Vous êtes sur la page 1sur 208

Revue Stratégique de la Sécurité Alimentaire et

Nutritionnelle en Algérie

Première Partie
Analyse de l’état de la Sécurité Alimentaire
et Nutritionnelle en Algérie

CREAD, Mars 2018


1

Revue Stratégique de la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle en Algérie.

Centre de Recherche en Economie Appliquée au Développement –


Programme Alimentaire Mondial
Alger, Mars 2018
Rapport établi sous la coordination du Pr. Foued CHEHAT
Rédigé par :
 Slimane BEDRANI,
 Omar BESSAOUD,
 Salima SALHI,
 Messaoud LAZREG,
 Amal BOUZID
2

Sommaire………………………………………………………………………………………….2

Liste des Acronymes ...................................................................................... 5

Liste des Graphes ............................................................................................................... 6

Liste des Tableaux .............................................................................................................. 8

Liste des Figures …………………..…………………………….………………………………10

Résumé ...............................................................................................................................11

INTRODUCTION ...................................................................................................................... 15

Section 1: Analyse de la situation alimentaire et nutritionnelle ……………………………………………………15

1. Cadre méthodologique de la revue............................................................................... 15

2. Contexte géographique et socio-économique ............................................................... 18

2.1. Géographie et ressources naturelles .........................................................................18

2.2. Démographie ...............................................................................................................22

2.3. Politique macroéconomique .......................................................................................26

2.3. Politique agricole et alimentaire .................................................................................30

2.4. Impact sur les agrégats macroéconomiques ............................................................33

3. Potentialités et contraintes du secteur agricole ............................................................ 38

3.1. Une S.A.U insuffisante ……………………………………………………………….……38

3.2. Des contraintes climatiques de plus en plus pesantes ............................................40

3.3. Des contraintes climatiques présentes dans tous les agrosystèmes……………41

3.4. Place de l'agriculture dans l'économie nationale…………………………………….43

4. Bilan de la situation alimentaire et nutritionnelle .......................................................... 50

4.1. Disponibilités alimentaires et structure de la ration alimentaire moyenne


disponible ...........................................................................................................................50

4.2. Pertes et gaspillage et leur(s) origine(s) ....................................................................57

4.3. Structure des dépenses de consommation alimentaire des ménages ....................58

4.4. Aides alimentaires (cibles, formes et niveaux)..........................................................62

4.5. Principales causes de l’insécurité alimentaire ..........................................................65


3

4.5.1. Contraintes pour l’accès financier (évolution des prix sur le marché) et pour
l’accès physique ............................................................................................................. 65

4.5.2. Groupes, ménages et individus vulnérables ..................................................... 66

4.6. Indicateurs internationaux d’évaluation de la sécurité alimentaire .........................68

4.6.1. L’Index Global de la Faim (Global Hunger Index – GHI) ................................................ 68

4.6.2. L’Index Mondial de la sécurité alimentaire (GFSI) ....................................................... 70

5. Les autres facteurs de la sécurité alimentaire et nutritionnelle ................................... 72

5.1. L’assainissement et accès à l’eau :............................................................................72

5.2. La santé ........................................................................................................................74

Conclusion de la première section ...................................................................................... 77

Section 2 : Politiques, Stratégies et Plans nationaux…………………..…………..……… 78


a) Objectifs et programmes de Développement………………………………………….…80

1.1. Le Programme de Soutien à la Relance Economique (2001-2004)………… ….81


1.2. Le Programme Complémentaire de Soutien à la Croissance Economique ….....82
1.3.Le Plan Quinquennal 2010-2014 …………………………………………………….84
1.4. Le Plan quinquennal 2015-2019………………………………………………….84
b) Plans et objectifs pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle…………………………85
2.1. Le Plan national de Développement Agricole …………………………………..85
2.2. Le Plan national de développement agricole et rural PNDAR…………………86
2.3. La politique du renouveau agricole et rural PRAR ……………………………..91
2.4. Dispositif de régulation des marchés et des prix (SYRPALAC)……………….96
2.5. Les plans de développement de la pêche ………………………………… ….97
2.5.1. Le PNDPA (2003-2007) …………………………………………………….97
2.5.2. Le Schéma directeur SDDAPA horizon 2025……… …………………… 99
2.5.3. La feuille de route STRAT- E - SAID (2012-2014)…………………… .101
2.5.4. Le plan Aquapêche 2020………………………………………………….102
2.5.4.1. Méthodologie et phasing de formulation du plan……………… ….102
2.5.4.2. Contenu du plan et la stratégie opérationnelle formulée…… ……103
2.5.4.3. Une prospective du secteur de la pêche et de l‟aquaculture ….105
c) Programmes et instruments du développement agricole (2000-2017) ……………...107
3.1. Objectifs et contenu du programme de renouveau agricole …………………….107
3.1.1. Programme d‟intensification de la céréaliculture ………………………...110
3.1.2. Programme d‟intensification des légumineuses alimentaires ………….111
3.1.3. Programme d‟intensification de la pomme de terre .…………………….112
3.1.4. Programme d‟intensification de la tomate industrielle …………………..113
3.1.5. Programme d‟intensification de l‟oléiculture ……………………………..114
3.1.6. Programme d‟intensification de la filière lait ……………………………..115
3.1.7. Programme d‟intensification de la filière avicole …………..…………….117
3.1.8. Impacts des programmes de renouveau agricole ……………………….119
3.2. Programmes et instruments du développement rural (2000-2017) …………….121
3.2.1. Protection des bassins versants des barrages …………………………..122
3.2.2. Programme de lutte contre la désertification…………………………..…123
3.2.3. Réhabilitation et extension du patrimoine forestier ……………………...124
3.2.4. Programme de conservation des écosystèmes naturels ……………….125
4

3.2.5. Extension de la S.A.U par la mise en valeur des terres ……………… 126
3.2.6. Impacts des programmes de renouveau rural ………………………… 126
3.3. Programmes et instruments du développement de la pêche ………………… 127
3.4. Sources, niveau de financement et tendances pour le développement agricole
……………………………………………………………………………………………..135
3.5. Sources, niveau de financement et tendances pour le développement rural …138
d) Objectifs et programmes pour les ressources en eau…………………………………139
4.1. Les résultats des politiques de l‟eau jusqu‟en 2015……………………………139
4.1.1. La mobilisation des eaux de surface : les barrages…………………….139
4.1.2. La mobilisation ses eaux souterraines. : les forages et les puits……...140
4.1.3. La mobilisation des ressources hydriques non conventionnelles…… 140
4.1.3.1. Le dessalement des eaux de mer…………………………………..140
4.1.3.2. L‟épuration des eaux usées pour l‟irrigation………………………..140
4.2. Les réseaux d‟adduction d‟eau potable et les grands transferts……………..140
4.3. Les infrastructures d‟assainissement……………………………………………141
4.4. Les infrastructures d‟hydraulique agricole………………………………………141
4.5. La stratégie des ressources en eau jusqu‟en 2030 et plan 2015-2019….. …143
4.5.1. La stratégie des ressources en eau jusqu‟en 2030…………………….143
4.5.2. Le plan 2015-2019…………………………………………………………144
4.6. Les ressources financières consacrées à l‟eau………………………………...144
5. Objectifs et programmes de l‟industrie agroalimentaire…………………………….145
5.1. Politique et stratégie pour l‟industrie agroalimentaire……………………146
5.2. Programmes, activités et outils pour le secteur agroalimentaire………..147
5.3. Impacts des programmes, des activités et des outils déployés…………149
6. Objectifs et programmes de la santé publique ………………………………………155
6.1. Stratégie et politiques de santé publique…………………………………………..155
6.2. Financement des programmes de santé publique………………………………..158
6.3. Stratégie en matière de sécurité sanitaire des aliments………………………….160
7. Objectifs et programmes de lutte contre la pauvreté ……………………………….169
8. Objectifs et programmes pour la protection sociale…………………………………177
8.1. La caisse nationale d'assurances sociales des travailleurs salariés ………..177
8.2. La Caisse Nationale de Retraite (CNR)…………………………………………178
8.3. La Caisse Nationale d'assurance chômage (CNAC)…………………………..178
8.4. La Caisse Nationale de Sécurité Sociale des Non-Salariés (CASNOS)…….179
8.5. Caisse nationale des congés payés et du chômage intempéries…………….179
8.6. La Caisse Nationale de Mutualité Agricole…………………………………......180
8.7. Les allocations familiales1………………………………………………………..180
8.8. Financement de la protection sociale……………………………………………181
8.9. Intervention du budget de l‟État1 ………………………………………………..182
9. Stratégie et politiques de gestion des catastrophes…………………………………183
10. Dispositions et capacités institutionnelles…………………………………………….184
8.1. Les institutions publiques parties prenantes …………………………………...184
8.2. Les institutions de la société civile………………………………………………185
8.3. L‟absence de mécanismes de coordination ……………………………………186
11. Plans et objectifs des partenaires …………………………… …………………….189
11.1. Appui de l‟Union Européenne………………………………………………189
11.2. Appui de la Banque Mondiale……………………………………………...190
11.3. Les projets financés par le FIDA……………………………………………191
Conclusion de la section 2………………………………………………………………………...191
Annexe 1…………………………………………………………………………………………….194
Annexe 2 ……………………………………………………………………………………………195
Annexe 3…………………………………………………………………………………………….197
Bibliographie…………………………………………………………………………………… ...201
5

Liste des Acronymes


ADS : Agence de Développement Social
AFS : Allocation Forfaitaire de Solidarité
ALNUTS : Laboratoire de recherche Alimentation Ŕ Nutrition Ŕ Santé, Université de
Constantine
B.A.D.R : Banque de l‟Agriculture et du Développement Rural
CNMA : Caisse Nationale de la Mutualité Agricole
CSA-FAO : Comité Sécurité Alimentaire de la FAO
DA : Dinar Algérien
D.A.S : Domaine Agricole Socialiste
DGF : Direction Générale des Forêts
EAC : Exploitation Agricole Collective
EAI : Exploitation Agricole Individuelle
IAA : Industrie Agroalimentaire
INSP : Institut National de la Santé Publique
FAO : Organisation des Nations Unies pour l‟Alimentation et l‟Agriculture
FAOSTAT : Site des Statistiques de la FAO
FIDA : Fond International pour le Développement Agricole
FNDA : Fond National de Développement Agricole
Kcal : Kilocalorie
MADR : Ministère de l‟Agriculture et du Développement Rural
MADRP : Ministère de l‟Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche
MNT : Maladies Non Transmissibles
MRE : Ministère des Ressources en Eau
MPRH : Ministère des Pêches et des Ressources Halieutiques
OMS : Organisation Mondiale de la Santé
ONAMO : Office National de la Main-d‟œuvre
ONS : Office National des Statistiques
ONU : Organisation des Nations Unies
PAM : Programme Alimentaire Mondial
PCSE Programme complémentaire de soutien à la croissance
PSCDS Programme spécial complémentaire développement des wilayas sud
PDHP Programme de développement des hauts plateaux
PNB : Produit National Brut
PNDA : Programme National de Développement Agricole
PNDAR Plan national de développement agricole et rural
PNDPA Plan national de développement de la pêche et de l‟aquaculture
PPDRI Projet de proximité de développement rural intégré
PPLCD Projet de proximité de lutte contre la désertification PRAR Politique du
renouveau agricole et rural PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement
PRCHAT Programme de renforcement des capacités humaines et d‟assistance
technique
PRR Politique de renouveau rural
PSRE Programme de soutien à la relance économique
PSRR Programme de soutien au renouveau rural
RADP : République Algérienne Démocratique et Populaire
SDDAPA Schéma directeur de développement des activités de la pêche et de
l‟aquaculture
SI-PSRR Système d‟information du programme du renouveau rural
SNADDR Système d‟aide à la décision pour le développement rural durable
SNDRD Stratégie nationale de développement rural durable SNMG : Salaire National
Minimum Garanti
SYRPALAC Système de régulation des produits de large consommation
UNICEF : Organisation des Nations Unies pour l‟Education, la Science et la Culture
6

Liste des Graphes


N°1 : Evolution de la population de 1966 à 2016 …………………………………………22
N°2 : Evolution du taux de croissance démographique de 1967 à 2016 ……………… 23
N°3 : Evolution du taux de fertilité (naissances par femme) …………………………… 23
N°4 : Evolution du taux de mortalité infantile …………………………………………… 24
N°5 : Evolution des effectifs d‟enfants de moins de cinq ans …………………………….24
N°6 : Evolution des effectifs de personnes âgées de plus de 65 ans ………………… 25
N°7 : Algérie : Perspectives de croissance de la population à 2100 …………………… 25
N°8 : Evolution du taux de croissance du P.I.B de 1980 à 1999 ……………………… 33
N°9 : Evolution du P.N.B/habitant de 1980 à 1999 ……………………………………… 34
N°10 : Evolution de la masse salariale de 1980 à 1999 ………………………………… 34
N°11 : Evolution des dépenses de consommation des ménages de 1980 à 1999 …… 35
N°12 : Evolution de la P.I.B de 2000 à 2016 ……………………………………………… 36
N°13 : Evolution du taux de croissance du P.I.B de 2000 à 2016 ……………………… 36
N°14 : Evolution du taux de chômage de 2000 à 2016 ……………………………………37
N°15 : Evolution comparative des taux de chômage, d‟activité et d‟occupation par rapport
au prix du baril de pétrole de 1966 à 2016 ………………………………………………… 37
N°16 : S.A.U par habitant en 2015 dans 5 pays méditerranéens …………………………38
N°17 : Evolution du ratio ha/habitant dans la région MENA ……………………………… 38
N°18 : Evolution de la structure du P.I.B de 2000 à 2016 ………………………………… 43
N°19 : Evolution de la part de l‟agriculture dans la P.I.B de 2000 à 2016 ……………… 43
N°20 : Evolution du taux de croissance de la production agricole en volume ………….. 44
N°21 : Evolution de la production des trois céréales principales de 2000 à 2016 …… 47
N°22 : Evolution de la production maraîchère de 2000 à 2016 ………………………….. 47
N°23 : Evolution de la production fruitière de 2000 à 2016 ………………………………. 48
N°24 : Evolution de la production des viandes de 2000 à 2016 ………………………….. 48
N°25 : Part de la production locale et des importations dans les disponibilités de blé dur 49
N°26 : Part de la production et des importations dans les disponibilités de blé tendre… .49
N°27 : Evolution comparative des disponibilités dans 5 pays méditerranéens ………… 50
N°28 : Evolution des disponibilités alimentaires par habitant de 1963 à 2013 ….………. 51
N°29 : Evolution de la consommation de protéines dans 5 pays méditerranéens … …. 51
N°30 : Evolution de la consommation de matières grasses dans 5 pays méditerranéens. 52
N°31 : Evolution des dépenses de consommation dans 5 pays méditerranéens …..…… 58
N°32 : Evolution du budget affecté aux cantines scolaires …… ………………………… 62
N°33 : Evolution des budgets affectés à la restauration par 3 ministères …………… …. 64
N°34 : Evolution du volume d‟eau disponible par habitant …………..……………………. . 73
N°35 : Evolution du nombre d‟habitants accédant à l‟assainissement ……… ………….. 74
N°36 : Evolution de l‟effectif des médecins ……………………………………………………74
N°37: Evolution du nombre d‟habitants par médecin ……………………………………… 75
N°38 : Evolution des structures de soins de 1974 à 2015 …………….…………………… 75
N°39 : Evolution du nombre de lits d‟hôpitaux ………………………………….…………… .76
N°40 : Evolution du nombre d‟habitants par lit d‟hôpital ……………...………………… .….76
N°41 : Soutiens consommés destinés aux exploitations agricoles et à la protection des
revenus des exploitants…………………………………….. ………………………………….138
N°42 : Evolution du nombre de barrages de 1962 à 2015 ……………………………..…. 139
7
N°43 : Evolution des superficies irriguées de 2000 à 2016…………………………………142
N°44 : Répartition des dépenses cumulées du budget d‟équipement duMRE……………145
N°45 : Evolution du nombre d‟unités de trituration des blés de 2005 à 2015 ………........150
N°46 : Disponibilités de produits alimentaires en kg par tête en 2015…………………….154
N°47 : Part des importations dans les disponibilités par tête des principaux produits
alimentaires en 2015…………………………………………………………………………….154
N°48 : Top 10 des taux d‟incidence du diabète de type 1 chez les moins de 20 ans…….156
N°49 : Evolution des dépenses de santé dans 3 pays du Maghreb ………………… ….159
N°50 : Evolution de la part dans le PIB des dépenses de santé dans 3 pays du Maghreb
…………………………………………………………………………………………………...159
N°51 : Evolution de la part dans le PIB des dépenses publiques de santé ………………160
N°52 : Evolution de la part dans le PIB des dépenses de santé privées …………………160
8

Liste des Tableaux

N°1 : Evolution indiciaire des importations agroalimentaires de 1963 à 1987 …………. 26


N°2 : Exportations et balance commerciale des échanges agroalimentaires ………… 26
N°3 : Evolution de la valeur des principales importations agroalimentaires …………… 27
N°4 : Part des principaux produits importés dans le total des importations …………… 27
N°5 : Evolution des prix à la consommation du pain, de la semoule et du lait …………..31
N°6 : Evolution indiciaire des prix à la consommation de 1989 à 1997 ………………… 35
N°7 : Terres disponibles pour l‟agriculture (moyenne 2011-2015) ………………… ….. 39
N°8 : Répartition générale des terres ………………………………………… …………….39
N°9 : Evolution des superficies irriguées …………………………………………………… 43
N°10 : Sources d‟approvisionnement du marché national en biens alimentaires ………..45
N°11 : Evolution des productions agricoles de 2000 à 2015……………… ………………46
N°12 : Evolution quantitative et composition de la ration alimentaire moyenne … ……..50
N°13 : Evolution de la composition en protéines et MG de la ration alimentaire ………….52
N°14 : Part des importations dans la ration alimentaire exprimée en kilocalories …… .53
N°15 : Facteurs de multiplication des importations entre 1963-67 et 2009-2013 … … .53
N°16 : Répartition des décès par affections de l‟appareil cardio-vasculaire……………….54
N°17 : Progrès accomplis en directions des objectifs du développement durable ODD… 55
N°18 : Comparaison de quelques indicateurs-clés pour 4 pays d‟Afrique dui Nord ………55
N°19 : Indicateurs de risques de mortalité liés aux MTN …………………………………….56
N°20 : Etat d‟atteinte des cibles nutritionnelles de l‟OMS ……………………………………56
N°21 : Pertes exprimées en kilocalories ………………………………………………… . 57
N°22 : Structure de la dépense alimentaire annuelle par quintile selon la dispersion … .. 59
N°23 : Structure des dépenses alimentaires par groupes de produits selon la dispersion 59
N°24 : Dépenses alimentaires par groupes de produits et par quintile …………………….60
N°25 : Structure (en%) de la dépense alimentaire annuelle par sous-groupe de produits et
selon les quintiles ……………………………………………………………………………… 61
N°26 : La restauration universitaire …………………………………………………………….63
N°27 : Indice des prix à la consommation en décembre 2016 ……………………….. ……65
N°28 : Evolution des effectifs de bénéficiaires de l‟AFS … …………………………………68
N°29 : Score GHI Algérie 1992-2016 ……………………… …………………………………69
N°30 : Classement de l‟Algérie pour le GFSI en 2017 …… ……………………………71
N°31 : Evolution du classement de l‟Algérie par rapport aux pays de la région …………..72
N°32 : Algérie 2015 : Accès à l‟eau et à l‟assainissement …………………………………..73
N°33 : Allocation sectorielle des dépenses budgétaires d‟équipement (2000-2004) ……..82
N°34 : Evolution de la population active et occupée selon les secteurs……….…………...82
N°35 : PCSC. Autorisations et crédits de paiement du budget initial …………….… ……. 83
N°36 : Répartition par secteurs des dotations budgétaires du PCSC ………….…………..83
N°37 : Crédits mobilisés durant le Plan 2010-2014 ………………………………………….84
N°38 : Répartition annuelle du budget alloué au programme des hauts plateaux 2006/2009
……………….………………………………………………………………………………… .88
N°39 : Répartition annuelle du budget alloué au programme spécial complémentaire de
développement des wilayas du Sud 2006/2009 ……………………………………….…….89
9

N°40: Projection de la production dans les pêcheries et l‟aquaculture …………………….…99


N°41 : Impacts attendus des programmes d‟intensification 2015-2019 ………....................107
N°42 : Impacts attendus des programmes d‟intensification 2010-2014 ……………………..109
N°43 : Projection de l‟évolution des indicateurs de la filière oléicole ……………………… 114
N°44 : Evolution des productions agricoles ……………………………………………….......119
N°45 : Présentation des objectifs et impacts du renouveau rural …………………………....122
N°46 : Impacts des programmes de renouveau rural ………………………………………... 127
N°47 : Principales réalisations des programmes de renouveau rural ……………………….127
N°48 : Evolution des budgets alloués au MADR ……………………………………………....136
N°49 : Engagements et consommations cumulés des soutiens au renouveau rural
………………………………………………………………………………………………………138
N°50 : Alimentation en eau potable ………………………………………………………..……141
N°51 : Situation de l‟assainissement ………………………………………………….………..141
N°52 : Evolution des superficies irriguées (en hectares) ………………………………..……142
N°53 : Les grands périmètres irrigués par période de mise en exploitation…………………142
N°54 : Réalisations de superficies irriguées de 2015 à 2019 (ha)……………………………144
N°55 : Bilan des emplois créés et budgets accordés aux programmes TUP-HIMO et Blanche
Algérie…………………………………………………………………………………………..…171
N°56 : Bilan des emplois créés par les dispositifs CPE et DAIP……………………………..172
N°57 : Bilan des emplois créés par les dispositifs ESIL et DAIS……………………………..173
N°58 : Evolution physique et financière du dispositif IAIG……………………….……………173
N°59 : Répartition des financements accordés sous forme de microcrédits entre les
secteurs……………………………………………………………………………..……………..175
N°60 : Bilan des projets de développement communautaire participatif …………………....176
N°61 : Répartition des projets réalisés selon leurs objectifs……………………………….…176
N°62 : Évolution des assurés sociaux affiliés à la CNAS……………………………….…….178
N°63 : Évolution des assurés affiliés à la CNR……………………………………….………..178
N°64 : Évolution des assurés affiliés à la CASNOS……………………………….…………..179
N°65 : Evolution des assurés sociaux de la CACOBATH…………………………………….179
N°66 : Taux de cotisations au 1er janvier 2017…………………………………..……………..181
10

LISTE DES FIGURES


Figure 1 : Les 3 grands ensembles de l‟espace physique algérien …………………… 20
Figure 2 : Le relief …………………………………………………………………………...21
Figure 3 : Carte nationale de sensibilité à la désertification………………………………40
Figure 4 : Principaux facteurs d‟influence sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle....79
Figure 5 : Phases d‟élaboration de la Politique de Renouveau Rural…………………... 90
Figure 6 : Matrice du Renouveau Rural ……………………………...……………………..95
Figure 7 : Matrice du Renouveau Agricole ………………………………………………….96
Figure 8 : Projections de consommation des produits de la pêche et de l‟aquaculture 98
Figure 9 : Les secteurs et les acteurs impliqués ………………………………………… 106
Figure 10 : Chronogramme d‟élaboration du plan Aquapêche …………………………106
Figure 11 : Principaux indicateurs du programme des bassins versants …………… 123
Figure 12 : Principaux indicateurs du programme de lutte contre la désertification. 124
Figure 13 : Principaux indicateurs du programme de réhabilitation et d‟extension du
patrimoine forestier ……………………………………………………...…………………..125
Figure 14 : Principaux indicateurs du programme de ……………………………………126
Figure 15 : Matrice financière pour le Renouveau Agricole et Rural …………………..137
Figure 16 : Schéma analytique des objectifs et des actions développées dans le plan
stratégique de sécurité sanitaire ……………………………………………………………157
11

Résumé

Cette revue dresse un bilan actualisé de la situation de la sécurité alimentaire et


nutritionnelle en Algérie. Elle apprécie et identifie les principaux facteurs déterminants et les
risques et menaces qui la caractérisent. Le bilan examine également les politiques menées
par le Gouvernement et portant sur l‟ensemble des dimensions ayant trait à la disponibilité et
à l‟accessibilité des aliments sur le marché y compris les politiques de croissance
économique, de soutien à la création d‟emplois, de développement de la protection sociale
et de lutte contre la pauvreté et l‟exclusion.

Alors qu‟elle comptait moins de dix millions d‟habitants en 1963, au 1er janvier 2017, la
population algérienne a atteint 41,2 millions d‟habitants. Très élevé jusqu‟en 1985 (plus de
3%), le taux de croissance de la population a baissé assez rapidement jusqu‟à atteindre le
seuil de 1,48% en 2000, le pays étant entré en transition démographique. Ce taux est reparti
à la hausse depuis jusqu‟à dépasser à nouveau les 2% en 2010 (2,15% en 2015). Dans le
même temps, le taux de mortalité infantile poursuit la baisse amorcée antérieurement en
perdant 14 points (soit 22 décès/1.000 naissances en moyenne en 2015). L‟accroissement
de la population du troisième âge, dont les effectifs approchent les 2,5 millions de
personnes, crée de nouveaux besoins tant sur le plan alimentation que sur le plan santé. La
population algérienne devrait croitre de 52% et atteindre 63 millions en 2050 avant de
doubler pour atteindre 90 millions en 2100. Cette évolution constituera à l‟avenir un véritable
défi à la sécurité alimentaire et nutritionnelle

En Algérie, la question de la sécurité alimentaire a constitué une priorité pour les pouvoirs
publics depuis l‟indépendance parce qu‟elle s‟était posée de manière dramatique au cours
de la période 1962-1965, dans les campagnes comme dans les villes (1569 kcal/hab/j), et
elle n‟a pu être allégée quelque peu que par le recours à l‟aide internationale.

De 1963 à 1987, dans le cadre d‟une économie planifiée et fortement étatisée, les pouvoirs
publics ont développé une stratégie qui a permis d‟améliorer de façon significative la ration
alimentaire des Algériens, tant sur le plan quantitatif que qualitatif, mais, elle a conduit
à accroître considérablement le niveau de la dépendance alimentaire vis-à-vis du marché
mondial. L'essentiel des biens agro-alimentaires importés (69,1% en moyenne) sera
constitué par les céréales et les dérivés des blés (30.6% du total), les produits laitiers
(15,2%), suivis par le sucre (11,9%) et les oléagineux (11,4%). La balance agricole accusera
un déficit sans cesse plus lourd, le taux de couverture des importations par les exportations
chute de 70% en 1973 à 1,5% en 1987, alors que de 1963 à 1970, ce taux était, en
moyenne, de 131%.

La volonté d‟assurer des prix bas à la consommation est entrée constamment et partout en
contradiction avec la nécessité de garantir des prix à la production élevés, une telle
contradiction ne pouvant être résolue que par l‟appel à des subventions très lourdes pour le
budget de l‟Etat. Ces subventions ont été supportables tant que les recettes tirées des
exportations d‟hydrocarbures permettaient de financer les achats massifs, sur le marché
mondial, de produits dont les coûts paraissaient comparativement plus faibles que ceux des
produits locaux.

L‟effondrement des cours des hydrocarbures sur le marché international à partir de 1986 va
mettre à nu les incohérences de cette stratégie. Les contraintes macroéconomiques (déficit
budgétaire, réduction des moyens de paiement en devises, forte inflation, …) amènent les
pouvoirs publics à procéder à de profondes réformes économiques à caractère libéral. La
régression drastique de l'investissement public conduit à la baisse sans précédent du taux
de croissance annuel qui sera à peine supérieur à zéro (0,2 %) entre 1986 et 1994.
12

A partir de 2001, la remontée du cours des hydrocarbures sur le marché international va


permettre la relance de l‟économie algérienne qui fera l‟objet de plusieurs plans et
programmes qui auront tous pour objectifs, la création d‟emplois, la réduction de la pauvreté,
la préservation des équilibres régionaux et la redynamisation des espaces ruraux. Cela
conduira à un net recul du chômage (de 28,9% en 2000 à 9,8% en avril 2014). Le volume de
la population occupée augmente de 3,5 millions de personnes. Le taux d‟inflation se réduit
de 5,9% en 2000 à 3,9% en 2010. La pauvreté régresse, la part de la population vivant en-
dessous du seuil de pauvreté diminue de 14,5% en 1995 à 5,6% en 20061. Ainsi,
globalement, les conditions de vie s‟améliorent de même que l‟état de santé général puisque
l‟espérance de vie grimpe de 66,9 ans en 2000 à 77,1 ans en 2015.

La réhabilitation puis la redynamisation du secteur de l‟agriculture, du développement rural et


de la pêche conduira à l‟adoption en 2009 d‟une politique dite du renouveau agricole fondée
sur des programmes d‟intensification et de modernisation qui visent l‟accroissement de la
production et de la productivité ainsi que l‟intégration des filières concernées. Elle s‟appuie
aussi sur un système de régulation (SYRPALAC) qui a pour objectifs de sécuriser et
stabiliser l‟offre de produits de large consommation et d‟assurer une protection des revenus
des agriculteurs et du pouvoir d‟achat des consommateurs. Le secteur de la pêche se voit
doté des principaux instruments structurants et opérationnels nécessaires à un
développement durable, moderne et performant de l‟économie de la pêche et de
l‟aquaculture

Mais, l‟agriculture se heurte à une première contrainte que constitue la dotation réduite en
superficie agricole utile (SAU), à peine égale à 0,2 ha/habitant. Les caractéristiques du milieu
naturel déterminent un niveau de potentialités qui est extrêmement conditionné par la
mobilisation de la ressource hydrique, seconde contrainte permanente pour l‟agriculture. Or,
l‟Algérie apparaît clairement comme un pays pauvre en ressources hydriques puisque ses
ressources ne permettent de mettre à la disposition de chaque citoyen qu‟un volume d‟eau
inférieur à 500m3, en-deçà du seuil de pénurie évalué par les instances internationales
Aussi, la stratégie nationale de l‟eau se fonde sur des programmes de mobilisation de
nouvelles ressources, d‟organisation des transferts d‟eau vers les zones les plus
défavorisées en ressources hydriques en vue de contribuer à la dynamique de rééquilibrage
du territoire, donnant la priorité au développement durable des Hauts Plateaux et du Sud. La
mobilisation de volumes d‟eau supplémentaires inclut également l‟exploitation de ressources
non conventionnelles y compris le dessalement de l‟eau de mer. En moyenne, le volume total
d‟eau mobilisé par différents moyens est réparti entre l‟irrigation (65%) d‟une part, l‟industrie
et les usages domestiques (35%). Les infrastructures réalisées ont permis d‟assurer,
aujourd‟hui, pour une grande partie de la population, un approvisionnement relativement
correct en eau potable des villes et du milieu rural. Mais, il y aurait encore plus de 14 millions
de citoyens qui souffriraient d‟insuffisance de disponibilités en eau potable et il est même
prévu une diminution de la dotation moyenne par habitant de 180 litres par personne et par
jour en 2015 à 150 litres en 2020.
Les superficies irriguées sont passées de 350 000 ha en 2000 à 928 955 ha en 2008, à plus
de 1,2 millions d‟hectares en 2016, un saut qualitatif ayant été fait à partir de 2001 grâce à la
petite et moyenne hydraulique. Les programmes mis en œuvre ont permis de faire passer la
superficie équipée en systèmes économiseurs d‟eau de 75.000 ha en 2000 à 678.000 ha en
2016 (représentant 52% de la superficie irriguée) soit un gain annuel moyen de plus de
30.000 ha. Cela a contribué à l‟amélioration du taux de croissance annuel moyen de la
production agricole qui a été de 6,88% entre 2000 et 2015, croissance agricole soutenue
mais qui reste insuffisante comparativement à la croissance de la consommation alimentaire
des ménages (+15%/an).

1
Objectifs du Millénaire. Algérie. Données actualisées.
13

Les programmes exécutés ont permis la création de 1.245.000 équivalents emplois


permanents auxquels s'ajoute l'insertion de jeunes ruraux diplômés du secteur avec la
création 22.253 micro-entreprises dans le segment de l'appui à l'exploitation agricole. Mais,
au total, le soutien destiné aux exploitations agricoles et à la protection des revenus des
exploitants a été deux fois moins important que les soutiens accordés à la protection du
pouvoir d‟achat des consommateurs.
En parallèle, la politique de renouveau rural adoptée est construite sur la base d‟une
approche novatrice du développement rural et cible prioritairement les zones où les
conditions de production sont les plus difficiles pour les agriculteurs (montagnes, steppe,
Sahara). Pour la période 2009-2016, le nombre total de localités touchées a été de 10.697
situées dans 1.439 communes au bénéfice de 1.127.469 ménages ruraux soit une
population de 6.390.005 individus.

La stratégie industrielle mise en œuvre a eu comme effets positifs la création d‟emplois et


une substitution des importations de matières premières brutes (blés) ou de produits semi
finis (sucre, huiles alimentaires et lait) à l‟importation de produits finis. La croissance des IAA
(5,5% par an en moyenne) s‟est poursuivie tout au long des deux dernières décennies du fait
d‟un investissement soutenu du secteur privé. Mais, faiblement connecté à l‟amont agricole,
le fonctionnement du secteur est encore à l‟origine de 20 à 30% des importations.
Tous calculs faits, on peut dire qu'en moyenne, la situation alimentaire et nutritionnelle s'est
nettement améliorée au cours du dernier demi-siècle à la fois sur le plan quantitatif et sur le
plan qualitatif. Sur le plan quantitatif, la ration alimentaire moyenne par tête d‟habitant a été
multipliée par 2 et atteint le niveau de celle de l‟Espagne. Cependant, si la ration alimentaire
disponible est suffisante quantitativement, elle est encore déséquilibrée, la place occupée
par les blés étant trop importante et celle des protéines et des matières grasses encore trop
basse. L‟insuffisant équilibre nutritionnel de la ration disponible conduit à la hausse des
maladies non transmissibles mais lourdement handicapantes telles le diabète ou les
accidents cardio-vasculaires. De plus, l‟alimentation accapare toujours plus de la 40% du
budget moyen des ménages (41,8%), ce taux dépassant même la moitié du budget pour les
déciles inférieurs 1 et 2 (53,7% et 51,5% respectivement) même si une amélioration est
constatée depuis 2005.

Pour lutter contre la pauvreté, une large panoplie d‟outils a été déployée visant la création
d‟un filet social capable d‟aider les catégories sociales concernées soit à s‟insérer dans
l‟économie nationale en tant qu‟acteurs lorsqu‟ils sont aptes au travail, soit de les protéger de
la pauvreté dans le cas contraire Les pouvoirs publics inscrivent aussi explicitement dans
leurs programmes successifs l‟objectif de développer et d‟élargir à tous les citoyens les
dispositifs de protection sociale.
Selon les données disponibles pour 40 wilayas, il y aurait 1.256.165 ménages considérés
comme démunis et nécessitant une aide directe auxquels s‟ajoutent le groupe des ménages
(47.127) en charge d‟une ou de plusieurs personnes handicapées ainsi que le groupe des
ménages de femmes seules (118.147) avec enfants à charge et ayant un travail précaire.
Les aides alimentaires provenant de pays tiers sont inexistantes. Les aides alimentaires
internes sont de quatre types : l‟aide alimentaire fournie aux nécessiteux durant le mois de
Ramadhan (couffins du Ramadhan et repas gratuits pour la rupture du jeûne), les cantines
scolaires, les restaurants universitaires et les repas servis aux malades durant leur
hospitalisation dans les hôpitaux publics.

La santé a été au centre des préoccupations des pouvoirs publics qui ont accordé la priorité
aux actions pouvant permettre de rapprocher les structures sanitaires des populations vivant
dans hors des grands centres urbains. D‟où l‟effort constant d‟accroître les salles de soins
ainsi que les centres de santé et les polycliniques. Cependant, les moyens en encadrement
humain et en équipements médicaux n‟ont pas été partout à la hauteur des exigences au
14

niveau des centres de soins déconcentrés créés. D‟où la surcharge permanente des
hôpitaux, le rapport nombre d‟habitants par lits d‟hôpitaux ayant régressé de 349 habitants/lit
à 617/lit. Ce n‟est que durant cette dernière décennie que l‟accroissement du poids des
maladies non transmissibles parmi les causes de décès a été perçu réellement comme un
problème de santé publique et qu‟un plan stratégique national multisectoriel de "lutte
intégrée contre les facteurs de risque des maladies non transmissibles" a été défini pour la
période allant de 2014 à 2018.
Le contrôle et le suivi de la sécurité sanitaire des aliments relève de trois ministères qui
interviennent à des niveaux différents. Si la législation en matière de SAA est assez
complète, elle n‟assure pas une continuité dans le système de traçabilité. Elle ne distingue
pas fondamentalement la nourriture des autres produits et il n‟est pas sûr qu‟elle soit
appliquée constamment dans toute sa rigueur.
En matière de capacités institutionnelles, même si tous les secteurs reconnaissent, au
niveau conceptuel et stratégique, la nécessité d‟une coordination de leurs actions, en
particulier celles qui touchent à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, globalement, il y a
peu de coordination au niveau opérationnel en raison principalement d‟insuffisances
organisationnelles et techniques.
Parmi les sept cibles mondiales de nutrition 2025 adoptées par les membres de l‟OMS pour
améliorer la nutrition chez la mère, le nourrisson et le jeune enfant2, trois ont déjà été
atteints, un n‟a pas été atteint mais a enregistré un progrès sensible et deux n‟ont pas été
atteints et ont enregistré une aggravation entre 2005 et 2006. Le GHI est passé de 16,8 en
1992 à 8,7 en 2016 marquant une progression importante dans l‟éradication de la faim et la
proportion de personnes sous alimentées dans la population a fortement baissé (< 03% en
2016).

Cependant, comme cela a été montré, l‟amélioration quantitative de la ration alimentaire


disponible a été, constamment, le résultat d‟un recours aux importations permettant de
combler un déficit structurel de l‟offre agricole domestique, spécialement pour les biens les
plus consommés (blé dur, blé tendre, lait, sucre, huiles alimentaires), déficit expliqué par le
caractère pluvial de l‟essentiel de l‟agriculture algérienne et par la lenteur des progrès en
matière de rendements et de productivité. Dans les décennies futures, l‟Algérie sera de plus
en plus dans l‟incapacité de poursuivre dans la même voie et de recourir aux mêmes
solutions car, au-delà des risques liés à la volatilité des prix sur des marchés internationaux
constituant une variable externe non maîtrisable, il y aura un risque aggravé lié au
changement climatique qui créera davantage de difficultés au secteur agricole domestique
pour garantir le maintien ou l‟amélioration de ses taux de croissance actuels.

2
Development Initiatives, 2017,
15

INTRODUCTION

1.Cette revue de l‟état actuel et des perspectives de la sécurité alimentaire et nutritionnelle


est réalisée en Algérie au moment où sur le plan national des inquiétudes importantes
pèsent sur les capacités du modèle agro-alimentaire à continuer à assurer les disponibilités
alimentaires nécessaires alors que le pouvoir d‟achat alimentaire du pays est fortement
remis en cause par la baisse des ressources provenant des hydrocarbures. Au cours de ces
dernières années l‟amélioration de la disponibilité, de l‟accès et de la stabilité a
principalement reposé sur un soutien public important de la croissance agricole et de l‟offre
domestique et sur le recours aux importations complémentaires pour couvrir la croissance de
la demande alimentaire.

2. Sur le plan international, l‟année 2016 aura enregistré le premier recul des progrès
réalisés depuis de longues années en matière de lutte contre la faim et la malnutrition. Ainsi,
les mal-nourris dans le monde ont atteint les 815 millions et les trop nourris près de 600
millions (surpoids, obésité …).

3. Les progrès effectués ces dernières années par l‟Algérie en matière de sécurité
alimentaire sont remarquables et reconnus. L‟expérience accumulée depuis plus de 50 ans
sur le plan international a permis progressivement de comprendre que cette question est très
complexe. Cette complexité survient de par la multiplicité des facteurs socio-économiques
influents et qui font que les résultats, aussi bons soient-ils ne sont jamais acquis
définitivement. Les facteurs tels que la croissance démographique, les changements
climatiques, les incidences maintenant connues sur la santé humaine des aliments issus de
modèle de production intensif et industrialisé, sont autant de défis futurs pour la sécurité
alimentaire et nutritionnelle des populations dans leur diversité (urbain, ruraux, pauvres,
enfants, femmes allaitantes …).

4. Cette revue a pour objectif de dresser un bilan actualisé de la situation de la sécurité


alimentaire et nutritionnelle en Algérie en approfondissant l‟appréciation et l‟identification des
principaux facteurs déterminants et des risques et menaces qui la caractérisent. Cette
première phase permettra d‟aborder ensuite les gaps existants dans les politiques, les
instruments et le ciblage des parties prenantes pour élaborer les recommandations
d‟ajustements nécessaires.

Section 1 : Analyse de la situation alimentaire et nutritionnelle


1. Cadre méthodologique de la revue
5. Quelle définition retenir pour le concept de sécurité alimentaire et nutritionnelle ? Selon les
auteurs, les objectifs visés, la population concernée, … différentes approches pourraient être
recensées pour ce concept. Dans un premier temps, il nous semble intéressant de retenir la
définition donnée par la Déclaration de Rome à l‟issue du Sommet Mondial sur la sécurité
alimentaire mondiale de novembre 1996, à savoir :
« La sécurité alimentaire existe lorsque tous les êtres humains ont, à tout moment, un
accès physique et économique à une nourriture suffisante, saine et nutritive leur
permettant de satisfaire leurs besoins énergétiques et leurs préférences alimentaires
pour mener une vie saine et active. »

6. De cette définition, il ressort que la sécurité alimentaire est garantie dans un pays lorsque
quatre exigences sont réunies simultanément : la disponibilité des aliments, l‟accessibilité à
ces aliments, l‟utilisation adéquate et la stabilité des approvisionnements.
- La disponibilité : renvoie aux volumes d‟aliments disponibles dans un pays, qu‟ils
soient le résultat d‟une production domestique, agricole et industrielle, ou qu‟ils
16

proviennent importations, des stocks constitués antérieurement ou de l‟aide


alimentaire.
- L’accessibilité qui doit se traduire, concrètement, par la possibilité pour tout ménage
et pour tout individu d‟acquérir les quantités de nourriture nécessaires en faisant
appel soit à la production qu‟il a pu réaliser, aux réserves qu‟il a pu constituer, aux
trocs qu‟il peut effectuer, aux achats qu‟il peut faire sur le marché, aux dons ou à
l‟aide alimentaire qu‟il peut obtenir de diverses sources, ou encore en combinant
plusieurs de ces possibilités.
- L’utilisation : il s‟agit, ici, des formes d‟utilisation par les ménages des aliments
auxquels ils ont accès, ces formes devant permettre à chaque membre du ménage la
satisfaction pleine et entière de ces besoins en éléments nutritifs et en énergie, de
manière adéquate par rapport à son âge, à la nature de son activité, à son état de
santé. L‟utilisation inclut également les formes de préparation des aliments, les
conditions d‟hygiène pour la préparation, la diversité du régime alimentaire et les
pratiques de répartition de la nourriture entre les membres du ménage.
- La stabilité : elle renvoie à la pérennité de la disponibilité des aliments pour tous les
ménages et toutes les personnes, la disponibilité ne devant pas être remise en cause
même en cas de circonstances exceptionnelles (catastrophes naturelles), de crises
sociales, de crise économique induisant baisse des revenus, chômage et/ou hausse
conséquente des prix des produits alimentaires.
7. Dans cette revue, le concept de sécurité alimentaire sera élargi à la notion de sécurité
nutritionnelle. La sécurité alimentaire et nutritionnelle existe alors « lorsque tous les êtres
humains ont, à tout moment, un accès physique, social et économique à une nourriture saine
dont la quantité consommée et la qualité sont suffisantes pour satisfaire les besoins
énergétiques et les préférences alimentaires des personnes, et dont les bienfaits sont
renforcés par un environnement dans lequel l’assainissement, les services de santé et
les pratiques de soins sont adéquats, le tout permettant une vie saine et active. »3
Cette définition implique la prise en compte d‟une cinquième dimension (en sus de la
disponibilité, l‟utilisation, l‟accessibilité, la stabilité) celle d‟un environnement adéquat à l‟acte
alimentaire.
8. Dans cette revue, l‟examen de la situation de la sécurité alimentaire et nutritionnelle en
Algérie sera également opéré en référence à l‟Objectif de Développement Durable n°2 (ODD
2) qui fait partie des 17 objectifs de développement durable (ODD) intégrant 169 cibles, liste
arrêtée, le 25 septembre 2015, par les 193 États Membres de l'Organisation des Nations
Unies dans le cadre du Programme de développement durable à l'horizon 2030 qu‟ils ont
adopté.

9. Pour rappel, l‟Objectif 2 vise explicitement à « éliminer la faim, assurer la sécurité


alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l‟agriculture durable ». L‟appréciation des
progrès en direction de cet objectif se fait à l‟aide des cinq indicateurs principaux suivants4 :
- Indicateur 2.1 : D‟ici à 2030, éliminer la faim et faire en sorte que chacun, en
particulier les pauvres et les personnes en situation vulnérable, y compris les
nourrissons, ait accès toute l‟année à une alimentation saine, nutritive et suffisante.
- Indicateur 2.2 : D‟ici à 2030, mettre fin à toutes les formes de malnutrition, y compris
en atteignant d‟ici à 2025 les objectifs arrêtés à l‟échelle internationale relatifs aux
retards de croissance et à l‟émaciation chez les enfants de moins de 5 ans, et
répondre aux besoins nutritionnels des adolescentes, des femmes enceintes ou
allaitantes et des personnes âgées.

3
CSA-FAO, 2012
4
ONU. Résolution adoptée par AG le 25/09/2015. Référence A/RES/70/1 du 21/10/2015. 38p.
17

- Indicateur 2.3 : D‟ici à 2030, doubler la productivité agricole et les revenus des petits
producteurs alimentaires, en particulier des femmes, des autochtones, des
exploitants familiaux, des éleveurs et des pêcheurs, y compris en assurant l‟égalité
d‟accès aux terres, aux autres ressources productives et facteurs de production, au
savoir, aux services financiers, aux marchés et aux possibilités d‟ajout de valeur et
d‟emplois autres qu‟agricoles.
- Indicateur 2.4 : D‟ici à 2030, assurer la viabilité des systèmes de production
alimentaire et mettre en œuvre des pratiques agricoles résilientes qui permettent
d‟accroître la productivité et la production, de contribuer à la préservation des
écosystèmes, de renforcer la capacité d‟adaptation aux changements climatiques,
aux phénomènes météorologiques extrêmes, à la sécheresse, aux inondations et à
d‟autres catastrophes et d‟améliorer progressivement la qualité des terres et des sols.
- Indicateur 2.5 : D‟ici à 2020, préserver la diversité génétique des semences, des
cultures et des animaux d‟élevage ou domestiqués et des espèces sauvages
apparentées, y compris au moyen de banques de semences et de plantes bien
gérées et diversifiées aux niveaux national, régional et international, et favoriser
l‟accès aux avantages que présente l‟utilisation des ressources génétiques et du
savoir traditionnel associé ainsi que le partage juste et équitable de ces avantages,
comme convenu à l‟échelle internationale

10. Ces cinq indicateurs principaux sont renforcés, dans la résolution engageant la
communauté internationale, par trois autres indicateurs qui sont liés aux précédents et qui
les complètent. Il s‟agit des engagements suivants :
- 2.a. : Accroître, notamment grâce au renforcement de la coopération internationale,
l‟investissement dans l‟infrastructure rurale, les services de recherche et de
vulgarisation agricoles et la mise au point de technologies et de banques de plantes
et de gènes d‟animaux d‟élevage, afin de renforcer les capacités productives
agricoles des pays en développement, en particulier des pays les moins avancés
- 2.b. : Corriger et prévenir les restrictions et distorsions entravant le fonctionnement
des marchés agricoles mondiaux, y compris par l‟élimination parallèle de toutes les
formes de subventions aux exportations agricoles et de toutes les mesures à
l‟exportation ayant un effet équivalent, conformément au mandat du Cycle de
négociations de Doha pour le développement
- 2.c. : Adopter des mesures visant à assurer le bon fonctionnement des marchés de
denrées alimentaires et de produits dérivés et à faciliter l‟accès rapide aux
informations relatives à ces marchés, y compris le niveau des réserves alimentaires,
afin de contribuer à limiter l‟extrême volatilité des prix alimentaires

11. En Algérie, la question de la sécurité alimentaire a constitué une priorité pour les
pouvoirs publics depuis l‟indépendance. Elle s‟est posée de manière dramatique au cours de
la période 1962-1965, dans les campagnes comme dans les villes (1569 kcal/hab/j), et elle
n‟a pu être allégée quelque peu que par le recours à l‟aide internationale. En effet, les
disponibilités alimentaires par habitant étaient évaluées à 1758 calories par jour entre 1965
et 1969 alors que la ration normalisée est de 2100 calories/jour5.
12. Par la suite, les gouvernements successifs ont veillé à garantir coûte que coûte un
approvisionnement régulier du marché domestique en produits alimentaires de base. Avec
une agriculture essentiellement pluviale aux rendements faibles et irréguliers, les
importations de plus en plus massives ont constitué une solution pour l‟approvisionnement
du marché bien que l‟option d‟une amélioration de l‟offre domestique n‟ait jamais été
abandonnée.
13. Jusqu‟à la fin des années 1980, cette option se traduisait dans les discours officiels par
la référence à l‟objectif d‟autosuffisance alimentaire et ce n‟est qu‟au cours des décennies

5
FAO et OMS
18

1990 et 2000 que l‟objectif affiché devient la sécurité alimentaire. Cet objectif est
explicitement pris comme référence lors de la consultation nationale sur l‟agriculture
organisée en 1992. L‟agriculture et l‟alimentation sont considérées désormais comme deux
éléments concourant à la souveraineté nationale6. Dans le cadre de la politique de
Renouveau, des objectifs de production seront fixés pour vingt filières de production agricole,
par année et par wilaya, sur la période 2009-2014. Ces objectifs impliquaient la réalisation
d‟un doublement du taux de croissance de la production agricole par rapport au quinquennat
précédent.
2. Contexte géographique et socio-économique
2.1. Géographie et ressources naturelles
14. Située entre le 18° et le 38° de latitude Nord, l‟Algérie est caractérisée par son étendue
(2.381.741 Km²) qui en fait le plus grand pays d‟Afrique, avec 1.647 km de façade maritime
bordant la mer Méditerranée et 6.343 km de frontières terrestres avec six pays (Tunisie et
Lybie à l‟Est, Maroc, Sahara Occidental et Mauritanie à l‟Ouest, Mali et Niger au Sud).
15. En termes de relief, du Nord au Sud, la bande littorale du Tell large de moins de 80 km
précède une double barrière montagneuse (l‟Atlas Tellien et l‟Atlas Saharien), avec des
chaînes telles que le Dahra, l'Ouarsenis, le Chenoua, le Hodna, le Djurdjura, les Babors, les
Bibans et les Aurès. Ces deux barrières sont souvent séparées par des vallées, de vastes
plaines et par la plateforme des hauts plateaux dont l‟altitude varie de 1.000m à l‟Ouest
jusqu‟à 800m à l‟Est en passant par une dépression d‟une altitude de 400m au Centre, dans
le Hodna.

16. C‟est cet ensemble de vallées, de plaines et de hauts plateaux qui abrite la majorité des
terres fertiles et des espaces forestiers du pays. Le Sud de l‟Atlas saharien, limité par
plusieurs oasis, s‟ouvre sur le Sahara couvrant près de 85% de la superficie du pays, soit
environ 2 millions de km², et constitué principalement de regs, d‟ergs, de massifs
montagneux ponctués d‟oasis. Au cœur du Sahara, le massif du Hoggar est constitué de
roches volcaniques formant des pics et de hauts plateaux désertiques. À l'est du Hoggar, le
Tassili n'Ajjer est un haut plateau aride, perché à plus de 1000 mètres d'altitude, constitué de
formations rocheuses fortement érodées et de dunes de sable.
17. La diversité du relief et de la géologie est accompagnée d‟une grande diversité
climatique allant du climat méditerranéen au climat hyper aride. Cette diversité est suffisante
pour constituer, plus que le relief, la caractéristique dominante pour de nombreuses régions.
Cependant, mis à part quelques zones limitées à la zone côtière de l‟extrême Nord-Est du
pays (Skikda, Jijel, Annaba), partout les pluies sont insuffisantes et irrégulières dans le
temps ainsi que dans l‟espace. L‟insuffisance et l‟irrégularité des pluies, auxquelles
s‟ajoutent les amplitudes thermiques importantes entre le jour et la nuit ainsi qu‟entre les
saisons, apparaissent partout comme le premier handicap pour le développement de la
production agricole.
18. La diversité du relief et des climats se traduit par une grande variété d‟écosystèmes et
une richesse indéniable du patrimoine génétique végétal et animal, ainsi que son adaptation
aux conditions naturelles dans certains cas extrêmes. On peut distinguer, du Nord au Sud,
sept grands types d‟écosystèmes :
- Le groupe d‟écosystèmes du littoral qui occupe la part la plus faible (0,07%),
- Les écosystèmes montagneux, vaste ensemble agro-sylvo-pastoral occupant plus de
8,7 millions d‟hectares, soit 3,7% du territoire,

6
Discours du Président de la République en février 2009 lors de la Conférence Nationale de Biskra
consacrant la Politique du Renouveau Agricole et Rural.
19

- Les écosystèmes forestiers dont l‟aire stagne depuis près d‟un siècle (4,1 millions
d‟hectares) ne couvrent que moins de 2% du territoire et dont une part majeure est
représentée par des forêts clairsemées et des matorrals,
- Les écosystèmes des zones humides des 1.451 zones humides dénombrées, dont
762 sont naturelles, et qui couvrent une superficie importante mais dont la majeure
partie est constituée de chotts et sebkhas salés et abiotiques,
- Les écosystèmes steppiques situés dans la zone de transition délimitée par les
isohyètes 400 et 100 mm, entre les régions désertiques et les régions telliennes
semi-arides et subhumides. Occupant près de 10% de l‟espace, ils connaissent une
forte tendance à la dégradation,
- Les écosystèmes sahariens présents sur les 4/5ème du territoire
- Les écosystèmes agricoles occupant plus de 8 millions d‟hectares.
20

Source : ONS. Série C : Statistiques régionales et Cartographie. N°177/2013.


21

ée
an
er r
dit
Me BOUME RDES JI JEL
S KIKDA ANNABA
LEGENDE
ALGE R
BEJAIA
JA
TI PAZA I TID
LA M
IN E DE
r PLA GUE LMA Plaines littorales < 200 m
Me ima n
i
hel if B . Sl
e C e de Bassi ns intérieurs
ine d Pl a in
MOS TAGANE M Pl a

T
Hautes plai nes agricol es
Hautes plai nes steppiques

U
ORAN
P laine de

N
l 'Habra
Plateaux telli ens
ta
M 'lé Montagnes et col lines de

I
P LAI NE DU HODNA
e de
Pl a in P LTE AU
l 'atlas telli en

S
DU S EBAOU
Chaines él evés > 1000 m

I
E
Chaine atlasi que
BISKRA
Plaine du Hodna
UX DJELFA
EA
AT Chotts
PL

N Limite des hauts plateaux


IE Accident sud atlassique
R
A
UT
S H
SA
HA Ergs
C

LAGHOUAT
Bas plataux
O

EL
Rel ief él evé de
R

BAY ADH
1000 à 1500 m
A

NAAMA Rel ief trés élevé > 1500 m


S
A
M

TL
A

GHARDAIA

S our ce: A N A T

Source : BNEDER
22

2.2. Démographie
19. L‟évolution du poids de la population et les caractéristiques de la croissance
démographique constituent de manière évidente un déterminant majeur dans la
problématique de la sécurité alimentaire et nutritionnelle actuel et future.
20. La situation de l‟Algérie est particulière en ce sens que le pays a relativement tardé à
prendre en charge l‟impératif de gestion de la compatibilité entre le modèle de croissance
démographique et celui du développement économique et social. En fin de compte,
« l‟émergence de la question démographique s‟est imposée à la collectivité, face à
l‟accroissement de la demande sociale. Jusqu‟en 1983, date de la mise en œuvre du
programme national de maîtrise de la croissance démographique, aucun objectif en matière
de population n‟était défini. L‟idée maîtresse alors était que le développement économique,
tel que pensé dans les premiers plans, devait réguler le croît naturel »7.

21. Alors qu‟elle comptait moins de dix millions d‟habitants en 1963, au 1er janvier 2017, la
population algérienne a atteint 41,2 millions d‟habitants.

Source des données : ONS, 2017


22. Après avoir été très élevé jusqu‟à 1985 (plus de 3%), le taux de croissance de la
population a baissé assez rapidement jusqu‟à atteindre le seuil de 1,48% en 2000, le pays
étant entré en transition démographique. Ce taux est, cependant, reparti à la hausse depuis
jusqu‟à dépasser à nouveau les 2% en 2010 (2,15% en 2015). Selon les spécialistes, ce
nouveau « baby-boom » (le 3ème en 50 ans après celui de 1968 et 1982), est dû en partie à
un taux de nuptialité qui a été multiplié par deux. En effet, plus de 369.000 mariages ont été
enregistrés durant l‟année 2015 contre 177.000 en 2000, soit une moyenne de 9 mariages
pour 1.000 habitants contre 5/1000, ce qui explique cette croissance du taux de natalité. Il
semble bien que la forte régression du taux de croissance démographique constatée à partir
de 1989 soit davantage explicable par le démarrage de la longue crise économique et des
craintes qu‟elle a fait peser sur l‟avenir en matière d‟emploi et de conditions de vie. Le report
à plus tard de la création de nouveaux ménages a bloqué momentanément la croissance
démographique. A partir de 2000, la sécurité et la stabilité retrouvée, les programmes
ambitieux de construction de logements sociaux, la création d‟emplois et l‟amélioration
progressive du pouvoir d‟achat, c‟est là autant de causes à l‟origine de la relance
démographique constatée. Mais, on ne pourra pas éluder le fait que l‟évolution du poids de
la population représente de manière évidente un déterminant majeur dans la problématique
de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

7
RADP, PR, Les politiques de population, juin 1993, par. 1.5
23

Source des données : ONS, 2017


23. Le taux de la natalité avait connu une stagnation durant les années 1990 et le début des
années 2000 vu la conjoncture difficile qu‟a traversée le pays, sur le double plan économique
et sécuritaire. Le retour à la normale lors des 10 dernières années à la faveur du
rétablissement de la sécurité, la stabilité et l'amélioration du niveau de vie des citoyens ont
favorisé la croissance démographique. Cet accroissement démographique s‟est
accompagné d‟une reprise légère du taux de fertilité et d‟une baisse significative de la
mortalité infantile.

Source des données : UNICEF


24. Alors que la fécondité a baissé ces dernières années, passant de 7 naissances par
femme en 1960 à 6 naissances par femme en 1980 puis à 3 naissances actuellement, le
taux de natalité reste encouragé par le mariage à un plus jeune âge ainsi qu‟un un taux de
mortalité infantile en baisse de 14 points (soit 22 décès pour 1 000 naissances en moyenne).
24

Source des données : UNICEF

25. Dans le même temps, le taux de mortalité infantile poursuit la baisse amorcée
antérieurement en perdant 14 points (soit 22 décès pour 1.000 naissances en moyenne en
2015). Pour mesurer le chemin parcouru (cf. graphe n°4), on rappellera que le taux de
mortalité infantile le plus élevé a été enregistré en 1967 avec 147 décès pour 1.000
naissances vivantes.

26. La transition démographique amorcée en 1985 puis contrariée explique pourquoi la


proportion de la population jeune reste dominante puisque, en 2016, les moins de vingt ans
représentaient 36,69% du total et que les moins de trente ans constituaient une part de
54,4% du total. Cette situation spécifique se traduit par un accroissement des catégories
vulnérables constituées par les enfants âgés de moins de cinq ans et par les personnes
âgées de plus de 65 ans comme le montrent les graphes n°5 et n°6 suivants.

Source des données : ONS, 2017


25

Source des données : ONS


27. L‟accroissement de la population du troisième âge, dont les effectifs approchent les 2,5
millions de personnes, crée de nouveaux besoins tant sur le plan alimentation que sur le
plan santé.
28. L‟évolution de la population algérienne constituera à l‟avenir un véritable défi à la sécurité
alimentaire et nutritionnelle pour ce 21ème siècle. Une étude de l‟Organisation des Nations
Unies8 prévoit, sur la base de l‟hypothèse moyenne, que cette population devrait croitre de
52% et atteindre 63 millions en 2050 avant de doubler pour atteindre 90 millions en 2100.

Graphe n°7 : Algérie : Perspectives de croissance de la population à 2100

Source : ONU, Département des faires économiques et sociales

8
ONU, Département des affaires économiques et sociales,
26

2.3. Politique macroéconomique


29. De 1962 à 1986, dans le cadre d‟une économie planifiée et fortement étatisée, les
pouvoirs publics algériens se sont constamment efforcés d‟assurer la sécurité alimentaire
pour la population ; globalement, la démarche adoptée alors a consisté à :
- tenter d‟accroître la production et la productivité agricoles ;
- diversifier les productions de l‟agriculture par l‟introduction d‟espèces et de variétés
nouvelles ;
- développer le tissu industriel en amont et en aval de l‟agriculture pour approvisionner
les agriculteurs en intrants et en équipements et pour assurer un débouché à leurs
produits ;
- densifier et contrôler les réseaux de distribution des produits agricoles et alimentaires
dans le but de garantir l‟approvisionnement correct de tous les marchés locaux ;
- pratiquer une politique de prix bas à la consommation sur la base d‟un système
complexe de subventions directes et indirectes tant à la production qu‟à la
consommation ;
- faire prendre en charge par le budget de l‟Etat une partie croissante de la
consommation des catégories sociales les plus fragiles.

30. La stratégie ainsi développée a permis, incontestablement, d‟assurer un


approvisionnement à peu près correct, d‟un marché intérieur pourtant en très forte
croissance. Elle a permis également d‟améliorer de façon significative, tant sur le plan
quantitatif que qualitatif, la ration alimentaire des Algériens. Mais, cette « réussite » a son
revers. Elle a conduit à accroître considérablement le niveau de la dépendance alimentaire
vis-à-vis du marché mondial, à généraliser la sous-utilisation des capacités agro-industrielles
existantes et à développer une politique de prix faiblement incitative pour les producteurs
locaux.
31. Les importations de produits agro-alimentaires progressent d‟abord lentement --
relativement à l'ensemble de la période -- de 1963 à 1973 (taux de croissance annuel moyen
de 6%) et connaissent même une régression importante durant le plan triennal et les deux
premières années du plan quadriennal 1970-1973. L'année 1974 verra leur accroissement
brutal (+ 34% par rapport à 1973) et leur croissance se fera par la suite à un rythme soutenu
de 7% (cf. tableau 1).
Tableau 1 : Evolution indiciaire des importations agro-alimentaires de 1963 à 1987.
1963 1965 1967 1970 1973 1977 1980 1984 1987
100 93 90,8 81,1 143,2 521,5 855,4 990,0 951,3
32. A contrario, les exportations de produits agricoles connaîtront, à partir de 1963, une
diminution continue, tant en valeur absolue qu'en valeur relative. Alors que leur part dans le
total des exportations était de 39% en 1964, elle ne sera plus que de 0,3% en 1987, et alors
que leur valeur - en dinars courants - était de 1,394 milliards de D.A en 1964, elle ne sera
plus que de 145 millions de D.A en 1987 (cf. tableau 2 et graphe n°8). Désormais, les
produits agro-alimentaires n'ont plus qu'une place symbolique dans les exportations
algériennes.
Tableau 2: Exportations et balance des échanges agroŔalimentaires
1963 1965 1967 1970 1973 1977 1980 1984 1987
(1) 1.065 963 867 1 228 1 011 433 467 235 145
(2) 31 % 36 % 16 % 20 % 12 % 2,3 % 0,9 % 0,4 % 0,3 %
(3) 106 % 102 % 95 % 151 % 70 % 8,2 % 5,4 % 2,4 % 1,5 %
(1) Exportations agro-alimentaires en millions de D.A courants
(2) Part des exportations agro-alimentaires dans le total des exportations
(3) Taux de couverture des importations par les exportations agro-alimentaires.
27

33. Dans une telle situation, il est alors évident que la balance agricole accusera un déficit
sans cesse plus lourd, particulièrement à partir de 1973. Le taux de couverture des
importations par les exportations chute de 70% en 1973 à 1,5% en 1987, alors que de 1963
à 1970, ce taux était, en moyenne, de 131%. Les exportations de produits agricoles se
limiteront, progressivement à une gamme très étroite de produits faisant l‟objet
d‟exportations régulières (quelques milliers d‟hectolitres de vins et quelques milliers de
tonnes de dattes). D‟autres produits (huile d‟olive, conserves de tomate, pomme de terre)
donnent lieu à des exportations très occasionnelles.
34. De 1963 à 1987, l'essentiel des biens agro-alimentaires importés (88,9% en moyenne)
sera constitué par les céréales (blé dur, blé tendre mais aussi maïs et orge pour
l‟affouragement des cheptels) et les dérivés des blés (semoules, farines, pâtes) qui
représenteront 30.6% du total des importations alimentaires, les produits laitiers qui entreront
à hauteur de 15,2% dans ce total, suivis par le sucre (11,9%), le café, le thé et les épices
(12,5%), les oléagineux (11,4%), et enfin par les légumes et fruits (7,3%). Il s'agit donc, en
grande partie, de biens qui pouvaient être produits localement (cf. tableaux 3 et 4).
Tableau 3 : Evolution de la valeur des principales importations agro-alimentaires de 1963 à
1987 (U = Millions de D.A)
Années Céréales Lait Sucre Café, Thé Oléagineux Légumes
1963 144,2 115,0 189,9 77,1 125,2 112,4
1965 125,4 130,8 207,0 94,4 130,5 98,5
1967 302,4 96,0 131,9 145,4 112,3 41,3
1970 149,2 133,6 118,5 75,3 182,9 74,0
1973 415,2 217,9 293,1 75,7 194,3 143,1
1977 1 483,5 565,2 682,4 919,6 790,0 393,2
1980 3 038,4 1 174,0 1189,0 1 099,0 891,2 606,4
1984 3 690,7 1 717,2 808,6 777,1 1 050,1 847,0
1987 2 402,9 1 680,0 982,3 1 522,0 894,1 499,3
Sources des données : Douanes algériennes. Statistiques douanières.

35. Les niveaux d‟autosuffisance sont le plus souvent et quel que soit le produit, inférieurs à
50%. Cette situation est valable même pour les produits de base dans le régime alimentaire,
spécialement pour le sucre (0%), les corps gras (5%), mais aussi pour les céréales (30%), le
lait et les produits laitiers (30%).
Tableau 4 : Part des principaux produits dans les importations agro-alimentaires totales de
1963 à 1987 (%)
Années Céréales Lait Sucre Café, thé Oléagineux Légumes
1963 14,3 11,5 18,9 7,7 12,4 11,2
1965 13,3 13,9 22,0 10,0 13,9 10,4
1967 33,1 10,5 14,4 15,9 12,3 4,5
1970 18,3 16,4 14,5 9,3 22,4 9,1
1973 28,8 15,2 20,3 5,3 13,5 9,9
1977 28,3 10,8 13,0 17,6 15,1 7,5
1980 37,6 13,7 13,8 12,8 10,4 7,1
1984 39,2 17,3 8,1 7,8 10,6 8,5
1987 25,1 17,6 10,3 15,9 9,3 8,8
Moyenne 30,6 15,2 11,9 12,5 11,4 7,3
Source : calculs à partir des données des Douanes algériennes

36. L‟autosuffisance n‟est assurée que pour une gamme limitée de produits (viandes rouges,
fruits et légumes) et les excédents sont rares et peu significatifs (dattes et vins). Les
importations agroalimentaires ont fini par représenter de 25 à 30% du total des importations
au moment même où les exportations agricoles et alimentaires devenaient quasiment nulles.
28

37. Le rôle vital que prennent les importations agroalimentaires s‟accompagne d‟une sous-
utilisation des équipements des entreprises de l‟industrie agroalimentaire domestique. Cette
sous-utilisation s‟explique, en règle générale, d‟abord par l‟insuffisance de l‟offre locale en
matières premières et des coûts relativement élevés liés à l‟existence d‟une concurrence
entre la demande de produits frais exprimée par les consommateurs et la demande
exprimée par l‟industrie. C‟est le cas, par exemple, des fruits et légumes ainsi que des olives.
Cette concurrence subsiste dans la mesure où l‟offre globale reste inférieure à la somme des
deux demandes et dans la mesure où, au niveau variétal, il n‟y a pas encore de véritable
spécialisation chez les agriculteurs. La sous-utilisation des capacités de l‟industrie
agroalimentaire s‟explique, en outre, par l‟impossibilité financière d‟accroître dans les
proportions voulues, les importations de matières premières. Elle s‟explique encore par le
coût élevé, en devises, de la maintenance (importation de pièces de rechange).

38. La volonté d‟assurer des prix bas à la consommation est entrée constamment et partout
en contradiction avec la nécessité de garantir des prix à la production élevés, une telle
contradiction ne pouvant être résolue que par l‟appel à des subventions très lourdes pour le
budget de l‟Etat. Ces subventions ont été supportables tant que les recettes tirées des
exportations d‟hydrocarbures permettaient de financer les achats massifs, sur le marché
mondial, de produits dont les coûts paraissaient comparativement plus faibles que ceux des
produits locaux.

39. L‟effondrement des cours des hydrocarbures sur le marché international à partir de 1984
va mettre à nu les incohérences de cette stratégie. Les contraintes macroéconomiques
(déficit budgétaire, réduction des moyens de paiement en devises, forte inflation, …)
contraignent les pouvoirs publics à procéder à de profondes réformes économiques devant
conduire à laisser désormais le soin aux mécanismes de marché d‟assurer la répartition des
ressources rares entre les différents besoins.
40. Mono-exportateur d‟hydrocarbures, l‟Algérie sera affectée durablement par le
retournement brutal des tendances sur le marché mondial des produits pétroliers en 1984.
Ce retournement a provoqué une réduction non moins brutale des recettes externes du pays
(63,3 Milliards de D.A en 1985, puis à peine 36 Milliards en 1986)9 Ceci s‟est produit au
moment même où la majorité des emprunts, opérés antérieurement sur les marchés
financiers, arrivaient à échéance. Les investissements considérables réalisés de 1980 à
1985 (plus de 400 milliards de D.A., soit l‟équivalent de près de 80 milliards d‟U.S.$) ont
permis de renforcer Ŕ entre autres Ŕ les capacités de production de l‟industrie y compris
celles de l‟industrie agro-alimentaire et d‟améliorer le niveau de l‟équipement de l‟agriculture.

41. Mais, la majorité des entreprises publiques restructurées ne continuaient à survivre et à


se développer que grâce au soutien massif et permanent de l‟Etat. Dans l‟agro-alimentaire,
les performances de l‟agriculture étaient décevantes, la stagnation des rendements étant la
règle et la croissance de la production industrielle restait fondée sur l‟importation massive de
matières premières et de produits semi-finis (céréales, lait en poudre, huiles alimentaires
brutes, sucre roux, …) de plus en plus coûteux. Croissance démographique élevée,
accroissement de l‟emploi salarié, blocage à un bas niveau des prix des biens de
consommation courante conjuguent leurs effets et conduisent à un accroissement de la part
de la demande interne qui ne peut être satisfaite que par les importations. Ainsi, chaque
année, plus de deux milliards d‟U.S.$ devaient être consacrés à l‟importation de biens
alimentaires, ce qui représentait plus du quart des recettes externes. Il devenait alors de plus
en plus évident qu‟une réforme économique plus radicale devait être opérée sur la base de
conceptions totalement nouvelles de la place et du rôle de l‟Etat dans l‟économie.

