Vous êtes sur la page 1sur 113

Le guide de la

pompe à
chaleur
Vos questions sont entre de bonnes mains

Ma maison Mon argent Ma famille Ma santé

Mes droits Ma carrière Mon véhicule Mon entreprise

Plus de 5 000 documents à télécharger gratuitement


eBooks PDF, modèles de lettres, modèles de contrats, études,
rapports, fiches pratiques…

www.ooreka.fr
Dans la même collection

Le guide du parquet Le guide de la Le guide de l'épargne


désinsectisation

Le guide de la banque Le guide de l'appareil Le guide des


auditif allergies

Auteurs : MM. Dernoncourt, Thevenon et Storelli


© Fine Media, 2011
ISBN : 978-2-36212-014-5, 2e édition
Ooreka.fr est une marque de Fine Media, filiale de Solocal Group.
204, rond-point du Pont de Sèvres - 92649 Boulogne-Billancourt cedex
Vous pouvez partager ce fichier avec vos proches uniquement dans le cadre du droit à la copie privée. Vous
n’avez le droit ni de le diffuser en nombre ou sur Internet, ni d’en faire des utilisations commerciales, ni de le
modifier, ni d’en utiliser des extraits. Mais vous pouvez communiquer l’adresse officielle pour le télécharger :
http://pompe-a-chaleur.ooreka.fr/ebibliotheque/liste
Pour toute question : www.ooreka.fr/contact
Table des matières
La pompe à chaleur en un coup d’œil 7
La compatibilité avec votre installation actuelle 8
Une solution idéale pour la construction neuve 8
Quel prix ? 8
Les types de pompes 9
Comment installer sa pompe à chaleur ? 10
I. Qu’est-ce qu’une pompe à chaleur ? 11
Rapide aperçu d’une pompe à chaleur 11
Air, sol, eau : les différentes pompes à chaleur 12
Le fonctionnement d’une pompe à chaleur 13
Le compresseur 15
Le coefficient de performance 16
Les énergies alternatives en complément de la pompe à chaleur : soleil ou gaz 17
La pompe à chaleur est-elle écologique ? 23
AA Pour aller plus loin 24
Astuces 24
Questions / réponses de pro 26

II. Les différents types de pompe à chaleur 29


Typologie des pompes à chaleur 29
L’aérothermie 32
Pompe à chaleur air-air 32
Pompe à chaleur air-eau 34
La géothermie 36
Pompe à chaleur eau 39
AA Pour aller plus loin 42
Astuces 42
Questions / réponses de pro 45

III. Radiateurs, plancher chauffant ou ventilo-convecteurs ? 48


Les radiateurs 48
Haute ou basse température ? 50
Une alternative : le ventilo-convecteur 51
AA Pour aller plus loin 54
Questions / réponses de pro 54
IV. Remplacement d’un chauffage ou construction ? 58
Vous rénovez et remplacez un chauffage existant ? 58
Vous construisez ? 60
Quel type de pompe choisir pour une construction ou une rénovation ? 61
AA Pour aller plus loin 62
Astuces 62
Questions / réponses de pro 62
Avis de pro 65

V. Chauffe-eau, piscine, climatisation 71


Le chauffe-eau thermodynamique 71
La pompe à chaleur pour piscine 72
La climatisation 73
AA Pour aller plus loin 75
Astuces 75
Questions / réponses de pro 75

VI. Combien coûte une pompe à chaleur ? 81


Prix d’achat et d’installation d’une pompe à chaleur 81
Crédit d’impôt, TVA et aides financières 85
AA Pour aller plus loin 89
Astuces 89
Questions / réponses de pro 90

VII. Installer sa pompe à chaleur 94


Quelle pompe à chaleur choisir ? 94
Assurez-vous de la qualité du matériel 94
Faire l’installation soi-même ? 95
Choisir l’installateur 95
Les documents fournis au propriétaire de la PAC 96
AA Pour aller plus loin 97
Astuces 97
Questions / Réponses 99

Lexique 102
Index des questions et des astuces 103
Les professionnels et experts cités dans cet ouvrage 105
Trouver un pro 112
La pompe à chaleur
en un coup d’œil

Une pompe à chaleur (PAC) capte les calories présentes naturellement dans
l’environnement et les porte à une température plus élevée qu’elle diffuse
ensuite dans la maison. Ainsi la chaleur naturelle est-elle restituée dans votre
logement.

Selon le modèle choisi, trois fonctions sont possibles :

ππ chauffage ;
ππ climatisation ;
ππ eau chaude sanitaire.
Le gros avantage de la pompe à chaleur, c’est
50 à 60 % d’économie sur votre facture ! En
effet, la pompe à chaleur se sert d’une énergie
renouvelable et gratuite : la chaleur de notre
environnement.

Cependant, pour fonctionner, la pompe utilise de


l’électricité. Mais la consommation reste faible.
En conséquence, votre facture d’énergie devrait
être divisée par deux au moins.

7
La pompe à chaleur en un coup d’œil

La compatibilité avec votre installation actuelle


Vous avez un système de chauffage existant que vous souhaitez conserver ?
Certaines pompes à chaleur sont compatibles.

Les deux types de pompe les plus souvent installés sont :

ππ les pompes à chaleur air-air ;


ππ les pompes à chaleur air-eau.
Dans une pompe à chaleur air-air, la chaleur est diffusée par de l’air pulsé.
L’installation est simple et ne nécessite pas de gros travaux. Ce système
fonctionne indépendamment de votre chauffage existant, il peut donc le
compléter. La seule contrainte est la nécessité de faire passer des gaines.

Une pompe à chaleur air-eau permet de chauffer l’eau qui alimente vos radia-
teurs. Elle peut se substituer à une chaudière ou la compléter si vous en avez
une.

Une solution idéale pour la construction neuve


Dans le cas d’une construction neuve, vous pouvez choisir sans contrainte ou
presque. Pensez au plancher chauffant et à un système basse température !
La pompe à chaleur est une solution qui mérite alors toute votre attention.

Quel prix ?
Les prix varient selon vos objectifs, le type de pompe, la surface de votre
habitation…

Pour une maison de 100 m², il faut compter de 6 000 € à 20 000 € TTC selon


le type de pompe et sa puissance.

De plus, l’achat d’une pompe à chaleur est éligible à un crédit d’impôt pou-
vant aller jusqu’à 25 % du prix TTC de la pompe. Autrement dit, l’État vous
rembourse 25 % du coût de l’équipement, même si vous n’êtes pas impo-
sable. Mais attention, ce crédit d’impôt est soumis à certaines conditions.

8
La pompe à chaleur en un coup d’œil

Vous pouvez également bénéficier d’aides ou de prêts à taux réduit. Ce guide


vous les présentera.

Les types de pompes


Il existe trois sources naturelles de calories possibles. La chaleur est puisée
dans :

ππ la terre, le sol : on parle de géothermie ;


ππ l’eau (nappe phréatique ou cours d’eau) : on parle d’hydrothermie ;
ππ l’air : on parle d’aérothermie.
De plus, il existe trois types de diffusion possibles de la chaleur ainsi captée :

ππ air : la chaleur est diffusée via de l’air pulsé ;


ππ eau : l’eau chauffée par la pompe à chaleur circule dans des radiateurs,
un plancher ou un mur chauffant ;
ππ fluide frigorigène : le liquide qui circule dans la pompe à chaleur sert aussi
à diffuser la chaleur dans un plancher chauffant.
Les pompes à chaleur les plus utilisées sont :

ππ les pompes à chaleur air-eau ;


ππ les pompes à chaleur air-air.
D’autres pompes existent, très performantes, mais à l’installation un peu plus
coûteuse :

ππ les pompes à chaleur eau-eau ;


ππ les pompes à chaleur sol-géothermie.
Ce n’est pas tout. La pompe à chaleur permet également de chauffer votre
piscine ou de rafraîchir, voire de climatiser votre maison !

9
La pompe à chaleur en un coup d’œil

Comment installer sa pompe à chaleur ?


L’installation d’une pompe à chaleur nécessite de passer par un professionnel
qui :

ππ évaluera le type de pompe adapté à vos besoins ;


ππ calculera la puissance nécessaire ;
ππ fera l’installation et la maintenance.
Passer par un professionnel est également nécessaire pour obtenir le crédit
d’impôt.

10
I.
Qu’est-ce qu’une pompe à chaleur ?

Une pompe à chaleur capte les calories présentes naturellement dans l’envi-
ronnement et les porte à une température plus élevée qu’elle diffuse ensuite
dans la maison.

Elle utilise l’énergie, renouvelable et gratuite, contenue dans le sol, l’air ou


l’eau à l’extérieur de votre habitation.

Une pompe à chaleur n’est toutefois pas 100 % écologique, car elle fonc-
tionne à l’électricité, mais avec une faible consommation.

Rapide aperçu d’une pompe à chaleur


Le principe de la pompe à chaleur est de prélever la chaleur présente dans les
éléments de l’environnement proche de l’habitation (air, eau, sol), la conver-
tir et la restituer à une température supérieure pour assurer le chauffage de la
maison.

11
I. Qu’est-ce qu’une pompe à chaleur ?

La pompe à chaleur est l’appareil qui convertit l’énergie extérieure en « chauf-


fage », elle se compose :

ππ de capteurs placés à l’extérieur au contact de l’air, de l’eau ou du sol ;


ππ de la pompe elle-même ;
ππ d’un système de diffusion de la chaleur (ventilo-convecteurs pour l’air
pulsé, sinon radiateurs à eau, plancher ou mur chauffant).
La pompe peut se placer :

ππ à l’extérieur ;
ππ à l’intérieur, dans une pièce dédiée (cave, garage…) ;
ππ voire une partie à l’intérieur et l’autre à l’extérieur : modèles split.
La pompe à chaleur fonctionne à l’électricité et n’est donc pas totalement
une technologie renouvelable, à moins que la source d’électricité soit elle
aussi renouvelable (éolien, solaire photovoltaïque, hydraulique, biomasse…).
Néanmoins, la consommation électrique reste modeste : votre facture d’élec-
tricité de chauffage peut être divisée par deux voire davantage.

Air, sol, eau : les différentes pompes à chaleur


Les pompes à chaleur sont classées en fonction :

ππ du milieu d’où elles tirent leur énergie (renouve-


lable) : air, eau ou sol ;
ππ de leur système de diffusion : air, eau ou fluide
frigorigène.
On parle de pompe à chaleur air-air, air-eau,
eau-eau…

12
I. Qu’est-ce qu’une pompe à chaleur ?

Quelle source de chaleur ?


ππ Air : la pompe puise la chaleur dans l’air extérieur. Le procédé s’appelle
l’aérothermie.
ππ Sol : la pompe puise la chaleur dans la terre. Le procédé s’appelle la géo-
thermie. Les capteurs peuvent être horizontaux (longs serpentins enterrés
à un mètre de profondeur) ou verticaux (plongeant à une centaine de
mètres de profondeur).
ππ Eau : la pompe puise la chaleur dans les nappes phréatiques souterraines,
les lacs ou encore les points d’eau avoisinants. On parle d’hydrothermie
(parfois aussi de géothermie).

Quel système de diffusion ?


Eau : la pompe élève la température de l’eau et la fait circuler dans des radia-
teurs basse ou haute température ou dans un plancher ou mur chauffant.

Air : la pompe élève la température de l’eau ou d’un liquide frigorigène


jusqu’aux ventilo-convecteurs qui pulsent de l’air chaud dans la maison.

Le fonctionnement d’une pompe à chaleur


Une pompe à chaleur capte les calories présentes naturellement dans l’envi-
ronnement et, grâce à un compresseur, les porte à une température plus
élevée qu’elle diffuse ensuite dans la maison. Cette opération s’effectue grâce
à un fluide dit « frigorigène », qui a la particularité de changer d’état en fonc-
tion de sa pression.

ππ Il tend à bouillir, donc à devenir gazeux quand sa pression augmente ; et


à se condenser, donc à devenir liquide quand elle baisse.
ππ En bouillant, le fluide aspire des calories (de l’air extérieur par exemple) ;
et en se condensant, il en libère.

13
I. Qu’est-ce qu’une pompe à chaleur ?

Suivons maintenant le circuit de la pompe.

Vapeur basse pression Vapeur haute pression

ÉVAPORATEUR CONDENSEUR

CAPTEURS ÉMETTEURS
EXTÉRIEURS INTÉRIEUR
Air COMPRESSEUR Radiateur
Sol Plancher Chauffant
Eau Ventilo-convecteurs
DÉTENTEUR

Fluide basse pression Fluide haute pression

Au sein de l’évaporateur
La chaleur prélevée du milieu naturel, contenue dans la source froide, est
transmise au fluide frigorigène alors à l’état liquide.

La température du fluide augmente et il finit par se transformer en vapeur


(comme de l’eau bout lorsqu’elle est portée à température élevée).

Au sein du compresseur
Le gaz est aspiré par le compresseur puis comprimé sous haute pression.

Cette opération a pour effet d’échauffer le gaz qui atteint alors une tempéra-
ture de 90 °C.

Au sein du condenseur
Le gaz à 90 °C entre en contact avec la source chaude qui est à 25 °C.

14
I. Qu’est-ce qu’une pompe à chaleur ?

Le gaz baisse en température et cède une partie de sa chaleur à la source


chaude : tous deux sont à environ 45 °C.

Le gaz se condense et redevient liquide.

Au sein du détendeur
Le détendeur crée un environnement sous basse pression. Cette chute de
pression provoque une baisse de température du liquide (-20 °C).

Retour à la case départ, au sein de l’évaporateur !

Le liquide sous basse température entre en contact avec la source froide, qui
est froide certes, mais toujours plus chaude que le liquide. Le liquide chauffe
alors jusqu’à ébullition. Il est ensuite ré-aspiré par le compresseur.

Et ainsi de suite...
Les températures annoncées le sont à titre d’exemple. Elles varient en fait en
fonction du fluide utilisé. La logique reste toutefois identique en tous points.

Le compresseur
Tous les compresseurs ne se valent pas. Évitez les pompes à chaleur à
compresseur à piston, préférez-leur un compresseur scroll, au rendement
supérieur, tout en engendrant moins de vibration et de bruit.

Encore mieux : le compresseur rotatif, à un ou deux étages, qui permet de


délivrer une puissance constante quelle que soit la température de la source
froide (air, eau, sol), ce qui évite tout surdimensionnement.

Qu’ils soient scroll ou rotatifs, les compresseurs doivent aussi disposer d’un
système d’alimentation variable nommé « inverter ». Il permet un démarrage
progressif et évite les arrêts et redémarrages fréquents des modèles tradition-
nels qui usent prématurément les compresseurs.

15
I. Qu’est-ce qu’une pompe à chaleur ?

Le coefficient de performance
On appelle coefficient de performance, ou COP, le rapport « énergie ther-
mique restituée/énergie électrique consommée ». Avec un COP de 3, une
pompe à chaleur qui consomme 1 kWh d’électricité produit 3 kWh de
chauffage.

Les bonnes pompes à chaleur (certifiées NFPAC, voir la liste sur Certita.org)
ont un COP au moins supérieur à 3. La pompe à chaleur est éligible au crédit
d’impôt si elle a un COP supérieur à 3 (avec d’autres conditions à respecter).

Un COP est un rapport variable. Il dépend des qualités de la pompe à chaleur,


mais varie aussi selon les types d’installations.

Quelle mesure de référence ?


On distingue :
ππ le COP machine, qui est le niveau de performance déterminé en labora-
toire, donc dans des conditions d’essais éloignées de la réalité ;
ππ le COP système, qui prend en compte tous les éléments du système (la
pompe à chaleur, mais aussi les circulateurs, les pompes de relevage de
l’eau, les accessoires divers). Il est plus près de la réalité, mais encore
théorique ;
ππ le COPA ou COP annuel : il s’agit du COP système enregistré sur une
saison de chauffe. C’est celui qui donne le rendement réel de votre ins-
tallation. Selon la qualité de l’installation, il peut y avoir une grande
différence entre le COP machine et le COPA.

Comment décrypter le COP ?


Un COP d’une pompe à chaleur n’a de sens que s’il est accompagné de deux
températures de référence :
ππ la température du milieu dans lequel on puise les calories. Dans les textes
officiels, elle est indiquée +7 °C, sauf pour les pompes à chaleur sol-sol et
sol-eau (-5 °C) ;

16
I. Qu’est-ce qu’une pompe à chaleur ?

ππ la température de l’eau à la sortie de la pompe à chaleur : 35 °C si elle


alimente un plancher chauffant ; 50 °C pour des radiateurs basse tempé-
rature ; 65 °C voire plus pour des radiateurs haute température.
Quand on parle donc d’un COP 3 (+7 °C, 65 °C) pour une pompe à chaleur
air-eau par exemple, cela signifie que lorsqu’il fait 7 degrés dehors, la pompe
consomme 1 kWh d’électricité pour générer 3 kWh de chauffage en chauf-
fant l’eau à 65 °C.

Le COP est d’autant meilleur que la différence entre ces deux tempéra-
tures est faible : il est plus facile de chauffer de l’eau à 35 °C à partir d’un air
à 15 °C (20 °C d’écart), qu’une eau à 85 °C par une nuit d’hiver à -15 °C
(100 °C d’écart). Étonnant, non ?

Quand les températures extérieures deviennent négatives, certaines pompes


à chaleur (aérothermiques et géothermiques à capteurs horizontaux notam-
ment) doivent être soutenues par un appoint en électricité.

Le COP des machines hydrothermiques est souvent meilleur, car la tempé-


rature de l’eau dans laquelle la pompe à chaleur tire les calories est stable
autour de 10 °C, quelle que soit l’époque de l’année.

Les énergies alternatives en complément de la


pompe à chaleur : soleil ou gaz

La pompe à chaleur solaire


Les pompes à chaleur de type air-
eau, eau-eau ou sol-eau couplées
à des panneaux solaires peuvent
avantageusement être complé-
tées par des panneaux solaires.
On parle alors de « pompe à cha-
leur solaire ».

17
I. Qu’est-ce qu’une pompe à chaleur ?

Deux systèmes sont possibles, selon que l’énergie solaire intervient en relève
ou en complément de la pompe.

Pour l’eau chaude sanitaire uniquement :

ππ Les panneaux solaires alimentent un ballon d’eau chaude.


ππ La pompe à chaleur n’intervient qu’en appoint, lorsque l’ensoleille-
ment est insuffisant pour permettre le bon fonctionnement de panneaux
solaires.
Pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire :

ππ La pompe à chaleur dispose d’un circuit supplémentaire relié aux pan-


neaux solaires.
ππ Un fluide caloporteur circule entre les deux installations et amène les
calories générées par les panneaux solaires jusqu’à la pompe à chaleur,
améliorant ainsi ses performances.
La pompe à chaleur solaire présente de nombreux avantages écologiques et
financiers :

ππ Elle réduit votre consommation d’électricité.


ππ Cette installation couple deux équipements utilisant des énergies renou-
velables. Elle est donc plus respectueuse de l’environnement.
ππ Ce système peut également être utilisé pour chauffer une piscine.

La pompe à chaleur gaz


La pompe à chaleur fonctionne généralement à l’électricité. Cependant, des
pompes à chaleur au gaz naturel se développent aujourd’hui et offrent des
avantages non négligeables.

Les pompes à chaleur gaz sont de type air-eau (aérothermie) ou eau-eau


(géothermie), et fonctionnent sur le même principe qu’une pompe à chaleur
électrique. Il existe trois types de pompe à chaleur gaz : la pompe à moteur à
gaz, la pompe à absorption à gaz et la pompe à absorption-diffusion à gaz.

