Vous êtes sur la page 1sur 12

Universite Kasdi Merbeh Ouargla

Faculté des Sciences Appliquées

Département de Génie Electrique

Option : Electrotechnique

Niveau : 3ème Licence

Module : Traitement du Signal et Asservissement 1 : TSA1


Chapitre 1 : Introduction

L’enseignante : Soraya ZEHANI


Email : zehani.so@univ-ouargla.dz

Année Universitaire : 2014/ 2015


Chapitre 1 : Introduction

Introduction
Le but du traitement de signal est en effet d’extraire le maximum d’information utile sur un
signal perturbé par le bruit.
Un signal est une variation d’une grandeur physique de nature quelconque porteuse
d’information. Un signal est donc la représentation physique de l’information, sa nature physique peut
être très variable : acoustique, électrique, mécanique, optique……
Le mot signal est associé au mot bruit, qui est la perturbation indésirable qui se superpose au
signal et aux données utiles dans un canal de transmission ou dans un système de traitement de
l’information.
Ainsi, il apparait évident qu’un problème fondamental en traitement du signal sera d’extraire le
signal utile du bruit, ceci est mesuré par le rapport signal sur bruit (RSB, ou SNR : Signal to Noise
Ratio) qui est le rapport des puissances du signal Ps et du bruit Pb, il mesure la qualité du signal.
La théorie du signal provient de la théorie de communication qui contient par son tour la théorie
de l’information. En générale, un système de mesure à la structure donnée ci-dessous ;

Message Canal
Mot clé
Distin-
Source Codeu Emetteur Récepteu Décodeu ataire
r rr r

bruit bruit bruit

Théorie du signal

Théorie de l’information : fig : la position de la théorie de l’information et du signal dans une chaine
de transmission de l’information.

Le phénomène que l’on veut étudier à un capteur qui le transforme en un signal électrique
(tension ou courant) à ce niveau un bruit est ajouté,

L’ensemble chemine sur un canal de transmission lui-même bruyant.

Il atteint enfin le récepteur, derrière lequel est effectué le traitement du signal.

2
Enseignante : S.ZEHANI
Chapitre 1 : Introduction

Définition du signal

Un signal est la représentation physique de l’information qu’il convoie de sa source à son


destination en électronique cette grandeur physique est électrique (courant, ou tension), en mécanique
(force), en optique (lumière)….

Définition du bruit

Un bruit est un phénomène perturbateur gainant la perception ou l’interprétation d’un signal.

Définition du rapport signal sur bruit

Le rapport signal sur bruit est une mesure du degré de contamination du signal par du bruit, il
s’exprime sous la forme du rapport (SNR) des puissances respectives du signal Ps et du bruit Pn :

SNR = Ps/ Pn

Il est souvent indiqué selon une échelle logarithmique mesurée en décibels :

SNRdb = 10 log10(SNR)

Les signaux : description et caractéristiques

Les signaux déterministes et les signaux aléatoires

On distingue les signaux déterministes des signaux aléatoires par leurs variations d’aptitude et de
phase, de puissance, d’énergie spectrale ou autres.ces paramètres peuvent être prédits dans le cas des
signaux aléatoires.

Les signaux déterministes peuvent être représentés par des fonctions mathématiques qui permet
de calculer leur valeur pour tout instant passé ou futur.

Exp : les signaux aléatoires obéissent aux lois du (hasard) ou probabilité ou statistique

Signal déterministe :

Signal aléatoire : parole, vent…..

De la théorie du signal au traitement du signal

Les mots signal et information sont communs dans le langage courant, mais dans le monde
scientifique, ces mots ont des significations bien précises.

La théorie du signal : est l’ensemble des outils mathématiques qui permet de décrire les signaux
et les bruits émis par une source, ou modifiés par un système de traitement.

La théorie de l’information : est l’ensemble des outils mathématiques qui permet de décrire la
transmission de message véhiculés d’une source vers un destinataire

Le traitement du signal : est l’ensemble des méthodes et des algorithmes qui permet d’élaborer ou
d’interpréter les signaux porteurs d’information. Plus précisément :

3
Enseignante : S.ZEHANI
Chapitre 1 : Introduction

Elaboration : codage, modulation, changement de fréquence

Interprétation : décodage, démodulation, filtrage, détection, identification,….

