Vous êtes sur la page 1sur 8

ransr u ra l

T initiatives n°483 / déc. 2020 – janv. 2021 / 10 euros

·INTERVENIR SUR LES


VIOLENCES fAITES AUX
fEMMES EN RURAL
Dossier ·fLORIAN S’APPRÊTE à
RAPPROCheR méDIAs fAIRE DES RAVAgES SUR LA
fORÊT PyRÉNÉENNE
eT JeUNes RURAUX : ·PAC : LES PROPOSITIONS
ÇA PResse ! DES CITOyENS EN ATTENTE
sommaire
Transrural initiatives
est publiée par l’Adir, association d’édition de :

Le réseau des Centres d’initiatives pour valoriser


l’agriculture et le milieu rural (Civam), ce sont
plus de 200 associations qui défendent depuis
plus d’un demi siècle des enjeux tels que la pré-
servation de l’environnement, l’offre d’aliments
de qualité, l’élaboration d’un autre modèle énergétique, la pro-
motion d’une agriculture durable, le maintien d’un monde rural
facteur de cohésion sociale (www.civam.org).
Lieu de rencontres, d’échanges et vecteur d’inté-
gration socio-économique, le Mouvement rural de vivre ensemble
jeunesse chrétienne (MRJC), propose aux jeunes
de treize à trente ans vivant à la campagne ou Démocratie
qui l’envisagent, de s’engager avec d’autres pour
l’amélioration de la qualité de vie, de leur environnement et de la 4 Nouveaux élus, nouvelles pratiques
société qui les entoure par l’action, la réflexion, la recherche de sens
et la formation. (www.mrjc.org). Idées
Le Réseau d’expérimentation et de liaison 6 Quelle résilience dans les territoires ?
des initiatives en espace rural (Relier) consi-
dère qu’il est nécessaire de soutenir le déve- Agriculture
loppement d’autres activités à la campagne
et, face aux interrogations de notre société, 7 Paysan·ne en Amap, du soutien à
qu’il est urgent de leur donner un sens : s’installer à la campagne, l’installation à la justice sociale
monter une entreprise rurale, c’est d’abord faire le choix d’un
mode de vie. Depuis 1984, l’association d’éducation populaire société
Relier contribue à créer et animer des lieux d’échange et de mise
en lien des personnes qui font le choix de s’installer et vivre en
8 80 km/h : demi-tour !
milieu rural (www.reseau-relier.org).
Initiative
Le centre de ressources sur les pratiques
et les métiers du développement local 9 Intervenir sur les violences faites aux un autre développement
Cap Rural a pour vocation de promouvoir femmes en rural
le développement des territoires ruraux et Agriculture
périurbains de Rhône-Alpes. Depuis 1996,
Cap Rural porte le projet d’espaces ruraux vivants aux fonctions 13 PAC : les propositions des citoyens
diversifiées (productive, résidentielle, touristique et nature), français en attente
composés par une mixité de populations et d’activités, et met-
tant en œuvre de réelles dynamiques économiques, sociales et
ménager les ressources 14 Les maillots verts du tour de France
environnementales, dans le cadre de relations équitables avec agricole
les espaces urbains (www.caprural.org). environnement
Le Réseau des Créfad est une 10 HVE, symbole d’une agroécologie Aménagement
coordination d’associations se marketing 15 Des habitats alternatifs contre le
reconnaissant dans des valeurs
communes en référence au Manifeste de Peuple et Culture 10 « HVE ne demande que trop peu betonnage
comme l’éducation populaire, la laïcité, la lutte contre les iné- d’évolution des pratiques »
galités, les injustices, ou encore dans l’entraînement mental. Initiative
Ses membres travaillent les thèmes de l’accompagnement, de 12 Florian s’apprête à faire des ravages 16 Une boulangerie itinérante
l’habiter, de la vitalité des territoires ruraux, de la jeunesse, de sur la forêt pyrénéenne redynamise la plaine de la Bièvre
l’interculturel, du rapport à la lecture et à l’écriture. Ils œuvrent
ensemble pour se renforcer, s’inspirer et se soutenir mutuelle-
ment, construire du neuf (www.reseaucrefad.org).
Directeur de publication : Raphaël Jourjon - Équipe
Quatrième de couverture
de rédaction permanente : Fabrice Bugnot, Jade Débardage de bois : chantier de coupe de châtaigniers à la ferme de la
Lemaire - Ont participé à ce numéro : Hugues Pignerie (Ercé-en-Lamée, Ille-et-Vilaine), février 2014, Marie et Marcel Jolivel.
Boiteux, Anne Carton, Benoît Chaboud-Mollard, Marcel élevait des bovins viande depuis 1981. Sa fille, Marie, s’est
Céline Champouillon, Amélie Charvériat, David installée en 2009 avec son compagnon, Timothée Dupont, pour pro-
Chomentowski, Bertille Gatteau, William Guillo, Felix duire œufs extra-frais et pommes à couteau. Julien Le Berre, l’autre
Grippon, Raphaël Jourjon, Cédric Letourneur, Étienne
Martin, Jean-Claude Moreau, MRJC Hautes-Pyrénées,
gendre de Marcel, est arrivé sur les terres collectives en janvier 2012
Jean-Marie Perrinel, Maud Picart, Nicolas Portelli, pour faire des yaourts de brebis. Au moment de la prise de vue, tout le monde à la ferme est mobilisé pour
Adrien Potier, Joachim Thiébaut. remettre en état les clôtures. Marcel anticipe la transmission à ses filles et le chantier collectif participe au
Notes de lecture et revue de presse : Alain Chanard maintien du système herbager. Depuis 2018, Marcel, Marie et Timothée sont associés autour d’un atelier
Maquette : Catherine Boé de vaches laitières. Cette image est issue d’un reportage de huit ans sur les installations paysannes dans
Impression : Evoluprint, Bruguière cinq fermes en France, De mains d’Hommes. Sandra-Vanessa Liégeois y présente photographies argen-
Administration / Rédaction :
58 rue Regnault – 75 013 Paris tiques et extraits d’entretiens. Une exposition retraçant l’ensemble de la démarche sera présentée début
Tél. 01 48 74 52 88 février puis de nouveau en septembre sur les grilles du Conseil économique social et environnemental,
Site internet : www.transrural- en lien avec l’avis proposé par Bertrand Coly : « Entre transmettre et s’installer, l’avenir de l’agriculture ! ».
initiatives.org www.de-mains-d-hommes.tumblr.com
Mail : transrural@globenet.org
CRÉDIT PHOTO DE LA COUVERTURE :
DE LA COUVERTURE DU DOSSIER : Jets d’encre

