Vous êtes sur la page 1sur 35

FONCTIONS ELECTRONIQUES

EN COMMUTATION

I) LES COMPARATEURS

Les comparateurs sont des dispositifs possédant deux entrées et une sortie. Sur l’une
des deux entrées on applique un signal de référence appelée tension de seuil ; sur l’autre on
applique le signal dont on veut comparer la valeur instantanée à celle du signal de référence.

Comparateur
ve
vs
Vréf

La caractéristique de transfert d’un comparateur a la forme suivante :


 Dans le cas d’un comparateur non inverseur
vs

Etat haut

0 ve
Vréf
Etat bas

 Dans le cas d’un comparateur inverseur


vs

Etat haut

0 ve
Vréf
Etat bas
 dans le cas d’un comparateur à deux seuils
vs vs

Etat haut Etat haut

0 ve 0 ve
V1 V2 V1 V2
Etat bas Etat bas

Comparateur à deux seuils Comparateur à deux seuls


non inverseur inverseur
D D
1) comparateurs simple seuil n
n
a) comparateur avec amplificateur opérationnel

R
D

n
D
ve Rn vs
D
D D
n Vnréf n
D

Fonctionnement du montage : n
 lorsque ve<Vréf, le potentiel de l’entrée inverseuse est supérieur au potentiel de l’entrée
non inverseuse, <0 donc
 lorsque ve>Vréf, le de l’entrée inverseuse est supérieur au potentiel de l’entrée non
inverseuse, >0 donc
D’où la caractéristique de transfert du comparateur :

vs
D

VCCn
D

n
0 ve
Vréf
D
D
-VCC D
n
n n
D

n
Exemple, les figures suivantes indiques la tension de sortie vs lorsque la tenstion d’entrée ve
est sinusoïdale.

ve
VM D
Vréf n
D
t
n
0 T/2 T

vs
D
VCC
n

t
0

-VCC

En pratique, la commutation de ce montage dépond un peu du gain de l’amplificateur


et de la façon dont il est plus au moins saturé. De plus, les fronts de montée et de descente de
vs sont affectés par « le Slew Rate » de l’amplificateur. Par conséquent, ce type de
comparateur à amplificateur opérationnel doit être réservé aux basses fréquences. Dans le cas
où des performances plus grandes sont nécessaires, il faut utiliser des circuits intégrés
spécialisés.

b) Réalisation à l’aide de circuit intégré spécialisé (CI de type 311)

VCC
D
8 7
3 n D D

D n n
2
n
D

n 4 1
-VCC
D
D
Composant
D n type 311
n
D n
Ce circuit peut être utilisé avec des tensions d’alimentation différentes pour VCC et
n
pour le transistor. Il est d’autre part, il est possible de compenser la tension de décalage en
sortie (OFFSET) et de bloquer le fonctionnement du circuit par une commande dite
« STROBE » active à l’état bas.
Exemple d’utilisation

+5
D
+15V n RC
D D

n n
vs
D
ve
n
D

n -15V
D
Comparateur inverseur type 311
n
D
ve
n
E1

t1 t2
t
-E2

vs
5V
90%

10% t1 t2
t
tr tf
tPLH tPHL

c) Réalisation à l’aide de circuit logique CMOS

On peut utiliser la caractéristique de transfert naturelle des opérateurs logiques CMOS


et de l’idéaliser de la façon suivante :
vs
Ie D

D
VDD n
ve n vs D

D D n ve VTH=VDD/2
n
0 VTH VDD D
n D
D D D n
n
n n n
Les avantages d’un tel dispositif sont les suivants :
 Impédance d’entrée très élevée
 Impédance de sortie faible
 Facilité d’alimentation
 Temps de réponse courts (tPLH=tPHL=35ns pour VDD=10V)
 Mise en cascade de deux circuits pour avoir un comparateur non inverseur.

L’inconvénient majeur est que le seuil VTH est fixe et lié à la tension d’alimentation
VDD, .

