Vous êtes sur la page 1sur 194

FR FR

Ce guide s’adresse aux acteurs des projets de Médecins du


Monde quels qu’ils soient (coordinateurs, responsables de desk,
responsables de mission, bénévoles, etc.). Une personne
peu expérimentée trouvera dans ce guide les bases nécessaires
à une compréhension de la logique de cycle de projet.
Une personne plus expérimentée, maîtrisant déjà le cycle
de projet, pourra se familiariser avec les concepts et approches
utilisés à Médecins du Monde. En effet, une part croissante
de nos cadres de terrain ont été formés au cycle de projet ailleurs
qu’à MdM. Le guide a pour objectif de doter l’ensemble

>> PROMOTION DE LA SANTÉ ET ACTION HUMANITAIRE


des équipes projet d’un lexique, d’un référentiel et d’outils communs.
Son objectif est d’encourager la pensée critique et de donner
des réflexes de questionnement, tout au long du cycle de vie
du projet. Il s’agit d’apprendre à se poser les bonnes questions.
Les quatre chapitres constituant ce guide reprennent
les quatre phases de la planification de projet que sont le diagnostic
(ou l’analyse du contexte et l’identification des besoins) ;
PLANIFICATION

PLANIFICATION DE PROJETS DE SANTÉ


la programmation (ou la conception du projet) ; la mise en œuvre
et le suivi du projet, et enfin l’évaluation. Une sélection d’outils
pratiques est proposée en annexe de chaque chapitre sous la forme DE PROJETS
d’un CD-Rom.
DE SANTÉ
>> PROMOTION DE LA SANTÉ
ET ACTION HUMANITAIRE

www.medecinsdumonde.org 15 €  
DVD INCLUS / Ce document peut être utilisé ou reproduit sous réserve de mentionner
DVD INCLUDED / la source et uniquement pour un usage non commercial. This guide is
INCLUYE DVD also available in English. Esta guía también está disponible en español.
P L A N I F I C AT I O N
DE PROJETS
DE SANTÉ
PLANIFICATION
DE PROJETS DE SANTÉ

PAGE 286 PAGE 24

4.
L’ÉVALUATION
1.
LE
DIAGNOSTIC

PAGE 16

INTRODUCTION

PAGE 194 PAGE 114

3.
LE SUIVI / 
2.
LA
MONITORING PROGRAM-
Planification de projets de santé >> Promotion de la Santé et Action Humanitaire
DU PROJET MATION
Coordination & Édition : Sybille Gumucio / Auteurs : Sybille Gumucio, Camille Montfort, Thérèse Benoit /
Contributeurs : Niklas Luhmann, Sandrine Simon, Julie Bouscaillou, Emmanuelle Strub, Jennie Saint-Sulpice,
Olivier Cheminat, Paula Lakrout / Relecteurs : Stéphane Berdoulet, Celine Grey, Myriam Pomarel,
Maieule Nouvellet, Helena Ranchal, Hugo Tiffou. / Conception et réalisation graphique : Polysemique.fr /
Illustrations : Camille Besse / Correction : Daniel Bouyssou, Thérèse Benoit / Impression : IGC Imprimerie /
Pressage et impression : Masterway

Ce guide a été imprimé sur du papier certifié FSC, label qui garantit un produit issu d'une gestion
forestière écologiquement durable et socialement bénéfique, et 100 % recyclé pour les pages
intérieurs, par un imprimeur Imprim'Vert.

3 FR
TABLE DES MATIÈRES
INTRODUCTION / /

 PAGE 24  PAGE 114

1.
LE
63 1.2
IDENTIFICATION,
80 1.2D
ANALYSE
APPROFONDIE
96 1.3C
ANALYSE DES
INTERVENTIONS
2.
LA PRO-
145 2.2B
LES NIVEAUX
D’INDICATEURS
PRIORISATION DES PCS POSSIBLES
DIAGNOSTIC GRAMMATION
ET ANALYSE
DES
PRIORITAIRES
RETENUS
96 1 / Identification
des interventions
151 2.2C
1.1 2.1
PROBLÈMES LA FORMULATION
80 1 / Définitions possibles
COLLECTIFS 125
DES INDICATEURS
35 81 2 / L’analyse 100 2 / Construction 151 1 / L’intitulé
L’ANALYSE DE SANTÉ du problème de l’arbre décisionnel LA DÉFINITION
des indicateurs
DU CONTEXTE 103 3 / L’analyse DES OBJECTIFS

1.3
155 2 / Le choix
67 1.2A des dynamiques ET DES
et les critères de qualité
39 1.1A DÉFINITIONS 89
IDENTIFICATION
existantes
entre acteurs / 
RÉSULTATS
des indicateurs
LES FACTEURS 156 3 / Les sources
INFLUENÇANT 69 1.2B DES PROBLÈMES
DE SANTÉ 106
parties prenantes
4 / L’analyse
128 2.1A de vérification
UNE SITUATION IDENTIFICATION L’OBJECTIF

2.3
PUBLIQUE des risques GÉNÉRAL
DES PROBLÈMES
49 1.1B COLLECTIFS
ET DES 107 5 / L’analyse technique
161
LES PARTIES DE SANTÉ (PCS)
INTERVENTIONS
POSSIBLES
et financière
130 2 .1B LES HYPOTHÈSES
PRENANTES OU
« STAKEHOLDERS »
69 1 / Diagnostic
épidémiologique 109 1.3D L’OBJECTIF
SPÉCIFIQUE
ET LES
CONDITIONS
49 1 / Définition 70 2 / Diagnostic 91 1.3A CHOIX FINAL PRÉALABLES
49 2 / Identification perceptuel DÉFINITION DES INTERVEN-
132 2 .1C
(mapping) des acteurs /  72 3 / Synthèse des
TIONS ET
LES RÉSULTATS 2.3A
parties prenantes deux diagnostics 92 1.3B ÉLABORATION
DE LA
163
LES RISQUES

54 1.1C
LA QUESTION
75 1.2C
PRIORISATION
CHOIX
DES PROBLÈMES
DE SANTÉ
STRATÉGIE
D’INTERVENTION 141  2 .2
LA DÉFINITION
ET
HYPOTHÈSES

DU PARTENARIAT
54 1 / Partenariats,
DES PROBLÈMES
COLLECTIFS
PUBLIQUE
92 1 / Les critères
113 ANNEXES DES INDICA-
164
2.3B
PRÉSENTES TEURS ET DES
alliances et autres DE SANTÉ opérationnels LES CONDITIONS
DANS SOURCES DE
formes de relations 75 1 / La priorisation 93 2 / Les critères pour PRÉALABLES
LE CD-ROM VÉRIFICATION
56 2 / Critères de qualité par critères « tester » la plus-value
d’un partenariat
58 3 / Étapes
dans la construction
77 2 / La comparaison
par paires
79 3 / Croisement
potentielle
93 3 / Opportunités,
contraintes et
143 2.2A
DÉFINITION
169 2.4
LA DÉFINITION
d’un partenariat des deux méthodes conditions préalables DES ACTIVITÉS

FR 4 5 FR
TABLE DES MATIÈRES
INTRODUCTION / /

 PAGE 194

171 2.4A
LES ACTIVITÉS
188 2.5C
LE BUDGET
3.
LE SUIVI / 
215 3.2
LE SUIVI :
233 3.3
LES ÉTAPES
253 3.3D
COMPILER
ET PRÉSENTER
171 1 / La formulation ET LE CONCEPTS DANS
LES DONNÉES
des activités
171 2 / Les étapes
PRÉVISIONNEL
BUDGÉTAIRE
MONITORING ET DÉFINITIONS L’ÉLABORATION
253 1 / Saisie
ET L’UTILISATION
dans la définition 188 1 / Le budget DU PROJET 218 3.2A D’UN SYSTÈME
des données
255 2 / Vérification
des activités de référence DE MONITORING
DÉFINITIONS
3.1
189 2 / Le budget des données

174 2.4B de référence


annualisé
203
218 1 / Donnée,
information, 236 3.3A 256 3 / Présentation
des données
CHRONOGRAMME L’IMPLANTATION connaissance CLARIFIER
189 3 / Exercice
OU DIAGRAMME
DE GANTT budgétaire
ET LA MISE
EN ŒUVRE
218 2 / Base de données
218 3 / Système
SES OBJECTIFS
263 3.3E
de MdM
DU PROJET d’information « vs » 3.3B ANALYSER

2.5
237 ET INTERPRÉTER
ANNEXES
Système de suivi ÉLABORER LES DONNÉES
181
LA DÉFINITION
193
PRÉSENTES 205 3.1A 219 4 / Suivi et monitoring LE SYSTÈME
DE MONITORING
263 1 / Principes de base
DANS L’IMPLANTATION 265 2 / Précautions
DES
RESSOURCES LE CD-ROM DU PROJET 220 3.2B (REFLÉTÉ DANS
LE MONITOOL)
dans l’interprétation
206 1 / Mettre à jour LES OBJECTIFS 266 3 / Analyse
les informations DU SUIVI 237 1 / Sélectionner descriptive
183 2.5A et affiner la un nombre limité des graphiques
DÉFINITION programmation
du projet
221 3.2C d’indicateurs
les plus pertinents
du Monitool
268 4 / Interprétation :
LES CARACTÉ-
184 2.5B 207 2 / Instaurer un climat
de confiance
RISTIQUES
241 2 / Définir les bases
du système :
Expliquer le niveau
et l’évolution
LES ÉTAPES D’UN SYSTÈME
et mobiliser autour Quoi, Comment, Où, des indicateurs
DE LA DÉTERMI- DE SUIVI
du projet Combien, Quand, Qui,
NATION DES 221 1 / Suivi du contexte
RESSOURCES 208 3 / Communiquer
autour du projet
227 2 / Suivi des activités
Pourquoi, Pour qui
246 3 / Préparer la collecte
275 3.3F
184 1 / L’identification 227 3 / Suivi des ressources RÉTRO-
209 4 / Mettre des données
des ressources 229 4 / Suivi des résultats INFORMATION
en place les activités 251 4 / Tester le système
185 2 / Le choix et effets par le système ET CIRCULATION
« support »
des ressources
186 3 / L’estimation
de monitoring
252 3.3C DES DONNÉES
275 1 / Rétro-information
du coût des 211 3.1B COLLECTER
LES DONNÉES
à l’équipe
ressources LA MISE 275 2 / Rétro-information
187 4 / La vérification EN ŒUVRE ET PROTÉGER aux parties prenantes
de la cohérence DU PROJET LES DONNÉES
SENSIBLES

FR 6 7 FR
TABLE DES MATIÈRES
INTRODUCTION / /

 PAGE 286

277 3.3G
UTILISER
LES DONNÉES
4.
L’ÉVALUATION
309 4.2
APPRÉHENDER
325 4.2D
L’ÉVALUATION
AU REGARD
340 4.3B
ÉTAPE 2 :
BUDGÉTER
349 9 / Compétences
requises pour mener
la mission d’évaluation
CE QU’EST 349 10 / Dossier
POUR LA PRISE DES CONCEPTS L’ÉVALUATION de candidature
L’ÉVALUATION

4.1
DE DÉCISIONS ET MÉTHODES
277 1 / Gérer, ajuster COMPLÉMEN-
4.3C 4.3E
4.2A
297 342
les éléments du projet TAIRES 351
OBJECTIFS 311 ÉTAPE 3 :
278 2 / Communiquer, 325 1 / Évaluation « vs » ÉTAPE 5 :
ET ENJEUX LES DIFFÉRENTS CONSTITUER
porter le plaidoyer suivi/monitoring SÉLECTIONNER
DE L’ÉVALUTION TYPES LE COMITÉ
278 3 / Engager une 327 2 / Évaluation L’ÉQUIPE
D’ÉVALUATION DE PILOTAGE
analyse approfondie « vs » capitalisation D’ÉVALUATION
311 1 / L’évaluation
4.1A 342 1 / Composition
278 4 / Solliciter et recherche 351 1 / Avantages
299 formative ou 343 2 / Rôle
une évaluation opérationnelle et limites des différents
ÉVALUATION, de processus :
du projet 329 3 / Évaluation types d’évaluateurs
DÉMARCHE
QUALITÉ ET
« évaluer les efforts »
312 2 / L’évaluation
« vs » supervision 344 4.3D 351 2 / Procédures

285 ANNEXES ACCOMPAGNE- sommative : 329 4 / Évaluation « vs » ÉTAPE 4 : de sélection des
PRÉSENTES MENT DU évaluer les effets contrôle et audit ÉLABORER évaluateurs externes
DANS CHANGEMENT 312 3 / L’évaluation
LES TERMES
LE CD-ROM
301 4.1B
d’impact
313 4 / La méta-analyse 333 4.3
ENCADRER
DE RÉFÉRENCE
(TDR)
345 1 / Présentation du
356 4.3F
ÉTAPE 6 :
L’ÉVALUATION ou l’évaluation PHASE DE
UNE contexte et du projet
ENTRE thématique PRÉPARATION
ÉVALUATION 345 2 / Objectifs
REDEVABILITÉ ET OU DE CADRAGE
APPRENTISSAGE 314 4.2B EN 10 ÉTAPES et finalité
de l’évaluation
356 1 / Revue documentaire
356 2 / Rédaction
LES MÉTHODES 346 3 / Critères
303 4.1C D’ÉVALUATION 336 4.3A de l’évaluation et
de la note de cadrage
357 3 / Réunion de cadrage
L'UTILISATION ÉTAPE 1 : questions évaluatives
DES ÉVALUA- 316 4.2C PLANIFIER 346 4 / Préférences
TIONS : UN LES CRITÈRES L’ÉVALUATION méthodologiques 359 4.3G
ENJEU MAJEUR D’ÉVALUATION ET 336 1 / Clarifier 347 5 / Calendrier ÉTAPE 7 :
303 1 / Les facteurs LES QUESTIONS son but principal : 347 6 / Productions PHASE
influençant l’utilisation ÉVALUATIVES redevabilité et restitutions DE TERRAIN
des évaluations 317 1 / Critères principaux ou apprentissage attendues OU DE COLLECTE
305 2 / Impliquer les de l’OCDE 337 2 / Choisir 348 7 / Organisation de DE DONNÉES
utilisateurs attendus 322 2 / Critères additionnels la temporalité la mission d’évaluation 359 1 / Présenter la
de l’évaluation intéressants de l’évaluation 348 8 / Budget démarche d’évaluation

FR 8 9 FR
TABLE DES MATIÈRES
INTRODUCTION / /

 PAGE 380

359 2 / Collecter les données BIBLIOGRAPHIE


360 3 / Analyser les données SÉLECTIVE
361 4 / Tester les premières
conclusions

363 4.3H
ÉTAPE 8 : PHASE
DE RÉDACTION
363 1/ Rédiger le rapport
d’évaluation provisoire
370 2 / Commenter
le rapport d’évaluation
provisoire
371 3 / Approuver
et finaliser le rapport
d’évaluation

373 4.3I
ÉTAPE 9 : PHASE
DE DIFFUSION
373 1/ Présentation
des résultats
374 2 / Diffusion
des résultats

375 4.3J
ÉTAPE 10 :
MISE EN ŒUVRE
DES RECOMMAN-
DATIONS
DE L’ÉVALUATION

379 ANNEXES
PRÉSENTES
DANS
LE CD-ROM

FR 10 11 FR
LE CYCLE DE PROJET
INTRODUCTION / /

ÉVALUATION DIAGNOSTIC
DÉSENGAGEMENT

ANALYSE
DU
CONTEXTE
RÉORIENTATION
PROBLÈMES
COLLECTIFS DE SANTÉ

ÉVALUATION PROBLÈMES
DE L’INTER- DE SANTÉ
VENTION PUBLIQUE ET
INTERVENTIONS
POSSIBLES
REDEVABILITÉ

AJUSTEMENTS DÉFINITION
DES OBJECTIFS /
RÉSULTATS /
INDICATEURS
SUIVI / 
MONITORING

ACTIVITÉS
IMPLANTATION ET RESSOURCES

MISE EN
ŒUVRE / SUIVI /  PROGRAMMATION
MONITORING

FR 12 13 FR
LE CYCLE DE PROJET /

FR 14 15 FR
INTRODUCTION /

les institutions internationales et les bailleurs ; partie de la compréhension du contexte


l’aide par projets, gérée par les ONG, d’intervention, des modalités d’organisation
la société civile, les États. L’aide par projets communautaire et de la nature des relations
reste le mode de fonctionnement majoritaire1. entre acteurs. L’approche globale, ou encore
systémique, d’une situation prend en compte
Ces débats sur l’efficacité de l’aide non seulement l’ensemble des facteurs qui
et l’hégémonie de la logique de projet, la caractérisent, mais aussi et surtout les liens
dont la durée limitée est en contradiction et les interactions qu’ils entretiennent entre
avec la temporalité du développement, sont eux. Par ailleurs, les attendus explicités ne
INTRODUCTION passionnants, mais dans ce guide pratique reflètent qu’en partie ce qui se passe autour
nous adoptons une approche pragmatique d’un projet car on sait que les dynamiques
selon laquelle, tout en poursuivant nos efforts enclenchées autour des projets dépassent
dans les arènes internationales pour prôner largement les objectifs poursuivis. L’attention

> Médecins du Monde vient de réécrire son projet un changement de paradigme et sortir aux effets non attendus fait partie intégrante
de cette logique projet exclusive, nous avons de la planification et d’un processus qualité.
associatif. Le présent guide pratique propose aussi la responsabilité de former nos équipes
aux acteurs des projets de MdM une méthode de au cycle de projet, condition nécessaire,
si elle n’est pas suffisante, à la mise en œuvre
Le modèle de planification
planification en accord avec les valeurs réaffirmées et de projets de qualité. à MdM : reflet des valeurs
précisées dans le projet associatif (soigner ; témoigner et des principes d’action
La planification est un exercice structurant
et plaider ; et accompagner les communautés qui pousse à clarifier, hiérarchiser de l’association 2

dans leur volonté de changement social). Afin de faire et expliciter des objectifs, des hypothèses, Association médicale, Médecins du Monde
des modalités d’intervention que l’on
vivre le projet associatif, un plan stratégique en cours ne peut laisser dans le champ de l’implicite,
œuvre pour l’exercice du droit à la santé.
Elle porte les valeurs véhiculées par les
d’élaboration viendra compléter ce dispositif politique dès lors que l’on travaille dans un contexte approches communautaires et de promotion
multiculturel ou partenarial. Enfin, ce
et opérationnel. processus de construction collective conduit
de la santé, à savoir la justice sociale
comme vecteur d’une égalité devant la santé,
à mener une réflexion approfondie et du respect des droits fondamentaux et
à développer une pensée stratégique et non d’une solidarité collective ; l’autonomisation
Les enjeux permet de vérifier l’articulation entre activités, plus un raisonnement en termes d’activités. et l’empowerment des populations mises
ressources et résultats, et donc la cohérence
de la planification de la stratégie proposée. Cette formalisation
La planification répond à une exigence en situation de vulnérabilité sociale
éthique et professionnelle d’amélioration et sanitaire afin qu’elles soient en capacité
Planifier, c’est clarifier nos intentions permet aux partenaires et aux équipes continue de la qualité des projets, de leur d’agir dans leur environnement social,
et préciser les effets attendus, c’est-à-dire se succédant de partager la vision initiale pertinence et de leur efficacité. de faire valoir leurs droits et d’être acteurs
les changements espérés par le projet et assure ainsi une meilleure cohésion autour
de leur santé.
et les mécanismes pouvant mener à ces d’un projet.
Planifier ne doit pas nous enfermer dans
changements. Autrement dit, c’est définir
des schémas rigides. Il faut donc trouver Association humanitaire, Médecins du Monde
une vision de l’avenir, un objectif à atteindre, Les débats actuels sur l’aide portent
un juste équilibre entre planifier œuvre pour préserver la dignité humaine
des étapes intermédiaires, des activités sur la meilleure forme que celle-ci doit prendre
et garder une capacité d’adaptation et les moyens de subsistance. Au-delà
concrètes. C’est aussi le moyen de savoir pour améliorer son efficacité, en particulier
aux évolutions du contexte. La qualité de la réponse aux crises, elle investit le champ
si on est sur la bonne voie au cours du projet, en matière d’appropriation des politiques
de la planification dépend en grande de la réduction des risques de catastrophe
autant d’éléments explicatifs et constitutifs et stratégies proposées par les usagers des
d’un projet. Concrètement, cette réflexion projets et par les États. L’aide internationale
1. U
 n projet est une intervention limitée dans le temps qui 2. L
 ’objet de cette introduction n’est pas de développer
est formalisée dans des documents et des prend des formes diverses dont
se compose d’une série d’activités planifiées et connexes les valeurs et les débats qui traversent l’association.
outils partagés au sein de l’équipe, ou avec les principales sont : l’aide budgétaire versée visant à obtenir des produits et résultats définis. Un projet Pour cela, le lecteur se référera utilement au projet
les partenaires, par exemple le cadre logique directement aux gouvernements ; l’aide a un début et une fin définis et un objectif spécifique associatif redéfini en 2015. Nous en rappelons ici
qui en constitue une synthèse simplifiée et sectorielle cogérée par les gouvernements, qui, lorsqu’il est atteint, signifie l’achèvement du projet. les principaux éléments.

FR 16 17 FR
INTRODUCTION /

avant les crises, et du relèvement après ZOOM


celles-ci. Elle fonde son action humanitaire LA PROMOTION DE LA SANTÉ situation sanitaire des populations des usagers dans la conduite
sur les principes d’humanité, d’impartialité, (par exemple l’adoption de nouveaux des actions et les processus
de neutralité et d’indépendance. protocoles nationaux de prise en décisionnels, par le renforcement
La promotion de la santé représente charge de l’Hépatite C) ; soit la remise de comités de gestion, par
Association citoyenne, notre légitimité est à la fois un concept et des stratégies. en cause de politiques jugées comme l’accompagnement des médiateurs
fondée sur l’action de terrain, ici et là-bas, C’est d’abord un concept reposant contraires à l’intérêt des populations ou promoteurs de santé, par l’appui
autour de trois principes d’action : soigner ; sur une approche philosophique concernées (par exemple, la fin à la structuration de groupes
témoigner et plaider ; et accompagner et politique. Selon la Charte d’Ottawa, de la criminalisation des usagers d’autosupport, etc.
les communautés dans leur volonté de la promotion de la santé est un de drogues par voie intraveineuse) ;
changement social. Au-delà du soin, MdM processus qui confère aux individus soit enfin le respect de politiques ou 4. Créer et renforcer les aptitudes
témoigne des atteintes aux droits humains et et aux populations les moyens règles de droit existantes mais non individuelles des personnes
des entraves à l’accès aux soins et interpelle d’assurer un meilleur contrôle sur les appliquées (par exemple, l’application en leur offrant des informations,
les pouvoir nationaux et internationaux déterminants de la santé et d’exercer du droit à une prise en charge des en assurant l’éducation pour
pour une meilleure protection de la santé des leurs droits en matière de santé ; avortements incomplets). Le plaidoyer la santé et en perfectionnant
personnes et des communautés. Cette vision d’agir sur leur environnement ou prend donc toute son importance les aptitudes indispensables à la
politique s’accompagne d’une posture d’évoluer avec celui-ci pour maintenir dans les actions de santé. vie, de façon à ce qu’elles puissent
autour de la proximité avec les communautés, ou améliorer leur état de santé. exercer un plus grand contrôle
de la place de l’usager des projets, La santé est perçue comme une 2. Créer des milieux favorables, sur leur santé et ses déterminants.
du partenariat. MdM se positionne ainsi ressource de la vie quotidienne et non c’est-à-dire des environnements, Pour MdM, cela se traduit par
comme facilitateur et accompagnateur de comme un but en soi. La promotion d’ordre physique, social ou légal, des actions de sensibilisation et
la transformation sociale mais aussi comme de la santé prend en compte qui soutiennent les personnes et d’éducation pour la santé, par des
médiateur entre les acteurs communautaires l’ensemble des déterminants qui les communautés dans leurs efforts actions d’information sur les droits
et les institutions internationales ou interviennent sur la santé (sociaux, de promotion et de changement. en matière de santé, par des actions
les bailleurs. Dans ce rôle, MdM agit comme économiques, culturels, politiques…). Pour MdM, cela se traduit par de renforcement des aptitudes
traducteur des politiques institutionnelles Les personnes sont considérées la mise à disposition de préservatifs permettant l’exercice effectif
et de leurs procédures auprès des comme autonomes et la participation ou de seringues dans des lieux de ces droits (estime de soi, prise
communautés et acteurs de la société civile. des usagers dans les projets de santé accessibles aux usagers ; par des de parole en public, capacité de
est favorisée. actions visant à lever les barrières négociation, etc.), par des actions
Nombreux sont les cadres ou modèles de financières à l’accès aux soins ; d’empowerment.
gestion de projets existants. Sans chercher Ce sont aussi des stratégies : par des actions permettant l’accès
à développer un modèle novateur ou différent la promotion de la santé est physique et géographique aux 5. Réorienter les services de santé
du cycle de projet traditionnel, il est apparu une approche globale, multisectorielle services de santé (par exemple, (institutions et professionnels),
important pour MdM d’adopter une approche qui agit de façon concomitante le renforcement des ponts et des dans les domaines curatifs et
porteuse de ses références et de ses valeurs. sur les cinq axes d’intervention listés passerelles d’accèsw), etc. préventifs, en élargissant le mandat
L’approche de promotion de la santé telle dans la Charte d’Ottawa : de prestation de soins du secteur
que définie dans la Charte d’Ottawa3 est ainsi 3. Renforcer l’action communautaire, sanitaire à la promotion de
apparue comme reflétant le mieux les valeurs 1. Promouvoir des politiques c’est-à-dire la participation effective politiques de santé multisectorielles
de MdM. Ainsi, le modèle de planification de publiques saines dans tous les et concrète de la communauté et au soutien des individus et des
projets de MdM applique, pour la conception secteurs ayant une influence sur à la définition des priorités, à la groupes dans l’expression de leurs
de ses projets, les principes de promotion la santé et à tous les niveaux prise de décision et à l’élaboration besoins de santé. Pour MdM, cela
de la santé. Ceux-ci guident et influencent (local, national ou international). de stratégies de planification. se traduit par des actions d’appui
les décisions prises tout au long du processus Pour MdM, cela se traduit par des Pour MdM, cela se traduit par l’appui aux systèmes de santé nationaux
de planification. actions de plaidoyer visant soit à la mobilisation communautaire, ou locaux, par le renforcement des
l’adoption de nouvelles politiques par la formation des acteurs compétences des personnels de
permettant l’amélioration de la communautaires, par la participation santé, par la mise à jour ou la mise
3. C
 harte signée en 1986 par plus de 180 États, accessible
sur www.euro.who.int.

FR 18 19 FR
INTRODUCTION /

réalistes. Elle permet de construire dans ce guide les bases nécessaires à différentes phases du cycle de projet.
en place de protocoles des stratégies sur le long terme, d’intégrer une compréhension de la logique de cycle Les différents chapitres peuvent également,
(par exemple, l’intégration de des logiques pluriacteurs, dans un contexte de projet. Une personne plus expérimentée, dans une certaine mesure, et sous réserve
la santé mentale dans les soins de de ressources contraintes. maîtrisant déjà le cycle de projet, pourra se d’une connaissance préalable du cycle
santé primaires, la décentralisation familiariser avec les concepts et approches de projet, être lus indépendamment les uns
des soins en milieu rural). La planification d’un projet doit donc être utilisés à Médecins du Monde. En effet, des autres. En réponse aux demandes des
dynamique, revue et corrigée au fil une part croissante de nos cadres de terrain acteurs des projets, une sélection d’outils
Ces cinq axes constituent chez MdM de l’évolution du contexte. Le cadre logique ont été formés au cycle de projet ailleurs pratiques est proposée en annexe de chaque
les axes de réflexion pour la conception doit être vu comme un instrument servant qu’à MdM. Le guide a pour objectif de doter chapitre sous la forme d’un CD-Rom.
des projets. à structurer et à orienter la planification l’ensemble des équipes projet d’un lexique,
et la budgétisation des projets, et non d’un référentiel et d’outils communs.
EXEMPLES « FIL ROUGE »
comme un canevas rigide et contraignant.
C’est avant tout un outil de pilotage Le contenu de ce guide a été réfléchi
et non pas une contrainte bureaucratique. pendant plusieurs années, testé au cours
Planifier dans Notre modèle de planification est une de formations et lors d’accompagnements
Les encadrés rouges intitulés
« Exemple fil rouge » constituent
un monde complexe méthode fondée sur le questionnement individuels, et rédigé à la faveur un « exemple pédagogique »,
itératif. Si nous recommandons l’utilisation d’apaisements dans l’actualité internationale. c’est-à-dire une étude de cas
Nous avons bien conscience des enjeux et
de certains outils, tel le cadre logique, Son objectif est d’encourager la pensée située par hypothèse dans un pays
des débats actuels autour de la complexité.
nous pensons aussi qu’il ne faut pas critique et de donner des réflexes de fictif d’Afrique. Cet exemple
Il ne s’agit pas, au nom de la complexité,
confondre méthode et outils et se laisser questionnement, tout au long du cycle de vie pédagogique servira à illustrer
c’est-à-dire de la non-linéarité et de
enfermer par les outils. Bien au contraire, du projet. Il s’agit d’apprendre à se poser certains points précis tout au long
l’incertitude, de s’exonérer de la démarche
il faut savoir garder la flexibilité nécessaire les bonnes questions. S’adressant de ce chapitre.
de planification et des exigences de
à l’adaptation au contexte en évolution à des acteurs assez différents de par leur
redevabilité. C’est un engagement que nous
permanente et utiliser les outils comme des fonction et leur expérience, il tente d’être
devons à nos interlocuteurs sur le terrain,
aides à la réflexion et à la gestion conjointe. pédagogique et simplifie parfois des notions4
aussi bien qu’à nos donateurs, et c’est
pourtant complexes. Les réalités du contexte
une méthode de travail essentielle dans notre
En effet, même si un projet n’a qu’une durée et de ses contraintes ne permettent en effet
pratique de terrain.
limitée, il est presque inévitable que des pas toujours de procéder comme indiqué.
ajustements et des changements de stratégie De même, ce guide, méthodologique
La logique sous-tendue par le cadre logique
soient souhaités par les usagers, soit parce avant tout, fait le choix de ne pas aborder
et par d’autres éléments de la planification
que leur environnement a changé entre les débats qui traversent le secteur de
de projet est linéaire indéniablement, avec
l’identification du projet et le moment de sa la solidarité internationale.
un enchaînement simplificateur de causes et
mise en œuvre, soit tout simplement parce
d’effets prévisibles, bien contraire aux réalités
qu’ils n’avaient pas une idée claire des enjeux Les quatre chapitres constituant ce guide
multiformes du monde dans lequel nous
et des possibilités lorsque ce projet a été reprennent les quatre phases de la
vivons, plein d’incertitudes et de complexité.
élaboré, et que c’est en commençant planification de projet que sont le diagnostic
Toutefois, il nous semble qu’agissant dans
à le mettre en œuvre qu’ils perçoivent mieux (ou l’analyse du contexte et l’identification
les temporalités courtes qui sont les nôtres,
ses enjeux et les possibilités qu’il offre. des besoins) ; la programmation (ou la
une telle approche peut nous aider à mieux
conception du projet) ; la mise en œuvre
cadrer le choix de nos interventions et à agir
et le suivi du projet, et enfin l’évaluation.
sur les leviers permettant des changements Public visé Ce guide peut être lu en continu, afin
progressifs sans perdre de vue les objectifs
de changements sociaux structurels.
et objectifs du guide de comprendre l’enchaînement logique des
Si l’arbre à problème(s) permet d’appréhender Ce guide s’adresse aux acteurs des projets
toute la complexité des situations, de Médecins du Monde quels qu’ils soient 4. A
 fin de rendre compte de l’usage fréquent de l’anglais
la planification permet de tenir compte de (coordinateurs, responsables de desk, dans les échanges et la communication entre acteurs des
cette complexité en abordant les problèmes responsables de mission, bénévoles, etc.). projets, y compris quand les terrains sont francophones,
la traduction en anglais de certains mots clés (signalée
de façon séquencée et en faisant des choix Une personne peu expérimentée trouvera
entre parenthèses) est reprise tout au long du guide.

FR 20 21 FR
INTRODUCTION /

FR 22 23 FR
1.
LE DIAGNOSTIC /

LE
DIAGNOSTIC

FR 24 25 FR
LE DIAGNOSTIC /

PAGE 35 PAGE 63

1.1
L’ANALYSE
1.2
IDENTIFICATION, 
80 1.2D
ANALYSE APPROFONDIE
DES PCS PRIORITAIRES
RETENUS
96 1.3C
ANALYSE
DES INTERVENTIONS
POSSIBLES
DU CONTEXTE PRIORISATION
80  1/  Définitions 96  1/ Identifi­cation
ET ANALYSE
1.1A
81  2 / L’analyse du problème des interventions possibles
DES PROBLÈMES 100  2 / Construction de l’arbre
39 décisionnel
COLLECTIFS DE SANTÉ
LES FACTEURS PAGE 89 103  3 / L’analyse des dynamiques

1.3
INFLUENÇANT existantes entre
UNE SITUATION
67 1.2A acteurs/parties prenantes
106  4 / L’analyse des risques

1.1B DÉFINITIONS 107  5 / L’analyse technique

49
IDENTIFICATION et financière

1.2B
LES PARTIES DES PROBLÈMES
PRENANTES OU
« STAKEHOLDERS »
69

IDENTIFICATION
DE SANTÉ
PUBLIQUE ET
109 1.3D
49   1/ Définition DES PROBLÈMES CHOIX FINAL
DES INTERVENTIONS DES INTERVENTIONS
49  2 / Identification COLLECTIFS
(mapping) des acteurs/  DE SANTÉ (PCS) POSSIBLES ET ÉLABORATION
parties prenantes DE LA STRATÉGIE
69  1/  Diagnostic
D’INTERVENTION
épidémio­logique

54 1.1C 70  2 / Diagnostic perceptuel


72  3 / Synthèse 91 1.3A PAGE 113
LA QUESTION des deux diagnostics DÉFINITION
DU PARTENARIAT
54  1/  Partenariats,
alliances et autres
75 1.2C 92 1.3B ANNEXES
formes de relations PRIORISATION CHOIX DES PROBLÈMES
56  2 / Critères de qualité DES PROBLÈMES DE SANTÉ PUBLIQUE PRÉSENTES
d’un partenariat COLLECTIFS DE SANTÉ DANS LE CD-ROM
92  1/ Les critères opérationnels
58  3 / Étapes 75  1/ La priorisation par critères 93  2 / Les critères pour « tester »
dans la construction 77  2 / La comparaison par paires la plus-value potentielle
d’un partenariat 79  3 / Croisement 93  3 / Opportunités, contraintes
des deux méthodes et conditions préalables

FR 26 27 FR
LE DIAGNOSTIC /
1.

LE DIAGNOSTIC

Définition Quand réaliser


Le diagnostic de situation constitue un diagnostic
la première des quatre phases du cycle À Médecins du Monde, le diagnostic
de projet. C’est un temps essentiel de situation est un préalable indispensable
dans la mise en place de l’action. à l’organisation et à la mise en place
Il a pour objectif : de toute intervention, qu’elle se déroule
> d’appréhender un contexte dans en France ou à l’étranger, dans des
sa globalité ; contextes d’urgence ou de long terme.
> de mieux comprendre un phénomène
de santé et ses déterminants ;
Le diagnostic peut avoir lieu au début
> d’interroger les comportements
du projet (diagnostic initial ou mission
et les représentations de chacun ;
exploratoire) ou au cours du projet (diagnostic
> de lister les éléments qui pourraient
intermédiaire). Bien que dans ce dernier cas
entraver une future intervention
le terrain soit connu, une évaluation peut
(analyse de risque).
avoir conclu à la nécessité de réajustements.
Il permet ainsi d’identifier le problème
Le contexte peut également avoir changé
de santé retenu, de fixer les objectifs
depuis l’implantation du projet. L’apparition,
et les choix d’intervention.
la disparition ou l’évolution d’un certain nombre
de facteurs peuvent donc rendre nécessaire
la réalisation d’un nouveau diagnostic avant
À NOTER / de redéfinir/réorienter le projet en cours.
Pendant le diagnostic, il faut
également être attentif aux risques ZOOM
pris par le personnel de MdM, LE DIAGNOSTIC INITIAL
les usagers5 et les partenaires
dans le cadre de l’intervention,
et ce quel que soit le contexte. En France et dans les endroits
où nous sommes présents depuis de
nombreuses années, il est nécessaire
de réaliser un diagnostic initial avant
la mise en œuvre de nouveaux
projets, et de se questionner
régulièrement sur la pertinence
5. D
 ans ce guide, nous ferons référence aux usagers
des projets MdM, plutôt qu’aux bénéficiaires ou patients.

FR 28 29 FR
LE DIAGNOSTIC /
1.
satisfaisante mettant en œuvre une méthodo- unies (par exemple, enquêtes MICS
de nos projets en cours, au regard logie pensée en amont. C’est un moment les personnes ont à dire pour ensuite de l’Unicef, enquêtes démographiques
des évolutions de contexte. privilégié pour amorcer la construction de réajuster, voire changer, leurs objectifs. et de santé EDS), enquêtes publiées
La connaissance que nous avons dynamiques participatives. Bien évidemment, la participation et par des ONG… ;
de notre propre situation ne remplace le degré d’implication de la population > recherches universitaires, d’instituts… ;
pas un diagnostic structuré. ZOOM diffèrent en fonction des situations et > données de routine des services
En urgence, la méthodologie est la LES ENJEUX DE LA PARTICIPATION6 des contextes (urbain ou rural, situation de santé ; registres de centres de santé… ;
même. Ce qui différencie les contextes de crise, de conflit, ou temps de paix, > informations données par les médias
d’urgence des contextes de long urgences chroniques, etc.) mais (par ex/ presse nationale et locale), etc.
Les enjeux ne sauraient se résumer
terme, c’est que la mise en œuvre ils doivent toujours être recherchés.
pour les humanitaires à sauver des vies, Certaines de ces données secondaires
du projet peut commencer avant la fin
et pour les victimes à être sauvées. ne sont disponibles qu’une fois sur le terrain
du diagnostic initial (le cycle du projet
Pour les humanitaires, il s’agit aussi de (par ex/ données de routine des centres
est identique mais plus rapide).
construire une mission, dans des délais La phase exploratoire (diagnostic initial) de santé). Toutefois,la plupart de ces données
Il est cependant extrêmement
impartis, avec des enjeux de postures ou de diagnostic intermédiaire suppose : sont collectées et analysées en amont
important de ne pas ignorer cette
professionnelles et de positionnement 1. de rassembler les données quantitatives de la phase « terrain » proprement dite
phase du cycle du projet dans
au sein d’une organisation. et qualitatives selon des méthodologies (revue documentaire, recherche internet).
les interventions d’urgence, car, même
Les « victimes » quant à elles souhaitent précises ; Leur principal avantage réside donc dans
lorsque l’hypo–thèse d’existence de
aussi être acteurs aux côtés 2. d’analyser les données collectées. leur faible coût, en termes d’argent et
problèmes de santé est très forte, seul
de ceux qui les aident pour acquérir de temps. Leur principal inconvénient tient
un diagnostic mené rigoureusement
ou renforcer leur existence sociale Ces deux opérations doivent être réalisées au fait que ces informations ont été recueillies
permet de les confirmer et
ou pour se battre contre les injustices. de façon simultanée. Il ne faut surtout par d’autres organisations à des fins
de s’assurer que l’on n’est pas passé
Or elles sont souvent cantonnées pas attendre la fin de la mission exploratoire précises, souvent différentes de celles ayant
à côté d’éléments importants.
dans une relation d’aide dissymétrique pour commencer l’analyse des données, motivé la mission exploratoire ou une nouvelle
qui se caractérise, selon le sociologue car c’est au cours de celle-ci que sont démarche de diagnostic. Il est donc rare
Marcel Mauss, par l’absence d’un identifiées les informations manquantes, de pouvoir trouver exactement l’information
système de don et contre-don […]. qui doivent à leur tour être collectées pour recherchée ; il faut nécessairement compléter
Si le diagnostic initial (ou intermédiaire) est un
Pour réduire ce déséquilibre et compléter la phase exploratoire. la recherche par la collecte de données
temps fort dans la collecte d’informations et
considérer les personnes comme étant primaires.
la compréhension du contexte d’intervention,
elles-mêmes une partie de la réponse Toute analyse du contexte implique
il est important que cette analyse soit affinée
à leurs problèmes, l’un des maîtres une combinaison de données secondaires Les données primaires sont des données
tout au long de la mise en œuvre du projet.
mots est celui de participation. (données des rapports et documents collectées directement par les équipes
La participation doit permettre existants) et de données primaires sur le terrain. Il s’agit de :
Dans les crises complexes ou dans aux usagers d’une action de ne pas
les situations de conflit ouvert, les facteurs (données nouvelles) collectées par l’équipe > mesures directes (tension, température, etc.) ;
être uniquement des « receveurs », exploratoire lors de visites sur le terrain > données issues d’une observation directe ;
influençant négativement la bonne réalisation mais aussi d’être reconnus pour
du projet sont susceptibles d’être nombreux auprès des communautés concernées > données recueillies lors d’enquêtes
ce qu’ils apportent à leurcommunauté. (villages, camps de personnes déplacées, à base populationnelle avec l’utilisation
et rapidement changeants. L’analyse des
La participation peut être entendue quartiers urbains…). d’outils tels que questionnaires,
risques doit être régulièrement mise à jour.
comme l’implication plus ou moins focus groups, entretiens individuels
poussée des populations dans Les données secondaires sont approfondis…
Comment se déroule un ou plusieurs aspects d’un projet : des données de deuxième main, qui ont
diagnostic, programmation, été collectées par d’autres organisations. La collecte des données primaires doit
un diagnostic mise en œuvre, suivi et évaluation. Il s’agit de : se concentrer sur l’apport des informations
La phase exploratoire (diagnostic initial) Elle implique que les acteurs des projets > statistiques nationales, recensement, manquantes, la vérification de la validité
ou de diagnostic intermédiaire doit apporter soient disposés à écouter ce que système national d’information sanitaire desdonnées secondaires rassemblées,
des informations importantes et pertinentes. (SNIS) ; si nécessaire, et la connaissance
Cela suppose un temps suffisant sur le terrain > statistiques nationales et internationales des perspectives et des priorités actuelles
pour effectuer une collecte de données 6. MdM, « Travailler avec les communautés », 2012. publiées par les agences des Nations des personnes elles-mêmes.

FR 30 31 FR
LE DIAGNOSTIC /

Le diagnostic comprend trois étapes :


À NOTER / > l’analyse du contexte ;
Il est très important de toujours > l’identification, la priorisation et l’analyse
préciser ses sources d’information. des problèmes collectifs de santé ;
> l’identification des problèmes de santé
publique et des interventions possibles.

Une fois l’ensemble des données rassemblées, Dans la pratique, ces trois étapes
il convient de comparer (trianguler) les infor- se déroulent souvent simultanément, il est
mations provenant des différentes sources pour néanmoins important de bien les distinguer
obtenir une image aussi complète et équilibrée les unes des autres en termes de méthodo-
que possible, incluant la compréhension logie et d’en maîtriser les divers concepts.
des différentes perspectives et des intérêts. Il est également nécessaire d’effectuer des
Il convient également de comparer les allers-retours entre ces différentes étapes
données rassemblées avec d’autres données : tout au long de la démarche de diagnostic
> dans le temps (dégradation ou pour affiner/ valider/réajuster celui-ci.
amélioration de la situation par rapport
à une période antérieure ou un fait Après avoir, d’une part, compilé et analysé
marquant, séisme, cyclone, épidémies…) ; les informations quantitatives et qualitatives
> dans l’espace (avec un pays voisin, en utilisant diverses méthodes et, d’autre part,
niveau local/niveau national) ; identifié et priorisé les problèmes collectifs
> dans la littérature (normes OMS, de santé de la population considérée,
standards internationaux…). la phase de diagnostic arrive à son terme.
Un problème de santé publique sur lequel
il est souhaitable d’intervenir est déterminé.
À NOTER / Pour chacune des interventions possibles,
En urgence, la démarche est similaire : une analyse des risques et des opportunités
on rassemble des données avant permet de définir la stratégie d’intervention
le départ, et même de préférence la plus adaptée.
en amont, dans le cadre d’un travail
préparatoire de réponse à une crise.
Cette démarche est indispensable À NOTER /
et doit être systématiquement faite L’ensemble des données compilées,
dans les zones à risque où MdM est des outils d’analyse, des méthodes
présent sur le long terme. Si, dans des utilisées dans l’identification et
cas d’urgences extrêmes, certaines la priorisation des problèmes et des
données deviennent rapidement interventions possibles doit être
obsolètes en raison du changement inscrit et décrit dans un rapport de
brutal du contexte (par exemple Haïti), mission exploratoire (voir annexes).
il faut alors récupérer les données
actualisées quotidien­nement sur des
sites spécialisés (Ocha). Toutefois,
certaines données gardent toute leur
pertinence (données socioculturelles
par exemple) et doivent être
compilées en amont.

FR 32 33 FR
1.1
LE DIAGNOSTIC /
L’ANALYSE DU CONTEXTE

L’ANALYSE
DU CONTEXTE

FR 34 35 FR
LE DIAGNOSTIC /
L’ANALYSE DU CONTEXTE
1.1

L’ANALYSE DU CONTEXTE

> L’analyse du contexte peut se définir comme


l’analyse des facteurs et des acteurs qui
influencent positivement ou négativement une situation
donnée, en particulier la santé des populations.
ZOOM
La qualité d’un projet dépend en grande
PÉRENNISATION DES CHANGEMENTS
partie de la connaissance approfondie
INDUITS ET STRATÉGIES
et de la compréhension d’un contexte.
DE DÉSENGAGEMENT7
Un projet n’est pas un système isolé,
indépendant du contexte dans lequel
il se construit. Il s’inscrit au contraire dans La pérennité d’un projet peut
un environnement existant, dynamique, être abordée selon trois notions
caractérisé par différents facteurs et où principales :
se côtoient différents acteurs organisés 1. le maintien des bénéfices
autour de règles et de structures, de santé avec ou sans les projets
et porteurs de valeurs et de croyances. ou organisations qui ont initié
et produit ces bénéfices ;
Pour réaliser les changements souhaités, 2. la poursuite des activités du projet
un projet doit composer avec les synergies au sein d’une structure
existantes. Lors de l’élaboration, puis institutionnelle ou organisationnelle
de la mise en œuvre d’un projet, il est donc capable de générer des ressources
essentiel de prendre en compte l’existant, financières pour couvrir ses coûts
qu’il s’agisse des initiatives dans le champ de fonctionnement après l’arrêt
de la santé, des valeurs socioculturelles des financements des bailleurs
d’une communauté ou de tout autre facteur de fonds ;
susceptible d’influencer, positivement
ou négativement, la réussite d’un projet.
La bonne compréhension du contexte
dans lequel on intervient est également 7. P
 our en savoir plus, se référer à « Manuel de planification
des programmes de santé », MdM, 2006 ; et au « Guide
fondamentale pour assurer la sécurité des
des bonnes pratiques pour conduire la pérennisation
personnes et des biens, construire d’une innovation en santé », groupe Pérennité, 2005,
une politique de plaidoyer et envisager accessible sur http://f3e.asso.fr/media/attached/app_
les stratégies de désengagement. etude/111et_guide_version_finale_guide1-685-649.pdf.