9
Premier Ministère : Programme du Gouvernement. Septembre 1989.Ronéoté. np. Tableau n°8.
29

42. La première réforme sera appliquée, dès octobre 1987, au secteur agricole étatique
disposant alors de fermes (domaines agricoles socialistes ou D.A.S) établies sur près de 3
millions d‟hectares Elle se donne pour objectif de réaliser un désengagement de l‟Etat qui
conserve le droit de propriété sur le foncier mais qui accorde une large autonomie de gestion
à de nouvelles exploitations fondées sur le travail en coopération et créées à partir des
anciens D.A.S, mais à une échelle plus petite que ces derniers. La Loi10 fixe des fourchettes
(4 à 11 membres) pour le collectif des nouvelles exploitations (Exploitation Agricole
Coopérative ou E.A.C) et pour la taille de l‟EAC en référence aux zones agro-climatiques et
aux systèmes de production. La Loi prévoit également que les parcelles trop exigües ou très
excentrées peuvent faire l‟objet d‟attribution à titre individuel et constituer des Exploitations
Agricoles Individuelles (EAI). Au final, la réforme donnera lieu à la création de 22.612 E.A.C
et 15.279 E.A.I. sur 2.264.150 ha du domaine privé de l‟Etat.

43. L‟Etat s‟engage ensuite dans une politique économique libérale qui le contraint à
remodeler les relations entre les entreprises (agricoles et non agricoles) et le marché
intérieur et extérieur. Ce remodelage sera défini par la loi 88-06 relative au régime des
banques et du crédit11, par la loi 89-12 relative aux prix12 ainsi que par la loi relative à la
monnaie et au crédit. Les relations des entreprises avec le marché devront s‟établir
désormais en référence aux seules règles imposées par la concurrence et par la nécessité
de dégager des résultats financiers positifs. Pour un marché domestique marqué par
l‟existence d‟un déficit chronique de l‟offre interne par rapport à la demande solvable et dans
une économie caractérisée, au même moment, par une pénurie non moins chronique de
devises fortes ainsi que par l‟existence d‟un secteur informel surdéveloppé, les réformes
économiques mises en œuvre allaient engendrer inévitablement une hausse des prix
généralisée. Les nouvelles dispositions (régime des prix déclarés) permettent en effet aux
entreprises de définir leurs prix de cession aux clients en fonction de leurs coûts de
production et/ou de distribution réels.
44. Le programme d‟ajustement structurel appliqué au cours des années 1990 va alors avoir
des impacts très négatifs sur l‟objectif de sécurité alimentaire. En effet :
- la politique de subventions des prix à la consommation est progressivement
abandonnée. Combinée à une forte dévaluation de la monnaie nationale, cette
suppression des subventions provoque en moyenne un triplement des prix à la
consommation entre 1990 et 1996, spécialement pour des produits de base
(exemples : les prix du pain, du lait, des huiles alimentaires et du sucre sont multipliés
respectivement par huit, par cinq, par sept et par onze en l‟espace de quatre ans).
Dans le même temps, les salaires ne progressaient que très faiblement ce qui aura
pour conséquence de réduire considérablement le pouvoir d‟achat de la majeure
partie de la population (- 0,8% par an de 1990 à 1999).
- les réformes économiques se traduisent par une restructuration du secteur public et
un retrait progressif de l‟Etat des activités de production agricole et industrielle
comme des activités de services. Il en résulte une très forte compression des effectifs
employés tant par l‟administration que par les entreprises.
- l‟extension du chômage et la baisse du pouvoir d‟achat se conjuguent pour provoquer
une paupérisation croissante qui se répercute négativement sur l‟état de santé de la
population. De nombreuses maladies liées aux mauvaises conditions de vie et
d‟alimentation (tuberculose, typhoïde, diphtérie, carences vitaminiques, rachitisme,
etc.) quasiment éradiquées durant la période antérieure, réapparaissent un peu
partout dans le pays, y compris en zones urbaines.
- les catégories sociales que l‟on peut considérer comme vulnérables représentent une
fraction sans cesse croissante de la population totale. On estimait, par exemple, qu‟il

10
Loi n°87-19 du 08/12/1987, Journal Officiel de la RADP
11
Journal Officiel de la RADP. N°2. Janvier 1988. p34sq.
12
Journal Officiel de la RADP. N°29. Juillet 1989. p639sq.
30

existait en 1999 près de deux millions d‟handicapés dont à peine 40% recevaient une
aide de l‟Etat. On évaluait également à près d‟un million le nombre d‟enfants de
moins de cinq ans qui souffraient de malnutrition dont au moins 100.000 de façon
sévère.
45. En définitive, les réformes économiques ont conduit implicitement à un abandon de
l‟objectif de sécurité alimentaire. La libération des forces du marché n‟a pas provoqué de
manière mécanique l‟accroissement de la production agroalimentaire locale, puisque la
suppression des subventions a aussi concerné les facteurs de la production agricole. Et la
balance commerciale agricole continue à connaître le même niveau de déficit malgré le
tassement de la demande.
46. Vu le poids croissant de la dette publique (interne et externe) et vu l‟impossibilité de
trouver de nouvelles sources de financement permettant de maintenir sa politique
d‟intervention tous azimuts, l‟Etat va se résoudre à appliquer une batterie de réformes visant
son désengagement progressif de l‟ensemble des activités économiques, celles-ci devant
être cédées au capital privé. Cette libéralisation ne se fera qu‟à pas comptés et avec
beaucoup d‟hésitations. Une vaste réforme du secteur des entreprises publiques est
déclenchée à partir de 1990.
47. Après les avoir dotées de l‟autonomie juridique et financière, ces entreprises bénéficient
d‟un programme d‟assainissement financier grâce au Fond spécifique créé à cette fin en
1991, cet assainissement devant rendre éligibles à la privatisation la majorité d‟entre elles et
rendre les autres capables de se développer sans financement de l‟Etat. La réforme a été
complétée en 1996 par le regroupement des entreprises publiques au sein de onze holdings
chargés de gérer les actifs de l‟Etat. Fin 1997, l‟application de la réforme conduira à la
dissolution de 76 entreprises publiques et 250 autres entreprises seront proposées à la
privatisation dans le cadre de l‟Ordonnance prise en 1995. Fin 1998, plusieurs centaines
d‟entreprises publiques locales (827) seront dissoutes et 464 cédées à leurs employés.
2.4. Politique agricole et alimentaire
48. La suppression des subventions concernera dès 1987 les machines et équipements, et
dès 1989 les engrais, les produits phytosanitaires et les aliments du bétail. L‟impact négatif
de la hausse des prix des inputs sur le secteur agraire sera quelque peu amorti par la
hausse des prix de l‟output agricole, prix qui se fixeront librement sur le marché pour une
liste de plus en plus longue de produits. Pas tous, puisque le gouvernement tentera de
concilier le plus longtemps possible l‟objectif central des réformes Ŕ c‟est à dire la recherche
d‟une rationalisation du système productif Ŕ avec un second objectif, soit la préservation du
pouvoir d‟achat des catégories sociales les plus défavorisées. Pour concrétiser ce second
objectif, l‟Etat s‟engage d‟abord à « …/ stabiliser et sécuriser durablement les
approvisionnements du marché pour l’ensemble des produits de large consommation. »16.
49. Dans un premier temps, en référence à la structure des dépenses alimentaires
moyennes (céréales et dérivés, légumes secs, lait, café et sucre, huiles alimentaires, beurre
et margarines, concentré de tomate, épices), une longue liste de produits est soumise au
régime des prix réglementés. Celui-ci est mis en œuvre à travers :
- la garantie des prix à la production pour un certain nombre de produits dits
stratégiques (céréales, légumes secs, tomate industrielle, betterave sucrière, lait cru de
vache, pomme de terre, ail, oignon sec, tabacs bruts, graines fourragères) dont le
développement paraît exiger une stimulation des agriculteurs. Les prix garantis doivent
assurer un revenu minimum au producteur.
- le plafonnement des prix, plafonnement à tous les stades de la production et de la
distribution. Ce mécanisme va concerner une catégorie de produits de large
consommation ou prioritaires du point de vue des pouvoirs publics (pain courant et

16
Ministère de l’Economie. Document ronéoté. ND. Non paginé.
31

amélioré, semoule courante, farine panifiable, lait pasteurisé, lait en poudre entier, lait et
farines infantiles courantes).
- le plafonnement des marges pour les légumes secs et le riz, les céréales autres
que le blé, le café, les huiles alimentaires, le sucre cristallisé.
50. Tous les autres biens sont soumis au régime des prix déclarés lequel, en fait, est un
régime de prix libres qui permet aux entreprises de définir leurs prix de cession aux clients
en fonction de leurs coûts réels de production et/ou de distribution. Une déclaration des prix
à la production est obligatoire afin de permettre à l‟Etat de suivre leur évolution et de pouvoir
mesurer la différence entre prix à la production et prix à la consommation. Dans la pratique,
cette obligation sera très rarement respectée.
51. Le maintien du Fonds de Compensation s‟impose de lui-même puisque c‟est ce Fonds
qui versera aux entreprises et offices publics concernés la différence entre prix à la
consommation et prix à l‟importation ou coût de production, selon qu‟il s‟agisse de produits
importés ou de produits locaux.

52. Financé par le budget de l‟Etat Ŕ entre autres à partir du produit des taxes perçues sur la
commercialisation des biens dits de seconde nécessité et de luxe Ŕ ce Fonds se verra
affecter des enveloppes financières de plus en plus grandes. Celles-ci passent de 11,817
milliards de D.A. en 1987 à 23,928 milliards en 1989 puis à 55,751 milliards en 1992, soit,
quasiment, un quintuplement en cinq ans. Le poids des subventions accordées aux
entreprises et offices publics par ce Fonds apparaîtra très vite insupportable pour le budget
de l‟Etat, budget lui-même soumis aux restrictions imposées par la politique d‟ajustement
structurel. Les pouvoirs publics réduiront progressivement ces subventions par la
modification du mode de calcul du prix à la consommation, le prix à l‟importation devenant
désormais la référence de base. Cette modification exclura automatiquement du système de
compensation un grand nombre de biens et de services qui en bénéficiaient jusque-là. Dès
la fin juin 1992, seuls le pain et la semoule, le lait et les farines infantiles ainsi que le
transport des produits de première nécessité vers les régions du sud du pays continueront à
être subventionnés. Deux années plus tard, seul le lait restera éligible à la subvention.
Tableau 5 : Evolution des prix du pain, de la semoule et du lait conditionné en sachet de
1984 à 2016 (en D.A courants)
Année Pain (250g) Semoule (kg) Lait
(L)
1984 0,70 1,80 1,00
1987 0,80 2,00 1,50
1989 1,00 2,30 1,70
1992 1,00 2,30 4,00
1993 1,00 5,50
1994 3,00 18,00 8,50
1995 5,00 20,00 12,00
1996 6,00 21,60 15,00
1997-2001 7,50 31,00 20,00
2001-2016* 8,00 25,00
Source des données : O.N.S. Collection statistiques, O.N.S. Bulletin Données Statistiques.
*Arrêté du 15/02/2001
53. Mais, la stabilisation et la sécurisation des approvisionnements signifiaient aussi le
maintien d‟un soutien actif et durable à la production de manière à susciter un accroissement
de l‟offre intérieure. Le soutien ira aux agriculteurs s‟adonnant à des cultures dites
stratégiques (céréales, légumes secs, oléagineux, betterave sucrière, tomate industrielle,
tabacs, pomme de terre, oignon et ail) ainsi qu‟à l‟élevage de vaches laitières. Ce soutien se
matérialisera à travers la fixation de prix garantis à la production à un niveau supposé
incitatif. Mais, les mêmes causes produisant les mêmes effets, la régression des capacités
32

de financement par le budget de l‟Etat entraînera le choix d‟un nombre de plus en plus limité
de produits éligibles à la subvention : blé dur, blé tendre, lait.
54. En outre, la stabilité et la sécurité des approvisionnements exigeaient une réorganisation
des circuits de distribution. Celle-ci s‟articulera autour de deux types d‟actions :
- susciter la création d‟organisations et d‟associations professionnelles des
agriculteurs (coopératives de production et/ou de services, Chambre d‟Agriculture, …) ;
- inciter à l‟investissement dans les segments de filière les moins développés
(stockage, conservation, froid, transport et distribution, …).

55. Les nouvelles normes présidant aux relations entreprises/marché étaient tout aussi
valables pour les institutions bancaires. Cela signifie que les banques ne prêteront plus
qu‟aux entreprises performantes et qu‟elles n‟auront à se spécialiser que dans la mesure où
une telle spécialisation est susceptible d‟améliorer leurs résultats.
56. La B.A.D.R. n‟est donc plus condamnée à accorder une priorité à sa clientèle
d‟agriculteurs et encore moins à assurer le financement d‟exploitations pour lesquelles le
risque de non-remboursement est jugé trop élevé. Désormais, E.A.C. et E.A.I. issues du
secteur d‟Etat ou exploitations privées seront logées à la même enseigne. Pour que
l‟instauration des nouvelles relations avec les banques ne mette pas la plupart des E.A.C.
dans l‟incapacité de produire faute de financement, l‟Etat va Ŕ durant une période transitoire
(1988-1993) Ŕ imposer à la B.A.D.R. de leur accorder une allocation quasi automatique de
crédits de campagne à un taux d‟intérêt bonifié. Cette précaution était d‟autant plus
indispensable que la loi sur la monnaie Ŕ compte tenu du niveau de l‟endettement public
interne et externe Ŕ va induire une très forte dévaluation du dinar et provoquer un
renchérissement du crédit (le taux d‟intérêt à court terme atteignant 23 %).
57. Par ailleurs, les nouvelles relations banque/exploitations agricoles sont instaurées au
cours d‟une période marquée par une sécheresse exceptionnelle sur le plan climatique. Afin
de limiter un tant soit peu le risque de non-remboursement des crédits octroyés Ŕ risque
accru considérablement par l‟aléa climatique Ŕ l‟Etat va mettre en place un dispositif destiné
à verser aux exploitants une indemnité en cas de sinistre naturel (sécheresse, inondation). Il
s‟agit du Fonds de Garantie contre les calamités et les risques naturels17, Fonds qui opérera
pour la première fois le 06 juin 1990 dans la wilaya de Guelma, à l‟est du pays.
58. Malgré cette précaution, l‟effort fait par la B.A.D.R. pour rationaliser sa gestion conduira à
une chute rapide et inexorable des enveloppes dégagées pour le financement des activités
agricoles. En fin de période, le crédit agricole n‟a plus qu‟une place symbolique dans le total
des engagements de la banque qui préfère désormais financer des entreprises fiables dans
des créneaux porteurs (commerce, services, industrie, …).
59. Or, les besoins de financement des exploitations agricoles, quel que soit leur statut
juridique, sont Ŕ entre temps Ŕ devenus immenses à cause, principalement, de la hausse
des prix de tous les facteurs de production. Faute de pouvoir imposer à la B.A.D.R. un retour
aux anciennes pratiques, l‟Etat offrira comme alternative la création d‟une banque
spécialisée fondée sur la participation des agriculteurs, sur le développement du crédit
mutuel.
60. Pour ce faire, il sera procédé à l‟extension des activités et des prérogatives de la Caisse
Nationale de la Mutualité Agricole Ŕ chargée jusque-là des seules opérations d‟assurances
agricoles Ŕ Caisse qui assurera désormais un rôle de banquier en complément de la
B.A.D.R. La modicité de ses ressources propres et le déploiement insuffisant de ses

17
Fonds créé par la loi 87-20 du 23 décembre 1987 mais le décret exécutif déterminant son organisation et son
fonctionnement (décret exécutif n° 90-150) ne sera pris que le 25 mai 1990.
33

antennes à travers le territoire national réduiront l‟importance de l‟appui financier qu‟elle


pouvait apporter aux exploitations agricoles.
61. Il est vrai que, pour mieux canaliser ses aides directes, l‟Etat va créer un compte spécial
supplémentaire Ŕ le Fonds National du Développement Agricole (F.N.D.A.) Ŕ chargé
d‟attribuer des aides aux investissements. Il s‟agira, bien sûr, d‟investissements permettant
de développer et/ou d‟intensifier quelques spéculations considérées comme stratégiques du
point de vue de la politique agro-alimentaire, soit, principalement :
- la céréaliculture et spécialement la multiplication de semences ;
- la production laitière (achat de vaches laitières à hautes potentialités, équipement des
étables, …) ;
- l‟arboriculture fruitière et la production viticole (plantations).
62. Le F.N.D.A. est aussi chargé de soutenir l‟investissement privé dans des activités de
services liés à l‟agriculture (stockage, froid, distribution, …). Pour diminuer les risques de
non-remboursement des crédits accordés, tant par les institutions financières au sens strict
(B.A.D.R., C.N.M.A.) que par le F.N.D.A., l‟Etat mettra également en place un Fonds de
Garantie de l‟investissement. Cependant, l‟efficacité de l‟ensemble de ce dispositif sera bien
faible puisque l‟importance des engagements financiers de chaque structure en faveur du
secteur agraire continuera à dépendre en majeure partie de l‟enveloppe financière apportée
par le budget de l‟Etat, sous une forme ou sous une autre.

63. Malgré l‟accompagnement de la politique de suppression des subventions directes à la


consommation par une politique de soutien direct aux revenus des catégories sociales les
plus pauvres (relèvement du S.N.M.G., des allocations familiales, des pensions de retraite et
allocation d‟indemnités spécifiques aux personnes sans revenu), la récession économique
qui s‟installe se répercute par un tassement de la demande pour les produits des industries
agro-alimentaires ainsi que par une diminution des capacités d‟importation de matières
premières et donc du taux d‟utilisation des capacités productives des I.A.A. Mis à part
l‟industrie laitière dont la production est en progression au cours de la période des réformes
et l‟industrie céréalière dont la production reste à peu près stable, toutes les autres accusent
une chute très nette de leur output.
2.5. Impact sur les agrégats macroéconomiques
64. Au total, l‟effondrement en 1986 des cours sur le marché international des hydrocarbures
a entraîné un vrai désastre pour les conditions économiques et sociales, situation qui
perdurera pendant une décennie. La régression drastique de l'investissement public conduit
à la baisse sans précédent du taux de croissance annuel qui sera à peine supérieur à zéro
(0,2 %) entre 1986 et 1994 et sera même négatif en 1988, 1991 et 1993 comme le révèle le
graphe n°8.
34

Source des données : ONS


65. Cela se répercute évidemment sur le niveau du PIB et du PNB disponibles par habitant
comme le montre le graphe n°9, impactant les ressources monétaires des ménages et
inévitablement leurs capacités à accéder à une nourriture saine et suffisante.

Source des données : ONS

66. La fermeture des entreprises publiques a réduit de 320.000 (environ 40%) les effectifs du
secteur public. Le taux de chômage passe de 24% en 1994 à près 30% en 2000. En outre, la
masse salariale a baissé de moitié entre 1987 et 1995, comme le montre le Graphe n°10 et
les dépenses de consommation des ménages vont s‟amenuisant (cf. Graphe n°11). De plus,
la transition recherchée, déjà difficile sur le plan économique, a été rendue encore plus
douloureuse par la nécessité de conduire de front une lutte acharnée contre le terrorisme
durant toute la décennie 1990. Le programme d'ajustement mis en œuvre finira par stabiliser
les prix (cf. Tableau 6) ce qui contribuera à une baisse progressive de l‟inflation puis à une
reprise de la croissance qui atteindra en 1999-2000 un taux de 3,2%.
35

Source des données : ONS

Source des données : ONS

Tableau 6 : Evolution de l‟indice des prix à la consommation


1989 1993 1994 1995 1996 1997
Aliments, boissons, tabacs 100 230,4 325,6 425,9 510,7 539,8
Indice général 100 235,5 303,8 394,4 468,2 494,8
Source: I.M.F., Staff Country Report. 1997/98.

67. C‟est dans un tel contexte que les pouvoirs publics définiront et mettront en œuvre, en
2001, le Programme triennal (2001-2004) de Soutien à la Relance Economique (P.S.R.E).
Ce programme se donne trois objectifs : la réduction de la pauvreté, la création de 850.000
emplois en trois ans ainsi que la préservation des équilibres régionaux et la redynamisation
des espaces ruraux. Il cible un taux de croissance annuel de 5 à 6% et prévoit, à cet effet,
une enveloppe financière de 525 Milliards DA (soit 7 Milliards US$) dont 45 Milliards pour
l‟appui aux réformes, 65,3 Milliards pour l‟agriculture et la pêche, 114 Milliards pour le
36

développement local, 210,5 Milliards pour les grands travaux d‟infrastructures et 90,2
Milliards pour le développement des ressources humaine19.

68. Pour financer ce programme, les pouvoirs publics, qui veulent éviter le recours aux
emprunts sur le marché international, mettent en place, en juin 2000, un Fonds de
Régulation des Recettes qui sera alimenté par les excédents des recettes tirées de
l‟exportation des hydrocarbures par rapport aux prévisions de prix retenues par les Lois de
Finance. L‟exécution du Programme de Soutien à la Relance Economique était confiée aux
différents secteurs ministériels concernés qui devaient gérer de manière centralisée les
différents projets retenus. La plupart de ces derniers avaient pour caractéristique commune
de requérir une forte utilisation de main-d'œuvre pour contribuer à enrayer le chômage.

69. La période 2001 à 2005 verra une reprise indéniable de la croissance à un taux moyen
de 5%, soutenue par la hausse continue des cours et des exportations des hydrocarbures et
par le fléchissement du taux d'inflation à moins de 3%. Cette redynamisation de l‟économie
se traduit par un début de régression du taux de chômage (de 27,3% à 15,3%) qui s‟explique
essentiellement par l‟envergure des dépenses publiques liées à l'exécution du PSRE
(représentant 10% du PIB) mais la majeure partie des nouveaux emplois sont localisés dans
les travaux publics et l‟agriculture ce qui en fait des emplois temporaires et le chômage des
jeunes perdure à hauteur de 30%. L‟informel se développe et crée un volume d‟emplois non
négligeable, ce qui aide à la réduction de la pauvreté.
70. La reprise de la croissance a impacté différemment les principaux secteurs. C‟est
l‟agriculture qui progresse le mieux, sa part dans la PIB passant de 9,4% en 2000 à 11% en
2003. Ces performances s‟expliquent d‟abord par de bonnes conditions climatiques mais
aussi par les premiers effets du Programme national de développement de l‟agriculture
(PNDA) mis en œuvre à partir de l‟automne 2000 pour préparer le secteur agricole à faire
face aux nouvelles conditions de concurrence qui s‟imposeront à lui à très court terme.

Source des données : ONS

19
World Bank Report. Algeria : Evaluation of the Economic Recovery Support Program. Report n°28937-AL.
August 2004.
37

Source des données : ONS.


71. En définitive, grâce au programme triennal (PSRE) puis aux deux programmes
quinquennaux (2005-2009, 2010-2014) ainsi qu‟aux programmes spécifiques de soutien à
l‟emploi et à l‟insertion professionnelle qui les accompagnent, un net recul du chômage est
obtenu (cf. Graphe n°14). Il se réduit de 28,9% en 2000 à 10% en 2010 puis à 9,8% en avril
2014. Le volume de la population occupée augmente de 3,5 millions de personnes et la
masse salariale croît de 2.970 Milliards de DA, soit de 350%. Le taux d‟inflation à tendance à
se réduire puisqu‟il passe de 5,9% en 2000 à 3,9% en 2010. En conséquence, la pauvreté
régresse, la part de la population vivant en-dessous du seuil de pauvreté diminue de 14,5%
en 1995 à 5,6% en 200621. Ainsi, globalement, les conditions de vie s‟améliorent de même
que l‟état de santé général puisque l‟espérance de vie grimpe de 66,9 ans en 2000 à 77,1
ans en 2010.

Source des données : ONS.


72. Le taux de chômage en Algérie a diminué considérablement ces dernières années. En
effet, il a baissé d‟environ 21.7 points entre 1966 (32.9%) et 2015 (11,2%). En termes
absolus, le nombre de chômeurs a été divisé par deux, passant de 2.078.000 chômeurs à
1.272.000.
73. Lassassi et Hammouda (2012) distinguent trois périodes : la première de 1966 à 1985
période avant crise : durant cette période le taux de chômage a considérablement diminué,
passant de 34% à moins de 10%. Cette diminution est due essentiellement à trois facteurs :
i) le recrutement massif des entreprises publiques qui recrutaient trois fois plus que leur
besoin réel ; ii) le marché du travail répondait à une demande exclusivement masculine, la
participation des femmes à la force de travail était négligeable ; iii) les accords de

21
Objectifs du Millénaire. Algérie. Données actualisées.
38

coopération pour la migration de travail que l‟Algérie a établi avec plusieurs pays, en
particulier avec la France, géré par l‟ONAMO23 jusqu‟aux années 1973 (cf. Graphe n°15).
74. La deuxième période à partir de 1986 : c‟est la période de crise avec la chute des prix
des hydrocarbures en 1986, cela a engendré un ralentissement de l‟économie algérienne,
les entreprises fonctionnaient au ralenti, les capacités de production étaient utilisées à 30%
et les entreprises ont stoppé les recrutements, ce qui a engendré une augmentation du
chômage. La troisième période, à partir de 1997 : c‟est la période d‟après crise, le taux de
chômage a considérablement diminué durant cette période.
Graphe n°15 : Evolution comparative des taux de chômage, d‟activité et d‟occupation par rapport au
prix du baril de pétrole de 1966 à 2016

Source : Banque mondiale

3. Potentialités et contraintes du secteur agricole


3.1. Une Superficie Agricole Utile insuffisante
75. L‟agriculture est soumise à la première contrainte que constitue la dotation réduite en
superficie agricole utile (SAU), à la fois en valeur absolue et ramenée à la superficie par
habitant. Des efforts, plus ou moins importants et constants ont été consentis par l‟Etat, à la
fois, pour préserver les terres agricoles et limiter les prélèvements pour l‟habitat et le
développement industriel, et pour mettre en valeur de nouvelles terres. Ceci a permis,
malgré les ponctions importantes faites sur les terres agricoles pour satisfaire les besoins du
développement, de faire gagner à la SAU nationale environ 500.000 ha depuis le début de la
décennie 1980 puisqu‟elle passe d‟une moyenne de 7,713 millions d‟ha à 8,227 millions d‟ha
en 2011-2015.
76. Rapportée au nombre d‟habitants, la S.A.U par tête est aujourd‟hui à peine égale à 0,2
ha soit 20 ares. Le graphe n°16 permet de constater que, comparativement à quelques-uns
de ses voisins méditerranéens (Espagne, Maroc, Tunisie), l‟Algérie avec le Portugal sont les
moins dotés en fond de terres arables par tête d‟habitant.

23
ONAMO : Office national de la main-d’œuvre, créé par décret du 29 novembre 1962. Il a pour principale fonction, la gestion des flux
migratoires des travailleurs algériens vers la France et la République démocratique Allemande. En 1990, un changement de dénomination de
l’ONAMO est décidé. L’Agence nationale de l’emploi (Anem) prend sa suite en tant qu’établissement public.
39

Source des données : FAOSTAT, 2017


77. Le graphe n°17 confirme que le ratio nombre d‟hectares par habitant dans les pays de la
région Afrique du Nord-Moyen Orient est le plus faible pour l‟Algérie (0,19) en 2015 contre
(0,27) en 1990 en comparaison avec la Tunisie et le Maroc.

Graphe n°17 : Evolution du ratio ha/habitant


dans la région Afrique du Nord – Moyen Orient

78. Le tableau 7 présente les données concernant les terres exploitées par l‟agriculture au
cours de la période récente (2011-2015). De plus, le dernier recensement de l‟agriculture
(2001) a confirmé la dominance de la petite exploitation dans les structures foncières du
pays puisque près de 70% des exploitations disposent d‟une superficie inférieure à 10 ha, ce
qui constitue un handicap certain pour la mécanisation.
Tableau 7 : Terres disponibles pour l’agriculture en 2011-2015
Désignation Hectares
Superficie Agricole Totale 42.244.936
Pacages et parcours 32.941.358
Terres improductives des exploitations 1.076.138
Superficie Agricole Utile 8.227.440
Total autres terres 195.712.794
Terres alfatières 2.501.537
Forêts 4.261.975
Autres terres improductives 188.949.282
Source des données : MADRP
40

Tableau n°8 : Algérie : Répartition générale des terres

3.2. Des contraintes climatiques de plus en plus pesantes


79. Les caractéristiques du milieu naturel déterminent un niveau de potentialités qui est
extrêmement conditionné par la mobilisation de la ressource hydrique, seconde contrainte
permanente pour l‟agriculture. Cette situation explique pourquoi le risque climatique
constitue un paramètre fondamental des pratiques des exploitants agricoles, risque qui induit
un niveau d‟intensification de la conduite culturale en agriculture pluviale qui ne permet pas
d‟exprimer pleinement les potentialités du milieu. Et le phénomène du changement
climatique ne peut qu‟aggraver les conséquences négatives sur l‟agriculture. Au total, les
bases naturelles de la production agricole sont caractérisées à la fois par des potentialités
naturelles appréciables qui vont de pair avec une fragilité prononcée des écosystèmes,
rendant très aigu le défi de la durabilité et de la stabilité.
80. L‟examen des données climatiques durant les dernières décennies et tous les scénarii
pour le futur prédisent une accentuation du changement climatique en œuvre à l‟échelle
mondiale. Pour la région méditerranéenne dont fait partie l‟Algérie, toutes les recherches
confirment qu‟elle connaîtra un accroissement sévère de l‟aridité qui la rendra davantage
vulnérable au stress hydrique et à la désertification. D‟ailleurs, l‟élaboration par télédétection
d‟une carte de sensibilité à la désertification (cf. carte n°3) a fait ressortir que, déjà, plus de
570.000 ha de terres en zone steppique sont totalement désertifiés sans possibilité de
remontée biologique et que près de 6 millions d'ha sont très menacés par les effets de
l'érosion éolienne. De plus les pratiques culturales inadaptées font que les superficies
labourées annuellement et soumises à l'érosion éolienne sont estimées à près de 1,2
millions d'ha25.

25
DGF
41

Figure n°3 : Carte nationale de sensibilité à la désertification au 1/200.000 couvrant


12 wilayas steppiques (27 millions 435 mille hectares)

Source : DGF

81. Le changement climatique a de multiples conséquences sur l‟environnement et donc sur


l‟agriculture. Il a d‟abord un effet négatif sur les disponibilités en eau et sur la qualité. Il induit
aussi une plus grande fréquence des accidents climatiques ce qui aggrave le phénomène de
la dégradation des terres, déjà lourd de conséquences dans la région où il conduit à la
diminution, voire même à la disparition, du potentiel initial de productivité biologique des
terres cultivées, des parcours, des pâturages et des forêts. De plus, les parties déboisées
suite aux incendies sont encore plus sensibles à l‟érosion et la dégradation des sols qui
s‟ensuit limite les possibilités de régénération des nappes phréatiques et accélère le
processus d‟envasement des retenues et des barrages érigés pour constituer des réserves
en eau.
82. Parmi les systèmes de production mis en place aujourd‟hui, en Algérie, une faible
minorité (15% couvrant 1,2 millions d‟ha) peut être considérée comme peu vulnérable, à
court terme, au changement climatique. Il s‟agit, principalement, des cultures sous abri et
des cultures irriguées, encore que ces dernières dépendent des volumes d‟eau disponibles
pour l‟irrigation. Il n‟en reste pas moins que tous les autres systèmes, quelle que soit leur
diversité, sont des systèmes d‟agriculture pluviale totalement exposés aux variations
climatiques dont l‟amplitude peut conduire à un effondrement de l‟offre en produits agricoles.
83. En Algérie, ce risque est d‟autant plus élevé que la pression de la demande a conduit à
étendre les cultures dans des zones où les limites d‟adaptation naturelle des espèces et des
variétés sont déjà dépassées. L‟accentuation des tendances à la salinisation et à la
désertification qui résultera du changement climatique, la régression des volumes d‟eau
mobilisables pour l‟irrigation, c‟est là autant de facteurs qui mettront en cause les conditions
de croissance des plantes cultivées.
3.3. Des contraintes hydriques présentes dans tous les agrosystèmes
84. On distingue habituellement trois types de ressources en eau. Il y a d‟abord les
ressources en eau superficielle renouvelables qui sont estimées en Algérie à environ 10
milliards de m3/an pour l‟ensemble du pays y compris le Sahara, lequel, malgré l‟importance
de sa surface, n‟offre qu‟un potentiel de 0,2 milliard de m3. Il y a ensuite les 02 milliards de
m3/an de ressources en eau souterraine renouvelables que renferment les nappes du nord du
pays. Elles sont alimentées principalement par les précipitations dont on a signalé
42

l‟insuffisance et la précarité. Il y a, enfin, les ressources en eau souterraines des nappes du


Continental Intercalaire et du Complexe Terminal identifiées dans le sud du pays. Ces deux
grands systèmes aquifères profonds ne sont que marginalement renouvelables ce qui en fait
un patrimoine fragile exigeant une gestion très parcimonieuse pour garantir sa pérennité. Le
potentiel de ces systèmes aquifères est estimé à 40.000 milliards de m3 et les conclusions
tirées des études réalisées convergent pour évaluer à un maximum de 05 milliards de m3 les
volumes qui peuvent être exploités annuellement sans porter atteinte à la durabilité de ces
réserves.
85. Ce bref inventaire montre qu‟en définitive, l‟Algérie apparaît clairement comme un pays
pauvre en ressources hydriques puisque ses ressources ne permettent de mettre à la
disposition de chaque citoyen qu‟un volume d‟eau inférieur à 500m3, en-deçà du seuil de
pénurie évalué par les instances internationales (Groupe Banque Mondiale, PNUD). Située
dans la zone de l‟Afrique du Nord déficitaire en eau, l‟Algérie pourrait connaître dans l‟avenir
des sécheresses plus longues compte tenu des menaces que fait peser le changement
climatique sur la région. Cette faiblesse des ressources disponibles est encore aggravée
par :
 la mauvaise répartition spatiale de cette ressource ;
 l‟irrégularité saisonnière et interannuelle des écoulements hydriques ;
 l‟érosion hydrique et l‟envasement des barrages ;
 les pertes dues à la vétusté des réseaux de distribution et à l‟insuffisance de
gestion, d‟entretien et de maintenance.
 les phénomènes de pollution ;
 l‟insuffisance des infrastructures de mobilisation ;
 les coûts importants des investissements nécessaires à la mobilisation et au
transfert des ressources en eau.
86. Depuis le début des années 2000, la stratégie nationale de développement du secteur de
l‟eau a été confortée dans les deux objectifs qu‟elle visait déjà depuis le début des années
1980. Elle doit permettre de :
 sécuriser l‟alimentation en eau potable des populations ;
 participer à l‟amélioration du niveau de sécurité alimentaire en mettant davantage
de volumes d‟eau à la disposition de l‟agriculture pour étendre les superficies
irriguées.
87. A ces fins, la stratégie nationale de l‟eau s‟est inscrite dans le schéma national
d‟aménagement du territoire pour définir ses programmes de mobilisation de nouvelles
ressources, d‟organisation des transferts d‟eau vers les zones les plus défavorisées en
ressources hydriques en vue de contribuer à la dynamique de rééquilibrage du territoire,
donnant la priorité au développement durable des Hauts Plateaux et du Sud. La mobilisation
de volumes d‟eau supplémentaires doit inclure également l‟exploitation de ressources non
conventionnelles y compris le dessalement de l‟eau de mer.
88. Pour concrétiser cette stratégie, l'Algérie a consacré des investissements considérables
au cours des trois dernières décennies pour rattraper le retard accusé antérieurement. Ces
investissements ont permis d‟accroître notablement le parc de barrages et retenues et de
mettre en place des infrastructures permettant les transferts inter-régionaux, de multiplier les
stations de traitement et les réseaux d‟adduction pour répondre à la demande croissante de
l‟ensemble des usagers. A l‟heure actuelle, l‟Algérie dispose de 75 barrages d‟une capacité
totale de 8.111 millions de m3 et de 575 retenues d‟une capacité de 206 millions de m3
43

pour la mobilisation d‟eau conventionnelle. Les ressources exploitables sont évaluées à


7.800 millions de m3/an26.
89. Une partie notable des investissements consentis a été consacrée à la mobilisation de
ressources en eau non conventionnelle (dessalement de l‟eau de mer, déminéralisation des
eaux saumâtres et réutilisation des eaux usées traitées). A la fin de 2016, on comptait :
 10 stations de dessalement d‟eau de mer, d‟une capacité totale de 587,65 hm3/an
 21 stations monoblocs de dessalement d‟une capacité totale de 2,9 hm3/an
 14 stations de déminéralisation des eaux saumâtres avec une capacité totale de
33.73 hm3/an
 177 stations d‟épuration des eaux usées permettant de disposer pour l‟irrigation de
38,77 hm3/an
90. Les investissements ainsi réalisés à travers les différents programmes ont permis une
amélioration réelle du niveau de satisfaction des besoins en eau, tant en quantité qu‟en
qualité requise. En moyenne, le volume total d‟eau mobilisé par différents moyens est réparti
entre l‟irrigation (65%) d‟une part, l‟industrie et les usages domestiques (35%)27.
91. L‟irrigation est pratiquée par l‟agriculture sur 27 grands périmètres, couvrant une
superficie de 227.500 ha, à partir des eaux de surface et des eaux usées épurées ; elle est
également pratiquée à partir d‟eau superficielle collectée grâce à de petits barrages, à des
retenues collinaires ou grâce à des prélèvements au fil de l‟eau et à des forages permettant
de prélever des eaux souterraines. Cela permet d‟irriguer près de 940.000 ha
supplémentaires.
92. Concrètement, les superficies réellement irriguées sont passées de 350.000 ha en 2000
à 928.955 ha en 2008, à plus de 1,2 millions d‟hectares en 2016 (cf. Tableau 9) un saut
qualitatif ayant été fait à partir de 2001 grâce à la petite et moyenne hydraulique.
Tableau 9 : Evolution des superficies irriguées (ha)
2000/2001 2002/2003 2004/2005 2007/2008 2010/2011 2012/2013 2015/2016 2016/2017

350.000 644.978 793.334 905 293 981 736 1 053 523 1 260 508 1 301 231

Source : MADRP

93. Pour accroître les possibilités d‟irrigation compte tenu de la rareté de la ressource, les
pouvoirs publics ont initié un programme de soutien à l‟utilisation par les irrigants, de
techniques économes (irrigation par aspersion et irrigation localisée). Ces programmes ont
progressivement permis de faire passer la superficie équipée en systèmes économiseurs
d‟eau de 75.000 ha en 2000 à 350.000 ha puis à 678.000 ha en 2016 (représentant 52% de
la superficie irriguée) soit un gain annuel moyen de plus de 30.000 ha.

94. Compte tenu des multiples contraintes qui pèsent sur le secteur agricole et avec les
efforts déployés pour lui permettre de disposer de moyens supplémentaires pour contourner
la contrainte eau, comment a évolué l‟agriculture au sein de l‟économie nationale et quels
progrès ont pu être réalisés en matière de production et de rendement ? Pour répondre à
cette question, il faudra examiner son évolution au cours des dernières années.
3.4. Place de l’agriculture dans l’économie nationale

95. Comme le montre le graphe n°18, le secteur agricole a, au cours des années 2000,
amélioré sa place dans la P.I.B de manière quasi continue, progressant plus rapidement que

26
MRE, 2017
27
MRE, 2017
44

le secteur des industries hors hydrocarbures et presque autant que le secteur du bâtiment et
des travaux publics malgré les investissements considérables faits dans ce dernier.

Source : ONS, 2017


96. Mais, le graphe n°19 qui représente l‟évolution de la part du secteur agricole dans la
P.I.B met en relief le caractère plutôt erratique de la croissance de la part de l‟agriculture,
celle-ci pouvant atteindre ou dépasser des pics de 14%, comme en 2000, 2015 et 2016, pour
retomber à 8% ou même à moins de 7% comme en 2008. Cette évolution s‟explique, en
partie par les progrès simultanés faits par les autres secteurs Ŕ bâtiments et travaux publics,
commerce Ŕ mais aussi et plus fondamentalement par l‟irrégularité de la production, elle-
même expliquée par sa forte dépendance vis-à-vis des conditions climatiques en général et
de la pluviométrie en particulier. Cela peut être confirmé à travers l‟examen de l‟évolution de
la production et des rendements pour les principales spéculations.

Source des données : ONS, 2017

97. Pour le cas de l‟agriculture, il est certainement plus judicieux de faire des analyses par
période compte tenu de la forte variation interannuelle de la croissance agricole. Ainsi le taux
de croissance moyen en volume a été de 6,4% entre 2000 et 2015 (cf. Graphe n°20). Une
croissance agricole soutenue mais insuffisante comparée à la croissance de la
consommation alimentaire des ménages (15%).
45

Graphe n°20 : Evolution du taux de croissance de la production agricole en volume

98. Si l‟on veut évaluer l‟état de la sécurité alimentaire et nutritionnelle (en référence à la
définition énoncée plus haut), à l‟échelle d‟une nation comme l‟Algérie, il faudrait donc
vérifier dans quelles conditions les produits alimentaires sont réellement accessibles et
disponibles pour tous les citoyens. La vérification à opérer devra s‟intéresser naturellement à
tous les facteurs qui déterminent ordinairement et partout la disponibilité des produits
alimentaires et l‟accessibilité à ces produits. Le premier élément-clé est le niveau et la
stabilité de la production alimentaire domestique. Le tableau 10 permet une première
évaluation du taux de couverture de la demande par l‟offre nationale pour quelques produits
essentiels.
Tableau 10 : Sources d’approvisionnement du marché national (moyenne 2008/2012)

Produits Production Taux de Importations


(T) Couverture (T)
Blé dur 1 845 336 52% 1 702 636
Blé tendre 757 143 14% 4 497 606
Légumes secs 67 990 27% 182 145
Pomme de terre 3 237 336 100% 243
Autres légumes 5 156 943 99% 28 009
Agrumes 956 798 99% 13 102
Dattes 662 498 100% 885
Autres fruits 1 324 679 80% 325 496
Huiles alimentaires 45 000 6% 708 611
Sucre 0% 0% 1 387 831
Lait (ML) 2 307 000 44% 2 892 000
Viande rouge 331 180 85% 59 407
Viande blanche 257 460 100% 11
Poissons et crustacés 112 803 87% 17 577
Sources des données : MADRP et CNIS.
99. Il permet de conclure que la production nationale est marquée par un déficit structurel.
Ce déficit structurel concerne des produits de base dans le modèle de consommation
dominant en Algérie (blés, légumes secs, lait, huiles alimentaires et matières grasses,
sucre). Pour faire face aux besoins d‟approvisionnement du marché national, il faut donc
recourir aux importations lesquelles, malgré les progrès indéniables réalisés en matière
d‟accroissement de l‟offre domestique, ne diminuent ni en volume ni en valeur.

100. Mais, les progrès constatés pour certains produits sont à relativiser. La dépendance
structurelle, vis-à-vis des marchés internationaux, est encore plus forte que ne le laisse
paraître les données du tableau 10. En effet, celui-ci laisse penser qu‟il y a autosuffisance
pour des produits tels que la pomme de terre et les viandes blanches. En fait, si le bien final
est effectivement produit localement, on relèvera que cela est le résultat d‟une dépendance
partielle ou totale des importations d‟inputs nécessaires à sa production. Ainsi, pour la
46

pomme de terre, les importations de semences restent encore importantes (113.307 tonnes
pour une valeur de 82,8 millions de US$, en moyenne durant la même période) et
représentent 23% des besoins annuels. La dépendance est encore plus marquée s‟agissant
de la production des viandes blanches. Celle-ci étant le résultat d‟une aviculture intensive
fondée sur une alimentation des élevages à base de maïs et de tourteaux, ces inputs sont
entièrement importés. Pour la période 2008-2012 prise en référence, les importations de
maïs et de tourteaux destinées principalement aux élevages avicoles ont atteint en
moyenne, respectivement, 2.623.497 tonnes et 707.267 tonnes d‟un coût global de 1,119
Milliards de US$. Sans ces importations, le taux de couverture des besoins par la production
locale deviendrait insignifiant.

101. Aujourd‟hui comme avant, la sécurité alimentaire continue à se poser dans des termes
quasiment identiques, avec une acuité croissante du fait de facteurs structurels dont les plus
importants sont :
- la dépendance forte du pays vis à vis des marchés internationaux vu l‟importance des
volumes de biens alimentaires fondamentaux importés pour faire face aux besoins de
la population ;
- une pression humaine accrue sur les ressources naturelles (sol et eau, en particulier)
particulièrement dans les régions septentrionales les plus favorables à l‟agriculture ;
- des effets toujours plus perceptibles du changement climatique et de l‟accentuation
prévisible de ces effets à moyen et long terme en termes de sécheresse et de
désertification sur la productivité et la disponibilité des ressources.
102. Depuis la fin des années 1960, l‟approvisionnement du marché est déterminé par la
capacité d‟importation et celle-ci, de manière permanente, a été fonction du niveau des
recettes en devises du pays, ces recettes étant elles-mêmes fonction du volume et de la
valeur des exportations d‟hydrocarbures représentant plus de 90% des recettes totales du
pays. Or, la fluctuation du prix des hydrocarbures sur le marché mondial rend le volume des
recettes en devises particulièrement sensible à la conjoncture économique internationale.
L‟accessibilité aux produits alimentaires ne peut donc être garantie sur une base aussi
étroite et les expériences des années 1986-88 puis celle des années 2007-2008 sont là pour
le rappeler.
103. Au cours des 15 dernières années les niveaux de production de nombreuses filières ont
fortement progressé sous l‟effet des différents programmes de développement mis en
œuvre. Ces évolutions (cf. tableau 11) n‟ont pas permis, par contre, de rattraper le gap de
croissance entre la consommation domestique et le développement de la production
nationale.
Tableau 11 : Evolution des productions agricoles U:q
Produits Année 2000 Année 2015 Croit en %
Céréales (*) 21.500.000 37.550.000 75
Légumes secs 218.500 874.000 300
Légumes frais 21.000.000 124.700.000 494
Pomme de terre 12.000.000 45.400.000 278
Raisins 2.036.000 5.700.000 180
Olives 2.171.000 6.500.000 199
Agrumes 4.326.500 13.400.000 210
Dattes 3.656.000 9.900.000 171
Lait (1000 l) 1.583.500 3.700.000 134
(*) Céréales : Moyenne décennale (1980-1999)
47

104. Suite à ce constat, il est évident qu‟un examen plus détaillé doit être opéré filière par
filière à propos des contraintes à l‟origine de l‟insuffisance de l‟offre agricole domestique et
des politiques et moyens mis en œuvre pour y pallier.

105. Ainsi, le graphe n°21 présente l‟évolution de la production des trois principales céréales
d‟hiver. Si la tendance à la progression des volumes de blé dur produits est incontestable, il
n‟en reste pas moins que cette progression est encore fortement contrariée par l‟irrégularité
et l‟insuffisance des précipitations car, si elle atteint ou dépasse à cinq reprises les 200.000
tonnes, elle peut se voir réduite de moitié ou même davantage certaines années. Par
ailleurs, on notera que la céréale la plus consommée aujourd‟hui Ŕ le blé tendre Ŕ a un
niveau de production qui stagne, ce qui contraindra à un accroissement sensible des
importations.

Source des données : MADRP

106. Le graphe n°22, quant à lui, montre que la production maraichère a été multipliée par
trois depuis 2000, la progression la plus forte ayant été celle de la pomme de terre. Ces
cultures étant menées en irrigué, elles ne dépendent qu‟indirectement de l‟aléa
pluviométrique, celui-ci pouvant tout de même influer sur les disponibilités en eau dans les
retenues ou dans les nappes exploitées par fonçage de puits ou forages.

Source des données : MADRP


48

107. Le graphe n°23 indique qu‟il en va de même pour la production de l‟arboriculture


fruitière, l‟accroissement de la production étant d‟abord le résultat de l‟extension des
superficies complantées et du rajeunissement partiel d‟anciennes plantations d‟agrumes.

Source des données : MADRP

108. Le graphe n°24 montre également une croissance significative de la production de


viande, bien que moins régulière du fait que la filière viande blanche est bien plus fortement
dépendante que la filière viande rouge des importations de maïs et de tourteaux, matières
premières à l‟origine de la production d‟aliments pour l‟aviculture, comme cela a été souligné
plus haut.

Source des données : MADRP

109. Malgré les progrès constatés pour la plupart des spéculations, il n‟en reste pas moins
que, comme l‟indiquait le tableau 1, les besoins alimentaires des consommateurs algériens
restent, dans des proportions plus ou moins fortes, couverts par des importations. Cette
dépendance est encore plus préoccupante quand il s‟agit de biens qui constituent des
aliments de base dans la ration alimentaire (blé tendre, lait) ou qui pourraient permettre une
49

diversification de cette ration (viandes blanches). Les exemples du blé dur (Graphe n°25) et
du blé tendre (Graphe n°26) suffisent à situer l‟ampleur du risque sur la sécurité alimentaire
dans une conjoncture où les prix de ces biens sur le marché international connaitraient une
hausse très forte et où les moyens de paiements extérieurs venaient à se réduire.

Source des données : CNIS

Source des données : CNIS

110. Pourtant, comme on le verra plus loin, des moyens importants ont été déployés au
cours des deux dernières décennies en appui au secteur agricole. Il est donc nécessaire
d‟examiner le cadre économique et politique dans lequel s‟insère le développement agricole.
50

4. Bilan de la situation alimentaire et nutritionnelle

4.1. Disponibilités alimentaires et structure de la ration alimentaire


moyenne disponible

111. L‟exploitation de la base de données de la FAO permet d‟examiner l‟évolution de la


ration alimentaire moyenne entre la période 1963-1967 et la période 2009-2013. L‟Algérie
étant un pays aride et semi-aride, les récoltes sont très variables d‟une année à l‟autre parce
que dépendant fortement des aléas climatiques.

112. Tous calculs faits, il est possible de dire, qu'en moyenne, la situation alimentaire et
nutritionnelle s'est nettement améliorée au cours du dernier demi-siècle à la fois sur le plan
quantitatif et sur le plan qualitatif. Sur le plan quantitatif, la ration alimentaire moyenne par
tête d‟habitant a été multipliée par 2 et atteint le niveau de celle de l‟Espagne (cf. tableau 12
et graphe n°27) pour les années plus récentes 2004-2013).

Source des données : FAOSTAT, 2017


Tableau 12. Evolution quantitative et composition de la ration alimentaire moyenne par tête
(en Kcalories)

Moyenne annuelle Moyenne annuelle Facteur de


1963-1967 2009-2013 Multiplication
Total Composition Total Composition
Algérie Ration moyenne 1577 100% 3209 100% 2,0
Dont produits végétaux 1428 91% 2841 89% 2,0
Dont produits animaux 148 9% 369 11% 2,5
Espagne Ration moyenne 2685 100% 3206 100% 1,2
Dont produits végétaux 2248 84% 2340 73% 1,0
Dont produits animaux 438 16% 866 27% 2,0
Source : Tableau élaboré à l’aide des données de la FAO

113. En matière de disponibilités alimentaires journalières totales, le graphe n°26 montre que
le consommateur algérien a vu sa ration améliorée en quantité de calories (3.296 kcal/hab/j
en 2013) au cours des dix années considérées, cette ration devenant supérieure à celle du
consommateur espagnol (3.194 kcal/hab/j) et très proche de celle des consommateurs
marocain et tunisien.
51

114. La progression de la consommation par tête a été significative au cours des quatre
dernières décennies puisqu‟elle a augmenté de 52% entre les périodes 1970/79 et
2004/2013. L‟amélioration s‟est faite surtout au cours de la période 1970-1984, avant de
ralentir fortement suite aux impacts du premier effondrement des prix des hydrocarbures,
des réformes imposées par le programme d‟ajustement structurel qui a suivi puis de
l‟insécurité ayant caractérisée les années 1990. Depuis 2000, les disponibilités ont repris leur
progression à la faveur des soutiens du pouvoir d‟achat alimentaire, de la croissance de
l‟offre agricole et de la protection sociale des couches défavorisées (cf. Graphe n°27).
Graphe n°28 : Evolution des disponibilités alimentaires par habitant de 1962 à 2013

115. On constate aussi une très nette amélioration sur le plan qualitatif entre les périodes
1963-1967 et 2009-2013: les calories issues de produits animaux se sont accrues ainsi que
les protéines animales (cf. tableau 13, ci-dessous). Même si la ration reste fortement
dépendante de la consommation de produits végétaux, la part des protéines animales est
multipliée par 3,1 entre les deux périodes. Mais, les protéines animales ne constituent,
encore en 2009-2013, que 27% des protéines totales.
116. Le graphe n°29 révèle aussi que le consommateur algérien est celui dont la ration
quotidienne comporte la quantité la plus faible de protéines. Néanmoins, cette quantité
progresse vers la fin de la période pour atteindre 91,6 g/hab/j proche de celle des
consommateurs marocain et tunisien et nettement supérieure à la moyenne des pays
importateurs nets de produits agricoles (66,9 g/hab/j). Cela signifie que la structure de la
ration, en termes qualitatifs, reste encore insuffisante.
52

Source des données : FAOSTAT, 2017

117. Pour ce qui est des matières grasses, la consommation journalière de l‟Algérien a été
multipliée par 2,1 entre les deux périodes 1963-1967 et 2009-2013 (cf. tableau 13 ci-
dessous). Le graphe n°30 montre la consommation de matières grasses quotidienne dans
les pays voisins ainsi qu‟en Espagne et au Portugal. On y voit que le consommateur algérien
a, avec le consommateur marocain, la ration quotidienne la plus faible en matières grasses.
Cette ration est deux fois plus petite que celles des consommateurs espagnols ou portugais
et plus faible que celle du tunisien (-25 à -30%) même si elle a tendance à progresser depuis
2006.
Tableau 13. Evolution de la composition en protéines et matières grasses de la ration
alimentaire en Algérie (gr/personne/jour).
1963-1967 2009-2013 Facteur de
multiplication
Protéines Mat grasses Protéines Mat grasses Protéines
Total 41,5 29,1 89,0 72,7 2,1
Végétales 33,7 19,1 64,9 51,1 1,9
Animales 7,8 10,1 24,1 21,6 3,1
Source : Tableau élaboré à l’aide des données de la FAO

Source des données : FAOSTAT, 2017


53

118. L‟enquête TAHINA28 de 2005 - dont les auteurs affirment qu‟elle « apporte non
seulement des données fiables et actualisées sur des échantillons représentatifs de la
population respectant la sexo-spécifité mais fournit également des éléments de
comparabilité avec d‟autres pays » - note que « au total, la consommation moyenne de
protéines est d‟au moins une fois par jour (1,15), un peu plus élevée chez les hommes
(1,20), les moins de 40 ans (1,25), et en milieu urbain (1,22). Elle est plus faible en milieu
rural (1,03) et dans le Tell (1,07). Les protéines sont nettement plus consommées dans le
Sud (1,95), soit en moyenne deux fois par jour” (INSP, 2007).
119. L‟enquête TAHINA, révèle, en outre, que « l‟huile, autre que l‟huile d‟olive, est quant à
elle consommée plus d‟une fois par jour (1,3), pareillement dans les deux sexes, à tous les
âges, dans le milieu rural et urbain, et plus fréquemment dans le Sud (1,85) ». Cependant,
autant pour la matière grasse totale que pour les protéines animales, la ration alimentaire
reste très en deçà de celle constatée, par exemple, en Espagne.
120. L‟amélioration de la ration alimentaire moyenne est due en grande partie à la hausse
des importations de produits alimentaires. En un demi-siècle, la part des importations dans la
composition de la ration est passée de 36% à 68% (cf. tableau 14).

Tableau 14. Part des importations dans la ration alimentaire exprimée en Kcalories
1963-1967 2007-2013
Algérie 36% 68%
Espagne 17% 43 %
Source : Tableau élaboré à l‟aide des données de la FAO

121. Il faut noter que les importations qui ont le moins augmenté sont Ŕ surtout - celles des
produits à forte valeur ajoutée (viande, pomme de terre, fruits et légumes) dont la production
a été tirée par le marché (cf. tableau 15).

Tableau 15. Facteurs de multiplication des importations entre 1963-1967 et 2009-2013


Huile Lait Céréales Fruits Légumes Viande Pomme
végétale de terre
18 17 14 13 12 7 1,5

122. Malgré l‟amélioration de la ration alimentaire moyenne, des lacunes restent encore à
combler. Deux sources de données décrivent ces lacunes. La première est la base de
données sur la sécurité alimentaire de la FAO, consultable sur son site qui fournit des
données moyennes sur la période 2013-201529. La deuxième est le rapport sur « l'état de la
sécurité alimentaire dans le monde 2017” », produit par la FAO et plusieurs autres
organisations internationales, rapport fournissant des données sur la période 2014-2016.

123. Il y aurait, selon la FAO, en moyenne sur les 3 années 2014-2016 :


a) 1,8 millions de personnes sous alimentées30, soit 4,6% de la population, très en
diminution par rapport à la moyenne des années 1999-2001 qui était de 10,7% (cf.

28
Cette enquête a été réalisée par l‟Institut National de la Santé Publique (Alger) dans le cadre du
Projet TAHINA : Transition Epidémiologique et Impact sur la Santé en Afrique du Nord. Il s‟agit d‟un
projet de recherche financé par l‟Union Européenne dans le cadre du programme INCO « Confirming
the international Role of Community Research » volet INCO-MED.
29
http://www.fao.org/faostat/fr/#data/FS. Dans la suite du texte, cette source sera référencée
« Annexe 2 ».
30
D‟après la FAO, la sous-alimentation est un « un état d'incapacité prolongée Ŕ d'une année au moins
Ŕ d'absorber suffisamment de nourriture, caractérisé par un apport alimentaire insuffisant pour
répondre aux besoins diététiques du point de vue énergétique. La faim est comprise comme
synonyme de sous alimentation chronique ».
54

annexe 2). Le rapport FAO (2017) donne le même chiffre pour la période 2014-2016
(4,6%), chiffre en diminution par rapport à la période 2004-2006 durant laquelle il était
de 8,8%.
b) Un déficit alimentaire (Kcal/personne/jour) qui serait de 32 Kcal, très en retrait par
rapport au niveau atteint au cours de la période 1999-2001 où il était de 77
Kcal/personne/jour. Le rapport FAO (2017) ne fournit pas cette donnée.

124. Mais dans le même temps, la FAO indique, qu‟en 2014, 22% des adultes (+ de 18 ans)
ont un problème d‟obésité. Quant à l‟enquête TAHINA de 2005, elle indique que :
- 57,4% des enquêtés sont en surpoids (42,8% chez les hommes et 67,5% chez les
femmes) ;
- 22% des enquêtés sont obèses (9% chez les hommes et 31% chez les femmes).

125. Pour ces deux caractéristiques, l‟enquête constate une situation plus préoccupante en
milieu urbain qu‟en milieu rural. L‟enquête TAHINA révèle aussi que 25% des enquêtés ont
de l‟hypertension artérielle (HTA) (28,5% des femmes, 20% chez les hommes).

126. Selon l‟enquête TAHINA, les décès par maladies non transmissibles occupent la
première place des causes de décès avec un taux de 58,6% et, parmi les maladies non
transmissibles, la pathologie cardio-vasculaire vient en première position des causes de
décès avec 44,5% et au sein de ce groupe de pathologies, les maladies cérébro-vasculaires
viennent en tête avec 1.006 décès soit 28.9% du total du groupe. L‟enquête précise, en
outre, que les cardiopathies hypertensives et les cardiopathies ischémiques concernent
respectivement 25.1% et 9.7% des décès. Les autres affections cardio-vasculaires
représentent le tiers des décès (32.8%). Elle notera que, parmi les 3.485 personnes
décédées par affections cardio-vasculaires, 51,6% sont de sexe masculin et 48,4% de sexe
féminin.

Tableau 16 : Répartition des décès par affections de l’appareil cardio-vasculaire

Affections cardio-vasculaires Effectif Fréquence


Cardiopathies cérébro-vasculaires 1.006 28,9%
Cardiopathies hypertensives 876 25,1%
Cardiopathies ischémiques 339 9,7%
Cardiopathies inflammatoires 95 2,7%
Cardiopathies rhumatismales 25 0,7%
Autres affections cardio- 1.144 32,8%
vasculaires
Total 3.485 100%

127. L‟enquête TAHINA relève que la grande majorité des décès par maladies
endocriniennes a pour origine le diabète sucré qui cumule 582 décès alors que les maladies
endocriniennes arrivent en troisième position des décès par MNT avec 7,8%, et 4,3% de
l‟ensemble des décès.

128. Ainsi, le diabète sucré se situe en quatrième position des causes de décès par MNT
représentant un taux de 7,4% des MNT et un taux de 4,3% parmi l‟ensemble des décès.
Selon le sexe, les décès par diabète sucré sont légèrement plus fréquents chez les femmes
avec 51,2% contre 48.7% pour les hommes. On note une prédominance des décès par
diabète sucré chez la femme. L‟enquête souligne aussi que la fréquence des décès par
diabète augmente avec l‟âge, le maximum de décès étant enregistré à partir de 70 ans
(52,4%).

129. La répartition des décès selon le type de diabète montre une prédominance du diabète
non insulino dépendant noté sur 255 certificats de décès (43,8%) suivi du diabète sucré sans
55

précision relevé dans 33,3% des cas, arrive ensuite le diabète insulinodépendant avec 133
décès (22,8%).

130. Par ailleurs, selon la FAO (cf. annexe 2), en 2015, 34,9% des femmes de 15 à 49 ans
(en âge de reproduire) souffriraient d‟anémie, chiffre en légère régression par rapport à
l‟année 2000 (36,5%)32. On constate une évolution inverse dans le rapport FAO (2017) qui
donne pour cette affection le chiffre de 37,5% pour 2015 en progression par rapport à 2005
(34,9%) (cf. tableau 17).
Tableau 17. Progrès accomplis en direction des objectifs de développement durable (ODD).
Désignation Année des Algérie Maroc Tunisie
données
En % de la population
considérée
Prévalence de la sous-alimentation en % de la population 2004-2006 8,8 5,8 5,6
totale 2014-2016 4,6 3,5 5
Prévalence de l'insécurité alimentaire grave. Pop totale 2014-2016 - - -
Prévalence de l'émaciation chez l'enfant de moins de 5 ans 2016 4,1 2,3 2,8
Prévalence du retard de la croissance chez l'enfant de moins 2005 15,9 23,1 9
de 5 ans 2016 11,7 14,9 10,2
Prévalence de l'excès pondéral chez l'enfant de moins de 5 2005 12,9 13,3 8,8
ans 2016 12,4 10,7 14,3
Prévalence de l'obésité chez l'adulte (18 ans ou plus) 2005 16,4 15,2 18,5
2014 21,6 20,6 24,2
Prévalence de l'anémie chez la femme en âge de procréer 2005 34,9 34,6 27,8
(15-49 ans) 2016 35,7 36,9 31,2
Source : FAO, FIDA, OMS, PAM et UNICEF, 2017 : L'état de la sécurité alimentaire dans le monde 2017.
Renforcer la résilience pour favoriser la paix et la sécurité alimentaire, Rome, FAO.

131. Une troisième source de données est constituée par l‟OMS. Elle permet d‟évaluer
l‟incidence des maladies non transmissibles (MTN) en Algérie en 2014. Selon cette
organisation internationale, la prévalence du retard de croissance chez l‟enfant de moins de
cinq ans serait de 12%, le taux des adultes en surpoids serait de 59% et le pourcentage de
femmes en âge de procréer et atteinte d‟anémie serait de 33%33. C‟est là autant d‟indicateurs
inquiétant sur la situation nutritionnelle des Algériens surtout quand une comparaison est
faite entre ces données et celles qui concernent d‟autres pays d‟Afrique du Nord (cf. tableau
18). On constate que l‟Algérie est plutôt dans une situation moyenne mais que, mis à part
l‟indicateur « surpoids des adultes, la Tunisie établit de meilleurs scores.

Tableau 18 : Comparaison de quelques indicateurs clés pour 4 pays d’Afrique du Nord

Indicateurs Algérie Egypte Maroc Tunisie


Retard de croissance 12% 22% 15% 10%
Surpoids des adultes 59% 62% 57% 63%
Anémie des femmes en état de procréer 33% 35% 33% 28%
Source des données : OMS, Profil des pays

32
Selon la FAO, « Etat d'une personne qui a un faible taux d'hémoglobine ou d'hématocrite. Une
carence en fer est la cause la plus courante d'anémie. Une insuffisance de folate, de vitamine B12, de
vitamine A ou d'autres nutriments dans l'alimentation peut également être à l'origine de l'anémie ».
33
OMS, Profil des pays pour les maladies non transmissibles. http://www.who.int/countries
56

132. Une comparaison similaire peut être effectuée pour les Maladies Non Transmissibles
(MTN), on remarquera que, pour l‟ensemble des indicateurs de risques de létalité, l‟Algérie
n‟a les meilleurs scores que pour trois d‟entre eux : le cancer, les affections respiratoires
chroniques et l‟obésité (cf. Tableau 19).

Tableau 19 : Indicateurs des risques de mortalité liés aux MTN


dans 4 pays d’Afrique du Nord (%)

Indicateurs Algérie Egypte Maroc Tunisie


Mortalité proportionnelle toutes MTN 77 85 75 82
*maladies cardio-vasculaires 41 46 34 49
*diabète 7 1 12 5
*cancers 10 14 11 12
*affections respiratoires chroniques 3 4 4 5
*affections transmissibles périnatales et 15 11 18 11
nutritionnelles
*traumatismes 8 5 7 7
*autres MTN 16 19 14 11
Probabilité de décès des personnes âgées de 22 25 23 17
plus de 70 ans de l’un des MTN
Tension artérielle élevée 28,9 24,6 32,4 29
Obésité 16 33,1 16,4 22,3
Source : OMS, Profil des pays pour les maladies non transmissibles, 2014

133. En conclusion, l‟Algérie n‟a pas encore atteint un plein niveau de sécurité alimentaire,
même si elle en est relativement près, connaissant encore une certaine malnutrition
(condition physiologique anormale causée par une insuffisance, un excès ou une quantité
déséquilibrée de calories et de nutriments) consistant en sous-alimentation, en obésité ou en
anémie d‟une faible partie de sa population. Plus précisément, parmi les sept cibles
mondiales de nutrition 2025 adoptées par les membres de l‟OMS pour améliorer la nutrition
chez la mère, le nourrisson et le jeune enfant35, trois ont déjà été atteints, un n‟a pas été
atteint mais a enregistré un progrès sensible et deux n‟ont pas été atteints et enregistrent
une aggravation entre 2005 et 2006 (cf. tableau 20).

Tableau 20. Etat d’atteinte des cibles nutritionnelles de l’OMS.


Cible 1. Réduire de 40 % le nombre d’enfants de moins de 5 ans Objectif atteint
présentant un retard de croissance.
Cible 2. Réduire de 50 % l’anémie chez les femmes en âge de Objectif non atteint. Aggravation
procréer. entre 2005 et 2016
Cible 3. Réduire de 30 % l’insuffisance pondérale à la naissance. Non disponible
Cible 4. Pas d’augmentation du pourcentage d’enfants en surcharge Objectif atteint
pondérale.
Cible 5. Porter les taux d’allaitement exclusif au sein au cours des six Objectif non atteint mais progrès
premiers mois de la vie à au moins 50 % sensible entre 2005 et 2016
Cible 6. Réduire et maintenir au-dessous de 5 % l’émaciation chez Objectif atteint
l’enfant
Cible 7. Arrêt de la recrudescence de l’obésité chez l’adulte Objectif non atteint. Aggravation
entre 2005 et 2016

35
Development Initiatives, 2017,
57

4.2. Pertes et gaspillage et leur(s) origine(s)

134. Selon la définition de la FAO, la catégorie pertes/gaspillages des « balances


alimentaires » comprend les produits utilisables perdus dans la filière de distribution, c'est-à-
dire entre la sortie de l'exploitation agricole (ou du port d'importation) et le point de vente au
détail. Ainsi définies, les pertes et gaspillages de céréales représenteraient, selon la FAO,
environ 10% en moyenne quinquennale des années 2009-2013, soit environ 433.500 tonnes
par an.

Tableau 21 : Les pertes (selon la définition de la FAO) exprimées en kilocalories.


2009 2010 2011 2012 2013 Total
Pertes en kilocalories 227 221 287 181 642 1557
Ration alimentaire 3.110 3.142 3.217 3.272 3.296 16.037
moyenne
Pertes en % 7,3% 7,0% 9% 6% 19% 10%
Source : Calculs faits sur les données des balances alimentaires de la FAO.

135. Les pertes et gaspillages au niveau de la filière distribution ont des origines diverses :
mauvaises conditions de stockage (pour tous les produits), insuffisance des unités de
transformation (en particulier pour les tomates industrielles et les pommes de terre en cas de
« surproduction »), absence et/ou insuffisance de conditionnements adaptés (surtout pour
les fruits et légumes). Par exemple, les salades laitues, les plus consommées dans le pays,
sont livrées aux détaillants compressées dans des cartons, cela entraînant - par écrasement
des feuilles - une perte équivalent parfois à un cinquième du poids.

136. A ces pertes et gaspillages, il faut ajouter les pertes au niveau de la ferme : pertes
durant la récolte et au cours du stockage avant sortie de la ferme. Les pertes durant la
récolte sont dues à des chantiers de récolte tardifs des céréales entrainant un égrenage
naturel des épis sur pied. Elles sont dues aussi à la récolte mécanique des céréales, laquelle
technique peut causer, au Maroc, jusqu‟à 20% de pertes36. Les deux auteurs estiment la
perte moyenne à 12%. En Algérie, dont les conditions ne sont pas loin de celles prévalant au
Maroc, Kaci37 estime la perte moyenne de 2% à 5% selon le type de moissonneuse
batteuse, pourcentages qui ne sont pas, cependant, représentatifs à cause du faible
échantillon de cas étudiés. A ces pertes de rendement, il faut ajouter les pertes en
qualité dues au mauvais réglage des organes de battage de la moissonneuse batteuse. Le
même auteur constate un taux de casse des grains allant de 1 à 9% du rendement. Il donne
une moyenne de pertes sur blé de 5% sur une autre marque de moissonneuse batteuse
utilisée en zones sahariennes38. Compte tenu de ces données, si on estime les pertes de
rendement en moyenne à 4%, on aurait perdu environ 173.000 tonnes de céréales par an
durant la période 2009-2013.

137. Au niveau des consommateurs, le gaspillage est particulièrement important pour le


pain, aliment largement subventionné. Aucune enquête fiable n‟a été faite sur ce
phénomène. Citant la société algéroise chargée du ramassage des déchets ménagers
(ExtraNet), un média électronique donne le chiffre de 90 tonnes de pain jeté par les Algérois
durant les neuf premiers mois de l‟année 2017, soit l‟équivalent de 12.000 tonnes de blé39.
Ce média fait aussi état de 12 millions de baguettes de pain jetées chaque mois dans le
pays (Aghiles, 2017), soit l‟équivalent entre 320.000 tonnes et 400.000 tonnes de blé.
Parlant à la radio, le président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le

36
Baali et Bourarach, 2008
37
Kaci, 2007
38
Kaci, 2005
39
En estimant le taux d’extraction de la farine à 75 %.
58

développement de la recherche (FOREM) affirme en 2015 que « plus de 40 millions de


dollars de pain sont jetés annuellement »40,Le gaspillage est si considérable que certaines
municipalités pratiquant le tri sélectif des ordures ménagères ont prévu un contenant
spécialement dédié au pain jeté par les ménages. Le ramassage de ce pain a même fourni
des emplois à certains débrouillards : ramassé devant les portes des habitations, il est
récolté dans de petites camionnettes et vendu à des éleveurs de bétail ou des aviculteurs.
L‟origine de ce gaspillage est sans aucun doute le prix réglementé auquel est vendu le pain
au consommateur depuis 1996 : 7,50 DA la « baguette » de 250 grammes (soit 3,75
centimes d‟euro au taux de change du marché libre, et 5,6 centimes d‟euro au taux de
change officiel41).

