs. Le multiplex produit donc en sortie un signal dont la trame comporte 32 TS de 8 bits et a une
durée de 125 µs, ce qui donne un débit de +- 2 Mbit/s. Le signal (la trame) est dit isochrone car tous les moments qui
portent le train de bits ont une durée constante et se suivent au rythme d'une horloge.
Dans le trame, les TS sont numérotés de 0 à 31. Un TS(le TS 0) est utilisé pour pouvoir synchroniser (i.e. savoir où
commence la trame dans le flux de 2Mbit/s) ; un autre (le TS16) est souvent occupé par la signalisation, ce qui fait qu’en
pratique le E1 permet de transporter 30/31 voies utiles, par exemple 30/31 communications téléphoniques simultanément.

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 9/50
("version" light")
E 1 : principe du multiplex

cycle :
T= 125 µs
8 bits (1 octet)
Multiplex TDM synchrone
Signal isochrone
Multiplex à entrelacement d’octets

01100101001101100111...
voix 1 G.711

0101011101100111010
voix 2 G.711 10010100 01011101 01111101 1101100
1
TS 1 TS 2+1 TS n TS 1
G.711

voix n G.711 01011111011001011010

trame :
T= 125 µs
n x 8 bits
FIG. 6.C 1

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 10/50
("version" light")
E1 : allocation des 32 TS’s

Trame : 32 TS ; 256 bits ; durée 125 µs


Pour le trafic
usager
(voix,données)
TS : 1 – 15
TS : 17 – 31
30 31 0 1 2 3 16 30 31 0 1 Et éventuellement,
TS16
=> 30/31 TS usager
TS0 :
TS16 : signalisation
synchro
TS : 8 bits (ou trafic usager selon la
+
=64 kbit/s méthode de signalisation)
maintenance
Pour le trafic
usager
(voix,données)
Débit total : 32 x 64 kbit/s = 2,048 Mbit/s (=> appelé 2 Mbit/s)

Voie A vers B
E R
système bi-directionnel
2 Mbit/s dans chaque sens
R E 32 circuits bidirectionnels
Voie B vers A
A B FIG. 6.C.2

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 11/50
("version" light")
USA : T1

USA : multiplex équivalent du E1 = DS1 (« Digital Signal N°1 ») , souvent appelé T1 (*)

DS0= canal /voie 64 kbit/s

DS1 est un multiplex synchrone de 24 voies avec un débit de l’ordre de 1,5 Mbit/s

(*)T1 est plus précisément un équipement multiplexeur qui accepte des flux de données
et les multiplexe sur un DS1.
"Data-Voice" T1 est un multiplexeur qui accepte des flux de données et de paroles et les
multiplexe sur un DS1. Plusieurs variantes.

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 12/50
("version" light")
E1/T1 : transport TDM multi-services voix /data

voix G.711 TS i
13 kbit/s

voix TS n
G.711 TS k voix GSM
Full Rate

voix G.726
GSM
Full Rate
32 kbit/s
TS j
voix G.726
GSM
Full Rate
32 kbit/s

GSM
TS m Full Rate
4 x 16
kbit/s
trames données (64 kbit/s)

TS 16
4 voix GSM FR (« full –rate »)
multiplexées dans un TS 64
trames, paquets kbit/s
e.g. signalisation SS7

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 13/50
("version" light")
Réalisation de E1’s dans le réseau d’accès PSTN (paires de Cu)

1 . PCM/code HDB3
• réalisation initiale
• 2 Mbit/s est transmis sous forme d’impulsions dans le mode de transmission HDB3 ; 2 paires (une pour
chaque sens )
• HDB3 est un code bipolaire (impulsions + et -) qui assure l’équilibrage DC et permet de retrouver le
timing de l’horloge .
• Inconvénients :
o gourmand en bande passante ( environ 1,9 MHz - => fort affaiblissement sur local loop =>
régénérateur tous les 1,5 –2 Km)
o très perturbateur pour les autres signaux , en particulier xDSL => suprimer du réseau local PSTN.
2. Techniques de type xDSL

HDSL : plus économique en BP que PCM ; un E1 réalisé sous forme de HDSL et implanté sur 2 paires
locales (une pour chaque sens) ; code 2B1Q ; spectre de l’ordre de 450 kHz et ne nécessite pas de
régénérateur pour la plupart des longueurs de paires de Cu du réseau d’accès.
SHDSL (Single line High data rate Digital Subscriber Line) : 1 paire