18
I. Qu’est-ce qu’une pompe à chaleur ?

Avec une température de l’eau atteignant les 65 à 70 °C, les pompes à cha-
leur gaz peuvent être utilisées pour tout type d’appareils de chauffage :
plancher chauffant, radiateurs ou ventilo-convecteurs.

Le principal avantage d’une pompe à chaleur gaz de type air-eau est qu’elle
conserve de bonnes performances même par des températures extérieures
basses, au contraire d’une pompe à chaleur électrique de même type. Une
pompe à chaleur gaz de type air-eau peut ainsi être autonome, contraire-
ment à une pompe à chaleur air-eau électrique qui nécessite un chauffage
d’appoint.

La pompe à chaleur à gaz de type eau-eau nécessite, quant à elle, deux fois
moins de surface de capteurs thermiques qu’une pompe à chaleur électrique.

Ces avantages sont dus au dégagement de chaleur entraîné par le moteur à


gaz ou par la réaction d’absorption.

La PAC gaz (quel que soit son type) présente d’autres avantages :

ππ Elle est réversible et peut ainsi assurer le rafraîchissement des bâtiments


l’été.
ππ Ses performances en font une solution intéressante pour atteindre les exi-
gences du label BBC (Bâtiment Basse Consommation), qui sera la norme
pour les constructions neuves à partir de 2012.
ππ Les fluides frigorigènes utilisés sont sans danger pour l’environnement.
ππ La pompe à chaleur à gaz est peu bruyante.
Toutefois, la pompe à chaleur gaz est encore récente, d’où le peu d’offres
présentes sur le marché. De plus, la pompe à chaleur gaz étant assez encom-
brante, elle est pour le moment principalement utilisée pour assurer le
chauffage dans des logements collectifs ou des entreprises.

19
I. Qu’est-ce qu’une pompe à chaleur ?

La pompe à chaleur à moteur à gaz


Pompe à chaleur à moteur à gaz
COMPRESSEUR MOTEUR
A GAZ

Gaz
naturel

ÉVAPORATEUR CONDENSEUR

Dégagement de chaleur Fluide à l’état liquide


Chaleur environnante Fluide à l’état gazeux

Ce modèle est le plus proche d’une pompe à chaleur classique électrique. Le


compresseur, qui permet d’échauffer le fluide frigorigène, fonctionne grâce à
un moteur à gaz au lieu d’un moteur électrique.

L’un des avantages d’un tel moteur est qu’il produit lui-même de la chaleur
durant son fonctionnement, chaleur qui est récupérée et utilisée par la pompe
à chaleur.

La pompe à chaleur à absorption à gaz


Dans le cas d’une pompe à chaleur à absorption à gaz, le fluide frigorigène
circulant dans la pompe à chaleur est composé d’ammoniac et d’eau.

20
I. Qu’est-ce qu’une pompe à chaleur ?

La circulation du fluide est assurée par un brûleur à gaz qui remplace le tradi-
tionnel compresseur mécanique. Ce brûleur à gaz chauffe le fluide et permet
l’évaporation de l’ammoniac. Le gaz ainsi obtenu dégage de la chaleur qui est
alors utilisée pour le chauffage.
Pompe à chaleur à absorption (circuit d’ammoniac)

CONDENSEUR

ÉVAPORATEUR Circuit d’eau


GENERATEUR

ABSORBEUR Transport de fluide


par la pompe

Brûleur à gaz
Dégagement de chaleur Fluide à l’état liquide
Chaleur environnante Fluide à l’état gazeux

La pompe à chaleur à absorption-diffusion à gaz


La pompe à chaleur à absorption-diffusion à gaz utilise des fluides frigori-
gènes composés d’eau, d’ammoniac et d’hélium.

21
I. Qu’est-ce qu’une pompe à chaleur ?

Le procédé est sensiblement identique à celui d’une PAC à absorption à gaz.


Là encore, c’est le brûleur à gaz qui permet l’évaporation du fluide.
Pompe à chaleur à absorption-diffusion (circuit d’ammoniac)

CONDENSEUR

ÉVAPORATEUR Circuit d’hélium Circuit d’eau


GENERATEUR

Transport de fluide ABSORBEUR


par diffusion dans l’hélium

Brûleur à gaz
Dégagement de chaleur Fluide à l’état liquide
Chaleur environnante Fluide à l’état gazeux

22
I. Qu’est-ce qu’une pompe à chaleur ?

La pompe à chaleur est-elle écologique ?


Oui et non. Tout dépend du point de vue.

OUI :
ππ car les pompes à chaleur
permettent de réaliser des
économies d’énergies en uti-
lisant majoritairement des
énergies renouvelables ;
ππ car les pompes à chaleur
ne sont pas des systèmes à
combustion et ne dégagent
pas de gaz à effet de serre.

NON :
ππ car les pompes à chaleur consomment malgré tout de l’électricité,
qui peut être à l’origine d’émission de gaz à effet de serre : gaz, fioul,
charbon ;
ππ car les pompes à chaleur utilisent un fluide dit frigorigène qui peut accé-
lérer le phénomène d’effet de serre (les HFC produisent ainsi de 1 300 à
39 000 fois plus de gaz à effet de serre que le CO2).
Toutefois, il n’y a rien à craindre tant qu’il n’y a pas de fuite dans le circuit. De
plus, dans les appareils récents, circulent des fluides de moins en moins nocifs.

Au total, la pompe à chaleur reste un procédé plus économique d’un point de


vue énergétique et plus favorable à l’environnement qu’un chauffage clas-
sique, même s’il n’est pas totalement écologique.

23
I. Qu’est-ce qu’une pompe à chaleur ?

AA Pour aller plus loin


Astuces

Quelle est la bonne alimentation de pompe à chaleur : monophasé ou


triphasé ?
par Rédaction ENR Chauffage

Une pompe à chaleur alimentée en triphasé limite l’intensité au démarrage du


compresseur, ce qui allonge sa durée de vie, mais l’équilibre des phases n’est
pas toujours aisé. Le choix du triphasé peut être intéressant dans le cas d’une
construction neuve ou d’une rénovation lourde comprenant la réfection du
réseau électrique. Dans une maison ancienne en monophasé, il est préférable de
conserver son installation, surtout si vous choisissez une PAC avec « inverter »,
un système électronique qui permet un démarrage progressif du compresseur.

Comment rendre une PAC écologique ?


par Rédaction ENR Chauffage

Une pompe à chaleur ne devient véritablement écologique qu’en étant alimen-


tée en électricité d’origine renouvelable. Si vous ne pouvez installer une centrale
photoélectrique ou une éolienne, optez pour un abonnement électrique certifié
d’origine renouvelable proposé par certains fournisseurs d’électricité (Alterna,
Poweo, Enercoop, Direct Energie…).

Ne pas confondre pression du fluide et de l’eau


par Jean-le-Bricoleur

Un petit conseil pour que le fonctionnement de la pompe à chaleur de la piscine


soit optimal. Lors des réglages, ne confondez pas pression du fluide frigorigène
et pression de l’eau dans les canalisations ; il ne s’agit pas de la même chose !
Vous n’obtiendrez un COP optimal que si le débit dans l’échangeur de la pompe
est bien réglé. Pourquoi ? Parce que c’est ce débit qui fait varier les échanges de
chaleur (et la pression du fluide frigorigène). Ainsi, il faut régler le débit de l’eau
en suivant la pression du fluide.
Enfin, avoir un filtre propre est obligatoire pour un débit correct de la pompe.

24
I. Qu’est-ce qu’une pompe à chaleur ?

La pompe à chaleur utilise la pression pour les échanges thermiques


par Active Confort

Une pompe à chaleur est un système qui extrait des calories à un milieu dit
« froid » pour les restituer à un autre milieu à une température plus élevée. C’est
le principe du réfrigérateur : on enlève de la chaleur à l’intérieur de ce dernier
pour la restituer à l’arrière de celui-ci, dans l’air ambiant de la pièce.
Ces milieux sont appelés respectivement source froide et source chaude.
Pour prendre des calories à une source froide, il suffit de la refroidir ; et pour
restituer ces calories à une source chaude, il faut la chauffer. Ces opérations
s’effectuent grâce à un fluide contenu dans la pompe à chaleur qui présente la
particularité de changer d’état (liquide ou gaz) quand on en modifie sa pression.
Le liquide tend à bouillir quand sa pression baisse et le gaz tend à se condenser
quand on augmente sa pression. Le liquide bout à des températures négatives en
produisant du froid et le gaz dégage de la chaleur en se condensant. Il est donc
important de noter qu’une pompe à chaleur récupère de la chaleur même pour
des températures d’air négatives.
La seule énergie à dépenser est par conséquent celle nécessaire au compresseur,
dont le rôle est d’augmenter la pression du gaz. Ceci présente un grand intérêt
dans la mesure où une faible quantité d’énergie fournie au compresseur per-
met de transférer une grande quantité de chaleur de la source froide à la source
chaude. L’utilisateur paie donc uniquement l’énergie nécessaire au fonctionne-
ment du compresseur à laquelle vient s’ajouter l’énergie prélevée gratuitement à
la source froide (air, eau ou terre).

La performance d’une pompe à chaleur en chaud et en froid


par Active Confort

La performance d’une pompe à chaleur, c’est-à-dire son rendement énergétique,


est donnée par son COP (coefficient de performance en mode chaud) et son EER
(coefficient de performance en mode froid).
ππ Un COP de 3,5 signifie qu’à 7 °C extérieur, 1 kW d’électricité consommé
fournit 3,5 kW de chauffage.
ππ Un EER de 3,5 signifie qu’à 35 °C extérieur, 1 kW d’électricité consommé
absorbe 3,5 kW de chaleur dans la pièce.

25
I. Qu’est-ce qu’une pompe à chaleur ?

Questions / réponses de pro

Calcul de puissance ?
Comment calculer et définir la puissance restituée d’une pompe à chaleur ?
Question de Yann77

ΔΔ Réponse de AC2AIR
Toutes les pompes ont quasiment les mêmes COP (coefficient de perfor-
mance) qui varient selon la puissance électrique de départ, ceux-là se situent
entre 3 et 4. Par exemple : pour 3 à 4 kWh d’énergie fournis par la pompe,
vous ne payez qu’1 kWh.
Maintenant, comment définir la puissance de départ ? C’est très simple, il
vous suffit de partir de la surface de vos pièces. Exemple : pour une pièce
de 25 m² vous multipliez 25 x 1 000, ce qui vous donne 25 000, vous avez
donc besoin pour cette pièce de 25 000 W soit 2,5 kW. Vous reproduisez le
même calcul dans vos autres pièces, puis vous additionnez la somme, ainsi
vous saurez de quelle puissance vous aurez besoin pour votre maison.
ΔΔ Réponse de Édouard
Oui, c’est très bien, mais ce n’est pas suffisant. Il manque le calcul de déper-
dition. Il est absolument indispensable pour calculer la puissance nécessaire.

Conseils pour choisir la puissance d’une pompe à chaleur


Comment choisir la puissance de ma pompe à chaleur ?
Question de Thomas10

ΔΔ Réponse de Rédaction ENR Chauffage


Seul un professionnel est capable de déterminer la puissance nécessaire
d’une PAC. Celle-ci dépend en effet de la température moyenne du sys-
tème de captage (air, sol, eau) et de la température de sortie, selon qu’elle
alimente un plancher chauffant (35 °C) ou des radiateurs (de 50 à plus de
65 °C). Il faut aussi réaliser au préalable un bilan thermique de la maison
afin de déterminer ses besoins énergétiques spécifiques. La puissance sera

26
I. Qu’est-ce qu’une pompe à chaleur ?

également différente si la PAC est destinée à fonctionner seule ou si elle


bénéficiera d’un appoint (poêle à bois, chaudière traditionnelle) en cas de
grand froid.

Quelle puissance pour ma pompe à chaleur ?


Plus nous contactons de représentants en PAC, plus nous avons d’avis différents
qui ne facilitent pas notre prise de décision, notamment en ce qui concerne la
puissance nécessaire : 17 kW selon le dernier, alors que pour les autres 14 kW
suffiraient pour une maison de 380 m3 avec une isolation « moyenne » (bonne
pour les 40 m² d’agrandissement récents, moins bonne pour les 100 m² construits
vers 1976).
Ce serait, à l’entendre, une sous-estimation « commerciale » destinée à éviter
de décourager la clientèle par un prix trop élevé. Mais si nous faisions ce choix,
nous le regretterions amèrement plus tard en nous apercevant que nous sommes
mal chauffés…
À qui se fier ?
Question d’Escargot

ΔΔ Réponse de Klimatherm
La puissance de la PAC ne fait pas tout. Il faut prendre en compte la puis-
sance de vos radiateurs et la température de départ par 0 °C dans votre
installation actuelle. Sans ces données, les calculs sont impossibles.
ΔΔ Réponse de Neuronyk
Effectivement, la puissance de la PAC ne suffit pas, et ceux qui dimen-
sionnent la PAC juste avec la surface sont des charlots…
Il y a plein de facteurs importants : l’isolation (surtout connaître les déper-
ditions), les amplitudes de la température extérieure/intérieure et enfin la
température d’eau nécessaire pour les diffuseurs, car il y a une nette diffé-
rence entre 35 et 70 °C…
Maintenant, l’idéal est de regarder les données fabriquant (souvent inexactes
d’ailleurs) pour savoir la puissance restante aux températures négatives
maximales constatées… La différence de puissance est compensée par l’ap-
point : électrique (attention à la puissance compteur) ou relève (attention à
la consommation).

27
I. Qu’est-ce qu’une pompe à chaleur ?

Je vois souvent des concurrents (je suis dans le métier) qui proposent des
PAC largement sous-dimensionnées en remplacement de chaudières (soit
pour afficher un prix plus bas, soit pour ne pas avoir à passer l’installation
électrique en triphasé, soit par ignorance), et qui ne regardent même pas le
compteur… ni l’endroit où la placer !
Et vous n’imaginez pas le nombre de petites chaudières à granulés que je
place pour compléter des installations de PAC mal étudiées… Maintenant,
ce n’est pas dur, dans 90 % des cas, à 0 °C, la PAC n’a presque plus de puis-
sance pour apporter de l’eau à 45/50 °C…
S’il est vrai que les vendeurs veulent faire des ventes… quelquefois au détri-
ment du client, il faut aussi voir les clients qui veulent acheter au plus bas
prix et sont prêts à écouter n’importe qui et n’importe quoi… et qui traitent
les vrais pros de voleurs ou d’incompétents…
Juste un exemple : M. X, ingénieur, a une vielle maison de 250 m² pas du
tout isolée, chauffée au propane pour 4 000 € avec un compteur de 6 kW…
Des malfaisants lui ont proposé une PAC de 16 kW en remplacement d’une
chaudière pour environ 15 000 €, ils lui annonçaient 750 € de consomma-
tion et un fonctionnement sans appoint… J’oubliai, le client habite à 400 m,
en zone froide (DJU 2480). Eh bien, il allait signer ! (Le Père Noël n’existe
pas ! Quand c’est trop beau, c’est TROP beau !) Heureusement, on lui a
expliqué par A+B ce qui posait problème (si à 0 °C la PAC a 5 kW de puis-
sance et que pour fournir de l’eau à 35 °C il lui faut 18 kW, qui apporte la
puissance manquante ? Pensez-vous que c’est judicieux, une PAC 16 kW ?
À votre avis, combien va-t-il rester de puissance sur vos 6 kW compteur ?).
Maintenant, il est équipé d’une installation fonctionnelle en granulés, pour
une consommation d’environ 1 100 à 1 200 €, sans appoint, pour un peu
moins de 22 000 €.

28
II.
Les différents types de pompe à chaleur

Les différents modèles de pompe à chaleur présentent chacun des avantages


et des inconvénients. On choisira le type de pompe à chaleur en fonction du
climat et des contraintes du bâtiment (neuf ou rénovation, place disponible
pour le gainage, possibilité d’accéder à une nappe phréatique, etc.).

Typologie des pompes à chaleur

Les pompes à chaleur air-air


La pompe à chaleur air-air est, avec la air-eau, le modèle le plus souvent ins-
tallé. Elle puise l’énergie dans l’air extérieur et la restitue en propulsant de l’air.

Elle a l’avantage d’être moins chère que les autres modèles, facile à installer,
compatible avec votre installation actuelle, utilisable en appartement et de
pouvoir chauffer et climatiser.

De plus, le plus souvent, elle fonctionne également en climatisation.

29
II. Les différents types de pompe à chaleur

Mais elle ne peut pas constituer un chauffage autonome dans les régions où il
fait froid : il est difficile d’obtenir une température ambiante de 19 °C quand
il fait -5 °C dehors !

Attention, les pompes de moins bonne qualité peuvent être bruyantes.

Cette pompe à chaleur ne bénéficie pas du crédit d’impôt.

Les pompes à chaleur air-eau


La pompe à chaleur air-eau est, avec la pompe air-air, le modèle le plus sou-
vent installé. Elle puise l’énergie dans l’air extérieur et la restitue en chauffant
de l’eau (comme une chaudière).

Cette pompe à chaleur peut s’adapter à un chauffage existant (radiateurs à


eau) de façon relativement simple :

ππ les pompes à chaleur haute température (plus de 65 °C) sont compatibles


avec les radiateurs existants d’un chauffage central classique ;
ππ elle est compatible avec des radiateurs basse température et/ou un plan-
cher chauffant ;
ππ elle est utilisable en appartement.
Elle peut chauffer, climatiser (ou plutôt rafraîchir) et produire de l’eau chaude
sanitaire.

De plus, elle peut fonctionner sans chauffage d’appoint pour les systèmes
les plus performants et si le climat n’est pas trop rude. Les pompes à chaleur
les plus récentes, souvent onéreuses, supportent même désormais les grands
froids (jusqu’à -25 °C).

Enfin, moins chère que les pompes sol-eau ou eau-eau (installation plus
simple), elle bénéficie d’un crédit d’impôt.

30
II. Les différents types de pompe à chaleur

Les pompes à chaleur sol-eau et sol-sol


D’une bonne performance, elles peuvent fonctionner en autonomie sans
chauffage d’appoint, produire de l’eau chaude sanitaire et dans certains cas,
rafraîchir le logement, mais pas climatiser. Leur technologie est bien maîtrisée.

Ce système de pompe à chaleur est compatible uniquement avec des radia-


teurs à basse température et/ou un plancher chauffant. Il nécessite un grand
jardin dans le cas de capteurs horizontaux, ou alors le surcoût du forage si les
capteurs sont verticaux.

Ces pompes à chaleur bénéficient d’un crédit d’impôt.

Les pompes à chaleur eau-eau


D’une bonne performance, elles peuvent
fonctionner en autonomie sans chauffage
d’appoint. Elles permettent de chauffer
l’eau chaude sanitaire et dans certains cas
de rafraîchir.

Elles sont compatibles avec des radiateurs


basse température et/ou un plancher
chauffant. Les pompes à chaleur haute
température (eau à plus de 65 °C) sont
compatibles avec les radiateurs existants
d’un chauffage central classique.

Elles nécessitent d’avoir un point d’eau ou


une nappe à proximité et de creuser deux
forages (un pour capter l’eau, l’autre pour
la rejeter). Un puits existant peut servir de forage.

Ces pompes à chaleur bénéficient d’un crédit d’impôt.

31
II. Les différents types de pompe à chaleur

L’aérothermie
Une pompe à chaleur capte les calories présentes dans l’environnement et,
grâce à un compresseur, les porte à une température plus élevée qu’elle
diffuse ensuite dans la maison. La pompe fonctionne à l’électricité, mais
elle consomme peu : vous économisez jusqu’à 60 % sur votre facture de
chauffage.

Une pompe à chaleur peut puiser son énergie dans l’eau, le sol ou l’air. La
pompe à chaleur dite aérothermique puise la chaleur contenue dans l’air.