Reproduction autorisée sous réserve de demande


– n°CPPAP : 0625D86792 – ISSN : 1165-6166 –
(Ré)abonnez-vous à Transrural initiatives
2 Transrural
Dépôt légal : janvier 2021.
initiatives sur la boutique en ligne de la revue
éditorial

Déconstruire
les représentations
mobilisation
17 Le pain, lui aussi politique
Chronique
Q uel est le sens de notre métier, nous journalistes ? Produire de
l’information et la diffuser ? Mais laquelle ? Comment ? Et dans quel
but ? Ces quelques questions mériteraient de longs débats dans les
écoles de journalisme, les rédactions et plus largement dans l’ensemble
de la société. Pour certains, rendre compte des faits, proposer une analyse
18 La guerre des mots – acte XXXIX
ou rapporter des témoignages s’intègre dans un objectif de transformation
sociale. Produire de l’information peut aussi être vu comme un métier, difficile,
souvent précaire et soumis à des impératifs de rentabilité. Les actionnaires
des titres de presse et les publicitaires, eux, voient dans les médias une
découvrir source de revenus et d’influence non pas au service de l’intérêt général mais
du leur. Ces visions sont rarement conciliables mais tous s’accordent pour
20 BD reconnaître le pouvoir qu’ont les médias sur la constitution des opinions.
21 en revues S’il faut changer nos regards pour transformer le monde, il faut donc changer
les médias. C’est un des messages du dossier sur la presse, le rural et les
22 Au fil des lectures jeunes – construit et rédigé avec le MRJC – que nous vous proposons dans ce
numéro. Comment en effet construire une représentation plus diverse et plus
positive de la ruralité et de ses jeunes sans les impliquer dans la production
de l’information et sans créer des liens avec le monde des médias pour
déconstruire les représentations erronées qui existent des deux côtés ?
Ce travail d’éducation populaire, que Transrural initiatives s’efforce de mener
I à XVI DoSSIeR sans prétendre à une excellence journalistique ou à une objectivité inatteignable
– il n’existe que des démarches d’objectivation – s’incarne aussi dans notre
chronique « La Guerre des mots », qui propose de « retrouver le sens originel
Rapprocher médias et jeunes ruraux : des mots, de les redéfinir ou au contraire de déconstruire l’imaginaire qu’ils
ça presse ! véhiculent ». Un exemple – caricatural – des enjeux derrière cette guerre des
mots ? La chaîne Canal+ a déposé le mot « planète » à l’Institut national
Que nous montrent les médias des jeunes et de la ruralité ? Pourquoi,
de la propriété intellectuelle et depuis menace de poursuites judiciaires les
plus largement, les classes populaires sont-elles si peu vues ou enten-
dus ? La presse agricole et rurale donne-t-elle plus de place à la diver- revues, associations et sociétés qui l’utilisent dans leur dénomination1...
sité des opinions et représentations ? Ce dossier construit avec le MRJC Exploitation, écosystème, développement, autonomie, travail, cotisations
dresse un état des lieux critique du fonctionnement du système média- sociales… Depuis 2015, une trentaine de bénévoles ont rédigé une
tique au prisme du monde rural et de la jeunesse et présente des initia- quarantaine de chroniques, un travail dont nous sommes fiers et que nous
tives visant à favoriser la participation de toutes et tous à la production cherchons à diffuser au plus grand nombre au travers de la publication au
d’information. printemps d’un livre d’une centaine de pages intitulé Le Pouvoir des mots :
se réapproprier le vocabulaire dominant pour transformer la société. Pour
éditer cet ouvrage, pour lequel vous trouverez un bon de commande en fin
de numéro, nous avons lancé une campagne de financement participatif qui
se termine fin février, visible sur notre site2. Nous comptons sur vous – mais
pas que – pour la relayer et y participer ! Ce livre est un moyen de mettre en
avant le regard des acteurs du développement rural et agricole mais c’est
aussi un outil pour mieux faire connaître la revue et soutenir une presse
libre, indépendante et associative qui manque cruellement de moyens.
FaBrice BuGnot, resPonsaBle de la rédaction

