Vous êtes sur la page 1sur 43

Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94

Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org


Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

ETAT DES LIEUX DES ECOLES


A LA RENTREE 2010-2011

RAPPORT DES SPOTS CHECKS

Unissons-nous
pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

STRUCTURE DU DOCUMENT

RESUME EXECUTIF ________________________________________________________________ 4

LISTE DES ABREVIATIONS __________________________________________________________ 6

INTRODUCTION ____________________________________________________________________ 7

1. Déroulement des Spots Checks _____________________________________________________ 8

1.1. Ecoles visitées ________________________________________________________________ 8


1.1.1. DREN, CISCO et ZAP visitées __________________________________________________ 8

Tableau 1. Liste des CISCO, nombre de ZAP et nombre d’écoles visitées par DREN pour les
Spots Checks _______________________________________________________________ 8

1.1.2. Répartition par zone _________________________________________________________ 10

Tableau 2. Répartition par zone des écoles visitées pour les Spots Checks ________________ 10

1.2. Responsables interviewés ______________________________________________________ 10

Tableau 3. Répartition par fonction des répondants aux Spots Checks des écoles visitées _____ 10

2. Analyse de la situation de la demande et des résultats obtenus _________________________ 11

2.1. Effectifs des élèves ____________________________________________________________ 11


2.1.1. Analyse globale de l’évolution des effectifs des élèves _______________________________ 11

Tableau 4. Evolution des effectifs des élèves entre 2009-2010 et 2010-2011 _______________ 11

2.1.2. Analyse comparative de l’évolution des effectifs des élèves selon les zones _______________ 12

Tableau 5. Comparaison des évolutions des effectifs des écoles visitées selon les zones entre
2009-2010 et 2010-2011 _____________________________________________________ 12

2.2. Indices de parité des effectifs des élèves ___________________________________________ 13


2.2.1. Evolution des indices de parité entre 2009-2010 et 2010-2011 _________________________ 13

Tableau 6. Evolution de l'indice de parité entre 2009-2010 et 2010-2011___________________ 13

2.2.2. Analyse croisée des indices de parité ____________________________________________ 14

Tableau 7. Tableau croisé des indices de parité ______________________________________ 15

Tableau 8. Résumé des indices de parité ___________________________________________ 15

2.2.3. Analyse comparative des indices de parité selon les zones ____________________________ 16

Tableau 9. Comparaison des indices de parité selon les zones __________________________ 16

2.3. Résultats au Certificat d’Etudes Primaires et Elémentaires (CEPE)_______________________ 17


2.3.1. Evolution des résultats au CEPE entre la Session 2009 et la Session 2010 _______________ 17

Tableau 10.Evolution du taux de réussite au CEPE entre la Session 2009 et la Session 2010 __ 17

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 1/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

2.3.2. Analyse croisée des résultats au CEPE pour la Session 2009 et la Session 2010 ___________ 18

Tableau 11.Tableau croisé des taux de réussite au CEPE pour la Session 2009 et la Session 2010
_________________________________________________________________ 18

Tableau 12.Résumé des taux de réussite au CEPE pour la Session 2009 et la Session 2010 ___ 18

2.3.3. Analyse comparative des résultats au CEPE selon les zones __________________________ 19

Tableau 13.Comparaison des résultats au CEPE selon les zones pour la Session 2009 et la
Session 2010 ______________________________________________________________ 19

3. Analyse de la situation de l’offre ___________________________________________________ 20

3.1. Situation des enseignants FRAM _________________________________________________ 20


3.1.1. Analyse globale de la situation des enseignants FRAM _______________________________ 20

Tableau 14.Nombre des enseignants FRAM _________________________________________ 20

Tableau 15.Répartition par école du nombre des enseignants FRAM ______________________ 21

Tableau 16.Nombre moyen par école d'enseignants FRAM _____________________________ 21

Tableau 17.Ratio élèves/enseignant FRAM __________________________________________ 21

Tableau 18.Evolution du nombre par école des enseignants FRAM _______________________ 22

3.1.2. Analyse croisée de la situation des enseignants FRAM _______________________________ 22

Tableau 19.Tableau croisé des effectifs des enseignants FRAM __________________________ 22

3.3.3. Analyse comparative de la situation des enseignants FRAM selon les zones ______________ 23

Tableau 20.Nombre des enseignants FRAM selon les zones ____________________________ 23

Tableau 21.Nombre par école des enseignants FRAM selon les zones ____________________ 24

Tableau 22.Moyenne par école du nombre d'enseignants FRAM selon les zones ____________ 25

Tableau 23.Ratio élèves/enseignant FRAM selon les zones _____________________________ 25

Tableau 24.Evolution du nombre par école des enseignants FRAM selon les zones entre 2009-
2010 et 2010-2011 __________________________________________________________ 26

Tableau 25.Tableau croisé des effectifs des enseignants FRAM selon les zones _____________ 27

3.3.4. Paiement des prestations des enseignants FRAM___________________________________ 28

Tableau 26.Paiement des prestations des enseignants FRAM non subventionnés ____________ 28

Tableau 27.Période du dernier paiement des prestations des enseignants FRAM non
subventionnés pour l’année scolaire 2009-2010 ___________________________________ 29

3.2. Situation financière ____________________________________________________________ 29


3.3. Situation des infrastructures _____________________________________________________ 29
3.3.1. Situation des latrines _________________________________________________________ 29

Tableau 28.Etat des lieux des latrines ______________________________________________ 30

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 2/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Tableau 29.Périodes des dernières réparations des latrines _____________________________ 30

3.3.2. Situation des points d’eau _____________________________________________________ 31

Tableau 30.Existence de points d’eau ______________________________________________ 31

Tableau 31.Etat des lieux des points d’eau __________________________________________ 31

Tableau 32.Périodes des dernières réparations des points d’eau _________________________ 32

3.3.3. Autres infrastructures_________________________________________________________ 33

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS ______________________________________________ 34

Annexe 1. QUESTIONNAIRE A LA BASE DES SPOTS CHECKS____________________________ 35

Annexe 2. LISTE DES ECOLES ET DES REPONDANTS AU QUESTIONNAIRE ________________ 36

Annexe 3. RESPONSABLES DES SPOTS CHECKS ______________________________________ 42

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 3/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

RESUME EXECUTIF

1. Dans le cadre de la rentrée scolaire 2010-2011, se déroulant dans un contexte de crise socio-politique, il a été
proposé de déterminer l’état des lieux des écoles pour relater la situation éducative comparativement à la rentrée
2009-2010. Ainsi des Spots Checks ont été effectués au niveau de 104 écoles en zones urbaines et rurales de 47
Zone d’Administration Pédagogique (ZAP) : DREN Analamanga (CISCO Ambohidratrimo, Antananarivo
Atsimondrano, Antananarivo Avaradrano et Antananarivo Renivohitra), DREN Androy (CISCO Ambovombe),
DREN Anosy (CISCO Taolagnaro), DREN Itasy (Arivonimamo), DREN Menabe (CISCO Morondava), DREN
Vakinankaratra (CISCO Antsirabe I), DREN Sofia (CISCO Port Bergé et Mandritsara), DREN Analanjirofo (CISCO
Fénérive Est et Vavatenina) et DREN Atsinanana (CISCO Toamasina II) afin de détecter les évolutions des
effectifs des élèves, les réussites au Certificat d’Etudes Primaires et Elémentaires (CEPE), les ressources
humaines et financières mises à disposition des écoles, ainsi que les conditions des infrastructures sanitaires des
écoles.

2. La période des Spots Checks se situe environ à un mois de la rentrée scolaire, ainsi les effectifs des élèves ne
sont pas encore stabilisés, mais ils se présentent en général entre une fluctuation négative de -12,5% et une
fluctuation positive de 12,5% de 2009-2010 à 2010-2011. Ces fluctuations peuvent s’étendre de près de -30% à
près de 105%. Les augmentations des effectifs, généralement rencontrées en milieu rural, proviennent du transfert
des élèves du secteur privé vers le secteur public et d’une migration du milieu urbain vers le milieu rural. Les
diminutions, généralement visibles en milieu urbain, proviennent du retrait des enfants de l’école, même si les
enfants ont été déjà scolarisés dans des écoles publiques.

3. Avec une évolution moyenne de -1,5% entre les années 2009-2010 et 2010-2011, l’indice de parité des effectifs
indique une situation stable de parité entre garçons et filles, notamment avec près de 64% des écoles situées entre
-7,5% et 7,5% d’évolution. Mais, le nombre d’écoles avec un indice de parité proche de l’unité diminuent de 2009-
2010 à 2010-2011, passant de 30,8% à 25,0%. L’équilibre en matière d’égalité de genre n’est donc pas maîtrisé.
De plus, une différence entre les zones apparaît en matière de situation d’équilibre d’égalité de genre. En effet, en
milieu rural, si près de 32% des écoles, stagnent dans la situation en défaveur des filles, cette situation de
déséquilibre apparaît aussi pour les garçons, car près de 27% des écoles ont un indice de parité supérieur à 1,05.
Par contre, en milieu urbain, la situation des garçons est nettement meilleure, car seul près de 3% des écoles ont
un indice de parité supérieur à 1,05 alors que près de 33% des écoles ont un indice de parité inférieur à 0,95.

4. Une évolution positive moyenne de 2,7% des taux de réussite au CEPE est observée entre la Session 2009 et la
Session 2010. Le taux moyen de réussite au CEPE est amélioré et passe de 81,7% à 84,2% avec un taux
minimum ayant aussi évolué de 10,0% à 23,1%. Par ailleurs, la situation en zone urbaine est nettement meilleure
avec 76% d’écoles ayant plus de 75% de taux de réussite alors que ce score n’est que de 63% seulement pour la
zone rurale. Les meilleures conditions de travail (ressources humaines, ressources pédagogiques, ressources
financières, non éloignement des écoles, etc.) dans le milieu urbain sont interprétées être à l’origine de ces
meilleurs résultats.

5. Si le nombre d’enseignants FRAM subventionnés ne s’est accru que de 5 agents, la proportion des enseignants
FRAM non subventionnés a relativement augmenté en passant de près de 26% à près de 31%, de 2009-2010 à
2010-2011. Une telle situation indique une augmentation des besoins en ressources humaines au niveau des
écoles. En général, une association FRAM engage jusqu’à 3 enseignants, parfois même jusqu’à 6. L’augmentation
des besoins en ressources humaines est surtout marquée en milieu urbain. Une telle situation indique un paradoxe
relatif car le milieu rural a vu les effectifs de ses élèves augmentés alors qu’en milieu urbain, la tendance a été
plutôt à la diminution des effectifs. Par ailleurs, tous les enseignants FRAM subventionnés ont reçu toutes leurs
subventions jusqu’au dernier bimestre de l’année scolaire 2009-2010, ce dernier a été reçu au plus tard au mois
d’Octobre 2010. Mais aucun n’a été payé pour l’année scolaire 2010-2011. Ainsi, les associations FRAM sont
obligées de les aider plus que la normale même si les volumes de ces aides ne sont pas toujours égaux et
dépendent du dynamisme du FRAM de chaque école. Les enseignants FRAM non subventionnés ont tous été
payés pour le mois d’Octobre de l’année scolaire 2010-2011. Mais pour l’année scolaire 2009-2010, les situations
sont plutôt disparates car 36% des écoles ne paient pas leurs enseignants FRAM pendant les vacances, une très
faible proportion (5%) ne fait que des paiements partiels et 59% paient les enseignants non subventionnés 12 mois
sur 12, surtout en milieu urbain.

