Vous êtes sur la page 1sur 46

.

OBJECTIFS DU COURS
 Former aux méthodes d’évaluation du
contrôle interne
 Fournir une méthodologie de l’audit
comptable et fnancier
 Détailler les outils et les techniques de
l’audit comptable et fnancier
 Présenter les types de rapports à émettre
 Développer les types d’opinion que
l’auditeur doit émettre
PLAN DU COURS

 In tro d u ctio n G én érale


 1er ch ap itre
: la p h ase p rélim in aire
 2èm e ch ap itre
: évalu atio n d u systèm e d e
co n trô le in tern e
 3èm e ch ap itre
: les tech n iq u es d e co n trô le d es
co m p tes
 4èm e ch ap itre
: élab o ratio n d u rap p o rt
Introduction Générale

1- LE CONCEPT GENERAL D’AUDIT (RAPPEL)

2- LE CONCEPT D’AUDIT COMPTABLE


ET FINANCIER
1- LE CONCEPT GENERAL D’AUDIT
(RAPPEL)
A- ESSAI DE DÉFINITION DE LA
FONCTION D’AUDIT

1ère défnition:
L'"audit" est la procédure de vérifcation
dans un domaine comptable, fscal,
juridique, ou social confée à un
professionnel dénommé quelquefois
"auditeur", dont la mission est de contrôler
l'opportunité d'un projet ou la conformité
à la loi, d'un acte ou d'une série d'actes
juridiques et d'en faire rapport.
Merle (Ph.), ,Mercier (A.),Flahaut-jasson (Cl.), Audit et commissariat
aux comptes , 2003,éd.Françis Lefebvre.
A- ESSAI DE DÉFINITION DE LA
FONCTION D’AUDIT –suite-

2èm e d éf n itio n :
P ro cessu s m éth o d iq u e, in d ép en d an t et
d o cu m en té p erm ettan t d e recu eillir d es
in fo rm atio n s o b jectives p o u r d éterm in er d
q u elle m esu re les exigen ces satisfo n t au x
référen tiels d u d o m ain e co n cern é.
Dictionnaire de Serge Braudo
A- ESSAI DE DÉFINITION DE LA
FONCTION D’AUDIT –suite-

3ème défnition:
L’audit est une démarche d’investigation et
d’évaluation des risques (latent et manifestés) et
des éléments de contrôle interne, qui:
* S’opère à partir d’un référentiel;
* Inclut un diagnostic et conduit éventuellement à
des recommandations; S’efectue de façon
indépendante et sur mandat;
* Contribue à la maîtrise de l’organisation.

LARAQUI HOUSSAINI «L’Audit interne ( opérationnel


et financier )» Collection Auditor
A- ESSAI DE DÉFINITION DE LA
FONCTION D’AUDIT –suite-
Le concept d’audit fait donc l’objet de définitions
diverse selon le contexte, les tendances des auteurs et
la préoccupation des praticiens. A cet effet, nous
proposons la définition suivante:

4ème définition: L’audit est l’examen professionnel d’une


information en vue d’exprimer sur cette information une

opinion responsable et indépendante par référence à un


critère de qualité. C e t t e o p i n i o n d o i t a c c r o î t r e
l’utilité de l’information.
B- L’IMPORTANCE DE L’AUDIT

 Po u r les d irigean ts

 U n e co n train te p o u r les d irigean ts


 U n e g aran tie su p p lém en taire d u b o n fo n ctio n n

 In stru m en t d ’aid e à la p rise d e d écisio n


B- L’IMPORTANCE DE L’AUDIT –suite-

 Pour les tiers

 Afn de porter jugement sur la situation de


l’entreprise
 Appréciation de la solvabilité de l’entreprise

(Fournisseurs, Banques..)
 Appréciation de la pérennité de l’entreprise

(Clients)
B- L’IMPORTANCE DE L’AUDIT –suite-

 Po u r les salariés

D o n n e u n e id ée su r la p éren n ité d e l’en trep rise


p ar co n séq u en t la p éren n ité d u travail
B- L’IMPORTANCE DE L’AUDIT –suite-