4.3. Structure des dépenses de consommation alimentaire des ménages

138. Selon la dernière enquête sur le budget de consommation des ménages réalisée en
2011, les dépenses alimentaires globales en dinars courants ont fortement augmenté depuis
la dernière enquête du même type en 2001. Au total, le facteur de multiplication a été
globalement de 2,7, de 2,9 en milieu urbain et de 2,5 en milieu rural. Calculé en dinars
constants 2001, il a été de 1,7 au niveau national, 1,8 en milieu urbain et 1,6 en milieu rural.
139. Cette enquête a permis de montrer que l‟alimentation accapare toujours plus de la 40%
du budget moyen (41,8%), ce taux dépassant même la moitié du budget pour les déciles
inférieurs 1 et 2 (53,7% et 51,5% respectivement). Elles sont estimées pour l‟Algérie à 37,6%
en 2013.
Graphe n°31 : Evolution des dépenses de consommation dans 5 pays méditerranéens

140. La part des dépenses alimentaires par rapport aux dépenses totales de consommation
a baissé, passant de 44,6% en 2000 à 41,8% en 2011. Pour les années 2009-2015, ces
dépenses représentent constamment la part la plus élevée des dépenses des ménages
algériens comparativement à leur niveau en Tunisie, au Maroc, en Espagne et au Portugal
(cf. Graphe n°31). A fortiori, on est encore bien loin d‟un pays comme la France où cette
part était de 31% en 1960 et de 18% en 2013. Cette baisse est aussi présente en milieu
urbain soit 45,1% en 2000 et 40,1% en 2011. Mais en milieu rural, cette part connaît une
hausse passant de 43,7% en 2000 à 45,9% en 2011, ce qui peut traduire une légère baisse
du niveau de vie dans ce milieu.

40
Source : http://www.radioalgerie.dz/news/fr/reportage/28403.html
41
Taux relevés le 24 novembre 2017.
59

141. Le poids de l‟alimentation est d‟autant plus élevé quand le niveau de vie des ménages
est bas, quel que soit le milieu de résidence. Les ménages les plus modestes Ŕ qu‟ils soient
urbains ou ruraux - du premier quintile consacrent 53,7% de leur budget à l‟alimentation au
niveau national. Cette part est de 51,6% en milieu urbain et 56,3% en milieu rural. A l‟inverse,
le quintile le plus nanti consacre 32,3% à l‟alimentation au niveau national, cette part étant de
31,8% dans l‟urbain et 33,8% dans le rural. On notera que la situation s‟est très nettement
améliorée par rapport aux résultats de l‟enquête TAHINA, réalisée en 2005, qui révélait que le
premier décile consacrait 89% de son budget à l‟alimentation (INSP, 2006).

142. La structure de la dépense alimentaire entre urbain et rural est toujours en faveur de
l‟urbain, quel que soit le quintile. En outre, dans les deux milieux, la dépense alimentaire croît
en fonction du revenu (cf. tableau 22). On remarquera aussi que plus le niveau de vie
augmente, plus l‟écart entre les dépenses s‟élargit en faveur du milieu urbain : le rapport «
urbain/rural » passe de 1,2 pour le premier quintile à 3,2 pour le 5ème quintile. Ainsi, pour le
quintile des moins aisés (ou des pauvres ?), pour ce qui est du niveau des dépenses
alimentaire, la différence n‟est pas très grande.

Tableau 22. Structure de la dépense alimentaire annuelle par quintile selon la dispersion
Quintiles Urbain Rural Total Urbain/Rural
Q1 8,6 15,6 0,8 1,2
Q2 13,3 20,3 15,5 1,4
Q3 18,7 19,2 18,9 2,1
Q4 24,4 21,2 23,4 2,5
Q5 35,0 23,8 31,4 3,2
Total 100 100 100 2,2
Source : ONS. Collection Statistiques, n° 195.

143. L‟ONS note, par ailleurs, que la situation s‟est améliorée en 2011 par rapport à 2000
pour les couches moyennes et modestes. En effet, la part dans les dépenses alimentaires
des quatre premiers quintiles est passée de 62,5% en 2000 à 68,6%.

144. Par groupes de produits, au niveau global, la structure des dépenses alimentaires
montre que les produits animaux (viandes, volaille, poisson, lait et produits laitiers)
représentent 31,4% des dépenses alimentaires alors que les produits végétaux en
accaparent 68,6%. De façon détaillée, le groupe des produits céréaliers occupe le premier
poste de dépenses (17,5%), suivi par le groupe des légumes frais (13,4%), les viandes
rouges (13,3%), le lait et les produits laitiers (8,4%), les volailles (8,3%) et les huiles et
graisses (7,1%) (cf. tableau 23). En comparaison, le budget des ménages français ne
consacre que 13% au groupe « pain et céréales » le classant en troisième position après les
fruits et légumes (15,5%) et les viandes (20,4%).
60

Tableau 23. Structure des dépenses alimentaires par groupes de produits selon la dispersion.

Sous-groupe de produits Urbain Rural Total


% % %
Produits céréaliers 16,3 19,9 17,5
Viande rouge 13,8 12,2 13,3
Volaille, lapin, gibier et œufs 8,7 7,4 8,3
Poissons 1,5 1,1 1,4
Lait et produits laitiers 8,7 7,8 8,4
Huiles et graisses 6,7 7,9 7,1
Légumes frais 13,3 13,5 13,4
Légumes secs et en conserve 3,3 3,5 3,3
Fruits frais 5,4 4,4 5,1
Fruits secs 1,8 2,2 1,9
Sucres et produits sucrés 4 4 4
Café, thé et stimulants 3,1 3,7 3,3
Boissons non alcoolisées 4,1 2,9 3,7
Epices. sel et condiments 1,6 1,9 1,7
Autres dépenses alimentaires 7,5 7,7 7,6
Total 100 100 100

Source : ONS. Collection Statistiques, n° 195.

145. Si l‟on compare le milieu urbain au milieu rural, la structure de la dépense alimentaire
est la même. Par exemple, les céréales viennent en premier. Mais les proportions des
différents groupes ne sont pas identiques. Ainsi, le milieu rural consacre une plus grande
part de ses dépenses aux céréales (19,9%) que le milieu urbain (16,3%). Il en est de même
pour les autres groupes de produits, sauf pour les huiles et graisses (7,9% en rural et 6,7%
en urbain), les légumes frais et secs, les fruits secs, les cafés, thés et stimulants et les
épices.

146. Quand on analyse la répartition des dépenses par quintile, il apparaît que le quintile le
plus fortuné dépense presque trois fois plus (2,9 fois plus) en alimentation que le quintile le
moins fortuné (cf. tableau 24).

147. Les différences les plus fortes concernent les autres dépenses alimentaires (8,4 fois
plus)42, le poisson (6,6 fois plus), les fruits frais (5 fois plus), les boissons non alcoolisées
(4,7 fois plus), la viande rouge (4 fois plus), le groupe « volailles, œufs » (3,6 fois plus). Il
s‟agit donc des produits ou des services alimentaires les plus chers.

42
Les autres dépenses alimentaires comprennent surtout les dépenses de restauration hors foyers (c’est-à-dire
celles faites dans les restaurants).
61

Tableau 24. Les dépenses alimentaires par groupes de produits et par quintiles.
Sous-groupe de produits Quintile Total
1 2 3 4 5
Produits céréaliers 13,9 17,8 20,1 22,5 25,7 100
Viande rouge 8,9 13,6 17,8 23,7 36 100
Volaille, lapin, gibier et œufs 9 14,7 18,9 24,6 32,8 100
Poisson 6 12,2 17,6 24,6 39,6 100
Lait et produits laitiers 11,5 16,8 19,8 23,2 28,8 100
Huiles et graisses 11,7 16,3 20 23,2 28,8 100
Légumes frais 12,1 17,1 20 23,3 27,6 100
Légumes secs et en conserve 13,9 17,5 20,6 22,5 25,5 100
Fruits frais 7,4 13,1 18,3 24,3 36,9 100
Fruits secs 9,6 15,6 18,5 23 33,2 100
Sucres et produits sucrés 12,1 16 19,3 23,3 29,3 100
Café, thé et stimulants 14,9 18,2 19,9 21,9 25 100
Boissons non alcoolisées 7,6 13,5 18,1 25,1 35,7 100
Epices, sel et condiments 13,5 17,3 19,3 23,1 26,7 100
Autres dépenses alimentaires 5,6 10,2 13,5 23,3 47,3 100
Total 10,8 15,5 18,9 23,4 31,4 100
Source : ONS. Collection Statistiques, n° 195.

148. L‟examen de la structure des dépenses alimentaires de chaque quintile, selon les sous-
groupes de produits, montre une répartition plutôt homogène pour tous les quintiles. La part
des céréales demeure la plus importante et occupe la première place dans tous les quintiles
sauf pour celui des plus nantis (cf. tableau 25).

Tableau 25. Structure (%) de la dépense annuelle alimentaire globale par sous-groupes de
produits selon les quintiles
Quintile
Sous-groupe de produits 1 2 3 4 5
Produits céréaliers 22,5 20,0 18,6 16,8 14,3
Viande rouge 11,0 11,6 12,5 13,5 15,2
Volaille, lapin, gibier et œufs 6,9 7,9 8,3 8,8 8,7
Poisson 0,8 1,1 1,3 1,5 1,8
Lait et produits laitiers 9,0 9,1 8,8 8,4 7,7
Huiles et graisses 7,7 7,5 7,6 7,1 6,5
Légumes frais 15,0 14,7 14,1 13,3 11,7
Légumes secs et en conserve 4,3 3,8 3,6 3,2 2,7
Fruits frais 3,5 4,3 4,9 5,3 5,9
Fruits secs 1,7 1,9 1,9 1,9 2,0
Sucres et produits sucrés 4,5 4,1 4,1 4,0 3,7
Café, thé et stimulants 4,5 3,8 3,4 3,1 2,6
Boissons non alcoolisées 2,6 3,2 3,6 4,0 4,2
Epices, sel et condiments 2,1 1,9 1,7 1,7 1,4
Autres dépenses alimentaires 4,0 5,0 5,5 7,6 11,4
Total 100 100 100 100 100
Source : ONS. Collection Statistiques, n° 195.
62

149. Ceci est dû à la part consacrée aux produits plus chers (viande rouge et poisson)
dont le poids passe respectivement de 11% et 0,8% dans le premier quintile à 15,2% et
1,8% dans le quintile des plus fortunés. Ceci est dû aussi à la différence entre les parts de
dépenses consacrées aux “autres dépenses alimentaires” (dépenses de cérémonie,
dépenses de restauration…) entre le 1er et le 5ème quintile.

4.4. Aides alimentaires (cibles, formes et niveaux)

150. Face aux fluctuations des prix des produits agricoles sur les marchés internationaux et
après les crises successives provoquées par l‟accroissement brutal de ces prix, l‟Algérie a
mis en place, au cours de la décennie 2000, des mécanismes de subventions budgétisées
pour le blé dur et le blé tendre (2008) qui ont été élargies à la poudre de lait en 2006 et aux
sucres et huiles à partir de 2011. Le différentiel entre les prix internationaux et les prix fixés
aux consommateurs sont pris en charge par le contribuable. Ainsi, une enveloppe annuelle
moyenne de près de 130 milliards de dinars est allouée aux offices interprofessionnels des
céréales et du lait qui sont chargés de la mission de régulation de ces produits. Pour les
sucres et huiles la compensation est gérée à travers un dispositif associant les producteurs,
le ministère du commerce et celui des finances.

151. Les aides alimentaires provenant de pays tiers sont inexistantes, si on excepte celles
destinées aux réfugiés sahraouis et qui transitent par l‟Algérie. Les aides alimentaires
internes sont de quatre types : l‟aide alimentaire fournie aux nécessiteux durant le mois de
Ramadhan (couffins du Ramadhan et repas gratuits pour la rupture du jeûne), les cantines
scolaires, les restaurants universitaires et les repas servis aux malades durant leur
hospitalisation dans les hôpitaux publics.
152. Les cantines scolaires et restaurants universitaires. En plus de sa dimension
sociale, l‟alimentation scolaire joue un rôle éminent dans l‟équilibre nutritionnel des jeunes
enfants en assurant, en 2013, une ration alimentaire équilibrée à 3.184.158 élèves dans
13.044 cantines scolaires et à 3.301.000 élèves dans 14.640 cantines scolaires en 2014-
2015, soit 85% des élèves du cycle primaire. A noter que 99% des élèves des wilayate
sahariennes bénéficient de cette prestation44. Selon l‟enquête faite par le Laboratoire de
recherche ALNUTS de Constantine « L'alimentation hors foyer des jeunes scolarisés peut
être, soit un repas chaud ou froid à la cantine, soit un repas chaud en demi-pension (2 types
de repas). En général, le repas chaud est composé de pain, du plat principal (pâtes,
légumineuses), d'un produit animal (œuf, fromage, poulet), d'une crudité (salade verte) et
d'un dessert (fruit de saison, dattes, flan). Le repas froid propose du pain, un produit animal
protidique (œuf, thon, fromage) et un dessert (fruit de saison, dattes) »45.

44
Source : Ministère de l‟éducation nationale : http://www.education.gov.dz/fr/systeme-educatif-
algerien/le-financement-de-leducation/. Téléchargé le 5-12-2017.
45
DAHEL-MEKHANCHA C.C., KAROUNE R., YAGOUBI-BENATALLAH L., BADAOUI B.,
MEKHANCHA D-E., NEZZAL L. 2016. Statut pondéral et pratiques alimentaires des jeunes en Algérie.
Revue Nutrition-Santé. 2016. Volume 5. N°2. Pp 69-80.
63

Source des données : Journal Officiel de la RADP


153. L‟accroissement continu des effectifs scolarisés et du nombre de cantines scolaires
ouvertes conduit les pouvoirs publics à consacrer une enveloppe croissante à leur
financement comme le montre le graphe n°32. De 2007 à 2017, le budget qui leur est
consacré a été multiplié par 3,6 en passant de 7,35 milliards de DA à 26,63 milliards. Mais,
ces cantines posent de gros problèmes de gestion. Gérées par le ministère de l‟éducation
nationale jusqu‟en 2016, elles le seront désormais par les communes à qui elles posent déjà
de nombreux problèmes comme le rapportent plusieurs articles de presse.
154. Les restaurants universitaires. Gérés par l‟Office National des Œuvres Universitaires
(ONOU), ils ont distribué 875.853 repas en 2016 (cf. tableau 23) à environ 1.156.000
étudiants auxquels il faut ajouter les 80.000 employés de l‟Office des œuvres universitaires
et un nombre indéterminé de membres du corps enseignant. Selon les chercheurs du
Laboratoire de recherche ALNUTS de Constantine : « Durant l'année universitaire et hors
période de vacances, la restauration universitaire propose trois repas par jour avec des
menus hebdomadaires qui se répètent. Une étude46, ayant pour objectif de comparer la part
des fruits et de légumes dans la ration alimentaire proposée par les RU à Constantine (1983-
1992-2008), a montré un déséquilibre dans la structure de la ration, au détriment des fruits et
légumes. La part de ces aliments (% de la ration totale) était supérieure à 20% en 1983 et
1992 mais inférieure à 20% en 2008. L'inflation qui affecte les prix des fruits et légumes
laisse penser que les RU sont confrontés à des difficultés d'approvisionnement pour
maintenir la part de ce groupe d'aliments à un niveau acceptable. »47 Les repas sont
quasiment gratuits (1,20 le repas, soit 0,006 euro au taux de change libre) pour tous les
étudiants durant toute l‟année universitaire (octobre à juin). Les employés de l‟ONOU et les
enseignants qui fréquentent les restaurants universitaires paient leur repas à 1,40 DA.

46
Mekhancha DE., Benatallah-Yagoubi L., Karoune R., Bahchachi N., Mekhancha-Dahel CC.,
Badaoui B., Benlatreche C. La part des fruits et légumes dans la ration alimentaire proposée par les
restaurants universitaires algériens Ŕ résultats préliminaires d'une étude en cours. Nutr Clin Métabol
2008;Vol.22, N°S1:
47
DAHEL-MEKHANCHA C.C., KAROUNE R., YAGOUBI-BENATALLAH L., BADAOUI B.,
MEKHANCHA D-E., NEZZAL L. 2016. Statut pondéral et pratiques alimentaires des jeunes en Algérie.
Revue Nutrition-Santé. 2016. Volume 5. N°2. Pp 69-80.
64

155. Le principal problème auquel sont confrontés les responsables de l‟ONOU est l‟écart
entre la dotation par repas accordée par l‟Etat (environ 160 DA) et le coût réel de ce repas,
écart qui va grandissant au cours des années (cf. tableau 26).

Tableau 26. La restauration universitaire.

Coût de revient moyen


Nombres de
Années de la restauration journalière
repas servis
en DA
par jour
2012 820 463 207,20
2013 814 030 241,02
2014 812 240 243,83
2015 858 216 253,17
2016 875 853 259,66
Source : ONOU

156. Les cantines de la Sûreté nationale, des Douanes, de la Protection Civile et des
établissements pénitentiaires. Elles relèvent de trois Ministères différents : le Ministère de
l‟Intérieur et des Collectivités locales pour ce qui concerne la Sûreté nationale et la
Protection Civile, du Ministère des Finances pour celles de la Douane et du Ministère de la
Justice pour les cantines des établissements pénitentiaires. Il n‟a pas été possible d‟obtenir
des informations sur le nombre de repas servis mais l‟évolution des budgets annuels affectés
à ces cantines est retracée par le graphe n°33. Il permet de constater la croissance continue
de ces budgets qui ont été multipliés par 2,8 entre 2007 et 2016, passant de 5,4 milliards de
DA à 15,1 milliards en 2016, avant de connaître un léger recul en 2017.

Source : JORADP
157. Les aides alimentaires durant le mois de Ramadhan. On classera dans cette
catégorie les aides alimentaires que reçoivent parfois des nécessiteux de la part de certaines
administrations communales, de certaines grosses entreprises, du Croissant Rouge, des
directions de l‟action sociale de wilaya (DAS) et de certaines associations caritatives (390 en
2016 selon le Ministère de la Solidarité Nationale) sous forme de « couffins du Ramadhan »
contenant des « aliments de base » (farine, huile, pâtes alimentaires, légumes secs, huile,
concentré de tomate, sucre…). Ces couffins, distribués en général une semaine avant le
65

début du mois de Ramadhan, ont un coût variant de 2.500 à 3.500 DA en 201448. Sont
classés aussi dans cette catégorie les repas gratuits fournis par certaines communes, des
associations caritatives et certains particuliers pour la rupture du jeûne durant le mois de
Ramadhan. En 2016, les premières données disponibles à propos de cette opération de
solidarité font état de :
- une dépense de 9,453 milliards de DA dont 1,211milliards de DA au titre de la
contribution des wilayas,
- la distribution de 1.982.334 colis alimentaires (« couffins du ramadhan »),
- l‟ouverture de 1.819 restaurants assurant le repas « d‟el iftar » ayant distribué
2.855.023 repas chauds à table et 3.411.259 repas emportés quotidiennement.
Au total, 2.195.829 ménages ont été pris en charge dans ce cadre.
158. Pour l‟année 2017, la presse signale que la ministre de la solidarité nationale a déclaré
que son ministère dépenserait pour le couffin du Ramadhan 780 millions de DA (environ 7,2
millions US $), couffin qui serait d‟une valeur « supérieure à 5.000 DA »49 (environ 48 US $)..

4.5. Principales causes de l’insécurité alimentaire

4.5.1. Contraintes pour l’accès financier (évolution des prix sur le marché) et
pour l’accès physique
159. Pour les personnes sous alimentées, l‟accès physique aux aliments ne semble pas être
un problème : pratiquement toutes les communes disposent de commerces permanents Ŕ
généralement petits - et de marchés hebdomadaires où se vendent les produits alimentaires
de base en quantités toujours suffisantes, sinon abondantes. Cependant, il est probable
qu‟en milieu rural manquent le pain subventionné (à cause de l‟absence de boulangeries où
se vend ce type de pain) et de lait en sachet (à cause de l‟éloignement des usines de
reconditionnement du lait en poudre importé). Dès lors, pour ces personnes, leur sous-
alimentation résulterait surtout du manque de pouvoir d‟achat (accès financier à
l‟alimentation).

160. L‟accès financier aux produits alimentaires de base ne semble pas faire problème au
moins pour le pain et le lait (reconditionné à partir de poudre de lait et de matière grasse
importées) dont les prix au consommateur sont extrêmement bas (7,50 DA la baguette50 et
25 DA le litre) et n‟ont pas évolué depuis 1996 pour le pain et depuis 2001 pour le lait. Les
viandes, les légumes et les fruits sont d‟un accès financier beaucoup plus difficile. En effet,
l‟indice des prix de l‟ensemble « pain et céréales » évolue beaucoup moins vite que ces
derniers (cf. tableau 27).
Tableau 27. Indice des prix à la consommation en Décembre 2016 (base 100 en 2001)
Alimentation- Boissons non Alcoolisées 200,47
Pain céréales 147,97
Viande mouton 289,58
Poisson frais 537,33
Légumes 238,07
Fruits 275,92
Source : Office national des statistiques (ONS)

48
Chiffres cités par la presse pour la région d‟Oran en 2014 (le quotidien Liberté du 15-6-2014).
49
Information donnée sur le site : http://www.chouf-chouf.com/actualites/le-couffin-du-ramadhan-2017-
dune-valeur-superieure-a-5-000-da/ (consulté le 26-11-2017).
50
Il s’agit du pain « normal ». En fait, tous les boulangers ne vendent que du pain dit « amélioré » à 10 DA la
baguette de 250 grammes.
66

161. Pauvreté et carte de la pauvreté. Quantifier la pauvreté en Algérie n‟est pas chose
aisée. Comme le dit Bardhan (2016), « il peut être très difficile de contrôler le niveau de
ressources des gens dans un environnement où les emplois sont concentrés dans le secteur
non officiel, composé en grande partie de travailleurs autonomes et où la comptabilité et les
relevés de revenus officiels sont inexistants. Dans de telles circonstances, recenser les
personnes démunies peut être un exercice coûteux, imparfait, complexe et controversé ».
Aussi, cet exercice n‟a-t-il pas été tenté en Algérie.

162. La Banque mondiale estimait en 1995 à 5,9% la population en dessous du seuil


international de pauvreté51 de 1,90 US$ par personne et par jour (en parité de pouvoir
d‟achat 2011). Cette estimation tombe à 0,5% en 2011. Mais, la même institution estime en
2011 à 5,5% de la population les personnes se trouvant en dessous du seuil de pauvreté
« national ». Le pourcentage de population en dessous du seuil de pauvreté national en
2011 est de 0,5% en milieu rural et de 1,1% en milieu urbain.

163. Une autre tentative a été faite pour classer les communes selon leur degré de pauvreté.
Sur les 1.541 communes que compte l‟Algérie, 62% (958 communes) sont classées pauvres
en 2015, 31% (480 communes) classées moyennes et 7% (103 communes) sont
considérées comme riches, selon le directeur des finances locales à la Direction générale
des collectivités locales au Ministère de l‟intérieur et des collectivités locales (Maghreb
Emergent, 2015). Les communes classées pauvres se trouvent être de type agricole ou
pastoral.

164. On peut estimer comme “pauvres” les membres des ménages compris dans le dernier
décile de l‟enquête sur le budget des ménages.

4.5.2. Groupes, ménages et individus vulnérables


165. La vulnérabilité se définit comme « une situation d'exposition à des facteurs de risque
mais aussi comme la difficulté de faire face à la situation, l'incapacité de se défendre. Un
individu peut être considéré comme vulnérable s'il est soumis à des risques de manque de
nourriture ou s'il subit de fortes conséquences de ce manque, ou plus encore, s'il subit les
effets conjugués de ces deux éléments. D‟une manière générale, la vulnérabilité est la
probabilité pour un ménage ou un individu de voir sa situation se dégrader sous l'effet de
risques ou de chocs auxquels il est exposé »52.
166. Selon la FAO, « généralement, les vulnérables comprennent deux groupes.
Premièrement, les ménages qui seraient vulnérables en toutes circonstances: par exemple,
ceux où les adultes sont incapables de subvenir adéquatement aux besoins du ménage pour
des raisons de handicap, de maladie, d'âge ou d'autres caractéristiques. Deuxièmement,
ceux dont la dotation en ressources est insuffisante pour fournir un revenu suffisant à partir
de n'importe quelle source disponible.
167. En outre, le concept de vulnérabilité devrait inclure une troisième catégorie: ceux dont
les caractéristiques et les ressources les rendent potentiellement vulnérables dans le
contexte de «chocs» sociaux et économiques: par ex. ceux qui ont du mal à s'adapter aux
changements soudains de l'activité économique provoqués par la politique économique. Une
augmentation significative du prix à la consommation des aliments de base résultant de
l'Accord sur l'agriculture pourrait être un exemple»53.

51
C‟est le seuil de pauvreté extrême (calculé sur la base des données des 15 pays les plus pauvres de
la planète), celui qui permet de comparer les différents pays du monde en matière de pauvreté. Le
seuil de pauvreté extrême (international) est différent du seuil de pauvreté national (qui, lui, est défini
par le pays lui-même).
52
Ouédraogo & al, 2007
53
Source : http://www.fao.org/docrep/w6808e/w6808e04.htm
67

168. Les groupes vulnérables sont donc composés des membres des ménages risquant de
ne pas disposer de revenus suffisants (en monnaie et/ou en nature) pour assurer leur
sécurité alimentaire. On peut estimer que ces groupes se trouvent dans le premier décile des
ménages de l‟enquête « budget des ménages », ménages qui consacrent 53,7% de leur
budget à l‟alimentation au niveau national. Selon le Ministère de la Solidarité Nationale et de
la Famille, les données mises à jour pour un total de 40 wilayas comptabilisent un total de
1.256.165 ménages considérés comme démunis et nécessitant une aide directe auxquels
s‟ajoutent :
- le groupe des ménages (47.127) en charge d‟une ou de plusieurs personnes
handicapées,
- le groupe des ménages de femmes seules, mères célibataires (1.386), veuves
(52.520) ou divorcées (64241) avec enfants à charge et ayant un travail précaire.
169. En milieu rural, un autre groupe Ŕ très vulnérable en matière alimentaire - est formé par
les ménages de petits agriculteurs, sans actifs non agricoles ayant un travail rémunéré,
pratiquant l‟agriculture en sec et/ou un petit élevage extensif. En Algérie, pays à dominante
aride, ce groupe court le risque de sécheresse, outre les risques de maladies des animaux
et/ou des membres du ménage.
170. Une allocation forfaitaire de solidarité est l‟aide directe apportée par les pouvoirs publics
« versée à des catégories de populations défavorisées et inaptes au travail ». Selon le
ministère de la solidarité nationale « fixée initialement à 1.000 DA/mois, elle est passée
à 3.000 DA/mois depuis 2008. Elle est majorée de 120 Dinars par personne à charge dans la
limite de trois (03) personnes. La couverture sociale (sécurité sociale) de chaque
bénéficiaire, calculée sur la base de 6% du SNMG, est à la charge de l'ADS. L‟allocation est
destinée aux catégories de populations suivantes :
 « Les chefs de famille ou les personnes vivant seules sans revenu, handicapés
 physiques ou mentaux inaptes au travail ;
 « Les chefs de famille ou les personnes vivant seules, sans revenu et âgés de plus
de 60 ans ;
 « La femme chef de famille, sans revenu quel que soit son âge ;
 « Les personnes atteintes de cécité ayant un revenu égal ou inférieur au SNMG ;
 « Les personnes âgées de plus de 60 ans, non placées dans un établissement
spécialisé, sans revenu et prises en charge dans une famille à faible revenu ;
 « Les personnes infirmes et incurables de plus de 18 ans, atteints d‟une maladie
chronique invalidante ou titulaire d‟une carte d‟handicapé, ne disposant d‟aucune
ressource ;
 « Les familles à faible revenu ayant à charge une ou plusieurs personnes
handicapées de moins de 18 ans ne disposant d‟aucune ressource et en possession
d‟une carte d‟handicapé54. »

171. On ne dispose pas de données chiffrées sur ces groupes vulnérables. Cependant, on
peut avoir une idée sur certains d‟entre eux en nous intéressant aux ménages qui perçoivent
l‟allocation forfaitaire de solidarité (AFS). En 2016, le nombre de chefs de ménage percevant
cette allocation était de 837.000, en augmentation de 78% par rapport à 2001, soit quinze
années plus tôt (cf. tableau n° 28). Si on ajoute à ce chiffre celui des personnes à charge (cf.
§ 139), le nombre d‟allocataires se monte en 2016 à 1.137.000 en augmentation de 41% par
rapport à 2001. Si on suppose que la taille moyenne d‟un ménage est de 6 personnes, il faut
ajouter à ce chiffre 837.000 personnes pour obtenir le nombre total de « pauvres » dans la
population algérienne, soit 1.974.000 personnes et environ 5 % de cette population.

54
Source : Site Web du Ministère de la Solidarité Nationale : http://www.msnfcf.gov.dz/fr/
68

Tableau 28 : Evolution des effectifs de bénéficiaires de l’A.F.S


Quotas prévus par ministère des Nombre de personnes effectivement
Consommations (y
finances pris en charge
compris paiement des
AFS* PAC* Total AFS PAC Total CSS*) Millions de DA
(3+4)/(1+2
1 2 1+2 3 4 3+4 )
2001 573 080 409 000 982 080 471 358 336 246 807 604 82% 8 582
2002 600 000 409 000 1 009 000 530 822 292 892 823 714 82% 9 593
2003 620 000 420 000 1 040 000 564 228 300 000 864 228 83% 10 240
2004 616 851 417 700 1 034 551 583 587 390 600 974 187 94% 11 546
2005 615 677 415 900 1 031 577 589 297 382 628 971 925 94% 11 688
2006 694 076 405 000 1 099 076 605 870 380 700 986 570 90% 12 016
2007 696 613 410 000 1 106 613 626 371 359 477 985 848 89% 13 251
2008 701 000 392 292 1 093 292 631 790 356 595 988 385 90% 20 519
2009 708 000 400 000 1 108 000 625 964 312 155 938 119 85% 28 647
2010 720 000 400 000 1 120 000 656 932 317 097 974 029 87% 31 388
2011 720 000 400 000 1 120 000 688 042 331 465 1 019 507 91% 32 870
2012 860 830 400 000 1 260 830 740 248 319 878 1 060 126 84% 36 885
2013 865 000 400 000 1 265 000 798 396 308 091 1 106 487 87% 39 763
2014 865 000 400 000 1 265 000 830 207 299 681 1 129 888 89% 41 366
2015 865 000 400 000 1 265 000 832 605 298 515 1 131 120 89% 41 505
2016 865 000 400 000 1 265 000 837 000 300 000 1 137 000 90% 41 748
Total enveloppe financière (en Millions de DA) 391 607
AFS : allocation forfaitaire de solidarité
*PAC : personnes à charge
*CSS : cotisation de sécurité sociale

172. Selon le ministère de la solidarité, pour l‟année 2016, les effectifs couverts par
le dispositif de l‟allocation forfaitaire de solidarité (AFS) s‟élèvent à 865.000
allocataires et 400.000 personnes à charge (PAC). Ce dispositif a nécessité, en 2016, la
mobilisation d‟une enveloppe de 43,4 milliards de DA (allocation, frais de gestion et paiement
des cotisations de sécurité sociale). Au sein de cet effectif, on dénombre 306.303 personnes
âgées, 208.364 handicapés et 293.905 personnes atteintes de maladies invalidantes.
4.6. Indicateurs internationaux d’évaluation de la sécurité alimentaire

4.6.1. L‟Index Global de la Faim (Global Hunger Index Ŕ GHI)


173. Cet index est publié depuis 11 ans par l'Institut international de recherche sur les
politiques alimentaires (IFPRI). Il permet le classement annuel de 113 pays selon l‟impact de
la faim et la malnutrition. Il a été construit sur la base des quatre indicateurs suivants :
 le pourcentage de la population sous-alimentée,
 le pourcentage d'enfants de moins de cinq ans qui souffrent de gaspillage (faible
poids pour la taille)
 le pourcentage d'enfants de moins de cinq ans souffrant de retard de croissance
(faible hauteur pour l'âge)
 le pourcentage d'enfants qui décèdent avant l'âge de cinq ans (mortalité infantile).
174. Les données calculées pour les pays en développement prouvent que ces derniers ont
fait des progrès considérables dans la réduction de la faim depuis 2000 :
• l‟Indice de la faim dans le monde 2016 (GHI) montre que le niveau de la faim pour
l‟ensemble des pays en développement a diminué de 29 %.
69

• aucun pays n‟est classé dans la catégorie "extrêmement alarmante" pour la deuxième
année consécutive.
• le score GHI de 2016 pour le monde en développement est 21,3, qui est encore
considéré comme «sérieux».
• 2 pays ont réduit leurs scores GHI de 50% ou plus depuis 2000
• 70 pays ont réduit leurs scores GHI de 25% depuis 2000

175. Pour le cas de l‟Algérie, le GHI est passé de 16,8 en 1992 à 8,7 en 2016 marquant une
progression importante dans l‟éradication de la faim (cf. Tableau 29). Ainsi, la proportion de
personnes sous alimentées dans la population a fortement baissé représentant en 2016
moins de 03%.
Tableau 29 : Score GHI pour l’Algérie de 1992 à 2016

176. En 2017, le score du GHI remonte à 9,5 pour l‟Algérie tout en la maintenant dans le
groupe de pays considérés à faible prévalence de la faim. Avec ce score, l‟Algérie se classe
à la 41ème place, avant le Maroc (44ème), l‟Egypte (63ème), la Mauritanie (83ème) et derrière la
Tunisie (28ème). La carte suivante permet de positionner l‟Algérie parmi les pays où le GHI
est inférieur ou égal à 9,9, soit parmi les pays où cet Indice est le plus bas.
70

4.6.2. L’Index Mondial de la sécurité alimentaire (GFSI)


177. Il est Publié depuis 06 ans par l‟Economist Intelligence Unit (EIU), entreprise
britannique appartenant au groupe The Economist. L‟index permet le classement annuel de
113 pays selon l‟état de la sécurité alimentaire.
178. Il a été construit sur trois grands groupes de 28 critères : capacité d‟achat des aliments,
disponibilité des aliments, qualité/sécurité des aliments. Celui de l‟année 2017 a intégré un
4ème groupe de critères de nature environnementale : hausse de la température, sécheresse,
inondations, sévérité des tempêtes, hausse du niveau de la mer, engagement de l‟Etat
concerné à lutter contre ces fléaux.

179. Après cinq ans de gains progressifs en matière de sécurité alimentaire, la sécurité
alimentaire s'est détériorée dans le monde entier. Les plus grandes pertes ont été
enregistrées au Moyen-Orient et en Afrique.
71

180. Le rapport du GFSI pour 2017 souligne particulièrement les faits suivants :
• L'Irlande a dépassé les États-Unis pour devenir le pays le plus sécurisé dans l'indice.
• Mettre fin à la faim dans le monde d'ici 2030 devrait coûter plus de 11 milliards de
dollars par an, mais l'austérité persistante dans les économies avancées menace cet
objectif.
• La surveillance nationale de la nutrition permet aux gouvernements d'évaluer et de
résoudre les problèmes de malnutrition des populations. Le suivi régulier du
gouvernement sur la nutrition est particulièrement faible au Moyen-Orient, en Afrique
du Nord et en Amérique du Sud.
181. L‟Algérie est classée au 68ème rang mondial pour un score de 51,5 en 2017 (cf. Tableau
30). Ce classement est plus faible pour les dimensions de qualité et de sécurité sanitaire et
pour la quatrième dimension de durabilité environnementale.
Tableau 30 : Classement de l’Algérie pour le GFSI en 2017
Average score
Category Score Δ Rank (all countries)
OVERALL |||||||||||||||||||| 51,5 -2,7 68 57,3
1) AFFORDABILITY |||||||||||||||||||| 51,0 -1,5 67 54,8
2) AVAILABILITY |||||||||||||||||||| 52,4 -4,7 68 59,0
3) QUALITY AND SAFETY |||||||||||||||||||| 50,6 0,0 73 58,7

1.1) Food consumption as a share of household expenditure ||||||||||||| 34,1 -6,5 89 58,6
1.2) Proportion of population under global poverty line ||||||||||||||||||||||||||||||||||||| 92,7 -0,1 51 73,0
1.3) Gross domestic product per capita (US$ PPP) ||| 9,9 +0,1 54 14,5
1.4) Agricultural import tariffs ||||||||||||||||||||||||| 62,8 -0,1 100 76,4
1.5) Presence of food safety net programmes |||||||||||||||||||||||||||||| 75,0 0,0 44 65,5
1.6) Access to financing for farmers |||||||||||||||||||| 50,0 0,0 59 61,3
2.1) Sufficiency of supply |||||||||||||||||||||| 56,8 -12,6 54 56,5
2.2) Public expenditure on agricultural R&D 0,0 0,0 62 15,0
2.3) Agricultural infrastructure |||||||||||||||||||| 50,9 0,0 =62 57,6
2.4) Volatility of agricultural production ||||||||||||||||||||||||||||||||| 83,2 +0,9 83 86,2
2.5) Political stability risk ||||||||||| 29,4 -3,9 81 46,8
2.6) Corruption |||||||||| 25,0 0,0 48 37,4
2.7) Urban absorption capacity |||||||||||||||||||||||||| 65,6 -6,9 70 66,6
2.8) Food loss |||||||||||||||||||||||||||||| 75,4 -6,8 90 84,9
3.1) Diet diversification |||||||||||||||| 41,1 0,0 77 56,4
3.2) Nutritional standards |||||||||||||||||||||||||| 65,4 0,0 =65 79,1
3.3) Micronutrient availability ||||||||||||| 33,5 0,0 78 43,9
3.4) Protein quality ||||||||||||||||| 43,2 0,0 64 49,4
3.5) Food safety |||||||||||||||||||||||||||||||||| 86,2 0,0 75 80,5

Source des données : Economist Intelligence Unit, 2017


.
182. L‟examen du tableau 31 permet d‟observer que l‟Algérie a connu une amélioration du
score de l‟indice qui passe de 48 en 2012 à 54,2 en 2016. La baisse enregistrée en 2017 est
pour une grande part due à l‟introduction de la 4ème dimension de durabilité. Cependant, on
retiendra que la position de l‟Algérie au sein du groupe de pays de la région Afrique du Nord
Ŕ Moyen Orient n‟est pas enviable puisque seuls deux pays aux prises avec un conflit armé
(la Syrie et le Yémen) obtiennent des scores plus faibles en 2017. A titre comparatif encore,
le Maroc se classe au 67ème rang avec un score de 52,8 et la Tunisie à la 54ème place
totalisant un score de 58,8.
72

Tableau 31 : Evolution du classement de l’Algérie par rapport aux pays de la région


Afrique du Nord-Moyen Orient

Score 0-100 where 100=best


Δ = Change in 2017 score compared with 2016
Green= score improved this year
Red = score deteriorated this year
Sorted by: 2017 Score
Click on any heading in the table to sort results

Score / 100; 100=best No u


Country 2012 2013 2014 2015 2016 2017 Δ
Middle East and North Africa 60,3 59,9 61,3 62,0 62,0 60,8 -1,2
Israel 75,8 76,3 77,3 78,1 80,2 79,2 -1,0
Kuwait 74,8 75,2 75,0 74,2 74,5 74,6 +0,1
Oman 71,5 71,5 72,4 72,5 73,7 73,9 +0,2
Qatar 77,6 77,1 77,9 78,3 79,3 73,3 -6,0
Saudi Arabia 70,3 69,2 70,6 71,5 71,8 71,0 -0,8
United Arab Emirates 66,4 68,2 69,2 70,5 70,7 70,9 +0,2
Bahrain 69,2 69,0 69,6 70,5 69,9 68,6 -1,3
Turkey 62,7 60,6 61,6 62,0 61,6 61,1 -0,5
Tunisia 57,3 56,2 58,3 58,9 58,2 58,8 +0,6
Jordan 56,6 54,5 56,0 57,2 57,2 58,3 +1,1
Egypt 49,9 50,1 52,0 55,7 57,8 56,6 -1,2
Morocco 51,4 51,3 51,7 52,6 53,5 52,8 -0,7
Algeria 48,8 48,8 51,7 53,2 54,2 51,5 -2,7
Syria 35,8 35,7 37,5 37,6 34,6 33,3 -1,3
Yemen 35,8 34,6 38,9 36,5 32,2 28,8 -3,4

Source : Economist Intelligence Unit, 2017

5. Les autres facteurs de la sécurité alimentaire et nutritionnelle


183. On a vu ci-dessus que la sécurité alimentaire implique aussi que tous les habitants d‟un
pays disposent d‟eau potable, d‟assainissement et de soins de santé de façon à obtenir un
état de bien-être nutritionnel qui permette de satisfaire tous les besoins physiologiques. En
ces domaines, la situation actuelle n(est pas comparable à celle prévalant au lendemain de
l‟indépendance.

5.1. L’assainissement et l’accès à l’eau :


184. Le taux de rattachement des logements au réseau d‟AEP était en 1977 de 45,8% et à
98% en 2015 selon les statistiques officielles. Les statistiques de la FAO donnent des
chiffres un peu moins élevés (cf. tableau 32). Entre ces deux dates, l‟enquête TAHINA, faite
en 2005 donne un taux de raccordement à l‟AEP de 78% et un taux d‟habitations disposant
d‟une évacuation des eaux usées de 80% (INSP, 2006).
73

Tableau 32. Algérie 2015. Accès à l’eau et à l’assainissement.


Accès à des sources d'eau améliorées (%) 83,6
Accès à des services d‟assainissement améliorés (%) 87,6
Source : http://www.fao.org/faostat/fr/#data/FS
185. Cependant, si l‟accès à l‟eau s‟est démocratisé, il n‟en reste pas moins qu‟une sérieuse
menace à moyen et à long terme pèse sur l‟ensemble des ménages compte tenu de la
faiblesse des ressources en eau disponible. Le graphe n°34 permet de mesurer l‟ampleur du
problème puisqu‟à l‟heure actuelle les volumes disponibles par habitant sont inférieurs au
seuil critique de 500 m3/habitant et que ces volumes ont tendance à diminuer (il est prévu
une disponibilité d‟à peine 430 m3/habitant en 2020, niveau proche de la pauvreté en eau
selon les normes de la Banque Mondiale.

Source des données : Source des lieux des secteurs de l‟eau potable en Afrique du nord, Sénégal, 3-7 nov. 2008,
p4 cité par Zine Laabidne TOUIDJENI et Abdelkrim BENARAB, "Sécurité hydrique et sécurité alimentaire, la
stratégie de l‟Algérie, état des lieux

186. Par ailleurs, même si le réseau de distribution a été étoffé et a permis l‟accès à l‟eau
potable à un nombre croissant de ménages, la régulation de la distribution en fonction des
disponibilités effectives contraint les organismes gestionnaires à déclencher de nombreuses
coupures, particulièrement dans les agglomérations urbaines de l‟Ouest mais aussi à l‟Est du
pays et dans les zones de montagne.
187. D‟ailleurs l‟OMS, dans son dernier document sur l‟Algérie55 attire l‟attention sur la
précarité de l‟alimentation en eau des populations lorsqu‟elle souligne que : « Par rapport à
la norme de l‟OMS qui fixe à 250 litres par habitant par jour (l/hab/j) la dotation en eau, la
performance de l‟Algérie s‟établissait en 2013 autour de 175 l/hab/j, selon le Ministère des
Ressources en Eau. Le droit à l‟accès à l‟eau pour la population est une priorité nationale.
En moins d‟une décennie, l‟Algérie a triplé sa production d‟eau potable, et l‟on estime à 95%
le taux de raccordement de la population aux réseaux publics d‟eau potable, contre 87%
pour le taux de raccordement aux réseaux d‟assainissement. Pour autant, une marge
d‟amélioration est souhaitable à l‟avenir dans certaines zones rurales ou dans les quartiers
périphériques des zones urbaines. »
188. Entre 2005 et 2015, plus de 6,5 millions d‟habitants ont bénéficié d‟installations
d‟assainissement amélioré permettant de porter le taux d‟assainissement à 87,6%.

55
OMS. Stratégie de coopération de l’OMS avec l’Algérie. 2016-2020. 44p
74

Graphe 35 : Evolution du nombre d’habitants accédant à l’assainissement

5.2. La santé
189. En matière de santé56,
a) l‟espérance de vie à la naissance est passée de 42 ans en 1962 à 75 ans en 2013 et
à 77,1 ans en 2015 ;
b) le taux de mortalité infantile est passé de 36,9 pour mille en 2000 à 22,3 pour mille en
2015.

190. Le nombre de médecins est passé de 32 232 en 2000 à 73 431 en 2015, ce qui signifie
une nette amélioration de la couverture de la population en matière de possibilités d‟accès
aux soins.

Source des données : ONS.

Les graphes n°36 et 37 attestent de cette progression constante du nombre de médecins en


activité ainsi que de l‟amélioration du rapport du nombre d‟habitants au nombre de
médecins. Le rapport du nombre d‟habitants par médecin est, en effet, passé de 944 en
2000 à 544 en 2015

56
Chiffres donnés par le site Web de l‟Office National de Statistiques (www.ons.dz)
75

Source des données : ONS.


191. La santé a été au centre des préoccupations des pouvoirs publics qui ont constamment
accordé la priorité aux actions pouvant permettre de rapprocher les structures sanitaires des
populations vivant dans les petites agglomérations urbaines et en zone rurale. D‟où l‟effort
constant d‟accroître les salles de soins ainsi que les centres de santé et les polycliniques.
Cela est attesté par les données du graphe n°38. Le nombre de centres de santé et de
polycliniques a été multiplié par près de 2,5 en passant de 664 en 1974 à 1.659 unités en
2015. Le nombre de salles de soins est passé, quant à lui, entre les mêmes dates de 1.402 à
5.762 salles, soit quatre fois plus.

Source des données : ONS


192. Par contre, même si le nombre d‟hôpitaux a été multiplié par deux, le nombre de lits
d‟hôpitaux disponibles n‟a augmenté que de moitié puisqu‟il passe de 43.404 lits en 1974 à
64.762 en 2015 (cf. Graphe n°39).
76

Source des données : ONS.


193. Compte tenu de la croissance démographique soutenue au cours de la période, la
situation s‟est relativement comme on peut le constater à travers l‟évolution du rapport
nombre d‟habitants par lit d‟hôpital (cf. Graphe n°40). Ce rapport es passé de 349
habitants/lit à 617/lit, soit un quasi doublement. Il est vrai que la démarche adoptée par les
pouvoirs publics était fondé sur le principe que la multiplication des salles de soins de
proximité, des centres de santé et des polycliniques dans les agglomérations urbaines
petites et moyennes allait permettre de faire face localement aux soins les plus basiques et
réduire fortement le nombre de personnes dont l‟état de santé exigerait une hospitalisation.
Cependant, les moyens en encadrement humain (médecins généralistes et spécialistes) et
en équipements médicaux n‟ont pas été partout à la hauteur des exigences au niveau des
cen centres de soins déconcentrés créés. D‟où la surcharge permanente des hôpitaux.

Source des données : ONS.


77

Conclusion de la première section

194. Au final, cette première partie de la Revue de la situation en matière de sécurité


alimentaire et nutritionnelle en Algérie a permis de constater qu‟elle a toujours été au centre
des préoccupations des pouvoirs publics.
195. Quelle que soit la période examinée et la conjoncture économique traversée par le
pays, la priorité a été systématiquement accordée à l‟approvisionnement du marché
domestique en biens alimentaires de première nécessité (blés, lait en particulier) et à la
régulation des marchés et des prix pour ces biens. Au total, sur le plan quantitatif, il a été
constaté une nette amélioration des disponibilités alimentaires par habitant et le ratio actuel
en termes de kilocalories est plus que satisfaisant.
196. Cependant, la revue effectuée a permis de constater que cette ration alimentaire
disponible était encore déséquilibrée, la place occupée par les blés étant trop importante et
celle des protéines et des matières grasses encore trop basse.
197. Par ailleurs, il a été également possible de constater que l‟insuffisant équilibre
nutritionnel de la ration disponible conduit à la hausse des maladies non transmissibles mais
lourdement handicapantes telles le diabète ou les accidents cardio-vasculaires.
198. En outre, il a été montré que l‟amélioration quantitative de la ration alimentaire
disponible a été, constamment, le résultat d‟un recours aux importations permettant de
combler un déficit structurel de l‟offre agricole domestique, spécialement pour les biens les
plus consommés (blé dur, blé tendre, lait, sucre, huiles alimentaires), déficit expliqué par le
caractère pluvial de l‟essentiel de l‟agriculture algérienne et par la lenteur des progrès en
matière de rendements et de productivité.
199. Il est alors clair que cette situation ne peut perdurer sans exposer à de graves risques
d‟insécurité alimentaire pour un pays où la croissance démographique continue à être
relativement forte et pour un pays dont les ressources en devises proviennent quasi
exclusivement des exportations des seuls hydrocarbures. Il est tout aussi clair que la
diversification de l‟économie devient incontournable et qu‟au sein de cette diversification, le
secteur agricole est celui qui devra faire preuve des efforts les plus importants, tant en
termes d‟amélioration de ces performances qu‟en termes de diversification de ses
productions.
200. Dans les décennies futures, l‟Algérie sera de plus en plus dans l‟incapacité de
poursuivre dans la même voie et de recourir aux mêmes solutions car, au-delà des risques
liés à la volatilité des prix sur des marchés internationaux constituant une variable externe
non maîtrisable, il y aura un risque aggravé lié au changement climatique qui créera
davantage de difficultés au secteur agricole domestique pour garantir le maintien ou
l‟amélioration de ses taux de croissance actuels.
78

Section 2 : Politique nationale et réponse programmatique du Gouvernement et


de ses partenaires

201. La sécurité alimentaire et nutritionnelle, au vu de la définition qui en a été retenue est,


bien sûr, conditionnée, en premier lieu par les disponibilités alimentaires constatées, à un
moment donné, dans le pays. Ces disponibilités sont elles-mêmes dépendantes de la
capacité des secteurs de l‟agriculture et de la pêche à mettre sur les marchés des volumes
suffisants de produits alimentaires. La croissance de la production de ces secteurs présente,
en outre, l‟avantage de créer de nouvelles opportunités d‟emplois et de revenus qui
permettront un meilleur accès à la nourriture pour tous ceux qui en bénéficieront. De plus, la
croissance impulsée à ces secteurs est un moteur déterminant pour la réduction de la
pauvreté, spécialement en zones rurales, mais aussi dans le reste du pays par les effets
qu‟elle induira sur les autres secteurs (distribution, industrie de transformation et services
liés). Le rythme de la croissance de la production dans l‟agriculture et la pêche, s‟il permet
de générer des volumes suffisants et diversifiés, va générer une dynamique de
développement de l‟industrie agroalimentaire, elle-même créatrice d‟emplois et de revenus,
comme elle va renforcer la disponibilité d‟une gamme plus variée de biens alimentaires et un
accès plus large à cette gamme. Dans le cas, le plus fréquent, où une partie de la demande
exprimée sur le marché domestique ne peut être satisfaite totalement par les secteurs
évoqués, le pays doit avoir la possibilité de recourir à des importations pour combler les
déficits constatés.

202. Cependant, la croissance de la production agricole n‟induit pas mécaniquement une


connexion avec le reste de l‟économie et, en particulier, avec l‟industrie. D‟où la nécessité
d‟une politique adéquate de la part des pouvoirs publics en matière d‟incitation et
d‟orientation de l‟investissement afin de créer et de renforcer constamment le lien entre
l‟agriculture et le reste de l‟économie, entre l‟offre agricole domestique et les entreprises
industrielles, y compris par le développement des infrastructures de base nécessaires à la
connexion entre bassins de production agricole et pôles industriels.
203. Même si les acteurs économiques à l‟origine de la production de biens alimentaires
agissent sous un statut privé, l‟action des pouvoirs publics sera toujours nécessaire pour
impulser, orienter et soutenir leurs activités afin d‟obtenir une meilleure adéquation entre
l‟offre dont ils sont à l‟origine et la demande des consommateurs. C‟est là une première
raison motivant l‟intérêt qu‟il faut accorder à l‟examen des politiques déployées par le
Gouvernement dans les secteurs de l‟agriculture, de la pêche et de l‟agroalimentaire comme
vis-à-vis du commerce extérieur. Ces politiques peuvent expliquer, en grande partie, les
comportements des producteurs Ŕ agriculteurs, éleveurs, pêcheurs, industriels Ŕ ainsi que
ceux des consommateurs dont les comportements peuvent être modifiés par les
mécanismes de régulation adoptés.

204. Or, comme la figure suivante permet de le montrer, si les disponibilités alimentaires
sont la première condition de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la possibilité pour les
citoyens d‟accéder aux produits alimentaires, présents physiquement sur le marché, est une
seconde condition tout aussi importante que la première. Or, fondamentalement, cet accès
est déterminé par les revenus dont disposent les individus et les ménages. Le niveau et la
régularité de ces revenus dépendent directement de leur source (salaires, profits ou rentes).
Là encore, les politiques adoptées par les pouvoirs publics en matière de répartition de la
valeur ajoutée produite par l‟économie nationale vont jouer un rôle clé parce que ces
politiques peuvent orienter dans diverses directions la répartition en avantageant plutôt
l‟investissement ou la consommation. C‟est pour cela que ces politiques doivent être
analysées dans leurs dimensions les plus sensibles. Ces dimensions sont principalement les
politiques menées en matière de :
- croissance économique et de maîtrise de l‟inflation,
- soutien à la création d‟emplois et de règlementation salariale,
79

- développement de la protection sociale,


- lutte contre la pauvreté et l‟exclusion.

Figure 4 : Principaux facteurs d’influence sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle

Conditions macroéconomiques

MONDIAL
Disponibilités
globales et politiques commerciales
alimentaires
mondiales

NATIONAL
Solde Production Croissance, Gouvernance,
commerce alimentaire emplois, salaires, revenus
agoalim. net nationale distribution, publics
pauvreté, inflation

Disponibilités
alimentaires
nationales,
marchés et prix

MENAGES ET INDIVIDU
Accès des
ménages à la Revenus des ménages
nourriture

Autres besoins
Santé familiale, Infrastructures,
Diversité basiques et non
Sécurité alimentaire santé, éducation
alimentation nécessaires

INDIVIDU

Sécurité nutritionnelle

Source: SMITH, L. C. 1998. “Can FAO’s Measure of Chronic Undernourishment Be Strengthened?”


Food Policy 23(5): 425–445.

205. Ces dimensions influent directement sur le niveau des revenus des ménages, dans la
diversité de leur rôle au sein de l‟économie et dans la diversité de leurs lieux de résidence
(agglomérations urbaines ou zones rurales), revenus qui déterminent leur capacité à accéder
aux biens alimentaires en quantité suffisante et de manière durable. Ainsi, à titre d‟exemple,
l‟intérêt accordé par les pouvoirs publics à garantir une protection sociale plus ou moins forte
aux individus leur permet d‟« économiser » une partie de leurs revenus monétaires et
d‟augmenter ainsi leur capacité d‟acquisition de biens alimentaires en quantités suffisantes
et en diversité compatible avec une nutrition saine et équilibrée.
80

206. Par ailleurs, le mode de gouvernance des dépenses publiques, en particulier, doit
également faire l‟objet d‟un examen parce qu‟il va déterminer :
- la part de la valeur ajoutée produite par l‟économie nationale qui sera prélevée (par le
biais des impôts, taxes diverses, droits de douane, …) pour financer le budget de
l‟Etat,
- la part de ce budget qui sera consacrée à l‟exécution des politiques adoptées en
matière de santé publique, de protection sociale et de lutte contre la pauvreté,
d‟éducation, de développement des infrastructures indispensables pour permettre, à
l‟ensemble des citoyens, un accès permanent et suffisant à l‟eau potable, un accès
aux réseaux de collecte et d‟épuration des eaux usées conditionnant indirectement la
qualité des aliments consommés.

207. C‟est pour cela que cette Revue de la situation actuelle de la sécurité alimentaire et
nutritionnelle en Algérie ne saurait être complète sans l‟examen des politiques menées par le
Gouvernement et portant sur l‟ensemble des dimensions évoquées même si l‟examen des
politiques concernant les secteurs clés de l‟agriculture et de la pêche sera nécessairement
plus approfondi.

208. L‟examen de l‟action programmatique du Gouvernement et de celle de ses partenaires


ainsi que celle de la société civile portera sur la période récente 2000-2017 exclusivement. Il
est vrai que la politique, la stratégie et les plans adoptés et exécutés par le Gouvernement
durant les décennies antérieures à 2000 expliquent par bien des aspects la situation à
laquelle le Gouvernement et l‟Algérie dans son ensemble ont été contraints de faire face à
l‟orée du deuxième millénaire mais cela a été décrit de manière suffisamment explicite dans
la première section du présent rapport.

209. Il faut rappeler simplement que si le programme d'ajustement structurel a permis la


stabilisation des prix, la réduction du déficit budgétaire et un modeste progrès du taux de
croissance à partir de 1995, il a eu aussi un impact dramatique au plan social puisque :
- le taux de chômage est passé de 24% en 1994 à 30% en 2000, volume inégalé
antérieurement.
- la masse salariale a été divisée par deux entre 1989 et 200057.
- la croissance est restée anémique.
Ces quelques indicateurs sont suffisants pour situer le niveau de pauvreté et d‟insécurité
alimentaire et nutritionnelle dans laquelle se trouvait une partie importante de la population.
210. Après les élections présidentielles d‟Avril 1999 et la désignation d‟un nouveau
Gouvernement, celui-ci a été amené à définir en urgence un Programme susceptible de
redynamiser une économie pour le moins anémiée après une décennie au cours de laquelle
elle avait eu à subir un Programme d‟Ajustement Structurel et une longue période
d‟insécurité.
a) Objectifs et programmes de développement

211. Durant la période 2000-2017, l‟économie algérienne fera l‟objet de plusieurs plans et
programmes initiés par le Gouvernement. Le premier d‟entre eux est le PSRE, Programme
de Soutien à la Relance Economique qui couvrira la période quadriennale 2001-2004 ; le
second est le PCSC, Programme Complémentaire de Soutien à la Croissance économique
couvrant la période 2005-2009 ; il sera suivi de deux plans quinquennaux : le Plan 2010-
2014 et le Plan 2015-2019.

57
Banque Mondiale, 2003
81

1.1. Le Programme de Soutien à la Relance Economique (2001-2004) :


212. Dans le contexte d'urgence qui prévalait en 1999-2000, les pressions sociales et
politiques ont conduit à la mise en place du premier programme d'investissement public, le
PSRE. Mais, les pouvoirs publics ne pouvaient mobiliser que des disponibilités financières
réduites, malgré la tendance à la hausse des recettes extérieures tirées de l‟exportation des
hydrocarbures vu les engagements pris pour rembourser toute la dette extérieure dans les
délais les plus brefs possibles. Aussi, la dimension de ce premier Programme paraîtra
modeste. Entre 2001 et 2004, il était prévu une enveloppe globale de 525 Milliards de DA
équivalent à 7 Milliards de US$. Cette enveloppe ciblait explicitement trois objectifs :
- La réduction de la pauvreté ;
- La création d‟emplois ;
- La préservation des équilibres régionaux et la redynamisation des espaces ruraux.

213. Ces objectifs supposaient la réalisation d‟investissements publics dans différents projets
comme ils supposaient des dépenses à caractère social pour venir en aide à la création
d‟une partie de ces emplois.
Le budget initial de ce programme se répartissait entre cinq grandes rubriques comme suit :
- Appui aux réformes : 45 milliards de DA (8,6%)
- Agriculture et pêches : 65,3 milliards de DA (12,4%)
- Appui au développement local : 114 milliards de DA (21,7%)
- Grands travaux d‟infrastructures : 210,5 milliards de DA (40,1%)
- Développement des ressources humaines : 90,2 milliards de DA (17,2%).

214. L‟enveloppe financière globale allouée représente tout de même plus du double des
dépenses publiques d‟investissement réalisées durant la période 1996-1999 (2.033 milliards
de DA contre 845 milliards). Certains secteurs (infrastructures sociales, agriculture et
infrastructures économiques) bénéficieront même d‟un triplement de leur budget
d‟équipement. En conséquence, l‟investissement public prévu dans le cadre du PSRE allait
atteindre le niveau exceptionnel de 10% du PIB, niveau à comparer aux 7,3% du Maroc et
aux 7,5% de la Tunisie ou encore à la moyenne de 4% des pays de l‟OCDE au cours de la
même période 2001-2004.

215. Ainsi, la concrétisation de ces trois objectifs devait avoir, à priori, des impacts positifs
sur l‟objet de cette revue, soit la sécurité alimentaire et nutritionnelle. En matière d‟emplois,
le PSRE ciblait la création de 850.000 emplois au bout de quatre ans essentiellement par le
biais de chantiers publics à forte utilisation de main-d‟œuvre, ces chantiers étant initiés et
gérés par les ministères et/ou par des organismes publics ou des organismes des
collectivités locales auxquels étaient transférées les enveloppes financières nécessaires.

216. L‟exécution du PSRE conduira à une modification des enveloppes effectivement


allouées mais qui ne changera pas l‟ordre des priorités, l‟essentiel des dépenses (43%)
allant au développement des infrastructures comme le montre le tableau 33. Pour créer le
volume d‟emplois ciblé, on notera que le programme arrêté mise sur les travaux
d‟infrastructures économiques (routes, rail, ports) ou administratives mais aussi sur
l‟accroissement de l‟offre de logements ainsi que sur l‟extension du réseau des écoles,
lycées, universités et centres de formation professionnelle. Les projets retenus qui devraient
avoir un impact direct sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle (agriculture, pêches et
hydraulique) ne représentent que 18,7% de l‟enveloppe globale avec 326,35 milliards de DA.
Le secteur de l‟agriculture et des pêches qui souffrait de la forte décapitalisation subie au
cours des deux décennies précédentes bénéficiera d‟une enveloppe globale de 75,5
milliards de DA représentant à peine 4,13% des investissements publics malgré la mise en
œuvre d‟un programme spécifique, le Plan National de Développement Agricole (PNDA).
82

Tableau 33 : Allocation sectorielle des dépenses budgétaires d’équipement en millions


de DA (2000-2004)

Secteurs 2000 2001 2002 2003 2004 2001-04


Agriculture et Pêches 8.595 20.339 27.064 15.777 12.350 75.530
Hydraulique 34.462 38.127 75.376 67.760 69.561 250.824
Industrie et énergie 7.278 6.448 7.602 5.904 0 19.554
Tourisme 9 126 54 13 9 202
Infrastructures 34.501 53.903 65.725 71.762 87.100 278.490
économiques
Habitat 69.511 78.248 88.409 74.935 69.200 310.792
Education/formation 38.819 53.762 55.951 60.032 80.600 250.345
professionnelle
Infrastructure sociale 12.298 17.499 27.407 31.517 38.400 114.823
Infrastructure 29.341 31.125 28.438 30.504 35.600 125.667
administrative
Urbanisation 30.948 36.067 41.114 43.091 36.500 156.772
Autres 24.470 35.437 31.165 39.834 52.680 159.116
Total 290.232 371.081 448.305 441.129 482.000 1.742.515
Source : Rapport FMI, Annexes, 2006

217. Ces investissements publics massifs ont été effectivement le moteur d‟une croissance
de l‟emploi puisque, à la fin du PSRE, le taux de chômage a baissé de 40%, passant de
29,5% à 17,7%, comme le montre le tableau 34, et le volume d‟emplois créé est proche d‟un
million (998.000) dépassant ainsi l‟objectif ciblé de 850.000 postes.
Tableau 34 : Evolution de la population active et occupée selon les secteurs (en milliers)

Secteurs 2000 2001 2002 2003 2004


Population active 8.850 9.075 9.305 9.540 9.780
Agriculture 1.185 1.328 1.438 1.565 1.617
Autres secteurs 7.665 7.747 7.867 7.975 8.163
Total emplois 4.978 5.199 5.462 5.741 5.976
*Agriculture 1.185 1.328 1.438 1.565 1.617
*Autres secteurs 3.793 3.871 4.024 4.176 4.359
***Industrie 499 503 504 510 523
***BTP 781 803 860 907 977
***Administration 1.435 1.456 1.503 1.490 1.510
***Autres 1.078 1.109 1.157 1.269 1.349
Chômeurs 2.611 2.478 2.388 2.262 1.734
Taux de chômage 29,5 27,3 25,7 23,7 17,7
Source : ONS

1.2. Le Programme Complémentaire de Soutien à la Croissance Economique


(PCSCE)

218. La hausse continue des prix sur le marché international des hydrocarbures depuis 2000
permet une croissance non moins continue des recettes en devises du pays et donne aux
pouvoirs publics l‟occasion et les moyens de renforcer considérablement l‟intervention de
l‟Etat dans l‟économie par l‟investissement public mais aussi par des interventions plus fortes
en faveur de l‟aide sociale sous diverses formes.

219. L‟investissement public se traduira à travers les projets initiés dans le cadre du
Programme de Consolidation de la Croissance (PCSC) successeur du PSRE. En droite ligne
des préoccupations constantes en matière d‟équilibres régionaux, le PCSC se verra
83

adjoindre deux programmes régionaux spécifiques aux wilayas du Sud et aux wilayas des
Hauts Plateaux. De plus, les différents Fonds créés pour gérer les différentes formes de
subventions verront leurs dotations croître de manière importante

Tableau 35 : PCSC. Crédits de paiement du budget initial (Milliards de DA)

Année PCSC Prog. Sud Prog. Hauts Dotations aux Total PCSC Crédits de
initial Plateaux comptes paiements du
spéciaux budget initial
2004 1.071
2005 1.273 227 1.500 862
2006 3.341 250 277 304 4.172 1.979
2007 260 182 391 244 1.077 2.238
2008 260 205 465 2.299
2009 260 160 420 1.327
Total 5.394 432 668 1.140 8.705 8.705
Source : Banque Mondiale
220. Au total, comme le montre le tableau 35, le PCSC se voit attribuer une enveloppe
financière de 8.705 milliards de DA équivalent à 114 milliards de US$. Plus qu‟un
programme, le PCSC constitue, en fait, une liste de projets proposés par les différents
secteurs et regroupés dans le Programme.

221. La conception initiale de ce Programme explique, en grande partie, le caractère instable


des prévisions budgétaires comme le suggère le tableau 36 reprenant les estimations
initiales établies fin 2004, estimations qui prévoyaient un budget global de 4.208,8 milliards
de DA soit l‟équivalent de 54,6 milliards de US$.
84

Tableau 36 : Répartition par secteurs des dotations budgétaires du PCSC (2005-2009)

Secteurs Milliards de DA Part (%) Millions de US$


Amélioration des conditions de vie 1.908,5 45,4 24.786
Université 141 3,4 1.831
Education nationale 200 4,8 2.597
Formation professionnelle 58,5 1,4 760
Santé publique 85 2 1.104
Accès à l’eau 127 3 1.649
Jeunesse et sports 60 1,4 779
Culture 16 0,4 208
Accès au gaz et à l’électricité 65 1,6 851
Activités de solidarité nationale 95 2,3 1.234
Aménagements radio/télé 19,1 0,5 248
Infrastructures confessionnelles 10 0,2 130
Aménagement du territoire 26,4 0,6 343
Programme développement des communes 200 4,8 2.597
Développement régions du Sud 100 2,4 1.299
Développement régions des hauts plateaux 150 3,6 1.948
Développement des infrastructures de base 1.703,2 40,5 22.119
Transports 700 16,7 9.091
Travaux publics 600 14,3 7.792
Hydraulique 393 9,4 5.104
Aménagement du territoire 10,2 0,2 132
Appui au développement économique 337,2 8 4.379
Agriculture et développement rural 300 7,1 3.896
Industrie 13,5 0,3 175
Pêche 12 0,3 156
Promotion investissement 4,5 0,1 58
Tourisme 3,2 0,1 42
PME et Artisanat 4 0,1 52
Modernisation services publics 203,9 4,9 2.648
Justice 34 0,8 442
Intérieur 65 1,5 844
Finances 64 1,5 831
Commerce 2 0 26
Services postaux et NTIC 16,3 0,4 212
Autres secteurs administration centrale 22,6 0,5 294
Développement NTI 50 1,2 649
Total général 4.208,8 100 54.581
Source : Banque Mondiale, Revue des dépenses publiques, 08/2007.

222. Comme le PSRE, le PCSC continue à privilégier le même type de projets. Ainsi, les
projets pouvant contribuer à l‟amélioration des conditions de vie accaparent 45,4% des
investissements prévus alors que ceux portant sur les infrastructures se voient réserver
40,5%. Mais, il faut souligner que les projets pouvant influencer positivement la sécurité
alimentaire et nutritionnelle (rubriques : santé publique, accès à l‟eau, à l‟électricité et au gaz,
hydraulique, agriculture et développement rural, pêches, activités de solidarité nationale)
bénéficient d‟une enveloppe financière de 1.077 milliards de DA soit 25,6% de l‟enveloppe
globale.
85

1.3. Le Plan Quinquennal 2010-2014 :


223. Doté d‟une enveloppe financière de 21.214 milliards de DA soit l‟équivalent de 286
milliards de US$, le programme quinquennal 2010-2014, réserve 9.700 milliards de DA (130
milliards de US$) pour l‟achèvement de projets du PCSC, le reste servant à financer de
nouveaux investissements publics. Les axes des différents projets retenus restent les
mêmes que ceux du PSRE et du PCSC puisqu‟ils continuent à cibler l‟amélioration des
conditions de vie des citoyens, l‟équilibre régional à travers le développement prioritaire des
Hauts-Plateaux et du Sud, ainsi que la densification du réseau des infrastructures routières
et ferroviaires, la poursuite du programme hydraulique (barrages et transferts inter régions)
et du programme d‟habitat. La législation contraignant les pouvoirs publics à présenter
régulièrement par le biais d‟une Loi, l‟état des dépenses effectivement réalisées, il a semblé
préférable d‟exploiter les données publiées dans le cadre de ces Lois à travers le tableau
récapitulatif suivant.

Tableau 37 : Crédits mobilisés durant le Plan 2010-2014 en millions de DA

Libellé 2010 2011 2012 2013 2014 Total


Industrie 545 18.217 15.177 129 543 34.611
Agriculture/Hydraulique 408.658 232.916 358.893 144.158 235.584 1.380.209
Services de Production 34.794 17.792 30.684 27.907 19.729 130.906
Infrastr. Economiques 897.836 746.126 922.252 573.314 666.902 3.806.430
Energie et Mines 683 - - - - 683
Education/Formation 271.968 111.271 376.556 206.579 209.578 1.175.952
Infrastr. 192.087 111.084 249.006 166.636 210.244 929.057
Socioculturelles
Divers 209.942 196.886 200.871 188.312 358.925 1.154.936
P.C.D 60.003 116.117 90.944 89.441 87.987 444.492
Bonification taux intérêt 337.379 600.815 595.163 807.596 633.231 2.974.184
Total 2.413.895 2.390.673 3.403.844 2.536.671 2.545.545 13.290.628
Source : Lois portant règlement des dépenses budgétaires. JORADP

224. Le Plan prévoit de réduire le taux de chômage à moins de 10% en réservant une
dotation de 150 milliards de DA pour poursuivre le financement du programme PID, 130
milliards pour le programme DAIP ce qui devrait permettre le recrutement de 400.000 jeunes
diplômés par an. De plus, le Plan prévoit 80 milliards de DA pour le financement du
microcrédit.