FR 36 37 FR
1.1A
LE DIAGNOSTIC /
L’ANALYSE DU CONTEXTE

3. l’adoption et l’appropriation par


la communauté des composantes
du projet et de ses activités.

Questionner la pérennité d’un projet


et envisager les stratégies de
désengagement pour MdM constitue
un processus dynamique qui perdure
tout au long de l’intervention. LES FACTEURS
INFLUENÇANT
Il nécessite une bonne compréhension
du contexte et une bonne connais­
sance des acteurs en présence.

UNE SITUATION
Cette étape d’analyse du contexte ne doit

> Les facteurs influençant une situation, en particulier


pas être perçue comme une perte de temps,
mais au contraire comme un investisse-
ment, qui permet d’identifier les facteurs la santé des populations, constituent la première
de changements potentiels, d’éclairer/
d’expliquer certaines situations, et d’éviter,
composante du contexte que l’on cherche à analyser.
lors des phases ultérieures, de commettre Dans un premier temps, on procède à une analyse
des erreurs.
macro, puis à mesure que les problèmes
de santé publique sont identifiés et qu’une stratégie
d’intervention émerge, on revient à l’analyse
des facteurs afin d’approfondir les plus pertinents.
Pour MdM, les facteurs sont classés en six > les facteurs socio-économiques ;
groupes distincts8 et peuvent être présentés > les facteurs socioculturels ;
en tableau de situation. Ordonner les > les facteurs liés à la politique de santé
informations collectées sous forme de listes et à l’organisation du système de santé.
permet de renforcer l’aspect systématique Plusieurs tableaux peuvent être dressés
de la démarche. en fonction du niveau étudié : situation
générale du pays, situation(s) locale(s) sur
Les six groupes sont : la (ou les) zone(s) d’étude.
> les facteurs démographiques et sanitaires ;
> les facteurs géographiques Les listes présentées page suivante par
et environnementaux ; groupes de facteurs ne sont pas exhaustives.
> les facteurs historiques, politiques, Elles doivent être complétées/adaptées
réglementaires et sécuritaires ; en fonction des terrains et des populations
étudiés.
8. C
 es groupes de facteurs sont étroitement liés entre eux :
un contexte peut se comparer à un système dont les
composantes entretiennent les relations de dépendance
et de réciprocité.

FR 38 39 FR
LE DIAGNOSTIC /
L’ANALYSE DU CONTEXTE
1.1A
EXEMPLE DE TABLEAU DE SITUATION

Facteurs démographiques Facteurs géographiques 


> conditions de travail et modes
et sanitaires et environnementaux de vie ;

> représentations de la santé :
> état sanitaire de la population 
> topographie ; normale et pathologique, perception
(données macro) ; 
> climat ; de gravité et appellations locales
> mouvements de population, 
> richesses naturelles ; pour les principales maladies ;
migrations ; 
> caractère rural/urbain ; 
> présence/importance relative
> nombre d’habitants, densité ; 
> voies de circulation : infrastructures des médecines traditionnelles
> répartition par âge, par sexe ; routières et autres ; par rapport à la médecine moderne ;
> natalité, fécondité ; 
> saison des pluies ; 
> religions et animisme ;
> mortalité ; 
> état des communications ; 
> langues/dialectes locaux ;
> structure de la famille ; 
> zone sismique, inondable ; 
> …
> … >…

Facteurs liés à la politique de santé


Facteurs historiques, Facteurs socio-économiques et à l’organisation du système
politiques, réglementaires de santé
et sécuritaires 
> politique économique, aide
internationale ; 
> politiques de santé : internationale,
> politiques internationale,  économique de la zone étudiée ;
> vie régionale, nationale… ;
nationale, régionale ; politiques 
> situation de l’emploi (types de 
> systèmes de santé : national/
sociale et familiale ; professions) et du non-emploi ; traditionnels, publics/privés ;
> choix et orientations prioritaires 
> revenus et coût de la vie ; coût des équilibre soins curatifs/préventifs
des élus ou des représentants transports ; (dont promotion de la santé) ;
politiques ; 
> activités et ressources locales ; systèmes d’approvisionnement
> textes de loi, réglementation 
> moyens d’information des (médicaments, matériel…) ;
en vigueur, niveau de centralisation ; populations ; 
> services : accessibilité, utilisation,
> situation des droits de l’homme ; 
> électricité, eau ; couverture (prix d’une consultation,
> événements historiques marquants ; >… prix des médicaments essentiels…) ;
> historique de la situation 
> personnel de santé : nombre, type,
sécuritaire dans les zones disponibilité effective, répartition
d’intervention (ex : cessez-le-feu Facteurs socioculturels géographique, niveau de formation,
depuis…, violences sporadiques réputation, type de relations avec
entre tel ou tel groupe 
> niveau de scolarisation, la population (soins pour indigents
de personnes…) ; d’éducation, taux d’alphabétisation ou minorités ethniques ?) ;
> historique des interventions (hommes/femmes), logique et forme déontologie : respect du secret
humanitaires dans la/les zones de transmission des savoirs ; professionnel ; corruption, montant
d’intervention ; 
> organisation des réseaux sociaux de la rémunération des personnels
> … et familiaux (rapports hommes/ de santé ;
femmes, rapport aux aînés, 
> médicaments : marchés informels
minorité/majorité ethnique, de vente de médicaments ;
existence d’une société civile…) ; >…

> types de logements, habitat
collectif/individuel ;

FR 40 41 FR
LE DIAGNOSTIC /
L’ANALYSE DU CONTEXTE
1.1A
Il est important que la collecte des données
soit en lien direct avec la nature du domaine > en permettant aux gens de prendre > les médicaments, consommables Pour adapter au mieux
d’intervention de MdM. Il convient par exemple part aux décisions qui touchent médicaux et matériel médical 10 : les interventions, il est essentiel
d’éviter de faire un exposé géopolitique détaillé à leur santé et au système disponibilité et qualité telles de procéder à une analyse détaillée
qui n’informe pas directement sur l’état de santé ». qu’appréhendées dans le cycle du système de santé. Les offres
de santé des populations. de gestion des produits pharma­ de soins proposées par MdM doivent
Dès lors, plusieurs composantes ceutiques : 1/ la sélection ; 2 / l’achat, s’intégrer à une prise en charge
En revanche, les facteurs étroitement liés sont à prendre en compte dans l’approvisionnement ; 3 / le transport, globale et intervenir au sein
à l’état de santé des populations doivent être l’analyse d’un système de santé9 : le stockage et la distribution ; des services existants afin que
décrits de la façon la plus précise possible, > l’offre de services : 4 / l’usage rationnel ; 5 / la destruction la continuité des soins soit assurée.
tant au niveau national qu’au niveau local. nature, qualité et organisation et l’élimination des déchets.
La compréhension de la politique sanitaire de la prise en charge médico- On s’intéresse aussi aux tarifs
et du système de santé d’un pays ou sociale (pyramide sanitaire, et aux marchés informels de vente.
d’une zone d’intervention ainsi que la prise mécanismes de référen­cement, > le financement du système de ZOOM
en compte des facteurs socioculturels sont paquet de soins curatifs, préventifs santé : mécanismes de financement L’IMPORTANCE DE LA PRISE EN COMPTE
des prérequis incontournables à la et de réhabilitation, protocoles, etc.) (taxes, assurances/couverture DES FACTEURS SOCIOCULTURELS11
définition et à la mise en œuvre de tout projet. et impact de l’offre de soins maladie, mutuelle…) et gestion des
sur l’environnement (ex/ gestion dépenses liées à la santé. On
ZOOM La rencontre entre un projet de santé
des déchets). On s’intéresse s’intéresse à la part du financement
L’ANALYSE porté par MdM et les populations
à l’offre publique et privée ainsi laissée à la charge de l’usager
DU SYSTÈME DE SANTÉ comporte obligatoirement une
qu’à l’existence d’une offre (ex/ gratuité ou non au point
interface culturelle. MdM est porteur
parallèle (ex/ médecine de service) et au risque financier
d’une identité, d’une culture distincte
traditionnelle). pour les familles.
de celle d’autres ONG. La culture et
L’OMS définit un système de santé > les ressources humaines > la gouvernance du système
les structures de MdM sont donc des
comme étant « l’ensemble des en santé : de santé : stratégies,
éléments incontournables du contexte.
organisations, des institutions, disponibilité (nombre, type, plans sanitaires national et régional,
MdM doit se reconnaître dans
des ressources et des personnes disponibilité effective, répartition), législation et réglementation
son projet (culture) et avoir les moyens
dont l’objectif principal est qualification (niveau de formation, (ex/ standards minimums et accré­-
de proposer un projet (structure)
d’améliorer la santé ». compétences), rémunération, ditation des structures de santé,
qui impose de fait des contraintes
déontologie (respect du secret enregistrement des prestataires…),
culturelles et structurelles, explicites
Un système de santé n’a pas pour professionnel, corruption) mise en place de mécanisme
ou implicites (modes de pensée, modes
seule fonction l’offre de services. du personnel de santé. de redevabilité envers les usagers
de fonctionnement, buts poursuivis
Selon l’OMS, « un système de Il est aussi important de prendre (ex/ comités d’usagers, audits
et valeurs sous-jacentes, etc.).
santé qui fonctionne bien répond en compte les relations entre de décès…).
En France comme à l’étranger,
de manière équilibrée aux besoins le personnel de santé et d’autres
les milieux dans lesquels des projets
et aux attentes d’une population : acteurs (agents de santé MdM intervient pour soutenir
de santé sont implantés sont aussi
>e  n améliorant l’état de santé communautaires, accoucheuses et renforcer les systèmes publics
porteurs de cultures spécifiques.
des personnes, des familles traditionnelles, pairs éducateurs, de santé en tant que garants de
En effet, la population d’un même
et des communautés ; etc.) et usagers (population ou l’accessibilité du droit à la santé.
pays n’est pas homogène sur le plan
>e  n défendant la population groupes minoritaires, etc.).
culturel et la rencontre de ces
contre les menaces pour sa santé ;
différentes cultures se fait dans
>e  n protégeant les personnes
10. O
 n inclut ici également les vaccins, outils de diagnostic
des conséquences financières
et autres technologies sanitaires et de laboratoire.
de la maladie ; Pour plus d’informations sur le cycle de gestion
>e  n assurant un accès équitable à des produits pharmaceutiques, se référer aux fiches 11. P
 our en savoir plus, se référer aux guides « Travailler
des soins centrés sur la personne ; techniques du « Cycle de gestion des produits avec les communautés », MdM, 2012 et « Accès aux soins.
9. OMS, « Éléments essentiels au bon fonctionnement pharmaceutiques et qualité », MdM, 2015, disponibles Les déterminants socioculturels », MdM, 2012, disponibles
d’un système de santé », 2010. sur l’intranet de MdM en français, anglais et espagnol. sur le site internet de MdM en français, anglais et espagnol.

FR 42 43 FR
LE DIAGNOSTIC /
L’ANALYSE DU CONTEXTE
1.1A
dans les soins gratuits que MdM fournit) EXEMPLE « FIL ROUGE »

un espace communément dénommé ou politiques (une partie au conflit peut aussi « Le risque est une mesure de L’ANALYSE DES FACTEURS DU CONTEXTE
« l’interculturel ». La question de l’inter- voir un intérêt à la présence de MdM et vouloir vulné­rabilité aux menaces qui existent
culturel se pose de manière encore l’utiliser), des perturbations météorologiques dans un contexte. En d’autres termes,
saisonnières par exemple sont des Médecins du Monde envisage
plus évidente quand des équipes le risque est le potentiel d’une atteinte :
facteurs qui peuvent influer sur la capacité d’ouvrir un projet au Libertalia,
« expatriées » travaillent à l’étranger. la probabilité que quelque chose
d’intervention de MdM. en Afrique subsaharienne.
Les aspects socioculturels ne de néfaste se produise et l’étendue de
Une analyse complète du contexte Après la collecte et l’analyse de
sont pas toujours suffisamment pris cette atteinte si cela se produisait. […]
d’intervention apportera des informations données primaires et secondaires,
en compte alors que les enjeux sont Une menace est tout ce qui peut
sur la faisabilité et la pérennité d’un projet. l’équipe de mission exploratoire,
majeurs. Exporter des projets fondés porter atteinte ou causer une perte,
composée d’un médecin généraliste
sur les principes de la médecine alors que la vulnérabilité fait référence
ZOOM et d’une personne spécialisée
occidentale peut mener à des situations à la probabilité de se trouver face
L’ANALYSE DES RISQUES sur les aspects de coordination,
parfois compliquées. Il est fondamental à une menace et aux conséquences
logistique et sécurité, vient
de ne pas ignorer les savoirs ou à l’impact si cela se produit, quand
de rentrer du terrain. Elle nous
et les pratiques locales existants dans cela se produira. La combinaison
Toute personne réalisant un diagnostic présente ses conclusions à partir
les zones d’intervention. de la menace et de la vulnérabilité
de santé a à cœur d’élaborer un projet des six groupes de facteurs.
En France comme à l’étranger, à cette menace constitue le risque. »
qui réponde au mieux aux besoins
un manque de sensibilité ou de savoir- Dans un environnement connu,
de la population. Motivée par cet objectif
faire peut conduire à développer les mesures pour diminuer les risques Facteurs historiques, politiques,
et guidée par le présent ouvrage,
des projets qui ne prennent pas auxquels chacun est confronté sont réglementaires et sécuritaires
l’équipe de mission exploratoire a en
en compte les modes de pensée sur intégrées dans notre comportement
charge d’élaborer et de mettre en place
la santé, la procréation, la maladie quotidien. Par exemple pour diminuer Après quinze années de guerre civile,
une action qui réponde aux besoins
et le soin. Adapter notre posture le risque de se faire renverser par le Libertalia reçoit aujourd’hui un
identifiés en fonction des capacités
de travail aux réalités socioculturelles une voiture, on tourne la tête à droite soutien important de la communauté
et de la mission de Médecins du Monde.
des pays ou zones d’intervention et à gauche avant de traverser une internationale pour la restauration
Cependant, elle doit garder
et aux perceptions des populations rue. Dans un nouvel environnement, et le maintien de la paix, l’amorce
à l’esprit qu’il faut inscrire l’action
concernées est essentiel pour éviter il faut apprendre à identifier les menaces du processus démocratique et la relève
dans la durée et, pour ce faire,
certaines erreurs pouvant conduire et trouver des mesures pour réduire économique du pays. Cependant,
déterminer les éléments (les risques)
le projet à l’échec. notre vulnérabilité face à elles. la situation politique, économique
qui pourraient limiter, retarder, voire
Pour connaître la communauté Bien connaître son environnement, et sécuritaire y reste aujourd’hui instable.
interrompre le projet et par conséquent
avec laquelle on veut travailler, il est sa culture, mais aussi les dynamiques Depuis l’élection présiden­tielle
les soins à apporter à la population.
indispensable d’être à son écoute, d’un conflit, l’historique des interven­ de 2011, marquée par certains actes
En plus de l’obligation opérationnelle
de donner la parole à des personnes tions humanitaires dans la région de violence, la situation politique semble
d’évaluer ces risques, MdM
potentiellement concernées par permet d’identifier où sont les risques s’améliorer. Les priorités du pouvoir
a une obligation morale (et légale)
le futur projet, de faciliter l’expression et leur impact potentiel sur la viabilité en place sont de plusieurs ordres : lutte
de les réduire au maximum
de leurs besoins en utilisant les outils de la mission. Bien comprendre la contre la corruption, accompagnement
afin d’éviter les dommages physiques
appartenant aux sciences sociales façon dont est perçu MdM, les enjeux du processus de réconciliation et
ou psychologiques pour son personnel
et plus particulièrement les méthodes du projet et ses parties prenantes relance de l’économie. Néanmoins,
et ses partenaires.
qualitatives. permet également d’évaluer les forces la stabilité actuelle est assurée par
Il faut avant tout bien comprendre
et les faiblesses de la mission. la présence d’environ 9 000 Casques
ce qu’est un risque. Le manuel de
bleus et le risque d’un conflit persiste
référence sur la gestion de la sécurité
au vu de l’instabilité de la sous-région.
Il faut également prendre en compte humanitaire (GPR8)12 en donne une
Grâce à leur présence dans le pays
les éléments pouvant mettre en danger le définition alambiquée mais complète :
depuis de nombreuses années,
déroulement du projet. Un projet mal perçu les ONG internationales sont perçues
par la population, allant à l’encontre d’intérêts de façon positive par la population.
privés (médecins, pharmaciens locaux qui  umanitarian Practice Network, « Gestion opérationnelle
12. H
pourraient voir de la concurrence déloyale de la sécurité dans des contextes violents », 2010, p. 30.

FR 44 45 FR
LE DIAGNOSTIC /
L’ANALYSE DU CONTEXTE
1.1A
Facteurs socio-économiques le taux de fécondité de 5,2 internationales ont un rôle très de consultation écourté. Si les
par femme13 et le taux de croissance important dans le soutien direct à des soignants semblent soucieux de la
Bien que les capacités productives de 2,5 %14. structures de santé (sur 521 structures confidentialité, les moyens de l’assurer
aient été très fortement réduites Les principaux indicateurs sanitaires – dont seules 389 sont fonctionnelles – n’existent pas toujours, par exemple
par les années de guerre, l’économie restent à des niveaux inquiétants : le 300 sont soutenues). Au niveau en termes d’espace de consultation.
semble aujourd’hui redémarrer, taux de mortalité maternelle est estimé national, un plan stratégique de lutte En revanche, les soignants font preuve
notamment grâce à l’augmentation à 990 / 100 000 (comparé à la moyenne contre la pauvreté (PRSP) est en cours d’une grande disponibilité et présence
des investissements étrangers. subsaharienne de 720), le taux de de rédaction mais le plan sanitaire auprès des communautés notamment
Le taux de chômage reste important mortalité infantile à 74 / 1 000 (comparé pour la période 2010-2015 met l’accent en assurant des soins d’urgence en
au sein de la population (85 %) à la moyenne subsaharienne de 76) sur la santé maternelle et infantile, dehors des heures d’ouverture des
et les conditions de travail sont et le taux de mortalité des enfants les ressources humaines en santé, structures de santé. Leur réputation
extrêmement précaires. Les trois de moins de cinq ans à 103 / 1 000 le développement d’infrastructures auprès de la population est de ce fait
quarts de la population vivent sous (comparé à la moyenne subsaharienne de santé et la décentralisation de très positive. Parallèlement au système
le seuil de pauvreté (1,25 $/jour). de 121)15. L’espérance de vie la politique de santé. Depuis un décret de santé public, de nombreuses
est actuellement de 54 ans de septembre 2012, une autorisation structures privées se sont développées,
Facteurs socioculturels pour les hommes et de 57 ans est nécessaire pour pratiquer la particulièrement dans la capitale.
pour les femmes, ce qui est proche profession de sage-femme, profession Elles offrent des services de qualité
L’accès à l’éducation est difficile des moyennes de la région, par ailleurs autorisée à prescrire très variée mais certains services
(taux d’alphabétisation de 59,1 %) respectivement de 52 ans pour les des médicaments de survie. Bien que ne sont disponibles qu’auprès de ces
et le système éducatif est payant. hommes et 56 ans pour les femmes. la notification des décès maternels structures privées (ophtalmologie,
Le français est une des langues Le paludisme, les infections aiguës soit obligatoire, il n’existe à ce jour dentaire, psychologie). Enfin,
officielles du pays mais n’est parlé que des voies respiratoires, la diarrhée, aucun audit ou revue systématique les tradipraticiens constituent encore
par 30 % de la population. Il existe la tuberculose, le VIH/sida et les des décès maternels. souvent le premier recours
plus d’une vingtaine de dialectes locaux. infections sexuellement transmissibles des populations en cas de maladie.
La transmission du savoir se fait (IST), les maladies de la peau, Quatre niveaux de structures existent : L’approvisionnement en médicaments
principalement par voie orale. la malnutrition et l’anémie sont les 1. dispensaire : structure de soins des structures publiques est irrégulier,
Les réseaux communautaires sont causes les plus fréquentes de maladie. de santé primaires (SSP), insuffisant et problématique.
traditionnellement forts, mais ils ont couverture en zone rurale Dans la théorie, il est censé être
été ébranlés par les années de guerre Facteurs liés à la politique de santé sur un rayon de 15 km ; assuré par la Pharmacie centrale.
civile (apparition de clivages ; et l’organisation du système de santé 2. centre de santé : mêmes activités Face aux défaillances de ce système,
implication de certains leaders dans que les dispensaires + service ce sont le plus souvent les ONG
les groupes rebelles, etc.), ce qui rend Les années de guerre ont déstabilisé d’urgence et maternité 24 h / 24 ; qui servent d’intermédiaire entre
plus difficile leur implication dans l’ensemble des secteurs de l’économie 3. hôpital régional de référence : la Pharmacie centrale et les structures
les projets, malgré la nécessité nationale et des services publics. niveau secondaire, présent de santé, assurant paiement et transport
de renforcer leurs liens avec les À ce titre, le système sanitaire est dans chaque région ; des médicaments. De nombreuses
structures de santé. Enfin, la religion particulièrement affaibli, son fonction-­ 4. hôpital national de référence : « pharmacies par terre » constituent
occupe une place très importante. nement dépend très largement niveau tertiaire, un seul dans aussi des sources importantes
de l’aide internationale et les ONG la capitale. d’approvisionnement en médicaments
Facteurs démographiques pour les populations.
et sanitaires Dans ces structures, la prise en charge
13. OMS, Statistiques sanitaires mondiales 2012. est gratuite et le personnel a un Selon le dernier recensement réalisé
 nicef, « La situation des enfants dans le monde
14. U
Le pays compte 4,1 millions statut de fonctionnaire. Cependant, par le ministère de la santé, le Libertalia
2012. Les enfants dans un monde urbain »,
d’habitants avec un ratio homme/ projection 2010-2030. elles sont souvent surchargées, compte actuellement 4 970 personnels
femme de 0,99. Le taux de natalité  nicef, « La situation des enfants dans le monde
15. U ce qui conduit à un temps d’attente de santé dont 122 médecins,
brut est de 39,1 pour 1 000 habitants, 2012. Les enfants dans un monde urbain », données relativement long et un temps 270 assistants médicaux, 402 infirmiers,
de 2008 (taux de mortalité maternelle) et 2010 (taux de
mortalité infantile et des enfants de moins de cinq ans).

FR 46 47 FR
1.1B
LE DIAGNOSTIC /
L’ANALYSE DU CONTEXTE

297 sages-femmes. Il existe aussi


des agents de santé communautaires
formés par le ministère de la Santé.
Bien que le ratio personnel médical/
population puisse paraître correct,
ces chiffres masquent le manque
de personnel qualifié et de plus leur
distribution géographique est inégale.
La rémunération du personnel médical LES PARTIES
PRENANTES
varie de 75 $ (aide infirmier) à 800 $
(médecin) et elle est souvent assurée
par les ONG internationales. De plus,
certains cas de corruption, par
exemple des demandes de paiement
pour des actes devant être gratuits,
OU « STAKEHOLDERS »
ont été sporadiquement signalés.

Facteurs géographiques
et environnementaux > Après les facteurs qui influencent une situation,
les parties prenantes ou stakeholders constituent
la seconde composante du contexte qu’il convient
L’accessibilité géographique des
structures de santé est très inégale d’analyser.
selon les régions et fortement réduite
pendant la saison des pluies de mai
à septembre (très peu de routes
en état, pluviométrie très importante).
1/ DÉFINITION 2 / IDENTIFICATION
Les parties prenantes, ou stakeholders (MAPPING) DES
représentent toutes les personnes,
groupes de personnes ou organisations ACTEURS / PARTIES
susceptibles d’avoir un lien avec
un projet, de l’influencer ou d’être affectés PRENANTES
par lui, que ce soit de façon directe ou
indirecte, positive ou négative. L’identification (mapping) des acteurs/parties
prenantes consiste à rassembler, aux niveaux
La traduction française du terme anglais national, régional et surtout local, les données
stakeholder – partie prenante – ne rend permettant de :
pas tout à fait la notion de stake : > dresser une liste la plus exhaustive
« avoir des intérêts en jeu ». Elle accentue possible des acteurs susceptibles
même la notion de « forte implication ». d’avoir un lien avec le projet, de l’influencer
Aussi, dans les pages qui suivent, ou d’être affectés par lui, que ce soit
nous utiliserons plutôt le terme « acteur », de façon directe ou indirecte, positive
plus usuel, au sens de personne ou groupe ou négative ;
susceptible d’être affecté par un projet. > décrire leurs domaine(s) et champ(s)
d’intervention, le territoire sur lequel
ils opèrent et, lorsque c’est possible,
leur stratégie.

FR 48 49 FR
LE DIAGNOSTIC /
L’ANALYSE DU CONTEXTE
1.1B
Même si le projet n’est pas encore pérennité sur une base locale ont été réunies : Si, lors de l’étape d’analyse des parties
défini, il convient de repérer tous les communautaires, politiques au contraire, l’achèvement du projet entraîne prenantes, il est intéressant de pouvoir
acteurs (individus, groupes ou organisations) ou religieuses, conflits d’intérêts, à peu près systématiquement la disparition identifier quels acteurs/parties prenantes
susceptibles d’avoir un effet direct ou voire mise en danger). Ces difficultés / des activités. La pérennisation est donc peuvent constituer des partenaires
indirect sur l’intervention de MdM sans oublier limites doivent être identifiées dans un processus dynamique qui doit être pensé potentiels, il est important de ne pas arrêter
ceux qui pourraient empêcher/saboter l’étape d’identification des parties tout au long du projet. L’identification (mapping) la recherche à ces derniers. En effet, si
la réalisation du projet (acteurs politiques, prenantes. des acteurs/parties prenantes avec les acteurs existants représentent des parties
militaires, intérêts privés). Pour éviter que les projets lesquels s’articulera le projet en constitue prenantes dès lors qu’ils sont susceptibles
« construisent » et « fabriquent » des donc l’un des prérequis. d’avoir un lien avec les projets,
ZOOM agents communautaires sans ancrage ils peuvent en revanche ne pas être
L’IMPORTANCE DE LA PRISE EN COMPTE réel lors du démarrage du projet, Cette identification est tout aussi essentielle – et ne jamais devenir – des partenaires.
DES ACTEURS COMMUNAUTAIRES16 il est essentiel d’identifier les acteurs en vue de la mise en œuvre d’une Il est donc important de bien faire
préexistants lors de la phase éventuelle stratégie de plaidoyer au sein la distinction entre ces deux notions.
de diagnostic. du projet. Elle permet de se familiariser
Nombre de projets de Médecins en amont avec les enjeux de pouvoir À MdM, l’identification des acteurs/parties
L’identification des acteurs
du Monde développent aujourd’hui et d’influence autour des thématiques qui prenantes permet de renseigner la matrice
communautaires existants peut aussi
une approche communautaire seront abordées. Cependant, au moment des acteurs. Ordonner les informations
permettre de prendre connaissance
et travaillent avec divers types de de la programmation, il sera nécessaire collectées sous la forme d’un tableau permet
des mécanismes de solidarité locaux
représentants de la population : pairs, d’identifier plus particulièrement parmi ces une systématisation minimale.
avec lesquels le projet pourrait
agents de santé communautaires, parties prenantes celles qui auront un rôle
composer. Qu’il s’agisse d’une situation
tradipraticiens, leaders religieux, etc. spécifique à jouer vis-à-vis de la thématique
d’urgence ou non, il serait contre-
Ils se fondent sur l’idée que la partici­ de plaidoyer retenue17.
productif d’aller à l’encontre
pation des populations non seulement
des stratégies et des capacités locales
aide à améliorer la qualité des projets, Tant que la phase de diagnostic n’est pas
permettant de faire face à un problème.
en permettant une analyse plus terminée, on est dans un processus d’aller-
précise de la situation et du contexte, retour permanent entre les différentes étapes.
mais donne aussi aux populations L’identification, la priorisation et l’analyse
« le moyen d’exercer un plus grand L’identification des acteurs/parties prenantes de problèmes collectifs de santé (PCS)
contrôle sur leur propre santé ». (mapping) sera complétée dans les étapes – deuxième étape du diagnostic – permet
L’implication effective des acteurs ultérieures du diagnostic par une analyse d’affiner l’analyse des parties prenantes
communautaires permet aussi d’amé­­‑ plus fine des dynamiques existantes entre par la prise en compte des stratégies
liorer la pérennisation des changements les acteurs et de leurs influences respectives. d’influence de chacun des acteurs vis-à-
induits par le projet. Les acteurs vis de chaque PCS retenu. La présence
du Sud insistent fréquemment sur le Tout projet (existant ou futur) de MdM ou l’absence d’acteurs et l’analyse de
fait que si les acteurs locaux n’ont pas s’inscrit dans des réseaux d’acteurs avec leurs stratégies permet, dans la troisième
pu prendre le temps de s’approprier lesquels il faut composer. Les connaître, c’est étape du diagnostic, de faire des choix
le projet, il n’en reste plus rien une fois se donner les moyens de s’inscrire dans d’intervention selon les activités couvertes
qu’il est achevé. des dynamiques existantes. Cela permet et non couvertes. Si dans les étapes
Cependant, le travail des acteurs d’améliorer la pérennité des changements ultérieures il apparaissait que les hypothèses
communautaires rencontre aussi induits par un projet tout en évitant de créer de départ n’étaient pas les plus pertinentes,
des limites et des difficultés propres des modes d’organisation artificiels. On sait une nouvelle analyse des acteurs/parties
(isolement, compétences techniques que la courte durée des projets influence prenantes serait alors nécessaire.
limitées, manque de crédibilité la représentation qu’en ont les populations :
vis-à-vis de la communauté ou des ce sont « des étrangers qui ne font que
professionnels, jalousies et pressions 17. P
 our plus d’informations concernant la construction
passer » : trois ou quatre années d’activités
d’une stratégie de plaidoyer, se référer au « Guide
représentent pourtant pour un projet une Plaidoyer » et à la boîte à outils « Plaidoyer », MdM,
« longue » présence. Mais la fin d’un projet 2011, disponibles sur l’intranet de MdM en français,
16. MdM, « Travailler avec les communautés », 2012. ne signifie pas que les conditions de sa anglais et espagnol.

FR 50 51 FR
LE DIAGNOSTIC /
L’ANALYSE DU CONTEXTE
1.1B
EXEMPLE « FIL ROUGE »
TABLEAU PERMETTANT DE LISTER LES DIFFÉRENTS ACTEURS pour une mutualisation des moyens leaders dans les groupes rebelles) ;
et la création de synergies entre les ces clivages sont notamment
 Coopération actions. Malgré tout, des difficultés présents dans les réseaux
internationale de coordination et d’harmonisation d’accoucheuses traditionnelles (AT),
Secteur (UN, ONG…), des stratégies subsistent. d’agents de santé communautaire
public Secteur privé Société civile bailleurs (ASC) et de groupements de
> Des autorités sanitaires impliquées femmes traditionnelles.
Niveau Ministère Médias Action pour Merlin, SC-UK3 dont les moyens RH et financiers
central de la Santé, la santé (APS)2 MSF-B, CICR, sont limités : focus sur la santé > Souhait exprimé par une ONG
Pharmacie (ONG locale) Marie Stopes, maternelle, le VIH/sida et locale (AMPF) de travailler avec
centrale1, Unicef, le paludisme au niveau national, Médecins du Monde sur des
ministère Fnuap5, volonté de renforcer la décentra­ problématiques de santé sexuelle
des Finances, OMS,
lisation vers les autorités sanitaires et reproductive : personnel qualifié
ministère Fondation
régionales. mais manque de moyens et de
de la Justice Clinton,
coordination, forte présence dans
UE, USAID
> Des agences onusiennes très les réseaux communautaires.
Niveau Préfet, police, Hôpitaux/ AMPF 4
SC-UK 3, présentes au niveau national mais
régional autorités cliniques privés, (ONG locale) Africare, peu au niveau régional : le Fnuap
(district) sanitaires pharmacies Marie Stopes, promeut à l’échelle nationale
régionales, privées Fondation la santé sexuelle et reproductive
structures Clinton par un partage des leçons apprises
publiques et des expériences acquises
de santé avec l’organisation Marie Stopes
International (MSI) sur la probléma­
Niveau Sous-préfet, Tradipraticiens, Églises et leaders SC-UK3, tique de l’avortement, avec SC-UK
local infirmier-chef cliniques religieux, maires, Africare et Africare sur la gratuité effective
(commu­ de centre, privées, groupements des accouchements.
nauté) police pharmacies de « femmes
privées/ traditionnelles »
> Une présence importante du
« pharmacie comités de santé,
secteur privé : il est très utilisé mais
par terre », accoucheuses
sa qualité est discutable, et il est
radios traditionnelles (AT),
communautaires agents de santé financièrement inaccessible pour
communautaires une partie de la population. Certains
(ASC) services médicaux ne sont dispo-
nibles que par ce biais (ophtalmolo-
gie, dentaire, psychologie).
1. Institution de service public à but non lucratif. 4. A
 ction médicale pour les femmes,
2. ONG médicale très réputée au Libertalia. ONG locale du district du Saapland. > Une culture importante
3. Save the Children UK. 5. Fonds des Nations unies pour les populations. d’associations et d’organisations
non gouvernementales
visant divers objectifs sociaux, mais
Sur la base du tableau  nombreuses ONG internationales
> De la société civile reste fragmentée
précédent, l’équipe de mission présentes : bien qu’il existe une par des clivages sociaux et
exploratoire tire les conclusions compétition entre certaines ONGI, communautaires apparus pendant
suivantes : la majorité d’entre elles collaborent le conflit civil (implication de certains

FR 52 53 FR
1.1C
LA QUESTION
DU PARTENARIAT
autour d’une idée ou d’un fait communs
> favoriser la pérennisation des projets ;
> assurer le continuum des soins,
c’est-à-dire une prise en charge globale
et adaptée de la personne au sein
de la famille, de la communauté,
des structures de santé périphériques
et des structures de santé de référence ;
ce qui nécessite souvent des interventions
complémentaires et coordonnées
de plusieurs acteurs ;
> obtenir un support technique
et matériel (relations d’expertise) ;
> transmettre des informations
(relations de liaison) ;
> développer des stratégies de plaidoyer…
Cependant, il peut parfois être nécessaire

de développement institutionnel.
1.1C
de renforcer les capacités des organisations
partenaires pour rendre le partenariat effectif
et fonctionnel. On parlera alors de relation
de compagnonnage ou de soutien :
le soutien concerne les organisations
partenaires qui sont dans une dynamique

Il vise à favoriser leur structuration et leur


organisation afin qu’elles puissent pleinement
jouer leur rôle d’acteur.

À NOTER /

1/ PARTENARIATS, (organiser une action, réaliser un projet…).


Parfois, il n’y a pas de structure
existante et reconnue. Le « partenariat »
Partenaires, alliés, associés, collaborateurs : EXEMPLE « TERRAIN »20
ALLIANCES ET cette relation peut prendre diverses formes
peut alors consister dans le
soutien à la création de nouvelles
en fonction des objectifs partagés entre
AUTRES FORMES les différents acteurs »18.
Projet de réponse
Choléra en Haïti
organisations ou comités. Mais dans
ce cas, il faut être attentif à ne pas

DE RELATIONS Pour beaucoup d’organisations, le partenariat


(2010-2011) imposer des formes d’organisations
étrangères à la culture de travail ou
est un moyen d’impliquer des acteurs de de solidarité existante.
La réponse à l’épidémie s’est
Malgré la diversité des approches et la société civile dans la réponse et dans l’aide De plus, il faut veiller à ce que ces
construite autour de nombreux
des pratiques de partenariat parmi les ONG mise en œuvre. Cette démarche permet nouvelles formes d’organisation ne
partenariats sans lesquels le volume
françaises, ces dernières, regroupées d’impliquer plus fortement les populations. se superposent pas à d’autres formes
et la qualité des activités n’auraient
au sein de la plateforme Europe du collectif Cependant, le partenariat ne renvoie pas d’aide ou de solidarité existantes,
pas pu être aussi satisfaisants.
Coordination Sud, se sont accordées uniquement à cette dimension : il peut être ce qui risquerait de les affaiblir.21
La recherche de partenariats prend
autour d’une définition assez consensuelle noué avec d’autres acteurs que ceux de la
beaucoup de temps et conduit à faire
du partenariat. Au terme de cette réflexion, société civile (par exemple avec le ministère
des concessions mais, en même
le partenariat a été défini comme « la relation de la Santé, des acteurs privés, etc.) ;
temps, elle permet de mettre en œuvre
entre deux ou plusieurs organismes pour par ailleurs, toutes les relations de MdM Les alliances constituent d’autres formes
une réponse de plus grande envergure.
la mise en œuvre d’un projet, qui repose sur ses terrains d’intervention ne relèvent pas de collaboration, mais elles sont moins
sur la coopération, respecte l’égalité forcément du partenariat. formalisées qu’un partenariat.
de pouvoir des parties en se basant RECOMMANDATION Ainsi, l’accord ou union conclu entre
sur l’échange, la confiance, le respect MdM affirme l’importance d’établir des » Il convient donc de favoriser plusieurs individus, groupes, structures pour
des engagements, la transparence et la partenariats et ce pour plusieurs raisons. les partenariats et la multidisciplinarité leurs intérêts communs n’est pas forcément
réciprocité. C’est un processus dynamique Ils permettent de : dans la réponse aux épidémies formalisé par le biais d’une convention.
qui doit s’inscrire dans la durée, sur des > favoriser l’empowerment19 de choléra pour apporter La construction d’alliances comporte une
compétences données et une vision partagée et la participation des acteurs locaux ; une réponse intégrée. médiation entre les différentes parties pour
d’un objectif de solidarité internationale ». > crédibiliser une démarche ou un projet la définition d’objectifs, de règles éthiques
(relations d’influence) ; de base et de domaines d’action communs.
Par ailleurs, un travail de formalisation L’alliance peut être ponctuelle, et viser
 orum 30 ans de partenariat : « Humanitaires et
18. F Un partenariat se construit dans la complé­
a été effectué pour les 30 ans de MdM. un objectif précis à court terme (par exemple
partenaires : nouvelles donnes ? », Humanitaire, 26, 2010. mentarité des savoirs et des compétences.
Il en a résulté une définition du partenariat : dans le cas d’une action commune
19. T
 raduit par Marie-Ange Freynet comme étant
« une relation établie entre des partenaires, la « réappropriation active du pouvoir par la personne de plaidoyer). Une alliance peut alors être
c’est-à-dire des associés, deux individus, elle-même », pour plus d’informations se référer au 20. E
 xtrait des rapports de capitalisation et évaluation.
groupes ou structures qui se rejoignent guide MdM, « Travailler avec les communautés », 2012. Ces rapports sont disponibles sur l’intranet de MdM.  dM, « Travailler avec les communautés », 2012.
21. M

FR 54 55 FR
LE DIAGNOSTIC /
L’ANALYSE DU CONTEXTE
1.1C
conclue entre des organisations qui ne
partagent pas forcément les mêmes valeurs
2 / CRITÈRES EXEMPLE « TERRAIN »23 de qualité nécessaires à la formation
d’une relation de partenariat solide
sur le fond, ni les mêmes modes d’action,
mais qui se retrouvent sur une question précise
DE QUALITÉ Le partenariat entre MdM,
et équilibrée25 :
1. convergence de vue sur les finalités
New Vector et Hepa+
(par exemple, la signature d’une lettre commune
adressée aux autorités). Une alliance diffère
D’UN sur le projet RdR en Géorgie
du projet ;
2. co-élaboration d’une stratégie
d’un réseau dans le sens où elle ne formalise
pas ses modes de fonctionnement et ne
PARTENARIAT « MdM prend ce programme très au
de mise en œuvre ;
3. degré et mode d’implication de chacun
sérieux : chaque fois que nous avons
se projette pas nécessairement dans la durée. des partenaires dans le projet ;
besoin de son soutien, MdM intervient, et
Il est important d’avoir quelques éléments 4. entente sur une répartition des rôles,
rapidement. Nous avons côtoyé d’autres
Sur les terrains d’intervention, en fonction d’aide à la réflexion pour le choix d’un des activités et des moyens ;
organisations internationales de par
des acteurs en présence et des besoins partenaire : plusieurs critères peuvent peser 5. complémentarité des compétences
le passé, mais la relation était toujours
spécifiques du projet, MdM peut construire en faveur ou en défaveur de ce choix. et des moyens ;
compliquée. On ne nous écoutait pas,
d’autres types de relations22 : En fonction de rapports de force en présence 6. réciprocité  ;
et tout avançait très lentement. »
> l es relations de réseau : et des objectifs du projet, ces éléments 7. inscription de la relation dans le temps ;
un réseau est constitué par un ensemble n’ont pas la même importance. 8. qualité des relations humaines ;
de personnes physiques ou morales S’il est difficile de dresser une liste exhaustive » Un membre de New Vector 9. transparence.
qui entretiennent entre elles des liens de critères de choix d’un partenaire (ce choix
formels ou informels autour de questions étant par nature très dépendant du contexte Dès lors, il est possible de caractériser
ou de préoccupations communes. et de l’intervention envisagée), on peut le partenariat au travers de 4 dimensions :
D’un point de vue organisationnel,
> l es relations de délégation ou en revanche dresser une liste de « critères >u  ne coélaboration : le but est commun,
le partenariat est une relation qui doit être
de sous-traitance : il s’agit d’un contrat d’exclusion ». Ainsi, on peut considérer les objectifs à atteindre sont partagés
fondée d’une part sur la définition conjointe
par lequel une personne (le principal) en qu’une organisation appartenant à la société et coconstruits ;
des objectifs et des moyens à mettre
engage une autre (l’agent) pour exécuter en civile et qui correspond à un ou plusieurs >u  ne coresponsabilité : les engagements
en œuvre pour les atteindre, d’autre part
son nom une tâche quelconque qui implique des critères suivants, ne peut pas être sont réciproques et complémentaires
sur un partage mutuel des responsabilités
la délégation d’un certain pouvoir de un partenaire de choix pour MdM : (compétences, moyens) ;
et enfin sur un apprentissage mutuel.
décision (délégation partielle ou entière). > v aleurs contraires aux valeurs essentielles >u  ne cogestion : l’information
Le partenariat est difficile mais essentiel :
> les relations de financement de MdM ; est partagée et le rôle de chacun dans
les partenaires sont souvent des interprètes
(bailleur institutionnel, entreprises, etc.) >a  tteintes aux droits de l’homme ; la gestion des activités et des moyens
socioculturels qui bénéficient d’une bonne
>p  rosélytisme religieux ; est clairement défini ;
connaissance du terrain et de l’organisation
Ces relations ne relèvent pas du partenariat, >p  rosélytisme politique ; >u  ne codécision : le processus
des communautés24. Leur ancrage local
tel que défini précédemment. Mais elles sont >p  articipation à la lutte armée ; de décision est celui de la négociation,
leur confère un rôle de « passeurs de projets »
tout aussi importantes dans la mise en œuvre >p  artialité du soin… de la concertation et de la coopération
permettant de reprendre et de maintenir
des projets de MdM. et fait l’objet d’un consensus.
les activités en place. Il faut toutefois porter
Le partenariat avec des associations
une grande attention à la perception
constituées ou des groupes informels locaux
d’un partenaire par sa communauté ou
À NOTER / est difficile, notamment en raison de leur À NOTER /
une partie de sa communauté, notamment
La question du partenariat est donc multiplicité et de leur dispersion. De plus, À MdM, la question de la gestion
dans les contextes où il existe des clivages
particulièrement importante pour il existe peu de villages qui n’aient pas connu de la décision est un élément
importants.
MdM et doit être interrogée de façon au minimum plusieurs projets successifs primordial à négocier dans
systématique sur tous les terrains et parfois simultanés, sans coordination. l’établissement de nos conventions
La plateforme Europe de Coordination
d’intervention. Il est alors impossible de ne pas tenir compte ou de nos contrats de partenariat.
Sud a identifié un ensemble de critères
de l’histoire locale de ces projets passés.
Elle marque en effet profondément
23. E xtrait des rapports de capitalisation et évaluation.
la perception que les populations ont des
Ces rapports sont disponibles sur l’intranet de MdM. 25. P
 our plus d’informations, se référer au
22. P
 our plus d’informations, se référer au « Manuel
acteurs extérieurs qui sont déjà intervenus 24. Cela, bien sûr, dans le cas où les partenariats « Guide du partenariat » de Coordination Sud, 2006,
de planification des programmes de santé », MdM, et elle peut avoir des conséquences concrètes sont établis avec des organisations locales disponible sur http://www.coordinationsud.org/
2006, Annexes IV et V. sur l’acceptation des nouveaux projets. et non pas internationales. document-ressource/guide-partenariat/

FR 56 57 FR
LE DIAGNOSTIC /
L’ANALYSE DU CONTEXTE
1.1C
3 / ÉTAPES DANS 4. planifier les ressources ;
5. établir un mécanisme de résolution
Un « bon » partenaire peut être identifié
avec une analyse des acteurs/parties
L’accord de partenariat29 est la traduction
contractuelle de l’entente construite.
LA CONSTRUC- des conflits ;
6. rédiger l’accord de partenariat.
prenantes. Croire que la seule motivation
des différents acteurs est l’intérêt
Même si, parfois, le contrat n’a pas de valeur
juridique au sens moderne du terme (cadre
TION D’UN L’identification initiale des partenaires
collectif est une illusion qui peut nuire
au développement d’une action commune.
législatif insuffisant, état de droit déficitaire,
contexte de droit coutumier…), cela
PARTENARIAT possibles repose sur l’analyse du contexte
(même si cette dernière ne doit pas
Les intérêts particuliers, même s’ils ne sont
pas clairement énoncés, président bien
n’enlève rien à la nécessité d’en établir un.
L’accord de partenariat reste indispensable
se limiter à la recherche de partenaires). souvent à l’engagement des partenaires en termes de clarification, d’explication
Un partenariat peut se nouer à différentes
Il s’agit de connaître les dynamiques potentiels. La connaissance des acteurs et de communication. Il permet aussi
phases du projet, même s’il est souvent
et initiatives préexistantes afin d’identifier en présence peut ainsi permettre d’expliciter à la relation d’être reconnue et légitimée.
préférable de l’établir au début, pour
les demandes de partenariat potentielles au mieux ces intérêts et de construire, Une relation entre acteurs est vivante.
une meilleure compréhension des rôles
et/ou les complémentarités possibles. à partir de ces différentes motivations, Il en est de même pour les relations entre
et des objectifs de chacun.
un bien commun28. partenaires. Elles sont dynamiques
EXEMPLE « TERRAIN »27 et se construisent tout au long du cycle
EXEMPLE « TERRAIN »26
de projet. Un temps suffisamment long,
La clarification des rôles beaucoup de patience et de nombreuses
Projet de réduction
Projet de réduction
des risques de catastrophes
et des responsabilités explications concernant les raisons
des risques au Vietnam de l’intervention, les méthodes, le fonctionne-
à Madagascar (2008-2010) Cette étape doit intervenir dès le début
(2005-2011) ment et la mission sociale de l’ONG
du projet. Elle est indispensable pour
sont nécessaires pour établir un climat
Les autorités locales ont été placées ne pas susciter de l’incompréhension,
Pour assurer la pérennité du de confiance. Contrairement à une relation
au cœur des activités de sensibi­lisation des conflits ou de la frustration.
programme, plusieurs partenaires de sous-traitance, où il s’agit de « faire faire »
de la population. Leur légitimation Les questions à se poser sont alors
vietnamiens ont été identifiés. Toutefois, par d’autres, un partenariat présuppose
auprès des populations et leur les suivantes : Quelles sont les ressources
cette identification s’est faite dix mois une relation collaborative plaçant chacun
responsabi­lisation sur la gestion des à mobiliser par chaque partenaire ?
avant la fin du programme. Comme on des acteurs dans une position d’égalité.
risques ont été ainsi accrues. Leurs Qui participe à la prise de décision ?
pouvait s’y attendre, il était alors trop
rôles et activités ont permis de créer Qui fait quoi ?
tard pour mettre en place un partenariat EXEMPLE « TERRAIN »30
une émulation et une dynamique La répartition des rôles doit alors s’opérer
et assurer le transfert des activités.
qui ont amené les comités à prendre de façon réaliste, ce qui implique d’avoir
d’autres initiatives pour coordonner une bonne connaissance des capacités Le partenariat entre MdM,
RECOMMANDATION leurs réponses aux catastrophes. de chacun. De même, un comité de pilotage New Vector et Hepa+
» Démarrer un partenariat dès le début est un bon outil, mais il faut s’entendre sur le projet RdR en Géorgie
du projet pour permettre un renforce­ sur qui représente chaque partenaire,
RECOMMANDATION
ment des capacités du partenaire le pouvoir de décision de chacun « Le partenariat en place est encore
au fil du temps, et éviter
» Avant toute création de structure
de gestion des risques de et la fréquence des rencontres. jeune, nous n’avons qu’une année
ainsi l’arrêt brutal du projet. de collaboration, mais les résultats
catastrophes (GRC), s’enquérir de
l’existence éventuelle d’organismes Les partenariats impliquent l’institution MdM indiquent qu’il s’est développé
similaires, même inactifs, pour éviter et non pas les individus qui élaborent ces selon des modalités chaque fois plus
de créer des entités parallèles partenariats. Les relations qui s’établissent positives, avec un renforcement
Le groupe URD présente de la façon suivante
qui pourraient ne pas être entre partenaires doivent obligatoirement marqué de la confiance
les étapes de la construction d’un partenariat :
reconnues ou appropriées. faire l’objet d’une formalisation, compte tenu et de la satisfaction vers le mois
1. identifier le partenaire ;
des engagements qu’elles représentent
2. fixer les principes du partenariat ;
et de la nature de ces partenariats.
3. clarifier les rôles et les responsabilités
de chaque partie ;
29.  C
 f. Trames d’accord de partenariat en annexe
dans le CD-Rom.
26. E
 xtrait des rapports de capitalisation et évaluation. 27. E
 xtrait des rapports de capitalisation et évaluation.  dM, « Manuel de planification
28. M 30. E
 xtrait des rapports de capitalisation et évaluation.
Ces rapports sont disponibles sur l’intranet de MdM. Ces rapports sont disponibles sur l’intranet de MdM. des programmes de santé », 2006. Ces rapports sont disponibles sur l’intranet de MdM.