 Po u r les actio n n aires

A p p réciatio n et évalu atio n d e la ren tab ilité


B- L’IMPORTANCE DE L’AUDIT –suite-

 Po u r l’É tat

 Su ivi d e la gestio n p o u r les en trep rises p u b liq u


 A ssiette p o u r la d éterm in atio n d e n o m b reu x
im p ô ts
 In sp ectio n d u travail en cas d e licen ciem en t p o
cau se éco n o m iq u e
B- L’IMPORTANCE DE L’AUDIT –suite-

 Po u r les an alystes f n an ciers

S’assu rer d e la f ab ilité d e l’in fo rm atio n af n d e


p o u vo ir m en er à b ien u n e an alyse et u n e étu d e
fo n d ée et co n f an te
C- LES ACTEURS DE L’AUDIT

L’audit est une rencontre d’acteurs, un


échange d’information, une relation de
confance entre des personnes, avant d’être
un écrit.
Ces acteurs sont:
• Le donneur d’ordre
• L’auditeur
• Les audités
C- LES ACTEURS DE L’AUDIT –suite-

• L e d o n n eu r d ’o rd re
L e d o n n eu r d ’o rd re est celu i q u i va co m m an
l’au d it, accep ter le d evis, sign er le co n trat,
d élivrer la lettre d e m issio n et en f n en térin
les co n clu sio n d u travail ef ectu é. C ’est lu i
m ettra en ap p licatio n les su ggestio n s et les
reco m m an d atio n s d e l’au d iteu r.
C- LES ACTEURS DE L’AUDIT – suite-
• L’auditeur
L’auditeur est une personne ayant la compétence
pour réaliser un audit.
Il travaille soit dans des cabinets indépendants de
l'entreprise et de ses dirigeants (Ernst & Young,
Deloitte, KPMG, PriceWaterhouse…) soit dans
l’entreprise en tant que salarié.
Le premier est qualifé d’auditeur externe et le
second d’auditeur interne
• L’auditeur –suite-
a- Les auditeurs externes
Ce sont des professionnels entièrement indépendants de l’entité objet
de l’audit. Ils peuvent être des agents privés qui agissent dans un cadre
légal (commissaires aux comptes) ou contractuel (experts comptables
dans le cas de missions d’audit fnancier, cabinets spécialisés dans le
cas d’audit opérationnel), ou des agents publics relevant d’organismes
Étatiques tels que la cour des comptes, les structures du contrôle
fnancier de l’Etat, les Inspections générales des Ministères[1].

[1] Ces agents sont considérés comme auditeurs quoiqu’ils ne


pratiquent pas l’audit dans ses acceptions modernes ; on les considère
comme tels du moment qu’ils empruntent à l’approche d’audit
certaines aspects techniques et méthodologiques.
• L’auditeur –suite-

b- les auditeurs internes


Ce sont des agents salariés de l’entité objet d’audit ; ils
travaillent pour le compte des dirigeants de celle ci.
L’audit qu’ils pratiquent est essentiellement
opérationnel; ils peuvent intervenir dans le domaine
fnancier mais sans habiliter d’exprimer une opinion sur
les comptes.
C- LES ACTEURS DE L’AUDIT –suite-
• L’audité
Si tous les membres de l’entreprise ou de
l’administration concernée sont des audités en
puissance, l’auditeur n’aura pas le temps d’écouter tout le
monde et devra sélectionner certaines personnes.
La sélection se fera d’une part selon les
recommandations du donneur d’ordre qui connaît bien
le personnel de son entreprise et d’autre part au vu du
résultat d’un questionnaire réponse envoyé à tous les
membres du personnel avant le démarrage de l’audit.
N.B: l’auditeur ne contrôle pas les personnes, il contrôle
l’information et les personnes sont des sources
d’informations
D- OBJECTIFS DE LA FONCTION D’AUDIT

