Vous êtes sur la page 1sur 48

REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON

Paix-Travail-Patrie Peace-Work-Fatherland
------------------- -------------------
MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS MINISTRY OF SECONDARY EDUCATION
SECONDAIRES -------------------
------------------- SECRETARIAT-GENERAL
SECRETARIAT GENERAL -------------------
------------------- THE CONSTRUCTION AND EQUIPIPNG OF
PROJET DE CONSTRUCTION ET EKOUNOU PROFESSIONAL SECONDARY
D’EQUIPEMENT DU LYCEE SECONDAIRE SCHOOL PROJECT
PROFESSIONNEL D’EKOUNOU -------------------
------------------- MANAGEMENT UNIT
UNITE GE GESTION Tél : 222.23.66.56
Tél : 222.23.66.56

RAPPORT DE L’ANALYSE DE LA SITUATION DE TRAVAIL

ELECTRICIEN DE BÂTIMENT

Niveau : Ouvrier Qualifié

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 1
SOMMAIRE

EQUIPE DE PRODUCTION................................................................................................................3
REMERCIEMENTS..............................................................................................................................4
LISTE DES PROFESSIONNELS AYANT PARTICIPE A L’ATELIER D’ANALYSE DE LA
SITUATION DE TRAVAIL..................................................................................................................5
EQUIPE HOMOLOGUE DU MINESEC.............................................................................................6
SIGLES ET ABBREVIATIONS...........................................................................................................7
GLOSSAIRE..........................................................................................................................................8
INTRODUCTION................................................................................................................................11
1. DESCRIPTION GÉNÉRALE DE LA PROFESSION.................................................................13
2. DESCRIPTION DU TRAVAIL...................................................................................................18
3. SUGGESTIONS CONCERNANT LA FORMATION.............................................................41
RÉFÉRENCES.....................................................................................................................................43
ANNEXES...........................................................................................................................................45

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 2
EQUIPE DE PRODUCTION

L’analyse de situation de travail a été animée par une équipe dynamique permettant
l'implication de tous ses membres. En ce sens, la production du présent rapport d’AST pour
le métier d’Electricien du bâtiment s’est réalisée en étroite complémentarité des
participants venant du monde professionnel et des intervenants enseignants du MINESEC
selon une approche sollicitant le travail d’équipe et la collaboration de tous. L'équipe de
production du rapport d'AST est la même que celle qui a été en charge de l'animation de
l'AST.

N° NOMS ET PRENOMS POSTE EXPERTISE

Expert Financier,
1 Dr. TCHOMGOUO NZALLI Gédéon Directeur de projet Analyste financier et
gestion des entreprises

Expert 1 Chef de Ingénieur de conception


2 Pr. TAMO TATIETSE Thomas
mission en Génie-civil

Expert Socio-
3 TAMO MBOUYOU Eric Stève Expert 2
Economiste

4 MBOHOU Jean Pierre Expert 3 Expert APC

5 MBOUTCHOUANG Appolinaire Expert 4 Expert APC

6 Dr. Noêl KONAI Expert 5 Expert APC

7 NDOUOH Sylvie Expert 6 Expert APC

8 WANNAMO Sylvie Expert 7 Expert APC

9 TSEMO Landry Expert 8 Expert APC

10 TELLA NEGOU Martial Larios Expert 9 Expert APC

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 3
REMERCIEMENTS

Monsieur le Directeur Général du Bureau d’étude FISCAGEST CONSULTING AND


CONTRACTOR remercie vivement, au nom de toute son équipe, Madame le Ministre des
Enseignements Secondaires et tous ses collaborateurs pour leur accueil chaleureux, leur
disponibilité au cours de cette mission. Il souhaite remercier particulièrement l’équipe
homologue mise en place au sein du Ministère pour accompagner la mission.

La mission adresse aussi ses remerciements à toutes les structures publiques et privées qui
ont bien voulu accueillir ses équipes au cours des descentes de terrain.

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 4
LISTE DES PROFESSIONNELS AYANT PARTICIPE A L’ATELIER
D’ANALYSE DE LA SITUATION DE TRAVAIL

N° Nom et Prénom Société Fonctions Région/Ville Contacts


CFP BMB NEW
1. MAKONG Jacques Z Formateur CENTRE 696504287
AFRICA
ABENELANG DALU CFP BMB NEW
2. Formateur CENTRE 696149833
VALDANO AFRICA
Ingénieur Génie
FONHOUO T Mathias Building design
3. Civil CENTRE 697732087
Melvin BTP
Consultant
4. Charles OLAMA IGEAF BTP SARL PDG CENTRE 675485773
5. MBANG ADANG M. SEMIC BTP Consultant BA LITTORAL 695131414
6. TOTOUOM Arnaud SEMIC BTP Consultant BA CENTRE 695245508
Ingénieur Génie
7. ANOUMEDEM Pierre APM BTP LITTORAL 699583704
Civil
ENTREPRISE
CAMEROUNAISE Technicien
8. TACHATOUANG Moïse LITTORAL 677656402
D'ISOLATION Étanchéiste
SARL
9. NGOUNOU Nathalie Professionnelle CENTRE 694583388
10. NDEMBA Célestin MATGENIE Professionnel CENTRE 697278516
CECOSM Professionnel/
11. MENGN’HE Steve CENTRE 699413314
Formation Formateur
KUETCHE SAADEU CFP BMB NEW Professionnel/
12. CENTRE 691039819
Gaetan AFRICA Formateur
13. MBATCHOU Anderson KNG Consulting Formateur CENTRE 699149556
14. MBE Jean Philippe KNG Consulting Professionnel CENTRE 656174182
15. YOUGANG Cyrille ECTA-BTP Professionnel CENTRE 698106926
16. BILANA Jean Claude CEO Consulting Professionnel CENTRE 696599047
CFFM Monastère
17. METCHEUMO Achille Professionnel CENTRE 697101411
Mont-Febe
18. FEUDJIO Edmond TOTOMBIA Professionnel CENTRE 696973057
19. NOUMSI Benjamin MATGENIE Professionnel CENTRE 699775425
20. BASSOUA Patrick CSL Professionnel LITTORAL 698680262
21. RIEYOU Lydie CSL Professionnelle LITTORAL 694354602
NENWA TANKWA
22. CSL professionnel LITTORAL 670695395
Jeffril
IGEAF BTP
23. OLAMA Charles PDG CENTRE 675485773
SARL
Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 5
N° Nom et Prénom Société Fonctions Région/Ville Contacts
Ingénieur
24. ANOUMEDEM Pierre STC BTP LITTORAL 699583704
Génie Civil

EQUIPE HOMOLOGUE DU MINESEC

N° NOMS ET PRENOMS QUALITE/STRUCTURE

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 6
1 ANONG LEON Ingénieur du Marché

2 TICKI ALAIN BRICE Coordonnateur

2 FOUDIKOU NTOUNESSAH Dahirou CCFFEC

3 AJAH PETER TAMASANG CCGC

4 MOUSSA ALI ABDOU-AZIZ Agent Financier

5 ARREY MATHIAS A/A

6 SANDA KALADI Nicolas Herman Spécialiste en Suivi évolution

7 BELLA André M. Comptable

8 MONTHE Germain IPN

9 EDOUBE KONDA WALTER Composant Equipement

10 MBENTI NSOUNGUI Roger jean IPR

11 TSHANSI NGANKAK Aphonse IPN

12 MONGAP NDAM Paul IPN

13 TUENO HUGUES Boris IPR

14 NGUINTEGUA bertin IPN

15 MBOUOKA FOKEU Marguerite IPN/ CS

16 NGO ETOUNDE IPN

17 OMBE BOULI Adré Désiré IPN

SIGLES ET ABBREVIATIONS

APC Approche Par Compétences


AST Analyse de la Situation de Travail
CAPAM Cellule d’Appui de la Promotion de l’Artisanat Minier

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 7
CCNB Collège Communautaire du Nouveau-Brunswick
EPI É quipements de Protection Individuelle
FPT Formation Professionnelle et Technique
MINEFOP Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle
MINIMIDT Ministère de l’Industrie, des Mines et du Développement Technologique
OIF Organisation Internationale de la Francophonie
OIT Organisation Internationale du Travail

GLOSSAIRE
Les définitions apportées aux termes ci-après, sont inspirées de l’ensemble des documents
d’ingénierie de formation professionnelle, des documents de gestion des ressources
humaines et des normes liées à la formation professionnelle.

Mot ou
Définition
expression

Analyse d’un Elle consiste à décrire les caractéristiques d’un métier, de ses
métier tâches et opérations, accompagnée de leurs conditions et
Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 8
Mot ou
Définition
expression

exigences de réalisation, des fonctions, des connaissances,


habiletés et attitudes nécessaires à son exercice.

Deux formules peuvent être utilisées : la nouvelle analyse, qui vise


la création de la source d’information initiale, et l’actualisation
d’une analyse, qui est la révision de cette information.

Méthode pédagogique active qui consiste en un apprentissage


plus concret, plus dynamique et plus durable. Elle met l’accent sur
la capacité de l’apprenant d’utiliser concrètement ce qu’il a appris
dans des tâches et situations nouvelles et complexes, à l’école
Approche par tout comme dans la vie.
Compétences
Elle consiste à définir des compétences dont chaque apprenant a
besoin pour passer à l’étape suivante de son parcours scolaire,
pour accéder à une qualification et pour être préparé à
l’apprentissage tout au long de la vie.

Capacité d’appliquer un savoir et d’utiliser un savoir-faire pour


Aptitude
réaliser des tâches et résoudre des problèmes.

Manière d’agir, de réagir et d’entrer en relation avec les autres.


Attitude Elles traduisent des comportements socio-affectifs et sont liées à
des valeurs personnelles ou professionnelles.

C’est l’ensemble des activités-clés qui font la spécificité du métier.


Cœur du métier
C’est le noyau dur des activités du métier.

Modalités et les circonstances qui ont un impact déterminant sur la


Conditions de réalisation d’une tâche et font état, notamment, de l’environnement
réalisation de la de travail, des risques pour la santé et la sécurité au travail, de
tâche l’équipement, du matériel et des ouvrages de référence utilisés
dans l’accomplissement de la tâche.

Notions et des concepts relatifs aux sciences, aux arts ainsi qu’aux
Connaissances législations, technologies et techniques nécessaires dans
l’exercice d’un métier.

