Vous êtes sur la page 1sur 32

signe d’un monôme

Signe et factorisation d’un binôme ax 2  bx  c a  0 


on pose : p x   ax 2  bx  c
discriminent résolution de p x   0 signe de p x 

0 S 
 b 
0 S   
 2a 
 b   b   
0 S 
a
,
2a 

 2
si x 1 x 2 sont solutions de l’équation p x   0 alors :
b c
 x 1  x 2   et x 1  x 2 
a a
 p x   a x  x 1 x  x 2 
Identités remarquables et Domaine de définition d’une fonction numérique
Identités remarquables
a  b 2  a 2  2ab  b 2  a  b   a3  3a2b  3ab2  b3 a3  b3   a  b   a 2  ab  b2 
3

a  b 2  a 2  2ab  b 2  a  b   a3  3a2b  3ab2  b3


3

a  b a  b   a 2  b 2 a3  b3   a  b   a 2  ab  b2 
Domaine de définition de quelques fonctions

fonction numérique f domaine de définition


f  x   p x  Df 
p x 
f x   D f  x  / q x   0
q x 
f x   p x  D f  x  / p x   0
p x 
f x   D f  x  / q x   0
q x 

p x 
f x  D f  x  / p x   0 et q x   0
q x 

p x   p x  
f x   D f  x  /  0 et q x   0
q x   q x  
p x 
f x   D f  x  / p x   0 et q x   0
q x 
Les limites
1
 limites des fonctions x  x n et x 
xn
lim x n  0 lim x  0
x 0 x 0

1 1
lim 0 lim 0
x  x n x  x
1
lim n  0 lim x  
x  x x 

lim x n   lim x n  
x  x 

si n est impair
lim x  
n
lim x n  
si n est pair

x  x 
1 1
lim n
  lim n
 
x 0 x x 0 x

1 1
lim n   lim n  
x 0 x x 0 x

Limite des fonctions polynômes et fonction rationnelles au voisinage de  et 


n 1
liman x n  an 1x n 1  ...  a1x  a 0  limanx n lim an x  an 1x  ...  a1 x  a 0  lim an x
n n

m 1
x  x  m x  bm x  bm 1x  .....  b1x  b 0
m x  bm x

Limite de x  f x 
soit f une fonction positive sur un intervalle I
lim f x   l  lim f x   l lim f x     lim f x   
Limites des fonctions trigonométriques
sin x  tan x  1  cos x  1
lim 1 lim 1 lim 
x 0 x x 0 x x 0 x2 2
Les limites et l’ordre


u x   f x   v x   lim x   l  u x  

f x   l
x x 0
   xlim
lim u x   l   xlim f x   l lim u x   0 x 0
x x 0 x 0 
 x x 0

lim v x   l 
x x 0 
f x   u x  
 u x   f x  

 lim f x     lim f x   
lim u x     x x 0 lim u x     x x 0
x x 0 
 x x 0 

la continuité
 la continuité en un point 
définition
soit f une fonction définie sur un intervalle ouvert de centre x 0
on dit que la fonction f est continue au point x 0  lim f x   f x 0 
x x 0

 la continuité à gauche et à droite d’un point x 0


 f est continue à gauche de x 0  lim f x   f x 0 
x x 0

 f est continue à droite de x 0  lim f x   f x 0 


x x 0

 f est continue au point x 0  f est continue à gauche est à droite de x 0


 la continuité sur un intervalle
f est continue sur a,b  si f est continue en chaque point de a,b 
f est continue sur a,b  si f est continue en chaque point de a,b  et à droite de a
f est continue sur a,b  si f est continue sur a,b  et à gauche de b
f est continue sur a,b  si f est continue sur a,b  et à droite de a et à gauche de b
 Résultats
toute fonction rationnelle est continue sur son domaine de définition
 la fonction x  x est continue sur 0, 
 les fonctions x cos  x  et x  sin  x  sont continue sur
 
 la fonction x tan  x  est continue sur    k / k  
2 
 toute fonction polynôme est continue sur
propriétés
soient f et g deux fonctions continues sur un intervalle I et k 
alors
les fonctions x  f  x   g x  , x  f  x   g x  et x  k. f  x  sont continues sur
I
f x 
sont continues sur I '  x  I / g  x   0
1
les fonctions x  et x 
g x  g x 
la continuité du composé de deux fonctions
Si f est continue sur I et g est continue sur J tel que f  I   J alors gf continue sur I
L’image d’un intervalle par une fonction continue
 l’image d’un segment par une fonction continue est un segment
 l’image d’un intervalle par une fonction continue est un intervalle


