Vous êtes sur la page 1sur 7

Modélisation d’un transformateur

de distribution HTA/BT 250kVA


L’objectif est de mettre en place un modèle pour
dimensionner un transformateur en fonction de
ses grandeurs caractéristiques (puissance,
tensions, tension de court-circuit, courant à vide)

Nous prendrons comme objectifs, les spécifications


fournies dans une documentation technique Merlin
Gérin.
figure 1: Transformateur triphasé sec de distribution

Caractéristiques du transformateur Trihal:


puissance assignée (kVA) 250
tension primaire assignée (kV) 20
niveau d’isolement assigné (kV) 24
tension secondaire à vide entre phases (V) 410
couplage Dyn 11
pertes (W) à vide 880
pertes (W) dues à la charge à 120°C 3800
tension de court-circuit (%) 6
courant à vide (%) 2
chute de tension à pleine charge (%) : cosϕ= 1 à 120°C 1,69
chute de tension à pleine charge (%) : cosϕ= 0.8 à 120°C 4,77
rendement (%) charge 100 % cosϕ= 1 à 120°C 98,16
rendement (%) charge 100 % cosϕ= 0.8 à 120°C 97,71

Calcul des grandeurs électriques


Sachant que nous travaillons sur un couplage triangle étoile (Dyn)

figure 2: Couplage Triangle Etoile avec neutre (Dyn)


• Calculer la puissance apparente par phase, la tension et le courant par bobinage
• Le coefficient de transformation par enroulement (k=V2/U1)

ECO-Conception – Modélisation d’un transformateur 1/7


Recherche des paramètres du schéma équivalent :

figure 3: Schéma électrique équivalent


• R2 : à partir des pertes dues à la charge (uniquement Joules)
• X2 : à partir de la tension en court circuit et la valeur précédente de R2.
• Vérifier l’ordre de grandeur à partir des chutes de tension au secondaire.
• Rµ : à partir des pertes fer
• Xµ : à partir du courant à vide et de la valeur précédente de R.

• Calculer tous les éléments du schéma équivalent.

Géométrie paramétrée :

A A’
D3+h+D4

Ld
D3 D6

D1 D2 D5
(D1+A+D2+G+D5)×2

A-A’
G
A
D3 D6

D4 D7
D1 D2 D5

D4 D7

figure 3: Géométrie paramétrée

Nomenclature :
Epaisseurs des bobinages BT et HT: A, g
Distances d’isolement : D1, D2, D3, D4, D5, D6, D7
hauteur des enroulements h
nombre de spires HT et BT N1, N2
Diamètre moyen des bobinages DM

ECO-Conception – Modélisation d’un transformateur 2/7


Exprimer les équations modélisant le transformateur
Les applications numériques ne sont pas nécessaires ici. Si toutefois vous souhaitez faire des
calculs, il sera nécessaire de choisir certaines valeurs de dimensionnement telles que :
h=57cm, une densité de courant de 3.6A/mm², une induction magnétique B=1,74 T, ou un
nombre de spire au secondaire de 30.

Calcul géométriques
1. Dimensionnement des distances d’isolement :
• Pour dimensionner les 7 longueurs Dx nous utiliserons la valeur du champ de claquage
dans l’air (3,1 MV/m) en prenant des tenues en tension aux chocs de foudre de 20kV
pour la BT et de 145kV pour la HT.
2. Dimensionnement du circuit magnétique
• Le dimensionnement de la section de fer, se fait grâce à la valeur de l’induction
magnétique B. En effet, le flux magnétique est définit par Φ=B.Sfer or c’est ce flux
qui génère la tension induite dans les bobinages grâce à la relation de Lenz-Faraday
∂Φ(t )
e(t ) = − N . . En considérant que l’induction B(t) est sinusoïdale de la forme
∂t
B(t)=B.sin(ωt), donner l’expression, en valeur max, de la tension U1.
• En déduire l’expression de la section de fer en fonction de N1, U1, Bt, ω.
• la section effective de fer est calculées en utilisant un coefficient de foisonnement égal
à 0.8 dû aux gradins formés par l’empilage des tôles (Cf. figure 5). En déduire
l’expression de Ld en fonction de Sfer
3. Dimensionnement des épaisseurs des bobinages :
• Exprimer la section des enroulements en fonction de la densité de courant et de la
force magnétomotrice (fmm=N1.J1=N2.I2)
• de la même manière que le circuit magnétique, la section effective de cuivre est
calculée en utilisant un coefficient de remplissage dû aux isolants et aux interstices. Il
sera pris égal à 0.6 pour la BT et 0.7 pour la HT. Exprimer alors A et g.