FR 58 59 FR
LE DIAGNOSTIC /
L’ANALYSE DU CONTEXTE
1.1
d’août 2011, de l’avis de – des facteurs clés pour
toutes et tous. Il a cependant tout développement réussi
également été souligné d’un partenariat, qui a
que les premiers mois du partenariat effectivement besoin de temps
avaient été quelque peu tendus. pour croître. »
Les entretiens ont révélé que MdM
cherchait, au cours de cette période,
à mettre en place une ONG d’entraide Les deux prochaines étapes du diagnostic
EN RÉSUMÉ
légitime et opérationnelle par le biais représentent des moments privilégiés
de divers soutiens financiers et non pour amorcer la définition et la construction
financiers particulièrement orientés d’un partenariat.
LES POINTS CLÉS DE L’ANALYSE
vers la mise en œuvre de services DU CONTEXTE
dans le centre d’accueil. L’organisation
partenaire, New Vector, faisait
cependant face à de nombreux défis > L’analyse du contexte consiste >L
 ’analyse des données doit se faire
relatifs à sa croissance rapide, ainsi à collecter des données concernant au fur et à mesure de leur compila-
qu’à un besoin d’élargissement de les facteurs qui influencent une tion, ce qui permet d’identifier les
ses structures internes et ressources situation donnée, et les acteurs / manques et de compléter les données.
humaines. […] parties prenantes susceptibles
MdM a été en mesure d’identifier d’influencer, positivement
rapidement ces défis et d’intervenir ou négativement, une action de santé, > Il est important de trier les
en prenant des décisions relatives à et à les analyser. informations, et de ne conserver que
la dotation en personnel et en mettant celles qui sont pertinentes.
l’accent sur le développement
des capacités et la planification des > Une bonne analyse des acteurs/parties
programmes. Ces décisions ont prenantes permet d’identifier de > Les données conservées et leur
entraîné la mise en place d’une série potentiels partenaires pour le projet. analyse doivent être retranscrites dans
de formations, l’embauche à temps un rapport de mission exploratoire.
plein d’un.e expert.e en RH venu.e
de France (qui a également mené > Une analyse fine du contexte permet
une série d’ateliers de planification d’identifier les potentielles > Les contextes sont évolutifs,
participatifs), ainsi que l’instauration difficultés de réalisation de l’action le processus doit être dynamique
de réunions régulières de gestion, et les éventuels risques courus et les données doivent être revues
entre autres mesures. Suffisamment par le personnel, les partenaires et remises à jour lors des étapes
de temps a alors été alloué et les usagers. et phases ultérieures de la planification.
au développement du partenariat,
à la planification et à la formation.
 compilation et l’analyse
> La
Petit à petit, MdM est parvenu
à établir une relation de confiance des données se font selon
et un environnement d’apprentissage, des méthodologies quantitatives
à intégrer plusieurs perspectives, et qualitatives complémentaires.
à négocier les différences en termes
de pouvoir et de ressources,
à identifier les terrains d’entente
et créer une vision commune

FR 60 61 FR
1.2
LE DIAGNOSTIC /
IDENTIFICATION, PRIORISATION ET ANALYSE
DES PROBLÈMES COLLECTIFS DE SANTÉ

IDENTIFICATION, 
PRIORISATION
ET ANALYSE
DES PROBLÈMES
COLLECTIFS DE SANTÉ

FR 62 63 FR
LE DIAGNOSTIC / IDENTIFICATION, PRIORISATION
ET ANALYSE DES PROBLÈMES COLLECTIFS DE SANTÉ 1.2

IDENTIFICATION, PRIORISATION
ET ANALYSE DES PROBLÈMES COLLECTIFS
DE SANTÉ

> Le modèle de planification de MdM repose sur


une approche par problème et place la notion
de problème au centre du montage de projet. Dans
la pratique, le plus souvent, du fait des thématiques
prioritaires choisies par MdM, une approche mixte
est privilégiée : l’approche populationnelle permet
de pré-identifier les populations vulnérables
(par exemple, dans le cas de projets de réduction
des risques, les usagers de drogues ou les personnes
se prostituant) ; l’approche par problème permet
de connaître plus précisément les problèmes prioritaires
de ces populations vulnérables.
Cette deuxième étape du diagnostic permet d’identifier
et de confirmer les problèmes collectifs de santé (PCS)
les plus importants sur la base de l’analyse contextuelle.
Elle conduit à la troisième et dernière étape du
diagnostic : l’identification d’un problème de santé
publique (PSP) qui sera ciblé par l’intervention.
Même lorsque le PSP sur lequel on souhaite intervenir
est déjà pré-identifié, l’étude des PCS est indispensable
pour vérifier la validité du choix et le confronter
aux réalités du terrain.
FR 64 65 FR
1.2A
LE DIAGNOSTIC / IDENTIFICATION, PRIORISATION
ET ANALYSE DES PROBLÈMES COLLECTIFS DE SANTÉ

EXEMPLE « TERRAIN » être précis et plusieurs acteurs (siège, terrain)


doivent être impliqués dans leur définition.
Quant au diagnostic lui-même, il doit être
Projet de réduction
réalisé au minimum par deux personnes.
des risques en Géorgie

Lors de la mission exploratoire menée


en Géorgie, l’équipe était partie avec

DÉFINITIONS
une hypothèse forte d’intervention :
le remplacement des seringues pour
réduire la transmission de l’hépatite C
entre les usagers de drogues par voie
intraveineuse (UDVI) et la population
en général. Lors de son investigation,
l’équipe avait pu confirmer
une importante épidémie d’hépatite C
> Qu’il soit individuel ou collectif, un problème de santé
représente l’écart entre un état de santé (physique,
mental, social) qui a été constaté, observé, exprimé
et un accroissement de la présence
du VIH dans la population des UDVI. et un état de santé considéré comme souhaitable ou
Mais elle a aussi découvert un autre attendu, défini par des références médicales élaborées
problème collectif de santé dont
les conséquences en termes de santé par des experts, le législateur… ou par des normes
publique étaient considérables, et sociales.
contre lequel aucune action spécifique
n’était menée : une dégénérescence
neurologique liée à l’injection de EXEMPLES « TERRAIN »
Un problème collectif de santé
psychotropes très toxiques fabriqués Différents types de problèmes de santé
se caractérise par la combinaison
à partir de produits pharmaceutiques d’au moins deux des trois éléments
légaux. suivants : Problèmes de santé
L’équipe a finalement changé radica­ >s  a fréquence (magnitude) : incidence individuels : ils peuvent être
lement la stratégie d’intervention et élevée, prévalence élevée, récurrence ; fréquents mais sans caractère
choisi d’orienter aussi son intervention >s  a gravité (severity) réelle ou potentielle de gravité ; ils entraînent
vers la prévention des risques liés (susceptible d’entraîner des altérations donc peu de conséquences sociales
à la consommation de ces importantes de la qualité de vie, ou économiques (ex/ verrues,
produits. des invalidités majeures ou des décès) ; hémorroïdes…).
>s  es conséquences sociales,
économiques (coût qui peut être élevé Problèmes de santé soit individuels,
Le choix des personnes ressources pour la société, le système de soins soit collectifs en fonction du contexte
impliquées dans la mission exploratoire et/ou les individus concernés). et de la saisonnalité :
est très important : la spécialité ou l’intérêt Ce sont :
personnel a naturellement tendance à Il faut noter qu’un problème collectif >d  es problèmes de santé graves
influencer le regard et le type d’informations de santé est fortement influencé par son et plus ou moins fréquents
collectées (par exemple, un gynécologue contexte, soit de façon positive, soit de façon en fonction du contexte et dont les
sera plus attentif aux problèmes de santé négative. De même, plus une société conséquences socio-économiques
sexuelle et reproductive, un infectiologue a des moyens (financiers, d’information), dépendent de la fréquence (ex/ VIH
au VIH, etc.). Une méthodologie rigoureuse plus des groupes d’autosupport (associations en Syrie avec une très faible
et l’implication d’une équipe pluridisciplinaire de patients) se forment autour de maladies prévalence : problème de
dans le diagnostic initial permettent de limiter parfois très rares, les transformant alors
ces biais. Les termes de référence doivent en PCS.

FR 66 67 FR
1.2B
LE DIAGNOSTIC / IDENTIFICATION, PRIORISATION
ET ANALYSE DES PROBLÈMES COLLECTIFS DE SANTÉ

santé individuel à ce jour


– versus VIH au Botswana :
problème de santé collectif ;
diabète au Mali avec une très faible
prévalence : problème de santé
individuel à ce jour – versus diabète
à Gaza avec une prévalence
particulièrement élevée : problème
de santé collectif) ;
> des problèmes de santé
IDENTIFICATION
fréquents et plus ou moins
graves en fonction du contexte
DES PROBLÈMES
COLLECTIFS DE SANTÉ
et dont les conséquences socio-
économiques dépendent de
la gravité, elle-même liée à l’accès
à un système de santé de qualité
(ex/ diarrhée virale infantile
en France : problème de santé
(PCS)
>
individuel – versus diarrhée virale
infantile au Liberia : problème Dans l’absolu, à un moment donné et dans
>d
de santé collectif) ;
 es problèmes de santé
un contexte donné, il existe un grand nombre
peu graves, dont la fréquence de problèmes de santé individuels et/ou collectifs.
est saisonnière et dont les
conséquences socio-économiques
Tous les problèmes collectifs de santé ne peuvent
deviennent importantes pas être repérés, mais il est néanmoins possible d’en
(ex/ influenza en période non
endémique : problème de santé
identifier une grande partie grâce à deux diagnostics
individuel – versus influenza complémentaires : le diagnostic épidémiologique
en période endémique : problème
de santé collectif).
et le diagnostic perceptuel.
Problèmes de santé collectifs : informations sont récoltées à partir de
problèmes dont la gravité, 1/ DIAGNOSTIC sources secondaires (SNIS/SIS, registres
les conséquences socio-économiques d’enregistrements tenus par la communauté,
et le risque épidémique sont tels ÉPIDÉMIO­ rapports d’études…). C’est uniquement
qu’il s’agit d’un problème collectif quand les données nécessaires n’existent
quelle que soit la fréquence LOGIQUE pas qu’on peut envisager, dans certains
(ex/ épidémie d’Ebola). cas, des enquêtes spécifiques pour une
L’épidémiologie permet d’établir un état collecte de données quantitatives primaires
des lieux concernant d’une part les (voir plus loin le paragraphe sur les données
problèmes de santé et leurs déterminants à primaires et secondaires).
partir de données quantitatives relatives à leur
fréquence et à leur répartition au sein de la L’épidémiologie apporte une information
population ; d’autre part les facteurs de risque essentielle sur la fréquence, la gravité et
et les conséquences qui y sont associés. les conséquences sociales et économiques
Au stade du diagnostic initial, ces des PCS. Les données qui en sont issues

FR 68 69 FR
LE DIAGNOSTIC / IDENTIFICATION, PRIORISATION
ET ANALYSE DES PROBLÈMES COLLECTIFS DE SANTÉ 1.2B
présentent l’avantage d’avoir une forte santé sont issus de l’opinion des populations un recueil d’informations de qualité.
légitimité auprès des professionnels ou des professionnels de santé. En effet, la consultation des personnes Dans ce cas on ne se situe pas
et autorités de santé. Cette opinion est forgée par les connaissances, implique des capacités spécifiques : dans le cadre d’une enquête CAP
croyances, attitudes et valeurs d’un groupe – il est nécessaire que l’écoute soit au sens strict du terme, mais
Néanmoins, l’utilisation de données à un moment donné de son histoire. la plus objective possible afin on saisit l’opportunité de l’enquête
épidémiologiques nécessite une certaine d’éviter la projection de nos propres pour « glisser » des questions, voire
prudence : De la même façon que pour le diagnostic problématiques, des mesures épidémiologiques.
> l a collecte de données épidémiologique, il faut avoir le réflexe de – il faut pouvoir créer un climat de L’information recueillie est
épidémiologiques est complexe chercher en priorité les données secondaires confiance favorisant la libre expression quantitative, il s’agit d’un diagnostic
et implique l’engagement de moyens existantes avant d’envisager une collecte des personnes, épidémiologique.
considérables. En conséquence, les de données primaires. – il est indispensable enfin d’éviter L’enquête peut aussi chercher
sources secondaires sont le plus souvent quelques pièges susceptibles de rendre à identifier les problèmes de santé
globales et apportent rarement la précision Réaliser un diagnostic de perception les résultats ininterprétables ; ressentis par les personnes elles-
souhaitée pour une connaissance est indispensable. En effet : > i l faut ouvrir le champ des problèmes mêmes à partir de leurs connaissances,
satisfaisante à l’échelle locale ; >m  ultiplier les points de vue constitue de santé dont nous avons croyances, attitudes, valeurs, etc.
> l ’interprétation des données une source de richesse pour essayer connaissance en y intégrant les L’information recueillie est qualitative,
épidémiologiques doit être prudente d’atteindre une compréhension la plus ressentis et les perceptions d’autres il s’agit d’un diagnostic perceptuel.
et mérite une réflexion approfondie. globale possible du problème. À ce titre, interlocuteurs afin de renvoyer
Les données épidémiologiques sont les experts issus des sciences sociales à des champs d’action qui ne sont
soumises à de nombreux biais liés apportent un regard très pertinent sur pas du ressort de MdM. Dans une
à leur mode de collecte ainsi qu’à leur les problèmes de santé ; analyse globale des problèmes collectifs ZOOM
mode d’analyse. Ces biais tendent à > intégrer les opinions des personnes de santé, certaines interventions relevant DEMANDER L’AVIS DES FONCTIONNAIRES
sur ou sous-évaluer certaines estimations potentiellement impliquées dans un projet de différents secteurs de la société DU MINISTÈRE DE LA SANTÉ PENDANT
et rendent difficile la comparaison répond à un souci éthique ; sont alors envisagées. Cette approche LA PHASE DE DIAGNOSTIC : DIAGNOSTIC
de données collectées et/ou analysées > impliquer les groupes dans l’amélioration intersectorielle nous incite à engager ÉPIDÉMIOLOGIQUE OU PERCEPTUEL ?
avec des méthodes différentes. de l’état de santé est mobilisateur, des partenariats avec des organismes
et permet d’amorcer la construction qui portent des actions complémentaires
de dynamiques participatives. Si les choix aux nôtres, mais nous devons prêter Tout dépend des données à l’appui.
2 / DIAGNOSTIC sont faits de façon consensuelle, aussi attention à ne pas créer d’attentes inutiles. Si les fonctionnaires du ministère
de la Santé s’appuient sur
bien dans l’identification des problèmes
PERCEPTUEL collectifs de santé que dans la recherche ZOOM un ensemble de données quantitatives
précis et accessible à MdM,
de solutions, la pertinence des actions, RÉALISER UNE ENQUÊTE CAP
Le diagnostic perceptuel permet un état leur acceptabilité et leur efficacité sont PENDANT LA PHASE DE DIAGNOSTIC : alors il s’agit d’un diagnostic
des lieux des problèmes collectifs de santé renforcées32. DIAGNOSTIC ÉPIDÉMIOLOGIQUE épidémiologique. S’il n’existe pas
« ressentis » (ou perçus) et exprimés. OU PERCEPTUEL ? de données quantitatives à l’appui
Ces informations collectées par des Enfin, de la même façon que pour ou si elles ne sont pas accessibles
méthodes qualitatives (entretien, observation, les données épidémiologiques, la collecte pour MdM, l’avis donné ne relève
focus group) ou quantitatives (questionnaire) et l’utilisation de données relatives Tout dépend de l’information que de l’opinion de la personne
permettent de connaître l’importance, aux problèmes de santé perçus demandent recueillie lors de l’enquête. qui l’énonce, même si cette dernière
la répartition et les conséquences que certains points soient examinés Pour certaines pathologies, les est ministre de la Santé. Il s’agit donc
des problèmes de santé par « l’expérience, avec la plus grande vigilance : données épidémio­logiques peuvent d’un diagnostic perceptuel.
la connaissance d’une situation et le ressenti > l e temps requis et les moyens ne pas être disponibles. Dans ce cas,
des gens : populations et professionnels31 ». méthodologiques doivent être adaptés l’enquête peut consister à quantifier
Ces diagnostics des problèmes collectifs de à cette démarche pour garantir l’ampleur de ces pathologies, en
termes de fréquence, de gravité et de
conséquences sociales/économiques.
31. D
 ’après Baumann M, Cannet D, Châlons S., 32. P
 our en savoir plus, se référer au guide MdM,
« Santé communautaire et action humanitaire, le « Collecte de données : méthodes qualitatives »,
Diagnostic de santé de population », Nancy, ENSP, 2001. 2e édition, 2012.

FR 70 71 FR
LE DIAGNOSTIC / IDENTIFICATION, PRIORISATION
ET ANALYSE DES PROBLÈMES COLLECTIFS DE SANTÉ 1.2B
3 / SYNTHÈSE En santé communautaire, par exemple,
on choisit de travailler en première
finalement plus importants que ceux qui ont
été diagnostiqués lors de l’hypothèse initiale. > Le paludisme représente plus
DES DEUX intention sur les PCS ressentis/exprimés
chaque fois que cela est possible.
Pour garantir cette ouverture, l’identification
doit aboutir à une liste de cinq à dix PCS
de 40 % des consultations externes
et jusqu’à 18 % des décès chez
DIAGNOSTICS Par ailleurs, souvent certains PCS ne font
au moins. les enfants de moins de 5 ans.

pas l’objet de statistiques, c’est le cas Une fois identifiés par l’un ou l’autre diagnostic, > La malnutrition provoque 20 %
Il est important de noter que les diagnostics
par exemple des violences sexuelles ou les caractéristiques des PCS retenus doivent des décès de nourrissons et le taux
épidémiologique et perceptuel ne s’opposent
des problèmes de santé mentale dans des être décrites et doivent permettre de répondre de malnutrition aiguë est de 6,2 %.
pas, mais sont complémentaires.
contextes de conflit. Seule une approche aux questions : Qui (nombre et type Elle est particulièrement élevée
Les informations recueillies peuvent ainsi
perceptuelle permet alors de révéler de personnes concernées par ce problème dans les zones urbaines.
se recouper ou pas.
ces PCS. Dans le Nord-Kivu, par exemple, de santé), Quand (saisonnalité) et Où.
il n’existe pas de données statistiques > Les pneumonies sont responsables
Trois situations sont alors à envisager :
concernant les femmes victimes de de 14 % des décès chez les enfants
>s  ituation idéale : les PCS se situent EXEMPLE « FIL ROUGE »
violences sexuelles, cependant les témoi- de moins de 5 ans, et 69,6 %
sur l’interface et les avis convergent. LA SYNTHÈSE DES DEUX DIAGNOSTICS
gnages de ces nombreuses victimes des enfants de moins de 5 ans
C’est une situation très fréquente ;
permettent d’identifier ces violences avec une infection aiguë des voies
> le diagnostic perceptuel rend
comme un PCS important dans la région. Au Libertalia (Afrique), respiratoires sont traités
compte de problèmes collectifs
de santé ressentis/exprimés mais qui les statistiques du ministère de dans une structure de santé.
À l’inverse, il peut être tout aussi pertinent la Santé mettent en avant plusieurs
n’apparaissent pas dans le diagnostic
de répondre à des PCS qui ne sont pas problèmes collectifs de santé : 
> Comme dans de nombreux autres
épidémiologique ;
exprimés par les personnes. Tel est le cas pays dans un contexte de post-
> le diagnostic épidémiologique
pour des thèmes tabous (ex/ au Mali, les >L
 e taux de mortalité maternelle conflit, l’incidence des troubles
rend compte de problèmes collectifs
femmes souffrant de fistules vésico-vaginales est estimé à 990 / 100 000, comparé de santé mentale, y compris
de santé non exprimés/ressentis.
craignent d’en parler, en raison de la à la moyenne subsaharienne le syndrome post-traumatique
stigmatisation liée à cette affection) ou bien de 720 ; 37,1 % des accouchements (PTSD) est extrêmement élevée.
Situation idéale lorsque les campa­gnes de sensibilisation se déroulent dans une structure de
n’ont pas permis aux populations d’identifier santé et 10,2 % des femmes utilisent Les « focus group » et les entretiens
Diagnostic un problème de santé comme faisant un moyen de contraception moderne. individuels organisés d’une part avec
épidémiologique partie de leur réalité (le sida au tout début les leaders communautaires, les
de la maladie dans certaines régions). >L
 a diarrhée est la deuxième cause comités de santé, les leaders religieux
Néanmoins, il est important de savoir si principale de morbidité et de et les agents de santé communautaires,
Diagnostic ces populations se sentent particulièrement
perceptuel mortalité au niveau national chez et d’autre part avec les accoucheuses
concernées par ces problèmes ; en effet, les enfants de moins de 5 ans et traditionnelles et les groupements
cette information peut avoir des consé- survient surtout en saison des pluies. de femmes, ont permis d’identifier
quences directes en termes de programma- les problèmes de santé collectifs
tion et de mise en œuvre. 
> Les estimations du taux de perçus par les populations.
prévalence du VIH varient beaucoup : Si la plupart des PCS se recoupent,
Pour l’exercice de priorisation, il est le Document de stratégie pour les troubles de santé mentale ont
La prise en compte de PCS situés à donc important de ne pas exclure les PCS la réduction de la pauvreté suggère été peu évoqués par les deux groupes.
l’interface permet de mobiliser davantage ne se situant pas à l’interface. un chiffre de 5,2 %, l’estimation Il a surtout été question des difficultés
les populations et les différents acteurs Lors de cette étape, il est également essentiel de l’Enquête démographique liées aux accouchements,
pour la résolution de ces problèmes de ne pas se concentrer sur une thématique et de santé est de 1,5 % alors que de la fré­quence des décès maternels
de santé. Elle participe ainsi à l’efficacité d’intervention précise, même lorsque les enquêtes sentinelles réalisées et du VIH/sida. Le nombre élevé
et à l’efficience des interventions. Toutefois, le diagnostic a été motivé par une hypothèse à travers le pays font état d’enfants par ménage est aussi
il peut être tout aussi légitime de travailler d’un PCS existant. d’une prévalence de 3 % environ. ressenti comme un facteur de difficulté.
sur des problèmes de santé qui ne se situent Il convient de rester ouvert à la possibilité
pas à l’interface. de déceler des problèmes de santé

FR 72 73 FR
1.2C
LE DIAGNOSTIC / IDENTIFICATION, PRIORISATION
ET ANALYSE DES PROBLÈMES COLLECTIFS DE SANTÉ

De nombreux cas de malnutrition, la participation effective du public.


de diarrhées et de pneumonies sont Les personnes sont considérées
évoqués chez les enfants de moins comme autonomes et la participation
de 5 ans. Enfin, le « focus group » mené des usagers dans les programmes
avec les femmes a permis de révéler de santé est reconnue.
l’existence de nombreuses violences
> Les stratégies
liées au genre au niveau du district.

PRIORISATION
La promotion de la santé constitue
une approche globale, multisectorielle.
À chacune des quatre phases du cycle
ZOOM
L’APPROCHE DE PROMOTION DE
de projet, elle associe non seulement
les aspects curatifs et préventifs DES PROBLÈMES
COLLECTIFS DE SANTÉ)
LA SANTÉ : UNE UTILISATION CONJOINTE du soin, mais aussi les déterminants
DES DIAGNOSTICS ÉPIDÉMIOLOGIQUE de la santé liés aux organisations
ET PERCEPTUEL et aux politiques.

>
En promotion de la santé, on essaie
L’approche de promotion de la santé d’agir de façon concomitante Les PCS ont donc été identifiés à l’aide
est au cœur de l’action de MdM. sur les cinq axes d’intervention listés des diagnostics épidémiologique et perceptuel.
Il est donc fondamental de bien dans la Charte d’Ottawa. Ces cinq axes
comprendre ce concept, qui doit représentent chez MdM les bases Cinq à dix PCS ont été retenus. Il convient alors
guider et influencer les décisions de réflexion utilisées pour définir d’établir une priorisation afin de conserver un,
à prendre tout au long du processus les stratégies d’intervention des
de planification. projets. Dans ces axes se retrouvent deux ou trois PCS qui feront l’objet d’une analyse
La promotion de la santé repré­sente en effet des éléments aussi essentiels approfondie.
à la fois un concept et des stratégies. que l’accès aux soins (services
de santé, milieux de vie favorables et
> Le concept repose sur une La priorisation des PCS se fait
approche philosophique et politique
Selon la Charte d’Ottawa, la promotion
aptitudes individuelles), la dimension
commu­nautaire (approches communau- sur la base d’une méthodologie prédéfinie, 1/ LA
mais également d’une négociation
de la santé est un processus
qui confère aux individus et aux
taires) et le plaidoyer (politiques
publiques saines), dimensions entre les différents acteurs, ce qui permet PRIORISATION
de trouver un langage commun.
populations les moyens d’assurer un
meilleur contrôle sur les déterminants
prioritaires des projets de MdM.
PAR CRITÈRES
Il existe deux méthodologies distinctes
de la santé — et de ce fait d’améliorer pour prioriser les PCS identifiés :
leur santé ; d’agir sur leur environ­ La priorisation par critères consiste à
> la priorisation par critères
nement ou d’évoluer avec celui-ci attribuer un degré d’importance aux cinq
permet de classer les PCS
pour maintenir ou améliorer leur état à dix PCS retenus et ce pour une
en fonction de données préétablies ;
de santé. La santé est ainsi perçue population choisie (population générale/
> l a priorisation par paires
comme une ressource de la vie quoti- population vulnérable…). On utilise
permet de les hiérarchiser
dienne et non comme un but en soi. les critères qui caractérisent un PCS :
en les comparant deux à deux.
La promotion de la santé prend > la fréquence et l’étendue (magnitude) :
en compte l’ensemble des taux et données bruts de la prévalence
Ces deux méthodes sont complémentaires
déterminants qui interviennent sur et de l’incidence, morbidité, récurrence ;
et on ne doit en négliger aucune.
la santé (changement social, politique, > la gravité (severity) réelle ou potentielle :
économique…) et vise à promouvoir mortalité, handicap/dépendance ;
> les conséquences psychosociales,
sociales, économiques…

FR 74 75 FR
LE DIAGNOSTIC / IDENTIFICATION, PRIORISATION
ET ANALYSE DES PROBLÈMES COLLECTIFS DE SANTÉ 1.2C
Le degré d’importance peut être défini en À partir de la liste de problèmes de santé La priorisation par critères est faite On commence par la première case,
fonction des informations quantitatives et qua- établie lors de l’identification, on accorde à partir de critères prédéfinis (gravité, en haut à gauche du tableau, et
litatives collectées lors du diagnostic. Il s’agit une (peu important), deux (important) ou fréquence, conséquences sociales on compare le PCS de chaque ligne avec
alors de classer les PCS en fonction de leur trois (très important) croix à chaque PCS et économiques). Ces notions sont celui de chaque colonne : par exemple
degré de gravité ressenti, de leur fréquence pour chacun des critères définis ci-dessus relativement complexes et peuvent ligne 1 (VIH/sida) par rapport à la colonne B
ressentie et de leurs conséquences ressenties. (gravité, fréquence, conséquences). être comprises différemment (paludisme), puis colonne C (diarrhées), etc.
Une fois le tableau complété, on fait le total par les interlocuteurs à qui il peut être On passe ensuite à la ligne 2 (paludisme)
La priorisation doit aboutir à une liste réduite de chaque ligne et on retient les trois PCS parfois difficile de les expliquer. et on opère de la même façon.
de trois PCS au maximum. ayant le plus de points. Il est alors plus simple, et tout aussi Les participants choisissent, sur la base
efficace, de demander aux divers de leurs ressenti et expérience, et sans
EXEMPLE « FIL ROUGE » groupes de personnes interrogées que des critères particuliers leur soient
TABLEAU DE PRIORISATION PAR CRITÈRES (communautés, professionnels donnés, lequel des deux PCS leur semble
de santé…) de classer les PCS selon le plus important. Puis on continue
l’importance qu’ils leur accordent, de gauche à droite et de haut en bas,
Problème Fréquence Gravité  Conséquences Total
collectif (incidence, (décès, (absentéisme scolaire quels que soient les critères implicites jusqu’à ce que toutes les paires de PCS
de santé prévalence…) invalidité…) ou au travail, diminution qu’ils utilisent. aient été comparées.
Niveau national / Niveau national/ des revenus du ménage,
local local exclusion sociale…) Une fois cette étape achevée,
2 / LA on compta­bilise le nombre de fois
A : paludisme +++ ++ +++ 8 où chaque PCS a été choisi, et on retient
B : diarrhées ++ + + 4
COMPARAISON les trois PCS ayant totalisé le plus
de points.
C : VIH/sida + +++ ++ 6 PAR PAIRES
Cet exercice est réalisé avec différents
D : pneumonie ++ ++ ++ 6 La comparaison par paires (pair wise groupes ; à la fin du processus il existe
E : troubles ++ + ++ 5 ranking) consiste à classer les PCS autant de tableaux que de groupes
psychologiques identifiés les uns par rapport aux autres ayant participé. Il faut alors non pas faire
en les comparant deux à deux. une synthèse des différents tableaux,
F : mortalité ++ +++ +++ 8 mais au contraire étudier les points
maternelle Il est particulièrement important de veiller de convergence et les points de divergence
G : malnutrition + ++ ++ 5 à faire ressortir l’expression des groupes de façon à retenir un à trois PCS prioritaires.
minoritaires. Pour cela, et dans l’idéal,
H : violences ++ ++ ++ 6 cet exercice doit être réalisé lors
EXEMPLE « FIL ROUGE »
liées au genre de « focus groups » réunissant différents
TABLEAU DE PRIORISATION
acteurs, soit issus de la population soit
PAR PAIRES
des professionnels. Lorsqu’il n’est pas
Les informations quantitatives et des conséquences ressenties par
possible de constituer des « focus groups »,
collectées lors du diagnostic les populations, données qualitatives
il faut au moins s’assurer que les groupes Les PCS perçus comme prioritaires
épidémiologique ont permis à l’équipe recueillies lors du « focus group »
réunis soient homogènes, de façon par le focus group réunissant
de mission exploratoire de renseigner et des entretiens avec les femmes.
à ne pas écraser les groupes minori- les leaders communautaires,
le degré de gravité et de fréquence et Les PCS prioritaires sont
taires, mais au contraire à favoriser les comités de santé, les leaders
les conséquences (une, deux ou trois donc le paludisme (total = 8) et
leur expression. religieux et les agents de santé
croix) des PCS de A à H. la mortalité maternelle (total = 8). communautaires (voir tableau
Les croix de la ligne : « violences liées Suivent le VIH/sida (total = 6),
La méthode consiste à présenter page suivante) sont le paludisme
au genre » ont été complétées à partir les pneumonies (total = 6) et
aux participants des paires de PCS, (total = 6), le VIH/sida (total = 5) et
de la gravité, de la fréquence les violences liées au genre (total = 6).
et à leur demander pour chaque paire, la mortalité maternelle (total = 4).
lequel des deux PCS ils considèrent
comme le plus important.

FR 76 77 FR
LE DIAGNOSTIC / IDENTIFICATION, PRIORISATION
ET ANALYSE DES PROBLÈMES COLLECTIFS DE SANTÉ 1.2C
 EXEMPLE « FIL ROUGE »
A: B: C: D: E: F: G: LE CROISEMENT DES DEUX
des populations ne sont pas
VIH/ palu- diarrhées pneu- mortalité problème violences MÉTHODES DE PRIORISATION
homogènes et la priorisation peut être
sida disme monie maternelle psycholo- liées DES PCS
un processus long, voire conflictuel.
gique au genre

Le croisement des deux méthodes


A : VIH / sida B A A A A A de priorisation (par critères et par

B : paludisme B B B B B
3 / CROISEMENT paires) a permis à l’équipe de mission
exploratoire de faire ressortir plusieurs

C : diarrhées C E C C
DES DEUX PCS prioritaires : le paludisme,
le VIH/sida, la mortalité maternelle
D : pneumonie E D D MÉTHODES et les violences liées au genre.
L’équipe de mission exploratoire doit
E : mortalité E E maintenant sélectionner un à trois
Au moment de la priorisation, les PCS
maternelle PCS prioritaires. Le paludisme,
retenus comme prioritaires peuvent
être les mêmes ou différents en fonction le VIH/sida et la mortalité maternelle
F : troubles G
psycholo- de la méthode appliquée. Lorsque des PCS ont été reconnus comme prioritaires
giques sont retenus comme prioritaires selon les par les deux méthodes. Cependant,
deux méthodes, et par les différents groupes un groupe a fait ressortir les violences
G : violences liées au genre comme prioritaire,
liées au genre sollicités, il est alors plus facile de mobiliser
les populations et les différents acteurs pour et ce PCS est peu documenté par les
la résolution de ces PCS. données épidémiologiques existantes.
Total A = 5 ; Total B = 6 ; Total C = 3 ; Total D = 2 ; Total E = 4 ; Total F = 0 ; Total G = 1 Il apparaît alors intéressant de
Mais, une fois encore, certains PCS, le sélectionner.
non perçus comme prioritaires par les Le taux de mortalité maternelle
ZOOM différents acteurs, peuvent toutefois s’avérer au Libertalia est un des plus élevé
L’exercice a été refait avec le focus
LA PRIORISATION DES PCS essentiels et nécessiter une intervention. de la région subsaharienne et ce PCS
group réunissant les accoucheuses
Il est donc particulièrement important correspond à une des thématiques
traditionnelles et les groupements
de pouvoir justifier et assumer le choix de prioritaires de MdM. Par ailleurs, MdM
de femmes ; et a donné des résultats
Pendant le diagnostic, la simple travailler sur des sujets non perçus comme met déjà en œuvre plusieurs projets
différents :
présence d’une organisation prioritaires par les populations. de lutte contre le paludisme dans
Total A = 4 ; Total B = 5 ; Total C = 2 ;
fait naître des attentes au sein d’une les pays frontaliers du Libertalia et cette
Total D = 1 ; Total E = 4 ; Total F = 0 ;
population. La priorisation des PCS Dans tous les cas, une restitution aux maladie cause jusqu’à 18 % des décès
Total G = 5.
est la première étape vers l’action participants et une communication autour chez les enfants de moins de 5 ans.
Les PCS perçus comme prioritaires
et elle participe à la conclusion des choix réalisés permettent d’atténuer
diffèrent de ceux du focus group
formelle du diagnostic. L’inscrire les éventuelles déceptions ou frustrations À l’issue de cette première étape du
précédent. Il s’agit du paludisme
dans un processus participatif peut si les problèmes exprimés par les populations diagnostic, trois PCS ont été retenus
(total = 5) et des violences liées
permettre une meilleure compréhension et qui leur tiennent particulièrement à cœur comme prioritaires : la mortalité
au genre (total = 5), puis du VIH/
du projet et des choix effectués ne sont pas retenus. maternelle, le paludisme et les
sida (total = 4) et de la mortalité
ultérieurement par les populations. violences liées au genre. Pour la suite
maternelle (total = 4).
Cela ne signifie pas forcément qu’on de cet exemple, le PCS étudié est la
Les violences liées au genre y sont
puisse obtenir un consensus mortalité maternelle, mais la démarche
perçues comme plus importantes
sur ce qui est prioritaire, mais plutôt est la même pour les autres PCS
que le VIH/sida, les diarrhées,
qu’on comprenne mieux ce qui retenus comme prioritaires.
les pneumonies et les troubles
est prioritaire et pour qui. Les besoins
psychologiques.

FR 78 79 FR
1.2D
ANALYSE APPROFONDIE
DES PCS PRIORITAIRES
RETENUS
ZOOM
DIFFÉRENCIER UN PROBLÈME COLLECTIF
DE SANTÉ ET UN DÉTERMINANT

Il est essentiel de faire la différence


entre un problème collectif de santé
et un déterminant, c’est-à-dire
la cause de ce problème de santé.
Par exemple, si l’on interroge
des populations sur les problèmes
de santé rencontrés, la réponse
peut concerner le manque d’eau.
Il s’agit bien sûr d’un problème,
mais quel est son impact sur la santé ?
2 / L’ANALYSE
DU PROBLÈME
1.2D

Les facteurs qui influent sur la santé sont


multiples et interagissent les uns avec
les autres. Pour chaque PCS, il faut identifier
les liens de causalité entre les différents
déterminants identifiés. Au fur et à mesure
de l’analyse, on construit un ou plusieurs
arbre(s) à problème(s). Les déterminants
constituent les « racines » du problème,
le problème collectif de santé le « tronc »,
et les conséquences les « branches ».
Ce peut être la surmorbidité due
aux maladies diarrhéiques par

>
exemple. Le manque d’eau est À NOTER /
Une fois la priorisation terminée, on procède de fait l’un des déterminants qui Un arbre à problème(s) se construit
à l’analyse approfondie du ou des PCS retenu(s), contribuent aux problèmes de santé progressivement, en recherchant
liés à l’eau tels que les diarrhées. pour chaque PCS quels sont
et de ses/leurs déterminants. Il s’agit ici d’approfondir les déterminants directs, puis
l’analyse macro du contexte réalisée en début de les déterminants indirects, et ainsi
de suite…
diagnostic, afin d’identifier plus précisément les causes Chaque déterminant identifié peut :
> avoir un lien direct avec le problème
et conséquences de chacun des PCS priorisés. de santé (le sevrage brusque
pour la malnutrition ou la pratique Pour construire un arbre à problème(s),
de rapport sexuel à risque pour les IST) il peut être intéressant de réunir différents
1/ DÉFINITIONS ou un lien indirect (les inégalités de
genre peuvent entraîner une difficulté
acteurs ; quand le diagnostic se déroule
dans un contexte où MdM est déjà présent,
d’accès aux soins et en conséquence il est souhaitable de faire participer l’équipe
Les déterminants de la santé :
une augmentation de la mortalité intervenante.
ce sont les facteurs biologiques,
maternelle) ;
comportementaux et contextuels
> être
 un facteur isolé (le tabac est En fonction des PCS retenus, il faut
qui influencent de façon favorable Habitudes de vie
un déterminant du cancer du poumon) s’assurer que toutes les grandes catégories
(facteurs de protection) ou défavorable
ou une conjugaison de facteurs de déterminants sont représentées dans
(facteurs de risque) l’état de santé
(une mauvaise alimentation associée l’arbre à problèmes (facteurs biologiques,
des individus ou d’une population.
à un manque d’activités sportives habitudes de vie, contexte).
peut entraîner des maladies cardio- Il est important de ne pas seulement
vasculaires) ; se limiter aux déterminants sanitaires,
Facteurs biologiques Problème de santé > exposer les populations de façon au risque de ne pas analyser correctement
individuelle (tabagisme actif) les causes du problème. De même,
ou collective (tabagisme passif) ; l’existence ou l’absence de traitements,
techniques ou approches médicales,
Il est important d’analyser l’ensemble la possibilité ou l’impossibilité de les mettre
Adapté de Pineault R., Daveluy C., des déterminants même s’il existe en œuvre, constituent des déterminants
« La planification de la santé, concepts méthodes Facteurs du contexte des déterminants sur lesquels on ne peut du contexte qu’il est important d’inclure
stratégies », Montréal : Nouvelles ; 1995. pas agir (ex / sexe, âge). dans l’arbre à problèmes.

FR 80 81 FR
LE DIAGNOSTIC / IDENTIFICATION, PRIORISATION
ET ANALYSE DES PROBLÈMES COLLECTIFS DE SANTÉ 1.2D
Le rapport de mission exploratoire
doit faire apparaître, pour chaque PCS > éclampsies et troubles liés > la disponibilité des services de santé ? Les avortements à risque sont dus
prioritaire, une analyse complète qui comprend : à l’hypertension ; > l’accessibilité (financière, à des facteurs contextuels
> la description du problème : > travail dystocique ; géographique, socioculturelle) (avortement légal seulement en cas
Qui (nombre et type de personnes > avortements à risque. à ces services ? de viol ou de danger pour la mère,
concernées), Quand (saisonnalité) > l’utilisation des services de santé ? nécessité d’avoir l’accord de deux
et Où (ampleur, évolutivité, etc.). Les conséquences : la surmorbidité > la couverture des services de santé ? médecins et absence de soins
Les perceptions du problème par maternelle due à de nombreuses post-avortement).
la population et les représentations fistules obstétricales et infections Dans le cas du Libertalia, l’analyse du L’analyse du contexte a permis
socioculturelles au sein d’une population chroniques entraîne un recours aux contexte a permis à l’équipe d’identifier à l’équipe de mission exploratoire
(en France ou à l’étranger) font partie soins plus important (augmentation un système de santé fragilisé par d’identifier plusieurs raisons à l’origine
de la compréhension des problèmes des dépenses de santé et baisse les années de guerre civile. Si la prise des grossesses non désirées.
de santé et des réponses que les groupes de la productivité au travail). en charge est gratuite dans les La fécondité est largement positivée
ou populations leur donnent, incluant De plus, la mortalité maternelle structures publiques, elle reste difficile par les leaders religieux mais la taille
la notion d’itinéraire thérapeutique ; a un impact fort sur la mortalité d’accès dans certaines régions. élevée des foyers (ou familles)
> les
 causes du problème : néonatale et infantile, de par l’absence On constate un manque de personnel ainsi que les grossesses rapprochées
c’est-à-dire les déterminants ; de prise en charge des enfants qualifié ainsi que de fréquentes et la problématique des grossesses
> les
 conséquences du problème : dans les foyers. ruptures de stock en médicaments précoces ont des conséquences
sanitaires, sociales, psychosociales, Les hémorragies, septicémies, essentiels. Par ailleurs, les tradipraticiens néfastes sur la santé des femmes
économiques, etc. éclam­psies et troubles liés constituent souvent le premier recours et des enfants. De plus, le diagnostic
à l’hyper­tension ainsi que les décès des populations en cas de maladie. épidémiologique a mis en avant que
Les causes et conséquences représentées dus à des complications obstétricales 15 % seulement des femmes utilisent
dans l’arbre à problème(s) doivent être sont dus à des facteurs contextuels Les points de blocage dans un moyen de contraception moderne,
explicitées et faire l’objet d’un rapport (prise en charge inadéquate et tardive la prise en charge des complications et le diagnostic perceptuel a mis
circonstancié, appelé dans notre vocabulaire des complications obstétricales), obstétricales se situent donc en avant une présence importante
habituel un « narratif ». des facteurs biologiques à plusieurs niveaux : de violences liées au genre, un rapport
(prévalence élevée d’anémies sévères > une faible couverture hommes/femmes inégalitaire,
EXEMPLE « FIL ROUGE » liée à la drépanocytose) des consultations prénatales (CPN) de nombreux mariages précoces et des
CONSTRUCTION D’UN ARBRE et des habitudes alimentaires et des soins obstétricaux besoins en contraception insatisfaits.
À PROBLÈMES (régime alimentaire dans la région (SOUB et SOUC) ;
qui accentue les anémies et les risque > une faible utilisation des services La faible couverture des services
de décès liés à une hémorragie). de soins obstétricaux avec de planification familiale peut être
Pour construire cet arbre à problèmes de nombreux accouchements analysée à partir des mêmes
(voir pages suivantes), l’équipe Alors qu’il est difficile d’influer à domicile et le recours privilégié composantes que la prise en charge
de mission exploratoire a cherché sur les facteurs biologiques, aux accoucheuses traditionnelles ; des complications obstétricales :
à identifier les causes et les facteurs contextuels présentent > une difficulté d’accès > utilisation : faible utilisation
conséquences d’une mortalité et certains leviers d’action. Pour identifier géographique aux structures des méthodes de PF à cause
d’une morbidité maternelles élevées. les points de blocage dans l’accès de santé ; des messages des leaders religieux
aux soins34, il est possible d’interroger > une indisponibilité des SOUC positivant la fécondité et
Les principales causes de décès les aspects suivants ; s’agit-il d’un et des SOUB incomplets à cause de la difficulté pour les femmes
maternels sont33 : problème concernant : de protocoles médicaux non mis de discuter de cette question
> hémorragies ; à jour, d’un manque de personnel au sein de leur couple ;
> septicémies ; qualifié, de l’absence d’un système 
> accessibilité : les méthodes
34. C
 e modèle renvoie au modèle d’analyse de la chaîne de référencement due à un manque de PF sont censées être gratuites
d’accès aux soins développé par Tanahashi T. de critères de référence et mais des demandes de paiement
 dM, Formation continuum de soins SSR,
33. M (1978), « Health service coverage and its evaluation », d’ambu­lances fonctionnelles. ont été sporadiquement signalées.
2012, disponible sur l’intranet de Médecins Bulletin of the World health Organization, 56(2),
du Monde. pp. 295-303.

