Vous êtes sur la page 1sur 37

Université Mohammed Premier

Faculté Pluridisciplinaire de
Nador

Module: Comptabilité Nationale


Résumé de cours (Chapitre I)
Semestre 5
Filière: Sciences Economiques et
Gestion
Prof: HANIN

I- Définition et objectifs de la CN
Introduction générale:

I - Définition et objectifs de la CN
1- Définition de la CN
2- Objectifs de la comptabilité
3- L’intérêt de la CN

II- Aperçu sur l’évolution de la CN


1- considérations générale
2- Evolution du SMCN

1
I- Définition et objectifs de la CN
1- Définition de la comptabilité Nationale
A quoi sert la CN
Réponse de Stoleru: « la CN n’est autre qu’un
instrument permettant de présenter les
équilibres d’ensemble d’une économie », puis il
définit le rôle de la CN « la CN actuelle est de
représenter l’activité passée de manière :
- À mieux comprendre les phénomènes
économiques récents;
- À permettre l’extrapolation vers l’avenir:
prévision politique économique et
planification. »

I- Définition et objectifs de la CN
1- Définition de la comptabilité Nationale
Charles Prou, dans son ouvrage intitulé «
méthodes de la comptabilité nationale
française », définit la CN comme étant : «
un modèle décrivant, à l’aide de la logique
comptable, certaines relations entre des
ensembles homogènes »
Par logique comptable, il faut comprendre
la logique ressources (origine) – emplois
(destination).

2
I- Définition et objectifs de la CN
1- Définition de la comptabilité Nationale

Jean Bernard quant à lui, définit la


comptabilité sociale d’une nation (comme
il préfère appeler la comptabilité nationale)
comme : « méthode d’enregistrement
macro-comptable d’ensemble de grandeurs
caractéristiques de l’univers économique
d’une société donnée pendant une période
donnée ».

I- Définition et objectifs de la CN
Définition des comptables publiques: « la
CN est une technique de synthèse
statistique dont l’objet est de fournir une
représentation quantifiée de l’ économie
d’un pays».
Selon Piriou, la CN se définit comme une
représentation globale, détaillée et
chiffrée de l’économie nationale dans un
cadre Comptable.
La CN a une fonction essentielle : elle
permet aux économistes de « parler le
même langage ».

3
I- Définition et objectifs de la CN
La CN nationale s’intéresse à
l’enregistrement et à l’analyse des
différents flux (production,
consommation…) entre les agents
économiques (entreprises, ménages,
administrations…) pendant une période
donnée, c'est-à-dire à la création de
richesse.
En revanche, elle ne s’intéresse nullement
aux stocks (patrimoine accumulé) ; et c’est
là une différence majeure avec la
comptabilité financière.

I- Définition et objectifs de la CN
2- Objectifs de la CN
La CN, en proposant un ensemble de
convention, de nomenclature et
d’articulations de compte, vise plusieurs
objectifs et permet de répondre au moins
aux impératifs suivants:
a/ Les impératifs d’enregistrement
b/ Les impératifs de simplification
c/ Les impératifs d’analyse

4
I- Définition et objectifs de la CN
a/ Les impératifs d’enregistrement:
La CN permet l’enregistrement des
opérations saisies au niveau macro-
économique.
La CN peut-elle enregistrer tous les flux
(l’exhaustivité) ?
La complexité de ces opérations,
l’existence du secteur informel, les
difficultés de valorisation, le phénomène de
fraude fiscale…

I- Définition et objectifs de la CN
b/ les impératifs de simplification:
La CN vise de représenter l’ensemble de
l’économie d’un pays sous une forme
simplifiée.
Elle aspire à donner une image synthétique
du circuit économique d’un pays et de son
évolution à travers le temps.
c/ les impératifs d’analyse:
La CN constitue un puissant outil de synthèse
et d’analyse.

