Vous êtes sur la page 1sur 52

EXTRA « C’EST MAINTENANT OU JAMAIS »

COMMENT FONCTIONNE
EURONEXT ?

CONSCIENTS ET PERSPICACES
LES JEUNES ET LA BOURSE
PIERRE OU PAPIER ?
INVESTIR DANS L’IMMOBILIER

« PLUS PAUVRE EN ÉPARGNANT »


CONSEILS D’EXPERTS

POURQUOI UNE CRISE EST-ELLE TOUJOURS UNE OPPORTUNITÉ ?

INVESTIR AU TEMPS
DU CORONA
4e CAHIER DU VIF/L’EXPRESS - N°44 DU 29 OCTOBRE AU 4 NOVEMBRE 2020 - LE VIF EXTRA N°09, EN VENTE AVEC LE VIF/L’EXPRESS, LE VIF WEEKEND ET FOCUS VIF - ISSN. 2032-5347
Avec votre
argent, vous
argent
voulez aussi
participer au
changement
positif ?
Lorsque vous investissez à la Banque Triodos, vous financez uniquement des
organisations et des entreprises qui œuvrent pour une économie plus verte et
une société plus inclusive.

Investissez de façon durable dès 5 euros par mois.


Plus d’infos sur triodos.be/investissementdurable
SOMMAIRE

VIF EXTRA INVESTIR


Économie Investir
x4x Économie mondiale. x12x Climat d’investissement. Les raisons d’investir, ou pas,
Les conséquences économiques du corona aujourd’hui.
x8x Belgique. Le financement des mesures prises x16x Euronext. Fonctionnement de la Bourse. ‘Une crise est une
x10x Entreprises. ‘Une faillite n’est pas forcément une mauvaise opportunité’
chose pour l’économie’ x20x Fiscalité. MiFID, FSMA. Protection et surveillance
x22x Jeunes. Pourquoi les jeunes investisseurs sont-ils séduits
par la Bourse ?

À votre service
x26x Aion Bank. Un nouveau modèle bancaire
x28x Triodos. Rendement social et rendement financier sur un
pied d’égalité
x31x Towards Sustainability. Un label belge pour des
investissements durables
x32x Cake. L’application bancaire indépendante et gratuite.
x34x BinckBank. Commencer à investir tôt s’avère payant
x36x Matti de Bolero. Conseils digitaux et aide personnalisée

Immobilier
x42x Pierre. Investir dans la brique : une excellente option qui vise
essentiellement le long terme.
x46x Papier. Investir dans des actions de sociétés immobilières
réglementées (SIR).

EXTRA
Coordination à l’imprimerie Président Rik De Nolf
Joost Vermeulen, Dirk Pille Administrateur délégué
Régie nationale Xavier Bouckaert
Rédacteur en chef Roularta Media, Z. 1. Researchpark 120, Directeur magazines
Ben Herremans 1731 Zellik (Brussels), tél. 02 467 56 11, Jos Grobben
Textes Dirk De Moor www.roulartamedia.be Éditeur Amid Faljaoui
Traductions MDR Translations Le Vif Extra est une publication de Éditeur responsable
Rédaction finale Gilda Benjamin S.A. Le Vif Magazine, Rue de la Fusée 50/6, Xavier Bouckaert
1130 Bruxelles
Mise en page LE VIF EXTRA EST RÉALISÉ SOUS LA
RESPONSABILITÉ DE ROULARTA BRAND
Valesca D’Hondt, Ingrid Vanhecke Imprimerie Certifié PEFC
Ce produit (ou le nom

MEDIA, INDÉPENDAMMENT DE LA
du produit) est issu
de forêts gérées
durablement, de sources
contrôlées ou recyclées

Annelies Vanden Berghe Roularta Printing www.pefc.org

RÉDACTION DU VIF.

LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020 3


Bruxelles, le 21 juillet. Ursula von der Leyen et Charles Michel au sommet européen lors duquel la création du fonds de relance de 750 milliards d’euros a été décidée.

« LES MESURES DE SOUTIEN


ONT AUSSI UNE IMPORTANCE
SYMBOLIQUE »
Quel mal le coronavirus inflige-t-il à l’économie mondiale ? Entretien avec Peter Vanden Houte,
économiste en chef chez ING Belgique. « Une perte de plus de 10% du produit intérieur brut
ne s’observait, jusqu’à présent, que dans des zones de guerre. »

4 LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020


ÉCONOMIE
MONDE

l’année, y compris en Belgique. C’est assurément une récession hors


norme, mais pour parler de dépression il faudrait que la croissance
négative se prolonge pendant plusieurs années. Or, ce recul histori‑
que n’est pas encore là. De plus, au troisième trimestre, la plupart
des pays européens ainsi que les États‑Unis ont enregistré une crois‑
sance de probablement environ 10%, ce qui était logique après la
chute du PIB au cours des deux premiers trimestres. Il est vrai que
cette reprise a été plutôt illusoire : en réalité, nous n’avons fait que
passer de ‘rien’ à ‘un peu’. En août, la croissance s’est à nouveau
essoufflée en raison de la nouvelle hausse des chiffres du corona. En
l’absence de vaccin, le virus se manifestera toujours quelque part et
limitera la croissance économique.

« L’UNITÉ EUROPÉENNE PEUT FAVORISER LA


STABILITÉ ÉCONOMIQUE. ELLE A EN TOUT
CAS DÉJÀ RENDU L’EURO PLUS FORT. »

LE RÉTABLISSEMENT APRÈS LA CRISE FINANCIÈRE


Pour Peter Vanden Houte, il est intéressant d’examiner la récession
qui a suivi la crise financière. Et notamment d’étudier le temps
nécessaire pour revenir au niveau du PIB d’avant la crise. « En
Belgique, il n’a fallu que neuf trimestres, soit un peu plus de deux
ans. La moyenne pour l’ensemble de la zone euro a été de sept ans.
Avec une exception notoire, l’Italie, où au début de la crise du corona
le PIB était toujours inférieur à celui de 2008 ! »

Comment se fait-il que l’économie belge se soit redressée rela-


tivement vite ? La crise bancaire nous avait pourtant gravement
impactés ?
VANDEN HOUTE : Notre économie nous a permis d’emboîter le pas
aux mesures de relance d’autres pays. La Belgique dispose égale‑
BELGA IMAGE
ment d’un vaste secteur public qui fait office de tampon en cas de
récession. En revanche, notre économie a ensuite connu une crois‑

A
vec le confinement mis en place dans différents pays, il sance plus lente, contrairement par exemple à celle des Pays‑Bas. ➤

n’est pas étonnant que le climat économique ait plongé


sous la barre du zéro dès le deuxième trimestre de 2020.
« Mais une perte de plus de 10% du produit intérieur brut
est carrément surréaliste, c’est le genre de choses qu’on
n’observait jusqu’à présent que dans des zones de guerre», déclare
Peter Vanden Houte, économiste en chef chez ING. « Un ralentisse‑
ment de la croissance de plus de 1% sur base annuelle constitue déjà
une forte récession. Lors de la contraction de 3% en Belgique après la
crise financière (2008‑2009), on a parlé à l’époque de ‘grande réces‑
sion’. D’autres pays avaient même perdu jusqu’à 5% de leur PIB. »

Et maintenant ? Peter Vanden Houte, économiste


PETER VANDEN HOUTE : On s’attend aujourd’hui, dans la plupart en chef chez ING.
« Il s’agit assurément d’une
des pays européens, à une contraction de 8% pour l’ensemble de récession hors norme. »

LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020 5


ÉCONOMIE
MONDE
GETTY IMAGE

GETTY IMAGE
Rome. L’Animal and Procedure Room de l’entreprise italienne IRBM qui travaille au Fébrilité à la Bourse de New York, le 16 mars, suite à l’épidémie de corona.
développement d’un vaccin avec l’université d’Oxford.

sur la consommation. Le vieillissement de la population limite égale-


« EN L’ABSENCE DE VACCIN, LE VIRUS SE ment les gains de productivité. Si un vaccin efficace est disponible,
MANIFESTERA TOUJOURS QUELQUE PART ET un certain nombre d’entreprises entameront un sérieux mouvement
LIMITERA LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE. » de rattrapage. Ce serait une bonne chose mais il faudra pas mal de
temps avant qu’un nombre suffisant de personnes soient vaccinées,
Une comparaison est toujours hasardeuse. Peut-on vraiment et par conséquent attendre probablement la seconde moitié de 2023
comparer la crise du corona et la crise financière ? pour retrouver le niveau de début 2020.
VANDEN HOUTE : Pendant la crise du corona, la dette publique belge
s’est creusée jusqu’à atteindre environ 120% du PIB, alors qu’avant la Est-ce également valable pour les États-Unis ?
crise financière elle fluctuait autour des 80%. Heureusement, les très VANDEN HOUTE : Jerome Powell, le patron de la banque centrale
faibles niveaux des taux d’intérêt rendent cette dette supportable. américaine (la Fed, ou Federal Reserve), a introduit un incitant de
poids et le gouvernement américain a lui aussi mis la main au porte-
L’ÉCONOMIE À 90% feuille. Tous les chômeurs ont ainsi reçu pas moins de 600 dollars
Un vaccin n’est pas seulement crucial pour la santé mais aussi par semaine en plus de leurs allocations. Jusqu’à ce qu’il s’avère que
pour l’économie. 75% d’entre eux gagnaient plus ainsi qu’en travaillant. Les États-Unis
VANDEN HOUTE : Récemment, The Economist titrait de façon origi- sortent lentement de la récession, mais dans certains Etats le confi-
nale ‘L’économie à 90%’. Tant qu’il n’y aura pas de vaccin, l’économie nement a été levé trop tôt et on observe une nouvelle augmentation
ne pourra pas reprendre à 100%. Les mesures de soutien aux des cas de coronavirus. Aujourd’hui, le rythme de croissance dans
personnes et aux entreprises resteront nécessaires, mais il ne nous ces Etats se ralentit quelque peu.
sera pas possible de continuer de la sorte pendant des années. Les Les États-Unis modifient par ailleurs leur stratégie en matière d’in-
entreprises licencieront davantage et la hausse du chômage pèsera flation. Comme la BCE, ils voulaient maintenir celle-ci autour des 2%

MO INS DE TECHNOLOGIE À BRUXELLES

Au début du confinement, la valeur des titres boursiers a chuté, parfois rôle important dans ces calculs. S’il est faible, les bénéfices futurs
jusqu’à 40%, mais il y a eu assez rapidement un certain redressement. pèsent naturellement plus lourd maintenant, une réaction positive
PETER VANDEN HOUTE : La crise que nous vivons aujourd’hui entraîne pour les marchés financiers et la Bourse. C’est ce qui explique pourquoi
un profond ralentissement de la croissance économique, mais c’est les entreprises en croissance sont plus performantes en Bourse. Les
temporaire. Si nous regardons ce qu’il y a au-delà de ce gouffre, la entreprises technologiques et pharmaceutiques affichent une meilleu-
situation n’est pas si mauvaise sur le plan financier. Et c’est précisément re cote que début 2020. La Bourse de Bruxelles (Euronext Brussels) ne
ce regard que portent les marchés financiers. En même temps, les partage cependant pas cette satisfaction. Elle a certes bien progressé
faibles taux d’intérêt jouent un rôle dans l’évaluation des entreprises. depuis son point le plus bas en mars, mais reste inférieure à ce qu’elle
Des modèles financiers projettent les bénéfices futurs sur le présent était au début de l’année. Les entreprises cotées à Bruxelles sont moins
par le biais de l’escompte (calcul de la valeur actuelle). L’intérêt joue un ‘technologiques’ que les entreprises cotées à la Bourse américaine.

6 LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020


GETTY IMAGE

GETTY IMAGE
Jerome Powell, patron de la banque centrale américaine. Poignée de main avec masque. Bol.com, quartier général. Le grand gagnant du confinement.

mais ils parlent désormais d’une « moyenne de 2% ». Même si cela L’Europe a aussi mis sur pied un fonds de relance
peut sembler à peu près la même chose, cela veut dire qu’il peut y de 750 milliards d’euros.
avoir à un peu plus long terme des pics supérieurs à 2%, sans appor- VANDEN HOUTE : Cela ne va pas vraiment changer la donne non
ter de correction monétaire. C’est-à-dire sans augmenter les taux plus. Avec un déficit budgétaire de plus de 10% dans la plupart des
d’intérêt. Ceux-ci resteront bas probablement jusqu’en 2023. pays, un soutien à concurrence d’environ 1% du déficit aidera mais ne
fera pas non plus une grande différence. Cette aide est néanmoins
importante d’un point de vue symbolique : elle atteste d’une unité
« LE PROFOND RALENTISSEMENT DE LA européenne capable de favoriser la stabilité économique. Elle a
CROISSANCE ÉCONOMIQUE EST d’ores et déjà rendu l’euro plus fort. Créer un fonds comme celui-ci
TEMPORAIRE. SI NOUS REGARDONS CE QU’IL est une chose, mais il faut aussi le mettre en application. Et là, des

Y A AU-DELÀ DE CE GOUFFRE, LA SITUATION obstacles se présentent déjà. L’argent du fonds de relance ne peut
être utilisé que pour des investissements, et pas pour une réduction
FINANCIÈRE N’EST PAS SI MAUVAISE. d’impôts comme l’a suggéré l’Italie. De plus, chaque pays de l’Union
européenne peut bloquer pendant un mois les versements du fonds
Devons-nous à nouveau tourner nos regards vers la Chine ? de relance pour ‘investigation’. Toujours la même chanson ? l
VANDEN HOUTE : Elle est en avance sur le reste du monde sur le
plan de la croissance économique car la crise du corona y a commen-
cé plus tôt. Le gouvernement chinois annonce une croissance de 1%
pour cette année, ce qui aux normes chinoises n’est pas bon du tout. ‘JUST IN CASE’ REMPLACE ‘JUST IN TIME’
La cotation boursière de certains secteurs est pilotée par la crise du
corona. Les sociétés immobilières spécialisées dans le commerce de
DES LIQUIDITÉS SUPPLÉMENTAIRES EN EUROPE
détail et les bureaux ont augmenté en valeur depuis mars, mais pas
Vos prévisions misent sur un retour à niveau probablement pour
non plus de façon transcendante. Le secteur des centres de soins
la seconde moitié de 2023, dans trois ans. Comment devons-nous résidentiels reste plus ou moins au même niveau. Suite à l’augmenta-
affronter cette période ? tion du commerce électronique, les sociétés immobilières dans le
VANDEN HOUTE : Le niveau élevé des dettes publiques et privées va secteur de la logistique enregistrent une progression de 20% par
freiner la croissance économique pendant encore longtemps. Surtout rapport à l’an dernier. Le nombre de paiements aux principaux
l’importante dette publique, les pouvoirs publics vont devoir la faire acteurs que sont Amazon, Bol.com et Zalando a progressé en moyen-
baisser plutôt qu’investir et stimuler la croissance. Les banques ne de 50 à 80% pendant le confinement, avec la plus grosse croissan-
ce à l’actif de Bol.com. Pendant les mois d’été, l’augmentation a enco-
centrales réagiront avec des taux d’intérêt bas, tout en poursuivant
re été d’environ 40% par rapport à l’an dernier. La covid-19 nourrit des
voire en élargissant le Quantitative Easing (réd. assouplissement
tendances comme le retour de la production au pays ou à tout le
monétaire par l’achat d’obligations d’État). Et au niveau de l’Europe, moins dans des pays plus proches, une répartition des achats entre
il y a bien sûr le Pandemic Emergency Purchase Program (programme différents fournisseurs, et même un retour à la tenue de stocks.
d’achat d’urgence pandémique, ou PEPP), mais celui-ci sera proba- Le principe du just in case remplace celui du just in time.
blement épuisé dès mai 2021.

LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020 7


ÉCONOMIE
BELGIQUE

« L’ARGENT EST PRESQUE GRATUIT »


Les autorités belges ont-elles pris les bonnes décisions en imposant le confinement à la mi-mars ?
Les mesures draconiennes décidées sont-elles payables à terme ? Paul De Grauwe, professeur
d’économie à la KUL et à la London School of Economics, n’est pas trop inquiet.

