Vous êtes sur la page 1sur 5

Introduction générale 

Le modèle économique que la société industrielle nous a légué est basée sur le principe de
la transformation d’un patrimoine de ressources matérielles : pour satisfaire nos besoins
vitaux, il nous suffit d’exploiter et de transformer les ressources dont nous disposons sur la
planète.
Nous découvrons qu’en situation de croissance démographique et de progrès technologique
exponentiels, si chacun veut relever son niveau de vie, améliorer sa santé, mieux éduquer ses
enfants devenir plus performant dans son activité professionnelle, il ne suffit pas de
transformer davantage de ressources, car notre patrimoine peut s épuises, il faut apprendre à
mieux utiliser. 
Aujourd’hui, la firme se trouve confrontée aux conséquences contradictoires de la
mondialisation, aux impératifs de la recherche de la cohésion sociale et de la responsabilité
sociale de l’entreprise.
Dans le même temp, l’évolution des technologies l’oblige à passer de la gestion de
compétences ou management des savoirs (connaissances) (en anglais knowledge management
KM) ; donc la même constatation s’applique au monde de l’organisation qui découvre que ses
facteurs de productivité ne résident plus seulement dans une croissance exponentielle de son
capital physique et de sa force de travail, mais dans des facteurs nouveaux et immatériels
comme sa capacité créatrice, son patrimoine de savoir-faire, son aptitude à résoudre
collectivement les problèmes son anticipation des évolutions du marché ,le savoir devient le
moteur du développement.
La gestion de la connaissance est la prise de conscience que l’entreprise détient un capital de
connaissances qui lui est propre et qui est une ressource précieuse et stratégique, Dans les
organisations le management des connaissances se concrétise, souvent par la mise en place
d’intranet de base de données et d’outils d’aide à la décision. La connaissance est devenue un
avantage concurrentiel pour les entreprises. En effet le pouvoir d'une entreprise réside,
principalement, dans sa gestion du capital intellectuel facteur prépondérant de la performance.
Les entreprises doivent (capitaliser), (actualiser) et (diffuser) leur capital intellectuel dans un
contexte où la concurrence Aiguisée. L'innovation est devenue un axe central dans une
stratégie concurrentielle, Pour atteindre cet objectif les entreprises opèrent une gestion
stratégique des connaissances.
Objectif de la recherche :

L'objectif est d'étudier, ce lien de corrélation entre la gestion des connaissances et la


performance organisationnelle, au travers d'indicateurs de Performance : la productivité, le
degré d'apprentissage, la culture d'entreprise et la Satisfaction.
Nous établirons un portrait des moyens utilisés par les entreprises pour gérer et
Capitaliser connaissances. Nous tenterons de savoir si les entreprises sont plus attraites à
mettre en œuvre des processus formels de capitalisation de connaissances ou bien Favorisent-
elles le transfert de savoir-faire, c'est-à-dire un processus informel.

La problématique :
Des préoccupations fondamentales des entreprises concerne la recherche de performance.
Ainsi, en réponse à un intérêt managérial fort, l’étude de la performance organisationnelle a
généré une littérature foisonnante en Sciences de Gestion et la performance constitue un
concept central dans cette discipline, à l’aune duquel toute pratique de gestion est évaluées
démarches de Gestion des Connaissances (GC) ne dérogent pas à cette règle.
Notre problématique centrale est la suivante :
Quel est l’impact du management des connaissances dans la construction et la
réalisation de la performance organisationnelle ?
Autrement dit :
Comment peut-on mesurer la performance organisationnelle et quel est le rôle du
management des connaissances dans son amélioration ?
Ou bien comment l’entreprise doit investir dans KM POUR OBTENIR LA MEILLEUR
PERFORMANCE ORGANISATIONNELLE ?

Ainsi, afin de bien limiter notre étude, nous pouvons poser les questions
Secondaires suivantes :
Q1 : Quelles sont les dispositions qui doivent être incluses dans la stratégie et suivies par les
managers pour valoriser les connaissances détenues par le personnel ?
Q2 : comment l’usage de nouvelle technologie de l’information et de la communication TIC
contribue-il à la performance organisationnelle ?

Q3 : Comment la gestion des connaissances contribue-t-elle à la performance opérationnelle


de l’organisation ?

Q4 : Comment la gestion des connaissances contribue-t-elle à la performance financière de


l’organisation ?