Ce dispositif est très peu utilisé en pratique.

2) Triggers de Schmitt

Ce sont des comparateurs à deux seuils, un seuil pour le passage de l’état haut à l’état
bas et un seuil pour le passage de l’état bas à l’état haut. On les appelle aussi comparateurs à
hystérésis.

a) Trigger de schmitt non inverseur avec amplificateur opérationnel.


R2

R1



ve
R vs

V0

Dans ce montage, il ya une réaction positive, donc le fonctionnement de


l’amplificateur sera en saturation. vs peut prendre deux valeurs possibles :

 Si tension d’alimentation, alors donc

vs va rester égale à +Vsat tant que ve est supérieure à V1, si non vs basculera à –Vsat. V1
est le seul de basculement de +Vsat à –Vsat. On aura :
vs
+Vsat D

D n

0 ve
V1
D
D D
-Vsat n
n n
D

 Si tension d’alimentation,
n alors donc

vs va rester égale à –Vsat tant que ve est inférieure à V2, si non vs basculera à +Vsat. V2
est le seul de basculement de –Vsat à +Vsat. On aura :

vs
+Vsat D

n
D

n
0 ve
V2
D
D D
n
–Vsatn n

D
V1 et V2 sont les seuils du comparateur,
n
d’où la caractéristique du Trigger de Schmitt
non inverseur :
vs
+Vsat D

D n

0 ve
V1 V2
D
D D D
n
n n -Vsat n

n
b) Trigger de schmitt inverseur avec amplificateur opérationnel.
R



ve
vs
R1 R2
V0

Dans ce montage, il ya une réaction positive, donc le fonctionnement de


l’amplificateur sera en saturation. vs peut prendre deux valeurs possibles :

 Si tension d’alimentation, alors donc

vs va rester égale à +Vsat tant que ve est inférieure à V2, si non vs basculera à –Vsat. V2
est le seul de basculement de +Vsat à –Vsat. On aura :

vs
+Vsat D

D n

0 ve
V2
D
D D
-Vsat n
n n
D
 Si tension d’alimentation, alors donc
n

vs va rester égale à –Vsat tant que ve est inférieure à V2, si non vs basculera à +Vsat. V2
est le seul de basculement de –Vsat à +Vsat. On aura :
vs
D
+V sat
n
D

n
0 ve
V1
D
D D
n
n –Vsatn
D

n
V1 et V2 sont les seuils du comparateur, d’où la caractéristique du Trigger de Schmitt
inverseur :
vs
+Vsat D

D n

0 ve
V1 V2
D
D D D
n
n n -Vsat n

D
c) Trigger de Schmitt avec inverseur
n CMOS

R2

R1

ve v vs
D D
D
n n
n
Les deux inverseurs en cascade possèdent la caractéristique de transfert idéalisée
vs=f(v) suivante :
vs
D
VDD n

n v VTH=VDD/2
0 VTH VDD D
D
D D D n
n
n n n
On a :

 Si , alors donc

vs va rester égale à 0 tant que ve est inférieure à V2, si non vs basculera à VDD. V2 est le
seul de basculement de 0 à VDD. On aura :
vs
D
VDD n

n ve
0 V2 VDD
D
D D D
n
 Si , alors ndonc n n

 vs va rester égale à 0 tant que ve est supérieure à V1, si non vs basculera à 0. V1 est le
seul de basculement de VDD.à 0 On aura :

vs
D
VDD n

n ve
0 V1 VDD
D
D D D
n
V1 et V2 sont les seuils du comparateur,
n n d’où lan caractéristique du comparateur à
hystérésis avec inverseurs CMOS
vs
D
VDD n

n ve
0 V1 V2 VDD
D
D D D D
n
d) Utilisation de circuits logiques
n n spécialisés
n n

Il existe des circuits logiques remplissant la fonction de trigger de Schmitt. Par


exemple le circuit 4093 comportant quatre opérateurs NAND à deux entrées avec trigger de
Schmitt. Ces opérateurs ont pour symbole suivant, dérivé de celui de la porte NAND.