Cette chaleur peut être restituée de deux façons :

ππ en propulsant de l’air : on parle de pompe à chaleur air-air ;


ππ en chauffant de l’eau : pompe à chaleur air-eau.
Comme les pompes à chaleur utilisent les calories contenues dans l’air
ambiant, les capteurs sont regroupés dans une ou plusieurs « bornes » ados-
sées au mur ou placées dans votre jardin.

Il existe des pompes à chaleur :

ππ air-air : la pompe à chaleur est


reliée à des ventilo-convecteurs qui
brassent l’air frais de la pièce, le
réchauffe, avant de le pulser à nou-
veau dans l’habitation ;
ππ air-eau : la pompe chauffe de l’eau
qui ensuite circule dans un plancher
chauffant ou des radiateurs.

Pompe à chaleur air-air


La pompe à chaleur air-air est la plus répandue avec la pompe à chaleur air-
eau. La pompe à chaleur air-air puise la chaleur contenue dans l’air et la
restitue en pulsant de l’air chaud dans l’habitation.

32
II. Les différents types de pompe à chaleur

Les pompes à chaleur air-air utilisent les calories contenues dans l’air ambiant.
Les capteurs sont regroupés dans une ou plusieurs « bornes » adossées au
mur ou placées dans votre jardin.

La pompe à chaleur est reliée à des ventilo-convecteurs qui brassent l’air frais
de la pièce, le réchauffe, avant de le diffuser à nouveau dans l’habitation via
des pulseurs appelés split.

Aujourd’hui, les climatiseurs réversibles sont des pompes à chaleur air-air


réversibles : les deux dénominations recouvrent les mêmes appareils.

Les avantages : simple et moins chère


Là encore, sa simplicité d’utilisation et d’installation est sa force : ni chantier ni
autorisation administrative préalable.

La pompe à chaleur air-air est adaptée à la rénovation comme à la construc-


tion neuve et elle est utilisable en maison comme en appartement.

L’investissement étant réduit, il est rentable rapidement : 5 000 à 8 000 € TTC


pour une surface de 100 m². Attention toutefois : le coût ne dépend pas uni-
quement de la surface à chauffer, mais également du nombre de pièces et de
diffuseurs qu’il faudra installer.

La plupart des pompes à chaleur air-air sont réversibles et peuvent donc fonc-
tionner comme climatiseur l’été.

Les inconvénients
La pompe à chaleur air-air capte les calories dans l’air ambiant, son ren-
dement est par conséquent dépendant de la température extérieure.
Concrètement, plus l’air est froid, moins les pompes sont performantes. En
dessous de certains seuils de température (variables, selon les machines, de
+3 à -20 °C), le système perd en efficacité. Dans ce cas, une résistance élec-
trique prend le relais de la pompe à chaleur air-air. Il peut être alors nécessaire
de recourir à un chauffage d’appoint.

33
II. Les différents types de pompe à chaleur

Pour ne pas avoir de souci, optez pour une pompe à chaleur air-air qui fonc-
tionne bien par basse température (vérifiez son COP pour des températures
inférieures à -5 °C).

Le groupe extérieur de certaines pompes à chaleur aérothermiques est parfois


bruyant. Toutefois, il ne faut pas dramatiser ce point, les meilleures machines
sont maintenant bien insonorisées. Pour bien vous rendre compte, demandez
à visiter une installation équipée de votre future pompe à chaleur.

Depuis janvier 2009, les pompes air-air ne sont plus éligibles au crédit d’impôt
ni à la TVA à taux réduit.

Pompe à chaleur air-eau


La pompe à chaleur air-eau
est la plus répandue avec la
pompe à chaleur air-air. Elle
puise la chaleur contenue dans
l’air et la restitue par un circuit
d’eau alimentant un plancher
chauffant ou des radiateurs.

Les pompes à chaleur air-eau


utilisent les calories conte-
nues dans l’air ambiant. Les
capteurs sont regroupés dans
une ou plusieurs « bornes » adossées au mur ou placées dans votre jardin. La
pompe à chaleur chauffe de l’eau qui alimente ensuite un plancher chauffant
ou des radiateurs basse ou haute température.

Les avantages : simple et efficace


Sa simplicité d’utilisation et d’installation fait sa force : ni gros chantier ni
autorisation administrative préalable.

34
II. Les différents types de pompe à chaleur

La pompe à chaleur air-eau est adaptée aussi bien à la rénovation qu’à la


construction neuve.

En matière de rénovation :

ππ une pompe à chaleur haute température peut facilement remplacer la


chaudière thermique existante d’un chauffage central ;
ππ vous conservez donc vos radiateurs et votre circuit de chauffage ;
ππ si vous souhaitez garder votre chaudière, vous pouvez également installer
la pompe à chaleur en « relève » de chaudière (en complément) ;
ππ vous devrez opter pour une pompe à chaleur haute température si vos
radiateurs sont des radiateurs classiques.
En matière de construction :

ππ toutes les options sont ouvertes !


ππ vous pouvez installer une pompe à chaleur air-eau sans chaudière. Les
pompes à chaleur les plus récentes continuent de fonctionner même
quand la température extérieure descend à -20 °C ;
ππ idéalement, avec un plancher chauffant et un système basse température.
L’investissement reste limité, rentable rapidement : 7 000 à 15 000 € TTC
(avant crédit d’impôt) pour une surface de 100 m². Il faut ajouter à ce faible
coût le fait que les pompes à chaleur air-eau sont éligibles au crédit d’impôt
(25 % en 2010).

Les inconvénients
La pompe à chaleur air-eau capte les calories dans l’air ambiant, son ren-
dement est par conséquent dépendant de la température extérieure.
Concrètement, plus l’air est froid, moins les pompes sont performantes. En
dessous de certains seuils de température (variables, selon les machines, de
+3 à -20 °C), le système perd en efficacité. Dans ce cas, une résistance élec-
trique prend le relais de la pompe à chaleur. Il peut être alors nécessaire de
recourir à un chauffage d’appoint.

35
II. Les différents types de pompe à chaleur

Autre inconvénient : le groupe extérieur de certaines pompes à chaleur aéro-


thermiques est parfois bruyant. Toutefois, comme pour les pompes à chaleur
air-air, il ne faut pas dramatiser ce point, les meilleures machines sont main-
tenant bien insonorisées. Pour bien vous rendre compte, demandez à visiter
une installation équipée de votre future pompe à chaleur.

La géothermie

La pompe à chaleur dite


géothermique puise la cha-
leur contenue dans le sol.
Les capteurs de calories sont
installés dans votre jardin.
Trois possibilités s’offrent à
vous :

ππ Les pompes à chaleur à


capteurs horizontaux : de
longs tubes en polyéthylène
sont disposés en serpentin
dans le jardin et enterrés
à faible profondeur (entre
0,6 m et 1,2 m). C’est la
solution la plus simple,
recommandée lorsque la
configuration de votre jardin s’y prête. Ces pompes à chaleur sont moins
sensibles aux variations de température que les pompes à chaleur aéro-
thermiques, sauf en cas de gel persistant.
ππ Les pompes à chaleur à capteurs verticaux, aussi appelées sondes géo-
thermiques : les sondes sont installées jusqu’à 100 m en profondeur,
après forage réalisé par une entreprise spécialisée et si le sous-sol le per-
met. Elles sont utilisées lorsque la superficie du jardin est insuffisante. Les
sondes verticales sont plus chères et plus performantes que les capteurs
horizontaux.

36
II. Les différents types de pompe à chaleur

ππ Les pompes à chaleur à capteurs elliptiques, mélange des deux tech-


niques précédentes. Ses nouveaux capteurs se présentent sous forme
d’une spirale de 40 cm de diamètre sur 3 m de long. Ils sont disposés
dans des trous de 5 m de profondeur réalisables avec des engins de chan-
tier standards (tarière). Rapides à mettre en œuvre, ils demandent moins
de surface que les capteurs horizontaux.

Trois solutions pour transporter la chaleur


Les capteurs en place, un fluide va circuler en leur sein pour capter les calo-
ries et les transporter jusqu’à la pompe à chaleur. Un autre fluide (parfois le
même) circule entre la pompe à chaleur et les émetteurs de chaleur situés
dans la maison. Quels sont les fluides utilisés dans les pompes à chaleur ?

ππ Eau glycolée-eau : eau avec antigel entre les capteurs géothermiques et


la pompe à chaleur et eau pure dans le circuit de chauffage (plancher ou
radiateurs). Cette technologie est bien maîtrisée.
ππ Sol-sol ou « à détente directe » : le fluide frigorigène de la pompe à cha-
leur circule directement des capteurs géothermiques jusqu’au circuit de
chauffage, généralement un plancher chauffant. Cette installation est
délicate, car elle ne tolère pas les fuites (en effet le liquide est très émet-
teur de gaz à effet de serre). Ce système est peu adapté à la fonction
climatisation.
ππ Sol-eau ou « procédé mixte » : le liquide frigorigène de la pompe à cha-
leur circule dans le capteur géothermique. La pompe à chaleur transmet
ensuite la chaleur à de l’eau « ordinaire » dans le circuit de chauffage
(plancher ou radiateurs).

37
II. Les différents types de pompe à chaleur

Coût et performance de la pompe à chaleur sol *

Sol-Sol/Sol-Eau Eau glycolée-eau


• Capteurs horizontaux :
8 000 à 13 000 €
Investissement TTC (avec option
7 000 à 10 000 € TTC
initial rafraîchissement)
Coût pour • Capteurs verticaux :
100 m² 15 000 à 20 000 € TTC
Crédit d’impôt Oui si rendement COP > 3 pour T° de -5 °C
Consommation 25 à 40 € TTC/mois
Maintenance 150 €/an
• Performant
Autonomie • Chauffage d’appoint non nécessaire
Performance • Convient au climat froid
Rapidité de chauffe Bonne
Eau chaude
Oui Oui
sanitaire
Rafraîchissement Non si plancher chauffant Oui
Adaptation pos-
sible à un système
Divers de chauffage Non Oui
existant basse
température
Capteurs verticaux impos-
Nécessite une qualité
Divers sibles, donc nécessite une
d’installation irréprochable
grande surface de terrain

* Ces chiffres sont donnés pour une habitation récente (années 1980) correctement iso-
lée avec une surface au sol de 100 m² et une hauteur sous plafond de 2,5 m. Ils peuvent
varier très significativement en fonction de la qualité de votre isolation et de vos habi-
tudes de consommation. La consommation annuelle de chauffage est estimée sur une base
de 15 000 kWh, à partir des critères énoncés ci-dessus.

38
II. Les différents types de pompe à chaleur

Pompe à chaleur eau


La pompe à chaleur eau
puise la chaleur contenue
dans une nappe phréatique
ou un cours d’eau proche de
chez vous. On l’appelle éga-
lement géothermique. Notez
que la pompe à chaleur eau-
eau est parfois catégorisée
en géothermie parfois en
hydrothermie.

Les installations les plus fré-


quentes sont les pompes
à chaleur qui puisent l’eau
dans une nappe phréatique,
la température de l’eau y
étant assez élevée (entre 7 et
12 °C) et surtout constante.

Les lacs et les cours d’eau offrent également la possibilité d’installer une
pompe à chaleur. Une partie du chauffage urbain de la ville de Zurich est ainsi
assuré par des pompes à chaleur alimentées par l’eau d’un lac à 4 °C.

Un puits existant ou un forage vertical permet d’atteindre la nappe. Il ne doit


pas être trop profond, car l’électricité nécessaire pour relever l’eau jusqu’à la
surface réduirait l’intérêt de recourir à une pompe à chaleur.
* Attention : un seul forage oblige à faire une boucle avec du liquide frigorigène, avec
un risque de fuite préjudiciable à l’environnement. Il y a un risque également de tarir
la nappe. Un système à deux forages est donc souvent préconisé : un de captage et un
second pour rejeter l’eau dans son milieu d’origine, ce qui évite de tarir la source de
calories.

39
II. Les différents types de pompe à chaleur

Les avantages : rendement constant


Encore mieux qu’une pompe à chaleur géothermique, la pompe à chaleur sur
eau fonctionne et chauffe de la même manière, même quand il fait froid. Le
COP est donc constant. En effet, la chaleur de l’eau de la nappe est relative-
ment stable.

Les économies d’énergie sont même supérieures aux pompes à chaleur air si
la nappe d’eau n’est pas trop profonde.

Les inconvénients
Le prérequis évident est d’avoir un point d’eau ou une nappe à proximité
ayant un débit suffisant.

L’installation est onéreuse, car il faut faire un voire deux forages, plus ou
moins profonds, ou avoir un puits. De plus, elle est réglementée : il faut faire
des démarches administratives pour modifier les sous-sols et le chantier doit
être réalisé par une entreprise agréée.

Enfin, l’eau de la nappe ne doit pas être trop profonde. En effet, une pompe
de relevage fonctionnant à l’électricité est nécessaire pour l’amener jusqu’à la
pompe à chaleur.

40
II. Les différents types de pompe à chaleur

Coût et performance de la pompe à chaleur eau *

Investissement initial 8 000 à 13 000 € TTC


Oui (à 40 %) si rendement COP > 3 pour
Coût pour Crédit d’impôt
T° de -5 °C
100 m²
Consommation 25 à 40 € TTC/mois
Maintenance 150 €/an
• Performant
Autonomie • Chauffage d’appoint non nécessaire
Performance • Convient au climat froid
Rapidité de chauffe Très bonne
Eau chaude sanitaire Oui
Rafraîchissement Oui
Possibilité d’adaptation à un
Divers système existant de chauffage Oui
basse T°
• Nécessite une nappe ou un cours d’eau
Divers
• Autorisation administrative

* Ces chiffres sont donnés pour une habitation récente (années 1980) correctement iso-
lée avec une surface au sol de 100 m² et une hauteur sous plafond de 2,5 m. Ils peuvent
varier très significativement en fonction de la qualité de votre isolation et de vos habi-
tudes de consommation. La consommation annuelle de chauffage est estimée sur une base
de 15 000 kWh, à partir des critères énoncés ci-dessus.

41
II. Les différents types de pompe à chaleur

AA Pour aller plus loin


Astuces

Les déclarations à effectuer pour le forage d’une PAC


La réalisation d’un forage vertical est encadrée par trois codes différents qui
sont : le Code minier, le Code de l’environnement et le Code civil.
ππ Le Code minier est dirigé par les DRIE (Directions régionales de l’industrie,
de la recherche et de l’environnement) et exige que tous forages ayant une
profondeur supérieure à 10 m soient déclarés. Pour un forage avec une
profondeur supérieure à 100 m, une autorisation est obligatoire.
ππ Le Code de l’environnement s’applique lorsque vous prélevez de l’eau. Si
la profondeur est inférieure à 100 m, une autorisation est obligatoire ; en
dessous de 100 m, une déclaration suffit.
ππ Le Code civil mentionne la responsabilité qui est donnée au maître
d’ouvrage pendant 10 ans sur tous dégâts engendrés par la réalisation du
forage et son exploitation.
Les formulaires de déclaration sont disponibles en mairie ou sur le site Internet du
Ministère de l’Écologie, du développement durable, du transport et du logement.
Des distances de sécurité doivent être respectées lorsque vous décidez d’installer
une PAC :
ππ être à plus de 200 m de décharges ou de zones de déchets,
ππ être à plus de 35 m de n’importe quel type d’ouvrage d’assainissement,
ππ être à plus de 35 m de tous produits dangereux et extrêmement polluants
tels que les hydrocarbures, les produits chimiques et les autres produits du
même type.
Quand faire sa déclaration de forage pour une PAC ?
ππ Vous devez déposer un formulaire, dans votre mairie, de déclaration de
l’intention de réaliser un ouvrage au moins un mois avant le début des
travaux.
ππ Vous devez ensuite actualiser la déclaration initiale en fonction des travaux
qui auront été réalisés, dans un délai maximum d’un mois après la fin
des travaux. Ce formulaire est à accompagner des résultats de l’analyse

42
II. Les différents types de pompe à chaleur

de la qualité de l’eau lorsque cette eau est destinée à la consommation,


selon l’article R. 1321-1 du code de la santé publique. Le Code de la santé
publique précise que l’eau destinée à l’alimentation de plus d’une famille
doit avoir fait l’objet d’une autorisation préfectorale. Il prévoit également
que si cette eau est destinée à l’alimentation de plus de 50 personnes, ou si
le débit journalier est supérieur à 10 m3, ou quel que soit le débit dans le
cadre d’une activité commerciale, elle est soumise au contrôle sanitaire de
la DDASS (article L. 1321-4 III du Code de santé publique).

Les labels de qualité pour les forages et puits géothermiques


L’installation de sondes géothermiques nécessite un forage et l’exploitation de
nappes phréatiques exige l’installation de puits.
L’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), EDF et
le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) ont mis en place un
Engagement qualité des entreprises de forage des sondes géothermiques verti-
cales. Ce label a pour but d’obtenir un haut niveau de qualité dans la réalisation,
l’utilisation, et la pérennité de ces installations.
Ce que garantit ce label :
ππ une sécurité sur les chantiers,
ππ des conseils à l’attention des clients,
ππ une installation qui prend en compte la protection de l’environnement,
ππ l’application des dernières technologies de forage pour protéger les nappes
phréatiques et les eaux de surface,
ππ l’utilisation d’un matériau de haute qualité technique pour les sondes.
Vous pourrez trouver les entreprises signataires de cet engagement auprès de
Géothermie perspectives.
L’EDF, l’Ademe et le BRGM ont également mis en place AquaAC, qui garantit
une ressource souterraine en eau, même à faible profondeur, et une indemnité
qui vous sera versée en cas de débit d’eau insuffisant et/ou si le débit diminue
après l’installation.
Comment faire face à une mauvaise qualité d’eau ?

43
II. Les différents types de pompe à chaleur

Avant d’installer votre pompe à chaleur, appréhendez la nature de l’eau que


vous allez puiser. Si vous observez des particules en suspension comme du cal-
caire, installez un filtre.
Si votre eau a une forte teneur en fer ou manganèse, cela peut perturber le bon
fonctionnement de votre pompe à chaleur ; installez un échangeur entre les puits
et la pompe à chaleur, préférez un échangeur que vous pourrez démonter ce qui
facilitera le nettoyage. Certains pros proposent des pompes à chaleur avec un
échangeur intégré.

Savoir si je suis sur une roche perméable pour ma pompe à chaleur


En un simple clic, vous pourrez connaître la capacité de stockage en eau de votre
sol grâce au Bureau de recherches géologiques et minières.
Vous pouvez trouver sur le site Géothermie perspective un document appelé Atlas
hydrogéologique, réalisé par le Bureau de recherches géologiques et minières.
Vous pourrez localiser les zones aquifères (suffisamment poreuses pour stocker
de l’eau) d’une région et leurs particularités. Vous pourrez trouver le taux d’ex-
ploitation possible de nappe phréatique dans votre commune.
Certains installateurs ne possèdent pas les qualités requises pour calculer les
besoins thermiques de votre installation, faites appel à des bureaux d’études,
frigoristes ou chauffagistes.

Quel permis pour le forage d’une nappe phréatique ?


Toutes déclaration et demande d’autorisation doivent se faire auprès des
Directions régionales de l’industrie, de la recherche et de l’environnement (DIRE).
ππ Pour une profondeur de moins de 100 m et un débit en calories de
moins de 200 thermies, vous devez faire une déclaration au nom du
Code de l’environnement, dont le but est de régir les actions menées sur
l’environnement.
ππ Pour une profondeur supérieure à 10 m, avec un débit calorifique supérieur
à 200 thermies, vous devez demander un permis d’exploitation minier et
obtenir une autorisation au nom du Code de l’environnement.

