Vous êtes sur la page 1sur 16

PHYSIQUE DU LAS

1
Modes du champ EM dans une cavité

cube de coté L
mur: conducteurs idéals (miroirs)
  
Champs EM stationnaire: E = ∑ A exp[i(ω j t − k r )]+ comp.conj
superposition d'ondes planes j j

condition de Et = 0 (conducteur idéal) z


L

L
y
L

ondes stationnaires: modes de la cavité x


pour chaque triplet (n1, n2, n3) : 2 modes (2 polarisations)
combien de modes avec ω ≤ ωmax :
nombre de triplets (n1, n2, n3) avec c 2 k 2 = ω 2 ≤ ω max
2

2
kz

3
1 4π ! Lω $ 8πν 3L3
ky nombre de modes: 2 # & =
8 3 "π c% 3c3

nombre de modes dans l'intervalle de fréquence entre n et


n+dn et par unité de volume
kx
8πν 2
n(ν )dν = 3

c

Exemples:
- dans le domaine optique visible l = 0,5 µm, n = 6 1014 Hz, Dn = DnDoppler = 1GHz,
n(n) = 0,3 mode Hz-1 cm-3 donc pour un tube laser 1m long, 3 mm diamètre il y a
n(n) Dn V = 2 . 109 modes
- microondes: l = 10 cm, n = 3 GHz, Dn = DnDoppler = 100 MHz dans un volume de 1 dm3
il y a n(n) Dn V = 1 mode

3
La loi de Planck

formule de Boltzmann (équilibre thermique)


probabilité pour q photons dans un mode

exp[−qhν / kT ] ∞ 1
Pq = U = exp[−hν / kT ]; ∑ Uq =
∑ exp[−qhν / kT ] q=0 1−U
q


q = ∑ q Pq = (1−U)∑ q U q = (1−U)U ∑ Uq
q q ∂U q
U 1
= =
1−U exp[hν / kT ]−1
énergie moyenne par unité de volume dans l'intervalle de fréquence entre n et n+Dn:

8πν 2 hν dν rayonnement du corps noir


ρ (ν )dν = n(ν )dν hν q = 3
c exp[hν / kT ]−1

densité totale d'énergie du rayonnement dE ∞


u= = ∫ ρ (ν )dν
dV 0
4
Interaction rayonnement - matière
N2
1. Emission spontanée

probabilité d' émission spontanée par seconde

R21 = A21 t

dN 2
= −A21.N 2 N 2 = N 20 .e−A21.t
dt

N2 : nombre de molécules ou atomes par unité de volume dans l'état 2>

2. Rayonnenment à bande large: absorption et émission induite, coefficients d'Einstein

2 niveaux d'énergie 1 et 2; hν 0 = E2 − E1
probabilité d' par seconde R12 = B12 ρ (ν 0 )

5
E2 I2>

B12r(n0)
E1 I1>
probabilité d' par seconde R21 = B21 ρ (ν 0 )

E2 I2>

B21r(n0)
E1 I1>

dN 2
équation de taux: = −A21 N 2 − B21 ρ (ν 0 ) N 2 + B12 ρ (ν 0 ) N1
dt

régime stationnaire: A21 N 2 + B21 ρ (ν ) N 2 = B12 ρ (ν ) N1 (I)

gi = dégénérescence du niveau |i>


équilibre thermique: Ni = N gi exp[−Ei / kT ]
∑ gi exp[−Ei / kT ] par ex. gi = 2J+1 pour moment cinét. J 6
i
N 2 g2 −(E2 −E1 )/kT g2 −hν /kT dans (I) A21 / B21
= e = e ρ (ν ) =
N1 g1 g1 g1 / g2 (B12 / B21 )ehν /kT −1

comparé à la loi de g 8π hν 3
B12 = 2 B21 A21 = 3
B21
Planck: g1 c

émission induite > émission spontanée si

B21 ρ (ν ) > A21 8π ν 2


ρ (ν ) > 3

c

n(n): densité des modes par intervalle de fréquence

ρ (ν ) photon/mode
>1
hν n(ν )

l'émission induite > l'émission spontanée dans un mode si


r(n) contient plus qu'un photon dans ce mode
7
3. Modèle classique, coefficient d'absorption