M
i-mars 2020, donc relativement tôt dans la crise du tie, des reports d’impôts ou de remboursements, du chômage
corona, les autorités belges ont imposé un confine- temporaire. C’est également l’avis de Paul De Grauwe : « Toutes ces
ment. Avec la peur au ventre et beaucoup d’inquiétude mesures avaient pour but d’éviter les licenciements et de maintenir à
devant une possible implosion de l’économie. « Elle ne flot le plus grand nombre possible d’entreprises. Avec pour objectif
s’est d’ailleurs pas fait attendre. L’économie s’est de limiter des dommages permanents à l’économie, tant dans le
effondrée car les entreprises ont vécu un ralentissement voire un temps qu’en termes d’ampleur. Les autorités belges ont fait la même
arrêt de leur chaîne d’approvisionnement (impact négatif sur l’offre) chose que la plupart des autres pays. Et cela a fonctionné : une
et se sont retrouvées dans l’impossibilité de livrer leurs marchandi- implosion plus importante a pu être évitée, et l’économie a pu redé-
ses, avec un personnel qui devait rester à la maison ou arrivait en marrer progressivement une fois que la pandémie a commencé à
retard au travail. Le fort ralentissement de l’économie a rapidement perdre de sa vigueur. »
paralysé les investissements et fait baisser les chiffres de consom-
mation des ménages. L’interdiction de se rendre dans les magasins « LA BANQUE NATIONALE EXAGÈRE
et, plus tard, les règles strictes imposées sur différents plans n’ont LORSQU’ELLE AFFIRME QUE LE DÉFICIT
pas non plus fait du bien à l’économie. Un cercle vicieux, ou une
BUDGÉTAIRE EST UN PROBLÈME AUSSI
spirale déflationniste, a littéralement aspiré l’économie dans un trou
noir. » GRAND QUE LE RÉCHAUFFEMENT
CLIMATIQUE. »
LIMITER LES DOMMAGES PERMANENTS
Nos gouvernements n’ont pas eu d’autre choix que de soutenir L’aide financière des banques centrales s’est révélée également
massivement l’économie avec des subventions, des fonds de garan- primordiale : elles ont injecté beaucoup, beaucoup d’argent dans
l’économie. « C’était nécessaire, car en période de difficul-
tés économiques les entreprises ont besoin de liquidités,
d’argent. Ce soutien financier des banques centrales a
également permis aux marchés boursiers de se relancer
après une solide déconfiture. »
Mais cela a-t-il été suffisant ? La spirale déflationniste
a-t-elle été stoppée ? « Il y a en tout cas eu moins de pani-
que du fait que nous en avons appris plus sur le virus, et
avons pu prendre des mesures plus ciblées. Mais si les
infections et les hospitalisations devaient à nouveau s’em-
baller et des confinements à nouveau être mis en place, je
retiendrai quand même mon souffle un moment. »

UN DÉFICIT DE 50 MILLIARDS D’EUROS


BELGA IMAGES

GETTY IMAGES

Le coût des mesures prises est très important. La crise


économique entraîne de surcroît une diminution des recet-
tes fiscales ainsi que de la consommation des entreprises
Paul De Grauwe. « L’homme a la mémoire courte. » Boris Johnson et son désir d’un Brexit dur.
« On pourra toujours dire que c’est la faute et des ménages. En Belgique, tous gouvernements confon-
au coronavirus. »

8 LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020


Sophie Wilmès, devenue depuis ex-Première ministre, annonce des mesures. « Cela a fonctionné. » BELGA IMAGE

dus, cela représente un déficit budgétaire de plus de 50 milliards « Une fois la crise derrière nous, le virus quittera nos mémoires et la
d’euros à la fin de l’année, avec un taux d’endettement de 120 à 125% plupart des entreprises retomberont dans leurs anciennes habitudes.
du produit intérieur brut (PIB). Une sérieuse augmentation par Quoique… Certaines évolutions spécifiques, comme le télétravail ou
rapport aux 102 ou 103% d’avant l’apparition de la pandémie. le recours au commerce électronique, sont déjà bien visibles. Une
Paul De Grauwe : « Heureusement, le financement de ce déficit n’est autre conséquence de la crise du corona est que Boris Johnson veut
pas aussi problématique que certains le pensent. Aujourd’hui, l’Etat forcer un Brexit dur, mais sans avoir à en assumer les conséquences.
emprunte à un taux de 0,1 ou 0,2%. Un coût négligeable, l’argent est Il pourra toujours dire que c’est la faute au coronavirus. » l
mis à disposition presque gratuitement. De plus, la Banque Centrale
Européenne (BCE) a décidé de lancer un ‘programme d’achat d’ur-
UN SIGNAL DE SOLIDARITÉ
gence pandémique’, le PEPP, qui prévoit le rachat d’obligations d’État
Paul De Grauwe apprécie la cohérence démontrée au niveau euro-
à concurrence de plus de 1.000 milliards d’euros. Cela crée d’impor-
péen. « Devant la crainte d’une implosion de l’économie, les entrepri-
tantes liquidités dans les différents pays de l’Union européenne. S’il
ses et les banques ont eu un besoin aigu de liquidités. Et la Banque
n’y a pas de reconfinement et qu’un vaccin devient disponible, l’éco- Centrale Européenne (BCE) a réagi rapidement et de manière ciblée
nomie reprendra. Et cette reprise pourrait même se montrer assez pour stopper la spirale déflationniste. La réaction européenne a été
vigoureuse. La Banque nationale exagère lorsqu’elle affirme que le juste, grâce à la chancelière allemande Angela Merkel qui, avec le
déficit budgétaire est un problème qui a des conséquences aussi président français Emmanuel Macron, a fortement plaidé pour un
dramatiques que, par exemple, le réchauffement climatique. Ce n’est fonds de solidarité destiné à soutenir les pays les plus touchés. En
pas vrai, le réchauffement climatique est beaucoup plus grave et plus d’être une aide financière importante, il représente aussi un
signal politique clair et bienvenu à propos de la cohésion et de la soli-
difficile à contrer. »
darité au sein de l’Union européenne. Au contraire du gouvernement
néerlandais qui, lui, s’est montré extraordinairement pingre. Angela
UNE REPRISE COMME AVANT ? Merkel a été clairement plus éclairée sur les plans politique et écono-
Les entreprises feraient-elles bien de se constituer dorénavant des mique. Heureusement, d’ailleurs. »
tampons financiers, ‘juste au cas où’ ? Paul De Grauwe répond par
une autre question : « À combien devrait s’élever ce tampon ? Cela
a-t-il du sens si le problème se pose rarement ? Nous ne savons pas
(encore) si le coronavirus va s’incruster. L’homme a la mémoire cour-
te. En 1918-1919, la grippe espagnole a balayé le monde entier et
BELGA IMAGE

causé la mort de quelque 50 millions de personnes. Il n’y a pas un


mot là-dessus dans nos livres d’école… peut-être parce que les guer-
res mondiales ont été plus meurtrières encore. »

LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020 9


ÉCONOMIE
ENTREPRISES

« NOUS SOMMES PARFOIS


TROP BONS AVEC CEUX
QUI SONT EN DIFFICULTÉ »
Dans ce magazine, l’économiste Paul De Grauwe affirme que, grâce aux taux d’intérêt faibles,
l’aide financière reste payable et le financement du déficit budgétaire ne devrait pas être
un problème insurmontable. Nous nous sommes ensuite entretenus avec Etienne de Callataÿ,
Chief Economist chez Orcadia Asset Management : « Nous ferions mieux de réfléchir aux
désavantages de la faiblesse des taux d’intérêt et aux avantages de la destruction créatrice. »

E
ffectivement, la plupart des gens ne semblent pas s’in- Y a-t-il une possibilité que personne ne doive payer la dette pu-
quiéter outre mesure. Et d’une certaine façon, Etienne blique ?
de Callataÿ, Chief Economist chez Orcadia Asset DE CALLATAŸ : Absolument, si la Banque nationale efface toutes les
Management, le comprend. « Le produit intérieur brut est dettes. L’effacement est une façon de rendre supportable une dette
un concept assez abstrait, difficile à représenter. Et s’il publique élevée.
baisse de 10%, ok c’est dommage, mais qu’est-ce que cela signifie ?
Grâce aux aides octroyées aux travailleurs et aux entreprises, nous Quoi qu’il en soit, si les taux d’intérêt restent bas, nous pour-
n’en voyons pas encore toutes les conséquences. Pourtant, avec la rons nous accommoder de cette dette élevée.
baisse de ce PIB, il y aura évidemment moins de moyens pour, par DE CALLATAŸ : Un taux d’intérêt très bas pendant de nombreuses
exemple, l’enseignement et les soins de santé. » années a des conséquences négatives. Pour commencer, il ne
récompense pas les épargnants. Au taux d’intérêt actuel, l’épargne
Qui va payer cette baisse de la prospérité ? ne compense déjà pas l’inflation, même faible, et vous étiez plus riche
ÉTIENNE DE CALLATAŸ : Les travailleurs actuels, leurs enfants, ou au 31 janvier qu’au 31 décembre de la même année. Ensuite, il existe
personne. Mais il est peu probable que la population active paie plus le phénomène des bulles qui se forment sur le marché financier, par
d’impôts ou bénéficie de moins d’allocations. Nos enfants, en revanche, exemple quand on emprunte à un taux très bas pour acheter de l’im-
seront bel et bien les victimes. C’est déjà une certitude. On peut miser, mobilier ou des actions, et que le taux d’intérêt augmente très fort
à l’avenir, sur une dette publique plus élevée et un héritage négatif. par la suite.
Un taux d’intérêt bas a encore un autre désavantage, dont on parle
peu : il induit peu de destruction créatrice dans l’économie. On peut
comparer cela à une forêt où les arbres malades ou trop vieux sont
abattus afin de faire place à de jeunes et nouvelles pousses. En
économie aussi, les entreprises plus faibles doivent faire place à des
entreprises plus fortes. Une faillite n’est pas forcément une mauvaise
chose pour l’économie.

SUPPRIMER LES PARACHUTES DORÉS


Diriez-vous qu’il faut profiter de la crise du corona pour
LIES WILLAERT

permettre une telle destruction créatrice ?


DE CALLATAŸ : Non, je dirais qu’il faudrait un taux d’intérêt plus élevé
Etienne de Callataÿ. « Une dette publique plus
élevée induit un héritage négatif pour plus tard. » et la possibilité pour les pouvoirs publics d’accéder à des emprunts

10 LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020


BELGA IMAGE

Banqueroute. « Une faillite n’est pas forcément une mauvaise chose pour l’économie. »

bon marché auprès de la banque centrale. Mais je suis effectivement


FAILLITE : L’ASPECT HUMAIN
d’avis qu’un peu plus de destruction créatrice serait bonne pour
l’économie. Actuellement, les entreprises au bord du gouffre peuvent Si Etienne de Callataÿ estime que l’aide aux entreprises est souvent déme-

emprunter à très bon marché pour assurer leur survie. surée, il n’a pas le même avis concernant l’aide aux personnes. « Soyons
clairs, les victimes humaines des faillites doivent absolument être aidées,
avec une allocation et un accompagnement vers un nouvel emploi. Bien
Voulez-vous dire que l’Etat ne devrait pas autant choyer les en-
sûr, il faut mettre en place des mesures de transition. Quelqu’un qui perd
treprises ?
son travail dans une banque ne pourra pas se reconvertir le lendemain
DE CALLATAŸ : Dans notre économie, nous sommes en effet parfois
dans un hôpital. Il est important de convaincre les gens de la nécessité de
trop bons à l’égard des entreprises en difficulté. Cela induit un
la formation continue, et d’inciter les entreprises à miser sur l’innovation.
manque d’audace, de concurrence et de créativité. Je vous donne un
La mobilité et la flexibilité sur le marché du travail peuvent également
exemple. Ce n’est pas un hasard si les entreprises qui misent à fond
être améliorées. C’est à la fois une responsabilité individuelle et une obli-
sur la voiture électrique sont de nouveaux acteurs, comme Tesla. Les
gation pour les entreprises. Aux États-Unis par exemple, les employeurs
entreprises qui continuent à développer des moteurs diesel pour les
paient une partie des allocations des travailleurs licenciés. Les entrepri-
voitures devraient se tourner résolument vers les moteurs électri­ ses ont donc tout intérêt à ce que les travailleurs licenciés trouvent un
ques. Mais dans ce cas, les investissements qu’elles ont faits précé­ nouvel emploi le plus rapidement possible. En Belgique, c’est la collectivi-
demment ne rapporteraient plus. Or les actionnaires n’aiment pas té qui assume les allocations de chômage, et ce sur de longues périodes.
les investissements qui ne rapportent pas. Les managers n’ont donc Ce n’est pas précisément l’option la plus créatrice. »
pas envie de se tirer une balle dans le pied.
LES BONS ET LES MAUVAIS JOURS
Le parachute doré pour les cadres supérieurs est d’ailleurs lui aussi
ÉTIENNE DE CALLATAŸ : Quand les voyages d’affaires deviennent impos-
une aberration. Ces gens veulent être grassement payés quand tout
sibles à cause d’une crise comme celle que nous traversons aujourd’hui,
va bien, mais attendent un filet de sécurité démesuré quand ça va
des logiciels, développés ou considérablement améliorés en un temps
mal. Ce n’est pas possible, c’est l’un ou c’est l’autre.
record, permettent désormais d’organiser les réunions en ligne. La
En outre, suite aux fusions, collaborations et autres regroupements,
disparition des voyages d’affaires est-elle grave pour l’industrie du voya-
de nombreuses entreprises travaillent ensemble, alors qu’en termes
ge ? Absolument. Mais elle crée aussi de nouvelles opportunités. Les
de produits, de services, ou de distribution, elles sont concurrentes.
managers peuvent choisir la manière dont ils veulent se réunir et
Elles ont même parfois, en partie, les mêmes actionnaires, ce qui est
perdent moins de temps. Organiser une réunion à laquelle chacun parti-
très malsain pour l’économie.
cipe depuis son bureau ou son salon coûte moins cher, ce qui laisse plus
d’argent pour investir et innover. Sans parler des effets bénéfiques sur
Quels sont les avantages d’un taux d’intérêt élevé ? l’environnement. Cette situation est-elle difficile pour les hôtels, dans la
DE CALLATAŸ : Avec un taux d’intérêt plus élevé, qui induirait juste­ mesure où ils accueilleront moins de voyageurs ? Absolument, et pour
ment une certaine destruction créatrice, les pouvoirs publics pour­ cette raison, il faut venir en aide au personnel hôtelier. En revanche, il
raient éviter de faire des emprunts destinés à aider les mauvaises n’est pas nécessaire d’aider les actionnaires des hôtels : en affaires, il y a
entreprises. Ces ressources pourraient alors être consacrées à l’in­ de bonnes et de mauvaises années, ça fait partie du jeu.
novation, à la lutte contre le réchauffement climatique... l

LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020 11


INVESTIR
CLIMAT D’INVESTISSEMENT

« LA NUIT EST TOUJOURS PLUS 
SOMBRE AVANT L’AUBE »
Investir au plus fort d’une crise ? Les plus audacieux ne reculeront pas, tandis que d’autres
ne le feraient pour rien au monde. Lesquels ont raison ? Selon Luc Aben, économiste en chef
de la banque privée Van Lanschot, les deux attitudes sont défendables.

M
essage au lecteur : avant toute chose, nous vous exemple en vous retirant un moment du marché boursier, votre
invitons à lire l’encadré à droite, intitulé ‘Trois raisons rendement à long terme sera considérablement plus faible. Ces
pour ne pas investir’. Prenez votre temps. meilleures journées viennent souvent immédiatement après les plus
Maintenant, posez-vous la question pourquoi, dans ce mauvaises, tout comme la nuit est toujours plus sombre juste avant
climat d’incertitude induit par la baisse de la croissan- l’aube. La seule chose, c’est qu’avec les marchés financiers, on ne
ce économique, un éventuel passage de pouvoir entre Républicains et sait jamais quand le soleil va se lever. Avec la crise ICT lors du passa-
Démocrates aux États-Unis, et les effets néfastes d’un Brexit dur, ge à l’an 2000, on a craint que le soleil ne se lève plus jamais. Idem
vous oseriez encore investir (dans des actions). pendant la crise financière et économique en 2008/2009. Et idem
« Parce qu’il n’est jamais sage de quitter le marché sur un coup de encore avec la volatilité sauvage qui a caractérisé les marchés en
tête », affirme Luc Aben, économiste en chef de la banque privée mars 2020. Mais les choses ont toujours fini par aller mieux. Donc, il
Van Lanschot. « Vous pouvez naturellement toujours adapter votre faut continuer à investir. »
portefeuille en fonction d’une situation ou d’une évolution. Mais vous
coucher pour éviter de tomber n’est pas une option car vous risque- « SE COUCHER POUR NE PAS TOMBER ? CE
riez de ne pas vous relever. Historiquement, il s’avère en outre que si
N’EST PAS UNE OPTION. EN BOURSE, LES
vous ratez les meilleures journées de Bourse d’une période, par
MEILLEURES JOURNÉES SUIVENT SOUVENT
IMMÉDIATEMENT LES PLUS MAUVAISES. »
TROIS RAISONS POUR INVESTIR
TINA. There Is No Alternative. Luc Aben : « Les taux d’intérêt qui
restent très bas poussent les investisseurs à se tourner vers les
actions ou d’autres formes d’investissement sur le marché financier.
C’est dû au fait que lorsque les taux sont bas, la valeur actuelle
‘objective’ du bénéfice futur de l’entreprise est plus élevée. Cela a
une grosse influence sur la valeur d’une action. Et les taux d’intérêt
resteront bas pendant un bon moment encore. »
Prime de risque favorable. Luc Aben : « Les actions européennes,
par exemple, cotent à un ratio cours/bénéfice de 16, sur la base du
bénéfice prévu pour l’année prochaine. En qualité de copropriétaire
(car actionnaire) de sociétés émettrices, cela vous donne un rende-
ment théorique de 6% sur un portefeuille d’actions très diversifié. Si
vous le comparez avec le taux d’intérêt, vous connaîtrez la prime
pour le risque que vous prenez en tant qu’investisseur. Et cette prime
Luc Aben. « Le fossé entre optimisme et pessimisme n’a jamais été aussi profond. » de risque n’est pas anormalement basse, bien au contraire. » ➤

12 LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020


3 RAISONS POUR NE PAS INVESTIR
1. Corona. Luc Aben : « L’évolution de l’économie est incertaine. Et c’est le virus qui décidera
de l’ampleur de cette incertitude. Arriverons-nous à le tenir sous contrôle, va-t-il se mainte-
nir ou, pire, va-t-il encore s’étendre ? Y aura-t-il un vaccin utilisable (à temps), en quantité
suffisante ? Déjà, quand deux économistes diffèrent d’un seul point de pourcentage (par
exemple 3 contre 4) dans leurs prévisions de croissance économique, tout le monde s’em-
balle. Aujourd’hui, les extrêmes sont facilement dix fois plus éloignés dans les prévisions.
Le fossé entre optimisme et pessimisme n’a jamais été aussi profond. »

GETTY IMAGES
2. Le président des États-Unis. Luc Aben : « Il est impossible d’estimer l’impact d’une
victoire de Donald Trump, tant l’homme est imprévisible. L’impact d’une victoire de Joe
Biden, s’il fait marche arrière sur la réduction des impôts, entraînerait une baisse
moyenne d’environ 6% du bénéfice par action d’une société figurant dans l’indice
Standard & Poor’s 500 (S&P 500), qui regroupe les 500 plus grandes valeurs américaines.
À court terme, cela pourrait attiser la nervosité des investisseurs. »
GETTY IMAGES

3. Brexit. Luc Aben : « Le bon sens nous dit qu’il reste encore un peu de temps pour parve-
nir à un accord, mais bon sens et logique ont rarement été présents dans le dossier du
Brexit. Boris Johnson est entouré de faucons qui veulent un modèle libéral comparable
à celui de Singapour, c’est-à-dire un régime fiscal (inéquitable) qui rendra une produc-
tion au Royaume-Uni plus attrayante qu’une production sur le continent. Avec les
conséquences attendues pour l’Europe : des importations bon marché venant de
concurrents implantés à quelques dizaines de kilomètres de la mer du Nord. Tandis
que les dégâts économiques du Brexit pour le Royaume-Uni s’effaceront face à ceux
occasionnés par le coronavirus. »
GETTY IMAGES

GETTY IMAGES

LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020 13


INVESTIR
CLIMAT D’INVESTISSEMENT

Un vaccin va arriver. Luc Aben : « Grâce au poids de ses entreprises


technologiques (environ 25%), le marché boursier américain se situe QUANTITATIVE EASING

à peine sous le niveau de début 2020, c’est-à-dire avant la crise du Les banques centrales tentent de galvaniser une économie chan-
corona. Là-bas, ce sont donc les actions des entreprises technologi- celante en abaissant les taux d’intérêt à court terme et en stimulant
de la sorte les investissements et la consommation. Si cela ne suffit
ques qui ‘tirent’ la charrette. Mais dès qu’un vaccin efficace sera
pas, elles appliquent l’assouplissement quantitatif (Quantitative
disponible (courant 2021 est un scénario très plausible), les entrepri-
Easing), qui consiste à acheter des titres, par exemple des bons d’État
ses non technologiques reprendront du poil de la bête. Ces entrepri- et des obligations d’entreprises, afin de maintenir les taux d’intérêt à
ses sont pour le moment dans l’ombre des entreprises technologi- long terme également à un niveau bas.
ques. Mais elles représentent une majorité, surtout en Europe. Une
bonne nouvelle à venir pour les marchés financiers européens. »
DIVERSIFIER, DIVERSIFIER, DIVERSIFIER
La grande inconnue étant bien sûr les dégâts économiques provo-
qués par la crise du corona. Luc Aben : « D’où l’importance de main-
tenir suffisamment longtemps les mesures européennes de soutien.
Un équilibre entre les incitants à court terme et les améliorations
structurelles de l’économie à plus long terme. De toute façon, il faut
éviter de faire des dépenses structurelles élevées sous prétexte de se
protéger contre les séquelles du corona, car ces dépenses ne stimu-
leront pas la productivité ni donc la croissance économique. »
Et de conclure : « Quoi qu’il arrive, un investisseur ne doit jamais
perdre de vue les trois règles d’or pour un investissement : diversi-
fier, diversifier et ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.
GETTY IMAGES

Et aussi, toujours agir en fonction de son propre profil d’investisse-


ment et de risque, de sa situation personnelle et de ses propres
souhaits. » l
Aux États-Unis, ce sont les entreprises technologiques qui ‘tirent’ la charrette.