44
II. Les différents types de pompe à chaleur

ππ Si la profondeur est supérieure à 100 m, une demande de permis


d’exploitation doit être effectuée et vous devrez obtenir une autorisation
au nom du Code de l’environnement.

Questions / réponses de pro

Dégivrage : réglage d’une pompe à chaleur air-eau


Je possède une pompe à chaleur air-eau, comment la régler pour le froid ? Je
n’ai pas trop de renseignements de mon installateur et elle a du mal à dégivrer
à partir de -5 °C.
Question de Jose85

ΔΔ Réponse de ThermoClima
Une PAC peut travailler très bas si elle est de qualité, bien dimensionnée,
etc. Le givrage peut aussi venir d’un manque de charge. J’installe des PAC
dans une région très froide et je n’ai aucun souci de givrage, même par
-15 °C ! Bien réglée, bien dimensionnée, bien installée et tout va bien !
ΔΔ Réponse de AC2AIR
Dans le cas d’une PAC air-eau ou air-air, le dégivrage est lancé dès que
l’échangeur (évaporateur) comporte une quantité importante de givre. Et
ceci de manière automatique, par l’intermédiaire de sondes placées au
niveau de l’échangeur. Le dégivrage est réalisé grâce à une inversion de
cycle de la machine, c’est-à-dire que l’évaporateur à l’état initial, qui capte
et absorbe des calories, devient cette fois-ci le condenseur, afin de faire
fondre l’ensemble du givre. Cette étape est très rapide et dure aux alentours
de 2 à 5 mn. À la fin du dégivrage, le cycle s’inverse à nouveau pour pro-
duire le chauffage de la maison.

Performance d’une PAC dans une région froide


J’habite dans un coin où il fait froid (parfois -5 °C l’hiver), une pompe à chaleur
est-elle suffisante pour moi ?
Question de Denis32

45
II. Les différents types de pompe à chaleur

ΔΔ Réponse de Rédaction ENR Chauffage


Les pays européens les plus équipés en pompe à chaleur sont les pays
Scandinaves, l’Allemagne ou la Suisse. Donc oui, une pompe à chaleur
convient aussi aux régions plus froides. Maintenant, il faut choisir le bon
système.
Les pompes eau-eau, sol-eau sont très bien adaptées, car elles vont puiser
leur chaleur dans le sol ou l’eau d’une nappe phréatique, dont la tempéra-
ture ne baisse pas beaucoup même lors d’une vague de froid.
Certaines pompes air-eau, notamment les plus récentes, feront très bien
l’affaire si vous choisissez la bonne puissance et de la qualité.
Vous pouvez éventuellement faire installer la pompe air-eau en complé-
ment d’une chaudière qui prendra le relais en cas de grand froid.
Autre possibilité : la pompe est équipée d’une résistance électrique qui
prend le relais s’il fait trop froid.
Les pompes à chaleur air-air sont moins performantes en cas de grand froid
(vous devrez compléter par un chauffage d’appoint).

Doit-on garder sa chaudière si on installe une PAC air-eau ?


Doit-on garder une chaudière lorsqu’on installe une pompe à chaleur dans une
maison ancienne de 115 m2 et d’un volume de 335 m3 ?
Question de Sylvie

ΔΔ Réponse de Georges 39
Avant de répondre, quelle est votre consommation équivalent fioul/an ?
Dans quelle région habitez-vous ? Les températures moyennes sont-elles
basses en hiver ?
ΔΔ Réponse de STS-Énergies
Attention aux pièges de la relève de chaudière ! De nombreux vendeurs
vous préconiseront une relève car leur machine est incapable d’avoir de
bons rendements en dessous de 0 °C extérieur, ce qui engendre l’installa-
tion d’un appoint électrique, un compresseur en sur-régime et donc un bilan
catastrophique ! Pour savoir quelle pompe à chaleur est adaptée à votre
bâtiment, il faut déterminer quelles sont vos déperditions d’énergie (état

46
II. Les différents types de pompe à chaleur

de l’isolation), sur quels émetteurs vous travaillez (radiateurs), dans quelle


région vous êtes et bien sûr, demander les qualifications obligatoires au
nom de l’entreprise qui réalisera les travaux.
ΔΔ Réponse de Patounet
Vous pouvez aussi installer de la vraie haute température, qui annulera
le besoin de relève de chaudière, vous pourrez donc vous débarrasser de
celle-ci !
ΔΔ Réponse de Chauffe-eau.fr
Tout dépend du modèle et des performances de la pompe à chaleur, faites
appel à un spécialiste qui pourra faire une étude thermique précise et vous
proposer un modèle adapté à vos besoins.
Il y a des PAC haute température qui ne nécessitent pas d’être en relève de
chaudière.

Chaudière relais qui s’enclenche en plus de la PAC


Ma pompe à chaleur est couplée à une chaudière fioul qui s’enclenche très sou-
vent, même lorsque les températures extérieures sont proches du positif, est-ce
normal ?
Question de Kali33

ΔΔ Réponse de Air’Froid D.D.L


Non, ce n’est pas normal, à moins que votre PAC soit trop faible (étude mal
faite…). Si votre PAC est bien la bonne, il faut faire revenir l’installateur
pour faire le bon réglage de sonde.
ΔΔ Réponse de RolandVelo
Vérifiez également le thermostat de la chaudière qui doit être réduit au
minimum (60 °C) en mi-saison.

47
III.
Radiateurs, plancher chauffant
ou ventilo-convecteurs ?

Vous réfléchissez à l’installation d’une pompe à chaleur en rénovation ou en


construction neuve, vous devez comprendre comment la chaleur sera diffu-
sée. Voici les options principales :

ππ soit une pompe à chaleur à diffusion eau (air-eau, sol-eau ou eau-eau) :


la pompe chauffe de l’eau qui circule via des radiateurs basse ou haute
température (les radiateurs classiques) et/ou un plancher chauffant ;
ππ soit une pompe à chaleur à diffusion air (air-air) : l’air chaud est pulsé via
des ventilo-convecteurs.

Les radiateurs
Il existe deux types de système, à haute tempéra-
ture et à basse température.

48
III. Radiateurs, plancher chauffant ou ventilo-convecteurs ?

Les radiateurs haute température


Ce sont les radiateurs à eau classiques qui équipent probablement votre habi-
tation. L’eau a une température supérieure à 65 °C.

Ces radiateurs doivent être alimentés par une pompe à chaleur haute tempé-
rature : ces pompes sont plus récentes que celles à basse température et un
peu plus onéreuses, mais les plus performantes fonctionnent très bien.

Les radiateurs basse température


Les radiateurs basse température fonctionnent comme des radiateurs clas-
siques, ils sont juste de taille supérieure pour offrir une surface d’échange
beaucoup plus importante.

Ces radiateurs doivent être alimentés par une pompe à chaleur basse tempé-
rature (55 °C).

Si vous construisez et que vous n’avez pas encore acheté de radiateurs, l’op-
tion basse température est probablement la meilleure (la pompe à chaleur est
plus performante et moins chère en basse température).

Plancher chauffant
Le plancher chauffant est très agréable. La
température du sol ou du mur ne dépasse
pas 28 °C et la chaleur est bien répartie.

Dans les dispositifs les plus récents, on n’a


plus la sensation de jambes lourdes comme
dans les anciens planchers chauffants et
l’ensemble est énergétiquement efficace.

De plus, le plancher chauffant libère de la


place, car il n’y a pas de radiateurs. Il ne
produit pas d’air pulsé ; il n’y a donc pas de
déplacement d’air et de poussière.

49
III. Radiateurs, plancher chauffant ou ventilo-convecteurs ?

Le plancher chauffant est facile à mettre en œuvre si vous construisez, mais


délicat, voire impossible, si vous rénovez une habitation existante (en réno-
vation, le plancher chauffant rehausse le sol de quelques centimètres, ce qui
oblige à couper le bas des portes).

Il est compatible avec presque toutes les matières ayant une certaine inertie
et insensibles à la condensation : carrelage, béton, terre cuite… Bien entendu,
il n’est pas compatible avec la moquette ou le parquet, qu’il soit flottant ou
collé.

Attention à ne pas faire de trous dans le circuit d’eau en perçant le plancher


ou le mur !

Le rafraîchissement est possible avec une pompe à chaleur réversible (elle


fonctionne alors comme un réfrigérateur), mais ce n’est pas de la climati-
sation. La température de la pièce ne baissera que de quelques degrés, le
plancher ne pouvant baisser en dessous de 22 °C au risque de produire de la
condensation à la surface du sol.

Haute ou basse température ?


Si vous construisez et que vous n’avez pas de contrainte, vous devrez choisir
entre haute et basse température.

En règle générale, plus la différence de température entre le milieu extérieur


et l’eau circulant dans les radiateurs est réduite, meilleur est le rendement de
la pompe à chaleur. Celle-ci est plus efficace quand elle puise les calories dans
un air à 10 °C et produit de l’eau à 35 °C pour un plancher chauffant (diffé-
rence de 25 °C), que si à l’extérieur il fait -5 °C et qu’il faut produire une eau
à 80 °C qui alimentera des radiateurs ordinaires (différence de 85 °C !).

Une pompe à chaleur basse température offre donc un meilleur rendement


qu’une pompe haute température (ce qui ne veut pas dire que les pompes
haute température fonctionnent moins bien : elles consommeront un peu plus
d’électricité).

50
III. Radiateurs, plancher chauffant ou ventilo-convecteurs ?

Conclusion, il vaut donc mieux choisir quand c’est possible, dans l’ordre :

ππ un plancher chauffant ;
ππ des radiateurs basse température ;
ππ des radiateurs haute température.

Une alternative : le ventilo-convecteur


Vous réfléchissez à l’installation d’une
pompe à chaleur en rénovation ou en
construction neuve, vous devez com-
prendre comment la chaleur sera diffusée,
voici les options principales :

ππ Pompe à chaleur à diffusion Eau (air-


eau, sol-eau ou eau-eau) : la pompe
chauffe de l’eau qui circule via des
radiateurs basse ou haute température (les radiateurs classiques) et/ou un
plancher chauffant.
ππ Pompe à diffusion Air (air-air ou air-eau) : l’air chaud est pulsé via des
ventilo-convecteurs.

Pourquoi choisir le ventilo-convecteur avec sa pompe à chaleur ?


Pour les pompes à chaleur air-air, le ventilo-convecteur est le seul moyen
de diffuser la chaleur qu’elle capte, ou de climatiser. Le ventilo-convecteur
correspond à ce qu’on appelle un « split » en climatisation : un bloc situé à
l’intérieur du logement et qui pulse l’air réchauffé ou rafraîchi.

On peut également utiliser des ventilo-convecteurs avec une pompe à chaleur


air-eau.

51
III. Radiateurs, plancher chauffant ou ventilo-convecteurs ?

Fonctionnement du ventilo-convecteur
Le ventilo-convecteur est un bloc de ventilation, idéalement intégré dans
le plafond ou le mur (ce qui est possible quand il est prévu au stade de la
construction), mais généralement fixé au plafond ou au mur. En climatisation,
ce module s’appelle « split ».

Le ventilo-convecteur comprend :

ππ une turbine pour souffler l’air ;


ππ un filtre, pour filtrer l’air entrant ;
ππ une ou plusieurs batteries, à travers lesquelles l’air circule pour être
chauffé ou refroidi ;
ππ un bac de récupération de l’eau condensée ;
ππ un thermostat pour régler la température et la vitesse de ventilation.
La batterie est alimentée par la pompe à chaleur. Quand la pompe à chaleur
est réversible, elle peut alternativement chauffer ou refroidir la batterie du
ventilo-convecteur pour modifier la température de l’air dans le sens voulu.
Les systèmes à plusieurs batteries ont une meilleure performance, mais sont
plus complexes.

Enfin, le nombre de voies (deux ou trois) de la vanne du ventilo-convecteur


permet une régulation plus ou moins précise.

Avantages des ventilo-convecteurs


ππ Ce système est indépendant du reste de votre chauffage central, si vous
en avez un. L’installation est très simple.
ππ C’est une soufflerie qui permet de chauffer rapidement une pièce, en
complément du chauffage classique.
ππ Avec une pompe à chaleur réversible, le ventilo-convecteur peut servir de
climatisation l’été.

52
III. Radiateurs, plancher chauffant ou ventilo-convecteurs ?

Inconvénients des ventilo-convecteurs


ππ Un ventilo-convecteur peut être bruyant.
ππ Il chauffe localement, avec peu d’inertie (la chaleur s’estompe dès que le
ventilo-convecteur est éteint).

53
III. Radiateurs, plancher chauffant ou ventilo-convecteurs ?

AA Pour aller plus loin


Questions / réponses de pro

Que signifie « split » pour une pompe à chaleur ?


Qu’est-ce qu’une PAC split ?
Question de Thomas10

ΔΔ Réponse de Kloe
Un split est un radiateur-convecteur distribuant de l’air chauffé dans votre
maison. Cela peut aussi fonctionner en climatisation. Cela remplace vos
radiateurs, ils sont seulement installés en hauteur dans vos pièces.
ΔΔ Réponse de Rédaction ENR Chauffage
Une pompe à chaleur split est divisée en deux parties. Le module à l’air
libre comprend généralement les ventilateurs, l’évaporateur et le compres-
seur. Les autres éléments de la PAC (condenseur et vanne de détente) ainsi
que l’accumulateur d’eau chaude sont, eux, à l’abri dans la maison, géné-
ralement dans un local technique. Un split ne nécessite que des ouvertures
réduites dans le mur. Il convient particulièrement en rénovation.
ΔΔ Réponse de Sedene
Un split est un élément mural (qui s’accroche sur un mur comme un tableau,
ou se pose au sol comme un radiateur dont il a l’apparence) qui transmet la
chaleur par ventilation à l’aide d’une turbine. Il est associé au système de
chauffage air-air. Lorsqu’il est relié directement au groupe extérieur (com-
presseur), il est appelé mono-split. Lorsque plusieurs splits sont reliés à un
seul compresseur, on dit que ce sont des multi-splits.
Une fois relié au compresseur, un split chauffe ou rafraîchit, il déshumidifie
grâce à sa sonde hygrométrique, il élimine 100 % des odeurs ainsi que les
poussières et les bactéries à l’aide de ses filtres anti-poussières. Il absorbe
l’air froid de votre maison et le restitue à la température que vous deman-
dez, à raison de 625 m3 à l’heure, soit trois fois le volume de votre pièce.
Son système de diffusion permet d’obtenir une différence de température
entre le sol et le plafond de 2 °C, contrairement aux autres systèmes de
chauffage puisque la chaleur monte.

54
III. Radiateurs, plancher chauffant ou ventilo-convecteurs ?

Rôle du ballon tampon d’une pompe à chaleur


Qu’est-ce qu’un ballon tampon et à quoi sert-il ?
Question de Yves

ΔΔ Réponse de Rédaction ENR Chauffage


Un ballon tampon est un accumulateur d’eau chaude. Avant le dispositif
inverter, il servait à soulager le compresseur en diminuant le nombre de
démarrages de la PAC. Dans les dispositifs plus modernes, il est surtout
utile quand on couple la PAC à un autre système de chauffage à eau chaude
(capteurs solaires thermiques, chaudières…). Il permet aussi de travailler à
des températures différentes pour coupler, par exemple, un plancher chauf-
fant et des radiateurs.
ΔΔ Réponse de Lespompesachaleur
Un ballon tampon a principalement un rôle d’inertie, raccordé en série sur
le circuit chauffage et/ou de séparation de circuit raccordé en parallèle.
Quel est le système de diffusion de la chaleur ? Radiateurs, plancher
chauffant…
Dans le cas d’un plancher chauffant, un ballon tampon est rarement néces-
saire. Il doit en plus être raccordé en série sur le départ du circuit chauffage.
Dans ce cas, son rôle est de permettre l’ajout d’un appoint (électrique ou
chaudière).

Pompe à chaleur et radiateurs


Est-ce que je peux chauffer mes radiateurs avec une pompe à chaleur ?
Question de Jacques35

ΔΔ Réponse de Rédaction ENR Chauffage


Oui sans problème si ce sont des radiateurs à eau (pas des radiateurs élec-
triques). Si vos radiateurs datent de quelques années, ce sont probablement
des radiateurs dits à haute température. Il faudra alors acheter une pompe
à chaleur à haute température (plus de 65 °C). Si vos radiateurs sont à
basse température, vous devrez opter pour une pompe à chaleur basse
température.

55
III. Radiateurs, plancher chauffant ou ventilo-convecteurs ?

Problème de sonde radio


Je viens de faire installer une pompe à chaleur haute température en relève de
chaudière. La PAC fonctionne bien, mais j’ai un petit litige avec mon installateur
pour une histoire de sonde.
L’installateur m’a proposé une sonde radio à mettre dans la maison de façon à
pouvoir réguler la température. J’ai accepté, car l’avantage de la sonde radio par
rapport à une filaire est qu’on peut la mettre n’importe où dans la maison.
Au moment de l’installation, on me dit que la sonde radio n’est pas possible avec
la marque de PAC haute température en relève de chaudière.
Dans la même marque, une PAC basse température en relève de chaudière, c’est
possible. Une PAC haute température sans chaudière, c’est possible. Une PAC
haute température avec relève de chaudière, ça n’est pas possible !
Qu’en pensez-vous ?
Question de Pat49

ΔΔ Réponse de Ast
Tout est possible, seulement la télécommande filaire est plus appropriée.
ΔΔ Réponse de Euro Innove Concept
La sonde radio n’existe pas. C’est un thermostat radio. La différence entre
les deux, c’est que l’un envoie une valeur à la régulation, l’autre un seuil.
1er cas : si l’on utilise la PAC comme le préconise le constructeur, le seul mode
de marche possible avec une chaudière est le fonctionnement alternatif.
C’est-à-dire qu’une fois que la PAC est arrivée à la limite de fonctionne-
ment définie, elle s’arrête et donne la main à la chaudière.
2e cas : votre installateur a ajouté une autre régulation et réalisé un montage
adapté afin de faire travailler la PAC et la chaudière en même temps.
Dans le premier cas, le mode le plus économique est d’utiliser la loi d’eau
associée à la prise de mesure réalisée dans le bâtiment par la télécom-
mande filaire. Dans ce cas, la PAC module sa température d’eau de manière
optimale.
Si l’on utilise le thermostat, la PAC va travailler sur une température pré-
définie par programmation et le thermostat va autoriser en tout ou rien le
chauffage.

56
III. Radiateurs, plancher chauffant ou ventilo-convecteurs ?

Dans le second cas, c’est une autre régulation qui gère l’ensemble du chauf-
fage en laissant la PAC chauffer son eau de manière indépendante.
Votre PAC est un nouveau produit très performant. À ce jour, les installa-
teurs ne maîtrisent pas tout. Une erreur sur un mode de fonctionnement
que l’on pensait possible rend le projet moins rentable ou impossible.
ΔΔ Réponse de Pat49
Pourquoi la télécommande filaire est-elle plus appropriée ?
Je pense que je suis dans le 2e cas, c’est-à-dire que si la PAC n’arrive pas à
chauffer suffisamment (en cas de grand froid), la chaudière doit se mettre en
route pour apporter un complément. Qu’entendez-vous par « autre régu-
lation » ? Dans ce cas, y a-t-il des paramétrages du thermostat à éviter ou
à recommander ? Je précise aussi que la PAC fournit aussi l’eau chaude
sanitaire.
ΔΔ Réponse de Euro Innove Concept
La régulation basique de la machine ne permet pas un fonctionnement de
la pompe à chaleur en même temps que la chaudière. Pour ce mode de
fonctionnement, il faut ajouter un système complémentaire et réaliser un
montage permettant de faire fonctionner la chaudière en appoint. Je pense
plutôt que vous êtes dans un montage classique et, dans ce cas, le meilleur
compromis est de faire fonctionner le mode automatique (régulation sur loi
d’eau) et non le mode manuel (régulation tout ou rien). D’où la préconisa-
tion de votre installateur.

