Vous êtes sur la page 1sur 48

Développement de la filière sésame

Capitalisation des acquis Peter Gildemacher, Geneviève Audet-Bélanger,


Ellen Mangnus, Floris van de Pol,
au Burkina Faso et au Mali Darius Tiombiano and Karim Sanogo
Couverture photos:
Haut: Transport de tiges de sésame au Mali. Photo: Mahamane Touré
Bas: Une main pleine de sésame. Photo: ©FAO/Peter DiCampo / FAO

2 | Développement de la filière sésame


Développement de la filière sésame
Capitalisation des acquis Peter Gildemacher, Geneviève Audet-Bélanger,
Ellen Mangnus, Floris van de Pol,
au Burkina Faso et au Mali Darius Tiombiano and Karim Sanogo

Photo: Darius Tiombiano


Un champ de sésame géré selon les bonnes pratiques agricoles
démontrées au champ école paysan, Burkina Faso
Le projet sésame a été financé par le Fonds commun pour les
produits de base (CFC), avec une contribution du Fonds pour le
développement international de l’OPEP (OFID) et un cofinance-
ment de la Direction générale pour la coopération internationale
(DGIS) des Pays-Bas et de Helvetas Swiss Intercooperation.

Le Groupe intergouvernemental sur les graines oléagineuses,


les huiles et les matières grasses (IGGOOF) de l’Organisation
des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)
a fait office d’organe de surveillance du projet.

Les points de vue et recommandations exprimés dans ce rapport


traduisent les opinions des auteurs au nom des organismes
de mise en œuvre et ne reflètent pas nécessairement les points
de vue du CFC, de l’OFID ou de la DGIS. Les organismes de
financement n’assument aucune responsabilité à l’égard des
recommandations formulées et ne sont nullement liés par elles.

Fonds commun pour les produits de base (CFC)


PO Box 74656, 1070 BR Amsterdam, The Netherlands
www.common-fund.org

Institut Royal des Tropiques (KIT)


Développement Économique Durable & Genre
PO Box 95001, 1090 HA Amsterdam, The Netherlands
www.kit.nl/sed

HELVETAS Swiss Intercooperation


06 BP 9051, Ouagadougou, Burkina Faso
www.burkinafaso.helvetas.org

IFDC Mali
BP E103 Badalabougou-Est Fleuve, Bamako, Mali
www.ifdc.org/nations/mali

Traduction française : Maryck Nicolas-Holloway


Mise en page : Anita Simons, symsign

Référence exacte :
Gildemacher, P., Audet-Bélanger, G., Mangnus, E., Van de Pol,
F., Tiombiano, D., Sanogo, K., 2015. Développement de la filière
sésame ; capitalisation des acquis au Burkina Faso et au Mali.
KIT & CFC, Amsterdam.

Cette publication entière ou en partie peut être reproduite,


­enregistrée dans un système de recherche ou partagée, pourvu
que les auteurs soient dument référencés.

© 2015, Institut Royal des Tropiques (KIT) et Fonds commun


pour les produits de base (CFC)

2 | Développement de la filière sésame


Table des matières

Table des matières 3 3 Amélioration de la productivité du sésame19


Remerciements 4 3.1 Gestion de la fertilité du sol  19
Résumé exécutif  5 3.2 Qualité des semences et variétés améliorées  20
3.3 Technique d’ensemencement du sésame  26
1 Introduction9 3.4 Les champs écoles paysans  27
1.1 Le présent document  9
1.2 Le projet sésame 9 4 Promouvoir la valorisation du sésame29
1.3 Méthodologie adoptée pour la documentation 4.1 Collaboration en vue d’une filière
des expériences  10 sésame innovante 29
4.2 Le sésame biologique  30
2 Présentation de la filière sésame11 4.3 Huile de sésame 30
2.1 Tendances historiques de la production et des 4.4 Sésame pur et sésame blanc 31
­exportations de sésame au Burkina Faso et au Mali 11 4.4.1 Sésame blanc pur 32
2.1.1 Historique du sésame  11 4.4.2 Sésame nettoyé à un degré propre
2.1.2 Évolution des exportations de sésame à la consommation 34
par le Burkina Faso et le Mali 11
2.1.3 Tendances de la productivité au 5 Questions de genre dans la filière sésame37
Burkina Faso et au Mali 13
2.2 Chaîne de valeur du sésame 14 6 Conclusions et Recommandations  39
2.2.1 Système de collecte du sésame  14 6.1 Conclusions 39
2.2.2 Financement de la collecte de sésame 15 6.2 Recommandations d’interventions futures  40
2.3 Pratiques culturales du sésame  17
2.4 Comment s’explique la popularité du sésame 7 Références  43
comme culture de rente 17
2.5 Contraintes de la production de sésame 18

Table des matières | 3


Remerciements

Les acteurs de la filière de sésame ont contribué de façon impor- (Observatoire du Marché Agricole-OMA, Bamako), M. Balla KEITA
tante à déterminer les sujets de cette étude. Nous remercions (INSTAT, Bamako), M. Lamissa Diakité (ECOFIL, IER, Bamako),
Mme Velegda (VELEGDA, Burkina Faso), M. Souleymane Coulibaly M. Allen Ballo (EcoSahel, Bamako), M. Aboubacar Sidiki Trouffo
(Direction Nationale de l’Agriculture /GIPD, Mali), M. Simpara (OHVN, Mali), M. Joseph Sedgo (IRD-Mali), M. Leo Spaans et
­Elhousseini (SITAMA, Bamako/ Mali), M. Claude Bovey (Burkina- M. Victor van der Linden (ICCO, Bamako).
ture, Ouagadougou/ Burkina Faso), M. Mamadou Cheick Konaté
(Fondation Yiriwa, Mali), M. Oumar Keita, Générale Malienne de D’autre part, nous souhaitons remercier M. Somine Dolo,
Commerce et d’Investissement (GEMCI, Mali), M. Paul Tienou M. Benoit Koumaré, (Laboratoire National de Santé, Bamako),
(Union des Agriculteurs de Tominian, UACT, Mali), M. Sékou M. Moctar Boukenem (PCDA, Bamako), M. Harry van Egmond,
­Coulibaly (Union des Producteurs de Sésame de Koulikoro, M. Hans Mol (RIKILT, Pays Bas), M. Harm Janssens, M. Henk
UPSK, Mali), M. Hamadou Cissé (Secteur de l’Agriculture de Ban- ­Heijthuijsen (T.L.R. International Laboratories, Rotterdam) et
kass, Mali), M. Youssouf Coulibaly (Sous-secteur de l’agriculture Jorn van den Dop (Tradin Organic Agriculture, Amsterdam,
de Cinzana, Mali), M. Amos Miningou (INERA / CREAF-Kamboinsé, Hamza Camara (IFDC, Mali), Ouedraogo Herman et SNV pour
Burkina Faso) et M. Zoumana Kouyaté (SRA/Cinzana, Mali). leur participation à diverses activités du projet.

Beaucoup de personnes ainsi que leurs organisations ont bien Finalement, la collecte de donnée quantitative n’aurais jamais
voulu donner accès aux statistiques et aux rapports d’étude été possible sans l’aide de Soumana Coulibaly, Souleymane Dao,
concernant le secteur du sésame. Au Burkina Faso, il s’agit de Mamadou Daou, Seydou Maïga, Souleymane Kone, Soumeïla
Mme Pauline Tenkodogo, M. Zala Maxime, M. Boureima BARRY, K Sanogo, Oumar Tabouré, Yaya Traore sous la responsabilité
M. Bila Koumtoubre (Ministère de l’Agriculture, de l’Hydraulique de Hamady Konate au Mali. Au Burkina Faso, nous remercions
et des Ressources Halieutiques, Direction de la Prospective et des Thiombiano P. Clémence, Coulidiati Rigobert Faustin Arthur,
Statistiques Agricoles et Alimentaires). Au Mali, nous remercions Chiombiano Fernand Y., Fimba Ouoba, Thiombiano Moussa,
M. Issoufi Halassi Maïga (Unité de Mise en Œuvre du Cadre Bernard Nassouri, Raoul Ouedraogo, Thiombiano Roger sous
Intégré, UMOCI, Bamako), M. Kalil Samba Maïga et M. Salif Diarra la responsabilité de Lompo Bépampo.

Membres d’un champ école paysan sur le sésame à la suite d’une démo-expérimentation sur le sarclage, Burkina Faso
Photo: Darius Tiombiano

4 | Développement de la filière sésame


Résumé exécutif

Entre 2009 et 2013 Helvetas, l’IFDC et le KIT ont mis en œuvre, 14:23:14/hectare) peut être conseillée car elle accroît les ren-
avec des partenaires nationaux, un projet de développement de dements de 75 %, pour donner un retour sur investissement de
la filière sésame financé par le Fonds commun pour les produits 320 %. L’apport de matière organique disponible, qu’il s’agisse
de base, avec une contribution substantielle du Fonds pour le de fumier ou de compost, est également conseillé. Des essais
développement international de l’OPEP (OFID). Ce document analogues gérés par les producteurs ont montré un retour sur
entend relater aux acteurs actuels et futurs de la filière sésame au investissement dans le cas d’achat de semences de qualité de
Burkina Faso, au Mali et au-delà les expériences et les enseigne- 1 900 % au lieu des semences locales recyclées. Le soutien du
ments acquis durant le projet. développement de la production et de la commercialisation de
semences commerciales de qualité est donc un point d’entrée
Depuis 2010, le sésame s’est transformé : d’une culture margi- important pour toute intervention future dans la filière sésame.
nale, il est devenu un produit agricole de premier plan à l’expor- Les systèmes d’agriculture contractuelle ont peu de chance de
tation au Burkina Faso et au Mali. Les volumes exportés ont plus résoudre les difficultés que les petits exploitants ont à investir :
que décuplé et les superficies consacrées à la production de des initiatives antérieures ont échoué en raison du faible taux de
sésame sont désormais cinq fois plus grandes au Burkina Faso recouvrement des crédits car les producteurs avaient tendance
et 2,5 fois plus élevées au Mali. Le total de la valeur à la ferme du à ne pas honorer leur contrat et à vendre au plus offrant.
sésame au Burkina Faso en 2012 était plus ou moins égal à celle
du coton. Pour les producteurs, la production de sésame est plus Les champs écoles paysans se sont révélés être une méthode
attrayante que celle de coton car elle génère des bénéfices supé- très adaptée pour renforcer les capacités en vue d’améliorer les
rieurs à l’hectare, nécessite moins d’investissements, est moins pratiques culturales du sésame et de démontrer l’usage d’engrais
gourmande en main-d’œuvre, est plus tolérante à la sécheresse et de semences de qualité. On peut miser sur une hausse de
et elle est payée comptant à la sortie de l’exploitation. 30 à 60 % des rendements du fait des meilleures techniques
culturales, conjuguées à l’utilisation de semences de qualité. Le
La filière sésame est entièrement tournée vers l’exportation ; il n’existe projet a réussi à mobiliser de nombreuses organisations locales et
quasiment pas de marché local. Au Burkina Faso, le système de col- partenaires de développement pour mettre en œuvre les champs
lecte du sésame est extrêmement compétitif, ce qui exerce des pres- écoles, qui ont continué d’appliquer la méthodologie au-delà de
sions sur les contrôles qualité (et tend à les diminuer). Les acheteurs la durée de vie du projet. Il sera essentiel d’élaborer une bonne
à différents niveaux se font concurrence pour acheter du sésame stratégie pour atteindre les groupes de producteurs n’ayant pas
durant la courte période de novembre à février ; les besoins financiers encore été touchés afin de poursuivre les efforts de formation.
pour la campagne de collecte sont énormes, ce qui ouvre des oppor-
tunités de services financiers sur mesure dans les deux pays. L’organisation et la collaboration des acteurs du sésame peuvent
contribuer à garantir une innovation continue dans la filière et
Actuellement, la production de sésame est rentable, mais il existe le maintien d’une compétitivité internationale. Une véritable
une marge de manœuvre qui permettrait des améliorations de « interprofession » formelle semble trop ambitieuse pour la
productivité. À terme, l’efficacité de production et les prix devien- filière sésame, car il n’existe pas de pouvoir de tutelle unique et
dront des facteurs importants pour la compétitivité internationale. solide comme on en trouve dans le secteur cotonnier. Il serait
Le rendement moyen enregistré au Burkina Faso était de 555 kg plus réaliste de se contenter d’une forme de collaboration moins
à l’hectare en 2011, contre 445 kg à l’hectare au Mali en 2012, lourde à gérer mais adaptée à l’objectif entre les divers acteurs de
d’après les statistiques nationales. Le recours à des intrants exté- la filière sésame, comme par exemple une plateforme nationale
rieurs est très modeste : seuls 15 % des agriculteurs burkinabés et d’innovation pour le sésame.
21 % des producteurs maliens utilisent des engrais et la moitié des
producteurs de sésame ne remplacent jamais les semences. Il a été constaté qu’il existe un potentiel pour un marché local
pointu limité en faveur d’une huile de sésame à prix raisonnable,
Des essais d’engrais simples gérés par les producteurs au ­Burkina qui pourrait constituer la base du développement d’une industrie
Faso ont démontré qu’une petite dose d’engrais (75 kg de NPK locale d’huile de sésame. Toutefois, compte tenu des niveaux de

Résumé exécutif | 5
prix actuels et des marges bénéficiaires, l’exportation de sésame pour la filière sésame d’avoir plus d’impact sur la pauvreté.
brut est beaucoup plus rentable et moins risquée que sa trans- • Plus précisément, la promotion de l’utilisation de semences de
formation en huile, et l’investissement dans la transformation qualité et d’une application modeste d’engrais peut contribuer
d’huile de sésame est déconseillé. La production d’huile ne sera à de nouvelles hausses de la productivité.
envisageable que lorsque les prix du marché mondial baisseront, • Le développement de la production et de la commercialisation
s’ils viennent à baisser, et se traduiront par des prix saisonnière- de semences commerciales de sésame mérite d’y consacrer
ment plus bas pour le sésame. des investissements, compte tenu de l’importance que revêt la
qualité des semences pour un accroissement de la production :
À l’heure actuelle, la production de sésame biologique n’est pas „ Développer (dans le cas du Burkina Faso) et améliorer (dans
non plus une option prometteuse en termes de valeur ajoutée. le cas du Mali) un système de précommande et de préfinan-
Les prix du sésame conventionnel culminent régulièrement au- cement pour la production de semences de (pré)base par
dessus des prix du sésame biologique, ce qui pousse les produc- des instituts publics de recherche afin d’améliorer leurs rela-
teurs reconnus pour leur production biologique à vendre leurs tions avec les établissements multiplicateurs de semences ;
produits sur le marché conventionnel plutôt qu’à des exporta- „ Soutenir les entreprises semencières dans le dévelop-
teurs de produits bio, qui ensuite n’honorent pas les termes de pement de réseaux à mailles fines de distribution de
leurs contrats de livraison. Cela pourrait changer en cas de baisse semences allant jusqu’aux villages, pour permettre aux
sensible des prix du sésame conventionnel. producteurs d’acheter localement des semences de qualité
en petites quantités ;
Le sésame blanc pur laisse entrevoir une possibilité de valeur „ Faire pression pour mettre un terme aux systèmes de
ajoutée, toutefois modeste, et de spécialisation. Pour garantir subvention des semences de sésame gérés par le gouver-
l’obtention de sésame blanc, les producteurs doivent remplacer nement, car ils faussent le marché et entravent le dévelop-
leurs semences régulièrement, ce que nombre d’entre eux ne pement du secteur privé.
font pas à ce jour. Même avec la meilleure variété de sésame • De nouvelles recherches pour tenter d’identifier un engrais
blanc actuellement sur le marché, le S42, il faut avoir recours composé optimisé pour le sésame se révéleraient utiles.
à un tri supplémentaire par couleur au moyen d’une trieuse L’engrais composé actuellement utilisé est en fait optimisé
Sortex afin de satisfaire aux exigences du marché. Compte tenu pour le coton.
de la prime limitée consentie pour le sésame blanc, il est difficile • La sélection d’une variété de sésame issue des pays voisins et
de croire que les investissements pourraient être amortis. De par hybridation mérite d’y consacrer des efforts, notamment
même, les incitations de prix pour produire du sésame nettoyé pour trouver :
propre à la consommation sont faibles. Toutefois, cela augmente „ Des variétés de sésame blanc à grosses graines ;
les chances des exportateurs de sésame de pouvoir négocier „ Des variétés dotées d’une teneur en huile élevée ;
directement avec différents clients au lieu de vendre à des „ Des variétés à saison plus longue ayant un potentiel de
intermédiaires internationaux qui nettoient et reconditionnent rendement plus élevé, adaptées à la saison des pluies plus
le produit avant de le revendre. Cela peut présenter un avantage longue que l’on trouve dans le sud du Mali et du Burkina Faso.
considérable et justifier un investissement dans des équipements • Il faut faire des recherches dans la gestion des maladies et des
de nettoyage et de conditionnement. nuisibles. Comme le sésame est devenu une culture majeure
au Burkina Faso, les risques d’apparition de maladies ou de
La meilleure chance d’améliorer le revenu des producteurs de nuisibles augmentent.
sésame au Burkina Faso et au Mali est sans doute de relier les • L’approche adoptée par les champs écoles paysans pour la
exportateurs de façon plus directe à l’industrie plus large de formation des agriculteurs s’est révélée efficace et peut être
transformation, notamment en Asie de l’Est. Toutefois, il faut promue davantage, à condition que des efforts particuliers
bien reconnaître que les intermédiaires internationaux actuels soient déployés pour toucher les producteurs qui n’ont pas
satisfont correctement aux exigences du marché international encore été formés à de bonnes pratiques culturales du sésame.
en s’approvisionnant auprès de différents pays et continents afin • Les semoirs pourraient être promus au Burkina Faso afin
de garantir une offre constante à leurs clients. d’améliorer le calendrier des semis et de réduire les dégâts
dus à la sécheresse en raison de semis tardifs.
Sur la base des éléments qui précèdent, on peut suggérer les
opportunités suivantes pour de futures interventions : Développement de la chaîne de valeur
• Les exportateurs de sésame en provenance du Burkina Faso
Accroissement de la productivité et du Mali peuvent être aidés par des missions commerciales
• Un nouvel accroissement de la productivité grâce à l’intensi- vers ou en provenance de pays asiatiques transformateurs de
fication de la production de sésame est la meilleure chance sésame, dans le but de nouer des liens commerciaux directs.

6 | Développement de la filière sésame


• Les exportateurs de sésame peuvent être encouragés à
recruter du personnel bilingue en vue de faciliter les échanges
directs avec des pays d’Asie et d’Europe.
• Développer un système fonctionnel de crédit pour la collecte
de sésame avec les banques et les exportateurs de sésame
afin d’accroître l’indépendance vis-à-vis des intermédiaires.
• Améliorer les capacités en termes de compétitivité et d’inno-
vation nationales par la transformation des efforts visant à
développer une « interprofession » du sésame en une plate-
forme d’innovation plus légère et adaptée aux besoins.

Valorisation et transformation
• Envisager avec prudence d’investir dans la culture du sésame
biologique car, pour l’heure, les efforts supplémentaires ne
sont pas compensés par des prix plus élevés.
• Envisager avec prudence d’investir dans la production d’huile
de sésame car, dans l’état actuel du marché, le commerce de
sésame brut est en fait plus lucratif.
• Envisager avec prudence d’investir dans des installations en
vue de trier le sésame par couleur afin de desservir le marché
du sésame blanc, car un approvisionnement fiable en sésame
raisonnablement blanc ne peut, à l’heure actuelle, être garanti.
• Évaluer, avec des entrepreneurs, la possibilité de valorisation
par le biais du décorticage du sésame.
• Soutenir les investissements des exportateurs de sésame dans
du matériel de nettoyage en :
„ Cofinançant des investissements dans le matériel ;
„ Apportant un appui technique durant l’installation et le
rodage du matériel de nettoyage.