TR Fig. 5.3

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 14/50
("version" light")
2. Hybride et échos dans les réseaux

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 15/50
("version" light")
Circuits 2fils/4fils

4.1. Circuits 2-fils et 4-fils

- 2 terminaux échangent leur information via 2 moyens de transmission unidirectionnels appelés voies
ou canaux, l'ensemble constituant un circuit. Dans le mode duplex, les informations sont échangées
simultanément dans les 2 sens. Les supports de transmission passifs à 2 fils comme la paire
téléphonique sont bidirectionnels par nature et les 2 voies de communication sont confondues. Par
extension, tous les supports passifs bidirectionnels sont appelés "circuits à 2 fils" (même dans le cas
d'un tube coaxial).

- Dès que l'on met en oeuvre dans le système de transmission des équipements actifs unidirectionnels tels
que modulateur, CODEC, répéteur, multiplexeur,… il faut séparer les 2 sens de transmission. Chaque voie
dispose alors d'une paire distincte et on parle de "circuits à 4 fils".

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 16/50
("version" light")
Circuit
Voie A vers B
E R

R E
Voie B vers A
A circuit B

Local Loop
(paire de
cuivre "dans CO
Tél la rue") ("Central
central) Office")

2 fils
les 2 voies sont
confondues

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 17/50
("version" light")
- Dès que l'on met en oeuvre dans le système de transmission des équipements actifs
unidirectionnels tels que modulateur, CODEC, répéteur, multiplexeur,…(ce qui est bien le
cas des systèmes numériques) il faut séparer les 2 sens de transmission. Chaque voie
dispose alors d'une paire distincte et on parle de "circuits à 4 fils".

2 fils

TR Fig. 4.1

2 fils

1 circuit dans le PSTN

CO CO
(e.g. (e.g. New-
Ixelles) York)
 2 fils
local loop local loop
 bid.
analog  4 fils
 réseau
 bid
 numérique

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 18/50
("version" light")
Hybride : équipement
qui permet de séparer
les 2 sens de
transmission

Z1 Réception

Impédance
ZE d’équilibrage

Z2 Emission

2 Fils

Représentation
4 Fils

H
TR Fig. 4.1

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 19/50
("version" light")
Hybride AH = - 3 dB Pe/2

Puissance
émise Pe
Écho parasite

ZE
AR (= affaiblissement pour le
signal d’écho )
Puissance
reçue Pe/2

AH = - 3 dB Pe

Si Ze (impédance d’équilibrage)= impédance de la ligne locale : condition


d’équilibrage
AR = - ∞ dB (affaiblisssement infini ) pour le signal d’écho => pas d’écho
AH = - 3 dB (affaiblissement de traversée de l’hybride) pour les signaux utiles
TR Fig.
4.2.
Grande variété de « local loop’ s » => nécessité d’avoir Ze dynamique
mais pratiquement impossible d’avoir la condition parfaitement respectée
=> écho inévitable

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 20/50
("version" light")
A vers B
Écho dû à l'hybride du réseau au
passage 4 fils / 2 fils du PSTN signaux
utiles
B vers A

Transmission Transmission Transmission


2 fils 4 fils 2 fils

H H

Écho hybride
réseau (passage 4
fils /2 fils)

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 21/50
("version" light")
Echo : exemple PSTN-PSTN

Power
level
G= gain
du Hypsogramme
réseau

Transmission Transmission
2 fils 4 fils Source Destination
A B
G Ah
G Ah 4
Ah 4
Ah Echo

Ar
Ar H Ar H B Ah G
A
4
Echo
(source)

G Ar
4
Local loop Réseau Local loop Echo
(destination
G
TR Fig. 11.2 4

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 22/50
("version" light")
L'écho est d’autant plus gênant que le signal d' écho) revient
non-atténué avec un retard important

Echo
Path
Loss 440
(dB) 35
30
25
20 Zone de
perception
15
10
5
0 Echo
0 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 Path
Delay
(ms)

