Vous êtes sur la page 1sur 4

UNIVERSITE IBN ZOHR

ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE


GESTION AGADIR

Normes comptables IAS/IFRS


S9 GFC 2020/2021
TD 3 : Module 3 Immobilisations

Situation 1 :
Une entreprise a acquis le 1er janvier 2009, une immobilisation non amortissable A et une
immobilisation amortissable B (en linéaire sur 20 ans) pour des valeurs respectives de 100
mille dhs et 1 million de dhs. En 2013, (à la clôture), elle procède à la réévaluation selon la
juste valeur de ces deux immobilisations, déterminée en fonction des valeurs de marché. Les
justes valeurs ressortent à 200 000 dhs pour l’immobilisation A et 1 500 000 dhs pour
l’immobilisation B.
1. Remplir le tableau suivant en date du 31/12/2013, selon l’IAS 16 :
Actif Coût historique Valeurs réévaluées Ecarts de réévaluation
A
B
Amortissements de B
Valeur comptable de B
Valeur de l’ensemble

2. comment sera comptabilisé l’écart de réévaluation selon IAS 16 au 31/12/2013 ?


□ En charge □ En produits □ En capitaux propres

3. Quel est, au 31/12/2013, le schéma d’écriture à choisir ?

31/12/2013 Débit Crédit


A 100 000
B 1 000 000
Amortissements de B 250 000
Ecart de réévaluation 850 000

Page 1 sur 4
Ou
31/12/2013 Débit Crédit
A 100 000
B 1 000 000
Amortissements de B 250 000
Produit exceptionnel (plus- 850 000
value de réévaluation)

Ou
31/12/2013 Débit Crédit
A 100 000
B 500 000
Amortissements de B 250 000
Ecart de réévaluation 850 000

4. Quel sera, à partir de 2014, l’amortissement annuel à comptabiliser :


□ 133 300 □ 100 000 □ 113 300 □ 50 000

5. Au 31/12/2014, la juste valeur de l’ensemble s’élève à 800 000 dhs (dont 100 000
dhs pour A), remplir, selon l’IAS 16, le tableau suivant :

Actif Valeur avant Valeurs réévaluées Ecarts de


réévaluation réévaluation
A 200 000
B 1 500 000
Amortissements de B
Valeur comptable de B
Valeur de l’ensemble

6. En supposant que l’écart de réévaluation a été transféré en bénéfices non


distribués, quel est le solde de écart au 31/12/2014 :

□ 850 000 □ 793 000 □ 800 000

Page 2 sur 4
7. Qu’advient-il des 800 000 dhs de moins value générés par cette nouvelle adaptation à la
juste valeur ?
□ On les passe en charges
□ On les impute sur l’écart de réévaluation
□ On les impute en priorité sur l’écart de réévaluation et le reliquat en charges

8. Quel sera à partir de 2015, l’amortissement annuel à comptabiliser ?


□ 50 000 □ 90 000 □ 70 000 □ 110 000

9. En 2015, la juste valeur s’établit à 620 000 dhs (dont 100 000 dhs pour A). avec les
mêmes principes que pour les questions précédentes, selon l’IAS 16, le tableau suivant au
31/12/2015 a été rempli, intégrant la nouvelle dotation de 50 000 dhs avant réévaluation :

Actif Valeur avant Valeurs réévaluées Ecarts de


réévaluations réévaluation
A 100 000 100 000 0
B 700 000 520 000 (180 000)
Amortissements de B (50 000) 0 50 000
Valeur comptable de B 650 000 520 000 (130 000)
Valeur de l’ensemble 750 000 620 000 (130 000)

Quel est le traitement comptable correct parmi les affirmations suivantes :


□ On passe 130 000 dhs en charges
□ On impute 130 000 dhs sur les capitaux propres
10. Quel est le schéma d’écriture comptable correct au 31/12/2015, selon l’IAS 16 :
31/12/2015 Débit Crédit
Dotation dépréciation des 130 000
immobilisations
Amortissements de B 50 000
B 180 000

Ou
31/12/2015 Débit Crédit
Ecart de réévaluation 130 000
Amortissements de B 50 000
B 180 000

Page 3 sur 4
Situation 2 :

Soit une unité génératrice de trésorerie constituée des actifs suivants :

Actifs Valeur comptable


31/12/2014
Eléments incorporels 80 000
Goodwill 40 000
Diverses immobilisations corporelles 140 000

Il est impossible de déterminer individuellement, pour les actifs incorporels et corporels, leur
juste valeur nette des frais de cession ni leur valeur d’utilité.

La valeur recouvrable de l’UGT correspond à sa valeur d’utilité, que l’on peut déterminer à
partir de flux annuels de trésorerie de 32 000 dhs sur 8 ans. Le taux d’actualisation retenu
est de 5%. On arrondira chaque calcul au millième le plus proche :

• quelle est la valeur recouvrable de l’UGT ?


• Quelle est a perte de valeur à imputer aux immobilisations corporelles ?

Page 4 sur 4