Vous êtes sur la page 1sur 5

Exercice 1:

1/ Déterminer le chargement nodal équivalent à un chargement réparti constant (p, q,m) appliqué sur une poutre
biencastrée de longueur L.

2/ Déduire les réactions aux appuis

1 0 0  p1 
   q + m  
0 1 1 
  p  1 1
L
1 1    q + m 1 
  
FR =    f dx =  
L L
0
 q dx =   1
t
 dx

0  2
0 0   0 
p 
0
m 2
0
 2  2  q 2 + m 2 
 
 0 2  2   q 2 + m 2 

 x x 3 2 2 3
1 ( x ) = 1 − L ,  2 ( x ) = L , 1 ( x ) = 1 − L2 x + L3 x

 ( x ) = 3 x 2 − 2 x 3 ,  ( x ) = x − 2 x 2 + 1 x 3 ,  ( x ) = − 1 x 2 + 1 x 3
 2 L2 L3
1
L L2
2
L L2

 L   L 
 p2   −p2 
 L   L 
q − m − q + m 
 2 2   2 
 L   L2 
q −q
FR  =  12L  Les réactions aux appuis R = −FR  =  12L 
 p   −p 
 2   2 
q L + m  − q L − m
 2   2 
 L2   L2 
 −q   q 
 12   12 
Exercice 2 :

1/ Déterminer les chargements nodaux équivalents pour les structures suivantes

Le chargement nodal équivalent (cas d’un chargement concentré)

F  = (x ) Q 
P 0
t
1 (a ) 0 0   0   0 
      3 2 2 3
1 (a ) 1 (a )
 0
  0   1 (a ) 1 − L2 a + L3 a 
  0  1 (a )  1 (a )     (a )    1 (a ) 
F  =  (a )  
t
Q =  − F = −F  1  = −F  
 2 (a ) 0  
P
0  0   0 
 0    0   2 (a )  
  2 (a )  2 (a )    2 (a )
   
 0  2 (a )  2 (a )   2 (a )   2 (a ) 

 0 
 3 2 2 3
1 − L2 a + L3 a 
  1 (a ) 
La réaction aux appuis est l’opposé du vecteur des forces nodales R  = −FP  = F  
 0 
  2 (a ) 
 
  2 (a ) 

 0 
 1 
 2 
 L 
 
Premier cas : FP  = − F  8  deuxième cas
 0 
 1 
 2 
 L
− 
 8
 0 
1 (a ) 0 0   0   3 
   2L 
 0 1 (a ) 1 (a )    (a )
 1   1 
  0  
  0  1 (a )  1 (a )    (a )   
F  =  (a )  
t
Q =  0  = −M 0  1  = M  4 
 2 (a ) 0    0 
P 0
0
 −   0 
 M   − 3 
 0  2 (a )  2 (a )   (a )
0
   2  2L 
    2 (a )
 0  2 (a )  2 (a )  1 
 
 4 
Quatrième cas :
 0 
1 0 0  0   L
 −q 
 
1 1  − q 

2
0
  0   11  L2 
L
1 1    − q 1   − q 
F  =     
L L
0
t
f dx =    − q dx =    dx =  12 
 0    
R
0 2
0 0
0 0

   0   L
0
0  − q 2 
 2 2 
  −q 2 
 0 2  2   − q 2   L2 
q 
 12 
Exercice 3 :

Déterminer le vecteur global des forces relatif à chaque structure.

Il existe un appui au milieu de la poutre. On doit mettre un nœud au niveau de chaque liaison. Donc la structure
doit être divisée en deux poutres élémentaires

1 2

1 2 3
La connectivité des éléments est :
La première poutre élémentaire (élément 1) présente les nœuds 1 et 2
La deuxième poutre élémentaire (élément 2) présente les nœuds 2 et 3
On commence par calculer les vecteurs des chargements nodaux de chaque élément

Les deux poutres présentent un chargement linéique uniforme

 0  u1  0  u2
 L  v1  L  v2
−q 2  −q 2 
 L2   L2 
− q  w1  − q  w2
FR 1  012  u 2 et FR 2  012  u3
−q L  −q L 
 2  v 2  2  v3
 L2   L2 
q  q 
 12  w2  12  w3
L’opération d’assemblage

u1 v1 w1 u2 v2 w2 u 3 v3 w3
 L L2 L L2 
 0 −q −q 0 −q q 
F t =  2 12 2 12
2
 L L2 L L
−q −q 0 −q q 
 2 12 2 12 

F t = 0 − q L −q
L2
0+0 −q
L
+ −q
L L2
−q
L2
0 −q
L L2 
12 
q q
 2 12 2 2 12 12 2
u1 v1 w1 u2 v2 w2 u3 v3 w3
F  = 0 − q L
t
−q
L2
0 − qL 0 0 − q
L L2 
q 
 2 12 2 12 

Il existe un appui au milieu de la poutre. On doit mettre un nœud au niveau de chaque liaison. Donc la structure
doit être divisée en deux poutres élémentaires

1 2

1 2 3

La première poutre élémentaire (élément 1) présente les nœuds 1 et 2


La deuxième poutre élémentaire (élément 2) présente les nœuds 2 et 3
On commence par calculer les vecteurs des chargements nodaux de chaque élément

La première poutre présente un chargement ponctuel

 0   0  u2
 1   L  v2
 2  −q 2 
 L   L2 
   − q  w2
F  = − F  8  la deuxième poutre présente un chargement réparti FR 2  12  u 3
 0 
 0 
P 1

 1  −q L 
 2   2  v3
 L  L2 
−  q 
 8  12  w3
L’opération d’assemblage

u1 v1 w1 u2 v2 w2 u3 v3 w3
 F FL F FL 
0 − 2 − 0 − 
F  = 
t 8 2
L
8
L2 L L2
 −q −q 0 −q q 
 2 12 2 12 

F t = 0 −
F

FL F
0+0 − −q
L FL
−q
L2
0 −q
L L2 
12 
q
 2 8 2 2 8 12 2
u1 v1 w1 u2 v2 w2 u3 v3 w3

Attention : la connectivité des éléments n’est pas toujours formée par des numéros de nœuds consécutifs

1 1
3
2 4
2
3
La connectivité des éléments
Elément 1 : N1 et N2
Elément 2 : N2 et N3
Elément 3 : N2 et N4
Le vecteur global des déplacements nodaux est :

qt = u1 v1 1 u2 v2 2 u3 v3 3 u4 v4 4 

Vous aimerez peut-être aussi