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 4/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

6. Aucune école visitée n’a reçu de caisse école. Pour faire face aux dépenses obligatoires, elles font
principalement appel aux parents malgré que l’éducation primaire soit supposée être gratuite. Toutefois, des
écoles ont des activités lucratives ou disposent de sources financières permanentes telles que la location de
parking ou de salles de classe, surtout en milieu urbain.

7. Toutes les écoles visitées possèdent des latrines même si les états des lieux sont différents. La majorité d’entre
elles (54%) sont dotées de latrines en bon ou assez bon état des lieux. Toutefois, des latrines correctes n’existent
pas au niveau de plus de 36% des écoles visitées. Et même près de 10% n’en possèdent même pas. Etant donné
que les écoles ne disposent pas de suffisamment de fonds pour faire face à de grands investissements, les
réparations effectuées malgré les besoins restent plutôt des cas de réparations d’urgence et ne règlent que les
problèmes superficiels.

8. Si en milieu urbain seules deux écoles visitées ne sont pas dotées de points d’eau, la situation en milieu rural
est plus inquiétante puisque près de 35% des écoles n’en disposent pas. Que ce soit en milieu urbain ou en milieu
rural, une proportion non négligeable de points d’eau, plus du quart, ne présente pas des conditions d’utilisation
favorable aux élèves. Etant donné que les moyens financiers des écoles sont limités, surtout depuis que les
caisses écoles ne leur ont été pas attribuées, les écoles ne peuvent pas prioriser pas l’entretien des infrastructures
dans leur programmation.

9. Malgré le démarrage, tant bien que mal, de la rentrée scolaire, de nombreux problèmes résistent au niveau des
écoles tels que la vétusté des bâtiments, les ennuis relatifs aux toitures, aux murs d’enceinte, à l’exigüité des
infrastructures, au manque de tables bancs, au manque de livres dans les bibliothèques, à la non inscription ou à
l’absentéisme des élèves, … Même si des appuis en matière de réhabilitation d’infrastructures sont nécessaires, ils
sont plutôt difficiles à réaliser. Ainsi, des priorités pouvant être plus aisément réalisables sont recommandées,
telles que la dotation en fournitures scolaires des enfants vulnérables, l’appui des écoles en denrées alimentaires
pour la cantine scolaire, la dotation des bibliothèques en livres de lecture, …

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 5/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

LISTE DES ABREVIATIONS

CISCO : Circonscription Scolaire

DREN : Direction Régionale de l’Education Nationale

EPP : Ecole Primaire Publique

FRAM : Fikambanan’ny RAy aman-drenin’ny Mpianatra (Association des Parents d’Elèves)

MEN : Ministère de l’Education Nationale

ZAP : Zone d’Administration Pédagogique

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 6/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

INTRODUCTION

Dans le cadre de la rentrée scolaire 2010-2011, se déroulant dans un contexte de crise socio-politique qui perdure
au-delà même de l’année scolaire 2009-2010, il a été proposé de déterminer l’état des lieux des écoles primaires
publiques (EPP) pour établir la situation de l’éducation comparativement à la situation de la rentrée 2009-2010.

Ainsi des Spots Checks ont été effectués au niveau des écoles. Les objectifs de ces Spots Checks ont été de
détecter :

 les évolutions positives ou négatives des effectifs des élèves, évolutions qui sont à la base du taux
scolarisation étant donné que ce dernier ne peut être actuellement correctement mesuré à défaut de
recensement officiel et actualisé de la population,

 les évolutions positives ou négatives des réussites au Certificat d’Etudes Primaires et Elémentaires (CEPE),
qui vont permettre d’évaluer l’efficacité interne de la scolarisation des élèves du niveau primaire,

 les situations des ressources humaines (à travers les enseignants non fonctionnaires engagés par les FRAM)
ainsi que celles des ressources financières mises à disposition des écoles pour garantir le bon déroulement
de la scolarisation des enfants, et

 les conditions des infrastructures en général et des infrastructures sanitaires des écoles (latrines et points
d’eau) en particulier.

Un questionnaire a été élaboré pour être utilisé lors des Spots Checks afin de systématiser les interventions de
l’évaluation proposée et en obtenir des éléments de réponses plus systématiques aboutissant à des données
faciles à traiter. Ce questionnaire, qui a été conçu pour être simple afin de ne pas alourdir mais plutôt accélérer les
interventions au niveau des écoles, est fourni en Annexe 1.

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 7/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

1. Déroulement des Spots Checks

Les Spots Checks ont été effectués du 23 Octobre 2010 au 11 Novembre 2010 dans différentes CISCO situées
dans des zones différentes (urbaines ou rurales). La présente partie précise les informations sur les écoles visitées
et les responsables interviewés.

1.1. Ecoles visitées

Le choix des écoles visitées, malgré le souhait d’avoir un échantillon scientifiquement représentatif, n’a pas pu être
effectué d’une manière systématique mais a été plutôt fait d’une manière aléatoire selon les indications des
personnes rencontrées au hasard et répondant à la question : « Où peut-on trouver des écoles dans les
environs ? »

1.1.1. DREN, CISCO et ZAP visitées

Le tableau suivant indique les régions et districts où sont localisées les écoles visitées.

Tableau 1. Liste des CISCO, nombre de ZAP et nombre d’écoles visitées par DREN pour les Spots Checks

DREN CISCO Nombre de ZAP Nombre d’écoles

01. Ambohidratrimo 3 9

02. Antananarivo Atsimondrano 7 19


1. Analamanga
03. Antananarivo Avaradrano 3 10

04. Antananarivo Renivohitra 6 16

2. Androy 05. Ambovombe 5 7

3. Anosy 06. Taolagnaro 2 2

4. Itasy 07. Arivonimamo 4 10

5. Vakinankaratra 08. Antsirabe I 1 8

6. Menabe 09. Morondava 2 2

10. Port Bergé 1 1


7. Sofia
11. Mandritsara 6 7

12. Fénérive Est 1 1


8. Analanjirofo
13. Vavatenina 4 9

9. Atsinanana 14. Toamasina II 2 3

Total 47 104

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 8/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Ainsi, l’échantillon des Spots Checks a un


caractère essentiellement illustratif avec :
Mandritsara

Antsohihy  9 Directions Régionales de l’Education


Nationale (DREN) soit 41% des 22 DREN,

Fénérive Est
 14 Circonscriptions Scolaires (CISCO),
Vavatenina
autrement dit 12% des CISCO, mais situées dans
des régions géographiquement différentes : au
Centre, au Sud, au Nord, à l’Est et à l’Ouest,
Toamasina II
Ambohidratrimo

Antananarivo Renivohitra  47 Zones d’Administration Pédagogique


Arivonimamo Antananarivo Atsimondrano (ZAP), c’est-à-dire environ 3% des ZAP, mais
Antananarivo Avaradrano
assez bien réparties dans chaque CISCO
Morondava respectives, notamment pour la Ville
Antsirabe I d’Antananarivo où les 6 ZAP existantes ont toutes
été représentées par 2 à 4 écoles, et

 104 écoles, environ 0,5% des écoles


primaires publiques (EPP) existantes.

Quoique non représentatif, l’échantillon est assez


varié pour pouvoir être examiné et donner une idée
de la situation actuelle des écoles en général.

Ambovombe

Taolagnaro

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 9/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

1.1.2. Répartition par zone

Le choix des zones des écoles visitées respecte aussi le fait que les écoles sont situées soit dans des zones
urbaines soit dans des zones rurales.

Le tableau suivant donne la répartition selon cette variable.

Tableau 2. Répartition par zone des écoles visitées pour les Spots Checks

Zone Zone
Total
Urbaine Rurale

Nombre 33 71 104

Réparti-
31,7 68,3 100,0
tion (%)

Ainsi, près de 32% des écoles visitées sont situées dans des zones urbaines et près de 68% dans des zones
rurales. Cette proportion respecte plus ou moins la situation de Madagascar car, en général, le nombre d’écoles
situées en milieu rural est supérieur à celui en milieu urbain.

1.2. Responsables interviewés

A l’origine, il a été convenu que seuls les Directeurs ou les Directeurs Adjoints d’écoles seront contactés pour la
réalisation des Spots Checks. Mais le tableau suivant indique que d’autres entités ont aussi contribué pour fournir
les informations.

Tableau 3. Répartition par fonction des répondants aux Spots Checks des écoles visitées
Réparti-
Nombre
tion (%)

Directeur 99 95,2

Directeur
2 1,9
Adjoint

Chef ZAP 1 1,0

Enseignant 2 1,9

Total 104 100,0

Ainsi près des 3% des responsables rencontrés ne sont ni des Directeurs ni des Directeurs Adjoints. En effet, dans
ces cas rares, soit des Chefs ZAP, soit des enseignants ont répondu aux questionnaires. Mais, ils ont pu fournir
une contribution correcte car ils ont disposé de toutes les informations nécessaires.

Toujours est-il que les autres 97% sont des responsables de direction d’écoles, et même presque tous des
Directeurs, sauf deux cas où ces derniers ont été absents.

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 10/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

2. Analyse de la situation de la demande et des résultats obtenus

La présente partie vise à analyser les données relatives aux élèves des écoles visitées, autrement dit :
 les effectifs des élèves d’une part, et
 les résultats au Certificat d’Etudes Primaires et Elémentaires d’autre part.

2.1. Effectifs des élèves

Un des objectifs des présents Spots Checks a été de détecter « les évolutions positives ou négatives des effectifs
des élèves, évolutions qui sont à la base du taux scolarisation étant donné que ce dernier ne peut être mesuré
correctement à défaut de recensement officiel et actualisé de la population ». La présente partie va fournir des
éléments dans ce sens sans en négliger l’aspect « genre ».
Avant toute analyse de l’évolution des effectifs des élèves, il est nécessaire de préciser qu’étant donné la période
encore avancée dans l’année scolaire de la phase des Spots Checks, les effectifs fournis ne sont pas encore
stables pour l’année scolaire 2010-2011. Ils peuvent encore augmenter même jusqu’au du Mois de Décembre
2010.

2.1.1. Analyse globale de l’évolution des effectifs des élèves

Le tableau suivant indique la répartition des écoles visitées selon le niveau de l’évolution des effectifs des élèves
entre 2009-2010 et 2010-2011. Les effectifs recueillis sont tous les effectifs en début d’année scolaire (entre
Octobre et Novembre pour chacune des deux années).

Tableau 4. Evolution des effectifs des élèves entre 2009-2010 et 2010-2011


Evolution Evolution Evolution Evolution Evolution Nombre
Evolution
entre entre entre entre supérieure total des
inférieure à
[ -12,5% ; [ -5,0% ; [ 0,0% ; [ 5,0% ; ou égale à écoles
-12,5%
- 5,0% [ 0,0% [ 5,0% [ 12,5% [ 12,5% visitées

Evolution pour
les garçons
16 18 16 18 22 14 104

Evolution pour
les filles
21 22 15 6 25 15 104

Evolution
globale
15 21 17 15 24 12 104

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 11/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Que ce soit vus globalement ou examinés selon le genre, les effectifs des élèves de l’année scolaire 2009-2010 à
l’année scolaire 2010-2011 se présentent majoritairement (plus de 65%) entre une fluctuation négative de -12,5%
et une fluctuation positive de 12,5%, avec des moyennes positives respectivement de :
 1,3% pour les garçons,
 -1,4% pour les filles, et
 -0,4% pour l’ensemble.

