Vous êtes sur la page 1sur 70

E-

lear
ning@UNI
GE
Rappor
t2008-
2009
E-learning@UNIGE
Rapport 2008-2009

Dépôt: Service NTICE


Division Informatique
Uni-Dufour
rue Général Dufour 24
1202 Genève
http://www.unige.ch/dinf/ntice
Rédaction: Pierre-Yves Burgi
Layout: P.-Y. Burgi (en LATEX)

Date: 15 avril 2010

Ce rapport est en accès libre sous:

http://elearning.unige.ch/rapports.html
Table des matières

Editorial 9

1 Introduction 11
1.1 Structure du ReL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.2 Stratégie du ReL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.3 Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
1.3.1 Contributeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
1.3.2 Organisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

2 Les activités des services centraux 19


2.1 NTICE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.1.1 Les services à la communauté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.1.2 LMS (Dokeos et Moodle) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.1.3 Infrastructure numérique audiovisuelle . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.1.4 Projets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
2.2 FormEv . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.3 Service formation continue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.3.1 Espaces cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.3.2 Multimédia . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30

3 Activités facultaires 33
3.1 Faculté de Droit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
3.1.1 Espaces cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
3.2 Faculté des Lettres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.2.1 Espaces cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.2.2 Projets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
3.3 Faculté de Médecine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
3.3.1 Espaces cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.3.2 Enregistrement des cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

Rapport 2008-2009 ReL


Activités E-learning 2008 -4-

3.3.3 Projets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.4 Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education . . . . . . . . . . . 41
3.4.1 Projets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3.4.2 TECFA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
3.5 Faculté des Sciences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3.5.1 Espaces cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3.5.2 Projets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
3.6 Faculté de Théologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
3.6.1 Espaces cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
3.7 Faculté des Sciences Economiques et Sociales . . . . . . . . . . . . . . . . 49
3.7.1 Espaces cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
3.7.3 Le groupe Ecologie humaine, Institut des sciences de l’environnement 51
3.7.4 Projets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
3.8 Ecole de Traduction et d’Interprétation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
3.8.1 Espaces cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
3.8.2 Projets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

4 Collaborations nationales et internationales 57


4.1 Collaborations nationales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
4.1.1 Eduhub . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
4.1.2 Switch-AAA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
4.2 Collaborations internationales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
4.2.1 Dokeos.org . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
4.2.2 e-LERU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
4.2.3 VCSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
4.2.4 COIMBRA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
4.2.5 Re.ViCa . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

5 Perspectives 63
5.1 Historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
5.2 Activités 2008-2009 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
5.3 Prochaines étapes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64

Glossaire 67

ReL Rapport 2008-2009


Table des figures

1.1 Le Réseau e-Learning (ReL) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

2.1 Progression du nombre de comptes utilisateurs (étudiants et enseignants


confondus) sur les plates-formes d’enseignement à l’UNIGE. De 1999 à
2004, plusieurs de ces plates-formes étaient en usage (WebCT, Ganesha,
OIL, etc.). Depuis l’année académique 2005-2006, Dokeos a remplacé toutes
ces plates-formes. Cependant, depuis l’année académique 2006-2007, l’uti-
lisation de Moodle (représenté en rouge) est en progression. . . . . . . . . 21
2.2 Utilisation de Dokeos sur une journée "typique". "Pages" : nombre de fois
qu’une page a été visualisée ; "Hits" : granularité plus fine que les pages
(une page peut contenir plusieurs éléments) ; "Bandwidth" : volume des
données qui ont été transmises. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.3 Utilisation de Dokeos durant une semaine "typique". Voir légende de la
Figure 2.2 pour la définition de "Pages", "Hits", et "Bandwidth". . . . . 23
2.4 Nouveau logigramme de la chaîne de numérisation qui sera appliqué dès
février 2010. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
2.5 Nombre total de leçons enregistrées (en ordonnée) dans les différents au-
ditoires équipés de l’UNIGE du 1er janvier au 18 décembre 2009. . . . . . 25
2.6 Consultation mensuelle des cours enregistrés sur mediaserver.unige.ch du-
rant la période de janvier 2007 à novembre 2009. L’amplitude (en ordonnée)
représente le nombre d’accès aux documents audiovisuels, un nombre qui
a fortement augmenté depuis 2007. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.7 Tablette électronique (à gauche) et tableau blanc interactif (à droite). . . 27

3.1 L’environnement Virolab, un logiciel éducatif pour la virologie. Illustration


d’une partie du laboratoire virtuel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
3.2 Adjonction d’un nouveau module à Virolab. (A) Outil de séquenceur ADN
dans l’environnement Virolab. (B) Illustration d’une séquence (virus de la
grippe). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
3.3 Microscope virtuel pour visualiser des coupes géologiques. . . . . . . . . . 48

5.1 Historique du développement des TICE à l’UNIGE. . . . . . . . . . . . . 63

Rapport 2008-2009 ReL


Activités E-learning 2008 -6-

5.2 Répartition, en %, de tous les outils Dokeos effectivement utilisés par les
enseignants de la Faculté de Médecine (N= 210) qui emploient cette plate-
forme (le pourcentage total pour les 10 outils utilisés sur les 14 disponibles
est égal à 100%). L’utilisation des outils "description", "documents", et
"liens" est majoritaire comparée à d’autres plus interactifs comme par
exemple les outils "Forum", "tests", "discuter", etc. . . . . . . . . . . . . 65

ReL Rapport 2008-2009


Liste des tableaux

2.1 Exemple d’échanges d’expériences et de formation. . . . . . . . . . . . . . 30

3.1 Projets CVS de la Faculté des Lettres. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36


3.2 Projets innovants 2006 de la Faculté des Lettres. . . . . . . . . . . . . . . 36
3.3 Projets CVS de la Faculté de Médecine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
3.4 Projets innovants 2006 de la Faculté de Médecine. . . . . . . . . . . . . . 40
3.5 Autres projets de la Faculté de Médecine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
3.6 Projets CVS de la Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education. 42
3.7 Projets innovants 2006 de la Faculté de Psychologie et des Sciences de
l’Education. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
3.8 Autres projets de la Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education. 43
3.9 Projets CVS de la Faculté des Sciences. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
3.10 Projet innovant 2006 de la Faculté des Sciences. . . . . . . . . . . . . . . 47
3.11 Autres projets de la Faculté des Sciences. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
3.12 Projets CVS de la Faculté des Sciences Economiques et Sociales. . . . . . 52
3.13 Projets innovants 2006 de la Faculté des Sciences Economiques et Sociales. 53
3.14 Projet CVS de l’Ecole de Traduction et d’Interprétation. . . . . . . . . . 56

5.1 Activité en e-learning pour l’année académique 2008-2009. Le nombre d’es-


pace cours comprend aussi les cours non actifs (évalués par exemple à 15%
en Faculté de Médecine). A noter que la colonne "Leçons enregistrées"
correspond à des enregistrements de cours effectués généralement sur une
base hebdomadaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64

Rapport 2008-2009 ReL


Activités E-learning 2008 -8-

ReL Rapport 2008-2009


Editorial

Si le e-learning n’est pas explicitement mentionné dans


le plan stratégique de l’Université de Genève (UNIGE)
à l’horizon 2020 1 , il est bel et bien présent dans diffé-
rentes mesures comme moyen d’action pour atteindre
nombre des objectifs de ce plan. Ainsi, dans l’objectif
stratégique 2, intitulé "proposer une formation attrac-
tive", les Technologies de l’Information et de la Com-
munication pour l’Enseignement (TICE) doivent oc-
cuper une place de choix pour améliorer les pratiques
pédagogiques et garantir la qualité des enseignements
offerts à l’UNIGE, et ceci tant au niveau des bacca-
lauréats qu’à celui des maîtrises ou des cours de for-
mation continue. De même, la possibilité de mettre
des contenus en accès public sur les plates-formes e-learning crée un effet vitrine qui per-
met de renforcer la promotion des filières de formation. Finalement, la mobilité virtuelle
devrait permettre aussi de répondre à l’objectif visant à attirer un nombre croissant
d’étudiants étrangers recrutés de manière active et sélective. Il en va de même en ce
qui concerne l’objectif stratégique 4 qui souhaite engager l’UNIGE dans le transfert des
connaissances vers la société et dans le processus de formation tout au long de la vie.
Tous les programmes de développement et de recherches européens dans le domaine de la
formation "tout au long de la vie" s’appuient d’ailleurs largement sur le développement
de ces technologies pour la formation, et en particulier pour la formation continue.
Depuis 2005, l’UNIGE a mis en place un programme de promotion de l’utilisation des
technologies dans l’enseignement. Des plates-formes d’enseignement (Dokeos et Moodle)
ont été ainsi mises à la disposition des enseignants de toutes les facultés. A ce jour, la plate-
forme Dokeos est utilisée par plus de 10’000 utilisateurs. Dans le même temps, la formation
continue de l’UNIGE a joué un rôle central dans la mise en œuvre et le développement
du e-learning pour atteindre son public cible qui souhaite pouvoir apprendre "où il veut,
quand il veut".
Cette première phase du e-learning était indispensable pour diffuser les informations
nécessaires, créer les plates-formes communes et informer les acteurs concernés. Dans un
second temps, un appel à projets innovants en e-learning a été lancé par le rectorat au
semestre d’été 2006. Au total 14 projets ont été ainsi retenus et ont bénéficié d’un soutien
technologique et pédagogique pour leur mise en place, ce qui a permis de dynamiser l’e-
learning au sein de l’UNIGE.
Avec le concours du Prof. Emmanuel Josserand, délégué du Rectorat pour le domaine
du e-Learning, ces initiatives ont été coordonnées et pilotées par le Réseau e-Learning
1. "Une vision pour 2020", disponible sur le site http://www.unige.ch/rectorat

Rapport 2008-2009 ReL


Activités E-learning 2008 Editorial

(ReL), qui constitue le Centre de Compétence, de Service et de Production (CCSP) de


l’UNIGE en matière de e-learning, mis en place durant la deuxième phase 2 du Campus
Virtuel Suisse (CVS). Aussi, suite à une clarification de la structure du ReL effectuée
récemment (avril 2009) par le Rectorat, un Comité d’orientation e-learning a été constitué.
Sous la présidence du Vice-recteur en charge de l’enseignement, il est composé de la
Vice-rectrice en charge du Système d’Information (SI), de la Directrice de l’unité de
recherche TEchnologies de Formation et d’Apprentissage (TECFA), de la Directrice de
l’Information Scientifique (IS), et du Directeur des Technologies de l’Information et de la
Communication (TIC).
Le ReL ouvre de nouvelles perspectives dans la stratégie de développement du e-learning
au sein de l’UNIGE. Ainsi, la première action de ce comité est d’avoir mandaté la ré-
daction de ce rapport qui sera établi à l’avenir de manière régulière. Le Comité tient
tout particulièrement à remercier son auteur, Pierre-Yves Burgi, coordinateur du ReL,
et responsable du Service des Nouvelles Technologies de l’Information, de la Communi-
cation, et de l’Enseignement (NTICE) de la Division informatique. Ce rapport s’adresse
à l’ensemble des enseignants et des collaborateurs de l’enseignement de l’UNIGE. C’est
une première étape essentielle du plan de développement du e-learning car c’est en fai-
sant mieux connaître les nombreuses activités en e-learning de notre institution auprès
de la communauté académique que son utilisation dans l’enseignement pourra être mieux
appréhendée. C’est au nom du Comité d’orientation e-learning que je vous en souhaite
une fructueuse lecture.

Yves Flückiger, Vice-recteur

2. La deuxième phase, dite de "consolidation" a débuté en 2004 pour se terminer en juillet 2008, avec
l’objectif de consolider la première phase dite "d’encouragement" qui a commencé en 2000.

ReL Rapport 2008-2009


Partie 1

Introduction

Dans nos universités, traditionnellement basées sur l’enseignement "présentiel", l’e-learning


passe par le développement de dispositifs hybrides. A travers l’utilisation d’environne-
ments techno-pédagogiques, ces dispositifs sont caractérisés par la mise en ligne de cer-
taines activités d’enseignement et apprentissage et de différentes formes de médiatisation
des contenus. Cette conception, parfois appelée "présentiel enrichi", ne supprime ni l’en-
seignant ni l’équipe pédagogique. Bien au contraire, elle en renforce différents rôles :
organisateur de ressources et d’environnement d’apprentissage, créateur et scénariste de
situations d’apprentissage, encadreur et tuteur de proximité, etc.
Ce rapport utilise abondamment le terme "e-learning", qu’il convient tout d’abord de
définir. Aussi, le Comité d’orientation e-learning (présenté dans l’éditorial) en a-t-il adopté
la définition suivante :

L’utilisation des nouvelles technologies multimédias de l’Internet pour amé-


liorer la qualité de l’apprentissage en facilitant, d’une part, l’accès à des res-
sources et à des services et, d’autre part, les échanges et la collaboration à
distance.

Si toutes les nouvelles technologies sont concernées et invoquées dans cette conception de
l’e-learning, l’apprentissage en ligne se propose de mettre les différentes technologies au
service d’un objectif unique, à savoir l’amélioration de la qualité de l’apprentissage.
Bien que les dispositifs d’enseignement hybrides adoptés par les facultés puissent changer
d’une faculté à l’autre, il est néanmoins possible d’en identifier deux catégories princi-
pales, à savoir les espaces cours, placés généralement sur les plates-formes Dokeos et/ou
Moodle, et les objets multimédias, qui peuvent aller de simple dispositifs audio à des
environnements complexes de simulation. A noter que l’un n’exclut pas l’autre dans la
mesure où un objet multimédia peut être contenu dans un espace cours. Au-delà de ces
dispositifs, les activités des facultés se concentrent autour de projets en e-learning, comme
cela a été par exemple le cas dans le contexte du CVS.
Avant que les dispositifs et projets en e-learning qui ont fait l’objet d’activités durant
l’année académique 2008-2009 soient décrits, il convient pour ce premier rapport de pré-
senter la structure et stratégie du Réseau e-Learning de notre université. Finalement, la
méthodologie sous-jacente à l’élaboration de ce rapport est décrite.

Rapport 2008-2009 ReL


12 Introduction

1.1 Structure du ReL


Dans le contexte du CVS, chaque université a eu l’opportunité de structurer son CCSP
afin de mieux organiser ses activités en e-learning. Pour l’UNIGE, la structure choisie a été
depuis 2003 celle d’un réseau de compétences dans lequel collaborent le secteur Formation
et Evaluation (FormEv), le Service de la Formation Continue (SFC), le service NTICE
de la Division INFormatique (DINF), et l’unité TECFA de la Faculté de Psychologie et
des Sciences de l’Education (FPSE).
La tendance actuelle n’est plus de considérer le e-learning comme une fin en soi mais de
l’inscrire comme un outil au service de l’enseignement et de sa qualité. Il est par consé-
quent devenu nécessaire d’une part de repréciser la notion de e-learning à l’UNIGE (voir
section suivante) et d’autre part de revoir l’organisation de ce domaine. Dans cette pers-
pective, la nouvelle organisation du ReL, présentée schématiquement dans la Figure 1.1,
tient compte des points clés suivants :

I. La direction stratégique du ReL de l’UNIGE doit être placée sous la responsabilité


directe du Rectorat, à travers une cellule dédiée (Comité d’orientation e-Learning) ;
II. Il ne doit pas y avoir de ressources supplémentaires injectées dans ce dispositif, mais
une utilisation plus coordonnée des ressources et des compétences déjà disponibles
à l’UNIGE dans ce domaine ;
III. Le positionnement du TECFA dans ce dispositif a été clarifié.

Cette nouvelle organisation en réseau s’articule sur trois niveaux : stratégique, tactique, et
opérationnel. Le noyau du ReL est constitué de services centraux, de services facultaires,
et de l’unité de recherche TECFA, très active dans le domaine des technologies éducatives
(voir section 3.4.2). Ce ReL est coordonné par le responsable du service NTICE pour
les questions opérationnelles, et piloté par un Comité d’orientation e-learning pour les
questions plus stratégiques (pour la composition de ce comité, voir page 10). Une des
tâches du Comité est d’élaborer la stratégie e-learning et ses actions associées. Ce comité
a d’autre part la possibilité de mandater ponctuellement des tâches à des délégués. A noter
également l’étendue du réseau aussi bien au niveau national avec la "Swiss Academic e-
Learning Community" 1 , qu’international avec Virtual Campus for a Sustainable Europe
(VCSE), Dokeos Planet, etc.

1.2 Stratégie du ReL


Le Comité d’orientation e-learning définit la politique de développement du e-learning au
sein de l’UNIGE selon six axes principaux :

a. Former les étudiants et les enseignants : les technologies aujourd’hui consti-


tuent un enjeu majeur dans l’évolution de notre société et l’université doit, en
1. La "Swiss Academic e-Learning Community" est une assemblée composée des coordinateurs des
CCSPs des universités et autres hautes écoles suisses, présidé par un membre élu pour deux ans (actuel-
lement le coordinateur CCSP de l’Ecole Polytechnique Fédérale (EPF) de Lausanne. Cette assemblée se
réunit au minimum une fois par an (la logistique et secrétariat étant assurés par Switch). Un Recteur
d’une université suisse (à ce jour le Recteur de l’Université de Zürich) assure le lien entre cette assemblée
et la Conférence des Recteurs des Universités Suisses (CRUS).