1 - https://reporterre.net/Canal-Plus-n-a-pas-le-droit-de-s-approprier-le-mot-Pla-
nete-estime-l-INPI.
??

2 - www.transrural-initiatives.org.

http://boutique.transrural-initiatives.org
vivre ensemble
Intervenir sur les violences
initiative

en bref
faites aux femmes en rural DÉLIT D’OPINION
Le ministère de l’Intérieur a publié
le 4 décembre 2020 trois décrets
L’association Paroles de Femmes forme visant à étendre le champ des
des relais pour informer les femmes fichiers de la gendarmerie et la
police nationale d’individus consi-
victimes de violences en milieu rural. dérés comme dangereux pour la

47
sécurité nationale aux opinions
% des féminicides ont lieu en le boucher, à l’épicerie, dans les res- politiques, convictions philoso-
zones rurales alors qu’elles taurants alentour… Dans le maga- phiques, appartenance syndicale
rassemblent 20 % seulement zine Femmes ici et ailleurs2, Dany et données de santé. Les données
de la population française. En 2012, Dunet, personne relais depuis un an à numériques, à savoir les identi-
une étude menée par la Fédération Montgaillard, 450 habitants, indique : fiants de connexions, les pseudo-
nationale solidarités femmes sur les « Les personnes violentées ne vont pas nymes et informations publiés sur
violences faites aux femmes en Midi- faire le tour du village pour obtenir des les réseaux sociaux sont égale-
Pyrénées et en Pays-de-la-Loire mettait informations. Il faut les mettre à leur ment concernées. ■
en évidence les difficultés particulières disposition. Pour qu’elles puissent res-
des femmes victimes de violences ter le plus anonymes possible, j’essaye DOTATION ÉQUILIbRÉE ?
en milieu rural. Le manque d’accès à d’en diffuser dans tous les lieux ouverts Le 2 décembre dernier, le Sénat a
l’information, l’éloignement des lieux au public. » C’est également un auto- adopté un amendement qui revoit
d’accueil possibles, l’interconnaissance collant à mettre sur une vitrine, un le calcul de la répartition de la do-
très forte, le poids des relations so- véhicule, un téléphone portable pour tation forfaitaire et réduit l’écart
ciales... « Et puis la précarité financière, se signaler, pour indiquer qu’à cet maximum entre les montants
la difficulté parfois d’être mobile, de endroit, il est possible de parler des alloués aux petites et grandes
trouver un emploi et sortir d’un milieu violences subies par une voisine, une communes de 2 à 1,6. Chaque
violent », nous dit Céline Roucolle, sala- amie, par soi. année, ces dotations représentent
riée de Paroles de femmes 811 à Gaillac plusieurs milliards d’euros alloués
(Tarn). LES REPAS DES RELAIS aux communes. Pour l’Association
Cette association de solidarité féminine, Des professionnels de la santé, du des maires ruraux de France, cette
fondée en 2005, décide alors de mener social, des élus, des commerçants, fac- 1 - Paroles de disposition permettrait « une éga-
une action spécifique sur les zones trices… Des femmes, mais aussi des femmes 81, 8 rue
de la Madeleine à lité propice à un aménagement équi-
éloignées des centres urbains. C’est le hommes, une centaine de personnes Gaillac, 09 51 87 31 libré du territoire ». ■
démarrage des permanences dans plu- a été formée depuis 2016 dans le 70, www.paroles-
defemmes81.fr
sieurs communes du département et département3. Un « repas des relais » CAMPAgNE MAL SOIgNÉE
des rencontres avec les municipalités est organisé tous les trimestres dans 2 - Femmes ici et L’étude sur la santé en milieu rural
ailleurs n°39 –
pour sensibiliser les élus. L’association une commune partenaire. Cet espace octobre-novembre publiée en décembre 2019 par
développe un réseau de personnes permet d’échanger sur les situations 2020. l’Association des maires ruraux de
relais (parfois d’anciennes victimes) qui rencontrées, les doutes, les questions, France et Emmanuel Vigneron, géo-
3 - Un prochain tra-
sont là pour diffuser de l’information, re- de continuer à se former4. vail est programmé graphe, témoigne d’un déséquilibre
pérer, se tenir à l’écoute. Une formation L’essaimage de cette expérience dans avec la FNSEA pour entre les habitants des villes et des