FR 82 83 FR
FR 84
Pauvreté
Sous-développement

Dépenses
Augmentation
catastrophiques
du besoin Surmortalités néonatale
en santé et baisse
de recours aux soins et infantile
de la productivité

Mortalité et morbidité maternelles élevées


LE DIAGNOSTIC / IDENTIFICATION, PRIORISATION
ET ANALYSE DES PROBLÈMES COLLECTIFS DE SANTÉ

Avortement légal Choc


seulement en cas de hémorragique
viol ou danger pour
la mère + nécessité Nombreux
de l’accord de avortements
deux médecins à risque Prévalence élevée
Nombreux
d’anémies sévères
accouchements
liées à la
à domicile (80 %)
Grossesses non drépanocytose
désirées

Recours Faible Prise en charge inadéquate


Grossesse Grossesses aux accoucheuses taux et tardive des complications
adolescente rapprochées traditionnelles de CPN1 obstétricales

Prévalence SOUC non


élevée des VLG disponibles/
SOUB incomplets
Faible accès
aux méthodes
de PF Protocoles Manque
Rapport de médicaux qualification
pouvoir H/F pas à jour des RH
inégalitaire
Faible disponibilité
des méthodes de PF
(abs. long terme)
Leaders religieux
positivant Système de référence
la fécondité défaillant
Méconnaissance
de la PF – Pratiques
traditionnelles de PF
peu efficaces – Tabou Faible accessibilité Absence Ambulance non
relatif à l’injectable géographique des de critères fonctionnelle
structures de santé de référence

Contraception Faible pouvoir Coût transport LÉGENDE


d’urgence non d’achat des public élevé Routes impraticables
disponible ménages et peu fiable en saison des pluies Déterminants

PCS
Pauvreté
Conséquences
Sous-développement
1.2D

85 FR
LE DIAGNOSTIC / IDENTIFICATION, PRIORISATION
ET ANALYSE DES PROBLÈMES COLLECTIFS DE SANTÉ 1.2
De plus, il existe une méconnais-
sance des méthodes de PF ;
> disponibilité : les moyens
de contraception connaissent
d’importantes ruptures de stock
dans les structures de santé,
et la contraception d’urgence
ne fait pas partie de la liste
des médicaments essentiels. EN RÉSUMÉ

La construction de cet arbre LES POINTS CLÉS DE L’IDENTIFICATION,


à problèmes a permis à l’équipe DE LA PRIORISATION ET DE L’ANALYSE
de mission exploratoire d’identifier
les liens de causalité entre
DES PROBLÈMES COLLECTIFS DE SANTÉ
les déterminants biologiques,
comportementaux et contextuels
> Cette étape est indispensable,  rapport de mission exploratoire
> Le
d’une mortalité maternelle élevée
même quand on a déjà pré-identifié doit comprendre l’analyse
ainsi que ces conséquences.
le problème de santé publique complète des PCS prioritaires :
Il s’agit de se positionner :
sur lequel on souhaite intervenir, afin description, causes (déterminants)
sur quel problème de santé publique
de vérifier la validité de ce choix et et consé­quen­ces. Les causes
(PSP) Médecins du Monde sait,
de le confronter aux réalités du terrain. et conséquences doivent être
peut et veut agir ?
représentées dans un arbre
à problème et explicitées dans
> L’identification des problèmes un rapport circonstancié (narratif).
collectifs de santé se fait à travers
deux diagnostics complémentaires,
le diagnostic épidémiologique
et le diagnostic perceptuel.

> La priorisation des PCS se fait


sur la base de critères prédéfinis,
mais également sur la base
d’une négociation entre les différents
acteurs.

 l’issue de la priorisation, trois PCS



au maximum doivent être retenus ;
les déterminants de ceux-ci sont
alors analysés de façon approfondie
sous la forme d’un arbre à problème.

FR 86 87 FR
1.3
LE DIAGNOSTIC /
IDENTIFICATION DES PROBLÈMES DE SANTÉ PUBLIQUE
ET DES INTERVENTIONS POSSIBLES

IDENTIFICATION
DES PROBLÈMES
DE SANTÉ PUBLIQUE
ET DES INTERVENTIONS
POSSIBLES

FR 88 89 FR
1.3A
LE DIAGNOSTIC / IDENTIFICATION DES PROBLÈMES
DE SANTÉ PUBLIQUE ET DES INTERVENTIONS POSSIBLES

DÉFINITION

> Selon la définition adoptée par MdM, un problème


de santé publique (PSP) est soit un problème
collectif de santé (répondant aux critères de fréquence,
gravité, et conséquences socio-économiques) ;
soit un déterminant de ce problème collectif de santé.

FR 90 91 FR
1.3B
CHOIX
DES PROBLÈMES
DE SANTÉ PUBLIQUE
> la disponibilité de ressources
matérielles ;
> la logistique ;
> le cadre légal ;
> les risques sécuritaires
et environnementaux ;
> les conditions de travail pour
le personnel…

2 / LES CRITÈRES
POUR « TESTER »
LA PLUS-VALUE
>L
 es opportunités :
1.3B
c’est-à-dire des opportunités, contraintes
et conditions préalables35 .

ce sont les facteurs favorables à la mise


en place et à la poursuite d’un projet,
qui peuvent être utilisés comme « leviers »
d’action (ex/ volonté du ministère
de la Santé haïtien d’intégrer la prise
en charge de la malnutrition
dans les soins de santé primaires ;
volonté du ministère de la Santé,
appuyé par l’OMS, de mettre en place
un programme de gratuité des soins
obstétricaux ; mobilisation de la société
civile sur la thématique du projet…).
POTENTIELLE
> À l’issue de l’étape de priorisation, trois problèmes > Les contraintes :
On peut identifier : elles rassemblent les éléments défavo­
collectifs de santé (PCS) au maximum ont été > la possibilité d’un partenariat rables du contexte, qui ne sont pas
identifiés et une analyse approfondie a permis constructif, la présence ou l’absence modifiables au temps t ; ces éléments
d’acteurs et/ou de partenaires imposent de « faire avec » ou d’élaborer
d’en identifier les déterminants et les conséquences. (synergie des interventions) ; des stratégies de contournement ou
Chaque PCS est donc associé à un arbre à problème. > la pérennisation possible ; d’adaptation (ex/ absence de personnel
> la possibilité d’un changement social médical/paramédical dans les centres
À partir de celui-ci, il est possible d’identifier par l’intervention ; de santé ruraux ; épidémie de choléra qui
le ou les PSP sur lequel ou lesquels MdM souhaite > la possibilité de documenter risque de devenir chronique et de mobiliser
des pratiques innovantes ; des ressources humaines déjà peu
se concentrer. > les valeurs et savoir-faire de MdM ; nombreuses, situation politique instable,
> l’adéquation avec les priorités de existence d’un conflit armé, violence
Le choix d’un ou plusieurs PSP Parmi les critères permettant de choisir le(s) la politique de santé nationale/locale ; chronique, tensions communautaires,
est un moment fort du diagnostic, point PSP sur le(s)quel(s) travailler, il existe : > l’adéquation avec les priorités fréquents déplacements de population…).
de rencontre entre l’analyse faite jusqu’alors > les critères opérationnels ; et stratégies de MdM ;
et le rôle que souhaite avoir MdM > la plus-value potentielle ; > l’acceptabilité sociale et culturelle > Les conditions préalables :
dans un pays ou une zone d’intervention. > les opportunités ; par la population concernée. ce sont les conditions indispensables
Ce choix met en jeu de nombreux critères > les contraintes ; sans lesquelles un projet ou
et requiert l’implication de nombreux acteurs > les conditions préalables. une activité ne pourra pas être mis en
(l’équipe de diagnostic, les partenaires, 3 / OPPORTUNITÉS, place (ex/ Haïti, signature d’un protocole
le triptyque, les référents médicaux, les d’accord avec le département sanitaire
référents thématiques, les autres services 1/ LES CRITÈRES CONTRAINTES de la zone concernée et validation
supports du siège, etc.). du projet par la Commission intérimaire
OPÉRATIONNELS ET CONDITIONS pour la reconstruction d’Haïti, maintien
La plupart des choix sont implicites et de la situation sécuritaire, absence
il y a une grande variation dans les critères Ce sont par exemple : PRÉALABLES de nouvelle catastrophe naturelle majeure
utilisés, en fonction des projets, mais aussi > la disponibilité de ressources qui fragiliserait le système de santé…).
des personnes impliquées sur le projet. humaines formées, ou la possibilité Le choix du PSP se fait aussi en fonction
Il faut s’efforcer d’expliciter au mieux de les former ; des chances de succès d’un projet, 35. P
 our en savoir plus, voir MdM, « Manuel de planification
les choix effectués. > les possibilités de financement ; dans un contexte donné d’intervention, des programmes de santé », 2006.

FR 92 93 FR
LE DIAGNOSTIC / IDENTIFICATION DES PROBLÈMES
DE SANTÉ PUBLIQUE ET DES INTERVENTIONS POSSIBLES 1.3B
L’identification de ces éléments peut servir sexuelles, la couverture des services de
de base pour renseigner une matrice FFOM planification familiale, etc.). Il est dans ce cas intervention à court ou moyen terme communautaires et est en adhésion
(SWOT en anglais) (Forces, Faiblesses, nécessaire de faire des choix. sur la problématique de l’avorte- totale avec les valeurs défendues
Opportunités, Menaces) si nécessaire. ment, qui est par ailleurs déjà par MdM en santé sexuelle et
CHOIX D’UN PROBLÈME prise en charge par l’organisation reproductive.
Tous les critères ne peuvent pas toujours DE SANTÉ PUBLIQUE Marie Stopes International. > Acceptabilité sociale
être utilisés simultanément. Par exemple, Celle-ci a mis en place une clinique et culturelle : les « focus group »
Problème collectif
un objectif de changement social ou où les avortements sont pratiqués et entretiens réalisés pendant
de santé (PCS)
de plaidoyer peut entrer en contradiction dans des conditions de sécurité le diagnostic perceptuel
avec les priorités politiques nationales

Déterminants
Problème satisfaisantes. ont fait ressortir une difficulté liée
et/ou l’acceptabilité sociale et culturelle. > Opportunités de financement : au nombre élevé d’enfants dans
de santé
De la même façon, un projet peut avoir un la problématique des grossesses les ménages.
publique
niveau de risque élevé mais jugé acceptable non désirées semble offrir
(PSP)
au regard des besoins de la population des opportunités de financement
et des capacités d’intervention de MdM. intéressantes.
Cependant, les critères de choix doivent Ce processus itératif de questionnement
être explicités car ils ont des conséquences Causes profondes Critères pour « tester » permet de choisir un ou plusieurs
en termes de programmation et de mise la plus-value potentielle problèmes de santé publique (PSP)
en œuvre. sur lesquels se concentrer, et à partir
EXEMPLE « FIL ROUGE »
> Adéquation avec les priorités desquels il est possible :
LE CHOIX DU PROBLÈME DE SANTÉ
Il s’agit bien ici de placer le curseur de et stratégies de MdM : > d’étudier les interventions possibles,
PUBLIQUE
l’intervention à l’un des différents niveaux la thémati­que de la santé sexuelle > de retenir la thématique de plaidoyer
des déterminants. On a vu précédemment et reproductive est une des sur laquelle concentrer les efforts
que certains déterminants ont un lien direct À la suite des échanges entre thématiques prioritaires de MdM. le cas échéant.
avec le problème de santé, tandis que l’équipe de mission exploratoire, le > Présence d’autres acteurs :
d’autres ont un lien indirect, qui se traduit responsable de desk, le responsable la prise en charge des complications
par une chaîne de déterminants. Plus de mission, le référent médical obstétricales est déjà couverte
on va loin dans les racines du problème de et les référents thématiques le cas par beaucoup d’acteurs : SC-UK,
santé, plus le lien avec le problème de santé échéant, le PSP choisi est celui MSF-B et Action pour la santé
est indirect, mais en même temps plus des grossesses non désirées. (ONG locale) au niveau national,
la « racine » en question peut avoir un effet Plusieurs critères ont été privilégiés : SC-UK et Africare au niveau
concomitant sur plusieurs déterminants régional et local. MdM a déjà mis
du problème, voire plusieurs PCS. Critères opérationnels en place plusieurs projets sur
la problématique des grossesses
On peut aussi choisir d’intervenir directement > Ressources humaines non désirées. La thématique
sur le PCS. Ce choix dépend en grande et financières : le projet doit être des violences liées au genre est
partie du type de PCS identifié. réalisé avec des ressources limitées aussi déjà prise en charge.
Il est possible par exemple d’agir directement et dans un temps limité. Il est > Possibilité d’un partenariat
sur le nombre de fentes labio-palatines de ce fait difficile d’intervenir sur la constructif : il y a une possibilité
(« becs de lièvre »), de tumeurs ou de nomas problématique de la prise en charge de travailler avec l’ONG locale
par une action de chirurgie réparatrice. des complications obstétricales, AMPF sur la problématique
En revanche, s’attaquer à la réduction d’un nécessitant d’importants moyens des grossesses non désirées.
taux de mortalité passe forcément par la prise humains (nombre et qualification) Cette organisation a exprimé le
en compte d’un ou plusieurs déterminants et financiers. souhait de travailler avec Médecins
de cette mortalité (par exemple, dans le cas > Cadre légal : le contexte légal du Monde, elle a un véritable
de la mortalité maternelle, il faut agir sur restrictif rend difficile une ancrage dans les réseaux
la couverture des soins obstétricaux, la prise
en charge et la prévention des violences

FR 94 95 FR
1.3C
ANALYSE
DES INTERVENTIONS
POSSIBLES
> Améliorer les conditions
d’hygiène des populations
lorsque la prise en charge
médicale d’une épidémie de choléra
est assurée par les services de
santé.

Chaque déterminant de l’arbre à problème


devient alors un facteur sur lequel on peut
choisir d’intervenir pour répondre au PSP
choisi. Il existe de multiples façons d’agir
sur un déterminant, et certaines interventions
permettent de répondre simultanément
EXEMPLES « TERRAIN »

Le partenariat entre MdM,


New Vector et Hepa+
1.3C

sur le projet RdR en Géorgie36

Pour qu’un partenariat soit réussi,


il faut que ses membres aient la même
compréhension des problématiques,
problèmes ou opportunités, et surtout
qu’ils partagent une vision similaire de
ce qu’ils espèrent accomplir ensemble.
L’identification des domaines
d’intérêts mutuels des partenaires
puis, ultérieurement, le maintien
à plusieurs déterminants. de l’attention sur la vision

1/ IDENTIFI­ > Prendre en charge les


C’est aussi à ce moment-là que
commune, sont essentiels à la
construction d’un partenariat.
l’analyse des interventions possibles
CATION DES patients atteints de choléra
sans travailler parallèlement
doit être discutée avec les interlocuteurs
du terrain. Il est par exemple essentiel
INTERVENTIONS sur les conditions d’hygiène
des populations.
d’identifier les modalités de réponses
L’acceptation communautaire
envisagées par les populations concernées
POSSIBLES et les éventuels partenaires.
dans le projet choléra Haïti
(2010-2011)37

Pour chacun des PSP retenus,


Dans d’autres situations, Il paraît évident que l’acceptation est
il est nécessaire d’identifier les interventions À NOTER /
il peut être préférable d’agir beaucoup d’autant plus grande que les personnes
possibles. Parfois, les possibilités Le travail avec les communautés
plus en amont du PSP. auront été consultées et impliquées
d’intervention se limitent à une réponse implique pour les professionnels de
C’est par exemple le cas lorsqu’il lors du projet. Faire parfois des choix
immédiate aux besoins de santé en lien respecter la dignité des personnes,
s’agit de renforcer des actions locales d’interventions moins efficaces mais
avec le PSP. C’est par exemple le cas de leur reconnaître un droit de
existantes ou quand un déterminant mieux acceptées par les populations
dans certaines situations d’urgence regard et des compétences. Il s’agit
en bas de chaîne semble être un facteur aura plus d’impact en termes
ou pour les premières phases d’un projet de les considérer non comme des
de changement important pour le(s) PSP. de résultats. L’approche nationale de
mis en œuvre dans un contexte légal « victimes » ou des « bénéficiaires », sensibilisation, par exemple, faisait en
très restrictif. mais plutôt comme de véritables
EXEMPLES grande partie reposer la responsabilité
D’INTERVENTIONS POSSIBLES « acteurs ». de la contamination sur les populations
EXEMPLES D’INTERVENTIONS POSSIBLES Ce changement de regard est et les messages ne correspondaient
essentiel pour améliorer le degré pas aux représentations générales
> Améliorer les services d’acceptation des projets. de celles-ci, rendant les messages
> Prendre en charge de planification familiale de prévention peu efficaces
les complications médicales et leur accès pour prévenir car perçus comme non fiables.
liées aux avortements sans les grossesses non désirées
intervenir directement sur les quand les soins post-
causes de ces complications. avortement sont disponibles.
36. E
 xtrait du rapport d’évaluation du projet de réduction
des risques, Géorgie, disponible sur l’intranet de MdM.
37. E
 xtrait des rapports de capitalisation et évaluation.
Ces rapports sont disponibles sur l’intranet de MdM.

FR 96 97 FR
LE DIAGNOSTIC / IDENTIFICATION DES PROBLÈMES
DE SANTÉ PUBLIQUE ET DES INTERVENTIONS POSSIBLES 1.3C
Dans un second temps, lister pour chaque
déterminant du (ou des) PSP retenu(s) Faible accessibilité Contraception d’urgence Prévalence élevée des VLG
l’ensemble des interventions possibles géographique des structures non disponible
permet d’en choisir certaines. de santé > Appuyer la formation
> Faire un plaidoyer en faveur ou le renforcement des politiques
EXEMPLE « FIL ROUGE » > Construire une route. de l’intégration de la contraception nationales concernant les violences
L’IDENTIFICATION DES INTERVENTIONS > Créer des structures de santé d’urgence dans la liste liées au genre.
POSSIBLES supplémentaires. des médicaments essentiels, etc. > Améliorer l’accueil, la prévention,
> Former des agents de santé le dépistage et la prise en charge
au niveau communautaire pour Méconnaissance des personnes victimes
L’équipe de mission exploratoire la distribution de contraceptifs en matière de PF de violences liées au genre.
a choisi de se concentrer (après une première prescription – pratiques traditionnelles > Renforcer les connaissances
sur le PSP des grossesses non médicale), etc. de PF peu efficaces – des femmes/filles et des hommes/
désirées. Chaque déterminant tabou relatif à l’injectable garçons en matière de droits
de ce PSP devient alors un facteur Faible disponibilité humains et de violences liées
sur lequel il est possible d’agir des méthodes de PF >R  enforcer les connaissances au genre.
pour atteindre le changement sur la planification familiale, > Favoriser l’implication
souhaité. > Assurer la disponibilité les différentes méthodes communautaire autour de la lutte
d’un large éventail de méthodes contraceptives, la double contre les violences liées au genre.
En lien avec AMPF, le partenaire contraceptives modernes pour protection, la prévention > Encourager le changement social
local, selon les données collectées les femmes, hommes et couples des IST des femmes/filles et la valorisation de la position
pendant les focus group/entretiens dans les services de PF. ainsi que des hommes/garçons. de la femme/fille au sein
et avec l’aide du cadre de référence > Renforcer les services de PF > S’assurer que les femmes de la communauté, etc.
SSR de MdM, l’équipe de mission pour qu’ils soient culturellement connaissent leurs droits
exploratoire a identifié adaptés aux femmes, à leur famille en matière de santé sexuelle Après avoir identifié les interventions
les interventions permettant d’agir et à leur communauté. et reproductive, notamment possibles, l’équipe de mission
sur chacun des déterminants > Former et accompagner les l’accès à la planification exploratoire procède à la
de l’arbre à problème. personnels de santé des structures familiale et le droit de décider construction de l’arbre décisionnel.
de soins pour renforcer la gestion du nombre de leurs enfants,
Faible accès aux méthodes de PF de l’approvisionnement etc.
des méthodes contraceptives.
> Réaliser un diagnostic socioculturel > Promouvoir la double protection Leaders religieux positivant
pour identifier les barrières et proposer des préservatifs la fécondité
socioculturelles à l’accès aux masculins et féminins.
services de planification familiale > Renforcer les compétences > Sensibiliser les leaders
et à l’utilisation de la contraception. des professionnels de santé religieux à l’importance
> Renforcer le statut des femmes chargés des services de PF par de la planification familiale.
au sein de la communauté la formation. > Construire avec les leaders
pour qu’elles aient le pouvoir de > Mettre en place des supervisions religieux des argumentaires liés
prendre des décisions cruciales formatives adaptées et régulières à la religion en faveur de
pour leur propre santé. des acteurs de santé dans l’espacement des naissances.
> Former des acteurs les services de PF. > Encourager la diffusion
communautaires pour faciliter > Renforcer les services de PF de messages radio en faveur
le lien entre les soignants et pour qu’ils soient adaptés aux de l’espacement des naissances
les communautés dans les services adolescents et qu’ils répondent par les leaders religieux,
de planification familiale, etc. à leurs besoins, etc. etc.

FR 98 99 FR
LE DIAGNOSTIC / IDENTIFICATION DES PROBLÈMES
DE SANTÉ PUBLIQUE ET DES INTERVENTIONS POSSIBLES 1.3C
2 / CONSTRUC- l’ensemble des acteurs (individus, groupes
ou organisations) susceptibles d’avoir
EXEMPLE « FIL ROUGE »
ÉLABORATION D’UN ARBRE
ne sont pas jugées satisfaisantes.
TION DE L’ARBRE un lien avec le projet de MdM. La formulation
des interventions possibles permet d’affiner
DÉCISIONNEL
Dès lors, il apparaît important
de travailler sur ces aspects tout
DÉCISIONNEL l’analyse des parties prenantes par la prise
en compte de ce qui est déjà mis en place. Afin de se positionner en complé­
en menant un plaidoyer au niveau
national pour l’intégration de la
mentarité avec les interventions
Une fois que les interventions possibles contraception d’urgence dans la liste
On construit alors l’arbre décisionnel déjà existantes, l’équipe de mission
sont identifiées pour chacun des PSP des médicaments essentiels.
selon le modèle ci-dessous. exploratoire doit alors chercher
retenus, il faut faire le point sur :
Les informations contenues dans l’arbre à savoir quelles interventions
>c  e qui existe déjà ;
décisionnel doivent reposer sur des données clés sont déjà mises en place L’équipe de mission exploratoire
>c  e qu’il serait souhaitable de faire ;
collectées, en particulier concernant (de manière satisfaisante ou non) préconise les interventions
> les manques au moment du diagnostic.
les actions existantes. Lorsque c’est possible, par d’autres acteurs et quelles suivantes :
il faut se procurer les indicateurs interventions il serait souhaitable > assurer la disponibilité
En effet, la plupart du temps,
de résultats de ces actions, et dans tous de mettre en place, selon MdM. d’un large éventail de méthodes
des interventions sont déjà mises en place :
les cas documenter/argumenter (satisfaction Cette analyse permet de construire contraceptives modernes pour
des organisations ou institutions sont
ou non des usagers, des partenaires, l’arbre décisionnel et d’identifier les les femmes, les hommes et les
présentes et travaillent dans une zone,
perception de MdM) le fait de considérer manques d’informations potentiels couples dans les services de PF ;
un quartier. Il s’agit pour MdM de se situer
une action comme satisfaisante ou non. sur les interventions existantes. > renforcer et superviser les
en termes de complémentarité et non
professionnels de santé chargés
de duplication des efforts. MdM ne sait pas,
Au regard de l’arbre décisionnel (voir des services de PF ;
ne veut pas, et ne peut pas tout faire. Un arbre décisionnel est ainsi élaboré
page ci-contre), il apparaît clairement > renforcer les connaissances
L’analyse de contexte a permis de décrire pour chacun des PSP retenus.
que la probléma­tique des VLG est déjà sur la planification familiale,
couverte par d’autres acteurs et ce les différentes méthodes
SCHÉMA MODÈLE D’ARBRE DÉCISIONNEL de manière satisfaisante. Une récente contraceptives, la double
étude a montré l’amélioration des protection, la prévention des IST
services offerts aux victimes (accueil, des femmes/filles ainsi que des
Hypothèse pour « problème de santé publique »
prévention, dépistage, prise en charge). hommes/garçons ; et s’assurer
Les acteurs présents sur cette que les femmes/filles connaissent
thématique pensent rester sur le long leurs droits en matière de santé
Ce qui se fait déjà Ce qui ne se fait terme et envisagent d’intégrer, dans sexuelle et reproductive ;
(autres acteurs) pas encore les phases suivantes de leurs projets, > faire un plaidoyer en faveur
un travail sur les questions de genre de l’intégration de la contraception
et la place de la femme au Libertalia. d’urgence dans la liste
des médicaments essentiels ;
Interventions Interventions Ce que MdM Ce que MdM En revanche, le partenariat > sensibiliser les leaders religieux,
satisfaisantes non veut et peut ne veut pas avec AMPF, qui bénéficie d’un ancrage construire des argumentaires
satisfaisantes faire ou ne peut pas com­munautaire important, permet en faveur de l’espacement
faire d’agir sur la gratuité effective des des naissances et encourager la
méthodes de PF (système de contrôle diffusion de messages sur ce thème
Ce que MdM pense à base communautaire) et de mener sur les radios communautaires ;
devoir être amélioré des actions d’éducation pour la santé. > s’assurer de l’application de la
politique de gratuité des méthodes
Les interventions liées à la disponibilité de PF par la mise en place
Ce que
et à l’accès des méthodes modernes d’un système de contrôle à base
Ce que MdM d’autres
CE QUE MDM de PF dans les structures de santé communautaire.
ne veut ou ne peut pas peuvent
VEUT FAIRE
faire faire

FR 100 101 FR
LE DIAGNOSTIC / IDENTIFICATION DES PROBLÈMES
DE SANTÉ PUBLIQUE ET DES INTERVENTIONS POSSIBLES 1.3C
Le succès d’une intervention ne dépend 2. Qui a ou pourrait avoir intérêt à ce que
pas uniquement de son intérêt « théorique » la situation change ?
« Grossesses non désirées » pour répondre aux besoins de santé 3. Qui a ou pourrait avoir intérêt
identifiés. Il faut aussi prendre en compte à ce que la situation ne change pas ?
tous les critères pour « tester » sa plus-value 4. Qui exerce du pouvoir dans cette
Ce qui se fait déjà par d’autres acteurs Ce qui ne se fait pas encore potentielle, les opportunités, contraintes situation ?
et conditions préalables associées.
> Formation et renforcement des > EPS adaptée aux adolescents, aux Pour évaluer sa faisabilité et sa pérennité La méthode recommandée est
politiques nationales concernant les VLG femmes, à leurs partenaires, aux au regard des dynamiques existantes dans la classification des acteurs en fonction
> Prise en charge et soutien communautés sur la planification familiale un contexte d’intervention, il est notamment de l’intérêt qu’ils portent à une éventuelle
des victimes des VLG > Accès des femmes très important de connaître les stratégies intervention de MdM et de l’influence
> Implication communautaire à la contraception d’urgence des acteurs présents afin de déterminer qu’ils peuvent avoir sur son intervention.
autour de la lutte contre les VLG > Référencement et/ou prise en charge si elles sont convergentes, divergentes Un acteur peut avoir un intérêt évident
> Sensibilisation en matière dans un SOUC pour stérilisation ou en contradiction avec les nôtres ; pour un projet, y être indifférent ou même
de droits humains et VLG féminine ou masculine selon et de voir comment nos actions peuvent hostile. Par ailleurs, en fonction du poids
> Création de structures de santé les protocoles nationaux s’y inscrire (partenariats possibles, qualité qu’ont les acteurs dans un contexte donné
> Conseils et accès aux méthodes > Renforcement de la gratuité effective des acteurs, participation communautaire…). (légal, religieux, culturel…), ces derniers
de PF modernes des méthodes de PF Il est aussi essentiel d’analyser les risques ont la capacité plus ou moins forte d’influer
> Distribution communautaire > Implication des leaders religieux associés à une intervention. sur notre action. L’influence peut se situer
des méthodes de PF en faveur de la PF à différents niveaux (politique, opérationnel,
> Construction des routes socioculturel).

Interventions
3 / L’ANALYSE
Interventions Au final, la combinaison de ces deux facteurs
satisfaisantes
> Interventions
non
satisfaisantes
Ce que MdM
veut et peut
Ce que MdM
ne veut pas
DES DYNAMIQUES peut constituer soit un atout soit une menace
pour MdM. Elle doit donc être attentivement
sur les VLG
> Création
> Accès aux
méthodes de PF > EPS
faire ou ne peut pas
faire
EXISTANTES étudiée pour chaque acteur présent
en fonction des interventions envisagées.
de structures
de santé
modernes > Plaidoyer pour
un accès des
> Référence-
ment et/ou prise
ENTRE ACTEURS/
MODÈLE DE MATRICE D’ANALYSE
> Distribution
communautaire
femmes à la CU
> Implication
en charge dans
un SOUC pour
PARTIES DES DYNAMIQUES EXISTANTES
(voir schéma page suivante)
des méthodes
de PF
Ce que MdM
pense devoir
des leaders
religieux en
stérilisation
> Construction
PRENANTES
La case A représente les acteurs ayant
être amélioré faveur de la PF de route (hors
Certains acteurs sont favorables au projet, peu d’intérêt, voire une opinion défavorable
> Accès aux > Gratuité mandat de MdM)
d’autres lui sont défavorables, d’autres (stratégies divergentes ou contradictoires)
méthodes de PF effective des
encore sont indifférents. Ces acteurs ont plus à l’égard d’une intervention de MdM,
modernes méthodes de PF
ou moins de pouvoir et accordent une priorité et qui ont la capacité d’influencer
Ce que MdM plus ou moins grande à leur action en faveur négativement la réalisation de nos actions.
ne veut ou ne Ce que d’autres
ou en défaveur du projet. De plus, il peut Une attention particulière doit être portée
peut pas peuvent faire
CE QUE MDM VEUT FAIRE exister entre les acteurs une affinité ou de aux acteurs de cette case, car ils peuvent
faire : ... .... > Référence-
l’hostilité, ou encore de la neutralité. Cet état être à l’origine de l’échec d’une intervention.
> Éducation pour la santé ment et/ou prise
de fait génère des alliances et/ou des Il faut également évaluer les moyens
> Plaidoyer pour un accès à la CU en charge dans
contre-alliances plus ou moins concertées. d’influence négative de ces acteurs,
> Accès aux méthodes PF modernes un SOUC pour
en particulier s’ils peuvent être violents.
> Implication des leaders religieux une stérilisation
Les réponses aux quatre questions suivantes
> Gratuité effective > Construction
permettent d’identifier les acteurs potentiels : La case B représente les acteurs ayant
de routes
1. Qui pourrait être touché par le projet peu d’intérêt, voire un jugement défavorable
potentiel ? (stratégies divergentes ou contradictoires)

FR 102 103 FR
LE DIAGNOSTIC / IDENTIFICATION DES PROBLÈMES
DE SANTÉ PUBLIQUE ET DES INTERVENTIONS POSSIBLES 1.3C
EXEMPLE « FIL ROUGE »
ANALYSE DES DYNAMIQUES ENTRE ACTEURS
SUR LE THÈME DES GROSSESSES NON DÉSIRÉES
A C

Afin de savoir si les stratégies des les interventions envisagées, l’équipe


acteurs en présence sont convergentes, de mission exploratoire procède à
divergentes ou en contradiction avec l’analyse des dynamiques entre acteurs.
Faible intérêt, Fort intérêt,
Forte
forte influence forte influence

Influence Faible intérêt, forte influence Fort intérêt, forte influence


> Préfet > Ministère de la Santé
> Leaders religieux > Autorités sanitaires régionales
> Ministère des Finances > AMPF
Faible intérêt, Fort intérêt,
Faible > Médias nationaux
faible influence faible influence

Faible intérêt, faible influence Fort intérêt, faible influence


> Comité de santé > Pharmacie centrale
Faible B Intérêt D Forte
> Sous-préfet > Infirmier-chef de centre de santé
> Accoucheuses traditionnelles
> Agents de santé communautaires
à l’égard d’une intervention de MdM, > les risques éventuels qui existent
>G roupements de femmes traditionnelles
mais dont l’influence sur la réalisation pour la réussite d’une intervention ;
de nos actions est faible. > les partenariats potentiels entre
les acteurs.
La case C représente les acteurs ayant Il est important de noter qu’un acteur
un intérêt fort, favorable (stratégies peut changer de case en fonction du PSP Le ministère de la Santé et En revanche, bien qu’ayant un fort
convergentes) à l’égard d’une intervention retenu ou des interventions choisies. les autorités sanitaires régionales intérêt pour les problématiques
de MdM, et qui peuvent, par leur impor­- ont un leadership reconnu dans le portées par MdM, les agents de santé
tance, avoir une influence positive sur Nos actions privilégient l’approche développement des plans stratégiques communautaires, les accoucheuses
la réalisation de nos actions. Ces acteurs communautaire ainsi que les partenariats. du secteur de la santé et montrent traditionnelles et les groupements
représentent des opportunités pour Dans une perspective de pérennisation un fort intérêt pour les actions de femmes n’ont que peu de poids
une intervention. de nos interventions, il est également développées par les ONG. MdM dans la prise de décision au niveau
important d’identifier dans quelle partie bénéficie d’une bonne image et a pu du district.
La case D représente les acteurs ayant de la matrice se situent les acteurs construire une relation de confiance
un intérêt fort, favorable (stratégies communautaires et les autorités de santé. avec ces acteurs. Ces derniers Les leaders religieux ont une influence
convergentes) à l’égard d’une intervention peuvent donc constituer des relais significative à la fois vis-à-vis de
de MdM, mais qui n’ont qu’une influence Cette analyse des acteurs/parties prenantes intéressants pour le plaidoyer en leur communauté et des autorités
très relative sur le succès d’une intervention. permet, dans les étapes et les phases faveur de la contraception d’urgence sanitaires régionales. Ils ont en effet
Il est important de ne pas surestimer ultérieures (voir chapitre Suivi/Monitoring), et représenter de réels appuis pour la capacité de réanimer des clivages
le poids de ces acteurs dans les chances de définir des stratégies permettant l’intégration de la planification familiale existants à la suite des années
de succès d’une intervention, et à ne pas de faire basculer en faveur du projet des dans les plans stratégiques du secteur de guerre civile qui ont touché le pays.
les considérer comme des opportunités. acteurs/parties prenantes influents mais de la santé. De même, au niveau du La plupart d’entre eux diffusent
peu favorables. district, l’AMPF a une forte influence. des messages positivant la fécondité
Une fois les différents acteurs positionnés
dans la matrice, il est possible d’identifier :

FR 104 105 FR
LE DIAGNOSTIC / IDENTIFICATION DES PROBLÈMES
DE SANTÉ PUBLIQUE ET DES INTERVENTIONS POSSIBLES 1.3C
Être pris pour cible est le risque le plus
Une méthode difficile à évaluer (et à admettre). Sa prise
EXEMPLE « FIL ROUGE »
L’ANALYSE DES RISQUES
et pourraient se positionner contre
un projet paraissant avoir un objectif et des outils en compte requiert, de la part de l’équipe,
contraire. Dès lors, il paraît essentiel de une bonne compréhension de la perception
Il existe une méthode et des outils pour L’analyse des risques liés aux
travailler à l’élaboration d’argumentaires de MdM par son environnement.
analyser les risques auxquels fait face la interventions choisies faite par l’équipe
en lien avec les préceptes religieux. Ses valeurs d’humanité, d’impartialité
mission au sens large. Si certains paraissent de mission exploratoire, a mis en avant
et d’indépendance sont-elles bien comprises
évidents (risque d’accident de voiture), un risque particulier dû au plaidoyer
Dans le cas d’interventions plus et admises dans la région/le pays ?
il convient d’effectuer l’exercice en groupe en faveur de la contraception
délicates et moins consensuelles, MdM est-il perçu comme une organisation
afin que chaque membre de l’équipe puisse d’urgence : certains acteurs tendent
il peut être nécessaire de faire de propagande de valeurs contraires
faire état des craintes ou des limites qu’il en effet à confondre les messages
une matrice spécifique et plus détaillée. à celles communément admises
voit au projet ou à son travail (ex : obligation portant sur la question de l’avortement
Un acteur peut en effet être favorable (droit à l’avortement, droit de la femme) ?
pour lui de passer deux « check points » et ceux portant sur la contraception
à l’ensemble du projet mais Les communiqués de presse émis par
militaires pour se rendre sur son lieu d’urgence.
être en opposition avec une de ses le siège peuvent-ils laisser penser que MdM
de travail). Un exercice exhaustif a plusieurs Aux niveaux national et régional,
composantes. est partie prenante au conflit (en dénonçant
avantages : il permet à l’équipe de se mettre le thème de l’avortement est trop
des exactions commises par un régime
d’accord sur les risques liés à la mission, clivant et il est parfois reproché
par exemple). Une partie de la population
mais aussi sur les mesures à prendre pour aux acteurs en faveur du droit
se sent-elle lésée par notre action ou par
les limiter. à l’avortement de vouloir importer
notre recrutement ? Une partie du personnel
4 / L’ANALYSE Les mesures de sécurité sont d’autant
est-elle mécontente de notre politique
un modèle venu de l’extérieur
sans respecter la culture du pays.
salariale, d’une procédure de licenciement ?
DES RISQUES plus respectées qu’elles sont comprises
par tous. L’exercice permet également
Et quelles pourraient être les conséquences
Il paraît alors essentiel de bien
clarifier les messages.
de ces mécontentements : une tribune
de contextualiser l’analyse en y mentionnant
Avant de décider d’une intervention, il faut dans la presse locale, un procès
les informations complémentaires liées
aussi évaluer les contraintes de sécurité ou une grenade dans le « compound » ?
au risque. Par exemple, si l’on indique que
et les risques qui peuvent lui être associés. Le choix des interventions dépend aussi
le risque de kidnapping est élevé, il faut
Par exemple, y a-t-il des contraintes Bien entendu, avant de choisir une des capacités humaines, matérielles
préciser quels ont été les derniers kidnappings
de sécurité limitant les déplacements intervention, il convient de mettre en balance et financières de Médecins du Monde
et la probable évolution du phénomène.
du personnel dans certaines zones ? les risques pris et les bénéfices pour à mettre en œuvre un certain type
De la même façon, si l’on indique que le
la population. Il convient aussi de déterminer d’intervention.
risque d’être victime d’un accident de voiture
Analyser les risques doit se faire de manière le niveau de risque acceptable.
est élevé, il faut spécifier que la nature du
structurée et disciplinée. Tout être humain Pour ce faire, on renverse la problématique
est enclin à la subjectivité ; ainsi,
projet oblige les équipes à faire de nombreux
kilomètres quotidiennement sur des routes
en se demandant : quel est le risque 5 / L’ANALYSE
on a tendance à surévaluer les risques qui n’est pas acceptable. Est-il acceptable
spectaculaires mais rares et à minimiser
en mauvais état. Le risque n’est pas le même
si l’on a un seul véhicule qui ne se déplace
que les membres des équipes qui mettent TECHNIQUE
les risques fréquents mais courants. en œuvre le projet prennent le risque d’être
De plus, il est très difficile d’analyser les
qu’en ville ou sur autoroute. Les mesures
à prendre (en dehors des bases – ceinture,
tués, kidnappés, blessés ? On peut décider ET FINANCIÈRE
risques dans des environnements inconnus. de répondre positivement si les activités
respect des règles en vigueur) ne sont
Par ailleurs, nous sommes très souvent sont d’une nécessité vitale pour la population En fonction du type d’intervention choisi,
pas les mêmes dans les deux cas.
victimes du « syndrome de la grenouille38 ». et si nous avons la capacité d’y répondre. les ressources humaines et matérielles
Dans le premier, on veille particulièrement
D’où l’importance d’analyser les risques Alors non seulement les mesures pour limiter nécessaires ne sont pas toutes identiques.
à la formation des chauffeurs, au bon
de façon régulière. l’exposition au risque doivent être mises Il ne s’agit pas ici de définir précisément
état des véhicules, à la présence de pneu
en place, mais également les procédures pour les ressources (humaines, matérielles
et trousse de secours, et aux procédures
limiter les conséquences en cas d’incident. et financières) nécessaires pour la mise
38. O
 n raconte que si l’on place une grenouille dans à mettre en œuvre en cas d’accident
en œuvre d’un projet mais plutôt
de l’eau bouillante elle réagit vivement en sautant (numéro d’urgence, hôpitaux de référence
hors de la marmite. À l’inverse, si on la place de solliciter le regard du personnel support
les plus proches, etc.).
dans une casserole d’eau froide et qu’on augmente sur la faisabilité technique et/ou financière
la température petit à petit, elle finit ébouillantée. des interventions envisagées.

FR 106 107 FR
1.3D
LE DIAGNOSTIC / IDENTIFICATION DES PROBLÈMES
DE SANTÉ PUBLIQUE ET DES INTERVENTIONS POSSIBLES

EXEMPLE « FIL ROUGE »


L’ANALYSE TECHNIQUE
ET FINANCIÈRE

Au niveau international, les possibilités


de financements pour le Libertalia
sont en baisse. Cependant, la santé

CHOIX FINAL
sexuelle et reproductive reste une
des thématiques les plus financées
au regard des taux de mortalité
maternelle, néonatale et infantile
dans le pays. La majorité des actions DES INTERVENTIONS
ET ÉLABORATION
concerne la couverture des soins
obstétricaux. Dès lors, se positionner
sur la problématique des grossesses
non désirées semble offrir
des opportunités de financement
intéressantes.
DE LA STRATÉGIE
En termes de logistique, D’INTERVENTION
si des activités mobiles sont prévues
en zones rurales, il sera nécessaire
de disposer de stocks de contraceptifs
suffisants pour garantir la continuité
de l’action auprès des populations
cibles, d’autant plus que l’accessibilité
> Tout comme pour le choix du PSP, le choix
des interventions implique la prise en compte
de nombreux critères, explicites et implicites.
par les réseaux routiers est très
fortement réduite pendant la saison Il est donc fondamental d’expliciter les choix effectués.
des pluies. L’effort de communication améliore la compréhension
et le partage des choix au sein d’une même équipe,
entre les équipes, avec les partenaires et les bailleurs.
À NOTER / Cette démarche doit donc être intégrée lors
L’analyse des interventions peut de l’élaboration de la politique de communication.
conduire à affiner ou à revoir le PSP
retenu. Il faut alors revenir à l’arbre Elle participe à la cohérence et à la validité du projet.
à problèmes et reparcourir l’ensemble L’élaboration de la stratégie d’intervention constitue
des étapes décrites jusqu’alors.
la dernière étape de la phase de diagnostic.
À ce moment, on quitte l’étape de collecte générale
des informations et on prend la décision d’intervenir
concrètement sur un problème de santé publique
retenu et analysé.

FR 108 109 FR
LE DIAGNOSTIC / IDENTIFICATION DES PROBLÈMES
DE SANTÉ PUBLIQUE ET DES INTERVENTIONS POSSIBLES 1.3
La stratégie d’intervention représente
la synthèse des principaux éléments
du diagnostic et doit intégrer la justification
des décisions prises : pourquoi tel problème
de santé publique a-t-il été choisi dans
le contexte donné ; pourquoi telle approche
d’intervention a-t-elle été proposée
(en fonction des partenariats possibles,
acteurs/parties prenantes, contraintes et
opportunités, etc.) ; quelle est la plus-value EN RÉSUMÉ
potentielle de cette intervention, etc.
Afin de garantir la transmission des LES POINTS CLÉS DE L’IDENTIFICATION
informations dans la durée, il est important
de décrire la stratégie d’intervention et
DES PROBLÈMES DE SANTÉ PUBLIQUE
sa justification dans le rapport de mission ET DES INTERVENTIONS POSSIBLES
exploratoire. La stratégie d’intervention
peut inclure les contraintes techniques
 choix du PSP et des interventions
> Le > Le choix du PSP et de l’intervention
et financières associées à certains types
d’action. Elle doit également mentionner est le point de rencontre entre l’analyse doit être communiqué aux acteurs /
les points de vigilance qu’il convient d’un contexte et le positionnement parties prenantes impliqués dans
de garder en tête pour que l’intervention que souhaite avoir MdM. le processus de diagnostic et compris
s’effectue en toute sécurité pour le personnel, par les partenaires.
les partenaires et les usagers.
 choix du PSP et de l’intervention
> Le
doit tenir compte de ce qui se fait déjà.  l’issue de cette étape, la stratégie

Enfin, elle doit donner des ordres
de grandeur pour les populations ciblées Il s’agit de se situer en termes de d’intervention est élaborée et décrite
par l’intervention. Il s’agit d’évaluer complémentarité et non de duplication dans le rapport de mission
les différents types d’usagers qui pourront des efforts. exploratoire.
être touchés par l’intervention choisie
(population générale de la zone d’intervention,
 choix du PSP et de l’intervention
> Le
population cible, bénéficiaires directs,
bénéficiaires indirects39). doit tenir compte de ce que nous
savons faire.
Les choix faits à cette étape seront revus
à la lumière d’autres éléments d’information
 PSP et les interventions possibles
> Le
qui seront disponibles ultérieurement,
en particulier lors de la programmation. doivent être revus à partir de critères
opérationnels, de leur plus-value
potentielle et des opportunités,
contraintes et conditions préalables.

39. S
 e référer au chapitre « Programmation » de ce guide
pour les définitions concernant ces différents types
de bénéficiaires.

FR 110 111 FR
LE DIAGNOSTIC /
1.
ANNEXES PRÉSENTES DANS LE DVD – PARTIE 1 – LE DIAGNOSTIC

– Demande de validation de mission exploratoire en comité de direction


– Trame de termes de référence pour une mission exploratoire
– Trame de rapport de mission exploratoire
– Diagnostic des parties prenantes (matrice intérêt/influence)
– Outil de diagnostic : Analyse FFOM (SWOT)
– Outil de diagnostic : Mapping bailleurs
– Diagnostic de la participation communautaire
– Grille d’analyse des risques
– Diagnostic des partenaires

FR 112 113 FR
2.
LA PROGRAMMATION /

LA
PROGRAMMATION

FR 114 115 FR
LA PROGRAMMATION /

PAGE 125 PAGE 169

2.1
LA DÉFINITION
145  2.2B
LES NIVEAUX
D’INDICATEURS
2.4
LA DÉFINITION
184   2.5B
LES ÉTAPES
DE LA DÉTERMINATION
DES RESSOURCES
DES OBJECTIFS DES ACTIVITÉS
ET DES RÉSULTATS 2.2C 184  1/  L’identification

2.4A
151   des ressources
185  2 / Le choix des ressources
LA FORMULATION

2.1A
171   186  3 / L’estimation
DES INDICATEURS
128   LES ACTIVITÉS du coût des ressources
151 1/ L’intitulé des indicateurs 187  4  /  La vérifi­cation
L’OBJECTIF GÉNÉRAL 155 2 / Le choix 171  1/  La formulation
des activités de la cohérence
et les critères de qualité

2.1B
171  2 / Les étapes

2.5C
des indicateurs
130   156   3 / Les sources de vérification dans la définition
des activités 188  
L’OBJECTIF SPÉCIFIQUE
LE BUDGET

2.1C
PAGE 161
2.4B ET LE PRÉVISIONNEL

2.3
174   BUDGÉTAIRE
132  
CHRONOGRAMME 188  1/ Le budget de référence
LES RÉSULTATS OU DIAGRAMME 189  2 / Le budget de référence
DE GANTT annualisé
LES HYPOTHÈSES
189  3 / Exercice budgétaire
PAGE 141 ET LES CONDITIONS de MdM

2 .2
PRÉALABLES PAGE 181

LA DÉFINITION
DES INDICATEURS
163  2.3A
LES RISQUES
ET HYPOTHÈSES
2.5
LA DÉFINITION
PAGE 193

ET DES SOURCES (RISKS AND ASSUMPTIONS) DES ANNEXES


DE VÉRIFICATION RESSOURCES PRÉSENTES

2.3B
DANS LE CD-ROM
164  

2.2A
143  
LES CONDITIONS
PRÉALABLES 183  2.5A
DÉFINITION (PRECONDITIONS) DÉFINITION

FR 116 117 FR
LA PROGRAMMATION /
2.