ReL Rapport 2008-2009


1.2 Stratégie du ReL 13

CRUS  

R1   R2   R3   Rn   LERU  
The Swiss Academic
Stratégique  
e-Learning
Community
RECTORAT  
R   Chamilo.
HES e-LERU org
VRA   VRB   VRC   COmmission COIMBRA
d’ENSeignement SEM
VCSE
(COENS)

Délégués Comité
d’orientation
sur mandat  
e-Learning
Tac.que  

Resp Service
NTICE/DINF  

TECFA NTICE
CLIENTS &
Opéra.onnel  

Expertise techno- Outils et


pédagogique technologies UTILISATEURS  

Enseignants  
FORMEV SERVICES FACULTAIRES
Evaluation Etudiants  
programmes FORMATION CONTINUE

Figure 1.1 – Le Réseau e-Learning (ReL)

conséquence, former les étudiants à apprendre, à travailler, à chercher et à évoluer


avec ces nouveaux outils ainsi qu’avec les usages professionnels et sociaux qui se
développent. Elle doit amener ses enseignants à être des acteurs proactifs de cette
évolution.
b. Maintenir et développer la qualité de l’enseignement : les TICE et le e-
learning contribuent au maintien et au développement de la qualité de l’enseigne-
ment et de l’apprentissage au sein de l’université : une stratégie dans ce domaine
ne peut être que globale. Elle doit en conséquence intégrer les TICE et le e-learning
dans la perspective unique d’un développement de la pédagogie universitaire.
c. Fédérer et organiser tous les acteurs impliqués : toute stratégie en matière de
e-learning s’inscrit dans une politique d’introduction et de gestion de l’innovation
pédagogique et technologique ; elle a donc des répercussions sur l’ensemble de l’ins-
titution et de son organisation et de sa culture d’entreprise. En conséquence, elle
doit impliquer et fédérer tous les acteurs de la communauté universitaire au-delà de
leur statut, de leur fonction, de leur rattachement administratif et/ou organisation-
nel et enfin de leur discipline. Dans cette mesure, il est essentiel d’accompagner le
changement et chacun des acteurs concernés par des mesures adéquates et ciblées.
d. Adapter les stratégies du e-learning aux besoins des différentes forma-
tions : le recours au e-learning doit être modulé en fonction de la discipline considé-

Rapport 2008-2009 ReL


14 Introduction

rée et selon le type de formation. Ainsi, au niveau des baccalauréats universitaires,


le e-learning sera surtout utilisé comme support d’un enseignement assuré princi-
palement en "présentiel" pour offrir aux étudiants des documents qui complètent le
cours ou pour donner accès aux fichiers employés en cours. Au niveau des maîtrises
ou de la formation continue, la formation à distance constitue essentiellement un
outil pour toucher des publics qui autrement n’y auraient pas accès.
e. Innover en matière d’apprentissage : il faut innover non pas simplement dans
la technologie (mettre à disposition de la communauté universitaire de nouveaux ou-
tils), mais dans le service (une nouvelle manière de concevoir et d’organiser le service
d’éducation et de formation à son public) et dans l’apprentissage (une nouvelle fa-
çon de concevoir la construction du savoir, le rapport au savoir, aux autres et à soi).
Dans cette perspective, les TICE qui ont déjà largement influencé la conception du
métier de chercheur, doivent être prises en compte comme un élément déterminant
dans l’évolution du métier de l’enseignant et de l’apprenant.
f. Elaborer une stratégie à long terme inscrite comme un instrument du
plan stratégique de l’UNIGE : une telle stratégie s’inscrit dans une durée dont le
terme excède la durée d’un Rectorat. Elle doit donc s’articuler au plan stratégique
global de l’université et mettre en place une structure collégiale de pilotage et
d’exécution permanente et pérenne.

La mise en application de cette politique de développement va pouvoir s’effectuer au


travers d’actions résumées ci-dessous :

Action 1 : Fédérer l’ensemble des compétences disponibles


L’ensemble de la communauté universitaire devrait se trouver impliquée et soudée
à travers cette nouvelle structure en réseau mais aussi autour d’un programme
commun et des objectifs clairement définis par le Rectorat. Il faut que les enseignants
se sentent soutenus politiquement, pédagogiquement, techniquement et de manière
organisationnelle. Il faut donc réserver à côté de programmes génériques des espaces
de liberté pour des initiatives plus innovantes, plus pointues. Il faut accepter des
degrés d’engagement différents parmi la communauté universitaire, compte tenu que
l’appropriation individuelle de l’innovation connaît des rythmes et des temporalités
différentes selon les individus.
Action 2 : Informer la communauté universitaire
Il est essentiel de valoriser la fonction d’enseignement, de faire connaître les expé-
rimentations, d’échanger et mutualiser autour des utilisations plus standards des
plates-formes institutionnelles mais aussi autour des usages et développements plus
innovants. Cette communication, effectuée en collaboration avec le service de presse
de l’université, devrait passer par divers supports, tels que des rencontres pédago-
giques régulières (par exemples des "Brown Bags"), des journées d’e-learning, des
feuillets d’information, le site Web de l’université (par exemple au travers du site
http://elearning.unige.ch) au sein duquel le projet et la stratégie e-learning de
l’université devrait avoir une réelle visibilité, le journal Campus, des stands lors des
journées d’accueil des collégiens, etc.
Une veille technologique devrait être assurée et ses observations largement diffusées
au sein de la communauté. Des expérimentations et des démonstrations pourraient
être organisées à l’intention de la communauté mais aussi de l’extérieur, à l’intention
de la cité. Des partenariats pourraient être envisagés avec divers acteurs de la cité.

ReL Rapport 2008-2009


1.2 Stratégie du ReL 15

L’UNIGE devrait pouvoir partager son expertise dans le domaine du e-learning au


niveau non seulement de l’enseignement post-obligatoire – par exemple le Service
Ecoles-Médias (SEM) – mais aussi à celui des Hautes Ecoles Spécialisées (HES).
Action 3 : Former et accompagner
L’objectif de cette stratégie est bien de faire évoluer, sans contrainte, la pédagogie
universitaire et les pratiques pédagogiques en s’appuyant sur le potentiel des TICE
et du e-learning. L’expérience montre que ce sont les métiers d’enseignants et d’ap-
prenants qui évoluent. Il faut donc organiser conjointement des formations pour les
uns et pour les autres visant à leur donner les compétences e-learning de base leur
permettant de maîtriser les nouveaux environnements pour y enseigner et pour y
apprendre.
Les actions de formation pourront être de deux types : des formations de groupes
et des formations/accompagnements destinées à soutenir de façon rapprochée le
développement d’un cours, d’une application par un enseignant ou une équipe en-
seignante. Dans le premier cas, il s’agit de formations générales, standardisées, alors
que dans le second ce sont des actions d’encadrement personnalisées et contextua-
lisées.
Les premières pourront être organisées autant pour les enseignants que pour les
étudiants, sans oublier également le personnel administratif et technique qui joue
souvent un rôle important dans la mis en œuvre et le développement du e-learning 2 .
Dans la même perspective, l’université pourrait favoriser la participation des assis-
tants à cette offre de formation continue – créditée en European Credits Transfer
System (ECTS) – afin de renforcer les compétences des équipes pédagogiques. Ces
crédits devraient être pris en compte dans les dossiers de titularisation ou de no-
mination à des postes supérieurs dans le cadre d’une valorisation de la fonction
enseignante (voir Action 4). On peut imaginer une forte synergie, dans la pers-
pective de la formation continue du personnel enseignant de l’université, entre ces
formes de soutien et les formations certifiantes offertes par TECFA dans le cadre
de la formation continue de notre université (voir section 2.3).
Action 4 : Inciter et motiver
L’évolution de la pédagogie universitaire, le maintien de la qualité des apprentissages
et, dans cette perspective, le développement des TICE et du e-learning passent par
la valorisation des activités d’enseignement de tous les membres du corps enseignant
de l’université, notamment des assistants, mais aussi par des actions incitatives des-
tinées à susciter la motivation des enseignants. De nombreuses mesures directement
en faveur des enseignants seraient envisageables, par exemple :
– Prise en compte des activités innovantes d’enseignement (intégration des TICE, e-
learning, développement de ressources numériques multimédias) dans l’évaluation
des dossiers du corps enseignants mais sans doute aussi dans l’examen des dossiers
de candidature de nouveaux enseignants ;
– Mise à disposition de ressources humaines (assistanat, ressources techniques, in-
génieur pédagogique, etc.) et/ou décharge horaire lors de la mise en œuvre d’un
nouveau projet innovant, par exemple en réponse à un appel à projets ;
2. Des formations de type "compétences académiques de base" et/ou "compétences e-learning" sont
disponibles pour divers publics : étudiants, enseignants, membres du Personnel Administratif et Tech-
nique (PAT), etc. Par exemple, Média Plus (section 3.4.1)), CALIS (SES), le Réseau Romand de Conseil,
Formation et Evaluation (RCFE), et la formation continue proposée par TECFA (section 3.4.2)), consti-
tuent une préfiguration de l’offre possible.

Rapport 2008-2009 ReL


16 Introduction

– Soutien à la publication et à la dissémination des résultats de pratiques pédago-


giques innovantes tant à l’interne que lors de colloques et conférences internatio-
nales ;
– Mesures promotionnelles, par exemple l’attribution d’un prix annuel pour le pro-
jet le plus innovant au plan pédagogique.

L’incitation et la motivation visent aussi l’encouragement à la production de res-


sources pédagogiques numériques. Cela pourrait passer par :

– Un usage plus généralisé des deux plates-formes institutionnelles en place ;


– Le développement de quelques projets plus innovants – ressources multimédias
ou cours soutenus par des mesures d’incitation durant une période courte, projets
qui seraient sélectionnés sur la base d’un appel d’offre lancé régulièrement dans
le cadre d’un fonds d’innovation pédagogique ;
– La mise en place d’une archive des expériences en matière de e-learning et ceci pa-
rallèlement à l’archivage institutionnel des publications des chercheurs de l’UNIGE.

Action 5 : Évaluer les usages, promouvoir la recherche


Développer un tel projet, à la dimension de l’université, demande une prise régulière
d’informations et de données sur son fonctionnement global afin de pouvoir en
comprendre l’évolution et mieux le piloter. Dans cette perspective, il est essentiel
de suivre l’évolution des usages et de comprendre la dynamique du changement qui
s’opère. Quatre voies au moins paraissent importantes à suivre et à développer :
– L’analyse de toutes les traces pertinentes d’activités qui se déroulent au sein des
environnements e-learning ("data mining"), dans le respect de la confidentialité
des données personnelles ;
– Les enquêtes de satisfaction auprès des étudiants et enseignants ;
– Des recherches académiques plus systématiques pourront être menées dans le
domaine de la pédagogie universitaire et de l’innovation techno-pédagogique afin
de mieux comprendre comment évoluent les usages, quelles sont les conséquences
des technologies sur l’apprentissage, quelles sont les conditions de pérennité des
projets, etc ;
– L’échange, par exemple sous la forme de "guides des bonnes pratiques", de pra-
tiques techno-pédagogiques entre universités, Haute Ecole Pédagogiques (HEPs),
et également HES.

Action 6 : Investir pour développer les ressources humaines


La mise en œuvre d’une stratégie demande des ressources technologiques certes,
mais surtout humaines. L’évaluation des différents projets d’innovation techno-
pédagogiques en Europe comme en Amérique du Nord montre que le développement
des infrastructures technologiques ne suffit pas à assurer ni leur succès ni leur pé-
rennité. Investir dans les ressources humaines constitue l’une des clés de la réussite
et de la pérennisation des actions menées. De ce point de vue, il conviendrait égale-
ment de pouvoir s’appuyer sur les ressources fournies par les étudiants eux-mêmes,
qui sont tout à la fois clients et acteurs du e-learning. Une telle stratégie doit donc
prévoir les coûts qu’elle engendrera, tout en les relativisant dans la mesure où ils
doivent être calculés par étudiant.

ReL Rapport 2008-2009


1.3 Méthodologie 17

1.3 Méthodologie
Afin que les actions décrites précédemment puissent se concrétiser tout en restant en har-
monie avec les méthodes de travail des facultés et services centraux, le Comité d’orienta-
tion e-learning a confié au coordinateur du ReL (en avril 2009) la tâche d’établir un état
des lieux consistant à :

a. Etablir un inventaire exhaustif des projets institutionnels existants dans le domaine


du e-learning ;
b. Etablir un inventaire, le plus complet possible, des projets individuels menés au
sein des différentes facultés ;
c. Indiquer, pour les projets institutionnels notamment, leur responsable ainsi que leur
suivi et leur pérennité ;
d. Etablir un inventaire des ressources internes, au niveau du central comme des fa-
cultés, qui sont d’une part mobilisables et d’autre part disponibles, sur mandat
le cas échéant, pour mener à bien le plan d’actions qui sera adopté par la cellule
e-learning.

Partant du principe que ces inventaires évoluent au fil des années académiques, la logique
d’effectuer cette tâche d’une manière itérative semble naturelle. Ces rapports seront en
principe distribués au début de la rentrée académique (en septembre), par exemple sur
une base bisannuelle.

1.3.1 Contributeurs
Afin d’être le plus exhaustif possible, le succès de cette entreprise dépend de la bonne vo-
lonté des acteurs en e-learning de notre université à fournir le maximum d’information 3 .
Si tel est le cas, les inventaires couvrant les facultés et les services centraux pourront être
établis le plus exhaustivement possible, ce qui permettra au Rectorat de mieux appré-
hender les besoins et les moyens pour y répondre. Ce premier rapport a ainsi le mérite de
faire connaître les activités en e-learning qui ont pu être répertoriées. Sa diffusion devrait
inciter ceux qui n’ont pas encore communiqué leurs projets à le faire par la suite.
D’autre part, ce rapport a bénéficié d’informations contenues dans le rapport rédigé en
2007 par le Délégué du rectorat pour le e-learning, Emmanuel Josserand 4 , ainsi que
des évaluations de Nicole Rege-Colet effectuées lorsqu’elle était responsable du FormEv.
Finalement, les textes relatifs aux projets du CVS sont repris pour la plupart du site Web
officiel http://www.virtualcampus.ch.
Il va sans dire que ces rapports vont contribuer à une meilleure visibilité des activités
en e-learning, ce qui devrait aussi conduire à une meilleure valorisation des efforts sous-
jacents. Le ReL n’a de sens que si le réseau s’active, et pour cela les acteurs doivent se
3. Pour ce présent rapport, ont participé à sa rédaction Mireille Bétrancourt de TECFA, Suzanne de
Jonckheere du SFC, Daniel Scherly et Frédéric Geoffroy de l’Unité de Développement et de Recherche en
Education Médicale (UDREM), Joëlle Angeloz de la Bibliothèque de la Faculté des Sciences économiques
et sociales (BSES), Bérénice Jaccaz de la faculté de Théologie, Roderick Lawrence et Nicole Efrancey
du groupe Ecologie humaine, Serge Rudaz de la section de Pharmacie, et Susan Armstrong et Barbara
Moser-Mercer de l’Ecole de Traduction et d’Interprétation (ETI).
4. E. Josserand (2007) "Une Politique e-learning pour l’UNIGE", rapport réalisé avec le concours de
Thibaut Bardon, Kalliopi Benetos et Alexandre Delage.

Rapport 2008-2009 ReL


18 Introduction

faire connaître, et partager leurs expériences. Si ces rapports parviennent à promouvoir


ces échanges, alors une première étape significative sera franchie.

1.3.2 Organisation
L’organisation de ce rapport s’articule de la manière suivante : les activités liées aux en-
tités composant le noyau du ReL sont décrites en premier. Puis, les activités e-learning
de chaque faculté/école sont présentées. Enfin, les collaborations nationales et internatio-
nales du ReL sont décrites. A noter que dans un souci d’exhaustivité, par "activité" il faut
comprendre les espaces cours (sur Dokeos, Moodle, les pages Web, etc.), l’usage du mul-
timédia et autres technologies dans l’enseignement, ainsi que tous les projets qui utilisent
les TICE dans l’enseignement. Bien que ce rapport couvre plus spécifiquement l’année
académique 2008-2009, les projets du CVS y sont aussi décrits, même si officiellement le
CVS est terminé depuis juillet 2008.
A noter que les nombreux liens URL utilisés dans ce rapport ont été vérifiés lors de la
rédaction, mais leur pérennité n’est bien sûr pas garantie.

ReL Rapport 2008-2009


Partie 2

Les activités des services centraux

Les services centraux du ReL ont pour vocation de réaliser les tâches opérationnelles
nécessaires à la mise en œuvre de l’e-learning dans l’institution. Ces services sont les
suivants (voir Figure 1.1) :

– NTICE pour la mise en place des outils, le suivi des projets en e-learning, des conseils,
la formation sur les outils ;
– FormEv pour les questions d’évaluation et formation techno-pédagogique en collabo-
ration avec le RCFE 1 ;
– Le SFC qui contribue à promouvoir l’e-learning dans le cadre de la formation d’adultes.

Le ReL comprend également l’unité de recherche en techno-pédagogie TECFA dont les


contributions incluent la formation et l’expertise dans le domaine de l’e-learning. Les
services facultaires lorsqu’ils existent (par exemple l’UDREM en faculté de médecine)
sont naturellement acteurs du ReL et ont un rôle primordial à jouer par leur proximité
avec les enseignants. Du moment que les activités aussi bien de TECFA que de l’UDREM
sont décrites dans les facultés respectives, seules les activités des services centraux sont
décrites dans cette partie du rapport.

Un premier inventaire des activités e-learning à l’UNIGE a été réalisé en 2007 par le prof.
Emmanuel Josserand. D’autre part, et sur le modèle des Brown Bag Seminar (BBS) 2
de TECFA, des séminaires pratiques de partage d’expérience ont été organisés à inter-
valles réguliers autour d’un conférencier sur le thème de l’utilisation des TICE. (Les BBS
organisés par TECFA sont eux orientés principalement vers la recherche.) Pour 2008-
2009, six de ces séminaires pratiques ont eu lieu 3 . Avec la réorganisation récente du ReL
(section 1.1), les nouvelles modalités de ces séminaires sont en discussion, compte tenu
notamment du réseau suisse Eduhub (voir section 4.1.1) dans lequel des Webinars sur des
thèmes similaires sont déjà fréquemment diffusés et rencontrent un certain succès.

1. Voir leur site officiel http://rcfe.epfl.ch


2. Chacun apporte son sandwich – dans un "brown bag" – et après une courte présentation le débat
peut-être lancé.
3. Il est à relever également l’organisation d’une journée e-learning en 2007, dont les archives sont
disponibles sur le site http://elearning.unige.ch/archivesEvenements/confelearning2007.html

Rapport 2008-2009 ReL


20 Les activités des services centraux

2.1 NTICE
Le service NTICE 4 de la DINF, est organisé selon quatre pôles, à savoir les environ-
nements Web, les bibliothèques électroniques, les environnements numériques de travail,
et l’e-learning 5 . NTICE est au service de la communauté universitaire et gère dans le
contexte du e-learning les plates-formes d’e-learning (y compris la formation à leur usage),
les chaînes de numérisation des cours et conférences, le e-conferencing, et la conception
de dispositifs didactiques, pour un total d’environ cinq postes. Une partie de ces activités
sont décrites en détail dans cette section.

2.1.1 Les services à la communauté


Le service NTICE propose un ensemble de services e-learning à la communauté univer-
sitaire. Ces services touchent aux infrastructures de base nécessaires pour établir des
espaces de cours, capturer des cours dans les auditoires, activer des collaborations à dis-
tance, mettre en place des environnements didactiques de simulation/visualisation, etc.
Les services principaux sont 6 :

a. Mettre vos cours en ligne (sur les plates-formes d’apprentissage Dokeos et Moodle) ;
b. Accéder aux cours et conférences en ligne (prestation rendue possible grâce à la
mise à niveau des auditoires en matériel multimédia) ;
c. Diffuser et enregistrer vos cours ou conférences, permettant l’enseignement en mode
synchrone et asynchrone à distance ;
d. Etre accompagné dans l’utilisation d’outil de communication et de collaboration
à distance, aussi bien pour des petits groupes de personnes, que pour des classes
entières.

Le service NTICE organise régulièrement des ateliers permettant de se former à l’utili-


sation des plates-formes d’enseignement intégrées Dokeos et Moodle 7 . En deux ans, plus
de 200 enseignants ont suivi ces ateliers. Des ateliers plus avancés portant sur les notions
techno-pédagogiques sont aussi disponibles sur demande, et sont dispensés dans un cadre
plus large qui implique TECFA.