Résumé exécutif | 7
Battage du sésame sur un bâche, tel que recommandé, Mali Photo: Mahamane Touré

8 | Développement de la filière sésame


1 Introduction

1.1 Le présent document tant et si bien qu’ils estimaient être mieux placés pour prendre de
meilleures décisions concernant les efforts de développement.
Cette publication est le fruit d’un projet de développement de Comme on l’a noté plus tôt, il est également important de docu-
la filière sésame mis en œuvre au Burkina Faso et au Mali entre menter l’expérience acquise de façon à ne pas risquer de perdre
2009 et 2013. Ce projet visait à développer la filière sésame d’une le savoir à mesure que les développeurs du projet partent pour se
manière intégrée sous l’effet conjugué d’interventions dans le lancer dans de nouvelles aventures.
domaine de la production du sésame, sur la chaîne de valeur du
sésame et par la promotion de la transformation du sésame à Alors que de nouvelles initiatives de développement de la filière
une échelle industrielle. sésame émergent au Burkina Faso, au Mali et au-delà, conçues,
amorcées et gérées par des gens qui ont aussi l’intention d’en
L’expérience acquise durant la mise en œuvre de ce projet est tirer des enseignements et de consolider les expériences passées,
présentée ici d’une manière accessible à l’intention de tous les nos efforts visant à documenter les acquis contribueront, nous
particuliers qui travaillent à l’amélioration de la filière sésame et l’espérons, à leur succès.
aux innovations dans ce domaine au Burkina Faso et au Mali, et
peut-être au-delà. Ce document se veut facilement assimilable
et d’une nature très pratique, dans l’espoir d’aider ceux qui se 1.2 Le projet sésame
trouvent dans la même situation que les auteurs au moment du
démarrage du projet. Ce projet sésame a été lancé par des acteurs de la filière au
­Burkina Faso, tout particulièrement une organisation du secteur
Le développement d’un produit agricole est un défi ambitieux et privé (Burkinature), une association paysanne (Association Piéla-
pour répondre aux difficultés rencontrées, il faut souvent propo- Bilanga), une ONG (Helvetas) et un organisme public (le ministère
ser une nouvelle méthodologie de mise en œuvre, alimentée par de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat). Ils ont identifié
de nouvelles idées formulées par des analystes et des spécialistes la filière sésame comme un secteur revêtant une importance
du développement et soutenues par des responsables politiques économique émergente mais confrontée à plusieurs difficultés
et des décideurs. Peu d’efforts ont été faits pour consolider les majeures, la plus préoccupante étant le rejet du sésame burkinabé
expériences acquises durant les tentatives antérieures menées par le marché européen en raison d’une contamination à la sal-
dans le même contexte. monelle. En réponse à ce constat, il a été proposé d’inaugurer une
usine de production d’huile de sésame qui s’approvisionnerait en
En revanche, le projet de développement de la filière sésame sésame provenant du Burkina Faso et du Mali et cette proposition
au Burkina Faso et au Mali a été démarré avec la ferme intention a été soumise au Fonds commun pour les produits de base.
de tirer des leçons des expériences passées, de s’appuyer sur
les initiatives antérieures et de collaborer avec des activités À l’issue d’une analyse de la filière sésame, la proposition initiale a
pour les intégrer dans des interventions en cours de déploiement. été modifiée en un projet plus large de développement du sous-
Toutefois, l’une des principales difficultés a été le manque secteur sésame. La principale raison de ce changement a été le
d’expériences dûment documentées sur lesquelles s’appuyer. fait qu’il semblait douteux que l’inauguration d’une usine suffirait
Toutes les informations relatives à des initiatives antérieures se à elle seule pour que les deux pays augmentent les bénéfices
trouvaient exclusivement nichées dans la mémoire des individus tirés de la production commerciale de sésame. Plus précisément,
qui les avaient mises en œuvre. l’argumentation en faveur de la production locale d’huile de
sésame n’était pas très convaincante et nécessitait de nouvelles
Le projet est donc devenu une courbe d’apprentissage durant recherches par rapport à d’autres options possibles de valorisa-
laquelle des erreurs ont été commises et admises et des progrès tion. Enfin, la filière sésame a été, et demeure, dans une situation
ont été accomplis grâce à un apprentissage par l’action. Une fois privilégiée puisque la demande est supérieure à l’offre, ce qui fait
le projet terminé, ses développeurs ont senti qu’ils maîtrisaient qu’il est facile pour les producteurs de sésame de commercia-
suffisamment les tenants et les aboutissants de la filière sésame, liser leur produit et de générer un bénéfice. Compte tenu de ce

1 Introduction | 9
­marché quasiment assuré du point de vue des producteurs, il a évoque dans ce rapport sous le terme « enquête sur la chaîne
été jugé opportun d’investir également dans un soutien relati- du sésame »).
vement aisé visant à accroître la productivité et la production, • Une étude a été réalisée pour évaluer les changements
afin d’avoir un impact direct sur le revenu des exploitants. Enfin, intervenus dans les pratiques culturales du sésame engendrés
il a été jugé important de garantir une compétitivité durable du par les champs écoles paysans du sésame (intitulée dans ce
secteur du sésame dans les deux pays ; pour améliorer la com- rapport « enquête CEP »).
pétitivité internationale, il faut plus d’innovation et une meilleure • Helvetas et IFDC ont rédigé un rapport interne sur les réali-
collaboration au sein du secteur. sations et les leçons apprises par le projet sésame au Burkina
Faso (Helvetas, 2014) et Mali (IFDC, 2014) respectivement.
La refonte a donné lieu à un projet mené au Burkina Faso et au • Une réunion des parties prenantes a été organisée en fin de
Mali visant à : projet afin de synthétiser les enseignements du projet (évoquée
1 Améliorer la production de sésame destiné à l’exportation ; dans ce rapport sous le nom d’« atelier de capitalisation »).
2 Améliorer le fonctionnement de la chaîne de valeur • Des essais au champ spécifiques ont été lancés. Chaque
du sésame ; champ école paysan a comparé les « pratiques culturales
3 Développer la transformation du sésame à l’échelle indus- communes » avec les « technologies améliorées » proposées.
trielle au Burkina Faso et au Mali. On a ainsi pu recueillir des données sur les rendements sous
la supervision des producteurs. Par ailleurs, des essais précis
Le projet était financé par le Fonds commun pour les produits ont été menés pour tester d’autres variétés, différents régimes
de base (CFC), avec une contribution financière substantielle du d’application d’engrais ainsi que les avantages en termes de
Fonds pour le développement international de l’OPEP (OFID), rendement des semences de qualité.
sous la coordination de l’Institut Royal des Tropiques (KIT), et sa
mise en œuvre nationale a été assurée par Helvetas au Burkina Globalement, cela ne donne peut-être pas une méthodologie qui
Faso et l’IFDC au Mali. serait saluée par les scientifiques mais, en notre qualité d’auteurs,
nous jugeons que la méthodologie et les données factuelles sont
suffisamment solides pour formuler des recommandations aux
1.3 Méthodologie adoptée pour acteurs actuels et futurs de la filière sésame. Et ceci, d’autant plus
la documentation des expériences que nous-mêmes, au début du projet, ne disposions pas d’une
analyse pragmatique et réfléchie de la filière et des possibilités
Ce document a été rédigé par les coordonnateurs du projet d’intervention.
de l’IFDC au Mali et d’Helvetas au Burkina Faso, en collabora-
tion avec les conseillers du projet issus de l’Institut Royal des
Tropiques. À ce titre, les auteurs peuvent être considérés comme
des observateurs participants, puisqu’ils étaient eux-mêmes
totalement impliqués dans le projet. Il s’ensuit que leurs observa-
tions ne sont pas dépourvues de valeur puisqu’elles sont fondées
sur l’expérience acquise durant le projet mais il faut reconnaître
qu’elles sont inévitablement partiales puisque les auteurs sont
aussi parties prenantes.

Partout où c’était possible, les arguments se sont appuyés sur des


données. Des efforts particuliers ont été déployés pour collecter
des données quantitatives afin d’appuyer le document de capita-
lisation présenté ici :
• Des données secondaires ont été recueillies au Burkina
Faso comme au Mali par le biais des bureaux nationaux de
statistiques, des ministères de l’Agriculture et des projets et
programmes impliqués dans la filière sésame.
• Une étude a été mise en œuvre dans le cadre de laquelle
des producteurs sélectionnés au hasard et des négociants et
exportateurs choisis arbitrairement ont été interrogés afin de
mieux comprendre la chaîne de valeur du sésame (que l’on

10 | Développement de la filière sésame


2 Présentation de
la filière sésame
2.1 Tendances historiques de la production de 140 milliards de FCFA. Pour les producteurs, ce développe-
et des exportations de sésame au Burkina ment est encore plus significatif car ils touchent un pourcentage
Faso et au Mali plus élevé des recettes du sésame (75 %) que de celles du coton
(23 %). Cela signifie que le total de la valeur à la ferme de la filière
2.1.1 Historique du sésame sésame est plus ou moins égal à celui du coton, avec 34 milliards
L’endroit où le sésame a été cultivé pour la première fois a fait pour le sésame et 32 milliards de FCFA pour le coton. La super­
l’objet de maints débats depuis bien des années mais on estimait ficie consacrée à la production de sésame a quintuplé au Burkina
qu’il s’agissait de l’Afrique. Toutefois, plus récemment, des données Faso entre 2000 et 2010, alors qu’au Mali, elle a augmenté de
factuelles semblent suggérer que sa culture est d’abord apparue 2,5 fois (Tableau 1).
sur le sous-continent indien (Mkamilo et Bedigian, 2007 ; Fuller,
2003). Le sésame est considéré par beaucoup comme la première Figure 1 : Évolution de la production et des exportations de
source d’huile végétale connue de l’homme (Bedigian, 2004). sésame par le Burkina Faso et le Mali, 2000-2012
Depuis des milliers d’années, le sésame est cultivé à cette fin sur
120 000
le sous-continent indien ainsi qu’au Moyen-Orient et en Extrême-
Orient. Il y a quatre mille ans, en Babylonie, le sésame était 100 000
déjà une culture de grande valeur (Mkamilo et Bedigian, 2007).
L’Enuma Elish (l’épopée relatant la création de la Mésopotamie/ 80 000

Babylonie) raconte que les dieux buvaient du vin de sésame la


nuit ayant précédé la création de la terre (Smith, 1876). Le sésame 60 000

est aussi cultivé depuis des siècles en Afrique de l’Ouest et il a été


40 000
importé en Caroline du Sud dès 1730 (Holloway, 2005).

20 000
Traditionnellement, en Afrique de l’Ouest, le sésame est utilisé
Tonnes

pour son huile. Certaines femmes préparent aussi des galettes en 0


mélangeant des graines de sésame natures ou grillées avec du 2000 2002 2004 2006 2008 2010 2012
Année
sucre en guise de collation. Toutefois, globalement, il est rare que
le sésame soit incorporé dans les sauces qui accompagnent les Mali Exportation Burkina Faso Exportation
céréales traditionnellement consommées. La grande majorité du Mali Production Burkina Faso Production

sésame produit est destiné à l’exportation plutôt qu’à l’autocon-


sommation. Il est considéré exclusivement comme une culture Sources : Chiffres à l’exportation : Données douanières communiquées à la
de rente destinée à l’exportation et non comme une culture de Direction Nationale du Commerce et de la Concurrence au Burkina Faso et
à l’Unité de Mise en Œuvre du Cadre Intégré au Mali. Centre du commerce
subsistance pour le marché intérieur. international (CCI, www.trademap.org). Chiffres de production : Ministère
de l’Agriculture/DGEM/DGPER/DPSAA au Burkina Faso, INSTAT au Mali.
2.1.2 Évolution des exportations de sésame par
le Burkina Faso et le Mali Les chiffres d’exportations présentés à la Figure 1 sont à inter-
Depuis l’an 2000, les exportations de sésame se sont considé- préter avec circonspection. Il existe un commerce transfrontalier
rablement développées, avec des augmentations annuelles des informel non négligeable pour le sésame entre le Burkina Faso et
volumes d’exportations notifiés de l’ordre de 30 à 40 % (Figure 1). le Mali. Une importante région productrice de sésame au Burkina
Ensemble, les exportations annuelles des deux pays ont atteint Faso, la Boucle du Mouhoun, longe la frontière malienne et les
une valeur de 50 milliards de FCFA. Les exportations de sésame négociants en sésame du Burkina Faso s’aventurent chez leur
sont devenues particulièrement importantes au Burkina Faso, voisin pour s’approvisionner et couvrir la demande à l’exportation
avec une valeur de 45 milliards de FCFA en 2012, à rapprocher de depuis le Burkina Faso. Par ailleurs, il serait naïf de penser que
ce qui est traditionnellement le produit phare pour engranger des tout le sésame exporté par la route en provenance du Mali et du
devises étrangères, le coton, qui lui a une valeur à l’exportation Burkina Faso jusqu’aux ports du Ghana, du Togo, du Bénin et de

2 Présentation de la filière sésame | 11


la Côte d’Ivoire est officiellement déclaré. Enfin, une partie du Le Tableau 2 donne une indication des prix à l’exportation obte-
sésame produit durant une campagne est stocké puis exporté nus pour les différentes destinations, sur la base des données
l’année suivante. Il n’en reste pas moins que la tendance générale communiquées par les douanes. Il est clair que les exportations
est indéniable : en un peu plus de dix ans, le sésame s’est imposé à l’Europe et au Canada constituent le segment supérieur du
comme une source de devises de premier plan pour l’économie marché mais le total des volumes exportés à ces destinations est
nationale burkinabé et une culture de rapport d’une importance relativement modeste comme l’illustre la Figure 1. Les prix pour
équivalente à celle du coton pour les agriculteurs. Le Mali imite les exportations directes aux pays asiatiques sont en moyenne
prudemment la tendance observée au Burkina Faso. plus faibles que ceux consentis pour l’Europe et le Canada. Les
prix les plus faibles sont ceux obtenus pour des exportations à
Tableau 1 : Superficies sous sésame moissonnées au Burkina « d’autres » pays, essentiellement constituées par la proportion
Faso et au Mali en 2000 par rapport à 2010 (en hectares) de sésame qui transite par des acheteurs basés dans les pays du
littoral ouest-africain.
2000 2010 % d’augmentation
Burkina Faso 24 587 125 471 510 % Tableau 2 : Prix à l’exportation obtenus pour du sésame
Mali 12 961 32 394 250 % en provenance du Burkina Faso et du Mali pour différentes
destinations, 2012 (FCFA/kg)

La Figure 2 présente la destination du sésame exporté par le Europe, Asie Autres Moyenne

Burkina Faso et le Mali. On peut voir qu’une proportion consi- Canada

dérable des exportations transite par les pays du littoral ouest- Burkina Faso 812 503 367 467

africain. Pour ce qui est du Burkina Faso, Singapour est une autre Mali 654 394 322 457

plateforme importante de transit ; le Burkina Faso exporte aussi Total 748 497 361 466

une grande partie de sa production au Proche-Orient et à la Écart par rapport + 38 % +6 % -29 % -


Tunisie. L’Europe est quant à elle une destination importante pour à la moyenne

le sésame malien. Si les quantités de sésame exportées à l’Europe Sources : Données douanières communiquées à la Direction Nationale
par le Burkina Faso sont semblables à celles du Mali, ces ventes du Commerce et de la Concurrence au Burkina Faso et à l’Unité de Mise
en Œuvre du Cadre Intégré au Mali.
ne représentent que 2 % du total des volumes à l’exportation du
pays. La Chine est une destination directe importante des expor-
tations des deux pays. La période d’exportation du sésame s’étale du mois de décembre
au mois d’avril environ, et culmine en janvier (ceci fait suite à la
Figure 2 : Destination du sésame exporté par le Burkina Faso campagne de production, car la première récolte est moissonnée
et le Mali en 2012 à la fin de novembre). On peut donc en conclure que le cycle
de la moisson à l’exportation est bref et que l’exportation est
Burkina Faso (97 000 tonnes) Mali (7 500 tonnes) fortement saisonnière.

Figure 3 : Exportations mensuelles de sésame par


le Burkina Faso, 2009-2013
1%4%
16 % 40 000
28 %
4% 36 % 21 %
35 000
2% 15 % Jan
2013
38 % 30 000
34 %
Jan 2012
25 000

20 000
Jan 2010
Jan 2011
15 000
Moyen-Orient, Tunisie Asie, autres pays Jan 2009
10 000
Chine Afrique de l’Ouest
Europe, Canada Europe 5 000
Tonnes

Singapour
0
ND J F MAM J J A S OND J F MAM J J A S OND J F MAM J J A S OND J F MAM J J A S OND J F M
Sources : Données douanières communiquées à la Direction Nationale du
2009 2010 2011 2012 2013
Commerce et de la Concurrence au Burkina Faso et à l’Unité de Mise en
Œuvre du Cadre Intégré au Mali.
Source : Centre du commerce international (CCI, www.trademap.org).

12 | Développement de la filière sésame


2.1.3 Tendances de la productivité au Burkina Faso et au Mali enquête menée par l’ICCO (résultats non publiés). Toutefois, il
Sur la base des chiffres du recensement agricole de 2012, 14 % convient de souligner que les données recueillies dans le cadre
des producteurs du Burkina Faso et 5 % des agriculteurs maliens de notre propre enquête sont basées sur les estimations par les
produisent du sésame. Le Tableau 3 montre que le rendement paysans de leurs rendements et de leur taille de parcelle, deux
moyen est de 555 kg de sésame à l’hectare au Burkina Faso et de paramètres réputés pour être sources d’erreur. Néanmoins, cela
445 kg à l’hectare au Mali, sur la base des données du même re- indique que la productivité moyenne mentionnée dans le recen-
censement, alors que le rendement médian est légèrement plus sement national pourrait être surestimée dans les deux pays.
faible, respectivement de l’ordre de 480 et 400 kg à l’hectare.
Cela indique que les producteurs qui disposent de parcelles plus Tableau 4 : Productivité du sésame d’après les estimations
grandes tendent à obtenir des rendements moyens légèrement des agriculteurs au Burkina Faso et au Mali, 2013
plus élevés que les producteurs ayant des parcelles plus petites.
Burkina Faso Mali

Tableau 3 : Productivité du sésame au Burkina Faso, 2011 Rendement moyen (kg/ha) 222 90
et au Mali, 2012 Rendement médian (kg/ha) 200 83

Burkina Faso Mali Source : Enquête du KIT sur la chaîne du sésame.

Rendement moyen (kg/ha) 555 ± 16* 445 ± 24


Rendement médian (kg/ha) 480 400 Il existe un écart considérable dans les rendements obtenus chez
les différents producteurs (Tableau 5). Les données du recense-
Source : DGPER Burkina Faso (données 2011/2012) ;
ment agricole montrent que 9 % des producteurs obtiennent des
CPS, Mali (données 2012/2013).
* Écart-type dans la moyenne présentée (=StDev/√n). rendements inférieurs à 150 kg à l’hectare au Burkina Faso, alors
que 11 % des producteurs obtiennent des rendements de plus d’1
Les valeurs obtenues par le biais du recensement sont nettement tonne à l’hectare. Là encore, les données basées sur les estima-
plus élevées que les estimations de rendement obtenues en tions des paysans sont sensiblement plus faibles que les chiffres
interrogeant les producteurs dans notre enquête ou dans une dégagés du recensement.

Tableau 5 : Distribution des taux de rendement du sésame au Burkina Faso, 2011 et au Mali, 2012

Catégorie de rendement (en kg/ha) <150 150-300 300-450 450-600 600-750 750-1000 1000-1500 >1500
Burkina Faso
Recensement agricole 2011 9 % 13 % 24 % 17 % 11 % 14 % 8% 3%
Étude de la chaîne du sésame 2012 23 % 57 % 17 % 2% 0% 2% 0% 0%
Mali
Recensement agricole 2012 12 % 20 % 28 % 15 % 9% 9% 6% 1%
Étude de la chaîne du sésame 2012 77 % 22 % 1% 0% 0% 0% 0% 0%

Source : DGPER Burkina Faso (données 2011/2012) ; CPS, Mali (données 2012-2013).

