Vous êtes sur la page 1sur 2

Le contrat de travail est un acte de type privé qui lie juridiquement l’employeur à l’employé, le salarié est

dans l’obligation de mettre son savoir à la disposition de son employeur qui de sa part à autorité sur lui.

Parmi les licenciements disciplinaires, le licenciement pour faute grave demeure le plus connus et
souvent celui le plus utilisé par les employeurs.

Les types de fautes : on distingue entre trois types de fautes (Faute simple, grave et lourde)

Faute simple (légère) : consiste à l’inexécution fautive de la prestation de travail, elle n’impose pas au
salarié de quitter le travail.

Faute grave : Rend impossible le maintien du salarié dans l’entreprise, elle prive le salarié d’indemnité,
de préavis et de licenciement. Exemple : Divulgation de secret professionnel, insulte grave, vol, l’ivresse
publique, absence non justifiée du salarié pour plus de quatre jours

La faute lourde : constitue la plus grosse faute, elle prive le salarié des indemnités de licenciement,
préavis, et de congés payés.il pourra même être condamné à verser des dommages intérêts à
l’employeur s’il lui a causé un préjudice (responsabilité civile).

Après l’avertissement, le blâme, le transfert du salarié à un autre service ou établissement, le


licenciement est considéré justifié.

Ancienne procédure (artcl 41) :

- Le salarié licencié pour un motif qu’il juge abusif peut avoir recours à la procédure de conciliation
préliminaire en présence de l’inspecteur de travail en vue de réintégrer son poste.
- Dans le cas de l’absence de conciliation, le salarié à intérêt à recourir au tribunal compétent qui
peut décider soit la réintégration du poste ou dès le versement des dommages et intérêts par
l’employeur sur la base des années de travail sans dépasser les 36 mois.

Nouvelle procédure (artcl 62) :

Définition de la décision de licenciement : un document juridique qui nécessite pour sa rédaction un


juriste bien informé sur le nouveau droit de licenciement, doit comporter les motifs de licenciement, la
date où le salarié a été entendu et associé du procès-verbal.

- Le salarié a le droit de se faire entendre et de se défendre en présence du représentant syndical


ou le délégué des salariés dans un délai n’excédant pas 8 jours.
- Un procès-verbal doit être établi par les deux partie (recours à l’inspecteur de travail dans le cas
du refus de poursuite de la procédure par l’un des deux)
- La décision du licenciement est délivrée au salarié dans les 48 heures qui suivent la décision
(contre reçu ou par lettre recommandée)
- La décision de licenciement ou lettre de démission doit être adressée à l’agent chargé de
l’inspection du travail.
NB : L’action en justice concernant le licenciement doit être portée devant le tribunal dans
un délai de 90 jours à compter de la date de réception de décision de licenciement.

Les apports du code de travail en matière de licenciement : les motifs de licenciement sont clairs,
renforcement de la procédure, encadrement du pouvoir de l’employeur, contrôle exercé par le juge à
l’employeur.
La durée du préavis diffère selon l’ancienneté et le poste occupé :

Ancienneté Moins d’un an d’un an à ans Plus de 5 ans

Durée de préavis pour Un mois 2 mois 3 mois


les cadres et
assimilés
Durée de préavis pour 8 jours 1 mois 2 mois
les employés et les
ouvriers