Ces fluctuations peuvent s’étendre de -44% à près de 105%. En effet,


 une évolution positive de 105% de la scolarisation des garçons a été remarquée à l’EPP Jafaro Centre de la
ZAP Jafaro (CISCO Ambovombe, DREN Androy),
 par contre, une évolution négative de -44% de la scolarisation des filles a été perçue à l’EPP
Ambodimandresy Sud de la ZAP Miarinarivo Nord (CISCO Vavatenina, DREN Analanjirofo).

D’après les explications fournies, en général, les augmentations des effectifs proviennent du transfert des élèves
du secteur privé vers le secteur public. En effet, étant donné la diminution du pouvoir d’achat des parents face à la
crise socio-politique, ils ont préféré retirer leurs enfants scolarisés dans des écoles privées, estimées pouvant
fournir de meilleures prestations, vers des écoles publiques.

Toujours à cause de cette même situation du pays, les cas des diminutions observées proviennent du retrait des
enfants de l’école, même pour les enfants déjà scolarisés dans des écoles publiques, supposées gratuites. En
effet, leurs parents n’arrivent plus à faire face aux dépenses obligatoires : divers frais à payer à l’école et surtout
fournitures scolaires. Mais les responsables rencontrés ont émis leur espoir de voir les effectifs encore augmentés
jusqu’au Mois de Décembre.

2.1.2. Analyse comparative de l’évolution des effectifs des élèves selon les zones

Suite à l’analyse globale, l’analyse comparative de l’évolution des effectifs des élèves entre 2009-2010 et 2010-
2011 selon leurs zones d’appartenance (urbaine ou rurale) est utile pour mieux comprendre la situation. Les
pourcentages donnés dans les cases internes (intersections de lignes et colonnes) révèlent les pourcentages des
écoles répondant aux différentes tranches concernées par rapport au nombre total d’écoles de la zone concernée.

Tableau 5. Comparaison des évolutions des effectifs des écoles visitées selon les zones entre 2009-2010
et 2010-2011
Evolution Evolution Evolution Evolution
Evolution Evolution Total des
entre entre entre entre
inférieure à supérieure ou écoles
[ -12,5% ; [ -5,0% ; [ 0,0% ; [ 5,0% ;
-12,5% égale à 12,5% visitées
- 5,0% [ 0,0% [ 5,0% [ 12,5% [

Garçons 15,2% 24,2% 18,2% 18,2% 18,2% 6,1% 100,0%

Urbain Filles 15,2% 21,2% 24,2% 9,1% 18,2% 12,1% 100,0%

Global 9,1% 36,4% 18,2% 15,2% 12,1% 9,1% 100,0%

Garçons 15,5% 14,1% 12,7% 16,9% 22,5% 18,3% 100,0%

Rural Filles 22,5% 21,1% 9,9% 4,2% 26,8% 15,5% 100,0%

Global 16,9% 12,7% 15,5% 12,7% 28,2% 14,1% 100,0%

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 12/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Si au niveau de la zone urbaine, la majorité des écoles présente une régression des effectifs des élèves, tel n’est
pas le cas de la zone rurale puisque une évolution positive y est plutôt observée en général. En effet, la plupart des
écoles rurales indiquent une évolution positive mais évolution toutefois restant en général inférieure à 12,5%.

Une telle situation peut être expliquée par le fait qu’une migration du milieu urbain vers le milieu rural a pu se
produire, toujours à cause de la crise sociopolitique qui se fait principalement sentir par la population du milieu
urbain.

2.2. Indices de parité des effectifs des élèves

Pour mieux apprécier la situation différentielle selon le genre, les indices de parité des effectifs des élèves ont été
calculés par école et pour chacune des années scolaires 2009-2010 et 2010-2011 selon la formule suivante :

Indice de parité des effectifs des élèves = Effectif des filles / Effectifs des garçons

Avec une moyenne de l’indice de parité des effectifs des élèves, respectivement de 0,98 et 0,96 pour les deux
années scolaires 2009-2010 et 2010-2011, la situation d’égalité de genre semble atteindre l’idéale car l’indicateur
est proche de 1 dans les deux cas.

Toutefois, les indices sont en réalité plutôt hétéroclites entre les écoles puisqu’ils s’étalent entre un minimum de
0,61 et un maximum de 1,90 pour l’ensemble des deux années.

2.2.1. Evolution des indices de parité entre 2009-2010 et 2010-2011

La répartition de l’évolution, entre 2009-2010 et 2010-2011, des indices de parité de l’effectif des élèves au niveau
des écoles est donnée par le tableau suivant.

Tableau 6. Evolution de l'indice de parité entre 2009-2010 et 2010-2011

Indice Indice Total des


[ -20,0% ; [ -7,5% ; [ 0% ; [ 7,5% ;
inférieur à supérieur ou écoles
-7,5% [ 0% [ 7,5% [ 20,0% [ égal à 20,0% visitées
-20,0%

Nombre d’écoles
11 19 22 32 13 7 104
concernées

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 13/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Avec une évolution moyenne de -1,5% entre les années 2009-2010 et 2010-2011, l’indice de parité des effectifs
semble aussi indiquer une situation stable de parité, surtout avec plus de la moitié (plus de 64%) des écoles
situées entre -7,5% et 7,5% d’évolution. Or cette valeur moyenne et cette situation autour de la stabilité ne relatent
pas vraiment la réalité car l’évolution de l’indice varie sur un intervalle de minimum -41,6% et de maximum de
37,6%, donnant des cas opposés des écoles comme l’indique le tableau suivant.

Tableau 7. Cas extrême de l’évolution de l'indice de parité entre 2009-2010 et 2010-2011

DREN CISCO ZAP Ecole Zone Evolution

Antananarivo
Analamanga Antananarivo I 67 Ha Nord Urbaine -32,7%
Renivohitra

Cas Androy Ambovombe Jafaro Jafaro Centre Rurale -34,2%


d’évolution
négative Sofia Mandritsara Andohajango Maroadabohely Rurale -34,2%

Analanjirofo Vavatenina Vavatenina Nord Ambohimiarina I Rurale -41,6%

Cas Analanjirofo Vavatenina Miarinarivo Ampasimalaza Rurale 31,7%


d’évolution
posititive Sofia Mandritsara Ankiabe Salohy Ampombilava Rurale 37,6%

Ainsi, il existe :
 des régressions de la situation de parité au détriment des filles (jusqu’à moins de -41,6%), et
 des améliorations de la situation de parité en faveur des filles (jusqu’à plus de +37,6%).
D’ailleurs, la répartition relatée dans le tableau précédent confirme cette disparité des situations puisque les
effectifs par tranche ne présentent pas vraiment d’accumulation pour une tranche donnée.

Mais il est aussi obligatoire de remarquer qu’une évolution de la parité loin de la stabilité indique autant une
régression aussi au détriment des filles (indice inférieur à 1) qu’au détriment des garçons à l’école (indice supérieur
à 1).

2.2.2. Analyse croisée des indices de parité

L’analyse croisée des indices de parité pour les deux années scolaires renseigne mieux sur la stabilité ou non de
la situation.

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 14/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Tableau 8. Tableau croisé des indices de parité

Indice de parité en 2010-2011

Total des Caractéristique


Inférieur à Supérieur ou
[ 0,95 ; 1,05 [ écoles statistique
0,95 égal à 1,05
visitées 2010-2011

Inférieur à 0,95 34 (32,7%) 10 (9,6%) 2 (1,9%) 46 (44,2%) Indice de parité


moyen : 1,00
[ 0,95 ; 1,05 [ 15 (14,4%) 12 (11,5%) 5 (4,8%) 32 (30,8%)
Indice de parité
Indice Supérieur ou maximum : 1,90
de parité égal à 1,05 3 (2,9%) 4 (3,8%) 19 (18,3%) 26 (25,0%)
en 2009-
Total des Indice de parité
2010 52 (50,0%) 26 (25,0%) 26 (25,0%) 104 (100,0%) minimum : 0,71
écoles visitées

Caractéristique Indice de parité moyen : 0,97


statistique Indice de parité maximum : 1,42
2009-2010 Indice de parité minimum : 0,61

Même si les moyennes des indices avoisinent l’unité (situation idéale de parité fille/garçon) avec 1,00 pour 2009-
2010 et 0,97 pour 2010-2011, seules 11,5% écoles présentent une situation stable de parité car leur indice se situe
entre 0,95 et 1,05 pour chacune des deux années scolaires de référence.

Par ailleurs, si un indice maximum indique une école présentant une situation en défaveur des garçons en 2009-
2010 avec 1,90, la situation s’est nettement améliorée car le maximum s’est rapproché de l’unité avec 1,42 en
2010-2011.

Mais une telle amélioration de la situation des garçons a fait régresser celle des filles. En effet, l’indice minimum de
0,71 en 2009-2010 n’est plus qu’à un niveau de 0,61 en 2010-2011. De plus, près du tiers des écoles ont des
indices inférieurs à 0,95 autant en 2009-2010 qu’en 2010-2011

Si le tableau précédent est résumé et ne présente plus les situations croisées, la régression des situations en
défaveur soit des garçons soit des filles est clairement visible.

Tableau 9. Résumé des indices de parité

[ 0,95 ; Supérieur
Inférieur
ou égal à Total
à 0,95 1,05 [ 1,05

2009-
44,2% 30,8% 25,0% 100,0%
2010

2010-
50,0% 25,0% 25,0% 100,0%
2011

La proportion d’écoles avec un indice de parité proche de l’unité diminuent en 2010-2011 par rapport à 2009-2010,
passant de 30,8% à 25,0%, tandis que celles avec un indice inférieur à 0,95 augmente de 44,2% à 50,0%.
L’équilibre en matière d’égalité de genre est donc loin d’être maîtrisé.

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 15/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

2.2.3. Analyse comparative des indices de parité selon les zones

La même analyse des indices de parité est effectuée dans la présente section mais avec un regard comparatif
selon les zones urbaines et les zones rurales avec l’aide du tableau suivant. Les pourcentages donnés dans les
cases internes (intersections de lignes et colonnes) révèlent les pourcentages des écoles répondant aux
différentes tranches concernées et selon chaque zone d’appartenance.

Tableau 10. Comparaison des indices de parité selon les zones

Indice de parité en 2010-2011

Inférieur supérieur ou Total des


[ 0,95 ; 1,05 [
à 0,95 égal à 1,05 écoles visitées

Inférieur à 0,95 33,3% 21,2% 3,0% 57,6%


Indice de
parité en [ 0,95 ; 1,05 [ 9,1% 15,2% 6,1% 30,3%
2009-2010
Zone Supérieur ou égal à 1,05 3,0% 6,1% 3,0% 12,1%
urbaine
Total des écoles visitées 45,5% 42,4% 12,1% 100,0%

Inférieur à 0,95 32,4% 4,2% 1,4% 38,0%


Indice de
parité en [ 0,95 ; 1,05 [ 16,9% 9,9% 2,8% 29,6%
2009-2010
Zone Supérieur ou égal à 1,05 2,8% 2,8% 26,8% 32,4%
rurale
Total des écoles visitées 52,1% 16,9% 31,0% 100,0%

Zone urbaine Zone rurale

Une différence entre les zones apparaît en matière de situation d’équilibre d’égalité de genre. En effet,
 en milieu rural, si une partie non négligeable des écoles, près de 32%, stagnent dans la situation en défaveur
des filles, celle situation de déséquilibre apparaît aussi pour les garçons, car près de 27% des écoles ont un
indice de parité supérieur à 1,05,
 par contre, en milieu urbain, la situation des garçons est nettement meilleure, car seul près de 3% des écoles
ont un indice de parité supérieur à 1,05 alors que près de 33% des écoles ont un indice de parité inférieur à
0,95.