Figure 4 : Répartition des rendements par rapport aux catégories de rendement, Burkina Faso, 2011 et Mali, 2012

30 %

25 %
Taux de rendement par taille de parcelle

20 %

15 %

10 %

5%

0%
100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000 1100 1200 1300 1400 1500 1600 1700 1800 1900 2000
Rendement (kg/ha)
Burkina Faso Mali
2 Présentation de la filière sésame | 13
Les rendements agricoles réels sont difficiles à déterminer car Tableau 6 : Rendements moyens obtenus par région au
des données différentes sont obtenues avec chaque étude. Burkina Faso, 2011 et au Mali, 2012
Toutefois, les données du recensement sont recueillies au moyen
d’une méthodologie robuste, puisque des échantillons sont Burkina Faso kg/ha Mali kg/ha

prélevés dans les champs d’agriculteurs désignés. Dans le même (2011-2012) (2010-2011)

temps, les estimations nettement plus faibles par les paysans, Sahel 317 Koulikoro 353

conjuguées à des écarts substantiels dans les estimations de Centre-Nord 334 Kayes 364

rendement de toutes les études, montrent qu’il existe beaucoup Centre-Ouest 461 Sikasso 367

de potentiel pour un essor de la productivité. Puisqu’il semble Hauts-Bassins 506 Mopti 435
que les parcelles de moindre taille donnent des rendements Centre-Sud 526 Ségou 534
moindres, il se peut que le recensement se soit concentré sur Nord 536
des exploitations plus grosses, lesquelles, en règle générale, Boucle Du Mouhoun 543
sont gérées de manière plus professionnelle. Est 618
Centre-Est 640
Les rendements obtenus varient aussi par région (Tableau 6). Cascades 640
Ces variations peuvent en partie s’expliquer par l’agro-écologie, Sud-Ouest 647
et notamment le potentiel de précipitations. Les régions du Sahel, Centre 669
du Nord et du Centre-Nord du Burkina Faso ont des rendements Plateau Central 745
plus faibles, alors que des rendements nettement plus élevés sont
Source : DGPER Burkina Faso ; INSTAT, Mali
obtenus dans les Cascades et le Sud-Ouest. Par ailleurs, il semble
que les zones où des efforts particuliers ont été déployés pour
former de nouveaux producteurs de sésame afin qu’ils adoptent 2.2 Chaîne de valeur du sésame
de bonnes pratiques culturales affichent des rendements plus Pour intervenir dans la filière sésame, il est essentiel de com-
élevés. Au Burkina Faso, des efforts ont été consentis pour former prendre la chaîne de valeur du produit. Le trait déterminant le plus
des agriculteurs dans les régions du Centre, du Centre-Est et de important réside dans le fait qu’il n’existe quasiment pas de débou-
l’Est, par exemple, et des rendements relativement bons y ont été ché intérieur pour le produit. Traditionnellement, quelques graines
enregistrés. Au Mali, on observe moins de variations d’une région sont grillées et un peu d’huile est produite pour la consommation
à l’autre et les statistiques ne désignent pas de causes agro-éco- locale mais l’essentiel de la production est exporté. Il n’existe pas
logiques précises : les rendements documentés moyens dans la de chiffres détaillés mais on peut supposer que la consommation
région plus sèches de Mopti sont plus élevés que les rendements nationale est négligeable et ne représenterait pas même 1 % de la
moyens obtenus dans la région de Sikasso. production totale au Burkina Faso comme au Mali. De ce fait, les
acteurs les plus importants de la chaîne de valeur sont les exporta-
Les participants à l’atelier de capitalisation des acquis du projet teurs. Ils font en sorte que le produit trouve un acheteur en dehors
ont tout spécialement indiqué qu’il y avait des régions produc- du pays ; ils acheminent le sésame de la ferme jusqu’au cargo.
trices de sésame au Mali où, jusqu’à maintenant, très peu d’efforts
ont été déployés pour professionnaliser la production, que ce soit 2.2.1 Système de collecte du sésame
par des organismes publics, des ONG ou des initiatives privées. L’enquête sur la chaîne du sésame a permis de mieux com-
Dans ces régions, la production de sésame reste largement tra- prendre le système d’approvisionnement en sésame. La Figure
ditionnelle et les producteurs ne cherchent pas à maximiser leurs 5 illustre comment le produit circule du producteur jusqu’à
bénéfices mais se contentent des quelques revenus supplémen- l’exportateur. Dans les deux pays, les producteurs ont plusieurs
taires qu’ils tirent de la culture de petites quantités de sésame en options concurrentes pour vendre leur sésame : ils peuvent le
guise d’activité annexe. En général, la production commerciale commercialiser par le biais de groupements de producteurs, ou
de sésame s’est plus développée au Burkina Faso qu’au Mali : d’une manière légèrement plus structurée, par l’intermédiaire
aujourd’hui, au Burkina Faso, la production et la commercialisa- d’une coopérative ; ils peuvent aussi le vendre à un négociant du
tion de sésame ont des allures d’entreprise d’envergure nationale, village, qui s’approvisionne au marché ou à un point de collecte
à l’exception possible des zones arides du nord et des zones plus ; ou encore ils peuvent vendre leur produit à des pisteurs qui tra-
humides de l’extrême sud du pays, alors qu’au Mali, la production vaillent de manière indépendante, pour les négociants du village,
reste plus éparse et limitée à certaines régions où les acheteurs pour des intermédiaires de plus grosse taille ou pour des expor-
savent que des volumes substantiels de sésame sont produits. tateurs, et qui se rendent sur place dans les fermes pour y ache-
ter le sésame directement, souvent avant même que n’ait lieu la
moisson. Chaque acteur qui achète du sésame a ensuite l’option
de revendre son stock, sur la base du prix et de la concurrence.

14 | Développement de la filière sésame


Au sommet de la chaîne se trouvent les exportateurs, qui emploient des achats groupés. Alors que le sésame est devenu un produit
des pisteurs et s’approvisionnent auprès de négociants intermé- cultivé quasiment dans tout le pays au Burkina Faso, avec un
diaires. Les négociants intermédiaires peuvent décider de consti- réseau de collecteurs à mailles fines, ce n’est pas le cas au Mali
tuer des stocks de sésame pour gérer les approvisionnements et où la production est plus éparpillée et n’est concentrée que dans
spéculer sur les prix, avant de vendre aux exportateurs. Ils sont certaines régions. Pour attirer des acheteurs, les agriculteurs
souvent en relations directes avec les exportateurs et une partie de maliens doivent faire l’effort de grouper leur produit.
leurs opérations peut consister à agir en tant qu’agent acheteur au
nom d’un exportateur (avec l’argent de l’exportateur), en cumulant Tableau 7 : Proportions de ventes de sésame par les producteurs
ainsi ces achats avec leurs propres emplettes. Les pisteurs achètent aux différents types d’acheteurs au Burkina Faso et au Mali, 2013
le sésame directement auprès des agriculteurs et organisent le
transport depuis des points de collecte ponctuels. Peu de pisteurs Burkina Faso Mali Prix offert
sont à leur compte ; la majorité d’entre eux travaillent comme FCFA/kg

collecteurs de sésame pour un acheteur de plus grosse taille. Pisteur individuel 4% 18 % 358
Acheteur du village 5% 8% n/a

Figure 5 : Représentation graphique de la chaîne de collecte Coopérative ou 11 % 50 % 391

du sésame au Burkina Faso et au Mali groupement paysan


Pisteur, venu de 75 % 23 % 433
l’extérieur du village
EXPORTATEUR
Vendu en ville 5% 2% 400

Source : Enquête sur la chaîne du sésame

NÉGOCIANT INTERMÉDIAIRE
Près de 10 % du sésame produit est vendu, souvent au détail,
directement par les agriculteurs sur les marchés locaux et dans
FÉDÉRATIONS les bourgades proches pour satisfaire aux besoins immédiats
de trésorerie. Les acheteurs sont soit des intermédiaires de plus
grosse taille soit de petits collecteurs au niveau du village qui
NÉGOCIANT gagnent leur vie, comme les intermédiaires de plus grosse taille,
COOPÉRATIVE
DU VILLAGE
de la collecte, du groupage et du stockage du sésame et qui spé-
culent sur les hausses de prix durant les premiers mois de l’année.
GROUPEMENT DE
PISTEUR
PRODUCTEURS
Du côté des exportateurs, on en identifie trois types différents.
Le premier est constitué par des entrepreneurs de la localité
PRODUCTEUR qui achètent des produits agricoles destinés à l’exportation ; le
sésame n’est pas la seule culture qu’ils traitent mais, pour nombre
d’entre eux, c’est la culture prépondérante et c’est la branche
Grâce à l’enquête sur la chaîne du sésame, nous pouvons gros- la plus gourmande en trésorerie qu’ils gèrent. Le second groupe
sièrement estimer le pourcentage de producteurs de sésame est constitué par des agents missionnés par des sociétés d’achat
qui vendent à chaque type d’acheteurs (Tableau 7). Les chiffres internationales qui ne restent dans le pays que le temps de la
montrent qu’il existe des différences importantes dans le système collecte du sésame, en gros de la fin novembre à la fin février.
de collecte entre les deux pays. Le pourcentage de producteurs Le troisième groupe renferme les agents permanents contractua-
qui vendent à un pisteur contractualisé par un acheteur de plus lisés par des compagnies internationales de négoce de sésame.
grosse taille venu de l’extérieur de la communauté est de 75 % au
Burkina Faso, contre 23 % au Mali, et la proportion de ceux qui 2.2.2 Financement de la collecte de sésame
vendent à une coopérative ou à une association paysanne est Sachant que le sésame est pour l’essentiel payé comptant à la
de 11 % au Burkina Faso et 50 % au Mali. Bien que ces derniers collecte, le financement commercial est une contrainte majeure,
chiffres puissent être en partie exagérés car les agriculteurs surtout du fait que toute la collecte est concentrée sur une
se sentent obligés de désigner leur coopérative comme leur période de deux à trois mois seulement. Sachant que le prix à la
acheteur principal même si, en réalité, ils vendent une grosse ferme du sésame au Burkina Faso en 2012 tournait aux alentours
proportion de leur production ailleurs, cela montre que la com- de 400 FCFA/tonne et que le volume total exporté s’est situé
mercialisation en groupements structurés est beaucoup plus autour de 100 000 tonnes, cela signifie que les collecteurs ont
importante au Mali qu’au Burkina Faso. Ce phénomène peut, besoin de financer environ 40 milliards FCFA, soit un peu plus de
dans une large mesure, s’expliquer par l’obligation de passer par 61 millions d’euros, dans un délai très bref.

2 Présentation de la filière sésame | 15


Puisque la demande a traditionnellement été supérieure à Les associations paysannes parviennent à collecter le sésame
l’offre, la préparation de la campagne de collecte est cruciale de 11 % des producteurs interrogés au Burkina Faso et de 50 %
pour les collecteurs : ils ont besoin d’avoir des ressources pour d’entre eux au Mali (Tableau 7). Elles reposent en partie sur la
commencer la collecte du sésame le plus tôt possible, car bonne volonté des producteurs à fournir du sésame sans pour
habituellement les recettes augmentent progressivement à autant exiger un paiement immédiat ou seulement un paiement
partir de la fin novembre jusqu’au mois d’avril. Les collecteurs partiel. Les producteurs qui livrent du sésame aux coopéra-
ayant le plus de ressources disponibles au début de la cam- tives obtiennent aussi d’autres avantages tels que la formation
pagne de collecte ont donc les meilleures chances de satisfaire et l’accès aux intrants. Parfois, les coopératives agricoles ou
la demande de leurs clients. les fédérations paysannes qui sont un échelon au-dessus des
coopératives parviennent à accéder à des ressources pour payer
Les exportateurs conjuguent un financement de différentes leurs membres. Soit elles obtiennent l’argent auprès des ache-
sources. Une source importante concerne les avances de fonds teurs soit elles l’obtiennent grâce à un marché triangulaire dans le
par les clients étrangers ; toutefois, cela veut dire que la liste de cadre duquel elles signent un contrat avec un acheteur et utilise
clients de l’exportateur est fixée d’avance, ce qui se traduit par ce contrat comme garantie pour obtenir un crédit. Le plus sou-
des marges bénéficiaires moindres. Une deuxième source de vent, ce crédit n’est pas obtenu auprès de banques mais plutôt
fonds est constituée par les fonds propres de l’exportateur, en auprès d’institutions de (micro)financement ayant un statut semi-
conjonction avec des prêts d’autres entrepreneurs, y compris commercial, qui travaillent en collaboration avec des associations
des proches. Enfin, le système bancaire peut aussi apporter paysannes et des projets et programmes de développement.
des fonds mais il se montre réticent (et lent) à s’immiscer sur le Toutefois, la plupart des négociants commencent à se méfier de
marché du financement commercial à court terme, même si ce ce système car les volumes qui leur sont finalement livrés par les
secteur pourrait, en théorie, se révéler intéressant. coopératives sont inférieurs aux attentes. Les associations pay-
sannes obtiennent bien souvent tardivement les ressources pour
Une banque du Mali a innové avec l’introduction d’un système de la collecte du sésame, de sorte qu’elles ne sont pas en mesure de
crédit renouvelable souple avec un acheteur important. Les ins- collecter les volumes escomptés puisqu’il a déjà été vendu par
tallations de l’acheteur, d’une valeur d’une fois et demie celle du les producteurs. Par ailleurs, les associations paysannes paient
prêt initial, servent de sûreté auprès de la banque. Une fois que souvent des prix plus bas puisqu’elles appliquent une taxe sur
le sésame est déclaré et validé comme étant en stock dans l’ins- le prix de vente pour financer leurs frais de fonctionnement.
tallation de nettoyage, il est aussi considéré comme une garantie Les producteurs et les coopératives paysannes recherchent les
et un nouveau crédit peut alors être obtenu. Ce système permet, meilleurs prix possibles et ainsi ils ne livrent qu’une partie de leur
en théorie, un roulement rapide d’argent et il est très utile aux production à leur coopérative et vendent le reste à des agents ou
collecteurs lorsque la campagne bat son plein. D’autres expor- des collecteurs/pisteurs. De même, les coopératives ne livrent
tateurs doivent encore se contenter de prêts à taux fixe avec des qu’une partie de leurs récoltes aux fédérations et recherchent
taux d’intérêt annuels de l’ordre de 20 % et plus. Il se peut que d’autres marchés rémunérateurs pour le solde. Les fédérations
cet exemple montre aux créanciers du Burkina Faso que le fait de paysannes se trouvent ainsi murées dans un cercle vicieux de
proposer un crédit commercial à court terme aux collecteurs de faibles volumes et de manque d’accès au crédit. Par ailleurs,
sésame peut se révéler rentable. Le fait que la filière sésame soit il peut arriver que les fédérations décident de ne pas respecter
pour l’heure mal comprise par le secteur financier est fort bien leur contrat avec l’exportateur ayant garanti leur prêt si un autre
illustré par l’anecdote qui suit : acheteur leur offre un meilleur prix.

Alors que j’essayais d’obtenir un crédit auprès d’une banque, lors d’une réunion avec la direction de l’établisse-
ment, j’ai dû expliquer au PDG que les graines de sésame sont les petites graines que l’on trouve sur le dessus
du pain d’un hamburger chez McDonald. Pour toute réponse, il a demandé s’il était même possible de trouver
100 tonnes de ces graines au Mali.

Il ressort clairement de cette anecdote que les banques ne connaissent pas le secteur du sésame. Nous devons
les aider à comprendre le secteur de façon à ce qu’elles puissent accéder aux demandes de financement.

Soumaïla Coulibaly (PROSEMA), http://goo.gl/nM2BZN

16 | Développement de la filière sésame


Les exportateurs peuvent utiliser leurs installations de nettoyage reçoivent du fumier, alors que du compost est appliqué sur
et leurs infrastructures en guise de sûreté pour accéder à des 17 % des champs au Burkina Faso et 11 % au Mali (Tableau 9).
capitaux. Si les intermédiaires dépendent essentiellement de leurs
propres ressources pour financer la collecte du sésame, ils associent L’impression que le sésame répond mal aux engrais est répandue
souvent leur propre collecte à celle d’un exportateur avec lequel chez les producteurs et la disponibilité d’engrais est, dans une
ils entretiennent des liens directs. L’exportateur finance la collecte large mesure, liée à la production de coton. Au Burkina Faso, et
et les intermédiaires travaillent pour un prix fixe ou une marge fixe. dans une moindre mesure au Mali, les engrais sont fournis à un
Comme on peut le voir, la chaîne repose sur des interdépendances prix subventionné aux termes des contrats de culture du coton
entre de nombreux acteurs et le système est fondé sur de l’argent par les sociétés de transformation du coton. L’accès dépend des
comptant ; de grosses sommes changent de mains sur la base de la projections de cultures de coton. La disponibilité d’engrais sur le
confiance au sein du système de collecte du sésame. marché est limitée et le prix est sensiblement supérieur à celui
des engrais obtenus par le biais du système cotonnier.

2.3 Pratiques culturales du sésame Tableau 9 : Pourcentages des agriculteurs qui épandent de
l’engrais, du fumier ou du compost sur leurs champs de sésame
Le Tableau 8 donne quelques indications du niveau d’intensifi- au Burkina Faso et au Mali, 2013
cation de la production de sésame dans les deux pays. Il ressort
clairement que les pesticides et les herbicides sont utilisés plus Burkina Faso Mali

fréquemment au Burkina Faso, alors que l’utilisation d’engrais Usage d’engrais 15.0 % 21.3 %
et de semences de qualité est beaucoup plus répandue au Mali. Usage de compost 16.9 % 10.6 %
Globalement, la proportion de producteurs qui utilisent régu- Usage de fumier 24.9 % 24.6 %
lièrement des intrants agricoles pour optimiser leur productivité
Source : Enquête CEP, 2013
augmente lentement, ce qui suggère qu’il existe des opportunités
évidentes pour accroître les rendements par le biais d’une nou-
velle intensification de la production. 2.4 Comment s’explique la popularité
du sésame comme culture de rente
Tableau 8 : Pourcentages des champs où sont utilisés des
­semences de qualité, des herbicides et des pesticides au Comme évoqué plus haut, le sésame est devenu une culture de
­Burkina Faso, 2011 et au Mali, 2012 rente de première importance en relativement peu de temps au
Mali et tout particulièrement au Burkina Faso. Plusieurs caracté-
Burkina Faso Mali ristiques de la production et du commerce de sésame expliquent
Champs ensemencés avec des 5% 17 % pourquoi cette culture a pris d’assaut le paysage agricole. Tout
semences de qualité d’abord, la demande mondiale de sésame augmente. Les impor-
Champs traités aux herbicides 27 % <1 % tations chinoises de sésame notamment sont en progression, pro-
Champs traités aux pesticides 15 % 0,5 % bablement du fait de la hausse de la consommation nationale qui

Source: DGPER Burkina Faso (données 2011/2012) ;


accompagne l’accroissement progressif du revenu des ménages.
CPS, Mali (données 2012/2013)
Un deuxième facteur concerne le souhait des acheteurs interna-
Les semis sont effectués à la main. Sur les producteurs interrogés, tionaux de s’approvisionner auprès de pays diversifiés. Bien que le
rares étaient ceux qui semaient encore leurs graines à la volée, sésame ne soit pas une denrée très périssable, l’industrie a besoin
la méthode traditionnelle d’ensemencement. La grande majorité de couvrir ses approvisionnements et ses stocks tout au long de
d’entre eux (98 et 99 %, notre propre enquête, respectivement au l’année. Le sésame est une culture qui pousse principalement
Burkina Faso et au Mali) sèment désormais le sésame en lignes, ce dans les zones semi-arides dépendantes des précipitations où il
qui est la pratique recommandée pour la production commerciale existe une seule saison des pluies, souvent capricieuse. Les ache-
de sésame car cela facilite le désherbage et la récolte. Cela indique teurs ont besoin d’avoir une stratégie d’approvisionnement qui
clairement que la production de sésame n’est plus une culture tienne compte de ce facteur et se procurent du sésame auprès
marginale mais qu’elle est bien devenue une culture de rente im- de différentes régions du monde, où la saison des pluies finit
portante dont les agriculteurs entendent optimiser la production. à des moments différents. La saison des pluies dans les zones
semi-arides du Burkina Faso et du Mali se termine fin septembre
Dans le même temps, la majorité des agriculteurs du Burkina et le sésame peut être récolté de la fin octobre à la fin novembre,
Faso (85 %) et du Mali (79 %) n’appliquent pas d’engrais sur de sorte qu’il est mis au marché à partir de la fin de novembre.
leurs cultures de sésame. Seuls environ un quart des champs Durant cette période, les acheteurs internationaux ont les yeux

2 Présentation de la filière sésame | 17


rivés sur cette région pour s’approvisionner. Les acheteurs qui se Faso. Les voleurs ont aussi été cités comme un problème dans les
procurent du sésame en Afrique de l’Ouest en achètent souvent deux pays, notamment durant le séchage des bottes de sésame
en Afrique australe (Mozambique, Zimbabwe), en Afrique de l’Est dans les champs. La place importante que revêt le vol aux rangs
(Éthiopie, Soudan, Tanzanie, Ouganda), en Amérique du Sud, au des préoccupations indique une fois encore que le sésame est
Myanmar et en Inde pendant le reste de l’année. devenu une culture de rente d’une importance majeure.