cas particuliers : soit f une fonction continue est strictement monotone sur I
l’image d un intervalle par une fonction continue est strictement monotonne
f I 
I
f strictement croissante f strictement décroissante
 a, b  f a  , f b   f  b  , f  a 

a, b  lim f x , f b   f b  , lim x  


 x a    x a  

 a, b  f a , lim f x    lim f x , f a 
 x b    x b  

a, b  lim f x , lim f x    lim f x , lim f x  


 x a  x b    x b  x a  

 a,   f  a  , lim f  x    lim f  x  , f  a 


 x    x  
a,   lim f  x  , lim f  x    lim f  x  , lim f  x  
 x a x    x  x a  

,b  lim f  x  , f  b   f  b  , lim f  x  


 x    x  
,b  lim f  x  , lim f  x    lim f  x  , lim f  x  
 x  x b    x b x  
 ,   lim f  x  , lim f  x    lim f  x  , lim f  x  
 x  x    x  x  

 Théorème des valeurs intermédiaire


Si f est continue sur  a , b  alors pour tous k compris entre f  a  et f  b  il existe
 a, b / f     k
Résultats
Si f est continue sur  a , b  et f  a   f  b   0
alors : l’équation f  x   0 admet au moins une solution dans  a , b 
Si f est continue , strictement monotone sur  a , b  et f  a   f  b   0
alors : l’équation f  x   0 admet une solution unique  dans  a , b 
Méthode de dichotomie
soit f une fonction continue et strictement monotone sur  a, b tel que
f a  f b  0 et soit  la solution unique de l’équation f  x   0
ab
on pose : c1 
2
si f  a   f  c1   0 si f  b   f  c1   0
alors a    c1 est un encadrement de  alors c1    b est un encadrement de 
ba ba
d’amplitude d’amplitude
2 2
on peut refaire la même méthode pour  a, c1  on peut refaire la même méthode pour  c1 , b

La dérivabilité
la dérivabilité en un point
f  x   f  x0 
f est dérivable au point x0  lim l
x  x0 x  x0
le nombre l s’appelle le nombre dérivé de f au point x0 et on note : f '  x 0 
 équation de la tangente
Soit f une fonction dérivable au point x0
L’équation de la tangente au point A  x0 , f  x0   est y  f '  x0  x  x0   f  x0 
dérivabilité à droite et à gauche
f  x   f  x0 
on dit que f est dérivable à droite du point x0  lim  l
x  x0 x  x0
le nombre l s’appelle le nombre dérivé de f à droite du point x0 et on note :
f d '  x0 
f  x   f  x0 
on dit que f est dérivable à gauche du point x0  lim  l
x  x0 x  x0
le nombre l s’appelle le nombre dérivé de f à gauche du point x0 et on note : f g '  x0 
f est dérivable au point x0 ssi f est dérivable à droite et à gauche de x0 et
f d '  x0   f ' g  x 0 
Si f est dérivable au point x0 alors f est continue au
Proposition
point x0

Tableau des fonction dérivées des fonctions usuelles


f x  f ' x 

k 0 k  
x 1
1 1
x x2
xr r.x r 1 r *

1
x
2 x
cos  x   sin  x 
sin x  cos x 
tan x 1  tan 2 x
Les opérations sur les fonctions dérivables
 u  v '  u'  v'  u  v '  u'  v'  k    ku '  k  u '
 u '  n.u .u'  1v   vv2'  u  u' v  uv '
' '

 u.v '  u' .v  u.v' n n 1


  
  v v2
dérivée du composé de deux fonctions- dérivé du fonction racine carré
u'
 
'
 
u v '  v '   
u' v u 
2 u
la dérivé et la monotonie
Soit f une fonction dérivable sur un intervalle I
  x  I  f '  x   0  f est croissante sur I
  x  I  f '  x   0  f est décroissante sur I
  x  I 
f '  x   0  est constante sur I
La dérivée et l’interprétation géométrique
La limite déduction Interprétation géométrique
f  x   f  x0  C  admet une tangente au point
lim  a * f
x  x0 x  x0 A  x , f  x   de coefficient directeur a
f est dérivable au point 0 0

f  x   f  x0  x0 C  admet une tangente horizontale au


0
f
lim
x  x0 x  x0 point A  x , f  x  
0 0

f  x   f  x0  C  admet une demi tangente à droite du


lim  a * f
xx 0 x  x0 point A  x , f  x   de coefficient directeur
0 0
f est dérivable à droite
a
du point x0
f  x   f  x0  C  admet une demi tangente horizontale à
0
f
lim
xx 0 x  x0 droite du point A  x , f  x   de coefficient
0 0