TR Fig.
11.3

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 23/50
("version" light")
− G.114 : Pratiquement , compte-tenu des affaiblissements relativement faibles dans le
réseau numérique, on considère qu’un retard ("round-trip delay") qui dépasse 20/30 ms
est gênant; à partir de 50 /60 ms, il n’est plus supportable et il est nécessaire de mettre
en oeuvre des contrôleurs d'écho (e.g. annuleurs d’écho).
− Les délais longs sont observés par exemple dans le cas de plusieurs satellites en
série (« multiple-hops »), dans l’interconnexion de réseaux internationaux
(intercontinental) et aussi dans le cas de l’interconnexion du PSTN avec des réseaux
GSM (voir fig. 11.5 ) ou VoIP ( délai dû en particulier à la compression vocale) : il faudra
donc placer ces dispositifs de correction (annuleur d’écho). Pour des raisons
économiques, on les place sur les circuits d'interconnexion des centres internationaux ou
dans le cas du GSM des GMSC ("Gateway Mobile Switching Centre") qui assurent
l’interconnexion ave le PSTN .

− à noter qu’en dessous de 20 ms, l’écho n’est pas gênant et contribue en fait à la qualité
de la communication : les test de perception montrent qu’il est rassurant pour l’orateur de
s’entendre parler (effet de « side-tone »)(cas de l’écho local du poste téléphonique).

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 24/50
("version" light")
Principe de l’annuleur d’écho AE (« echo canceller ») dans le cas du PSTN (passage 2fils/4 fils)
Sba
Vab = voix de A vers B b
Vba
Vba = voix de B vers A
Sab = signal num.utile de A vers B (e.g. CODEC
impulsions)
Sba = signal num.utile de B vers A Rég.
Eba = écho du signal ba
[~Eba]= écho estimé du signal ba
AE fabrique une
estimation
négative du
Vba
signal d’ écho
b
BA
A H Ze
AE
B

[~Eba]
Eba
Vab

Vab

TR Fig.
11.4
Eba Sab

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 25/50
("version" light")
GSM- PSTN Interconnexion

NNI
Terminal GSM

micro UP Réseau Réseau


GSM PSTN
Mouth

Annuleur
d’écho Ar H
DOW
N

Ear
Écho hybride Echo acoustique

écoute
ur

Dans son principe, le GSM est … « 4 fils » !


car les 2 voies sont séparées : le GSM fonctionne en FDD
(« Frequency Division Duplex ») : 1 TS sur une fréquence F1
pour le sens montant ( up) et 1 TS sur une fréquence F2 pour
TR Fig. 11 .5 le sens descendant (down)

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 26/50
("version" light")
Différents types d’écho : A vers B
pour A :
(cas de PSTN à PSTN)
B vers A

Transmission Transmission Transmission


2 fils 4 fils 2 fils

micro

Mouth

Écho « side H H H H
-tone »

Ear

écoute Écho hybride


ur réseau (passage 4
fils /2 fils) Écho extrémité B
A TR Fig. 11.1 distante : écho
acoustique

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 27/50
("version" light")
Les systèmes de transmission (PDH, SDH, Ethernet)

Les réseaux de transmission.

o une couche medium physique qui concerne les milieux de transmission et


les supports utilisés (paire de cuivre, coaxial, fibre optique, hertzien, ...) .

o les systèmes de transmission qui sont mis en oeuvre sur ces supports ; les
systèmes de transmission sont composés d’équipements de transmission : i.e.
terminaux de transmission aux extrémités, modulateurs, émetteurs/récepteurs
radio, multiplexeurs, répéteurs,...

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 28/50
("version" light")
La couche physique (souvent sous-estimée) est très importante , en particulier pour les investissements, la
gestion (planification, dérangements, sécurisation du réseau…).
Il faut prendre en compte des aspects tels que :

 les propriétés du milieu pour la transmission (bande passante, bruit, affaiblissement,…)


 hiérarchie dans l’assemblage des supports : conduite/canalisation ( « tuyaux », fourreaux,…)
qui, peuvent véhiculer plusieurs câbles , chaque câble pouvant véhiculer plusieurs conducteurs
(FO, coax, paires de cuivre).
 antennes, pylônes, conditions de propagation, acquisition de sites , autorisations,… pour les
réseaux radio (GSM,..)
 la topologie : arborescence, étoile, anneau(boucle), bus,. ..
 la connectique (e .g. connecteurs RJxx, répartiteurs, panneaux de connexion,…)
 sécurité : coupure de câbles, protection des accès,…