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 16/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

2.3. Résultats au Certificat d’Etudes Primaires et Elémentaires (CEPE)

Le deuxième objectif de ces Spots Checks a été de déceler les évolutions positives ou négatives des réussites au
Certificat d’Etudes Primaires et Elémentaires (CEPE), de la Session 2009 et la Session 2010, qui vont permettre
d’évaluer l’efficacité interne de la scolarisation des élèves.

2.3.1. Evolution des résultats au CEPE entre la Session 2009 et la Session 2010

Etant donné que les questions posées lors des Spots Checks permettent d’évaluer l’évolution du taux de réussite
au CEPE, le tableau suivant précise cette évolution.

Tableau 11. Evolution du taux de réussite au CEPE entre la Session 2009 et la Session 2010

Total
Supérieur Evolution
Inférieur [ -15% ; [ 0% ; [ 15% ; [ 30% ; des
ou égal à non
à -15% 0% [ 15% [ 30% [ 50% [ écoles
50% définissable
visitées

Nombre
d’écoles 7 39 42 10 4 1 1 104
concernées

Avant d’entamer l’analyse proprement dite, il est nécessaire de préciser le cas de l’évolution non définissable qui
concerne la seule EPP Ambohibato de la ZAP Ambatomirahavavy (CISCO Arivonimamo, DREN Itasy), où les
premiers élèves présentés à l’examen CEPE sont ceux de la Session 2010, donc aucun élève n’a pu encore être
présenté à l’examen de la Session 2009.

Une évolution positive moyenne de 2,7% des taux de réussite au CEPE est observée entre la Session 2009 et la
Session 2010. Les cas des écoles sont vraiment inégaux car l’évolution s’étale :
 de la régression de -37,9% des résultats de l’EPP Masiakomby de la ZAP Kalandy (CISCO Mandritsara,
DREN Sofia),
 au progrès de 51,3% de l’EPP Andrefandrano de la ZAP Tsararivotra (CISCO Antananarivo Atsimondrano,
DREN Analamanga).

Mais, en général, la majorité (plus de 55%) des écoles ont vu leurs taux de réussite s’améliorer ou au moins se
stabiliser au taux de l’année précédente. Les explications de cette progression résident dans le fait que malgré que
la crise socio-politique n’est pas encore résolue, la tension et l’environnement au niveau des écoles se sont
nettement apaisés et permettent aux enfants de mieux assumer leur scolarisation pour aboutir à de meilleurs
résultats scolaires.

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 17/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

2.3.2. Analyse croisée des résultats au CEPE pour la Session 2009 et la Session 2010

L’analyse croisée des résultats au CEPE pour les deux années scolaires donne une meilleure idée sur la situation
des résultats au CEPE. Le cas de l’EPP n’ayant présenté des candidats qu’à la Session 2010 a été enlevé du
tableau.

Tableau 12. Tableau croisé des taux de réussite au CEPE pour la Session 2009 et la Session 2010

Taux de réussite au CEPE à la Session 2010

Moins de [ 75% ; Total des Caractéristique


100%
75% 100% [ écoles visitées statistique

Moins de 75% 16 (15,5%) 10 (9,7%) 1 (1,0%) 27 (26,2%) Taux de réussite


moyen : 81,7%
[ 75% ; 100% [ 6 (5,8%) 52 (50,5%) 7 (6,8%) 65 (63,1%) Taux de réussite
Taux de
maximum :
réussite 100% 1 (1,0%) 5 (4,9%) 5 (4,9%) 11 (10,7%) 100,0%
au CEPE
à la Total des Taux de réussite
23 (22,3%) 67 (65,0%) 13 (12,6%) 103 (100,0%) minimum : 10,0%
Session écoles visitées
2009
Taux de réussite moyen : 84,2%
Caractéristique
Taux de réussite maximum : 100,0%
statistique
Taux de réussite minimum : 23,1%

Le taux moyen de réussite au CEPE à la Session 2010 est amélioré par rapport à la Session 2009 et passe de
81,7% à 84,2% avec aussi un taux minimum ayant évolué de 10,0% à 23,1%. Il existe même deux écoles où les
taux de réussite ont toujours plané à 100% pour les deux années scolaires :
 l'EPP Ankorondrano de la ZAP Tsararivotra (CISCO Antananarivo Atsimondrano, DREN Analamanga),
 l’EPP Morafeno Sud de la ZAP Arivonimamo I (CISCO Arivonimamo, DREN Itasy), et
 les EPP Ambaripaika (ZAP Ambaripaika), Ambodiadabo (ZAP Ankiabe Salohy), et Maroadabohely (ZAP
Andohajango), toutes de la CISCO Mandritsara (DREN Sofia).
Par ailleurs, la plus grande partie (près de 67%) des écoles se stabilisent dans l’intervalle des réussites situées
entre 75% et 100%. Mais ces bons résultats ne doivent pas dissimuler le cas des résultats négatifs puisque les
taux de réussite minimaux vont respectivement jusqu’à 10,0% et 23,1% pour les deux années malgré que ces taux
minimaux ont eux aussi évolué positivement.

Le tableau suivant résume le tableau croisé pour en obtenir une vue synoptique.

Tableau 13. Résumé des taux de réussite au CEPE pour la Session 2009 et la Session 2010

Total
Moins [ 75% ; des
100%
de 75% 100% [ écoles
visitées

Ses-
sion 26,2% 63,1% 10,7% 100,0%
2009

Ses-
sion 22,3% 65,0% 12,6% 100,0%
2010

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 18/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Le résumé fourni dans ce tableau indique de légères progressions des résultats au CEPE des écoles puisque les
pourcentages des écoles ayant un taux de réussite de plus de 75% ont augmenté de près de 4% d’une Session à
l’autre.

2.3.3. Analyse comparative des résultats au CEPE selon les zones

La même analyse des résultats au CEPE est effectuée dans la présente section mais avec un regard comparatif
selon les zones urbaines et rurales avec l’aide du tableau suivant. Les pourcentages donnés dans les cases
internes (intersections de lignes et colonnes) révèlent les pourcentages des écoles répondant aux différentes
tranches concernées et selon chaque zone d’appartenance.

Tableau 14. Comparaison des résultats au CEPE selon les zones pour la Session 2009 et la Session 2010
Taux de réussite à la Session 2010
Total des
Moins de 75% [ 75% ; 100% [ 100%
écoles visitées
Taux de Moins de 75% 9,1% 6,1% 3,0% 18,2%
réussite à
la Session [ 75% ; 100% [ 6,1% 66,7% 0,0% 72,7%
2009
100% 0,0% 6,1% 3,0% 9,1%
Zone
urbaine Total des écoles visitées 15,2% 78,8% 6,1% 100,0%

Taux de Moins de 75% 18,6% 11,4% 0,0% 30,0%


réussite à
la Session [ 75% ; 100% [ 5,7% 42,9% 10,0% 58,6%
2009
100% 1,4% 4,3% 5,7% 11,4%
Zone
rurale Total des écoles visitées 25,7% 58,6% 15,7% 100,0%

Zone urbaine Zone rurale

Au vu des données de la zone urbaine et de la zone rurale en matière de taux de réussites au CEPE de plus de
75%, il est clair que la situation en zone urbaine est nettement meilleure avec un total de réussite de près de 76%
si ce total n’est que de 63% seulement pour la zone rurale. Les meilleures conditions de travail (ressources
humaines, ressources pédagogiques, ressources financières, non éloignement des écoles, etc.) dans le milieu
urbain sont interprétées être à l’origine de ces meilleurs résultats.

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 19/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

3. Analyse de la situation de l’offre

La présente partie va examiner le cas de l’offre au niveau des écoles visitées pour assurer le bon déroulement de
la scolarisation des enfants, c’est-à-dire :
 les ressources humaines, à travers les enseignants engagés par les FRAM, en renforcement aux enseignants
fonctionnaires,
 les ressources financières mises à disposition des écoles, et
 les ressources en infrastructures sanitaires des écoles, notamment les latrines et points d’eau.

3.1. Situation des enseignants FRAM

L’un des objectifs des Spots Checks a été de comprendre la situation des ressources humaines, en particulier les
enseignants engagés par les FRAM, c’est-à-dire les enseignants non fonctionnaires : ENF ou enseignants FRAM.

3.1.1. Analyse globale de la situation des enseignants FRAM

A l’exemple du phénomène existant à Madagascar, les écoles visitées disposent d’enseignants FRAM pendant les
deux années scolaires, à l’exception de deux écoles. En effet :
 l’EPP CRMM de la ZAP Antsenakely Andraikiba (CISCO Antsirabe I, DREN Vakinankaratra) n’a engagé
aucun enseignant FRAM ni pour 2009-2010, ni pour 2010-2011, et
 l’EPP Faliarivo Ambanidia de la ZAP Antananarivo II (CISCO Antananarivo Renivohitra, DREN Analamanga)
n’a engagé aucun enseignant FRAM en 2009-2010, mais a dû recruter un enseignant FRAM (évidemment
non subventionné) en 2010-2011.

Le tableau suivant indique le nombre total des FRAM subventionnés et non subventionnés des écoles visitées.

Tableau 15. Nombre des enseignants FRAM

Non
Subven- Ensem-
subven-
tionnés ble
tionnés

2009- 331 114 445


2010 (74,4%) (25,6%) (100,0%)

2010- 336 151 487


2011 (69,0%) (31,0%) (100,0%)

Si le nombre d’enseignants FRAM subventionnés n’a augmenté que de 5 agents, la proportion des enseignants
FRAM non subventionnés a relativement augmenté en passant de près de 26% à près de 31%, de 2009-2010 à
2010-2011.

Une telle situation indique une augmentation des besoins en ressources humaines au niveau des écoles, malgré
l’augmentation minime du nombre des enseignants FRAM subventionnés. En effet, ce dernier doit respecter un
quota par école imposé par le Ministère de l’Education Nationale (MEN).

Le tableau suivant va indiquer la répartition de ces enseignants FRAM par école.

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 20/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Tableau 16. Répartition par école du nombre des enseignants FRAM


Nombre d'écoles ayant des enseignants FRAM
Nombre d'enseignants FRAM par école
subventionnés non subventionnés

0 enseignant 5 45

1 à 3 enseignants 67 52

2009-2010 4 à 6 enseignants 23 7

7 enseignants et plus 9 0

Total des écoles visitées 104 104

0 enseignant 6 40

1 à 3 enseignants 66 51

2010-2011 4 à 6 enseignants 22 12

7 enseignants et plus 10 1

Total des écoles visitées 104 104

Le tableau suivant indique le nombre moyen d’enseignants FRAM par école et confirme les données du tableau
précédent.

Tableau 17. Nombre moyen par école d'enseignants FRAM

2009-2010 2010-2011

Subventionnés 3,2 3,2

Non subventionnés 1,1 1,5

Ensemble 4,3 4,7

En général, autant en 2009-2010 qu’en 2010-2011, au niveau d’une école, l’association FRAM engage jusqu’à 3
enseignants, parfois même jusqu’à 6. En effet, à cause du manque d’enseignants fonctionnaires, le FRAM est
obligé de prendre ses responsabilités pour assurer le bon déroulement de la scolarisation des enfants. Mais de tels
efforts des parents n’aboutissent pas toujours à alléger la charge des enseignants. Le tableau suivant donne le
ratio élèves/enseignant FRAM.