La hausse de la demande et le besoin de diversifier l’offre se sont Il a été demandé plus précisément aux producteurs formés dans
traduits par de fortes hausses des prix qui ont fait du sésame une les CEP quelles pratiques culturales ils considéraient comme les
culture extrêmement lucrative pour les petits producteurs, même plus importantes pour déterminer leurs rendements (Tableau 10).
lorsque la productivité n’est pas très élevée. Par ailleurs, la culture D’après eux, le sarclage, la gestion de la fertilité du sol, la variété
du sésame peut se faire avec relativement peu d’intrants. Dans une de sésame employée et les techniques de semis sont les princi-
année normale, la culture de sésame ne nécessite que peu d’in- paux facteurs qui déterminent le rendement. La gestion des rava-
vestissements dans la protection des plants. Même les agriculteurs geurs a été mentionnée mais elle revêtait moins d’importance. Il
n’ayant pas grand-chose d’autre que la main-d’œuvre familiale et est surprenant de noter que l’analyse économique a souvent été
des terres peuvent produire du sésame, même s’ils le font d’une mentionnée au Mali, ce qui suggère que les producteurs semblent
manière sous-optimale par rapport à ceux qui utilisent de l’engrais avoir apprécié la séance de formation sur l’analyse économique
et des semences de qualité. La commercialisation du sésame est qui a été englobée dans le programme des champs écoles.
également facile pour les producteurs, surtout au Burkina Faso.
Il existe un réseau de couverture nationale par les collecteurs de Tableau 10 : Pourcentages des diplômés des champs écoles ayant
sésame qui ont des pisteurs qui vont de ferme en ferme acheter mentionné les pratiques de détermination du rendement comme une
du produit. Enfin, et surtout, le sésame est payé dès la collecte, ce contrainte dans la culture du sésame au Burkina Faso et au Mali, 2013
qui revêt une importance cruciale pour les agriculteurs démunis
toujours à court d’argent. Le scénario est bien différent de celui du Burkina Faso Mali

coton, la culture de rente la plus importante et la mieux établie : Sarclage 24,9 % Compost 28,2 %

les agriculteurs doivent souvent attendre longtemps avant d’être Engrais 21,9 % Analyse économique 19,3 %

payés pour leur production de coton, car les procédures de paie- Type de semences 20,6 % Sarclage 15,9 %

ment par les sociétés cotonnières sont lourdes et bureaucratiques. Technique d’ensemencement 13,0 % Type de semences 14,0 %

Le sésame peut être vendu au détail sur le marché. Une partie de la Compost 8,0 % Technique d’ensemencement 6,3 %

moisson peut être conservée en guise d’épargne pendant environ Fumier 7,0 % Technique de récolte 4,7 %

un an et les producteurs peuvent spéculer sur les prix, à condition Sarclage 3,0 % Fumier 4,0 %

que leurs besoins d’argent immédiats soient couverts. Dans ces Gestion des ravageurs 1,0 % Sarclage 2,7 %

conditions, il est relativement aisé de se lancer dans la culture du Technique de récolte 0,3 % Technique de secouage 2,7 %

sésame et sa production est financièrement attrayante et répond à Technique de séchage 0,3 % Engrais 1,0 %

des besoins immédiats de liquidités. Technique de secouage 0,0 % Technique de séchage 0,7 %
Analyse économique 0,0 % Gestion des ravageurs 0,7 %

Source : Enquête CEP


2.5 Contraintes de la production de sésame
Une question plus ou moins identique a été posée aux acteurs
Lors des enquêtes CEP, il a été demandé aux producteurs ce qu’ils de la filière sésame lors de la réunion des parties prenantes pour
considéraient être les trois contraintes principales ayant affecté documenter les enseignements du projet. Il leur a été demandé
leurs rendements de 2010 à 2012. Sans surprise, au Burkina Faso de classer les pratiques de gestion en fonction de leur impor-
comme au Mali, le régime de précipitations a été identifié comme tance dans la détermination du rendement. Cela a donné lieu au
le principal facteur d’influence : de piètres précipitations ont classement suivant :
souvent été mentionnées comme ayant eu une incidence adverse 1 Semences (variété et qualité conjuguées)
sur les rendements. Le retard des semis est aussi lié à une arrivée 2 Le sol et sa préparation
tardive de la saison des pluies. En 2012, nombre de champs des 3 Planification : date des semis et date de la récolte
producteurs ont été inondés. Il a aussi été fait mention des fortes 4 Technique d’ensemencement
pluies avant la moisson qui ont engendré un déficit de récolte et 5 Sarclage
ont fait que les graines de sésame se sont disséminées avant d’être 6 Démariage
moissonnées. Quant aux contraintes non liées aux conditions 7 Fumier/compost
météorologiques, les ravageurs ont été mentionnés comme une 8 Engrais
entrave majeure au Mali et, dans une moindre mesure, au Burkina 9 Gestion des ravageurs

18 | Développement de la filière sésame


3 Amélioration de la
­productivité du sésame
Malgré l’adoption enthousiaste par les agriculteurs de la dans le cadre du projet. Des tests ont été effectués dans les
production de sésame, les rendements moyens sont toujours provinces de Kourritenga et Gourma, sur quatre sites par
relativement modestes. La distribution des rendements (Tableau province, dans deux champs séparés par site, et à deux reprises
5) montre qu’il existe beaucoup de marge d’amélioration pour dans chaque champ, ce qui a donné un total de 32 jeux de
46 % des producteurs du Burkina Faso et 60 % des producteurs résultats, présentés dans le Tableau 11.
maliens, car ils obtiennent encore des rendements inférieurs
à 450 kg à l’hectare. Ce chapitre décrit les expériences et les Tableau 11 : Réaction du sésame aux engrais dans les essais
activités mises en œuvre durant le projet sésame afin d’améliorer gérés par les producteurs au Burkina Faso, 2013
la productivité. Les points d’entrée sur lesquels se concentrer
ont été identifiés dès le début du projet en consultation avec des Kourritenga Gourma

experts en sésame et les organismes de mise en œuvre du projet, Rendement % supplé- Rendement % supplé-
principalement au Burkina Faso, et ils ont été considérés comme kg/ha mentaire kg/ha mentaire

présentant les meilleures chances d’augmenter la productivité. NPK (14:43:14) 75 kg 495 70 759 81
Urée 50 kg 352 20 584 39
NPK (14:43:14) 578 98 750 78
3.1 Gestion de la fertilité du sol 75 kg + Urée 25 kg
Témoin 292 - 420 -

Bien que le sésame soit actuellement reconnu par les produc- Source : Propres données, essais au champ 2013.
teurs comme une culture de rente commerciale, surtout au
Burkina Faso et de plus en plus au Mali, il est largement admis Les résultats des essais montrent que les producteurs peuvent
que cette culture ne nécessite pas beaucoup d’intrants extérieurs. obtenir des avantages considérables en termes de rendement
L’usage d’engrais dans la production de sésame n’est pas fréquent grâce à l’utilisation de modestes quantités d’engrais. De bons
(Tableau 8) ; à en croire l’opinion, le sésame semble pouvoir résultats ont été obtenus avec le NPK (14:23:14) appliqué en
pousser dans des sols moins fertiles et il ne réagit guère à l’apport une seule micro-dose trois semaines après l’émergence.
d’engrais. Comme expliqué plus haut, le sésame peut être produit Un épandage supplémentaire d’urée entre les lignes 40 jours
moyennant des précipitations relativement modestes, sur des sols après l’émergence des plants a donné une hausse des rende-
pauvres et avec peu, voire pas, de mesures de fertilité du sol ou ments à Kourritenga, mais pas à Gourma. Un seul épandage
de gestion des ravageurs. Pourtant, comme toute autre culture, le d’urée entre les lignes 40 jours après l’émergence s’est clai-
sésame a besoin de nutriments pour croître. Si les nutriments du rement révélé moins bénéfique en termes de rendement que
sol sont limités, la croissance des plants et les rendements seront l’application de NPK.
affectés. De même, le sésame réagira à l’apport de nutriments qui
sont limités dans le sol. Actuellement, il n’existe pas de recom- Tableau 12 : Analyse des avantages marginaux de l’application
mandations claires en matière d’engrais pour le sésame, ce qui est d’engrais sur le sésame au Burkina Faso, 2013
contraignant pour les services de vulgarisation en général et pour
les formations des champs écoles paysans mises en œuvre durant NPK 75 kg Urée 50 kg NPK 75 kg

ce projet en particulier. + Urée 25 kg


Coût de l’engrais (FCFA/ha) 30 000 17 000 38 500

Le projet n’a pas été en mesure de mettre en œuvre des essais Coût de main-d’œuvre 2 000 2 000 4 000
­supplémentaire (FCFA/ha)
d’engrais sur plusieurs campagnes à grande échelle. Il a tou-
tefois déployé un certain nombre d’essais d’engrais simples au Bénéfice marginal brut (FCFA/ha) 135 508 55 703 153 867

Burkina Faso avec les dosages les plus susceptibles de donner Bénéfice marginal net (FCFA/ha) 103 508 36 703 111 367

les meilleurs résultats pour les engrais disponibles dans le pays. Retour sur investissement 3,2 1,9 2,6
(FCFA/FCFA)
Les essais ont été réalisés par les producteurs diplômés des
champs écoles, ayant bénéficié d’une formation antérieure Source : Propres données, essais au champ 2013.

3 Amélioration de la productivité du sésame | 19


L’analyse économique montre que le bénéfice net supplémen- Finalement, les participants à l’atelier de capitalisation sont
taire le plus élevé peut être obtenu par une application conju- convenus que le conseil le plus pragmatique qui pouvait être
guée de 75 kg de NPK et de 25 kg d’urée, alors que le retour donné était d’appliquer l’engrais disponible et, dans le cas d’une
sur investissement le plus marqué est obtenu avec une seule production conventionnelle de sésame, de conjuguer l’emploi de
application de 75 kg de NPK (Tableau 12). Un retour sur investis- matières organiques à l’utilisation d’engrais chimiques. L’appli-
sement deux fois supérieur au montant investi peut être consi- cation cumulée sur le même champ présente un avantage car
déré comme une bonne opportunité pour un petit producteur à la matière organique ajoutée permet d’éviter le lessivage des
court de liquidité. Avec un retour sur investissement de 3,2, une nutriments libérés par l’engrais chimique et l’azote présent dans
utilisation modeste d’engrais peut être recommandée sans risque l’engrais chimique aide à éviter une consommation nette tempo-
aux producteurs de sésame. raire d’azote par des matières organiques mal décomposées.

Pour l’heure, compte tenu de la facilité d’application, on peut re- La disponibilité locale d’engrais est un facteur important qui a
commander 75 kg de NPK (14:23:14) par hectare dans l’ensemble été évoqué lors de l’atelier de capitalisation. Comme mention-
du pays. Toutefois, une recommandation à caractère général né plus haut, le système d’approvisionnement en intrants au
pour l’application d’engrais est loin d’être idéale. La réaction des Burkina Faso et au Mali est dominé par les besoins du secteur
plants aux engrais dépend fortement du type de sol ; l’utilisation à cotonnier. Les engrais obtenus au Burkina Faso et au Mali par
plus long terme du champ doit être prise en compte ; et l’utilisa- le biais des contrats cotonniers sont subventionnés et vendus
tion récente d’engrais ainsi que les assolements sont des facteurs à plus ou moins 50 % et 35 % du prix normal du marché. De
majeurs dans la détermination de l’utilisation optimale d’engrais. surcroît, ils sont achetés à crédit dans la filière coton. Dans
L’idéal serait de prendre le temps de déterminer l’application le cas du maïs et du riz au Mali, les engrais peuvent aussi être
optimale d’engrais afin de maximiser le retour sur investissement obtenus au même prix subventionné, mais payés au comp-
pour les producteurs individuels, mais cela s’avère actuellement tant et non pas à crédit. Ce type d’avantages n’existe pas dans
impossible au Burkina Faso comme au Mali. Le meilleur résultat le cas du sésame. Dans la pratique, il n’est pas rare que les
possible de nos essais concerne la recommandation de producteurs consacrent les engrais obtenus pour la pro-
« meilleure option probable » de 75 kg de NPK par hectare. duction du coton en partie ou en totalité à d’autres récoltes
Avec une dose d’engrais de 75 kg NPK par hectare, les pro- mais cela ne peut se faire que dans le cas des producteurs
ducteurs peuvent être assez confiants d’obtenir un retour sur qui se trouvent dans des zones de production de coton. Lors
investissement intéressant. de l’atelier de capitalisation, les parties prenantes de la filière
sésame ont reconnu qu’un groupe de pression est requis pour
Outre l’utilisation d’engrais, l’usage de fumier et/ou de compost faire en sorte que les producteurs de sésame puissent eux
est conseillé. Le premier consensus à émerger des réunions de aussi bénéficier d’engrais subventionnés.
projet portait sur la recommandation d’une application minimale
de 25 « charrettes » (chargement tiré par un âne) à l’hectare Compte tenu du vif essor de l’importance du sésame au Burkina
de fumier ou de compost, soit environ 5 tonnes. Toutefois, il Faso et au Mali, il serait bon de se demander si les engrais actuel-
n’est pas sûr que les producteurs puissent mettre ce conseil lement disponibles contiennent le dosage idéal de macronu-
en pratique. Les avantages que présente l’utilisation de matière triments pour cette culture. Le mélange actuel de NPK a été
organique sous forme de compost ou de fumier sur un champ formulé spécialement pour la culture du coton dans les princi-
de sésame ont été démontrés aux producteurs par le biais des pales zones cotonnières des deux pays. Il pourrait se révéler utile
champs écoles paysans et le pourcentage de producteurs y ayant d’envisager le développement d’un engrais spécialement étudié
recours a doublé suite à la formation ; toutefois, ils ne repré- pour le sésame.
sentent encore que 20 % seulement environ des producteurs.
Par ailleurs, les volumes appliqués sont faibles, invariablement en
dessous des 5 tonnes par hectare qui sont recommandées. Ceci 3.2 Qualité des semences et
tient au fait que la disponibilité de compost et de fumier est limi- variétés améliorées
tée et, par définition, trop modeste pour couvrir tous les besoins
de l’exploitation. De ce fait, il n’est guère nécessaire de fournir La plupart des paysans au Burkina Faso et au Mali tirent les
des conseils précis concernant les quantités requises et cela n’a semences pour leur prochaine campagne de leur propre par-
rien de pratique. Des recommandations plus précises seraient celle. Comme le sésame est une espèce à pollinisation croisée,
peut-être utiles pour les producteurs de sésame biologique ; la composition génétique des semences est influencée par les
toutefois, même dans ce cas, ce serait difficilement réalisable, car cultures voisines. Cela se traduit par un mélange relativement
la disponibilité et la composition du fumier et du compost sont stable de traits génétiques dans la population de sésame plantée.
extrêmement variables. Ce mélange stable est communément appelé le « sésame bigarré

20 | Développement de la filière sésame


», comme s’il s’agissait d’une variété spécifique ; pourtant, ce réalisés par des diplômés des champs écoles ayant bénéficié
n’est pas une variété de sésame en tant que telle, mais plutôt un d’une formation antérieure dans le cadre du projet. Des tests ont
mélange équilibré qui se développe au fil du temps lorsqu’aucune été effectués dans les provinces de Kourritenga et Gourma, sur
semence propre d’une variété pure n’est utilisée. La composition quatre sites par province, dans deux champs séparés par site,
de ce mélange bigarré est propre au site, car elle dépend de et à deux reprises dans chaque champ, ce qui a donné un total
l’apport en nouvelles variétés et des pratiques de sélection des de 32 jeux de résultats.
semences des producteurs.
La différence de rendement entre les semences locales et les
La qualité du sésame bigarré n’est pas si mal en soi comme en semences de qualité a été très importante, avec un rendement
témoignent les exportations de ce type de sésame. Toutefois, supplémentaire moyen de 45 % en cas d’utilisation de semences
il y aurait des avantages à tirer de l’utilisation d’une semence de qualité au lieu d’utiliser les semences localement recyclées
plus pure d’une variété unique. Tout d’abord, les rendements (Tableau 13). Toutefois, ce chiffre dépendait beaucoup du site :
qui peuvent être obtenus lorsqu’on utilise une semence dans la province de Gourma, on a observé une hausse du ren-
propre sont généralement plus élevés. Ensuite, la teneur en dement moyen plus modeste de 12 % alors que les rendements
huile d’une variété pure pourrait être supérieure, ce qui est pri- dans la province de Kourritenga ont plus que doublé.
vilégié pour la production d’huile de sésame. Troisièmement,
la couleur et la taille des graines de sésame sont influencés, La différence entre les provinces pourrait s’expliquer par l’histo-
ce qui présente aussi un intérêt pour les acheteurs de sésame, rique de la production du sésame dans les deux régions. Dans
notamment pour les segments du marché boulanger et de la province de Kourritenga, la production de sésame remonte à
fabrication de tahini. Enfin, un champ plus homogène permet beaucoup plus loin et les agriculteurs se sont habitués à réem-
une moisson plus facile par une ou deux personnes, ce qui se ployer leur propre semence. À Gourma, la production est récem-
traduit par des coûts de main-d’œuvre moindres et par une ment devenue une activité économique importante et l’utilisation
réduction des pertes dues soit à la maturité avant la récolte de semences de qualité a été promue dans le cadre des initiatives
soit à des gousses peu remplies sur les plants moissonnés récemment mises sur pied dans la province. Les producteurs sont
avant d’être arrivés à maturité. relativement bien organisés pour garantir l’accès à des semences
de qualité. L’apport régulier de semences de qualité et les taux
Une table ronde sur la disponibilité de semences pour la filière plus élevés de renouvellement des semences exerce un impact
sésame a été organisée au Burkina Faso et au Mali. Il existe un positif sur la qualité générale des semences recyclées (bigarré)
consensus marqué chez les acteurs de la filière sésame selon dans la province de Gourma.
lequel l’utilisation de semences de qualité est essentielle pour
une intensification de la production. L’utilisation de semences Tableau 13 : Différence de rendement entre les semences
pures est invariablement promue durant la formation aux tech- pures d’une variété unique et les semences de sésame bigarré,
niques culturales. Il est supposé que l’utilisation de semences Burkina Faso, 2013 (kg/ha)
pures exerce une influence positive sur les rendements qui,
d’après les meilleures estimations, marqueraient une hausse de Semences Semences Différence Différence

l’ordre de 25 % dans les conditions en vigueur à la ferme. Tou- locales certifiées (kg) (%)

tefois, ces chiffres ne sont nullement basés sur des comparai- Kourritenga 262 564 302 115

sons sérieuses au champ entre semence de sésame bigarré et Gourma 565 634 70 12

semence pure d’une variété jugée convenable ; pour améliorer Average 413 599 186 45

le message de vulgarisation agricole, il serait utile de connaître Source : Propres données, essais au champ 2013.
la différence que l’on peut attendre d’un investissement régulier
dans des semences pures de qualité. Ce savoir permettrait aux Si la hausse du rendement moyen sert d’indicateur, il est
agriculteurs de faire des choix plus éclairés lorsqu’ils décident possible de calculer le bénéfice marginal net de l’utilisation de
d’investir ou non dans des semences de qualité et cela per- semences de qualité (Tableau 14). Le calcul est basé sur un taux
mettrait aussi aux programmes de formation d’inclure une de semences de 3 kg à l’hectare moyennant un coût de 1 500
rubrique sur le calcul des avantages potentiels que présentent FCFA le kg. Durant les essais gérés par les producteurs, cela
les semences pures de qualité. a donné lieu à une hausse du rendement moyen de 186 kg à
l’hectare, ce qui représente 93 000 FCFA (en supposant un prix
Au Burkina Faso, des champs d’essai spécialement étudiés ont de 500 FCFA au kilo, chiffre conservateur par rapport aux prix
été plantés pour comparer les semences pures de qualité avec notifiés en 2013). Cela veut dire que pour l’investissement d’un
des semences mixtes locales conservées par les producteurs, seul FCFA dans des semences de qualité, il est possible d’obtenir
le plus souvent plantées par les agriculteurs. Les essais ont été un retour sur investissement de 19 FCFA. Rentable, non ?!