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 29/50
("version" light")
Les systèmes de transmission

Classification
Les systèmes numériques se répartissent en grandes familles :

A. issues du monde télécoms : 2 hiérarchies de multiplexage successives :


• PDH : « Plesiochronous Digital Hierarchy » : pratiquement éteinte
• SDH : « Synchronous Digital Hierarchy » : en voie d’extinction progressive

- Caractéristiques SDH : standardisé par l’ITU , basé sur le TDM (=> synchronisation), initialement conçu pour la voix, les LL et les données sur ATM,
étendu ensuite au transport des données IP et Ethernet.
- Carrier Class

B. issu du monde informatique : Ethernet avec e.g. GbE, 10 GbE , 100 GbE ,…
- Caractéristiques : standardisé par IEEE, basé sur le multiplexage statistique, initialement conçu pour les données sur Ethernet (IP), étendu ensuite au
transport de la voix.
- en cours d’évolution vers le Carrier Class

C. OTN : « Optical Transport Network » avec la hiérarchie OTH (« Optical Transport Hierarchy »)

- Caractéristiques : standardisé par ITU, basé sur le multiplexage WDM , conçue pour supporter A et B.
- Carrier Class

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 30/50
("version" light")
Hiérarchies de MUX numériques TDM : idée de base .

E1 (2 Mbit/s) MUX

E1 (2 Mbit/s)
8 Mbit/s MUX

E1 (2 Mbit/s)
8 Mbit/s
MUX
32 Mbit/s
E1 (2 Mbit/s)
8 Mbit/s
32 Mbit/s

8 Mbit/s
Affluents

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 31/50
("version" light")
PDH (PLESIOCHRONOUS Digital Hierarchy) ( hiérarchie EURO)
ORDRE DEBIT IDENTIFICATION NOMBR SUPPORTS
E DE
VOIES
1 2 Mbit/s E1 30 Paires symétriques,
coax
2 8 Mbit/s 4 BPN = bloc secondaire (BSN) (E2) 120 Coax

3 34 4 BSN = bloc tertiaire numérique 480 Coax, FO


Mbit/s (BTN) (E3)

4 140 4 BTN = bloc quaternaire numérique 1920 Coax, FO, radio


Mbit/s (BQN) (E4)
5 (*) 565 4 BQN 7680 Coax, FO
Mbit/s
(*) pas standardisé

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 32/50
("version" light")
PDH

La PDH est construite à partir du multiplexage du système 2Mbit/s (E1) et supporte les niveaux de multiplexage « supérieurs » : 8, 34
et 140 Mbit/s ; chaque niveau a un débit légèrement supérieur à un multiple exact du débit du niveau précédent de manière à permettre
le multiplexage de signaux qui sont chacun synchronisés sur une horloge indépendante et ont donc un débit approximativement égal
(i.e. "plésiochrone") à 2 Mbit/s. A cette fin des bits de bourrage sont introduits dans les niveaux supérieurs.
Le multiplexage est à entrelacement de bits et est « transparent » : on multiplexe les affluents entrants « au fil de l’eau » sans se
préoccuper de leur structure de trame
Un des inconvénients majeurs de la famille PDH est le manque de flexibilité dû à la transparence : par exemple vouloir en 1 point du
réseau extraire ("drop") un conduit 2 Mbit/s d'un système 140 Mbit/s et l’insérer ("add") dans un autre 140 Mbit/s nécessite une
opération de démultiplexage pour tous les niveaux depuis le niveau supérieur jusqu'au niveau inférieur manipulé puis l’opération de
multiplexage inverse jusqu'au niveau supérieur.
Un autre inconvénient majeur est la faiblesse des informations transmises pour l'exploitation et la maintenance.

La famille PDH, bâtie sur le système à 2 Mbit/s, en Europe et 1,5 Mbit/s aux USA n’est plus guère présente dans les réseaux des
opérateurs de télécommunications . On la trouve encore parfois chez certains accès usagers et aussi au niveau de l’interconnexion
entre opérateurs (voir module 3 Transmission).

