Vous êtes sur la page 1sur 4

2020/

2021

Les Essai Mécanique


Essai de fatigue
P

Par : Seif Eddine Kadri ; Gomri Amine


Mem labed
2020/2021
Introduction
On appelle fatigue une sollicitation mécanique alternée, souvent mais pas nécessairement périodique, et de
faible amplitude.

La fatigue est souvent à l'origine de la rupture des pièces prothétiques dentaires, d'où la nécessité de
reproduire ce mode de sollicitation au laboratoire.

Lorsque l'on soumet un matériau à des cycles répétés d'efforts, il subit des modifications de microstructure
regroupés sous le terme général d'endommagement par fatigue.

Cet endommagement ne se signale par aucune modification macroscopiquement décelable et la rupture peut
intervenir à des niveaux de contraintes peu élevés, souvent inférieurs à la résistance à la traction ou même à
la limite d'élasticité.

Le processus de fatigue implique l'apparition d'une fissuration qui se développe progressivement sous
l'action de la répétition des sollicitations.

Les essais les plus simples consistent à imposer à des séries d'éprouvettes (cylindriques ou rectangulaires)
des cycles d'efforts périodiques sinusoïdaux soit par charge axiale soit par flexion rotative.

Essai de fatigue :
Pour simplifier la machine d’essai et la conduite d’essai de fatigue on applique aux éprouvettes des
contraintes maximales variant suivant une loi harmonique.
Pour connaitre dans tous les cas l’endurance des matériaux c’est à dire l’amplitude à résister au
phénomène de fatigue il suffit d’exercer sur des éprouvettes échantillons des contraintes.
Variables alternées, ondulées, répétés … et ceci avec tous les modes de sollicitations, simples ou
composés parmi tous les types d’essais de fatigue nous signalerons les plus utilises.

• Essai de flexion rotative :


Dans l’essai de flexion rotative l’éprouvette utilisée est de forme cylindrique est sollicitée par un
moment fléchissant (fig.), chaque point d’une section quelconque est soumise à une contrainte variable avec
le temps.
Figure. la machine essai de flexion rotative.

• Essai de traction – compression :


l’éprouvette généralement cylindrique, est fixe a un bâti par l'intermédiaire d’un dynamomètre et
l’autre extrémité sur un organe spécial qui peut être anime d’une mouvement harmonique de fable amplitude
initialement on applique a l’éprouvette une force statique constante Fm qui peut être soit puis sollicité
l’éprouvette par une force variable suivent une loi harmonique l’effort sur l’éprouvette varie suivant la loi :

• Essai de torsion :
le principe de fonctionnement de la machine d’essai de fatigue en torsion est la piéce en torsion en lui
imposant un couple variable suivant la loi :
CONCLUSION :
Les essais de fatigue consistent à étudier le comportement sous sollicitation cyclique
des matériaux et à en déterminer sa résistance. L’objectif de cet article est de présenter les
principales méthodes d’essais qui ont été développées, soit pour comparer des matériaux et
des procédés de fabrication, soit pour obtenir les données nécessaires à la prévision des
durées de vie de composants soumis à un chargement cyclique. Cet article arbore tout
d’abord les définitions liées aux essais de fatigue. Il se focalise ensuite sur la description des
différentes méthodes employées pour déterminer la résistance à l’amorçage en endurance
des matériaux ou des structures.