3 Amélioration de la productivité du sésame | 21


Tableau 14 : Bénéfice marginal net de l’utilisation de semences même volume de sésame obtenu avec des semences de qualité
de sésame pur de qualité au Burkina Faso, 2013 pesait sensiblement plus que du sésame bigarré, ce qui peut
s’expliquer par l’inclusion de graines de maturités différentes dans
Coûts supplémentaires (FCFA/ha) 4 500 ce dernier. Cette observation a été confirmée par le représentant
Rendement supplémentaire (kg/ha) 186 de la fédération paysanne, Guireyawees, au Mali.
Revenu brut supplémentaire (FCFA/ha) 93 000
Revenu net supplémentaire (FCFA/ha) 88 500 On peut en conclure que la qualité des semences joue un rôle
Retour sur investissement (FCFA/FCFA) 19 important dans la détermination des rendements. L’accès en
temps utile à des semences de qualité est un élément clé pour
Source : Propres données, essais au champ 2013.
permettre aux producteurs d’accroître sensiblement leurs ren-
Les nombreux avantages que présente l’utilisation de semences dements avec un retour sur investissement élevé, tout en leur
de qualité ont été abordés lors de l’atelier de capitalisation. offrant un certain nombre d’avantages, y compris une matura-
Dans un premier temps, un taux de germination fiable est tion uniforme de la récolte et une plus grande popularité sur les
jugé très important. Une piètre germination peut se traduire marchés. Le problème, une fois de plus, est que l’accès à des
par une couverture clairsemée et donc des pertes de rende- semences de qualité est actuellement limité.
ment, voire même le besoin de replanter, ce qui peut avoir
des conséquences majeures pour faire coïncider le calendrier Le taux actuel de remplacement des semences reste faible dans
de végétation avec les pluies. Deuxièmement, le potentiel de les deux pays. Plus de 50 % des agriculteurs recyclent systémati-
rendement des variétés pures, par opposition aux semences quement leurs propres semences au Burkina Faso ; ils sont 40 %
mixtes recyclées, est sensiblement plus élevé. à le faire au Mali. Ils n’ont pas l’habitude d’acheter des semences,
à moins d’avoir perdu la totalité de leur récolte à cause d’une
Un autre avantage important des variétés pures est qu’elles sont sécheresse ou d’une inondation. Les agriculteurs qui recyclent
privilégiées par les exportateurs pour certains usages précis. Le leurs semences périodiquement tendent à le faire plus fréquem-
sésame bigarré est propre à la fabrication d’huile mais pour la ment au Burkina Faso qu’au Mali (Figure 6).
confection de pains et de tahini, il faut du sésame blanc plus ou
moins homogène, ce qui au Mali et au Burkina ne peut s’obte- Figure 6 : Période de renouvellement des semences de sésame
nir qu’à partir de champs ensemencés en graines pures d’une (années) au Burkina Faso et au Mali (% de producteurs de
variété améliorée. Pour le marché du tahini, une taille de graine sésame), 2013
homogène est requise pour le processus de transformation Burkina Faso Mali
durant lequel les graines sont chauffées : lorsque les graines sont
60 %
de taille hétérogène, les graines plus petites sont surchauffées
ou brûlent, ce qui se solde par des effets adverses qui nuisent au 50 %
goût de la pâte de sésame. S’il n’y a pas de prime systématique
pour le sésame blanc par rapport au sésame bigarré vendu à la 40 %

ferme, cela donne aux producteurs ou aux collecteurs intermé-


diaires une meilleure position de négociation s’ils sont en mesure 30 %

de grouper des quantités importantes de sésame blanc pur et il


20 %
est alors possible d’obtenir des prix légèrement plus élevés.

10 %
Un dernier avantage des semences pures par rapport aux
semences de sésame bigarré tient au fait que la récolte pousse et 0%
arrive à maturité de façon plus homogène. Cela facilite la gestion Jamais 1 2 3 4 5+

du calendrier et, surtout, cela permet de moissonner la totalité


de la récolte en une fois, car toutes les graines arrivent à maturité
Source : Enquête CEP, 2013
en même temps. Une récolte homogène se traduit aussi par un
produit de qualité homogène. Les graines à maturation précoce Actuellement, des semences de qualité sont produites par deux
tombent lorsqu’elles sont récoltées et sont perdues, tandis que types de multiplicateurs de semences :
les graines non matures ne sont pas encore pleinement remplies. 1 Les organisations paysannes : Au sein des organisations
Durant l’atelier de capitalisation, il a été fait mention du fait que, paysannes, il y a des producteurs désignés qui multiplient les
lorsqu’on a comparé un sac de sésame pur et un sac de sésame graines à partir de semences de (pré)base achetées auprès
bigarré dans l’un des groupements paysans soutenus par SERA- des instituts de recherche nationaux. La principale, et parfois
COM, une ONG locale partenaire, on s’est rendu compte que le la seule, préoccupation de cette forme de multiplication est

22 | Développement de la filière sésame


Figure 7 : Sources de semences indiquées par les producteurs interrogés pour évaluer l’impact des champs écoles paysans

30 %

25 %

20 %

15 %

10 %

5%
Burkina Faso
0% Mali
p

tr e
nt

ce

ch

èr

n
am

is i

io

io

an

Au
tr a

ut

at

is t
Vo

’O
en

er
ch

ys
is
tit

in
td
in

ch
m

ar

pa
es

m
d’
e

se

en
re

lg
r

/R
op

in

n
Vu
e

Ag
e

td

tio
EP
as

rd

td
Pr

ag

en

isa
C
eu

itu
M

Ag

an
Source : Enquête CEP, 2013
at

st
In
lic

rg
O
tip
ul
M

de satisfaire la demande en semences de qualité au sein de ensemencer leurs parcelles de démonstration. Néanmoins,
l’organisation paysanne. Les semences excédentaires peuvent environ 15 % des producteurs interrogés ont indiqué qu’ils avaient
être vendues aux producteurs de sésame non membres obtenu des semences d’une boutique d’intrants (Figure 7). Les
à proximité de la coopérative. Il n’y a guère d’incitations groupements paysans constituent une source importante de
pécuniaires en place pour les multiplicateurs de semences semences de sésame. Il est surprenant de noter que la propor-
à produire au-delà des besoins de l’organisation en vue tion de producteurs ayant indiqué avoir obtenu leurs semences
d’approvisionner les producteurs non membres sur une base par le biais du ministère de l’Agriculture est inférieure à 5 %, ce
commerciale. Toutefois, les multiplicateurs de semences qui qui indique que les programmes publics de subventions des
émanent des organisations paysannes pourraient être incités semences ne sont pas une source très importante de semences.
à se professionnaliser en multiplicateurs commerciaux et
contribuer à renforcer la disponibilité de semences de qualité. L’approvisionnement en semences (et autres intrants) aux pro-
À l’heure actuelle, la plupart des semences produites par les ducteurs par les exportateurs est souvent considéré comme un
organisations paysannes ne sont pas certifiées. scénario idéal, à l’instar de l’exemple d’intégration de la chaîne
2 Multiplicateurs semenciers commerciaux : Il existe des dans la filière coton. Toutefois, dans le cas du sésame, cela pour-
multiplicateurs semenciers commerciaux qui produisent des rait ne pas être une solution durable à long terme. Au Burkina
semences de sésame à titre lucratif dans les deux pays ; ils Faso, tous les efforts des exportateurs visant à proposer un crédit
visent principalement la certification de leurs semences. Au aux producteurs, remboursable à la collecte du sésame, se sont
Burkina Faso, ces multiplicateurs de semences tentent de soldés par un échec. Durant la courte période de collecte inten-
se faire repérer par le système national de subventions des sive, il existe une vive concurrence sur les prix entre les acheteurs
semences, par le biais duquel les pouvoirs publics achètent et les producteurs vendent au plus offrant et non à l’acheteur qui
et distribuent les semences aux producteurs. Ce qui manque, leur a procuré des intrants gratuitement ou à crédit. Les organi-
c’est un système de distribution commerciale qui fonc- sations paysannes qui fournissent des intrants à leurs membres
tionne bien et qui pourrait alimenter les marchés locaux en sur le même principe de recouvrement des coûts grâce à une
semences de qualité. taxe appliquée sur le sésame collecté et vendu en mode groupé
subissent la même contrainte. Il a été argué, lors de l’atelier de
À l’instar des engrais, il y a un manque de système de distribu- capitalisation, que « les contrats ont besoin d’être respectés » ;
tion commerciale à mailles fines pour les semences, capable de toutefois, il y a maints exemples d’échec dans l’application des
toucher les producteurs au niveau des villages. Seuls les intrants contrats qui prouvent bien à quel point il est difficile d’espérer le
liés au coton sont facilement disponibles à la campagne et uni- faire. Finalement, les acheteurs ne peuvent exercer que peu de
quement dans les régions productrices de coton. Actuellement, poids sur les producteurs, si ce n’est une appréciation réciproque
le circuit de distribution le plus important passe par les pro- du principe qu’honorer un contrat se traduit par une relation plus
grammes et projets de développement. Ainsi, les champs écoles durable entre acheteur et vendeur. Dans le marché actuel for-
paysans de ce projet constituent un circuit par le biais duquel tement compétitif qui favorise le vendeur, l’agriculture contrac-
les semences arrivent jusqu’aux producteurs, de façon à pouvoir tuelle restera une entreprise risquée pour les acheteurs.

3 Amélioration de la productivité du sésame | 23


Nettoyage à la main du sésame, Mali Photo: Mahamane Touré

La solution visant à améliorer la disponibilité de semences de l’atelier de capitalisation. Aux termes d’un système de subven-
qualité à des fins de production commerciale de sésame ne tion géré par le gouvernement au Burkina Faso, des semences
repose pas sur la distribution de semences subventionnées, ni de sésame ont été achetées à des fins de distribution subven-
par les exportateurs, ni par les organisations paysannes, ni par tionnée à des producteurs de sésame : de grosses quantités de
les programmes ou projets de développement, ni même par semences ont été achetées en accordant moins d’importance
les initiatives gouvernementales. Les subventions impliquent à la qualité qu’à la profitabilité de la transaction, tant pour
que l’utilisateur final, à savoir le producteur commercial de le vendeur que pour l’acheteur. Cela a donné lieu à l’achat
sésame, paie moins que le prix de revient de la production massif de semences de sésame de qualité moindre, souvent
et de la distribution des semences de sésame. Il a aussi été du sésame de consommation rapidement trié pour sa couleur,
calculé plus haut que l’utilisation de semences de sésame de plutôt que des semences multipliées à partir de lignes parentes
qualité est très rentable pour ce même producteur com- pures. Bien évidemment, les multiplicateurs commerciaux sé-
mercial. Pour garantir la pérennité du système de production rieux ne pouvaient pas se battre avec les marges pouvant être
et de distribution de semences de sésame, les producteurs réalisées en transformant du sésame de consommation en «
ont besoin de payer un prix réaliste qui tienne compte d’une semence », et n’étaient pas en mesure de proposer les mêmes
marge bénéficiaire pour les distributeurs et les multiplicateurs « avantages » pour garantir des contrats pour approvisionner
de semences spécialisés. Si l’on considère le retour sur inves- le système en semences. Ces « semences » ont été distribuées
tissement extrêmement lucratif des semences de qualité, cela aux producteurs à un prix inférieur au prix de revient du sésame
pourrait fournir une base économiquement durable pour le de consommation mais les producteurs ayant utilisé les se-
secteur des semences de sésame. mences ont été extrêmement déçus, car elles étaient souvent
de piètre qualité. Suite à cela, il a été mentionné que certains
La distribution systématique de semences de sésame subven- producteurs du Burkina Faso font désormais la distinction entre
tionnées peut même facilement avoir un effet perturbateur deux types de semences de sésame : « les semences publiques
important sur l’industrie commerciale émergente de multipli- », connues pour leur manque de qualité et, lorsqu’elles sont
cation commerciale des semences de sésame. Les discussions achetées à un prix subventionné, qu’il est préférable de vendre
durant un atelier spécifique portant sur les opportunités et les directement sur le marché du sésame de consommation et
contraintes du système semencier du sésame fournissent une les « semences de qualité », qui proviennent de sources plus
illustration parlante, qui a une fois de plus été confirmée lors de fiables et peuvent servir aux semis.

24 | Développement de la filière sésame


Au lieu d’investir des efforts dans la fourniture de semences sub- le coût du service de certification ait souvent été mentionné
ventionnées aux producteurs, il serait préférable d’investir dans comme une contrainte majeure dans l’évaluation du système
le développement d’un système fonctionnel de multiplication et semencier au Burkina Faso et durant l’atelier de capitalisa-
de distribution de semences commerciales de qualité. Une pre- tion, ce n’est pas la difficulté la plus importante, car la marge
mière nécessité qui a été identifiée à plusieurs reprises concerne bénéficiaire potentielle sur les semences de sésame certifiées
l’amélioration de l’approvisionnement en semences de (pré-) éclipse le coût du processus de certification. Ce qui est plus
base par les instituts de recherche. Une première amélioration problématique, ce sont les inspections sur site tardives et les
importante concerne la précommande de semences de (pré-) longs délais avant que les résultats des laboratoires ne soient
base un an avant par des multiplicateurs semenciers commer- connus et officiellement communiqués. Pour la production
ciaux, pour permettre aux organismes de recherche chargés de et la distribution au sein des organisations paysannes, la cer-
produire des semences de (pré-)base de répondre à la demande. tification des semences ne présente guère d’avantage et n’est
Dans les deux pays, les unités semencières des organismes quasiment pas demandée. Une fois que les multiplicateurs
de recherche peuvent recouvrer les coûts de production des d’une association de producteurs commencent à vendre et
semences de (pré-)base par le biais des ventes. Le flux de res- à distribuer en dehors de leurs adhérents et se profession-
sources au sein d’INERA, l’Institut de recherche du Burkina Faso nalisent, un service efficace indépendant d’inspection et de
ayant pour mandat de produire des semences de (pré-)base, certification des semences devient une valeur ajoutée.
pourrait encore être optimisé en lui permettant de mettre en
place un fonds tournant pour la multiplication des semences On peut conclure sans doute possible que l’utilisation de
(de sésame), au lieu d’avoir des flux de ressources intégrés dans semences de sésame de qualité est un investissement très
le budget général de l’INERA. rentable pour les producteurs. Le retour sur investissement est
estimé à 3 400 % et c’est là une opportunité en or pour inves-
Par ailleurs, il faudrait revenir sur la question de savoir s’il est pré- tir des ressources limitées. Ne pas consentir régulièrement
férable de confier la production et la distribution de semences à un investissement modeste dans 2 à 3 kilos de semences
de (pré-)base aux soins exclusifs des instituts de recherche de qualité, dont le coût est estimé à 4 500 FCFA par hectare,
publics, à savoir l’INERA au Burkina Faso et l’IER au Mali, comme signifie que l’investissement dans le foncier et la main-
actuellement. On pourrait envisager un programme pilote aux d’œuvre est fait d’une manière qui est loin d’être optimale.
termes duquel des multiplicateurs semenciers professionnels Les producteurs qui ont de graves problèmes de trésorerie
privés confirmés obtiendraient un permis pour entretenir et pourraient envisager de n’acheter des semences que pour
reproduire des semences issus de leurs propres stocks, sous le couvrir 10 % à 20 % de leurs besoins chaque année, et planter
contrôle de l’inspection semencière. Cela pourrait contribuer à le reste de leurs champs de sésame avec des semences de
améliorer la fiabilité des approvisionnements en semences de seconde génération, à condition de toujours remplacer une
(pré-)base et à réduire la dépendance des entreprises semen- petite partie de leur stock de semences à chaque campagne.
cières commerciales envers l’aptitude des organismes de Le bénéfice en termes de rendement des semences pures de
recherche publics à produire des semences de (pré-)base dans qualité devrait avoir un effet boule de neige dès la deuxième
les temps et en quantité suffisante. campagne, lorsque les semences produites dans la récolte du
producteur ne seront pas autant contaminées par le pollen
Une autre opportunité d’amélioration de la chaîne de des champs voisins. Toutefois, compte tenu de la rentabilité
semences de sésame de qualité est l’investissement dans la extrême qu’il y a à utiliser des semences de qualité, il est pro-
promotion de la multiplication des semences commerciales. bablement préférable de recommander l’achat de semences
Dans les deux pays, il y a des multiplicateurs qui commercia- de qualité à intervalles réguliers.
lisent largement leurs semences dans leur entourage, ainsi
que des négociants en semences émergents qui réalisent un Compte tenu de cette rentabilité extrême, on peut en conclure
bénéfice sur l’achat en gros de semences de qualité et leur qu’il existe une base solide pour justifier la création d’une filière
revente en quantités plus modestes. Il s’agit d’un développe- prospère de semences commerciales de sésame. Pour éviter de
ment prometteur qui pourrait être encouragé afin d’améliorer léser les entreprises émergentes en semences de sésame, les
la disponibilité de semences de qualité abordables. subventions des prix des semences sous leurs différentes formes
devraient être évitées. Une distinction claire entre le prix des
Pour encourager le développement de la multiplication de semences de sésame de qualité et les graines de sésame desti-
semences commerciales et la distribution de semences de nées à la consommation s’impose pour garantir une incitation
sésame de qualité, une rationalisation et une professionnali- lucrative pour les producteurs et les distributeurs de semences
sation des services indépendants d’inspection et de certifica- commerciales. À la lumière de l’importance démontrée des
tion des semences s’imposent dans les deux pays. Bien que semences de qualité pour la production de sésame commer-

3 Amélioration de la productivité du sésame | 25


cial, il vaut la peine d’accorder un soutien aux multiplicateurs de Le vif contraste entre le Burkina Faso et le Mali soulève la
semences commerciales afin de garantir la disponibilité locale question de savoir s’il vaudrait la peine de promouvoir des
de semences de qualité. semis mécaniques au Burkina Faso. Une analyse des coûts et
bénéfices des semis mécaniques a été réalisée au Mali, où les
Le projet de la filière sésame n’a pu accorder qu’une attention semis au semoir ont également été testés par un champ école
mineure à l’amélioration de l’approvisionnement en semences de paysan (Tableau 16).
qualité. Un effort plus ciblé, mieux doté en ressources, serait re-
quis pour faire une véritable différence dans l’approvisionnement L’utilisation d’un semoir se traduit par une économie de main-
en semences de qualité des producteurs de sésame. Un tel effort d’œuvre de l’ordre de 6 jours par hectare, et une économie
devrait aussi inclure des ressources pour la sélection, des tests de coûts de 3 417 FCFA par hectare. Un semoir nécessite
comparatifs et la dissémination de plus de variétés améliorées à un investissement ponctuel de 50 000 FCFA. Par ailleurs, il
rendement élevé et dotées des attributs souhaités par le marché. convient de tenir compte du fait que l’essentiel de la main-
d’œuvre utilisée pour semer le sésame provient de la famille
plutôt que d’une main-d’œuvre louée. Même si le semoir
3.3 Technique d’ensemencement du sésame pourrait être loué au même titre que le bœuf et la charrue,
une forte proportion de producteurs préférerait tout de même
La technique traditionnelle d’ensemencement du sésame était continuer à faire appel à la main-d’œuvre familiale pour pro-
de le semer à la volée sur de petites parcelles de terres dûment céder à des semis manuels.
préparées, une fois tous les autres champs emblavés. À l’heure
actuelle, il est conseillé aux producteurs de sésame commer- Le manque de main-d’œuvre est l’une des principales raisons
cial de semer le sésame en lignes, car cela facilite les pratiques pour lesquelles le sésame est souvent semé après la période
culturales qui sont essentielles pour une optimisation du rende- optimale. Toutefois, tout particulièrement du fait des pré-
ment, telles que le sarclage et le démariage. cipitations de moins en moins fiables et de la rareté de la
main-d’œuvre saisonnière, la mécanisation des semis pourrait
L’enquête CEP montre qu’il subsiste très peu de producteurs qui être une technologie qui mériterait d’être promue. Dans ce
sèment le sésame à la volée ; la grande majorité des producteurs cas, il serait plus prometteur de promouvoir le développement
interrogés ont indiqué qu’ils avaient adopté les semis en lignes. de la prestation de service plutôt que l’acquisition de semoirs
Tous les producteurs du Burkina Faso réalisent leurs semis à la par les agriculteurs individuels. Par ailleurs, les semoirs se sont
main, alors qu’au Mali plus de 60 % des producteurs interrogés révélés particulièrement utiles dans les régions productrices
disent utiliser un semoir (Tableau 15). de coton du Mali, donc les premières régions dans lesquelles
promouvoir leur usage au Burkina Faso pourraient être aussi
Tableau 15 : Technique d’ensemencement utilisée en pourcen- les régions productrices de coton. La promotion de l’utilisation
tage des producteurs de sésame du Burkina Faso et du Mali, 2013 de semoirs afin d’améliorer le calendrier des semis ne devrait
pas seulement se concentrer sur le coton, mais sur toutes les
Technique d’ensemencement Burkina Faso Mali cultures simultanément. À cet égard, la (semi-)mécanisation
À la volée 1,0 % 1,7 % de la préparation du sol pourrait aussi être promue dans le
En lignes, manuellement 99,0 % 37,2 % même élan.
En lignes, au semoir 0,0 % 61,1 %

Source : Enquête CEP, 2013

Tableau 16 : Semis manuels de sésame par rapport aux semis mécaniques, Mali, 2013.