e) Applications des triggers de Schmitt

 Production de signaux carrés à partir de signaux de formes quelconque


Les signaux issus de capteurs sont rarement carrés, il faut donc les transformer en
signaux carrés compatibles avec un traitement logique. Voir figure suivante :

ve
D

V2 n

D
V1
n t
D
vs D
n
D n

t
D

 Elimination des parasites superposés à un signal utile n

ve
D

V2 n

D
V1
n t
D
vs D
n
D n

t
D

Dans ce cas, plus les parasites ont des amplitudes importantes nplus les seuils du trigger
doivent être éloignés. On trouve ici une propriété importante : l’insensibilité aux parasites est
directement fonction de la largeur de l’hystérésis.

II) LES MULTIVIBRATEURS MONOSTABLES

Un multivibrateur monostable est un dispositif possédant deux états de sortie : l’un


stable, l’autre instable. Le montage étant initialement à l’état stable, une impulsion de
commande sur son entrée le fait passer à l’état instable puis, le montage revient de lui-même à
l’état stable au bout d’un temps T dépendant du circuit et appelé période du monostable.

1) Monostable à l’aide d’amplificateur opérationnel

a) Exemple de montage
C’ 
vc
ve R i
vs
R1 R2 C
V0

b) Etat stable

Pour analyser un montage monostable on commence toujours par la détermination de


l’état stable.
A l’état stable, les grandeurs électriques sont stables elles restent là où elles se
trouvent, les condensateurs sont soit totalement chargés ou déchargés. Dans tous les cas on
n’aura pas de courant dans les condensateurs.
Il n’y a pas de courant dans C’ et R donc .
Il n’y a pas de courant dans C, R1 et R2 donc
L’état de la sortie va dépendre du signe de V0.
 Si
 Si

On va considérer donc à l’état stable, et

c) Déclenchement du monostable

Afin de déclencher le montage monostable, il faut basculer la sortie de l’amplificateur


opérationnel et par conséquent, appliquer sur l’entrée inverseuse, une impulsion d’amplitude
supérieure à V0.

d) Etat instable

A t=0 appliquons sur l’entrée inverseuse de l’amplificateur opérationnel une


impulsion positive d’amplitude supérieure à V0. La sortie vs bascule à . Après
le basculement, le condensateur C va se recharger vers à travers R1 et R2. On
aura :

En dérivant l’équation on obtient :

D’où la solution :
, le potentiel aux bornes du condensateur étant continu donc :
, d’où la valeur de la constante d’intégration .

 L’expression de la tension aux bornes du condensateur sera donnée par la relation


suivante:

 L’expression de la tension sur l’entrée non inverseuse de l’amplificateur opérationnel


est donnée par l’équation suivante :

Cette tension évolue de sa valeur initiale négative à t=0 vers positive


pour .
A t=T (durée du monostable), lorsque redevient égal à 0, le montage rebascule
et vs repasse de .

Calcul de la période du monostable T :

Soit :

e) Comportement du montage à partir de t=T

Pour , donc le condensateur C va se recharger toujours à travers


mais vers la tension . On aura donc :

En dérivant l’équation on obtient :

D’où la solution :

, d’où la valeur de la constante d’intégration :


 L’expression de la tension aux bornes du condensateur sera donnée par la relation
suivante:

 L’expression de la tension sur l’entrée non inverseuse de l’amplificateur opérationnel


est donnée par l’équation suivante :

Cette tension évolue de sa valeur initiale positive à vers positive


pour .