Tableau 18. Ratio élèves/enseignant FRAM

2009-2010 2010-2011

Subventionnés 137 134

Non subventionnés 398 299

Ensemble 102 93

Il est vrai que la charge donnée décrite par ces données est plutôt lourde puisqu’elle s’élève en moyenne jusqu’à
près de 100, même si elle diminue de 9% de 2009-2010 à 2010-2011. Toutefois, ces données n’indiquent pas les

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 21/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

enseignants fonctionnaires qui, bien sûr, partagent la responsabilité d’encadrement des élèves avec les
enseignants FRAM et atténuent l’interprétation de ces données.

Le tableau suivant indique l’évolution du nombre par école des enseignants FRAM.

Tableau 19. Evolution du nombre par école des enseignants FRAM


Non
Subventionnés
subventionnés
Evolution 1 4
négative (1,0%) (3,8%)
92 42
Sans évolution
(88,5%) (40,4%)
Evolution 6 13
positive (5,8%) (12,5%)
Evolution non 5 45
définissable (4,8%) (43,3%)

Total des écoles 104 104


visitées (100,0%) (100,0%)

Avant d’entamer l’analyse du tableau, il est nécessaire d’indiquer que le terme « évolution non définissable » relate
le cas des écoles où en 2009-2010, l’école n’a pas engagé d’enseignants FRAM (subventionnés ou non), mais
qu’en 2010-2011, ils ont dû en recruter.

Au sein de la majorité des écoles, le nombre des enseignants FRAM n’a pas évolué, surtout pour les enseignants
FRAM subventionnés avec près de 89%. Mais une telle situation est régulière puisqu’au sein du MEN, un quota
d’enseignants FRAM subventionnés est imposé par école. Pour le cas des enseignants FRAM non subventionnés,
une évolution est plus visible. En effet, l’association FRAM est une association privée ayant la liberté en matière
d’enseignants à engager. D’ailleurs,
 près de 8% des écoles n’ayant pas eu d’enseignants FRAM non subventionnés en 2009-2010 ont eu à en
engager en 2010-2011 pour assurer la qualité de l’éducation de leurs élèves, et
 près de 12,5% des écoles ont augmenté le nombre d’enseignants FRAM non subventionnés en 2010-2011.

3.1.2. Analyse croisée de la situation des enseignants FRAM

Il est utile d’effectuer une analyse croisée de la situation des enseignants FRAM pour les deux années scolaires
2009-2010 et 2010-2011. A cet effet, le tableau suivant en fournit les éléments.

Tableau 20. Tableau croisé des effectifs des enseignants FRAM


Nombre de FRAM subventionnés 2010-2011

0 1à3 4 et + Total
5 0 0 5
0
(4,8%) (0,0%) (0,0%) (4,8%)
1 66 0 67
Nombre de FRAM 1à3
(1,0%) (63,5%) (0,0%) (64,4%)
subventionnés
2009-2010 0 0 32 32
4 et +
(0,0%) (0,0%) (30,8%) (30,8%)
6 66 32 104
Total
(5,8%) (63,5%) (30,8%) (100,0%)

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 22/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Nombre de FRAM subventionnés 2010-2011

0 1à3 4 et + Total
37 7 1 45
0
(35,6%) (6,7%) (1,0%) (43,3%)

Nombre de FRAM 3 44 5 52
1à3
non (2,9%) (42,3%) (4,8%) (50,0%)
subventionnés 0 0 7 7
2009-2010 4 et +
(0,0%) (0,0%) (6,7%) (6,7%)
40 51 13 104
Total
(38,5%) (49,0%) (12,5%) (100,0%)

Le tableau croisé présenté ici confirme le fait qu’une évolution du nombre des enseignants FRAM n’est pas très
importante surtout pour ceux qui sont subventionnés. En effet,
 seule une école ne se situe pas dans la diagonale du tableau pour les enseignants FRAM subventionnés, et
 16 écoles pour le cas des enseignants FRAM non subventionnés.
Par ailleurs, 13 de ces 16 écoles suscitées pour les cas des enseignants FRAM non subventionnés se situent au
dessus de la diagonale, c’est-à-dire dans le sens d’une évolution positive.

3.1.3. Analyse comparative de la situation des enseignants FRAM selon les zones

Le tableau suivant indique le nombre total des FRAM subventionnés et non subventionnés des écoles visitées
répartis selon les zones.

Tableau 21. Nombre des enseignants FRAM selon les zones


Zone urbaine Zone rurale
Non Non
Subventionnés Ensemble Subventionnés Ensemble
subventionnés subventionnés
156 36 192 175 78 253
2009-2010
(81,3%) (18,8%) (100,0%) (69,2%) (30,8%) (100,0%)
158 62 220 178 89 267
2010-2011
(71,8%) (28,2%) (100,0%) (66,7%) (33,3%) (100,0%)

L’augmentation des besoins en ressources humaines au niveau des écoles décrite dans le cas général est surtout
manifeste en milieu urbain. En effet, si la différence en répartition d’une année à l’autre du nombre d’enseignants
FRAM non subventionnés s’élève à près de 9,4% en milieu urbain, elle n’est que de 2,5% en milieu rural.

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 23/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Or il a été dit que l’augmentation en effectifs des élèves est plus importante pour le milieu rural que pour le milieu
urbain. Une telle situation aggrave d’autant plus le déséquilibre en ressources humaines en zone urbaine et zone
rurale.

Mais il est aussi évident que, malgré leurs besoins en ressources humaines, les FRAM en milieu rural hésitent plus
avant d’engager des enseignants. En effet, leur pouvoir d’achat y est plus problématique qu’en milieu urbain. De
plus, en milieu urbain, les opportunités d’activités génératrices de revenu sont plus importantes qu’en milieu rural.

Tableau 22. Nombre par école des enseignants FRAM selon les zones
Nombre d'écoles de la zone urbaine Nombre d'écoles de la zone rurale
Nombre ayant des enseignants FRAM ayant des enseignants FRAM
d'enseignants FRAM
par école non non
subventionnés subventionnés
subventionnés subventionnés
3 13 2 32
0
(9,1%) (39,4%) (2,8%) (45,1%)
12 18 55 34
1à3
(36,4%) (54,5%) (77,5%) (47,9%)
2009- 10 2 13 5
4à6
2010 (30,3%) (6,1%) (18,3%) (7,0%)
8 0 1 0
7 et +
(24,2%) (0,0%) (1,4%) (0,0%)
33 33 71 71
Total des écoles visitées
(100%) (100%) (100%) (100%)
4 11 2 29
0
(12,1%) (33,3%) (2,8%) (40,8%)
11 15 55 36
1à3
(33,3%) (45,5%) (77,5%) (50,7%)
2010- 9 6 13 6
4à6
2011 (27,3%) (18,2%) (18,3%) (8,5%)
9 1 1 0
7 et +
(27,3%) (3,0%) (1,4%) (0,0%)
33 33 71 71
Total des écoles visitées
(100%) (100%) (100%) (100%)
2009-2010 2010-2011

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 24/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Pour mieux comprendre la situation, le tableau suivant indiquant la moyenne du nombre d’enseignants FRAM au
sein d’une école.

Tableau 23. Moyenne par école du nombre d'enseignants FRAM selon les zones

2009-2010 2010-2011

Urbain Rural Urbain Rural

Subventionnés 4,7 2,5 4,8 2,5

Non subventionnés 1,1 1,1 1,9 1,3

Ensemble 5,8 3,6 6,7 3,8

Le phénomène de recrutement jusqu’à 3 enseignants, voire même jusqu’à 6, relaté dans le cas général, est
confirmé pour chacune des deux zones. Toutefois, il est plus important en zone rurale puisque tel est le cas de
près de 96% des écoles, si ce niveau n’est que près de 67% en milieu urbain. Une telle situation est d’autant plus
difficile à assumer par les parents du monde milieu rural au vu de leur pourvoir d’achat. Mais elle est aussi
expliquée par le fait que le milieu rural manque plus d’enseignants fonctionnaires que le milieu urbain. En effet,
souvent les enseignants fonctionnaires demandent une mutation en milieu urbain après quelques années
d’enseignement.

Le tableau suivant fournit les détails relatifs au ratio élèves/enseignant. Il est évident que ce ratio doit être
interprété prudemment puisqu’il n’inclut pas les enseignants fonctionnaires.

Tableau 24. Ratio élèves/enseignant FRAM selon les zones

2009-2010 2010-2011

Urbain Rural Urbain Rural

Subventionnés 150 125 148 122

Non subventionnés 652 280 377 244

Ensemble 122 86 106 81

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 25/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

La différence entre la zone urbaine et la zone rurale indiquée par ce tableau comparatif est surtout dans le sens
d’un plus grand allègement des charges pour le milieu urbain avec une différence de -13% par rapport au milieu
rural où la différence est de -6%.

Toutefois, il est aussi vrai que la charge pour le milieu rural est plus légère à l’origine. L’écart entre les deux zones
en est donc réduit surtout qu’une augmentation des effectifs des élèves a été remarquée en milieu rural, tel n’est
pas le cas du milieu urbain.

Le tableau suivant donne un état comparatif de l’évolution du nombre d’enseignants FRAM selon les zones.

Tableau 25. Evolution du nombre par école des enseignants FRAM selon les zones entre 2009-2010 et
2010-2011
Evolution Sans Evolution Evolution non Total des écoles
négative évolution positive définissable visitées
FRAM 1 26 3 3 33
Zone subventionnés (3,0%) (78,8%) (9,1%) (9,1%) (100,0%)
urbaine FRAM non 2 10 8 13 33
subventionnés (6,1%) (30,3%) (24,2%) (39,4%) (100,0%)

FRAM 0 66 3 2 71
Zone subventionnés (0,0%) (93,0%) (4,2%) (2,8%) (100,0%)
rurale FRAM non 2 32 5 32 71
subventionnés (2,8%) (45,1%) (7,0%) (45,1%) (100,0%)
Zone urbaine Zone rurale

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 26/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Que ce soit en milieu urbain qu’en milieu rural, le recrutement de nouveaux enseignants FRAM est important
d’une année à l’autre. Toutefois, le cas du milieu urbain est plus important puisque près de 64% des écoles ont
adopté cette démarche si ce n’est que près de 52% en milieu rural.

Une telle situation renforce le paradoxe relatif car le milieu rural a vu les effectifs de ses élèves augmentés alors
qu’en milieu urbain, la tendance a été plutôt à la diminution des effectifs. Mais cette situation paradoxale est
toujours expliquée par cette plus grande prudence des FRAM a recruté des enseignants étant donné la carence
en moyens financiers qu’ils doivent faire face, malgré l’augmentation des effectifs. D’autant plus qu’une telle
augmentation des effectifs proviennent des familles vulnérables ayant migré du milieu urbain vers le milieu rural à
cause de la crise socio-politique.

Le tableau suivant termine l’analyse comparative de la situation des enseignants FRAM avec une vue synoptique
croisée des années 2009-2010 et 2010-2011.