57
IV.
Remplacement d’un chauffage
ou construction ?

Votre choix sera différent selon la situation où vous vous trouvez :

ππ si votre chauffage actuel fonctionne et que vous cherchez un complé-


ment pour alléger votre facture énergétique ;
ππ si vous devez remplacer votre chauffage actuel ;
ππ si vous construisez et que vous devez choisir un procédé de chauffage.
Ce chapitre vous présentera les possibilités qui s’offrent à vous dans ces diffé-
rents cas.

Vous rénovez et remplacez un chauffage existant ?


Le plus simple est l’option pompe à chaleur air-air ou air-eau, car les autres
options nécessiteront plus de travaux.

58
IV. Remplacement d’un chauffage ou construction ?

Pompe à chaleur air-eau


La pompe à chaleur chauffe de l’eau qui circule ensuite dans vos radiateurs ou
votre plancher chauffant. Si vous avez déjà des radiateurs, la pompe à chaleur
air-eau est une bonne option, car elle est compatible avec votre installation
actuelle.

Cette solution est probablement la mieux adaptée si vous devez remplacer


votre chauffage actuel.

Si vous avez un chauffage classique chaudière + radiateurs, la pompe à cha-


leur peut s’installer :

ππ en remplacement de votre chaudière ;


ππ en complément de votre chaudière (dommage de la jeter si celle-ci fonc-
tionne bien).
Attention, il existe deux types de systèmes :

ππ les radiateurs haute température (c’est le cas le plus fréquent) : vous ins-
tallerez alors une pompe à chaleur haute température ;
ππ les radiateurs basse température : vous installerez alors une pompe à cha-
leur basse température.
L’installation doit être faite par un professionnel, même si elle reste simple. Ce
n’est pas un gros chantier.

Pompe à chaleur air-air


La chaleur est diffusée via des ventilo-convecteurs qui pulsent de l’air.

Les pompes à chaleur air-air sont très faciles à installer. De plus, elles sont
compatibles avec votre installation actuelle, car elles s’installent de façon
indépendante. Enfin, elles sont utilisables en appartement et elles peuvent
chauffer et climatiser.

59
IV. Remplacement d’un chauffage ou construction ?

Ce sont les pompes à chaleur les moins chères, mais aussi les moins perfor-
mantes et elles ne sauraient constituer un chauffage autonome dans les régions
froides. En revanche, c’est certainement une des meilleures solutions si vous
voulez simplement compléter votre système de chauffage actuel.

Attention, les pompes de moins bonne qualité peuvent être bruyantes.

Pompes à chaleur géothermiques ou hydrothermiques


Selon les modèles, ces pompes à chaleur peuvent produire de l’eau de 35 °C
à plus de 80 °C (les modèles les plus récents). Ces pompes sont donc com-
patibles avec un chauffage avec radiateurs haute température (ce qui est
probablement votre cas).

Vous construisez ?
C’est la situation idéale pour l’ins-
tallation d’une pompe à chaleur.
Tous les types de pompes sont
envisageables.

Le plus simple et le moins oné-


reux reste la pompe à chaleur
air-eau ou air-air. Mais quoi
qu’il en soit, pensez au plancher
chauffant !

60
IV. Remplacement d’un chauffage ou construction ?

Quel type de pompe choisir pour une construction


ou une rénovation ?
Choix du type de pompe à chaleur en fonction du terrain et des conditions

Types de pompes à chaleur possibles


• Tous les types de pompes peuvent s’adapter
• Le plus simple et le moins cher : air-air ou
Vous remplacez
air-eau
votre chauffage existant
• Plancher chauffant déconseillé : beaucoup de
travaux
Pas de terrain Air-air ou air-eau
• Le plus simple et le moins cher : air-air ou
Terrain de moins de
air-eau
250 m², avec arbres ou
• Géothermique à capteurs verticaux
rocheux
• Eau-eau : pensez au plancher chauffant
Vous faites
construire • Le plus simple et le moins cher : air-air ou
air-eau
Terrain de plus de
• Géothermique à capteurs horizontaux (moins
250 m², peu d’arbres,
cher)
peu rocheux
• Géothermique à capteurs verticaux
• Eau-eau : pensez au plancher chauffant

61
IV. Remplacement d’un chauffage ou construction ?

AA Pour aller plus loin


Astuces

Bien choisir son modèle pompe chaleur air-eau en rénovation


par AOP SARL

En rénovation, il faut bien prendre en compte l’installation existante (fuel,


gaz…), à savoir la loi d’eau existante. Si la température d’eau de votre chaudière
existante est supérieure à 55 °C, privilégiez une PAC haute température, même
en relève de chaudière. En effet, cela vous permettra une optimisation maximum
de votre consommation. De plus, contrairement aux idées reçues, le différentiel
de prix entre PAC haute température et basse température est peu important
(environ 2 000 € de différence, dont une part est prise par le crédit d’impôt).
L’écart est très rapidement amorti, du fait de la faible utilisation de votre chau-
dière existante en relève.
Astuce pour reconnaître une PAC haute température d’une basse température :
la première ne fait que du chauffage alors que la seconde est réversible (chaud
et froid).

Questions / réponses de pro

Une pompe à chaleur seule peut-elle chauffer ma maison ?


J’aimerais savoir si une pompe à chaleur seule peut chauffer ma maison.
Question de Lara

ΔΔ Réponse de Rédaction ENR Chauffage


Oui, sans condition pour les PAC eau-eau et les PAC géothermiques. Si vous
choisissez une PAC air-air ou air-eau, une résistance électrique se met en
marche quand les températures extérieures deviennent négatives. Les PAC
air-air ou air-eau les plus récentes continuent de fonctionner même par
-20 °C.

62
IV. Remplacement d’un chauffage ou construction ?

ΔΔ Réponse de Jarnouen Stéphane et fils


Oui si la maison a une bonne isolation et qu’elle est équipée de fenêtres
double vitrage. Dans ce cas, c’est possible. Avec une PAC moyenne tem-
pérature, un appoint électrique vient aider la PAC quand les températures
deviennent négatives. Cela reste très rentable. Les PAC hautes températures
sont préférables dans le cas d’une isolation plus vétuste, mais sont plus
chères.

Pompe à chaleur air : chauffage d’un immeuble


Avez-vous connaissance de pompes à chaleur air assurant entièrement, et non en
appoint, le chauffage d’un immeuble ?
Il est envisagé d’installer des pompes à chaleur air sur le toit d’un immeuble de
cinq étages et vingt appartements.
Je m’interroge sur les problèmes éventuels suivants : givrage de l’échangeur
fluide-air, notamment en cas de grand froid, vibrations, poids excessif…
Question de Polo3593

ΔΔ Réponse de Rémy
Oui cela existe. Et ça a l’air de marcher plutôt bien, pas de soucis apparem-
ment. Le mieux est de prendre un modèle réversible, pouvant assurer la
climatisation en cas de besoin (été).
ΔΔ Réponse de AC2AIR
Non cela ne pose aucun problème. Des immeubles abritant des bureaux
ainsi que des appartements sont déjà équipés en PAC.

Associer une pompe à chaleur avec d’autres chauffages


J’ai entendu que c’était possible, mais n’en sais pas plus. Comment combiner
une pompe à chaleur avec d’autres systèmes de chauffage ?
Question de Souh25

63
IV. Remplacement d’un chauffage ou construction ?

ΔΔ Réponse de Rédaction ENR Chauffage


Toutes les PAC peuvent être combinées avec un poêle à bois ou une che-
minée. Une PAC fonctionnant sur des radiateurs peut être couplée avec
une chaudière traditionnelle qui se mettra en route pendant la période la
plus froide. Un chauffe-eau solaire peut également soulager une PAC sur
radiateurs.
ΔΔ Réponse de Energies Diagnostic Solutions
Tout est réalisable, mais gardons les pieds sur terre. Cela dépend de votre
système de chauffage initial. Si vous avez un chauffage central à eau (avec
radiateurs), la pompe à chaleur sera mise en production principale et l’an-
cienne chaudière viendra compléter la PAC en cas de besoin. Idem pour
l’eau chaude sanitaire. Un point essentiel pour toutes les installations : plus
l’eau de vos radiateurs est chaude, moins la pompe à chaleur pourra assurer
la totalité du chauffage. Il faut penser à régler les radiateurs (voire les rem-
placer) afin de diminuer la température de circulation.

Pont thermique et isolation d’une maison


Qu’est-ce qu’un pont thermique ? Tout le monde en parle, mais personne n’ex-
plique. En tout cas, je ne suis pas sûr d’avoir bien saisi de quoi il s’agissait !
Question de Serge88

ΔΔ Réponse de Rédaction maison


Un pont thermique est un point localisé de l’habitation qui favorise les
fuites de chaleur. C’est souvent un défaut de construction au niveau des
intersections entre planchers et murs porteurs, ou entre sous-sol et murs,
qui laisse s’engouffrer l’air extérieur. Il crée des zones froides dans l’habita-
tion. Des travaux d’isolation permettent de repérer les ponts thermiques et
de les combler.

64
IV. Remplacement d’un chauffage ou construction ?

Avis de pro

En rénovation, quelles économies attendre d’une PAC air-eau ?


Comment optimiser son installation ?
ΔΔ L’avis de Chauffe-eau.fr
Pour optimiser une PAC en rénovation, il faut déterminer la puissance
nécessaire en fonction des éléments qui transmettront les calories et les
besoins en calories de l’ensemble des pièces, en tenant compte des élé-
ments d’isolation.
Une fois la puissance et le modèle (basse ou haute température) détermi-
nés, l’installation doit être faite avec un ballon tampon et une régulation en
fonction de la température extérieure.
ΔΔ L’avis de Technibois
Ça fait maintenant plus de 25 ans que j’installe des pompes à chaleur air-eau.
Mon analyse face à cette question se traduit par une réponse objective qui
ne va pas forcément dans le sens des autres professionnels. En effet, cer-
taines réponses de professionnels sont guidées par l’aspect commercial et
non pas par leur expérience significative. Il me semble qu’il est grand temps
de dire la vérité sans se voiler la face avec des arguments commerciaux
visant la recherche de profit.
Tout d’abord, il faut revenir à la fonction première d’un compresseur qui est
LE FROID… La chaleur produite par le compresseur n’est que la résultante
finale du cycle thermodynamique de la production du froid. Si on s’en tient
à cela et au fonctionnement normal en froid, nous récupérons effectivement
des calories de base, mais dans une moindre proportion, car totalement
relatif à la demande des besoins en froid. Dans ce cas, nous avons une
pompe à chaleur qui ne force pas et à laquelle on ne demande pas de s’exé-
cuter sur une demande de chaleur. Ce qui la rend très fiable et quasiment
sans soucis : on peut compter sur une durée de vie de plus de 50 ans !

65
IV. Remplacement d’un chauffage ou construction ?

À l’inverse, les PAC destinées au chauffage travaillent sur une demande de


chaleur, obligeant les compresseurs à un fonctionnement boosté et forcé :
ainsi, ils dépassent largement les valeurs pour lesquelles ils ont été conçus.
La première conséquence concerne la fiabilité, puis la performance réelle
que nous allons analyser ensuite.
Nous connaissons tous ce fameux COP : rapport entre l’énergie consommée
et celle restituée. À la lecture de l’état brut des tableaux donnés par les
fabricants, il apparaît une économie moyenne de 60 à 70 % soit un COP
moyen de 3. En réalité, et après avoir tenu compte d’un certain nombre
d’éléments techniques, ce COP fond comme neige au soleil. Surtout si on
demande au compresseur une température dépassant 40 °C.
Explication : aucun fabricant ne tient compte, dans le calcul du COP, des
pertes de chaleur importantes de l’eau de chauffage se promenant en
extérieur avec les PAC monobloc, ainsi que de l’échangeur de chaleur
(condenseur) également situé à l’extérieur, ni de la perte de performance
liée à la dérive thermique du fluide R 407. On peut ajouter la consomma-
tion liée aux cycles courts inévitables avec ce type de PAC sans gestion de
puissance du compresseur. Soit un COP réel résiduel de 1,8 en moyenne.
On comprend alors pourquoi il y tant de problèmes et de mécontentements
de la part des utilisateurs : cela explique les procès en cours.
Pour les PAC bi-bloc inverter, le problème est moindre, bien qu’existant :
elles génèrent des pertes de rendement liées aux pertes de chaleur du fluide,
qui de toute façon doit aller à l’extérieur dans le compresseur.
Conclusion :
Solution n° 1 : installer une PAC split inverter basse pression et où le com-
presseur et l’échangeur se trouvent à l’intérieur.
Solution n° 2 (à mon avis la plus performante) : installer une solution élec-
tro-solaire, où quatre panneaux thermiques apporteront plus de calories
gratuites qu’une PAC air-eau.
ΔΔ L’avis de Planète notre énergie
Pour installer une pompe à chaleur ayant le meilleur rendement, une étude
thermique est nécessaire avant. D’après ce résultat, on pourra calculer la
puissance de cette PAC et voir si l’on pourra faire des économies.

66
IV. Remplacement d’un chauffage ou construction ?

Exemple : si une chaudière au gaz haute température à haut rendement est


installée, vous ne ferez pratiquement pas d’économies.
ΔΔ L’avis de AB Froid
Les économies réalisées dépendent de l’étude thermique. Cette étude
permettra de déterminer la marque et la puissance de la PAC avec fonction-
nement relève ou en remplacement de chaudière.
Globalement la facture énergétique est divisée par 2,5 (consommation de
la PAC inclue).
De plus, le retour sur investissement doit être le plus court possible (5 ans
max.).
ΔΔ L’avis de Soleil en Tête
En rénovation, les économies réalisées dépendent du type de chaudière exis-
tant et du bon dimensionnement de la PAC. On entend souvent que l’on
peut diviser sa facture énergétique par deux voire par trois avec une PAC.
Possible, si l’on considère l’évolution du coût des énergies fossiles en hausse
constante et que le choix de la PAC est bien déterminé par un bilan énergé-
tique de la maison.
Le potentiel d’économie avec une PAC est d’autant plus important que le
chauffage existant est coûteux : chaudière au gaz propane ou fioul.
ΔΔ L’avis de Pac-Silence
Tout d’abord, la PAC air-eau doit être correctement dimensionnée. En réno-
vation, les chauffages par le sol sont rares, il faut une PAC haute température
avec soit des relèves électriques, soit l’ancienne chaudière, soit un poêle ou
une cheminée, surtout si la région où l’on se trouve a des hivers rudes. Ces
relèves diminuent toutefois les économies.
Exemple à Lyon, par rapport au fioul à 1 € le litre : facture divisée par 2,2
pour 19 °C, intégrant le surcoût d’abonnement électrique (maison de 120 m²
avec une PAC de 16 kW + relèves électriques dans le ballon échangeur).
Il faut également que la PAC soit bien installée (de préférence pas plein
nord, mais au sud ou à l’ouest).
De plus, il faut que la PAC soit positionnée de façon à ne pas gêner les voi-
sins. En cas de procès pour trouble du voisinage, outre le coût du procès et
des dommages et intérêts à verser, vous serez également contraint de faire

67
IV. Remplacement d’un chauffage ou construction ?

cesser le trouble, éventuellement par le démontage de la PAC s’il n’y a pas


d’autres solutions, dans ce cas : économies = pertes. Soyez donc vigilant
concernant le niveau sonore et l’emplacement de la PAC, malgré les pro-
messes de l’installateur. Pour toutes les PAC actuelles, une installation à
moins de 20 m du voisin présente un risque.
L’économie dépendra beaucoup de votre isolation. Si elle n’est pas bonne,
la PAC risque de tourner en continu et d’avoir plus de cycles de dégivrage.
L’isolation de l’habitat est indispensable pour optimiser les économies. Sur
la Côte d’Azur ou à Bordeaux, vous réaliserez beaucoup plus d’économies
que dans les Ardennes.
Enfin, il faut une PAC avec un COP optimal par rapport aux températures
hivernales moyennes de votre région.

Pour une construction neuve, quelles économies attendre d’une PAC


air-eau ? Comment optimiser son installation ?
ΔΔ L’avis de Chauffe-eau.fr
Actuellement, la PAC basse température, en dehors du solaire, sera le plus
économique à l’usage. Pour un COP de 3, vous consommez 1 : c’est-à-dire
que pour 1 kW consommé, la PAC restitue 3 kW.
Pour optimiser l’installation, il faut un ballon tampon et une régulation en
fonction de la température extérieure. Le meilleur rendement sera obtenu
avec un plancher chauffant.
ΔΔ L’avis de Technibois
Pour la construction neuve, le problème se pose différemment, car la tempé-
rature d’utilisation peut être ramenée à 25/30 °C par un plancher chauffant
ou une distribution d’air inversée basse vitesse. Le COP aura meilleure allure
et la PAC gagnera en fiabilité.
Cependant, si on compare avec une solution de chauffage et d’eau chaude
électro-solaire, la PAC air-eau ne présente pas d’avantages particuliers. En
effet, il y a un investissement plus élevé, un entretien périodique, une fiabi-
lité moindre et un bilan de consommation finale quasiment identique.

68
IV. Remplacement d’un chauffage ou construction ?

ΔΔ L’avis de Planète notre énergie


Pour installer une pompe à chaleur ayant le meilleur rendement, une étude
thermique est nécessaire avant. D’après ce résultat, on pourra calculer la
puissance de cette PAC et voir si l’on pourra faire des économies.
Exemple : si une chaudière au gaz haute température à haut rendement est
installée, vous ne ferez pratiquement pas d’économies.
ΔΔ L’avis de AB Froid
Pour une construction neuve, l’idéal est le plancher chauffant, car il ne
nécessite que 35 °C de départ d’eau. Quelle que soit la région, toutes les
PAC du marché sont capables de chauffer l’eau même par très grand froid.

Comment comparer avec les autres types de PAC (air-air, géothermie,


hydrothermie…) ?
ΔΔ L’avis de Chauffe-eau.fr
Une PAC air-air est une configuration de climatisation avec un groupe
externe et un ou plusieurs splits à l’intérieur.
La PAC géothermie nécessite un captage vertical ou plan. La longueur de
tube de captage dépend de la puissance à installer.
La PAC hydrothermie est une PAC géothermie avec un captage dans une
nappe phréatique ou un puits. L’eau de captage est rejetée dans ce même
captage après avoir transmis les calories dans le circuit de chauffage.
ΔΔ L’avis de Technibois
Si on pose des chiffres : face à l’investissement d’un système géothermie
avec captage horizontal ou sondes verticales, l’amortissement est totalement
impossible par rapport à une PAC air-eau, surtout en basse température sur
plancher chauffant.
Ne jamais perdre de vue qu’une géothermie fonctionne en permanence sur
une inertie « froide » : aucun apport extérieur, quelles que soient les condi-
tions climatiques. Si la performance est mieux en dessous de 0 °C, les PAC
air-eau sont mieux au-dessus de 0 °C, en récupérant les apports thermiques
du soleil, du vent et de la pluie.