O B JEC T IF S T R A N SV E R SAU X
 G lo b alem en t l’au d it est u n exam en à caract
dyn am iq u e s’in scrivan t d an s la p ro p re lo g iq
cu ltu relle d e l’O rgan isatio n ;
 … o ù to u s les n iveau x d e m an agem en t so n t
ab so lu m en t co n cern és ;
 …, en co n stitu an t u n e assu ran ce raiso n n ab l
d ’attein d re les o b jectifs ;
OBJECTIFS SPÉCIFICS
 Assurer la protection du patrimoine de
l’Organisation ;
 Veiller sur la qualité du système d’informations
 S’assurer de la conformité des actions aux
politiques, plans, programmes, procédures, lois
et règlements (Directives) ;
 Conduire à l’utilisation optimale des ressources;
 Prévenir les risques et les zones de vulnérabilité
 Limiter les cas de fraudes
a. PROTECTION DU PATRIMOINE

 Non u n iq u em en t actifs
les incorporels,
co rp o rels o u circu lan ts d e l’O rg an isatio n
 M ais au ssi ses resso u rces h u m ain
contre
es les
risq u es so ciau x ;
 so nim age d e m arq d ue l’O rgan isatio n ;
 so nsavo ir faire tech n iq u e et gestio n n aire ;
 ain si q u e la
co n f d en tialité
de ses
in fo rm atio n s n o n p artagées
b. QUALITÉ DU SYSTEME D’INFORMATIONS

 Il ne suft pas que l’information soit bonne,


encore faut-il que le système permet sa
fiabilité et vérifabilité
 Il ne sert à rien qu’une information soit exacte
si elle n’est pas empreinte d’exhaustivité
 La qualité de l’information sous-tend
également que l’exhaustivité de l’information
soit conjugué à sa Pertinence
 Mais ce n’est pas l’abondance de l’information
qui compte, mais surtout son Accessibilité
c. CONFORMITÉ AUX DIRECTIVES

1. D’abord, examiner le degré du respect


 des dispositions législatives et réglementaires en
vigueur;
 des politiques, plans, programmes et budgets
prévisionnels;
 de la traçabilité des procédures codifées;
2. Ensuite, analyser les causes éventuelles du
non–respect des directives :
 Mauvaise communication;
 Défaut de supervision ;
 Confusion des tâches
 Etc.
d. UTILISATION OPTIMALE DES RESSOURCES

S’assu rer si les resso u rces m o b ilisées p ar


l’O rg an isatio n rép o n d en t au x facteu rs clé
su ccès
 E f cacité …
 E f cien ce …

 É con om ie…
e. PRÉVENTION DES RISQUES ET ZONES DE VULNÉRABILITÉ
 L 'an alyse d es risq u es et leu r in cid en ce p o ss
su r le fo n ctio n n em en t d e l’O rg an isatio n et
su r la m issio n d e l'au d iteu r est p articu lière
im p o rtan te lo rs d e l'o rien tatio n d e la m issi
car elle co n d itio n n e l'étab lissem en t d u p la
m issio n .
f. RÉVELATION DES IRREGULARITES,
INEXACTITUDES ET INFRACTIONS
Dans le cadre de sa mission, l'auditeur peut être amené à détecter
le non-respect de dispositions légales ou réglementaires
applicables à l'entité.
Actuellement les référentiels normatifs ont totalement intégré la
prise en considération des risques de fraudes et erreurs.
Ces notions peuvent être rapprochées de celles d'inexactitude et
irrégularité, plus fréquemment utilisées précédemment, sans
toutefois les remplacer.
Pour mémoire, les défnitions de ces termes sont les suivantes:
 irrégularité : non-conformité aux textes légaux et réglementaires,
aux règles édictées par un référentiel adopté ou aux décisions des
organes délibérant de l'entité ; elle peut être volontaire (fraude)
ou involontaire ;
 inexactitude : traduction comptable ou présentation d'un fait,
non conforme à la réalité ; elle peut être volontaire ou involontaire
(erreur).
f. RÉVELATION DES IRREGULARITES,
INEXACTITUDES ET INFRACTIONS (suite)
 L'erreur intervient dans un contexte non intentionnel ex:
erreur dans le recensement ou le traitement d'informations
prises en compte dans les états fnanciers, estimation
comptable incorrecte à raison d'information erronée ou de
mauvaise interprétation de situations existantes,
 La fraude intervient dans un contexte intentionnel du fait
d'une personne faisant partie de la direction ou du
gouvernement d'entreprise, d'un membre du personnel ou
d'un tiers, usant de moyens frauduleux pour obtenir un
avantage injustifé ou illégal.
 Les anomalies visées, qui concernent l'auditeur, sont celles
liées à la production d'informations fnancières mensongères
ou consécutives à des détournements d'actifs. Ce peut être une
manipulation comptable visant à dissimuler la vérité ou une
présentation erronée ou l'omission de faits majeurs dans les
états fnanciers,
Différentes formes de l’audit
Selon trois formes