2.1.2 LMS (Dokeos et Moodle)


Dans le cadre de la séance du Rectorat du 19 avril 2005, dont l’objet en question portait
sur la "Définition d’une politique dans le domaine du e-learning à l’UNIGE",
4. Le sens de l’adjectif "nouvelles" [technologies] dans NTICE est à nuancer. Il ne s’agit pas de
travailler avec la surabondance des outils qui apparaîssent chaque jour, mais plutôt de se positionner sur
les technologies les plus prometteuses, et qui sont déjà adoptées par des communautés universitaires. Il
ne s’agit donc pas de jouer avec l’effet de séduction que porte cet adjectif, une critique souvent mise en
avant (voir par exemple E. Aarseth, "We all want to change the world" in Digital Media Revisited, G.
Liestol, A. Morrison, et T. Rasmussen (eds.) the MIT Press, Cambridge (MA), 2003, pp.415-439).
5. Pour plus de détails sur ces activités, voir le site : http://www.unige.ch/dinf/ntice
6. Le détail de ces services est disponible dans les fiches de prestation sur le site http://
catalogue-si.unige.ch
7. Pour les inscriptions à ces ateliers, voir http://www.unige.ch/webtools/static/ateliers/
formDM

ReL Rapport 2008-2009


2.1 NTICE 21

[...] une recommandation a été émise [et acceptée par le Rectorat] afin que
les professeur(e)s mettent leur matériel de cours en ligne sur la plate-forme
Dokeos [...]. Cette recommandation deviendra obligatoire à partir de la rentrée
2007. [...]

D’autre part, le plan opérationnel pour la mise en place de cette politique en matière de
e-learning a été adopté par le Rectorat dans sa séance du 14 juin 2005, l’objectif étant
d’accompagner les enseignants dans la mise en place d’espaces de cours sous Dokeos.
En décembre 2005, ce plan a été complété (séance du Rectorat du 23.12.2005) par la
proposition de mettre en service Moodle, une plate-forme complémentaire à Dokeos et en
usage dans les autres universités de Suisse romande. Comme expliqué ci-dessous, à ce jour
cet objectif de mettre en ligne le matériel de cours n’est que partiellement réalisé puisque
environ 40% des cours n’ont toujours pas d’espace sur les plates-formes d’apprentissage.
Les plates-formes d’enseignement intégrées ou "Learning Management Systems (LMS)"
sont largement utilisées dans les universités selon deux modes principaux : d’une part afin
de permettre la mise à disposition de matériel de cours, et d’autre part pour établir des
parcours pédagogiques lorsque les cours sont suivis à distance. L’utilisation de ces plates-
formes à l’UNIGE n’est pas nouvelle et date d’avant la décision du Rectorat d’avril 2005 8 ,
mais a enregistré une augmentation rapide des utilisateurs durant ces dernières années
(voir Figure 2.1).

Figure 2.1 – Progression du nombre de comptes utilisateurs (étudiants et enseignants


confondus) sur les plates-formes d’enseignement à l’UNIGE. De 1999 à 2004, plusieurs de
ces plates-formes étaient en usage (WebCT, Ganesha, OIL, etc.). Depuis l’année acadé-
mique 2005-2006, Dokeos a remplacé toutes ces plates-formes. Cependant, depuis l’année
académique 2006-2007, l’utilisation de Moodle (représenté en rouge) est en progression.
8. Avant d’avoir les deux plates-formes officielles, les LMS ont inclus WebCT, Learning Space, Quick-
place, Oracle iLearning, Ganesha, etc.

Rapport 2008-2009 ReL


22 Les activités des services centraux

Depuis la rentrée 2006, deux plates-formes sont officiellement supportées par le service
NTICE, à savoir Dokeos et Moodle (pour accéder à ces plates-formes, voir les liens http:
//dokeos.unige.ch et http://moodle.unige.ch). Pour l’année académique 2008-2009,
plus de 12’000 comptes utilisateurs ont été actifs sur ces LMS, la majorité des connexions
(90%) se faisant sur Dokeos. La plus grande fréquentation de Dokeos s’explique par le
fait que cette plate-forme a été la première à être institutionnellement déployée et est
conseillée aux enseignants pour lesquels l’usage des TICE est nouveau. En effet, Moodle
étant plus complexe à utiliser, une formation et réflexion préalable sur l’organisation du
cours sont indispensables afin d’utiliser à son maximum ses possibilités. Ainsi, à ce jour,
Dokeos contient 2’205 cours et Moodle 230, ce qui représente entre ces deux plates-formes
une bonne proportion des cours totaux dispensés dans notre université. En prenant le
nombre d’entrée dans la base des cours de l’ordre de 4’000 comme indicateur (ce nombre
inclut aussi bien les cours ex cathedra, que les travaux pratiques, etc.), cela représente
60% de cours qui ont un espace sur une plate-forme.

Au-delà des nombreuses connexions par les étudiants 9 , il est aussi à relever l’horaire quasi
continu d’utilisation de ces plates-formes, comme l’illustrent les Figures 2.2 et 2.3, qui
montrent, respectivement, l’utilisation journalière et hebdomadaire de Dokeos.

Figure 2.2 – Utilisation de Dokeos sur une journée "typique". "Pages" : nombre de fois
qu’une page a été visualisée ; "Hits" : granularité plus fine que les pages (une page peut
contenir plusieurs éléments) ; "Bandwidth" : volume des données qui ont été transmises.

9. Selon une étude récente de l’observatoire de la vie étudiante http://www.unige.ch/rectorat/


observatoire, 65% des étudiants privilégie l’enseignement présentiel, mais plus de la moitié demande à
utiliser davantage Internet pour les cours (exercices, documents en ligne, etc.).

ReL Rapport 2008-2009


2.1 NTICE 23

Figure 2.3 – Utilisation de Dokeos durant une semaine "typique". Voir légende de la
Figure 2.2 pour la définition de "Pages", "Hits", et "Bandwidth".

2.1.3 Infrastructure numérique audiovisuelle


Une infrastructure numérique pour l’enregistrement et la diffusion des cours et des confé-
rences a été mise en place par le service NTICE en 2006 dans les auditoires principaux 10 ,
et ceci en collaboration avec le service de la logistique, Division des Bâtiments (DIBAT).
Cette architecture de base 11 permet la programmation en début de semestre des enregis-
trements – sur la base d’un formulaire rempli par les enseignants 12 , ce qui rend ensuite
entièrement automatique la capture des cours ainsi que leur archivage sur le serveur ins-
titutionnel multimédia "mediaserver" (http://mediaserver.unige.ch). Les acteurs de
cette chaîne à ce jour sont d’une part les médiathèques d’Uni-Mail et d’Uni-Bastions, et la
bibliothèque du Centre Médical Universitaire (CMU), et d’autre part les techniciens au-
diovisuels de proximité. Depuis le semestre de printemps 2010, les opérations nécessaires
à la bonne marche de la capture des cours (préparation des métadonnées, programmation
des enregistrements, contrôle de qualité, etc.) seront prises en charge par la Direction de
l’Information Scientifique (DIS), comme illustré dans le logigramme de la Figure 2.4.
Pendant l’année académique 2008-2009, avec ce système de capture des cours en moyenne
70 cours ont été enregistrés par semaine. Pour l’année 2009-2010, ce chiffre a été dépassé
pour atteindre en moyenne plus de 100 enregistrements par semaine. La répartition des
enregistrements dans les auditoires d’Uni-Mail, d’Uni-Bastions, et ceux du CMU est vi-
sible dans la Figure 2.5 13 . A ce jour, plus de 10’000 documents sont accessibles en ligne.
Ces enregistrements sont très consultés par les étudiants, une tendance en forte augmen-
tation depuis 2007, comme en témoignent les statistiques de la Figure 2.6 ci-dessous, qui
affiche pour l’année 2009 jusqu’à plus de 35’000 accès par mois. A noter que ce nombre
d’accès correspond à des pics de plus de 1’700 accès par jour. Dans un souci de répondre
10. Ce projet a bénéficié du projet de loi PL 8840. Pour la liste des auditoires équipés de la chaîne de
numérisation, voir le site http://www.unige.ch/dinf/ntice/eLearning/ChaineNum.html
11. Décrite en détail dans la publication "Lecture Capture : What Can Be Automated ?", Educause
Quaterly Vol. 30 (2007), pp. 40–48, http://www.educause.edu/library/EQM0725.
12. Ce formulaire est disponible sur le site :http://mediaserver.unige.ch/formulaires.html
13. Il est à relever que bien que les auditoires de Sciences II et III soient équipés du matériel d’enre-
gistrement, aucun enregistrement n’a eu lieu jusqu’à présent. Le fait qu’il n’y ait pas de médiathèque en
Science explique en partie cette situation. Avec l’implication de la DIS dans le processus d’enregistrement
dès le semestre de printemps 2010, cette situation devrait en principe progressivement s’améliorer.

Rapport 2008-2009 ReL


24 Les activités des services centraux

Semestriel Quotidien
Demande d'enregistrements

mediaserver.unige.ch Médiathèques
Formulaire d'enregistrements Formulaire d'enregistrements
et conseils

Professeur Pré-catalogage et programmation

Techniciens MAV
Direction de l'information scientifique infomail@unige.ch
dis-mediaserver@unige.ch
infobastions@unige.ch

NTICE
mediaserver@unige.ch

Vérification de la publication
Enregistrements et publication
et correction

Etudiants B.B. 17/12/09

Figure 2.4 – Nouveau logigramme de la chaîne de numérisation qui sera appliqué dès
février 2010.

au mieux aux demandes des utilisateurs, depuis le semestre d’automne 2008, les étudiants
de Médecine peuvent télécharger les documents audio des cours enregistrés sur leur bala-
deur MP3. La mise en place de ce mode "Podcast" est issue d’un projet pilote réalisé par
le service NTICE sur demande du décanat de la faculté de Médecine, et est donc limité
pour l’instant à cette faculté.
Le développement de cette infrastructure numérique audiovisuelle se poursuit actuelle-
ment dans le cadre du programme e-Infrastructure for e-Science (Switch-AAA) et du
projet de loi PL10445 (voir section 2.1.4), l’étape suivante étant de pouvoir capturer
également le contenu du cours qui est projeté sur le beamer.

2.1.4 Projets

Dans le contexte du Plan Directeur Informatique (PDI) 14 , le service NTICE participe


à plusieurs projets au niveau de l’UNIGE qui sont mandatés par le Comité de Mana-
gement du Système d’Information (COMSI), et au-delà avec certains projets nationaux
(Switch), et internationaux (e.g., Dokeos Planet, décrit en section 4.2.1, et e-LERU, en
section 4.2.2).

14. Plus d’information sur le PDI sont disponibles sur le site http://www.unige.ch/dinf/PDI/
reference.html

ReL Rapport 2008-2009


2.1 NTICE 25

Figure 2.5 – Nombre total de leçons enregistrées (en ordonnée) dans les différents audi-
toires équipés de l’UNIGE du 1er janvier au 18 décembre 2009.

Figure 2.6 – Consultation mensuelle des cours enregistrés sur mediaserver.unige.ch du-
rant la période de janvier 2007 à novembre 2009. L’amplitude (en ordonnée) représente le
nombre d’accès aux documents audiovisuels, un nombre qui a fortement augmenté depuis
2007.

Projet de loi en e-learning

Un projet de loi "services à l’enseignement" pour financer l’évolution des infrastructures et


services destinés à optimiser et à faciliter l’utilisation des technologies dans l’enseignement

Rapport 2008-2009 ReL


26 Les activités des services centraux

à l’UNIGE a été déposé (référence PL 10445) et accepté par le Grand Conseil en septembre
2009. Ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du PDI, qui constitue l’un
des objectifs du Plan stratégique de l’Université et de la Convention d’objectifs. Il est le
fruit d’une démarche participative ayant consisté en une analyse complète de l’existant,
la définition des cibles à atteindre, une analyse de l’écart, puis l’élaboration des initiatives
stratégiques à entreprendre pour réaliser l’informatique de demain. Le présent projet de
loi soutient directement l’initiative stratégique "Services à l’enseignement" et permet de
mieux répondre aux besoins des utilisateurs (enseignants et étudiants). Les moyens mis
en oeuvre pour poursuivre cette voie vont s’appuyer sur :
– La modernisation des infrastructures des auditoires ;
– L’interconnexion de ces infrastructures au système d’information de l’Université ;
– La conception de dispositifs didactiques (laboratoires virtuels, postes de visualisation,
environnements de simulations, environnements 3D, auto-évaluation, etc.) permettant
aux étudiants de pratiquer d’une manière plus interactive des notions théoriques.

Enregistrement et diffusion des cours en format audiovisuel enrichi

L’objectif de ce projet, réalisé dans le cadre de Switch-AAA (voir section 4.1.2), consiste
à déployer un système complet d’enregistrement et de diffusion de documents audiovi-
suels enrichis. Ce système permettra à un professeur d’enregistrer et d’archiver l’ensemble
des médias composant son cours. L’audio, la vidéo ainsi que les documents numériques
associés au cours magistral seront capturés de manière entièrement automatique. L’en-
semble de tous ces médias sera resynchronisé automatiquement et archivé sous la forme
d’un objet pédagogique. A ce stade, l’objet pourra être renseigné par un professionnel de
la documentation ou par l’enseignant, pour être rendu disponible via l’infrastructure de
streaming actuellement en place et au travers des plates-formes d’e-learning de l’UNIGE
(Dokeos et Moodle). Afin de tester le concept, un auditoire pilote en Faculté de Mé-
decine a été équipé d’une tablette électronique avec un stylet (modèle présenté dans la
Figure 2.7), permettant de capturer également les interactions de l’enseignant avec son
support de cours. D’autre part, depuis septembre 2009, les grands auditoires d’Uni-Mail
sont équipés de ce système de capture. Dans le contexte du projet de rénovation Bastions-
Philosophes, il y a une demande de la part des enseignants et décanats d’installer des
tablettes électroniques, voire même dans certains cas un tableau blanc interactif, qui
remplacerait le tableau noir (voir Figure 2.7). Les résultats de ce projet vont contribuer
directement aux enregistrements des cours présents sur http://mediaserver.unige.ch.
Responsable du projet : Cédric Bontron (référence COMSI du projet : 76 ; référence
Switch-AAA : http://www.switch.ch/fr/aaa/projects/detail/UNIGE.2).

Gestion du cycle de vie des cours en ligne

L’objectif du projet, également réalisé dans le cadre de Switch-AAA (voir section 4.1.2),
est double. Tout d’abord mettre en place une infrastructure transparente d’échange
d’objets pédagogiques inter-LMS. Cette infrastructure devra permettre aux enseignants
d’un LMS de pouvoir accéder aux objets pédagogiques élémentaires stockés sur un des
LMS des Universités et Ecoles Polytechniques suisses. Il est à noter que ce projet sera
directement en lien avec le Learning Object Repository (LOR) (Switch-Collection –
http://collection.switch.ch) initié en 2006 par Switch. Le second objectif est de

ReL Rapport 2008-2009


2.1 NTICE 27

Figure 2.7 – Tablette électronique (à gauche) et tableau blanc interactif (à droite).

réaliser une solution d’archivage. Dans un premier temps il s’agira d’un archivage court
terme permettant de sauvegarder une leçon, un cours, etc. d’un LMS spécifique. Dans
un deuxième temps (échéance du projet pas encore définie), une solution plus universelle
d’archivage long terme de ces objets pédagogiques sera proposée. En outre, il sera possible
d’accéder en lecture et/ou en écriture aux objets pédagogiques archivés en tout temps, ceci
pour une période pouvant aller de quelques mois à plusieurs années. Ceci nécessitera de
tenir compte de la compatibilité des objets pédagogiques pour une période de temps rela-
tivement longue et donc de mécanismes permettant le recyclage des cours. Les partenaires
du projets sont l’Université Suisse Italienne et Switch. Référence COMSI du projet : 77 ;
référence Switch-AAA : http://www.switch.ch/fr/aaa/projects/detail/UNIGE.3

Dokeos 2.0

Dans un souci d’amélioration constante de la plate-forme Dokeos, le service NTICE contri-


bue activement au développement de la future version de Dokeos. Le redesign complet
du logiciel est en cours par l’équipe de l’Université de Ghent (Belgique), NTICE parti-
cipant à la couche d’authentification basée sur le système suisse Switch-Authentication-
and Authorization Infrastructure (AAI), ainsi qu’à la mise en place de services Web, de
nouveaux formats de métadonnées standardisés 15 (e.g., LOM), et de connecteurs vers un
dépôt d’objets pédagogiques (en lien avec Switch-Collection). A noter qu’à ce jour il est
question de changer le nom de la plate-forme Dokeos à partir des versions 2.

15. Pour plus d’information sur les standards utlisés en e-learning, voir le rapport interne de P.-Y.
Burgi, "E-Learning in the academic world : a survey", 2004, disponible à l’URL http://plone.unige.
ch/plone3/ntice/documentation-ntice/BurgiSurveyELearning-v3.pdf/view

Rapport 2008-2009 ReL


28 Les activités des services centraux

Outils didactiques de simulation et de visualisation

Le potentiel didactique d’environnements de simulation et de visualisation est toujours


plus reconnu par les enseignants. Aussi, dans un souci d’optimisation des ressources, une
pré-étude pour concevoir d’une manière plus générique ces environnements a été réalisée
par le service NTICE. Le projet Virolab 16 a été utilisé comme "case-study", en colla-
boration avec l’UDREM (Faculté de Médecine, voir section 3.3.3), et a récemment été
complété d’un outil portant sur un séquenceur ADN virtuel 17 . Une autre réalisation effec-
tuée dans ce cadre est le microscope virtuel pour la visualisation de coupes géologiques,
projet réalisé en Sciences de la Terre (voir section 3.5.2). Ces efforts devraient être pour-
suivis dans le contexte du projet de loi PL 10445 (voir ci-dessous). Référence du projet :
SIMVIS

D’autre part, des postes mobiles de visualisation stéréoscopiques (3D) destinés à présenter
aux étudiants des données scientifiques d’une manière didactique ont été réalisés. Trois
exemplaires de ces postes basés sur le principe de la polarisation 18 sont disponibles et
peuvent être utilisés dans un cadre didactique. Ces postes devront néanmoins être spéci-
fiquement configurés (au niveau logiciel) selon les applications souhaitées. Référence du
projet : PostMOB

2.2 FormEv

Les activités de formation et de conseil pour l’enseignement en milieu universitaire sont


une des missions centrales de FormEv (http://www.unige.ch/formev). Les prestations
s’organisent autour de quatre axes de travail :

a. Les ateliers de pédagogie universitaire donnés dans le cadre du RCFE 19 ;


b. La formation modulaire d’introduction à l’enseignement universitaire pour les as-
sistants et enseignants ;
c. Le conseil et l’accompagnement des technologies éducatives dans l’enseignement ;
d. Les activités de formation ou de conseil à la carte.

A ce titre, FormEv participe au développement des TICE en les mettant dans une pers-
pective d’amélioration de la qualité des cours.