On obtient les chronogrammes suivants :

V–(t)

V0
t
+
V (t)

V0

vs(t)
VCC

–VCC
Remarque :

A partir de t=T, vs est revenue à l’état stable, mais si l’on redéclenche tout de suite le
montage, celui-ci ne fournira pas une période égale à la précédente. Il faut attendre que toutes
les grandeurs soient revenues à leur état stable.
Il faut donc attendre après le temps T un temps TR appelé temps de récupération avant
de redéclencher le montage. Ce temps se calcule de manière approchée :

f) Améliorations du montage

 Réalisation de V0

On va utiliser un pont diviseur qui permettra d’avoir la tension V0 voulue :


VCC
R3

C’
vc
ve R vs
R2 C
R1 R4

Remarque :
On a intérêt à diminuer V0 au maximum de façon à avoir la période T la plus
grande possible sans augmenter ni R1 ni R2, et donc sans augmenter le temps de récupération.

 Circuit de déclenchement

Dans l’analyse précédente, on a supposé que l’impulsion de commande était très


brève. En pratique, pour avoir un fonctionnement correct, il est nécessaire que la durée de
l’impulsion de commande soit très courte vis-à-vis de la période du monostable.

Or dans la réalité, on dispose rarement d’impulsions brèves mais plutôt d’impulsions


rectangulaires. Le montage de la figure suivante est alors utilisé :
C’ 
vc
ve R D i
vs
R1 R2 C
V0

Dans le cas où ve(t) est un signal rectangulaire, les signaux présents à l’entrée sont
données dans le figure suivante :

ve ve
t
0

t
0

t t
-0,6V -0,6V

 Réduction du temps de recouvrement

Pour réduire le temps de recouvrement, on est amené à réduire la constante de temps


et sans réduire la période du monostable T. Ceci est possible en considérant le
sens des courants qui charge le condensateur C pour et pour .
Plaçons une diode en parallèle avec R2 comme indiqué par la figure ci-dessous :

C’ 
vc
R2
ve R D vs
R1 C
D’
V0
Dans ce cas, la diode va conduire pour et par conséquent la résistance R2 sera
shuntée. La constante de temps de la recharge finale du condensateur est . Le temps de
récupération sera de l’ordre de 3 à au lieu de

2) Monostable avec circuits logique CMOS


a) Montage à liaison CR

VDD
vc
i

C Re
ve vs1 R ve2 vs

 Etat stable
A l’état stable aucun courant ne circule dans le condensateur. Par conséquent :

Deux cas sont alors possibles :

-
-

 Fonctionnement et chronogrammes

A priori il faut étudier les deux possibilités à l’état stable et à l’état


stable. Seulement, dans le cas où la durée T du monostable dépendrait de la
durée de l’impulsion de commande , ce qui est contraire à la définition du
monostable.

Fonctionnement

A l’instant initial t=0, on applique une impulsion négative sur l’entrée en


faisant passer ve de VDD à 0. vs1 va passer à VDD et ve2=(vs1-vc) à VDD aussi, la sortie du
monostable vs bascule à l’état instable donc à 0.
Pour t>0, C se charge vers vs1=VDD à travers R, on aura :

Cette tension va évoluer de VDD vers 0, lorsque ve2 sera égale à , vs va


revenir à son état stable VDD. vs1 passera alors à 0. A cet instant de basculement qu’on va noter
T, vc est égale à . Juste après le basculement ve2 sera
égale à .
Pour t>T, comme vs1 est nulle, C va se décharger à travers R et on aura :
qui va évoluer de vers 0.

Calcul de la durée du monostable T


A t=T, donc

Chronogrammes

ve
VDD

0 t

vs1
VDD

0 t

ve2
VDD

0 t

vs
VDD
T

0 t

b) Montage à liaison RC

ve vs
VDD vs1 C ve2
 Etat stable

Ce montage possède deux états stables possibles selon que ve =0 ou VDD à l’état
stable :
-
-

 Chronogrammes et fonctionnement

L’analyse est analogue à la précédente et on obtient les chronogrammes donnés sur la


figure suivante :
ve (a) ve (b)
VDD VDD

0 t 0 t

vs1 vs1
VDD VDD

0 t 0 t

ve2 ve2
VDD VDD

0 t 0 t

vs vs
VDD VDD

T T

0 t 0 t

Remarque :

- Dans les deux cas l’impulsion de sortie est synchrone du front montant du
signal de commande.
- Durée de l’impulsion de commande : Pour obtenir un fonctionnement
correct, on doit avoir Te (période de ve)> T (durée du monostable) dans le
cas (a) et Te (période de ve)> 3 à 5RC dans le cas (b).