Au semoir Manuel
Coût Qté Total Qté Total
Bœuf et charrue 6 000 FCFC/jour 0,33 2 000 0 0
Semences 1 250 FCFA/kg 3 3 750 2 2 500
Main-d’œuvre occasionnelle 1 000 FCFA/jour 0,33 333 5 5 000
Sarclage, démariage et repiquage par des journaliers 1 000 FCFA/jour 1 1 000 3 3 000
Coût total FCFA/ha 7 083 10 500

26 | Développement de la filière sésame


3.4 Les champs écoles paysans des CEP axe la formation de groupes de paysans autour d’un
champ de démonstration géré par un agriculteur, qui constitue
Le projet sésame a, au départ, identifié l’augmentation de la pro- une sorte de « salle de classe » pour la formation pendant toute
ductivité comme une opportunité de premier choix pour dévelop- la durée de la campagne.
per davantage la filière du sésame. Les prix augmentaient depuis
plusieurs années déjà et la demande était toujours supérieure à Durant une séance de travail de trois jours, les représentants de
l’offre. On avait le sentiment que beaucoup de producteurs culti- 12 organisations (ONG, organisations paysannes, une société
vaient encore le sésame d’une manière peu efficiente, malgré les privée et des organismes publics) basées au Burkina Faso ont
nombreux efforts déjà consentis par différentes organisations pour élaboré la première mouture du CEP pour le sésame le temps
améliorer leurs connaissances des bonnes pratiques culturales. de la campagne agricole. Malheureusement, les experts maliens
du sésame n’ont pu participer à la session car le Mali était à
Comme le projet n’a pas été entrepris dans des conditions l’époque en proie à des troubles civils rendant tout déplacement
de laboratoire et puisqu’une grande partie de la formation de impossible. La première mouture préparée lors de la réunion a
la filière sésame avait déjà été dispensée, c’est une approche été développée en un programme complet destiné à former des
pluraliste axée sur l’amélioration des services de vulgarisation du groupes de producteurs de sésame et utilisé sur le terrain par
sésame qui a été choisie. Le projet s’est efforcé de développer des formateurs en sésame le temps d’une première campagne ;
une méthodologie de formation qui puisse être utile à l’ensemble les formateurs eux-mêmes firent l’objet d’une formation pour ap-
de la filière sésame, plutôt qu’au projet uniquement. Le projet prendre à dispenser le programme. Le programme a été adapté
entendait rassembler l’expérience existante en matière de déve- sur la base des enseignements de cette première expérience et il
loppement de la filière sésame, particulièrement au Burkina Faso. a été publié (KIT et al., 2012). Non seulement il a été utilisé pour
le projet lui-même mais un total de 1 500 exemplaires ont été
Toutes les organisations ayant une expérience confirmée dans la distribués au Burkina Faso à des organisations intervenant dans le
formation à la production de sésame ont été invitées à participer secteur du sésame. Cinq cents copies ont été distribuées au Mali,
à l’élaboration d’une méthode de formation ; l’approche choisie où le document a aussi été traduit en bambara.
a été celle des champs écoles paysans. Les ministères de l’Agri-
culture du Burkina Faso et du Mali avaient déjà eu une certaine La cible initiale du projet était de former 1 500 producteurs de
expérience avec les CEP pour d’autres cultures au travers de sésame aux bonnes pratiques culturales. En fin de compte, le
leurs programmes de Gestion intégrée des nuisibles, organisés projet est parvenu, en association avec l’alliance de partenaires
en collaboration avec la FAO et d’autres partenaires. La méthode basés sur le terrain qui a été forgée, à former 12 782 producteurs

Champ école paysan sur le sésame en action, Mali Photo: Mahamane Touré

3 Amélioration de la productivité du sésame | 27


en trois campagnes, dont 35 % étaient des femmes. La formation Si l’on veut faire encore plus d’efforts dans la formation des pro-
en CEP a été déployée par un total de 188 facilitateurs de CEP, ducteurs de sésame, il faut prendre plus de soin pour toucher les
qui ont également reçu une formation dans le cadre du projet. producteurs qui n’ont pas encore bénéficié de la formation, soit
parce qu’ils sont trop mal organisés, soit parce qu’ils vivent dans
Les CEP étaient bâtis autour de parcelles de démonstration des régions où très peu d’organisations sont présentes, ou encore
permettant de comparer les pratiques culturales actuelles et parce qu’ils n’appartiennent pas à une association paysanne. Dans
les pratiques améliorées proposées. Les pratiques améliorées l’évaluation de la mise en œuvre des champs écoles paysans, il
proposées ont augmenté les rendements de 62 % en moyenne est devenu manifeste qu’une partie des producteurs ayant reçu la
au Burkina Faso et de 28 % au Mali (Tableau 17). Les principales formation par le biais des CEP avaient déjà bénéficié d’autres types
différences entre les pratiques habituelles des producteurs et les de formation. La difficulté est non seulement d’accroître le nombre
pratiques améliorées portent sur l’application de modestes quan- de formations dispensées auprès des associations paysannes, mais
tités d’engrais, la plantation de moins de graines par poquet, le aussi de veiller à ce que les producteurs qui n’adoptent pas encore
démariage des plants en ne laissant que deux plants par poquet de pratiques culturales relativement efficaces puissent être tou-
et une moisson au moment opportun. chés. Les connaissances des producteurs burkinabés en matière
de pratiques culturales du sésame sont globalement supérieures
Tableau 17 : Différence de rendement entre les pratiques pay- à celles des producteurs maliens et cette lacune se ressent dans
sannes actuelles et les pratiques améliorées dans les champs les rendements moyens. Mais au Mali comme au Burkina Faso, il
écoles paysans au Burkina Faso et au Mali, 2010-2013 (kg/ha) existe des différences marquées entre les régions concernant le
professionnalisme de la filière. Les programmes futurs feront bien
Burkina Faso Mali de cibler les régions déficitaires ainsi que les producteurs qui n’ont
CEP, pratique paysanne 411 364 pas encore été exposés à une formation intensive.
CEP, pratique améliorée 667 465
% d’augmentation CEP 62 28
Photo: Mahamane Touré

La différence réelle de rendement entre les pratiques paysannes


actuelles et les pratiques améliorées pourrait même être encore
supérieure. En effet, d’une part, les deux parcelles ont été ense-
mencées avec des semences de qualité, alors que les pratiques
paysannes courantes ne prévoient généralement pas l’utilisation
de semences de qualité. Par ailleurs, il y avait des groupes paysans
au sein desquels il était difficile de faire accepter la notion de pré-
server le statu quo à la seule fin de permettre une comparaison,
car ils étaient d’ores et déjà convaincus que les pratiques amélio-
rées proposées engendreraient des rendements supérieurs.

Le fait d’impliquer beaucoup d’organisations différentes dans l’éla-


boration et la mise en œuvre des champs écoles paysans sur les
bonnes pratiques culturales du sésame est une stratégie qui conti-
nue de porter ses fruits. Au Burkina Faso, le ministère de l’Agricul-
ture continue de déployer davantage de champs écoles paysans
et il en va de même pour les associations paysannes. De même,
au Mali, la méthodologie est utilisée avec certains ajustements en
collaboration entre les producteurs de sésame de grande taille et
les associations paysannes. Par ailleurs, le nouveau programme
de Gestion intégrée des nuisibles du ministère de l’Agriculture
envisage de poursuivre la formation de groupes de producteurs à
l’aide de la méthodologie. Des exemplaires papier et électroniques
du document ont été distribués auprès des acteurs impliqués dans
la filière sésame en Éthiopie et au Mozambique.

Un plant de sésame sain et bien maintenu


avec de larges capsules, Mali

28 | Développement de la filière sésame


4 Promouvoir la valorisation
du sésame
Le sésame provenant du Burkina Faso et du Mali est actuellement La grande majorité des producteurs sont membres d’un groupe-
exporté comme un produit en vrac brut, sans faire l’objet de valo- ment local quelconque, qui trouve sa place dans l’organisation
risation locale. Bien qu’il soit actuellement extrêmement rentable, coutumière au niveau du village ou qui a un objectif précis tel
il serait bon de se pencher sur les options possibles pour augmen- que la conservation des semences ou la garantie de la prépa-
ter le prix à l’exportation du sésame afin d’accroître la contribution ration collective des sols ou encore une activité économique
de la filière sésame au produit intérieur brut des deux pays. conjointe. Seule une proportion des producteurs de sésame sont
membres d’un groupement paysan dans le but précis d’assurer
la commercialisation groupée du sésame, et ceci plus souvent
4.1 Collaboration en vue d’une filière au Mali qu’au Burkina Faso. Finalement, toutefois, qu’ils soient ou
sésame innovante non membres d’une coopérative, les producteurs se montrent
opportunistes lorsqu’il s’agit de sélectionner leurs clients. De plus,
La compétitivité internationale est essentielle pour le Mali et le il n’est pas rare que les membres d’une coopérative choisissent
Burkina Faso, car la quasi-totalité du sésame produit est exportée. de vendre une partie de leur récolte par des voies autres que le
Elle est non seulement cruciale pour maintenir la place des filières, circuit de commercialisation groupée adopté par la coopérative.
mais les pays devraient aussi être capables de réagir à l’évolution
du marché international. Cela requiert une capacité d’innovation, Dans les deux pays, il y a eu des initiatives pour rassembler les
pour laquelle une collaboration entre les diverses parties prenantes acteurs économiques sous la bannière d’une « interprofession
de la filière sésame revêt beaucoup d’importance. », à l’instar du modèle adopté par la filière coton. Ces proces-
sus continus n’ont pas encore réussi à contribuer sensiblement
La filière sésame au Burkina Faso, et dans une moindre mesure au développement de la filière sésame. L’une des principales
celle du Mali, se caractérisent par une concurrence féroce entre questions concerne la représentation, surtout celle des agricul-
les acheteurs. De même, les producteurs de sésame et leurs teurs. Il est toujours délicat pour tous les acteurs de s’intéresser
organisations sont souvent perçus comme les adversaires des aux processus d’une interaction multipartite. Le plus souvent, il
collecteurs et des exportateurs, et il est fréquent qu’ils le soient est difficile d’intéresser le secteur privé et les exportateurs dans
en termes de négociations commerciales. Dans le même temps, ces initiatives, bien qu’ils en soient des acteurs très importants.
une filière bien rôdée serait dans l’intérêt de tous. Comme le Les innombrables réunions et « concertations » sont souvent
sésame est une opportunité économique en pleine croissance jugées comme une perte de temps dans le milieu des affaires.
qui peut fortement contribuer au développement rural, tous Par ailleurs, même si tous les acteurs partagent le même objectif,
les types d’organisations de développement interviennent pour leurs buts à plus court terme pourraient bien être différents, voire
faciliter son essor. Enfin, les organes gouvernementaux jouent de contradictoires. Un autre problème réside dans le fait que des
nombreux rôles dans le développement de la filière, y compris individus opportunistes peuvent rallier le processus dans l’espoir
en matière de réglementation, de recherche, de production d’en tirer un profit personnel rapide au lieu de s’investir vérita-
semencière, de vulgarisation agricole et parfois même dans blement dans le développement de la filière. Il est difficile de les
les échanges directs. La coordination et l’interaction entre les éviter tout comme de traiter avec eux et ils ralentissent l’initiative.
acteurs économiques, les services de soutien et les décideurs Enfin, les processus amorcés au Mali et au Burkina Faso ont été
peuvent contribuer à la performance de la filière. terriblement formels, dans le but inflexible de créer une « inter-
profession » selon un modèle prédéterminé. Trop de temps a été
L’organisation actuelle de la filière sésame dans les deux pays consacré aux procédures et à la reconnaissance officielle, détour-
affiche de grandes similitudes. Elle se compose d’un côté pro- nant ainsi l’attention des interventions sur le terrain. Si la formali-
ducteurs, au sein duquel une proportion des agriculteurs sont sation de ce genre de processus est sans doute requise à terme, il
organisés en groupements au niveau local, dont une petite partie n’est peut-être pas nécessaire d’y accorder trop d’importance dès
sont rattachés à une plus grosse association de producteurs de le départ, mais plutôt d’envisager la formalisation par la suite une
sésame ou coopérative. Ces coopératives, notamment au Mali, fois que les actions sur le terrain prennent corps, rassemblent des
sont souvent réunies en fédérations de producteurs de sésame. acteurs et instaurent un climat de confiance entre eux.

4 Promouvoir la valorisation du sésame | 29


La question maintenant est de savoir quelle initiative saura ras- contrat puisque les approvisionnements sont très précaires.
sembler toutes les interventions et les parties prenantes et sous Au Mali, un syndicat de producteurs de sésame biologique a
quel format ? De toute évidence, tendre à reproduire le modèle cessé d’opter pour la certification et un exportateur a indiqué
du secteur cotonnier n’a pas donné de bons résultats dans l’un qu’il n’acceptait plus les commandes de sésame biologique en
ou l’autre pays. Là où dans la filière coton il existe un pouvoir de raison des difficultés d’approvisionnement. Le plus gros expor-
fédération très fort de l’industrie de transformation, la filière du tateur de sésame biologique en provenance du Burkina Faso a
sésame est constituée d’un grand nombre d’intervenants concur- également indiqué qu’il était confronté à des difficultés crois-
rents qui n’exerceront jamais le même poids sur les acteurs de santes pour satisfaire sa demande et continuer d’approvisionner
la filière. À ce titre, il est peu probable qu’une organisation aussi ses clients. La seule stratégie possible pour garantir l’accès au
rigide que celle de la filière coton soit possible. On pourrait produit biologique est de forger des liens solides avec des grou-
d’ailleurs se demander si cela serait souhaitable puisque cela ris- pements de producteurs et d’avoir des ressources financières
querait de brider la concurrence, alors que celle-ci est actuelle- disponibles aussitôt après la moisson de façon à prendre de
ment l’une des forces motrices à l’origine du développement de vitesse les autres collecteurs. Toutefois, la disponibilité de fonds
la filière sésame. de roulement constitue un problème.

Les efforts parallèles menés pour rassembler les acteurs sont Le prix du sésame biologique est souvent réglementé par des
contreproductifs et ne feront qu’entraîner de nouvelles divi- contrats à plus long terme que le sésame conventionnel. Tant
sions dans la filière. La résurrection des efforts avortés pour que les prix du marché conventionnel continuent d’augmenter
former des « interprofessions » et construire des plateformes rapidement après la moisson, au-dessus des prix fixés contrac-
d’innovation plus légères serait une possibilité. La plateforme tuellement pour du sésame biologique, ce problème perdu-
pourrait rassembler les parties prenantes intéressées, y compris rera et les investissements dans la production, la certification
les organisations de développement. Ensemble, elles pour- et la commercialisation du sésame biologique ne seront pas
raient définir des objectifs et analyser les opportunités et les rentables. Il convient d’acquérir une meilleure appréciation des
contraintes majeures ; un plan d’action pourrait être élaboré et dispositions contractuelles du marché du sésame biologique et
des mesures pourraient être prises. Il est important d’associer d’explorer les opportunités pour une plus grande souplesse des
les acteurs locaux et d’inclure les organisations et les fédéra- prix dans les contrats d’approvisionnement avec les importa-
tions de producteurs, mais aussi de veiller à la représentation teurs pour permettre une réponse mieux adaptée aux fluctua-
de la communauté agricole dans son ensemble. Il est essentiel tions annuelles récurrentes des prix qui caractérisent la chaîne
d’amorcer et de déployer une action en collaboration et de d’approvisionnement du sésame. Dans l’état actuel des choses,
s’appuyer sur les structures collaboratrices existantes qui se la collecte du sésame biologique au Burkina Faso et au Mali
sont développées de façon organique, plutôt que de tendre est une entreprise qui comporte des risques plus élevés et des
aveuglément vers une « interprofession ». marges bénéficiaires plus faibles que le sésame conventionnel.
De plus, à l’heure actuelle, les efforts supplémentaires requis
des agriculteurs pour obtenir une certification biologique ne
4.2 Le sésame biologique sont pas récompensés correctement par une prime de prix
fiable par rapport au sésame conventionnel.
La production de sésame certifié biologique est un créneau
privilégié au Burkina Faso ; toutefois, ses exportations sont
actuellement confrontées à des difficultés. Du fait des fortes 4.3 Huile de sésame
fluctuations des prix du sésame sur le marché conventionnel, la
majeure partie du sésame certifié biologique finit par « s’écouler Le sésame en provenance du Burkina Faso et du Mali est utilisé
» dans le marché du sésame conventionnel. Les producteurs pour la production de trois produits différents : le tahini (pâte
de sésame biologique, tout comme les autres producteurs, de sésame), les grosses graines blanches de sésame décortiqué
cherchent à maximiser leurs bénéfices. Si le prix proposé par pour des applications en boulangerie et l’huile de sésame. Sur la
les collecteurs pour du sésame conventionnel est supérieur au base des informations recueillies auprès des exportateurs et des
prix contractuel convenu pour un produit certifié biologique, les acheteurs, nous pouvons en conclure que l’essentiel du sésame
producteurs sont tentés de le vendre à l’acheteur convention- acheté au Burkina Faso et au Mali est destiné à la fabrication
nel. De ce fait, l’acheteur de sésame biologique sera confronté d’huile de sésame. Actuellement, le sésame est presque entière-
à une pénurie de sésame certifié biologique. Ce phénomène ment exporté sous forme de produit en vrac grossièrement net-
rend les exportations contractuelles de sésame biologique toyé. La production locale d’huile de sésame pourrait peut-être
plutôt risquées, car il y a de fortes chances que les exportateurs accroître la valeur à l’exportation du produit et ainsi contribuer à
de sésame biologique ne soient pas en mesure d’honorer leur des recettes intérieures plus élevées de la filière sésame.

