Vous êtes sur la page 1sur 15

Master 1 Génie Chimique

Département de Génie des Procédés


Faculté des Sciences et de la Technologie
Université de Mostaganem

Cours de Thermodynamique appliquée

Dr. Saidj
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7

OBJECTIFS
 Introduire les notions fondamentales au sujet des machines
frigorifique.
 Discuter le fonctionnement des machines frigorifiques.
 Étudier le cycle idéal et les cycles réels à compression de
vapeur.
 Discuter les propriétés des fluides frigorigènes.
 Quantifier l’effet de la compression en cascade et de la
compression étagée sur le rendement des systèmes de
réfrigération.
 Étudier le cycle de liquéfaction des gaz.

2
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7
7.1. LES MACHINES FRIGORIFIQUES
 la chaleur s’écoule naturellement d’un corps chaud vers un corps froid. Le cas inverse
n’est jamais observé. Le deuxième principe de thermodynamique exige pour la cas
inverse intervention du milieu extérieur, c’est la cas de la machine frigorifique.
 La machine frigorifique telle que le réfrigérateur ou bien la pompe à chaleur sont des
machines cyclique qui à l’aide d’une fluide frigorigène, extraient une quantité de chaleur
Qf d’un milieu à basse température Tf pour rejeter une quantité de chaleur Qch dans un
milieu à haute température Tch en consommant une quantité de travail Wnet.
 Ce qui distingue le réfrigérateur de la pompe à chaleur est leu emploi.
Le réfrigérateur sert à maintenir le
milieu réfrigéré à à basse température.
Quant à la pompe à chaleur, elle sert à
maintenir le milieu chauffé à haute
température.
 L’efficacité des réfrigérateurs COPR
et des pompes à chaleur COPpch ont
été traités en détail dans le chapitre 3.

3
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7
7.2. LE CYCLE DE RÉFRIGÉRATION À COMPRESSION DE VAPEUR IDÉAL

 Le cycle de réfrigération à compression de vapeur idéal, le plus utilisé,


comprend quatre évolutions:

 ❶-❷ la compression isentropique


dans le compresseur
 ❷-❸ l’évacuation de chaleur à pression
constante dans le condenseur
 ❸-❹ la détente dans le détendeur
 ❹-❶ l’extraction de chaleur à pression
constante dans l’évaporateur

4
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7
7.2.1. DIAGRAMME T-S DU CYCLE DE RÉFRIGÉRATION À COMPRESSION DE VAPEUR
IDÉAL

Le fluide frigorigène entre dans le compresseur


sous forme de vapeur saturée ❶ et il est
comprimé de façon isentropique à la pression
qui règne au sein du condenseur. Au cours de
cette évolution, la température du fluide
frigorigène augmente et dépasse la température
du milieu extérieur à haute température.
En entrant dans le condenseur, le fluide se trouve
sous la forme de vapeur surchauffée ❷. Il circule
dans le condenseur en cédant sa chaleur au milieu
extérieur. Il en sort sous forme de liquide saturé
pour ensuite être admis dans le détendeur ❸.
Le fluide saturé subit une baisse de pression au sein du détendeur de la
pression du condenseur à la pression de l’évaporateur. Il entre dans
l’évaporateur sous forme d’un mélange liquide-vapeur de faible titre ❹.
À mesure qu’il traverse l’évaporateur, il absorbe de la chaleur du milieu
réfrigéré en s’évaporant. Il sort finalement de l’évaporateur sous forme de
vapeur saturée pour entrer dans le compresseur ❶. Le cycle est complété. 5
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7
7.2.1. DIAGRAMME P-h DU CYCLE DE RÉFRIGÉRATION À COMPRESSION DE VAPEUR
IDÉAL

o Le cycle de réfrigération est souvent représenter dans un diagramme P-h.