Caractéristiques observables et mesurables permettant d’évaluer


Critères de les éléments essentiels d’une réalisation satisfaisante d’une tâche.
performance Ils sont énoncés sous forme d’exigences, de normes de qualité et
de règles qui permettent de voir que la tâche est bien exécutée.

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 9
Mot ou
Définition
expression

Exigences de
Exigences établies pour qu’une tâche soit réalisée de façon
réalisation de la
satisfaisante.
tâche

Fonction de Ensemble interdépendant d'activités et de tâches qui concourent à


travail assurer un certain résultat ; elle est spécifique à une organisation.

Habiletés
Stratégies intellectuelles utilisées dans l’exercice d’un métier.
cognitives

Habiletés
Exécution et contrôle de gestes et de mouvements lors de
motrices et
l’exécution d’une tâche.
kinesthésiques

Capacités sensorielles grâce auxquelles une personne saisit


Habiletés
consciemment par les sens ce qui se passe dans son
perceptives
environnement.

Ensemble de postes ou de situations de travail qui donne lieu à


des activités comparables et qui requiert, en conséquence, un
ensemble de compétences identiques ou très voisines.

Métier Autrement dit, c’est un ensemble cohérent d'activités


professionnelles réalisées par une personne dans le cadre d'un
processus productif.

Un métier est constitué de plusieurs emplois.

Niveaux
d’exercice du Degrés de complexité dans l’exercice d’un métier.
métier

Actions qui décrivent les étapes de réalisation d’une tâche et


Opérations permettent d’établir le « comment » pour l’atteinte du résultat. Elles
sont rattachées à la tâche et liées entre elles.

Niveau où les tâches de la profession sont exercées de façon


Plein exercice
autonome et avec la maîtrise nécessaire par la plupart des
du métier
personnes.

Professionnel Personne capable de bien exécuter son travail, conformément aux


compétent procédures et/ou prescriptions. Il est efficace, c’est-à-dire il répond
à ce qui lui est demandé.

Ce niveau correspond au niveau d’entrée dans l’emploi.

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 10
Mot ou
Définition
expression

Le professionnel compétent est à distinguer du « professionnel


pratiquant », du « professionnel confirmé » et du « professionnel
expérimenté ».

Résultat de
Produit, un service ou une décision.
travail

Sous- Actions qui précisent les opérations et permettent d’illustrer des


opérations détails du travail, souvent des méthodes et des techniques.

Actions qui correspondent aux principales activités de l’exercice du


métier analysée.

Une tâche est structurée, autonome et observable. Elle a un début


Tâches déterminé et une fin précise.

Dans l’exercice d’un métier, qu’il s’agisse d’un produit, d’un service
ou d’une décision, le résultat d’une tâche doit présenter une utilité
particulière et significative.

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 11
INTRODUCTION
Le Ministère des Enseignements Secondaires (MINESEC) a entrepris depuis quelques
années, notamment relativement à la mise en œuvre du Document de Stratégie du Secteur de
l’Education et de la Formation (DSSEF), d’importantes réformes structurelles de son
dispositif d’enseignement technique et professionnel à l’effet de fournir à l’économie
nationale des ressources humaines qualifiées dans des domaines économiques identifiés
comme porteurs de croissance. L’une des réformes phares de ce dispositif a été l’adoption
depuis une dizaine d’années déjà de l’Ingénierie pédagogique de l’Approche Par
Compétences (APC) qui introduit un nouveau paradigme dans le système éducatif basé sur le
renforcement du partenariat entre le milieu de l’éducation et le marché du travail, ceci dans
l’optique d’adresser l’épineuse problématique de l’adéquation formation-emploi.
Ainsi, l’ingénierie pédagogique de l’APC prend donc le marché du travail à la fois comme
source de la planification du développement des filières de formation et comme destinataire
des lauréats de la formation. La recherche d’adéquation entre l’offre de formation et les
besoins du système productif guide les quatre phases de la démarche de réalisation de
l’Approche par Compétences en Développement des Compétences Techniques et
Professionnelles (DCTP).
D’un autre côté, des études antérieures réalisées d’une part par le Cabinet TECSULT –
EDUPLUS en 2002 sur « les potentialités du marché du travail et la définition des niches
pour la formation technique et professionnelle au Cameroun » à la demande du
Gouvernement camerounais, et d’autre part par SHOBHANA SOSALE et KIRSTEN
MAJGARD en 2016 sur le thème « Renforcer les compétences au Cameroun :
Développement de la main d’œuvre , compétitivité et croissance » à la demande de la
Banque Mondiale, ont fait apparaître un besoin qualitatif et quantitatif en main d’œuvre
qualifiée dans des secteurs porteurs de l’économie nationale.
Face à ces défis majeurs, le Gouvernement de la République du Cameroun a sollicité et
obtenu du Fonds Koweitien de Développement Economique Arabe (FKDEA), un prêt d’un
montant de 5,25 milliards FCFA en vue de la construction et l’équipement du Lycée
Professionnel des métiers du Bâtiment et des Travaux Publics d’EKOUNOU dans le
Département du MFOUNDI, Région du Centre. Une partie de ces fonds sera consacrée à
l’élaboration des curricula de formation.
En effet, les experts sont unanimes pour reconnaître que l’élaboration des curricula de
formation appropriés à la demande du marché de l’emploi constitue l’une des principales
solutions au défi du renforcement de la croissance économique, lequel passe par le
développement du secteur des Infrastructures, notamment des BTP.
C’est dans cette optique que le MINESEC, dans le cadre du Projet de construction et
d’équipement du Lycée Professionnel des métiers du Bâtiment et des Travaux Publics
d’Ekounou, a sollicité dans le cadre d’un marché, l’expertise d’un Cabinet pour élaborer les
Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 12
curricula de formation dans vingt (20) métiers du Bâtiment et des Travaux Publics (BTP)
suivant l’APC.
De façon générale, l’objectif de la mission est de développer des curricula de formation dans
les métiers du bâtiment et des travaux publics des Lycées Professionnels, selon l’APC.
De façon spécifique, il s’agit de :
- Actualiser les études sectorielles (dossier d’opportunités) du secteur du bâtiment et
des travaux publics et soumettre le portrait de ce secteur à la validation technique
relativement aux spécialités à développer ;
- Réaliser l’analyse des situations de travail (AST) de 20 métiers et soumettre à la
validation 20 Référentiels d’Activités Professionnelles (RAP) des mêmes métiers ;
- Elaborer les listes des équipements de formation des 20 métiers à développer ;
- Elaborer 20 référentiels de compétences (projets de formation) des métiers à
développer et soumettre à la validation pour chacun de ces métiers, les compétences
assorties des modules de formation et leurs durées ;
- Elaborer 20 programmes d’études et les soumettre à la validation ;
- Elaborer 20 documents d’accompagnement pédagogique et les soumettre à la
validation.

Conformément aux termes de références de la mission et l’approche méthodologie générale


retenue, le présent rapport d’Analyse de Situation de Travail (AST) a pour objectif principal
de dresser le portrait le plus fidèle possible du métier en étude relevant du secteur du BTP au
Cameroun identifié comme secteur prioritaire, et d’identifier les tâches et opérations qui le
caractérisent. Ces tâches et opérations permettront d’élaborer le Référentiel de Compétences,
les Listes des Equipements de Formation, le Programme d’Etudes et les Documents
d’Accompagnement Pédagogique dans le cadre des prochaines étapes de la mission
conformément au mandat assigné par le Maître d’Ouvrage au Cabinet adjudicataire du
marché.
Pour ce faire, l’approche méthodologique utilisée s’est appuyée d’abord sur une revue
documentaire, ensuite sur les données recueillies lors des Focus Groups organisés à Yaoundé
et Douala au mois de mai 2020, et quelques fois sur des entrevues avec les professionnels
exerçant quotidiennement le métier.
Partant de la méthodologie utilisée, le présent Rapport d’AST est structuré en trois parties
principales qui analysent la situation de travail et suggèrent le profil du programme de
formation, les points à renforcer, les modalités de stage en milieu professionnel. Ces

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 13
articulations se présentent comme suit : (i) la description générale de la professionnelle, (ii)
la description du métier et (iii) les suggestions concernant la formation.

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 14
1. DESCRIPTION GÉNÉRALE DE LA PROFESSION

1.1. Définition de la fonction de travail du métier de l’Électricien en bâtiment.

L'appellation de É lectricien du bâ timent a été retenue lors de l'AST suite à un consensus des
représentants du secteur professionnel, puisqu'il représentait adéquatement la définition du
métier.

Un électricien du bâ timent est un travailleur du secteur des BTP qui s'occupe de certains
aspects de la construction. L’électricien du bâ timent est traditionnellement chargé de
l'équipement électrique des constructions. Il peut aussi être amené à participer à des
installations plus complexes comme une climatisation ou un ascenseur. Dans le cadre d’un plan
de rénovation, l’électricien remplace également les installations anciennes pour les rendre
conformes aux nouvelles normes.

En clair, l’électricien se base sur des plans et des schémas de montage pour déterminer
l’emplacement des différents éléments de l’installation électrique. Il va ensuite installer les
canalisations et les supports, poser les câ bles, mettre en place les différents appareillages tels
que les tableaux, les armoires, les prises ou les appareils de chauffage et en effectuer les
raccordements. Puis il procède à la mise en service. C’est également lui qui va procéder à la
mise aux normes de ces installations via une série de tests. Son rô le en termes de sécurité est
donc essentiel.

L’électricien du bâ timent travaille le plus souvent sur un chantier, à l’abri des intempéries.
Selon l’importance des travaux, il travaille seul ou en équipe. Il opère souvent dans des
postures physiquement inconfortables. Il peut être conduit à travailler même les jours fériés
souvent dans l’urgence.
Ce métier s’exerce avec un degré d’autonomie et de responsabilité qui varie selon
l’organisation, la taille et le domaine d’activité.

