Vous êtes sur la page 1sur 4

USTHB/FGC – 2018/2019 Topographie 2

3éme Année LIC. ACAD. GC

Chapitre IV : Implantation
IV.1) Introduction
La réalisation de tout ouvrage de génie civil nécessite la maîtrise de plusieurs opérations
faisant intervenir plusieurs spécialités.
L’architecte et l’ingénieur en qualité de chef de projet doivent obligatoirement non seulement
connaitre toutes ces opérations dans les moindres détails, mais aussi l’ordre chronologique où
elles interviennent. Et c’est dans ce cas et uniquement dans ce cas qu’on parlera de l’art de
construire.
En conséquence, un projet de construction ne se résume pas en un ensemble d’idées ou
d’expressions architecturales reproduites sur un plan mais doit s’étendre jusqu’au chantier.
IV.2) L’implantation
Elle consiste à matérialiser sur le terrain les éléments d’un projet, c'est-à-dire, d’un produit
intellectuel, numérique et graphique.
C’est l’action de positionner un ouvrage à construire, par rapport à des repères fixes existant
sur le terrain (angle d’un bâtiment, axe de chaussée, limite de propriété…).Il faut donc
reporter des distances et des directions permettant de matérialiser l’ouvrage à réaliser.
L’implantation intervient souvent après le lever de terrain concerné et dans ce cas, le canevas
de base qui a servi au lever est utilisé pour le piquetage des repères.
IV.3) Travaux préparatoires
Afin de pouvoir établir une implantation il est impératif de disposer de documents dont on
citera :
- Les documents de lever de terrain ;
- Les plans de situation (établis sur un extrait de carte de la région où l’ouvrage est pro-
jeté) ;
- Les plans de masse (visualise l’ensemble du projet en délimitant la zone à construire) ;
- Le schéma de l’implantation de l’architecte ;
- Le plan béton armé du bureau d’étude.
Après examen des documents, il est nécessaire de préparer un plan de piquetage. On
recherche les repères existant, les alignements publics, etc.
Les procédés de piquetage sont choisis selon la précision recherchée (en général + ou –5mm)
et les instruments dont on dispose.
IV.4) Réalisation de l’implantation
Pour réaliser correctement une implantation d’ouvrage, il est nécessaire de disposer d’un
certain nombre d’éléments de base ou de référence :
- Un alignement de référence pouvant être par rapport à : un axe de voirie (route), une
bordure de trottoir ou par rapport à des édifices existant…

1
USTHB/FGC – 2018/2019 Topographie 2
3éme Année LIC. ACAD. GC

- Un repère de nivellement pouvant être effectué sur le terrain grâce à : un point déter-
miné d’un niveau supérieur de la bordure d’un trottoir ou un point pris sur les ou-
vrages d’un réseau d’assainissement existant.
La réalisation de l’implantation passe par un ensemble d’opérations préparatoires dont on
cite :
 1) Le piquetage
Ça consiste à reporter sur le terrain l’axe ou les limites des ouvrages ou des propriétés
suivant un plan d’implantation. Cela se fait au moyen de piquets, d’où le terme, maté-
rialisant les futures bâtiments, les clôtures, les axes de canalisations projetées ou exis-
tantes.
 2) Le nivellement
Sur un chantier de construction, il s’avère nécessaire de matérialiser un repère
d’altitude connue tel qu’un trait de niveau tracé sur un mur ou sur un piquet de chaise
d’implantation.
IV.5) Phases successives d’implantation
 1) Nettoyage et débroussaillage avec un nivellement grossier du terrain.
 2) piquetage de l’emprise (du péri-
2 4 6
mètre) du terrassement.
Exemple : Soit la fouille ABCDEF. 7 C D 8

Les alignements 1-2, 3-4, 5-6…


sont matérialisés par des piquets
portant un repère d’altitude.
9 A B 10

11 12
F E

1 3 5

 3) Piquetage du périmètre des fouilles en plaçant des chaises d’implantation perpendi-


culairement aux prolongements d’axes en les éloignant de l’emprise des fouilles
d’1,5m environ. Les chaises sont des planches en bois placées en équerre.
Chaque axe est matérialisé par un clou ou une encoche sur le bord supérieur de la tra-
verse de la chaise qu’il coupe.
Clou ou encoche qui
représente un axe
Emprise de fouille traverse

chaises

1,5m
pieux
Détail d’une chaise d’implantation

2
USTHB/FGC – 2018/2019 Topographie 2
3éme Année LIC. ACAD. GC

 4) Matérialiser les axes principaux par des cordeaux cloués sur les chaises. A
l’intersection des cordeaux, les axes des poteaux ou des voiles sont repérés.
 5) report en fond de fouille des axes d’implantation matérialisés par les cordeaux te
ten-
dus.

IV.6) Méthodes d’implantation


- Implantation par alignement.
- Implantation par coordonnées polaires.
- Implantation par coordonnées rectangulaires.
- Implantation par triangulation.
IV.7) Exemples d’implantation
IV.7.1) Implantation d’un bâtiment
Dans l'exemple suivant, des chaises
doivent être implantées parallèlement aux
murs projetés d'un grand immeuble,
mmeuble, et à
des distances respectives a et b des limites
de parcelle.
1. Établir une ligne de base AB parallèle à
la limite de gauche, et à une distance choisi
librement c.
2. Marquer le point A à une distance d
mesurée à partir de la limite supérieure : ce
sera le premier emplacement de la station
totale.
3. A l'aide d'un jalon, marquerr le point B à
la fin de la ligne de base.
4. Mettree en station l'instrument sur le
point A, viser le point B, et implante
implanter les
points A1, A2 et A3 sur cet alignement, en
fonction des cotes prévues pour cette
façade d'immeuble.
5. Le point B étant pointé, cale
caler le cercle horizontal à zéro, tourner la station totale de 100gr
(90°) et implanter la deuxième ligne AC avec les points A4, A5 et A6.
3
USTHB/FGC – 2018/2019 Topographie 2
3éme Année LIC. ACAD. GC

6. Procéder ensuite de la même façon pour implanter les points des chaises à partir des
points : A1 à A6.
IV.7.2) Implantation d’un repère de nivellement
Sur un chantier de construction, il est souvent nécessaire de matérialiser un repère d’altitude
connue tel qu’un trait de niveau tracé sur un mur ou sur un piquet de chaise d’implantation.
Voyons la pose d’un trait de niveau sur un mur :

Plan horizontal de visée Plan horizontal de visée m


lHAR=1,105m
0,385m Altitude 10,50m

9,780m
R

Soit un trait de niveau à tracer sur un mur M à l’altitude 10,50m, à partir d’une borne R
d’altitude connue 9,780m.
- Stationner un niveau à équidistance du point R et du mur M ;
- Effectuer la lecture arrière sur une mire placée sur la borne R (lHAR=1,105m) ;
- En déduire l’altitude du plan horizontal de visée (9,780+1,105=10,885m) ;
- Repérer, sur le mur M, le point m localisé par le fil niveleur du niveau ;
- Du point m, porter sur le mur, au double mètre, la différence entre l’altitude du plan
horizontal de visée et l’altitude du trait de niveau recherché : 10,885-10,50=0,385m.