directeur a

lim
f  x   f  x0 
  C  admet tangente vertical vers le bas à
f
x  x0
droite du point A  x , f  x  
xx 0
f n’est pas dérivable à 0 0
droite du point x0
f  x   f  x0  C  admet une demie tangente verticale vers
 
f
lim
xx 0 x  x0 le haut à droite du point A  x , f  x  
0 0

f x   f x 0  C  admet une demi-tangente à droite du


a  *
f
lim
x x 0 x x0
f est dérivable à gauche point A  x , f  x   de coefficient directeur
0 0

a
du point
f  x   f  x0  demi-tangente à droite du point A  x , f  x 
lim 0 0 0

x  x0 x  x0 de coefficient directeur a

lim
f  x   f  x0 
  C  admet une demie tangente verticale vers
f
x  x0 f n’est pas dérivable à le bas à gauche du point A  x , f  x  
x  x0
0 0
f  x   f  x0  gauche du point x0
lim  
x  x0 x  x0
l’interprétation géométrique
les fonctions réciproques
proposition
toute fonction continue et strictement monotone sur un intervalle I admet
une
fonction réciproque définie sur un intervalle J  f  I 
résultats
 x  J  , y  I  : f 1  x   y  f  y   x
 x  J  : f f 1   x   f  f 1  x    x
 y  I  : f 1 f   y   f 1  f  y    y
1
la fonction f est continue sur J
f 1 a même monotonie sur J que f
C f 1 a est symétrique à C f par apport à la droite d’équation y  x
la dérivation d’une fonction réciproque
soit f une fonction continue sur un intervalle. x0  I et y0  f  x0 
si f est dérivable au point x 0 et f '  x0   0 alors f est dérivable au point y0
1

et on a :  f '  y   f ' 1x 


1
0
0

soit f une fonction continue et strictement monotone sur un intervalle I


si f est dérivable sur I et  x  I  : f '  x   0 alors : f est dérivable J  f  I 
1

1
et on a :  x  J  : f 1  x  
f '  f 1  x  
remarques importants
la courbe C f la courbe C f 1

A  a ,b  C f A'  b ,a  C f 1
C f admet une asymptote verticale x  a C f 1 admet une asymptote horizontale y  b

Cf admet une asymptote horizontale C f 1 admet une asymptote verticale

Cf admet une asymptote d’équation y  ax  b 1 1


C f 1 admet une asymptote d’équation y x
a b
Cf admet une tangente (demi-tangente) C f 1 admet une tangente (demi-tangente)
verticale horizontale
Cf admet une tangente (demi-tangente) C f 1 admet une tangente (demi-tangente)
horizontale verticale
fonction racine carré d’ordre n n 
 1
définition
la fonction f : x  x n est continue et strictement croissante sur  0, donc elle admet
une fonction réciproque f 1 définie sur  0, appelé e racine d’ordre n et noté n

 
n
: 
et on a :
xn x
  x, y   2
 : n x  y  x  yn
cas particulier
 x x
2

le nombre 3
x est appelé racine cubique
 de x
propriétés
  x, y   2
 , n  
 1   x, y   2
 ,   n, m     2

 n
xn  x  n
x  n y  n xy

   
n m
 n
x x  n
xm  n
x
n
x x
 n
x  y xy n  n
n
y y
 n
x n y  x y  m n
x  mn x
xy xy
x y
3
x3 y
x y 3
x2  3 x 3 y  3 x2
Domaine de définition
Domaine de définition de
la fonction f
f
f  x  n x Df   x  / x  0
f  x  n u x Df  x  / x Du et u  x   0
les limites
limu x   l  0 lim n u x   n l
limu x    lim n u x   
la continuité
la fonction : x  n x est continue sur 0,
si u est une fonction positive et continue sur I alors la fonction x  n u x  est
continue sur I
la dérivabilité
si u est une fonction strictement positive et dérivable sur un intervalle I
alors la fonction x  n u x  est dérivable sur I et on a :
u' x 
 x  I  :  n u x  ' 
 
n 1
n n u x 

résolution de l’équation x n  a a   x

n est impair n est pair


a 0 S  a
n

S  n a , n a 
a 0 S  0 S  0
a 0 S 
puissance rationnelle d’un réel strictement positive
p
soit r   
et x  0,  on a :
q
p
1  q1  q p
p

 x  0 n
x x n x  x  x   x
r q
 
 
l’ensemble de définition de la fonction f définie par :
 x  u x  est
r

D f  x  / x Du et u x   0
 1  1
 
1
u x  '  u n x  '  u' x   u x  n
1
 n

  n
les opérations sur les puissances rationnelles
soient x et y deux éléments de 
 ,r et r’ deux éléments de

