Vous êtes sur la page 1sur 89

Organisation des enseignements du Module GII

1- Les cours magistraux

Elément Elément
Géodynamique externe Géodynamique
interne
BRAHIM LHAMYANI EL HASSANE BERAAOUZ
ISMAIL BETTAR EL HASSANE EL AOULI
+
2- 6 séances de TD (3 géod. externe + 3 géod. interne)
+
3- 4 séances de TP Pétrographie
AVERTISSEMENT
Cette présentation n’est qu’un résumé
très succinct des planches illustrant la
première Partie du cours de
Géodynamique Externe (GII)et ne peut,
en aucun cas remplacer entièrement le
contenu dudit cours
LA GEODYNAMIQUE EXTERNE
PREMIERE PARTIE

INTRODUCTION
ACTION GEOLOGIQUE DE LA GRAVITE
ACTION GEOLOGIQUE DU VENT
ACTION GEOLOGIQUE DES GLACIERS
ACTION GEOLOGIQUE DES EAUX COURANTES
ACTION GEOLOGIQUE DES EAUX
SOUTERRAINES
MILIEU LAGUNAIRE

Brahim LHAMYANI
INTRODUCTION

La géodynamique externe est la discipline


de la géologie qui a pour objet l’étude des
forces qui agissent à la surface de la Terre
telles que le gel, le vent, les pluies… et
qui ont pour effet la météorisation et l’érosion
des roches ; le transport et le dépôt des
matériaux issus de ces roches
Fig. 1- Cycle de la roche

Limite supérieure
du métamorphisme
à environs 250°C; 1000 bars
Cycle de la roche
A – PHASE DE MOBILISATION (= transformation de la roche
en éléments transportables

On distingue plusieurs mécanismes de


mobilisation dont deux principaux qui
fonctionnement simultanément ou succes-
sivement dans la plupart des cas. Mais en
un point donné et sous des conditions
déterminées, l’un des deux mécanismes
d’emporte sur l’autre ; il s’agit de :

- La désagrégation mécanique
- l’altération chimique
A-1- Désagrégation mécanique

L’érosion mécanique conduit à la désagrégation


des roches soit en débris mono- minéraux
(ex : Quartz, Feldspaths,…) ou en débris poly-
minéraux (fragment de roches) dont la taille
est variable. Cette désagrégation dépend d’une
part des caractères liés aux roches elles-mêmes
et d’autre part de facteurs liés à l’environnement
A-1-1- Facteurs liés à la roche

-Nature pétrographique de la roche


(grès, argiles,calcaires, marnes, granites.. )

-Caractéristiques physiques
(dureté, homogénéité,
structure,texture, porosité..)
A-1-2- Facteurs liés à l’environnement

- Climat (température, précipitations …)

- Topographie (pentes)

- Durée d’exposition de la roche


aux agents de désagrégation.
A-1-3- Quelques exemples d’actions mécaniques

a.La structure d’origine de certaines


roches peut montrer des zones de
faiblesse mécanique favorisant
l’érosion ; exemples :
ex1- schistes ;
ex2- basaltes prismatiques ou prismés
ou en orgues ;
ex3- basaltes en pillow – lava (coussins)…
Plans de schistosité(= zones de faiblesse)

Ex 1: Schistes montrant des zones


de faiblesse mécanique
Plans de
schistosité

Schistes
Montrant
des zones
de faiblesse
mécanique
Plans de
schistosité
Prismes basaltiques

Zone de faiblesse

Ex 2: Basaltes prismatiques
prismes

Zone de faiblesse

BASALTES PRISMATIQUES OU EN ORGUE


Basaltes
prismatiques
Roche désagrégée

BASALTES PRISMATIQUES
Zones de faiblesse mécanique

Coussins basaltiques

Ex 3: Basaltes en pillow-lava (coussins)


Coussins basaltiques

BASALTES EN PILLOW-
LAVA mise en place sous-
Coussins basaltiques en coupe

COUPE DANS LES BASALTES EN PILLOW-LAVA


b- Les contraintes tectoniques

qui peuvent se traduire par

des cassures et diaclases


cassures et diaclases

compression

Avant compression Après compression

cassures et diaclases issues de la compression


réseau de cassures et
diaclases(vallée de Dadès)
doigts de singes ou monkey fingers issues d’un
réseau de cassures et diaclases
Produit de désagrégation au niveau des cassures et diaclases
Cassures dues à la tectonique
c- effets des variations de la
température

thermoclastie

= désagrégation mécanique des roches


sous l’effet de fortes variations
de la température
ex1 : Désagrégation granulaire des roches grenue
Les dilations et contractions (rétractions)
différentielles des différents minéraux
conduisent à la désagrégation granulaire

Désagrégation granulaire due aux variations de


température sur une roche de texture grenue
Ex2 : Desquamation ou exfoliation
= Désagrégation en écailles d’une
roche de structure fine

Les variations importantes de la température


conduisent à la dilatation et la contraction des
parties superficielles de la roche qui se
détachent en minces lames ou écailles comme
une pelure d’oignon ;
Lames ou écailles