SDH
Pour remédier à ceci et également pouvoir évoluer vers des hauts débits sur F.O, un nouveau système a été défini.
Initialement conçu sous le nom de SONET (Synchronous Optical Network) aux E.-U., il a été normalisé par l' UIT sous le nom de SDH
et est la conséquence normale de l’évolution des performances de la micro-électronique et des capacités de transmission des fibres
optiques.
Le 1er niveau de la SDH s'appelle STM-1 et a un débit de 155 Mbits/s. La SDH est caractérisée par l'utilisation massive de bits de
gestion (qui représentent 10 % du débit total) qui permettent de structurer la trame, d'adresser les constituants au moyen de pointeurs de
synchronisation et de véhiculer les informations de gestion.
Les affluents, y compris les signaux PDH (pour des raisons de compatibilité évidentes) sont transportés dans des VC ["Virtual Contai-
ners"]. Un STM-1 peut transporte plusieurs débits : 63 x E1’s ou 1x 140 Mbit/s (PDH),…Le multiplexage est basé sur l'octet. Il est
possible d'extraire ou d'ajouter directement une voie 64 kbit/s dans un STM-1. Les multiplexages supérieurs STM-n sont basés sur des
multiples du STM-1 : STM-4, STM-16, STM-64,...

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 33/50
("version" light")
STM-1 : STM : « Synchronous Transport Module »)

9 colonnes

SOH
SOH STM-1
(155,52 Mbit/s)
Pointeurs
Pointe Capacité
utile
SOH (“Payload”) :
9 rangées (Section 150,336
OverHead J
Mbit/s Trame Trame Trame
) : gestion
N+1 N+2

125usec

270 colonnes
Trame de base : 270 x 9 octets = 2430
octets.
2430 octets/125 us => 155,5222 Mbit/s
.
SDH
Fig. 2.1

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 34/50
("version" light")
STM STM STM
E3 n°x E3 n°x E3 n°x
pointeurs E1 n°23 E1 E1
E1 n°24 E1 n°24 E1 n°24
E3 E3 E3
E1 n°x E1 n°x E1 n°x
n°23 n°23 n°23
E1 E1 E1
n°24 n°24 n°24

POH (Path
E1 POH OverHead)
n°24 E1 (gestion)

n°24 125 µs 125 µs


Container pour E1
Virtual
Container (VC) STM1
pour E1 = VC12 SDH
VC4 VC4
adress Métaphore du transport par containers
E3 n°x
E1 n°23
STM qui défilent toutes les 125 µs.
E1 n°24 Les affluents comme E1, E3,.. sont mis
2 niveaux de VC
E3 dans des « caisses » standardisées qui
E1 n°x sont placées dans des emplacements
n°23
vacants qui figurent dans une table de
E1
n°24
pointeurs

SDH
Fig.2.2

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 35/50
("version" light")
SDH : Synchronous Digital Hierarchy

SDH (Synchronous Digital Hierarchy) (EURO):


à partir du STM-1, on peut construire des multiplex supérieurs STM-n. Un STM-1 peut
transporter plusieurs débits : 63 x E1’s, 1x 140 Mbit/s,…
STM-n Débits Supports
STM-1 155 Mbit/s FO, radio ,coax
STM-4 622 Mbit/s FO
STM-16 2,5 Gbit/s FO
STM-64 10 Gbit/s FO
STM-256 40 Gbit/s FO

SONET (Synchronous Optical NETworking) (USA)


La correspondance avec SONET est la suivante :

SONET SONET SDH Débits Supports


STS-n Optical Carrier Level STM-n
STS-1 OC-1 51,84 Mbit/s FO; radio ,coax
STS-3 OC-3 STM-1 155 Mbit/s FO; radio ,coax
STS-12 OC-9 STM-4 622 Mbit/s FO
STS-48 OC-12 STM-16 2,5 Gbit/s FO
… … … … …

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 36/50
("version" light")
CONTAINERS
standardisés AFFLUENTS

SDH Equipment (1)


MUX
PDH 140 Mbit/s
SDH C-4 ATM
aggregates IP

WEST/main
E1 STM-N

E1
ATM PDH 45 Mbit/s
SDH C-3
E3 PDH PDH 34 Mbit/s
-Mux STM-N
IP
STM-1 EAST/standby
Un STM-1 C-2 PDH 8 Mbit/s
peut
AFFLUENTS transporter
63 E1’s
C-12 2 Mbit/s (E1)
Problèmes de granularité (nombre fini de
containers avec un débit fixe) et de hauts débits
résolus (en partie ) par concaténation
C-11 1,5 Mbit/s
(DS1)