x r  x r '  x r r '
x r  y r  xy 
r

x r r'
 x rr '
1
r
 x r
x
xr
r'
 x r r '
x
r
xr  x 
 
yr  y 
les branches infinies
asymptote horizontale

asymptote verticale

asymptote oblique

directions paraboliques
Axe de symétrie- centre de symétrie – point
d’inflexion
axe de symétrie
la droite d’équation x  a est un axe de
symétrie de C f  
 x D f  2a  x D f
 x D f : f  2a  x   f x 
cas particulier
si a  0 alors f est pair

centre de symétrie
le point I a,b  est centre de symétrie de C f 

 x D f  2a  x D f
 x D f : f  2a  x   f x   2b

cas particulier
si a  b  0 alors f est impair

convexe –concave point d’inflexion


C  est convexe sur un intervalle I
f s’il
au-dessus de toute ces tangentes sur I

si x  I : f " x   0 alors C f  est se trouve


convexe

C  est concave sur un intervalle I


f s’il
au-dessous de toute ces tangentes sur I

 
x  I : f " x   0 alors C f est se trouve concave

le point d’inflexion est le point dont C f  change


de convexité
si f " s’annule et change de signe au point x 0
alors le point I x 0 , f x 0   est un point d’inflexion
les suites numériques
Suite arithmétique- suite géométrique
Suite arithmétique suite géométrique
Définition un 1  un  r r est la raison un 1  q un q est la raison
Terme général un  u p  n  p  r un  u p q n p
Somme des termes n  p  1  1  q n p 1
consécutifs
u p  u p 1  ....un  u p  un  u p  u p 1  ....un  u p 
2 1 q
a, b et c trois termes
a  c  2b b 2  a c
consécutifs

Suite majoré -suite minoré- suite borné


Soit un nI une suite numérique
On dit que :
 un nI est majoré par M  un  M pour tout n  I
 un nI est minoré par m  un  m pour tout n  I
un nI est bornée  m  un  M pour tout n  I
Monotonie d’une suite numérique
Soit un nI une suite numérique
On dit que :
un nI est croissante  un  un 1  0  un 1 un pour tout n  I
un nI est décroissante  un 1  un  un 1 un  0 pour tout n  I
un nI est constante  un 1  un  un 1 un  0 pour tout n  I

Remarque
soit un nI une suite numérique de premier terme u p
Si un nI est croissante alors u p  un pour tout n  I
Si un nI est décroissante alors un  u p pour tout n  I
Limite d’une suite numérique
Limite de la suite n  / 
 

 0 0 
lim n   0
n 
lim n   
n 

Limite d’une suite géométrique q n  /q 


q  1 1  q  1 q 1 q 1
lim q n n’existe pas lim q n  0 lim q n  1 lim q n  
n  n  n  n 

Critère de convergence
toute suite croissante majorée est convergente
toute suite décroissante minorée est convergente


v n  un  w n  un  l  v n

nlim vn  l  lim u n  l   lim un  l

 n  lim v
n  n  0 n 

nlim wn  l


v n  un un  v n
  limun     limun  
 lim v n   limv n  

Limite de la suite de type un 1  f un 


u  a
On considère la suite un  définit par :  0
un 1  f un 
Si :
 f est continue sur un intervalle I
 f I   I
 un  I pout tout n 
 un 1  f un 
 un  est convergente
alors la limite de la suite un  est solution de l’équation f x   x

Les primitives
Les fonctions primitives d’une fonction continue sur un intervalle
Définition
Soit f une fonction continue sur un intervalle I
On dit que F est une primitive de f sur I si :
F est dérivable sur I
x  I F ' x   f x 
Propriétés
Toute fonction continue sur I admet une primitive sur I
Soit f une fonction définit sur un intervalle I
Si F est une primitive de f sur I alors les primitives de f sont x  F x   k k  

Soit f une fonction admettant une primitive sur I, soit x 0  I et y 0 


il existe une unique primitive F qui vérifie : F x 0   y 0

Fonction primitive du somme de deux fonctions et multiplication d’une fonction par un réel
Proposition
Soit f et g deux fonctions définies sur un intervalle I, k  et F et G sont respectivement leurs
primitives
F G est une primitive de f  g
k  F est une primitive dek  f
Primitives des fonctions usuelles
f x  F  x
f x  F x 
u' x   v' x  u x   v x   k
a ax  k
a u' x  a u  x   k
1 2
x x k
2 u' x   v x   u x  v' x   u x  v x  u  x   v x   k
1 1
k u' x  1
x2 x k
u x   u x 
2