1.4. Le Plan quinquennal 2015-2019


225. Annoncé en mai 2014, ce nouveau Plan Quinquennal reconduit globalement les grands
axes retenus dans les Plans et Programmes précédents. Il vise l‟obtention d‟une
amélioration du taux de croissance annuel de l‟économie qui devrait atteindre 7% dans le but
de réduire encore le taux de chômage, cette réduction étant considérée comme un objectif
stratégique de toutes les actions de développement. .A cet effet, le Plan continue à accorder
la priorité à l‟investissement dans les secteurs jugés les plus aptes à la création d‟un grand
nombre d‟emplois : grands travaux d‟infrastructures, habitat, agriculture et industrie.
226. Concernant le secteur agricole, il s‟agit de consolider les résultats obtenus en matière
d‟accroissement de la production et des rendements par l‟extension des superficies
irriguées, celles-ci devant gagner un million d‟hectares, mais aussi par la mécanisation, la
résorption de la jachère et par l‟utilisation de semences plus performantes. Le Plan prévoit
aussi la création de nouveaux périmètres de mise en valeur dans le Sud et dans les zones
steppiques.
86

227. En aval de l‟agriculture, le Plan prévoit la poursuite de l‟investissement dans les


capacités de stockage sous froid pour les légumes et fruits ainsi que pour les viandes,
comme il confirme l‟option déjà prise du développement de chaînes d‟abattage et de
transformation des viandes. En outre, l‟appui à l‟investissement dans l‟industrie
agroalimentaire s‟intéressera en priorité aux filières pour lesquelles il existe des excédents
potentiels (pomme de terre, oignon, viandes blanches, …). Par ailleurs, le Plan se propose
de veiller à un accroissement et à une modernisation des moyens matériels et humains
ayant pour missions de protéger la santé des consommateurs (renforcement des capacités
humaines chargées du contrôle des aliments, mise en route des 30 laboratoires de contrôle
de qualité en voie de réalisation et mise en place d‟un réseau d‟alerte rapide contre les
risques liés à la consommation.

2. Plans et objectifs pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle

2.1. Le Plan national de Développement Agricole PNDA en 2000.

228. La conception et la mise en place du Plan National de Développement Agricole a


coïncidé avec le rétablissement des équilibres macro-économiques du pays et le retour de la
sécurité dans les zones urbaines et rurales. Ce plan a été initié sur la base d‟une évaluation
rétrospective (décembre 1999 à septembre 2000) des programmes antérieurs y compris
ceux lancés lors du plan d‟ajustement structurel et s‟est inscrit dans une volonté de relance
de la croissance agricole. Depuis la crise économique et financière de la fin des années 80
et les mesures de libéralisation économique, de démantèlement et de déréglementation des
politiques publiques, très peu de secteurs disposaient de plans pluriannuels de
développement mis en œuvre à travers des mécanismes de programmation et de
financement pluriannuels. L‟existence du PNDA va permettre de catalyser la mise en place
d‟une planification du développement national à travers le programme de soutien à la
relance économique PSRE 2001‐2004. Ainsi les actions du PNDA vont s‟inscrire dans la
dynamique nationale de la création d'emplois, de garantie d'un équilibre régional en matière
d'infrastructures et de services socio‐éducatifs, de promotion du développement durable et
de lutte contre la pauvreté par une amélioration du cadre de vie des populations déshéritées.
229. La mise en place du PNDA va permettre de répondre à des préoccupations et des
manques importants enregistrés jusqu‟ici en matière de politique agricole et de
programmation des interventions publiques dans le secteur agricole à travers : (i) une mise
en cohérence des différents programmes autour d‟une trame de résultats et d‟impacts
explicites et complémentaires (ii) une identification des cibles et bénéficiaires des soutiens
au développement que sont en priorité les exploitations agricoles et les opérateurs
économiques (iii) une approche plus inclusive compte tenu de la diversité des territoires (iv)
l‟abandon de l‟objectif peu réaliste d‟autosuffisance alimentaire au profit du concept de
sécurité alimentaire .
230. Les objectifs affichés par le PNDA sont multiples et de différents niveaux. On peut
différencier au moins trois types58 :
a- Les objectifs de portée nationale concourant à :
• l'amélioration du niveau de sécurité alimentaire par une meilleure couverture des
besoins de consommation par la production locale.
• l'accès des populations aux produits alimentaires nationaux, en quantités
suffisantes et en qualités satisfaisantes.
• la stabilisation des populations rurales.

58
MADR, 2009
87

• la préservation et la création d‟emplois.


• la préservation voire la protection de l‟environnement dans les zones steppiques,
de montagne et du Sahara.
b- Les objectifs sectoriels de production à travers :
• l'amélioration de la production agricole en développant les capacités de production
des intrants agricoles et du matériel de reproduction, ainsi qu'en valorisant les
potentialités du pays et en maîtrisant davantage les contraintes naturelles,
• l'adaptation des systèmes d'exploitation des sols, dans les régions arides et semi
arides ou soumises à l'aridité (celles autrefois réservées aux céréales malgré son
inadaptation ou laissées en jachère, et qui constituent une véritable menace de
dégradation) au profit des activités adaptées (telles l'arboriculture, l'élevage, etc.),
c- Les objectifs sectoriels de mobilisation de nouvelles ressources :
• l'extension de la surface agricole utile à travers la mise en valeur des terres par la
concession,
• la lutte contre la désertification, et la valorisation des montagnes par des
reboisements économiques et utiles.
• la relance de l'investissement agricole.
231. La déclinaison sur le terrain du PNDA a été prévue dans le cadre de 06 programmes
principaux à savoir :
• le développement et l‟intensification des filières de production agricole ;
• l‟adaptation des systèmes de cultures et la reconversion des systèmes de production;
• le plan national de reboisement (boisement utile et économique) ;
• le programme de mise en valeur des terres par les concessions, (avec la participation
active des populations locales) ;
• le programme de protection et de préservation des parcours steppiques et de lutte
contre la désertification ;
• le programme de développement de l‟agriculture saharienne. (Réhabilitation des
oasis, mise en valeur de la périphérie, grande mise en valeur).
2.2. Le Plan national de développement agricole et rural PNDAR (2002-2009)
232. Sur le plan global, les plans mis en œuvre dans l‟agriculture vont se fondre dans les
programmes nationaux d‟accompagnement du développement économique : le programme
de soutien à la relance économique 2001‐2004 ; le programme complémentaire de soutien à
la croissance PSCE qui s'étale sur la période 2005‐2009, les programmes quinquennaux
2010-2014 et 2015-2019. C‟est au sein de cette programmation globale que les ressources
financières des différents secteurs seront définies dans un cadre pluriannuel de référence et
allouées annuellement à travers les lois de finances59.
233. La mise en œuvre du programme de soutien à la croissance économique, tout en
s‟inscrivant en matière d‟objectifs dans le prolongement du programme de soutien à la
relance économique 2001‐2004, devait à l‟issue de sa réalisation :

59
Il est important de souligner qu‟hormis les programmes pilotés directement par les départements
ministériels, d‟autres mesures de soutiens sont intégrés à trois programmes de caractère transversaux
: (i) Le programme de développement des hauts plateaux, (ii) le programme de développement du
Sud (iii) le programme présidentiel accordé aux wilayas.
88

- favoriser la mise à niveau de 200.000 exploitations agricoles (en sus des 300.000
concernées entre 2000 et 2004) ;
- soutenir la régulation et la valorisation des productions agricoles,
- étendre la SAU,
- créer davantage d‟emplois permanents,
- accentuer la croissance du secteur et impulser par effet d‟entraînement les secteurs
en aval et en amont (meilleure intégration agro‐alimentaire et agro‐industrielle),
- développer les activités économiques en milieu rural et créer de nouvelles
exploitations agricoles,
- lutter contre la désertification notamment sur les parcours steppiques et présahariens
et développer les élevages,
- protéger les barrages contre l‟envasement par le reboisement et la lutte contre
l‟érosion, des bassins versants en amont des barrages en construction ou en projet,
- renforcer les capacités institutionnelles de l‟encadrement du secteur,
- permettre la mise en place d‟outils pour un meilleur suivi/évaluation des programmes.
234. Une enveloppe globale de 300 milliards de DA, dont 250 milliards de dinars à partir des
fonds, soit une enveloppe annuelle de 60 milliards de dinars a été mobilisée pour la mise en
œuvre du programme complémentaire de soutien à la croissance économique 2005‐2009
dans le secteur de l‟agriculture.
235. Le Programme de développement des hauts plateaux (PDHP) a nécessité la
mobilisation d‟une enveloppe globale de 47,327 Milliards de DA, dont 33,103 milliards de
dinars à partir des fonds. Il avait comme objectifs spécifiques de :
- rattraper les retards en matière de développement humain, d'équipements
socioculturels, d'approvisionnement en énergie et autres besoins des citoyens.
- réunir les conditions appropriées pour un décollage du développement économique à
travers les hauts plateaux qui ont été retenus comme colonne vertébrale de la
politique nationale d'aménagement du territoire.
Tableau 38 : Répartition annuelle du budget alloué au programme des hauts plateaux
2006/2009 (Unité : Milliards de DA)

Années Montant
2006 6,272
2007 20,134
2008 15,453
2009 5,469
Source : élaboré sur la base des données MADR 2009

236. Dix neufs wilayas sont concernés par le PDHP : (i) 09 wilayas dans leur intégralité :El
Bayadh ‐ Naama‐ Saida ‐ Tiaret Ŕ Djelfa ‐ M'sila‐ Batna ‐ Khenchela et Tébessa (ii) 10
wilayas de façon partielle : Tlemcen ‐ Sidi-Bel-Abbès‐ Tissemsilt‐ Médéa‐ Bordj Bou Arreridj ‐
Sétif‐ Oum el Bouaghi ‐Souk Ahras ‐Mila et Bouira. Les impacts attendus sont :
• la création de 99.000 équivalents emplois.
• la réhabilitation de la notion de travail grâce à la création d'activités
économiques productives qui sont les bases pour un développement durable.
• l‟amélioration des revenus en vue d‟améliorer les conditions de vie des
populations ainsi que leur stabilisation.
89

• l‟exploitation rationnelle des potentialités naturelles et leur préservation pour


les générations futures.
237. Les principales actions retenues au titre de ce programme sont celles relatives à :
• la protection des ressources naturelles ;
• la mise à niveau des exploitations agricoles ;
• le développement oasien ;
• la mise en valeur des terres ;
• les plantations fruitières et pastorales ;
• l‟hydraulique agricole ;
• la réalisation d‟infrastructures administratives (laboratoires, sièges,
subdivisions, centres vétérinaires, brigades forestières, abattoirs et marchés
de gros) ;
• le désenclavement ;
• ‟électrification agricole.
238. Le programme spécial complémentaire de développement des wilayas du sud PSCDS
avait deux principaux objectifs : l‟amélioration des conditions de vie des citoyens (accès à
l‟énergie, à l‟eau, à l‟enseignement, à la formation, au logement et à la santé) et la création
d‟opportunités d‟emplois.
239. La mise en œuvre de ce programme a nécessité la mobilisation d‟une enveloppe
globale de 17,412 Milliards de DA, dont 14,714 milliards de dinars à partir des fonds. La
programmation annuelle est indiquée dans le tableau 39. Dix wilayas sont concernées par ce
programme à savoir : Adrar ‐ Ouargla ‐ Illizi ‐ Tindouf ‐ Laghouat Ŕ Tamanrasset ‐ Biskra ‐
Béchar ‐ El Oued et Ghardaïa. Les principales actions retenues relèvent de la :
- mise en valeur par la concession, périmètres hydro agricoles et périmètres pastoraux;
- ouverture et entretien de pistes agricoles ;
- électrification de périmètres agricoles ;
- réalisation, entretien et équipement de forages, de puits de parcours et de réseaux de
drainage ;
- travaux de protection des périmètres et protection de la nature ;
- réalisation d‟infrastructures ;
- réalisation et réhabilitation de vergers et de palmeraies.
Tableau 39 : Répartition annuelle du budget alloué au programme spécial
complémentaire de développement des wilayas du Sud 2006/2009 (Milliards de DA)
Années Montant
2006 3,727
2007 7,635
2008 4,337
2009 1,713
Source : élaboré sur la base des données MADR 2009
90

240. Tous programmes confondus, les réalisations à 2009 se présentaient de la manière


suivante :
‐ le nombre d‟emplois créés est passé de 132.428 à 422.656 soit une augmentation de
219,15%.
‐ l‟extension de la superficie agricole utile (SAU) qui est passée de 61.043 ha à 172.153 ha,
soit une extension de 182%.
‐ la superficie plantée est passée de 74.650 ha à 130.759 ha, soit une extension de 75%.
‐ l‟irrigation localisée (goutte à goutte) : la superficie équipée est passée de 44.340 ha à
152.892 ha, soit une augmentation de 244,44%.
‐ le nombre d‟unités de valorisation réalisées est passé de 76 à 402 unités, soit une
augmentation de 429%.
‐ les capacités d‟entreposage sous froid cumulées sont passées de 808.122 M3 à
1.034.291 M3 soit +27,98%.
‐ l‟électrification rurale est passée de 1.445 Km (cumul 2000 à 2005) à 2.049 Km, soit une
extension du réseau de 41,79%.
‐ l‟ouverture de pistes : le réseau est passé de 5.784 Km à 8.766 Km, soit une extension de
51%.
241. A travers la création en 2002 du ministère délégué au développement rural, le PNDA
est élargi dans ces objectifs et son mode d‟intervention au développement rural dans sa
double dimension socio-économique et territoriale. A ce titre est élaborée, dès l‟année 2003,
la Stratégie Nationale de Développement Rural Durable (SNDRD) qui sera suivie par
l‟engagement d‟une phase pilote de mise en œuvre (2003/2006). Fort de la richesse de
l‟expérience de la phase pilote et des enseignements tirés, une Politique de Renouveau
Rural (PRR) est présentée et adoptée en octobre 2006 à la Conférence Gouvernement-
Walis de décembre 2006 présidée par le Président de la République. Un premier
Programme de Soutien au Renouveau Rural (PSRR 2007 Ŕ 2013) est lancé en Janvier
2007.
242. En sus des objectifs affichés par le PNDA, la stratégie de développement rural durable
(2003) vise de manière particulière la revitalisation des zones rurales par le biais d‟une
valorisation des activités économiques et des patrimoines naturel et humain. Elle s‟articule
alors autour de 4 axes stratégiques visant à promouvoir un partenariat et une approche
multisectorielle, à appuyer la mise en œuvre d‟activités économiques innovantes, à valoriser
et à gérer d‟une manière équilibrée et durable les ressources et les patrimoines des
territoires, et à assurer la synergie économique et sociale ainsi que la coordination des
actions, et qui convergent tous vers l‟aménagement et la vitalisation des territoires (MDDR,
2004).
243. La politique du renouveau rural (Août 2006), cible quatre séries d‟objectifs principaux à
savoir :
- l‟amélioration des conditions de vie des populations rurales.
- La création d‟emploi et des revenus par la diversification des activités économiques,
- le renforcement de la cohésion sociale et territoriale,
- la protection de l‟environnement et de la valorisation des patrimoines ruraux.
91

Figure 5 : Les phases d’élaboration qui ont conduit à la Politique du renouveau rural

Source : MDDR, 2006

244. La SNDRD (2002-2006) s‟appuie sur une méthodologie et toute une panoplie d‟outils
adaptés :
- les projets de proximité de développement rural intégrés (PPDRI) qui s‟appuient
sur une approche méthodologique destinée à fédérer au sein du territoire les
acteurs, les connaissances et les financements.
- un Système d‟Aide à la Décision pour le Développement Rural (SADDR), élaboré
à partir d‟un indice composite - l’Indice de développement rural durable Ŕ et d‟une
série d‟indicateurs sur les différentes composantes de la dynamique rurale.
- un dispositif financier consacrant le partenariat public/privé à travers l‟intervention
d‟organismes bancaires chargés de la mobilisation des soutiens publics existants
et du crédit bancaire auquel peuvent accéder certaines initiatives.
- des mécanismes de renforcement des capacités sous forme de formation mais
aussi d‟outils d‟aide à l‟apprentissage et l‟auto apprentissage (Documents, CD-
ROM didactiques, sessions de formation, outils d‟aide à la formulation des projets,
leur validation et au suivi-évaluation).
245. Les principes directeurs de la PRR (2007-2009) sont les suivants :
- l‟organisation de la synergie entre les projets et les programmes et mutualisation des
efforts ;
- l‟implication de la société civile et le renforcement de la politique participative ;
- la construction de projets de manière ascendante (de bas en haut).
246. La PRR se décline à travers quatre Programmes par objectifs :
- modernisation et/ou réhabilitation d‟un village ou d‟un K‟sar,
- protection et valorisation des ressources naturelles (forêt, steppe, oasis, montagne,
littoral),
92

- protection et valorisation du patrimoine rural matériel (produits du terroir, bâtis,


préservation des sites et des produits historiques et culturels, valorisation des
manifestations traditionnelles…),
- diversification des activités économiques en milieu rural (tourisme rural, artisanat,
produits locaux, valorisation des sites culturels, PME/PMI, Énergies renouvelables,
Technologies de l‟Information et de la Communication …).

2.3. La politique du renouveau agricole et rural PRAR (2009-2018)


247. L‟année 2008 va connaitre sur le plan institutionnel deux événements majeurs. Le
premier relatif à l‟adoption par le Parlement de la loi d‟orientation agricole après près de dix
ans de préparation par le secteur (promulguée en août 2008). En juin 2008, le poste de
ministre délégué au développement rural est fusionné au sein du secteur agricole. Cette
fusion aura pour conséquence un alignement du plan national de développement agricole
PNDA avec le programme de soutien au renouveau rural PSRR qui vont constituer un seul
cadre de politique, de programmation et d‟instrumentation des interventions à savoir la
Politique de renouveau agricole et rural PRAR.
248. En sus des acquis des plans précédents (2000-2009) la politique de renouveau agricole
et rural sera refondée à partir des orientations et mesures annoncées par le Président de la
République à la conférence nationale sur le renouveau agricole et rural, devant plus de
5.000 participants agriculteurs, éleveurs, organisations professionnelles …etc, en février
2009.
249. Ces trente orientations et mesures60 sont lancées dans neufs domaines principaux du
développement agricole et rural :
i) Une agriculture au service de la croissance, de la sécurité alimentaire et de la sécurité
nationale.
- l‟agriculture algérienne doit relever deux défis majeurs : jouer le rôle d‟un véritable
moteur de la croissance et contribuer à l‟amélioration significative de la sécurité
alimentaire du pays, devenue un enjeu de sécurité nationale.
- l'enjeu en est aussi un développement soutenu et durable du pays, une amélioration
sensible des conditions de vie des populations, particulièrement des jeunes, et
finalement, la préservation de notre liberté et de notre souveraineté.
ii) Un cadre législatif et réglementaire mieux adapté aux exigences du nouveau contexte :
- l‟agriculture jouera ce rôle en inscrivant ses actions dans le cadre du Schéma
directeur de développement agricole, composante de la législation Ŕ en voie de
finalisation Ŕencadré par la stratégie nationale d‟aménagement du territoire.
- la Loi n°08-16 du 3 août 2008, portant Orientation agricole définit désormais les voies
et moyens de protection, de promotion et de régulation du secteur agricole et
d‟organisation de sa profession. Elle clarifie également le mode d‟exploitation des
terres agricoles relevant du domaine privé de l‟Etat en adoptant la concession
comme mode exclusif de leur exploitation. Un texte renforcera cette loi en précisant
notamment les conditions d'octroi de la concession de ces terres et en veillant à
valoriser ce patrimoine et, surtout, à préserver les droits des travailleurs de la terre.
- les agriculteurs et les éleveurs sont appelés à se mobiliser davantage, à hauteur des
moyens que l‟Etat entend mettre à leur disposition et ce, en adhérant massivement
aux différents programmes d‟intensification et de développement rural.

60
Extrait du Discours de SEM le Président de la République à la Conférence Nationale sur le Renouveau Agricole et Rural ,
Biskra , février 2009.
93

- la modernisation de l'activité agricole exigeant des circuits rénovés de dialogue,


d'intervention et de contrôle, les agriculteurs et les éleveurs ils sont également
appelés à s'organiser davantage à travers leurs filières et autour des chambres
nationales et locales d'agriculture.
iii) Des acteurs mieux mobilisés et plus impliqués : l‟efficacité de cette mobilisation passe,
entre autres, par le lancement des contrats de performance « 2009-2014 » pour le
Renouveau Agricole et Rural.
iv) Une mise à niveau et un développement conséquents de l‟agro-industrie en amont et en
aval. A cet effet :
- le Gouvernement est appelé à définir et à mettre en œuvre les mesures nécessaires à
la mise à niveau des entreprises publiques qui interviennent dans la production de
matériels et d'équipements destinés à l'agriculture.
- le Gouvernement est également appelé à récupérer, mettre à niveau et mobiliser les
capacités de stockage Ŕ dont les silos de blé Ŕ et de froid non exploitées et les mettre
au service de la régulation de la production agricole
- le Gouvernement doit œuvrer aussi à la promotion du partenariat étranger pour
améliorer la qualité de la production des entreprises publiques concernées. Les
partenaires étrangers de l‟Algérie, disposés à lui apporter leur savoir-faire,
bénéficieront ainsi de l'important programme de modernisation et d'équipement de
notre secteur agricole.
- un appel est lancé aux opérateurs nationaux pour qu‟ils investissent davantage dans
les activités en amont et en aval de l'agriculture et de tirer profit de ce programme.
Leurs interventions dans ce domaine, qui revêt une importance particulière pour notre
pays, seront accompagnées et encouragées par les pouvoirs publics.
- un appel est enfin lancé aux investisseurs provenant de pays qui ont manifesté
l'intention de s'engager dans la production agricole en Algérie. Le cadre législatif est
désormais propice à leurs investissements et l'Etat a clairement affiché ses options
stratégiques en matière de développement agricole et rural, y compris pour l'élevage.
Toute production agricole ainsi réalisée en partenariat, devra être destinée, en
priorité, à la satisfaction des besoins du marché national.
- des ressources financières nécessaires à son développement (200 milliards DA/an)
sont mises à la disposition du secteur.
v) Une régulation économique efficace à travers :
- la mise en place d‟un crédit sans intérêts (crédit «RFIG») au bénéfice des
exploitations agricoles et des éleveurs.
- l‟institution d‟un soutien public des prix des matériels agricoles et d‟irrigation
économisant l‟eau entre 25 à 45 % plus le leasing
- l‟instauration d‟une subvention des coûts d‟acquisition et de reproduction des
semences et des plants et l‟institution d‟un soutien des prix d‟acquisition des engrais
de 20%.
- l‟effacement de la dette des agriculteurs et des éleveurs.
vi) Un appareil d‟encadrement et de recherche-développement plus performant.
- la concrétisation de cet objectif exigera la mise à niveau des capacités et des
méthodes de travail de l'administration chargée de l'agriculture.
- un soutien conséquent sera apporté à l‟enseignement, la formation et l‟insertion
professionnelle dans le domaine agricole.
-
94

vii) Une commercialisation assurant une meilleure valorisation de la production par :


- l‟amélioration du niveau de maîtrise de la régulation des marchés des produits
agricoles.
- la poursuite du vaste programme de construction de marchés agricoles et d'élevage
ainsi que de centres d'abattages modernes à travers les hauts plateaux.
- la reconduction de la mesure relative à l‟alignement des prix locaux des céréales
livrées aux CCLS sur les marchés mondiaux (4.500DA/q pour le blé dur, 3.500 DA/q
pour le blé tendre et 2.500 DA/q pour l‟orge) et le relèvement des prix des légumes
secs payés par ces coopératives (lentilles : 2.600 DA/q, pois chiche : 3.000 DA/q)
- le soutien au développement de la production et de la collecte de lait (12 DA/l produit
et livré à une laiterie conventionnée) et l‟octroi d‟une prime d‟intégration au
transformateur (de 4 DA/l et 5 DA pour le collecteur).
- le soutien à la production de viande (ovine, caprine, aviculture, équine, cameline).
- le soutien renforcé à certaines productions arboricoles (oléiculture, phoeniciculture,
arboriculture fruitière).
viii) Une mobilisation et une valorisation durables de la ressource hydrique
- la résolution de la question de l‟eau, au bénéfice de la population et au service de
l'agriculture passe par :
o la poursuite et le renforcement des travaux de construction de barrages, de
retenues collinaires et de stations d‟épuration des eaux usées ainsi que de
stations de dessalement de l‟eau de mer.
o le lancement des études pour trois autres opérations majeures visant le
transfert d‟eau de la nappe albienne du Sud du pays vers une dizaine de
wilayas des Hauts Plateaux.
- le développement des technologies d'irrigation plus économes, permettra de libérer
sensiblement l'agriculture et l'élevage de la dépendance de la pluviométrie dans un
pays de plus en plus aride.
ix) Un renforcement nécessaire de la fonction de contrôle
- l‟engagement par l‟Etat de ressources financières considérables au profit de
l‟agriculture exige le recours à une gestion encore plus rigoureuse de ces derniers de
la part des services de contrôle de l‟Etat.
- les différents services de contrôle de l'Etat veilleront de près à prévenir toute tentative
de détournement du soutien public à l'agriculture à des fins spéculatives et
parasitaires. La justice veillera, de son côté à sanctionner, avec toute la rigueur de la
Loi, toute dérive éventuelle.
250. La nouvelle politique du renouveau reconduit l‟objectif principal d‟amélioration de la
sécurité alimentaire pour le secteur agricole tout en mettant en exergue son importance dans
le cadre des enjeux de sécurité nationale (préservation de l‟indépendance nationale). La
seconde ambition soulignée est de faire de l‟agriculture un véritable moteur de croissance de
l‟économie nationale et une source de bien être pour toute la population.
251. A ce titre, des objectifs en matière de réalisations et résultats des programmes et
mesures sont identifiés et concernent :
- l‟amélioration du taux de croissance de la production agricole moyenne : 6% par an
(2000-2008) à 8,33% (2010-2014) (Contrats de performances signés avec les 48
wilayas).
95

- la sécurisation des approvisionnements alimentaires du pays par le développement de


systèmes de régulation efficients et le renforcement du niveau du taux d‟intégration agro-
industrielle national.
- la protection des ressources naturelles (Montagnes, Steppe, Forêt, Oasis) sur une
superficie de 8 millions d‟ha et l‟extension de la SAU de l‟ordre de 500 000 ha.
- l‟amélioration des conditions de vie et de travail d‟1 million de ménages représentant 5
millions de personnes et la création d‟1 million d‟emplois.
252. La PRAR reposera sur trois piliers :
- le renouveau agricole reflétant une dimension économique,
- le renouveau rural pour la dimension territoriale,
- le Programme de renforcement des capacités humaines et d‟assistance technique «
PRCHAT » Une dimension humaine.
253. Les objectifs spécifiques du renouveau rural sont :
- la modernisation villages et K‟sour,
- la diversification des activités économiques ,
- la protection des ressources naturelles,
- la réhabilitation des patrimoines matériels et immatériels,
254. Cinq programmes sont mis en œuvre dans le cadre d‟une démarche ascendante et
orientée par des outils d‟intervention renforçant l‟intégration et la participation à la base :
PPDRI, PPLCD, SNADDR, SI-PSRR (cf. figure 6).
Figure 6 : la Matrice du Renouveau Rural

La Matrice du Renouveau Rural


Le PSRR 2007/2013 - Quatre objectifs :

Modernisation Protection et
Diversification Protection et valorisation du
et
réhabilitation des activités valorisation patrimoine
économiques en des ressources rural matériel
des villages ou
milieu rural
K’Sours naturelles et immatériel
SNADDR
• Système National
PRCHAT d’Aide à la Décision
• Programme de pour le
Renforcement des Développement
Capacités Durable (Rural et dans la démarche «PPDRI»
Humaines et Local)
Projet de Proximité de Développement Rural Intégré
d’Assistance
Technique
SI-PSRR
• Système d’Information
du Programme de
Soutien au Renouveau 5 Programmes :
Rural 1. La protection des bassins versants
2. La gestion et la protection des
patrimoines forestiers
3. La lutte contre la désertification
4. La protection des parcs et aires
protégées
5. La mise en valeur

Source : MADR, 2009

255. Le renouveau agricole est mis en œuvre à travers 12 programmes d‟intensification des
filières et de renforcement du capital productif, la mise en place d‟un environnement incitatif
et sécurisant pour les investissements (10 composantes concernées) et la promotion d‟un
système de régulation des produits agricoles et de large consommation (08 produits ciblés).
96

Figure 7 : la Matrice du Renouveau Agricole

La Matrice du Renouveau
de l’Economie Agricole
Des Programmes
Un Environnement d’Intensification Un Système de Régulation
Incitatif et Céréaliculture des Produits Agricoles à
sécurisant Légumes secs
Large Consommation
Crédit sans intérêts «RFIG» Pomme de terre
Oléiculture
Renforcement du crédit Leasing pour la
mécanisation agricole
Sécurisation et stabilisation des
Tomate industrielle marchés des produits de large
Exonération de la TVA pour les intrants Phoeniciculture consommation «SYR-PALAC»
«LFC 2008» Céréales, Lait, Huile, Viandes,
Lait Pomme de terre, Tomate, …)
Un dispositif rassurant et efficace
contre les baisses de rendement et les Viandes
calamités agricoles «FGCA»
Renforcement de la mutualité rurale de
proximité
Protection des revenus des
Modernisation des assurances Renforcement capital Produit agriculteurs
Renforcement des organisations Généralisation Systèmes
professionnelles et interprofessionnelles économisateurs Eau
Développement ressources Renforcement des instruments
Politique de soutien adaptée alimentaires cheptel nécessaires à la régulation et des
capacités nationales d’entreposage
Semences et Plants des produits agricoles, d’abattage
Rapprochement de
l’approvisionnement intrant des animaux et de
Resorption de la Jachère conditionnement,…
La sécurisation foncière

Source : MADR ,2009

2.4. Le dispositif de régulation des marchés et des prix des biens alimentaires
(politique de subventions à la consommation filière blés et lait : SYRPALAC)
256. En septembre 2008, un système de régulation des produits de large consommation
(SYRPALAC) est mis en place. Cet instrument a pour objectif d‟atténuer les variations
saisonnières des prix des produits de large consommation, souvent provoquées par des
fluctuations importantes de l‟offre de produits agricoles et de la demande alimentaire des
ménages. L‟impact recherché est de préserver les revenus des agriculteurs et le pouvoir
d‟achat des consommateurs.

257. Le SYRPALAC repose sur trois types d‟actions : (i) la constitution des stocks de
produits agricoles sous froid dans des entrepôts publics Ŕ privés à partir de la production
nationale en période d‟excédents de l‟offre et leur mise en marché en période de déficit et
de forte demande (ii) le suivi et l‟approvisionnement stable des marchés de matières
premières pour les produits de base (céréales et poudre de lait) à partir des importations (iii)
la promotion de l‟investissement et la réhabilitation des capacités de stockage public et privé.

258. En ce qui concerne le soutien pour la pomme de terre, le dispositif mis en place prend
en charge la production des agriculteurs n‟ayant pu écouler leur produit sur le marché à un
prix qui préserve le revenu minimal des agriculteurs (20 DA le kg) et la prise en charge des
frais de stockage de la pomme de terre de consommation à raison de 1,50 DA le kg en vrac
et 1,80 DA le kg en filet.

259. La mise en place de ce dispositif a été accompagnée par la création d‟une cellule, au
niveau de chaque Direction des Services Agricoles de wilaya, chargée du suivi et de
l‟évaluation de ces opérations de constitution de stocks de régulation à travers notamment :
97

- l‟établissement de relais entre les agriculteurs, les opérateurs stockeurs,


l‟administration agricole et le marché ;
- la conformité des infrastructures de stockage ;
- le respect des conditions de stockage et de conservation ;
- le suivi des prix sur les marchés ;
- le suivi des opérations de stockage et de déstockage à travers le respect de la tenue
des registres ;
- le calcul des frais ou le contrôle du montant des frais induits pour le stockage de
régulation et de sécurité.

260. Le dispositif de régulation est élargi en 2009 aux produits suivants :


- les viandes blanches dont les stocks de régulation projetés visent la couverture de
20% du marché. Le Ministère a encouragé, dans ce sens, la signature de
conventions entre les producteurs et les abattoirs avicoles, conventions intégrant
depuis 2010 une clause pour la fourniture par ces derniers des intrants; le prix
plancher d‟achat auprès des aviculteurs a été fixé à 150 DA/kg.
- les viandes rouges dont la régulation fait l‟objet d‟un processus encore à ses débuts,
consiste en l‟achat de cheptel et de viandes à congeler qui sont destinées au marché
au cours du mois de ramadhan. Le premier essai sur 4.000 tonnes à congeler a été
réalisé en 2011 ;
- la tomate industrielle qui fait l‟objet de conventions entre les agriculteurs et les
transformateurs Ŕ tous de statut privé Ŕ que le Ministère encourage vivement.
- le lait : un nouveau dispositif, d‟intérêt général, de fabrication et de distribution de lait
pasteurisé conditionné vendu au prix administré, alliant transparence, équité et
maitrise de la couverture du marché dans le temps et dans l‟espace, avec une
adhésion sur une base volontaire des laiteries impliquées dans le développement de
la production nationale. Il concerne 119 unités de transformation qui fédèrent 26.000
éleveurs.
- les céréales : la production et l‟importation sont réparties par les 43 CCLS à raison de
60% des capacités de trituration aux transformateurs privés et de 100% aux
transformateurs publics, l‟ensemble des établissements industriels concernés
totalisant 287 minoteries et 148 semouleries, fédérant 350.000 céréaliculteurs.

2.5. Les plans de développement de la pêche (Stratégie du secteur des Pêches et


de l’Aquaculture, Aqua pêche)
2.5.1. Le plan national de développement de la pêche et de l’aquaculture (PNDPA)
2003-2007
261. Avec la création en 1999 d‟un ministère de la pêche et des ressources halieutiques, une
première depuis l‟indépendance, une impulsion forte est donnée pour la mise en place d‟une
politique et d‟instruments ambitieux de développement de la pêche et de l‟aquaculture en
Algérie.
262. Les premiers chantiers sectoriels mis en œuvre permettent graduellement de poser les
bases et les ancrages législatifs de son développement à travers la loi relative à la pêche et
à l‟aquaculture qui est promulguée le 03 juillet 2001. Elle servira ensuite d‟ancrage pour la
mise en place des premières institutions sectorielles et intersectorielles :
- le conseil consultatif de la pêche et des ressources halieutiques,
- le centre scientifique de la pêche et des ressources halieutiques,
- la chambre nationale et des chambres de wilaya de la pêche et de l‟aquaculture,
263. La loi sur la pêche stipule dans ses articles 5 et 6 de l‟obligation d‟élaboration d‟un
schéma national de développement des activités de la pêche et de l„aquaculture. Une
première mouture voit le jour en 2003 servant de cadre global de programmation des plans
de développement du secteur. Une vision plus élaborée et conforme au cadre réglementaire
98

sera adoptée en octobre 2007 par le gouvernement sous l‟intitulé « Le Schéma directeur de
développement des activités de la pêche et de l‟aquaculture horizon 2025 ».
264. Selon le MPRH (2003), les objectifs principaux qui ont été fixés dans le cadre du plan
national sont :
- l‟augmentation de la production : les potentialités disponibles autorisent une
augmentation de la production consécutivement aux injections de navires. Cette
augmentation permettra une large contribution du secteur à la sécurité alimentaire.
- la création d'emplois : les activités de pêche et d'aquaculture constituent des
gisements appréciables en matière de création d‟emplois.
- l‟accessibilité du produit : le secteur de la pêche, de par les mesures de régulation et
de contrôle, créera les conditions de distribution et de commercialisation de ses
produits au profit d‟une majorité de la population (cf. figure 8).
- le développement rural et l‟équilibre régional : émergence de pôles socioéconomiques
permettant le développement des régions enclavées et la stabilisation des
populations.
- la préservation de la ressource biologique : l‟exploitation de la ressource biologique
s‟inscrit impérativement dans le cadre d‟une pêche responsable, rationnelle,
économique, professionnelle, écologique et durable.
- la promotion des investissements : le secteur de par ses potentialités et son niveau
actuel de développement offre le cadre idéal pour un investissement national et
étranger au niveau de ces différentes filières.
- l‟encouragement des exportations : la promotion des exportations de certaines
espèces à haute valeur marchande (crustacés, mollusques, thon rouge, etc.),
générera des recettes appréciables en devises.
Figure 8 : Projection de la consommation des produits de la pêche et de l’aquaculture

Source : MPRH, 2003


99

265. Le PNDPA va comprendre trois composantes principales : (i) la pêche maritime et


océanique (ii) l‟aquaculture (iii) la recherche et la formation. Pour chacune de ces
composantes une évaluation physique et financière est élaborée et servira de référence à
l‟accroissement de l‟effort de pêche et à l‟accompagnement de l‟investissement dans les
différentes activités de la pêche et de l‟aquaculture.

266. En ce qui concerne la pêche maritime et océanique, le plan avance qu‟il est possible
d‟atteindre une production halieutique globale de 281.000 tonnes grâce à une production
additionnelle de 151.790 tonnes dont 129.372 tonnes proviendraient de la pêche de capture
et 22.418 tonnes des élevages aquacoles (cf. tableau 40).
Tableau 40: Projection de la production dans les différentes pêcheries et aquaculture
Intitulé Production (tonnes)
Pêche artisanale 12.923
Pêche côtière 45.749
Pêche au large + grande pêche 50.000
Pêche océanique 20.700
S/total Pêches maritime et océanique 129.418
Aquaculture 22.418
Total Pêche et Aquaculture 151.790
Source : MPRH, 2003

267. Du fait que l‟activité aquacole existe à l‟état embryonnaire en Algérie, il est mis l‟accent
sur la nécessité de lancer les projets de production des alevins et rendre disponible les
aliments spécifiques. Dans une première phase, il est privilégié la mise en place de projets
pilotes accompagnés par des actions de vulgarisation notamment à travers :
- la création d‟un (01) centre d‟alevinage en eau douce.
- la réalisation de cinq (05) écloseries mobiles en eau douce et de (02) écloseries
marines.
- la réalisation d‟une unité de fabrication d‟aliments destinés pour les élevages en semi
intensif et intensifs.
- la création d‟un centre conchylicole ayant une double fonction : (i) production de
naissains de coquillages pour l‟approvisionnement des futurs aquaculteurs (ii)
traitement de coquillages destinés à la consommation
- la création d‟une (01) ferme pilote devant assurer des missions de démonstration et
de vulgarisation de l‟activité, et entraînant un mode d‟élevage en cages flottantes
dans les barrages.

2.5.2. Le Schéma directeur de développement des activités de la pêche et de


l’aquaculture SDDAPA horizon 2025
268. Le schéma directeur de développement des activités de la pêche et de l‟aquaculture
(SDDAPA) s‟inscrit dans un double cadre - programmatique et législatif - la loi 2001-11
relative à la pêche et à l‟aquaculture (articles 5 et 6) et l‟article 32 de la loi n°01-20 du 12
décembre 2001, relative à l'aménagement et au développement durable du territoire, en
expriment la dimension et en précisent la finalité.
269. La loi sur l‟aménagement du territoire délimite 9 régions - programmes, dont 3
maritimes (article 48). La région programme d‟aménagement et de développement durable
du territoire constitue :
• un espace de coordination pour le développement et l‟aménagement du territoire ;
• un espace de programmation pour les politiques nationales qui concernent
l‟aménagement du territoire ;
100

• un cadre de concertation et de coordination, intra-régional, pour l‟élaboration, la mise


en œuvre et le suivi du schéma régional d‟aménagement du territoire, conformément
à la législation et à la réglementation en vigueur.
270. Selon le MPRH (2008), l‟objectif recherché à travers l‟élaboration du schéma directeur
de développement des activités de la pêche et de l‟aquaculture consiste en la construction
des espaces économiques et sociaux gérables et aptes à produire des richesses durables.
Cet objectif découle de l‟exigence de définir des zones de projets, en mesure de conduire et
d‟entretenir leur propre développement et de pouvoir intégrer leurs projets en cohérence
avec les autres programmes sectoriels et de développement local.

271. En matière de production, les objectifs retenus à l‟horizon 2025, sur la base de
l‟hypothèse de l‟exploitation optimale de la ressource connue, sont :
- une production totale de 274.000 tonnes constituée de 221.000 tonnes de produits de
la pêche et de 53.000 tonnes de production aquacole.
- la production supplémentaire de 134.600 tonnes métriques par rapport à la situation
actuelle proviendrait d‟une production halieutique additionnelle de 81.600 tonnes
impliquant un apport de 1.493 unités de pêche et une production aquacole de 53.000
tonnes, réalisée par 416 projets.
- cet effort se traduira par une augmentation sensible du ratio de consommation per
capita, actuellement de 5,1 kg, importations comprises, à 6,5 kg en 2025, hors
importations. La contribution de l‟aquaculture accusera un saut quantitatif important,
passant de 0,3% actuellement à près de 20% de la production totale en 2025.

272. Le SDDAPA 61 déglobalise et localise dans les régions et zones les divers types
d‟actions à réaliser et à accompagner. Avec un programme de renouvellement établi à 1.163
unités (192 chalutiers, 352 sardiniers et 619 petits métiers), le vaste effort à déployer dans
les infrastructures d‟accueil et les activités en amont et en aval de la production, est
configuré en actions cohérentes et réparties spatialement, pour répondre aux objectifs
tracés.
273. Les infrastructures portuaires ont connu un développement sensible engagé en 2000.
Cet effort devrait être poursuivi pour aboutir, en 2025, à la configuration suivante:
- la réalisation de 2 grands ports de pêche aux frontières maritimes de l'extrême
Ouest et de l'extrême Est.
- la séparation physique des activités de pêche de celles de commerce, au niveau
de sept ports mixtes (Ghazaouet, Oran, Arzew, Ténès, Alger, Azzefoun et Bejaïa).
- la réalisation de nouveaux ports de pêche de catégories I et II, avec
aménagements et extensions des ports existants, ainsi que l'optimisation de leurs
capacités pour atteindre un nombre de 23 ports de pêche de catégorie I et 23
ports de pêche de catégorie II.
274. Le développement optimum des ressources démersales exploitables, sur les 2/3 du
plateau continental rocheux, uniquement par des engins fixes, palangres et nasses (petits
métiers), aboutit à une configuration spatiale des plages d'échouage. A 2025, il est prévu la
réalisation de 29 plages d‟échouage.
275. Pour ce qui est des activités situées en amont et en aval de la production, une
importance est accordée à la construction, la réparation et la maintenance navales. Le
développement de ces activités basées sur la réalisation de chantiers navals et de moyens
de mise à sec dans le cadre d‟une intégration nationale, vise à réduire sensiblement
l‟importation d‟unités de pêche et à assurer la maintenance et l‟entretien régulier des bateaux
de pêche. Aussi, 3 nouveaux chantiers navals de moyen tonnage (chalutiers et sardiniers) et

61
Schéma directeur de développement des activités de la pêche et de l’aquaculture horizon 2025, avril 2008,
101

6 chantiers navals spécialisés dans la construction de petits métiers combleront le déficit


enregistré dans ce domaine. Des stations d'avitaillement en combustible, adaptées aux
caractéristiques des flottilles, seront installées au niveau de tous les ports ; ainsi 36 stations
sont prévues.
276. En aval de la production, la réalisation de halles à marée (47), avec installation de
fabriques de glace (62) et d'entrepôts frigorifiques (46), peut satisfaire l'ensemble des
besoins nécessaires aux conditions sanitaires et de traçabilité des produits de la mer. La
valorisation des produits est également prise en compte par la réalisation, à 2025, de 6
nouvelles conserveries.
277. D‟autres d‟instruments de mise en œuvre sont identifiés et articulés autour des
différentes formes d‟encadrements institutionnel, professionnel, technique et scientifique,
ainsi qu‟économique et financier.
2.5.3. La feuille de route STRAT- E - SAID (2012-2014)
278. La politique du secteur de la pêche et de l‟aquaculture, arrêtée pour 201 2-
2014, a permis de relancer la dynamique menée, jusque-là, en faveur de la
réorganisation et du développement des activités sectorielles, ainsi qu‟à réunir les
moyens humains et matériels nécessaires au développement des productions
halieutique et aquacole, dans le cadre de la contribution au développement de
l‟économie productive nationale.
279. A ce titre, la dimension opérationnelle de cette politique à savoir la feuille de
route « STRAT-E-SAID » (2012-2014) a visé, en particulier, à doter le secteur, le
plus rapidement possible, des principaux instruments structurants et opérationnels
nécessaires à un développement durable, moderne et performant de l‟économie de
la pêche et de l‟aquaculture. Elle a été conçue et mise en œuvre selon une
démarche volontairement ouverte et inclusive, à travers la participation des
professionnels, la concertation avec les autres administrations concernées et la
mobilisation de l‟expertise scientifique tant nationale qu‟internationale (afin de tenir
compte du contexte régional et de ses évolutions).
280. Les mesures d‟ajustement de la démarche et des programmes du secteur : Au
nombre de 10, il s‟agit des priorités suivantes :
- accompagnement et promotion de l‟organisation au niveau local des différents
métiers et opérateurs économiques des filières de la pêche et de
l‟aquaculture.
- mise en place de comités locaux de la pêche et de l‟aquaculture (wilayas).
- mise en place de l‟autorité portuaire et amélioration des services aux ports.
- organisation et normalisation du système de commercialisation.
- mobilisation des dispositifs d‟appui à l‟emploi.
- lancement et encadrement du nouveau programme d‟aquaculture (2ème
génération).
- Finalisation du dossier de la retraite et de la protection sociale.
- mise en place d‟un office interprofessionnel des filières de la pêche et de
l‟aquaculture.
- renforcement des moyens de contrôle et d‟inspection de la pêche maritime
côtière.
- professionnalisation de l‟administration locale et centrale.
102

281. Les principaux objectifs opérationnels de cette feuille de route consistent en :


- la réalisation et l‟engagement total du Programme quinquennal en cours et de
rendre opérationnels les investissements réalisés ;
- l‟amélioration des conditions socio-économiques et techniques, nécessaires à
un développement durable des actions et activités de la pêche et de
l‟aquaculture.
282. Ainsi et depuis l‟adoption, en octobre 2012, de la feuille de route sectorielle,
les principaux résultats sont :
- le lancement au total de 83 sur 86 opérations tous programmes confondus, soit
un taux de lancement de l‟ordre de 98%, dont 13 opérations lancées en 2013 ;
- la consommation cumulée globale estimée à 33% pour une autorisation de
programme (AP) globale de l‟ordre de 10.578.199.723 DA, soit une augmentation
de 5,5% par rapport à l‟exercice budgétaire 2012, avec un taux de réalisation
physique de 54% soit une évolution de 16% par rapport à l‟année 2012 ;
- le rythme de consommation cumulée (5,5%) a doublé au 31/12/2013, par rapport
au rythme de consommation moyen des années précédentes évalué à 2,25% par
année ;
Il est à noter que les prévisions de consommations financières cumulées projetées
au 30/06/2014, étaient estimées respectivement pour le PEC à 46% et à 16% pour
le programme neuf (PN) 2014.
2.5.4. Le plan Aquapêche 2020.

2.5.4.1. Méthodologie et phasing de formulation du plan


283. Le diagnostic exhaustif de la politique de développement du secteur de la pêche et de
l‟aquaculture menée jusque-là, a révélé la nécessité de définir de nouvelles priorités, de les
adapter et de les hiérarchiser selon une démarche prospective réaliste à l‟horizon 2030,
basée sur une approche participative. Dans ce cadre, le Plan AQUAPECHE 2020 a consisté
à poursuivre l‟action menée depuis 2000, en faveur de la réorganisation et du
développement durable des activités de la pêche et de l‟aquaculture, afin de contribuer au
renforcement de la sécurité alimentaire, à la préservation et à la création d‟emplois, ainsi
qu‟au développement de l‟économie productive nationale.
284. Pour ce faire, un comité de pilotage a été mis en place pour l‟élaboration et l‟animation
d‟un processus s‟étendant jusqu‟à la fin de l‟année 2014, pour l‟implémentation du Plan
opérationnel AQUAPECHE 2020. Trois principales phases ont été identifiées pour la mise en
œuvre de ce processus : (i) la validation et de mise en place des instruments
d‟implémentation ; (ii) la concertation au niveau national et local (iii) la restitution et la
consolidation.
285. Durant la première phase, un comité de pilotage élargi, composé de cadres centraux,
de professionnels, de scientifiques et de représentants de la société civile, a été installé et a
eu pour missions :
- la supervision de l‟exécution des différentes étapes ;
- le suivi et l‟encadrement des différentes rencontres de concertation au niveau local ;
- l‟enrichissement des différents instruments à mettre en place pour l‟implémentation du
plan opérationnel AQUAPECHE 2020 (matrice de planification, matrice de suivi-
évaluation, indicateurs de performance…) ;
- la documentation dudit processus ;
- la participation à l‟enrichissement de la mouture finale du plan opérationnel AQUAPECHE
2020.
103

286. La première phase s‟est achevée par une rencontre nationale (mai 2014) consacrée à
l‟évaluation de la feuille de route sectorielle précédente (2012-2014), qui a marqué le
lancement officiel du processus pour l‟implémentation de la mise en œuvre du Plan
opérationnel « Aquapêche 2020 ». Cette rencontre a rassemblé l‟ensemble des acteurs du
secteur62.
287. La deuxième phase de mise en œuvre de ce processus, a consisté en l‟élaboration de
la matrice de planification63, qui sera renseignée et mise en débat lors des différents
regroupements de concertation qui ont été organisés. A un niveau national : au sein du
Conseil National Consultatif ; du Comité Sectoriel Permanent, des réseaux de compétences ;
de la Chambre Algérienne de la pêche et de l‟aquaculture CAPA et des Comités sectoriels
par filières ; du mouvement associatif et société civile ; des enseignants et staff administratif
du dispositif sectoriel de formation. Au niveau local, au sein des comités locaux regroupant
les mêmes catégories socioprofessionnelles concertées au niveau national. Cette deuxième
phase s‟est achevée par l‟organisation de regroupements régionaux (Est, Ouest et centre)
dans le cadre du projet PNUD-FAO relatif à la formulation de la stratégie nationale de
développement de la pêche et de l‟aquaculture (Octobre 2014)64.
288. Lors de cette phase, un projet de « Charte d‟adhésion volontaire pour un
développement responsable et durable de la pêche et de l‟aquaculture », concluant un
partenariat entre l‟Administration Publique et l‟ensemble des acteurs professionnels des
segments d‟activité et des filières de la pêche et de l‟aquaculture, a été soumis pour
discussions et adoption par les deux parties lesquelles, conscientes de leurs rôles moteurs
dans ce nouveau partenariat, s‟engageront lors de ce processus participatif, à œuvrer et à se
mobiliser afin de concrétiser les objectifs en matière de développement du Secteur.
289. La troisième phase a été consacrée à la consolidation de la matrice finale, ainsi que la
mise en place d‟une application informatique pour la remontée, la consolidation et l‟analyse
des données du plan opérationnel AQUAPECHE 2020.
290. La finalisation du processus d'implémentation du Plan opérationnel « Aquapêche
2020», qui a débuté en juin 2014, s‟est achevée par l‟organisation de la rencontre nationale
relative à la formulation de la stratégie nationale de développement de la pêche et de
l‟aquaculture (Décembre 2014)65.
2.5.4.2. Contenu du plan et stratégie opérationnelle formulée
291. Le Plan AQUAPECHE 2020, élaboré par le Secteur, décline les objectifs, les
instruments et les actions à mener66, de la stratégie de la pêche et de l‟aquaculture avec une
attention particulière pour la pêche artisanale. Le projet « Plan AQUAPECHE 2020 » se base
sur les quatre axes d‟intervention prioritaires suivants :
- Axe1 : Promotion des filières de la Pêche et de l‟aquaculture orientée vers l‟intégration et
la durabilité et favorisant la création d‟emplois ;
- Axe 2 : Amélioration de l‟approvisionnement du marché domestique avec des produits
diversifiés, de meilleure qualité et plus accessibles pour le consommateur ;
- Axe 3 : Mise en place de dispositifs d‟appui et de soutien adaptés au développement des
filières de la pêche et de l‟aquaculture ;

62
Cette journée s‟est tenue Le 31 mai 2014, au niveau de l‟Ecole Nationale Supérieure Maritime (ENSM-Bou
Ismail), en présence de plus de 250 participants (cadres centraux et locaux, professionnels et scientifiques) et de
ses partenaires (administrations, centres de recherche et universités, associations et société civile…).
63
Cette matrice déglobalise le plan en activités et actions au niveau national et local.
64
Projet lancé en Octobre 2013.
65
Conférence Nationale de présentation des résultats du projet d‟appui à la Stratégie Nationale de
développement de la pêche et de l‟aquaculture, avec une attention particulière pour la pêche artisanale
Résidence « Djenan El-Mithak », jeudi 04 décembre 2014
66
Il décline aussi la programmation des investissements publics et privés à promouvoir lors du quinquennat 2015-
2019
104

- Axe 4 : Consolidation de la gouvernance et renforcement de la gestion participative et


intégration du secteur au développement des capacités de croissance de l‟économie
productive nationale.

292. Afin de réunir les conditions nécessaires pour le lancement de ce nouveau programme,
plusieurs actions d‟accompagnement ont été réalisées, notamment en matière 1)
d‟adaptation du système d‟accompagnement des investissements productifs dans les filières
de la pêche et de l‟aquaculture (SAIPA) ; 2) de protection sociale ; 3) d‟élaboration d‟un
nouveau programme pour le développement de l‟aquaculture ; 4) d‟actualisation du schéma
directeur portuaire dans son volet relatif aux ports et abris de pêche à horizon 2025 ; 5)
l‟intégration de la pêche artisanale ; 6) la modernisation du circuit de commercialisation des
produits de la pêche et de l‟aquaculture ; 7) le renforcement du cadre réglementaire ; 8)
l‟amélioration des connaissances et préservation de la ressource ; 9) le rapprochement du
système de formation des besoins des professionnels et des opérateurs ; 10) la mise en
place d‟un programme et réseaux de recherche adaptés ; 11) l‟organisation de la profession
par filière.
293. La réalisation du programme Aquapêche 2020, aura comme principaux impacts :
- doubler la production actuelle (200.000 Tonnes à l‟horizon 2020) ;
- créer plus de 30.000 emplois productifs dans le domaine de la pêche et de l‟aquaculture
qui viendront s‟ajouter aux 70.000 emplois existants rendus durables ;
- atteindre un chiffre d‟affaire pour les filières de la pêche et de l‟aquaculture de 110
Milliards de DA (46 Milliards de DA actuellement) ;
- accompagner la réalisation de près de 5.000 projets d‟investissements privés dans les
différentes filières de la pêche et de l‟aquaculture dont 350 projets d‟aquaculture marine
et continentale ;
- réalisation, aménagements et extensions de 25 projets de développement des ports et
abris de pêche ;
- réalisation et application de 14 plans d‟aménagement des pêcheries pour les wilayas du
littoral et 29 zones d‟activités aquacoles sur l‟ensemble du territoire national ;

294. La Charte, élaborée dans le cadre du plan « Aquapêche Bleue 2020 », représente le
premier acte fondateur d‟un nouveau partenariat entre l‟Administration Publique et
l‟ensemble des acteurs professionnels des segments d‟activité de la pêche et de
l‟aquaculture, de la commercialisation, de la valorisation, de la protection et de la
conservation des produits ou des ressources extraites des écosystèmes marins et
continentaux.
295. L‟adoption de cette Charte et l‟adhésion des acteurs ont résulté des consultations
locales, régionales et nationales lancées dans le cadre du processus de finalisation, de
validation et de mise en œuvre du Plan. Les parties prenantes, conscientes de leur rôle
moteur dans ce nouveau partenariat, se sont engagées lors du processus à œuvrer et à se
mobiliser afin de concrétiser dans le futur les objectifs67 .
296. En définitive l‟ensemble des parties prenantes ont reconnues l‟importance de concevoir
et de mettre en œuvre dans l‟immédiat, une stratégie de développement construite sur les
principes de :
- l‟insertion de l‟économie de la pêche et de l‟aquaculture dans la dynamique
d‟élargissement du système productif national et d‟amélioration de la sécurité alimentaire;
- concertation et de participation large des acteurs du secteur au niveau local ;
- diagnostic participatif et de mise en perspective des défis et enjeux futurs ;
- démarche inclusive intégrant l‟ensemble des usagers des écosystèmes halieutiques ;

67
146 rencontres de wilayas, 03 ateliers régionaux, 5000 participants et 1500 professionnels qui ont approuvé directement la
charte.
105

- l‟association structurelle des compétences et savoirs scientifiques nationaux et


professionnels.

297. Plus encore et conscient de la complexité de ce processus, ils se sont attelés au


renforcement de la coordination intersectorielle, prolongement nécessaire à l‟encadrement et
à la régulation du développement du secteur de la pêche. Plus de 15 secteurs liés aux
activités de la pêche et de l‟aquaculture sont aujourd‟hui étroitement impliqués dans la
formulation et la mise en œuvre de la stratégie et du programme opérationnel du
développement de la pêche et de l‟aquaculture68.
2.5.4.3. Une prospective du secteur de la pêche et de l’aquaculture
298. Si le plan opérationnel Aquapêche avait pour horizon temporel une programmation à
court moyen terme à 2020, il s‟inscrivait dans une vision prospective de long terme à 2030.
En fait, l‟idée de construire des scénarios prospectifs est venue au départ du besoin de
définir et d‟identifier un programme de recherche développement et de développement
technologique pour accompagner le développement de la pêche et de l‟aquaculture. Il est
apparu évident que l‟orientation en matière de recherche développement était fortement
dépendante des anticipations sur les problématiques futures de gestion des pêcheries, de
développement durable de l‟aquaculture, de la préservation et de la modernisation des
métiers de la pêche …et de bien d‟autres facteurs globaux sur les plans économiques et des
ressources naturelles.
299. Dans un premier temps, le même exercice de prospective devait servir de référentiel à
la fois à l‟identification d‟une stratégie de développement et de son plan d‟action opérationnel
et d‟une programmation des priorités en matière de recherche développement. Un atelier de
prospective a été mis en place69 au sein du Centre national de la recherche et du
développement de la pêche et de l‟aquaculture (CNRDPA).
300. La méthode « DEGEST70 » a été utilisée lors des ateliers prospectifs comme outil
méthodologique de construction des scénarios. Elle comprend trois étapes importantes : (i)
l‟élaboration de la matrice des hypothèses (ii) la construction des scénarios (iii) l‟évaluation
des impacts des scénarios sur les acteurs et activités (iv) la discussion et les
recommandations pour les porteurs d‟enjeux.
301. Dans une première phase, les participants élaborent une matrice des hypothèses
d‟évolution de 06 variables clés : la démographie, l‟environnement, la gouvernance et
Société, l‟économie et les technologies.
302. La seconde phase a permis la construction de trois scénarios71 prospectifs d‟état de
développement du secteur de la pêche et de l‟aquaculture :
- Scénario 1 : Confiance, volonté et progression
- Scénario 2 : Turbulences et fragilités
- Scénario 3 : Développement intégré idéal

68
Du CFN, de la DGPC, et des autres corps constitués . De la SOGEPORTS et les EGPP qui améliorent progressivement la
qualité des services et de la gestion portuaire. De l‟ASAL, l‟INCT et le S/HFN qui réalisent actuellement les premiers plans
d‟aménagement des pêcheries algériennes. De ‟ENSSMAL, l‟ISM, du CDER qui contribuent fortement aux actions d‟expertise et
de recherche appliquée. Du CRAPC et des différents laboratoires qui contribuent à la mise en place du réseau de salubrité des
zones de pêche. Des différentes universités de Taref, Annaba, Jijel, Alger, Oran, Khémis-Miliana, Mostaganem contribuant aux
travaux des réseaux de recherches thématiques appliquées aux écosystèmes marins, aux aspects socio-économiques, aux
aires marines protégées, à la gestion des pêcheries, à l‟aquaculture marine et continentale ;Des associations de plongeurs, de
l‟environnement et des fédérations aquatiques et subaquatiques.
69
Avec l‟appui d‟un expert Denis LACROIX.
70
Est une méthode dérivée de l‟école américaine de futurologie (Cornish, 2004; Schwatz, 2007), combinée à la méthode
classique des scénarios, sous la forme développée par l‟école française de prospective (Gaudin, 1990; Godet, 1991; Jouvenel,
2004). Elle est considérée comme la méthode des scénarios la plus utilisée en analyse prospective.
71
Les hypothèses sont pris une à une à partir de la variable « Démographie » Chaque hypothèse doit être choisie en fonction
de sa cohérence avec les choix précédents : Chaque choix successifs d‟ensemble d‟hypothèses construit donc une « histoire »
ou un « scénario » différent.
106

303. La troisième étape confronte les scénarios et leur impact sur les secteurs et les acteurs
(Exemple : impact sur le Secteur de la Pêche et de l‟Aquaculture).
Figure 9 : Les secteurs et les acteurs impactés

304. Enfin, la 4ème étape concerne la Discussion et les recommandations pour les porteurs
d‟enjeux. Il est alors considéré que tous les scénarios auraient la même probabilité
d‟occurrence (Scénarios dits « équiprobables »). Les décideurs peuvent alors vouloir
rechercher le nucleus des priorités communes, celles que l‟on retrouve, quel que soit le
scénario choisi. Il s‟agit des « MESURES SANS REGRETS » parce qu‟il faut les prendre.
Les participants ont alors été re-sollicités pour proposer des recommandations qui seront
soumises à un vote pour estimer leur importance.
Figure 10 : Chronogramme d’élaboration du plan aquapêche à partir
des résultats de l’analyse prospective
107

3. Les programmes et instruments du développement agricole (2000-2017)

3.1. Objectifs et contenus des programmes du renouveau agricole


305. Les objectifs (cf. tableau 41 et tableau 42) et les contenus des programmes ont été
détaillés dans le cadre des plans quinquennaux 2010-2014 et 2015-2019. La matrice des
programmes s‟est progressivement enrichie pour atteindre 08 programmes filières et 04
programmes de développement du capital productif. Nous examinerons ci-après un certain
nombre d‟entre eux jugés importants dans l‟accroissement des disponibilités et l‟amélioration
de la sécurité alimentaire.
Tableau 41: Impacts attendus des programmes d’intensification des filières 2009-2014
Unité : quintal sauf précision

Source : MADR ,2013


108

Tableau 42 : Impacts attendus des programmes d’intensification des filières 2015-2019

Source : MADR ,2013

306. Le Renouveau Agricole s‟est traduit, en termes opérationnels, en trois grands types
d‟actions :
- le lancement de programmes d‟intensification et de modernisation qui visent
l‟accroissement de la production et de la productivité ainsi que l‟intégration des filières
concernées. Il s‟agit des programmes qui ciblent les céréales, le lait cru, les légumes secs, la
pomme de terre, l‟oléiculture, la tomate industrielle, l‟arboriculture, la phoeniciculture, les
viandes rouges et l‟aviculture. Ces programmes se déclinent sous forme d‟actions de
généralisation des systèmes économes en eau, de développement des ressources
alimentaires pour les cheptels, de développement de la production de semences, de plants
et de géniteurs ainsi que de développement de la mécanisation et de la fertilisation tout en
développant et en renforçant les capacités managériales des différents acteurs;
- la mise en place d‟un système de régulation (SYRPALAC) qui a deux objectifs : d‟une part,
sécuriser et stabiliser l‟offre de produits de large consommation (céréales, lait, huiles,
pomme de terre, tomate, viandes) et, d‟autre part, assurer une protection des revenus des
agriculteurs et celles des consommateurs. Pour atteindre ces deux objectifs, les actions
109

programmées visent à renforcer les instruments nécessaires à la régulation ainsi que les
capacités nationales de stockage des produits agricoles et les capacités d‟abattage des
animaux.
- la création d‟un environnement incitatif et sécurisant grâce au lancement du crédit de
campagne sans intérêt « RFIG », au renforcement du crédit leasing pour l‟acquisition de
machines et matériels agricoles, à un dispositif d‟assurance efficace contre les baisses de
rendement et les calamités agricoles (FGCA), au renforcement de la mutualité rurale de
proximité, au soutien des organisations professionnelles et interprofessionnelles, à une
meilleure adaptation des mécanismes de soutien et des circuits d‟approvisionnement en
intrants ainsi qu‟à travers un effort de sécurisation foncière.
307. A ce titre, et pour la mise en œuvre des programmes relatifs au renouveau agricole
(2010-2014) le secteur a programmé une enveloppe de 600 milliards DA pour les cinq
années, soit un montant de 120 milliards DA annuellement. Ces ressources financières ont
été principalement consacrées à :
⇒ La modernisation et à l‟intensification des filières de production de large consommation à
travers les soutiens à la mécanisation, à la fertilisation aux systèmes d‟irrigation, semences,
plants et géniteurs …. pour les filières céréales, lait, pomme de terre, viandes…. :
- le machinisme agricole (25.000 tracteurs, 2500 moissonneuses batteuses,…) ;
- l‟engrais et sa distribution (500.000 tonnes d‟engrais tous types confondus) ;
- le programme d‟extension des serres multi chapelles ;
- les équipements d‟irrigation (goutte à goutte et aspersion : 300.000 ha et centres
pivots : 100.000 ha à équiper) ;
- le programme de production de semences, plants et géniteurs ;
⇒ L‟incitation directe à la production pour les céréales, le lait, les semences…
⇒ Le développement des systèmes de régulation et la protection des revenus des
agriculteurs notamment à travers le renforcement du Syrpalac pour la filière pomme de terre
et son extension progressives aux autres produits agricoles.
- la réalisation et la valorisation des infrastructures de stockage et de logistique sous
froid (08 millions de mètres cubes).
- l‟appui à la réalisation de 39 silos de stockage.
308. Le programme de renforcement des capacités humaines et d‟assistance technique
2010-2014 (PRCHAT) : au‐delà de l‟importance des ressources financières mobilisées à
travers le budget de l‟Etat dans le cadre du programme quinquennal d‟investissement public
2010‐2014 qui a pour objet d‟inciter les exploitants agricoles et les opérateurs privés à
mobiliser les autres ressources financières pour moderniser les filières de production
agricole, la réussite du renouveau agricole et rural reste principalement déterminée par la
dimension humaine des changements attendus .
309. Cette prise de conscience du rôle et de l‟importance de la ressource humaine comme
facteur durable et récepteur du changement et de la transformation de l‟économie agricole et
de la ruralité a conduit à différencier ces activités des autres axes de mise en œuvre de la
politique du renouveau agricole et rural. Cette différenciation avait pour objectif non pas
d‟isoler cette dimension des aspects relatifs aux actions et mesures d‟accompagnement du
développement agricole et rural, proprement dit, mais d‟en favoriser l‟émergence et de lui
donner une place de choix dans la mise en œuvre du programme quinquennal.
310. Pour cela, le programme 2010‐2014 prévoyait la mobilisation d‟une enveloppe annuelle
de 24 milliards de dinars par an consacrée aux principales actions de renforcement
suivantes :
110

 la mise en œuvre de programme d‟envergure de perfectionnement, de formation et de


démonstration des technologies agricoles au bénéfice des agriculteurs et des
opérateurs ;
 la réhabilitation et la construction de nouvelles stations expérimentales et de
laboratoires des instituts techniques de développement par filière du secteur ;
 la réhabilitation des centres de formation et d‟apprentissage du secteur ;
 le renforcement de l‟encadrement technique et des services spécialisés et de leur
présence territoriale (service d‟appui technique, services phytosanitaires, vétérinaires,
forestiers …) ;
 le renforcement de l‟administration locale et des moyens de suivi et de contrôle des
programmes, y compris les systèmes d‟information et de communication ;
 le développement d‟études et la mobilisation des compétences nationales et
universitaires autour des problématiques du développement agricole et rural et de
l‟appui en matière d‟expertise pour la mise en œuvre des projets.
3.1.1. Programme d’intensification de la céréaliculture
311. La production céréalière en Algérie se caractérise par les insuffisances suivantes :
• Conduite essentiellement sous conditions pluviales avec fréquence des aléas
climatiques ;
• Plus des 2/3 de la sole emblavée avec des semences de ferme sans traitement ;
• Technique culturales sommaires
• Travaux des sols superficiels,
• Fertilisation et désherbage réalisés sur une superficie très réduite ;
• Délais de récolte étalés entraînant d‟importantes pertes par égrenage.
312. Il est retenu pour 2019 d‟atteindre une production céréalière totale de 67,3 millions de
quintaux de céréales (62,5 millions de quintaux pour 2017), contre une moyenne de 50,1
millions de quintaux entre 2009 et 2012. Ceci permettrait de ramener les disponibilités à
partir de la production nationale entre 2012 et 2019 de 64 kg/Hab /an à 72 kg/Hab /an pour
le blé dur et de 27 à 31 pour le blé tendre pour une population projetée de 42,7 millions
d‟habitants en 2019.72
313. Cette filière emploie plus de 700.000 personnes dont au moins 300.000 exploitants
identifiés comme céréaliers professionnels. Trois wilayas sont considérées comme leaders
dans la production des céréales à savoir les wilayas de Sétif, Oum el Bouaghi et Tiaret.
314. Les activités du programme s‟articulent autour des principaux axes suivants :
• l‟amélioration de la mécanisation agricole (afin de moderniser les techniques de
production et atténuer l‟effet de l‟irrégularité des pluies) ;
• l‟adoption d‟itinéraires techniques adaptés par les céréaliculteurs ;
• le développement de l‟irrigation d‟appoint des céréales en optimisant toutes les
possibilités de mobilisation des eaux superficielles et souterraines ;
• le renforcement des capacités de stockage.

315. Irrigation d‟appoint des céréales : l‟irrigation d‟appoint des céréales portait, durant la
période 2009/2014, sur une superficie de 350.000 ha. Cette action vise l‟obtention d‟un
rendement moyen de 40 q/ha pour une production de 14 millions de quintaux soit une
production additionnelle de 9,5 millions de quintaux par rapport à la production d‟une année
moyenne sans irrigation.

72
Madr, 2013, le programme quinquennal 2015-2019, un programme dédié à la consolidation du
développement agricole et rural : rapport préliminaire, novembre 2013, 47p.
111

316. La mise en œuvre du programme nécessitait des mesures d‟accompagnement qui


consistent en des actions de démonstration, de vulgarisation et de formation qui devront être
conduites de façon soutenue par les différentes structures intervenant dans la filière
céréalière. L‟objectif principal de ces actions à mener en direction des agriculteurs vise (i) La
diffusion et la généralisation de l‟utilisation du matériel végétal performant ; (ii) La
vulgarisation des techniques culturales adaptées ; (iii) L‟animation, le contrôle et l‟évaluation
de l‟exécution du programme d‟appui technique.
317. Les mécanismes de mise en œuvre sont financés à partir des trois comptes
d‟affectations spéciaux : le Fonds national de développement de l‟investissement agricole
(FNDIA), le fonds national de la régulation des productions agricoles (FNRPA), le Fonds zoo
sanitaire et de protection phytosanitaire (FZPP). Ils sont principalement articulés autour de la
mise en œuvre des mesures suivantes :
 Soutien à la production (4.500 DA/q de BD et 3.500 DA/q pour le BT)
 Soutien des prix de la semence et des primes de multiplication :
 Soutien des prix des engrais à concurrence de 20%,
 Soutien à la mécanisation par l‟acquisition de matériels agricoles,
 Octroi aux céréaliculteurs de crédits (R‟FIG et Fournisseur),
 Mise en place d‟un dispositif de soutien pour l‟acquisition du matériel d‟irrigation,
 Développement des capacités de stockage.