LA PROGRAMMATION

Définition
La programmation représente la deuxième phase
du cycle de projet de santé. Elle correspond
Objectif spécifiquement à la conception du projet, c’est-à-dire
général
à un ensemble cohérent d’actions destinées à
atteindre des objectifs précis.
La phase de programmation doit les partenaires institutionnels et
Objectif être cohérente au regard des éléments les autres acteurs présents sur le terrain
spécifique de diagnostic collectés et de la stratégie de l’intervention.
d’intervention retenue. La stratégie
d’intervention intègre la justification des On peut retenir cinq étapes
Sources
décisions prises : pourquoi tel problème dans la phase de programmation :
de vérification
de santé publique a été choisi dans > la définition des objectifs et des résultats ;
Indicateurs
le contexte donné, pourquoi telle approche > la définition des indicateurs pour
d’intervention a été proposée (en fonction les objectifs et les résultats ainsi que
Coûts des partenariats possibles, acteurs/  leurs sources de vérification ;
parties prenantes, contraintes, opportu­nités, > la définition des activités, au regard
etc.), quelle est la plus-value potentielle des résultats définis ;
de cette intervention, etc. Elle intègre > la définition des ressources et des coûts ;
Activités
également les ordres de grandeur des > la définition des hypothèses et des
Résultats
populations ciblées par l’intervention ainsi conditions préalables.
que les points de vigilance à garder à l’esprit
en termes de sécurité et/ou de ressources. L’outil choisi pour résumer ces différentes
Hypothèses
étapes constitue le cadre logique.
Conditions Il est donc essentiel, lors de la phase Il permet d’avancer de façon logique
préalables de programmation, de s’appuyer et structurée dans la programmation,
Ressources
sur le rapport de mission exploratoire en vérifiant et en garantissant à chaque
finalisé pendant la phase de diagnostic. étape la cohérence des actions envisagées
en fonction des objectifs définis et
En outre, dès lors que cela est possible, de l’adéquation des ressources qui y sont
la programmation doit être effectuée associées.
de façon concertée avec les populations,

FR 118 119 FR
LA PROGRAMMATION /
2.
Le cadre logique constitue en quelque EXEMPLE TERRAIN40 Étapes de construction les atteindre (l’itinéraire ou chemin
sorte le squelette, l’ossature du projet. à parcourir). Néanmoins, tout au long
Un narratif détaillé, que l’on pourrait comparer
du cadre logique de sa construction, des allers-retours
Exemple du projet
à la chair du projet, doit venir le compléter, Le cadre logique synthétise les différentes doivent être opérés pour en vérifier
de réduction des risques
l’expliciter et justifier les choix effectués, dimensions d’un projet. Chacun la cohérence et la logique, horizontales
en Géorgie
dans le document de référence comme des éléments décrits dans cet outil renvoie et verticales.
dans les demandes de subvention. à une étape et à des documents de
Les outils participatifs garantissent programmation spécifiques. Les échanges effectués entre le terrain,
ZOOM l’interactivité entre MdM et le responsable de desk, le RM, le référent
LE CADRE LOGIQUE ses partenaires. En premier lieu, Le S2AP recommande que la construction médical et les référents thématiques
la participation assure la conception et la documentation du cadre logique permettent de définir les points 1 à 12.
conjointe et les prises de décisions se fassent selon un ordre (indiqué
Largement utilisé par les acteurs conjointes quant aux activités par les numéros inscrits dans les cases). Une fois l’architecture globale du projet
de la solidarité internationale communes. La planification participa- Cet ordre correspond aux étapes définie, le responsable de desk, avec l’aide
et fréquemment demandé dans tive et les mécanismes de contrôle de la programmation. Il est important de l’équipe terrain (si elle est constituée)
les dossiers de financement, le cadre contribuent ensuite à clarifier et définir d’avoir finalisé la réflexion sur les objectifs et avec l’appui des services support,
logique est souvent perçu comme les rôles, responsabilités et redevabi- et résultats à atteindre (la destination précise les aspects plus opérationnels
un « énième document bailleur ». lité des partenaires du programme, du projet) avant de définir la façon de en définissant les points 13 à 15.
Il est essentiel de reconsidérer le cadre et garantissent que toutes les actions
logique pour ce qu’il est : un outil reposent sur une vision partagée.   
au service de l’action. En ce sens, Enfin, ils facilitent l’apprentissage Logique Sources
il ne s’agit pas de chercher une Indicateurs Hypothèses
réciproque, encouragent la communi- d’intervention de vérification
utilisation mécanique, voire contrainte cation ouverte entre membres
du cadre logique, mais bien de savoir du personnel et entre partenaires, Monitool
le faire évoluer en prenant en compte Objectif
et résolvent les conflits, contribuant
le contexte et la mise en œuvre. général 4 5 /
ainsi à garantir la redevabilité et
Le but de la programmation n’est pas 1
la transparence. L’engagement à bâtir
simplement de remplir un cadre logique et entretenir le partenariat est ainsi
ou un dossier de financement,
Arbre à problème
fortement encouragé. Arbre décisionnel
mais de penser un projet dans toutes Opportunités,
ses dimensions. C’est en ce sens Relativement simple pour les petites contraintes,
Objectif
que le cadre logique présente un intérêt. ONG, l’utilisation de ces outils participe spécifique 6 7 11 conditions
Il permet, bien au-delà d’une réponse à la structuration des processus
préalables
2
aux exigences des bailleurs, d’articuler (FFOM/ 
de planification et de contrôle, une
la réflexion autour d’un projet et SWOT)
mesure importante du renforcement
d’en proposer une vision synthétique. des acquis qui facilitera grandement
C’est la raison pour laquelle celui qui est la prise de décisions collaborative Résultats
intégré au dossier de référence est bien 8 9 12
et la planification à l’avenir. 3
plus complet et précis que celui utilisé
pour la recherche de financements.
Il ne s’agit pas de remplir des cases,  Conditions
mais plutôt de structurer une réflexion. Ressources Coûts

préalables

Il est donc essentiel d’associer Activités
les partenaires éventuels 13
à la construction d’un cadre logique. 14 15 10
Il en est de même pour la plupart
40. E
 xtrait du rapport d’évaluation du projet de  Diagramme de Gantt  Budget
des outils présentés dans ce chapitre.
réduction des risques en Géorgie, 2012, p. 20,
disponible sur l’intranet de MdM.
121 FR
FR 120
LA PROGRAMMATION /

ZOOM
L’OBJECTIF DE LA PROGRAMMATION

De la même façon qu’un itinéraire


permet de savoir par où passer pour
atteindre un lieu précisé au préalable,
la programmation permet de définir
la direction et la trajectoire envisagées
pour un projet.
Penser à un itinéraire n’empêche
ni de changer de chemin pour arriver
à destination, ni de modifier
la destination en fonction de ce qui
peut arriver en chemin. Souvent,
le fait d’avoir envisagé différentes
possibilités avant le départ est
une aide précieuse pour faire les choix
ultérieurs.
Il est en est de même pour
la programmation d’un projet.
Elle permet de s’interroger sur l’objectif
qu’on veut atteindre et l’itinéraire
qu’on souhaite utiliser. Lors de la mise
en œuvre, les objectifs et les résultats
attendus ainsi que les activités
et l’allocation des ressources peuvent
être affinés et/ou modifiés.
En fonction des décisions,
il est essentiel d’impliquer les acteurs
concernés. Il paraît évident qu’une
modification des objectifs ou des
résultats attendus d’un projet est
une décision plus lourde à prendre
qu’un changement d’activité.
De même, il est important de s’assurer
que lorsqu’on modifie le cadre logique
en cours de réalisation, l’ensemble
des éléments du projet restent
en cohérence les uns les autres.

FR 122 123 FR
2.1
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES OBJECTIFS ET DES RÉSULTATS

LA DÉFINITION
DES OBJECTIFS
ET DES RÉSULTATS

FR 124 125 FR
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES OBJECTIFS ET DES RÉSULTATS
2.1

LA DÉFINITION DES OBJECTIFS


ET DES RÉSULTATS 41

> À l’issue de la phase de diagnostic, un problème


de santé publique a été retenu et une stratégie
d’intervention a été proposée dans le rapport
de mission exploratoire. La formulation des objectifs
et résultats d’un projet suppose de transformer
le PSP et les interventions retenues en objectifs
et résultats attendus.

41. L
 a terminologie du cadre logique diffère de celle employée dans le cadre du CPBOARESE, méthode de planification
faisant l’objet du « Manuel de planification des programmes de santé » publié par MdM en 2006. Ici, l’objectif
général ne peut être atteint dans le seul cadre du projet. L’objectif spécifique du cadre logique correspond à l’objectif
général du CPBOARESE ; et les résultats correspondent aux objectifs d’intervention, secondaires ou spécifiques.

FR 126 127 FR
2.1A L’OBJECTIF
GÉNÉRAL
EXEMPLES « TERRAIN »
Formulations d’objectif général

Uruguay

Renforcer l’accès à des


services d’attention intégrale en santé
sexuelle et repro­ductive de qualité,
pour les femmes en situation
de grossesse non désirée, dans cinq
pays d’Amérique latine, à partir
de l’expérience uruguayenne.

Haïti
2.1A

> L’objectif général décrit les actions auxquelles le projet


entend contribuer pour améliorer l’état de santé
de la population générale. Par exemple, contribuer à :
Contribuer à réduire la morbidité
et la mortalité liées à l’épidémie
de choléra en Haïti.

atteindre un Objectif du millénaire pour le développement Pakistan

(OMD) et/ou un objectif de développement durable


42

Contribuer à réduire la morbidité


(sustainable development goals ; SDGs), faire baisser et la mortalité de la population

la mortalité au niveau national, réduire la prévalence affectée par le conflit au


Pakistan.
du VIH/sida à l’échelle nationale…
Le modèle de MdM prévoit un seul
À NOTER / 42 objectif général.
L’objectif général renvoie
aux conséquences à long terme On utilise des verbes d’action à l’infinitif
souhaitées sur la population pour formuler l’objectif général.
dans son ensemble (impact). Cette formulation doit rendre explicite
Il présente ainsi des facettes la situation à atteindre et indiquer :
diverses et complexes. > le lieu (pays ou zone géographique
Pour ne prendre qu’un seul exemple, concerné) ;
la « population cible » > la ou les population(s) concernée(s)
n’est pas la population générale. par le changement recherché ;
C’est pourquoi l’objectif général > sans toutefois préciser la durée
ne peut pas être atteint dans de l’action.
le cadre d’un seul projet. L’objectif n’est pas chiffré : les cibles
à atteindre sont précisées au regard
des indicateurs choisis.

42. L
 a liste des OMD et de leurs indicateurs est disponible
à l’adresse : http://mdgs.un.org/unsd/mdg/Host.
aspx?Content=Indicators/OfficialList.htm

FR 128 129 FR
2.1B
L’OBJECTIF
SPÉCIFIQUE
Pakistan
des cas de choléra et réduire
la prévalence de l’épidémie
au sein des populations
de l’aire métropolitaine de
Port-au-Prince et du
département de la Grand’Anse.

Assurer pendant un an l’accès à


des soins de santé primaires complets,
pour les personnes affectées par
le conflit dans quatorze villages
Lorsque c’est possible, le calcul
2.1B
sages-femmes…) ne sont pas des béné-
ficiaires indirects, mais des personnes
ressources, sauf si le projet est un projet
de formation pur (dans ce cas
ils constituent des bénéficiaires directs).

des bénéficiaires inclut une répartition


par classes d’âge et par sexes.

EXEMPLE « FIL ROUGE »


L’ESTIMATION DU NOMBRE

>
dans les districts de Swabi
L’objectif spécifique est l’objectif central du projet. et Buner, NWFP.
DE BÉNÉFICIAIRES

Il décrit ce que le projet veut accomplir pour On reprend l’exemple développé


répondre au problème de santé publique retenu comme ZOOM
en fil rouge dans le chapitre
prioritaire lors du diagnostic (que ce soit un problème ESTIMATION DU NOMBRE DE
« Diagnostic ». À partir du rapport de
mission exploratoire existant sur le projet
collectif de santé ou un déterminant). BÉNÉFICIAIRES D’UNE INTERVENTION
Quelques définitions
au Libertalia, l’équipe projet de Médecins
L’objectif spécifique renvoie aux effets à court et moyen du Monde doit maintenant procéder à la
programmation du projet. Il faut ici estimer
termes souhaités sur la santé de la population cible >Z
 one de couverture, population le nombre de bénéficiaires du projet.
(outcome). couverte (catchment population) :
population générale de la zone Population couverte (catchment
d’intervention, bassin d’intervention. population) : Population des
Le modèle de MdM prévoit un seul objectif EXEMPLES « TERRAIN » 10 communautés couvertes par
spécifique. Il est le cœur du projet, et Formulations d’objectif spécifique >P
 opulation cible : personnes l’intervention = 390 314 personnes
c’est sur son atteinte que portera l’évaluation potentiellement touchées par
du projet. l’intervention (ex/ PVVIH résidant Femmes en âge de procréer :
Laos sur le secteur d’intervention du projet). 22,09 % de la population totale
Comme pour l’objectif général, on utilise >B
 énéficiaires directs : personnes (chiffre officiel du ministère de la Santé)
Renforcer, en quatre ans,
des verbes d’action à l’infinitif pour directement touchées par
la qualité et l’accès à des soins
formuler l’objectif spécifique. l’intervention (ex/ PVVIH pris Population cible : femmes en âge
de santé préventifs et curatifs pour
Cette formulation doit rendre explicite : en charge dans le cadre du projet). de procréer = 390 314 x 22,09 %
les femmes enceintes et celles en âge
> la situation à atteindre en précisant = 86 220 femmes en âge de procréer
de procréer ainsi que pour les enfants  énéficiaires indirects : personnes
>B
la durée du projet et le(s) lieu(x) de mise
de moins de 5 ans dans les districts de en contact avec les bénéficiaires
en œuvre ; Bénéficiaires directs : femmes en âge
Moonlapamok, Sukuma, Champassack directs et qui peuvent bénéficier
> la ou les populations cibles. de procréer recourant à la PF = 86 220
et Khong, province de Champassak. des effets de l’intervention (familles x 30 % (cible MdM) = 25 866 femmes
L’objectif n’est pas chiffré : les cibles de PVVIH…).
Haïti
à atteindre sont précisées en fonction Les professionnels de santé des Bénéficiaires indirects : familles
des indicateurs choisis. structures soutenues et/ou partenaires des femmes recourant à la PF
Assurer pendant un an
(agents de santé, infirmières, = 25 866 femmes x 7 personnes/foyer
une prise en charge de qualité
La durée de l’objectif spécifique doit être = 181 062 personnes
égale à celle du projet.

FR 130 131 FR
2.1C
>
LES RÉSULTATS
Les résultats décrivent ce que le projet doit produire
pour atteindre l’objectif spécifique. Ils concourent
Résultats

Résultats directs
et immédiats
(output)

Concernant :
Effets de court
et moyen termes
(outcome)

> la réorganisation des services de soins


> l’élaboration des politiques publiques
> l’acquisition d’aptitudes individuelles
> la création de milieux favorables
Objectif
spécifique

Effets de court
et moyen termes
(outcome)

Sur la santé
de la population
cible
de la
2.1C
Objectif
général

Effets de long
terme
(impact)

Sur la santé

population
générale

à l’objectif général du projet. Les résultats sont obtenus > le renforcement de l’action communautaire
par la mise en œuvre d’un certain nombre d’activités.
La durée nécessaire pour atteindre le résultat Au même titre que pour les objectifs
Le terme générique de « résultat » pour laquelle il est intéressant, dès l’origine, n’est pas toujours identique à celle du général et spécifique, la formulation
recouvre en fait deux types de réalités : d’inscrire le projet dans une stratégie projet. Elle peut lui être inférieure ou égale. des résultats se fait en fonction de l’arbre
> le terme output (résultat) renvoie à long terme en s’interrogeant sur En effet, un projet peut avoir plusieurs à problème et de la stratégie d’intervention
aux produits issus de la mise en œuvre les articulations qui permettront d’atteindre composantes, mises en œuvre de façon définie pendant la phase de diagnostic.
des activités. Il peut s’agir des produits les changements souhaités. Il s’agit ici, simultanée ou successive. Les interventions possibles peuvent
de l’activité en elle-même (ex : formations en reprenant les analyses faites autour alors être articulées selon les cinq axes
réalisées) ou des résultats qu’elle génère des arbres à problèmes, d’approfondir EXEMPLE « FIL ROUGE » de la Charte d’Ottawa.
directement sur les personnes, les la notion de chaîne de résultats LA DÉFINITION DES RÉSULTATS
organisations ou les structures de santé (voir schéma ci-contre). Selon cette dernière, la promotion
(ex : augmentation des connaissances) ; Au Libertalia, les produits nécessaires de la santé est un processus qui confère
> le terme outcome (effet) renvoie aux La formulation des résultats d’un projet à la contraception d’urgence ne font pas aux individus et aux populations les
changements à court et moyen termes dépend en grande partie de la façon partie de la liste des médicaments essen- moyens d’améliorer leur état de santé :
atteints par la combinaison (en cascade dont MdM souhaite ou peut s’impliquer tiels définie au niveau national. MdM > en assurant un meilleur contrôle
ou en parallèle) d’activités et/ou et du niveau auquel il peut le faire. souhaite en promouvoir la disponibilité sur les déterminants de la santé ;
de circonstances et ayant un effet dans les structures de santé soutenues > en agissant sur leur environnement
sur la santé de la population cible. Un résultat est formulé au mode passif. dans le Saapland. On pourrait imaginer ou en évoluant avec lui.
Par exemple, il peut s’agir d’un change­ Leur formulation doit rendre explicites : les deux résultats suivants :
ment de pratiques, d’une modification > le changement qu’on souhaite > des protocoles nationaux pour La promotion de la santé représente
de la perception, des services de soins, obtenir et dans quel délai les services de planification familiale à la fois un concept et des stratégies
de leur accès ou de leur utilisation, (surtout s’il est inférieur à la durée incluant l’accès à la contraception permettant d’allier les enjeux de santé
d’un changement de législation, etc. du projet) ; d’urgence sont mis en place publique et la participation communautaire.
> la ou les populations cibles. et diffusés d’ici à deux ans ; Ces deux dimensions sont à la base
Selon qu’il s’agit d’output ou d’outcome, > un accès à la contraception des projets de MdM. Elle vise aussi
tous les résultats ne participent pas de la Les résultats ne sont pas chiffrés : d’urgence est assuré pour les la prise en compte des déterminants
même façon à l’atteinte de l’objectif spécifique. les cibles à atteindre sont précisées populations des 10 communautés qui interviennent sur la santé (changement
au regard des indicateurs choisis. du Saapland pendant un an social, politique, économique...) et la
Certains changements demandent On spécifie alors la période pendant (dernière année du projet). dynamisation de la participation effective
du temps et leur réalisation peut dépasser laquelle l’indicateur sera mesuré et à l’issue du public.
le cadre d’un seul projet. C’est la raison de laquelle la cible devra être atteinte.

FR 132 133 FR
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES OBJECTIFS ET DES RÉSULTATS
2.1C
en compte l’axe relatif à une politique EXEMPLE « FIL ROUGE »

À NOTER / publique saine. visant à décrire une situation ou LA DÉFINITION DES OBJECTIFS
En promotion de la santé, on essaie à rendre visible une problématique, ET RÉSULTATS À PARTIR DU RAPPORT
d’agir de façon concomitante sur les ZOOM mais il n’a pas pour vocation première DE MISSION EXPLORATOIRE
cinq axes d’intervention listés dans POURQUOI FAIRE DU PLAIDOYER d’obtenir le changement (même
la Charte d’Ottawa et qui concernent : À MÉDECINS DU MONDE ? 43 s’il y participe de manière indirecte). Le rapport de mission exploratoire
1 .  Une politique publique saine. Ainsi, le plus souvent, le témoignage présente les informations suivantes :
2 .  D es milieux favorables peut servir à sensibiliser l’opinion
On constate qu’il est parfois insuffisant
(environnement géographique publique à une situation ou à un enjeu PSP retenu :
de soigner et témoigner pour changer
et physique, mais aussi (en l’occurrence aux enjeux d’accès grossesses non désirées
les choses. Le plaidoyer est donc
économique, dont l’accès aux à la santé), mais peut également
un mode d’action incontournable pour
services de prévention et de soins). constituer une preuve formelle Ce PSP concerne les femmes en âge
permettre à l’organisation d’atteindre
3 .  L’action communautaire. en appui d’une stratégie de plaidoyer de procréer (86 220 femmes en âge
ses objectifs et de donner corps à sa
4 .  L es aptitudes individuelles. ou bien dans le cadre de décisions de procréer dans les 10 communautés
vision sur le long terme.
5 .  L es services de santé. de justice (par exemple lors de procès cibles du projet). Parmi elles, 15 %
Les principes de base du plaidoyer
instruits par la Cour pénale utilisent des méthodes de contraception
sont les suivants :
internationale). modernes. Les grossesses
> savoir précisément ce que l’on
non désirées peuvent être à l’origine
Ces cinq axes constituent un cadre souhaite changer ;
Le plaidoyer en revanche se manifeste d’avortements à risque
conceptuel commun (et non un outil) > savoir qui a le pouvoir d’opérer
par l’application de stratégies et de complications obsté­tricales,
à l’ensemble des acteurs de MdM le changement souhaité ;
d’influence proactives auprès entraînant par là même surmorbidité
pour la réflexion et l’élaboration des projets > se doter des informations
de décideurs, afin de forcer la mise et surmortalité maternelles.
(définition des résultats). Au moment et outils nécessaires pour
en place de solutions concrètes Les principaux déterminants identifiés
de la programmation, il est important convaincre les décideurs d’opérer
au problème identifié. Le témoignage sont : un faible accès aux méthodes
de prendre en considération les cinq le changement visé.
peut constituer un élément de la modernes de PF, une faible
axes de ce modèle (même si l’on fait Quels sont les types stratégie de plaidoyer. disponibilité des méthodes de PF,
le choix de ne pas tous les mettre en œuvre) de changement visés ? une faible accessibilité géographique
et d’envisager des partenariats pour Les changements durables visés Communication versus plaidoyer des structures de santé, une
prendre en charge certains volets. peuvent prendre principalement trois Si la démarche de plaidoyer nécessite méconnaissance sur la PF avec
Il est néanmoins important que les cinq orientations : la mobilisation d’outils de communi- des pratiques traditionnelles de PF
axes soient envisagés ; dans le cas contraire, > l’adoption de nouvelles politiques cation, afin de faire connaître peu efficaces et un tabou par rapport
le projet risquerait d’être incomplet permettant l’amélioration de la aux décideurs et au grand public les à l’injectable, l’absence de la contra-
et/ou de ne pas pouvoir répondre situation sanitaire des populations ; messages et recommandations portés ception d’urgence dans la liste
efficacement au problème de santé > la remise en cause de politiques par l’organisation, elle ne se limite des médicaments essentiels au niveau
publique identifié. jugées comme contraires à l’intérêt pas à ce seul aspect. Elle comprend national, une forte présence de leaders
des populations concernées ; également bien d’autres activités religieux positivant la fécondité,
Afin d’élaborer un projet efficace, réaliste > le respect de politiques ou règles sans lien direct avec l’utilisation des une prévalence des VLG et un rapport
et opérationnel, il est souhaitable de travailler de droit existantes mais non médias telles que le lobbying auprès hommes/femmes inégalitaire.
au minimum sur trois axes de promotion appliquées. des décideurs, la construction
de la santé et de définir au maximum d’alliances avec des partenaires Les interventions envisagées :
six résultats pour un objectif spécifique Témoignage versus plaidoyer
ou encore le recueil d’expertises
(on peut avoir deux résultats pour un axe). Le témoignage s’inscrit dans une
issues de nos terrains d’intervention. > assurer la disponibilité d’un large
En fonction du volume et/ou de la complexité démarche très factuelle et ponctuelle
éventail de méthodes contraceptives
du projet, ce dernier peut être détaillé De même, la communication n’est modernes pour les femmes,
en sous-résultats. pas toujours faite à des fins de hommes, couples dans les services
43. P
 our plus d’informations concernant la construction
Cette approche globale et multisectorielle d’une stratégie de plaidoyer, se référer à la présentation plaidoyer. de PF ;
permet aussi de faciliter l’intégration « Formation Plaidoyer » MdM, 2011, disponible sur
d’un volet de plaidoyer qui permet de prendre l’intranet en français, anglais et espagnol.

FR 134 135 FR
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES OBJECTIFS ET DES RÉSULTATS
2.1C
> renforcer et superviser les L’objectif général est formulé
professionnels de santé chargés de la façon suivante : Mortalité et morbidité PCS
Avortement légal
des services de PF ; Contribuer à la réduction de seulement en cas de
> renforcer les connaissances la morbidité et de la mortalité viol ou danger pour
sur la planification familiale, maternelles au Libertalia. la mère + nécessité Nombreux Complications
les différentes méthodes contra­ de l’accord de avortements obstétricales
ceptives, la double protection, Définition de l’objectif spécifique deux médecins à risque
la prévention des IST des femmes/
filles ainsi que des hommes/garçons Pour agir sur le nombre de grossesses
et s’assurer que les femmes/filles non désirées, le rapport de mission Grossesses non PSP
connaissent leurs droits en matière exploratoire suggérait que le désirées choisi
de santé sexuelle et reproductive ; renforcement de l’offre et de la demande
> faire un plaidoyer en faveur en PF était l’intervention la plus
de l’intégration de la contraception pertinente au regard de ce qui était déjà Grossesse Grossesses
d’urgence dans la liste fait par d’autres, des ressources adolescente rapprochées
des médicaments essentiels ; du projet et de l’analyse de risques.
> sensibiliser les leaders religieux, Rapport
construire des argumentaires L’objectif spécifique est formulé Prévalence de pouvoir
en faveur de l’espacement de la façon suivante : élevée VLG H/F
des naissances et encourager Diminuer le nombre de grossesses inégalitaire
Faible accès aux
la diffusion de messages non désirées dans le Saapland
méthodes de PF
sur ce thème sur les radios par le renforcement de l’offre
communautaires ; et de la demande en PF pendant Leaders religieux positivant
> s’assurer de l’application trois ans. la fécondité
de la politique de gratuité des
méthodes de PF par la mise
en place d’un système de contrôle
à base communautaire.
Faible Déter-
accessibilité minants
Il s’agit alors de définir les objectifs Faible disponibilité géogra- sur
et les résultats attendus du projet des méthodes de PF phique des lesquels
à partir de l’arbre à problèmes (abs. long terme) structures MdM
(page ci-contre) et des interventions de santé souhaite
proposées dans le rapport de agir
mission exploratoire. Méconnaissance sur la PF – Pratiques
traditionnelles de PF peu efficaces –
Définition de l’objectif général Tabou par rapport à l’injectable

Dans le cas du projet Libertalia,


le PSP retenu était « les grossesses Contraception Faible pouvoir Coût élevé du Routes
non désirées ». En consultant l’arbre d’urgence non d’achat des transport public impraticables en
à problème, il est possible d’identifier disponible ménages + peu fiable saison des pluies
que les effets et conséquences à long
terme de ce PSP sont une surmorbidité
Pauvreté/sous-développement
et surmortalité maternelles.

FR 136 137 FR
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES OBJECTIFS ET DES RÉSULTATS
2.1
Déterminants Analyse des interventions Formulation
de l’arbre à problèmes possibles à partir des

sur lesquels des axes de la charte résultats
on souhaite agir d’Ottawa

Faible disponibilité Réorientation Les structures de santé


des méthodes de PF des services de santé du Saapland offrent
(abs. long terme) (améliorer l’offre de soins des services de PF de
de planification familiale) qualité pendant trois ans.
EN RÉSUMÉ
Faible accès des Création de milieux Un mécanisme de contrôle
méthodes de PF favorables assurant l’accès gratuit LES POINTS CLÉS DE LA DÉFINITION
(gratuites en théorie (réduire les barrières aux services de
mais payantes dans à l’accès aux services planification familiale DES OBJECTIFS ET DES RÉSULTATS
la réalité) de planification familiale) est mis en place
d’ici à trois ans.
 objectif général formulé avec
>1
Contraception d’urgence Promotion d’une Des protocoles nationaux des verbes d’action à l’infinitif :
non disponible politique de santé pour les services effets et conséquences à long terme
(non inscrite dans la liste publique saine de planification familiale souhaités sur la santé de la population
des médicaments (appuyer la formulation incluant l’accès à la générale (impact)
essentiels) ou renforcer les politiques contraception d’urgence
nationales de planification sont mis en place
familiale) et diffusés d’ici à deux ans.  objectif spécifique formulé
>1
avec des verbes d’action à l’infinitif :
Méconnaissance sur PF Acquisition d’aptitudes Les connaissances effets à court et moyen termes souhaités
– Pratiques traditionnelles individuelles et pratiques relatives
sur la santé de la population cible
de PF peu efficaces – (favoriser la prise à la planification familiale
(outcome)
tabou par rapport de conscience individuelle de la population
à l’injectable et renforcer les moyens des 10 communautés
individuels d’exercer du Saapland sont
un contrôle sur ses droits renforcées sur une > 6 résultats au maximum
et sa santé) période de trois ans. (qui représentent au minimum 3 axes
de la Charte d’Ottawa) formulés au
Leaders religieux Renforcement de l’action Les leaders religieux passif : changements à court et
positivant la fécondité communautaire des 10 communautés moyen termes souhaités pour atteindre
(favoriser l’implication du Saapland sont l’objectif spécifique (output et outcome).
des leaders religieux sensibilisés à l’importance
autour de la planification de la planification familiale
familiale) et encouragent l’utilisation
des services de planifica-
tion familiale d’ici à
trois ans.

Faible accessibilité Renforcement de Pas de résultat formulé :


géographique l’action communautaire AMPF met déjà en œuvre
des structures de santé (favoriser l’implication une distribution des
communautaire autour méthodes de PF sur
de la planification familiale) une base communautaire.

FR 138 139 FR
2 .2
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES INDICATEURS ET DES SOURCES DE VÉRIFICATION

LA DÉFINITION
DES INDICATEURS
ET DES SOURCES
DE VÉRIFICATION
RÉSULTATS

FR 140
2.2A
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES INDICATEURS ET DES SOURCES DE VÉRIFICATION

DÉFINITION

> Un indicateur est une mesure chiffrée qui décrit


un état ou un changement d’état (par comparaison
dans le temps). Il permet d’apprécier des écarts
par rapport à d’autres éléments comparables ou par
rapport à des normes, des standards ou des mesures/
cibles fixées à l’avance.
Tous les phénomènes ne sont pas facilement
mesurables. Cependant, la possibilité
les indicateurs les plus appropriés
de comparer les différentes valeurs d’un
au contexte.
indicateur dans le temps ou dans l’espace
donne des informations intéressantes Exemples d’indicateurs :
sur de nombreux éléments. Les objets de > pourcentage de consultations
la mesure peuvent être très divers en fonction où l’intimité du patient est assurée
de l’information que l’on recherche par des mesures adaptées
et ne concernent pas seulement les aspects (présence de rideau de séparation,
techniques ou épidémiologiques. possibilité d’être pris en charge
par un soignant de son sexe, etc.) ;
ZOOM > pourcentage d’accouchements
INDICATEURS DE LA PRISE EN COMPTE assistés respectant la position
DES ÉLÉMENTS SOCIOCULTURELS44 d’accouchement souhaitée
par la patiente ;
> pourcentage d’accouchements
Dans le panel d’indicateurs de prise après lesquels le souhait de
en compte des éléments socioculturels, la patiente concernant le placenta
les acteurs œuvrant à la programmation est pris en compte.
du projet identifient puis sélectionnent

Il est essentiel de mesurer les opinions


44. P
 our en savoir plus ou disposer de plus d’exemples,
se référer au guide « Accès aux soins. Les déterminants et les perceptions de ceux avec qui et pour
socioculturels », MdM, 2012, disponible sur le site qui l’on travaille. En effet, pour MdM, l’enjeu
internet de Médecins du Monde. est de pouvoir agir en complémentarité plutôt

FR 142 143 FR
2.2B
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES INDICATEURS ET DES SOURCES DE VÉRIFICATION

qu’en substitution. L’indicateur peut alors


permettre de mesurer la gravité ressentie
d’un problème collectif de santé, le degré
de participation communautaire, le degré
de satisfaction des usagers d’un service, etc.

De même, il est important de ne pas mesurer


seulement la quantité mais aussi la qualité
des services offerts. Par exemple,
le « nombre de consultations » mesure
la quantité de consultations réalisées alors
LES NIVEAUX
que le « nombre de consultations réalisées
selon les normes de qualité nationales D’INDICATEURS
et/ou internationales » en mesure la qualité.

> Il existe plusieurs niveaux d’indicateurs


liés au suivi de projet.
> Les indicateurs d’impact à long terme (cinq ans et plus) mesurés
(impact indicators) mesurent les effets et par des indicateurs d’impact
conséquences à long terme sur la santé (impact indicators).
de la population dans son ensemble.
Ce niveau d’indicateur n’est réalisé que > Les indicateurs de résultats
si les bailleurs l’exigent dans leurs formats (output indicators) mesurent les produits
de demande de subvention. Il ne présente issus de la mise en œuvre des activités.
en effet pas un grand intérêt pour le suivi Il peut s’agir des produits de l’activité
des projets eux-mêmes, car il ne permet elle-même ou des résultats qu’elle génère
pas de déceler des changements se produi­ directement sur les personnes,
sant dans le court et le moyen terme de les organisations ou les structures de santé.
l’intervention. Par ailleurs, les changements
mesurés dans le long terme ne sont pas Par exemple, les résultats d’une activité
attribuables à la seule action de MdM. d’éducation pour la santé peuvent
Ils peuvent être positifs ou négatifs, induits être de plusieurs ordres : supports d’IEC
directement ou indirectement, par un projet, créés (produit de l’activité), nombre
de façon intentionnelle ou pas. de sessions de sensibilisation organisées
(produit de l’activité), augmentation des
> Les indicateurs d’effet compétences des formateurs (résultat direct
(outcome indicators) mesurent et immédiat sur les personnes ressources),
les effets à court et moyen termes augmentation des connaissances de la
sur la santé de la population cible. population cible (résultat direct et immédiat
Ils résultent d’une combinaison sur les personnes cibles).
(en cascade ou en parallèle) d’activités
ou de circonstances.
Il est important de faire la différence
entre les effets intermédiaires (court et
moyen termes) mesurés par des indicateurs
d’effet (outcome indicators) et les effets

FR 144 145 FR
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES INDICATEURS ET DES SOURCES DE VÉRIFICATION
2.2B
ZOOM peuvent être intégrés à la demande
CLARIFICATION SÉMANTIQUE flottante peut parfois prêter à confusion du bailleur mais ils n’ont pas un grand À NOTER /
mais elle est principalement due intérêt pour le suivi des projets. L’ensemble des indicateurs liés
à des questions de traduction. aux effets et résultats d’un projet
La terminologie associée aux résultats Chaque objectif ou résultat décrit dans
Les trois niveaux de résultats et d’effet sont répertoriés dans le Monitool.
et effets d’une action n’est pas le cadre logique peut être associé
(output, outcome, impact) sont en Cela permet d’avoir un seul et même
figée et diffère d’un acteur à l’autre, à plusieurs indicateurs.
effet communs aux différents acteurs. document pour le suivi de tous
voire chez un même acteur ou d’un
les indicateurs associés à un projet.
document à l’autre. Cette terminologie Quelques équivalences :

Logique  Sources
Traduction Indicateurs Hypothèses
d’intervention de vérification
Traduction francophone Traduction
Terminologie francophone de la Commission francophone
anglophone de MdM européenne de l’AFD Indicateur d’impact
(impact indicator)
impact impact impact impact Objectif général > effets et conséquences
de long terme sur la santé
outcome effet résultat effet
de la population générale
output résultat réalisation réalisation
Indicateur d’effet
(outcome indicator)
Objectif spécifique > effets à court et moyen
ZOOM
termes sur la santé
UN RÉSULTAT EST-IL TOUJOURS MESURÉ sur les risques de complications de la population cible
PAR UN INDICATEUR DE RÉSULTAT ? obstétricales, afin d’encourager
le référencement, peuvent être
Indicateur d’impact
mesurés par :
Tout dépend du type de résultat. (outcome indicator)
> des indicateurs de résultats
Les résultats décrivent ce que le projet > effets à court et moyen
(output indicators) : nombre de
doit produire pour atteindre l’objectif termes sur la santé
formations réalisées auprès des de la population cible
spécifique. Ils sont de deux types :
accoucheuses traditionnelles (AT),
> les produits issus de la mise Résultats
nombre d’AT qui connaissent Indicateur de résultat
en œuvre des activités (outputs),
trois types de complications (output indicator)
mesurés par des indicateurs
obstétricales et leurs risques > produits issus de la mise
de résultat (output indicators) ;
(amélioration des connaissances) ; en œuvre des activités ou
> les changements à court
> des indicateurs d’effet résultats directs et immédiats
et moyen termes atteints par
(outcome indicators) : nombre qu’elles produisent sur les
la combinaison d’activités personnes, les organisations
de femmes enceintes référées
et/ou de circonstances (outcomes)
par les accoucheuses
et mesurés par des indicateurs
traditionnelles (modification Conditions
d’effet (outcome indicators). Ressources Coûts
des pratiques de référencement). préalables
Par exemple, les résultats Activités
d’une formation réalisée auprès des
accoucheuses traditionnelles portant Le plus souvent, le cadre logique de MdM
ne contient que des indicateurs d’effet
et de résultat. Des indicateurs d’impact

FR 146 147 FR
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES INDICATEURS ET DES SOURCES DE VÉRIFICATION
2.2B
EXEMPLE « FIL ROUGE »

DÉFINITION DES INDICATEURS Il est aussi possible de suivre cette Indicateur n° 3 : Il informe sur Il est donc possible de suivre
DE MONITORING évolution à partir des effets à court le nombre d’interpellations écrites l’évolution de l’action par rapport au
et moyen termes des activités de ou orales, nécessaire pour savoir si résultat attendu, à partir de plusieurs
plaidoyer sur la santé de la population l’on se rapproche du résultat attendu indicateurs :
Après avoir défini les objectifs cible (indicateurs d’effet) : en termes de plaidoyer. 1. Nombre d’ateliers de sensibilisation
et résultats attendus, l’équipe du 4. Nombre de structures de santé En outre, contrairement à l’indicateur organisés avec les leaders religieux
projet s’interroge sur la définition soutenues par MdM proposant n° 2, il ne se limite pas aux réunions, (produit de l’activité en elle-même).
des indicateurs de monitoring. Voici une CU (effets attendus si les objectifs mais prend aussi en compte 2. Nombre de leaders religieux
les réflexions qui lui ont permis de plaidoyer sont atteints). les interpellations écrites issues des sensibilisés aux enjeux
de choisir les indicateurs pour suivre activités de plaidoyer. de la planification familiale
les résultats 3 et 5. La méthode Face à tous ces indicateurs, l’équipe (produit de l’activité en elle-même).
est la même pour les autres du projet doit faire un choix. Il sera Indicateur n° 4 : Il donne des indications 3. Pourcentage de leaders religieux
résultats et objectifs du projet. fonction de plusieurs éléments : précises sur les effets d’un plaidoyer connaissant au moins trois des
> la pertinence de l’indicateur réussi. Si la contraception d’urgence est principaux messages sur l’espacement
pour suivre l’atteinte d’un objectif inscrite dans la liste des médicaments des naissances (résultat directement
Résultat 3 : des protocoles nationaux ou résultat ; essentiels, MdM doit s’assurer produit par l’activité de sensibilisation
pour les services de PF incluant > la possibilité de comparer qu’elle est effectivement disponible des leaders religieux).
l’accès à la contraception d’urgence ses valeurs avec d’autres sources dans les structures de santé soutenues. 4. Pourcentage de leaders religieux
sont mis en place et diffusés de données ; connaissant au moins trois méthodes
d’ici à deux ans > la disponibilité des informations L’équipe choisit les indicateurs n° 3 et de contraception modernes (résultat
nécessaires à son calcul ; n° 4. L’un permet de suivre les résultats directement produit par l’activité de
Les activités de plaidoyer doivent > la pertinence de l’information directs de l’activité de plaidoyer ; l’autre sensibilisation des leaders religieux).
aboutir à l’intégration de la fournie pour l’interlocuteur visé d’en préciser les effets. 5. Nombre d’émissions radio
contraception d’urgence dans la liste (information parlante ?). en présence des leaders religieux
des médicaments essentiels d’ici à passant des messages favorables
deux ans afin que cette méthode soit Indicateur n° 1 : Il permet de suivre Résultat 5 : d’ici à trois ans, à l’espacement des naissances
incluse dans les protocoles nationaux. la fréquence des réunions faites dans les leaders religieux (résultat directement produit
le cadre des activités de plaidoyer. des 10 communautés du Saapland par l’activité de sensibilisation sur
Il est donc possible de suivre Cependant, il ne permet pas de savoir sont sensibilisés à l’importance la diffusion de messages encourageant
l’évolution de l’action par rapport au si l’on se rapproche de l’objectif de la planification familiale l’espacement des naissances).
résultat attendu à partir des produits de plaidoyer ou non. et encouragent l’utilisation des
issus directement de la mise en œuvre services de planification familiale Indicateur n° 1 : Il permet de suivre
des activités (indicateurs de résultat) : Indicateur n° 2 : Il précise le nombre la réalisation des séances
1. Nombre de réunions trimestrielles de réunions permettant de se Les activités ne sont pas encore de sensibilisation mais ne renseigne
avec les autorités de santé nationales rapprocher de l’objectif de plaidoyer. préci­sément définies, mais ni sur le nombre de leaders religieux
et partenaires institutionnels. On peut en effet penser que plus il est envisagé de mener des actions sensibilisés ni sur la qualité
2. Nombre de réunions trimestrielles le nombre de réunions « avec inter­ de sensibilisation auprès des leaders de la sensibilisation. Cet indicateur
avec les autorités de santé nationales pellation » augmente, plus les autorités religieux pour développer des argumen- concernant les activités de MdM,
et partenaires institutionnels avec de santé nationales et les partenaires taires favorables à la planification il y a peu de sources permettant
interpellation sur la contraception institutionnels portent attention familiale en lien avec les préceptes la comparaison. En revanche,
d’urgence. à la question de la contra­ception religieux. La diffusion de ces messages son calcul est facile, l’information
3. Nombre d’interpellations écrites d’urgence. Cependant, cet indicateur devrait être assurée par des émissions étant directe­ment disponible dans
ou orales faites auprès des autorités ne mesure que la tenue de réunions, de radio auxquelles participent les rapports d’activité de MdM
de santé nationales et partenaires alors que les activités de plaidoyer des leaders religieux diffusées auprès et accessible pour un grand nombre
institutionnels sur la CU. envisagées sont plus larges. des 10 communautés du Saapland. d’interlocuteurs.

FR 148 149 FR
2.2C
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES INDICATEURS ET DES SOURCES DE VÉRIFICATION

Indicateur n° 2 : Il présente les mêmes


avantages et inconvénients que
l’indicateur précédent, mais renseigne
en plus sur le nombre de leaders
religieux sensibilisés.