1
2 x k u' x   v x   u x   v' x  u x 
x
v x   v x 
2

1 r 1
xr x k
u x    k
1
u' x  u r x 
r 1
r 1
r 1
sin x  cos x   k u' x 
2 u x   k
u x 
cos x  sin x   k u' x 
ln  u   k
u x 
1  tan 2 x  tan x   k
u' x  e u x  e u x   k
1
ln  x   k
cos ax  b 
1
x sin ax  b   k
a
ex e x k sin ax  b  1
cos ax  b   k
a
e ax 1 ax
e k
a
Les fonctions logarithmes
Fonction logarithme népérienne
Définition
1
La primitive de la fonction x  sur 0, et qui s’annule en 1 s’appelle
x
fonction logarithme népérienne el on la note : ln
Propriétés
ln 1  0 ln e   1 x  0,  , y  0, 
x  0,  , y  0,   ln x  y   ln x   ln y 
 ln x   ln y   x  y  ln x r   r  ln x 
 ln x   ln y   x  y 1
 ln     ln x 
x  0,  r  x 
x 
 ln x   r  x  e r  ln    ln x   ln y 
y 
Domaine de définition
f x  Df
f x   ln x  Df  0, 
f x   ln u x  Df  x  / x  Du et u x   0
Les limites

La continuité

La fonction x  ln x  est continue sur 0; 


Si u est une fonction continue et strictement positive sur I
alors la fonction x  ln u x   est continue sur I
la dérivabilité
La fonction x  ln x  est dérivable sur si u est une fonction strictement positive et
dérivable sur I
0; 
1 alors : la fonction : x  ln u x  est dérivable sur
et on a : x  0 ln' x  
x
u' x 
 
I et on a : x  I : ln u x  '   u x 

Graphe de la fonction ln

signe de ln x 

Fonction logarithme à base a


Définition
ln x 
La fonction logarithme à base a est la fonction définit par :log a x  
ln a 
Cas particulier log 1à s’appelle fonction logarithme décimal est notée log
Résultats log a 1  0 log a a   1 x  0,  , y  0, 
x  0,  r  log a x  y   log a x   log a y 
log a x   r  x  a r  r  : log a x r   r log a x 
1
log a    log a x 
x 
x 
log a    log a x   log a y 
y 
les limites
a 1 a 1

log a x   log a y   x  y
log a x   log a y   x  y
lim log a x    lim log a x   
x  x 

lim log a x    lim log a x   


x 0 x 0
Les fonctions exponentielles
La fonction exponentielle népérienne
Définition
La fonction réciproque de la fonction x  ln x  s’appelle fonction exponentielle népérienne et on la
note ex
Propriétés
x  :  x, y   2
, r 

 ex  0  e x e y  e x y
ln e x   x  e x r  e rx 1
x
 ex e 2

 x  0,  e ln x   x  1
x
 e x
e
 x  , y  0,  :e x  y  x  ln y  ex
 e y
 e x y

  x, y   2
:e x  e y  x  y ,  x  : , y  0, 
e e  x  y
x y
e x  y  x  ln y 

 x  0,  e ln x   x
La fonction f Domaine de définition
Domaine de définition f x   e x Df 
f  x   e u x  D f  x  / x Du   Du
Les limites
Limites fondamentales limu x     lime u x   
lim e x  
x 
limu x     lim e u x   0

lim e x  0 e u x 
x  lim u x     lim  
u x  
n

limu x     lim u x   e u x   0
n

lim
ex
 
n
x  x n

limu x     lime u x   
lim x n e x  0
x 

e x 1
lim 1
x 0 x
La continuité
La fonction x  e x est continue sur
u x 
Si u est une fonction continue sur un intervalle I alors la fonction : x  e est continue sur I
La dérivabilité Si u est une fonction dérivable sur un intervalle I
u x 
La fonction x  e x est dérivable sur alors la fonction : x  e est dérivable sur I

et on : x  : e x '  e x  
et on a : x  I : e u x  '  u' x  e u x 
La représentation graphique

La fonction exponentielle à base a tel que a   1


Définition
La fonction x  a x est la réciproque de la fonction x  log a x  s’appelle la fonction
exponentielle à base a
x  : a x  e x ln a  ; log a a x   x  x, y   2 ; r 

x  0,  : a log a x   x a x a y  a x y

ax ay  x  y a 
x r
,r 
x  , y  0,  a x  y  x  log a x  1
 a x
x
a
Les limites
a 1 0 a 1
ax ay  x  y a ay  x  y
x

lim a x   lim a x  0
x  x 

lim a x  0 lim a x  
x  x 

a 1
x
lim  ln a 
x 0 x
a x '  ln a  a x
Les nombres complexes
L’ensemble des nombres complexes  a ib / a,b   2
et i 2  1
L’écriture algébrique d’un nombre complexe
 z  a  ib un nombre complexe tel que : a,b  
soit
2

 a  ib s’appelle l’écriture algébrique du z


 Le réel a est appelé la partie réelle du z et on la note :Re z 
Le réel b est appelé la partie imaginaire du z et on la
 note Im z 
Cas particulier :