de quelques heures leur est proposée, d’autres départements ruraux est en sensibiliser et trouver campagnes. Dotés d’une espérance
des relais dans le
qui donne des clés pour comprendre les cours pour assurer un maillage le plus milieu agricole. de vie inférieure de deux ans, ces
violences, être attentif aux signaux indi- serré possible. Céline nous le rappelle : derniers consommeraient 20 % de
cateurs, savoir donner ou laisser l’infor- faire évoluer la situation des violences 4confi
- Pendant le
nement des soins hospitaliers en moins que
mation à disposition, orienter. faites aux femmes en milieu rural est « repas des relais » leurs cousins des villes. Ce phé-
un travail de fond, une démarche ont été organisés en nomène serait lié à l’absence de
visioconférence pour
PLAQUETTES ET AUTOCOLLANTS citoyenne qui s’inscrit dans du temps maintenir le lien médecins traitants dans certains
Le kit des personnes relais, c’est un très long. autant que possible. territoires isolés, intermédiaires
paquet de plaquettes d’information ■ céline cHamPouillon, essentiels des hospitalisations. ■
à déposer à la mairie, la crèche, chez la BrÈcHe, réseau des créFad

n˚483 • déc. 2020 - jan. 2021 Transrural initiatives 9


DoSSIeR Rapprocher médias et
jeunes ruraux : ça presse !

L
● La fabrique de l’information e Mouvement rural de jeunesse chrétienne (MRJC) et Transrural initiatives proposaient
ne tourne pas rond....................................... II le 12 septembre 2020 une journée de rencontre et de débats entre jeunes ruraux et pro-
● L’information, un problème de jeunes ?.... IV fessionnels des médias dans le cadre du programme européen Mobilisation collective
● Une presse rurale diverse pour le développement rural : Jeunes acteurs du rural et de l’ agriculture. Cette journée
et en lien avec le territoire......................... V d’échange a réuni une vingtaine de personnes autour de deux questions : comment les jeunes
● La Topette, un journal loin des villes......... VI peuvent participer davantage à la production d’informations et faire valoir leurs préoccupations
● En Thiérache, l’info locale fragilisé...........VII et visions du monde dans la presse ; et comment les rédactions peuvent laisser davantage de
● Une presse agricole dominée par les place à une production d’information réalisée avec ou par les jeunes.
industriels et le syndicat majoritaire......VIII
Ce dossier retrace une partie des réflexions et pistes d’actions issue de cette journée, les pro-
● Journalisme agricole :
au service de la profession.........................X longe et les replace dans un contexte plus large. De notre intuition de départ, celle d’une faible
● « Les jeunes peuvent avoir une difficulté et mauvaise représentation des jeunes et de la ruralité dans la presse, nous avons élargi notre
à se sentir légitimes sur certains sujets ».... XI propos aux dysfonctionnements du système médiatique, à la mainmise d’une minorité peu re-
● Lire et écrire autrement : présentative de la société – milliardaires et « intellectuels » – sur la fabrication de l’information,
une boîte à mots dans les collèges...........XII au détriment de la diversité d’opinion et de l’analyse critique. Nous évoquons en quoi les pra-
● JA Mag sur les bancs de l’école..............XIII tiques de consommation des médias par les jeunes ne sont pas forcément plus problématiques
● Participation : que celles d’autres classes d’âge, ce que peut produire la participation des citoyens à la produc-
dans les coulisses de Transrural............XIII
tion d’information, l’importance de l’accompagnement, la nécessité de donner confiance aux
● L’éducation aux médias à besoin de temps
et de moyens..............................................XIV jeunes dans la légitimité de leur parole... Il existe un fourmillement d’initiatives qui montrent
● Ce que les quartiers ont à transmettre que ces deux mondes – la jeunesse et la presse – ont tout à gagner à se rapprocher ; et les
au rural........................................................XV structures d’éducation populaire qui forment des citoyens à écrire, lire et débattre des sujets qui
● Une journée de réflexion... et après ?.....XVI les concernent, ont ici clairement un rôle à jouer.