30 | Développement de la filière sésame


Un autre avantage de la production d’huile de sésame serait sésame brut, il est peu probable que l’huile de sésame devienne
la réduction des menaces d’interdictions qui pèsent sur les une huile couramment utilisée au Mali. Néanmoins, les consom-
exportations, découlant d’une contamination du produit par des mateurs ayant testé le produit ont indiqué qu’un prix de 1 200-1
micro-organismes, et tout particulièrement la salmonelle. Les 300 FCFA pourrait être suffisamment bas pour qu’ils puissent
conditions de production des régions productrices de sésame envisager d’utiliser l’huile de sésame de temps à autre. Cela signi-
sont telles qu’il existe un risque permanent de contamination à fie qu’une modeste part de marché pourrait être acquise si l’huile
la salmonelle à un faible degré dans les lots de sésame en vrac. de sésame pouvait être produite au Mali d’une manière efficace
Lorsque le sésame est transformé en huile, cette contamination et si un système d’approvisionnement en sésame était effective-
est écartée par filtration et une désinfection supplémentaire est ment développé garantissant l’acquisition de sésame à un prix de
facilement applicable en cas de besoin. l’ordre de 300-400 FCFA. En outre, la valorisation des tourteaux
de sésame en tant qu’aliments pour animaux peut contribuer à
L’huile de sésame est actuellement produite au Burkina Faso faire de l’huile de sésame une proposition commerciale rentable.
et au Mali à très petite échelle, pour servir des créneaux locaux On peut s’attendre à une production d’huile de sésame destinée
et étrangers de très modeste taille. Globalement toutefois, le à l’exportation, vraisemblablement assortie d’un prix légèrement
volume de sésame transformé en huile est négligeable et la plus élevé, surtout si des contrats peuvent être négociés avec de
consommation intérieure d’huile de sésame est quasiment gros acheteurs.
inexistante dans les deux pays. Une étude de marché et des
consommateurs a été réalisée au Mali afin d’évaluer les oppor- Toutefois, actuellement, il existe une contrainte majeure au
tunités pour l’huile de sésame dans le pays. Les principales développement de la transformation du sésame au Mali. Les
sources d’huiles utilisées au Mali, classées en fonction de leur prix à l’exportation du sésame brut en provenance du Burkina
prix, sont les suivantes : Faso et du Mali sont si intéressants qu’il est possible de réaliser
• Beurre de karité, produit localement et vendu en vrac et au un profit plus élevé en collectant, en stockant et en exportant
détail sous différentes formes dans tous les types de marchés des graines de sésame plutôt qu’en les transformant en huile. Au
et de magasins. Il est utilisé pour faire la cuisine et pour les Mali, un entrepreneur capable d’acheter en début de campagne
soins de la peau ; peut obtenir du sésame à 400 FCFA le kilo. Un tel prix relève
• L’huile de graine de coton, fabriquée localement ; déjà de l’exploit au Burkina Faso. Tout le sésame obtenu peut
• L’huile de palme non raffinée, informelle et sans marque, en être exporté de façon rentable, et c’est une opération beaucoup
provenance de la Côte d’Ivoire et du Ghana ; moins risquée, qui nécessite peu d’investissements, avec une
• L’huile de palme raffinée, en provenance de la Côte d’Ivoire ; demande bien établie. Tant que les prix ne se stabilisent pas suite
• L’huile de palme, importée de Malaisie ; à une diminution de la demande ou une hausse de la production
• L’huile de maïs et de soja, importée ; mondiale, et tant que la demande en sésame brut en provenance
• L’huile de tournesol, d’olive, d’arachide et de sésame. du Burkina Faso et du Mali reste très élevée, il n’y a guère de
raisons pour qu’un entrepreneur investisse dans des installations
L’huile de sésame se trouve dans la gamme de prix la plus oné- de transformation.
reuse et elle détient une très petite part de marché dans le pays.
L’étude auprès des consommateurs a indiqué que les caractéris-
tiques de l’huile de sésame produite au Mali étaient très appré- 4.4 Sésame pur et sésame blanc
ciées et sont donc acceptables pour les consommateurs maliens.
Une simple forme de valorisation serait d’exporter du sésame
Pour devenir un produit courant au Mali toutefois, le prix de détail d’un degré de pureté supérieur. La question est de savoir s’il vau-
devrait se rapprocher de celui de l’huile de palme importée, qui drait la peine d’investir dans des capacités locales de nettoyage
se situe aux alentours de 800 FCFA le litre. À l’heure actuelle, le plus sophistiquées. Une étude de marché a été réalisée afin
prix de l’huile de sésame est beaucoup plus élevé, aux alentours d’évaluer le potentiel de ventes de sésame nettoyé à des niveaux
de 2 000 FCFA le litre. Le taux d’extraction est d’environ 2,25 kg propres à la consommation par une enquête téléphonique
de sésame brut pour un litre d’huile. Avec un prix minimum du auprès d’acheteurs potentiels en Europe et en Asie. On a appris
sésame de l’ordre de 350 FCFA le kilo qui pourrait théoriquement de ces interviews que l’industrie fait la distinction entre plusieurs
être obtenu en cas d’achat de sésame auprès des producteurs degrés de pureté.
peu de temps après la moisson, cela signifie que le prix du sé-
same nécessaire pour obtenir un litre d’huile est d’au moins 787 Une deuxième opportunité de valorisation consiste à se concen-
FCFA. Le prix de la matière première à elle seule fait que l’huile trer sur le sésame blanc pur, plutôt que le sésame de couleur
de sésame ne peut pas être vendue au même prix que l’huile mixte. L’industrie fait une distinction grossière entre trois types de
de palme importée. De ce fait, compte tenu des prix actuels du sésame : les graines de sésame blanches destinées à la confec-

4 Promouvoir la valorisation du sésame | 31


tion de pain et de tahini, les graines de sésame noires pour la Tableau 18 : Prix du sésame par pays d’origine
fabrication d’huile et les graines de sésame de couleur mixte (CNF Shanghai/Taichung), 2012
pour la fabrication d’huile. Le sésame blanc étant le type le plus
précieux, les importateurs de sésame demandent au Burkina Faso Pays Éthiopie Nigéria Burkina Faso Amérique

et au Mali du sésame blanc pour un usage dans les secteurs de du Sud

la boulangerie et de la confiserie, ainsi que pour la confection de Prix 1 480 $US/ 1 320 $US/ 1 320 $US/ 1 420 $US/
tonne tonne tonne tonne
tahini. Il reste à savoir si les marges bénéficiaires pour le sésame
Couleur Très blanc, Blanc, degré Blanc, degré Blanc, degré
des deux pays peuvent être augmentées en concentrant les
blanche degré de de blancheur 4 de blancheur 2 de blancheur 3
efforts sur la production de sésame blanc au lieu de sésame de
blancheur 1
couleur mixte.
Source : Acheteur taïwanais

Le Burkina Faso et le Mali sont principalement connus pour leurs


exportations de sésame de couleur mixte grossièrement nettoyé. Sur la base des discussions avec les acheteurs, il semble qu’il n’y
Ce sésame est essentiellement destiné à la fabrication d’huile de ait pas de grandes différences de prix entre les lots de sésame
sésame, pour laquelle la couleur ne revêt pas beaucoup d’impor- d’un même pays. Les prix sont en grande partie établis en fonc-
tance. Un peu de sésame est collecté en guise de sésame blanc. tion de l’origine et il n’y a qu’une distinction modeste pour les
Le sésame du Burkina Faso et du Mali est apprécié pour son goût différentes catégories de couleur. Un acheteur taïwanais a été
plus que pour sa couleur uniforme, la taille de ses graines, sa en mesure de nous donner une idée de l’écart de prix pour diffé-
teneur en huile ou sa pureté (exempt de matières étrangères). rentes catégories de sésame et il est ressorti un écart de prix ne
faisant pas plus de 2 % entre le sésame blanc et le sésame mixte
4.4.1 Sésame blanc pur d’une pureté de 99 %.
Pour une utilisation dans la boulangerie et la confiserie, il faut
de grosses graines de sésame blanc pur. Le sésame blanc est Le tableau brossé par les exportateurs de sésame du Burkina Faso
aussi exigé pour la confection de tahini, mais dans ce domaine, et du Mali est le même ; ils indiquent avoir une demande pour du
il existe, semble-t-il, un peu plus de tolérance en termes de sésame blanc mais les incitations en termes de prix ne dépassent
couleur. pas 2 à 5 %. Sur cette base, il n’est consenti que très peu, voire
aucune, incitation dans leur système de collecte pour du sésame
La variété actuelle la mieux adaptée pour répondre à un marché blanc par rapport au sésame de couleur mixte, ni pour des cri-
qui exigerait un sésame blanc homogène est le S42, qui a été tères de qualité en général.
sélectionné au Burkina Faso, mais qui est également cultivé au
Mali. Le S42 donne du sésame d’un blanc plus homogène que Le facteur déterminant le plus important pour la couleur des
le sésame tout-venant obtenu à partir de semences d’origines grains est la variété. Ce n’est que si les producteurs utilisent
inconnues. D’après les négociants de sésame au Burkina Faso, des semences pures d’une variété unique à grains blancs qu’ils
cette variété est « acceptable » mais n’est pas « excellente » sur peuvent espérer produire du sésame blanc homogène. Ces
le marché international pour la confiserie et les produits boulan- semences peuvent éventuellement être recyclées pour une
gers, car elle n’est pas 100 % blanche et la taille des graines est un campagne, après quoi elles doivent impérativement être renou-
peu petite par rapport au sésame blanc d’origine éthiopienne, qui velées. Le renouvellement des semences n’est pas une pratique
sert de référence internationale pour le sésame blanc. courante des agriculteurs (Figure 6). Pour inciter les producteurs
à renouveler régulièrement leurs semences auprès d’une source
Le sésame blanc pur est principalement consommé en Europe fiable, il faut leur faire prendre conscience des bénéfices qu’il y
et aux États-Unis. Le Burkina Faso et le Mali ne sont pas des four- a à utiliser des semences propres, l’avantage le plus important
nisseurs importants de sésame blanc pur. Sur la base d’interviews étant un rendement supérieur (voir la section 3.2) et le second
avec des exportateurs et des acheteurs, il est ressorti clairement étant une moisson de sésame blanc pur plus homogène. Même
que les prix du sésame blanc de différents pays sont difficiles à si l’écart de prix est très modeste, le sésame blanc est prisé et du
comparer. Le sésame prétendument blanc d’Afrique de l’Ouest sésame blanc en vrac attirera davantage de clients et améliorera
est beaucoup plus jaunâtre que le sésame blanc d’Afrique de l’Est le pouvoir de négociation des producteurs.
et ses graines sont de plus petite taille. Le sésame blanc d’Afrique
de l’Ouest est considéré d’une qualité inférieure au sésame blanc Du fait des incitations limitées à produire du sésame blanc, les
en provenance d’autres parties du monde. C’est la raison pour négociants ont des difficultés pour s’en procurer. Ils ne peuvent
laquelle le sésame blanc d’Éthiopie atteint un prix plus élevé obtenir du sésame blanc plutôt que du sésame mixte que si la
(Tableau 18). récolte est relativement récente et si les producteurs prennent
l’habitude de renouveler régulièrement leurs semences. Néan-

32 | Développement de la filière sésame


Emballage du sésame nettoyé dans l’usine de nettoyage de PROSEMA, Mali Photo: Mahamane Touré

moins, le sésame collecté est souvent d’un degré de pureté Les trieuses Sortex existent dans une large gamme de prix, avec
inférieur à celui exigé par les secteurs de la boulangerie et de la différents degrés de précision et différentes capacités, ce qui fait
confiserie. Le sésame de différents lots est facilement mélangé qu’il est possible d’ajuster les résultats en fonction de la demande
par des négociants intermédiaires, qui mélangent du sésame de d’un exportateur en choisissant le type et l’étalonnage de la ma-
lots de meilleure qualité ayant une couleur blanche plus homo- chine. Cela permet aussi aux exportateurs d’opter pour des lignes
gène avec des lots d’une couleur mixte. parallèles au lieu d’une machine unique de grande capacité. C’est
le cas au Burkina Faso et au Mali et c’est un avantage, car cela
Les compagnies qui tentent d’améliorer l’homogénéité de la facilite l’entretien et cela donne la possibilité de s’adapter au gré
couleur blanche en procurant aux producteurs des semences de de la demande en faisant tourner une ou plusieurs machines
qualité et en leur proposant un contrat de rachat pour tenter de simultanément, en fonction des disponibilités.
garantir leur approvisionnement ont été obligées d’abandonner
cette pratique. Elles ont eu des difficultés pour recouvrer les Sur le marché actuel, il n’existe que très peu, voire aucune,
investissements réalisés dans la distribution des semences à partir incitation en terme de prix à produire et à collecter du sésame
du sésame fourni, car les producteurs n’honoraient qu’en partie blanc pur. L’obtention de sésame blanc au Burkina Faso et au
leurs contrats et tendaient à vendre leur produit au plus offrant. Mali exige des efforts supplémentaires, d’une part en utilisant des
semences de qualité supérieure et d’autre part en prenant soin de
Il est techniquement possible d’obtenir un sésame blanc plus ho- ne pas mélanger les lots de sésame blanc et de sésame bigarré
mogène en faisant un tri par couleur. Le matériel requis s’appelle au moment de la collecte. Cet effort supplémentaire ne sera
un Sortex, une trieuse optique qui peut trier les grains d’une cou- vraisemblablement pas consenti à moins d’obtenir une incitation
leur non conforme et les impuretés, en procédant particule par visible en termes de prix pour les producteurs et les collecteurs.
particule. Lors de l’envoi d’échantillons de sésame mixte (bigarré)
et de sésame S42 aux fournisseurs de machines Sortex, il est Puisque le sésame blanc est destiné à un marché différent de celui
devenu évident que le sésame mixte peut difficilement être trié en du sésame de couleur mixte, l’incitation de prix dépend de la de-
sésame blanc et sésame noir, car le produit est trop hétérogène. mande et des approvisionnements de ces différents marchés. Pour
Les différences de couleur sont trop importantes et les machines le Burkina Faso comme pour le Mali, il serait bénéfique de produire
performantes seraient obligées de tourner pendant plusieurs un sésame blanc pur qui puisse faire concurrence au sésame blanc
cycles de tri pour arriver au résultat souhaité. Toutefois, le sésame pur de référence en provenance de l’Éthiopie. Ce point n’est peut-
S42 contient aussi souvent des graines de couleur, mais son être pas très important dans l’état actuel du marché, car tout le
homogénéité peut être améliorée grâce à l’utilisation d’une trieuse sésame se vend bien et les prix sont invariablement rentables, mais
Sortex. L’avantage qu’il y a à utiliser une trieuse Sortex est que les il le deviendra lorsque la production mondiale augmentera du fait
impuretés de la même taille et du même poids que les graines de de la hausse des prix observée ces dernières années. Le fait d’offrir
sésame, qui sont normalement difficiles à séparer au moyen d’un du sésame blanc pur est l’une des façons qui permettrait au Bur-
tamis et du vannage, sont écartées avec succès. kina Faso et au Mali de se démarquer sur les marchés mondiaux.

4 Promouvoir la valorisation du sésame | 33


Pour améliorer la disponibilité de sésame blanc, la principale fonction du poids réel de sésame. L’écart de prix au kilo de sésame
condition requise est un système d’approvisionnement en se- pur entre la qualité propre à la consommation (pur à 99,98 %) et la
mences qui fonctionne bien et qui mette des semences de qua- qualité la plus basse (pur à 98,2 %) n’est que de 1,3 % (Tableau 19).
lité de la meilleure variété actuelle, à savoir le S42, à la disposition Un autre importateur de sésame n’a pas fourni de chiffres détaillés
des producteurs. Une hausse de la productivité est actuellement mais il a fait mention d’une prime de 5 % pour du sésame pur à
le meilleur argument pour convaincre les producteurs qu’il est 99,98 % par rapport au sésame pur à 99,5 %, ce qui voudrait dire
intéressant d’investir dans cette semence de qualité et la meil- une prime réelle au kilo de 4 %. Ces primes, versées à la fin de la
leure preuve en est les champs écoles paysans et peut-être aussi chaîne d’approvisionnement, ne sont donc guère prometteuses et
les efforts de formation plus informels basés sur des parcelles de ne fournissent pas d’incitation immédiate à investir dans un maté-
démonstration. Le S42 est une variété qui cadre bien avec une riel de nettoyage du sésame plus performant. Ces incitations de
grande partie des régions productrices de sésame du Burkina prix n’offrent guère d’argument pour soutenir les plans d’affaires
Faso et du Mali, mais ce n’est pas la meilleure variété disponible basés sur des investissements dans du matériel de nettoyage du
sur le marché. Un programme de sélection et de promotion sésame par des exportateurs du Burkina Faso et du Mali.
de nouvelles variétés capables de répondre encore mieux aux
exigences de sésame blanc revêtirait une importance stratégique Tableau 19 : Indications de prix pour trois degrés de pureté du
et pourrait contribuer à la compétitivité future du Burkina Faso et sésame données par un importateur taïwanais, 2012
du Mali sur le marché international du sésame.
Degré de pureté (%) 98,20 % 99,50 % 99,98 %

Pour l’heure, compte tenu du manque d’incitations claires en Prix ($US/tonne) 1 260 1 280 1 300
termes de prix pour produire du sésame blanc pur par rapport au Prix du sésame pur ($US/tonne) 1 283 1 286 1 300
sésame de couleur mixte, l’investissement dans un matériel de Prime de prix ($US/tonne) 3,34 17,16
tri optique (Sortex) afin d’améliorer l’homogénéité de la couleur Prime de prix (%) 0,26 1,34
des lots de sésame est un investissement douteux. Il n’y aurait
du sens à investir dans un matériel de tri par couleur que si des
clients spécifiques avaient été identifiés et si des approvisionne- Techniquement, il semble aisé de nettoyer le sésame pour lui
ments en sésame S42 relativement pur pouvaient être garantis donner un degré de pureté propre à la consommation. On peut
de la part des producteurs. Toutefois, à l’heure actuelle, on ne y parvenir avec différents matériels, en tamisant et en vannant
peut compter sur aucun écart de prix majeur entre le sésame le produit jusqu’à l’obtention du degré de pureté souhaité. Une
trié par couleur et la vente de sésame de couleur mixte destiné autre option est de suivre les opérations de tamisage et de van-
à la fabrication d’huile de sésame. Néanmoins, cela élargirait le nage par un tri sur la base de la couleur dans une trieuse Sortex,
choix d’options pour un exportateur de sésame et cela réduirait la laquelle présente l’avantage de donner un produit d’une couleur
vulnérabilité aux fluctuations de prix sur le marché des graines de plus uniforme, ce qui peut aussi le valoriser (voir plus haut).
sésame de couleur mixte.
Actuellement, seule une partie du sésame produit au Burkina
4.4.2 Sésame nettoyé à un degré propre à la consommation Faso et au Mali va directement à des transformateurs. La plupart
Le sésame propre à la consommation doit être pur à 99,98 %, ce du sésame est acheté par des intermédiaires internationaux de
qui est particulièrement pertinent pour le sésame blanc destiné l’Europe et de l’Inde, qui expédient souvent le sésame à leurs
à la boulangerie et la confiserie et pour les graines de sésame propres installations de nettoyage et le redistribuent aux prin-
décortiqué en guise d’ingrédient culinaire. Les sociétés qui cipaux clients finaux. Comme les acheteurs intermédiaires dis-
desservent directement ses marchés pointus prétendent qu’elles posent de leurs propres installations de nettoyage, ils ne sont pas
n’achètent et ne vendent que du sésame de cette qualité, et par enclins à verser des primes généreuses pour obtenir un sésame
conséquent ne peuvent pas indiquer de différences de prix entre mieux nettoyé. Néanmoins, pour un transitaire international, il
le sésame propre à la consommation et le sésame grossièrement serait avantageux de pouvoir expédier directement depuis le
nettoyé. À l’heure actuelle, le sésame blanc propre à la consom- Burkina Faso ou le Mali à la destination finale.
mation ne vient pas directement d’Afrique de l’Ouest.
La marge de prix indiquée par les importateurs entre les différentes
L’essentiel du sésame du Burkina Faso est de couleur mixte. qualités de sésame n’est donc pas l’indicateur décisif pour juger
D’après un importateur taïwanais, l’industrie fait une distinction s’il y a une marge supplémentaire à gagner grâce à des degrés de
entre trois degrés de pureté pour le sésame de couleur mixte : pur pureté du sésame plus élevés. Il est plus important de voir quel
à 98,20 %, 99,5 % ou 99,98 %. D’après l’importateur, il y a un écart bénéfice potentiel supplémentaire pourrait être acquis par les
de prix entre les différents degrés de pureté. Les écarts sont toute- exportateurs du Burkina Faso et du Mali en livrant directement du
fois assez modestes, notamment lorsqu’on fait une correction en sésame à l’industrie de transformation, et non à des intermédiaires.

34 | Développement de la filière sésame


Durant le projet sésame, plusieurs transformateurs industriels vente directe de sésame d’une qualité propre à la consomma-
de sésame se sont déclarés intéressés par un approvisionne- tion à des transformateurs de sésame, plutôt que de vendre du
ment direct auprès du pays d’origine, au lieu de passer par des sésame grossièrement nettoyé à des intermédiaires. Toutefois,
intermédiaires. Leur principale motivation consiste à réduire pour y parvenir, cela nécessite plus qu’une simple capacité de
le coût du produit mais ils cherchent aussi à garantir leurs nettoyage. Des relations commerciales doivent être forgées afin
approvisionnements. de mieux comprendre les besoins et pour garantir des contrats
avec des transformateurs de sésame. La langue constitue un
Il y a aussi eu des tentatives par des intermédiaires bien établis obstacle et il serait utile d’avoir du personnel anglophone au
en vue de mettre en place leur propre système de collecte et sein des sociétés exportatrices de sésame afin d’établir de
leurs installations de nettoyage au Burkina Faso et au Mali. Bien nouvelles relations commerciales. Par ailleurs, les collecteurs de
qu’une partie des bénéfices de ce type d’initiatives puisse ne pas sésame au Burkina Faso et au Mali doivent être financièrement
rester dans les deux pays, cela apporterait tout de même une indépendants des intermédiaires pour pouvoir traiter directe-
valeur ajoutée au pays par le biais des taxes versées sur la plus ment avec les acheteurs ; or nombre d’entre eux dépendent
grande valeur du produit, et en termes d’emploi. Malheureuse- actuellement d’un crédit de collecte de sésame auprès des
ment, chacune des trois initiatives s’est heurtée à des difficultés mêmes intermédiaires car des conditions de financement com-
et deux d’entre elles, une au Burkina Faso et l’autre au Mali, ont mercial compétitives sont actuellement difficiles à obtenir pour
dû abandonner, alors que la troisième, au Burkina Faso, lutte pour les vendeurs de sésame. Globalement, on peut conclure que les
tenter de trouver un mode de fonctionnement et une place sur le investissements dans des installations de nettoyage plus perfor-
marché suite à la faillite de l’un de ses principaux investisseurs. Le mantes peuvent diversifier les options de commercialisation du
faible taux de remboursement du crédit à la production consenti sésame pour les sociétés burkinabés et maliennes, à condition
par les acheteurs a, dans tous les cas, contribué à ces pertes. qu’elles investissent simultanément dans le développement de
Une deuxième contrainte importante de ces initiatives étran- relations commerciales avec des transformateurs de sésame à
gères a été la mise en place d’un système de collecte du sésame l’échelle internationale.
fiable. L’établissement d’un tel système de collecte exige un
réseau local, car le négoce est dans une large mesure basé sur la
confiance entre le grossiste, les petits collecteurs et les pisteurs.