 Si Im z   0 alors z est un réel


 Si Re z   0 alors z est un réel
égalité de deux nombres complexes
Soient z  a  ib et z'  a'  ib' alors
z  z'  a  a' et b  b'
Représentation d’un complexe

Le plan complexe rapporté au repère o,e 1,e 2 
soit z  a  ib tel que a,b  
2

on relie le nombre z avec le point M a,b 


le nombre z s’appelle l’affixe du M
et on écrit aff M   z ou z M
le point M s’appelle l’image de z et on écrit M z 

Le conjugué d’un nombre


complexe
Soit z  a  ib un nombre complexe
le conjugué de z est z  a ib
 z  z'  z  z'
 z  z'  z  z'
 
n
zn  z n 


1 1
   z 0
z  z
z  z
   z'  0
 z'  z'
Module d’un nombre complexe
soit z  a  ib un nombre complexe tel que a,b   2

le réel z  z  a 2  b 2 s’appelle le module de z et on le note : z


Les opérations sur les modules
z  z'  z  z' zn  z
n
n   
z  z
z z z z

1

1
z  0 
z' z' z z
Interprétation géométrique
z A  zB
z A  OA zI  I milieu de  AB 
2
zB  z A  AB z  z   r  M C ,r 

z  z A  z  zB  AM  BM zB  z A
A, Bet C sont alignés  
zC  z A
La forme trigonométrique d’un nombre complexe
Soit z un nombre complexe non nul est M son image
la mesure de e 1,OM  est appelé argument de z
et on la note arg z 
et on écrit : arg z    2
oit z  a  ib un nombre complexe non nul Cas particuliers
On pose :r  z et arg z    2 Forme trigonométrique d’un réel

La forme trigonométrique est z  r cos     i sin     a 0 a 0
on écrit z  r ,   re a  a, 0 a   a, 
i

a b   
cos     et sin     ai  a;  
ai   a,  
r r  2  2
oit z  a  ib un nombre complexe non nul
Les opérations sur les arguments
arg z  z'   arg z   arg z'    2 r ,   r ', '   rr ',   '  re i  r 'e i '  rr ' e i  ' 
  
 
arg z  arg z   2  r ,   r ,  re  e
i i 

 arg  z     arg z  2  r ,   r ,    e  e  i 


  i

arg z n   n arg z   2 1 1  re   r


i n n in 
e
   ,  
 r ,  r 
1
 arg  z   arg z   2
 r , n  r n ,n  1 1
re i
 e i 
r
z  r ,   r  ei 
 arg    arg z   arg z'   2  r ', '   r ' ,   '   i '
 e i  
 z'  e

Interprétation géométrique

 AB, AC   arg  bc  aa  2   AB, CD   arg  db ac  2 
zc  za   zc  za
 r,    ABC est rectangle en  1,    ABC est isocèle
zb  za  2 zb  za
A
zc  za   
 1,    ABC est équilatéral
zb  za  3

Formule de Moivre formule d’ Euler


  n  cos    i sin    cos n   i sin n  
n
1 i  i 
 ; cos     e e
2
sin    
2i

1 i  i 
e e 

Résolution de l’équation : z 2  a tel que z 


L’équation z2 a
a 0 a 0 a 0
L’ensemble de solution

S   a, a  S  0 
S  i a; i a 
Résolution de l’équation az 2  bz  c  0 tel que : a,b,c   3
et a  0
L’équation Les solutions
 b   b   
0 S  , 
 2a 2a 

az  bz  c  0
2 0 S  
b
2a

0  b i  b  i  
S  , 
z    2a 2a 
Les interprétations géométriques
zD  z A zD  zC zB  z A zB  zC
A,B,C et D sont circulaires   ou  
zB  z A zB  zC zD  z A zD  zC

z'  z  zu Tu
z'  z   k z  z   h  , k 
z'  z   e i z  z   r  ,  
Les intégrales
ntégrale d’une fonction continue
Définition
Soit f une fonction continue sur un intervalle ab  et F une primitive de f sur ab 
L’intégrale de f de a à b est le réel notée :
b b
 f x dx  F x 
a a
 F b   F a 
Propriétés
la linéarité
a b a
 f x dx  0
a  f x dx   f x dx
a b
b b b b b
k   a kf x dx  k a f x dx  a
 f x   g x  dx   f x dx   g x dx
a a