n˚483 • déc. 2020 - jan. 2021 Transrural initiatives I


un autre développement

Les maillots verts


agriculutre

du tour de france agricole


Dix-huit jeunes du MRJC ont effectué cet été un road-trip,
pensé comme un outil de formation et de sensibilisation à l’agroécologie,
notamment à travers la réalisation d’un film documentaire.

e t si, pour donner un nouveau


visage à l’agriculture, il fallait
que de nouvelles bouilles s’y en-
gagent ? Et si, pour que l’agroécologie
ne soit pas qu’une belle idée, il fallait
chausser les bottes ? Et si se former
rimait avec s’engager, fêter, partager ?
Avec des si, on fait… un tour de France
agri ! Passionnés par la ruralité et la
paysannerie, mais peu en accord avec
les trajectoires que prend l’agriculture

MrJC 54
industrielle, 18 jeunes de 20 à 28 ans
ont parcouru la France l’été dernier
pendant quinze jours, pour échanger Chez Georges Joya, à Aubier dans le Gers, le 17 août 2020.
avec les précurseurs de l’agroécologie : « L’idée de m’installer était très lopper ton entreprise c’est compliqué.
les agriculteurs. On veut devenir le plus gros exploitant
À l’origine du projet : trois militants du loin dans ma tête. Après le tour, je ou alors on veut qu’il y ait le plus de
Mouvement rural de jeunesse chré- monde possible autour de chez soi ? »
tienne (MRJC) Lorraine. Issus du milieu
me suis dit que cela pourrait être L’éthique, les valeurs, le sens et la beau-
agricole, ils désirent découvrir un maxi- envisageable, en collectif, avec té du métier d’agriculteur ont souvent
mum de systèmes agricoles dans la été mis en avant comme les moteurs de
perspective d’une prochaine installa-
diversification des ateliers. » leurs engagements : être en cohérence
tion. Ce projet prend de l’ampleur et (Drôme, maraîchage, arboriculture…) avec l’humanité et la planète permet
devient un road-trip agricole autogéré. ont permis d’avoir une vision du travail d’imaginer des bases saines pour les
Dans un esprit d’éducation populaire, en groupe. D’autres ont démontré que systèmes agricoles de demain. Que cela
chaque membre du groupe a pris des de nouvelles méthodes de production soit par le renforcement de leur convic-
responsabilités pour organiser ce tour étaient économiquement et écologi- tion d’installation en agriculture, ou par
en fonction de ses qualités et de son quement viables. Les problématiques une profonde remise en question de
expérience : communication, recherche techniques ont intéressé les futurs leur vision du métier, les participants
de partenaires, logistique… Ces ren- paysans, mais les réflexions sur la vie sont ressortis marqués. Émilie conclut :
contres avec des agriculteurs, en plus en milieu rural, le lien à la terre et aux « L’idée de m’installer était très loin dans
de former les participants, font l’objet 1- Le film, réalisé animaux, le travail et la spiritualité, ont ma tête. Après le tour, je me suis dit que
par Hugo Balique et
d’un film né d’une volonté de sensibi- Tristan Sicard, est en aussi rythmé les débats. finalement l’installation pourrait être
lisation et de la participation de trois cours de montage La vie en collectif avec des personnes envisageable, en collectif, avec diversi-
jeunes cinéastes à l’aventure.1 pour une diffusion inconnues, sous tente et en itinérance fication des ateliers, et que même hors
au printemps 2021.
En cohérence avec les valeurs du Plus d’infos : www. a fait écho à la force des fermes col- cadre familial c’est possible ! Par rapport
MRJC, agroécologie et agriculture col- facebook.com/ lectives et des systèmes coopératifs à toutes les offres d’emploi que je vois
lective ont été les deux thématiques les Tour-de-France- rencontrés. Un responsable d’une passer, ce métier a pour moi du sens. Ce
Agri2020-102325
plus abordées. Les collectifs installés 047983042. Coopérative d’utilisation de matériel sens profond, on le sent chez tous ceux
de longue date sur la ferme de Sainte- L’équipe réfléchit agricole du Maine-et-Loire a ainsi dit : qu’on a vus ».
aussi à proposer un
Luce (Isère, production de fromage, autre tour agricole « Il faut avoir le souci du bien commun, ■ adrien Potier et JoacHim tHiéBaut
pain, bière…) ou celle des Volonteux en 2021. c’est impératif. Si tu penses qu’à déve- (mrJc meurtHe-et-moselle)