Indicateur n° 3 : Il donne


une information sur la qualité de
la sensibilisation par une amélioration LA FORMULATION
DES INDICATEURS
des connaissances des participants.
Cependant, une amélioration
des connaissances n’entraîne pas
forcément un changement de pratique
pour des demandes de financement
et cet indicateur ne nous renseigne
pas sur la diffusion effective 1/ L’INTITULÉ concernant des périodes différentes de celles
du projet (par exemple une demande
des messages et sur l’espacement
des naissances. Il peut être calculé DES de financement pour un an d’un projet dont
la durée est de trois ans). Il est alors essentiel
pour les leaders religieux participant
aux sensibilisations (test pré INDICATEURS de préciser les délais que l’on se fixe pour
et post-sensibilisation). atteindre les cibles intermédiaires.
L’intitulé d’un indicateur doit rendre explicite
Indicateur n° 4 : Il présente les mêmes ce qu’il mesure. La détermination d’une valeur de base
avantages et inconvénients que (baseline) et de cible(s) (target) nécessite
le précédent. Toutefois, ce qui L’indicateur lui-même n’est pas chiffré, une lecture réaliste des terrains d’intervention,
est mesuré ici, c’est l’acquisition mais il est complété par une valeur de base ce qui n’est pas toujours évident au regard
de connaissances sur les méthodes (baseline) et une ou des cible(s) (target). des délais impartis ou des données disponibles
de PF, liée moins directement La valeur de base (baseline) correspond au début du projet.
au changement de discours attendu. à la valeur initiale de l’indicateur. La cible
Il est donc moins pertinent pour suivre (target) est la valeur que l’on se donne pour La définition de la valeur de base
les progrès de l’action vis-à-vis objectif d’atteindre à un temps donné. (baseline) se fait en fonction des données
du résultat souhaité. primaires et secondaires collectées
Un indicateur peut être associé à une lors du diagnostic. Ces dernières peuvent
Indicateur n° 5 : Il donne ou plusieurs cibles. Si l’indicateur est associé être complétées lors de la phase
une information sur la diffusion des à une seule cible (cible finale), il n’est pas de programmation par d’autres données
messages par les leaders religieux ; nécessaire de préciser la date à laquelle on secondaires en cas d’informations
il est facile à calculer à partir souhaite l’atteindre. Elle est équivalente à manquantes :
des rapports transmis par les stations la durée que l’on s’est donnée pour atteindre > statistiques nationales :
de radio. Il est très parlant et le résultat ou l’objectif en lien avec l’indicateur. SNIS/SIS, recensement, etc. ;
accessible à tous. > statistiques internationales :
Cependant, un indicateur peut aussi être publiées par les agences des Nations
À partir de cette analyse, associé à plusieurs cibles correspondant unies (par exemple enquêtes MICS
l’équipe choisit l’indicateur n° 5. à différents moments du projet (cibles de l’Unicef, statistiques mondiales
intermédiaires). Par exemple, pour un projet de l’OMS, enquêtes démographiques
de trois ans, on peut définir des cibles pour et de santé – EDS) ou par des ONG.
la fin de la première et de la deuxième année. Il est important de resituer ces données
Ces informations peuvent être inscrites dans le contexte d’intervention ;
dans le document de référence et utilisées > recherches universitaires, d’instituts, etc. ;

FR 150 151 FR
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES INDICATEURS ET DES SOURCES DE VÉRIFICATION
2.2C
> données de routine des services La définition des cibles (targets)
de santé, registres de centres de santé, Il faut toutefois veiller à ne pas dépend des résultats que l’on souhaite Nombre de structures de santé
etc. ; effectuer ces révisions de façon trop atteindre. La ou les cible(s) doivent être fixées soutenues par MdM proposant
> informations données par les médias fréquente (nous reviendrons sur en fonction de la situation existante dans une CU
(par exemple presse nationale et locale). ce point dans le chapitre consacré la zone d’intervention (baseline), avec en ligne
au suivi/monitoring). de mire la référence idéale. Le curseur est >B  aseline : 0. À ce jour,
ZOOM ajusté au regard de ce que l’on peut espérer la contra­ception d’urgence ne fait
QUE FAIRE QUAND LA BASELINE atteindre de façon réaliste par l’intervention pas partie de la liste
N’EST PAS CONNUE ? de MdM et en fonction des ressources des médicaments essentiels.
L’utilisation de référentiel
disponibles, des capacités de MdM et/ou des De facto, elle n’est pas disponible
comme idéal à atteindre (reference)
partenaires ainsi que de la durée du projet. dans les structures de santé.
Il arrive assez souvent que la baseline Avoir un référentiel permet de fixer une limite
supérieure aux valeurs possibles que > Cible : 10. Dans le Saapland,
ne soit pas connue au stade de LA DÉFINITION D’UNE CIBLE
peut prendre un indicateur. Un référentiel MdM soutient 10 structures
la programmation, car cette dernière
peut être déterminé à partir d’un ensemble Référentiel défini par rapport de santé.
doit parfois s’effectuer très
rapidement, avant même d’avoir de sources : à des benchmarks, aux expériences
> des données de référence/ antérieures et/ou similaires Nombre d’émissions radio
pu rassembler ou vérifier toutes les
benchmarks internationales : en présence des leaders religieux
données. Il convient alors malgré tout
ces normes internationales sont issues Cible passant des messages favorables
de fixer des cibles…
des travaux réalisés au niveau international de l’indicateur à l’espacement des naissances
La connaissance des terrains d’inter­- (OMD45, normes OMS, projet Sphère, etc.)
vention et de ce qu’il est possible et visent à définir des normes et standards >B  aseline : cet indicateur est
de faire se précise de plus en plus pour un certain nombre de thématiques. entièrement dépendant des activités
au fur et à mesure de l’avancement Ces données indiquent un niveau menées par MdM. La baseline est
du projet. On peut alors soit revoir Baseline – valeur de base donc égale à 0 en début de projet
de performance admis comme étant
les cibles initialement fixées (à la baisse, satisfaisant. Cependant, ces standards (aucune émission radio n’est faite
à la hausse), soit revoir les ressources sont aussi à considérer avec précaution EXEMPLE « FIL ROUGE » en présence des leaders religieux
affectées à l’atteinte de ces cibles. (voir encadré). De plus, ils n’intègrent LA DÉFINITION DES CIBLES sur le thème de la PF).
Des cibles qui paraissent inadaptées pas la diversité des projets mis en œuvre > Cible : 15. MdM a pour objectif
peuvent traduire des objectifs trop et la complexité des terrains d’intervention. de sensibiliser 2 leaders religieux
ambitieux et/ou des ressources Souvent, il est plus approprié de se référer Nombre d’interpellations écrites par communauté, soit 20 leaders.
insuffisantes au regard des objectifs aux normes nationales qui prennent ou orales adressées aux autorités Il semble réaliste de penser réaliser
fixés. À l’inverse, des cibles trop en compte les réalités du pays, même si de santé nationales et partenaires des émissions radio avec
proches de la baseline, donc elles sont parfois, elles aussi, soumises institutionnels sur la contraception 15 d’entre eux.
quasi atteintes en début de projet, à des contingences politiques ; d’urgence (CU)
posent la question de la pertinence > des études publiées ou non publiées :
du projet dont on doit attendre elles représentent parfois les seules >B aseline : cet indicateur est
qu’il vise une amélioration réelle des entièrement dépendant des activités S’interroger sur la situation que l’on souhaite
sources disponibles sur certaines
indicateurs… Il est donc essentiel menées par MdM. La baseline est idéalement atteindre, c’est questionner
thématiques pour connaître des ordres
de s’interroger sur les cibles fixées donc égale à 0 en début de projet le sens de l’action et les critères permettant
de grandeur ;
et de procéder aux réajuste­ments (aucune interpellation sur la CU n’est d’en juger l’efficacité. Cette réflexion
> des informations disponibles dans des
nécessaires. On revient là encore sur faite avant le démarrage du projet). est particulièrement importante lorsque
documents de projets ou expériences
la notion de flexibilité de la > Cible : 2 par trimestre. MdM se fixe l’on mobilise des standards définis
antérieures et/ou similaires.
programmation et de son outil l’objectif de faire 2 interpellations au niveau international. Certains relèvent
central, le cadre logique : celui-ci par trimestre auprès autorités d’études scientifiques (par exemple les taux
ne doit pas être figé et doit pouvoir de santé nationales et partenaires de vaccination permettant la protection
45. Dans certaines régions, les OMD sont très basiques
évoluer. et très peu ambitieux, dans ces cas-là, institutionnels sur la CU. maximale de la population) et constituent
il est recommandé de ne pas les choisir comme un idéal à atteindre. Cependant, il existe
des données de référence. aussi des standards qui, loin d’être neutres,

FR 152 153 FR
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES INDICATEURS ET DES SOURCES DE VÉRIFICATION
2.2C
présupposent une certaine vision du
développement ou de l’aide humanitaire. à l’adoption du Cadre international Plusieurs types de critiques Dans le cas du projet Sphère,
pour l’efficacité de la contribution des ont été adressés à cette vision l’efficacité de l’aide renvoie
ZOOM OSC au développement, et des Huit prag­ma­tique de la réponse à la capacité de couvrir les « besoins
QUELQUES DÉBATS Principes d’Istanbul. Le développement humanitaire48 : humanitaires » en se rapprochant le
AUTOUR DE L’EFFICACITÉ DE L’AIDE est alors perçu comme un processus > Des critiques d’ordre technique : plus possible des standards minimaux.
visant à mettre les populations les normes édictées ne permettent Dans la seconde approche, l’efficacité
en position de choisir. Dès lors, pas de prendre en compte de l’aide renvoie à la capacité
Efficacité
la « situation idéale » à atteindre renvoie la diversité des contextes d’inter­ de répondre aux objectifs éthiques,
du développement
à des notions de renforcement vention (elles ne s’appliquent politiques et techniques de l’action
Au niveau international, les Objectifs
des capacités, de participation ou que dans des conditions quasi humanitaire.
du millénaire pour le développement
d’empowerment. inexistantes) et les difficultés
(OMD) adoptés en 2000 fixent à la fois
Dans le premier cas, l’efficacité propres à la réponse humanitaire
une certaine vision du développement
de l’aide renvoie à l’atteinte de résultats (capacité d’adaptation pour
et un cadre général permettant de juger
de l’efficacité de l’aide. Alors qu’il
existait un consensus international
tangibles. Dans le second, elle fait
référence à la notion de processus.
atteindre les populations vulnérables
ou pour déjouer les pièges de 2 / LE CHOIX
sur « la situation idéale » à atteindre,
il s’agissait de « se donner les moyens ».
Efficacité
l’instrumentalisation de l’aide, etc.).
De plus, en développant une ET LES CRITÈRES
Les débats internationaux autour de
l’efficacité de l’aide se sont alors
de l’aide humanitaire
Un autre débat est né du projet Sphère
réponse unique, les normes édictées
risquent d’amoindrir les capacités DE QUALITÉ DES
cristallisés autour de la gestion de
l’aide, et des cinq principes énoncés
et de sa tentative de normalisation
de l’efficacité de l’aide humanitaire. >D
d’innovation.
 es critiques d’ordre juridique : INDICATEURS
« Les standards minimums décrivent le projet Sphère tend à créer
dans la Déclaration de Paris (2005) : Il est nécessaire d’avoir un nombre restreint
les conditions qui doivent être remplies un lien entre le droit humanitaire
appropriation, alignement, harmoni­ d’indicateurs afin de pouvoir les analyser.
dans toute intervention humanitaire international (DIH) et des standards
sation, gestion axée sur les résultats
afin que les populations touchées techniques. Cela n’est pas sans
et responsabilité mutuelle.
par une catastrophe puissent survivre poser la question du fondement
La principale critique adressée
et recouvrer des conditions de vie juridique de ce lien et de ses À NOTER /
par les organisations de la société
stables dans la dignité47. » possibles applications. Il n’est pas toujours possible
civile (OSC) à la Déclaration de Paris
Cette démarche tend à considérer que >D  es critiques d’ordre politique : de mesurer facilement tous les
est que celle-ci ne traite que des
toute crise qualifiée « d’humanitaire » une réponse est « humanitaire » éléments importants (équité, niveau
aspects technocratiques de la gestion
serait à l’origine de besoins dits dès lors qu’elle répond aux d’influence, légitimité, réputation,
de l’aide, en dépolitisant de facto
« humanitaires » relativement principes d’humanité, d’impartialité liberté d’expression, renforcement
les enjeux. Les OSC ont donc
homogènes malgré le particularisme et d’indépendance. Les choix des capacités, etc.) ; par ailleurs,
cherché à mener « une entreprise
des contextes d’intervention. opérationnels ne relèvent donc tout ce qui peut être mesuré n’est
de “dé-technicisation” du discours
Il serait alors possible de juger pas seulement de critères techniques, pas nécessairement important
sur le développement et la coopération
de l’efficacité de la réponse des ONG mais aussi d’un positionnement (nombre de pansements,
internationale afin de clarifier
et des autres acteurs de l’aide à partir éthique et de négociations nombre de jours de formation,
les notions d’efficacité et de dévelop­
de la couverture de ces besoins. politiques. nombre de flyers distribués, etc.).
pement »46. Ce processus, porté
Cette dernière devant se rapprocher
depuis 2008 par l’Open Forum for CSO
le plus possible des standards minimaux
Development Effectiveness, a abouti
répertoriés dans le manuel Sphère.
Il est préférable de choisir des indicateurs
48. G
 rünewald F. & De Geoffroy V., faisant partie du Système national
Les Dangers et incohérences des approches
d’information sanitaire (SNIS), afin
46. B
 ergamaschi Isaline, Agenda de Paris & Efficacité normatives pour l’aide humanitaire. Synthèses des
de l’aide : Bilan d’expériences et grandes tendances 47. Le projet Sphère, La Charte humanitaire et les réflexions soulevées, Groupe URD, 2000 ; et Orbinski de ne pas multiplier les données à recueillir
dans les pays en développement, Étude réalisée pour standards minimums de l’intervention humanitaire, James, On the meaning of Sphere standards to states et de pouvoir comparer les indicateurs
Coordination Sud, Paris, octobre 2007, p. 58. 3e édition, 2011, p. 4. and other humanitarian actors, MSF, 17 avril 2008. choisis avec les données nationales.

FR 154 155 FR
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES INDICATEURS ET DES SOURCES DE VÉRIFICATION
2.2C
Cela permet aussi de ne pas créer de aux diverses évolutions, modifications, etc. unies (par exemple, enquêtes MICS
systèmes de collecte de données sanitaires sont reprises dans l’« indicators que l’on cherche à mesurer. de l’Unicef, enquêtes démographiques
parallèles, mais plutôt de renforcer summary » du Monitool. et de santé EDS), enquêtes publiées
les systèmes existants. Seuls les intitulés des indicateurs, par des ONG… ;
les valeurs de départ (baselines), À NOTER / > recherches universitaires,
Un indicateur doit être objectivement les cibles (targets) et les sources Il faut donc trouver un juste équilibre d’instituts… ;
vérifiable (IOV). Cela signifie que l’informa- de vérification sont précisés entre ce que l’on cherche à mesurer > données de routine des services
tion recueillie ne doit pas être dépendante dans le cadre logique du projet. et la disponibilité des données. de santé ; registres de centres de santé… ;
de l’opinion et des préjugés de la personne > informations données par les médias
qui la collecte. En d’autres termes, deux (par exemple, presse nationale
personnes différentes doivent pouvoir et locale).
collecter l’information nécessaire au calcul L’ensemble de ces informations permet aussi Si l’on n’a pas la garantie de pouvoir
d’un indicateur et arriver aux mêmes de répondre aux critères de qualité d’autres renseigner l’indicateur (du fait du partenaire, Il est important de diversifier ses sources
conclusions. La comparaison d’indicateurs acteurs, comme c’est souvent le cas avec par exemple, qui serait dans l’incapacité de vérification et d’avoir un équilibre
calculés à partir de sources différentes ou le modèle SMART. Un indicateur SMART de communiquer les données attendues), entre sources de vérification externes et
de méthodes différentes pourrait conduire est un indicateur : il est préférable de le reformuler. Par exemple, internes (données primaires et secondaires)
à des conclusions incorrectes. > Spécifique : on ne peut se fonder sur des données qui pour l’ensemble des indicateurs choisis,
il ne change que si ce qu’il mesure varie ; seraient collectées à partir du remplissage en privilégiant, comme nous l’avons vu
Pour ce faire, il est essentiel de préciser > Mesurable : de registres écrits lorsque la plupart des précédemment, des indicateurs faisant
toutes les informations nécessaires on peut déterminer sa valeur acteurs communautaires sont analphabètes. partie du Système national d’information
à la réplicabilité de la collecte et du calcul par rapport à une référence ; Il faudra dans ce cas envisager d’autres sanitaire (SNIS).
de l’indicateur : > Atteignable : méthodes de collecte.
> l a fréquence de la collecte : Quand la cible qu’on veut atteindre Exemples de sources de vérification :
les informations nécessaires au calcul est réaliste (attention, elle ne doit pas Les sources de vérification peuvent être >registres d’admission, registres
de l’indicateur sont-elles collectées ? être trop confortable non plus) ; internes au projet (rapports…) ou externes de transfert, registres d’accouche­ments,
> le mode de calcul de l’indicateur : > Relevant (pertinent) : (statistiques, études…). registres PTME, registres des vaccinations,
Comment le numérateur et le dénomina- il est choisi de façon appropriée registres de consulta­tions, dossiers
teur de l’indicateur sont-ils calculés ? par rapport au problème posé ; Les sources de vérification internes patients ;
> les sources de vérification (supports > Temporellement défini : correspondent à des données primaires >fiches de stock des centres de santé ;
de collecte) : Où les informations il est défini sur une période donnée. (collectées directement par les équipes >diplômes de l’école des sages-femmes,
nécessaires au calcul de l’indicateur sur le terrain) : certificat du ministère de la Santé ;
sont-elles disponibles ? Un indicateur dont l’intitulé est bien défini > observation directe ; >rapports d’activité de MdM,
> la ou les personne(s) responsable(s) de sera spécifique et pertinent. La valeur > mesure directe (prise de tension, comptes rendus, rapports de supervision ;
la collecte et de l’analyse : Qui est chargé de base (baseline) et les cibles qui lui sont température, etc.) ; >enquête CAP, enquête de population ;
de la collecte des informations nécessaires associées en font un indicateur mesurable, > focus groups, entretiens individuels >observation pendant la supervision ;
au calcul de l’indicateur et Qui est atteignable et temporellement défini. approfondis ; > r ésultats de tests écrits après
chargé de l’analyse de l’indicateur ? > enquêtes à base populationnelle une formation, etc.
> les raisons de la collecte : Pourquoi avec l’utilisation d’outils tels
l’indicateur est-il calculé ? 3 / LES SOURCES que questionnaires, etc.
> la ou les personnes destinataire(s) de l’ana-
lyse : Pour Qui l’indicateur est-il calculé ? DE VÉRIFICATION Les sources de vérification externes
sont des données secondaires (données
Il est essentiel de s’interroger sur les sources de seconde main, collectées par un autre
À NOTER / de vérification (supports de collecte) organisme) :
Pour l’ensemble des indicateurs lors du choix des indicateurs. Pour chaque > statistiques nationales : SNIS/SIS,
d’un projet, toutes ces informations indicateur formulé, il convient d’identifier recensement ;
et de déterminer où et sous quelle forme > statistiques nationales et internationales
sont disponibles les informations relatives publiées par les agences des Nations

FR 156 157 FR
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES INDICATEURS ET DES SOURCES DE VÉRIFICATION
2.2
EXEMPLE « FIL ROUGE »
LES SOURCES DE VÉRIFICATION

Nombre d’interpellations écrites


ou orales adressées aux autorités
de santé nationales et partenaires
institutionnels sur la CU :
Calculé à partir des rapports d’activité
MdM, des procès-verbaux de EN RÉSUMÉ
réunions, des comptes rendus
de réunions. LES POINTS CLÉS DE LA DÉFINITION
Nombre de structures de santé DES INDICATEURS ET DES SOURCES
soutenues par MdM proposant DE VÉRIFICATION
une CU : Calculé à partir des rapports
de supervision.
> Identifier la baseline pour chaque
Nombre d’émissions radio indicateur.
en présence des leaders religieux
passant des messages favorables
à l’espacement des naissances : > Identifier le référentiel que
Calculé à partir des rapports transmis l’on souhaite idéalement atteindre
par les stations radio. (ce qu’on veut savoir, c’est si une
activité donnée permet de tendre vers
un objectif, un résultat).

> Définir les cibles à atteindre


(intermédiaires et finales) et préciser
les dates d’atteinte.

> Identifier les sources de vérification


(supports de collecte), privilégier
dans la mesure du possible les sources
de vérification existantes (SNIS / SIS, etc.).

FR 158 159 FR
2.3
LA PROGRAMMATION /
LES HYPOTHÈSES ET LES CONDITIONS PRÉALABLES

LES HYPOTHÈSES
ET LES CONDITIONS
PRÉALABLES

FR 160 161 FR
2.3A
LA PROGRAMMATION /
LES HYPOTHÈSES ET LES CONDITIONS PRÉALABLES

LES RISQUES ET
HYPOTHÈSES (RISKS
AND ASSUMPTIONS)

> Ce sont les facteurs externes susceptibles


d’influencer positivement ou négativement
la réussite d’un projet, et qui échappent au contrôle
direct du gestionnaire de projet. Les risques
et hypothèses doivent être identifiés au niveau de
l’objectif spécifique, des résultats.

Ils peuvent être de différentes natures :


> facteurs géographiques, de sécurité… ; Par exemple, l’atteinte de l’objectif
> facteurs socioculturels (acceptabilité spécifique « Diminuer le nombre
du projet par les populations…) de grossesses non désirées dans le
> facteurs institutionnels Saapland par le renforcement de l’offre
(organisation du système de santé, et de la demande en PF pendant trois
bienveillance des autorités à l’égard ans » est possible si :
des projets…), etc. > la stabilité politique et sociale
est maintenue ;
EXEMPLE « FIL ROUGE » > la politique de gratuité des soins
LES RISQUES ET HYPOTHÈSES est maintenue par le ministère
de la Santé et les autorités sanitaires
régionales et continue d’inclure
En fonction du contexte et d’une les services de planification familiale ;
analyse des risques, l’équipe projet > les conditions de sécurité
a défini plusieurs hypothèses pouvant dans la région ne se dégradent pas
contribuer à l’atteinte des objectifs et les déplacements sur le terrain
et aux résultats du projet. sont possibles.

FR 162 163 FR
2.3B
LES CONDITIONS
PRÉALABLES
(PRECONDITIONS)
a défini plusieurs conditions préalables
comme prérequis au début du projet :
> le MoU est signé
avec le ministère de la Santé ;
> les contraceptifs sont
disponibles au niveau national ;
> les leaders religieux ne remettent
pas en question leur volonté
de dialogue avec MdM.
2.3B

> Les conditions préalables regroupent l’ensemble


des conditions qui doivent être remplies pour
que le projet puisse démarrer.
Elles peuvent être de différentes natures :
> géographiques : les populations doivent À NOTER /
être accessibles ; Il n’est pas toujours simple de faire
>h  umaines : les ressources humaines la distinction entre hypothèses
et matérielles doivent être suffisantes pour et conditions préalables, ces deux
permettre la réalisation des activités, notions pouvant parfois concerner
les compétences doivent correspondre un même facteur. Par exemple,
aux projets à mettre en œuvre…) ; le maintien d’un accord avec
> juridiques : l’enregistrement dans le pays, les autorités de tutelle peut
la signature d’un MoU par exemple représenter une condition préalable
doivent être remplis ; au démarrage des activités, mais
> financières : signature d’un contrat peut aussi être considéré comme
de financement, accord du comité une hypothèse, puisqu’elle est
de direction pour démarrer le projet avec également susceptible d’influencer
des fonds privés. le projet dans sa mise en œuvre.

Le maintien de conditions satisfaisantes


pour le personnel de MdM, les partenaires
et les usagers ne constitue pas une condition EXEMPLE « FIL ROUGE »
préalable mais plutôt une hypothèse. LES CONDITIONS PRÉALABLES

Au regard du contexte et d’une


analyse des risques, l’équipe projet

FR 164 165 FR
LA PROGRAMMATION /
LES HYPOTHÈSES ET LES CONDITIONS PRÉALABLES 2.3

EN RÉSUMÉ

LES POINTS CLÉS DANS LA DÉFINITION


DES HYPOTHÈSES ET DES CONDITIONS
PRÉALABLES


> Identifier les hypothèses
sous-jacentes à l’atteinte des résultats
et objectifs.


> Identifier les conditions préalables
qui doivent être remplies
pour commencer le projet.

FR 166 167 FR
2.4
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES ACTIVITÉS

LA DÉFINITION
DES ACTIVITÉS

FR 168 169 FR
2.4A
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES ACTIVITÉS

LES ACTIVITÉS

> Ce sont les tâches à accomplir afin d’atteindre


les résultats prévus. Nous sommes ici au niveau
opérationnel.
Les activités projet et support sont Des précisions répondant aux questions :
les tâches opérationnelles à accomplir pour « Combien ? », « Comment ? » et « Combien
atteindre les résultats souhaités. Alors que de temps ? » doivent être apportées
les activités projet sont en lien direct avec lors de la formulation des activités.
les populations cibles, les activités support
correspondent à « ce qui se passe en
coulisses » pour garantir la bonne gestion 2 / LES ÉTAPES
du projet. Ces fonctions comprennent la
coordination, la planification, le management DANS LA
d’équipe, la communication, la gestion
administrative, financière, logistique DÉFINITION
ou juridique… Il est essentiel de ne pas
les oublier : la réussite du projet dépend DES ACTIVITÉS
en grande partie de la bonne articulation
entre toutes ces activités. La définition des activités s’articule avec
la stratégie d’intervention déterminée
Dans le cadre logique, seules les activités lors de la phase de diagnostic. Certains
projet les plus importantes sont indiquées. axes d’intervention ont pu être identifiés en
Le diagramme de Gantt reprend l’ensemble fonction de leur plus-value, de critères
des activités (projet et support). opérationnels, d’opportunités, de contraintes
et de conditions préalables. Il s’agit mainte-
nant d’affiner cette analyse afin de préciser
1/ LA les activités qui permettent d’atteindre
les résultats et objectifs attendus.
FORMULATION
Pour chaque résultat attendu, il faut :
DES ACTIVITÉS > identifier et énoncer les activités
envisageables (projet et support) ;
Les activités sont formulées > faire un choix parmi plusieurs options
avec des verbes d’action à l’infinitif. possibles en fonction de leur faisabilité,

FR 170 171 FR
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES ACTIVITÉS 2.4A
des opportunités, des contraintes acteurs, pérennisation possible, support est alors particulièrement intéressant
et des risques ; participation à un changement social, pour éviter certaines erreurs et surprises
>v
 érifier pour chaque activité possibilité de documenter des pratiques lors de la mise en œuvre du projet.
sa cohérence : innovantes, valeurs et savoir-faire Par exemple, faire une campagne
– dans le projet (cohérence interne) : de MdM, adéquation avec les priorités de vaccination ne consiste pas seulement
toutes les activités doivent permettre de la politique de santé nationale/locale, à administrer les vaccins. Cette activité
d’atteindre les résultats et tous adéquation avec les priorités et stratégies requiert d’importants moyens logistiques
les résultats attendus doivent être de MdM, acceptabilité sociale et culturelle (chaîne du froid, stockage des vaccins, etc.).
opérationnalisés par la mise en œuvre par la population concernée, etc. ;
d’activités (logique verticale), > les opportunités : ZOOM
– en dehors du projet (cohérence facteurs favorables à la mise en place AJUSTEMENT DES ACTIVITÉS
externe) : les activités doivent et à la poursuite d’une activité qui peuvent
être complémentaires et cohérentes être utilisés comme « leviers » d’action ;
au regard de celles développées > les contraintes : Le choix des activités est fait lors
par les autres acteurs. éléments du contexte défavorables, de la phase de programmation,
qui ne sont pas modifiables au temps t, il est néanmoins courant de réaliser
L’identification des activités éléments qui imposent de « faire des ajustements pendant la phase
envisageables (projet et support) doit avec » ou d’élaborer des stratégies de mise en œuvre du projet.
prendre appui sur l’analyse du contexte. de contournement ou d’adaptation En effet, au moment de l’installation
La démarche est la même que lors du (ex/ Y a-t-il des contraintes de sécurité puis pendant le déroulement d’un
diagnostic. Il faut alors se poser les questions limitant les déplacements du personnel projet, les activités sont modifiées,
suivantes : dans certaines zones ?) complétées ou arrêtées.
> Quelles activités sont déjà menées ? > les risques pour le personnel de MdM, Ces changements traduisent
Qu’est-ce qui n’est pas encore fait ? les partenaires, les usagers associés l’ajustement au contexte, les décisions
> Quels sont les points qui pourraient à la mise en œuvre de certaines activités prises à la suite d’évaluations, etc. :
être améliorés ? Est-il pertinent (ex/ risque d’être pris pour cible, risque c’est la nécessaire adaptation
d’y contribuer, et comment ? d’être stigmatisé, etc.) au terrain.
> Vaut-il mieux réaliser ce type d’activité
dans un autre lieu ? Il est important de prendre en compte Les rapports d’activité rendent compte
> Quelles activités peuvent compléter le critère « plus simple et moins cher », de ces changements, et de leurs
utilement celles qui sont déjà mises mais il ce n’est pas le seul. Il faut être attentif raisons. Ces dernières doivent être
en œuvre ? au fait que tous les critères ne peuvent suffisamment explicitées.
pas toujours être utilisés simultanément.
Entre plusieurs possibilités, Par exemple, une activité qui a un objectif Dans les rapports de suivi, il est
le choix des activités se fait en fonction de changement social ou de plaidoyer important de mentionner les activités
de plusieurs critères : peut entrer en contradiction avec les priorités réalisées, les points forts et
> les critères opérationnels : politiques nationales, l’acceptabilité sociale les difficultés rencontrées. Il faut aussi
disponibilité de ressources humaines et culturelle ou le niveau de risque préciser si les conditions préalables
déjà formées ou qu’il est possible acceptable. qui avaient été retenues
de former ; disponibilité des sources de sont présentes dans la réalité, etc.
financement ; disponibilité de ressources Le degré de précision dans la définition La précision de ces rapports constitue
matérielles, logistique, cadre légal, des activités facilite par la suite l’appréciation la mémoire effective du projet,
risques sécuritaires et environnementaux, des ressources à mobiliser et le temps et permet de retenir les leçons des
conditions de travail pour le personnel, etc. ; nécessaire à la réalisation du projet. actions déjà réalisées pour renforcer
> la plus-value potentielle la qualité des projets à venir.
de chaque activité : Il faut prendre garde à ne pas oublier
possibilité d’un partenariat constructif, les activités support que requièrent certaines
synergies possibles avec d’autres activités projet. Le regard du personnel

FR 172 173 FR
2.4B
CHRONOGRAMME OU
DIAGRAMME DE GANTT
en faire, du destinataire, de la durée du projet.
Un « Gantt » très simple peut être suffisant,
mais il ne sera pas opérationnel ; un « Gantt »
trop précis devient un outil ingérable, il perd
donc tout son intérêt. Il faut donc trouver le bon
équilibre. On peut également avoir un « Gantt »
global sur la durée du projet ou annuel pour
mesurer les progrès réalisés et un document
de programmation mensuel et/ou par activités
plus détaillé pour l’équipe.

Le « Gantt » général :
> permet de visualiser les activités
« projet » pour l’ensemble du projet ;
Étape 3 :
2.4B
> estimer la fréquence des activités
discontinues.

Construire le diagramme en mettant


> en abscisse le temps :
définir la durée dans laquelle on veut
s’inscrire : par exemple, on peut
facilement élaborer un Gantt tous
les six mois pour l’ensemble des
activités de l’équipe. Sur l’ensemble
des mois considérés, on peut
indiquer les fêtes locales importantes,
périodes pendant lesquelles les

>
> est transmis au bailleur lors de la demande
Le diagramme de Gantt est un calendrier de financement. activités seront réduites (personnel
en vacances, personnes en formation
de réalisation des activités qui permet d’avoir Le « Gantt » détaillé (à usage interne) intègre :
> les activités du projet ; non disponibles…)
une vision globale et synthétique du projet dans > les activités support > en ordonnée :
on place les activités considérées.
le temps. C’est un des outils de pilotage de projet (ex/ révision des voitures, rapports
à rendre, plan d’achats, etc.) ; Étape 4 :
les plus importants. > les congés, les jours fériés (fêtes À partir du diagramme, déterminer
religieuses, nouvel an), réunions siège, si les activités sont réalisables
rotations RH, visites desk/RM ou autres, dans le temps initialement imparti.
Il sert à : Cet outil a de nombreux avantages. Il permet :
saison des pluies, etc. Si cela s’avère impossible, on peut :
>o  rganiser et visualiser l’ensemble > d’être réaliste dans la répartition
Dans le diagramme de « Gantt » détaillé, on > augmenter le nombre de ressources
des activités dans le temps (durée de la charge de travail et sa planification
décompose au maximum chaque activité, de pour mener à bien les activités
et/ou fréquence des activités) ; (activités support) ;
façon à pouvoir prévoir le plus précisément pos- prévues dans les délais prévus
> fi xer les priorités chronologiques > de faire le suivi des activités
sible les ressources nécessaires à leur réalisation. initialement ;
(activités qu’on peut mener en même et de mesurer les progrès réalisés ;
temps ; activités qu’on doit étaler > d’avoir une vision synthétique > étaler dans le temps la mise en œuvre
ZOOM
dans le temps) ; pouvant servir de base à la communication et le déroulement des activités.
ÉLABORATION DU DIAGRAMME DE GANTT 49
> organiser et visualiser les ressources interne (réunions mensuelles de synthèse) Dans les deux cas, on vérifie au préalable
(humaines et matérielles) affectées ou externe (suivi des activités avec que l’augmentation des ressources
à ces activités et vérifier leur adéquation les partenaires impliqués sur le projet). Étape 1 : ou de la période ne constitue pas
et leur cohérence. >é tablir une liste des activités du projet ; un surcoût trop important.
>d  écomposer les activités.
À NOTER / Quelques règles simples peuvent
Étape 2 :
Bien au-delà de sa fonction garantir une bonne lisibilité
À NOTER /
> analyser les activités afin
première d’outil de pilotage, du diagramme :
d’en fixer un ordre chronologique ;
Les activités support doivent le Gantt est un outil de commu­ > une couleur ou un sigle différent
également apparaître dans le
> déterminer les activités
nication et de management entre peut être utilisé pour chacune
qui peuvent être simultanées ;
diagramme. La phase de préparation tous les membres des équipes des personnes responsables
> estimer la durée de chaque activité
nécessaire à la mise en place impliqués sur les projets. des activités ;
et leurs dates de début et de fin ;
des activités (par exemple, > pour marquer graphiquement
l’installation de la base logistique) le « réalisé », on peut noircir des
ne doit pas être oubliée. cases, utiliser des couleurs, etc.
Le niveau de précision du diagramme 49. E
 xtrait de MdM, « Manuel de planification
de « Gantt » dépend de l’utilisation qu’on veut des programmes de santé », 2006.

FR 174 175 FR
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES ACTIVITÉS 2.4B
EXEMPLE « FIL ROUGE »
Activités Resp.
LA DÉFINITION DES ACTIVITÉS >é  valuer le niveau initial de connais­
04 / 05 / 06 / 07 / 08 / 09 / 10 / 11 / 12 / 01 / 02 / 03 / 04 /
sances des leaders identifiés ; 14 14 14 14 14 14 14 14 14 15 15 15 15
Dans le projet de lutte contre > préparer le contenu de la formation
(définir les objectifs pédagogiques, Préparation Chef
les grossesses non désirées au
définir et structurer les modules d’un atelier de de base
Libertalia, il est prévu d’organiser
sensibilisation des Resp.
un atelier de sensibili­sation auprès et construire les outils
leaders religieux IEC
des leaders religieux pour dévelop- pédagogiques) ;
sur les questions
per des argumentaires favorables > organiser la formation (planning,
de planification
à la planification familiale en lien site de formation, transport, familiale
avec les préceptes religieux. nourriture, matériel, etc.) ;
> organiser l’atelier  ; Identifier les Chef
> évaluer l’atelier. 20 leaders religieux de base
Cette activité peut se décomposer
en lien avec Resp.
en plusieurs sous-activités :
les communautés IEC
> identifier les 20 leaders religieux Dans le chronogramme général du Saapland
en lien avec les communautés du projet, l’activité sera positionnée
du Saapland ; comme suit : Évaluer le niveau Chef
initial de connais­ de base
sances des leaders Resp.
identifiés IEC

Activités Resp. Définir les objectifs Resp.


pédagogiques IEC
04 / 05 / 06 / 07 / 08 / 09 / 10 / 11 / 12 / 01 / 02 / 03 / 04 /
14 14 14 14 14 14 14 14 14 15 15 15 15 Définir et structurer Resp.
Préparation Chef les modules IEC
d’un atelier de de base
sensibilisation des Resp. Construire les outils Resp.
leaders religieux IEC pédagogiques IEC
sur les questions
Organisation Resp.
de planification
d’un atelier de IEC
familiale
sensibili­sation des
Organisation Resp. leaders religieux
d’un atelier de IEC sur les questions
sensibili­sation des de planification
leaders religieux familiale
sur les questions
Organiser l’atelier Resp.
de planification
de sensibilisation IEC
familiale
Réaliser l’atelier Resp.
Élaboration Resp. de sensibilisation IEC
de supports IEC
de sensi­bilisation Évaluer l’atelier Resp.
pour les activités de sensibilisation IEC
d’EPS Élaboration Resp.
de supports IEC
de sensi­bilisation
pour les activités
Dans le chronogramme détaillé, l’activité sera positionnée comme suit : d’EPS

FR 176 177 FR
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES ACTIVITÉS 2.4
En étudiant ce chronogramme,
l’équipe décide de décaler l’activité
d’élaboration des supports
de sensibilisation pour les activités
d’EPS. Entre septembre 2014
et novembre 2014, le responsable
IEC est déjà mobilisé sur l’organisation
et l’évaluation de l’atelier de sensibi­
lisation des leaders religieux à 100 % EN RÉSUMÉ
de son temps. L’élaboration de
supports d’EPS est reportée à 2015. LES POINTS CLÉS DANS LA DÉFINITION
DES ACTIVITÉS

Le diagramme de Gantt peut être ajusté > Identifier les activités permettant
tout au long de l’implantation du projet. de répondre aux objectifs et résultats
Dans ce cas, il est important de justifier attendus (activités projet et support).
les modifications apportées et de conserver
le « Gantt » initial. La comparaison des
différents « Gantt » est également utile dans 
> Choisir parmi les différentes
les phases de suivi et d’évaluation. alternatives et expliciter ces choix.


> Formuler les activités avec les verbes
d’action à l’infinitif.


> Organiser et visualiser l’ensemble
des activités dans un diagramme
de Gantt.


> Fixer les priorités chronologiques.

FR 178 179 FR
2.5
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES RESSOURCES

LA DÉFINITION
DES RESSOURCES

FR 180 181 FR
2.5A
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES RESSOURCES

DÉFINITION

> Les ressources sont les « moyens à mettre


en œuvre pour réaliser le projet ». Elles se déterminent
par rapport aux activités prévues. La valorisation
budgétaire d’un projet correspond à la traduction
chiffrée des activités prévues (projet et support)
en fonction des ressources matérielles et humaines
nécessaires à leur mise en œuvre dans le temps.
Il existe deux grands types de capitalisation, évaluation, audit, etc.).
de ressources. 4.  conférences et séminaires :
Les ressources humaines correspondent coûts relatifs à l’organisation
à toutes les personnes, expatriées de conférences et de séminaires ou à leur
ou nationales, bénévoles ou salariées, participation. Il peut aussi s’agir
participant à la réalisation d’un projet. des formations organisées par le siège ;
Ne sont reprises dans le budget du projet 5.  programmes : coûts relatifs
que les ressources humaines entraînant aux activités projet (par exemple :
des coûts pour MdM : salariés (expatriés médical, formation, éducation pour la santé,
et nationaux) et bénévoles (expatriés et frais généraux, etc.) ;
nationaux) à qui il est versé une indemnité. 6.  logistique et transport ;
Les ressources matérielles sont tous 7.  coûts administratifs et communication.
les biens tangibles (équipements, outils,
bâtiments, médicaments, etc.) nécessaires
à la réalisation d’un projet.
À NOTER /
Actuellement, les ressources sont La valorisation budgétaire
classées en 7 catégories distinctes des ressources apparaît en global
(format des budgets de MdM) : dans le cadre logique.
1. personnel international ; Le détail apparaît dans l’outil
2. personnel national ; de construction budgétaire de MdM.
3. suivi-évaluation : coûts relatifs
aux missions de suivi-évaluation
sur un projet (par exemple missions

FR 182 183 FR
2.5B
LES ÉTAPES DE
LA DÉTERMINATION
DES RESSOURCES
Pour chaque activité qui avait été identifiée
dans le cadre logique et le diagramme
de Gantt, il faut :
> identifier et énoncer les ressources
envisageables en les classant selon
leur degré d’importance pour la réalisation
des activités ;
> faire un choix parmi plusieurs possibilités ;
> estimer leur coût ;
> vérifier la cohérence
des ressources définies ;
> faire une synthèse des ressources
nécessaires.
 jours), hébergement pour les
5

2 / LE CHOIX
DES RESSOURCES
2.5B
participants (5 nuits par personne
avec dîner et petit déjeuner),
matériel didactique.

Pour chaque ressource, plusieurs possibilités


peuvent exister. Le choix se fait alors en
À NOTER / fonction de critères techniques (généraux
Bien que l’identification et spécifiques), des opportunités,

> Le travail de construction budgétaire consiste des ressources se fasse activité des contraintes et des conditions préalables.
par activité, il faut penser tout
à quantifier les ressources financières nécessaires au long de cet exercice à examiner Les critères de choix généraux
à la réalisation des activités prévues. La disponibilité les possibilités de mutualisation peuvent être :
> les critères de qualité et procédures
avec d’autres activités et/ou
des ressources matérielles et humaines en temps d’autres projets de la même zone internes à MdM : politique qualité
opportun est en effet un élément indispensable géographique pour ne pas multiplier des produits pharmaceutiques,
procédures d’approvisionnement,
les ressources à l’infini.
à la mise en œuvre du projet. Il s’agit donc achat local ou international, grille
de pouvoir identifier les besoins futurs de la façon salariale…50 ;
> l’acceptabilité : un matériel IEC
la plus exhaustive possible. EXEMPLE « FIL ROUGE »
doit être adapté aux populations cibles ;
la nourriture prévue lors d’une formation
L’IDENTIFICATION DES RESSOURCES
doit être adaptée, les médicaments
C’est avant tout un travail d’équipe
qui implique :
1/ L’IDENTIFICA- portent la Dénomination commune
internationale (DCI) plutôt qu’un nom
> l’ensemble de l’équipe terrain
quand elle existe :
TION DES Pour l’organisation de l’atelier
de sensibilisation auprès des leaders commercial… ;
> la faisabilité : quel type de véhicule
équipe de coordination (coordo. G.,
coordo. med., coordo. log., coordo.
RESSOURCES religieux, le responsable IEC, en lien
avec le logisticien et l’administrateur, pour atteindre des villages reculés en
a identifié les ressources suivantes : saison des pluies, quelle taille doit avoir
admin.), équipe projet (médecins(s),
Cette étape vise à identifier les ressources > ressources humaines : une salle de formation pour un nombre
infirmier(s), chargé du volet santé
qui permettent de réaliser les activités 1 animateur (équipe MdM) ; donné de participants… ;
communautaire, etc.) et équipe support
prévues, projet ou support. > ressources matérielles : > la disponibilité : achat local
(administrateur, logisticien) ;
Il faut lister les ressources nécessaires, mais 1 salle pour 5 jours, un moyen ou international, délai de réception.
> le siège :
aussi en donner les caractéristiques (quantité ; de transport pour les participants
responsable de desk, assistant de desk,
spécificité) pour faciliter l’estimation de leur (2 trajets par jour pendant 5 jours, Les critères de choix spécifiques
chargé de gestion financière.
coût par la suite. L’identification des ressources participants et animateur), peuvent être :
est un travail d’équipe. Par exemple, le regard nourriture pour les participants > le rapport qualité/prix après avoir défini
d’un logisticien est essentiel pour l’identification (1 déjeuner par personne pendant une qualité minimale : médicaments
des ressources matérielles nécessaires
à la réalisation des activités. 50. C
 es documents sont disponibles sur l’intranet de MdM.

FR 184 185 FR
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES RESSOURCES 2.5B
certifiés, durabilité d’un équipement… ; transport change en fonction de l’option
> la location ou l’investissement : Au regard du volume des activités choisie − location ou achat −, du type
la location ou l’achat d’un véhicule de sensibilisation et de formation de véhicule retenu, etc. Il est essentiel
dépendra de la durée du projet dans le projet au Libertalia, l’équipe, de justifier des montants et d’expliquer
ou des règles bailleurs… ; en accord avec les services support les choix budgétaires effectués.
> l’utilisation et la mise en valeur de MdM, choisit de prévoir une salle Tout budget doit donc être accompagné
des ressources locales : de préférence dans les locaux de MdM. d’un narratif budgétaire permettant de
on fera fabriquer des toises ou des lits garder une mémoire des critères appliqués.
d’examen par un menuisier local plutôt
que de les commander à l’international… ;
> le développement durable : 4 / LA VÉRIFI­
par exemple la gestion des déchets 3 / L’ESTIMATION
CATION DE
Les contraintes sont des éléments DU COÛT DES
du contexte qui peuvent conduire à écarter LA COHÉRENCE
le choix de certaines solutions : saison RESSOURCES
des pluies, distance entre le lieu des activités Le budget est la déclinaison financière
et la base MdM, existence de fournisseurs Une fois les ressources nécessaires des activités prévues pendant les phases
de pièces détachées dans le pays, identifiées et les arbitrages effectués par antérieures de la programmation.
règles bailleurs… l’ensemble de l’équipe, il faut chiffrer le coût À ce stade, il est important de vérifier
de chaque ressource. Il est important de la cohérence globale entre les différents
Les opportunités correspondent prendre en compte les coûts directs, mais éléments.
aux facteurs qui favorisent le choix aussi les coûts inhérents à cette ressource.
d’une alternative par rapport aux autres : La comparaison du diagramme de Gantt
la présence d’une centrale d’achat Cette étape est en grande partie réalisée avec l’outil de construction budgétaire
de médicaments agréée dans le pays par les administrateurs, coordinateurs permet de s’assurer que les ressources
ou la région, la possibilité d’importer administratifs et chargés de gestion financière, mobilisables permettent la réalisation
sans taxes, la possibilité d’obtenir mais le reste de l’équipe peut aussi être des actions définies.
des donations de matériel, la collaboration sollicité. Par exemple, le regard du logisticien
avec d’autres partenaires… ; est particulièrement pertinent pour toutes Des allers-retours entre les activités et
les dépenses de logistique, transport les ressources permettent aussi d’ajuster
Enfin les conditions préalables sont ou moyens de communication, notamment et d’optimiser l’utilisation de ces ressources.
les conditions indispensables à remplir pour juger de la qualité des ressources La répartition des activités dans le temps
pour le choix d’une alternative parmi d’autres : que l’on envisage pour le projet. apparaît dans le diagramme de Gantt.
sécurité, autorisation des autorités… Si une ressource est mobilisée pour deux
L’outil de construction budgétaire activités différentes à une même période
EXEMPLE « FIL ROUGE » de MdM est particulièrement utile à et qu’elle n’est pas mobilisée par la suite,
LE CHOIX DES RESSOURCES cette étape afin de n’oublier aucun élément. il est alors préférable de décaler la mise
Il est aussi essentiel de se référer en œuvre d’une des deux activités.
aux documents de référence et procédures Il est également envisageable, dans
Pour réaliser l’atelier de sensibilisation
relatifs à chaque ressource (procédures le cas où les activités prévues nécessitent
des leaders religieux, l’équipe a besoin
d’approvisionnement, grille salariale, des ressources trop importantes, de revoir
d’une salle. Plusieurs alternatives
grille des indemnités journalières pour à la baisse les activités prévues, en vérifiant
existent :
les formations, etc.). les implications sur les résultats.
> louer une salle ;
> prévoir une salle de sensibilisation/
La valorisation budgétaire des ressources
formation dans les locaux de MdM.
dépend en grande partie des choix effectués.
Par exemple, le coût d’un moyen de

FR 186 187 FR
2.5C
LE BUDGET
ET LE PRÉVISIONNEL
BUDGÉTAIRE
2 / LE BUDGET
DE RÉFÉRENCE
ANNUALISÉ
Le budget de référence correspond
aux ressources financières nécessaires
à la réalisation du projet tel qu’il est décrit
dans le document de référence (entre
deux et quatre ans).
2.5C
Ce budget de référence, lors de la construction
budgétaire annuelle MdM, est ensuite décou-
pée par année civile. C’est la déclinaison
par année (budget initial annuel) et par mois
(budget mensualisé).
Les coûts sont positionnés en fonction de la
répartition prévue des activités dans le temps
(chronogramme de Gantt). Tout comme pour
le chronogramme de Gantt, le prévisionnel
budgétaire doit être particulièrement détaillé
sur les douze premiers mois du projet.
Les années suivantes seront ajustées
au fur et à mesure de la mise en œuvre.