5
I- Définition et objectifs de la CN
3/ l’intérêt de la CN:
La CN présente un intérêt sur au moins
trois volets.
a/ Au niveau de la prospective
b/ Au niveau de l’harmonisation du
langage
c/ Au niveau de la sélection de
l’information

I- Définition et objectifs de la CN
a/ Au niveau de la prospective
Comme toute comptabilité la CN qui
enregistre des flux qui ont effectivement
circulé est tournée vers le passé, c.à.d
rétrospective. Elle peut devenir
prospective en extrapolant les variables et
en les tournant vers le futur. Exp:
TES: Tableau Entrées – Sorties
TEE: Tableau Economique d’Ensemble
TOF: Tableau des Opérations Financières

6
I- Définition et objectifs de la CN
b/ Au niveau de l’harmonisation du
langage
La CN permet de standardiser et d’unifier
le langage économique. ‘‘Comparaison
internationales’’ ONU et FMI.
Un agrégat sera compris de la même façon
partout dans le monde.
La CN a eu un pied d’avance par rapport à
la comptabilité financière dont les
premières normalisations (IFRS) ont tardé à
voir le jour.

I- Définition et objectifs de la CN
c/ Au niveau de la sélection de
l’information
La multitude des sources d’informations
(administrations fiscales, organismes
internationaux, estimations des
économistes, instances statistiques…) et
des contradictions entre eux.
La CN permet d’aplanir des difficultés, en
permettant de traiter et de sélectionner les
masses importantes d’informations qui se
présentent aux utilisateurs.

7
II- Aperçu sur l’évolution de la CN
1- Considérations générales:
- L’antiquité : Stés ont utilisé des systèmes
comptables.
- La fin du 17° siècle: CN
- En 1665, William Petty : le revenu annuel du
peuple;
- En Angleterre: en 1696 des chercheurs
‘Gregory King’ = revenu national anglais;
- En France, en 1695 De Boisguilbert a réalisé
la première schématisation du circuit
économique en expliquant la circulation de
l’argent.

II- Aperçu sur l’évolution de la CN


- Quesnay en 1758, construit un
‘‘tableau économique’’: comment
circule la richesse.
- La décennie 1920: publication des
estimations du revenu national.
- la crise économique de 1929 a remis en
cause la crédibilité de la théorie
classique : les marchés s’autorégulent
et aboutissent à un équilibre de plein
emploi.

8
II- Aperçu sur l’évolution de la CN
- En 1936, la publication de la théorie
générale de J.M. Keynes, élan à la
CN;
- Keynes a démontré que l’Etat doit
intervenir en menant une politique de
relance afin d’absorber le chômage et
de stimuler la demande.
- L’économiste Wassily Leontief a
élaboré le célèbre tableau des entrées
et sorties (TES) dans un article publié
en 1936.

II- Aperçu sur l’évolution de la CN


- R. Stone et J. Meade proposent en
1941, un système de comptes pour la
Grande-Bretagne;
- En 1941, J. Tinbergen établit le
premier système pour les Pays-Bas.
- en France, Vincent réalise les premiers
travaux théoriques sur la CN et les
premiers comptes sont établis en 1945
à l'institut de conjoncture par M.
Froment.

9
II- Aperçu sur l’évolution de la CN
- Naissance à des systèmes de CN
différents d’un pays à un autre.
- ONU en 1950: proposer un système
normalisé de CN servant de base aux
comptes de tous les pays;
- Les différentes écoles de conceptions
idéologiques contradictoires ne pouvaient
établir les mêmes schémas de comptes :
- l'école anglo-saxonne: comptes légers;
- l'école soviétique :comptes très lourd;
- l'école française: système intermédiaire

II- Aperçu sur l’évolution de la CN


- L’ONU a établit un système de CN
combinaient les systèmes anglo-saxons et
français;
- En 1993, la commission européenne, le
FMI, l'OCDE, la banque mondiale, et les
nations unies proposent un nouveau cadre
de normalisation : le système de
comptabilité nationale des nations unies
de 1993 (SCN 1993).
- Application du SCN 1993 presque dans le
monde entier et particulièrement en
Europe

10
II- Aperçu sur l’évolution de la CN
2- Evolution du système marocain de
comptabilité nationale:
Le SMCN s’inspire de l’ONU et repose sur 3
critères:
- La notion de territoire économique;
- La période comptable c’est l’année civile;
- La notion de résidence
De 1952 à 1969:
- l’adoption du modèle français de CN
- Les agrégats nationaux n’étaient calculés que
dans l’optique de dépense

II- Aperçu sur l’évolution de la CN


*Depuis 1969 à nos jours :
- Le calcul des agrégats se fait sur la base
de la production s’inspirant ainsi du
modèle normalisé des nations unies.
- En 1974, le Maroc adopte la notion de
production au sens large (incluant
aussi la production non marchande) et
retient le critère de résidence.