LA STRATÉGIE CHEZ VAN LANSCHOT

L’équilibre entre les catégories d’investissement a-t-il été conservé chez en revanche un rendement (à risque) plus élevé. Ce ne sont pas ces obli-
Van Lanschot ? Luc Aben : « Dans notre portefeuille neutre, les actions gations qu’achète pour le moment la Banque centrale européenne
représentent généralement 55%, en moyenne et sur un long terme. (BCE) dans le cadre du Quantitative Easing (assouplissement quantita-
Cette proportion a actuellement été corrigée à 53%. Cela veut-il dire tif). Mais si les marchés financiers devaient se tarir de façon importan-
que nous sommes plus prudents ? Un peu, quand même. Nous avons te, comme ce fut le cas en 2008/2009 et en mars 2020, la BCE pourrait
aussi des obligations d’État dans le portefeuille, comme tampon. Mais peut-être intervenir. L’ajout de ces obligations à haut rendement est
moins qu’avant. Outre des obligations de bonne qualité à rendement une nouveauté dans notre stratégie d’investissement. La Réserve
très modeste, nous achetons aussi des obligations d’entreprises de fédérale américaine le fait déjà. Ces obligations offrent des rendements
qualité un peu moindre, que l’on appelle ‘obligations à haut rende- supplémentaires qui compensent notre plus grande prudence à l’égard
ment’ (high yield). Du fait de cette qualité un peu moindre, elles offrent des actions. »

LE NOMBRE DE SOCIÉTÉS ZOMBIES AUGMENTE


Il existe une différence majeure entre les mesures de soutien prises aux ses en situation précaire de survivre. Mais cela peut faire baisser l’envie
États-Unis et celles prises en Europe. Aux États-Unis, on aide les d’entreprendre et contribue à l’apparition de sociétés zombies.
chômeurs à survivre, tandis qu’en Europe on aide les entreprises. Cela Luc Aben : « Selon une étude récente de la Banque des règlements inter-
veut dire qu’aux États-Unis, une économie de marché libérale autorise nationaux (la banque des banques centrales), le nombre de sociétés
plus de destruction créatrice. Les entreprises en mauvaise posture zombies est effectivement en augmentation. Le risque de voir une socié-
peuvent disparaître, mais leurs travailleurs retrouvent plus facilement té zombie continuer à végéter augmente également. Les décideurs poli-
un nouvel employeur, et cela met un terme aux allocations qu’ils perçoi- tiques doivent casser cette tendance en réduisant le soutien aux entre-
vent. Avec le chômage temporaire (ou le Kurzarbeit en Allemagne), prises en difficulté, tout en épargnant certains secteurs. Mais ce genre
l’Europe maintient les travailleurs ‘en service’ et permet à des entrepri- de mesures ne les rendra pas sympathiques aux yeux de la population. »

14 LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020


Moi dans 5 ans ?
C’est le moment
de se préparer

Vous vous voyez où dans 10, 15 ou 20 ans ? Quels que soient vos objectifs, nous avons
l’expertise pour vous guider et vous proposer les solutions en investissements adaptées
à votre profil. Et si c’était le moment de préparer votre futur ? do your thing

Rendez-vous sur ing.be/investir

Offre de placements, d’investissements et/ou d’assurances sous réserve d’acceptation d’ING Belgique (ou, le cas échéant, de la compagnie d’assurance concernée) et d’accord mutuel. Conditions et modalités (règlements, tarifs, documents
d’informations clés pour l’investisseur ou pour l’épargnant et autres informations complémentaires) disponibles dans toutes les agences ING ou sur www.ing.be. ING Belgique S.A. – Banque – Avenue Marnix 24, B-1000 Bruxelles –
RPM Bruxelles – TVA : BE 0403.200.393 – BIC : BBRUBEBB – IBAN : BE45 3109 1560 2789. Éditeur responsable : Sali Salieski – Cours Saint-Michel 60, B-1040 Bruxelles. 09/2020.
Euronext Brussels. « Comme un marché de fleurs
mais pour des produits financiers. »
PG

16 LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020


INVESTIR
EURONEXT BRUSSELS

« LES KRACHS INDUISENT UNE


DYNAMIQUE INTÉRESSANTE
POUR INVESTIR »
Les nouveaux investisseurs sont plus jeunes que l’investisseur moyen. C’est ce qui ressort d’une
étude réalisée par la FSMA, l’autorité des services et marchés financiers. Vincent Van Dessel, CEO
d’Euronext Brussels, trouve ce constat prometteur.

L
a Bourse est une institution qui organise un marché sur
LA FAMILLE BRUGEOISE VAN DER BUERSE
lequel sont négociés des titres comme des actions, des
Au Moyen Âge, les courtiers et les marchands brugeois jouaient un
obligations, des trackers, des fonds et autres produits déri-
rôle important dans le commerce international. Dans ce contexte est
vés tels qu’options et futures. Alors qu’avant les titres
apparu le besoin de transactions financières. Des banquiers belges et
étaient déposés dans des corbeilles en métal et négociés étrangers ont commencé à se charger des activités bancaires (au
dans des bâtiments bien physiques, ils suivent aujourd’hui des début, principalement l’émission de lettres de change) de ces
chemins numériques et transparents à travers le monde entier. commerçants. Dès le début du 14e siècle, s’est ouverte à Bruges la
« On dit parfois que la Bourse finance les entreprises, mais c’est un première bourse financière, dans un bâtiment appartenant à l’auber-
peu exagéré », nuance Vincent Van Dessel, CEO d’Euronext Brussels, giste Van der Buerse.
la Bourse de Bruxelles. « La Bourse est plutôt un outil. Elle organise Pour les premiers véritables bâtiments boursiers, il a fallu attendre le
16e siècle, à Anvers (1531) et à Londres (1571). On y négociait surtout
un marché financier, c’est-à-dire qu’elle propose un lieu de ren-
des marchandises mais aussi des titres de créance comme des prêts
contre sûr pour les entrepreneurs et les investisseurs. La négociabili-
et des obligations. C’est plus tard, en 1602, que des actions de la
té des produits financiers est centrale sur ce marché, comme sur un Compagnie néerlandaise des Indes orientales ont été proposées à la
marché de légumes, de textile ou de fleurs. Sur le marché financier Bourse d’Amsterdam. On peut donc dire que la Bourse moderne a vu
aussi, c’est-à-dire à la Bourse, vous pouvez soit aller droit à votre le jour à Amsterdam. La Bourse de Londres (London Stock Exchange)
objectif, soit flâner (naviguer) parmi tout ce qui est proposé et vous a été créée en 1801, et celle de New York en 1817.
laisser séduire par tel ou tel produit financier. »

MARCHÉS TOUS AZIMUTS


Mais alors que sur un marché traditionnel vous pouvez faire vos
achats vous-même, ce n’est pas le cas à la Bourse. Seules les
banques et les sociétés de courtage y ont un accès direct. Le commun
des mortels doit transmettre ses ordres via un intermédiaire qui, de
nos jours, n’implique plus de grand détour. Les banques et les socié-
tés de courtage prennent à leur charge l’identification des clients
ainsi que l’ensemble des paiements et transactions concernant leurs
titres.
GETTY IMAGES

Vincent Van Dessel : « Quand une transaction se fait via la Bourse, on


parle de marché secondaire. Et quand les entreprises s’adressent
directement aux acheteurs, on parle de marché primaire. Euronext La Bourse de Bruxelles et son activité bourdonnante. Le bâtiment a été construit
Brussels utilise un système intégré pour assurer une tarification entre 1868 et 1873, mais l’institution financière proprement dite a été fondée
en 1801.
optimale et transparente de tous les produits financiers dans le ➤

LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020 17


INVESTIR
EURONEXT BRUSSELS

TITRES ET CORBEILLES
LEADER DU MARCHÉ EN EUROPE
Avant l’introduction du traitement automatisé (1992), les titres se
Euronext est la première place financière paneuropéenne. Son ambi-
négociaient comme sur un marché ordinaire. Ils étaient déposés
tion est de soutenir l’économie de manière transparente, efficace et
dans des corbeilles, de petits paniers en fer, autour desquels se
fiable en offrant un lieu où peuvent se retrouver les acheteurs et les
tenaient des intermédiaires spécialisés dans ces titres. Des cour-
vendeurs de titres. Les activités d’Euronext sont depuis quatre siècles
tiers recevaient les ordres dans les cabines téléphoniques installées
au cœur des marchés de capitaux européens. Aujourd’hui, l’Europe
au rez-de-chaussée et se hâtaient ensuite à l’étage de la Bourse afin
entre dans une nouvelle ère. Les marchés réglementés plus stricts
de transmettre les ordres à ces intermédiaires. Après des marchan-
gagnent en importance et les marchés financiers recherchent d’au-
dages effectués le plus souvent de vive voix, les contrats d’achat ou
tres sources de capitaux et d’autres façons de gérer les risques. D’où
de vente étaient conclus. Les cours étaient alors notés à la craie
l’importance accrue de la transparence et de la supervision.
blanche sur un tableau noir.

« LE TAUX D’INTÉRÊT NE VA PAS Aujourd’hui, les technologies de pointe permettent d’acheter ou de
vendre des actions de la plupart des entreprises quel que soit
AUGMENTER, VOUS AVEZ UN PEU PLUS l’endroit où ces entreprises sont situées ou cotées en Bourse. C’est la
D’ÉCONOMIES ET ON VOUS OFFRE UNE raison pour laquelle elles sont de plus en plus souvent cotées sur
RÉDUCTION. C’EST UN BON MOMENT POUR leurs marchés locaux. Cela leur offre les avantages d’avoir un cadre
juridique local, des médiateurs locaux et la réglementation d’un
COMMENCER À INVESTIR. » régulateur local, tout en permettant à leurs actions d’être accessibles
dans le monde entier. En Belgique, ce régulateur est l’Autorité des
monde entier. Il existe de nombreux sites Web, dont celui d’Euronext, services et marchés financiers (FSMA).
sur lesquels les émetteurs de titres et les investisseurs ou les épar­
gnants peuvent suivre ces prix et toutes les cotations. » AUGMENTATION DU NOMBRE D’INVESTISSEURS
Par le passé, les entreprises étaient cotées sur différents marchés On entend parfois dire « tout le monde achète en ce moment », ou
financiers. Elles choisissaient en l’occurrence les marchés dont elles « tout le monde vend en même temps ». « Cela n’est bien sûr pas
estimaient qu’ils présentaient un certain intérêt pour elles. possible », note Vincent Van Dessel. « Pour un vendeur, il y a toujours

18 mars 2016. Alexander De Croo, actuel Premier ministre mais à l’époque ministre de la
Coopération au développement, de l’Agenda numérique, des Télécommunications et de la
Vincent Van Dessel, CEO d’Euronext Brussels. « En fait, c’est maintenant ou jamais. » Poste, fait sonner la cloche pour célébrer le 25e anniversaire du Bel20.
BELGA IMAGES
PG

18 LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020


un acheteur. Et inversement. Mais évidemment, le prix d’une action par leurs opérations d’investissement, ils continueront peut-être à en
peut monter parce que l’équilibre entre l’achat et la vente se situe faire. Force est aussi de constater que certaines Bourses battent
désormais plus haut, ce qui ne veut absolument pas dire que tout le actuellement des records de volume. C’est dû à la faiblesse des taux
monde achète en même temps. » d’intérêt qui annulent la rentabilité de nombreuses épargnes belges.
Le Belge est de toute façon un gros épargnant, et il a encore réduit

« ÉPARGNER EST DEPUIS QUELQUES ses dépenses lors de la première vague du coronavirus. Le volume
total de l’épargne est ainsi passé à 280 milliards d’euros. Mais
ANNÉES DÉFICITAIRE DANS LA MESURE OÙ aujourd’hui (et depuis quelques années), épargner est devenu défici-
DES TAUX D’INTÉRÊT AUSSI BAS NE taire dans la mesure où des taux d’intérêt aussi bas ne permettent
PERMETTENT MÊME PLUS DE COMPENSER même plus de compenser l’inflation. »
« C’est un bon moment pour commencer à investir », estime Vincent
L’INFLATION. » Van Dessel. « Les taux d’intérêt ne devraient pas augmenter dans les
années à venir, vous avez un peu plus d’économies, et on vous offre
Depuis le début de la crise du corona, il y a eu une augmentation une réduction allant jusqu’à 40%. Alors, c’est maintenant ou jamais,
remarquable du nombre de nouveaux investisseurs individuels. « Les en fait. Mais tenez bien compte de votre profil de risque, de votre
volumes traités par les courtiers de détail ont été multipliés par un horizon temporel, de votre situation personnelle et de vos souhaits.
facteur de 2,5. Et ce certainement en mars. Cela peut s’expliquer par C’est d’ailleurs ce que prescrit la directive européenne sur les
la chute rapide du cours de nombreuses actions. Certaines person- marchés d’instruments financiers (MiFID). » l
nes qui n’avaient jusqu’à présent jamais osé investir se sont dit qu’a-
vec des ‘réductions’ pouvant aller jusqu’à 40%, c’était la chance de
leur vie. Un time to market non négligeable. Le passé nous apprend
en outre que les krachs ont toujours induit une dynamique intéres-
sante pour les investissements. Tous, sans exception. Ceux qui ont
investi au plus bas de l’année 2020 ont évidemment une chance de
faire le plus gros bénéfice. »
Selon une étude de la FSMA, les nouveaux investisseurs sont plus
jeunes que l’investisseur moyen. Vincent Van Dessel : « C’est promet-
teur pour le financement des entreprises car s’ils ont été convaincus

LOCAL CONTRE INTERNATIONAL


La plupart des pays industrialisés possédaient jadis leur propre marché
boursier. Mais au tournant du siècle, les Bourses ont cherché à se
rapprocher les unes des autres, dans le but d’offrir aux investisseurs un
accès plus facile et moins coûteux au négoce mondial des titres. Avec la
Bourse de Bruxelles, la Belgique disposait elle aussi d’une Bourse inter-
nationale établie localement. En 2000, cette Bourse a fusionné avec
celles d’Amsterdam et de Paris pour former Euronext SA, devenant ainsi
la première Bourse paneuropéenne. En 2002, Lisbonne a également
rejoint Euronext, qui a fusionné en 2007 avec le groupe NYSE (New York
Stock Exchange) pour devenir NYSE Euronext. C’est ainsi qu’est née
la plus grande Bourse au monde. Plus tard, en 2013, International
Exchange (ICE) a repris l’ensemble du complexe mais en se défaisant
dans la foulée de toutes les activités européennes (y compris la Bourse
de Bruxelles). Ces activités européennes se sont poursuivies sous le nom
d’Euronext et regroupent 1300 sociétés cotées. Ces dernières années,
Euronext, redevenue indépendante, a racheté les Bourses de Dublin et
d’Oslo.
GETTY IMAGES

30 juillet 2012. La Bourse à son ‘moment’ le plus international,


comme en attestent les drapeaux : Grande-Bretagne, Espagne,
États-Unis, NYSE Euronext, Belgique, UE, Pays-Bas, France.

LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020 19


INVESTIR
FISCALITÉ, PROTECTION, SURVEILLANCE

ET LA FISCALITÉ DANS TOUT ÇA ?


Le rendement que l’on obtient en Bourse n’est pas un montant net. L’État empoche un joli pourcentage au passage. Bref aperçu.

ACTIONS établie en Belgique, l’investisseur n’a rien à distribuent pas de revenus) investies à plus
Les revenus d’actions (dividendes) sont faire, le précompte mobilier étant retenu à la de 10% dans des créances. Pour ces sicav,
normalement imposés à 30%. Si l’émetteur source. Si ce n’est pas le cas, l’investisseur la part provenant de revenus d’intérêts sera
est belge ou que le dividende est crédité doit déclarer les revenus. Depuis 2018, un imposée lors du rachat ou du rembourse-
directement sur un compte d’une institution montant de 812 euros (après indexation) est ment des parts. Les fonds sont également
exonéré par an et par contribuable. Une taxe soumis, dans certains cas, à une TOB de
sur les opérations boursières (TOB) de 0,35%.
0,35% est due sur les achats et rachats
effectués sur le marché secondaire. Les OBLIGATIONS
plus-values ne sont normalement pas impo- Les coupons payés sur une base périodique
sables et les moins-values pas déductibles. ou la différence entre le prix de souscription
et le remboursement à l’échéance sont
FONDS considérés comme des intérêts imposables
La fiscalité des fonds est relativement à 30%. Le remboursement du principal (le
complexe. Les dividendes de fonds sont trai- montant ‘prêté’ à l’émetteur) n’est normale-
tés de la même manière que les dividendes ment pas imposable. Tous les rachats excé-
d’actions ordinaires (précompte mobilier de dant le prix de souscription sont considérés,
GETTY IMAGE

30%) mais un régime spécial est prévu pour dans le cadre fiscal, comme un intérêt
les sicav de capitalisation (sicav qui ne imposable. Prenons l’exemple d’un investis-

MIFID, CONTRE LES ABUS ET L’ARBITRAIRE


Depuis 2007, une directive européenne protège les investisseurs européens contre l’arbitraire, les abus et le manque
de transparence des coûts dans la gestion des sociétés d’investissement.