Cadre logique Budget de référence


(outil de construction)

> Lorsque les ressources ont été définies, que


leur cohérence a été vérifiée et leur coût estimé,
un budget de référence et un prévisionnel budgétaire
Déclinaison mensuelle nécessaire pour la mise en œuvre du projet

sont établis.
Chronogramme de Gantt Prévisionnel budgétaire

de pouvoir être utilisé pour des demandes de


1/ LE BUDGET financement à des bailleurs, pour les budgets

DE RÉFÉRENCE
annualisés de MdM, etc. Bien construit,
il permet de conserver la cohérence globale
3 / EXERCICE le budget de tous les projets pour chacune
des années civiles couvertes par le projet.
du projet tout en facilitant la recherche de
financements. Ainsi, par exemple, les coûts
BUDGÉTAIRE
Le budget est établi à partir de l’outil Construire un prévisionnel budgétaire
de construction budgétaire de MdM.
non couverts par des financements extérieurs
sont aisément identifiables et des budgets
DE MDM mensuellement peut donc se révéler
Chaque catégorie de ressources (personnel d’une grande aide si le budget de référence
spécifiques peuvent alors être construits en
international, personnel national, Le budget de MdM, est construit d’un projet n’est pas construit par année
fonction des besoins.
suivi évaluation, conférences et séminaires, par année civile. Lors de cet exercice, civile (par exemple dans le cadre d’un projet
Une fois le budget établi pour la durée totale
programme, logistique et transport, coûts il est donc demandé de présenter qui commence et/ou finit en avril).
du projet, il est nécessaire de le ventiler
administratifs et de communication) ainsi que
mensuellement afin d’en mesurer l’utilisation
les coûts associés sont détaillés par onglets.
dans le temps.
Un onglet de synthèse permet d’obtenir PROJET Avril 2014 Avril 2015 Avril 2016 Avril 2017 Avril 2018
le budget de référence pour l’ensemble Budget
du projet. C’est à partir de ce budget de
que seront ensuite déclinés les budgets référence Année 1 Année 2 Année 3 Année 4
bailleurs selon les formats prédéfinis
(certains bailleurs demandent par exemple
que les budgets soient classés par résultats) MDM 2014 2015 2016 2017 2018
et les périodes concernées. Exercice
Le budget de référence doit être aussi budgétaire
complet et détaillé que possible, afin Année 1 Année 2 Année 3 Année 4 Année 5

FR 188 189 FR
LA PROGRAMMATION /
LA DÉFINITION DES RESSOURCES 2.4A
2.5

EN RÉSUMÉ

LES POINTS CLÉS DANS LA DÉFINITION


DES RESSOURCES

> Identifier les ressources


nécessaires pour réaliser les activités
projet et support.

> Examiner les possibilités


de mutualisation des ressources.

> Choisir parmi les différentes


alternatives et justifier ces choix.

> Estimer les coûts de chaque


ressource (coûts directs et coûts
inhérents).

> Construire le budget de référence


à partir de l’outil de construction
budgétaire de MdM.

> Établir chaque mois le prévisionnel


budgétaire.

FR 190 191 FR
LA PROGRAMMATION /
2.
ZOOM
LE CONTRÔLE DE LA LOGIQUE
ANNEXES PRÉSENTES DANS LE DVD – PARTIE 2 – LA PROGRAMMATION

Une fois le cadre logique construit – Trame de stratégie pays


et rempli selon l’ordre indiqué, – Trame de concept note
il est important d’en vérifier – Trame de document de référence
la cohérence. – Trame de fiche de présentation projet/pays
– Trame de présentation de projet ou stratégie en comité de direction
1 / Contrôle de la logique verticale – Modèle de chronogramme/diagramme de Gantt
> Les ressources mobilisables – Modèle de budget de référence et outil de construction budgétaire
permettront-elles de mettre en – Trame de narratif budgétaire
œuvre les activités si les conditions – Checklist de vérification propositions et rapports
préalables sont remplies ? – Grille de suivi des relations bailleurs
> Les activités prévues permettront- – Modèle de plan de financement
elles d’obtenir les résultats – Monitool : Indicators Summary
attendus si les hypothèses sont
– Trame d’accord de partenariat
respectées ?
> Les résultats concrets attendus
sont-ils bien ceux qui permettront
au projet d’atteindre l’objectif
spécifique si les hypothèses sont
respectées ?
> L’objectif spécifique répond-il
bien au problème de santé publique
retenu pour une population donnée ?
> En atteignant l’objectif spécifique
fixé, quel est l’objectif général
que le projet va permettre
d’atteindre ?

2 / Contrôle de la logique
horizontale
> Les indicateurs et sources de
vérification ont-ils été définis pour
chaque objectif, résultat et activité ?
> Les hypothèses ont-elles
été définies pour chaque objectif
et résultat ?
> Les conditions préalables ont-elles
été définies pour les activités ?

FR 192 193 FR
3.
LE SUIVI / MONITORING /

LE SUIVI /
MONITORING

FR 194 195 FR
LE SUIVI / MONITORING /

PAGE 203

3.1
L’IMPLANTATION ET
218  3.2A
DÉFINITIONS
218 1/  Donnée, information,
3.3A
236  

CLARIFIER
SES OBJECTIFS
263  3.3E
ANALYSER ET INTERPRÉTER
LES DONNÉES
connaissance 263   1/ Principes de base
LA MISE EN ŒUVRE
DU PROJET
218   2 / Base de données
218  3 / Système d’information
« vs » Système de suivi
3.3B
237  
265   2 / Précautions dans l’interprétation
266  3 / Analyse descriptive des
graphiques du Monitool
ÉLABORER LE SYSTÈME

3.1A
205  
219  4 / Suivi et monitoring DE MONITORING
(REFLÉTÉ
268  4 / Interprétation : Expliquer le niveau
et l’évolution des indicateurs
L’IMPLANTATION
DU PROJET 220  3.2B DANS LE MONITOOL)
237  1/ Sélectionner un nombre
275  3.3F
206  1/ Mettre à jour LES OBJECTIFS DU SUIVI limité d’indica­teurs les plus
les infor­mations et affiner pertinents RÉTRO-INFORMATION ET

3.2C
la programmation du projet 241  2 / Définir les bases du système CIRCULATION DES DONNÉES
207  2 / Instaurer un climat (Quoi, Comment, Où, Combien,
221   275  1/ Rétro-information à l’équipe
de confiance et mobiliser Quand, Qui, Pourquoi, Pour qui) 275  2 / Rétro-information aux parties
autour du projet LES CARACTÉRISTIQUES 246  3 / Préparer la collecte
D’UN SYSTÈME DE SUIVI prenantes
208  3 / Communiquer autour du projet des données

3.3G
209  4 / Mettre en place les activités 221  1/ Suivi du contexte 251   4 / Tester le système
« support » 227  2 / Suivi des activités
277  

3.3C
227  3 / Suivi des ressources

3.1B
229 4 / Suivi des résultats et effets UTILISER LES DONNÉES
252  
211   par le système de monitoring POUR LA PRISE DE DÉCISIONS
COLLECTER
277  1/ Gérer, ajuster les éléments
LA MISE EN ŒUVRE LES DONNÉES ET
DU PROJET du projet
PAGE 233 PROTÉGER LES DONNÉES

3.3
278  2 / Communiquer, porter le plaidoyer
SENSIBLES
278  3 / Engager une analyse approfondie
PAGE 215 278  4 / Solliciter une évaluation du projet

3.3D
3.2
LE SUIVI :
LES ÉTAPES
DANS L’ÉLABORATION
ET L’UTILISATION
253  

COMPILER ET PRÉSENTER
LES DONNÉES
253   1/ Saisie des données
PAGE 285

CONCEPTS D’UN SYSTÈME 255  2 / Vérification des données


ET DÉFINITIONS DE MONITORING (data cleaning) ANNEXES PRÉSENTES
256   3 / Présentation des données DANS LE CD-ROM

FR 196 197 FR
LE SUIVI / MONITORING /
3.

LE SUIVI/MONITORING DU PROJET

> La programmation est terminée, le projet a été


validé par les instances décisionnelles de MdM
et les financements conditionnant le démarrage
des activités ont été obtenus : on entre dans la phase
de mise en œuvre du projet.
Cette phase se décline en deux étapes : l’implantation
associée à la définition du système de suivi/monitoring
et la mise en œuvre à proprement parler,
qu’elle concerne les activités ou le suivi/monitoring.

Les deux processus se nourrissent l’un l’autre :


à l’étape d’implantation du projet correspond l’étape
parallèle de définition du système de suivi/monitoring.
La mise en œuvre proprement dite du projet se
déroule parallèlement au processus de mise en œuvre
du suivi/monitoring.

FR 198 199 FR
LE SUIVI / MONITORING /

IMPLANTATION DÉFINITION du système


ouverture du projet de SUIVI/MONITORING
DU PROJET
MISE EN ŒUVRE

MONITORING
DU SUIVI/
MISE EN ŒUVRE
L’implantation (ouverture du projet) et L’essentiel du chapitre se concentre donc
la mise en œuvre renvoient à l’exécution sur les concepts et techniques de suivi/
du projet dans un contexte d’intervention. monitoring, essentiels pour garder le cap
L’implantation est essentielle à la réussite tout au long de l’implantation et de la mise
d’un projet et elle repose sur plusieurs en œuvre du projet. Après avoir clarifié
éléments : les concepts et les définitions de suivi/
> les phases antérieures de planification monitoring, une attention particulière est
(diagnostic et programmation) ; portée au système de monitoring, à sa
> le savoir-faire institutionnel de MdM ; mise en place et aux différents champs de
> le savoir-faire individuel de chacun son utilisation. Le monitoring doit conduire
des membres de l’équipe qui gère à des prises de décision.
le projet.

Ce chapitre décrit, dans un premier temps,


les grands enjeux de l’implantation et de
la mise en œuvre d’un projet mais sans s’y
attarder, l’objectif n’étant pas ici de couvrir
toutes les problématiques auxquelles
un projet doit faire face au quotidien.
Celles-ci en effet dépendent en grande
partie du contexte d’intervention,
de la thématique du projet, des obstacles
rencontrés, etc.

FR 200 201 FR
3.1
LE SUIVI / MONITORING /
L’IMPLANTATION ET LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET

L’IMPLANTATION
ET LA MISE EN ŒUVRE
DU PROJET

FR 202 203 FR
3.1A
LE SUIVI / MONITORING /
L’IMPLANTATION ET LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET

L’IMPLANTATION
DU PROJET

> En théorie, l’implantation commence une fois


la programmation terminée. En pratique,
le démarrage du projet est souvent décalé dans
le temps en raison des retards de financements,
des difficultés de recrutement ou d’obtention
d’autorisations par exemple. En situation d’urgence
à l’inverse, l’implantation peut commencer quasi
en même temps que la programmation.
adéquation du projet avec un contexte.
À NOTER / La nécessité de ces ajustements nous
Dans le Manuel de planification des renvoie bien au-delà des aspects techniques
programmes de santé, l’implantation des actions.
était définie comme « la mise en 1. D’une part, l’efficacité des interventions
œuvre d’un projet, c’est-à-dire son n’est pas seulement liée à leur nature :
intégration dans un contexte le milieu dans lequel ces interventions sont
organisationnel donné ». Aujourd’hui, mises en place est une donnée essentielle
les termes « d’adéquation » et à prendre en compte dans les facteurs
« d’adaptation » sont utilisés à MdM explicatifs des effets observés. Il existe
pour reprendre cette idée d’ancrage une relation directe entre le degré et la qualité
d’un projet dans un contexte donné. de l’implantation et l’efficacité d’un projet.
Et le terme « implantation » fait plutôt
référence à la phase de démarrage 2. D’autre part, le nécessaire ajustement
d’un projet. d’un projet dans son contexte est également
une donnée centrale dans l’optique
de la pérennisation des interventions.
En effet, l’analyse systématique des risques
Une bonne implantation, ou démarrage auxquels sont ou peuvent être confrontés
de projet, est fondée sur la mise en le personnel, les usagers des projets et les

FR 204 205 FR
LE SUIVI / MONITORING /
L’IMPLANTATION ET LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET
3.1A
partenaires permet d’assurer non seulement
leur sécurité mais également la durabilité
1/ METTRE (afin de compléter le détail des activités) ;
> la finalisation du budget et vérification
Dans une approche partenariale, clarifier
dès le début les rôles et les responsabilités
de l’intervention.
À JOUR LES de l’adéquation des ressources ;
> la finalisation du Monitool51 qui doit être
de chacun, constitue une étape indispensable
pour éviter incompréhensions, conflits
3. Enfin, la mise en œuvre des actions
et les adaptations nécessaires au
INFOR­MATIONS réalisée avant le démarrage du projet ;
> la finalisation du document de référence ;
ou frustrations. En effet, contrairement
à une relation de sous-traitance où il s’agit
contexte sont des processus qui doivent
être documentés, tout spécialement pour
ET AFFINER LA > la mise en place de la grille
d’analyse des risques et des sources
de « faire faire » par d’autres, un partenariat
présuppose une relation collaborative
envisager la réplication d’un projet efficace
dans un autre contexte. Les projets
PROGRAMMATION d’information fiables. dans laquelle chacun des acteurs se trouve
dans une position d’égalité avec les autres.
innovants, les recherches-actions sont
particulièrement concernés par ce type
DU PROJET 2 / INSTAURER
La phase d’implantation est, à cet égard,
essentielle pour la construction d’une relation
de remarque. de confiance entre partenaires.
Au moment du démarrage des activités,
hormis dans les contextes d’urgence,
UN CLIMAT
Dans une approche communautaire,
À NOTER /
plusieurs semaines ou mois peuvent s’être
écoulés depuis la mission exploratoire ou
DE CONFIANCE c’est au démarrage du projet que se tissent
des liens au quotidien entre les acteurs,
L’implantation du projet est une
activité non décrite dans le cadre
la phase de diagnostic. Il est alors nécessaire
de reprendre les éléments recueillis lors de
ET MOBILISER que se négocient les intérêts en jeu et que
se dégagent des consensus. Rappelons qu’il
logique, mais qui prépare la mise
en place des activités projet.
cette phase (facteurs de contexte, analyse
des acteurs/parties prenantes, opportunités
AUTOUR est difficile de demander à des personnes
de participer à un projet si elles n’ont pas
C’est une étape importante qu’il
convient de réaliser scrupuleusement,
et contraintes…) et de les ajuster en fonction
des changements observés. Les informations
DU PROJET été en mesure de contribuer au processus
car elle influence de façon signi­ de conception.
contenues dans le document de référence
ficative la réussite d’un projet. En amont de l’ouverture du projet,
doivent être mises à jour. Pour ce qui est
une période de plusieurs mois peut être À cette étape, il faut se demander quels
des urgences, le contexte pouvant évoluer
nécessaire pour instaurer un climat de sont les principaux objectifs et motivations
très vite, il est nécessaire d’en analyser
confiance et entrer dans une démarche des populations pour s’engager dans la
l’évolution de manière continue.
Le démarrage du projet correspond de dialogue avec les différents interlocuteurs mise en œuvre et le suivi participatif. Il faut
au début de la mise en place progressive Le contexte peut avoir évolué de façon et acteurs/parties prenantes. Le démarrage aussi voir qui fera quoi et comment les
des activités et à la mobilisation de favorable (existence de nouvelles alliances d’un projet est un des moments privilégiés responsabilités seront distribuées entre
nos capacités d’intervention. Ce démarrage potentielles, moyens de transport rendant pour mobiliser l’équipe terrain, tisser des liens les acteurs. Il est important d’être attentif
est un moment clé : partir d’un bon pied l’accès aux soins plus facile, disponibilité avec les acteurs identifiés comme pouvant à ne pas surcharger les personnes, et
contribue au succès alors que de mauvais de personnel compétent, etc.) ou de façon être des alliés, chercher à identifier des s’assurer que le projet n’affectera pas leurs
choix peuvent dégrader la crédibilité défavorable (changement de positionnement acteurs nouveaux, créer des contacts avec capacités et leurs autres engagements
de MdM auprès des différents acteurs. du ministère de la Santé, coup d’État, risques les indécis et revoir la position des acteurs dans la communauté ou dans leur vie
sécuritaires empêchant les déplacements, qui n’étaient pas favorables au projet. personnelle. On ne peut pas imposer des
Dans la phase d’implantation, plusieurs épidémie, etc.). formes d’organisation « étrangères » sans
points sont importants à considérer. Mobiliser les membres de l’équipe autour courir le risque d’une mauvaise appropriation
C’est donc dans cette phase que la grille d’objectifs communs est essentiel pour et d’une intégration insatisfaisante des
d’analyse des risques doit être avoir une vision partagée du projet actions. Enfin, il faut prêter attention à la
méthodiquement remplie sur la base des et de ses objectifs. Ce temps peut aussi gestion des ressources du projet. Les acteurs
informations contenues dans le document de permettre de partager les attentes et communautaires peuvent subir de fortes
référence, informations revues et réanalysées les craintes de l’équipe, et ainsi d’éviter pressions de la part de leur entourage pour
au moment de l’implantation du projet. toute incompréhension ou frustration. utiliser ces ressources à d’autres fins que
celles définies par le projet. Il faut donc bien
La planification du projet peut alors être 51. L
 e Monitool contient l’ensemble des indicateurs liés réfléchir en termes de gestion des ressources
affinée au travers de : aux résultats et effets d’un projet, ce qui est développé et de responsabilités. Ces facteurs peuvent
> la finalisation du diagramme de Gantt dans les pages suivantes. en effet augmenter l’exposition et l’insécurité

FR 206 207 FR
LE SUIVI / MONITORING /
L’IMPLANTATION ET LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET
3.1A
des acteurs communautaires52. Ce dernier d’être mises en œuvre ; elles sont de natures
point doit être intégré dans la grille d’analyse Les professionnels présupposent d’une organisation et de son travail très diverses :
des risques. parfois que les communautés savent dans un contexte particulier54 ». > obtention des autorisations :
ce qu’est une organisation humanitaire, Il faut cependant être conscient qu’il enregistrement des expatriés,
Memorandum of Understanding (MoU),
3 / COMMUNIQUER quels sont son travail et sa mission
sociale. Ils pensent également qu’une
s’agit d’un processus actif qui consiste
à établir et maintenir constamment autorisations liées à des équipements
spécifiques comme une fréquence
AUTOUR DU fois l’association présentée et
introduite auprès des communautés,
l’accord de tous les acteurs. Cela
nécessite des compétences sociales radio VHF, etc.). Le MoU est un élément
essentiel à mettre en place dès le début
PROJET l’accès aux populations,
la participation, l’approbation,
et politiques, des compétences dans le
domaine des relations interpersonnelles du projet afin de fixer le rôle et les
la bienveillance et la protection sont et de la communication. Il faut pouvoir responsabilités de chacun des partenaires
La communication se fait d’abord au sein acquis, principalement à cause développer des messages clés (voir chapitre programmation) ;
de l’équipe qui porte les interventions. de la nature et de la vertu concernant la mission sociale de > recherche de locaux professionnels
Une fois encore, on insiste sur la clarification de leurs actions. Cependant, si cela l’organisation, les objectifs et le projet. et d’habitation, installation et équipement ;
des objectifs poursuivis : définition des peut paraître évident pour certains, Ces messages clés doivent être connus > recrutement du personnel médical,
rôles et des responsabilités de chacun, le concept d’aide humanitaire n’est et compris par l’ensemble du personnel. logistique et administratif (élaboration
ajustements réalisés durant l’implantation… pas universel et loin d’être connu Et il faut bien sûr que l’action soit des profils de poste, entretiens, etc.)
de tous. De plus, l’actualité montre conforme à la manière dont elle a été et formation du personnel MdM ;
Pendant la phase d’implantation, il est régulièrement que, dans certaines exposée. Cette stratégie d’acceptation > location de véhicules, achat de matériel… ;
également capital de communiquer sur le projet régions du monde, cette aide élimine ou réduit une partie des > commande de médicaments
et les activités prévues auprès des différents ou ses représentants ne sont pas menaces. Par ailleurs, il faut prendre ou consommables (nationale
acteurs/parties prenantes (autorités les bienvenus et, dans certains en compte l’ensemble des risques pour ou internationale).
centrales, autorités locales de santé ; autres contextes, sont même les cibles pouvoir également mettre en place des
ONG, internationales et locales, agences des directes de violences. Les raisons de mesures de protection et de dissuasion Un certain nombre d’outils spécifiques
Nations unies…). Une bonne communication ces attaques sont souvent extérieures si cela se révèle nécessaire. Seule une à cette étape sont disponibles sur l’intranet
évite les malentendus et permet au projet aux organisations elles-mêmes. La bonne analyse préalable des risques de Médecins du Monde (procédures
d’avoir une meilleure visibilité (si le contexte plupart du temps, ce qui est en cause (et des acteurs) permet de mettre administratives, logistiques, grille d’analyse
s’y prête). Le projet doit, non seulement être porte sur des questions d’assimilation en place une combinaison optimale et des risques, fiches techniques sécurité,
connu, mais également compris. Un projet à des politiques gouvernementales, adaptée des stratégies d’acceptation, etc.). Bien que les activités « support »
compris a plus de chances d’être accepté, à des forces armées, à des groupes de protection et de dissuasion. n’apparaissent pas dans le cadre logique,
et donc d’atteindre ses objectifs. de population spécifiques, etc. elles doivent être intégrées dans le
Une bonne perception des organisations diagramme de Gantt détaillé, et être décrites
ZOOM par les populations est donc dans le document de référence.
L’APPROCHE D’ACCEPTATION : primordiale pour atteindre un niveau 4 / METTRE
UNE PERSPECTIVE ET UNE STRATÉGIE de sécurité acceptable.
SÉCURITAIRE53 Pour un grand nombre d’organisations, EN PLACE
ce que l’on appelle communément
La perception des organisations « acceptation » fait référence à ce LES ACTIVITÉS
qui est aujourd’hui considéré comme
humanitaires et de leur personnel par
les communautés auprès desquelles étant la meilleure approche « SUPPORT »
elles interviennent est un facteur stratégique en termes de sécurité.
Une approche d’acceptation a pour Cette étape correspond à la réalisation
déterminant de sécurité.
but de « réduire ou de supprimer d’activités, dites « support », qui vont
les menaces en renforçant permettre aux différentes facettes du projet
52. P
 our en savoir plus, se référer au guide l’acceptation (le consentement
« Travailler avec les communautés », 2012, politique et social) de la présence 54. Humanitarian Practice Network, « Gestion opérationnelle
disponible sur le site internet de Médecins du Monde. de la sécurité dans des contextes violents »,
53. MdM, « Travailler avec les communautés », 2012. Overseas Development Institute, Londres, 2011.

FR 208 209 FR
3.1B
LE SUIVI / MONITORING /
L’IMPLANTATION ET LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET

LA MISE EN ŒUVRE
DU PROJET

> Une implantation réussie du projet permet de réunir


les différents éléments pour une mise en œuvre
efficace. Celle-ci consiste à développer les différentes
activités définies dans le cadre logique en mobilisant
les ressources disponibles (humaines, matérielles
et financières) dans les délais impartis (chronogramme
de Gantt). Les activités « support » permettent de faciliter
la réalisation des différentes activités et doivent faire
l’objet d’une attention particulière.
Le choix a été fait de ne pas développer dans
ce guide l’étape de mise en œuvre proprement
dite, spécifique à chaque projet, mais plutôt
de se concentrer sur les principes et les étapes
du suivi/monitoring (voir partie suivante), qui
permettent de s’assurer du bon déroulement
de celle-ci, et d’ajuster les activités lorsque cela
est nécessaire.

FR 210 211 FR
LE SUIVI / MONITORING /
L’IMPLANTATION ET LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET
3.1

EN RÉSUMÉ

LES POINTS CLÉS DE L’IMPLANTATION


ET DE LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET

> L’implantation est l’étape de mise


en adéquation d’un projet avec
son contexte, étape essentielle à la mise
en œuvre sécurisée et pérenne
de tout projet.

> L’implantation permet d’affiner


la programmation du projet, d’instaurer
un climat de confiance, de mobiliser
et de communiquer autour du projet,
de mettre en place les activités
« support » nécessaires pour démarrer
le projet.

>L
 a mise en œuvre consiste
à développer les activités prévues
selon les délais impartis et avec
les ressources disponibles.

FR 212 213 FR
3.2
LE SUIVI / MONITORING /
LE SUIVI : CONCEPTS ET DÉFINITIONS

LE SUIVI :
CONCEPTS
ET DÉFINITIONS

FR 214 215 FR
LE SUIVI / MONITORING /
LE SUIVI : CONCEPTS ET DÉFINITIONS
3.2

LE SUIVI :
CONCEPTS ET DÉFINITIONS

> Une fois l’implantation finalisée et le projet


commencé, sa mise en place doit être soutenue
et ajustée par un suivi continu. En effet le suivi,
idéalement prévu dès la phase de programmation,
est affiné tout au long de l’implantation et de la mise
en œuvre, ce qui rend le système efficace et pertinent.
Il permet non seulement d’analyser et d’ajuster
le projet à des moments précis, mais aussi d’alimenter
la communication et le plaidoyer.

FR 216 217 FR
3.2A DÉFINITIONS
1/ DONNÉE,
INFORMATION,
de « la science ». C’est aussi la capacité
à se représenter, la façon de percevoir
une réalité extérieure. La connaissance
se forme à partir des informations qui sont
est un système organisé de ressources
(humaines, matérielles, etc.) destiné
à collecter, structurer, traiter, analyser
et diffuser de l’information. Par exemple,
l’intranet de Médecins du Monde
est un système d’information mais
pas de suivi ;
>u
 n système de suivi est un système
d’information dédié au suivi dans toutes
ses dimensions (suivi du contexte,
des activités, des ressources, des
résultats et des effets) et destiné à aider
à la prise de décision. Il ne s’agit pas
d’accumuler les informations « au cas où »
ou « pour savoir » mais bien « pour agir ».
3.2A
de recueil de données à l’analyse
qui en est faite et à la prise de décision
qui en résulte ;
> le monitoring est un élément spécifique
et central du suivi (qui sera développé
dans la seconde partie de ce chapitre).
Il repose sur des indicateurs définis
au préalable et mesure le progrès et
l’évolution du projet vers les résultats
et les effets attendus. Le Monitool est
un outil essentiel du système de monitoring
pour MdM.

Ainsi, le système de suivi dans son ensemble


permet de s’assurer que la mise en œuvre
du projet se déroule comme prévu et reste
disponibles et accessibles.
CONNAISSANCE 4 / SUIVI ET
en adéquation avec son contexte. Il permet
par exemple de suivre le bon déroulement
Une donnée est définie comme « ce qui 2 / BASE MONITORING
des activités, le maintien de conditions
satisfaisantes pour la sécurité du personnel
est admis, connu ou reconnu, et qui sert
de base à un raisonnement, et de point DE DONNÉES Au sens large, le concept de suivi/monitoring
de MdM, des partenaires et des usagers,
l’identification de nouvelles opportunités
de départ pour une recherche »55.
se réfère à la surveillance permanente et d’action, etc.
Il s’agit donc d’un élément brut, non Une base de données est un ensemble
continue d’une situation, d’une personne,
interprété et non contextualisé. Telles quelles, de données systématiquement organisées
d’un processus, etc. Transposé dans le cadre Lorsqu’un écart est constaté entre le projet
les données sont difficilement interprétables. pour en faciliter l’accès et l’analyse.
de projets de santé, ce concept se réfère et son contexte, il convient de réajuster
Quel que soit le support de stockage
à l’examen systématique et continu le projet (objectifs, activités, ressources,
Rendues intelligibles, les données deviennent (support papier, informatique, etc.5 6 ), le fait
du contexte et de ses évolutions : facteurs procédures de sécurité, etc.).
des informations. Une information que les données vérifiées soient organisées
contextuels, notamment risques pour le Tous ces éléments donnent aussi du sens
est donc une donnée qui a été interprétée et structurées caractérise la base
personnel, les bénéficiaires et les partenaires, pour analyser les indicateurs du système
et contextualisée au regard d’autres données. de données. Le plus souvent, les bases
mais aussi pour la viabilité du projet, de monitoring et faciliter la prise de décision.
de données sont informatisées.
et les acteurs/parties prenantes. Il concerne
les différentes dimensions du projet :
À NOTER /
De la « donnée » à « l’information » : 3 / SYSTÈME > les activités (y compris les activités
support) ;
« 10° Celsius » est une donnée qui n’a
en soi aucune signification précise. D’INFORMATION > les ressources (financières, humaines,
logistiques) ;
SUIVI
Pour qu’elle devienne une informa­tion,
il faut qu’elle soit associée à d’autres « VS » SYSTÈME > les résultats et effets (santé et services
produits). Basé sur un système
données : un lieu, une date, etc.
« Le 01/01/2013, il a fait 10 °C DE SUIVI Dans la littérature et dans la pratique,
d’information cohérent

à Paris » est une information. les termes de « suivi » et de « monitoring »


Il convient de distinguer ces deux systèmes :
sont utilisés de façon interchangeable. MONITORING
>u  n système d’information
Toutefois, dans le cadre de ce guide, Basé sur des
La connaissance représente un il nous semble indispensable d’opérer indicateurs
 ase de données papier : ensemble des fiches
56. B
ensemble de choses connues, du savoir, patients, registre de consultation, registre de formation, une distinction entre ces deux termes : prédéfinis
etc ; Base de données informatisées : tableurs Excel, > le suivi de projet repose sur un ensemble
55. Petit Robert, 2013. base de données Access, etc. cohérent d’éléments, qui va des outils

FR 218 219 FR
3.2B 3.2C
LES OBJECTIFS
DU SUIVI
LES CARACTÉRISTIQUES
D’UN SYSTÈME
DE SUIVI
> Le problème majeur est de trier les informations
dont nous avons concrètement besoin
et non d’accumuler le plus d’informations possible. 1/ SUIVI du projet, depuis la situation initiale.
On documente par ailleurs les zones d’ombre

Ces informations doivent toujours répondre d’activité à destination des équipes,


DU CONTEXTE du diagnostic initial (connaissances
plus fines de l’organisation sociale, aspects
à une question précise et il faut toujours des bailleurs, des partenaires) ; culturels, etc.).
Comme cela a déjà été mentionné plus haut,
penser à les exploiter afin d’éviter une vraie > r epérer les problèmes et alerter ;
le suivi peut concerner plusieurs niveaux
perte de temps ! S’interroger sur l’utilisation >a  ider à la prise de décision courante, Il s’agit donc de reprendre les différents
et éléments d’un projet, notamment
que l’on fait des informations permet aussi définir des stratégies ; groupes de facteurs contextuels
le contexte, les ressources, les activités
de prévoir le temps nécessaire > r éajuster le projet ; (voir  chapitre « Diagnostic ») et d’identifier,
et les résultats/effets.
à la collecte et à l’analyse de données >a  limenter un plaidoyer prévu par le projet ; parmi ces éléments, ceux qui sont à suivre
essentielles pour la conduite d’un projet. >a  ider à l’identification de besoins régulièrement en fonction du projet mis
Le suivi du contexte permet de s’assurer
en recherche opérationnelle ; en œuvre. Dans le cadre du suivi, il ne suffit
que le projet est en adéquation avec
Un système de suivi permet de répondre >p  réparer une évaluation… donc pas de répéter ce que l’on sait
son environnement, qu’il minimise les risques
à une grande variété de préoccupations déjà, mais bien de préciser l’évolution
pris par le personnel de MdM, les partenaires
et de besoins dans le cadre de la gestion Ces différents points permettent de réaliser ou d’améliorer la compréhension
et les usagers. Il permet aussi de saisir
d’un projet : et d’analyser une photographie du projet des différents aspects du contexte.
les opportunités et d’anticiper les contraintes
> r efléter une situation à un moment à un instant t. On peut ainsi établir :
liées aux objectifs du projet. Par exemple,
donné ; > l’évolution du projet au regard L’objectif est également d’analyser le
il est essentiel de suivre les développements
> s urveiller l’évolution de la situation locale ; de l’évolution du contexte ; contexte en relevant les nouvelles contraintes
au niveau des politiques de santé ou
> r éévaluer les risques pour le personnel, > le degré de réalisation des activités ; ou opportunités pour le projet.
de procéder régulièrement à une analyse
les usagers, les partenaires du projet ; > la quantité de ressources utilisées ;
des risques. Ce suivi est aussi particulièrement
>c  omparer différents groupes à un temps t > les résultats (outputs) et les effets Les éléments du contexte doivent être
important pour les actions de plaidoyer.
(différents centres de santé, différentes (outcomes) du projet. régulièrement passés en revue et actualisés
communautés…) ; en fonction des évolutions constatées.
>m  esurer des changements dans le temps Cette « photographie » permet alors, Le suivi des facteurs Les évolutions marquantes doivent être
pour un même groupe ; dans un deuxième temps, de gérer décrites dans les rapports de coordination
>c  omparer à une valeur de référence et d’ajuster le projet, puis de mettre
du contexte mensuels.
(norme, standard…) ou à une cible ; à disposition des différents acteurs les Dans le cadre du suivi du contexte,
>d  ocumenter le degré de mise en œuvre éléments nécessaires à la communication on s’intéresse aux changements qui
des activités et des ressources (rapports ou la construction d’un plaidoyer. surviennent tout au long du déroulement

FR 220 221 FR
LE SUIVI / MONITORING /
LE SUIVI : CONCEPTS ET DÉFINITIONS
3.2C
ZOOM
LE SUIVI DES DÉTERMINANTS de la criminalité, rendre plus difficile
SOCIOCULTURELS l’accès aux soins pour une partie
de la population, etc. Suivre le contexte
dans lequel s’inscrit le projet permet
Autant dans la méthode que dans Forte Faible intérêt, Fort intérêt,
d’anticiper les événements et d’adapter
l’interprétation des données du suivi, forte influence forte influence
au mieux nos modes opératoires
la participation des acteurs locaux
aux conséquences.
et la prise en compte des déterminants
socioculturels sont fondamentales Influence
Un bon réseau d’information,
pour la pertinence et le déroulement un « reporting » régulier, un réseau
du projet. Mesurant le progrès d’interlocuteurs large et divers,
et l’évolution des activités et des un suivi de la presse locale et nationale,
Faible Faible intérêt, Fort intérêt,
résultats d’un projet, cet examen un suivi systématique des incidents faible influence faible influence
systématique et continu doit permettre et une grille d’analyse de risques
également d’identifier les déviations tenue à jour fournissent une image
et de réajuster les activités. Cette précise du contexte et des risques
attention portée aux aspects culturels auxquels le personnel, les usagers
et sociaux doit permettre de modifier Faible Intérêt
et les partenaires pourraient être Forte
les pratiques des acteurs humanitaires confrontés.
et, par conséquent, les attentes favorable du projet ont une forte influence L’idéal est que l’ensemble des acteurs
des bailleurs de fonds, afin de coller Une attention particulière est portée et un poids important ; deviennent favorables au projet (case C).
au mieux aux réalités et au suivi des acteurs et des parties >m
 anifestant un faible intérêt voire Si ce n’est pas possible, il faut essayer
aux aspirations des populations. prenantes (voir ci-après), notamment une opinion défavorable ont une influence de réduire ou de « neutraliser » leur pouvoir
Pour mener à bien un projet, dans l’analyse des capacités/volontés faible. d’influence (case B) pour que leur opinion
il est fondamental de décrire en détail de nuisance de certains groupes ou défavorable ne représente pas un risque
et avec précision l’ensemble des personnes ayant un faible intérêt pour Au moment de la programmation, pour le projet. Il convient dans tous
éléments, notamment socioculturels, le projet et une forte influence la modification des dynamiques les cas d’analyser la façon dont ces acteurs
ayant contribué à sa mise en œuvre, décisionnelle. existantes peut constituer un but pourraient représenter un risque et comment,
et ce afin de repérer les leviers à atteindre et dans ce cas, ce dernier doit si on ne peut guère modifier « l’intention
et les barrières et d’identifier ce qui être formalisé dans le cadre logique présenté de nuire », on peut au moins en atténuer
est spécifique au contexte local. dans le document de référence ; il faut y l’impact.
Le suivi des acteurs/ associer les actions permettant d’y parvenir.
Des efforts doivent également être fournis
parties prenantes Par exemple, une attention particulière pour entretenir l’intérêt fort des acteurs
ZOOM
Concernant le suivi des parties prenantes, doit être portée aux acteurs n’ayant ayant un pouvoir d’influence important
L’ANALYSE RÉGULIÈRE DES RISQUES
on peut reprendre la matrice élaborée pas d’intérêt, voire une opinion défavorable (case C). En effet, une mauvaise
au moment du diagnostic (voir chapitre (stratégie divergente ou contradictoire) communication ou des prises de décision
L’évolution du contexte social et « Diagnostic »). Cet outil présente un grand à l’égard d’une intervention de MdM unilatérales de notre part pourraient
politique doit être analysée au regard intérêt. En effet, au-delà de l’analyse et ayant la capacité d’influencer (positivement altérer la confiance de certains partenaires
des risques qui pourraient survenir des dynamiques existantes réalisée au ou négativement) la réalisation de nos envers nos actions, et par là même leur
pour le projet ou les personnes. moment du diagnostic, il permet d’en suivre actions (case A). Ceux-ci peuvent en effet soutien.
Par exemple, un bouleversement l’évolution, et d’adopter des stratégies être à l’origine de l’échec d’une intervention.
politique comme un coup d’État afin que la situation évolue favorablement Des rencontres et des actions de sensibi- Peu d’actions sont à mettre en place
pourrait déstabiliser les structures pour les projets concernés. lisation ou de plaidoyer peuvent alors être concernant les acteurs avec un faible intérêt
de santé, provoquer une hausse prévues pour expliquer notre projet et trouver et une faible influence (case B), mais
La situation idéale serait celle où les acteurs : des solutions afin d’améliorer l’image il faut s’assurer, tout au long du suivi,
>a  yant un intérêt élevé et une opinion que ces acteurs ont de nos interventions. que l’influence de ces acteurs reste faible.

FR 222 223 FR
LE SUIVI / MONITORING /
LE SUIVI : CONCEPTS ET DÉFINITIONS
3.2C
S’il est vrai qu’il est toujours agréable Dès lors, leur mobilisation est importante, >d
 e nouveaux acteurs Le suivi
et satisfaisant de travailler avec les acteurs mais ne doit pas se faire aux dépens se sont manifestés (situation
ayant un fort intérêt pour nos projets, des négociations ou du dialogue avec très fréquente dans les contextes
de la participation
même s’ils ont une faible influence les acteurs ayant une grande influence, d’urgence) ; communautaire
(case D), il est également important positive (case B) ou négative (case A). >n
 os actions ont produit les résultats
Comme cela a été souligné précédemment,
de ne pas y consacrer trop d’énergie et escomptés ;
la participation communautaire est une notion
de ressources. Ces acteurs sont souvent La mise à jour régulière de ce tableau >c
 es éventuelles modifications
qui sous-tend l’ensemble des actions
nos alliés traditionnels et montrent permet de savoir si : représentent, pour nos actions,
de MdM. Dès que la stratégie d’intervention
un grand enthousiasme pour nos projets. >c  ertains acteurs ont changé de statut ; un changement positif ou négatif.
a été définie, il est donc important d’affiner
encore les informations du diagnostic
LA MESURE DE LA PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE EN MATIÈRE DE SANTÉ

Les 5 axes NUL = 1 FAIBLE = 2 MODÉRÉ = 3 BON = 4 EXCELLENT = 5

Estimation L’estimation des besoins Le point de vue médical domine L’estimation des besoins L’estimation des besoins La communauté est
des besoins de santé est imposée avec une approche « éducative ». est faite par le responsable est faite par le comité directement impliquée dans
de l’extérieur, avec un regard La communauté commence de la santé local qui de santé qui représente l’estimation des besoins.
professionnel médical. à exprimer ses besoins. Ceux-ci représente activement activement les vues de
sont examinés par les profession- les vues de la communauté. la communauté.
nels de santé.

Leadership Le leadership en matière Le comité de santé ne fonctionne Le comité de santé Le comité de santé est actif Le comité de santé représente
de santé est assuré par pas mais le responsable de la santé fonctionne sous la direction et prend des initiatives. toute la diversité des intérêts
les professionnels de santé, local travaille indépendamment d’un responsable de présents dans la communauté,
sans participation de la des groupes d’intérêt. la santé local indépendant. et contrôle les activités du
communauté. responsable de la santé local.

Organisation Il n’existe pas de comité de Il existe un comité de santé imposé Il existe un comité de santé Le comité de santé Les organisations communau-
santé composé de représen- par les services de santé, mais il est relativement actif. collabore activement taires existantes sont
tants de la communauté. virtuel ou inactif. avec d’autres organisa- impliquées dans l’élection des
tions communautaires. membres du comité de santé.

Mobilisation La mobilisation La mobilisation des ressources La communauté, via le La communauté, via Le comité de santé assure
des des ressources est assurée est assurée par les professionnels comité de santé, participe le comité de santé, une mobilisation de fonds
ressources par les professionnels de santé via des budgets de à des collectes périodiques participe à des collectes régulière et active.
de santé via des budgets de fonctionnement des autorités et équitables de fonds. périodiques et équitables Il consulte la communauté
fonctionnement des autorités de santé et quelques contributions Le comité de santé participe de fonds, aux décisions quant à l’affectation des
de santé. ponctuelles de la communauté. aux décisions concernant concernant l’utilisation fonds.
Le comité de santé n’est pas l’utilisation des sommes des sommes perçues et Il est transparent vis-à-vis
décisionnaire de l’utilisation des perçues. Aucun contrôle au contrôle des dépenses. des fonds collectés (réunions
sommes perçues. Aucun contrôle des dépenses n’est réalisé d’information régulières).
des dépenses n’est réalisé par la par la communauté ou le Il est rigoureux quant
communauté ou le comité de santé. comité de santé. au contrôle des dépenses.

Gestion La gestion des services de santé Le responsable de la santé local assure Le comité de santé Le comité de santé Le comité de santé est
est assurée par les autorités de une gestion indépendante avec une est autogéré mais n’assure est autogéré et impliqué responsable du responsable
santé. Le responsable local de la certaine implication du comité de santé. pas la supervision dans la supervision du de la santé local et
santé est supervisé uniquement Il est supervisé uniquement par les du responsable de la santé responsable de la santé le supervise activement.
par les professionnels de santé. professionnels de santé. local. local.

FR 224 225 FR
LE SUIVI / MONITORING /
LE SUIVI : CONCEPTS ET DÉFINITIONS
3.2C
la participation communautaire a été renforcée
EXEMPLE DE SUIVI DU DEGRÉ DE PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE
(ÉCHELLE DE RIFKIN) dans ses axes « organisation » et « estimation
Le suivi des activités
des besoins ». Certains agents de santé dans le temps
et des leaders communautaires se sont
Estimation Leadership Pour suivre la réalisation des activités
impliqués dans la promotion du paquet
des besoins dans le temps, l’outil le plus intéressant
minimum d’activités (PMA) et la définition des
sur lequel s’appuyer est le diagramme
thématiques d’éducation pour la santé (EPS).
de Gantt (voir chapitre « Programmation »).
Ils ont également participé à la planification
Il convient alors de se poser certaines
des sessions d’EPS avec les professionnels
questions, par exemple :
de santé. Ces mêmes agents de santé
> La mise en œuvre des activités respecte-
communautaires et leaders se sont impliqués
t-elle le chronogramme de Gantt ?
dans l’évaluation des besoins et l’adéquation
>C  ertaines activités n’ont pas été
du PMA. Le comité de santé est resté
mises en place ? Pourquoi ?
modérément associé.
>D  e nouvelles activités non prévues
Ce point d’étape permet de voir quels sont
ont été mises en place ? Pourquoi ?
les axes qui ont bien progressé et quels sont
>L  a qualité des activités est-elle
ceux qui ont été peu développés. Pour ces
satisfaisante ?
derniers, il faut alors rechercher les causes
Gestion Organisation >E  tc.
de cette situation (retard de mise en œuvre,
inadéquation des activités avec le contexte…)
Il s’agit ici d’être très vigilant et ne pas
et procéder à des ajustements dans le but
négliger le suivi des activités « support ».
de renforcer les axes les moins avancés.
En effet, elles peuvent avoir une forte
influence sur la mise en œuvre des activités
À la fin du projet (polygone aux contours
« projet ». Par exemple, un recrutement
pointillés), l’ensemble des axes a été
Mobilisation des ressources qui prend plus de temps que prévu peut
renforcé, et le degré de participation se situe
engendrer des retards importants dans
à un bon niveau, à l’exception du leadership,
la réalisation d’activités projet. De même,
qui devra encore faire l’objet d’un appui dans
une mauvaise anticipation des délais
relatives à la participation communautaire. Ces axes sont alors présentés dans une perspective de désengagement de MdM
nécessaires à l’obtention d’autorisations
Dans un second temps, il conviendra un diagramme dit « en araignée »57 et de pérennisation des activités.
administratives peut empêcher la mise
de mettre en place des outils permettant (échelle de Rifkin). Cet outil a été
en œuvre d’une activité projet.
de mesurer ce degré de participation. développé par Susan Rifkin58.
Ces outils seront mis à jour tout au long Chaque branche de l’échelle comporte 2 / SUIVI
de la phase de mise en œuvre-suivi. cinq niveaux, eux-mêmes définis dans
le tableau page précédente. DES ACTIVITÉS À NOTER /
Cinq axes constitutifs de la participation Ne pas oublier de quantifier le temps
communautaire sont retenus et explorés : Dans cet exemple, le premier polygone Le suivi des activités se réfère au suivi nécessaire pour le management
> le leadership ; aux contours fins est la baseline, des tâches et aux actions mises en œuvre d’équipe dans les activités support !
prise d’initiatives par la communauté ; la participation communautaire est faible dans le cadre du projet. On examine de façon
> l’organisation : participation dans toutes ses dimensions. régulière si la mise en place des activités
à la planification du projet, des actions ; correspond aux prévisions et on explique
> la mobilisation des ressources : Après une année d’activité du projet pourquoi certaines activités ont de l’avance Le diagramme de Gantt est modifié en
prise de décisions, contribution (polygone aux contours épais), ou d’autres sont en retard. fonction du degré de réalisation des activités
des usagers, types de ressources et des ajustements prévus. Dans ce cas,
(humaines, matérielles, financières) ; il est important de justifier les modifications
57. C e diagramme est présenté plus en détail
> la gestion (du projet) : dans l’annexe « Suivi de la participation communautaire »
apportées et de conserver le Gantt initial.
prise de décisions et concrétisation. 58. Rifkin SB. « Primary Health Care : on measuring La comparaison des différents Gantt peut
> l’estimation des besoins. participation », Soc Sci Med 1988 ; 26(9) : 931-940. être utile dans les phases ultérieures de suivi

FR 226 227 FR
LE SUIVI / MONITORING /
LE SUIVI : CONCEPTS ET DÉFINITIONS
3.2C
ou d’évaluation. Elle peut aussi faciliter Le suivi administratif financier. La part de budget consommée pouvant entraîner la suspension de certaines
la phase de programmation de à une date t est par exemple un indicateur activités, il faut s’assurer d’une disponibilité
L’objectif est de suivre, par exemple,
futurs projets. important pour le pilotage de projet. continue et adéquate des ressources
les procédures d’enregistrement
logistiques par la mise en place d’un suivi
de l’association, d’exemption de taxes,
Ainsi, à mi-projet, on pourrait raisonnable- rigoureux des approvisionnements et des
Le suivi des activités la signature d’agréments ou de convention
ment s’attendre à avoir dépensé la moitié du stocks. Cela permet d’éviter les ruptures de
de partenariat (Memorandum of
par rapport aux Understanding), les demandes de visas
budget. Cependant, il faut également se servir stock mais aussi le stockage de quantités trop
de sa connaissance du projet pour affiner importantes pouvant conduire à des pertes
ressources consommées et permis de travail, les contrats de location
l’analyse : en effet, des investissements (ex/ stock de médicaments dont la date
et leur renouvellement, etc.
Le suivi des activités doit aussi tenir importants (achat de véhicules, paiement de péremption est dépassée) ou un surcoût lié
compte des ressources consommées. de douze mois de loyer en début de projet, à des volumes de stockage trop importants.
La question est ici de savoir si les activités Le suivi des ressources approvisionnement en médicaments pour
ont été réalisées avec les ressources humaines plusieurs mois, etc.) peuvent avoir été réalisés Pour organiser ce suivi, certains outils existent59,
qui étaient prévues pour leur réalisation. en début de projet et ainsi le pourcentage mais il faut avant tout avoir une bonne
Il peut par exemple être intéressant Il est important de savoir précisément d’exécution à mi-projet sera supérieur à 50 %. connaissance des besoins et des procédures
de se poser les questions suivantes : et à tout moment quand débutent et finissent d’approvisionnement, ce qui requiert
>C  ertaines activités ont-elles consommé les contrats de travail, afin notamment Le suivi budgétaire vise aussi à calculer l’implication des administrateurs et logisticiens.
plus ou moins de ressources que prévu ? de pouvoir anticiper les demandes les écarts entre ce qui avait été prévu
Et pourquoi ? de prolongation ou de recrutement et ne pas (budget) et ce qui est réalisé (comptabilité) De plus, chez MdM, il est actuellement
>L  a surconsommation des ressources se retrouver avec des périodes de temps et à en expliquer les raisons au regard du obligatoire de procéder au suivi des parcs
a-t‑elle un impact sur le déroulement sans ressources humaines, ce qui pourrait contexte et de la mise en œuvre des activités. (véhicules, moyens de communication,
d’autres activités ? entraîner la suspension de certaines activités. Lorsque des écarts sont constatés, leur informatique, etc.). Le but est de disposer
>E  tc. analyse doit être expliquée par un narratif d’une « photographie » précise et complète
Pour cela, il est essentiel de s’appuyer sur Ce suivi, de type plutôt administratif, doit dans le rapport de coordination mensuel. des équipements présents sur le projet
un suivi des ressources rigoureux. s’accompagner de : afin, par exemple, d’en assurer l’entretien,
> l’organigramme du projet Le suivi doit aussi s’attacher au d’obtenir les autorisations spécifiques à certains
(vérifier que la répartition des tâches plan de financement, l’objectif étant : équipements (radio, assurances, etc.).
3 / SUIVI DES et responsabilités dans l’équipe >d  e vérifier que l’on anticipe bien
est toujours adaptée) ; les obligations contractuelles
RESSOURCES > le contenu des postes (vérifier (reporting notamment) ; 4 / SUIVI
si les descriptifs de poste et les profils >d  e diagnostiquer à temps d’éventuelles
De façon générale, le suivi des ressources demandés correspondent toujours insuffisances d’anticipation qui DES RÉSULTATS
financières, humaines et matérielles aux besoins ou doivent être modifiés) ; empêcheraient d’identifier des échéances
questionne les éléments suivants : > les besoins en formation des différents importantes et, en conséquence, de ET EFFETS
>L  a mise en place et l’utilisation membres de l’équipe pour renforcer saisir des opportunités de financement
des outils et procédures de gestion/suivi les compétences ou favoriser complémentaires (par exemple des appels PAR LE SYSTÈME
des ressources : Gantt, suivi des des mobilités internes ; à propositions).
ressources humaines (individuel > l’évolution des lois relatives au travail DE MONITORING
et d’équipe), suivi budgétaire, gestion (connaître les différents types de contrats
et suivi des approvisionnements, stocks et leurs conditions de renouvellement ou Le suivi logistique C’est sur le suivi des résultats et des effets
et parcs, etc. A-t-on mis en place pas) ; etc. Le suivi logistique comprend trois pôles : que porte le reste du chapitre.
les outils et les procédures prévus ? > le suivi des approvisionnements
Les utilise-t-on ? Si oui, sont-ils (commandes, achats, transport, etc.) ;
satisfaisants ? Si non, pourquoi ?
Le suivi financier > le suivi des stocks ;
>L  a qualité et la quantité des ressources La comparaison du prévisionnel budgétaire > le suivi des parcs.
mises en œuvre sur une période, avec le réalisé (les dépenses effectives 59. L
 es outils de suivi des approvisionnements
et leur adéquation avec les activités enregistrées en comptabilité) permet de suivre De la même façon qu’il s’agit d’anticiper et des stocks sont disponibles sur l’intranet
« projet » et/ou « support ». l’avancement du projet du point de vue d’éventuels « gaps » de ressources humaines de Médecins du Monde.

