Vous êtes sur la page 1sur 44

Chapitre 1 :Introduction

à la supervision
Principes de base

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


1. Introduction
Ces dernières décennies, l’augmentation de la taille des systèmes et des
niveaux d’automatisation s’est accompagnée d’un accroissement du
volume des données et des mesures recueillies et stockées qu’on désire
contrôler sur le site ou à distance.

Ceci afin de répondre aux demandes de qualité, à la réduction des


coûts de production et de maintenance tout en garantissant la sécurité
des personnes et des installations.
2
Exemple : une plateforme pétrolière

• La supervision se fait par la surveillance de 500 variables analogiques et 2500


variables logiques (TOR)

• Les alarmes sont générées sur des dépassements de seuils.

• Une avalanche d’alarmes peut mettre en jeu 500 alarmes (variables) en moins
d’une minute.

• Un problème mineur toutes les demi-heure et un problème majeur par semaine.

• Il y a plus d’avantages à éviter un arrêt de l’installation qu’à gagner qq % de


3
production
Face à cet incrément d’informations changeantes et
dynamiques les systèmes de production investissent de plus
dans les systèmes de supervision qui aident l’opérateur dans
sa tâche de surveillance du processus, pour en garantir le
fonctionnement correct et lui permettre de prendre, au bon
moment, les bonnes décisions pour assurer la conduite d’une
production complexe au cas où des événements anormaux
se produisent.

4
La supervision concerne tous les métiers

Le pilotage de grandes installations industrielles automatisées:


- métallurgie (laminoir ) production pétrolière (distillation),
- production et stockage agroalimentaire (lait, céréales...)
- production manufacturière (automobile, biens de consommation...)

Le pilotage d'installations réparties:


- alimentation en eau potable,
- traitement des eaux usées,
- gestion des flux hydrauliques (canaux, rivières, barrages...)
- gestion de tunnels (ventilation, sécurité)

La gestion technique de bâtiments et gestion technique centralisée (GTC):


- gestion des moyens de chauffage et d'éclairage (économies d'énergie)
- gestion des alarmes incendies
5
- contrôle d'accès, gestion des alarmes intrusion
Station d’épuration
Station de pétrole

Chaine de fabrication de voiture


Trafic Ferrovier

6
2. LA SUPERVISION DES PROCÉDÉS
2.1 Les systèmes homme-machine de supervision
Pour les processus industriels, l’interface homme-machine
constitue l’intermédiaire entre la machine, au sens général du
terme, et l’opérateur présent en salle de contrôle. Elle comprend à
la fois les dispositifs de présentation de l’information, les organes de
commande et d’éventuels outils d’assistance.

Un système homme-machine est composé au minimum d’un


opérateur humain, d’une machine et d’une interface permettant la
communication entre les deux

7
Les objectifs d’un système de

supervision ne sont pas restreints

aux activités purement liées à

la visualisation des données du


système de production.

Il faut aussi y intégrer la conduite


de l’installation en agissant sur les
commandes, la gestion de la
production en termes de
cadence, de qualité ou encore
de quantité de produit, tout en
veillant à la sécurité des
installations, des hommes et de
l’environnement.
8
Définition :
La supervision est un système informatique
interactif qui se situe entre les automatismes
d’atelier et la gestion de la production visant à
fournir aux opérateurs les informations leurs
permettant de prendre, au bon moment, les bonnes
décisions pour assurer la conduite d’une production
complexe

9
Le développement du système de supervision se base sur une
démarche pluridisciplinaire utilisant conjointement les spécifités :

 Des sciences de l’ingénieur pour les aspects


techniques : celles-ci fournissent
particulièrement les méthodes d’analyse et
de modélisation des systèmes, des
techniques et des systèmes d’acquisition,
de représentation et d’exploitation des
données, des algorithmes de calcul, …

 Des sciences cognitives pour les facteurs


humains : elles apportent des méthodes
d’évaluation ergonomique, d’analyse des
tâches de l’opérateur, des conditions de
travail, l’ergonomie des logiciels, …
10
2.2 Historique

Au cours des dernières années, les avancées technologiques, la


puissance des ordinateurs, que ce soit en termes de calcul ou de
stockage d'information, n'a pas cessé d'augmenter.