Tableau 26. Tableau croisé des effectifs des enseignants FRAM selon les zones
Nombre de FRAM subventionnés 2010-2011

0 1à3 4 et + Total
3 0 0 3
0
(9,1%) (0,0%) (0,0%) 9,1%)
Nombre de 1 11 0 12
FRAM 1à3
(3,0%) (33,3%) (0,0%) 36,4%)
subventionnés
en zone urbaine 0 0 18 18
4 et +
en 2009-2010 (0,0%) (0,0%) (54,5%) 54,5%)

Cas des 4 11 18 33
Total
enseignants (12,1%) 33,3%) (54,5%) 100,0%)
FRAM 2 0 0 2
subventionnés 0
(2,8%) (0,0%) (0,0%) (2,8%)
Nombre de 0 55 0 55
FRAM 1à3
(0,0%) (77,5%) (0,0%) (77,5%)
subventionnés
en zone rurale 0 0 14 14
4 et +
en 2009-2010 (0,0%) (0,0%) (19,7%) (19,7%)
2 55 14 71
Total
(2,8%) (77,5%) (19,7% (100,0%)
10 2 1 13
0
(30,3%) (6,1%) (3,0%) (39,4%)
Nombre de 1 13 4 18
FRAM non 1à3
(3,0%) (39,4%) (12,1%) (54,5%
subventionnés
en zone urbaine 0 0 2 2
4 et +
en 2009-2010 (0,0%) (0,0%) (6,1%) (6,1%)

Cas des 11 15 7 33
Total
enseignants (33,3%) (45,5%) (21,2%) (100,0%)
FRAM non 27 5 0 32
subventionnés 0
(38,0%) (7,0%) (0,0%) (45,1%)
Nombre de 2 31 1 34
FRAM non 1à3
(2,8%) (43,7%) (1,4%) (47,9%)
subventionnés
en zone rurale 0 0 5 5
4 et +
en 2009-2010 (0,0%) (0,0%) (7,0%) (7,0%)
29 36 6 71
Total
(40,8%) (50,7%) (8,5%) (100,0%)

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 27/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

La situation des milieux urbain et rural confirme l’analyse croisée effectuée dans le cas général. Autrement dit, la
situation plutôt stable sans évolution d’une année scolaire à l’autre.

Toutefois, il est nécessaire de préciser que, pour les enseignants non subventionnés, les évolutions positives
apparues dans le cas général proviennent autant des enseignants FRAM de la zone urbaine que des enseignants
de la zone rurale. Il en est de même pour le cas des évolutions négatives. Le comportement des FRAM sont donc
similaires dans les deux zones.

3.3.4. Paiement des prestations des enseignants FRAM

Au terme de la présente analyse relative aux enseignants FRAM, il reste à relater leur situation en matière de
paiement de leurs prestations. Tous les enseignants FRAM subventionnés ont reçu toutes leurs subventions
jusqu'au dernier bimestre de l’année scolaire 2009-2010. Ce dernier a été reçu au plus tard en Octobre 2010.
Aucun n’a été encore payé pour la nouvelle année scolaire 2010-2011. Ainsi, les associations FRAM sont obligées
de les aider plus que la normale. En milieu rural, les aides sont en nature en leur offrant des produits agricoles ou
avicoles. En milieu urbain, les aides sont plutôt en numéraire mais le volume de ces aides ne sont pas toujours
égales et dépendent du dynamisme du FRAM de chaque école.

Pour ce qui concerne les enseignants FRAM non subventionnés, leurs situations sont données dans le tableau
suivant. Les cas des non réponses correspondent au cas où l’école ne dispose pas d’enseignants non
subventionnés.

Tableau 27. Paiement des prestations des enseignants FRAM non subventionnés

Paiements
effectués
Sans
réponse
Oui Non

Nombre
48 11 45
2009 d’écoles
-
2010 Proportion
81,4 18,6 -
(%)

Nombre
50 14 40
2010 d’écoles
-
2011 Proportion
78,1 21,9 -
(%)

Des paiements de prestations d’enseignants non subventionnés n’ont pas été effectués pour près de 19% des
écoles concernées en 2009-2010 et près de 22% en 2010-2011. Dans de tels cas, les enseignants sont des
bénévoles, surtout des jeunes enseignant comme dans le cadre de stages d’emploi, en attendant de trouver de
situation plus stable.

Pour les enseignants ayant été payés, tous les paiements relatifs au mois d’Octobre de l’année scolaire 2010-2011
ont été effectués à la fin du mois d’Octobre 2010. Mais les cas se rapportant à l’année scolaire 2009-2010 sont
plutôt disparates. Le tableau suivant relate cette disparité.

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 28/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Tableau 28. Période du dernier paiement des prestations des enseignants FRAM non subventionnés pour
l’année scolaire 2009-2010

Sep-
Juillet Août
tembre

Nombre
d’écoles 15 2 25
concernées

Proportion
35,7 4,8 59,5
(%)

Les données du tableau indiquent que :


 près de 36% des écoles concernées ne paient pas leurs enseignants FRAM pendant les vacances,
 près de 5% les paient mais seulement partiellement, c’est-à-dire un mois sur deux.
Toutefois, outre les paiements en nature, la majorité des écoles (59%) paient les enseignants non subventionnés
12 mois sur 12, surtout en milieu urbain.

3.2. Situation financière

Un des objectifs des Spots Checks a été de comprendre le fonctionnement des ressources financières, notamment
les caisses écoles, devant être mises à disposition des écoles pour faire face au bon déroulement de la
scolarisation des enfants. Or aucune école visitée n’a reçu ni la caisse école pour l’année scolaire 2009-2010, ni a
fortiori celle de l’année scolaire 2010-2011.

Pour faire face aux dépenses obligatoires, elles ont surtout dû faire appel aux parents malgré que l‘éducation
primaire soit supposée être gratuite. Toutefois, certaines écoles ont des activités lucratives ou disposent de
ressources financières permanentes telles que la location de parking ou de salles de classe, surtout en milieu
urbain.

3.3. Situation des infrastructures

Le dernier objectif des Spots Checks a été de constater les conditions des infrastructures sanitaires des écoles
(latrines et points d’eau).

3.3.1. Situation des latrines

Un des faits les plus positifs perçus lors des Spots Checks dans le cas des écoles en zone urbaine consiste en
l’existence de latrines au sein de toutes les écoles visitées sans exception, même si les états des lieux sont
différents d’une école à l’autre. Tels n’est pas le cas de la zone rurale car 10 écoles n’en possèdent pas.

Le tableau suivant donne les détails dans ce sens.

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 29/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Tableau 29. Etat des lieux des latrines

Zone Zone
Ensemble
urbaine rurale

12 30 42
Bon
(36,4%) (42,3%) (40,4%)

Assez bon ou 7 7 14
moyen (21,2%) (9,9%) (13,5%)

14 24 38
Mauvais
(42,4%) (33,8%) (36,5%)

Non réponse car 0 10 10


pas de latrines (0,0%) (14,1%) (9,6%)

Total des écoles 33 71 104


visitées (100,0%) (100,0%) (100,0%)

La majorité des écoles (54%) disposent de bon ou d’assez bon état des lieux pour les latrines aussi bien en milieu
urbain qu’en milieu rural. Toutefois, des latrines correctes, permettant aux élèves d’être éduqués dans un
environnement respectant ses droits en matière de santé, n’existent pas au niveau de plus de 36% des écoles
visitées. Et même près de 10% n’en possèdent même pas.

Pour certains cas, même si les latrines proprement dites sont acceptables, la toiture et les portes ne sont pas
correctes puisqu’elles ont été construites qu’avec des matériaux de récupération. Pour d’autres cas, même si les
latrines ont été construites récemment (au plus depuis deux ans), leurs constructions n’ont pas respecté les
normes en vigueur et leurs états ont été très rapidement très critiques.

Le tableau suivant précise les périodes de leurs dernières réparations. Les cas de non réponses (près du quart des
écoles) consistent aux cas où les responsables ne connaissent pas la date de la dernière réparation. L’explication
en est que, pour la plupart d’entre eux, ils se disent nouvellement nommés et ne disposent pas d’archives dans ce
sens.

Tableau 30. Périodes des dernières réparations des latrines

Zone Zone
Ensemble
urbaine rurale

5 5 10
Avant 2000
(7,0%) (15,2%) (9,6%)

4 19 23
2000-2006
(26,8%) (12,1%) (22,1%)

17 28 45
2007-2010
(39,4%) (51,5%) (43,3%)

7 19 26
Non réponses
(26,8%) (21,2%) (25,0%)

Total des écoles 33 71 104


visitées (100,0%) (100,0%) (100,0%)

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 30/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Environ plus 40% des écoles, surtout en milieu rural, ont récemment effectué des réparations. Pour certaines
écoles, les latrines constituent un vrai danger pour les enfants à cause de problèmes de dallages qui sont dans un
état délabré et qui risquent de s’effondrer. De plus, dans le cas où les toilettes sont des fosses sceptiques, des
problèmes résistent car elles ne sont pas munies d’adduction d’eau pour leur nettoyage et elles sont souvent
bouchées. Mais étant donné que les écoles ne disposent pas de suffisamment de fonds pour faire face à de
grands investissements, ces réparations restent plutôt dans des cas d’urgence et ne règlent que les problèmes
superficiels.

3.3.2. Situation des points d’eau

Le tableau suivant propose l’existence ou non de points d’eau au niveau des écoles.

Tableau 31. Existence de points d’eau

Zone Zone
Ensemble
urbaine rurale

31 46 77
Oui
(93,9%) (64,8%) (74,0%)

2 25 27
Non
(6,1%) (35,2%) (26,0%)

Total des écoles 33 71 104


visitées (100,0%) (100,0%) (100,0%)

Si en milieu urbain seules deux écoles visitées ne sont pas dotées de points d’eau, la situation en milieu rural est
plus inquiétante puisque près de 35% des écoles n’en disposent pas. Ainsi, dans ces cas, les enfants emmènent
en classe tous les matins une bouteille d’eau en plastique de 1,5 litres pour servir à tout besoin à l’école, tels que
lavement de mains, nettoyage de tableaux ou autres infrastructures, … Toutefois, certaines écoles sont construites
non loin d’un point d’eau du village. Mais une telle situation n’est ni viable ni sécurisante car elle entraîne que les
élèves sortent de l’enceinte de l’école pendant les heures de cours.

Le tableau suivant indique l’état des lieux des points d’eau.

Tableau 32. Etat des lieux des points d’eau


Zone Zone
Ensemble
urbaine rurale

11 21 32
Bon
(33,3%) (29,6%) (30,8%)

Assez bon ou 8 9 17
moyen (24,2%) (12,7%) (16,3%)

12 16 28
Mauvais
(36,4%) (22,5%) (26,9%)

Non réponse car pas 2 25 27


de point d’eau (6,1%) (35,2%) (26,0%)

Total des écoles 33 71 104


visitées (100,0%) (100,0%) (100,0%)

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 31/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Que ce soit en milieu urbain ou en milieu rural, une proportion non négligeable de points d’eau, pour plus du quart
des écoles, ne présente pas des conditions d’utilisation favorable aux élèves puisqu’ils sont dans de mauvais, voire
même très mauvais états. De plus, les problèmes rencontrés ne sont pas identiques. En effet,
 en milieu urbain, les problèmes résident essentiellement au niveau des robinets et les tuyaux :
- pour les robinets, les écoles doivent en permanence les changer, parfois même mensuellement : la qualité
des robinets disponibles sur le marché ne répond pas aux exigences créées par l’utilisation permanente
des élèves,
- pour les tuyaux d’adduction, ils sont souvent abimés, usés ou même cassés et ne permettent pas à l’eau
d’arriver normalement, et
 en milieu rural, divers types de problèmes apparaissent :
- l’eau n’est pas toujours potable puisqu’elle provient de puits non entretenus,
- l’environnement immédiat des points d’eau ne respecte pas les normes en vigueur,
- l’eau n’est pas toujours disponible car il existe des problèmes de niveau d’eau de réservoir ou encore d’eau
tarie par la sécheresse.

