Vous êtes sur la page 1sur 4

Pince débrayable

L’objectif de l’étude proposée est d’étudier le comportement mécanique d’une pince


débrayable de télésiège.

6 1
4b

4a 5b
9
5a

7 8b

2  
3a y0  x0
mors z0
10
câble 8a

Figure 1 : vue générale de la pince et de son implantation sur une nacelle de transport de skieurs.
L’analyse portera sur la caractérisation des sollicitations appliquées aux deux pièces principales de
cette pince, à savoir le mors fixe et le mors mobile (c.f. figure ci-dessous).

Mors mobile

Cable

Mors fixe

Axe de liaison
des mors

Figure 2 : Vue détaillée de l’assemblage des mors permettant le serrage du câble


La figure ci-dessous présentent les différents points et directions caractéristiques utile à la
construction des modèles d’analyse envisagés dans l’étude. L’ensemble de ces éléments sont
présents dans les modèles de départ.
Centre de roulette supérieure
permettant le débrayage &
repère associé
Centre de la rotule de liaison
ressort gauche / mors mobile
& repère associé

Axe ressort gauche

Centre de la rotule de liaison Centre de la rotule de liaison


ressort gauche / mors fixe ressort droit / mors mobile &
repère associé
Axe ressort droit
Centre de la roulette inférieure
droite permettant le débrayage

Point d’accrochage de la
nacelle

Centre de la rotule de liaison


ressort droit / mors fixe

Centre de la liaison mors / câbles


mors »
Centre de la roulette inférieure
gauche permettant le débrayage

Figure 3 : Vue détaillée de l’ensemble des points et directions caractérisant l’architecture de la pince
Lors de l’utilisation de la pince deux phases de fonctionnement sont à distinguer :
- Phase de transport : La pince est solidaire du câble et supporte les efforts transmis par la
nacelle (poids de la nacelle et des passagers)
- Phase de passage en gare : la pince est débrayée et elle se déplace plus lentement que la
câble pour autoriser le chargement des passagers en toute sécurité.
Lors du transport la pince est maintenue serrée par l’action des ressorts (ensembles {3a, 4a,
5a} et {3b, 4n, 5b} sur la figure 1).
Lors du passage en gare :
- le poids de la nacelle est transmis à la structure par l’intermédiaire du galet 7 et des
roulettes {8a, 8b} qui se déplacent sur un rail horizontal.
- la pince est ouverte par l’action de la roulette 6 qui est soumise à un déplacement vertical
imposé.
Les efforts mis en jeux au cours de ces deux phases sont :
- l’action des ressorts : 6500 N par ressort.
- l’action de la nacelle sur le mors fixe en phase de transport : 4700 N (correspondant au
poids de la nacelle et des passagers).
I – Analyse du chargement du mors mobile en phase de transport.
A partir du fichier : mors_mobile_renforce.CATPart :
- réaliser l’analyse de résistance du mors mobile en phase transport,
- Indiquer si la structure est capable de supporter ce chargement.
- A l’aide d’un capteur de mesure de réaction évaluer l’effort de serrage développé par la pince
Remarque : On considérera que la liaison câble pince réalise un encastrement parfait.
On prendra soin :
- de définir précisément les caractéristiques choisies pour la mise en donnée et le calcul :
chargement, taille et type d’éléments, conditions aux limites, etc…
- de sauvegarder les documents d’analyse (.CATAnalysis) dans le répertoire dédié.
II – analyse statique de la pince complète en phase de transport.
A partir du modèle pince_debrayable_analyse.CATProduct.
Développer l’analyse de résistance de cet ensemble en phase de transport et indiquer si la
structure est capable de supporter ce chargement.
Remarque : On considérera que la liaison câble pince réalise un encastrement parfait.
On prendra soin :
- de définir précisément les caractéristiques choisies pour la mise en donnée et le calcul :
chargement, connections d’analyse, conditions aux limites, etc….
- de sauvegarder le document d’analyse (.CATAnalysis) dans le répertoire dédié.
III – analyse statique du mors mobile en phase de débrayage.
A partir du modèle mors_mobile_renforce.CATPart nous allons réaliser l’analyse de
résistance du mors mobile « à la limite » du débrayage.
- Préciser, en premier lieux, pour quelles raisons la perte du contact entre le câble et le
mors mobile complique le développement du modèle d’analyse.
- Pour palier à cette difficulté introduire une pièce virtuelle ressort (raideur 1E7 N/m dans
la direction horizontale) reliant la surface de contact avec le câble au point central de la
liaison mors/câble. On n’oubliera pas de relier cette pièce virtuelle au bâti par une
rotule.
- Développer le modèle d’analyse et comparer les champs de déplacements obtenus pour
un effort de débrayage de 5700N et 5800N (dans la direction x du repère local).
Commenter les résultats obtenus.
On pourra, à l’aide d’un capteur, mesurer l’effort de réaction sur la pièce virtuelle
ressort pour accompagner la réflexion.
- Analyser à nouveau le champ de déplacement et les efforts de réaction pour un effort de
débrayage de 5773 N puis de 5773,03 N.
- Pour cette dernière valeur d’effort, étudier l’influence d’une diminution la raideur de la
pièce virtuelle (facteur 100, 1E3, 1E4) sur le champ de déplacement et sur les
contraintes de Von-Mises. Commenter les résultats obtenus et préciser pourquoi il est
impossible d’utiliser une raideur aussi faible dès le départ.
On prendra soin :
- de définir précisément les caractéristiques choisies pour la mise en donnée et le calcul :
chargement, taille et type d’éléments, conditions aux limites, etc…
- de sauvegarder les documents d’analyse (.CATAnalysis) dans le répertoire dédié.
IV – analyse statique de la pince complète en phase de débrayage.

IV.1 - A partir du modèle pince_debrayable_analyse.CATProduct réaliser l’analyse de


résistance de la pince complète en positon débrayée et dans les hypothèses suivantes :
- Les centres des roulettes inférieures et le point d’accrochage de la nacelle sont fixes
suivant la direction verticale.
- Le centre de la roulette supérieure est astreint (par une came) à se déplacer
verticalement de 4mm.
Remarque : Il est inutile dans ce contexte d’utiliser une pièce virtuelle ressort.
On prendra soin :
- de définir précisément les caractéristiques choisies pour la mise en donnée et le calcul :
chargement, connections d’analyse, conditions aux limites, etc….
- de sauvegarder le document d’analyse (.CATAnalysis) dans le répertoire dédié.
IV.2 – Dans la modélisation développée ci-dessus nous avons considéré que l’effort
développé par les ressorts reste constant et égal à 6500N. Cette hypothèse est évidemment
fausse puisque les ressorts en se comprimant développent un effort qui augment dans la
proportion de cette compression.
Modifier le modèle d’analyse de manière à prendre en compte cet effet. On prendra une
raideur des ressorts de 978 N/mm. Comparer le niveau de contrainte obtenu à celui observé
dans la modélisation précédente.
On prendra soin :
- de définir précisément les caractéristiques choisies pour la mise en donnée et le calcul :
chargement, connections d’analyse, conditions aux limites, etc….
- de sauvegarder le document d’analyse (.CATAnalysis) dans le répertoire dédié.

Vous aimerez peut-être aussi