La directive européenne sur les marchés En règle générale, la directive MiFID s’appli- un questionnaire portant sur l’appétit de
d’instruments financiers (MiFID) réglemente que aux actions, obligations et autres risque, les connaissances et l’expérience en
les services des sociétés d’investissement produits dérivés, mais pas, par exemple, aux matière d’investissement, que les établisse-
(banques, gestionnaires d’actifs, platefor- dépôts ni aux prêts. C’est uniquement après ments financiers peuvent passer des ordres,
mes d’investissement en ligne...) dans le avoir appliqué la directive, en remplissant gérer des portefeuilles et fournir des
domaine des produits d’investissement : conseils d’investissement à un client-inves-
ordres d’achat et de vente, gestion et tisseur. Le questionnaire permet également
conseil. La directive MiFID I est entrée en de déterminer le profil de risque de l’inves-
vigueur en 2007 et a été renforcée en 2018 tisseur : défensif, neutre ou offensif.
par la directive MiFID II. Cela s’explique par
l’harmonisation de la protection en Europe MIFID II APRÈS MIFID I
et par le fait que certains investisseurs ont l des règles plus strictes pour la vente de

investi pendant la crise financière dans des produits complexes ;


GETTY IMAGE

produits complexes qu’ils ne maîtrisaient l des procédures plus strictes pour garantir

pas bien. que les bons produits atteignent le bon

20 LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020


UN SUPERVISEUR
POUR PROTÉGER LE
seur qui souscrit pour 98 une obligation
d’une valeur nominale de 100. Si le montant
CONSOMMATEUR
de 100 euros est remboursé à l’échéance, la En Belgique, depuis la crise financière, l’Autorité des services et marchés
différence (2) est considérée comme un financiers (FSMA) supervise le comportement et les produits du secteur
intérêt imposable. Une TOB de 0,12% est financier.
normalement due à l’achat et à la revente
d’obligations sur le marché secondaire. Investir est une activité passionnante, mais il faut être sûr de l’exactitude des informa-
tions fournies par les sociétés et institutions financières cotées et non cotées en Bour-
TRACKERS se. La FSMA est une institution publique autonome qui, avec la Banque nationale de
Un tracker ou ETF ne peut pas être réperto- Belgique, veille au traitement correct et honnête des consommateurs de produits
rié dans une catégorie fiscale précise et le financiers. Cela concerne la transparence et la loyauté des transactions sur les
traitement fiscal des trackers dépend de la marchés financiers, ainsi qu’une information complète et correcte sur les titres négo-
forme juridique. ciés sur ces marchés. La FSMA surveille également le comportement des institutions
S’agit-il d’un contrat ou d’un fonds ? Une financières et des autres acteurs.
distribution est-elle prévue ? Selon la situa- Toute personne qui a une plainte à formuler à propos d’un service ou d’un produit
tion, la distribution peut être imposée ou le financier peut la soumettre gratuitement à un organisme d’expertise indépendant.
tracker peut suivre le régime fiscal qui www.fsma.be.
correspond à son statut juridique, par exem-
ple le statut d’un fonds. l WIKIFIN LAB POUR LES DÉBUTANTS
Récemment, la FSMA a ouvert à Bruxelles le Wikifin Lab, un centre d’éducation finan-
cière interactif. Il permet aux élèves de l’enseignement secondaire d’expérimenter
gratuitement les diverses situations financières de la vie quotidienne. Tout est axé sur
les manières de garder un budget en équilibre et explique l’influence opérée sur les
public cible (gouvernance des produits) ; comportements de consommation, les risques existant sur les marchés financiers, les
l l’introduction du conseil en investissement conséquences de choix financiers… L’objectif est de mieux leur faire comprendre la
indépendant ; thématique financière et les questions d’argent.
l des restrictions sur les commissions pour Les élèves suivent un parcours interactif de près de trois heures, sur plus de 1.000
des services d’investissement ; mètres carrés, de façon individuelle, en groupe de quatre ou encore avec toute leur
l un devoir de diligence accru pour les pres- classe, sous la conduite d’un animateur. Outre un parcours interactif, le Wikifin Lab
tataires de services d’investissement ; propose aussi un ‘mur des savoirs’ sur lequel des objets insolites expliquent certaines
l une meilleure information du client ; notions financières.
l une plus grande transparence des coûts ; Le Wikifin Lab a été développé
l plus d’éducation et de formation pour le par des enseignants, des péda-
personnel ; gogues et des scientifiques
l des sanctions plus strictes et de nouvelles spécialisés dans l’économie
compétences pour les superviseurs ; comportementale et le gaming. l
l une meilleure identification des donneurs www.wikifin-lab.be
d’ordre de transactions financières afin de (source : Febelfin et FSMA)
détecter plus rapidement les abus ;
l des règles plus strictes pour les conversa-
GETTY IMAGE

tions téléphoniques et les communications


électroniques dans le cadre des services
d’investissement. l

LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020 21


INVESTIR
JEUNES

« LES JEUNES INVESTISSENT


EN CONNAISSANCE DE CAUSE
ET AVEC DISCERNEMENT »
Il n’y a pas qu’aux États-Unis que les jeunes investissent de l’argent en Bourse. Mais la façon
dont les Belges font leurs premiers pas dans ce domaine n’a rien à voir avec l’image donnée
par les jeunes utilisateurs américains de l’application Robinhood.
Par Jasper Vekeman et Ilse De Witte

en partie due à de petits investisseurs américains qui peuvent désor­

C
es derniers mois, les grands investisseurs ont appris qu’il
fallait désormais compter avec la nouvelle génération de mais négocier des actions et des options via des applications sans
petits investisseurs. La récente montée en flèche de la commission comme Robinhood.
Bourse technologique américaine Nasdaq et des valeurs Les options sont des instruments permettant aux investisseurs privés
technologiques individuelles comme Apple et Tesla est d’exercer un effet de levier avec peu d’argent. Pour acheter une op­

CÉDRIC PROOST
20 ans – Étudiant en sciences économiques appliquées
« J’ai investi avec l’argent que mes parents avaient mis de côté pour
moi et qui ne rapportait rien sur mon compte d’épargne. Actuelle­
ment, j’investis une partie de l’argent de mon job de vacances. Dès
que je travaillerai, j’investirai un montant fixe par mois. Uniquement
en actions. À terme, je me risquerai peut­être aux options. Mais je
ne cherche pas le profit rapide », précise Cédric Proost. Personne
dans son groupe d’amis en dehors de l’université n’investit. Il y a un
an, il est devenu membre d’un club d’investissement. « En investis­
sant chacun une petite somme d’argent, nous parvenons à consti­
tuer un portefeuille intéressant. Dans le club, il y a des gens de
différents secteurs et chacun apporte ses propres connaissances.
Je suis aussi membre de l’association étudiante Capitant, qui orga­
nise régulièrement des séances d’information sur les investisse­
ments. »
Il a commencé avec le livre ‘Investir pour les nuls’. « Cela peut
paraître idiot mais j’y ai beaucoup appris. Désormais, je vais cher­
cher les informations dans des livres, des journaux et des maga­
zines, et je me renseigne en ligne sur des entreprises. Je reçois
aussi beaucoup d’informations par l’intermédiaire de mon courtier.
J’y trouve beaucoup d’analyses et les dernières nouvelles sur les
entreprises. Cela coûte un peu plus cher mais ces informations
m’ont déjà aidé à faire de meilleurs choix et je pense que le bénéfi­ Cédric Proost. « Je vais chercher les informations dans des livres, des journaux
et des magazines, et je me renseigne sur les entreprises en ligne. »
ce compense largement les coûts de transaction plus élevés. »

22 LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020


CHARLOTTE VANLERBERGHE
19 ans – Étudiante en sociologie
« J’ai reçu ma première action de mon père à l’âge de 13 ans. J’ai
acheté ma première action avec mon propre argent vers l’âge de
16 ans », explique Charlotte Vanlerberghe. Le 9 mars, elle se trou-
vait par hasard dans les bâtiments d’Euronext Bruxelles lorsqu’a
retenti la sonnerie de clôture de la pire journée boursière depuis la
crise financière. Elle y avait été invitée comme première étudiante
classée au Beursrally organisé par le journal De Tijd. Elle a été
pendant quelque temps en lice pour remporter ce concours d’in-
vestisseurs, mais a été battue sur le fil. « Le jour de la remise du
prix, tout le monde est tombé de son petit nuage. Les mois qui
viennent de passer ont été de véritables montagnes russes. »
« Je ne fais que quelques transactions par an, notamment parce
que mon budget ne me permet pas plus. J’achète quand je remar-
que qu’un produit est anormalement bon marché. Il suffit ensuite
d’attendre qu’un bénéfice apparaisse. En pleine crise du corona,
j’ai acheté des actions Basic-Fit pour 11,5 euros, et je les ai reven-
dues un mois et demi plus tard pour 19 euros. Avec le recul, c’était
trop tôt mais j’ai quand même fait un beau bénéfice en peu de
temps. »
Charlotte Vanlerberghe s’étonne que la Bourse se soit redressée si
rapidement, alors que l’économie est toujours en souffrance.
« Pendant le confinement, la vie sociale s’est complètement arrê-
tée, alors qu’à la Bourse les échanges ont été plus actifs et mouve-
mentés que jamais. » Elle se limite aux actions et se tient à l’écart
Charlotte Vanlerberghe. « Les mois qui viennent de passer ont été de véritables
montagnes russes. » des produits à effet de levier. « Les options doivent être suivies de
très près. Les produits spéculatifs n’ont pas vraiment leur place
dans le portefeuille d’un investisseur novice. »

tion, il ne faut en effet débourser qu’une fraction du prix d’une action. connaissances et d’expérience. La possibilité de négocier des options
Une option est un contrat portant sur l’achat ou la vente d’actions, sans devoir payer de commission, comme aux États-Unis, n’existe
généralement une centaine, dans un certain délai et à un certain prix. pas chez nous. En revanche, BUX Zero a lancé il y a quelques semai-
Rien qu’en août, de petits investisseurs auraient ainsi spéculé pour nes un système presque gratuit d’investissement dans des actions.
40 milliards de dollars sur une hausse constante de la Bourse tech- Selon le courtier, il aurait déjà attiré plus de 10.000 clients dans notre
nologique, en achetant massivement des calls à court terme. Les pays.
achats sur le marché des options ont aussi un effet sur le marché Les trois plus grands courtiers en ligne en Belgique s’accordent pour
des actions. Les contreparties des investisseurs Robinhood doivent convenir que l’investissement dans des actions est en plein essor
se couvrir en achetant les actions, qu’elles s’engagent à vendre à un ➤

certain prix dans le contrat d’option d’achat (call).


« LES PRODUITS SPÉCULATIFS N’ONT PAS
LES JEUNES, PAS SI FANS DES OPTIONS VRAIMENT LEUR PLACE DANS LE
En Belgique, il n’est pas facile de se lancer dans l’achat et la vente
d’options. Un investisseur qui souhaite le faire doit, pour commencer,
PORTEFEUILLE D’UN INVESTISSEUR NOVICE. »
conclure un contrat d’option avec la banque et passer un test de (CHARLOTTE VANLERBERGHE)

LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020 23


INVESTIR
JEUNES

depuis le mois de mars. Les options sont elles aussi devenues plus « Ce sont principalement les investisseurs plus âgés et plus expéri-
populaires pendant le confinement, mais dans une moindre mesure. mentés qui s’aventurent sur le terrain des options. Notre plateforme
« Une minorité seulement de jeunes investissent dans des options », comporte de toute façon suffisamment de garde-fous pour empêcher
déclare un porte-parole de Bolero. des investisseurs novices de s’y aventurer sans connaissances
Toutes générations confondues, les actions sont l’instrument d’inves- suffisantes », souligne Dieter Haerens, CEO de BinckBank en
tissement le plus populaire selon Keytrade Bank. Les options ne Belgique.
représentent que 8% des transactions. La banque en ligne a cherché
à savoir si les jeunes investisseurs, jusqu’à 27 ans compris, se BIEN INFORMÉS
comportent différemment des investisseurs plus âgés. « Près de 95% Selon Dieter Haerens, ‘les jeunes’ ne se sont pas mis à investir du
des transactions effectuées en 2020 par nos jeunes investisseurs jour au lendemain. « Il s’agit majoritairement de trentenaires qui ont
portaient sur des actions, des ETF (fonds indiciels cotés en Bourse, vu une opportunité d’achat quand la Bourse s’est effondrée en mars.
ndlr) ou des fonds traditionnels », précise Kristof Mertens de Ils ont certes fait passer l’âge moyen de notre clientèle de 45 à 39 ans
Keytrade Bank. en seulement six mois, mais il n’y a rien d’anormal à voir des trente-
BinckBank brosse un tableau similaire. Chez les 18-35 ans, 92% des naires se lancer dans les investissements. C’est l’âge auquel la
transactions concernent des ETF et des actions. Les plus de 50 ans plupart des gens commencent à pouvoir épargner un peu d’argent. »
effectuent presque deux fois plus de transactions en options (3,6%). Chez Bolero, l’âge moyen des nouveaux clients est de 39 ans.

LAURENS BOGAERT
18 ans – Étudiant en droit avec option économie et management
« Je n’achète pas de produits risqués comme les options. Je ne
pense pas que ce soit une bonne idée pour un jeune de 18 ans »,
déclare Laurens Bogaert. Il investit depuis février. Avant cela, il a
pratiqué sur simulateur pendant un certain temps pour acquérir de
l’expérience. « J’ai commencé avec quelques économies. Mainte-
nant, j’essaie de verser chaque mois une partie de ce que je gagne
avec mon job d’étudiant. Si jamais je perds de l’argent, par exemple
100 euros, j’essaie de me rattraper en travaillant plus. 100 euros
représentent une journée de travail, pas plus. »
Laurens Bogaert discute parfois d’investissements avec des amis
ou son cousin. « Je suis assez impliqué dans ce que je fais. Je lis le
journal tous les jours pour trouver des informations sur les entre-
prises que je suis, et je cherche des analyses et des conseils. Je lis
des ouvrages. J’ai envie de gagner un peu plus d’argent avec quel-
que chose que j’aime faire. Mon plan est de garder mes actions
pendant plusieurs années. »
« Je regarde surtout la quantité de cash générée par les entrepri-
ses. Je recherche d’une part des entreprises en croissance, comme
Lotus Bakeries et WDP, et d’autre part des entreprises de qualité
qui versent un dividende, comme Unilever. » Il préfère ne pas
toucher aux banques ou à la biotechnologie. « Sans formation en
médecine ou en biologie, je n’ai pas les connaissances nécessaires
pour suivre correctement ces entreprises. Parmi les actions tech-
nologiques américaines populaires, Microsoft est sur ma liste mais
je trouve cette action trop chère pour le moment. »
Laurens Bogaert. « J’essaie de verser chaque mois une
partie de ce que je gagne avec mon job d’étudiant. »

24 LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020


LEEN MOORTGAT
25 ans – Manager de projet IT
« Je considère l’investissement comme une opération à long terme
et je n’ai aucune envie de m’appauvrir en épargnant », déclare
Leen Moortgat. « Il y a deux ans, mon fiancé et moi avons acheté
une maison mais j’arrive à nouveau à mettre un peu d’argent de
côté. En investissant, nous voulons assurer notre avenir financier. »
Quand les marchés se sont effondrés en mars, cela lui a paru être
un bon moment pour se lancer. Elle essaie de constituer un porte-
feuille diversifié de trackers et d’actions. « Travaillant dans le
monde de l’informatique, je m’intéresse forcément aux valeurs
technologiques. J’essaie toujours de trouver le bon moment pour
investir dans par ex. Facebook, SAP ou Ordina, mon employeur
actuel. Je désire les suivre plus activement et savoir à quel
moment on peut avoir du neuf et des résultats. »
Leen Moortgat a effectué un certain nombre d’investissements à
court terme dans des actions sous forte pression à cause de la
crise, comme Kinepolis et Basic-Fit. « Je les ai déjà revendues
entre-temps. » Elle a également acheté un certain nombre d’ac-
tions défensives, pour le dividende. « Quelques amies d’école
investissent également. Quand nous nous voyons, il arrive que nous
parlions d’investissements mais ce n’est pas un but en soi. Aucune
d’entre nous ne veut en faire une obsession. Je parcours de temps
en temps le journal et suis abonnée à plusieurs bulletins d’infor-
Leen Moortgat. « En investissant, nous voulons assurer notre avenir financier. »
mation mais j’ai aussi plein d’autres choses à faire. Je n’investis
pas non plus de grosses sommes d’argent. »

Bolero a vu le nombre de comptes augmenter de 35% depuis le ont été sous pression, ils se sont davantage tournés vers KBC, Ageas
Nouvel An. « La moitié seulement de ces nouveaux investisseurs ont et ING. Après la fermeture temporaire des centres de fitness et des
moins de 35 ans. » Quant aux clients de BUX Zero en Belgique, leur cinémas, ce sont des actions Basic-Fit et Kinepolis qui se sont
âge moyen est de 32 ans, ce qui laisse penser qu’il y a peut-être eu là échangées en nombre. Le faible prix du pétrole a attiré les regards
un plus grand nombre de clients dans la vingtaine. Les investisseurs sur Royal Dutch Shell, Total et Euronav. Enfin, la technologie et la
de BUX Zero se sont principalement lancés ces dernières semaines biotechnologie sont également populaires, mais pas plus auprès de
sur des actions avec une note spéculative : Tesla et Apple. la jeune génération qu’auprès de l’ancienne.
Chez les autres courtiers, ce sont les classiques belges qui ont Chez Bolero, on constate que les nouveaux clients consomment avec
surtout eu la cote. Tant chez Bolero que chez Keytrade et Binck, l’ac- avidité toutes les informations sur la Bourse et les actions que le
tion la plus échangée est celle d’AB InBev, qui figure également dans courtier met à leur disposition. « Ce qui prouve que la grande majori-
le top dix des actions les plus populaires chez BUX Zero. Selon les té d’entre eux veut investir en connaissance de cause et avec discer-
courtiers, il n’y a guère de différences entre les actions qui intéres- nement », affirme un porte-parole. Bolero indique que les nouveaux
sent les très jeunes investisseurs et celles qui intéressent les inves- clients ont effectué en moyenne huit transactions, ce qui n’est pas
tisseurs les plus âgés. vraiment énorme. BUX Zero ne fournit pas de chiffres sur le nombre
Tous les courtiers font le constat que les investisseurs suivent l’ac- de transactions mais il se peut qu’il y en ait plus du fait de leur
tualité et réagissent en conséquence. Quand les valeurs financières quasi-gratuité. l

LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020 25


À VOTRE SERVICE
AION BANK

UN NOUVEAU MODÈLE
BANCAIRE
La crise du corona induit une réelle incertitude économique et pousse les Belges à épargner
encore plus. Ce qui porte le volume des produits d’épargne réglementés à 291,9 milliards d’euros.
Mais, à cause de l’inflation et du faible niveau des taux d’intérêt, cette épargne perd de son
pouvoir d’achat. Kim Van Esbroeck, Country Head for Belgium chez Aion Bank, nous explique
l’approche de la banque numérique.