Le tableau suivant indique les périodes des dernières réparations des points d’eau des écoles visitées. A l’instar
des cas des toilettes, les cas de non réponses sont les cas où les responsables ne sont pas au courant de ces
dates de réparations.

Tableau 33. Périodes des dernières réparations des points d’eau

Zone Zone
Ensemble
urbaine rurale

11 21 32
Avant 2000
(33,3%) (29,6%) (30,8%)

8 9 17
2000-2006
(24,2%) (12,7%) (16,3%)

12 16 28
2007-2010
(36,4%) (22,5%) (26,9%)

2 25 27
Non réponses
(6,1%) (35,2%) (26,0%)

Total des écoles 33 71 104


visitées (100,0%) (100,0%) (100,0%)

Si, en général près du quart des écoles ont fait des réparations en matière de point d’eau depuis les trois dernières
années, lus de la moitié des écoles (avant 2000 et non réponses réunis) n’ont pas effectué de travaux de
rénovation.

D’ailleurs pour les cas où les écoles ont entrepris des travaux, ces derniers n’ont été entrepris que pour faire face
aux problèmes urgents. Etant donné que les moyens financiers des écoles sont limités, voire même inexistants,
surtout depuis que les caisses écoles ne leur sont pas attribuées, les écoles ne priorisent pas l’entretien des
infrastructures dans leur programmation.

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 32/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

3.3.3. Autres infrastructures

Même si le questionnaire, proposé pour les Spots Checks, ne questionne pas sur les infrastructures autres que les
latrines et les points d’eau, le constat de visu sur place permet d’émettre quelques remarques.

Lors des visites, la majorité des écoles présentent des états de lieux laissant plutôt à désirer. Mais il est quand
même nécessaire de citer que certaines écoles sont très bien entretenues à l’instar de deux cas notables :
 l’EPP Ambohibao de la ZAP Antehiroka (CISCO Ambohidratrimo, DREN Analamanga), et
 l’EPP Andoharanofotsy de la ZAP Andoharanofotsy (CISCO Antananarivo Atsimondrano, DREN
Analamanga).
L’environnement y est très accueillant. Les salles de classes, les bureaux, les cantines et les préaux sont très
propres et les salles sont même cirées en permanence.

Toutefois, malgré ces bons constats qui apparaissent comme des cas d’exception, d’énormes problèmes résistent
au niveau des écoles :
 pour les toitures :
- des toitures laissant passer la pluie car vraiment elles sont très abimées par l’usure,
- des problèmes d'existence de chauves souris dans les toitures empêchant le bon déroulement des cours,
 en ce qui concerne l’enceinte de l’école :
- existence de mare dangereuse derrière l'école alors qu'il n'existe pas ni de mur de protection, ni de mur
d’enceinte,
- inexistence de murs d’enceinte pour parer les enfants de tous dangers, notamment la circulation,
- proximité avec des établissements de cycle supérieur (collège ou même lycée) pouvant perturber
l’éducation des jeunes enfants, et
 par rapport à l’exigüité des infrastructures : les directeurs ne disposent pas de bureau séparé.

Le manque de tables bancs est aussi remarqué pour plusieurs écoles.

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 33/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

Au terme du présent rapport, globalement, il peut être mentionné que, en dépit de quelques cas favorables
notables, l’état des lieux peut plutôt être conclu en défaveur des droits des enfants. En effet, malgré que les
responsables aient déclaré que la rentrée s’est déroulée tant bien que mal, des difficultés financières résident
surtout depuis que les caisses écoles n’ont pas été transmises aux écoles. Les parents doivent alors contribuer
financièrement plus qu’en situation normale pour ne pas interrompre la scolarisation de leurs enfants. Or la
situation est paradoxale face à la situation de crise socio-politique vécue par le pays car les parents envoyant leurs
enfants au niveau des écoles publiques sont surtout les parents qui voient leur pouvoir d’achat diminué.

Ainsi, des recommandations relevées au niveau des écoles sont primordiales pour que la scolarisation des enfants
pour cette année scolaire 2010-2011 se déroule dans de meilleures conditions et favorisent le maintien des enfants
à l’école.

Même si des appuis en matière de réhabilitation d’infrastructures sont nécessaires, ils sont plutôt difficiles à
réaliser. Ainsi, des priorités pouvant être plus facilement et plus rapidement réalisables sont recommandées, tels
que :
 la dotations en fournitures scolaires des enfants vulnérables : en effet, l’une des raisons de diminution des
effectifs des élèves, surtout en milieu urbain, est la diminution du pouvoir d’achat des parents qui évoquent
la raison de non disponibilité de fournitures scolaires comme une des raisons de non envoi de leurs enfants
à l’école,
 l’appui des écoles en denrées alimentaires afin de faire fonctionner en rythme plus régulier la cantine scolaire
pour éviter l'absentéisme fréquent des élèves, et
 la dotation de livres de lecture des bibliothèques : en effet, nombreuses sont les écoles qui disposent de
bibliothèques, dont certaines sont nouvellement construites, mais les étagères sont dans la majorité de cas
dépourvues de livres adéquats pour compléter l’éducation des enfants.

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 34/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Annexe 1. QUESTIONNAIRE A LA BASE DES SPOTS CHECKS

DREN : …………………………………………………… Nom de la personne ayant répondu au questionnaire


CISCO : …………………………………………………… ……………………………………………………………..
ZAP : ……………………………………………………… Ses fonctions ou responsabilités au niveau de l’école
Ecole : …………………………………………………… ……………………………………………………………..
Zone :  Urbaine  Rurale Date : ………………………………………………………

EFF E CT IF D E S EL E V E S
2009-2010 2010-2011
Garçons Filles Total Garçons Filles Total

ST AT I ST IQ U E D E L ’ E X AM E N C EP E
2008-2009 2009-2010
Inscrits Présents Admis Inscrits Présents Admis

EN S E IG N AN T S F R AM ( O U EN S E IG N ANT S NO N FO NCT IO NN AI R E S)
2009-2010 2010-2011
Payés Date dernier Payés Date dernier
Nombre Nombre
Oui / Non paiement Oui / Non paiement
FRAM subventionnés
FRAM non
subventionnés

C AI S S E ECO L E ( NO N FCL )
2009-2010 2010-2011
Somme Somme Somme Somme
Reçue Date de Reçue Date de
prévue par totale prévue par totale
Oui / Non perception Oui / Non perception
élève reçue élève reçue

L AT RI NE S ET P O I NT D’ E AU
Latrines Points d’eau
Existant Etat Date dernière Existant Etat Date dernière
Oui / Non Bon / Mauvais réparation Oui / Non Bon / Mauvais réparation

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 35/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Annexe 2. LISTE DES ECOLES ET DES REPONDANTS AU QUESTIONNAIRE

U = Urbain R = Rural

Zone
Nom du répondant au
N° DREN CISCO ZAP Ecole Fonction
questionnaire

Antananarivo RAMAHAZOMANANA
01 Analamanga Antananarivo I 67 Ha Nord U Directeur
Renivohitra Georges André

Antananarivo Andohatapenaka ANDRIANJAFIMIADANA


02 Analamanga Antananarivo I U Directeur
Renivohitra I Augustin

Antananarivo Andohatapenaka RAZAFIMAMONJY


03 Analamanga Antananarivo I U Directeur
Renivohitra II Richard

Antananarivo ANDRIANOMANANA
04 Analamanga Bemasoandro Anosimasina R Directeur
Atsimondrano Rabodo

Antananarivo Antanety RAZAFIMANATRATRA


05 Analamanga Bemasoandro R Directeur
Atsimondrano Bemasoandro Saturnin

Antananarivo Ambodiamberivat ANDRIAMANANTSOA


06 Analamanga Bemasoandro R Directeur
Atsimondrano ry Evariste

Antananarivo RAHARIMIALY Noeline


07 Analamanga Antananarivo IV Ankaditoho U Directeur
Renivohitra Olivia

Antananarivo Directeur
08 Analamanga Antananarivo IV Soanierana I U RATIARISOA Julie Martine
Renivohitra Adjoint

Antananarivo RAMANANDRAITSIORY
09 Analamanga Antananarivo II Manakambahiny U Directeur
Renivohitra Marie Angèle

Antananarivo Faliarivo ANDRIANAVAHY Hanta


10 Analamanga Antananarivo II U Directeur
Renivohitra Ambanidia Chérie

Antananarivo RAZAFINDRALAMBO
11 Analamanga Antananarivo I Ankadivato U Directeur
Renivohitra Voahangimanisa

Antananarivo
12 Analamanga Antananarivo III Vohibola U RA-MELINA Jeremie Marie Directeur
Renivohitra

Antananarivo RAZAFINDRAKOTO
13 Analamanga Antananarivo III Behoririka U Directeur
Renivohitra Fidison

Antananarivo RAZAFINDRASOLO
14 Analamanga Andranonahoatra Ambohimamory R Directeur
Atsimondrano Lalaoharisoa Jeannette

Antananarivo RAZANAMIARINTSOA
15 Analamanga Antananarivo VI Ambodihady U Directeur
Renivohitra Justine

Antananarivo
16 Analamanga Antananarivo VI Anosisoa II U RAPANOELINA Directeur
Renivohitra

Antananarivo
17 Analamanga Antananarivo VI Ambodimita U RANDRIANASOLO Directeur
Renivohitra

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 36/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Zone
Nom du répondant au
N° DREN CISCO ZAP Ecole Fonction
questionnaire

Ambohidratri
18 Analamanga Antehiroka Ambohibao R ROUBAB Vivianne Directeur
mo

Ambohidratri RANDIMBISON Fredy


19 Analamanga Antehiroka Amboaroy R Directeur
mo Nestor

Ambohidratri RANDRIANANDRASANA Directeur


20 Analamanga Antehiroka Antsahavory R
mo Sylvain Adjoint

Ambohidratri
21 Analamanga Ivato Ivato Base R NADIR Rakotonirina Directeur
mo

Ambohidratri
22 Analamanga Ivato IvatoTanana R RAZOLIARIMANANA Julie Directeur
mo

Ambohidratri RANIVOARIMANANA
23 Analamanga Ivato Mandrosoa R Directeur
mo Clarisse Georgine

Ambohidratri
24 Analamanga Talatamaty Talatamaty R RAMASIARISOA Blandine Directeur
mo

Ambohidratri RABODOSAHONDRA
25 Analamanga Talatamaty Mandriambero R Directeur
mo Marie Alphonsine

Ambohidratri RAHARIMANANA Emilien


26 Analamanga Talatamaty Amboropotsy R Directeur
mo Harison

Antananarivo RAHARIMALALA Jeanne


27 Analamanga Antananarivo V Amboniloha U Directeur
Renivohitra Josette

Antananarivo Andafiatsimo
28 Analamanga Tanjombato R RAHARIMINO Lucie Directeur
Atsimondrano Tanjombato

Antananarivo RALISON Rakotoarimina


29 Analamanga Andoharanofotsy Andoharanofotsy R Directeur
Atsimondrano Achille

Antananarivo
30 Analamanga Anjomakely Bongatsara R RANDRIANAIVO Jules Directeur
Atsimondrano

Antananarivo RAZANADRASOA
31 Analamanga Anjomakely Amboanjobe R Directeur
Atsimondrano Yollande