11
Questions a choix multiples
1- La CN s’intéresse à
l’enregistrement des opérations :
a. effectuées par les comptables publics
b. microéconomiques d’un agent
économique
c. macroéconomiques à l’échelle d’un
pays

Questions a choix multiples

2. La comptabilité nationale poursuit


un objectif de :
a. simplification
b. conceptualisation
c. Analyse

12
Questions a choix multiples

3. Comme outil de prospective, la CN


est orientée vers :
a. le passé
b. le présent
c. le futur

Questions a choix multiples


4. L’harmonisation de la
terminologie par la CN consiste à :
a. adopter la même langue partout dans
le monde
b. préciser la portée de chaque concept
et son étendue
c. mettre en place des traductions des
termes dans toutes les langues

13
Questions a choix multiples

5. La comptabilité nationale a un
intérêt majeur comme outil de :
a. taxation des différents agents
économiques
b. calcul des résultats réalisés par les
organismes publics
c. contrôle fiscal

Questions a choix multiples

6. Le système marocain de CN est


inspiré du :
a. système de l’ONU
b. système français
c. système américain

14
Questions a choix multiples

7. Wassily Leontief a élaboré le


célèbre :
a. tableau économique
b. tableau des entrées et sorties
c. SEC 2010 (Système Européenne des
Comptes)

Chapitre I: les opérations économiques


principales dans la CN
Section I : la production en CN
I. Les conceptions de la production
1. Les conceptions de la production dans la
pensée économique
2. La production au sens de la comptabilité
nationale

15
Chapitre I: les opérations économiques
principales dans la CN
A. Quesnay (Physiocrate)
Le seul revenu important est le revenu
agricole. La terre est considérée comme la
seule source de richesse.

Chapitre I: les opérations économiques


principales dans la CN
B. Adam Smith
Dans son livre « la recherche de la nature et
des causes de richesse des nations », A. Smith
souligne que « le travail est la mesure réelle
de la valeur échangeable de toute
marchandise »
Smith : Terre + travail = facteur le plus
important de l’activité économique.

16
Chapitre I: les opérations économiques
principales dans la CN
C. Jean-Baptiste Say
La valeur d’échange d’un bien n’est que le
reflet de son utilité.
Jean Baptiste Say est l’auteur de la célèbre
répartition tripartite : production –
répartition – consommation. Pour lui, la
production est avant tout une opération de
création de richesses.

Chapitre I: les opérations économiques


principales dans la CN
D. Karl Marx
K. Marx distingue entre le travail productif
(qui génère un surplus) et le travail
improductif qui ne permet que de satisfaire
un besoin.
La valeur d’une marchandise n’est que la
quantité de travail direct et indirect
socialement nécessaire à la production de
cette marchandise.

17
Chapitre I: les opérations économiques
principales dans la CN
E. Les néoclassiques
Les néoclassiques insistent sur la notion
d’utilité marginale qui fonde leur analyse
économique (utilité procurée par la
consommation d’une unité supplémentaire
d’un bien ou d’un service).

Chapitre I: les opérations économiques


principales dans la CN
Section I : la production en CN
I. Les conceptions de la production
1. Les conceptions de la production dans la
pensée économique
2. La production au sens de la comptabilité
nationale

18
Chapitre I: les opérations économiques
principales dans la CN
2. La production au sens de la comptabilité
nationale
La notion de production en CN a connu une
évolution au fil du temps:
A. La conception respective de la production
B. La conception intermédiaire de la
production
C. La conception élargie de la production

Chapitre I: les opérations économiques


principales dans la CN
A. La conception respective de la
production
La production est réduit à la fabrication de
biens et services matériels. Par services
matériels, il faut comprendre les services qui
assurent la conservation, l’enregistrement et
la circulation des marchandises.
La distinction établie par Karl Marx entre le
travail productif et le travail improductif

19
Chapitre I: les opérations économiques
principales dans la CN
La valeur globale de la production c’est
Les services associés à la réalisation de la
production matérielle (transport, entretien,
sécurité…)
excluent
Les autres prestations de service (médecin,
d’un conseil en management, d’un
comptable…)

Chapitre I: les opérations économiques


principales dans la CN
B. La conception intermédiaire de la
production
La production regroupe tous les biens et services
(conseil…) qui peuvent s’échanger sur un
marché, il suffit que ces services aient un prix.
excluent
Le travail fourni par une administration ou par
un prestataire d’un service non marchand, à
cause de l’absence d’un prix.