Actuellement, les méthodes de traitement du signal sont presqu’en totalité numériques, ce qui
suppose ; un échantillonnage temporel, et une représentation des signaux en temps discret.

Vers un traitement multidimensionnel

Les signaux présentent une grande diversité, en particulier en ce qui concerne la dimension.
Avec l’évolution des technologies (capteurs, calculateurs….), le traitement du signal traite des signaux
multidimensionnels, au-delà du signal 1D : signal audio, mesure électrique, signal reçu par une
électrode en biomédical.

Sgn 2D : image représentation temps-fréquence du signal

Signaux 2D x t : séquence vidéo

Signaux 3D : objet 3 D (tomographie….)

Signaux 3 D x t : séquence d’objet 3 D (tomographie…)

Signaux n D : qui peuvent recouvrir différentes formes par exp :

Signaux multi-capteurs (n capteurs) : réseaux d’antennes, Signaux électroencéphalographique


(EEG) ou magnétoencephalographique (MEG) (jusqu’à 250 électrodes)

Les signaux déterministes : ces signaux peuvent être :

1- Signaux périodiques : se sont les signaux qui obéissent à une loi de répétition régulière de tel
sorte que x(t) = x(t+T) et F est la fréquence ; avec T est la période

4
Enseignante : S.ZEHANI
Chapitre 1 : Introduction

Parmi ces signaux on cite:


x(t)
1-a- signaux sinusoïdaux

t
A

1-b-signaux périodique composite

Ce sont des signaux sinusoïdaux, mais qui peuvent être décomposés en signaux sinus (par
décomposition de Fourier) tel que : carré, rectangle, triangle,…….. x(t)

t
A

1-c – signaux pseudo-aléatoire :


T

Ce sont des signaux périodiques dans le temps, mais leurs formes pendant une période est quelconque
x(t)

2- Les signaux non périodiques : °c


Ce sont les signaux qui ne respectent pas la loi cyclique tel que :

; on peut cité :

−a- les signaux quasi périodiques

Ils sont composés des signaux périodiques de période différent, le signale résultant n’est pas
périodique :

5
Enseignante : S.ZEHANI
Chapitre 1 : Introduction

Exp :

tel que T1 # T2

− −

Ce sont les signaux dans l’amplitude est nulle en dehors d’un certain intervalle de temps :
A
exp

s(t)= Ae-t

t
T

Classification morphologique des signaux S(t)


1- Signal analogique

Signal analogique ; amplitude et temps sont continues

t
2- Signal quantifié S(t)
Amplitude discrète et temps continue

t
3- Signal échantillonné S(t)
Temps discret et amplitude continue.

t
T

6
Enseignante : S.ZEHANI
Chapitre 1 : Introduction

S(t)

4- Signal numérique

Amplitude et temps discret

L’énergie et la puissance d’un signal : (classification énergétique)

1-Energie

On appelle la puissance instantanée d’un signal s(t) , le produit

Si le signal est réel

L’énergie normalisée d’un signal s’t) dans l’intervalle [t1,t2] est définie comme étant l’aire décrit par sa
puissance instantanée :

P(t)

E

t
t1 t2

Remarque : on appelle un signal à énergie finie non nulle (

Un signal pour lequel l’intégrale de l’équation  reste finie quelque soit les bornes d’intégration.

2-puissance de signal

La puissance d’un signal s(t) dans l’intervalle [t1,t2] est définie par :

Remarque : la puissance moyenne totale d’un signal s(t) est obtenue on considère un intervalle qui
s’attendait sur tout l’axe réel (du temps) c'est-à-dire :

7
Enseignante : S.ZEHANI
Chapitre 1 : Introduction

Si s(t) est un signal à puissance moyenne finie

Les signaux usuels (signaux singulière)

De nombreux signaux élémentaires ayant des expressions mathématiques très simples utiliser dans le
traitement du signal.