Le débit et la fiabilité des réseaux de communication ont


bénéficié des mêmes progrès.

Toutes ces avancées ont entrainé une évolution continue des


interfaces Homme Machine pour accroître encore ces
performances et faciliter les échanges d'information avec
l'utilisateur humain, en s'adaptant à ses besoins et à ses capacités.

11
Chapitre 1 : introduction à la supervision

1945-1970

La conduite et la supervision étaient réalisées par le biais de pupitres câblés, installés


dans une salle de commande et contenant des instruments analogiques (relais de
commande à main,…), des actionneurs logiques (boutons poussoirs, boutons TPL)
pour gérer les fonctions séquentielles (ouverture fermeture, démarrage, arrêt,…)

12

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


Chapitre 1 : introduction à la supervision

1975-1980

Les interfaces opérateurs s’appuient désormais sur des écrans alliant texte et
semi-graphique et offrent la possibilité de visualiser des synoptiques, des
courbes de suivi, des alarmes et des vues de boucles (mesure, consigne, valeur
de commande) et de modifier les commandes (en manuel) et les valeurs de
consigne.

13

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


Chapitre 1 : introduction à la supervision

1990-20xx

Les interfaces pour la supervision sont très informatisées. Pour conduire son
installation l’opérateur dispose de vue synoptiques des images des parties du
procédé contenant des éléments statiques (circuits, ballons, réservoirs,…) et
dynamiques (capteurs, actionneurs,…) sous contrôle de l’opérateur.

Supervision et pilotage d’une installation de semences 14

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


2.3 Fonctionnalités d’un système de supervision

Les deux principales fonctionnalités d’un système de supervision


sont :

• la commande

• la surveillance.

15
La commande regroupe toutes les fonctions qui appliquent des
commandes à destination du procédé qui permettent d’assurer :

 Le fonctionnement en l'absence de défaillance,


 La reprise ou gestion des modes (manuel, pas à pas, automatique,
pause cycle, …)
 Les traitements d'urgence (arrêt d’urgence, acquittement, …),
 Une partie de la maintenance corrective.
 L'envoi de consignes vers le procédé dans le but de provoquer son
évolution.

16
17
La surveillance consiste en l’examen de données formelles ou informelles
qui l’informent de l’état du procédé (affichages, alarmes, bruits,
odeurs, vibrations…). La partie surveillance d'un superviseur a pour
objectifs :
 La détection d'un fonctionnement
ne correspondant plus à ce qui est
attendu
 La recherche des causes et conséquences d'un fonctionnement
non prévu ou non contrôlé
 L'élaboration de solutions permettant de pallier le fonctionnement
non prévu
 La modification des modèles utilisés pendant le fonctionnement
prévu pour revenir à ce fonctionnement : changement de la
commande, réinitialisations, etc.,
 La collaboration avec les opérateurs humains pour les prises de
décision critiques, pour le recueil d'informations non accessibles
directement et pour l'explication de la solution curative envisagée ou
appliquée
18
 Mettre en œuvre un processus de traitement de défaillance, …
Chapitre 1 : introduction à la supervision

consigne

mesure

19

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


Chapitre 1 : introduction à la supervision

bouton en
interaction
avec
l'opérateur

20

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


La complexité et la taille de l’installation augmentent rapidement
la quantité des informations que doit analyser l’opérateur de
surveillance. Il est donc utile d’adjoindre à la surveillance, une
aide à la décision à travers un module de Diagnostic

21

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


Le diagnostic : consiste à localiser et
identifier les causes d’un événement
ou d’une observation anormale
détectés. La localisation permet de
déterminer le sous-ensemble
fonctionnel défaillant tandis que
l’identification de cause consiste à
déterminer les causes qui ont mené
à une situation anormale. Ceci
permet de décider quand le
procédé se trouve dans une situation
de fonctionnement normal et quand
une action corrective doit être
appliquée.