relation de shales
c b c
 f x dx   f x dx   f x dx
a a b

l’intégrale et l’ordre soit a et b deux réels tel que a  b


si f x   0 x  a,b  si f x   g x  x  a,b 
b b b
 f x dx  0  f x dx   g x dx
a a a

la valeur de la moyenne
Sot f une fonction continue sur a,b 

1 b
La valeur de la moyenne de f sur a,b  est    f x dx
b a a

l’intégration par partie


soient f et g deux fonctions dérivables sur a,b 
b b
u' x  v x dx  u x  v x a  a u x  v' x dx
b
a

Calcul des aires


le plan est rapporté au repère orthogonal Soit f et g deux fonctions continues sur a,b 
o,i, j  la partie du plan compris entre C  et C  et
f g

l’unité des mesures est u.a = i  j les droites x  a et x  b est  b

a 
f x   g x  dx u.a

Soit f une fonction continue sur a,b 


la partie du plan compris entre l’axe des
abscisses ,la courbe de f et les droites x  a
et x  b est 
a
b

f x  dx u.a

Calcul des volumes


Le volume du solide généré par rotation autour
de l’axe des abscisses une rotation

complète sur a,b  est   f


a
b
2

x dx uv
La géométrie dans l’espace
L’espace est rapportée au repère orthonormé direct o,i, j,k 
La formule analytique du produit scalaire
Soient u a,b,c  et v a',b',c'  deux vecteurs
u.v  aa'  bb'  cc' u  v  u. v  0
u  a b c
2 2 2

i a a'
b b' a a' a a'
u  v  j b b'  i j k
c c' c c' b b'
k c c'
Distance d’un point au plan
soit P  un plan d’équation P   ax  by  cz  d  0 et A un point
ax A  by A  cz A  d

d A , P    a 2 b 2 c 2
soit   A ,u  une droite et M un point de l’espace
AM  u
d M ,     
u
Equation d’un plan définit par un point et un vecteur normal
Soit P  un plan passant par A
n a,b,c  est normal sur P   AM. n  0  P : ax  by  cz  d  0
Si A ,B,C trois points non alignées alors AB  AC est normal sur  ABC 
M   ABC   AM . AB  AC  0  
L’équation d’une sphère :S ,R   M E / M  R 
L’équation de la sphère S de centre  a,b,c  et de
rayon R est : x  a   y  b   z  c   R
2 2 2 2

L’équation d’une sphère définit par un diamètre


Si  AB  est un diamètre de S 
alors : M  S   AM .BM  0

Remarque
AB
la sphère S  a pour centre  milieu de  AB  et R 
2
L’intersection d’une sphère S  ,R  et un plan
Soit H la projection orthogonal de  sur le plan P 
On pose : d  H  d  , P  

d R d R d R

le plan P  ne
Le plan P  est tangent à la coupe pas la sphère
le plan P  coupe la sphère  S  sphère  S  S 
selon un cercle de centre H et de
rayon r  R  d
2 2

L’intersection d’une sphère S  ,R  et une droite   


Soit H la projection orthogonal de  sur la droite   
On pose : d  H  d  ,    

d R d R d R

La droite    coupe la La droite    est La droite    et la sphère


sphère  S  en deux points tangente à la sphère  S  ne se coupent pas
Dénombrement
Cardinal d’un ensble fini
Le cardinal d’un ensemble fini E est le nombre de ses
éléments et on le note card(E)
Cas particulier card     0
Proposition
Soient A et B deux ensembles finis
card  A B   card  A   card B   card  A B
Le complémentaires d’un ensemble
Définition
Soit A une partie d’un ensemble fini E
le complémentaire de A par rapport à E est noté A  x  E / x  A
Remarque
A A 
A A E
 
card A  card E   cad  A 
 Principe de dénombrement

On considère une expérience constitué de p épreuves p   

si :
la première épreuve à n1 manière d’être réalisé
la deuxième épreuve à n 2 manière d’être réalisé
la troisième épreuve à n 3 manière d’être réalisé
……….
l’épreuve p à np manière d’être réalisé
alors le nombre des résultats possible pour réaliser cette expérience est : n1  n 2  n 3 .....  n p
les arrangements avec répétition - les arrangements sans répétition
arrangement avec répétition
soit E un ensemble fini card E   n et p un entier naturel
tout élément x , x ; x ,....., x  de
1 2 3 p Ep s’appelle arrangement avec répétition de p
élément parmi n élément

p
Le nombre d’arrangement avec répétition de p élément parmi n élément est : n
arrangement sans répétition
soit E un ensemble fini card E   n et p un entier naturel
tout élément x , x ; x ,....., x  de
1 2 3 p Ep Ep tel que : x i  x j pour tout i  j
s’appelle arrangement avec répétition de p éléments parmi n éléments
soit p et n deux entiers naturels non nuls p  n 
le nombre d’arrangement sans répétition de p éléments parmi n éléments
est : Anp  n  n  1  n  2   .....  n  p  1
p facteurs