Les responsabilités qui sont confiées à un ouvrier en « É lectricité du Bâ timent » varient d’une
entreprise à une autre et sont fonction de la taille de cette entreprise. Il travaille sous les ordres
de sa hiérarchie, mais également avec d’autres intervenants du bâ timent dans l’acte de
construire. Dans tous les cas, il interviendra selon les consignes et sous le contrô le d’une
personne plus qualifiée. Une fois que les ouvriers titulaires du Diplô me de Qualification
Professionnelle en « É lectricité du bâ timent » ont acquis une bonne expérience de travail et ont
démontré un intérêt pour ce qu’ils font, il n’est pas rare que d’autres tâ ches leurs soient
confiées, ce qui les enrichit et donne des possibilités d’une plus grande responsabilité.
L’activité est exercée en toutes circonstances dans le cadre du respect des règles de sécurité
visant la protection individuelle (port du casque, des gants, des chaussures de sécurité) et, plus
globalement la protection collective au chantier ou à l’atelier.
Quelle que soit la responsabilité, l’ouvrier exerçant le métier de « É lectricité du Bâ timent » se
doit de montrer un intérêt au travail qui lui est confié, d’exécuter ses tâ ches de façon efficace et
correcte et de développer une capacité à toujours apprendre

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 15
1.2. Description de l’environnement de travail

L'activité de cet emploi/métier s'exerce sur des chantiers (neuf, réhabilitation) au sein
d'entreprises du bâ timent ou d'entreprises artisanales parfois en contact avec des clients à
l’abris des intempéries. Elle peut impliquer des déplacements et un éloignement du domicile de
plusieurs jours.
L'activité peut s'exercer les fins de semaine et être soumise à des astreintes.
Le port d'équipements de protection (chaussures de sécurité, gants, ...) est requis.
L’étude préalable du contexte local - impliquant la prise en compte du cadre socio-économique,

1.3. Évolution technologique et facteurs d'intérêt pour l’exercice de la profession

a) Évolution technologique et conséquences

Les maisons aujourd’hui utilisent de plus en plus des systèmes de commande et d’allumage
complexes et sophistiqués. L’électricité du bâ timent, par l’étendue de son domaine d’activité et
la complexité de ses activités devient de plus en plus une spécialité exigeante. Les systèmes de
commande des points lumineux s’adaptent chaque jour aux besoins des clients. La simple
présence d’une personne dans une salle suffit largement pour commander un point lumineux
ou un système de signalisation. Par conséquent, les apprenants de ce métier, dans la mesure où
ils sauront capitaliser les acquis d’enseignement, pourront être des professionnels qui ne
manqueront pas de travail. Même si certains équipements trop modernes ne se trouvent pas
encore dans les structures de formation, beaucoup d’entreprises camerounaises utilisent déjà
ces équipements. Aussi, pour que les apprenants puissent être en phase avec l’évolution
technologique en matière d’électricité du bâ timent, il serait souhaitable d’établir de bonnes
conventions favorisant l’alternance en entreprise.

Les conséquences de cette évolution technologique sont donc à considérer pour l'élaboration
des référentiels de métier-compétences et de formation. Les connaissances nécessaires en
informatique et celles liées au type de matériel présent au sein de l'industrie électrique sont
également à prendre en compte. En somme, les apprenants devront posséder des notions
fondamentales qui leur permettront d'accroître leur employabilité et de réaliser un parcours
professionnel intéressant au fur et à mesure qu'ils acquièrent de l'expérience.

b) Facteurs d’intérêt pour l’exercice de la profession

Les perspectives d’emploi sont généralement qualifiées de moyennes et peuvent devenir


bonnes si l’ouvrier titulaire du Diplô me de Qualification Professionnelle en « É lectricité du
bâ timent » maîtrise bien l’évolution technologie de son domaine. La capacité de communiquer
dans sa seconde langue, soit l’anglais en région francophone ou le français en région
anglophone, est un atout considérable. Toutefois, les perspectives d’emploi doivent être
examinées aussi en fonction des conditions de travail (salaires, avantages, évolution).

Le salaire offert est variable et dépend du poste occupé et de la taille de l’entreprise. L’emploi
indépendant ne devrait pas être exclu.

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 16
Les compétences acquises, éventuellement reconnues par la validation des acquis de
l’expérience, pourront lui permettre d’accéder à des responsabilités de niveau supérieur. Avec
l’expérience, l’électricien en bâ timent peut devenir chef d’équipe sur un gros chantier et au sein
d’une grande entreprise d’installation électrique ou dans une entreprise proposant diverses
spécialités. Il peut aussi se mettre à son compte comme artisan électricien-installateur ou
dépanneur.

1.4. Appellations courantes de la fonction de travail

Après les échanges avec les professionnels du secteur, il ressort qu’au Cameroun, nous
pouvons relever les appellations suivantes pour l’activité de l’électricité bâ timent:
 É lectricien installateur
 É lectricien d’équipement
 Installateur en équipements électriques
 Monteur électricien
1.5. Perspectives et cheminement d’emploi

Les informations recueillies lors de l’AST démontrent l’importance du cheminement


professionnel dans la sphère de l’électricité.

L’électricien du bâ timent peut être employé dans une entreprise d'installations électriques,
mais aussi au service maintenance ou travaux d'une grande entreprise publique ou privée

ou encore dans une PME (ascensoriste ou de climatisation notamment). Il peut s’agir de


chantiers de rénovation ou de construction.
- Dans le premier cas, ce professionnel remplace les installations anciennes pour les rendre
conformes aux nouvelles normes.
- Dans le second, il conçoit les installations de A à Z : en se basant sur les plans établis par les
architectes ou les ingénieurs, il détermine l’emplacement des éléments de l’installation
électrique, puis procède à la pose des câ bles, disjoncteurs, fils, tableaux, armoires électriques et
prises et procède aux raccordements nécessaires. Lui incombent également tests et travaux de
mises aux normes de sécurité. Après la mise en service, il est généralement chargé de la
maintenance.
Avec l'expérience, l’électricien en bâ timent peut devenir chef d’équipe ou se mettre à son
compte.

1.6. Conditions d’embauche, rémunération et horaire de travail


Pour devenir électricien du bâ timent, le diplô me d’entrée dans la profession est le CAP en
électricité bâ timent ou d’un titulaire du diplô me d’ouvrier qualifié en électricité du bâ timent,
que l’on peut compléter par un BP Installations et équipements électriques ou Métiers de
l'électrotechnique, ou encore par le titre professionnel É lectricien d'équipement.

Compte tenu des conditions de travail difficiles, l’offre de rémunération est généralement très
attrayante. Bien que n’étant pas toujours déterminées par une convention collective ou par les

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 17
dispositions du Code du Travail, les conditions de rémunération sont fixées d’accords parties
entre l’entreprise et la personne recrutée.

Quant aux horaires de travail, ils ne sont pas définis par une quelconque règlementation.
Généralement sous la supervision d’un Chef du chantier, l’électricien travaille en fonction du
calendrier. Le travail se déroule donc selon un horaire qui vise avant tout à achever la tâ che
dans les délais prescrits.

1.7 Accessibilité des femmes au métier d’électricité bâtiment.

Dans le contexte actuel, l’appellation du métier peut être féminisée, aussi dira-t-on «
É lectricienne du bâ timent » pour désigner un travailleur, qui soit de sexe féminin. Il est
important de relever que leur insertion dans des métiers traditionnellement réservés aux
personnes de sexe masculin est encouragée par les autorités nationales, en vue de faire tomber
les barrières et les signes discriminatoires encore existants.

Les membres du focus group ont mené la réflexion sur l’accessibilité des femmes au métier d’,
afin d’en analyser les constats, les causes de la situation actuelle et les opportunités.

D’entrée de jeu, les professionnels composant le focus group ont clairement dit qu’il n’y avait,
pour eux, aucune réticence à embaucher des femmes à titre d’ É lectricien bâ timent tant
qu’elles présentaient des dispositions et compétences à exercer ce métier. L’ouverture des
employeurs semble donc effective et ne pourrait pas être la barrière première à la faible
présence des femmes dans le métier.

Afin d’étayer le rapport, un questionnaire fut présenté aux professionnels du métier. Les
réponses obtenues sont présentées à l’annexe 1 de ce rapport.

Cette question sociale doit donc s’appuyer sur les constats, les causes et les opportunités
associés à la présence des femmes dans le secteur de l’électricité.

a) Constats
 Les femmes travaillent dans d’autres branches d’activités du secteur du génie civil en
qualité d’ingénieur, de chef de chantier, de dessinateur, de cadre ou agent administratif, de
chef d’unité et d’intendant de chantier ;
 La présence des femmes dans le métier est encore faible ;
 Les femmes ne s’y orientent pas naturellement, d’où la forte présence des hommes.

b) Causes
 Les pesanteurs socioculturelles toujours présentes en raison d’un long héritage laissant
croire que ce métier, comme d’autres, est réservé aux hommes ;

c) Opportunités
 La création des structures de formation avec une volonté politique de promotion de
l’approche genre ;

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 18
 Les dispositions des employeurs à ouvrir le métier aux femmes en privilégiant la
compétence et non les considérations socioculturelles ;
 La volonté politique d’ouvrir les études professionnelles, techniques et industrielles aux
femmes à travers l’octroi de bourses d’excellence ;
 La mise en place d’une politique nationale centrée sur l’approche genre qui favorise la
présence des femmes dans tous les secteurs d’activités professionnelles ;
 Le développement et l’expansion des entreprises de génie civil qui induisent une forte
demande de main d’œuvre spécialisée ;
 Les conditions attrayantes du métier.

1.8 Impact du métier de l’électricien bâtiment au niveau de l’environnement

Il est question de montrer comment le métier de l’électricité du bâ timent est lié à


l’environnement, ses répercussions sur l’environnement et l’influence de l’environnement à
son exercice.

On peut identifier des impacts liés aux aspects ci-dessous :

1.8.1 Santé et Sécurité

Des informations reçues du groupe de professionnels, il ressort que le métier de l’électricien


bâ timent peut avoir un impact significatif sur la santé des membres de l’équipe, si ceux-ci ne
respectent pas les normes de santé et de sécurité au travail. L’impact se situe à plusieurs
niveaux, en raison des particularités liées au contexte du travail dans le milieu naturel. Il a été
particulièrement noté :
 des chutes : dans des escaliers, depuis une nacelle, ou un escabeau;
 des outils mal rangés, ou mal entretenus,
 Des dispositifs de sécurité et de protection (gants, masques, bouchons pour oreilles,
lunettes de protection…) non mis en place;
 à la proximité des installations électriques;
 Mauvaise posture.
La mesure principale de sécurité selon les professionnels du métier est la vigilance et le respect
des normes de sécurité en milieu de travail (port des EPI: casques, chaussures, oreillettes et
lunettes de protection, gants, manteau, harnais, etc…).