22

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


2.4 Les tâches humaines en salle de contrôle

Les opérateurs humains ne se


contentent pas de surveiller le
procédé. Ils ont assez souvent à
intervenir en cas de
dysfonctionnement et à coopérer
en salle de contrôle pour résoudre
des problèmes complexes. Pour
cela, les opérateurs en salle de
contrôle, interagissent avec une
interface graphique et/ou
alphanumérique et coopèrent
également avec un ensemble
d’intervenants situés hors salle de
contrôle.

Certains de ces intervenants ayant occasionnellement à interagir


avec le procédé via l’interface homme-machine.
23

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


Les tâches humaines peuvent être regroupées en quatre grandes
classes :

 Les tâches de transition : celles-ci correspondent aux changements de


régime du procédé (arrêt, démarrage, changement de point de
fonctionnement, …). L’interface homme-machine doit alors permettre
aux membres de l’équipe d’effectuer des procédures pré-établies, de
juger de leur bonne répercussion sur le procédé et de surveiller
constamment la bonne évolution de celui-ci.
 Les tâches de contrôle et de suivi de l’installation : l’interface homme-
machine doit faciliter à l’équipe la surveillance de l’état de procédé,
de façon à détecter et à anticiper l’apparition d’un évènement
anormal, et optimiser, par des réglages fins, la production.

24

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


 Les tâches de détection de défaut et de diagnostic : Les membres
de l’équipe de supervision doivent pouvoir détecter les défauts et
effectuer leurs diagnostics en conséquence et ceci par l’apparition
d’alarmes et/ou la possibilité d’observer une évolution anormale de
certaines variables du procédé.

 Les tâches de compensation ou de correction : afin de rétablir le


fonctionnement normal du procédé, l’interface doit aider l’équipe
de supervision à décider des actions à accomplir et à visualiser leurs
effets sur le procédé.

En plus de ces quatre classes de tâches humaines, l’opérateur de


contrôle de procédé industriel doit assurer la coordination des
activités de l’équipe et la répartition de l’information, permettant
ainsi la coordination des différentes équipes de travail 25

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


2.5 Caractéristiques des systèmes de supervision
La supervision doit être :
1. Simple et rapide à mettre en œuvre,
quelle que soit l’architecture cible et
quelle que soit la complexité et
l’envergure du process à superviser
2. Fiable et hautement disponible, même dans les phases d’évolutions,
de maintenance ou encore de migration
3. Ouverte pour permettre de connecter tous les équipements de
l’entreprise mais aussi intégrer le système d’information
4. Pérenne, car les principaux investissements industriels résident dans
l’ingénierie de l’application, pouvant parfois résulter de plusieurs
années-hommes de travail
5. Performante pour les opérateurs car le volume
de données à traiter est aujourd’hui
conséquent. Il est donc essentiel que
l’opérateur puisse rapidement identifier toute
anomalie sur le process et ainsi réagir vite 26

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


6. Evolutive sur le plan fonctionnel et physique car elle est au centre
de la gestion des opérations et elle fédère souvent de multiples
métiers autour d’interfaces et de fonctions pouvant être très
hétérogènes
7. Ergonomique pour permettre à tous les profils d’utilisateurs une
prise en main rapide de l’installation en un minimum de temps et de
formation
8. Mobile car aujourd’hui l’accès à la supervision
doit être possible depuis n’importe où et depuis
n’importe quel type d’appareil (PC, Tablette,
Téléphone portable)

9. Always-On car de plus en plus de profil d’utilisateurs font usage de


la supervision (au sens de l’Internet Industriel des Objets)
10. Faible coût de possession car il y aura toujours plus
d’équipements à connecter et que de nouveaux besoins
émergeront demain. Ces derniers ne devant pas remettre en cause
tous les investissements déjà engagés. 27