Cas particulier

Tout arrangement e n éléments parmi n éléments s’appelle permutation de n élément s


Le nombre e permutation de n éléments est : n!  n  n  1  n  2   .......  2  1
 les combinaisons
soit E un ensemble fini card E   n
tout partie A de E contenant p éléments s’appelle combinaison de p
éléments parmi n éléments
Anp
le nombre de combinaison de p éléments parmi n élément est C  p
n
p!
les nombres n! Anp et C np
n!  n  n  1  n  2  ......  2 1 0!  1
n! n!
C np  Anp 
p! n  p ! n  p !
C nn  1 C n1  n C n0  1 C nn 1  n
C np  C nn p C np 1  C np  C np1

 Types de tirages

Type de tirage Tirages possibles L’ordre


simultané C np aucune importance
Successive avec remis np important
Successive et sans remis Anp important
Probabilité
Vocabulaire Signification
Expérience aléatoire Toute expérience admettant plus d’un résultat
 Univers des éventualités L’ensemble des éventualités d’une expérience aléatoire
Evènement Toute partie A de 
Evènement élémentaire Toute parie constituée d’un seul élément
Réalisation de A  B Si A et B son réalisé au même temps
Réalisation de A  B Si A ou Best réalisé
Evènement contraire A tel que A  A   et A  A  
A et B deux évènements incompatibles A B  
La probabilité d’un évènement
Soit  l’univers des éventualités
 Si la probabilité de l’évènement élémentaire w i  se stabilise à la valeur p i
On dit que la probabilité de l’évènement w i  est pi
 la probabilité d’un évènement A est la somme des probabilités des évènements
élémentaires qui le constitue
c.-à-d.si A  w1, w 2, w 3,.......wn  alors p  A   p w1   p w 2   p w 3   ........  p wn 
propriétés
Soit  l’univers des éventualités
 p     1 et p     0
 0  p  A   1 pour tout évènement A de 
 probabilité de A  B
Pour tous évènements A et B on a : p  A  B   p  A   p B   p  A  B 
si A et B sont incompatibles alors : p  A  B   p  A   p B 
 probabilité de l’évènement contraire
pour tout évènement A de  p  A   1  p  A 
Soit  l’univers des éventualités
équiprobabilité
Si tous les évènements élémentaires ont même probabilité
card  A 
alors la probabilité de l’évènement A est : p  A  
card   
Probabilité conditionnelle indépendance de deux évènements
Soit A et B deux évènements dans une même expérience aléatoire tel que p  A   0
p  A B
la probabilité de B sachant que A est réalisé est : p A B   p B / A  
p  A
Résultat
Soit A et B deux évènements dans une même expérience aléatoire tel que : p  A   p B   0

p  A  B   p  A   p A B   p B   p B  A 
 Définition
Soit A et B deux évènements dans une même expérience aléatoire
A et B sont indépendants  p  A  B   p  A   p B 
 Propriété
Soit  l’univers des éventualités. 1 et  2 une partition de   1  2   et 1  2   
Pour tout évènement A on a : p  A   p  1   p  A / 1   p  2   p  A / 2 
l’espérance mathématique – la variance et l’écart type
Soit X la variable aléatoire xi x1 x2 x3 …… xn
la loi de probabilité de X est p X  x i  p1 p2 p3 …… pn
définie par le tableau suivant
 Définitions

Espérance mathématique E  X   p1  x 1  p 2  x 2  p 3  x 3  ......  pn  x n


Variance V  X   E  X 2   E  X  
2

Ecart type  X   V X 
 Loi binomiale
Soit p la probabilité d’un évènement A dans une expérience aléatoire
On répète cette expérience n fois
La variable aléatoire X qui associe les résultats au nombre de
réalisation de A
s’appelle loi binomiale de paramètre n et p
on a :
 p X  k   Cnk p k 1  p  pour tout k 1, 2, 3,....,n 
n k

 E  X   np
V  X   n  p  1  p 

Vous aimerez peut-être aussi