Tôles rectangulaires
Cuivre
empilées pour Section
former une colonne. horizontale
rectangulaire Isolant
du bobinage

figure 5: Géométrie d’une section du circuit magnétique et des bobinages

4. Dimensionnement des épaisseurs des bobinages :


• Exprimer le volume total des enroulements BT et HT et la masse en fonction des
densités volumiques des matériaux (cuivre : 8900 kg/m3 ou aluminium : 2700 kg/m3)
• Exprimer le volume total du circuit magnétique et sa masse en fonction de la densité
volumique du fer (7650 kg/m3)

Calcul des éléments du schéma équivalent


1. Calcul de l’inductance magnétisante
L’inductance magnétisante est définie par la relation suivante :
2
N1
Lµ :=
Req

ECO-Conception – Modélisation d’un transformateur 3/7


où Req correspond à la réluctance équivalente du circuit
magnétique. Cette réactance n’est pas la même selon que l’on
considère la colonne centrale ou les colonnes externes du circuit
magnétique. Le calcul sera fait en considérant ce dernier cas qui
est le plus défavorable.
figure 6: Circuit magnétique
• Faire le schéma résistif équivalent du circuit magnétique

• Calculer les reluctances de chaque parties magnétiques à partir de la formule suivante :


1 l
R = . (Prendre µ r = 8000, et µ 0 = 4.π.10-7)
µ S

• En déduire la réluctance vue de la colonne latérale.

2. Calcul de la résistance modélisant les pertes fer


Ce paramètre n’est pas obtenu directement à partir de la structure comme c’est le cas pour
les autres mais à partir des pertes du matériau magnétique. Des mesures sur des tôles de Fer
Silicium à grains non orientés pour différentes épaisseurs sont disponibles chez les
fournisseurs :

figure 7: Pertes massiques dans le circuit magnétique en fonction de l’induction, à 50Hz.

• Pour une tôle donnée d’épaisseur 0.35mm par exemple, à partir d’une induction à
50Hz et de la masse totale de fer, nous pouvons calculer les pertes magnétiques
totales.
• Calculer alors la valeur de la résistance Rµ .
• Nous souhaitons obtenir une fonction interpolée à partir des données. Calculer les
coefficients d’un polynomiale d’ordre 3 par une méthode des moindres carrés. Il s’agit
simplement d’approcher ces données par une expression du type
Pertes(B)=a.B3+b.B2+c.B+d, et de trouver (a,b,c,d) tels que la valeur
∑ (Pertesi − Pertes( Bi ))2 soient minimales. Pour réaliser la minimisation, utiliser le
i
« solveur » disponible dans le menu « outils » d’excel. S’il n’est pas disponible,
l’ajouter à partir des « macros complémentaires …» du même menu.

ECO-Conception – Modélisation d’un transformateur 4/7


3. Calcul de la résistance modélisant les pertes Joules
• En fonction du nombre de spires et du diamètre moyen des enroulements, calculer la
longueur des conducteurs BT et HT, ainsi que leur section.
• En fonction de la résistivité du matériau en déduire les résistances par phase du côté
l
primaire et du côté secondaire à l’aide de la formule classique : R = ρ .
S
• En déduire la résistance équivalente ramenée au secondaire : R2
Note : la résistivité en fonction de la température est donnée par la formule suivante :
ρ = ρ 0 [1 + α (T − 20)] où ρ 0 est la résistivité à 20°C (1,6.10-8 ohm.m pour le cuivre et
2,4.10-8 ohm.m pour l’aluminium) et α le coefficient permettant de prendre en compte
l’influence de la température (4,3.10-3 °C-1 pour le cuivre et 3,9.10-3 °C-1 pour
l’aluminium)

4. Calcul de l’inductance de fuite (détaillé en annexe)


La formule utilisée est la suivante, avec DmBT et DmHT les diamètres moyens des
enroulements BT et HT :
2
µ0 ⋅ π ⋅ N2 DmBT⋅ A + DmHT⋅ G
L2 ⋅  + DM⋅ D2 
D3 + h + D4  3 

Détermination des grandeurs dimensionnantes


1. Calcul du rendement
2. Calcul du courant à vide
Le courant consommé à vide sert exclusivement à la magnétisation du matériau (les pertes
dues à l’enroulement primaire sont négligeables).
• A partir de l’expression de l’inductance Lµ et de la résistance Rµ, calculer
l’impédance magnétisante Zµ
• En déduire le courant à vide J10
• En déduire le courant à vide en ligne en grandeur réduite (I10%)
3. Calcul du la tension de court circuit
• Calculer l’impédance équivalente du secondaire Z2.
• Le secondaire en court-circuit, calculer la tension primaire permettant d’obtenir le
courant secondaire nominal.
4. Calcul de la chute de tension de court circuit

figure 8: Diagrammes de Fresnel pour le calcul de la chute de tension en charge

• En première approximation, en considérant θ=0, la formule suivante peut être


( )
utilisée : ∆V2 Re ( Z) R2 ⋅ I2 ⋅ cos φ + X2 ⋅ I2 ⋅ sin φ
( )
• Mais nous ne souhaitons pas négligerε, or en remarquant l’égalité des angles entre
les droites A et B et les droites C et d, il vient tout de suite l’égalité des tangentes
de ces angles et donc l’égalité des rapports : ε/C=C/B
• Exprimer alors ∆V2 en fonction de R2, X2, I2, V20 et Φ.