Ce diagramme montre que les 3 de 4 évolutions sont décrites par des
segments de droite. Les quantités de chaleur extraite de l’évaporateur et
évacuée dans le condenseur sont respectivement proportionnelles à la
longueur des segments 4-1 et 2-3. On observe aussi que l’évolution dans le
détendeur 3-4 est évolution isenthalpique (h3 =h4) .
o Le bilan énergétique dans les quatre dispositifs:

les coefficients de performance:

6
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7
7.2.3. L’ÉCART ENTRE LE CYCLE DE RÉFRIGÉRATION À COMPRESSION DE
VAPEUR RÉEL ET LE CYCLE IDÉAL
o L’écart entre le cycle réel et idéal est dû aux irréversibilités qui se
manifestent dans le circuit. Les deux principales source d’irréversibilités sont:
• Le frottement qui est responsable de la chute de pression au sein des
conduits et des dispositifs.
• La transmission de chaleur.
o Dans la pratique est très difficile de maintenir la
Vapeur sortante de l’évaporateur sous forme de
Vapeur saturé, c’est pourquoi, dans le cycle réel,
le réfrigérant sort de l’évaporateur sous forme de
vapeur surchauffée de façon à être admis dans le
compresseur sous dorme légèrement surchauffée.
Rappelons que le compresseur est conçu pour
comprimer un gaz mais pas un mélange liquide-vapeur.
o Dans le cycle idéal, l’évolution de compression 1-2s.
Dans le cycle réel, le frottement intervient, ce qui fait augmenter l’entropie.
o En pratique, le fluide frigorigène subit une chute de pression en traversant le
condenseur puis en parcourant le conduit qui relie le condenseur au détendeur.
Par conséquent, le fluide est légèrement sous refroidi lorsqu’il entre dans le
détendeur et plus froid lorsqu’il en ressort. 7
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7

7.3. LES FLUIDES FRIGORIGÈNES


Les propriétés du fluide frigorigène idéal sont les suivantes:
 Une température critique élevée et un point de congélation bas.
 Une grande chaleur latente d’évaporation hfg.
 Une pression de vapeur supérieur à la pression atmosphérique.
 Un petit volume massique de la vapeur.
 Une conductivité élevée.
 Non corrosif et inerte.
 Bon marché.

Les fluides disponibles:


NH3: odeur forte, toxique
CO2 : inodore, inflammable, non explosif
SO2 : non toxique, sec
CH3Cl, C2H5Cl : non toxique, anesthésiant, inflammable
8
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7

7.3. LES FLUIDES FRIGORIGÈNES CFC


Les chlorofluorocarbures CFC sont des produits inertes, stables, inodores,
incolores, inflammables et non toxiques. Ils répondent aux caractéristiques
des fluides frigorigènes idéales.
La marque FREON de l’entreprise DuPont est devenu la plus utilisée dans les
années 70 comme fluide frigorigène domestique.

Quelques exemples de FREON:


FREON 11: CCl3F FREON 22: CHClF2 (-75°C)
FREON 12: CCl3F2 (-60°C) FREON 113: C2Cl3F3
FREON 13: CClF3 (-87°C) FREON 114: C2Cl2F4

Dans les années qui suivent, les savants ont constatés que les molécules CFC
attaquent la couche d’ozone de l’atmosphère, ce qui a donné une naissance à
une nouvelle génération de fluides frigorigène appelée (HCFC).
Malgré que les HCFC (hydrochlorofluorocarbures) sont moins stables que les
CFC, donc moins destructeurs de la couche d’ozone, le protocole de
Copenhague appelle à leur interdiction d’ici 2030-2040.
Actuellement le fluide frigorigène le plus utilisé dans les machine frigorifiques
domestiques est le tétrafluoréthane, plus connu sous le nom de réfrigérant
R-134a et c’est molécule qui ne contient pas de chlore. 9
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7

7.4.1. LE SYSTÈME DE RÉFRIGÉRATION EN CASCADE

La différence de température entre le milieu


réfrigéré et le milieu extérieur peut
atteindre des valeurs au delà de -70°C dans
les installations commerciales et industrielles.
Dans ce cas, si on travaille avec une seule
boucle de compression, non seulement le
travail consommé est très important, mais
aussi le rendement est faible. Pour
contourner, ce problème, on recourt à un
système de réfrigération en cascade. Les
deux cycles sont reliés entre eux par un
échangeur de chaleur qui est en même temps
un évaporateur pour le cycle A (le cycle à
haute température) et un condenseur au
cycle B (le cycle à basse température).