69
IV. Remplacement d’un chauffage ou construction ?

En comparant les besoins de chaleur en région moyenne, on s’aperçoit que


la somme des températures au-dessus de 0 °C est plus importante que celle
en dessous. Du coup, on comprend que l’investissement n’est pas justifié.
Sauf en zone de montagne au-dessus de 800 m.
ΔΔ L’avis de Planète notre énergie
De la PAC air-air, je ne veux même pas en parler. C’est une PAC qu’il faut
installer dans les commerces, salles d’attente, etc., mais certainement pas
chez soi s’il ne vous faut pas de climatisation.
Concernant la géothermie, il n’y a rien à dire, c’est de loin la meilleure solu-
tion, mais avec le prix de cette installation, le retour sur investissement est
trop long et avec la différence de consommation, il vaut mieux opter pour
une PAC air-eau.
Attention, j’insiste toujours : passer par une étude thermique.
ΔΔ L’avis de AB Froid
L’avantage de la PAC air-air est d’avoir un vrai rafraîchissement l’été, incom-
parable avec une PAC air-eau sur plancher ou ventilo-convecteur.

70
V.
Chauffe-eau, piscine, climatisation

Le chauffe-eau thermodynamique
Le chauffe-eau thermodynamique est une
pompe à chaleur spécialement destinée à chauf-
fer l’eau sanitaire. Elle se présente généralement
sous la forme d’un ballon d’eau chaude de 200
ou 300 litres surmonté d’une petite pompe à
chaleur.

Généralement, le chauffe-eau thermodyna-


mique est alimenté par l’air de la pièce dans
laquelle il se trouve. On l’installe dans une cave,
près d’une chaudière, dans une buanderie ou
dans un local où sont stockés des aliments. Le
chauffe-eau thermodynamique profitera de la
chaleur émise par la chaudière, le lave-linge, le
sèche-linge, le congélateur… En même temps, il
rafraîchira la pièce et l’asséchera.

71
V. Chauffe-eau, piscine, climatisation

Son prix ? De 2 500 à 4 500 €, selon que la pose est réalisée par une entre-
prise ou un particulier. Le chauffe-eau thermodynamique ne bénéficie pas du
crédit d’impôt.

Le référentiel « NF Performance Chauffe-Eau Thermodynamique » garantit la


qualité des appareils.

La pompe à chaleur pour piscine


Une pompe à chaleur destinée à chauffer votre maison (sauf une air-air et
une sol-sol) peut être utilisée pour le chauffage de l’eau de votre piscine !

Des pompes à chaleur spécialement destinées aux piscines existent égale-


ment. Elles sont généralement de type air-eau et les matériaux en contact
avec l’eau de la piscine doivent être résistants au chlore.

En pratique, elles permettent de chauffer l’eau de la piscine en la portant par


exemple de 15 à 28 °C.

Leur prix se situe entre 1 500 et 3 000 €, mais il faut ajouter la consommation
électrique de la pompe.

Attention au bruit. Certaines pompes de moindre qualité sont bruyantes.


Comme une pompe peut fonctionner 7 à 8 heures par jour, un cabanon peut
être nécessaire pour atténuer le désagrément.

L’installation peut être faite par soi-même, mais il est judicieux de faire appel à
un installateur expérimenté qui :

ππ vous conseillera sur le bon dimensionnement de la pompe ;


ππ vous indiquera un matériel efficace et pas trop bruyant ;
ππ vous assurera le service après-vente et la maintenance.

72
V. Chauffe-eau, piscine, climatisation

La climatisation
Certaines pompes à chaleur dites réversibles permettent de climatiser : les
pompes à chaleur air-air. Certains autres types de pompes à chaleur air-eau
ou eau-eau permettent de rafraîchir l’été, mais pas à proprement parler de
climatiser.

Climatisation et chauffage
On appelle ces pompes
à chaleur réversibles, car
leur mode de fonctionne-
ment peut être inversé.
Néanmoins, la réversibilité
est une fonction annexe
des PAC air-eau ou air-air,
qui ne peuvent atteindre la
performance d’un vrai cli-
matiseur (c’est-à-dire une
PAC air-air réversible). Ce
sont plutôt des procédés de
rafraîchissement.

De leur côté, les PAC air-air ne produisent pas une chaleur aussi agréable que
celle des radiateurs classiques. Elles sont d’abord des climatiseurs.

73
V. Chauffe-eau, piscine, climatisation

Tableau comparatif

Climatisation réversible PAC air-eau ou eau-eau


(PAC air-air) réversible
À considérer comme un
Performance chaud Très bonne
chauffage d’appoint
Limitée, rafraîchissement plus
Performance froid Très bonne
que climatisation
Prix à l’achat (maison de 10 000 à 15 000 € (moins le
10 000 à 15 000 €
100 m²) crédit d’impôt)
Élevée : comme un appareil
Consommation Faible : écologique
électrique
Fonctionne avec :
Émetteurs dédiés (splits : • des ventilo-convecteurs
Émetteurs compatibles
système à air pulsé) (air pulsé)
• un plancher rafraîchissant

74
V. Chauffe-eau, piscine, climatisation

AA Pour aller plus loin


Astuces

Quel dimensionnement pour produire de l’eau chaude sanitaire ?


Si votre PAC produit de l’eau chaude, vous devrez prendre en compte vos besoins
journaliers en eau chaude pour obtenir la puissance de votre PAC. Généralement
on évalue la puissance à 250 W par personne.
Voici un calcul simple à effectuer :
ππ Si vous êtes une famille de quatre personnes et que votre logement a un
besoin thermique de 20 kW pour le chauffage, pour l’eau chaude sanitaire :
4 × 250 W = 1 000 W (c’est-à-dire 1 kW).
ππ Vous installerez donc une PAC de 20 kW + 1 kW = 21 kW.

Questions / réponses de pro

Associer chauffe-eau solaire et pompe à chaleur


Je réfléchis quant à l’achat d’une PAC et cherche à rassembler pas mal d’infor-
mations. Dans l’esprit « écologique » et nouvelles technologies, il y a beaucoup
de choses… Voici ma question : peut-on coupler un chauffe-eau solaire indivi-
duel (CESI) avec une pompe à chaleur (PAC) ?
Question de Thomas10

ΔΔ Réponse de Rédaction ENR Chauffage


Le « mariage » pompe à chaleur et CESI est souvent judicieux. En hiver, PAC
et CESI vont participer à la production de l’eau chaude sanitaire. En été, cou-
plée à une installation géothermique, la chaleur excédentaire du CESI peut
servir à recharger le sol en calories, qui seront bien utiles l’hiver suivant.
ΔΔ Réponse de Sedene
Il est possible d’installer une PAC et un chauffe-eau solaire. Ce concept
est actuellement le plus demandé pour bénéficier de l’éco-prêt (prêt à taux
zéro) par ceux qui n’ont pas de travaux d’isolation à coupler avec l’achat

75
V. Chauffe-eau, piscine, climatisation

d’une PAC. Je vous conseille de choisir un ballon d’eau chaude sanitaire


solaire avec appoint thermodynamique, cela vous permettra d’avoir de l’eau
chaude à température constante. Il vaut 8 000 €, mais il faut réfléchir à long
terme. Dans 20 ans, il fonctionnera toujours et un crédit sans intérêt, c’est
à prendre en compte.
ΔΔ Réponse de Ilyas B
Aujourd’hui, une installation combinée est la plus judicieuse et logique.
L’écart de prix entre une PAC avec production d’eau chaude sanitaire et une
PAC combinée solaire n’est pas très important. Par contre, à l’usage, la solu-
tion combinée est la plus économique : le moindre rayon de soleil chauffe
votre eau gratuitement.
ΔΔ Réponse de MP Light Énergie
Quelle PAC voulez-vous : air-eau, géothermie, air-air gainable ? Une seule
se prête à votre solution : la géothermie, ou récupération des calories
dans le sol, couplée avec une production électrique solaire. Les autres ne
conviennent pas.
ΔΔ Réponse de CGF Trading
À ce jour, de nombreuses personnes ont déjà opté pour un système combiné
qui comprend une partie eau chaude sanitaire (ECS) et une partie chauffage
(ECSI), qui bien souvent est employée en « relève » d’une chaudière, d’une
PAC etc.

PAC air-air et ventilation


Je n’ai aucun système de ventilation VMC dans mon pavillon, la PAC air-air
sera-t-elle un plus ?
Question de Bol

ΔΔ Réponse de Chauffe-eau.fr
Une VMC est calculée pour renouveler de l’air en fonction du volume des
pièces de l’habitation.
Une PAC air-air est faite pour rafraîchir et chauffer si elle est réversible, mais
elle ne remplace pas la VMC.

76
V. Chauffe-eau, piscine, climatisation

ΔΔ Réponse de Banzaï
Une PAC air-air (ou autre d’ailleurs) et une VMC simple ou double flux sont
deux choses totalement différentes. C’est comparer la climatisation de votre
voiture avec ses glaces électriques.
L’objectif de la VMC est de renouveler totalement l’air d’un bâtiment dans
un temps donné. Dans les calculs de la puissance de chauffage nécessaire à
un bâtiment, les pertes dues au VMC sont prévues.
De plus, dans le cas d’une climatisation à froid (je ne parle plus de chauf-
fage), vous allez piéger l’humidité de la pièce intérieure sur le condenseur
de votre PAC intérieure. En mode chauffage, c’est le condenseur du groupe
externe qui va piéger l’humidité… de dehors !
ΔΔ Réponse de Adour Concept Énergie
Banzaï a entièrement raison, toutefois vous pouvez, si votre habitation le
permet, combiner la ventilation, le chauffage et le rafraîchissement en ins-
tallant une VMC double flux thermodynamique. Combinée avec un capteur
géothermique à eau glycolée, vous obtenez un rendement exceptionnel. Je
répète, l’habitation doit pouvoir convenir à ce genre d’installation.
La climatisation air-air ventile, mais en aucun cas elle ne renouvelle l’air,
contrairement à une VMC. Il faut savoir quand même qu’il existe des clima-
tiseurs gainables avec un apport d’air neuf.

Double utilisation PAC air-eau, maison et piscine


Est-il judicieux d’utiliser la même pompe à chaleur pour le chauffage d’une mai-
son et d’une piscine ?
Question de Raoul

ΔΔ Réponse de Euro Innove Concept


Si votre piscine doit être chauffée toute l’année, il faut prévoir une PAC en
conséquence (piscine + chauffage). Si la piscine est chauffée au printemps
et l’été, en général la PAC qui a servi l’hiver pour le chauffage suffit.
En revanche, il faut raccorder la PAC à la piscine via un échangeur à plaques
titanes et vérifier si la régulation de la PAC permet une gestion simple du
chauffage de la piscine. Attention aux modifications sur une piscine sous
garantie (faire intervenir le pisciniste).

77
V. Chauffe-eau, piscine, climatisation

ΔΔ Réponse de Elyotherm
Économiquement parlant (investissement dû à la puissance nécessaire) et
surtout si vous chauffez toute l’année votre piscine, il faut mieux parfois
partir sur une PAC pour votre maison et une autre « petite » pompe à cha-
leur spéciale pour votre piscine. La gestion en sera aussi simplifiée.
ΔΔ Réponse de Caloria
Nous le déconseillons. Par sécurité, il est préférable d’avoir une pompe à
chaleur pour chaque application. Cela simplifie les circuits hydrauliques et
électriques et facilite les interventions en cas de panne. De plus, méfiance,
sur certains gestionnaires de pompes à chaleur, il faut intervenir manuelle-
ment chaque fois que vous souhaitez basculer du chauffage des radiateurs à
celui de la piscine et vice-versa !
ΔΔ Réponse de Clim Monnier
Nous préférons installer deux pompes à chaleur, car techniquement, une
pompe à chaleur pour le chauffage de votre maison aura un échangeur
extérieur dimensionné pour des températures négatives et celle pour le
chauffage de la piscine, un échangeur en titane garanti à vie dimensionné
pour des températures positives.
Aussi, si vous êtes sur un plancher chauffant, vous aurez du mal à utiliser la
même machine en rafraîchissement et en chauffage.
Nous comprenons aussi que le budget n’est pas le même.

Problème de température d’eau sur une pompe à chaleur de piscine


J’ai fait installer une pompe à chaleur de piscine. Les performances de la pompe
sont conformes à la taille de la piscine. Je n’ai pas de bâche à bulles (pour un
problème de délai d’approvisionnement). La température de l’eau a beaucoup
de mal à grimper. Les 28 °C requis ne sont pas atteints. Est-ce que l’absence de
bâche à bulles pourrait être la raison à ce problème ?
Question de Dominik

ΔΔ Réponse de Optimapac
Sans bâche à bulles, point de salut, surtout quand les nuits commencent à
fraîchir. Vous gagnerez au moins 5 degrés avec la bâche…

78
V. Chauffe-eau, piscine, climatisation

Distance entre PAC et piscine


Une pompe à chaleur utilisée pour un chauffage maison et une piscine semble
être une bonne idée. Problème : à quelle distance la piscine doit-elle se trouver
de la PAC ?
Question de André

ΔΔ Réponse de Lrk
La distance recommandée est de 7 m. Au-delà, il peut y avoir des pertes
thermiques dans les canalisations. Les solutions dans ce cas-là : calorifuger
les canalisations, augmenter légèrement la puissance de la PAC ou installer
un local technique secondaire près de la piscine.

Pompe à chaleur piscine 24h/24 ?


Une pompe à chaleur peut-elle fonctionner 24 heures sur 24 ?
Question de Jeanne

ΔΔ Réponse de Rémy
Oui, elle peut. C’est même ce qu’il faut faire pour la chauffer, pour arriver
à la température désirée. Après, il suffit de filtrer.
ΔΔ Réponse de ATECPRO SARL
Oui, elle est faite pour fonctionner 24h/24h. Il faut comprendre que la
PAC fonctionne dès que la température d’eau de consigne (demandée) est
atteinte. La PAC s’arrête et ne repart que si la température d’eau redescend
de tant de degrés (valeur programmable par le système : le différentiel de
température).
Exemple : si la température d’eau de consigne est à 55 °C et l’eau à 15 °C,
la PAC fonctionne jusqu’à ce que la température atteigne 55 °C, puis elle
s’arrête. Cette eau part dans votre chauffage eau chaude sanitaire (ECS) puis
redescend à 49 °C-50 °C (si différentiel réglé à 5 °C), la PAC repart et ainsi
de suite.
Notez que, dans toutes les PAC, il y a des cycles de dégivrage…

79
V. Chauffe-eau, piscine, climatisation

Protection hivernale de la pompe à chaleur de la piscine


Je n’utilise pas ma piscine en hiver, faut-il que je protège par une bâche hiver-
nale la pompe à chaleur air-air de ma piscine ?
Question de McTartar

ΔΔ Réponse de Air’Froid D.D.L


Il faut surtout vidanger le circuit d’eau, sinon avec le gel, ça va éclater.
Sinon, vous pouvez laisser le circulateur actif.
ΔΔ Réponse de RolandVelo
Si c’est une pompe à chaleur air-air, elle ne risque rien. Si c’est une air-eau,
il faut vidanger l’eau pour éviter le gel (le circulateur n’est pas à l’abri d’une
panne de courant).

80
VI.
Combien coûte une pompe à chaleur ?

Prix d’achat et d’installation d’une pompe à chaleur


Le prix d’une pompe à chaleur varie selon :

ππ le type de pompe choisi : air-air, air-eau… ;


ππ la puissance de la pompe ;
ππ et bien sûr sa qualité (et sa marque).
Votre choix dépendra des critères suivants :

ππ la surface et le nombre de pièces de votre habitation ;


ππ le nombre d’occupants ;
ππ le climat de votre région ;
ππ la présence éventuelle d’un chauffage existant (chaudière, radiateurs).

81
VI. Combien coûte une pompe à chaleur ?

Échelles de prix
Les prix ci-dessous sont compris pour une surface de 100 m² avant la réduc-
tion éventuelle du crédit d’impôt et hors coût du système de diffusion
(radiateurs et ou plancher chauffant).

Les moins chères :

ππ pompe à chaleur air-air : 5 000 à 8 000 € TTC (le nombre de diffuseurs


varie en fonction du nombre de pièces) ;
ππ pompe à chaleur air-eau basse température : 7 000 à 10 000 € TTC ;
ππ pompe à chaleur air-eau haute température : 10 000 à 15 000 € TTC.
Les plus chères :

ππ pompe à chaleur eau glycolée-eau à capteurs horizontaux : 10 000 à


18 000 € TTC ;
ππ pompe à chaleur eau glycolée-eau à capteurs verticaux : 15 000 à
20 000 € TTC (un ou plusieurs forages nécessaires) ;
ππ pompe à chaleur sol : 9 000 à 15 000 € TTC.
Le prix d’une pompe à chaleur dépend également bien sûr des accessoires qui
l’accompagnent :

ππ pompe de relevage (pour les pompes à chaleur eau-eau), circulateurs,


régulations, sondes ;
ππ options supplémentaires : rafraîchissement (ajoutez 10 à 20 % au prix),
production d’eau chaude sanitaire, chauffage de la piscine… ;
ππ émetteurs : 3 000 à 5 000 € pour une maison de 100 m² pour un sys-
tème de radiateurs basse température ; comptez de 40 à 75 € HT pour
1 m² de plancher chauffant (achat et pose).

Consommation
Une pompe à chaleur fonctionne à l’électricité, elle consomme deux fois
moins qu’un chauffage électrique.

82
VI. Combien coûte une pompe à chaleur ?

Comptez 25 à 40 € TTC/mois pour une maison de 100 m² selon la qualité de


l’isolation et vos habitudes de chauffage.

Maintenance
Comme tout équipement important, il est nécessaire d’entretenir et de
contrôler le matériel régulièrement : comptez 150 €/an pour la maintenance.

83
VI. Combien coûte une pompe à chaleur ?

Tableau comparatif des prix d’une pompe à chaleur *

Aérothermie Géothermie
Air-eau Air-air Sol-sol Eau-eau
Capteurs horizon-
taux : 10 000à
5 000 à 18 000 € TTC
8 000 € (avec option
7 000 à 9 000 à
Investissement initial (selon le rafraîchissement)
15 000 € 15 000 €
nombre de
pièces) Capteurs verti-
caux : 15 000 à
20 000 € TTC
Crédit d’impôt Oui Non Oui Oui
Consommation 25 à 40 € TTC/mois
Maintenance 150 €/an
Possible sans chauffage
Performant. Chauffage
d’appoint pour les sys-
Autonomie d’appoint non nécessaire.
tèmes très performants et
Convient au climat froid.
si climat pas trop rude
Rapidité de
Bonne Bonne
Performance chauffe
Eau chaude
Oui Non Oui Oui
sanitaire
Non si
Rafraîchissement Oui Oui plancher Oui
chauffant
• Système relativement
• Très performant
simple
Divers • Installation plus complexe
• Adaptable à un chauf-
et coûteuse
fage existant

* Ces chiffres sont donnés pour une habitation récente (années 1980) correctement iso-
lée avec une surface au sol de 100 m² et une hauteur sous plafond de 2,5 m. Ils peuvent
varier très significativement en fonction de la qualité de votre isolation et de vos habi-
tudes de consommation. La consommation annuelle de chauffage est estimée sur une base
de 15 000 kWh, à partir des critères énoncés ci-dessus.