Antananarivo RASOAZANAKINIAINA
32 Analamanga Tsararivotra Ankorondrano R Directeur
Atsimondrano Sahondra

Antananarivo RANJAHARISOA Violette


33 Analamanga Tsararivotra Tsiafahy I R Directeur
Atsimondrano Diane

Antananarivo RANDRIANASOLO Jean


34 Analamanga Tsararivotra Ambatolokanga R Directeur
Atsimondrano Pierre

Antananarivo
35 Analamanga Tsararivotra Ambohibololona R RANAIVO Régis Directeur
Atsimondrano

Antananarivo
36 Analamanga Tsararivotra Ambohaja R RASOARIMALALA Martine Directeur
Atsimondrano

Antananarivo RABEMANANTSOA
37 Analamanga Ambalavao Ampangabe R Directeur
Atsimondrano Théodore

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 37/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Zone
Nom du répondant au
N° DREN CISCO ZAP Ecole Fonction
questionnaire

Antananarivo RAZANAMPARANY
38 Analamanga Ambalavao Lohamandry R Directeur
Atsimondrano Voahanginirina

Antananarivo RANDRIAMANANJARA
39 Analamanga Ambalavao Ambohibary R Directeur
Atsimondrano Jean Claude

Antananarivo
40 Analamanga Ambalavao Ambohitsilaizina R RABARIVELO Alfred Directeur
Atsimondrano

Antananarivo
41 Analamanga Andoharanofotsy Iavoloha R RAHANTARIFETRA Lydia Directeur
Atsimondrano

Antananarivo RAZANAMALALA
42 Analamanga Tsararivotra Andrefandrano R Directeur
Atsimondrano Suzanne

43 Itasy Arivonimamo Ambatomirahavavy Antanety I R RAHARITIANA Sahondra Directeur

Ambohidranoman RAKOTONDRASOA
44 Itasy Arivonimamo Ambatomirahavavy R Directeur
ga Henintsoa

NY ONITRA Ambinintsoa
45 Itasy Arivonimamo Ambatomirahavavy Ambohibato R Directeur
Tahina

RAJAOBELISON Zoelisoa
46 Itasy Arivonimamo Ambatomirahavavy Andriantompoiray R Directeur
Hanta

47 Itasy Arivonimamo Imerintsiatosika I Imerintsiatosika R RAZAKARIMAMY Angelot Directeur

48 Itasy Arivonimamo Imerintsiatosika II Fonenana R ARINIVO Marie France Directeur

RARIJA Rajo Antsa


49 Itasy Arivonimamo Arivonimamo I Mangatany U Directeur
Tsiferantsoa

RAZAFINTSALAMA
50 Itasy Arivonimamo Arivonimamo I Morafeno Sud U Directeur
Florent

Arivonimamo RAFANAMBINANTSOA
51 Itasy Arivonimamo Arivonimamo I U Directeur
Centre Lalaina Tantely

RIVOHARIMANANA
52 Itasy Arivonimamo Arivonimamo I Ambaniavaratra U Directeur
Noeline

Antananarivo RAZAFINDRAMIADANA
53 Analamanga Antananarivo V Ivandry U Directeur
Renivohitra Joséa Beby

Antananarivo
54 Analamanga Antananarivo V Ambatomaro U RAVONINTSOA Laurette Directeur
Renivohitra

Antananarivo RASOANOMENJANAHAR
55 Analamanga Ambohimangakely Soamanandrariny R Directeur
Avaradrano Y Elisabeth

Antananarivo RAZAFINDRAMARO
56 Analamanga Ambohimangakely Ikianja R Directeur
Avaradrano Françoise

Antananarivo RANDRIANARIJAONA
57 Analamanga Ambohimangakely Ankadindambo R Directeur
Avaradrano René

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 38/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Zone
Nom du répondant au
N° DREN CISCO ZAP Ecole Fonction
questionnaire

RATSIMBAZAFY
Antananarivo Ambohimangakel
58 Analamanga Ambohimangakely R Vololonirina Jeanne Directeur
Avaradrano y Tanana
Honorine

Antananarivo RAZAFINDRAMANGA
59 Analamanga Atsimombohitra Andranovao R Directeur
Avaradrano Justine

Antananarivo Ambohimalaza RAZAFIARIVELO


60 Analamanga Antsakamaina R Directeur
Avaradrano Miray Dieudonnette

Antananarivo Ambohimalaza RAMANANTENASOA Vola


61 Analamanga Ambatofotsy R Directeur
Avaradrano Miray Julienne

Antananarivo Ambohimalaza
62 Analamanga Mahia R RALIVAO Lalanirina Directeur
Avaradrano Miray

Antananarivo Ambohimalaza RAVELOARISOA


63 Analamanga Masombahiny R Directeur
Avaradrano Miray Jeannine

Antananarivo ANDRIAMANANJARA
64 Analamanga Ambohimangakely Antanambao R Directeur
Avaradrano Jean Michel

65 Anosy Taolagnaro Ranopiso Ranopiso R RAMAMONJISOA Euloge Directeur

66 Androy Ambovombe Andalatanosy Marofany R MAGNODIDY Directeur

67 Androy Ambovombe Jafaro Jafaro Centre R RAPHAEL Chef ZAP

Antanimora
68 Androy Ambovombe Antanimora R MAHO Enseignant
Centre

MBEHOAVOTSE Jean
69 Androy Ambovombe Jafaro Ankilimiandra R Directeur
Claude

70 Androy Ambovombe Antanimora Andaboly R MAKA Olivier Directeur

Ampamata
71 Androy Ambovombe Ampamata R TAHIEMANA Octave Directeur
Centre

72 Androy Ambovombe Sihanamaro Terabovo R HAOVA Jacqueline Directeur

RANDRIANANTENAINA
73 Anosy Taolagnaro Manambaro Talaky Bas R Enseignant
Jeannot

Antsenakely Ambohijafy RAVAONJANAHARY


74 Vakinankaratra Antsirabe I U Directeur
Andraikiba Talata Moline

Antsenakely RAIVOMANANA Marie


75 Vakinankaratra Antsirabe I Amboronomby U Directeur
Andraikiba Michèle

Antsenakely Antanambao Est RAKOTOVAO Pierre


76 Vakinankaratra Antsirabe I U Directeur
Andraikiba Vohitra Clément

Antsenakely RANDRIAMANANA Paul


77 Vakinankaratra Antsirabe I Fiadanana U Directeur
Andraikiba Jean Louis

Antsenakely RANJATOSON Philigence


78 Vakinankaratra Antsirabe I Sabotsy Ivory U Directeur
Andraikiba Dominique

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 39/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Zone
Nom du répondant au
N° DREN CISCO ZAP Ecole Fonction
questionnaire

Antsenakely RAZAKAFARASOA Marie


79 Vakinankaratra Antsirabe I Karmaly U Directeur
Andraikiba Sophie

Antsenakely RAKOTOARIANGA
80 Vakinankaratra Antsirabe I CRMM U Directeur
Andraikiba Richard Auguste

Antsenakely
81 Vakinankaratra Antsirabe I Andrangy U RAMAONJISOA Jules Directeur
Andraikiba

82 Menabe Morondava Morondava I Namaroha Nord U RAJAOMARIA Pierrette Directeur

83 Menabe Morondava Morondava III Avaradrova U RAJAOBELINA Edouard Directeur

84 Sofia Port Bergé Port Bergé Ambovomamy R RAJANESY Joelinirina Directeur

85 Sofia Mandritsara Ambaripaika Ambaripaika R RATIAFALIANA Ami Directeur

86 Sofia Mandritsara Anjiabe Antanambao R ZAFISIMORA Haja Lucien Directeur

RANDRIANASOLO
87 Sofia Mandritsara Ankiabe Salohy Ampombilava R Nomenjanahary Jeannot Directeur
Francklin

88 Sofia Mandritsara Ankiabe Salohy Ambodiadabo R RATSIRONDAZA Directeur

RAZAFINDRAVAO
89 Sofia Mandritsara Kalandy Masiakomby R Directeur
Josiane

90 Sofia Mandritsara Andohajango Maroadabohely R RAVELONJATO Directeur

91 Sofia Mandritsara Tsarajomoka Ambodivoanio R JAOMILA Directeur

92 Analanjirofo Fénérive Est Fénérive Est Sahavola U VOASO Caliste Directeur

93 Analanjirofo Vavatenina Vavatenina Nord Ankazomianko U RATSY Sylvain Dede Directeur

94 Analanjirofo Vavatenina Vavatenina Nord Ampasimbola U LAVASANGA Pierre Directeur

95 Analanjirofo Vavatenina Vavatenina Nord Mahanoro R JOSEPH Ambroise Directeur

96 Analanjirofo Vavatenina Vavatenina Marofinaritra R RAVELOMIAMPY Marcel Directeur

97 Analanjirofo Vavatenina Vavatenina Nord Ambohimiarina I R RABESOLOFO Leonard Directeur

RANDRIAMBOLOTIHARA
98 Analanjirofo Vavatenina Miarinarivo Nord Sahafara R Directeur
Y Fidinirina

RANDRIAMANANTANA
99 Analanjirofo Vavatenina Miarinarivo Nord Ambodiampy R Directeur
Tsiresy

Ambodimandresy RAZAFINETIVOLA Marie


100 Analanjirofo Vavatenina Miarinarivo Nord R Directeur
Sud Beatrice

RANDRIANARIVELO
101 Analanjirofo Vavatenina Miarinarivo Nord Ampasimalaza R Directeur
Roger

RAZAFIMAHATRATRA
102 Atsinanana Toamasina II Antetezambaro Analamalotra R Directeur
Raymond

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 40/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Zone
Nom du répondant au
N° DREN CISCO ZAP Ecole Fonction
questionnaire

LEZOARISAONA
103 Atsinanana Toamasina II Ampasimbe Onibe Hotsika R Directeur
Emmanuel Donnat

Ampasimbe RAVOLOLONTSAHONDR
104 Atsinanana Toamasina II Ampasimbe Onibe R Directeur
Onibe A Georgine

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 41/43


pour les enfants
Fonds des Nations Unies pour l´enfance Téléphone : (261-20) 23-300-92/93/94
Bureau de zone Antananarivo Email : antananarivo@unicef.org
Maison Commune des Nations Unies, Zone Galaxy Andraharo, BP 732 Antananarivo 101

Annexe 3. RESPONSABLES DES SPOTS CHECKS

Sous la direction de Madame Margarita FOCAS LICHT, Chef de la Section Education de l’UNICEF, le présent
rapport relate les résultats des spots checks réalisés au niveau de 104 écoles, du 23 Octobre 2010 au 11
Novembre 2010, par :

 Madame Irène RASOLOFONIAINA, Officer Education, UNICEF ;

 Monsieur Jacky Roland RANDIMBIARISON, Specialist Education, UNICEF ;

 Monsieur Roger RAMANANTSOA, Officer Education, UNICEF ;

 Madame Minako MORIMOTO, Officer Education, UNICEF ;

 Madame Elisabeth RASOAMIARANTSOA, Consultant Education Inclusive, UNICEF,

 Monsieur Navil DARVECHE, Assistant Technique Régional pour la Région Sofia, UNICEF

 Madame Mariette Jeannie RASOLOARISOA ANDRIATSIMIETRY, Consultant pour la Région Analanjirofo,


UNICEF ; et

 Monsieur Edmond VORIZO, Consultant pour la Région Androy, UNICEF.

Unissons-nous Rapport Spots Checks Ecoles --- Page 42/43


pour les enfants

Centres d'intérêt liés