Vous êtes sur la page 1sur 19

Master 1 Génie Chimique

Département de Génie des Procédés


Faculté Sciences et de la Technologie
Université de Mostaganem

Cours de Thermodynamique appliquée

Dr. Saidj
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7

OBJECTIFS

 Poser des hypothèses simplificatrices pour analyser les cycles de


puissances à gaz.
 Quantifier le rendement des cycles de puissance à gaz.
 Identifier la différence entre les cycles à gaz (Otto, Diesel,
Stirling et Ericsson).
 Étudier le cycle de Brayton et calculer son rendement.
 Analyser les différentes possibilités d’amélioration de cycle de
Brayton.

2
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7
5.1 GÉNÉRALITÉS À PROPOS DES CYCLES DE PUISSANCE À GAZ
o Les moteurs à combustion et les turbines à gaz sont des systèmes qui
produisent du travail en utilisant un fluide moteur qui reste toujours à l’état
gazeux.
o Dans ces machines, l’énergie chimique stockée dans le carburant est libérée
par la combustion sous forme de chaleur et de travail mécanique.
o Le rendement de ces machines est défini comme rapport du travail produit
à la chaleur ajoutée.

o Ces systèmes fonctionnent suivant un cycle ouvert et ils ne parcourent pas


un cycle thermodynamique complet. Pour simplifier l’analyse de ces
systèmes, il est important d’admettre quelques hypothèses:
• Modéliser le cycle ouvert par un cycle fermé
• Le fluide moteur du cycle est constitué d’une masse fixe d’air.
• Il n’ya pas d’évolution d’admission ou d’échappement.
• L’air se comporte comme un gaz parfait.
• Toutes les évolutions sont réversibles.
• Le phénomène de combustion est représenté par un apport de chaleur provenant d’une
source de chaleur externe. 3
• Le cycle se termine avec l’évacuation de chaleur dans le milieu extérieur.
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7

MOTEUR À COMBUSTION INTERNE À MOUVEMENT ALTERNATIF


o Le moteur à combustion interne est une machine qui convertit, à l’intérieur
d’une chambre de combustion, l’énergie chimique d’un carburant en chaleur
et en énergie mécanique.
o Il existe deux catégories de moteurs à combustion interne/
• Les moteurs à mouvement alternatif (moteurs à allumage ou à allumage par compression
• Les moteurs à écoulement continu (les turbines à gaz)
 Tous les moteurs à combustion interne à mouvement
alternatif sont régis par le même principe de fonctionnement:
• La chambre de combustion qui est le volume à l’intérieur duquel
pénètrent et régissent les gaz;
• Le cylindre qui est le prolongement de la chambre de combustion;
• Le piston qui est déplace dans le cylindre et fait varier le volume
de la chambre de combustion
• Le système bielle-manivelle qui est solidaire, à une extrémité, du
piston et, à l’autre , du vilebrequin, et qui transforme le mouvement
de va-et-vient du piston en un mouvement de rotation;
• Le bloc-moteur qui constitue l’enveloppe mécanique de l’ensemble.
4
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7

LE CYCLE OTTO
o Le français Beau de Rochas a proposé le moteur à allumage commandé en 1862
et l’allemand Nikolaus Otto l’a construit en 1876.
o Ce moteur à allumage commandé décrit un cycle thermodynamique en 4 temps:
• 1. Admission
• 2. Compression
• 3. Combustion et détente
• 4. Échappement

• L’étude thermodynamique du cycle réel


(Otto) d’un moteur à allumage commandé
est très compliquée, donc on a besoin
d’introduire les hypothèses simplificatrices
afin d’étudier ces cycles thermodynamiques.
5
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7

LE CYCLE THÉORIQUE OTTO


o Si on admet les hypothèses d’air standard simplifiées,
le cycle Otto théorique comprend les quartes évolution
réversibles rapportées dans la fig..
 ❶-❷ la compression isotherme;
 ❷-❸ l’apport de chaleur à volume constant;
 ❸-❹ la détente isentropique;
 ❹-❶ l’évacuation de chaleur à volume constant.

 Appliquons les hypothèses d’air standard pour


lequel la variation des énergies cinétiques et
potentielles est négligeable.
Le bilan énergétique du système est/
 La chaleur ajoutée

 La chaleur évacuée

 Le rendement thermique

6
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7

LE RENDEMENT DU CYCLE OTTO


o Les évolutions 1-2 et 3-4 sont isentropiques, et v2=v3 et v4=v1 .

o On obtient un rendement thermique

OU r EST LE TAUX DE COMPRESSION

o On constate que le rendement du cycle Otto théorique ne dépend que du


taux de compression du moteur et du rapport des chaleurs massiques du
fluide moteur.
o Le rendement thermique croit en fonction de ces deux paramètres.

7
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7

LE CYCLE DIESEL
o Rudolph Diesel a conçu dans les années 1890 le moteur Diesel.
o Dans le moteur à allumage par compression un injecteur remplace la bougie
et seul l’air est comprimé à une température au-delà du point
d’inflammation avant que ne soit injecté dans la chambre de combustion au
cours de l’évolution de compression.
o Le bilan énergétique du cycle Diesel théorique:
o La chaleur transmise au fluide à pression constante est

o La chaleur évacuée à volume constant est

o Le rendement thermique est

8
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7

LES CYCLES DE STIRLING ET DE ERICSSON


o Cycle de Stirling est composé de deux isothermes et deux isochores.
o Cycle d’Ericsson est composé de deux isothermes et deux isobares.