84
VI. Combien coûte une pompe à chaleur ?

Crédit d’impôt, TVA et aides financières

Le crédit d’impôt
L’État favorise l’achat de matériel utilisant les énergies renouvelables en accor-
dant notamment un crédit d’impôt :
ππ Si vous payez des impôts : vous pourrez économiser jusqu’à 36 % du
coût de votre PAC (sauf les PAC air-air, qui ne sont pas éligibles au cré-
dit d’impôt). Par exemple, si votre impôt sur le revenu s’élève à 5 000 €
et que vous installez une pompe à chaleur de 10 000 € TTC, vous béné-
ficiez d’une réduction de 4 000 €, vous ne payerez au final que 1 000 €
d’impôt.
ππ Si vous n’êtes pas imposable, ou si le montant de la réduction est supé-
rieur à celui de votre impôt, l’État vous paie la différence.
Toutefois, les conditions sont nombreuses :
ππ pour sa résidence principale (que l’on soit propriétaire ou locataire) ou
pour un logement loué non meublé s’il sert d’habitation principale au
locataire ;
ππ dans le cas d’un logement acheté neuf, la pompe à chaleur doit avoir été
installée par le constructeur ;
ππ être résident fiscal en France ;
ππ le crédit d’impôt de 36 % ou 22 % s’applique sur l’achat de la machine
elle-même hors installation, main-d’œuvre, forage, capteurs et émetteurs,
les autres subventions (régionales, départementales, ANAH…) ayant été
déduites ;
ππ le crédit d’impôt est plafonné selon votre situation familiale (8 000 € pour
une personne seule, 16 000 € pour un couple, 400 € supplémentaires par
enfant à charge). Ce plafond est valable durant cinq années consécutives,
situées entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2012, le contribuable
qui réalise des dépenses à plus de cinq ans d’intervalle peut bénéficier du
plafond à deux reprises ;
ππ dépend du type de PAC utilisé : pompes géothermiques (36 %) ou
hydrothermiques et air-eau (22 %), avec un COP supérieur à 3.

85
VI. Combien coûte une pompe à chaleur ?

Les pompes à chaleur air-air ne sont plus éligibles au crédit d’impôt depuis
janvier 2009. Il est clairement indiqué sur chaque pompe à chaleur si elle est
éligible ou non.

La TVA à 5,5 %
Le taux réduit à 5,5 % s’applique uniquement sur le matériel et la main-
d’œuvre et uniquement si votre résidence (principale ou secondaire) est
achevée depuis plus de 2 ans.

Toutefois, elle ne s’applique pas aux PAC air-air.

Les aides financières et subventions


Certaines régions et communes peuvent attribuer des primes : renseignez-
vous auprès des centres Info Énergie de votre région (Ademe.fr).

EDF peut également vous proposer un financement, un prêt à taux réduit :


consultez votre agence EDF.

L’ANAH (Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat) attribue des aides


si votre logement a plus de 15 ans.

L’éco-prêt
L’éco-prêt est un prêt écologique destiné aux travaux
d’économie d’énergie dans l’immobilier. L’éco-prêt met
ainsi en œuvre deux principales mesures :

ππ éco-prêt à taux zéro : visant à financer la rénovation


thermique des logements privés ;
ππ éco-prêt logement social : visant à financer l’améliora-
tion de la performance énergétique des logements sociaux.

86
VI. Combien coûte une pompe à chaleur ?

Réunissant les professionnels du bâtiment et de l’immobilier, les organismes


HLM et la Caisse des Dépôts dans un même but (une croissance verte), l’éco-
prêt poursuit trois objectifs :

ππ la réduction de la consommation d’énergie (et par conséquent de votre


facture d’électricité, de gaz…) ;
ππ la diminution des émissions de gaz à effets de serre (principalement le
CO2, ou dioxyde de carbone, qui représente 74 % du total), à l’origine
du réchauffement climatique ;
ππ la création de milliers d’emplois (principalement dans le bâtiment et les
énergies renouvelables).
Alors n’hésitez plus pour une question d’argent ! Mais que faire concrète-
ment ? Achetez et faites installer par un professionnel :

ππ une chaudière plus écologique. Comment ? En remplaçant votre ancienne


chaudière fioul ou à gaz par une chaudière à bois (plaquettes de bois ou
granulés) ou une chaudière gaz à condensation ;
ππ un chauffe-eau solaire individuel. Comment ? En associant des panneaux
solaires et un accumulateur couplé à une chaudière ou une résistance
électrique ;
ππ un poêle ou une cheminée hautes performances. Comment ? En achetant
une cheminée ou un poêle à bois (bûches, granulés) ayant plus de 75 %
de rendement ;
ππ une pompe à chaleur. Comment ? En associant une pompe à chaleur
(sauf air-air) à un plancher chauffant, des radiateurs basse ou haute
température ;
ππ des panneaux solaires. Comment ? En installant un plancher chauf-
fant alimenté par des panneaux solaires et couplé à un autre mode de
chauffage.

87
VI. Combien coûte une pompe à chaleur ?

Éco-prêt à taux zéro Éco-prêt logement social


Rénovation thermique des logements Amélioration de la performance éner-
Quoi ?
privés gétique des logements sociaux
Entré en application le 1er avril 2009 Entré en application le 1er avril 2009
Quand ? et visant des objectifs à long terme et visant des objectifs à long terme
(2020) (2020)
• Habiter un logement social
« énergivore »
• Être propriétaire de sa résidence
• Contacter la mairie d’une commune
principale
Comment ? possédant des logements sociaux,
• Contacter les banques partenaires
une société d’économie mixte ou
de l’État (signature d’une convention)
un organisme d’habitation à loyer
modéré
30 000 € maximum sans intérêts de
Combien ? 16 000 € à un taux fixe de 1,90 %
remboursement

88
VI. Combien coûte une pompe à chaleur ?

AA Pour aller plus loin


Astuces

Inspection périodique des systèmes de climatisation et des pompes à


chaleur réversibles
par CD3E

Imposée par la réglementation (arrêté du 16 avril 2010), l’inspection périodique


des systèmes de climatisation et des pompes à chaleur réversibles, par un profes-
sionnel certifié, est désormais obligatoire.
L’obligation réglementaire de l’inspection s’inscrit dans le cadre de la directive
européenne n°2002/291 sur la performance énergétique des bâtiments, elle vise
à réduire la consommation d’énergie et limiter les émissions de CO2.
L’inspection concerne les systèmes de climatisation et les pompes à chaleur
réversibles dont la puissance frigorifique nominale utile est supérieure à 12 kW.
Cette inspection ne peut être réalisée que par des inspecteurs certifiés.

Que regarde un pro lorsqu’il vérifie l’état d’une pompe à chaleur ?


Généralement, une intervention de maintenance annuelle permet de contrôler
l’étanchéité de votre circuit pour éviter les risques de fuites. Elle consiste aussi à
nettoyer les différents constituants de la pompe à chaleur, comme les filtres, et à
s’assurer du bon fonctionnement général de votre pompe à chaleur.
Voici les contrôles intérieurs qu’un contrat de maintenance peut effectuer :
ππ contrôle des filtres, éventuellement changement et nettoyage ;
ππ contrôle et relève de la température de l’air repris et soufflé ;
ππ contrôle des turbines ;
ππ vérification de l’évaporateur et du condensat ;
ππ vérification et/ou remplacement des courroies ;
ππ traitement germicide.

89
VI. Combien coûte une pompe à chaleur ?

Voici les contrôles du compresseur qu’un contrat de maintenance peut effectuer :


ππ vérification de la charge en fluide frigorigène, des éventuelles fuites et de la
pression ;
ππ nettoyage du condenseur et vérification tes températures d’entrée et de
sortie ;
ππ contrôle du niveau d’huile et du voyant de liquide ;
ππ contrôle du dégivrage.
Voici les contrôles des organes électriques qu’un contrat de maintenance peut
effectuer :
ππ contrôle du niveau sonore et des vibrations (vérification des supports
anti-vibration) ;
ππ contrôle de l’échauffement du moteur ;
ππ remplacement des roulements, si besoin est.

Questions / réponses de pro

Entretien d’une pompe à chaleur


Quel type d’entretien est nécessaire pour une pompe à chaleur ?
Question de Xavier40

ΔΔ Réponse de Rédaction ENR Chauffage


Une PAC occasionne peu de frais. Seuls les systèmes de captage néces-
sitent des contrôles préventifs (nettoyage, vérification d’antigel dans l’eau
glycolée, contrôle de la qualité de l’eau d’un puits, etc.). Pour les PAC aéro-
thermiques, il faut veiller au libre écoulement de l’air autour de l’unité
extérieure (couper les branches, éviter les feuilles, etc.) et nettoyer les
bouches d’insufflations à l’eau savonneuse de temps en temps. Quant à la
pompe à chaleur, il faut jeter un œil de temps en temps sur le voyant de
liquide et suivre le déclenchement de la résistance électrique (PAC aéro-
thermique) afin de ne pas avoir de mauvaises nouvelles (factures salées !)
En revanche, pour prolonger la durée de vie d’une PAC, une maintenance
régulière par un professionnel est recommandée (visite annuelle).

90
VI. Combien coûte une pompe à chaleur ?

ΔΔ Réponse de Claude44
En fait, le pro ne fait rien de plus que ce que peu faire un particulier. La seule
vérification serait la recherche de fuites, mais il faut savoir qu’une clima-
tisation qui fuit ne marche pas longtemps, de quelques heures à quelques
jours. Si on imagine un cas exceptionnel de perte de fluide, outre ce que je
viens d’écrire sur la durée du fonctionnement, la consommation électrique
devient vite anormale.
Je conseille donc de surveiller soi-même son installation, nettoyage des
filtres à ne pas négliger, état PAC extérieur, consommation électrique : vous
économiserez 400 € par an, c’est-à-dire une grande partie de vos économies
faites avec la PAC !

Déplacement du moteur d’une pompe à chaleur


Combien me coûterai le déplacement du moteur de ma pompe à chaleur air-air ?
Question de Herlolo

ΔΔ Réponse de Air’Froid D.D.L


Pour cela, il faut rapatrier le fluide, rallonger vos tubes (exige donc une sou-
dure), tirer au vide, faire des essais ; bref, ça se fait en une demi-journée. Je
pense que le prix devrait avoisiner les 300 € HT.

Contrôle du fluide
J’aimerais savoir si le contrôle du fluide d’une PAC est obligatoire ; si oui, tous
les combien ? J’aimerais aussi savoir quels textes ou décrets en parlent ?
Question de Kalou99

ΔΔ Réponse de SARL Rancuel/Arnaud


Le contrôle d’un appareil contenant plus de 2 kg de fluide frigorigène est
obligatoire une fois par an et doit être effectué par une entreprise ayant
l’attestation de capacité pour la manipulation des fluides frigorigènes.
ΔΔ Réponse de ThermoClima
Voir l’article 543-79 du Code de l’environnement.

91
VI. Combien coûte une pompe à chaleur ?

Contrat de maintenance de PAC


Nous avons fait installer une pompe à chaleur sol-eau lors de la construction de
notre maison en 2004 dans les Landes. La puissance de la PAC est de 10,25 kW
pour une surface de 146 m². Est-il obligatoire de faire entretenir la PAC par
l’artisan qui a procédé à l’installation et qui est domicilié à plus de 150 km, car
nous rencontrons pas mal de problèmes. Deuxième point : est-il obligatoire de
faire un contrôle d’étanchéité tous les ans et par l’installateur ?
Question de Mézos

ΔΔ Réponse de Bl Therm Conseil


Depuis le 7 mai 2007, quelle que soit la charge en fluide, il faut un étique-
tage. À partir de 2 kg de fluide, contrôle annuel obligatoire.
ΔΔ Réponse de Optimapac
De plus, si vous avez des problèmes, il serait souhaitable de bien faire régler
la PAC. Prenez un professionnel à proximité de chez vous, car la mise au
point peut demander plusieurs visites.
ΔΔ Réponse de Elyotherm
D’une manière générale, même si ce n’est pas toujours obligatoire, il est
vivement conseillé de faire entretenir sa pompe à chaleur tous les ans. En
effet, il faut toujours mieux détecter les problèmes au plus tôt pour éviter de
lourdes réparations par la suite, voire pire (exemple : détection d’une fuite
de fluide frigorigène).
Pour l’entretien, vous pouvez vous faire conseiller un mainteneur par le
fabricant de votre PAC.

Quel taux de TVA est applicable sur un remplacement de compresseur ?


Quel taux de TVA un fournisseur doit appliquer pour le remplacement d’un com-
presseur et d’une carte électronique sur un matériel de chauffage/climatisation
air-air installé en 2004 ? Le particulier est propriétaire d’une maison construite
depuis plus de deux ans.
Question de Morine

92
VI. Combien coûte une pompe à chaleur ?

ΔΔ Réponse de E.I.C. (Euro Innove Concept)


On est dans le cadre du dépannage lorsque cette intervention est faite par
un artisan frigoriste, la TVA est donc à 5,5 %.
En revanche, si vous achetez le matériel vous même, c’est 19,6 %.

93
VII.
Installer sa pompe à chaleur

Quelle pompe à chaleur choisir ?


Les quatre éléments clef à prendre en compte dans votre choix sont :

ππ le type de pompe : sol, air ou eau ;


ππ le dimensionnement de l’équipement ;
ππ les options éventuelles : eau chaude sanitaire, rafraîchissement, etc. ;
ππ le système de diffusion : radiateurs basse température, plancher chauf-
fant, etc.

Assurez-vous de la qualité du matériel


Que regarder ?

ππ le marquage Eurovent ;
ππ si le matériel a fait l’objet d’un avis technique et est marqué CE ;

94
VII. Installer sa pompe à chaleur

ππ le label NF PAC délivré par l’AFAQ-AFNOR, qui certifie que la pompe


répond aux normes en vigueur (uniquement pour les pompes < 50 kW) ;
ππ si le matériel est éligible au crédit d’impôt.

Faire l’installation soi-même ?


À moins d’être un bricoleur
chevronné et de bien maîtriser
tous les aspects de la question
(électricité, plomberie, chauf-
fage), il n’est pas recommandé
de faire l’installation soi-même.
L’installation d’une pompe à cha-
leur nécessite de passer par un
professionnel qui :

ππ évaluera le type de pompe


adapté à vos besoins ;
ππ calculera la puissance nécessaire ;
ππ fera l’installation et la maintenance.
Passer par un professionnel est également nécessaire pour obtenir le crédit
d’impôt.

Choisir l’installateur
La pompe à chaleur est un équipement sophistiqué, il est déconseillé voire
dangereux de l’installer soi-même. En particulier, il y a un risque de fuite de
fluide frigorigène très nocif.

Passer par un installateur professionnel est incontournable. C’est souvent une


condition pour que la garantie fonctionne. C’est également une condition
pour bénéficier du crédit d’impôt.

95
VII. Installer sa pompe à chaleur

Attention, ne confondez pas fabricant et installateur :


ππ le fabricant est la société
qui construit le maté-
riel, il assure rarement
l’installation ;
ππ l’installation est faite par
des sociétés indépen-
dantes des fabricants : soit
des réseaux d’installateurs
importants (comme Daikin
ou Saunier Duval), soit des
installateurs indépendants
également très efficaces.
Prenez un installateur qui
a des références et qui est
associé ou a l’habitude de
travailler avec la marque de
pompe à chaleur choisie.

Choisissez un installateur disposant d’un service après-vente et prenez en


même temps un contrat de maintenance.

Les documents fournis au propriétaire de la PAC


Une fois votre PAC installée et mise en route par un professionnel, votre ins-
tallateur doit vous fournir des documents spécifiques :

ππ les plans d’exécution de l’installation : emplacement de la PAC, des cap-


teurs, composants annexes à la PAC, par exemple un plancher chauffant ;
ππ les instructions expliquant le fonctionnement de votre PAC, ainsi que sa
régulation. Le pro doit également vous expliquer de vive voix comment
fonctionne votre installation et comment bien l’utiliser ;
ππ les résultats de la mise en service et les rapports d’entretien.

96
VII. Installer sa pompe à chaleur

AA Pour aller plus loin


Astuces

Ne pas sous-estimer le bruit d’une pompe chaleur


par Amaury2

Attention au bruit généré par les pompes à chaleur. Les unités extérieures peuvent
monter jusqu’à 65 décibels, soit l’équivalent d’une personne qui n’arrête pas de
parler. Ne les mettez pas juste sous la fenêtre de votre chambre. Il faut aussi
penser aux vibrations générées, qui peuvent se propager à travers la structure de
votre habitation.
Plus il fait froid dehors, plus la pompe doit « tourner fort » pour récupérer des
calories. Il peut alors être plus intéressant d’utiliser un chauffage traditionnel
(électrique radiant par exemple) au lieu de faire tourner à fond la pompe à
chaleur.

Limiter les nuisances sonores des PAC


par Rédaction ENR Chauffage

Seules les pompes à chaleur aérothermiques sont concernées. Les groupes exté-
rieurs sont généralement bien insonorisés. Mais ils peuvent émettre des bruits
gênants. Pour limiter les nuisances sonores, il est recommandé d’éloigner le plus
possible la PAC de la terrasse, des fenêtres des chambres et de la salle de séjour
et d’installer des dispositifs d’insonorisation (écran antibruit, caisson insonorisé,
plots anti-vibrations…).

Conseils malins sur l’emplacement des pompes à chaleur ou


climatisations
par Active Confort

Pour un fonctionnement optimal de votre système de pompe à chaleur ou de


climatisation, soyez vigilant quant à l’emplacement de vos groupes intérieurs et
extérieurs.

97
VII. Installer sa pompe à chaleur

ππ Ils doivent éviter tout fort ensoleillement (implantation sur une façade
plein sud par exemple) : une sonde de régulation ensoleillée donne une
mauvaise indication de la température à réguler.
ππ Les groupes internes des pompes à chaleur air-air doivent être installés loin
des sources ou des puits de chaleur (fenêtres, portes), pour éviter de fausser
la mesure de la sonde de régulation.
ππ Pour optimiser le brassage de l’air, il convient d’éviter les installations
proches d’un coin de mur ou d’une poutre ; il vaut mieux favoriser le
soufflage au milieu d’une pièce ou depuis un mur donnant sur la plus
grande surface de la pièce.
Méfiez-vous des installateurs qui proposent des installations ne répondant pas
à ces critères. En effet, certains d’entre eux peuvent privilégier des installa-
tions plus simples et qui engendrent pour eux des coûts moindres (liaisons plus
courtes entre les groupes extérieur et intérieur par exemple), à l’efficacité de
l’installation.

Les composants secondaires d’une PAC, un gage de qualité


Les composants secondaires d’une pompe à chaleur (PAC) ne sont pas à négliger.
Ils sont une garantie de qualité et vous permettront de vérifier le bon fonction-
nement de votre installation :
ππ Le voyant de liquide de la PAC est un élément indispensable, il permet
de s’assurer qu’il n’y a pas de bulle d’air à la sortie du condenseur et que
le fluide frigorigène est donc à 100 % à l’état liquide. Le voyant liquide
possède également un indicateur d’humidité qui permet de contrôler le
taux d’humidité du fluide frigorigène. Le voyant liquide change de couleur
en présence d’humidité.
ππ Le filtre déshydrateur permet l’absorption et la rétention d’eau. Il se place
après le voyant liquide et avant le détendeur.
ππ Le pressostat de pression de la pompe à chaleur. Une PAC est normalement
équipée d’un pressostat haute pression (HP) et basse pression (BP), il
permet de protéger votre PAC en cas de pression trop élevée ou trop basse.
ππ Le transmetteur de pression permet de mesurer la pression de votre PAC.
Après l’avoir mesurée, il transmet l’information à un régulateur. Toutes les
PAC n’en sont pas dotées, surtout si elles ont une puissance inférieure à
150 kW, mais ils sont pourtant un gage de qualité.

98
VII. Installer sa pompe à chaleur

ππ L’huile de lubrification permet, comme son nom l’indique, de lubrifier les


pièces de votre PAC.
ππ La bouteille anti-coups de liquide se place entre l’évaporateur et le
compresseur, elle évite l’aspiration de fluide frigorigène par le compresseur.
La bouteille anti-coups est très utile sur des PAC aérothermiques, car lors
de l’inversion du cycle (dégivrage) le compresseur aspire brutalement du
fluide frigorigène.