3.1.2. Programme d’intensification des légumineuses alimentaires


318. La régression de la production et la faiblesse des rendements des légumes secs sont
expliquées par les éléments suivants :
- Les cultures sont confrontées à deux stress hydriques (début et fin de campagne,)
- elles sont semées sur des sols à potentiel faible,
- les semences utilisées sont de mauvaise qualité (semences de ferme),
- les techniques culturales sont sommaires,
- le manque de matériel agricole spécifique (semoir et moissonneuse batteuse
notamment),
- le manque de compétitivité par rapport aux produits importés ;
- le problème d‟écoulement des légumes secs locaux,
- les contraintes organisationnelles au niveau de la profession
319. Deux objectifs principaux sont assignés à ce programme :
 l‟augmentation de la production et de la productivité ;
 la réhabilitation de la culture des légumes secs dans leurs aires de production.
320. Les wilayas suivantes constituent la zone d'intervention du programme : Ain
Témouchent, Sidi Bel Abbés, Tiaret, Bouira, Constantine, Guelma, Skikda, Mila, Tlemcen et
Ain Defla.
321. Pour les activités à promouvoir, les légumes secs bénéficient des mêmes mesures que
celles prises pour les céréales :
 augmentation des prix à la production par un soutien aux produits ;
 guichet unique
 crédit sans intérêt « RFIG » pour l‟accès aux semences et intrants ;
 crédit fournisseur
 écoulement des produits sécurisé par des conventions CCLS agriculteurs
322. Le programme d‟encadrement technique et économique est matérialisé à travers la
mise en œuvre des actions suivantes :
- assurer la couverture en semences ordinaires pour le programme ;
- identifier des zones potentielles de production des légumineuses alimentaires pour
l‟extension de la superficie ;
112

- mettre en place un programme de production de semence ;


- mettre en place un programme de formation et de vulgarisation sur les techniques de
production des légumineuses alimentaires ;
- produire des supports de vulgarisation sur les techniques de production des
légumineuses alimentaires ;
- identifier les besoins en équipement et en intrants.
323. Les agriculteurs s‟engageant dans un programme d‟intensification de leur système de
production peuvent bénéficier des mesures d‟incitations suivantes :
 Pour l‟acquisition des intrants (guichet unique) :
- crédit de campagne sans intérêt Rfig pour l‟acquisition de vos intrants ;
- crédit fournisseur CCLS.
 Pour améliorer la productivité :
- de 25 à 40% pour l‟acquisition de matériels agricoles dans le cadre du leasing géré
par la BADR et sur le FNDIA pour l‟accès direct ;
- 60% du prix de la rénovation de votre moissonneuse batteuse ;
- 30% des investissements consentis pour la mobilisation de l‟eau nécessaire pour
l‟acquisition de matériels à l‟irrigation d‟appoint ;
- de primes, allant de 20 à 30% du prix à la production des semences en fonction des
catégories, pour la multiplication ;
 Primes à la collecte
- lentilles : 2.600 DA/q
- pois chiche : 3.000 DA/q

3.1.3. Programme d’intensification de la pomme de terre


324. Les surfaces destinées à la pomme de terre sont en constante extension puisque la
pomme de terre est cultivée 10 mois sur 12 avec deux grandes périodes de production, la
première en été durant les mois de juin et juillet et la seconde en hiver durant les mois de
décembre et janvier. Bien que des marges de progrès subsistent dans sa conduite culturale,
les producteurs de pomme de terre sont régulièrement confrontés aux perturbations du
marché :
- baisse importantes des prix en période de pleine production ;
- hausse brutales des prix en période de soudure (avril et octobre).
325. Le programme d‟intensification de la culture de la pomme de terre repose sur
l‟amélioration des rendements (36 tonnes/ha) pour atteindre un niveau de production de 33,6
millions de quintaux à 2014 et 66 millions en 2019 et la stabilisation de la superficie à
hauteur de 90.000 ha.
326. Cette filière emploie plus de 80.000 personnes dont au moins 40.000 exploitants
identifiés comme professionnels. Trois wilayas sont considérées comme leader dans la
production des pommes de terre à savoir les wilayas de El Oued, Ain-Defla et Mascara.

327. Les activités d‟intensification reposent sur :


 l'exploitation des potentialités offertes par la diversité agro--climatique du pays;
 la maîtrise des itinéraires techniques qui garantissent des rendements satisfaisants :
travail du sol, fertilisation, irrigation intégrale des cultures, etc.
 un équilibre entre les différentes tranches de production pour mieux appréhender les
problèmes de régulation ;
 l‟initiation de programmes de productions destinées à l‟exportation ;
 consolidation de la fonction semence à travers notamment, la promotion des classes
"Super Elite et Elite".
113

328. Deux types de mécanismes sont prévus : l‟accompagnement technique qui consiste en
la vulgarisation de proximité à travers la réalisation de champs de démonstration au niveau
des exploitations agricoles et des fermes pilotes et à l‟élaboration de manuels techniques,
des spots publicitaires et de documents filmés et les mesures d‟accompagnement
économique :
 un soutien de 30% pour l‟acquisition de matériel agricole spécifique dans le cadre du
leasing et du FNDIA ;
 un soutien de 30% pour l‟acquisition de matériel agricole spécifique sur le FNDIA.
 un soutien du programme de multiplication de plants de pré base
 un soutien de 30% pour l‟acquisition : de serre tunnel avec une couverture insect
proof plafonné à 200.000 DA
 des équipements de laboratoire pour plants pré base et l‟autocontrôle des bases
plafonnés à 3.500.000 DA, de matériel de conditionnement plafonné à 1.500.000
DA.
 pour l‟accompagnement du programme de multiplication : une prime de
multiplication/production de :
 Plants de pré base : 30 DA/kg
 Plants classe Super Elite : 15 DA/kg
 Plants classe Elite : 12 DA/kg
 Plants classe A : 6 DA/kg
 Plants de classe B : 5 DA/kg
 une prime de stockage sous froid de 0,75 DA/kg

3.1.4. Programme d’intensification de la tomate industrielle


329. La filière tomate industrielle a été marquée ces dernières années par des perturbations
suite à une série de problèmes qui ont affecté l‟ensemble des segments de la filière.
 fermeture des unités de transformation pour difficultés financières (endettement
auprès des banques et des tiers) ;
 diminution des superficies repiquées passant de 27.000 ha 2000 à 12.100 ha en
2009;
 diminution des prix à la production 7 DA/ kg en 2005 et 5 DA/ kg en 2006 ;
 concurrence importante des produits importés (13.111 tonnes de DCT et 14.175
tonnes de TCT importées en 2008) ;
 niveau de productivité relativement faible : 287 q/ha en 2008
 conduite en sec ;
 utilisation des variétés peu productives ;
 Inondations quasi régulières à El Tarf et Annaba, deux des quatre wilayas
potentielles;
 Mode d‟exploitation des terres caractérisé par la location sur notamment une part
importante des terres appartenant aux EAC.

330. Le programme d‟intensification de la tomate industrielle vise l‟atteinte d‟un niveau de


production de 8,6 millions de quintaux à 2014 et 11,6 millions en 2019. Pour atteindre
l‟objectif de production, le programme d‟actions proposé s‟articule autour des principaux
axes suivants :
 l‟irrigation par aspersion et le goutte à goutte sur une superficie totale de 10.000 ha
répartis au niveau de 4 wilayas (Skikda, Annaba, El-Tarf et Guelma) dont 7.000 ha en
goutte à goutte et 3.000 ha en aspersion.
 la mécanisation : repose essentiellement sur l‟utilisation des repiqueuses.
 la production de plants issus de variétés hybrides à haut potentiel productif, se fera en
mottes à échelle industrielle.

331. Les mesures d‟encadrement économique concernent :


 le crédit de campagne sans intérêt Rfig ;
114

 le soutien de 25 à 40% du prix pour l‟acquisition de matériels agricoles dans le


cadre du leasing et sur le FNDIA;
 le soutien de 30% pour la mobilisation de l‟eau et l‟acquisition de matériels
d‟irrigation.
 Les Primes à la collecte et à la transformation :
 soutien de 2 DA/kg produit livré à l‟unité de transformation ;
 soutien de 1,50 DA/kg à l‟unité de transformation en contrat avec des agriculteurs

332. Les mesures d‟accompagnement technique reposent sur :


 l‟amélioration des techniques culturales (travail du sol et plantation mécanisée) ;
 l‟application d‟une fertigation raisonnée (fertilisation et pilotage irrigation);
 l‟application d‟un programme préventif et curatif pour les traitements phytosanitaires
et utilisation appropriée des pesticides.
 mise en place de quatre sites (parcelle d‟1ha par site) de champ de démonstration à
raison d‟un par wilaya au niveau des quatre wilayas potentielles : Skikda, Guelma, El-
Tarf et Annaba.

3.1.5. Programme d’intensification de l’oléiculture


333. Les objectifs du programme de production attendus pour le quinquennal 2009-
2014 s‟établissaient comme suit :
- Augmentation de la production par arbre : de 16 kg (en 2008) à 20 kg.
- Production attendue en 2020 (plantations 2009/2013) : 156.000 tonnes.
- Production totale en 2020 : 192.000 tonnes/an.
- Taux de couverture des besoins nationaux : 8% en 2008 et 42% en 2020.
Tableau 43 : Projection d’évolution des indicateurs de la filière oléicole 2009-2014
Années Total Olives (q) Olive à huile (q) Huile d’olive
Hectolitre Tonne
2009 3.541.250 2.518.390 443.520 40.620
2010 3.868.914 2.746.220 484.200 44.350
2011 4.299.315 3.020.560 534.000 48.900
2012 4.621.077 3.292.890 452.000 41.000
2013 5.180.740 3.607.340 660.000 60.000
2014 5.560.402 3.872.700 697.000 69.400
Source : Madr, 2011.

334. La stratégie de développement, en plus de l‟extension des superficies envisagées, vise


l'amélioration des rendements (de 16 Kg/Arbre à 20 Kg/arbre) et de la qualité des produits
oléicoles par les actions suivantes :
 la mise à niveau de la production du matériel végétal (production de plants) ;
 l‟amélioration de la qualité de l‟huile d‟olive et des olives de table par la mise à niveau
des unités de transformation et le soutien à l‟amélioration des conditions de stockage
et de conditionnement ;
 la labellisation des produits oléicoles (15 terroirs pilotes sont en cours de
caractérisation au niveau national dont 13 pour l‟huile d‟olive et 02 pour les olives de
table) (Sigoises) ;
 le choix d‟unités de transformation traditionnelles dans le cadre du renouveau rural
par la diversification des activités économiques (transformation traditionnelle,
artisanat liée à l'oléiculture) en zones de montagne (Agro tourisme) ;
 la vulgarisation et l‟enrichissement des textes réglementaires pour une oléiculture de
qualité (Optimisation des récoltes, utilisation des sous-produits…) ;
115

 la valorisation des sous-produits des huileries comme fertilisants.


335. Le soutien est axé sur deux aspects :
 Soutien financier : plantations, la taille de rajeunissement, le greffage d'oleastre en
zones de montagne, irrigation pour les systèmes intensifs et l'amélioration de la
qualité des équipements de stockage et de conditionnement, en favorisant les formes
collectives de gestion ;
 Soutien technique : Développement des bonnes pratiques oléicoles respectueuses
de l'environnement par :
- la formation des Délégués et agents communaux de vulgarisation,
- la formation des jeunes agriculteurs,
- la mise en place de vergers de démonstration,
- la vulgarisation sur site des bonnes pratiques, tout au long de la campagne,
- le développement des supports multi média et audiovisuels.
336. Les mécanismes de mise en œuvre se déclinent à travers les différents types de
soutiens accordés :
 A la plantation :
 60% pour l‟achat de plants contrôlés, mis en terre dans le cadre du soutien à
l‟investissement,
 30% du montant du projet pour l‟extension de votre oliveraie par le greffage
d‟oléastres, taille de régénération et débroussaillement- projets à initiative locale
validés par le CTW et approuvé par l‟administration centrale ou dans le cadre des
activités rurales.
 30% des investissements consentis pour la mobilisation de l‟eau nécessaire et
l‟acquisition de matériels d‟irrigation ;
 de 25 à 40% pour l‟acquisition de matériels agricoles dans le cadre du leasing
géré par la BADR et FNDIA pour l‟accès direct.
 A la réalisation ou la modernisation d‟unité de transformation (huilerie et confiserie) :
30% plafonné à 4 millions de DA.
 Pour la conservation et l‟amélioration de la qualité de l‟huile par :
 l‟acquisition d‟équipement de stockage :
 forme collective : 30% plafonné à 1,5 million de DA
 forme individuelle: 30% plafonné à 500.000 DA
 l‟acquisition d‟équipement de conditionnement : 30% plafonné à 1 million de DA

3.1.6 Programme d’intensification de la filière lait


337. La filière lait, considérée comme l‟une des plus complexes dans le secteur agricole au
vu du nombre d‟intervenants, mais aussi des plus structurantes (l‟industrie « lourde » du
secteur), subit depuis une vingtaine d‟années des effets des différentes restructurations de
son amont et de son aval (l‟exploitation agricole, système coopérative, industrie
agroalimentaire, marché….). Les différentes tentatives de réhabilitation de la filière n‟ont pas
eu les effets et les résultats escomptés du fait de leur nature isolée, n‟intégrant pas une
dynamique positive et une complémentarité de tous les acteurs concernés.
116

338. Ainsi le capital productif (élevages bovins laitiers en particulier) a stagné et, dans
plusieurs régions régressé, les unités de transformation se sont tournées vers l‟utilisation de
la poudre de lait importée (moins chère, moins contraignante, plus facile à manipuler). En
2009, la production nationale de lait cru était estimée à 1,58 milliard de litres alors que la
consommation globale dépassait les 3 milliards de litres. Il était donc importé régulièrement
plus de 1,5 milliard de litres, soit environ 150.000 tonnes de lait en poudre en moyenne par
an.
339. Les principales contraintes se situaient à différents niveaux et expliquaient la faiblesse
de la collecte (15% production nationale) et de l‟intégration de la production locale :
 des laiteries de transformation, notamment celles ayant bénéficié de crédits, de
subventions, d‟avantages fiscaux pour valoriser le lait cru de production nationale ne
consentaient pas d‟efforts dans la collecte et préféraient s‟approvisionner en lait en
poudre subventionné.
 une industrie laitière extrêmement dense conventionnée avec l‟ONIL pour la
fabrication de lait pasteurisé conditionné en sachets se composant de 97 laiteries
privées et de 15 laiteries publiques avec des capacités de transformation largement
supérieures aux besoins théoriques de la population(1,5 milliards de litres pour les
laiteries privées et 1 milliard de litres pour GIPLAIT).
 la concurrence déloyale de la poudre de lait importée et subventionnée n‟incitant pas
à l‟investissement dans l‟élevage laitier, à la collecte et à l‟intégration de la production
nationale.
 les principaux acteurs de la filière (éleveurs laitiers) n‟évoluent pas en synergie et
semblent avoir une attitude divergente au point de se tourner le dos. Les laitiers se
sont orientés vers la poudre de lait importée alors que les producteurs éleveurs
éprouvent des difficultés à écouler leur production vers les laiteries d‟où un sentiment
de régression.
 la poudre de lait subventionnée est destinée exclusivement à la fabrication du lait
pasteurisé en sachet. Or, compte tenu de l‟important écart de prix entre le lait en
poudre subventionné, le lait en poudre sur le marché libre (deux fois plus cher) et le
lait cru local (entre 35 et 40 DA/litre), les laiteries privées ont tendance à revendiquer
des quotas supplémentaires de poudre de lait subventionnée, ce qui amène à avoir
de fortes présomptions que celle-ci soit utilisée à d‟autres fins.
340. La mise en place de l‟ONIL comme instrument de régulation a permis une stabilisation
du marché et la disponibilité du lait pasteurisé conditionné en sachet, grâce au maintien du
prix de rétrocession aux laiteries, tant publiques que privées, à 159 DA le Kg (prix fixé par le
CIM restreint de 25/12/2007), permettant ainsi la préservation de la marge actuelle de 1,22
DA par litre de lait produit.
341. Dans le cadre de la mise en œuvre des contrats de performance, il était prévu une
amélioration des niveaux de production avec comme objectif pour 2014, une production
nationale de 2,8 milliards de litres. L‟atteinte de ses objectifs en tenant compte des
contraintes identifiées dans cette filière, reposait sur un programme d‟action devant
s‟articuler autour des axes suivants :
 l‟augmentation du capital productif, avec un objectif d‟augmentation du capital
productif de 360 000 têtes (croit interne et importation) ;
 la généralisation des techniques modernes de reproduction (insémination artificielle ;
transfert embryonnaire) ;
 des mesures incitatives à la production, à la collecte et à l‟intégration, à travers une
prime à la production de 12 DA par litre, une prime à la collecte de 5 DA par litre et
une prime d‟intégration de 4 DA par litre intégré par les laiteries ;
117

 une aide à l‟acquisition de génisses et de vaches laitières à hauteur de 25% de prix


d‟acquisition dans le cadre du FNDIA ;
 des aides à l‟acquisition de matériels de laiterie ;
 l‟accès au crédit RFIG ;
 l‟organisation de l‟interprofession et la mise en place depuis février 2009 du Comité
Interprofessionnel du Lait, organe de concertation et de règlements des différends.

342. Au vu des efforts consentis les premiers bilans font apparaître les résultats suivants :
 réduction du volume des importations par l‟ONIL de 40 000 tonnes pour l‟exercice
2009 par rapport à 2008 ;
 réduction des montants des importations de plus de 450 millions de USD
correspondant à l‟importation de 120.000 tonnes couvrant la totalité des besoins de
2009 comparativement au 160.000 tonnes prévues ;
 réduction du différentiel relatif à la gestion de la poudre de lait (subvention de la
matière première de 24 milliards de DA en 2008 à - milliards de DA en 2009)
 augmentation de la collecte et de la transformation selon le dispositif ONIL /BADR en
progression constante de 23 millions de litres depuis avril 2009
 réduction de la consommation de poudre de lait importée de 18 000 tonnes pour le
premier semestre 2009 en raison de l‟amélioration de l‟intégration du lait cru de
production nationale.

3.1.7. Programme d’intensification de la filière avicole


343. La viande blanche et les œufs de consommation sont une source de protéines de
qualité et peu onéreuses comparativement aux viandes rouges. Ces produits constituent la
source d'approvisionnement de prédilection des catégories sociales à bas et moyens
revenus. Les fluctuations brutales des coûts des intrants traduisent une instabilité de la filière
avicole et la désorganisation chronique du marché, préjudiciables aux producteurs et donc
aux consommateurs, le tout accentué par l'absence de régulation.
344. L'organisation de la filière avicole s'impose comme une nécessité absolue, notamment
par la maîtrise du circuit d'approvisionnement et de distribution, sur la base d'une maîtrise
accrue des coûts et de la qualité des produits. Il s‟agit d‟un marché à fort potentiel de
croissance et d‟une industrie pourvoyeuse d‟emplois et de revenus.
345. Les principales contraintes identifiées sont :
 la dépendance du pays du marché mondial des matières premières destinées à
l'alimentation animale (modèle nutritionnel dominé par le binôme « maïs - soja ») :
o des matières premières importées affectent significativement les prix internes
des aliments avicoles (marché du mais, tourteaux oléagineux, tourteaux de soja,
céréales secondaires)  75 % du coût de leur production, qui eux même
contribuent à 65 % du coût de production des produits avicoles.
o des tentatives d‟intégration de sous-produits locaux qui se sont soldées par des
échecs (cas du triticale et féverole à l‟ONAB) ;
o un financement des matières premières devenu difficile autant pour l‟ONAB que
pour les opérateurs privés et le recours au crédit bancaire s‟avère problématique
et soumis à des mesures draconiennes le rendant souvent inaccessible.
Beaucoup d‟éleveurs en difficulté financière abandonnent l‟activité induisant une
contraction de l‟offre.
 l‟absence d'intégration au sein de la filière se traduisant par la démultiplication des
prélèvements (marges d'intervention) opérés par le capital commercial privé en aval.
118

 la fluctuation du prix du poussin tout le long de l'année en fonction des multiples


paramètres (mise en place des reproducteurs, la demande, la disponibilité en aliments
avicoles, le coût de production du poussin …..) ;
 la problématique des bâtiments et des normes techniques d‟élevage :
- la nature extensive ;
- la maîtrise insuffisante des processus de production ;
- l'insuffisance et le manque de renouvellement des équipements et la faible isolation
des bâtiments avicoles qui contribuent grandement à la dégradation des
performances techniques des élevages avicoles.
346. Les mesures adoptées concerneront, pour l‟essentiel, la régulation et l‟organisation de
la filière, les matières premières entrant dans la fabrication de l‟aliment volaille, la maîtrise
des processus de production et modernisation des bâtiments d'élevage, appuyés par
l‟instauration de la Charte sanitaire, la diversification des petits élevages, l‟optimisation des
capacités de production existantes et l‟encouragement de l‟investissement dans l‟industrie de
transformation ;
347. Concernant la régulation et l‟organisation de la filière, l‟abattoir devrait constituer un
point nodal de la filière chair et permettre la canalisation des aviculteurs. Les gestionnaires
des abattoirs seront encouragés à offrir des crédits fournisseurs aux aviculteurs pour leur
approvisionnement en poussins et aliments, ainsi que l‟encadrement technique et le
transport des produits. Ces abattoirs, en contrepartie, pourront bénéficier de crédits pour leur
fonctionnement et leur modernisation. Cette mesure sera adossée au système de régulation
des produits agricoles de large consommation (SYRPALAC) pour la viande blanche afin
d‟assurer l‟absorption des surplus en période de surproduction et la constitution de stocks
tampon, à mettre sur le marché en période de forte demande.
348. D‟autres mesures, tout aussi importantes, ciblaient la création d‟un espace de
concertation à travers :
o la mise en place d‟un conseil interprofessionnel de l‟aviculture ;
o l‟encouragement à la constitution de groupements professionnels et
interprofessionnels,
o l‟organisation des réseaux d'approvisionnement et de distribution,
o l‟encouragement au regroupement des éleveurs en coopératives avicoles.

349. Les autres mesures ont concerné :


 la maîtrise des processus de production et la modernisation des bâtiments d'élevage
et des normes d'élevage.
 la diversification des petits élevages (dinde, lapin, …).
- Soutien à l‟acquisition d‟équipement pour la diversification des élevages :
o Dinde : 30 % plafonné à 160.000 DA ;
o Lapin : 30 % plafonné à 500.000 DA ;
- Soutien à hauteur de 40.000 DA (50 sujets) pour l‟achat de cheptel reproducteur
cunicole.
 l‟optimisation des capacités de production existantes;
 l‟encouragement de l‟investissement dans l‟industrie de transformation (emballage,
découpe…..) par un soutien à hauteur de 20 % plafonné à 01 million de DA.
119

3.1.8. Les impacts des programmes du renouveau agricole

350. Selon (MADRP, 2016) et sur la période 2000-2015 les résultats cumulés suivant sont
enregistrés. La valeur de la production agricole a atteint près de 3.000 Milliards de DA soit
plus de 27 milliards USD en 2015 contre 436 milliards de dinars en 2000. L‟objectif retenu du
taux de croissance de la production agricole pour la période 2010-2014 était de 8.3% en
moyenne/an. Le taux de croissance enregistré a été de 6,88% en moyenne, variant de
11,6% en 2011 à 2,5% en 2014. La production agricole s‟est diversifiée sur l‟ensemble des
grandes zones agro écologiques du pays :
 Littoral : 41,3% ;
 Hautes plaines : 22,2% ;
 Sud : 20,2% ;
 Montagnes : 16,3%.

351. En matière d'amélioration des disponibilités des produits agricoles, les productions
agricoles ont enregistré des augmentations substantielles comme le montre le tableau ci-
dessous. Ces augmentations des productions sont corroborées par une amélioration
substantielle de l'offre sur les marchés où les produits agricoles sont disponibles et pour la
plupart accessibles. Des fluctuations ont été cependant observées sur certaines productions
liées aux variations climatiques (pluviométrie, températures…) et à d'autres facteurs comme
c'est le cas de la pomme de terre qui a connu durant la période de soudure estivale 2007
une baisse conjoncturelle liée à l'effet conjugué de plusieurs facteurs (disponibilité des
semences, maladie du mildiou…). C'est le cas également de certaines productions fruitières
qui connaissent le phénomène de saisonnalité (production une année sur deux) accentué
par les conditions climatiques des années 2005 et 2012 qui ont occasionné des dégâts sur le
verger (neige, températures basses).
Tableau 44 : Evolution des productions agricoles (U : T)
Produits Année 2000 Année 2015 Croit en %
Céréales (*) 2.150.000 3.755.000 75
Légumes secs 21.850 87.400 300
Légumes frais 2.100.000 12.470.000 494
Pomme de terre 1.200.000 4.540.000 278
Raisins 203.600 570.000 180
Olives 217.100 650.000 199
Agrumes 432.650 1.340.000 210
Dattes 365.600 990.000 171
Lait (1000 l) 158.350 370.000 134
(*) Céréales : Moyenne décennale (1980-1999)

352. Les programmes exécutés ont permis la création de 1.245.000 équivalents emplois
permanents auxquels s'ajoute l'insertion de jeunes diplômés du secteur sans activité avec la
création 22.253 micro-entreprises dans le segment de l'appui à l'exploitation agricole.

353. En matière de renforcement et d'extension du potentiel productif, les programmes mis


en œuvre ont permis notamment :
i. l'extension de la superficie agricole utile de plus de 500.000 ha par la mise en valeur des
terres par la concession ;
ii. l'augmentation du patrimoine arboricole et viticole par la plantation de 517.500 ha
d'arboriculture fruitière et viticulture, doublant ainsi le potentiel existant à fin 1999 ;
iii. l'augmentation des superficies irriguées (+ 260%) qui passent de 350.000 ha en 2000 à
1.260.500 ha en 2015, augmentation favorisée par le développement des systèmes
120

d'irrigation économiseurs d'eau sur une superficie de 639.050 ha dont 250.970 ha en


goutte à goutte et 388.080 ha en aspersion.

354. En matière de modernisation des exploitations agricoles, 448.000 exploitations


agricoles (43% du total des exploitations recensées dans le cadre du RGA de 2001) ont été
concernées par les dispositifs de soutien pour leur mise à niveau.
355. En matière de protection des ressources naturelles, les réalisations ont concerné
notamment au niveau des régions steppiques :
i) une réhabilitation des parcours (3.250.000 ha (lutte contre la désertification) et
l'amélioration de l'offre fourragère pour l'alimentation des cheptels ;
ii) la domestication des eaux de ruissellement (1.381 ouvrages) pour le
développement des cultures fourragères en irrigué par épandage des crues (500.000
ha) ;
iii) la densification des points d'abreuvement des cheptels (1 point d'eau pour 2.400
ha contre 1/6.000 ha à fin 1999) ;
iv) le développement des énergies renouvelables (énergies solaire et éolienne) pour
l'exhaure de l'eau et les usages domestiques des populations locales.
356. En matière de développement des infrastructures agricoles et rurales et de
dynamisation des services liés :
i. création de près de 500 unités de valorisation de produits agricoles (huileries,
confiseries, mini laiteries…) ;
ii. désenclavement sur 21.200 kilomètres de pistes notamment en zones de
montagne ;
iii. électrification rurale sur 2.049 kilomètres ;
iv. électrification agricole sur 6.000 kilomètres ;
v. dynamisation de près de 22.253 petites et moyennes entreprises locales de
travaux à façon, d'installation et de maintenance d'équipements agricoles et
agroalimentaires.

357. En matière de mise en place d‟un environnement incitatif et sécurisant :


 Sécurisation foncière : le bilan de la conversion du droit de jouissance en droit de
concession fait ressortir :
- Nombre d‟exploitants concernés : 219.406 ;
- Nombre de dossiers déposés : 212.642 (97%) pour une superficie de 2.407.382
ha ;
- Nombre d‟arrêtés de cession établis : 116.145 ;
- Cahiers des charges signés : 187.798 pour une superficie de 2.203.641 ha.
 Accession à la Propriété Foncière Agricole par la mise en valeur (APFA) :
- Nombre de bénéficiaires : 130.463 ;
- Superficie attribuées : 814.353 ha ;
- Nombre d‟arrêtés de cession établis : 116.145 ;
- Cas ayant levé la condition résolutoire : 27.653 pour une superficie de 160.826 ha ;
- Nombre d‟actes de propriétés définitifs : 11.993.
358. En matière de création d‟exploitations agricoles et d‟élevage :
- Superficie validées : 2.017.469 ha.
- Superficie attribuées : 635.119 ha.
121

359. Le réaménagement des mécanismes de soutien à la production vers des soutiens


directs à la production qui se sont traduits par la mise en place de plusieurs types de crédits :
- le crédit de campagne : le montant cumulé accordé de 2008 à 2014, est de 76,05
milliards de dinars ;
- le crédit d‟investissement : Montant cumulé accordé est de 16,87 milliards de dinars ;
- le crédit d‟investissement fédératif : Montant global accordé est de 2,57 milliards de
dinars ;
- le crédit fournisseur qui était octroyé en nature (engrais, semences) par les CCLS
(OAIC) aux céréaliculteurs et qui est aujourd‟hui remplacé par le Rfig ;
- le crédit leasing : le montant global du financement leasing BADR du programme
machinisme agricole depuis 2008 à 2014 est de 18,75 milliards de dinars.

3.2. Les programmes et instruments du développement rural (2002-2017).


360. Le Renouveau Rural, deuxième volet du cadre stratégique défini, est construit sur la
base d‟une approche novatrice du développement rural (les Projets de Proximité du
Développement Rural Intégré, PPDRI) et cible prioritairement les zones où les conditions de
production sont les plus difficiles pour les agriculteurs (montagnes, steppe, Sahara).
361. Il vise à réinsérer, dans l‟économie nationale, les zones marginalisées en mettant en
valeur les ressources locales et les produits de terroir jusque-là négligés. Ces zones sont
ainsi appelées à devenir une source potentielle d‟exportations agricoles algériennes. Les
actions programmées dans le cadre du Renouveau Rural permettront aussi de lutter contre
la désertification dans les régions menacées ainsi que contre l‟érosion dans les régions
montagneuses comme elles permettent de redynamiser l‟agriculture oasienne.
362. Pour concrétiser ces objectifs, le Renouveau Rural fera appel à deux outils : le Système
d‟Information du Programme de Soutien au Renouveau Rural (SI‐PSRR) et le Système
d‟Aide à la Décision pour le Développement Durable (SNADDR). Pour l‟utilisation de ces
deux outils, il applique, selon le cas, l‟une ou l‟autre des deux approches suivantes : le Projet
de Proximité de Développement Rural Intégré (PPDRI) ou le Projet de Proximité de Lutte
Contre la Désertification (PPLCD), impliquant la prise en charge du développement local par
les communautés rurales ciblées.
363. Ce Renouveau Rural, tel qu‟il est conçu, procède à un recentrage du développement
rural, qui est mis en œuvre à travers les projets de proximité de développement rural
intégrés, construits autour de quatre thèmes fédérateurs :
- modernisation des villages et ksours
- diversification économique dans les espaces ruraux
- protection et préservation des ressources naturelles
- protection et valorisation des patrimoines ruraux matériels et immatériels
364. Il s‟appuie sur cinq programmes qui ont pour objectifs la protection des bassins
versants, la gestion et la protection des patrimoines forestiers, la lutte contre la
désertification, la protection des espaces naturels et des aires protégées ainsi que la mise en
valeur des terres et fait aussi appel à une intervention intégrée et intersectorielle au niveau
de la base.
122

Tableau 45: Présentation des objectifs et impacts du renouveau rural (2009-2014)

Indicateurs d'impact
Thèmes fédérateurs Nb de Espace
Populations Extension
Communes Localités Ménages Emploi traité
PPDRI touchées SAU (ha)
(ha)

Modernisation
des villages et des Ksours
1.608 727 1.535 258.915 1.559.507 - -

Diversification des activités


économiques
3.467 656 1.319 300.199 1.818.757 - -

Préservation et valorisation 1.210.000


des ressources naturelles
6.205 835 1.663 423.973 2.488.041 8.192.600 250.000

Protection et valorisation
du patrimoine rural 868 312 575 131.333 821.054 - -
matériel et immatériel

Total 12.148 947 2.725 1.114.420 6.687.359 1.210.000 8.192.600

3.2.1. La protection des bassins ‐versants de barrages :

365. Ce programme vise trois objectifs principaux à savoir :


• une meilleure conservation des sols en pente.
• une prolongation de la vie utile des barrages.
• la création d‟activités économiques durables et l‟augmentation des revenus des ménages.
366. Il a aussi vocation à avoir un impact environnemental :
• amélioration des paysages et équilibre des territoires.
• séquestration de carbone et amélioration de la productivité des terres.
• asseoir un équilibre écologique durable des espaces dégradés.
367. Le contenu du programme porte sur l‟application des études réceptionnées
définitivement pour 34 bassins- versants sur une superficie de 3,5 millions d‟ha localisés au
niveau de 26 wilayas et concernent plus de 350 communes dont la population recensée est
de 07 millions d‟habitants. Les études, lancées en 2003, concernent la protection de 52
bassins versants couvrant une superficie totale de 7,5 millions d‟ha réparties à travers 32
wilayas.
123

Figure 11 : Principaux indicateurs du programme des bassins versants

Source DGF/MADR ,2010

3.2.2. Le programme de lutte contre la désertification :


368. Il a deux objectifs principaux :
• empêcher la désertification des terres dégradées par des mesures préventives,
correctrices et d'accompagnement.
• promouvoir et diversifier les activités économiques durables et augmenter les revenus
des ménages.
369. Il a été élaboré sur la base du constat établissant que sur les 238 millions d‟ha de
l‟Algérie :
 200 millions d‟ha sont occupés par la zone saharienne où les infrastructures socio-
économiques sont soumises à un ensablement résultant d‟une exploitation
anarchique des ressources naturelles.
 36 millions d‟ha forment la steppe et le présaharien, zones arides et semi-arides très
sensibles aux processus de désertification et caractérisée par un surpâturage.
 12 millions d‟ha en zones de montagne qui sont menacés par l‟érosion hydrique.
370. Il s‟agissait d‟appliquer les orientations de l‟étude portant carte nationale de sensibilité à
la désertification réalisée en 2010 :
• 30 wilayas et 338 communes concernées ;
• espace ciblé de 2.5 millions d‟hectares ;
• 137.000 hectares d‟espace dégradé à traiter.
• extension et réhabilitation du barrage vert sur : 100.000 hectares.
124

Figure 12 : Principaux indicateurs du programme de lutte contre la désertification

Source DGF/MADR ,2010

3.2.3. La réhabilitation et l’extension du patrimoine forestier :


371. les objectifs du programme sont :
• la gestion durable des forêts.
• la réhabilitation et repeuplement des forêts dégradés.
• la protection des forêts contre les parasites et les incendies.
• l‟exploitation des forêts productives.
• la promotion et de diversification des activités économiques durables.
372. Sa mise en œuvre s‟appuie sur l‟application des orientations de l‟étude portant
inventaire forestier national (IFN) réalisée en 2010, dont la réalisation est visée à travers 30
wilayas et 338 communes. Les actions suivantes sont programmées :
• Travaux Neufs de Reboisement : 36.000 ha.
• Travaux sylvicoles : 118.500 hectares.
• Renforcement et entretien des infrastructures forestières : 8.400 Km de pistes.
• Traitement phytosanitaire : 200.000 ha.
• Production de bois : 200.000 m3.
• Récolte des lièges : 60.000 quintaux.
125

Figure 13 : Principaux indicateurs du programme de réhabilitation


et d’extension du patrimoine forestier

Source DGF/MADR ,2010

3.2.4. Le programme de Conservation des Ecosystèmes Naturels :


373. Il a pour objet d‟assurer un équilibre écologique durable des espaces naturels et la
promotion des activités de recherche développement. Le Schéma Directeur des Espace
Naturels et des Aires Protégées (SDENAP), adopté par le gouvernement en 2008, fait
ressortir que la biodiversité au niveau national est menacée et que le coût annuel de sa
dégradation était estimé à 97 milliards de DA soit 3,6% du PIB.
374. Les trois volets proposés concernent la protection de la faune et de la flore en mettant
l‟accent sur les unités de démonstration ainsi que sur la promotion et la gestion des aires
protégées et le développement des activités cynégétiques. Il est attendu que ce programme
touche 52 communes et 35.000 ménages ruraux, le traitement d‟un espace sur 188.000 Ha
et la création de 17.500 équivalent emplois permanents.
126

Figure 14 : Réalisations du programme de conservation des écosystèmes naturels

Source DGF/MADR ,2010

3.2.5. L’extension de la SAU pour la mise en valeur des terres agricoles :


375. Le programme de mise en valeur des terres par la concession : Dans ce cadre, il est
attendu la mise en œuvre de 337 projets pour une superficie de 341.500 hectares pouvant
générer 76.447 emplois dont 5.483 concessionnaires.
376. La programmation prévue concernant la mise en valeur par la concession se présente
comme suit :
- 58 projets prévus à travers 23 wilayas totalisant 35.058 ha à mettre en valeur pour un
montant global de 6.956.950.096 DA qui a été retenu pour l‟année 2011.
- 44 projets prévus à travers 14 wilayas totalisant 32.583 ha à mettre en valeur pour un
montant global de 7.791.248.604.000 DA qui a été retenu au titre de l‟année 2012.
- 35 projets prévus à travers 11 wilayas totalisant 9.780 ha à mettre en valeur pour un
montant global de 7.115.676.000 DA qui a été retenu au titre de l‟année 2013.
- 45 projets prévus à travers 19 wilayas totalisant 77.883 ha à mettre en valeur pour un
montant global de 7.516.414.300 DA qui a été retenu au titre de l‟année 2014.
3.2.6 Les impacts des programmes du renouveau rural
377. Pour la période 2009-2016, le nombre total de localités touchées est de 10.697 situées
dans 1.439 communes au bénéfice de 1.127.469 ménages ruraux soit une population de
6.390.005 individus (cf. Tableau 46).
127

Tableau 46 : Les impacts des programmes du renouveau rural (situation à fin 2016)

Prévus (2009- Impacts touchés à


Impacts 2014) fin 2016 Taux (%)

Projets 12.148 12.061 Lancés 99 %


Communes 903 1.439 159 %
Localités 4.221 10.697 252%
Ménages ruraux 1.114.420 1.127.469 103%
Population 6.687.500 6.390.005 96%
Source : MADR, 2017.

378. Globalement, les programmes du renouveau rural ont atteint leurs objectifs en matière
d‟impacts par le nombre de projets réalisés, les ménages ruraux touchés et la population
ciblée. Ces objectifs ont même été dépassés pour les localités ciblées et les communes
concernées.
379. En matière d‟actions, il est à noter les réalisations concernant le désenclavement avec
plus de 25.000 km de pistes ouvertes, la mobilisation des ressources en eau par 3.800 puits
et les améliorations foncières pour près de 31.000 ha.
Tableau 47 : Principales réalisations des programmes du renouveau rural (2010-2014)
Indicateurs Unités Total
Piste rurale Km 14.292
Piste Forestière Km 9.125
Travaux sylvicoles Ha 172.659
Mise en Défens Ha 174.336
Correction torrentielle M3 3.120.854
Amélioration foncière Ha 31.262
Banquettes Ha 13.130
Mobilisation en ressources d'eau U 3.808
Km 141
Energie
U 4.841

3.3 Les programmes et instruments du développement de la pêche et de


l’aquaculture (2000-2017).
380. La politique du secteur de la pêche et de l‟aquaculture, recentrée et consolidée
en 2012, a permis de relancer la dynamique menée, jusque -là, en faveur de la
réorganisation et du développement des activités sectorielles, ainsi qu‟à réunir les
moyens humains et matériels nécessaires au développement des productions
halieutique et aquacole, dans le cadre de la contribution au développement de
l‟économie productive nationale.
381. A ce titre, la dimension opérationnelle de cette politique à savoir, la feuille de
route « STRAT-E-SAID » (2012-2014), a visé, en particulier, à doter le secteur, le
plus rapidement possible, des principaux instruments structurants et opérationnels
nécessaires à un développement durable, moderne et performant de l‟économie de
la pêche et de l‟aquaculture. Elle a été conçue et mise en œuvre selon une
démarche volontairement ouverte et inclusive, à travers la participation des
professionnels, la concertation avec les autres administrations concernées et la
mobilisation de l‟expertise scientifique tant nationale qu‟internationale (afin de tenir
compte du contexte régional et de ses évolutions).
128

382. Les principaux objectifs opérationnels de cette feuille de route consisten t à


Réaliser le Programme quinquennal en cours et à rendre opérationnels les
investissements réalisés et à réunir et améliorer les conditions socio-économiques
et techniques, nécessaires pour un développement durable des actions et activités
de la pêche et de l‟aquaculture.
383. Ainsi et depuis l‟adoption en octobre 2012 de la feuille de route sectorielle, les
principaux résultats sont :
• le lancement au total de 83 sur 86 opérations, tous programmes confondus,
soit un taux de lancement de l‟ordre de 98%, dont 13 opérations lancées en
2013 ;
• la consommation cumulée globale estimée à 33% pour une autorisation de
programme (AP) globale de l‟ordre de 10.578.199.723 DA, soit une
augmentation de 5,5% par rapport à l‟exercice budgétaire 2012, avec un taux
de réalisation physique de 54% soit une évolution de 16% par rapport à
l‟année 2012;
• un rythme de consommation cumulée (5,5%) qui a doublé au 31/12/2013, par
rapport au rythme de consommation moyen des années précédentes évalué à
2,25% par année;
• il est à noter que les prévisions de consommations financières cumulées
projetées au 30/06/2014, étaient estimées respectivement pour le PEC à 46%
et à 16% pour le programme neuf (PN) 2014.
384. En matière de renforcement de l'organisation des professionnels et des
opérateurs économiques :
• la redynamisation de la création d‟associations professionnelles par filière et
par port, la création de 64 autres associations par port et par métier
(armateurs, mandataires, marins, aquaculteurs,…), ainsi que la mise en place
d‟un réseau national des Associations activant dans le secteur de la pêche ;
• l‟organisation de forum thématiques de discussion et d‟écoutes permanent
des différentes catégories de professionnels (armateurs, mandataires,
patrons pêcheurs, associations et coopératives ayant un lien avec les
activités de pêche et d‟aquaculture, opérateurs de la transformation des
produits de la pêche et les constructeurs de bateau de pêche) ;
• la mise en place dans plusieurs wilayas maritimes de comités intersectoriels
locaux pour améliorer les conditions d‟exercice des activités et valoriser les
réalisations publiques ;
• la réalisation, pour la première fois, d‟une enquête nationale socio-économique sur la
population des marins pêcheurs en Algérie. L‟enquête a été réalisée sur 19 ports de
pêche répartis sur les 14 wilayas maritimes avec un échantillon de plus 800
questionnaires et selon trois strates principales, Patrons, Mécaniciens et Marins. Les
résultats de cette enquête permettront de mieux connaitre, les attentes et difficultés
des acteurs en matière d‟exercice des activités de la pêche et de l‟aquaculture ;
• Il convient aussi de souligner, la signature avec l‟UE de la Convention de
financement du projet DIVECO II, d‟un montant de 15 millions d‟Euros, pour l‟appui
à la nouvelle stratégie de développement du secteur. D‟un point de vue opérationnel,
2 axes d‟appui technique sur les 3 que compte ce projet, sont spécialement dédiés
aux professionnels et aux opérateurs du secteur. Il s‟agit des axes « promotion et
valorisation des filières » et « renforcement des capacités des organisations
professionnelles ».
385. En matière d‟amélioration des conditions socio-économiques des
professionnels, les actions suivantes ont été réalisées :
• promulgation et mise en place du nouveau régime de protection sociale des marins
pêcheurs ;
129

• promulgation des dispositions législatives relatives à l‟indemnisation des marins


pêcheurs pendant la période du repos biologique avec des aides indirectes pour la
réalisation d‟actions à caractère collectif au profit des professionnels de la pêche.
• signature de onze conventions (11 wilayas littorales) locales (MPRH/MSRH)
pour l‟installation de médecins du travail au niveau des ports de pêche ainsi
que l‟installation de correspondants sociaux de la sécurité social e au niveau
des ports de pêche (MPRH-MTESS) ;
• élaboration et examen en cours au niveau du SGG du projet de décret améliorant
l‟organisation, le fonctionnement et les missions de la chambre nationale de pêche et
d‟aquaculture ;
• création de l‟Association Nationale de Solidarité des Marins Pêcheurs
(ANSMP), association à caractère social et humanitaire.
386. En matière de développement des capacités d‟accueil de la pêche artisanale
dans les zones particulièrement déshéritées du littoral national :
• L‟objectif principal de ce programme consistait en la réalisation au niveau des
zones éparses et enclavées des infrastructures permettant notamment :
o d‟identifier les embarcations de pêche exerçants la pêche artisanale et
les regrouper dans un site protégé et sécurisé, en leur offrant toutes les
conditions favorables à l‟exercice et au développement de leurs
activités;
o de renforcer le dispositif de contrôle des débarquements déjà existant
et, par la même, les mesures de gestion de la ressource halieutique.
• A ce jour, on enregistre la réalisation de trois (03) plages d‟échouage situées
au niveau des wilayas d‟El Tarf (01) et la wilaya de Jijel (02). Deux (02) autres
plages d‟échouage sont en cours de réalisation au niveau des wilayas de Tizi -
Ouzou et Boumerdès.
• Pour la gestion de ces plages d‟échouages, un projet d‟arrêté interministériel portant
gestion et exploitation des plages d‟échouage d‟appui à l‟exercice de la pêche
artisanale est en cours d‟examen par le SGG.
• En matière de nouveaux projets intégrés de la pêche artisanale « MSAIDHIRAFI »,
une étude socio-économique pour la réalisation de sites de débarquement au profit de
la pêche artisanale a été réalisée à Fouka marine (wilaya de Tipaza), El Guelta
(wilaya de Chlef) et Souk El Thnin (wilaya de Bejaia).
• Afin de répondre aux attentes importantes sur le terrain des professionnels de
la pêche artisanale, un projet de formulation d‟une stratégie nationale dans ce
domaine est en cours de mise en œuvre (novembre 2013) avec l‟appui du
PNUD, de la FAO et de l‟ONUDI.
387. En matière de promotion et de développement de l‟aquaculture, pour diversifier
les productions nationales et suppléer aux limites d‟exploitation imposées, par l‟état
des ressources halieutiques marines, les efforts ont été concentrés sur : i) le
parachèvement du programme public en cours ii) la valorisation des projets
productifs privés iii) la préparation du nouveau programme d‟aquaculture.
388. Concernant le volet infrastructures, les actions ciblaient la relance, la
finalisation ou la mise en exploitation des établissements d‟appui, en fonction de
leurs stades d‟avancement. Il s‟agit de :
• la mise en service du Centre conchylicole de Bou Ismail (janvier 2013);
• l‟entrée en production de la ferme de culture marine de crevettes de Skikda
(novembre 2013);
• la finalisation des travaux de transfert et la mise en service de l‟écloserie
mobile de la wilaya de Sidi-Bel-Abbès (juillet 2013) ;
• la réception et la mise en service du projet de la ferme d‟élevage de poissons
d‟eau douce à Boukais, Wilaya de Béchar (janvier 2014);
130

• la mise en service (février 2014) des 04 centres de pêche continentale


(Babar, Ain Zada, Koudiet Lemdouar et de K‟Sob);
• la poursuite des travaux de réalisation de la ferme marine de Bou Ismail,
la mise en service est prévue pour le 1 er trimestre 2014 ;
• la poursuite de la réalisation (50%) des travaux de la ferme de culture de
crevettes d‟eau douce à Ouargla, l‟entrée en production est prévue pour juin
2014;
• le lancement (janvier 2014) après redimensionnement du projet de réalisation
de la ferme pilote d‟élevage de poissons d‟eau douce au niveau du barrage
Harreza dans la wilaya de Ain Defla, l‟entrée en production est prévue pour le
3 éme trimestre 2014.
389. Concernant le volet Etudes, dédié à l‟amélioration de l‟encadrement des
activités aquacoles, les mesures appropriées ont été prises pour :
• le lancement de trois (03) études relatives à la détermination de la biomasse
de l‟anguille et l‟élaboration d‟un plan de gestion (consultation lancée pour la
sélection d‟un bureau d‟études) ;
• l‟exploitation piscicole durable dans les barrages et retenues (Bureau d‟Etude
sélectionné) ;
• la détermination des zones d‟activité aquacoles, (procédure d‟appel d‟offre en
cours).
390.Concernant le volet Programmes d‟appui, et en vue de la valorisation des plans
d‟eau continentaux par la pisciculture, il a été procédé à la préparation ainsi qu‟à la
mise en œuvre du plan de campagne 2013 de peuplement et de repeuplement des
barrages et des retenues collinaires, en concertation avec le MRE, les Chercheurs
du CNRDPA, de l‟ENSSMAL et de l‟Université de Khémis-Miliana.
391. La valorisation et la relance des projets productifs privés et notamment ceux
ayant bénéficié du soutien du Fonds National de Développement de la Pêche et de
l‟Aquaculture, la situation se présentait comme suit :
2012 2013 2014
Fermes en Projets à Fermes en Projets en Nouveaux Projets à Prévision Prévision
exploitation l‟arrêt exploitation cours de projets en l‟arrêt fermes en projets à
septembre septembre décembre réalisation cours de décembre production l‟arrêt
2012 2012 2013 2013 lancement 2013 juin 2014 juin 2014
fin 2013
06 12 09 06 03 04 17 03

392. L‟élaboration d‟un nouveau programme d‟aquaculture (2014/2020) par la mise


en œuvre d‟une stratégie opérationnelle réajustée. A cet effet , un groupe de travail
(chercheurs, experts, formateurs, professionnels, cadres techniques) a été mis en
place et a procédé à:
• l‟établissement d‟un bilan sur la filière aquaculture en Algérie : analyse de
l‟expérience algérienne, tendances aquacoles dans le bassin méditerranéen et à
l‟échelle mondiale, étude des investissements réalisés (publics et privés),
analyse des instruments juridiques et réglementaires ;
• l‟élaboration d‟un nouveau programme de développement de l‟aquaculture
(filières à développer, nomenclature et modèles de projets à déterminer, espèces
à encourager et accompagnement du programme de l‟aquaculture: technique,
formation de qualité, catégories de financement ciblées (ANSEJ, CNAC,
ANGEM, ANDPME…), garanties économiques (identification des risques,
assurances et autres questions réglementaires...).
131

393. Ce nouveau programme consiste, dans une première phase, au lancement de


23 projets à partir de 2014 pour une production de 12.500 tonnes et la création de
1.000 emplois directs et à l‟horizon 2020 pour une production de 78.000 tonnes et
une création de 10.000 emplois directs. Pour la mise en œuvre de ce programme,
les actions ci-après ont été réalisées:
• Identification des ZAA (cinq (05) ZAA ont été identifiées au niveau de Chlef,
Boumerdès, Ain-Temouchent, Tlemcen et de Tipaza) ;
• Elaboration par un expert de la FAO, d‟une expertise du nouveau programme
d‟aquaculture ;
• Etablissement des autorisations préalables d‟octroi des concessions. Onze
autorisations ont été élaborées pour les Wilaya de: Bejaia (03) Ain-
Temouchent (02), Tizi-Ouzou (01), El Tarf (01) Oran (02) Tipaza (02) et qui
concernent :
- 05 projets pisciculture marine en offshore ;
- 05 projets de conchyliculture ;
- 01 projet de pénéiculture (élevage de crevettes).
394. Par ailleurs, il est à noter en matière d‟animation et de vulgarisation du
nouveau programme, l‟organisation des évènements suivants :
• Journées régionales (Est, Ouest et Centre), relatives à la vulgarisation du
nouveau programme de développement de l‟aquaculture 2014-2020 ;
• Forum sur l‟aquaculture, en marge du Salon International de la Pêche et de
l‟Aquaculture, qui a regroupé des aquaculteurs nationaux et internationaux ;
• atelier de restitution des résultats de l‟expertise du nouveau programme de
développement de l‟aquaculture, élaboré par un expert consultant auprès de la
FAO (novembre 2013) ;
• Atelier sous régional de formation sur «les techniques modernes de gestion et de
développement de l‟aquaculture adaptées au contexte du grand Maghreb », lors
duquel il y a eu la restitution du rapport du 2 ème programme TCP relatif à l‟appui
technique pour l‟élaboration d‟un programme national de développement de
l‟aquaculture dans les zones arides et sahariennes du pays (décembre 2013);
• Séminaire sur les opportunités d‟investissement en Algérie dans le domaine de
l‟aquaculture ayant pour thème « Opportunités d‟investissement en
aquaculture », organisé en collaboration avec le Forum des Chefs d‟Entreprises
(décembre 2013).
395. En matière d‟amélioration des connaissances sur l‟ét endue des ressources
halieutiques nationales et leur valorisation, il est à noter que :
• dans le cadre du Contrat-programme signé entre le MPRH et le Centre National
de Recherche et de Développement de la Pêche et de l‟Aquaculture (CNRPA),
pour mener des campagnes d‟évaluation des ressources halieutiques le long du
littoral algérien sur une période de 05 années, deux campagnes de prospection,
l‟une pour l‟évaluation des ressources pélagiques (poisson bleu) et l‟autre pour
les ressources démersales (poisson blanc), ont été menées respectivement au
mois de février et mai 2013. Les données collectées lors de ces deux
campagnes sont en phase de traitement.
• Pour une meilleure maitrise du suivi des données statistiques relatives à la
pêche et à l‟aquaculture, une surveillance quotidienne des prix de la sardine
ainsi qu‟un suivi mensuel de la production maritime et aquacole, de la flottille et
des inscrits maritime sont assurés.
• Dans le cadre, de la mise en place d‟un observatoire socio -économique de la
pêche et de l‟aquaculture par le biais de l‟appui technique de la FAO. Les
Principaux résultats du projet sont notamment la formation de plus de 240
personnes, en matière d‟échantillonnage des pêches, d‟identification des
132

espèces et des engins de pêche, d‟analyse et de traitement des données,


d‟aménagement des pêcheries, la mise en place d‟un système d‟échantillonnage
des débarquement des pêches, l‟installation d‟un logiciel spécifique au niveau
des wilayas pilotes (Alger, Ain-Temouchent et Jijel). En outre, ce projet a donné
lieu à l‟élaboration de deux rapports du diagnostic (Système statistiques des
pêches en Algérie, Aménagement des pêcheries en Algérie), la publication des
fiches des principales espèces débarquées en Algérie ainsi que l‟acquisition des
équipements bureautiques et informatiques.
• Pour les instruments de gestion des ressources halieutiques, le lancement en
avril 2013 de la réalisation dans les 14 wilayas du littoral, de l‟étude du Plan
d‟Aménagement et de Gestion des Pêcheries Algériennes (PAGPA), par le
groupement le groupement conjoint composé de l‟Agence Spatiale Algérienne
(ASAL), l‟Institut National de Cartographie et de Télédétection (INCT), le Service
Hydrographique des Forces Navales (SHFN) et le Centre National de Recherche
et de Développement de la Pêche et de l‟Aquaculture (CNRDPA). Il a été
procédé également à la mise en place des Comités locaux pour le suivi et la
collecte d‟informations nécessaires à l‟étude.
396. En matière de développement de l'offre de formation ainsi que la mise en
adéquation des Etablissements avec les exigences dans les domaines de sécurité
maritime et des configurations d'exploitation des ressources halieutiques en mer
mais, également, des nouvelles techniques et technologies d'aquaculture, il y a lieu
de retenir :
• La mise en œuvre du dispositif relatif à la valorisation des acquis de l‟expérience
professionnelle (VAEP) dont plus de 400 dossiers ont été examinés par les
commissions de recevabilité et 18 professionnels ont déjà reçu leurs
attestations.
• La signature d‟une convention de collaboration dans le domaine de la formation
avec la Direction Générale de la Protection Civile ;
• La finalisation du guide des instruments de gestion pédagogique qui sera mis à
la disposition des responsables de l‟appareil de format ion au courant du 1 er
trimestre 2014 ;
• Le lancement de la formation « Gestion Axée sur les Résultats » au profit de 77
cadres des structures décentralisées du secteur (décembre 2013) ;
• La finalisation de la phase test de l‟application « système de gestion
pédagogique » au niveau des établissements de formation (SGP), en vue de la
mise à niveau du fonctionnement et de la gestion des établissements de
formation ;
397. Concernant la mise en adéquation avec les exigences dans les domaines de la
sécurité maritime et des configurations d'exploitation des ressources halieutiques en
mer mais, également, des nouvelles techniques et technologies d'aquaculture , les
efforts du secteur ont été concentrés sur la finalisation des opérations de réalisation
des infrastructures de formation et des opérations d‟équipement inscrites au titre du
programme quinquennal 2010-2014 et à ce titre, il y a lieu de noter:
• La construction du Centre d‟Instruction en Sécurité Maritime (EFTPA Cherchell)
qui a connu un taux d‟avancement des travaux de 95% ;
• La finalisation de l‟étude portant construction du Centre d‟Instruction en Sécurité
Maritime (ITPA Collo). Le début des travaux de réalisation est prévu pour 2014 ;
• La finalisation de l‟étude portant construction du Centre d‟Instruction en S écurité
Maritime (INSPA). Le lancement des travaux de réalisation est en cours ;
• Le lancement de l‟étude relative à la réalisation du siège pour l‟INSPA et pour
lequel il y‟a eu l‟affectation d‟un terrain de 3 ha ;
• La réparation et l‟équipement du navire école « TOUFIK » (janvier 2014) ;
133

• L‟attribution du marché relatif à l‟acquisition d‟un simulateur machine (ITPA


Collo) ;
• La réalisation de l‟opération portant étude pour la réhabilitation et l‟équipement
de la station d‟expérimentation de Béni Saf. Le lancement des travaux de
réalisation est prévu au courant de 1 er trimestre 2014 ;
• L‟acquisition de documentation et livres au profit des établissements de
formation, qui a connu en phase I, la réception de 1.750 livres et en phase II
l‟engagement du marché pour l‟acquisition de 2.000 livres.
398. En matière de renforcement des dispositifs de contrôle des débarquements de
la pêche et concernant la mise en place du corps des inspecteurs de la pêche, Il a
été mis en place, un dispositif opérationnel d‟interventio n (mai 2013). A ce titre, un
guide d‟intervention des inspecteurs a été élaboré et validé avec les secteurs
concernés (MDN, MADR, MICL, MT, MC) et un planning d‟inspection par wilaya a
été établi pour les années 2013 et 2014. Il est à noter aussi l‟install ation des cellules
d‟inspections au niveau des wilayas ainsi que la formation des inspecteurs

399. Concernant l‟organisation des marchés, le secteur a poursuivi l‟exécution du


programme centralisé et décentralisé de la réalisation de (22) halles à marées.
Ainsi, durant l‟année 2013, il a été procédé à :
• la mise en fonctionnement et l‟équipement de cinq (05) halles à marées;
• l‟engagement des marchés pour la réalisation de deux (02) halles à marées ;
• la finalisation de l‟ensemble des études pour les 10 hal les à marrées
décentralisées (la réalisation de ces projets a été retenue au titre du budget
2014).
• l‟engagement des études de cinq (05) halles à marrées ;
400. Dans le cadre de la mise en place d‟un référentiel de gestion et de
fonctionnement des halles à marées, une décision est en cours de signature
conjointement entre le Ministère de la Pêche et des Ressources Halieutiques, le
Ministère des Transports, la SOGEPORTS et les EGPP, pour fixer les modalités
d‟organisation et de fonctionnement des halles à marée réalisées par le Ministère de
la Pêche et des Ressources Halieutiques, dont la gestion sera transférée aux
EGPP.

401. Quant à l‟identification du circuit de commercialisation des produits de la Pêche


et de l‟aquaculture, une enquête nationale a été réalisée en décembre 2012.
L‟objectif global étant une meilleure visibilité du circuit de commercialisation des
produits de la pêche et de l‟aquaculture. L‟enquête a concernée :
• Les ports et sites de débarquement existants (Flottilles, production, inscrits
maritimes, acteurs économiques, superstructures existantes au niveau du port
(complexe sous froid, halles à marrées, etc.) ;
• Les armateurs des pêches (flux de production, prix, rapports commerciaux,
etc...);
• Les mandataires (indentification, fixation des prix, marché, etc.)
• Les grossistes (fournisseurs, prix d‟achat et de vente, grands acheteurs, circuit
de distribution, etc.;
• Les détaillants (Sédentaire et Ambulant) (fournisseurs, prix d‟achat et de vente,
circuit, moyens de distribution, etc.
• Les concessionnaires pour le pêche continentale (commercialisation de produit
aquacole).
Aussi, un projet de décret fixant les conditions d‟exercice de l‟activité de
mandataire-grossiste en produits de la pêche et de l‟aquaculture a été élaboré en
134

concertation avec les représentants de la profession et du Ministère du Commerce.


Le projet est en cours d‟examen au niveau du SGG.

402. Concernant la préservation des milieux aquatiques et des produits, il est à


relever:
• La préparation de la mise en service du Laboratoire National de Contrôle et
d‟Analyse des Produits de la Pêche et de l‟Aquaculture et de la Salubrité des
Milieux, les équipements prévus a ont été réceptionné. Le laboratoire entrera en
activité à partir de février 2014 ;
• La prise en charge par le MATEV et le MRE du dossier relatif à la dépollution de
la Baie de Bou Ismail;
• La mise en place de commissions au niveau des DPRH de Sétif, Mostaganem,
Ouargla, Guelma, Jijel, Relizane, Skikda, Boumerdès, Béchar, Bejaia, Ain Defla,
Tlemcen et Tipasa, chargées du suivi périodique de la salubrité des milieux
aquatiques et des établissements aquacoles et de la traçabilité des intrants ;
• L‟installation officielle du groupe interministériel, chargé de la mise en place d‟un
dispositif national de prévention et de suivi de la salubrité des zones de pêche et
d‟aquaculture ;
• L‟organisation d‟un atelier, sur le projet de mise en place d‟un dispositif national
de suivi et d‟évaluation de la salubrité des zones de pêche et d‟aquaculture, qui
a regroupé plusieurs secteurs ;
• L‟Organisation de l‟opération ports bleus au niveau de l‟ensemble des ports de
pêche des wilayas à façade maritime. Cette opération a touché 34 ports et abris
de pêche, avec 7410 participants et 765 tonnes de déchets récupérés.
403. En matière de dynamisation et des passerelles de coordination intersectorielle,
des mécanismes de coordination intersectorielle ont été également mis en place
avec les départements partenaires, notamment en ce qui concerne :
• la redynamisation du Conseil National Consultatif ;
• la redynamisation du Comité Sectoriel Permanant de la Recherche Scientifique
et du Développement Technologique (CSPRSDT). Des thématiques de recherche
ont été arrêtées comme suit :
• L‟aménagement et développement des pêcheries Algériennes (Atelier prévu en
février 2014) ;
• Le développement de l‟aquaculture continentale et marine (Atelier prévu en mars
2014);
• La Socio-économie des pêches et de l‟aquaculture (Atelier prévu en janvier
2014);
• L‟environnement et qualité des écosystèmes aquatiques (Atelier tenu en
décembre 2013).
• la réactivation et la mise en œuvre de la convention Etat/Entreprise (MPRH -MT-
MTP et la SOGEPORT) (avril 2013) ;
• la création de comités de suivi et de coordination dans chaque port de
pêche (DPRH/EGPP) ;
• l‟établissement par la SOGEPORT d‟un programme d‟investissement d‟urgence
(7,1 Milliards de DA), validé à l‟échelle locale ;
• la mise en place d‟un cadre référentiel de gestion des ports de pêche
(SOGEPORT, Ministères des Transports, des Travaux Publics, CAPA et DPRH) ;
• la prise en charge des contraintes rencontrées par les professionnels à travers la
mise en place de mécanismes de coordination aux plans réglementaires et
opérationnels (MDN/SNGC-MPRH).
404. Dans le cadre de la stratégie de développement intégré et durable de
l‟économie de la pêche et en concertation avec l‟ensemble des acteurs concernés
(Administration partenaires, professionnels et scientifiques), un nouveau Système
135

d‟Accompagnement à l‟Investissement Productif dans les filières de la Pêche et de


l‟Aquaculture « SAIPA » a été mis en place. Il est attendu de cet instrument
d‟orientation et d‟incitation à l‟investissement, la mobilisation des acteurs concernés
(Professionnels, jeunes diplômés, investisseurs, différents dispositifs de soutien et
de financement,…) autour de la nouvelle dynamique de développement du secteur
de la pêche et des ressources halieutiques. A ce titre les actions ci -après ont été
réalisées :
• Révision de la nomenclature des activités éligibles aux différents dispositifs de
financement pour la prise en charge des activités spécifiques au secteur ;
• Signature de convention entre les services du MPRH et le MSNFCF (ANGEM) ;la
BADR ;la CAPA et l‟ADS ;le MTESS (CNAC-ANSEJ).
• Etude du dossier relatif aux assurances pour les différentes activités de la pêche
et de l‟aquaculture, (MPRH-Assurances) ;
• Elaboration d‟une programmation des investissements au niveau local (2014-
2020);
• Elaboration d‟un document-référence SAIPA- système d‟accompagnement à
l‟investissement productif dans les filières de la pêche et de l‟aqu aculture ;
• Organisation d‟une journée nationale pour l‟enrichissement du projet SAIPA avec
les différents intervenants (dispositifs de soutien et de financement,
professionnels) ;
• Organisation de journées locales de vulgarisation et de sensibilisation sur le
SAIPA et de trois (03) journées régionales d‟information sur le SAIPA avec la
participation des différents intervenants (BADR, ANSEJ, ANDPME, CNAC,
ANGEM, Professionnels) au niveau des trois zones : Est, Ouest et Centre.
• Organisation de deux (02) sessions de formation au profit des accompagnateurs
(42 locaux) du SAIPA.
• Diffusion du document-référence SAIPA- système d‟accompagnement à
l‟investissement productif dans les filières de la pêche et de l‟aquaculture ;
405. Pour tous les domaines d‟action précédemment cités une dernière situation
mise à jour en 2018 (DGP, 218) met en exergue les éléments de bilan suivants :

• Sur les 1.269 projets prévus pour 2017 dans le cadre du système d‟accompagnement
à l‟investissement productif dans les filières de la pêche et de l‟Aquaculture (SAIPA),
900 projets d‟investissement ont été réalisés (Acquisition de petits métiers, industrie
de pêche, aquaculture, points de vente …), portant le nombre total de projets réalisés
à 2.200 projets sur 5.000 prévues à 2020 ;
• 283 demandes d‟investissement déposées pour l‟aquaculture dont 50 projets en
exploitation.
• 08 campagnes scientifiques d‟évaluation en mer (démersales et écosystémique)
réalisées, à travers le bateau scientifique « Belkacem Grine »
• + 50.000 diplômes et attestations attribués (Formation initiale et classes spéciales)
depuis 2000, dont plus de 5.000 en 2017.
3.4. Sources, niveau de financement et tendances pour le développement agricole

406. Pour la période 2000-2010 un total de près de 1.284 Milliards de Dinars a été consenti
et inscrit au budget du Ministère de l‟agriculture et du développement rural (cf. tableau 48).
Le soutien direct aux exploitations agricoles et aux revenus des agriculteurs avait atteint 488
Milliards de Dinars, montant inférieur à celui consacré à la protection du pouvoir d‟achat des
consommateurs évalué lui à 495 milliards de Dinars. Le reste de l‟enveloppe (2/10èmes) se
partageait entre les dépenses d‟équipement des organismes publics du secteur et les
dépenses de fonctionnement.
136

Tableau 48 : Evolution des budgets alloués au MADR de 2000 à 2010

Année Budgets alloués


Equipement Fonctionnement Soutien aux Protection du Total
exploitations pouvoir d‟achat
2000 9.702 6.897 35.540 52.139
2001 11.622 7.915 24.726 44.263
2002 10.670 8.025 26.916 45.611
2003 9.393 8.553 49.638 67.584
2004 11.265 9.135 55.986 76.386
2005 10.888 9.306 56.109 76.303
2006 47.947 10.356 60.394 11.300 129.997
2007 13.202 11.605 45.829 11.300 81.936
2008 9.025 17.936 72.877 184.400 284.238
2009 17.436 18.158 16.701 192.223 244.438
2010 21.115 20.604 43.685 96.151 181.555
Total 172.175 128.490 488.401 495.374 1.284.440
Source : MADRP

407. A l‟occasion de la tenue de la Conférence Nationale du Renouveau CNR 2009, il est


annoncé que 200 Milliards de Dinars/an (soit l‟équivalent de 3 Milliards de dollars/an) de
soutiens seront consacrés au Programmes quinquennal 2010-2014. Il est attendu ainsi un
effet levier pour l‟accroissement des investissements privés dans le cadre de la
modernisation des filières et des territoires ruraux.
408. Par contre, seulement 272 milliards de Dinars de soutiens destinés aux exploitations
agricoles et à la protection des revenus des exploitants auront réellement été consommés de
2000 à 2011, représentant seulement un peu plus de la moitié de l‟enveloppe allouée (cf.
figure 12). Selon (le MADRP, 2018) 448.000 exploitations ont été touchées soit un ratio de
50.500 DA /exploitation/an (équivalent à 360 euros).
137

Figure 15 : Matrice financière projetée pour le renouveau agricole et rural

409. Comparativement, en 2007, les soutiens moyens accordés aux exploitations


européennes dans le cadre de la P.A.C, étaient de 27.000 euros/exploitation/an (43.000
euros pour les céréaliers). Même si le soutien qu'apporte l'UE aux agriculteurs a
sensiblement diminué ces 20 dernières années, sur la période 2008-2010, il représentait
22% des recettes annuelles totales des agriculteurs, contre 39% par an pour la période
1986-88. Ces soutiens restent largement supérieurs au niveau de soutien des agriculteurs
en Algérie. Rapportés à l‟hectare, ils sont de 20 euros /ha contre 288 euros pour l‟UE.
138

Graphique n°41 : Soutiens consommés destinés aux exploitations agricoles et à la


protection des revenus des exploitants (en millions de DA)

Source : MADRP, 2015

410. La consommation des soutiens accordés à la protection du pouvoir d‟achat des


consommateurs a été, quant à elle, plus importante rapportée aux allocations de ressources
puisqu‟elle a atteint 480 milliards de Dinars sur la période 2000-2011. En définitive, elle a été
deux fois plus importante que celle des soutiens aux producteurs et a représenté un montant
de soutien moyen de 7.600 DA/ménage/an.
3.5. Sources, niveau de financement et tendances pour le développement rural

411. Le montant total des financements engagés dans les programmes du renouveau rural
ont atteint 137 milliards de Dinars dont 107 milliards de Dinars ont été réellement
consommés soit 78% (cf. tableau 49).
Tableau 49 : Montant des engagements et consommations cumulés
des soutiens au renouveau rural (en Millions de DA)

Programme Montant de l'AP finale Engagements Paiements


Equipement 77.992 55.331 45.997
*FNDR Ligne 1 25.908 18.970 14.232
**FNDR Ligne 2 65.444 59.516 44.860
***FNDR Ligne 3 13.250 3.819 2.830
Total FNDR 104.602 82.305 61.922
Total investissement 182.594 137.636 107.919
*Ligne 1 : Lutte contre la désertification et le développement du pastoralisme et de la steppe
**Ligne 2 : développement rural et mise en valeur des terres par la concession.
***Ligne 3 : soutien aux petits éleveurs et petites exploitations agricoles.
139

412. L‟ensemble de ces financements, principalement mobilisés au titre du budget


d‟équipement et du fonds national de développement rural, auront permis la réalisation de
12.000 PPDRI soit une moyenne de 9 millions de Dinars par projet et 9.500DA /ménage rural
touchés.
4. Objectifs et programmes pour les ressources en eau

413. En matière d‟eau, les pouvoirs publics ont davantage opté pour une politique de l‟offre
que pour une politique tendant à agir sur la demande. De grands programmes de
mobilisation des ressources ont été menés depuis les années quatre-vingt pour satisfaire
prioritairement l‟alimentation en eau potable et, en seconde priorité, l‟agriculture. De 2009 à
2012 a été élaboré un plan national de l‟eau (PNE) qui trace la stratégie en matière
hydraulique jusqu‟en 2030.
4.1. Les résultats des politiques de l’eau jusqu’en 2015.
414. Après avoir connu de grandes pénuries d‟eau, autant en matière d‟eau potable qu‟en
matière d‟irrigation, dans les années quatre-vingt à deux mille, l‟Algérie s‟est lancé dans une
série de réalisations d‟infrastructures hydrauliques (barrages, forages, adductions, réseau
d‟assainissement,…) qui lui ont permis d‟assurer, aujourd‟hui, pour une grande partie de la
population, un approvisionnement relativement correct en eau potable des villes et du milieu
rural et une augmentation substantielle des superficies irriguées.