20
Chapitre I: les opérations économiques
principales dans la CN
C. La conception élargie de la production
Tout ce qui a pour vocation la satisfaction d’un
besoin devrait être considéré comme une
activité de production.

Donc, tout bien (matériel ou immatériel)


satisfaisant un besoin fait partie de l’activité de
production.

Chapitre I: les opérations économiques


principales dans la CN
II. Le contenu de la production dans SMCN
La production est définie dans le SMCN
comme étant l’activité socialement organisée
destinée à créer des biens et services
habituellement échangés sur le marché et / ou
obtenu à l’aide de facteurs de production
s’échangeant sur le marché.
Selon les termes de cette définition, sont
également inclus tous les services délivrés à
titre gratuit ou quasi-gratuit par les
administrations et les services rendus par les
domestiques aux ménages.

21
Chapitre I: les opérations économiques
principales dans la CN
On distingue ainsi entre la production
marchande et la production non marchande :
 La production marchande : est constituée
par l’ensemble des biens et services destinés à
la vente à un prix qui couvre au moins tous les
coûts de production. Elle est fournie par:
 Les entreprises non financières;
 Les institutions financières.

Chapitre I: les opérations économiques


principales dans la CN
 la production non marchande : est constituée
par l’ensemble des services fournis
gratuitement ou au moins sans recherche de
bénéfice. Elle est fournie par:

 les administrations publiques et privées

 les domestiques des ménages.

22
Chapitre I: les opérations économiques
principales dans la CN
III. Le calcul de la production
La production d’un pays, appelée PIB (Produit
Intérieur Brut), est égale à la somme des
valeurs ajoutées :
PIB = Σ VA
VA: représente la valeur ajoutée des différentes
branches d’activité.
VA = P – CI
La valeur ajoutée = la production (P)
diminuée de la consommation intermédiaire
(CI).

Chapitre I: les opérations économiques


principales dans la CN
Exemple d’application :
Dans le secteur de câblage automobile, cinq
entreprises existent : A, B, C, D et E.
1- L’entreprise A fabrique des câbles électriques
à partir du cuivre. Elle a acheté au cours de 2013
un montant de 100 MMAD de cuivre importé et
a vendu 180 MMAD de câbles aux entreprises C
et D.
2- L’entreprise B fabrique des connecteurs à
partir de composants achetés de l’étranger. Elle
a importé 80 MMAD et a vendu 140 MMAD
aux entreprises C et D.

23
Chapitre I: les opérations économiques
principales dans la CN
3- L’entreprise C fabrique des faisceaux
électriques semi-finis (non intégrés sur les dalles
métalliques) qu’elle vend à l’entreprise E. En
2013, elle a acheté pour 120 MMAD de cuivre
et 100 MMAD de connecteurs et a vendu
l’équivalent de 260 MMAD
4- L’entreprise D fabrique aussi des faisceaux
électriques semi-finis (non intégrés sur les dalles
métalliques), elle a acheté 60 MMAD de cuivre
et 40 MMAD de connecteurs. En 2013, elle a
vendu 140 MMAD à l’entreprise E.

Chapitre I: les opérations économiques


principales dans la CN
5- L’entreprise E a exporté 480 MMAD de
faisceaux électriques achetés exclusivement de
C et D.

1- Quelle est la valeur ajoutée dégagée par


chaque entreprise ?

2- Quelle est la valeur du PIB de la branche ?

24
Chapitre I: les opérations économiques
principales dans la CN
Correction :
1. Les valeurs ajoutées sont calculées par la
différence entre la production (P) et la
consommation intermédiaire (CI) de chaque
entreprise : VA= P - CI
1- La valeur ajoutée de A = 180 -100 = 80
2- La valeur ajoutée de B = 140 - 80 = 60
3- La valeur ajoutée de C = 260-(120+100) = 40
4- La valeur ajoutée de D = 140-( 60+ 40) = 40
5- La valeur ajoutée de E = 480-(260+140) = 80

Chapitre I: les opérations économiques


principales dans la CN
2. Le PIB est la somme des VA.
PIB = 80 + 60 + 40 + 40 + 80
PIB = 300 MMAD.
On peut calculer le PIB de la branche en
déduisant de la valeur de l’export la valeur de
l’import:
PIB = Export - Import
PIB = 480 – 100 – 80 = 300 MMAD.