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 37/50
("version" light")
SDH Equipment (2)

B
Principe Add-Drop Mux (ADM)
Mux à insertion/extraction

STM1
Exemple : STM-1 avec 63 E1’s ADM
STM1 STM1

ADM

Transit
Joncti ADM
WEST
on
Add-Drop EAST A ADM

C
E1
DROP
SDH
ADM
N° 34 ADD Fig. 11

E1 E1 E1 E1
E1 N° 34 N° 47 N° 34 N° 47
N° 47
D
1 fibre
A C
E1 E1
N° 34 N° 47

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 38/50
("version" light")
En général ,pour Anneaux
sécurisation : anneau à 2
fibres
Conduit Conduit
AB AB
Fibre 1

Fibre 2
ADM Conduit
AC
B B

ADM A C
A C

D
D Conduit
AC

Anneau unidirectionnel Anneau bidirectionnel


SDH
Fibre 2 standby Fig. 16 Capacité en standby

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 39/50
("version" light")
STM-1 STM-1

VC 4 VC 4

DIGITAL CROSS-CONNECT (=DCS,DXC). VC 4 VC 4


- non-blocking switch
- DXC m/n VC 4 VC 4
- m= hierachical order of the input port
- n= hierarchical order of the traffic component handled (“switched”)
by the DXC VC 4
- Examples :
- DXC 4/4 : - High -order VC 12 VC 4
- STM-1 on input ports .
- Switch VC4 payload
- Application : traffic routing in Core network VC 12 VC 4
Network restoration.
VC 12
- DXC 4/1 : - Low-order
- STM-1 on input ports .
- Switch VC12 (E1) (+ 34 Mbit/s) VC 4
- Applications : routing of customer traffic VC 4
Consolidation
Service restoration VC 4 VC 12

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 40/50
("version" light")
SDH topologie et sécurisation

Topologie.

• topologie maillée (« mesh ») capables de permettre la constitution de routes alternatives pour le rétablissement du trafic
perturbé en cas de défaillance dans des équipements ou des coupures de support (e.g. câble avec plusieurs FO’s) . Les
liaisons directes entre certains nœuds (centres de transmission) peuvent être de type point à point et protégées par des
protections de type 1+1 ( mode actif/ « standby »).
• topologie en anneaux (« rings »)

Sécurisation

protection implique un rétablissement dans une durée très courte ; < 10-30 ms. La protection est généralement réalisée via des
basculements du trafic sur des équipements de réserve ( type 1+1 , 1 :1, n : 1)
restauration : implique un rétablissement dans une durée de quelques secondes ou minutes. La protection est généralement
réalisée via des reroutages sur des routes alternatives qui demandent des actions de gestion exécutées au départ d’un centre de
gestion (par exemple via des commandes sur des hubs ou des DXC’s) ] .

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 41/50
("version" light")
Switching automatique
SDH (anneaux « self-
RING – Protection : example healing »)
(auto-cicatrisants)

B
B

A C A C

D D

MS-SPRING Protection

SDH
Fig. 18

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 42/50
("version" light")
WDM

Avant WDM : une fibre, une λ


WDM (1)
Avec WDM : une fibre, plusieurs λ : λ1, λ2,
…, λn = plusieurs couleurs

User 1 Transpondeur λ1 λ1 Transpond User


eur 1
User 2 Transpondeur Transpond User
MUX eur 2
Transpondeur Transpond
eur
λn Optical Régénérat λn
power
User n Transpondeur amplifier eurs Transpond User
eur n

Optical terminal

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 43/50
("version" light")
WDM (2)

Chaque λ peut transporter :

-différents débits : e.g. en SDH : STM-4 , STM-16,…


-différents clients avec formats et structures (voir OTH) plus loin:
- SDH
- ATM
- IP (=> POW :” Packet Over WDM”)
- GbE
- FICON (FC100), ESCON : transfert entre serveurs de contenu
(“content servers ») WEB, vidéo
- …

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 44/50
("version" light")
WDM (4)

- Capacité en nombre de longueur d’ondes :


 2 variantes : DWDM (Dense WDM)
CWDM (Coarse WDM)
CWDM : moins de λ ‘s ,donc espacement plus grand entre λ ‘s => système plus facile à réaliser et
donc moins coûteux .
 la capacité est plus faible => peut-être utilisé sur des parties de réseau à plus faible trafic (e.g.

agrégation, Métro).
 topologie : anneau, point-à-point, maillé

 grille de λ ‘s normalisée par ITU ( G.694.2) : 16 λ’s espacés de 20 nm


 aussi standardisé par IEEE pour GbE , 10 GbE

 débits typiques des affluents : 1 Gbit/s


 régénération on évite : donc distance <= 100 km.