1.8.2 Environnement de travail

L’électricien du bâ timent travaille le plus souvent sur un chantier, à l’abri des intempéries.
Selon l’importance des travaux, il travaille seul ou en équipe. Il opère souvent dans des
Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 19
postures physiquement inconfortables. Il peut être conduit à travailler même les jours fériés
souvent dans l’urgence.
Ce métier s’exerce avec un degré d’autonomie et de responsabilité qui varie selon
l’organisation, la taille et le domaine d’activité de l’entreprise.

1.8.3 Formation en milieu de travail

L’offre de formation théorique pour le métier de l’électricité bâ timent existe dans les lycées de
l’enseignement technique, dans les SAR/SM et dans les centres de formation professionnelle
privés et agréés. En conséquence, la formation est également axée sur l’aspect pratique et les
apprentissages du métier se font sur le tas. Ces activités de développement des compétences de
la main d'œuvre au sein des entreprises se réalisent sans qu'aucune d'entre elles n'ait encore
créé de centre de formation.

Les participants au focus group ont affirmé que les entreprises sont favorables et disponibles à
recevoir des apprenants dans le cadre de la formation en alternance et de stages
professionnels.

2. DESCRIPTION DU TRAVAIL
Dans cette deuxième partie du rapport, sont présentés le processus de travail, les tâ ches et
opérations, les conditions de réalisation et les critères de performance rattachés à la fonction
de travail d’ É lectricien bâ timent.

2.1. Définitions

Quelques définitions sont consignées dans cette partie pour faciliter la compréhension des
aspects ci-dessus évoqués.

Les tâches :
 sont les principales activités qu’une personne doit mener dans l’exercice de sa
profession;
 sont les différents types de travaux qui sont exécutés de façon régulière ou ponctuelle ;
 correspondent à un ensemble d’actions permettant d’obtenir un résultat précis, un
service ou un produit particulier.

Les opérations :
 correspondent aux étapes à franchir pour remplir une tâ che donnée;
 décrivent de quelle manière est exécutée une tâ che.

Les conditions de réalisation :


Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 20
 renvoient à la situation dans laquelle la tâ che s’effectue;
 précisent le degré d’autonomie entourant l’exécution de la tâ che, les consignes et les
normes à respecter;
 renseignent sur les lieux de travail, les conditions environnementales et l’équipement
utilisé pour exécuter une tâ che;
 indiquent les références à consulter et le matériel nécessaire à l'exécution d'une tâ che
donnée.

Les critères de performance :


 indiquent les caractéristiques observables et mesurables pour évaluer les éléments
essentiels d’une réalisation satisfaisante d’une tâ che;
 indiquent les caractéristiques observables et mesurables pour évaluer les produits
réalisés pendant le processus de réalisation d’une tâ che;
 sont énoncés sous forme d’exigences, de normes de qualité et de règles qui permettent
de voir que la tâ che est bien exécutée.

2.2. Processus de travail

Le processus de travail vise à mettre en évidence les principales étapes d’une démarche
logique pour l’exécution de l’ensemble des tâ ches d’une profession.

Le processus de travail suivant est recommandé pour le métier de l’É lectricien du bâ timent , en
raison des tâ ches retenues et de leur ordonnancement par les participants au focus group. Le
processus présenté est assez générique pour coller aux différentes situations de travail des
diverses fonctions du domaine :
 Planifier le travail ;
 Prendre les mesures de sécurité ;
 Exécuter le travail ;
 Contrô ler la qualité du travail ;
 Consigner l'information.

2.3. Tableau des tâches et opérations

Le tableau des tâ ches et des opérations présentées ci-après est le résultat d’un consensus des
professionnels du métier. Dans le tableau, les tâ ches (l’axe vertical), sont numérotées d’un à
sept. Les opérations associées à chacune des tâ ches se trouvent à l’horizontal.

Aux fins de l’exercice, le tableau des tâ ches et des opérations définit le portrait du métier de
l’É lectricien bâ timent au moment de l’analyse de la situation de travail. Le niveau de
référence considéré est celui de l’entrée sur le marché de l’emploi.

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 21
Suite à l’identification des tâ ches et des opérations, l’ordonnancement général a été fait par
consensus et proposé pour adoption par consensus. Les discussions avec les professionnels du
métier laissent cependant comprendre que dans la pratique, bon nombre des tâ ches et
opérations sont “dynamiques”. Elles sont parfois réalisées sans ordonnancement spécifique, au
regard de la charge de travail journalière, des modalités prescrites par le chef de mission ou
des priorités présentes en termes d’exécution des travaux.

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 22
TABLEAU DES TÂCHES ET OPÉRATIONS

Tâches Opérations
1
1.1 1.2 1.3
Organiser le
Identifier le travail à Apprêter les outils Travailler en collaboration
chantier
effectuer en fonction des nécessaires pour avec tous les intervenants
différents schémas et l’exécution de ce du chantier
plans travail
2 2.1 2.2 2.3 2.4
Poser les conduits Tracer les repères de Réaliser les saignées Poser les conduits dans les Fermer les saignées
dans les saignées passage des conduits sur les parois et / ou saignées après la pose des
fixer les éléments conduits
supports
3 3.1 3.2 3.3
Fixer les supports Sceller les boîtiers Sceller les boîtes de Sceller les coffrets
et accessoires des dérivations
appareillages
4 4.1 4.2 4.3
Poser des Dérouler les conducteurs / Passer les fils / Identifier les conducteurs
conducteurs et câbles câbles conducteurs avec les rubans adhésifs
câbles dans les conduits,
les boîtes, les
boîtiers et les
coffrets électriques
5 5.1 5.2 5.3
Connecter les Tester la continuité des Repérer les Raccorder les conducteurs
différents conducteurs / câbles à différents / câbles dans les boîtes de
conducteurs / l’aide des appareils de test conducteurs et dérivations
Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 23
Tâches Opérations
câbles de continuité câbles
6 6.1 6.2 6.3 6.4 6.5
Poser les Exécuter le chevillage Poser les appareils Poser les appareils de Poser les appareils Câbler le coffret
équipements et préparatoire à la pose des de protection commande et connexion d’éclairage et
appareils équipements et appareils (disjoncteurs, (interrupteurs, prises de signalisation
électriques électriques fusibles modulaires courant etc.…) (hublots, réglettes,
etc.…) dans les douilles, lampes,
coffrets électriques lustres, sonneries etc.
…)

7 7.1 7.2 7.3 7.4 7.5


Réaliser la prise de Creuser des trous de Poser les piquets de Refermer les trous au cas Mesurer à l’aide des Connecter la prise
terre profondeur de 2 m terre dans les trous où le sol a des conditions appareils adéquats de terre à la
environ ou exploiter les -Ou poser les câbles d’humidité favorables (mégohmmètres ou barrette de
fouilles des semelles de nus dans les fouilles Ou y introduire plusieurs autre mesureur de coupure
fondation pour les prises à de fondation couches de sel, de charbon terre) la résistance
fond de fouilles et du sable pour améliorer de la prise de terre
les conditions d’humidité pour s’assurer du
avant de les refermer respect de la norme
8 8.1 8.2 8.3 8.4 8.5
Mettre sous Vérifier que tous les Vérifier l’absence de Vérifier la présence de la Vérifier que le Vérifier que tous
tension appareils et équipements court circuit dans tension et mettre système de les appareils de
l’installation sont mis en place l’installation l’installation sous tension protection fonctionne commandes,
d’éclairages et de
signalisations
fonctionnent
9 9.1 9.2 9.3
Dépanner Vérifier la présence de Corriger le Tester le fonctionnement
l’installation tension de la source aux dysfonctionnement de l’installation
électrique récepteurs

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 24
2.4. Précisions sur les tâches

Les précisions suivantes ont pour objectifs d’expliciter le contenu des opérations et d’apporter
quelques commentaires.

Tâche 1 : Organiser le chantier

1.1 Identifier le travail à effectuer en fonction des différents schémas et plans.


o C’est lire et décoder les schémas et plans
o C’est interpréter les schémas et plans
1.2 Apprêter les outils nécessaires pour l’exécution de ce travail
o C’est dresser la liste et commander le matériel.
o C’est vérifier le matériel.
o C’est manutentionner le matériel
o C’est inspecter l’outillage.
o C’est mettre en place des baraques de chantier et de container.
o C’est participer aux réunions du chantier et au topo de la journée.
o C’est installer une alimentation temporaire.
1.3 Travailler en collaboration avec tous les intervenants du chantier

o C’est installer une grille ou de plaque de terre.


o C’est enfoncer la tige de mise à la terre.
o C’est installer les paratonnerres à tige inerte.
o C’est tirer les câ bles de mise à la terre.
o C’est faire de soudure aluminothermique.
o C’est installer des cosses à compression.
o C’est boulonner ou faire des couples de serrage.
o C’est prendre des mesures.
o C’est installer une ou des barres omnibus.

Tâche 2 : Poser les conduits dans les saignées

2. 1 Tracer les repères de passage des conduits

2.2 Réaliser les saignées sur les parois et / ou fixer les éléments supports

2.3 Poser les conduits dans les saignées

2.4 Fermer les saignées après la pose des conduits

Tâche 3 : Fixer les supports et accessoires des appareillages

3.1 Sceller les boîtiers


3.2 Sceller les boîtes de dérivations
3.3 Sceller les coffrets
Tâche 4 : Poser des conducteurs et câbles

4.1 Dérouler les conducteurs / câbles


o C’est vérifier s’il y a des addendas et si les modifications ont été faites.
o C’est vérifier s’il y a des travaux en cours exécuter par d’autres corps de
métier.
o C’est vérifier les charges.
4.2 Passer les fils / câbles conducteurs dans les conduits, les boîtes, les boîtiers
et les coffrets électriques

o C’est calculer le besoin de chauffage requis pour chaque pièce s’il y en lieu.
o C’est adapter un plan de chauffage, s’il y a lieu
o C’est dresser la liste du matériel.
o C’est vérifier le matériel.
o C’est choisir les outils.
o C’est appliquer les mesures de sécurité.
4.3 Identifier les conducteurs avec les rubans adhésifs.
o C’est couper les tuyaux et les chemins de câ bles
o C’est plier les tuyaux

Tâche 5 : Connecter les différents conducteurs / câbles

5.1 Tester la continuité des conducteurs / câbles à l’aide des appareils de test
de continuité
5.2 Repérer les différents conducteurs et câbles
o C’est dresser la liste du matériel.
o C’est vérifier le matériel.
o C’est choisir les outils.
o C’est appliquer les mesures de sécurité
5.3 Raccorder les conducteurs / câbles dans les boîtes de dérivations
o C’est installer une grille ou de plaque de terre.