PLUS D’ÉPARGNE, PLUS DE RENDEMENT

L
’impact économique de la COVID-19 se ressent dans le
monde entier. Selon la Banque nationale de Belgique, « Aion Bank est une banque numérique qui propose une formule
après une chute de 12% au deuxième trimestre, l’économie d’abonnement et une large gamme de services », précise Kim Van
belge s’est redressée de 8%. Associée à un taux de chôma- Esbroeck, Country Head for Belgium chez Aion. « Nous constatons
ge de 5,1%, cette situation crée un climat d’incertitude qu’en raison de cette incertitude et de cette pression mentale, les
économique. Belges cherchent d’autres moyens d’épargner davantage et de mieux
Il n’est pas surprenant que la situation économique ait un impact faire fructifier leur argent. À côté des comptes d’épargne réglemen-
négatif sur la santé mentale des Belges. Le bureau d’études Kantar a tés, les fonds négociés en Bourse (Exchange Traded Funds, ETF) sont
même constaté que l’incertitude financière représente une cause assurément une bonne alternative. Nous proposons à nos membres
majeure de stress. Dans un sondage, 70% des personnes interrogées Premium des portefeuilles d’ETF adaptés à leur profil de risque. Ils
se sont déclarées assez inquiètes de leur situation économique au peuvent même déjà investir à partir de 100 euros. Les ETF provien-
début du confinement en mars. L’agence d’études de marché Global nent d’acteurs bien connus comme BlackRock et Vanguard. Et nos
Web Index (GWI) a calculé que près de la moitié des Belges n’auraient portefeuilles d’ETF sont groupés autour de thèmes tels que les tech-
pas de quoi tenir plus de trois mois avec leurs économies actuelles. nologies de l’information, l’automatisation et la robotique, les soins
de santé et les énergies propres. »
Un ETF est un fonds d’investissement à gestion passive et qui suit un
indice aussi fidèlement que possible. D’une région ou d’un secteur
spécifique, de l’immobilier ou de matières premières, les ETF sont
négociables en Bourse tout au long de la journée, à l’instar des ac-
tions, ce qui augmente leur liquidité. Investir dans les ETF est égale-
ment avantageux en termes de coûts car le suivi des indices n’est pas

BANQUE NUMÉRIQUE SUR ABONNEMENT


Aion Bank est une banque numérique avec une formule d’abonne-
ment qui propose une vaste gamme de services aux particuliers et
aux entreprises. Basée à Bruxelles, elle opère sous licence bancaire
belge. Elle offre à ses clients des moyens simples et rapides pour
optimiser en temps réel leur épargne et leurs dépenses. Le nouveau
modèle bancaire combine le meilleur des banques traditionnelles
avec la facilité d’utilisation des technologies les plus récentes. Ses
services vont au-delà de la banque et de l’investissement, et sont
Kim Van Esbroeck, Country Head for Belgium chez Aion Bank. « Dans les circonstances accessibles d’un simple clic. Sans frais supplémentaires.
actuelles, de nombreux Belges veulent savoir si leur banque tient suffisamment compte
de leurs souhaits personnels. »

26 LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020


GETTY IMAGES
assuré par des analystes mais surtout par des ordinateurs. De plus, nous organisons le changement de fournisseur sans que le client ne
du fait de la diversification au sein d’un ETF, le risque lié à l’investis- s’en aperçoive. Et parce que nous savons que le Belge est un fervent
sement est relativement plus restreint. épargnant, nous faisons en sorte que nos membres Premium
Investir dans des ETF n’est qu’un des avantages dont bénéficient les gagnent de l’argent en proposant un taux d’intérêt très compétitif sur
membres Premium d’Aion Bank. Kim Van Esbroeck : « Grâce à notre nos comptes d’épargne. Notre large gamme de services rend la vie
modèle bancaire ‘tout compris’, les membres Premium ont accès à vraiment plus facile. »
des produits qui leur permettent d’épargner. Et aussi à des taux d’in-
térêt plus élevés que sur nos comptes d’épargne. La redevance fixe BANQUE ALTERNATIVE
mensuelle de 19 euros inclut même un conseil financier personna- Kim Van Esbroeck : « Le virus oblige les gens à suivre leurs finances
lisé. » de très près. Dans les circonstances actuelles, de nombreux Belges
veulent également savoir si leur banque tient suffisamment compte
CHANGER POUR AMÉLIORER de leurs souhaits personnels. De nos jours, les services bancaires
Aion Bank a commandité une étude sur les relations que les Belges traditionnels sont trop synonymes de frais et coûts de service supplé-
ont avec leurs banques. Elle montre que le faible niveau des taux mentaires pour la conservation et la gestion de l’argent des clients.
d’intérêt et le manque de transparence sur les coûts sont deux des Aion Bank estime qu’avec la crise sanitaire, les banques doivent aider
principaux écueils. Kim Van Esbroeck : « Contrairement à de leurs clients. C’est la raison pour laquelle nous réécrivons résolu-
nombreuses banques traditionnelles, nous évitons les coûts exces- ment les règles bancaires et rompons avec le modèle traditionnel de
sifs. Nous ne facturons pas de frais séparés pour les cartes de crédit, la banque et ses coûts exagérés et cachés. »
l’utilisation de comptes financiers, les transferts, le retrait d’espèces « Tout ce que nous faisons chez Aion Bank découle d’un nouveau
aux distributeurs automatiques, la conversion de devises, les inves- modèle bancaire ‘tout compris’ », conclut Kim Van Esbroeck.
tissements... Et il n’y a ni frais ni commission pour l’administration. « Depuis la technologie que nous utilisons jusqu’à la façon dont
L’adhésion Premium est ‘tout compris’. » MoneyMax™ recherche activement les meilleures affaires possibles,
« Quand on investit, les frais peuvent faire une grande différence. Sur en passant par les taux d’intérêt les plus compétitifs sur nos dépôts
un portefeuille d’investissement de 10.000 euros par exemple, on et nos crédits. Avec la promesse que les membres Premium ne
peut, s’il n’y a pas de frais, obtenir un rendement annuel supérieur de paieront pas plus de 19 euros par mois pour nos services. » l
2,37%. Cela permet de gagner 237 euros en plus qui ne sont pas
gaspillés en frais inutiles. Nous constatons que la frustration liée aux
frais élevés et cachés s’accroît chez les Belges. »
« Notre nouveau mode de fonctionnement combine le meilleur des 100 EUROS, 100 JOURS
banques traditionnelles avec la facilité d’utilisation des technologies Kim Van Esbroeck : « Nous avons récemment lancé en Belgique notre
les plus récentes. Notre outil MoneyMax™, par exemple, recherche campagne ‘100 euros, 100 jours’. Pendant les 100 prochains jours, les
les meilleurs taux d’intérêt sur les dépôts pour nos membres membres Premium recevront 100 euros si un de leurs amis devient
Premium. Ou encore les meilleures offres pour leurs services membre Premium. Le nouveau membre Premium recevra lui aussi
100 euros, un mois plus tard.
domestiques (énergie...), leur abonnement GSM, l’assurance de leur
voiture… Si MoneyMax™ trouve de meilleures offres sur le marché,

LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020 27


À VOTRE SERVICE
BANQUE TRIODOS

« Le rendement social


est aussi important que
le rendement financier »
De plus en plus de gens s’intéressent à l’investissement socialement responsable. Une évolution
dont se félicite Chris Coppije, Senior Relationship Manager Private & Personal Banking chez
Triodos. La banque entend participer à un changement positif dans la société et ne finance,
dès lors, que des entreprises et des organisations durables.

Triodos Investment Management (Triodos IM), une filiale de la

L
a Banque Triodos s’est donné pour mission d’avoir un
impact social, écologique et culturel positif. C’est la raison Banque Triodos, est active dans l’investissement durable depuis
pour laquelle elle finance, depuis 1980, un large éventail 25 ans. Elle gère actuellement environ 5 milliards d’euros répartis
d’entreprises, d’organisations et de projets qui contribuent dans 18 fonds regroupant des entreprises et des organisations acti-
à améliorer le monde. Les fonds proviennent d’épargnants ves dans des domaines tels que les matières premières renouvela-
et d’investisseurs désireux également d’une société durable. bles, la mobilité durable, le bien-être et la santé.

« L’INVESTISSEMENT DURABLE EST AXÉ SUR


L’AVENIR ET MARQUE ENCORE UN PAS DE
PLUS VERS UN MONDE MEILLEUR. »

« Le monde est plus que jamais confronté à des défis hors du


commun, sur le plan tant écologique que social », déclare Chris
Coppije, Senior Relationship Manager Private & Personal Banking
chez Triodos. « Réchauffement climatique, rareté des ressources
naturelles, déclin de la biodiversité, énorme croissance démographi-
que, vieillissement de la population, inégalité croissante, migrations,
à quoi est venue s’ajouter début 2020 la pandémie de Covid-19. Plutôt
que de chercher à tirer un maximum de profit à court terme, nous
devons évoluer vers une société durable qui respecte les limites
écologiques de la planète et veille aux intérêts de chacun. »

CRITÈRES STRICTS
L’investissement socialement responsable passe souvent par un
investissement dans une entreprise considérée comme la meilleure
de sa catégorie en matière de durabilité. Chris Coppije : « Cela signi-
fie généralement qu’elles ne sont certainement pas les moins bonnes
Chris Coppije, Senior Relationship Manager Private & Personal Banking chez Triodos. dans leur secteur et qu’elles impactent moins la société et l’environ-
« Les entreprises qui fonctionnent de manière socialement responsable seront
également les plus rentables à long terme. » nement que les autres acteurs. Mais ce critère seul ne suffit pas pour

28 LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020


GETTY IMAGES

inclure une entreprise dans notre univers d’investissement. Un


producteur de combustibles fossiles qui reprend un parc de panneaux À PARTIR DE 5 EUROS PAR MOIS
solaires reste un producteur de combustibles fossiles. » Investir de façon durable n’est pas réservé à ceux qui possèdent un
Triodos IM va plus loin dans sa sélection durable. Ses analystes patrimoine important. Toute personne disposant de ressources
financières dont elle n’aura pas besoin dans les années à venir peut
sélectionnent les entreprises en fonction de leur contribution positive
investir. Grâce à la numérisation et à l’application mobile avec fonc­
à la transition vers un monde durable.
tion d’investissement, investir à la Banque Triodos se révèle extrême­
Triodos IM a identifié dans ce contexte sept thèmes de transition. ment convivial et accessible. La Banque Triodos a développé une
« Sur la base de ces thèmes, nos analystes sélectionnent des entre- formule mensuelle à partir de 5 euros par mois. Mais si vous ne
prises qui proposent une réponse aux défis mondiaux et dont nous souhaitez pas choisir vous­même les fonds dans lesquels vous inves­
pouvons attendre un impact positif à long terme sur les personnes et tissez et préférez confier vos investissements aux spécialistes de
l’environnement », explique Chris Coppije. « L’économie circulaire est Triodos, vous pouvez à partir de 5.000 euros opter pour une gestion
l’un de ces thèmes. Les analystes sélectionnent des entreprises acti- discrétionnaire. Vous donnez ainsi aux spécialistes un mandat pour
investir à votre place en fonction de votre profil d’investisseur
ves dans la gestion ou le recyclage des déchets qui donnent à leurs
(MiFID), de votre situation personnelle et de vos objectifs. Pour la
produits une longue durée de vie ou développent des modèles afin
banque privée, Triodos peut aussi vous fournir une gestion discré­
d’offrir leurs produits en tant que service. » tionnaire en lignes directes, à partir de 500.000 euros. La Banque
D’autres thèmes de transition incluent l’agriculture et l’alimentation Triodos collabore à cet effet depuis de nombreuses années avec le
durables, la mobilité et les infrastructures durables, les matières gestionnaire d’actifs Puilaetco.
premières renouvelables, l’inclusion sociale et l’autonomisation, l’in-

LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020 29


À VOTRE SERVICE
BANQUE TRIODOS

novation durable mais aussi le bien-être et la santé pour tous.


Triodos IM applique également des exigences minimales et des critè- CRITÈRES D’EXCLUSION
res d’exclusion pour écarter les produits et procédés non durables.
Après une sélection positive basée sur les thèmes de transition,
La société marque son soutien pour les thèmes de transition men- Triodos IM applique encore des exigences minimales et des critères
tionnés, surtout depuis la Conférence de Paris sur le climat (2015) et d’exclusion avant qu’une entreprise puisse faire son entrée dans un
l’établissement d’Objectifs de développement durable par les Nations fonds. Ces critères peuvent être liés tant aux produits qu’aux proces-
Unies. En attendant, elle mesure déjà les résultats de la stratégie sus. Les combustibles fossiles, les armes et l’énergie nucléaire sont
d’impact : « Les analystes calculent les émissions de CO2, la consom- par exemple exclus. Violations des droits de l’homme ou du travail,
corruption ou gestion négligente sont aussi quelques exemples de
mation d’eau et les déchets pour les fonds sélectionnés, et compa-
pratiques commerciales non durables que Triodos IM prend en comp-
rent cette empreinte écologique avec les critères de référence perti-
te dans le screening des entreprises. En d’autres termes, si une entre-
nents », explique Chris Coppije. prise s’implique vraiment dans l’un des thèmes de transition pour un
monde meilleur mais ignore en même temps les droits de ses travail-
CHANGEMENTS POSITIFS leurs, elle n’entrera pas en ligne de compte pour un investissement.
La Banque Triodos reste ainsi fidèle à son objectif de financer un
changement positif. Les analystes de Triodos IM réalisent un scree-
ning tant du contenu que des finances des entreprises. Chris
Coppije : « Ils engagent également un réel dialogue avec elles. Il n’est « Nous sommes convaincus que les entreprises qui fonctionnent de
pas rare que certaines modifient leur approche ou leur trajectoire sur manière socialement responsable seront également les plus renta-
la base de ces contacts. Si de sérieuses questions se posent quand bles à long terme. Le rendement des fonds se montre déjà bon,
même à propos d’une entreprise sélectionnée, une enquête appro- stable et comparable à celui des investissements dans des fonds
fondie s’ensuit et l’entreprise est interpellée sur le sujet. Cela peut, le classiques. En même temps, outre le rendement financier, nous
cas échéant, conduire finalement à l’arrêt des investissements dans considérons que le rendement social s’avère lui aussi important. L’in-
l’entreprise concernée. » vestissement durable est axé sur l’avenir et marque encore un pas de
En plus du contenu, les analystes et gestionnaires de fonds de plus vers un monde meilleur. » l
Triodos IM s’intéressent aussi à l’aspect financier. Chris Coppije : www.triodos.be.

LA MUSIQUE S’INSCRIT DANS


LA DURABILITÉ CHEZ YAMAHA
Triodos Investment Management inves-
tit dans le facteur japonais d’instru-
ments de musique Yamaha. Ce dernier
ne se contente pas seulement de
construire des instruments mais s’effor-
ce également d’apprendre aux enfants,
aux jeunes et aux adultes à pratiquer la
musique. Aux yeux de Triodos, ce sont
d’excellentes initiatives qui s’inscrivent
dans le cadre du thème de transition
‘bien-être et santé’ pour tous. Ce choix
n’a cependant pas été évident, dans la
mesure où les essences de bois utilisées
par Yamaha ne portent pas toutes des
labels durables tels que la certification
FSC. Pour ne pas exclure d’emblée la
candidature de la société japonaise,
Triodos a dialogué avec elle et ces
échanges ont porté leurs fruits puisque
GETTY IMAGES

Yamaha a décidé d’imposer des critères


durables à ses fournisseurs d’essences
de bois non labellisées.
Démonstration de batterie sur le stand Yamaha durant le NAMM Show à Anaheim, Californie.