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


3. LOGICIELS DE SUPERVISION

3.1 critères de choix


Le choix d'un logiciel de supervision industrielle, dépend
essentiellement des fonctionnalités à implémenter. Souvent une liste
de fonctionnalités est définie par le client dans le cahier des charges
et qui répondent à des questions multiples :
- A t-on besoin d'un archivage continu, sûr et efficace des valeurs de
process ?
- Quels sont les alarmes à programmer et avec quel ordre de priorité ?
- La visualisation des données archivées doit elle être effectuée
uniquement sur un écran IHM, ou doit elle pouvoir être consultée via
d'autres applications (tablette, PC, téléphone portable) ?
- Est ce que le système doit gérer les indicateurs relatifs à la qualité,
l'efficacité et la disponibilité de l'installation à superviser?
-…

28

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


Les logiciels de supervision sont une classe de programmes applicatifs
dédiés à la production offrants généralement les fonctionnalités
suivantes :

 Accéder aux informations ( lecture et écriture ) des unités de


traitement (automates, régulateurs, chaînes d ’acquisition, cartes E/S,
systèmes d’identification, terminaux...) en temps réel.
 Visualiser les informations dans une interface HMI du type graphique
réactif aux données et interactif avec l'opérateur ..
 La visualisation graphique sur poste distant est souvent demandée
par l’exploitant.
 La visualisation peut être répartie sur plusieurs postes graphiques pour
les applications de grande dimension.
 Calculer des grandeurs définies par des formules et/ou des
séquences d’évènements 29

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


 Détecter prioritairement les situations d’alarme, gérer les alarmes
multiples, lancer les actions sur le processus et prévenir les opérateurs, y
compris à distance (envoi de sms, mails, appel téléphonique
automatique).
 Gérer la prise en compte des alarmes par les opérateurs
(acquittement)
 Donner les moyens de contrôle direct des opérateurs sur le processus
(forçage)
 Fournir des recettes [recipe] pour les changements de gamme de
fabrication
 Enregistrer les valeurs des variables et les actions des opérateurs en
vue d’une analyse ultérieure des incidents.
 Alimenter les serveurs de gestion centraux en données de production,
de qualité, de sécurité ou de maintenance.
 Archiver sélectivement les données (grandeurs sources, variables
internes calculées, commandes, alarmes) et permettre la traçabilité

30

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


 Donner des outils d’analyse de données en vue d’une analyse
visuelle, d'une exploitation statistique (MTBF, MTTF,…) ou d’une
correction du processus (Maîtrise Statistique de la Qualité..)
 Gérer la sûreté de fonctionnement
- sûreté interne des programmes
- sûreté de la machine support du superviseur
- identification de l’utilisateur
- sûreté vis à vis des demandes de l’utilisateur (verrouillage de
fonctionnalités suivant le niveau hiérarchique de l’utilisateur)
- sûreté des communications (détection des défauts de mise à
jour des variables) et gestion automatique de la redondance
matérielle ou logicielle

Le choix d'un logiciel de supervision pend en considération


également le critère de coût, le nombre de licence disponible, sa
performance et sa sécurité. Le choix prend aussi en compte le
critère simplicité de mise en œuvre, cela permettra de faire des
gains considérables en phase de conception et développement
31

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


Pour pouvoir réaliser une supervision industrielle ou informatique, il
est possible d'utiliser des logiciels de supervision standard (non
propriétaire) ou des logiciels de supervision propriétaires

Propriétaire
Monitor PRO

Logiciels de Supervision InTouch

Ouverts
32 32
Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA
Concernant les solutions de supervision industrielle proposées par les
éditeurs spécialisés en supervision on peut citer :

 InTouch (Wonderware)
 Wizcon (PC Soft Intl)
 PCVue (Arc Informatique)
 Panorama (Europ Supervision)

Les logiciels de supervision propriétaires sont proposés par les


constructeurs d'automates et de panels de supervision. Comme par
exemple :

 Wincc Flexible (Siemens)


 Vijeo Designer (Schneider)
 Factory Talk (Rockwell).
33

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


3.2 Méthodes de présentation de l’information

L’interface graphique homme-machine est située sur un ou plusieurs


écrans de visualisation. Actuellement, il s’agit généralement de
panneaux tactiles qui offrent des fonctions modernes de
manipulation et d’affichage et comme elles sont utilisées en
environnements industriels, elles possèdent des caractéristiques
spécifiques appliquées à leurs besoins: robustesse, stabilité et
simplicité.