Tâche 6 : Poser les équipements et appareils électriques

6.1 Exécuter le chevillage préparatoire à la pose des équipements et appareils


électriques
o C’est vérifier s’il y a des addendas et si les modifications ont été faites.
o C’est vérifier s’il y a des travaux en cours exécuter par d’autres corps de
métier.
o C’est vérifier les charges

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 26
6.2 Poser les appareils de protection (disjoncteurs, fusibles modulaires
etc.…) dans les coffrets électriques
o C’est se procurer de l’outillage.
o C’est dresser la liste du matériel.
o C’est vérifier le matériel
o C’est manutentionner le matériel
o C’est installer une alimentation temporaire.
6.3 Poser les appareils de commande et connexion (interrupteurs, prises de
courant etc.…).
o C’est fixer une feuille de contre-plaqué.
o C’est poser les panneaux

6.4 Poser les appareils d’éclairage et signalisation (hublots, réglettes, douilles,


lampes, lustres, sonneries etc.…)

o C’est percer la structure s’il y a lieu.


o C’est fixer les ancrages les ancrages.
o C’est fixer les supports.
o C’est installer la boite de tirage

6.5 Câbler le coffret


o C’est installer une grille ou de plaque de terre.

TÂCHE 7 : Réaliser la prise de terre


7.1 Creuser des trous de profondeur de 2 m environ ou exploiter les fouilles des
semelles de fondation pour les prises à fond de fouilles
o C’est vérifier s’il y a des addendas et si des modifications ont été faites
o C’est vérifier s’il y a des travaux en cours exécutés par d’autres corps de
métier
7.2 Poser les piquets de terre dans les trous
-Ou poser les câbles nus dans les fouilles de fondation
o C’est dresser la liste du matériel.
o C’est vérifier le matériel.
o C’est choisir C’est les outils.
o C’est appliquer les mesures de sécurité

7.3 Refermer les trous au cas où le sol a des conditions d’humidité favorables
Ou y introduire plusieurs couches de sel, de charbon et du sable pour améliorer les
conditions d’humidité avant de les refermer

o Percer la structure, s’il y a lieu

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 27
o Fixer les ancrages
o Installer le support
o Installer la boîte de tirage
o

7.4 Mesurer à l’aide des appareils adéquats (mégohmmètres ou autre mesureur


de terre) la résistance de la prise de terre pour s’assurer du respect de la norme
o Raccorder les tuyaux ou les chemins de câ bles à la mise à la terre
o Installer une barre omnibus
o Faire les raccordements supplémentaires demandés par le client

7.5 Connecter la prise de terre à la barrette de coupure

TÂCHE 8: Mettre sous tension l’installation


8.1 Vérifier que tous les appareils et équipements sont mis en place

o C’est vérifier s’il y a des addendas et si des modifications ont été faites
o C’est vérifier s’il y a des travaux en cours exécutés par d’autres corps de
métier

8.2 Vérifier l’absence de court circuit dans l’installation


o Se procurer l’outillage
o Dresser la liste du matériel
o Vérifier le matériel
o Manutentionner des appareils

8.3 Vérifier la présence de la tension et mettre l’installation sous tension


o Préparer les ancrages
o Fixer une feuille de contreplaqué
o Poser les réglettes de raccordement
o Percer la structure, s’il y a lieu
o Fixer les ancrages
o Installer le support
o Installer la boîte de tirage

8.4 Vérifier que le système de protection fonctionne


o Installer une grille ou des plaques de terre
o Enfoncer la tige de mise à la terre
o Installer des paratonnerres à tige inerte
o Tirer les câ bles de mise à la terre
o Faire des soudures aluminothermiques (soudures Cadweld)
Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 28
o Installer des cosses à compression
o Boulonner ou faire des couples de serrage
o Prendre des mesures
o Installer une ou des barres omnibus et l’isolateur

8.5 Vérifier que tous les appareils de commandes, d’éclairages et de signalisations


fonctionnent
o Préparer le câ blage pour le tirage
o Passer les câ bles

TÂCHE 9 : Dépanner l’installation électrique

9.1 Vérifier la présence de tension de la source aux récepteurs C’est


vérifier les charges et la tension

9.2 Corriger le dysfonctionnement


o C’est se procurer l’outillage
o C’est dresser la liste du matériel
o C’est vérifier le matériel
o C’est manutentionner des appareils

9.3 Corriger le dysfonctionnement

o C’est mettre en place la boîte


o C’est ancrer la boîte

2.5. Conditions de réalisation et critères de performance

La section suivante présente les conditions de réalisation et les critères de performance


associés aux différentes tâ ches identifiées pour le métier d’É lectricien du bâ timent.

Tâche 1 – Organiser le chantier

Conditions de réalisation Critères de performance


Degré d'autonomie  Après inventaire, les matériels, équipements et
En équipe, sous la supervision du chef de chantier outillages manquants sont listés
ou du chef de projet ou du chef d’équipe  Les contraintes propres au poste de travail y
Références utilisées compris environnementales sont prises en
Liste de matériels disponibles fournie par le chef - compte
Notice, définition de la mission,  Les règles de santé et de sécurité au travail sont
Consignes particulières respectées
À partir des plans devis ou des consignes du  Le poste de travail est organisé avec ergonomie
superviseur, du chef de chantier  Le poste de travail est approvisionné en
Conditions environnementales matériels, équipements et outillages
Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 29
Sur le chantier, à l’intérieur, extérieur.  Le lieu d’activité est restitué quotidiennement
Matériel utilisé
 Dossier technique
 Outils numériques spécifiques du métier (logiciel
planification, agenda partagé …)
Compétences internes et externes (bureau d’étude,
fabricants, distributeurs,

Tâche 2 – Poser les conduits dans les saignées

Conditions de réalisation Critères de performance


Autonomie  Les matériels sont posés conformément aux
Seul et en équipe. Sous la supervision du prescriptions et règles de l’art
contremaître ou du chargé de projet.  Le façonnage est réalisé conformément aux
prescriptions et règles de l’art
Références
 Les saignées sont posés dans les conduits
Plan et schémas
conformément aux prescriptions et règles de l’art
Consignes particulières  Les réalisations respectent les contraintes liées à
 À partir de plans, de devis, de demandes du l’efficacité énergétique
client et de consignes de l’entrepreneur.  Les autocontrôles sont réalisés et les fiches
 Risques pour la santé et la sécurité dans un d’autocontrôles sont complétées
contexte qui présente des risques:  Les déchets sont triés et évacués de manière
•d’électrocution; •d’électrisation; •de silicose; sélective
•de chutes; •de coupures.  Le consommable est utilisé sans gaspillage
Conditions environnementales  Les règles de santé et de sécurité au travail sont
respectées
 Sur le chantier, à l’extérieur et à l’intérieur
 Dans le secteur résidentiel  Les procédures de respect de l’environnement des
lieux et des biens sont appliquées
Matériel
Embases de compteur, mâ ts électriques ou conduits,
panneaux électriques, câ bles, câ blages structurés,
boîtes de sortie, plinthes de chauffage, luminaires,
interrupteurs, prises de courant, prises de
téléphone, ruban isolant, raccords isolés, etc.

Tâche 3 – Fixer les supports et accessoires des appareillages

Conditions de réalisation Critères de performance


Autonomie  Les matériels sont posés conformément aux
Seul et en équipe. Sous la supervision du prescriptions et règles de l’art
contremaître, du chargé de projet ou du chef  Le façonnage est réalisé conformément aux
prescriptions et règles de l’art
d’équipe.
 Les supports et accessoires sont fixés
Références
conformément aux prescriptions et règles de l’art
Plans et schémas  Les réalisations respectent les contraintes liées à
Consignes particulières l’efficacité énergétique
À partir de plans, de devis et de consignes de  Les autocontrôles sont réalisés et les fiches
l’entrepreneur. d’autocontrôles sont complétées
Conditions environnementales  Les déchets sont triés et évacués de manière
Sur le chantier, à l’extérieur et à l’intérieur. Dans les sélective
secteurs industriel, institutionnel et commercial,  Le consommable est utilisé sans gaspillage
résidentiel, du génie civil et voirie Risques pour la  Les règles de santé et de sécurité au travail sont
santé et la sécurité dans un contexte qui présente respectées
des risques : •d’électrocution; •d’électrisation; •de  Les procédures de respect de l’environnement des
lieux et des biens sont appliquées
silicose; •de chutes; •liés au bruit

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 30
Matériel
Tuyaux, chemins de câ bles, câ bles, panneaux
d’alimentation et de distribution d’éclairage,
panneaux de contrô le et de commande, câ bles de
commande, interrupteurs, systèmes de commande,
appareils d’éclairage, dispositifs de protection,
contacteurs, transformateurs, relais, attaches à tête
d’équerre, ruban isolant, etc.

Tâche 4 – Poser des conducteurs et câbles

Conditions de réalisation Critères de performance


Autonomie  Les matériels sont posés conformément aux
En équipe. Sous la supervision du contremaître, du prescriptions et règles de l’art
chargé de projet ou du chef d’équipe.  Le façonnage est réalisé conformément aux
prescriptions et règles de l’art
Références
 Les câblages et les raccordements sont
Non applicable
réalisés conformément aux prescriptions et
Consignes particulières règles de l’art
À partir de plans, de devis, des spécifications du  Les réalisations respectent les contraintes liées
client et de consignes de l’entrepreneur. à l’efficacité énergétique
Discipline et respect des consignes de sécurité et  Les autocontrôles sont réalisés et les fiches
d'orientation. d’autocontrôles sont complétées
Conditions environnementales  Les déchets sont triés et évacués de manière
Sur le chantier, à l’extérieur et à l’intérieur. Dans les sélective
secteurs industriel, institutionnel et commercial,  Le consommable est utilisé sans gaspillage
résidentiel lourd, du génie civil et voirie.  Les règles de santé et de sécurité au travail
sont respectées
Matériel
 Les procédures de respect de l’environnement
Tuyaux, chemins de câ bles, câ bles, panneaux des lieux et des biens sont appliquées
d’alimentation et de distribution de chauffage,
panneaux de contrô le et de commande, câ bles de
commande, appareils de chauffage, de climatisation
et de ventilation, appareils de contrô le et de
commande, tiges filetées, boulons, etc.