ΔT °

Desquamation = Désagrégation en écailles d’une


roche de structure fine
Écailles issues de
la desquamation

Desquamation ou exfoliation
Desquamation
ou
exfoliation

Détachement
en lames ou
écailles comme
une
pelure d’oignon
Cryoclastie = gélifraction

Ce type de désagrégation caractérise


les milieux où la température varie
autour de 0°C(gel et dégel de l’eau)
notamment les zones périglaciaires.
Quand la T° > 0° C Dégel
eau liquide remplit les fissures de la roche

quand la T° < 0°C gel


L’eau se transforme en glace en
augmentant de volume et élargit les
fissures de la roche

L’action répétée de gel- dégel


entraine la désagrégation de
la roche c’est la Cryoclastie
• Cryoclastie = gélifraction
1- dégel 2- gel

3- dégel 4- gel

Dégel( remplissage Gel(élargissement des


des fentes par l’eau) fentes par la glace)

Elargissement des fentes par le couple Gel-Dégel


fentes

Fentes dues à la Cryoclastie


d-L’action des variations de la teneur
en eau(hydroclastie)

Ex1: Formation de fentes de


dessiccation ( mud-cracks) sur les
surfaces argileuses
desséchées par l’évaporation de l’eau ;
ces fentes dessinent souvent un réseau
grossièrement polygonal
Mud- cracks ou fentes de dessiccation des argiles
Mud - cracks ou fentes de dessiccation des argile
ex2 : Haloclastie = désagrégation
des roches évaporitiques par
l’alternance des sécheresses et
des réhydratations des sels
contenus dans ces roches
e- L’action mécanique des êtres vivants
qui s’exprime de différentes manières

1-croissance des racines des végétaux supérieurs

2- effet des organismes fouisseurs qui creusent d


terriers dans les roches meubles, ou peu
consolidées ex. Taupes, courtilières, termites,
fourmis, marmottes, les vers…
Creusement de galeries souterraines par les fourmis
Creusement de terriers par les taupes
Creusement de terriers par les courtilières
Labour de la roche meuble par les lombrics
Creusement de galeries souterraines par les termites
3- forage des roches consolidées par des organismes
lithophages ; ex. certains mollusques

Exemple d’organismes lithophage (ici un mollusque bivalve)


Perforations de lithophages
4- action anthropique :

désagrégation mécanique par les


activités humaines ; ex. creusement de
tranchées
de routes , de tunnels, de carrières, de
galeries souterraines; la déforestation les
labours ..etc.
f- Action des impacts

Action du choc d’une météorite qui


percute les roches de la surface
terrestre et peut entraîner leur cassure
voire broyage ex. meteor crater of
Arizona
Meteor crater of Arizona
A-2- Altération chimique et biochimique

A-2-1- Action chimique de l’eau

L’agent principal d’altération est l’eau


qui se comporte, à l’état pur, comme
un dipôle dont la force d’attraction vis
à vis d’un ion détermine sa solubilité
; cette force d’attraction dépend du
Potentiel Ionique de l’ion PI = Z / R
où Z = charge ionique ; R = rayon ionique
Fig. 2- Répartition
de quelques
éléments
chimiques
d’après
leur PI
a.Dans le domaine des faibles PI (Z/R < 3)
on trouve des éléments qui attirent l’eau
pour donner des ions dont les sels sont
très solubles dans l’eau

H+
X n+ + n O 2-

H+

[ X (H2O) n] n+ (= cations solubles)


Ex : Ca 2+ + 2H2O [ Ca (H2O) 2] 2+

Ca SO4 + 2H2O CaSO4 2(H2O)

Anhydrite hydrat ° Gypse


La dissolution peut également se faire
par l’action des substances chimiques
contenues dans les eaux naturelles.
Ex : Dissolution des roches Carbonatées
par H2O et le CO2
(1)
CaCO3 + H2O + CO2 Ca ( CO3H) 2
(2)
Carbonate de calcium insoluble Bicarbonate de calcium soluble.

(1)Dissolution des
carbonates
(2)Précipitation des carbonates
La dissolution des carbonates est d’autant

plus forte que l’eau est riche en CO2, cette

teneur en CO2 est fonction de la

température et de la pression.
• Si P ⇑ ⇒ [ CO2] ⇑ ⇒ déplacement de l’équilibre
dans le sens 1 ; c.a.d. la dissolution des carbonates

•Si P ⇓ ⇒ [CO2] ⇓ ⇒ déplacement de l’équilibre


dans le sens 2 ; c.a.d. la précipitation des
carbonates.