30 LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020


AT YOUR SERVICE
TOWARDS SUSTAINABILITY

LE LABEL NE MENT PAS


Les fonds d’investissement semblent s’intéresser de plus en plus aux produits durables car un
nombre croissant de gestionnaires d’actifs et autres investisseurs institutionnels sélectionnent
de tels produits dans leurs portefeuilles. Mais comment savoir s’ils sont vraiment durables ?
C’est à cette fin que Febelfin a créé le label ‘Towards Sustainability’.

sont très stricts et

P
« our inclure une entreprise dans leur sélection durable,
certains gestionnaires de fonds se satisfont d’un engage- excluent, par principe,
ment de cette entreprise en faveur de la durabilité ; d’au- des secteurs tels que
tres sélectionnent des entreprises dans des secteurs tels la production énergé-
que la biotechnologie, l’agriculture durable, les énergies tique traditionnelle ou
renouvelables... D’autres encore se contentent d’exclure de leurs la construction auto-
portefeuilles les acteurs qui opèrent dans des secteurs controversés mobile. »
(armement, tabac...). » Le nombre de
Tom Van den Berghe, Senior Counsel Sustainable Finance chez produits financiers
Febelfin, comprend qu’un investisseur ne sait pas toujours quels critè- d’investissement,
res sont utilisés dans les fonds ou les portefeuilles. C’est la raison d’assurance et
pour laquelle Febelfin a pris l’initiative d’un label axé sur le marché d’épargne possédant
belge et placé sous la surveillance d’un organisme indépendant, la le label ne cesse
Central Labelling Agency (CLA). Les gestionnaires de fonds durables d’augmenter. Avec 472
ou d’autres produits financiers introduisent une demande de label via produits labellisés à
la CLA, et un comité d’experts, principalement académiques, analyse ce jour, c’est le plus
les produits financiers en vue de l’attribution, ou non, du label. important de l’Union européenne, et le total des actifs sous gestion
se révèle aussi impressionnant.
LA CLARTÉ AVANT TOUT Avec plus de soixante banques, gestionnaires d’actifs et compagnies
Un des principaux objectifs visés par le label ‘Towards Sustainability’ d’assurance qui proposent les produits, la majeure partie du marché
est d’offrir une plus grande clarté à l’investisseur. financier belge se trouve couverte. Parmi les produits possédant le
Tom Van den Berghe : « Si un label, 25% sont proposés principalement par des acteurs belges, le
produit financier possède ce reste par des acteurs financiers dans d’autres pays de l’UE. Quoi qu’il
label, l’investisseur peut être en soit, 60% des produits agréés sont axés sur le marché belge. ●
assuré que son investissement www.towardssustainability.be
répond à des critères minimum
de durabilité. Il existe une dizai-
ne d’initiatives comparables en FEU VERT DES FRANÇAIS
Europe : des labels généraux de Selon Novethic, le centre français de recherche sur la durabilité, plus
durabilité (dont fait partie le de 175 milliards d’euros sont gérés au niveau international en respec-
label ‘Towards Sustainability’) et tant les exigences de la norme de qualité ‘Towards Sustainability’.
Plus de 50 milliards proviennent d’épargnants et d’investisseurs
des écolabels ou labels verts qui
belges. Les experts français estiment en l’occurrence que le label
se concentrent sur les aspects
belge est d’une très grande qualité et qu’il se situe même du côté
environnementaux. Ces derniers le plus strict de l’éventail des labels financiers européens durables.
La norme de qualité est évaluée et actualisée tous les deux ans,
Tom Van den Berghe, Senior Counsel
avec une première actualisation prévue pour février 2021.
Sustainable Finance chez Febelfin.

LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020 31


À VOTRE SERVICE
CAKE

« CAKE VEUT AMÉLIORER


LE BIEN-ÊTRE FINANCIER »
Fini de recourir à des tableurs ou, pire, de simples carnets pour garder une vue d’ensemble sur
les revenus et dépenses issus de nos différentes banques. Davy Kestens présente sa solution :
Cake, une application bancaire gratuite et indépendante. La revue professionnelle Data News
lui a décerné le titre de Belgian Startup company of the year.

VUE D’ENSEMBLE ET VISION CLAIRE

D
avy Kestens a vécu et travaillé pendant sept ans dans la
Silicon Valley où il a développé la start-up Sparkcentral, C’est ainsi que Cake a vu le jour, une application bancaire gratuite et
une plateforme de communication numérique. Durant indépendante, sur laquelle l’utilisateur peut relier ses comptes de
leur séjour aux États-Unis, son épouse et lui ont évidem- différentes banques. Davy Kestens : « Notre mission est évidente. Et
ment utilisé toutes sortes de solutions technologiques, le but de Cake est d’améliorer le bien-être financier des consomma-
notamment des applis, pour faciliter leur vie et la rendre plus confor- teurs, ce qui commence par une bonne vue d’ensemble et une vision
table. Une de ces nombreuses applis leur servait à gérer leurs finan- claire de toutes leurs rentrées et dépenses. Au lieu des références
ces personnelles. opaques figurant auprès des transactions sur les relevés de compte,
À son retour en Europe en 2018, le couple a vite regretté cette facilité chaque paiement est identifié avec une indication de nom et d’adres-
et ces avantages pratiques. Davy Kestens : « Le paysage bancaire se, et est attribué automatiquement à une catégorie, par exemple
européen était extrêmement cloisonné. Chaque banque travaillait habillement, alimentation, cadeaux, assurances, voiture... Grâce à
dans son coin et réservait ses solutions technologiques de pointe à l’enrichissement des données, Cake peut regrouper et répertorier
ses propres clients. Or, de plus en plus de personnes ont un deuxiè- toutes les dépenses et rentrées. »
me, voire un troisième compte auprès d’une autre banque : pour le « Cette vue d’ensemble permet à nos utilisateurs d’avoir une vision
prêt hypothécaire, les finances d’une famille recomposée... Et afin de précise de leurs dépenses, et de voir jusqu’où ils peuvent aller pour
garder une vue d’ensemble des revenus et des dépenses dans toutes un prêt hypothécaire, la location d’un appartement ou d’une maison,
ces différentes banques, les gens recourent à des tableurs ou, pire, à ou encore l’achat d’une voiture. De plus, ils établissent leurs possibi-
de simples carnets. J’ai eu envie de trouver une solution à ce problè- lités d’économies, et donc d’épargne. Une vision utile pour être capa-
me, avec l’aide de cinq autres personnes : des banquiers, des juristes ble de faire face à des coûts imprévus ou planifier des dépenses
et des informaticiens. » spécifiques. S’ils ont envie de placer de l’argent, Cake leur permet de
calculer le montant qu’ils peuvent investir. Bientôt, les utilisateurs de
Cake pourront comparer leurs dépenses de façon anonyme avec
celles d’autres. Et même comparer leur salaire avec celui de person-
nes occupant un poste similaire. »

À CHACUN SA TRANCHE DE… CAKE


Payer avec Cake n’est pas (encore) possible mais ce sera peut-être
le cas l’année prochaine. L’appli permet déjà, en revanche, bel et bien
de gagner de l’argent, et ce de deux façons. Tout d’abord de
façon automatique, via des cashbacks sur des achats chez AVA,
Foodmaker, Lukoil, Torfs... Et ce sans avoir à se tracasser avec des
reçus, l’activation de promotions, de codes QR, de cartes de réduc-
tion... Dès que Cake reconnaît la transaction bancaire éligible pour la
promotion, la réduction est remboursée automatiquement sur le
Davy Kestens : « Cake est l’appli bancaire qui réécrit les règles dans tous les domaines. » compte bancaire de la personne.

32 LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020


Cake peut regrouper et répertorier toutes les dépenses et rentrées. Chaque paiement est identifié avec une indication de nom et d’adresse.

Deuxièmement, Cake partage chaque mois ses revenus avec ses secteur. Nous travaillons en outre sous licence et sous le contrôle de
utilisateurs. Davy Kestens : « Nous anonymisons toutes les données la Banque Nationale de Belgique. Et tout comme les autres établis-
de comportement d’achat de l’ensemble des utilisateurs de Cake et sements de paiement, nous respectons la législation belge et euro-
nous les convertissons en statistiques et en rapports. Nous vendons péenne. Chez nous, pas question de petits caractères illisibles ni de
ces informations aux entreprises qui peuvent alors mieux étayer conditions générales complexes. Au contraire, Cake est l’appli
leurs décisions stratégiques. Il va de soi que nous ne vendons jamais bancaire qui réécrit les règles dans tous les domaines. » l
de données personnelles individuelles. Nous ne le voulons pas et
c’est de toute façon interdit. »
Cake reverse chaque mois à ses clients la moitié des revenus
générés. Les utilisateurs de Cake gagnent en moyenne 5 euros par
mois, mais cela peut varier d’un utilisateur à l’autre, et peut être
considérablement plus élevé.
Ce qui est particulièrement novateur, c’est que Cake ne tire pas ses
revenus de ses utilisateurs. Davy Kestens : « Nous ne sommes pas une L’application bancaire
banque et ne vendons pas de produits bancaires. Mais nous avons
développé un nouveau modèle commercial. Notre appli est gratuite
qui rapporte
pour les utilisateurs et les revenus proviennent de marques et d’entre-
prises qui s’intéressent au comportement d’achat des consommateurs Tous vos comptes bancaires
existants dans une seule
afin de mieux adapter leurs produits et services. Les données des application
consommateurs sont utilisées partout. Pourtant, ils obtiennent rare-
Analyse automatique de
ment quelque chose en retour. Nous pensons que les consommateurs vos revenus et dépenses
devraient recevoir une part du gâteau, ou en l’occurrence du… Cake. » dans des aperçus pratiques

Cashbacks sur vos achats


préférés
SÉCURITÉ AVANT TOUT
Recevez chaque mois votre
Un an environ après la création de Cake, l’équipe compte 23 collabo-
part des revenus de Cake
rateurs et l’appli a près de 30.000 utilisateurs actifs, dont la plupart
Gratuit
ont moins de 35 ans et dont 70% sont établis en Flandre. L’application
intègre la quasi-totalité des banques belges. Soit dit en passant, Data
News a décerné à Cake le titre de Belgian Startup company of the year. Téléchargez
Davy Kestens souligne que Cake est une appli totalement sûre pour ici
ses utilisateurs. « Tout notre concept est basé sur la réglementation
européenne PSD2. L’objectif de cette réglementation est de donner www.cake.app
aux consommateurs plus de droits et de propriété sur leurs données
bancaires, et d’encourager l’innovation et la concurrence dans le
Dieter Haerens, CEO de BinckBank Belgique. « La croissance n’est pas la seule chose importante, la tranquillité d’esprit l’est tout autant. »

LE PLUS TÔT SERA LE MIEUX


Le meilleur moment pour commencer à investir ? Dès la naissance. Mais pour ceux qui avaient
d’autres choses en tête, aujourd’hui est aussi idéal. Vous décidez du montant que vous voulez
investir par an et vous le divisez sur douze mois, chaque année. Ce n’est vraiment pas plus difficile
que cela, dit Dieter Haerens, CEO de BinckBank Belgique.

BINCKBANK ET SAXO BANK UNISSENT LEURS FORCES

I
nvestir peut aider à atteindre différents objectifs dans une vie, par
exemple réaliser un tour du monde, acheter un appartement au En 2000, BinckBank est devenue la première banque d’investisse-
bord de la mer ou en Ardenne, établir une pension confortable… ment en ligne indépendante des Pays-Bas. Six ans plus tard, la
En obtenant davantage de l’argent durement gagné. Mais il est banque ouvrait aussi une agence à Anvers. Aujourd’hui, avec plus de
important de commencer à temps car ce sont les premières 385.000 clients, le challenger du monde bancaire est l’une des plus
grandes banques d’investissement chez nous et propose également
années d’investissement qui pèsent le plus lourd dans le résultat
la gestion d’actifs. BinckBank a entre-temps fusionné avec l’institu-
final. L’explication est simple : grâce à l’intérêt composé, l’argent
tion danoise Saxo Bank mais ses activités belges et néerlandaises
permet de gagner plus d’argent. Albert Einstein, qui n’était pas relèvent de la licence bancaire néerlandaise. En d’autres termes, le
précisément un idiot, l’aurait désigné comme étant la huitième Fonds de garantie du système de protection des dépôts reste d’app-
merveille du monde, déclarant « Celui qui le comprend le gagne ; lication, à concurrence de 100.000 euros par banque et par personne.
Celui qui ne le fait pas le paye ». Explicite ! »

34 LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020


À VOTRE SERVICE
BINCKBANK BELGIQUE

INVESTIR DE FAÇON PÉRIODIQUE


L’EXEMPLE D’ARTHUR ET LAETITIA
Outre le fait de commencer tôt, celui de répartir l’investissement est
également important. Sur différents types de produits et secteurs Prenez Arthur et Laetitia, frère et sœur, tous deux âgés de 25 ans. Ils
ont beau être jumeaux, leur avis sur les questions d’argent diffère.
financiers ? Dieter Haerens : « Absolument, mais la répartition dans
le temps est aussi une stratégie très efficace pour réussir en Bourse. Dès l’âge de 25 ans, Laetitia verse 200 euros par mois dans un plan
Même avec de petites sommes d’argent. Les experts financiers d’investissement, soit 2.400 euros par an. Elle le fait pendant dix ans,
jusqu’à ses 35 ans, soit un total investi de 24.000 euros. Estimant que
parlent d’investissement programmé ou Dollar Cost Averaging (DCA).
c’est assez, elle arrête et dépose désormais ses 200 euros mensuels
Plus simplement, cela revient à dire qu’on investit le même montant
dans une tirelire en prévision de voyages.
de façon périodique (chaque semaine, mois, trimestre...), et qu’on
Son frère Arthur ne commence à investir qu’à partir de 35 ans, avec
achète ainsi en moyenne plus de titres à bas prix et moins de titres à
200 euros et dans le même plan d’investissement, mais continue
prix élevé. Plusieurs études démontrent qu’en répartissant dans le jusqu’à l’âge de 55 ans. Donc deux fois plus longtemps que Laetitia.
temps, on obtient un meilleur rendement qu’en achetant massive- Soit au final, un investissement total de 48.000 euros, deux fois plus
ment chaque fois qu’il y a un creux. Mars 2020 a été un de ces creux. que Laetitia.
Mais qui aurait pu prédire celui-là précisément comme tous ceux qui Leur rendement annuel en investissant dans des (fonds d’) actions
ont précédé ? » est de 7%. Mais qui aura donc le plus à 55 ans ? Après un investisse-
ment de 48.000 euros en 20 ans, Arthur dispose de 98.389 euros. Laeti-
« LES PREMIÈRES ANNÉES tia, pour sa part, possède 128.316 euros, après un investissement de
24.000 euros en 10 ans. Autrement dit, 30% de plus qu’Arthur car elle a
D’INVESTISSEMENT PÈSENT LE PLUS LOURD commencé 10 ans plus tôt.
DANS LE RÉSULTAT FINAL. GRÂCE À
L’INTÉRÊT COMPOSÉ, L’ARGENT PERMET
DE GAGNER PLUS D’ARGENT. » individuels souhaitent pouvoir ouvrir un compte et investir (en format
mobile avec l’appli) facilement et à un coût raisonnable. Chez
BinckBank, cela ne pose pas le moindre problème. Un investisseur
GARDER LA TÊTE FROIDE débutant peut constituer son portefeuille lui-même, de façon
Investir comporte toujours une part de risques qui peut être mini- progressive, avec un mix d’actions et d’autres titres moins risqués
misée en investissant (de façon périodique) dans le temps et en diver- (comme des obligations). Et, une fois encore, plus vous commencez
sifiant les produits financiers choisis. Il est également important de tôt, plus vous persévérez et meilleur sera le résultat à long terme. »
raisonner à long terme. De plus, le marché boursier se redresse
généralement après un creux. Il est donc essentiel de garder la tête DÉLÉGUER SES INVESTISSEMENTS
froide et de ne pas vendre au premier coup de blues. Vous préférez malgré tout déléguer vos investissements ? C’est
Dieter Haerens : « Des études, tant internes qu’externes, menées sur possible aussi. Les experts de BinckBank peuvent s’en charger. Vous
notre plateforme d’investissement montrent que les gens recher- ouvrez d’abord un compte-titres, puis discutez ensemble de votre
chent le confort et la facilité d’utilisation. De nombreux investisseurs situation financière, du terme sur lequel vous souhaitez investir et du
risque que vous pouvez ou souhaitez prendre.
« Avec ces informations, nos experts composent un portefeuille (à
EN RÉSUMÉ partir de 10.000 euros) réparti de façon optimale entre actions et obli-
Le bon moment pour commencer à investir, c’est maintenant. Plus gations, en fonction de votre profil de risque, de vos préférences et de
vous commencez tôt, plus votre horizon de placement est long et vos souhaits. Les experts assurent un suivi actif d’un certain pourcen-
plus vous avez de chances d’obtenir un bon rendement. Si vous tage de vos investissements. Ils surveillent votre capital et protègent
n’avez pas les connaissances voulues ni le temps nécessaire pour
ainsi votre portefeuille en cas de turbulences à la Bourse. Il va de soi
vous lancer, vous pouvez aussi faire investir vos avoirs. Vous mettez
que ces experts suivent le marché de près et adaptent votre investis-
votre argent dans un portefeuille diversifié. La croissance n’est pas
la seule chose importante, la tranquillité d’esprit l’est tout autant. sement (proportion entre actions et obligations) dès que c’est néces-
Surveiller le capital permet de prévenir le stress et les décisions saire. » l
émotionnelles. Personne ne sait ce que la Bourse fera demain. En Information importante. Le contenu de cette contribution provient de sources tierces et
répartissant vos interventions dans le temps, vous n’êtes pas dépen-
n’est pas destiné à servir de conseil d’investissement individuel ou de recommandation
dant du meilleur moment pour agir, et demeurez également moins
individuelle de la part de BinckBank. Chaque investissement comporte des risques. En
dépendant des fluctuations du marché boursier.
règle générale, un investissement avec un haut rendement escompté comporte des
risques importants.

LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020 35


À VOTRE SERVICE
KBC GROUPE

MATTI À LA RESCOUSSE
KBC Groupe développe en permanence de nouvelles façons d’intégrer flexibilité, fonctionnalité
et confort dans les opérations financières de ses clients, et veille de la sorte à améliorer leur
expérience. Début 2020, la banque a présenté un nouvel instrument : Matti, l’assistant
d’investissement de Bolero. L’investisseur souhaitant placer son argent individuellement n’a plus
besoin d’étudier le sujet en profondeur mais reste néanmoins maître de son investissement.
Entretien avec Werner Eetezonne, CEO de Bolero.