DWDM : plus de λ ‘s =>demande plus de stabilité en fréquence et en température des lasers et donc
plus cher.
 application : core du backbone où il peut y avoir une demande en forte capacité
backbone international et câbles sous-marins (distance > 100 km)("long haul")
 topologie : point-à-point, maillage

 grille normalisée de λ’s : 40 /80 λ ‘s (des projections montrent qu’on pourrait aller jusqu’à 256
λ ‘s).
 débits typiques des affluents: 10, 40 Gbit/s

 régénération : pas de ~ 80 km

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 45/50
("version" light")
WDM (5)

Applications :

 on peut « upgrader » (i.e. disposer de débits plus élevés) une fibre existante sans devoir
poser de nouvelles fibres => à l’origine de la chute des prix dans le transport et des « dark
fiber »

 au lieu de 1 STM 64 sur une λ , on peut réaliser 4 x STM16 sur 4 λ.


Intérêt : éviter les difficultés des débits élevés : dégradation du signal, coût élevé de certains
éléments (e.g. laser).
Exemple :Ethernet 10 GbE supporté par CWDM

 allocation dans une même fibre de longueurs d’onde (on parle de « couleurs ») à des
utilisateurs distincts et à des flux de bits structurés différemment.

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 46/50
("version" light")
WDM (6)

Exemples :

1. Câble sous-marin : Apollo (EUR-USA)

 câble avec 4 paires de FO's


 DWDM avec 80 longueurs d'ondes transportant 10Gbit/s
 capacité de transmission = 3,2Tbit/s

2. Ethernet 10GBASE-LX4 , standard physique pour 10 GbE

CWDM avec 4 λ ‘s transportant chacune 3,125 Gbit/s (distance ordre de 10 km)

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 47/50
("version" light")
WDM (7) Evolution vers un réseau tout optique :OTN ( Optical Transport
Network)

- Développement d’équipements comme :


OMUX, OADM, λ switches (OXC), λ converters,…
Le réseau manipule une λ (et sa capacité comme un tout)
d’une manière similaire au réseau SDH vis-à-vis d’un VC.
- Architecture : point à point, maille, anneau
λ1, λ2, …, OADM λ1, λ2, …,
λn = Plusieurs λn = Plusieurs

λ1 λ4 λn λ1 OXC

λ3 λ1
λ converter λ4

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 48/50
("version" light")
SDH, WDM, Ethernet : principales alternatives mises en œuvre pour le transport dans les réseaux publics

"Clients" PSTN/ISDN/Mobile (CS) Data(VPN), Internet(,WEB,…), E1 Content servers


du (voix , data, circuits) +LL VoIP, , TV
transport
CSEoE FC, ESCON, FICON
IP

TDM ( n x E1’s) PPP Ethernet

ATM
PoS GbE EoS EoW

PDH
xDSL
GFP

SDH

GFP
OTH
WDM

Support : Supports : Supports : Support : F.O.


Cu Coax,Hz F.O. , Hz
Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 49/50
("version" light")
Data(VPN), Internet ,VoIP, IPTV
,LL,…

E1
Drivers de l’évolution

(1) trafic données >>>>trafic voix émulation


(2) coûts Ethernet <<SDH circuit
(3) Une seule technologie => réduction del’OPEX (CESoE)
(4) « scalability « et multiplexage statistique : Ethernet > SDH IP
(5) LAN dans les « home-networks »

Challenge : « QoS Carrier Class » => “Ethernet Carrier Class”

L’émulation (CESoE :“Circuit Emulation Services over Ethernet ») Ethernet


développée pour pouvoir transporter des E1’s (très nombreux dans les (Carrier Class
réseaux d’accès fixes et mobiles) . Difficulté : synchronisation

WDM

Cible (NGN)
« all over IP »

Public networks (H-504) Bases Transmission Ed. 2.1 12/09 Page 50/50
("version" light")