La durée T du monostable est donnée par la relation :


3) Montages utilisant des circuits logiques spécialisés

4) Exemple d’utilisation du monostable

Dans cet exemple, on va utiliser le monostable pour uniformiser un signal carré


quelconque.

ve

0 t
vD

0 t

vs
VDD
T

0 t

A partir du signal ve d’amplitude quelconque, par dérivation, on obtient le signal vD. Si


ce signal est appliqué à un monostable, on obtient alors le signal vs uniforme.

III) LES MULTIVIBRATEURS ASTABLES

Un multivibrateur astable est un dispositif à deux états de sortie instables. C’est un


oscillateur délivrant une tension rectangulaire périodique.

1) Réalisation avec amplificateur opérationnel

a) Astable avec un trigger de Schmitt inverseur


R


vc C
vs
R1 R2
Le montage fonctionne en commutation, la réaction positive se fait par un diviseur
résistif tandis que la réaction négative est produite par un circuit RC. Une variation de la
tension de sortie est immédiatement répercutée sur l’entrée (+) alors que la tension sur
l’entrée (-) varie lentement du fait du condensateur. La variation se trouve donc accentuée et
produit rapidement la saturation.

 Fonctionnement du montage

L’amplificateur opérationnel, R1 et R2 forme un trigger de Schmitt inverseur, ses seuils


de basculement sont : pour basculer de et pour
basculer de .
Pour analyser le fonctionnement du montage, on va considérer qu’initialement, à t=0,
le condensateur C est déchargé et .
Pour t>0, le condensateur C se charge vers VCC à travers la résistance R, la tension vc
augmente exponentiellement de 0 vers VCC, soit :

A t= t0, vc atteint le seuil V2 du trigger et vs bascule à – . Après l’instant t0, C se


recharge en sens inverse vers – à travers R. La tension vc décroit
exponentiellement en partant de vc=V2 à vc=

A t=t1, vc atteint la valeur V1 du trigger et vs bascule à +VCC. Après cet instant C se


recharge vers +VCC à travers R. vc évolue exponentiellement de la valeur vc=V1 vers vc=VCC.

A t=t2, vc atteint le seuil V2 du trigger, vs bascule à nouveau à – et un autre cycle


recommence.

On obtient à la sortie du montage un signal rectangulaire périodique.

 Calcul de la période de vs

Et

D’où la période
 Chronogrammes
vc(t)

V2

0 t
t0 t1 t2

V1

vs(t)
T
VCC

t
0 t0 t1 t2

–VCC

 Modification de la période T

On peut modifier la période T soit en jouant sur la constante de temps RC ou en


modifiant la largeur du cycle d’hystérésis du trigger. Pour la modification de RC on peut
utiliser une résistance R variable ou un jeu de condensateurs commutables. Aussi la largeur du
cycle d’hystérésis est , donc il suffit de varier le rapport
Exemple de montage :
R

vc C
vs

 Modification du rapport cyclique

On peut modifier le rapport cyclique pour une même fréquence, pour cela on utilise le
montage suivant :
R3 D1
kR
R4 D2


vc C
vs
R1 R2

Pendant la durée , D1 conduit et D2 bloquée. C se charge à travers


kR+R3 et D1, la constante de temps est
Pendant la durée , D2 conduit et D1 bloquée. C se charge à travers
(1-k)R+R4 et D2, la constante de temps est
On aura donc :
et
indépendante de k
et le rapport cyclique sera donné par la relation suivante :

 Exemple de réalisation
12k 1N4148

P2=50k
1nF K
12k 1N4148
10nF

0,1F
TL081
1F

10F vs
P1=25k 82k
1,2k

Position de l’interrupteur K Fréquence)


10 F 2 à 20 Hz
1F 20 à 200 Hz
0,1F 200 à 2 kHz
10nF 2 à 20 kHz
1nF > 20 kHz

P1 permet la variation continue de la fréquence. Echelle non linéaire.