Q5 : Comment la gestion des connaissances contribue-t-elle à la performance concurrentielle


de l’organisation ?

Les hypothèses :
Hypothèse 01 : Des actions spécifiques doivent découler de la stratégie de l’entreprise ayant
pour l’objectif de valoriser de capitaliser le savoir et l’expérience détenus par le personnel de
l’entreprise (une prise de conscience par les dirigeants).

Hypothèse 02 : l’usage de nouvelle TIC contribue la performance organisationnelle par la


distinction effectuée entre la performance Financière, opérationnelle et concurrentielle,
également la distinction entre les effets directs et les effets indirects.

Hypothèse 03 : C’est une contribution empirique d’un effet indirecte et qui mesure la
performance de la gestion de la connaissance (ce qu’apporte un SI du point de vue de
l’activité opérationnelle)

Hypothèse 04 : C’est une contribution empirique d’un effet directe qui mesure la
performance de la gestion de la connaissance (ce qu’apporte un SI du point de vue de
l’activité financière) , la capacité à créer une valeur financière pour I ‘entreprise
(augmentation de la valeur d'actifs financiers au savoir Comme les brevets, les marques, les
marques).

Hypothèse 05 : C’est une contribution empirique d’un effet directe qui mesure la performance
de la gestion de la connaissance (ce Qu’apporte le SI dans l’obtention d’un avantage
concurrentiel).
2EME PROPOSITION DES QUESTIONS SECONDAIRES :

Q1 : Qu’est-ce qu’un management des connaissances ? quels sont ses approche ses processus
et ses stratégies ?

Q2 : Quel est l’impact de la KM sur : -la productivité de l’employé et de l’entreprise ?


-l’orientation de la culture ?
-satisfaction ?
-degré d’apprentissage ?
Q3 : Quel est l’impact de la KM sur la performance opérationnelle

3 EME PROPOSITIONS DES QUESTIONS SECONDAIRES :

A- Quel est l'effet de la gestion des connaissances sur l'efficacité des opérations ?
B - Quel est l'effet de la gestion des connaissances sur l’efficience des opérations ?
C - Quel est l'impact de la gestion des connaissances sur l'innovation dans les opérations ?

LES HYPOTHESES :

H1 : La gestion des connaissances aide une organisation à la rendre plus efficace dans le
monde des affaires en l'aidant à sélectionner et à mettre en œuvre.
Les processus les plus appropriés pour son entreprise, car une gestion efficace des
connaissances aide les travailleurs de l'organisation à choisir les informations
De grande valeur et nécessaire dans le suivi des événements externes, et cela résulte de
l'utilisation de la base de connaissances par les dirigeants dans l'organisation, et conduit ainsi
à une réduction du besoin de mettre à jour les plans et de les rendre plus stables. À l'inverse,
la direction, Une mauvaise connaissance conduit à des erreurs dans le travail de l'organisation,
car le risque de répéter d'anciennes erreurs reste élevé.

H2 : Cet effet apparaît comme suit :


-Motiver les travailleurs à participer et à s'ouvrir davantage, et à bénéficier de cette
participation face aux défis ;
-Évitez les étrangers qui recherchent des connaissances sans aider et développer les autres ;
-Réduire les coûts liés aux conclusions et atteindre différents types de connaissances
précieuses.

H 3 : L’organisation est en mesure d'atteindre une dépendance accrue à l'égard des
connaissances partagées, grâce à la participation des travailleurs à la production de solutions
Problèmes innovants, en plus de développer des processus d'innovation dans l'impact de la
gestion des connaissances.

METHODOLOGIE DE RECHERCHE :

Afin de bien mener notre étude nous avons adopté une démarche méthodologique descriptive
Et analytique comportant deux niveaux d’analyse, le premier concerne une recherche
Bibliographique et le deuxième aborde une étude d’un cas pratique au niveau de l’entreprise :

A cet effet, notre étude se base sur la mesure de la performance de l’entreprise et la


Contribution du management des connaissances à l’amélioration de cette dernière. Ainsi, afin
d’apporter les Éléments de réponses, nous avons structuré notre travail en trois chapitres :
Le premier est Consacré aux généralités sur KM.
La deuxième porte sur la performance organisationnelle et le lien entre KM et la Performance
Organisationnelle ?
Le troisième est consacré à l’étude Pratique, intitulé « La mesure de la performance