Oscillation forcée d'un oscillateur amortie de charge q dans un champ électrique


   .. .
E = E0 exp[iω t]; E0 = (E0 , 0, 0) m x + b x + Dx = qE0 exp[iω t]
qE0 D
x = x0 exp[iω t] x0 = γ = b / m ω 02 =
m(ω 02 − ω 2 + iγω ) m
avec moment dipolaire de N oscillateurs par unité de volume
P = N.q.x; E.dyn:
P
P = ε 0 (ε −1)E n= ε n2 = +1
dans la matière ε0 E
n = n' - i k E0 ei(ωt−k0 n z) = E0 e−k0κ z ei(ωt−k0 n' z)

dans un gaz à pression peu élevée: n 2 −1 = (n +1)(n −1) ≅ 2(n −1)


relations de dispersion pour molécules en repos

(ω 02 − ω 2 )2 = [(ω 0 − ω )(ω 0 + ω )]2


pour |w - w0| << w0 ;
≅ [(ω 0 − ω )2ω 0 ]2 = 4ω 02 (ω 0 − ω )2

8
Nq 2 γ Nq 2 ω0 − ω
κ= n' = 1+
8ε 0 mω 0 (ω 0 − ω )2 + (γ / 2)2 4ε 0 mω 0 (ω 0 − ω )2 + (γ / 2)2

k n’

0 w w0 w
w0
absorption de l'intensité dI sur la distance dz: dI = - a I dz; a = coefficient d'absorption

I = I0 e-a z

onde monochromatique
Iν = Iν 0 e−α (ν )z ; Iω = Iω 0 e−α (ω )z

a(w) = 2 k0 k(w) = 2 ω 0 κ (ω ) 1
I = ε 0 c.E 2
c 2

Nq 2 2 2π γ / 2π
α (ω ) =
ε 0 m c 8 (ω 0 − ω )2 + (γ / 2)2
9
Forces d'oscillateur
atome avec un électron de valence ∑ fik = 1
k

distribution de l'absorption sur toutes les transitions possibles;

si p électrons excitables :

Nie2 fik γ ik ∑ fik = p


κi = ∑ 2 2
8ε 0 mωik k (ωik − ω ) + (γ ik / 2) k

4. Rapport entre a et les coefficients d'Einstein

onde monochromatique de fréquence n dIν


= −α (ν )Iν
dz
I(n) = intensité spectrale
I(n)dn = intensité dans l'intervalle de fréquence entre n et n + dn
dI(ν ) dI totale +∞
= −α (ν )I(ν ) = ∫ −α (ν )I(ν ) dν
dz dz 0 10
variation de la densité d'énergie par unité de temps à cause de l'absorption du dI
=
dt dz

du ∞ Nq 2 fik δν / π Nq 2 fik
= − ∫ α (ν )I(ν )dν αik (ν ) = = S(ν − ν ik ) q = -e
dt 0 4ε 0 m c (ν ik − ν )2 + (δν )2 4ε 0 m c

+∞
profil de raie S(n - n0) ; ∫ S(ν − ν 0 ) dν = 1
0
∞ Ne2 α (v) = α t ⋅ S(v)
∫ α (ν ) dν = αt = f
0 4ε 0 mc
rayonnement à bande large
I(n) const. et l'absorption faible I(n) = I(nik)

du ∞
= −I(ν ik ) ∫ αik (ν )dν
dt 0
d'autre coté, l'énergie absorbée par unité de volume et unité de
temps est du
= −Ni Bik ρ (ν ik )hν ik
dt

avec I(n) = c r(n)