P2 permet la variation du rapport cyclique à fréquence constante.
b) Astable avec un trigger de Schmitt non inverseur et un intégrateur

R2
C
R1
R

vs2 vs1
vs2

 Fonctionnement du montage

L’amplificateur opérationnel, R1 et R2 forme un trigger de Schmitt non inverseur, ses


seuils de basculement sont : pour basculer de et pour
basculer de . .
Pour analyser le fonctionnement du montage, on va considérer qu’initialement, à t=0,
le condensateur C est déchargé et .
Pour t>0,

vs2 évolue dans le sens décroissant de 0 vers .


A t= t0, vs2 atteint le seuil V1 du trigger et vs1 bascule à – .
Après l’instant t0, l’expression de vs2 devient :

Cette tension va évoluer dans le sens croissant de V1 vers VCC.


A t=t1, vs2 atteint la valeur V2 du trigger et vs1 bascule à +VCC.
Après cet instant l’expression de vs2 devient :

A t=t2, vs2 atteint le seuil V1 du trigger, vs1 bascule à nouveau à – et un autre cycle
recommence.

On obtient deux signaux périodiques, l’un triangulaire (vs2) et l’autre rectangulaire


(vs1).
 Calcul de la période de vs1 et de vs2.

Et

D’où la période

 Chronogrammes
vs2(t)

V2

0 t
t0 t1 t2

V1

vs1(t)
T
VCC

t
0 t0 t1 t2

–VCC

c) Oscillateur Contrôlé par Tension (VCO)

C’est un générateur de signaux périodiques dont la fréquence est contrôlée par une
tension.
Exemple de montage avec amplificateur opérationnel.
VCC

R
r C
R
R

P R

Ei
v0 v1
RB

R1 R2 v2
D

Le transistor bipolaire fonctionne en saturation. Il est bloqué si et saturé si


. La diode D limite la tension VBE à -0,6V lorsque .

 Fonctionnement du montage :

L’amplificateur opérationnel, R1 et R2 forme un trigger de Schmitt inverseur, ses seuils


de basculement sont : pour basculer de et pour
basculer de .

Si , le transistor bipolaire est saturé donc donc


et .
Si , le transistor bipolaire est bloqué donc donc
et .

Considérant qu’initialement, à t=0, le condensateur C est déchargé et . Le


transistor bipolaire saturé.
Pour t>0,

v1(t) évolue dans le sens croissant de 0 vers .


A t= t0, v1 atteint le seuil V2 du trigger et v2 bascule à – . Le transistor bipolaire se
bloque.
Après l’instant t0, l’expression de vs2 devient :

Cette tension va évoluer dans le sens décroissant de V2 vers – .


A t=t1, v1 atteint la valeur V1 du trigger et v2 bascule à +VCC. Le transistor se sature.
Après cet instant l’expression de v1 devient :

A t=t2, v1 atteint le seuil V2 du trigger, v2 bascule à nouveau à – , le transistor se


bloque et un autre cycle recommence.

On obtient deux signaux périodiques, l’un triangulaire (v1) et l’autre rectangulaire (v2).

 Calcul de la période de v1 et de v2.

D’où la période et la fréquence . la fréquence


de v1 et v2 est proportionnelle à la tension de contrôle Ei.