4.1.1. La mobilisation des eaux de surface : les barrages.

415. Le nombre de grands barrages construits est passé de 14 en 1962 à 75 en 2015 (cf.
graphique ci-dessous), une cinquantaine étant prévus en réalisation entre 2015 et 2030. On
constate une nette accélération des réalisations à partir des années quatre-vingt, années
durant lesquelles de grandes pénuries d‟eau potable se font sentir dans toutes les grandes
villes du pays et aussi dans les grands périmètres irrigables.

Graphique n°42 : Evolution du nombre de barrages de 1962 à 2015

Source : MRE
416. Entre 2000 et 2015, le volume d‟eau régularisé par ces barrages est passé de 1,6 à 5
milliards de mètres cubes et atteindra 5,5 milliards de mètres cubes en 2020. Quant aux
petits barrages et retenues collinaires, leur volume régularisable est passé de 0,2 à 0,5
milliard de mètres cubes.

4.1.2. La mobilisation ses eaux souterraines : les forages et les puits.


417. Les infrastructures pour l‟exploitation des eaux souterraines comptent 23.000 forages et
60.000 puits, portant les ressources souterraines mobilisées en 2012 à partir des nappes
renouvelables du nord et des nappes fossiles du Sud à 4,4 milliards de m3.
140

4.1.3. La mobilisation des ressources hydriques non conventionnelles


4.1.3.1. Le dessalement des eaux de mer.
418. Outre les barrages et les retenues collinaires, l‟Algérie a réalisé des infrastructures de
dessalement de l‟eau de mer. En 2016, il existait 13 grandes stations de dessalement d‟une
capacité totale de production de 2,3 hm3/jour (dont celle d‟Oran d‟une capacité de 5000
m3/j), dont 11 grandes stations d‟une capacité de 2,21 hm3/jour ont été mises en service,
correspondant à la production de 806,6 hm3/an. L‟objectif stratégique de ce programme,
est d‟atteindre la sécurisation de l‟alimentation en eau potable (AEP) des populations des
grandes villes côtières, et la réaffectation des eaux de barrages de l‟Atlas Tellien à l‟irrigation
et au transfert vers les plaines intérieures et les Hauts Plateaux.
4.1.3.2. L’épuration des eaux usées pour l’irrigation.
419. Pour ce qui est de leur épuration, ces eaux sont traitées par 171 stations d‟épuration (il
n‟en existait que 10 en l‟an 2000) ayant une capacité d‟épuration de 900 hm3/an. Si 94% de
la population sont équipés en assainissement, (y compris sous forme d‟assainissement
autonome : puits perdus, fosses septiques, etc..), 40% seulement sont raccordés aux
stations d'épuration. L'objectif ciblé est de relever ces taux à 100% au niveau national à
l'horizon 2030 afin de garantir la protection des ressources en eau, la réduction des maladies
à transmission hydrique et d‟éviter la pollution des eaux marines du littoral.
420. L‟utilisation des eaux usées épurées pour l‟irrigation n‟en est qu‟à ses balbutiements.
Avec une production d'eaux usées estimée à 1,2 milliards m3/an et une capacité de
traitement de 0,8 milliards de m3, l'Algérie réutilise aujourd'hui seulement 0,1 Milliard de
m3/an. Cela est dû à trois facteurs. Le premier se trouve dans les conditions drastiques
imposées par la réglementation à l‟utilisation des eaux usées épurées, conditions qui ne sont
pas encore remplies par beaucoup de stations d‟épuration. Le deuxième facteur est
l‟absence de terrains irrigables en aval des stations d‟épuration. Le troisième est le coût
prohibitif de l‟amenée vers des terrains irrigables en amont des stations d‟épuration.
4.2. Les réseaux d’adduction d’eau potable et les grandes adductions de
transfert.
421. L‟infrastructure des réseaux d‟adduction d‟eau potable atteint un linéaire de 112.000 km
en 2015 pour alimenter 98% de la population du pays, mais avec des pertes encore
importantes (30%, soit plus d‟un milliard de mètres cubes) dont on prévoit la diminution à
20% en 2020 (cf. tableau 50).
422. Pour ce qui est des grandes adductions, la plus gigantesque est celle qui conduit les
eaux souterraines de la région d‟Aïn Salah à Tamanrasset sur une distance de 750 km et un
dénivelé ascendant d‟environ 1.000 mètres. Elle couvre les besoins en eau potable, estimés
à 50.000 m3/j, de l‟agglomération de Tamanrasset et de ses environs ainsi que des projets
de centres de vie situés sur le tracé. A l‟horizon 2040, le projet débitera 100.000 m3/jour. Il
comprend, en outre, la réalisation de 48 forages en deux phases, 6 stations de pompage,
une adduction en double canalisation de 1.258 km, un réseau de collecte d‟eau de 100 km.
Enfin, les travaux portent sur l‟édification de 8 réservoirs châteaux d‟eau, un réservoir de tête
de 50.000 m3, un réservoir terminal de même capacité, ainsi qu‟une station de
déminéralisation de 100.000 m3/jour, l‟eau étant relativement salée.
423. De 2005 à 2015, outre le projet Aïn Salah-Tamanrasset, six grands transferts ont été
réalisés. D‟autres adductions sont prévues pour alimenter les Hauts Plateaux avec les eaux
des nappes sahariennes (nappes du Continental intercalaire et albienne) et pour alimenter
les plaines intérieures avec les eaux des barrages telliens.
424. Malgré toutes les réalisations de mobilisation des eaux, il y aurait plus de 14 millions de
citoyens qui souffriraient du manque d‟eau potable (Aghilès, 2017) et il est même prévu une
diminution de la dotation moyenne par habitant de 180 litres par personne et par jour en
2015 à 150 litres en 2020 (cf. tableau 50).
141

Tableau 50 : Alimentation en eau potable73


AEP 2012 2015 Prévisions
2020
Population (Millions d’habitants) 37.1 39,5 42
Dotation moyenne (l/j/hab.) 175 180 150
Demande AEP (Hm3/an) 3.300 3.200 3.200
Linéaire total des réseaux (km) 105.000 112.000 116.000
Taux de raccordement (moyenne 95% 98% 98%
nationale)
Production moyenne (Hm3/an) 3.000 3.600 3.600
Pertes globales 35% 30% 20%
Source : MRE
4.3. Les infrastructures d’assainissement.
425. Les infrastructures hydrauliques comprennent aussi les réseaux d‟assainissement et les
stations d‟épuration des eaux usées. Pour ce qui est de l‟infrastructure des eaux usées, le
réseau de collecte en 2015 est de 43.000 km (avec une prévision d‟extension à 70 000 km
en 2020), le taux de raccordement des logements étant de 87% (cf. tableau 51).
Tableau 51 : Situation de l’assainissement 74
ASSAINISSEMENT 2015 Prévisions 2020
Linéaire du réseau (km) 43.000 70.000
Taux de raccordement 87% 94 %
Volumes rejetés (Hm3/an) 1.200 1.500
Nombre de STEP en exploitation 171 200
Capacité théorique d’épuration (hm3/an) 900 1.300
Capacité d’épuration en Millions Equivalent- 12,4 18
Habitant)
% Capacité épuration / rejets 75% 86%
Source : MRE

4.4. Les infrastructures d’hydraulique agricole.


426. L‟amélioration de la sécurité alimentaire du pays est en grande partie due aux efforts
faits par les pouvoirs publics depuis les années quatre-vingt en matière de développement
des infrastructures d‟hydraulique agricole.
427. En l‟espace de 15 ans (2000-2016), les superficies irriguées ont été multipliées par 2,3,
un effort particulièrement important ayant été fait pour ce qui concerne les techniques
d‟irrigation économes en eau (Cf. tableau 52 et graphique 43).
Tableau 52 : Evolution des superficies irriguées (en hectares)
Années Gravitaire Aspersion Goutte à Total
Goutte
(localisée)
Année 2000 275.000 70.000 5.000 350.000
Année 2005 524.503 153.006 147.697 825.206
Année 2010 573.667 211.594 196.475 981.736
Année 2016 621.000 388.000 251.000 1.260.000
Facteur de multiplication (2000-2016) 2,3 5,5 50,2 3,6
Source : MADRP

73
Les statistiques hydrauliques ne différencient pas zones rurales et zones urbaines en matière d‟AEP
74
Les statistiques hydrauliques ne différencient pas les zones rurales des zones urbaines.
142

Graphique n°43 : Evolution des superficies irriguées de 2000 à 2016

428. Les grands périmètres irrigués ont été aménagés surtout dans les années 2000 à 2015
(cf. tableau 53). Tous les grands périmètres (sauf ceux du Sahara) souffrent du manque
d‟eau. Ainsi, durant la campagne d‟irrigation de 2017, les périmètres de l‟Oranie n‟ont reçu
que 74,5% des volumes souscrits par leurs gestionnaires, ceux de la vallée du Chélif que
76%, ceux de l‟Algérois que 68,2% et ceux du Constantinois que 83,3%.
Tableau 53 : Les grands périmètres irrigués par période de mise en exploitation
Avant 1962 à 1999 à 2013-2015 Total
1962 1999 2012
Nombre de périmètres 7 9 18 7 41
En % 17% 22% 44% 17% 100%
Extensions périmètres 1 1 4 6
existants
Superficies équipées en Ha 105.500 50.750 75.442 55.356 287.048
En % 37% 18% 26% 19% 100%
Source : ONID

4.5. La stratégie des ressources en eau jusqu’en 2030 et le plan 2015-2019.


429. Le Ministère des Ressources en eau a fait réaliser une étude de 2009 à 2011 dont le
but était de produire un plan national de l‟eau (PNE) couvrant la période 2009-2030. Ce plan
comprenait une évaluation et une confrontation de l‟offre et de la demande en eau sur la
période 2015-2030 pour les différents besoins et pour les différentes régions du pays. Sur
cette base, il a défini des programmes d‟aménagements hydrauliques à entreprendre aux
différents horizons 2015-2020-2025-2030 sur les territoires des cinq agences de bassins
hydrauliques créées en 2005 (ABH Oranie-Chott Chergui, ABH Chélif-Zahrez, ABH Algérois-
Soummam-Hodna, ABH Constantinois-Medjerda-Mellègue et ABH Sahara).
430. Le PNE vise plusieurs objectifs à l‟horizon 2030 :
- Economie de l‟eau par les moyens de réhabilitation des réseaux d‟eau potable,
des réseaux d‟assainissement et d‟irrigation,
- Meilleure valorisation de l‟eau par l‟adoption de techniques d‟irrigation économes
en eau,
- Amélioration des services publics de l‟eau.
143

4.5.1. La stratégie des ressources en eau jusqu’en 2030.


431. En 2030, la stratégie prévoit que les infrastructures hydrauliques réalisées devront
sécuriser la couverture des besoins en eau potable, industrielle et agricole à travers la
mobilisation des eaux conventionnelles et non conventionnelles « grâce, notamment, à la
constitution de réserves stratégiques dans des barrages de grande capacité » (MRE, 2015).
432. Les infrastructures formeront trois grands systèmes hydrauliques régionaux :
- Le système hydraulique de l‟Ouest alimentera les pôles de consommation urbaine et
industrielle (Oran-Arzew) ainsi que les grands périmètres d‟irrigation de la région. Les eaux
proviendront des bassins versants des oueds Tafna, Mactaa et Chéliff aval ainsi que des
eaux non conventionnelles : unités de dessalement de Mactaa (500 000 m3/jour) et Kahrama
(100 000 m3/jour) et stations d‟épuration des eaux usées des grandes villes de la région ;
- Le système hydraulique du Centre - dont les ressources hydriques proviennent des
écoulements des oueds Isser et Sebaou (régularisés par les barrages de Taksebt, Keddara,
Koudiat Acerdoune et Souk Tlata), des usines de dessalement, des stations d‟épuration ainsi
que des nappes souterraines Ŕ alimentera Alger et les villes de la région ainsi que les
irrigations de la Mitidja.
- Le système hydraulique de l‟Est (comprenant le grand barrage de Beni Haroun, mais
aussi les eaux non conventionnelles) alimentera Constantine et les agglomérations des
wilayas de Batna, Oum El Bouaghi et Khenchela.ainsi que les périmètres d‟irrigation
aménagés sur les Hautes Plaines Constantinoises.
433. A ces trois systèmes, il faut ajouter le système hydraulique saharien qui comprend un
certain nombre de barrages construits sur les oueds endoréiques de l‟Atlas Saharien et,
surtout, les deux grandes nappes quasiment fossiles qui forment le système aquifère du
Sahara Septentrional (le Continental Intercalaire [CI] et le Complexe Terminal [CT]). Les
eaux sahariennes alimentent les villes des Oasis, servent aux forages pétroliers et à une
agriculture qui s‟est développée de manière spectaculaire depuis une trentaine d‟années.
Malgré le développement rapide des techniques d‟irrigation économes en eau, et à cause du
faible renouvellement dû à une pluviométrie insuffisante, ces nappes s‟épuisent
progressivement. D‟après l‟Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS), 60% des
prélèvements ne sont pas compensés par une recharge. Depuis les années soixante, puits
et forages se sont multipliés faisant passer les retraits de 0,5 km3 en 1960 à 2,75 km3 en
2010 (Magdelaine, 2018). La surexploitation des nappes fossiles est due en grande partie au
fait que l‟eau puisée est gratuite : il suffit aux agriculteurs de l‟extraire (ce qui a, certes, un
coût, mais négligeable par rapport aux bénéfices engendrés par son utilisation).
4.5.2. Le plan 2015-2019.
434. Le Ministère des ressources en eau a tracé les axes stratégiques du plan 2015-2019 en
se conformant au contenu du Plan National de l‟Eau (PNE).
435. Le premier axe consiste en la poursuite et la consolidation de la mobilisation des
ressources en eau conventionnelles et non conventionnelles pour approvisionner en priorité
les zones déficitaires (équité territoriale) et les Hauts Plateaux.
436. Le deuxième axe vise la réhabilitation, la modernisation et l‟extension des systèmes
d‟irrigation des grands périmètres irrigués (GPI) et de la petite et moyenne hydraulique
(PMH) pour « soutenir la stratégie de sécurité alimentaire ». Cet axe doit se traduire par
l‟aménagement d‟un million d‟hectares irrigués (cf. tableau 54), ce qui portera la superficie
totale irriguée à 2,2 millions d‟hectares.
144

Tableau 54 : Réalisations de superficies irriguées de 2015 à 2019 (ha)


Programme MRE Programme MADRP Total
Réalisé 47.000 79.500 126.500
Grands périmètres irrigués (GPI) 329.000 329.000
Concessions agricoles 283.000 283.000
Petite et moyenne hydraulique (PMH) 261.500 261.500
Total 376.000 624.000 1.000.000
Source : MADRP et MREE

437. Le troisième axe s‟articule autour de la réhabilitation et l‟extension des systèmes d‟AEP,
d‟assainissement et de protection contre les inondations. Le plan 2015-2019 prévoit la
réalisation de 17 stations de traitement, 103 stations de pompage, 136 réservoirs, 10.000 km
de conduites et la réhabilitation de 20.000 km de conduites. Il prévoit aussi la réalisation de
60 stations d‟épuration et de lagunes d‟une capacité de 4 millions équivalents habitants
438. Le quatrième axe concerne la mise en œuvre d‟une gestion patrimoniale des
infrastructures hydrauliques pour assurer leur durabilité et optimiser la performance des
opérateurs de gestion de l‟eau.
439. Enfin, un cinquième axe vise à consolider la gouvernance de l‟eau à travers des
mesures institutionnelles d‟accompagnement englobant le cadre juridique et le dispositif
organisationnel. En ces deux derniers domaines, on remarquera que ni le plan 2015-2019, ni
le PNE ne mentionnent l‟éventualité d‟une gestion de l‟eau par la demande.
4.6. Les ressources financières consacrées à l’eau
440. Les ressources financières consacrées à l‟eau et à l‟assainissement proviennent
principalement du budget d‟équipement du MREE financé par l‟Etat. Cependant, les
particuliers (agriculteurs, industriels) investissent aussi dans la mobilisation des ressources
en eau. Bien qu‟aucune donnée n‟existe sur les montants de ces investissements privés, on
peut penser qu‟ils consistent surtout en réalisation de forages et de puits pour l‟irrigation et
en équipements d‟irrigation. En outre, les dépenses des compagnies pétrolières en forages
hydrauliques pour leurs besoins d‟exploitation doivent avoir une certaine importance, mais
ne sont pas connues.
441. Pour ce qui est des dépenses du budget d‟équipement du MREE, elles se sont montées
à 2.464 milliards de dinars durant les onze années entre 2006 et 2016, soit environ 224
milliards par an. Le plus gros des dépenses concerne les adductions et les réseaux d‟eau
potable ainsi que la construction des barrages et les réseaux d‟assainissement (cf.
graphique ci-dessous). Il faut noter qu‟aucun financement extérieur n‟a été mobilisé par le
pays pour le domaine de l‟hydraulique.
145

Source : MRE

5. Objectifs et programmes de l’industrie agroalimentaire


442. Le poids du secteur agro-alimentaire est très important au sein de l‟économie pour au
moins trois raisons qui justifient que l‟on s‟y intéresse lorsque l‟on évoque la question de la
sécurité alimentaire et nutritionnelle :
- les dépenses agro-alimentaires représentent encore plus de 40% du budget des
ménages dépenses alimentaires. La dernière enquête de l‟ONS sur la
consommation effectuée en 2011 estime les dépenses de consommation
alimentaire des ménages à 1.875 milliards DA, en forte progression par rapport aux
résultats de l‟enquête précédente réalisée en 2000 qui les évaluait à 683 milliards
de DA.
- le fonctionnement du secteur est à l‟origine, bon an mal an, de 20 à 30% des
importations parce qu‟il est faiblement connecté à l‟amont agricole et externalisé
puisque largement basé sur l‟importation de matières premières.
- son débouché quasi unique est le marché local même si celui-ci souffre d‟une
absence de régulation.
443. De plus, le secteur agroalimentaire domine le secteur industriel national. Selon le
dernier recensement économique de 2011, le secteur des IAA regroupe 22.853 entreprises
privées, 294 entreprises publiques et 55 entreprises à capitaux mixtes, soit un total de
23.202 établissements industriels. A cet effectif, il faudrait ajouter les 417 entreprises
relevant de la branche de la fabrication des boissons (sodas, limonades, jus et eaux
minérales) dont 399 sont de statut privé, 16 de statut public et 2 de statut mixte75.
444. On estime qu‟il offre plus de 150.000 emplois, soit 40% de la population active
industrielle et qu‟il contribue à hauteur de 45% du chiffre d‟affaires du secteur industriel avec
plus de 800 milliards de Dinars (soit près de 10 milliards d‟US$) et à hauteur de 33% de la
valeur ajoutée du secteur industriel. Quatre filières (meunerie, lait et produits laitiers, eaux et
boissons non alcoolisées) prédominent avec plus de 50% des activités agroalimentaires.
445. Comparativement aux pays de la région Afrique du Nord, le marché domestique des
produits agroalimentaires est le second en volume derrière le marché égyptien mais il est le
plus dynamique en termes de taux de croissance. C‟est aussi le marché dont le niveau
d‟approvisionnement par les importations de matières premières comme de produits finis est
le plus important. Il faut souligner que le volume et la valeur des importations de produits

75
ONS. Résultats définitifs. Recensement économique. Phase 1. 2011.
146

finis sont l‟indice des opportunités qu‟il offre en matière d‟investissement dans des créneaux
inexploités jusqu‟ici.
5.1. Politique et stratégie pour l’industrie agroalimentaire

446. Malgré ces prédispositions, le secteur n‟a pas encore fait l‟objet d‟une stratégie claire de
la part des pouvoirs publics qui semblent toujours hésiter sur l‟approche à adopter :
s‟appuyer sur les entreprises du secteur public ? Ou sur celles du secteur privé ? Ou les
deux ? Privilégier certaines filières ? Libérer entièrement l‟initiative des investisseurs
potentiels ?
447. Pourtant, le secteur des IAA a été le premier ciblé lors de la première vague de
privatisation des entreprises publiques autorisées par les lois sur les capitaux marchands de
1988 qui ont conduit à la transformation des entreprises publiques économiques (EPE) en
sociétés par actions, puis à la constitution de Sociétés de Gestion des Participations de l‟Etat
(SGP). Les premières privatisations les concernant ne démarreront qu‟en 1999 mais de
manière lente et hésitante puisque la plupart d‟entre-elles continuent d‟exister bien qu‟elles
aient perdu beaucoup de parts de marché au profit des entreprises privées.

448. Il a fallu attendre mars 2010 pour que se tiennent les premières assises nationales des
industries agro-alimentaires, organisées par le Ministère de la PME et de la Promotion de
l‟Investissement (MIPMEPI). A l‟occasion de ces assises, six objectifs stratégiques avaient
été proposés pour le développement du secteur des IAA à l‟horizon 2014 :
- Accroître la contribution des IAA au PIB industriel : un plan de relance concerté du
secteur devant permettre, notamment grâce à des actions sur la productivité et la
rentabilité de l‟industrie, de faire passer la contribution du secteur de 54% à 60% du
PIB industriel ;
- Diversifier le tissu des IAA, notamment par la création de nouvelles entreprises au
sein de technopoles, visant la création d‟un grand nombre d‟emplois
supplémentaires ;
- Intégrer la production nationale pour réaliser une substitution aux importations, en
améliorant notamment la pratique contractuelle entre les IAA et les producteurs
agricoles
- Mettre à niveau les IAA par l‟adoption des normes internationales, cet objectif
ciblant aussi bien l‟entreprise que son environnement administratif (normes et
contrôle), technique (chaîne du froid notamment) et de conseil aux entreprises.
- Renforcer les capacités d‟exportation des IAA, notamment par l‟adaptation des
produits
- Renforcer les compétences managériales et qualifier les ressources humaines.
449. Le document élaboré pour définir la stratégie de développement des IAA constitue
plutôt un cadre d‟orientation puisqu‟il se limite à l‟identification d‟une liste de cinquante
actions considérées comme prioritaires. Il donne plus de détails à travers des fiches
d‟orientation pour dix-sept de ces cinquante actions pour lesquelles des indicateurs de court
terme sont précisés à l‟horizon 2014. Ces dix-sept fiches portent sur la mise en place
d‟instruments de pilotage et de régulation et sur les mesures visant l‟amélioration de la
compétitivité.

5.2. Programmes, activités de mise en œuvre et outils pour le secteur


agroalimentaire
450. L‟action des pouvoirs publics au profit du secteur industriel dans son ensemble est
engagée en référence aux dispositions de la Loi n°01-118 du 12 décembre 2001 portant
orientation de la promotion de la petite et moyenne entreprise, Loi qui va faciliter quelque
147

peu l‟essor des PME dans tout le pays. Déjà, dans le cadre du PSCE (2005-2009), un
programme spécifique à l‟industrie était intégré avec un budget de 13,5 milliards DA soit
0,32% du total de l‟enveloppe du PSCE. Ce programme prévoyait de :
- soutenir la valorisation et l‟amélioration des instruments de régulation et de
développement de la propriété industrielle ainsi que la normalisation et la métrologie,
- d‟aider à la mise en place du système d‟informations industrielles,
- de développer des actions pour améliorer la compétitivité des entreprises
industrielles.

451. La relance de la production industrielle et le soutien aux PME seront encore inscrits
parmi les priorités du programme quinquennal 2010-2014 qui réservera une enveloppe
globale de 2.000 milliards de DA au développement industriel et à la modernisation des
entreprises publiques (soit 9% du budget du quinquennal). En outre, le programme consacre
une enveloppe de plus de 350 milliards de DA pour la création de l‟emploi par le soutien à la
création des micros entreprises et le financement des dispositifs de l‟emploi. L‟objectif final
ciblé par l‟action des pouvoirs publics était l‟augmentation de la part de l‟industrie dans le PIB
qui devait atteindre 10% en 2014.

452. Afin d‟atteindre cet objectif, l‟Etat a mis en place ou renforcé un ensemble de structures
et de dispositifs destinés à promouvoir et à soutenir l‟investissement industriel. Il s‟agit, en
particulier de :
- l‟Agence Nationale de développement de l‟investissement (ANDI),
- l‟Agence Nationale d‟Intermédiation et de Régulation Foncière
- le Comité d‟Assistance à la Localisation et à la Promotion de l‟Investissement et de
Régulation Foncière (CALPIREF),
- l‟Agence Nationale de Développement de la PME (ANDPME)
- Le Fonds de Garantie des crédits aux PME (FGAR)

453. L‟Agence Nationale de développement de l‟investissement a été créée après dissolution


de l‟Agence de Promotion, de Soutien et de Suivi de l‟Investissement (APSI) datant de 1993
dans le cadre des premières réformes. L‟ANDI qui lui succède à partir de 2001, aura les
mêmes missions : faciliter, promouvoir et accompagner l‟investissement en aidant
l‟investisseur à bénéficier de toutes les dispositions prévues par le dispositif mis en place
(avantages fiscaux et douaniers, crédits à taux bonifiés, accès au foncier industriel, …).

454. L‟Agence Nationale d‟Intermédiation et de Régulation Foncière créée par le Décret


Exécutif n°7-119 du 23 avril 2007, modifié par le Décret Exécutif n°12-126 du 19 mars 2012.
L‟Agence doit assurer la gestion, la promotion, l‟intermédiation et la régulation du foncier et
de l‟immobilier relevant du domaine privé de l‟Etat situés dans les zones industrielles, les
zones d‟activités ou tout espace destiné à l‟activité économique. A cet effet, elle doit mettre
en place une banque de données de l‟offre foncière et immobilière nationale destinée à
l‟activité économique qu‟elle exploitera en vue de faciliter l‟accès des porteurs de projets au
foncier industriel par la diffusion de l‟information sur les disponibilités à travers l‟ensemble
des wilayas.

455. Les CALPIREF créés au niveau des wilayas par le Décret exécutif n°07-120 du 23 Avril
2007. Ils se prononcent sur l‟éligibilité des dossiers de demande de foncier à des fins
d‟investissement et assistent les investisseurs dans leurs choix tout comme ils peuvent
proposer la création de zones industrielles.

456. L‟ANDPME créée par le Décret Exécutif n° 05-165 du 03 mai 2005 pour mettre en
œuvre et assurer le suivi de la stratégie sectorielle en matière de promotion, de
développement et de mise à niveau de la PME. Elle est également chargée de suivre la
démographie des PME, de réaliser des études de filières et de publier des notes de
conjoncture périodiques.
148

457. Le FGAR a été créé pour faciliter l‟accès des PME aux financements bancaires lors du
lancement de projets de création ou d‟extension d‟activité, en accordant des garanties de
crédits aux banques, à l‟effet de compléter le montage financier des projets. Il appuie les
investissements non-inscrits dans les dispositifs existants (ANGEM, ANSEJ, CNAC) de
création et d‟extension d‟activité de PME. Au niveau de chaque wilaya, il s‟appuie sur les
Directions chargées des PME où il dispose d‟un représentant.

458. Quatre autres dispositifs sont mis en place pour favoriser la création des petites
entreprises industrielles tout en ciblant prioritairement la lutte contre le chômage. Ils sont mis
sous la tutelle d‟autres ministères mais doivent s‟inscrire dans la stratégie industrielle
nationale. Il s‟agit de :
- Le dispositif CNAC (Caisse Nationale D'Assurance Chômage),
- Le dispositif ANSEJ (Agence Nationale de Soutien à l'Emploi des Jeunes)
- Le dispositif CGCI-PME (Caisse de Garantie des Crédits d‟Investissement des PME)
- L‟Agence Nationale de Gestion du Micro-crédit (ANGEM)

459. La CNAC, a été créée en 1994 pour réduire les effets négatifs sur le plan social des
vagues de licenciements induites par le plan d‟ajustement structurel. Elle s‟est vu confier une
nouvelle mission d‟aide à la création d‟activités pour les chômeurs porteurs de projets et
âgés de 35 à 50 ans.

460. L‟ANSEJ, créée en 1996, a pour objet l‟accompagnement à la création d‟entreprise par
les jeunes chômeurs âgés de 19 à 35 ans porteurs d‟idée de projet. Elle prend donc en
charge les tranches d‟âge de chômeurs non concernées par le dispositif soutenu par la
CNAC. Ses missions consistent à assurer une assistance et un encadrement de proximité du
porteur de projet, à lui apporter une aide financière directe et à l‟appuyer pour l‟obtention de
crédits bancaires tout en lui prodiguant une formation en matière de gestion.

461. La CGCI-PME a pour mission de soutenir la création et le développement de PME en


lui facilitant l'accès au crédit bancaire en partageant le risque bancaire avec les banques par
la couverture des risques de non remboursement des crédits d'investissement consentis aux
PME. Elle complète dans ce domaine les dispositifs existants tels que le FGAR.

462. L‟ANGEM a été créée par le décret exécutif n° 04-14 du 22 Janvier 2004. Son objectif
global est de contribuer à la lutte contre le chômage et la précarité dans les zones urbaines
et rurales en favorisant l‟auto-emploi, le travail à domicile et les activités artisanales et de
métiers, en particulier au profit des femmes. Elle accompagne les bénéficiaires du micro-
crédit dans la mise en œuvre de leurs activités et les assiste en cas de besoin, auprès des
institutions et organismes concernés par la mise en œuvre de leurs projets

463. Par ailleurs, les pouvoirs publics ont mis à la disposition des PME un ensemble de
programmes d‟appui destinés à améliorer leur compétitivité. Il s‟agit des programmes
suivants :
i. Le programme pilote de mise à niveau, élaboré par l‟ONUDI en 1998 et mis en œuvre
par le ministère de l‟Industrie et de la Restructuration. Il comprenait cinq
composantes parmi lesquelles on retiendra le programme pilote d‟appui à la
restructuration, la mise à niveau et l‟amélioration de 48 entreprises algériennes.
ii. le Programme National de l‟Amélioration de la compétitivité industrielle qui avait pour
objectifs d‟améliorer le potentiel de l‟entreprise industrielle de plus de 20 salariés et
de renforcer sa compétitivité. Il était prévu pour se dérouler en deux phases : une
phase Diagnostic et une phase Plan. De janvier 2002 au 31 décembre 2005, ce
programme a permis de réaliser, au profit des PME, 218 phases de Diagnostic et de
proposer 93 plans de mise à niveau. Il a, en outre permis à 4 entreprises d‟obtenir
une certification ISO 14000
149

iii. Le programme d‟appui au développement des PME/PMI privées, bénéficiant d‟un


cofinancement de l‟Union Européenne dans le cadre du partenariat Euro-
Méditerranéen. Démarré en juillet 2002, il s‟est achevé le 31 décembre 2007.
L‟objectif du programme de mise à niveau EDPME était l‟amélioration significative de
la compétitivité des PME algériennes en les alignant sur les standards internationaux
d‟organisation et de gestion. Ce programme a permis la mise à niveau de 445 PME
industrielles privées.
iv. le Programme National de Mise à Niveau de la PME, initié par le ministère de la PME
et de l‟Artisanat et lancé en février 2007 pour une période de six ans, avec l‟objectif
d‟aider à la mise à niveau de 6.000 PME.
v. Le programme d'appui aux PME/PMI et à la maîtrise des technologies de l'information
et de la communication (PME II) cofinancé également par l‟Union Européenne et
engagé en mars 2008. Ce nouveau programme s‟inscrit dans la continuité des
activités déjà entamées dans le programme EDPME précédent, mais avec un
meilleur ciblage des PME à accompagner.

464. La croissance des IAA (5,5% par an en moyenne) s‟est poursuivie tout au long des
deux dernières décennies du fait d‟un investissement soutenu du secteur privé qui
représentait en 2010 plus de 84% de la production malgré un contexte agricole contraignant
et une forte dépendance des importations pour les matières premières. Selon le Ministère de
l‟Industrie, la production des IAA était évaluée à 730 milliards de DA (environ 9.7 milliards de
$US courants) en 2010, soit 52% de la valeur de la production industrielle dans son
ensemble.

5.3. Impacts sur les IAA des programmes, des activités et des outils
déployés :
465. Le secteur public a été dominant durant près d‟un quart de siècle, soit depuis le début
de la décennie 1970 jusqu‟au milieu de la décennie 1990. Il a été à l‟origine d‟une
structuration des IAA autour de quelques filières considérées comme stratégiques pour
l‟approvisionnement du pays en produits de base (filière blés, filière lait, filière huiles
alimentaires, filière sucre, filière avicole, filière aliments du bétail). Après de nombreuses
restructurations dans le sillage des réformes lancées à la fin des années 80 et de la
libéralisation, ces entreprises publiques organisées en groupes (SGP) ont acquis une
relative autonomie de gestion et ont cédé une partie de leurs actifs au secteur privé.

466. Le secteur privé s‟est rapidement développé au sein des mêmes filières dont il constitue
désormais une part prédominante. Bénéficiant des différents programmes et outils d‟appui
au développement industriel, il s‟est étendu à d‟autres filières telles que la filière boissons, la
conserverie ou la transformation de viandes comme il a investi dans certains segments de la
seconde transformation (pâtes et couscous, biscuiteries, dérivés laitiers, margarinerie, …).
Le secteur privé compte aujourd‟hui quelques groupes importants, parfois en position
dominante dans quelques filières (sucre, huiles alimentaires, transformation de
viandes).Ainsi, en 2015, sur une valeur ajoutée globale de la branche agroalimentaire de
353,71 Milliards de DA, les entreprises privées étaient à l‟origine de 307,36 Milliards de DA
soit 86,9% du total76. Mais, elles restent en majorité des PME et plus de 50% d‟entre-elles
ont moins de 250 salariés.

467. De plus, et malgré les politiques de soutien au développement agricole mises en œuvre
par ailleurs, la production agricole locale continue à être insuffisante par rapport aux
capacités industrielles de transformation déployées tant par le secteur public que privé.
Aussi, l‟ensemble des IAA continuent à fonctionner en faisant appel à des volumes

76
Ministère de l’Industrie et des Mines, Bulletin d’Information Statistique de la PME. N°29, 12/2016.
150

croissants de matières premières importées (blés, maïs, tourteaux, sucre roux, lait en poudre
et matière grasse de lait anhydre, huiles brutes de graines, viandes congelées, triple
concentré de tomate, concentré de jus de fruits, …).

468. Ainsi, dans la filière des blés, la libéralisation de l‟économie, depuis 1994, a attiré de
nombreux investisseurs vers un créneau considéré comme porteur à long terme. Les
mécanismes d‟aide à l‟investissement mis en place ont été suffisamment incitatifs pour
entraîner un essor remarquable qui se poursuit à l'heure actuelle puisque des
investissements nouveaux sont en cours de réalisation. Pour l‟année 2014, l‟inventaire (cf.
Graphique n°45) fait ressortir la présence de 534 unités dans le segment de la trituration des
céréales dont plus des deux tiers (378) sont des minoteries, le reste (156) étant des
semouleries.

Source des données : OAIC, rapport d’activités


469. Les capacités de trituration sont évaluées à 51.484 tonnes/jour pour le blé tendre et à
24 685 tonnes/jour pour le blé dur, soit, annuellement et à plein régime, de 13.900.680
tonnes/an pour le blé tendre et de 6.664.950 tonnes pour le blé dur. Ces capacités de
trituration des blés sont largement supérieures à la demande exprimée sur le marché,
évaluée à 5.330.000 tonnes pour le blé tendre et à 2.296.000 tonnes pour le blé dur. Les
surcapacités sont donc de l‟ordre de 62% pour les minoteries et de 66% pour les
semouleries. Suite à la hausse des prix des blés sur les marchés internationaux en 2007-
2008, les importateurs privés s‟étaient retirés du marché, redonnant implicitement une
position de monopole à l‟OAIC pour l‟approvisionnement de l‟industrie locale. Afin de réguler
le marché, l‟OAIC ne s‟engage à fournir aux moulins que l‟équivalent de 100% de leurs
capacités s‟agissant des entreprises publiques et 50% des capacités pour les moulins privés
nonobstant le fait qu‟il s‟agit d‟entreprises pour lesquelles la seule stratégie rentable est une
stratégie de volume.
470. Dans la filière lait, la politique de soutien aux prix à la consommation a conduit à une
croissance rapide de la demande en lait et produits laitiers ; cette demande est passée de 35
litres par habitant en 1969/70 à 140 litres en 2015, soit une demande globale de 5,3 milliards
de litres équivalent lait. Cette demande a été assurée à hauteur de 1,5 milliards de litres (soit
28%) de lait recombiné à partir de lait en poudre au niveau des 15 unités laitières du groupe
public GIPLAIT et des 139 laiteries privées conventionnées avec l‟ONIL qui les
approvisionnent en poudre de lait et MGLA. La quantité de lait cru local acquis par l‟industrie
atteignait à la même date 756 millions de litres (soit 14,3% de la consommation totale et 33%
du lait pasteurisé par l‟industrie) dont 160 millions de litres pour le groupe GIPLAIT et 601
millions de litres pour les 139 laiteries privées. La part du lait cru local qui est distribué par le
151

biais des circuits informels (crémeries artisanales) ou autoconsommé représente près du


double de celle du lait collecté (1,5 milliards de litres). Le lait recombiné a nécessité
l‟importation de 155.000 tonnes de poudre de lait et 1.430 tonnes de MGLA. Ces matières
premières sont cédées par l‟ONIL aux laiteries publiques et privées à un prix subventionné et
stable (159 DA/kg pour la poudre de lait) afin de garantir la stabilité du prix payé par le
consommateur (25 DA) pour le litre de lait recombiné et conditionné en sachet. Des
importations de poudre de lait (135.000 tonnes) ont également été faites par les laiteries
privées pour la production de lait UHT et de dérivés laitiers non subventionnés. Les
importations incluent aussi les laits infantiles (125 millions de litres équivalent lait) ainsi que
les dérivés laitiers (26.500 tonnes de fromages). En définitive, sur les 5,3 milliards de litres
consommés, l‟offre locale représente à peine 42,6% soit 59,6 litres équivalent lait sur 140
l/habitant malgré les multiples soutiens accordés aux acteurs de la filière et l‟importation en
douze ans, à partir de l‟Europe, de 157.979 vaches laitières à haut potentiel.

471. La filière sucre est représentée par des raffineries qui produisent du sucre blanc à
partir de sucre roux de canne destiné au raffinage. Le sucre est, en valeur, le troisième
produit alimentaire importé avec un volume global de 1.904.964 tonnes en 2015. L‟industrie
du raffinage a permis de dégager 372.830 tonnes pour l‟exportation. Aujourd‟hui, malgré les
excédents de sucre blanc produit localement, 100.000 tonnes de sucre blanc sont importés
annuellement d‟Europe sur la base des termes de l‟Accord d‟Association conclu avec l‟Union
Européenne et mis en œuvre depuis 2005. Les disponibilités nettes locales s‟élevaient donc
à 37 kg/habitant.
472. La filière huiles alimentaires compte un tissu suffisant d‟huileries qui produisent les
huiles et les graisses alimentaires d‟origine végétale consommées en Algérie à partir d‟huiles
brutes importées. Il n‟y a aucune production nationale de graines oléagineuses. La
consommation nationale s‟élevait en 2015 à 861.000 tonnes, dont plus de 300.000 tonnes
d‟huile de tournesol. Les disponibilités totales d‟huiles alimentaires sont évaluées à 21
litres/habitant dont 2 litres d‟huile d‟olive locale et 19 litres d‟huiles de graine raffinée
localement à partir d‟huiles brutes. En effet, la production oléicole provient d‟un verger
national couvrant près de 170.000 ha et produisant en moyenne 350.000 tonnes d‟olives
donnant lieu à la production de 50.000 tonnes d‟huile, assurée par une multitude de petites
huileries (1.828) dont seulement 368 (21%) sont des huileries modernes (super presse ou
chaîne continue). Les techniques de collecte et les technologies de transformation utilisées
ne permettent d‟obtenir, jusqu‟ici, que très marginalement un produit de standard
international. Les importations se situent en valeur au troisième ou quatrième rang parmi les
produits alimentaires importés. Jusqu‟à la fin des années ‟90, la production nationale d‟huile
était presque totalement assurée par la SPG Tragral, à travers l‟ENCG. Puis des
investissements privés très importants ont été réalisés et aujourd‟hui on estime que plus de
75% du marché national est couvert par CEVITAL, groupe privé très dynamique, ayant
adopté des technologies avancées et qui a commencé même à exporter.
473. La filière tomate industrielle est également importante vu la place qu‟occupe le
concentré de tomate dans la ration alimentaire moyenne des Algériens. La consommation de
double concentré de tomate (DCT) est estimée à environ 122.000 tonnes en 2015, demande
couverte pour moitié (52%) par les usines locales. Après une période d‟essor rapide à la fin
des années ‟80, la filière a connu une phase de déclin, dans la deuxième moitié des années
90 avant de redémarrer depuis 2005. Elle compte aujourd‟hui 29 unités industrielles
totalisant une capacité de transformation de 16.000 T/jour mais elles ne sont pas toutes en
activité. Les productions de tomate se font sur des surfaces variant entre 20.000 et 25.000
ha. En 2014, la production a atteint 109.400 tonnes avec un rendement moyen de 56 T/ha
encore insuffisant par rapport au niveau atteint dans des pays concurrents (Chine, Espagne,
Italie). De plus, les rendements varient fortement d‟une wilaya à une autre (85 T dans la
wilaya de Blida, 82 T dans la wilaya de Aïn-Defla, 71 T dans la wilaya de Guelma mais
seulement 40 T dans la wilaya de Annaba et 57 T dans la wilaya de Tarf), principalement en
152

fonction des facilités d‟accès à l‟eau pour l‟irrigation et du niveau de maîtrise des techniques
de culture.
474. En termes de capacité installée, le tissu industriel national, de statut privé à 90%,
pourrait couvrir le double du besoin national, mais Ŕ faute d‟une mise à niveau rapide
spécialement du côté production Ŕ la filière est menacée depuis l‟ouverture complète du
marché en 2005. La menace provient de pays grands exportateurs de triple concentré de
tomate (TCT) qui peut ensuite être transformé en DCT et qui est cédé à bas prix par les
exportateurs chinois directement aux industriels algériens mais aussi par le biais de pays
comme l‟Italie et Dubaï qui profitent de leur appartenance, respectivement, aux Accords de
Libre-Echange conclus avec l‟Union Européenne et avec les pays arabes. Elle est aussi
menacée par les pays exportateurs de DCT tels que la Tunisie, l‟Italie et l‟Espagne qui
profitent également des mêmes Accords. Pour soutenir la production nationale, la filière a
bénéficié d‟un dispositif de soutien des prix payés aux producteurs locaux de tomate sous
réserve d‟une livraison aux unités de transformation.
475. La filière avicole a également créé des opportunités pour l‟investissement industriel,
particulièrement en amont, dans la fabrication des aliments du bétail et dans la production de
produits vétérinaires. L‟essor de cette filière, qui a démarré au début des années 1970 sous
la houlette de l‟Etat par le biais d‟entreprises publiques créées à cette fin, permet aujourd‟hui
de satisfaire la demande nationale de viandes blanches avec les 751.326 tonnes produites
en 2015, dont 682.652 tonnes de viande de poulet et 68.674 tonnes de viande de dinde ce
qui donne un ratio de 16,7 kg/habitant. La filière produit également 7,63 milliards d‟œufs en
2015, soit une disponibilité par habitant de 186 œufs.
476. La production de viandes blanches est assurée par quelques entreprises à capitaux
publics mais majoritairement par les 156.000 éleveurs privés, qui approvisionnent le marché
en passant par plus de 350 abattoirs avicoles de très faibles taille alors que 15 abattoirs
modernes de ne sont que faiblement utilisés.
477. La filière est structurée avec une participation mixte public-privé. Les Fabriques
d‟Aliments du Bétail à statut public assurent l‟approvisionnement du marché en aliments pour
les poulets de chair (50% du marché) et les poules de ponte (90%), et en poussins (90%
ponte; 50% chair). Le reste des besoins est couvert par des entreprises privées de taille très
variables, l‟une d‟entre-elles s‟est même lancée dans la production de grands-parentaux ce
qui devrait contribuer à une autonomisation de l‟amont de la filière vis-à-vis du marché
international des matériels biologiques.
478. Malgré un développement considérable de la production locale de matériel biologique,
des importations de poussins repro-chair (4,5 millions d‟unités), de poussins de dindonneaux
(1,8 millions) et d‟œufs à couver « chair » (2 millions d‟unités) ont été nécessaires pour
couvrir pleinement les besoins de la filière locale.
479. Par contre, les aliments avicoles continuent à être préparés localement quasi
exclusivement à l‟aide de matières premières importées (maïs et soja). Ainsi, en 2015, la
production de viandes blanches a exigé, pour l‟approvisionnement des élevages, 2,6 millions
de tonnes d‟aliments fabriqués à partir de 1,6 million de tonnes de maïs et de 680.000
tonnes de tourteaux de soja. De son côté, la production d‟œufs a nécessité 1.755.830 tonnes
d‟aliments pour les poules pondeuses, aliments fabriqués localement à partir de 1,8 millions
de tonnes de maïs et 210.700 tonnes de tourteaux de soja importés. Au total, pour assurer
l‟alimentation des volailles élevées, la filière a donc été contrainte d‟importer 3,4 millions de
tonnes de maïs et 890.700 tonnes de tourteaux de soja.
480. Les autres filières agroalimentaires n‟ont connu que de faibles investissements
même quand la production agricole était au rendez-vous grâce aux progrès réalisés en
matière de rendement. L‟exemple le plus représentatif est celui de la filière pomme de terre
dont le segment industriel est resté embryonnaire avec seulement 4 entreprises en activité et
cinq autres en cours de réalisation. Leur installation dans l‟Algérois et dans la wilaya de Sétif,
hors des principaux bassins de production constitue une contrainte supplémentaire pour leur
153

compétitivité. De tous ces créneaux de transformation de la pomme de terre, seuls deux


(frites surgelées et chips) ont suscité l‟intérêt des investisseurs. Les deux plus importantes
entreprises en activité sont FRITO DIDO et SNAX toutes deux dans l‟Algérois. La première
est le principal producteur de frites surgelées en Algérie avec une capacité de 10 000 tonnes
de frites/an. La seconde est spécialisée dans la production de chips, avec une capacité de
4.000 tonnes de chips par an. L‟ensemble de ces entreprises n‟absorbe pas plus de 0,5% de
la production nationale de pomme de terre.
481. Les filières de la conserve de fruits et légumes n‟ont connu qu‟un investissement
anecdotique, consacré principalement à la rénovation des équipements dans les unités
publiques cédées au privé, parce que le secteur agricole n‟est pas encore en mesure de
produire régulièrement des excédents significatifs par rapport à la demande exprimée sur le
marché du frais, même si, là aussi, les soutiens déployés ont permis de grands progrès tant
en matière d‟extension des superficies, de rajeunissement des vergers et de rendements.
C‟est essentiellement une partie de la production d‟abricot, fruit fragile, qui fait l‟objet de
traitement industriel pour la fabrication de conserves ou de jus et nectars de fruit.
482. La filière boissons s‟est fortement développée, en grande partie en utilisant les outils
mis à la disposition des PME par les pouvoirs publics. On compte aujourd‟hui plus de 1.400
entreprises mais, plus de 80% sont tournées vers la seule production de limonades. Par
contre, 27 sont dominantes et investissent aussi le créneau des jus et des nectars de fruits
sur un marché florissant (consommation estimée à 18 L de limonade et 3 L de jus par
habitant et par an) mais leurs matières premières proviennent quasi intégralement de
fournisseurs étrangers.
483. Le segment des charcuteries industrielles, outre la viande de bœuf, utilise une
quantité importante de viande blanche et constitue ainsi un débouché supplémentaire pour
les élevages de poulets de chair et de dindes. Ce segment est relativement peu développé ;
il comporte une dizaine d‟unités dont seules 4 sont compétitives, mais toutes résistent en
l‟absence d‟une forte concurrence Le marché de la charcuterie est, en effet, très porteur et la
consommation augmente rapidement avec la modification des habitudes alimentaires et du
style de vie (travail, repas sur les lieux de travail, Fast Food, etc.). Les principaux produits
fabriqués et commercialisés sont les saucissons, les saucisses et merguez, la mortadelle et
le pâté. Mis à part les merguez, ces produits sont vendus en sachets ou barquettes sous
vide ou atmosphère inerte avec des DLC (Dates Limites de Consommation) conformes aux
normes internationales, même si elles sont très contraignantes compte tenu de l‟état du
réseau de distribution peu performant.
484. En définitive, la disponibilité de biens alimentaires finis est assurée par une production
locale pour l‟essentiel des biens de consommation courante mis à part les produits exotiques
et quelques produits très élaborés destinés à des marchés de niche (cf. Graphique n°46)
154

485. Mais, comme le graphique n°47 permet de le constater, une partie parfois prédominante
des biens alimentaires consommés provient de l‟importation. Si l‟industrie agroalimentaire
nationale arrive à couvrir la totalité de la demande exprimée sur le marché pour des produits
prêts à l‟emploi, elle n‟y arrive qu‟en faisant appel à une proportion parfois conséquente de
matières premières importées. Les exemples les plus frappants sont ceux de la filière sucre
(100% de matières premières importées), de la filière huiles alimentaires (90%), de la filière
blés (78%), de la filière lait (61%).

486. La stratégie industrielle mise en œuvre a eu comme effets positifs la création d‟emplois
et une substitution des importations de matières premières brutes (cas des blés) ou de
produits semi finis (cas du sucre, des huiles alimentaires et du lait) à l‟importation de produits
finis.
155

487. Cependant, la multiplicité des dispositifs et l‟absence de visibilité en matière de


créneaux à développer conduira inéluctablement à la mise en place de surcapacités dans
certains d‟entre eux (minoteries et semouleries, laiteries, trituration d‟olives) et de difficultés
de survie pour de nombreux établissements industriels, y compris dans le secteur public.
Dans le même temps, les changements enregistrés dans la demande exprimée sur le
marché, suite à l‟urbanisation croissante et à l‟extension du travail féminin, ne sont pas pris
en charge par l‟industrie locale et ne peuvent être satisfaits que par l‟importation. A titre
d‟illustration, il faut souligner que, pour exécuter ses missions, l‟ANDI, instrument le plus
adéquat pour la promotion des PME de taille moyenne et grande, ne disposera jamais de
données suffisantes sur les branches, leurs marchés et leurs perspectives d‟évolution pour
pouvoir orienter correctement les promoteurs dans le choix du créneau pertinent ou pour
attirer leur attention sur les risques courus dans les filières (meunerie, laiteries, par exemple)
et les créneaux déjà saturés.
488. Par ailleurs, l‟absence d‟un mécanisme de coordination pour l‟application de la stratégie
industrielle nationale se ressent, encore plus qu‟ailleurs, dans la branche des IAA où elle
s‟exprime dans le fait que d‟autres dispositifs sont déployés par d‟autres ministères tel le
ministère de l‟agriculture dans le cadre du PNDA au profit de porteurs de projets
d‟investissements industriels dans la filière lait (subvention à la création de mini laiteries et
d‟ateliers de transformation du lait de chèvre), dans la filière oléicole (subvention à
l‟installation d‟unités de trituration des olives et de conserveries), dans la filière viande
blanche (ateliers de découpe), dans la filière pomme de terre (unités de transformation)
comme dans la chaîne de froid (capacités de stockage).
6. Objectifs et programmes de la santé publique
6.1. Stratégie et politiques de santé publique
489. Pendant plusieurs décennies, la stratégie adoptée en matière de santé publique a eu
principalement comme objectif d‟étendre le réseau des infrastructures et de renforcer
l‟encadrement humain des services de santé d‟où la multiplication des dispensaires, des
polycliniques et, dans une moindre mesure, des hôpitaux ainsi que la croissance régulière
des effectifs de médecins et de personnels paramédical. La politique de santé publique s‟est
d‟abord intéressée à la maîtrise des maladies contagieuses (plan anti-tuberculose, plan anit-
paludisme, dispositifs de vaccination obligatoire contre la rougeole, …). Ce n‟est que durant
cette dernière décennie que l‟accroissement du poids des maladies non transmissibles parmi
les causes de décès a été perçu réellement comme un problème de santé publique. Cela a
conduit à la mise au point de deux plans spécifiques : le plan cancer et le plan diabète.
490. La Revue ne s‟intéressera qu‟aux objectifs et programme ayant un lien direct avec la
sécurité alimentaire et nutritionnelle. Il a été relevé plus haut l‟incidence des maladies non
transmissibles (MNT) en Algérie et cela avait permis de souligner la part importante des
maladies cardiovasculaires et du diabète parmi les causes de décès. A l‟origine de ces
maladies, le surpoids et l‟obésité ainsi que la sédentarité, sont considérés comme
responsables de la plus grande part des cas de diabète. De plus, les données les plus
récentes établissent une éventuelle association entre une importante consommation de
boissons sucrées et un risque accru de diabète de type 2.
491. Selon les données les plus récentes contenues dans le rapport « Atlas Diabète, 2017 »
de la Fédération Internationale du Diabète (FID), le nombre de diabétiques en Algérie est
estimé à 1.782.800, avec un taux de prévalence estimé à 6.9%. Comme le montre le
graphique n°48, le taux de prévalence est encore plus élevé (26 pour 100.000 habitants)
quand on ne considère que la tranche de population des jeunes de moins de vingt ans, et ce
niveau place l‟Algérie au sixième rang des pays les plus touchés à l‟échelle mondiale.
156

Source ; Atlas du diabète


492. Pour la seule année 2017, l'Algérie a enregistré 42.500 nouveaux cas de diabète,
touchant les enfants et adolescents de moins de 20 ans, ce qui la situe à un niveau proche
de celui atteint par des pays beaucoup plus peuplés tels que la Chine, la Fédération de
Russie ou le Royaume Uni.
493. Pour réduire ce niveau de prévalence, le ministère de la population, de la santé et de la
réforme hospitalière a mis en place un plan stratégique national multisectoriel de "lutte
intégrée contre les facteurs de risque des maladies non transmissibles" pour la période allant
de 2014 à 2018. Ce plan stratégique a été décliné en plans opérationnels par wilaya.
L'objectif principal de ce plan est de réduire les facteurs de risque susceptibles d'atteindre la
santé humaine. Le Plan a été élaboré en tenant compte des principaux facteurs de risque
identifiés par l'étude TAHINA et qui sont :
- le surpoids (IMC<25),
- l'obésité (IMC entre 25 et 30),
- l'obésité globale (IMC>30),
- la consommation alimentaire non respectueuse des recommandations
internationales pour les groupes d'aliments,
- la non pratique des activités physiques.
494. En conséquence, des actions et mesures pour une intervention préventive ont été
identifiées dans les domaines suivants : alimentation et nutrition, lutte contre le tabagisme,
activité physique, sport et mobilité active.
495. Un des axes clés du plan stratégique (cf. Figure n°16) prévoit la promotion de
l'alimentation saine résumé dans 5 objectifs, chaque objectif étant accompagné des mesures
à prendre pour sa réalisation. Cet axe a pour but de renforcer les capacités des intervenants
professionnels et le renforcement des structures qui soutiennent leurs actions par le
développement d'un système de communication avec la population et les jeunes dans les
établissements éducatifs.
496. A cet effet, le plan cible principalement la promotion d‟une alimentation saine chez les
enfants, les jeunes et les adolescents dans les établissements éducatifs, scolaires et
préscolaires, pour réduire l'obésité, réduire la prévalence des carences en micronutriments
et réduire l'incidence des maladies d'origine alimentaire.
497. A partir d‟une approche de proximité et pour mieux mener les différentes actions, un
plan de surveillance, de suivi, de communication, de développement et de recherche ainsi
157

qu‟un plan de financement sont mis en place pour garantir la mise en œuvre de la stratégie.
Plusieurs autres actions sont lancées pour sensibiliser la population contre les risques et les
préventions nécessaires à prendre pour éviter certaines maladies dues essentiellement au
mode de vie. L‟ensemble des objectifs et des actions sont résumés dans le schéma
synthétique suivant.
498. Cette approche fait également partie du Plan National de Lutte contre le Cancer 2015-
2019 dont l‟exécution a permis l‟organisation d‟un Salon International en 2016, Salon au
cours duquel l'aspect alimentaire a été mis en exergue pour expliquer à la population que les
habitudes alimentaires saines sont un facteur important de lutte contre le cancer puisqu‟il
existe un rapport établi entre le surpoids/obésité et de nombreux types de cancer. On
soulignera qu‟en dehors de l‟organisation de ce Salon, le Plan Diabète n‟a pas connu un réel
démarrage jusqu‟à ce jour.

Figure 16 : Schéma synthétique des objectifs et actions développés


dans le plan stratégique 2014-2018.
158

6.2. Financement des programmes de santé publique


499. Le financement des dépenses de santé est assuré par :
- le budget de l‟Etat,
- une contribution forfaitaire des organismes de sécurité sociale
- une participation croissante des ménages s‟expliquant par le non-respect des tarifs
légaux par les praticiens du secteur privé et par l‟augmentation continue des prix des
médicaments.
Les dotations budgétaires de l‟Etat financent aussi bien les investissements dans le secteur
public (établissements de soins, équipements) que les dépenses de fonctionnement de ces
établissements.

500. Les organismes de sécurité sociale (CNAS et CASNOS) prennent en charge, à travers
le règlement d‟un « forfait hôpitaux », les soins dispensés aux assurés sociaux et à leurs
ayants-droits, dans les structures publiques de soins ainsi que le coût des transferts pour
soins à l‟étranger comme ils participent au financement des services hospitaliers de haut
niveau pour la prise en charge des pathologies lourdes afin d‟aider à la réduction des
transferts pour soins à l‟étranger. Les organismes de sécurité sociale couvrent leur
participation à partir de leurs recettes de primes payées par les salariés et les employeurs au
titre des régimes obligatoires, Cette participation est définie annuellement par la loi de
finances.

501. La participation des individus et des ménages couverts par une assurance, aux
dépenses de santé concerne :
- la prime payée aux organismes d‟assurance sociale à partir d‟un prélèvement sur les
salaires effectué directement par l‟employeur et versé à la caisse d‟assurance,
- la part non remboursée du coût des consultations dont les tarifs sont fixés par les
pouvoirs publics,
- la part non remboursée des médicaments inscrits dans la nomenclature des
médicaments remboursables et des prestations médicales (analyses, radios,
imageries),
- les médicaments non-inscrits dans la nomenclature des remboursables,
- les forfaits modiques fixés pour les frais d‟hospitalisation en application des
dispositions arrêtées par la Loi de Finance de 1995
Ces dispositions ne concernent ni les personnes démunies, ni les personnes atteintes de
certaines maladies chroniques lesquelles sont totalement prises en charge sur financement
public.

502. Selon l‟ONS, les dépenses de santé des ménages sont passées de 46.948 millions de
DA en 2000 à 134.137 millions de DA en 2011. Elles ont donc été multipliées par 2,85 entre
les deux dates. En 2011, la part des citoyens résidant en zones urbaines dans les dépenses
totales pour soins de santé est de 73,7% avec 98.826 millions de DA contre 35.310 millions
pour ceux des zones rurales.

503. Selon la Banque Mondiale, en Algérie, comme le montre le Graphique n°49 suivant, les
dépenses individuelles de santé, exprimées en US$, ont été plus faibles qu‟en Tunisie de
1995 (53,87 $ contre 127,26 $) jusqu‟à 2012 (286,97 $ contre 305,08 $). Par rapport au
Maroc, les niveaux de dépenses individuelles ont été relativement proches et ont progressé
au même rythme de 1995 à 2006, date à partir de laquelle les dépenses en Algérie
progressent très vite (150,55$ en 2005, 360,73$ en 2014) et distancent largement celles
faites au Maroc (132,82 $ en 2005 et 190,05 $ en 2014).
159

Source des données : Banque Mondiale

504. Une comparaison entre les trois pays du Maghreb est effectuée à propos de la part
dans le P.I.B des dépenses de santé (cf. Graphique n°50). En Algérie, la part des dépenses
totales de santé dans le P.I.B a progressé de 3,7¨% en 1995 à 7,21% en 2014 rejoignant
ainsi le niveau atteint en Tunisie dès 2011 mais restant constamment supérieure à la part de
ces mêmes dépenses au Maroc.

Source des données ; Banque Mondiale

505. Une comparaison est également faite à propos des dépenses publiques de santé (cf.
Graphique n°51), ces dépenses publiques incluant les dépenses d‟investissement et de
fonctionnement ainsi que celles des organismes de sécurité sociale, et les dotations
budgétaires finançant des opérations ou des soins médicaux pour des catégories sociales
spécifiques. On constate alors que cette part a été constamment plus faible ou tout au plus
égale à celles des deux autres pays de 1995 à 2012. A partir de cette date, la part des
dépenses publiques de santé dans le P.I.B devient plus élevée qu‟en Tunisie et qu‟au Maroc.
160

Source : Banque Mondiale

506. Si l‟on compare la part dans le P.I.B des dépenses privées de santé (cf. Graphique
n°52), on constate qu‟elle est beaucoup plus faible en Algérie où elle est constamment
inférieure à 2% du P.I.B. Par contre, au Maroc elle dépasse les 2% depuis 1998 et atteint
même près de 4% en 2013, soit un niveau deux fois supérieur à celui constaté en Algérie.
Par rapport à la Tunisie, la différence est encore plus nette puisque le niveau des dépenses
privées de santé représente plus du double de celui de l‟Algérie dès 1998 et que l‟écart ne
commence à se réduire qu‟après 2005.

Source des données : Banque Mondiale

6.3. Stratégie en matière de sécurité sanitaire des aliments


507. Epidémiologistes, médecins et biologistes s‟accordent sur l‟existence d‟une
préoccupation quant aux problèmes de santé publique probablement générés par la non
maîtrise des normes d‟hygiène et de sécurité sanitaire et nutritionnelle tout au long des
circuits qui conduisent l‟aliment de « la fourche à la fourchette ».
161

508. Il y a d‟abord les déséquilibres alimentaires avec excès de sel, sucres, graisses, et
insuffisance de fruits et légumes. Les chiffres sur le diabète évoqués plus haut sont
certainement liés à de mauvaises habitudes alimentaires (excès de sucres et de graisses
animales), mais aussi à la présence de sucres en excès dans certains aliments d‟origine
industrielle (café, yaourts, sodas, « jus » de fruits, produits pour lesquels la presse signale
parfois aussi une utilisation indue et massive de saccharine ce qui n‟apporte pas des excès
de sucres, mais déforme le goût des consommateurs qui exigent alors des produits toujours
plus sucré).

509. Médecins et biologistes évoquent également les risques potentiels, jamais mesurés, de
maladies dégénératives liées à la présence, dans les aliments, de contaminants chimiques
(pesticides, fertilisants, conservateurs), ou provenant du milieu (métaux lourds), ou encore
liés à un stockage défectueux (mycotoxines). Quant à la consommation d‟OGM, même si
théoriquement elle est nulle puisqu‟un Arrêté du ministère de l‟agriculture interdit
formellement leur importation, l‟absence de laboratoire qualifié pour effectuer les analyses de
contrôle fait que, là aussi, aucun élément ne peut permettre d‟évaluer les risques courus par
les consommateurs.

510. Mais, il y a aussi les pratiques frauduleuses et pollutions diverses des aliments,
importés ou non, notamment lorsqu‟ils transitent par le marché informel, et qui peuvent être
alors des vecteurs d‟intoxications rapides ou de dommages à long terme sur la santé des
consommateurs ou de leurs descendants (notamment diabète, cancer des voies digestives
et autres maladies dégénératives).

511. En résumé, le contrôle sanitaire des aliments est un enjeu crucial de santé publique tant
pour les aliments importés que pour ceux qui sont produits localement, mais c‟est aussi un
déterminant important de la régulation de la concurrence entre producteurs ou distributeurs
de biens alimentaires ainsi que de la protection de l‟environnement (maitrise de l‟emploi des
engrais et pesticides), comme celui de toute stratégie d‟exportation par l‟exigence d‟une mise
à niveau en matière de normes.

512. La prise en charge de la sécurité et de l‟hygiène alimentaire est assurée, par le biais
des règles mises en place par les pouvoirs publics, en s‟appuyant sur les acteurs désignés
pour vérifier l‟application de ces règles au niveau de chaque segment de chaque filière
agroalimentaire.

513. La production des normes et des règlements est assurée par les structures centrales
idoines des Ministères, au niveau des structures centrales, c‟est-à-dire celles qui ont des
missions liées aux aspects se rapportant à la définition des principes et des règles en
matière de sécurité et d‟hygiène alimentaire. Cette production se matérialise sous forme de
textes juridiques à caractère législatif et réglementaire, textes qui précisent aussi les services
et le profil des fonctionnaires chargés de la mise en œuvre des règles, du contrôle de leur
application et de la sanction de la violation de ces mêmes règles. Les modalités
d‟intervention de chacun des acteurs découlent des attributions de chaque administration à
laquelle il appartient.

514. Au niveau de la conception des normes et des règles, particulièrement des lois et des
décrets, l‟implication de tous les ministères est institutionnalisée. En conséquence, l‟avis de
l‟ensemble est requis et pris en considération, à travers les réunions techniques organisées
préalablement aux procédures d‟adoption de ces textes par le conseil des Ministres ou le
conseil du Gouvernement, voire par le Parlement quand il s‟agit de lois. La même
concertation est requise, selon une procédure différente, pour l‟élaboration d‟arrêtés
interministériels.
162

515. Le contrôle et le suivi de la sécurité sanitaire des aliments relève de trois ministères qui
interviennent à des niveaux différents :
 le ministère chargé de l‟agriculture qui dispose d‟une Loi d‟orientation agricole votée
en 2008 ainsi que de lois spécifiques telles que la loi de 1988 sur les activités de
médecine vétérinaire et sur la protection de la santé animale et la loi de 1987 relative
à la protection phytosanitaire ;
 le ministère chargé de l‟industrie désigné pour promouvoir et soutenir le
développement des entreprises industrielles, et notamment celles de
l‟agroalimentaire. D‟un point de vue juridique, il assure la tutelle de l‟organisme
algérien de normalisation. Les pouvoirs publics se sont engagés dans la voie d‟une
réforme de la loi de 2004 sur la normalisation;
 le ministère chargé du commerce qui dispose d‟une loi-cadre sur la protection du
consommateur adoptée en 2009 et qui constitue le point d‟ancrage de très nombreux
décrets et arrêtés d‟application pris sous sa responsabilité. C‟est un ministère qui
dispose de nombreux agents chargés du contrôle des biens mis en marché. Leur
nombre est passé de 3.000 à 10.000 dans les années 2000.

516. Le Ministère de l‟agriculture est le premier acteur principal dans le système de la


sécurité sanitaire des aliments pour ce qui est des produits locaux d‟origine végétale ou
animale lors de leur première mise en marché ainsi que pour ce qui est des produits
importés de même nature. Deux directions centrales du ministère sont impliquées
directement en la matière :
 la Direction de la protection des végétaux et des contrôles techniques (DPVCT) créée
par le Décret Exécutif n°148-2000 qui a pour missions :
- l‟Initiative et le suivi de la mise en œuvre de la législation et de la réglementation
phytosanitaire.
- l‟analyse et l‟évaluation des risques phytosanitaires et phytotechniques et la
gestion de leur impact sur l‟économie agricole nationale.
- la définition et la mise en œuvre des politiques de protection et de préservation
des ressources végétales.
 la Direction des services vétérinaires (DSV), créée par le Décret Exécutif n°149-2000,
qui a essentiellement pour missions :
- l‟initiative et le suivi de la mise en œuvre de la législation et la réglementation
relative à la préservation et l‟amélioration de la santé animale et la santé publique
vétérinaire
- d‟assurer la mise en œuvre des lois et règlements en matière d‟importation, de
fabrication, de distribution et d‟utilisation des médicaments vétérinaires
- d‟assurer le contrôle sanitaire et de l‟hygiène alimentaire.

517. Pour exécuter leurs missions, ces deux directions centrales peuvent s‟appuyer, au
niveau de chaque wilaya, sur les services spécifiques de la Direction de l‟agriculture de
Wilaya, ce qui se traduit au niveau local par la présence de 48 inspections vétérinaires de
wilaya et de 22 inspections vétérinaires frontalières et par 48 inspections phytosanitaires et
22 inspections phytosanitaires frontalières: Les deux Directions centrales peuvent aussi faire
appel à deux outils spécialisés :
 l‟Institut National de la Protection des Végétaux (INPV) créé par l‟Ordonnance n°75-
11du 27 février 1975. Ses statuts ont été modifiés à deux reprises en 1993 et 2000. Il
dispose, en son siège, d‟un complexe de laboratoires de diagnostics et d‟analyses
spécialisés dans les différentes disciplines de la biologie phytosanitaire, et au niveau
décentralisé, de stations régionales et de bases logistiques. L‟INPV est l‟artisan
essentiel de la veille phytosanitaire nationale.
 l‟Institut National de Médecine Vétérinaire, créé par l‟ordonnance n°76-90 du 23
octobre 1976 sous l‟appellation de l‟institut national de santé animale, cet institut a vu
sa dénomination changée et ses statuts réaménagés par décret n°93-148 du 22 juin
163

1993. Il est érigé en établissement public administratif. Il dispose d‟un laboratoire


central vétérinaire duquel dépendent 07 laboratoires situés dans d‟autres régions
d'Algérie.

518. Le Ministère de l‟Industrie et des Mines, et les organismes sous sa tutelle constituent un
second acteur essentiel dans le système algérien de sécurité et qualité agroalimentaire.
Même s‟il ne participe pas directement à l‟élaboration des politiques de sécurité alimentaire,
il a une mission importante en matière de qualité des aliments. Ceci se trouve conforté par la
vocation de ce département ministériel dont l‟une des missions es parce qu‟il est chargé du
développement de l‟industrie agroalimentaire, du soutien à l‟amélioration de la performance
des entreprises et à l‟accroissement de leur compétitivité. Il dispose, d‟une division de la
qualité et de la sécurité industrielles qui est directement impliquée dans la qualité des
produits alimentaires. Ses missions consistent, entre autres, à :
- participer à l‟élaboration et veiller à l‟application de la législation et de la
réglementation relatives à la normalisation, la propriété industrielle, la métrologie, la
métrologie légale et la sécurité industrielle.
- Favoriser la promotion de la certification, de la qualité des produits industriels et
d‟arrêter les normes y afférentes.
- Contribuer aux actions visant la protection de l‟environnement et participer à
l‟élaboration des normes environnementales liées à l‟industrie.
- Proposer, en relation avec les organismes concernés, les éléments techniques
nécessaires à l‟élaboration de textes réglementaires relatifs à la normalisation et à la
régulation des activités industrielles ainsi qu‟à la promotion de la qualité des produits
industriels et à la sécurité industrielle.
- Promouvoir et soutenir les entreprises œuvrant à améliorer la qualité des produits
industriels nationaux.