10
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7

7.4.2. LE CYCLE DU SYSTÈME DE RÉFRIGÉRATION EN CASCADE


 Pour un écoulement en régime
permanent et dont la variation des
énergies potentielle et cinétique est
négligeable, on détermine les débits
massiques des écoulements dans le
cycle A et B.

On note que le COP du cycle en cascade est plus élevé, car la quantité de
Chaleur extraite du milieu réfrigéré est plus importante.
Dans les systèmes en cascade les fluides frigorigènes ne sont pas mélangés
Dans l’échangeur de chaleur, par conséquent, les fluides peuvent être de 11
nature différente et adapté à la plage de température. Par exemple l’éthane
Peut circuler dans la boucle B, alors que l’ammoniac dans la boucle A.
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7
7.5. LE SYSTÈME DE RÉFRIGÉRATION À COMPRESSION ÉTAGÉE
Un seul fluide frigorigène circule à travers les 2 boucles de compression dans le cycle
de réfrigération à compression étagée. Donc au lieu d’avoir un échangeur de chaleur
entre les 2 boucles de compression, on incorpore une chambre de mélange, appelée «
séparateur », qui fait séparer la phase liquide du mélange sortant du premier
détendeur ❻ de la phase vapeur.
La partie liquide saturé ❼ entre dans le deuxième détendeur, elle se détend pour être
admis dans l’évaporateur ❽, qui absorbe la chaleur du milieu réfrigéré.
Quant à la partie de vapeur saturée est mélangée à la vapeur surchauffée émergeante
du compresseur à basse pression ❷. Le mélange entre alors dans le compresseur à
haute pression ❾.

12
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7

7.6. LES SYSTÈME DE RÉFRIGÉRATION MUNIS D’UN SEUL COMPRESSEUR


 Dans certaines applications, de la chaleur doit être extraite de milieux
réfrigérés qui se trouvent à des températures différentes. Par exemple, le
système combiné congélateur-réfrigérateur , dont la température dans le
congélateur est de -18°C tandis que dans le réfrigérateur est de 4°C.
 Le fluide frigorigène se détend la première fois à une haute température
dans le réfrigérateur❹ et ensuite à la plus basse température, dans le
congélateur.
 À la sortie de l’évaporateur
du congélateur tout le réfrigérant
est alors comprimé par un seul
compresseur à la pression du
condenseur❷.

13
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7
7.8. LA LIQUÉFACTION DES GAZ
La liquéfaction des gaz concerne la réfrigération à des températures
inferieurs à -100°C, qui présente beaucoup d’ intérêt dans les domaines
alimentaire, médical, vétérinaire, industriel et de la physique.
Au dessus du point critique, une substance ne peut exister qu’en phase
gazeuse. Les températures critiques de He, H2 et N2 sont
respectivement de -286°C, de -240°C et de -147°C. Ces basses
températures, on ne pas les atteindre avec les techniques de
réfrigération traditionnelles.

14
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7
7.8. LA LIQUÉFACTION DES GAZ
Pour atteindre la température nécessaire à
la liquéfaction d’un gaz, il existe divers
moyens, par exemple à l’aide du cycle de
Linde-Hampson.
Le mélange d’appoint 1 est mélangé au gaz
non condensé du cycle précédent. Le
mélange résultant 2 subit une compression
étagée 3. Le refroidissement entre les
étages de compression rend l’évolution de
compression quasi isotherme. Le gaz à
haute pression est alors refroidi dans un
échangeur 4, puis dans un régénérateur 5
par le gaz non condensé du cycle précédent.
Il traverse un détendeur 6, et la fraction
liquide du mélange liquide-vapeur résultant
est recueillie 7. La fraction vapeur est
détournée vers le régénérateur pour
refroidir le gaz pressurisé avant qu’il ne
s’engage dans le détendeur. La vapeur
poursuit sa course et est mélangée au gaz
d’appoint. Le cycle recommence. 15