AIDE D’UN ASSISTANT

L
’épargne classique ne rapporte plus rien mais beaucoup de
gens considèrent encore que le cap vers la Bourse reste Certains investisseurs n’ont pas le temps ou l’envie de régler
(trop) grand à franchir. Même si cela fait déjà plusieurs eux-mêmes leurs investissements mais souhaitent néanmoins en
années que l’intérêt généré sur leur épargne ne suffit plus rester maîtres. C’est dans ce contexte que KBC Groupe a développé
à compenser la perte de pouvoir d’achat due à l’inflation, ils un quatrième pilier, à côté des trois premiers que sont Déléguer,
hésitent à investir, convaincus qu’il faut disposer de nombreuses Investir ensemble et Bolero. Voici l’assistant d’investissement Matti,
connaissances, d’argent et de temps pour obtenir des résultats sur un nouvel outil numérique intégré à Bolero.
le marché financier. Werner Eetezonne, CEO de Bolero : « D’abord, nous avons vérifié si le
Et pourtant, il existe plusieurs outils pour approcher le domaine, par Belge moyen a suffisamment confiance dans la technologie. Plus de
exemple en visant un retour sur investissement à la Bourse chez KBC 60% des personnes interrogées dans le cadre d’une vaste enquête
Groupe. Et le cas échéant avec l’aide d’experts. Un de ces outils, ont confirmé avoir adopté les nouvelles technologies en guise de
Bolero, a été créé en 1999 pour rendre l’investissement en Bourse
accessible aux investisseurs individuels, avec des montants plus ou
TRACKERS, QU’EST-CE QUE C’EST ?
moins importants. Une plateforme web permet à l’utilisateur de créer
Un ETF (Exchange Trade Funds) ou tracker est un fonds d’investisse-
son propre portefeuille et de garder le contrôle de son investisse-
ment à gestion passive qui suit un indice aussi fidèlement que
ment. Il faut cependant disposer d’un peu de temps, posséder certai-
possible. Les trackers sont cotés en Bourse et peuvent donc être
nes connaissances ou s’intéresser à la question. Des connaissances échangés toute la journée, comme les actions. Il existe un large
qui peuvent évidemment s’acquérir par le biais de newsletters, tuto- éventail de trackers : sur des indices boursiers, des secteurs, des
riels, rapports, analyses, dossiers et autres sur la plateforme Bolero. matières premières, de l’immobilier, des indices obligataires…

36 LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020


« NOTRE POINT DE DÉPART A ÉTÉ DE
RÉFLÉCHIR À UNE NOUVELLE FAÇON DE
RENDRE LE MARCHÉ BOURSIER PLUS
SIMPLE ET PLUS ACCESSIBLE. »

ce : technologie, marchés de croissance, titres américains ou euro-


péens, produits financiers axés sur la durabilité...
« Grâce à ces informations, Matti peut vous présenter un portefeuille
d’ETF ou de trackers adapté à votre profil et à vos préférences. Vous
pouvez même voir immédiatement ce que ce portefeuille peut
rapporter dans un scénario de marché négatif, neutre ou positif. Si
vous êtes d’accord avec la proposition, vous pouvez acheter le porte-
feuille. »
Matti assure le suivi. L’évolution du marché fait-elle courir un risque
trop important par rapport au profil ? Y a-t-il un danger de passer à
côté d’une opportunité ? Dans ce cas, Matti envoie une alerte par
e-mail à l’investisseur et propose immédiatement un portefeuille
adapté permettant de rééquilibrer l’investissement, c’est-à-dire de
modifier sa composition. C’est à l’investisseur d’accepter ou non
Werner Eetezonne, CEO de Bolero. « Matti a bien réagi à la crise du corona. »
cette nouvelle proposition. ➤

support. Une équipe composée de divers spécialistes, parmi lesquels


des analystes de données financières, avait déjà commencé à déve-
SE LANCER POUR 1000 EUROS
lopper, en 2017, l’algorithme pour l’assistant d’investissement. Notre
À partir de 1.000 euros, vous pouvez investir via Matti dans un porte-
point de départ a été de réfléchir à une nouvelle façon de rendre le
feuille de cinq à sept ETF ou trackers en moyenne. Werner Eetezonne :
marché boursier plus simple et plus accessible. » « En optant pour cette approche, vous respectez une règle de base
En janvier 2020, KBC Groupe a donc présenté Matti, le nouvel absolue pour tout investissement : la règle de la diversification. Vous
assistant d’investissement de Bolero. Comment fonctionne cette investissez dans plusieurs ETF, et chaque ETF est en outre lui-même
aide ? L’utilisateur commence par remplir un questionnaire qui déjà diversifié. Matti les choisit dans un univers d’environ 50 ETF
permet à Matti d’évaluer ses connaissances et son expérience, ainsi proposés par des fournisseurs indépendants. Vous pouvez continuer
à construire sur cette base. En ajoutant régulièrement des fonds à
que sa situation financière, son goût du risque et son horizon d’inves-
votre investissement, par exemple chaque mois, vous pouvez éviter
tissement. Sur cette base, Matti établit un profil de portefeuille.
l’écueil du time to market. Même avec des montants limités. »
Ensuite, l’investisseur indique pour quels secteurs il a une préféren-

LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020 37


À VOTRE SERVICE
KBC GROUPE

Werner Eetezonne : « Vous n’avez donc pas besoin de vous aventurer


dans les méandres du marché financier mais c’est cependant bien LES DIFFÉRENTES MANIÈRES D’INVESTIR CHEZ KBC GROUPE
vous qui cliquez pour communiquer vos décisions. Vous pouvez aussi l Déléguer. Vous confiez votre argent aux gestionnaires de fonds
investir dans plusieurs portefeuilles, par exemple pour financer un spécialisés de KBC Groupe et vous leur donnez le mandat d’investir
achat prévu dans quelques années ou les études de vos enfants. vos ressources en votre nom (discrétionnaire) et sans votre partici-
pation. Toutefois, ils tiennent compte de votre profil de risque, de
Matti ne vous facture pas de frais d’entrée ou de sortie, ni d’ailleurs
votre situation personnelle et de vos souhaits. En tant que client,
de frais pour le rééquilibrage régulier des portefeuilles. Seule vous
vous restez naturellement impliqué et recevez de nombreuses
sera portée en compte une redevance annuelle fixe de 1% sur les informations par le biais de rapports, de comptes rendus, d’applis…
montants investis. »
l Investir ensemble. Vous travaillez avec un chargé de relations

« PLUS DE 60% DES PERSONNES spécialisé qui vous proposera différentes possibilités. Ce sera ensui-
te à vous de décider. Après en avoir discuté avec vous, des experts
INTERROGÉES DANS LE CADRE D’UNE suivent de près les marchés financiers ainsi que vos investisse-

VASTE ENQUÊTE ONT CONFIRMÉ AVOIR ments personnels. Ils vous informent et vous conseillent sur les
opportunités et les risques. Ce sont donc les experts qui donnent
ADOPTÉ LES NOUVELLES TECHNOLOGIES l’impulsion nécessaire mais la décision finale est prise de concert

EN GUISE DE SUPPORT. » avec vous et vous pouvez y ajouter des accents personnels.
l Bolero.be. Vous achetez et vendez vous-même des actions, des trac-
SURVEILLANCE HUMAINE kers, des options, des turbos, et composez ainsi votre propre porte-
feuille boursier. Des experts vous soutiennent en fournissant des
La composition et le rééquilibrage des propositions de portefeuille
informations par le biais d’un bulletin boursier quotidien, d’analy-
par Matti se font-ils avec une intervention humaine ? Werner Eetezonne :
ses détaillées sur des actions et autres produits financiers, de
« Pas sur le plan opérationnel mais bien dans les coulisses. Un comi- formations et d’un service via l’Orderdesk de Bolero (également par
té d’investissement surveille ce que fait Matti. Ce comité est composé téléphone).
d’experts de KBC Groupe dans différents domaines : des juristes, des l Matti (de Bolero). Au sein de Bolero, vous faites appel à Matti, un
analystes de risques, des experts en investissement et en affaires. assistant d’investissement intelligent qui travaille uniquement sur
Ceux-ci se réunissent régulièrement afin de vérifier si Matti fait bien la base d’ETF ou trackers et qui, en fonction d’un questionnaire et
ce pour quoi il a été conçu, et corrigent le tir si nécessaire. » de vos préférences, vous propose un portefeuille complet et diversi-
Les clients Matti peuvent aussi contacter l’Orderdesk de Bolero, une fié de cinq à sept ETF en moyenne, que vous pouvez acheter.
équipe de quatorze personnes, pour obtenir de l’aide par e-mail ou Si des ajustements s’imposent, Matti vous envoie un message en
par téléphone. Il ne faut pas nécessairement être client Bolero pour suggérant un portefeuille adapté. Si vous souhaitez suivre la
suggestion et rééquilibrer votre portefeuille (modifier sa réparti-
utiliser Matti (ou inversement), mais 60% des clients Matti sont
tion), vous approuvez les ordres proposés.
également des clients Bolero qui l’ont choisi comme complément,
pour sa facilité d’utilisation et la possibilité de différencier leur inves-
tissement avec des ETF. 40% des clients Matti ne sont pas des clients
Bolero, ni même des clients KBC. d’autres indices boursiers, mais de seulement 10 à 15%. Et quand la
Matti a été lancé en janvier 2020, très peu de temps avant que le reprise s’est amorcée en mai et juin, Matti a indiqué que les porte-
coronavirus ne vienne tout compliquer. « Matti a bien réagi et a feuilles pourraient revenir vers une plus grande proportion d’actions.
envoyé de nombreuses alertes afin de suggérer aux investisseurs de Sauf pour les investisseurs qui avaient un profil défensif prononcé.
rééquilibrer leur investissement vers un portefeuille modifié avec Pour ces derniers, Matti a choisi de garder une quantité raisonnable
plus de liquidités. Grâce à cela, les portefeuilles des investisseurs de liquidités. Visiblement, ça fonctionne. » l
Matti n’ont pas accusé une baisse de 30% en mars comme beaucoup www.boleromatti.be

LA THÉORIE D’HARRY MARKOWITZ


Pour constituer un portefeuille, l’algorithme de Matti s’appuie sur la théorie moderne du portefeuille (Modern Portfolio Theory ou mean-variance
analysis) d’Harry Markowitz, un économiste américain lauréat en 1990 du prix Nobel d’économie pour sa théorie. Il a introduit le concept de l’inves-
tisseur rationnel qui n’acceptera une plus grande volatilité (ou un risque plus élevé) que si celle-ci est compensée par un rendement attendu plus
élevé. La diversification est un moyen important pour réduire au minimum le risque ou la volatilité du portefeuille pour un même rendement atten-
du. La théorie de Markowitz permet de déterminer la composition optimale d’un portefeuille qui vise la volatilité la plus faible possible et le rende-
ment attendu le plus élevé possible.

38 LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020


IMMO

BESIX RED REMAINS ACTIVE - TOGETHER WE CARE


TOGETHER WE THINK POSITIVE
TOGETHER WE WILL BE STRONGER TO MAKE IT HAPPEN

www.besixred.com - 02 402 64 87 - info@besixred.com


IMMO

Ensemble immobilier

rue Châtelet 41
4821 Andrimont (DISON)

Le Centre Public d’Action sociale de Verviers vend


un ensemble immobilier composé :
- d’un bâtiment de caractère 4 façades situé au calme. Il s’agit d’une
ancienne maison de repos à rénover ou à détruire d’une superficie
totale de 2930m2 ;
- de terrains alentour, d’une superficie totale de 60 670m2 partiel-
lement situés en zone d’habitat au plan de secteur (1500m2 en
zone de loisirs).
La mise en vente est réalisée dans le cadre d’une mise en concurrence
avec sélection des candidatures et attribution à la meilleure offre
parmi celles déposées par les candidats sélectionnés.
Les candidats intéressés sont invités à consulter le guide de sélection
qui peut être réclamé
- soit auprès du CPAS (Mme CORNIL : laurence.cornil@cpasverviers.be) ;
- soit auprès de l’Etude de Monsieur le Notaire DENIS
(aurore.jennes.124164@belnot.be)
Le guide de soumission des offres ne sera transmis qu’aux candidats
qui auront préalablement été sélectionnés.
IMMO

Confort
Qualité
Sécurité
Rentabilité

INVESTISSEZ EN TOUTE SÉCURITÉ


DANS UN APPARTEMENT NEUF
THOMAS& PIRON BATIMENT
Infos: +32 (0)81 32 20 20 I www.thomas-piron.eu
LES BRIQUES, UN BON PLAN
D’INVESTISSEMENT
Les rendements obtenus historiquement prouvent qu’investir dans la brique est une excellente
option, même en période de volatilité des marchés, comme c’est le cas aujourd’hui. En effet,
un investissement immobilier vise essentiellement le long terme. Le rendement peut être
influencé de diverses façons.

Copernicus. 13.148 m2 de bureaux dans la rue de la Loi à Bruxelles. Un projet d’Alides.

d’intérêt. Le rendement locatif peut varier entre 2,5 et 3,5%, selon le

B
eaucoup de gens investissent dans la brique. L’immobilier
est quelque chose de tangible, le taux d’intérêt est extrê- type de bien immobilier et son emplacement, et à condition que le
mement bas (et l’épargne ne rapporte de toute façon plus loyer soit indexé annuellement. En s’y prenant bien, il peut même y
rien). D’autant que les soubresauts volatils de la Bourse avoir un avantage fiscal annuel à la clé. Et si après quelques années
ont un effet dissuasif. Sans oublier l’effet de levier (lever- on décide de se défaire du bien, il y a moyen de réaliser encore une
age dans le jargon financier) d’un prêt hypothécaire à la banque pour plus-value, avec un rendement qui (en fonction de divers paramètres)
compléter l’apport propre : le rendement d’un investissement dans peut être de 1,5 à 2,5%. Investir dans l’immobilier de qualité reste
de l’immobilier augmente si on peut emprunter de l’argent à un coût donc intéressant, même si la crise du corona a provoqué un certain
relativement bas. Ce qui est le cas aujourd’hui, grâce aux faibles taux ralentissement de l’activité pendant et peu après le confinement.

42 LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020


IMMOBILIER
PIERRE

CONSEILS POUR LES LOUEURS


l Assurez-vous qu’il existe un marché locatif dans la région où vous
souhaitez investir et comparez les loyers.
l Méfiez-vous des promesses de loyers garantis et de rendement
(exagéré). Un rendement annuel normal dans le secteur résidentiel
est d’environ 3,5%, plus environ 2% de valeur ajoutée annuelle.
l Si vous avez du temps, des compétences et deux mains droites,
investissez dans la brique. Si vous n’avez pas de temps et deux
mains gauches, achetez des actions dans une société immobilière
réglementée (SIR).
l Veillez à ce que la charge de l’intérêt reste inférieure au revenu
locatif. Quand l’économie s’embourbe, ce n’est pas un bon
moment pour vendre un bien immobilier.
l Les loyers n’augmenteront jamais aussi vite que les intérêts, et les
intérêts augmenteront sur plusieurs années.
l Tenez compte de la ‘règle du tiers’ (tous types de revenus confon-
dus). La charge de votre emprunt ne doit pas être supérieure à 1/3
de vos revenus. Ce n’est pas parce que vous pouvez rembourser
quelque chose aujourd’hui que vous pourrez toujours le faire à
l’avenir.

INVESTIR DANS L’IMMOBILIER PAPIER


Investir dans de l’immobilier peut aussi se faire sous forme ‘papier’,
dans des titres de sociétés immobilières réglementées (SIR). Vous
investissez alors dans des actions d’une société propriétaire d’un
ou plusieurs biens immobiliers. Il s’agit d’une opération financière
simple qui vous permet d’accéder, même avec une petite contribu-
tion, à des secteurs qui ne seraient pas à votre portée autrement.
Vous pouvez en outre tout à fait combiner des actions de plusieurs
SIR dans plusieurs secteurs, ce qui améliore considérablement la
diversification de votre investissement. Quelle que soit la voie que
vous empruntez, plongez-vous dans le domaine, faites vos recher-
ches, utilisez votre bon sens, lisez beaucoup et consultez des
professionnels.

tante, et les promoteurs immobiliers, en particulier d’appartements,


s’engouffrent dans la brèche.
Et les maisons alors ? Il y en a, c’est sûr, mais il faut généralement
les rafraîchir voire les rénover avant de pouvoir les proposer à la loca­
OFFRE IMPORTANTE D’APPARTEMENTS tion. Un coût non négligeable : isolation, changement du chauffage, ➤

Que ce soit dans les villes ou à la Côte, force est de constater que les
blocs de petits ou grands appartements, duplex et penthouses pous­
sent comme des champignons. Cette offre est stimulée par l’évolu­ LE CHOIX D’UN APPARTEMENT NEUF
tion de la société : l’espace disponible est de plus en plus rare, la
S’INSCRIT DANS LE CLIMAT ACTUEL DE
démographie augmente chaque année, la population vieillit et les
personnes âgées restent plus longtemps dans leur maison. Enfin, la CONSTRUCTION ET D’HABITAT DURABLES ET
dilution familiale (dédoublement des ménages suite à des divorces) PEU GOURMANDS EN ÉNERGIE.
ne cesse d’augmenter. La demande de logements est dès lors impor­

LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020 43


IMMOBILIER
PIERRE

Le redéveloppement des anciens bâtiments KBC le long de l’avenue du Port à Bruxelles. Un projet de Triple Living.

nouvelle cuisine ou salle de bains, éventuelle réparation du toit. Pour LE RISQUE D’AVOIR DES LOCATAIRES
un investisseur, mieux vaut peut-être se tourner vers un appartement INSOLVABLES, OU UN LOGEMENT VIDE,
neuf. Même si la surface habitable est souvent inférieure à celle
PEUT ÊTRE ÉVITÉ EN CHOISISSANT UN BIEN
d’une maison classique, il n’y a pas à craindre de frais d’entretien
importants les premières années. De plus, ce choix s’inscrit mieux IDÉALEMENT SITUÉ ET D’AUSSI BONNE
dans le climat actuel de construction et d’habitats durables et peu QUALITÉ QUE POSSIBLE.
gourmands en énergie. Les mètres carrés utiles et de qualité sont en
effet plus importants que les couloirs et les zones communes inutiles
et énergivores. dans un bien immobilier plus modeste, mais il faut alors choisir en
Autre avantage : un appartement moderne est construit aux normes toute cohérence un emplacement qui l’est également. La qualité d’un
les plus récentes, avec des matériaux de très bonne qualité et des bien et de son voisinage s’équilibrent l’une l’autre. Les critères tradi-
installations techniques collectives couvertes par des contrats d’en- tionnels pour qualifier un emplacement de ‘bon’, notamment dans un
tretien. Durant toute la durée de la location, il y aura moins de frais centre-ville, sont les suivants : des transports en commun à proximi-
de réparation susceptibles de grignoter votre rendement. À long té, des écoles pour les familles, des espaces verts et des plaines de
terme, celui-ci augmentera, tant en cas de location que lors de la jeux pour les enfants, des hautes écoles ou des universités. Le poten-
revente ultérieure. tiel de croissance économique dans la ville s’avère lui aussi impor-
tant.
LES LOCATAIRES QUE L’ON MÉRITE Certains locataires, avec moins de moyens, représentent aussi un
Le risque d’avoir des locataires insolvables ou un logement vide peut risque pour l’investisseur. Il n’est en effet pas facile de compenser
être évité en choisissant un bien idéalement situé et d’aussi bonne plusieurs mois de perte de loyer dus au non-paiement ou à la vacan-
qualité que possible. C’est comme pour le marché boursier : si vous ce du bien. Sauf si les loyers augmentent de façon rapide et forte.
achetez des actions d’entreprises de moindre qualité, il ne faut pas Mais ce n’est pas le cas du marché pour le moment.
compter sur un rendement très élevé. Vous pouvez bien sûr investir Dans le cas d’investissements plus conséquents, par exemple un