9
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7

LE CYCLE DE BRAYTON (JOULE)


o Les turbines à gaz fonctionnent habituellement selon un cycle ouvert. L’air
atmosphérique s’engage dans le compresseur où il est comprimé à haute
température. Il est ensuite admis dans la chambre de combustion. Les gaz
chauds résultant de la combustion se détendent alors dans une turbine qui
produit du travail mécanique. À la sortie de la turbine, les gaz sont évacués
dans l’atmosphère. Le cycle ouvert est complété.

Le cycle ouvert de la turbine à gaz peut être


modélisé comme un cycle fermé si on admet
les hypothèses de l’air standard. L’évolution
de combustion est remplacée par une évolution
de transmission de chaleur à pression constante
d’une source chaude externe, et l’évacuation
des gaz à la sortie de la turbine est remplacée
par une évolution de transmission de chaleur
à pression constante du système au milieu
extérieur.
Ce cycle idéal est nommé cycle de Brayton et il 10
comprend quatre évolutions réversibles.
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7

LE RENDEMENT DU CYCLE DE BRAYTON IDÉALISÉ

o Le cycle de Brayton se déroule dans des dispositifs


avec écoulement en régime permanent dont la
variation des énergies potentielle et cinétique ≈ 0.
o Le bilan d’énergie :
 ❷-❸
 ❹-❶
 Le rendement thermique

 Les évolutions 1-2 et 3-4 sont isentropiques,


et
On a

Si on pose le rapport
11
On obtient
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7

L’ÉCART ENTRE LE CYCLE RÉEL ET LE CYCLE IDÉAL


o Le cycle réel de la turbine à gaz s’écarte du cycle idéal à cause des
irréversibilités dans le compresseur et la turbine ainsi que par la cause de
la chute de pression dans les conduits, la chambre de combustion et les
échangeurs de chaleur.

Les irréversibilités dans le compresseur et la turbine


peuvent être prises en compte grâce aux rendements
isentropiques définis comme

et

Les états 2a et 4a correspondent respectivement aux états réels du fluide


moteur à la sortie du compresseur et de la turbine, alors que les états 2s
et 4s correspondent respectivement aux états résultant de l’évolution
isentropique dans le compresseur et la turbine.

12
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7

AMÉLIORATION DU RENDEMENT: LE CYCLE DE BRAYTON AVEC RÉGÉNÉRATION

o La température des gaz d’échappement à la sortie de la turbine est


considérablement plus élevée que la température de l’air comprimé admis
dans la chambre de combustion. En recourant à un échangeur de chaleur
appelé un « régénérateur », une partie de la chaleur des gaz d’échappement
peut alors être récupérée et le rendement du cycle sera amélioré.
o Cette chaleur récupérée sert à chauffer l’air comprimé en route vers la
chambre de combustion, donc moins de chaleur qch est requise, veut dire
moins de combustible est brulé, pour compléter le cycle.

13
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7

LE CYCLE DE BRAYTON AVEC RÉGÉNÉRATION: RENDEMENT AMÉLIORÉ


o Si toute la chaleur des gaz d’échappement
pourrait être récupérée (régénération idéal)

et le rendement

On quantifie alors une «efficacité du


régénérateur », qui est définie comme:

Pour une régénération réel

14
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7
AMÉLIORATION DU RENDEMENT PAR REFROIDISSEMENT INTERMÉDIAIRE
o Le travail net que produit la turbine à gaz est la différence entre la travail
produit par la turbine et le travail consommé par le compresseur. Le
rendement du cycle peut amélioré si on augmente le travail produit par la
turbine et/ou si on diminue le travail consommé par le compresseur.
o 1. Optimisation du travail du compresseur:
o Le travail requis pour comprimer un gaz peut être réduit en le comprimant par
étages et en le refroidissant entre chaque étage. À mesure que le nombre
d’étages croit, la compression se rapproche d’une évolution isotherme à la
température d’admission dans le compresseur et le travail requis pour la
compression diminue.

15
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7
AMÉLIORATION DU RENDEMENT PAR RÉCHAUFFAGE INTERMÉDIAIRE
o 2. Optimisation du travail de la turbine:
o Le travail produit par la turbine augmente si on détend le gaz par étages et qu’on
le réchauffe entre chaque étage. À mesure que le nombre d’étages croit, la
détente tend vers une évolution isotherme. Cette détente étagée est réalisé
sans augmenter la température maximale du cycle.

Le deux stratégies se basent sur le fait que travail de compression et de


détente avec écoulement en régime permanent est proportionnel au volume
massique du fluide moteur. Par conséquent, durant la compression le volume
massique devrait être minimisé en le refroidissant et au cours de la détente
devrait être maximisé en le réchauffant.
16
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7

CYCLE AMÉLIORÉ

17
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7

RÉSUMÉ

18
Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7

RÉSUMÉ

19

Vous aimerez peut-être aussi