16. P.J. Lehmann, D. Scherly, F. Geoffroy, "VIROLAB : a Flash simulated laboratory based on XML
scenario", présenté à la conférence internationale Merlot, 8-11 août 2006, Ottawa, Canada.
17. Rapport disponible sur http://plone.unige.ch/plone3/ntice/documentation-ntice/
RapportMuka.pdf/view
18. Pour le fonctionnement, voir le rapport P. Zoss, Visualisation stéréoscopique de données scienti-
fiques, http://plone.unige.ch/plone3/ntice/documentation-ntice/IN-Zoss-Malandain-M.pdf/
view
19. Le RCFE a pour mission principale d’offrir, en libre accès pour tous-tes les enseignant-e-s de chacune
des universités romandes, des prestations de conseil individuel, d’ateliers de formation et d’évaluation de
l’enseignement. Pour plus d’information, voir le site dédié http://rcfe.epfl.ch

ReL Rapport 2008-2009


2.3 Service formation continue 29

2.3 Service formation continue


Le service formation continue 20 a pour mission de faciliter la mise en place de pro-
grammes, la promotion d’offres et d’information en matière de formation continue. Pour
cela, ce service
– Accueille les demandes des institutions, entreprises, associations professionnelles ;
– Conseille et assiste les directeurs et collaborateurs dans la réalisation de programmes ;
– Veille par des études et recherches aux besoins nouveaux en matière de formation
continue universitaire.
L’usage des TIC se prête particulièrement bien à la Formation Continue (FC) dans la
mesure où les apprenants sont des adultes pour la plupart en emploi, une population qui
peut directement bénéficier d’un apprentissage "en tout temps et tout lieu". A ce titre,
le SFC utilise largement les plates-formes d’apprentissage institutionnelles, un usage qui
complète très naturellement les moyens multimédias qui ont toujours été par tradition
un outil de choix dans ce type de formation.

2.3.1 Espaces cours


La majorité des programmes diplômants de la FC – 124 programmes CAS DAS MAS 21
et un certain nombre de programmes courts (session, cycle de conférences) – utilisent les
plates-formes institutionnelles d’apprentissage (Moodle ou Dokeos) afin de
– Mettre à disposition le syllabus (programme détaillé par module, planification, horaire
rendez-vous, liste des participants, etc.) ;
– Mettre à disposition la documentation du cours (articles, bibliographies, enregistre-
ments son et vidéo, etc.) ;
– Promouvoir une interactivité avec l’apprenant par l’usage en ligne de questionnaires
(quiz), des exercices collectifs et/ou personnels, des évaluations, forum, e-mail, etc.
Ce mode d’apprentissage nécessite une animation et un tutorat auprès des participants,
deux rôles qui sont assumés par le coordinateur du programme.
Afin d’encourager l’utilisation des plates-formes d’enseignement, le SFC réalise tout un
travail de préparation en amont, à savoir :
– Crée un espace cours avec des pages pré-définies pour chaque module ;
– Accompagne les coordinateurs de programme en leur assurant une formation et/ou des
conseils ;
– Organise à l’attention de tous les coordinateurs et directeurs de programmes des
échanges d’expériences à partir de "bonnes pratiques", ateliers et manifestations. Ils
permettent d’actualiser et d’enrichir les pratiques en FC dans une démarche qualité
(voir Table 2.1 ci dessous).
D’autre part, un projet pilote est en cours de réalisation avec la Bibliothèque de SES
et les directeurs d’un certificat de formation continue. Il vise à introduire CALIS en
20. La direction du SFC est assurée par Geneviève Auroi-Jaggi. Site officiel : http://www.unige.ch/
formcont
21. Certificate of Advanced Studies (CAS), Diploma of Advanced Studies (DAS), et Master of Advanced
Studies (MAS), voir le détail de ces formations sur le site http://www.unige.ch/formcont/programmes/
MASDASCAS.html

Rapport 2008-2009 ReL


30 Les activités des services centraux

Séminaire Thème
Utiliser Moodle et Dokeos Présentation de deux programmes de formation continue
pour les programmes de utilisant ces plates-formes. Intervenants : Anne Ronchi,
FC : Quels usages ? quels Faculté FPSE, Diplôme de formation continue en forma-
avantages ? quels bénéfices ?
teur d’adulte, et Alain Dubois, Faculté Sciences Econo-
miques et Sociales (SES), Certificate of Advanced Stu-
dies in Environmental Diplomacy (voir section 3.7.1).
Certificat en conception et TECFA a sollicité la collaboration du SFC pour la mise
développement e-learning sur pied du Certificat en "conception et développement
e-learning" dans le but de proposer une formation de
qualité dans ce domainea. Trois modules sont à choix
parmi quatre : (1) Développer des compétences pour les
nouveaux dispositifs de formation en ligne (obligatoire) ;
(2) Conception de dispositif de formation e-learning ; (3)
Techniques de la formation en ligne ; et (4) Gestion et
suivi de la formation en ligne. Ce cours a des objectifs
similaires à celui intitulé "Technologies de l’information
et de la communication en formation"b, dispensé en 2008
et 2009, et permettant aux participants de s’approprier
les méthodes de l’ingénierie pédagogique en rapport avec
la formation en ligne. Les collaborateurs de l’UNIGE qui
participent aux cours de formation continue et qui ont
un projet e-learning peuvent demander des Fonds d’In-
novations et d’Appuis (FIA) pour y participer.

Table 2.1 – Exemple d’échanges d’expériences et de formation.


a
Voir le site http://www.unige.ch/formcont/elearning.html pour les inscriptions.
b
Plus d’information disponible sur le site http://www.unige.ch/formcont/TIC.html

prenant en compte les particularités du programme. L’objectif est de permettre aux


étudiants de formation continue d’acquérir des compétences informationnelles pertinentes.
Une évaluation sera faite pour déterminer l’utilité de CALIS dans le cadre de la FC et
assurer le cas échéant son développement.

2.3.2 Multimédia

Selon une tradition bien ancrée, le SFC produit régulièrement des supports de cours en
utilisant des supports multimédias. Cette section décrit les réalisations les plus récentes
dans ce domaine.

Savoir en continu

Préparation de la mise en ligne dès l’automne 2009 de conférences sur ce thème qui
conduira à la production de vidéo portant sur 19 conférences et l’enregistrement audio
de 16 conférences.

ReL Rapport 2008-2009


2.3 Service formation continue 31

Pédagogie des adultes et formation continue

CD – DVD pour autoformation ou support de cours (production et réalisation SFC)


dispensé par la FPSE :
Titre Responsable Media Durée
Les bases théoriques de la Sandra DVD- Cours de 2 heures en auto-
formation des adultes Enlart ROM formation, avec menu web
pour les différents chapitres
et documents.
L’ingénierie de la formation Stéphane DVD- Cours de 2 heures en au-
des adultes Jacquemet Vidéo toformation avec menu web
consignes et animations
3ème volet en préparation Annie
Goudeaux
Le but est de diffuser cette trilogie une fois achevée. A noter que des centres de formation
extérieurs à l’UNIGE ont déjà acheté cette production comme support à leur formation
interne.

Self-leadership

Il s’agit d’une production pilote composée de quatre DVD-vidéo ("Cadres : quelles at-
tentes ?", "Votre personnalité en action", "Vos modèles d’évolution", et "Votre plan d’ac-
tion"), d’une durée de 45 min. chacun avec consignes de travail et animations, qui est
intégrée dans le Master in Business Administration (MBA) – responsables Jean-Yves
Mercier et Emmanuel Josserand, Hautes Etudes Commerciales (HEC), SES. Cette réali-
sation a fait l’objet d’une évaluation par les étudiants. Bien qu’initialement conçue pour
un usage interne, cette production pourrait faire l’objet de diffusion intra-entreprise.

Rapport 2008-2009 ReL


32 Les activités des services centraux

ReL Rapport 2008-2009


Partie 3

Activités facultaires

La troisième partie de ce rapport a été préparée en collaboration avec les Facultés et


Ecole de l’UNIGE pour lesquelles des activités dans le domaine du "e-learning" ont pris
place et sont inventoriées. En particulier les présidents des Commissions Informatiques
de la Faculté/Ecoles (CIFEs) ont été contactés afin de contribuer soit directement à
la rédaction du texte, soit en déléguant cette rédaction à une autre personne de leur
faculté/école (voir note 3, page 17). Ce rapport étant le premier, il a été jugé bon de faire
figurer également les projets du CVS qui se sont officiellement terminés en juillet 2008. Les
projets indiqués sous cette rubrique ont été réalisés durant la période de financement du
CVS 1 . Sur la période de huit ans qu’a duré le CVS, l’UNIGE a reçu pour ses projets une
subvention se montant à environ 2’700’000 CHF. Seuls les projets impliquant directement
ou indirectement les facultés/école de notre université sont repris ici (et résumés sous
forme de tableaux). Leur intégration dans le cursus n’est pas systématique et/ou n’est pas
toujours documentée (information parfois difficile à obtenir). Un rapport final comprenant
un bilan des projets est néanmoins disponible sur le site de la Conférence Universitaire
Suisse 2 (CUS). Voir également la publication récente "Challenges in Setting up Cross-
Institutional Virtual Campuses" 3 , qui traite du CVS dans un cadre plus large. Dans
les futurs rapports, en collaboration avec les responsables locaux des projets, il serait
pertinent d’évaluer l’évolution de ces projets dans les cursus de notre université et des
universités partenaires.
D’autre part, et toujours dans le cadre du CVS, l’UNIGE a lancé en mars 2006 un appel
à projets. Cet appel a concerné des projets innovants 4 visant l’intégration des TICE en
pédagogie universitaire qu’il s’agisse de dispositif entièrement ou partiellement à distance.
Il s’agissait de mesures incitatives destinées à favoriser l’innovation techno-pédagogique
en matière d’enseignement universitaire tel qu’il avait été défini au Rectorat à ce moment.
Sur 26 projets reçus, 14 ont finalement été retenus et financés (pour un total d’environ
500’000 CHF). Leur évaluation a été entreprise 5 en automne 2007. Aussi, dans l’optique
d’avoir un suivi, les responsables de projet ont été sollicités 6 à nouveau en juillet 2009
1. Site officiel du CVS : http://www.swissvirtualcampus.ch
2. Evaluation Campus Virtuel Suisse, Programme de consolidation 2004-2007, novembre 2008, dispo-
nible à l’URL : http://www.cus.ch/wFranzoesisch/publikationen/SVC
3. P.-Y. Burgi, "Challenges in Setting up Cross-Institutional Virtual Campuses", Educause Quaterly,
Vol. 32(2), 2009, disponible en ligne : http://www.educause.edu/library/EQM09212
4. Voir le site http://elearning.unige.ch/projetsElearning.html pour obtenir plus de détails.
5. Sous la responsabilité d’Emmanuel Josserand en collaboration avec FormEv.
6. Par le rédacteur de ce rapport.

Rapport 2008-2009 ReL


34 Activités facultaires

afin de connaître l’usage durant l’année académique 2008-2009 des livrables de ces projets
innovants. Les projets retenus, résumés sous forme de tableaux, devaient être porteurs
d’une valeur ajoutée et faire la preuve de l’impact des TICE sur l’amélioration de la qualité
de l’enseignement universitaire ainsi que sur les processus de changement et d’innovation
en matière de pédagogie universitaire. Ces mesures de soutien ont duré au maximum une
année (12 mois).
Finalement, une troisième catégorie de projet, référencés comme "autres projets", re-
groupe les projets des facultés qui se réalisent sans financement lié au CVS.
Afin d’être le plus concis possible, tous ces projets sont présentés sous forme de tableaux,
avec la possibilité d’obtenir plus d’information aux travers d’hyperliens, lorsque ces der-
niers existent.

3.1 Faculté de Droit


Les contributions individuelles de la Faculté de Droit en e-learning ont permis la construc-
tion d’espaces de cours dont certains transcendent les frontières de l’université. Les ensei-
gnants tout en s’intéressant à ce domaine, manquent parfois de référents auxquels se rap-
porter (à l’exception bien sûr de la mise en place de formations continues), ainsi que d’une
formation sur l’usage des plates-formes qui permettrait d’exploiter avec plus d’aisance le
potentiel du e-learning. La formation continue offre des opportunités de développement,
par exemple dans les domaines du droit international et humanitaire. L’utilisation des
TICE dans ce contexte, au-delà des opportunités de financement, contribue à offrir une
visibilité accrue en ciblant des publics de professionnels et en faisant des émules dans
d’autres Facultés de Droit.
Durant l’année académique 2008-2009, la Faculté de Droit de l’UNIGE a organisé plu-
sieurs formations à distance (e-learning). La principale d’entre elles fut le cours de re-
cherche juridique informatisée dispensé aux étudiants de 2ème année de bachelor en Droit,
durant le semestre d’hiver 2008-2009. Ce cours, organisé en huit modules mis en ligne sur
la plate-forme Dokeos, est entièrement dispensé sur Internet. Les étudiants se déclarent
en grande majorité très satisfaits par le cours et par le concept même d’enseignement à
distance.

3.1.1 Espaces cours


Plusieurs cours de la filière bachelor utilisent, de manière plus ou moins intensive, les
outils disponibles sur Dokeos. Au total plus de 60 espaces cours sont disponibles sous
Dokeos.
Le cours de recherche juridique informatisée 7 est complété par une formation continue,
également dispensée sur Dokeos. Sa particularité est que les personnes intéressées peuvent
s’inscrire en tout temps, et suivre le contenu de leur choix (un module, trois modules ou
le cours complet). Une dizaine de participants ont suivi cette formation durant l’année
académique 2008-2009.
Le cours "Recherche juridique informatisée en droit suisse et en droit de l’Union euro-
péenne" est offert dans le cadre de la formation continue de l’UNIGE. Il a pour objectif
7. http://www.unige.ch/droit/ceje/

ReL Rapport 2008-2009


3.2 Faculté des Lettres 35

principal de permettre aux participants d’acquérir une solide connaissance des ressources
électroniques existantes, de maîtriser le flot d’informations disponibles sur le réseau et de
déployer des stratégies de recherche performantes dans les différents domaines du droit,
tout en offrant des notions de base en droit suisse et en droit de l’Union européenne.
Les modules de ce cours relatifs au droit suisse sont conçus par Alexandre Flückiger et
ceux relatifs au droit de l’Union européenne par Christine Kaddous, directrice du centre
d’études juridique européennes.
Une dizaine d’autres espaces cours sont disponibles, par exemple pour l’enseignement
du droit pénal général et de la criminologie. Voir l’URL http://www.unige.ch/droit/
webpenal pour obtenir plus d’information sur ces espaces cours.

3.2 Faculté des Lettres


Plusieurs enseignants de cette Faculté sont particulièrement impliqués dans l’usage des
technologies. D’autre part, il y a dans cette Faculté une tradition qui remonte aux années
70s d’utiliser abondamment l’enregistrement audio des cours. L’introduction de tablettes
et tableaux électroniques 8 (voir Figure 2.7, page 27) depuis la rentrée 2008, sur déci-
sion du Décanat, témoigne d’une volonté de changement dans la manière d’enseigner,
afin notamment de libérer plus de temps en classe pour des réflexions collectives et des
discussions.

3.2.1 Espaces cours


Les départements des langues et des littératures méditerranéennes, slaves et orientales (en
particulier les cours de l’Unité des études chinoises), de philosophie, de linguistique, et
celui d’histoire sont quelques exemples dans lesquels la Faculté des Lettres a fait plusieurs
efforts importants dans le domaine de l’e-learning, avec une forte utilisation des plates-
formes Dokeos et Moodle.
Ceci est sans compter d’autres cours en ligne, comme celui d’introduction à la sémantique
et à la pragmatique destiné aux étudiants de 1ère année en sciences humaines (linguis-
tique, sciences de la communication, littérature et langue), donné avec un support en
ligne, en HyperText Markup Language (HTML) et PDF, depuis deux ans. Cet e-cours
a bénéficié d’un subside en 2007-2008 pour basculer les cours de syntaxe, sémantique et
pragmatique du cours Swissling (plate-forme WebCT) sur Moodle (voir ci-dessous : De
WebCT à Dokeos).
Un autre exemple est celui du Département de langue et littérature françaises modernes.
Depuis 2003, sous la responsabilité de Laurent Jenny, a été installé, avec l’aide technique
de Pierre Perroud et d’Ambroise Barras, un cours de méthodologie littéraire en ligne,
entièrement rédigé, intitulé, Initiation aux méthodes et problèmes de littérature française
moderne. Il est en accès libre sur le site du département. Certains des chapitres offrent
des exercices à correction automatique. Ce cours en ligne, seul de son espèce dans l’espace
8. Postes pilotes de tablettes et tableau électroniques présents dans trois auditoires de Bastions.
Cette technologie est généralement bien perçue par les enseignants, et devrait être généralisée à tous
les auditoires lors de la phase de rénovation Bastions/Philosophes. Cette démarche est en phase avec le
projet de loi PL10445 (voir section 2.1.4).

Rapport 2008-2009 ReL


36 Activités facultaires

francophone, jouit d’un vif succès international. Il est référencé par de nombreux instituts
d’enseignement supérieur en France. Sa fréquentation s’élève à près de 300’000 consulta-
tions pour l’année 2008, et à plus de 160’000 consultations pour la première moitié de
2009. Certains de ses chapitres ont été traduits à l’étranger. De nouveaux chapitres sont
prêts à être mis en ligne.

3.2.2 Projets
La Faculté a été partenaire dans deux projets du CVS, trois si le projet Swissling décrit en
section 3.4.1 (mis sous l’égide de FPSE) est compté. D’autre part, deux projets innovants
sont décrits, le troisième réalisé en collaboration avec la Faculté SES se trouvant dans la
section 3.7.4. Ces projets sont résumés dans les tableaux 3.1, et 3.2.

Titre du projet Acronyme Public cible


Economic and Social His- ESO Etudiants en histoire de l’économie so-
tory Online – Switzerland ciale.
and Europe
An Online Laboratory for E-Cid Etudiants en Lettres (niveaux 1, 2 et 3)
Spanish Grammar Learning et autres facultés (niveaux 1 et 2).

Table 3.1 – Projets CVS de la Faculté des Lettres.

Titre du projet Public cible


De WebCT à Dokeos Etudiants en linguistique.
e-Philosophie Introduction à différentes disciplines de la philoso-
phie (philosophie moderne, esprit, logique, episté-
mologie, métaphysique). Entre 2007 et 2009, plus
de 200 étudiants ont suivi ces cours en ligne.

Table 3.2 – Projets innovants 2006 de la Faculté des Lettres.