Classement selon le Statut de l’auditeur

Classement par domaines audités

Classement par objectifs


Différentes formes de l’audit
1- Classement selon le Statut de l’auditeur

Audit Externe Audit interne


Indépendant de l’entreprise « Dépendant » de l’entreprise

Prestation de service Salarié


(honoraire)
Travail pour Dir. Gén.
Travail pour les
actionnaires..
A responsabilité interne
A responsabilité externe
A une mission généralement
A une mission généralement permanente
ponctuelle
complémentarité
Différentes formes de l’audit
2- Classement par domaine audité

Audit Financier Audit Opérationnel


Exprimer une opinion sur la L’examen professionnel des
régularité et la sincérité des informations relatives à la gestion
comptes financiers préparés par des opérations ou des fonctions de
l’entreprise et arrêté à une date l’entreprise.
donnée On peut citer à titre d’exemple
L’audit financier peut être réalisé l’audit informatique, l’audit
dans un cadre soit: juridique, l’audit de production,
A- Légal (audit financier légal ou l’audit de qualité..
commissariat aux comptes
B- Facultatif à l’initiative de
l’entreprise
Différentes formes de l’audit
3- Classement par objectif

• L’audit de régularité/conformité
• L’audit d’efficacité ou de performance
• L’audit de management
• L’audit de stratégie
2- LE CONCEPT D’AUDIT
COMPTABLE ET FINANCIER
A/ DEFINITION DE L’AUDIT COMPTABLE ET
FINANCIER

L’audit comptable et financier est l’examen auquel procède un


professionnel compétent et indépendant en vue d’exprimer
une opinion motivée sur la régularité, la sincérité et la fidélité
avec laquelle les comptes annuels d’une entité traduisent sa
situation à la date de clôture et ses résultats pour l’exercice
considéré, en tenant compte du droit et des usages du pays où
l’entité a son siège
A/ DEFINITION DE L’AUDIT COMPTABLE ET
FINANCIER –suite-
 L’au d it co m p tab le e t f n an cie r ain
éf nsii nde p e u t être ef eé ctu
que
p ar u n p ro fessio n n elépinend d an t co méten
p t (E xp ert co m p tab le,
p ar exem p le). L e référen tiel d e ju gem en t co rresp o n d an t est
co m p oés:

 D es n o rm es co m p tab éles f ndies p ar d es textes


égislatifs
l et des
o rgan isatio n s coém ten
p te sélg alem e n;t
 E t d es n o rm e ’sau
d d it égnéralem en t ad m ises
ég alem e n téd
fnies
p ar d es o rgan isatio n s p ro fessio n n e lles reco n n u es.

 A in si, au ssi b ien


’o bl je t d e‘au
l d it co m p tab le e t f n an cierèm
(syst
e
d’in fo rm atio n co m p tab le) q u e sa p ratiq u e se tro u veésnpar t en ca
d es n o rm es b ieétab
n lies e t p artag ées à l’éch elle in tern atio n ale.
B/ LE ROLE DE L’AUDITEUR DANS LE DOMAINE
COMPTABLE ET FINANCIER

L'auditeur doit ainsi porter un jugement sur :


- la conformité des comptes aux règles comptables
et lois en vigueur,
- la sincérité des informations au regard des
opérations réalisées par l'entreprise,
- l'image fidèle donnée par les états de synthèse des
comptes et opérations de l'entreprise et de sa
situation financière.
Dans des cas particuliers l’auditeur peut mener une
mission d’audit pour:
- Détecter les cas de fraudes
- Améliorer la gestion de l’entreprise
C/ LA MISE EN ŒUVRE DE LA MISSION D’AUDIT
COMPTABLE ET FINANCIER