44 LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020


immeuble avec plusieurs appartements, il est possible de passer par promoteur. N’hésitez pas à prendre contact avec des acheteurs
l’intermédiaire d’une société de logement pour proposer le bien à la précédents, et sondez la satisfaction de ces propriétaires ou locatai-
location. Si les locataires sont choisis via une agence immobilière res.
sociale (AIS) agréée, le propriétaire est assuré de toucher ses douze Il faut aussi se demander bien à l’avance quel est votre horizon et
mois de loyer par an, avec indexation. Certains promoteurs immobi- votre capacité d’investissement ainsi que votre objectif final : voulez-
liers concluent déjà eux-mêmes pour leurs acheteurs des contrats vous un rendement élevé au terme ou un rendement annuel raison-
de location avec des agences de ce type. La même chose est possible nable ? Évitez surtout d’acheter de façon émotionnelle, achetez de
avec les organisations spécialisées dans le logement de personnes façon rationnelle. Ce n’est pas parce qu’un appartement est en vente
souffrant d’un handicap. Le rendement est alors un peu plus faible à deux rues de chez vous qu’il s’agit nécessairement d’un bon inves-
mais il est garanti. D’autre part, il est toujours préférable d’éviter les tissement.
projets de constructions résidentielles montés par l’un ou l’autre
homme d’affaires ou agent immobilier local en vue. La qualité n’est PAS SEULEMENT DES APPARTEMENTS CLASSIQUES
pas toujours au rendez-vous, et les déceptions ou problèmes sont Outre les appartements classiques, il est aussi possible d’investir
fréquents. La construction est un métier, et en l’occurrence un métier dans des logements pour étudiants ou pour personnes âgées.
très exigeant. Jusqu’il y a peu, la construction de résidences-services et de service-
flats se faisait de façon un peu débridée, avec souvent un mauvais
ACHETER DE FAÇON RATIONNELLE, PAS ÉMOTIONNELLE choix d’emplacement. Pour être intéressante, une résidence-services
La demande en biens immobiliers est plus forte qu’il y a dix ou quinze doit se situer à proximité d’infrastructures de soins suffisantes. Étant
ans, et le marché compte aussi plus de promoteurs immobiliers. La donné l’évolution démographique, cette option reste intéressante.
qualité et la fiabilité des professionnels de la construction ont elles Pensez également aux maisons neuves ou récentes avec jardin car le
aussi augmenté. Si vous êtes en contact avec un promoteur immobi- coût élevé que représente l’achat d’une maison neuve pour les jeunes
lier pour un achat éventuel, posez-lui beaucoup de questions, parlez ménages avec enfants stimule le marché de la location. Même si,
à votre banquier de votre projet et du promoteur, demandez le cahier avec la pénurie de terrains à bâtir, construire devient aussi de plus en
des charges et allez visiter des biens similaires réalisés par le même plus difficile pour les investisseurs. l

SOURCES
La plupart des informations contenues dans le présent article proviennent d’un entretien avec des experts immobiliers, par l’intermédiaire
de l’union professionnelle du secteur immobilier (UPSI-BVS), dont le CEO est Olivier Carrette.

ALIDES TRIPLE LIVING


Alides, acteur immobilier familial et Triple Living est une joint-venture des
membre du groupe gantois Maes fondé familles Cavens et Paeleman, qui possè-
en 1892, est depuis plusieurs généra- de plus de 50 ans d’expérience dans
tions une valeur sûre dans le secteur l’immobilier. Ce promoteur immobilier
immobilier, grâce à son profil hybride se concentre principalement sur le
d’investisseur et de promoteur. Cette marché de la construction résidentielle
société en croissance place l’accent sur ainsi que sur ceux des bureaux et des
la qualité, la durabilité et l’innovation, commerces, en Belgique, aux Pays-Bas
et concrétise sa stratégie d’expansion et en Roumanie. Il met en œuvre des
sur des sites de choix en Belgique, au matériaux durables, des techniques de
Rikkert Leeman, Alides. Luxembourg et en Pologne. Alides allie Jeff Cavens, Triple Living. pointe et des finitions de haute qualité
ses nombreuses années d’expertise en fonction des préférences individuel-
dans le domaine des bureaux, du résidentiel, de l’industrie, de l’hôtel- les des clients. Les projets de Triple Living stimulent l’économie locale
lerie et des soins de santé à une vision à long terme, une approche et le quartier en reconvertissant des sites à haut potentiel en zones
orientée client et des solutions sur mesure. résidentielles vertes ou en sites professionnels dynamiques.
Projets. Projets.
LUX, projet résidentiel à Gand. Cubic, projet résidentiel à Wemmel. Nieuw Zuid à Anvers. Duinenwater à Knokke. Le redéveloppement des
Copernicus, bureaux dans la rue de la Loi, Bruxelles. anciens bâtiments KBC le long de l’avenue du Port à Bruxelles.

LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020 45


IMMOBILIER
PAPIER

IMMOBILIER PIERRE-PAPIER
Entre les réparations à faire dans la maison ou l’appartement que l’on met en location et les
retards dans le paiement des loyers, investir dans la pierre peut ne pas être de tout repos. De plus,
il faut réunir une somme considérable pour l’achat, même s’il est bien sûr possible d’en
emprunter une partie. Mais les choses sont tout à fait différentes quand on investit dans des
actions de sociétés immobilières réglementées ou SIR.

I
nvestir dans une maison ou un autre bâtiment tangible pour les
proposer à la location est une forme d’investissement qui requiert
des capitaux importants. En plus d’éventuels travaux d’entretien
et de réparation, il existe en effet d’autres risques, comme celui
de tomber sur un locataire insolvable. De plus, quand on achète
un bien immobilier, les droits d’enregistrement sont dus immédiate-

46 LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020


ment : 10% en Flandre et 12,5% à Bruxelles et en Wallonie. Auxquels
il faut encore ajouter les coûts d’un expert, d’un notaire…
« LA POPULARITÉ DES ACHATS EN LIGNE
Les sociétés immobilières réglementées (SIR) ont été créées par le PLACE LES FOURNISSEURS D’ESPACES DE
gouvernement à la fin des années 1990. L’objectif était d’aider les STOCKAGE DEVANT DES DÉFIS EN TERMES
petits épargnants à investir dans de l’immobilier moyennant de petits
D’EFFICACITÉ, D’EMPLACEMENT,
montants par action, et donc sans avoir à acheter l’entièreté d’une
maison ou d’un appartement. En Belgique, les investisseurs dans des D’INFRASTRUCTURE ET DE SERVICES
SIR sont des particuliers, des investisseurs professionnels et des CONNEXES. »
investisseurs institutionnels tels qu’assureurs et fonds de pension. (DAVID BATENS)
Les SIR sont des entreprises de construction opérationnelles travail­
lant avec un personnel spécialisé. Elles développent un portefeuille
de biens immobiliers tant en Belgique qu’à l’étranger. Elles construi­
sent, rénovent, gèrent et entretiennent des biens destinés à être IMMOBILIER LOGISTIQUE
loués à des utilisateurs finaux dans divers secteurs. Elles ne sont en Le secteur immobilier des entrepôts logistiques bénéficie lui aussi
outre pas soumises à l’impôt sur les sociétés, à condition de distri­ d’un intérêt accru ces dernières années, avec un pic lors de la crise
buer à leurs actionnaires au moins 80% de leur bénéfice net sous du corona. David Batens, Business Development Manager chez
Heylen Warehouses : « Les Belges se sont habitués à acheter en
forme de dividendes.
ligne et continueront à le faire, dans une certaine mesure. La prati-
De nombreuses SIR font partie des fonds de placement immobilier
que offre d’importants avantages aux clients, mais pose en même
internationaux ou REIT (Real Estate Investment Trusts). En Belgique, temps des défis de taille aux fournisseurs d’entrepôts, en termes
elles doivent répondre à des exigences strictes en termes de ratio d’efficacité, de localisation, d’infrastructure orientée vers l’avenir et
d’endettement, de diversification et de distribution de dividendes. de services connexes. Notamment en raison des embouteillages. En
Une autre caractéristique de ces sociétés immobilières en Belgique outre, certains fabricants souhaitent pouvoir s’approvisionner (à
est le fait qu’elles sont spécialisées dans les surfaces commerciales, nouveau) un peu plus près de chez eux. Heylen Warehouses n’est
pas une SIR, mais investir dans des actions de sociétés immobilières
les bureaux, les entrepôts, les résidences pour étudiants, les centres
réglementées spécialisées dans l’immobilier logistique, comme
de soins résidentiels… Certaines se spécialisent même, par exemple,
Montea ou WDP, est de toute façon une option sans risque. »
dans des magasins situés en périphérie (en bordure des axes
routiers) ou des centres commerciaux. ➤

Sugar Fields 21. Entrepôt de 70.000 m2 pour MediaMarkt à


Etten-Leur, Pays-Bas. Un projet de Heylen Warehouses.

JEROEN VERRECHT

LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020 47


IMMOBILIER
PAPIER

ZIN. Projet multifonctionnel de Befimmo à Bruxelles. 110.000 m2 hors sol, dont 75.000 m2 de bureaux (y compris un espace de coworking), 14.000 m2 d’espaces résidentiels, 16.000 m2
pour un hôtel, ainsi que des espaces de sport, de loisirs, horeca et commerciaux. 70.000 m2 de bureaux sont déjà entièrement préloués au Gouvernement flamand. Les travaux ont
commencé début 2019 et se termineront en 2023.

RÉPARTITION DU RISQUE se souvient des premières enseignes qui vendaient alors des tapis et
Grâce au prix relativement limité par action et à cette spécialisation de la moquette. Mais aujourd’hui, l’offre est multiple : literie, électro-
poussée, les investisseurs peuvent répartir leur investissement sur ménager, chaussures, mode et autres textiles, alimentation… Cette
divers secteurs immobiliers par le biais de différentes SIR, ce qui est évolution est entre autres induite par la volonté de garder les voitures
une règle de base importante quand on procède à un investissement. en dehors des villes.
Ils paient un précompte mobilier de 30% sur le dividende, mais n’ont Pour ce qui est de la chaussure, l’année est synonyme de problèmes
pas besoin de mettre eux-mêmes en location ni d’entretenir les économiques et d’incertitude. L’essor du commerce électronique
immeubles dans lesquels ils investissent (indirectement). Au rende- pendant la crise du corona a aussi eu des conséquences, même si
ment des dividendes, il faut encore ajouter un pourcentage de tout n’a pas été rose non plus pour les ventes en ligne. Jan De Nys,
plus-value annuelle si la SIR se développe avec succès. CEO de Retail Estates, ne s’inquiète cependant pas trop de ces évolu-
Quand les taux d’intérêt sont faibles (comme ces dernières années et tions et de la crise qui secoue le secteur. « La vente au détail est un
probablement aussi les années à venir), les actions des sociétés grand gâteau qui a considérablement grossi au fil des ans. Certes, on
immobilières réglementées ont pas mal de succès. Elles sont aussi constate aujourd’hui une certaine stagnation à ce niveau, mais le
facilement échangeables ou ‘liquidables’, surtout quand on choisit de gâteau va simplement être réparti différemment. Nous devons réagir
travailler avec un acteur expérimenté sur le marché. Il existe le choix avec souplesse et dynamisme. Approcher d’autres locataires poten-
entre les SIR du haut du panier (qui font partie du BEL20), celles du tiels, rechercher de meilleurs emplacements, prendre de nouveaux
niveau moyen et enfin les suiveuses, qui sont souvent de petites filia- rendez-vous, adapter les bâtiments pour des locataires avec d’autres
les de sociétés mères étrangères. besoins ou exigences. L’évolution à long terme des investissements,
via les SIR, dans des magasins en bordure des axes routiers,
RÉAGIR AUX TENDANCES SOCIÉTALES des centres commerciaux et même des magasins spécifiques en
Comme toute autre entreprise, les SIR s’efforcent de répondre aux centre-ville, reste positive. Et quand on investit, ce long terme s’avère
évolutions et aux tendances de la société, que celles-ci soient de bien sûr particulièrement important. »
nature sociale, économique... Pensez aux magasins situés le long des Une nette évolution est également perceptible dans le secteur des
axes routiers. Certains existent depuis des années et tout le monde immeubles de bureaux. Befimmo par exemple, une SIR spécialisée ➤

48 LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020


Ecoutez l’investisseur en vous
Ecoutez le podcast
de l’Initié de la Bourse

Trends-Tendances lance un nouveau podcast :


L’Initié de la Bourse.

Chaque mercredi, Pierre-Henri Thomas,


journaliste de Trends-Tendances et un expert
de Keytrade Bank feront le point sur l’actualité
financière de la semaine. Ils braqueront leur
projecteur sur une valeur qui s’est particulièrement
distinguée en Bourse.

Le podcast « L’Initié de la Bourse » : votre nouveau


rendez-vous financier incontournable.

INITIÉ DE LA BOURSE
Pierre-Henri Thomas,
journaliste Trends-Tendances

Ecoutez le podcast de l’Initié de la Bourse sur www.initiedelabourse.be/podcasts


ou sur les principales plateformes d’écoute classiques.

Avec le soutien de Le podcast de l’Initié de la Bourse est une production de


À Jambes, Retail Estates réalise la transformation du Brico en Brico Plan-It pour un espace de 15.000 m². Le bâtiment est prévu pour 2021.

dans ce secteur, étudie et analyse de manière proactive les tendan- vie professionnelle deviennent une réelle expérience, et désirons
ces de la société. Benoît De Blieck, CEO : « Nous nous efforçons, établir un lien entre productivité et bien-être. L’augmentation du
depuis déjà longtemps, de répondre aux nouveaux besoins et aux télétravail pendant la crise du corona prouve bien qu’il n’est pas
évolutions de la société, comme le fait d’offrir un équilibre optimal nécessaire que tous les travailleurs se rendent tous les jours dans un
entre vie professionnelle et vie privée. Notre réponse, ce sont des bâtiment où il n’y a que des bureaux. Et beaucoup continueront d’une
immeubles de bureaux multifonctionnels qui intègrent pleinement manière ou d’une autre à rechercher ce type de vécu. C’est la confir-
des fonctions résidentielles, commerciales ou hôtelières. Si possible mation d’un développement stratégique que Befimmo a entamé il y a
dans un quartier ou une zone verte pleine de vie, où les gens peuvent déjà plusieurs années » l
également se détendre. Nous voulons faire en sorte que vie privée et

SOURCES commerciales situées en périphérie des agglomérations ou le long des


BEFIMMO axes routiers menant aux centres urbains. Retail Estates SA rachète des
biens immobiliers de tiers ou construit et commercialise des surfaces
La société immobilière réglementée Befimmo, cotée à Euronext
commerciales pour son propre compte. Les immeubles ont une surface
Brussels, est un opérateur immobilier spécialisé dans les immeubles de
bâtie comprise entre 500 m2 et 3.000 m2. Les magasins ont une superficie
bureaux, les centres de réunion et les espaces de coworking en
moyenne de 1.000 m2. Au 30 juin 2020, Retail Estates SA avait en porte-
Belgique (notamment à Bruxelles) et au Grand-Duché de Luxembourg. feuille 1.004 biens immobiliers, représentant une superficie commercia-
Befimmo offre à ses utilisateurs des espaces de bureaux modernes et le totale de 1.194.788 m2, répartis entre la Belgique et les Pays-Bas. La
les services qui y sont associés, dans des immeubles durables, tant en juste valeur du portefeuille immobilier consolidé de Retail Estates SA au
termes d’architecture que de localisation et de respect de l’environne- 30 juin 2020 est estimée par des experts immobiliers indépendants à
ment. En créant ainsi de la valeur ajoutée pour ses utilisateurs, 1.732,38 millions d’euros. Retail Estates SA est cotée à Euronext Brussels
Befimmo crée aussi de la valeur pour ses actionnaires. Au 31 décembre et Euronext Amsterdam.
2019, la juste valeur de son portefeuille s’élevait à 2,8 milliards d’euros.
HEYLEN WAREHOUSES
RETAIL ESTATES Tout en n’étant pas une SIR, Heylen Warehouses est plus qu’un simple
La société immobilière réglementée publique Retail Estates SA est un loueur d’immobilier logistique. L’ambition de l’entreprise est d’être la
acteur de niche, spécialisé dans la mise à disposition de surfaces première du genre en tant qu’investisseur immobilier dans le domaine.

Benoît De Blieck, Befimmo. Jan De Nys, Retail Estates. David Batens, Heylen Warehouses.

50 LE VIF EXTRA | 29 OCTOBRE 2020


MARC DE CAFÉ ?
OU PLEUROTES
EN DEVENIR ?

PermaFungi
CEO Julien Jacquet

Julien Jacquet est le CEO de PermaFungi. Un homme qui considère la ville


comme un écosystème durable là où beaucoup n’y voient qu’une source de
pollution. Avec PermaFungi, il réutilise le marc de café pour cultiver des
pleurotes et créer des emplois à Bruxelles. Julien Jacquet prouve ainsi que
des progrès remarquables peuvent être réalisés en changeant de perspective.
Aller de l’avant. Ensemble. Innover pour faire bouger les choses. C’est ça la
force des game changers. Déceler les opportunités plutôt que les obstacles.
Découvrez leur histoire et laissez-vous inspirer par Trends-Tendances.
Trends-Tendances rassemble ceux qui voient les opportunités.
01:20

Hey lecteur du Vif


Je suis Matti,
le premier Menu

assistant Investir Préférences Simulation

3
Proposition

4
Confirmer

intelligent en
investissement. Votre simulation personnelle
3 ans 5 ans 7 ans 10 ans 20 ans
boleromatti.be
5.000 €

4.500 €

4.000 €

3.500 €

3.000 €

2.500 €

2021 2022 2023 2024

Powered by KBC

Intelligent, car je vous aide à faire fructifier davantage


votre argent. Avec moi, vous pouvez déjà investir à partir
de 1 000 euros, et il est très facile d’investir ou désinvestir
à tout moment. En plus, je garde en permanence un œil
sur vos investissements. Vous avez ainsi plus de temps à
consacrer à d’autres choses. Intelligent, n’est-ce pas ?

Curieux de savoir ce que votre argent peut rapporter ?


Faites rapidement une simulation sur boleromatti.be

Powered by KBC