14 Transrural initiatives n˚483 • déc. 2020 - jan. 2021


abonner
ouv e z vou en ligne sur :
s

Transrural
Vous p r un numéro iatives.org
com m ande ansrural-init
ou ique.tr
t
http://bou
initiatives
La revue associative des territoires ruraux
Transrural initiatives est une revue bimestrielle portée par des organisations de dévelop- ier-février 2018
/ 10 euros
Transrural
initiatives n°466 / janv

pement agricole et rural qui se reconnaissent dans les valeurs de l’éducation populaire.
En s’appuyant sur un comité de rédaction composé d’acteurs du développement rural
(animateurs, militants associatifs), associés à des journalistes, elle propose une lecture
de l’actualité et des enjeux concernant les espaces ruraux qui privilégie les réalités de ter-
rain et valorise des initiatives locales et innovantes. La revue appréhende ces territoires
dans la diversité de leurs usages et met en avant des espaces où il est possible d’habi-
ter, de se déplacer, de s’instruire, de se cultiver, de produire, de se distraire et de tisser
des liens. Ces expériences locales illustrent concrètement des alternatives au modèle
de développement économique dominant, marqué par la mise en concurrence géné- • SE SENTIR DE NOU
VEAU ACTEUR
• « ZAD WILL SUR
VIVE »
ralisée, la disparition des solidarités et l’exploitation aveugle des ressources naturelles. •SIX MOIS D’ÉTAT
S GÉNÉRAUX, POUR
QUOI ?
Transrural entend sortir de la morosité ambiante et invite à l’action ! Dans chaque
QUEL MONDE LES NO
numéro, un dossier thématique permet d’approfondir une question (ex. : Agriculture RMES CONSTRUISE Dossier
et société : vers un nouveau contrat ; Repenser l’accueil des migrants dans les terri- NT-ELLES ?
?
toires ruraux ; Les champs de la culture revisités…).
Sans publicité, la revue assure son fonctionnement et son indépendance grâce aux abonnements.

bON D’AbONNEMENT
Pour un abonnement d’un an (6 numéros de 40 pages) :
● Tarif normal (individus) : 55 € ;
● Tarif réduit (étudiants, chômeurs, temps partiel subi, abo. groupés – à partir de 5 personnes) : 45 € ;
● Tarif associations : 60 € ; Tarif institutions (collectivités, bibliothèques…) : 90 € ;
● À l’étranger : tarif normal : 65 € ; tarif institution : 95 €.

Société : ............................................................... Nom - Prénom : .................................................................................


Adresse : .............................................................................................................................................................................
.............................................................................................................................................................................................
CP/Ville : ...................................................... Tél. / mail (en cas de retour de numéros) : ...........................................................
Je souhaite recevoir une facture : ❒ OUI ❒ NON
Si vous souhaitez faire découvrir la revue,
indiquez ici les coordonnées de la personne de votre choix, nous lui enverrons un numéro :
Nom : ............................................................................................................. Prénom : ..........................................................................................................

Adresse : .....................................................................................................................................................................................................................................

............................................................................................................................ Mail :...................................................................................................................


Réglement par chèque à l’ordre de Transrural initiatives ou par mandat administratif
Transrural initiatives - 58, rue Regnault - 75013 Paris
transrural@globenet.org