E A B

25
Chapitre I: les opérations économiques
principales dans la CN
IV. La mesure de la production
En principe, la CN doit permettre la pondération
des quantités produites de chaque bien et service
(volumes) par leurs prix respectifs :
Production = ΣPi*Qi
Pi : le prix du bien (i)
Qi : la quantité du même bien (i)
Cependant, les prix des biens produits ne
restent pas stables au fil du temps et sont
appelés à varier pour diverses raisons.

Chapitre I: les opérations économiques


principales dans la CN
C’est alors qu’il est possible de valoriser la
production de deux manières alternatives :
 en considérant que les prix restent stables dans
le temps (évaluation en volume ou à prix
constant) ;
 en la calculant à partir des prix de marché de
l’année observée (évaluation en valeur ou à
prix courant).
Ces évolutions rendent nécessaire l’étude des
indices et du taux de croissance.

26
Chapitre I: les opérations économiques
principales dans la CN
1- Rappel sur les indices
A. Indices élémentaires
Un indice élémentaire est un indice qui représente
le rapport entre deux valeurs (X) de la même
grandeur à deux époques différentes (t0 et ti).
Ainsi :
Ii/0 = (Xi / X0)*100
Trois variantes d’indices :
 les indices de prix;
 les indices de quantités (ou de volumes);
 les indices de valeurs.

Chapitre I: les opérations économiques


principales dans la CN
 Les indices de prix:
I pi/0 = (Pi / P0)*100
 Les indices de quantités (ou de volumes):
I Qi/0 = (Qi / Q0)*100

 Les indices de valeurs:


I valeur(Q*P ) i/0 = ((Qi*Pi) / (P0 *Q0))*100

27
Chapitre I: les opérations économiques
principales dans la CN
Exemple d’application :
Soit le tableau suivant qui représente l’évolution
des prix et des quantités d’un produit A :
Période Quantité Prix unitaire
t0 26 50
t1 52 75
Calculer les indices prix, quantités et valeurs
correspondants. Commenter.

Chapitre I: les opérations économiques


principales dans la CN
Correction :
 L’indice élémentaire des prix
Iprix = (75 / 50)*100 = 150
 L’indice élémentaire des quantités
IQté = (52 / 26)*100 = 200
 L’indice élémentaire des valeurs
I valeur(Qté*prix) = ((52*75) / (50*26))*100
= 300.

28
Chapitre I: les opérations économiques
principales dans la CN
Commentaire :
L’augmentation de la production entre t0 et t1 de
200% (indice 300) n’est que nominale car elle
inclut un effet prix et un effet quantité.
Les prix ayant augmenté de 50% (indice 150),
l’augmentation réelle du niveau de production
(volume) est de 100%.
Ce même résultat peut être obtenu en divisant
l’indice valeurs par l’indice prix
= (300 / 150)*100 = 200.

Chapitre I: les opérations économiques


principales dans la CN
B. Le déflateur
Un déflateur est un instrument permettant de
corriger une grandeur économique des effets de
l’inflation.
Le déflateur du PIB est calculé à partir des
évolutions du PIB nominal et du PIB réel.
Concrètement, il est calculé de la façon suivante :
Déflateur du PIB = PIB nominal / PIB réel
 PIB nominal = valeur du PIB mesurée à prix
courants (prix de l’année en cours) ;
 PIB réel = valeur du PIB aux prix d'une année de
référence (prix constants).

29
Chapitre I: les opérations économiques
principales dans la CN
En fonction du volume et de l'évolution des prix
des importations et des exportations, le
déflateur du PIB s'écarte de l'indice des prix à
la consommation, mais la différence est
habituellement faible.

En absence d’importations et d’exportations,


l’indice des prix à la consommation et le
déflateur recouvrent la même valeur.

Chapitre I: les opérations économiques


principales dans la CN
C- Les indices synthétiques: indice de Laspeyres
et de Paasche.
L’intéret de calcul des indices et notamment l’indice
de Laspeyres et de Paasche est de pouvoir analyser
les variations et de trouver les origines.
L’indice de Laspeyres: apprécier dans une variation
l’effet quantité, c-à-d quel est l’impact de la
variation quantité sur la variation globale.
L’indice de Paasche : apprécier dans une variation
l’effet prix, à savoir quel est l’impact de la variation
prix sur la variation globale.