3.3 Faculté de Médecine


Fondée en 1994, l’Unité de Développement et de Recherche en Education Médicale
(UDREM) a été créée suite à la décision de la Faculté de Médecine de réformer son
programme d’études de médecine et d’instituer au sein de la Faculté une unité qui la
conseille et l’assiste dans le développement, la réalisation et le maintien d’un enseigne-
ment et d’une évaluation de qualité. La mission principale de l’UDREM est de promouvoir
l’innovation et l’excellence par des activités de développement, d’évaluation, de recherche,
de service et de formation en pédagogie et évaluation médicales. L’UDREM fait figure de
modèle d’unité académique en éducation médicale en Suisse et en Europe. A la fin des
années 90s, une équipe spécialisée dans les technologies de l’information et des communi-
cations (les TIC) a été créé au sein de l’UDREM pour soutenir l’enseignement et faciliter
l’accès des étudiants aux ressources académiques.
Par cette centralisation forte de l’e-elearning, par la participation des enseignants à de
nombreux projets en e-learning et par la mise à disposition d’une grande partie des

ReL Rapport 2008-2009


3.3 Faculté de Médecine 37

support de cours sur la plate-forme Dokeos, la Faculté de Médecine a misé sur l’adop-
tion rapide des TIC, qui est de facto en phase avec la politique actuelle d’e-learning de
l’UNIGE 9 . Par l’intégration des TIC dans le programme d’études, le corps enseignant vise
à améliorer le "computer-literacy" des étudiants, qui seront amenés à employer les TIC
pour trouver et organiser des informations biomédicales, ainsi que pour communiquer
avec leurs pairs. La Faculté aimerait d’autre part ré-introduire des travaux pratiques,
supprimés faute de place, sous la forme de travaux "virtuels" que l’étudiant peut exercer
depuis son PC.
Au-delà de l’amélioration de la qualité des cours, les impacts majeurs attendus sont une
meilleure visibilité de la Faculté et des collaborations accrues avec d’autres facultés de
médecine en permettant notamment la création de cours interdisciplinaires.
L’infrastructure TIC, complémentaire aux services centraux de la division informatique,
est gérée localement par l’équivalent de 1.5 poste d’ingénieur pédagogique, ainsi qu’une
équipe d’auxiliaires (des étudiants de 2ème à 4ème années avec de bonnes aptitudes en
informatique), encadrée par des experts en informatique. Afin de faciliter la prise en
main des TIC, un cours d’introduction (4 heures) à l’informatique médicale et d’accès à
l’information est obligatoire pour les étudiants de 1ère et 2ème années.
D’une manière générale, l’utilisation des TIC dans la Faculté de Médecine peut être
décrite de la manière suivante :

Année 1 : Toutes les ressources d’apprentissage (depuis 2004) sont


publiées sur Dokeos ; ces ressources ne sont plus impri-
mées et distribuées aux étudiants.
Années 2 & 3 : Applique une approche d’Apprentissage Par Problème
(APP) organisée en grands thèmes. Chacun des thèmes
dispose d’un espace Dokeos.
Années 4 & 5 : Chaque Apprentissage en Milieu Clinique (AMC) a de-
puis 2005 un site Web ou un espace sur Dokeos.
Année 6 : Les étudiants en formation clinique ont accès au res-
sources informatiques.

3.3.1 Espaces cours

La majeure partie 10 du matériel pour les cours est accessible en ligne 11 . Les étudiants
ont typiquement accès aux ressources d’apprentissage (articles scientifiques, documents
de cours tels que des présentations de PowerPoint ou manuels électroniques), aux outils de
communication (forum de discussion modérés par des professeurs, etc.), aux formulaires
d’évaluation ("quizzes") et aux informations pratiques (par exemple agendas personnali-
sés). La plupart des cours se trouve sur Dokeos.
Dokeos et Moodle sont les deux environnements numériques d’apprentissage Web pro-
posés par l’UNIGE. La Faculté de Médecine utilise presque exclusivement Dokeos car
c’était le premier environnement proposé et parce que son utilisation est très simple.
9. Le document "e-learning à l’UNIGE : Stratégie de développement", est disponible à l’URL http:
//elearning.unige.ch/politique.html
10. Selon un recensement récent, dans 91% des cas (N=210).
11. Voir le site http://www.unige.ch/medecine/enseignement.html

Rapport 2008-2009 ReL


38 Activités facultaires

Titre du projet Acronyme Public cible


Computers for Health C4H Obligatoire pour tous les étudiants en mé-
decine en Suisse. Accessible aux étudiants
d’autres facultés (droit, biologie, informa-
tique) ou d’écoles professionnelles (profes-
sions para-médicales). Accès au cours sur Do-
keos.
Virtual Skills Lab VSL Initialement prévu comme un cours en ligne
de 13 modules préparant les étudiants pour
le premier contact avec des patients. Genève
a produit la partie sur l’appareil locomoteur.
GPS Gerontology : Psychia- GPS Permet aux étudiants d’apprendre théorique-
tric Symptoms in Older Pa- ment et concrètement à diagnostiquer et trai-
tients ter les symptômes psycho-neuro-gériatriques
chez les patients âgés.
Form@tox : Online Educa- Form@tox Apprentissage durant le curriculum prégra-
tion in Addiction Medicine dué, mais aussi durant la formation postgra-
duée et continue.
Embryology : a Web-Based - Etudiants de médecine de 1ère année et éven-
Training in Medical Em- tuellement les 3ème et 4ème années.
bryology
Dentistry Meets e-Learning - Ajustement de la formation avec la réalité de
la pratique.
Basic and Clinical Pharma- - Tous les étudiants de médecine et de pharma-
cology : A National Plat- cie en Suisse. Etroitement lié à deux autres
form for Students in Medi- cours en ligne du CVS : "e-BioMed" et "Ba-
cine and Pharmacy sic Course in Medicine and Pharmacology".
Basic of Medical Statistics BOMS Tous les étudiants de médecine en Suisse.
Cranio-Maxillo-Facial Sur- Cranionline Etudiants de 4ème et 5ème années de chirur-
gery gie dentaire (certains modules peuvent toute-
fois être repris pour les étudiants en médecine
humaine des 3ème et 6ème années).
Epidemiology, Internet - Tous les étudiants de médecine en Suisse et
Course for Swiss Medical étudiants du "Master of Public Health post-
Students and for Public graduate program".
Health Training
Immunology online – Basic - Les étudiants ont accès aux modules de bio-
and Clinical Immunology chimie, biologie cellulaire et moléculaire né-
cessaires à la compréhension de l’immuno-
logie. Intégrée dans l’unité d’enseignement
"Défenses et immunité", 3ème année des
études de médecine à Genève.

Table 3.3 – Projets CVS de la Faculté de Médecine.

Moodle est utilisé accessoirement pour son outil test qui permet de créer des questions à
choix multiple pour des examens formatifs.
Dokeos est pour plus de 50% utilisé pour les cours de 1ère année. Néanmoins, pour

ReL Rapport 2008-2009


3.3 Faculté de Médecine 39

l’année 2008, l’objectif a été d’étendre l’usage de ces plates-formes, notamment pour les
années du programme Master. Cette extension s’est faite parallèlement à une formation
des personnes qui sont amenées à mettre du contenu sur Dokeos.

Pour des raisons historiques et de complexité, le site Web associé à l’AMC de pédiatrie
n’est pas sur Dokeos mais sur un serveur Web. Les principales interventions sur le site
de la pédiatrie incluent la mise en lien des matériels associés afférant (radiologie, etc.),
la numérisation et le placement en format Flash de cassettes vidéo, et la mise en lien des
références scannées.

3.3.2 Enregistrement des cours

Depuis l’automne 2007, tous les cours de 1ère année (dispensés dans l’auditoire B400 du
CMU) sont enregistrés sur la plate-forme http://mediaserver.unige.ch. Les objectifs
2008 étaient de reconduire ce service pour l’année académique 2008-2009 et de faire une
enquête de satisfaction auprès des étudiants. Ainsi, entre 2007-2009, 680 leçons ont été
enregistrés, pour la plupart dans l’auditoire B400 (voir Figure 2.5 pour l’année 2009).
Leur accès est limité à la communauté universitaire genevoise. Afin de mieux connaître
l’usage qui est fait de ces enregistrements et le degré de satisfaction de ce service, les 290
étudiants de 1ère année ont été invités à répondre à une enquête début avril 2008. Un
tiers d’entre eux a répondu et, pour cette portion d’étudiants, l’enquête montre que 12 :

– Les 3/4 des étudiants déclarent avoir écouté un ou plusieurs enregistrements, la plupart
du temps depuis leur domicile ;
– Les cours ne sont pas forcément réécoutés pour préparer un examen, mais le sont peu
après le cours, pour mieux comprendre un point qui n’était pas clair ;
– 60% des étudiants téléchargent les cours au format MP3 pour les réécouter sur un
lecteur portable (une possibilité pour l’instant disponible seulement dans cette faculté,
car explicitement demandée par son Décanat) ;
– La majorité des étudiants voulait que l’expérience soit reconduite, et le service amélioré
par un enregistrement synchronisé de la sortie vidéo de l’ordinateur utilisé pendant le
cours et le son de l’orateur (un pilote mené par NTICE dans ce sens est en cours).

3.3.3 Projets

La Faculté a conduit 1 projet CVS (Computers for Health) et a été partenaire dans 10
autres. D’autres environnements d’apprentissage en ligne ont été explorés au travers des
quatre projets innovateurs et six projets soutenus par la Faculté et/ou des Hôpitaux Uni-
versitaires de Genève (HUG), et aussi parfois grâce à des fonds privés (sans financement
du CVS). Ces projets sont résumés dans les tableaux 3.3, 3.4, et 3.5.

12. Les résultats complets du sondage sont consultables en ligne à l’URL :


http://www.medecine.unige.ch/enseignement/surveys/phpQ3/stats.php?sid=32

Rapport 2008-2009 ReL


40 Activités facultaires

Titre du projet Public cible


Apprentissage virtuel des Permet aux étudiants de préparer et pratiquer le
gestes techniques et apti- geste sur le modèle virtuel avant de l’effectuer sur
tudes essentielles en pédia- un enfant.
trie
Virtual Dentistry Cours du cursus de l’enseignement des 3ème an-
nées pour l’ensemble de la volée, c’est à dire en
moyenne 25 étudiants.
Virolab Etudiants de 2ème année afin d’étudier les virus
HIV et HCV dans l’unité Infections. A ce jour,
250 étudiants ont bénéficié de ce logiciel. Voir Fi-
gures 3.1 et 3.2 pour une illustration de ces outils
didactiques.
Formation interactive en Pour les années académiques 2007-2008 et 2008-
pédagogie et didactique des 2009, respectivement 22 et 27 étudiant-e-s de 1ère
activités physiques et spor- année du bachelor en Sciences du Mouvement et
tives du Sport (SMS) en ont bénéficié. Pour la rentrée
2009, entre 40 et 50 étudiant-e-s de cette filière
sont prévu-e-s. D’autre part, un autre projet des-
tiné aux étudiants de 2ème et 3ème années du ba-
chelor en SMS et aux étudiants du master en SMS
(M SMS), orientation enseignement, est en cours
de réalisation.

Table 3.4 – Projets innovants 2006 de la Faculté de Médecine.

Figure 3.1 – L’environnement Virolab, un logiciel éducatif pour la virologie. Illustration


d’une partie du laboratoire virtuel.

ReL Rapport 2008-2009


3.4 Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education 41

Titre du projet Public cible


Examen en ligne, projet Examens formatifs et sanctionnels pour les étu-
CAMPUS (solution acadé- diants médecine interne et pédiatrie.
mique développée et utili-
sée par l’université de Hei-
delberg)
"RAFT" – Réseau de télé- Développement d’un réseau Sud-Sud – entre les
enseignement et de télémé- centres de formation et les hôpitaux régionaux
decine en Afrique franco- d’Afrique francophone – pour la formation conti-
phone nue des professionnels de la santé et pour les télé-
consultations.
Microscope virtuel Etudiants en histologie.
Transparence : Vue du cur- Enseignants en médecine.
riculum
Swissmedel Responsables de l’intégration des technologies de
l’information pour l’enseignement des cinq facultés
de médecine suisse (Lausanne, Berne, Bâle, Zurich
et Genève).
Casim@ge Logiciel de création de banque informatique de cas
radiologiques.

Table 3.5 – Autres projets de la Faculté de Médecine.

Figure 3.2 – Adjonction d’un nouveau module à Virolab. (A) Outil de séquenceur ADN
dans l’environnement Virolab. (B) Illustration d’une séquence (virus de la grippe).

3.4 Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Educa-


tion
Les activités en e-learning à la FPSE sont particulières dans la mesure où l’unité de
recherche TECFA, active dans le domaine des technologies éducatives, y figure. Dans
Rapport 2008-2009 ReL
42 Activités facultaires

cette section, les activités générales de la Faculté sont présentées en premier, suivies en
section 3.4.2 de celles de l’unité TECFA.
Selon les informations qui sont parvenues à la Commission Informatique Facultaire, il faut
relever que quasiment tous les enseignants de la FPSE utilisent une plate-forme d’ensei-
gnement (Médiaplus, Wiki, etc.), le plus souvent institutionnelle (Dokeos et Moodle).
Aussi, de nombreux enseignants utilisent les TIC pour leur enseignement au-delà de la
simple mise à disposition de fichiers sur une plate-forme, à savoir par exemple pour :
– Les besoins du domaine, comme les enseignants de méthodologie qui utilisent des logi-
ciels d’analyse de données (SPSS, Statistica, Splus, etc.) ;
– Enrichir leur cours (nombreuses utilisations d’outil de production collaborative de type
Wiki).
Même si la volonté de relever le niveau des étudiants sur la maîtrise des TIC (aug-
mentation du niveau d’alphabétisation numérique) est bien présente (voir projet ECDL
ci-dessous), leur utilisation dans l’enseignement, à l’exception de TECFA, semble encore
limitée par l’hétérogénéité des compétences techniques des étudiants et par l’attitude
parfois réservée des enseignants (d’ailleurs pas nécessairement à tort, puisque l’intégra-
tion des TIC n’est pas toujours pertinente). Un besoin de conseils aux enseignants sur le
développement techno-pédagogique de cours e-learning est d’autre part lacunaire.

3.4.1 Projets
La FPSE a conduit un projet CVS (eTeach-NET) et a été partenaire dans deux autres. De
plus, cette faculté a conduit six autres projets, dont trois projets innovants. Ces projets
sont résumés dans les tableaux 3.6, 3.7, et 3.8.

Titre du projet Acronyme Public cible


E-Teaching Network for eTeach- Cadre de cursus d’études post-grade (e.g.,
Training and Support NET diplôme international en enseignement de
l’ingénierie pédagogique, formations conti-
nues didactiques des enseignants des hautes
écoles, etc.).
Improving Intercultu- I2C Etudiants et professeurs de plusieurs disci-
ral Communication. A plines dans les hautes écoles, et dans le cadre
multimedia course in Inter- de la formation continue.
cultural Communication
A Swiss network of Linguis- Swissling Vise à coordonner l’enseignement de la lin-
tics Courseware guistique dans les trois principales régions
linguistiques de Suisse.

Table 3.6 – Projets CVS de la Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education.

ReL Rapport 2008-2009


3.4 Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education 43

Titre du projet Public cible


Formation de base à l’in- Etudiants en 1ère année des deux sections (Psy-
formatique bureautique : chologie et Sciences de l’Education).
ECDL Mediaplus
MALTT@Dis Etudiants de Master.
Expérimenter la formation Initier les étudiants en formation d’adultes à un
à distance nouveau type d’enseignement.

Table 3.7 – Projets innovants 2006 de la Faculté de Psychologie et des Sciences de


l’Education.
Titre du projet Public cible
Base de vidéos en psycho- Enseignants/assistants de psycholinguistique.
linguistique
Educational Landscape of Base de donnée et un moteur de recherche sur
Psychology (Edulap) l’offre d’enseignement en psychologie en Suisse.
Edutechwiki Elaboration d’une encyclopédie collaborative sur
les technologies éducatives, en anglais et en fran-
çais, pour les étudiants de l’université et d’ailleurs.

Table 3.8 – Autres projets de la Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education.

3.4.2 TECFA
TECFA a ce statut particulier d’être une unité de recherche active dans le domaine des
technologies éducatives. Dans ce contexte, TECFA participe/dirige un ensemble de pro-
jets (i.e., eTeach-NET, Expérimenter la formation à distance, Edutechwiki et MALTT
cités ci-dessus) et dispense un ensemble de cours à distance précisément destinés à en-
seigner l’utilisation des technologies informatiques (dispositifs interactifs placés dans les
auditoires, tableau blanc interactif, Teach-Lab, etc.). TECFA ainsi contribue à la forma-
tion à plusieurs niveaux (baccalauréat et master), et à des professionnel impliqués dans
la formation, l’enseignement, l’ingénierie pédagogique, la gestion des connaissances, l’in-
formation documentaire, de même à des enseignants de l’UNIGE travaillant à la FernUni
(formation universitaire suisse à distance – http://www.fernuni.ch). Le détail de ces
formations est présentées ci-dessous.

Enseignements de Baccalauréat

TECFA est responsable de trois enseignements de Baccalauréat :


a. Ergonomie des Interactions Personne-Machine (Mireille Betrancourt)
b. Environnements d’apprentissage informatisés (Mireille Betrancourt)
c. Introduction à la communication éducative médiatisée (Daniel Peraya)
Pour les deux premiers enseignements, qui se déroulent principalement en salle informa-
tique, les TIC sont utilisées pour des activités présentielles (logiciels à étudier et activités
interactives) et à distance (plates-formes ad hoc).
Pour le 3ème enseignement, les TIC sont utilisées pour les activités à réaliser en dehors
du cours présentiel (qui a lieu dans un auditoire comprenant une centaine d’étudiants),
sur la plate-forme institutionnelle Moodle.

Rapport 2008-2009 ReL


44 Activités facultaires

Formation sur les TIC

Il s’agit d’une formation payante, ouverte aux professionnels de la formation, enseignants,


ingénieurs pédagogiques, etc., dispensée dans le cadre de la formation continue. L’objectif
de cette formation est d’actualiser les connaissances techniques et méthodologiques en
TIC, à savoir :
– Mise à distance d’une formation entière ou partielle ;
– S’approprier les méthodes de l’ingénierie pédagogique en rapport avec la formation en
ligne ;
– Concevoir et réaliser un projet de formation innovant ;
– Développer des compétences d’analyse et d’évaluation des pratiques de formation en
ligne.
Pour plus d’information, voir le site officiel http://www.unige.ch/formcont/TIC.html

Ateliers WebMaster

Deux ateliers sont proposés (responsable Daniel Schneider) :

a. Atelier WebMaster : Animation et interaction avec Flash. Ce cours est particuliè-


rement destiné aux enseignants et aux concepteurs Web. Il est également adapté à
tout public désirant perfectionner ses connaissances techniques dans le domaine du
multimédia 13 .
b. Atelier WebMaster : Web 2.0, social computing et e-learning 2.0. Ce cours est
particulièrement destiné aux enseignants et aux responsables de sites Web pour des
petites organisations. Il est également adapté à tout public désirant perfectionner
leurs connaissances des outils et des services Internet en ligne 14 .

Enseignement de Licence Mention Enseignement

TECFA a la responsabilité de l’enseignement "Intégration des technologies à l’apprentis-


sage et l’enseignement" en Licence Mention Enseignement, 4ème année.
Le cours utilisant une pédagogie de projet collaboratif, les TIC sont utilisées comme outil
de production et de communication à la fois entre les étudiants d’un même groupe projet
et étudiants de différents groupes (utilisant des plates-formes ad hoc).

