Vous êtes sur la page 1sur 3

Anthologies 

--> littéraires

Pourquoi traduisons-nous?
Écrit par: Adonis

?Pourquoi traduisons-nous
?Que traduisons-nous
?Comment traduisons-nous
Trois questions essentielles dans chaque projet de traduction. J'essaierai
. brièvement de fournir mes réponses personnelles
En ce qui concerne la première question, je ne pense pas que quiconque
rejette aujourd'hui le principe de la traduction de et vers la langue
arabe. Cela inclut la poésie elle-même, contrairement à ce que dit Al-
Jahiz. La traduction est une autre innovation, et si c'est un acte culturel
nécessaire. Une personne ne se comprend mieux que dans la mesure où
elle améliore la compréhension de l'autre. Traduire l'autre est une manière
comme moi de se connaître. De plus, le développement des relations entre
les peuples, tant en qualité qu'en quantité, confirme que l'autre n'est plus
seulement un acteur du dialogue ou de l'interaction et de l'échange, mais
. plutôt une composante des éléments qui le composent
Nous ajoutons que la poursuite de la traduction en arabe à notre époque
moderne est un hommage à nos temps anciens et à ses traducteurs, et un
approfondissement et une expansion du mouvement de traduction qu'ils ont
lancé, qui faisait partie intégrante de la créativité culturelle arabe et de
. l'identité culturelle arabe
Une culture autosuffisante et s'abstenant de la traduction peut être qualifiée
de presque morte. Et ce sera, dans le cas arabe, un motif de
surprise. Comment les Arabes apportent-ils tous les moyens inventés par la
technique de l'autre et ne projettent pas ou ne travaillent pas à traduire les
œuvres philosophiques, scientifiques et littéraires qui étaient derrière cette
?technologie
La traduction est donc un plan communautaire et étatique. Un plan national,
. culturel et linguistique
Que traduisons-nous? Une question qui suppose une vision et une
planification derrière la traduction. On suppose également que la traduction
dans ce contexte est un besoin culturel et civilisateur, et qu'elle est trop
. vaste et plus complexe pour être laissée aux caprices de l'individu
C'est ainsi que la réalité de la traduction d'aujourd'hui, de et vers l'arabe, a
besoin d'une discussion privée, qui n'a pas sa place ici. Donc, je vais limiter
mes mots à dessiner l'horizon dans lequel je vois le mouvement de
: traduction vers et depuis l'arabe pour procéder
L'horizon dans lequel doit se dérouler la traduction des œuvres arabes -1
dans d'autres langues est l'horizon qui ajoute aux horizons de ces langues
diverses choses, qui sont enrichies par la connaissance de la créativité
arabe et enrichies par sa formation culturelle. Qu'il soit lié à l'anxiété
humaine, à l'existence et au destin, aux problèmes de la vie, aux relations
avec le monde et aux choses et à leurs manières, ou aux visions de la
religion, de soi, de l'autre, de la langue et de l'expression. C'est ce qui nous
fait dévier de la traduction qui s'inscrit dans la voie politico-médiatique-
sociale en réponse au désir de l'autre de regarder les Arabes, non pas le
point de vue de la pairie créatrice, mais celui de ceux qui cherchent à les
diffamer, ou à les garder prisonniers de l'image impérialiste - l'image du
. retard et de la dépendance
Cela nécessite de préparer une liste sélectionnée de livres anciens et
modernes, que nous ne trouvons pas similaires dans d'autres littératures, et
si cela ajoutera des valeurs artistiques que vous ne connaissez pas, et
ouvrira de nouvelles portes à de nouvelles connaissances et de nouvelles
. valeurs humaines et intellectuelles
L'horizon sur lequel se déroule la traduction d'œuvres étrangères en -2
arabe est aussi l'horizon qui ajoute à cette langue ce qu'elle ne sait pas, et
ce qui l'enrichit artistiquement, linguistiquement, scientifiquement et
humainement. L'effet de la traduction ne se limite pas à la pensée seule, ou
à la culture seule, mais inclut également la langue. Cela nécessite
également de préparer une liste sélectionnée de livres étrangers qui ont ce
. potentiel
Comment traduisons-nous? Une question à réponses multiples. C'est
normal, car la traduction est de la créativité et nous ne trouvons guère de
consensus sur la créativité. Cependant, quelles que soient les différences de
points de vue en matière de traduction, il y a quelque chose d'objectif sur
lequel il faut s'entendre, c'est le niveau de la langue porteuse, et ici c'est
. l'arabe
Il existe de nombreux exemples, je les limite à la langue française, qui
confirment que le défaut de traduction de l'arabe vers le français vient du fait
que le français n'est pas la langue maternelle du traducteur. Langue - seule
. la mère sait recevoir
A cet égard, je prétends sur la base d'une expérience encore modeste et
limitée, dans le domaine de la poésie notamment, que la langue de
transmission ne survit vraiment que dans une langue de réception
élevée. La langue de transmission ne sera qu'un cadavre dans une langue
de réception dont le propriétaire ne maîtrise pas couramment une
compétence unique. Il existe de nombreux exemples de ce que je dis en
. arabe
D'après les articles de la Conférence sur la connaissance qui s'est tenue récemment à Duba