Vous êtes sur la page 1sur 3

Thème 1 

: Les êtres vivants et leurs fonctions dans les écosystèmes


Partie 2 : Le vivant et son évolution

Comment expliquer nos ressemblances et nos différences ?

Chapitre 1 : Les caractères de l’individu et l’hérédité

Activité 1 : Les caractères d’Ernest.

Correction :

1. Héréditaires : GrandYeux bleus Cheveux rouxPeau blanche TesticulesGroupe sanguin A+ Distingue


mal les couleurs.
2. Non héréditaires : Grand Peau bronzée.
3. L’origine des caractères non héréditaires d’Ernest est liée au mode de vie et aux facteurs
extérieurs.
4. On remarque qu’au sein de l’espèce humaine, les individus présentent des différences. Leur nez par
exemple a une forme différente et la peau peut avoir différentes couleurs. Chez les végétaux, l’arbre
présente un port différent selon l’environnement dans lequel il évolue etc.
5. Les êtres humains sont bipèdes, ont deux yeux, des dents etc. Ces caractères sont retrouvés chez
cette espèce donc on appelle ceci des caractères spécifiques.
6. La diversité des êtres vivants peut être liée à l’environnement ou bien aux caractères héréditaires
transmis par les parents.

Bilan : Tous les êtres humains ont en commun des caractères propres à leur espèce qui les
différencient des autres espèces (bipédie, membres postérieurs plus longs que les antérieurs, pilosité
faible sauf sur la tête – sous les bras – et sur le pubis). On parle de caractères spécifiques.

Chaque individu présente des caractères qui lui sont propres (ex : yeux bleus, forme du nez). On parle
de variations individuelles. Ces variations individuelles expliquent la grande diversité des êtres
humains.

Les caractères qui sont transmis de génération en génération sans forcément apparaître à toutes les
générations sont des caractères héréditaires (ex : couleur des yeux d’Ernest pourtant pas la même
que celle de ses parents).

Les conditions de vie d’un individu peuvent modifier certains caractères (ex : peau bronzée,
musculature liée à un exercice physique) mais ces modifications ne sont pas héréditaires.

L'ensemble des caractères visibles d'un individu est appelé phénotype.


Problème 2 : Où se trouvent les informations héréditaires ?

Activité 2 : Expérience de transfert de noyau chez la souris.

Correction :

1. Les informations héréditaires pourraient se situer dans le noyau ou dans le cytoplasme.


2. Si notre hypothèse est vraie alors si on échange le cytoplasme de la cellule-œuf B en y introduisant
le cytoplasme « gris » à la place du cytoplasme « blanc », on obtiendra une souris grise.
3. En remplaçant le noyau de la cellule-oeuf provenant du "couple" de souris grises par un noyau
provenant d'une cellule-oeuf du "couple" souris blanches, la souris obtenue a un pelage blanc.
4. On s’aperçoit que le souriceau obtenu a un pelage blanc. Notre hypothèse est donc incorrecte.
5. Les informations héréditaires ne sont pas contenues dans le cytoplasme. Elles sont contenues par le
noyau de la cellule.
 
Bilan : La cellule-œuf à l’origine d’un individu contient les informations héréditaires nécessaires à la
réalisation des caractères de cet individu. Des expériences de transfert de noyau démontrent que les
informations héréditaires se trouvent dans le noyau des cellules.

Problème 3 : Dans le noyau, quel est le support de l’information héréditaire ? Qu'est-ce-qui porte
l'information héréditaire ?

Activité 3 : La découverte du support des caractères héréditaires.

Correction :

1. L’observation de cellules de racines au microscope permet d’apercevoir des bâtonnets que l’on
nomme des chromosomes. Ces derniers qui se trouvent dans le noyau semblent être le support de
l’information héréditaire.

2. Le caryotype correspond à l'ensemble des chromosomes dans le noyau d’une cellule. On les range
par paire, selon leur taille.

3. Les noyaux des cellules d’une femme ou d’un homme contiennent 46 chromosomes. On remarque une
différence à la 23e paire de chromosomes. En effet, l’homme possède une paire XY et la femme une
paire XX.

4. Les caractères physiques d’un homme et d’une femme diffèrent. On peut penser que ces
différences sont liées aux chromosomes car on constate que la 23 e paire de chromosomes est
différente selon le sexe.

5. Le caryotype d’un être humain contient 23 paires de chromosomes (donc 46 chromosomes) alors que celui de
la drosophile en contient uniquement 4 paires. On remarque donc que les caryotypes différent entre les
espèces.
Bilan : Dans le noyau, on peut observer différents éléments grâce à des colorations spéciales. On voit
qu'il y a des chromosomes. Les chromosomes sont facilement observables lors de la division
cellulaire.

Les scientifiques les classent généralement par paires et selon leur taille décroissante pour former un
caryotype.

Le nombre de chromosomes est le même pour tous les individus d’une même espèce. Ainsi, tous les
êtres humains possèdent 23 paires de chromosomes. L’une de ces paires présente des différences
selon le sexe de l’individu, il s’agit des chromosomes sexuels.

Les chromosome sont le support de l’information héréditaire (= ils portent l'information


héréditaire)

Vous aimerez peut-être aussi