Participation au Master UTICEF

Ce master (responsable du projet, Daniel Peraya) est organisé par l’Université Louis Pas-
teur de Strasbourg (ULP – qui est depuis janvier 2009 devenu l’Université de Strasbourg)
en collaboration avec TECFA et l’unité de Technologies éducatives de Mons (Belgique).
Il s’agit d’un master totalement à distance, financé par l’Agence Universitaire de la Fran-
cophonie (AUF) 15 , comptant principalement des inscriptions d’étudiants de pays du Sud
13. http://tecfa.unige.ch/formcont/webmaster2009/formation-flash-2009-flyer.html
14. http://tecfa.unige.ch/formcont/webmaster2009/formation-web20-2009-flyer.html
15. http://www.auf.org

ReL Rapport 2008-2009


3.5 Faculté des Sciences 45

et quelques inscrits européens. La plate-forme utilisée est ACOLAD, une plate-forme


initialement conçue et développée par l’ULP 16 .
A noter que ce partenariat "ULP-MONS-TECFA" est amené à changer prochainement.
En effet, les responsables de ce projet à l’ULP ont été mutés ailleurs et donc l’AUF
veut renégocier les partenariats D’autre part, il y a un problème de financement de ce
projet. Si l’AUF ne trouve pas de solution (elle envisage une réunion avec les partenaires
institutionnels en décembre 2009), le projet risque de s’arrêter.

3.5 Faculté des Sciences


Avec ses huit projets répartis dans plusieurs départements/sections (i.e., chimie, zoo-
logie, biologie, informatique, géologie, physique), la Faculté des Sciences démontre une
volonté de s’impliquer dans l’e-learning. Il est à relever que ces activités dans ce domaine
permettent :
– Des améliorations pédagogiques grâce aux applications de simulation de phénomènes
autrement difficilement observables ;
– De créer des synergies entre disciplines, et/ou avec d’autres départements et universités,
par le développement de cours conjoints ;
– De dégager du temps en présentiel en offrant les bases théoriques sur les plates-formes
d’e-learning (bien que le niveau de contenu reste encore faible).

3.5.1 Espaces cours

Au-delà de la forte présence de la Faculté sur Dokeos (plus de 400 cours en ligne), par
exemple utilisé pour le tronc commun et par filière dans le cadre de la Maîtrise Universi-
taire en Sciences de l’Environnement (MUSE) 17 , il est aussi à relever l’usage du système
Teach-Lab en Section de Pharmacie.

Teach-Lab

Teach-Lab est un système de "contrôle" des écrans des PC qui permet depuis le poste-
enseignant 18 :
– De voir l’écran d’un PC-étudiant ;
– De donner à l’enseignant la possibilité de prendre à tout moment possession de l’écran
de n’importe quel PC en lui imposant le contenu de son propre ordinateur ;
– D’envoyer l’écran de l’enseignant vers tous les PC-étudiant (à certains moments de
l’enseignement il peut être très utile que tout le monde voie la même chose au même
moment) ;
– D’améliorer la communication avec les étudiants, via l’ordinateur.

16. Voir le site officiel UTICEF http://uticef.u-strasbg.fr


17. http://www.unige.ch/muse
18. Pour plus de détails sur le fonctionnement de ce système et son apport pédagogique, voir l’étude
TECFA : http://tecfa.unige.ch/themes/FAQ-FL/teachnet/teachnet.html

Rapport 2008-2009 ReL


46 Activités facultaires

Titre du projet Acronyme Public cible


General Chemistry for Stu- - Enseignement de la chimie générale aux étu-
dents Enrolled in a Life diants en sciences de la vie (médecine, biolo-
Sciences Curriculum gie, éventuellement pharmacie et études pé-
dagogiques). Des liens sont prévus avec des
programmes d’enseignement de 2ème cycle
en médecine ("verticalisation de l’enseigne-
ment") ainsi qu’avec des modules contenant
des notions prérequises en mathématiques et
physique.
A Virtual Logic Laboratory ViLoLa Etudiants de diverses disciplines (e.g., infor-
matique, mathématiques, philosophie, élec-
tricité, gestion de la communication).
Interactive Course On The Physica pro Les modules sont principalement destinés à
Physics Of The Human medicis être intégrés dans la première année de cours,
Body mais également lors des années suivantes
dans le cadre de discussions détaillées por-
tant sur des techniques médicales particu-
lières, telles la radiologie ou l’Imagerie par
Résonance Magnétique (IRM).
History of Life - Adapté à l’étude autonome au niveau de Ba-
chelor en Bio- et Géo-Sciences.
Objective Earth - Cours de base en Sciences de la Terre inter-
actif et multilingue (français, allemand et an-
glais) pour les étudiants de 1er cycle univer-
sitaire en sciences de la Terre, géographie,
biologie, génie civil et rural. Ce cours fonc-
tionne également comme cours de formation
continue pour les enseignants secondaires et
comme cours de 1er certificat pour les HEPs.
Ecology in Architecture De- EAD Etudiants en architecture et des sciences de
sign l‘ingénieur, tant dans les universités et les
EPFs que dans les HES.

Table 3.9 – Projets CVS de la Faculté des Sciences.

La section des sciences pharmaceutiques (Ecole de pharmacie Genève-Lausanne) utilise


intensément Teach-Lab depuis plusieurs années (responsables académique et technique,
respectivement Serge Ruddaz et Richard Bart), ce système permettant aux enseignants
et étudiants de trouver une ergonomie de travail optimale. Ainsi une salle 19 contenant 48
postes PC étudiant, équipés du système Teach-Lab, connaît un succès croissant sur le site
des Sciences, puisque la Section de Physique, pour ne citer qu’elle, en est un utilisateur
régulier. Les cours dispensés touchent à la formation Bachelor et Master dans la recherche
bibliographique et des ressources Internet (e.g., "Introduction à l’informatique", "Ensei-
gnement à distance et recherche documentaire" – participent les étudiants de l’UNIGE,
UniL et UniNE, "Chimie organique", "Médicaments, hôpital, santé publique", "C++",
etc.). D’autres cours d’analyses de données concernent l’école doctorale et le service à la
19. Pavillon Ansermet, salle 119.

ReL Rapport 2008-2009


3.6 Faculté de Théologie 47

Cité (e.g., "Validation des méthodes analytiques", "Structural bioinformatics and molecu-
lar modeling", "Les brevets dans la recherche", "Société Suisse de Chimie – Statistiques",
etc.). Une autre salle Teah-Lab à Baud-Bovy (20 postes) permet de dispenser d’autres
cours destinés à l’école doctorale (e.g., "Scientific english, presenting and writting", et
"English language intermediate"). Il arrive ponctuellement que la section des sciences
pharmaceutiques soit amenée à donner des séminaires à des partenaires industriels ou
dans le cadre de sociétés savantes tels que la Société Suisse de Chimie, et dans ces cas,
Teach-Lab est extrêmement bien perçu.
En collaboration avec le service NTICE, une tablette PC (whiteboard) a récemment été
ajoutée au système afin qu’il soit possible de pouvoir enseigner non seulement à l’aide
de flux de type "powerpoint", mais également de pouvoir annoter les présentations et
surtout pouvoir écrire avec un stylet.

Visio-conférence

Toujours dans la section des sciences pharmaceutiques, plusieurs cours à distance avec
l’Université de Grenoble ont été effectués dans le cadre d’une collaboration école doctorale
– master spécifique, en utilisant le système de visio-conférence, déployé sur le campus il y
a quelques années dans le cadre du projet de loi PL 8840. Dans le cadre de cette collabo-
ration, Genève a diffusé trois cours (Formulation of protein biopharmaceutical, Genetic
approaches to therapy of severe diseases, et Biomatérials) pour un total de 44 heures.
Quant à Grenoble, ils ont permis à nos étudiants de suivre à distance trois cours (Micro
et nano-biotechnologie analytique, Biotechnologie moléculaire, et Protéines médicaments)
pour un total de 82 heures.

3.5.2 Projets
La Faculté a été partenaire dans six projets du CVS. Elle a d’autre part conduit trois
autres projets (dont un innovant). Ces projets sont résumés dans les tableaux 3.9, 3.10,
et 3.11.
Titre du projet Public cible
Plate-forme électronique di- Etudiants de Master en protéomique et bioinfor-
dactique et interactive pour matique (commun aux Facultés de médecine et des
la bioinformatique et la pro- sciences), ainsi que ceux inscrits au cours d’infor-
téomique matique protéomique dans le cadre du Master en
sciences informatiques.

Table 3.10 – Projet innovant 2006 de la Faculté des Sciences.

3.6 Faculté de Théologie


L’année 2008 marque les dix ans d’existence de la formation à distance. Dix années aux
cours desquelles ce cursus s’est peu à peu développé, amélioré et fait connaître, pour à
présent occuper une place de première importance dans l’offre de formation de la Faculté
de Théologie. Cela a permis à cette faculté de toucher un public plus large et de se

Rapport 2008-2009 ReL


48 Activités facultaires

Titre du projet Public cible


Microscope virtuel appliqué Vise à améliorer les conditions de travail des étu-
en géologie diants lors de leurs travaux pratiques à l’université.
Voir illustration en Figure 3.3
Formation en Toxicologie Etudiants MAS en toxicologie.
humaine

Table 3.11 – Autres projets de la Faculté des Sciences.

Figure 3.3 – Microscope virtuel pour visualiser des coupes géologiques.

positionner avantageusement au niveau suisse et européen (forte valeur ajoutée dans leur
offre de formation par rapport à d’autres facultés de théologie). Ce développement est issu
d’une volonté et d’une implication de l’ensemble de la Faculté, conduisant à intégrer l’e-
learning dans le cahier des charges des enseignants. Cela a eu comme impact de renouveler
les effectifs nécessaires à l’évolution de la Faculté, en profitant également d’opportunités
de financement via le potentiel de l’offre en formation continue. Cette volonté du décanat
de renforcer l’e-learning par le développement de nouvelles formations diplômantes devrait
se poursuivre ces prochaines années.
Côté technologies, la Faculté de Théologie utilise divers supports (textes, documents
audio, vidéo). L’enregistrement numérique a été utilisé pour cinq cours durant l’année
2008-2009. Le contenu des cours sont disponibles sur Dokeos (environ une soixantaine
actuellement). La coordination de ces activités TICE (tant au niveau pédagogique que
technique) est assurée par Bérénice Jaccaz.
Plus d’informations sur ces formations en ligne sont disponibles sur le site http://www.
unige.ch/theologie/distance

3.6.1 Espaces cours


En septembre 2008, 70 étudiants se sont inscrits dans ce cursus, soit trois fois plus que
le nombre d’étudiants en présence. Le principe est le suivant : permettre à des per-
sonnes qui ne peuvent pas venir sur place (pour raisons géographiques, professionnelles

ReL Rapport 2008-2009


3.7 Faculté des Sciences Economiques et Sociales 49

ou autres), d’obtenir un baccalauréat universitaire en étudiant par Internet. Petit à pe-


tit, cette formule séduit aussi des étudiants de l’UNIGE inscrits dans d’autres facultés
(Lettres, Médecine, etc.) et qui souhaitent entamer des études de théologie en parallèle.
Pour étudier à distance, il faut disposer d’un ordinateur, d’une connexion Internet, ainsi
que d’une bonne dose d’autodiscipline et de motivation, car ces études peuvent être
longues : les candidats ont en effet la possibilité de les étaler entre trois et six ans.
Quelques "rencontres physiques" ponctuent le parcours et permettent de renforcer les
liens entre les étudiants et les enseignants (journées de réunion-bilan, sessions intensives,
examens).
Concrètement, chaque cours dispose d’un site Internet auquel les étudiants se connectent
tous les 15 jours afin d’accéder au programme de travail qui leur est proposé. Le cours
peut être constitué d’un enregistrement à écouter ou de textes à lire et étudier. La plupart
du temps, les leçons sont accompagnées de documents scannés, d’extraits vidéo ou audio,
sans oublier quelques tests et questions de suivi auxquels les étudiants répondent pour
la fois suivante. Les commentaires et les corrections des enseignants sont consultables en
ligne quelques jours plus tard.
Pour l’année académique 2008-2009, quelques points sont à retenir :
– Pour lutter contre le sentiment de "solitude" régulièrement évoqué par les étudiants à
distance, la Faculté a entrepris de renforcer et de développer le contact "direct" en uti-
lisant beaucoup plus systématiquement des outils techniques permettant des rencontres
synchrones. Des salles de classe virtuelles (gérées avec le programme Adobe Connect)
sont désormais employées chaque semaine pour les séances de tutorat en langues (grec
et hébreu), ainsi qu’à l’occasion des rendez-vous inter-semestriels entre étudiants et
enseignants. Le système permet aux utilisateurs de se voir, de se parler, d’écrire, de
prendre des notes ou de partager des documents.
– En début d’année universitaire, une grande partie des enseignants et assistants ont
tourné une petite vidéo de présentation de leur cours, afin de rendre la première leçon
du semestre plus vivante et personnelle. Leur investissement et leur disponibilité est à
saluer.
– Enfin, il est à noter la mise en place d’une formation et d’un accompagnement plus
structuré des assistants qui participent à la formation à distance. De la mise en ligne du
cours jusqu’au suivi régulier des étudiants, les assistants tiennent un rôle fondamental
qui ne s’improvise pas. Apprendre à gérer un cours à distance (aspects techniques,
pédagogiques), partager son expérience, et discuter des problèmes rencontrés, tels sont
les objectifs des séances mensuelles organisées en collaboration avec Hervé Barras du
service FormEv (voir section 2.2).

3.7 Faculté des Sciences Economiques et Sociales


La Faculté des SES est très hétérogène dans l’application du e-learning. Elle possède par
exemple plusieurs pôles de fort dynamisme, notamment au travers des projets CALIS,
SUPPREM, et dans le 3D (e.g., Understanding 3D). Il ressort des projets décrits dans
cette section une volonté d’introduire des scénarios pédagogiques et d’adapter les plates-
formes e-learning en fonction de leurs besoins. Les impacts de ces efforts sont d’une part
une offre de cours en mode "blended learning" qui permet plus de flexibilité, et d’autre

Rapport 2008-2009 ReL


50 Activités facultaires

part une visibilité accrue (reconnaissance au niveau européen pour certains cours) et le
développement de partenariats avec d’autres départements et universités.

3.7.1 Espaces cours


La Faculté des SES est très présente sur les plates-formes Dokeos et Moodle, avec d’autre
part une utilisation intensive des supports multimédias (par exemple dans le cours "En-
vironmental Diplomacy"). Le groupe "Ecologie humaine" de l’Institut des Sciences de
l’Environnement (ISE) a également développé la plate-forme d’information "IS@DD" sur
le développement durable. IS@DD a été élaboré en tant qu’outil en ligne pour soute-
nir l’enseignement du développement durable à différents niveaux (bachelor, master et
formation continue) 20 .

Environmental Diplomacy

Ce cours, dispensé dans le cadre de la FC, comprend plus de dix modules touchant aux
techniques de négociation, au développement durable, à l’éthique et religions, à l’énergie
et environnement, aux changements climatiques, etc. 21 Ce cours, qui comprend de l’en-
seignement à distance, est dispensé en partenariat avec le Graduate Institute, et l’United
Nations Environment Programme (UNEP). Le cours s’adresse aux futurs diplomates, né-
gociateurs, décideurs dans les gouvernements, membres des Nations Unies (NU) et autres
organisations internationales.

20. Cette plate-forme interactive, accessible à l’URL http://blogs.unige.ch/isdd, permet de na-


viguer entre les différentes étapes qui ont marqué la genèse et la mise en application de la notion de
développement durable de manières directe et indirecte. Son objectif est de montrer que la notion de
développement durable a une longue histoire et qu’elle est conduite par de nombreux acteurs et ins-
titutions, ainsi que liée à de nombreux événements. Ainsi, on peut comprendre pourquoi cette notion
ambiguë, qui manque de consensus, fait l’objet de nombreux débats. En effet, on ne peut pas dire qu’il
y ait une définition du développement durable mais une multitude correspondant aux différents acteurs
qui en font leurs propres interprétations en l’utilisant ou en voulant la mettre en œuvre.
21. Pour plus de détails, voir le site http://www.unige.ch/formcont/CASenvironmentaldiplomacy.
html

ReL Rapport 2008-2009


3.7 Faculté des Sciences Economiques et Sociales 51

3.7.3 Le groupe Ecologie humaine, Institut des sciences


de l’environnement
Grâce à son expérience acquise dans le cadre du CVS, le groupe Ecologie hu-
maine de l’ISE a développé un savoir-faire qui lui permet aujourd’hui d’intégrer
le e-learning dans ses enseignements universitaires, de participer aux campus
virtuels européens e-LERU et VCSE (voir sections 4.2.2 et 4.2.3, respective-
ment) et de proposer une aide à la conception et à la production de contenu
en ligne à des partenaires, tels que UNEP/Chemicalsa .

Pourquoi intégrer l’e-Learning dans les enseignements ?


En termes de pédagogie, l’e-learning paraît particulièrement adapté à l’ensei-
gnement par résolution de problèmes (APP) et à la mise en œuvre du travail
collaboratif, dans le cadre d’une pratique active de l’interdisciplinarité traitant
des questions complexes sous leurs dimensions environnementales, économiques
et sociales (telles que le changement climatique, le développement urbain du-
rable) à différentes échelles (globales à locales). Son utilisation va du simple
support de cours au cours intégralement proposé en ligne, favorisant la mobi-
lité virtuelle des étudiants et des enseignants à travers des partenariats aux
niveaux suisse et européen.

Blended learning : Cours d’Ecologie humaine


Ce cours (4 ECTS) a été donné pendant 10 ans de manière traditionnelle en
classe ; en 2006, les enseignants Roderick Lawrence et Cédric Lambert ont bé-
néficié du financement du Rectorat (projet e-learning innovant, voir page 51)
pour passer d’un enseignement transmissif à un apprentissage plus autonome
et proactif en utilisant les possibilités offertes par le e-learning. Désormais pro-
posé aux étudiants du MUSE en mode mixte "présentiel et à distance" (blended
learning), ce cours suit un scénario pédagogique axé sur les études de cas et le
travail collaboratif. Les outils e-learning évoluent au cours des sessions : fonc-
tionnalités de base au début du cours (forum, agenda, quizzes) et par la suite
préparation de portfolios à déposer sur la plate-forme, exercices collaboratifs.
Une version en anglais, entièrement à distance, a également été développée
dans le cadre des campus virtuels européens e-LERU et VCSE (pour une des-
cription de ces campus, voir sections 4.2.2 et 4.2.3, respectivement).

a. Pour une description plus complète des activités en e-learning de ce groupe, voir leur site http:
//www.unige.ch/ecohum/elearning.html

3.7.4 Projets
La Faculté des SES a conduit deux projets du CVS (SUPPREM et Understanding 3D)
et a été partenaire dans six autres. A noter que le projet SUPPREM a actuellement
une dimension internationale avec un rattachement aux réseaux e-LERU et VCSE, voir
sections 4.2.2 et 4.2.3, respectivement. D’autre part, cette faculté a conduit quatre projets

Rapport 2008-2009 ReL


52 Activités facultaires

innovants. Ces projets sont résumés dans les tableaux 3.12 et 3.13.