519. A cet effet, cette division du Ministère de l‟Industrie et des Mines s‟appuie sur :
 L‟institut Algérien de Normalisation (IANOR), créé par le décret exécutif 98-69 du 21
février 1998, est un organisme certificateur national. Il est membre de l‟Organisation
Mondiale de la Normalisation (ISO).Il a pour missions :
- l‟élaboration des normes nationales
- l‟identification des besoins nationaux en matière de normalisation
- la mise en œuvre du programme national de normalisation.
- la contribution à l‟élaboration des règlements techniques initiés par les
départements ministériels concernés.
- l‟évaluation de la conformité.
 L‟Office National de Métrologie Légale (ONML), créé par le décret n°86-250 du 30
septembre 1986, chargé de s‟assurer de la fiabilité de la mesure des instruments
nécessitant une qualification légale et ayant incidence directe sur l‟équité des
échanges commerciaux, la santé, la sécurité, l‟environnement et la qualité de la
production industrielle. Il est présent dans les 48 wilayas du pays.
 L‟Organisme d‟Accréditation (ALGERAC) créé par le décret n°05-466 du 06 décembre
2005, ALGERAC, industriel et chargé de l‟accréditation de tout organisme
d‟évaluation de la conformité. A cette fin, il doit mettre en place des règles et
procédures relatives à l‟accréditation des organismes d‟évaluation de la conformité,
examiner les demandes et délivrer les décisions d‟accréditation aux organismes
d‟évaluation de la conformité, conformément aux normes nationales et
internationales. L‟accréditation peut concerner des laboratoires, des organismes
d‟inspection et des organismes de certification. On notera que, dans le secteur
alimentaire, 140 laboratoires (privés ou publics) interviennent d‟une manière directe
ou indirecte. Aucun de ces laboratoires, n‟est, à l‟heure actuelle, accrédité. Mais, 06
d‟entre eux ont engagé la procédure d‟accréditation dont le Centre National de
Toxicologie et les laboratoires du CACQE.
164

 Le Centre technique des industries agroalimentaires (CTIAA) créé par le Décret


Exécutif n°12-98 du 1er mars 2012, le CTIAA renforce depuis peu l‟infrastructure
existante en matière de sécurité agroalimentaire. En effet, il développe l‟offre de
services de laboratoires, notamment en matière d‟analyses et d‟essais, dans l‟objectif
de répondre aux besoins des activités industrielles de la branche et à ceux des
institutions chargées du contrôle de la conformité technique des produits se
rapportant à l‟agroalimentaire.

520. Le Ministère du Commerce a un rôle primordial en matière de sécurité alimentaire dans


la mesure où lui incombe la mission de contrôle et de protection du consommateur. La loi 09-
03, constitue le cadre juridique de son intervention. Celle-ci institue les normes ou les règles
devant être observées par les professionnels, les procédures d‟intervention et de contrôle,
ainsi que les sanctions à la violation de ces règles. Les missions particulières du Ministère
du Commerce découlent du Décret n°08-266 modifiant et complétant le Décret Exécutif
n°02-454 définissant son organisation. Les structures centrales, directement concernées
sont :
 La Direction du contrôle de la qualité et de la répression des fraudes dont les
missions sont essentiellement :
- Veiller à l‟application de la législation et de la réglementation concernant la qualité,
la conformité et la sécurité des produits aux frontières, sur le marché intérieur et, le
cas échéant, à l‟exportation
- Organiser, programmer et évaluer les activités de contrôle de la qualité et de la
répression des fraudes (aussi bien sur le marché qu‟aux frontières)
- Contribuer à l‟organisation des activités de contrôle de la qualité et de la répression
des fraudes menées en collaboration avec les services homologués relevant d‟autres
secteurs ;
 La Direction de la qualité et de la consommation dont les missions sont de :
- Veiller à l‟application de la législation et de la réglementation concernant la qualité,
la conformité et la sécurité des produits aux frontières, sur la marché intérieur et le
cas échéant, à l‟exportation ;
- Organiser, programmer et évaluer les activités de contrôle de la qualité et de la
répression des fraudes (aussi bien sur le marché qu‟aux frontières) ;
- Contribuer à l‟organisation des activités de contrôle de la qualité et de la répression
des fraudes menées en collaboration avec les services homologués relevant d‟autres
secteurs ;
- Contribuer à l‟instauration du droit de la consommation ;
- Participer à toutes études se rapportant aux normes en matière de qualité,
d‟hygiène et de sécurité applicables à tous les stades de la fabrication et de la
commercialisation de produits;
- Proposer toutes mesures visant l‟instauration de systèmes de label, de protection
des marques et d‟appellation d‟origine ;
- Favoriser, par des actions appropriées, le développement de l‟autocontrôle de la
qualité au niveau des opérateurs économiques ;
- Animer, encourager et suivre la normalisation des produits et services et des
méthodes d‟analyse de la qualité ;
- Promouvoir des programmes d‟information et de sensibilisation des professionnels
et des consommateurs ;
- Proposer toutes mesures concernant le développement des laboratoires d‟analyses
de la qualité et de la répression des fraudes.

521. Pour exercer l‟ensemble de ces prérogatives, le Ministère du Commerce s‟appuie


sur les Directions de Wilaya du commerce chargées de la mise en œuvre de la politique
nationale arrêtée dans le domaine du commerce extérieur, de la concurrence, de la qualité,
de l‟organisation des activités commerciales et des professions réglementées, du contrôle
économique et de la répression des fraudes. Des Directions régionales de commerce ont été
165

créées pour assurer la coordination entre les directions de Wilaya et servir de relais entre
celles-ci et l‟administration centrale (Décret Exécutif n° du 03/11/2003, portant organisation,
attribution et fonctionnement des services extérieurs du Ministère du commerce). Le
Ministère du Commerce dispose aussi d‟un outil supplémentaire : le Centre Algérien du
Contrôle de la Qualité et de l‟Emballage (CAQCE). Celui-ci apparaît comme un acteur
principal dans le domaine de la sécurité et de l‟hygiène alimentaire. Créé par le Décret du 08
aout 1989, modifié par le décret du 30 septembre 2003, cet organisme est le gestionnaire
des laboratoires (20 dont 04 régionaux) de répression des fraudes prévus par l‟article 35 la
loi 09-03.

522. Le ministère de la Santé représente un autre maillon important dans la chaîne de


l‟autorité publique en matière d‟hygiène et de sécurité alimentaire. C‟est sa Direction centrale
de la prévention qui est la structure directement impliquée. Elle a pour missions :
- l‟étude et les propositions, en collaboration avec les autres départements ministériels
et organismes publics, des mesures appropriées pour assurer la prévention et le
contrôle contre les maladies transmissibles et non transmissibles,
- la mise en œuvre des programmes de prévention,
- le recueil des données épidémiologiques et l‟évaluation des actions et les mesures
arrêtées.

523. Au niveau local, les Directions de Wilaya relevant du ministère de la santé sont
chargées de l‟application des programmes d‟action retenus. Elles interviennent également
aux côtés des services de l‟agriculture et du commerce dans les opérations relevant de la
sécurité et de l‟hygiène alimentaire. Le ministère de la santé s‟appuie aussi sur :
 L‟Institut National de la Santé Publique (INPS) chargé de réaliser des travaux
d‟études et de recherches en santé publique permettant de fournir au Ministère de la
santé les instruments scientifiques et techniques nécessaires au développement des
programmes d‟action sanitaire et de promotion de la santé publique et à leur
coordination intra et intersectorielle. Cette mission se décline en actions en matière
d‟information et de la communication sociale, de lutte contre les maladies, la
protection et la promotion de la santé en relation avec les autres secteurs et en
matière d‟activités de laboratoire.
 L‟institut Pasteur d‟Algérie qui fait partie du réseau international des Instituts Pasteur
et Instituts Associés. Il joue un rôle d‟une grande importance dans le système de la
santé et de la sécurité alimentaire à travers sa mission de recherche dans les
domaines de la microbiologie, la parasitologie et l‟immunologie.
 Le Centre National de toxicologie créé par le Décret Exécutif n°98-188 du 02 juin
1998. Sa mission principale est l‟évaluation au plan national du risque toxique à
travers l‟analyse et l‟expertise de tout produit ou substance toxique ou
potentiellement toxique et l‟information toxicologique, en vue de protéger la santé de
la population. Le Centre accorde une grande place aux maladies liées aux produits
alimentaires.

524. En matière de sécurité et de qualité alimentaire, le système juridique prend un caractère


intersectoriel et horizontal par l‟institution de trois organes consultatifs, ayant pour objet
d‟assurer une coordination et une participation de l‟ensemble des intervenants. Il s‟agit :
 du Comité national du Codex Alimentarius, créé par le Décret Exécutif n°05-67 du 30
janvier 2005, et placé auprès du Ministère du Commerce. Il est composé de
représentants des ministères du commerce, de l‟agriculture, de l‟industrie, de
l‟environnement, de la pêche, des ressources en eau et le représentant des
associations de protection des consommateurs. Il a pour mission de coordonner les
travaux et de donner des avis et recommandations en matière de qualité des denrées
alimentaires et de facilitation du commerce international des denrées alimentaires. Il
est également chargé d‟initier toute action visant à améliorer l‟efficacité du contrôle
des aliments, en se référant aux indicateurs recommandés par la Commission du
166

Codex Alimentarius sur l‟évaluation de la sécurité sanitaire des produits alimentaires


et de sensibiliser les professionnels sur l‟application des règlements techniques
adoptés et sur les questions de sécurité sanitaire des produits alimentaires, pour
promouvoir la qualité et la compétitivité des produits nationaux. Il a encore dans ses
missions la contribution à l‟information et à l‟éducation du consommateur dans le
domaine de la qualité et de la sécurité sanitaire des produits alimentaires. Le Comité
National du Codex Alimentarius a la faculté de mettre en place des comités
techniques spécialisés permanents ou ad hoc dans des domaines ayant trait aux
questions générales (principes généraux, hygiène alimentaire, additifs alimentaires,
et contaminants, résidus de pesticides, résidus de médicaments vétérinaires dans les
aliments, étiquetage des denrées alimentaires, nutrition et aliments diététiques ou de
régime, systèmes d‟inspection des denrées alimentaires et méthodes d‟analyse et
d‟échantillonnage) et aux produits (légumes frais ou transformés, jus de fruits,
viandes et produits carnés, lait et produits laitiers, graisses et huiles, poissons et
produits de pêche).
 Le Conseil national pour la protection des consommateurs confirmé par la loi n°09-03
du 25 février 2009, il est appelé à émettre des avis et proposer des mesures qui
contribuent au développement et à la promotion de politique de protection de
consommateur. Ce Conseil prévu légalement, ne connait pas encore d‟existence
réelle faute de texte réglementaire fixant sa composition et ses compétences.
 Le Conseil National de la normalisation, institué par le Décret Exécutif n°05-465 du 6
décembre 2005 relatif à l‟organisation et au fonctionnement de la normalisation. Il a
pour missions de proposer les stratégies et mesures susceptibles de développer et
promouvoir le système national de normalisation, de définir les objectifs à moyen et
long terme en matière de normalisation, d‟étudier les programmes nationaux de
normalisation et de suivre l‟exécution de ces programmes.

525. D‟autres acteurs interviennent dans le système de sécurité sanitaire des aliments : les
collectivités locales, services des douanes, gendarmerie et police, les tribunaux, la société
civile principalement à travers les associations de protection des consommateurs.
 Chaque Assemblée Populaire Communale (A.P.C) est tenue de disposer d‟un Bureau
d‟Hygiène Communale (BHC). Ce dernier est légitimé par le Décret n°87-146 du 30
juin 1987. Il est destiné à assister le Président de l‟A .P.C dans l‟accomplissement de
ses responsabilités en matière de prévention sanitaire, d‟hygiène et de salubrité
publique. Sous l‟autorité du Président d‟APC, le Bureau d‟hygiène prépare les
instruments, actes et dossiers techniques requis par l‟action des organes de la
commune et le contrôle permanent de l‟hygiène et de la salubrité publique au niveau
de la commune. Le bureau d‟hygiène communale est dirigé par un médecin ou un
vétérinaire, sous l‟autorité du Président d‟APC. Il est composé de techniciens de la
santé, de l‟environnement, de l‟agriculture, de la santé animale et du contrôle de la
qualité.
 Les services de douane, lors des contrôles à l‟importation, interviennent en exigeant
les documents de conformité, prévus par la réglementation et devant être joints à la
déclaration en douane et établis, après contrôle, par les services du commerce, ou
de l‟agriculture (phytosanitaire et vétérinaire) en fonction de la nature du produit
concerné dont l‟importation est soumise, par la loi ou règlementation en vigueur, à
cette formalité.
 Les services de Gendarmerie Nationale et de la Sûreté Nationale, par le biais de leurs
agents ayant la qualité d‟officier de la police judiciaire Interviennent conformément
aux dispositions du code de procédure pénale, lors de la recherche et la constatation
des infractions en matière de sécurité et d‟hygiène alimentaire. De même, ils sont
appelés à assister les agents de la répression des fraudes du ministère du commerce
lorsque ces derniers sollicitent la force publique, comme les y autorisent la loi, à
l‟occasion de leurs interventions.
167

 Les autorités judiciaires : Les tribunaux et les cours connaissent des infractions
constatées par les services compétents et aussi des actions qui seraient intentées
par les personnes morales ou physiques, s‟estimant victimes de pratiques illégales.
Les services, notamment ceux de la répression des fraudes sont chargés de la
confection des dossiers contentieux sur la base des procès-verbaux qu‟ils dressent à
la suite de la constatation d‟infractions. La transmission des dossiers à la justice par
le Procureur intervient dans les cas où la procédure de transaction s‟avère
inopérante, soit du fait d‟une exclusion légale. Il s‟agit des infractions non
susceptibles de transaction soit du fait de refus de l‟auteur de l‟infraction de
s‟acquitter de l‟amende transactionnelle.

526. La société civile est directement concernée par la sécurité sanitaire des aliments et leur
qualité. Que ce soient les consommateurs, pour leur pouvoir d‟achat ou pour leur santé, ou
les professionnels pour leur activité économique. Les associations des consommateurs
représentent un contrepoids face aux professionnels et contribuent, par leur action, à la
protection du consommateur. Elles sont complémentaires de l‟action des intervenants
publics. Elles interviennent dans la formation, l‟information, le conseil, l‟assistance et la
sensibilisation des consommateurs. Les associations de consommateurs ont un rôle de
représentation auprès des professionnels et des pouvoirs publics. C‟est ainsi qu‟elles sont
impliquées dans les instances consultatives, notamment, le Conseil National pour la
Protection des Consommateurs (CNPC), le Comité National du Codex Alimentarius et le
Conseil National de la Normalisation.

527. Elles assument, également, ce rôle de représentation devant les instances judiciaires
lors d‟une action pénale, puisque, en vertu de la loi 09-03, du 25 février 2009, (articles 21 et
suivants), elles sont habilitées à se constituer partie civile, « lorsqu‟un ou plusieurs
consommateurs ont subi des préjudices individuels, causés par le fait d‟un même
intervenant, et ayant une origine commune ». Toutefois, il ne s‟agit pas vraiment d‟une action
de groupe : il est clair que les associations pourront se constituer en invoquant leur intérêt
collectif à agir (et donc des demandes de dommages et intérêts), et pas celui des victimes
directes de l‟infraction. Outre l‟assistance au consommateur, l‟intervention des associations
de consommateurs dans une instance judiciaire pénale peut s‟avérer utile, dans la mesure
où elle est susceptible d‟apporter au juge des éléments qui permettraient une meilleure
appréciation de l‟infraction et de la sanction à infliger. Selon les statistiques du ministère de
l‟intérieur et des collectivités locales, fin 2017, elles étaient au nombre de 142 à l‟échelle
nationale, effectif à comparer aux 108.940 associations agréées (1,3%) sans que l‟on puisse,
pour autant apprécier les effectifs d‟adhérents et leur niveau d‟activité.

528. Au titre de l‟année 2017, les brigades de contrôle du Ministère du Commerce ont
effectué 825.660 interventions tant sur le marché domestique qu‟aux frontières comme elles
ont procédé à 132.560 déterminations par les instruments de mesure et prélevé 17.879
échantillons aux fins d‟analyses en laboratoire. Ces interventions ont donné lieu à la
constatation de 76.332 infractions aux règles relatives à la protection du consommateur et à
l'établissement de 71.735 procès-verbaux d'infraction. Les infractions constatées ont conduit
à la saisie de marchandises non-conformes d‟une valeur de 675,12 millions de DA, au
blocage, aux frontières, de 69.835 tonnes de produits non-conformes d‟une valeur de 23,29
milliards de DA ainsi qu‟à la fermeture de 3.150 locaux commerciaux. Au terme de l‟année,
le taux d‟infractions constatées rapporté au nombre d‟interventions est de 9,2% alors qu‟il
était de 8,5% pour l'année 2016. On pourrait donc considérer que plus de 90% des produits
commercialisés répondent aux exigences et spécifications réglementaires77. On relèvera que
sur le total des 71.735 infractions ayant donné lieu à un procès-verbal, 32.009 (soit 44,6%)
portaient sur des infractions aux règles d‟hygiène et de salubrité.

77
Ministère du Commerce. Bilan DGCERF. 2017
168

529. Concernant les analyses effectuées en laboratoire à partir des 17.879 échantillons
douteux prélevés, 2.511 échantillons se sont avérés non-conformes, soit un taux de 14%.
Parmi les échantillons prélevés, 9.180 ont subi des analyses microbiologiques et ont donné
lieu au constat de non-conformité de 1.558 échantillons, soit un taux de 17% contre 8,5% en
2016. L‟analyse physicochimique de 8.449 échantillons a révélé la non-conformité de 920
échantillons, soit un taux moyen de 11% contre 13,3% en 2016.
Les principales non conformités constatées ont trait à :
- la présence de corps exogènes dans les épices;
- l‟absence d‟iode dans le sel alimentaire ;
- la falsification des vinaigres;
- le déficit de l'extrait sec dans le lait pasteurisé partiellement écrémé;
- la présence de coliformes et coliformes fécaux dans les pâtisseries ;
- la présence de germes dans les merguez.

530. La législation et la réglementation algérienne foisonne de textes (cf. Annexe 1) qui


prennent en compte la sécurité sanitaire des aliments. Ces textes peuvent être classés en
deux catégories: ceux relatifs à l‟amont agricole des filières productrices de biens
alimentaires, d‟une part, et ceux relatifs à l‟aval c‟est-à-dire à l‟industrie de transformation et
au commerce, d‟autre part. Ce simple classement permet de constater qu‟il n‟y a pas
continuité dans le dispositif mis en place pour assurer le contrôle et le suivi dans la mesure
où les textes législatifs existants ne prévoient aucune norme précise pour la séquence du
passage des produits agricoles et animaux dans le circuit qui les intègrent à l‟industrie de
transformation et au commerce.

531. L‟exemple de la traçabilité suffit pour expliciter cette faille. D‟une part, la traçabilité est
prévue par la loi d‟orientation agricole de 2008 pour les activités agricoles et d‟élevage, et,
d‟autre part, par un décret d‟application de la loi sur la protection du consommateur de 2009
pour les activités de transformation des aliments et leur commercialisation. Mais, la
règlementation en vigueur ne fait pas la jonction entre les deux systèmes de traçabilité. Elle
ne distingue pas fondamentalement la nourriture des autres produits, bien que l‟on trouve à
l‟intérieur des textes généraux des dispositions spécifiques aux aliments comme, par
exemple, dans le décret de mai 2012 sur la sécurité des produits ou dans le décret de
novembre 2013 sur l‟étiquetage.
532. Si les produits importés et ceux issus des industries alimentaires locales ont des
origines décelables à travers leur étiquetage, il n‟en va pas de même pour les produits frais,
en particulier les viandes. Pourtant, le secteur agro-alimentaire mondial a été confronté à de
nombreuses crises portant sur la sécurité des aliments et ayant été marquées par un impact
médiatique important (La viande bovine (ESB), la présence de dioxines dans les volailles, la
présence de Listéria dans des fromages, la grippe aviaire, les allergènes, ….).

533. La recherche scientifique et technologique dans le domaine de la SSA reste très


modeste. Elle se pratique à l‟Institut National de l‟alimentation, de la nutrition et des
technologies agroalimentaires (INATAA) de Constantine, à l‟Ecole Supérieure des Sciences
de l‟Aliment et des Industries Agroalimentaires d‟Alger (ESSAIA), dans le département de
nutrition et technologie alimentaire de l‟Ecole Nationale Supérieure Agronomique d‟Alger
(ENSA) et dans certaines universités (Béchar, Tlemcen, Sidi-Bel-Abbès).

534. Le Centre National de Toxicologie dispose de quatre départements, dont le


département « alimentaire ». Il a mené une étude sur l‟évaluation de l'exposition
professionnelle aux pesticides organophosphorés dans le cadre de la lutte antiacridienne
(8000 dosages de cholinestérases ont été effectués). Il a lancé récemment une enquête sur
la pollution par les métaux lourds de l‟eau potable en avril 2017 dont les premiers résultats
ont été divulgués par la presse (cf. article de Djamila Kourta, 2018).
169

535. Mis en place par l‟Algérie et l‟Union européenne en 2009, le Programme d‟Appui aux
PME/PMI et à la Maîtrise des Technologies d‟Information et de Communication (PME II) a
permis la réalisation d‟un guide d‟utilisation des additifs alimentaires dans les boissons. Le
Programme a aussi permis l‟accompagnement à la certification ISO 9001 version 2008 de
plusieurs entreprises du secteur agroalimentaire.
Sur le site Web du Ministère du Commerce, une page est consacrée à des informations et à
des conseils sur la sécurité sanitaire des alimentsi. D‟autres rubriques sont associées à la
SAA dans le même site. Il s‟agit de rubrique :
- relative à la campagne nationale de sensibilisation et de prévention des intoxications
alimentaires ;
- parlant de l‟organisation d‟une caravane nationale de sensibilisation sur les dangers
des intoxications alimentaires ;
- vulgarisant la méthode HACCP («Hazard analysis and critical control point» : une
démarche en sept étapes mise au point à la fin des années 60 pour lutter contre la
contamination microbienne des aliments utilisés dans le programme spatial
américain);
- listant les bonnes pratiques d'hygiène en restauration collective ;
- rappelant les règles à respecter pour limiter les risques d'intoxication alimentaire.
536. Si la législation en matière de SAA est assez complète, il est moins sûr qu‟elle soit
appliquée dans toute sa rigueur. Ainsi que le note un chercheur de l‟université de Tlemcen
« Malheureusement, en Algérie, ces normes (de sécurité sanitaire des aliments) peinent à se
mettre en place » (Boudjemaa, 2010). Quatre raisons expliquent l‟application plus ou moins
défaillante des règlements sur la SSA :
- Pour les entreprises agroalimentaires algériennes Ŕ généralement de petite et
moyenne taille - l'installation et le fonctionnement de systèmes de management de la
sécurité des aliments sont onéreux :
- Les très petites, petites et moyennes entreprises agroalimentaires algériennes
appliquant les normes strictes de SSA ne pourraient que difficilement soutenir la
concurrence des multinationales agroalimentaires beaucoup plus outillées qu‟elles en
ce domaine ;
- Il est possible que l‟Etat Ŕ par manque de ressources et/ou par manque de prise de
conscience de certains décideurs - ne consente pas un effort budgétaire
suffisamment important pour former, recruter et payer le personnel de contrôle et lui
fournir les équipements nécessaires à l‟accomplissement des tâches de contrôle ;
- La fragilité des associations de consommateurs (peu d‟adhésions, manque de
moyens humains et financiers) explique la faiblesse des actions qu‟elles tentent de
mener en matière de SSA.
7. Objectifs et programmes de lutte contre la pauvreté

537. La Conférence nationale sur la lutte contre la pauvreté et l‟exclusion organisée en


octobre 2000 avait recommandé le maintien et le renforcement des dispositifs mis en place
antérieurement et proposé de les enrichir par la mise en place de programmes de
développement communautaires (PDC).

538. Aussi, durant les deux dernières décennies, les pouvoirs publics ont inscrit
explicitement dans leurs actions l‟objectif de lutte contre la pauvreté. La concrétisation de cet
objectif devait avoir pour premier effet d‟améliorer les conditions d‟accès aux biens
alimentaires aux catégories de la population qui rencontrent le plus de difficultés à ce niveau.
Une large panoplie d‟outils a été déployée visant la création d‟un filet social capable de les
aider soit à s‟insérer dans l‟économie nationale en tant qu‟acteurs lorsqu‟ils sont aptes au
170

travail, soit de les protéger de la pauvreté dans le cas contraire. Dans le premier cas, lorsque
l‟individu est apte au travail, les dispositifs mis en œuvre à leur intention vont viser :
- la création d‟emplois d‟attente
- l‟aide à l‟auto-emploi.
539. Un grand nombre de ces outils sont gérés par l‟Agence de Développement Social
(ADS) sous tutelle du Ministère de la Solidarité Nationale. Cette agence, créée en 1996, est
chargée de gérer l‟ensemble des dispositifs d‟emplois d‟attente considérés comme des
éléments du dispositif propre au filet social mais l‟Agence appuie également des activités de
développement communautaire.
540. Quatre dispositifs ont été utilisés pour la création d‟emplois dits d‟insertion ou d‟attente :
- Le Programme de Travaux d‟Utilité Publique à Haute Intensité en Main-d‟œuvre
(TUP-HIMO)
- Le Programme Emplois Salariés d‟Initiative Locale (ESIL)
- Le Programme de Contrat de Pré-Emploi (CPE) remplacé par le Programme
d‟Insertion des jeunes Diplômés (PID)
- Le programme d‟Activités d‟Intérêt Général (IAIG).

541. Les emplois créés dans le cadre du dispositif TUP-HIMO78, Ce dispositif sera doublé à
partir de 2006 par un dispositif équivalent destiné à le remplacer à terme. Il s‟agit du
dispositif « Blanche Algérie » qui privilégiera davantage les demandeurs d‟un premier emploi
prêt à s‟engager dans la création d‟une micro-entreprise destinée à effectuer des travaux à la
tâche. Dispositifs TUP-HIMO et Blanche Algérie ont créé, entre 2000 et 2015, pour
l‟essentiel (92,7%) des emplois dans quatre secteurs : Agriculture et Forêts (28,6%),
Environnement (25,1%), Routes (21,1%) et Hydraulique (17,9%).
- le programme TUP-HIMO (Travaux d‟Utilité Publique à Haute Intensité en Main-d‟œuvre)
initié au départ grâce à un prêt de la Banque Mondiale, devait permettre principalement de
renforcer les services publics dans les secteurs de l‟agriculture et des forêts, de
l‟hydraulique, des infrastructures routières où il existait des besoins importants en main-
d‟œuvre peu qualifiée pour les chantiers de grands travaux (entretien et réhabilitation
d‟infrastructures publiques, création de pistes et de chemins de wilaya en vue du
désenclavement de zones rurales, aménagement de bassins versants, protection de lits
d‟oueds, …). Il pouvait s‟agir aussi de participation aux chantiers ouverts par les collectivités
locales dans les communes à fort taux de chômage. Il s‟agit toujours d‟emplois à durée
déterminée et donc précaires. Ils étaient rémunérés à hauteur du SNMG et le volume de
l‟emploi de chaque chantier doit représenter au moins 60% du coût global du projet.
- le programme « Blanche Algérie » qui vient compléter, à partir de 2006, le programme
TUP-HIMO par l‟instauration d‟un appui à la création de micro-activités par des demandeurs
d‟emploi appelés à créer des entreprises capables de prendre des travaux à la tâche sur la
base d‟un contrat de gré à gré, type de contrat qui peut être renouvelé 3 fois jusqu‟à la
consolidation de l‟entreprise ainsi créée.

78
Décision n°96-330 du 07 octobre 1996 approuvant l‟accord de prêt par la Banque Mondiale n°4006
AL du 03 mai 1996.
171

Tableau 55 : Bilan des emplois créés et des budgets accordés aux programmes TUP-HIMO et
Blanche Algérie de 2001 à 2015

Emplois d’insertion créés Enveloppe engagée


Chantiers engagés
(en équivalent hommes/an) (Millions de DA)
Année
Blanche Blanche TUP- Blanche
TUP-HIMO Total TUP-HIMO Total Total
Algérie Algérie HIMO Algérie
2001 12.145 12.145 2.540 2.540 2.623,21 2.623,21
2002 17.847 17.847 3.040 3.040 3.822,89 3.822,89
2003 14.152 14.152 2.439 2.439 3.175,18 3.175,18
2004 11.071 11.071 1.975 1.975 2.816,59 2.816,59
2005 4.586 4.586 961 961 1.220,01 1.220,01
2006 15.888 3.147 19.035 2.771 1.380 4.151 4.064,74 926,92 4.991,66
2007 13.300 5.266 18.566 3.308 2.418 5.726 3.978,21 1.706,98 5.658,19
2008 8.933 4.268 13.201 1.932 2.127 4.059 2.634,37 1.484,81 4.119,18
2009 10.858 5.106 15.964 2.345 2.571 4.916 3.275,35 1.795,78 5.071,13
2010 6.370 5.728 12.098 1.527 2.787 4.314 2.281,65 2.006,05 4.287,70
2011 5.912 6.396 12.308 1.418 3.198 4.616 2.215,65 2.413,22 4.628,87
2012 8.103 13.884 21.987 2.110 6.942 9.052 3.484,02 5.803,61 9.287,63
2013 6.933 29.394 36.327 1.974 14.697 16.671 3.082,90 12.622,61 15.705,51
2014 7.311 37.516 44.827 2.113 18.758 20.871 3.317,14 16.127,25 19.444,39
2015 4.315 39.096 43.411 1.187 19.548 20.735 1.907,91 16.800,86 18.708,77
Total
147.724 149.801 297.525 31.640 74.426 106.066 43.899,82 61.688,09 105.587,91
2001-15
Source : Bilans de gestion annuelle de l‟ADS
542. Pour l‟ensemble de la période 2001-2015, ce dispositif permis la création de 297.525
emplois d‟insertion à travers 106 066 chantiers d‟utilité publique. L‟enveloppe financière
globale consommée a atteint près de 105, 588 milliards de DA ce qui signifie, qu‟en
moyenne, la création d‟un emploi d‟attente de ce type a induit un coût de 354.888 DA.
543. le programme d‟insertion sociale des jeunes diplômés(PID) qui remplace depuis 2010
l‟ancien programme de contrats de pré-emploi (CPE). Il cible les primo-demandeurs
diplômés de l‟enseignement supérieur, ainsi que les techniciens supérieurs des
établissements de formation publics ou privés agréés, âgés entre 19 et 35 ans. Il a pour but
de leur permettre l‟acquisition d‟une expérience professionnelle sensée faciliter leur
intégration employabilité. Le contrat est établi pour une année renouvelable une fois et le
contractant reçoit une indemnité de 10.000 DA/mois pour les universitaires et de 8.000
DA/mois pour les techniciens supérieurs. Le bénéficiaire peut aussi percevoir une indemnité
supplémentaire de 2.500 DA/mois s‟il s‟inscrit à une formation qualifiante dans les
établissements de formation agréés pendant une durée maximum de six (06) mois. Durant la
période 2001-2015, ce dispositif a concerné 572.445 jeunes diplômés recrutés dans
différentes administrations et entreprises publiques et privées. L‟enveloppe engagée pour la
prise en charge des primes d‟insertion de ces jeunes placés s‟est élevé à 100,039 Milliards
de DA, soit un coût moyen par emploi de 174.757 DA.
172

Tableau 56 : Bilan des emplois créés par les dispositifs CPE et DAIP de 2001 à 2015
Emplois d'insertion créés (placements)
Engagements
Dispositif Quota Techniciens financiers (Millions de
Universitaires Total DA)
supérieurs
CPE 2001 6.694 3.876 2.818 6.694 445,05
CPE 2002 4.683 2.580 2.103 4.683 299,81
CPE 2003 8.078 4.623 3.394 8.017 614,13
CPE 2004 53.185 34.211 21.339 55.550 7.766,04
CPE 2005 55.616 33.380 21.596 54.976 8.342,76
CPE 2006 41.522 24.543 16.833 41.376 5.822,84
CPE 2007 62.138 40.071 22.396 62.467 9.510,00
CPE 2008 59.908 40.095 17.198 57.293 8.833,21
CPE 2009 22.276 10.464 4.225 14.689 3.512,00
S/Total CPE (1) 314.100 193.843 111.902 305.745 45.145,84
PID 2010 54.000 35.481 13.362 48.843 11.156,30
PID 2011 54.000 36.125 10.092 46.217 11.559,86
PID 2012 40.324 27.000 7.002 34.002 7.126,04
PID 2013 54.000 37.758 7.974 45.732 10.473,24
PID 2014 54.000 38.795 9.149 47.944 9.798,29
PID 2015 54.000 36.988 6.974 43.962 4.779,10
S/Total PID (2) 310.324 212.147 54.553 266.700 54.892,83
Total général (1+2) 624 424 405 990 166 455 572 445 100 038,67
Source : Bilans annuels de gestion de l‟ADS

544. La majorité (82%) des universitaires insérés dans le cadre de ce programme sont
titulaires de diplômes peu recherchés sur le marché de l‟emploi (lettres, droit et sciences
humaines, sciences économiques, sciences exactes, sciences de la terre). Un grand nombre
d‟entre eux ne se verront pas proposer un contrat de travail par l‟administration ou
l‟entreprise qui a accepté de les intégrer avec le dispositif PID.
545. Le dispositif d‟activité d‟insertion sociale (DAIS) qui a remplacé, à partir de 2009, le
dispositif Emplois Salariés d‟Initiative Locale (ESIL) a été mis en place pour contribuer à
l‟insertion des personnes en situation de précarité sociale (notamment ceux issus des
déperditions scolaires), âgés entre 18 et 60 ans, dans des postes d'emploi temporaires
générés par des travaux ou services, d'utilité publique et sociale, initiés par les collectivités
locales, les services techniques des secteurs ainsi que d'autres partenaires du
développement local (entreprises publiques et privées, artisans secteur privé,
établissements et institutions intervenant dans le domaine social et des services). La durée
d‟insertion est fixée à deux (02) années, renouvelables deux (02) fois alors que, dans le
cadre du programme ESIL79, le contrat portait sur une année renouvelable une fois. La
rémunération mensuelle versée au travailleur était de 6.000 DA, inférieure donc au SNMG. Il
permettait la création d‟emplois dans les mêmes secteurs que le programme TUP-HIMO

79
Décret Exécutif n°91-80 du 23 mars 1991 modifiant et complétant le Décret Exécutif n°90-143 du 22
mai 1990. JORADP.
173

mais aussi au niveau des administrations et du secteur des services (collectivités locales,
services techniques des secteurs, entreprises privées et artisanat). Il est ouvert
particulièrement aux personnes issues des déperditions scolaires, âgés entre 18 et 60 ans,
dans des postes d'emploi temporaires au niveau des mêmes secteurs et du même type
d‟activités.

Tableau 57 : Bilan des emplois créés par le dispositif ESIL puis DAIS

Engagements Années Emplois créés Engagements


Emplois créés
Années financiers (placements) financiers
(placements)
(Millions de DA) (Millions DA)
ESIL 2001 89.000 2.400 DAIS 2010 62.121 1.733,90

ESIL 2002 70.500 2.194 DAIS 2011 175.604 15.773,44

ESIL 2003 72.500 2.250 DAIS 2012 488.609 26.453,33

ESIL 2004 70.750 2.263 DAIS 2013 502.842 44.157,19

ESIL 2005 62.581 2.014 DAIS 2014 512.818 28.658,34

ESIL 2006 104.408 3.351 DAIS 2015 523.348 32.466,48

ESIL 2007 126.266 4.053 DAIS 2016 527.076 12.751,93

ESIL 2008 132.484 4.429


ESIL 2009 143.414 4.604
S/Total ESIL 871.903 27.557,33 S/Total DAIS 527.076 161.994,61
Total général
1 398.979 189.551,94
(1+2)
Source : Bilans annuels de gestion de l‟ADS

546. Durant la période 2001-2016, le dispositif D.A.I.S a permis l‟insertion de 1.398.979


bénéficiaires en situation de précarité sociale. L‟enveloppe, engagée pour leur prise en
charge, a atteint 189.551,94 Millions de DA (y compris charges sociales), soit un coût moyen
de 135.493 DA/emploi/an. Mais, on notera que dans le cadre du programme ESIL, le coût
moyen de l‟emploi créé n‟était que de 31.606 DA/an alors que ce même coût sera presque
décuplé dans le cadre du programme DAIS avec 307.345 DA/an.
547. Le quatrième programme d‟insertion par l‟emploi mis en œuvre, inscrit dans la Loi de
finance de 1994 comme élément du filet social mis en place, donne droit à une indemnité
pour activités d‟intérêt général (IAIG) à tous les actifs au chômage en contrepartie d‟une
modique indemnité mensuelle fixée depuis 2001, à 3.000 DA/mois, pour leur participation à
des chantiers d‟Activités d‟Intérêt Général ouverts dans leur commune de résidence.
Lorsque l‟individu est désigné comme chef de chantier d‟AIG, il perçoit 4.200 DA/mois. Mis
en œuvre de 1997 à 2011, il a bénéficié au total à 2.320.921 personnes, soit en moyenne
210.992 personnes chaque année dont 42% de femmes.

Tableau 58 : Evolution physique et financière (en millions de DA) du dispositif IAIG


de 2001 à 2011
Année 2001 2002 2003 2004 2005 2006
Participants 132.355 155.814 170.302 178.017 181.223 217.590
Financement 5.798,77 6.734,39 7.341,41 7.941,37 8.085,65 9.583,04
Année 2007 2008 2009 2010 2011 Total
Participants 252.980 261.894 255.540 254.311 260.895 2.320.921
Financement 11.602,87 11.989,31 11.712,79 12.230,32 12.240,33 105.260,24
Source : Bilans annuels de gestion de l‟ADS
174

548. Trois autres dispositifs constituaient plutôt des incitations à l‟auto-emploi. Il s‟agit :
- du dispositif de microcrédit mis en œuvre par l‟Agence Nationale de Gestion du
Microcrédit (ANGEM)
- du dispositif de création de micro-entreprises confié à l‟Agence Nationale de Soutien
à l‟Emploi des Jeunes (ANSEJ)
- du dispositif de soutien à la création d‟entreprises par les chômeurs développé par la
Caisse Nationale d‟Assurance contre le chômage (CNAC).

549. Comme pour les dispositifs TUP-HIMO et ESIL, les pouvoirs publics ont maintenu le
dispositif du microcrédit Introduit en 1999 en modifiant quelques-unes de ses modalités en
200480. Il vise à promouvoir des petites activités économiques dans le cadre d‟un « travail
indépendant, travail à domicile, petits métiers, artisanat de biens et services jusqu'à la limite
de la micro entreprise »81. Il cible en priorité les femmes en milieu urbain et rural, les
chômeurs des zones rurales appelés à investir dans des activités génératrices de revenus.
Le bénéficiaire doit être âgé de plus de 18 ans, disposer d‟une qualification particulière et
participer au financement de son activité par un apport personnel représentant au moins 1%
de l‟investissement total et s‟engager à rembourser le prêt accordé.
550. Aussi, parmi les programmes initiés par le Ministère de la Solidarité Nationale pour
intégrer les chômeurs, figure également un programme permettant d‟accorder des
microcrédits pour soutenir l‟auto-emploi, tant en zones rurales qu‟en zones urbaines et péri-
urbaines. La gestion de ce programme est confiée à une Agence créée à cette fin en 2004,
l‟Agence Nationale de Gestion du Microcrédit (ANGEM). Ce dispositif doit permettre de
procurer un financement aux individus disposés à développer de petites activités par le
travail indépendant, le travail à domicile, l‟artisanat et les petits métiers. Il est ouvert à toute
personne majeure, sans revenus ou n‟ayant que des revenus faibles, irréguliers et précaires,
ayant un diplôme ou un savoir-faire utile pour l‟activité souhaitée et être capable d‟investir
dans le projet par l‟apport d‟au moins 1% du total requis. Le porteur de projet peut alors
bénéficier d‟un crédit remboursable auprès de l‟ANGEM selon l‟échéancier retenu.

551. Depuis sa création, et donc en l‟espace de dix ans, l‟ANGEM a pu, grâce au dispositif
du micro-crédit, contribuer à la création de 1.163.158 emplois pour un financement global de
775.437 millions de DA soit un financement moyen par emploi aidé de 66.700 DA. Les
microcrédits attribués se sont répartis entre les diverses activités possibles comme l‟indique
le tableau suivant :

80
Décret Exécutif n°04-14 du 22 janvier 2004. JORADP
81
Circulaires ministérielles du 22.07.1999 et 19.12.2000
175

Tableau 59 : Répartition des financements accordés sous forme de microcrédits entre les
différents secteurs d’activité de 2005 à 2015 (en millions de DA)

Exercice Agriculture TPI BTP Services Artisanat Commerce Pêche Total


2005 982 1.265 83 200 799 - - 3.329
2006 6.402 10.927 680 1.552 2.660 - - 22.221
2007 2.683 6.489 742 3.207 4.110 - - 17.231
2008 7.187 9.190 2.772 10.621 12.329 - - 42.099
2009 12.155 9.137 4.188 14.113 21.141 - - 60.734
2010 8.547 12.234 3.823 12.509 14.843 - - 51.956
2011 16.225 48.681 8.359 23.771 10.575 - - 107.611
2012 22.109 59.268 16.014 29.277 19.698 61 - 146.427
2013 12.941 52.826 11.236 21.813 11.533 237 116 110.702
2014 12.536 48.405 9.366 24.944 20.722 1.109 461 117.543
2015 7.497 36.003 7.164 17.274 14.952 1.105 106 84.101
2016 1.223 3.057 1.505 3.534 1.756 371 37 11.483
Total 110.487 297.482 65.932 162.815 135.118 2.883 720 775.437
% 14,25% 38,36% 8,50% 21,00% 17,42% 0,37% 0,09% 100%
Source : ANGEM

552. Comme on peut le constater, les crédits accordés sont allés, de manière dominante,
vers la très petite industrie (38,36%), les services (21%), l‟artisanat (17,42%) puis
l‟agriculture (14,25%). L‟absence de suivi après l‟attribution et le remboursement du
microcrédit ne permet pas de savoir quel est le taux de survie de ces activités créées et de
l‟emploi qu‟elles ont suscité.

553. Les dispositifs créés pour donner un emploi aux chômeurs ont donc permis de créer, en
moyenne annuelle au cours de la période 2001-2016, 145.434 emplois à durée déterminée,
à l‟aide d‟une enveloppe financière annuelle moyenne de 32,35 millions de DA soit pour un
coût de 222.405 DA/poste de travail.

554. D‟autres dispositifs ont été mis en œuvre au titre du filet social soit pour apporter une
aide ciblée à des communes pauvres et enclavées pour améliorer les conditions de vie de la
population locale.

555. Le programme de développement communautaire participatif (DEV-COM) qui


repose sur une démarche participative qui requiert l‟adhésion des populations
et leur contribution à la réalisation de projets socio-économiques d‟utilité publique
et répondant à des besoins prioritaires. Ces projets sont identifiés par les Cellules de
Proximité de Solidarité (CPS) avec le concours des populations et de leurs représentants
locaux. Comme le détaille le tableau suivant, les 2.893 projets initiés tout au long de la
période 1999-2016 ont nécessité une enveloppe financière de 8.042 millions de DA, soit, en
moyenne, 2,78 millions de DA/projet.
176

Tableau 60 : Bilan des projets de développement communautaire participatif de 2000 à 2016


(coût en Millions de DA)

Année 1999 2000 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
Nbre 58 26 23 56 122 171 165 243 265
projets
Coût 106 66 62 168 328 441 430 648 704
Année 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 Total
Nbre 183 249 302 472 206 128 141 83 2.893
projets
Coût 514 709 891 1225 621 358 490 281 8.042
Source : Bilans annuels de gestion de l‟ADS

556. Les projets de proximité et d‟utilité publique financés dans le cadre de ce programme
ont ciblé prioritairement l‟accessibilité des populations à l‟eau potable et à l‟électricité ainsi
que le désenclavement (57,7% des projets) ou la rénovation et l‟équipement d‟écoles et de
salles de soin (20,9%) comme le montre le tableau 61.

Tableau 61 : Répartition des projets réalisés selon leurs objectifs

Objectif du projet Nombre de %


projets réalisés
Petite hydraulique (réseau d'AEP, réseau d'assainissement, 1.111 38,4
fontaines publiques, réservoirs d’eau,…)
Désenclavement et électrification rurale (ouverture et revêtement de 557 19,3
pistes, électrification rurale)
Viabilisation urbaine 453 15,7
Réhabilitation et réaménagement des établissements publics (écoles 422 14,6
primaires, centres spécialisées du secteur de la solidarité nationale)
Petites infrastructures sanitaires de proximité (réalisation, 183 6,3
aménagement et équipement des salles de soin)
Petites infrastructures sportives et de loisirs 107 3,7
Petites infrastructures socio-culturelles 04 0,1
Projets associatifs 56 1,9
Total des projets réalisés 2.893 100
Source : Bilans annuels de gestion de l‟ADS

557. Le programme d’Allocation Forfaitaire de Solidarité (AFS) est un dispositif destiné


aux personnes pauvres ou sans ressources et incapables de travailler (personnes âgées,
personnes handicapées, personnes malades incurables, femmes divorcées ou veuves et
chefs de famille). Il consiste à leur attribuer une allocation mensuelle de 3.000 DA/mois
majorée de 120 DA/mois par personne à charge dans la limite de 3 personnes. Alors qu‟ils
étaient 360.600 bénéficiaires en 1997 au démarrage du programme, ils étaient 837.000 en
2016. L‟enveloppe financière globale allouée à ce dispositif de 2001 à 2016 a atteint
391.607,22 millions de DA, soit une moyenne annuelle de près de 25 millions de DA mais
elle a connu une tendance régulière à la croissance jusqu‟aux trois dernières années (2014-
2016) où elle semble se stabiliser à une moyenne de 41,5 millions de DA.

558. La mise en œuvre de l‟ensemble de ces dispositifs a très certainement fortement


contribué à la réduction du niveau du chômage et à la réduction de la pauvreté mais, comme
il a été noté, pour leur majeure partie, ces emplois constituent des débouchés temporaires
qui pourraient disparaître en cas de réduction de l‟effort financier consenti par l‟Etat.
177

8. Objectifs et programmes pour la protection sociale

559. Les pouvoirs publics inscrivent explicitement dans leurs programmes successifs
l‟objectif de développer et d‟élargir à tous les citoyens les dispositifs de protection sociale. Le
système de protection sociale a été réformé en profondeur en 1983 et a connu quelques
réaménagements depuis cette date. La réforme de 1983 a permis de l‟étendre à la majorité
de la population, y compris aux personnes n‟exerçant aucune activité lucrative. A l‟heure
actuelle, le système algérien de sécurité sociale se caractérise82 par :
- l‟unification des régimes basée sur les principes de la solidarité et de la répartition ;
- l‟affiliation obligatoire de tous les travailleurs, salariés, non-salariés, assimilés à des
salariés. L‟affiliation est également obligatoire pour d‟autres catégories de personnes
dites catégories particulières;
- l‟unification des règles relatives aux droits et aux obligations des bénéficiaires;
- l‟unicité du financement.
560. De nos jours, il est composé de plusieurs caisses qui assurent tous les risques sociaux
(pension de retraite, maladie, maternité, accident du travail et maladies professionnelles,
décès, invalidité et chômage).
8.1. La caisse nationale d'assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS)
561. La CNAS assure la protection sociale des employés salariés. Dans ce régime, le taux
de cotisation se situe à 34,5%. Les cotisations de la sécurité sociale sont dues tant par les
employés que par les employeurs. L‟employé verse 9% et l‟employeur verse 25,5%. La
CNAS s'occupe du recouvrement de ces cotisations et les alloue à d'autres fonds comme
suit: 17,25% à la Caisse Nationale de Retraite (CNR), 1,5% à la Caisse Nationale
d'Assurance Chômage (CNAC), 14% à l'Assurance Maladie, 0,5% à la retraite anticipée, et
1,25% pour les lésions professionnelles et les maladies professionnelles.
562. L'assuré salarié bénéficie des avantages suivants : soins de santé préventifs et curatifs
qui couvrent différents soins médicaux ordinaires, des soins dentaires et des soins
hospitaliers. La CNAS rembourse 80% des frais pharmaceutiques. En cas d'accident du
travail, le salarié est payé environ 100% de son salaire. L'indemnité de maladie est d'environ
50% du salaire journalier si la maladie prend moins de 15 jours et 100% du salaire si elle
prend plus de 16 jours. La totalité (100%) des frais de maternité sont prises en charge par la
CNAS, les mères prennent un congé de maternité de 7 semaines (98 jours) et obtiennent
100% de leur salaire pendant la période de congé. Les prestations d'invalidité sont
accessibles aux travailleurs qui présentent une incapacité de plus de 50% au travail. En
réalité, les prestations d'invalidité viennent après la période d'expiration des prestations de
maladie, mais l'invalidité est classée en trois catégories:
- Categorie1: couvre les travailleurs invalides dont la capacité de travail est réduite de
50% mais pouvant occuper un poste de travail ; cette catégorie bénéficie de 60% du
salaire annuel moyen soumis à cotisation.
- Catégorie 2: comprend les individus absolument incapables d‟occuper un poste de
travail. Cette catégorie bénéficie d‟une pension de 80% du salaire annuel moyen
soumis à cotisation.
- Catégorie 3: y sont classés les travailleurs incapables d‟occuper un poste de travail
et qui sont dans l‟obligation d‟avoir recours à l‟assistance d‟une tierce personne pour
effectuer les actes ordinaires de la vie. Cette catégorie bénéficie de 80% du salaire
annuel moyen soumis à cotisation. Plus 40% pour la tierce personne.

82
http://www.conselho.saude.gov.br/cm/docs/presentation_securite_sociale_algerie.pdf
178

Tableau 62 : Évolution des effectifs d’assurés sociaux affiliés à la CNAS


Années 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
Assurés 4.873.699 4.872.715 4.055.243 6.369.266 6.756.271 6.816.052 7.337.372
Sociaux
Dont salariés 3.726.436 3.473.458 3.425.801 3.508.155 3.567.394 3.693.254 3.809.980
en % 76,46 71,28 84,48 55,08 52,80 54,18 51,93
Années 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2015
Assurés sociaux 7.800.320 8.346.692 8.494.919 8.819.160 9.288.143 9.917.243 11.342.779
Dont salariés 4.109.664 4.788.252 4.860.627 5.050.319 5.332.787 5.673.522 6.126.302
En % 52,69 57,37 57,22 57,27 57,41 57,21 54,01
Source : ONS
8.2. La Caisse Nationale de Retraite (CNR)
563. La CNR s‟occupe du programme de vieillesse pour les employés salariés. L'âge légal
pour la retraite est de 60 ans pour les hommes et de 55 ans pour les femmes. Cependant,
certaines formes de retraite particulières existent. Jusqu‟en 2016, un travailleur qui a travaillé
et contribué à la sécurité sociale pendant 32 ans peut demander à partir en retraite
indépendamment de son âge (retraite sans condition). Si le travailleur a 50 ans (45 ans pour
les femmes) et 20 ans de travail pour les hommes (15 ans pour les femmes), il peut
demander une retraite proportionnelle. Les travailleurs de plus de 50 ans qui ont perdu leur
emploi pour des raisons économiques pourraient exiger une retraite anticipée.
Tableau 63 : Évolution des effectifs d’assurés affiliés à la CNR
Pension de Pension de Allocation Allocation Pension
Retraite Allocations
An Retraite Retraite de de Retraite de Retraite Servie à Total
Complémentaire Diverses
Directe Réversion Directe Réversion l’Étranger
2000 656.431 515.774 48.603 25.928 6.402 737 67 1.253.942
2001 702.078 549.634 54.130 28.206 6.402 649 62 1.341.161
2002 742.227 583.931 58.596 30.752 6.482 604 53 1.422.645
2003 783.659 624.121 64.182 33.768 6.365 531 55 1.512.681
2004 822.200 666.076 72.688 37.603 6.412 487 61 1.605.527
2005 869.728 692.905 77.723 40.731 6.491 433 44 1.688.055
2006 911.487 726.838 82.162 44.365 6.310 398 36 1.771.596
2007 951.890 763.159 88.723 48.392 6.340 364 34 1.858.902
2008 994.694 797.379 96.789 52.396 6.504 347 29 1.948.138
2009 1.035.702 875.448 102.151 55.301 6.202 606 34 2.075.444
2010 1.098.185 897.352 109.369 57.807 6.576 575 28 2.169.892
2011 1.150.585 853.732 117.770 60.768 6.553 268 26 2.189.702
2012 1.242.526 877.789 127.911 64.312 6.733 235 25 2.319.531
2013 1.357.912 910.352 139.693 67.482 6.783 214 18 2.482.454
2014 1.467.878 930.341 154.211 70.890 6.815 209 18 2.630.362
2015 1.572.991 952.157 167.290 74.085 6.865 209 18 2.773.615
2016 1.733.972 980.391 178.645 78.406 6.916 209 18 2.978.557
Source : site internet de la CNR (consulté le 1401/2018)
8.3. La Caisse Nationale d'assurance chômage (CNAC)
564. La CNAC assure la pension de chômage pour les salariés qui ont perdu leur emploi
involontairement pour des raisons économiques (licenciement ou faillite de l'entreprise).
L‟indemnité de l‟assurance chômage est limitée financièrement et dans le temps. Elle ne
peut être inférieure à 75% du SNMG ni supérieure à 3 fois celui-ci. Elle est servie pendant
une durée de 12 mois minimum et 36 mois maximum selon la durée d‟ancienneté. Le
montant de l„indemnité est calculé sur la base d‟un salaire de référence. Ce dernier est égal
179

à la moyenne du salaire mensuel brut et du SNMG en vigueur (salaire brut mensuel moyen +
SNMG/2).
8.4. La Caisse Nationale de Sécurité Sociale des Non-Salariés (CASNOS)
565. La CASNOS assure le programme de prestations sociales pour les actifs non-salariés.
Elle a été créée par le Décret Exécutif n°92-07 du 04 Janvier 1992. Elle est chargée de la
protection sociale des catégories professionnelles non-salariées dont font partie, entre
autres, les commerçants, artisans, industriels, agriculteurs, membres des professions
libérales. Le taux de cotisation est de 15% du revenu annuel de l'employé indépendant. Le
fonds assure les mêmes risques que la CNAS sauf pour les accidents du travail et les
allocations familiales. Ces avantages ne s'appliquent pas au travail indépendant.
Tableau 64 : Évolution des effectifs d’assurés affiliés à la CASNOS
Année 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
Nbre d’affiliés 558.473 604.621 646.785 680.543 720.090 765.940 819.821
actifs**
Nbre cotisants à 303.676 298.690 305.604 286.718 291.776 303.164 329.003
jour
Nbre de 134.908 145.468 156.070 169.284 177.891 185.791 194.730
retraités***
Année 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2015
Nbre d’affiliés 877.329 941.825 1.011 435 1.123 932 1.250.075 1.287.463 1.493.529
actifs**
Nbre cotisants à 365.858 393.176 424.162 437.132 472.787 533.679 643.997
jour
Nbre de 198.991 209.796 211.359 215.517 223.121 231.466 243.241
retraités***
** CASNOS: - Les affiliés en position d‟exercice effectif de l‟activité (le dénombrement des actifs est
en cours d‟ajustement sur la base des dates de déclaration de début d‟exercice et de cessation
d‟activité).
*** CASNOS: Titulaires de pensions et allocations directes et de réversion2 (ayants droit).
8.5. Caisse nationale des congés payés et du chômage intempéries
566. A côté de ces fonds, il existe des fonds spéciaux pour les employés du secteur de la
construction (CACOBATH). Ils assurent les «congés payés» et couvrent les «journées
chômées pour mauvais ». L'employeur doit contribuer à raison de 12,21% du salaire pour les
«congés payés» et 0,75% (0,375% sont pris en charge par le salarié) pour le chômage dû
aux intempéries. Si ces risques se produisent, le salarié reçoit 75% de son salaire.
Tableau 65 : Evolution des effectifs d’assurés sociaux de la CACOBATH
Année 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
Employeurs 30.091 38.746 42 371 39.971 44.181 47 067 53.636
affiliés
Travailleurs 299.694 387.432 391 977 519.644 585.192 595 297 718.919
déclarés
Prestations 292.480 317.408 502 456 549.590 580.825 639 282 779.797
fournies
Année 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2015
Employeurs 59.425 63.952 67 723 64.008 61.830 62 984 64.112
affiliés
Travailleurs 830.605 946.425 1 029 542 1.023.703 1.012.788 1 005 076 1.102.401
déclarés
Prestations 827.296 963.438 977 376 1.050.407 1.037.274 971 324 1.256.930
fournies
Source : ONS.
180

8.6. La Caisse Nationale de Mutualité Agricole


567. La mutualité agricole organisée en caisse nationale et caisse régionale, conformément
à l‟ordonnance n°72-64 du 02/12/1972, avait alors pour objectif la protection des biens et des
personnes du monde rural et des activités connexes à l‟agriculture (Assurances agricoles,
retraite et sécurité sociale agricoles). A la faveur de la loi portant institution d‟un régime
unique de sécurité sociale et de retraite, l‟assurance des personnes et la gestion des
retraites sont transférées à la CNR en 1995. Aujourd‟hui, après que la gestion des
assurances sociales ait été transférée en 1995 au régime général (CNAS, CNR …), les
assurances agricoles qui sont à l‟origine de la création des premières caisses de mutualité
agricole en 1903, demeurent l‟activité principale de la mutualité agricole.
568. La Caisse Nationale de Mutualité Agricole (CNMA) offre ses services dans les
domaines des assurances des biens, à travers son réseau, constitué Caisses Régionales de
Mutualité Agricole (CRMA), et de bureaux locaux, à une clientèle composée de la population
agricole et rurale et des investisseurs dans le secteur agricole.
8.7. Les allocations familiales83
569. Avant et après l‟unification du système national de sécurité sociale, le financement des
allocations familiales était assuré par une cotisation à la charge exclusive de l‟employeur.
A partir du 1er Juillet 1994, conformément au décret législatif n°94-08 du 26 mai 1994
portant loi de finances complémentaire pour 1994, les allocations familiales ont été prises en
charge sur le budget de l‟État. Cette mesure est intervenue au moment de la mise en place
de l‟assurance chômage, au titre de laquelle l‟employeur versait 2,5% et le salarié 1,5%
(quote-part global : 4%).
570. A partir de 1999, une nouvelle approche des allocations familiales a été consacrée par
la loi de finances de 1999, qui prévoyait à nouveau, la prise en charge financière des
prestations familiales par l‟employeur, avec une période de transition fixée comme suit :
- Année 1999 : 75% à la charge de l‟État, 25% à la charge de l‟employeur,
- Année 2000 : 50% à la charge de l‟État, 50% à la charge de l‟employeur,
- Année 2001 : 25% à la charge de l‟État, 75% à la charge de l‟employeur,
- A partir de 2002 : 100 % à la charge de l‟employeur.
Si un allocataire perçoit un revenu mensuel inférieur ou égal à 15.000 DA, le montant des
allocations familiales s'élève à :
- 600 DA par mois et par enfant, du 1er au 5ème enfant,
- 300 DA par mois à partir du 6ème enfant.
Pour un allocataire dont le revenu mensuel dépasse le plafond mentionné ci-dessus, le
montant des allocations familiales s'élève à 300 DA par mois et par enfant quel que soit son
rang.
8.8. L'allocation de scolarité
571. Cette allocation annuelle est versée en une seule fois pour chacun des enfants
scolarisés, âgés de 6 à 21 ans, sous conditions de ressources. Si l'allocataire dispose d'un
revenu mensuel inférieur ou égal à 15.000 DA, elle s'élève à 800 DA par enfant du 1 er au
5ème, 400 DA par enfant à partir du 6ème. Si l'allocataire dispose d'un revenu mensuel
supérieur à 15.000 DA, le montant de l‟allocation est égal à 400 DA par enfant quel que soit
son rang.

83
http://www.mtess.gov.dz/fr/politique-nationale-et-legislation-de-la-securite-sociale/
181

8.9. Financement de la protection sociale


572 Sont obligatoirement assurées à la sécurité sociale les personnes qui exercent en
Algérie une activité salariée ou assimilée ou qui sont en formation professionnelle, quelle
que soit leur nationalité.
Tableau 66 : Taux de cotisations au 1er janvier 2017
A la charge du
A la charge de A la charge fonds des
Branche l'employeur du salarié œuvres sociales Total
Assurances sociales : (maladie, 11,5 % 1,5 % - 13 %
maternité, invalidité et décès)
Accidents du travail et maladies 1,25 % - - 1,25 %
professionnelles
Retraite 11 % 6,75 % 17,75 %
Retraite anticipée 0,25 % 0,25 % - 0,5 %
Logement social - - 0,5 % 0,5 %
Total 25 % 9% 0,5 % 34,5 %

573. L'assiette des cotisations de sécurité sociale est constituée de l'ensemble des éléments
du salaire à l'exclusion des prestations à caractère familial, des primes de départ, des
indemnités pour conditions de vies particulières. Les cotisations sont payées sur le salaire de
poste de l'employé. Le salaire de poste correspond au salaire plafond par type d'activité, pris
en compte pour le calcul des cotisations (l'appellation exacte étant "salaire soumis à
cotisations" tel que défini par la loi 90-11 relative aux relations de travail). Les prestations
familiales sont financées à 100 % par le budget de l'État.
574. La Caisse Nationale des Assurances Sociales des travailleurs salariés (CNAS) assure
le recouvrement des cotisations de sécurité sociale, via son site de télé déclaration, pour le
compte des assurances sociales (maladie, maternité, invalidité et décès) et des accidents du
travail et maladies professionnelles. Les cotisations retraite sont recouvrées par la Caisse
Nationale des Retraites (CNR).
575. Les assurés sociaux, titulaires de la carte d'assuré "Chifa" et leurs ayants droit,
bénéficient du système du tiers payant pour les produits pharmaceutiques conventionnés.
Les personnes atteintes de maladie chronique, les titulaires de pension de retraite ou
d'invalidité dont le revenu est égal ou inférieur au SNMG bénéficient d'une prise en charge
de 100% du montant des soins. Les séjours pour convalescence sont remboursés si la
caisse a délivré une prise en charge. Pour les frais d'appareillage et de prothèse de grande
importance, un accord préalable du devis estimatif de la caisse est nécessaire. En cas
d'hospitalisation dans les structures sanitaires publiques, les frais de séjour et de soins sont
en pris en charge sur la base des conventions conclues entre la CNAS et les établissements
de soins de santé concernés.
576. Le montant de la pension de retraite est égal à 2,5% multiplié par le nombre d'années
d'assurance lui-même multiplié par le salaire moyen soumis à cotisation au cours des 5
dernières années précédant la mise à la retraite ou si cela est plus favorable, le salaire des 5
années de la carrière ayant donné lieu à la rémunération la plus élevée : 2,5% x nombre
d'années d'assurance x salaire moyen des 5 années les mieux rémunérées. Le montant de
la pension ne peut être Inférieur à 75% du SNMG, ni supérieur à 80% du salaire moyen
ayant servi de base au calcul de la pension. Toute pension peut être majorée d'un montant
de 2.500 DA par mois si le titulaire a un conjoint à charge dont les ressources sont
182

inférieures au montant minimum de la pension de retraite. Il n'existe qu'une seule majoration,


même en cas de pluralité d'épouses.
577. Il existe un dispositif permettant de verser des pensions dites de réversion. Peuvent y
prétendre le conjoint marié légalement à l'assuré décédé quel que soit son âge, les enfants à
charge (âgés de moins de 18 ans, 21 ans en cas de poursuite d'études, 25 ans en cas
d'apprentissage, quel que soit leur âge en cas d'infirmité ou de maladie chronique et dans
l'impossibilité permanente d'exercer une activité rémunérée), les collatéraux au 3e degré
(tante, sœur, nièce…) et les ascendants à charge. Le montant cumulé des pensions d'ayants
droit s'élève au maximum à 90%, dans la limite de 45 % lorsque l'ayant droit est un enfant et
de 30 % lorsque l'ayant droit est un ascendant. Le montant de cet avantage est égal à un
pourcentage du montant de la pension dont bénéficiait ou aurait bénéficié le "de cujus". La
pension de réversion est calculée sur une période minimale de 15 ans, quel que soit l'âge de
l'assuré ou la période de travail accomplie.
578. Les accidents du travail et maladies professionnelles relèvent de l'assurance accidents
du travail - maladies professionnelles. Il peut s‟agir des accidents survenus à l'occasion du
travail, des accidents de trajet, des maladies professionnelles faisant l'objet d'une liste. Le
droit aux prestations en nature et en espèces est ouvert sans condition de période de travail
préalable. Les soins sont dispensés aussi longtemps que nécessaire. Le remboursement
s'effectue à 100 % des tarifs réglementaires prévus en matière d'assurance maladie.
579. En cas d‟incapacité temporaire, l'indemnité journalière est servie à partir du 1er jour qui
suit le jour de l'accident. Elle est égale à 100% du salaire de poste journalier sans pouvoir
être inférieure à 1/30e du salaire mensuel perçu. L'indemnisation du jour de l'accident est à
la charge de l'employeur. L'indemnité journalière ne peut pas être inférieure à 1/30e du
montant mensuel du SNMG. En cas d'incapacité permanente, une rente mensuelle est
versée lorsque le taux d'incapacité est égal ou supérieur à 10%. Le montant de la rente est
calculé en multipliant le salaire de poste moyen perçu par la victime au cours des 12 mois
qui ont précédé l'arrêt de travail par le taux d'incapacité qui est déterminé par le médecin
conseil. Le salaire annuel servant de base pour le calcul de la prestation ne peut pas être
inférieur à 2 300 fois le salaire horaire minimum légal. Si le taux d'incapacité est inférieur à
10 % un capital est servi. La rente peut être majorée de 40 % si la victime doit recourir à
l'aide d'une tierce personne pour accomplir les actes ordinaires de la vie courante.
580. En cas de décès consécutif à un accident du travail ou d'une maladie professionnelle,
peuvent prétendre à une rente de survivant servie à partir du 1er jour suivant la date du
décès : le conjoint marié légalement, les enfants à charge (âgés de moins de 18 ans, 21 ans
en cas de poursuite d'études, 25 ans en cas d'apprentissage, quel que soit leur âge en cas
d'infirmité ou de maladie chronique et dans l'impossibilité permanente d'exercer une activité
rémunérée), Les ascendants à charge. Cette rente est calculée sur la base du salaire soumis
à cotisation perçu par la victime au cours des 12 mois qui ont précédé le décès.
581. Un capital décès peut être servi aux ayants droit. Son montant est égal à 12 fois le
montant du dernier salaire mensuel pris en compte pour le calcul des cotisations sans qu'il
puisse être inférieur au SNMG. Pour le titulaire d'une rente, le capital décès est égal à 12 fois
le montant de la rente. Cette prestation n'est pas cumulable avec l'allocation de décès servie
au titre des assurances sociales.
8.10. Intervention du budget de l’État84 :
582. Elle se fait à travers :
- Les allocations familiales;
- Les dépenses dites de solidarité nationale à travers l‟octroi d‟un complément
différentiel pour les retraités dont le montant de la pension issu des droits contributifs

84
http://www.mtess.gov.dz/fr/politique-nationale-et-legislation-de-la-securite-sociale/
183

n‟atteint pas le montant minimum légal, soit 75% du SNMG et 2,5 fois le SNMG pour
les moudjahidine, des indemnités complémentaires prévues pour les petites pensions
de retraite et d‟invalidité et pour les allocations de retraite ainsi que des
revalorisations exceptionnelles.
583. Les pouvoirs publics prennent en charge :
- le financement des allocations familiales ;
- les dépenses dites de solidarité nationale (CD, ICPRI, ICAR, ICPR, revalorisations
exceptionnelles des pensions et allocations de retraite)
- le fonds national de réserves des retraites (Loi de Finance 2006)
- le fonds national de sécurité sociale (Loi de Finance 2010) alimenté notamment par
une quote-part de la taxe sur le tabac et un prélèvement de 5% des bénéfices nets
des importateurs et des distributeurs en gros des médicaments importés pour la
revente en l‟état.
584. En plus des ressources issues des cotisations, le financement est également assuré
par :
- Les revenus des fonds placés;
- Les contributions d‟ouverture de droit versées par les employeurs en matière
d‟assurance chômage et de retraite anticipée;
- Les majorations et pénalités de retard et autres sanctions pécuniaires à l‟encontre des
employeurs défaillants en matière d‟obligations des assujettis.
- Les dons et legs.
585. Malgré les facilités accordées tant aux travailleurs qu‟aux employeurs et
l‟assouplissement des dispositifs mis en œuvre, et selon l‟enquête emploi de l‟Office National
des Statistiques effectuée en 201385, 73% de la population occupée dans le secteur privé
n‟est pas affiliée à la sécurité sociale. Cette population, ainsi que les familles qui en
dépendent, risquent de se retrouver insolvables en cas de survenance d‟un risque social
(maladie, vieillesse, etc.).
9. Stratégie et politiques de gestion des catastrophes

586. En matière de gestion des catastrophes, l‟Algérie, en référence à la liste des risques
majeurs établie par l‟O.N.U, retient 10 risques dont l‟occurrence est probable intégrés dans
la Loi n°10-02 du 29 juin 2010 portant approbation du Schéma National d‟Aménagement du
Territoire Il s‟agit des :
- séismes et risques géologiques qui peuvent affecter surtout la région tellienne située
dans la zone de contact entre les plaques tectoniques eurasienne et africaine ;
- inondations provoquées généralement par les conditions climatiques, en particulier les
précipitations brutales sur des bassins versants dénudés, mais aussi, dans les villes y
compris les plus grandes, par une urbanisation non maîtrisée ou, plus prosaïquement,
par des réseaux d‟assainissement et d‟évacuation non entretenus.
- risques climatiques d‟autant plus importants que l‟Algérie se trouve dans une zone déjà à
dominante semi-aride et aride, le changement climatique devant induire une hausse des
températures moyennes, une diminution des précipitations et donc des disponibilités en
eaux souterraines et en eaux de surface ainsi qu‟un déplacement significatif des
isohyètes vers le nord, contribuant à une désertification accrue ;
- feux de forêts qui peuvent devenir plus récurrents du fait d‟une sécheresse accrue ;
- risques industriels et énergétiques d‟autant plus prégnants que les établissements
industriels sont souvent imbriqués dans le tissu urbain ;

85
ONS, 2013
184

- risques radiologiques et nucléaires, faibles mais présents et liés principalement à des


laboratoires ;
- risques portant sur la santé humaine pouvant s‟aggraver suite au changement climatique
et au déplacement de facteurs infectieux subsahariens (paludisme) et plus certainement
au développement des maladies à transmission hydrique suite à la baisse de la quantité
et de la qualité de l‟eau potable (typhoïde, dysenteries, hépatites virales, choléra, …) ;
- risques portant sur la santé animale et végétale ;
- des pollutions atmosphériques, telluriques, marines ou hydriques ;
- des catastrophes dues à des regroupements humains importants.

587. Antérieurement, suite au séisme de 2003 dans l‟Algérois, une législation relativement
complète a été mise en place incluant une règlementation à propos de la prévention de ces
risques ainsi qu‟une règlementation portant sur la prévention des séismes et les modalités
de traitement de leurs conséquences. Antérieurement, au début des années 1990, une
règlementation a été définie concernant les risques liés à la sécheresse, au profit des
agriculteurs et des éleveurs. Concernant la gestion des risques portant sur la santé humaine,
animale et végétale, la règlementation et les dispositifs mis en place ont été précisés plus
haut.