FR 228 229 FR
LE SUIVI / MONITORING /
LE SUIVI : CONCEPTS ET DÉFINITIONS
3.2

EN RÉSUMÉ > Le reporting permet ainsi


de centraliser les différentes
LES POINTS CLÉS DU SYSTÈME DE SUIVI informations liées au suivi et d’en tirer
un ensemble de connaissances
utiles à la prise de décisions.
> Un système de suivi a pour > Le suivi des ressources correspond
objectifs de : aux suivis :
– s’assurer de l’adéquation du projet – administratif
 :
à son contexte ; autorisations, contrats, etc. ;
– connaître l’état d’avancement – humain
 : recrutement, formation,
d’un projet à un instant « t » (activités, lois relatives au travail, etc. ;
ressources, résultats et effets) ; – financier
 : prévisionnel budgétaire
– gérer et ajuster un projet ; et réalisé, plan de financement ;
– mettre à disposition les éléments – logistique
 : approvisionnements,
nécessaires à la communication stocks, parcs.
ou à la construction d’un plaidoyer.

> Le suivi des résultats et des effets


> Le suivi du contexte correspond se fait au travers du système
au suivi : de monitoring.
– des
 facteurs du contexte (importance
des facteurs liés au système de santé,
aux déterminants socioculturels
et aux risques pour le personnel de
MdM, les partenaires et les usagers) ; > Le système de suivi se met en place
– des acteurs/parties prenantes ; dès l’implantation et se poursuit tout
– de la participation des communautés. au long de la mise en œuvre du projet.

Il nécessite des échanges réguliers


d’une part au sein de l’équipe projet
> Le suivi des activités et d’autre part entre l’équipe projet
se fait dans le temps (chronogramme et les autres acteurs ; il doit être
de Gantt) et en tenant compte des documenté par écrit (comptes rendus
ressources consommées (suivi des de réunions d’équipe, rapports
ressources). de coordination mensuels, etc.).

FR 230 231 FR
3.3
LE SUIVI / MONITORING /
LES ÉTAPES DANS L’ÉLABORATION ET L’UTILISATION D’UN SYSTÈME DE MONITORING

LES ÉTAPES
DANS L’ÉLABORATION
ET L’UTILISATION
D’UN SYSTÈME
DE MONITORING

FR 232 233 FR
LE SUIVI / MONITORING /
LES ÉTAPES DANS L’ÉLABORATION ET L’UTILISATION D’UN SYSTÈME DE MONITORING 3.3

LES ÉTAPES DANS L’ÉLABORATION


ET L’UTILISATION D’UN SYSTÈME
* DE MONITORING

> Au même titre que les autres composantes du


système de suivi, le système de monitoring doit être
prévu dès la phase de programmation ; il est ensuite
affiné lors des phases d’implantation et de mise en
œuvre du projet. Il permet de suivre la progression vers
les objectifs et les résultats attendus et, si nécessaire,
de procéder à des ajustements.

* Que le Monitool soit avec vous...

FR 234 235 FR
3.3A 3.3B
CLARIFIER
SES OBJECTIFS
ÉLABORER LE SYSTÈME
DE MONITORING
(REFLÉTÉ DANS LE
> Le système de monitoring a pour objectif principal
de suivre les résultats et effets du projet.
Le fait de savoir si le projet progresse vers la réalisation
MONITOOL)
des objectifs et l’atteinte des résultats permet d’agir Pour prendre un exemple très simple,
pour corriger d’éventuelles dérives. 1/ SÉLECTIONNER si l’on veut mesurer la température, l’outil
approprié est le thermomètre. Il serait absurde
La construction du système de monitoring
UN NOMBRE d’utiliser un stéthoscope, un tensiomètre
ou une balance !
À NOTER /
Une base de données de suivi de
et sa mise en œuvre relèvent de la
responsabilité d’une personne identifiée
LIMITÉ D’INDICA­
Si l’on ne dispose pas de thermomètre,
patients ne constitue pas un système
de monitoring en tant que tel.
au préalable (coordinateur général,
coordinateur médical, coordinateur
TEURS LES PLUS il faut trouver un autre moyen de mesurer
la température, par exemple le ressenti
Pour que ce soit le cas, il faut qu’elle
alimente le calcul d’indicateurs
programme, responsable monitoring
(monitoring officer)), mais tous les
PERTINENTS des personnes, les marques de transpiration,
la consommation d’électricité pour le chauffage
choisis pour suivre les résultats acteurs directement impliqués dans
ou la climatisation, etc. Mais l’absence de
la gestion du projet doivent être associés
et effets du projet et agir
à son élaboration et son utilisation.
La première question thermomètre ne justifie en aucun cas l’utilisation
en conséquence. d’autres outils de mesure inappropriés. Le
à se poser est la même raisonnement vaut pour les indicateurs :
suivante : Que veut-on tous ne mesurent pas la même chose.
Pendant la phase de programmation, mesurer ? Le choix d’indicateurs pertinents se fait
un certain nombre d’indicateurs sont retenus
L’atteinte d’un résultat ou d’un objectif est en fonction :
pour suivre la progression du projet vers
un phénomène qui peut être mesuré de >d  e la disponibilité des données
les objectifs et les résultats. Au stade
nombreuses manières. Il est donc important (aux niveaux national, régional, local,
de l’implantation, il faut reprendre chaque
d’une part d’être bien au clair sur ce que chez les partenaires/institutions, en interne)
indicateur du projet de référence pour
l’on cherche à montrer par la collecte de et de la faisabilité de la collecte ;
en contrôler la pertinence et la faisabilité
données ; d’autre part de faire un choix parmi >d  e ce qui est utilisé par d’autres acteurs
et définir avec précision le système
de nombreuses alternatives d’indicateurs. (afin d’établir des comparaisons) ;
de monitoring qui sera mis en place.
>d  e la complexité des données et
Savoir ce que l’on veut mesurer permet de leur compréhension par les différents
en effet de choisir le bon « outil » de mesure. interlocuteurs.

FR 236 237 FR
LE SUIVI / MONITORING /
LES ÉTAPES DANS L’ÉLABORATION ET L’UTILISATION D’UN SYSTÈME DE MONITORING 3.3B
leur mode de calcul, et la façon dont ils peuvent
Quelles sont être utilisés pour prendre des décisions. Dans le cas de projets innovants, des conclusions et la mise en
les données disponibles ? Grâce à une colonne « commentaires » il peut être intéressant de développer évidence des incohérences régionales
qui donne des informations importantes des bases de données spécifiques ou locales et des différences à étudier.
Les projets de MdM ont en majorité pour
sur la pertinence de tel ou tel indicateur, visant à renseigner des aspects Les ressources seront ainsi redirigées
objectif de soutenir et renforcer les
ces catalogues permettent notamment de : encore méconnus. Mais le plus vers les régions ou sous-populations
systèmes de santé. En conséquence, et
>c  ompléter des indicateurs SNIS souvent, il est tout à fait possible les plus démunies et permettront
même lorsqu’ils sont incomplets ou de qualité
pour aider à choisir ; et souhaitable de faire avec l’existant, d’identifier les domaines propices à
moyenne, MdM privilégie autant que possible
>c  ombler d’éventuels manques ce qui permet d’une part de renforcer une intensification ou une réduction de
l’utilisation des processus et systèmes
dans les SNIS. les systèmes d’information sanitaire l’effort à l’échelon national, améliorant
d’information existants dans les structures
de santé, chez les partenaires et institutions. (SNIS/SIS) chez les partenaires/ finalement l’efficacité de la réponse
Lorsque les projets incluent des thématiques institutions, et d’autre part de dégager nationale. L’utilisation d’indicateurs
Cela présente plusieurs avantages
spécifiques (ex/ la santé mentale) du temps et des moyens pour standards garantit également la
permettant de :
ou lorsqu’on cherche à mesurer des l’analyse. comparaison des informations entre
>n  e pas créer de systèmes de collecte
phénomènes qui ne sont pas directement les pays et dans le temps. Lors
parallèles mais plutôt de renforcer
centrés sur la santé (ex/ plaidoyer, respect de la conception de leurs propres
les systèmes existants qui sont amenés
des droits humains, etc.), il est également activités d’évaluation, les projets
à perdurer ;
possible, pour identifier les indicateurs Quelques questions à se poser pour doivent également tenir compte des
> f aciliter l’identification de la source
pertinents, de se référer à la littérature interroger la disponibilité des données : indicateurs nationaux standards dans
de vérification (supports de collecte
existante, à des études ou à des >Q  uelles sont les informations dont ce domaine. Les projets peuvent avoir
déjà existants) et la collecte ;
expériences similaires menées par d’autres nous disposons ? leurs propres besoins d’information
>é  tablir des comparaisons avec
organisations ou au sein du réseau >Q  uel recueil de données cela implique-t-il ? qui répondent à des cadres rigoureux.
les données nationales, régionales, etc.
international MdM. >S  i les informations ne sont disponibles, Toutefois, ils devront, le cas échéant,
comment obtenir les données ? choisir ces indicateurs avec
ZOOM >Q  uels instruments ou supports faut-il des références standards, par ex.
À NOTER / VÉRIFICATIONS NÉCESSAIRES construire si besoin ? des périodes de référence,
Le système national d’information AVANT DE CHOISIR UN INDICATEUR des numérateurs, des dénominateurs
sanitaire (SNIS) est donc le point
de départ de la définition d’un Quels sont les collectés en permanence sur
différentes périodes et qui permettront
système de monitoring pertinent. Quand un indicateur est choisi indicateurs utilisés par d’introduire aisément les données
pour mesurer un phénomène,
il est important de vérifier d’une part d’autres organisations, collectées dans le système de suivi
et évaluation national et de
Dans les situations d’urgence où le SNIS
qu’il mesure bien ce phénomène projets, etc. ? les comparer dans le temps61. »
précis (est-ce que cet indicateur
n’est, le plus souvent, plus fonctionnel, me permet vraiment de mesurer Chercher des comparaisons possibles
on se réfère à l’Early warning surveillance and ce que je veux savoir ?) et d’autre revient à identifier les indicateurs standards,
response in emergencies (EWARN), système part que les données nécessaires utilisés par d’autres.
Plusieurs sources de données doivent être
de recueil de données standardisé et simplifié, à son calcul sont disponibles. étudiées par l’équipe projet pour choisir entre
recentré sur les maladies transmissibles, ZOOM
S’informer sur la disponibilité différentes possibilités :
mis en place au niveau des structures POURQUOI DES INDICATEURS
des informations nécessaires > les indicateurs du Système national
de santé pendant la phase d’urgence. STANDARDISÉS ?
au calcul de l’indicateur évite de d’information sanitaire (SNIS/SIS) ;
choisir des indicateurs impossibles > les indicateurs internationaux
Les catalogues S2AP60 sont très utiles
pour donner les définitions des indicateurs, à collecter ou qui demanderaient « L’utilisation d’indicateurs standards
beaucoup trop de moyens donne des mesures utiles du même 61. O
 MS, Onusida, Unicef, Banque mondiale, USAID,
60. C
 es catalogues existent pour le moment pour les et d’énergie par rapport à l’analyse indicateur dans différentes populations, CDC, Fonds mondial de lutte contre le sida,
thématiques de la santé sexuelle et reproductive (SSR), qui doit en être faite. permettant ainsi la triangulation la tuberculose et le paludisme, « Guide pour le suivi
le cycle de gestion des produits pharmaceutiques et l’évaluation des programmes de lutte contre
et les soins de santé de base. le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme », 2004.

FR 238 239 FR
LE SUIVI / MONITORING /
LES ÉTAPES DANS L’ÉLABORATION ET L’UTILISATION D’UN SYSTÈME DE MONITORING 3.3B
(statistiques internationales, indicateurs
Sphère, etc.) ; À NOTER / Le projet se déroule sur trois ans Cet indicateur mesure bien les effets
> l es indicateurs thématiques Il est important de se limiter et MdM souhaite atteindre l’objectif des activités menées avec les leaders
transversaux définis pour dans le nombre d’indicateurs de plaidoyer au bout de deux ans. religieux puisqu’il donne une
les thématiques prioritaires de MdM que l’on retient au final : Le choix de ces deux indicateurs information sur la diffusion par les
(pour l’instant sur les thématiques > pour renseigner un indicateur, permet donc de suivre les résultats radios communautaires de messages
de réduction des risques et de santé il est le plus souvent nécessaire et les effets des activités de plaidoyer encourageant l’espacement
sexuelle et reproductive) ; de renseigner plusieurs variables sur toute la durée du projet. Le premier des naissances. Il s’appuie sur des
> les listes d’indicateurs parfois (ce qui démultiplie les efforts permet de suivre l’activité de plaidoyer données disponibles dans les rapports
imposées par les bailleurs de fonds, de collecte) ; en tant que telle pour savoir si écrits des stations de radio. Les radios
des consortiums, etc. > t out indicateur retenu doit être l’on se rapproche de l’objectif fixé communautaires sont d’accord pour
analysé de façon périodique (intégration de la CU dans la liste des transmettre trimestriellement ces
Quels sont (hebdomadaire dans les premiers médicaments essentiels). Le second rapports à l’AMPF, partenaire local
mois de l’urgence, mensuelle, permet de connaître les effets d’un du projet.
les indicateurs lisibles trimestrielle ou annuelle). plaidoyer réussi sur la disponibilité
et compréhensibles On ne renseigne pas un indicateur de la CU dans les structures de santé
pour « savoir », mais pour « agir ». soutenues par MdM.
pour nos interlocuteurs ?
Les données pour le calcul de ces 2 / DÉFINIR
En fonction des interlocuteurs, « l’information
parlante » ne sera pas forcément la même. EXEMPLE « FIL ROUGE »
indicateurs sont disponibles puisque
le premier est calculé à partir LES BASES
Le destinataire de l’information est LA MISE EN PLACE DU SYSTÈME
donc un facteur à prendre en compte DE MONITORING
des rapports d’activité de MdM, des
procès-verbaux et des comptes rendus DU SYSTÈME
dans le choix des indicateurs du système de réunions ; et le second renseigné
de monitoring. Le financement a été obtenu pour le à partir des rapports des visites de « Quoi ? »,« Comment ? », « Où ? »,
projet de lutte contre les grossesses supervision. De plus, si ces indicateurs « Combien ? », « Quand ? »,
Par exemple, pour rendre compte non désirées au Libertalia. permettent de suivre les résultats « Qui ? », « Pourquoi ? », « Pour qui ? »…
des effets de la gratuité des accouche- L’équipe projet de Médecins et effets des activités de plaidoyer, Ce sont ces questions qui permettent, grâce à
ments assistés sur l’utilisation des services du Monde doit maintenant mettre ils donnent aussi la possibilité une réflexion systématique, de sélectionner les
de santé, le ministère de la Santé peut en place le système de monitoring de communiquer sur la disponibilité de indicateurs les plus pertinents, dont la collecte
être particulièrement sensible à l’évolution à partir du cadre logique existant. la CU auprès des centres de santé, de est possible ; de clarifier les modalités de
du taux des accouchements assistés l’équipe cadre du district, du partenaire collecte, d’analyse et de partage des données
ou au nombre de décès maternels. Pour suivre le résultat 3 AMPF et des leaders communautaires. et de définir précisément les responsabilités.
Les politiques peuvent être assez peu Ce travail de définition et d’explicitation des
sensibles à ces mesures et préférer avoir « Des protocoles nationaux pour Pour suivre le résultat 5 rôles et responsabilités doit se faire en équipe.
des mesures financières montrant que les services de planification familiale
la gratuité des accouchements assistés incluant l’accès à la contraception « Les leaders religieux des 10 Ce questionnement systématique
n’entraîne pas au final de surcoût pour le d’urgence sont mis en place communautés du district du Saapland se traduit par un tableau récapitulatif
système de santé (baisse du recours tardif et diffusés d’ici à deux ans », deux sont sensibilisés sur l’importance de la (Indicators Summary) qui sert de base à la
aux soins). indicateurs avaient été choisis : planification familiale et encourageant discussion en équipe et constitue la première
1. Nombre d’interpellations écrites l’utilisation des services de PF d’ici étape dans l’élaboration du Monitool.
Quelques questions pour guider la réflexion : ou orales faites auprès des autorités à trois ans », l’indicateur choisi est :
>C omment allons-nous analyser de santé nationales et partenaires nombre d’émissions radio en présence Les informations contenues dans l’Indicators
les indicateurs collectés ? institutionnels sur la CU ; des leaders religieux passant des Summary sont également essentielles
>À qui allons-nous diffuser ces 2. Nombre de structures de santé messages favorables à l’espacement pour assurer la continuité de la collecte.
informations, en interne ou en externe ? dans le district proposant une CU. des naissances. En effet, pour que deux personnes différentes
>À quel type d’information ces soient en mesure de collecter et d’analyser
destinataires sont-ils le plus sensibles ? le même indicateur, il est important de

FR 240 241 FR
LE SUIVI / MONITORING /
LES ÉTAPES DANS L’ÉLABORATION ET L’UTILISATION D’UN SYSTÈME DE MONITORING 3.3B
préciser la fréquence de collecte (« quand ? »), Pour les raisons qui ont été évoquées ZOOM
le mode de calcul (« comment ? »), auparavant (possibilité de comparaisons), POPULATION-BASED VS SERVICE-BASED concernant le fonctionnement
les sources de collecte (« où ? »), la personne il est intéressant de savoir si ces indicateurs et la qualité de ces services, mais
responsable de la collecte (« par qui ? »), correspondent à : donnent une information biaisée
les raisons de la collecte (« pourquoi ? ») et >d  es indicateurs définis comme essentiels Il convient de faire particulièrement
lorsqu’il s’agit d’évaluer l’état de santé
les destinataires de l’analyse (« pour qui ? »). au niveau international pour le suivi attention aux populations de référence
de la population cible dans son
d’une thématique par exemple des indicateurs, c’est-à-dire celles
ensemble. Le principal inconvénient
ZOOM les Objectifs du millénaire pour le à partir desquelles ils ont été calculés
des données issues des services
QU’EST-CE QUE LE MONITOOL ? développement (OMD) ou les Objectifs et notamment pour le dénominateur
sanitaires se rapporte au biais
de développement durable (Sustainable lorsqu’il s’agit d’un ratio.
de sélection de la population utilisant
Development Goals (SDGs)) ; Ces populations peuvent correspondre :
ces services. En effet, une part plus
Le Monitool est un outil informatisé >d  es indicateurs nationaux renseignés >s  oit à la population cible totale
ou moins importante de la population
standardisé. C’est, pour MdM, dans le SNIS d’un pays, suivis de manière (population-based) ;
cible n’utilise pas les services
l’unique outil de monitoring routinière par le système de santé de ce >s  oit aux utilisateurs des services
et souvent les personnes utilisant
qui comprend tous les indicateurs pays et qui permettent d’aider à la décision (service-based).
les services sont ceux qui, en toute
de suivi des résultats et effets des politiques nationales de santé. logique, n’ont pas les plus grands
d’un projet (mêmes issus de Les indicateurs calculés à partir
problèmes d’accès aux soins. Le biais
différents cadres logiques bailleurs). des données de population totale
Le Monitool et le cadre logique Comment donnent des informations sur la santé
de sélection « favorise » ainsi ceux
qui ne sont pas les plus éloignés, etc.
sont des documents dynamiques (calcul de l’indicateur) (dont la couverture en services)
et complémentaires qui évoluent Il convient de préciser le mode de calcul de la population cible, que cette
Exemple de la mortalité maternelle :
en parallèle. de l’indicateur. S’il s’agit d’un ratio entre dernière ait ou non fréquenté les
> calculée sur l’ensemble de la
deux nombres (par exemple : pourcentage services de santé. Pour calculer ces
Le Monitool inclut : population, elle informe sur la santé
de consultations de PF menées selon indicateurs, on doit pouvoir disposer
>L  e résumé des indicateurs des mères dans l’ensemble ;
les standards nationaux, ou taux de données concernant l’ensemble
(Indicators Summary), > calculée à partir des données
de mortalité), il est important de savoir ce de la population, et notamment
qui rassemble les indicateurs des centres de santé (mortalité
que l’on inclut dans le numérateur, et surtout de données démographiques fiables
et quand, comment, où, par qui, maternelle « institutionnelle »), elle
dans le dénominateur. Il convient aussi pour le dénominateur. Cela est parfois
pourquoi et pour qui les reflète surtout la prise en charge
d’expliciter les termes employés, surtout difficile dans les pays à revenu faible
données doivent être collectées des femmes enceintes et de
s’ils peuvent avoir diverses interprétations ou intermédiaire et oblige à recourir à
et analysées, l’accouchement dans ces centres.
(ex/ consultation de qualité, visite des estimations qui peuvent être plus
>L e plan de monitoring
de supervision, etc.). ou moins précises. Lorsque celles-ci
(tableau + graphiques) qui
sont fausses, il est parfois possible
rassemble les données collectées
Cette explicitation du mode de calcul d’avoir des taux de couverture
afin de faciliter leur analyse.
constitue une étape essentielle : en effet, des services dépassant les 100 % Où
les modes de calculs sont parfois différents qui ne peuvent être analysés que par (sources de vérification)
dans le SNIS et au niveau international ; une étude des tendances. Lors de l’identification des sources
Les paragraphes suivants expliquent de plus, cela permet d’assurer une continuité de vérification (supports de collecte),
Cette difficulté à obtenir des données
chacune des colonnes de l’Indicators dans les modes de calcul, même en cas il est indispensable d’être aussi précis que
démographiques fiables conduit
Summary. de changements de personnel dans l’équipe. possible : dans quel formulaire peut-on
à calculer les indicateurs à partir
trouver l’information ? On insiste ici encore
des utilisateurs de services. Il s’agit
Enfin, le fait de définir clairement la manière sur l’importance de ne pas faire doublon
Quoi (intitulé) dont sont calculés les indicateurs facilite
là d’un sous-groupe de la population
avec le SNIS et/ou de créer des systèmes
cible ayant des caractéristiques
Il s’agit de l’intitulé de l’indicateur. la collecte des données, puisque l’on sait parallèles (voir chapitre « Programmation »).
spécifiques, en particulier celle d’avoir
Les indicateurs s’expriment en valeur exactement quelle est l’information recherchée.
accès à ces services. Ces indicateurs
brute ou en pourcentage. Ils peuvent être Dans le cas où les registres, les feuilles
apportent des informations importantes
regroupés en fonction des objectifs de suivi, les supports informatiques n’existent
ou résultats qu’ils permettent de suivre. pas, ils doivent être élaborés, avec les

FR 242 243 FR
LE SUIVI / MONITORING /
LES ÉTAPES DANS L’ÉLABORATION ET L’UTILISATION D’UN SYSTÈME DE MONITORING 3.3B
partenaires le cas échéant, dans être fréquente. Par exemple, il est judicieux dont le calcul nécessite la réalisation de réfléchir au type de décisions qui
la mesure du possible avant le démarrage de suivre de façon rapprochée le nombre d’une enquête ponctuelle ne peut être pourraient émaner de l’analyse d’un indicateur
des activités, ou, au plus tard, au tout de cas suspects de choléra afin de calculé mensuellement. spécifique.
début. Ces supports doivent être structurés mettre rapidement en œuvre des mesures
en amont et ne pas être trop souvent adéquates en cas de pic épidémique. Si les raisons de la collecte d’un indicateur
modifiés, sinon les informations ne sont On réalisera alors une collecte
Qui ne sont pas clairement identifiées,
plus comparables au fil du temps. Cela est quotidienne. (personnes responsables il est important de requestionner la pertinence
d’autant plus essentiel dans les situations de la collecte et de l’analyse) et l’utilité de cet indicateur.
où le turnover des équipes est important >L
 a variabilité du phénomène mesuré Il convient d’identifier, pour chaque
et où chaque nouvel arrivant a tendance par l’indicateur : plus il évolue indicateur, la personne responsable
à vouloir apporter sa touche personnelle rapidement, plus il doit être suivi de façon de la collecte et la personne responsable de
Pour qui
aux supports de collecte… rapprochée. Si l’on ne mesure pas l’analyse ; ce n’est en général pas la même. (qui est le destinataire
l’indicateur avec une fréquence suffisante, Il ne s’agit pas de mentionner un nom, mais de cette information ?)
on risque de ne pas savoir ce qui s’est plutôt de préciser la fonction de la personne Pour qui collectons-nous cet indicateur ?
Combien réellement passé entre deux mesures. chargée de la collecte, et ce afin de faciliter À qui allons-nous communiquer l’évolution
(baseline et cible) Un exemple : on suit le stock des la passation de responsabilités en cas de de cet indicateur ?
La valeur de base (baseline) correspond médicaments essentiels dans un contexte turn over des équipes (ex : sage-femme,
à la valeur initiale de l’indicateur. La cible d’afflux de réfugiés : on constate un faible superviseur, etc.). Toutes les personnes/institutions ne sont
(target) est la valeur que l’on se donne pour taux de rupture sur un mois ; ce faible pas en demande des mêmes informations.
objectif d’atteindre dans un temps donné. taux, étalé sur un mois, peut toutefois En fonction du type d’interlocuteur,
Un indicateur peut être associé à une masquer une rupture de stock beaucoup
Pourquoi la présentation des données doit être
ou plusieurs cibles intermédiaires ou finales. plus importante mais survenue sur (que vais-je faire de l’information envisagée de manière différente et
une plus courte période. obtenue par le calcul de l’indicateur ?) adaptée. S’interroger sur le destinataire
La détermination d’une valeur de base L’objectif est ici de préciser l’information de l’information peut aussi faire apparaître
(baseline) et de cible(s) (target) doit être >L
 a sensibilité de l’indicateur : apportée par l’indicateur et les raisons pour une inadéquation entre le type d’information
adaptée en fonction de la situation existante certains indicateurs « sensibles » lesquelles cette information est retenue. fourni par l’indicateur et les attentes
dans la zone d’intervention et de ce que sont capables de révéler sans délai du destinataire. Dans ce cas, il convient
l’on peut espérer atteindre de façon réaliste de très petites fluctuations du phénomène, Chaque indicateur est choisi, en fonction de se réinterroger sur l’indicateur utilisé.
par l’intervention de MdM (voir chapitre et d’autres se manifestent de façon de sa pertinence, pour suivre l’évolution
« Programmation »). retardée et seulement lors de changements d’un phénomène. La question est ici Par exemple, si l’on souhaite démontrer
importants. Si l’on utilise la mortalité de savoir comment on souhaite utiliser au ministère de la Santé les effets
maternelle comme indicateur de la santé l’évolution observée ? de la gratuité des accouchements assistés
Quand maternelle, une diminution ne peut être sur l’utilisation des services de santé,
(fréquence de la collecte) observée que de façon retardée par Par exemple, le taux d’accouchements le taux d’accouchements assistés est
Il s’agit de définir le rythme de la collecte. rapport aux activités mises en œuvre pour assistés, s’il est calculé avant et après la une mesure à laquelle cette administration
Tous les indicateurs ne varient pas de améliorer la santé des mères. D’autre part, réforme, mesure bien les effets de la gratuité sera sensible. En revanche, les politiques
la même façon ; la fréquence de collecte la santé des mères peut s’améliorer de ces actes sur l’utilisation des services. seront peut-être plus attentifs aux mesures
ne doit donc pas être systématiquement sur certains points sans que l’on observe Mais que nous apporte le fait de savoir que financières qui prouvent qu’une telle mesure
la même pour tous, même si, en général, d’effets sur la mortalité. Dans ce type le taux d’accouchements assistés a augmenté, n’entraîne pas globalement de surcoût
elle est mensuelle. de situation, une collecte semestrielle diminué ou stagné dans le temps ? Cette pour le système de santé.
est alors généralement suffisante. information peut nous permettre de réajuster
Pour fixer le rythme de la collecte, nos activités pour atteindre les cibles fixées, De plus, il est essentiel d’identifier les
il faut prendre en compte plusieurs éléments >L
 es moyens nécessaires à la collecte de promouvoir cette politique auprès du personnes/institutions destinataires
plus ou moins interdépendants : et à l’analyse : la fréquence de la collecte ministère de la Santé, ou encore d’alimenter de l’information afin de pouvoir les informer
doit aussi être estimée en fonction les résultats d’une recherche opérationnelle. en temps voulu sur l’évolution d’un indicateur.
>L
 a réactivité voulue par rapport du temps et des ressources humaines Cette communication est importante pour :
au phénomène suivi : plus on souhaite et matérielles nécessaires à la collecte Le monitoring du projet est une aide à la prise >p  rendre des décisions ou informer
réagir rapidement, plus la collecte doit et au suivi. Par exemple, un indicateur de décision. La colonne « Pourquoi » permet les personnes concernées des éventuels

FR 244 245 FR
LE SUIVI / MONITORING /
LES ÉTAPES DANS L’ÉLABORATION ET L’UTILISATION D’UN SYSTÈME DE MONITORING 3.3B
ajustements du projet liés à l’évolution Voici par exemple celui du projet de lutte 3.  Les enquêtes de population ou complétés à partir d’informations mal
d’un indicateur ; contre les grossesses non désirées au enquêtes auprès d’un échantillon définies, partielles ou mal interprétées ne
> r especter les obligations contractuelles Libertalia pour l’indicateur couples-années- représentatif de ménages (type enquête seraient d’aucune utilité et pourraient même
(ex/ bailleurs, autorités sanitaires) ; protection (voir tableau pages suivantes). CAP62) : elles permettent d’obtenir conduire à de fausses conclusions.
> informer des résultats/effets du projet des données généralisables à l’ensemble
en vue d’en renforcer l’appropriation, de la population cible mais elles requièrent ZOOM
selon le principe de redevabilité. Il est 3 / PRÉPARER beaucoup de temps, d’argent, de COUVERTURE ET UTILISATION
souhaitable en effet de communiquer logistique et de compétences techniques. DES SERVICES
régulièrement sur les avancées du projet LA COLLECTE Il est donc recommandé d’y recourir
vis-à-vis de nos interlocuteurs. avec parcimonie et seulement s’il n’est
DES DONNÉES pas possible de répondre par d’autres Pour tous les indicateurs relatifs
aux questions de couverture
La communication des résultats/effets moyens à ces besoins d’informations.
du projet auprès des différents acteurs/ Il existe différentes sources ou moyens En revanche, il faut se procurer et utiliser et d’utilisation des services, il est
parties prenantes et partenaires est un de collecte pour renseigner les indicateurs les résultats des enquêtes de population fortement recommandé de recourir
élément essentiel. Cependant, chaque acteur choisis, en fonction du type d’informations type EDS ou MICS, réalisées régulièrement aux supports de recueils déjà
peut être sensible à des types de résultats recherchées : dans la plupart des pays d’intervention. existants dans les pays d’intervention
et à des effets différents. Dans notre stratégie 1. Les systèmes d’information Ces enquêtes comportent à la fois et de limiter la création de nouveaux
de communication auprès de ces acteurs, de routine : les Systèmes nationaux des données nationales et régionales, supports de collecte. Il est préférable
il est important de définir les indicateurs d’information sanitaire (SNIS) et/ou et peuvent apporter un grand nombre d’utiliser (renforcer) les systèmes
qu’il est le plus pertinent de mettre en avant. Système d’information sanitaire des d’informations utiles. Il est également existants (même s’ils sont de qualité
établissements sanitaires (SIS) permettent possible de prendre en compte des moyenne ou incomplets) plutôt que
Un système de monitoring doit être pensé d’avoir accès aux statistiques des services enquêtes réalisées par d’autres acteurs. de mettre en place des systèmes
de façon globale pour répondre aux besoins de santé, aux données épidémiologiques, 4.  Le suivi longitudinal d’un groupe de recueil parallèles. Le but est ici
d’information de MdM, des partenaires, administratives et financières pour de personnes, ou suivi de « cohorte » d’éviter d’alourdir la charge de travail
des bailleurs, etc. Mais il faut s’interroger une zone administrative précise : le pays, est parfois très utile, même s’il implique des personnels de santé. De plus,
sur un indicateur qui ne répondrait le district et également la communauté. un investissement important en termes ces données sont souvent déjà saisies
qu’à la demande d’un bailleur. N’y a-t-il pas En fonction du contexte, d’autres de temps et d’énergie. Il est par exemple et informatisées (le plus souvent
un autre indicateur qui satisferait le besoin systèmes d’information de routine justifié en cas d’utilisation d’un traitement au niveau du district).
d’information de ce bailleur tout en servant peuvent exister. Ces données présentent au long cours dans un nouveau contexte
les besoins opérationnels du projet ? l’avantage d’être souvent déjà saisies (ex/ traitement de substitution aux opiacés) La majorité des indicateurs doit
De même, la question peut être posée pour et informatisées. S’il existe des données afin d’évaluer l’adhérence des participants donc être renseignée grâce aux
un indicateur qui ne répondrait qu’aux besoins manquantes dans les SNIS/SIS (ex/ et ses déterminants, ou encore l’efficacité formulaires existants du ministère
de communication de MdM. Peut-être des données relatives à la santé mentale), de ce traitement dans cette situation de la Santé. Des exceptions peuvent
existe-t-il un indicateur qui répondrait aux ils peuvent alors être complétés. spécifique. être faites dans le cas où MdM
besoins de MdM tout en présentant un intérêt 2.  Les enquêtes ponctuelles : souhaite documenter des éléments
pour les autorités sanitaires du pays ? elles peuvent être réalisées régulièrement, de santé particuliers, non informés
dans le cadre des visites de supervision
Mettre en place de façon routinière par les SNIS :
par exemple, pour connaître le niveau les supports de collecte santé mentale, violences liées
de satisfaction des patients ou le niveau au genre, etc. ou quand, à la suite
À NOTER / Une fois les indicateurs définis, il faut mettre
de compétences des professionnels d’un conflit ou d’une catastrophe
Des données qui ne seront pas en place les conditions qui permettent
de santé. On peut aussi effectuer naturelle, il n’existe plus de système
analysées ne doivent être de collecter des données de qualité,
des post-tests après une formation ou national de recueil.
ni collectées ni informatisées. qui seront analysées et utilisées dans
des entretiens auprès de travailleurs
le cadre du suivi de projet. Des indicateurs
sociaux. Ces enquêtes allient différentes
méthodes : observation d’un échantillon
62. P
 our plus d’informations, se référer au guide MdM,
L’onglet « Indicators Summary » du Monitool d’actes médicaux, études de cas, focus « Collecte de données, Méthodes quantitatives,
permet de rassembler, pour chaque indicateur, groups ou entretiens avec des soignants, L’exemple des enquêtes CAP », 2011, disponible sur
les réponses à cette série de questions. des patients, des travailleurs sociaux, etc. le site internet de MdM en français, anglais et espagnol.

FR 246 247 FR
LE SUIVI / MONITORING /
LES ÉTAPES DANS L’ÉLABORATION ET L’UTILISATION D’UN SYSTÈME DE MONITORING 3.3B
ONGLET « INDICATORS SUMMARY » DU MONITOOL
PROJET DE LUTTE CONTRE LES GROSSESSES NON DÉSIRÉES AU LIBERTALIA

QUOI COMBIEN QUAND

Numéro Libellé Ind. Ind. Base Cible Fréquence


de Min International
l’indicateur Santé Semaine Mois Trimestre Année Enquête

Objectif spécifique : Diminuer le nombre de grossesses non désirées


des femmes en âge de procréer du district du Saapland par le renforcement
de l’offre et de la demande en PF

OS 1 Couple- X À determiner Année 1 : 50% X


année en début
de de projet Année 2 : 70%
protection
Année 3 : 100%

COMMENT OÙ QUI POURQUOI POUR QUI

Formule de calcul Sources Personne Personne chargée À quoi va servir cet indicateur ? Pour qui
de l’indicateur de vérification chargée de l’analyse calculons-nous
(Numérateur /  (Formulaire du recueil de données cet indicateur
Dénominateur) utilisé lors de données (qui est notre
de la collecte) cible) ?

Objectif spécifique : Diminuer le nombre de grossesses non désirées


des femmes en âge de procréer du district du Saapland par le renforcement
de l’offre et de la demande en PF

Couple-années de SNIS Coordo. Med Coordo. Med Cet indicateur permet de faire une estimation de la protection contre Équipe projet
protection = nombre la grossesse fournie par les services de planification familiale sur Bailleur
de contraceptifs une période d’un an, basée sur la quantité de tous les contraceptifs
distribués par type vendus ou distribués gratuitement aux clients pendant cette même
pendant une année x année. Il permet d’avoir un suivi de l’utilisation de contraceptifs
durée moyenne lorsque le taux de prévalence contraceptive n’est pas disponible.
de leur efficacité.
Exemple (n cycles Isolé, cet indicateur donne une indication sur les effets du projet.
de contraceptifs
oraux x 1/15) + Analyser sa tendance au regard des autres indicateurs (1.1 - 1.2 - 2.1
(n préservatifs x - 4.1 - 5.1) permet d’identifier les points de blocage ou les activités
1/120) + ayant la plus grande influence sur la protection d’une population.
(n Jadelle x 3,8 + …)

FR 248 249 FR
LE SUIVI / MONITORING /
LES ÉTAPES DANS L’ÉLABORATION ET L’UTILISATION D’UN SYSTÈME DE MONITORING 3.3B
À NOTER / les hommes et les femmes,
>m  anipuler les outils de collecte ;
> identifier les incohérences ;
4 / TESTER
Il peut arriver que le personnel
de santé doive déjà remplir plus
les jeunes et les personnes âgées,
déplacés et non déplacés,
> faire remonter les problèmes ;
>a  nalyser des données ;
LE SYSTÈME
de quinze formulaires différents réfugiés…). >é  mettre des recommandations, etc.
Avant tout lancement d’un système
en comptant les fiches et registres de monitoring, il faut le tester sur quelques
du ministère de la Santé, du Fonds sites pilotes : cela permet de relever de
mondial de lutte contre le paludisme, À NOTER / possibles incohérences ou des problèmes
et du Plan national de lutte contre Il est important d’associer toutes les personnes Les personnes chargées de faisabilité et de s’assurer que les
le sida ; il est alors plus judicieux participant à la collecte de données dela collecte ne sont pas forcément personnes en charge de la collecte peuvent
d’utiliser les fiches existantes, (personnel de MdM, des centres de santé, celles qui analysent les données. encore, à ce niveau, exprimer toutes
en y ajoutant un ou deux indicateurs data clerk…) au processus d’élaboration Le manque de vision sur l’utilité leurs interrogations et difficultés. De même,
supplémentaires pertinents si des outils et de définition des modalités des données peut parfois conduire à ce stade, il est encore possible de faire
nécessaire plutôt que d’ajouter de collecte. Il faut prendre soin de définir à négliger certains aspects de des modifications et ajustements, ce qui
de nouveaux formulaires de MdM. les rôles de chacun : Qui sera responsable la collecte. S’assurer qu’il y a une est beaucoup plus difficile lorsque le système
de rassembler les données ? Qui supervisera bonne compréhension des finalités est lancé à plus grande échelle.
le processus ? Qui analysera les données ? est un levier d’action important
Qui rapportera l’information générée pour améliorer la qualité des Les questions suivantes peuvent être
Il est donc important de prendre par l’analyse ? données collectées. une base utile pour tester le système :
le temps de bien construire les formulaires
>L es utilisateurs comprennent-ils l’objectif
ou fiches de collecte de données Ce travail sur la qualité des outils
et savent-ils utiliser les supports de
et de former le personnel (de MdM de collecte et la formation du personnel doit
collecte ?
ou de structures partenaires) qui assurera se faire dès la phase d’implantation, puis, Quelle que soit la solution retenue pour
>O nt-ils bien conscience du type
la collecte. si nécessaire, être amélioré au cours la saisie des données, il est indispensable
de données à collecter, et savent-ils
de la phase de mise en œuvre. Les outils d’organiser un temps de formation qui mette
où les trouver ?
Plusieurs questions doivent se poser doivent être testés avant d’être utilisés, l’accent sur la façon dont se présente
>L e personnel a-t-il le sentiment d’avoir
au moment de l’élaboration des outils de puis ajustés lorsque, dans la pratique, des la base de données et la manière dont
les compétences requises pour
collecte de données et de leur mise en place : biais ou des manques sont constatés, ou les informations doivent être saisies.
la collecte de données ? Ou a-t-il besoin
>L  es formulaires permettent-ils qu’il paraît utile d’apporter des améliorations.
de formations spécifiques, sur les
de rassembler/collecter toutes Attention cependant à ne pas modifier trop
techniques d’entretien, les supports
les informations/données nécessaires souvent les supports de collecte après la À NOTER / de collecte informatisés, par exemple ?
au monitoring ? (surtout ne pas oublier période de test ; on risquerait alors de ne plus Un Monitool bien renseigné permet >L es supports de collecte sont-ils remplis
les désagrégations envisagées). pouvoir comparer des données collectées de formaliser les besoins en de façon systématique, correcte
>D  ans quelle(s) langue(s) les outils de manière différente. De plus, la personne données, les formules de calcul et cohérente ?
doivent‑ils être élaborés ? La traduction qui collecte les données doit s’adapter des indicateurs de suivi, les formats
est-elle fidèle ? à chaque nouveau format, ce qui augmente de collecte de données, l’organi-
>E  tc. les risques d’erreurs et de lassitude. sation du mouvement de données
sur le projet ainsi que les

À NOTER /
Former responsabilités des membres de
l’équipe participant au monitoring.
Les indicateurs doivent être à la collecte Ce document permet aussi
décomposés par sexes, par tranches d’assurer une continuité en cas
d’âge ou selon d’autres catégories, Il est essentiel de former les personnes de turnover.
quand cela est approprié et lorsque qui effectuent la collecte des données et
c’est possible (cela peut permettre les rapports. Il s’agit de s’assurer que ces
de révéler des inégalités entre personnes ont une bonne compréhension
des attentes et de la finalité de la collecte
et qu’elles savent :

FR 250 251 FR
3.3C 3.3D
COLLECTER LES
DONNÉES ET PROTÉGER
LES DONNÉES
COMPILER
ET PRÉSENTER
LES DONNÉES 64
SENSIBLES 1/ SAISIE
Selon le volume du projet, et donc
des données qu’il génère, il est souhaitable

>
d’avoir une personne dédiée au système
Il est important de veiller à protéger les usagers DES DONNÉES 64
de monitoring (monitoring officer).
des projets en sécurisant les données personnelles Il revient à l’équipe terrain d’organiser Idéalement, la personne chargée de la saisie
qu’ils nous ont confiées. la saisie des données sous la responsabilité peut commencer à entrer les données
de la personne identifiée (coordinateur en parallèle avec le travail de collecte sur
général, coordinateur médical, coordinateur le terrain. Cela permet de repérer d’éventuelles
MdM considère que toutes les données La conduite d’entretiens, le classement et
programme, responsable du monitoring erreurs d’annotation ou de remplissage
nominatives ou permettant d’identifier l’archivage des dossiers médicaux,
(monitoring officer)). (par exemple 300 seringues distribuées
une personne par recoupement, ayant trait la saisie de données sensibles doivent être
à une seule personne lors d’une visite
à son état de santé ou à son histoire de exécutés selon des dispositifs, communs
Le processus de saisie des données requiert au lieu des 30 habituelles) et de pouvoir
vie constituent des données personnelles