On peu citez :
Sgn(t)
1-fonction signe :

Elle est définie de la manière suivante :


1
Sgn (t) = 1
0 t
-1
-1

2-fonction échelon unité (saut unité ou fonction heaviside)

La fonction saut (on échelon) unité peut se définir à partir de la fonction signe :

e (t) = u(t)

0
Remarques :

 La valeur à l’origine est arbitrairement comprise entre 0 et 1, mais il est préférable de lui
assigner la valeur 1 (pour e (t)).
 La valeur à l’origine est en principe arbitraire, située entre ± 1 ; mais par contre cette valeur est
nulle (pour sgn).

8
Enseignante : S.ZEHANI
Chapitre 1 : Introduction

La fonction rampe :

Elle peut se définir à partir de la fonction échelon unité comme étant :


r (t)

r (t)
D’où tg=1
t

4-La fonction rectangulaire (ou rectangle) ou (porte)

RecT(t) impulsion rectangulaire de durée T et d’amplitude unité, centrée sur (0,0), est définie pour :

− −
rectT(t)
rectT(t) = 1 si

0 si
-1/2 1/2 t
rectT(t) = rect (t/T)

9
Enseignante : S.ZEHANI
Chapitre 1 : Introduction

NB : on définie en générale

X(t) = A si A si

0 si 0 si si (t)
Exp :
A
Pour
-T/2 +T/2
t

5-Fonction triangulaire (tri)

La fonction triangulaire normalisée est notée et définie de la manière suivante :


triT(t)
1-
triT(t) =
1
0

-T/2 T/2
6-Fonction sinus cardinal (sinc)
t
C’est le rapport d’une fonction sinusoïdale et de son argument
Propriétés :

7-fonction impulsion de Dirac : (t) (t)


Elle est définie par :
Et
Elle est définie pour t=0

10
Enseignante : S.ZEHANI
Chapitre 1 : Introduction

Propriété
I=

S(t).(t) (t) s(t)


s(t)

t t t
0 0

Mais (t) est définie à l’origine

D’où : 0 si

1 si

D’où on tire la relation suivante

8-fonction peigne de Dirac

C’est une fonction périodique de l’impulsion de Dirac définie comme suit :

S(t)

Avec n=0,±1, ±2, ±3……

Domaine d’application ……. -2T0 -T0 T0 2T0 3T0 …….


t

 Télécommunication
 Surveillance des processus industriels
 Reconnaissance des formes
 Traitement d’image, de la parole…
 Analyse biomédicale.

11
Enseignante : S.ZEHANI
Chapitre 1 : Introduction

Etude énergétique des signaux


Il existe deux sortes de classe énergétiques :

1- Les signaux à énergie finie


Exp : les signaux transitoires déterminés sur l’aléatoire
2- Les signaux à puissance moyenne finie non nulle
Exp : signaux périodiques
Signaux quasi périodiques
Signaux aléatoire permanent (bruit blanc)
Req : il existe certain signal qui n’appartient pas à aucune de deux classes.
Définitions :
1- L’énergie d’un signal réel x(t) sur un intervalle [t1,t2] est la valeur quadratique définie par :

2- La puissance moyenne d’un signal sur [t1,t2] est la valeur quadratique moyenne

3- L’énergie totale d’un signal x(t) est définie comme étant

4- La puissance totale d’un signal est définie :

Req : pour les signaux périodiques, la puissance moyenne totale est égale à la puissance moyenne sur
une périodique.
1) Signaux à énergie finie
Les signaux à énergie finie sont ceux pour lesquels l’intégral suivant est borné :

2) Signaux à puissance moyenne finie non nulle

Ce sont les signaux qui vérifient la condition :

Req : les signaux à puissance moyenne finie non nulle possèdent une énergie infinie.
Les signaux à énergie finie possèdent une puissance moyenne nulle
Nb : seuls ces deux derniers sons physiquement réalisables.
Req : les signaux à énergie infinie, possèdent une puissance moyenne finie non nulle.
Les signaux à énergie finie possèdent une puissance nulle.

12
Enseignante : S.ZEHANI

Vous aimerez peut-être aussi