Vous êtes sur la page 1sur 3

USTHB, Faculté de Mathématiques,

Département de Génie Civil,


2ème année Licence G-C,Section B.

Corrigé de la série de TD n2 de MNA

Exercice 1
∗)f (x) = 5 − 14 cos 3x, 0 ≤ x ≤ 2Π 3
,0 ≤ 3x ≤ 2Π
f est une fonction contractante sur [0, 2Π 3
] ssi :
0 0
|f (x)| ≤ M < 1, ∀x ∈ [0, 2Π 3
],M = max |f (x)|,0 ≤ x ≤ 2Π
3
.M est appelé facteur de contrac-
tance.
0
f (x) = 43 sin 3x,
0
|f (x)| = 34 | sin 3x| ≤ 34 < 1
On déduit que f est strictement contractante et M = 43 .
0
∗∗)f (x) = x1 , x ∈ [2, 3], f (x) = −1 x2
, |f (x)| = x12
2 ≤ x ≤ 3 ⇐⇒ 22 ≤ x ≤ 32 ⇐⇒ 91 ≤ x12 ≤ 14 .
0 0
M = max |f (x)|,2 ≤ x ≤ 3, |f (x)| ≤ 14 < 1, M = 14 . f est une fonction contractante sur[2, 3].

Exercice 2
  13
3x2 +1
f (x) = 0 ⇐⇒ 2x3 − 3x2 − 1 = 0 ⇐⇒ 2x3 = 3x2 + 1 ⇐⇒ x = 2
.
 2  13
f (x) = 0 ⇐⇒ x = g(x) = 3x 2+1 , ∀x ∈ [ 32 , 2].
1)g est continue sur [ 32 , 2].
2)g est-elle stable sur [ 32 , 2], cad g([ 32 , 2]) ⊂ [ 32 , 2]?
  1 0
0 3x2 +1 3
g (x) = 2
=  2x  2 > 0, ∀x ∈ [ 32 , 2]
3x +1 3
2

g est strictement croissante sur [ 32 .2] donc g [ 23 , 2] = g( 32 ), g(2) = [1, 570, 1, 866] ⊂ [ 23 , 2].
  

3)g est-elle contractante sur [ 23 , 2]?


0 0
|g (x)| =  2x  2 , M = max |g (x)|, sur [ 32 , 2].
3x +1 3
2
 −2
3x2 + 1
 3
00
g (x) = −(x + 1)(x − 1) (3x2 + 1)−1 < 0
2
0 0 0
g (x) est décroissante sur [ 32 , 2], M = max |g (x)| = g ( 23 ) ' 0, 608 < 1.
La fonction g est donc contractante sur [ 32 , 2], M = 0, 608 < 1 est le facteur de contrac-
tance.D’après le théorème du point fixe la suite (xn ) définie par xn = g(xn−1 ) converge vers
l’unique point fixe c de g(x) dans [ 23 , 2], qui est l’unique racine de f (x) = 0 dans [ 23 , 2], ∀xo ∈
[ 23 , 2].
Exercice 3
f (x) = cos x − x = 0. f est continue sur [0, 1], f (0) = 1, f (1) = −0, 46, f (0).f (1) < 0 alors
0
∃c ∈ [0, 1]/f (c) = 0.f (x) = − sin x − 1 < 0∀ ∈ [0, 1] alors f est décroissante.f est décroissante
(monotone),alors la solution c est unique.
2)f (x) = cos x − x = 0 ⇒ cos x = x, on pose g(x) = cos x, on vérifie les conditions qui assure
la convergence de la méthode du point fixe.
a) g est continue sur [0, 1].
b) g est-elle stable sur [0, 1] ?
0
∀x ∈ [0, Π2 ], 0 ≤ cos x ≤ 1, g (x) = − sin x < 0 car sin x > 0 ∀x ∈ [0, Π2 ].
g ([0, 1]) = [g(1), g(0)] = [0, 54, 1] ⊂ [0, 1],g ([0, 1]) ⊂ [0, 1]. On a donc g est-elle stable sur [0, 1].
c)g est-elle contractante sur [0, 1] ?
0 0 0 00 0
g (x) = − sin x,|g (x)| = sin x, M = max |g (x)|,x ∈ [0, 1].g (x) = (sin x) = cos x > 0 car
[0, 1] ⊂ [0, Π2 ].

M = sin(1) = 0, 84 < 1. La fonction g est donc contractante et d’après le théorème du point


fixe la suite (xn ) définie par xn = g(xn−1 ) = cos xn−1 converge vers l’unique point fixe c de g(x)
dans [0, 1], qui est l’unique racine de f (x) = 0 dans [0, 1],∀xo ∈ [0, 1].
3) xo = 0, 5

n xn |xn − xn−1 |
0 0,5 –
1 0,878 0,378
2 0,639 0,239
3 0,803 0,164
4 0,694 0,109
5 0,769 0,0075
6 0,719 0,0050
7 0,752 0,0033
8 0,730 0,0022
9 0,745 0,0015
10 0,735 0,0010

|xn − xn−1 | ≤ 0, 0010 alors pour n = 10,c ' 0, 735.

Exercice 4
f (x) = x3 − x − 1 = 0, x ∈ [1, 2].
1)f est continue sur [1, 2].
1 √
2)f (x) = x3 − x − 1 = 0 ⇒ x3 = x + 1 ⇒ x = (x + 1) 3 = 3 x + 1 = g(x).
a)La fonction g(x) est continue sur [1, 2].
0
b)g (x) = √ 3
1
2
> 0, ∀x ∈ [1, 2], g(1) = 1, 26, g(2) = 1, 44, g ([1, 2]) ⊂ [1, 2], g est stable sur
3 (x+1)
[1, 2].
c)g est-elle contractante sur [1, 2] ?
0
g (x) est décroissante car ∀x1 ∈ [1, 2], ∀x2 ∈ [1, 2], :
1 1
x1 ≤ x 2 ⇒ p ≥ p
3 (x1 + 1)2
3
3 (x2 + 1)2
3

0
|g (1)| = M = 0, 21 < 1. Les conditions a),b),c) sont vérifiées alors par la méthode du point

2

fixe la suite (xn ) définie par xn = g(xn−1 ) = 3 xn−1 + 1 est convergente.
La solution approchée : = 0, 01 et xo = 1, 5 ∈ [1, 2].

n xn |xn − xn−1 |
0 1,5 –
1 1,357 0,148
2 1,331 0,019
3 1,326 0,005

|xn − xn−1 | < 0, 005 < 0, 01 alors c ' 1, 326.


Conclusion :
Le nombre d’itérations obtenues par la méthode du point fixe(n = 3) est inférieur à celui obtenu
avec la méthode de la Bissection(n = 7), donc la
la méthode du point fixe converge plus rapidement que celle de la Bissection.
Mme Abderrahmani.