Les intermédiaires internationaux jouent un rôle important dans


la filière sésame au Burkina Faso comme au Mali. Tout d’abord,
ils se font concurrence pour le produit, ce qui entraîne une
augmentation des prix. Deuxièmement, ils financent une grande
partie de la collecte actuelle en fournissant aux collecteurs
un crédit de roulement. Le besoin de liquidités au moment de
la collecte de sésame est énorme, car les producteurs sont
payés au comptant pour leur sésame. Rares sont les collecteurs
nationaux qui peuvent mobiliser suffisamment de ressources
pour financer leur campagne de collecte de sésame et, jusqu’à
récemment, les banques burkinabés et maliennes n’ont pas été
très avenantes dans leur fourniture de crédit à des conditions
raisonnables. Troisièmement, les intermédiaires connaissent le
marché international du sésame et s’approvisionnent auprès
de différentes régions productrices pour différents clients, avec
lesquels ils entretiennent des relations commerciales. Enfin,
comme on l’a dit auparavant, les intermédiaires possèdent aussi
des installations de nettoyage pour nettoyer le sésame confor-
mément au degré de pureté propre à la consommation exigé
par nombre d’acheteurs finaux.

On peut en conclure qu’il n’y a pas de réponse unique à la


question apparemment simple de savoir comment gagner une
marge bénéficiaire supplémentaire à partir d’un sésame mieux
nettoyé. Une meilleure marge pourrait être obtenue par la

4 Promouvoir la valorisation du sésame | 35


Sésame nettoyé à l’exploitation et prêt à l’emballage, Mali

Photo: Mahamane Touré

36 | Développement de la filière sésame


5 Questions de genre dans
la filière sésame
Environ 40 % des producteurs de la filière sésame sont des pas été possible d’arriver à un consensus concernant la désirabi-
femmes, et les femmes sont également bien représentées dans lité de traiter des relations actuelles hommes/femmes, de l’accès
la collecte de sésame. De par tradition, le sésame est une culture au foncier et de la répartition des tâches.
essentiellement féminine mais, avec l’émergence d’un marché
très rémunérateur, il est devenu de plus en plus l’apanage des Néanmoins, des opportunités pratiques ont été identifiées pour
hommes qui le cultivent sur de plus grandes superficies. accroître les avantages que les femmes pourraient tirer du
développement de la filière sésame. Les principales stratégies
L’enquête sur les champs écoles paysans a révélé qu’en proposées étaient les suivantes :
moyenne, les hommes ont des champs de sésame qui font le • Avoir recours à des activités de formation comme les champs
double de la taille des champs des femmes (Tableau 20). Cela écoles paysans pour négocier un accès au foncier pour
montre que la principale entrave pour les femmes qui cherchent les groupements de femmes. Le besoin d’une parcelle de
à élargir leur entreprise de sésame est l’accès au foncier. D’après démonstration a constitué un solide argument pour obtenir
nos données, au Mali, les hommes obtiennent aussi des ren- une parcelle de la part du chef du village.
dements moyens bien supérieurs à ceux des femmes (cette • Donner la préférence aux femmes dans les activités de col-
différence est moins prononcée au Burkina Faso). Les pratiques lecte et de nettoyage du sésame.
culturales adoptées par les hommes ont été comparées à celles • Soutenir l’intensification de la production sur les parcelles
des femmes et il a été constaté que les hommes produisaient du de moindre taille cultivées par des femmes. Il est difficile
sésame d’une manière plus intensive que les femmes. d’accroître la taille de leur parcelle donc il faut accroître la
productivité des petites parcelles dont elles disposent car c’est
Tableau 20 : Production de sésame par les hommes et les la seule façon pour elles d’augmenter le revenu qu’elles tirent
femmes au Burkina Faso et au Mali, 2013 du sésame.
• La transformation du sésame à petite échelle a également été
Burkina Faso Mali Burkina Faso Mali évoquée en guise d’option, mais il a été conclu que les oppor-
(ha/producteur) (ha/producteur) (kg/ha) (kg/ha) tunités étaient limitées car le marché des produits dérivés du
Hommes 1,4 1,1 284 260 sésame dans les deux pays est plutôt restreint.
Femmes 0,7 0,6 252 184

Les questions de genre dans la filière sésame ont fait l’objet


d’un débat particulier lors de l’atelier de capitalisation du projet.
Il a été reconnu par les acteurs présents que l’accès au foncier
constituait une contrainte majeure pour les femmes désireuses
de professionnaliser leur implication dans la filière. La transfor-
mation de la production de sésame, qui ne se concentre plus sur
l’utilisation locale mais se tourne vers le marché international, a
indéniablement changé l’implication des femmes. Alors qu’elles
étaient jadis les principales exploitantes de petites parcelles de
sésame, cette activité économique est désormais devenue domi-
née par les hommes. Il a été conclu que c’est là le résultat des
coutumes sous-jacentes en termes de propriété foncière et de
répartition des tâches au sein du ménage. Les acteurs de la filière
sésame ont estimé que l’analyse de ces questions sous-jacentes
échappait à la portée et au mandat de leurs organisations et il n’a

5 Questions de genre dans la filière sésame | 37


Sésame collecté à l’exploitation et transporté pour l’opération de nettoyage à l’usine de PROSEMA, Mali

Photo: Mahamane Touré

38 | Développement de la filière sésame


6 Conclusions et
­Recommandations
6.1 Conclusions Alors que les rendements moyens sont de l’ordre de 500 kg à
l’hectare, des rendements de plus de 750 kg à l’hectare sont
En seulement dix ans, le sésame s’est transformé, passant d’une actuellement obtenus par 25 % des producteurs burkinabés
culture marginale, essentiellement féminine, en un produit et 16 % des producteurs maliens. Le principal défi consiste à
agricole de premier plan à l’exportation au Burkina Faso. La filière augmenter encore la proportion de producteurs effective-
sésame se développe plus lentement au Mali, dans le sillage de ment capables d’obtenir de tels rendements d’une manière
celle du Burkina Faso. Les recettes à l’exportation du sésame durable. Les intrants extérieurs utilisés par un agriculteur
au Burkina Faso sont seulement dépassées par le coton et, en moyen sont actuellement très modestes et il existe encore
termes de revenu brut à la ferme, le chiffre d’affaires est sem- beaucoup de marge de manœuvre pour une intensification
blable à celui du coton. La production de sésame présente des de la production.
avantages importants par rapport au coton du point de vue des
producteurs : elle génère des bénéfices supérieurs à l’hectare, À ce jour, l’agriculture contractuelle et autres systèmes d’intégra-
nécessite moins d’investissements, est moins gourmande en tion verticale visant à donner aux producteurs un meilleur accès
main-d’œuvre, plus tolérante à la sécheresse et, surtout, elle est aux intrants et à stimuler l’intensification ont tous été voués à
payée comptant à la sortie de l’exploitation. l’échec au Burkina Faso comme au Mali. Du fait de la très forte
concurrence en termes de prix, il n’est pas rare que les pro-
La filière sésame est entièrement tournée vers l’exportation ; il ducteurs et leurs organisations se dérobent à leurs obligations
n’existe quasiment pas de marché local pour le produit fini de contractuelles, ce qui rend difficile le recouvrement des crédits
haute valeur. Le système de collecte du sésame au Burkina Faso consentis par le biais des intrants.
est extrêmement compétitif : du fait de la concurrence féroce
entre les acheteurs, un accent marqué est mis sur l’acquisition Rares sont les producteurs de sésame qui utilisent de l’engrais.
de grosses quantités aux dépens du contrôle de la qualité. Le Une modeste dose de 75 kg de NPK à l’hectare s’est révélée
système de collecte au Mali repose sur des groupements paysans très rentable et peut être recommandée, faute de conseils plus
et des coopératives pour une proportion importante de ses adaptés, pour les différents types de sol. Sur la base des essais
volumes, alors qu’au Burkina Faso, il est plus compétitif et plus d’engrais simples gérés par les producteurs au Burkina Faso, on
dynamique, avec un plus grand nombre de collecteurs de plus peut miser sur un retour sur investissements de 320 %. L’ajout de
grosse taille qui se font concurrence, ce qui rend le groupage matière organique disponible, qu’il s’agisse de fumier ou de com-
par les organisations paysannes moins important. Un grand post, est également conseillé, car le volume optimal de 5 tonnes
nombre d’acheteurs et de collecteurs à différents niveaux se font à l’hectare n’est pas considéré comme réaliste.
concurrence et traitent entre eux afin de profiter de la collecte
du sésame et du stockage à court terme. Les besoins en capitaux La qualité des semences joue un rôle majeur dans la détermi-
durant la brève campagne de collecte sont énormes et offrent nation des rendements. Environ la moitié des producteurs ne
une opportunité pour des services financiers sur mesure. renouvellent jamais leurs semences auprès de sources fiables,
alors que l’autre moitié ne les renouvelle qu’au bout de plusieurs
Au niveau des rendements actuels, la production de sésame est années. Un retour sur investissement de 1 900 % a été obtenu
rentable mais il existe indéniablement une marge de manœuvre lors des essais comparant les semences de bonne qualité aux
pour de nouvelles améliorations de productivité. L’augmentation semences locales recyclées. Le soutien du développement de
de la productivité est non seulement importante pour accroître la production et de la commercialisation de semences com-
les revenus, elle contribue aussi à la compétitivité à long terme merciales de qualité est donc un point d’entrée important pour
des filières sésame du Mali et du Burkina sur le marché inter- toute intervention future dans la filière sésame. Les technologies
national. Du fait de la hausse des prix du sésame sur le marché d’ensemencement au Burkina Faso peuvent être améliorées
mondial, les superficies plantées sous sésame augmentent et, à avec l’introduction de semoirs, du matériel qui est déjà utilisé
un moment donné, l’efficience de la production deviendra un dans les régions productrices de coton au Mali. La mécanisa-
facteur important pour rester compétitif à l’échelle internationale. tion peut aider les agriculteurs à réaliser leurs semis selon un

6 Conclusions et Recommandations | 39
meilleur calendrier. Toutefois, cela nécessite un investissement gique certifié vendent leur produit sur le marché conventionnel
supplémentaire par rapport aux semis manuels qui font appel à la et les exportateurs de sésame biologique ne parviennent pas à
main-d’œuvre familiale. honorer leurs contrats de livraison par manque d’approvision-
nement. Cela pourrait changer une fois que les prix du marché
Les champs écoles paysans se sont révélés être une méthode conventionnel afficheront un repli considérable.
très adaptée pour renforcer les capacités en vue d’améliorer
les pratiques culturales du sésame et de démontrer l’usage Le sésame blanc pur laisse entrevoir une possibilité de valeur
d’engrais et de semences de qualité. Le projet a réussi à mobi- ajoutée, toutefois modeste, et de spécialisation mais cela
liser de nombreuses organisations locales et des partenaires de dépendra en grande partie de la variété cultivée. Pour garantir
développement pour mettre en œuvre les champs écoles, qui l’obtention de sésame blanc, les producteurs doivent remplacer
ont continué d’appliquer la méthodologie au-delà de la durée leurs semences régulièrement, ce qui veut dire qu’ils doivent
de vie du projet. Différentes organisations expérimentées dans changer leurs habitudes. Même dans ces circonstances, la meil-
le développement de la filière sésame et la formation paysanne leure variété actuelle de sésame blanc, le S42, est considérée
ont contribué à l’élaboration du manuel de formation. On peut comme une qualité acceptable et non excellente en termes de
miser sur une hausse de 30 à 60 % des rendements du fait des couleur et de taille de graines. La collecte de sésame blanc pur
meilleures techniques culturales, conjuguées à l’utilisation de est un défi et un tri supplémentaire sur la base de la couleur au
semences de qualité. Pour encourager la poursuite des efforts moyen d’une trieuse Sortex reste requis pour répondre aux exi-
en vue de former des groupements paysans, il est essentiel de gences du marché. Compte tenu de la prime limitée consentie
développer une bonne stratégie pour atteindre ceux qui n’ont pas pour le sésame blanc, il est difficile de croire que de tels inves-
été touchés jusqu’ici. tissements pourraient être amortis. De même, les incitations
de prix pour produire du sésame nettoyé propre à la consom-
Il faut une organisation chargée de la collaboration et de l’inno- mation sont faibles. Toutefois, cela augmente les chances
vation dans la filière. Toutefois, au Burkina Faso comme au Mali, des exportateurs de sésame de pouvoir négocier directement
les efforts d’organisation de la filière suivent l’exemple du secteur avec différents clients au lieu de vendre à des intermédiaires
cotonnier d’une manière très formaliste. Cette approche semble internationaux qui nettoient et reconditionnent le produit avant
trop ambitieuse pour la filière sésame et il serait plus réaliste de se de le revendre. Cela peut présenter un avantage considérable et
contenter d’une forme de collaboration moins lourde du secteur, justifier un investissement dans des équipements de nettoyage
comme par exemple une plateforme nationale d’innovation pour et de conditionnement.
le sésame. Toutefois, tant qu’il y aura des efforts continus pour
développer une « interprofession », il serait contreproductif de
travailler sur d’autres formes d’organisation des parties prenantes. 6.2 Recommandations d’interventions
futures
Le projet sésame dans sa première incarnation visait à créer une
installation de transformation d’huile publique-privée. Cet objet a Sur la base des éléments qui précèdent, on peut suggérer les
été modifié car il existait des doutes quant au caractère judicieux opportunités suivantes pour de futures interventions :
de cet investissement. On a appris durant le projet qu’il existait un
marché local limité en faveur d’une huile de sésame à prix raison- Accroissement de la productivité
nable, qui pourrait constituer la base du développement d’une • Un nouvel accroissement de la productivité grâce à l’intensi-
industrie locale d’huile de sésame. Toutefois, compte tenu des ni- fication de la production de sésame est la meilleure chance
veaux de prix actuels et des marges bénéficiaires du sésame brut, pour la filière sésame d’avoir plus d’impact sur la pauvreté.
la production d’huile de sésame est peut-être rentable mais les • Plus précisément, la promotion de l’utilisation de semences de
exportations de sésame brut le sont encore plus. À ce titre, il n’est qualité et d’une application modeste d’engrais peut contribuer
pas conseillé d’investir dans la transformation en huile de sésame. à de nouvelles hausses de la productivité.
La production d’huile ne deviendra une opportunité d’investisse- • Le développement de la production et de la commercia-
ment intéressante que si les prix du marché mondial reculent et si lisation de semences commerciales de sésame mérite d’y
la production excédentaire au Mali et au Burkina donne lieu à des consacrer des investissements, compte tenu de l’importance
prix saisonnièrement plus bas. que revêt la qualité des semences pour un accroissement de
la production.
Actuellement, la production de sésame biologique n’est pas „ Développer (dans le cas du Burkina Faso) et améliorer
un système de valorisation prometteur, car les prix du sésame (dans le cas du Mali) un système de précommande et de
conventionnel culminent au-dessus des prix du sésame biolo- préfinancement pour la production de semences de (pré)
gique. Par conséquent, même les producteurs de sésame biolo- base par des instituts publics de recherche afin d’améliorer

40 | Développement de la filière sésame


leurs relations avec les établissements multiplicateurs Valorisation et transformation
de semences ; • Envisager avec prudence d’investir dans la culture du sésame
„ Soutenir les entreprises semencières dans le dévelop- biologique car, pour l’heure, les investissements dans la certi-
pement de réseaux à mailles fines de distribution de fication ne sont pas récompensés par des prix plus élevés.
semences allant jusqu’aux villages, pour permettre aux • Envisager avec prudence d’investir dans la production d’huile
producteurs d’acheter localement des semences de qualité de sésame car, dans l’état actuel du marché, le commerce de
en petites quantités ; sésame brut est plus lucratif, de sorte qu’il est peu probable
„ Faire pression pour mettre un terme aux systèmes de que les installations de production d’huile seraient utilisées et
subvention des semences de sésame gérés par le gouver- les investissements ne seraient probablement pas amortis.
nement, car ils faussent le marché et entravent le dévelop- • Envisager avec prudence d’investir dans des installations
pement du secteur privé. en vue de trier le sésame par couleur afin de desservir le
• De nouvelles recherches pour tenter d’identifier un engrais marché du sésame blanc, car un approvisionnement fiable
composé optimisé pour le sésame se révéleraient utiles. en sésame raisonnablement blanc ne peut, à l’heure actuelle,
L’engrais composé actuellement utilisé est en fait optimisé être garanti compte tenu du mélange de variétés et des
pour le coton. pratiques culturales.
• La sélection d’une variété de sésame issue des pays voisins et • Évaluer, avec des entrepreneurs, la possibilité de valorisation
par hybridation mérite d’y consacrer des efforts, notamment par le biais du décorticage du sésame.
pour trouver : • Soutenir les investissements des exportateurs de sésame dans
„ Des variétés de sésame blanc à grosses graines ; du matériel de nettoyage en :
„ Des variétés dotées d’une teneur en huile élevée ; „ Cofinançant des investissements dans le matériel ;
„ Des variétés à saison plus longue ayant un potentiel de „ Apportant un appui technique durant l’installation et le
rendement plus élevé, adaptées à la saison des pluies plus rodage du matériel de nettoyage.
longue que l’on trouve dans le sud du Mali et du Burkina
Faso.
• Il faut accorder plus d’attention à la gestion des maladies et
des nuisibles et faire des recherches à ce sujet. Comme le
sésame est devenu une culture majeure au Burkina Faso, les
risques d’apparition de maladies ou de nuisibles augmentent.
• L’approche des champs écoles paysans pour la formation des
agriculteurs s’est révélée efficace et peut être promue davan-
tage, à condition que des efforts particuliers soient déployés
pour toucher les producteurs qui n’ont pas encore été formés
à de bonnes pratiques culturales du sésame.
• Les semoirs pourraient être promus au Burkina Faso afin
d’améliorer le calendrier des semis et de réduire les dégâts
dus à la sécheresse en raison de semis tardifs.

Développement de la chaîne de valeur


• Les exportateurs de sésame en provenance du Burkina Faso
et du Mali peuvent être aidés par des missions commerciales
vers ou en provenance de pays asiatiques transformateurs de
sésame, dans le but de nouer des liens commerciaux directs.
• Les exportateurs de sésame peuvent être encouragés à
recruter du personnel bilingue en vue de faciliter les échanges
directs avec des pays d’Asie et d’Europe.
• Développer un système fonctionnel de crédit pour la collecte
de sésame entre les banques et les exportateurs de sésame
afin d’accroître l’indépendance vis-à-vis des intermédiaires.
• Améliorer la compétitivité nationale et les capacités d’innova-
tion par la transformation des efforts visant à développer une
« interprofession » du sésame en une plateforme d’innovation
plus légère et adaptée aux besoins.

6 Conclusions et Recommandations | 41
Point de collection et entrepôt pour le sésame, Burkina Faso Photo: Darius Tiombiano

42 | Développement de la filière sésame


7 Références

• Bedigian, 2004. History and Lore of Sesame in


Southwest Asia. Economic Botany 58, 3: 329-353.

• Fuller, D., 2003. Further evidence on the pre-history


of sesame. Asian Agri-History 7, 127-137.

• Helvetas, 2014. Développement de la production et


de la transformation de sesame au Burkina Faso et au
Mali destiné a l’exportation. Rapport de fin de projet.
Helvetas, Ouagadougou.

• Holloway, J., 2005. What Africa has given America;


African continuities in North American Diaspora.
Dans J. Holloway (Ed.) Americanisms in American Culture,
2e édition, Indiana University Press, Bloomington.

• IFDC, 2014. Projet sésame: amélioration de la production


et de la transformation du sésame orientées vers
l’exportation. Rapport final du projet. IFDC, Bamako.

• KIT, Helvetas & CFC, 2012. Manuel du Facilitateur Sésame.


KIT publishers, Amsterdam. 115 pp.

• Mkamilo, G.S. et D. Bedigian. 2007. Sesamum indicum L.


Dans H.A.M. van der Vossen et G.A.S. Mkamilo, eds.
Vegetable Oils. Plant Resources of Tropical Africa [PROTA]
Vol. 14: 153-158. Programme PROTA, Université de
Wageningen, Pays-Bas.

• Smith, G, 1876. The Chaldean account of genesis.


Thomas Scott, Londres.

7 Références | 43
44 | Développement de la filière sésame