2) Réalisation à l’aide de circuits logiques CMOS

Montage à deux inverseurs CMOS


R
D
vc
n
D

nC Re
v1 v2 v3
D D
D D D
n n
n n n

La caractéristique de transfert d’une porte logique CMOS inverseuse est représentée


sur la figure suivante :
vs
Ie D

D
VDD n
ve n vs D

D D n ve VTH=VDD/2
n
0 VTH VDD D
n D
D D D n
n
Considérant que Re est de valeur suffisamment
n nélevée npour négliger le courant qui la
traverse par rapport à celui dans R.
 Fonctionnement du montage

Considérant qu’initialement, à t=0, le condensateur C est déchargé et ,


,
A le montage est dans la situation représentée dans la figure suivante :
vc
R
D
D
Cn
0 v2 n VDD
D
D D D
n
n n n

Le condensateur C se charge vers VDD à travers la résistance R, on aura :

, comme

la tension v2 augmente exponentiellement de 0 vers VDD, à t= t0, v2 atteint le seuil


de la porte logique, v3 bascule à . Après l’instant
t0, on aura la situation suivante :
vc
R
D
D
Cn
VDD v2 n 0
D
D D D
n
n n n
C se recharge en sens inverse vers – à travers R.

La tension v2(t) décroit exponentiellement de vers 0, à t=t1, v2 atteint le seuil


de la porte logique, v3 bascule à .
Après l’instant t0, on aura la situation suivante :
vc
R
D
D
Cn
0 v2 n VDD
D
D D D
n
n n n
Le condensateur C se charge vers VDD à travers la résistance R, on aura :
la tension v2 augmente exponentiellement de vers VDD, à t= t2, v2 atteint le seuil
de la porte logique, v3 bascule à , puis un autre cycle recommence.

 Calcul de la période de v1 et de v3.

Soit

 Chronogrammes

vc(t)
VDD

t
t0 t1 t2

v2(t)

VDD

0 t
t0 t1 t2

v3(t) T
VDD

0 t
t0 t1 t2
v1(t)
VDD

0 t
t0 t1 t2
TIMER 555

I) CONSTITUTION

C’est un circuit intégré à huit électrodes, constitué de deux comparateurs, une bascule
RS et un transistor de décharge.

VCC
8
7 Transistor
R
6 de décharge
seuil r
S Q
commande 5

3
R Q sortie
2
basculement

1 4
Remise au Niveau
Bas (RNB)

II) FONCTIONNEMENT

Si on n’utilise pas de commande, alors la tension de commande est . Lorsque la


tension seuil dépasse la tension de commande la sortie du comparateur se met au niveau haut,
ceci met la bascule au niveau haut.
Si la broche reliée au collecteur du transistor de décharge est branchée comme indiqué
si la figure suivante :

VCC

R
7

r C

La sortie Q de niveau haut sature le transistor bipolaire, et le condensateur se


décharge.
Lorsque la sortie Q est au niveau bas, le transistor bipolaire se bloque et le
condensateur se charge vers VCC à travers R.
Le deuxième comparateur a une tension seuil de sur l’entrée non inverseuse.
Lorsque la tension de basculement est inférieure à , la sortie du comparateur se met au
niveau haut et remet la bascule au niveau bas.

La broche RNB (Remise au Niveau Bas), si elle à la masse le dispositif est inhibé (c’est une
caractéristique marche arrêt). Par fois cette broche est reliée directement à l’alimentation.

III) FONCTIONNEMENT EN MULTIVIBRATEURS MONOSTABLE

VCC

8 4
R
7
sortie
6 555 3
basculement
2 vs
1 5
ve C
vc

VCC

8 R
7
R
6
r
vc
S Q C
5

3
R Q sortie
2
basculement

1 4
VCC

a) Etat stable

C déchargé, car si non, vc sera égale à qui est supérieure à , ceci mettra la
bascule à l’état haut qui entraine la saturation du transistor de décharge et par la suite la
décharge du condensateur C. Le transistor doit être saturé à l’état stable donc et
. L’entrée R de la bascule doit être à 0 si non Q sera égale à 0 ce qui entrainera le
blocage du transistor. Donc ve doit supérieure à on considère à l’état stable.
b) Fonctionnement