La mise en œuvre de la mission repose sur


l'appréciation des risques de nature à engendrer des
anomalies significatives pouvant altérer
l'appréciation du résultat, de la situation financière
ou de la présentation des états de synthèse.
Ces risques sont associés :
- aux décisions prises par les dirigeants et à la
traduction chiffrée des événements passés et futurs,
- aux limites intrinsèques du contrôle interne,
- à la situation de l'entreprise.
C/ LA MISE EN ŒUVRE DE LA MISSION D’AUDIT
COMPTABLE ET FINANCIER –suite-

L’appréciation de ces risques se fait selon le schéma


Top down. En effet, l’auditeur examine les risques
liés à la nature de l’activité de l’entreprise, aux biens
qu’elle produit et qu’elle vend, à son financement et
aux autres facteurs pertinents. L’auditeur identifie
parmi les sources d’information, les opérations et
les domaines aux quels s’intéresse l’audit, ceux qui
sont le plus (et le moins) susceptibles de contenir
des erreurs matériels ou irrégularité. Il détermine et
évalue les risques spécifiques à chaque composant
et ne dépasse pas le stade où il estime qu’une
analyse plus approfondie n’améliorerait pas l’audit.
C/ LE CARACTERE SIGNIFICATIF

Caractère signifcatif
 Le caractère particulier de la mission
(obligation de moyens abord ée par une
appréciation des risques et mesurée par la
collecte d'éléments probants lors de
sondages) emporte de défnir des critères de
sélection pour orienter les travaux à mener.
 Ces critères s'apprécient par la qualifcation
des risques (voir plus loin) et par la
défnition de seuils de signifcation.
C/ LE CARACTERE SIGNIFICATIF –suite-

 Une information est signifcative si son


omission ou son inexactitude est de nature à
infuencer les décisions prises par les
utilisateurs des comptes. La difculté
concrète pour l’auditeur est d’identifer la
part quantitative et qualitative à retenir dans
la détermination d’un seuil de signifcation.
C/ LE CARACTERE SIGNIFICATIF –suite-

Le seuil de signification est fxé par référence :


- aux termes marquants des états fnanciers :
résultat courant avant impôt, résultat net
comptable, situation nette, chifre d’afaires,
marge brute,
- et par application à ceux-ci, de taux, variables
selon la nature du poste:
il est retenu par exemple un seuil de 5 à 10% du
résultat courant, 1 à 2% de la marge brute, 0,5 à
2% du total bilan, 1 à 5 % des capitaux propres,
0,5 à 1% du chifre d’afaires.
D/ Différence entre audit comptable et financier & contrôle
de gestion

Audit comptable & Financier Contrôle de gestion

Organisation Analyse des résultats


+
Méthodes et

outputs
Comptes Explications des écarts
Inputs

procédures
financiers
+
Outils de Mise en place des plans d’actions
travail

Contrôle Contrôle des Prise de décision


interne comptes

C’est un contrôle de C’est un contrôle de performance


fonctionnement et de fiabilité
E/ LIMITES DE L’APPROCHE D’AUDIT

Contrairement à ce que pensent beaucoup de gens,


l’audit n’est pas la solution miraculeuse à tous les
problèmes et maux de la gestion, ni la garantie
absolue contre tous les risques.
L’audit est en fait une fonction d’aide à la gestion et
non une fonction de gestion; sa force vient de sa
démarche rigoureuse de diagnostic et de recherche
de solutions dont la mise en œuvre demeure la
responsabilité des gestionnaires.
E/ LIMITES DE L’APPROCHE D’AUDIT

En général, les limites de l’approche d’audit se situent à deux


niveaux :
 Au niveau de la méthodologie : les techniques et les outils qui
demeurent, en dépit de leur rigueur, entachés d’un niveau
minimal d’inexactitude, tel est le cas des sondages et du
concept de seuil de signification couramment utilisés dans la
démarche d’audit. Les résultats de l’évaluation des risques et
des vérifications ne sont pas alors certains.
A cela, il y a lieu d’ajouter les limites inhérentes au système de
contrôle interne sur lequel repose la méthodologie d’audit ; ces
limites seront présentées ultérieurement.
 Au niveau des auditeurs : ce sont avant tout des êtres
humains entachés naturellement de subjectivité, d’aspirations
personnelles,… l’objectivité des rapports d’audit peut en être
affectée.