(1)
CaCO3 + H2O +CO2 Ca ( CO3H) 2
(2)

(1)Dissolution des
carbonates
(2)Précipitation des carbonates
•Si T ⇑ ⇒ [ CO2] ⇓ ⇒ déplacement de l’équilibre
dans le sens 2 ; c.a.d. la précipitation des carbonate

•Si T ⇓ ⇒ [ CO2 ] ⇑ ⇒ déplacement de l’équilibre


dans le sens 1 ; c.a.d. la dissolution des carbonates

(1)
CaCO3 + H2O +CO2 Ca ( CO3H) 2
(2)

(1)Dissolution des
carbonates
(2)Précipitation des carbonates
Remarque 1 :

-La précipitation des carbonates intervient


quand la Pression diminue brutalement,
ce phénomène est connu, à l’état naturel,
dans les grottes, les cascades et à la
sortie des sources.
Fig. 3- Exemple de précipitation et de dissolution
des carbonates en milieu calcaire
Paysage et morphologie karstique en pays calcaire
Les formes de dissolution
Lapiés ou cavités de dissolution à la surface

Surface montrant des Lapiés et des perforations dues Aux


organismes lithophages(Littoral d’Agadir) Photo B. LHAMYANI
Doline

Doline ou dépression topographique due à la dissolution des calcaires


Doline

Doline ou dépression topographique


due à la dissolution des calcaires
karsts

Karsts ou cavités de dissolution dans les calcaires


Du Cap Ghir (littoral d’Agadir ) Photo.B.Lhamyani
Les formes de précipitation
Les stalactites

Stalactites au plafond de la Grotte de Witandoun dans


les Ida Ou Tananes
Plafond de la grotte

stalactites

colonnes

stalagmites
Plancher de la grotte

concrétions carbonatées dans une grotte


Stalactites,
Stalagmites
et Colonnes
à la Grotte
de Witandoun
dans les
Ida Ou
Tanane
Cascades ou chutes d’eau où précipitent les travertins
Travertins d’Aksri Photo B. LHAMYANI
Travertins
au niveau
d’une petite
cascade
Travertins montrant les fantômes des tiges des végétaux
Remarque 2 :

- En dessous d’une certaine profondeur


sous l’eau (4500m), la pression hydro-
statique est tellement très importante
pour empêcher la précipitation des
carbonates; cette profondeur correspond
à la CCD (Carbonate Compensation Deepth),
= niveau( ou profondeur) de compensation
des carbonates.
b- Dans le domaine des PI compris entre
3 et 10,les cations sont plus attractifs et
peuvent entraîner la rupture de la molécule
d’eau au niveau d’une liaison hydrogène,
il y a alors formation d’hydroxydes insoluble
H+

X n+ + nO2-
H+

X (OH) n + nH+
Hydroxide insoluble
Ex : Al 3+ + 3H2O Al (OH)3 + 3H+
c- Dans le domaine des PI supérieurs à 10 ;
l’ion exerce une forte attraction et provoque
la double rupture de la molécule d’eau et
donne des oxyanions solubles.

H+
X+ + O 2-
H+

XO - + 2H+
Oxyanions solubles
Ex : P 5+ + 4H2 O PO4 3- + 8H+
S 6+ + 4H2O SO4-- + 8H+
A-2-2-Action chimique de l’Oxygène

L’O2 qui provient soit de l’air, soit de la réduction


des oxydes provoque des oxydation (Fe, Mn…)
est transforme les sulfures en sulfates.
Ex : Oxydation du fer

2 Fe 2+(Fe 3+) 2 O 4 + ½ O2 3 Fe2 O3

Magnétite Hématite (=
rouille)
Fer réduit noir Fer oxydé rouge
A-2-3- Action chimique des êtres vivants

- Les plantes supérieures ont une action


destructive par leurs secrétions acides ;

- Les débris végétaux et animaux se décomposent


par les bactéries du sol qui libèrent des acides.
L’ensemble des matières organiques décomposées
forment l’Humus qui s’associe à la matière minéral
issue de l’altération des roches pour former le Sol.
A-2-4 – Action chimique de la température

La vitesse de décomposition double


quand la température s’élève de 10°C
(loi de Van T’Hoff)
A-3 – Résultats (résumé)

a- La nature et l’efficacité des processus de


mobilisation dépendent des facteurs
suivants :
le climat,
la végétation,

la nature de la roche,

la topographie.
• L’altération chimique
domine :

-Sous climat chaud et humide

- Quand la végétation est abondante

-Quand la pente est faible pour permettre


une grande durée d’action de l’eau
• la désagrégation mécanique domine :

- Sous climat à fortes variations de la température

- Quand la végétation est rare ou absente ;

- Quand La pente est forte


b- Théorie de Bio- rhexistasie (Erhart 1955)

Selon cette théorie, la stabilité des


éléments constitutifs des roches
d’origine continentale dépend des
conditions climatiques et donc du
couvert végétal :
• Sous climat favorable à
la prolifération végétale (période de biostasie)

1- Phase migratrice constituée


processus chimiques

d’ions solubles(k+, Na+, Ca2+,


Mg2+…)
qui donnent par la suite les Roches
chimiques et biochimiques

2- Phase résiduelle composée d’hydr-


oxydes de Fer, Aluminium et de
minéraux argileux

période de biostasie
•S’ il y a destruction du couvert végétal
(à cause des changements climatiques,
des déformations tectoniques, de
l’action anthropique….)

l’érosion mécanique s’active et alimente


les bassins sédimentaires en débris de
roches qui engendrent les Roches
détritiques ( période de Rhexistasie)
ROCHE MERE

Débris de roches Ions

organismes

Roches détritiques Roches chimiques Roches biologiques

Fig. 4- Subdivision de base des roches sédimentaires