Lorsqu’on excite le monostable en appliquant sur l’entrée basculement une tension


inférieure à , le deuxième comparateur se met au niveau haut (R passe à VCC), ceci met la
bascule au niveau bas (Q=0 et ) ce qui bloque le transistor. Par la suite le
Condensateur C se charge à travers la résistance R vers la tension VCC, soit :

Lorsque le tension aux bornes du condensateur atteint il y aura basculement du


premier comparateur vers le niveau haut (S=VCC), ce qui met la bascule au niveau haut
(Q=VCC), la sortie à l’état bas (vs=0) et le transistor se sature. Le condensateur se décharge
alors rapidement.
La durée du monostable T est déterminée par la constante de temps =RC.

c) Chronogrammes
ve
VCC

0 t

vc
VCC

t
0

vs
VCC
T

t
0

IV) FONCTIONNEMENT EN MULTIVIBRATEUR ASTABLE


VCC

R1 8 4
7
sortie
R2 555 3
6
2 vs
C 1 5
vc
VCC

8 R1
7
R
6
r R2
S Q

R C vc

3 sortie
R Q
2
vs
R

1 4
VCC

a) Fonctionnement du montage

Considérant qu’initialement, à t=0, le condensateur C est déchargé .


et , le transistor est bloqué.
Pour t>0, le condensateur C se charge vers VCC à travers la résistance R1 et R2, la
tension vc augmente exponentiellement de 0 vers VCC, soit :

A t= t0, vc atteint le seuil du premier comparateur et S bascule à se trouve


à 0 donc Q passe à ( passe à 0), le transistor se sature. Après l’instant t0, C
se décharge à travers R2. La tension vc décroit exponentiellement en partant de
vc= à vc=0

A t=t1, vc atteint le seuil du deuxième comparateur et R bascule à se


trouve à 0 donc Q passe à 0 ( passe à ), le transistor se bloque. Après cet instant C
se recharge vers +VCC à travers R1 et R2. vc évolue exponentiellement de la valeur vc=
vers vc=VCC.
A t=t2, vc atteint le seuil du premier comparateur et S bascule à se trouve
à 0 donc Q passe à ( passe à 0), le transistor se sature et un autre cycle
recommence.
On obtient à la sortie du montage un signal rectangulaire périodique.

b) Calcul de la période de vs

Et
D’où la période

c) Chronogrammes

vc(t)

0 t
t0 t1 t2
vs(t) T

0 t
t0 t1 t2

Le rapport cyclique du signal vs est ce rapport est compris entre


0,5 et 1. Pour avoir il faut que R1 soit très petite par rapport à R2.

V) OSCILLATEUR COMMANDE PAR TENSION (VCO)

VCC

R1 8 4
3 vs
7

R2 555
6
2 5 P

C 1
vc VCOM
Sans la tension de commande on avait les tensions seuil suivante : pour le
premier comparateur et pour le deuxième comparateur. Avec la tension de commande
on aura pour le premier comparateur et pour le deuxième. Les chronogrammes
obtenus sont les suivants :

vc(t)

0 t
vs(t)

0 t

Si on augmente la tension de commande le temps de charge et de décharge du


condensateur augmente, la période T augmente et la fréquence diminue.
Si on diminue la tension de commande, le temps de charge et de décharge du
condensateur diminue, la période diminue et la fréquence augmente.

VI) GENERATEUR DE RAMPES

On va charger le condensateur à l’aide d’une source de courant. On va utiliser le


circuit suivant pour générer des rampes.

VCC

8 4 RE R1

basculement 2 555
7
I0
R2
ve 6
1 5 vs
C

Nous avons remplacé la résistance du circuit monostable par une source de courant à
base de transistor bipolaire. Cette source de courant produit un courant constant I0 qui va
charger le condensateur C.
Lorsqu’une entrée de basculement amorce la minuterie monostable 555, le transistor
PNP (source de courant) force un courant de charge I0 dans le condensateur. Par conséquent,
la tension aux bornes du condensateur est une rampe ou dent de scie.

ve
VCC

0 t

vc
VCC

t
0
T