30
Exp de calcul:
Modèle 2014 2015
de Qté PU Total Qté PU Total
voiture
Fiat 500 000 15 7 500 000 400 000 16 6 400 000
Mercedes 350 000 30 10 500 000 285 000 32 9 120 000
Total 850 000 21 18 000 000 685 000 23 15 520 000

Indice de Laspeyres =
(somme des Qté de la période * prix de la période
de base) / (somme des Qté de la période de base *
prix de la période de base)
Indice de Laspeyres=((400 000*15)+(285 000*30)) /
((500 000*15) + (350 000*30))= 0,81
=(1- 0,81)*100= 19%

Indice de Paasche. Exp de calcul:


Modèle 2014 2015
de Qté PU Total Qté PU Total
voiture
Fiat 500 000 15 7 500 000 400 000 16 6 400 000
Mercedes 350 000 30 10 500 000 285 000 32 9 120 000
Total 850 000 21 18 000 000 685 000 23 15 520 000

Indice de Paasche = (somme des Qté de la période *


prix de la période) / (somme des Qté de la période
* prix de la période de base)
Indice de Paasche =((400 000*16)+(285 000*32)) /
((400 000*15) + (285 000*30))= 1,07
= (1,07-1)*100
= 7%

31
Chapitre I: les opérations économiques
principales dans la CN
Commentaire:
Lorsqu’un indice présente une valeur
inférieure à 1, il explique une variation à la
baisse, dans ce cas c’est le cas de l’indice de
Laspeyres (diminution des quantités de 19%).

Lorsqu’un indice présente une valeur


supérieure à 1, il explique une variation à la
hausse, dans ce cas c’est le cas de l’indice de
Paasche (augmentation des prix de 7%).

Chapitre I: les opérations économiques


principales dans la CN
RECAP
Indice de Laspeyres =
(somme des Qté de la période * prix de la
période de base) / (somme des Qté de la
période de base * prix de la période de base)

Indice de Paasche =
(somme des Qté de la période * prix de la
période) / (somme des Qté de la période *
prix de la période de base)

32
Chapitre I: les opérations économiques
principales dans la CN
C- Les indices synthétiques: indice de
Laspeyres et de Paasche.
L’indice de Laspeyres: apprécier dans une
variation l’effet quantité, c-à-d quel est
l’impact de la variation quantité sur la
variation globale.
L’indice de Paasche : apprécier dans une
variation l’effet prix, à savoir quel est
l’impact de la variation prix sur la
variation globale.

Chapitre I: les opérations économiques


principales dans la Comptabilité Nationale

33
Chapitre I: les opérations économiques
principales dans la Comptabilité Nationale

Chapitre I: les opérations économiques


principales dans la Comptabilité Nationale

34
Chapitre I: les opérations économiques
principales dans la Comptabilité Nationale
Avec :
Pi0: représente le prix du bien i à l’instant t0 ;

Pi1: représente le prix du bien i à l’instant t1 ;

Qi0: représente la quantité du bien i à l’instant t0;

Qi1: représente la quantité du bien i à l’instant t1.

Chapitre I: les opérations économiques


principales dans la Comptabilité Nationale
Exemple :
Considérons le tableau suivant : retrace
l’évolution des prix de ventes et des quantités
vendues de deux biens X1 et X2
Périodes Biens Quantités Prix
X1 60 50
t0
X2 110 10
X1 90 60
t1 X2 120 20

35
Chapitre I: les opérations économiques
principales dans la Comptabilité Nationale

Chapitre I: les opérations économiques


principales dans la Comptabilité Nationale

36
Chapitre I: les opérations économiques
principales dans la Comptabilité Nationale
2. Le taux de croissance
Le taux de croissance exprime
l’évolution d’une grandeur entre deux
périodes déterminées.
Le taux de croissance entre la période t
et la période 0 exprime la variation de
la grandeur X entre les deux périodes :
Taux de croissance = [(Xt – X0) / X0] *100

Chapitre I: les opérations économiques


principales dans la Comptabilité Nationale
2. Le taux de croissance
A titre d’exemple, la quantité du bien X2
(voir dernier exemple d’application) a
augmenté de 9,09% entre t0 et t1 :
[(120 - 110) / 110]*100 (on retrouve la
même information dans les indices).
Donc, un taux de croissance de 9,09%
correspond tout simplement à un indice de
109,09. Les deux informations se valent.

37

Vous aimerez peut-être aussi