• Montrer alors que ∆V2pu s’exprime de la manière suivante :

ECO-Conception – Modélisation d’un transformateur 5/7


( −R2pu ⋅ sin ( φ ) + X2pu ⋅ cos ( φ ) )
2
∆Vpu ( φ ) := R2pu ⋅ cos ( φ ) + X2pu ⋅ sin ( φ ) +
100

Annexe : calcul de l’inductance de fuite


• Le calcul de l’inductance peut être approché grâce à deux approximations.
Premièrement, nous considérons les lignes de flux parfaitement rectilignes, et
deuxièmement, le champ H crois et décrois de manière linéaire dans les enroulements
et reste constant entre les deux et égal à Hmax

figure 9: flux de fuite entre les enroulements BT et HT

• Nous partons de l’égalité des énergies électriques et magnétiques :


1 2 1 ⌠ 2
⋅L ⋅I ⋅ µ0 ⋅  H
2 2 2 2 ⌡
En appliquant le théorème d’Ampère sur un circuit passant par l’espace inter enroulement et
se rebouclant par le circuit magnétique, et en considérant le champ négligeable dans le fer on
obtient :
⌠ N2 ⋅ I2
 H dl N2 ⋅ I2
⌡ Hmax
h
Pour la partie inter enroulement, nous avons donc :
D2
⌠ 2 2 2 2
⌠  N2 ⋅ I2 N2 ⋅ I2
 H 2
π ⋅ DM⋅ h⋅  π ⋅ DM⋅ ⋅ D2
 inter dvinter dx
h
⌡  h
2
⌡0
En utilisant DmBT et DmHT les diamètres moyens des enroulements BT et HT, nous
obtenons également :
A

⌠  N2 2 ⋅ I2 2 x2 2
N2 ⋅ I2 A
2
 H 2 dv π ⋅ DmBT⋅ h⋅  ⋅ dx π ⋅ DmBT⋅ ⋅
 BT BT
 2 2 h 3
⌡ h A
⌡0
0
⌠  N 2⋅I 2 2  2 2
⌠  N2 ⋅ I2 G
 H 2 dv  2 2 x 
π ⋅ DmHT⋅ h⋅  − ⋅ dx π ⋅ DmHT⋅ ⋅
 HT HT
  2 2 h 3

⌡G  h G 
On en déduit alors :
2
µ0 ⋅ π ⋅ N2 DmBT⋅ A + DmHT⋅ G
L2 ⋅  + Dm⋅ D2 
D3 + h + D4  3 

ECO-Conception – Modélisation d’un transformateur 6/7


Modélisation économique du transformateur
L’objectif est d’associer au modèle physique du transformateur, un modèle économique
permettant de prendre en compte :
• Le coût à l’achat (essentiellement matières premières)
• Le coût à l’utilisation (essentiellement les pertes)

Calcul du coût en matière premières


A partir du prix massique et de la géométrie du transformateur, déterminer le coût :
• Du circuit magnétique. Tôles acier à grains orientés M6 : 2 €/kg
• Des enroulements. Cuivre : 6 €/kg
Le coût du transformateur à l’achat peut être approché à partir du coût des matières premières.

Calcul du coût des pertes capitalisé


Le coût des pertes est calculé à partir des pertes à vide (pertes fer) et les pertes en
charges (pertes Joules, mesurées en court circuit). Les pertes à vide sont consommées
totalement mais les pertes en charge dépendent de la charge du transformateur. Or la
consommation moyenne des transformateurs de distribution est de 20% de la valeur nominale.
Note : Les raisons de cette faible charge moyenne sont la forte variabilité des charges et
la capacité à gérer des pannes d’autres équipements du réseau. En comparaison, des
transformateurs industriels sont chargés à 35% en moyenne.
A partir des pertes et du prix de l’électricité (10 centimes d'€ du kW.h pour des
puissances de quelques centaines de kVA), calculer le coût des pertes sur une année.

Le coût des pertes durant la vie ‘N’ du transformateur peut être ramené à une valeur
actuelle en considérant que nous pourrions placer l’argent dès aujourd’hui à un taux d’intérêt
‘i’ pour payer les pertes dans ‘n’ années.
N
1 (1 + i ) N − 1
coût capitalisé = ∑ ⋅ coût annuel des pertes = ⋅ coût annuel des pertes
n =1 (1 + i ) (1 + i ) N ⋅ i
n

Déterminer le coût des pertes capitalisées avec les paramètres suivants :


• Durée d’utilisation : 10 ans
• Taux d’intérêt : 5%

Validation du modèle :
Pour les paramètres d’entrée suivants, retrouver les résultats :
bt 1.74 T Induction hauteur 0.94 m Hauteur totale transfo
2
dI 3.6 A/mm Densité de courant ltt 1.1 m Largeur totale transfo
h 0.57 m Hauteur bobinages Pfer 880 W Pertes fer
N2 30 tours Spires secondaires Pj 3800 W Pertes Joules
rendement 98.13 % Rendement
Prix_matieres 2 k€ Prix à l’achat
Prix_pertes 11 k€ Prix à l’usage

Note : Profitez en pour comparer les paramètres du schéma équivalent

ECO-Conception – Modélisation d’un transformateur 7/7

Vous aimerez peut-être aussi