Dans les salles de supervision, l’IHM est constituée d’ensemble de vues,


appelées de façon générale « Synoptique ».

34

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


3.2.1 L’AFFICHAGE SYNOPTIQUE
Ce type d’affichage fournit à l’opérateur une représentation
graphique proche de la représentation physique et concrète du
procédé ou d’une partie de celui-ci. Il donne à l’opérateur un aperçu
des interactions entre les différentes variables du procédé.

35

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


3.2.2 L’AFFICHAGE ANALOGIQUE SANS MÉMOIRE
Une image graphique peut intégrer des affichages dits
analogiques sans mémoire. Ce sont des fonctions graphiques du
type « barre graphe », « compteur », « cadran » qui permettent de
visualiser les informations les plus représentatives de l’état d’un
système.

36

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


3.2.3 L’AFFICHAGE ANALOGIQUE AVEC MÉMOIRE
Ce type d’affichage utilise des fonctions de type « courbe » pour
visualiser l’historique des variables. On appelle également une vue de
ce type : vue de tendance, ou vue « trend ». La base de temps de
ces courbes dépend des besoins de l’opérateur.

L’affichage analogique avec mémoire permet de suivre l’évolution


de paramètres du processus, d’en prévoir la tendance et la vitesse de
variation.

37

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


3.2.4 LA LISTE CHRONOLOGIQUE DES ALARMES
Dans tous les logiciels de supervision, une vue ou une fenetre
spécifique permet la visualisation de la liste chronologique des
alarmes, pour un ou plusieurs sous-systèmes.

On retrouve souvent, pour une alarme, sa priorité, la zone où elle est


survenue, l’heure et la date d’apparition, le nom de la variable en
question et un libellé explicite pour l’opérateur.

38

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


3.2.5 LES MÉTHODES FACILITANT LA GESTION DE PRODUCTION
En plus de l’histogramme des variables, il existe de nombreuses
méthodes graphiques permettant de représenter des variables pour
la gestion de la production : camemberts, histogrammes, graphes 3 D,
….

Les données acquises


durant l’activité de la
machine peuvent
communiquer avec les
outils de l’entreprise :
ERP, GPAO, MES,
GMAO.

Leurs interconnexions
garantissent :
•l’optimisation de la
production
•la traçabilité
•l’analyse des pannes 39
Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA
L’historisation du procédé permet également :

 la sauvegarde périodique de grandeurs (archivage)


 la sauvegarde d'événements horodatés (archivage sélectif)
 fournir les outils de recherche dans les données archivées
 fournir la possibilité de refaire fonctionner le synoptique avec les
données archivées
 garder une trace validée de données critiques (traçabilité de
données de production)

40

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


Le Manufacturing Execution System (M.E.S.) fournit les informations
nécessaires à l'optimisation des activités de production, depuis la création
de l'ordre de fabrication jusqu'au produit fini.

41

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


•Présentation du système :
Il s’agit d’une installation industrielle
qui assure
•le mélange de différents jus de fruits
selon la recette choisie par l’opérateur
à partir de l’écran de supervision
•le remplissage de bouteilles de jus de
fruit
•l’étiquetage des bouteilles pour
indiquer la date limite de
consommation
comme le montre la figure ci-après :

42

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


•Travail Demandé
•Etudier la configuration matérielle du projet (type d’automate, maitre/esclave, type du réseau,
nombre et type d’entrées, nombre et types de sorties , …)
•Identifier les différentes variables d’entrées, variables de sorties et variables mémoire.
•Ouvrir le programme main [OB1] :
1.Quel(s) est(sont) le(s) langage(s) de programmation utilisé(s)
2.Donner le grafcet décrivant le fonctionnement de la station de remplissage
•Simuler le fonctionnement sous PLCSIM
•Proposer une interface de supervision qui doit présenter :

•Une vue « production » •Une vue « Recettes »


43

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA


* Affichage des alarmes

* Archivage des données de production

44

Module : Supervision industrielle 3 GE AII-3 G.Indus-3 G. MAM H. BELKHIRIA

Vous aimerez peut-être aussi