Titre du projet Acronyme Public cible


Sustainability and Public or SUPPREM Enseignement trans-disciplinaire des sciences
Private Environmental Ma- de l’environnement, de l’écologie humaine,
nagement des aspects sanitaires et de la socio-économie,
de la politique et du droit de l’environne-
ment, qui permette à des étudiant(e)s de pre-
mier et second cycle universitaire d’acquérir
la maîtrise des principes de développement
durable et de gestion environnementale dans
le contexte d’entreprises privées ou d’admi-
nistrations publiques. Intégration aux cur-
sus des différentes facultés (sciences, droit,
sciences économiques et sociales, médecine),
et à des formations dans des pays éloignés,
e.g. collaboration avec les programmes de for-
mation de formateurs de la Conférence des
Nations Unies sur le Commerce et le Déve-
loppement (CNUCED).
Understanding 3D - Etudiants de bachelor qui souhaitent faire
un master en Multimédia, Informatique Gra-
phique 3D ou Visualisation 3D sans connais-
sances préalables dans la 3D, et étudiants
en master dans d’autres disciplines qui font
usage de l’Informatique Graphique 3D telles
que l’Architecture, la Physique ou la Géogra-
phie.
An E-Learning Tutorial on Viz.ch Etudiants dans les domaines du business, de
Visualization for Communi- la communication, et des technologies.
cation, Engineering and Bu-
siness
Democratic Processes and - Etudiants de sciences politique.
Political Behaviour
Maîtriser l’information CALIS Etudiants SES (et autres facultés) de 1ère et
scientifique 2ème années.
Marketing Online - Augmenter l’interaction en classe et offrir des
cours de marketing qui soient développés de
manière à répondre aux besoins individuels
des étudiants.
E-course of Argumentation Argumentum Eventail de cours autonomes partiellement à
Theory for Human and So- distance adaptés à des besoins publics diffé-
cial Sciences rents.
CommunicAtion Technolo- CATCH Etudiants en sciences de la communication,
gies for Cultural Heritage en computer sciences et en disciplines liées à
l’héritage culturel.

Table 3.12 – Projets CVS de la Faculté des Sciences Economiques et Sociales.

ReL Rapport 2008-2009


3.8 Ecole de Traduction et d’Interprétation 53

Titre du projet Public cible


Ecologie Humaine : Des Etudiants de Master en sciences naturelles de l’en-
principes clés du développe- vironnement – MESNE.
ment durable à la pratique
du projet
Environnement d’écriture Etudiants de 2ème année en systèmes d’informa-
collaborative d’hyperlivre : tion, et dans un cours similaire en Faculté des
nouvelles interfaces Lettres.
VCIEL – Visualisation et Diplôme intégralement en ligne dans le domaine du
Communication Infogra-multimédia, destiné à des étudiants de tous types :
phiques en Ligne reprise d’étude, salariés, formation initiale, etc. Le
projet a souhaité particulièrement intégrer des pu-
blics isolés de l’Europe de l’Est ou des pays du
Sud.
Systèmes d’information à Enseignements liés à la géomatique.
référence spatiale et carto-
graphie thématique

Table 3.13 – Projets innovants 2006 de la Faculté des Sciences Economiques et Sociales.

3.8 Ecole de Traduction et d’Interprétation


La perception du potentiel pédagogique des TICE conduit l’ETI à positionner l’e-learning
comme développement prioritaire, et à offrir ainsi de nombreuses ressources électroniques
aux étudiants. Il y a également une claire volonté du décanat de développer l’e-learning
à l’ETI afin de maintenir une position de leader au niveau mondial des écoles de traduc-
tion et d’interprétation, et d’exploiter son potentiel financier dans le développement de
modules de formation.
Ce positionnement stratégique de l’e-learning conduit a une meilleure alphabétisation
numérique des étudiants, une augmentation de la motivation de ces derniers due à l’in-
teractivité des outils, ainsi qu’à une amélioration de la visibilité internationale de l’ETI
par l’obtention d’accréditations pour des formations de la part de l’Organisation Inter-
nationale du Travail (OIT) et du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

3.8.1 Espaces cours


L’Unité multilingue d’interprétation (UMI) offre la formation du master (MA) en inter-
prétation de conférence en format hybride. Tous les modules (et les cours appartenant à
un des sept modules) disposent d’un espace sur le portail MA sur lesquelles travaillent
les étudiants sur la base d’une pédagogie socio-constructiviste. Les enseignants disposent
de thread correspondants sur la partie teacher/tutor du portail pour organiser leurs cours
et leurs échanges de pratiques. Toutes les notes, ainsi que le retour à chaque étudiant,
sont disponibles sur le Tracking Tool, et transmises à l’administration de l’ETI à la fin
de chaque semestre. Une interface automatique n’a pas encore été développée.
Pour la formation MAS pour formateur d’interprètes de conférence, le portail utilisé re-
flète la spécificité de cette formation hybride, offerte à 90% à distance. L’innovation pour
l’édition 2008-09 : le module sur "La Voix" de l’interprète est offert pour la première fois

Rapport 2008-2009 ReL


54 Activités facultaires

on-line, ainsi surmontant la difficulté d’offrir une formation qui exige beaucoup d’inter-
action présentielle en ligne.
Le portail PhD a été complètement révisé. La formation doctorale sera offerte à distance
à partir de la rentrée 2009 par le biais d’un portail qui offre quatre modules d’apprentis-
sage virtuel, modérés par le(s) professeur(s) de l’Unité d’interprétation, ainsi que quatre
"threads" offerts sur des thèmes importants de la recherche en interprétation, mais mo-
dérés par des experts externes pendant des périodes spécifiées à l’avance. Ainsi tous les
doctorants peuvent bénéficier du savoir des experts mondialement connus dans leurs do-
maines, sans que ces experts soient obligés de se déplacer à Genève.
Pour la formation continue à distance, l’UMI a renouvelé son offre de cours destinés à
des interprètes de conférence. Ainsi l’UMI a emporté un marché public du Parlement
européen en 2009, pour offrir un cours (qui a duré deux mois) pour formateurs virtuels
d’interprètes de conférence. L’UMI a également dispensé un séminaire de recherche sur
l’interprétation à un groupe d’étudiants MA de l’Université de Graz (qui a duré deux
mois et faisait partie du plan d’études pour interprètes de conférence de cette université).
Un autre cours hybride a été offert à l’Organisation des Nations Unies (ONU), Nairobi,
dans le cadre de la formation des formateurs d’interprètes pour l’Afrique.
Dans le cadre du projet TransTech (décrit ci-dessous), l’ETI a collaboré avec ses parte-
naires de Zürich et Winterthur 22 au développement de modules ayant trait aux techno-
logies du traitement informatique multilingue et de traduction. Les modules couvrent les
bases informatiques, les applications courantes telles que les correcteurs d’orthographe et
de syntaxe, les outils spécifiques à la profession de la traduction (mémoires de traduction
et traduction automatique). Ils sont utilisés régulièrement dans les cours de l’ETI et de
ceux des partenaires.
Le projet a aussi servi comme plate-forme pour la participation au projet européen "MeL-
Lange" (Multilingual e-Learning for Language engineering) dans le but de continuer le
développement du cours des technologies au service des traducteurs (étudiants et profes-
sionels). Les modules ont été développés en collaboration avec plusieurs universités en
Europe représentatives des centres de compétence dans ce domaine. Les cours sont dis-
ponibles publiquement : http://parles.upf.edu/moodlercrc/course/category.php?
id=7

Institut Virtuel

L’institut Virtuel (portail Virtualinstitute) de formation des formateurs en interprétation


vise à diversifier et élargir l’offre en cette matière.
La migration des portails de l’UMI sur la plate-forme "Zikula" 23 va se réaliser au cours
de l’année académique 2009-10. L’UMI a vendu et installé, dans le cadre de l’accord de
licence avec Televic Education 24 , une copie de son portail Virtualinstitute à l’Université
22. Institute of Translation and Interpreting, School of Applied Linguistics, Zurich University of Ap-
plied Sciences, http://www.iued.zhaw.ch/nc/en/applied-linguistics-l/iued.html
23. Zikula est un gestionnaire de contenu (Content Management System (CMS)) qui permet de réaliser
des sites Web et la construction d’application on-line sophistiquées. Voir leur site officiel http://zikula.
org
24. Televic Education est une société implantée dans le domaine des laboratoires d’apprentissage des
langues et des environnements multimédias ; voir leur site officiel http://www.televic.com

ReL Rapport 2008-2009


3.8 Ecole de Traduction et d’Interprétation 55

de Lisbonne. Lors de la migration, d’autres mises à jour et innovations vont être intro-
duites dans les portails, notamment en ce qui concerne les aspects sociaux des groupes
d’utilisateurs.

Le laboratoire TAO

L’enseignement des technologies de Traduction Assistée par Ordinateur (TAO), utilisées


dans la profession de traducteur, prend un rôle déterminant dans la formation. L’ETI
s’efforce de maintenir un laboratoire d’outils à jour permettant d’offrir aux étudiants
la possibilité d’une prise en main de ces technologies. Les programmes installés sont les
mêmes que ceux utilisés couramment dans la profession et dont l’évolution est très rapide.
Les applications incluent : correcteur d’orthographe et de style, vérification de langage
contrôlé, mémoires de traduction 25 , gestion de la terminologie, localisation de texte, tra-
duction automatique, reconnaissance de la parole, et gestionnaires de projet. Les outils
sont utilisés dans les cours et comme base pour les projets de recherche. Les contraintes
de licence et de technologie, implique que la plupart sont disponibles seulement sur place,
mais les progrès technologique promettent dans le futur une meilleure intégration de ces
outils sur les plates-formes d’e-learning.

Translog

Dans le cadre des technologies de l’enseignement, le programme "Translog" a récemment


été installé afin de permettre de suivre les activités des étudiants lors de sessions de
traduction. Cela constitue une base pour les étudiants leur permettant d’avoir un "feed-
back" sur leur manière de traduire. Cet environnement peut aussi servir comme outil de
recherche pour étudier certains aspects liés à la manière de traduire une langue dans une
autre par les étudiants, et ceci à différents moments (niveaux) de leurs études.
D’autre part, pour un nombre croissant de cours en traduction (théorie, méthodologie et
spécialités) des notes de cours et d’articles, et des espaces de communication sont mis à
disposition sur les plates-formes, ce qui est très apprécié des étudiants. Ces plates-formes
servent aussi comme appui pour l’enseignant dans le gestion de ses cours et comme moyens
de récolter des évaluations. Etant donné le développement actuel, il est attendu à ce que
plus de matériel soit mis en ligne, et que de nouvelles méthodes permettant d’intégrer ces
technologies dans le cours voient le jour.

3.8.2 Projets
L’ETI a conduit un projet du CVS (en tant que "leading house"). Ce projet est résumé
dans le tableau 3.14.

Autres projets

L’UMI a développé et lancé en juin 2009 le premier cours à distance pour interprètes
travaillant dans des zones de crises et de guerre. Cette formation est le résultat d’une
25. Une mémoire de traduction est une base de données contenant des segments de texte ainsi que
l’équivalent de ces segments dans une autre langue - source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mémoire_
de_traduction

Rapport 2008-2009 ReL


56 Activités facultaires

Titre du projet Acronyme Public cible


Language Technology for TransTech Fait partie intégrante du cursus de traduc-
Translators teur/trice.

Table 3.14 – Projet CVS de l’Ecole de Traduction et d’Interprétation.

étude sur les besoins des interprètes dans des zones de conflits (projet RUIG-GIAN, 2006-
07). Les partenaires principaux sont le CICR, l’OIT, l’AIIC, et le Graduate Institute.
Les premières semaines de formation à distance ont démontré qu’une telle formule est
entièrement envisageable, mais que le scénario pose des défis spécifiques en matières de
connectivité, de disponibilités des participants et surtout pour la pédagogie collaborative.
Le cours est enseignés par des formateurs formés dans le cadre du programme MAS pour
formateurs d’interprètes de conférence de l’UMI et ils travaillent tous à titre bénévoles.
Le projet est donc un projet humanitaire qui, en collaboration étroite avec le CICR,
permet à l’UMI et ses enseignants de mettre leurs savoirs en matière de pédagogie et de
technologie à disposition des interprètes peu formés et peu expérimentés.
L’UMI travaille également sur un projet concernant les examens d’admission à distance.
Elle est en train de développer le cadre nécessaire en matière de besoin et de sécurité, pour
ainsi pouvoir recruter des centres valables où les candidats aux tests d’admission pourront
se rendre pour passer ces examens. L’UMI envisage plusieurs centres, environ un sur
chaque continent, qui permettrait d’accroître l’attractivité de l’UNIGE pour les candidats
potentiels qui ne sont pas à même de se rendre sur place à Genève deux fois (examens
écrits et oraux sont espacés dans le temps). Les unités et départements de traduction
de l’ETI (dont l’Unité de l’Espagnol du Département multilingue de traductologie et de
traduction) sont également associés à ce projet.
Depuis trois ans l’UMI organise des cours magistraux en interprétation consécutive et
simultanée avec plusieurs partenaires de projet European Masters en Interprétation de
Conférence (EMCI) par visio-conférence. Ces cours, ainsi que d’autres, sont ensuite mis
à disposition sur le site Open Course Ware (OCW) de l’UMI 26 . Des statistiques ré-
gulières des demandes de téléchargement nous confirment que ce site est fréquenté très
régulièrement par des personnes venant du monde entier.

26. http://live.eti.unige.ch

ReL Rapport 2008-2009


Partie 4

Collaborations nationales et
internationales

Que ce soit au niveau de la Suisse ou de l’Europe (et au-delà), une démarche commune
dans le développement de campus virtuels est bien présente depuis la fin des années 90s 1 .
Dans ce contexte, l’UNIGE participe à un ensemble d’initiatives dans le but de partage
de bonnes pratiques, et afin d’obtenir des financements, lorsque c’est possible.

4.1 Collaborations nationales

4.1.1 Eduhub

Avec la fin du projet CVS en juillet 2008, la nécessité d’avoir une communauté suisse
œuvrant dans le domaine de l’e-learning s’est avérée. Aussi, eduhub est un forum en ligne
qui permet d’échanger les pratiques de l’utilisation des technologies de l’éducation, ainsi
que de partager des expériences en techno-pédagogie. Le but est également d’avoir une
fois par année une rencontre, les "eduhub days", qui permette aux institutions de mieux
se faire connaître. Le premier a eu lieu à Baden les 2 et 3 février 2009 et a rassemblé
les personnes des CCSPs et autres acteurs de l’e-learning en Suisse. Voir le site http:
//www.eduhub.ch/events/days pour accéder au contenu de cette rencontre.
De plus, les responsables des CCSPs ont décidé de mettre en place un "educational tech-
nology working group" (ETWG, http://www.eduhub.ch/community/workgroup) avec
les objectifs d’échanger des expériences, de coordonner les activités, de discuter des ques-
tions politiques, et de développer des plans stratégiques communs. Le premier ETWG a
eu lieu à Zürich le 4 juillet 2008, et le second à Baden le 3 février 2009.
Des actions concrètes de eduhub prennent place tout au long de l’année, soit au travers de
séminaires en ligne – connus sous le nom de Webinar (http://www.eduhub.ch/events/
webinars), soit de Special Interest Groups (SIGs) (http://www.eduhub.ch/community/
SIGs) qui se concentrent sur des thématiques précises.

1. Voir par exemple la publication récente P.-Y. Burgi, "Challenges in Setting up Cross-Institutional
Virtual Campuses", Educause Quaterly, Vol. 32(2), 2009, disponible en ligne : http://www.educause.
edu/library/EQM09212

Rapport 2008-2009 ReL


58 Collaborations nationales et internationales

4.1.2 Switch-AAA
Le projet "Switch-AAA – e-Infrastructure for e-Science" a pour but de favoriser les col-
laborations au niveau des hautes écoles suisses (HES, Universités, EPFs). Switch-AAA a
débuté en avril 2008 et va se poursuivre jusqu’en décembre 2011. Dans ce contexte, des
projets peuvent être déposés selon quatre axes, dont l’e-learning.
Les projets proposés sont assujettis à un certain nombre de critères, en particulier le carac-
tère national des réalisations (qui doivent pouvoir profiter à la communauté académique
suisse) et les matching funds. En 2008, deux projets en e-learning (définis sur 18 mois)
ont débuté et sont décrits dans la section 2.1.4. Pour 2009, deux autres projets dans les-
quels l’UNIGE est partenaire ont été déposés, un portant sur les propriétés intellectuelles
des objets d’apprentissage (projet "DICE", leading house USI), et l’autre touchant aux
chaînes de numérisation des cours ("The management of academic multimedia content
for long term access and inter-institutional exchange", leading house ETH-Z). Ces projets
ont été acceptés et ont débuté en automne 2009.

4.2 Collaborations internationales


4.2.1 Dokeos.org
L’UNIGE utilise Dokeos depuis mai 2004. Une année plus tard, le Rectorat a émis une
recommandation quant à l’usage de Dokeos par les enseignants afin de mettre leur matériel
de cours en ligne. Cette recommandation est devenue obligatoire à partir de la rentrée
2007.
Afin de tenir compte des besoins des enseignants, cette plate-forme a été constamment
améliorée par le service NTICE. En collaboration avec Switch, Dokeos est devenue (en
2006) compatible avec le système d’authentification Switch-AAI, ce qui en a grandement
facilité son accès par la communauté académique suisse, et contribué à une meilleure
sécurité du système.
NTICE participe activement au développement de la prochaine génération de Dokeos
(version 2.0). Il s’agit d’une conception nouvelle, beaucoup plus modulaire et faisant
partie des applications connues sous le nom de Learning Course Management System
(LCMS), qui a nécessité une réécriture complète du logiciel. Une première version de test
devrait être disponible fin 2010 2 . Etant un produit se situant complètement dans le monde
de l’Open Source (ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent avec la société Dokeos.com
en toile de fond) cette nouvelle génération Dokeos 2.0 a été l’opportunité de changer de
nom : "Chamilo" (http://www.chamilo.org).

4.2.2 e-LERU
Le projet e-LERU (http://eleru.leru.org) a débuté en janvier 2005 dans le cadre du
programme européen eLearning 3 . L’UNIGE est I’une des huit universités européennes de
la League of European Research Universities (LERU) qui ont participé au projet e-LERU.
Ce projet s’est concentré principalement sur la mise en place :
2. NTICE n’envisage pas de mettre en production Dokeos 2.0 avant la rentrée 2011.
3. http://ec.europa.eu/education/archive/elearning

ReL Rapport 2008-2009


4.2 Collaborations internationales 59

– D’e-modules dans différentes disciplines visant a créer des programmes d’études com-
muns ;
– Des "top-science talks" visant à mieux faire connaître les axes de recherche d’excellence
des universités partenaires.
Le projet e-LERU s’est terminé officiellement au mois de janvier 2007 (fin des subventions
européennes), mais six partenaires sur les huit (Leiden et Milan se sont retirés du projet)
se sont mobilisés pour trouver une solution permettant d’assurer la pérennité de ce campus
virtuel. Entre temps l’Université de Zürich (qui est entrée dans le réseau LERU en 2006)
s’est jointe au projet. Tous les partenaires se sont engagés à payer 8’000 euros par année
afin de pouvoir financer un coordinateur central. Chaque partenaire doit d’autre part
consacrer des ressources permettant de participer à des "task forces" (contenu des e-
modules, technologies, think tank, etc.). Ces activités sont coordonnées localement par un
représentant e-LERU, à savoir le coordinateur du ReL en ce qui concerne notre université.
Le groupe Ecologie humaine (voir l’encadré en page 51) propose trois modules d’ensei-
gnement à distance aux universités partenaires e-LERU, dont le cours d’écologie humaine
"Des principes clés du développement durable à la pratique de projets" (From Key prin-
ciples to Project implementation" – voir page 51), disponible en anglais et en français. Ce
premier module du cours d’écologie humaine a été suivi dans ce cadre pour la première fois
cette année (2008-2009) par des étudiants du département de géographie de l’Université
de Zürich, sous la direction de Roderick Lawrence (responsable du groupe Ecologie hu-
maine). L’objectif à moyen terme est de créer un réel échange de modules d’enseignements
et de proposer aux étudiants de la MUSE des modules Globalisation and Livelihood Op-
tions of People living in Poverty (GLOPP) du département de géographie de l’Université
de Zürich.
L’établissement de partenariats dans le contexte du réseau e-LERU se fait très lentement
au prix de beaucoup d’énergie. Aussi, dans un souci d’utiliser au mieux les ressources
disponibles du ReL, le Comité d’orientation e-learning a pris la décision en 2009 de mettre
en veille notre participation au réseau e-LERU de manière à pouvoir nous concentrer sur
le développement du e-learning au niveau de notre université.