Tâche 5 - Connecter les différents conducteurs / câbles

Conditions de réalisation Critères de performance


Autonomie  Les matériels sont posés conformément aux
Seul et en équipe. Sous la supervision du prescriptions et règles de l’art
contremaître, du chargé de projet ou du chef  Le façonnage est réalisé conformément aux
prescriptions et règles de l’art
d’équipe.
 Les câblages et les raccordements sont
Références
réalisés conformément aux prescriptions et
Carnet de terrain, règles de l’art
Consignes particulières  Les réalisations respectent les contraintes liées
À partir de plans, de devis et de consignes de à l’efficacité énergétique
l’entrepreneur.  Les autocontrôles sont réalisés et les fiches
Conditions environnementales d’autocontrôles sont complétées
Sur le chantier, à l’extérieur et à l’intérieur. Dans les  Les déchets sont triés et évacués de manière
secteurs industriel, institutionnel et commercial, sélective
 Le consommable est utilisé sans gaspillage
résidentiel, du génie civil et voirie.
 Les règles de santé et de sécurité au travail
Matériel sont respectées
Tuyaux, chemins de câ bles, câ bles, câ bles de
Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 31
commande, systèmes de commande pour les  Les procédures de respect de l’environnement
appareils de force motrice, appareils de force des lieux et des biens sont appliquées
motrice, panneaux de contrô le de commande,
appareils de contrô le et de commande, grilles,
plaques et tiges pour la mise à la terre,
paratonnerres à tige inerte, connecteurs, attaches à
tête d’équerre, ruban isolant, raccords isolés, etc.

Tâche 6 : Poser les équipements et appareils électriques


Conditions de réalisation Critères de performance
Autonomie  Les matériels sont posés conformément aux
Seul et en équipe. Sous la supervision du prescriptions et règles de l’art
contremaître, du chargé de projet ou du chef  Le façonnage est réalisé conformément aux
prescriptions et règles de l’art
d’équipe.
 Les équipements et appareils électriques sont
Références
posés conformément aux prescriptions et règles de
À partir de plans, de devis et de consignes de l’art
l’entrepreneur  Les réalisations respectent les contraintes liées à
Consignes particulières l’efficacité énergétique
À partir de plans, de devis et de consignes de  Les autocontrôles sont réalisés et les fiches
l’entrepreneur. d’autocontrôles sont complétées
Conditions environnementales  Les déchets sont triés et évacués de manière
Sur le chantier, à l’extérieur et à l’intérieur. Dans les sélective
secteurs industriel, institutionnel et commercial,  Le consommable est utilisé sans gaspillage
résidentiel (plus rarement), du génie civil et voirie.  Les règles de santé et de sécurité au travail sont
Matériel respectées
Tuyaux, chemins de câ bles, câ bles, câ bles de  Les procédures de respect de l’environnement des
commande, génératrices, batteries, appareils de lieux et des biens sont appliquées.
contrô le et de commande, grilles, plaques et tiges
pour la mise à la terre, paratonnerres à tige inerte,
barres omnibus, ruban isolant, attaches à têtes
d’équerre, raccords isolés, composants de
quincaillerie, etc.

Tâche 7 : Réaliser la prise de terre


Conditions de réalisation Critères de performance
Autonomie  Les matériels sont posés conformément aux
Seul et en équipe. Sous la supervision du prescriptions et règles de l’art
contremaître, du chargé de projet ou du chef  Le façonnage est réalisé conformément aux
prescriptions et règles de l’art
d’équipe.
 Les câblages et les raccordements sont réalisés
Références
conformément aux prescriptions et règles de l’art
À partir de plans, de devis et de consignes de  Les réalisations respectent les contraintes liées à
l’entrepreneur l’efficacité énergétique
Consignes particulières  Les autocontrôles sont réalisés et les fiches
À partir de plans, de devis et de consignes de d’autocontrôles sont complétées
l’entrepreneur.  Les déchets sont triés et évacués de manière
Conditions environnementales sélective
Sur le chantier, à l’extérieur et à l’intérieur. Dans les  Le consommable est utilisé sans gaspillage
secteurs industriel, institutionnel et commercial,  Les règles de santé et de sécurité au travail sont
résidentiel (plus rarement), du génie civil et voirie. respectées
Matériel
Tuyaux, chemins de câ bles, câ bles, câ bles de
commande, génératrices, batteries, appareils de

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 32
contrô le et de commande, grilles, plaques et tiges
pour la mise à la terre, paratonnerres à tige inerte,
barres omnibus, ruban isolant, attaches à têtes
d’équerre, raccords isolés, composants de
quincaillerie, etc.

Tâche 8: Mettre sous tension l’installation


Conditions de réalisation Critères de performance
Autonomie  Les contrôles (visuels, caractéristiques …) sont
Seul et en équipe. Sous la supervision du réalisés
contremaître, du chargé de projet ou du chef  Les mesures (électriques, dimensionnelles, …)
sont réalisées
d’équipe.
 Les essais adaptés sont réalisés
Références
 Les réglages sont réalisés conformément aux
À partir de plans, de devis et de consignes de prescriptions sous la responsabilité d’un personnel
l’entrepreneur de qualification supérieure
Consignes particulières  Les fiches d’autocontrôles sont complétées
À partir de plans, de devis et de consignes de  Les règles de santé et de sécurité au travail sont
l’entrepreneur. respectées
Conditions environnementales  Le fonctionnement est conforme aux spécifications
Sur le chantier, à l’extérieur et à l’intérieur.. du cahier des charges (y compris celles liées à
Matériel l’efficacité énergétique)
Tuyaux, chemins de câ bles, câ bles, câ bles de  Les opérations nécessaires à la levée de réserves
commande, génératrices, batteries, appareils de sont faites
contrô le et de commande, grilles, plaques et tiges
pour la mise à la terre, paratonnerres à tige inerte,
barres omnibus, ruban isolant, attaches à têtes
d’équerre, raccords isolés, composants de
quincaillerie, etc.

Tâche 9 : Dépanner l’installation électrique


Conditions de réalisation Critères de performance
Autonomie  Les informations nécessaires sont recueillies
Seul et en équipe. Sous la supervision du  Les contraintes techniques et d’exécution sont
contremaître, du chargé de projet ou du chef repérées
d’équipe.  Le matériel électrique à remplacer est identifié
 Le matériel électrique à remplacer est correctement
Références
déposé
À partir de plans, de devis et de consignes de
 Le matériel électrique de remplacement est
l’entrepreneur correctement installé
Consignes particulières  Les fiches d’autocontrôles sont complétées
À partir de plans, de devis et de consignes de  Le carnet de maintenance est complété
l’entrepreneur.  Le fonctionnement est vérifié après rétablissement
Conditions environnementales des énergies
Sur le chantier, à l’extérieur et à l’intérieur. Dans les  Les règles de santé et de sécurité au travail sont
secteurs industriel, institutionnel et commercial, respectées
résidentiel (plus rarement), du génie civil et voirie.  Le lieu d’activité est restitué propre et en ordre
Matériel
Tuyaux, chemins de câ bles, câ bles, câ bles de
commande, génératrices, batteries, appareils de
contrô le et de commande, grilles, plaques et tiges
pour la mise à la terre, paratonnerres à tige inerte,
barres omnibus, ruban isolant, attaches à têtes
d’équerre, raccords isolés, composants de

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 33
quincaillerie, etc.

2.6. Importance relative, fréquence et complexité des tâches

Les professionnels du secteur minier présents à l'AST ont évalué la fréquence relative des
tâ ches, leur importance ainsi que la complexité de chacune d’elles. Les données présentées
dans le tableau suivant correspondent aux moyennes des résultats obtenus pour chacun des
éléments identifiés.
Tâches Importance Fréquence Complexité
1. Organiser le chantier Très : 80 % Très : Très : 20 %
Moyen : 20 % Moyen : Moyen :60%
Peu : 0% Peu : Peu : 20%
2. Poser les conduits dans les Très : 80% Très : X Très : 40 %
saignées Moyen : 20 % Moyen : Moyen :40%
Peu : 0% Peu : Peu : 20%
3. Fixer les supports et Très : 100 % Très : X Très : 100%
accessoires des appareillages Moyen : 0% Moyen : Moyen : 0%
Peu :0% Peu : Peu :0%
4. Poser des conducteurs et Très : 100 % Très : X Très : 80 %
câ bles Moyen : 0% Moyen : Moyen : 0%
Peu : 0% Peu : Peu : 20%
5. Connecter les différents Très : 100 % Très : X Très : 80 %
conducteurs / câ bles Moyen : 0 % Moyen : Moyen : 0%
Peu : 0% Peu : Peu : 20 %
6. Poser les équipements et Très : 100 % Très : Très : 60 %
appareils électriques Moyen : 0% Moyen : Moyen :20%
Peu : 0% Peu : Peu : 20 %
7. Réaliser la prise de terre Très : 100 % Très : Très : 60 %
Moyen : 0% Moyen : Moyen :20%
Peu : 0% Peu : Peu : 20 %
8. Mettre sous tension Très : 100 % Très : Très : 60 %
l’installation Moyen : 0% Moyen : Moyen :20%
Peu : 0% Peu : Peu : 20 %
9. Dépanner l’installation Très : 100 % Très : Très : 60 %
électrique Moyen : 0% Moyen : Moyen :20%
Peu : 0% Peu : Peu : 20 %

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 34
IMPORTANCE

L’importance de la tâche est exprimée selon une échelle variant de très important à peu
important en comparant les tâ ches les unes aux autres. Les données obtenues sont converties
en pourcentage selon l’information reçue des professionnels de façon individuelle.

On constate que les sept compétences énumérées sont toutes très importantes ou
moyennement importantes. Cela justifie évidemment leur choix au sein du métier d’É lectricien
Bâ timent. Sachant que l'importance de la tâ che est déterminée par les conséquences plus ou
moins fâ cheuses que peut avoir le fait de mal l'exécuter ou de ne pas l'exécuter du tout. En fait,
elles sont des tâ ches qui sont au cœur même de l’électrification du bâ timent, et déterminent les
décisions subséquentes qui seront prises en matière de forage et d'exploitation.