11
∞ ∞
Ni Bik hν ik = c ∫ αik (ν )dν = c ∫ αik (ω )dω Ni Bik hν ik / c = α t
0 0

c c Ni e2 fik ν e2 fik
Bik = αt = Bik =
Ni hν ik Ni hν ik 4ε 0 mc 4ε 0 hν ik m

ρ (ν ) = 2πρ (ω ) Bikν ρ (ν ) = Bik


ω
ρ (ω )
ν 1 ω
Bik = Bik

rayonnement à bande étroite autour de n1:

du ∞
= − ∫ αik (ν )I(ν )dν = −αik (ν1 )Iν1 = −α t S(ν1 − ν ik ) Iν1
dt 0
5. Absorption et émission induite pour un rayonnement à bande étroite en utilisant les
coefficients d’Einstein
largeur spectrale du rayonnenement < largeur spectrale de la transition 1 <-> 2
profil de raie S(n - n0) pour l'émission spontanée

S(n - n0) est le même pour l'absorption et l'émission induite en régime non saturé (intensité
de l'onde stimulante faible) 12
probabilité par unité de temp d'absorption du rayonnement dans l'intervalle de fréquence (n, n
+ dn )

dR12 = B12 ρ (ν )S(ν − ν 0 )dν donc R12 = B12 ∫ ρ (ν )S(ν − ν 0 )dν
0
bande large: ρ (ν ) ≈ ρ (ν 0 ) on retrouve R12 = B12 ρ (ν 0 )

rayonnement quasimonochromatique de fréquence n1 ρ (ν ) = u δ (ν − ν1 )



R12 = B12 ∫ u δ (ν − ν1 )S(ν − ν 0 )dν R12 = B12u S(ν1 − ν 0 )
0
6. Notion de section efficace l
modèle des sphères dures
S

collision si la particule se déplace dans un volume cylindrique de section s = p (r1 + r2)2


s = section efficace de choc; milieu suffisamment dilué:
13
la probabilité de choc pour une projectile = le rapport de la surface obstruée à S

ncibles σ N cibles S l σ
Pchoc = = = N ciblesl σ
S S

pour un nombre de projectiles nprojectile

le nombre des chocs est nchoc = n projectile Pchoc

supposons à chaque choc correspond une absorption Pabs = N cibl σ


flux de Nproj particules sur la cellule de longueur courte dz [Ncibles.s.dz<<1]

dN proj = −N proj Pabs dN proj = −N proj N ciblσ dz


après la longueur l
N proj = N 0 proj e−N σ l
cibl

a=Ns αik (ν ) = Niσ ik (ν )


pour un rayonnement à bande large on a les trois expressions:

du ∞ du ∞ ∞
= −I(ν ik ) ∫ αik (ν )dν = −I(ν ik )α t = − ∫ σ ik (ν )Ni I(ν )dν = −I(ν ik )Ni ∫ σ ik (ν )dν = −I(ν ik )Niσ t
dt 0 dt 0 0 14
du
Einstein: = −Ni Bik ρ (ν )hν
dt
∞ 1
avec I(n) = c r(n) ∫ σ ik (ν )dν = hν Bik = σ t σ (v) = σ t ⋅ S(v)
0 c

si la population de l'état excité n'est pas négligée: Nk ≠ 0

du
= −Ni Bik ρ (ν )hν + N k Bki ρ (ν )hν I(ν ik )α t = (−Ni Bik + N k Bki )hν ρ (ν ik )
dt

I(ν ik ) = c ρ (ν ik )

hν g
αt = (Ni − i N k )Bik
c gk
gi
α t = σ t (Ni − Nk )
gk

15
7. Amplification: Condition de seuil
gi
I(n,z) = I(n, z = 0) e-a(n)z α (ν ) = (Ni − N k )σ (ν )
gk

gi
amplification pour a < 0 Ni < Nk
gk

I(ν , z)
facteur d'amplification G0 (ν , z) = = e−α (ν )z
I(ν , 0)

pertes dans le résonateur

- réflexion aux miroirs

- diffusion sur poussières et défauts

- diffraction

I
sans amplification par tour ou aller - retour G= = e −γ
I0
L = chemin optique parcouru dans le milieu absorbant

G > 1 si - 2 a L > g ou ΔN = N gi − N > ΔN = γ


k i s
gk 2σ (ν )L
16
ΔN s = densité d'inversion de seuil

Vous aimerez peut-être aussi