4.2.3 VCSE
Le campus VCSE 4 est un réseau virtuel d’universités européennes qui ont comme objec-
tif commun le partage de connaissances entre étudiants, enseignants et acteurs locaux en
vue d’intégrer le développement durable aux politiques locales, régionales, et nationales
en Europe. Composé initialement des universités suivantes : University of Macedonia,
Open University of the Netherlands, University of Graz, University of Lüneburg, Charles
University à Prague, le réseau prend actuellement de l’importance et va accueillir de nou-
veaux partenaires, dont l’UNIGE, représentée par le groupe Ecologie humaine. Tous ces
partenaires du réseau ont de l’expérience dans le développement durable et des métho-
dologies d’apprentissage sur Internet 5 .
Dans le cadre de ce partenariat, le groupe Ecologie humaine proposera, en anglais, les
deux modules du cours d’écologie humaine "From Key principles to Project implementa-
tion", également disponible pour les étudiants e-LERU (voir ci-dessus). Réciproquement,
4. http://www.vcse.eu
5. Ces partenaires ont conjointement acquis l’expérience en e-learning dans le cadre du projet "Co-
pernic Virtual Campus" en 2004

Rapport 2008-2009 ReL


60 Collaborations nationales et internationales

les étudiants du MUSE pourraient avoir accès dans le futur à certains des cours sur le
développement durable offerts par les universités partenaires. Pour plus d’information,
voir le descriptif “Human Ecology e-course in 7 steps” 6 .

4.2.4 COIMBRA
Depuis 2000, l’UNIGE est membre du groupe Coimbra 7 , un réseau de 39 universités eu-
ropéennes réparties dans 20 pays. Fondée en 1985, cette association réunit des universités
anciennes, pluridisciplinaires et jouissant d’une réputation internationale.
Les buts du groupe Coimbra sont les suivants :

Etablir des liens privilégiés – tant académiques que culturels – afin de pro-
mouvoir, dans l’intérêt de ses membres, l’internationalisation, la collabora-
tion académique ainsi que l’excellence dans l’enseignement, la recherche et le
service à la société. A cette fin huit Task Forces se répartissent différentes
activités et l’une d’elle concerne l’e-learning.

L’objectif de cette Task Force en e-learning est de promouvoir l’utilisation des technologies
dans l’apprentissage et l’enseignement. Cet objectif se décline en sept actions :

a. Apporter du soutien au comité de direction des universités dans le développement


de stratégies touchant à l’utilisation des technologies dans l’enseignement ;
b. Mutualiser l’information relative à des projets en cours (en e-learning) dans les
universités membres de Coimbra ;
c. Etablir des liens entre les personnes en charge de l’e-learning dans les université du
réseau afin de promouvoir les collaborations ;
d. Partager/communiquer les bonnes pratiques en e-learning ;
e. Travailler avec des groupes et institutions qui partagent les mêmes missions et
objectifs dans le domaine de l’e-learning, et rendre accessible cette information
mutualisée aux membres du réseau Coimbra ;
f. Stimuler les interactions avec d’autres Task Forces du groupe Coimbra ;
g. Bénéficier de sources de financement à travers le Coimbra Group Office, la commu-
nauté européenne, etc., afin de supporter les activités de la Task Force.

La conférence annuelle 2009 du groupe Coimbra a eu lieu à l’UNIGE du 2 au 5 juin, afin


de coïncider avec le 450ème de notre institution. A cette occasion, le coordinateur du
ReL a eu l’opportunité de présenter les activités e-learning de notre université à la Task
Force en e-learning. Cette Task Force a prévu de se réunir en automne 2009 à Leuven
(Belgique).

4.2.5 Re.ViCa
L’UNIGE, et plus précisément TECFA, a participé à titre d’expert au projet "Revie-
wing (traces of) Virtual Campus Project" (http://revica.europace.org), financé par
6. http://unige.ch/ecohum/elearning/vcse/uniProjet_supprem_vcse.pdf
7. http://coimbra-group.eu

ReL Rapport 2008-2009


4.2 Collaborations internationales 61

la commission européenne. Re.ViCa a pour but de faire l’inventaire et la revue systéma-


tique des initiatives de campus virtuels (impliquant plusieurs instituts) de ces 10 dernières
années. Le principal objectif de Re.ViCa est d’identifier les paramètres sensibles et les
facteurs de succès sous-jacents aux campus virtuels (voir aussi note 1, page 57). Cette
identification se fait sur la base de méthodes de recherches et d’expertises. Le consortium
Re.ViCa organise des événements durant lesquels il est possible aux différents groupes
d’intéret de partager leurs contributions au projet. Le rapport final du projet est dispo-
nible sur leur site.

Rapport 2008-2009 ReL


62 Collaborations nationales et internationales

ReL Rapport 2008-2009


Partie 5

Perspectives

5.1 Historique
Comme illustré schématiquement dans la Figure 5.1, notre institution a su très tôt, dès
les années 70s, tirer parti des technologies de l’enseignement. Ce fut d’abord au travers
de l’enregistrement des cours audio en Faculté des Lettres 1 . La création de TECFA en
1989 et la mise en place du premier Baccalauréat à distance en Théologie en 1998 sont
deux autres faits marquant de cette évolution vers les technologies éducatives.

Figure 5.1 – Historique du développement des TICE à l’UNIGE.

Ces événements ont constitué les prémisses d’un engagement qui s’est poursuivi avec le
projet CVS qui a débuté en 2000. Le CVS a dans un premier temps véritablement donné
une impulsion aux universités suisses dans le domaine des TICE, une période suivie d’une
1. La plupart de ces enregistrements sur cassette (environ 5’000) ont été numérisés par le service
NTICE en 2004 (en collaboration avec les médiathèques et la bibliothèque de l’Association pour le
Bien des Aveugles et malvoyants (ABA)) pour être placés sur http://mediaserver.unige.ch. Pour
plus de détails sur ce projet, voir l’article B. Burdet, C. Bontron, et P.-Y. Burgi, "Lecture capture :
What can be automated ?" EDUCAUSE Quaterly, Vol. 30, 2007, pp. 40-48 ; disponible en ligne http:
//www.educause.edu/ir/library/pdf/eqm0725.pdf

Rapport 2008-2009 ReL


64 Perspectives

phase de consolidation durant laquelle les CCSPs en e-learning ont pu être établis. Cette
phase de consolidation conduit naturellement à une phase "d’élargissement" qui vise à
établir des collaborations nationales, voire internationales dans un futur proche.

5.2 Activités 2008-2009

Ce rapport et bilan des activités en e-learning à l’UNIGE témoignent du fort engagement


de notre institution dans ce domaine, en particulier avec notre implication dans plus
de 60 projets et autres réalisations, sans compter les nombreux espaces de cours sur les
plates-formes d’e-learning, et les enregistrements des leçons dans les auditoires. Le tableau
ci-dessous donne une mesure de ces derniers chiffres pour l’année académique 2008-2009,
en indiquant également le nombre d’étudiants inscrits dans chaque faculté :

Faculté Etudiants Espaces cours Leçons enregistrées


Médecine 1456 253 255
Théologie 140 64 79
Droit 1493 104 337
FPSE 1984 396 182
Sciences 1916 427 0
SES 3038 591 590
Lettres 1872 496 489
ETI 468 104 15
Total 12067 2435 1782

Table 5.1 – Activité en e-learning pour l’année académique 2008-2009. Le nombre d’es-
pace cours comprend aussi les cours non actifs (évalués par exemple à 15% en Faculté de
Médecine). A noter que la colonne "Leçons enregistrées" correspond à des enregistrements
de cours effectués généralement sur une base hebdomadaire.

5.3 Prochaines étapes

Au sein de la communauté académique, force est de constater qu’il y a un repositionne-


ment général de l’e-learning : il ne s’agit plus de savoir ce qu’est ou pas l’e-learning, et
quelle technologie devrait être associée à ce terme. A la place, la question se concentre
sur la manière d’utiliser l’e-learning dans un souci d’amélioration de la qualité de l’en-
seignement. Il est intéressant de considérer les statistiques sur l’usage des outils des
plates-formes. Celles-ci, réalisées dernièrement pour la Faculté de Médecine, montrent
que l’utilisation de Dokeos est à ce jour plus dans la transmission des connaissances (mise
à disposition de documents, description des cours, liens, etc.), que dans une véritable in-
teraction entre l’enseignant et l’apprenant. Cette tendance est visible dans la Figure 5.2
qui montre l’utilisation relative des outils. Il n’y a par conséquence pas eu à ce stade de
grands changements dans la manière d’enseigner.
Cette tendance de se concentrer plus sur la pédagogie dans l’usage des outils se manifeste

ReL Rapport 2008-2009


5.3 Prochaines étapes 65

par exemple dans une récente initiative d’EDUCAUSE 2 qui a consisté à identifier au
travers de "focus groups" les cinq plus grands défis de l’enseignement en 2009. Ces défis
ce sont révélés être 3 :

a. Créer des environnements d’apprentissage qui favorisent la pensée critique, l’ap-


prentissage collaboratif, et l’élaboration des connaissances ;
b. Développer l’alphabétisation numérique du 21ème siècle (touchant à l’information
numérique, au multimédia, etc.), aussi bien pour les étudiants que les enseignants ;
c. Augmenter l’engagement et la motivation des étudiants ;
d. Encourager les enseignants à introduire de l’innovation dans leur manière d’ensei-
gner ;
e. Réaliser tous ces objectifs en tenant compte des réductions budgétaires.

Figure 5.2 – Répartition, en %, de tous les outils Dokeos effectivement utilisés par
les enseignants de la Faculté de Médecine (N= 210) qui emploient cette plate-forme
(le pourcentage total pour les 10 outils utilisés sur les 14 disponibles est égal à 100%).
L’utilisation des outils "description", "documents", et "liens" est majoritaire comparée à
d’autres plus interactifs comme par exemple les outils "Forum", "tests", "discuter", etc.

La stratégie du Rectorat en matière d’e-learning, énoncée dans la section 1.2, est en ligne
avec ces défis de l’enseignement en 2009. Bien qu’une telle stratégie au niveau de l’insti-
tution soit utile pour donner une vision à long terme et assurer un soutien de la direction
dans les objectifs énoncés, il faut cependant garder à l’esprit que ce niveau stratégique
n’est que rarement le fil conducteur de l’innovation. Comme il ressort des nombreux
projets cités dans ce rapport, la plupart du temps l’innovation émerge d’individus qui
2. EDUCAUSE est "a nonprofit association whose mission is to advance higher education by promo-
ting the intelligent use of information technology". Site officiel : http://www.educause.edu
3. J.K. Little et al., "The EDUCAUSE Top Teaching and Learning Challenges 2009", EDUCAUSE
Review, May/June 2009, pp. 30-44. Voir également le site de TECFA qui répertorie de nombreuses études
dans le domaine.

Rapport 2008-2009 ReL


66 Perspectives

consacrent du temps et de l’effort à améliorer leur pratique d’enseignement, et résoudre


les problèmes qui surgissent quotidiennement. Aussi l’approche consistant à combiner
d’une part les initiatives personnelles des enseignants et autres acteurs de l’enseignement
(au sens du point c, page 13) et, d’autre part, le soutien institutionnel (au sens du point f,
page 14) semble être une approche prometteuse.
Parmi toutes les actions à entreprendre et citées dans la section 1.2, l’Action 4 (page 15),
intitulée "Inciter et motiver", devrait fortement contribuer à capitaliser toutes les activités
décrites dans ce rapport. Il faudrait néanmoins avant de s’engager dans cette voie assurer
une meilleure coordination des activités au niveau des facultés, ce manque de coordination
étant fréquemment cité par les acteurs en e-learning comme frein au développement.
D’autre part, la mise en place de cours et de formations TICE, d’encadrement pour
la conduite et la pérennisation de projets e-learning, de référents et d’aides ponctuelles
aussi bien pédagogiques que technologiques, sont des voeux des facultés qui reviennent
périodiquement. La mise en application des actions citée sous 1.2 ont précisément pour
but de combler ces lacunes.

ReL Rapport 2008-2009


Glossaire

AAI Authentication- and Authorization Infrastruc-


ture 27, 58
ABA Association pour le Bien des Aveugles et mal-
voyants 63
Adobe Connect Anciennement dénommé Macromedia Breeze,
Adobe R ConnectTM est un système de com-
munication Web à la fois souple et sécurisé 49
AIIC Worldwide association for conference interpre-
ters 56
AMC Apprentissage en Milieu Clinique 37, 39
APP Apprentissage Par Problème 37, 51
AUF Agence Universitaire de la Francophonie 44,
45

BBS Brown Bag Seminar 19


BSES Bibliothèque de la Faculté des Sciences écono-
miques et sociales 17

CCSP Centre de Compétence, de Service et de Pro-


duction 10, 12, 57, 64
CICR Comité international de la Croix-Rouge 53, 56
CIFE Commissions Informatiques de la Fa-
culté/Ecole 33
CMS Content Management System 54
CMU Centre Médical Universitaire 23, 39
CNUCED Conférence des Nations Unies sur le Com-
merce et le Développement 52
COMSI Comité de Management du Système d’Infor-
mation 24, 26, 27
CRUS Conférence des Recteurs des Universités
Suisses 12
CVS Campus Virtuel Suisse 10–12, 17, 18, 33, 34,
36, 38, 39, 47, 51, 55, 57, 63

DIBAT Division des Bâtiments 23


DINF Division INFormatique 12, 20
DIS Direction de l’Information Scientifique 23

Rapport 2008-2009 ReL


68 Glossaire

e-LERU Campus Virtuel Européen 24, 51, 58, 59


ECTS European Credits Transfer System 15, 51
EMCI European Masters en Interprétation de Confé-
rence 56
EPF Ecole Polytechnique Fédérale 12, 46, 58
ETH-Z Eidgenössische Technische Hochschule Zürich
58
ETI Ecole de Traduction et d’Interprétation 17,
53–56

FC Formation Continue 29, 30, 50


FIA Fonds d’Innovations et d’Appuis 30
Flash Logiciel multimédia pour gérer des animations
et des objets interactifs à une page web 39, 44
FormEv secteur Formation et Evaluation 12, 17, 19, 28,
33, 49
FPSE Faculté de Psychologie et des Sciences de
l’Education 12, 30, 31, 36, 41, 42

GLOPP Globalisation and Livelihood Options of


People living in Poverty 59
Graduate Institute Graduate Institute of International and Deve-
lopment Studies de Genève 50, 56

HEC Hautes Etudes Commerciales 31


HEP Haute Ecole Pédagogique 16, 46
HES Hautes Ecoles Spécialisées 15, 16, 46, 58
HTML HyperText Markup Language 35
HUG Hôpitaux Universitaires de Genève 39

IRM Imagerie par Résonance Magnétique 46


IS Information Scientifique 10
ISE Institut des Sciences de l’Environnement 50,
51

LCMS Learning Course Management System 58


LERU League of European Research Universities 58,
59
LMS Learning Management Systems 21, 22, 26, 27
LOM Learning Object Metadata 27
LOR Learning Object Repository 26

MAS Master of Advanced Studies 29, 48, 53, 56


MBA Master in Business Administration 31
MP3 MPEG-1/2 Audio Layer 3, plus connu sous
son abréviation de MP3, est la spécification
sonore du standard MPEG-1 du Moving Pic-
ture Experts Group (MPEG) 24, 39

ReL Rapport 2008-2009


Glossaire 69

MUSE Maîtrise Universitaire en Sciences de l’Envi-


ronnement 45, 59, 60

NTICE Service des Nouvelles Technologies de l’Infor-


mation, de la Communication, et de l’Ensei-
gnement 10, 12, 19, 20, 22–24, 27, 28, 39, 47,
58, 63
NU Nations Unies 50

OCW Open Course Ware 56


OIT Organisation Internationale du Travail 53, 56
ONU Organisation des Nations Unies 54

PAT Personnel Administratif et Technique 15


PDI Plan Directeur Informatique 24, 26

RCFE Réseau Romand de Conseil, Formation et Eva-


luation 15, 19, 28
ReL Réseau e-Learning 10, 12, 17–19, 59, 60

SEM Service Ecoles-Médias 15


SES Sciences Economiques et Sociales 29–31, 36,
49–51
SFC Service de la Formation Continue 12, 17, 19,
29–31
SI Système d’Information 10
SIG Special Interest Group 57
SMS Sciences du Mouvement et du Sport 40
Switch Switch a été fondée en 1987 dans le but de
"créer les bases nécessaires à une utilisation
efficace des méthodes modernes de la téléin-
formatique au service de l’enseignement et de
la recherche en Suisse, d’encourager et d’offrir
de telles méthodes, de participer à leur élabo-
ration et d’en maintenir l’usage" 12, 24, 26,
27, 58
Switch-AAA e-Infrastructure for e-Science 24, 26, 27, 58

TAO Traduction Assistée par Ordinateur 55


TECFA TEchnologies de Formation et d’Apprentis-
sage 10, 12, 15, 17, 19, 20, 30, 41–45, 60, 63
TIC Technologies de l’Information et de la Com-
munication 10, 29, 36, 37, 42–44
TICE Technologies de l’Information et de la Com-
munication pour l’Enseignement 9, 13–15, 18,
19, 22, 28, 33, 34, 48, 53, 63, 66

Rapport 2008-2009 ReL


70 Glossaire

UDREM Unité de Développement et de Recherche en


Education Médicale 17, 19, 28, 36
UMI Unité multilingue d’interprétation 53–56
UNEP United Nations Environment Programme 50,
51
UNIGE Université de Genève 9, 10, 12, 14–17, 19–21,
24, 26, 30, 31, 33, 34, 37, 43, 46, 49, 56–60, 64
URL Uniform Resource Locator 18, 27, 33, 35, 37,
39, 50
USI Università della Svizzera 58

VCSE Virtual Campus for a Sustainable Europe 12,


51, 59

Webinar Séminaire "live" sur le Web 19, 57

ReL Rapport 2008-2009