FRÉQUENCE

La fréquence de la tâche est habituellement exprimée en pourcentage du temps consacré au


travail sur une période d’une semaine ou d'une durée convenable à la réalisation de l'ensemble
des tâ ches identifiées pour le métier. Il existe cependant une particularité associée à la
fréquence de la tâ che pour le métier d’É lectricien bâ timent.

En effet, tel que les professionnels l'ont mentionné lors de l'AST, la notion de fréquence est
difficilement associable à l'emploi de l’É lectricien bâ timent. En fait, de l’É lectricien bâ timent ne
travaille pas en fonction d’une durée déterminée, mais en fonction de la mission ou de la
campagne spécifique qui peut varier dans le temps, les missions pouvant être d'une durée de
quelques jours à plusieurs mois. La nature peu répétitive du travail, de même que sa
saisonnalité, viennent donc rendre peu facilement applicable la notion de fréquence des tâ ches.

Aussi, dans le cadre d'une mission, quel que soit sa durée, le temps est majoritairement
accordé aux tâ ches relatives à la recherche des indices, au prélèvement des échantillons, à la
transcription des informations. En conséquence, la tâ che de préparation du matériel est
toujours d'une durée similaire et s'avère de courte durée en comparaison aux autres tâ ches
associées à l'emploi de l’É lectricien bâ timents. Bien que les données n'aient pu être
spécifiquement déterminées tel que ce fut le cas pour l'importance et la complexité des tâ ches,
l'opinion concertée des professionnels du métier au regard de la fréquence des tâ ches, permet
tout de même de retenir celles qui devraient prendre plus d'importance dans le référentiel de
métier-compétences.
Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 35
COMPLEXITÉ

Le degré de complexité des tâ ches est exprimé selon une référence variant de très complexe à
peu complexe en considérant la nature des difficultés, des problèmes ou des situations
rencontrés et la possibilité de les surmonter dans un contexte normal d'exécution.

Les tâ ches retenues par les professionnels pour le métier de l’É lectricien bâ timents sont toutes
reconnues complexes sur le plan de leur exécution. Cette information permet une fois de plus
de cibler les tâ ches qui devraient prendre plus d'importance lors de l'élaboration du référentiel
de métier-compétences.

En somme, l'exercice de détermination de l'importance relative, de la fréquence et de la


complexité des tâ ches a permis de recueillir des professionnels une convergence pour un
certain nombre de tâ ches qui apparaissent plus importantes, fréquentes et complexes à
réaliser. En conséquence, ces tâ ches seront donc d'une importance déterminante au sein du
référentiel métier-compétences, car elles représentent le cœur même du métier de l’É lectricien
du bâ timent.

2.7. Connaissances, habiletés et attitudes

L’analyse de la situation de travail a permis de faire ressortir un certain nombre de


connaissances, d’habiletés et d’attitudes nécessaires, voire souhaitables à l’exécution des
tâ ches.
Ces éléments ont été regroupés en trois composantes, à savoir :  
 Attitudes et comportements;
 Travail en équipe et/ou insertion;
 Connaissances et/ou apprentissage.

Ces éléments d’ordre personnel sont transférables, c’est-à -dire qu’ils sont applicables dans une
variété de situations connexes, mais non identiques. Ils ne sont donc limités, ni à une seule
tâ che, ni à une seule fonction de travail, mais sont des éléments auxquels se sont référés les
professionnels du métier à de nombreuses reprises lors du focus group. Le tableau suivant a
été utilisé comme outil de collecte des données et a permis de faire un consensus au sein du
groupe.

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 36
ATTITUDES ET COMPORTEMENTS Très Important Moyen Négligeable
Important
Capacité de gérer le temps (et X
ponctualité)
Honnêteté X
Intégrité X
Attitude positive X
Responsable /Sens des X
responsabilités
Recherche de perfectionnement X
Esprit d’initiative / Autonomie/ X
Débrouillardise
Persévérance /Endurance physique/ X
Adaptabilité
Créativité X
Discrétion X
Calme X
Discipline X
Capacité d'assimilation X
Ordonné X
TRAVAIL EN ÉQUIPE ET/OU Très Important Moyen Négligeable
INSERTION important
Capacité de participer aux X
discussions
Capacité de travailler en équipe / X
Entraide / Esprit d'équipe
Respect des directives X
CONNAISSANCES ET/OU Très Important Moyen Négligeable
APPRENTISSAGE important
Connaissance des techniques de X
prospection
Capacité d’écoute pour comprendre X
et apprendre
Lire, comprendre et utiliser des X
documents écrits
Capacité de résolution logique de X
problème
Capacité de rédaction X
Connaissances en mathématiques X
Connaissance de la langue anglaise X
Connaissance des schémas X
Connaissances fondamentales de X
l’électricité
Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 37
Connaissance de l'informatique X
(Initiation)

Ces informations sont congruentes avec la teneur des discussions de l’AST. En fait, les
préoccupations émises au cours des deux journées de travail ont porté plus précisément sur les
éléments comportementaux et les attitudes de la personne qui songe à devenir É lectricien du
bâ timent, que sur les connaissances en tant que telles. En outre, malgré l'importance des
connaissances et des habiletés à acquérir, la réussite dans l’exercice du métier repose aussi sur
l'adaptabilité et la personnalité du professionnel.

2.7.1. Attitudes et comportements

Les participants ont été unanimes pour accorder le plus haut degré d’importance aux attitudes
telles que l’esprit positif, la capacité d'adaptation, l'endurance, la persévérance, le sens de
responsabilité, l'intégrité et l’honnêteté. Les attitudes telles que le calme, la discipline et la
capacité d'assimilation sont considérées comme des attitudes importantes toujours au regard
de la nature particulière du métier et de l'importance des tâ ches liées à l'exploration. Enfin, la
créativité, l'esprit d'initiative et l'autonomie sont plutô t considérées comme des attitudes
d'importance moyenne.

2.7.2. Travail en équipe et/ou insertion

Les professionnels consultés lors de l’AST ont été unanimes pour accorder un très haut niveau
d’importance à la capacité d'écoute. Ceci s'avère logique au regard de la nature du travail et de
l'obligation de l’électricien de bien comprendre et appliquer les consignes transmises par le
superviseur. Finalement, la capacité de travailler en équipe et de faire preuve d'un esprit de
solidarité sont considérés importants. Les tâ ches sont pour la plupart réalisées en équipe ou
sous supervision d'un chef d'équipe/de chantier. En conséquence, les habiletés liées à
l'initiative et à l'individualisme ne peuvent être considérées comme importantes.

2.7.3. Connaissances et/ou apprentissage

De prime abord, la connaissance de l’électricité est incontestable. C’est sur le plan des éléments
liés à la connaissance que les opinions sont plus diversifiées. La connaissance des mesures de
protection et de sécurité est jugée des plus importantes. L'environnement de travail est

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 38
l'élément qui vient définir cette importance. La connaissance de l'anglais est importante, au
regard de la présence des travailleurs étrangers dans le secteur.

3. SUGGESTIONS CONCERNANT LA FORMATION

Considérant que l’AST est une occasion particulière de rencontrer des intervenants du secteur
des BTP et qu'ils représentent le marché de l'emploi, des questions concernant la formation
leur ont été posées. Ils ont été invités à faire des suggestions concernant la formation au métier
de l’électricien bâ timent. Le canevas de réflexion s’est orienté sur :
 Les modalités de formation (moyens didactiques, activités des apprenants, etc.);
 Les stages en entreprise (modalités, durée, fréquence);
 Les connaissances fondamentales;
 L'évaluation et la reconnaissance des acquis de l’expérience qui est une autre voie
d’accès à la certification;
 La formation initiale qui regroupe un contenu de formation obligatoire.
 Une formation modulaire notamment pour la portion concernant le sondage qui
pourrait être offerte en option.

La question des changements technologiques a aussi été soulevée comme élément à retenir
dans la formation des électriciens du bâ timent. Cependant, la bonne maitrise de technique
d’électricité est importante pour l’exercice de son métier.
De même, il a été mentionné que la connaissance de l’anglais ainsi que la capacité de pouvoir
lire et comprendre des documents écrits sont des éléments importants pour exercer le métier,
sans oublier les connaissances fondamentales en électricité.
Aussi, les entreprises sont disposées à recevoir les apprenants pour des stages d’imprégnation.
Certaines d’entre elles en reçoivent déjà dans le cadre de stages académiques et professionnels.

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 39
RÉFÉRENCES

Références utilisées pour la mise en œuvre de l’AST

ORGANISATION INTERNATIONALE DE LA FRANCOPHONIE, Les guides méthodologiques


d’appui à la mise en œuvre de l’approche par compétences en formation professionnelle, Guide 2 -
Conception et réalisation d’un référentiel de métier-compétences.

Références employées pour la recherche documentaire

GENRE

République du Cameroun. Document de politique nationale genre (version préliminaire).


Yaoundé, 2012, 74 pages.

Tchouassi, Gérard. Entreprendre au féminin au Cameroun : possibilités et limites. Yaoundé, 13


pages.

FORMATION

Commission nationale pour l’UNESCO. Tendances récentes et situation actuelle de l’éducation et


de la formation des adultes (EdFoA). Yaoundé, 2008, 22 pages.

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 40
République du Cameroun. Politique nationale de l’emploi et de la formation professionnelle.
Yaoundé, octobre 2008, 58 pages.

République du Cameroun. Stratégie de la formation professionnelle. Yaoundé, Octobre 2008, 91


pages.

MINEFOP. Elaboration of training refentials according to the competency based approach –


Referential of the diploma specialty: Extraction of ore. Yaoundé, Janvier 2012, 74 pages.

MINEFOP. Elaboration of training refentials according to the competency based approach –


Accompanying documents specialty: Extraction of ore. Yaoundé, Janvier 2012, 123 pages.

Banque Mondiale. Evaluation de la pertinence des filières de formation préparant à l'industrie


minérale- Rapport note de cadrage. Yaoundé, 2012, 38 pages.

Banque Mondiale. Evaluation de la pertinence des filières de formation préparant à l'industrie


minérale - Rapport intermédiaire no1 . Yaoundé, 2013, 51 pages.

Banque Mondiale. Evaluation de la pertinence des filières de formation préparant à l'industrie


minérale - Rapport intermédiaire no2. Yaoundé, 2013, 67 pages.