Questions / Réponses

Installation d’une pompe à chaleur


L’installation d’une pompe à chaleur nécessite-t-elle des travaux importants ?
Question de Djamal_555

ΔΔ Réponse de Rédaction ENR Chauffage


Je vous fais un petit résumé simple.
Pompe à chaleur air-air : peu de travaux.
Pompe à chaleur air-eau : peu de travaux si la PAC remplace une chaudière
traditionnelle.
PAC géothermiques et hydrothermiques : l’installation des capteurs hori-
zontaux ou verticaux est un chantier lourd.
Les PAC sur plancher chauffant nécessitent de gros travaux dans la maison,
non pas du fait de la pompe à chaleur, mais du plancher chauffant.

Installation dans une grange


J’habite en Haute-Savoie, température très froide en hiver. Peut-on instal-
ler l’unité extérieure de la PAC air-eau (qui devra chauffer un plancher basse
température) à l’intérieur d’une grande grange très ventilée, pour des raisons
esthétiques et aussi pour le bruit ?
Ou si elle est installée à l’extérieur, doit-on avoir peur du bruit ?
J’ai une installation fioul récente, une ferme bien isolée et beaucoup de terrain.
Dois-je vraiment installer une air-eau ou une géothermie ?
Question de Js

99
VII. Installer sa pompe à chaleur

ΔΔ Réponse de Iso27
La géothermie coûte cher en installation, alors qu’une PAC air-eau ne vous
coûtera que quatre jours d’installation. Si vous voulez l’installer dans votre
grange, il faudra qu’elle soit constamment ouverte pour éviter la dépressu-
risation. Le bruit est insignifiant puisqu’elle fonctionne l’hiver lorsque les
fenêtres sont fermées. De plus l’acoustique est de plus en plus performante.
ΔΔ Réponse de CGF Trading
À ce jour, il y a même des pompes à chaleur conçues pour êtres installées à
l’intérieur d’une maison, pour autant que l’on puisse aspirer et refouler l’air
vers l’extérieur par un conduit prévu à cet effet.
ΔΔ Réponse de Ast
Je ne vous conseille pas autre chose que de la géothermie !

Distance entre les habitations pour l’installation d’une PAC


Quelle est la distance requise entre deux propriétés pour avoir l’autorisation
d’installer une PAC air-air ? Le mur de mon habitation est à 2,5 m de la limite
parcellaire. Ai-je le droit d’installer une PAC ou dois-je demander l’autorisation
à la mairie plus l’accord du voisin ?
Question de Magicien

ΔΔ Réponse de Triphaseurl
Du moment que tu es sur ton terrain, mets-la au plus près de ta maison.
Après tu peux toujours en parler avec ton voisin, cela évite les problèmes
de voisinage.
ΔΔ Réponse de Elyotherm
Vous pouvez installer votre groupe extérieur où vous le souhaitez sur votre
propriété (privée), même accroché au mur de votre maison par exemple.
Mais il est en effet préférable de vous rapprocher de votre voisin pour lui
faire part de votre projet, de discuter avec lui d’éventuels désagréments
sonores, etc. plutôt qu’il soit mis devant le fait accompli…

100
VII. Installer sa pompe à chaleur

ΔΔ Réponse de Euro Innove Concept


Vous pouvez installer la pompe à chaleur où vous le souhaitez chez vous.
En revanche, il est préférable d’éviter de positionner la pompe en face de la
maison de son voisin, surtout si ce sont des chambres. La pompe à chaleur
fait plus ou moins de bruit en fonction de son environnement.
En ce qui concerne une autorisation de la mairie. Légalement toute per-
sonne qui pose sur le mur de sa maison un groupe extérieur doit demander
l’autorisation à la mairie. En revanche si la machine est posée sur une dalle
ne touchant pas le bâtiment, aucune autorisation n’est obligatoire sauf si la
maison est en zone protégée (autorisation spécifique).
ΔΔ Réponse de Henry F
Je ne vais pas vous répondre en ce qui concerne les autorisations, mais
une PAC air-air a un niveau sonore en fonction de sa puissance et de ses
caractéristiques techniques. Évitez de l’installer près d’une pièce de nuit
(chambres).
Attention au niveau sonore : la puissance sonore et la pression sonore ne
sont pas la même chose. La puissance sonore prend en compte le bruit de
l’appareil, la pression sonore prend en compte le bruit de l’appareil à une
certaine distance. Exemple : puissance sonore 65 dB(A) et pression sonore
37 dB(A) à 10 m de distance.

101
Lexique

COP – coefficient de performance


On appelle coefficient de performance ou COP, le rapport = énergie ther-
mique restituée/énergie électrique consommée. Les bons appareils ont un
COP au moins supérieur à 3. Les appareils sont éligibles au crédit d’impôt s’ils
ont un COP > 3 (avec d’autres conditions à respecter).

ECS
Initiales de « Eau Chaude Sanitaire ».

Fluide frigorigène
C’est le fluide qui circule dans la pompe à chaleur et qui assure les transferts
de chaleur. Attention, c’est un produit nocif.

PAC
Initiales de « Pompe À Chaleur » !

Ventilo-convecteur
C’est l’un des trois moyens (avec le plancher chauffant et les radiateurs basse
température) de diffuser la chaleur produite par une pompe à chaleur. C’est
une soufflerie qui permet de chauffer rapidement une pièce.

Il présente plusieurs inconvénients : il est bruyant et chauffe localement, avec


peu d’inertie (la chaleur s’estompe dès que le ventilo-convecteur est éteint).
En revanche, il peut servir de climatisation l’été.

102
Index des questions
et des astuces

I. Qu’est-ce qu’une pompe à chaleur ? 11


Quelle est la bonne alimentation de pompe à chaleur : monophasé ou triphasé ? 24
Comment rendre une PAC écologique ? 24
Ne pas confondre pression du fluide et de l’eau 24
La pompe à chaleur utilise la pression pour les échanges thermiques 25
La performance d’une pompe à chaleur en chaud et en froid 25
Calcul de puissance ? 26
Conseils pour choisir la puissance d’une pompe à chaleur 26
Quelle puissance pour ma pompe à chaleur ? 27

II. Les différents types de pompe à chaleur 29


Les déclarations à effectuer pour le forage d’une PAC 42
Les labels de qualité pour les forages et puits géothermiques 43
Savoir si je suis sur une roche perméable pour ma pompe à chaleur 44
Quel permis pour le forage d’une nappe phréatique ? 44
Dégivrage : réglage d’une pompe à chaleur air-eau 45
Performance d’une PAC dans une région froide 45
Doit-on garder sa chaudière si on installe une PAC air-eau ? 46
Chaudière relais qui s’enclenche en plus de la PAC 47

III. Radiateurs, plancher chauffant ou ventilo-convecteurs ? 48


Que signifie « split » pour une pompe à chaleur ? 54
Rôle du ballon tampon d’une pompe à chaleur 55
Pompe à chaleur et radiateurs 55
Problème de sonde radio 56

IV. Remplacement d’un chauffage ou construction ? 58


Bien choisir son modèle pompe chaleur air-eau en rénovation 62
Une pompe à chaleur seule peut-elle chauffer ma maison ? 62
Pompe à chaleur air : chauffage d’un immeuble 63
Associer une pompe à chaleur avec d’autres chauffages 63
Pont thermique et isolation d’une maison 64

103
En rénovation, quelles économies attendre d’une PAC air-eau ?
Comment optimiser son installation ? 65
Pour une construction neuve, quelles économies attendre d’une PAC air-eau ?
Comment optimiser son installation ? 68
Comment comparer avec les autres types de PAC (air-air, géothermie,
hydrothermie…) ? 69

V. Chauffe-eau, piscine, climatisation 71


Quel dimensionnement pour produire de l’eau chaude sanitaire ? 75
Associer chauffe-eau solaire et pompe à chaleur 75
PAC air-air et ventilation 76
Double utilisation PAC air-eau, maison et piscine 77
Problème de température d’eau sur une pompe à chaleur de piscine 78
Distance entre PAC et piscine 79
Pompe à chaleur piscine 24h/24 ? 79
Protection hivernale de la pompe à chaleur de la piscine 80

VI. Combien coûte une pompe à chaleur ? 81


Inspection périodique des systèmes de climatisation et des pompes à chaleur
réversibles 89
Que regarde un pro lorsqu’il vérifie l’état d’une pompe à chaleur ? 89
Entretien d’une pompe à chaleur 90
Déplacement du moteur d’une pompe à chaleur 91
Contrôle du fluide 91
Contrat de maintenance de PAC 92
Quel taux de TVA est applicable sur un remplacement de compresseur ? 92

VII. Installer sa pompe à chaleur 94


Ne pas sous-estimer le bruit d’une pompe chaleur 97
Limiter les nuisances sonores des PAC 97
Conseils malins sur l’emplacement des pompes à chaleur ou climatisations 97
Les composants secondaires d’une PAC, un gage de qualité 98
Installation d’une pompe à chaleur 99
Installation dans une grange 99
Distance entre les habitations pour l’installation d’une PAC 100

104
Les professionnels et experts
cités dans cet ouvrage
Nos sites permettent aux professionnels et spécialistes de publier et partager
leur savoir-faire (réponses aux questions des internautes, astuces, articles…).
Une sélection de leurs meilleures contributions a été incluse dans cet ouvrage.

Tous les jours de nouveaux professionnels s’inscrivent et publient sur nos


sites. Faites appel à eux : ces pros savent de quoi ils parlent !

AB Froid – Membre Pro


Installation, dépannage, entretien de pompe à chaleur air-eau, eau-eau en
relève ou substitution de chaudière. Type moyenne et haute température
avec ou sans ECS.
Départements d’intervention : 02 | 08 | 51
Adresse : 8 bis rue Gabriel Voisin, 51100 Reims
Téléphone fixe : 09 63 48 60 05
Téléphone mobile : 06 25 02 43 92

AC2AIR – Membre Pro, expert


Pompe à chaleur, climatisation, plancher chauffant/rafraîchissant, chaudière
et chaudière à condensation, fioul et gaz.
Départements d’intervention : 77 | 91
Adresse : 10 avenue Jean Jaurès, 91210 Draveil
Téléphone fixe : 09 60 43 14 59
Téléphone mobile : 06 47 58 43 08

Active Confort – Membre Pro


Installation, entretien, maintenance et dépannage de systèmes de chauffage
réversibles : climatiseurs, pompes à chaleur. Étude thermique avant chaque
installation. Conseil en thermique.

105
Les professionnels et experts cités dans cet ouvrage

Départements d’intervention : 13 | 84 | 83
Adresse : 365 avenue Mas Felipe Delavouët, 13450 Grans
Téléphone fixe : 04 90 56 39 38

Adour Concept Energie – Membre Pro


Installation d’équipements thermiques et de climatisations.
Départements d’intervention : 32 | 40 | 64 | 65
Adresse : 5 chemin du Coustalat, 64230 Sauvagnon
Téléphone fixe : 05 59 33 75 54
Téléphone mobile : 06 80 13 81 23

Air’Froid DDL – Membre Pro


Installation, dépannage et entretien de chambres froides, climatisations et
pompes à chaleur.
Départements d’intervention : 31 | 32 | 64 | 65
Adresse : 20 rue des Carmes, 65000 Tarbes
Téléphone mobile : 06 77 23 57 88

AOP SARL – Membre Pro


Pompe à chaleur air-eau et air-air.
Départements d’intervention : 91 | 77 | 94 | 95 | 78 | 92
Adresse : 35 rue du Bois Guillaume, 91000 Évry
Téléphone fixe : 09 79 60 72 85
Téléphone mobile : 06 17 35 67 20

Ast – Membre Pro, expert


Spécialiste en climatisation et pompes à chaleur depuis 8 ans.
Départements d’intervention : 78 | 75 | 91 | 28
Adresse : 29 chemin de l’Ariel, 78430 Louveciennes
Téléphone fixe : 01 39 69 78 01
Téléphone mobile : 06 83 35 77 43

106
Les professionnels et experts cités dans cet ouvrage

Atecpro SARL – Membre Pro, expert


Constructeur de pompe à chaleur 15 kW, installation clé en main.
Départements d’intervention : 75 | 77 | 78 | 91 | 92 | 93 | 94
Adresse : 64 Promenade des Anglais, 94210 La-Varenne-Saint-Hilaire
Téléphone fixe : 01 45 69 29 08
Téléphone mobile : 06 10 77 22 55

Bl-Therm Conseil – Membre Pro, expert


Conseil thermique, diagnostic et énergie.
Téléphone fixe : 04 75 98 95 46

Caloria – Membre Pro


Vente en ligne à prix cassé des meilleures pompes à chaleur air-eau du mar-
ché. Conseils gratuits par téléphone (calcul de dimensionnement, etc.).
Départements d’intervention : France + Export
Adresse : 18-20 rue Claude Tillier, 75012 Paris
Téléphone fixe : 01 45 30 24 33

CGF Trading – Membre Pro


Fermetures pour le bâtiment, énergies renouvelables, contrôle d’accès, clima-
tisation, chauffage.
Départements d’intervention : Export
Adresse : 1 Les Ferrés, 33820 Saint Ciers sur Gironde
Téléphone fixe : 09 63 56 29 75

Chauffe-eau.fr – Membre Pro


Vente de matériel de professionnel, de chauffage, climatisation, chauffe-eau.
Adresse : 14 passage de l’industrie, 92130 Issy-les-Moulineaux
Téléphone fixe : 01 46 42 34 21

107
Les professionnels et experts cités dans cet ouvrage

Clim Monnier – Membre Pro


Chauffage et climatisation dans l’Ain : énergies renouvelables, pompe à
chaleur, aérothermie, chauffe-eau thermodynamique, plancher chauffant
rafraîchissant, solaire thermique et photovoltaïque.
Départements d’intervention : 01 | 39
Adresse : BP 24, 40 rue Plastic Avenue, ZI du Musinet, 01460 Montréal la Cluse
Téléphone fixe : 04 74 76 23 30
Téléphone mobile : 06 09 41 45 84

EIC (Euro Innove Concept) – Membre Pro, expert


Conseil, installation, maintenance et dépannage de systèmes de chauffage
basés sur les pompes à chaleur (aérothermie-géothermie).
Département d’intervention : 71
Adresse : 84 quai Jules Chagot, 71300 Montceau-les-Mines
Téléphone fixe : 06 14 30 36 29
Téléphone mobile : 06 14 30 36 29

Elyotherm – Membre Pro, expert


Installation, rénovation, chauffage toutes énergies, plomberie sanitaire, éner-
gies renouvelables.
Départements d’intervention : 01 | 38 | 42 | 69
Adresse : 10 chemin de Crepieux, 69300 Caluire-et-Cuire
Téléphone fixe : 04 82 53 12 47

Énergies Diagnostic Solutions – Membre Pro, expert


Expert conseil en rénovation énergétique.
Départements d’intervention : 16 | 17 | 24 | 33 | 40 | 47
Adresse : 41 rue des Vignes, 33320 Eysines
Téléphone fixe : 05 56 05 92 51
Téléphone mobile : 06 37 03 21 52

108
Les professionnels et experts cités dans cet ouvrage

Jarnouen Stéphane et fils – Membre Pro


Plomberie, chauffage, aérothermie.
Départements d’intervention : 14
Adresse : 24 jardins Courseulles, 14470 Courseulles/mer
Téléphone fixe : 02 50 53 87 87
Téléphone mobile : 06 67 27 58 46

Klimatherm – Membre Pro


Entreprise spécialisée dans les nouvelles énergies.
Départements d’intervention : 10 | 45 | 77 | 89
Adresse : 79 rue de la République, 89150 St-Valérien
Téléphone fixe : 03 86 88 61 98

MP Light Énergie – Membre Pro


Venez voir du travail d’art, en installation de pompe à chaleur, plancher
chauffant, géothermie.
Départements d’intervention : 30 | 34 | 66 | 11 | 84
Adresse : 3 rue Baroncelli, 30800 Saint-Gilles
Téléphone fixe : 04 66 23 40 66
Téléphone mobile : 06 98 20 03 56

Optimapac – Membre Pro, expert


Installateur chaudière gaz, pompe à chaleur, thermosolaire.
Départements d’intervention : 78 | 92 | 95
Adresse : 35 route de Chatou, 78420 Carrières-sur-Seine
Téléphone mobile : 06 12 01 58 37

PAC-Silence – Membre Pro


Solutions anti-bruit et abris acoustiques pour pompes à chaleur.
Département d’intervention : France
Adresse : 350 route de Buvin, 38510 Le Bouchage
Téléphone fixe : 09 80 08 31 01
Téléphone mobile : 06 62 13 29 78

109
Les professionnels et experts cités dans cet ouvrage

Planète notre énergie – Membre Pro


Spécialiste des énergies nouvelles.
Départements d’intervention : 54 | 57 | 67 | 68 | 88
Adresse : 1, rue de l’épervier, 67860 Rhinau
Téléphone fixe : 03 69 61 82 96

Rancuel/Arnaud SARL – Membre Pro


Spécialiste en chauffage y compris dans les énergies renouvelables, comme le
solaire thermique et les pompes à chaleur.
Département d’intervention : 84
Adresse : 435 chemin des Troncs, 84150 Violes
Téléphone fixe : 04 90 46 99 90
Téléphone mobile : 06 81 21 60 88

Sedene – Membre Pro, expert


Énergies renouvelables. Commercialisation-installation de pompes à chaleur
air-air, air-eau, panneaux photovoltaïques, radiateurs à accumulation, ballons
d’eau chaude sanitaire thermodynamiques et solaires.
Départements d’intervention : 27 | 76
Adresse : Le Bois de Mézières, Cidex 20, 27510 Mézières-en-Vexin
Téléphone fixe : 02 32 52 41 76

Soleil en tête – Membre Pro


Spécialiste des économies d’énergie pour les particuliers. Installations à base
d’énergies renouvelables : chauffage écologique, électricité photovoltaïque,
eau chaude écologique, PAC…
Départements d’intervention : 75 | 77 | 93 | 94 | 95
Adresse : 20 rue Louis Ampère, 93330 Neuilly-sur-Marne
Téléphone fixe : 01 43 00 51 28

110
Les professionnels et experts cités dans cet ouvrage

STS-Énergie – Membre Pro


Techniciens frigoristes, experts en installation et maintenance de tous sys-
tèmes thermodynamiques. Conseils techniques, matériel, installation, service
après-vente.
Départements d’intervention : 02 | 27 | 54 | 57 | 59 | 60 | 62 | 78 | 92 | 95
Adresse : 60 route Principale du Port, 92230 Gennevilliers
Téléphone fixe : 01 41 47 03 07
Téléphone mobile : 06 69 65 03 07

Technibois – Membre Pro


Distribution de construction bois directe usine. Bureau d’études thermiques.
Départements d’intervention : France
Adresse : Z.A. des Vernays, 74210 Doussard
Téléphone fixe : 09 75 90 48 34
Téléphone mobile : 07 86 12 12 38

ThermoClima – Membre Pro, expert


Réfrigération, climatisation, pompe à chaleur.
Départements d’intervention : 25 | 68 | 70 | 90
Adresse : 6 rue Louis Pasteur, 25310 Roches les Blamont
Téléphone fixe : 03 81 35 14 68
Téléphone mobile : 06 60 52 65 66

Triphaseurl – Membre Pro, expert


Électricité générale, énergie photovoltaïque.
Départements d’intervention : 36 | 37 | 41
Adresse : 20 rue de Balanne, 41130 Billy
Téléphone fixe : 02 54 96 36 84

111
Trouver des professionnels
près de chez vous

Si vous le souhaitez,
nous pouvons vous mettre en relation
avec un ou plusieurs professionnels près de chez vous.
Ils vous établiront gratuitement un devis :

http://pompe-a-chaleur.ooreka.fr/devis/devis-pompe-a-chaleur
FIN

Vous aimerez peut-être aussi