10. Dispositions et capacités institutionnelles

588. De nombreuses institutions participent Ŕ avec des degrés d‟intensité divers Ŕ à la


sécurité alimentaire. La quasi-totalité de ces institutions sont publiques. On peut les classer
en :
 Institutions qui concourent à la production agricole et alimentaire : ministère de
l‟agriculture, ministère des ressources en eau, ministère de l‟industrie, ministère de
l‟enseignement supérieur et de la recherche scientifique,…
 Institutions qui concourent à l‟approvisionnement et à la distribution des aliments :
ministère du commerce, ministère de la solidarité nationale, ministère de l‟intérieur
(cantines scolaires), associations caritatives (soupes populaires), …
 Institutions qui concourent à la santé des consommateurs : ministère de la santé,
ministère du commerce (dans ses missions de contrôle de la qualité des produits),
associations de consommateurs, …
589. Les institutions de la société civile ne sont représentées que par des associations de
défense des consommateurs, par quelques associations dans les domaines de la santé et
de l‟éducation et par des associations caritatives activant sur le plan alimentaire lors des
événements religieux (ramadhan, aïds,…) mais aussi plus fréquemment en soutien aux
malades hospitalisés pour de longues durées.
10.1. Les institutions publiques parties prenantes des problèmes de sécurité
alimentaire.

590. Le ministère de l‟agriculture, du développement rural et de la pêche (MADRP) a pour


missions de concevoir et d‟exécuter les politiques de développement de l‟agriculture et des
pêches tout en préservant les ressources naturelles (ressources halieutiques, sols, eau et
végétation). De l‟efficacité et de l‟efficience de ces politiques dépendent en grande partie les
capacités de l‟Algérie à nourrir sa population grâce à la production locale d‟aliments. Le
MADRP assume aussi une mission de développement de la recherche agronomique qu‟il
mène grâce à l‟Institut national de la rechercher agronomique. Doté d‟un personnel
nombreux et couvrant bien le territoire, le MADRP a toujours manqué de moyens pour
améliorer la productivité de ses personnels et pour utiliser de façon optimale les fonds
publics destinés à l‟agriculture et au développement rural. L‟efficacité des services de ce
ministère est, par ailleurs, amoindrie du fait de l‟absence d‟un système statistique fiable qui
assure le suivi et l‟évaluation (ex ante et ex post) des politiques menées. En outre, le
185

MADRP tarde à concevoir et mettre en place un système de traçabilité des produits animaux
(en particulier des viandes). Sur le plan de la qualité, un corps d‟inspecteurs vétérinaires
contrôle l‟activité des abattoirs et les importations de viandes et d‟animaux.

591. Le ministère des ressources en eau (MRE) a pour missions de concevoir et d‟exécuter
les politiques de mobilisation, de préservation et de distribution des ressources en eau vers
les consommateurs finaux (alimentation en eau potable, AEP), vers l‟agriculture pour
l‟irrigation et vers le secteur industriel. Le ministère est une partie prenante essentielle de la
sécurité alimentaire non seulement parce que l‟eau est une composante fondamentale de
l‟alimentation (elle apporte des micronutriments et est nécessaire aux fonctions biologiques)
mais aussi parce qu‟elle conditionne de façon décisive les productions agricoles soit sous sa
forme naturelle (pluie) soit sous forme mobilisée par des ouvrages (barrages, forages, puits,
retenues collinaires, usines de dessalement, unité de traitement des eaux usées). Les
capacités de gestion des ressources en eau du MRE sont limitées par le choix qui lui est
imposé d‟une politique de l‟offre au détriment d‟une gestion par la demande (qui serait plus
efficace pour limiter le gaspillage de l‟eau).

592. Le ministère du commerce a pour missions de réguler le commerce intérieur et


extérieur des produits alimentaires et de veiller à leur qualité. Il dispose, pour cette dernière
mission, d‟une direction de la répression des fraudes, du Centre algérien du contrôle de la
qualité et de l‟emballage (CACQE) et d‟un corps d‟inspecteurs du commerce chargés du
contrôle de l‟hygiène des commerces et du respect de la concurrence et de la
réglementation des prix.

593. Le ministère de la solidarité nationale gère l‟essentiel des dépenses publiques


destinées aux populations pauvres dont on sait que l‟alimentation est la première
préoccupation. Pour remplir cette mission, il dispose de deux agences ayant des
implantations au niveau local (wilaya et souvent communes) : agence du développement
social (ADS) et agence nationale de gestion du micro crédit (ANGEM).

594. Le ministère de l‟industrie est partie prenante de la sécurité alimentaire de deux


manières : en tant que responsable du développement des industries fournissant l‟agriculture
en équipement et intrants et en tant que responsable du développement des industries
transformant les produits agricoles (produits localement ou importés).

595. Le ministère de l‟enseignement supérieur et de la recherche scientifiques (MESRS)


forme l‟essentiel de la force de travail qualifiée de niveau universitaire spécialisée dans
l‟agriculture, la foresterie et les pêches. Cette force de travail encadre les institutions
publiques agricoles, forestières et halieutiques, mais est relativement peu présente dans les
exploitations agricoles, exploitations souvent n‟ayant pas une surface financière suffisante
pour rémunérer à temps plein un ingénieur ou un technicien supérieur en agronomie. Les
institutions du MESRS assurent aussi la formation en matière de nutrition et de technologies
alimentaires (ENSA à Alger, INATA à Constantine).

10.2. Les organisations de la société civile.


596. Les organisations de la société civile qui pourraient être parties prenantes dans les
problèmes de sécurité alimentaires ne sont pas très nombreuses et, surtout, sont peu
actives.
597. La protection des consommateurs est l‟objet de quelques organisations enregistrées u
niveau du ministère du commerce dont deux sont à caractère national (Organisation
Algérienne "APOCE" pour la Protection et l'orientation du Consommateur et la Fédération
Algérienne des Consommateurs (FAC)) et 49 autres agissent à un niveau local
(généralement wilaya, mais aussi communes). Par manque de ressources financières, ces
186

organisations ont des activités très réduites par rapport à leurs homologues des pays
développés.

598. De nombreuses associations existent qui œuvrent en faveur des pauvres et des
personnes en difficultés (femmes, enfants, handicapés) principalement en matière d‟aide
humanitaire (par exemple : Association de Sauvegarde et Promotion de l‟Enfance (ASPE),
Association de la Protection de l‟Enfant et de la Maman (APEM BELGO), Association de
Défense et de Promotion de l‟Enfant (ADPE), Association Caritative pour les Enfants
Défavorisés (ACED)), de santé (par exemple : Association Santé pour tous, Association Les
amis du Malade et d‟éducation (par exemple : Association de Solidarité et de Lutte contre la
Pauvreté et l‟Exclusion - EL GHAITH).

10.3. L’absence de mécanismes de coordination en matière de sécurité


alimentaire.

599. Même si tous les secteurs reconnaissent au niveau conceptuel et stratégique la


nécessité d‟une coordination de leurs actions, en particulier celles qui touchent à la sécurité
alimentaire et nutritionnelle, globalement, il y a manifestement peu de coordination au niveau
opérationnel en raison principalement d‟insuffisances organisationnelles et techniques. Ces
insuffisances sont perceptibles déjà au niveau de chaque secteur où le cloisonnement des
activités entre les directions, ainsi que l‟insuffisance de coordination et de synergie
constituent un risque permanent pour la réussite des objectifs fixés par le secteur lui-même.
Cette situation devient encore plus complexe quand il s‟agit de coordonner les actions
engagées par les divers secteurs dans le même domaine, tel celui de la sécurité alimentaire.
Il n‟existe encore jusqu‟à ce jour, aucun mécanisme de coordination permettant un pilotage
opérationnel efficace et un partage de l‟information entre les ministères du commerce, de
l‟agriculture, de l‟industrie, de la santé, de la solidarité nationale et de l‟intérieur tous
impliqués et porteurs de projets complémentaires sinon concurrents.
600. La multiplicité des centres de décision ministériels s'oppose à l'unité économique et à la
complémentarité des activités agricoles et agroindustrielles, notamment dans les filières
agroalimentaires. En l'absence de concertation et d'actions coordonnées, cette situation peut
conduire :
- à des antagonismes d'orientation des politiques mises en œuvre, par exemple des
activités agro-alimentaires "tournant le dos" aux activités agricoles ;
- à une absence de décisions sur des questions essentielles, par exemple la sécurité
sanitaire des aliments qui est sensée, avec les dispositions de contrôle les plus
modernes, relever des prérogatives de trois ministères ;
- à des liaisons économiques insatisfaisantes entre les secteurs, par exemple, l'opacité et
l'inefficacité de certains marchés agricoles ;
- et, plus généralement, à une efficacité économique des filières agroindustrielles moindre
que ce qu'elle pourrait être si ces secteurs étaient administrés de façon concertée et
coordonnée.

601. La concertation devrait être la règle pour au moins trois axes majeurs : i) la sécurité
sanitaire des aliments, ii) la cohérence entre politiques agricoles et stratégie agroindustrielle,
iii) la régulation des marchés agroalimentaires.

602. En matière de sécurité sanitaire des aliments, le caractère sain et loyal des
marchandises alimentaires a longtemps été attesté par le contrôle du produit fini. En Algérie,
ce contrôle est assuré au stade de la distribution par le Ministère du Commerce. Cependant,
de par le monde, la qualité sanitaire des aliments est de plus en plus assuré par le contrôle
des processus de production et de fabrication effectué selon la méthode HACCP à laquelle
187

est souvent associée une traçabilité remontant au stade de la production agricole. Cette
évolution s'impose de plus en plus comme une obligation, tant pour mieux assurer la
protection des consommateurs nationaux que pour pouvoir exporter. Elle confère aux
ministères en charge du contrôle de la production une responsabilité de plus en plus grande
en matière de sécurité des aliments. Depuis Mars 2010, l'Algérie a rendu obligatoire la
pratique de la méthode HACCP aux établissements transformant des produits animaux.
Cette obligation est non seulement limitée aux produits animaux, mais encore sa mise en
œuvre demeure imparfaite en raison d'une insuffisante clarification des compétences et des
responsabilités respectives du Ministère du Commerce, du Ministère de l‟Agriculture et du
Ministère de l‟Industrie.

603. Pour ce qui concerne les politiques agricoles et la stratégie agroindustrielle, les
divergences sont totales : d'un côté, le rapport des Assises du secteur des IAA organisées
en Mars 2010 par le Ministère de l‟Industrie mentionne que l'agriculture "tourne le dos" aux
industries agroalimentaires ; d'un autre côté, l'activité de certaines entreprises
agroalimentaires reposant sur de massives importations a conduit à qualifier le secteur
agroindustriel comme étant "off-shore" même si certains opérateurs ont fait de réels efforts,
notamment dans les productions laitières et la conserverie, pour intégrer les productions
locales dans leurs approvisionnements. Dans son ensemble, cette situation demeure
préjudiciable à l'économie algérienne alors que les opérateurs algériens devraient s'efforcer
de transformer et valoriser nationalement et internationalement les productions agricoles
nationales et favoriser le développement de filières agricoles et agroalimentaires efficientes.

604. L'efficacité des marchés agricoles contribue très fortement à l'efficacité économique des
filières agricoles et agroindustrielles. Elle permet notamment :
- aux producteurs agricoles de commercialiser leurs productions aux meilleurs prix
possibles,
- aux consommateurs de s'approvisionner également aux meilleurs prix possibles,
- et aux industries agroalimentaires de s'approvisionner aux meilleurs coûts possibles.
Cette efficacité économique est favorisée par la dissémination d'une information
transparente sur les coûts et les transactions permettant aux producteurs de prendre des
décisions de production les conduisant à produire les plus grandes quantités possibles et
aux industries de s'approvisionner dans les meilleures conditions.

605. Cependant, de nombreux articles de presse, comme de nombreuses études, mettent


régulièrement en évidence l'opacité et la mauvaise efficacité des marchés agricoles
algériens, de même que l'existence d'un commerce informel dans les secteurs agricoles et
agroindustriels. Cette situation a des effets dommageables tant pour les consommateurs que
pour les industries agroalimentaires et, plus généralement, pour l'économie algérienne. Il est
évident que seules la concertation et la coordination entre les trois ministères peut
déboucher sur des décisions réalistes visant à éradiquer tout commerce informel dans les
secteurs agricoles et agroindustriels et à améliorer l'efficacité économique et la transparence
des marchés agricoles. Une telle concertation permettrait aussi d‟identifier les voies les plus
idoines pour moderniser les pratiques du négoce agricole et agroindustriel afin lui donner la
capacité à réaliser des opérations commerciales internationales et de relancer les
exportations agricoles et agroalimentaires.

606. La régulation des marchés agricoles et agroalimentaires repose aussi sur la force et la
qualité de l‟organisation de l‟interprofession au sein des filières. De par le monde,
l'interprofession est le plus souvent considérée comme une association privée, totalement
indépendante des pouvoirs publics et créée sous l'effet de l'initiative privée de ses membres
(associations ou fédérations d'associations) représentant toutes les composantes d'une
même filière. L'interprofession prend des décisions visant à la plus grande efficacité
économique globale de la filière. Ces décisions sont mises en œuvre par les membres de
l'interprofession sans aucune intervention des pouvoirs publics. Dans certains pays toutefois,
188

comme en France, en cas de décision prise à l'unanimité de tous les membres d'une
interprofession, le Gouvernement peut décider d'étendre l'accord interprofessionnel à tous
les opérateurs d'une filière, même s'ils ne sont pas membres d'une association membre de
l'interprofession.

607. La réalité des interprofessions en Algérie est bien différente de celle généralement
acceptée :
- plusieurs Comités Interprofessionnels de branche ont été créés à l‟initiative du
Ministère de l‟Agriculture dans les secteurs du lait, des céréales, des dattes, de
l'olive, de la tomate industrielle, de la pomme de terre et de l'aviculture;
- ces Comités ont été mis en œuvre au sein d'offices publics (ONILEV, ONIL) ;
- leur fonction essentielle vise à mettre en œuvre la politique agricole décidée par le
Gouvernement ;
- les associations du secteur agricole, dont les Présidents sont membres de ces
Comités, ont été le plus souvent créées à l'initiative des pouvoirs publics qui en a
limité le nombre à raison d'une association par filière dans chaque Wilaya ;
- les associations du secteur agroindustriel, sont peu représentées dans ces
Comités Interprofessionnels.
608. Cette situation particulière est certainement appropriée au contexte politique et culturel
algérien actuel. Dans un tel contexte, il serait impossible de constituer des interprofessions
privées indépendantes des pouvoirs publics et ayant la capacité de prendre des décisions
que ses membres mettraient en œuvre librement. Le fonctionnement des Comités
Interprofessionnels actuels pourrait cependant certainement être amélioré, par exemple, par
une meilleure représentativité des associations et une plus grande implication du secteur
agroindustriel.
609. Par ailleurs, il faut noter qu‟aucun secteur ne semble disposer d‟un système de suivi et
d‟évaluation de son action permettant d‟apprécier la validité des méthodes adoptées et la
pertinence des activités soutenues financièrement et humainement. L‟absence d‟évaluations
régulières objectives ne permet pas de recentrer si nécessaire les actions et encore moins
les objectifs.

610. Entre les différentes institutions publiques et entre celles-ci et les organisations de la
société civile, il n‟existe pas de mécanisme (ni formel ni informel) de coordination en matière
de sécurité alimentaire. Un exemple de ce manque de coordination est le déroulement du
programme « Projet de Proximité de Développement Rural Intégré » (PPDRI) initié par le
MADRP (cf. encadré).
Les Projets de Proximité de Développement Rural Intégré (PPDRI)

Les PPDRI Ŕ initiés par le MADRP et mis en œuvre au cours du plan quinquennal 2010-2014 Ŕ
visaient le renforcement du développement durable et équilibré des territoires et l‟amélioration
des conditions de vies des populations rurales. Au nombre de 10.200 menés dans 2.174
localités rurales, ils devaient permettre d‟améliorer les conditions de vie de 727.000 ménages
ruraux soit près de 4.471.000 habitants et d‟avoir un impact sur la préservation et la valorisation
de 8,2 millions d‟hectares situés dans les zones de montagnes, les espaces steppiques et les
zones sahariennes. Ces projet Ŕ financés sur budget public Ŕ touchaient des communautés
plus ou moins étendues dans tous les aspects de leur vie : éducation, santé, habitat, routes,
communications, …). Ils devaient donc faire intervenir de façon coordonnée les représentants
locaux de plusieurs ministères et aussi des représentants de la société civile.
Dans les faits, la plupart des projets entrepris - et qui prévoyaient l‟intervention de plusieurs
institutions Ŕ ont été écourtés, se réduisant aux actions prévues par le MADRP en tant
qu‟initiateur des PPDRI, parce que les autres institutions n‟ont pas pris en compte les projets
dans leurs programmes sectoriels.
189

611. La création de mécanismes de coordination en matière de sécurité alimentaire


nécessite un renforcement des capacités des différentes institutions en ce domaine. La
coordination permettrait des synergies dans les interventions et rendrait celles-ci moins
coûteuses pour le budget de l‟Etat.
11. Plans et objectifs des partenaires :
612. Un certain nombre d‟organisations internationales et de partenaires étrangers ont
apporté leur appui aux efforts faits par les pouvoirs publics dans leurs actions visant la
réduction de la pauvreté et l‟amélioration des niveaux de production alimentaire et de
sécurité sanitaire des aliments.
11.1. Appui de l’Union Européenne
613. Aujourd‟hui, l‟UE est le principal partenaire financier de l‟Algérie. En effet, outre son
volet commercial, l‟Accord d‟association comprend une importante composante financière,
mise en œuvre par le bais de l'instrument financier de la Politique européenne de voisinage.
Entre 2007 et 2016, l‟Algérie a bénéficié, sous forme de dons, des financements accordés
par l‟Union Européenne. Les programmes de coopération mis en œuvre dans ce cadre ont
nécessité une enveloppe financière globale de 447,4 millions d‟Euros. La coopération est
orientée principalement vers :
- Le soutien aux politiques visant le développement et la diversification de la
production, et la sécurité alimentaire,
- Le développement rural intégré,
- L‟assistance technique, la formation,
- L‟harmonisation des normes et des contrôles phytosanitaires et vétérinaires,
- Le soutien au programme de recherche,
- Le soutien à la privatisation.

614. Pour le secteur de l‟Agriculture et du développement Rural, les projets de coopération


avec l‟Union Européenne sont :
- Le Programme d‟Appui au PNDAR- Proximité Rural
- Le Programme de Diversification de l‟Economie 1 (DIVECO 1)
- Le programme d‟appui à la mise en œuvre de l‟Accord d‟Association « P3A » Volet
Agriculture
- Programme d‟actions pilote pour le développement rural et l‟agriculture en Algérie
(Initiative ENPARD en Algérie)
615. Depuis 2010, dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d‟appui à la mise en
œuvre de l‟Accord d‟Association de l‟Algérie avec l‟Union Européenne « P3A »u Une
vingtaine d‟opérations TAIEX ont été réalisées quatre jumelages Institutionnels ont été
exécutés au profit du Ministère de l‟Agriculture et du Développement Rural. Ces 4 jumelages
concernent des actions et des institutions en lien avec la sécurité alimentaire puisqu‟il s‟agit :
- Du développement de l‟observatoire des filières agricoles et agroalimentaires à
l‟INRAA ». (projet de Jumelage clôturé)
- De la valorisation des produits agricoles du terroir par les systèmes de qualité
(IGAO) « DOFPP » :
- Du renforcement de la capacité de contrôle des services vétérinaires en vue de les
rapprocher des standards européens et internationaux «DSV»
- De la mise à niveau des laboratoires de l‟Institut National de la Médecine Vétérinaire
(INMV) aux standards européens et internationaux
616. Depuis 2013, d‟autres actions ont été programmées avec le soutien de l‟Union
Européenne. Ainsi, en 2014, l‟enveloppe globale allouée a atteint 26,3 millions d‟euros
consacrés à la justice (9 millions €), la formation professionnelle (10 millions €) et les médias
190

(7,3 millions €). En 2015, le budget alloué a été fixé à 25 millions d‟euros dont 17 millions
pour appuyer la diversification de l‟économie et 8 millions pour soutenir la participation des
citoyens à la vie publique locale. Pour 2016, l‟UE prévoyait de soutenir la modernisation des
finances publiques (10 millions d‟euros), le développement de l‟efficacité énergétique et des
énergies renouvelables (10 millions €) et de mobiliser l‟expertise nécessaire à une meilleure
exploitation des opportunités offertes par l‟Accord d‟Association (10 millions €), soit une
enveloppe globale de 30 millions d‟euros.
617. En outre, depuis 2007, le Ministère du Commerce est chargé de l‟exécution du
programme d‟appui à la mise en œuvre de l‟Accord d‟Association (P3A) qui en est
aujourd‟hui à sa quatrième phase et qui a mobilisé au total 95 millions d‟euros, la quatrième
phase devant se dérouler entre avril 2017 et avril 2021. Les actions déployées dans ce cadre
ont concerné de nombreux ministères dont celui des ressources en eau, celui de l‟Industrie,
celui des Pêches, et celui de la Solidarité nationale.
11.2. Appui de la Banque Mondiale
618. La Banque mondiale compte parmi les partenaires les plus actifs durant les trois
dernières décennies en Algérie. Pour rappel, les programmes soutenus par un financement
de la Banque Mondiale et en lien avec la sécurité alimentaire ont d‟abord été les Projets
Emploi Rural 1 et 2. Le premier Projet Emploi Rural (PER1), financé partiellement par un prêt
de la Banque mondiale, a été préparé en 1996 et mis en œuvre en 1997. Il concernait 105
communes situées dans les zones montagneuses pauvres des wilayate de Tlemcen, Sidi-
Bel-Abbès, Mascara et Relizane. Les résultats très positifs du PER 1 ont amené le
gouvernement à l'étendre à d'autres wilayate (Oran et Témouchent) et à le prolonger, à partir
de 2003 et pour une période de 5 années, par un deuxième Projet Emploi Rural (PER 2) qui
couvre les zones montagneuses de six wilayate du centre du pays (Chlef, Aïn Defla, Tiaret,
Tissemsilt, Médéa, Bouira). Le PER 1 s'est monté à millions de dollars US dont % financé
par la Banque mondiale. Le PER 2 a un montant d'environ 142 millions de dollars dont 66 %
financés par la Banque.
619. Les avantages environnementaux des projets Emploi Rural 1 et 2 proviennent de ce
que ces projets visaient principalement la lutte contre l'érosion des sols et l'amélioration de la
gestion durable des ressources naturelles, tout en ayant comme objectif prioritaire de
résorber le chômage rural grâce à des investissements à forte intensité de main-d'œuvre.
L'utilisation de techniques améliorées et durables dans la production agricole et la gestion
des ressources naturelles (eaux, sols et végétation) permet de stopper la dégradation de ces
dernières et même d'amorcer une remontée biologique. Les avantages environnementaux
des deux projets "Emploi Rural" allaient au-delà de la zone d'intervention immédiate car les
effets ont touché également les zones contiguës et les zones en aval des bassins versants
traités.
620. impacts du PER 1 sur le chômage et la pauvreté dans les zones où il s'est appliqué ont
été importants : 23.500 équivalent emplois/an ont été créés au cours des cinq ans de son
exécution. En outre, les travaux antiérosifs sur les bassins versants ont permis de diminuer
de façon significative l'envasement des barrages à l'aval des travaux. Par ailleurs, des
entreprises privées ont été maintenues ou créées grâce aux dépenses du projet
(exploitations agricoles, entreprises de travaux forestiers et agricoles,…).
621. Les impacts du PER 2 sont aussi un accroissement de l'emploi rural de 36.000
personnes-an et un nombre important d'emplois indirects. Comme le PER 1, le PER 2 a
permis d‟amorcer une diversification de la production agricole diversifiée et d‟accroître les
revenus et les valeurs d'actifs pour les ménages ruraux pauvres ainsi que les niveaux
d'activité pour les entreprises locales.
191

622. Le projet Filet Social est un autre projet qui a bénéficié d‟un prêt de la Banque Mondiale
(Prêt 4006-AL), ce projet Ŕ clôturé le 31 mars 2001- a cherché à générer de l'emploi et à
améliorer les infrastructures dans une zone défavorisée. Même si le prêt n'a pas été
entièrement décaissé, le nombre d'emplois créés dans les travaux publics à forte intensité de
main d'œuvre a excédé les projections (24.500 personnes-an contre une cible de 20.000
personnes-an).
623. Le projet Habitat Précaire, également financé en partie (69%) par la Banque Mondiale
pour un montant de 218,3 millions de dollars US (Prêt 4361-AL), ce projet visait
l‟amélioration des conditions de vie et de logement des populations pauvres. Il a une
composante environnementale et une composante de politique sociale en ciblant les
quartiers urbains insalubres et les zones à faible revenu avec une forte incidence sur la
pauvreté.
11.3. Les projets financés par le FIDA.
624. Le FIDA a financé un projet ayant une forte incidence sur l'environnement et la
pauvreté. Mis en œuvre en février 2003, il concerne l'aménagement de la zone de montagne
dans le bassin versant d'Oued Safsaf (wilaya de Skikda). Il était destiné à lutter contre
l'envasement du barrage des Zardézas. S‟appuyant sur des formes participatives, il devait
bénéficier à 3.584 ménages ruraux pauvres (environ 23.600 habitants) disposant
généralement de petites exploitations dont ils tirent totalement ou partiellement leurs
revenus. L‟objectif ciblé était le développement d‟activités productives (réhabilitation de petits
systèmes d'irrigation, mise en valeur de terres, conservation des eaux et des sols,
amélioration de la productivité et du management des écosystèmes sylvo-pastoraux,
élevage de bétail, réhabilitation et création de routes et de pistes ainsi que de points d'eau,
amélioration des services financiers ruraux, développement de micro-entreprises et du
marketing, amélioration de l'accès des ruraux pauvres aux programmes d'aides
gouvernementaux visant l'agriculture et le développement rural).
Conclusion de la section 2

625. Cette seconde section de la Revue avait pour objectif de vérifier dans quelle mesure les
stratégies, les politiques, les programmes et activités des pouvoirs publics et de leurs
partenaires étaient favorables à l‟amélioration constante de la situation de la sécurité
alimentaire et nutritionnelle en Algérie.
626. A cette fin, il a fallu s‟intéresser particulièrement aux stratégies, aux politiques et aux
programmes pouvant avoir une forte influence sur la disponibilité des aliments, les
possibilités d‟accès à ces aliments pour l‟ensemble des catégories sociales, les formes
d‟utilisation de ces aliments ainsi que sur la durabilité de l‟état de sécurité alimentaire et
nutritionnelle.
627. De l‟analyse, il ressort qu‟au cours des deux dernières décennies, les pouvoirs publics
ont mis en œuvre des stratégies et des politiques sectorielles qui ont incontestablement
permis une amélioration certaine de la sécurité alimentaire et nutritionnelle pour la majeure
partie de la population même s‟il subsiste encore des poches de pauvreté tant en milieu
urbain qu‟en zone rurale et même si l‟accès à une alimentation suffisante et saine reste
insuffisant pour les titulaires des revenus les plus faibles.
628. En effet, les pouvoirs publics se sont donné globalement pour objectif de mettre en
œuvre des programmes devant assurer en premier lieu l‟augmentation constante des
disponibilités locales par l‟intensification des productions et la modernisation des
exploitations agricoles, la mise en valeur de nouvelles terres, l‟encadrement et le soutien de
la production halieutique et aquacole, le développement des industries agroalimentaires et la
facilitation des importations indispensables pour combler les déficits de la production
domestique par rapport à la demande exprimée sur le marché.
192

629. L‟accroissement des possibilités d‟accès pour tous les consommateurs aux aliments
disponibles sur le marché a été aussi favorisé par la mise en place d‟un dispositif de
régulation pour quelques filières à l‟origine des produits entrant dans la ration alimentaire
moyenne (blés, lait, pomme de terre, viandes blanches, concentré de tomate) avec pour
objectifs une stabilité des prix garantissant simultanément la protection des revenus des
agriculteurs et une protection du pouvoir d‟achat des consommateurs.
630. Les possibilités d‟accès ont aussi été renforcées par les politiques menées en vue de
favoriser la croissance de l‟offre d‟emplois et donc de revenus monétaire pour les ménages
et les individus, d‟abord par des investissements publics massifs dans les grands chantiers
d‟extension et de modernisation des infrastructures, la promotion de l‟habitat, le
développement du crédit à l‟investissement et du microcrédit, le soutien financier de projets
de développement rural de proximité dans les communes les plus pauvres et les plus
enclavées. L‟offre d‟emplois a encore été accrue par des dispositifs, censés être transitoires,
au profit des chômeurs, jeunes ou moins jeunes, dans le but de leur assurer un revenu
minimal dans l‟attente d‟un emploi stable et mieux rémunéré.
631. L‟accès aux aliments a été encore facilité pour les individus et pour leurs familles quand
ils n‟étaient pas aptes au travail par des dispositifs d‟aide sociale sous forme d‟indemnités
diverses et de dons alimentaires.
632. Les politiques déployées ont aussi eu pour objectif d‟augmenter les disponibilités et
l‟accès à l‟eau potable sur la base d‟une exploitation et d‟un stockage plus systématique des
ressources en eaux de surface et en eaux souterraines, de la désalinisation de l‟eau de mer,
de l‟organisation de transferts interrégionaux au profit des régions les plus démunies de ces
ressources. Dans le même temps, des programmes conséquents ont été exécutés pour
élargir les possibilités d‟accès aux réseaux d‟épuration des eaux usées comme pour
augmenter les capacités de traitement de ces eaux usées. Tous ces programmes ont
nécessairement influés positivement sur les conditions générales de vie des ménages et
indirectement sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle.
633. Dans le cadre de la lutte contre la pauvreté et l‟exclusion, les pouvoirs publics ont
développé des politiques et mis en place des mécanismes permettant d‟élargir le spectre de
la protection sociale (assurance maladie, accès aux pensions de retraite et d‟invalidité, accès
gratuit aux soins des maladies de longue durée, …).
635. En matière de santé publique, les politiques et programmes des pouvoirs publics ont
continué à privilégier l‟extension du tissu des infrastructures sanitaires et le renforcement de
l‟encadrement dans le but d‟élargir l‟accès quasi gratuit aux soins, y compris pour les
individus et les ménages les plus pauvres.
636. Face aux conséquences induites par la transition démographique, les pouvoirs publics
ont défini, récemment, des programmes visant la prévention et la lutte contre les maladies
non transmissibles, ciblant particulièrement le diabète et le cancer. Ces programmes
intègrent un volet portant sur la promotion d‟une alimentation saine et équilibrée sur le plan
nutritionnel.
637. Par ailleurs, la règlementation en matière de sécurité sanitaire des aliments mis en
marché a été renforcée, les moyens de suivi et d‟analyse ainsi que les contrôles ont été
accrus aux fins de s‟assurer d‟une minimisation des risques courus par le consommateur
final lors de l‟acte de consommation.
638. Cependant, l‟analyse des résultats obtenus a montré aussi que l‟amélioration de l‟état
général de la situation de la sécurité alimentaire et nutritionnelle est soumise à de grands
risques sur le plan de la durabilité.
639. En effet, la croissance effective des disponibilités en produits agricoles, par
l‟accroissement des rendements et l‟extension des superficies cultivées, est encore
nettement insuffisante pour des produits de base tels que les blés, les légumineuses
alimentaires ou le lait. Les déficits structurels constatés ont été comblés par des importations
193

de plus en plus massives, importations rendues possibles par l‟existence de ressources en


devises obtenues grâce à l‟exportation d‟hydrocarbures bénéficiant de prix élevés sur le
marché international.
640. De plus, les mécanismes de soutien aux prix des biens alimentaires ont un triple effet
pervers. Ils conduisent à une pénalisation plus ou moins forte, selon le produit, du
développement de la production locale. Ils conduisent à un gaspillage d‟aliments dont le prix
payé par le consommateur n‟est pas dépendant des coûts de production réels. Parce qu‟ils
bénéficient de manière égale à tous les citoyens, ils bénéficient davantage aux catégories
sociales titulaires des revenus les plus élevés et conduisent à creuser davantage les écarts
en matière de niveau de vie aux dépens des plus défavorisés.
641. Enfin, ces mécanismes de soutien des prix exigent des efforts budgétaires croissants
de la part des pouvoirs publics alors que les ressources utilisées proviennent des
exportations d‟hydrocarbures et viennent réduire les capacités d‟investissement du pays, en
particulier dans la diversification de l‟économie.
642. En matière de sécurité sanitaire des aliments, les politiques des pouvoirs publics ont
abouti à la mise en place d‟un dispositif relativement complet mais dont l‟efficacité reste
encore très faible non seulement à cause de quelques insuffisances sur le plan juridique
mais aussi et surtout en raison de l‟absence d‟une coordination forte entre la multitude des
acteurs impliqués dans le suivi et le contrôle de la qualité des aliments mis en marché, y
compris en matière d‟hygiène élémentaire.
643. Par ailleurs, la multiplicité des dispositifs mis en place pour accroître l‟offre d‟emplois a
un coût non maîtrisé et a abouti à la création d‟emplois précaires peu productifs de valeur
ajoutée et qu‟il sera difficile de pérenniser. Les mécanismes mis en œuvre pour lutter contre
la pauvreté sont quelque fois réellement inclusifs mais souffrent de l‟absence d‟un suivi et
d‟une évaluation permettant de garantir la durabilité de leurs effets et, surtout,
l‟autonomisation à moyen terme des localités et des ménages ou individus aidés grâce à ces
mécanismes.
644. En définitive, la majeure partie des programmes et actions engagés au cours des deux
dernières décennies et qui ont eu pour effet, de manière directe ou indirecte, l‟amélioration
de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, sont bâtis sur le recours aux subventions
publiques lesquelles ont fini par atteindre des seuils intolérables pour le budget de l‟Etat. On
rappellera seulement qu‟en 2015, ces subventions représentaient 13,6% du PIB86 et qu‟en
l‟absence d‟une réelle diversification de l‟économie nationale cette politique sera
constamment à la merci de la volatilité des prix des hydrocarbures sur le marché
international et de la capacité d‟accroissement des volumes d‟hydrocarbures que le pays
pourra continuer à exporter sur ce même marché international.

86
FMI. Rapport Algérie 16/128. Mai 2016. 67p.
194

ANNEXE 1. Couffin de Ramadhan

Composition du couffin de Ramadhan 2017


Commune d‟Oued Smar
Wilaya d'Alger
Produit Unité Quantité
Semoule blé dur Kg 10
Farine blé tendre Kg 5
Huile Litre 5
Sucre Kg 2
Concentré de tomate Kg 1
Pruneaux Kg 1
Raisin sec Kg 1
Chorba Fric (blé vert concassé) Kg 2
Smen (beurre fondu) Kg 1
Café Kg 1
Pois chiches Kg 1
Thé Boîte 1
Margarine Kg 1
Orge concassée (pour chorba) Kg 1
Valeur en DA DA 7 000
195

ANNEXE 2. Progrès accomplis en matière d’apports énergétiques, de prévalence de la


sous-alimentation, de certaines formes de malnutrition
Algérie Suffisance des apports énergétiques alimentaires moyens (%) (moyenne sur 3 ans) 1999-2001 % 124
2014-2016 143
Maroc 1999-2001 133
2014-2016 145
Tunisie 1999-2001 142
2014-2016 142
Algérie Prévalence de la sous-alimentation (%) (moyenne sur 3 ans) 1999-2001 10,7
2014-2016 4,6
Maroc 1999-2001 6,8
2014-2016 3,5
Tunisie 1999-2001 4,9
2014-2016 5
Algérie Nombre de personnes sous alimentées en millions (moyenne sur 3 ans) 1999-2001 3,3
2014-2016 1,8
Maroc 1999-2001 2
2014-2016 1,2
Tunisie 1999-2001 0,5
2014-2016 0,6
Algérie Ampleur du déficit alimentaire (Kcal/personne/jour) (moyenne sur 3 ans) 1999-2001 77
2014-2016 32
Maroc 1999-2001 48
2014-2016 25
Tunisie 1999-2001 36
2014-2016 37
Algérie Accès à des sources d'eau améliorées (%) 2000 89,5
2015 83,6
Maroc 2000 78,3
2015 85,4
Tunisie 2000 89,9
2015 97,7
Algérie Accès à des services d’assainissement améliorés (%) 2000 83,6
2015 87,6
Maroc 2000 64,0
2015 87,6
Tunisie 2000 81,9
2015 81,9
Algérie Pourcentage des enfants de moins de 5 ans émaciés (%) 2000 3,1
2012 4,1
Maroc 2003 10,8
2011 2,3
Tunisie 2000 2,9
2012 2,8
Algérie Pourcentage des enfants de moins de 5 ans présentant un retard de croissance (%) 2000 23,6
2012 11,7
Maroc 2003 23,1
196

2011 14,9
Tunisie 2000 16,8
2012 10,1
Algérie Prevalence of obesity in the adult population (18 years and older) 2000 14,06
2014 21,56
Maroc 2000 12,84
2014 20,64
Tunisie 2000 15,6
2014 24,2
Algérie Prevalence of anemia among women of reproductive age (15-49 years 2000 36,5
2015 34,9
Maroc 2000 35,9
2015 36,0
Tunisie 2000 28,2
2015 30,2
Source : Base de données de la FAO
197

ANNEXE N°3. Textes législatifs portant sur la sécurité sanitaire des aliments

Textes fondamentaux :

1. Constitution

2. Code civil (pour les vices cachés et le droit de la responsabilité civile du fait des produits)

3. Code du commerce (pour les contrats spéciaux et les structures des entreprises)

4. Code pénal (pour les infractions, délictuelles et contraventionnelles).

5. Code du travail (pour l‟hygiène et la sécurité sur les lieux de travail)

6. Code des douanes (pour les pouvoirs de l‟administration et les sanctions pénales ou
administratives)

7. Code de procédure civile (pour les droits des victimes)

8 Code de procédure pénale (pour les pouvoirs de constatation et de poursuite ou pour les
constitutions de partie civile)

8. Code de la santé (et ses dispositions convergentes avec le droit alimentaire)

9. Code des assurances (pour l‟obligation d‟assurance des entreprises agro-alimentaires)

Lois transversales ou spéciales ayant donné lieu à la production de textes


d’application :

1. Loi n° 85-05 du 16 février 1985 relative à la protection et à la promotion de la santé

2. Loi n° 87-17 du 01 Août 1987 relative à la protection phytosanitaire, (les pesticides)

3. Loi n° 88-08 du 26 janvier 1988 relative aux activités de médecine vétérinaire et à la


protection de la santé animale.

4. Ordonnance n°03-03 du 19 juillet 2003 relative à la concurrence, modifiée par les lois n°
08-12 du 25 juin 2008 et n° 10-05 du 15 août 2010.

5. Loi n° 04-04 du 23 juin 2004 relative à la normalisation

6. Loi N° 04-02 du 23 juin 2004 fixant les règles applicables aux pratiques commerciales
(modifiée par la loi du 15 août 2010).

7. Loi 05-03 du 6 février 2005 relative aux semences. aux plants et à la protection de
l‟obtention végétale ;

8. Loi n° 05-12 du 4 août 2005 relative à l‟eau

9. Loi 08-16 du 3 août 2008 portant orientation agricole

10. Loi 09-03 du 25 février 2009 relative à la protection du consommateur et à la répression


des fraudes.

11. Loi n° 12-06 du 12 janvier 2012 relative aux associations.


198

Décrets Présidentiel et Exécutifs :

1. Décret Présidentiel n°02-400 du 25 nov. 2002 portant ratification de la convention


internationale pour la protection des végétaux.

2. D.E n° 87-146 du 30 juin 1987 portant création de Bureaux d‟hygiène communale.

3. DE n° 89-147 du 8 août 1989 portant création, organisation et fonctionnement de Centre


Algérien du Contrôle de la Qualité et de l‟Emballage (CACQE), modifié par le D.E. n° 03-318
du 30 sept.2003.

4. D.E .n° 90-39 du 30 janvier 1990 relatif au contrôle de la qualité et à la répression des
fraudes.

5. D.E. n° 90-240 du 4 août 1990 fixant les conditions de fabrication, de mise en vente et de
contrôle des médicaments vétérinaires.

6. D.E n° 90-367 du 10 novembre 1990, relatif à l‟étiquetage et à la présentation des denrées


alimentaires modifié par D.E n° 05-484 du 22 décembre 2005.

7. D.E n° 91-04 du 19 janvier 1991 relatif aux matériaux destinés à être mis en contact avec
les denrées alimentaires et les produits de nettoyage de ces matériaux.

8. D.E. n° 91- 53 du 23 février1991 relatif aux conditions d‟hygiène lors du processus de la


mise à la consommation des denrées alimentaires.

9. D.E n° 91- 452 du 16 novembre 1991 relatif aux inspections vétérinaires des postes
frontières. D.E. 91-514 du 22 Décembre 1991 relatif aux animaux interdits à l’abattage ;

10. D.E.92-65 du 12 février 1992 portant modalités de contrôle de la conformité des produits
fabriqués localement ou importés ;

11. D.E. 93-286 du 23 Novembre 1993, réglementant le contrôle phytosanitaire aux


frontières avec notamment la liste des organismes nuisibles réglementés à l‟importation ;

12. D.E n° 95-363 du 11 novembre 1995 fixant les modalités d‟inspection vétérinaires des
animaux vivants et denrées animales ou d‟origine animale destinées à la consommation
humaine.

13. D.E. 95-405 du 2 décembre 1995, relatif au contrôle des produits phytosanitaires à
usage agricole modifié par le D.E. 99-156 du 20 Juillet 1999 ;

14. D.E. 95-363 du 11 Novembre 1995, modifié et complété, fixant les modalités d‟inspection
vétérinaires des animaux vivants et des denrées animales ou d‟origine animale destinés à la
consommation humaine ;

15. D.E. 95-387 du 28 novembre 1995 fixant la liste des ennemis des végétaux et les
mesures de surveillance et de lutte qui leur sont applicables ;

16. D.E .n° 92-65 du 12 février 1992 relatif au contrôle de la conformité des produits
fabriqués localement ou importés.
199

17. D.E. n° 97-254 du 8 juillet 1997 relatif aux autorisations préalables à la fabrication et à
l‟importation des produits toxiques ou présentant un risque particulier.

18. D.E n° 98-69 du 21 février 1998 portant création et statut de l‟IANOR ;

19. D.E. n° 02-68 du 6 février 2002, fixant les conditions d‟ouverture et d‟agrément des
laboratoires d‟analyse de la qualité.

20. D.E. n° 04-82 du 18 mars 2004 fixant les conditions et modalités d‟agrément sanitaire
des établissements dont l‟activité est liée aux animaux, produits animaux et d‟origine animale
ainsi que de leur transport.

21. D.E. n° 04-189 du 7 juillet 2004 fixant les mesures d‟hygiène et de la salubrité
applicables aux produits de la pêche et de l‟aquaculture.

22. D.E. n° 04-319 fixant les principes d‟élaboration, d‟adoption et de mise en œuvre des
mesures sanitaires et phytosanitaires

23. D.E n° 04-320 du 7 octobre 2004 relatif à la transparence des mesures sanitaires et
phytosanitaires et des Obstacles Techniques au Commerce.

24. D.E. n° 05-67 du 30 janvier 2005, portant création du Comité National du Codex
Alimentarius et fixant ses missions et son organisation.

25. D.E. n° 05-464 du 6 décembre 2005 relatif à l‟organisation et au fonctionnement de la


normalisation.

26. D.E n° 05-465 du 6 décembre 2005 relatif à l‟évaluation de la conformité.

27. D.E n° 05-466 du 6 décembre 2005 portant création, organisation et fonctionnement de


l‟organisme algérien d‟accréditation (ALGERAC).

28. D.E n° 05-467 du 10 décembre 2005 fixant les conditions et les modalités de contrôle
aux frontières de la conformité des produits importés.

29. Décret exécutif n° 07-100 du 29 mars 2007 fixant les conditions d‟agrément pour
l‟exercice des activités de production, de multiplication ou de vente en gros et demi-gros des
semences et plants ainsi que les modalités de son octroi.

30. D.E. n° 10-90 du 10 mars 2010 complétant le D.E n° 04-82 du 18 mars 2004 fixant les
conditions et modalités d‟agrément sanitaire des établissements dont l‟activité est liée aux
animaux, produits animaux et d‟origine animale ainsi que de leur transport.

31. D.E n° 11-20 du 25 janvier 2011 modifiant le D.E 98-69 du 21 février 1998 portant
création et statut de l‟Institut Algérien de la Normalisation (IANOR).

32. D.E n°12-98 du 1er mars 2012 portant création d‟un Centre Technique des industries
agroalimentaires (CTIAA).

33. D.E n° 12-203 du 6 mai 2012 relatif aux règles applicables en matière de sécurité des
produits (sécurité, alerte, traçabilité).

34. D.E. 12-214 du 15 mai 2012 relatif aux additifs alimentaires ;


200

35. D.E. 13-327 du 26 septembre 2013 fixant les conditions et les modalités de mise en
œuvre de la garantie des biens et des services ;

36. D.E. 13-328 du 26 septembre 2013 fixant les conditions et les modalités d‟agrément des
laboratoires au titre de la protection du consommateur et de la répression des fraudes

37. D.E. 13-378 du 09 novembre 2013 relatif à l‟information du consommateur par étiquetage
et mode de présentation des aliments.

38. D.E n°14-366 du 15 décembre 2014 portant sur les conditions de contamination tolérées
pour les denrées alimentaires.

39. D.E n°16-299 du 23 novembre 2016 portant conditions d‟utilisation des emballages pour
les produits alimentaires.

40. D.E n°17-140 du 11 avril 2017 fixant les conditions d‟hygiène et de salubrité pour les
denrées alimentaires.

41. D.E n°17-310 du 24 octobre 2017 portant création du Comité National multisectoriel de
lutte contre la résistance aux antimicrobiens.
201

BIBLIOGRAPHIE

1. Agence de Développement Social. Présentation. Nd. 9p.


2. Aghiles R. 2017. Gaspillage/ 90 tonnes de pain dans les poubelles d‟Alger. In AF-
Algérie Focus du 14-10-2017. Téléchargé le 22-12-2017 sur le site
http://www.algerie-focus.com/2017/10/gaspillage-90-tonnes-de-pain-poubelles-
dalger/
3. Ambassade de Suisse à Alger. Rapport économique Algérie 2016.Edition 2017. 18p.
4. Baali E.H & Bourarach E.H., 2008. Les pertes en grains à la récolte mécanique des
céréales. Bulletin mensuel de liaison et d‟information du PNTTA. Transfert de technologie
en agriculture. N° 170. Novembre 2008.
5. Bardhan P, 2016. Un revenu minimum garanti pourrait-il aider les pays pauvres ? Le
quotidien d‟Oran du 2-7-2016
6. Banque Mondiale : Revue des politiques agricoles et services à l‟agriculture. 1987-93.
Rapport n°12534-AL. 29 Décembre1994. 110p.
7. Banque Mondiale : RADP. Mémorandum économique : la transition vers une économie
de marché. Volume 1. Rapport principal. N°12048-AL. 25 Mai 1994. 146p.
8. Banque Mondiale : RADP. Mémorandum économique : la transition vers une économie
de marché. Volume 2. Annexe statistique. N°12048-AL. 25 Mai 1994. 106p.
9. Banque Mondiale : Stratégie Macroéconomique à Moyen Terme pour l‟Algérie. Soutenir
une croissance économique plus rapide avec la stabilité économique et sociale. Volume
1. Texte principal. Mai 2003. Rapport n°26005-AL. 129p.
10. Banque Mondiale : Stratégie Macroéconomique à Moyen Terme pour l‟Algérie. Soutenir
une croissance économique plus rapide avec la stabilité économique et sociale. Volume
2. Annexes. Mai 2003. Rapport n°26005-AL. 121p.
11. Banque Mondiale : RADP. Une revue des dépenses publiques. A la recherche d‟un
investissement public de qualité. Volume 1. Texte principal. 15/08/2007. Rapport
n°36270-DZ. 236p.
12. Banque Mondiale : Rapport de suivi de la situation économique de l‟Algérie. Gestion des
répercussions de la chute brutale des prix du pétrole. Automne 2016. 31p.
13. Banque Mondiale : Rapport de suivi de la situation économique de l‟Algérie. Printemps
2017. 40p.
14. BELAID Djamel. Le secteur agroalimentaire en Algérie. Tome 1. Collection Dossiers
Agronomiques. Edition 2016. 78p.
15. BESSAOUD O. La sécurité alimentaire en Algérie. Rapport présenté lors du Séminaire
sur la sécurité alimentaire organisé par le FCE. Alger. 2016. 96p.
16. BOUDJEMAA B.M, 2018. La sécurité sanitaire des aliments en Algérie : Quels rôles pour
quels acteurs ? Le Quotidien d‟Oran du 12-10-2010.
17. BOURI C. Les politiques de développement agricole. Le cas de l‟Algérie. Impact du
PNDA/PNDAR sur le développement économique. Thèse de doctorat. Université d‟Oran.
2011. 483p.
18. CNES : Rapport national sur les objectifs du Millénaire pour le développement. Algérie.
2005. 84p.
19. CNES : Rapport national sur le Développement Humain. Algérie 2006. 105p.
20. CNES : Rapport national sur le Développement Humain. Algérie 2007. 120p.
21. CNES : Rapport national sur le Développement Humain 2013-2015. 204p
22. CNES. Rapport de conjoncture économique et sociale. 1er Semestre 2015. Alger.
11/2015. 103p.
23. DAHEL-MEKHANCHA C.C., KAROUNE R., YAGOUBI-BENATALLAH L., BADAOUI B.,
MEKHANCHA D-E., NEZZAL L. 2016. Statut pondéral et pratiques alimentaires des
jeunes en Algérie. Revue Nutrition-Santé. 2016. Volume 5. N°2. Pp 69-80.
24. ECHIKR D., 2012. Rapport. Journée nationale d‟information avec la société civile sur la
conférence des Nations-Unies sur le développement durable. Rio + 20. Alger. 38p.
25. F.A.O. Bilans alimentaires. Manuel. Rome. 2003. 96p.
202

26. FAO. L‟état de l‟insécurité alimentaire dans le monde. Comment la volatilité des cours
internationaux porte-t-elle atteinte à l‟économie et à la sécurité alimentaire des pays ?
Rome. 2011. 62p.
27. FAO. La FAO et les ODD. Des indicateurs de mesure pour suivre la mise en œuvre du
Programme de Développement durable à l‟horizon 2030. Rome. 2017. 40p.
28. FAO. Compendium of indicators for nutrition-sensitive agriculture. Rome. 2016. 60p.
29. FAO. Food Security Indicators. Consulté le 25/10.2017. www.faostat
30. FAO, FIDA, OMS, PAM et UNICEF, 2017 : L'état de la sécurité alimentaire dans le monde
2017. Renforcer la résilience pour favoriser la paix et la sécurité alimentaire, Rome, FAO.
132p.
31. F.C.E. 2016. Etude sur la Sécurité Alimentaire. Synthèse. Juillet 2016. 16p.
32. Fédération Internationale du Diabète. Atlas du diabète de la FID. Huitième édition. 2017.
150p. www.diabèteatlas.org
33. FMI. Algeria : Recent Economic Developments. Staff Country Report n°00/105. August
2000. 98p.
34. FMI. Algeria : Selected Issues and Statistical Appendix. Country Report n°03/69. March
2003. 97p.
35. FMI. Algérie : Questions choisies. Rapport n°06/101. Mars 2006. 49p.
36. FMI. Algérie. Statistical Appendix. Rapport n°06/102. Mars 2006. 48p
37. FMI. Algérie. Country report n°14/32. Février 2014. 56p..
38. FMI. Rapport Pays. Algérie. N°14/341. Décembre 2014. 59p.
39. FMI. Perspectives Economiques Régionales. Moyen-Orient, Afrique du Nord, Afghanistan
et Pakistan. Washington D.C. 2015. 74p.
40. FMI. Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Washington D.C. Septembre 2015. 39p.
41. FMI. Learning to live with cheaper oil. Policy adjustment in oil-exporting countries of the
Middle East and Central Asia. Washington. 2016. 52p.
42. FMI : Rapport Algérie 16/127. Mai 2016. 63p
43. FMI : Rapport Algérie 16/128. Mai 2016. 67p
44. FMI : Rapport Algérie 16/2017. Mai 2017. 69p.
45. Global Nutrition Report. 2015 Nutrition Country Profile. Algeria. 2015. 2p.
46. IBARRA G.L. et ITAMANOV A. Améliorer les données sur la pauvreté dans le monde : le
cas de l‟Algérie. 5p.
47. International Policy Centre for Inclusive Growth. Social protection after the Arab Spring.
Volume 14. Issue n°3. December 2017. 76p.
48. International Centre for Trade and Sustainable Development. Agriculture and Food
Security : New Challenges and Options for International Policy. Policy Options paper.
2016. 32p.
49. IFPRI. 2007. Impact of trade liberalization on agriculture in Near East and North Africa.
Washington. USA. 174p.
50. IFPRI. Trade liberalization and poverty in the Middle East and North Africa. Washington
D.C. 2010. 252p.
51. IFPRI. Politiques alimentaires mondiales. Rapport 2011. Washington. USA. 2011. 126p.
52. IFPRI. Global Nutrition Report. Actions and accountability to accelerate the world‟
progress on nutrition. Washington. USA. 2014. 119p.
53. IFPRI. Global Hunger Index Fact Sheet. Washington. USA. 2015.
3p.www;ifpri.org/ghi/2015
54. IFPRI. Global Nutrition Report. Actions and accountability to advance nutrition and
sustainable development. Washington. USA. 2015. 201p.
55. IFPRI. Global Hunger Index. Armed conflict and the challenge of hunger.
Bonn/Washington DC/Dublin. October 2015. 46p
56. IFPRI. 2015 Nutrition Country Profile. Algeria. Economics and demography. 2p.
www.globalnutritionreport.org .
57. International Monetary Fund. Algeria. Country Report. N°16/127. 05/2016. 63p.
58. International Monetary Fund. Algeria. Country Report. N°16/127. 05/2016. 63p.
203

59. IFPRI & IFAD. Impact of trade liberalization on Agriculture in Near East and North Africa.
Washington D.C. 2007. 174p.
60. IFPRI. Global Hunger Index. Armed Conflict and the Challenge of Hunger. 2015.
Washington D.C. 46p.
61. IFPRI. Social protection after the Arab Spring. Policy in Focus. Volume 14. N°3.
December 2017. 76p.
62. INPS. MSPRH. Transition épidémiologique et système de santé. Projet TAHINA. Enquête
Nationale Santé. Novembre 2007. 305p.
63. INPS. Projet TAHINA. Analyse des causes de décès Année 2002. Novembre 2008. 127p.
64. Kaci F, 2007. Etude des pertes de grains sur les moissonneuses batteuses disponibles
en Algérie. Thèse de doctorat, Ecole Nationale Supérieure Agronomique, Alger.
65. Kaci F, 2005. Les essais de la moissonneuse batteuse « Axial-Flow 1660» International
Harvester dans les zones sahariennes. Sciences & Technologie C Ŕ N°23, juin (2005),
pp. 86-90.
66. KHEDIM Z. et BAGHDAD C. La gouvernance de l‟eau dans le cadre du développement
durable : une opportunité créatrice d‟emplois. Quelle réalité en Algérie ? Les cahiers
MECAS. N°13. Décembre 2016. 15p.
67. KOURTA D, 2018. Selon une enquête du ministère de la santé de l‟eau polluée dans les
robinets. El Watan du 18/1/2018.
68. MAGDELAINE C, 2018. Sous le Sahara, une nappe d‟eau grande comme deux fois la
France. Téléchargé le 16-1-2018 sur le site : https://www.notre-
planete.info/actualites/3823-Sahara-eau
69. Maghreb Emergent, 2015. Près de 62% des communes de l'Algérie sont classées
"pauvres" en 2015. Média en ligne. Téléchargé le 30-11-2017 sur
http://www.algerieinfo.com/
70. Mécanisme Africain d‟Evaluation par les Pairs. (MAEP). Rapport d‟évaluation n°4.
Rapport d‟évaluation de la RADP. Juillet 2007. 482p.
71. MEROUANI W. Les déterminants microéconomiques de la demande d‟assurance
sociale : de la théorie à l‟application (enquête auprès de la population occupée en
Algérie). Thèse de doctorat. Université de Caen Basse Normandie et de l‟ENSSEA.
29/09/2015. 188p.
72. Ministère des Affaires Etrangères. Algérie : Objectifs du Millénaire pour le
Développement. Rapport national 2000-2015. 146p. Juin 2016.
73. MADR. Projet de Programme Quinquennal de développement 2010-2014. Mars 2009.
Alger. 38p.
74. MADR, 2009, Bilan du programme quinquennal du secteur agricole et rural 2005‐2009,
51p.
75. MADR : La Politique de Renouveau Agricole et Rural. Rapport d‟étape analytique 2008-
2011 et perspectives à 2014. Alger. 83p
76. MADR : Le Renouveau Agricole en chiffres. Rapport d‟étape. Contrats de performance
2009-2010 et prévisions de clôture 2011. Alger. 116p.
77. MADR, 2010, Rapport d‟activités du secteur de l‟agriculture et du développement rural
pour l‟année 2009, prévision 2010 et programme quinquennal 2010-2014, Aout 2010,
83p.
78. MADR : Le Renouveau Rural en chiffres. Rapport d‟étape. Contrats de performance
2009-2010 et prévisions de clôture 2011. Alger. 64p.
79. MADR, 2009, Discours de SEM le Président de la République à la Conférence Nationale
sur le Renouveau Agricole et Rural, 28 février 2009, Biskra, Algérie.
80. MADR, 2013, le programme quinquennal 2015-2019 un programme dédié à la
consolidation du développement agricole et rural : rapport préliminaire, novembre
2013,47p.http://www.itdas.dz/files/download/Programme%20quinquennal%20de%20con
solidation%2020152019%20_%20Version%20samedi%2009_11_2013%20_%2019h45.p
df
204

81. Ministère de l‟Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche. Politique


gouvernementale dans le domaine de l‟agriculture, du développement rural et de la
pêche.09/2015. 14p.
82. MDDR, 2004, Les plans d'actions ébauchés de la stratégie de développement rural
durable, 31 Mars 2004, Rapport principal, 44p
83. MDDR, 2007, Présentation du Programme de Soutien au Renouveau Rural 2007-2013,
37p.
84. Ministère des Finances. Le nouveau modèle de croissance. Synthèse. Juillet 2016. 21p.
85. Ministère de l‟Emploi et de la Solidarité Nationale et PNUD : Carte de la pauvreté en
Algérie. Mai 2001. 106p.
86. Ministère de l‟Emploi et de la Solidarité Nationale et PNUD : Etude d‟affinement de la
carte de la pauvreté. Etude des territoires et des capacités d‟action et d‟organisation.
Etude des ménages et des conditions de mise en œuvre des dispositifs d‟aide et de lutte
contre la pauvreté. Rapport de synthèse. Mars 2006. 252p.
87. Ministère de l‟Industrie, de la PME et de la Promotion de l‟Investissement. Rapport sur le
développement local. 51 mesures visant le développement économique local. Série
Poltique économique et développement. N°2. Octobre 2011. Alger. 39p.
88. Ministère du Commerce. Rapport relatif au bilan du contrôle de l‟activité économique et
de la répression des fraudes au titre de l‟année 2017. Alger. Janvier 2018. 11p.
89. Ministère de l‟Industrie et des Mines. Bulletin d‟information statistique de la PME n°31.
Données du premier semestre de l‟année 2017. Alger. 45p.
90. Ministère de l‟Industrie et des Mines. Bulletin d‟information statistique de la PME n°30.
Données de l‟année 2016. Alger. 59p.
91. MPRH, 2001, le secteur de la pêche et de l‟aquaculture en Algérie : capacités et
perspectives, 22p.
92. MPRH, 2003, Plan national de développement de la pêche et de l‟aquaculture 2003-
2007, 78p.
93. MPRH, 2004. Etude relative à la création d‟un établissement financier spécifique de la
pêche et de l‟aquaculture, cabinet d‟études prospect +, livre I, 43p.
94. MPRH, 2008. Schéma directeur de développement des activités de la pêche et de
l‟aquaculture horizon 2025, avril 2008, 152p.
95. Ministère de la Pêche et des Ressources Halieutiques. Pêche et aquaculture par les
chiffres. 2000-2010. Février 2011. Alger. 26p.
96. MPRH, 2012. Etat de mise en œuvre du programme sectoriel quinquennal 2010-2014 :
état d‟exécution 2011-2012, juin 2012, 35p.
97. MPRH, 2014, synthèse Rapport Ŕ Bilan de la feuille de route du secteur de la pêche et
des ressources halieutiques, janvier 2014, 16p
98. MPRH. Secteur de la pêche et de l‟aquaculture. Bilan 2012-2014. Prospective 2030 et
Projet « Plan Aquapêche 2030 ». Avril 2014. 72p.
99. MPRH, DGP, 2018, Pêche et aquaculture en Algérie, situation et enjeux économiques,
de sécurité alimentaire et environnementaux.
100. MRE - Ministère des ressources en eau, 2015. Politique gouvernementale dans le
domaine des ressources en eau. MRE, Alger. Téléchargé le 17-1-2018 sur le site :
http://www.premier-ministre.gov.dz/ressources/front/files/pdf/politiques/ressources-en-
eau-pdf.pdf
101. Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière et ONS :
Déglobalisation de la politique et des programmes de population. Quelques indicateurs
de suivi et d‟évaluation. Enquête algérienne sur la santé de la famille. Atlas
démographique. Année 2002. 48p.
102. Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière : Enquête
algérienne sur la santé de la famille. Rapport final. Projet PAN ARABE pour la santé de
la famille. Mai 2005. 408p.
103. Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière : Enquête
algérienne sur la santé de la famille. Analyses approfondies. Projet PAN ARABE pour la
santé de la famille. Mai 2005. 260p.
205

104. Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière. Direction de la


Population. Situation démographique et sanitaire (2000-2014). Alger. Juillet 2014. 28p.
105. Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière. Les cancers en
Algérie. Données épidémiologiques du Réseau national des Registres du cancer. Année
2015. 16p.
106. Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière. Direction
Générale de la Prévention et de la Promotion de la Santé. Plan stratégique multisectoriel
de lutte intégrée contre les facteurs de risque des maladies non transmissibles. 2015-
2019. Alger. Année 2015. 46p.
107. MINOT M., CHEMINGUI M.A., THOMAS M., DEWINA R. et ORDEN D. Trade
liberalization and poverty in the Middle East and North Africa. IFPRI. Washington D.C.
2010. 252p.
108. MOZAS G. M. et GOSN A. Etat des lieux du secteur de l‟eau en Algérie. IPEMED.
Série Etudes et Analyses. Octobre 2013. 27p.
109. Nations Unies. CA du PNUD et du FNUP : Projet de descriptif de pays pour l‟Algérie
(2007-2011). 26 Juillet 2006. New-York. 7p.
110. Nations Unies. Commission Economique pour l‟Afrique. Bureau AFN. La sécurité
alimentaire en Afrique du Nord. Analyse de la situation et réactions des Etats face à
l‟instabilité des marchés agricoles. Rabat. Maroc. 2012. 54p.
111. Nations Unies. Résolution adoptée par l‟Assemblée Générale le 25/09/2015.
Transformer notre monde : le Programme de Développement Durable à l‟horizon 2030.
New-York. 21 Octobre 2015. 38p.
112. Nations Unies. Commission Economique pour l‟Afrique. OMD-Agenda 2063/ODD.
Rapport de transition 2016. Washington D.C. 180p.
113. NICHANE M. et KHELIL M.A., Changements climatiques et ressources en eau en
Algérie. Vulnérabilité, impact et stratégie d‟adaptation. Larhyss Journal, N°21, Mars 2015.
Pp 15-23.
114. Organisation Internationale du Travail. Bureau de l‟OIT à Alger. Marché du travail et
emploi en Algérie. Eléments pour une politique nationale de l‟emploi. Profil de pays.
Alger. Octobre 2003. 87p.
115. OMS. Stratégie de coopération de l‟OMS avec l‟Algérie. 2016-2020. 2015. 44p.
116. OMS. Profil des pays. http://www.who.int/countries
117. OMS. Global Nutrition Policy Review. Country Progress in creating enabling policy
environments for promoting healthy diets and nutrition. (draft). Genève. 13/12/2017.
125p.
118. OMS. Rapport mondial sur le diabète. Genève. 2017. 88p.
119. ONFAA. 2017. Bilan 2016 du commerce extérieur des céréales. 6p.
120. ONFAA. 2015. Mémento de la céréaliculture algérienne. 2014. 16p.
121. ONFAA. Suivi de campagne céréales. Note de conjoncture N°4. 09/2016. 7p.
122. ONS : Annuaire Statistique de l‟Algérie. Volume n°30. Edition 2014. Résultats 2010-
2012. 467p.
123. ONS : Bulletin trimestriel de l‟Algérie. Publication régulière.
124. ONS. Série C. Statistiques Régionales et Cartographiques. N°177/2013. Statistiques
sur l‟Environnement. Février 2015. 110p.
125. ONS : Collections Statistiques. Série E : Statistiques Economiques. Evolution des
échanges extérieurs de marchandises de 2004 à 2014. N°194. Octobre 2015. 168p
126. ONS : Collections Statistiques. Série E : Statistiques Economiques. Evolution des
échanges extérieurs de marchandises de 2005 à 2015. N°201. Octobre 2016. 167p.
127. ONS : Collections Statistiques. Série S ; Statistiques Sociales. Enquête sur les
dépenses de consommation et le niveau de vie des ménages 2011. Dépenses des
ménages en alimentation et boissons 2011. Novembre 2015. 75p.
128. ONS : L‟Algérie en quelques chiffres. Résultats 2002. N°33. 56p.
129. ONS : L‟Algérie en quelques chiffres. Résultats 2003. N°34. 56p.
130. ONS : L‟Algérie en quelques chiffres. Résultats 2004. N°35. 55p.
131. ONS : L‟Algérie en quelques chiffres. Résultats 2006-2008. N°39. 62p.
206

132. ONS : L‟Algérie en quelques chiffres. Résultats 2007-2009. N°40. 63p.


133. ONS : L‟Algérie en quelques chiffres. Résultats 2009-2011. N°42. 74p.
134. ONS : L‟Algérie en quelques chiffres. Résultats 2011-2013. N°44. 71p.
135. ONS : L‟Algérie en quelques chiffres. Résultats 2013-2015. N°46. 78p.
136. ONS : Les principaux indicateurs du secteur de la pêche (2010-2013). N°693. 8p.
137. ONS. Démographie algérienne en 2014. 13p.
138. ONS. Comptes économiques de 2011 à 2016. N°786. 20p.
139. ONS. Comptes économiques en volume de 2011 à 2016. N°787. 16p.
140. ONS. 2011. Enquête sur les dépenses de consommation et le niveau de vie des
ménages 2011. Dépenses des ménages en alimentation et boissons en 2011 - Par - La
Direction technique chargée des statistiques. Collections Statistiques, n° 195. 75p.
141. ONS. Collection Statistiques. Série E. Statistiques Economiques. N°172. Premier
recensement économique 2011. Résultats définitifs de la première phase. Alger. Juillet
2012. 188p.
142. ONS. Indice des prix à la Consommation (IPC). Evolution de l‟IPC de la ville d‟Alger
de 1969 à 2013.
143. ONS : Série Statistiques Economiques N°72. Collections Statistiques. N°178. Indice
des prix à la consommation de 2003-2012. Alger. Mai 2013. 69p.
144. ONS. Activité, Emploi et chômage en avril 2017. N°785. 20p.
145. ONS. Série Statistiques Sociales. Collections Statistiques n°787. Activité, Emploi et
Chômage en Avril 2017. 20p.
146. ONS. Indice des prix à la consommation. N°259. Juillet 2017. 8p.
147. ONS : Série Statistiques Economiques N°92. Collections Statistiques. N°205.
Evolution des échanges extérieurs de marchandises de 2011-2016. Alger. Novembre
2017. 98p.
148. ONU. Résolution adoptée par l‟Assemblée Générale le 25 septembre 2015.
Programme de développement durable à l‟horizon 2030. New-York. USA. 21/10.2015.
38p.
149. OUALIKENE S. et HADJOU L. Crise de performance du secteur agricole et
problématique de la sécurité alimentaire en Algérie : une méta-analyse. Journal de
l‟Association Hellénique des Scientifiques régionaux. Volume 3. N°1. Décembre 2015.
Pp19-32.
150. Ouédraogo, D., Kaboré, M. & Kienou, B. (2007). Insécurité alimentaire, vulnérabilité et
pauvreté en milieu rural au Burkina : une approche en termes de consommation
d'énergie. Mondes en développement, 140,(4), 65-84. doi:10.3917/med.140.0065.
151. PNUD-PNUE. Projet de descriptif de programme de pays pour l‟Algérie (2007-2011).
New-York. 15/09/2006. 7p.
152. PNUD. Rapport sur le développement humain 2015. Le travail au service du
développement humain. Washington. 2015. 292p.
153. PADILLA M., AHMED Z. S. et WASSEF H.H. En Méditerranée : sécurité alimentaire
quantitative mais insécurité qualitative ? Les Notes d‟Analyse du CIHEAM. N°4. Juin
2005. 20p.
154. RADP. Rapport national sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement. Alger.
Juillet 2005. 84p.
155. RADP. Objectifs du Millénaire pour le Développement. OMD. Données actualisées.
2014. 59p.
156. RADP. Objectifs du Millénaire pour le Développement. Rapport national 2000-2015.
Juin 2016. 146p.
157. RADP. Plan d‟action du Gouvernement pour la mise en œuvre du Programme du
Président de la République. Alger. Mai 2014. 75p.
158. RADP. Programme Quinquennal de Développement 2010-2014. Communiqué du
Conseil des Ministres. Alger. 22p.
159. RADP. Plan National Cancer. 2015-2019. Nouvelle vision stratégique centrée sur le
malade. Alger. Octobre 2014. 178p.
207

160. RADP. Objectifs du Millénaire pour le Développement. Rapport national 2000-2015.


Juin 2016. 146p.
161. Revue Nutrition & Santé. Actes du 3ème Congrès International de la SAN. CI-SAN
2017. Constantine du 28 au 30 novembre 2017. Vol. 06. N°1. 190p
162. SMITH, L. C. 1998. “Can FAO‟s Measure of Chronic Undernourishment Be
Strengthened?” Food Policy 23(5): 425Ŕ445.
163. TAFER Z. et MOKDAD S., 2013. Evaluation de la faille alimentaire en Algérie par un
modèle économico-démographique. Les Cahiers du CREAD. N°105/106. Pp 63-87.
164. TOUIDJENI Z.L et BENARAB A., "Sécurité hydrique et sécurité alimentaire, la
stratégie de l‟Algérie, état des lieux. In Source des lieux des secteurs de l‟eau potable en
Afrique du nord, Sénégal, 3-7 nov. 2008, p4.
165. UA. MAEP. Rapport d‟évaluation de la RADP. Juillet 2007. Rapport n°4. Juillet 2007.
482p.
166. UNCTAD : Revue des politiques d‟investissement dans l‟agroalimentaire en Algérie.
Rapport provisoire. Juin 2003. 23p.
167. UNCTAD. Cadre de politique commerciale. Algérie : Politiques commerciales et
diversification. Genève. 2017. 85p.
168. UA. MAEP. Rapport d‟évaluation de la RADP. Juillet 2007. Rapport n°4. Juillet 2007.
482p.
169. UNCTAD : Revue des politiques d‟investissement dans l‟agroalimentaire en Algérie.
Rapport provisoire. Juin 2003. 23p.
170. UNCTAD. Cadre de politique commerciale. Algérie : Politiques commerciales et
diversification. Genève. 2017. 85p.
171. ZEGGAGH A. et FERFERA M.Y., Estimation de la demande domestique d‟eau
potable. Cahiers du CREAD. N°112. Pp 31-59.

i
https://www.commerce.gov.dz/securite-sanitaire-des-aliments