Commission nationale pour l'UNESCO. Tendances récentes et situation actuelle de l'éducation et


de la formation des adultes (EdFoA). Yaoundé, 2008, 22 pages.

EMPLOI

République du Cameroun. Document de stratégie pour la croissance et l’emploi. Yaoundé, 2009,


167 pages

République du Cameroun. Document de stratégie pour la croissance et pour l’emploi (DSCE).


Yaoundé, Aoû t 2009, 174 pages.

République du Cameroun. Document de stratégie pour la croissance et pour l’emploi (DSCE) -


Matrice de suivi des stratégies sectorielles. Yaoundé, Aoû t 2009, 196 pages.

SANTÉ ET SÉCURITÉ

Organisation internationale du Travail (OIT). L'OIT: son origine, son fonctionnement, son action.
Yaoundé, 59 pages.

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 41
Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 42
ANNEXES
Annexe 1 – Questionnaire – Prise en compte du Genre dans les entreprises

1. Y a-t-il des femmes au sein de votre entreprise? Si oui, quel est le pourcentage et dans quelles
sortes de travail sont-elles le plus représentées?
- Oui. 3%. Elles travaillent dans les cuisines.
- Oui. 40%. Dans les tâches administratives uniquement.
- Oui. 10%. Comme chef d’unité, sur le site Manager, Chef secteur, Intendants de chantier et
ménagères.
- Oui. Ressources humaines, Géologues, Comptable, Environnementalistes

2. Y a-t-il une préférence de travailler avec les femmes? Si oui, quelles peuvent en être les
raisons?
- La politique de la maison préconise le travail avec les personnes compétentes sans tenir
compte du genre.
- Oui, mais surtout, elles doivent être compétentes. La politique actuelle préconise l’égalité
des chances et des sexes, donc le critère de sélection reste les compétences.
- Non.

3. Y a-t-il des tâches réservées aux femmes? Si oui, lesquelles? Leurs prestations vous semblent-
elles satisfaisantes?
- Non.
- Oui. Les prestations sont satisfaisantes.
- Dans l’artisanat minier que nous encadrons, le travail du lavage et du recueillement sont
réservés aux femmes. Ça demande beaucoup de finesse.
- Dans le secteur minier, une femme peut faire les mêmes tâches qu’un homme lorsqu’elle en
a les compétences. Dans l’artisanat minier, les femmes s’occupent du lavage.

4. Y a-t-il une politique favorisant le recrutement des femmes au sein de votre entreprise? Si
non, y a-t-il un moyen d’améliorer les opportunités de formation et d’emploi des femmes dans
le secteur minier?
- Non. Former les femmes à la conduite des engins lourds et à la mécanique des engins.
- Oui. Il y a d’abord la sensibilisation, la démystification des travaux miniers (sur le terrain) et
mise en évidence des avantages financiers liés à l’emploi (profession)
- Oui. L’égalité des chances pour les hommes et les femmes. Le critère de sélection est la
compétence.
- Non. La société dispose des valeurs parmi lesquelles l’égalité de genre.

5. Avez-vous un regard particulier envers les femmes qui exercent le métier des mines?
- Oui. Je les admire.

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 43
- Oui, parce que trop prenant. Le travail qui demande de s’éloigner quelques temps de sa
famille, et qui demande aussi beaucoup d’endurance et d’abnégation.
- Oui, parce que c’est un travail difficile qui demande de grandes compétences physiques et
intellectuelles et beaucoup de sacrifices. Peu de femmes s’aventurent dans ce domaine.
- Non.

6. Quels défis, à votre avis, existent-ils pour les filles dans les métiers liés au secteur minier?

- Seul risque : le cadre de travail dans les zones éloignées, parfois sans eau potable, sans
moyen de transport avec des distances de plus de 15 à 20 km à parcourir à pied.
- L’endurance, les longues rotations, le travail dans les milieux reculés.
- Plusieurs ordres : Intéresser les filles aux filières scientifiques, les intéresser à la géologie et
aux mines, être une bonne gestionnaire. Le métier demandant de s’éloigner parfois de sa
famille, il faudrait « manager » convenablement son métier et sa nature de femme et de
mère.
- Les difficultés du terrain; les difficultés dans l’apprentissage du métier; les sacrifices de soi-
même; beaucoup d’effort et volonté; beaucoup d’assiduité.
- Exécution des tâches sans discrimination de sexe; sans un regard particulier.

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 44
Annexe 2- Questionnaire – Formation continue en entreprise

1. Avez-vous un centre de formation intra-entreprise?

- Non.
- Non.
- Non, mais notre entreprise dispose d’une unité de formation et de renforcement des
capacités des acteurs du secteur mines et géologie.
- Non, mais en perspective, un centre de formation-école pour le renforcement des capacités
de tous les acteurs du secteur.

2. Quelles méthodes utilisez-vous pour le perfectionnement, la mise à niveau des travailleurs?

- Stage de formation et auto-formation en entreprise.


- Auto formation; formation extérieure
- Stage de perfectionnement de terrain: “ To learn by doing »; formation continue sur les
techniques de prospection minière; techniques de traitement des minerais; techniques de
commercialisation des substances minérales; activités alternatives; gestion de
l’environnement minier.
- La formation continue en prospection; traitement; commercialisation des substances;
gestion de l’environnement minier; activités alternatives.

3. Quels autres domaines de formation souhaiteriez-vous voir implanter pour vos travailleurs?

- Les nouvelles technologies informatiques; matériel de sondage.


- Exploitation minière.
- Transformation des métaux et pierres précieuses; ingénieurs métallurgistes; techniciens de
sondage et forage; spécialistes des SIG; techniciens de prospection.
- Dynamiteur (gestion des explosifs).
- Traitement, transformation et valorisation des substances telles que bijouterie, taille des
pierres précieuses, taille et polissage de pierres ornementales.

4. Quels sont les profils des formateurs que vous souhaiteriez voir?

- Des formateurs ayant des connaissances en matière de mine.


- Experts en exploitation minière.
- Ingénieurs-géologues; ingénieurs métallurgistes; techniciens de sondage et forage;
spécialistes des SIG; techniciens de prospection.
- Ingénieures des mines et de la géologie; ingénieur géotechnicien et hydrogéologue.
- Tailleurs de pierres précieuses; tailleurs de pierres ornementales; design de bijoux.

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 45
5. Quels mécanismes sont mis en place pour le soutien de la formation professionnelle?

- Les ressources humaines gèrent les demandes de formation faites par les employés.
- Existence d’une unité de formation et renforcements des capacités des acteurs du secteur
minier et géologie.
- Stages en entreprise (universités et collèges).
- Les études de préfaisabilité en cours pour la transformation des substances extraites, soit
par la mécanisation de l’artisanat, soit par la mine industrielle.

6. Existent-ils des conventions avec d’autres entreprises pour le perfectionnement des


travailleurs?

- Pas vraiment. Tout se fait à la demande dans les centres de formation.


- Non.
- Non, pas pour l’instant, mais l’unité de la formation et du renforcement des capacités est en
train de mettre sur pied des conventions avec des institutions qui pourraient aller dans ce
sens.
- Convention en cours de signature avec l’école des mines…

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 46
Annexe 3 – Liste des organisations et entreprises minières consultées lors de l'étude
sectorielle
Nom Fonction/adresse Coordonnées

Tél : 237 22 66 75 03
Chef service Industrie
Chambre de commerce, d’industrie Port : 237 96 03 13 73
Désirée Mirabelle DJUINE SOH des mines et de l’artisanat du Courriel mirabellesoh@ccima.net
Cameroun
BP 4011 Douala Ccima_si@yahoo.fr

Tél : 237 22 06 84 05
Directeur administratif Téléc : 237 22 04 25 63
Christian ABOMO Cameroon Mining Action S.A.
Port : 237 75 56 23 89
(CAMINA)
Courriel :
BP 33057 Yaoundé
christian.abomo@cammina.net

Directeur Logistique et Administration


Tel: +237 22 23 48 43 / 96 05 60 70
Cameroon Alumina Limited
Alexis NGAMBI ETEKI Courriel:
Narvick Street
n.alexis@cameroonalumina.com
Cameroon insurance Building, 4th Floor
Po Box 1686 Yaoundé

Directeur santé, sécurité, Tel : +237 22 21 45 18 / 99 41 55 75 /


environnement 79 52 30 02
Roger KOUOKAM
GEOVIC Cameroon Plc. Courriel:
BP 11 555 Yaoundé rkouokam@geoviccameroon.net

Tel : +237 22 20 28 71 / 93 60 03 21 /
Chef géologue
77 77 66 69
Emmanuel SIMO CAMINEX (membre d’Afferro)
Courriel: Simo.emmanuel@afferro-
BP 14 364 Yaoundé
mining.com

Représentante du PDG Société


Cameroun & Korea (C&K) Mining Inc,
Sung Hee CHOUNG
exploitante d’or et de diamant
Yaoundé

Paul NTEP GWETH Coordonnateur - Programme d’Appui Tél : 237 22 20 39 57


au développement des activités Téléc : 237 22 20 39 96
minières (CAPAM)
Port : 237 99 64 18 21
Ministère de l’industrie, des mines et
Courriel :
du développement technologique
paul_ntep_gweth@hotmail.com
BP 15 620 Yaoundé
ntepgp@capam.cm
Joseph MEBENGA ETOUNDI Chef de l’unité de suivi, de synthèse, Port : 237 99 93 91 16
d’évaluation et de développement -
Port : 237 78 70 75 72
Programme d’Appui au
développement des activités minières
(CAPAM)
Courriel : bet_cm@yahoo.fr
Ministère de l’industrie, des mines et
mebengaetoundijoseph@yahoo.fr
du développement technologique
BP 12 939 Yaoundé
Pascaline Balbine OMGBA Chef Unité d’appui à la production Tél : 237 22 20 39 57

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 47
minière à travers l’artisanat minier-
Programme d’Appui au Téléc : 237 22 20 39 96
développement des activités minières
Port : 237 75 32 00 84
(CAPAM)
Courriel : balbineomgba@yahoo.fr
Ministère de l’industrie, des mines et
du développement technologique omgbabalbinepascaline@capam.cm
BP 15 620 Yaoundé

Analyse de situations de travail – Electricien du bâtiment

Page 48